04 mars 2015

2 rapports pro-mort mis aux voix au Parlement européen

2 rapports seront votés en séance plénière à Strasbourg la semaine prochaine :

Posté le 4 mars 2015 à 22h11 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Minute gagne son procès contre les LGBT du FN

Lu dans Minute :

"Notre article date de l’été dernier. [...] Nous parlions du mariage célébré, entre deux de ses colistiers, par Damien Obrador à Cabagnac-et-Villagrains, en Gironde, et de celui célébré par Maryse Aubert à Tonneins, dans le Lot-et-Garonne. L’élue, qui conduisait la liste Tonneins Bleu Marine aux municipales de mars 2014 (22 % des voix), avait marié Laurent Samuel, un de ses colistiers, avec un certain Laurent Delage qui a porté plainte contre nous au motif que nous aurions porté atteinte à sa vie privée et publié une photo de la cérémonie.

Le tribunal a rappelé à M. Delage qu’il avait choisi d’épouser une personne exerçant « une vie politique publique », puisque M. Samuel s’était présenté aux élections municipales, et que c’est à bon droit que nous nous interrogions sur « l’opposition entre la ligne fixée par le FN contre le mariage des personnes de même sexe et la réalité » – et nous continuons de le faire. Le tribunal a également rappelé à M. Delage que le caractère du mariage est, par nature, public et que les époux n’avaient pas précisément choisi la discrétion puisque M. Samuel, le frontiste du couple, avait publié nombre de photographies sur son compte Facebook ouvert au public. Au passage, le tribunal a rappelé au plaignant l’existence du « droit à l’information », qui justifiait pleinement la publication de nos informations. En conséquence, M. Delage a été débouté de l’ensemble de ses demandes. [...]

Quant à madame Maryse Aubert, qui, non con tente d’avoir marié MM. Delage et Samuel, avait produit un témoignage contre nous, elle est candidate aux élections départementales, toujours avec l’étiquette FN, sur le canton de Tonneins. A bon entendeur…"

Posté le 4 mars 2015 à 07h18 par Michel Janva | Lien permanent

03 mars 2015

La Slovénie dénature le mariage contre l'avis du peuple

Par 51 députés sur les 84 présents à la session, tandis que 28 ont voté contre et 5 se sont abstenus. Le nouveau texte définit le mariage comme l'union à vie de deux personnes indépendamment de leur sexe.

Au cours de la session, quelque 2000 personnes ont protesté contre la loi en face du parlement. Ils ont annoncé qu'ils feraient signer une pétition pour organiser un referendum afin d'empêcher l'entrée en vigueur du texte.

Un referendum sur l'application d'une loi peut être organisé à condition de rassembler 40 000 signatures.

En mars 2012, les Slovènes avaient rejeté à 55% le mariage LGBT.

Posté le 3 mars 2015 à 22h23 par Michel Janva | Lien permanent

Des toilettes neutres à l'université

Le lobbying de Jules Rose Johnson, étudiant transgenre responsable des affaires internes de l’association étudiante, a payé : l’université Dawson de Montréal a transformé deux toilettes pour hommes en toilettes «neutres». Les toilettes unisexe sont ouvertes à tous.

Posté le 3 mars 2015 à 11h37 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (35)

02 mars 2015

Liberté de conscience face aux provocateurs LGBT

Lu ici :

"Un député unioniste d’Irlande du Nord veut introduire un amendement législatif permettant aux croyants de refuser de vendre des biens ou services à des personnes homosexuelles, en invoquant leurs convictions religieuses.

Le député DUP Paul Givan se base sur plusieurs affaires survenues au Royaume-Uni ces dernières années et qui ont vu condamnés des chrétiens militants qui avaient refusé de servir des clients homosexuels au nom de leurs convictions religieuses.

En 2010, la propriétaire d'un Bed & Breakfast avait refusé d'héberger un couple gai dans son établissement. Elle leur avait fait savoir qu'elle désapprouvait leur sexualité avant de leur rembourser la réservation.

Plus récemment en Irlande, la boulangerie Ashers avait quant à elle refusé de faire un gâteau glacé avec un message en faveur du mariage de même sexe, commandé par un client.

Ces deux affaires ont été portées devant la justice et dans les deux cas la Commission de l’égalité a condamné les gérants, en arguant que le B&B ou la boulangerie avaient agi en complète violation de la loi sur l’égalité.

Et voilà pourquoi le député Givan veut changer la loi.

Appelée « Conscience clause bill », sa proposition prétend « rééquilibrer » la loi. Selon lui, la loi sur l’égalité « votée avec l’intention de protéger les minorités, a l’effet inverse sur ceux qui ont des croyances religieuses ». Avec son amendement, il entend « créer une espace dans la législation entre les droits des gens à ne pas être discriminé, et les droits à la conscience des croyants »."

Posté le 2 mars 2015 à 21h44 par Michel Janva | Lien permanent

28 février 2015

La Manif pour tous continue... sur France 2

Un documentaire de 30 minutes sur une chaîne de service public. France 2 a envoyé une équipe dans une famille militante de 10 enfants mais aussi chez Jean-Pier Delaume, porte-parole de LMPT ou Fabien Bouglé, élu conseiller municipal à Versailles.

Posté le 28 février 2015 à 16h28 par Louise Tudy | Lien permanent

Etats-Unis : Un sondage cloue le bec au lobby homosexuel

... en prouvant, chiffres à l'appui, que les idées homosexualistes en matière de mariage sont très loin d'avoir gagné. (Nouvelles de France)

Posté le 28 février 2015 à 16h03 par Marie Bethanie | Lien permanent

La culture du néant

Axel Rovkam, fondateur des veilleurs, dans Liberté politique :

"En Orient comme en Occident, le néant semble prendre le dessus. De part et d’autre, il s’agit de rompre avec la racine de l’homme pour le faire entrer dans un projet politique qui cherche à se justifier sur le plan spirituel, un projet humain à prétention divine.

Ces projets maléfiques défient la nature profonde des personnes, en s’attaquant à leur culture — ce par quoi elles sont précisément humaines.

Ces deux projets idéologiques ont un ennemi commun : la culture d’une civilisation, la particularité d’un peuple, la singularité d’une personne, la Parole forgée par l’expérience individuelle.

Ceux qui sont à l’Est détruisent les œuvres d’art et les lieux de mémoire et ceux qui sont à l’Ouest les méprisent et les dénaturent.

Ceux qui sont à l’Est imposent le mariage par la force, ceux qui sont à l’Ouest le vide de sa substance.

Ceux qui sont à l’Est suppriment la liberté de conscience et tuent les hommes libres pour les réduire au silence, ceux qui sont à l’Ouest s’enivrent dans le bruit et tuent les sans-voix quand ils sont aussi des « non-désirés ».

Deux écueils, une même tentation, soumettre l’homme à la volonté de l’homme. Les idéologies ne supportent pas l’homme tel qu’il est. Au mieux elles le façonnent, au pire elles le tuent. Plus que jamais, l’homme a besoin de suivre la volonté de Celui qui l’aime comme il est, pour ce qu’il est."

Posté le 28 février 2015 à 14h36 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (7)

26 février 2015

Pornographie en primaire

Lu ici :

"Homosexualité dès la 3e année du primaire, cyberintimidation en 4e, cunnilingus, sexe anal et sextage (envoi de textos sexuels) en première année du secondaire : l’éducation sexuelle doit tenir compte de la réalité des jeunes d’aujourd’hui, a rappelé à maintes reprises le gouvernement libéral de Kathleen Wynne, lundi, au moment de révéler le nouveau programme d’enseignement de santé et sexualité del’Ontario."

Bientôt en France ?

Posté le 26 février 2015 à 22h37 par Michel Janva | Lien permanent

25 février 2015

Les parlementaires UMP qui financent le lobby LGBT

Lu dans Minute :

"Parmi les associations qui, en 2014, ont été chouchoutées par nos parlementaires, il y en a une qui vaut le détour. Que ce soit sous l’appellation « Le Refuge », « Association Le Refuge » ou « Association nationale Le Refuge », elle a suscité la générosité de 21 donateurs et récolté la somme rondelette de 178 900 euros. [...]

[P]armi les parlementaires qui ont donné, on trouve dix socialistes, deux radicaux et... sept UMP ! Dans ce quota de droite, on note la présence de personnalités, comme Bruno Le Maire (candidat malheureux à la présidence de l’UMP en novembre dernier), avec un don de 1500 euros, ou David Douillet, l’ancien judoka qui, sous Sarkozy, fut ministre des Sports de septembre 2011 à mai 2012, avec une contribution de 2 000 euros. [...]

Les autres parlementaires UMP sont : 

  • Gilles Carrez (Val-de-Marne), pour 2 000 euros ; maire du Perreux-sur-Marne, Gilles Carrez est président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale.
  • Marc Francina (Haute- Savoie), pour 1 000 euros ; Marc Francina est maire d’Evian-les- Bains.
  • Jean-Luc Moudenc (Haute-Garonne), pour 7 000 euros ; Jean-Luc Moudenc a démissionné de son mandat de député après avoir été élu maire de Toulouse (2 014). Il est désormais président de l’As- sociation des maires de grandes villes de France.
  • Axel Poniatowski (Val-d’Oise), pour 1 000 euros ; Axel Poniatowski est maire de L’Isle- Adam.
  • Bernard Reynès (Bouches-du- Rhône), pour 1 000 euros ; Bernard Reynès est maire de Châteaurenard.

Nous avions relevé l'envers du décors de cette association LGBT.

Posté le 25 février 2015 à 08h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

24 février 2015

LGBT : l’Alabama résiste aux droits de l'homme dénaturés

Le département d’Etat américain avait annoncé la nomination fonctionnaire ouvertement homosexuel, « envoyé spécial pour les droits humains des personnes LGBT » dont le champ d’action serait toute la planète. John Kerry a annoncé hier :

« Je ne pourrais pas être plus fier que d’annoncer que Randy Berry sera le premier Envoyé Spécial jamais nommé pour les Droits Humains des Personnes LGBT [...] Défendre et promouvoir les droits humains des personnes LGBT est au centre de notre engagement pour faire avancer les droits de l’homme globalement – c’est le cœur et la conscience de notre diplomatie. »

Rand Berry va-t-il oeuvrer en Alabama où les habitants résistent à l'intense propagande LGBT. Selon un sondage, 70% des locaux sont opposés à la dénaturation du mariage et 30% favorables. En 2006, un amendement constitutionnel définissant le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme, avait été approuvé par 81% des votants. C’est sur cet amendement que ce sont assis les juges au début de l’année 2015.

Posté le 24 février 2015 à 17h32 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

Quand le Sénat belge débat de la GPA

Ce n'est pas pour l'interdire, mais pour "l'encadrer". On a vu ce que donnait l'encadrement de l'avortement ou de l'euthanasie...

Les débats sont on ne peut plus glauques :

L'une des trois propositions de loi visant à encadrer la GPA "s'intéresse à l'organisation des « centres de maternité de substitution ». Il permettrait l’accès à la GPA à tous les couples. Il distingue« la maternité de substitution de haute technologie », qui consiste en l'implantation chez la mère porteuse d'un embryon dont les gamètes proviennent des parents demandeurs, et « la maternité de basse technologie », où la mère porteuse est inséminée artificiellement avec le sperme du père demandeur."

Proposition d'un expert en droit, lors des auditions :

"Un dossier serait déposé et étudié par le centre de fertilité avant que le tribunal de la famille donne un agrément au projet. Au terme d'un délai de réflexion, on passerait alors à l'étape de la procréation. L'échevin de l'Etat civil procéderait ensuite à l'enregistrement de l'enfant et de ses parents avant que ne s'ouvre une période de contestation.

La juriste en droit familial suggère que le matériel génétique puisse également être transmis par la mère porteuse."

Vient la question suprême : l'éthique exige-t-elle d'obliger les parents à dire la vérité à leur enfant, ou est-ce contraire à la liberté ?

Posté le 24 février 2015 à 16h07 par Louise Tudy | Lien permanent

21 février 2015

Gleeden : L’infidélité n’est qu’une étape vers l’homosexualité

D'après un entretien de la porte-parole de Gleeden publiée l’année dernière par le magasine LGBT Yagg, exhumée par Le Rouge et le Noir

« Sauter le pas de l’infidélité n’est pas une démarche anodine pour une femme, explique Solène Paillet, porte-parole de Gleeden, [...] mais une fois cette étape passée, elle est beaucoup plus disposée à faire tomber d’autres tabous et à tenter de nouvelles expériences, telle que l’homosexualité. »

Soutien de la Gay Pride et de la “journée mondiale contre l’homophobie”, Gleeden s’associe ouvertement au mouvement LGBT pour « pour prôner un monde plus tolérant, plus ouvert ».

On apprend ainsi que c’est à l’occasion de la « Gay Pride » que le site de rencontres extraconjugales s’est penché sur

« ces femmes qui, au cours de leur mariage, se découvrent une attirance homosexuelle et choisissent de vivre une aventure extra-conjugale avec une autre femme » .

Gleeden déclare que

 « les raisons qui poussent les femmes mariées ou en couple à vivre une aventure homosexuelle semblent être concomitante d’une libération progressive des mœurs ».

Posté le 21 février 2015 à 15h45 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

20 février 2015

Gleeden confie sa défense à Me Caroline Mecary

Suite à l'assignation en justice déposée par les Associations Familiales Catholiques, Gleeden annonce qu’elle a choisi de confier sa défense à Me Caroline Mecary. Pour Me Mecary

« ce qui est en jeu dans cette procédure ce sont les libertés d’expression, de vie, de religion et d’opinion. Les bigots et les censeurs font-ils le droit ? »

Les lecteurs du Salon Beige se rappellent que cette avocate veut la destruction du mariage. Elle déclarait en 2013 :

"Il eut été pertinent et cohérent de profiter de la revendication de l'accès au mariage civil par des couples de personnes de même sexe pour achever la sécularisation du mariage, en supprimant l'obligation de fidélité et la présomption de paternité."

Posté le 20 février 2015 à 19h08 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

17 février 2015

Réserve parlementaire : 314 000 € pour des associations LGBT

D'après un site qui défend leurs intérêts. Les deux principaux bénéficiaires :

  • Le Refuge (autre page):  168 900 € dont 45 000 € de Catherine Lemorton (SRC), 30 000 € de la présidence de l'Assemblée nationale, 10 000 € du groupe écologiste, 10 000 € d'Erika Bareigts (SCR), 10 000 € d'Arnaud Leroy (SRC), 10 000 € de Fanélie Carrey-Conte (SRC)... mais aussi entre 1 000 et 7 000 € de la part de députés UMP qui gagneraient à se renseigner sur cette association : Axel Poniatowski, Jean-Luc Moudenc, Gilles Carrez, Bernard Reynès, Bruno Le Maire, David Douillet et Marc Francina
  • Aides et ses antennes départementales : 102 000 € dont 30 000 € de... Catherine Lemorton (SRC), 20 000 € d'Annick Lepetit (SRC) et 10 000 € de Jean-Patrick Gille (SRC)

Posté le 17 février 2015 à 23h53 par Louise Tudy | Lien permanent

Les résultats de l'enquête de la Manif pour tous

La Manif pour tous a rendu ses conclusions de l'enquête réalisée auprès de ses sympathisants pendant les vacances de Noël. Il apparaît assez clairement, au regard des résultats, que des opposants ont cherché à se faire passer pour des cadres ou militants. Aussi les résultats concernant les sympathisants paraissent-ils plus fiables. Les principaux enseignements :

  • La loi Taubira a beau avoir été votée, une écrasante majorité souhaite la poursuite du mouvement : 94%
  • 3 objectifs sont plébiscités : éviter les conséquences de la loi Taubira (PMA, GPA), s'engager sur d'autres questions de société et obtenir l'abrogation de la loi Taubira
  • Les avis sont partagés sur le PACS et l'union civile. Ces résultats en particulier sont à considérer avec précaution, certains perturbateurs ayant appelé à peser sur cette question précise
  • Pour l'avenir, 97% sont favorables à la poursuite du lobbying auprès des élus mais aussi auprès des candidats pendant les campagnes électorales. 96% souhaite que LMPT continue à intervenir dans les médias. 89% souhaitent qu'elle propose des formations pour mieux comprendre les enjeux et 91% sont favorables à l'organisation de nouvelles manifestations.
  • La Manif pour tous inspire confiance à 93% des répondants

Bref, l'enquête est formelle : ONLR !

Posté le 17 février 2015 à 14h32 par Louise Tudy | Lien permanent

16 février 2015

Le trouple, c'est médiatique

Une animatrice de télévision britannique a annoncé que son fils n'était pas d'elle, mais de son frère. Un homme et une femme interchangeables ? Eh bien, Madame vivant avec une autre femme mais désirant un enfant qui leur ressemble à toutes deux, c'est son frère qui a fourni du sperme à sa "conjointe". Depuis la naissance, tout ce beau monde vit sous le même toit. Conclusion de l'article :

"Maintenant, le petit Horatio a deux mamans et un papa."

Autrement dit "plus on est de fous, plus on rit". On remarquera que l'adoption par des duos homosexuels et la GPA avaient elles aussi trouvé des relais très médiatiques avant d'être légalisée pour la première et tolérée pour la seconde. La légalisation du trouple, c'est la prochaine étape ?

Posté le 16 février 2015 à 23h43 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (8)

14 février 2015

Incapables de répondre aux arguments, la gauche ne sait qu’insulter

Ludovine de La Rochère, présidente de la Manif pour tous, est interrogée par Boulevard Voltaire, suite aux propos de Jean-Marie le Guen, secrétaire d’État, affirmant que les fondamentalistes islamiques étaient dans les rangs de LMPT. Extraits :

"Cela fait des années que les leaders de gauche et d’extrême gauche emploient les mêmes techniques pour décrédibiliser ceux qui ne pensent pas comme eux. Ils formulent des accusations fausses et répétées que l’on connaît par cœur : fascistes, extrémistes.

Il suffit de relire La Ferme des animaux de George Orwell pour comprendre : quand certains animaux dénoncent, avec véracité, des abus de pouvoir, ils sont aussitôt accusés d’être des extrémistes, responsables de tous les maux. Ils sont décrédibilisés, commencent à douter d’eux-mêmes et finissent par se taire. Ce sont des techniques totalitaires exploitées depuis des dizaines d’années.

En ce qui nous concerne, ils ont compris qu’ils ne nous feraient pas douter de nos convictions, mais ils essaient de faire douter les Français à notre propos. Ces accusations sont dans la parfaite continuité de ce que cette gauche sectaire met en place contre nous depuis trois ans : incapables de répondre à nos arguments, ils ne savent qu’insulter. [...]

Nous avons eu des difficultés à nous exprimer, nous avons essuyé des insultes, y compris par la voix de Manuel Valls qui prétendait que LMPT lui rappelait les« heures les plus sombres de notre histoire » ! Que nos gouvernants se réveillent : ils ont 70 ans de retard ! [...]"

Posté le 14 février 2015 à 17h05 par Michel Janva | Lien permanent

13 février 2015

CEDH : l'acceptation de la GPA conduit à celle des «usines à bébés» et de la «GPA-GAY»

Grégor Puppinck, docteur en droit et directeur du European Centre for Law and Justice, écrit dans Le Figarovox :

"En juin dernier, la Cour a condamné la France dans les affaires Mennesson et Labassée, puis elle se prononça sur une affaire contre la Belgique en septembre, et condamna l'Italie fin janvier. Enfin, dès le 3 février, la Cour a rendu publique sa décision de juger trois nouvelles affaires de GPA contre la France.

Avec les arrêts Mennesson et Labassée, la Cour a posé le principe de l'acceptation de la GPA à l'occasion d'affaires mettant en cause des couples hétérosexuels mariés ayant un lien génétique avec l'enfant conçu aux USA. Sur cette base, dans l'arrêt Paradiso et Campanelli, la Cour est allée plus loin en jugeant que l'Italie a violé le droit à la vie familiale d'un couple (dont la femme avait 55 ans) en leur retirant un enfant avec lequel ils n'avaient aucun lien génétique, produit sur commande et payé 49.000€ à une société moscovite spécialisée en GPA. En jugeant ainsi, la Cour a non seulement accepté une nouvelle fois la GPA, mais aussi entériné la production sur commande et la vente d'un enfant. Parce que cette production-vente d'enfant sans lien génétique avec les acquéreurs n'est en définitive qu'une forme particulière de GPA, l'acceptation de la GPA conduit nécessairement à celle de la vente d'enfant.

Les trois nouvelles affaires concernent un couple vivant à Dubaï et ayant obtenu un enfant en Ukraine et deux hommes ayant chacun conçu des enfants par GPA en Inde avec des mères porteuses qui se présentent aussi comme les véritables mères biologiques. L'un d'eux reconnaît avoir versé 100.000 roupies à la mère (environ 1.300€, trois ans de salaire d'une ouvrière) et 60.000 roupies à l'hôpital. C'est une «GPA low-cost». L'autre requérant est pacsé avec un homme ayant aussi obtenu des jumeaux en Inde. Ce sera la première affaire de «GPA-GAY» traitée par la Cour, mais elle se refusera à tenir compte de cette circonstance au nom du principe de non-discrimination. Ainsi, l'acceptation de la GPA conduit aussi à celle des «usines à bébés» et de la «GPA-GAY».

Au fil de ces affaires, c'est la même logique qui s'impose: la déshumanisation de la procréation rend possible, pour tous, l'obtention d'un enfant et la constitution de «familles» que la Cour s'empresse de protéger contre les lois qui s'opposent à la marchandisation des personnes. L'intérêt des enfants et la dignité des jeunes femmes «porteuses» sont sacrifiés.

C'est un engrenage qui étend la libéralisation de la GPA suivant un «rythme imposé par notre Cour» comme l'a reconnu Dean Spielmann, le Président de la Cour, lors de l'audience solennelle du 30 janvier 2015. Il faut savoir que c'est la Cour qui choisit ses affaires parmi les très nombreuses qui lui sont soumises: elle en rejette 95% sans justification ni examen approfondi, elle est aussi maîtresse du calendrier. [...]"

La sortie de la CEDH devient une question sérieuse et urgente.

Posté le 13 février 2015 à 21h39 par Michel Janva | Lien permanent

12 février 2015

Voilà qui ne va pas briser les clichés journalistiques

Le premier prix du World Press Photo a été remis à un photojournaliste suédois, pour une image montrant un duo homosexuel russe dans son intimité. Elle a été réalisée dans le cadre d'un sujet consacré aux supposées "discriminations" que subiraient les homosexuels en Russie.

Posté le 12 février 2015 à 16h13 par Louise Tudy | Lien permanent

11 février 2015

Chute de l'adoption, ou comment préparer les esprits à la GPA

Dans son numéro de février, l'Ined estime que "le nombre d'adoptions internationales a diminué des deux tiers dans le monde depuis 2004" et "de 67%" en France.

Plusieurs explications sont avancées, dont celle, réjouissante, de la hausse du niveau de vie des pays d'origine, qui réduit le nombre d'orphelins. D'autres sont à mettre sur le compte de la culture de mort, notamment, "la diffusion de la contraception et de l’interruption volontaire de grossesse" et le fait que les deux pays qui proposaient le plus d'enfants à l'adoption en 2003, la Chine et la Russie, ont durci leurs conditions, notamment parce qu'ils refusent que leurs orphelins soient élevés par des homosexuels.

Conclusion du document :

"Quoi qu’il en soit, le déclin des adoptions ne sera pas sans conséquence dans les pays d’accueil comme la France  : on peut s’attendre à une augmentation des demandes de procréation médicalement assistée ainsi que de gestation pour autrui."

En 2013, lorsque la Manif pour tous annonçait que la dénaturation du mariage conduirait à la grossesse pour abandon, les media étaient hilares.

Une remarque, en passant : l’adoption internationale est interdite dans 30 États, dont une vingtaine appliquant la Charia (et donc les versets 4 et 5 de la sourate XXXIII du Coran, qui interdit de modifier la filiation des enfants). L'adoption internationale risque de reculer encore avec la progression de l'islam.

Posté le 11 février 2015 à 17h52 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (5)

10 février 2015

Le PS à la botte du lobby LGBT

José Lavezzi, attaché de presse de la délégation socialiste française au Parlement européen, a diffusé ce communiqué :

"La commission des affaires étrangères du Parlement européen s’est exprimée lundi 9 février sur le rapport annuel sur les droits de l’homme et la démocratie dans le monde et la politique de l'Union européenne en la matière.

La délégation socialiste française, en écho à l’alerte lancée par Rainbow Rose (réseau LGBT* du Parti Socialiste Européen) et Homosexualité et Socialisme (HES), dénonce vigoureusement l’amendement déposé par Mme Alliot-Marie (N° 371) visant à supprimer les références aux droits des homosexuels (paragraphe 68), reprenant mot pour mot l’amendement FN du sinistre M. Chauprade (amendement N° 375). Nous nous félicitons de leur rejet en bloc. 

« Après le ni-ni, la collusion FN-UMP se poursuit au Parlement européen. Nous appelons à condamner fermement cette énième dérive d’un membre de l'UMP » insistent Pervenche Berès, Présidente de la délégation socialiste française, Aurélien Mazuy, Président de Rainbow Rose, et Denis Quinqueton, Président d’Homosexualité et Socialisme."

Rainbow Rose et Homosexualité et Socialisme, sont deux lobbies favorables à la dénaturation du mariage, à l’adoption par des duos de même sexe, à la PMA et à la GPA.

Posté le 10 février 2015 à 22h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

09 février 2015

Les enfants de paires de même sexe se portent moins bien

Un sociologue américain, Paul Sullins, affirme que les

« problèmes émotionnels sont deux fois plus fréquents chez les enfants de couples de même sexe que chez ceux vivant auprès de parents de sexe opposé ».

Auteur d'une étude portant sur l’évaluation de 512 enfants vivant auprès de « deux papas » ou « deux mamans », il déclare :

« Il n’est plus exact de dire qu’aucune étude n’a permis d’établir que les enfants de familles homosexuelles sont désavantagés par ceux de familles de sexe opposé ». 

Ces 512 enfants repérés grâce au US National Health Interview Survey présentent davantage de problèmes parmi lesquels de mauvais comportements, l’anxiété, difficultés relationnelles avec leurs pairs et difficultés de concentration. En revanche, la « parentalité biologique » offre un meilleur environnement :

« Elle permet de manière unique et puissante de faire la différence quant au devenir des enfants élevés par des parents de sexe opposé par rapport aux parents de même sexe. »

Paul Sullins en déduit qu’il incombe aux pouvoirs publics des devoirs précis :

« Le premier bénéfice du mariage pour les enfants peut ne pas résider dans le fait qu’il tend à leur donner des parents “améliorés” (plus stables, ayant davantage de moyens financiers, etc., bien que cela soit vrai) mais qu’il leur fait le cadeau de vivre avec leurs propres parents. »

Les deux formes familiales

« continueront d’être fondamentalement différentes, avec des effets contrastés jusque sur le plan biologique du bien-être de l’enfant, au détriment relatif des enfants élevés au sein de familles de même sexe ».

Cette étude portant sur 512 enfants est à comparer avec la plupart des études invoquées par les LGBT pour justifier la « parentalité » homosexuelle. Les 49 études citées en 2010 en ce sens portaient sur des échantillons moyens de 39 enfants, et seules 4 de ces études avaient des échantillons choisis au hasard : toutes les autres avaient rassemblé leur échantillon « représentatif » en s’adressant directement à des groupes gays et lesbiens. 

Posté le 9 février 2015 à 21h56 par Michel Janva | Lien permanent

Etats-Unis : un diplomate chargé des LGBT

Lu sur le blog de Jeanne Smits :

"Pour la première fois dans l'histoire des Etats-Unis, un diplomate de haut rang aura pour rôle de veiller aux intérêts des membres de la communauté LGBT à travers le monde : sous l'impulsion du Secrétaire d'Etat John Kerry, le Département d'Etat va nommer très prochainement un collaborateur des Affaires étrangères ouvertement gay dont la sélection est en cours de « finalisation ». La prochaine nomination de ce diplomate choisi « à raison de son orientation sexuelle » a été annoncée au média Mother Jones par une source du Département d'Etat qui a précisé, dans son courriel, que John Kerry lui-même participait à cette opération.

La nomination ne sera pas soumise à l'approbation du Sénat. On ne posera pas non plus de questions sur le caractère objectivement discriminatoire d'une telle nomination. [...]"

Posté le 9 février 2015 à 07h24 par Michel Janva | Lien permanent

08 février 2015

Référendum en Slovaquie : la quasi totalité des votants pour le mariage et la famille

Les Slovaques étaient appelés aujourd'hui à participer à un référendum d'initiative populaire pour défendre la famille et le mariage. Les résultats quasi définitifs aux trois questions posées :

  • Pensez-vous que seule l’union d’un homme et une femme peut être appelée mariage ? 94,5% de "oui"
  • Pensez-vous que les paires ou groupes de même sexe ne devraient pas être autorisés à adopter et à élever des enfants ? 92,43 % de "oui"
  • Pensez-vous que les écoles ne devraient pas exiger que des enfants participent à des cours concernant le comportement sexuel ou l’euthanasie si les enfants ou leurs parents ne sont pas d’accord ? 90,32 % de "oui"

Malheureusement, le taux de participation de 21,3%, trop faible, rend le référendum invalide. Il aurait fallu qu'il atteigne les 50%. Pour l'Alliance pour la famille, c'est tout de même une grande victoire :

« Les questions ont été clairement posées et 90 % des gens ont répondu oui. Oui à la famille, oui au mariage de l’homme et de la femme, c’est extraordinaire. […] C’est un grand succès. […] Les hommes politiques doivent apprendre à soutenir la famille et le mariage parce que c’est le meilleur environnement pour les enfants »

Comme le note ce blogueur, le gouvernement, les media et le lobby LGBT avaient milité pour le "non" ou le boycott tandis que la neige a pu décourager de nombreux Slovaques. Ajoutons que le mariage homme-femme étant inscrit dans la Constitution, certains n'ont pas vu l'intérêt de se déplacer. Le Pape avait pour sa part clairement soutenu la campagne pour le "oui" :

Slovaquie

Posté le 8 février 2015 à 16h56 par Louise Tudy | Lien permanent

06 février 2015

La Manif pour Tous en Slovaquie

Lu dans Le Monde :

"Le chef de file de l'Alliance pour la famille (AzR), Anton Chromik, un avocat de Bratislava, diplômé en théologie catholique de 38 ans, marié et père de 5 enfants, veut " défendre et soutenir la famille menacée par divers fléaux (divorce, alcoolisme, infidélité, violence conjugale, etc.) ". Et, bien sûr, l'homosexualité, qu'il considère comme un " style de vie dangereux pour la santé ". Ce conservateur affirmé refuse tout nouveau droit au " lobby homosexuel ", comme la reconnaissance d'unions civiles entre personnes du même sexe, " car, comme on le sait, cela -conduirait Bruxelles et la Cour européenne des droits de l'homme de Strasbourg à obliger la Slovaquie à permettre l'adoption ".

Son association est à l'origine d'une consultation d'initiative -populaire, samedi 7  février, pour graver dans la loi fondamentale l'exclusivité du " mariage d'un homme et d'une femme ". Plus de quatre millions d'électeurs sont appelés à répondre à deux autres questions pour empêcher l'adoption par des " couples ou groupes de personnes " homosexuels et, enfin, permettre aux parents de soustraire leurs enfants à l'éducation sexuelle dans les écoles.

L'Alliance pour la famille (AzR) s'est constituée fin 2013 dans la foulée d'un rassemblement de l'Eglise catholique " contre l'avortement et la culture de la mort " qui avait réuni 60 000 personnes à Kosice (la deuxième ville du pays, à l'est). Cette manifestation a eu lieu juste après le référendum en Croatie sur l'interdiction du mariage entre personnes de même sexe. Grâce à une forte mobilisation des paroisses slovaques, une pétition en faveur d'un référendum a rassemblé quelque 400 000 signatures.

L'AzR s'inspire de l'organisation de La Manif pour tous. Elle a copié son logo qui orne ces jours-ci la cathédrale Saint-Martin de Bratislava. La présidente du mouvement français, Ludovine de la Rochère, a participé à la campagne référendaire slovaque, marquée par des dérapages homophobes. [...]"

Pour que le scrutin soit pris en compte, la participation doit atteindre les 50  % nécessaires. 

Posté le 6 février 2015 à 20h45 par Michel Janva | Lien permanent

La réponse d'Axa

Suite au post sur l'homosexualisme d'AXA, de nombreux lecteurs ont écrit. Voici une réponse :

"Bonjour Monsieur [...],

Votre Agent Général Monsieur [...] nous adresse votre courriel du 2 février dernier, en nous demandant d’y apporter une attention particulière.

Vous faites part de votre désaccord quant  au principe du sponsoring d'Axa envers l'étude mondiale Out Now.

Aussi, nous nous permettons de vous faire part de notre position.

En effet, contrairement à ce qui a été dit de manière trompeuse sur les réseaux sociaux et dans certains médias au cours des derniers jours, il n’est pour AXA aucunement question de traitement de faveur, de discrimination positive ou de stigmatisation des collaborateurs en fonction de leur orientation sexuelle, mais simplement de créer un environnement de travail où chaque salarié du groupe se sente parfaitement à l’aise d’être lui- ou elle-même et puisse se consacrer sereinement à son activité.

Nous sommes parfaitement en accord avec vous sur l’absolue nécessité du respect de la vie privée en entreprise et sur la toute aussi nécessaire égalité entre les hommes et les femmes sur le lieu de travail. Nous regrettons comme vous que cette communication ait donné lieu à des déformations malintentionnées et des polémiques parfaitement inutiles.

Quant à la question du soutien à certaines manifestations comme la Gay Pride, le Groupe AXA soutient de très nombreux événements culturels, sportifs et associatifs à travers le monde dans le cadre de sa politique de sponsoring et de philanthropie.

C’est dans ce contexte qu’AXA US a, par exemple, soutenu la Gay Pride de New York à l’instar de nombreuses entreprises américaines.

En tout état de cause, soyez certain que nous souhaitons poursuivre avec vous une relation commerciale parfaitement adaptée à vos besoins.  

Monsieur [...] reste bien sûr à votre entière disposition pour toute interrogation quant à la gestion et à l’évolution de vos contrats.  

Nous vous prions d’agréer, Monsieur [...], l’expression de nos sentiments distingués."

Soutenir le militantisme politique LGBT ce n'est pas comme soutenir une association sportive ou culturelle. Il s'agit là de dénaturation du mariage et de priver des enfants du droit d'avoir un père et une mère.

Posté le 6 février 2015 à 18h57 par Michel Janva | Lien permanent

GPA : « Le Cadre législatif en Inde consacre la loi de la jungle ». La Belgique sur le même chemin ?

Une lectrice belge du Salon Beige nous informe :

Un colloque sur la GPA (Grossesse Pour Autrui) organisé par les partis Ecolo et Groen, s’est tenu à Bruxelles le 30 janvier, dans l’enceinte du Sénat belge.

Le député Benoit Hellings annonce la couleur : il était contre la GPA mais ce n’est plus le cas maintenant. Il précise en introduction que ce colloque est là pour éclairer les députés Ecolo-Groen de Belgique. Prétendant nous présenter un panel équilibré et impartial dans ses opinions, nous voilà confrontés à un plaidoyer pour la GPA.

Ainsi la première oratrice est Candice Autin, Médecin responsable du service PMA-GPA du CHU Saint Pierre à Bruxelles. Elle assure que tout se passe pour le mieux lors des GPA qu’elle pratique.

La seconde oratrice, Véronique Van Asch est juriste. Parmi ses clients des couples qui ont réalisé des GPA en Belgique et à l’étranger. Pour simplifier la vie de sa clientèle, elle souhaite « sans parti pris » une nouvelle loi sur la filiation. 

Le troisième orateur, Patrick Wautelet est juriste. Il nous décrit les situations qu’il juge quasi idylliques, là où des pays ont légalisé la GPA (Nouvelle Zélande et Afrique du Sud), et selon lui, c’est très compliqué pour les pays comme la France ou l’Italie qui ont interdit civilement et pénalement la GPA. « Le Cadre législatif en Inde consacre la loi de la jungle » et ceci justifie que la Belgique se dote d'une loi sur la GPA. Le raccourci intellectuel du juriste est saisissant car justement c’est avec des lois sur la GPA comme en Inde ou aux Etats-Unis sur la GPA que les marchés se sont structurés. Ces nouveaux marchés sont une jungle où des hôpitaux et des intermédiaires exploitent des femmes-porteuses.

Après ces quatre nuances de gris sur les nécessités de légiférer sur la GPA, un philosophe le professeur Guido Pennings nous assène le coup final. Tout d’abord, il laisse l’éthique au Comité Consultatif de bioéthique de Belgique. Selon lui, pas besoin de loi. Et laissons tomber l'adage "La mère est celle qui accouche". Cela serait plus simple de changer ce concept dépassé!  Et ainsi se règlerait de nombreuses  questions qui ferait qu'on n'a plus besoin d'une loi sur la GPA. Il nous fournit un exemple de législation intéressante : avant l’accouchement, la mère d’intention aurait tous les droits, elle ferait ce qu’elle veut quand elle veut : avortement, style de vis… Mais après l’accouchement, les parents d’intention seraient devant la loi les seuls parents, ayant tous les droits sur l’enfant. La loi ne doit avoir aucune restriction. Les hôpitaux sont des structures merveilleuses, il faut leur faire confiance (comme en Inde à l’écouter?). Les centres de PMA décident eux-mêmes de ce qui acceptable ou pas. Tout est possible dans le contrat avec la mère porteuse, et bien entendu la rémunération de la mère porteuse doit être à la hauteur de son travail.

Après une telle argumentation,  la conclusion est claire : les députés écolos belges  sont sûrement pro-GPA, pro-marchandisation du corps et chosification de l’enfant. 

Un débat de 90minutes est prévu, et là surprise. Dès la première intervention, le ton est donné :

« je suis féministe lesbienne et ce que j’ai entendu ici est incroyable. Comment après tous nos combats pour l’émancipation des femmes, peut-on faire de telles propositions de marchandisation du corps des femmes et de chosification des enfants ? ».

Les surprises continuent :

«  j’appartiens à  Femme Socialiste Prévoyante (section féminine du PS belge). Nous sommes opposés à la GPA qui ne respecte pas la dignité de la mère porteuse, ni ses droits fondamentaux de disposition de son corps pendant toute la grossesse, ni ses droits futurs vis à vis de l’enfant. »

Panique du côté des assistants parlementaires qui ont organisé le colloque, il faut vite envoyer la contre attaque. La Médecin chef du service de l’hôpital de Gand qui pratique des PMA/GPA pour duos de même sexe, vient à la rescousse pour témoigner aussi de sa pratique, « jamais aucun problème ». Un couple commanditaire est venu pour témoigner, la mère porteuse qui est la sœur de la mère d’intention est présente à ses côtés. L’effet sentimental permet de remobiliser la moitié de l’assemblée qui semble plus sensible aux arguments pro GPA.

Les témoignages se succèdent :

« on peut être contre la GPA et souffrir de ne pas avoir d’enfant témoigne une lesbienne, la vie offre d’autres forme de fécondité. Etre Gay n'implique pas que pour se réaliser, il faille un enfant ! »

Autre témoignage poignant  de la présidente d’une association belge qui milite pour la fin de l’anonymat de don de sperme ou d’ovocyte en Belgique :

"L’anonymat des origines est contraire aux droits de l’homme".

Deuxième joker des organisateurs : un homme avec son compagnon raconte qu’il a fait un enfant aux Etats-Unis et l’a ramené en Belgique. Son compagnon a fait la demande d’adoption. « Je vais très bien merci », répète-t-il deux fois comme une incantation. 

Mais les questions fusent, les féministes, juristes, femmes, hommes, étudiants prennent la parole à tour de rôle pour pointer du doigt les impasses de la GPA. Par exemple :

  • L’apparition de contrat abusif pour la mère porteuse, le risque de déclencher un cancer avec cette grossesse. 
  • Comment garantir que l’enfant aura toujours accès à ces origines ? 
  • Les risques de développement du tourisme procréatif ou de dérapage avec des mères porteuses étrangères.
  • Les conséquences de l’attachement entre l’enfant et la mère porteuse. Les conséquences dans la famille de la mère porteuse. 

Une femme qui représente une association de personnes ayant tenté sans succès des PMA/GPA témoigne. 

« On ne parle que des succès, idéalisés ! Mais Avez-vous évalué un jour les dégâts pour tous ces couples traités comme des malades plutôt que des amants ? Nous écoutons près de 35.000 personnes qui sont en grande souffrance des conséquences de ces traitements invasifs."

Ces témoignages sont autant de raisons pour une loi qui interdirait la GPA. 

Le Prof Petra de Sutter, député Européen Ecolo est gynécologue dans le centre de PMA/GPA de Gand. Ce service pratique des PMA/GPA pour couples, personnes seules, ou duo de personnes de même sexe. Petra de Sutter clôture ce colloque tout en annonçant sa nomination dans un rôle de Rapporteur d’un groupe pour le Conseil de l’Europe. Elle souhaite entendre les arguments pour mieux encadrer la GPA en Belgique. Nous voilà rassuré, le business de la GPA se charge de s’étudier lui-même, en vue de le réglementer pour mieux le développer.

Pourquoi ne pas nommer un directeur de Philip Morris comme rapporteur au conseil de l’Europe pour lutter contre le tabagisme ?

Posté le 6 février 2015 à 11h53 par Michel Janva | Lien permanent

03 février 2015

La CEDH incite au trafic international d’enfant

La CEDH a jugé – par cinq voix contre deux — que le retrait d'un enfant né à l'étraanger par GPA a porté atteinte à la vie privée et familiale du couple l'ayant acheté. L’achat d’un enfant confère ainsi aux acquéreurs un droit sur cet enfant au nom de l’intérêt de l’enfant tel que déterminé par les juges strasbourgeois (qui n’ont consulté aucun expert). Pour Gregor Puppinck :

"D’un crime naît un droit. Ainsi la Cour valide-t-elle la vente d’enfant. Il faut le dire lucidement : le prétendu « intérêt de l’enfant » cache en réalité celui des juges à imposer la libéralisation de la GPA.

À aucun moment, la Cour ne s’interroge sur la moralité de la GPA, sur l’origine de l’enfant, sur l’exploitation des vendeurs de gamètes et de la mère porteuse à l’origine de son existence. La vente d’enfant ne la choque pas, elle ne sourcille pas, elle précise que ce n’est pas son affaire. Elle ne s’interroge pas davantage sur la violence irrémédiable infligée aux enfants nés de GPA : condamnés « pour leur bien », selon sa logique, à vivre avec ceux-là même qui les ont privé de leurs vrais parents et les ont achetés. [...]

Cet arrêt est dévastateur, et les deux juges dissidents l’ont souligné : il réduit à néant la liberté des États de ne pas reconnaître d’effets juridiques à la gestation pour autrui, et même la légitimité du choix de l’État en ce sens. Plus encore, cet arrêt est une incitation au trafic international d’enfant ; il retire aux États les motifs et les moyens de s’y opposer.

[...] Il faut espérer que le gouvernement italien fera appel, et que d’autres gouvernements le soutiendront ; mais la Cour a le pouvoir de rejeter cette demande sans justification. Cependant, peut-être que le gouvernement ne fera pas appel, car la Cour a assorti son jugement d’une mention qui semble réduire à néant sa propre argumentation : il n’est pas nécessaire de « rendre » l’enfant à ses acquéreurs car il vit depuis 2013 dans une famille.

Ainsi, la véritable obligation concrète qui résulte de cet arrêt est celle pour l’Italie et les 46 autres États européens de ne plus s’opposer à l’avenir à la vie de telles « familles »."

Posté le 3 février 2015 à 14h15 par Michel Janva | Lien permanent

02 février 2015

Axa s'engage en faveur des LGBT

Christiane Bisanzio, DRH pour la région Europe centrale, Europe du Nord et Europe de l'Est, et chef du groupe AXA « diversité et intégration », a déclaré :

« AXA s'engage résolument à être un des leaders sur la question de la diversité et de l'intégration sur le lieu de travail, et notre soutien à cette étude est en phase avec cet engagement. [...] Nous voyons notre soutien à la diversité LGBT sur nos lieux de travail non seulement comme la bonne chose à faire, mais aussi comme une partie importante de nos objectifs généraux »

Vous pouvez quitter cette maison LGBTiste pour rejoindre cette entité, plus modeste, mais qui garantit le respect des principes non négociables.

Vous pouvez contacter AXA contactweb@axa-art.fr.

Posté le 2 février 2015 à 16h06 par Michel Janva | Lien permanent

Abroger la loi Taubira ? On abroge bien l'écotaxe

Selon certains idéologues, nous ne pourrons plus revenir sur la loi Taubira. Erreur selon le juriste Christophe Eoche-Duval :

"L’écotaxe nous avait été vendue comme la plus consensuelle des mesures nées du Grenelle de l’environnement, le plus sacré des processus de maturation de décisions politiques, modèle de la participation citoyenne. Droite, gauche et tout ce que compte l’écologie réunis ensemble “comme en 14” pour bénir l’écotaxe. On n’en demandera pas tant à la loi Taubira, née d’une quasi-guerre civile déterrée par la volonté d’un lobby ultra-minoritaire.

En France, on n’abroge pas une loi si récente ? On finirait presque par croire que les portiques d’écotaxe ont poussé comme des champignons sur nos routes du fait d’une volonté technocratique arbitraire. Mais on met sous le tapis que ce sont bien trois vraies lois du Parlement, du 27 décembre 2008, du 3 août 2009 et du 28 mai 2013, qui ont, presque sans débat tendu, décidé l’écotaxe en notre nom.

En France, on n’abroge que par une loi contraire mûrement débattue ? C’est pourtant par un communiqué de presse du 9 octobre 2014 que Mme Royal « suspend » le feuilleton de l’application de la Loi de la République, retrouvant pour l’occasion une jolie formule : suspension sine die, c’est-à-dire abrogation de fait ! Les opposants à la loi Taubira sont prêts à affronter un vrai référendum démocratique. [...]

En France, on ne supprime pas une loi dont l’abrogation aurait de si lourdes conséquences ? Les enjeux économiques de l’écotaxe donnent le vertige. Non seulement son abrogation, par ces temps de déficits budgétaires catastrophiques, fait perdre, par an, 2 milliards de recettes à l’État (dont une bonne partie aurait été réglée par des camionneurs étrangers), mais coûte aux contribuables la bagatelle de 800 millions de dédommagement à verser à la société Écomouv’. Et, comme si ce n’était pas suffisant, représente la casse de 210 emplois net, alors que l’impact social nous est présenté comme le marqueur absolu dans la grille des décideurs d’abroger ou de ne pas abroger une mesure ! Il est peu probable que la suppression de la possibilité de “mariage homosexuel” ait comme impact social même induit un seul licenciement chez les traiteurs ou les marchands de robes de marié-e-s.

La loi Taubira, loi pour le mariage de quelques-uns (20 000 personnes en 2014, pour 241 000 mariages célébrés), serait-elle plus insurmontable à abroger que l’écotaxe ? Quel consensus plus fort que l’écotaxe ? Quelle stabilité plus grande que les lois écotaxe ? Combien de milliards d’impôts en moins pour l’État ? Quel coût pour l’emploi d’abroger l’écotaxe ? Quelle contrainte juridique pour n’abroger que l’une, via une loi, et effacer rétroactivement l’autre, via un communiqué ? Ou faut-il faire prendre aux Français des vessies pour des lanternes ?

La vérité, c’est que la loi Taubira ne représentera pas d’autre enjeu aux yeux des électeurs de 2017 que celui d’être un marqueur de la réforme : si un futur gouvernement n’est pas capable d’abroger la loi Taubira, bien peu capable sera-t-il de prétendre réformer le pays."

Posté le 2 février 2015 à 11h40 par Michel Janva | Lien permanent

30 janvier 2015

Interdiction du clip pro-famille du référendum slovaque sur le mariage

Ce spot TV slovaque pour le référendum a été refusé par toutes les chaines. Il n'est pas traduit, mais on comprend assez facilement le problème :

Posté le 30 janvier 2015 à 14h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

28 janvier 2015

La France impose au Maroc la loi Taubira

Communiqué de La Manif Pour tous :

"Alors qu’elle est une injustice majeure pour les enfants, la France impose sa nouvelle conception du mariage au Maroc et à une dizaine d’autres pays. Ce mépris des conventions bilatérales entre Etats porte atteinte à leur souveraineté.

La décision rendue cet après midi par la Cour de cassation de valider le mariage d'un couple gay franco-marocain en dépit de la « convention franco-marocaine du 10 août 1981 relative au statut des personnes et de la famille et à la coopération judiciaire » est une nouvelle atteinte portée à la famille et aux droits de l’enfant comme elle est une atteinte à la souveraineté du Maroc et de dix autres pays dont les conventions bi-latérales sont identiques : ce sont l’Algérie, la Bosnie, le Cambodge, le Kosovo, le Laos, le Monténégro, la Pologne, la Serbie, la Slovénie et la Tunisie.

En considérant que la loi Taubira doit être en fait imposée aux pays qui refusent le mariage entre personnes de même sexe, la Cour de cassation contribue à la diffusion d’une loi injuste pour les enfants."

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, dénonce :

« C’est aussi accorder une valeur démesurée à la loi Taubira. Il est de notoriété publique, y compris au niveau international, qu’un très grand nombre de Français ne se reconnaissent pas dans cette loi. Dans ce contexte, elle ne peut être considérée comme « une valeur essentielle » de la République » C’est pourtant ce qu’a estimé la Cour de cassation et ce, à l’encontre des règles en la matière. Une fois de plus, on a donné à quelques juges la responsabilité de prendre une décision d’ordre politique. Et là, ce n’est même plus pour l’imposer aux Français, mais carrément à d’autres pays ! »

"En effet, comme le rappelaient récemment des dizaines de juristes, c’est « l’opinion publique » qui conduit la justice à estimer ce qui est « valeur essentielle ». Or, en l’espèce, outre les foules mobilisées, de nombreux ténors de l’opposition mettent aussi en cause cette loi.

Pour La Manif Pour Tous cette décision est un encouragement à poursuivre la mobilisation, la loi Taubira étant une injustice majeure pour l’enfant et conduisant inéluctablement à la PMA « sans père » et à la GPA."

Posté le 28 janvier 2015 à 16h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

La Cour de cassation valide la parodie de "mariage" entre un Français et un Marocain

La Cour de cassation a rejeté aujourd'hui le pourvoi du procureur général, qui demandait que la France respecte sa convention bilatérale avec le Maroc, pays qui ne reconnaît pas la dénaturation du mariage. Dans son communiqué, la Cour considère qu'

"on ne peut priver une personne de la liberté fondamentale de se marier, mariage qui, depuis la loi du 17 mai 2013, est ouvert, en France, aux couples de même sexe."

La Cour ne voit pourtant pas d'obstacle à limiter cette liberté dans le même arrêt, puisqu'elle la soumet à deux conditions :

"elle considère que la loi du pays étranger ne peut être écartée que si l’une des conditions suivantes est remplie :

  • il existe un rattachement du futur époux étranger à la France (dans cette affaire, le ressortissant marocain était domicilié en France)
  • l’Etat avec lequel a été conclu la convention, n’autorise pas le mariage entre personnes de même sexe, mais ne le rejette pas de façon universelle."

Autrement dit, dans la quasi totalité des cas, la France pourra contourner les conventions qu'elle a signées.

Posté le 28 janvier 2015 à 15h06 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (11)

27 janvier 2015

Dérives de la campagne du référendum slovaque sur le mariage et la famille

La Manif Pour Tous alerte l’opinion publique internationale et demande à Harlem Désir (Secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes) de se mobiliser pour la démocratie en Slovaquie :

M"En Slovaquie, la dérive d’un référendum d’initiative populaire inquiète La Manif Pour Tous en raison des violations graves des droits des citoyens et d’une discrimination dans la sphère privée et publique.

Ce référendum est prévu le 7 février prochain. Il concerne le mariage et la famille. Il propose aux citoyens slovaques :

  • de définir le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme afin de ne pas commettre d’injustice en privant délibérément un enfant de père ou mère
  • d’interdire l’adoption par des couples de personnes de même sexe
  • de rendre facultatif le suivi des cours d’éducation sexuelle pour les enfants : ce sont les parents qui pourront décider ce qui leur semble préférable pour leurs enfants. 

A l’origine de ce référendum se trouve l’Aliancia za Rodinu (Alliance pour la famille) qui a rassemblé 400 000 signatures dans un pays de 5,4 millions d’habitants. A moins de 15 jours du référendum, La Manif Pour Tous s’inquiète de la tournure de la campagne électorale puisqu’il y a déjà eu des violations graves des droits des citoyens et une discrimination dans la sphère privée et publique. Les militants de l’Alliance pour la Famille se sont déjà vu refuser l'accès aux chaînes de télévision privées SK malgré leur publicité payée. La société de radio-télévision publique (RTVS) a refusé de diffuser des spots télévisés en faveur du référendum. A plusieurs reprises, des réservations de salles pour des débats publics (y compris sur un campus universitaire) ont été reportées ou même annulées. La semaine dernière, au cours d’une déclaration publique, le médiateur slovaque, Jana Dubovcová, est sorti de sa neutralité en expliquant qu'elle voterait « Non » au trois questions posées et qu'elle considérait que ce référendum n’était pas important. Et ce n’est malheureusement pas un cas isolé puisque des responsables politiques encouragent les citoyens à ne pas participer à ce référendum ! "

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, déclare :

« Tous ces éléments sont préoccupants car ils montrent des dysfonctionnements, pour ne pas  dire plus, dans un processus démocratique. La liberté d’expression est menacée ». « Ce référendum sur la famille est au contraire un enjeu essentiel pour l’avenir de la société slovaque. C’est pourquoi nous allons alerter très largement les responsables politiques européens pour s’assurer que ce référendum se déroule dans les meilleures conditions et permette aux Slovaques de se prononcer dans la sérénité ».

La Manif Pour Tous vient d’écrire à M. Harlem Désir, Secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, afin de l’informer des dérives de la campagne slovaque et de lui demander de veiller à ce que toutes les conditions d’une libre et pleine expression de la démocratie soient assurées pour tous les citoyens slovaques.

Posté le 27 janvier 2015 à 17h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

26 janvier 2015

La Manif pour tous écrit à onze ambassadeurs

Un confidentiel du Figaro :

Ambassadeurs

Posté le 26 janvier 2015 à 15h17 par Louise Tudy | Lien permanent

25 janvier 2015

3 février : conférence sur la loi Taubira à Sète

Tract_définitif - copie

Posté le 25 janvier 2015 à 07h45 par Michel Janva | Lien permanent

24 janvier 2015

Le Portugal refuse l'adoption pour les LGBT

Le Parlement portugais a une nouvelle fois rejeté jeudi plusieurs textes autorisant les homosexuels à adopter des enfants.

Les trois propositions de loi, présentées par le Parti socialiste, le Bloc de gauche et les Verts, ont été rejetées avec une trentaine de voix d'écart et une dizaine d'abstentions, sur 220 députés présents.

La droite au pouvoir avait déjà refusé de voter des textes similaires en février 2012 puis en mai 2013. Le vote de jeudi a toutefois été plus serré qu'auparavant car les 16 élus du Parti communiste, qui s'étaient opposés à l'élargissement du droit à l'adoption en 2012 avant de s'abstenir en 2013, se sont prononcés en faveur des textes soumis au Parlement. 

Posté le 24 janvier 2015 à 10h58 par Michel Janva | Lien permanent

22 janvier 2015

Stéphane Bern est contre la GPA : "Un enfant a besoin d'un papa et d'une maman"

Lu dans Closer (sic) :

"Stéphane Bern a beau être ouvertement gay, il n'est pas toujours d'accord avec les revendications de la communauté homosexuelle. Lors du débat sur le mariage pour tous en France, l'animateur de Secrets d'histoire sur France 2 expliquait ainsi ne pas comprendre pourquoi les homos se battaient pour se marier... alors que "la plupart des gens dans ce pays veulent divorcer". "Je ne suis pas pour avoir ces droits moi-même mais je suis pour que ceux qui n'ont pas ce droit puissent l'avoir, c'est une position de principe", nuançait toutefois Stéphane Bern, invité de l'émission C à vous sur France 5. Quant à l'adoption pour les couples de même sexe, Stéphane Bern s'y disait également favorable. "Je connais plein de couples hétérosexuels divorcés et quand je vois l'état de leurs enfants, je me dis qu'on ferait peut-être mieux de s'intéresser au destin de ces enfants-là !", lâchait-il.

Si Stéphane Bern n'a donc rien contre l'adoption pour les couples homos, il n'en est toutefois pas de même pour la gestation pour autrui. Interrogé cette semaine dans Le Point, le grand spécialiste des têtes couronnées, 51 ans, explique en effet que la GPA lui "pose un problème". "Je suis respectueux des lois et la loi française l'interdit", affirme en premier lieu l'animateur, qui dit comprendre que certains dénoncent "une marchandisation du corps de la femme". "Ce que je crains, c'est que l'enfant soit devenu un élément du confort bourgeois", déplore-t-il, estimant qu'il "n'y a pas de droit à avoir un enfant". "Pour moi, un enfant a besoin d'un papa et d'une maman, quand bien même il est élevé par deux personnes du même sexe", poursuit Stéphane Bern, avant de conclure : "De toute façon, il est fabriqué comme ça, par un père et une mère".

Il est pour l'adoption par les paires homosexuelles et en même temps contre la GPA car l'enfant a droit à un père et une mère. Pas trop logique.

Posté le 22 janvier 2015 à 22h26 par Michel Janva | Lien permanent

20 janvier 2015

Londres : un candidat conservateur pas si conservateur

Ivan Massow, riche militant LGBT, a annoncé qu’il attendait un enfant. En parallèle de sa campagne pour devenir le candidat officiel du parti conservateur aux municipales londoniennes de mai 2016, Massow s’est donc approché d'une paire de femmes rencontrées en ligne. Les deux devraient avoir la garde de l’enfant à naître la majeure partie du temps.

Ivan Massow habite au centre de la capitale britannique et dispose d’un appartement mitoyen où pourront vivre les mères de son enfant à leur guise.

Bref : un trouple.

Posté le 20 janvier 2015 à 19h18 par Michel Janva | Lien permanent

19 janvier 2015

Le coming out d'un haut responsable politique en Irlande

C'est une première en Irlande, pays de tradition catholique, et qui s'apprête à se prononcer par référendum, dans quatre mois, sur le "mariage" entre personnes de même sexe. 

[...]"le ministre de la Santé Leo Varadkar a fait cette annonce  sur son orientation sexuelle dans un entretien avec la Radiotélévision  nationale irlandaise, RTE.[...] 

Les sondages montrent que l'Irlande, qui a dépénalisé l'homosexualité en  1993 et introduit le partenariat civil entre personnes du même sexe en 2011,  va probablement voter en faveur du mariage homosexuel."

Posté le 19 janvier 2015 à 11h31 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (3)

16 janvier 2015

Le terrorisme des LGBT du Loiret contre un boulanger

Suite à notre post du 7 janvier, un article est paru cette semaine dans l’hebdo d’Orléans (n°89, du 13 au 20 janvier 2015), confirmant que le lobby LGBT a alerté les médias et le pauvre boulanger a été obligé de s’excuser et de retirer ses fèves de la circulation (Voir France 3).

Mais à part ça, Madame La Marquise, la liberté d'expression est une valeur fondamentale.

Posté le 16 janvier 2015 à 17h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (22)

06 janvier 2015

LMPT, veilleurs : allons-nous nous contenter de réclamer l'abrogation de la loi Taubira ?

L'entretien que Guillaume de Prémare, ancien président de LMPT devenu délégué général d'Ichtus, a accordé à la revue Permanences, paraît incontournable pour qui veut mener une réflexion de fond sur l'avenir du puissant mouvement social qu'est la Manif pour tous (et ses émanations, comme les veilleurs par exemple), et agir en conséquence. Les vidéos qui suivent sont à l'image de la nouvelle phase dans laquelle est entrée La Manif pour tous : moins amusantes qu'un montage d'après manif, mais vraiment constructives pour l'avenir.

Séquence 1 - L’idéologie du progrès est à terre : opportunités et menaces

Démentie par les faits, l’idéologie du progrès est à terre et le réel revient par la grande porte de l’histoire. Dans le peuple profond s’expriment des besoins d’identité, de sécurité, d’autorité et de repères stables. Ce changement d’époque ouvre un espace pour une anthropologie authentique. Cette nouvelle donne comporte également des menaces, notamment la marche vers une sorte de « Meilleur des mondes ».

 

Séquence 2 - Quel avenir pour le mouvement social LMPT (et ses émanations comme les veilleurs) ?

La Manif pour tous s’est inscrite durablement dans le paysage public, suscitant un mouvement social profond. Première force de mobilisation populaire du moment, ce mouvement peut prendre sa place dans l’histoire s’il est capable de rejoindre les aspirations profondes du peuple au-delà des seules thématiques familiales. Se saisir de la nouvelle question sociale induite par la mondialisation et faire émerger un nouveau catholicisme social constituent un enjeu d’avenir. Faut-il pour autant s'investir dans les partis politiques ? Ils semblent davantage faire partie du problème que de la solution.

 

Séquence 3 - Mener une recherche prospective et métapolitique pour préparer une alternative pour la France

La « métapolitique » désigne à la fois les grands fondements de la politique, un mode d’action politique au-delà des logiques partisanes et un terrain d’engagement, notamment en terme de conquête culturelle. Dans le contexte historique français, une profonde recherche prospective et métapolitique est nécessaire pour susciter une alternative à la faillite actuelle de la chose publique et répondre à la méfiance que lui témoignent les Français. Rien ne sert d'attendre un sauveur pour cela.

 

Séquence 4 - Création du MétaLab, pour mener cette recherche prospective et métapolitique

Ichtus porte, dans sa mission et par son histoire, le charisme de relier la pensée et l’action. Comment nourrir la pensée et l’action du mouvement social ? C’est pour contribuer à répondre à cette question que Guillaume de Prémare, désormais délégué général d'Ichtus, lance le MétaLab, laboratoire de recherche prospective et métapolitique, au service du mouvement social et en concertation avec ses acteurs. Les intuitions ne suffisent plus : proposer une alternative à la France suppose que chacun travaille dur.

 

Posté le 6 janvier 2015 à 08h28 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (9)

05 janvier 2015

2014 : les 5 évènements de l'ONU en faveur de la culture de mort

Selon C-Fam, mouvement pro-famille accrédité à l'ONU, 2014 n'a pas été une bonne année. Rapide bilan :

  1. Le Secrétaire Général de l’ONU lance une campagne en faveur de l’avortement dans les zones dévastées par la guerre.
  1. Les experts de l’ONU s’attaquent en groupe au Vatican à propos de la doctrine sur l’avortement et l’homosexualité.
  1. Le Conseil des Droit de l’Homme impose une autre résolution sur l’orientation sexuelle.
  1. Le Conseil des Nations Unies sur les Droits de l’Homme devient la Chambre des Echos de l’avortement et des LGBT.
  1. Les nouveaux Objectifs de Développement de l’ONU n’incluent pas l’avortement, mais continuent des financer les groupes pro avortement.

Posté le 5 janvier 2015 à 12h19 par Michel Janva | Lien permanent

Une Chambre de commerce LGBT en Californie

Sous le délirant concept de "discrimination positive", la National Gay and Lesbian Chamber of Commerce demande aux sociétés qui veulent bénéficier de ses droits d'apporter la preuve d'être propriété d'une personne LGBT ainsi que tout document ou autre preuve de sa préférence sexuelle

700 entreprises ont déjà obtenu ce fameux certificat au cours de ces dix dernières années, tandis que la Chambre de commerce LGBT œuvre depuis l’arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche pour promouvoir la signature de contrats avec ces sociétés par le biais de la US Small Business Administration. Le tout sur le modèle des mesures prises pour promouvoir les possibilités économiques pour les minorités ethniques, les femmes et les vétérans handicapés…

Et après ces gens veulent être comme les autres.

Posté le 5 janvier 2015 à 07h16 par Michel Janva | Lien permanent

04 janvier 2015

Dénaturation du mariage : l'adoption à l'étranger s'effondre

Le nombre d'enfants adoptés a été divisé par 4 entre 2003 et 2014, passant de 4000 à 1000 enfants. La baisse a été de 22 % entre 2013 et 2014, alors que les pays "renforcent leurs contrôles". Il semble donc que la dénaturation du mariage n'a pas aidé les demandes françaises d'adoption. Béatrice Biondi, directrice de l'AFA (Agence française de l'adoption), opérateur public pour l'adoption internationale, indique :

«Cela représente le nombre d'adoptions le plus bas depuis trente ans. Si l'on arrive à 1 050 adoptions internationales, il s'agira d'un recul d'environ 22 % par rapport à 2013.»

Le déclin devrait se poursuivre. En effet, la Russie, premier pays d'origine des enfants adoptés à égalité avec le Vietnam, s'apprête à mettre un terme aux demandes d'adoption en individuel pour accepter les seuls dossiers présentés par les organismes agréés pour l'adoption (OAA) ou l'AFA qui accompagnent les parents dans leur démarche et sécurisent les processus. En Afrique, le nombre d'enfants recueillis par des étrangers devraient également chuter alors que le Mali ferme ses portes à l'adoption internationale ou que nombre de pays, comme l'Éthiopie, durcissent leurs contrôles. 

Le Quai d'Orsay ne semble pas faire de lien entre cette baisse et le vote de la loi Taubira.

Posté le 4 janvier 2015 à 15h12 par Michel Janva | Lien permanent

03 janvier 2015

La Cour fédérale allemande reconnaît la GPA

La légalisation de la location d'utérus avance.

La Cour fédérale de justice (Bundesgerichtshof, BGH), dont le siège est à Karlsruhe, dans une décision rendue le 10 décembre et publiée quelques jours plus tard, estime que si le compagnon du père biologique d’une enfant issu d’une gestation pour autrui (GPA) est reconnu comme parent par la justice du pays où l’enfant a été conçu, cette décision doit aussi être applicable en Allemagne.

Deux habitants de Berlin avait fait concevoir, moyennant finances, un enfant par GPA en Californie en 2010. En 2011, le père biologique avait reconnu l’enfant au consulat allemand et un tribunal californien avait désigné les deux hommes comme parents de l’enfant.

Pour motiver sa décision, la Cour s’est appuyée sur l’arrêt rendu le 26 juin 2014 par la Cour européenne des droits de l’Homme et condamnant la France pour son refus de reconnaître des enfants nés par GPA.

Les LGBT et autres vendeurs d'enfants peuvent remercier la France de n'avoir pas contesté cette décision.

Posté le 3 janvier 2015 à 14h36 par Michel Janva | Lien permanent

Les simulacres de mariage en baisse

Selon Nouvelles de France :

"Au total, 1 331 « mariages » homosexuels ont été célébrés à Paris en 2014, soit 13,48% des mariages (15% en 2013), selon des données municipales obtenues vendredi. Depuis la promulgation de la loi Taubira en mai 2013, 2 365 parodies gays du mariage de couples gays ou lesbiens ont été organisées à Paris, soit 14,14% des unions. La baisse se confirme puisque la mairie indique avoir atteint « un rythme de croisière » avec une centaine de parodies célébrées par mois au cours des derniers mois. La majorité des « mariages » homosexuels ont été organisés dans des arrondissements de gauche : 72,22% depuis mai 2013. C’est dans le IVe arrondissement où se trouve le Marais que la plus grande proportion de parodies homosexuelles de mariages ont été célébrées (32,2% des unions) contre 6,2% dans le XVIe."

Posté le 3 janvier 2015 à 11h36 par Michel Janva | Lien permanent

Cathos, nouvelle génération

Média-presse-info propose une vidéo reportage sur cette génération montante des jeunes cathos qui n'ont pas peur :

"La Chaîne Parlementaire (LCP) a réalisé un reportage intitulé Cathos, nouvelle génération qui propose un portrait de ces nouveaux jeunes militants descendus dans la rue contre la loi Taubira. Des portraits croisés, de la Manif pour Tous à Civitas…"

 

Posté le 3 janvier 2015 à 11h19 par Marie Bethanie | Lien permanent

01 janvier 2015

Famille, mariage, filiation, droits de l’enfant : en 2015, La Manif Pour Tous ne lâche rien

Communiqué de La Manif Pour Tous :

"Campagne contre la GPA (Gestation Pour Autrui, c’est à dire le recours aux mères porteuses), droits des enfants à être élevés par un père et une mère, solidarité intergénérationnelle, sans oublier l’abrogation de la loi Taubira, la mobilisation pour la famille s’annonce d’ores et déjà très forte en 2015, année qui sera marquée par les élections départementales et régionales.

Après avoir rassemblé des centaines de milliers de manifestants lors des manifestations organisées tout au long de l’année 2014, La Manif Pour Tous entend poursuivre son action en gardant les ingrédients clé de son succès que sont l’enthousiasme, l’audace et la détermination. Le report sine die du projet de loi famille au lendemain des manifestations du 2 février et le changement de position du Premier Ministre, Manuel Valls, sur la GPA à la veille des manifestations du 5 octobre n’ont fait que renforcer la conviction des sympathisants de La Manif Pour Tous de la nécessité de poursuivre leur mobilisation."

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, déclare :

« L’année 2014 a été riche de succès pour notre mouvement. Une de nos revendication majeure est l’abrogation de la loi Taubira et force et de constater que grâce à la mobilisation constante et pacifique de millions de Français, ce sujet est aujourd’hui sur la table et les ténors de la vie politique se prononcent les uns après les autres pour son abrogation ». « Cette loi Taubira est injuste pour les enfants et hypocrite pour les couples de même sexe. Non seulement elle n’est pas entrée dans les mœurs, mais elle n’y entrera jamais car les Français plébiscitent aujourd’hui la filiation Père-Mère-Enfant et plus généralement la famille, premier lieu de solidarité et refuge des plus vulnérables ».

Aujourd’hui, le gouvernement reste sourd aux appels au dialogue de La Manif Pour Tous. Ainsi, les demandes de rendez-vous adressées à Manuel Valls et à Najat Vallaud Belkacem n’ont toujours pas abouties, provoquant un sentiment d’exclusion pour les centaines de milliers de familles mobilisées depuis plus de 2 ans. Les enjeux sont pourtant nombreux : abolition universelle de la GPA, interdiction de la PMA sans père, arrêt de la diffusion de l’idéologie du genre à l’école, annulation des mesures familiphobes (mises sous condition de ressource des locations familiales, réduction du congé parental…), abrogation de la loi Taubira, préservation de la solidarité intergénérationnelle…

Ludovine de La Rochère prévient :

« Nous sommes déterminés à poursuivre notre action tout au long de l’année 2015 ». « Nous serons présents au quotidien pour faire entendre le plus largement possible la voix des familles. Nous allons notamment porter une attention particulière à l’action de proximité en renforçant la structuration de notre réseau local. Et nous allons également continuer à développer nos relations avec les organisations partenaires à l’échelle européenne et internationale, en particulier pour obtenir l’abolition universelle de la GPA ».

Parmi ses prochains rendez-vous, La Manif Pour Tous travaille à l’organisation de son forum international contre la GPA qui se tiendra à Paris le dimanche 8 mars 2015.

« Ce sera notre manière à nous de célébrer la journée internationale de la femme. On ne peut tolérer plus longtemps cette pratique qui exploite la femme et fait de l’enfant une marchandise ».

Posté le 1 janvier 2015 à 19h29 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Culture de mort : Avortement , Europe : politique , Homosexualité : revendication du lobby gay

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Culture de mort : Avortement , Europe : politique , Homosexualité : revendication du lobby gay