31 juillet 2015

Puzzles "familles modernes" dans un catalogue d'école maternelle

Voici un extrait du catalogue qui circule dans une école (catholique ): page 633 du catalogue MAJUSCULE, rubrique  "puzzles: familles modernes". Les parents d’enfants susceptibles d’être scolarisés en Maternelle apprécieront de savoir quel genre de matériel peut être commandé par les enseignants…et donc peut être susceptible de se retrouver à la rentrée dans « votre » école de quartier.

  0
1

Posté le 31 juillet 2015 à 23h31 par Michel Janva | Lien permanent

30 juillet 2015

Bruno Le Maire veut refaire ce que la droite a toujours fait : suivre la gauche

Unknown-17Bruno Le Maire, ancien ministre (Les Républicains), qui s'était courageusement abstenu lors du vote de la loi Taubira, affirme dans "Closer" de vendredi :

«J’ai défendu ma conviction qui est que nous ne reviendrons pas sur le mariage homosexuel. Si nous reprenons le pouvoir en 2017, nous aurons bien mieux à faire». «La situation économique, internationale, les problèmes de sécurité appelleront des choix très lourds, qui devront mobiliser toute notre énergie. Et puis, je pense sincèrement que l’amour homosexuel vaut l’amour hétérosexuel. Ma famille politique doit comprendre cela, et le dire, parce que c’est un facteur de réconciliation de la société».

«les Français veulent de nouvelles têtes, de nouveaux discours, de nouveaux comportements».

Exactement : les Français veulent des nouvelles têtes qui auront le courage de reconstruire ce que la gauche a détruit.

«Ils ont le sentiment d’être prisonniers de leur classe politique. Je pense que la France est prête à tenter quelque chose de nouveau».

Pour faire quelque chose de nouveau, il faudra revenir sur la loi Taubira. Car suivre la gauche, c'est une vieille habitude sclérosée.

Posté le 30 juillet 2015 à 22h47 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

29 juillet 2015

Le scandale des ministres homosexuels pédophiles

Lu dans Présent :

"Les sordides affaires liées à ce qu’on appelle aujourd’hui le réseau pédophile de Westminster n’arrêtent pas de faire des remous en Grande-Bretagne, même si l’on attend toujours les premières condamnations d’anciens ministres et députés et de ceux qui ont couvert leurs agissements. Pour rappel (nous avions évoqué le scandale dans Présent du 27 mars dernier), des députés des trois grands partis traditionnels, membres du gouvernement, officiers de police, juges, célébrités et autres membres de l’establishment britannique sont accusés d’avoir fait subir des sévices sexuels à de jeunes garçons jusque dans les années 90 tout en étant couverts par les autorités.

Un document du MI5, le service de renseignement, que l’on croyait détruit et qui vient de refaire surface apporte la preuve noir sur blanc que le gouvernement de Margaret Thatcher avait été mis au courant des penchants de certains de ses membres pour les jeunes garçons. Dans cette lettre remise en 1986 au Cabinet Secretary, c’est-à-dire au secrétaire du Premier ministre Margaret Thatcher et de son gouvernement, le patron du MI5 s’inquiétait des ravages que cela pourrait causer dans l’opinion publique si l’affaire venait à être connue, pointant du doigt le député homosexuel conservateur Peter Morrison, un proche de la Dame de Fer. Si proche qu’il est même devenu la même année vice-président du parti conservateur et que la lettre du MI5 ne l’a pas empêché d’être nommé ministre pour l’énergie l’année suivante, puis secrétaire personnel du Premier ministre en 1990.

D’autres documents ont également fait surface, par suite d’une demande de la chaîne de télévision Sky News qui souhaitait obtenir un dossier sur le « comportement sexuel contre-nature » d’un autre conservateur, Sir Peter Hayman, un ancien diplomate pris en flagrant délit de possession de matériaux pédophiles en 1978 et membre du Paedophile Information Exchange, une association de pédophiles fondée en 1974 par des membres du lobby gay de l’époque et dissoute en 1984. Outre les noms de Sir Peter Morrisson et Sir Peter Hayman, on voit apparaître sur ces documents d’autres noms d’anciens ministres comme Sir William van Straubenzee, qui a occupé plusieurs postes de secrétaire d’Etat et de ministre dans les années 1970 et Sir Leon Brittan, ministre de l’Intérieur entre 1983 et 1985, puis appelé à d’autres fonctions de ministre et de commissaire européen jusqu’en 1999. [...]"

Ce qui est possible outre-Manche sera-t-il possible en France ? Quand on se souvient qu'un récent président avait maintenu à son poste un ministre qui s'était épanché dans un livre sur ses relations avec de jeunes garçonsen Thaïlande...

Posté le 29 juillet 2015 à 10h47 par Michel Janva | Lien permanent

28 juillet 2015

"Nous ne respecterons pas l’homosexualité, mais nous aurons du respect pour les homosexuels"

Alors que Barack Obama a fait sa propagande LGBT samedi 25 juillet dans le cadre de sa tournée en Afrique, l’épiscopat africain a réaffirmé, dimanche 26 juillet, son opposition à toute reconnaissance juridique des unions entre personnes de même sexe. L’archevêque d’Accra (Ghana), Mgr Palmer Buckle, a qualifié l’homosexualité « d’anti-humaine » durant la messe qu’il a présidée dans la paroisse Saint-Anne-et-Joachim d’Accra. Dans son homélie il a ajouté :

« Nous ne respecterons pas l’homosexualité, mais nous aurons du respect pour les homosexuels car ils sont créés à la ressemblance de Dieu ».

Il a continué son homélie en exaltant la beauté de la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme et il a conclu en exhortant les familles à une vie de prière car « une famille qui prie, est une famille qui reste unie. »

Au Nigeria ,l’archevêque d’Abuja, le cardinal John Onaiyekan, a confirmé :

« Malheureusement, nous vivons dans un monde où ces choses sont maintenant devenues presque acceptables. Cependant, ce n’est pas parce qu’elles sont acceptables qu’elles sont justes. »

Posté le 28 juillet 2015 à 19h23 par Michel Janva | Lien permanent

Montpellier : une manifestation LGBT fait un bide

Lu ici :

"Cela devait être le clou de l’édition 2015 de la Lesbian & Gay Pride à Montpellier, l’Explosive Pride a été un échec complet.

Alors que les organisateurs attendaient près de 9 000 personnes pour ce qui devait être le « plus grand clubbing d’Europe », le blog de gauche « Pas de Rose sans épines » révèle que selon des témoins, il n’y avait que 2 000 participants à l’Arena ce soir-là malgré les efforts de communication fait par Vincent Autin, président de la Lesbian & Gay Pride (LGP) Languedoc Roussillon, l’association organisatrice de l’événement."

Vincent Autin est le 1er "marié" LGBT de la mairie de Montpellier (à grands renforts de caméras et de complicités médiatiques).

Posté le 28 juillet 2015 à 16h53 par Michel Janva | Lien permanent

Revendications LGBT : dans le scoutisme également

La grande organisation scoute américaine BSA (Boy Scouts of America) a mis fin à l'interdiction des personnes homosexuelles dans son encadrement, tout en permettant des exceptions.

La résolution précise que

"ce changement entend également respecter le droit des organisations locales religieuses de continuer à sélectionner des dirigeants adultes qui respectent leurs croyances".

En clair, les organisations affiliées au mouvement scout de type religieux peuvent décider de continuer à refuser les adultes homosexuels. Et parmi les 100 000 sections à gestion autonome, 70% sont sous la houlette d'organisations religieuses.

Le risque est maintenant que les organisations scoutes religieuses fassent face à des procès à répétition parce que leur approche serait discriminatoire. Les Mormons sembleraient vouloir quitter cette organisation, d'après les premières informations.

Posté le 28 juillet 2015 à 16h48 par Michel Janva | Lien permanent

27 juillet 2015

La libéralisation sexuelle fut un des moteurs du nazisme

Philippe Simonnot, auteur de La rose et le brun, sur les relations ambiguës entre l’homosexualité et le nazisme, répond à France catholique :

"Y aurait-il un rapport entre l’homosexualité et le totalitarisme ?

Rose-et-Brun-eL’homosexualité peut y conduire. Parce qu’elle est le culte du même, la négation de la femme, de l’altérité, de la reproduction… culte qui avait été porté par les mouvements de jeunesses allemands comme le Wandervogel (« oiseau migrateur »), et qui a ensuite été repris par les Jeunesses hitleriennes. L’homosexualité conduit aussi à un antisémitisme virulent à cause de l’interdit biblique pesant sur « l’abomination de l’abomination », c’est-à-dire la sodomie. Elle conduit aussi à un antichristianisme tout aussi violent à une époque où les chrétiens respectent l’interdit biblique. Ce que je trouve inquiétant dans la situation d’aujourd’hui, c’est la négation progressive de la sacralité et de l’unicité de la personne humaine. Le critère pour échapper au totalitarisme, c’est bien la reconnaissance de la valeur absolue de chaque être humain.

[...] Hitler a même soutenu Ernst Rohm quand il était attaqué par la gauche pour ses mœurs homosexuelles affichées. Wilhelm Reich, le prophète de la « révolution sexuelle », qui a conduit en France à Mai 68, s’est complètement trompé en faisant du nazisme un produit de la répression sexuelle. Au contraire, comme l’a très bien vu Herbert Marcuse à l’époque, la libéralisation sexuelle fut un des moteurs du nazisme. [...]

Ne craignez-vous pas qu’un tel livre vous donne une réputation de « dangereux homophobe d’extrême droite » ?

Il remet en cause le néo-paganisme. Il est donc très mal accueilli par toute la frange de l’extrême droite païenne, de plus en plus puissante. J’ai été chroniqueur au Monde pendant 15 ans : je vois mal comment on pourrait me qualifier d’extrême droite ! Je suis libertarien, et économiquement parlant anarcho-libéral. [...]"

Posté le 27 juillet 2015 à 19h41 par Michel Janva | Lien permanent

Gay Pride interdite à St Petersbourg

Images-8Les autorités de Saint-Pétersbourg, dans le nord-ouest de la Russie, ont interdit une gay pride prévue pour le 2 août. Les autorités expliquent que cette manifestation pourrait violer la loi interdisant la propagande homosexuelle auprès des mineurs. Ce genre de manifestation est systématiquement une exhibition indécente.

En plus, le 2 août est un jour de fête traditionnelle pour les forces aéroportées en Russie.

Posté le 27 juillet 2015 à 19h13 par Michel Janva | Lien permanent

2 trafiquants de bébés refusent de quitter la Thaïlande sans l'enfant acheté

Unknown-12Deux personnes LGBT refusent de quitter la Thaïlande sans le bébé qu'ils ont acheté, alors que la mère porteuse du bébé a refusé de donner son accord aux deux hommes. Gordon Lake, un Américain marié à Manuel Valero, un Espagnol, a déclaré :

"Nous resterons aussi longtemps qu'il le faudra : c'est notre fille""Nous ne quitterons pas la Thaïlande sans elle".

La mère a affirmé être

"inquiète pour le bébé, pour son avenir et de la possibilité qu'il tombe entre les mains de trafiquants d'êtres humains"

Les deux hommes ont déjà acheté un petit garçon né en Inde. Ils vivent à Valence, dans l'est de l'Espagne. 

En février, une loi interdisant aux étrangers de faire appel à des mères porteuses thaïlandaises a été votée. 

Posté le 27 juillet 2015 à 18h24 par Michel Janva | Lien permanent

25 juillet 2015

Don du sang : revers pour les LGBT au Sénat

SNous continuons dans la série des bonnes nouvelles avec la commission des Affaires Sociales du Sénat, qui a retiré du projet de Loi Santé l’amendement des députés de l’UDI défendu par M. Arnaud Richard, adopté à l’unanimité à l’Assemblée Nationale.

Cet amendement devait permettre aux personnes homosexuelles de donner leur sang, malgré les graves risques médicaux connus.

GayLib est furieux et espère que cet amendement sera rétabli lors de l’étude du texte en séance au Sénat à partir du 14 septembre. Ou à défaut, ce qui est probable, par l’Assemblée Nationale lors de la 2e lecture.

Le Sénat se fait remarquer : après avoir retoqué la loi Claeys-Leonnetti, avoir rétabli le délai de réflexion imposé aux femmes avant un avortement, le voilà qui s'oppose au lobby LGBT. Tous ces petits grains de sable dans la machine pro-mort sont assez réjouissants.

Posté le 25 juillet 2015 à 15h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

Après Têtu, Yagg ?

YAutre bonne nouvelle sur le front pro-famille :

"Outre Têtu, Yagg.com, site internet spécialisé dans les questions lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT), connaît aussi des difficultés financières, faute d’un nombre suffisant d’abonnés."

Le site Yagg a été lancé en 2008 par quatre anciens journalistes de... Têtu.

A croire que les millions de LGBTistes ne savent pas lire. A moins qu'ils ne soient pas des millions mais une infime minorité...

Posté le 25 juillet 2015 à 15h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (21)

Obama va-t-il réussir à faire redéfinir la notion de famille à l'ONU ?

Obama fait des pieds et des mains pour obliger les Etats membres de l'ONU à ne plus tenir compte de la définition de la famille dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, afin d'y introduire les revendications homosexuelles. Jusqu'à présent, un certain nombre d'Etats ne voulaient rien entendre, dont des Etats africains, mais aujourd'hui, la résistance faiblit à cause des pressions américaines.

"Des délégués du monde entier ont raconté à C-Fam, l’éditeur du Friday Fax, que les diplomates américains au plus haut niveau, ont fait pression sur les capitales et les missions afin qu’elles demandent aux pays d’adoucir leur posture sur le langage de la famille dans les résolutions de l’ONU. Les délégations qui sont incapables de soutenir les droits LGBT, sont souvent priées de s’abstenir et de ne pas se présenter au vote des résolutions. Dans ce cas on leur a demandé de s’abstenir de proposer le langage de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Même les adversaires acharnés des droits des LGBT semblent prêts à abandonner le langage constant déclarant la famille comme «élément naturel et fondamental de la société.” A exception des fortes déclarations des pays africains.[...]

La reconnaissance des “familles” homosexuelles a encore du chemin à faire, mais si le gouvernement d’Obama réussit son parcours et obtient des états membres de l’ONU qu’ils renoncent à la Déclaration des Droits de l’Homme, il peut ouvrir la voie à une reconnaissance future des relations homosexuelles comme étant une famille, en droit et politique internationale."

Posté le 25 juillet 2015 à 10h21 par Marie Bethanie | Lien permanent

24 juillet 2015

L'homosexualité au Kenya : "un non-sujet"

Lors de sa visite au Kenya - la 1ère en tant que président des Etats-Unis - Barack Obama n'aura pas eu le loisir de faire avancer la cause homosexualiste, car pour le président kényan Uhuru Kenyatta, il s'agit d'un "non-sujet". La population est très opposée à l'homosexualité et refuse clairement que les Etats-Unis cherchent à imposer leur point-de-vue sur la question.

"Alors que la Cour suprême américaine a validé le mariage gay, au Kenya, les membres d’églises évangéliques ont menacé de descendre dans la rue si cette question était inscrite au menu de la rencontre bilatérale entre les deux chefs d’Etats. Au bidonville de Kibera, Bildad, qui nettoie des voitures, demande à l’équipe d’Obama de faire l’impasse sur le dossier de l’homosexualité. « Nous serons en colère s’il parle du mariage gay, prévient-il. On n’en veut pas ici au Kenya car dans notre culture c’est mal. »

Le forum de l’élite chrétienne du Kenya (CPF) met en garde contre ce qu’il appelle l’impérialisme culturel d’Obama par la voix de son vice-président Charles Kanjama : « Nous ne voulons pas que les Kényans, parce qu’Obama vient d’une superpuissance plus avancée que la nôtre, pensent que ses idées sont elles aussi plus avancées, explique-t-il. Les Kényans doivent rejeter la plateforme pro-gay d’Obama. »"

Posté le 24 juillet 2015 à 16h07 par Marie Bethanie | Lien permanent

23 juillet 2015

Têtu liquidé pour ses 20 ans

Le tribunal de commerce de Paris a prononcé aujourd'hui la liquidation judiciaire du magazine homosexualiste, qui ne tenait depuis sa création que grâce aux dizaines de millions d'un certain Pierre Bergé. Le repreneur de Têtu depuis deux ans, Jean-Jacques Augier, n'avait semble-t-il pas les poches aussi profondes.

Posté le 23 juillet 2015 à 16h08 par Louise Tudy | Lien permanent

S'attaquer au problème de l'homosexualisme dans l'Eglise

Tribune de Rémi Pransat pour Le Salon Beige :

"A l'heure où nous apprenons le blanchiment par la justice française de l'abbé Eric Pépino, prêtre du diocèse de Lyon, la gouvernance diocésaine de la primatie des Gaules est à la croisée des chemins. Fermera-t-elle les yeux sur le cas Pépino, en le réintégrant progressivement dans les circuits paroissiaux, ou bien gardera-t-elle les yeux ouverts sur le problème de l'homosexualité qui n'a jamais été aussi proche de la pédophilie (ici l'éphèbophilie), les faits lyonnais le prouvent. Il est regrettable que ce soit à l'occasion du procès d'un prêtre que cette question, soulevée à différentes reprises, revienne sur le devant de la scène. Les liens entre homosexualité et pédophilie sont donc ainsi établis. Ils devraient faire réfléchir les évêques, les supérieurs de séminaires et de congrégations religieuses.

Il est bien évident que la majorité des prêtres mérite toute notre estime quant à leur dévouement et leur zèle désintéressé. Si la critique systématique des prêtres ne porte que des mauvais fruits, la chute des vocations est en lien étroit avec cette pratique mondaine, l'appréciation que l'on peut avoir sur tel ou tel dont les mœurs pourraient interroger devient une nécessité prudentielle.

Le lobby gay est présent et influent dans l'Eglise. De nombreuses et éminentes voies, autorisées s'il en est, ont eu l'occasion d'en signaler l'existence et l'activisme pervers. Le Pape François n'a-t-il pas déjà condamné l'homosexualisme dans l'Eglise ? Pour autant, celui-ci s'infiltre insidieusement dans les différentes strates du navire de Saint Pierre. Ils sont tour à tour progressistes ou conservateurs (sauf pour les mœurs), en polo vert ou en soutane filetée... Il ne s'agit pas d'exagérer leur présence mais d'être réalistes.

Les évêques comprendront-il que la tolérance zéro face au péril homosexualiste dans la hiérarchie ecclésiastique est une nécessité pastorale de premier plan ? Comment un pasteur pourrait-il être un loup en même temps ?

Certes, il faut du courage pour s'attaquer au problème à sa racine, en commençant par l'accompagnement des séminaristes, mais il faut aussi avoir l'audace de poser des actes forts. Si la suspension d'un prêtre coupable d'actes pédophiles est un passage devenu obligé pour enrayer le problème (précisons tout de même que l'immense majorité des prêtres n'est pas concernée par ce sujet), le cas Pépino indique clairement que les évêques doivent prendre position concrètement face à l'homosexualité dans le clergé. Si la pédophilie est comme une profanation, celle d'un enfant, d'un jeune, l'homosexualité est elle aussi une violence terrible, contre nature, faite à l'autre, fut-il consentant. Il n'y a pas de vie qui soit moins respectable qu'une autre. La dignité humaine n'est pas à géométrie variable, d'autant que la relation homosexuelle entâche les deux partenaires.

Au fond, l'âme d'une personne ayant des attraits pour une personne du même sexe que le sien serait-elle indigne d'être accompagnée sur le chemin de la conversion ? Au nom du relativisme, du libéralisme moral, faut-il abandonner aux loups nos frères affectés par cette déviance sans mettre en place un "chemin pénitentiel" qui serait véritablement rénovateur ?

Le pardon du Christ n'est pas un non-lieu. Le pardon du Christ c'est un oui-à-Dieu."

Posté le 23 juillet 2015 à 07h54 par Michel Janva | Lien permanent

22 juillet 2015

Loi Taubira : l’entourage de Bruno Le Maire s'inquiète

La sortie de Bruno Le Maire sur la loi Taubira et la réaction de Sens Commun inquiète l'entourage du candidat à la primaire des Républicains, qui pourrait perdre tout son crédit auprès du parti :

"Mais l’entourage de Bruno Le Maire veut minimiser les conséquences de cet affrontement et regrette que les leaders de Sens commun aient « sur-réagi » et sorti la « grosse artillerie ».« Lis attentivement ce qui est dit », a même demandé le député de l’Eure à Sébastien Pilard au téléphone, le jour de parution de la tribune, ajoutant qu’il aurait préféré une réaction discrète à cette tribune au vitriol, et qu’il n’avait à aucun moment voulu insulter les militants de Sens commun."

Ces gens aiment bien les critiques, mais uniquement discrètes, feutrées, effacées. Qu'ils ne comptent pas sur nous.

Posté le 22 juillet 2015 à 19h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

Le transgendérisme n’est pas le résultat d’un déséquilibre hormonal

Une fois de plus, c'est la nature qui a raison :

"Les sujets transgenres présentent des taux d’hormones sexuelles correspondant au genre attribué à la naissance, selon une petite étude californienne, menée sur 101 patients, publiée dans « Journal of Adolescent Health ». Pour le Dr Johanna Olson, du Children’s Hospital Los Angeles et auteur principal : « Nous avons désormais mis un terme à la croyance persistante que l’expérience transgenre est le résultat d’un déséquilibre hormonal. Ça n’est pas le cas. »"

Donc un homme est un homme et une femme est une femme.

Posté le 22 juillet 2015 à 12h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

21 juillet 2015

La CEDH exige que l'Italie reconnaisse les unions LGBT

CLa Cour européenne des droits de l'homme a demandé à l'Italie de créer un statut juridique pour les partenaires de même sexe dans un jugement qui condamne le pays pour atteinte au droit au respect de la vie privée de trois paires homosexuelles.

Cet arrêt est susceptible d'appel, mais il a été rendu à l'unanimité des juges.

"En dehors de mariage, l'option d'une union civile ou d'un partenariat enregistré serait la solution la plus appropriée pour offrir une reconnaissance aux couples de même sexe".

La CEDH a déjà perdu toute crédibilité mais elle s'enfonce. Cette reconnaissance est non-négociable car ce serait une injustice et il est nécessaire que l'Italie ne cède pas.

Dans un document publié en 2003, la Congrégation pour la doctrine de la foi écrit :

"Le droit civil confère aux couples mariés une reconnaissance institutionnelle parce qu'ils remplissent le rôle de garantir la suite des générations et sont donc d'un intérêt public majeur. Par contre, les unions homosexuelles n'exigent pas une attention spéciale de la part du système juridique car elles ne jouent pas ce rôle en faveur du bien commun.

L'argumentation selon laquelle la reconnaissance juridique des unions homosexuelles serait nécessaire pour éviter que des homosexuels vivant sous le même toit ne perdent, par le simple fait de leur vie ensemble, la reconnaissance effective des droits communs qu'ils ont en tant que personnes et en tant que citoyens, n'est pas vraie. En réalité, ils peuvent toujours recourir – comme tous les citoyens et sur la base de leur autonomie privée – au droit commun pour régler les questions juridiques d'intérêt réciproque. Ce serait par contre une injustice grave que de sacrifier le bien commun et le droit de la famille, pour obtenir des biens qui pourraient et devraient être protégés par des moyens non nocifs pour l'ensemble du corps social."

Posté le 21 juillet 2015 à 14h14 par Michel Janva | Lien permanent

20 juillet 2015

“Pour moi, le mariage c’est un homme et une femme qui vivent ensemble”

Unknown-6C'est ce qu'a déclaré Angela Merkel, qui soutient néanmoins les unions civiles. 

 “Pas de discrimination. Un mariage c’est entre un homme et une femme qui vivent ensemble (…) Je pense qu’il faut accepter qu’il y ait des avis différents sur la question.”

Posté le 20 juillet 2015 à 22h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

La loi dénaturant le mariage en Finlande va être réexaminée

ImageLa Manif Pour Tous Finlande a dépassé les 10% de signatures d'électeurs finlandais nécessaires au réexamen par le Parlement de la loi qui avait ouvert le mariage et l'adoption aux personnes de même sexe en 2014, mais qui n'est pas encore entrée en vigueur. La démocratie directe a du bon...

Ludovine de La Rochère avait été en Finlande pour le lancement de cet appel aux Finlandais, qui a très heureusement abouti. Le débat va donc être rouvert à l’automne au Parlement finlandais. Celui-ci a été renouvelé depuis 2014. Il est aujourd'hui plus conservateur. Les discussions s'annoncent intenses et les votes serrés. Les élections législatives ont amené au pouvoir une coalition de droite menée par le Parti du Centre avec les Vrais Finlandais. Les deux formations sont plutôt hostiles à la dénaturation du mariage.

"Etonnamment", les grands médias n'en parlent pas plus que de l'écrasante victoire le 18 juin 2015 du non à la dénaturation du mariage au Parlement autrichien (110 voix contre, 26 pour !).

On trouve un article concernant la Finlande, sur ce site suisse.

Posté le 20 juillet 2015 à 19h25 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Bruno Le Maire n'a pas été hué pour ses convictions, mais pour son absence de conviction

Madeleine de Jessey et Sébastien Pilard (Sens Commun) réagissent aux propos tenus dans le JDD du 19 juillet par Bruno Le Maire, que Louise avait relevés :

H"[...] Tout d'abord, expliquez-nous: comment peut-on se réjouir de se faire siffler par des militants de son propre parti? Etre fier d'être chahuté par des opposants politiques, rien de plus normal. S'enorgueillir d'avoir été hué par les membres de sa propre famille, voilà qui est attristant. Car c'est la marque d'un mépris profond pour la base, assortie d'une incapacité à comprendre l'autre et ses attentes.

Alors oui, c'est vrai, vous avez été sifflé. Seulement, contrairement à ce que vous affirmez, vous n'avez pas été sifflé pour vos convictions, mais pour ce que les militants ont alors perçu comme une absence de conviction. Car le discours que vous avez tenu le 15 novembre était le suivant: on ne reviendra pas sur la loi Taubira car «c'est impossible». Comprenez dès lors que nos militants n'y aient pas vu la preuve de vos convictions profondes, mais bien plutôt la marque d'une soumission passive à une fatalité en laquelle ils ne croient pas, car ils savent, à juste titre, que le sens de l'histoire n'existe pas et qu'une volonté politique fondée sur des convictions solides peut tout. C'est cette résignation à la «fatalité» qui a trop souvent conduit la droite à ne pas revenir sur des réformes de gauche qu'elle décriait pourtant, tant sur le plan sociétal que sur le plan économique ou éducatif. Nous ne voulons plus de cela.

Vous vous honorez par ailleurs du fait de «coïncider avec vous-même» et de n'avoir jamais changé d'avis. Mais reprenons ensemble, si vous nous le permettez: lors de ce meeting du 15 novembre, vous étiez favorable à une réécriture de la loi sur le volet de la filiation assortie d'une interdiction de la PMA homosexuelle et de la GPA. Huit mois plus tard, qu'en est-il? Vous avez renoncé à revenir sur la filiation, vous ne parlez plus de la PMA, et vous engagez seulement à lutter contre les mères porteuses. Que de renoncements, en quelques mois seulement! Vous êtes désormais sur la même ligne qu'un Manuel Valls. Il n'y a pas vraiment là de quoi être fier…

Vous avez fait du «renouvellement» votre marque de fabrique: mais le vrai renouvellement, Monsieur Le Maire, c'est la constance, la cohérence et la crédibilité.

Où est-elle, cette constance, lorsqu'en l'espace de huit mois on renonce à ses engagements?

Où est-elle, cette cohérence, lorsqu'on prétend vouloir lutter contre les mères porteuses sans retoucher la Loi Taubira, alors que nous avons aujourd'hui la preuve que celle-ci ouvre mécaniquement un droit à ces pratiques?

Où est-elle, cette crédibilité, lorsqu'on fonde sa politique sur le changement de cap et la soumission au sens de l'histoire, formidable prétexte dont la gauche se targue depuis des années pour imposer toutes ses «réformes de civilisation»? [...]"

Posté le 20 juillet 2015 à 15h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (21)

19 juillet 2015

Quand il veut défendre ses convictions, Bruno Le Maire choisit l'abstention

Pour démontrer au JDD qu'il a davantage de convictions que Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire brandit un grand moment de bravoure : son refus en juin 2015, sous les huées des militants de Sens commun, de réécrire la loi Taubira :

"La vraie violence surgit quand on menace votre intégrité physique. J’ai connu des moments durs, comme ministre de l’Agriculture, aux salons de l’élevage de Rennes et de Cournon-d’Auvergne. Mais, lors de ce meeting, j’ai ressenti de la fierté quand j’ai été hué pour mes convictions : oui, je crois au mariage homosexuel; oui, je crois que l’amour homosexuel vaut l’amour hétérosexuel. Il faut avoir conscience que nos combats dépassent notre personne. Je reste impitoyable avec ceux qui renoncent à leurs idées pour plaire à la foule et faire taire quelques sifflets. Je suis reconnaissant aux gens qui m’ont hué car cela m’a permis d’éprouver mes convictions et de vivre ces moments forts où l’on coïncide avec soi-même."

Deux mois plus tôt dans l'hémicycle, Bruno Le Maire a donc défendu ses convictions... en s'abstenant lors du vote de la loi Taubira. Peut-être était-il encore ému de cet autre "moment fort où l'on coïncide avec soi-même", à savoir le meeting de Sens commun de novembre 2014, où il affirmait l'inverse :

"Je n'ai qu'une parole et je tiens promesse. Le combat que je veux livrer (...), c'est le combat contre le droit à l'enfant et pour le respect des intérêts des enfants dans la famille française. Voilà pourquoi j'ai demandé et je propose une réécriture de la loi Taubira."

Laissons lui la conclusion : "Je reste impitoyable avec ceux qui renoncent à leurs idées pour plaire à la foule". Ajoutons : avec ceux qui laissent s'exercer une violence bien pire que quelques huées ; celle qui dénature le mariage, cellule de base de la société ; celle qui impose un changement de civilisation en divisant l'humanité entre homosexuels et hétérosexuels alors que ce sont les différences et la complémentarité entre l'homme et la femme qui la rendent féconde ; celle qui enlève délibérément à des enfants leur père ou leur mère.

Posté le 19 juillet 2015 à 16h46 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (14)

17 juillet 2015

Don du sang par des personnes homosexuelles : interdiction de 12 mois

Lu ici :

"Selon des sources concordantes proches du dossier, les discussions initiées en juin dernier par le ministère des Affaires sociales et de la Santé, en vue de modifier l’arrêté du 12 janvier 2009 fixant les critères de sélection des donneurs de sang, sont en train d’aboutir à un consensus : transformer l’interdiction permanente de don imposée aux donneurs masculins qui déclarent avoir eu une relation sexuelle avec un homme (HSH) en interdiction temporaire de 12 mois. Cette piste serait assortie de programmes de recherches sur l’impact sanitaire de cette mesure."

Thomas Sannié, président de l’Association française des hémophiles, explique :

« Je comprends parfaitement le sentiment de discrimination que peuvent ressentir les HSH, mais le don du sang n’est pas un droit. En revanche, la sécurité des produits sanguins est un droit des receveurs. À l’origine, nous avions demandé une interdiction temporaire de cinq ans, comme au Canada. Nous acceptons la contre-indication d’un an car l’expérience australienne montre que l’on peut appliquer cette politique. Ce que nous refusions absolument, c’était le passage à 4 mois. Il faut aussi que, si l’évaluation est négative, on accepte l’idée d’augmenter ce délai. »

Le président de la FFDSB (Fédération française du don de sang volontaire), Roger Praile, rappelle que

« les hémophiles, les personnes qui ont séjourné dans les pays exposés au paludisme ou en Angleterre dans les années 2000 sont tous exclus du don. On ne peut pas limiter le débat à l’envie de lever un sentiment de discrimination. »

C’est le ministère qui prendra la décision définitive. 

Posté le 17 juillet 2015 à 22h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

15 juillet 2015

Jean-Christophe Fromantin commence à lâcher...

Luc Carvounas, premier parlementaire homosexuel à bénéficier de la loi Taubira, déclare :

"J’ai même reçu un texto de félicitations de Jean-Christophe Fromantin (député UDI de Neuilly, Ndlr), dont chacun sait qu’il était très opposé au mariage gay. C’est bien la preuve que la société avance."

Il est incohérent d'exiger l'abrogation de la loi Taubira et de féliciter, même à titre personnel, quelqu'un pour une action que l'on estime mauvaise et contre-nature. Et en plus, le lobby LGBT exploite cet évènement à son profit. A moins que son opposition à la loi Taubira ne soit qu'une posture électorale...  

Posté le 15 juillet 2015 à 15h24 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

LGBTisme : Le Nigéria tance le Haut-Commissaire de l’ONU

Le Nigéria a réprimandé publiquement le bureau des droits de l’homme de l’ONU pour avoir piétiné les droits universellement accordés, en essayant d’imposer le mariage entre deux personnes du même sexe et en interdisant les points de vue habituels sur l’homosexualité. Le Nigéria a accusé les fonctionnaires de l’ONU d’enfreindre le droit à la démocratie, la liberté religieuse et les normes culturelles qui fortifient les familles.

Cette déclaration était une réponse à un rapport publié par le département de l’ONU sur les droits de l’homme. Le rapport sur la discrimination et la violence contre les personnes, basées sur l’orientation sexuelle et l’orientation du genre critiquait les lois qui protégeaient les enfants de la propagande LGBT et condamnait les thérapies qui aident les personnes qui ressentent des attirances sexuelles non désirées. Exprimer des points de vue négatifs sur l’homosexualité contribue à la violence, soutient le rapport.

Le rapport de l’ONU, que les gouvernements sont libres d’ignorer mais qui sera utilisé pour leur faire pression, demande aussi aux pays de légaliser le mariage ou les unions entre les personnes du même sexe et de leur donner des avantages.

Le Nigéria a réprimandé les fonctionnaires de l’ONU pour ne pas respecter le processus démocratique et pour mettre en péril les droits de l’homme universellement acceptés. La liberté religieuse et les droits culturels font “partie fondamentale de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme », a affirmé le Nigéria. Les pays ont le « devoir de garantir les valeurs familiales » qui sont « le roc ferme sur lequel reposent les valeurs morales de la personne ».

La loi “synchronise” la culture, les traditions et les deux religions majoritaires du Nigéria et cela implique un rejet

« sans réserve du mariage entre personnes du même sexe, de l’homosexualité, du lesbianisme et des comportements gays ou transsexuels ».

Posté le 15 juillet 2015 à 09h48 par Michel Janva | Lien permanent

14 juillet 2015

Liquidation judiciaire imminente pour Têtu ?

Le tribunal de commerce aurait reçu une demande de liquidation judiciaire du magazine homosexualiste, actuellement placé en redressement. Audience le 23 juillet. Têtu pourrait donc avoir publié son dernier numéro.

Posté le 14 juillet 2015 à 17h11 par Louise Tudy | Lien permanent

La Famille, joie et espérance de l'Humanité (1/6)

Suite à la session de formation qui a eu lieu à Sens du 11 au 13 juillet sur le thème "La Famille, joie et espérance de l'Humanité", nous vous proposons des extraits des interventions du père Bernard, modérateur de la Famille Missionnaire de Notre-Dame, que vous pouvez retrouver en intégralité sur leur blog. Voici un extrait de sa première intervention "Lumières et ombres de la famille aujourd'hui, la famille dans Familiaris Consortio" :

2015_session"(...) Notre Session, en cette année de la vie consacrée et à deux mois du prochain Synode sur la famille, est centrée sur une conviction prophétique de Saint Jean-Paul II, prononcée lors de la première journée mondiale de la Famille à Rome : la Famille, Gaudium et Spes, joie et espérance de l’Eglise et de l’humanité. Le Pape des jeunes et des familles avait donné en novembre 1981 une Exhortation particulièrement importante dont nous allons nous servir en cette première partie de la Session : Familiaris Consortio.

Depuis cette Exhortation, nous assistons à une déconstruction galopante et angoissante du mariage et de la famille. Mais nous ne baissons pas les bras : l’action de Jean-Paul II a porté un fruit abondant en France : les familles des générations Jean-Paul II et Benoît XVI se sont levées. La Manif pour tous est née et, aujourd’hui, elle naît et se développe en d’autres pays d’Europe et du monde. L’autre prophétie de Jean-Paul II est en train de se réaliser : le troisième millénaire sera le millénaire des familles ! N’ayons pas peur, mais soyons déterminés à aller à contre-courant. Nous ne devons pas laisser les cultures de la mort, les dictateurs du relativisme et les nouveaux colons idéologiques aller jusqu’au bout de leur entreprise (...)

Nous sommes en présence d’une véritable conspiration en vue d’imposer à tous les Etats du monde les antivaleurs qui contredisent les valeurs non-négociables dont le fondement est la Loi naturelle. Jean-Paul II, dans l’Encyclique Evangelium Vitae, parlait de conspiration contre la vie; Benoît XVI de dictatures du relativisme; le Pape François de colonisation idéologique. Réveillons-nous et témoignons courageusement de l’évangile et de Jésus, Voie, Vérité et Vie (...)

Le Cardinal Joseph Ratzinger, devenu Benoît XVI, était convaincu que les vrais changements, au cours de l’histoire, ont été obtenus par des minorités actives. Nous avons, en outre, la conviction de Sainte Jeanne d’Arc : c’est Dieu qui nous donnera la victoire et Il nous la donnera par le Cœur Immaculé de Marie parce que la cause de la famille est sa propre cause. C’est Dieu qui a institué le mariage et la famille, Il ne laissera pas l’Enfer aller jusqu’au bout de leur dénaturation ! Par l’Eglise, elle sera sauvée ainsi que l’humanité, famille des Nations."

Posté le 14 juillet 2015 à 12h04 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (2)

13 juillet 2015

Intérêt de l'enfant : suspension du droit de visite de l’ex-concubine de la mère

Suite à la séparation de deux femmes homosexuelles, la mère biologique de 2 enfants nés par PMA déniait à son ex-compagne le droit de visiter ses enfants. Dans une décision du 17 juin 2015, la cour d'appel de Nîmes lui donne raison :

"Au vu de l'évolution de la situation, il y a lieu de suspendre le droit de visite de l'ex-concubine de la mère sur les deux enfants, issues d'un projet parental commun et d'une procréation médicalement assistée. Les visites, accordées à bon droit en première instance, n'ont pas permis de renouer un lien affectif entre les enfants et l'ancienne compagne de la mère. S'il peut paraître paradoxal de satisfaire à la demande de la mère et de sembler ainsi sanctionner positivement son comportement pourtant contraire aux besoins bien compris des enfants, il convient de respecter leur intégrité psychique et de ne pas aggraver leur désarroi et leur souffrance. Le projet parental commun est notamment établi par le témoignage filmé des deux femmes. En outre, l'ex-concubine de la mère a continué à s'occuper des enfants après la séparation, notamment les lundis et mardis.

Cependant, depuis le début de la procédure judiciaire, la mère tente de réécrire l'histoire. Elle semble désormais difficilement assumer son homosexualité passée, et être soulagée d'être aujourd'hui dans la norme de l'hétérosexualité. Tant l'enquêtrice que l'expert concluent à l'utilité et la nécessité pour les enfants de faire connaissance avec leur véritable histoire. Néanmoins, il ne faut pas banaliser l'homosexualité ni l'homoparentalité du point de vue des enfants, celle-ci n'étant pas si facile à construire, à fortiori lorsque les deux parents sont en conflit. Il faut également tenir compte de la stigmatisation sociale. S'il est particulièrement dommageable que l'ex-concubine soit privée des enfants alors qu'aucun motif tenant à sa personne ne le justifie, l'appréciation de l'intérêt actuel des enfants, commande de prendre en compte la souffrance de ces dernières."

Sic : "il ne faut pas banaliser l'homosexualité ni l'homoparentalité du point de vue des enfants".

Posté le 13 juillet 2015 à 23h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

12 juillet 2015

L'homosexualité ou l’hétérosexualité ne sont pas des identités

Russie unie, le parti de Vladimir Poutine, a dévoilé mercredi un nouvel emblème,reprenant celui de La Manif pour tous… Ludovine de la Rochère répond à Boulevard Voltaire :

"La branche moscovite du parti de Vladimir Poutine a récemment présenté un « drapeau hétérosexuel » qui n’est autre que celui de la Manif pour tous… Quelle a été votre réaction ?

En fait, le sujet n’est pas si simple qu’il paraît, plusieurs paramètres entrent en jeu. D’abord, le fait que le symbole de LMPT soit repris partout dans le monde est une excellente nouvelle en soi, et je me félicite que des Russes attachés à la famille fondée sur la filiation père/mère/enfant le reprennent, exactement comme je m’en réjouis dans tous les autres pays qui le font. Mais ce drapeau, symbole de la défense du mariage homme/femme et de la filiation père/mère/enfant, ne peut être repris n’importe comment.

En effet, ces enjeux d’humanité et de civilisation sont universels et essentiels. Ils dépassent, notamment, les clivages politiciens : je regrette donc qu’un parti politique l’ait récupéré. Le commentaire immédiat de certains observateurs a d’ailleurs été : « LMPT est pro-Poutine. » La confusion a été immédiate alors que ce n’est pas le sujet ! C’est pourquoi nous n’y sommes pas favorables et ce quel que soit le parti concerné.

J’ajoute que, en l’occurrence, cette confusion a été d’autant plus grande que l’un des responsables russes a prétendu que nous avions donné notre accord, ce qui est faux. Mais je regrette surtout une profonde erreur de ces responsables : ils l’ont présenté comme le « drapeau hétérosexuel » par opposition au drapeau LGBT. Or, c’est tomber dans l’idéologie du genre, diviser l’humanité selon des orientations sexuelles. Ce qu’il faut défendre, rappeler et faire respecter, au contraire, c’est que l’humanité est homme ou femme et non hétérosexuel, homosexuel, transsexuel ou autre. Pour le dire autrement, contrairement à ce qu’on essaye d’installer dans les esprits, notamment pour banaliser toutes les pratiques, l’homosexualité ou l’hétérosexualité ne sont pas des identités !

D’autre part, il est malsain de mettre en opposition hétéros et homos, ce n’est pas ainsi que l’on avancera sur ces enjeux. Et d’autant plus que bien des homosexuels n’ont demandé ni le mariage, ni le bricolage de la filiation pour faire comme si deux hommes ou deux femmes pouvaient concevoir un enfant ensemble. C’est éloigné des préoccupations de certains, et d’autres sont conscients que le mariage ne peut concerner, par définition, que le couple homme/femme et que la filiation ne peut être que père/mère/enfant. Ils savent parfaitement, aussi, que tout enfant a besoin de père et mère et que c’est monstrueux de l’en priver volontairement.

Comment un parti politique peut-il soutenir ce combat ?

Si un parti ou une personnalité politique souhaite soutenir ce combat pour la famille, c’est évidemment formidable, mais il y a d’autres manières de le faire savoir, y compris en lien avec LMPT. Vous savez, par exemple, que nous proposons aux élus de s’engager officiellement en faveur des « Principes pour la famille et pour l’enfant », principes issus du Grenelle de la famille organisé par La Manif Pour Tous en 2013-2014. Je souhaiterais d’ailleurs vivement que Vladimir Poutine s’engage en faveur de ces Principes car cela impliquerait qu’il fasse interdire la GPA en Russie alors qu’elle y est légale pour le moment et qu’il n’a jamais rien fait pour changer cela. [...]"

Concernant l'actualité de LMPT, elle déclare :

"Nous venons de faire un Tour de France, en 25 étapes, pour aller rencontrer les collectivités locales, élus locaux, parlementaires, médias, mais aussi nos équipes de terrain et nos sympathisants. Nous voulons expliquer aux Français que nous sommes tous concernés par la pratique de la GPA parce qu’elle déconstruit la maternité, la filiation et la famille et parce qu’elle bouleverse la manière dont la société considère la mère, donc la femme, et plus généralement, tout être humain. Ce sujet est également devenu une priorité en raison de l’actualité qui rend la prise de conscience et l’action urgentes. Nous organisons également l’Université d’été 2015 de La Manif Pour Tous à Quiberon, les 19 et 20 septembre, sur le transhumanisme et l’écologie, la famille et l’éducation.

Pourquoi l’éducation ?

La diffusion de l’idéologie du genre à l’école nous conduit, depuis le début, à défendre la liberté d’éducation des parents. Celle-ci est d’autant plus mise à mal que certains ministres souhaiteraient clairement que l’État prenne la place de la famille. J’ajoute que la réforme du collège lancée par le ministre de l’Éducation nationale montre sa volonté, par idéologie, de déconstruire la filiation culturelle comme elle-même et d’autres cherchent à déconstruire la filiation biologique.[...]

Posté le 12 juillet 2015 à 16h12 par Michel Janva | Lien permanent

11 juillet 2015

Résistance aux abominations du lobby LGBT : au Cameroun aussi

Pour le président de la CENC (Conférence Episcopale Nationale du Cameroun) par ailleurs archevêque métropolitain de l’archidiocèse de Douala Mgr Samuel Kléda, « les chrétiens et tous les hommes de bonne volonté doivent se mobiliser pour barrer la voie à l’homosexualité », tant il est vrai qu’il s’agit d’une « abomination ». Malgré des pressions des associations du monde occidental visant « la vulgarisation de l’homosexualité en Afrique », souligne l’Eglise,

« nous devons nous opposer fermement contre ces pratiques contre nature, parce ce que cela est condamnable aussi bien sur le plan de la morale, de la culture que de la loi au Cameroun ».

« Il faut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes, en instituant le mariage, Dieu a voulu que ce soit un homme et une femme ».

« Comment allons-nous vivre dans un monde où les hommes épousent les hommes et les femmes épousent les femmes et vouloir en même temps assurer l’acte de procréation ».

Au Cameroun, la pratique de l’homosexualité constitue un délit passible de sanctions pénales conformément à loi en vigueur.

Posté le 11 juillet 2015 à 15h38 par Michel Janva | Lien permanent

Les évêques du Nigéria demandent aux politiques de résister aux pressions LGBT

Les évêques nigérians lancent l’alarme à propos des répercussions en Afrique de la dénaturation du mariage dans un certain nombre d’Etats du monde occidental. Dans un communiqué publié au terme de leur Assemblée plénière, ils soulignent que les pays qui ont légalisé le « mariage » homosexuel « produisent de grandes quantités de contenus médiatiques qui sont consommés dans notre pays et sur notre continent, tout comme une grande partie du matériel éducatif utilisé dans nos écoles. Ainsi, leur manière de voir, de penser et leurs tendances sont facilement incorporées au cœur même de notre société, influençant de nombreuses personnes, en particulier les jeunes impressionnables.

« Accepter ces tendances occidentales en appuyant les unions homosexuelles ou « le mariage du même sexe » constitue un fait dévastateur, qui ira au détriment de notre nation, le Nigeria, et conduira à l’inévitable désagrégation de la famille et plus généralement de la société, avec des implications négatives ».

Le document s’achève en lançant un appel aux responsables politiques afin qu’ils

« résistent aux pressions et protègent les nigérians de la propagande lesbienne, homosexuelle, bisexuelle et transgenre »

Et aux professionnels des moyens de communication, de la musique, du marketing et de la médecine afin qu’ils soient

« les gardiens qui protègent le public de la propagande diffusée par différents moyens de communication et forums ».

Posté le 11 juillet 2015 à 15h30 par Michel Janva | Lien permanent

Laurent Wauquiez courtise-t-il le milieu LGBT ?

Oui, selon Le Point, qui consacre un papier à Emmanuel Goldstein, connu pour son entregent et ses soirées parmi les plus prisées du tout-Paris friendly. Deux fois par an, ce banquier énarque reçoit dans son duplex du Marais.

"C'est ainsi que ses soirées d'anniversaire, dites Goldies, sont devenues un cercle d'influence du Tout-Gay Paris et du Tout-Paris".

Parmi tous ces successful people, Laurent Wauquiez, numéro 3 des Républicains et ancien ministre de Nicolas Sarkozy, dépeint comme un ambitieux, opportuniste, capable des pires trahisons pourvu qu'elles servent sa carrière. Et de citer le journaliste Frédéric Martel :

"Un jour, j'ai tweeté qu'il était passé, il en a été très mécontent. Sans doute n'était-il pas opportun qu'on sache qu'un anti-mariage pour tous courtise le milieu gay...".

Posté le 11 juillet 2015 à 10h11 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

Le 600 à Caen

Hier soir sur les remparts du château de Caen :

FullSizeRender

Posté le 11 juillet 2015 à 09h53 par Michel Janva | Lien permanent

07 juillet 2015

Manifestation LGBT au son de : « Il faut brûler la Conférence épiscopale »

... à Séville.

Posté le 7 juillet 2015 à 23h09 par Michel Janva | Lien permanent

Contre la GPA, il est obligatoire d'abroger la loi Taubira

Suite à l'arrêt de la cour de cassation sur la GPA, Jean-Frédéric Poisson déclare à Famille chrétienne :

"La première conséquence immédiate et directe est l’instauration de l’esclavage. En effet, la gestation pour autrui relève ni plus ni moins de cette pratique barbare qui fait de l’homme un instrument au profit d’un autre. Il faut être honnête avec les Français et leur expliquer que la pratique des mères porteuses consiste à louer un ventre pour assouvir le désir – compréhensible – d’un couple d’avoir des enfants.

Quelle mère accepterait de porter un enfant d’un autre pendant 9 mois puis qu’on lui arrache ce lien construit in utero en échange d’argent ? Quel père accepterait que sa fille se fasse payer pour la même pratique ? Que fait-on des préconisations médicales (ne pas fumer, ne pas boire d’alcool, se reposer) envers la femme enceinte si on considère la grossesse comme une marchandise ? Enfin, dit-on bien aux Français que le recours à la GPA coûte des dizaines de milliers d’euros et que cela n’est accessible qu’à une caste aisée ?

Le recours à cette pratique engendre échange d’argent et location du corps de la mère porteuse, elle-même en situation de besoin économique. Mettre à sa disposition un être humain pour assouvir son propre désir contre de l’argent, c’est bien une forme d’esclavage. Les riches se payent le ventre des pauvres. Je condamne ce recul de civilisation et je le combattrai car je l’estime contraire à la dignité de la personne.

La seconde conséquence est la fin de l’état de droit en France. En effet, les personnes recourant aux mères porteuses violent volontairement et objectivement le droit en vigueur. Ainsi, elles s’excluent elles-mêmes de la communauté nationale. De facto, la cour de cassation légitime la violation du droit national. Il y a là un paradoxe notable qui m’indique que la haute juridiction a des visées politiques.

[...] En fondant l’Entente parlementaire, j’avais alerté mes collègues députés puis les Français lors de mes présences aux Manifs pour tous contre cette dérive inscrite au cœur même de la loi Taubira.

En cassant le lien d’ordre public régissant les engagements et obligations du couple envers l’enfant à naître, la majorité socialiste a fait du mariage un espace de consommation et d’individualisme« On s’aime, on doit se marier », cette expression, fausse au plus haut point, engendre le recours aux mères porteuses. Je le répète avec force, la personne naît de la rencontre entre un spermatozoïde et un ovule. Les premiers éducateurs d’un enfant sont ses géniteurs. La suite logique à la GPA sera désormais les utérus artificiels et l’apogée du scientisme. Le Parti chrétien-démocrate à temps et contretemps continuera à plaider pour un respect de la nature de l’homme dans l’intégralité de ses dimensions et dans l’harmonie de son essence.

[...] Pour battre en brèche cette décision, il est absolument obligatoire d’abroger la loi Taubira. Elle porte en germe toute cette métamorphose des relations interpersonnelles. De relations entre égaux, entre personnes uniques, nous passons à un temps utilitariste où l’homme asservit l’homme, où l’homme est contre l’homme."

Posté le 7 juillet 2015 à 07h16 par Michel Janva | Lien permanent

06 juillet 2015

"Je n'ai été qu'un utérus porteur, et je suis toujours considérée comme tel"

La Manif pour tous a mis en ligne plusieurs témoignages vidéo de femmes regrettant avoir loué leur utérus :

 

 

Posté le 6 juillet 2015 à 21h30 par Louise Tudy | Lien permanent

05 juillet 2015

Lapsus révélateur

"enchants", une contraction d'"enfants achetés" ?

Bergé

Posté le 5 juillet 2015 à 21h31 par Louise Tudy | Lien permanent

04 juillet 2015

La Cour de Cassation vient de rétablir l'esclavage en France

Selon le député Jean-Frédéric Poisson :

"Aujourd'hui, la Cour de Cassation vient de rétablir l'esclavage en France en reconnaissant la transcription des enfants nés de GPA dans l'Etat Civil français.

Cette décision nous place au coeur du débat sur le "mariage gay" et la question du "droit à l'enfant".

Retrouvez mon entretien à Famille Chrétienne, en cliquant ici.

Le corps de la femme peut-il être instrumentalisé au bénéfice du désir d'une autre personne ?

C'est l'heure de vérité !

Pour battre en brèche cette décision, il est absolument obligatoire d'abroger la loi Taubira.

Le Parti Chrétien-Démocrate continuera à temps et contre temps ce combat pour la dignité humaine.

Je compte sur vous, on ne lâche rien !"

Posté le 4 juillet 2015 à 09h45 par Michel Janva | Lien permanent

01 juillet 2015

La Ligue du Sud s'oppose à la PMA pour tous

Communiqué :

"La Ligue du Sud est particulièrement défavorable à la réforme de la Procréation Médicalement Assistée de 2011 permettant aux couples hétérosexuels d’avoir un enfant par fécondation in vitro sans condition de vie commune. Si l’infertilité est une souffrance dont il est louable que la science soit parvenue à amoindrir les duretés, le mythe du Progrès ne doit pas ouvrir la possibilité à toutes les dérives.

Lors du débat ayant entrainé la destruction du modèle naturel du mariage lors des premières années du quinquennat de François Hollande, les opposants au saccage du mariage rappelaient que les coteries LGBT chercheraient à imposer l’extension universelle de la GPA. C’est chose faite avec le concours du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, tout un programme, qui demande la libéralisation complète de ces solutions en principe réservées à des cas limites. Rappelons que grâce à la belle mobilisation de La Manif Pour Tous, l’ouverture de la GPA aux couples de femmes était retirée de la loi famille en janvier 2014.

L’approche utilisée dans le rapport est paradoxale : elle est issue exclusivement des fameuses théories du genre. Rappelons que le Haut Conseil est dépendant du premier ministre qui rappelait vertement, comme sa chère amie Belkacem, que ces théories n’existaient pas. Pourtant on lit en introdu ction : « Ainsi, les personnes homosexuelles transgressent les normes du genre et sont disqualifiées dans leur identité d’homme « masculin » et de femme « féminine » ». D’ailleurs la PMA reposant sur l’anonymité du donneur et le rapport préconisant d’instaurer une « déclaration commune anticipée de filiation » la société en arriverait à créer une filiation ignorant volontairement la différence des sexes, l’équilibre dans l’éducation par un père et une mère. La PMA pour les duos lesbiens reviendrait au couronnement d’un totalitarisme idéologique ignorant complètement et la nature humaine et la Nature elle-même.

L’argumentaire utilisé note bien les objectifs réels de forces à l’œuvre depuis des décennies maintenant en faveur du saccage du mariage. Ainsi la Haute Cour prétend justifier le passage à la PMA pour les duos lesbiens au motif que le nombre de divorces aurait explosé et que les femmes seules élevant les enfants de leur précédente union est très majoritaire. Il ne viendrait donc pas à l’idée de ce groupe sans légitimité que c’est justement à un approfondissement des engagements qu’il faudrait procéder pour retrouver ordre et équilibre dans notre société ? Les souffrances des enfants de familles éclatées n’intéressent visiblement pas ces pseudos féministes qui prônent la coexistence d’autres normes à côté de la famille nucléaire, fruit de millénaires de civilisation.

La Ligue du Sud répète qu’elle défend une conception traditionnelle de la famille. Par pragmatisme et souci du bien commun, elle considère que la Politique se doit de soigner les situations sociales intolérables, en rupture de l’ordre naturel. La moraline LGBT cependant n’a rien à faire en politique : elle utilise les individus au service de son idéologie et veut remplacer les familles par des atomes, les enfants par des projections hédonistes insoucieuses de l’avenir de notre société."

Posté le 1 juillet 2015 à 20h54 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (1)

GPA : 2 personnes LGBT condamnées pour provocation à l'abandon d'enfant

Lu sur Infos Bordeaux :

"Le tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné aujourd’hui un « couple » homosexuel à 7500 euros d’amende chacun, pour « provocation à l’abandon d’enfant ».

Ces homosexuels, « mariés » ont eu recours à une mère porteuse pour donner naissance à une petite fille, âgée aujourd’hui de 6 mois. Ils avaient trouvé une agence basée à Chypre, qui les avait mis en relation avec une femme de nationalité bulgare. Celle-ci était venue en famille à Bordeaux début 2015 afin d’accoucher.

Cette pratique illégale a donc été condamnée, et ce jugement pourrait faire jurisprudence dans le débat actuel sur la GPA (Gestation pour Autrui)."

Posté le 1 juillet 2015 à 15h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

Le Haut conseil à l'égalité femmes-hommes veut des enfants privés de père

Le Haut conseil à l'égalité femmes-hommes rend ce 1er juillet un avis favorable à l'ouverture de la procréation médicalement assistée aux paires de femmes.

Dans un document intitulé "Contribution au débat sur l'accès à la PMA", cette instance créée en janvier 2013 sous l'égide du Premier ministre et chargée "d'animer le débat politique sur la question de l'égalité" recommande "d'étendre l'accès à la PMA à toutes les femmes sans discrimination".

L'instance souhaite également que les actes de PMA soient pris en charge par la sécurité sociale. Le Haut conseil recommande enfin d'instaurer la possibilité d'une "déclaration commune anticipée de filiation" pour les homosexuelles, actant ainsi le fait que l'enfant n'ait pas de père.

Cet avis arrive au même moment que celui du Défenseur des droits. Jacques Toubon devrait exprimer un avis favorable sur le sujet ce 1er juillet lors de son audition au Sénat.

Posté le 1 juillet 2015 à 15h12 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Défense du mariage aux Etats-Unis : on ne lâche rien

Extrait d'un article de Présent :

" Brian Brown, président de NOM [National Organization for Marriage], ne se contente pas de se lamenter sur les gravats du vendredi 26 juin. Il réagit, appelle à la résistance et lance les grandes lignes d’une contre-attaque. Un plan en trois volets.

D’abord, exiger du Congrès à Washington et des gouvernements des Etats qu’ils votent une loi, le First Amendment Defense Act, dans le but de protéger les défenseurs du mariage contre une probable discrimination sectaire.

Ensuite, entamer une longue et rude campagne afin de tenter de faire passer, aussi bien sur la colline du Capitole que dans les trois-quarts des cinquante Etats, un amendement constitutionnel scellant une fois pour toutes dans le bronze la loi naturelle qui dicte que le mariage, c’est l’union d’un homme et d’une femme.

Enfin, multiplier les appels aux électeurs pour qu’ils incitent les différents concurrents aux primaires républicaines à hisser la définition du mariage au niveau des grands débats précédant l’élection présidentielle de novembre 2016.

« Nous nous retrouvons, note Brown, dans la logique de Roe versus Wade, le verdict de la Cour suprême qui, en janvier 1973, a légalisé l’avortement : même usurpation de pouvoir. Dans les deux cas, la Constitution n’est qu’un paravent. » Un paravent pour camoufler de sombres manipulations politico-idéologiques. Et une partie de bras-de-fer laïque que dénonça le pape François qui, en l’occurrence, insista surtout, comme le rappelle Mgr Thomas Tobin, évêque du Rhode Island, sur « l’attentat de la Cour suprême visant à détruire le plan de Dieu pour la famille humaine ». Mgr Tobin, qui ferraille depuis cinq ans sur la brèche du « mariage » gay, prévoit dans l’avenir, comme beaucoup d’autres évêques ici, un âpre combat et des persécutions de dissidents. [...]"

Posté le 1 juillet 2015 à 15h07 par Michel Janva | Lien permanent

GPA : la fin du mythe des « fantômes de la République »

Communiqué de La Manif Pour Tous :

"La Cour de cassation doit rendre ce vendredi un avis très attendu sur la reconnaissance des GPA réalisées à l’étranger pour des ressortissants français. L’argumentation des partisans de la légalisation de la GPA et de son business abject repose sur l’existence supposée des « fantômes de la République », ces enfants nés de GPA à l’étranger mais non reconnus par la France. « C’est un mensonge : il faut mettre fin à ce mythe des « fantômes de la République » s’indigne Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous. A la veille de manifestations de grande ampleur organisées en octobre dernier par La Manif Pour Tous, le Premier Ministre lui-même le rappelait dans une interview accordée au journal La Croix : « Il ne faut pas laisser dire non plus que ces enfants sont sans filiation ni identité. Ils ont une filiation et une identité, mais établies à l’étranger. »

Cet argument fallacieux se retrouve une nouvelle fois au cœur d’une décision de justice. Il est clair que les militants pro-GPA cherchent à détourner le regard d’une opinion publique de plus en plus choquée par la réalité sordide d’une pratique qui conduit à  l’arrachement volontaire et programmé de l’enfant à sa mère dès sa naissance et à l’asservissement des femmes réduites à la valeur de leur utérus. Chaque jour, de nouvelles vois s’élèvent pour appeler à mettre un terme à cette pratique odieuse de la GPA qui utilise et exploite la misère humaine comme une matière première.

Les partisans de la légalisation de la GPA sont devenus ces spécialistes pour transformer des inexactitudes voire des mensonges en vérité auto-proclamée. Ainsi, contrairement à ce qu’ils affirment, la CEDH n’a jamais condamné la France pour refus de retranscrire à l’état civil français des enfants nés de GPA à l’étranger. La CEDH s’est contenté de demander que la vie privée de ces enfants soit respectée par la République française. « Personne ne sait exactement ce que cela signifie concrètement et les juristes s’arrachent les cheveux pour essayer d’analyser cette décision dont les conclusions ont été manipulées par des groupes de pression en faveur de la GPA » dénonce Ludovine de La Rochère.

Alors que l’avis de la Cour de cassation sera rendu ce vendredi, La Manif Pour Tous tient à rappeler les risques des conséquences des recommandations du Procureur général. Si, conformément au souhait de Jean-Claude Marin, l’état civil mentionne le lien de filiation biologique de l’enfant à l’égard de son père, rien ne s’opposera à ce que le conjoint du père engage une procédure d’adoption qu’il soit hétérosexuel ou homosexuel (grâce à la loi Taubira) qui aura pour résultat la reconnaissance totale par la France des GPA réalisées à l’étranger. « Il y a un choix de société qui s’impose à la conscience collective. Toute forme de reconnaissance de la GPA est incompatible avec les valeurs de la République » conclue Ludovince de La Rochère."

Posté le 1 juillet 2015 à 14h26 par Michel Janva | Lien permanent

Le refus de l’enseignement d’Humanae vitae mène au "mariage" LGBT

Extrait d'un article de Christophe Geffroy dans La Nef sur le oui irlandais à la dénaturation du mariage :

N"[...] Ce manque d’engagement de la plupart des évêques a sans doute favorisé le vote en faveur du « oui ». Mais le Père Sean [religieux investi dans une paroisse de Dublin], ainsi que l’abbé Michael Nevin, qui est l’un des trois prêtres à célébrer la forme extraordinaire à St. Kevin’s, importante paroisse de Dublin, ont bien insisté sur le fait que le mal était profond et ancien.

Pour le Père Sean, il faut au moins remonter à l’esprit de Mai 68 et au refus de l’enseignement d’Humanae vitae (1968), l’encyclique de Paul VI rejetant la contraception. Il aime citer la philosophe G.E.M. Anscombe qui affirmait que si l’on n’acceptait par Humanae vitae, on ne pourrait plus rien arrêter derrière. Le grand mal de nos sociétés occidentales est pour lui la déconnexion opérée entre sexualité et procréation. Car à partir de là, rien n’empêche la sexualité de s’exercer dans n’importe quelle condition, hors mariage, mais aussi entre personnes de même sexe, sans parler de la procréation artificielle (PMA, GPA). Pour le Père Sean, c’est à ce moment que s’accomplit la rupture entre l’Église et une partie des fidèles catholiques.

Autre aspect sur lequel insistent nos deux prêtres : l’abandon de la foi dans les écoles catholiques d’Irlande qui scolarisent 90 % des élèves du primaire. En Irlande, le catéchisme est enseigné par les professeurs dans le cadre de l’école, il n’y a pas de catéchisme en paroisse comme en France, si bien que les prêtres n’ont qu’un accès très limité à cet enseignement pourtant essentiel pour transmettre la foi. Or, beaucoup de maîtres n’ont plus la foi et ne peuvent donc la transmettre. Le Père Sean se souvient que lorsqu’il avait 17 ans, en 1991, les jésuites de son école vantaient la contraception ! En Irlande, il y a chaque année une « semaine LGBT » dans toutes les écoles (donc y compris catholiques)… Et Mgr Martin s’étonne après que beaucoup de jeunes soutiennent le « mariage » gay !"

Posté le 1 juillet 2015 à 14h09 par Michel Janva | Lien permanent

30 juin 2015

La République LGBT

Lu ici :

"Le sénateur PS Luc Carvounas va épouser le 11 juillet son compagnon, en présence de Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadélis, Anne Hidalgo et Cécile Duflot."

Ce "compagnon" c'est Stéphane Exposito. Ancien chef de cabinet d'Harlem Désir, il est actuellement chef de cabinet du Secrétaire d'Etat Pascale Boistard.

Il y a très peu de personnes homosexuelles. Mais elle sont visiblement surreprésentées en politique.

Posté le 30 juin 2015 à 14h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (25)

Tous les Etats membres de l’UE doivent dénaturer le mariage

C'est Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, qui le dit.

Il est temps de sortir de cette "Union" également contre-nature.

Posté le 30 juin 2015 à 14h26 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Chez Orange, on affiche sa sexualité pour bosser

Chez Orange, il n'y a plus d'homme ni de femme, plus de jeune ni de moins jeune... Les salariés se définissent désormais par leurs pratiques sexuelles :

Pub interne Orange2 - Copie

Posté le 30 juin 2015 à 08h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (34)

2 fillettes torturées par 2 femmes

Les articles de presse en ligne (ici et ) se gardent bien de dire que les femmes, dont l'une est la mère des 2 filles, ont des relations contre-nature. En cette période de GayPride, cela ferait mauvais genre.

Posté le 30 juin 2015 à 07h37 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

29 juin 2015

Pas facile de suivre les positions de Valérie Pécresse

Posté le 29 juin 2015 à 19h20 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (22)

La Cour suprême des Etats-Unis impose la dénaturation du mariage : vers la persécution religieuse

De Reinformation.tv :

"La communauté « gay » des Etats-Unis est folle de joie après la décision de 5 juges sur 9 de la Cour suprême d’imposer à tous les Etats de l’Union d’autoriser le « mariage » des couples de même sexe. C’est la pleine saison de la Gay Pride dans le monde entier. Le lobby LGBT exulte. Il a raison, écrit le juge John Roberts dans son opinion dissidente. « Si vous faites partie des nombreux Américains – quelle que soit leur orientation sexuelle – qui sont en faveur de l’extension du mariage de même sexe, n’hésitez pas à célébrer la décision de ce jour. Célébrez le fait que vous avez atteints un but désiré. Célébrez la possibilité d’exprimer d’une nouvelle façon l’engagement envers un partenaire. Célébrez la possibilité d’obtenir de nouveaux avantages. Mais ne célébrez pas la Constitution. Elle n’est pour rien dans cette affaire ». En revanche, l’objectif profond, ou à tout le moins l’effet de la décision, est évident : la décision Obergefell v. Hodges contredit toutes les convictions religieuses traditionnelles et ouvre la voie à la persécution religieuse.

Le juge Antonin Scalia a qualifié la décision de « putsch judiciaire ». Cinq juges ont confisqué le pouvoir, contredit la volonté du peuple, passé par pertes et profits des référendums défavorables au « mariage » des couples de même sexe, renversé la propre jurisprudence de leur Cour qui est simplement chargée d’interpréter la Constitution et non de créer le droit, pour imposer leur point de vue subjectif. Intolérable confiscation du pouvoir ; ce « gouvernement des juges » se constate partout dans les prétendus « Etats de droit » où des magistrats non élus deviennent « législateurs suprêmes » par leur propre volonté, et surtout celle de l’établissement qui pourrait les arrêter d’un mot mais trouve là un moyen puissant pour contourner la volonté du peuple et la démocratie. [...]

Si la gauche libérale qui a imposé le « mariage gay » pensait vraiment que le mariage est le meilleur cadre pour l’épanouissement des enfants, pourquoi favorise-t-elle le divorce facile et a-t-elle tout fait, dans de si nombreux pays du monde, pour mettre sur le même plan le mariage légitime et l’union libre, les enfants légitimes et les enfants nés hors mariage ?

La réponse se trouve dans la déification de l’autonomie humaine. La décision Obergefell v. Hodges montre de manière éclatante combien l’ingénierie sociale en cours dans le monde entier repose sur la fausse promesse : « Vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » Comble du nominalisme et du libéralisme, elle s’autorise à donner le sens qu’elle veut au mot « mariage », sans tenir compte des réalités, et elle impose le relativisme qui est la marque du libéralisme, refusant toute transcendance, toute vérité, toute loi supérieure à la volonté humaine. Le juge Anthony Kennedy, qui a voté pour la reconnaissance du « mariage » gay, l’exprime ainsi : les gens ont le droit « dans le cadre de la légalité, de définir et d’exprimer leur identité ». Lors d’une décision libéralisant l’avortement en 1989, il disait déjà : « Au cœur de la liberté se trouve le droit de définir sa propre conception de l’existence, du sens, de l’univers, et du mystère de la vie humaine ». Ni Dieu, ni maître !

La persécution religieuse est contenue dans la légalisation du mariage gay

La conséquence logique de cette autonomie érigée en absolu, on la connaît depuis la Révolution française : « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ! » Benoît XVI résumait cela en trois mots : « Dictature du relativisme. » Il n’y a pas de place dans un monde où les hommes sont maîtres pour celui qui veut se soumettre à une vérité qui le dépasse, à la réalité qui s’impose à lui. Il s’ensuit que la persécution religieuse est contenue en germe – voire davantage – dans la reconnaissance du « mariage » des couples de même sexe.

Le juge Kennedy le laisse entendre lorsqu’il explique : « Parmi ceux qui considèrent que le mariage homosexuel est un mal il en est beaucoup qui parviennent à cette conclusion sur la base de prémisses religieuses ou philosophiques décentes et honorables, et cette décision ne dénigre ni leurs personnes ni leurs croyances. Mais lorsque cette opposition sincère et personnelle se transforme en loi adoptée et en politique de l’Etat, la conséquence nécessaire est qu’on met l’imprimatur de l’Etat lui-même sur une exclusion qui va bientôt déprécier ou stigmatiser ceux à qui leur propre liberté est alors refusée. »

Cette formule ampoulée – mais surtout très dangereuse – affirme en réalité le refus de permettre qu’un Etat définisse le mariage selon la réalité, selon sa définition traditionnelle, parce que cela constituerait une discrimination à l’égard des homosexuels qui veulent en bénéficier. On n’a plus le droit de s’y opposer qu’à titre individuel, sans que cela puisse avoir de conséquences sur le plan public : voilà la conclusion logique.
Le juge Clarence Thomas – juge noir auteur lui aussi de sa propre opinion dissidente – a mis en évidence les « conséquences potentiellement désastreuses pour la liberté religieuse ». Mais aussi pour le statut fiscal favorisé des institutions religieuses…

La Cour suprême ne protège plus la liberté religieuse

Alexander Marlow de Breitbart.com observe à son tour : « Si vous regardez la manière dont la Cour est parvenue à sa décision, vous verrez qu’elle ouvre la porte à une plus grande discrimination à l’égard des Eglises. Bientôt ils s’attaqueront aux Eglises. Tel est le prochain programme. (…) Les chrétiens seront accusés de sectarisme tout simplement parce qu’ils exerceront leur droit constitutionnel qui proclame la liberté de religion. » [...]"

Posté le 29 juin 2015 à 15h40 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Homosexualité : revendication du lobby gay

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Homosexualité : revendication du lobby gay