27 février 2015

"Notre inconscient n'est plus chrétien mais antichrétien"

Pourquoi une telle indifférence médiatico-politique en France à l'égard du martyre des Chrétiens d'Orient ? Bertrand Vergely, philosophe et théologien, répond à Atlantico :

"dans le climat antichrétien actuel, dire que des chrétiens se font massacrer en Syrie et en Libye apparaît à toute une partie de l’opinion très antichrétienne comme de la propagande chrétienne. C’est dire ce que l’antichristianisme a réussi à faire. Il est parvenu à nous rendre méchant voire monstrueux. La haine du christianisme est telle que parler d’un chrétien que l’on tue est perçu comme une atteinte à la laïcité. Non seulement être chrétien en France consiste à se taire, mais en plus à devoir se taire quand on tue des chrétiens. Michel Onfray dans son Traité  d’athéologie appelait de ses vœux un nettoyage urgent de nos inconscients trop imprégnés, selon lui,  par les miasmes du christianisme.  Constatons-le : c’est fait. Notre inconscient n’est plus chrétien mais antichrétien."

Interrogé également, le journaliste Sébastien de Courtois, qui anime l'émission "Chrétiens d'Orient" sur France Culture :
"J’ai vu des articles mensongers publiés sur des sites internet réputés pour leurs scoops politiques, dire des bêtises sur l’État islamique, des approximations sur l’histoire des chrétiens d’Orient alors que tout est disponible sur Wikipédia… Je rêve d’une pleine page de Libé en une dénonçant ces mêmes crimes, je leur ai écrit à ce sujet, les réponses sont polies mais rien ne suit. (...)
Les chrétiens qui sont assassinés [et enlevés] dans le Khabour actuellement avaient déjà fui les massacres de Sémel en 1933, en Irak, et avant cela ceux du Hakkâri en 1915 dans le sud-est de la Turquie… Hassaké et Qamishli sont des villes qui ont été construites par des ingénieurs français pendant la période du mandat en Syrie, comme les immenses travaux d’irrigation qui ont permis de les sédentariser pour faire vivre ces familles. Et nous ne sommes pas capables de leurs consacrer une heure d’émission à la télévision ?"

Posté le 27 février 2015 à 10h39 par Louise Tudy | Lien permanent

"Génocide des chrétiens d'Orient : où sont passés les défenseurs des droits de l'homme?"

Maxime Tandonnet, dans le Figarovox, reprend à son compte le terme de "génocide" appliqué par Jean d'Ormesson aux Chrétiens d'Orient :

[...] "Ce génocide, comme tous les grands génocides de l'histoire, se déroule dans la passivité et la lâcheté de la communauté internationale. Une poignée de Kurdes déterminés, dont de nombreuses femmes, a montré que l'État islamique était loin d'être invincible. Dès lors, l'échec de la communauté internationale à mettre fin au massacre, ou bien son indifférence, est incompréhensible. L'histoire retiendra les noms des dirigeants qui n'ont pas bougé le petit doigt face à ce génocide. La France a certes pris des initiatives, dont l'envoi du porte-avion Charles de Gaulle, mais elle ne peut pas être seule, engagée sur tous les fronts, dans la lutte contre la barbarie. Le silence des milieux politiques et intellectuels, en Europe et dans le monde, est une abomination. Où sont-ils passés les défenseurs des droits de l'homme? Pourquoi une telle indifférence face au sort de minorités chrétiennes ?

Serait-ce la vieille haine de la religion chrétienne -écraser l'infâme- qui s'exprime dans cet abandon? Une intervention armée d'une coalition internationale, pour mettre fin à un génocide, cela n'aurait strictement rien à voir avec les opérations militaires passées qui ont eu pour effet de déstabiliser des États et de répandre le chaos au Moyen-Orient. Cette fois-ci nous sommes dans une situation radicalement différente, celle d'un génocide en cours, comparable au «Kamputchéa» des Khmers rouges dans les années 1976-1979, ou au Rwanda dans les années 1990, pour ne parler que des génocides récents. Le refus d'agir, dans de telles circonstances, relève de la non assistance à personne en danger, voire de la complicité passive de la part de la communauté internationale." [...]

Posté le 27 février 2015 à 09h03 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (2)

Vols à répétition dans les églises

Lu dans Le Figaro :

"Depuis début février, les églises des régions de Dijon et de Lyon sont victimes de vols récurrents d'objets sacrés. Vendredi 6 février, de premiers cambriolages sont signalés sur le site de l'église de l'Ain. Le 7 février, le Bien Public rapporte que l'église d'Orgelet a aussi été victime d'un cambriolage. D'autres vont suivre.

Dans la semaine qui suit, c'est au tour de deux autres lieux de culte de la région d'être visités, à Digna, puis à Beaufort. A chaque fois, le constat est identique. Ce sont des objets de valeur qui manquent: une Vierge et des calices en argent, ou un Christ en ivoire ont par exemple été dérobés. A Digna, une Vierge noire offerte par l'évêque de Kyoto a aussi disparu.

Quelques jours plus tard, des églises de Villefranche-sur-Saône, Anse, Pollionnay et Savigny connaissent le même genre de visites. La dernière affaire, celle de Pollionnay, remonte au week-end dernier. [...]"

Et aucune réaction de nos professionnels de l'indignation Hollande, Valls, Cazeneuve...

Posté le 27 février 2015 à 07h44 par Michel Janva | Lien permanent

Le mouvement de destruction de la réalité chrétienne de notre pays

Editorial de Philippe Maxence, pour L'Homme Nouveau :

Une-1585-blog"L’odieux crime perpétré par l’État islamique envers 21 coptes a bouleversé le monde entier. Personne au monde n’a caché leur qualité de chrétiens et le Pape François les a qualifiés de martyrs. Seule, la France, républicaine et laïcarde, s’est singularisée. À tel point que L’Œuvre d’Orient a réagi avec force, exigeant « que l’appartenance religieuse chrétienne des victimes ne soit pas escamotée. Elle demande que cela soit clairement mentionné dans les communiqués de la Présidence de la République et que la France présente ses condoléances au Patriarche copte. » Moins sanglante dans sa portée, la loi Macron, qui désorganise étatiquement l’économie sans laisser aux professions la liberté de s’organiser et au travail de s’effectuer, participe du même mouvement de destruction de la réalité chrétienne de notre pays, soumis à la dictature de l’impératif financier. Les conséquences seront de longue portée, entraînant à terme une temporalité différente avec des dimanches devenus des jours ordinaires.

Dans Théologie de l’Histoire (DMM), le Père Calmel rappelait que l’Histoire se comprend vraiment à la lumière de l’Apocalypse et que, malgré son renouvellement incessant, elle « présente cependant des caractères fixes et immuables, notamment l’évangélisation que rien ne saurait arrêter ; ensuite l’hostilité tantôt ouverte, tantôt sourde et contenue, du Dragon et des deux Bêtes contre la Femme ; enfin la victoire du Christ et des bienheureux. » Nous sommes en ces temps. C’est le Christ qui vainc, malgré nos défaites apparentes."

Posté le 27 février 2015 à 07h27 par Michel Janva | Lien permanent

Syrie : 350 chrétiens capturés

C'est le dernier chiffre, communiqué par l'Aide à l'Eglise en Détresse. Il faut y ajouter 15 morts et 5000 déplacés.

Pendant ce temps, notre gouvernement s'indigne de la visite de 4 parlementaires au pouvoir en place en Syrie.

Posté le 27 février 2015 à 07h23 par Michel Janva | Lien permanent

26 février 2015

220 chrétiens enlevés en Syrie

Lu ici :

"Des djihadistes de l'Etat islamique ont enlevé ces trois derniers jours 220 chrétiens assyriens dans des villages du nord-est de la Syrie, rapporte jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme. L'OSDH explique que les enlèvements se sont produits lors de la capture d'une dizaine de villages situés non loin de la ville d'Hassaka. Cette région du nord-est de la Syrie est le théâtre d'affrontements entre djihadistes de l'Etat islamique et combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG)."

Posté le 26 février 2015 à 12h02 par Michel Janva | Lien permanent

Le Progrès évoque les vols dans les églises

En Une :

VLes articles à lire sur le Forum catholique.

Posté le 26 février 2015 à 09h26 par Michel Janva | Lien permanent

Le Croissant rouge refuse d'aider les chrétiens

Mgr Jacques Behnan Hindo, l’évêque syro-catholique d’Hassaké, déclare à Radio Vatican :

Unknown-11"Il y a une chose que je voudrais dire : la Croix Rouge aide, fournit de l’argent au Croissant Rouge. Or, le Croissant Rouge ne donne absolument rien aux chrétiens. Hier, il y a eu le Croissant Rouge, UNHCR, etc, qui se sont baladés devant les télévisions, qui ont parlé comme s’ils avaient aidé les gens. Or, ils n’ont distribué, même pas une livre syrienne. Jusqu’à maintenant, le Croissant Rouge n’a rien donné aux chrétiens, et ce depuis quatre ans. Je l’ai dit sur une grande chaîne arabe et là, je vous le dis aussi. Il faut que la Croix Rouge le sache. Il faut qu’il le sache. Ici, les responsables sont tous des Frères musulmans ou apparentés. Je le dis à voix haute parce que cela m’exaspère et me révolte.

Alors de qui provient l’aide que vous recevez ?

Par exemple, de l’Œuvre d’Orient, du Vatican, de la Congrégation orientale. Sinon, la Croix Rouge ne donne rien puisqu’elle donne tout au Croissant Rouge et le Croissant Rouge, ici, ne distribue même pas un milliardième de ce qu’il reçoit, rien aux chrétiens.

Que se passe-t-il par exemple, lors d’une grande distribution, si une personne s’avance et dit qu’elle est chrétienne ?

À chaque fois qu’un chrétien se présente chez eux, ils disent « rien ». Tandis que nous, à l’Église, Caritas, etc, nous donnons aux chrétiens, aux musulmans, à tout le monde. Eux ne donnent rien."

Posté le 26 février 2015 à 08h02 par Michel Janva | Lien permanent

Femen : Blesser les catholiques, oui, mais les musulmans, non

Lu sur Nouvelles de France :

"Dans « Le Tube » du 21 février 2015 sur Canal +, on apprend que la prostituée de luxe Eloïse Bouton « a pris ses distances avec les Femen ». Héloïse Bouton, c’est cette délinquante qui, en décembre 2013, a uriné et mimé un avortement devant l’autel de l’église de la Madeleine à Paris. Elle a été condamnée en décembre 2014 à un an de prison avec sursis pour « exhibition sexuelle » par le tribunal correctionnel de Paris. A Canal +, elle explique pourquoi elle s’est éloignée des Femen :

« à une époque, Inna a fait un tweet sur le Ramadan en disant que l’islam était vraiment une religion stupide, etc. Le tweet, pour moi, était maladroit. Je vois ce qu’elle voulait dire mais du coup, ça a blessé les personnes et non l’institution puisque c’est cela qu’elle devait cibler à la base, parce que c’est l’institution qui peut opprimer les femmes comme les autres religions. Mais du coup, forcément, ça blesse des gens qui sont déjà discriminés et moi, ça, à titre individuel, ça me pose un problème. »

Uriner et simuler un avortement devant l’autel d’une église, cela ne blesse personne, peut-être ?"

Posté le 26 février 2015 à 07h29 par Michel Janva | Lien permanent

25 février 2015

Inde : Les hindouistes s'en prennent à Mère Teresa

Le chef de l’organisation nationaliste hindoue RSS a accusé de prosélytisme la fondatrice des Missionnaires de la Charité.

L’œuvre réalisée par Mère Teresa aurait pu être bonne, mais elle était menée dans un but précis : convertir au christianisme les personnes à qui elle venait en aide. » Tels sont les propos qu’a tenus Mohan Bhagwat, chef du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS - Corps national des volontaires), le 23 février dernier au Rajasthan. Des propos mettant en cause la fondatrice des Missionnaires de la Charité et qui ont amené les responsables de l’Eglise catholique en Inde à réagir vivement."[...]

Topic

La Conférence des évêques catholiques de l’Inde a aussitôt réagi :

"Par un communiqué en date du 24 février, l’épiscopat indien dénonce avec « douleur » et « inquiétude » le fait que « la réputation d’une personne aussi sainte que Mère Teresa » soit mise en cause en « attribuant des motifs cachés » à une vie « toute entière consacrée à l’aide humanitaire apportée aux pauvres et aux malades ». « Mère Teresa n’a jamais eu d’ordre du jour caché, pas plus qu’elle n’a utilisé son œuvre pour couvrir des conversions. Elle a toujours affirmé que son principal souci était d’apaiser les souffrances des gens et d’aider les pauvres et les souffrants à mener une vie digne et apaisée. A la question sans cesse répétée des motifs qui la poussait à offrir un service si effacé aux pauvres et aux souffrants, elle a toujours répondu qu’elle voulait aider un hindou à vivre en meilleur hindou, un musulman à vivre en meilleur musulman et un chrétien à vivre en meilleur chrétien, dans le respect de la dignité d’être humain de chacun. (…) "[...]

Christianophobie tous azimuts.

Posté le 25 février 2015 à 22h36 par Marie Bethanie | Lien permanent

Les cathos, premières cibles religieuses de "Charlie"

Deux sociologues, Jean-François Mignot et Céline Goffette, ont publié une étude montrant que les cathos sont les premières cibles religieuses de "Charlie". Parmi 38 Unes se moquant des religions (sur 523 numéros publiés entre janvier 2005 et janvier 2015), seules 7 sont consacrées à l'islam, quand 21 se moquent de la religion catholique.

Posté le 25 février 2015 à 20h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Pétition contre la suppression des jours fériés catholiques

Les parlementaires UMP Eric Ciotti et Bruno Retailleau ont lancé une pétition en ligne contre la possibilité de remplacer des jours fériés catholiques dans les régions et départements d’outre-mer par des jours fériés "locaux".

I

Posté le 25 février 2015 à 14h36 par Michel Janva | Lien permanent

La France condamne l'enlèvement des chrétiens en Syrie

Communiqué du ministère des affaires étrangères :

"La France condamne l’enlèvement par Daech de près d’une centaine de chrétiens syriens dans la région de Hassaké. Il s’agit d’un nouvel acte criminel de la part de ce groupe terroriste.

Nous appelons à la libération immédiate des personnes enlevées et exprimons toute notre solidarité aux communautés chrétiennes qui doivent pouvoir vivre en paix dans une Syrie respectueuse des droits de tous.

La France rappelle son attachement à la présence des chrétiens d’Orient dans cette région.

Seule une véritable transition politique sera à même de lutter durablement contre l’extrémisme."

Posté le 25 février 2015 à 14h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

"Un génocide contre les chrétiens d'Orient"

C'est ce que dénonce Jean d'Ormesson.

Posté le 25 février 2015 à 10h13 par Michel Janva | Lien permanent

Au Pakistan, les chrétiens sont des êtres inférieurs

Hanna, une chrétienne pakistanaise, témoigne dans Famille chrétienne. Extraits :

F"[...] Nous avons l’impression d’être oubliés malgré les persécutions que nous vivons quotidiennement. Il est grand temps de se réveiller et de se mettre au travail pour unifier le corps du Christ que nous représentons tous. Aujourd’hui, l’Europe est comme un géant endormi. En fermant les yeux, elle permet à certains extrémistes musulmans de procéder à d’atroces persécutions. Je suis pour la paix avec les musulmans, mais cette fraternité ne doit pas autoriser ces actes répréhensibles. C’est donc pour cela que je parle de notre vie au Pakistan. Je suis certaine que l’Europe peut influencer la politique et la religion dans notre pays, pour que nous vivions enfin librement notre foi.

Comment expliquez-vous que le nombre de condamnations pour blasphème se multiplie ces derniers temps ?

Depuis 1990, date du durcissement de la loi anti-blasphème, nous devons être très prudents. Cette loi n’impose aucune preuve lorsqu’une accusation est portée contre un chrétien. L’exemple d’Asia Bibi est flagrant. Mais son cas n’est pas unique. Bien au contraire. Tous les chrétiens vivent dans la terreur d’être condamnés pour ne serait-ce qu’un mot mal interprété dans une discussion. Le problème est d’autant plus préoccupant chez les jeunes chrétiens qui étudient l’islam à l’école. Ils doivent toujours être attentifs aux mots qu’ils utilisent dans leurs devoirs ou leurs conversations. Il suffit qu’un professeur ou un étudiant les accusent de blasphème pour qu’ils soient condamnés.

À quoi ressemble la vie d’un chrétien pakistanais aujourd’hui ?

Nous sommes purement et simplement mis à l’écart. Dans les écoles comme dans les entreprises, nous n’avons pas le droit d’utiliser les mêmes ustensiles, la même nourriture ou la même eau que les musulmans, car nous sommes considérés comme des êtres inférieurs. De nombreux écoliers chrétiens sont assimilés à la caste des intouchables et ne sont pas autorisés à boire à la même source d’eau que les autres élèves. Ils n’ont pas le droit non plus d’utiliser leurs tables ou leurs couverts. La persécution des chrétiens commence donc dès l’enfance et se poursuit dans la vie professionnelle.

Comment arrivez-vous à vivre votre foi dans cette situation ?

C’est difficile. La constitution autorise les chrétiens à se rendre à l’église, à posséder une Bible et à pratiquer leur religion. Mais nous sommes considérés comme des parias de la société car la constitution interdit dans le même temps de se convertir de l’islam vers le christianisme. C’est pour cela que nous devons être très prudents dans nos relations avec les musulmans, car nous n’avons pas le droit de les évangéliser.

Y a-t-il des pressions exercées sur les chrétiens pour qu’ils se convertissent à l’islam ?

Il s’agit bien plus que de simples pressions. On ne compte plus le nombre de jeunes chrétiennes enlevées et abusées par les extrémistes, notamment dans le nord du pays, dans les provinces du Sind et du Baloutchistan. Les Hindous subissent le même sort. Pour les talibans, c’est une façon comme une autre de tenter d’éradiquer les minorités religieuses du Pakistan. Pour eux, prendre une femme à une autre communauté, c’est montrer son pouvoir. Et une fois ces femmes converties, elles ne sont plus autorisées à retourner à leurs racines chrétiennes. C’est une double déchirure. [...]"

Posté le 25 février 2015 à 09h49 par Michel Janva | Lien permanent

24 février 2015

Enlèvement de chrétiens : la responsabilité de la communauté internationale

Communiqué de Mgr Pascal Gollnisch, Directeur Général de l'Œuvre d'Orient :

"L’Œuvre d’Orient apprend avec angoisse le kidnapping de chrétiens en Syrie par le DAESH, après de durs combats ayant fait de nombreuses victimes. Nous devons porter dans la prière ces hommes et ces femmes. Cette horrible situation rappelle l’urgence d’une neutralisation rapide du DAESH en Syrie comme en Irak. Ces actes terroristes montrent la nécessité d’aboutir rapidement en Syrie à des solutions efficaces pour mettre fin à ce conflit qui a trop duré. La responsabilité de la communauté internationale est clairement engagée."

Posté le 24 février 2015 à 17h04 par Michel Janva | Lien permanent

Le SIEL dénonce la christianophobie d'Etat

Communiqué de Karim Ouchikh, Président du SIEL (Souveraineté, Indépendance Et Libertés) :

"Perpétuellement campé aux abonnés absents lorsqu’il s’agit de défendre les minorités chrétiennes persécutées en terre d’Islam, au point de taire la religion chrétienne des 21 égyptiens décapités en Libye par les barbares de l’Etat islamique, le gouvernement de François Hollande manifeste, avec la complicité de nos élites politico-médiatiques, une sourde hostilité à l’égard du fait chrétien en France.

La profanation régulière des tombes chrétiennes et le saccage répétitif du mobilier liturgique de nos églises, - en des proportions bien plus considérables que les actes de vandalisme dont sont régulièrement victimes les autres confessions -, n’alarment plus personne en haut lieu. Dans le même ordre d’idées, la complaisance persistante dont font preuve les responsables de gauche à l’égard du mouvement Femen n’est certainement pas étrangère à l’activisme anti-chrétien de ces féministes radicales, qui multiplient en toute impunité les coups d’éclat militants, de préférence perpétrés dans le sanctuaire sacré de nos églises ou de nos cathédrales.

Déposé au détour d’une loi Macron déjà attentatoire au respect du repos dominical, l’amendement socialiste visant à supprimer dans les départements d’outre-mer cinq des six fêtes chrétiennes inscrites au calendrier civil, au profit de fêtes musulmanes ou hindoues, est passée presque inaperçu... Nos idéologues socialistes n’hésitent pas davantage à s’abriter derrière le sacro-saint principe de laïcité pour conserver un mutisme obstiné lors des grands rendez-vous du calendrier chrétien ou pour bannir la présence de crèches dans les lieux publics, alors que, dans le même temps, ils ne mégotent jamais leurs sympathies intéressées à l’égard des communautés juive ou musulmane lors de la célébration de leurs fêtes religieuses.

Que dire enfin de ces atteintes anxiogènes portées continuellement à l’intégrité de nos églises qui sont détruites chaque année à un rythme soutenu ou qui se dégradent inexorablement faute d’une politique suffisante d’entretien !

Eprouvant une insécurité culturelle endémique, dans une France abandonnée aux vents mauvais de la mondialisation, de la dérégulation et de l’immigration massive, nos compatriotes sont plus que jamais en quête de repères identitaires. Tout en refusant ces réformes libérales-libertaires (gender, loi Taubira, PMA-GPA, euthanasie…) qui voudraient nous imposer une conception mercantile de l’homme contraire au Bien commun et à la dignité intangible de la personne humaine, les Français appellent en réalité de leurs vœux une alternance idéologique radicale qui tournerait enfin le dos à cette christianophobie d’Etat que la gauche s’applique méthodiquement à banaliser dans l’espace public.

L’humanisme chrétien demeure cette composante impérissable de notre héritage historique qui concourt plus que jamais à façonner aussi bien notre identité collective que notre socle anthropologique. Plutôt que de trahir en permanence ce précieux legs, il nous appartient de le faire vivre sans cesse, dans le débat des idées comme dans l’action politique, afin de donner corps à cette identité charnelle d’une France dont les traits authentiques ne sauraient décidemment se réduire au sempiternel modèle républicain et à son cortège de valeurs désincarnées."

Posté le 24 février 2015 à 13h58 par Michel Janva | Lien permanent

23 février 2015

Qui sont les Coptes ? (Addendum)

Et pourquoi 21 d'entre eux ont-ils été lâchement égorgés ? Un article d'Aleteia revient sur la présence Copte en Egypte :

"Les Coptes sont les descendants des anciens Egyptiens, qui se sont convertis au christianisme au premier siècle. Quand les musulmans ont conquis l'Afrique du Nord, à partir du VIIe siècle, ils ont imposé en Egypte la langue arabe et la religion islamique. Cependant, une minorité d'Egyptiens est restée chrétienne, préservant  aussi la langue copte, dérivée de la langue égyptienne ancienne. Aujourd'hui, le copte n'est plus utilisé que dans la liturgie.

Les Coptes forment actuellement 10% de la population égyptienne et sont traités comme des citoyens de seconde zone,  d'où la diminution rapide de leur nombre. Les taux de migration sont élevés, sans compter les  conversions à l'Islam par  convenance sociale. La situation de la communauté chrétienne copte a empiré après la chute du dictateur égyptien Hosni Moubarak, en 2011. Au cours des quatre dernières années, les coptes ont subi une forte persécution de la part des factions islamistes. 90% des chrétiens coptes appartiennent à l'Eglise copte orthodoxe d'Alexandrie, qui est née en Egypte même. Les 10% restants (environ 800 000 personnes) se répartissent entre l'Eglise catholique et l'Eglise protestante copte. [...]

En 1741, un groupe de coptes s'est séparé de de l'Eglise copte orthodoxe  pour entrer dans la pleine communion avec l'Eglise catholique romaine. C'est ainsi qu'est née l'Église copte catholique, qui est basée au Caire. Les Coptes catholiques maintiennent leurs traditions et rites liturgiques orientaux, mais reconnaissent l'autorité et la primauté du Pape de Rome, et sont donc officiellement unis au Saint-Siège. Leur patriarche, obéissant au pape, est Ibrahim Isaac Sidrak.

La plupart des 21 otages lâchement assassinés  avaient émigré d'un village pauvre d'Egypte dans la Lybie voisine en quête de nouvelles opportunités. En Libye, ils se sont établis dans la ville côtière de Syrte, à environ 500 kilomètres à l'est de la capitale, Tripoli. Ils ont été enlevés par des milices liées au prétendu État islamique à Syrte, entre décembre 2014 et janvier 2015.  Le 12 Février, l'État islamique a publié des photos des 21 otages dans son magazine en ligne "Dabiq", publié en anglais et qui est destiné à promouvoir leurs activités terroristes à l'Occident. [...]

Puis le monde sidéré découvre la vidéo montrant les 21 martyrs lâchement assassinés :

Dans la même vidéo, un des djihadistes a dit en anglais que la mort des 21 Egyptiens est une réaction à la "guerre des chrétiens" contre l'État islamique et une «vengeance au nom de Carmelia Shehata,"une chrétienne copte égyptienne qui s'était convertie à l'Islam en 2005 et qui , en raison de cette conversion, aurait été détenue par les coptes dans un monastère chrétien. L'histoire avait donné lieu, à l'époque, à de violentes manifestations des musulmans égyptiens, qui exigeaient qu'on leur livre Carmelia.

La Libye est aujourd'hui un pays sans gouvernement. La situation est hors de contrôle depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.[...] Il existe principalement deux groupes rivaux qui se disputent le pouvoir en Libye: l'un contrôle la capitale, Tripoli, et l'autre la ville  de Tobrouk. Le gouvernement reconnu sur le plan international comme légitime est celui qui siège à Tobrouk. L'importante  ville de Benghazi, théâtre initialement de la révolte contre Kadhafi, est maintenant aux mains de diverses milices djihadistes.[...]

Al-Sissi est arrivé au pouvoir en 2013 après avoir renversé, avec l'appui populaire, le gouvernement des Frères musulmans, un parti politique d'orientation religieuse islamiste. Les Frères musulmans avaient occupé la présidence de l'Egypte après le renversement de Moubarak, entre 2011 et 2013. 
Al-Sissi considère que le chaos dans le pays voisin menace l'Egypte parce que les djihadistes libyens entretiennent des relations avec l'Etat pro-islamiste extrémiste qui opère dans la péninsule égyptienne du Sinaï.  Le président égyptien est hostile à l'islam politique qui contrôle maintenant Tripoli. Il reconnaît alors comme légitime le gouvernement libyen basé à Tobrouk."[...]

Addendum : un lecteur souhaite rectifier un point important de l'article. Voici son commentaire :

"Une erreur importante dans l'article :  au lieu de : "Carmelia Shehata, une chrétienne copte égyptienne qui s'était convertie à l'Islam en 2005 et qui , en raison de cette conversion, aurait été détenue par les coptes dans un monastère chrétien". il faut lire : "Carmelia Shehata, une chrétienne copte égyptienne dont ils affirment qu'elle se serait convertie à l'Islam en 2005 et qu'en raison de cette conversion, elle aurait été détenue par les coptes dans un monastère chrétien. En réalité cette jeune fille est toujours bel et bien chrétienne, l'a fait savoir à qui voulait bien l'entendre, et n'est retenue nulle part de force". L'emploi de l'indicatif dans l'article laisse croire que la jeune fille s'est convertie à l'Islam, il n'en est rien. (Source : "Les coptes d'Egypte" de Christine Chaillot.) Cette affaire est bien sûr montée de toutes pièces par les musulmans.  Ce cas s'était déjà produit auparavant. L'Islam étant un régime totalitaire et de terreur, il est très facile d'y propager de fausses rumeurs : même les musulmans "sincères" gobent ces tissus de mensonge sans réfléchir, car toute réflexion est suspecte."

Posté le 23 février 2015 à 17h37 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (4)

22 février 2015

Mgr Batut : ce communiqué de l'Elysée qui nous fait honte

Mgr Batut sans langue de buis sur RCF :

"Il y a quatre-vingts ans, en Allemagne, le régime nazi persécutait les Juifs, et la volonté d’Hitler était de les supprimer tous. Pourquoi ? Simplement parce qu’ils étaient juifs, et pour aucune autre raison.

Il y a trois jours, le groupe Daech en Libye décapitait froidement 21 coptes égyptiens. Pourquoi ? Pas parce qu’ils étaient égyptiens, mais parce qu’ils étaient coptes, c’est-à-dire chrétiens, et pour aucune autre raison.

Au cas où on en aurait douté, ceux qui ont vu la vidéo diffusée sur internet pouvaient y lire que ces 21 malheureux étaient mis à mort parce qu’ils faisaient partie, je cite, « du peuple de la croix fidèle à l’Église égyptienne ennemie. »

C’est pourquoi personne ne peut être fier du communiqué de l’Élysée condamnant, je cite, « avec la plus grande fermeté l’assassinat sauvage de 21 ressortissants égyptiens ». Non, personne ne peut être fier de ce communiqué, parce qu’il ne fait pas honneur à notre pays.

Comme l’a rappelé Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Œuvre d’Orient : « Quand on porte atteinte à des juifs danois ou français, il est bien sûr important de rappeler qu’ils sont danois ou français, mais il faut aussi souligner qu’ils ont été tués parce que juifs. En Libye, il est très clair que c’est contre des chrétiens que Daech a voulu agir, que leur foi était visée ».

D’où vient le fait qu’il paraît impossible à certains de nos dirigeants de reconnaître qu’il y a des pays où les chrétiens sont persécutés ou même assassinés parce qu’ils sont chrétiens, et non parce qu’ils sont égyptiens ou libyens ? Reconnaître cela serait-ce attentatoire à la laïcité ? J’affirme aujourd’hui haut et fort que si – ce qu’à Dieu ne plaise – certaines personnes le pensent, même et surtout si elles ont de hautes responsabilités au sommet de l’État, ce n’est pas à leur honneur, ni à l’honneur de la France. Et la situation du monde est trop grave en ce moment pour que, chrétiens ou non, nous puissions nous résigner à avoir honte de notre pays."

Posté le 22 février 2015 à 21h46 par Louise Tudy | Lien permanent

21 février 2015

Villefranche-de-Lauragais (31) : encore des tombes vandalisées

Et c'est la deuxième fois.

Posté le 21 février 2015 à 18h01 par Michel Janva | Lien permanent

20 février 2015

Pas de profanation dans l’ancien cimetière de Wignehies (59)

Il ne s'agit que de deux croix du cimetière arrachées de leur socle et jetées à terre sur un chemin.

Posté le 20 février 2015 à 17h22 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

19 février 2015

La victoire posthume des martyrs coptes

Lu sur le Metablog :

B9-Mx1lIQAAk4F9 Le nom de Jésus est le dernier mot qui a effleuré leurs lèvres. Comme dans la passion des premiers martyrs, ils s’en sont remis à Celui qui peu après, les aura accueillis. Et ainsi, ils ont célébré leur victoire, la victoire qu’aucun bourreau ne pourra leur enlever. Ce nom susurré au dernier instant a été comme le sceau de leur martyre ». Ainsi s’exprime l’évêque de Gizeh Mgr Mina, à propos des 21 martyrs coptes libyens. Nous sommes dans la primitive Eglise, l’Eglise des martyrs. La photo des vingt et un martyrs coptes circule sur la toile. Il faut, sans crainte, regarder leurs visages. Ils sont habités, non pas détruits, non pas hagards, mais… Oui : heureux, dans la noblesse de leur attitude

Cette fois je crois que « Daech », l’Etat islamique a fait un mauvais calcul. Il croyait terroriser les chrétiens égyptiens et les faire partir, comme ils ont réussi à le faire ailleurs au Proche Orient. C’était le programme non-déguisé, de l’ancien président Mohamed Morsi et de ses Frères musulmans, au pouvoir en Egypte jusqu’en juillet 2013. Aujourd’hui, avec ce nouveau Nasser qu’est le Maréchal Sissi, un musulman authentiquement pieux mais non intégriste, la nouvelle de ce martyre ne sera pas reçu dans la terreur par la communauté chrétienne. C’est une victoire pour les chrétiens et, annonce Sissi, nous allons construire une église en l’honneur des « martyrs en Libye » dans la ville de Minya dont ils sont originaires. Il faut noter qu’à Minya en Moyenne Egypte, (où la population est chrétienne à 35 %) trois églises ont été incendiés par un commando de 200 islamistes le 16 août 2013, pour venger la chute du président Morsi. Cette construction nouvelle est donc un symbole de la liberté religieuse. Sissi se fait l’émule du président Nasser, qui avait fait construire de ses deniers dans le centre du Caire, la cathédrale Saint-Marc, en remerciement au pape des coptes, à l’époque, Cyrille VI, dont l’intercession, disait Nasser, avait guéri son fils. Miracle ou pas, Sissi marche sur les traces de Nasser avec un courage émouvant.

Qui est ce président égyptien ? En quelques mois, il a su conquérir non seulement le cœur des Egyptiens (fanatiques mis à part) mais la communauté internationale. Il s’est dévoilé, le 28 décembre dernier, en allant à la célèbre mosquée Al Azhar, symbole de l’islam enseignant dans le monde entier. Il y a déclaré : « Le problème n’a jamais été notre foi (Din). Il est peut-être lié à l’idéologie (fiq), une idéologie que nous sanctifions ». Fiq (le mot employé par Sissi) c’est le système juridique et politique de l’islam, celui que depuis des siècles les légistes affûtent et précisent sans cesse, celui au nom duquel sont produites les fatwas. Din, c’est le jugement d’Allah, la religion dans sa dimension la plus intérieure et personnelle. La distinction qu’opère Sissi entre fiq et dîn, exigeant une réforme du système idéologique islamique, est d’une importance capitale. Il met en cause rien moins que « l’ensemble des textes que nous avons sanctifiés depuis des siècles », « au point que les contester est aujourd’hui difficile » reconnaît-il. Mais, « on en est arrivé au point que cette idéologie est devenue hostile au monde entier. Peut-on imaginer qu’ 1, 6 milliard de musulmans tuent une population mondiale de 7 milliards pour pouvoir vivre [entre eux] ? C’est impensable ». Dans ce contexte, sa conclusion est forte : « Je le répète : Nous devons révolutionner notre religion. Honorable imam (le grand cheikh d’Al-Azhar), vous êtes responsable devant Allah. Le monde entier est suspendu à vos lèvres, car la nation islamique entière est déchirée, détruite, et court à sa perte. Nous sommes ceux qui la menons à sa perte ».
 
Dans un tel contexte, on comprend que la présence du président Sissi dans une église copte pour la Noël chrétienne le 7 janvier ne doit rien au hasard. Déjà à l’époque, son choix avait été symbolique : non pas la cathédrale Saint Marc, non ! Pour fêter Noël ce Président musulman avait voulu choisir une église encore debout, dans le gouvernorat de Minya, là même où les islamistes avaient sévi en août 2013, là où il a décidé aujourd’hui de construire une église nouvelle à la gloire des martyrs libyens."

Posté le 19 février 2015 à 21h39 par Michel Janva | Lien permanent

La statue Notre-Dame des skieurs amputée de ses mains à Châtel (74)

Lu ici :

"La statue Notre-Dame des skieurs, placée devant l’église, a été la cible de ce vandalisme nocturne. La statuette amputée des deux mains a été jetée dans le cimetière. Notre-Dame des skieurs est l’œuvre réalisée pour le passage de l'an 2000 par le sculpteur polonais Max Misztal. Plainte a été déposée par la mairie auprès du poste saisonnier de la Gendarmerie de Châtel."

Posté le 19 février 2015 à 19h15 par Michel Janva | Lien permanent

Nouvelle profanation de cimetière dans l'Aude

Des croix ont été brisées et des plaques renversées sur douze tombes du cimetière de Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse (Aude). Ces dégradations ont été commises dans la semaine dans ce village audois de moins de 800 habitants. 

Posté le 19 février 2015 à 18h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

Il urine sur le crucifix mais ce n'est pas une profanation...

Lu sur Presse Océan :

"Hier, en fin d'après-midi, vers 17 h 30, un homme est entré dans la basilique Saint-Nicolas, en plein cœur de Nantes. Il a jeté un crucifix à terre et a uriné dessus avant de prendre la fuite. Les recherches entreprises par la police n'avaient pas permis de le retrouver ce matin. D'après le parquet de Nantes, il ne s'agit pas d'une profanation, car il n'y a pas eu ni d'inscription, ni de déclaration particulière faite par le suspect. Le délit serait plutôt celui de dégradation d'un monument historique."

Posté le 19 février 2015 à 16h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (27)

Profanations de cimetières : égale indignation !

Communiqué de l'Agrif, extraits :

"Depuis sa création, l’AGRIF n’a cessé d’agir pour que soient identifiés, jugés et châtiés tous les profanateurs, quels qu’ils soient et quelles que soient les tombes profanées, juives, musulmanes, chrétiennes ou autres.

Avec opiniâtreté, elle a toujours souhaité une égale diligence du Parquet et des enquêteurs, gendarmes ou policiers. Pour ce qui est de très graves délits, elle a notamment agi en 1996 sur l’affaire de la profanation anti-chrétienne d’un cimetière de Toulon, par des débiles mus par une détestation aux confins du nazisme et du satanisme. [...]

L’AGRIF comprend parfaitement l’émotion suscitée par la dévastation de cimetières juifs et d’autant plus lorsqu’elles se produisent en des moments où des juifs sont assassinés par les criminels d’un islamisme assassin d’une monstruosité digne de celle des abominations des totalitarismes nazi et communiste.

Mais elle relève qu’il aura fallu beaucoup attendre pour que les pouvoirs publics s’émeuvent enfin des profanations de tombes chrétiennes et actes de vandalisme contre nos églises. Elle n’accepte pas cette discrimination, elle exprime d’ailleurs à ce sujet sa considération à l’égard de l’avocat Gilles-William Goldnadel, éminente personnalité de la communauté juive, qui n’a jamais cessé de dénoncer cet état de fait, les atteintes diverses à l’identité culturelle chrétienne de la France et le mépris hautain avec lequel sont traités les chrétiens par l’intelligentsia de gauche dominatrice non seulement au gouvernement mais dans la justice, la pseudo-culture et les médias. 

L’AGRIF ne cessera pas de poursuivre les injures et les actes anti-chrétiens. Elle constate d'ailleurs que les profanations antichrétiennes comme anti-juives sont perpétrées par les mêmes nihilistes, satanistes et nazis, ou islamo-terroristes. De surcroît, elle dénonce l’apartheid institutionnel de fait dans lequel le néo-totalitarisme entend réduire les chrétiens. "

Posté le 19 février 2015 à 12h56 par Marie Bethanie | Lien permanent

La France est le théâtre d'une profanation de cimetière tous les deux jours

Lu sur Metronews :

"La profanation du cimetière juif de Sarre-Union, par sa grande ampleur et et le fait qu'elle s'inscrit dans un phénomène d'augmentation des actes antisémites, suscite une vive indignation depuis dimanche. Dans ce contexte, la dégradation deux jours plus tard d'un petit cimetière normand, où des croix et des objets funéraires ont été renversés, retient elle aussi l'attention médiatique et politique, à l'instar de Manuel Valls exprimant son "sentiment de dégoût". François Hollande l'a à son tour "fermement" condamnée mercredi, dénonçant (et révélant) dans un communiqué un autre "acte indigne", à Saint-Béat en Haute-Garonne, "où plusieurs crucifix et stèles ont été vandalisés". Rebelote quelques heures plus tard : le ministère de l'Intérieur annonce que "des inscriptions de croix gammées ont également été relevées cette nuit à Challans (Vendée) et à Issoudun (Indre)".

Cinq profanations coup sur coup, la concomitance peut étonner. Mais s'il ne s'agit pas de relativiser leur gravité et leur nature odieuse, on peut souligner qu'elles s'inscrivent dans un phénomène qui ne date pas d'hier. En 2010, un article du Figaro, révélant une note de la direction générale de la gendarmerie nationale, annonçait que "dans l'indifférence", "la France est le théâtre d'une profanation de cimetière tous les deux jours", "184 dégradations de sépultures" ayant été recensées en 2009. "Les faits perpétrés dans les cimetières sont pour l'essentiel des dégradations de stèles, d'ornementations et des inscriptions", soulignait Le Figaro en citant le rapport, qui précisait que les profanations recensées touchaient "très majoritairement des tombes chrétiennes ou des églises"

Depuis, plusieurs questions écrites de députés ont interrogé le ministère de l'Intérieur sur ces chiffres. En avril 2013, la place Beauvau répondait ainsi qu'en 2012, 191 cimetières chrétiens, 9 israélites et 1 musulman (contre 5 l'année précédente) avaient été visés. [...]

Posté le 19 février 2015 à 10h42 par Michel Janva | Lien permanent

Le FN déplore la banalisation des profanations de cimetières chrétiens

Communiqué du FN :

"La profanation d’un cimetière catholique dans le Calvados où une dizaine de croix ont été retournées démontre que si aucun culte n’est épargné par ces comportements odieux, les sépultures chrétiennes sont en France les plus visées.

C’est ainsi que plusieurs cimetières de ce département ont connu de similaires dégradations au cours des dernières semaines.

De même, les atteintes aux lieux de culte chrétiens représentaient en 2012 plus de 80% des atteintes aux édifices et aux sépultures religieux.

Le Front National réaffirme sa ferme condamnation d’actes aussi infamants et déplore vivement la banalisation de ces profanations tout autant que l’indifférence qu’elles suscitent lorsqu’elles visent des cimetières chrétiens."

Posté le 19 février 2015 à 10h29 par Michel Janva | Lien permanent

La photo du jour

B-MW8Z-IAAAFzLt

Posté le 19 février 2015 à 09h44 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (7)

18 février 2015

"Les chrétiens, ces oubliés de la république"

D'Ivan Rioufol :

"La profanation, mardi, d’une trentaine de tombes du cimetière catholique de Tracy-sur-Mer (Calvados) ne verra pas la république se déplacer. Manuel Valls s’est contenté de son compte twitter pour dire son "sentiment de dégoût et d’indignation". "Assez !", a écrit le premier ministre, en référence à la profanation de 250 tombes du cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin) qui a suscité la venue de François Hollande, mardi. L’indifférence portée aux catholiques n’est évidemment pas une nouveauté. Elle se lit jusque dans la Loi Macron, prétexte à une crise politique au sein de la gauche déboussolée et sans repères. Samedi, en catimini, l’Assemblée nationale a en effet adopté un amendement, déposé par la députée socialiste de La Réunion, Ericka Bareigts, autorisant à remplacer les jours fériés liés aux fêtes chrétiennes par des "jours fériés locaux", dans les départements et régions d’outre-mer. En clair, le lundi de Pâques, l’Ascension, le lundi de Pentecôte, l’Assomption et la Toussaint pourraient disparaître au profit de fêtes religieuses exigées par des minorités. Cet amendement, qui poursuit la mise à l’encan du dimanche férié, est une autre expression du mépris dans lequel le catholicisme est tenu. Dimanche, dans un communiqué publié après l’égorgement en Libye de 21 chrétiens coptes par des djihadistes de l’Etat islamique, l’Elysée s’est contenté de "condamner avec la plus grande fermeté l’assassinat sauvage de 21 ressortissants libyens", sans mentionner leur religion : une omission volontaire, révélatrice de la crise d’identité qui traverse la société et ses élites. Mais comment la nation peut-elle prétendre intégrer et donner du sens si elle n’ose rappeler ses propres racines, judéo-chrétiennes en l’occurrence ?

L’oubli de soi est le mal dont la république doit se guérir, si elle entend s’affirmer dans son autorité ébranlée par l’islam radical et son communautarisme. La honte que montre la France officielle à s’affirmer comme héritière d’une culture millénaire est une faiblesse propice aux tables rases. L’Oeuvre d’Orient a raison de s’indigner de la prudence élyséenne. Hier, selon La Croix de ce mercredi, elle a dit son "souhait que l’appartenance religieuse chrétienne des victimes (syriennes) ne soit pas escamotée" et que "la France présente ses condoléances au patriarche copte". Pour sa part, le porte-parole des évêques de France, Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, a dénoncé, mardi, "une attaque forte contre la religion catholique" dans l’amendement à la loi Macron . "Nous ne pouvons l’accepter (…) Il est illusoire en effet de penser que cela resterait  demain à l’outre-mer". Il est heureux de voir ainsi l’Eglise cesser de tendre l’autre joue. D'autant que l’islam politique, en quête de toujours plus de visibilité, attend la première occasion pour s’imposer dans le calendrier. Mais c’est d’abord à la gauche au pouvoir de mesurer les conséquences de son indifférence pour la mémoire catholique, en pleine vitalité comme l’a montré La Manif pour Tous. Lundi, sur RTL, le premier ministre a jugé très justement qu’il fallait "comprendre notre propre histoire, d’où nous venons, nos valeurs, notre identité (…) Oui, il  faut apprendre à aimer, lucidement, mais à aimer ce que nous sommes et d’où nous venons". Mais alors, pourquoi le pouvoir s’obstine-t-il à faire l’inverse ?"

Posté le 18 février 2015 à 14h05 par Michel Janva | Lien permanent

Crucifix vandalisés dans un cimetière du Calvados

Lu ici :

Des "dégradations" ont été commises dans le cimetière du village de Tracy-sur-Mer, dans le Calvados, a annoncé mardi soir le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui a fait part de son "indignation". "Plusieurs dizaines de crucifix ont été déplacés, certains d'entre eux retournés et plantés dans le sol", affirme le ministre dans un communiqué.

Les dégradations ont été constatées ce mardi soir par la gendarmerie dans ce village de 350 habitants situé sur le littoral normand. "Tout sera mis en oeuvre pour identifier, interpeller et déférer à la justice les auteurs de ces actes révoltants qui bafouent nos valeurs et le respect qui scellent notre vivre ensemble", promet le ministre.(voir le communiqué du ministère de l'intérieur)

Manuel Valls a réagit en twittant :

Sentiment de dégoût et d'indignation face aux dégradations commises dans le cimetière de Tracy-sur-Mer. #Assez! — Manuel Valls (@manuelvalls) February 17, 2015

François Hollande fera-t-il le déplacement ?

Posté le 18 février 2015 à 05h45 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

Michèle Delaunay : "Il n'y a pas de cimetières catholiques"

Les profanations des tombes catholiques, pourtant de loin les plus nombreuses, ne semblent pas susciter l'indignation de l'ancien ministre Michèle Delaunay, qui pinaillait hier sur le vocabulaire :

 

Puisque c'est la forme qui l'intéresse, Michèle Delaunay devrait pourtant savoir que l'article 15 du décret du 23 prairial an XII (12 juin 1804), stipulant que «dans les communes où l'on professe plusieurs cultes, chaque culte a un lieu d'inhumation particulier», est toujours applicable dans le Bas-Rhin, le Haut-Rhin, et en Moselle.

Il est vrai cependant que ce décret a été abrogé sur le reste du territoire, par la loi du 14 novembre 1881. Mgr Freppel, alors évêque et député, s'était insurgé lors des débats à l'Assemblée (source, p.97), débats qui portaient sur la "neutralisation" des cimetières et non sur leur caractère "républicain" :

"la neutralisation des cimetières est "tous ce qu'il y a de plus contraire aux traditions et aux maximes de l'Eglise catholique, mais rien n'est plus conforme à la liberté des consciences que le décret mis en cause. Les protestants en sont satisfaits, les israélites tiennent particulièrement à leur cimetière séparé ou à leur portion de cimetière distincte ; seuls réclament les libres-penseurs, et avec quel illogisme". Comment ? voilà un homme qui, pendant sa vie, a trouvé bon de se séparer des catholiques, de traiter leurs croyances de superstitions, et il se croit déshonoré par avance à l'idée qu'après sa mort son corps ne reposera pas au milieu d'eux ! On ne voit vraiment pas qu'il y ait lieu de décréter la profanation de 37.000 cimetières catholiques ; leur neutralisation, sous prétexte qu'ils sont propriété communale, conduirait tôt ou tard à la neutralisation des églises.

- Très bien ! interrompit allègrement Clemenceau, à la perspective d'un simultanéum qui profiterait ainsi aux libres-penseurs.

Mais Rameau, rapporteur de la proposition, attesta qu'il se faisait honneur d'appartenir à la religion catholique et n'entendait pas l'attaquer : tout simplement on restituait aux habitants de la commune leur cimetière communal."

Ironie de l'histoire, depuis quelques années, le Ministère de l'Intérieur encourage la création de carrés confessionnaux dans les cimetières.

Posté le 18 février 2015 à 01h39 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (16)

17 février 2015

Suppression des jours fériés dans les DOM : la CEF conteste

Le porte-parole des évêques de France, Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, dénonce une « attaque forte contre la religion catholique » dans l’amendement à la loi Macron prévoyant que des jours fériés chrétiens pourront être remplacés par d’autres fêtes en outre-mer.

L’évolution de la rédaction de l’amendement « montre bien qu’il s’agit d’une attaque forte contre la religion catholique, nous ne pouvons l’accepter ».

« Nous n’avons pas intérêt à ouvrir cette ligne de front qui pourrait être une boîte de Pandore. Il est illusoire en effet de penser que cela resterait demain cantonné à l’outre-mer ».

« C’est une fausse interprétation de la laïcité que de dire “on va enlever à Pierre pour donner à Paul” », disant n’avoir « entendu ni le Consistoire ni le Conseil français du culte musulman demander quoi que ce soit ».

Évoquant une France « marquée par le christianisme » et une « histoire qui se vit paisiblement », Mgr Ribadeau-Dumas a fait valoir que « Noël et Pâques ne sont pas fêtés que par des chrétiens : veut-on supprimer un socle commun à la société française ? »

« On cherche par des biais divers à réduire la place des religieux, sans concertation », a déploré le porte-parole de l’épiscopat français, qui y voit « une preuve de plus que nous n’arrivons pas en France à parler avec sérénité de la laïcité ».

Posté le 17 février 2015 à 18h33 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

Coptes : que l’appartenance chrétienne des victimes ne soit pas escamotée

Communiqué de l’Œuvre d’Orient :

"En Libye, le DAECH a voulu viser les égyptiens chrétiens

L’Œuvre d’Orient condamne la violence islamiste qui a frappé de nouveau l’Europe à Copenhague.

L’Œuvre d’Orient condamne cette même violence qui a frappé en Libye en assassinant 21 chrétiens d’Égypte.

Il est de plus en plus urgent  de prendre les moyens pour une neutralisation rapide du DAECH. Tout retard mis à cette neutralisation ne fait que le renforcer.

L’Œuvre d’Orient souhaite que l’appartenance religieuse chrétienne des victimes ne soit pas escamotée. Elle demande que cela soit clairement mentionné dans les communiqués de la Présidence de la République et que la France présente ses condoléances au Patriarche copte.

Mgr Pascal Gollnisch"

Posté le 17 février 2015 à 15h05 par Michel Janva | Lien permanent

16 février 2015

L'ONU condamne le meurtre de 21 Egyptiens coptes

Lu sur le site de l'ONU :

"Le Conseil de sécurité des Nations Unies et le Secrétaire général Ban Ki-moon ont fermement condamné ce qui apparaît comme l'assassinat odieux et lâche en Libye de 21 Egyptiens coptes chrétiens par un groupe affilié à l'Etat islamique d'Iraq et du Levant (EIIL/Daech). 

Dans une déclaration à la presse publiée dimanche soir, les membres du Conseil ont estimé que « ce crime démontre une fois encore la brutalité de l'EIIL, qui est responsable de milliers de crimes et d'abus contre des personnes de toutes confessions, ethnies et nationalités ».

Ils ont exprimé leur profonde sympathie et présenté leurs condoléances aux familles des victimes, au gouvernement de l'Égypte, ainsi qu'aux familles de toutes les victimes de l'EIIL.

Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré « leur ferme condamnation de la persécution d'individus et de communautés entières sur la base de leur religion ou de leur conviction ». Ils ont souligné à nouveau que « l'EIIL doit être vaincu et que l'intolérance, la violence et la haine, qu'il épouse doivent être éradiquées ».

Le Conseil de sécurité a réaffirmé son plein appui au Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye, Bernardino Leon, et exhorté toutes les parties en Libye à s'impliquer de manière constructive dans ses efforts pour continuer un processus politique inclusif visant à relever les défis politiques et de sécurité auxquels est confronté pays.

Selon le Conseil, « seule l'unité nationale et le dialogue, en vue de trouver une solution pacifique, peuvent permettre aux Libyens de construire leur Etat et leurs institutions, afin de vaincre le terrorisme et empêcher des crimes si graves ».

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a également fermement condamné ce crime et présenté ses condoléances aux familles des victimes et au gouvernement de l'Egypte.

"Le Secrétaire général réaffirme que le dialogue en cours en Libye est la meilleure chance pour aider le pays à surmonter la crise actuelle", a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée lundi."

Posté le 16 février 2015 à 18h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

45 actes antichrétiens en janvier : quelles mesures compte prendre le gouvernement ?

L'Observatoire de la christianophobie a recensé 45 actes antichrétiens au mois de janvier 2015 (contre 19 en janvier 2014). Après avoir consulté cette synthèse (que vous pouvez vous-même obtenir en remplissant un formulaire ici), Jacques Bompard a déposé une question écrite au gouvernement :

Question n° 07-00238 de Jacques Bompard, sur la sanction des actes commis sur les lieux de cultes chrétiens :

"Depuis les attentats de Charlie Hebdo, les lieux de cultes juifs et musulmans ont fait l’objet de mesures de protection supplémentaire. Un imposant dispositif a été mis en place. Il est légitime alors de se demander si les chrétiens sont des citoyens de seconde zone. Si nous regardons les chiffres de janvier de L’Observatoire de la Christianophobie, on compte 36 lieux de cultes ou de dévotion, écoles, tombes et sites internet chrétiens, qui ont été signalés et documentés, soit, au total, 44 actes différents. Sites Internet : 12 cas ; vandalisme : 8 ; Profanation : 6 ; Tentatives d’incendies criminels : 6 ; tags injurieux sur des églises : 5 ; lieux de dévotion vandalisés : 3 ; cimetières chrétiens : 3 ; église souillée (extérieur) : 1 ; école chrétienne taguée : 1. Dans un même mois, des cyber-attaques ont été signalées sur différents sites chrétiens, dont celui d’une école catholique de Toulouse, le 10 janvier. En outre, on constate des dégradations d’églises, comme il est arrivé dans l’Ain, le 11 janvier où la porte d’entrée a été endommagée par le jet de six pavés. La hausse d’actes christianophobes est insoutenable et appelle les pouvoirs publics à une réaction ferme et déterminée, ainsi qu’ils le font lors des actes commis contre les communautés musulmanes et juives. M. Jacques Bombard demande alors à M. le Ministre de l’Intérieur quelles mesures compte prendre le gouvernement pour endiguer les actes violents commis sur les lieux de cultes chrétiens."

Posté le 16 février 2015 à 17h16 par Louise Tudy | Lien permanent

La laïcité contre l'art et l'histoire

Rambouillet
Cliquez pour agrandir

Posté le 16 février 2015 à 16h44 par Louise Tudy | Lien permanent

Les martyrs coptes ont invoqué "Ya Rab Yeshua, le Seigneur Jésus" avant de mourir

L'Observatoire de la christianophobie, d'après certains lecteurs qui ont pu traduire, écrit qu'on entend clairement plusieurs martyrs coptes sur la vidéo invoquer "Ya Rab Yeshua , le Seigneur Jésus" tandis qu'un de leurs bourreaux tend son couteau recouvert de leur sang et déclare en anglais : "Nous conquerrons Rome avec la permission d’Allah !"

  Sans-titre (2)

Le patriarche copte catholique d'Egypte a qualifié de "martyrs" les victimes du massacre et a présenté ses condoléances à toutes les familles des martyrs qui ont donné leur vie à cause de leur foi.

Posté le 16 février 2015 à 15h45 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (15)

En gommant les racines chrétiennes, nous faisons le lit du fondamentalisme

Extrait de l'éditorial de Mgr Marc Aillet :

"[...] En gommant les racines chrétiennes de notre culture, en faisant l’apologie d’une conception matérialiste, hédoniste et relativiste de l’existence qui conduit à ce que le pape François a appelé « le grand vide d’idées auquel nous assistons en Occident », nous faisons le lit du fondamentalisme religieux et de tous les extrémismes. En effet, comme le Saint-Père le rappelait devant le Parlement européen, en citant le Pape émérite, « c’est l’oubli de Dieu, et non pas sa glorification, qui engendre la violence ».

Ceux que l’on appelle les « islamistes radicaux », qui semblent rallier de plus en plus d’adeptes tant dans les pays à majorité musulmane qu’en France, où le nombre de conversions à l’Islam grandit, ont décidé de punir cette conception du monde qu’ils identifient de manière sommaire avec la civilisation chrétienne : c’est pourquoi les chrétiens, comme nous le constatons au Moyen Orient, au Nigéria ou au Pakistan, sont des cibles privilégiées de leurs exactions. Il s’agit pour eux de conquérir le monde à l’Oumma, en recourant à la violence la plus aveugle pour servir un idéal à la fois politique et religieux.

Nous ne saurions répondre à cette grave crise par le seul recours à une laïcité qui accompagne ce que saint Jean Paul II a appelé « une apostasie tranquille et silencieuse ». Aujourd’hui, après les attentats du mois de janvier à Paris, on semble même avoir oublié les victimes désarmées au profit d’idées que l’on appelle pompeusement les « valeurs de la République » : « Maintenir vivante la démocratie en Europe demande d’éviter les « manières globalisantes » de diluer la réalité : les purismes angéliques, les totalitarismes du relativisme, les fondamentalismes anhistoriques, les éthiques sans bonté, les intellectualismes sans sagesse » (Pape François devant le Parlement européen). Aveuglés sur les vrais enjeux, on s’obstine à idolâtrer la liberté d'expression. Mais une liberté d’expression qui n'est pas au service de l'affirmation des droits humains les plus fondamentaux, comme le droit à la vie et le droit à la liberté religieuse, peut devenir destructrice : en sombrant dans l'insulte et la dérision, elle attise la haine, engendre la violence et érige le manque de respect de l'autre en principe du vivre ensemble! Les événements récents en ont apporté la navrante démonstration.

Ni la violence, ni le laïcisme ne sont une réponse adéquate à la crise que nous vivons. La réponse des chrétiens est tout autre : c'est la grâce de l'Esprit Saint reçue au baptême ! Ce don est seul capable, en nous unissant réellement au Christ mort et ressuscité, de changer radicalement notre cœur, c'est-à-dire de le transformer à la racine, où se cachent les pensées perverses dont Jésus parle dans l'Evangile. On a beaucoup évoqué les islamistes radicaux ou radicalisés, qui exercent une violence inouïe au nom de leur croyance ou de leur religion. La radicalité du baptême se situe à un autre niveau, au plus intime de nous-même, dans la seule contestation qui soit efficace, celle qui s'attaque non aux autres, mais à la racine du mal qui est tapi dans les cœurs : une révolte d'amour contre l'esclavage des passions. En nous établissant dans une relation d'amitié avec le Christ, constamment nourrie par la Parole et les sacrements, la foi nous donne de vaincre le monde ! Alors, nous pourrons avec le Christ transformer l’histoire."

Posté le 16 février 2015 à 14h52 par Michel Janva | Lien permanent

Les noms des 21 Coptes assassinés

Puisque les médias ont l'air de prendre leur assassinat pour une non-information, voici les noms des 21 coptes assassinés par l'Etat islamique pour donner un signe fort à la "nation de la Croix", afin que nous puissions les porter dans nos prières :

B96xIECIIAA0QN4

Posté le 16 février 2015 à 14h49 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (11)

15 février 2015

Des centaines de tombes juives profanées dans le Bas-Rhin

Lu ici :

"Plusieurs centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, a annoncé dimanche le ministre de l'Intérieur en condamnant «avec la plus grande fermeté» cet «acte odieux».

«La République ne tolérera pas cette nouvelle blessure qui meurtrit les valeurs que tous les Français ont en partage», déclare Bernard Cazeneuve, dans un communiqué, sans fournir davantage de précisions sur cette «profanation». «Un acte ignoble et antisémite, une insulte à la mémoire», a de son côté réagi Manuel Valls. François Hollande a lui indiqué que «tout sera mis en oeuvre» pour que les auteurs soit punis»."[...]

De tout cœur avec nos amis Juifs, nous constatons tout-de-même que Cazeneuve, Valls et Hollande   ipse ont "condamné fermement" cet acte odieux, et que la "ferme condamnation" pour les saccages des autres cimetières, tels celui de Sevran, nous l'attendons encore...

Posté le 15 février 2015 à 21h22 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

#Jesuiscopte

Copte

21 Coptes décapités par l'Etat islamique.

Posté le 15 février 2015 à 21h04 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (10)

L'Etat islamique affirme avoir décapité des chrétiens

Petit à petit, ils précisent qui est leur ennemi : 

"L'Etat islamique a mis en ligne dimanche une vidéo destinée à montrer la décapitation de 21 chrétiens égyptiens enlevés en Libye.

Vêtus de combinaisons orange, les victimes sont décapitées après avoir été mises au sol. La vidéo apparaît via le fil Twitter d'un site soutenant les djihadistes de l'EI".

Posté le 15 février 2015 à 21h00 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (10)

Tombes vandalisées, drapeau français déchiré

A Sevran

"La consternation a gagné Sevran hier, après la découverte de dégradations au cimetière, en centre-ville. Les plaques d'une vingtaine de tombes ont été jetées dans des conteneurs ensuite incendiés, le drapeau tricolore arraché, et la sépulture de verre d'un ancien combattant vandalisée.

 Les dégâts n'ont été découverts qu'hier matin, par le gardien du cimetière. Aucune inscription n'a été relevée. Une enquête de police est ouverte".

Posté le 15 février 2015 à 20h39 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (5)

Remplacement des jours fériés catholiques dans les DOM

Lu ici :

"Un amendement présenté en janvier par six députés d'Outre-Mer et prévoyant le partage de certains jours fériés avec d'autres religions a été adopté cette nuit par l'Assemblée nationale. [...]

Le texte adopté prévoit que certains jours fériés définis par la loi et inspirés de fêtes catholiques puissent être remplacés par "un même nombre de jours fériés locaux" dans les départements d'Outre-Mer (DOM) afin d'adapter le calendrier "aux contextes culturels et historiques particuliers en Outre-Mer". Les jours remplaçables sont le lundi de Pâques, l'Ascension, le lundi de Pentecôte, l'Assomption, la Toussaint. Les célébrations d'événements historiques sont exclues de cette mesure.

Le remplacement d'un jour férié hérité d'une fête religieuse catholique serait laissé à l'appréciation du préfet, en accord avec les acteurs locaux et avant des négociations en vue d'adapter les conventions collectives." [...]

Le vote de cet amendement est à mettre en perspective avec le changement de statut de l'île de Mayotte, intervenu le 31 mars 2011. En effet, depuis cette date, cette île de l'archipel des Comores est un département d'Outre-mer (et une région d'Outre-mer), à assemblée délibérante unique. Avec 95% de la population musulmane à Mayotte, il est évident que cette assemblée fera pression sur le préfet pour que les fêtes musulmanes prennent la place des fêtes catholiques (dont certaines sont des fêtes d'obligation). Il est très probable que l'islam conquérant exercera très rapidement des pressions similaires sur l'Etat pour obtenir progressivement la même chose dans d'autres départements, de métropole cette fois, où l'islam est localement la première religion (Seine-Saint-Denis, Bouches-du-Rhône, Loire, Haut-Rhin, Val-de-Marne...). On peut également constater qu'aucun jour férié laïc (comme le 1er mai) n'est concerné, et que d'autre part, la fête de l'Assomption, qui est aussi pour la France une fête historique (Vœu de Louis XIII) et aurait dû à ce titre ne pas être concernée, fait partie des fêtes remplacées.

Posté le 15 février 2015 à 19h08 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (23)

14 février 2015

Le curé de Maaloula interrogé sur TV Libertés

Dans le cadre du journal télévisé de TV Libertés de vendredi, le Père Toufik, le curé de Maaloula, ville martyre, est intervenu sur le quotidien de la communauté chrétienne. Son entretien poignant mérite d’être écouté par tous.

Posté le 14 février 2015 à 15h37 par Michel Janva | Lien permanent

Il se peut qu’un jour, vous aussi vous connaissiez les persécutions en France

D’origine libanaise, le Père Toufic Eid, moine de l’ordre basilien du Très Saint Sauveur, supérieur du monastère Saints-Serge-et-Bacchus, est curé grec melkite catholique, du village de Maaloula en Syrie. De passage en France, il a été interrogé par Présent. Extraits :

"[...] Bashar el-Assad est toujours mon président en tant que curé à Maaloula, et j’attends de lui de bien gérer le gouvernement, le peuple de la Syrie. L’enjeu est de créer un monde meilleur et un pays plus paisible. Je ne dis pas que c’est un président parfait, il a ses défauts. Mais c’est le seul à même de restaurer la situation. Nous sommes une démocratie, avec une Constitution, et un président valablement élu. Si des pays veulent nous aider, ils sont les bienvenus. Si des politiques ou des dirigeants veulent nous donner des leçons, nous n’avons pas besoin d’eux.

[...] Lorsqu’on me pose la question « Comment en est-on arrivé là ? », je réponds « Parce que l’Occident l’a voulu. ». Les Chrétiens d’Orient gênent. Ils doivent disparaitre. Un Moyen-Orient sans les chrétiens est un Moyen-Orient plus malléable, manipulable.

[...] J’ai aussi rencontré des diplomates et des responsables au Quai d’Orsay. L’entretien avec eux ne devaient durer qu’un quart d’heure. Nous avons échangé pendant une heure et demie. Je pense qu’ils se sont aperçus de leur impasse diplomatique, et cherchent des solutions pour reprendre contact avec la Syrie via des canaux détournés.

Comment peut-on vous aider aujourd’hui ?

Au minimum en se joignant à nous par la prière. Priez pour les Chrétiens d’Orient. Je vous demande aussi de sensibiliser la conscience politique en France. La France est un pays grand, un pays fort. La France a toujours été une amie de la Syrie. Il faudrait que nos deux pays retrouvent et cultivent cette amitié.

Avez-vous un message à faire passer à la France ?

Soyez chrétiens. N’hésitez pas à affirmer votre foi. C’est un défi, mais c’est le sens de notre existence dans ce monde. En Syrie, nous avons nos propres problèmes, mais en France, les vôtres sont tout aussi importants, bien que différents. Mais il se peut qu’un jour, vous aussi vous connaissiez les persécutions en France."

Posté le 14 février 2015 à 11h46 par Michel Janva | Lien permanent

12 février 2015

Une ordonnance sur les tabernacles pour décourager les profanateurs

Lu sur l'Observatoire de la christianophobie :

"Après les profanations des tabernacles de cinq églises du diocèse de Belley-Ars, dans l’Ain, l’évêque a promulgué une ordonnance de bon sens pour décourager les profanateurs. Elle était attendue, mais quelle tristesse d’en arriver là…"

ORDONNANCE SUR LES TABERNACLES PAROISSIAUX

PASCAL ROLAND

Par la grâce de Dieu et l’autorité apostolique du Saint-Siège

ÉVÊQUE DE BELLEY-ARS

Vu la lettre du vicaire général à tous les curés et le communiqué de l’évêché sur la profanation des tabernacles et le vol des ciboires, en date du lundi 09 février, vu les canons 934, 937, 938, 1213 du Code de Droit canonique.

DEMANDE

À tous les curés de paroisse de procéder aux mesures suivantes :

1. Le Saint-Sacrement sera retiré des tabernacles de toutes les églises et chapelles paroissiales et sera déposé en un lieu sécurisé.

2. La porte de ces tabernacles restera ostensiblement ouverte.

3. Pour les besoins de la prière publique ou privée, le Saint-Sacrement pourra être remis temporairement dans ces tabernacles à condition qu’une présence suffisante de fidèles soit assurée.

4. Seuls feront exception à ces mesures les tabernacles métalliques bien fixés et munis d’une serrure résistante.

Ces mesures entrent en vigueur à dater de ce jour et le resteront jusqu’à nouvel ordre. L’évêque forme le vœu que ces mesures exceptionnelles manifesteront à tous la gravité de ces faits et contribueront à décourager leur renouvellement.

Donné à Ars-sur-Formans, le mardi 10 février 2015, en la fête de sainte Scholastique.

+ Pascal ROLAND, P. Christian JOSSELIN, chancelier

Posté le 12 février 2015 à 19h14 par Louise Tudy | Lien permanent

La Nuit des Témoins 2015 du 6 au 13 mars - AED - pour les chrétiens persécutés

Posté le 12 février 2015 à 17h47 par Michel Janva | Lien permanent

11 février 2015

DSK plus sacré que Notre-Dame ?

L'AGRIF "réitère sa demande d’interdiction du groupuscule extrémiste, exhibitionniste et violent des Femen" :

"C’est surréaliste : on vient d’apprendre que les Femen, qui se sont précipitées sur la voiture de DSK, vont être jugées pour exhibition sexuelle ! Elles ne l’ont pas été lorsqu’elles ont perpétré leur agression et leur exhibition sacrilèges à Notre-Dame de Paris.
 
Pendant des années, alors que les catholiques ont été les cibles privilégiées des Femen, celles-ci n’ont jamais été poursuivies ni pour injure, ni pour violences, ni pour exhibition par le parquet.
 
L’AGRIF ne peut que déplorer qu’il ait fallu attendre que d’autres que les chrétiens soient visés pour que les autorités prennent enfin la mesure des conséquences néfastes et dangereuses pour la paix publique de ces harpies dépoitraillées."

Posté le 11 février 2015 à 15h59 par Louise Tudy | Lien permanent


     Archives > Cathophobie , Médias : Désinformation

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Cathophobie , Médias : Désinformation