08 février 2016

Front National : Abrogation de la loi Taubira et amélioration du Pacs

Dimanche soir, Nicolas Bay a confirmé les engagements du FN à propos de la loi Taubira :

"Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, a assuré dimanche qu'en cas de victoire à la présidentielle en 2017, son parti abrogerait la loi Taubira sur le mariage pour tous, accusant au passage Nicolas Sarkozy d'avoir « renié ses promesses » sur cette question.

« Contrairement à Nicolas Sarkozy, qui a renié ses promesses de campagne, en 2017, le Front national abrogera la loi Taubira et améliorera le pacs pour régler notamment toutes les questions fiscales ou patrimoniales pour les couples du même sexe » (...) Nous sommes attachés à l’état de droit, donc il n’est pas question de démarier les gens qui ont été mariés."

Posté le 8 février 2016 à 07h40 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

07 février 2016

Italie : Beppe Grillo retire son soutien à l'union civile

Images-14Suite à l'énorme manifestation pro-famille, le chef du Mouvement 5 étoiles (M5S) a changé d'avis. Dans une note de blog publiée sur le site beppegrillo.it, Beppe Grillo appelle ses sénateurs, qui devront voter les articles du projet d'union civile, à user de leur "liberté de conscience" pour se prononcer sur le point le plus litigieux du texte offrant la possibilité d'adopter les enfants du conjoint. Une volte-face pour le M5S  (deuxième formation politique du pays) qui avait jusqu'alors affirmé vouloir voter cette proposition de loi avec le Parti Démocrate.

Beppe Grillo justifie sa décision en expliquant que le Mouvement n'a plus le temps d'organiser un référendum des militants sur le texte. Il semble que ce soit la manifestation monstre du samedi 30 janvier qui lui a fait comprendre que voter ce texte est une erreur.

Le sort de la loi Cirinnà est en péril : le Parti démocrate n'a pas la majorité au Sénat et 34 de ses sénateurs ont fait connaître leurs réserves. Le Parti du Nouveau centre droit (NCD), allié du gouvernement, est fondamentalement contre le texte. Enfin Matteo Renzi lui-même ne soutient la loi que du bout des lèvres et s'en remet lui aussi à la liberté de conscience de ses élus.

Angelino Alfano, ministre de l'intérieur et président du NCD exulte sur tweeter: 

"le match est relancé. Toute la loi pourrait sauter".

Le ministre de la Santé, Beatrice Lorenzin, a salué "la victoire de ceux qui réclamaient l'ouverture d'une discussion franche et sincère sur les possibles conséquences néfastes" de l'adoption. 

Le Monde se demande si Beppe Grillo est réellement convaincu ou s'il cherche à élargir sa base électorale en vue des municipales de juin...

Posté le 7 février 2016 à 18h22 par Michel Janva | Lien permanent

Le conseil municipal de Nantes subventionne une association LGBT pro-GPA

Le conseil municipal de Nantes a voté vendredi une subvention au centre LGBT qui promeut la GPA et organise des réunions dans ce sens :

IMG_4563

 
Seuls deux conseillers municipaux ont voté contre : Blandine Krysmann (PCD) et Guillaume Richard (Républicain).

Le reste du groupe droite et centre s'est abstenu (sauf l'UDI Hervé Grélard qui a voté pour).

Posté le 7 février 2016 à 18h08 par Michel Janva | Lien permanent

05 février 2016

Même Têtu publie des études "homophobes"

Celle-ci relativise la notion de couple pour les hommes homosexuels, puisque

"près de la moitié des hommes gays en Angleterre, qui ont répondu à un récent sondage, disent avoir vécu une relation ouverte ou non-monogame".

Tous les clichés soi-disant "homophobes" se retrouvent dans cette étude :

  •  des hommes qui déclarent "avoir couché avec plus de 100 garçons en plus de son partenaire, durant les 5 années de leur relation ouverte"
  • 55% déclarent avoir contracté une IST au cours de leur relation ouverte
  • 71% pensent l’avoir attrapée à travers un partenaire occasionnel.
  • et enfin : "les homosexuels ne sont pas capables d’être monogames".

Et on essaie toujours de nous faire croire qu'ils veulent se marier et adopter des enfants "comme tout le monde".

Posté le 5 février 2016 à 14h41 par Michel Janva | Lien permanent

Albéric Dumont : "Je ne vois pas comment Nicolas Sarkozy peut accéder au pouvoir en ayant si peu de convictions"

Dernier entretien de Jean Le Jeune, avec Albéric Dumont, Vice Président de La Manif pour Tous, à Rome samedi dernier :

Unknown-35Q./Albéric Dumont, bonjour. Vous êtes aujourd’hui à Rome pour le Family Day. Pourquoi est-ce important d’être ici ?

R./ Aujourd’hui La Manif pour Tous s’étend à travers l’Europe : il était important d’être avec l’Association italienne, pour participer à cet évènement du Family Day : aujourd’hui ils sont dans une procédure législative qui est déjà engagée sur cette loi qui va permettre l’adoption par des couples homosexuels d’enfants. Nous avons lutté contre ce texte en France. Nous luttons aujourd’hui contre ce texte partout en Europe. C’était tout naturel d’être là aujourd’hui à Rome.

Q./ Pour autant dans ce texte on ne parle pas de mariage du tout.

R./ On ne parle pas de mariage, mais on parle d’unions gays qui ont exactement les mêmes conséquences en termes de filiation. Et nous aujourd’hui notre combat, c’est l’enfance, c’est les droits de l’enfant. Donc on peut parler d’union, on peut parler de mariage : le problème est exactement le même puisqu’on parle de donner des droits filiatifs à des couples de même sexe.

Q./ Le départ de Christiane Taubira : j’ai vu que vous avez récemment écrit un papier dans Valeurs Actuelles. Finalement, vous ne vous réjouissez pas du départ de Christiane Taubira ?

R./ Ecoutez, on se réjouit du départ de Christiane Taubira. C’est en somme un soulagement dans les familles et chez les Français en général. Mais ne soyons pas dupes : Christiane Taubira est partie : mais son texte est resté, son gouvernement est resté. On peut utiliser cette expression : Christiane Taubira n’était que la « mère porteuse » de ce texte. Aujourd’hui le père de ce texte, c’est François Hollande et François Hollande est encore au pouvoir, la loi est encore en vigueur. Donc c’est pour cette raison qu’il faut continuer notre combat. Alors réjouissons-nous du départ de Christiane Taubira. Mais ne soyons pas dupes : ce n’est qu’une étape jusqu’à la victoire.

Q./ « La France pour la vie » : c’est le titre de l’ouvrage de Nicolas Sarkozy qui est paru la semaine dernière. Gros reniement sur l’abrogation de la loi Taubira ? Quel est votre avis ?

R./ Je pense que c’est une erreur politique majeure. Aujourd’hui on assiste à un revirement complet des convictions de Nicolas Sarkozy. Et on se demande si sur un sujet aussi précis Nicolas Sarkozy est capable en l’espace de 6 mois de dire une chose et son contraire, comment peut-on lui faire confiance pour lui redonner, peut-être, en 2017, les rênes du pays ? Aujourd’hui, je pense que c’est un mauvais calcul de sa part de la part de son équipe. Je ne vois pas comment il peut accéder au pouvoir aujourd’hui en ayant si peu de convictions.

Q./ Merci beaucoup, Albéric Dumont.

R./ Je vous en prie.

Posté le 5 février 2016 à 08h18 par Michel Janva | Lien permanent

La Manif Pour Tous ne se fait pas d'illusion sur Nicolas Sarkozy

Jean Le Jeune a interrogé Ludovine de la Rochère, Présidente de La Manif pour Tous, présente à Rome samedi dernier :

Unknown-34Q./ Bonjour Ludovine de la Rochère, nous sommes ici à Rome pour le Family Day, vous êtes Présidente de La Manif pour Tous. Est-ce qu’il y a des liens entre les différentes associations françaises et italiennes ?

R./ Bien sûr : il y a « La Manif pour Tous Italia », qui s’appelle aussi « Generazione Famiglia », parce que en italien « La Manif pour Tous » ce n’est pas très compréhensible. Et donc ils utilisent les deux noms. Mais bref, « La Manif pour Tous Italia » a été créée à Paris, en partenariat avec des Italiens, qui étaient comme nous de simples citoyens, j’allais dire. Et qui ont décidé il y a 2 ans et demi qu’il fallait se préparer à agir, puisqu’évidemment tous les pays d’Europe sont concernés par les mêmes projets. Ils ont pris le temps de se préparer, de commencer à faire de la pédagogie, etc… Et petit à petit le mouvement prend de l’essor et de l’ampleur. Et puis bien sûr ils se sont alliés avec une autre association très importante en Italie. Et puis c’est devenu un collectif, tout à fait comme La Manif pour Tous en France, qui a fédéré un très grand nombre d’associations.

Q./ Alors, dans ce projet de loi, on parle plutôt d’union civile : est-ce qu’il y a des similitudes avec le mariage pour tous en France ?

R./ Alors, c’est bien sûr de l’hyprocrisie, parce qu’il y a un article de ce projet de loi qui ouvre l’adoption, en tout cas dans un certain nombre de cas, aux couples de personnes de même sexe. Et par ailleurs il y a une ouverture aussi vers la Gestation pour Autrui. Alors ce n’est pas explicite. Mais c’est bien réellement un projet de loi qui est scandaleux. Et évidemment l’étape d’après sera de dire que l’union civile ouvre les portes à la filiation. Et donc, au mariage. Et donc il faut admettre le mot de mariage, etc…

Q./On a vu très récemment La Manif pour Tous fêter le départ de Christiane Taubira. On a vu La Manif pour Tous s’agacer de la trahison, du reniement de Nicolas Sarkozy

R./ Bien sûr.

Q./ Alors quelle est la suite pour La Manif pour Tous en 2016.

R./ Si vous me permettez, à propos de Nicolas Sarkozy, on ne se faisait pas beaucoup d’illusions, évidemment, et en particulier au vu de la manière dont il avait répondu à Sens Commun : « On peut dire abrogation si ça vous fait plaisir ». Et à vrai dire, moi ce qui m’a beaucoup choquée, ce n’est pas tellement ce retournement, c’est qu’il aille jusqu’à renier sa parole et ce qu’il avait dit antérieurement et à de nombreuses reprises. Il m’avait les yeux dans les yeux qu’il était opposé au mariage de deux hommes de deux femmes. Et là, dans son livre, il écrit : « Je n’ai jamais contesté la légitimité du mariage homosexuel ». Autrement dit, les mots sont extrêmement forts et pour moi le reniement, il est là : il renie ce qu’il a en tout cas déclaré. Après, sur l’abrogation, on avait bien senti la fragilité.

Q./ La volonté de La Manif pour Tous de peser sur les primaires, peut-être ?

R./ Exactement : la prochaine étape pour La Manif pour Tous, -en France on se situe tous dans la perspective de la présidentielle de 2017-, : ce n’est évidemment pas François Hollande qui abrogera sa loi, évidemment. Tout le monde s’en doute : et donc, nous souhaitons peser le plus possible en vue de cette présidentielle parce qu’il faut vraiment que l’on fasse tout pour avoir demain une équipe dirigeante qui abroge cette loi Taubira. Alors ça n’est pas facile évidemment. Mais nous devons nous faire entendre de tous les partis politiques, et bien sûr en particulier des partis politiques de droite. Nous devons intervenir auprès d’eux, nous devons les obliger à traiter le sujet, à prendre position, etc… Ils veulent absolument évacuer le sujet, tous… Eh bien, le sujet il est là, il est extrêmement important. Ce sera un enjeu des prochaines élections primaires, présidentielles, législatives.

Notre travail consiste avant tout à maintenir cette question-là, faire en sorte que le débat se poursuive. Et puis qu’ensuite il y ait une évolution des positions des uns et des autres.

Q./Merci beaucoup, Ludovine de la Rochère, bonne journée.

Posté le 5 février 2016 à 08h14 par Michel Janva | Lien permanent

La population italienne est contre les unions civiles

A Rome, Jean Le Jeune a interrogé Virginia Coda Nunziante, Présidente du Mouvement Famiglia Domani :

Unknown-32Q./Pourquoi est-il important pour vous d’être ici aujourd’hui ?

R./ C’est très important car il faut donner un signal fort à notre gouvernement et à nos hommes politiques que l’Italie : la base de la population italienne est contre les unions civiles. Donc non seulement contre l’adoption des enfants par les couples homosexuels, mais aussi contre les unions civiles en tant que telles. Et donc la présence de tout le monde est absolument très importante aujourd’hui .

Q./Est-ce que justement cette modification dans la filiation pourrait entraîner des dérives telles que la PMA, la GPA ?

R./ Certainement. Certainement. En Italie en plus pour l’instant c’est encore interdit puisque nous avons la PMA, mais la version homologue, pas encore la version hétérologue ; ce qui est déjà très mauvais déjà puisque la PMA ne devrait pas exister du tout. Mais en donnant qui plus est la possibilité de l’adoption aux homosexuels, ce qui es très mauvais, parce que la PMA ne devrait pas exister du tout. Mais en donnant la possibilité de l’adoption aux couples homosexuels, on s’oriente encore plus vers une PMA généralisée. Et surtout ceux qui voudront le faire en Italie ne pourront pas le faire immédiatement : ils iront à l’étranger, et les enfants adoptés seront reconnus comme enfants officiels. Donc c’est extrêmement grave.

Q./ Pour autant dans ce texte on ne parle pas à proprement parler de mariage. Est-ce qu’il y a d’après vous une dérive possible vers le mariage ?

R./ Tout à fait, c’est exactement ce qu’ils veulent très bien qu’en tant que tels ils ne pourraient pas le faire tout de suite. Mais c’est toujours la première brèche, le premier pas. Et immédiatement après, à travers les juges, les cours constitutionnels, ils vont certainement avoir tout à fait les mêmes droits que les familles. Donc c’est seulement le premier pas.

Q./ Aujourd’hui il y a énormément de monde dans cette manifestation, est-ce que vous pensez pour autant que le texte pourrait ne pas passer

R./ Alors, moi je l’espère beaucoup, et nous prions beaucoup pour cela. La dernière fois, en 2007, grâce à la foule qui a manifesté aussi et aux prières, le gouvernement Prodi est tombé tout de suite après la manifestation. Donc nous espérons qu’il va se passer plus ou moins la même chose car je n’ai pas grande confiance je dois dire dans les hommes politiques. Donc je suis sûre qu’ils se mettront d’accord, même s’ils se disent être favorables aux manifestants. Ils sont ici à la manifestation avec nous : ce sont les mêmes qui vont voter contre les adoptions, mais pour les unions civiles. CE que les manifestants ne veulent pas. Donc nous n’avons pas beaucoup de confiance en eux. Donc on espère vraiment que quelque chose d’autre arrivera pour arrêter cette loi.

Q./ Merci beaucoup, Virginia Coda Nunziante. En 2007, quel était le texte ?

R./ En 2007 c’était le texte De Dico.

Famiglia Domani est une association indépendante des partis politiques qui a pour but de défendre et de promouvoir les valeurs familiales naturelles et chrétiennes menacées par la dégradation culturelle et morale de notre époque. Famiglia Domani est intervenue sur des thèmes d’une grande portée morale tels que la vie, la famille, l’éducation. Créée par M. Luigi Coda Nunziante (1930-2015), Famiglia Domani est composée de collaborateurs volontaires, et vit exclusivement de l’aide des bienfaiteurs et d’amis, et publie le bulletin « Famiglia Domani Flash ». En 2011, avec le Mouvement Européen Défense de la Vie (MEDV), elle a organisé la Marche Nationale pour la Vie qui depuis se déroule chaque année à Rome et qui a acquis une portée internationale. En 2014 elle a adhéré au réseau international de défense de la Famille et de la Vie, Voice of the Family.

Posté le 5 février 2016 à 08h02 par Michel Janva | Lien permanent

Italie : il existe une possibilité que la loi LGBT ne soit pas votée

A Rome où il a participé à la manifestation géante de samedi dernier, Jean Le Jeune a interrogé un certain nombre de personnalités. Voici le premier de ces entretiens.

Interview d’un membre du Parti FNI (Fronte Nazionale Italiano)

Unknown-31Q./Pourquoi est-il important pour vous d’être ici aujourd’hui ?

R./ Pour nous il est important d’être ici aujourd’hui parce que nous sommes contre la Step Child Adoption, la possibilité pour des partenaires d’adopter l’enfant de son compagnon. Parce que dans ce cas on peut aussi avoir recourir à la GPA. Nous sommes contre la possibilité de voir se créer des maisons de plurigénitorialité. Donc contre le fait qu’un géniteur puisse intervenir, en plus du père et de la mère naturels. Et nous considérons tout cela comme un aspect néfaste pour les suites qu’il pourra y avoir pour la famille même, appréhendée d’un point de vue constitutionnel.

Q./Est-il possible que le gouvernement ne vote pas cette loi grâce à grande mobilisation d’aujourd’hui ?

R./ C’est possible dans la mesure où ils ont renvoyé le vote à lundi. Ici il y a, je ne sais pas, je n’arrive pas à quantifier, mais j’espère 1 million, mes collègues du parti avancent même le chiffre de 2 millions de personnes. Par conséquent, il existe une possibilité.

Et il vrai aussi que le Parlement a fait une manœuvre de redistribution des tâches au sein du Sous-Secrétariat envers les alliés catholiques, ce qui lui permettrait de « blinder » le texte. Néanmoins je pense qu’il existe une possibilité que la loi ne soit pas votée.

Posté le 5 février 2016 à 07h58 par Michel Janva | Lien permanent

Sens Commun pèserait au sein des Républicains

Unknown-29C'est l'avis d'un proche d'Alain Juppé, le député Benoist Apparu :

« Ils n'ont pas beaucoup d'adhérents, mais ils ont de solides réseaux. Ils font beaucoup de lobbying, ils sont efficaces ».

Selon Le Parisien, Sens commun a réalisé une percée sans précédent lors des élections internes de LR pour désigner ses présidents de fédérations et de circonscriptions. Toujours selon Apparu :

« Il semblerait qu'ils aient réalisé une belle opération d'entrisme en présentant des candidats presque partout ».

Selon un autre cadre de LR :

« Ils ont réussi à truster beaucoup de postes. Leurs candidats n'ont pas affiché leur étiquette Sens commun, mais ils ont envoyé de nombreux mails pour inciter leurs partisans à aller voter ».

La nomination de Catherine Giner, déléguée nationale à la famille, est une bonne chose, mais LMPT en attend davantage. Ludovine de La Rochère maintient la pression :

« C'est nécessaire, mais pas suffisant ».

Posté le 5 février 2016 à 07h40 par Michel Janva | Lien permanent

Pas d’opposition crédible à la GPA sans revenir sur la loi Taubira

Alors que Nicolas Sarkozy vient d'écrire un nouvel épisode dans l'émission DPDA hier soir en effectuant un timide rétropédalage sur la GPA, la Manif pour Tous communique :

Logo"Invité ce soir dans l’émission « Des Paroles et Des Actes », Nicolas Sarkozy a bien évidemment été interrogé sur les passages de son livre « La France pour la vie » relatif au mariage et à la filiation, la famille étant un marqueur des prochaines échéances électorales. «Ça ne sert à rien de dire qu’on est contre la GPA et la PMA si on n’abroge pas la loi Taubira. » Ces propos tenus par Nicolas Sarkozy il y a 15 mois sont toujours d’actualité. Le Président des Républicains et candidat probable à la primaire de la droite et du centre a redit ce soir sa volonté de protéger la filiation, marquant un infléchissement, ou une précision, par rapport à son livre.

La Manif Pour Tous prend acte de cette détermination affichée et assumée de revenir sur les conséquences de la loi Taubira, en particulier la GPA. Cela implique de ne pas rester dans un statu quo législatif et de revenir, sans tabou ni passion, sur la loi autorisant le mariage et l’adoption pour les couples de personnes de même sexe.

La Manif Pour Tous dénonce une nouvelle fois le mythe du « démariage » savamment entretenu par le lobby LGBT qui cherche par tous les moyens à éviter ou retarder l’inéluctable révision de la loi Taubira indispensable à la protection des droits de l’enfant. Aucun enfant ne doit être délibérément privé de son père ou de sa mère : « accepter plus longtemps le droit à l’enfant serait injuste, cruel et en outre politiquement et juridiquement intenable » selon Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous.

Suite à ce nouvel épisode et au report d’un rendez-vous prévu la semaine dernière, La Manif Pour Tous confirme la nécessité de s’entretenir avec Nicolas Sarkozy dans les plus brefs délais pour analyser la portée de ses propos tenus ce soir et sur la méthode nécessaire pour sécuriser la filiation Père-Mère-Enfant."

Si il est légitime de maintenir la pression sur les hommes politiques qui prétendent à la fonction présidentielle, il faut aussi prendre en compte l'ensemble des propos tenus hier soir par Nicolas Sarkozy qui montrent qu'il n'a aucune conviction ferme sur le sujet et que sa vision anthropologique de la famille et de l'amour est très éloignée de la loi naturelle (à partir de 34') quand elle n'est pas (volontairement) floue sur la filiation :

CaaEXTJVAAE1CsY"J'ai regretté de ne pas avoir fait les unions civiles pour les homosexuels en mairie en 2007. J'ai toujours cru qu'on ne choisissait pas son identité sexuelle. On ne la choisit pas. On choisit de l'assumer mais on ne la choisit pas. Je suis né hétérosexuel, je n'en ai aucun mérite. Et qu'on soit homo ou hétéro, on a besoin d'amour, et l'amour a besoin d'une reconnaissance sociale. C'est pourquoi j'avais dit, dès 2007, il faut une union civile pour les homosexuels en mairie. De ce point de vue, je n'ai pas changé (...)

J'ai écrit que nous n’allions pas démarier les couples homosexuels. Ça serait cruel, ça serait injuste et ça serait impossible (...) Je craignais que les problèmes de filiation ne soient pas réglés par la loi Taubira. J'ai voulu donc dire que sur l'affaire du mariage, nous ne reviendrons pas dessus. Nous ne démarirons pas les gens (...) Il y a une ambiguïté de ma part et j'ai voulu la corriger dans un livre en employant les bons mots pour fixer les choses (...) J'ai voulu dire que le mariage était une chose et que la filiation était une autre chose et que je restais opposé à la GPA pour les couples  homosexuels comme pour les couples hétérosexuels."

Posté le 5 février 2016 à 06h32 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (15)

04 février 2016

Nicolas Sarkozy et la loi Taubira : nouvel épisode

La levée de bouclier qui a fait suite à la publication du livre de Nicolas Sarkozy, dans lequel il annonçait renoncer à revenir sur la loi Taubira, a fait mouche puisque ce soir, sur France 2, l'ancien président a déclaré :

En attendant le prochain épisode.

Posté le 4 février 2016 à 22h36 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

"Je suis homosexuel mais pas pédophile... Le nœud de mon mal-être c'était mon homosexualité"

Défense d'un enseignant actuellement en procès :

"Interrogé sur son attirance pour les enfants et plus particulièrement pour les petits garçons, il ne la reconnaît pas vraiment. "Je suis homosexuel mais pas pédophile" a-t-il ainsi clamé dans la salle d'audience. "Vous avez reconnu les faits pour trois enfants, tous garçons. Comment expliquez-vous cela ?", lui demande le président. "Je n'ai pas de réponse", répond Ludovic D avant d'ajouter : "Le nœud de mon mal-être c'était mon homosexualité. J'étais peut-être plus attentif aux garçons".

Maître Larzul, avocat des parties civiles poursuit l'interrogatoire. "Vous récusez le terme de 'pédophile'. Comment alors qualifiez-vous les gestes que vous avez eu sur des garçons de 6-7 ans en CP et en CE1?"

Posté le 4 février 2016 à 22h20 par Michel Janva | Lien permanent

Bernard Cazeneuve accueilli à Nîmes le 29 janvier

Posté le 4 février 2016 à 07h26 par Michel Janva | Lien permanent

03 février 2016

Rome : le réveil des consciences européennes s’amplifie !

Chronique de Ludovine de La Rochère :

"Après la France, la Croatie, l’Allemagne, l’Autriche, la Finlande, la Slovénie… c’est désormais en Italie que la défense de la famille et des droits de l’enfant prend de l’ampleur.

La manifestation organisée par un collectif emmené par La Manif Pour Tous Italia-Generazione Famiglia à laquelle nous avons participé avec des centaines de milliers d’Italiens, dénonçait le projet de loi Cirinnà, du nom de la sénatrice porteuse du projet d’union civile incluant l’adoption pour les couples de même sexe.

Trois choses nous ont frappées : d’abord, comme en France et dans tous les pays concernés, la même inspiration idéologique (genre, égalitarisme et bouleversement de civilisation) et la même mécanique d’enfumage sont à l’œuvre. La manœuvre se fait par étape : la première est celle du mariage de deux hommes ou de deux femmes ou d’une union dont les effets sont identiques à ceux du mariage (avec, en particulier, l’accès à l’adoption). La deuxième est celle de la PMA « sans père », puis la troisième, la GPA. En effet, dans un premier temps, la finalité du mariage, qui est de fonder une famille, est d’abord niée pour ne parler que des sentiments mutuels et de leur reconnaissance par la société. C’est ensuite que le droit à l’enfant est invoqué : les couples de même sexe n’ayant pas la possibilité de concevoir un enfant sans recourir à un tiers, l’accès aux techniques susdites devient un dû pour réparer « le scandale de l’infertilité sociale des couples de même sexe » (sic) : l’inégalité est à nouveau invoquée alors même que les situations des couples homme-femme et de même sexe ne sont pas comparables pour ce qui est de fonder une famille. Les Italiens, en l’occurrence, ne se laissent pas tromper : ils dénoncent vigoureusement le procédé !

Ensuite, l’opposition au projet de loi Cirinnà est constituée par une bonne partie des responsables politiques, de droite, mais aussi de gauche. A Rome, le débat est ouvert, les Italiens ne sont pas manichéens, même si Mme Cirinnà a été jusqu’à dire « peu importe l’opposition, il faut voter ce projet de loi. », affichant là son mépris pour ses opposants. Néanmoins, cela change de la scène française, où les idéologues qui nous gouvernent depuis 2012 n’ont cessé de refuser le débat, cherchant à nous disqualifier par la technique éprouvée de l’extrême-gauche : traiter tout opposant de « réactionnaires », « extrémistes », etc.

Enfin, cette manifestation montre que les Européens sont de plus en plus nombreux à prendre conscience des enjeux : des mouvements de défense de la famille fondée sur la filiation père-mère-enfant naissent et se développent partout en Europe dans le sillage de La Manif Pour Tous qui a vu le jour en France à l’automne 2012. Tous travaillent en lien étroit avec le mouvement français. Ainsi, le Parlement finlandais doit rouvrir prochainement le débat sur le mariage de deux hommes ou de deux femmes suite à une pétition citoyenne achevée il y a quelques semaines. 2015 a été aussi marquée par un référendum en Slovénie dont l’issue a conduit à l’abrogation de la loi qui avait ouvert le mariage aux couples de même sexe.

Tous ces signes sont encourageants. Ils montrent que la diffusion de l’idéologie du genre qui sous-tend le mariage entre deux hommes ou deux femmes n’est pas inéluctable ; que protéger le mariage et la filiation est possible en agissant avec détermination et persévérance ; que le droit de l’enfant prime sur le reste, au contraire du droit à l’enfant qui lui, n’existe pas."

Posté le 3 février 2016 à 18h57 par Michel Janva | Lien permanent

Les homosexuels "mariés" votent... FN

Selon une étude du CEVIPOF :

"Malgré l’opposition farouche, à défaut d’être unanime, du Front national et des Républicains au mariage pour tous, une majorité des personnes interrogées ayant voté aux élections régionales et ayant bénéficié directement de celui-ci s’est prononcée pour ces partis. À agglomération de résidence, âge, éducation et revenu par unité de consommation équivalents, l’avantage du PS parmi les couples mariés homosexuels en comparaison des couples mariés hétérosexuels existe mais demeure faible alors que les bénéficiaires du mariage pour tous sont systématiquement moins enclin à voter pour le PS que les couples homosexuels non mariés. Par conséquent, force est de conclure que, dans ce cas, tenir une promesse électorale - l’adoption du mariage pour tous -nn’a pas été suffisant, dans le présent contexte, pour fidéliser cet électorat. Réciproquement, la question des droits des homosexuels ne constitue manifestement pas, pour cette partie de l’électorat gay, le déterminant direct du comportement électoral. Paradoxalement, cela peut être interprété comme un signe de succès du mariage pour tous. En effet, si ce dernier visait à normaliser la place des homosexuels dans la société, les couples homosexuels témoignent bien, d’un point de vue électoral, d’une forme de normalisation politique. À défaut de pouvoir expliquer la plus forte propension des répondants masculins des couples homosexuels à voter Front national par la présence avérée de certains d’entre eux au sein de la direction frontiste, par le ralliement spectaculaire de certains activistes gays au FN ou par la discrétion de Marine Le Pen sur le mariage pour tous et sa mise en avant de la défense de la laïcité, on ne peut que souligner une convergence entre ces phénomènes. Là, comme ailleurs, le FN réussit manifestement le tour de force d’agréger des électorats aux antipodes : à la fois une proportion importante d’un segment électoral a priori peu disposé à le soutenir– les couples homosexuels et les parties les plus homophobes de l’électorat français qui le soutiennent depuis le milieu des années 80."

Il y a peut-être une autre raison : les personnes homosexuelles ont plus de raisons de craindre le déferlement migratoire. Mais ce n'est que mon avis...

Posté le 3 février 2016 à 14h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

02 février 2016

Italie : les soutiens au projet de loi LGBT tiennent presque dans une cabine téléphonique

Photo prise samedi 30 janvier au Circo Massimo à Rome lors de la grande manifestation du Family Day contre le projet de loi LGBT :

Manif anti UC Roma Circo Massimo 2016 01 30_14h36

Photo prise ce soir à Rome à proximité du Sénat où doit être débattu le projet de loi Cirina sur l’union civile entre personnes de même sexe. C’est une manifestation de soutien au projet de loi.

Manif pro UC Roma  2016 02 02 19h10

Posté le 2 février 2016 à 21h31 par Michel Janva | Lien permanent

Le gouvernement socialiste de Slovaquie abandonne son programme LGBT

SLe gouvernement socialiste de Slovaquie a abandonné son plan d'action national pour faire avancer le programme LGBT, selon le groupe LGBT ILGA, financé par l'Union européenne. C'est une victoire pour l'Alliance pour la Famille (RZA), sorte de LMPT slovaque.

En effet, les prochaines élections législatives sont fixés pour le mois de mars et le gouvernement a compris (contrairement à certains chez nous) que ce sujet est non-négociable.

Le Parlement slovaque a résisté en 2014 à la pression de l'Union européenne pour normaliser les relations LGBT en définissant le mariage comme l'union d'un homme et d'une femme dans la constitution.

Posté le 2 février 2016 à 15h00 par Michel Janva | Lien permanent

Selon un rapport de l’ONU “Il n’existe pas de définition de la famille”

Lu sur C-Fam :

"« Il n’existe pas de définition de la famille dans les lois internationales sur les droits de l’homme », selon le rapport sur « la protection de la famille » élaboré par le personnel de l’ONU et publié la semaine dernière avant la prochaine session du Conseil de l’ONU pour les Droits de l’Homme.

Le rapport aborde la famille, les droits de l’homme et le développement économique et social et enlève de l’importance au consensus légalement contraignant sur le fait que la famille est « l’unité groupale naturelle et fondamentale de la société » contenue dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et dans les traités internationaux qui excluent implicitement les relations entre les personnes du même sexe du sens de la famille dans les politiques et le Droit International.

La bureaucratie des Droits de l’Homme de l’ONU essaye de compenser le consensus immémorial sur la famille, qui tient son origine dans la fondation des Nations Unies (et qui définit effectivement la famille en ce qui concerne la politique et le Droit International) avec une tentative croissante et agressive d’étendre ce sens de la famille déjà reconnu dans la politique et le droit international, pour y inclure les relations homosexuelles. Le résultat n’est pas entièrement consistant.

Le rapport cite un bon nombre de clauses légales de traités des droits de l’homme, y compris la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, qui exclue la possibilité de reconnaitre les relations homosexuelles dans la politique et le droit international. En parallèle, le rapport énumère les lois récentes qui font des relations homosexuelles quelque chose d’équivalent à la famille dans peu de pays, dans une de ses sections qui sonde les politiques et les lois sur la famille.

Et tandis que le rapport établit que « les normes internationales ne prescrivent pas un concept spécifique de la famille », le bureau des droits de l’homme de l’ONU exclue la polygamie de ce qui est internationalement reconnu comme la famille, sans expliquer sur quel fondement ils font cette exclusion en absence d’une définition fonctionnelle de la famille comme celle qui se trouve dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Le rapport cite également la Convention des Droits de l’Enfant qui déclare que la famille est le « groupe fondamental de la société et du milieu naturel pour la croissance et le bienêtre de tous ses membres, particulièrement des enfants » et en même temps, développe « un ensemble de solutions » pour protéger les enfants en les considérant capables de constituer une famille et en déclarant explicitement son équivalence avec la « famille nucléaire, la famille étendue et d’autres solutions communautaires traditionnelles et modernes » en ce qui concerne la politique internationale.

Ces contradictions furent également confirmées par des organisations non gouvernementales et intellectuelles lors d’une consultation qui eut lieu en automne, durant l’élaboration du rapport.

De nombreuses organisations pro-famille, y compris le C-Fam, éditeur du Friday Fax, ont envoyé leurs commentaires et observations par écrit, au département des Droits de l’Homme de l’ONU, pour appuyer la compréhension immémoriale de la famille dans la politique internationale et le droit international. D’autres organisations, cependant, ont envoyé des commentaires qui allaient dans le sens d’un affaiblissement du statut quo actuel, pour changer le sens de la famille et y inclure les relations homosexuelles. [...]"

Posté le 2 février 2016 à 11h00 par Michel Janva | Lien permanent

Jacques Sapir demande au FN de clarifier son programme

Jacques Sapir, souverainiste de gauche et surtout économiste partisan de la sortie de l'euro, demande au FN de clarifier certaines de ses positions qu'il juge trop "identitaires" et d'évoluer notamment sur la préférence nationale. Jacques Sapir s'était déclaré prêt à travailler avec le FN et, de son côté, le parti de Marine Le Pen apprécierait de travailler avec lui. Cette prise de position à quelques jours du séminaire stratégique organisé par le FN, pourrait être entendue et influencer les débats alors qu'il semble de plus en plus évident que deux courants risquent de s'y affronter. Voici quelques extraits sur son positionnement vis-à-vis du FN mais aussi sur la loi Taubira et son approche favorable à l'avortement :

XVMa8b17832-c675-11e5-a093-5cc2826e4cfa"Par ailleurs vous dites «allant du Front de gauche au FN» et vous oubliez que j'y avais mis des conditions, ne serait-ce que par les mots «à terme» et l'emploi du conditionnel. Et, sur ce point non plus, rien n'a changé. Le Front national n'a toujours pas évolué sur des points qui me semblent essentiels, comme la division du salariat (qui en période de crise et de chômage de masse aura des conséquences désastreuses tant pour les travailleurs français que pour les étrangers) qu'implique la «préférence nationale» dans les emplois du secteur marchand, ou sur son rapport à la laïcité et à l'Islam. La balle est donc dans son camp. On a même vu apparaître, chez certains de ses dirigeants, de nouveaux thèmes qui posent problème, comme les positions de Mme Marion Maréchal-Le Pen sur l'avortement. Une clarification sur l'ensemble de ces points est nécessaire (...)

Mais, aller jusqu'au bout de la logique impliquera de rompre complètement avec le discours hérité du passé. Et en particulier, d'avoir une position claire sur la «préférence nationale» dans le domaine du travail (...)

Fn-euro-jacques-sapirD'une part nous avons le discours que tient Mme Marion Le Pen et qui constitue l'exemple type de confusion entre les valeurs et les principes. Nous avons aussi les propos de M. David Rachline, élu du Front national, qui s'oppose à la construction de mosquées. C'est une attitude stupide. Autant l'État doit se préoccuper des conditions de financement par l'étranger des mosquées, des discours tenus par les prédicateurs quand ils mettent en cause la paix civile, autant le droit pour des croyants de construire des lieux de culte ne saurait être remis en cause. L'attitude de Monsieur Rachline est stupide car l'interdiction de construction des mosquées aboutira à la naissance d'un «islam des caves» entièrement livré au fanatisme de prédicateurs sectaires (...)

En ce qui concerne «la Manif pour tous», je suis parfaitement conscient que de nombreux militants ne se mobilisaient que contre le principe de la GPA. Mais, faute d'avoir tenu un discours suffisamment clair, ce mouvement a pu être récupéré en partie par des extrémistes homophobes. Quels que soient mes doutes personnels sur la formule dite du «mariage pour tous», et il est possible qu'une meilleure formule ait pu être l'extension du mécanisme juridique du PACS, le principe de l'égalité des droits l'a emporté. Et cette décision de principe je l'approuve (...) 

D'une part, on a voulu étendre des droits alors que d'autre, comme la liberté pour une femme de choisir ou non d'avoir un enfant est de plus en plus contestée dans les faits. Il ne faut pas l'ignorer: la loi sur la contraception et l'avortement est de plus en plus ouvertement remise en cause. Or, cette loi est un élément fondamental, sur lequel il ne faut pas transiger (...)"

Posté le 2 février 2016 à 07h47 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (33)

01 février 2016

Sida homophobe à Paris

Un (nouveau) rapport a été remis ce matin au maire de Paris Anne Hidalgo, sur la lutte contre le sida.

On y apprend que Paris garde un taux de contaminations 5 fois plus élevé que la moyenne nationale, 2 fois plus que la moyenne francilienne. Et l'épidémie est concentrée à 90 % sur deux populations — les hommes homosexuels et les populations migrantes. Au mieux elle stagne, au pire elle a même légèrement augmenté, en 2015 parmi les jeunes LGBT. Solution :

«Dans le milieu gay, il faut que le dépistage répété tous les 3 mois devienne la norme, mais il faut aussi faire la promotion de la prévention combinée».

Posté le 1 février 2016 à 19h28 par Michel Janva | Lien permanent

On aura tout vu

Un foyer destiné (réservé ?) aux réfugiés homosexuels  s’apprête à ouvrir en Allemagne. 4 personnes venant d’Iran, d’Irak, de Syrie et d’Ethiopie auraient fait une demande. Cet projet est mené par l’association LGBT Fliederlich (combien de subventions ?).

Posté le 1 février 2016 à 16h47 par Michel Janva | Lien permanent

31 janvier 2016

Clara Gaymard : être "gay friendly" ne rapporte pas

Hier, Marie soulignait la complaisance pro-LGBT de la fille du Pr Lejeune.

Aujourd'hui, nous apprenons que la patronne du groupe américain en France General Electric officialise son départ quelques jours après avoir été convoquée à l'Elysée pour s'expliquer sur les suppressions de postes chez Alstom. General Electric a annoncé 6500 suppressions dans la branche énergie d'Alstom que le groupe vient de racheter, dont 765 en France, en contradiction avec les engagements pris auprès du gouvernement français au moment de l'acquisition. Mercredi, Clara Gaymard a dû se rendre à l'Elysée pour s'en expliquer auprès de François Hollande et d'Emmanuel Macron. Dans les couloirs d'Alstom, il se dit que la position de Clara Gaymard promettait d'être intenable à mesure que la polémique enflait et aurait pu semer d'embûches le parcours de son mari Hervé Gaymard comme soutien d'Alain Juppé dans la course aux primaires à droite.

Posté le 31 janvier 2016 à 18h03 par Michel Janva | Lien permanent

Reportage sur le « Family Day » avec La Manif Pour Tous Italia


Italie : manifestation contre le "mariage pour tous" à l'italienne

Posté le 31 janvier 2016 à 17h37 par Michel Janva | Lien permanent

LMPT Italia connaît aussi des problèmes de comptage

Des problèmes de comptage de la part des médias français, en tout cas, qui annoncent tous en choeur (ils ont dû copier-coller la même dépêche AFP) "des dizaines de milliers" de manifestants aujourd'hui à Rome contre l'union civile ouvrant l’adoption aux couples de même sexe, alors qu'un communiqué de La Manif Pour Tous annonçait environ 2 millions de personnes. Les médias français sont brouillés avec les chiffres et avec la réalité.

Capture d’écran (1)

 

Posté le 31 janvier 2016 à 00h07 par Marie Bethanie | Lien permanent

30 janvier 2016

Rome : deux millions de personnes dans la rue contre le projet de loi LGBT de la sénatrice Cirinnà

Communiqué de La Manif Pour Tous :

"Ce samedi 30 janvier, le Circo Massimo a été envahi par une foule immense, débordant de toutes parts l’enceinte pourtant gigantesque du célèbre site antique. Les premiers arrivants ont pu s’installer par terre, jusqu’en fin de matinée, pour déjeuner dans une ambiance détendue et familiale. Puis les Italiens continuant d’arriver en masse, le Circo Massimo s’est retrouvé totalement saturé : les abords pourtant peu praticables, comme les voies attenantes, ont été eux aussi rapidement envahis. Plus de 1600 cars et des dizaines de trains spéciaux avaient été affrétés par les organisateurs pour permettre aux familles de participer à ce rassemblement historique.

Mobilisés contre le projet de loi Cirinnà, projet d’union gay autorisant notamment l’adoption par le conjoint de même sexe, les Italiens ont réclamé à nouveau le retrait du texte, comme ils l’avaient déjà fait le 20 juin à Rome lors d’une première manifestation qui avait rassemblé 1 million de personnes. 

Rejoints par une bonne partie des responsables politiques, y compris de gauche, les Italiens qui défendent le respect de la filiation père-mère-enfant et des droits de l’enfant sont conscients de la grande hypocrisie de la sénatrice Cirinnà, auteur du projet de loi. En effet, comme les événements l’ont montré dans nombre de pays, l’objectif visé - sans le dire publiquement - est toujours le droit à l’enfant avec, en particulier, la légalisation de la PMA « sans père » et la GPA. Mme Cirinnà, en outre, a été jusqu’à dire « peu importe l’opposition, il faut voter ce projet de loi. » Face à un tel mépris affiché, les Italiens appellent aussi, désormais, à respecter la démocratie !

Présents à Rome depuis 3 jours, les co-fondateurs de La Manif Pour Tous, respectivement Présidente et vice-Président, Ludovine de La Rochère et Albéric Dumont, se sont réjouis avec les organisateurs du Family Day (les associations La Manif Pour Tous Italia-Generazione Famiglia et le Comité de défense de nos enfants), du succès populaire de l’événement. Compte tenu de l’ampleur de l’opposition au projet de loi, sans commune mesure avec les rassemblements organisés le week-end dernier en faveur du projet Cirinnà, tous attendent que les dirigeants italiens, et Mateo Renzi en particulier, reviennent à la raison : les enfants ne peuvent être faits sciemment orphelins de père ou de mère !"

Rome2016

Posté le 30 janvier 2016 à 18h57 par Michel Janva | Lien permanent

C'est Christiane Taubira qui a lancé la charge du gouvernement contre la famille

De Nicolas Bay, Secrétaire général du FN, à propos du départ de Christiane Taubira :

11"[...] Alors que la société française était déjà en proie à d’importants troubles – Nicolas Sarkozy et ses ministres étant passés par là – et profondément divisée, c’est Christiane Taubira qui a lancé la charge du gouvernement contre la famille et la filiation.

Matrone de l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe, Christiane Taubira est en effet aussi celle qui a facilité la délivrance de certificats de nationalité aux enfants nés par GPA à l’étranger, au mépris de tous nos repères culturels et du sixième principe de la Déclaration des Droits de l’Enfant du 20 Novembre 1959, selon lequel « l’enfant en bas âge ne doit pas, sauf circonstances exceptionnelles, être séparé de sa mère », cela au nom de son intérêt supérieur. Mais de nos valeurs et de nos traditions, Madame Taubira semble bien s’en moquer. La marchandisation du corps de la femme, et même celle de l’enfant à naître, ne semblent pas lui poser de cas de conscience."

Posté le 30 janvier 2016 à 15h43 par Michel Janva | Lien permanent

« L’idée que l’on ne pourrait pas abroger la loi Taubira est une idée fausse ! »

Hervé Mariton est interrogé par Charlotte d'Ornellas :

Posté le 30 janvier 2016 à 14h57 par Michel Janva | Lien permanent

Manifestation pour la famille à Rome : on parle de 2 millions de personnes

Contre le projet de loi instituant une union civile :

CZ-CgZYWwAEIV2G

CZ-JDDsW0AA6Kwk

CZ91Xn7WcAAiJWl

La presse parle d'un million de personnes.

235d1e400201a15bc810e7604d3a2e7c

Photo connue... :

290948167662350e896334e9da017f3c

49537ec0ddf0d2ec3d3d0eff41bd63f4

CZ-KmJtW0AAcD-I

Vidéo en direct.

CZ-NKUUWYAANZdk

CZ-X9-3WcAIFUQr

CZ-X7z-WwAA6-E1

Communiqué de Karim Ouchikh Président du SIEL :

"Défense de la famille : Nous Sommes Tous Italiens !

Le SIEL est en communion de pensée et d'action avec nos amis Italiens qui manifestent aujourd'hui massivement à Rome contre la loi accordant l'union civile et l'adoption d'enfants aux personnes homosexuelles. Fidèle à ses combats de toujours, marquant ainsi clairement sa différence avec Nicolas Sarkozy qui n'a pas hésité à renier sa promesse d'abroger la funeste loi Taubira, le SIEL continuera à œuvrer sans relâche à la préservation en France et en Europe de notre cadre familial traditionnel. Les adhérents et les sympathisants de "La Manif pour Tous" comme de "Sens commun", pareillement floués par les trahisons de LR, savent qu'ils peuvent compter plus que jamais sur le SIEL pour s'opposer avec détermination aux forces libérales-libertaires qui oeuvrent inlassablement à la destruction méthodique de notre modèle de civilisation."

CZ-eSY7XEAEC038

CZ-RI5lWIAQG2JY

CZ-fka6WYAE3Psv

Posté le 30 janvier 2016 à 14h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (25)

Clara Gaymard, "gay friendly"

Le blog de Patrice de Plunkett relaye un article du Canard Enchaîné du 27 janvier, qui rapportait l'action en faveur des "droits" LGBT de la part de... Clara Gaymard, élevée dans la foi catholique, mère de famille nombreuse, accessoirement fille du Professeur Lejeune qui doit se retourner dans sa tombe, et présidente de General Electric France. On n'est jamais si bien trahi que par les siens :

"Le Canard enchaîné (27/01) révèle ceci :

1841978860<< ...Présidente pour la France du groupe américain General Electric (GE), Clara Gaymard s'est fendue des voeux les plus gay friendly du patronat. Dans un courriel adressé à ses « chers collègues », cette icône BCBG, mère de neuf enfants, a été obligée de présenter une grande résolution émanant du siège US : GE doit « devenir le lieu où les employés gays, lesbiennes, bisexuels ou transgenres sont visibles, engagés, promus et tournés vers le succès professionnel », écrit notre nouvelle égérie gay. Et d'annoncer la naissance, au sien de la filiale frenchie, d'une « organisation de diversité » nommée GLBTA, pour « Gay, Lesbian, Bisexual and Transgenre Alliance ». Le tout accompagné de la marche à suivre pour en devenir « membre ou sympathisant ». A quand la patronne sur un char à la Gay Pride ?  >>

Le Canard rappelle* que Clara Gaymard est la fille du défunt Pr Lejeune, et qu'Hervé Gaymard (son époux) avait déclaré en 2013 qu'il ne voterait "évidemment pas" la loi Taubira.... En février 2005, Clara Gaymard donnait dans l'élgise St-Séverin un "enseignement" où elle expliquait avec assurance, à son auditoire parisien, toutes les implications spirituelles et familiales d'une foi qui "habite le tout"."[...]

La signature de Clara Gaymard apparaît au bas de la charte d'engagement LGBT de "L'Autre Cercle", une association LGBT (Lesbienne Gay Bi et Trans) "dont l’objet principal est de lutter contre les discriminations dans le monde du travail". Schizophrénie d'une femme intelligente et brillante, qui n'a pas su faire les bons choix, à qui l'on ne peut que rappeler les paroles évangéliques : "Qui n'est pas pour moi est contre moi" (Mt 12:30) et "Nul ne peut servir deux maîtres" (Mt 6).

Posté le 30 janvier 2016 à 13h18 par Marie Bethanie | Lien permanent

29 janvier 2016

1 million de personnes (voire plus !) annoncées demain à Rome

Après la France, la Croatie, l’Allemagne, l’Autriche, la Finlande, la Slovénie… c’est désormais en Italie que la défense de la famille et des droits de l’enfant prend de l’ampleur.  

Capture d?e?cran 2016-01-29 a? 17.19.34

Ce samedi 30 janvier, les Italiens rejoindront par centaines de milliers le Circo Massimo, à Rome, à partir de 12h. D’ores et déjà en route pour beaucoup d’entre eux, ils viendront de toute l’Italie, du Nord au Sud, pour participer au Family Day. Cette nouvelle manifestation est organisée par un collectif emmené par La Manif Pour Tous Italia-Generazione Famiglia, le Comité de Défense de nos Enfants et des dizaines d’autres associations italiennes. 

Une première manifestation avait déjà rassemblé 1 million de personnes à Rome, le 20 juin dernier, contre le projet de loi Cirinnà, projet d’union civile incluant l’adoption pour les couples de même sexe. 

Ludovine de La Rochère et Albéric Dumont, tous deux co-fondateurs de La Manif Pour Tous et respectivement Présidente et Vice-Président du mouvement, sont présents à Rome aux côtés des organisateurs italiens dans la perspective de ce nouvel événement. 

« Nous ne sommes pas naïfs : avec ce projet, c’est le droit de l’enfant à être élevé – dans la mesure du possible – par son père et sa mère, qui est menacé » soulignent conjointement les dirigeants des associations française et italiennes. Ludovine de La Rochère ajoute :

« Comme la France, l’Italie est confrontée à un projet de « bouleversement de civilisation », tel que celui revendiqué en son temps par Christiane Taubira. Le drame est que les premières victimes de ce bouleversement sont les enfants, que certains sont prêts à faire délibérément orphelins de père ou mère, tandis que d’autres n’osent pas protester. Un père et une mère sont pourtant irremplaçables et, évidemment, non interchangeables ! Et c’est bien cela qui est en jeu avec la loi Taubira et ses avatars européens, dont le projet de loi italien Cirinnà. C’est évidemment complètement idéologique, déconnecté de la réalité et, en particulier, des besoins les plus élémentaires des enfants ! » 

C’est pourquoi les Européens sont de plus en plus nombreux à prendre conscience des enjeux : des mouvements de défense de la famille fondée sur la filiation père-mère-enfant naissent et se développent partout en Europe dans le sillage de La Manif Pour Tous en France qui a vue le jour à l’automne 2012. Tous travaillent en lien étroit avec le mouvement français. 

Ainsi, la fin de l’année 2015 a été marquée par un référendum en Slovénie dont l’issue a conduit à l’abrogation de la loi qui avait ouvert le mariage aux couples de même sexe. Ludovine de La Rochère estime :

« Ce réveil des familles aux quatre coins de l’Europe est un immense signe d’espérance. En privant délibérément des enfants de leur père ou de leur mère par la PMA « sans père » ou la GPA (Gestation Pour Autrui), nous sommes arrivés à un point de rupture dans la destruction de la famille et de la civilisation. L’heure est non seulement venue de stopper ces projets désastreux, mais aussi de faire preuve d’ambition pour la prise en compte de la famille et de ses besoins partout en Europe. Le message du Family Day doit rayonner aux quatre coins du continent. Les droits de l’enfant et de la famille n’ont pas de frontière ! ».

Posté le 29 janvier 2016 à 18h58 par Michel Janva | Lien permanent

Pot de départ de Taubira samedi 11h à Compiègne

Images-9Venez fêter le départ de Christiane Taubira samedi 30 janvier à 11h Place de l’Hôtel de Ville – Compiègne.

Retrouvailles autour d’un apéro festif : Venez avec une bouteille, biscuits, gobelets ou saucisson.

Munis de vos drapeaux, sweats et sifflets !!

Posté le 29 janvier 2016 à 11h59 par Michel Janva | Lien permanent

28 janvier 2016

Béatrice Brugère (FO) met en garde sur les conséquences de la loi Taubira

Posté le 28 janvier 2016 à 21h40 par Michel Janva | Lien permanent

Bourrage d'urnes en Irlande lors du vote dénaturant le mariage ?

Images-8C'est ce que laissent entendre plusieurs sites anglophones (ici, ici et ). Il y aurait eu environ un demi-million de votants en trop, ce qui est considérable pour ce pays de 3 millions de votants. Le oui l'avait emporté avec 62,1% des voix sur... 3,2 millions de votants, dont 200 000 de trop si on considère que 100% des majeurs sont inscrits et ont voté...

Posté le 28 janvier 2016 à 21h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

Nicolas Sarkozy a encore perdu une occasion

Il devait rencontrer Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous, le 27 janvier. Mais la parution de son livre La France pour la vie et la forte critique à son encontre a changé la donne, car le rendez-vous a été "annulé à la dernière minute", selon La Lettre A.

"Il semble que ce soit plutôt reporté", explique Ludovine de la Rochère.

Posté le 28 janvier 2016 à 21h08 par Michel Janva | Lien permanent

La loi Taubira, un marqueur politique incontournable

Voici la tribune de Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif pour Tous, aprue hier dans Le Figaro :

"Avec la publication des « bonnes feuilles » de La France pour la vie, Nicolas Sarkozy comptait faire son entrée en campagne. Il pensait aussi, au détour d’un paragraphe, enterrer la question du mariage et de la filiation. Mais le sujet, marqueur politique incontournable, a été et demeure le principal fait de l’ouvrage… et le lancement n’a pas été celui qu’il prévoyait ! Vu le fossé qui s’est creusé entre les Français et les politiques, l’inconstance est devenue un sport à haut risque. Or la France entière est témoin de la contradiction d’un homme qui exprime le regret d’avoir « trop cédé à la pensée unique » tout en affirmant aujourd’hui n’avoir « jamais contesté la légitimité » du mariage entre personnes de même sexe alors même qu’il se prononçait publiquement en faveur de l’abrogation de la loi Taubira il y a 14 mois

A cela s’ajoute un manque d’implication sur le fond, car réduire le mariage à sa dimension sentimentale, c’est passer à côté d’une institution qui fonde notre société. D’autant que dans notre droit, le mariage entraine la filiation. Après un quinquennat marqué par l’émergence durable d’un mouvement social d’ampleur historique, quel candidat crédible à la présidence de la République peut encore feindre d’ignorer que la loi dite du « mariage pour tous » est en réalité celle du « mariage et de l’adoption pour tous » ? C’est là le cœur du débat, lequel est plus que jamais d’actualité en raison de ses conséquences inéluctables, la PMA et la GPA, auxquelles la France est confrontée depuis le jour même du vote de la loi.

Si des millions de Français ont manifesté et pétitionné, c’est que l’altérité sexuelle dans le mariage est une condition sine qua non parce que la famille est fondée par et sur le couple. Si des juristes, des adoptés, des associations familiales, des professionnels de l'enfance, des philosophes, des sociologues, des psychiatres, des corps intermédiaires, des organisations syndicales... se sont mobilisés avec une telle intensité, une telle détermination et une telle dignité, c’est parce qu’aucun enfant ne peut être fait délibérément orphelin de père ou de mère, ce qui est bien l’une des funestes conséquences de la loi du 17 mai 2013. C’est pour cette raison que tant d’élus de la nation, et parmi eux de très nombreux parlementaires de la droite et du centre, se sont levés aux côtés de leurs concitoyens : il s’agissait de mettre un terme au « bouleversement de civilisation » voulu par la garde des Sceaux. La famille est un bien commun trop précieux pour être sacrifié sur l’autel d’une idéologie libertaire. 

Nicolas Sarkozy n’aborde pas non plus la PMA « sans père » et la GPA alors que ces pratiques générant trafic d’enfants et exploitation de femmes. Pour y mettre fin, il faudra tôt ou tard revenir sur la loi Taubira. Et l’ex Président de la République le sait bien : ne pas toucher à cette loi, c’est considérer l’être humain comme une chose dont on peut disposer par contrat, qui peut être instrumentalisée, louée, vendue ou donnée.

Certes, s’engager à revenir sur cette loi, c’est être aussitôt taxé d’homophobie, mais dans une acception dévoyée du terme, qui doit être dénoncée. Car l’homophobie, qu’a toujours condamné La Manif Pour Tous, c’est le fait de manquer de respect à l’égard d’une personne au motif de son orientation sexuelle. Mais accuser d’homophobie tout opposant à telle ou telle revendication du lobby LGBT, c’est de l’amalgame, d’autant plus grave qu’il verrouille tout débat.

Nicolas Sarkozy évoque également le piège du « démariage ». Difficile, pourtant, d’imaginer qu’il ignore que l’abrogation d’une loi est valable pour l’avenir et non pour le passé. Autrement dit, abroger ne conduirait ni à « démarier » ni à « désadopter ». Quant aux modalités juridiques de retour au mariage homme-femme, j’invite Nicolas Sarkozy à lire l’ouvrage publié la semaine dernière par les meilleurs juristes que comptent la France.

Enfin, l’ex Président de la République craint de cliver à nouveau la société française. Mais les Français ne sont pas idiots : ils sont conscients qu’il est souhaitable et urgent de refermer le droit à l’enfant implicitement instauré par la loi Taubira.

Au-delà de cette loi, le virage de Nicolas Sarkozy est grave parce qu’il discrédite la parole politique. Et d’autant plus que ce revirement est éminemment représentatif du manque de cohérence et de l’absence de courage de nos politiques sur les sujets majeurs et urgents – des flux migratoires à l’Europe, en passant par les 35 heures et les retraites.

Représentatif aussi, de leur réflexe systématique : ne jamais sortir du politiquement correct, éviter toute « polémique »… et notamment sur les sujets de société – à commencer par celui de la famille, pourtant plébiscitée par les Français et lieu irremplaçable d’éducation, de dignité, de solidarité, d’avenir.

Ce faisant, Nicolas Sarkozy envoie ses électeurs potentiels à l’abstention ou vers d’autres partis. Il se prépare sans doute même un 21 avril à l’envers, avec la réélection de Français Hollande à la clé."

Posté le 28 janvier 2016 à 18h00 par Michel Janva | Lien permanent

Le Refuge, vitrine du "mariage" pour tous

Le Refuge est une association française dont la vocation est d'accueillir les jeunes homosexuels majeurs, "victimes d'homophobie et de transphobie", et de leur offrir un accompagnement social, médical et psychologique. Depuis sa création en 2003, Le Refuge est présidé par Nicolas Noguier, tandis que son directeur général est Frédéric Gal.

Première parmi toutes les associations LGBT, qui la jalousent et l'accusent de concentrer l'afflux des subventions publiques tout en nuisant à la "cause" LGBT, le Refuge est subventionné par l'Etat, agréé en 2010 par le rectorat de l'académie de Montpellier, pour intervenir dans les lycées (dans le cadre de la prévention de l'homophobie). Le 9 juillet 2014, après deux ans de procédures, l'association reçoit l'agrément national des associations éducatives complémentaires de l'enseignement public.

IndexEn juillet 2012, le Refuge est reçu par le ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, à qui il fait part de son engagement en faveur du "mariage" homosexuel. La semaine du 13 au 19 mai 2013 a été décrétée officiellement "Semaine nationale du Refuge", premières journées nationales contre l'homophobie en France, par le ministère de l'Intérieur (alors sous la griffe de Manuel Valls).

En dépit de rumeurs persistantes de mauvaise gestion, d'accusations d'abus de pouvoir, de présence de drogues, et même de pédophilie chez un animateur, l'association surfe sur la reconnaissance una voce de la part des médias et joue de sa proximité avec Christiane Taubira, qui lui rendra un hommage national le 31 janvier 2013, dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. Bien sûr, puisque le Refuge lui a servi de caisse de résonance pour faire passer la funeste loi sur le "mariage".

Des personnalités du showbiz et des médias jouent de leur notoriété pour faire affluer l'argent de généreux pigeons donateurs dans l'escarcelle de l'association. 

Et c'est là qu'on peut se demander ce que fait Mgr Di Falco, évêque de Gap et d'Embrun, sur cette photo du Refuge, association militante du "mariage" pour tous, postée ce matin sur Twitter par l'une des égéries de l'association, Roselyne Bachelot.

 

Posté le 28 janvier 2016 à 16h45 par Marie Bethanie | Lien permanent

27 janvier 2016

Au siège LR, le SIEL dénonce la position de Nicolas Sarkozy sur le mariage

CZwJqGkWEAER2gB

CZwJqtuWkAEIN0-

CZwJo_4WAAQXlKQ

CZv3EvEXEAQm_5P

CZv4eTKWYAAoI6z

Posté le 27 janvier 2016 à 21h19 par Michel Janva | Lien permanent

La ministre du mariage pour tous est partie. Reste à abroger sa loi.

Contrairement au communiqué officiel du FN, Louis Aliot n'a pas oublié l'essentiel :

Image2

Posté le 27 janvier 2016 à 17h38 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (23)

Démission de Taubira : c'est d'abord Hollande qui porte la responsabilité de la destruction de la famille

Albéric Dumont, vice-président de La Manif Pour Tous, invite à "rester vigilant :

"[...] Le peuple français ne pouvait plus supporter le mépris et la condescendance avec lequel elle le traitait depuis le début. Le pays portera encore longtemps les stigmates du dédain de Mme Taubira et de son idéologie. Comment pourrait-il en être autrement ? Rappelons qu’en plein débat sur le mariage pour tous, alors que l’ensemble du gouvernement nous assurait la main sur le cœur que ce projet de loi n’ouvrirait pas le droit à la PMA pour les couples de femmes, ni le droit à la GPA, Mme Taubira sortait sa fameuse circulaire enjoignant les fonctionnaires de l’état civil de reconnaître les enfants nés de GPA à l’étranger. C’est un « bouleversement de civilisation », selon ses propres termes, que la Garde des Sceaux a fait subir à notre pays, sans se soucier de la réalité et en n’accordant que son mépris aux millions de citoyens français descendus dans la rue pour manifester leur désaccord. Son entêtement a creusé le sillon de la fracture entre le peuple français et ses élus, comme le montre tristement les taux d’abstentions à tous les scrutins depuis 2012.

Il serait cependant injuste de ne dresser qu’un bilan négatif de ces années passées par Mme Taubira place Vendôme. Car elle restera dans l’Histoire, mais bien malgré elle. Elle restera comme celle qui a réussi à provoquer le plus grand réveil des consciences que notre pays ait connu depuis des années. Son dédain a construit notre mobilisation et a réveillé le peuple français que tous croyait endormi et manœuvrable à l’envie. Et cela a dû être cruel, pour elle et sa famille politique, de découvrir avec stupeur qu’ils n’avaient pas le monopole du peuple. Cette « génération manif’ pour tous » refuse de voir piétiner les racines de la filiation et de son identité. Elle s’est levée pour défendre une civilisation où le corps n’est pas une marchandise. Elle rassemble des millions d’hommes et de femmes qui se battent chaque jour pour protéger la famille et préserver le mariage homme-femme et la filiation père-mère-enfant.

Alors, ce mercredi 27 janvier, nous ne pouvons que confirmer une nouvelle fois à Christiane Taubira que nous ne lâcherons rien, jamais ! Ne soyons pas dupes. Christiane Taubira n’était que l’exécutrice des basses œuvres de François Hollande. C’est en effet lui qui porte avant tout et avant elle la responsabilité de son entreprise de destruction de la famille, cellule de base de la société. C’est pourquoi nous pouvons assurer le Président de la République que nous continuerons notre combat avec la même constance que celle qu’elle a connu Christiane Taubira. Jean-Jacques Urvoas, nouveau Garde des Sceaux, est prévenu. Tout comme Manuel Valls qui nous a lui-aussi éclaboussés de son mépris depuis trois ans. Après le départ de l’ex-ministre de l’injustice, nous devons, plus que jamais, rester vigilants. [...]"

Posté le 27 janvier 2016 à 17h01 par Michel Janva | Lien permanent

Pot de départ de Christiane Taubira place Vendôme à 19h

Champagne

 

Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous, déclare :

«Elle n'a pas été une ministre de la Justice, mais de l'injustice!. Injustice pour les enfants, car avec son action, on peut désormais créer des orphelins de père ou de mère: il y en a désormais des milliers en France!». «Elle a fracturé la société française de manière très profonde. Car, en plus de la loi Taubira, il y a la circulaire Taubira, qui permet le recours à la GPA à l'étranger. Mme Taubira n'a pas voulu comprendre que la GPA est une nouvelle forme d'esclavage. Son successeur va-t-il supprimer cette circulaire? Nous craignons malheureusement ne rien pouvoir attendre de lui».

LMPT communique :

"Parmi les membres du gouvernement au pouvoir depuis l’accession de François Hollande à la présidence de la République, l’héritage de l’ex ministre de l’injustice est l’un des plus néfastes. En effet, elle laisse derrière elle :

  • une société française divisée, fracturée, comme elle ne l’a jamais été sur la question du mariage, de l’adoption et du droit des enfants ;
  • la possibilité de priver un enfant de sa filiation en le séparant délibérément de son père ou de sa mère par la PMA « sans père » ou la GPA
  • l’essor d’un nouvel esclavage pour les femmes avec la gestation par autrui (GPA).

Christiane Taubira a ainsi commis une triple trahison. Pour les enfants d’abord, qui dépendent entièrement du bon vouloir des adultes, que l’ex ministre, qui n’a de cesse de revendiquer la défense des minorités, aura littéralement abandonnés au profit des adultes en conférant implicitement à ces derniers un droit à l’enfant. Trahison également pour les femmes, et particulièrement les plus vulnérables qui, manipulées ou acculées par les difficultés économiques, « prêtent » ou « louent » leur ventre. Hélas, l’ancienne ministre n’a jamais eu le courage de lutter contre ce commerce abject, bien au contraire : elle a favorisé l’émergence de ce business aussi sordide que lucratif par une circulaire ouvrant les vannes du recours à la GPA par certains de nos concitoyens. Christiane Taubira a trahi les idéaux de la France et des droits de l’Homme.

Compte tenu de la gravité des conséquences qu’elle entraîne, la question n’est donc plus de savoir si on reviendra sur la loi Taubira, mais comment on le fait et où on place le curseur. Les pistes sont nombreuses. Elles sont clairement décrites dans l’ouvrage collectif publié par l’Institut Famille et République, Le mariage & La loi, Protéger l’enfant*. Cette révision indispensable sera l’un des enjeux majeurs des futures primaires à droite, et peut-être à gauche, puis des présidentielles de 2017. La famille est aujourd’hui devenue un marqueur pour la société. Et ce sera l’honneur du futur président de la République et de son Garde des Sceaux que de rétablir la justice en défendant les droits des enfants et des femmes, c'est-à-dire préserver ce que notre civilisation a donné de meilleur en protégeant les plus faibles que sont les enfants."

Posté le 27 janvier 2016 à 15h56 par Michel Janva | Lien permanent

Vente d'enfants en France

Taubira a quitté la place Vendôme mais les conséquences sont là :

"Une mère porteuse accusée d'avoir escroqué deux couples homosexuels à qui elle n'a jamais remis les enfants "commandés", a été jugée mardi soir par le tribunal correctionnel de Blois qui rendra son jugement le 22 mars. Aurore, une jeune femme de Vendôme (Loir-et-Cher) aujourd'hui âgée de 37 ans, qui se présentait sous l'euphémisme de "nounou prénatale", est d'abord venue par altruisme au secours de couples en mal d'enfants.

En 2008, alors qu'elle a déjà quatre enfants, elle a préféré remettre son cinquième nouveau-né, non voulu, une petite fille, à un couple de Parisiens, sans contrepartie financière. Mais cette première expérience l'a poussée à proposer ses services de mère porteuse pour une dizaine de milliers d'euros sous les pseudonymes "d'ange sincère" ou de "petite cigogne" sur un site internet. En août 2009, un couple anglais se montre intéressé mais les tentatives d'insémination artisanale avec le sperme du mari sont un échec. L'année suivante, elle répond à l'annonce d'un couple homosexuel de Loire-Atlantique et accepte de porter leur enfant en échange de 15.000 euros.

L'accouchement est prévu le 21 mars 2011, à Saint-Nazaire mais elle n'est pas au rendez-vous et envoie un texto au couple en prétendant que l'enfant est mort-né. En réalité, le nouveau-né, un garçon, est en parfaite santé et a été confié à un autre couple homosexuel résidant au Luxembourg, à qui elle avait aussi promis l'enfant pour une dizaine de milliers d'euros.

En 2012, elle promet encore un bébé à un couple homosexuel pour 15.000 euros et là encore, après l'accouchement à la polyclinique de La Chaussée-Saint-Victor (Loir-et-Cher), elle assure que l'enfant est décédé, mais le remet à un couple hétérosexuel de Seine-Maritime, qui lui aussi a payé sa prestation.

En 2013, au moment où elle est interpellée, elle était en contact avec trois autres couples et a été mise en examen pour escroquerie et tentative d'escroquerie. "Une mère porteuse, on avait conscience que c'était hors la loi, mais en allant sur Internet, on a vu que c'était facile", a expliqué au tribunal l'un des hommes escroqués. [...] 

Le vice-procureur, Jean Demattéis, a requis contre la jeune femme un an de prison, dont neuf mois avec sursis, et 2.000 euros d'amende avec sursis contre chacun des quatre couples. Le sort des enfants confiés est suspendu à des procédures en cours."

L'escroquerie est une chose, mais l'achat d'enfant est tout aussi condamnable. 2000 euros de sursis ppour avoir osé acheter un bébé à 10 ou 15 000 euros, ce n'est pas cher payé.

Posté le 27 janvier 2016 à 09h31 par Michel Janva | Lien permanent

26 janvier 2016

Une conséquence de la loi Taubira : la baisse des adoptions

Depuis l'élection de Hollande (et la dénaturation du mariage), le nombre d'adoptions d'enfants étrangers a quasiment été divisé par 2, passant de 1569 en 2012 à 815 en 2015, selon le dernier bilan de la Mission de l'Adoption Internationale (MAI). Phénomène inédit, les chiffres de l'adoption internationale rejoignent désormais ceux de l'adoption nationale, avec environ 800 enfants confiés à l'ASE recueillis tous les ans. La loi sur le mariage pour tous, qui a ouvert l'adoption aux homosexuels, a permis à moins d'une dizaine d'entre eux de recueillir un enfant hors des frontières de la France, selon le Quai d'Orsay. Des enfants tous originaires d'Afrique du Sud ou du Brésil, les deux seuls pays ouverts à l'adoption par des paires de même sexe.

Posté le 26 janvier 2016 à 23h20 par Michel Janva | Lien permanent

La question du mariage pour tous sera essentielle lors de la primaire à droite

Sébastien Pilard, président de Sens Commun, déclare à La Croix :

"La question du mariage pour tous sera essentielle lors de la primaire à droite. Pour ce que cette réforme représente sur le fond et contre laquelle une grande partie de l’électorat de droite s’est levée, mais au-delà parce que c’est un marqueur important et un symbole du courage politique. Lors des énormes manifestations contre la loi Taubira, beaucoup de promesses ont été faites par les responsables de notre parti. Et 95 % des députés Les Républicains ont voté contre le texte à l’Assemblée nationale. Ceux qui étaient dans les cortèges ne comprendraient pas que ces promesses ne soient pas tenues une fois la droite revenue au pouvoir. C’est une question de courage politique. Et c’est à cette aune que l’on mesurera la capacité des candidats à mettre en œuvre d’autres types de réformes, notamment sur le plan économique.

Je suis persuadé que cette partie de l’électorat de droite, dont beaucoup étaient des jeunes, sera fortement mobilisée dans le cadre des primaires et pèsera sur le résultat final. Je remarque d’ailleurs qu’aux élections régionales, les candidats qui ont toujours été très fermes sur cette ligne, comme Bruno Retailleau dans les Pays de la Loire ou Laurent Wauquiez en Auvergne-Rhône Alpes, ont gagné plus largement que les autres, et tout le monde s’accorde à dire que Sens Commun et cet électorat ont été décisifs pour ces victoires.

Certes, les opposants au mariage pour tous ont perdu la bataille au niveau législatif, et certains à droite voudraient que ce ne soit plus un sujet. Mais il reste encore pour eux deux rendez-vous importants : la primaire et la présidentielle de 2017. Nicolas Sarkozy a fait un mauvais calcul en revenant sur un engagement qu’il avait pris devant nous. La preuve que la question est encore sensible est que ce changement de position a fait passer au second plan le reste de ses propositions. Nous n’appellerons pas à voter en tout cas pour un candidat qui n’a pas l’intention de tenir ses engagements jusqu’au bout. Je crois que ce que les Français attendent des hommes politiques aujourd’hui, c’est du courage, de la constance et de la cohérence.

Mais nous n’avons pas non plus forcément vocation à soutenir un candidat condamné à faire 5 % à la primaire de la droite. Nous sommes convaincus que notre ligne politique, qui défend plus largement l’autorité de l’État, la famille et une autre politique européenne, est majoritaire chez les Républicains et plus largement chez les sympathisants de droite. À nous d’organiser le rassemblement autour de ces valeurs et de faire émerger une candidature alternative si aucun candidat n’est sur cette ligne. »

Pour qu'un candidat ne fasse pas 5% à la primaire (Jean-Frédéric Poisson ?) il suffit de voter pour lui et de se mobiliser pour lui...

Posté le 26 janvier 2016 à 19h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

La loi Taubira est un cheval de Troie redoutable pour le marché des mères porteuses

Guillaume de Prémare, délégué général d'Ichtus et ancien président de La manif pour tous, est interrogé par Atlantico:

S"[...] En quoi le mariage gay a-t-il été le cache sexe d’un projet de société qui vise à diffuser la théorie du genre ? Quelles autres réformes sont venues confirmer ce changement de société ?

L’idéologie issue des études sur le genre vise à imposer l’idée d’indifférenciation entre l’homme et la femme. Il y a un lien substantiel avec le mariage homosexuel : si deux hommes ou deux femmes peuvent se marier et adopter des enfants – au même titre qu’un homme et une femme -, c’est qu’il y a équivalence des situations et indifférenciation entre homme et femme. Il y a une dialectique qui vise à opposer nature et culture ; et même à nier l’existence d’une nature humaine. Cette opposition est trompeuse parce que l’homme est par nature un animal social et culturel ; et sa dimension biologique est articulée à sa dimension culturelle. La nature humaine englobe tout cela. D’autre part, l’idéologie du genre diabolise la notion de stéréotype, attribuant à ce mot une connotation par principe négative, donc à déconstruire. "Stéréotype" est un mot grec qui signifie "modèle fort". Un modèle fort n’est pas nécessairement négatif, au contraire. Le déficit éducatif actuel révèle le préjudice considérable causé par la chute des modèles forts, par exemple celui du père. Pour ma part, je soutiens qu’il y a de bons stéréotypes. Mais si le mariage gay est un "cache sexe" pour le Gender, il est, peut-être encore davantage, un cheval de Troie redoutable pour le marché des mères porteuses (la GPA). On s’appuie sur ce que l’on nomme "droit des minorités" et "égalité" pour introduire demain l’acceptabilité sociale et culturelle de l’externalisation de la grossesse. Cela ouvrirait un formidable marché de masse pour les firmes. La recherche du profit sans limites est indissociable des nouvelles mœurs de la postmodernité. [...]"

Posté le 26 janvier 2016 à 15h14 par Michel Janva | Lien permanent

Génération courage

Du député Véronique Besse :

"Lorsque Christiane Taubira annonçait que sa loi était, plus qu’une simple loi, une « réforme de civilisation », elle avait entièrement raison. Le mariage est un pilier de notre société ; la famille en est la cellule de base. Les affaiblir, les nier comme cela a été fait par la loi Taubira, c’est bien changer notre civilisation. Et c’est pour cela qu’il est urgent et nécessaire de revenir dessus et d’abolir le mariage dit « pour tous ». Croire qu’on pourra en faire l’économie pour rendre à notre pays sa grandeur et sa place est une erreur et un mensonge.

Dans le cas de Nicolas Sarkozy, le mensonge est encore plus grand. Il y a à peine plus d’un an, il annonçait solennellement devant une salle qui n’attendait que cela, qu’élu, il abrogerait la loi Taubira. J’avoue que, pour ma part, je n’ai jamais cru à cette promesse de Nicolas Sarkozy. J’aurai presque préféré me tromper. Malheureusement, les faits m’ont donné raison. Ce reniement est l’illustration d’un monde politique à la dérive. Un monde politique sans conviction, sans boussole, qui navigue au gré des vents soufflés par les lobbies et gonflés par les sondages. Un monde politique tiède, triste et uniforme ; un monde politique sans aucune crédibilité et que la majorité des Français rejette avec dégoût, s’abstenant davantage élection après élection.

A ce monde politique, que je côtoie et observe, sans en faire partie, à l’Assemblée nationale, il manque une qualité toute française, qui fait la différence entre un politicien ambitieux et un homme politique : le courage. Le courage de dire non, voire de dire « m… », quand cela est nécessaire ; le courage de dire la vérité, même quand celle-ci est désagréable à entendre ; le courage de se lever, quand tout le monde se couche ; le courage d’affronter l’adversité, quand il est toujours plus simple de la fuir ; le courage de la liberté et de l’indépendance : liberté de pensée, liberté de parole, liberté d’action… Notre monde politique est en pleine décomposition. Pour notre pays, cela sera salutaire si une nouvelle génération d’hommes et de femmes se lève. Une génération courage qui tiendra le cap, contre vents et marrées. C’est ce que je souhaite de toutes mes forces…

Posté le 26 janvier 2016 à 14h54 par Michel Janva | Lien permanent

Sarkozy troque mariage pour tous contre génuflexion oblique

De Gabrielle Cluzel :

"Nicolas Sarkozy, flanqué de Valérie Pécresse, a assisté dimanche à la messe dans l’église Saint-Louis de Fontainebleau récemment incendiée… …Et disons-le tout de go : s’il n’y a pas été accueilli par un « Casse-toi, pov’con », il ne le doit sans doute qu’à l’extrême bonne éducation de l’assistance et à sa charité sans faille.

Personne, évidemment, ne dénie à Nicolas Sarkozy le droit d’aller à la messe, mais la médiatisation de l’affaire comme le choix du lieu laissent peu de doute quant à l’objectif. 

Quelle sorte de communicant calamiteux lui a soufflé pareille idée ? Car si Nicolas Sarkozy entend, ainsi, se rabibocher à bon compte avec l’électorat catholique qu’il vient de se mettre à dos avec son bouquin, il se fourre évidemment le doigt dans l’œil jusqu’à la Rolex. Le remède est pire que le mal. 

C’est bafouer publiquement le matin une vieille épouse fidèle – Dieu sait si l’électorat catho, délaissé et malmené, a été fidèle à la droite ! – et vouloir, le soir, se glisser dans son lit, nu comme un ver, avec des mots langoureux et une rose rouge à la main. Comme un François Hollande qui serait venu nuitamment frapper à la porte de Valérie Trierweiler après les révélations de Closer. Même lui n’a pas osé cette ultime muflerie.

C’est les prendre pour de grands benêts, sans même s’en cacher. Troque abrogation du mariage pour tous contre « génuflexion oblique » et signe de croix au lance-pierre. Ils seront cocus mais contents. Et quand on cédera sur l’euthanasie, on assistera aux vêpres à Saint-Merri ? Et pour la GPA, ce sera chemin de croix à Sainte-Rita ?

Le pari vaut bien une messe : celui de garder captif les cathos tout en s’asseyant sur les genoux d’Alain Juppé pour attraper, comme lui, la queue de Mickey centriste. 

« Si ça vous fait plaisir, franchement, ça coûte pas très cher », pour reprendre ses mots au meeting de Sens commun. Il a raison : on n’est même pas forcé de donner à la quête. Sauf que le pari est perdu d’avance. 

Comme disait André Gide, « Choisir, c’est renoncer ». En choisissant le camp du mariage pour tous, il a renoncé au vivier électoral « conservateur » de son parti. Un vivier conservateur qui a intrinsèquement changé – mais Sarkozy n’a donc rien vu, ne lui a-t-on donc rien dit ? -, soudain moins naïf, moins manipulable, moins préoccupé de ses valeurs en Bourse que de ses valeurs tout court, qui a trop crié « on ne lâche rien » en tenant ses enfants par la main pour se mettre minable devant ces petits qui le regardent. Le mot est un peu pompeux, mais pour cet électorat, ces manifestations ont sonné comme une conversion. On ne lâche rien et on n’a rien à faire des lâches."

Posté le 26 janvier 2016 à 07h45 par Michel Janva | Lien permanent

Don du sang : les Etats-Unis demandent aussi l'abstinence aux hommes homosexuels

La FDA (Food and drug administration, agence américaine de la santé) a publié en décembre 2015 ses recommandations sur le don du sang.

Pour les mêmes raisons qu'en France, à savoir la plainte de discrimination d'un certain groupe ultra-minoritaire mais très militant, la position sécuritaire a été revue, mais il semble malgré tout qu'aux Etats-Unis, le fait d'avoir une relation sexuelle avec un autre homme soit toujours un caractère d'exclusion pour 12 mois, cf les points 9 et 10 en pages 14-15 de ces recommandations :

  • Différer pendant 12 mois à partir du dernier rapport sexuel, un homme qui a eu des relations sexuelles avec un autre homme au cours des 12 derniers mois.
  • Différer pendant 12 mois à partir du dernier rapport sexuel, une femme qui a eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois avec un homme qui a eu des relations sexuelles avec un autre homme au cours des 12 derniers mois.

Posté le 26 janvier 2016 à 07h22 par Michel Janva | Lien permanent

25 janvier 2016

Portugal : le président met son veto à la loi privant les enfants de père ou de mère

Le président de droite du Portugal Anibal Cavaco Silva a mis son veto aujourd'hui à une loi autorisant l'adoption par 2 personnes de même sexe, approuvée en décembre par la majorité de gauche au Parlement :

"Il est important qu'un changement aussi important, sur un sujet socialement très sensible, n'entre pas en vigueur sans être précédé d'un vaste débat public".

Anibal Cavaco Silva, qui achève son deuxième quinquennat à la tête de l'Etat portugais (dimanche, le candidat de droite Marcelo Rebelo de Sousa a gagné dès le 1er tour avec 52% des voix, face à la gauche), demande aux députés de privilégier "l'intérêt supérieur de l'enfant" plutôt que l'égalité "entre couples de sexes différents et couples du même sexe".

Le Parti socialiste a annoncé vouloir faire confirmer la loi par la majorité absolue de l'ensemble des députés, ce qui permettrait, selon la Constitution portugaise, de passer outre le veto présidentiel. Mais selon de nombreux commentateurs, le gouvernement de gauche d'Antonio Costa n'ira pas au bout de son mandat de quatre ans. Si tel est le cas, le chef de l'Etat devra alors jouer les médiateurs en vue de la formation d'un nouvel exécutif ou dissoudre l'Assemblée. Si Anibal Cavaco Silva, le président sortant, n'a pas dissout l'assemblée, c'est parce que la Constitution le lui interdit dans les six mois précédant la fin de son mandat.

Posté le 25 janvier 2016 à 17h09 par Michel Janva | Lien permanent

De "Je vous ai compris" à "ça coûte pas cher" : les tromperies de la droite

Communiqué de Bernard Antony :

"Titrant sans vergogne son médiocre bouquin « la France pour la vie », Nicolas Sarkozy s’est manifestement inspiré mimétiquement du procédé dialectique d’inversion de la vérité du docteur Pierre Simon publiant jadis « de la vie avant toute chose ».

Ce dernier, qu’il admirait, fut le père de la loi Veil. Il développait dans son livre que pour la meilleure vie de la société, on devrait désormais pouvoir décider à plusieurs, collectivement, socialement donc, de la suppression des enfants non désirés ou socialement indésirables. Somme toute comme dans le communisme ou le nazisme.

Depuis, la loi Chirac-Giscard-Veil est devenue un tabou qu’il est politiquement suicidaire de contester.

Voici que Nicolas Sarkozy s’aligne maintenant sur la dernière loi en date de la culture de mort, la loi Taubira, instaurant le « mariage » homosexuel ; nouvelle étape dans le processus de désintégration familiale et sociale en attendant les prochaines lois mortifères sur l’euthanasie.

L’ancien président de la République  avait en substance lancé l’an dernier un « je vous ai compris » aux jeunes partisans, au sein de son parti « les républicains », de l’abrogation de la loi Taubira. Un peu naïfs et faute, bien excusablement, de mémoire politique, ils l’avaient cru sur parole. Ne saisissant pas que le petit homme bonimenteur, imitait comme il le pouvait son grand modèle politique, le général De Gaulle, dans le seul registre à sa portée : celui de la tromperie.

Hervé Mariton, son concurrent à l’investiture de « Les Républicains », l’a traité de parjure. Nicolas Sarkozy a expliqué qu’il avait bien le droit de changer d’avis et donc de ne pas défendre une position qui n’est plus la sienne.

Mais n’est-ce pas plutôt parce que « la politique, c’est du marketing », comme le croit et le dit Louis Aliot ?

Nicolas Sarkozy a donc simplement changé de marché. Il a probablement estimé que, dans « Les Républicains », les bons jeunes gens de Sens Commun issus de la Manif Pour Tous ne seraient pas d’une aussi bonne rentabilité électorale et surtout médiatique que le « lobby gay ». Il préfère donc faire son marché auprès de celui-ci sous la houlette de l’homocrate Jean-Luc Romero par ailleurs prosélyte de l’euthanasie, de la GPA et bien sûr de l’idéologie du genre que déjà « le Républicain » Luc Châtel commençait à vouloir imposer dans l’Éducation Nationale quand il en était ministre dans le gouvernement Fillon.

La vérité, c’est que Nicolas Sarkozy n’a jamais opposé de résistance sincère et durable à l’instauration des lois de désintégration de la personne, de la famille, de la société.

Or le refus de l’écologie humaine fondée sur le respect de la vie innocente, l’imposition totalitaire des lois de culture de mort, c’est très exactement ce qui constitue le degré le plus élevé du racisme, le racisme anti-humain.

À l’AGRIF où nous combattons toute la gamme des racismes, nous nous devions de relever que Nicolas Sarkozy n’est pas l’homme qu’il faut pour défendre la valeur fondamentale de la vie sans laquelle la vie de la France ne saurait durer. Le titre de son livre est un mensonge."

Posté le 25 janvier 2016 à 16h35 par Michel Janva | Lien permanent

Enfants privés de père : la justice approuve

Dans la lignée de la loi Taubira, une femme a conçu en Espagne un enfant par PMA. Puis elle s'est présentée devant un juge des affaires familiales du tribunal de grande instance de Cahors pour que la compagne adopte l'enfant. Si le juge de Cahors a refusé, la cour d'appel d'Agen a cassé ce 1er jugement et a reconnu que l'enfant a 2 mamans.

Encore un enfant privé de père, cela ne gêne pas nos politiques, surtout pas Nicolas Sarkozy pour lequel, il ne faudrait surtout pas diviser les Français...

Posté le 25 janvier 2016 à 15h01 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > France : Politique en France , Homosexualité : revendication du lobby gay

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Politique en France , Homosexualité : revendication du lobby gay