29 septembre à Briant : conférence sur « L’Impératrice Zita : un combat pour la foi » ?
C’est arrivé un 2 septembre…

L'opéra Dialogues des carmélites de Francis Poulenc à l'affiche

97d79f5e929f1582e62dcb306c4d20efLe cinéma multiplexe Pathé de Conflans fait beaucoup de cinéma … mais pas seulement ! Depuis quelques années, il propose des cycles d’opéras retransmis en direct du Metropolitan Opera de New-York avec une qualité de projection, une acoustique et un confort (c’est important) parfaits.

Dans le cadre de la prochaine saison, c’est l’opéra Dialogues des carmélites de Francis Poulenc qui sera ainsi simultanément à l’affiche à New-York et à Conflans (et dans bien d’autres salles de la planète) le samedi 11 mai 2019 à 18h, heure locale (Dialogues des Carmélites au Pathé-Conflans). Chanté en français, cet opéra sera de plus sous-titré en français, ce qui en facilitera la compréhension. 

Ces dialogues sont fondés sur un fait historique survenu pendant la Terreur et dont le détail nous est connu par le récit d’une des rares rescapées de cet épisode tragique. Seize religieuses cloîtrées d’un couvent de Compiègne furent condamnées à mort en juillet 1794 par le Tribunal révolutionnaire pour motif de « fanatisme et de sédition ». Arrêtées, elles avaient, deux ans auparavant, fait le vœu de donner leur vie pour « apaiser la colère de Dieu et [pour] que cette divine paix que son cher Fils était venu apporter au monde fût rendue à l'Église et à l'État ». Leur mort paisible sur l'échafaud impressionna les foules. Elles ont été béatifiées en 1906.

En 1948, le grand écrivain catholique Georges Bernanos imagina des dialogues pour un film relatant cette histoire. Mais en raison de sa mort survenue peu de temps après, le film ne sera réalisé qu’en 1960 sous le titre Dialogues des carmélites. Mais avant, le compositeur français Francis Poulenc avait adapté lui-même le texte de Bernanos pour un opéra qui fut créé à la Scala de Milan en 1957 et qui sera donc retransmis de New-York, à Conflans, le 11 mai 2019.

L'action débute en avril 1789. Blanche de la Force, une jeune aristocrate parisienne, annonce à son père son intention d'entrer au Carmel de Compiègne. Devenue novice, Blanche va vivre les derniers jours de la congrégation mise à mal par la Révolution française. La troupe envahit le couvent, mais Blanche réussit à s'échapper. Les ordres religieux sont dissous et les religieuses condamnées à mort. Elles montent à l'échafaud en chantant le Salve Regina. Après bien des hésitations et des doutes, Blanche les rejoint.

Toutes ces personnes se retrouvent prises dans un tourbillon qui va les transformer, bien malgré elles. Le catalyseur : la Révolution. L'opéra peut être lu comme un hymne à la Contre-Révolution. Mais il constitue aussi une évocation profonde et bouleversante du martyre. Ce sont deux conceptions du monde qui s'opposent, mais c’est aussi et surtout un drame personnel vécu par Blanche. Son choix d'entrer au Carmel n'était pas dicté par une foi inébranlable. Si elle choisit au dernier moment de rejoindre ses compagnes, elle a longtemps hésité, assaillie par un doute quasi-récurrent sur sa foi, et, principalement, sur son devenir terrestre. Qui n'a jamais été saisi par cette peur, cette terreur qui sommeille au plus profond de l'être ? Qui suis-je réellement ? C'est aussi, peut-être surtout, une méditation sur la bonne mort et sur la Grâce. La première prieure, Mme de Croissy, meurt dans la peur, après une vie exemplaire. Sœur Constance juge qu'elle s'est « trompée de mort ». Et c'est finalement Blanche, apeurée, qui accepte la mort.

L'opéra est découpé en trois actes et douze tableaux, liés par des intermèdes orchestraux. La ligne de chant est très nette, très pure. Poulenc ne cherche pas à impressionner l'auditeur par des artifices ou des nouveautés sonores. Le tableau final est impressionnant, les voix des sœurs s'interrompant l'une après l'autre au fur et à mesure que la guillotine fait son œuvre.

Pour cette représentation lyrique chrétienne d’exception, la direction du cinéma Pathé propose aux amis d’Entre Seine et Oise un tarif préférentiel particulièrement intéressant de 20 euros au lieu de 35 au tarif normal. Vous pourrez profiter de cette offre en réservant vos places aux guichets du Pathé et en donnant le code promo : HAPPYCINE. Si vous ne pouvez pas vous rendre à New-York, venez à Conflans ! Mais une séance à l’opéra n’est pas une séance de cinéma : elle se prépare longtemps à l’avance, ne serait-ce que pour pouvoir choisir les meilleures places.