29 mai 2015

31 mai : réunion sur le trafic d'enfants à Troyes

AFF TDF Troyes BD

Posté le 29 mai 2015 à 22h50 par Michel Janva | Lien permanent

Pub pour la fabrication de bébés en éprouvette

La France fait semblant de lutter contre la GPA mais à côté, elle encourage la fabrication industrielle d'enfants. L'agence de la biomédecine va lancer, le 1er juin, une campagne radio sur les dons de sperme et d'ovocytes afin de recruter davantage de donneuses et de donneurs. Il s'agit de recruter davantage de donneuses et de donneurs: si le nombre de dons n'est pas en baisse, la demande est croissante, surtout en ce qui concerne les dons d'ovocytes. 

Plutôt que de financer la recherche pour soigner les problèmes d'hypofertilité, la médecine finance la fabrication d'enfants dans des éprouvettes, ce qui contribue à chosifier l'enfant. En 2013, un peu plus de 1000 enfants, soit 6 %, sont nés du don de gamète, grâce à 456 donneuses et 268 donneurs. 

Dans l'instruction Dignitas Personae de 2008, l'Eglise rappelle :

"[L]a fécondation in vitro implique l’élimination volontairement acceptée d’un nombre conséquent d’embryons. Certains pensaient que cela était dû à une technique encore imparfaite. L’expérience a montré, au contraire, que toutes les techniques de fécondation in vitro se déroulent en réalité comme si l’embryon humain était un simple amas de cellules qui sont utilisées, sélectionnées ou écartées.

[...] Les embryons produits in vitro qui présentent des défauts sont systématiquement écartés. De plus en plus de couples non stériles recourent aux techniques de procréation artificielle dans le seul but d’opérer une sélection génétique de leurs enfants. [...] Les techniques de fécondation in vitro en fait sont acceptées, car on présuppose que l’embryon ne mérite pas, ici, un plein respect dans la mesure où il entre en concurrence avec un désir qu’il faut satisfaire. 

[...] L’Eglise considère aussi comme inacceptable au plan éthique la dissociation de la procréation du contexte intégralement personnel de l’acte conjugal : la procréation humaine est un acte personnel du couple homme-femme qui n’admet aucune forme de délégation substitutive. L’acceptation tranquille du taux très élevé d’avortement que comportent les techniques de fécondation in vitro démontre de manière éloquente que la substitution de l’acte conjugal par une procédure technique - outre sa non-conformité au respect dû à la procréation, laquelle n’est pas réductible à la seule dimension de reproduction - contribue à affaiblir la conscience du respect dû à tout être humain. La reconnaissance de ce respect est au contraire favorisée par l’intimité des époux, animée par l’amour conjugal.

L’Eglise reconnaît la légitimité du désir d’avoir un enfant, et comprend les souffrances des conjoints éprouvés par des problèmes d’infertilité. Ce désir ne peut cependant passer avant la dignité de la vie humaine, au point de la supplanter. Le désir d’un enfant ne peut justifier sa «production», de même que celui de ne pas en concevoir ne saurait en justifier l’abandon ou la destruction. 

En fait, on a l’impression que certains chercheurs, dépourvus de toute référence éthique et conscients du potentiel inhérent au progrès technologique, cèdent à la logique des seuls désirs subjectifs et à la pression financière, particulièrement forte en ce domaine. Face à l’instrumentalisation de l’être humain au stade embryonnaire, il faut réaffirmer que « l'amour de Dieu ne fait pas de différence entre celui qui vient d'être conçu et se trouve encore dans le sein de sa mère, et l'enfant, ou le jeune, ou bien encore l'homme mûr ou âgé. Il ne fait pas de différence, car en chacun d'eux il voit l'empreinte de sa propre image et ressemblance […] C'est pourquoi le Magistère de l'Eglise a constamment proclamé le caractère sacré et inviolable de chaque vie humaine, de sa conception jusqu'à son terme naturel »"

Posté le 29 mai 2015 à 07h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

28 mai 2015

30 mai : réunion à Vincennes sur le trafic d'enfants

AFF TDF Vincennes BD

Posté le 28 mai 2015 à 22h50 par Michel Janva | Lien permanent

1er juin : Mobilisation pour les droits de l’enfant contre la GPA

La Cour européenne des Droits de l’Homme a annoncé hier que des juges examineraient lundi 1er juin la demande du Gouvernement italien de renvoyer « en appel » l'affaire Paradiso et Campanelli devant la Grande Chambre de la Cour.

Moins de 10% des demandes de renvoi devant la Grande Chambre sont acceptées. Si les juges acceptent de renvoyer l’affaire Paradiso et Campanelli, comme ils devraient probablement le faire compte tenu de l’importance de cette affaire, ce sera le premier cas de GPA jugé par la Grande Chambre. Les arrêts de la Grande Chambre définissent la doctrine de la Cour et s’imposent dans l’ensemble des 47 États membres du Conseil de l’Europe.

Nous avons besoin de votre présence pour manifester l’opposition citoyenne à la GPA avec No Maternity Traffic qui regroupe des associations internationales demandant l’abolition de la GPA (nomaternitytraffic.eu )

Lundi matin 1er juin de 8h15 à 8h45 (Merci à ceux qui le peuvent de rester jusqu'à 9h15)

Devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme à Strasbourg, Allée des droits de l'homme, à l'arrêt de Tram B "Droits de l'homme".

Merci de signaler votre venue par retour de mail : alliancevita67@gmail.com 

Posté le 28 mai 2015 à 20h39 par Michel Janva | Lien permanent

GPA : l’Italie demande le réexamen de l’affaire Paradiso et Campanelli par la CEDH

De Grégor Puppinck :

"Lundi 1er juin 2015, un collège de cinq juges de la Cour européenne des droits de l’homme examinera la demande du Gouvernement italien de renvoyer l’affaire Paradiso et Campanelli « en appel » devant la Grande Chambre de la Cour.

Le 27 janvier dernier, la Deuxième Section de la Cour européenne des droits de l’homme avait condamné l’Italie pour avoir retiré l’enfant acheté par le couple Paradiso - Campanelli auprès d’une société russe spécialisée en gestation par autrui (GPA). L’enfant acheté 49 000 euros et produit sur commande par fécondation in vitro et GPA n’avait aucun lien biologique avec le couple acquéreur. Constatant une fraude et une violation de l’ordre public, les juridictions italiennes ont poursuivi pénalement le couple d’italiens et lui ont retiré l’enfant pour le confier à l’adoption. Saisissant la Cour européenne, le couple s’était plaint d’une atteinte au respect de sa vie privée et familiale. Dans son arrêt du 27 janvier, la Section lui avait donné raison, condamnant l’Italie à lui verser 20 000 euros pour dommage moral et 10 000 euros pour frais et dépens. La Cour avait estimé que le couple pouvait prétendre bénéficier de la protection accordée à « la vie familiale » alors même qu’il n’avait gardé l’enfant que six mois et qu’il l’avait acheté en violation des normes italiennes et internationales. Ce faisant la Section entérinait une vente d’enfant, paradoxalement au nom de l’intérêt de l’enfant.

Deux juges membres de la Section, Guido Raimondi et Robert Spano, ont fortement critiqué cet arrêt, indiquant qu’il réduit à néant la possibilité pour un État de s’opposer à la GPA.

Moins de 10% des demandes de renvoi devant la Grande Chambre sont acceptées par le collège. Si celui-ci accepte de renvoyer l’affaire Paradiso et Campanelli, comme il devrait probablement le faire compte tenu de l’importance de cette affaire, ce sera le premier cas de GPA jugé par la Grande Chambre. Les arrêts de la Grande Chambre définissent la doctrine de la Cour et s’imposent dans l’ensemble des 47 États membres du Conseil de l’Europe."

Posté le 28 mai 2015 à 14h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

27 mai 2015

Des Français bloqués au Mexique après avoir acheté 2 enfants

2 hommes français sont actuellement bloqués au Mexique avec des jumeaux nés par l'esclavage d'une mère porteuse, il y a plus de deux mois dans l'État du Tabasco. L'État fédéral mexicain refuse de délivrer des passeports aux enfants et le consulat français fait traîner les choses pour leur délivrer un laisser-passer qui leur permettrait de rentrer.

Posté le 27 mai 2015 à 17h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Intervention de François Billot de Lochner aux Veilleurs

A partir de 7mn33 :

Posté le 27 mai 2015 à 16h30 par Michel Janva | Lien permanent

Manifestation LGBT pour le commerce d'enfants : réagissez

Le financement par la région Haute Normandie de la manifestation LGBT du 6 juin dont l'une des revendications est la légalisation de la vente d'enfants et l'esclavage des femmes par GPA nécessite une réaction.

Vous pouvez appeler et faire appeler un maximum de monde

  • à la préfecture de la Seine-Maritime : 02 32 76 50 00
  • à la mairie de Rouen : 02 35 08 69 00.

Vous pouvez :

  • Exigez le retrait/la modification de cette affiche qui invite à légaliser l'esclavage,
  • Demandez des excuses publiques pour avoir travesti et moqué Ste Jeanne d'Arc, personnage historique et public.
  • Demandez l'interdiction de cette manifestation.

Toutes les associations mentionnées sur l'affiche bénéficient de subventions publiques. C'est votre argent, vous avez donc votre mot à dire. Vous pouvez même enregistrer la conversation.

Posté le 27 mai 2015 à 14h13 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

30 mai : Ludovine de La Rochère à Vincennes

Conference no GPA 3.pub

Posté le 27 mai 2015 à 07h20 par Michel Janva | Lien permanent

26 mai 2015

Nicolas Bay dénonce le financement public d'une manifestation pour la vente d'enfants

Communiqué de Nicolas Bay, Député français au Parlement européen, Président du groupe FN au Conseil régional de Haute-Normandie :

"Samedi 6 juin, la « Gay Pride » se tiendra dans les rues de Rouen. A travers cette manifestation communautaire, les groupes LGBT entendent confisquer la parole de l’ensemble des homosexuels en portant des revendications en réalité extrêmement minoritaires. Parmi celles-ci, on retrouve par exemple la GPA (Gestation Pour Autrui), pratique poussant à la marchandisation de l’enfant et du corps des femmes à travers le recours aux mères porteuses. Rappelons par ailleurs qu’Yvon Robert, maire socialiste de Rouen, a reçu dernièrement les représentants des groupes LGBT pour signer la charte « Friendly Normandy ».

Il s’agit de toute évidence d’une opération où se mêlent clientélisme et communautarisme exacerbé, des pratiques que le Front National dénonce avec fermeté. Il est intolérable qu’à travers le soutien de la Région Haute-Normandie et de la Métropole, les impôts des foyers normands servent à financer ce type d’événements."

Posté le 26 mai 2015 à 20h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

La région Haute Normandie finance une manifestation pro-GPA

Comme l'indique cette affiche :

V

Le président du conseil régional est Nicolas Mayer-Rossignol (PS) depuis mi-octobre 2013. Du même parti que Manuel Valls, qui avait fait des promesses dans La Croix pour s'opposer à la vente d'enfants par GPA.

Posté le 26 mai 2015 à 11h52 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

22 mai 2015

Le Vatican souhaite ajouter la défense de la vie, du mariage et la lutte contre la GPA aux objectifs de développement durable de l'ONU

Lu sur I.Media :

"Inscrire la défense de la vie de “sa conception à la mort naturelle“, la défense du “mariage entre un homme et une femme“ ou encore la lutte contre la gestation pour autrui (GPA) dans les objectifs de développement durable post-2015 des Nations unies. Telle est l’ambition de la conférence internationale sur les femmes et le développement durable organisée par le Conseil pontifical Justice et Paix à Rome, du 22 au 24 mai 2015."

Posté le 22 mai 2015 à 07h35 par Michel Janva | Lien permanent

La justice suisse ne transige pas avec la vente d'enfants par GPA

2 hommes, qui vivent en partenariat enregistré dans le canton de Saint-Gall, sont partis en Californie pour acheter un enfant conçu avec une mère porteuse. Une fois revenus, ils ont demandé à être inscrits chacun dans les registres suisses de l’état civil comme les parents du petit garçon.

Contrairement à la France, le Tribunal fédéral a conclu que seul le père biologique, celui dont les spermatozoïdes avaient été utilisés, peut être légalement reconnu comme le parent de l’enfant. Aucun lien de filiation ne peut être établi avec l’autre partenaire, ont décidé les juges, à une majorité de trois voix contre deux. L’identité de la mère porteuse et l’existence d’une donneuse anonyme d’ovocytes figureront aussi dans les informations de l’état civil en vertu du droit de l’enfant de connaître son ascendance.

Cette jurisprudence montre que les juges suisses ne sont pas prêts à cautionner le comportement de ceux qui violent la loi.

Posté le 22 mai 2015 à 07h32 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

21 mai 2015

Acte de naissance : les «fantômes de la République» n’existent que dans la rhétorique pro-GPA

Adeline le Gouvello, avocat au Barreau de Versailles, écrit sur Boulevard Voltaire :

"[...] En tout état de cause, l’absence de transcription de l’acte de naissance n’a pas de portée pratique pour la vie de ces enfants : les « fantômes de la République »n’existent que dans la rhétorique bien huilée des promoteurs de la GPA. Ces enfants ont un état civil : celui qui a été établi à leur naissance dans le pays où ils sont nés. Leurs parents d’intention français demandent d’ailleurs la « transcription » d’un acte d’état civil déjà existant, et non pas la « création »d’un acte en vue de donner un statut à un enfant qui en serait dépourvu.

De nombreux Français d’origine étrangère ne disposent pas de leur acte de naissance à l’état civil français. Concrètement, cela représente pour eux un peu plus de paperasse administrative : dès que l’acte de naissance est demandé, il faut solliciter les services d’état civil du pays d’origine. Sont-ils pour autant, eux aussi, des « fantômes de la République » ?

Cette contrainte administrative est avant tout subie par les parents et non par les enfants, et c’est bien la moindre des choses qu’ils assument ce petit tracas alors qu’ils ont eu recours à une pratique illégale et qui porte très gravement atteinte à la dignité humaine et à l’intérêt de l’enfant.

Car, enfin, rappelons ce qu’ont fait ces adultes : ils ont signé un contrat par lequel, en échange d’un prix, ils obtiennent un bébé, avec choix des options (sexe, absence de maladies, de malformations, etc.). C’est la définition même du contrat de vente ou du contrat de prestation de services.

Or, s’arroger un droit de propriété sur un humain, exploiter le corps d’autrui constituent des atteintes aux droits des personnes qui semblent bien s’apparenter à la réduction en esclavage telle que prévue par l’article 224-1 A du Code pénal.

Ainsi, si l’on accepte sans réserve la transcription des actes d’état civil de ces enfants, on cautionne pleinement l’exploitation des femmes pauvres, la fabrication de bébés délibérément privés de leur mère, la vente d’enfants. [...]"

Posté le 21 mai 2015 à 22h05 par Michel Janva | Lien permanent

20 mai 2015

Réunion publique de La Manif Pour Tous à Bordeaux ce soir

« En partant à la rencontre des Français, nos équipes et nos porte-paroles entendent sensibiliser le grand public encore bien incrédule devant le scandale de la GPA » explique Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous.

Avec ce « Tour de France », La Manif Pour Tous prépare la mobilisation générale pour dire NON à la l’exploitation de la femme, NON à la marchandisation de l’enfant, NON à la déshumanisation, NON aux usines à bébés.

« Il y a le temps des manifestations et le temps de la pédagogie, de l’explication. Nous y sommes car il faut expliquer au grand public une réalité sinistre, celle d’un business très lucratif qui repose sur des usines à bébés, la traite des femmes et la fabrication d’enfant sur commande. Combien de temps accepterons nous de fermer les yeux sur ce trafic humain intolérable ? ».

Ce soir, réunion publique à 20h30 en présence de Ludovine de la Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, Adeline Le Gouvello, avocate à l'Athénée municipal, Place Saint-Christoly - 33000 Bordeaux

Au programme, partout en France, des conférences, des soirées-débat, des projections de film, des opérations de tractages et de collage, sans oublier des rendez-vous avec des élus, en particulier des parlementaires. Ce Tour de France permet aussi aux responsables locaux et nationaux de La Manif Pour Tous de commencer à échanger avec les candidats aux prochaines élections régionales. Cette série d’événements vient également soutenir l’initiative « No Maternity Traffic », pétition internationale adressée au Conseil de l’Europe pour dire non au trafic d’enfants, à l’asservissement de la femme et à la destruction de la famille.

Posté le 20 mai 2015 à 16h21 par Michel Janva | Lien permanent

Transcription à l’état civil des enfants nés de GPA : une injustice

Lu dans Présent :

"[...] L’intérêt supérieur des enfants issus de la GPA exige que la justice refuse de cautionner la vente dont ils ont fait l’objet, et la situation d’abandon programmée que la GPA leur a imposée. Au contraire, fermer les yeux sur le mode de conception de l’enfant revient à occulter les préjudices qui sont les siens et à les nier, ce qui s’apparente à un déni de justice. Les psychologues expliquent que le déni de ce qui est arrivé à un enfant le prive de la possibilité d’exprimer sa souffrance, y compris à lui-même. La souffrance risque alors de s’exprimer d’une façon inaudible et incompréhensible pour lui.

Le refus de transcription, à l’égard des enfants, revêt une portée symbolique en ce qu’il manifeste la réprobation du droit sur ce qu’ils ont vécu et le refus d’encourager le contournement de la prohibition française de la GPA, prohibition qui a pour but de protéger les enfants de faire l’objet de cette pratique, et qui serait fragilisée si elle pouvait être contournée sans aucune conséquence.

Mais il faut bien reconnaître que, une fois l’enfant né d’une GPA, il n’existe pas de solution totalement satisfaisante pour lui. Rien ne lui rendra une histoire sans rupture. C’est pourquoi, si la France veut protéger les enfants, c’est a priori qu’il faut intervenir, en adoptant des mesures dissuasives. Les Français qui recourent à la GPA devraient être sanctionnés pénalement, y compris en cas de GPA à l’étranger. La perspective de sanctions pénales à leur retour en France les rendrait moins arrogants qu’ils ne le sont aujourd’hui, où ils viennent devant la justice se poser en victimes d’une situation qu’ils ont eux-mêmes provoquée et, surtout, beaucoup moins nombreux. C’est bien là l’objectif : qu’il n’y ait plus de GPA. [...]

Posté le 20 mai 2015 à 13h40 par Michel Janva | Lien permanent

19 mai 2015

Vente d'enfant par GPA : l'hypocrisie de Manuel Valls

Communiqué de Nicolas Bay, député français au Parlement européen, Secrétaire général du Front National :

"Alors qu’en octobre 2014, Manuel Valls affirmait que la reconnaissance des enfants nés par GPA resterait « interdite en France », Christiane Taubira, garde des sceaux, a tombé hier le masque en se disant favorable à l’inscription à l’état civil des enfants nés par gestation pour autrui (GPA), pratique pourtant interdite en France.

Des déclarations inacceptables qui font directement écho à la décision du TGI de Nantes qui a ordonné le 13 mai la transcription sur les registres d’état civil des actes de naissance d’enfants nés de mères porteuses à l’étranger. Malgré la position du Parquet, le TGI a invoqué « la primauté de l’intérêt supérieur de l’enfant »conformément aux arrêts rendus par la CEDH (Cour européenne des droits de l’homme). Cette décision revient de facto à légaliser la GPA puisque les couples français seront libres de se rendre dans un pays étranger et de revenir ensuite afin de légaliser la situation de leur nouvel enfant. Elle constitue en outre une véritable incitation à la transgression de la loi française.

Manuel Valls s’est toujours prétendument opposé à ces pratiques. Il doit donc sortir de son silence hypocrite et clarifier sa position. Le Front national est catégoriquement opposé à la légalisation de cette pratique qui porte atteinte à la dignité de la femme et favorise la marchandisation des corps, en particulier ceux des plus vulnérables et des plus fragiles. La circulaire de janvier 2013 visant à faciliter l’obtention de certificats de nationalité pour les enfants de pères français, nés de mères porteuses à l’étranger doit donc être abolie. La GPA n’est pas une pratique ordinaire : elle entre en contradiction totale avec les principes de dignité de la femme et tend à faire de l’enfant un objet de commercialisation. Face à ces graves dérives, la vigilance du Front National demeure totale."

Posté le 19 mai 2015 à 23h45 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

GPA : le gouvernement compte sur les juges

La duplicité du gouvernement au sujet de la location d'utérus apparaît clairement dans la réponse de Christiane Taubira au député UMP Françoise Guégot : soit disant fermes sur l'interdiction de la GPA, les socialistes ne comptent pas légiférer pour l'interdire mais s'en remettre avec enthousiasme au gouvernement des juges.

 

 Après la Cour européenne des droits de l'homme, le tribunal de grande instance de Nantes, le Défenseur des droits, les promoteurs de la GPA vont pouvoir compter sur le procureur près la Cour de cassation, qui certes ne leur donnera pas totale satisfaction. Voici la position qu'il défendra lors de l’audience du 19 juin prochain portant, notamment, sur le sort des enfants Menesson :

"le représentant du ministère public préconise de transcrire en droit français l’état civil des enfants nés par GPA à l’étranger, mais pas de façon automatique. Il propose ainsi que figure à l’état civil leur père biologique – dès lors que ce lien est clairement établi – mais ne dit rien de la mère d’intention. On en déduit, en creux, que selon lui, celle-ci ne devrait pas figurer sur l’état civil des enfants."

Posté le 19 mai 2015 à 22h34 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (5)

18 mai 2015

Défenseur des droits, sauf quand il s'agit de ceux des enfants

Jacques Toubon retourne sa veste sur la vente d'enfants par GPA comme il l'a fait pour la loi Neiertz :

9 juillet 2014 :

JT

Aujourd'hui :

"Jacques Toubon a adressé une lettre à la Chancellerie pour demander des mesures d'application des arrêts de la CEDH (Cour européenne des droits de l'homme), qui a condamné la France en avril dernier pour la non-reconnaissance des enfants nés de GPA hors des frontières. (...)

Le ministère de la Justice, décidément très silencieux sur ce sujet délicat, n'a pas répondu au Défenseur des droits. À la mi-avril, après une attente de deux mois, ce dernier a donc envoyé une nouvelle missive. Toujours sans suite."

Posté le 18 mai 2015 à 20h33 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (3)

Vente d'enfants : le procureur fait appel de la décision du tribunal de Nantes

Communiqué de l'Association Juristes pour l’enfance :

"Le tribunal de grande instance de Nantes a condamné le procureur de la République de Nantes, le 13 mai dernier, à transcrire sur les registres français d’état civil des actes de naissance de trois enfants nés à l’étranger d’une GPA.

Le procureur aurait fait appel de ces décisions, ce dont l’Association Juristes pour l’enfance se félicite, dans l’intérêt des enfants concernés et de la société tout entière.

La transcription n’a en effet rien d’obligatoire au regard de la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme.

En effet, depuis cette condamnation en juillet 2014, le Conseil d’Etat a validé la circulaire ordonnant de délivrer des certificats de nationalité française aux enfants, et une note du ministère de la justice a levé l’incertitude sur leur situation d’héritiers à l’égard des parents d’intention, y compris en l’absence de transcription. Le droit français a ainsi déjà remédié aux reproches de la Cour européenne qui dénonçait l’incertitude pesant sur la nationalité des enfants et sur leur vocation successorale.

Les enfants nés d’une GPA sont protégés par le droit : l’absence de transcription ne les prive ni de leur filiation établie dans leur pays de naissance, ce qu’on a toujours su car la Cour de cassation l’a toujours clairement dit, ni de la nationalité française ni de leur héritage, ce qu’on sait désormais. La contrainte administrative résultant de l’absence de transcription est réelle mais elle ne concerne que les adultes, responsables de la situation, car on n’a encore jamais vu un enfant produire lui-même son acte de naissance pour demander son passeport. Transcrire comme si de rien n’était, comme vient de le faire le tribunal de Nantes, ne rend donc pas service aux enfants mais aux adultes, et relève au contraire à l’égard des enfants du déni de justice car la transcription occulte, dénie la violation de leurs droits résultant de la GPA.

La Cour de cassation doit se prononcer le 19 juin prochain, date à laquelle deux arrêts sont attendus. Elle pourrait condamner la voie empruntée par le tribunal de Nantes puisque le droit français a été rendu conforme aux exigences de la Cour européenne et que l’absence de transcription est le minimum qui permette de rendre justice aux enfants victimes de la GPA.

Le procureur de Nantes, si l’information concernant l’appel est confirmée, aura montré la voie du droit et du respect des enfants.

La Cour de cassation a, à son tour, l’opportunité de protéger les enfants en faisant respecter le droit, comme elle l’a toujours fait en matière de GPA, ou de fermer les yeux sur le néo-esclavage qui s’installe, décision après décision."

Posté le 18 mai 2015 à 18h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

Libre journal de Grégoire Boucher avec Clotilde Noël pour "Tombée du Nid"

L'émission a été diffusée dimanche midi en direct sur Radio Courtoisie. Elle est désormais accessible dans une version allégée (40mn sur 1h30) sur Le Salon Beige, en couleurs :

Posté le 18 mai 2015 à 11h45 par Michel Janva | Lien permanent

17 mai 2015

La GPA légalisée petit à petit en France

Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous, était l'invitée de BFM Story, vendredi 15 mai 2015. Trois enfants nés par gestation pour autrui à l'étranger ont été inscrits à l'état civil. Leurs familles ont obtenu gain de cause, suite à la décision du tribunal de grande instance de Nantes. Ce dernier a ordonné, mercredi, au procureur de la République de la ville, la transcription sur les registres d'état civil des actes de naissance de ces jeunes. Alors que la GPA est strictement interdite en France, Ludovine de la Rochère a qualifié cette pratique comme "une exploitation des femmes et un trafic d'êtres humains".

Posté le 17 mai 2015 à 15h41 par Michel Janva | Lien permanent

16 mai 2015

21 mai : Conférence "Des droits de l'homme aux nouveaux droits, Regards de la bioéthique"

Conférence / débat avec Grégor Puppinck, Docteur et directeur du Centre Européen pour le Droit et la Justice, sur proposition de Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-Vienne et du groupe de bioéthique du diocèse.

Cette conférence analyse le processus de mutation des droits de l’homme en Europe. A l’image de la société occidentale, les droits de l’homme ont considérablement évolué depuis leur affirmation après la seconde guerre mondiale. L’analyse de la mutation des droits de l’homme permet d’observer la transformation de la conception de « l’homme » qui domine dans la société. Cette mutation peut être ramenée à deux changements fondamentaux :

  • L’individu adulte remplace la personne humaine comme sujet des droits de l’homme. Les droits de l’homme sont alors davantage définis par chaque individu plus que par la référence à une nature humaine.
  • Les droits de l’homme n’ont alors plus seulement vocation à protéger les personnes contre les autorités publiques, mais deviennent aussi porteurs d’une promesse d’amélioration de la condition des individus, notamment en les libérant par le droit des diverses formes de contraintes sociales, naturelles, et culturelles.

C’est le processus d’affirmation et de libération de l’individu face à nature humaine qui est observé, en particulier dans le domaine bioéthique, à travers les principales décisions de la Cour européenne des droits de l’homme.

Posté le 16 mai 2015 à 09h19 par Michel Janva | Lien permanent

GPA : la décision du tribunal de Nantes relève du déni de justice à l'égard des enfants

Juriste, docteur en Droit, Aude Mirkovic est Maître de conférences en droit privé et directrice du Master 2 Droit des biotechnologies à l’Université d’Evry. Elle est membre de l’association Juristes pour l’enfance, association membre du Collectif pour l’enfant et fait partie également des fondatrices du collectif « Femmes aujourd’hui ». Elle est spécialisée dans le droit de la famille et de la bioéthique. Interrogée dans le Figarovox, elle revient sur le déni de justice que représente la décision du tribunal de Nantes de transcrire sur les registres français d'état civil des actes de naissances de trois enfants nés à l'étranger d'une GPA.

[...]"Le tribunal de grande instance de Nantes a ordonné, le 13 mai dernier, la transcription sur les registres français d'état civil des actes de naissances de trois enfants nés à l'étranger d'une GPA. Pour mettre le droit français en conformité avec les exigences de la cour européenne des droits de l'homme, paraît-il. Il n'en est rien.

Tout d'abord, l'honneur du droit français eut été de résister à la jurisprudence irresponsable de la cour européenne qui, sous prétexte de protéger la vie privée des enfants, entérine la nouvelle forme de traite dont ils sont victimes. En effet, que la mère porteuse vende l'enfant ou qu'elle le donne, l'enfant est traité comme un objet de propriété car on ne peut donner ou vendre que ce qui nous appartient. Or, précisément, le code pénal définit l'esclavage comme le fait d'exercer à l'encontre d'une personne l'un des attributs du droit de propriété (art. 224-1 A). Les bonnes intentions ne changent pas le contenu du contrat de GPA qui prévoit la fabrication et la remise de l'enfant, et planifie à cette fin une situation d'abandon objectivement infligée à l'enfant séparé de sa mère de naissance, quand bien même il serait immédiatement accueilli et choyé.[...]

Les enfants nés d'une GPA sont protégés par le droit: l'absence de transcription ne les prive ni de leur filiation établie dans leur pays de naissance, ce qu'on a toujours su, ni de la nationalité française ni de leur héritage, ce qu'on sait désormais. La contrainte administrative résultant de l'absence de transcription est réelle mais elle ne concerne que les adultes, responsables de la situation, car on n'a encore jamais vu un enfant produire lui-même son acte de naissance pour demander son passeport. Transcrire comme si de rien n'était, comme vient de le faire le tribunal de Nantes, ne rend donc pas service aux enfants mais aux adultes, et relève au contraire à l'égard des enfants du déni de justice car la transcription occulte, dénie la violation de leurs droits résultant de la GPA.

La Cour de cassation doit se prononcer le 19 juin prochain, date à laquelle deux arrêts sont attendus.[...]

La Cour de cassation a l'opportunité de protéger les enfants en faisant respecter le droit, comme elle l'a toujours fait en matière de GPA. De toute façon, un jour ou l'autre, la justice reprendra ses droits: sera-ce le 19 juin, ou bien faudra-t-il attendre un Nuremberg de la GPA pour voir, enfin, les enfants protégés et leurs droits respectés?"

Posté le 16 mai 2015 à 09h09 par Marie Bethanie | Lien permanent

14 mai 2015

La justice française continue d'encourager la vente d'enfants

Le TGI de Nantes a enjoint au procureur de la République de cette ville la transcription sur les registres d'état-civil des actes de naissance de trois enfants nés par gestation pour autrui à l'étranger. Le tribunal de grande instance a également condamné le parquet aux dépens dans chacun des trois dossiers, ainsi qu'à rembourser 1000 euros de frais d'avocat aux requérants. 

Posté le 14 mai 2015 à 15h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

Tombée du nid

VTombée du nid est l’histoire vraie et bouleversante de ce long chemin de l’adoption qui a mené un couple jusqu’à Marie, cette petite fille trisomique qui les attendait et qu’ils attendaient, qu’ils ont cherchée, qu’ils ont accueillie sans conditions, sans réserve, en conscience et en vérité.

Publié par les éditions TerraMare, ce titre est sorti cette semaine. C’est un extraordinaire témoignage d’amour ; le cœur d’une mère à ciel ouvert. La lumineuse préface de Tim et Martine Guénard, ainsi que la magnifique Postface du Docteur Aimé Ravel, de l’Institut Jérôme Lejeune, sont à elles seules un petit miracle de vie.

Posté le 14 mai 2015 à 11h15 par Michel Janva | Lien permanent

12 mai 2015

Chantal Delsol : "la mort ne fait pas de l'humain une machine dont on pourrait récupérer les pièces à son gré"

Chantal Delsol revient dans Valeurs actuelles sur l'amendement Touraine, qui veut faire du prélèvement d'organes "la norme par défaut" :

"(...)  faire fi de l’assentiment de la famille devant le cadavre est un déni de ce que le mort a été et est encore : un membre de la communauté des humains. Il est donc utile de préciser ceci : la mort ne fait pas de l’humain une machine dont on pourrait récupérer les pièces à son gré. C’est la vieille histoire d’Antigone : les cadavres des frères sont encore les frères, à traiter comme tels, et de façon si impérative qu’il vaut la peine d’y risquer sa vie, et même de la perdre.

L’individualisme ambiant laisse croire à notre souveraineté entière, qui nous rend maîtres absolus de nous-mêmes, de notre corps, de nos volontés et désirs ; le monde autour de nous (de la famille à la nature) demeurant le séjour de nos prédations. Il est logique que, dans cet esprit, une fois cadavres, nous devenions une somme de pièces de rechange, livrée à la convoitise et devenue, finalement, propriété de l’État. N’avons-nous pas d’ailleurs l’envie de devenir aussi performants, aussi lisses, aussi immortels que les machines ? Günther Anders, il y a bien longtemps déjà, parlait de la honte prométhéenne qui nous saisit devant les machines si bien rodées, si infatigables, qui par comparaison soulignent notre imperfection. Le rêve du posthumanisme consiste justement à nous identifier à des machines. On constate déjà que, dans les publicités, il arrive que le consommateur parle à sa machine comme à un enfant ou un animal de compagnie…

À force d’affirmer que tout est matière, que la pensée et la liberté ne sont que fatras de cellules, on est bien obligé de considérer un humain comme une masse de viande. On se demande alors pourquoi il faut le respecter, s’il ne consiste qu’en un assemblage de pièces à récupérer et ressemble finalement à une vieille montre. L’effroi que nous ressentons devant la Shoah ou le génocide arménien devrait nous convaincre de traiter nos semblables, morts comme vivants, avec moins de désinvolture."

Posté le 12 mai 2015 à 15h44 par Louise Tudy | Lien permanent

La Manif Pour Tous lance son Tour de France pour la famille

TEn mai et juin, toutes les équipes du mouvement se mobilisent dans toutes les régions pour poursuivre le réveil des consciences au plus près du terrain et sensibiliser sur le scandale de la GPA, de la marchandisation de l’enfant et de l’asservissement des femmes sur fond de business lucratif…

C’est à Epinal que La Manif Pour Tous a choisi de lancer son Tour de France ce soir. Ludovine de La Rochère explique :

« En partant à la rencontre des Français, nos équipes et nos porte-paroles entendent sensibiliser le grand public encore bien incrédule devant le scandale de la GPA ».

« Il y a le temps des manifestations et le temps de la pédagogie, de l’explication. Nous y sommes car il faut expliquer au grand public une réalité sinistre, celle d’un business très lucratif qui repose sur des usines à bébés, la traite des femmes et la fabrication d’enfant sur commande. Combien de temps accepterons-nous de fermer les yeux sur ce trafic humain intolérable ? ».

Albéric Dumont ajoute :

« Nous avons une attente très forte de nos équipes et de nos sympathisants à travers tout l’hexagone ».

Au programme, des conférences, des soirées-débat, des projections de film, des opérations de tractages et de collage, sans oublier des rendez-vous avec des élus, en particulier des parlementaires. Ce Tour de France permet aussi aux responsables locaux et nationaux de La Manif Pour Tous de commencer à échanger avec les candidats aux prochaines élections régionales.

Voilà le programme :

  • 20 mai : Bordeaux
  • 22 mai : Nice
  • 25/26 mai : Toulouse
  • 30 mai : Vincennes
  • 31 mai : Troyes
  • 2 juin : Annecy
  • 5 juin : Val d’Oise (ville à préciser)
  • 10 juin : Croix (région lilloise)
  • 11 juin : Tours
  • du 15 au 17 juin : Montpellier et environs (Nîmes, Perpignan, Narbonne)
  • 19 juin : Cognac
  • 22 juin: Moulins
  • 23 juin: Clermont- Ferrand
  • 24 juin: Bondy
  • 26 juin : Finistère (ville à préciser)
  • 27 juin : Saint-Brieuc
  • 29 juin : Rennes
  • 30 juin : Rouen

Posté le 12 mai 2015 à 13h49 par Michel Janva | Lien permanent

Conférence d'Aude Mirkovic : lâcheté du président de l'Université

Voici un extrait d'un article du Quotidien du Pharmacien de lundi relatant la conférence de Madame Aude Mirkovic (juriste controversée, sic) perturbée au point d'être empêchée de s'exprimer sur le thème de la GPA et la PMA lors d'une conférence à la faculté de pharmacie de Toulouse. Vous noterez la lâcheté du président de l'université, alors qu'une réaction logique aurait été de condamner sans équivoque l'action d'Act Up :

0

Posté le 12 mai 2015 à 09h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

Une tribune de gauche contre la location d'utérus

Parmi les si­gna­taires : Mi­chel On­fray Phi­lo­sophe, Yvette Roudy Ex-mi­nistre des Droits des femmes, Ni­cole Péry Ex-se­cré­taire d'Etat aux droits des femmes, Syl­viane Aga­cinski Phi­lo­sophe, Eliette Abé­cas­sis Ecri­vain, José Bové Dé­puté eu­ro­péen, Anne-Yvonne Le Dain Dé­pu­té, Mar­tine Se­ga­len Pro­fes­seur émé­rite en an­thro­po­lo­gie, Na­tha­lie Hei­nich So­cio­logue, Ge­ne­viève Cou­raud Pré­si­dente d'Elu-e-s contre les vio­lences faites aux femmes (ECVF), Mo­nette Vac­quin Psy­cha­na­lyste, Irène Ta­bel­lion Pré­si­dente de la Lune, as­so­cia­tion stras­bour­geoise de femmes ho­mo­sexuelles, Ma­rie-Jo­sèphe Bon­net His­to­rienne des femmes, Nora Te­nen­baum et Maya Sur­duts Co­or­di­na­tion des as­so­cia­tions pour le droit à l'avor­te­ment et à la contra­cep­tion (Cadac)... Elle est publiée dans Libération :

"Nous sommes des femmes et des hommes d’origines ethniques, religieuses, culturelles et socio-économiques différentes venant de toutes les régions du monde. Ensemble, nous tenons ici à exprimer notre inquiétude concernant les femmes et les enfants exploités au travers des conventions de la gestation pour autrui (GPA).

Tous, nous reconnaissons la force du désir de parentalité. Toutefois, comme s’agissant de la plupart des désirs, des limites doivent être posées. Les droits humains nous fournissent un marqueur significatif à qui veut savoir identifier ces limites et déterminer leur champ d’application. Nous pensons que la GPA doit être interdite en ce qu'elle consti­tue une vio­la­tion des droits hu­mains des femmes et des en­fants.

La GPA re­pose sou­vent sur l'ex­ploi­ta­tion des femmes les plus dé­mu­nies. Dans de nom­breux cas, ce sont les pauvres qui sont contraints de vendre et les riches qui peuvent se per­mettre d'ache­ter. Ces tran­sac­tions iniques im­pliquent un consen­te­ment de la part de femmes sous-in­for­mées, voire pas du tout in­for­mées, une ré­mu­né­ra­tion faible, une coer­ci­tion, une in­suf­fi­sance de suivi mé­di­cal et des risques sé­vères pour la santé, à court et à long terme, des femmes qui ac­ceptent la GPA. Le pro­ces­sus mé­di­cal de la GPA en­traîne des risques pour la mère de sub­sti­tu­tion, pour les jeunes femmes qui vendent leurs ovo­cytes et pour les en­fants nés grâce aux tech­niques d'as­sis­tance mé­di­cale à la pro­créa­tion. Parmi les risques en­cou­rus par les femmes : le syn­drome d'hy­per­sti­mu­la­tion ova­rienne (SHSO), la tor­sion ova­rienne, le kyste ova­rien, une dou­leur pel­vienne chro­nique, une mé­no­pause pré­coce, une perte de fer­ti­lité, une tu­meur can­cé­reuse du sys­tème re­pro­duc­tif, des caillots san­guins, une in­suf­fi­sance ré­nale, un arrêt car­diaque et, dans un cer­tain nombre de cas, la mort. Les femmes fai­sant une gros­sesse à par­tir d'ovo­cytes pro­ve­nant d'autres femmes pré­sentent un risque plus élevé de pré-éclamp­sie et d'hy­per­ten­sion.

Les en­fants nés grâce aux tech­niques d'as­sis­tance mé­di­cale à la pro­créa­tion qui sont gé­né­ra­le­ment mises en œuvre dans la ges­ta­tion pour au­trui pré­sentent aussi des risques de pa­tho­lo­gies parmi les­quelles : une nais­sance avant terme, un décès à la nais­sance, un poids in­suf­fi­sant à la nais­sance, des mal­for­ma­tions du fœtus et une pres­sion ar­té­rielle éle­vée. La GPA rompt le lien ma­ter­nel na­tu­rel qui s'éta­blit pen­dant la gros­sesse - un lien que les pro­fes­sion­nels de la mé­de­cine en­cou­ragent et cherchent à ren­for­cer sans re­lâche. Le lien bio­lo­gique entre la mère et l'en­fant est in­dé­nia­ble­ment de na­ture in­time et, lors­qu'il est rompu, les consé­quences en sont du­rables pour les deux par­ties. Dans les pays où la GPA est au­to­ri­sée, cette souf­france po­ten­tielle est ins­ti­tu­tion­na­li­sée.

Nous sommes convain­cus qu'il n'y a pas de dif­fé­rence entre la pra­tique com­mer­ciale de la GPA et la vente et l'achat d'en­fants. Même s'il n'y a pas échange d'ar­gent (c'est-à-dire la ver­sion non ré­mu­né­rée, ou « al­truiste »), toute pra­tique qui ex­pose des femmes et des en­fants à de tels risques doit être in­ter­dite.

Per­sonne n'a droit à un en­fant, pas plus les hé­té­ro­sexuels que les ho­mo­sexuels ou les in­di­vi­dus ayant fait le choix de res­ter cé­li­ba­taire. Nous sommes unis pour de­man­der aux gou­ver­ne­ments des na­tions du monde ainsi qu'aux lea­ders de la com­mu­nauté in­ter­na­tio­nale de tra­vailler en­semble à l'ar­rêt im­mé­diat de la GPA."

Ils ont lancé une pétition, en anglais.

Posté le 12 mai 2015 à 09h14 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

11 mai 2015

Il s'est rendu à la foire-expo de la GPA à Bruxelles

Xavier Lombard témoigne dans FigaroVox, qui précise la fourchette de prix du bébé en vente au salon de la GPA à Bruxelles le 3 mai dernier : entre 60 000 € et 150 000 €

"(...) Le médecin en profite pour donner son avis sur la nécessité de privilégier les situations altruistes. Il paraît sympathique, jusqu'à ce qu'il précise que «son agence peut tout sélectionner moyennant supplément de prix, notamment le sexe, la couleur de peau, les tests génétiques, la sélection des embryons», nous sommes en plein eugénisme commercial assumé.

Dans la salle se trouve aussi, Stéphanie Raeymaekers, elle a fondé l'association DonorKinderen, pour défendre le droit fondamental d'accès à ces origines. La GPA dans la plupart des cas ne permet pas un accès sérieux à ces origines, en particulier pour certaines GPA commerciales ou internationales. Stéphanie interpelle en privé plusieurs organisateurs. «Je constate qu'aucune place n'est accordée à l'enfant. Aucun enfant né par gestation pour autrui n'est venu témoigner aujourd'hui. Ça en dit long!». La journaliste du Soir Ann Charlotte Bersip, la cite «J'ai été achetée. Et aujourd'hui, mon association est parfois mal vue. Je suis un produit qui parle, et donc qui dérange. Nous sommes dans un pays où il est plus facile de tracer l'origine de la viande au rayon charcuterie, que celle du parent biologique d'un être humain!»

Il faut avoir fait l'expérience de cette foire-expo de la vente d'enfant, pour comprendre la fiction que représente la pratique des mères porteuses éthiques. Légaliser le marché de la GPA avec un cadre strict est une fiction. (...)"

Posté le 11 mai 2015 à 15h15 par Louise Tudy | Lien permanent

06 mai 2015

Quand un couple se sépare, qui garde les embryons congelés ?

Version post-moderne du divorce :

"Sofia Vergara, star de la série télévisée "Modern Family", a brisé le silence concernant la bataille juridique qu'elle mène face à son ex-petit ami autour du contrôle d'embryons congelés lorsqu'ils étaient ensemble. Lors d'une interview lundi 4 mai à l'émission de radio "Howard Stern Show", l’actrice américano-colombienne de 42 ans a expliqué qu'elle faisait "ce qui est juste" en refusant de laisser les embryons à son ancien petit ami, l'homme d'affaires Nick Loeb.

En novembre 2013 le couple avait signé un accord avant d’entamer un processus de fécondation in vitro. Ce contrat stipulait que les embryons ne pouvaient être utilisés sans une entente mutuelle. Mais depuis leur séparation il y a un an, Nick Loeb poursuit la comédienne pour avoir la tutelle des embryons, conservés dans une clinique de Floride. Il affirme que leur accord ne précisait pas clairement ce qu'il en adviendrait en cas de séparation. "Il aurait dû le prendre plus sérieusement avant, comme moi je l'ai fait", a argumenté Sofia Vergara. "Il ne peut pas revenir comme ça, un an après, et changer les termes". "Incohérence" de Loeb Nick Loeb a quant à lui donné sa version de leur litige dans une tribune parue dans le New York Times fin avril. "Une femme a le droit de mener une grossesse à son terme même si l'homme est contre. Est-ce qu'un homme qui veut assumer toutes les responsabilités parentales n'aurait pas le droit également de mener ses embryons à terme même si la femme est contre?", interroge-t-il. "Ces questions, contrairement à l'avortement, n'ont rien à voir avec les droits d'une personne sur son propre corps mais avec le droit d'un parent de protéger la vie de son enfant à naître". [...]"

Posté le 6 mai 2015 à 23h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

05 mai 2015

Act Up veut faire tomber les masques... d'Act Up ?

Louise a relaté hier la perturbation par Act Up d'une conférence d'Aude Mirkovic sur la location d'utérus.

Aujourd'hui, dans un communiqué, Act Up Sud Ouest justifie cette action par sa volonté de "faire tomber les masques" :

AProblème : les seuls qui portaient des masques étaient... les militants d'Act Up :

IMG_20150505_134407[1]Alors les gars, vous les enlevez ces masques ? Montrez-nous à quoi ressemble un militant de la vente d'enfants.

Posté le 5 mai 2015 à 15h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (21)

Quand des enfants sont l’objet d’un commerce, que peut-il arriver de pire ?

De Joseph Junker, Ingénieur civil et blogueur :

"Ce dimanche 3 mai au siège du gouvernement bruxellois, des bébés ont été vendus. Au cœur de notre capitale, des contrats ayant pour objet la livraison d’un être humain ont été négociés. Inacceptable. Abject. Répugnant. On m’accusera sans doute volontiers de lancer des points Godwin à l’emporte-pièce, je n’en ai cure. Car quand dans une démocratie des enfants sont l’objet d’un commerce, que peut-il arriver de pire ? Quelle est l’étape suivante ?

On ergote volontiers sur l’aspect scandaleusement commercial de ces transactions, mais il faut aussi se rappeler le fond de la chose qui n’est guère plus reluisant : Il s’agit d’une part d’enlever un enfant à peine né à sa mère pour le confier à des gens qui ne sont pas ses parents et d’autre part de prostituer (pardon en langage politiquement correct « de louer »), neuf mois durant pour des tiers le corps d’une femme en l’une des choses les plus intimes : sa maternité. Si je conviens volontiers que le fait de payer pour cela ajoute un relent particulièrement désagréable à la chose, quiconque a tenu comme moi un nourrisson dans ses bras comprendra qu’il lui importera peu de savoir un jour s’il a été vendu ou « donné » comme un chaton. Ce qui compte pour lui et le rends inconsolable, c’est sa maman. Le reste n’est que détail, rien de plus que l’arme du crime par lequel est commise l’injustice ultime : celle faite à un enfant. [...]"

Posté le 5 mai 2015 à 06h59 par Michel Janva | Lien permanent

04 mai 2015

La vente d'enfants en une image

Trouvée sur L'Homme Nouveau :

Infographie-GPA.png

Posté le 4 mai 2015 à 07h42 par Michel Janva | Lien permanent

02 mai 2015

"Bébé à vendre 120.000€"

Une organisation américaine a loué un local appartenant au gouvernement bruxellois pour faire la promotion de la vente de bébés sur catalogue, un service qui en coûtera entre 75 000 et 150 000 € aux acheteurs d'enfants conçus par mères porteuses.

  ThVEY6SIJW

"Certains sénateurs défendent une GPA bien encadrée en Belgique pour éviter les GPA commerciales à l’étranger. Or que constate-t-on ? L’Angleterre, le Canada, ou Israël ont encadré la GPA. Dans chacun de ces pays, le nombre de d’enfants achetés à l’étranger a augmenté fortement. Cette semaine, le drame terrible qui frappe le Népal avec le pire tremblement de terre du siècle a révélé un trafic de bébé à destination de Israël qui a pourtant légalisé la GPA.

Comment réagiriez-vous si vous appreniez que vous avez été conçu dans un contrat, fabriqué comme produit et acheté comme une marchandise ? La gestation pour autrui est un enjeu pour notre démocratie à savoir le respect des femmes et des enfants. Il est temps que des politiques s'emparent du dossier et réclament une interdiction totale."

Posté le 2 mai 2015 à 11h32 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (16)

01 mai 2015

Clôture des 20 ans de la Fondation Lejeune

Depuis avril 2014, la Fondation Jérôme Lejeune fête ses 20 ans et commémore les 20 ans de la mort de Jérôme Lejeune. 20 ans de défi scientifique et éthique. En mai, les 3 évènements qui viennent clore cette année anniversaire sont organisés à Paris et à Neuilly : 1 exposition, 1 pièce de théâtre et 1 débat.

Revivre la découverte de la trisomie 21 : L’EXPOSITION

Après Arras, Lyon, Laval, Strasbourg et Antibes, Paris est la sixième ville à accueillir en France l’exposition « Jérôme Lejeune, une découverte pour la vie ». Du 13 au 23 mai, cette exposition propose de revivre, 20 ans après sa disparition, l’aventure de Jérôme Lejeune, homme exceptionnel, médecin de renommée internationale, avocat de la vie et de la dignité humaine, qui a ouvert la voie de la génétique moderne. Cette exposition grand public intéresse plus particulièrement les lycéens, étudiants et professionnels du monde scientifique, de la santé et de la recherche. Elle s’adresse aussi à l’ensemble des citoyens interpellés par les enjeux bioéthiques d’aujourd’hui et de demain : sélection prénatale, eugénisme, transhumanisme…

Jeanne et les Post-humains : la nouvelle PIECE DE THEATRE de F. Hadjadj

La compagnie de Bas en Haut présente du 20 au 23 mai « Jeanne et les Post-humains », la nouvelle pièce de Fabrice Hadjadj. Avec talent et humour, le philosophe traite d’un enjeu d’actualité : le transhumanisme. Un mouvement né aux Etats-Unis à la fin du 20ème siècle qui pourrait bouleverser l’humanité du 21ème avec des promoteurs puissants comme Google. Comme un prolongement des avertissements lancés par Jérôme Lejeune, cette pièce pose la question de la valeur de la vie et de sa transmission, de la place de l’homme dans une société tout technologique. Ce spectacle interpelle le public sur les défis éthiques et scientifiques du nouveau siècle.

Vendredi 22 mai, un grand DEBAT entre Fabrice Hadjadj et Jean-Marie Le Méné : « Quelle place pour l’homme ‘diminué’ dans une humanité ‘augmentée’ ? »

Posté le 1 mai 2015 à 18h30 par Michel Janva | Lien permanent

30 avril 2015

13 au 23 mai : exposition Jérôme Lejeune à Paris

L’année commémorative des 20 ans de la Fondation Jérôme Lejeune arrive à son terme : le prochain évènement est l’exposition Jérôme Lejeune à Paris à partir de la mi-mai. Elle sera accueillie à la mairie du 6ème arrondissement, place Sulpice.

Cette exposition « Jérôme Lejeune, une découverte pour la vie » propose d’explorer l’univers de la génétique à travers la découverte du chromosome surnuméraire à l’origine de la trisomie 21. Elle fait revivre, 20 ans après sa disparition, l’aventure de Jérôme Lejeune, chercheur exceptionnel, médecin de renommée internationale, avocat de la vie et de la dignité humaine, qui a ouvert la voie de la génétique moderne.Cette exposition grand public intéresse plus particulièrement les lycéens, étudiants et professionnels du monde scientifique, de la santé et de la recherche. Elle s’adresse aussi à l’ensemble des citoyens interpellés par les enjeux bioéthiques d’aujourd’hui et de demain : sélection prénatale, eugénisme, transhumanisme…

  • Lieu : Mairie du 6ème arrondissement – 78 rue Bonaparte - Salon François Collet (Métro St Sulpice)
  • Dates : du mercredi 13 mai au samedi 23 mai
  • Horaires : du lundi au vendredi de 10 h 30 à 17 h, sauf le jeudi jusqu’à 19 h. Samedi matin de 10 h à 12 h
  • Entrée libre

Posté le 30 avril 2015 à 17h17 par Michel Janva | Lien permanent

Trafic d'enfants : l'horreur derrière le séisme

Lu sur Radio Notre Dame:

"Le séisme qui a frappé le Népal en début de semaine a révélé l'existence d'un important trafic d'enfants nés par mère porteuse, à destination de couples basés en Israël. Improbable, mais vrai. C'est le ministre israélien des affaires étrangères qui a révélé le pot aux roses en déclarant qu'il se trouvait à Katmandou actuellement 25 enfants nés par GPA, pour des couples israéliens venus les récupérer après le séisme.

Ainsi, alors que le pays attend encore de l'aide pour sortir des décombres de nombreuses victimes du séisme, pas moins de 52 Israéliens attendent patiemment de repartir avec leur bébé. Et d'après la volonté du gouvernement israélien, ceux-ci seront évacués en priorité avec leur enfant."

Posté le 30 avril 2015 à 16h15 par Michel Janva | Lien permanent

29 avril 2015

Le président de l'InterLGBT refuse de condamner le racisme de 2 homosexuelles

L'information date du mois d'octobre mais elle rebondit aujourd'hui car l'Inter-LGBT refuse de condamner cette horreur :

Deux lesbiennes ont intenté un procès à une banque de sperme de la banlieue de Chicago au motif qu’une d’entre elles aurait été inséminée avec le mauvais sperme. La clinique aurait fourni l’échantillon d’un homme noir à la place de celui d’un homme blanc. La femme estime que l'enfant pourrait être victime de discrimination dans le futur car il sera métis.

Interpellé par La Manif Pour Tous, Jérôme Beaugé, président de l'Inter-LGBT, refuse de condamner le rejet exprimé par les deux lesbiennes.

1

0

Posté le 29 avril 2015 à 10h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

27 avril 2015

Le lait maternel protège les prématurés contre une maladie intestinale

Incroyable ! La nature fait bien les choses :

"Les nouveaux-nés prématurés peuvent souffrir d'entérocolite nécrosante, une maladie grave de l'intestin pouvant être mortelle. Des chercheurs américains ont non trouvé la cause de cette affection et également prouvé que le lait maternel les en protège.

Une équipe de chercheurs de l'Université John-Hopkins de Baltimore (États-Unis) a travaillé sur l'entérocolite nécrosante du nouveau-né, une maladie essentiellement présente chez les prématurés et qui se caractérise par une destruction des tissus et muqueuses de l'intestin (nécrose) pouvant entrainer leur décès."

D'autres études avaient montré que l'allaitement pouvait aussi rendre plus intelligent et avait un effet protecteur vis-à-vis des maladies cardiovasculaires.

Posté le 27 avril 2015 à 14h17 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

Lundi 11 mai 2015 : débat "entre éthique et désobéissance à la loi"

2015_SoireeEsperance_24_tract

Posté le 27 avril 2015 à 10h16 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

26 avril 2015

Népal : Israël va évacuer en priorité 25 bébés de mères porteuses

Fou

"Israël va évacuer en priorité 25 bébés nés de mères porteuses et leurs parents adoptifs, pour la plupart homosexuels, depuis le Népal où un violent séisme a ravagé le pays, ont annoncé dimanche les autorités israéliennes. 

Il y a actuellement à Katmandou 25 nourrissons nés de mères qui les ont portés pour le compte d'Israéliens venus les récupérer au Népal, a expliqué le ministère des Affaires étrangères. Quatre d'entre eux sont des prématurés nécessitant des services médicaux qu'ils risquent de ne pas trouver après le tremblement de terre, a dit le ministère.
 
Les Affaires étrangères évaluent à 600 ou 700 le nombre d'Israéliens se trouvant au Népal, la grande majorité d'entre eux étant des randonneurs. Aucun d'entre eux n'aurait été tué".

Posté le 26 avril 2015 à 20h28 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (3)

A Paris, le 6 mai : "Culture de mort : un choix irréversible ?"

6 mai

 

A découvrir ici

François Billot de Lochner, président de la Fondation de Service politique et du collectif France-Audace, recevra trois éminents spécialistes de la défense de la vie humaine, réputés pour leurs compétences et leur combativité :

♦ Julie Graziani, porte-parole du collectif Ensemble pour le bien commun.
♦ Aude Mirkovic, maître de conférences en droit privé et auteur de PMA-GPA, Après le mariage pour tous, l'enfant pour tous ? (ed. Téqui 2014),
♦ Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme-Lejeune. 

Tous trois répondront aux questions des participants sur les meilleurs moyens de renverser la tendance de cet emballement mortifère, libertaire et liberticide. 

NB : Julie Graziani avait aussi un mandat ponctuel de porte-parole pour la marche pour la Vie 2015.

Posté le 26 avril 2015 à 12h32 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

23 avril 2015

Bébés génétiquement modifiés : en Chine comme en France ?

Eugc3a9nisme-avortement1Une équipe de scientifiques chinois affirme avoir procédé à des manipulations génétiques sur des embryons humains. Les résultats de leurs recherches ont été publiés dans la revue médicale Protein & Cell.

Procéder à de tels traitement fait ressurgir le spectre de bébés génétiquement modifiés et donc les  dérives eugénistes. Plusieurs scientifiques ont donc appelé à une grande réflexion à l'échelle internationale afin de réglementer l'ingénierie génétique. 

Le problème, c'est qu'avec l'avortement, l'eugénisme est déjà en vigueur dans de nombreux pays. En France, le projet de loi santé adopté en 1ère lecture à l’Assemblée nationale, libéralise notamment la recherche sur l’embryon humain. Qui s'en émeut dans la communauté scientifique ? 

Pierre Olivier Arduin, responsable de la commission bioéthique du diocèse de Fréjus-Toulon, met en garde contre les conséquences eugénistes de cet amendement qui permettra « d’identifier les embryons de meilleure qualité » et « d’éliminer ceux qui seront étiquetés déficients ». « La prochaine étape sera (…) l’amélioration du patrimoine génétique des embryons sélectionnés ».

Posté le 23 avril 2015 à 19h00 par Michel Janva | Lien permanent

Le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe saisi de la « vente d’enfants nés de mère porteuse »

De Grégor Puppinck :

P"Le Comité des Ministres – qui regroupe les ambassadeurs des 47 États membres du Conseil de l'Europe – vient d’être saisi par le député polonais Krzysztof Szczerski d’une question écrite (No. 682, Doc. 13765) relative à « la lutte contre la vente d’enfants nés de mère porteuse ». Le député dénonce le fait qu’il est à présent possible en Europe d’acheter « légalement » un enfant au moyen de la GPA et demande au Comité des Ministres les mesures qu’il entend prendre pour garantir l’effectivité de l’interdiction de la vente d’enfants dans les Etats membres du Conseil de l’Europe. La vente d’enfants est en effet interdite par le droit européen et international, et le trafic d’enfants, notamment  « la conception d’enfants aux fins d’adoption »,a souvent été dénoncée par l’Assemblée européenne. Dans cette question, le député fait référence à une affaire jugée récemment par la Cour européenne des droits de l’homme concernant un enfant produit sur commande et vendu € 49 000 à un couple d’italiens par l’entreprise moscovite Rosjurconsulting, spécialisée en GPA. Cet enfant, n’avait aucun lien génétique avec les italiens. Dans sa question le député souligne que les autorités russes n’ont engagé aucune poursuite contre l’entreprise, ni introduit aucune législation afin de prévenir ce type de ventes d’enfants à l’avenir, contrairement à l’Italie qui a engagé des poursuites contre le couple.

Le Comité des ministres – qui exerce notamment un rôle de surveillance du respect par les Etats membres de la démocratie, des droits de l'homme et de l'Etat de droit – devra répondre dans les six prochains mois. Ce sera une question délicate en raison des débats européens actuels relatifs à la GPA. L’Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe s’est aussi saisie d’une proposition de Résolution (Doc. 13562) portant sur les « Droits de l’homme et les questions éthiques liées à la gestation pour autrui ». Celle-ci déclare sans ambiguïté que « la gestation pour autrui porte atteinte à la dignité humaine de la femme enceinte, dont le corps et la fonction de procréation sont utilisés comme une marchandise » et « aux droits et à la dignité humaine de l’enfant, parce qu’elle a pour effet de faire du bébé un produit. » Elle invite l’Assemblée à examiner les liens de cette pratique « avec la santé génésique des femmes, la traite des êtres humains et les droits des enfants, et [à] réfléchir à des outils pour traiter ce problème. »

Cette question vise en particulier l’imprécision du cadre juridique russe en matière de GPA ; pratique que le Patriarche de Moscou a dénoncé en janvier dernier devant la Douma en affirmant que « la conscience morale ne peut pas accepter la légalisation des « maternités de substitution » qui font des enfants et des femmes des objets de transaction commerciales ou non-commerciales, pervertissant les notions de maternité, le mystère des relations familiales et leur sainteté »."

Posté le 23 avril 2015 à 16h42 par Michel Janva | Lien permanent

20 avril 2015

L'artiste est par nature avant gardiste, c'est ce qui justifie toutes ses transgressions! Même celles-ci?

Des artistes comme ceux-ci nous en redemandons pour que la VERITE éclate:

- Un monument à la douleur des femmes qui ont avorté: vu sur votre blog récemment. Il a été inauguré en Slovaquie le 28 octobre 2011, en présence du ministre de la Santé ; c'est une œuvre du jeune sculpteur slovaque Martin Hudáčeka.

La sculpture est dédiée à « l'enfant qui n'est pas né ». Une maman à genoux, en pierre et en  pleurs, est consolé par son enfant aussi transparent que le cristal qui lui pose avec bonté la main sur la tête. Regret et pardon, souffrance et amour, et beaucoup de tristesse…
 
 - D'autres artistes, Français cette fois, chantent une ode à "l'enfant qui n'est pas né".

 

 

Posté le 20 avril 2015 à 19h32 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (0)

16 avril 2015

La Manif Pour Tous dénonce la décision de la Cour d’Appel de Versailles

Réaction de Ludovine de La Rochère suite à la décision évoquée ici :

Il est cruel de priver volontairement un enfant de père : c’est pour lui une injustice profonde, douloureuse et évidemment durable. “Père et mère sont irremplaçables et non interchangeables : deux femmes, aussi aimantes soient-elles, ne remplaceront jamais un père.

le procédé qui consiste à bénéficier à l’étranger d’une assistance médicale à la procréation interdite en France, puis à demander l’adoption de l’enfant, conçu conformément à la loi étrangère mais en violation de la loi française, constitue une fraude à celle-ci et interdit donc l’adoption de l’enfant illégalement conçu.

« Les juges s’arrogent ici le droit de décider à la place des citoyens français sur un sujet profondément humain, essentiel. La PMA « sans père » est déshumanisante. En favorisant le développement de cette pratique, qui entraînera celle de la GPA aussi, ils mettent conception, grossesse et filiation dans les mains de trafiquants et nous emmènent tout droit vers le transhumanisme ».

« L’adoption, c’est redonner un père et une mère a un enfant qui en a été privé par un aléa de la vie, ce n’est pas donner un enfant à un couple. En effet, il n’y a pas de droit A l’enfant : il n’y a que des droits DE l’enfant et le rôle de la justice est de les faire respecter. Autrement, qui respectera la justice ? »

Posté le 16 avril 2015 à 13h50 par Michel Janva | Lien permanent

15 avril 2015

Daniel Cohn-Bendit s'insurge contre le droit à l'enfant

Voilà Dany le rouge défendre le droit de l'enfant à avoir une père et une mère...


Non au Droit à l’enfant ! Oui au Droit de l... par Europe1fr

Posté le 15 avril 2015 à 21h25 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

GPA : une agence vante sa promotion en France

L'agence américaine Extraordinary Conception se vante à nouveau sur les réseaux sociaux de faire sa tournée en mai prochain en Europe afin de vendre ses services de mères porteuses :

Vous pouvez signaler le contenu illicite du site mères porteuses de cette agence à l'adresse suivante.

Posté le 15 avril 2015 à 10h25 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)


     Archives > Bioéthique

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Bioéthique