25 avril 2017

Fresnes-sur-Apance (52) : tombes profanées et cercueils ouverts

Dans la presse locale

"Dans le village haut-marnais de Fresne-sur-Apance, situé à une dizaine de kilomètres de Fouchécourt, des faits similaires ont été constatés : près d’une dizaine de tombes ont été profanées au cours de la même nuit et un cercueil a été ouvert".

Posté le 25 avril 2017 à 23h45 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

Fouchécourt (88) : tombes chrétiennes profanées au cimetière

Lu dans la presse locale, silence dans les medias aux ordres : 

"Depuis ce week-end, la cinquantaine d’habitants de la commune de Fouchécourt vit dans l’incompréhension et la colère. Dans la nuit de vendredi à samedi, des individus ont pénétré dans le cimetière du village et ont profané sept tombes. Ces faits on ne peut plus sinistres ont été constatés par Jeannette Munier, l’épouse du maire, dès le samedi matin, alors qu’elle s’était rendue aux abords du site de recueillement pour entretenir un parterre de fleurs.

C’est là qu’elle a découvert avec effroi l’ampleur des dégâts. Des pierres tombales de plus de 200 kilos avaient visiblement été déplacées au pied de biche avec plus ou moins de succès. La porte d’une chapelle a carrément été décrochée et des dalles ont été soulevées pour tenter d’accéder aux cercueils. D’ailleurs, l’un de ceux-ci a carrément été ouvert… En l’occurrence, celui du frère de Jacques Munier, le maire du village. « Comment peut-on en arriver à des choses pareilles ? On se demande ce qu’ils cherchaient », déclare l’édile de ce village très tranquille, situé à proximité de Monthureux-sur-Saône. « Cet acte est même plus que bestial car même les bêtes ne font pas ça », ajoute Jeannette Munier, toujours dans l’incompréhension après ces faits.

Bruno, le fils, est révolté et il le fait savoir dans un langage très explicite : « Alors qu’ils sont tranquilles et qu’ils se reposent désormais, il faut qu’on vienne les emmerder… » (suite).

Posté le 25 avril 2017 à 23h30 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (1)

Rennes-le-Château (11) : une femme voilée s'en prend au bénitier et à l'autel

Cette église à une histoire liée à l'énigme de l'abbé Saunière, ce qui explique la spécificité du bénitier : 

"Dimanche matin, vêtue d’une longue cape blanche et d’un masque vénitien, une jeune femme a frappé à coups de hache le célèbre bénitier de l’église de Rennes-le-Château, dans l’Aude, qui représente le diable.

Un peu avant midi, elle s’est introduite dans le lieu de culte et elle a décapité cette statue d’Asmodée, lui coupant le bras, et donnant des coups au bas-relief de l’autel. Elle aurait aussi déposé un coran et indiqué au maire du village proche de Limoux qu’il s’agissait d’un jour d’élection en France, alors qu’en Syrie « l’Occident bombarde et tue des enfants » et aurait dit aux personnes présentes, «vous êtes tous des mécréants».

Posté le 25 avril 2017 à 23h11 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (11)

20 avril 2017

Des fonctionnaires français refusent par idéologie de délivrer des visas aux chrétiens d'Orient persécutés

Jean-Jacques Brot, préfet hors-cadre, a été nommé le 9 mars 2015, coordinateur de l’accueil d’une partie des réfugiés syriens et irakiens. Il s’occupe de deux catégories de réfugiés. L’une concerne des familles qui sont sous la protection de l’ONU et du Haut Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) dans des camps en Jordanie, au Liban et en Turquie. L’autre est celle de familles, irakiennes uniquement, persécutées pour leurs confessions religieuses: les chrétiens et les yézidis. Lors de l’invasion de la plaine de Ninive par DAECH à l’été 2014, le gouvernement français avait choisi le système de visas pour asile. Selon Jean-Jacques Brot, c’est un procédé qui a fonctionné "cahin-caha" car il a pu constater une baisse de 40% par rapport à l'année précédente, de visas de réfugiés délivrés à ces minorités religieuses persécutées.

La réalité est que, contrairement à ce que l’on peut entendre depuis des mois, l’accueil des chrétiens d’orient est faible. L'ancien préfet de Vendée a constaté un "enchainement d’empêchements bureaucratiques ou idéologiques".

"Il y a objectivement  un certain nombre de fonctionnaires, dont je ne citerais pas les noms qui, par leurs écrits, leurs actes ou leur lenteur, expriment leurs convictions". 

Certains patriarches appellent les chrétiens d’orient à ne pas fuir leur pays.

"Cela peut se comprendre pour ceux qui n’ont pas été torturés et violés mais le discours de ces patriarches est catastrophique. Ils alimentent ceux des fonctionnaires qui, en France en particulier, font passer leurs convictions avant le sauvetage de ces familles vulnérables. Ils se saisissent de ces discours pour en tirer argument à refuser des visas".

Posté le 20 avril 2017 à 21h33 par Michel Janva | Lien permanent

19 avril 2017

Vol dans une église de Nantes

De la presse locale

"Mardi matin, la sacristine a remarqué un désordre inhabituel dans la petite chapelle située à la gauche du chœur de l’église Sainte-Croix. Des vases étaient renversés, la nappe de l’autel était froissée et la couronne qui ceint la tête de l’Enfant Jésus, dans les bras de la statue de Notre-Dame de Bon-Secours avait disparu. « Quelqu’un a escaladé l’autel, s’est agrippé à la statue pour atteindre la couronne » explique cette femme qui fleurit régulièrement la petite chapelle".

Posté le 19 avril 2017 à 22h50 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

18 avril 2017

Le cimetière de Saint-Laurent-de-la-Salanque (66) profané trois nuits de suite

Un entrefilet dans la presse locale : 

"Des plaques brisées, des statuettes réduites en miettes, des pots de fleurs renversés : à trois reprises des vandales se sont attaqués au vieux cimetière de Saint-Laurent-de-la-Salanque, sur la route de Torreilles.

Après ces dégradations dans les nuits de mercredi et jeudi, la municipalité a fait appel à une société de surveillance. Mais le(s) visiteur(s) sont parvenus à revenir dans la nuit de samedi à dimanche pour s’attaquer de nouveau aux tombes.

Une enquête de gendarmerie est ouverte".

Posté le 18 avril 2017 à 21h59 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

15 avril 2017

Marine Le Pen évoque la persécution des chrétiens

Aujourd'hui à Perpignan :

Posté le 15 avril 2017 à 16h06 par Michel Janva | Lien permanent

14 avril 2017

Vendredi Saint : la statue du Sacré-Coeur de Boulogne (85) vandalisée (Add.)

D'un lecteur "En ce Vendredi Saint, la grande statue du Sacré-Cœur à la sortie de Boulogne (85) sur la route en direction de Saint-Denis-la-Chevasse a été jetée à terre et cassée".

IMG_3202

Add. : d'un autre lecteur : "Cette statue est tombé lors de la tempête de mars. J'habite à coté sur la commune de Saint Denis la Chevasse et je l'ai vue par terre juste après la tempête". Sans doute notre premier lecteur a-t-il découvert les faits qu'aujourd'hui.

Posté le 14 avril 2017 à 16h02 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (8)

En banlieue : "Pourquoi Marine Le Pen elle est méchante ? Parce qu'elle est chrétienne !"

Posté le 14 avril 2017 à 07h55 par Michel Janva | Lien permanent

12 avril 2017

Le préfet de Marseille interdit le chemin de croix [Erratum]

Le prétexte invoqué : la sécurité des participants ! Sic.

Jean-Luc Mélenchon vient de tenir un rassemblement sur le Vieux Port. 

Addendum : On me précise que la faute incombe à la paroisse, qui a fait la demande en mairie beaucoup trop tardivement ce qui n’a pas permis à la Mairie de mettre les services municipaux à notre disposition (police municipale et nationale, militaires de sentinelle, RTM…). 

Posté le 12 avril 2017 à 18h38 par Michel Janva | Lien permanent

Le Sénat des Etats-Unis adopte une résolution en faveur d'Asia Bibi

Lu dans Christianophobie Hebdo :

"Aujourd’hui [4 avril] les sénateurs des États-Unis Rand Paul (Républicain, Kentucky) et Chris Coons (Démocrate, Delaware) ont présenté la résolution S. Res. 109 appelant le Pakistan à mettre un terme à l’emprisonnement injustifié de la chrétienne pakistanaise Aasiya Noreen, appelée couramment Asia Bibi, et à réformer les lois qui ont conduit à prendre pour cible les minorités religieuses.

[Asia] Bibi a été accusée de blasphème après une querelle avec des voisines, ce qui a fini par lui valoir d’être emprisonnée, inculpée et, conséquemment, d’être condamnée à mort. Suite à un tollé international, la Cour suprême du Pakistan a suspendu son exécution. Si son exécution avait été accomplie, elle aurait été la première femme à être exécutée au Pakistan en application des lois sur le blasphème.

La résolution [présentée] met en lumière son cas et ceux d’autres minorités religieuses qui ont été les victimes aveugles des lois sur le blasphème au Pakistan. « Je suis de tout coeur avec Asia Bibi alors qu’elle continue à endurer son emprisonnement injustifié au Pakistan », a déclaré le sénateur Paul. « Il est grand temps pour le Pakistan de libérer immédiatement Asia Bibi et de mettre un terme à la persécution des chrétiens et des autres minorités religieuses ». « Personne et en aucun endroit du monde ne devrait être une victime pour avoir librement et pacifiquement pratiqué ses croyances », a déclaré le sénateur Coons. « En tant que membre de la commission des Affaires étrangères du Sénat et co-président du groupe sénatorial pour les droits de l’homme, je suis engagé à oeuvrer, sur le plan international, à la protection de la liberté religieuse et des droits de l’homme. J’exhorte le gouvernement du Pakistan à libérer Asia Bibi et à travailler à la promotion d’une société inclusive et pluraliste ce qui commence, pour lui, par la réforme de ses lois sur le blasphème ». L’affaire [d’Asia] Bibi a déclenché un scandale international et provoqué la ferme condamnation de groupe de défense des droits de l’homme. La résolution des sénateurs Paul et Coons est soutenue par Amnesty International, Human Rights Watch et International Christian Concern."

Addendum : Selon Yves Daoudal, il ne s’agit, pour l’heure, que d’une proposition de résolution.

Posté le 12 avril 2017 à 14h15 par Michel Janva | Lien permanent

11 avril 2017

Laurent Wauquiez verse une subvention pour aider les Coptes d'Egypte

Laurent Wauquiez a indiqué que la région Auvergne-Rhône-Alpes va débloquer en urgence 50 000 € à destination de la communauté copte d'Egypte. Cette aide ira "aux organisations régionales qui vont participer à protéger ces populations vulnérables, à soutenir les victimes et à reconstruire leur cadre de vie". Ces 50.000 € doivent "financer différents projets auprès des minorités chrétiennes persécutées".

Laurent Wauquiez indique qu'il "s’agit de construire un lien fort entre notre Région et ces populations que la communauté internationale a parfois ignorées." Laurent Wauquiez indique que

"les chrétiens d’Orient, et en particulier les Coptes, sont plus qu’une communauté de croyances et de valeurs. Ils incarnent la diversité religieuse et culturelle, la fraternité et la solidarité, la liberté de croire et de penser que les fanatiques islamiques veulent éradiquer."

Chrétiens d'orient: l'indignation ne suffit plus. Je veux mobiliser les associations et ouvre le fonds d'urgence https://t.co/TjVh6mxDM3

— Laurent Wauquiez (@laurentwauquiez) 10 avril 2017

Posté le 11 avril 2017 à 20h54 par Michel Janva | Lien permanent

Nous sommes devant une tentative d’extermination d’un peuple

Extrait d'une tribune de Mathieu Bock-Côté dans Le Figaro :

"Le monde occidental s’est habitué depuis longtemps à la persécution des chrétiens d’Orient, comme si leur mauvais sort était inévitable et qu’il fallût s’y résoudre. Le christianisme serait destiné à mourir ou à n’avoir plus qu’une existence résiduelle dans ce qui fut pourtant son berceau. Alors qu’ils sont enracinés depuis deux millénaires dans la région, les chrétiens sont présentés par les islamistes comme des envahisseurs ou comme des agents de l’étranger, souillant une terre qui devrait être vouée exclusivement à l’islam. Dans nos sociétés, ceux qui se soucient de leur sort sont même soupçonnés d’accointances avec l’extrême droite, qui serait apparemment parvenue à s’approprier cette cause et à en faire un marqueur idéologique. La passion pour leur cause ne masquerait-elle pas une coupable islamophobie ou une conception identitariste du christianisme ? C’est ainsi qu’on transforme la révolte devant un massacre à grande échelle en lubie réactionnaire.

Mais la frappe sauvage contre deux églises coptes en Égypte ce dimanche rappelle à ceux qui s’en fichent que la guerre d’éradication menée contre les chrétiens d’Orient est bien réelle et n’a rien de fantasmatique. On connaît le bilan : on décompte au moins 43 morts. C’est un carnage. L’attentat a été revendiqué par l’État islamique, qui ne fait pas mystère de ses intentions : éradiquer le christianisme de la région, soit en assassinant les chrétiens, soit en les expulsant massivement. Il faut leur faire comprendre qu’ils ne sont plus chez eux. On a longtemps dit qu’ils avaient besoin d’un protecteur. C’est plus vrai que jamais. Mais qui veut jouer ce rôle ? Longtemps, ce fut la France. Depuis quelques années, la Russie de Poutine a réclamé ce rôle, comme si, devant une Europe reniant ses origines chrétiennes, elle était appelée à prendre le relais. Aujourd’hui, les chrétiens d’Orient se sentent abandonnés, surtout lorsqu’ils refusent de quitter une région du monde dans laquelle ils sont enracinés.

[...] la civilisation européenne ne devrait-elle pas être interpellée dans son identité par la question des chrétiens d’Orient ? Ne devrait-elle pas se dire que c’est une part d’elle-même qui est agressée quand on s’en prend à eux ? À tout le moins, la civilisation européenne devrait entretenir une relation particulière avec les chrétiens d’Orient. Elle devrait se sentir une forme de proximité existentielle avec eux, en sachant qu’une part de ses origines se trouve à l’extérieur d’elle-même. L’élan spirituel qui un jour l’a fécondée et lui a donné son génie spécifique vient d’un monde à peu près englouti dont ils sont les derniers gardiens. Cela implique toutefois que l’Europe reconnaisse enfin sa marque chrétienne ou, plus exactement, qu’elle ne cherche plus à la gommer comme s’il s’agissait d’une tache existentielle l’empêchant de se projeter pleinement dans l’universel. Cela implique que l’Europe n’imagine plus qu’elle doive se construire en se déconstruisant.

Le double attentat du 9 avril n’éveillera probablement pas les consciences : nous sommes désormais insensibilisés contre la barbarie et la violence la plus extrême. Cela ne devrait pas nous interdire de nommer les choses comme elles sont : nous sommes devant une tentative d’extermination d’un peuple et, d’une certaine manière, d’une civilisation. Mais puisque nous avons décidé depuis longtemps que le christianisme est la religion de l’Occident dominant et qu’il ne saurait qu’être persécuteur, et jamais persécuté, on ne peut l’imaginer dans le rôle de la victime. Nos lunettes idéologiques déforment notre rapport au monde : nous refusons d’entendre la douleur de communautés qu’on condamne à la mort, à la soumission la plus humiliante ou à l’exil. Nul ne prétend avoir une solution politique parfaite pour assurer la défense des chrétiens d’Orient : il n’y a pas en politique de baguette magique. Mais la civilisation européenne devrait savoir que dans son rapport aux chrétiens d’Orient et dans sa réaction par rapport à leur persécution, elle joue aussi son âme."

Posté le 11 avril 2017 à 19h58 par Michel Janva | Lien permanent

Les Coptes d’Egypte… une Eglise de martyrs

Le sermon de dimanche dernier du père Boulad à propos des deux attentats de dimanche contre les chrétiens coptes

Posté le 11 avril 2017 à 18h48 par Michel Janva | Lien permanent

10 avril 2017

Des tombes vandalisées à Nice

La mairie de Nice a porté plainte après la découverte d'une dizaines de tombes vandalisées dans un cimetière de Nice. L'auteur des faits a été filmé par les caméras de vidéosurveillance. Des dégâts sur des objets funéraires et religieux, croix cassées, livres funéraires et objets décoratifs renversés et cassés, ont été constatés.

Posté le 10 avril 2017 à 18h55 par Michel Janva | Lien permanent

Le pseudo-pacifiste Mélenchon oublie les chrétiens massacrés en Egypte

Extrait d'un communiqué de Bernard Antony :

15995603"[...] Toujours dans sa posture pacifiste et se parant de la sagesse grecque, le camarade Mélenchon a brandi un brin d’olivier, se proposant une fois élu de désengager la France de tout conflit. Mais cet auteur de « l’ode à la paix », comme le titre ce jour l’Humanité, dans le plus pur style des stances à Staline des années 50, n’a pas trouvé un mot pour exprimer de la répulsion face aux derniers massacres perpétrés quelques heures avant son meeting, en Égypte puis à Mogadiscio par l’islam jihâdiste.

Mélenchon, se parant de la sagesse grecque et de la paix en Méditerranée, ne se soucie guère en effet de la continuité des persécutions atroces et des massacres faisant à la longue disparaître le vieux peuple chrétien des coptes (« Égyptiens »), comme si, sans cesse et dans une multitude de pays, n’existait pas la constante d’agression de l’islam jihâdiste.

C’était vraiment mépriser son auditoire marseillais que d’oser jouer avec esbrouffe, le cœur sur la main, le prophète visionnaire se voulant à la fois analyste politique et défenseur de la paix sans même citer le mot « islam » et en s’en prenant uniquement à la politique américaine, certes pas exempte jusqu’ici de lourdes responsabilités, mais pas seule.

Faute de rappel, aussi bien chez les Républicains qu’au Front National, de la monstruosité de cent ans de communisme, « horizon indépassable de l’esclavagisme moderne », avec, pour le moins, ses cent millions de morts, Mélenchon, pseudo-défenseur de la culture, peut donc aujourd’hui user des grosses ficelles pacifistes des chefs communistes staliniens de jadis.

Il faut être en effet sans culture pour ne pas éprouver un haut-le-cœur devant les vieux procédés de la séduction pacifiste lénino-stalinienne utilisés avec un narcissique contentement gourmand, manière Fidel Castro, par  l’archéo-sans-culotte et néo-bolchévique Mélenchon.

Le communisme, dans ses fondements de haine idéologique pour appartenance à une religion ou à une classe, correspond parfaitement à la définition actuelle du racisme. Le prétendu pacifisme du camarade Mélenchon ne saurait le dissimuler. Autant que le meilleur des mondes d’Emmanuel Macron, l’AGRIF a pour devoir de le dénoncer.

Les idéologies de Macron et de Mélenchon sont deux aspects du même nihilisme, véritable racisme anti-humain."

Posté le 10 avril 2017 à 18h31 par Michel Janva | Lien permanent

Egypte : les attentats préparent l'arrivée du pape

Frédéric Pons est interrogé dans Le Point à propos des deux attentats de l'Etat islamique commis hier en Egypte :

Egypte-face-aux-attentats-la-classe-politique-francaise-solidaire-et-determinee"C'est une tragédie de plus dans une longue série qui a commencé il y a des années. Ces ennemis de la chrétienté et de la laïcité veulent non seulement déstabiliser l'Égypte mais aussi la conquérir. L'Égypte est un objectif pour les djihadistes au même titre que l'Irak, la Syrie, la Libye, la Tunisie. Ces terroristes suivent un agenda de conquête afin de répandre une charia radicale, comme l'illustre la guérilla actuelle dans le Sinaï.

On parle beaucoup de la tragédie des chrétiens d'Orient en Irak et en Syrie, moins de celle des coptes. Pourtant, depuis des années, eux aussi sont attaqués...

Depuis une quinzaine d'années, les coptes subissent une série d'attentats. Mais il n'y a pas que cela. Ils sont victimes aussi d'enlèvements, de destructions et d'incendies de leurs biens, de tout un tas de violences et d'humiliations au quotidien. Des jeunes filles sont insultées parce que non voilées, d'autres membres de leurs communautés sont molestés. En Égypte, les coptes sont victimes d'une violence latente qui, parfois, bascule dans les attentats.

Pourtant, les coptes sont protégés par le régime de Sissi...

Face à une majorité sunnite, l'autocratie est préférable. Comme Saddam Hussein ou Bachar el-Assad, Al-Sissi, c'est un moindre mal. Il a montré son attention, sa sollicitude à l'égard des chrétiens. Mais chacun de ses discours empathiques à leur égard est ressenti comme une déclaration de guerre de plus par les djihadistes.

Le voyage prévu du pape peut-il être aussi une des causes de ces attentats ?

Ces attentats préparent l'arrivée du pape. Les terroristes ne veulent pas que « le chef des croisés », comme ils disent, vienne fouler cette terre d'Islam. Ils l'affirment clairement dans leurs communiqués et sur leurs sites internet. Même si les coptes sont en majorité orthodoxes, le pape est considéré comme le chef des chrétiens. Et il vient à l'invitation de Sissi, ce qui est donc perçu comme un geste politique et religieux offensant. Les djihadistes vont multiplier les attentats pour pourrir la situation et empêcher la venue du pape. C'est un plan d'action terroriste pour châtier les chrétiens, diviser la société égyptienne et ensanglanter la venue du pape François."

Le pape François doit se rendre en voyage officiel en Égypte les 28 et 29 avril.

Posté le 10 avril 2017 à 08h15 par Michel Janva | Lien permanent

09 avril 2017

Egypte : des églises chrétiennes visées par des explosions à Tanta et à Alexandrie

C89SK30XUAQ2Z1MUne bombe a explosé dans l’église copte orthodoxe Mar Girgis (Saint-Georges) de Tanta (au nord du Caire dans le delta du Nil), vers 10 h 30 ce matin, alors que s’y célébrait la Messe des Rameaux. Le premier bilan fait état de 25 morts et de 78 blessés. 

A Alexandrie, une explosion a eu lieu près de l'église Mar Morcos. 11 personnes ont été tuées et 33 blessées. C'est le pape copte Théodore II qui célébrait la messe en ce jour de la fête des Rameaux, mais il n'aurait pas été blessé, car il avait quitté l’église quand l’explosion a retenti. Le terroriste équipé d'une ceinture explosive a tenté de pénétrer dans l'église, mais les policiers l'en ont empêché et il s'est alors fait exploser.

Posté le 9 avril 2017 à 15h38 par Michel Janva | Lien permanent

08 avril 2017

Les menaces actuelles contre la liberté religieuse en Occident

A l'occasion du 50è anniversaire de la publication de l'encyclique "Populorum Progressio" et de la création du Dicastère pour le Service du Développement Humain Intégral, une conférence internationale s'est tenue au Vatican les 3 et 4 avril 2017. Intitulée "Perspectives de promotion du développement humain intégral 50 ans après Populorum Progressio", c'est devant plus de 300 personnes que Grégor Puppinck, directeur de l'ECLJ, a pu intervenir sur le thème de la "liberté de conscience et de religion : un droit humain fundamental dans la perspective du développement intégral humain". Des nombreuses personalités sont venues du monde entier participer à cette conférence. Outre le Préfet de ce Dicastère, le Cardinal Turkson, ainsi que le Cardinal Müller, Préfet de la congrégation pour la doctrine et la foi, les Français Mgr d'Ornellas et Fabrice Hadjadj étaient également présents.

Extrait de l'intervention de M. Puppinck

IMG_1652"[...] La première condition à la préservation de la liberté de conscience et de religion est d’ordre pratique ; elle est la plus importante. Il s’agit de garder dans la société le souvenir et l’horreur des persécutions religieuses.

Avant toute considération et controverse théorique, la liberté de conscience et de religion trouve sa véritable force dans le rejet de la violence. En 1648, c’est au terme d’une guerre de 30 ans qu’une paix religieuse fut acceptée en Europe. Trois siècles plus tard, en 1948, c’est également au terme d’une guerre et dans le contexte des persécutions soviétiques que fut adoptée la Déclaration universelle des droits de l’homme. Le souvenir des morts et le rejet du totalitarisme furent les meilleurs arguments pour adopter cette déclaration et pour reconnaitre le droit à la liberté de conscience et de religion.

La liberté de conscience et de religion est avant tout une liberté d’ordre pratique qui vise à la paix sociale, et qui repose moins sur la stricte justice que sur la tolérance et le dialogue.

Aujourd’hui, de nouvelles persécutions sont massivement commises sous nos yeux ; non seulement elles constituent des violations graves des droits humains mais l’indifférence que l’on constate dans d’autres pays à l’égard de la souffrance des personnes persécutées en raison de leur religion est un mauvais signe pour l’avenir et témoigne d’un affaiblissement de l’importance sociale de la liberté de conscience et de religion.

La contestation de la légitimité de la liberté de conscience et de religion

Une autre menace se situe sur le plan théorique ; elle est tout aussi profonde et vise la légitimité même de la liberté de conscience et de religion. De nombreuses personnes aimeraient réduire cette liberté, à défaut de pouvoir l’effacer des droits de l’homme. Une contestation ancienne de cette liberté provient des milieux et sociétés religieux et ou totalitaires, qui ne conçoivent pas la liberté individuelle comme susceptible de permettre légitimement à une personne de refuser l’adhésion ou la soumission à son Créateur ou à l’Etat. Cette contestation est ancienne et bien connue ; je n’insisterai pas sur elle aujourd’hui.

C’est sur une autre contestation, antireligieuse, de la liberté de conscience et de religion qui se manifeste de plus en plus fortement au sein des pays occidentaux que je souhaite insister. Cette contestation est un phénomène assez nouveau par son ampleur.

Aujourd’hui, on perçoit une volonté parmi les personnes opposées « à religion », pour dire les  choses simplement, de contester jusqu’à la raison d’être même de la liberté de conscience et de religion. Ils lui reprochent d’être un privilège offert à certains leur permettant d’échapper à l’application du droit ordinaire. Ils voudraient diluer cette liberté dans les autres libertés : les libertés d’opinion, d’expression, d’association et d’enseignement seraient suffisantes disent-ils pour garantir la liberté de conscience et de religion. Il n’y aurait pas besoin, en pratique d’accorder une protection spéciale aux personnes et groupes qui croient en Dieu et qui perçoivent la morale naturelle. Plus encore, le développement du principe de non-discrimination qui interdit notamment les différences de traitement en raison de la religion ou des convictions garantit en principe l’égalité des croyants au sein de la société.

De fait, la protection offerte par la combinaison des droits et libertés existants est suffisante pour garantir la liberté de conscience et de religion, si on a une conception immanente, et non pas transcendante, de Dieu et de la morale.

Dans les sociétés marquées par la sécularisation et le relativisme se pose à nouveau la question de la raison d’être la liberté de conscience et de religion. Non seulement cette liberté est absurde dans de telles sociétés, et elle est tout au plus une tolérance, la tolérance d’une « anti-liberté » et d’un privilège perçu parfois comme une cause de désordre social contraire au bien commun.

Du point de vue catholique, nous pourrions aussi nous interroger car, contrairement à ce que l’on a pu croire ou désirer, la garantie de la liberté ne suffit pas à assurer le triomphe de la vérité. En général, il ne suffit pas de garantir la liberté de conscience et de religion pour que les personnes découvrent par elles-mêmes la vérité et y adhèrent.

Droit à l’autonomie v. droit à l’hétéronomie

Autre menace : La liberté de conscience et de religion est concurrencée par le droit à l’autonomie, aussi désigné droit à l’autodétermination.

L’individualisme subjectiviste de la société occidentale porte, par définition, une conception immanente de la morale et de la divinité. Cette conception subjective est en adéquation avec le cadre conceptuel et juridique du nouveau droit « à l’autonomie » issue du droit au respect de la vie privée.

Ce droit à l’autodétermination est l’opposé du droit à la liberté de conscience et de religion qui est un droit à l’hétérodétermination à l’hétéronomie : un droit de se conformer à un ordre supérieur. Le droit à l’autonomie s’étend considérablement pour recouvrir de nombreux domaines de l’existence ; il est souvent associé au principe de laïcité dont il constitue une forme d’application au plan individuel.

La question de l’interdiction du  port public du voile islamique donne un exemple du rejet de l’hétéronomie au profit de l’autonomie : lors des débats en France, la question portait moins sur le voile lui-même que sur celle de savoir si les femmes étaient autonomes ou soumises à une norme extérieure. C’est parce que le voile est religieux qu’il est suspecté d’être contraire à la liberté. C’est au nom de l’autonomie des femmes que l’on a accepté de sacrifier la liberté religieuse.

La liberté de conscience et de religion risque d’être progressivement effacée par le droit à l’autonomie, car sans Dieu il n’y a pas de finalité, de telos extérieur auquel s’ordonner et dont tirer une norme morale. Ainsi, la négation sociale de Dieu et de la morale aboutira à faire de la liberté de conscience et de religion une simple modalité de l’autonomie, privant de protection le besoin religieux et moral de s’ordonner à un bien qui dépasse l’individu et la société.

Ainsi, concrètement, l’une des conditions pour défendre la liberté de conscience et de religion est d’affirmer que cette liberté ne trouve pas seulement sa cause en l’individu, mais aussi et d’abord en Dieu et dans le sens moral universel qui s’impose à la conscience.

Le rejet de l’extériorisation de la religion et de la morale 

Autre point. Nous assistons aussi à un rejet croissant des manifestations extérieures de la religion et de la conscience. La religion est souvent devenue étrangère à notre société occidentale, et plus encore celle des étrangers qui l’est doublement. Ce rejet social vise précisément l’extériorisation de la religion et de la morale et force les personnes à les enfermer dans le relativisme de leur subjectivité. La société occidentale supporte difficilement l’extériorisation de la loi divine et naturelle, car cette extériorisation témoigne de son objectivité. Une réponse consiste à témoigner non seulement de la transcendance de l’esprit humain, mais aussi et surtout de l’extériorité, autrement dit de l’objectivité de la nature, de la loi divine et de la loi morale. Les peines et les sacrifices consentis par les objecteurs de conscience et par tous ceux qui témoignent de leur foi rendent perceptible la réalité et la valeur de Dieu et de la morale. [...]"

Posté le 8 avril 2017 à 08h56 par Michel Janva | Lien permanent

06 avril 2017

La Hongrie aide les chrétiens d'Orient à rester chez eux

Lu dans Christianophobie Hebdo :

"La Hongrie du Premier ministre Viktor Orban se distingue par un souci très vif du sort des chrétiens du Moyen-Orient. Un souci qui s’accompagne de faits comme en témoigne le don substantiel que vient de décider le gouvernement magyar. Rapporté aux PIB respectifs de la Hongrie et de la France (20 fois plus important) en 2015, si notre pays devait suivre proportionnellement l’effort hongrois, cela équivaudrait à un don de 780 millions d’euros pour les chrétiens d’Orient – ce qui ne représenterait, après tout, que 20 % du montant de nos ventes d’armes à l’Arabie saoudite en 2015…

Le gouvernement hongrois va accorder aux communautés chrétiennes du Moyen-Orient un don de plus d’un milliard de forints [1,2 milliard soit environ 3,9 millions €] pour les aider à demeurer chez elles, selon un décret gouvernemental publié dans le Journal Officiel (Magyar Közlöny) lundi [27 mars]. Selon ce décret, l’aide sera aussi destinée aux familles d’autres groupes religieux ou ethniques persécutés. Sur le détail de la répartition de ce don, le décret précise que 580 millions de forints seront consacrés à la reconstruction de maisons en Irak et que 620 millions de forints seront accordés à l’oeuvre humanitaire menée par des organisations caritatives catholiques et orthodoxes opérant au Liban."

Posté le 6 avril 2017 à 10h20 par Michel Janva | Lien permanent

04 avril 2017

Croissance inquiétante de formes d’intolérance et d’épisode de discriminations vis-à-vis des chrétiens en Europe

Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire du Saint-Siège pour les Rapports avec les États, a tenu le jeudi 30 mars 2017 à l’université catholique du Sacré-Cœur, à Milan, une conférence sur le thème « Le Saint-Siège et la défense du droit à la liberté religieuse, de Pie XI à François ». Le responsable de la diplomatie pontificale a remarqué que 

Gallagher_navi_small« dans la dernière période, à l’échelle mondiale, sans exception pour le continent européen », on voit que « le respect pour la liberté religieuse est souvent compromis, avec une dégradation préoccupante des conditions de cette liberté fondamentale, qui dans différents cas a atteint le niveau d’une persécution ouverte, dans laquelle les chrétiens sont souvent les premières victimes, bien que pas les seules. Les facteurs déterminants de ces situations alarmantes sont certainement liés à la permanence d’États autoritaires et non démocratiques. À cela s’ajoute le constat que aussi dans de nombreux pays à la tradition démocratique ancienne la dimension religieuse tend à être vue avec suspicion, soit à cause des problématiques inhérentes au contexte multiculturel, soit par l’affirmation idéologique d’une vision séculariste, selon laquelle les religions représenteraient une forme de sous-culture, porteuse d’un passé à dépasser. ».

C’est un mérite du christianisme d’avoir 

« contribué à créer, dans la séparation entre ce qui est de César et ce qui est de Dieu, la possibilité de développement d’un État laïc, compris non pas comme un État totalement étranger à la religion, ou pire encore comme un État agnostique, mais comme un État qui, conscient de la valeur de la référence religieuse pour ses citoyens, garantit à chacun le droit de vivre la dimension religieuse selon sa propre conscience. »

Malheureusement, aussi en Europe, on note 

« une croissance inquiétante de formes d’intolérance et d’épisode de discriminations vis-à-vis des chrétiens. À titre d’informations, rien que sur la période 2014-2015, l’Observatoire de l’intolérance et de la discrimination contre les chrétiens en Europe a reçu environ 1700 signalisations de cas d’intolérance et de discrimination contre les chrétiens dans le Vieux continent. Il s’agit d’un phénomène qui est en train d’attirer une attention croissante au niveau international. »

Mgr Gallagher a rappelé à ce sujet qu’en janvier 2015 l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe avait approuvé une Résolution avec comme titre « Combattre l’intolérance et la discrimination en Europe, en particulier envers les chrétiens », dans laquelle, entre autres choses, on invitait les États membres à 

« prendre des mesures adéquates pour s’assurer qu’à chaque personne en Europe soit accordée la protection effective de la liberté de religion. Dans le contexte actuel, il apparait toutefois intrinsèquement contradictoire de demander la liberté pour tous, et, au nom de cette même liberté, de la dénier à certains groupes, spécialement les groupes religieux. Il doit donc être un devoir des institutions de contrer toute forme de discrimination basée sur l’orientation religieuse, et, dans une perspective positive, de promouvoir et de protéger la liberté religieuse de la même façon, avec tous les instruments employés pour la défense de chaque autre droit fondamental. »

« Le monde est en train de traverser un moment de grave crise internationale, comme on n’en avait plus vu depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Des défis liés au changement d’époque se présentent à l’horizon de notre société, alors que les valeurs de l’humanisme chrétien semblent affaiblies dans la conscience de beaucoup. Le risque le plus grave que nous courons face à des phénomènes d’une telle portée est celui de nous fermer en nous-mêmes, de céder à cette « globalisation de l’indifférence » tant de fois dénoncée par le Pape François. »

Posté le 4 avril 2017 à 08h08 par Michel Janva | Lien permanent

Chasse à la crèche : la Ville de Béziers condamnée

Lu sur le site de la ville de Béziers :

Unknown-28"Après avoir gagné en première instance, la Ville de Béziers vient d’être condamnée par la cour administrative d’appel de Marseille pour l’installation de sa crèche dans les locaux de l’Hôtel de Ville en décembre 2014. À l’origine de la plainte, la Ligue des Droits de l’Homme et un de ses derniers sbires locaux, « atteint et choqué par cette démonstration religieuse ».

Les semaines passent et les attentats se succèdent contre notre civilisation – encore aujourd’hui à Saint-Pétersbourg, en Russie. Heureusement, la Ligue des Droits de l’Homme continue de se battre quotidiennement ! Contre les terroristes islamistes ? Pensez-vous ! Elle se bat contre vous, contre nous. Elle attaque ce que nous sommes : des Français, attachés à nos traditions, notre culture, nos racines et notre mode de vie.

Évidemment, la Mairie de Béziers ne se satisfait pas de cette décision déconnectée de la réalité et a décidé de se pourvoir devant le Conseil d’État. Car l’installation, chaque année, de la crèche de la Nativité dans l’Hôtel de Ville, est un véritable plébiscite. En décembre dernier, elle a d’ailleurs battu tous les records d’affluence. Biterrois ou touristes, ils ont été 23 500 à se rendre dans le hall de mairie pour admirer la crèche, remplissant pas moins de quatre livres d’or !"

Posté le 4 avril 2017 à 08h04 par Michel Janva | Lien permanent

03 avril 2017

Réunion : profanation d'un site marial

Premières informations ici.

IMG_4631-1024x768

Posté le 3 avril 2017 à 20h56 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (1)

02 avril 2017

Tentative d'incendie criminel d'une église évangélique dans le Val-de-Marne

Lu ici :

"L'église évangélique arménienne d'Alfortville (Val-de-Marne) a été touchée dimanche matin par un début d'incendie qui a noirci l'entrée et la façade, une semaine après avoir essuyé des jets de pierres.

Une poubelle avait été accolée à la façade de l'église, avant d'être mise à feu peu après 06h00. Le début d'incendie a été maîtrisé en une dizaine de minutes. "Nous dormions à l'étage, au presbytère, quand nous avons été réveillés par les flammes qui léchaient les vitres de notre chambre", a témoigné Gilbert Léonian, le pasteur de l'Église évangélique arménienne d'Alfortville.

Très choqué, le pasteur a rappelé que le lieu de culte avait déjà été l'objet d'un caillassage, dimanche dernier: Les doubles vitrages avaient été brisés et l'interphone arraché.

Ces actes de malveillance auraient commencé deux jours après la visite d'un pasteur irakien venu parler de la souffrance des chrétiens d'Orient, selon le pasteur."

Posté le 2 avril 2017 à 20h09 par Michel Janva | Lien permanent

31 mars 2017

Bistro Libertés reçoit le chanteur Jean-Pax Méfret

Posté le 31 mars 2017 à 18h38 par Michel Janva | Lien permanent

30 mars 2017

L'immonde Piss Christ de retour au tribunal

860_piss_christ_proces1Deux hommes étaient jugés lundi par le tribunal d’Avignon pour avoir osé blasphémer contre détériorer une pièce d'art contemporain, en l'occurrence l'oeuvre sublime et d'une finesse éclatante d'Andes Serrano, le fameux Piss Christ (photographie d'un crucifix plongé dans un fluide orangé composé d'urine et du sang de l'artiste), exposée à la collection Lambert d' Avignon en 2011 (historique de l'affaire).

Son avocat, Me Jacques Trémolet de Villiers, affirme qu’il n’y a là aucune dégradation :

« Cette œuvre est un concept de provocation, donc on ne peut pas le détériorer ou le dégrader. Le Piss Christ est une œuvre de provocation, mon client est tombé dans la provocation et a amélioré la valeur marchande de l’œuvre. »

Il précise que l’œuvre vaut désormais 250 000 euros, contre 50 000 dollars auparavant. L'artiste devrait remercier ces jeunes talents au lieu de bougonner.

Le procureur de la République a requis 4 mois de prison avec sursis pour le jeune homme qui faisait le guet, et 120 jours-amendes à 40 euros pour celui qui a "frappé" l’œuvre. Le tribunal rendra sa décision le 15 mai.

La Collection Lambert a réclamé 20 000 euros au titre du préjudice matériel et 20 000 euros au titre du préjudice moral. Me Jérôme Triomphe a accusé le musée de « vouloir se faire un petit billet », d'autant que la subtile oeuvre de Serrano n'appartient pas à la Collection Lambert...

La défense a demandé la relaxe des deux prévenus.

Posté le 30 mars 2017 à 19h48 par Michel Janva | Lien permanent

Soutenir les chrétiens du Kosovo

Logov2015Depuis que les caméras ont quitté les Balkans, tout le monde a oublié le Kosovo. Pourtant, là-bas, à quelques centaines de kilomètres de chez nous, en plein coeur de l'Europe, des chrétiens sont persécutés. Pour ne pas les oublier, pour réveiller les consciences des chrétiens de France, notre ami Nikola Mirkovic lance un projet ambitieux, en partenariat avec l'Observatoire de la christianophobie: publier une bande dessinée sur l'histoire et l'actualité de cette chrétienté martyre. Pour cela, il a besoin de chacun de nous. Pour aider, c'est ici.

Posté le 30 mars 2017 à 09h48 par Michel Janva | Lien permanent

27 mars 2017

La Nuit des Témoins 2017

Avec l'Aide à l'Eglise en Détresse. Cette année, trois grands témoins :

  • Frère Jacques Mourad, moine syrien de la Communauté de Mar Moussa, otage de l'Etat islamique pendant cinq mois,
  • Père Philippe Blot, missionnaire des Missions étrangères de Paris, engagé dans le secours des réfugiés de Corée du Nord. Témoignage exceptionnel à ne pas manquer.
  • Mère Marie-Catherine Kingbo, religieuse de la congrégation des Servantes du Christ au Niger.

Posté le 27 mars 2017 à 07h03 par Michel Janva | Lien permanent

26 mars 2017

Libé tente de ressusciter Nietzsche

Le quotidien libertaire a confié à un Américain fanatique le soin de rédiger un éditorial hallucinant, dans lequel on peut lire les absurdités suivantes :

"[...] Devant l’absurdité récurrente des Trump et autres phénomènes nationalistes de droite tels que le Brexit, les Le Pen, Wilders, Grillo et compagnie, nous avons des raisons de nous sentir effrayés et désorientés. Etant donné que les masses populistes qui votent pour des autoritaristes à peine déguisés et des aspirants dictateurs sont largement influencées par la religion, l’athéisme offre une porte de sortie. C’est sur ces masses-là que je voudrais m’attarder aujourd’hui, et sur notre combat contre Dieu.

Les menaces qui pèsent sur la France et sur l’Amérique, qu’elles soient internes ou viennent de l’extérieur, ont Dieu pour origine. Bien que le respect de la liberté religieuse soit une pierre angulaire de la démocratie occidentale, force est de reconnaître que les religions elles-mêmes n’apportent aucune liberté, mais plutôt l’asservissement et la perspective d’une guerre inéluctable. Dans les universités, nous avons tendance à penser que le débat autour de Dieu s’est achevé au XIXe siècle, aussi sommes-nous devenus complaisants et avons-nous oublié que notre mission première de créer un monde sécularisé demeure. C’est le but même de l’éducation. [...]

Chacun devrait convaincre ses voisins qu’un gouvernement très à droite est plus dangereux que les terroristes, que la France ne devrait pas poursuivre des rêves de grandeur et que Dieu est mort.

Il y a 70 millions de catholiques en Amérique, et leur vote est l’aspect dont on parle le moins dans l’élection de Trump. Nombre d’entre eux sont ce qu’on appelle aux Etats-Unis des single issue voters - des électeurs qui se mobilisent sur un seul et unique sujet - qui ont voté pour Trump simplement pour voter contre l’avortement. Tant que nous ne comprendrons pas à quel point la religion sape tous nos efforts pour créer un monde ouvert, démocratique et pluraliste fondé sur les faits avérés, la raison et la loi séculière, nous ne pourrons pas remporter ce combat.

Il nous reste encore à éradiquer les références religieuses de toute notre législation, par exemple. [...]

Trump se moque de ce qu’on écrit à son sujet, et se moque des faits. Marine Le Pen non plus ne tiendra pas compte de ce que j’écris ici. Mais les supporteurs des apprentis dictateurs sont des gens normaux. Sur le plan démographique, ils sont plutôt plus vieux, blancs, ruraux, pas riches, pas très bien éduqués et tout à fait religieux. Nous devons aller les chercher. Nous devons trouver des moyens de tuer leur Dieu et de tuer leur amour pour leur patrie. [...]"

Posté le 26 mars 2017 à 16h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (25)

25 mars 2017

25-28 avril : colloque sur les chrétiens persécutés en Afrique

Projet2a

Posté le 25 mars 2017 à 07h20 par Michel Janva | Lien permanent

21 mars 2017

42 tombes profanées, mais ouf, pas de "connotation religieuse"

Dans le village de Saint-Cyr, en Saône-et-Loire, 42 tombes ont été profanées le week-end dernier. Le procureur de la République de Chalon-sur-Saône prend soin de préciser :

“Il n’y a aucune connotation religieuse. Il s’agit plutôt de vandalisme”.

Posté le 21 mars 2017 à 21h49 par Michel Janva | Lien permanent

L'ECLJ dénonce à l'ONU la responsabilité de "l’État islamique" dans les massacres et le génocide des chrétiens

Lors de la session du Conseil des droits de l'homme à Genève du 27 février au 24 mars, l'ECLJ a réalisé plusieurs interventions orales pour défendre les chrétiens persécutés au Moyen-Orient. La République arabe syrienne a fait l'objet d'un rapport et d'un débat au cours duquel l'ECLJ a pu dénoncer la responsabilité de "l’État islamique" dans les massacres et le génocide des chrétiens et autres minorités religieusesLa victoire contre l’État islamique est le préalable indispensable pour permettre la reconstruction du pays et le retour des réfugiés dans leur pays.

Posté le 21 mars 2017 à 18h59 par Michel Janva | Lien permanent

15 mars 2017

Croix censurées sur les Yogourt “Lynos”

Voilà une affaire révélée par Daniel Hamiche concernant

"la disparition, sur les conditionnements de yogourts grec des croix qui somment les deux coupoles de l’Anastasis (Résurrection), l’église grecque orthodoxe du village d’Oïa dans l’île de Santorin en Grèce. Cette église grecque est l’une des plus célèbres dans le monde tant elle a été reproduite sur des cartes postales, des dépliants touristiques, dans des films publicitaires… Pourquoi donc avoir supprimé les deux croix sur les conditionnements ce qui, il faut bien le reconnaître, pourrait faire prendre ces coupoles pour celles de mosquées ?"

R

Y

Daniel Hamiche a écrit à la société Chirag qui distribue le yogourt grec de la marque Lynos. Et Nextré, Danone, Carrefour ont suivi dans l’abattage des croix.

Posté le 15 mars 2017 à 17h29 par Michel Janva | Lien permanent

12 mars 2017

23-27 mars : Nuits des témoins

Image006

Posté le 12 mars 2017 à 07h54 par Michel Janva | Lien permanent

09 mars 2017

La croix de mission de saint Étienne démontée par un promoteur [Add]

IMG_i75h90Le très grand calvaire situé sur colline Sainte-Barbe – ou « colline des Pères » – qui surplombe la ville de Saint-Étienne, est en cours de démontage. Forez Info écrivait le 22 mai 2007 : 

« L’érection de la grande croix fut décidée le 8 décembre 1895. Joannès Chaumarat fut l’architecte de ce monument dont on dit qu’il est, dans son genre, le plus grand de France. Elle fut financée par une souscription publique et fondue dans les ateliers stéphanois Michalon et Pailleret. Elle mesure 25 mètres (9 mètres pour le piédestal) pour 15 tonnes dont 2 350 kilos pour le seul crucifix en fonte dorée. Un escalier intérieur de 52 marches, interdit au public, mène à  son sommet. Cette croix rappelle la mission paroissiale prêchée en 1895 par les quarante-deux pères rédemptoristes dans les quatorze paroisses de la ville. » 

Daniel Hamiche note que ce démontage est en train d’être réalisé dans l’indifférence générale. Ce serait lié à un projet immobilier de la Ville de Saint-Étienne et que le diocèse de Saint-Étienne, qui n’est pas propriétaire de ce monument ni du terrain, n’a pas été informé de ce projet.

Addendum : selon ce site, il s'agit d'un déplacement :

Pour éviter que ce monument ne se trouve entouré par des voitures, un silo à garage a été construit et l’immense croix (le Christ de Rio mesure 30 m) va être soulevée de son assise naturelle de 4 m, pour être installée sur une terrasse accessible au public. Cette opération est réalisée dans le cadre de la transformation de l'ancienne annexe des Beaux-Arts en lofts. Merci à l'Association de Réflexion de Concertation et d’Ouverture (ARCO) pour l'information. Une association qui s'était opposée à l'aménagement de places de parkings autour de la Croix de mission.

Posté le 9 mars 2017 à 09h26 par Michel Janva | Lien permanent

03 mars 2017

Egypte : l'exode des chrétiens du Sinaï

Lu dans Christianophobie Hebdo :

Capture d’écran 2017-03-02 à 08.30.52

Posté le 3 mars 2017 à 21h17 par Michel Janva | Lien permanent

Intentions de prière du Pape François : Aider les chrétiens persécutés

Posté le 3 mars 2017 à 08h46 par Michel Janva | Lien permanent

02 mars 2017

Il a évoqué le Coran en classe, il est suspendu

Ah non, il s'agit de la Bible :

"Un instituteur de Malicornay, dans l'Indre, a été suspendu par l'inspection académique pour avoir abordé avec ses élèves des passages de la Bible.

L’instituteur a été dénoncé par une lettre anonyme. Une inspection a été diligentée, qui a conduit à la suspension sans préavis de l’instituteur.

Le maire d’une commune voisine, président du regroupement pédagogique intercommunal (RPI), juge la sanction disproportionnée, car l'enseignant est très apprécié de la quasi-totalité de ses élèves et de leurs parents. Il déplore également que ni lui ni le maire de Malicornay n'aient été avisés de cette procédure…

Même le secrétaire départemental du Snuipp-FSU, tout en considérant que si les faits sont avérés l’instituteur doit être « recadré », conteste une mesure exceptionnellement sévère qui ne peut viser qu’à « faire un exemple »."

Posté le 2 mars 2017 à 16h06 par Michel Janva | Lien permanent

01 mars 2017

Nouvelle victoire judiciaire pour l'Agrif

Après la cassation obtenue dans l’affaire Nique la France, Bernard Antony communique :

11140252_959038914127508_8563654657365341130_n"La Cour d’Appel de Rouen vient d’ordonner la mise en examen de deux personnes qui avaient refusé un poste à un jeune homme au motif de son « profil de catholique militant ». Le Juge d’instruction, sur requisition du Parquet, avait rendu une ordonnance de non-lieu, mais l’AGRIF est intervenue à la demande de ce jeune homme, conformément à la loi sur la presse, et la Cour d’Appel lui a donné raison en considérant qu’il existait des charges suffisantes démontrant une discrimination en raison de la religion catholique.

Un procès aura lieu prochainement, dont l’AGRIF informera ses fidèles adhérents et sympathisants et tous les hommes épris de justice."

Posté le 1 mars 2017 à 21h02 par Michel Janva | Lien permanent

Le CHU de Québec recule et réinstallera le crucifix à l'hôpital Saint-Sacrement

Victoire de la mobilisation, voici le communiqué du CHU de Québec :

"À la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), le CHU de Québec-Université Laval (CHU) réinstallera le crucifix à l’entrée de l’Hôpital du Saint-Sacrement. 

Le MSSS considère « qu’il ne s'agit pas ici de la neutralité religieuse de l'état mais du respect de l'histoire de l'hôpital, du caractère patrimonial religieux et surtout du respect et de la reconnaissance à avoir envers nos mères fondatrices, la communauté des Soeurs de la charité ».

Afin de ne pas nuire à la circulation de la clientèle, le crucifix sera réinstallé à sa place initiale en fin de journée, soit lorsque l’achalandage sera moins important. Le MSSS demande également « comme suggéré dans la proposition du diocèse, qu’une note explicative sur son caractère historique et patrimonial » soit ajoutée. Cette note sera temporaire dans un premier temps et une plaque d’interprétation permanente sera installée dans les prochains mois."

Posté le 1 mars 2017 à 20h33 par Michel Janva | Lien permanent

25 février 2017

L'hôpital Saint-Sacrement de Québec a retiré son crucifix

Unknown-16Malgré les centaines de protestations, l'Hôpital Saint-Sacrement maintient sa décision de retirer le crucifix de son hall d'entrée. Le CHU de Québec s'appuie sur la décision de la Cour suprême du Canada, qui a mis fin aux prières du maire Jean Tremblay durant les séances du Conseil municipal de Saguenay.

Pourtant, la loi n'oblige pas l'établissement à bannir ce crucifix. Le ministre Stéphanie Vallée a précisé que son projet de loi sur la neutralité de l'État protège le patrimoine religieux du Québec, mais cela n'a pas fait bouger la direction de l'Hôpital.

«Le projet de loi 62 n'empêche aucunement aux institutions de conserver au sein de leurs murs des éléments patrimoniaux, au contraire», a-t-elle insisté.

Le Christ en croix était accroché au mur depuis la fondation de l'hôpital, en 1927. L'évêque auxiliaire du Diocèse de Québec, Mgr Marc Pelchat, a déclaré :

«On n'attend pas de nous à ce qu'on donne des leçons aux institutions publiques qui sont non confessionnelles, mais cette institution est quand même un héritage de notre histoire religieuse, un hôpital qui s'appelle "Saint-Sacrement", fondé par la communauté des Sœurs de la charité». «On souhaite qu'ils révisent leur façon de faire, qu'ils réfléchissent à la question. Ils voient bien qu'il y a un tollé, beaucoup de réactions dans la population, il y a peut-être d'autres façons de traiter la question que de simplement retirer le crucifix»

Voici les coordonnées de l'hôpital pour se plaindre : info@chudequebec.ca 

Posté le 25 février 2017 à 12h18 par Michel Janva | Lien permanent

22 février 2017

La protection civile perd sa croix

Avant :

Unknown-6

Après :

Unknown-5

Minute a donc interrogé Vincent Renard, le directeur de la communication de l’association :

"Et là, notre interlocuteur semble tomber des nues ! Le débat sur les signes ostentatoires comme les pressions constantes pour imposer une laïcité conçue comme une lutte contre le christianisme lui semblent totalement étrangères. Il semble de bonne foi et nous sommes les premiers à lui poser la question, voire, pire, il semble que nous soyons les premiers à nous poser la question. « Il n’y a jamais eu de caractère religieux à la protection civile, pas plus hier, qu’aujourd’hui » nous répond-il, ce qui n’est pas entièrement vrai mais passons. Qu’il y ait ou non une croix sur le logo de la Protection civile est une question qui ne l’intéresse pas. Notre directeur de la communication a un nouveau logo : il est content. Rien à voir, rien à dire, fermez le ban. Nous insistons. Vincent Renard nous transmet donc le « story telling » de ce nouveau logotype, autrement dit le laïus du graphiste pour expliquer sa création. On y lit : « Une zone blanche sépare désormais le triangle bleu du cercle orangé : créant un espace d’apaisement, elle symbolise l’action selon les trois piliers de l’organisation : Aider, Secourir, Former. Toujours dans un souci d’efficacité, la mention “Protection Civile“, redondante avec le bloc typographique du logotype, est supprimée du sigle. » A aucun moment il n’est fait mention de la suppression de la croix. Pas un mot sur le sujet. Pas le moindre indice d’une intention maligne, d’une inquiétude ou d’une question sur cette croix. Rien. Comme nous le disait le directeur de la communication, « c’est un non-sujet ». Autrement dit, on peut supprimer une croix de l’emblème d’une association connue et reconnue sans que personne ne se pose de question à ce sujet, sans que personne ne se rende compte de l’énormité de la chose. « C’est un non sujet », et c’est peut-être ça le pire."

Posté le 22 février 2017 à 08h12 par Michel Janva | Lien permanent

20 février 2017

Un cimetière vandalisé dans le Nord

Des dégradations sur une trentaine de tombes ont été découvertes, hier, au cimetière de Saint-Pol-sur-Mer, près de Dunkerque, dans le Nord. Des tombes ont été abîmées et dispersées sur l'ensemble du cimetière.

Le préfet de région, Michel Lalande, a condamné dans un communiqué "avec la plus grande fermeté la dégradation des tombes. Ces actes inacceptables visant des sépultures portent une atteinte intolérable aux valeurs les plus fondamentales de la République."

Posté le 20 février 2017 à 08h43 par Michel Janva | Lien permanent

15 février 2017

Bernard Antony condamne le dérapage anti-catholique de Florian Philippot

Suite au tweet dénué de sens de Florian Philippot à propos de Macron, Bernard Antony réagit :

"Alors que je développais dans une émission pour Radio-Libertés toute mon indignation sur les propos d’Emmanuel Macron sur la culture française qui, selon lui, n’existe pas et sur ses déclarations abjectes, ses faits et ses gestes en Algérie, on me faisait passer le dernier tweet en date à son encontre de Monsieur Philippot, la tête pensante du Front National.

Ce dernier, avec l’humour gloussant qui le caractérise, a proféré ceci : « avec En Marche sur l’eau, le christique Macron veut multiplier les visas d’Algérie vers la France comme son ancêtre multipliait les pains ».

C’est donc tout ce que monsieur Philippot a trouvé à dire pour répliquer aux insultes macroniennes contre l’œuvre de la France en Algérie !  

On demeure pantois devant une telle débilité de sarcasme anti-chrétien. Philippot se vautre là dans le registre des grosses plaisanteries qui émaillaient les « agapes fraternelles » où les frangins du Grand Orient sous la III° République s’esbaudissaient en s’empiffrant de lard le Vendredi Saint.

Malgré tout ce que je jugeais d’insatisfaisant dans un certain nombre des trop nombreux 144 engagements du programme de gouvernement de Marine Le Pen, notre à priori était de convier l’Institut du Pays Libre à décider d’un vote pour le « moindre mal » politique qu’elle semble incarner. Il va de soi que si elle ne sanctionnait pas le dérapage anti-catholique de son vice-président et porte-parole, comme elle l’a fait pour d’autres dérapages, nous serions au regret d’envisager une autre attitude.     

Car Philippot et Macron injurient de même notre identité française et chrétienne."

Posté le 15 février 2017 à 19h03 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (17)

Profanation à la Madeleine: prison avec sursis confirmée pour une ex-Femen

La cour d'appel de Paris a confirmé aujourd'hui la condamnation d'une ancienne militante des Femen, Eloïse Bouton, à un mois de prison avec sursis pour exhibition sexuelle lors d'une action dans l'église de la Madeleine à Paris.

Le 20 décembre 2013, la jeune femme s'était dirigée, torse nu, vers l'autel de l'église. Elle portait sur le dos l'inscription "Christmas is cancelled" (Noël est annulé) et sur le ventre "344e salope", en référence au manifeste de 343 femmes appelant à la dépénalisation de l'avortement en 1971. Elle avait ensuite déposé des morceaux de foie de veau censés représenter l'avortement de l'enfant Jésus.

Posté le 15 février 2017 à 17h25 par Michel Janva | Lien permanent

Réfugiés : Devrait-on accorder un statut prioritaire aux chrétiens ?

Communiqué de Bill Donohue, de la Catholic League des États-Unis, le 31 janvier, c’est-à-dire avant l’imbroglio politico-juridique qu’a créé le décret présidentiel de Trump imposant un moratoire à l’accueil de réfugiés de pays reconnus comme « particulièrement préoccupants » par le Président… Obama. Traduction par Christianophobie Hebdo :

Unknown-30"En novembre 2015, le Président Barack Obama avait déclaré, lors d’une conférence de presse du G20, que la proposition d’accorder un statut prioritaire aux réfugiés chrétiens de Syrie était « honteuse ». Il déclara : « Nous n’appliquons pas de critère religieux à notre compassion ». Maintenant il critique le Président Donald Trump pour faire bon usage de cette initiative. Ce qui est vraiment honteux, c’est l’hypocrisie d’Obama et celle de ses supporters. Selon la logique des critiques de Trump, Obama a utilisé un critère religieux pour empêcher les réfugiés chrétiens syriens d’entrer aux États-Unis, et c’est ce que Trump tente aujourd’hui de rectifier.

En outre, ces réfugiés le sont devenus en grande partie à cause de l’échec de la politique d’Obama au Moyen-Orient. La politique d’Obama d’accorder un statut prioritaire aux musulmans a été si flagrante qu’elle a attiré l’attention de Daniel Manion, juge à la Cour d’appel des États-Unis. En novembre, il a exprimé sa préoccupation sur l’absence quasiment totale de chrétiens parmi les réfugiés chrétiens. Il a remarqué que « sur les près de 11 000 réfugiés admis jusqu’à la mi septembre, seuls 56 étaient chrétiens ». Il a remarqué aussi qu’alors que « peut-être 10 % de la population syrienne sont composés de chrétiens, il n’y a eu d’admis aux États-Unis cette année que 0,5 % de réfugiés chrétiens ».

Ce n’est pas convaincant de dire qu’Obama n’a pas explicitement utilisé un critère religieux contre les chrétiens. Ses défenseurs ne peuvent pas gagner sur les deux tableaux. Si Obama n’a pas utilisé de critère religieux, alors Trump non plus – il n’y a pas de proscription des musulmans. Le décret présidentiel de Trump a été rédigé pour bloquer les réfugiés de Syrie et de six autres nations dirigées par des musulmans – il ne cible pas les musulmans. Car s’il y avait une « proscription des musulmans » [« Muslim Ban »], alors toutes les nations majoritairement musulmanes auraient été désignées. Elles ne l’ont pas été.

Devrait-on accorder un statut prioritaire aux chrétiens ? Absolument. Et pour une raison primordiale : ce sont les gens les plus persécutés sur terre. Ce n’est pas de la compassion que de traiter sur un pied d’égalité toutes les religions quand la répartition des victimes de la persécution religieuse – et les raisons de ces persécutions – sont si énormément inégales. Des millions de chrétiens ont été tués sous Hitler mais ils ne furent pas objets d’un génocide comme le furent 6 millions de juifs. Cela fait une différence. […] Pew Research Center signale une étude d’octobre dernier où l’on découvre qu’une majorité d’Américains estime que les États-Unis ne sont pas obligés d’accepter les réfugiés venant de Syrie. Bien sûr, des décisions sur un sujet d’une telle importance humanitaire ne peuvent pas être orientées que sur des sondages : les aspects moraux exigent un traitement présidentiel. Peu importe. Les résultats de cette étude devraient modérer ceux qui affirment désormais que le Président Trump a ouvert la boîte de Pandore : il fait ce que le peuple veut. En outre, cette boîte a été ouverte par Obama, lorsqu’il a accordé un traitement préférentiel aux réfugiés musulmans, victimes […] de ses décisions désastreuses en matière de politique étrangère. Le correctif apporté par Trump est une réponse directe à ces réalités."

Posté le 15 février 2017 à 08h58 par Michel Janva | Lien permanent

13 février 2017

Le populisme chrétien

Posté le 13 février 2017 à 22h06 par Michel Janva | Lien permanent

Quels moyens réels le ministre compte mettre en œuvre afin de protéger les chrétiens ?

Question écrite du député Bompard au ministre de l'intérieur sur l'augmentation des actes christianophobe en France :

"Jacques Bompard attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur la hausse significative d'actes christianophobes au sein du territoire français. Dans ses commentaires sur les chiffres quant aux actes racistes, antisémites, antimusulmans et antichrétiens, il évoque les « meilleures armes » et « notre bien le plus précieux » afin de lutter contre ces actes : les « valeurs de la République ». Alors quand il constate le bilan positif de l'année 2016 en se félicitant de la baisse des actes antisémites, racistes, antimusulmans, il convient de se demander où sont les chrétiens dans ce bilan positif. Nulle part.

En effet, derrière ces « résultats tout à fait encourageants », il est aisé de constater que les sites chrétiens ont été atteints par des profanations, du vandalisme ou des vols. Ces actes christianophobes ont augmenté de 17,4 % entre 2015 et 2016 et de 245 % entre 2008 et 2016. Il le note lui-même dans son discours. Alors que le nombre d'actes antimusulmans a baissé de 58 % entre 2015 et 2016, personne ne semble prendre la mesure de ce qui se passe alors.

Ces chiffres peuvent alors engendrer deux possibilités. La première : constater que ses politiques et son plan d'action mis en place ne sont pas efficaces à la vue de l'augmentation affolante des actes christianophobes. La deuxième solution consiste à penser que les chrétiens sont moins bien protégés et que les actions portées par le Gouvernement ne sont pas suffisantes pour les chrétiens. La première semble impossible lorsqu'on voit comment se félicite le ministre des résultats qu'il décrit. Quoi qu'il en soit, l'augmentation des actes christianophobes ne peut être sous-estimée voire occultée comme cela est fait. À l'heure où l'on se dit en guerre contre le terrorisme islamiste et que l'on veut unifier le pays comme le ministre lui-même l'explique dans son discours, peut-être serait-il temps de se ranger derrière les réelles valeurs de la France, derrière ses racines. Or les racines françaises sont chrétiennes. Le Gouvernement se félicite de voir les actes antisémites, racistes et antimusulmans baisser mais ne s'inquiète pas tant que ça que la christianophobie augmente dans un pays de culture chrétienne. C'est là le réel enjeu de ce qu'il souhaite minimiser.

Le silence du Gouvernement face à tous ces actes devra bien un jour être rompu. Ce jour-là, il faut espérer que le Gouvernement traitera avec la même intensité les actes islamophobes et les actes christianophobes ; alors peut-être il sera atteint un début d'égalité. Il ne restera alors plus qu'à assumer les racines chrétiennes de la France. Ainsi, quand il envoie un préfet témoigner de l'amitié du Gouvernement auprès des musulmans lorsqu'une mosquée a été taguée (mosquée de Perpignan, taguée dans le nuit du 9 au 10 décembre 2016), on ne peut s'empêcher de penser que ce même 9 décembre 2016 était découvert un dispositif incendiaire devant la paroisse Saint-André de Toulouse et qu'à ce jour, nul préfet n'était venu témoigner de l'affection du Gouvernement. La protection effectuée par l'État est en effet bien réelle et il explique même que ce sont en majorité des édifices chrétiens qui sont protégés. Il y a, ainsi, 2 400 édifices chrétiens qui bénéficient d'une protection sur 4 320 lieux de cultes protégés. Le nombre d'édifices chrétiens protégés est finalement assez peu à la vue du nombre de lieux de cultes chrétiens en France. De plus, à la vue de l'augmentation des attaques christianophobes, cela ne semble pas suffire. Finalement, une haine anti-chrétienne semble bien s'établir en France au moment où l'islam radical ne cesse de s'étendre. Il lui demande quels moyens réels il compte mettre en œuvre afin de protéger les chrétiens et la culture chrétienne en France et s'il va laisser la France se perdre en reniant ses racines chrétiennes et en voyant le christianisme se faire harceler de plus en plus."

Posté le 13 février 2017 à 17h16 par Michel Janva | Lien permanent

09 février 2017

Incendie criminel dans la cathédrale Notre-Dame à Bastia

FullSizeRender-7

Posté le 9 février 2017 à 09h40 par Michel Janva | Lien permanent

08 février 2017

Pour France info, les martyrs japonais du XVIIe sont comparables aux djihadistes d'aujourd'hui

Sans complexe, France Info fait un rapprochement entre les missionnaires morts martyrs pour leur foi et les fous d'Allah qui foncent dans la foule avec leur camion ou trucident les spectateurs d'un concert :

"Les Jésuites du film ne posent pas de bombes ; le verbe est leur seule arme. Mais en connaissant le sort de leurs frères, torturés, mort au nom de Dieu en terre japonaise, leurs successeurs ne savaient-ils pas qu’ils s’envoyaient à la mort et qu’ainsi leur sacrifice ferait office de martyr ? Les kamikazes islamistes d’aujourd’hui, ressemblent fort, dans leur objectif, aux "bombes humaines" jésuites du XVIIe siècle, leur dénominateur commun étant la mort pour propager leur croyance."

Posté le 8 février 2017 à 11h42 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Cathophobie

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Cathophobie