12 décembre 2017

14 décembre : conférence d'Aude Mirkovic à Toulon

Capture d’écran 2017-12-11 à 06.54.07

Posté le 12 décembre 2017 à 18h53 par Michel Janva | Lien permanent

11 décembre 2017

La justice rejette des demandes d’adoption d’enfant né par GPA

Lu sur Gènéthique :

"Par deux fois, le 4 septembre et le 2 octobre, le tribunal de grande instance d’Evry a rejeté des demandes d’adoption d’enfant né d’une gestation pour autrui, présentées par le conjoint du père de l’enfant. Les enfants, âgés de 18 mois et 3 ans, sont nés par GPA aux Etats-Unis ; leurs actes de naissance « indiquent le père biologique comme père, aucune filiation maternelle n’étant établie ».

Pour le tribunal d’Evry, « l’état du droit français contient toujours l’interdiction de la gestation pour autrui en France » et « il est contraire au principe de l’indisponibilité de l’état des personnes, principe essentiel du droit français, de faire produire effet au regard de la filiation, à une convention portant sur la gestation pour autrui ». En effet « si l’enfant est sur le papier adoptable puisqu’il n’a pas de filiation maternelle établie, c’est parce que la mère a été délibérément écartée et la filiation maternelle rendue vacante par le contrat de GPA », explique Aude Mirkovic. Il s’agit d’un « détournement de l’institution de l’adoption ». Le tribunal rappelle par ailleurs que « l’enfant a une filiation paternelle établie à l’égard de son père biologique (…) qui l’élève depuis sa naissance », et que le conjoint du père, « reconnu comme un second père par l’entourage », peut bénéficier de différents statuts vis-à-vis de l’enfant : délégation d’autorité parentale, tuteur testamentaire, enfant légataire successoral… Ces différents moyens juridiques confirme que « l’absence de lien juridique de filiation entre le demandeur et l’enfant n’est aucunement préjudiciable à l’enfant ».

Ces deux décisions vont « à contre-courant de la jurisprudence de la Cour de Cassation » commente Aude Mirkovic, la Cour ayant opéré « un revirement de jurisprudence pour admettre une telle adoption » l’été dernier. Cependant, le tribunal d’Evry, en tenant compte « de la manière dont l’enfant a été obtenu et des raisons pour lesquelles sa filiation maternelle est vacante », s’inscrit « dans les pas de la Grande chambre de la Cour européenne des droits de l’homme qui s’est prononcée pour la première fois en matière de GPA le 24 janvier 2017 ». Pour la juriste, « ces jugements du TGI d’Evry pourraient initier une réelle prise au sérieux des droits de l’enfant, y compris lorsqu’ils posent des limites aux désirs des adultes ». « La Cour de cassation empruntera-t-elle la piste que lui suggère le tribunal d’Evry ?», s’interroge-t-elle."

Posté le 11 décembre 2017 à 13h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

10 décembre 2017

12 décembre : venez défendre l'enfant à Colombes

La Libre Pensée organise une soirée de promotion de la fabrication d'enfant en éprouvette. Venez argumenter contre la PMA sans père, afin d'éviter que cette soirée de propagande n'entraîne aucune riposte.

Bioethique600

Posté le 10 décembre 2017 à 18h45 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

09 décembre 2017

12 décembre : les Sentinelles à Montpellier

Une action Sentinelles aura lieu devant la Préfecture de Montpellier (place des Martyrs de la Résistance la bien nommée) le mardi 12 décembre 2017 entre 20h30 et 22h afin de dénoncer la PMA sans père dans les cartons du gouvernement en marche.

Venir avec un livre, un smart phone et, surtout, un ami.

Posté le 9 décembre 2017 à 10h27 par Michel Janva | Lien permanent

06 décembre 2017

"Toute ma vie, j’ai été obsédé par l’absence de mon père, jusqu’à sa mort"

JPuisqu'il faut parler de la mort de Johnny Hallyday, décédé dans la nuit de mardi à mercredi, rappelons que son père l’a abandonné après sa naissance. Requiescat in pace.

Jean-Philippe Smet, le nom de Johnny, a été élevé par sa tante paternelle belge, qui vivait alors à Paris avec son mari et ses deux filles.

"Toute ma vie, j’ai été obsédé par l’absence de mon père, jusqu’à sa mort. Je ne l’ai pas connu, sinon dans des moments désagréables. Il était alcoolique, séducteur, ingérable et un grand artiste, comme me l’avait un jour confié Serge Reggiani, qui l’avait eu comme professeur de comédie à Bruxelles". "Ça ne m’a pas empêché de pleurer à ses funérailles". "Ce jour-là, j’étais le seul à avoir fait le déplacement. Pas une femme, pas un ami. La solitude absolue devant la mort. Je n’aimerais pas finir comme ça !".

Quand on pense que certains veulent fabriquer des enfants sans père.

Posté le 6 décembre 2017 à 11h38 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (36)

30 novembre 2017

Le diocèse d'Avignon ne soutiendra pas le Téléthon

Lettre du directeur diocésain de l'enseignement catholique aux Chefs d’Etablissement :

D"Au cours des dernières années, l’Eglise catholique n’a pas manqué d’exprimer, par la voix de plusieurs évêques ou de ses responsables, ses réserves et ses inquiétudes à propos du téléthon. C’est ainsi que le cardinal Ricard, alors président de la conférence des évêques de France, considérait dès le mois de décembre 2006, qu’il était « légitime qu’à l’occasion du téléthon, beaucoup de catholiques s’interrogent sur l’affectation de leurs dons », ou que le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, estimait il y a quelques années, qu’on ne saurait « signer des chèques en blanc » en faveur du téléthon. De même, un communiqué de presse du 2 décembre 2011 disponible sur le site du diocèse de Paris souligne qu’il est nécessaire de « s’engager résolument pour des recherches qui respectent pleinement la vie humaine ».

Nul ne peut en effet ignorer que les orientations et les choix de l’Association Française contre les Myopathies (AFM), qui est à l’origine du téléthon et qui l’organise chaque année, ne font pas l’unanimité et soulèvent de graves problèmes d’ordre éthique.

Première difficulté : certaines recherches financées par le Téléthon concernent l’utilisation de cellules souches embryonnaires qui se traduit nécessairement par la destruction d’embryons humains (1).

D’un point de vue strictement médical, l’utilisation de cellules souches embryonnaires est d’autant plus discutable que leur efficacité thérapeutique n’a jamais été démontrée, contrairement aux espoirs que font naître l’utilisation de cellules souches issues du sang de cordon ombilical, ou depuis deux ans, le recours aux cellules pluripotentes induites (dites cellules iPS) issues de la reprogrammation de cellules souches adultes (2).

Mais quoi qu’il en soit, la destruction d’embryons humains est éthiquement inacceptable. Certes, la loi française autorise aujourd’hui l’expérimentation sur les embryons humains, mais faut-il rappeler que le « légal » n’est pas nécessairement « moral » ? Pour sa part, l’Eglise catholique défend, comme elle l’a toujours fait, le respect de la vie humaine de la conception jusqu’à la mort naturelle, en insistant particulièrement sur le fait que l’embryon humain doit être considéré comme une personne humaine.

Seconde difficulté : le Téléthon revendique la mise en œuvre de pratiques d’inspiration eugéniste :

Le diagnostic prénatal est utilisé pour repérer les fœtus atteints de myopathie qu’une « interruption médicale de grossesse » permet ensuite d’éliminer. Dans le même esprit, la technique du « diagnostic préimplantatoire » consiste à sélectionner puis à supprimer tous les embryons conçus in vitro porteurs de la myopathie. Ainsi, et comme le soulignait dès 2006 le spécialiste en éthique médicale qu’est Mgr Michel Aupetit, aujourd’hui évêque de Nanterre, dans une note publiée sur le site internet du diocèse de Paris, « les "bébéthons" qui sont présentés comme un grand succès thérapeutique ne sont pas le fruit d’une guérison due à la recherche sur le génome, comme on aurait pu l’espérer, mais le fruit d’une sélection embryonnaire. On pratique une fécondation in vitro de plusieurs embryons et on sélectionne l’embryon sain en éliminant les autres. Ce n’est donc pas un bébé "guéri" mais un bébé "survivant" ».

Troisième et dernière difficulté : les responsables du Téléthon refusent obstinément la mise en place d’un système de fléchage des dons qui permettrait à de nombreux donateurs d’affecter leurs dons aux recherches de leur choix, en évitant de contribuer au financement de programmes impliquant l’utilisation et la destruction d’embryons.

Ce fléchage des dons et la transparence financière qui en découlerait sont pourtant réclamés depuis plusieurs années par un certain nombre de personnalités et d’associations ainsi que par plusieurs diocèses.

Si l’Eglise est pleinement dans son rôle lorsqu’elle s’efforce d’éclairer ou d’alerter les consciences vis-à-vis de certaines dérives contraires au respect de la vie et de la dignité de la personne humaine, je ne peux pour ma part qu’inviter les personnes qui s’interrogent sur l’opportunité de soutenir ou non le téléthon, à faire preuve, en la matière, éclairées par mon propos précédent, d’une grande prudence et d’un authentique discernement moral et spirituel. Je vous engage en conséquence à n’avoir d’actions solidaires qu’au bénéfice d’associations ou de fondations en cohérence avec la conception chrétienne de l’homme et respectueuse du magistère de l’Eglise. (Fondation Jérôme Lejeune, AED, l’Œuvre d’Orient…).

La veillée de prière pour la vie se déroulera le samedi 2 décembre à la Chapelle de l’Oratoire à 20h30 (32 rue Joseph Vernet Avignon).

1) L’AFM souligne que le financement de recherches entrainant la destruction d’embryons ne dépasse pas un ou deux millions d’euros par an (soit moins de 2% du total des fonds collectés par le téléthon) ; ces programmes n’en sont pas pour autant plus légitimes...

2) C’est pour cette découverte d’un intérêt scientifique considérable que le japonais Yamanaka a reçu, en 2012, le prix Nobel de médecine.

Posté le 30 novembre 2017 à 15h32 par Michel Janva | Lien permanent

27 novembre 2017

Le diocèse de Mende ne soutiendra pas le Téléthon

Lu sur Gènéthique :

Unknown-24"A quelques semaines de la nouvelle édition du Téléthon, les chefs d’établissement de l’enseignement catholique de Lozère ont reçu un courrier de la direction de l’enseignement diocésain. Celle-ci souhaite rappeler « la réflexion menée en novembre dernier, mettant en lumière les graves problèmes éthiques qui empêchent l’Enseignement catholique de s’engager dans cette action ». De fait, « l’aventure du Téléthon est liée aux cellules souches qui sont un grand espoir pour la médecine régénérative », mais parmi ces cellules, les cellules souches embryonnaires et fœtales humaines « supposent des embryons ou des fœtus provenant des techniques de procréation médicalement assistée ou d’avortements ».

La direction diocésaine « exhorte les directeurs à être particulièrement attentifs à engager [leurs] établissements dans des actions solidaires cohérentes avec la conception chrétienne de l’homme et respectueuse de celle-ci». Parmi les causes à soutenir, le document indique nommément : le Secours catholique, l’Œuvre d’Orient, les fondations Abbé Pierre ou Jérôme Lejeune, ATD Quart-monde, l’Aide à l’église en détresse."

Posté le 27 novembre 2017 à 19h21 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

26 novembre 2017

Olivier Dussopt, qui veut exterminer les trisomiques, entre au gouvernement

Olivier-dussopt-deputé-756x640Vendredi, le député PS Olivier Dussopt a été nommé au poste de secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique.

En janvier 2011, lors de l'examen du projet de loi sur la bioéthique, il avait demandé pourquoi les 4% des enfants trisomiques naissant n'avaient pas pu être exterminés comme les autres :

DPfcK7XXUAAm5mK.jpg-large

Posté le 26 novembre 2017 à 15h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

Concert "Noël angélique" samedi 2 décembre à Versailles au bénéfice de la Fondation Jérôme Lejeune

V

Posté le 26 novembre 2017 à 08h38 par Michel Janva | Lien permanent

24 novembre 2017

Le FN défend l'embryon humain au sein du Conseil régional pays de la Loire

Prise de parole de Marie Genevrey (FN dans l’hémicycle du conseil régional Pays de la Loire, au sujet de la protection de l’embryon humain

Posté le 24 novembre 2017 à 11h45 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

23 novembre 2017

Documentaire : « GPA, avec les meilleures intentions »

G

Le thème 2017 de la Journée internationale est « Ne laisser personne de côté : mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles ».

« Ne laisser personne de côté » est en effet essentiel dans un contexte où de nouvelles formes de violences à l'égard des femmes sont en plein essor. Il en est ainsi de la pratique des mères porteuses, ou gestation pour autrui (GPA), qui est une aliénation de la femme et de l'enfant. Les générations à venir pourraient bien condamner vivement notre absence d'actions de lutte contre cette pratique, voire notre hypocrisie et, dans les faits, notre tolérance. Certes, grâce au travail pédagogique en cours depuis quelques années partout dans le monde, la tendance actuelle est à la limitation de la pratique des mères porteuses, ou gestation pour autrui (GPA). Face à la répétition des scandales - découverte d'usines à bébés, femmes maltraitées, enfants refusés par les « parents » d'intention... -, des pays qui furent des eldorados de la GPA ont fait le choix de poser des limites. C'est le cas par exemple de l'Inde, du Népal, du Cambodge, de la Thaïlande. D'autres, comme le Laos, prennent aujourd'hui le même chemin. En Europe occidentale, et notamment en France, la revendication d'une légalisation de la GPA est désormais rarissime.

La GPA est vue à juste titre par la grande majorité comme une aliénation de la femme et une pratique qui fait de l'enfant l'objet d'un contrat. Cependant, certains proposent d'encadrer la GPA afin de l'autoriser tout en évitant ses dérives. Il en est ainsi de la Conférence de La Haye, par exemple, qui travaille depuis deux ans sur l'élaboration d'un cadre de droit international privé.

Qu'appelle-t-on « dérive » en matière de GPA ? L'encadrement évite-t-il ces dérives ? Réduit-il le nombre de cas ? Les femmes sont-elles mieux traitées ? Les enfants sont-ils davantage protégés ?... C'est ce que La Manif Pour Tous a voulu savoir, très concrètement, en enquêtant dans l'un des pays concernés : la Thaïlande. Ebranlé par des scandales de GPA qui ont ému le monde entier, ce pays a voté en 2015 une loi d'encadrement pour la GPA. La Thaïlande est ainsi passé d'un contexte où aucune loi n'existait - ni interdiction, ni autorisation - à une autorisation légale soumise à des conditions précises, dont le respect est vérifié par un comité d'éthique. Quelles sont les limites imposées par cette loi ? Deux ans plus tard, cet encadrement a-t-il réduit le nombre de recours à des mères porteuses ? Evite-t-il les dérives ? Protège-t-il la dignité des femmes et des enfants ?...

La Manif Pour Tous s'est rendu sur place et a rencontré des personnalités publiques thaïlandaises à l'origine de cette loi d'encadrement, des responsables d'ONG locales, des responsables en Thaïlande du programme des Nations Unies contre le trafic de personnes, ainsi que des représentants d'agences de GPA proposant leurs services en Asie du Sud-Est. Le documentaire « GPA, avec les meilleures intentions », d'une durée de 20 minutes, présente cette enquête. Il rappelle les différentes positions exprimées dans le débat public, indique les faits et les questions soulevées et donnent la parole aux divers intervenants du monde de la GPA en Thaïlande. La conclusion s'impose malheureusement très clairement. L'encadrement d'une pratique telle que la GPA revient à en accepter le principe : en l'occurrence considérer qu'une femme peut porter en son sein un enfant pendant 9 mois, lui donner la vie en accouchant et le céder à un tiers.

Quelle qu'en soit la justification, la GPA est en elle-même scandaleuse puisqu'elle implique nécessairement, et volontairement, de priver un enfant de sa mère. C'est pourquoi, en acceptant le principe même de la GPA, on accepte son corollaire : asservir la femme et réduire l'enfant à une marchandise. Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, déclare :

« Après avoir vu les cliniques où des femmes sont cantonnées pendant 9 mois, rencontré les agences qui organisent le business de la GPA, recueilli les témoignages poignants des ONG humanitaires mobilisées sur le terrain pour lutter contre ce trafic humain, il apparaît que l'abolition universelle est bien la seule solution pour mettre un terme à ce scandale. Nous allons relancer Emmanuel Macron qui, comme François Hollande, s'est engagé à lancer une initiative internationale contre la GPA. Cette Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes est le moment de rappeler le Président à ses engagements car la dignité des femmes et des enfants n'a pas de frontières ».

Posté le 23 novembre 2017 à 17h54 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

22 novembre 2017

Laurence Vanceunebrock-Mialon, député LREM et LGBT, qui a fabriqué des enfants à l'étranger

Unknown-11Laurence Vanceunebrock-Mialon, député de l’Allier, ex-policière élue sous l’étiquette de La République en Marche, a deux enfants avec son ex-compagne. Elle est lesbienne. Elle annonce au site Hornet vouloir s’investir dans les débats à venir sur la révision de la loi bioéthique en 2018, notamment pour faire avancer le dossier de la PMA et de la fabrication d'enfants sans père, par éprouvette.

Elle connaît le sujet : mère avec son ex-compagne de deux adolescentes, de 17 et 13 ans aujourd’hui, conçues par PMA en Belgique, en violation de la loi française, elle n’a aucun droit sur la plus jeune et, réciproquement, son ancienne partenaire envers la fille aînée. Les deux femmes se sont séparées avant la dénaturation du mariage en 2013 et aucune n’a par conséquent pu adopter la fille de l'autre...

Et comme si ce n'était pas assez compliqué, les deux femmes ont refait leur vie chacune avec une nouvelle compagne. Elle s’est mariée, l'autre aussi avec une femme qui a donné naissance, là encore par éprouvette interposée, à un petit garçon en 2014.

Posté le 22 novembre 2017 à 21h45 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

Curé enragé : L'arrêt Perruche ou la justice du prêt à penser

Posté le 22 novembre 2017 à 08h54 par Michel Janva | Lien permanent

20 novembre 2017

5 millions d'enfants conçus dans des éprouvettes

Chosification de l'être humain :

Unknown-5"Aujourd'hui, dans notre pays, un enfant sur 32, en crèche ou en petite section de maternelle, n'est déjà pas le fruit d'un rapport sexuel, mais de la procréation médicalement assistée. Les Terriens conçus en laboratoire sont déjà plus de cinq millions. Ce sont quelques statistiques sidérantes qu’a découvert Philippe Bouvard en invitant sur l’antenne de la radio RTL Jean-François Bouvet, auteur du livre Bébés à la carte.

"Nous vivons à une époque où les avancées biotechnologies sont tellement rapides que la réflexion éthique a de plus en plus de mal à suivre, confie, inquiet, le neurobiologiste. Nous sommes un peu dépassés par tout cela, surtout dans certains pays autres que la France. En France, il existe quand même un contrôle éthique assez strict. Mais il y a de nombreux pays où l’on fait des choses interdites en France, et cela va s’amplifier, en particulier en Chine, très en avance d’un point de vue technique.

"J’ai découvert beaucoup de choses grâce à votre livre, confie Philippe Bouvard. On apprend ainsi qu’il peut y avoir pour un enfant six « parents » différents, de sexe semblable ou non : le donneur de spermatozoïde, la donneuse d’ovocyte. Plus "éventuellement une mère porteuse, qui va confier le bébé à des parents dits attentionnels. Mais il y a maintenant un nouvel intervenant possible : une donneuse de mytochondrie. On peut, dans un ovocyte, au moment de la Fécondation In Vitro, changer les mytochondries de l’ovocyte si elles sont porteuses d’anomalies génétiques. Et une femme de plus va alors intervenir." Inquiétant ? Oui ! "Un certains nombre de choses qui se profilent ne sont pas encourageantes, notamment en Chine ou au USA, où  l’on recherche de manière frénétique les gènes de l’intelligence. Aux USA, une clinique achète ainsi 40 000 dollars les lots d’ovocytes de jeunes filles de l’université Columbia …"

Posté le 20 novembre 2017 à 20h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

Le porno au service de la PMA

Lu sur Gènéthique :

"L’éditeur de contenus pornographiques Marc Dorcel « fournit gracieusement téléviseurs, lecteurs DVD et films de sa production » à une trentaine d’hôpitaux publics. Un partenariat « discret » qui vise les patients reçus dans les services d’assistance médicale à la procréation et les CECOS (​Centre d'étude et de conservation des œufs et du sperme humains).« Nous n’apportons cette aide qu’aux centres publics parce que nous considérons que l’hôpital a d’autres dépenses prioritaires », commente le PDG Grégory Dorcel. Du côté des médecins, ils estiment observer « moins d’échecs de recueil » de sperme « depuis l’installation de ces téléviseurs » par ailleurs « plus hygiénique que la manipulation de revues »."

Au sein de l'hôpital de Nantes, des dizaines de tracts invitent les patientes à donner leurs ovocytes :

4

Posté le 20 novembre 2017 à 13h39 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Protéger l'enfant

2Le 20 novembre, c’est l’anniversaire de l’adoption par les Nations Unies de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. 28 ans après, que peut-on écrire ? L’enfant a plus que jamais besoin d’être protégé. Dans un monde rêvé, les droits de l’enfant devraient créer des devoirs opposables aux adultes.

Dans le monde réel, des adultes esclaves de leurs désirs veulent asservir d’autres personnes, en achetant des gamètes, en louant des ventres de prolétaires et in fine en achetant des enfants qui deviennent l’objet de contrats. La filiation est niée, malgré ce « droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux ».  La PMA Sans Père et la GPA ne respectent pas ce droit et l'intérêt de l'enfant.

Dans le monde réel, les enfants sont exposés à une sexualité trop précoce. Dans les cas les plus sordides, ils sont prostitués. Dans d’autres cas, ils sont « contraints » trop jeunes à des rapports sexuels. Ils sont exposés à la pornographie qui compromet l’éducation à une sexualité respectueuse de l’autre. Schizophrénie ? L’UNESCO préconise très tôt, beaucoup trop tôt, une éducation sexuelle des enfants qui ne relèverait pas des choix de la famille. C’est une violence de plus faite aux enfants.

Alors les Sentinelles parisiennes se tiendront debout le soir du lundi 20 novembre 2017 sur la place Vendôme à Paris, face au ministère de la justice pour marteler silencieusement et paisiblement que l’enfant doit être protégé. Protégé des adultes et des désirs de toutes nature qui instrumentalisent les enfants.

Vous êtes invités à vous joindre à elles, si vous le pouvez. Apprendre à veiller n’est pas compliqué : il suffit de se tenir debout, face à un lieu de pouvoir, de garder le silence, de ne porter aucun signe distinctif, de respecter un espace suffisant avec les autres Sentinelles, d’être respectueux de l’ordre public et bien-veillant avec les passants qui vous interrogent. Vous pouvez lire ou jouer sur votre smartphone ou rêver. Vous pouvez y consacrer le temps que vous jugerez utile. S’inscrire sur l’événement facebook n’est en rien obligatoire. A ce soir ?

Posté le 20 novembre 2017 à 11h33 par Michel Janva | Lien permanent

Journée Internationale des Droits de l'Enfant : les Juristes pour l'Enfance mobilisés

Communiqué des Juristes pour l'enfance :

X202i"A l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Enfant, le 20 novembre 2017, Juristes pour l’enfance (JPE) souhaite alerter sur le respect des enfants et de leurs droits en particulier sur deux points.

Protéger les enfants face à l’ « hyper-sexualisation »

A l’heure où la société française découvre chaque jour ébahie de nouvelles victimes d’abus sexuels, y compris des adultes dénonçant publiquement les harcèlements dont ils ont été victimes dans leur enfance, JPE souhaite attirer l’attention des pouvoirs publics sur la fragilisation des droits des enfants face à « l’hyper-sexualisation » de la société.
La déferlante pornographique et la banalisation des comportements sexuels « à risque » envahissent chaque jour un peu plus l’espace public : campagnes d’affichage (sexe entre hommes), distribution de magazines gratuits (Stylist), films sexualisés destinés à un public jeune (Sausage party). Même l’école, sous couvert d’éduquer les enfants à l’égalité homme femme, fait elle aussi parfois la promotion des comportements sexuels à risque.

Le gouvernement a fait du harcèlement sa priorité. Comment ne pas s’en réjouir ? Cependant, les intentions demeureront sans portée tant que de tels programmes seront dispensés et de telles publications mises à la portée de tous.

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant, dans son article 19, fait obligation aux Etats de « prendre toutes mesures législatives, administratives, sociales, et éducatives pour protéger l’enfant contre toute forme de violence (…) y compris la violence sexuelle ». JPE réclame des mesures efficaces pour prendre en compte l’intérêt de l’enfant, protéger sa conscience, sa pudeur et son intégrité.

Promouvoir les droits de l’enfant comme limite aux désirs d’enfant

Déjà annoncée par la secrétaire d’Etat à la santé, la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes célibataires et des couples de femmes devrait être discutée à l’occasion des états généraux de la bioéthique en 2018.

Juristes pour l’enfance rappelle que l’enfant est sujet de droit, titulaire de droits et que ces droits doivent être pris en considération au moment de répondre aux désirs des adultes.

En particulier, la Convention Internationale des Droits de l’Enfant pose dans son article 7 le droit pour tout enfant, dans la mesure du possible, de connaître ses parents et d’être élevé par eux : comment une pratique qui écarte délibérément le père et prive l’enfant de la branche paternelle de sa filiation pourrait-elle être respectueuse de ce droit ?

Ce texte international a une valeur supérieure à la loi française et son respect s’impose au législateur lui-même.

Les accidents de la vie ne privent-ils pas déjà suffisamment d’enfants de la chance de connaitre leurs parents ? Est-ce le rôle de la loi d’organiser et planifier la privation de père pour certains enfants ?

Juristes pour l’enfance appelle les parlementaires à prendre au sérieux les droits de l’enfant pour garantir dans la loi que les désirs des uns trouvent leur limite dans le respect des droits des autres et, en particulier, des enfants."

Posté le 20 novembre 2017 à 07h55 par Michel Janva | Lien permanent

19 novembre 2017

22-23 novembre : vente au profit de la Fondation Jérôme Lejeune

Vente Lejeune 2017071

Posté le 19 novembre 2017 à 11h02 par Michel Janva | Lien permanent

15 novembre 2017

Les Sentinelles de Montpellier ne lâchent rien

Mardi 14 novembre soir, les Sentinelles de Montpellier se sont rassemblées de 20h30 à 23h00 devant la Préfecture, place des Martyrs de la résistance la bien nommée, afin d'interpeller passants et pouvoirs publics sur les projets néfastes de PMA sans Père dans les cartons des lois bioéthique. Ce second rassemblement depuis la rentrée a vu les effectifs doubler, notamment grâce aux renforts de jeunes étudiants. Les Sentinelles 34 ne lâchent rien !

0

 

Posté le 15 novembre 2017 à 18h03 par Michel Janva | Lien permanent

14 novembre 2017

Les Sentinelles de Bordeaux veillent toujours

SLes Sentinelles de Bordeaux ont repris leur poste après l’interruption estivale, chaque vendredi entre 19h et 20h place Pey Berland, face à la mairie.

Des tracts sont mis à disposition autour de 2 thèmes (d’autres sont en préparation):

Ces tracts ne sont pas distribués à la volée. Ils comportent au verso un texte destiné à laisser aux passants, une trace de notre argumentation sur les thèmes concernés.

Posté le 14 novembre 2017 à 11h34 par Michel Janva | Lien permanent

13 novembre 2017

Des Sentinelles toujours à Montpellier

J'apprends que mardi 14 novembre, des Sentinelles se posteront devant la Préfecture de Montpellier (place des martyrs de la résistance la bien nommée) de 20h30 à 22h,afin de dénoncer la "PMA pour  toutes".

Il y aura même une photo à 21h30.

Posté le 13 novembre 2017 à 12h17 par Michel Janva | Lien permanent

11 novembre 2017

Marlène Schiappa accueillie par La Manif Pour Tous à Angoulême

Angouleme-marlene-schiappa-ecoute-et-devoile-des-pistes-pour-lutter-contre-les-violences-sexistes-et-sexuellesMarlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, s'est rendue à Angoulême vendredi pour visiter la structure d’accueil des femmes victimes de violences conjugales. Puis elle s'est rendue au forum "Violences faites aux femmes".

Des militants de la Manif Pour Tous l'attendaient sous le slogan : "GPA-PMA, sans père, violences faites aux femmes et enfants". Ils expliquent :

 "La ministre vient pour la violence faites aux femmes, la Gestation par autrui et la Procréation médicalement assistée ce sont des violences ! Vous supprimez la présence d'un père, qui respecte sa compagne. Quel exemple pour l'enfant ?" "Quand on accorde la PMA, c'est aussi une violence faites aux femmes des pays de l'Est".

Posté le 11 novembre 2017 à 11h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

24-25 novembre à Lyon : vente au profit de la Fondation Lejeune

F

Posté le 11 novembre 2017 à 08h23 par Michel Janva | Lien permanent

10 novembre 2017

14 novembre : intervention de Gabrielle Cluzel sur le féminisme

Capture d’écran 2017-11-08 à 22.14.36

Posté le 10 novembre 2017 à 22h14 par Michel Janva | Lien permanent

06 novembre 2017

14 novembre : conférence de Jean-Marie Le Méné à Lyon

Capture d’écran 2017-10-30 à 18.29.22

Ouverture au public à 20h, début de la conférence à 20h30.

Posté le 6 novembre 2017 à 14h25 par Michel Janva | Lien permanent

Le directeur de campagne de Laurent Wauquiez accepte la PMA pour les LGBT

C'était bien la peine d'exclure les Constructifs...

Posté le 6 novembre 2017 à 14h21 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (17)

Hors-série de L'Homme Nouveau sur le transhumanisme

Quand l’Intelligence Artificielle nous dépassera-t-elle ? Serons-nous contraints de faire fabriquer nos enfants dans des utérus artificiels ? Nos maisons seront-elles envahies de robots ? Pourrons-nous un jour télécharger notre esprit sur un ordinateur ? Le transhumanisme est l’enjeu de ce siècle. Ces questions ne manquent ni d’intérêt ni de pertinence, mais elles n’interrogent pas cette idéologie dans ses fondements mêmes et, si nous n’y prenons pas garde, nous détournent de la question fondamentale qui marque le point de rupture entre l’anthropologie chrétienne et la pensée transhumaniste : qu’est-ce que l’homme ?

Ce hors-série veut proposer un ensemble de réflexions sur les fondements philosophiques du transhumanisme.

L'Homme Nouveau met actuellement en pré-vente un numéro hors série sur le transhumanisme qui sort ce samedi. Il y a de belles signatures. Les frais de port sont offerts jusqu'au 10 novembre. Ne tardez pas.

A commander ici

Préventes-HS-TransH

Posté le 6 novembre 2017 à 10h26 par Le Salon Beige | Lien permanent

05 novembre 2017

Déjà en 2016 : 'l’obligation vaccinale, c’est pour le profit et pas pour la santé publique"

C'est le témoignage de Brandy Vaugham, ancienne représentante de ventes pour le fabricant de vaccins Merck & Co : 

"Elle explique en détails comment les fabricants de vaccins se servent précisément des vaccins pour réaliser d’énormes profits et non pour la Santé publique. Brandy a effectué des recherches sur la sécurité des vaccins. Elle a trouvé que, non seulement les vaccins contenaient des produits toxiques connus qui pouvaient provoquer des dégâts neurologiques, mais aussi que les fabricants de vaccins ne réalisaient pas les mêmes études de sécurité pour les vaccins comme ils le font pour les autres médicaments.

Ce manque de recherches sur la sécurité des vaccins ajouté aux effets secondaires de la vaccination a contribué à faire prendre à Brandy la décision de ne jamais faire vacciner son enfant. Brandy déclare qu’administrer des vaccins à nos enfants, c’est comme jouer à la roulette russe avec eux. Elle ajoute que la vaccination obligatoire est simplement un moyen pour les fabricants de vaccins de faire de plus amples bénéfices encore sur le dos de nos enfants. S’il vous plaît, ne soyez pas dupes : nous n’avons aucun besoin de vaccination obligatoire".

Posté le 5 novembre 2017 à 19h21 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (1)

02 novembre 2017

Courageux ministre de la santé aux Pays-Bas

BLu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Le nouveau ministre de la Santé, Paul Blokhuis, de l’Union chrétienne (calvinistes nationalistes) avait déjà fait savoir qu’il ne permettrait pas la création d’embryons humains pour la recherche, ni l’élargissement de l’euthanasie aux personnes âgées fatiguées de vivre. Il vient de retirer le projet de loi préparé par le gouvernement précédent visant à autoriser les médecins de ville à pratiquer l’avortement médicamenteux.

On ne peut que saluer le courage du ministre, même si son combat ne peut que se situer à la marge, dans un pays où règne la dictature de la culture de mort, dont sont partisans la majorité de ses collègues au gouvernement…"

Posté le 2 novembre 2017 à 16h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

Pour contredire la Manif Pour Tous, France Info fait appel à des militants de la GPA

GDans un article publié aujourd'hui, France Info annonce passer au crible les arguments des anti-PMA pour toutes. Pour ce crible, France Info fait appel à

Et ces deux-là décryptent les différents arguments opposés à la PMA : instauration du droit à l'enfant, fin du père, enfant-OGM, course à la GPA...

Mais ce que France Info ne précise pas, et c'est La Manif Pour Tous qui le rappelle, c'est que ces deux personnages sont des militants actifs de la GPA... Dominique Mehl et Geneviève Delaisi de Parseval appartiennent au comité de soutien pour légaliser la GPA.

H

Posté le 2 novembre 2017 à 11h36 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

31 octobre 2017

« Je suis un homme porteur de trisomie 21 et ma vie vaut la peine d’être vécue »

Frank Stephens, acteur, sportif des Special Olympics et avocat, a donné son témoignage au Congrès des Etats-Unis :

« Je suis un homme porteur de trisomie 21 et ma vie vaut la peine d’être vécue ».

Plutôt que « de procéder au dépistage prénatal et à l’avortement en feignant que ce soit la meilleure solution d’y remédier », il a souhaité alerter le Congrès sur la nécessité d’allouer des fonds fédéraux à la recherche pour soigner les personnes atteintes de trisomie 21 :

« A ceux qui remettent en question la valeur de la vie des personnes trisomiques, je voudrais dire 3 choses : tout d’abord, nous sommes un cadeau médical pour la société, un champ d’investigation pour la recherche médicale sur le cancer, sur Alzheimer, sur les troubles du système immunitaire ; ensuite, nous sommes une source de bonheur inépuisable - une étude Harvard a montré que les personnes trisomiques et leurs familles sont plus heureuses que le reste de la société ; enfin, nous donnons au monde l’occasion de réfléchir à la valeur éthique du tri entre les hommes qui ont le droit de vivre et ceux qui ne l’ont pas ».

Après avoir rappelé le taux élevé d’avortements des enfants à naître atteints de trisomie 21, il ajoute :

« Agissons en tant qu’Américains, non comme des Islandais ou des Danois. Essayons de trouver des réponses, non des "solutions finales". Soyons dignes de notre pays : aidons-le à être débarrassé d’Alzheimer, et non de la trisomie 21 ».

Posté le 31 octobre 2017 à 14h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

Un petit garçon porteur de la trisomie devient mannequin

Capture d’écran 2017-10-31 à 07.26.55Dans sa dernière campagne Kids de l'enseigne de prêt-à-porter River Island, on trouve Joseph Hale, un Britannique de 11 ans, qui souffre de dyspraxie, d'un retard global de développement et du syndrome de Down. La marque écrit :

"Chaque enfant est différent, mais ils veulent tous la même chose : des vêtements cool (et s'amuser) !"

Sa mère précise :

"Le handicap ne devrait pas le définir, Joseph est une personne. Sa trisomie est une petite partie de lui. Il y a tellement plus à voir que ça."

Le petit garçon semble avoir bien profité de cette expérience :

"River Island m'a mis à l'aise et j'ai vraiment apprécié. J'essayais de faire danser tout le monde sur la musique. C'est bien d'être capable de défendre les handicaps". "C'était super de montrer la vidéo à mes amis à l'école, les gens peuvent prendre des selfies avec moi maintenant."

Posté le 31 octobre 2017 à 07h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

30 octobre 2017

Une mère porteuse cherche à récupérer son propre enfant

Unknown-23Voilà une affaire ubuesque. Jessica Allen, une Américaine de 31 ans, avait décidé de devenir mère porteuse en Californie pour acheter une nouvelle maison avec son mari et leurs deux enfants. Moyennant 35 000 dollars (environ 30 000 euros), elle a porté l’embryon d’un couple chinois venu aux Etats-Unis faire une GPA.

Apprenant qu’elle portait deux bébés, Jessica a alors pensé que l’embryon transféré s’était divisé en deux, et qu’il s’agissait de jumeaux. Cependant, elle n’avait pas réalisé qu’elle était tombée naturellement enceinte de son époux, un phénomène rare : la superfétation.

A la naissance, les deux enfants lui ont été enlevés sans qu’elle ait pu les voir, pour être remis au couple d’intention. Le couple chinois, constatant une notable différence physique entre les deux enfants, a fait procéder à un test ADN. L’enfant au phénotype asiatique correspondait au couple chinois tandis que pour l’autre, l’ADN montrait que l’enfant était celui de la famille Allen.

Légalement parents des deux enfants, le couple chinois, ne souhaitant pas garder le fils du couple Allen, a décidé de le donner à l’adoption. Aussi, la famille Allen qui désirait récupérer l’enfant, a dû se lancer dans une bataille judiciaire : le couple asiatique a réclamé une compensation financière de 22000 dollars (19 000 euros)...

Posté le 30 octobre 2017 à 21h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

28 octobre 2017

11 novembre : journées de bioéthique

Capture d’écran 2017-10-24 à 21.25.13

Inscriptions.

Posté le 28 octobre 2017 à 09h24 par Michel Janva | Lien permanent

23 octobre 2017

Laetitia Pouliquen : "On se prépare à mettre les femmes au rebut"

Laetitia Pouliquen, fondatrice de Woman attitude et auteur de “Femme 2.0, féminisme et transhumanisme, quel avenir pour la femme ?” Elle revient sur TV Libertés pour évoquer l’affaire Weinstein, la PMA et les robots sexuels. Pour l’auteur, la négation de la différence des sexes, la remise en cause de la filiation, annonce la femme 2.0 en rupture totale avec l’anthropologie commune à toutes les civilisations depuis les origines de l’humanité. Laetitia Pouliquen qui veut éveiller les consciences et entrer en résistance prévient :”on va mettre les femmes au rebut”.

Posté le 23 octobre 2017 à 10h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

22 octobre 2017

Poutine : la programmation génétique de l'homme plus effrayante qu'une bombe nucléaire

Capture d’écran 2017-10-22 à 15.18.41Vladimir Poutine a déclaré lors du Festival international de la jeunesse à Sotchi que la programmation génétique de l'homme selon des caractéristiques données serait possible dans un avenir proche et que cela pourrait être plus effrayant qu'une bombe nucléaire.

«On peut pratiquement imaginer qu'un homme puisse créer un homme selon des caractéristiques spécifiées. Il peut être mathématicien ou un brillant musicien, mais il pourrait également être un militaire capable de combattre sans peur, sans compassion, sans regret et sans douleur». «Vous comprenez que l'humanité peut entrer dans une ère très complexe et importante de son évolution et existence et, ce qui est le plus probable, qu'elle le fera prochainement. Et ce que je viens de dire peut être plus effrayant qu'une bombe nucléaire».

D'après Vladimir Poutine, l'humanité ne doit jamais oublier la moralité de ses actes, puisque son absence pourrait conduire à la destruction de l'homme.

«Quand nous faisons quelque chose et quoi que nous fassions, nous ne devons jamais oublier les fondements moraux et éthiques de notre cause. Tout ce que nous faisons doit contribuer au renforcement de l'être humain et non à sa destruction».

Posté le 22 octobre 2017 à 15h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

21 octobre 2017

Tout s'achète, même les mamans

Signe-des-temps

Posté le 21 octobre 2017 à 16h59 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

20 octobre 2017

Le FN demande une charte éthique refusant la destruction des embryons humains

Voeu du groupe FN-RBM au Conseil régional des Pays de la Loire :

"Depuis le début de la mandature, la Région a versé plusieurs centaines de milliers d’euros à Biogenouest, le réseau des plates-formes en sciences du vivant du Grand Ouest qui rassemble près de 70 laboratoires de recherche. Certaines activités de Biogenouest portent sur la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

Depuis 2005, les transgressions au principe du « respect de l’être humain dès le commencement de sa vie » (article 16 du Code civil) autorisent la destruction d’embryons humains pour des expérimentations scientifique. Depuis la Loi Touraine de 2016, ces recherches peuvent être réalisées en dehors du contrôle de l’Agence de biomédecine. La permissivité de la législation en vigueur est d’autant plus sidérante, que l’utilité thérapeutique de ces manipulations est très discutable. En effet, le professeur Yamanaka, prix Nobel de médecine 2012, a prouvé que la recherche destructrice d'embryons humains ne produit aucun résultat scientifique probant.

Ces tests sur les embryons permettent déjà d’envisager la fabrication d’enfants au génome « parfait », comme l’ont fait savoir les chercheurs de l’université d’Oregon en août 2017, augurant des heures sombres de l’histoire européenne. Quelle sera la prochaine étape ? Des biologistes de l’université de Cambridge annoncent pouvoir cultiver in vitro des embryons humains. Les bébés naîtront-ils bientôt dans des utérus artificiels ? Sans limites fixées par les pouvoirs publics, on se dirige droit vers Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley.

Une grande responsabilité éthique incombe à notre assemblée. C’est pourquoi le groupe FN-RBM formule le vœu que notre Région s’inscrive dans le respect de l’écologie humaine, et soumette toute subvention à des laboratoires de recherche scientifique en génétique, à la signature d’d’une charte éthique respectant l’intégrité de la personne humaine, et au refus de toutes expérimentations scientifiques sur des embryons humains."

Ce voeu a été rejeté par le groupe majoritaire LR, présidé par Christelle Morançais (remplaçante de Bruno Retailleau).

Posté le 20 octobre 2017 à 14h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

16 octobre 2017

PMA : festival d'incohérences d'Emmanuel Macron

DMM5_zFXkAIAyteDimanche sur TF1, Emmanuel Macron a été interrogé, notamment sur l'extension de la PMA aux lesbiennes et aux femmes célibataires. Réponse du chef de l'Etat :

"Vous me permettrez, sur des sujets aussi complexes, de refuser le oui ou non. [...] Je pense que, à partir du moment où on a accepté pour des femmes vivant en couple de bénéficier de la PMA, il est normal, compte tenu du fait que nous reconnaissons qu'une mère peut être seule, ou que deux femmes puissent être en couple, de reconnaître ce droit aux femmes seules et aux couples de même sexeJ'ai dit que je respecterai l'ensemble des convictions. Sur ces sujets de société, le politique ne doit pas imposer un choix en brutalisant les consciences, des convictions profondes que je respecte chez chacune et chacun. Je souhaite que durant l'année 2018, nous puissions avoir ce débat de manière apaisée. [...] Je suis pour reconnaître des droits égaux à nos concitoyens. Je suis très sensibles au respect de la filiation. C'est aussi pour ça que je suis contre la GPA. J'ai une conception de la dignité du corps de la femme. Cette conception philosophique ne permet pas qu'on puisse porter un enfant pendant neuf mois pour le compte d'un autre. Je souhaite qu'on ne puisse pas passer de la PMA à la GPA subrepticement."

Je refuse le oui et le non mais je dis oui...

Des droits égaux à nos concitoyens, sauf pour les enfants privés délibérément de père.

Comment parler d'égalité et de refus de la GPA alors que les homosexuelles pourront se faire concevoir des enfants et pas les homosexuels ?

Comment respecter la filiation tout en autorisant les lesbiennes à se fabriquer des enfants par éprouvette ?

Aidez-nous à préparer la prochaine loi bioéthique.

Posté le 16 octobre 2017 à 08h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

15 octobre 2017

La gauche tarée en roue libre : la PMA pour avorter

Les provocation de l'Inter-LGBT sont à vomir :

DMLOAuXX4AAcceD

Posté le 15 octobre 2017 à 19h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)


     Archives > Bioéthique , Homosexualité : revendication du lobby gay

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Bioéthique , Homosexualité : revendication du lobby gay