21 octobre 2017

Tout s'achète, même les mamans

Signe-des-temps

Posté le 21 octobre 2017 à 16h59 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

20 octobre 2017

Le FN demande une charte éthique refusant la destruction des embryons humains

Voeu du groupe FN-RBM au Conseil régional des Pays de la Loire :

"Depuis le début de la mandature, la Région a versé plusieurs centaines de milliers d’euros à Biogenouest, le réseau des plates-formes en sciences du vivant du Grand Ouest qui rassemble près de 70 laboratoires de recherche. Certaines activités de Biogenouest portent sur la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

Depuis 2005, les transgressions au principe du « respect de l’être humain dès le commencement de sa vie » (article 16 du Code civil) autorisent la destruction d’embryons humains pour des expérimentations scientifique. Depuis la Loi Touraine de 2016, ces recherches peuvent être réalisées en dehors du contrôle de l’Agence de biomédecine. La permissivité de la législation en vigueur est d’autant plus sidérante, que l’utilité thérapeutique de ces manipulations est très discutable. En effet, le professeur Yamanaka, prix Nobel de médecine 2012, a prouvé que la recherche destructrice d'embryons humains ne produit aucun résultat scientifique probant.

Ces tests sur les embryons permettent déjà d’envisager la fabrication d’enfants au génome « parfait », comme l’ont fait savoir les chercheurs de l’université d’Oregon en août 2017, augurant des heures sombres de l’histoire européenne. Quelle sera la prochaine étape ? Des biologistes de l’université de Cambridge annoncent pouvoir cultiver in vitro des embryons humains. Les bébés naîtront-ils bientôt dans des utérus artificiels ? Sans limites fixées par les pouvoirs publics, on se dirige droit vers Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley.

Une grande responsabilité éthique incombe à notre assemblée. C’est pourquoi le groupe FN-RBM formule le vœu que notre Région s’inscrive dans le respect de l’écologie humaine, et soumette toute subvention à des laboratoires de recherche scientifique en génétique, à la signature d’d’une charte éthique respectant l’intégrité de la personne humaine, et au refus de toutes expérimentations scientifiques sur des embryons humains."

Ce voeu a été rejeté par le groupe majoritaire LR, présidé par Christelle Morançais (remplaçante de Bruno Retailleau).

Posté le 20 octobre 2017 à 14h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

16 octobre 2017

PMA : festival d'incohérences d'Emmanuel Macron

DMM5_zFXkAIAyteDimanche sur TF1, Emmanuel Macron a été interrogé, notamment sur l'extension de la PMA aux lesbiennes et aux femmes célibataires. Réponse du chef de l'Etat :

"Vous me permettrez, sur des sujets aussi complexes, de refuser le oui ou non. [...] Je pense que, à partir du moment où on a accepté pour des femmes vivant en couple de bénéficier de la PMA, il est normal, compte tenu du fait que nous reconnaissons qu'une mère peut être seule, ou que deux femmes puissent être en couple, de reconnaître ce droit aux femmes seules et aux couples de même sexeJ'ai dit que je respecterai l'ensemble des convictions. Sur ces sujets de société, le politique ne doit pas imposer un choix en brutalisant les consciences, des convictions profondes que je respecte chez chacune et chacun. Je souhaite que durant l'année 2018, nous puissions avoir ce débat de manière apaisée. [...] Je suis pour reconnaître des droits égaux à nos concitoyens. Je suis très sensibles au respect de la filiation. C'est aussi pour ça que je suis contre la GPA. J'ai une conception de la dignité du corps de la femme. Cette conception philosophique ne permet pas qu'on puisse porter un enfant pendant neuf mois pour le compte d'un autre. Je souhaite qu'on ne puisse pas passer de la PMA à la GPA subrepticement."

Je refuse le oui et le non mais je dis oui...

Des droits égaux à nos concitoyens, sauf pour les enfants privés délibérément de père.

Comment parler d'égalité et de refus de la GPA alors que les homosexuelles pourront se faire concevoir des enfants et pas les homosexuels ?

Comment respecter la filiation tout en autorisant les lesbiennes à se fabriquer des enfants par éprouvette ?

Aidez-nous à préparer la prochaine loi bioéthique.

Posté le 16 octobre 2017 à 08h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

15 octobre 2017

La gauche tarée en roue libre : la PMA pour avorter

Les provocation de l'Inter-LGBT sont à vomir :

DMLOAuXX4AAcceD

Posté le 15 octobre 2017 à 19h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

14 octobre 2017

19 octobre : conférence de Ludovine de La Rochère à Bordeaux

Capture d’écran 2017-10-09 à 22.14.37

Posté le 14 octobre 2017 à 10h14 par Michel Janva | Lien permanent

Mardi 14 novembre à Lyon : La PMA, première marche du transhumanisme

6oGrande soirée sur le thème de la PMA, organisée par le Réseau Rhône-Alpes de la Fondation Jérôme Lejeune le mardi 14 novembre au soir dans le nouveau campus de l'Université Catholique de Lyon. 

A l'heure où le Gouvernement souhaite étendre la PMA aux couples de femmes, il est primordial de consolider nos convictions par une formation complète sur ce sujet délicat.

Posté le 14 octobre 2017 à 08h23 par Michel Janva | Lien permanent

12 octobre 2017

La boite de Pandore transhumaniste

De Ludovine de La Rochère :

“Ces pratiques, qui changeraient les données de notre humanité, qui la ‘programmerait’ à notre guise aussi, appartiennent à la logique transhumaniste. En effet, on n’est plus dans un objectif de ‘réparation’ de l’Homme par la médecine, mais dans un objectif de dépassement des limites de notre condition humaine par le recours aux techniques disponibles. Une femme ne peut pas avoir d’enfant toute seule ? La technique le permet, alors il faut y aller ? Ce serait évidemment l’ouverture d’une boîte de Pandore…

Quelques exemples : si la PMA n’était plus réservée aux problèmes de fertilité, les couples pourraient aussi demander à avoir un enfant à 60 ans et plus, ou encore après la mort d’un conjoint, ou même de l’un de nos enfants, leurs gamètes sexuelles ayant été conservées parce que l’un des deux est malade et qu’on souhaite quand même un enfant ou un petit-enfant. On pourrait aussi mettre à disposition les embryons conçus mais non utilisés par les parents : ceux qui ont besoin de recourir à des gamètes extérieurs, pour une raison ou une autre, réaliseraient ainsi plus vite leur désir d’enfant… Cela vous paraît exagéré ? C’est pourtant ce qui se pratique déjà dans quelques pays. Parce que c’est la même logique, tout simplement.

Aujourd’hui, nous savons les dégâts causés sur notre environnement par l’usage irresponsable et irraisonné de la technique. La Manif Pour Tous appelle donc, par ce visuel, à ne pas prendre des risques aux conséquences incalculables pour les générations à venir. En bref, que voulons-nous pour demain : des humains ou des trans-humains ?”

Posté le 12 octobre 2017 à 09h51 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

PMA-GPA : l'homme, ce grand oublié de l'écologisme

Ludovine de la Rochère est interrogé dans Valeurs Actuelles, suite aux accusations de Marlène Schiappa. Extraits :

"Force est de constater que Marlène Schiappa n’a pas pris en compte le fait qu’il est aussi écrit sur ce visuel : “No PMA sans Père” et “No GPA”. Autrement dit, il s’agit spécifiquement du détournement de techniques médicales dans le but de concevoir un enfant dont le père ou la mère, suivant les cas, sera effacé(e). Rien à voir, donc, avec la PMA, technique médicale destinée aux couples ayant une infertilité médicalement constatée, donc des couples homme-femme, ou avec les familles monoparentales. En ce qui les concerne, dans l’immense majorité des cas, l’enfant connaît son père et sa mère même s’il ne vit qu’avec l’un des deux. En outre, il n’y pas eu la volonté délibérée d’effacer le père et la mère dès la conception de l’enfant.

Le sens de ce visuel est donc celui de l’usage de la technique : il interroge sur le fait de savoir s’il faut user de la technique sans s’inquiéter des conséquences, s’il faut laisser faire et accepter toutes les dérives possibles. Il dit aussi que, à juste titre, le choix des techniques est questionné pour ce qui concerne notre environnement – c’est ce qu’on appelle l’écologie -, mais qu’il devrait peut-être l’être aussi pour l’être humain. Je dis “peut-être” parce que le message de ce visuel – et c’est important – est sous la forme d’une question. Il appelle, autrement dit, à s’interroger en conscience, à réfléchir.

Même si ce n’était pas votre intention, “comparer” le cas des OGM à celui des enfants, n’est-ce pas prendre le risque de brouiller le message et donner raison à ceux qui vous caricaturent ?

Le visuel ne compare pas ce qui n’est pas comparable évidemment. Il fait référence aux débats écologiques publics, les OGM étant un exemple célèbre, tout en interpelant sur l’absence de débat pour ce qui concerne l’écologie de l’Homme. Ce visuel pose donc l’une des questions de fond ouvertes par la PMA sans père et la GPA. Il y en a bien d’autres car ces pratiques ont des conséquences immenses. Mais cet aspect, l’écologie, doit être souligné aussi.

Au-delà de la polémique, vous parlez “d’écologie humaine” en englobant dans un même débat la manipulation du vivant, humain et végétal confondus. Ne prend-on pas le risque de mélanger les sujets ?

L’Homme fait partie du vivant, ce qui n’est jamais évoqué ni pris en compte par les militants écologistes et encore moins par les divers partis se revendiquant de la pensée écologiste. Or l’Homme est au cœur, il est même le cœur de notre environnement. Respecter la nature est un enjeu majeur pour l’avenir dont nos contemporains ont pris conscience. Mais il ne faut pas oublier l’Homme lui-même ! Trafiquer la conception et la filiation de l’être humain, mettre en œuvre des pratiques qui feraient naître des enfants dont le père ou la mère est effacé(e) serait une falsification aux conséquences anthropologiques immenses, à commencer bien-sûr par les conséquences psychiques pour l’enfant, par la reconnaissance de filiation fictive, par la mise en cause de l’importance de la paternité, etc.

Il est évident, en outre, qu’avec de telles pratiques – PMA sans père et GPA - vont aussi la sélection (choix du donneur de sperme sur la base de ses caractéristiques génétiques par exemple) et l’eugénisme (tri des embryons sur la base du sexe et de bien d’autres critères…). Souhaitons-nous vraiment rentrer dans la sélection de l’humain ? Souhaitons-nous mettre entre les mains des biologistes de telles responsabilités ? Est-ce digne de notre humanité ? N’est-ce pas sans risques majeurs ? [Voir notre encadré ci-dessous]. [...]"

Posté le 12 octobre 2017 à 09h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

11 octobre 2017

PMA-GPA : les Sentinelles veillent à Montpellier

Les Sentinelles de Montpellier ont exprimé leur opposition à la "PMA sans père" dans les cartons de la loi bioéthique en marche pour 2018, le mardi 10 octobre au soir, devant la Préfecture. Des échanges fructueux ont eu lieu avec des passants, notamment des jeunes qui ont saisi la portée du message défendant les droits de l'enfant à connaître ses origines réelles et à bénéficier d'une éducation complémentaire "homme - femme". RDV est pris pour renouveler régulièrement ce type d'action. ONLR J !

SENTINELLES MPL 10 11 17

Posté le 11 octobre 2017 à 15h05 par Michel Janva | Lien permanent

10 octobre 2017

PMA-GPA : bébés sur mesure ou bébés OGM

Voilà un documentaire diffusé ce soir pour instruire Marlène Schiappa :

"En 1978, le premier bébé-éprouvette voyait le jour au Royaume-Uni, dans une tempête de polémiques. Moins de quarante ans après, la fécondation in vitro représente 3 % des naissances dans les pays occidentaux. Pour assouvir leur désir d'enfant, les couples stériles, homosexuels ou atteints de maladies héréditaires se tournent vers la procréation médicalement assistée, voire la gestation pour autrui. Mais une autre révolution est en cours : il est désormais possible de choisir le sexe de son enfant, et jusqu'à la couleur de ses yeux, en opérant une sélection des embryons avant l'implantation. Parallèlement, en 2015, le Parlement britannique a donné son feu vert à la mise en oeuvre du protocole des bébés à trois ADN, provenant de trois parents, pour lutter contre une maladie génétique."

Posté le 10 octobre 2017 à 17h03 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Les insultes autour des affiches de LMPT permettent d'éviter de débattre

La Manif pour tous vient de lancer une campagne d’affichage ayant pour but de sensibiliser le public sur la question de la PMA. Cette campagne choque Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes. Réaction de Ludovine de La Rochère au micro de Boulevard Voltaire :

Capture-d’écran-2017-10-08-à-14.11.37

Posté le 10 octobre 2017 à 08h08 par Michel Janva | Lien permanent

08 octobre 2017

«Après les légumes OGM, les enfants à un seul parent ?»

Cette affiche choque Marlène Schiappia qui souhaite la faire interdire :

DLjOuD7W0AA0T0s

Par conséquent, La Manif Pour Tous demande à être reçue par cette secrétaire d'Etat. Pas certain qu'un dialogue rationnel soit possible avec cette écervelée :

DLnVmxzWAAAu2uL

Posté le 8 octobre 2017 à 15h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

07 octobre 2017

18 octobre : conférence de Ludovine de La Rochère à Cognac

0

Posté le 7 octobre 2017 à 16h13 par Michel Janva | Lien permanent

10 octobre : des Sentinelles à Montpellier

Un rassemblement de Sentinelles est annoncé le mardi 10 octobre, de 20h30 à 22h, devant la Préfecture de Montpellier afin de dénoncer la "PMA pour toutes" prévue dans les cartons de la loi bioéthique de 2018.

Nous ne marcherons pas !

Posté le 7 octobre 2017 à 10h57 par Michel Janva | Lien permanent

Le Salon Beige vous propose de vous mobiliser pour préparer la prochaine loi de bioéthique

Chers amis,

Quand nous avons lancé notre campagne pour préparer les lois de bioéthique, nous ne nous attendions pas à ce que Marlène Schiappa tente d'accélérer le rythme. Depuis, le cafouillage gouvernemental s'est amplifié, renouant avec les "riches heures" du quinquennat Hollande. Mais ce qui est sûr, c'est que le gouvernement veut légaliser la PMA sans père - rejetée par 77% des Français, il faut le rappeler à temps était contre-temps. Il ne s'agit pas, selon la propagande en vigueur, de "donner des droits sans en retirer à personne": il s'agit bel et bien de retirer aux enfants le droit de naître d'un père et d'une mère.

En tout cas, notre mobilisation est plus que jamais d'actualité. Pour l'heure, un peu plus de 1000 personnes ont signé notre lettre aux députés pour leur rappeler notre attachement à la dignité de la personne humaine, à laquelle aucun parlement ne peut attenter sans sombrer dans le totalitarisme. Et nous avons réuni un peu plus de 3600 €. Dans les deux cas, nous avons rempli environ 10% de nos objectifs. C'est un bon début, et je remercie chaleureusement les lecteurs qui se sont déjà impliqué dans cette campagne.

Et je compte sur tous les autres pour nous rejoindre.

Ce combat pour la personne humaine est central et, hélas, personne ne le mènera si nous ne le faisons pas!

Je compte sur vous tous.

Fidèlement

Guillaume de Thieulloy

Directeur du Salon beige

PS: Je vous rappelle comment vous pouvez vous impliquer dans cette campagne:

  1. Vous pouvez apporter votre expertise (juridique ou scientifique).
  2. Vous pouvez signer notre lettre aux députés.
  3. Vous pouvez contribuer au financement de la campagne.

Pour ces 3 premiers points, rendez-vous ici: https://www.lesalonbeige.fr/mobilisons-nous-preparons-la-prochaine-loi-de-bioethique/

      4. Et vous pouvez aussi télécharger l'application France Renaissance pour être prêts à réagir instantanément quand nous serons dans le feu de la bataille: https://france-renaissance.org/app/

Posté le 7 octobre 2017 à 10h23 par Le Salon Beige | Lien permanent

18 octobre : conférence sur la GPA à Lyon

22264791_493129657727814_85659022_n

Posté le 7 octobre 2017 à 09h27 par Michel Janva | Lien permanent

05 octobre 2017

PMA : accueil du Premier ministre vendredi 6 octobre à Nantes

1383670_203144566525012_1190600303_nNantes dit à Edouard Philippe: PMA Jamais! Tenez parole!

Rendez-vous à 10 heures à l'angle de l'avenue Carnot et de la rue Jemmapes, en face du palais des Congrès devant le CIC.

En cas d'impossibilité RDV devant la TOUR LU (en direction du centre ville).

Les autorités sont averties.

Posté le 5 octobre 2017 à 10h04 par Michel Janva | Lien permanent

04 octobre 2017

Après la PMA et la GPA, la congélation des gamètes des "transgenres"

Et vous croyez que le lobby LGBT va cesser ses revendications ?

"Les cliniques du service public de santé en Grande-Bretagne permettent aux adolescents qui veulent « changer de genre » de congeler leurs spermatozoïdes afin de procréer quand ils seront « devenus des femmes ».

De même, les cliniques prélèvent et conservent les ovocytes des filles qui vont « devenir des hommes ».

Il y a déjà plusieurs dizaines de cas. Certains garçons n’ont que douze ans (sic), et on congèle les ovocytes des filles « à partir de 16 ans ».

Les traitements de fertilité des adolescents « transgenres », financés par le NHS, pourraient coûter des centaines de milliers de livres, alors que nombre d’opérations nécessaires sont reportées par manque de fonds…

A quoi les médecins qui pratiquent ces aberrations répondent que ces adolescents ont « le droit de fonder une famille »…"

Posté le 4 octobre 2017 à 13h52 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

03 octobre 2017

Marine Le Pen s'oppose fermement à la PMA pour célibataires et les homosexuels

Posté le 3 octobre 2017 à 21h37 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

02 octobre 2017

Lettre ouverte sur la bioéthique

Plusieurs lecteurs nous ont demandé de republier la lettre ouverte aux députés pour attirer leur attention sur la prochaine loi de bioéthique. Nous le faisons bien volontiers. D'autant que le "flottement" actuel au gouvernement laisse entendre que tout n'est pas joué et que la voix du bon sens et du respect de la dignité humaine pourrait l'emporter. C'est donc le moment ou jamais d'intensifier la pression en montrant que des dizaines de milliers de Français sont particulièrement attentifs à ces sujets.

Madame, Monsieur le député,

D'ici quelques semaines, vous allez avoir à débattre de la prochaine loi de bioéthique. Beaucoup de lobbies font, d'ores et déjà, pression – y compris dans les couloirs du parlement – pour que cette loi permette toujours plus de transgressions. Mais je voudrais attirer votre attention sur le fait que pratiquement aucune découverte scientifique ne découle d'une transgression éthique, tandis que bien des recherches compatibles avec la dignité humaine sont fructueuses. Pour ne prendre qu'un exemple, je vous rappelle que les recherches sur les cellules souches embryonnaires, qui entraînent la destruction délibérée d'un embryon humain, n'ont guère, à ce jour, amené d'avancée médicale, tandis que les recherches sur les cellules souches ombilicales, qui ne posent aucun problème éthique, mais qui demeurent, hélas, les parents pauvres de la recherche scientifique, sont extrêmement prometteuses. La dignité de la personne humaine ne se partage pas: si nous maltraitons les embryons humains, les personnes handicapées ou les vieillards, c'est l'humanité elle-même que nous piétinons. Et le IIIe Reich commença par "proposer" l'euthanasie des malades mentaux, avant de torturer et d'assassiner des êtres humains par millions. Je vous demande donc instamment d'aborder cette loi de bioéthique dans un esprit de respect de la dignité humaine, de sa conception à sa mort naturelle, sans égard pour des lobbies, qui peuvent être financièrement puissants, mais n'en sont pas moins dangereux pour notre civilisation et notre humanité.

Dans cette attente, je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur le Député, l'expression de ma vigilante considération.

Posté le 2 octobre 2017 à 19h11 par Le Salon Beige | Lien permanent

Valérie Boyer dépose une proposition de loi pour « renforcer les sanctions dans la lutte contre la gestation pour autrui »

A l’initiative de Valérie Boyer, quinze députés ont déposé une proposition de loi le 27 septembre pour « renforcer les sanctions dans la lutte contre la gestation pour autrui ».

Vous pouvez remercier ces parlementaires en leur écrivant. Leur adresse est sur le site de l'Assemblée.

L’interdiction de cette pratique est « aujourd’hui fragilisée par l’inefficacité des sanctions civiles et pénales françaises à l’égard des couples qui y ont recours à l’étranger, dans des pays où elle est autorisée », aussi ils souhaitent « renforcer l’arsenal existant » avec plusieurs mesures :

  • Augmenter la peine à l’encontre des intermédiaires et comportements incitant au recours à la GPA à cinq ans d’emprisonnement et 75 000€ d’amende (contre 1 an de prison et 15 000€ d’amende aujourd’hui).
  • Elargir la pénalisation à « toutes les atteintes à la filiation même si celles-ci sont commises par des français à l’étranger ». Un couple recourant à une GPA à l’étranger serait alors « passible d’une peine de six mois d’emprisonnement et de 7500€ d’amende, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui ».
  • Créer une infraction spécifique aux mères porteuses, « les punissant de sept ans d’emprisonnement et de 150 000€ d’amende si elles remettent leur enfant à une ou plusieurs personnes en échange d’une rémunération et de tout autre avantage ».
  • Interdire toute retranscription à l’état civil d’un acte de naissance étranger « lorsque des indices sérieux laissent présumer l’existence d’une GPA ». Cet acte n’est pas automatique aujourd’hui, mais « il est possible de retranscrire [dans les registres français] le père de l’enfant puisqu’il est le père biologique, puis la mère d’intention (ou le « père d’intention » s’il s’agit d’un couple d’hommes), si elle adopte l’enfant de son conjoint ».

A l'heure où Marc-Olivier Fogiel sort un ouvrage pour vanter cette pratique qu'il a utilisée, il est en effet indispensable de rappeler que c'est illégal et de dissuader les LGBT.

Posté le 2 octobre 2017 à 15h51 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

01 octobre 2017

Bruno Le Maire : la PMA lui pose problème dans ses convictions mais... ce n'est pas une ligne rouge

Posté le 1 octobre 2017 à 18h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (22)

30 septembre 2017

Les fils de la veuve rejettent la paternité

Rien que de très logique pour des franc-maçons. Le GODF a pris position, le 29 septembre, en faveur de la PMA pour toutes les femmes, y compris homosexuelles.

Images-3«La rigueur des conditions posées et la complexité des procédures constituent déjà un obstacle à la maternité souhaitée par nombre de femmes hétérosexuelles en couple, qui sont obligées de se rendre en Belgique ou en Espagne, pays où la PMA est ouverte, pour réaliser leur projet –à condition qu’elles en aient les moyens financiers.»

«Sans qu’il soit besoin d’invoquer un quelconque «droit à l’enfant», une telle situation de fait est contraire à l’égalité, au libre choix des femmes et à leurs droits à la santé et à la reproduction

«Il serait contre-productif de relancer à cette occasion d’éternels débats de société qui font la part belle aux lobbies politico-religieux, voire provoquent des déferlements d’homophobie, comme en 2013.»

Pierre Bergé était membre fondateur en 1989 du Comité Laïcité République (CLR), dont le président est Patrick Kessel, le premier vice-président Gilbert Abergel et le président délégué Philippe Foussier, les deux premiers étant anciens Grands maîtres du GODF (1994-1995 et 1992-1994) et le troisième le titulaire actuel du poste de principal haut dignitaire de la première obédience française.

Ceci explique cela.

Posté le 30 septembre 2017 à 19h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Merci à la Caisse d'Epargne (pub gratuite)

Posté le 30 septembre 2017 à 10h29 par Michel Janva | Lien permanent

Soirée « les AFC avec Jérôme Lejeune, grand défenseur de la vie » organisée par l'AFC de Versailles

LEJEUNE_Versailles-final-4

Posté le 30 septembre 2017 à 09h30 par Michel Janva | Lien permanent

29 septembre 2017

La filiation fictive et sociale

Invité hier de L'Emission politique sur France 2, le Premier Ministre a bien évidemment été interrogé sur la question ô combien sensible de la PMA sans père. Sans donner véritablement son point de vue, il a confirmé que cette question serait débattue lors des Etats généraux de la bioéthique prévus fin 2018. Sans présager de l'issue du débat, Edouard Philippe ne s'est pas engagé sur le volet législatif de la PMA sans père.

Interpelé par Léa Salamé sur la tribune qu'il a co-signée il y a 4 ans avec Nathalie Kosciusko-Morizet, le Premier Ministre a confirmé que tous les deux à l'époque étaient

« favorables au mariage homosexuel, favorables à l'adoption par les couples homosexuels et, c'est vrai, opposés à la PMA, avec un argument essentiel : c'était le risque que cela bascule et que cela ouvre une porte vers la GPA, qui ne me semblait pas acceptable et qui ne me semble toujours pas acceptable. »

La lecture attentive de cette tribune co-signée par Edouard Philippe et Nathalie-Kosciusko-Morizet montre que la clé du débat sur la PMA sans père n'est pas tant du côté de la GPA que du côté de l'adoption... plénière.

« Nous ne sommes pas opposés à l'adoption simple mais nous considérons que l'adoption plénière, autorisée par le texte, nous engage sur une voie qui n'est ni nécessaire ni raisonnable.(...) Nous pensons qu'autoriser l'adoption plénière revient mécaniquement à créer une filiation fictive et sociale là où la filiation biologique n'est pas envisageable. Autrement dit, s'engager sur la voie de l'adoption plénière implique déjà la PMA, puis la GPA, pour les couples de même sexe. Au final, donc, nous ne sommes pas opposés à une loi qui permettrait le mariage et l'adoption simple pour les couples de même sexe, mais nous n'accepterons pas ce qui viendra après cette loi. Nous nous opposerons résolument à la PMA pour les couples homosexuels féminins, et à la GPA qui, au nom de l'égalité, ne manquera pas d'être réclamée par la suite ».

C'est donc bien l'opposition entre la filiation réelle et « la filiation fictive ou sociale » qui est au cœur du débat et de la position personnelle du Premier Ministre. Il rejoint sur ce sujet Alain Juppé. Le maire de Bordeaux avait réagi à l'avis controversé du CCNE en juin dernier en déclarant sur LCP le 30 juin : "Je ne suis pas d'accord avec la généralisation de la PMA." Il avait relayé ses propos sur son propre compte Twitter.

Cette question de la filiation fictive était aussi au cœur des propos du Pr. Jacques Testart hier sur le plateau de France 2. Père de la fécondation in vitro et opposant à la PMA sans père, ce dernier a dénoncé

« une déresponsabilisation des individus qui perdent leur autonomie en demandant aux institutions de leur faire un bébé alors qu'ils pourraient le faire tout seul. »

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, réagit :

Capture d’écran 2017-09-29 à 19.18.35« Les mots du Premier Ministre et de Nathalie Kosciusko-Morizet résument parfaitement les données du débat entre le respect des droits de l'enfant qui repose sur une filiation réelle, ou à défaut vraisemblable dans le cas de l'adoption, et le droit à l'enfant qui implique la création d'une « filiation fictive ou sociale » pour reprendre les mots du Premier Ministre. En effet, prétendre qu'un enfant peut avoir sur son livret de famille deux papas ou deux mamans est une fiction. C'est ce débat qui explique les passions autour de ces questions. L'émission d'hier n'y a pas échappé : alors que la France va mal, que nous n'avons jamais eu autant de chômage, de souffrances, de pauvreté, d'inquiétudes relatives à la sécurité et au terrorisme, de défis à relever au niveau européen et international, c'est la question de la PMA sans père qui a focalisée l'attention, loin des véritables sujets de préoccupation des Français. Cette question, qui a généré de nombreux échanges sur les réseaux sociaux, est en effet revenue en fin d'émission. « Cela montre qu'il n'existe pas, aujourd'hui de consensus sur la PMA sans père. Emmanuel Macron ne s'est pas engagé sur cette question dans son programme présidentiel. La PMA sans père n'est donc pas un engagement de campagne. Il s'y est dit néanmoins favorable à titre personnel mais avait conditionné d'avancer sur ce sujet à l'existence d'un large consensus. Ce n'est manifestement pas le cas ».

Posté le 29 septembre 2017 à 19h19 par Michel Janva | Lien permanent

Mgr Castet : "Le désir d'enfant n'équivaut pas à un droit à l'enfant"

Sur la question de la PMA, Mgr Alain Castet, évêque de Luçon lance un appel au réveil des consciences. Suite aux propos récents de Mme Schiappa, secrétaire d'Etat, et à l'avis favorable du Comité consultatif national d'éthique sur l'ouverture de la PMA ou AMP aux femmes seules et aux couples de femmes, l'évêque de Luçon, dans un texte intitulé Le désir d'enfant n'équivaut pas à un droit à l'enfant, souhaite alerter les citoyens et les législateurs afin que l'enfant reprenne toute sa place au cœur du débat :

Unknown-7"Notre pays va de nouveau connaître un temps important de débat avec la révision prévue des lois dites « de bioéthique » en 2018. Cette révision doit en effet être précédée d'« états généraux » de la bioéthique. Nous gardons en mémoire l'implication des catholiques lors des états généraux similaires de février à juin 2009, et il est à souhaiter qu'il en soit de même dans quelques mois.

Ces derniers jours, alors même que l'attention était centrée sur une autre question cruciale pour notre pays - le droit du travail - les déclarations de Madame la Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes sur l'extension de l'accès à l'assistance médicale à la procréation (AMP) aux femmes lesbiennes et célibataires a provoqué des réactions diverses. Cette question n'est pas nouvelle. Elle obéit même à une certaine logique : si le principal, en matière de procréation, est de satisfaire un désir d'enfant, pourquoi exclure quiconque de l'accès à un moyen qui, parfois, permet d'obtenir l'enfant désiré ?

L'enfant est en fait à la fois au cœur de la question et le grand absent des débats autour de l'AMP. Il est au cœur de la question comme objet du désir, ce qui peut entraîner un véritable acharnement procréatif : la sécurité sociale rembourse jusqu'à six tentatives d'insémination intra-utérines et quatre tentatives de fécondation in vitro, sans compter les éventuels transferts multiples d'embryons congelés dans une même tentative. Le compteur repart à zéro s'il y a eu une naissance. Mais l'enfant est aussi le grand absent des débats : tant qu'il n'est pas né, il ne compte pour rien ou presque. Il ne compte qu'à partir de l'« investissement » que des adultes ont mis en lui et sa capacité présumée à franchir les obstacles : fécondation en éprouvette, transfert in utero, puis aléas de toute grossesse, de la nidification jusqu'à la naissance.

L'enfant est en fait à la fois au cœur de la question et le grand absent des débats autour de l'AMP.

Autrement dit, adultes et enfants ne sont pas traités comme des égaux dans le processus de l'AMP. Au nom du « projet parental », un pouvoir tout puissant est donné aux adultes - candidats à l'AMP ou équipes médicales - qui peuvent décider qu'un embryon peut être conçu in vitro, et aussi trié, congelé, détruit, livré à la recherche. L'impératif de répondre au désir d'enfant a réduit l'enfant à être traité dans les premiers stades de sa vie comme un objet. N'y-a-t-il pas là une injustice sociale ? Mesurons-nous la violence que cela introduit dans les relations humaines ? N'avons-nous pas laissé l'habitude anesthésier nos consciences ?

L'ouverture de l'AMP aux femmes seules ou en couple, fait éclater les repères familiaux.

Paradoxalement, la proposition d'étendre l'accès à l'AMP aux femmes lesbiennes ou célibataires semble réveiller quelques consciences. D'abord parce que le recours nécessaire à un « donneur » de sperme accentue le fait que l'enfant soit l'objet d'un contrat. Contrat déjà assorti de conditions tarifaires variables selon les caractéristiques du donneur dans des pays proches du nôtre. Ensuite parce que ce qui est accordé aux femmes seules ou en couple ne peut être refusé aux hommes seuls ou en couple, lesquels auront alors recours à des femmes pour porter l'enfant souhaité (« gestation pour autrui »), dans des conditions contractuelles là encore tarifées. Ce n'est plus seulement l'enfant, mais certaines femmes qui sont alors réduites à être une donnée du marché de la procréation. Enfin, certaines consciences se réveillent parce que l'ouverture de l'AMP aux femmes seules ou en couple, même sous la forme de l'insémination avec donneur, fait éclater les repères familiaux avec l'absence de père et l'instauration d'une rupture de filiation.

Sur ce sujet notre rôle de chrétien n'est pas de stigmatiser les personnes, mais d'appeler à un retour à la sagesse : le désir d'enfant n'équivaut pas à un droit à l'enfant, comme si celui-ci était un objet de consommation. L'enfant est égal en dignité à l'adulte et doit être protégé en conséquence. Souvenons-nous de ces paroles de sagesse de saint Jean-Paul II : « dans la biologie de la génération est inscrite la généalogie de la personne »."

Posté le 29 septembre 2017 à 17h45 par Michel Janva | Lien permanent

5 octobre : conférence à St Rémy les Chevreuse sur la filiation

IMG-20170927-WA0000

Nous vous rappelons notre opération de mobilisation sur la bioéthique.

Posté le 29 septembre 2017 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

28 septembre 2017

"Je ne vois pas ce que ça enlève". Un père, tout simplement

Capture d’écran 2017-09-28 à 22.48.32Invité de "L'Emission politique" ce jeudi soir sur France 2, le Premier ministre Edouard Philippe a été interrogé sur la PMA. Il y a plusieurs années, le Premier ministre avait écrit une tribune contre cela. Il déclare :

"Avec Nathalie Kosciusko-Moriset, nous avions signé une tribune en disant que nous étions favorables au mariage homosexuel, à l'adoption par les couples homosexuels mais contre la PMA, avec l'argument du risque de basculement vers la GPA."

"Je pense que comme toute la société française, il m'arrive d'évoluer sur ces questions. Parce que je rencontre des couples féminins ou des femmes célibataires qui ont eu recours à ces techniques à l'étranger. Je vois ce que ça suscite, ce que ça permet, et je ne vois pas ce que ça enlève."

Rejoignez notre mobilisation pour préparer la révision des lois bioéthique.

Posté le 28 septembre 2017 à 22h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

Si Fogiel sort un livre sur ses deux filles nées de la GPA, son avocat le mettra en demeure de le retirer...

... comme il l'avait fait avec le Salon Beige qui relayait cette information en décembre 2013.

Marc-Oliver Fogiel sortira prochainement un livre sur la GPA qui « ne sera ni un livre de témoignage ni un livre d’exhibition, mais une enquête écrite par un journaliste qui connaît très bien le sujet. ». Marc-Oliver Fogiel a deux petites filles nées par GPA : 

« J’entends trop de clichés, de fantasmes, de délires sur la GPA. Le sujet est trop souvent caricaturé. Cela en devient insultant pour les enfants qui sont issus de ce mode de procréation. »

Posté le 28 septembre 2017 à 19h20 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

La campagne contre la PMA s'affiche

DKt0dFVW0AAiTaz

DKt7xiIXUAARXgT

DKwGalqXoAsea3W

Posté le 28 septembre 2017 à 10h14 par Michel Janva | Lien permanent

Christophe Castaner est (né) dans les choux

Il était invité hier au Grand Oral de Sciences Po et est revenu sur la PMA :

Posté le 28 septembre 2017 à 07h54 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (23)

25 septembre 2017

La PMA, c'est l'antichambre de la GPA

Le député Emmanuelle Ménard était invitée dans l'émission des Grandes Gueules sur RMC :

Posté le 25 septembre 2017 à 13h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

22 septembre 2017

72% des Français estiment que l'Etat doit garantir aux enfants nés par PMA le droit d'avoir un père et une mère.

Capture d’écran 2017-09-22 à 14.38.59

72% des Français estiment que l'Etat doit garantir aux enfants nés par PMA le droit d'avoir un père et une mère. Malgré une très légère baisse par rapport à la précédente étude réalisée en juin, une immense majorité des Français sont donc opposés au principe de la PMA sans père.

Dans le détail :

Posté le 22 septembre 2017 à 14h42 par Michel Janva | Lien permanent

21 septembre 2017

Le groupe FN d'Ile de France demande une charte éthique de défense de l’embryon humain

DKRVwlvXUAAts8s.jpg-large

La même Valérie Pécresse qui ne cesse de courir derrière la gauche :

Posté le 21 septembre 2017 à 22h16 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

Fécondation in vitro et eugénisme

La PMA "pour toutes" est certes à rejeter. Comme toute procréation par fécondation in vitro. Deux actualités scientifiques viennent confirmer cela :

Posté le 21 septembre 2017 à 14h45 par Michel Janva | Lien permanent

20 septembre 2017

Le président de l'Assemblée nationale veut rapidement un texte sur la PMA

Le président de l'Assemblée François de Rugy a souhaité aujourd'hui qu'un texte élargissant la possibilité de fabriquer artificiellement des enfants soit voté rapidement :

"Je suis pour qu'on mette en oeuvre les engagements du président de la République assez rapidement. Je ne vois pas pourquoi on tarderait. Tous les éléments du débat sont connus et archi-connus depuis des années. Je n'ai pas l'ordre du jour parlementaire de 2018 mois par mois (...) Je souhaite que ce soit inscrit à l'ordre du jour et que ce soit voté".

Posté le 20 septembre 2017 à 13h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

La droite doit abroger la loi Taubira

Lu dans Les 4 Vérités, suite à la déclaration de Marlène Schiappa annonçant l'extension de la fabrication artificielle d'enfants :

  Capture

Posté le 20 septembre 2017 à 08h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

PMA : même Charlie Hebdo s'inquiète

Thumbnail Thumbnail-2

Posté le 20 septembre 2017 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

19 septembre 2017

Pour Florian Philippot, la PMA est une diversion

Le vrai sujet, en effet, c'est de savoir si l'on va acheter nos bébés conçus par GPA en franc ou en euros...

Posté le 19 septembre 2017 à 16h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)


     Archives > Bioéthique , Homosexualité : revendication du lobby gay

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Bioéthique , Homosexualité : revendication du lobby gay