22 avril 2016

La CGT s'est embourgeoisée

Posté le 22 avril 2016 à 15h55 par Michel Janva | Lien permanent

30 mars 2016

Financement public de L'Humanité : Yannick Moreau interroge le gouvernement

M. Yannick Moreau, député de la Vendée littorale, interroge le Premier ministre sur la complaisance du Gouvernement vis-à-vis du quotidien « L’Humanité ». Ce sujet avait déjà fait l’objet d’une question écrite le 28 janvier 2014.

"Le ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur a annoncé, mardi 22 mars 2016, le lancement à la rentrée prochaine d’une plateforme de distribution gratuite de journaux au sein des collèges et des lycées, dans l’objectif de « développer l’esprit critique des élèves et leur apprendre à se méfier de la désinformation et du complotisme sur les réseaux sociaux » (sic). La ministre entend faire des élèves des « citoyens lucides ». 

La lucidité devrait permettre de constater que ce quotidien, qui pleurait la disparation du dictateur Staline en titrant en Une « Deuil pour tous les peuples qui expriment dans le recueillement leur immense amour pour le grand  Staline », ne survit que grâce aux subventions publiques savamment entretenues par la majorité actuelle.

Le gouvernement avait ainsi tenté, par amendement, de faire annuler subrepticement la dette de 4.086.710€ de ce journal dans le projet de loi de finances rectificatif pour 2013.

Rappelons que « L’Humanité » est déjà l’un des titres les plus subventionnés de la presse française en recevant 0,5373€ par exemplaire, soit 6.329.432€ pour 11.780.071 exemplaires par an, soit (ce qui en fait de loin le titre le plus subventionné par exemplaire). Il est par ailleurs en cessation de paiement depuis 2000.

L’interventionnisme à outrance en faveur de ce journal, sous prétexte de « souci démocratique du gouvernement de préserver la pluralité de la presse », est choquant. D’autant plus que d’autres journaux, comme l’hebdomadaire « Valeurs Actuelles » qui a vu son tirage progresser de plus de 10% durant l’année 2015, s’est vu exclure du dispositif d’aide à la presse par le Ministre de la culture en 2015, sous prétexte d’ « incitation à la haine ou à la violence ». L’accusation est donc d’autant plus en décalage que « L’Humanité » titrait en Une « Vive la pensée de Mao Tsé-Toung ! ».

Est-il bien par ailleurs pertinent de maintenir de telles largesses, en période de difficulté budgétaire, en faveur « du journal du PCF » ? Les contribuables français, qui ont subi depuis 2012 une inflation de nouvelles taxes, doivent-ils être les bouées de secours pour sauver la majorité ?

M. le député Yannick MOREAU demande donc au Premier ministre combien d’exemplaires sont ainsi financés par des crédits publics (abonnements, subventions, aides exceptionnelles, annulations de dettes, etc…) et s’il est bien sage de maintenir artificiellement en vie un journal sans lectorat."

Posté le 30 mars 2016 à 18h01 par Michel Janva | Lien permanent

04 mars 2016

Barres de fer, planches à clous et pavés maoïstes contre Bernard Lugan

Des rescapés du maoïsme -il en reste encore- ont menacé Bernard Lugan à Clermont-Ferrand :

"Le jeudi 3 mars 2016, à la Faculté de droit de Clermont-Ferrand, et à l’invitation de l’Alliance française, Bernard Lugan devait prononcer une conférence ayant pour thème la Déstabilisation de la Libye, suivie d’une séance de dédicaces de son dernier livre Histoire et géopolitique de la Libye.

Un comité « antifasciste » se réclamant du très actuel « communisme maoïste » ayant appelé à manifester contre la venue du conférencier, Madame le doyen de la faculté, en place d’un solide et salutaire éclat de rire, décida, avec la force de caractère propre à nombre d’universitaires français, d’annuler purement et simplement cette conférence ; qui plus est, au dernier moment. Plus encore, Madame le doyen rendit directement compte aux commissaires politiques qui lui avaient dicté leurs ordres au moyen de l’insolite message facebook suivant :
FB_IMG_1457014155623
Indignés de la mise en dhimmitude de leur doyen par une poignée d’énergumènes pensant encore vivre à l’époque du « petit livre rouge », et face à la démission de la bourgeoise Alliance française, les étudiants de Clermont-Ferrand réussirent, dans l’urgence, à louer une salle en ville. La conférence s’est donc tenue quasiment à l’heure prévue, devant un public très nombreux et particulièrement enthousiaste.
 
Dépités par leur échec, armés de barres de fer, de planches à clous et lançant des pavés, les gentils et doux démocrates du comité « antifasciste » tentèrent alors d’attaquer l’hôtel qui abritait la réunion. Mal leur en a pris après que, spontanément sortis de la salle, des participants les eurent virilement chargés et copieusement corrigés. Pour les trente ou quarante héritiers de Mao Tsé Toung qui avaient tenté l’aventure, la soirée se termina piteusement, par une « longue marche » en forme de fuite panique à travers les rues humides de la cité arverne...
 
Cette lamentable affaire met certes en évidence la grande faiblesse de Madame le doyen de la faculté de droit de Clermont-Ferrand, mais elle illustre d’abord la superbe capacité de réaction de ses étudiants. Qu’on se le dise !"
Mais où est donc passée Sainte Liberté d'Expression ?

Posté le 4 mars 2016 à 17h01 par Marie Bethanie | Lien permanent

09 février 2016

Un terroriste condamné à perpétuité devient acteur

Images-17Jean-Marc Rouillan, terroriste et militant d'extrême gauche (MIL, GARI, Action directe), arrêté en 1987, condamné en 1989 puis en 1994 à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 18 ans, pour l'assassinat de l'ingénieur général de l'armement René Audran en 1985 et celui du PDG de Renault Georges Besse en 1986. Il a bénéficié d'un régime de semi-liberté du 17 décembre 2007 au 2 octobre 2008. Ce régime a été suspendu puis révoqué pour des propos tenus lors d'une interview à L'Express en 2007. Il bénéficie de nouveau d'un régime de semi-liberté le 19 mai 2011.

L’ancien membre fondateur du groupe terroriste Action Directe joue dans un long-métrage. Depuis sa sortie de prison, l’ancien terroriste travaille dans une entreprise d’exportation de bois dans la région marseillaise.

Posté le 9 février 2016 à 20h56 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

02 février 2016

Le régime castriste a fusillé plus de 15 000 personnes

Lu sur le blog de Bernard Antony :

"Je n’ai pas de sympathie particulière pour Laurent Gbagbo qui a été l’ennemi de nos soldats en interposition dans la guerre civile qui l’opposait à son rival vainqueur et aujourd’hui au pouvoir, le musulman Alassane Ouattara. Gbagbo et son lieutenant Charles Blé Gondé sont poursuivis pour crimes contre l’humanité. Ils seraient responsables de la tuerie de 3000 victimes. Mais ce qui semble possible également, c’est que la soldatesque du « puissant » Ouattara ne s’est peut-être pas toujours mieux comportée que celle du « misérable » Gbabo. Et la CPI à ce jour ne s’est pas penchée sur ses crimes, dont certains, peut-être moins nombreux, mais pas moins atroces pourtant à ce que l’on en sait, ne seraient donc pas des crimes contre l’humanité. Comprenne qui pourra.

Le gag pourtant, c’est qu’au moment où débute ce procès, trop à sens unique pour n’être pas inique, le bolchévique Raoul Castro est accueilli en France par François Hollande avec tous les honneurs dus à un chef d’État (...)

Or la dictature communiste des deux frères Castro conjointement, avec ses massacres, ses assassinats, son goulag tropical, a fait assassiner beaucoup plus que 3000 victimes ; et dans le plus parfait mépris aussi de leur humanité. En 1959, dans la seule prison de La Loma de los Coches, plus de mille « contre-révolutionnaires » furent fusillés. Des milliers d’autres au long des années, furent liquidés par le Département de la Sécurité d’État (DSE), la Tchéka castriste surnommée par les Cubains « la Gestapo rouge ».

Selon le livre noir du communisme, sous le régime castriste de 15 000 à 17 000 personnes ont été fusillées. Des milliers d’autres victimes ont péri en prison ou dans le goulag castriste du fait des tortures ou des privations. Et dans tous ces crimes du communisme castriste, n’oublions pas l’immonde tueur sanguinaire Che Guevara dont des générations de crétins ignorants portent des tee-shirts à son effigie comme s’il avait été un bienfaiteur de l’humanité !

Il faudrait bien sûr des pages entières pour lister les chefs d’État qui ont massacré, dix fois, cent fois, mille fois plus que Gbagbo. Mais pour aujourd’hui s’impose le cri de justice : « Castro, Gbagbo, même procès ! »."

Posté le 2 février 2016 à 06h51 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

18 janvier 2016

Les Chrétiens sont de plus en plus persécutés dans le monde, essentiellement dans les pays musulmans

Lu ici :

Image1"La persécution contre les chrétiens a encore augmenté en 2015, et celle-ci touche de plus en plus de pays. C’est ce qui ressort de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2016, publié par l’ONG Portes Ouvertes, qui recense chaque année les 50 pays dans lesquels les chrétiens sont le plus gravement persécutés.

En 2015, pour la 14ème année consécutive, c’est la Corée du Nord qui se retrouve en tête de classement, car dans ce pays le gouvernement considère le christianisme comme « ennemi de l’État ». Viennent ensuite l’Irak, l’Érythrée, l’Afghanistan et la Syrie (...) Selon l’ONG au moins 7 100 chrétiens ont été assassinés en 2015 pour des raisons liées à leur croyance, soit une augmentation de plus de 63% par rapport à l’année dernière. Le Nigeria est le pays où le plus de chrétiens ont été tués pour leur foi, et Boko Haram, précise le document, est responsable de la plupart des violences commises contre les chrétiens dans ce pays.

Du reste, les pays africains sont nombreux dans le classement de l’Index mondial. Si bien que les 6 pays qui comptent le plus grand nombre de chrétiens assassinés pour leur foi en 2015 sont tous des pays d’Afrique Subsaharienne : Nigeria, Centrafrique, Tchad, République Démocratique du Congo, Kenya, Cameroun.

Cette région d’Afrique constitue le premier foyer d’extrémisme islamique au monde après le Moyen-Orient. D’ailleurs, parmi les tendances relevées par l’ONG dans son rapport, on note que cet islamisme est la première source de persécution antichrétienne. Il en est responsable dans 35 pays, sur les 50 que compte l’Index, que ce soit dans les pays du Moyen-Orient, d’Afrique Subsaharienne ou d’Asie.

Au Moyen-Orient et en Afrique, « le désir d’exterminer les églises sur certains territoires est sans précédent » lit-on dans ce rapport. « Au Nigeria, en Syrie, en Irak, au Soudan, en Somalie, au Kenya, la persécution a pour but de chasser les chrétiens de leurs terres ancestrales ». Si bien que dans certains de ces pays « des villes et des régions entières se vident de leur population chrétienne ».

L’influence de l’islamisme et notamment du groupe État Islamique « a pour effet une radicalisation des sociétés musulmanes » analyse l’ONG qui déplore dans le même temps « un rejet de plus en plus grand de toute présence chrétienne » dans ces sociétés.

Toujours selon l’Index mondial, au moins 2 406 églises ont été visées (attaques, destructions, fermetures arbitraires…) en 2015. C’est là aussi plus du double par rapport à l’année précédente. « Une attaque sur une église, souligne Portes Ouvertes, peut avoir un effet destructeur sur tous les chrétiens qui fréquentaient cette église ». « Une église détruite et qui n’est jamais reconstruite reste un témoin de la vulnérabilité des chrétiens et de l’impunité des persécuteurs » (...)

Sans-titre

A ceux qui tenteraient de tirer des conclusions hâtives à propos de la religion dominante dans les pays concernés par ces persécutions, à l'exception de la Corée du Nord communiste, je vous renvoie immédiatement au post de Marie ...

Posté le 18 janvier 2016 à 06h58 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (7)

15 janvier 2016

Violées par l'occupant

Le nouveau film d'Anne Fontaine se penche sur le viol de religieuses polonaises à la fin de la Seconde Guerre mondiale par des soldats russes. Ce film s’inspire de faits réels, qui se sont déroulés en Pologne en 1945 : le viol de 25 religieuses bénédictines dans un couvent par des soldats soviétiques. Suivi de la naissance d’enfants nés de ces viols… 

Le 10 février au cinéma.

Posté le 15 janvier 2016 à 07h50 par Michel Janva | Lien permanent

21 novembre 2015

Manipulation, subversion, déstabilisation

Cet entretien, bien que datant de 1985, est d’une rare actualité. Yuri Bezmenov, ex-agent du KGB passé à l’Ouest dans les années 1970 y raconte par le menu les techniques de déstabilisation et de manipulation de l’opinion. Il révèle ainsi comment le bloc socialo-communiste :

  • a sciemment mis en œuvre une politique globale de manipulation de l’opinion et des élites au niveau mondial.
  • a conditionné les écoliers et étudiants occidentaux aux idéaux socialistes sur au moins trois générations. Cette tâche représentait selon lui 85% de l’activité du KGB.
  • a systématiquement recruté tous les faiseurs d’opinion à l’ouest pour influencer et déstabiliser le monde non-communiste.
  • a conditionné et “dé-moralisé” (perte des valeurs) des pans entiers de la société, devenus les “idiots utiles” du socialisme. 

On comprend pourquoi la génération des années 60 est contaminée par le marxisme dans sa façon de penser et que, pour remonter la pente, il est nécessaire de diffuser nos idées : c'est pourquoi le combat est d'abord culturel et métapolitique, comme l'explique Philippe de Villiers. Et c'est actuellement ce qui se déroule sous nos yeux avec le mouvement dextrogyre et le phénomène de La Manif pour Tous. Mais il faudra une génération pour arriver à un résultat concret.

Posté le 21 novembre 2015 à 07h49 par Michel Janva | Lien permanent

19 novembre 2015

Il y a un lien intellectuel très fort entre communisme et islamisme

Jean-François Chemain, professeur dans un collège de banlieue, répond à Famille chrétienne. Extraits :

"L’assaut mené le 18 novembre au matin contre les terroristes s’est déroulé à quelques pas de la basilique Saint-Denis. Quel symbole pour la France !

Saint-Denis est en effet l’épicentre religieux de la France. La « Plaine du Lendit », entre la colline de Montmartre et Saint-Denis était, avant la conquête romaine, l’ombilic religieux des Celtes. Les druides venaient ici de toutes les Gaules. Selon les chroniqueurs latins, l’empereur Constantin s’y serait converti alors qu’il était « césar » de Gaule et de Bretagne. Il aurait eu la révélation d’un « Dieu unique qui apporte la victoire »… [confusion avec Clovis ? NDMJ] On sait que Denis et son compagnon martyr Éleuthère ont payé de leur vie pour évangéliser la région. À Saint-Denis, était conservée la sainte ampoule qui servait aux sacres des rois de France à Reims. Le cri de guerre de l’époque des rois était « Montjoie Saint-Denis ! » ce qui signifie, selon certains spécialistes, « protège notre pays, saint Denis ! »

Mais la ville de Saint-Denis est devenue une « banlieue rouge » aux mains des communistes ?

Unknown-78Pour moi, cette gauche incarne le cléricalisme absolu. Le communisme voulait établir le royaume de Dieu sur terre de manière politique. Il n’est pas antichrétien, seulement anticatholique : l’Église est sa principale concurrente ! Le Parti remplace l’Église. L’invitation évangélique à la « sainteté », de personnelle et facultative, devient une obligation politique collective sous peine de l’enfer sur terre. C’est pourquoi cette gauche a sacralisé le pouvoir politique.

Mais comment l’islamisme a-t-il pu prendre le relais de l’idéologie communiste ?

Il y a un lien intellectuel très fort entre communisme et islamisme. Je pense au sociologue Jules Monnerot qui écrivait que le « communisme [était] l’islam du XXe siècle ». Ils partagent le même mécanisme intellectuel, simpliste, qui consiste à dire qu’il existe deux catégories d’êtres humains : les bons et les méchants… Pour les communistes, les bons sont les prolétaires et les mauvais les bourgeois ; pour l’islamisme, les bons sont les « fidèles » et les méchants les « infidèles », dont les chrétiens… Les « bons », qui ne sont que bons, sont intrinsèquement victimes des « méchants », 100 % méchants. Ils forment un peuple élu persécuté. Pour instaurer le royaume de Dieu sur terre, ou mettre fin à l’oppression, il suffit d’éliminer les « méchants ». La violence est légitime, et se justifie en permanence par les éventuelles réactions violentes de ceux qui en sont les victimes. C’est le loup de La Fontaine, qui dévore l’agneau parce que lui, ou son frère, a dit que les loups sont méchants. [...]"

Posté le 19 novembre 2015 à 22h20 par Michel Janva | Lien permanent

31 octobre 2015

Musée sur la terreur stalinienne à Moscou

Unknown-40Un musée d'État sur la terreur stalinienne ouvrira ses portes à Moscou vendredi, jour du souvenir des victimes des répressions de l'époque soviétique qui ont fait des millions de morts.

Le visiteur passant par des portes blindées rouillées récupérées dans différents camps de "l'archipel du goulag", des Solovki (Nord) à Kolyma (Extrême-Orient), entendra les verrous qui claquent et l'aboiement des chiens de garde.

Dans l'obscurité totale, les fenêtres étant drapées de tissus noir, on se sent coupé du reste du monde. Egor Laritchev, le directeur adjoint du Musée du Goulag, explique :

"Comme ceux qui se trouvaient complètement isolés après leur arrestation".

"A son apogée en 1937, la terreur a touché quasiment chaque Soviétique, qu'il soit victime, délateur ou gardien".

2500 photographies, des témoignages, des objets personnels et des documents historiques occupent un bâtiment de quatre étages non loin du centre de Moscou.

La carte de "l'archipel du Goulag" montre cet immense réseau de camps où ont été broyés 20 millions de détenus entre 1930 et 1956. Mais l'exposition couvre uniquement la période allant jusqu'en 1958, et ignore les camps qui ont existé jusqu'à la fin de l'URSS.

Posté le 31 octobre 2015 à 19h38 par Michel Janva | Lien permanent

22 octobre 2015

Pascal Gannat (FN) honorera Guy Môquet

Que Nicolas Sarkozy, cet ignorant, commémore les morts des traîtres du Parti communiste, cela peut se comprendre, mais Pascal Gannat, tête de liste FN dans la région Pays de la Loire, c'est moins compréhensible :

G"Une délégation du Front National de Loire-Atlantique participera cette année à l'hommage rendu aux 50 otages de Nantes, dont 48 furent fusillés [Parmi lesquels Guy Môquet] sur ordre d'Adolf Hitler en représailles de l'assassinat d'un commandant allemand. Avant la cérémonie officielle en présence des autorités civiles et militaires, des militants frontistes déposeront une gerbe au mémorial du Champ de Tir du Bêle, où 16 des otages furent exécutés le 22 octobre 1941.

Pascal Gannat justifie :

"Même si des hommes de gauche furent essentiellement fusillés, toute personne qui meurt pour un idéal français a droit à un hommage"

Idéal français ?

Le jeune Guy Môquet a été arrêté par la police française pour ses activités au sein du parti communiste... en octobre 1940, au plus fort du pacte Ribbentrop-Molotov. Il n'a en tout cas pas été arrêté pour des faits de résistance contre l'occupant, bien au contraire. Ce n'est qu'en octobre 1941, après la dénonciation de ce pacte, que le malheureux garçon a été fusillé par les Allemands - sur proposition du Ministre de l'Intérieur Pierre Pucheu. Le père de Guy, le député Prosper Môquet, a été déporté en Algérie en 1939... pour avoir soutenu le pacte entre les nazis et les communistes.

Posté le 22 octobre 2015 à 21h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (41)

19 octobre 2015

59ème commémoration de la Révolution hongroise de 1956 à l'Arc de Triomphe

Le SIEL a assisté à la 59ème commémoration de la Révolution hongroise de 1956 célébrée hier à l'Arc de Triomphe à Paris. Karim Ouchikh a rencontré à cette occasion l'ambassadeur de Hongrie à Paris et surtout le Président de l'Assemblée nationale et numéro 2 du régime hongrois.

CRn9g1dXAAAAAOo

CRn9g1eWIAIH1DQ

CRn_MRxWIAAkvwt

Posté le 19 octobre 2015 à 07h25 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

14 octobre 2015

Le communisme, une idée neuve au FN ?

Trouvé dans Minute :

Unknown-15"Wallerand de Saint-Just, qui conduit la liste FN en Ile-de-France [...] a déclaré samedi lors d’un meeting à Créteil (Val-de- Marne) : « Le communisme a pu être une très belle idée, une idée qui a été balayée quand Georges Marchais a pris sa retraite. » Soit trois ans après que l’URSS avait elle-même été balayée malgré son « bilan globalement positif », c’est bien ça ?"

Posté le 14 octobre 2015 à 07h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (30)

17 septembre 2015

Cuba : le parti communiste cubain craint le « hors-programme » du pape

À quelques jours de l’arrivée du pape François à Cuba, prévue le 19 septembre, les signes d’ouverture et les amabilités de la part du régime cubain se multiplient :

"3522 prisonniers amnistiés, la construction d’une nouvelle église annoncée, la « bienvenue » au pape souhaitée dans un éditorial du quotidien du Parti communiste cubain Granmaun site internet officiel consacré à la visite du pape qui vient de s’ouvrir"

Et Famille chrétienne liste :

465270-president-cubain-raul-castro"À cet égard, tout est possible et les communistes cubains ont raison d’avoir peur. Car pour le pape, les choix ne manquent pas. Il pourrait, à titre d’exemple, rencontrer les « Dames blanches », ces femmes résistantes qui marchent chaque semaine au départ de l’église Sainte-Rita de La Havane pour demander la libération des prisonniers politiques et se retrouvent, dimanche après dimanche, en garde à vue. Il pourrait aussi s’inviter dans une des célèbres prisons de l’île, histoire de répondre aux innombrables courriers de prisonniers que l’Église cubaine a reçus à l’approche de sa visite. Il pourrait rencontrer les héritiers d’une des principales figures d’opposition au régime castriste, le dissident chrétien Oswaldo Paya, disparu en 2012 dans des conditions plus que suspectes. Il pourrait encore tout simplement faire une promenade dans les quartiers du centre de La Havane et aller à la rencontre des habitants : on y vit dans des conditions de pauvreté et de précarité tellement scandaleuses au regard du train de vie mené par les dirigeants confortablement installés sur les hauteurs de la ville…"

Le pape François connaît les dictateurs latino-américains et cela ne lui fait pas peur. Il n’a pas craint la colère des Turcs en évoquant le génocide des Arméniens en avril dernier. Il ne devrait donc pas avoir peur de dire son fait sur l’une des dernières dictatures communistes de la planète.

Posté le 17 septembre 2015 à 08h13 par Michel Janva | Lien permanent

16 septembre 2015

Le siège du Parti communiste en vente ?

Il s'agit du siège de La Rochelle. Les derniers militants locaux sont furieux. Voulaient-ils y loger des immigrés ?

Posté le 16 septembre 2015 à 15h13 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

07 septembre 2015

"Pas luxueux"

Il a du toupet :

COM50dvWsAA2PNS

Posté le 7 septembre 2015 à 07h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

01 septembre 2015

La SNCF offre des tarifs réduits pour se rendre à la fête de l’Humanité

En attendant les offres que la SNCF ne manquera pas de mettre en place pour se rendre à la Marche pour la vie le 24 janvier 2016 !

Preview

Posté le 1 septembre 2015 à 08h07 par Michel Janva | Lien permanent

04 août 2015

Croix interdites au sommet des églises : les chrétiens chinois résistent

... pacifiquement, en brandissant des croix rouges et en les accrochant au pare-brise de leur voiture, à leur fenêtre, ou sur leurs vêtements sous forme de broche :

C1

C2

C3

Le gouvernement de la province de Zheijang a en effet décrété en mai que

"les croix surplombant les toits des églises devront être retirées et placées sur la façade des églises, avant septembre. Il est également prévu de restreindre leur taille, la surface de la croix ne devant pas dépasser un vingtième de celle du bâtiment. Les églises devront par ailleurs adopter un "style architectural chinois"."

Les croix sont décrochées les unes après les autres, comme celle de l'église catholique Ma Bu Gao Sha à Pingyang, le 31 juillet :

Le reportage de France 24 est à lire ici.

Posté le 4 août 2015 à 11h23 par Louise Tudy | Lien permanent

20 juillet 2015

Jean Lacouture, un "honnête homme" ?

François Hollande a publié un communiqué à l'occasion du décès de Jean Lacouture, le 16 juillet :

L"Jean Lacouture était un homme passionné, indépendant et courageux qui a écrit l’Histoire de France en même temps qu’elle se faisait. Infatigable militant de la décolonisation, il suivit tous les conflits de la France de l’après-guerre pour Combat, Le Monde, France Soir et le Nouvel Observateur. Par son sens du récit, il montra ce que le journalisme peut porter de meilleur au plan littéraire. [...] Il savait aussi reconnaître ses erreurs, preuve de sa grande honnêteté intellectuelle, mais il ne cédait rien sur ses idées, ne renonçait à aucune de ses convictions. [...] Avec Jean Lacouture disparait ce que l’on appelait jadis un « honnête homme »."

Bernard Antony conteste cette vision :

"[...] Jean Lacouture fut un habile collabo propagandiste qui, lorsque cela devenait trop énorme et même grotesque d’encenser de pareils criminels, sut juste à temps se raviser et émettre de judicieux salmigondis d’auto-critique « progressiste » et de repentance pseudo-catholique. Alors, la tartufferie régnante non seulement pardonnait à ce collabo-là mais l’honorait d’autant plus.

Après avoir aussi tranquillement passé les années de l’occupation allemande que son modèle Jean-Paul Sartre, Lacouture se débrouilla comme ce dernier, à la 11° heure et demi, pour s’auto-décerner les palmes d’une résistance… intellectuelle. On sait combien ce résistancialisme était à vomir pour les véritables résistants de la première heure, pour la plupart sinon tous issus des rangs des droites nationales, cependant que le parti communiste célébrait l’alliance hitléro-stalinienne.

C’est ensuite dans la plus abjecte des collaborations propagandistes avec les abominations du communisme sous les masques de l’anticolonialisme que ce « chrétien de gauche » s’illustra durablement : dans Le Monde, le nouvel Observateur et autres médias audio-visuels de même facture. [...]

Ce spécialiste parisien de l’Indochine encensa d’abord Ho-Chi-Minh autant qu’un Aragon glorifiant les crimes de son maître Staline.

Il devint bien sûr ensuite et simultanément un ardent prosélyte du FLN algérien dans le déni de réalité de ses attentats terroristes, de ses massacres de masse et cruautés sans limites.

Mais là où ce journaliste « chrétien » se hissa à un niveau d’abjection mensongère quasiment indépassable, ce fut dans la collaboration propagandiste avec les génocideurs communistes maoïstes du Cambodge. Au mépris total de tout ce qui parvenait d’informations fiables sur leur entreprise de « régénération révolutionnaire » par les tortures aussi monstrueusement sadiques que celles des Jeunes-Turcs, et des charniers sans cesse ouverts, Lacouture louangeait les Khmers rouges comme Aragon la Tchéka et le Guépeou. [...]

Avec trois ans de retard, sur les premières indéniables révélations de l‘atrocité, il découvrit enfin la réalité du génocide. Il ne lésina pas alors à émettre un salmigondis d’auto-critique à la façon marxiste et de repentance à la manière catholique. Tant qu’à faire, il n’hésita pas à écrire : « Hitler et Staline étaient des timides comparés aux Pol Pot, Yen Sary et autres gribouilles sanglantes qui transforment le Cambodge en cimetière ». Dieu, qu’il avait fallu du temps à ce grand journaliste, à ce spécialiste très informé pour apprendre la réalité et dire la vérité ! Sur pareille chose et tant d’autres encore, on peut juger de la fiabilité informative du journal Le Monde. [...]"

Addendum : en plus d'être un admirateur de Pol Pot, Jean Lacouture militait pour l'euthanasie :

Posté le 20 juillet 2015 à 16h11 par Michel Janva | Lien permanent

23 juin 2015

Les ordinations sacerdotales en France en 2015

St Pie XTraditionnellement, la plupart des ordinations sacerdotales sont conférées autour de la fête de saint Pierre et saint Paul, apôtres, le 29 juin. Paix liturgique nous livre les chiffres pour 2015 :

"Il apparaît, hélas, que la crise sacerdotale s’amplifie d’année en année dans notre pays, dès lors que le nombre d’ordinations diocésaines extrêmement bas (...) n’assure pas, de très loin, le renouvellement des prêtres de France.

Le nombre des prêtres en exercice dans les diocèses – qui était de 5 806 en 2014 – passera à 4 257 en 2024, selon une enquête publiée par La Croix le 6 juin 2014. Le nombre des ordinations, cette année, dans les diocèses de France, est peut-être le plus bas depuis la reprise du culte après la Révolution.

Certes, les fidèles et prêtres attachés à la liturgie traditionnelle constatent, cette année encore, sa vigueur, mais celle-ci n’est pas malheureusement suffisante pour éponger le déficit global : on estime généralement que le « taux de fécondité sacerdotale » des communautés traditionnelles équivaut à ce qu’était le « taux de fécondité sacerdotale » des catholiques français en général en 1962, au début du Concile.

  • Les chiffres diocésains

Le nombre total des prêtres ordonnés dans les diocèses est malheureusement au plus bas :
- 68 ordinations diocésaines en 2015, annonce un communiqué de la CEF, tandis que 87 séminaristes seront ordonnés diacres cette année pour les diocèses de France et deviendront normalement prêtres en 2016.
- 83 en 2014            - 94 en 2006 
- 92 en 2013            - 98 en 2005
- 97 en 2012            - 90 en 2004
- 109 en 2011          - 105 en 2003
- 96 en 2010            - 132 en 2002
- 89 en 2009            - 125 en 2001
- 98 en 2008            - 142 en 2000
- 101 en 2007
 
[Erratum : Paix liturgique ajoute que la communauté Saint Martin n'est pas comptabilisée, mais il semblerait bien qu'elle le soit, si l'on s'en réfère au communiqué de la CEF.]

  • Les chiffres pour la forme extraordinaire

Le nombre de prêtres ordonnés dans et pour la forme extraordinaire assimilables à des prêtres diocésains (étant donc exclus les prêtres des communautés traditionnelles proprement religieuses : bénédictins, chanoines réguliers de la Mère de Dieu, etc.) est en lente croissance. 107 prêtres ont été ordonnés depuis 2010 :
- 20 ordinations en 2015 (13 pour les instituts Ecclesia Dei, 7 pour la FSSPX)
- 18 en 2014 (11 ED, 7 FSSPX)
- 15 en 2013 (10 ED, 5 FSSPX)
- 20 en 2012 (9 ED, 11 FSSPX)
- 18 en 2011 (7 ED, 11 FSSPX)
- 16 en 2010 (8 ED, 8 FSSPX).

  • Comparatif depuis 2010

Depuis 2010, la proportion entre les deux catégories de prêtres français ordonnés s’établit ainsi à :
 - 77% (68 prêtres) pour la forme ordinaire et 23% (22,7) pour la forme extraordinaire en 2015 (20 prêtres)
- 82 % (83) pour la forme ordinaire et 18 % pour la forme extraordinaire en 2014 (18)
- 88 % (92) pour la forme ordinaire et 12 % pour la forme extraordinaire en 2013 (12)
- 83 % (97) pour la forme ordinaire et 17 % pour la forme extraordinaire en 2012 (20)
- 86 % (109) pour la forme ordinaire et 14 % pour la forme extraordinaire en 2011 (18)
- 86 % (96) pour la forme ordinaire et 14 % pour la forme extraordinaire en 2010 (16)

Ainsi, sur les six dernières années, 652 prêtres français à vocation diocésaine ont été ordonnés dont 545 principalement pour la forme ordinaire et 107 pour la forme extraordinaire. Soit un prêtre non religieux sur six ordonné dans et pour la forme extraordinaire du rite romain."

Pour soutenir les vocations, plusieurs diocèses proposent à leurs ouailles de rejoindre un monastère invisible, en prenant un engagement régulier d'offrande et de prière. Par exemple, Nanterre ou Grenoble. Cette démarche s'adresse à tous, enfants ou adultes ; elle permet en outre aux personnes malades ou handicapées d'offrir leurs souffrances pour cette intention (c'est-à-dire de convertir leurs souffrances en un chemin d'amour de Dieu et du prochain, en offrande pour les vocations), tout en faisant partie d'une communauté de prière.

Seigneur, donnez-nous des prêtres; Seigneur, donnez-nous de Saints prêtres;
Seigneur, donnez-nous beaucoup de saints prêtres.

Posté le 23 juin 2015 à 12h38 par Louise Tudy | Lien permanent

12 juin 2015

Béatification de 17 martyrs du Laos communiste

Lu sur Eglises d'Asie :

"A ce jour, les autorités laotiennes – habituellement discrètes – n’ont pas réagi à l’annonce par Rome de la signature, le 5 juin dernier, par le pape François de la promulgation des décrets relatifs au martyre de 17 prêtres et laïcs laotiens et missionnaires étrangers, tués au Laos entre 1954 et 1970. C’est pourtant la première fois que l’Eglise catholique s’aventure à béatifier des martyrs tués en Asie par des organisations communistes dont les héritiers directs sont toujours au pouvoir. 

Le gouvernement laotien n’est pas pris par surprise. La cause de béatification de ces 17 martyrs a été introduite en 2004, et ce sont les évêques du Laos qui l’ont voulue, convaincus que la béatification de leurs martyrs contribuera à l’édification de l’Eglise dans leur pays. Selon les propres termes des évêques laotiens, l’Eglise du Laos est « encore une jeune plante bien fragile : elle a besoin de trouver des ‘tuteurs’, des appuis surnaturels solides » pour mener son parcours dans un environnement trop souvent hostile. [...]

Dans le cas des 17 martyrs du Laos, les dossiers le montrent : le P. Joseph Thao Tiên et seize autres prêtres et laïcs assassinés, exécutés ou morts d’épuisement entre 1954 et 1970, ont trouvé la mort dans un contexte politique particulièrement complexe, celui de la décolonisation, des guerres de libération nationale et de la guerre froide.

[...] Quarante-cinq ans après la mort des deux catéchistes tués en 1970 qui clôturent la liste de ces dix-sept martyrs, le Pathet Lao, qui a pris le pouvoir en 1975 après avoir défait les forces royalistes, est toujours aux commandes de la République populaire démocratique lao. Dans ce pays culturellement bouddhiste, les chrétiens ne représentent qu’une petite minorité et les catholiques sont au nombre de 50 à 60 000. Les évêques des quatre vicariats apostoliques de l’Eglise locale (Luang Prabang, Paksé, Savannakhet, Vientiane) ont appris à rester discrets afin de préserver l’espace de liberté concédé par le pouvoir en place.

Pour la béatification de ces 17 martyrs, qui pourrait avoir lieu en mai ou juin 2016, les évêques laotiens tiennent cependant fermement à ce que la cérémonie soit organisée au Laos. Le lieu reste à déterminer mais, selon nos informations, les évêques assument les risques qu’un tel événement représente. [...]"

Posté le 12 juin 2015 à 07h33 par Michel Janva | Lien permanent

22 mai 2015

Les Tibétains convertis au catholicisme ne le sont pas à moitié

Excellente dépêche de l'AFP sur les chrétiens du Tibet :

"Adossé au massif himalayen, le village de Baihanluo n'est accessible qu'à pied ou à cheval, par un sentier muletier que l'on gravit en cherchant son souffle, les yeux rivés sur les sommets enneigés.

Son église en bois, au toit aux pans courbés, fut fondée à la fin du XIXe siècle par des envoyés de la Société des missions étrangères de Paris. Le pape Grégoire XVI (1831-1846) avait confié à ces prêtres français l'évangélisation du Thibet --comme on l'écrivait alors--, juste après l'ouverture manu militari de la Chine par la première guerre de l'Opium. Baroudeurs à l'ardeur apostolique incomparable, ces missionnaires ont vécu une épopée parfois sanglante, martyrisés par des lamas hostiles à l'arrivée du Christ au pays de Bouddha.

Mais, rudes à la tâche et prêts à tous les sacrifices, les Pères aventuriers ont creusé leur sillon évangélisateur, remontant les vallées du fleuve Salouen (appelé "Nu" en mandarin) et du Mékong, jusqu'au Haut plateau. Coupés du monde par l'hiver verrouillant les cols, ils ont établi des "missions perdues" sur des pentes où les lamaseries conservaient un fonctionnement féodal.

"C'était l'extrême western de la Chine. En chinois, la rivière Nu était surnommée la vallée de la mort. Un adage disait qu'il fallait vendre sa femme avant d'y partir, parce qu'on ne savait pas si on pourrait en revenir", explique à l'AFP Constantin de Slizewicz, auteur de l'ouvrage "Les peuples oubliés du Tibet".

Après l'arrivée au pouvoir des communistes en 1949, ces missionnaires étrangers, "suppôts de l'impérialisme", ont été arrêtés, maltraités puis expulsés.

- Décennies sans prêtres -

"Les églises ont été fermées ou transformées en écoles ou en granges. Les chrétiens n'avaient plus le droit d'avoir d'objets religieux, sous peine d'emprisonnement, et ceux qui avaient des rôles importants ont été persécutés, menés au laogai" (goulag chinois), précise M. de Slizewicz. Et pourtant, la religion catholique a subsisté clandestinement chez ces populations rurales, dont la ferveur n'a d'égale que la pauvreté.

"Le Tibétain est un fou de Dieu. Ils ont leur vie dédiée à la foi. Ces Tibétains convertis au catholicisme ne le font pas à moitié", poursuit Constantin de Slizewicz. "Pendant quasiment 50 années d'absence de prêtres et de sacrements, ils n'ont pas perdu une parole de l'enseignement d'un siècle de ces Pères". Entretenant les tombes des missionnaires français, les Tibétains ont continué à prier avec des catéchistes, à célébrer Pâques et Noël, remplaçant le boeuf et l'âne de la crèche par un yack et un mulet. Certains n'ont jamais oublié leur latin ou comment réciter Frère Jacques...

A Baihanluo, ermitage juché sur un promontoire, 400 à 500 paroissiens se rassemblent aux fêtes du calendrier. Ils gardent un souvenir vivace du patriarche Zacharie, mort centenaire il y a une dizaine d'années. Ce catéchiste de l'ethnie loutse survécut aux purges communistes en fuyant à Taïwan. Après 30 ans d'exil, il participa au renouveau catholique local. "Zacharie avait déposé dans chaque église du voisinage de l'eau sainte de Lourdes diluée dans de l'eau claire. On en donna une goutte à un fidèle tombé malade. Trois jours après, il était rétabli", relate Zha Xi, 32 ans, baptisé "Joseph". Cet enfant du pays incarne la relève pastorale à Baihanluo, après avoir conclu son séminaire à Kunming et Chengdu. Près du Toit du monde --et donc des cieux-- le futur prêtre semble réaliser un autre miracle: il extirpe d'un recoin sombre du presbytère un vieux coffre, apparemment là depuis des lustres.

- Malle aux reliques -

A l'intérieur se trouvent des livres rongés par l'humidité, abandonnés lors du départ précipité des prêtres français: une collection du journal L'Illustration de 1930 et des missels en tibétain publiés en 1897 par l'Imprimerie de la Société des missions étrangères de Hong Kong. La malle aux reliques recèle également un gros bol estampillé "Creil et Montereau", une manufacture de faïence française qui connut son apogée dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Ces objets ont échappé aux saccages du maoïsme.

Mais pas l'église de Zhongding, dans la vallée voisine, qui dut être totalement rénovée après l'ouverture de la Chine sous Deng Xiaoping. Là est enterré Annet Génestier, un missionnaire natif du Puy-de-Dôme (centre de la France). Ce grand chasseur devant l'Eternel s'est éteint en 1937, en tirant sur sa pipe, après un demi-siècle à arpenter les montagnes tibétaines.

Son lointain successeur est le Père François, Han Sheng de son nom chinois. "Les missionnaires français ont introduit dans la région les connaissances scientifiques modernes", souligne ce prêtre de 39 ans. "Les grands arbres ont été plantés par les Français. Les cloches des églises ont aussi été apportées de France, tout comme les outils agricoles."

Parce qu'en Chine les autorités imposent aux croyants de rejoindre une organisation affiliée au Parti communiste, une "Eglise souterraine" s'est développée. Selon Han Sheng, la grande région tibétaine compte plus de 10.000 catholiques. Lui-même se partage entre 16 églises du district de Gongshan. "Nous manquons de prêtres", insiste-t-il. Yu Xiulian, paysanne de 75 ans qui reçut Madeleine pour nom de baptême, confirme: "Ici les catholiques sont de plus en plus nombreux. Nous, les gens du peuple, on voudrait agrandir les églises, mais l'argent manque."

La nuit tombée, on retrouve le Père François à Nidadang, un village proche. Dans l'église traversée par un courant d'air glacé, les femmes sont assises à gauche avec les enfants, les hommes à droite. Ce sont des agriculteurs de tous âges, vêtus simplement, la peau tannée par l'altitude et le travail des champs. A côté de l'autel, le prêtre entend les confessions. Un par un, les fidèles viennent s'agenouiller pour lui confier leurs péchés dans le creux de l'oreille. "Si on suit Ta Parole, on monte au paradis", chante inlassablement l'assemblée."

Posté le 22 mai 2015 à 08h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

11 mai 2015

Les 26 millions de russes morts sont-ils un détail ?

C'est la question que pose le MNR dans ce communiqué :

"Les cérémonies commémorant les 70 ans de la victoire sur l'Allemagne nazie se sont tenues à Moscou en présence de Vladimir Poutine et de plusieurs chefs d’État, dont le président chinois, Xi Jinping, l’Indien Pranab Mukherjee, l’Egyptien Abdel Fattah Al-Sissi, le Vénézuélien Nicolas Maduro, le Sud-Africain Jacob Zuma ou bien encore le Cubain Raul Castro. Ainsi, aucun chef d'État occidental n'était présent, Moscou étant accusé de soutenir en Ukraine les insurgés du Donbass.

Il faut rappeler que V. Poutine avait assisté aux cérémonies commémorant le débarquement allié en Normandie. En l'occurrence, il s'est montré beaucoup plus beau joueur qu'eux, rendant hommage aux peuples de « Grande-Bretagne, de France et des Etats-Unis pour leur contribution à la victoire. » Quoi qu'on doive  penser des conséquences de la guerre en Europe de l'Est, rien ne justifie d'oublier la contribution soviétique à la victoire sur le nazisme. Les occidentaux voudraient-ils faire renaître la « guerre froide » ? Comme l'a déclaré l'écrivain Vladimir Fédorovski , « Les Russes sont terriblement offensés par cette absence des Occidentaux.» Mais peut-être que les 26 millions de victimes russes de la deuxième guerre mondiale sont un « détail » !!!? (...)"

Posté le 11 mai 2015 à 17h27 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (19)

Cette histoire ne se déroule pas à Ploërmel

Mais en Chine :

"Un nouveau projet de loi présenté par les autorités dans la province du Zhejiang, où la campagne antichrétiens bat son plein depuis deux ans, prévoit ainsi d'interdire de placer des croix au sommet des édifices religieux catholiques et protestants."

Province où le gouvernement local a fait abattre plus de 400 croix et démoli, totalement ou partiellement, six églises depuis 2014.

Posté le 11 mai 2015 à 14h54 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (1)

28 avril 2015

"Un monde à conquérir"

 Repérée par Aymeric Chauprade, une affiche qui se passe de commentaires.

Posté le 28 avril 2015 à 11h25 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (11)

09 avril 2015

"Nos années goulag"

Le 1er volet sur 4 d'un documentaire passionnant, proposé conjointement par RFI et France culture, sur les Européens déportés au goulag.

Ruzgys_343 "En 1939, l’Union soviétique annexe les territoires orientaux de la Pologne (Ukraine et Biélorussie occidentales) et les Pays baltes. Leurs élites politiques, économiques et militaires sont condamnées à la déportation dans les camps du goulag. L’arrestation a souvent lieu la nuit, les familles disposent de très peu de temps pour faire leur valise et ne connaissent pas leur destination. C’est le début d’un terrible voyage vers l’inconnu."

A 43:26, le récit étonnant du prêtre catholique Placid Ollofson prisonnier des communistes, qui chante l'absolution en Hongrois pour absoudre les condamnés à mort, sous le nez des gardes soviétiques qui ne comprennent pas la langue.

 

Posté le 9 avril 2015 à 15h35 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

La CGT en perte de vitesse

Alors que le syndicat marxiste appelle à la grève aujourd'hui, un article du Figaro pointe ses défaites électorales :

"SNCF, La Poste ou encore la RATP. Trois grandes entreprises françaises et autant de défaites pour la CGT lors des dernières élections professionnelles. Alors certes, la CGT y est toujours la première force syndicale mais les écarts se réduisent avec ses concurrents. Ce n'est en revanche plus le cas à Air France, véritable bastion de la CGT qui y a subi un échec cuisant. Premier syndicat de la compagnie aérienne, la CGT y a non seulement perdu son trône mais a reculé jusqu'à la quatrième place, devancé par la CFE-CGC, FO et Unsa. Idem chez Orange où la CGT a subi également un revers historique.

Posté le 9 avril 2015 à 10h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

04 avril 2015

Même le PCF condamne l'attitude de la RATP

A lire sur l'Humanité :

"La RATP a cru devoir interdire dans le métro parisien un affichage pour un concert à l'Olympia par une chorale patronnée par l'évêque de Gap au motif que les affiches portaient la mention "au profit des chrétiens d'Orient" ce qui rendrait ces affiches et cette mention contraires à la laïcité. L'affichage a dû être modifié. Le PCF proteste contre cette atteinte à la liberté d'expression (religieuse en l'occurrence) qui en outre est une atteinte à la liberté d'agir pour la solidarité envers des populations persécutées. [...]"

Le Parti communiste qui condamne les atteintes à la liberté...

Posté le 4 avril 2015 à 17h16 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (18)

14 mars 2015

Quelques réflexions sur le PCF

Un lecteur du Salon beige tient un blog consacré à ses lectures et aux analyses qu'il en fait. Il a lu récemment "Liquider les traîtres – La face cachée du PCF 1941-1943" , écrit par le Professeur d’Université d’histoire Jean-Marc Berlière et par le Chargé de recherches au CNRS Franck Liaigre, appartenant tous deux à l’équipe de recherche du CESDIP (ministère de la Justice / CNRS).

Il nous en propose une analyse personnelle, que vous pourrez retrouver sur son blog http://www.rdlvgc01.fr/mes-petites-syntheses-reflexions-ou-notes-de-lectures.html , dans le chapitre « Livres » de la Partie 6 (« Compléments ») de ce document. Voici ci-dessous les quelques réflexions que lui a inspirées le sujet :

"1). Je suis avant  tout excédé par le fait que ce soit les Communistes qui ont lancé, —et ont été, et sont toujours, une colossale  caisse de résonnance—, les mensonges et diffamations sur Pie XII et les Juifs, et que ce soit eux qui « fassent les beaux » ; alors que sur le sujet des Juifs, comme sur toutes les leçons qu’ils n’arrêtent pas de donner à tout le monde sur la Seconde Guerre Mondiale, s’il y en a bien qui, de fait, devrait « faire profil bas », ce sont bien eux —les Communistes—, (ainsi que, mais pour des raisons différentes, quelques autres petits partis comme celui de Doriot —lui-même ancien communiste—, mais ces derniers au moins, pour le cas où il en resterait encore de résidus, ne font pas croire qu’ils ont été des héros dans le combat contre les Nazis). 

2). Et je suis toujours aussi étonné par le comportement des Partis, en particulier par des Partis comme l’UMP et le Centre Droit, vis-à-vis du Front National. Et c’est au final un « post » d’aujourd’hui sur le Salon Beige qui m’a fait décider d’envoyer mes notes de lectures telles quelles, sans prendre le temps d’éliminer les redondances dans certains de mes commentaires en renvois de bas de pages. Ce « post » du SB  indique que Monsieur Juppé semblerait préférer s’allier avec le PCF qu’avec le Front National !

Je n’ai pas d’opinion précise sur le Front National, mais ce qui m’a toujours surpris c’est que tous les Partis, ou presque, hurlent contre une alliance avec le Front National, et avec le plus souvent les mêmes arguments. Et ces mêmes Partis trouvent normal que le Parti Socialiste, voire le Centre Gauche, s’allie(nt) avec le Parti Communiste et avec des Partis Trotskistes et autres Marxistes. Or si l’on compare les monstruosités commises par ces Partis Marxistes, ils en ont fait au moins autant qu’Hitler et le Nazisme : en fait encore bien plus de victimes par le Marxisme que par le Nazisme ; quant aux méthodes, tortures et souffrances provoquées, etc., je ne crois pas que l’on puisse faire pire qu’Hitler et les Nazis, mais s’il était possible de faire encore pire, Lénine, Trotski, Staline, Mao, Pol Pot, etc., et les Marxistes l’auraient fait. Ce sont des faits ; c’est l’histoire qui nous l’apprend.

On peut admettre, ce serait leur choix, que des Partis comme l’UMP et le Centre Droit, etc., ne veuillent pas s’allier avec le Front National, mais pas, me semble-t-il, pour les raisons qu’ils en donnent. Il n’y a, depuis longtemps, probablement pas plus de un pour cent de Nazis en France —est c’est déjà trop—, et rien ne dit qu’ils soient au Front National ou qu’ils soient tous au Front National, or le Front National représente bien plus qu’un pour cent de la Population Française ! En revanche le Parti Socialiste s’est allié et a gouverné avec le Parti Communiste Français, et s’est allié avec des Trotskistes, quand notamment les pourcentages de la Population Française qui avaient choisi de voter pour ces Partis Marxistes étaient très significatifs. L’UMP, etc., peut/peuvent s’interdire de s’allier avec le Front National, mais alors le Parti Socialiste, etc., aurait/auraient dû, et devrait/devraient, incomparablement plus s’interdire de s’allier avec le PCF et les autres Partis Marxistes.

Enfin, (voir notamment le livre évoqué ci-dessus), pour reparler du Nazisme et de la Seconde Guerre Mondiale, le PCF (Parti Communiste Français) et les Communistes ont été, de fait, eux, d’authentiques « collabos », et encore pire : ils ont été des complices/alliés d’Hitler et des Nazis en France de 1939 à 1941 —ils ont trahi la France—, et qu’à partir de 1941 ils se sont battus en France pour l’URSS et pour le Communisme mais pas pour la France et les Français ! À partir de 1941, comme avant, le PCF a toujours été motivé par les services à rendre à l’URSS et au Communisme et non pas motivé par le service pour la France et les Français. De plus, quand il a combattu les Nazis, c’est avec une efficacité bien plus faible que ce qu’il prétend, et que l’on continue à nous faire croire."

Posté le 14 mars 2015 à 09h04 par Marie Bethanie | Lien permanent

13 mars 2015

La générosité des banques envers un quotidien communiste

Lu dans Présent :

"le quotidien communiste La Marseillaise, qui assurait la propagande du Parti sur Marseille et les six départements de la région, a déposé son bilan et a été placé en redressement judiciaire. Le journal ne tirait plus qu’à 32 000 exemplaires mais comptait tout de même encore 205 salariés. On apprend incidemment que les dépenses de voyages représentaient 625 000 € par an, et les locations de voitures 90 000 €. Autrement dit un journal condamné à la liquidation. [...]

Pourtant deux repreneurs se disputent le titre : un sous-marin du Parti communiste, d’une part, et un gauchiste, soutenu par quelques personnalités locales, de l’autre. Mais le plus extraordinaire c’est que les deux repreneurs ont trouvé un soutien auprès de deux institutions bancaires de poids : la Caisse des dépôts, et la Société Marseillaise de Crédit.La Caisse des dépôts prêterait 2 millions d’euros au projet de reprise communiste, avec en garantie… ledit Parti communiste. Quant au projet gauchiste, il pourrait compter sur un prêt d’1,5 million d’euros, venant des deux banques.

Quand on connaît la frilosité habituelle des banques, on ne peut que s’étonner de leur soudaine envie de jouer les business angels rouges, au profit de telles feuilles, et avec la garantie financière d’un tel parti. On croyait les banques spécialement réfractaires aux créances toxiques, depuis 2008. Ce n’est apparemment pas le cas du côté de la Canebière."

Ce que les communistes ont retenu de Marx, c'est la notion de capital.

Posté le 13 mars 2015 à 20h21 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

11 mars 2015

A Bordeaux, l'UMP prêt à s'allier avec le moribond PC

L'hystérie anti-FN devient folie furieuse : le poulain d'Alain Juppé se rapproche du parti des 100 millions de morts.

Posté le 11 mars 2015 à 22h52 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (17)

10 mars 2015

Chers amis de l'Humanité, que Dieu vous bénisse !

Suite à l'anathème lancé par l'Humanité contre Catholiques en campagne, CEC répond aux derniers vrais Communistes :

"Chers amis de l'Humanité,

Merci de réagir et de relayer notre campagne. Voilà qui égaie cette marche un peu morne vers ces nouvelles élections départementales qui semblent surtout susciter l'indifférence.

Vous nous qualifiez de médiévaux ? Quel bon sens ! En effet nous assumons les racines de l'Europe féodale, de l'empire de Charlemagne à la philosophie de Saint Thomas d'Aquin, en passant par les cathédrales gothiques franciliennes. Archaïques aussi, tant nous sommes convaincus que toute la sagesse humaine n'atteint pas celle du droit naturel inscrit par Yahweh sur les tables de la loi transmises à Moïse sur le Mont Sinaï. Antiques encore, ne nous lassant ni de Sophocle ni d'Aristote qui ont si finement analysé les sociétés humaines. Classiques, vous n'en doutez pas, goûtant les sermons de Bossuet et imitant le sens politique de Richelieu. Modernes, vous ne nous croirez pas, d'Albert de Mun à Bernanos, sans passer par Marx.

Soyons fous ! Nous bâtissons le futur ! Nous en sommes bien certains, la doctrine sociale de l'Eglise est un guide beaucoup plus sûr pour le XXIème siècle que les théories post-marxistes. Les Français ne semblent pas s'y tromper, si l'on compare les effectifs et les moyennes d'âge de la Manif pour Tous et des défilés syndicaux.

Alors oui, il va falloir vous y habituer, nous encourageons les futurs élus à financer plutôt les associations qui offrent des solutions aux mères en détresse pour accueillir la vie que celles qui encouragent systématiquement à l'élimination de cet encombrant silencieux qu'est l'embryon.

Oui, nous refusons de laisser Vincent Peillon* arracher la foi catholique du cœur de nos enfants pour lui substituer sa religion laïque. Nous mettons en cause la volonté de l'Etat, fût-il républicain, de contrôler le moindre détail des programmes scolaires, tant il nous semble que cet Etat devient totalitaire quand il veut définir ce qui est vrai et faux et ce qui doit être cru.

Oui aussi, nous constatons que les écoles entièrement libres ont un coût de revient inférieur et des résultats incomparablement meilleurs que celles de l'Education Nationale. Nous proposons le chèque scolaire, qui rendrait effective la liberté scolaire en permettant aux familles de choisir l'école de leur choix, laïque, bouddhique, ou même catholique.

Il y a pire ! Notre questionnaire n'est ni une blague, ni le baroud d'honneur d'une bande de réactionnaires sénescents. Nous sommes jeunes, agitons les opinions depuis bientôt dix ans, et comptons bien continuer à demander aux candidats qui viennent quémander nos voix de se prononcer sur ces sujets essentiels et bien d'autres. Leurs réponses seront pour nous, et pour les dizaines de milliers d’internautes qui suivent et relaient nos actions, des critères importants de choix à l’heure des urnes.

Chers amis de l'Humanité, que Dieu vous bénisse !

* « La laïcité peut apparaître comme cette religion de la République recherchée depuis la Révolution. Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi. » affirmait en 2011 Vincent Peillon dans son ouvrage Une religion pour la république.

Posté le 10 mars 2015 à 10h14 par Michel Janva | Lien permanent

26 février 2015

Le gouvernement recase le communiste Robert Hue

Images-5Mercredi 25 février, Robert Hue, ancien dirigeant du Parti communiste français, a été nommé "représentant spécial pour les relations avec l’Afrique du Sud" :

"M. Robert Hue, ancien président du groupe d’amitié France-Afrique du Sud du Sénat, est nommé représentant spécial pour les relations avec l’Afrique du Sud. M. Robert Hue, qui connaît bien l’Afrique du Sud, aura pour mission de renforcer notre partenariat bilatéral stratégique, en favorisant notamment les échanges entre nos deux pays dans les secteurs de l’énergie, des transports et de l’agro-alimentaire."

Posté le 26 février 2015 à 07h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

22 février 2015

«À votre âge, j'avais déjà ouvert mon premier magasin»

Gérard Mulliez, troisième fortune de France, est décrit comme un «profiteur de la crise» sur une affiche du PCF. Sans crainte, le fondateur d'Auchan s'est invité dans une réunion du PCF lillois pour faire entendre son point de vue.

«Je crée des emplois avec mes magasins».

«Oui, mais les salariés vous permettent de verser des dividendes toujours plus grands aux actionnaires alors qu'ils sont étranglés et exploités».

«C'est du charabia idéologique». «À votre âge, j'avais déjà ouvert mon premier magasin».

Puis il est reparti.

Posté le 22 février 2015 à 20h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

10 février 2015

Louis Aliot choqué par l'Internationale et les poings levés

Louis Aliot, vice-président du FN, lors d'une intervention devant des militants :

7776426783_louis-aliot-a-paris-le-4-novembre-2014"J'ai été un peu 'espanté', comme on dit chez moi, de voir sur BFM l'enterrement de Monsieur Charb au son de l'Internationale, le poing levé, au moment où nous commémorions le suicide de Jan Palach, jeune qui, contre l'URSS, s'était immolé par le feu en Tchécoslovaquie pour contester ce système totalitaire

LUZ-Poing-leve-630x0Est-ce que vous imaginez l'inverse ? A la télévision, un enterrement avec des chants nazis, des drapeaux nazis, des anciens nazis ? Parce que moi, dans mon esprit, je ne fais pas la différence entre l'un et l'autre. C'est pour ça que je suis choqué d'ailleurs". 

Le parallèle entre les deux totalitarismes les plus meurtriers du XX° siècle semble déranger le petit monde médiatique... Mais heureusement qu'il existe encore des hommes politiques qui ont le courage de rappeler la monstruosité du communisme.

Posté le 10 février 2015 à 04h23 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

19 janvier 2015

La présidente de la Lituanie, ancienne commissaire européen, militante communiste ?

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"C’est une terrible affaire qui secoue le Parlement européen. Le mois dernier, tous les députés européens ont trouvé dans leur casier un exemplaire d’un livre sulfureux, intitulé Red Dalia, traduction en anglais du livre d’une journaliste lituanienne controversée, comme on dit, Ruta Janutiene, paru en Lituanie en 2013.

Le Dahlia rouge, c’est Dalia Grybauskaite, la présidente de la Lituanie (depuis 2009, réélue l’an dernier), qui auparavant était commissaire européen. Elle s’est fait remarquer ces derniers temps par son hystérie antirusse et son soutien absolu aux actuelles autorités ukrainiennes, allant jusqu’à qualifier la Russie d’« Etat terroriste » (formule assez peu diplomatique dans la bouche d’une présidente dont le rôle principal est de représenter la Lituanie sur la scène internationale). Il est donc logique que son ministre de la Défense, participant du même délire, publie un manuel expliquant à la population comment survivre à une invasion russe et comment y résister…

Or voici que Ruta Janutiene reprend et étaye une ancienne rumeur selon laquelle Dalia Grybauskaite est la fille d’un membre du KGB de Staline et qu’elle devint elle-même à 27 ans une ardente militante du parti communistes d’URSS. [Lire la suite]"

Posté le 19 janvier 2015 à 22h24 par Michel Janva | Lien permanent

26 décembre 2014

Cuba la rouge restitue les biens de l'Eglise

Lu ici

"Les autorités cubaines ont commencé la restitution de maisons, d’églises paroissiales, de terres et de bâtiments à leurs anciens propriétaires. Ces biens avaient été pris par le gouvernement lors du triomphe de la révolution.

Ceci est le résultat d’un discret processus porté par le pape François devenu médiateur entre Cuba et les États-Unis pour obtenir un dégel historique, processus qui a abouti la semaine dernière lorsque les dirigeants des deux pays ont annoncé le rétablissement des relations diplomatiques après plus de 50 années d’hostilités.
« Nous demandons au Seigneur de continuer ce processus de réconciliation et de paix que le Pape François a (…) encouragé et soutenu », a déclaré le cardinal cubain Jaime Ortega au cours de son homélie de la messe de Noël dans la cathédrale de La Havane.
Un comptage des biens rendus mené par l’Associated Press indique qu’il ne concerne à présent qu’une douzaine de biens  » C’est un geste positif de la part des autorités. C’est en quelque sorte le rétablissement de ce qui appartenait à l’église, et cela produit un climat de confiance » dit le Père José Felix Perez, secrétaire adjoint de la Conférence des évêques catholiques de Cuba. «Cela se fait progressivement, il faut le noter ».

En plus de la chapelle de l’Université, rendue à la fin de 2009, le processus comprend quelques propriétés prestigieuses du pays, a déclaré un membre de l’église. Parmi les bâtiments rendus, deux églises à Santiago de Cuba, San Jose Obrero et San Benito; un presbytère et quelques bâtiments qu’occupaient des commerces. Plusieurs temples, qui étaient à l’intérieur d’usines de sucre ont été rendus avec des terrains et une chapelle dans le diocèse de Bayamo-Manzanillo".

Posté le 26 décembre 2014 à 21h12 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (4)

19 décembre 2014

Un jour, un texte! La Patrie selon Jean Pierre Calloch.

« La civilisation française, héritière de la civilisation hellénique, a travaillé pendant des siècles pour former des hommes libres, c’est-à-dire pleinement responsables de leurs actes: la France refuse d’entrer dans le Paradis des Robots. » Georges Bernanos, La France contre les robots

Cette nouvelle rubrique a pour objet de proposer des textes pour aider tout un chacun à réfléchir sur des sujets précis et si possible, d’actualité, aujourd’hui : la Patrie. (19)

Quart de nuit aux Tranchées ou la prière du veilleur 

Les ténèbres pesantes s'épaissirent autour de moi ;
Sur l'étendue de la plaine la couleur de la nuit s'épandait,
Et j'entendis une voix qui priait sur la tranchée :
O la prière du soldat quand tombe la lumière du jour!

« Le soleil malade des cieux d'hiver, voici qu'il s'est couché ;
Les cloches de l'Angélus ont sonné dans la Bretagne,
Les foyers sont éteints et les étoiles luisent :
Mettez un cœur fort, ô mon Dieu, dans ma poitrine.

Je me recommande à vous et à votre Mère Marie ;
Préservez-moi, mon Dieu, des épouvantes de la nuit aveugle,
Car mon travail est grand et lourde ma chaîne :
Mon tour est venu de veiller au front de la France,

Oui, la chaîne est lourde. Derrière moi demeure
L'armée. Elle dort. Je suis l'œil de l'armée.
C'est une charge rude, Vous le savez. Eh bien,
Soyez avec moi, mon souci sera léger comme la plume.

Je suis le matelot au bossoir, le guetteur
Qui va, qui vient, qui voit tout, qui entend tout. La France
M'a appelé ce soir pour garder son honneur,
Elle m'a ordonné de continuer sa vengeance.

Je suis le grand Veilleur debout sur la tranchée.
Je sais ce que je suis et je sais ce que je fais :
L'âme de l'Occident, sa terre, ses filles et ses fleurs,
C'est toute la beauté du Monde que je garde cette nuit.

J'en paierai cher la gloire, peut-être ? Et qu'importe !
Les noms des tombés, la terre d'Armor les gardera :
Je suis une étoile claire qui brille au front de la France,
Je suis le grand guetteur debout pour son pays.

Dors, ô patrie, dors en paix. Je veillerai pour toi,
Et si vient à s'enfler, ce soir, la mer germaine,
Nous sommes frères des rochers qui défendent le rivage de la Bretagne douce.
Dors, ô France ! Tu ne seras pas submergée encore cette fois-ci.

Pour être ici, j'ai abandonné ma maison, mes parents;
Plus haut est le devoir auquel je me suis attaché :
Ni fils, ni frère! Je suis le guetteur sombre et muet,
Aux frontières de l'est, je suis le rocher breton.

Cependant, plus d'une fois il m'advient de soupirer.
« Comment sont-ils ? Hélas, ils sont pauvres, malades peut-être… ».
Mon Dieu, ayez pitié de la maison qui est la mienne
Parce que je n'ai rien au monde que ceux qui pleurent là...


Maintenant dors, ô mon pays ! Ma main est sur mon glaive;
Je sais le métier ; je suis homme, je suis fort :
Le morceau de France sous ma garde, jamais ils ne l'auront...
- Que suis-je devant Vous, ô mon Dieu, sinon un ver ?

Quand je saute le parapet, une hache à la main,
Mes gars disent peut-être : « En avant ! Celui-là est un homme ! »
Et ils viennent avec moi dans la boue, dans le feu, dans la fournaise...
Mais Vous, Vous savez bien que je ne suis qu'un pécheur.

Vous, Vous savez assez combien mon âme est faible,
Combien aride mon cœur et misérables mes désirs ;
Trop souvent Vous me voyez, ô Père qui êtes aux cieux,
Suivre des chemins qui ne sont point Vos chemins.

C'est pourquoi, quand la nuit répand ses terreurs par le monde,
Dans les cavernes des tranchées, lorsque dorment mes frères
Ayez pitié de moi, écoutez ma demande,
Venez, et la nuit pour moi sera pleine de clarté.

De mes péchés anciens, Mon Dieu, délivrez-moi,
Brûlez-moi, consumez-moi dans le feu de Votre amour,
Et mon âme resplendira dans la nuit comme un cierge,
Et je serai pareil aux archanges de Votre armée.

Mon Dieu, mon Dieu ! Je suis le veilleur tout seul,
Ma patrie compte sur moi et je ne suis qu'argile :
Accordez-moi ce soir la force que je demande,
Je me recommande à Vous et à Votre Mère Marie.

Jean Pierre Calloch (1888-1917)

Yann-Ber Kalloc'h (Jean-Pierre Calloc'h en français), nait le 21 juillet 1888 à Groix et tombe au champ d'honneur le 10 avril 1917 à Urvillers (Aisne), est un poète breton de langue bretonne.

L'unique œuvre littéraire qui le montre comme un des plus grands auteurs bretons est un recueil posthume de poèmes souvent mystiques, Ar en deulin (À genoux) publié par son ami Pierre Mocaer en 1925. Jean-Pierre Hyacinthe Calloc'h est mort pour la France, « tué à l'ennemi», son nom figure au Panthéon avec les 546 écrivains morts au champ d'honneur.

Posté le 19 décembre 2014 à 05h52 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (6)

03 décembre 2014

En Chine, il y a plus de chrétiens que de communistes !

Plus il y a de chrétiens en Chine, plus l'Etat se fait répressif. Et plus l'Etat persécute, plus les chrétiens se font nombreux. Aleteia :

"Ces derniers temps, le gouvernement communiste chinois s'est déchaîné contre les chrétiens, détruisant des églises dans la ville côtière de Wenzhou et autres lieux, arrêtant des évêques et différents responsables de l'Eglise clandestine et ordonnant illicitement comme "évêques catholiques" des prêtres dociles au régime.  Derrière cette escalade de la répression – en réalité sa véritable cause –  il y a la croissance fulgurante de la population chrétienne en Chine.

À l'heure actuelle, le pays le plus peuplé du monde compterait, selon les estimations, environ 100 millions de chrétiens pratiquants, dont quelque 12 millions de catholiques. Beaucoup d'entre eux sont de nouveaux convertis  s'employant activement à évangéliser leurs compatriotes chinois. De son côté, le Parti communiste chinois a recruté ces dernières années de nouveaux membres, ouvrant ses rangs aux intellectuels, chefs d'entreprises et autres classes auparavant "suspectes", même des capitalistes ! Même ainsi, les 86,7 millions de membres officiels de cette "confession" aujourd'hui décadente -  pour la plupart communistes seulement de nom -  sont désormais surpassés en nombre par un christianisme chinois vibrant et en plein essor.

Pour les dirigeants du pays, qui préfèrent de beaucoup  que le peuple chinois ne croit en aucun dieu si ce n'est le dieu Parti (et rappelez-vous, ils sont le Parti), cette situation est intolérable. La récente vague de persécution anti-chrétienne est la réponse communiste. Néanmoins, la bonne nouvelle est que le catholicisme en Chine connaît une forte progression."[...]

Posté le 3 décembre 2014 à 08h09 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (9)

25 novembre 2014

Qui pourra sauver l'Humanité?

HSi le Christ a sauvé le genre humain, rien n'est moins sûr pour le journal communiste... Celui-ci en appelle à ses lecteurs pour trouver 1 millions d'euros afin de tenter de survivre. La crise au journal est forte, puisqu'il est passé de 50 000 lecteurs en 2010, à 43 000 en 2012 puis 39 000 aujourd'hui, soit une perte de 20% de son lectorat. En même temps, vu ce qu'on y lit, pas étonnant que cela soit décevant. 

Comme le disait très justement Coluche dans son sketch sur le communisme :

" la différence entre le PC et le Beaujolais, c'est que le Beaujolais est sûr de faire 12,5%" 

Le Beaujolais a beau être une métaphore de circonstance, vous pouvez désormais raconter la blague avec le cidre doux.

Posté le 25 novembre 2014 à 14h51 par William Iverson | Lien permanent | Commentaires (1)

21 novembre 2014

Sur les relations France - Corée du Nord

Le Figaro :

"Selon une agence de presse sud-coréenne, Han, étudiant nord-coréen dans une école d’architecture à Paris, a disparu depuis le 14 novembre, comme plusieurs de ses camarades.[...]

Yonhap [agence de presse sud-coréenne - NDMB] affirme que Han «a été kidnappé par des agents secrets nord-coréens déployés dans la capitale française». Des «agents de Pyongyang» seraient venus le chercher à la sortie de l’école, selon la version des médias sud-coréens. Encore selon l’agence de presse, Han «a réussi à s’enfuir lors du transfert vers l’aéroport. Celui-ci serait donc toujours en France». Plusieurs questions viennent à l’esprit. Où est-il maintenant? Qu’en est-il de ces 10 camarades également disparus? Hormis la certitude qu’une enquête a été ouverte par la police française, le mystère reste entier.

La France et la Corée du Nord n’ont plus de relations diplomatiques officielles. Cependant, le gouvernement nord-coréen possède toujours à Paris une délégation pour des échanges économiques et culturels limités. La venue en France de ces dix étudiants faisait partie d’un programme officieux du Quai d’Orsay, comme le rapportait l’année dernière le site Streetpress dans une enquête sur ces étudiants pas comme les autres."

On apprend en parallèle que le député communiste Jean-Jacques Candelier

"regrette que la France reste l'un des derniers pays de l'Union européenne à ne pas avoir établi de relations diplomatiques «complètes» avec la République populaire démocratique de Corée [...] et [soumet] une résolution pour reconnaître la République populaire démocratique de Corée (RPDC)."[...]

Ce que l'on sait du communisme et de ses pratiques, toujours valables à l'heure actuelle à travers, entre autres, le régime de Kim-Jong-Un, nous pousse à nous interroger sur des institutions qui permettent de se déclarer communiste et devenir député en France. Comment peut-on encore se réclamer du communisme, régime qui a fait, et continue de faire, le plus grand nombre de victimes dans le monde, plus encore que le régime nazi, et avoir voix au chapitre en France, pays des "droits de l'homme" paraît-il, voilà qui est sidérant.

Posté le 21 novembre 2014 à 10h58 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

"Ces Messes quand j'étais prisonnier du KGB, avec ma poitrine en guise d'autel..."

L'évêque de Kaunas, en Lituanie, raconte la persécution anti-chrétienne qu'il a subie dans les geôles de l'ex - URSS. Surveillé par son co-détenu, il raconte comment il a pu célébrer la Messe en cachette, sans que l'autre se doute de rien. Extraits :

[...] "Je me plaçais dos à la porte, mon étui à lunettes posé sur la table ; un étui en plastique jaune, dans lequel j'avais disposé un morceau de pain et un petit récipient contenant quelques raisins secs. J'attendais que l'autre s'endorme. Puis, lentement, je commençais à pressurer les raisins entre mes doigts, jusqu'à obtenir quelques gouttes de vin; lequel, dans des cas exceptionnels, est valable pour célébrer l'eucharistie.[...]

Célébrer la Messe dans ces circonstances me donnait une force spéciale ; sans elle, je n'aurais pas pu résister. Parfois, il me fallait célébrer couché dans mon lit, tard dans la nuit, avec les Saintes Espèces sur ma poitrine, convertie en autel. Je n'ai jamais prié aussi intensément qu'en ces moments-là. Cela a été un don de Dieu. Je ne lui demandais pas de me libérer. J'avais confiance en Lui." [...]

Posté le 21 novembre 2014 à 09h50 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (5)

17 novembre 2014

Chine : il y a des chrétiens et des bouddhistes dans le parti communiste

Et cela inquiète les cercles du pouvoir car un membre du parti unique ne peut pas avoir de religion, sinon celle du communisme.

Posté le 17 novembre 2014 à 17h54 par Michel Janva | Lien permanent

14 novembre 2014

Le quotidien communiste La Marseillaise dépose son bilan

Une disparition que nous ne pleurerons pas.

Posté le 14 novembre 2014 à 07h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

09 novembre 2014

Saint Jean-Paul II, acteur central de la sortie du communisme

PjiiA écouter ici

"L’Allemagne commémore ce dimanche 9 novembre le 25e anniversaire de la chute du mur de Berlin. Des images de fête et d’euphorie sont restées dans les mémoires, mais cet évènement fut observé avec incrédulité et parfois une forme de peur par les chancelleries occidentales, qui n’imaginaient pas un effondrement si rapide des régimes communistes. Le Pape Jean-Paul II, même s’il avait peu de relais en Allemagne de l’Est proprement dite, fut un acteur central de cette sortie du communisme.

Dans la décennie précédant la chute du Mur, ses voyages en Pologne et ses appels prophétiques avaient ouvert une brèche dans le rideau de fer, et renforcé la dissidence au-delà de la seule sphère catholique. Cyprien Viet a interrogé le journaliste Bernard Lecomte,biographe de Jean-Paul II et de Mikhail Gorbatchev. Il insiste sur l’originalité de la pensée de Jean-Paul II, à contre-courant d’une opinion majoritaire qui considérait la domination soviétique sur le reste de l’Europe comme un fait accompli, et qui n’imaginait pas voir le mur de Berlin s’ouvrir si rapidement".

Livre du même auteur à commander ici.

Posté le 9 novembre 2014 à 21h22 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

Jean-Pax Méfret : C'était le soir du 9 novembre

Posté le 9 novembre 2014 à 14h28 par Michel Janva | Lien permanent

Il y a 25 ans tombait le mur de Berlin

Le pape François a marqué le 25è anniversaire de la chute du mur de Berlin en rappelant le rôle de son prédécesseur Jean Paul II :

"Il y a 25 ans tombait le mur de Berlin, qui avait si longtemps coupé la ville en deux et symbolisé la division idéologique de l'Europe et du monde entier". "Cette chute est arrivée à l'improviste, mais elle a été rendue possible par le long et difficile engagement de tant de personnes qui ont lutté, prié et souffert, pour certaines jusqu'au sacrifice de leur vie. Parmi eux, le pape saint Jean Paul II a eu un rôle de premier plan".

Le pontife a prié

"pour que se développe toujours plus une culture de la rencontre, susceptible de faire tomber tous les murs qui divisent encore le monde, et pour que jamais plus des innocents soient persécutés et parfois tués pour leurs croyances ou leur religion".

"Nous avons besoin de ponts, pas de murs".

Posté le 9 novembre 2014 à 14h24 par Michel Janva | Lien permanent

06 novembre 2014

1989 : une leçon oubliée, les 25 ans de la chute du Mur de Berlin

Le 9 novembre sera célébré l’anniversaire des 25 ans de la chute du mur de Berlin, symbole emblématique de la chute de l’empire soviétique. Il est important de faire mémoire de ces événements quelque peu oubliés par la majorité de la culture ‘officielle’, afin que l’histoire ne se répète pas, et afin d’informer les jeunes qui ne l’ont pas vécu.

Les acteurs du changement

Le mur ne tomba pas d’un coup. Les dictatures du régime soviétique, basées sur le mensonge, la terreur, l’oppression, paraissaient invincibles, inexpugnables, enracinées dans un pouvoir asphyxiant qui contrôlait tout, y compris les consciences. Ni l’insurrection de la Hongrie en 1956, ni le Printemps de Prague en 1968, ni les mouvements ouvriers polonais en 1970, purent en venir à bout, ils furent terrassés par les tanks.  

Finalement ces régimes totalitaires furent déjoués par des peuples et des personnes sans force militaire, sans moyens économiques, ni même de projet politique : simplement des gens qui luttèrent pour leur dignité et leur liberté. Beaucoup des opposants au régime le faisaient au nom de leur foi, de leur conscience, de leur passion pour la justice, la vérité et la liberté. On peut citer Lech Walesa, Vaclav Havel, Aleksandr Soljenitsin, et surtout Jean Paul II, qui catalysa la prise de conscience du peuple polonais et accompagna la lutte pacifique avec la prière et ses paroles, repoussant toujours la violence. Nous avons coutume de penser que la foi peut au maximum servir à changer les cœurs des gens, mais pas le cours de l’histoire : et bien ici nous avons un exemple impressionnant de la foi capable de changer la vie des peuples, des Etats, des systèmes politiques.

Les totalitarismes qui n’en finissent pas

Il nous faut réveiller la conscience des peuples parce que les totalitarismes ne sont pas finis, bien qu’ils prennent des formes plus subtiles, comme le dénonçait déjà Vaclav Havel dans ‘le pouvoir sans pouvoir’ [1978].

La manipulation de la démocratie en Occident, sa réduction aux aspects formels, la dictature des partis politiques enfermés sur eux-mêmes, l’influence des lobbies de pouvoir, l’impérialisme international de l’argent, en font bonne preuve. Le pouvoir tente toujours de dominer et chaque génération doit lutter pour reconquérir des espaces de liberté véritable. 

Ce document veut être un hommage à la mémoire de St Jean Paul II, et de tant d’autres témoins et martyrs de la liberté, dont un grand nombre ont donné leur sang et leur vie. C’est une leçon de l’histoire que nous ne devons pas oublier. Beaucoup de jeunes d’aujourd’hui n’ont pas vécu ces années là, il est juste qu’ils sachent ce qui s’est passé. Au milieu de tant de médiocrité, de crise de la politique et de la valeur même de l’Europe, malade de relativisme et d’individualisme, c’est une occasion pour réaffirmer les valeurs qui ont rendu grande notre tradition (européenne et chrétienne) ; le message de liberté et de paix qui a culminé à Solidarnosc, menant à la libération de la Pologne et à la chute du totalitarisme soviétique, sont utiles à tous. La leçon est celle de la valeur de la foi, moteur de changement de l’histoire lorsqu’elle se vit à fonds et en cohérence.

Posté le 6 novembre 2014 à 14h55 par Le Salon Beige | Lien permanent

21 octobre 2014

Attaques contre la famille : L'Huma s'interroge

L

Posté le 21 octobre 2014 à 20h03 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

10 octobre 2014

Le président socialiste du pays est-il toujours aux manettes ?

A quel autre pays socialiste pensiez-vous ?

Posté le 10 octobre 2014 à 15h56 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)


     Archives > Communisme

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Communisme