28 décembre 2014

Une église saccagée la veille de Noël

A Berry-au-Bac, près de Laon. Un ou plusieurs individus se sont introduits dans l’église en cassant la grille qui protégeait un vitrail, puis le vitrail lui-même. Une fois à l’intérieur, ils ont fait main basse sur trois statues, dont deux avaient une valeur historique. L’une, représentant une Vierge, date du XVIIIe siècle et l’autre, à l’effigie de sainte Marthe à la Tarasque, du début du XVIe siècle. D’autres statues ont été jetées au sol. Les trois tabernacles ont été fouillés, mais ils ne contenaient aucun objet.

Puis, les cambrioleurs se sont emparés d’un extincteur et l’ont entièrement vidé dans l’édifice, dispersant jusque dans les moindres recoins une fine couche de poussière blanche. Ils sont ensuite sortis par la porte principale, qu’ils ont cassée.

Le maire a déposé plainte pour le cambriolage et le saccage de l’église.

Posté le 28 décembre 2014 à 17h34 par Michel Janva | Lien permanent

Allumons une bougie ! Flamme et lumière d’espérance pour la paix en Syrie

A l’occasion des fêtes de la Nativité, Sa Béatitude Gregorios III, patriarche d'Antioche et de tout l'Orient, d'Alexandrie et de Jérusalem, a lancé un appel pour que chaque soir une bougie soit allumée « Flamme et lumière d’espérance pour la paix en Syrie ».

Sa Béatitude appelle tous les fidèles de l'Église grecque-melkite catholique du monde arabe comme ceux de la diaspora dans le monde entier, tous les croyants répandus à travers le monde, les organisations humanitaires, les institutions sociales... à allumer chaque soir une bougie et à faire une prière pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient et dans le monde.

Priez pour la paix en Syrie !

Prière pour la paix en Syrie

Dieu bon et tout puissant, fais en sorte de répandre la paix dans les cœurs en Syrie, tout comme à l'époque Tu as su convertir Saint-Paul sur le chemin de Damas, et que les gens qui ont fui puissent rapidement rentrer chez eux.

Bénis tous Tes fils qui sont devenus des refugiés et qui n'ont plus de maison. Témoigne de Ta miséricorde à tous ceux qui sont exilés, sans-abri et affamés.

Bénis tous ceux qui leur offrent de l'aide ; éveille la générosité et la compassion dans nos cœurs, par Jésus, le Christ, notre Seigneur, amen.

Posté le 28 décembre 2014 à 16h08 par Michel Janva | Lien permanent

27 décembre 2014

Le président souhaite un joyeux Noël au monde entier, pape compris

Sauf qu'il s'agit du président iranien Hassan Rohani. François Hollande fera de même quand les Sans-Dents auront des dents.

Posté le 27 décembre 2014 à 23h32 par Louise Tudy | Lien permanent

La Femen arrêtée au Vatican a été libérée

Alors qu'elles auraient pu la juger pour "outrage, actes obscènes dans un lieu public et vol" du santon du petit Jésus, les autorités judiciaires du Vatican ont préféré libérer la Femen arrêtée place Saint Pierre et lui interdire l'accès au Vatican et aux autres institutions ecclésiastiques.

Posté le 27 décembre 2014 à 23h10 par Louise Tudy | Lien permanent

A Ste Thérèse de Douai, les personnages de la crèche ont été décapités

Ainsi qu'une statue de Sainte Rita, le jour de Noël. La semaine précédente, des graffitis  avaient été découverts sur les murs de Ste Thérèse.

Douai

Posté le 27 décembre 2014 à 22h01 par Louise Tudy | Lien permanent

26 décembre 2014

La femen seins nus qui a dérobé l'enfant de la crèche place Saint Pierre pourrait être jugée au Vatican

Justice devrait être rendue

"La "femen" qui avait tenté jeudi de dérober la statuette de l'enfant Jésus sur la place Saint-Pierre était détenue aujourd'hui au Vatican, et pourrait être jugée, pour "offense, actes obscènes dans un lieu public et vol", a indiqué leVatican

La jeune femme blonde originaire d'Ukraine a été placée en cellule à la Gendarmerie vaticane. Le jour de Noël, elle avait couru seins nus jusqu'à la crèche au milieu de la place, alors bondée, avec écrit au feutre noir sur la poitrine "God is woman" (Dieu est une femme). Elle s'était emparée de la statuette de l'enfant Jésus qu'elle avait tenue à bout de bras avant d'être arrêtée par un gendarme. 

Elle pourrait avoir à répondre devant la justice vaticane d'"outrage, actes obscènes dans un lieu public, et vol", a indiqué le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi. Elle reste incarcérée dans l'attente que le juge du Vatican confirme son état de détention. La justice du petit Etat peut décider de juger directement les actes commis sur son territoire, ou d'expulser vers l'Italie leurs auteurs. 

Posté le 26 décembre 2014 à 20h10 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (8)

Un autre prêtre assassiné

Lu ici

"Le cadavre d'un prêtre enlevé lundi a été trouvé hier dans l'Etat de Guerrero au Mexique, avec une balle dans la tête, deux mois après la découverte du corps d'un autre prêtre dans un fosse clandestine du même Etat, ont annoncé les autorités policières.

Le corps du père Gregorio Lopez Gorostieta a été retrouvé près du village de Tlapehuala, situé dans la zone de Tierre Caliente, en proie à la violence des narcotrafiquants, a indiqué un responsable de la police régionale.

L'enlèvement du prêtre avait provoqué mardi une manifestation de quelque 300 personnes, dont des dizaines de prêtres, dans les rues de Pungarabato, à 20 kilomètre du village, jusqu'à la cathédrale de la ville, pour supplier ses kidnappeurs de le laisser en vie.

Lopez Gorostieta avait été enlevé par un commando alors qu'il suivait les cours d'un séminaire à Pungarabato".

Posté le 26 décembre 2014 à 19h52 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (2)

Noël et croix interdits

Cela se passe en Chine :

"Le gouvernement de Wenzhou, dans l’est de la Chine, a interdit tout événement lié à la fête de Noël 2014 (...). Une note diffusée dans tous les établissements de la ville par le responsable de l’éducation du gouvernement local estime en effet que les écoles doivent fêter les célébrations traditionnelles chinoises, comme le solstice d’hiver, et non Noël, qui s’apparente selon ce texte à une « tradition occidentale ». (...)

Dans d’autres parties du pays, comme à l’université de Xi’an, capitale de la province du Shaanxi (centre du pays), les étudiants sont contraints, depuis plusieurs années, de regarder un documentaire sur Confucius le soir de Noël. Tout étudiant quittant la salle est sanctionné.

Par ailleurs, une campagne de démolition de croix et d’églises, menée par le pouvoir chinois dans la province du Zhejiang, au sud-est du pays, s’étend. Plusieurs centaines de croix ont déjà été détruites.

Selon l’ONG « China Aid Association », les destructions se répandent à présent dans d’autres provinces du pays. Dans le seul Zhejiang, 426 croix chrétiennes ont été démontées en novembre, rapporte l’agence d’information catholique Asianews.

À Dingqiao, des heurts ont eu lieu entre des représentants du Bureau des affaires religieuses, des ouvriers chargés du démantèlement de la croix et des fidèles locaux qui ont essayé de les empêcher d’agir. Des paroissiens ont été blessés dans les échauffourées, et certains ont été hospitalisés. (...)

Dans la province du Henan, la destruction d’une croix, le 18 décembre, a été le théâtre d’une lutte acharnée. Les autorités locales ont saisi le terrain appartenant à l’église et au pasteur. Ce dernier a été condamné à 12 ans de prison."

Posté le 26 décembre 2014 à 17h58 par Louise Tudy | Lien permanent

24 décembre 2014

Le Maroc va former 50 imâms de France en janvier malgré son intolérance religieuse

Lu sur l'Observatoire de l'islamistation :

Source : Marocco World News du 21 décembre.

"Une cinquantaine d'imâms vont être dépêchés au Maroc pour y suivre des cours sur la vie du chef de guerre Mahomet, et des cours de Coran. La France mise sur cette formation pour renforcer un "islam modéré" alors même que l'islam officiel au Maroc est l'école sunnite malékite, au contenu effrayant (lire en détail).  Le Conseil supérieur des Oulémas du Maroc (photo), instance suprême de l'islam dans le royaume, a rappelé en 2013 le bien fondé du meurtre des apostats. Un marocain s'étant converti au christianisme a été condamné en septembre 2013 à 30 mois de prison ferme.

3999662249

Depuis quelques années, les autorités ont durci leur lutte contre les conversions et appliquent la tolérance zéro du «prosélytisme». L’article 220 du code pénal marocain condamne «quiconque emploie des moyens de séduction dans le but d’ébranler la foi des musulmans.» De nombreux étrangers ont déjà été expulsés du Maroc pour cela. On imaginerait le tollé si des prêcheurs musulmans étaient expulsés de France pour le simple fait de parler de Mahomet ! Autre signe d'intolérance, les non jeûneurs durant le ramadan écopent de peines prison ! C'est dans ce cas l'article 222 du code pénal marocain qui est appliqué, prévoyant jusqu'à six mois de prison pour ceux qui osent manger ...

Modération au delà de la Méditerranée, intolérance en deçà ?"

Posté le 24 décembre 2014 à 15h31 par Marie Bethanie | Lien permanent

23 décembre 2014

Une crèche de Noël crée la polémique à Castres

Lu ici :

"Après  Béziers et le Conseil Général de Vendée, c'est au tour de Castres d'être dans le collimateur des défenseurs de la laïcité. La fédération départementale de la libre pensée du Tarn demande à la mairie de retirer la crèche du marché de Noël, place Jean Jaurès. Le maire refuse de céder."

Crechecastres

[...]"Le maire répond en plaidant l'exception. La loi du 9 décembre 1905 permettant en effet de développer des emblèmes religieux dans le cadre d'expositions. Pour lui, la polémique n'est pas de mise et il compte bien maintenir  la crèche jusqu'au 30 décembre." [...]

La Libre-Pensée n'a décidément pas grand chose à faire pour s'occuper...

Posté le 23 décembre 2014 à 22h15 par Marie Bethanie | Lien permanent

22 décembre 2014

La justice autorise la mairie de Melun à conserver sa crèche

Après Béziers, les défenseurs des crèches remportent une nouvelle victoire judiciaire, cette fois à Melun. Saisi par la Fédération des "libres-penseurs" de Seine-et-Marne, le tribunal administratif vient d'autoriser le petit Jésus à rester crécher dans les jardins de l'Hôtel de ville. Evènement plutôt rare : il est allé à l'encontre des conclusions du rapporteur public, qui voulait expulser la Sainte famille au motif, notamment, que l'un des mages portait un bâton en forme de crosse, "attribut des évêques dans la religion catholique".

Le maire UMP Gérard Millet, que les laïcards harcèlent depuis sept ans par courrier, avait annoncé d'emblée qu'il était prêt à déposer un recours devant le Conseil d'Etat, voire devant la Cour européenne des Droits de l'Homme. Le bras de fer n'est pas terminé pour autant :

«La Libre Pensée ? Moi je dirais plutôt la pensée totalitaire, s'étrangle le maire UMP, Gérard Millet. Ils viennent de m'écrire pour se plaindre des cloches qui sonnent dans la journée !"

Posté le 22 décembre 2014 à 15h39 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (20)

21 décembre 2014

Bruno Retailleau n'a pas dit son dernier mot

Interdit de crèche cette année, le Conseil général de Vendée va voir plus grand l'année prochaine :

Rappelons que le Conseil général a fait appel du jugement lui interdisant d'exposer une crèche dans son hall.

Posté le 21 décembre 2014 à 23h32 par Louise Tudy | Lien permanent

Un journaliste fait retirer une crèche au CHU de Nancy

Lu sur l'Est Républicain :

"Service de neurologie à l’hôpital central de Nancy. Au 3e étage entre l’aile A et la partie « épilepsilogie », un petit hall par où arrivent les visiteurs, les patients et le personnel. Sur une table, un sapin décoré et juste en-dessous, à droite, une crèche de Noël en papier rocher de dimension modeste : une vingtaine de centimètres de large, une douzaine en hauteur et un peu moins en profondeur. À l’intérieur, quelques personnages dont Jésus, Marie et Joseph.

Informé de ce tableau, un journaliste de L’Est Républicain constate, de visu, la réalité de la chose, alors que la polémique sur les crèches dans des bâtiments publics bat son plein.

Vendredi 15 h 50. Ce même journaliste contacte la directrice de la communication du CHU et demande quelle est la position officielle de l’établissement. Gwendaline Henry lui suggère d’envoyer un mail. « Vous aurez la réponse avant ce soir », lui indique-t-elle.

À 16 h 27, le mail est expédié. Dans une première partie figure un rappel des affaires de la crèche du Conseil général de Vendée, interdite par le tribunal administratif de Nantes, pour atteinte à la laïcité, de celle de Béziers autorisée par les juges de Montpellier, de celle de Melun enfin avec une décision qui tombera lundi.

Puis, le journaliste pose deux questions : « Pourquoi une crèche dans un service d’un hôpital public qui accueille des malades de toutes confessions ou sans confession et emploie des personnels de toutes confessions ou sans confession ? Quelle est la position de la direction du CHU à ce sujet sachant que si les hôpitaux peuvent disposer d’aumôneries, conformément à la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905, celles-ci ne peuvent en aucun cas faire de prosélytisme ? »

Sans doute un vent de panique a-t-il soufflé sur l’hôpital central. Plainte ? Procès ? Que n’a-ton probablement pas imaginé ! Vendredi à 17 h 30, le journaliste se rend à nouveau au 3e étage du bâtiment neurologie. À sa grande surprise, il constate que la crèche, comme par miracle, a disparu. Selon nos informations, elle a été enlevée entre 16 h 45 et 17 h 15."

Posté le 21 décembre 2014 à 19h31 par Michel Janva | Lien permanent

"Décatholicisons notre société"

C'est ce que déclare le sociologue Jean Viard, proche du Parti socialiste marseillais, à propos du travail dominical :

"Il ne faut jamais oublier qu'il y a eu 120 ans de lutte sociale, de 1789 à 1906, pour que le dimanche soit férié. Dans la mémoire ouvrière, populaire, cela a été une immense bataille. Y toucher aujourd'hui donnerait donc une impression de reculer. Mais il faut mieux expliquer le sens de cette réforme. Je suis d'accord avec la ligne du gouvernement mais il n'est pas assez dit que le repère du dimanche n'est pas remis en cause. [...]

Il est par ailleurs frappant de voir que les élus en pointe contre le travail le dimanche viennent des régions ou des grandes familles catholiques, comme Martine Aubry. Mais le dimanche n'est pas la journée des catholiques. C'est le jour des conquêtes sociales, du repos hebdomadaire, c'est la loi de 1906 faite par les francs-maçons. Décatholicisons notre société. Le dimanche est un jour laïc."

Voilà qui a le mérite d'être explicite.

Posté le 21 décembre 2014 à 13h45 par Michel Janva | Lien permanent

20 décembre 2014

Noël pour tous ou Noël pour personne ?

Un éditorial de Philippe de Saint-Germain pour Liberté politique :

"Noël pour tous ? Pour les préfets de la République, c’est plutôt Noël pour personne. Ou plutôt Noël chacun pour soi. Quand verra-t-on, après les Femen, des compagnies de CRS disperser des santons sur la place publique ?

Etoile_smallTOUT A ETE DIT sur la stupidité de ces interdictions préfectorales ou administratives des crèches dans les lieux publics.  Pourquoi non aux crèches et oui aux sapins ? Certes, le ridicule ne tue pas les zélateurs du sectarisme laïque et du légalisme républicain, mais n’y a-t-il pas un homme d’Etat en France pour condamner ce dédain de la France unie sur sa mémoire commune ?

Noël chacun pour soi, c’est le Noël de l’indifférence, le Noël de la culture du vide, du mépris de la joie partagée ensemble, tous milieux, toutes générations et toutes opinions confondues.

Noël chacun pour soi, c’est l’idolâtrie du confort, de la solitude, du repli sur soi, de la consommation égotiste.

Noël chacun pour soi, c’est le mythe antisocial de la laïcité idéologique.

Le Dieu qui se fait corps

C’est que le véritable Noël dérange. Le Noël de ce Dieu mystérieux qui se fait corps et matière bouscule une société politique qui prétend s’émanciper des lois de la nature quand Lui, le Tout Puissant, se livre en chair et en os dans les bras d’une femme et d’un homme qui s’aiment.

Oui, on peut ne pas croire à l’histoire, mais c’est un crime politique de rejeter le message de la culture qui transmet ce qu’elle a de plus humble et de plus généreux.

MM. les sinistres qui n’avez que le mot « rassemblement » à la bouche, allez à la crèche. À genoux. Et vous ferez l’unité.

Joyeux Noël quand même !"

Posté le 20 décembre 2014 à 17h08 par Marie Bethanie | Lien permanent

19 décembre 2014

Civitas répond à la Libre Pensée sur l’interdiction des crèches dans les lieux publics

Lu sur le site de la Nouvelle gazette française :

"Mercredi 17 décembre 2014, l’Institut Civitas a tenu une veillée de prières Place de l’Estrapade à Paris, devant les bureaux de la Libre Pensée.

Au nom de la loi de 1905, promulguant la séparation de l’Eglise et de l’Etat, cette fédération s’oppose à la présence de « crèches chrétiennes et non de simple crèches » (sic) dans les institutions de la République. La tribune ronflante, dont la portée pamphlétaire n’est pas sans rappeler les meilleurs tribunes de Rue 89, n’hésite pas à faire appel aux armes médiatiques traditionnelles afin de museler toute opinion contradictoire à la sienne : ainsi la résurgence du sentiment chrétien au sein de notre société rappellerait « la période du Régime de Vichy où cette loi a été violée en permanence » et les promoteurs de celui-ci seraient « des nostalgiques de cette sinistre période. » Stupeur de l’institution laïque, qui salue cependant les manifestants au creux de sa vitrine, indiquant sur une pancarte un « Joyeux Noël païen » dont le caractère profane, s’il est effectif, enjoint néanmoins à une certaine réflexion ontologique non dénuée de portée casuistique.

Si la contradiction ne semble pas choquer La Libre Pensée, l’anachronisme ne le fait pas davantage reculer : à ceux qui suggèrent que la France a des fondements historiques chrétiens expliquant la présence des crèches dans des lieux publics, l’institution aime à souligner l’inanité d’une telle religion, véhicule d’une haine responsable des grands maux du XXe siècle : « le christianisme a trouvé sa puissance dans la lutte contre le judaïsme. Il a une responsabilité écrasante dans l’antisémitisme. C’est le christianisme qui a fourbi les armes ayant conduit à Auschwitz. ». Dénonciation fallacieuse s’il en est, on appréciera cet argument auquel toute réponse constituerait sans nul doute une revendication fasciste ou antisémite. Que la Libre Pensée se rassure : plusieurs opposants se sont manifestés en ce sens durant la veillée. Couvrant les Gloria, certains habitants du quartier ont fait entendre leur désaccord, enceintes aux fenêtres et musique à tue-tête tentant de décourager l’assemblée. Mieux, une femme, se revendiquant chrétienne, lance : « Vous n’avez pas le droit de faire ça, c’est de l’incitation à la haine. […] Fascistes ! ». La République dans toute sa splendeur, est sauvée par ses dignes soldats.

Crèche-vivante-300x200

L’abbé Bouchacourt a conclu cette veillée de prière animée d’une crèche vivante, en rappelant aux Catholiques les vertus de l’Espérance. Comme le soulignait Bernanos, « l’espérance [n’est-elle pas] un risque à courir » ? "

Posté le 19 décembre 2014 à 14h56 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (12)

Après les crèches, l'interdiction de saint Nicolas

Les enfants de la plupart des écoles du Nord Pas-de-Calais reçoivent une coquille et une orange, en décembre, souvent des mains du Père Noël ou de Saint-Nicolas. Cette année, à Marquette-lez-Lille, l'Inspectrice de l'Education nationale a interdit le passage de Saint Nicolas et du Père Fouettard dans les écoles publiques. Le maire Jean Delebarre a déclaré :

"Ce n’est évidemment pas nous qui avons interdit aux membres de l’association de l’UNC-Soldats de France de se rendre dans les écoles maternelles déguisés en saint Nicolas et en père Fouettard avec leur âne pour y distribuer des coquilles, comme ils le faisaient depuis des années. C’est l’État, par l’intermédiaire de l’inspecteur de l’Éducation nationale, qui a estimé que cela allait à l’encontre du principe de laïcité. Une décision que je regrette. Et je peux vous dire que l’association a été très peinée. »

Les enfants aussi. L'histoire ne s'arrête pas là. Une autre distribution de coquilles de Noël, distribuées directement par la mairie celles-là, a été autorisée. Le maire en a eu la confirmation par l'Inspectrice :

"On m’a dit que ça ne posait pas de problème. Noël, ça passe mais pas saint Nicolas : allez comprendre ! ».

Posté le 19 décembre 2014 à 08h22 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (18)

18 décembre 2014

Les Femen récidivent

La condamnation n'a pas été assez forte et l'impétueux Manuel Valls n'a pas exigé la dissolution du groupe. Alors les Femen ont récidivé, aujourd'hui, en l'église de La Madeleine.

Posté le 18 décembre 2014 à 18h16 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (32)

Une crèche incendiée dans l'église de Parthenay (79)

Alors que le ministre Cazeneuve affirmait de façon péremptoire (contre Eric Zemmour, qui ne brûle ni les églises ni les mosquées...) que

"L’ensemble des Préfets est mobilisé pour protéger les lieux de cultes et pour faire en sorte qu’aucun acte de haine anti-religieux ne demeure impuni."

Hier matin, un incendie a totalement détruit la crèche de l’église Saint-Laurent. Et sans doute condamné l’édifice pour un certain temps. A 9 h, une grosse fumée noire s'échappait des orifices de l'édifice. La vitre installée sur la porte latérale gauche de l'édifice pour permettre d'admirer l'imposante crèche, vole en éclat sous l'effet de la chaleur. Les pompiers sont vite sur place avec six hommes, un engin d'intervention et une lance.

La fumée a couvert de suie tout l'intérieur du bâtiment. Et les œuvres d'art qui l'ornaient devront sans doute faire l'objet d'un nettoyage. Tout comme il faudra changer quelques bancs, rétablir une huisserie et pas mal d'autres choses encore. Pour le retable du XVIIe sur lequel venait s'adosser la crèche, il semblait hier que les dégâts étaient irréversibles.

Posté le 18 décembre 2014 à 09h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Une crèche devant La Libre Pensée à Paris

Les crèches publiques sont vraiment partout :

0

C'était hier, à l'initiative de Civitas :

1

Posté le 18 décembre 2014 à 09h07 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

17 décembre 2014

Ne pas oublier Asia Bibi

L'abbé Pierre-Hervé Grosjean, curé de Saint Cyr l'Ecole et Secrétaire Général de la Commission «Ethique et Politique» du Diocèse de Versailles, écrit sur le Figarovox :

A"On ne peut que se réjouir de l'initiative du Maire de Paris, Anne Hidalgo: aujourd'hui est apposée sur la façade de l'hôtel de ville un portrait d'Asia Bibi, cette jeune chrétienne pakistanaise, toujours condamnée à mort pour un supposé blasphème. Il est en effet essentiel qu'à quelques jours de Noël, nul n'oublie ceux qui le passeront dans les larmes.

Le Cardinal Barbarin est allé visiter il y a quelques jours, avec une délégation lyonnaise que j'ai eu la joie d'accompagner, les chrétiens réfugiés à Erbil en Irak. Leur première supplication? «Ne nous oubliez pas!». Le silence et l'oubli sont les meilleurs alliés des bourreaux et des fanatiques qui rêvent d'un Orient sans chrétien. L'actualité est si rapide, les détresses sont si nombreuses, que l'opinion publique, même émue un instant, se détourne bien vite du drame de ces minorités chrétiennes persécutées partout dans le monde. Pourtant, de l'Irak à l'Arabie saoudite, du Nigeria au Soudan, de la Corée du Nord à la Chine, ils sont plus de 150 millions de chrétiens à risquer leur vie ou leur liberté pour leur foi. Dans cette nuit si particulière de Noël, c'est en se cachant, en risquant un attentat ou dans leur prison qu'ils célèbreront la naissance du Christ.

Ne pas oublier, c'est parler d'eux, sans cesse. Pour interpeller les consciences des dirigeants. Pour alerter l'opinion publique. Pour faire pression. [...] Ne pas oublier, c'est reconnaître la valeur du témoignage de ces chrétiens persécutés mais fidèles, et en permettre la fécondité. Quelques soient les risques, ils célèbreront Noël. Comme me le disait un réfugié d'Erbil: «Daesh nous a tout pris. Il n'y a qu'une chose qu'ils ne pourront jamais nous prendre: notre foi». Alors que notre pays est capable de se déchirer autour d'une crèche, ces frères nous disent combien l'homme a besoin d'espérer face à la tragédie de ce monde. [...] Que la fidélité d'Asia Bibi, de ces réfugiés d'Irak, de tous nos frères persécutés puisse nous réveiller et nous sortir de la tiédeur. L'Occident aussi a besoin d'Espérance. Leur témoignage nous enseigne… et nous engage!"

Posté le 17 décembre 2014 à 16h24 par Michel Janva | Lien permanent

Profanation de la Madeleine : une ex-Femen condamnée [Add : réaction de l'avocat du curé]

Quasiment un an après avoir simulé, seins nus, un avortement près de l'autel de l'église de la Madeleine, à Paris, l'ex-Femen Eloïse Bouton a été condamnée pour exhibitionnisme à un mois de prison avec sursis. Le tribunal correctionnel de Paris s'est montré plus clément que le parquet, qui réclamait trois à quatre mois de prison avec sursis et 1500 € d'amende.

Eloïse Bouton a fait appel.

[Addendum] : Le curé de la Madeleine recevra 2000 € au titre du préjudice et 1500 € de remboursement de frais de justice. Réaction de son avocat dans Famille chrétienne :

"« C’est une belle décision de principe. Le juge reconnaît ainsi que l’action de la Femen a porté atteinte aux prérogatives du curé et le reconnaît donc dans ses droits d’affectataire des lieux », explique l’avocat parisien. Ce point fut longuement débattu lors du procès d’octobre dernier. La défense estimait que le curé, n’étant pas physiquement présent au moment de l’agissement de la militante, ne pouvait prétendre à un quelconque préjudice. « Au travers du curé, c’est toute la communauté chrétienne et même au-delà que le juge a voulu viser », explique Me Delvolvé. À l’époque, l’acte avait été unanimement condamné par la classe politique et les responsables religieux.

Cette décision s’inscrit dans la droite ligne de celle prise par la justice en 2005 lors d’une parodie de mariage gay à Notre-Dame de Paris. Elle est aussi pleinement en accord avec l’esprit de la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905. « Cette décision rappelle que les lieux de culte catholiques sont protégés en France au même titre que n’importe quel autre lieu de culte. Il n’y a pas de différence », fait remarquer Me Delvolvé.

Posté le 17 décembre 2014 à 15h56 par Louise Tudy | Lien permanent

16 décembre 2014

Pétition : France Inter offense les chrétiens et leur doit des excuses !

Daniel Hamiche, dont nous partageons largement l'indignation, sur L'Observatoire de la christianophobie :

"Dans sa chronique sur France Inter du 8 décembre dernier, jour où les catholiques fêtent l’Immaculée Conception, Sophia Aram s’est crue autorisée de prononcer la phrase suivante sur le grand mystère de l’Incarnation :

Sans-titre (2)

Une telle offense contre la foi et la sensibilité des chrétiens à quelques jours de la célébration de la Nativité, est proprement inconcevable et inacceptable. Notre principe, vous le savez est de ne plus rien laisser passer, jamais, jamais, jamais ! France Inter qui se targue d’être une « radio de service public » se permet de cracher sur le public chrétien sans toutefois cracher sur leur argent qui la finance par leurs impôts et taxes !

Nous vous encourageons donc à exprimer votre indignation et votre réprobation à France Inter en signant et en partageant la pétition qui suit et qui arrivera dans la boîte courriel de Jean-Marc Four, directeur de la rédaction, avec copie à Laurence Bloch, directrice de cette station radiophonique d’État. Merci !"

Signer la pétition sur l'Observatoire de la christianophobie.

Posté le 16 décembre 2014 à 19h32 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (28)

Incendie de la crèche située devant l'église de Crolles en Isère

Dans la nuit de samedi à dimanche

IMAG2357

Posté le 16 décembre 2014 à 07h58 par Michel Janva | Lien permanent

14 décembre 2014

Guerre des crèches : la "greffe d'une métaphysique laïque sur la nation ne prend pas"

La chronique de Guillaume de Prémare sur Radio Espérance :

"A quelques semaines de Noël, voici la France en pleine guerre des crèches. Est-ce le retour de la guerre de 1905 ? Je ne crois pas : l'Etat n'a aujourd'hui aucune envie de rallumer la guerre religieuse. Oh, il y a bien la hargne des vieux bouffeurs de curés, grisons et têtes chenues, vieux cons, quoi... mais je crois que l'affaire des crèches traduit une chose plus profonde. Je crois que nous assistons à une crise du fait religieux comme processus culturel. A mon avis, deux vieilles utopies jacobines sont en train de tomber : celle d'un espace public vierge de références religieuses, y compris traditionnelles et culturelles, et celle d'une communauté nationale unie autour d'une métaphysique laïque.

Le premier point est assez simple : la religion, c'est-à-dire l'adhésion à une foi pratiquée en communauté selon certains rites, produit des phénomènes sociaux et culturels - c'est ce que l'on nomme le fait religieux. Oh, on peut sauter comme un cabri en criant "sphère privée", "sphère privée" - le fait religieux est là, dans l'espace public, irrépressible, têtu.

Le second point est plus complexe. Ferdinand Buisson avait compris qu'il n'y aurait pas de communauté républicaine sans religion laïque. Il savait qu'aucune réalité politique ne s'incarne sur la durée sans transcendance ni métaphysique politique. D'une certaine manière, il faut un Dieu à la nation. Le problème est que la tentative historique d'une greffe d'une métaphysique laïque sur la nation ne prend pas. Pas davantage hier sous la Révolution qu'aujourd'hui en république post-révolutionnaire. Cette greffe ne prend pas car elle est inapte à opérer une incarnation populaire. Et elle prend d'autant moins aujourd'hui que l'identité historique traditionnelle de la France est de retour. C'est un fait. Le besoin d'identité revient par la grande porte de l'histoire et la mystique laïque s'épuise à tenter d'y répondre. Elle s'en aperçoit, se crispe, serre les mâchoires à la manière de Valls et sombre dans la vaine incantation répétant comme un manthra son credo auquel plus grand monde ne croit.

Il est intéressant que ce profond besoin d'identité englobe de plus en plus le fait religieux. Ici le religieux devient un élément d'identité. Les catholiques peuvent certes s'en réjouir : après tout, n'y a-t-il pas un terreau culturel propice pour semer la foi ? Cependant, les catholiques ne peuvent vivre leur religion comme une simple composante d'une identité, comme un fait religieux principalement culturel. La religion des catholiques suppose une foi dans le Christ ressuscité. Cette foi, partagée à travers tant de cultures, de peuples et de nations ne fournit pas d'identité en elle-même, sinon celle de la personne du Christ. Si cette foi est surnaturelle, si elle est tendue vers la recherche de Dieu, elle produira naturellement une culture populaire authentique qui sera le terreau pour une nouvelle moisson chrétienne. Voilà pourquoi les catholiques ne peuvent regarder la guerre des crèches avec le même oeil que les autres : ils savent que sous l'écume des passions, il y a Dieu qui travaille la matière de l'histoire et qui appelle."

Posté le 14 décembre 2014 à 23h19 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (4)

13 décembre 2014

L’Église est confrontée à 2 fondamentalismes : le musulman et le laïciste

Archevêque espagnol aux Armées, Mgr Juan del Río, a déclaré :

"C’est un fait indéniable que l’Église catholique et le monde sont confrontés à deux puissants fondamentalismes : le musulman et le laïciste. Nous savons, d’une part, que dans les pays à majorité musulmane, les minorités religieuses souffrent d’intolérance et de discrimination sociale. Mais, quant à l’autre extrémisme, nous avons affaire à un laïcisme exacerbé qui, comme école de pensée, vise, entre autres objectifs, à confiner au domaine privé l’enseignement de la religion, abolissant la dimension spirituelle de la personne, la confondant avec un simple “épiphénomène” sociologique ou psychologique, s’opposant à l’aspect social de la religion, et en arrivant même à nier la liberté de l’Église et à la réduire à une simple association privée."

Posté le 13 décembre 2014 à 14h10 par Michel Janva | Lien permanent

Le gouvernement indien veut empêcher la conversion des hindouistes

Le ministre des relations au Parlement et le parti au pouvoir ont demandé que des lois anti-conversion, déjà en vigueur dans cinq Etats de la fédération indienne, soient votées dans tous les autres.

Posté le 13 décembre 2014 à 12h30 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (7)

Des religieuses forcées de payer les préservatifs des démocrates

Lu sur Riposte catholique :

"Dans le Colorado, les Petites Sœurs des Pauvres doivent faire face au totalitarisme de l’État fédéral, sur la question de la liberté religieuse appliquée à la sécurité sociale. Cet ordre étant particulièrement impliqué dans les soins apportés aux personnes pauvres et âgées, les Sœurs se voient actuellement obligées de se conformer aux articles concernant les moyens de contraception. La supérieure provinciale a estimé que cela revenait à obliger les Sœurs à choisir entre « leur foi et leur engagement auprès des personnes âgées pauvres », car une telle loi imposait de dépenser en amendes des sommes faramineuses au lieu de les consacrer à la vocation première de l’ordre. Leur avocat, par ailleurs membre du Fond Beckett pour la Liberté Religieuse, a demandé à ce que soit appliqué aux sœurs les mêmes solutions qui ont été trouvées dans les autres cas, arguant notamment qu’il était absurde de penser que « le gouvernement le plus puissant au monde soit incapable de distribuer ces produits sans forcer des religieuses à y participer »."

Posté le 13 décembre 2014 à 10h08 par Michel Janva | Lien permanent

12 décembre 2014

Crèche interdite : le Conseil général de Vendée fait appel

Le communiqué de Bruno Retailleau :   Vendée2

"Ce Vendredi 12 décembre, la commission permanente du Conseil Général a décidé officiellement de faire appel du jugement du Tribunal Administratif de Nantes, interdisant la crèche de l'Hotel du Département.

Cet appel doit permettre d'obtenir un sursis à exécution de cette décision et l'annulation du jugement.

Le Conseil Général considère en effet qu'il n'a absolument pas contrevenu au principe de laïcité, car la crèche fait partie depuis des siècles des traditions populaires et de l'imaginaire des Français. C'est ce que pensent aussi les très nombreux Français, croyants ou non, qui ont manifesté leur soutien par courrier, téléphone, sur les réseaux sociaux ou dans les médias.

Le débat qui agite notre pays depuis dix jours montre d'ailleurs à quel point le laïcisme intégriste pervertit l'esprit de la laïcité à la française. La laïcité a été inventée pour assurer la concorde entre les Français, pas pour les diviser dans des querelles d'un autre temps.

C'est pourquoi le Conseil général ira jusqu'au bout et utilisera tous les recours juridiques possibles, y compris devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme s'il le faut."

Posté le 12 décembre 2014 à 18h06 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (16)

Encore une église vandalisée

Un fait divers devenu banal en France.

Posté le 12 décembre 2014 à 08h13 par Michel Janva | Lien permanent

11 décembre 2014

Libre Pensée : les crèches non, le satanisme oui

Pendant que la libre pensée s’insurge contre les crèches de Noël au nom de la libération de toute entrave et de la laïcité, elle manifeste son soutien au hellfest qui programme depuis bientôt 10 ans des groupes s’en prenant exclusivement au christianisme et promotionnant en même temps le satanisme (voir ici et ) en déclarant que 

« La liberté d’expression est et doit demeurer tout à fait complète et sans limites en matière culturelle et artistique » !

La libre pensée ne voit donc de problème à ce que les pouvoirs publics subventionnent le hellfest avec à ce jour plus de 1 500 000 euros !

Par contre, elle se montre bien peu farouche et rebelle concernant l’islam et la burka !

Posté le 11 décembre 2014 à 08h13 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Je défendrai bec et ongle, et jusqu’à la dernière goutte de mon sang, les racines chrétiennes de notre pays.

Le site Le Rouge et le Noir publie longue interview du maire (FN) de Cogolin, dans le Var, Marc-Etienne Lansade dans lequel il revient sur sa décision d'installer une créche à la suite de la polémique récente. Extraits :

PHO3a489498-cbbd-11e3-b9b1-be03fea75ed2-805x453"La crèche est bien installée dans la mairie de Cogolin depuis lundi matin. À l’origine, je n’avais pas forcément prévu cette installation (...) Il s’agissait donc davantage d’un oubli que d’une volonté de ne pas installer de crèche à la mairie. M. Ménard m’avait effectivement fait part de sa volonté d’installer une crèche. Cela m’avait semblé être une excellente idée. Surtout, lorsque j’ai appris que l’on remettait en cause la légitimité de l’installation de simples crèches au sein des mairies françaises, j’ai réalisé que l’on marchait véritablement sur la tête. Nous sommes chez les fous ! Nous sommes victimes de provocations permanentes de la part de laïcards qui, par ailleurs, sont bien silencieux lorsque des ayatollahs et imams locaux essaient de dénaturer notre pays. C’est donc en réaction, en solidarité et avec la volonté de graver dans le marbre notre culture chrétienne, que j’ai décidé d’installer une crèche (...)

À titre personnel, je suis catholique pratiquant mais mon rôle, en tant que premier magistrat de la commune, n’est pas d’imposer mes convictions. Notre religion, aujourd’hui n’est pas une religion de prosélytisme et, si je n’ai pas l’intention de convertir les administrés, pour ma part, je ne me laisserai pas convertir ! Je défendrai bec et ongle, et jusqu’à la dernière goute de mon sang, les racines chrétiennes de notre pays (...)

La France est un pays qui se relève toujours, parfois tard, aujourd’hui très tard, mais il faut que vous sentiez ce nouveau vent qui souffle sur notre pays. Ce n’est pas un vent de résignation ou de désespoir, mais bien un vent de révolte qui arrive, annonçant qu’un jour les choses changeront.

J’ai décidé il y a un an et demi de m’engager en politique. Il faut s’engager en politique. Il faut que chacun s’engage à un nouveau, et rien ne bougera non plus tant que les églises seront vides, et tant que les curés auront du mal à bouger les gens pour aller au catéchisme. Si chacun n’a pas un engagement personnel, rien ne se fera. La solution ne réside pas dans les autres, mais en soi-même. Si vos lecteurs pouvaient prendre conscience que chacun a un rôle à jouer, ce sera une mission importante. Il ne faut pas attendre l’homme providentiel qui fera changer les choses à notre place. Rappelez-vous la maxime bien connue : « Aide-toi, le ciel t’aidera. »"

Posté le 11 décembre 2014 à 06h53 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

10 décembre 2014

Encore une chapelle vandalisée

La petite chapelle communale Saint-Georges, située sur la route d'Apt, lieu de pèlerinage il y a plus un demi-siècle, a vu sa porte fracassée. Le sol a été retourné, des trous y ont été creusés. Des tas d'ossements sont apposés à-même le sol, et des crânes, exhumés d'une fosse commune, sont alignés contre le mur de la chapelle. Quant à l'autel, il n'en reste quasiment plus rien.

Le maire a prévenu les services de gendarmerie, ainsi que la Direction régionale des affaires culturelles. Le lendemain, les forces de l'ordre vont repérer deux individus d'une vingtaine d'années, dont l'un est déjà connu des services de gendarmerie. Ils étaient hier soir encore auditionnés par les forces de l'ordre.

À la plainte de la municipalité, s'est ajoutée un dépôt de plainte de la Direction régionale des affaires culturelles, notamment pour la violation des sépultures et la dégradation d'un monument classé.

Posté le 10 décembre 2014 à 21h14 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

09 décembre 2014

Radio France discrimine les catholiques

Lu dans Valeurs Actuelles :

"Radio France a cru bon d'attribuer à certains de ses salariés des « autorisations d'absence rémunérée » pour leurs principales fêtes religieuses ; en l'occurrence Aid El Fitr et Aid El Adha pour ceux qui se réclament de l'Islam, Roch Hachana et Yom Kippour pour ceux qui s'identifient en tant que juifs... Outre le côté éminemment contestable, voire dangereux, du procédé qui consiste pour une entreprise à connaitre, et sans doute à conserver dans ses archives, des éléments d'information de caractère tout à fait privé sur ses collaborateurs, il faut remarquer que les heureux bénéficiaires de ces mesures d'exception n'en perdent pour autant aucun de leurs droits en matière de congé, RTT, jours fériés etc... Autrement dit, tous les salariés de Radio France sont égaux, mais quelques-uns sont plus égaux que d'autres !

Mon ami et client Fabrice Le Quintrec se bat en vain contre sa direction pour essayer d'obtenir les mêmes égards, lui qui est catholique et n'entend pas baisser pavillon (...) Le calendrier civil prévoit des jours fériés dont certains correspondent, certes et heureusement, à de grandes fêtes chrétiennes. Or, précisément, la dimension religieuse de ces journées est gommée. Pour l'établissement public de la radiodiffusion, qui fonctionne de manière permanente, ce sont des jours comme les autres. Des astreintes professionnelles peuvent peser sur les journalistes (...)

Si, lorsque l'actualité l'exige, le travail est donc considéré comme prioritaire pour les journalistes chrétiens de Radio France, en revanche pour leurs confrères juifs ou musulmans, tel n'est pas le cas.

S'ils revendiquent, à l'occasion de leurs propres fêtes religieuses, la possibilité d'aller à la synagogue ou à la mosquée, de se consacrer à la prière ou de se réunir en famille, Radio France s'inclinera, les obligations professionnelles passeront au second plan.

Dans les faits, les juifs ou les musulmans de Radio France ont donc droit à des jours de congé supplémentaires. Eux et eux seuls ! (...)

En revanche, si un catholique pratiquant veut être libre, par exemple, à Noël ou à Pâques, il doit « poser » un jour et son capital-congé sera amputé par le service du personnel d'une journée (...)"

Posté le 9 décembre 2014 à 17h07 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (1)

L'arrêt Lautsi de la CEDH garantit la présence des crèches dans les lieux publics

Dans Famille chrétienne, Jean Paillot, avocat au barreau de Strasbourg et expert au Conseil de l’Europe, analyse l'affaire des crèches avec la jurisprudence européenne. Faut-il que notre monde soit devenu fou pour que nous en arrivions à ergoter sur la jurisprudence européenne à propos des crèches de Noël ? :

L"Le principe dit de laïcité et que l’on devrait renommer principe de neutralité — tant le terme « laïcité » est ambivalent — est un principe permettant à tous de vivre ensemble, dans le respect des convictions religieuses de chacun, le rôle de l’État étant ici de « garantir, en restant neutres et impartiaux, l'exercice des diverses religions, cultes et croyances », comme la Cour européenne des droits de l’Homme l’a rappelé avec force dans son arrêt de Grande Chambre Lautsi contre Italie le 18 mars 2011.

La laïcité « à la française », c’est-à-dire la neutralité, n’a donc pas pour fonction de privilégier des convictions laïcistes, antireligieuses, et en particulier anticléricales ou christianophobes, qui sont d’ailleurs à bien des égards intolérantes. Alors comment faire en sorte que la neutralité ne devienne pas intolérante ? Une crèche est-elle réellement contraire au principe de neutralité ?

L’arrêt Lautsi, qui concernait la présence de crucifix dans les écoles publiques d’Italie, répond à cette question. Comme un crucifix, une crèche est un élément de décor d’ordre religieux, qui est par nature passif : il n’a donc pas d’influence en soi sur les convictions intimes. Le seul fait que cet élément de décor soit d’ordre religieux ne suffit par ailleurs pas à lui interdire toute présence dans la sphère publique, dès lors qu’il ne conduit pas à une forme d’endoctrinement. La Cour européenne a précisé ainsi qu’une « règlementation donnant à la religion majoritaire du pays une visibilité prépondérante » ne suffit pas à caractériser une atteinte au principe de neutralité. Il en va de même lorsqu’il s’agit d’une simple tradition ou d’un usage. La conséquence est limpide : tout comme un crucifix dans une école publique d’un pays de tradition chrétienne, une crèche ou un sapin de Noël dans une mairie ou un Conseil général français ne sont pas contraires au principe de neutralité."

Posté le 9 décembre 2014 à 14h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

08 décembre 2014

Lettre ouverte du père Michel Viot aux adeptes de la Libre Pensée

Lettre ouverte du père Michel Viot aux adeptes de la Libre Pensée :

"Depuis 1969, j’ai écouté beaucoup de vos propos sur France Culture, dans « divers aspects de la pensée contemporaine », et déjà le choc des mots sans les photos me posait problème !

« Libre », ce qualificatif ne vous convenait guère, tant vous étiez enchaînés par votre haine de la religion en général et du christianisme en particulier !

« Pensée », en était-ce vraiment une ? L’étroitesse des propos, ressassant toujours les mêmes obsessions faisait plutôt penser à des réflexes conditionnés, relevant d’un instinct, à mes yeux, assez peu humain !

Aujourd’hui vous persévérez ! A défaut d’être capables de reproduire les discours d’un Voltaire, vous parvenez aux propos de monsieur Homais, le pharmacien du roman de Flaubert « Mme Bovary » ! Et encore… C’est pourtant là que je situe votre pitoyable « combat » contre les crèches de Noël au nom d’une idolâtrie laïciste, qui dans son argumentaire relève plus des curiosités psychopathes que de demandes d’application d’une loi. Vous ne mériteriez donc pas de réponses.

Mais, et vous le savez bien, depuis un certain temps déjà notre pays est en guerre contre des terroristes islamistes qui veulent éradiquer du monde aussi bien le christianisme que la civilisation qu’il a engendrée. Les crèches de Noël font partie de ce décor traditionnel chrétien à détruire pour ce qu’il représente et notamment à cause des santons qui sont considérés par les musulmans radicaux comme des idoles ! Or, par votre attitude, vous vous faites les alliés objectifs de ces terroristes, que vous le vouliez ou non !

Si votre fanatisme antireligieux ne vous aveuglait pas tant, vous verriez que vous portez un tort très grave non seulement à la population demeurée chrétienne, mais aussi aux autres, aux musulmans français qui dans leur grande majorité pratiquent encore un islam tolérant et n’ont aucune envie de se voir dominés par les « barbus », dont par imbécilité vous facilitez la tâche ! Car la nature a horreur du vide et ce que vous faites disparaître sera inévitablement remplacé par d’autres signes et symboles religieux qui ne vous feront pas de cadeaux. Cela vous vaudra peut-être une mort plus douce si « le califat » arrive à ses fins, car il déteste plus les athées que les chrétiens, je vous le rappelle. Mais c’est votre liberté que de rechercher le martyr ! Mais seulement pour vous, et pas pour ceux qui n’y sont point candidats.

Et je reviens à la question de la guerre ! Croyez-vous qu’une population multiconfessionnelle comme la nôtre tolérera longtemps, même avec des dirigeants peu éclairés sur ces questions, que des gens comme vous veuillent détruire des signes de civilisations que nos soldats défendent au loin au prix du sang et de nos impôts ? Ce que mène dans notre pays votre association en un pareil moment porte un nom, que je laisse aux gens dont c’est le métier le soin de qualifier le moment venu.

Enfin je vous rappelle, et pour en finir, que le terme de liberté et ses dérivés peut masquer de terribles choses qui vont des dernières paroles d’une de vos ancêtres, Madame Rolland, qui s’écria juste avant d’être guillotinée : « Liberté, que de crimes ils [ses anciens amis] commettent en ton nom » à l’inscription, écrite en allemand au dessus d’un lieu célèbre « Arbeit macht frei », « le travail rend libre… » !"

Posté le 8 décembre 2014 à 17h38 par Michel Janva | Lien permanent

Quand le ministère de l'Intérieur justifiait l'installation d'une crèche

Le 21 décembre 2006, Jean-Luc Mélenchon, qui s'apprêtait sans doute à passer un mauvais Noël, accusait, dans une question écrite au Ministère de l'Intérieur, la municipalité de Châtillon-sur-Loire (Loiret) de "violation répétée de la laïcité républicaine". L'objet de son courroux ? La crèche, installée chaque année sur le parvis de la mairie. Pierre Jova rappelle dans FigaroVox, la réponse qui lui avait été faite par le ministère, dirigé à l'époque par un certain Nicolas Sarkozy :

"Dans sa réponse du 15 mars 2007, le ministère de l'Intérieur a ainsi répondu: «le principe de laïcité n'impose pas aux collectivités territoriales de méconnaître les traditions issues du fait religieux qui, sans constituer l'exercice d'un culte, s'y rattachent néanmoins de façon plus ou moins directe.» Vous avez bien lu: la loi de 1905 laisse les municipalités, les conseils généraux, les conseils régionaux, et les collectivités d'outre-mer la liberté de célébrer des traditions religieuses. «Tel est le cas de la pratique populaire d'installation de crèches, apparue au XIIIe siècle. Tel est le cas aussi de la fête musulmane de l'Aïd-el-Adha», précise le ministère de l'Intérieur. Voilà pourquoi la mairie de Paris peut se permettre de célébrer cette fête islamique chaque année. La Fédération de la Libre-Pensée le sait, c'est pourquoi elle n'a jamais attaqué la municipalité parisienne pour ce motif, outre le fait qu'il serait discourtois de la part d'un libre-penseur d'attaquer une mairie socialiste.

Le ministère de l'Intérieur conclut: «L'intervention publique dans de tels domaines doit toujours se justifier par des considérations d'intérêt général (ordre public, communautés ou traditions locales, animation urbaine, etc.) et elle s'effectue sous le contrôle du juge administratif, que peut saisir tout citoyen ayant intérêt pour agir.»

La décision du Tribunal administratif de Nantes est-elle donc abusive ? Il est permis de le penser, au regard des autres plaintes déboutées, dans le Sud de la France, contre des crèches de santons. Un recours du Conseil général de Vendée paraît possible. Un appel pourrait signaler aux laïcistes la crèche est d'abord un symbole culturel avant d'être un emblème religieux incontestable."

Mais si elle était saisie, la cour administrative d'appel jugerait-elle la crèche vendéenne d'"intérêt général" ? C'est là toute la difficulté. Autrement dit, Messieurs les élus, voyez grand pour votre crèche, qu'elle devienne incontestablement "une animation urbaine".

Posté le 8 décembre 2014 à 16h37 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (0)

Crèches : le sénateur Pierre Charon interroge le ministre

Question du sénateur de Paris Pierre Charon au ministre de l’intérieur :

C"M. Pierre Charon interroge M. le ministre de l’intérieur au sujet des récentes polémiques sur les crèches de Noël mises en place par des collectivités publiques. Ces attaques à l’encontre des crèches de Noël dans l’espace public illustrent ces démarches déconstructrices, qui, sous couvert de laïcité, mettent en cause des pratiques qui font la richesse de notre imaginaire national. Cette tradition, honorée depuis longtemps par les collectivités territoriales, fait écho au fonds judéo-chrétien qui cimente les origines de notre peuple et que, par ailleurs, nul ne conteste, quelles que soient ses croyances et ses convictions. Ces attaques sont d’autant plus aberrantes qu’elles mettent en cause des pratiques auxquelles de nombreux Français, notamment les enfants, sont attachés. Les défenseurs tatillons de la laïcité invoquent la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État, mais le droit public admet la légalité des pratiques des crèches de Noël.

Dans une réponse à une question écrite n° 25 728, le ministre de l’intérieur de l’époque avait affirmé que « le principe de laïcité n’impose pas aux collectivités territoriales de méconnaître les traditions issues du fait religieux qui, sans constituer l’exercice d’un culte, s’y rattachent néanmoins de façon plus ou moins directe. Tel est le cas de la pratique populaire d’installation de crèches, apparue au XIIIe siècle » (Journal officiel « questions » du Sénat du 15 mars 2007, p. 604). Non seulement aucune objection juridique n’a été soulevée, mais la pratique constante des crèches de Noël n’a fait l’objet d’aucune remarque. Curieusement, ce n’est qu’aujourd’hui que certains se réfugient derrière des argumentaires tatillons que personne n’avait invoqués jusque-là. Ces soudaines envolées des thuriféraires d’une laïcité désincarnée et hors-sol ne peuvent que laisser perplexe. Ces considérations cachent mal un certain sectarisme. Nous n’avons pas à rougir de notre identité et de ses racines. Il lui demande ce qu’il envisage pour rappeler la légalité de la pratique des crèches de Noël au regard de notre droit public, pratique qui, en aucune manière, n’a affecté l’ordre public et les droits élémentaires des personnes."

Posté le 8 décembre 2014 à 13h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

“C’est le catholicisme qui a fait la France depuis 1500 ans”

Eric Zemmour défend le droit d'installer des crèches dans l'espace public.

Posté le 8 décembre 2014 à 10h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

Même NKM défend les crèches

C'est dire combien le combat des laïcistes est dépassé. Nathalie Kosciusko-Morizet a regretté sur Europe 1 :

"Je trouve dommage qu'on ouvre une guerre - en plus autour de Noël - sur ces sujets-là".

"Les ardents défenseurs de la laïcité ne doivent pas se retrouver en position de sectarisme". "On n'a pas à faire succéder à des guerres de religion des guerres de laïcité". "La crèche, c'est un fait culturel", "c'est une réalité, c'est très présent dans l'art".

"Il y a une majorité aujourd'hui dans la classe politique, pour dire: c'est une fuite en avant, c'est un peu ridicule, c'est ouvrir un front là où il n'y en a pas besoin".

Posté le 8 décembre 2014 à 10h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

17 décembre : crèche de Noël aux abords de la Libre Pensée à Paris

Organisée par Civitas :

"Les ayatollahs de la laïcité ont vu dans l’Enfant-Jésus un nouvel ennemi à chasser. Pour ces fondamentalistes laïcistes, Noël n’est plus la célébration de la Nativité mais une simple fête consumériste et athéiste autour d’un gros bonhomme habillé de rouge et popularisé par un soda d’une multinationale américaine. Mais la réaction du pays réel n’a pas tardé. La crèche de Noël est devenue l’emblème de la résistance à l’antichristianisme. Le mercredi 17 décembre à 20h, Civitas vous invite à une veillée de Noël – avec une belle crèche de Noël – aux abords du siège de la Libre Pensée, dans le cinquième arrondissement de Paris."

Posté le 8 décembre 2014 à 07h59 par Michel Janva | Lien permanent

07 décembre 2014

« La crèche en Provence n’est pas un sujet de tensions, elle fait partie de la culture populaire. »

C'est ce qu'a déclaré le préfet du Vaucluse à propos de la polémique des crèches de Noël. Les crèches installées par les mairies de Carpentras, Avignon ou Orange ne sont donc pas (pour l'instant) dans le collimateurs des laïcistes révolutionnaires de la Libre Pensée...

Posté le 7 décembre 2014 à 13h53 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

"L'argument de la laïcité sert uniquement à tenter d'effacer le christianisme"

Un communiqué d'Alain Escada, président de Civitas :
Béziers"La commune de Béziers est en ce moment sous le feu des projecteurs parce que son Maire, Robert Ménard, a eu l’audace de faire placer une crèche de Noël dans sa mairie. Sur demande du Front de Gauche, le préfet de l’Hérault, qui ne semble pas surchargé de travail, a enjoint le Maire de Béziers de retirer cette crèche, ce que refuse Robert Ménard dont nous saluons ici le courage.
 
En Vendée, la même haine de la crèche de Noël s’est manifestée après l’installation d’une crèche dans le hall du conseil général de Vendée, crèche retirée après décision de justice du tribunal administratif de Nantes à la suite d’une plainte de l’association La Libre Pensée.
 
Cette haine de la crèche de Noël traduit la haine du christianisme qui anime les fondamentalistes laïcistes, hargneux exécutants des directives des loges maçonniques.
 
Précédemment, les mêmes ennemis du christianisme avaient par contre marqué leur enthousiasme pour un “sextoy” géant gonflable installé place Vendôme à Paris en lieu et place de sapin de Noël alternatif.
 
En cette période de l’Avent, les catholiques peuvent constater à quel point l’argument de laïcité sert uniquement à tenter d’effacer le christianisme et ses traditions. La république maçonnique est moins regardante lorsque la mairie de Paris fête le Ramadan ou se met aux couleurs de Hanouka.
 
Catholiques de France, nous qui préparons la célébration de la Nativité, nous devons plus que jamais affirmer avec fidélité notre foi dans le Christ.
Soutenons Robert Ménard et tous les élus qui auront le souci de placer une crèche de Noël dans les lieux publics et les bâtiments institutionnels. Là est le vrai sens de la fête de Noël et non dans la débauche consumériste d’une société décadente."

Posté le 7 décembre 2014 à 12h14 par Louise Tudy | Lien permanent

06 décembre 2014

Où étaient les libres penseurs quand la Mairie de Paris a organisé un repas pour le ramadan ?

Bruno Retailleau défend la crèche du Conseil général de Vendée dans le Figaro :

Retailleau

Posté le 6 décembre 2014 à 11h13 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (16)

Une carte ou un dessin pour les réfugiés chrétiens en Irak

La revue Actuailes - bimensuel des 10-15 ans - propose à ses lecteurs d'envoyer une carte postale ou un dessin aux chrétiens d'Irak en partenariat avec l'association SOS Chrétiens d'Orient. La revue (gratuite à imprimer chez soi) est accessible au bout de ce lien. L'article est en bas de la rubrique "Moyen-Orient", le moucharabieh, page 11.

L’association SOS-Chrétiens d’Orient s’est donnée pour mission de renouer les liens d’amitié spirituelle et culturelle entre les Français et les chrétiens qui vivent en Orient.

Nombre d’entre vous ont déjà participé à l’opération « Une carte pour les chrétiens d’Irak ». Ces cartes seront distribuées dans quelques jours (il faut d’abord les traduire en arabe) aux élèves d’une école installée par les volontaires de SOS-Chrétiens d’Orient.

A l’approche de Noël, Actuailes vous propose de renouveler cette opération en envoyant une carte ou un dessin avant le 16 décembre sur le thème de la Nativité à l’adresse suivante :

SOS Chrétiens d’Orient  97 rue de Tocqueville 75017 Paris

Les volontaires de l’association qui se rendront en Orient à Noël les achemineront.

Posté le 6 décembre 2014 à 07h11 par Michel Janva | Lien permanent

05 décembre 2014

Crèche : Pétition de soutien à Robert Ménard

0

Posté le 5 décembre 2014 à 16h20 par Le Salon Beige | Lien permanent

Les supporters du Real Madrid réclament le retour de la croix sur le logo

Lu sur Riposte catholique :

"Après la honteuse forfaiture des dirigeants du Real Madrid, qui avaient cru plaire aux investisseurs des Émirats arabes unis en retirant la croix qui dominait l’emblème du club, les supporters du club sont en train de réagir. L’association Enraizados (« Enracinés ») a envoyé une pétition signée par 2000 personnes au président du club, Florentin Perez, pour lui demander de revenir sur cette décision. Les porte-paroles de l’association ont affirmé qu’une telle reculade face à une éventuelle menace économique est une marque de mépris pour les chrétiens persécutés dans le monde, et notamment ceux qui vivent aux Émirats arabes unis."

Posté le 5 décembre 2014 à 07h43 par Michel Janva | Lien permanent

04 décembre 2014

Philippe de Villiers défend sa crèche de Noël

La crèche avait été installée à la demande du personnel en 1988, quand Philippe de Villiers était président du Conseil général de Vendée. Il l'avait installée pour organiser une fête pour les enfants de la DDASS. Il répond ici à Eric Brunet.

Posté le 4 décembre 2014 à 21h12 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (45)

"Il n'y aura pas de crèche en Vendée, mais il restera un âne"

Réaction du journaliste Pascal Praud, alors que le tribunal administratif de Nantes a jugé la crèche du conseil général de Vendée «incompatible avec la neutralité du service public» :


Pascal Praud : "Il n'y aura pas de crèche en... par rtl-fr 

Posté le 4 décembre 2014 à 16h04 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (16)

Crèche interdite à la mairie de Béziers

PQuand l'Hôtel de Ville de Paris organise une soirée du ramadan, nos laïcards professionnels se réjouissent. Quand Robert Ménard fait installer une crèche à l'Hôtel de Ville de Béziers, ces mêmes laïcards s'étranglent de douleur.

Ainsi le préfet de l'Hérault Pierre de Bousquet (photo) demande officiellement à Robert Ménard de revoir son projet contesté notamment par le parti communiste. Le préfet de l'Hérault, saisi par les opposants à la fameuse crèche, vient d'envoyer un courrier au premier magistrat biterrois.

Si on leur dit qu'il s'agit d'une famille juive que personne ne veut accueillir sous son toit et qui trouve refuge dans une étable, ça peut passer ?

Vous pouvez contacter la préfecture au 04 67 61 61 61 ou écrire par courriel ou sur le site.

Posté le 4 décembre 2014 à 11h00 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Cathophobie

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Cathophobie