23 juin 2015

Pape François : "La franc-maçonnerie dominait ... Ce fut l'un des pires moments"

A Turin, le pape a rencontré des jeunes. Répondant aux questions de trois d'entre eux sur la signification de l'amour, de la confiance dans la vie et de l'importance du partage des idéaux, il a écarté le discours qu'il avait préparé. Voici un résumé de ses réponses:

''L'amour, la vie, les amis...ces trois mots sont importants pour la vie et tous les trois ont pour racine commune la volonté de vivre. L'amour a deux niveaux: Tout d'abord, l'amour est plus dans les actes que dans les paroles... Rappelez-vous que Dieu a commencé à parler de l'amour quand il s'est engagé envers son peuple, quand il a fait une alliance avec lui, quand il l'a sauvé. Ce sont des gestes faits d'amour, des actes d'amour".

Ensuite "l'amour est toujours quelque chose d'offert, de communiqué. Il faut savoir écouter et répondre à l'amour, qui est dialogue et communion... L'amour n'est ni sourd ni muet. Il communique" mais est "très respectueux de la personne, n'utilise pas l'autre, car il est chaste et respecte le caractère sacré de l'autre. Pardonnez-moi si je vous dis quelque chose que vous n'attendiez pas: Faites l'effort de vivre un amour chaste. Ceci est la conséquence de ce que...l'amour se sacrifie pour l'autre. L'amour est un service. Lorsque Jésus a lavé les pieds de ses apôtre, leur a enseigné qu'ils étaient destinés à se servir mutuellement''.

On constate souvent un sentiment de méfiance face à la vie, "parce que certaines situations nous semblent peu dignes d'être vécues."

''Je vous comprends lorsque vous dites de ne pas avoir confiance dans la vie. Nous vivons aujourd'hui la culture du déchet. Ce qui est inutile économiquement est jeté... Avec cette culture de rejet peut on encore compter sur la vie?... Un jeune qui ne peut travailler ou étudier a honte de ne pouvoir fonder un foyer... Combien de jeunes se suicident? Combien vont combattre au côté de terroristes, pour au moins faire quelque chose, avoir un idéal?... Voilà pourquoi Jésus a dit de ne pas placer dans les richesses et dans le pouvoir notre sécurité. Comment puis-je vivre une vie qui ne détruit pas, une vie qui ne rejette pas les gens? Comment puis-je vivre une vie qui me déçoit tant?... Nous devons aller de l'avant avec nos projets et construire une vie ne déçoive pas. Etre impliqué dans un projet pour construire quelque chose aide à vivre... Abandonnez le sentiment de méfiance envers la vie...et allez s'il le faut à contre-courant... Vous les jeunes qui vivez" le marasme économique, rejetez les "valeurs consuméristes et hédonistes qui sont des bulles de savon. Elles ne conduisent pas au progrès. Faîtes des choses constructives, même modestes, pour" répondre à vos idéaux. Ce sera le meilleur antidote à cette méfiance de la vie, la meilleure réponse à une culture qui ne propose que le plaisir... Le secret est de bien comprendre où l'on vit, sur cette terre... A la fin du XIX siècle, les conditions de la jeunesse étaient terribles. La franc-maçonnerie dominait et l'Eglise ne pouvait pas faire grand chose. Il y avait l'anti-cléricalisme et même le satanisme... Ce fut l'un des pires moments et des pires endroits de l'histoire de l'Italie... Or c'est à cette époque que se sont manifestés beaucoup de saints" en Piémont. Pourquoi? "Parce qu'ils ont réalisé qu'ils devaient aller à l'encontre de cette culture et de ce mode de vie. Il faut vivre la réalité. Et si cette réalité est de verre et non de diamant, je la regarde pour ce qu'elle est et la fait mienne, au service des autres''.

Posté le 23 juin 2015 à 07h08 par Michel Janva | Lien permanent

18 juin 2015

Xavier Bertrand aurait démissionné

... de la franc-maçonnerie.

Subira-t-il le sort de Brigitte Barège, sœur embarrassante pour son obédience, la GLFF, suite à ses propos sur l'homosexualisme. Elle est aujourd'hui poursuivie pour détournement de fonds publics, complicité et recel de ce délit, faux et usage.

Posté le 18 juin 2015 à 22h38 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

30 mai 2015

La France maçonnique

Posté le 30 mai 2015 à 21h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

23 mai 2015

La charte de la loge maçonnique de Valls

Une charte, un mode de pensée, un ordre d'action où l'on reconnaît Manuel Valls (source).

Obtenir et conserver les pleins pouvoirs :

"L'homme sans maîtres ne nourrit pas d'illusion sur les pouvoirs libérateurs, l'égalité ne pouvant être fille de l'autorité. Mais il sait aussi que nier un seul pouvoir, c'est laisser à d'autres pouvoirs la possibilité de prendre la place".

Le laïcisme moderne ou la négation de toute transcendance : 

"L'homme sans dieux ne reconnaît pour valeurs que celles forgées par l'Homme pour l'Homme. Mais il sait aussi que, si rien n'est éternel ni sacré, le besoin de sacralisation et l'interrogation métaphysique sont deux composantes de l'aventure humaine. Il proclame que tout pas nouveau franchi vers l'explication de l'ensemble des phénomènes humains ne peut être que le fait d'hommes libres, acceptant d'inclure leurs propres croyances et leurs valeurs dans le champ de la connaissance".

Déni de toute loi supérieure, de toute antériorité, de la notion même de vérité : 

"L'homme sans maîtres ni dieux, disponible pour toutes les remises en cause, doit mettre ses énergies au service de la construction des utopies qui assureront le progrès social de l'Humanité. [...]  

Résolument tournée vers l'avenir de l'Homme, confiante dans sa liberté créatrice, la franc-maçonnerie progressiste, fidèle à ses principes, doit être l'un des lieux privilégiés où s'élaborent les nouvelles utopies constructives qui féconderont les sociétés futures. Imaginatif et débarrassé de tout préjugé, le Franc-maçon, sans maîtres ni dieux, se doit d'intégrer, jusque dans ses rêves les plus fous, les contraintes de compétence et les exigences de raison qui s'imposent à tout bâtisseur".

Et malgré cela, dès qu'est abordée la puissance de la franc-maçonnerie, même les catholiques hurlent aux loups, voire au complot... Elle a de beaux jours devant elle et un Valls peut dérouler tranquillement.

Posté le 23 mai 2015 à 23h09 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (10)

22 mai 2015

Animateur d'une radio chrétienne et franc-maçon

UnknownJean du Camp d’Orgas est animateur de l’émission Regard santé sur la radio RCF Bordeaux. Dans la revue « Franc Maçonnerie magazine » de janvier 2015,il évoque son appartenance au Grand Orient de France  et « sa progression dans les degrés qui m’a permis d’être à l’unisson de ceux qui ne pensent pas comme moi ». 

Voici ce qu'écrivait la Congrégation pour la doctrine de la foi en 1985 :

"[...] Il faut rappeler en premier lieu que la communauté des «maçons libres» et ses obligations morales se présentent comme un système progressif de symboles d’un caractère comportant un strict engagement. La discipline rigide de l’occulte qui y règne renforce par ailleurs le poids de l’interaction de signes et d’idées. Ce climat de secret comporte par dessus tout pour les inscrits le risque de devenir 1’instrument de stratégies qui leur demeurent inconnues.

Même si l’on affirme que le relativisme n’est pas assumé en tant que dogme, on propose cependant en réalité une conception symbolique relativiste et, ainsi, la valeur relativisante d’une telle communauté morale-rituelle, loin de pouvoir être éliminée, apparaît au contraire déterminante.

Dans un tel contexte, les diverses communautés religieuses auxquelles appartiennent chaque membre des Loges ne peuvent être considérées que comme de simples institutionnalisations d’une vérité plus vaste et insaisissable. La valeur de ces institutionnalisations apparaît donc comme inévitablement relative en regard de cette vérité plus vaste qui se manifeste au contraire plutôt dans la communauté de la bonne volonté, c’est-à-dire dans la fraternité maçonnique.

Toutefois, pour un chrétien catholique, il ne lui est pas possible de vivre sa relation avec Dieu de deux façons, c’est-à-dire en la scindant sous une forme humanitaire: supraconfessionnelle, et sous une forme interne: chrétienne. Il ne peut entretenir de relations de deux sortes avec Dieu, ni exprimer son rapport avec le Créateur par des formes symboliques de deux natures. Ceci représenterait quelque chose de totalement différent de cette collaboration, évidente pour lui, avec tous ceux qui sont engagés dans l’accomplissement du bien, même à partir de principes différents. D’autre part, un chrétien catholique ne peut pas, simultanément, participer à la pleine communion de la fraternité chrétienne et considérer son frère chrétien, par ailleurs, selon l’optique maçonnique, comme un «profane». [...]"

Posté le 22 mai 2015 à 07h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (22)

19 mai 2015

Manuel Valls fut membre de la loge maçonnique "ni maîtres ni dieux"

Lu sur ce blog franc-maçon :

Une-LExpress-20-mai-2015-226x300"Le long passage de Manuel Valls au Grand Orient de France, de 1989 à 2005, est très étonnant à au moins deux titres. Primo le fait que l’actuel Premier ministre n’en parle jamais, pas plus que les journalistes qui signent des biographies ou des portraits de lui dans la presse écrite ou audiovisuelle. Deusio, par le choix de sa loge-mère, « ni maîtres ni dieux», où il fut initié en 1989, un atelier de trublions, de rebelles, de libertaires, d’anarchistes, de socialistes autogestionnaires ou de communistes… Surprenant pour ceux qui voient en lui à Matignon l’incarnation du social-libéralisme sécuritaire. Au terme de plusieurs semaines d’enquête, L’Express publie ce 20 mai un dossier de couverture titré «Un franc-maçon nommé Valls».

Contrairement à une légende logique mais fausse, son ami de trente cinq ans Alain Bauer n’est pour rien dans l’entrée en maçonnerie de Manuel Valls. Bauer a été initié en 1981 au GODF avant de devenir Grand Maître en 2000. Il assure n’avoir jamais parlé de franc-maçonnerie avec son ami Manuel jusqu’en 1995. J’ai découvert que le parrain de Manuel Valls fut en fait le rocardien Jean-Pierre Antebi, à l’époque Grand Secrétaire aux Affaires extérieures au Conseil de l’ordre du GODF, et que les deux hommes ont été présentés par le frère Yves Colmou (27 ans plus tard, il est aujourd’hui l’un de ses plus proches conseillers à Matignon). C’est Antebi qui a entraîné Valls dans la loge qu’il avait contribué à fonder en 1986, « ni dieux ni maîtres ».

Dans mon article, je raconte l’histoire singulière de la création de cette loge «poil à gratter» pour laquelle le Grand Maître de l’époque Roger Leray a manifestement eu plaisir à allumer les feux en 1986. Il est rare que la naissance d’une loge soit un tel événement. Exceptionnel également qu’un atelier soit lancé avec la lecture d’une charte, un texte audacieux, percutant. Et toujours en vigueur. J’en publie dans L’express de larges extraits.

J’ai pu rencontrer plusieurs anciens vénérables maîtres (qui se faisaient appeler «maillet d’Orient») de Ni maîtres ni dieux où Manuel Valls venait «s’encanailler», alors qu’il était déjà un socialiste ambitieux, conseiller au cabinet de Michel Rocard, à Matignon.

Dans ce dossier que publie L’Express, je dresse le portrait du parrain de Valls, toujours resté dans l’ombre, Jean-Pierre Antebi, un courtier en assurances partagé entre trois passions militantes : le PS, le GODF et la Licra. Un homme haut en couleurs emporté par la maladie en 2007, à l’âge de 64 ans. Il était si fier de sa recrue pour laquelle il voyait il y a un quart de siècle un destin de président de la République !

Manuel Valls restera six ans et demi à «ni maîtres ni dieux» avant de changer de loge fin 1995, car les jours des tenues (réunions) deux fois par mois n’étaient pas compatibles avec ses obligations au siège du PS. Là, il ne cherche pas midi à quatorze heures : il demande à Alain Bauer d’organiser son transfert dans la loge dont il est le vénérable maître, L’Infini maçonnique. Tout ce récit permet de mieux comprendre quel animal politique il est devenu -d’Evry à Matignon-, sa colonne vertébrale, ses valeurs, ses convictions. Il manquait une pièce au puzzle Valls."

Posté le 19 mai 2015 à 07h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (17)

14 mai 2015

La franc-maçonnerie aboutit à une impasse

Editorial d'Aymeric Pourbaix dans Famille chrétienne :

Numero-1948-samedi-16-mai-2015-les-pieges-de-la-franc-maconnerie_large"Pourquoi l’Europe est-elle fatiguée, vieillissante, moins féconde d’enfants et d’idées, inter­rogeait le pape François en novembre dernier à Strasbourg ? La réponse se trouve pour partie… dans la Grande Arche de la Défense ! 

Dédiée à la « Fraternité » et aux Droits de l’homme lors de son inauguration pour le bicentenaire de la Révolution française, ce cube évidé pouvait contenir Notre-Dame-de-Paris tout entière, selon les dépliants touristiques de l’époque. Comme un symbole du triomphe de la Raison humaine sur la « sainte folie » des cathédrales, ainsi que l’analysait Georges Weigel, brillant esprit catholique américain. Triomphe qui n’a donc pas empêché le « suicide démographique » de l’Europe, et sa perte de vitalité…

D’où une question de Weigel, toujours actuelle : laquelle de ces deux cultures protège le mieux les droits de l’homme et les fondements moraux de la démocratie ? L’espérance d’un monde parfait, du règne et de la volonté de l’homme, ou bien l’espérance, biblique, du règne de Dieu ? La première, celle qui pré­domine aujourd’hui, a été portée depuis le XVIIIe siècle par une société philosophique, la franc-maçonnerie. Si son pouvoir réel reste difficilement mesurable, son influence sur les esprits et les lois est indéniable, comme le montre notre enquête.

Sauf qu’aujourd’hui, ce projet prométhéen d’édifier une cité sans Dieu bat de l’aile. « Le bonheur est une idée neuve en Europe », disaient les révolutionnaires en 1789. Deux cents ans plus tard, l’espoir humain d’un paradis terrestre est sérieusement écorné. Se donnant l’apparence de la fraternité, mais exaltant les droits individuels – de la contraception à la GPA – au détriment de la dignité universelle et intangible de l’homme, la franc-maçonnerie aboutit à une impasse. Le cube est vide… Et laisse béante la grande question existentielle de la mort, avec pour seul ersatz de réponse l’euthanasie. L’Être suprême de la Révolution s’avère inconsistant et incapable de changer quoi que ce soit à notre monde.

L’espérance chrétienne, elle, ouvre une autre perspective : celle de la vie éternelle, communion d’amour avec un Dieu personnel et miséricordieux. Cette hauteur de vues, cette dimension verticale, modifie la donne dès ici-bas : sur ce Dieu, et Lui seul, pourra être fondé un nouvel humanisme.

Ici, point de secret réservé à une élite, mais un salut offert à tous. C’est pourquoi les chrétiens, vrais fils de la Lumière reçue d’en haut, doivent en faire le cœur de leur annonce missionnaire, plutôt qu’un vague humanitarisme horizontal : l’Église n’est pas une ONG… Sans oublier ce que disait saint Pie X au sujet de la franc-maçonnerie : « Soyez donc inébranlable sur les principes, mais que votre charité s’étende à tous les hommes, furent-ils les pires ennemis de l’Église »."

Posté le 14 mai 2015 à 14h54 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

13 mai 2015

"La franc-maçonnerie, un réseau sur lequel Proglio a pu compter tout au long de sa carrière"

Un article du Point montre comment Hollande veut se défaire d'Henri Proglio, ex PDG d'EDF, nommé brièvement chez Thalès. Extrait :

"Le ministre de l'Économie, lui, n'a pas d'états d'âme : il défend un seul patron, François Hollande, qui avait juré la perte du très sarkozyste Henri Proglio depuis la campagne présidentielle. Au passage, Macron défait le patient travail de diplomatie de Cédric Lewandowski, le puissant dircab de Jean-Yves Le Drian au ministère de la Défense, interlocuteur privilégié du groupe Dassault. Les détracteurs de Cédric Lewandowksi, statutaire chez EDF, pointent du doigt ses liens avec la franc-maçonnerie, un réseau sur lequel Proglio a pu compter tout au long de sa carrière. Toutefois, c'est faire peu de cas d'un fait irréfutable : Proglio est avant tout le choix de la famille Dassault.

Posté le 13 mai 2015 à 08h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

11 mai 2015

Le maire UMP du 9e arrondissement encense les franc-maçons

Delphine Bürkli, maire UMP du 9e arrondissement de Paris, a inauguré un mur du souvenir au siège du Grand Orient de France avec le ministre des anciens combattants. Elle a diffusé sur Facebook son discours. Extrait :

"[...] En tant que Maire du 9e arrondissement de Paris, je mesure le privilège d’abriter le Grand Orient de France, première obédience en France, ici, au 16 rue Cadet. Dans ce quartier historique, un quartier de mémoire et de brassages de cultures, vous êtes une institution centrale, vous faites partie de notre patrimoine. Vous lui donnez vie et le rendez vivant au quotidien. [...]"

Posté le 11 mai 2015 à 07h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

10 mai 2015

Les Bretons de Ploërmel défendent leur pape, aidons-les!

Michel a appris le 30 avril dernier que pour le tribunal administratif de Rennes, la statue de Jean-Paul II de Ploërmel, et la croix qui la surplombe, n’ont pas à rester sur le domaine public.

L'attaque contre la mairie vient de la Libre pensée morbihannaise. La présence du pape à cet endroit serait donc illégal. Rappelons que son implantation dans le centre-ville de Ploërmel date ce 2006 .

jp2

 

La statue devra donc être retirée du champ public si les recours - menés notamment par le maire de Plöermel - échouent.

Il serait inadmissible qu'une association archi minoritaire - dont les idées fanatiques ne représentent qu'elle même en Bretagne - parvienne à ces fins et cela même avec l'aval d'un tribunal administratif.

Le catholicisme est un des éléments fondateurs de la Bretagne, et Jean-Paul II a été important pour les Bretonnes et les Bretons. Tous ont encore en tête sa venue à Saint-Anne d'Auray en 1996 devant une foule immense de fidèles.

Les Bretonnes et les Bretons doivent réagir pour protéger une statue qui fait parti de leur patrimoine religieux, Breton et Européen.  Si aujourd'hui, l'Etat fait enlever la statue d'un Pape tant aimé des Bretons, demain , seront-ce nos calvaires que des associations voudront faire détruire ?

Par la résistance pacifique, nous appelons chacun à veiller sur la statue de Jean-Paul 2 , à former une chaine continue pour protéger notre héritage, qu'aucun groupuscule fanatique ni aucun tribunal administratif d'Etat ne pourra enlever.

C'est de notre devoir de mémoire dont il s'agit. De notre passé, mais aussi de notre avenir, à l'heure où la religion catholique est persécutée, malmenée sur de nombreux territoires de la planète.

N'ayez pas peur ! N'ayons plus peur ! Défendons notre Pape Jean-Paul II et le patrimoine Breton

Signez la pétition pour le maintien de la statue. Participez à la résistance bretonne !

Le collectif « Touche pas à mon Pape »

Posté le 10 mai 2015 à 10h40 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (28)

06 mai 2015

Un ancien franc-maçon dévoile le pouvoir des loges

Serge Abad-Gallardo, architecte français âgé aujourd'hui de 60 ans, a passé 24 ans au sein de l'obédience du Droit Humain, une émanation du Grand Orient de France. Il a publié Pourquoi j'ai cessé d'être franc-maçon (Éd. Pierre Téqui), après sa conversion au christianisme. Il déclare à Aleteia :

"Au début, certaines paroles du rituel maçonnique (rite écossais ancien et accepté) m'ont fait reconnaître des liens entre la franc-maçonnerie et l'Église. À titre d'exemple, dans le rituel d'initiation on retrouve des phrases comme : « Cherchez et vous trouverez » ou « Frappez, et l'on vous ouvrira » qui sont dans les Évangiles. Petit à petit, je me suis rendu compte que le sens n'était pas le même. J'ai entendu aussi des expressions très anticléricales. Cela ne m'a pas plu, mais je me suis adapté car  j'étais éloigné de la foi, et surtout de l'Église. En outre, dans la franc-maçonnerie on parlait beaucoup de fraternité, mais j'ai pris conscience que derrière cette fraternité apparente il y avait quelques arrangements et des luttes pour le pouvoir au sein même de la franc-maçonnerie. Enfin, quand je suis revenu à la foi, j'ai compris  que le catholicisme et la franc-maçonnerie étaient incompatibles. [...]

En 2012, j'ai expérimenté ce que l'on pourrait appeler « le Mal ». Je me suis trouvé face à la noirceur de l'âme humaine et face à la présence du diable dans nos vies avec la sorcellerie et magie. Cela peut paraître incroyable, mais je n'ai pas d'autre choix que de raconter les choses telles qu'elles se sont passées. Le monde s'est fermé pour moi. En quelques mois, j'ai perdu mon emploi, mon bon salaire, la maison où nous habitions, mon voilier de 12 mètres, ma voiture de sport, mes amis… Je me sentais totalement perdu et ne trouvais pas de réponses dans la franc-maçonnerie, qui ne pouvait pas répondre à la question de l'existence du mal dans le monde. L'idée m'est venue de faire une retraite quelques jours dans l'abbaye de Lagrasse ; et là, devant le Christ en croix, je me suis mis à pleurer et me suis rendu compte que ce Christ pleurait avec moi. Cet Amour fut comme une lumière. J'ai passé une semaine avec les moines, et mon cœur s'est ouvert totalement à l'Amour du Christ. [...]

A-t-elle réellement le pouvoir que lui prête sa légende ?

Oui, ce pouvoir, elle l'a ! En France, depuis 2012, de nombreux ministres sont maçons. Et les grands maîtres du Grand Orient, du Droit Humain ou de la Grande Loge veulent changer la société. Des lois comme l'avortement, l'euthanasie ou le mariage homosexuel sont des idées maçonniques. Un grand maître de la Grande Loge de France, Pierre Simon, a avoué que toutes ces lois étaient déjà pensées et mûries en loges avant d'être votées par les députés.

Et elle conspire ?

La franc-maçonnerie croit en l’« utopie » : autrement dit, tout ce qui est possible à un être humain, il doit et peut se le permettre. Il n'y a pas de limite dans une loi naturelle qui vienne de Dieu ; la morale provient du pacte social. Il n'y a donc pas d'autre mode de vie que l'hédonisme : le plaisir et le bonheur sont l'unique but, le Salut éternel n'existe pas, il faut jouir de la vie. La franc-maçonnerie conspire, alors, contre toute façon de penser qui n'est pas la sienne."

Ce conflit entre la loi, dite naturelle, et la liberté est typique de l'erreur du monde moderne, héritée de la pensée cartésienne et kantienne. On croit que la loi limite notre liberté, et même certains dans l'Eglise pensent que ce strict attachement à la loi est sclérosant (pilule contraceptive, non communion aux adultères...). Cette fausse liberté s'affranchit ainsi de la réalité naturelle et décide que l'enfant dans le sein de sa mère est considéré ainsi car il est un projet parental. Sinon il est une chose avortable. De même, chacun peut vouloir choisir son sexe, en dépit de sa nature. Cette erreur a été dénoncée et corrigée par les derniers papes, notamment Jean-Paul II dans Veritatis Splendor :

"Le prétendu conflit entre la liberté et la loi se présente à nouveau aujourd'hui avec une intensité particulière en ce qui concerne la loi naturelle, spécialement au sujet de la nature. En réalité, les débats sur la nature et la liberté ont toujours accompagné l'histoire de la réflexion morale, prenant un tour aigu au temps de la Renaissance et de la Réforme, comme on peut le remarquer dans les enseignements du Concile de Trente. L'époque contemporaine est marquée par une tension analogue, bien que dans un sens différent : le goût de l'observation empirique, les processus de l'objectivité scientifique, le progrès technique, certaines formes de libéralisme ont amené à opposer les deux termes, comme si la dialectique — sinon même le conflit — entre la liberté et la nature était une caractéristique qui structure l'histoire humaine. En d'autres temps, il semblait que la « nature » soumettait totalement l'homme à ses dynamismes et même à ses déterminismes. [...]

La confrontation de la position de l'Eglise avec la situation sociale et culturelle actuelle met immédiatement en évidence l'urgence qu'il y a, pour l'Eglise elle-même, de mener un intense travail pastoral précisément sur cette question fondamentale : « Ce lien essentiel entre vérité-bien-liberté a été perdu en grande partie par la culture contemporaine ; aussi, amener l'homme à le redécouvrir est aujourd'hui une des exigences propres de la mission de l'Eglise, pour le salut du monde. La question de Pilate " qu'est-ce que la vérité ? ", jaillit aujourd'hui aussi de la perplexité désolée d'un homme qui ne sait plus qui il est, d'où il vient et il va. Et alors nous assistons souvent à la chute effrayante de la personne humaine dans des situations d'autodestruction progressive. A vouloir écouter certaines voix, il semblerait que l'on ne doive plus reconnaître le caractère absolu et indestructible d'aucune valeur morale. Tous ont sous les yeux le mépris pour la vie humaine déjà conçue et non encore née ; la violation permanente de droits fondamentaux de la personne ; l'injuste destruction des biens nécessaires à une vie simplement humaine. Et même, il est arrivé quelque chose de plus grave : l'homme n'est plus convaincu que c'est seulement dans la vérité qu'il peut trouver le salut. La force salvifique du vrai est contestée et l'on confie à la seule liberté, déracinée de toute objectivité, la tâche de décider de manière autonome de ce qui est bien et de ce qui est mal. Ce relativisme devient, dans le domaine théologique, un manque de confiance dans la sagesse de Dieu qui guide l'homme par la loi morale. A ce que la loi morale prescrit, on oppose ce que l'on appelle des situations concrètes, en ne croyant plus, au fond, que la Loi de Dieu soit toujours l'unique vrai bien de l'homme »."

Posté le 6 mai 2015 à 17h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

05 mai 2015

Le Grand-Orient veut exclure un candidat FN franc-maçon

Lu sur ce blog :

"Le Conseil de l’Ordre du Grand Orient de France (GODF) réuni les 27 et 28 février 2015 a décidé à l’unanimité de saisir la Chambre Suprême de Justice Maçonnique (CSJM) et de porter plainte contre le frère Richard André en raison de sa candidature sur une liste FN aux élections départementales de Côtes d’Or (Nuits-Saint-Georges).

Le Conseil de l’Ordre demande donc l’exclusion du Frère Richard André, de la Loge Union et Fraternité, à l’Orient de Dijon. Cette décision du Conseil de l’Ordre est conforme à la jurisprudence de la CSJM. En juin 2014, elle avait jugé que le programme du FN «contient des thèses radicalement incompatibles avec les engagements pris par chaque franc-maçon lors de son initiation au GODF»… notamment «la thèse de la Préférence Nationale pour l’attribution de logements sociaux ou d’emplois ainsi que pour les allocations familiales».

Pour les juges maçonniques, « ce programme ou cette doctrine va directement à l’encontre de l’humanisme universel et de l’idéal de fraternité sur lequel repose le GODF».

Je ne sais pas si la CSJM jugera de la même façon la demande d’exclusion du frère Richard André.

Précisons que ce frère a préféré prendre les devants en démissionnant du GODF juste avant de se porter candidat sur une liste FN. Le Conseil de l’Ordre demande tout de même son exclusion, afin qu’il ne puisse pas obtenir son admission au sein d’une autre obédience ayant un accord administratif avec le GODF."

Posté le 5 mai 2015 à 21h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (21)

29 avril 2015

Serge Abad-Gallardo : un franc-maçon rejoint l'Eglise

En 2005, Serge Abad-Gallardo est Maître de la loge maçonnique du Droit humain, une émanation du Grand Orient de France à laquelle il est rattaché depuis longtemps. Depuis une rencontre à Antibes avec un franciscain trois ans plus tôt, ce père de famille initié à la franc-maçonnerie chemine entre sa quête spirituelle personnelle jusqu'au rivage de la foi catholique.

En la cathédrale de Narbonne où il se recueille quelques instants, cette nouvelle expérience forte de Dieu le conduit à prendre le chemin de l'Eglise. S'ensuit un parcours riche qui le fera définitivement quitter la franc-maçonnerie en 2013 et avoir le bonheur de croire en Dieu Père, Fils et Saint Esprit.

Il a été reçu sur KTO :

Posté le 29 avril 2015 à 11h31 par Michel Janva | Lien permanent

17 avril 2015

Le président de la région Pays de la Loire, le maire de Nantes et Raffarin à une réunion maçonnique

Lu sur Breizh-info :

"Jacques Auxiette, président de la région Pays de la Loire, et Johanna Rolland, maire de Nantes, assisteront et interviendront lors d’une conférence donnée par la loge maçonnique du Grand Orient de France, le 18 avril prochain, à 18h30, à la Chapelle sur Erdre.

Le thème de la rencontre ? « L’antimaçonnisme comme annonciateur d’un temps déraisonnable », une conférence qui rentre dans le cadre de la tournée organisée par le Grand Orient de France en 2014 et 2015 dans toute la France . Le public y est invité à écouter des conférences publiques sur l’histoire du discours antimaçonnique de 1738 à 2014. Le cycle de conférences a « pour objectif d’analyser la genèse et les composantes du discours antimaçonnique et sa résurgence actuelle, et de rechercher, en présence de grands témoins de la société civile et politique, les voies et moyens pour lutter contre ces nouvelles peurs qui minent le pacte social. » .

Le programme de cette septième conférence du cycle débutera avec une conférence sur l’antimaçonnisme par Pierre Mollier, directeur de la Bibliothèque du Grand Orient de France et du Musée de la franc-maçonnerie, et Laurent Kupferman, essayiste, chroniqueur et consultant en communication.

Elle sera suivie d’une table ronde sur « le rejet de l’Autre, du différent à l’incompatible » avec Jacques Auxiette, Joël Guerriau et Fabrice Roussel, maire de La Chapelle-sur-Erdre et Vice-président de Nantes-Métropole mais également Johanna Rolland, maire de Nantes ou encore Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre. Daniel Keller, Grand Maître du Grand Orient de France, conclura la conférence."

Posté le 17 avril 2015 à 07h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (27)

10 avril 2015

La mobilisation contre la loi Taubira : un syndrome pour le GODF

C'est ce que déclare Daniel Keller, grand-maitre du Grand-Orient de France, qui avoue aussi que les loges travaillent activement sur la PMA, la GPA et l'euthanasie (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

Photo

Posté le 10 avril 2015 à 11h49 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

08 avril 2015

Purge des militants FN au GODF : il y a encore du boulot

Lu dans Minute :

"Aux élections départementales, Irina Mérel s’est portée candidate dans le canton de Mamers, dans la Sarthe, sous les couleurs du Front national. [...] Dès le 9 mars, sa candidature étant connue, le vénérable de la loge « La Fidélité » située à Alençon, dans l’Orne, à une trentaine de kilomètres de là, ayant pris connaissance de la candidature de Mme Mérel, a sommé de s’expliquer… M. Mérel! « Minute » a pu se procurer en exclusivité les courriels reçus par Jacques Mérel, qui, lui, n’était candidat nulle part. Certains extraits constituent des morceaux de choix de sacro-sainte tolérance « républicaine ». On y découvre ainsi qu’en raison des « valeurs historiques du FN (antisémitisme, négationnisme (sic!), racisme, xénophobie, antiuniversalisme et anti-maçonnisme », et dans la mesure où « le Grand Orient de France n’admet pas dans ses locaux de candidats ni de militants ou de sympathisants (re-sic) du FN », « les locaux du GODF sont fermés à Irina ». [...]

Le vénérable maître s’adresse ainsi à son frère Jacques Mérel: « Je te demande donc de me dire sincèrement si tu es toi militant ou sympathisant du FN. Si c’est le cas, je ne te cache pas qu’il ne sera pas envisageable que tu continues à maçonner à la Fidélité et au GODF. » Excédé par la tournure des événements, Jacques Mérel en a profité pour faire son « coming-out » et a révélé au vénérable, dont on imagine la stupeur consternée, qu’il était adhérent au Front national depuis 1992 ! Vingt-trois ans à maçonner tout en lepénisant! Et il a collé sa démission avant que d’être exclu. Le vénérable maître, plutôt que de s’interroger sur la présence sincère d’un membre du FN au GODF, a décidé de monter d’un cran le plan Vigipirate anti-FN. « Le cas de Jacques, écrit-il dans un autre courriel, nous amène à nous interroger sur les failles de notre procédure d’enquête et de passage sous le bandeau. Il est étonnant que l’engagement de Jacques ne soit pas apparu au cours de ces phases d’examen préliminaire du candidat. Notre atelier a encore à travailler sur sa pierre. » [...]"

Posté le 8 avril 2015 à 07h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (30)

07 avril 2015

"Il était très impliqué dans le Grand Orient de France."

L'ancien maire socialiste de Tours, Jean Germain, a été retrouvé mort ce matin après avoir laissé une lettre d'adieu au moment où il devait comparaître devant la justice dans l'affaire des "mariages chinois" organisés dans sa ville. Selon les tout premiers éléments de l'enquête, il s'agirait d'un suicide.

Le sénateur PS, âgé de 67 ans et considéré comme proche de François Hollande, était poursuivi pour complicité dans l'organisation, à la mairie de Tours, de simulations de mariage pour touristes chinois qui ont donné lieu à des malversations.

Le procès devait s'ouvrir mardi et pour trois jours au palais de justice de Tours.

Jean Germain a été battu aux dernières élections municipales, alors qu'il briguait un quatrième mandat.

Selon le sénateur PS Jean-Pierre Sueur : "Il était très impliqué dans le Grand Orient de France."

Posté le 7 avril 2015 à 14h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (25)

25 mars 2015

Détournement dans une ex-loge du Grand-Orient à Nice

La justice enterre l'affaire.

Posté le 25 mars 2015 à 16h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

21 mars 2015

Franc-maçonnerie : Daniel Keller, le Grand maître de la contradiction

En écho au précédent post de Michel, voici le compte-rendu d'un lecteur, qui s'est rendu à l'une des conférences ouvertes au public, données par le grand maître du Grand Orient de France :

«  Le 11 mars, Daniel Keller, grand maître du Grand Orient de France sera présent à Carhaix pour une conférence exceptionnelle. » C’est par les articles du Télégramme et de Ouest France, ainsi que des prospectus déposés à la boulangerie, que nous apprenons la nouvelle. Le matin de « l’évènement, » Pravda Breizh-Izel (sic) en parle abondamment, avec beaucoup (trop) de bienveillance. La conférence est même annoncée sur les panneaux lumineux municipaux…

L’un de mes amis me propose de l’accompagner. Devant la salle des halles, les franc-maçons ont un profil reconnaissable : mâle blanc, assez âgé, cheveux blancs, moustache ou barbe, vêtement plutôt sombre… La salle est presque pleine (100, 150 personnes) mais pas tant qu’ils l’espéraient, vu la publicité faite. Et les paroles du Grand maître s’égrainent : un ramassis de platitudes, ça vole bas, très bas. Bref, on retiendra que :

  • la loi de 1905 (séparation de l’Église et de l’État) c’est eux ;
  • La sécurité sociale, c’est eux ;
  • L’ENA c’est encore eux… (une excellente école, et pour cause, Maître Keller en est issu !)
  • Idem pour la laïcité, la liberté d’expression
  • La loi pour l’avortement c’est eux aussi, dites-donc !
  • Le « travail pour tous » (j’aime assez l’expression) c’est aussi eux… même si, depuis qu’il y a tant d’énarques au gouvernement, ça n’a plus vraiment cours…

Il faut dire que le Grand maître n’est pas à une contradiction près… Dans une sorte d’élan, mais toujours aussi atone et monocorde, il dit une chose… puis se ravise dans les minutes qui suivent, et dit l’inverse, histoire de ne pas effaroucher les curieux présents.

Je manque de m’endormir pour de bon quand vient le moment des questions. Je me dresse sur ma chaise la main levée : « que pensez-vous de la culture bretonne et de la langue bretonne ? » J'avais préparé cette question parce que je sais que le sujet tient à coeur aux Carhaisiens. Le conférencier l’a tout de suite compris : « c’est une question piège » dit-il… puis de poursuivre : le breton ne sert à rien, les panneaux bilingues c’est un scandale, mieux vaut apprendre l’arabe, le chinois et l’anglais. Boum ! Là, on a vu plusieurs personnes s'éclipser.

Mon ami demande la parole : « Vous avez beaucoup insisté sur la séparation de l’Église et de l’État, ainsi que sur la création de l’ENA… aujourd’hui, force est de constater que cela a débouché sur un système assez corrompu, d’après moi, et au discrédit vis-à-vis de la classe politique. Alors je vous pose la question : à quand la séparation de la franc-maçonnerie et de l’État ? »

Quelques ricanements dans l’assistance me font comprendre que, outre quelques dizaines de franc-macs accourus des quatre coins de Bretagne, le public présent est assez largement composé de curieux aussi méfiants que nous.

La réponse :

  • Il n’y a aucune « collusion » entre la franc-maçonnerie et l’État. La preuve : il n’y a « que » 80 franc-maçons entre l’Assemblée et le Sénat (ce qui suffit à démontrer qu’ils sont surreprésentés. Auparavant, Daniel Keller comptait lui-même 51 000 franc-macs en France, soit moins d’un millième de la population française.)
  • Les franc-maçons n’influencent en rien les choix des gouvernements ni les lois qui sont votées… circulez y’a rien à voir ! Et de répondre sans sourciller, quelques minutes plus tard, à un auditeur reprochant reprochant à la franc-maçonnerie son manque d’ouverture à la gente féminine : « La loi pour l’avortement, c’est nous »

De « l’entraide » entre franc-maçons, Daniel Keller n’a évidemment rien dit. Outre recruter pour sa loge, nous avons eu surtout l'impression qu'il était venu soutenir ses amis socialistes en vue des élections départementales, en agitant le chiffon rouge : "Attention au FN, ce sont d’affreux populistes, ils sont contre la démocratie". Et de désigner ses autres épouvantails : « les religions sont dangereuses » ou encore « gare aux homophobes de la Manif pour tous ! ».

Posté le 21 mars 2015 à 10h35 par Louise Tudy | Lien permanent

17 mars 2015

Alençon : les franc-maçons font croire qu'ils se dévoilent

Lu sur l'Orne combattante cet article plein de contradictions qui ne font pas de politique mais qui sont très politiques..., pas secrets mais qui se cachent... :

"Deux membres de la loge La Fidélité dont les réunions se déroulent à Alençon expliquent leur engagement de plus de 40 ans au sein de cette société, quelques jours avant la conférence qui sera donnée mercredi 18 mars, par Daniel Keller, Grand maître du Grand Orient de France, l’obédience majoritaire dans notre pays. Le thème : « Etre franc-maçon en 2015 ».

L’objectif de cette manifestation est de se faire connaître du public et de démystifier cet ordre vieux de près de trois siècles. Car force est de constater que la franc-maçonnerie suscite parfois l’incompréhension, voire la méfiance. « Il y a toujours des bruits qui circulent, confirme l’un d’eux du bocage flérien. Nous sommes discrets mais pas secrets. Nous n’avons rien à cacher. Seulement, la Seconde Guerre mondiale a laissé des traces. Certains ont été déportés pour faits de maçonnerie ». Les francs-maçons défendent coûte que coûte la liberté d’expression et de conscience. Des principes souvent chahutés dans l’Histoire. « Nous voulons nous préserver. Les murs protègent notre liberté d’expression ».

Lors de leur réunion, les « frères et les sœurs » comme ils se nomment entre eux parlent de sujets de société, de thèmes philosophiques « mais pas de politiques », précisent-ils, ni de sujets haineux. A cet égard, les deux francs-maçons se disent fondamentalement contre le Front national. Les sujets, divers et varié, sont discutés avec l’objectif de faire évoluer des idées. Le Vénérable, qui préside la loge, veille au bon déroulement du débat. « C’est un perfectionnement de soi-même et de la société ».

De grands principes de notre institution ont d’ailleurs émergé de ces loges, les francs-maçons disposant de relais dans les lieux de décision, notamment parmi les députés ou les sénateurs. Ils prennent l’exemple de l’école laïque et obligatoire, la sécurité sociale, ou encore l’IVG, l’interruption volontaire de grossesse, soutenue largement par les francs-maçons. « Nous sommes des amoureux de la laïcité et de la liberté », résume l’un d’eux.

[...] Peu importe les opinions du postulant, qu’il soit de droite ou de gauche, croyant ou non croyant, pourvu qu’il fasse preuve d’ouverture d’esprit." 

Mais surtout pas du FN...

Posté le 17 mars 2015 à 18h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

15 mars 2015

Témoignage passionnant d’un ancien franc-maçon

A écouter sur Délit d'images. Maurice Caillet a été engagé 15 ans dans la franc-maçonnerie. Chirurgien, libre-penseur, intéressé à l’ésotérisme et à l’occultisme, anticlérical convaincu, il fut l’un des promoteurs de I’avortement en Bretagne.

Posté le 15 mars 2015 à 19h32 par Michel Janva | Lien permanent

06 février 2015

"Son appartenance à la franc-maçonnerie lui a permis de faire carrière"

Encore une affaire qui mouille de hauts fonctionnaires franc-maçons :

"Suspecté d'avoir renseigné l'ancien patron du GIGN, Christian Prouteau, avant son interpellation dans une affaire d'escroquerie et de corruption,Bernard Petit tombe en compagnie de trois autres responsables policiers, connus pour leur affiliation à la Grande Loge nationale de France.

Les "tuyaux" échangés entre frères trois-points, qui pénalement s'analysent en une "violation du secret de l'enquête et de l'instruction", scellent le destin de celui qui était l'un des flics les plus puissants de France, depuis un peu plus d'un an seulement. A 59 ans, la carrière de ce "grand professionnel", comme l'avait présenté Manuel Valls lors de sa nomination, s'achève dans l'inconfort du bureau d'un juge d'instruction.

[...] Son entregent lui permet [...] de devenir le patron de la Division des relations internationale (DRI) de la police nationale, la nouvelle dénomination du SCTIP, le Service de coopération technique international de la police, une responsabilité traditionnellement attribué à un haut gradé franc-maçon. [...]

Chevelure impeccablement cranté, costume bien coupé, fines lunettes et voix douce, Bernard Petit, policier réputé de gauche, avait coiffé sur le poteau plusieurs concurrents moins bien introduits. Premier patron de la PJ parisienne qui n'était pas issu du sérail du "36", Petit pouvait également compter sur ses relations maçonniques pour s'imposer dans une maison où, selon les spécialistes, au moins un quart des officiers sont affiliés à une loge.

Ses appuis politiques et fraternels l'avaient aidé à survivre à deux scandales retentissants ayant récemment ébranlés le "36" : d'abord une affaire de viol commis dans les locaux même du Quai des Orfèvres en avril 2014 et dans laquelle sont impliqués trois policiers de la PJ éméchés. Puis, cet été, la disparition de 52 kilos de cocaïne dans la salle des scellés de la Brigade des Stups. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, novice en matière de police, avait préféré rejeter la responsabilité de ces graves dérapages à des défaillances individuelles, protégeant ainsi Bernard Petit, réputé pour son zèle à appliquer les consignes de la Place Beauvau."

Posté le 6 février 2015 à 19h03 par Michel Janva | Lien permanent

05 février 2015

Six dignitaires maçonniques déjeunent avec le ministre de l'Intérieur

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a reçu Place Beauvau le 2 février 6 hauts dignitaires maçonniques :

  • Daniel Keller, Grand Maïtre du GODF,
  • Marc Henry, Grand Maître de la GLDF,
  • Michel Meley, Président de la FFDH,
  • Catherine Jeannin-Naltet, Grande Maîtresse de la GLFF,
  • Alain Juillet, Passé Grand Maître de la GLAMF
  • Alain Bauer, ancien Grand Maître du GODF.

Le ministre a lancé : « Parlez moi, je suis à votre écoute« … et les dignitaires ont donc parlé. Que s’est-il donc dit ? « Rien d’extraordinaire, mais un climat serein« , confie l’un des participants. « Rien d’intéressant mais une discussion agréable« , ajoute un autre.

Ils nous prennent pour des jambons en nous faisant croire que ce déjeuner n'était qu'un échange d'amabilités et de courbettes. A quand la séparation de la République et de la franc-maçonnerie ?

Posté le 5 février 2015 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent

02 février 2015

Le procès DSK du Carlton de Lille : l'aspect maçonnique

Toute la presse relaie le procès qui s'ouvre en ce moment, visant Dominique Strauss-Kahn et treize autres prévenus pour proxénétisme.

Rappelons que dans leur décision du 19 décembre 2012, où ils confirment les mises en examen pour « proxénétisme aggravé commis en bande organisée », les magistrats de la Cour d’appel de Douai affirment au sujet de la franc-maçonnerie :

"Celle-ci apparaît dès l’origine de la procédure être un des liens unissant plusieurs des protagonistes dont la plupart s’en sont d’ailleurs ouverts spontanément en le présentant comme un lien social parmi d’autres venant s’ajouter à celui de la police, de la politique ou du monde de l’entreprise."

Les magistrats soulignent que c’est en raison des liens maçonniques existants entre eux qu’Eric Vanlerberghe [ancien policier devenu détective privé] avait informé André Orsini [chef de division à la sous-direction de l’information générale] de la mise en cause de René Kojfer dans une affaire de proxénétisme une quinzaine de jours avant que l’affaire ne sorte dans les journaux.

Parmi les personnes mises en examen, 6 au moins sont francs-maçons. 4 appartiennent au Grand Orient de France :

  • René Kojfer, 70 ans, ex-chargé des relations publiques de l’hôtel Carlton ;
  • Francis Henrion, 46 ans, ancien directeur de l’établissement;
  • Emmanuel Riglaire, 44 ans, avocat ;
  • David Roquet, 44 ans, ex-cadre d’une filiale d’Eiffage (entreprise de travaux publics).

Les trois premiers faisaient partie de la même loge lilloise (les Amis réunis), le quatrième étant affilié à la loge Thémis de Cambrai.

Le commissaire divisionnaire Jean-Christophe Lagarde est membre de la Grande Loge de France.

Fabrice Paszkowski, 45 ans, patron d’une entreprise du secteur paramédical, il fait partie de la Grande Loge traditionnelle et symbolique Opéra (GLTSO).

Posté le 2 février 2015 à 15h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

28 janvier 2015

29 janvier : témoignage d'un ancien franc-maçon à Orvault (44)

ConférenceFranc-maçonnerie29JANV

Posté le 28 janvier 2015 à 07h11 par Michel Janva | Lien permanent

23 janvier 2015

Déjeuner maçonnique au ministère de l'Intérieur

Le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a invité huit dignitaires maçonniques à déjeuner le 2 février 2015. Les 8 sont

  • Daniel Keller, Grand Maître du GODF
  • Marc Henry, Grand Maître de la GLDF
  • Jean-Pierre Servel, Grand Maître de la GLNF
  • Michel Meley, président de la FFDH
  • Claude BEAU, Grand Maître de la GLAMF (1)
  • Catherine Jeannin-Naltet, Grande Maîtresse de la GLFF
  • Roger Dachez, président de l’IMF
  • Alain Bauer, ancien Grand maître du GODF

Parmi les sujets de discussion, il y aura peut-être l’islamisme et la laïcité. Mais le christianophobe GODF rappellera qu’il demande la suppression du délit de blasphème, encore en vigueur en Alsace-Moselle. Et Daniel Keller demande aussi :

« Nous souhaitons une autre évolution en Alsace-Moselle. Que les élèves qui veulent des cours de catéchisme aient à le demander. »

Rappelons que l'Alsace-Moselle ne vit pas sous le régime de la loi de 1905.

Posté le 23 janvier 2015 à 07h34 par Michel Janva | Lien permanent

Le maire franc-maçon de Limoges sous la pression de sa loge

Nouvelles de France publie le courrier de la loge « Amour et Progrès » au nouveau maire UMP, qui a pris la ville au PS. Extrait :

"[...] Par beaucoup d’aspect la démarche du front national est extrêmement proche de celle des fanatiques religieux ou politiques qui œuvrent pour détruire tout sens critique, toute capacité d’analyse et de doute aux hommes qu’ils arrivent à endoctriner. L’extrémisme religieux comme celui du front national ont en fait un intérêt et des objectifs communs, restreindre les libertés et la lucidité de l’Homme pour mieux porter atteinte aux valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité. [...]

Bien souvent les fanatismes sont arrivés au pouvoir par les urnes. En tant que républicains nous ne contestons en aucune façon la légitimité des élus du front national siégeant au Conseil Municipal mais notre sentiment est que doit être écartée avec la plus extrême vigilance toute opportunité de confier des responsabilités et du pouvoir aux représentants de ce mouvement. Notre position résulte de la crainte que toute mission confiée ne puisse que contribuer à crédibiliser ce parti et à travers lui les idées nauséabondes qu’il promeut et donc à en faciliter la progression et l’expansion.

Il nous semble ainsi que si nous ne pouvons et ne devons rejeter aucun Homme, il nous est parfois nécessaire voir indispensable de rejeter leurs idées lorsqu’elles sapent le fondement même de nos valeurs et celui de notre République et donc de ne jamais leur donner l’opportunité de les promouvoir.

Cette démarche ne se veut ni critique, ni intrusive dans la conduite des missions du Conseil Municipal. Elle est simplement une démarche fraternelle autour et pour la défense de ce qui nous rassemble."

Mais à part ça, la franc-maçonnerie ne fait pas de politique. Il est temps d'en finir avec cette religion de la République.

Posté le 23 janvier 2015 à 07h27 par Michel Janva | Lien permanent

09 janvier 2015

Les franc-maçons en deuil

Lu ici :

"Le Grand Orient de France (GODF) pleure la mort d’un de ses membres. Bernard MARIS, 68 ans, économiste, écrivain et journaliste à Charlie Hebdo, a été assassiné le 7 janvier 2015. Il était depuis 2008 membre de la Loge Roger Leray, avec Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), Bernard Pignerol (conseiller d’Etat, PS) et Jean-Paul Escande (professeur de médecine, polémiste, vulgarisateur).

« Maçon assidu, attachant et apprécié, il avait planché fin novembre 2014 sur l’état de la France pendant une heure et demi« , me confie un frère de sa loge. De son vivant, il n’avait pas souhaité rendre publique son appartenance à la franc-maçonnerie. [...]

Dans un message interne daté 8 janvier 2015, le Grand Maître Daniel Keller a confié avoir « une pensée pour les Loges de notre Obédience qui viennent d’être cruellement endeuillées« . Il cite en premier la Loge Lux Perpetua de Clermont-Ferrand dont était membre Michel Renaud, 69 ans, ancien journaliste à Europe 1 et au Figaro et ancien directeur de la communication de la ville de Clermont-Ferrand. Le haut dignitaire cite aussi la Loge Roger Leray et le frère décédé Bernard Maris.

Daniel Keller évoque également sa compassion à l’égard d’un parent du dessinateur Tignous (parent membre d’une loge parisienne du GODF), d’un frère GODF de Cholet (dont le fils figure parmi les blessés) et d’une sœur de la GLFF (veuve d’un dessinateur assassiné)."

Le Grand Orient participera, aux côtés de l’ensemble des Obédiences, en cordons, à la manifestation qui aura lieu dimanche.

Posté le 9 janvier 2015 à 09h38 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (39)

10 décembre 2014

La Franc-maçonnerie a un seul ennemi : l'Eglise et ses principes non négociables

Un lecteur du Salon Beige était hier à la remise du grand prix international de la laïcité au GODF rue cadet. Pour mémoire, ce prix a été créé en 2011 pour récompenser les maçons qui promeuvent la laïcité. Ce prix a été remis à Véronique De Keyser et Gérard Delfau. Ces personnalités sont revenus sur de nombreux sujets d'actualité en s’alarmant de la résurgence des extrémismes :

  • Mariage pour tous...
  • Visite du pape à Strasbourg (il faut créer une sorte de loi de 1905 pour l'Europe car la laïcité n'a jamais existé en tant que projet au sein des institutions européenne)
  • Crèches de Noël
  • Initiative "One of us" (succès indéniable contrecarré par la commission)
  • Lobbys catholiques (Manif pour tous, Alliance Vita, AFC, Lejeune...)
  • Loi Veil et contraception (succès de la franc maçonnerie)

Etonnament rien sur l'islam.

Les intervenants ont aussi rappelé que dans les prochains mois, le GODF devrait rester mobilisé sur les sujets suivants:

  • PMA
  • Fin de vie (euthanasie active): c'est l'ultime liberté
Quelques phrases notées :
  • "Les maçons sont les soldats de la laïcité, les gardien de la conscience républicaine et citoyenne".
  • "C'est parce que l'on est franc-maçon que l'on devient un politique accompli"
  • "Il faut s'opposer aux églises en réaffirmant le primat de l'autodétermination qui n'est pas un don du ciel mais une conquête."

Vous trouverez en lien la liste des 25 mesures laïcistes exigées par l'église de la République.

Posté le 10 décembre 2014 à 21h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (18)

Les adeptes de la religion républicaine veulent s'emparer des funérailles

Le député Bruno le Roux et le groupe socialiste ont déposé aujourd'hui une proposition de loi visant à instituer des funérailles républicaines au motif que

"les citoyens qui ne se réclament d’aucune religion se trouvent démunis et attendent de notre République qu’elle leur offre des perspectives pour accompagner leurs morts. (...) La République française se doit de prendre en charge, comme elle le fait pour les naissances, les mariages, voire même les parrainages civils, un rite propre pour commémorer la mort de ses citoyens."

Oui, un rite. Parce que c'est bien d'une religion dont on parle, une religion "laïque" et "républicaine", qui crée des rites imitant et visant à se substituer à ceux de la religion catholique : baptême, mariage et bientôt donc, funérailles. Trois marottes... des francs-maçons du GODF, comme le rappelle cet article.

Concrètement, ces funérailles seront payées par vos impôts (tandis que pour une cérémonie à l'église, ce sont les familles qui donnent une participation financière à la paroisse) :

"Chaque commune, dès lors qu’elle dispose d’une salle municipale adaptée, met celle-ci gratuitement à disposition des familles qui le demandent et garantit ainsi l’organisation de funérailles républicaines qui leur permettront de se recueillir. À la demande de la famille du défunt, un représentant de la commune, officier d’état civil, procède à une cérémonie civile. La charge pour les collectivités territoriales est compensée, à due concurrence, par la majoration de la dotation globale de fonctionnement et, corrélativement pour l’État, par la création d’une taxe additionnelle (...)"

Posté le 10 décembre 2014 à 17h57 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (20)

09 décembre 2014

La religion de la République propose 25 mesures laïcistes

Et c'est l'AFP qui nous en informe :

G"Modification de la Constitution, sortie progressive du régime concordataire en Alsace-Moselle, interdiction des signes religieux à la fac, neutralité des accompagnateurs de sorties scolaires... Les francs-maçons du Grand-Orient de France ont fait mardi 25 propositions pour un "renforcement" de la laïcité.

La principale obédience maçonnique française (50.000 membres) a choisi le 9 décembre, jour-anniversaire de l'adoption de la loi de 1905 portant séparation des Eglises et de l'Etat, pour présenter ses initiatives "pour une République laïque au XXIe siècle"."

En pleine polémique autour des crèches de Noël dans des bâtiments publics, l'obédience juge que

"la notion de laïcité est affaiblie voire dénaturée par tous ceux qui souhaitent en assouplir les règles au nom d'une vision communautariste de la société, ou au contraire la durcir pour interdire toute expression des convictions religieuses dans l'espace civil".

Le GOF veut graver dans le marbre de la Constitution les deux premiers articles de la loi de 1905, mettre un terme au financement public des activités cultuelles (même musulmanes ?).

Et la séparation du GOF et de la République, c'est pour quand ?

Posté le 9 décembre 2014 à 09h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (23)

08 décembre 2014

"Au nom de la loi !" - L"affaire des crèches", les symboles "religieux" de la Franc-maçonnerie et la loi de 1905

Arnaud Upinsky, Président de l'UNIEF/Coordination Défense de Versailles, montre que la "Libre-Pensée" a peut-être commencé à scier imprudemment la branche sur laquelle elle était assise, celle de la Franc-maçonnerie et ses éléments religieux, en exigeant le retrait des crèches des lieux publics, au nom de la loi de 1905 :

"Au nom de la Loi ! Si les crèches de Noël sont interdites, que dire de la statue de Saint Louis à la Cour de cassation et des emblèmes maçonniques du Palais de Justice de Paris ?  

Liberté, Égalité, Fraternité, Légalité et Laïcité, c’est au nom de la Loi de 1905 interdisant «  d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics   ou en quelque emplacement public que ce soit  » que les tribunaux doivent  interdire les crèches de Noël à Béziers et en Vendée.

Mais qu’est-ce qu’une religion ? La loi ne le disant pas, la langue de la République étant le français ( art.2 de la constitution), c’est au dictionnaire de l’Académie française de le dire, pour savoir si la Franc-maçonnerie est bel et bien une religion justiciable de la Loi de 1905, comme les autres. Cinq mots suffisent pour l’identifier  à une religion :  «Rite »  ( Ensemble des règles et Cérémonies en usage dans une religion  ; Rituel, qui se rapporte aux formes liturgiques - « Initiation » (Cérémonie par laquelle on était initié à la connaissance et à la participation de certains mystères  )  - « Mystère ( Ce qu'une religion a de plus caché, ce qui n'est connu que des initiés.  ) , « Temple » ( Édifice consacré au culte. ).  

Or, le site du Grand Orient de France stipule bien que « Pour devenir franc-maçon »,  « L’admission n’est pas une simple formalité administrative. Au contraire, elle obéit à tout un rituel. Selon des usages multiséculaires, l’entrée en Franc-maçonnerie se déroule sous la forme d’une « initiation ». Il s’agit d’une cérémonie au cours de laquelle on fait passer, symboliquement, le candidat des Ténèbres à la Lumière. » Dans « La Franc-maçonnerie rendue à sa véritable origine », il fait bien état de l’explication des « sept grades du Rite Français à la lumière des mystères ».  Et le GOF invite le public à visiter ses Temples. La religion maçonnique est même la religion officielle de la République, ce dont témoigne le dogme trinitaire commun – Liberté, Égalité, Fraternité – frappé sur le tympan du Grand Orient comme sur tous les monuments publics !   

C’est donc bien comme « signes et emblèmes religieux » que doivent s’analyser  les « Coqs, faisceaux, compas, attributs chrétiens ou francs-maçons, de la République ou de la monarchie, dont  le Palais de justice de Paris fourmille » (1) avec au premier rang Saint Louis présidant symboliquement la Cour de cassation (2), Saint des Saints de la plus haute juridiction de la République violant  ainsi la loi de 1905.

La contradiction n’est qu’apparente :  car c’est sur l’habile dosage du double langage symbolique des emblèmes « religieux » - chrétiens et maçonniques – que repose l’assise de la République. La maladresse de la « libre pensée » , au risque  des crèches de Noël, est de voir dénoncée l’invasion des emblèmes religieux maçonniques sur lesquels repose sa suprématie en politique et de mettre ainsi en péril un secret d’Etat bien gardé. Victoire en deçà de la Vendée, erreur au-delà de la Cour de Cassation ? L’avenir le dira !"


Arnaud Upinsky
Président de l'UNIEF/Coordination Défense de Versailles
 

(1) https://alleesdejustice.wordpress.com/2013/02/05/revue-de-details-au-palais-de-justice/)

(2) https://www.courdecassation.fr/cour_cassation_1/visite_cour_11/premier_etage_14/galerie_saint_louis_82.html

Posté le 8 décembre 2014 à 15h24 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

05 novembre 2014

La franc-maçonnerie pilote la "fin de vie"

On savait déjà que les "réflexions" menées sur la "fin de vie" étaient largement empreintes des idées de la franc-maçonnerie. Cet article de Correspondance européenne s'étend sur les collusions évidentes entre le gouvernement et les fils de la veuve sur le sujet de l"humanisme", avec un focus sur le cas de Jean Léonetti :

"Le rendez-vous était fixé au mercredi 8 octobre à l’Assemblée Nationale, à Paris : c’est là que les députés Alain Clayes et Jean Leonetti ont reçu de façon officielle et même sur demande du premier ministre français Manuel Valls, ni plus ni moins que Daniel Keller, Grand Maître du Grand Orient de France, Dominique Mantion représentant de la Grande Loge de France, et Catherine Jea Nnin-Naltet, présidente de la Grande Loge Féminine de France. Trois sommités de la franc-maçonnerie française, en quelques mots. Pour parler de quel sujet ? D’”accompagnement des personnes en fin de vie”. Sujet stratégique de toute évidence, puisque, dans le jargon dominant, synonyme d’euthanasie.

Tout d’abord cela prouve encore une fois – s’il était encore besoin de le prouver – la considération notoire dont jouissent et l’extrême influence qu’exercent les “tabliers” sur les politiques du gouvernement, ce qu’on avait déjà très bien saisi après la nomination de l’un d’entre eux, Patrick Kanner, à la tête du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, et la participation de la ministre Taubira à la convention de la Grande Loge de France. Mais ce n’est pas tout.

L’un des deux délégués de Valls en particulier, Leonetti, cardiologue, possède un “pedigree” politique tout à fait particulier qu’il vaut la peine d’analyser: il est membre du Parti Radical français dont la stratégie politique a été depuis toujours – et fortement – influencée par la franc-maçonnerie. Ce n’est pas un hasard si à la base de leur programme on trouve depuis toujours l’humanisme, le laïcisme et le respect jacobin des droits de l’Homme.

En France, le Parti Radical a adhéré, en tant que personne morale, à l’UMP, ce qui lui a permis de conservé sa physionomie juridique distincte, un lien direct avec ses adhérents, l’accès au pouvoir, mais en conditionnant par là-même la ligne politique de l’UMP, dont ce n’est pas par hasard que Leonetti est vice-président depuis février de l’année passée. Leonetti s’est toujours occupé de thèmes bioéthiques et spécialement de la fin de vie : la loi promulguée à ce propos le 22 avril 2005 porte son nom, avec celui d’autres personnalités du gotha français, et également la déclaration des principes du mouvement “France moderne et humaniste”, de fait un courant interne à l’UMP.[...]

L’humanisme réclame l’euthanasie, la faisant entrer dans les “droits” individuels : chacun serait ainsi libre de décider pour son propre compte et de façon totalement indépendante, sans pressions ni de la famille ni de l’Eglise; en le laissant faire, dans le cas où ça se terminerait par le geste fatal, pour une question de… respect. Muets et inertes à regarder un proche qui nous est cher se suicider. Mais ce n’est pas l’unique aspect critique de l’humanisme : il réclame aussi une séparation nette entre Eglise et Etat, se dresse contre les crucifix aux murs des classes scolaires, contre la manifestation publique de sa foi, contre la tutelle du droit à la vie des enfants à naître, contre tout soutien économique aux écoles et hôpitaux, s’ils sont catholiques.

Voilà, Leonetti se forme et avance politiquement dans ce bouillon de culture. On n’est pas surpris davantage alors que, pour parler de fin de vie, il ait été organisé une rencontre avec les principales loges maçoniques françaises. Si ce n’est pas surprenant, ça n’en reste pas moins inquiétant et sombre… (Mauro Faverzani)"

Posté le 5 novembre 2014 à 09h05 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (11)

02 novembre 2014

« Hors de la République point de salut »

D'après les 2 observateurs, qui ont étoffé leur compte-rendu, venus à la conférence sur l'anti-maçonnisme, concept qualifié purement et simplement « d’hérésie », la spiritualité maçonnique apparaît dans toute sa radicalité et toute son intolérance.

L'église de la République refuse la distinction des pouvoirs. D'ailleurs, ces 2 observateurs ont été suivis du début à la fin, jusque dans les toilettes, par deux frères. La tolérance maçonnique a ses limites...

Posté le 2 novembre 2014 à 20h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

28 octobre 2014

Une conférence du Grand Orient ouverte à tous, mais pas trop

Votre blog vous annonçait avant-hier un cycle de conférences sur "la résurgence de l'anti-maçonnisme" lancé par le Grand Orient de France dans huit villes de France. Des lecteurs ont assisté à Lille à la première d'entre elles, non sans avoir subi quelques contrôles d'identité et passé la totalité de la conférence encadrés de deux videurs. Leur compte-rendu, publié ici, permet de se faire une idée de la façon dont les franc-maçons s'adressent aux profanes (1/3 de l'assemblée d'après les organisateurs), sans jamais aborder la moindre question de fond.

Posté le 28 octobre 2014 à 23h04 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (1)

26 octobre 2014

L'antimaçonnisme est un symptôme de la crise de la République

Le Grand Orient de France (GODF) s'inquiète et a lancé samedi soir à Lille une campagne publique contre "la dangereuse résurgence de l'antimaçonnisme" à travers un cycle de conférences dans huit villes françaises. "L'antimaçonnisme est aujourd'hui avec l'antisémitisme et l'homophobie l'un des trois symptômes de la crise de la République", a expliqué Daniel Keller, grand maître du GODF. A croire que les franc-maçons sont tous juifs et homosexuels !! Selon le journaliste Jiri Pragman, "2014 n'est certes pas 1934 ou 1940, mais il y a une résurgence de l'antimaçonnisme", venant des milieux catholiques hostiles au mariage pour tous, des évangélistes, des musulmans et plus généralement d'internet et des réseaux sociaux.

Plutôt que de faire sa propagande, le GODF devrait publier les noms de ses adhérents, pour démystifier la République des copains et des coquins... Même pas cap ? La séparation de la République et de la maçonnerie n'est pas encore pour maintenant.

Posté le 26 octobre 2014 à 15h50 par Michel Janva | Lien permanent

11 octobre 2014

Prendre un verre avec des sympathisants de la manif pour tous est un délit

Témoignage d'un lecteur :

"Vers 20h hier je prenais un verre avec quelques amis rue Cadet devant le Grand Orient de France lorsque nous avons vu surgir un impressionnant dispositif policier s'installer devant l'entrée de la loge, accompagnés de policiers en civil, aisément reconnaissables à leurs oreillettes et à leur tenue vestimentaire (pantalons sombres,  vestes sombres, basket, ...).

Le café fermant ses portes, nous avons décidé de nous séparer et de rentrer chez nous. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque, remontant seul la rue Cadet, j'ai été interpellé par 4 policiers surgit d'un camion, me demandant de leur montrer mes papiers d'identité. A plusieurs reprises je leur ai demandé le motif de ce contrôle, aucune raison ne m'a été donnée.

Bon citoyen, je leur donne ma carte d'identité qui m'est restituée, m'estimant libre de continuer ma route, je recommence à marcher lorsque un des policiers m'ordonne de rester. Je lui demande la raison, aucune réponse ne m'est fournie. Sur mon insistance, le policier me répond "vous étiez dans un café avec certaines personnes qui ont certains préjugés" ! Les personnes avec lesquelles j'étais avaient pour particularité d'être comme moi des sympathisants de la manif pour tous. Mon identité est relevée une seconde fois.

Après 5 minutes les policiers me laissent partir. Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu'un de mes compagnons m'appelle pour m'informer qu'il a été violemment bloqué par des policiers en civil quelques temps après m'avoir quitté.

Il s'avérait finalement que Christiane Taubira venait rendre visite au Grand Orient et que du fait de notre présence, elle avait dû passer par l'entrée de service rue Saulnier. La photo prise par un de mes compagnons, libre, en atteste.

Textsecure-2014-10-10-204418

Pour ma part j'ai filmé mon interpellation avec mon téléphone mobile et je compte déposer une plainte à l'IGPN.

Prendre un verre avec des sympathisants de la manif pour tous est un délit."

Posté le 11 octobre 2014 à 11h46 par Michel Janva | Lien permanent

10 octobre 2014

Pour les francs-maçons qui se disent catholiques et qui n’ont pas conscience de leur erreur

Serge Abad-Gallardo a été franc-maçon pendant plus de vingt ans avant de rompre et de retrouver la foi catholique. Il raconte son itinéraire dans  J’ai frappé à la porte du Temple…  (éd. Pierre Téqui). Il déclare à Famille Chrétienne :

"[...] Pour qui avez-vous écrit ce livre ?

Pour les catholiques qui souhaitent savoir ce qu’est la franc-maçonnerie, et pour les francs-maçons qui se disent catholiques et qui n’ont peut-être pas conscience de leur erreur. Il faut que je parle aux catholiques pour leur expliquer l’impasse que constitue la recherche maçonnique.

Beaucoup de francs-maçons sont des gens sincères, qui cherchent mais qui cherchent dans l’erreur. Ils sont devant Baal, devant des idoles, mais ils s’imaginent qu’ils sont devant Dieu. Je témoigne, et ensuite ils feront ce qu’ils veulent. La liberté a été donnée par Dieu pour pouvoir choisir.

Au fond, la franc-maçonnerie, qu’est-ce que c’est ?

Elle a un objectif magique. Dans la Bible, saint Paul met en garde contre les magiciens. C’est d’une certaine manière l’obtention d’un pouvoir strictement humain sur des éléments qu’on ne contrôle pas et qui sont d’ordre surnaturel ! Et donc finalement, au fil des initiations et des augmentations de grade, qui sont en un sens une succession de rideaux de fumée, je dirais que c’est pour l’homme le moyen d’approcher les dieux, sinon de devenir Dieu soi-même. On est à ce moment-là dans la gnose ! C’est-à-dire que l’on va atteindre la Connaissance par ses propres moyens et par le travail sur le symbole et le rite.

Quels gens composent la franc-maçonnerie ?

Je distinguerais trois catégories de francs-maçons.

Déjà, il y a une minorité de personnes qui sont là pour créer un réseau relationnel, politique, stratégique et professionnel. Ce qui favorise beaucoup cela, c’est le secret. Quand on croise dans une réunion un ministre ou un député franc-maçon, cela arrange les choses. Cela « arrondit les angles », comme on dit : une expression purement maçonnique.

Ensuite, vous avez une autre catégorie. Il s’agit de laïcards héritiers de la Révolution dans ce qu’elle peut avoir de plus doctrinaire. Ils estiment pouvoir apporter le bonheur à l’humanité par la science et par la laïcité pure et dure ! Ils sont purement et simplement anticléricaux et antichrétiens.

Enfin, il y a un certain nombre de personnes qui ne sont ni des arrivistes ni des laïcards, mais des gens très tolérants qui, à force de tout accepter, ne savent plus où ils sont. En franc-maçonnerie, toutes les idées se valent. Ce sont des gens un peu perdus et qui croient trouver des réponses. Ces chercheurs relativistes cherchent dans tous les sens, mais ils n’arrivent nulle part ! C’est pour eux que j’ai écrit ce livre.

Selon vous, où est le problème avec la franc-maçonnerie ?

Lorsqu’on entre en franc-maçonnerie, on vous demande de prêter serment. Au fil des cérémonies d’initiation, puis à chaque augmentation de grades, il y a une foule de serments qui vous lient. Ceux-ci portent sur plusieurs choses, mais en particulier sur l’obéissance à la Constitution maçonnique de chaque obédience. Un de ces serments demande de se libérer de tout dogme pour chercher la vérité. Si je suis peu ou pas croyant, cela peut me convenir, parce que je n’ai pas une conscience spirituelle vraiment développée. Mais lorsque je commence à réfléchir et à entrer véritablement dans la foi, ça ne va plus.

Il faut choisir…

Les deux sont purement incompatibles ! Il y a une espèce de schizophrénie spirituelle à vouloir être à la fois chrétien et franc-maçon."

Posté le 10 octobre 2014 à 19h01 par Michel Janva | Lien permanent

08 octobre 2014

Jean Leonetti recevra les représentants de 3 loges maçonniques

Ce matin dans le cadre de ses travaux sur la fin de vie.

Posté le 8 octobre 2014 à 08h59 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

07 octobre 2014

Conférence à Vannes : "Peut-on vraiment être franc-maçon et Chrétien?"

Conf

"Bethel Generation” a la joie immense de vous inviter au premier “week-end Bethel” de l’année les samedi 11 et dimanche 12 octobre prochains à l’Eglise Saint Patern à Vannes. Les autres week-ends de l’année auront lieu dans d’autres paroisses de Vannes.
 
- Ce week-end, comme les autres, sera animé par le groupe “Bethel Generation” (groupe de prière et de Pop-louange de jeunes de Vannes) avec, comme invité exceptionnel, Monsieur Serge Abad-Gallardo sur le thème « Peut-on vraiment être franc-maçon et Chrétien ? ».
- Il est un ancien franc-maçon converti au Christ. Il nous a été recommandé par le Docteur Maurice Caillet et a connu la même conversion au Christ que lui !
- Cet invité vient de publier son témoignage chez Téqui. Il donnera à Vannes sa première conférence !!! d’autres sont déjà prévues.
-> Ce week-end sera pour lui l’occasion de nous expliquer les pratiques de cette organisation, de nous en exposer tous les détails, ... Il se déplace de Narbonne tout spécialement à Vannes pour nous. Pour vous ! Nous pouvons trouver un logement sur Vannes (gratuit) pour ceux d’entre-vous que cela intéresserait..."

Posté le 7 octobre 2014 à 18h45 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (7)

06 octobre 2014

"Plus je revenais à la foi, plus elle me semblait contradictoire avec mon engagement en franc-maçonnerie"

Le témoignage d'un ancien "frère" devenu frère dans la Foi, car fils de "Notre Père". Article de présentation :

"Puisant dans son vécu, lui qui a effectué une semaine de retraite dans une cellule de l'abbaye de Lagrasse et est devenu visiteur de malades, l'auteur arrive à une conclusion : "Plus je revenais à la foi, plus elle me semblait contradictoire avec mon engagement en franc-maçonnerie. On peut concilier les deux de manière tiède, mais je pense qu'on ne peut avoir un engagement honnête en franc-maçonnerie et une foi authentiquement catholique. Moi, mon dieu, ce n'est pas un horloger."

Ce regard mordant, teinté d'une subjectivité assumée, est nourri par ses désillusions et ses frustrations. "Le parcours maçonnique est assez long, on se pose un tas de questions, analyse-t-il, on cherche le secret, on apprend petit à petit des tas de choses mystérieuses, ésotériques, plutôt occultes. J'ai fait mon chemin, mais, en ce qui me concerne, en matière de spiritualité, je n'ai rien trouvé."

Fm

Pour acheter le livre, préfacé par le père Michel de l'abbaye de Lagrasse.

Posté le 6 octobre 2014 à 18h37 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (3)

01 octobre 2014

UDI : Jean-Christophe Lagarde ches les francs maçons

Lu dans La Lettre de l'Expansion :

L

Posté le 1 octobre 2014 à 07h40 par Michel Janva | Lien permanent

10 octobre : Christiane Taubira encore chez les francs maçons

Lu dans La Lettre de l'Expansion :

T

Posté le 1 octobre 2014 à 07h38 par Michel Janva | Lien permanent

30 septembre 2014

L'imposture Jules Ferry

Liberté politique consacrait ces jours-ci un article à la fameuse "Lettre aux instituteurs" de Jules Ferry :

"Novembre 1883. Franc-maçon, président du Conseil et ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts, Jules Ferry envoie à tous les instituteurs de France une lettre circulaire, trois jours avant de quitter son ministère, pour leur adresser « quelques recommandations » sur le « régime nouveau » mis en place par sa loi du 28 mars 1882."

Par cette loi du 28 mars 1882, Jules Ferry établissait, comme chacun le sait, la laïcité et le caractère obligatoire de l'école. Et la gratuité, essentielle, on verra plus loin pourquoi. Sa "lettre aux instituteurs" est un monument de duplicité de la part d'un franc-maçon athée et militant. En vrac, quelques citations :

  • "Vous êtes l'auxiliaire et, à certains égards, le suppléant du père de famille [...]
  • "Demandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant, pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu'il vous entendrait dire. Si oui, abstenez-vous de le dire" [...]
  • "[...] vous ne toucherez jamais avec trop de scrupule à cette chose délicate et sacrée, qui est la conscience de l'enfant."
  • "La famille et la société vous demandent de les aider à bien élever leurs enfants, à en faire des honnêtes gens."[...]

Le bon apôtre; on comprend mieux comment Jules Ferry, saint laïc de l'école de la république, a pu être le modèle de tant d'instituteurs, et pourquoi une quantité industrielle d'écoles primaires portent son nom. Ce que l'on sait moins en revanche, c'est que cet homme était hanté par une haine viscérale de l'Eglise catholique, et que voulant établir une France "sans roi et sans Dieu", il savait que le moyen le plus sûr d'y parvenir était de s'attaquer à l'école.

Il fut ministre de l'instruction, ministre des cultes, premier ministre, et en 6 ans (1879-1885) il réussit à imposer à l'école la sinistre machine maçonnique destinée à formater l'esprit des futurs électeurs de la république laïque.

Il faut (re)lire l'excellent livre de François Brigneau, "Jules l'imposteur", qui montre la tartufferie de cet homme, capable de déclarer : "Rien n'est plus désirable que l'accord du prêtre et de l'instituteur. Tous deux sont revêtus d'une autorité morale". Reste qu'à ses yeux, l'instituteur laïc doit être nettement plus revêtu d'autorité morale que le prêtre, à qui les lois vont interdire de fait l'accès à la grande majorité des enfants.

Dès 1879, Jules Ferry, ministre de l'Instruction publique, commence la mise en oeuvre des plans élaborés dans les loges : d'abord, on évince les évêques du conseil supérieur de l'Instruction publique et les religieux enseignants des conseils académiques. Puis on réorganise l'enseignement supérieur, y interdisant les "jurys mixtes" (composés de laïcs et de religieux), ainsi qu'aux établissements libres de prendre le nom d'universités et de donner à leurs diplômes les noms de baccalauréat, de licence ou de doctorat.

Et puis surgit le fameux article 7, qui interdit aux religieux de congrégations "non-autorisées" (dont font partie les Jésuites) de diriger une école et d'enseigner. Ce sont 13 000 écoles, 124 collèges, 2 universités et 304 orphelinats, concernant la scolarisation d' 1 600 000 enfants, qui vont être arbitrairement supprimés d'un trait de plume. Malgré le rejet de l'article 7 par 148 voix contre 129, la loi a été imposée à la France à coups de décrets, Jules Ferry ayant décidé que c'était pour son bien. (Toute ressemblance avec des personnages et des situations actuels n'est pas du tout fortuite...)

La France a beau résister, les congrégations "non-autorisées" sont éjectées manu militari par les forces de l'ordre sous les yeux consternés de la majeure partie des Français. Le 31 décembre 1880, ce sont 261 couvents qui ont été "crochetés" et vidés, 5 641 religieux expulsés. "J'ai purgé la nation !" s'écriera alors Jules Ferry. La France de l'époque était encore très imprégnée de catholicisme; et pourtant une poignée de politicards dogmatiques ont réussi à lui imposer leurs vues. Tiens tiens... Rien de nouveau sous le soleil. On ne peut s'empêcher de penser à des bébés gazés dans leur poussette, à des jeunes filles traînées par les cheveux, à des jeunes gens poussés sans ménagement dans le "gav-bus" et emmenés rue de l'Evangile, à des veilleurs molestés pour être sagement restés assis...  On a vu avec enthousiasme le film "Cristeros". Verra-t-on un jour un film honnête sur la mise à mort des congrégations "non autorisées" dans la France de Jules Ferry ?

 Pris d'une frénésie anti-catholique, Jules Ferry multiplie les coups de boutoir : suppression des "lettres d'obédience" (capacités accordées aux enseignantes congréganistes), reprise du projet de loi Naquet sur le divorce, suppression de l'aumônerie militaire, création des lycées de jeunes filles dont le but avoué est de soustraire celles-ci à l'emprise de l'Eglise catholique (loi Sée), laïcisation de l'enseignement par la loi, citée plus haut, du 28 mars 1882.

Cette loi est la cerise sur le gâteau, la clef de voûte de l'oeuvre destructrice de Jules Ferry. Présentée comme une réforme secondaire, elle propose en effet que l'école devienne obligatoire, afin d'augmenter le niveau d'instruction des jeunes Français. Louable. Si elle est obligatoire, l'école doit également être gratuite, car on ne peut pas obliger les gens à payer une école s'ils n'en ont pas les moyens. Evident. Et c'est là que l'imposteur sourit intérieurement, car personne n'a vu le danger : si les gens ont le choix entre une école gratuite et une école (confessionnelle) payante, ils vont inscrire leurs enfants en rangs par trois dans l'école gratuite. Et hop, c'est dans la poche : la gratuité de l'école de la république condamne à plus ou moins brève échéance les écoles catholiques payantes. Il ne reste plus qu'à imposer la laïcité, présentée comme le plus petit commun dénominateur de tous les élèves, à qui l'on ne saurait imposer quelque religion que ce soit (libre-pensée, quand tu nous tiens...). Malgré la grogne des catholiques, la loi est votée par 179 voix contre 109.

Ayant achevé son opération de destruction, dont nous payons encore plus que jamais les conséquences, Jules Ferry pouvait bien se fendre d'une belle lettre aux instituteurs avant de quitter la scène. Cette lettre, souvent présentée comme une sorte de testament du grand homme, devait sans doute servir à édifier les générations suivantes afin de couper l'herbe sous le pied des éventuels contradicteurs. C'est raté, car nous, nous ne sommes pas dupes !

Pour aller au fond des choses : "Jules l'imposteur" de François Brigneau (Préface de Jean Madiran), DMM.

Posté le 30 septembre 2014 à 18h49 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (9)

28 septembre 2014

Tags, champagne et tabliers de cuir

"Non à la république maçonnique !" Le slogan avait été peint - sacrilège - samedi 27 à 1 heure du matin devant le siège national de la Grande Loge de France (GLDF), rue Puteaux, à Paris. Un autre tag avait été bombé : "Taubira dégage !" Les "extrémistes maçonnophobes" (l'expression, à ajouter à notre liste de "phobes", est de l'Express) avaient découvert sur internet - les petits malins - que le samedi 27 au soir, le ministre de l'injustice était l’invitée du Grand Dîner de la GLDF.

  TAG-GLDF

Il paraîtrait que le Grand Maître de la GLDF, Marc Henry, était furieux, et qu'il aurait prononcé "un discours de combat":

"La guerre prend le pas sur la paix, la haine se déchaîne et pas l’amour, on égorge par obscurantisme"

a-t-il dit, avant d'évoquer le crime de lèse-garde des sceaux dont a été victime Christiane Taubira par trottoir interposé :

"Ce n’est pas acceptable, ce n’est plus possible. La Laïcité, les droits de l’homme et sa dignité sont foulés aux pieds comme jamais depuis la seconde guerre mondiale." [HLPSDNH]

La rage du Grand Maître devait être vraiment spectaculaire, puisque le journaliste de l'Express ajoute :

"La combativité de Marc Henry était telle que la Garde des Sceaux Christiane Taubira est apparu plus soft, contre toute attente, avec un discours centré sur la paix et les droits de l’homme dans le monde, vantant les mérites de Jean Jaurès."

N'ayant pas été conviés au dîner, nous en profitons pour sauter le discours de madame Taubira, et en écouter juste la conclusion :

Nul humain ne doit se mesurer avec les dieux. S’il se hausse jusqu’à toucher de son front les étoiles, ses pieds incertains n’ont d’appui nulle part et de lui se jouent nuages et vents".

IMG_5581-300x225

Madame Taubira ne croit pas si bien dire. N'a-t-elle pas joué à se mesurer, non pas avec "les dieux" mais avec Dieu lui-même en ouvrant la boîte de Pandore du "mariage pour tous" et ses corollaires, PMA et GPA, afin de remodeler l'humanité à la mesure de sa folle idéologie ? Colosse aux pieds d'argile, la construction artificielle de l'humanité sans Dieu repose sur "nuages et vent" et finira tôt ou tard par s'effondrer.

Posté le 28 septembre 2014 à 19h13 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (24)

27 septembre 2014

Emmanuel Ratier décrit le club mondialiste "Le Siècle"

Le journaliste d’investigation Emmanuel Ratier intervenait au colloque « Tradition catholique, remède au Nouvel Ordre Mondial » pour y décrire les activités du club mondialiste « Le Siècle ». Par mesure de sécurité, l'orateur est flouté par Médias-presse-infos, ce qui n'enlève rien à l'intérêt de ses propos.

 

Posté le 27 septembre 2014 à 18h25 par Marie Bethanie | Lien permanent

Christiane Taubira attendue ce soir à la Grande loge de France

Mais pas seulement par les franc-maçons de la rue Puteaux, à Paris :

Tag

Posté le 27 septembre 2014 à 15h33 par Louise Tudy | Lien permanent

11 septembre 2014

Des écoliers vont rendre hommage à des reliques maçonniques

Dans le Haut Rhin à Beblenheim, un parent d'élèves m'informe que les enfants des écoles maternelles et élémentaires du village et des environs sont conviés par leurs professeurs à venir participer le samedi 13 septembre à une retraite aux flambeaux de la mairie à la stèle élevée en l'honneur de Jean Macé (natif du village) à l'occasion de la présentation du tablier de Franc Maçon de ce dernier tout juste rénové .... grâce à la mise en place d'une souscription publique, déductible à 60% des impôts.

Fondateur de la Ligue de l'enseignement en 1866, sénateur, le franc-maçon Jean Macé était actif aux loges de la Parfaite Harmonie de Mulhouse et de la Fidélité de Colmar et membre des Frères Réunis à Strasbourg. Suite à la défaite de 1870, il influença le Grand Orient de France.

Posté le 11 septembre 2014 à 08h03 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

02 septembre 2014

Un temple franc-maçon incendié

Lu ici :

"Un temple du Grand Orient de France (GOF) situé près de Bernay (Eure) a été détruit lundi par un incendie d'apparence criminelle."

Posté le 2 septembre 2014 à 16h25 par Michel Janva | Lien permanent

01 septembre 2014

Simple électeur de gauche et grand-maître du Grand-Orient de France

Daniel Keller, Grand Maître du GODF, a été réélu à son poste de premier dignitaire de l’obédience par les Conseillers de l’ordre jeudi 28 août. Il était le seul candidat et a obtenu 31 voix sur 35 conseillers de l’ordre (les 4 autres étant des bulletins blancs).

Les autres membres du Bureau du Conseil de l’Ordre élus ce 28 août dans le Temple de la Rue Buirette (Reims) :

  • Bernard Chanez (33 voix), 1er Grand Maître Adjoint ;
  • Christophe Habas (29), 2e Grand Maître Adjoint ;
  • René Rampnoux (32), 3e Grand Maître Adjoint ;
  • Patrick Devos (33), Grand Orateur ;
  • Luc Guilbert (33), Grand secrétaire aux Affaires Intérieures ;
  • Jean-Victor Herete (31), adjoint ;
  • Jean-Pierre Leguay (30), Grand secrétaire aux Affaires Extérieures ;
  • Henri Sylvestre (33), adjoint ;  
  • Jean-Louis Auriau (32), Grand Trésorier ;
  • Jean-Jacques Werthe (33), adjoint ;
  • Michel Monrose (35), Garde des Sceaux et du Timbre ;
  • Jean-Pierre Mori (34), Grand Hospitalier.

Daniel Keller est un chef d’entreprise de 55 ans, père de trois garçons, qui se présente comme un simple électeur de gauche. Il fut initié en 1996 dans la Loge « Vérité Ni Dieu Ni Maître », d’inspiration anarcho-syndicaliste. Tout un programme. Il était déjà connu des loges avant d’être Grand Maître, puisqu’il présida le Convent 2011. Diplomé de l'ENS Fontenay-Saint-Cloud, agrégé en Lettres modernes, diplômé d'un DEA de Sociologie politique, de Sciences Po Paris, de l'ENA, il a été enseignant (cinq ans en sociologie à l’Université d’Aix-en-Provence), fonctionnaire au Ministère des Finances (chef de bureau fiscalité), cadre chez Renault (11 ans directeur qualité commerce Monde) puis DG du Groupe de distribution automobile Renault-Dacia NEP-Car (240 salariés).

Posté le 1 septembre 2014 à 19h08 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Franc-maçonnerie , L'Eglise : François

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Franc-maçonnerie , L'Eglise : François