20 septembre 2014

LMPT lance une pétition contre la GPA

Ici :

"Monsieur le Président de la République, il ne vous reste que quelques jours, le compte à rebours arrive bientôt à sa fin : vous avez jusqu’au 26 septembre prochain pour faire appel des arrêts de la CEDH (Cour Européenne des droit de l’Homme) condamnant la France au sujet de la gestation pour autrui. [Lire la suite]"

Posté le 20 septembre 2014 à 18h59 par Michel Janva | Lien permanent

Les Bordelais se mobilisent pour la manif du 5 octobre

0

1 3
4

Posté le 20 septembre 2014 à 18h02 par Michel Janva | Lien permanent

18 septembre 2014

Prochaine veillée à Paris : le 5 octobre

IMG_20140917_211503Les Veilleurs étaient fidèles au rendez-vous pour la reprise hier à Paris à la place Maubert. Tout un symbole pour cette ancienne place d'exécution publique, qui fut aussi l'un des premiers lieux de barricades des Ligueurs du duc de Guise. Pratique aussi car c'est à 2 pas du commissariat et du musée de la Police de Paris ! Mais il n'y a pas eu de "sortie de classe" en GAV cette fois-ci...

L'équipe de Veilleurs a conçu de nouvelles formes d'action, avec des "équipes de dialogue" pour aller à la rencontre des badauds qui s'interrogent sur ces drôles de gens assis par terre, mais aussi des "expos volantes" : des équipes ponctuelles avec des panneaux pour présenter les Veilleurs en plein jour dans des lieux fréquentés.

La prochaine Veillée parisienne aura lieu le 5/10, après la manif LMPT.

Hier soir, le thème de la Veillée était la conscience, avec des allocutions remarquées de Jean-Marie Le Méné et d'un responsable de l'association Objection pour la conscience.

IMG_20140917_211430Albéric Dumont a également donné de bonnes nouvelles sur  la prochaine Manif du 5/10 : le début de la mobilisation est très encourageant. Expérience, aguerrissement, unité et persévérance y sont peut-être pour quelque chose !

Sa motivation principale est moins de faire pression sur les médias qui peuvent facilement piétiner des milliers de manifestants, mais de faire pression sur les partis politiques qui ont besoin des votes et qui ne pourront donc pas être insensible à une forte mobilisation. Plusieurs partis ont en effet des élections internes, et si certains partis sont clairs sur la volonté de revenir sur la loi Taubira, d'autres tergiversent encore.

Posté le 18 septembre 2014 à 21h22 par Michel Janva | Lien permanent

Pourquoi nous devons manifester le 5 octobre : faire de l’abrogation de la loi Taubira un enjeu majeur pour la présidentielle de 2017

Ludovine de la Rochère explique aux lecteurs de Famille chrétienne pourquoi il faut manifester le 5 octobre :

0"Une manifestation doit rester un événement exceptionnel. Il n’est pas question de le banaliser et encore moins de manifester tous les trois mois. Nous avons mûrement réfléchi au meilleur moment cohérent du point de vue des projets de ceux qui nous gouvernent, du public et dans lequel il y aurait une convergence. Là, il y a la rentrée scolaire avec le plan égalité, l’avis attendu du Conseil d’Etat sur la circulaire Taubira, les arrêts de la Cour Européenne des Droits de l’Homme sur la GPA juste avant l’été. Plusieurs mesures très graves contre les familles sont passées pendant l’été et d’autres sont annoncées.

Quel est votre ligne de conduite par rapport au gouvernement ?

Le gouvernement a manifestement peur que nous suscitions à nouveau une mobilisation importante et que nous lui créions des difficultés sociales. Il est de fait absolument nécessaire de lui montrer que nous sommes à nouveau nombreux et déterminés. Sans manifester trop souvent, il faut le faire. Nous devons impérativement faire bouger les lignes dans l’opinion publique à laquelle le pouvoir ment de manière éhontée. La circulaire Taubira sur la GPA est un mensonge. Dire que les enfants conçus par GPA sont apatrides et sont des « fantômes de la République » comme le dit Mme Belkacem est un mensonge : ils ont l’état-civil de leur lieur de naissance. Il faut retourner l’opinion publique sur ces sujets - le gender, la GPA - car c’est de l’opinion publique que viendra le changement sur ces questions sociétales.

Et où en est votre démarche par rapport à l’opposition ?

1Nos sujets ne sont ni de droite ni de gauche et nous interpellons tous les politiques. Mais il y a aussi clairement un enjeu politique. Il faut que les partis qui partagent nos analyses soient mis en face de leur responsabilité. En 2012-2013, nous avons été rejoints plutôt par des élus de droite. Et en ce moment, je sens qu’ils ne sont pas décidés. Ils ne sont pas prêts à des réformes courageuses. Donc il faudra les aider à être courageux. Il faut les convaincre que leurs électeurs sont très nombreux à attendre ce courage de leur part. Non seulement il faut qu’ils s’engagent mais il faut qu’une fois élus, ils le mettent en œuvre. Pour le moment, un certain nombre d’entre eux sont convaincus que le mariage entre personnes de même sexe n’est plus le problème et que les Français sont maintenant habitués. A ceux là, il faut montrer que c’est faux.

C’est précisément maintenant qu’un certain nombre de personnalités vont faire leurs annonces sur leurs intentions qu’il faut manifester. Nous avons choisi le 5 octobre aussi parce que c’est juste avant le congrès de l’UMP et de l’UDI.

Vous voulez dire que vous gardez comme cap l’abrogation de la loi Taubira en 2017 ?

Oui : et c’est maintenant qu’il faut leur rappeler que nous attendons l’abrogation de la loi Taubira pour 2017. C’est notre point d’attention, avec l’abolition universelle de la GPA. Nous ne sommes liés à aucun parti, mais notre devoir est d’interpeller tous ces partis qui veulent revenir au pouvoir demain.  Nous leur disons : menez cette abrogation. C’est pourquoi nous devons leur montrer que leurs électeurs sont très nombreux à l’exiger.

Bref, cette manifestation est importante autant pour s’opposer aux projets actuels du gouvernement que pour obliger la droite à avoir un programme favorable au respect de la famille.

Un des enjeux est de pousser Nicolas Sarkozy à s’engager sur ce sujet ?

3Il est opposé au mariage entre personnes de même sexe. Mais il considère le sujet très froidement. Pour l’instant, il pense qu’en jouant une ouverture au centre, il a une chance de l’emporter en 2017. Notre rôle est de lui faire comprendre qu’il perdra alors tous ceux qui sont ses électeurs naturels. Il doit comprendre que la droite sociétale est bien plus vitale pour lui que des centristes. Dire comme Alain Juppé ou Bruno Lemaire qu’on ne légalisera pas la PMA et la GPA ne suffit pas - elle est d’ores et déjà tolérée et si la droite n’abroge pas la loi Taubira, la gauche la fera passer à l’alternance suivante. Non la droite a suffisamment trahi sur ces sujets de société. Lorsque j’ai vu M. Sarkozy, je lui ai dit « vous craignez le Front National : or si vous ne vous engagez pas à faire nécessaire sur ces sujets fondateurs, vos électeurs vous quitteront et vous l’aurez. » Voilà le message que nous devons faire passer.

Voilà pourquoi il faut que nous soyons très nombreux le 5 octobre et voilà pourquoi, à l’approche de 2017, nous devrons maintenir la pression de manière constante et avec ténacité.

La double raison pour laquelle le mouvement doit se maintenir, c’est d’une part la résistance aux projets gouvernementaux – GPA et gender - et d’autre part, c’est de faire de l’abrogation de la loi Taubira un enjeu majeur pour la présidentielle de 2017."

Posté le 18 septembre 2014 à 09h53 par Michel Janva | Lien permanent

17 septembre 2014

Les coopératives scolaires financent l’OCCE proche du lobby LGBT

A l’occasion de la rentrée scolaire les parents des écoles publiques sont fortement incités à cotiser à la coopérative scolaire. Cotisation qui oscille entre 10 et 40 euros. Cette cotisation sert notamment à financer des activités ou du matériel pédagogique.

Ce que les parents ignorent trop souvent, c’est que leur argent sert également à financer une cotisation à l’OCCE (office central de coopération à l'école). Le site et le logo de l’OCCE sont particulièrement explicites puisque l’association arbore l’arc en ciel LGBT.

Après enquête, on s’aperçoit que cet organisme proche de l’Etat (puisque les inspecteurs incitent fortement les directrices d’école à cotiser à l’OCCE), assure une véritable propagande sur le développement de l’idéologie du genre dans les écoles. Sur les sites départementaux de l’OCCE on retrouve d’ailleurs régulièrement la référence à David Dumortier le prostitué travesti qui était intervenu à l’école public Lafitan de Versailles. L’OCCE de Loire Atlantique défend d’ailleurs ouvertement ce dernier suite au post du Salon Beige.

C’est très grave, car votre argent est détourné au profit du lobby LGBT. Renseignez-vous dans vos écoles et demandez à la directrice si elle cotise à l’OCCE et surtout boycottez la coopérative des écoles qui propage une idéologie mortifère et scandaleuse. En tout état de cause, la cotisation à la coopérative scolaire est parfaitement facultative.

Posté le 17 septembre 2014 à 17h18 par Le Salon Beige | Lien permanent

Hervé Mariton veut que l'UMP abroge la loi Taubira

Candidat à la présidence de l’UMP, Hervé Mariton, député de la Drôme et maire de Crest, était en campagne mardi soir dans un café du 16e arrondissement de Paris.

Parmi les mesures de sson projet, il souligne son engagement au côté du «beau mouvement de la Manif pour tous», et propose d'abroger la loi sur le mariage homosexuel en cas de retour de la droite en 2017.

Quant à Nicolas Sarkozy, il ajoute :

«J'ai rencontré Nicolas Sarkozy et je lui ai dit que la présidence du parti, c'était une mauvaise idée. Je crains de ne pas l'avoir convaincu». «Mais si Nicolas Sarkozy est candidat, je reste candidat».

Hervé Mariton cite alors l'«ambiguïté» de l'ancien Président, notamment sur l'union civile, puis souligne l'abstention de Bruno Le Maire lors du vote du projet de loi dénaturant le mariage. 

Posté le 17 septembre 2014 à 10h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

#5oct La Manif Pour Tous

Posté le 17 septembre 2014 à 09h03 par Michel Janva | Lien permanent

16 septembre 2014

L'institutriste n'est pas gaie

Non il n'y a pas de coquille dans le titre de ce post (pour une fois !).

Mais l'exercice que rapporte Jeanne Smits faisait partie de l'« évaluation diagnostique du début de CM1 » en 2010 (qui était ministre de l'Education nationale déjà ?).

Mais à part cela, personne n'endoctrine nos enfants à l'école. Triste rumeur.

Posté le 16 septembre 2014 à 14h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

15 septembre 2014

Le Nouvel Obs envoie une infiltrée au sein des Femen

Vous n'y pensez pas, c'est bien trop dangereux. Camille Emmanuelle, chroniqueuse érotique (sic) du Nouvel Obs a préféré infiltrer le terrible groupe des "fascistes en loden" (® Jacques Attali). Mais pas de chance, elle a réussi à se faire repérer dès le début.

Posté le 15 septembre 2014 à 21h54 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

Un enfant aura officiellement un papa, 2 mamans et 6 grand-parents

Voilà à quoi mène le délire actuel. Un juge brésilien a autorisé l'enregistrement à l'état civil d'un bébé avec deux mères, un père et six grands-parents.

La demande de reconnaissance a été déposée conjointement par le père et la mère biologiques de la petite fille, ainsi que par la partenaire de la mère. La grossesse avait été planifiée par les trois...

Le juge a considéré que les femmes avaient le droit de reconnaître l'enfant, car elles entretiennent une relation légale.

Posté le 15 septembre 2014 à 15h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Où vont les subventions de l'Education nationale ?

"Quelles sont les priorités de l'Éducation nationale quand on apprend que - pour 40 000 euros ! - une association organise un happening contre l'homophobie ? "

Question posée par le Point ce matin. L'association dont il est question est SOS homophobie, qui bénéficie du soutien moral et fianancier (40 000 euros) du ministre Vallaud-Belkacem, alors même que l'Education nationale avait retiré en décembre 2012 l'agrément de cette association pour des interventions en milieu scolaire. La subvention allouée permet à l'association de lancer une campagne à nos frais, "Ne plus se taire face à l'homophobie ordinaire", dans une dizaine de villes de France (Paris, Montpellier, Avignon, Rennes, Lille, Strasbourg, Nice, Angoulême et Lyon), grâce à divers supports, dont la vidéo ci-dessous :

 

Posté le 15 septembre 2014 à 13h57 par Marie Bethanie | Lien permanent

La GPA au programme de la gauche pour les sénatoriales

Les élections sénatoriales ont également lieu pour les Français de l'étranger, pour lesquels une élection anticipée est organisée le 20 septembre. Parmi les 4 sénateurs sortants à se présenter Robert DEL PICCHIA est le seul à s'être opposé clairement à la loi Taubira. Claudine LEPAGE et Richard YUNG (PS) ont voté pour et Christophe FRASSA (UMP - UDI ) a voté Pour en commission et Contre en séance. Le texte a été voté en commission à 23 voix Pour (dont les 2 voix de MM. FRASSA et COINTAT, UMP) et 21 Contre.

La liste PS-ADFE menée par Claudine LEPAGE et Richard YUNG inclut une proposition militante qui encourage à la fraude de la loi française

''Permettre l’accession à la nationalité française aux enfants nés légalement par Gpa à l’étranger et adoptés par un couple dont l’un au moins est français''.

Une des priorités de la profession de foi prévoit de ''faciliter le mariage des couples de même sexe''.

Le programme de la liste UMP-UDI-UFE menée par Christophe-André FRASSA ne se positionne pas sur les questions de société. 

Posté le 15 septembre 2014 à 07h47 par Michel Janva | Lien permanent

14 septembre 2014

La Manif Pour Tous en ordre de marche contre la familiphobie

A l’issue de la 2ème Université d’été de La Manif Pour Tous qui s’est tenue tout le week-end dans un camping de Palavas les Flots, les militants et responsables du mouvement sont dans les starting blocks pour une nouvelle année de mobilisation contre la familiphobie du gouvernement. « Loi Taubira, PMA, GPA, genre, le changement de civilisation, c'est toujours maintenant et on n’en veut toujours pas ! » a déclaré en clôture de l’Université d’été Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, devant plus de 350 militants boostés par ces deux jours de conférences, ateliers et forums sous le soleil de l’Hérault.

ENtete CP

Juristes, sexologues, philosophes, historiens, écrivains…, les experts présents ont fait prendre conscience aux participants venus de toute la France de la gravité de la situation et de l’urgence d’une mobilisation pour la dénoncer. L’enjeu est clair : protéger la famille, premier lieu de solidarité et refuge des plus vulnérables. C’est pourquoi La Manif Pour Tous entend poursuivre son action contre la marchandisation de l’humain qui est de fait tolérée de multiples manières par le gouvernement. Si la GPA/Gestation Pour Autrui – c’est à dire les mères porteuses – est officiellement interdite en France, la circulaire Taubira permet de contourner cette interdiction et favorise donc l’asservissement de la femme et la marchandisation de l’enfant. Ceci sous prétexte que l’enfant né d’une GPA à l’étranger serait « apatride » et « anonyme » (commentaires publics de Mme Taubira), ce qui est rigoureusement et absolument faux : comme tout le monde, ils ont l’état civil et la nationalité de leur pays de naissance ! Ludovine de La Rochère dénonce :

« Concrètement, un enfant fabriqué par mère porteuse est importé en France tous les 3 jours ». « Il faut dénoncer vigoureusement cette hypocrisie du gouvernement. De nombreuses voix s’élèvent dans la société et sur l’ensemble de l’échiquier politique pour demander l’abolition universelle de la Gestation Pour Autrui. C’est une de nos revendications majeures des prochaines manifestations prévues à Paris et Bordeaux le dimanche 5 octobre ».

Cette nouvelle mobilisation début octobre a bien entendu été au cœur des échanges de cette université d’été. Selon la plupart des responsables locaux du mouvement, la coupe est pleine pour beaucoup de familles victimes du matraquage fiscal du gouvernement et des mesures anti-sociales comme la réduction du congé parental. La famille doit être protégée, d’autant que c’est elle qui protège les Français en période de crise. Cela explique que tous les sondages montrent l’attachement à la famille. C’est aussi pourquoi, après bientôt deux années de mobilisation dans la rue, la loi Taubira autorisant le mariage et l’adoption pour les couples de personnes de même sexe ne passe toujours pas. « La question de l’abrogation se pose sérieusement chez les responsables politiques » se félicite Ludovine de La Rochère.

Motivés par le succès de cette université d’été, les militants sont tous très mobilisés à l’idée de retrouver le chemin du pavé le 5 octobre. Distributions de tract, collage d’affiches, rencontre avec les décideurs et les élus locaux… la mobilisation est multi-forme. Tous gardent aussi en tête qu’à l’issue des dernières manifestations, le 2 février 2014 à Paris et Lyon, qui avaient rassemblé des centaines de milliers de personnes, le gouvernement avait fait marche arrière et avait enterré son projet de loi Famille. « Le 5 octobre, notre mobilisation permettra d’envoyer un message d’avertissement au gouvernement. S’il refuse de nous entendre et s’entête à vouloir déconstruire la famille, nous sommes prêt à amplifier le mouvement. On ne lâche rien ! » conclut Ludovine de La Rochère. Le message est passé, et bien passé, auprès des militants. Mission accomplie pour cette université d’été. 

Posté le 14 septembre 2014 à 19h24 par Michel Janva | Lien permanent

13 septembre 2014

La 2ème université d’été de La Manif Pour Tous : c’est parti !

Photo 1« Genre, PMA, GPA, le changement de civilisation, c'est toujours maintenant ! » Tel est l’intitulé de cette deuxième université d’été qui s’est ouvert samedi 13 septembre à 14h dans un camping de Palavas les Flots. Jusqu'à demain, plus de 350 militants venus des quatre coins de France entendent mettre à profit ces deux jours de formation et d’échanges pour préparer une nouvelle année de mobilisation qui s’annonce chargée. Dès le 5 octobre, La Manif Pour Tous invite les Français à descendre dans la rue à Paris et Bordeaux. Mot d’ordre de ces mobilisations : dénoncer la familiphobie actuelle (matraquage fiscal, réduction du congé parental, baisse du quotient familial…) et lancer un avertissement à un gouvernement qui tolère de fait la PMA (Assistance Médicale à la Procréation) pour les couples de femmes et la GPA/Gestation Pour Autrui - c’est à dire les mères porteuses - par la circulaire Taubira.

Photo 4Juristes, sexologues, philosophes, historiens, écrivains… de nombreux experts ont répondus présents à Palavas les Flots pour animer conférences, ateliers et forums. Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, indique :

« L’objectif est de se former et d’échanger pour être efficace dans nos actions contre le « changement de civilisation » voulu par le gouvernement et initié par la loi Taubira ». « Nous sommes également conscients de l’urgence de revenir sur la loi Taubira. Les débats actuels au sein de l’opposition sur son abrogation sont encourageants. C’est un indicateur qui montre que contrairement à ce que certains affirment, le mariage et l’adoption par les couples de même sexe ne sont pas rentrés dans les mœurs. Loin de là ! ».

La tâche de La Manif Pour Tous est immense. Hors de question de se reposer sur la victoire de l’hiver 2014 lorsqu’au lendemain des manifestations du 2 février, le gouvernement avait décidé de retirer son projet de loi famille. Cette université d’été est donc aussi l’occasion pour les responsables locaux du mouvement de se retrouver et de prendre du temps pour échanger et préparer les prochaines échéances. 

Posté le 13 septembre 2014 à 15h42 par Michel Janva | Lien permanent

Une église sanctionnée pour refus de location à des LGBT

... aux Pays-Bas.

Posté le 13 septembre 2014 à 14h51 par Michel Janva | Lien permanent

Nicolas Sarkozy s’est montré très ouvert et attentif aux arguments de Sens commun

Suite à l'article du Nouvel Obs sur la position de Nicolas Sarkozy à l'égard de la loi Taubira, Sens Commun a écrit à ses adhérents un message dont voici l'essentiel :

"Il y a une semaine, nous avons déjeuné avec Nicolas Sarkozy et avons soulevé, comme il se doit, la question du "mariage pour tous". Un article du Nouvel Observateur, daté du 11 septembre, a prétendu rapporter la teneur de cet entretien, affirmant que Nicolas Sarkozy ne reviendrait pas sur la loi Taubira et avait qualifié la Manif pour tous de "fascites en Loden". Nous avons fermement démenti ce compte-rendu absolument inexact du Nouvel Obs, qui ne nous avait d'ailleurs pas contacté et s'est partiellement rétracté par la suite.

Voilà la teneur réelle de notre entrevue : Nicolas Sarkozy travaille activement sur ce sujet, comme sur beaucoup d’autres, et s’est montré très ouvert et attentif à nos arguments. Il a conscience de la fracture sociale profonde qu’a creusé la loi Taubira dans notre pays et a pris la mesure de l’attente de ceux qui ont manifesté contre ce texte. Il a demandé à Sens Commun de l’aider à travailler sur ce sujet complexe parce qu’il touche les consciences mais aussi parce qu’il a aujourd’hui des conséquences juridiques concrètes qu’on ne peut ignorer. À aucun moment, Nicolas Sarkozy n'a exclu de revenir sur la loi Taubira, au contraire. Il s'est dit particulièrement attentif à la question de la protection des droits de l’enfant et absolument opposé à la PMA et à la GPA.

L’expression « fascistes en Loden » est une citation de Jacques Attali à propos de La Manif pour tous que Nicolas Sarkozy a mentionnée précisément pour dénoncer cette intelligentsia de gauche qui n’a rien compris à la profondeur du mouvement social et se contente de caricaturer les millions de Français opposés à la « réforme de civilisation » promue par la gauche. En discutant avec Nicolas Sarkozy, comme avec d'autres personnalités de l'UMP, Sens Commun est dans son rôle, qui est de défendre, auprès de tous, les convictions de la majorité des électeurs de droite. Ce travail, sur lequel nous restons habituellement discret pour éviter de tomber dans la dictature des médias et du court terme, est essentiel pour faire avancer nos idées et propositions à l'UMP."

Posté le 13 septembre 2014 à 14h05 par Michel Janva | Lien permanent

Ne pas abroger la loi Taubira ? Une stratégie très risquée pour l'UMP

Extrait d'une tribune de Vincent Trémolet de Villers, rédacteur en chef de FigaroVox :

"En vérité, [les responsables de l'UMP] voudraient tous passer à autre chose. Sept mille mariages gays ont été célébrés en 2013 et la crise économique impose, pensent-ils, d'autres urgences. La difficulté pour la droite est que cette loi est beaucoup plus qu'un simple texte législatif.

L'affaire est d'abord symbolique. Depuis 1984, nous n'avions pas vu de telles foules dans la rue contre un projet de loi. Trois manifestations de plusieurs centaines de milliers de personnes, une pétition avec 700 000 signataires: la lutte contre la loi Taubira a fait naître une génération politique. (...) [Sens commun, Fonder demain, les veilleurs... :] ces novices ont leur combat fondateur, leur «Mai 68 conservateur» (Gaël Brustier). Ils ne pourront pas laisser dire que cette mobilisation était vaine et rétrograde. (...)

L'enjeu, ensuite, est idéologique. Il plonge aux racines de la droite. Ne pas abroger ou revenir sur une loi aussi fortement disputée reviendrait à reconnaître un sens de l'histoire. À considérer que la gauche est «le parti de demain». Qu'il lui appartient de faire évoluer la société, quand la droite s'occuperait de la bonne gestion de l'économie et de la sécurité des personnes. Ne pas défaire ce que la précédente majorité a fait confirmerait, une nouvelle fois, la domination culturelle de la gauche. La légalisation de la PMA pour les couples de femmes, puis de la GPA apparaîtrait donc, à terme, comme des progrès inéluctables. (...)

Le score que l'on prête déjà à Marine Le Pen obligerait, dit-on, le candidat de la droite à se recentrer et à devenir un candidat de rassemblement et d'apaisement pour l'emporter largement au deuxième tour de l'élection présidentielle face à la candidate du Front national. Cela reviendrait à sacrifier une partie de l'électorat traditionnel de l'UMP, à la jeter dans les bras de Marine Le Pen (ou des abstentionnistes), pour gagner des suffrages au centre et à gauche. Refaire en grand ce qu'avait été l'ouverture (...) au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy. La difficulté est que l'ancien chef de l'État a trouvé, depuis deux ans, ses meilleurs soutiens dans cette droite des valeurs. Peut-il prendre le risque de la décevoir?

Choix symbolique, doctrinal, stratégique: la manifestation du 5 octobre pour la famille et contre la GPA concernera donc moins François Hollande et le gouvernement que la droite et Nicolas Sarkozy."

Posté le 13 septembre 2014 à 11h20 par Louise Tudy | Lien permanent

12 septembre 2014

Conséquence de la loi Taubira : les enfants nés par PMA privés de père

Concernant l'adoption par 2 femmes d'enfants nés par PMA, le ministère de la Justice a commandé, dans une note interne datée du 5 juin, «un état des lieux de la pratique des parquets sur ce sujet» afin de disposer d'«une vision d'ensemble de la jurisprudence depuis l'entrée en vigueur de la loi». L'état des lieux, daté du 17 juillet, recense 721 requêtes d'adoptions (plénières ou simples) déposées depuis la promulgation de la loi Taubira. Sur les 295 décisions rendues, 281 ont validé l'adoption d'un enfant né par PMA par la conjointe de la mère. Soit, avec 95% de jugements favorables, une écrasante majorité. 9 décisions refusant le prononcé de l'adoption ont été rendues. En outre, 2 procédures en appel à l'initiative du ministère public sont en cours et 3 décisions ont ordonné une enquête de police ou sociale.

Face à cet imbroglio, deux juridictions ont saisi la Cour de cassation pour avis, soit un éclairage sur une question de droit en dehors de tout pourvoi.Question du TGI d'Avignon :

«L'accès à la procréation médicalement assistée sous forme d'un recours à une insémination artificielle avec donneur inconnu à l'étranger par un couple de femmes est-il de nature, dans la mesure où cette assistance ne leur est pas ouverte en France (…), à constituer une fraude à la loi sur l'adoption?»

La plus haute juridiction a fixé une audience au 22 septembre.

Posté le 12 septembre 2014 à 08h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Loi Taubira : Hollande a tenu cette promesse alors qu’il n’en était pas convaincu

Page 131 de son ouvrage, Valérie Trierweiler évoque le changement de civilisation qu'est la loi Taubira :

M"Je ne suis pas dupe non plus : dans certaines circonstances, me mettre en avant l’a arrangé. Comme lors du mariage pour tous. François n’a pas reculé malgré les manifestations monstres. Il a tenu cette promesse alors qu’il n’en était pas convaincu au fond de lui, évoquant même « la liberté de conscience des maires ». En découvrant cette formule, je lui ai envoyé un message dans la seconde pour l’avertir que la phrase ne passerait pas. Et effectivement, devant le tollé, il l’a retirée. Dans ce combat, je suis allée en première ligne, avec son assentiment, et peut-être même à sa place. Sans doute parce qu’il voit le mariage comme une porte qui se ferme, François n’a jamais compris, sinon de manière théorique, la portée de cette réforme emblématique de la gauche, qui restera peut-être sa seule marque dans l’Histoire de France. C’est un joli pied de nez du destin. Je ne doute pas une seconde que le mariage pour tous sera la dernière grande réforme de gauche. Je suis sûre qu’il n’ira pas jusqu’au bout de son engagement d’accorder le droit de vote aux immigrés aux élections locales, annoncé et promis maintes fois. Manque de conviction, trop d’obstacles, le cheval se cabrera."

Posté le 12 septembre 2014 à 07h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (26)

Michèle Delaunay (PS) veut “de nouveaux droits pour les lesbiennes, gays, bi et transsexuels (LGBT) âgé-e-s”

On continue dans l'horreur (Novopress.info) :

Michele_delaunay[1]

"Dans un communiqué de presse, Michèle Delaunay (photo),député socialiste de Bordeaux annonce avoir déposé « un amendement visant à reconnaitre de nouveaux droits aux lesbiennes, gays, bi et transsexuels (LGBT) âgé-e-s ou vieillissant-e-s ».

Très en pointe dans le soutien au communautarisme homosexuel, l’ancien ministre souhaite «préciser par circulaire le cadre réglementaire qui prévoit que l’admission en établissement est examinée sous l’angle de la capacité de soins de la structure et qu’elle doit respecter le droit commun et donc la non-discrimination (face à la pathologie, l’identité de genre, l’orientation sexuelle,…) ».

La fille de l’ancien préfet de région demande également que « l’Etat accorde son soutien à un lieu de mémoire et d’archives de la communauté homosexuelle ».

Déposé hier à l’assemblée nationale, cet amendement n’a pas été jugé recevable. La socialiste assujettie à l’ISF (impôt sur la fortune) défendra cependant cette cause « dans le cadre du projet de loi de finances pour 2015 »."

Posté le 12 septembre 2014 à 00h02 par Marie Bethanie | Lien permanent

11 septembre 2014

Le Nouvel Obs mange son loden

et reconnaît avoir diffusé une fausse information :

""Le mariage pour tous, je m'en fous. Ce n'est pas un sujet. Moi de toute façon, j'avais toujours défendu une union civile." Voilà ce qu'a lâché Nicolas Sarkozy à l'un de ses visiteurs au cap Nègre cet été. Selon l'entourage de l'ancien président, et contrairement à ce que nous avons écrit dans le magazine et dans une première version publiée sur le site jeudi matin, Sarkozy n'aurait jamais repris à son compte l'expression "fascisme en loden". Le visiteur estival de Sarkozy, qui a rapporté ces propos au "Nouvel Observateur", les aurait mal interprétés. D'après le cabinet de l'ancien chef de l'Etat, c'est Jacques Attali qui aurait employé l'expression l'hiver dernier devant Sarkozy qui en aurait été choqué et y aurait vu le signe du "sectarisme" de la gauche. Cet été, il aurait cité le mot d'Attali devant son visiteur pour exprimer qu'il fallait justement éviter d'opposer ainsi les Français les uns aux autres."

Addendum : merci de lire ce précédent post en complément avant de commenter.

Posté le 11 septembre 2014 à 21h01 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (21)

Loi Taubira : Hervé Mariton appelle Nicolas Sarkozy à sortir de l'ambiguïté

Que l'expression "fascisme en loden" ait été employée ou pas, l'article du Nouvel Observateur a le mérite de rappeler que Nicolas Sarkozy ne s'est jamais prononcé contre la loi Taubira :

"Mais, sous cette forme ou pas, le sens des propos rapportés par l’hebdomadaire correspond-il à la pensée de Nicolas Sarkozy ? Visiteur régulier de l'ancien chef de l'Etat, le député UMP Hervé Mariton avoue l'ignorer. "Ses positions sur ce sujet sont très incertaines, nous explique-t-il. L'an dernier, il m'avait félicité pour mon combat à l'Assemblée contre le mariage pour tous. Il m'avait dit : 'C'était super, la famille c'est important... mais je n'en ai pas la même définition que toi'. Ce qui autorise toutes les incertitudes et les ambiguïtés !" "Quand je l'ai vu la semaine dernière encore, poursuit le député, sa position était toujours aussi incertaine". Dans ces conditions, Hervé Mariton l'appelle à lever tout simplement les doutes, en prenant publiquement position sur ce sujet. Lui qui brigue la présidence de l'UMP, admet que s'il était élu et que Nicolas Sarkozy était candidat du parti en 2017 en ne remettant pas en cause la loi Taubira, la question de le soutenir "serait un cas de conscience"."

Rappelons que s'il est opposé au mariage contre-nature, Hervé Mariton se dit favorable à l'union civile, qui n'est pourtant qu'une étape vers le mariage.

Posté le 11 septembre 2014 à 17h47 par Louise Tudy | Lien permanent

"Fascisme en loden" : la présidente de la Manif pour tous écrit à Sarkozy [addenda]

D'après le Nouvel Observateur (voir ce post), Nicolas Sarkozy aurait manifesté en privé son indifférence à l'égard de la loi taubira et qualifié le mouvement de la Manif pour tous de "fascisme en loden". Réaction de Ludovine de la Rochère sur FigaroVox :

"Le Nouvel Observateur publie ce jour les propos détonants qu'aurait tenus Nicolas Sarkozy sur la loi Taubira et La Manif Pour Tous. D'ores et déjà démentis officiellement et publiquement par sa directrice de communication, il eût été de fait stupéfiant qu'ils soient véridiques.

M. Sarkozy a en effet régulièrement exprimé son attention et son intérêt pour cet immense mouvement populaire, fasciné par son caractère inédit et son ampleur historique.

Mieux que quiconque, il sait que de très nombreux élus UMP ayant participé à la mobilisation se sont engagés en faveur de l'abrogation de la loi Taubira devant des centaines de milliers de personnes. Certains, que l'on présente dans les médias comme membres de sa garde rapprochée, viennent d'ailleurs de renouveler ce vœu.

Certes, les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent… Las, c'est bien ce qui en train de perdre irrémédiablement l'ensemble de la classe politique française!

Et croire que les centaines de milliers de manifestants de La Manif Pour Tous, que ses millions de sympathisants qui ne cessent chaque jour, partout en France, d'encourager le mouvement à poursuivre, pourraient «lâcher» quoique ce soit sur ce sujet, serait n'avoir rien compris aux bouleversements en cours: les Français, désormais, ne supportent plus l'irresponsabilité, l'incohérence, la tromperie. Ils ne supportent plus non plus la politique hors-sol déconnectée du réel, l'idéologie, la propagande, la victimisation qui sert à faire passer tout et n'importe quoi au détriment de l'intérêt général. Ils ne veulent plus de ces mesures de «changement de civilisation», dont ils savent pertinemment et instinctivement qu'elles seront lourdes de conséquences pour les générations à venir. Les Français ont commencé à l'exprimer publiquement et massivement, et ils poursuivront, dans la rue et dans les urnes!

Le mariage entre personnes de même sexe a été la goutte qui a fait déborder le vase… la majorité actuelle en paye d'ores et déjà le prix!

Les partis ou les personnalités qui se sont engagés contre la loi Taubira et qui enseveliraient leurs promesses montreraient publiquement une absence totale de volonté de changement. Personne ne croirait plus alors à leur volonté de revenir sur les mesures économiques et sociales désastreuses de cette première partie de quinquennat.

Ne pas avoir le courage de renouveler cet engagement à abroger la loi Taubira, avancer toutes sortes de prétextes fallacieux (l'urgence n'est pas celle-ci, l'opinion est lasse…) signerait d'avance le même manque de courage pour réformer les systèmes de retraite et de santé, reconstruire l'Education nationale et la politique familiale, etc.

Quant à l'insulte évoquée par l'hebdomadaire d'un prétendu «fascisme en loden», qui peut croire encore aujourd'hui que l'appel à respecter et prendre en compte l'humanité homme-femme et la filiation père-mère-enfant ait à voir avec un prétendu fascisme? C'est au contraire le propre de l'idéologie que de reposer sur des idées déconnectées du réel!

Compte-tenu de tout ce qui précède, il est évident que M. Sarkozy, comme tout autre candidat sérieux à des responsabilités importantes, ne manquera pas de renouveler son engagement en faveur du mariage homme-femme, de la filiation et de la famille, plébiscitée par les Français sondage après sondage."

Addendum : d'après Yves de Kerdrel, dans Valeurs actuelles, l'expression "fascisme en loden" aurait été en réalité prononcée par Jacques Attali devant Nicolas Sarkozy. Lequel aurait été "outré". Dommage qu'Yves de Kerdrel ait avoué il y a quelques jours : « Nicolas Sarkozy est le meilleur aspirateur de voix contre le Front national et c’est ça qui nous intéresse ! »

Addendum 2 : dans un communiqué, le président de Sens commun dément les propos rapportés par le Nouvel Observateur et confirme la version d'Yves de Kerdrel.

Posté le 11 septembre 2014 à 16h22 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (18)

Alain Juppé n'a rien compris

Le coprésident de l'UMP par intérim est interrogé dans Valeurs Actuelles. Extrait :

"L’UMP s’engage aujourd’hui à réécrire la loi Taubira sur le “mariage pour tous”, mais ce n’est pas votre position…

Je crois qu’il s’agit d’un acquis, qui a été intégré par la société française. Je pense que des sauts sont faits dans l’évolution des moeurs et ne sont pas réversibles. Je ne vais pas rappeler tout ce qui s’est passé dans les années 1975 et 1976, lorsque certains ont dit qu’on remettrait en cause l’IVG. On ne l’a pas fait… Soyons réalistes : on ne va pas “démarier” des couples légalement unis ! Cela dit, n’en rajoutons pas. Rouvrir le débat sur la PMA et la GPA serait irresponsable."

Réécrire, ce n'est pas abroger. Mais même réécrire, il ne veut pas, croyant à une marche en avant inéluctable de l'Histoire. Cet homme là commence à poser un vrai problème...

Rejoignez la manifestation pour la famille le dimanche 05 octobre 2014 à Bordeuax à 14h. Défilé entre la rue de Chartres et la place des Quinconces.

Posté le 11 septembre 2014 à 13h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (23)

Pour Sarkozy, LMPT c'est "le fascisme en loden"

Selon Le Nouvel Obs :

"Si l'ex-chef de l'Etat prend soin de ne pas couper les ponts avec une partie importante de son électorat, il explique désormais pourquoi on ne pourra pas revenir sur la loi Taubira.

"Le mariage pour tous, je m'en fous. Ce n'est pas un sujet. Moi, de toute façon, j'avais toujours défendu une union civile."

Voilà ce qu'a lâché Nicolas Sarkozy à l'un de ses visiteurs au cap Nègre cet été. Quant à la frange extrémiste qui a surgi des rangs de la Manif pour tous, l'an dernier, il la qualifie de "fascisme en loden"... Pour autant, il prend soin de ne pas couper les ponts avec ces électeurs-là. Devant les animateurs du mouvement Sens commun, issu de la Manif pour tous, il a expliqué pourquoi on ne pourrait pas revenir sur la loi Taubira. On l'aura compris, l'ancien président n'entend pas se laisser enfermer par la droite tradi et conservatrice."

La machine à perdre est relancée.

Sur Twitter, Sens Commun dément les propos.

Addendum : Véronique Waché conseillère au cabinet de Nicolas Sarkozy a aussi démenti.

Posté le 11 septembre 2014 à 10h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (49)

09 septembre 2014

Tarifs réduits pour venir manifester le 5 octobre

Vous avez jusqu'au 22 septembre pour réserver vos billets :

T

Posté le 9 septembre 2014 à 20h34 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

Propositions parlementaires contre la GPA

Le 26 septembre expirera le délai légal de 3 mois, au terme duquel la France n’aura plus le droit d’interjeter appel des arrêts  en date du 26 juin 2014 de la Cour européenne des droits de l’homme (Mennesson contre France et Labassee contre France).

Ces arrêts de la CEDH, s’ils ne remettent pas en cause l'interdiction de la GPA, et reconnaissent même « que la gestation pour autrui suscite de délicates interrogations d’ordre éthique » justifiant « que les Etats doivent se voir accorder une ample marge d’appréciation, s’agissant de la décision d’autoriser ou non ce mode de procréation » aboutit en fait au résultat exactement inverse, en considérant que le refus de la transcription de l’acte de naissance, établi en exécution d’une décision étrangère dans le cadre d’une GPA constituait une ingérence dans le droit à l’identité des enfants. Si bien qu’au nom du droit du respect à la vie privée et familiale (article 8 de la convention des droits de l’homme) et de l’intérêt de l’enfant, l’Etat français se verra donc obligé de transcrire sur le registre français d’état civil un tel acte de naissance, jusqu’ici interdit et même considéré comme une fraude à la loi française.  

Après la circulaire de Mme Taubira de janvier 2013, rédigée afin de faciliter la délivrance de certificats de nationalité française aux enfants conçus par GPA à l’étranger, la décision de la CEDH organise une sorte de régularisation de l’état civil de tous les enfants nés à l’étranger par ce biais.

Face à cela, le député Pierre Lellouche demande au Gouvernement français d’interjeter appel contre les 2 arrêts du 26 juin.

Il soumet à ses collègues une proposition de résolution invitant le Gouvernement à interjeter appel, ce qui l’obligera, en cas de refus, à prendre la responsabilité politique d’accepter une modification fondamentale de notre droit, de s’en expliquer devant les Français, et donc de facto de régulariser la GPA que, par ailleurs, il prétend interdire.

Il soumet également deux propositions de texte :

  1. le premier est une proposition de loi constitutionnelle visant à inscrire dans le préambule de notre Constitution une référence explicite au principe de dignité de la personne humaine et au respect de l’indisponibilité du corps humain. Il est à noter que cette proposition avait été faite par Mme Sylviane Agacinski et différentes associations (au demeurant plutôt étiquetées à gauche) lors des travaux de la commission Veil en 2008.
  2. le second est une proposition de loi visant à compléter l’article 16-7 du code civil par la prohibition de la transcription sur les registres d’état civil français de tout acte d’état civil étranger prouvant une filiation par recours à la technique de la GPA, ainsi que la prohibition de l’adoption par le conjoint d’un enfant né à la suite d’une GPA.

Ces deux dispositions viennent compléter le dispositif proposé par le député Jean Leonetti, présenté dans sa proposition de loi qui, elle, vise à pénaliser ceux qui se livrent au commerce de la GPA.

Posté le 9 septembre 2014 à 18h32 par Michel Janva | Lien permanent

Une lesbienne condamnée à 6 mois de prison pour violences

Les deux femmes se fréquentaient depuis 6 ans. Une histoire nourrie d'intermittences et de violences. L'une compte 16 condamnations : beaucoup de violences, mais également des appels malveillants et des outrages. Une fois, elle a tenté de mettre le feu au logement de sa compagne. Cette fois elle a ruiné la voiture de l'autre à coups de batte de baseball. Ivre, elle s'est rendue à l'appartement de son ex-compagne pour des explications. Elle lui a demandé de descendre mais, face à son refus, elle a déchargé sa colère sur le véhicule. Qu'est-ce que cela aurait été si l'autre était descendue... La police est venue une première fois. Ça ne l'a pas dissuadée de revenir plus tard finir sa besogne.

Outre la peine de 6 mois de prison, elle fait l'objet d'une obligation de soins. Elle devra rembourser les dégradations et verser à la victime, au titre du préjudice moral, 300 euros.

Posté le 9 septembre 2014 à 09h25 par Michel Janva | Lien permanent

Jean-Marie Cavada à la tête de Nous citoyens

Jean-Marie Cavada s'est illustré au Parlement européen par son soutien aux résolutions pro-LGBT. Lors de sa candidature aux dernières européennes, il avait signé le "plaidoyer en faveurs des droits des personnes LGBT".

Denis Payre, fondateur de Business Objects et créateur du mouvement "Nous Citoyens", déclare :

"Cela fait un an et demi que je travaille à plein temps sur ce projet qui souhaite redonner la parole à la société civile face à des partis traditionnels qui sont dans un déni de réalité ou se réfugient dans la dénonciation de boucs émissaires. Avec un certain succès puisque nous comptons aujourd'hui 12.000 adhérents et des résultats prometteurs aux municipales et aux européennes et que nous notons une évolution du discours des vieux partis. Mais je ne souhaite plus m'engager de façon exclusive car j'aimerais me lancer dans des projets d'entrepreneuriat social avec un impact plus immédiat pour les plus modestes que mon engagement en politique. J'aspire aussi me consacrer plus à ma famille. Nous citoyens va donc se doter d'une gouvernance plus partagée, dans une logique anti-ego. Nous allons mettre en place un comité exécutif composé d'un président et de plusieurs vice-présidents et j'ai proposé à Jean-Marie Cavada d'en prendre la tête. Ce qu'il a accepté. Les noms des vice-présidents seront communiqués prochainement. Je serai l'un deux.

Pourquoi avoir choisi Jean-Marie Cavada?

Parce qu'il incarne ce que l'on souhaite voir se généraliser: une personne qui a connu un vrai succès dans la société civile, en tant que journaliste, entrepreneur et dirigeant d'un groupe public, qui met ses compétences et sa connaissance du monde au service du plus grand nombre à travers son parcours politique.

Nous citoyens a-t-il vocation à rejoindre la famille centriste de l'UDI d'où Jean-Marie Cavada est issu?

Jean-Marie Cavada : J'ai informé les dirigeants du Nouveau Centre et ceux de l'UDI de ma décision et j'ai démissionné de mes fonctions de vice-président dans ces deux partis. Ils n'ont pas besoin de moi pour continuer leur chemin. Ils pourraient - eux et d'autres - avoir besoin de Nous citoyens pour faire leur aggiornamento et se rapprocher des citoyens."

Posté le 9 septembre 2014 à 08h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

07 septembre 2014

Nos enfants ne sont pas des cobayes

Posté le 7 septembre 2014 à 20h00 par Michel Janva | Lien permanent

06 septembre 2014

Qui suis-je pour juger les personnes ?

Lu sur le blog de Jeanne Smits :

"Le cardinal Burke a fait une vigoureuse mise au point sur les propos du pape François qui, interrogé sur les homosexuels, avait déclaré lors d’une interview informelle : « Qui suis-je pour juger ? » « Nous devons juger les actes, nous n’avons pas le choix », a expliqué le préfet de la Signature apostolique lors d’une interview télévisée. Mais il s’agit de juger les actes, et non les personnes, a-t-il ajouté.

Les propos du pape ont été largement diffusés et utilisés pour faire croire à un changement de l’enseignement de l’Eglise à propos de l’homosexualité et des actes homosexuels, comme s’il avait fait disparaître tout jugement moral à cet égard. Ces fausses notions à propos de la déclaration de François, ainsi que les qualifie John-Henry Westen de LifeSite, ont été éclairées de manière décisive par le cardinal.

« Des jugements à propos de certains actes, nous en portons tout au long de la journée : c’est là le sens de la loi naturelle – choisir le bien et éviter le mal. »

Pour autant, précise-t-il, si nous pouvons juger les actes et les qualifier de gravement peccamineux, nous ne pouvons pas dire à telle personne en particulier qu’elle est en état de péché grave : « Peut-être commettez-vous l’acte  sans savoir qu’il est gravement peccamineux, ou peut-être n’êtes-vous pas pleinement consentant, qui sait ? Ce type de jugement-là est à part. Mais les actes eux-mêmes, nous devons les juger, et nous ne pourrions pas avoir une bonne vie morale sans cela. »

Rappelant que nous aurions très peu tendance à dire : «  Qui suis-je pour juger ? » si nous voyions commettre un meurtre, le journaliste de Catholic Action Insight Thomas McKenna interroge alors le cardinal sur le véritable sens des paroles du pape François : celui-ci voulait-il que l’on ne condamne plus le « mariage » homosexuel, par exemple ?

« Ce n’est certainement pas ce qu’il voulait dire car il a lui-même dit à d’autres occasions qu’il est un fils fidèle de l’Eglise. (…) Je ne suis pas non plus intolérant à l’égard des personnes qui sont attirées par le même sexe. J’ai une grande compassion pour elles, spécialement dans notre société actuelle où bien des jeunes gens sont menés vers l’activité homosexuelle alors qu’ils ne l’auraient pas été par le passé, en raison du relâchement complet des mœurs et de la corruption de celles-ci. J’ai une grande compassion pour eux mais cette compassion signifie que je veux qu’ils connaissent la vérité, afin qu’ils évitent les actes peccamineux pour leur propre bien, pour leur propre rédemption – cela implique d’aider ces personnes. Aujourd’hui, certes, cela est mal reçu de la part d’homosexuels qui ont un projet politique agressif, mais cela ne veut pas dire que ce ne soit pas la bonne approche. »

Et face à cette pression, le silence reviendrait à « présider à la destruction de notre société ». Un silence et une inaction qui sont encouragés par les « erreurs de compréhension » à ce propos : « Malheureusement, cela conduit beaucoup de gens à ne pas faire ce qu’ils devraient faire, c’est-à-dire aider les personnes qui souffrent dans cette situation."

Posté le 6 septembre 2014 à 14h09 par Michel Janva | Lien permanent

05 septembre 2014

La secrétaire d'État à la Famille reçoit les opposants à la GPA

Mais uniquement ceux de gauche :

"Vendredi matin, Laurence Rossignol, la secrétaire d'État à la Famille, reçoit trois de ces opposants à la gestation pour autrui (GPA): la philosophe Sylviane Agacinski, la spécialiste de l'histoire des femmes et de l'homosexualité féminine Marie-Jo Bonnet et la professeur de droit Marianne Frison-Roche. Toutes trois lui diront leur inquiétude au sujet de la diffusion de la GPA en France après sa condamnation par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), en juin dernier, qui lui reproche de ne pas reconnaître la filiation des enfants nés de mères porteuses à l'étranger.

Cette rencontre est une suite donnée à l'appel lancé en juillet dans Libération à François Hollande par une soixantaine de personnalités de renom comme l'ancien premier ministre Lionel Jospin, l'ex-président de la Commission européenne Jacques Delors, Bernard Poignant, proche conseiller du président, ou encore Yvette Roudy, ministre des Droits des femmes sous François Mitterrand. Ces anti-GPA «de gauche» organisent donc leur propre front dans un combat dernièrement porté par les troupes de la Manif pour tous."

Posté le 5 septembre 2014 à 08h17 par Michel Janva | Lien permanent

Supprimer la loi Taubira par référendum

Candidat à la présidence de l'UMP, Hervé Mariton déclare à Direct Matin :

"Je plaide pour une politique d’intégration et d’assimilation. La diversité et l’égalité des chances sont une simple photo ou un concept statistique, mais cela ne fait pas une politique. Nous devons assumer notre identité et l’honorer. Je propose ainsi de remplacer le droit du sol par le droit du sang. Il s’agit là d’un principe directeur qui ne ferme pas la porte aux naturalisations.

Cette proposition ne vas pas laisser indifférent…

Je ne suis pas pour la fermeture de notre pays, mais si l’on veut que notre nationalité subsiste dans deux générations, il faut adopter ce principe.  C’est une proposition très forte, mais est-elle inquiétante ? En Allemagne, Gerhard Schröder a réformé quelques aspects du dispositif mais a conservé le droit du sang comme principe directeur.

Vous participerez la 5 octobre à la prochaine Manif pour Tous. Selon vous, ce mouvement devrait inspirer l’UMP.

Ce mouvement, mais bien d’autres comme les Pigeons et ses avatars, est jeune et généreux. Il ne s’est pas mobilisé pour défendre des enjeux matériels. Il interpelle le politique sous une forme innovante et a permis l’engagement de figures nouvelles dans la vie publique et l’émergence de mouvements nouveaux comme « Sens Commun » au sein de l’UMP. La Manif pour tous, ou les Pigeons, ont démontré que la défense des valeurs familiales ou de la libre entreprise est une préoccupation pour de nombreux citoyens.

Vous avez été un adversaire résolu du « mariage pour tous ». Souhaitez-vous revenir sur la loi Taubira ?

Je ne suis pas favorable au mariage entre personnes homosexuelles, car il conduit à la filiation, et donc à la PMA et à la GPA. C’est mécanique. Je suis en revanche partisan d’un contrat d’union civile pour les personnes de même sexe. Je ne me résigne pas à l’état actuel du droit et je préconise de supprimer la loi Taubira qui pose problème, tout en respectant les mariages déjà conclus. Je souhaite procéder de manière ouverte. D’abord par la consultation des militants de l’UMP, puis dans le cadre plus vaste d’un référendum sur la famille."

Le CUC aussi conduit mécaniquement au "mariage" et c'est bien le tort de l'UMP de n'avoir jamais abrogé le PACS.

Posté le 5 septembre 2014 à 07h39 par Michel Janva | Lien permanent

04 septembre 2014

En Colombie aussi, les LGBT sévissent

Lu sur medias-presse-infos : une paire de lesbiennes titulaires chacune d'un ministère en Colombie. "Ils" sont vraiment partout.

Colombie-ginaparody_ceciliaalvarez-ministres-lgbt-300x137[1]

"Colombie – Ici comme en Europe, le lobby LGBT fait de plus en plus entendre sa voix. Mais la surprise a été grande, il y a quelques jours, lorsqu’il a été rendu public que Cecilia Alvarez-Correa, ministre du Commerce, formait un duo lesbien avec Gina Parody, ministre de l’Education !

Cecilia Alvarez-Correa, un brin agacée, a confirmé la véracité des faits, tout en affirmant que leur relation n’avait rien à voir avec leur désignation au sein du gouvernement le 11 août dernier. Mais qui peut croire que c’est un pur hasard qui a permis a deux lesbiennes vivant ensemble de se voir chacune confier un ministère ?

La polémique est d’autant plus vive que le président colombien Juan Manuel Santos, favorable aux revendications du lobby homosexuel, doit faire face à une rude opposition en ce domaine de la part du procureur général Alejandro Ordóñez, qui tente de défendre la famille."

Posté le 4 septembre 2014 à 16h19 par Marie Bethanie | Lien permanent

03 septembre 2014

Les LGBT, forcément provocateurs et anti-catholiques

Le journal italien La Stampa dénonce une campagne de publicité monstrueuse d'une exposition d'"art" LGBT, où l'on peut voir une femme obèse, dans le plus simple appareil, écraser du pied une reproduction d'icônes de la Vierge Marie et du Christ. Impossible de proposer ici une reproduction de cette publicité tant elle est choquante, mais on pourra la voir ici (âmes sensibles s'abstenir).

Posté le 3 septembre 2014 à 13h54 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

L'Italie ouvre la porte à l'adoption homosexuelle

Chaque jour qui passe voit se dégrader le statut des enfants, qui de personnes humaines deviennent objets de consommation :

"C’est une première en Italie : un tribunal pour enfants de Rome a accordé la semaine dernière à une femme au sein d’une relation homosexuelle d’adopter la fille de sa partenaire, selon la pratique de « l’adoption par le beau-parent ». La décision n’est que jurisprudentielle, et elle est de première instance, ce qui en théorie réduit sa portée. Mais c’est une telle révolution qu’en quelque sorte, le mal est fait. Les activistes homosexuels italiens avaient fait de « l’adoption par le beau-parent » une étape importante de leur marche vers les « pleins droits », et ils ont salué cette décision comme une victoire majeure, « une décision historique ».

BwXynmuCYAAE6Cq[1]

Cette photo réalisée par Arturo Toscani au profit des
revendications du lobby gay a été détournée
par le mouvement de droite Fratelli d'Italia.
Toscani est furieux, et menace de poursuites.

L’Italie ne reconnaît pas le « mariage » des couples de même sexe, et n’autorise l’accès à la procréation médicalement assistée qu’aux couples légitimement mariés. La petite fille de cinq ans qui se retrouve aujourd’hui avec « deux mamans » a été conçue à partir d’une fécondation artificielle avec don de sperme anonyme, réalisée à l’étranger et donc en toute illégalité. Ni ce fait, ni la non reconnaissance des couples homosexuels en Italie, n’a empêché le magistrat de faire droit à la demande des jeunes femmes qui vivent ensemble à Rome depuis 2003 et qui se sont « mariées » à l’étranger."

(l'article complet sur le blog de Jeanne Smits)

Posté le 3 septembre 2014 à 13h07 par Marie Bethanie | Lien permanent

02 septembre 2014

Voici ce que l'on trouve à la Bibliothèque Municipale de Châteauroux

Livre destiné aux enfants de 0 à 3 ans:

10603691_10152652955494410_4420580162944770110_n

Posté le 2 septembre 2014 à 19h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

GPA : la manifestation du 5 octobre est d'actualité

Extrait de la chronique "vie" de Pierre-Olivier Arduin dans La Nef :

"Dans deux arrêts similaires rendus le 26 juin dernier, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a condamné la France pour avoir refusé d’inscrire à l’état civil les actes de naissances d’enfants nés par mères porteuses à l’étranger. En l’espèce, ces enfants avaient été conçus aux États-Unis après « don » d’ovocyte (acheté sur catalogue dans une agence spécialisée), fécondation artificielle avec le sperme du mari et transfert des embryons chez une femme porteuse contre rémunération. [...]

Jusqu’à présent, la Cour de Cassation s’était fermement opposée dans ses jugements du 6 avril 2011 et du 13 septembre 2013 à cette transcription à l’état civil des actes de naissances étrangers en s’appuyant sur plusieurs motifs donc celui de « fraude à la loi ». Ces deux couples avaient manifestement cherché à contourner la loi française en se rendant intentionnellement hors de nos frontières pour y bénéficier d’une transaction de mères porteuses, une pratique « contraire à l’ordre public et heurtant des principes essentiels du droit français », avait rappelé notre plus haute juridiction. De l’avis de nombreux juristes, cette non-reconnaissance était d’ailleurs l’un des moyens les plus efficaces pour dissuader nos ressortissants à s’engager dans cette voie de l’industrie procréative internationale exploitant des femmes la plupart du temps en situation de grande précarité et faisant des enfants de vulgaires objets d’un contrat.

Les conséquences de ce double arrêt sont dramatiques. Pour Aude Mirkovic, porte-parole des Juristes pour l’enfance, « vous pouvez désormais vous acheter à l’étranger un enfant fabriqué, facturé et livré, la Cour européenne vous assure le service après-vente » (Le Figaro, 27 juin 2014). Les associations homosexuelles ne s’y sont pas trompées en saluant bruyamment une « décision historique » qui va permettre une régularisation massive des enfants commandés et achetés par les couples gays sur le marché en plein essor des mères porteuses. De même, la circulaire Taubira du 25 janvier 2013 contraignant les procureurs et les greffiers en chef à délivrer un certificat de nationalité française aux enfants nés par GPA s’en trouve confortée et a dorénavant très peu de chances d’être contestée par le Conseil d’État malgré le recours déposé l’année passée par les Juristes pour l’enfance. [...]

Mais la palme de l’hypocrisie revient au président de la République et à son gouvernement dont le double-jeu est insupportable. Laurence Rossignol, secrétaire d’État chargée de la Famille, s’est empressée de déclarer que l’exécutif, tout en s’opposant fermement à la légalisation de la GPA chez nous, ne contesterait pas les arrêts alors que la France avait la possibilité de faire appel devant la Grande Chambre de la CEDH jusqu’au 26 septembre. Furieuse que nos gouvernants utilisent ce cheval de Troie pour légitimer indirectement le principe des mères porteuses, « la Manif pour tous » a d’ores et déjà prévu une nouvelle mobilisation les 4 et 5 octobre. Car en acceptant sans broncher la décision des juges européens, le gouvernement socialiste ne peut pas ignorer qu’un contrat de mère porteuse réalisé à l’étranger, quand bien même il continuerait à être strictement prohibé sur le territoire national, serait dorénavant aussi efficace que s’il était licite. Cette abdication volontaire de la France devant une instance qui empiète sur sa « souveraineté éthique » est d’autant plus coupable qu’en raison de son autorité morale, la décision de la CEDH est appelée à faire jurisprudence et à s’imposer à terme aux 47 États membres du Conseil de l’Europe, démultipliant le développement d’une marchandisation des bébés et des mères porteuses à l’échelle de la planète."

Posté le 2 septembre 2014 à 16h40 par Michel Janva | Lien permanent

01 septembre 2014

Opposition à la loi Taubira : être vrai pour être libre

De François Billot de Lochner :

"La funeste loi Taubira a donc institutionnalisé le « mariage » entre personnes du même sexe, ce qui constitue, d’après ses promoteurs, un changement de civilisation. Ce n’est pas rien, mais cela constitue tout-de-même un bon gros mensonge, car cette loi change, en réalité, les fondements de l’humanité : en détruisant l’altérité sexuelle, elle entend transformer l’homme et la femme en numéros interchangeables, indistincts, anonymes. A cet égard, la « théorie du genre », son très fidèle serviteur, la prolonge et la complète efficacement.

Etonnamment, les opposants à la loi se sont très majoritairement cantonnés au seul problème de la filiation, transformant le « Touche pas à mon pote » des socialistes de la fin du siècle dernier en un « Touche pas à mon homosexuel » du monde actuel des bien-pensants. Il fallait, à l’époque, ne pas paraître raciste. Il faut maintenant, à tout prix, ne pas paraître « homophobe ».

Poser ainsi le problème aboutit à créer une grave ambiguïté. Or, si nous savons que la vérité rend libre, nous savons aussi que l’ambiguïté emprisonne, et aboutit souvent au mensonge… Nous le savons bien : la loi Taubira pose évidemment le problème de la filiation, mais elle pose aussi le problème de l’homosexualité, qu’elle justifie d’ailleurs, et que ses promoteurs semblent vouloir développer par tous les moyens. Dire cela, c’est sûrement, pour le politiquement correct, être homophobe, et pourtant…Est-ce être homophobe que de trouver attristant, voire scandaleux, que le « partenaire » homosexuel d’une des figures emblématiques de La Manif pour Tous annonce avec fracas qu’il se transforme en star du porno, parce qu’il « adore ça » et qu’il n’aurait jamais dû se laisser entraîner dans cette aventure homophobe de La Manif ?

Chacun a la possibilité de choisir son « étoile » fétiche et de se livrer à ses « adorations » préférées. Les opposants à la loi Taubira ont, quant à eux, la liberté de dire ce qu’ils pensent de l’homosexualité. Pour ce faire, ils peuvent utilement s’appuyer sur l’enseignement constant de l’Eglise. Celui-ci prend soin de distinguer le pécheur et le péché. Le pécheur garde sa dignité d’être libre, créé par Dieu et pour lequel le Christ a offert sa vie. Le péché, en revanche, ne souffre d’aucune ambiguïté : de Saint Paul au Catéchisme de l’Eglise catholique, l’homosexualité a toujours été considérée comme un désordre grave. Le dire consiste simplement à suivre ce que nous enseigne depuis 2 000 ans l’Eglise, dont le poids est objectivement plus important que les propos de circonstances, souvent inspirés par la terreur que génère le système politico-médiatique actuel. A cet égard, la déclaration récente de Monseigneur di Falco, étonnante par l’acceptation, pour ne pas dire la promotion sous-jacente, de l’homosexualité, est probablement à prendre comme une simple et malheureuse déclaration de circonstance… à laquelle nous sommes libres de préférer l’enseignement constant de l’Eglise universelle."

Posté le 1 septembre 2014 à 16h09 par Michel Janva | Lien permanent

La Manif Pour Tous répond à Mgr Di Falco

Dans Le Dauphiné (cliquer sur les images pour les agrandir):

Une DL Article DL

Posté le 1 septembre 2014 à 11h55 par Michel Janva | Lien permanent

Le lobby LGBT veut une convention internationale pour légaliser la GPA

Alexandre Urwicz, Président et co-fondateur de l’Association Des Familles Homoparentales, milite pour la légalisation de la location d'utérus :

"Tant le rapport Brunet remis au Parlement Européen l'an dernier que le rapport Théry commandé par le gouvernement cette année préconisent un débat serein, dépassionné et une réflexion sur l'organisation d'une convention internationale permettant d'organiser des parcours éthiques qui protégeraient notamment les gestatrices de toutes exploitations quelles qu'elles soient, à l'instar de la convention de la Haye sur l'adoption internationale qui a justement endigué ce que l'on appelait auparavant le "trafic d'enfants". Cette réflexion nécessaire est menée par la Conférence de la Haye de droit international privé (HCCH) où une cinquantaine de pays dont la Belgique, la Croatie, le Danemark, la Finlande, l'Allemagne, la Hongrie, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Norvège, l'Espagne pour ne citer que nos voisins, participent à l'élaboration d'une convention posant clairement un cadre éthique intangible protégeant l'ensemble des parties prenantes à une GPA."

Une convention éthique intangible... Une vision déconnectée de la réalité :

"Les situations tragiques liées à la GPA (que nous avons expliquées et dénoncées ici) comme les mises en garde issues d’horizons variés ne sont manifestement pas parvenues aux oreilles de nos dirigeants. Citons au moins le pédiatre Catherine Dolto pour qui la GPA a des conséquences graves sur le développement prénatal de l’enfant (son entretien est disponible ici). Autre réflexion intéressante, celle d’une féministe indienne qui sait l’horreur des « usines à bébés » dans un pays où les femmes pauvres, si elles ne sont pas avortées ou tuées à la naissance, sont considérées comme des esclaves (son témoignage est à lire ici)"

Posté le 1 septembre 2014 à 07h49 par Michel Janva | Lien permanent

31 août 2014

Vu sur l'A13

0

Posté le 31 août 2014 à 18h35 par Michel Janva | Lien permanent

La douce France ne lâche rien

les familles sont gonflées à bloc pour le 5 octobre !

D

Posté le 31 août 2014 à 11h35 par Michel Janva | Lien permanent

30 août 2014

1 homosexuel sur 10 vit avec un "homophobe" qui le frappe

On attend la déclaration de LGBT affirmant que "c'est la faute à la Manif pour Tous".

Posté le 30 août 2014 à 14h43 par Michel Janva | Lien permanent

Un homme qui tombe amoureux d'une femme, est-ce anormal ?

Oui, s'il se croit homosexuel... Dominique Besnehard, artiste et homme de gauche (pardon pour le pléonasme), conseiller de Ségolène Royal lors de sa candidature en 2007, vient d'écrire un livre dans lequel il confesse  être tombé amoureux de... Ségolène Royal. Il raconte avoir un émoi limite érotique en lui passant de la crème sur le corps :

"Nous allions nous baigner ensemble. Je lui ai même passé de la crème solaire dans le dos. Je dois avouer que j'ai été troublé. C'est même la seule fois où j'ai senti que, puisque j'étais homosexuel, je réfrénais mes élans..."

"Quand on est homosexuel et que l'on tombe amoureux d'une femme on se contrôle. Ce n'est pas possible. J'étais amoureux d'elle. Etre amoureux, c'est penser à une personne toute la journée. J'avais envie qu'elle gagne, je regardais toutes les émissions télévisées, j'avais envie qu'elle soit incroyable, qu'elle domine."

Il aurait du se demander si l'homosexualité dans laquelle il s'est enfermée n'est finalement pas qu'un carcan.

Posté le 30 août 2014 à 12h33 par Michel Janva | Lien permanent

27 août 2014

Le lobby LGBT s'affiche au FN

Lu dans Minute :

"Mais quelle est donc la ligne du Front national sur le mariage des homosexuels ? D’un côté, Marine Le Pen affirme qu’elle l’abrogera sitôt arrivée au pouvoir. De l’autre, des élus FN célèbrent le mariage… de candidats du Front national avec des « époux » de même sexe ! Exemples tout frais dans le Lot-et-Garonne et en Gironde.

Aux municipales de mars dernier, Laurent Samuel était en 8e position sur la liste du Rassemblement Bleu Marine conduite, à Tonneins dans le Lot-et-Garonne, par Maryse Aubert, une secrétaire à la retraite. Le scrutin s’est bien déroulé. Le RBM, avec près de 22 % des voix, a obtenu trois élus. Et samedi 9 août, Maryse Aubert a obtenu du maire divers droite au beau nom de Dante Rinaudo l’autorisation de célébrer le mariage de son ancien colistier. Jusque-là, rien d’extraordinaire. Ce qui est un peu moins ordinaire est que Laurent Samuel, 33 ans, VRP, candidat mariniste donc, a épousé Laurent Delage, 42 ans, chef de couvoir (celui qui dirige l’équipe chargée de veiller à la bonne éclosion des oeufs dans une entreprise avicole). [...] Et tant qu’à faire, Maryse Aubert ne s’est pas contentée de faire le service minimum. « Monsieur le Maire a souhaité faire un discours de bienvenue aux mariés – et quel discours ! – avant que je ne fasse le mien. Ensuite, comme il n’était pas censé rester assister au mariage, je l’y ai invité et, ravi, il s’est retiré en arrière me laissant officier ; puis nous sommes allés tous les deux faire des photos avec les mariés. Monsieur le Maire m’a félicitée pour mon courage. » L’élue FN – les listes RBM ont été dé posées en préfecture sous l’étiquette FN – a aussi avancé cette justification totalement hors sujet : « J’ai célébré ce mariage à titre amical à la demande des mariés, je suis républicaine et au FN on respecte les lois »… Et on s’affiche tout sourire, écharpe tricolore en bandoulière, pour la photo souvenir" :

T

Et ce n'est pas un cas isolé :

"Damien Obrador, lui, est le seul élu du Front national à Cabagnac-et-Villagrains, petit bourg d’environ 2 000 habitants en Gironde, au sud de Bordeaux. [...] Le jeune homme – il a tout juste passé la vingtaine – vient de se porter candidat à l’élection au comité central du Front national qui aura lieu lors du prochain congrès, en novembre. Or Obrador vient de faire mieux que Maryse Aubert. Samedi dernier 23 août, ce n’est pas un mais deux colistiers qu’il a mariés ! Il a même assuré la promotion de cet événement dès le dimanche sur les réseaux sociaux : « Heureux d’avoir célébré hier conjointement avec Monsieur le Maire, l’union d’Arnaud et Mathieu, deux ex-colistiers » ! Sur Twitter, le faire-part, accompagné de sa photo en compagnie des deux « époux », voisine avec une Marianne enveloppée dans la flamme tricolore du Front national… [...]

Obrador [...] avait déjà eu l’honneur de nos colonnes pour s’être prononcé pour le « mariage pour tous » Le gouvernement socialiste doit être courageux pour faire passer la loi. Je l’encourage ») et pour avoir défilé dans les rues de Bordeaux avec la Lesbian & Gay Pride locale. [...] Damien Obrador avait persisté : « Beaucoup de jeunes du Front national sont pour le mariage gay, et beaucoup sont gays euxmêmes. A titre personnel, je suis même ouvert à un débat sur la procréation médicalement assistée (PMA) et sur la gestation pour autrui (GPA).»"

Posté le 27 août 2014 à 10h22 par Michel Janva | Lien permanent

L’activisme LGBT d’Obama

L’activisme LGBT d’Obama ne résout pas les conflits internationaux mais il promeut l’homosexualisme politique. Obama signa un décret interdisant la discrimination d’employés homosexuels et retirant la subvention aux organisations catholiques qui enseignent que les relations sexuelles sont réservées aux époux hétérosexuels.

1) Obama accumule les situations de conflit dans le monde et sa politique extérieure est inefficace. A la liste des conflits internationaux historiques qu’Obama n’a pas su résoudre, comme ceux de la Corée et de l’Afghanistan, s’ajoutent ceux dont il n’a pas pu freiner la violence. Nous citerons l’exemple de sa gestion de la situation en Ukraine, où les Etats Unis s’acharnèrent pour annihiler l’influence de la Russie dans ce territoire.

Si nous regardons l’actualité au Moyen Orient, la situation de guerre ouverte sans quartiers entre israéliens et palestiniens dans la Bande de Gaza affecte dramatiquement la population civile des deux côtés. « Rompre la spirale de la haine » serait la solution, mais Obama n’a pas précisément géré la crise avec succès.

La même chose se passe en Irak, où la situation vécue par les chrétiens alarme le Saint Siège. Tandis que le Pape François a insisté pour que les gouvernements interviennent dans ces conflits, le Président des Etats-Unis ne parvient pas à se positionner ; il s’est vu dans la nécessité de demander à l’Iran d’éviter toute mesure pouvant encourager les divisions sectaires et conduire à une guerre civile en Irak.

On ne peut pas dire non plus que l’administration d’Obama ait pu freiner le financement des groupes radicaux islamistes par les monarchies du Golfe, avec une Djihad qui répand son pouvoir sur le monde impunément.

Sans parler de l’incapacité d’Obama à éviter un bain de sang dans la guerre civile en Syrie, dont on ne parle quasiment plus dans les Médias : les forces du président Bassar Al Asad massacrent leurs opposants, et comme en Irak les chrétiens sont obligés de fuir pour ne pas être éliminés.

On ne peut pas dire non plus qu’il ait réussi à intervenir dans les conflits que connaît la Chine avec le Japon, la Corée ou les Philippines. De fait, les US sont restés à l’écart du contentieux, apportant un appui aux Japonais dans leur dispute territoriale pour les Iles Senkaku.

2) Pour en finir avec la discrimination, un décret injuste :

Avec tous ces échecs fracassants de politique internationale sur sa table, Obama a tout de même trouvé le temps de promouvoir l’homosexualisme politique. Avec en ligne de mire les élections législatives en novembre, Obama signa un ordre exécutif interdisant la discrimination professionnelle pour les lesbiennes, gays, transsexuels et bisexuels.

Cependant le Président a omis injustement la requête des organisations religieuses et associatives d’être prises en compte. En effet, suivant le décret, un organisme catholique par exemple, qui reçoit des subventions de l’Etat et qui rejette les pratiques sexuelles hors mariage hétérosexuel, perdrait le financement public si elle refusait d’engager un employé homosexuel. De plus, la polémique entraînant des réformes sanitaires, les organismes religieux se trouvent obligés de suivre des normes contraires à leurs valeurs.

Obama continue à incorporer dans ses ambassades des responsables homosexuels, non issus de carrière diplomatique. En Espagne par exemple il nomma l’ambassadeur James Costos, activiste pro homosexuels, ce qui est inacceptable pour un représentant diplomatique qui a un devoir de neutralité. En mai Obama nomma Ted Osius ambassadeur du Vietnam : Osius est « marié » avec un autre homme, Clayton Bond, qui travaille également aux affaires extérieures des Etats-Unis. En juin Osius s’est présenté devant le Comité des Relations Extérieures du Sénat. On peut aussi citer Rufus Gifford, Daniel Baer, et James Wally Brewster, ambassadeur de la République Dominicaine qui fut rejeté de la société dominicaine pour son activisme gay. Obama remplit sa promesse de multiplier le nombre d’ambassadeurs gays, lesbiennes, bisexuels et transsexuels d’ici la fin de son mandat.

Le 21 juin passé, les consuls des Etats-Unis, Royaume Uni, Allemagne, Canada, République Tchèque, Finlande et Portugal, se rendirent à la Gay Pride de Grèce (Tessalonique). Cette marche fut condamnée par l’Eglise orthodoxe locale et l’évêque Anthimos la décrit comme « une promotion de la perversité. » Deux consuls américains se sont également rendus à la Gay Pride 2014 de Barcelone. Enfin de hauts fonctionnaires des Etats Unis ont assisté au premier Forum Global sur les Droits Humains LGTB (Lesbiennes, Gays, Transsexuels et Bisexuels) tenu à la Maison Blanche.

Posté le 27 août 2014 à 07h31 par Michel Janva | Lien permanent

26 août 2014

Une idéologue du genre préside aux destinées de l’école française

Pour Jeanne Smits, on a toujours tort de penser qu’on a touché le fond :

"[...] Najat Vallaud-Belkacem est non seulement au service de cette pensée unique, elle en est une pasionaria. Notez que cela laisse ouverte la question de savoir si elle est elle-même une « penseuse » de la pensée unique. Seul importe ceci : elle la répand, la promeut, l’impose. Elle a fait de l’« égalité » un absolu, qui écrase tout sur son passage (ce qui est bien dans la nature de l’égalité révolutionnaire).

A ce titre le poste de ministre des Droits des Femmes lui allait comme un gant. Elle était déjà chargée des droits LGBT au parti socialiste, et s’est engagée en faveur du « mariage » des homosexuels. En quoi elle ne fait qu’exprimer la ligne du parti, pourrait-on dire. Mais ses convictions l’ont menée à inscrire cette lutte dans un ensemble, qui va de la promotion de la parité à la direction d’une mission de lutte contre l’homophobie sous Ayrault ; c’était elle, l’instigatrice des ABCD de l’Egalité.

Que ce soit elle qui prenne maintenant – et malgré les protestations qui ont abouti au « gel » de l’expérimentation autour de ces parcours dans certaines académies – la direction de la rue de Grenelle, c’est tout un symbole. Un pied de nez à ceux qui ont cru que le gouvernement faisait marche arrière.

Najat Vallaud-Belkacem a participé à la révision des lois bioéthiques, qui a consacré le droit de recherche sur l’embryon. Elle a soutenu et promu l’avortement : que ce soit à travers son remboursement à 100 % mis en place comme une priorité par le premier gouvernement de François Hollande, par la création du site officiel sur l’« IVG » pour assurer une bonne « information » des femmes qui risqueraient de changer d’avis en tombant sur des sites parlant des inconvénients de l’avortement et des possibilités d’obtenir de l’aide pour garder leur enfant, et enfin par la suppression du mot « détresse » de la loi sur l’avortement légal dans la loi sur l’égalité promulguée symboliquement le 4 août dernier. 

Cette loi sur l’égalité « femmes-hommes » (respectez bien l’ordre, il y a désormais des égalités qui ne sont pas symétriques) a pour but de « changer les mentalités », comme elle l’a elle-même déclaré lors de ses derniers discours en faveur de ce texte qu’elle a porté. Elle a pour objectif de faire peu à peu disparaître les « stéréotypes de genre », que ce soit à la tête des entreprises du CAC 40 ou dans l’intimité des foyers.

Elle a tué le « bon père de famille » : en chassant ces mots de tous les codes du droit français, la loi a signé l’aboutissement de la lutte contre toute autorité paternelle, sacralisé la haine du père. 

Retenez bien la dernière phrase de l’exposé des motifs de cette loi qui porte la marque de NVB : la politique pour l’égalité devra comporter « des actions visant à porter à la connaissance du public les recherches françaises et internationales sur la construction sociale des rôles sexués ». Les mots n’y sont pas, mais il s’agit bien de l’idéologie du genre. Oui, c’est une idéologue du genre qui présidera aux destinées de l’école française désormais.

La nomination de Najat Vallaud-Belkacem au poste de ministre de l’Education nationale (et du décervelage, et de l’endoctrinement) n’est pas un pied de nez, pardonnez la faiblesse de l’expression. C’est un crachat à la figure des familles. Une déclaration d’intention totalitaire."

Posté le 26 août 2014 à 22h28 par Michel Janva | Lien permanent

Valls 2 : LMPT dénonce des provocations et craint de nouvelles menaces pour les familles

Communiqué de La Manif Pour Tous :

"La nomination de Najat Vallaud Belkacem au Ministère de l’Education Nationale est une véritable provocation. La nouvelle ministre est en effet à l’origine des très controversés « ABCD de l’Egalité » devenu « Plan égalité » qui sous couvert d’égalité entre fille et garçon contribue en réalité à prôner l’indifférenciation des sexes et à diffuser l’idéologie du genre à l’école. A peine la rumeur arrivée sur les plateaux de télévisions, de nombreux commentateurs ont évoqué cette « provocation ». Porte-parole du Parti Socialiste, Carlos Da Silva s’est empressé de nier l’existence de la théorie du genre !

La confirmation de Christiane Taubira au poste de Garde des Sceaux est la seconde provocation de MM. François Hollande et Manuel Valls. Car derrière la confirmation de celle qui a donné son nom à la loi  autorisant le mariage et l’adoption pour des couples de personnes de même sexe, c’est aussi l’avenir de la Circulaire du même nom qui est en jeu. La Circulaire Taubira autorisant la reconnaissance en France des enfants nés de GPA (mères porteuses) à l’étranger est en effet au cœur de la mobilisation citoyenne contre cette nouvelle forme de traite humaine. Commander et acheter un enfant sur catalogue, louer ce qu’il y a de plus intime chez une femme, son ventre, voilà la réalité de la pratique des mères porteuses cachée derrière trois lettres anonymes GPA. Gammy, bébé né trisomique et abandonné par ses parents clients au début du mois d’août a ému le monde entier. Sa mère aussi. La Manif Pour Tous ne cesse de rappeler que le drame qu’a été l’affaire Gammy n’est pas un cas isolé mais bien la triste réalité d’une pratique indigne. Un nouveau cas similaire en Grande Bretagne vient d’être révélé il y a quelques heures par The Sun. C’est pourquoi le mot d’ordre majeur des manifs pour tous du dimanche 5 octobre à Paris et Bordeaux sera la demande l’abolition universel de la Gestation Pour Autrui. « On ne peut pas d’un côté considérer à juste titre que la GPA est un crime et d’un autre organiser le contournement de son interdiction en régularisant les enfants achetés à l’étranger par des couples de français, qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels. C’est la raison pour laquelle la circulaire Taubira doit être retirée sans délai. Sa confirmation au sein du gouvernement en qualité de garde des sceaux est un signal très inquiétant » estime Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous.

Enfin, le maintien de Laurence Rossignol en tant que Secrétaire d’Etat en charge de la famille est synonyme de vives inquiétudes de la part des familles. La proposition de loi APIE (Autorité Parentale et Intérêt de l’Enfant) doit arriver prochainement au Sénat en 1ère lecture. D’autres propositions de lois comme la suppression de l’adoption plénière sont d’ores et déjà dans les tuyaux avec le soutien de Mme Rossignol. Et le lobby LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transexuels) poursuit son action pour obtenir la libéralisation de la PMA (Assistance Médicale à la Procréation) pour les couples de femmes et les célibataires, privant ainsi délibérément et avant même leur naissance des enfants de leur père.

« En réponse à l’annonce de ce gouvernement Valls 2 et aux vives et légitimes inquiétudes des familles devant les projets de l’exécutif, La Manif Pour Tous maintient plus que jamais son appel à manifester le dimanche 5 octobre contre la GPA, la PMA pour les couples de femmes, l’enseignement du genre à l’école et autres projets familiphobes du gouvernement » conclut Ludovine de La Rochère."

Posté le 26 août 2014 à 20h06 par Michel Janva | Lien permanent

Location d'utérus : ils y viennent à coups de décisions judiciaires

Le tribunal administratif du canton de St-Gall en Suisse a reconnu deux hommes comme étant les parents d'un enfant né aux Etats-Unis d'une mère porteuse. Les 2 hommes vivent en partenariat enregistré en Suisse.

L'Office fédéral de la justice (OFJ) a recouru contre la décision et porté l'affaire auprès du Tribunal administratif, qui vient donc de donner raison aux 2 hommes contre l'intérêt des enfants puisque cette décision légitime le recours à la location d'utarus, l'achat d'enfants et l'esclavage des femmes. Le jugement n'est pas encore définitif, puisque l'OFJ peut porter l'affaire devant le Tribunal fédéral.

Posté le 26 août 2014 à 09h34 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Bioéthique , Homosexualité : revendication du lobby gay

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Bioéthique , Homosexualité : revendication du lobby gay