24 mars 2017

Prière de rue à Clichy

Tout va bien en France :

Posté le 24 mars 2017 à 16h50 par Michel Janva | Lien permanent

Le maire de Chalon interdit un salon communautariste

Gilles Platret explique :

Le-flyer-de-l-organisation-1490352765"Une association chalonnaise, nouvellement créée, a sollicité auprès du service municipal de la Vie associative la mise à disposition gracieuse d'une salle pour organiser un "salon artisanal". Cette demande ne présentant, telle qu'elle avait été formulée, aucune difficulté particulière, la Ville de Chalon l'a acceptée.

Or, nous venons d'apprendre que des prospectus circulaient pour faire la promotion de cet événement, non pas en tant que simple "salon artisanal", mais comme "1er salon de la femme orientale et de l'artisanat" ! L'argument porté sur ce prospectus réduit la femme « orientale » (une contorsion linguistique pour désigner clairement la femme musulmane) dans son rôle "de maîtresse de maison, de femme au foyer et de femme responsable de l'éducation de ses enfants dans la transmission d'un savoir faire traditionnel".

Qui plus est, la première journée de cette manifestation est annoncée comme exclusivement réservée aux femmes, aux filles et aux garçons de moins de 10 ans !

En ne parlant que "d'artisanat" à notre service de la Vie associative et en nous cachant qu'elle organisait en réalité un événement communautariste, cette association a délibérément menti à la collectivité.  Qui plus est, elle foule aux pieds la mixité et promeut une vision de la femme qui l'installe dans un enfermement domestique inacceptable dans la République française.

Dans ces conditions, j'interdis immédiatement l'organisation de ce salon en retirant la salle concernée à cette association. Pour prendre les devants et éviter que se reproduisent de tels incidents sur le territoire de la commune de Chalon-sur-Saône, je proposerai au conseil municipal, le 11 avril prochain, d'adopter le modèle de charte associative proposé aux communes par l'Association des Maires de France. Cette charte vise à subordonner l'octroi des aides financières et matérielles de la collectivité au respect par les associations demandeuses des principes de laïcité, de mixité et d'égalité entre l'homme et la femme. C'est ainsi que nous lutterons contre les stratégies en cours visant à favoriser une véritable rupture culturelle d'une partie des musulmans avec la société française et que nous imposerons le respect des principes sur lesquels se fondent la République française."

Posté le 24 mars 2017 à 16h26 par Michel Janva | Lien permanent

61% des sondés estiment que la religion musulmane n'est pas compatible avec les valeurs de la France

Posté le 24 mars 2017 à 07h54 par Michel Janva | Lien permanent

23 mars 2017

13-14 mai : prochain forum à Paris sur l'évangélisation des musulmans

Capture d’écran 2017-03-22 à 19.57.39

Posté le 23 mars 2017 à 15h57 par Michel Janva | Lien permanent

Prière dans la rue à Clichy

La police a fait évacuer mercredi une mosquée à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), au terme d'un long bras de fer entre la mairie LR qui veut en faire une médiathèque et l'association musulmane qui refusait de quitter les lieux malgré une décision d'expulsion. Vers 08H30, les serrures des entrées de cette salle polyvalente ont été soudées sous contrôle d'un huissier alors que le bâtiment était vide. Mais une cinquantaine de fidèles ont réussi à entrer et ont débuté un sit-in à l'intérieur, avant d'en être délogés par les forces de l'ordre. 

Durant l'intervention, trois policiers ont été légèrement blessés et un manifestant a été interpellé pour violence sur personne dépositaire de l'autorité publique.

Le local avait été aménagé pour servir de mosquée sous la précédente municipalité PS et avait été loué sous un "bail précaire" à l'Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC), qui comptait le racheter. A l'échéance du bail, le nouveau maire (LR) Rémi Muzeau a décidé de transformer le lieu en médiathèque, tout en inaugurant en mai un nouveau lieu de prière dans sa ville. Mais l'UAMC trouve cette mosquée des Trois Pavillons trop excentrée et trop exiguë pour pouvoir recevoir les fidèls dignement. Fin novembre 2016, plusieurs centaines de personnes avaient manifesté devant la mairie contre la fermeture de la mosquée de la rue d'Estienne-d'Orves.

Une manifestation spontanée a ensuite démarré devant la mairie, rassemblant quelque 200 personnes, laquelle s'est terminée par une prière de rue :

58d2db82c36188ec6f8b471b

 

Posté le 23 mars 2017 à 08h39 par Michel Janva | Lien permanent

Le problème n'est pas la laïcité, mais l'allahicité

Suite au tweet d'Audrey Pulvar, Gabrielle Cluzel réagit :

"On est fatigué. Lassé. On n’a même plus envie de s’énerver, de ricaner en imaginant Jean-Vianney, se radicalisant sur le site Magnificat, partant faire le djihad à Lourdes, revenant lourdement armé d’un chapelet bleu layette, d’un bob « I love Jesus » et d’une Vierge en plastique pleine d’eau dont la couronne se dévisse. Mais on garde du « Grand Débat » d’hier, qui a généré ce tweet, un goût amer.

Car, d’une certaine façon, Audrey Pulvar a raison : si la question est la laïcité, qui concerne toutes les religions, pourquoi se borner à n’évoquer que l’une d’entre elles ? Parce que la question, précisément, n’est pas la laïcité. Le seul sujet est l’islam. Il n’en est point d’autre. Je le sais, vous le savez, ils le savent. On peut le regretter, le déplorer, s’en désoler pour les sympathiques musulmans que l’on connaît, mais on ne peut pas le nier. Tout le reste n’est que fioritures diplomatiques et précautions oratoires.

Se forcer à convoquer les autres religions – surtout le catholicisme, bien sûr, qui est bonne pâte et se laisse obligeamment culpabiliser -, laisser entendre que l’Église, avant 1905, a rechigné à accepter la laïcité, et qu’allons, il ne faut pas se biler, le poulain sauvage islam finira bien par rentrer dans le rang une fois qu’on l’aura débourré, comme le désormais docile cheval de trait catholicité que l’on tient licou serré… est un mensonge historique et politique. Affirmer que, puisque l’on a passé la camisole de force à Castor, on finira bien, bon gré mal gré, par l’enfiler sur Pollux – toutes ces croyances étant peu ou prou sœurs jumelles -, est une facilité qui permet de glisser sur le sujet sans s’attirer trop d’inimitiés. C’est surtout une hypothèse de travail erronée qui ne pourra nécessairement déboucher que sur une solution inopérante.

François Fillon, hier, hélas, a cédé à cette facilité : « L’Église a mis plusieurs siècles à se conformer aux lois de la République. » Marine Le Pen, elle, a résisté, refusant de se laisser entraîner, à propos du Concordat, sur le terrain renvoyant dos à dos islam et chrétienté. Dommage qu’elle ait dégainé à tout va ce mot de laïcité, qui n’a que pour hypocrite fonction de noyer la réalité. On pourrait inverser le tweet d’Audrey Pulvar : « Pourquoi à propos d’islam ne répond-on que laïcité ? » Parce que personne n’a le courage de circonscrire le vrai sujet."

Posté le 23 mars 2017 à 08h32 par Michel Janva | Lien permanent

Terrorisme musulman : l’irresponsabilité politique de Macron

Dans le numéro 41 de sa revue de propagande Al Masra, Al-Qaïda dans la péninsule arabique évoque la prise de position d’Emmanuel Macron sur la colonisation“crime contre l’humanité”. Christophe Billan, le président de Sens commun, réagit dans Valeurs Actuelles :

Capture d’écran Macron - Al-Qaïda"Cet organe de propagande se contente de rapporter les faits évoquant le profil et les propos d’Emmanuel Macron ainsi que ceux de François Fillon du reste. Toutefois, cette évocation met en lumière deux points fondamentaux : l’irresponsabilité politique de Macron et ses véritables motivations. Irresponsabilité car l’outrance de ses propos entretient des fantasmes qui contribuent d’une part à fragiliser l’unité du pays d’autre part à mettre en danger nos ressortissants et nos intérêts. Irresponsabilité également car les perpétuelles contorsions démagogiques du leader « d’en marche » atteignent aujourd’hui un paroxysme en alimentant une propagande terroriste qui menace la France mais aussi la stabilité des pays arabes. Irresponsabilité enfin parce que l’histoire est une discipline sérieuse. La colonisation est un processus complexe qui recouvre des réalités non homogènes.

Mettre sur un même plan l’action du Maréchal Lyautey au Maroc et les crimes de la shoah est immoral. Faire référence à un projet génocidaire sans considérer l’évolution démographique des pays du Maghreb durant cette période est indécent. Cette absurdité révoltante transparait aujourd’hui dans un organe de propagande terroriste qui pointe du reste la véritable motivation d’Emmanuel Macron : la présence en France d’une communauté d’origine algérienne estimée à plus d’un million d’individus.

Ce clientélisme électoral fondé sur des caricatures est simplement abject. Sa démagogie devient propagande et j’observe qu’elle alimente celle des terroristes qui menacent notre pays. Macron c’est un peu le portrait de Dorian Gray : au-delà des apparences, on perçoit peu à peu son vrai visage et il est inquiétant. [...]

Lors de son discours à Berlin, Emmanuel Macron a félicité Mme Merkel pour son courage. Il estimait en effet que l’accueil d’un million de migrants était une véritable « aubaine économique ». Ce déni de réalité au profit de considérations économiques étroites, parfaitement résumées par Christophe Guilluy, pose un vrai problème pour l’avenir. On voit apparaitre progressivement le libéralisme hors sol de Macron qui repose sur l’émergence d’un marché global toujours plus dérégulé. Cette vision considère les Etats, les peuples et la politique comme des vestiges encombrants. [...]

[S]a tribune dans le Figaro met en lumières les contours d’une société qui fait froid dans le dos. Il y assume désormais la notion de « multiculturalisme » et très vite il revendiquera celle de « communautarisme ». Une fois encore Macron s’inscrit dans une logique de séduction destinée à abuser les Français. Il faut être très clair avec les termes employés. Le multiculturalisme dont il se réclame ce n’est pas l’unité dans la diversité mais l’agrégation de communautés repliées sur leurs avantages et leur identité dans un espace donné. Ce processus est en total contradiction avec les notions de Peuples et de Nation. La nation parvient, au terme d’un processus historique de plusieurs siècles, à fédérer des singularités autour de principes assumés et d’une vision commune. Le multiculturalisme qu’Emmanuel Macron appelle de ses vœux est une déconstruction de notre héritage et un véritable danger pour l’avenir puisque l’unité dans la diversité devient impossible.

Le repli d’une communauté sur ses avantages la conduit inexorablement à considérer les autres groupes comme un concurrent voire comme un adversaire. L’Etat s’épuise alors à réguler des intérêts toujours plus contradictoires. Voilà à la fois la réalité et l’impasse du multiculturalisme vanté par certains. J’observe d’ailleurs que Thierry Tuot, le conseiller d’Etat à l’origine du rapport sur une nouvelle intégration, qui assume pleinement les contours d’une société bâtie sur le communautarisme, évolue dans le premier cercle d’Emmanuel Macron. En 2012, Terra Nova conseillait à la gauche de remplacer son socle électoral populaire par le vote communautaire. Son directeur est également un proche d’Emmanuel Macron. Nous sommes loin de la rupture annoncée mais bien dans une continuité délétère avec le quinquennat en cours. [...]"

Posté le 23 mars 2017 à 08h21 par Michel Janva | Lien permanent

22 mars 2017

30 mars : Mission Angélus à Fontenay-aux-Roses, pour l'évangélisation des musulmans

Après le succès des deux premières rencontres, la troisième soirée (sur quatre) animée par Mission Angélus, pour l'évangélisation des musulmans aura lieu jeudi 30/03 à 20h30.

Seront traités les thèmes du Salut et de la notion de violence : 

  • Qu'en disent les textes sacrés pour les chrétiens et les musulmans, références précises à l'appui ? 
  • Que signifie "martyr" pour les uns et pour les autres ? 
  • Un - même - Dieu peut-il proposer le djihad et les béatitudes ? 
  • Comment le bon Dieu nous demande de promouvoir Sa Paix et Son amour ?

Lieu: Crypte de la Chapelle Sainte Rita 7 rue Gentil-Bernard - 92260 FONTENAY-AUX-ROSES (face au RER B de Fontenay aux Roses)

Posté le 22 mars 2017 à 15h14 par Michel Janva | Lien permanent

21 mars 2017

Le parallèle de Fillon entre l'islam et le catholicisme (loi de 1905) est un non-sens historique

Une réaction de Benoît Dumoulin sur les déclarations de François Fillon au sujet de la laïcité et de l'islam hier soir :

Ob_63232f_cartes-postales-commune-7"Certes, ce n'était pas le coeur du sujet hier soir mais ce point a recueilli mon attention. Quelqu'un pourrait rappeler à François Fillon que son parallèle entre l'islam et le catholicisme  au sujet de la loi de 1905 n'a pas lieu d'être et est un non-sens historique ? L'argument qui consiste à demander aujourd'hui à l'islam une soumission que les catholiques ont fini tant bien que mal par accepter après 1905, sous-entend plusieurs choses : 
 
-Que les Catholiques d'hier étaient animés d'un même esprit de conquête que certains Musulmans radicalisés d'aujourd'hui. C'est oublier que la distinction du temporel et du spirituel est un héritage du christianisme et que la laïcité est elle-même un concept chrétien, même s'il fut dévoyé par la suite. Dresser un parallèle entre les deux, c'est instiller l'idée qu'à l'époque, les Catholiques voulaient instaurer une sorte de califat chrétien contre lequel la République aurait dû réagir, comme elle le fait aujourd'hui avec le salafisme. En gros, cela revient à mettre l'encyclique Vehementer Nos de saint Pie X au même niveau que la doctrine des frères musulmans.
 
-Deuxième sous-entendu : la République aurait eu raison d'agir comme elle l'a fait en 1905 à l'égard du catholicisme, c'est ce qui la légitime aujourd'hui pour agir de la même manière face à l'islam radical. Or, la manière dont a été conduite la politique anticléricale à l'époque est hautement condamnable : du point de vue du droit, l'expulsion des congrégations est liberticide et la rupture unilatérale du Concordat est contraire à l'esprit d'un traité bilatéral qui suppose de pouvoir en négocier l'évolution en concertation avec l'autre partie, à savoir le Vatican. De plus, cela s'est traduit par une véritable spoliation des biens du clergé, notamment son patrimoine immobilier.
 
Du point de vue politique, la séparation a été menée dans un esprit de trouble public et de vexation à l'égard des Catholiques, notamment lors de la querelle des Inventaires qui a causé un mort. Enfin, sur le plan philosophique, la séparation était animée d'un esprit laïcard selon lequel la religion n'a pas sa place dans l'espace public, esprit sectaire qui est encore aujourd'hui partagé par une certaine frange de la gauche, notamment Mélenchon et Hamon.
 
Ce n'est que grâce à l'apaisement du temps et à une jurisprudence libérale du Conseil d'État que la séparation a pu entrer dans les moeurs et être acceptée par les Catholiques, du moins comme un compromis précaire qui permet de sauvegarder une certaine liberté que le carcan des Articles organiques adossé au Concordat corsetait. Reste que les mobiles qui l'animèrent à l'époque étaient hautement condamnables et le demeurent aujourd'hui".

Posté le 21 mars 2017 à 13h49 par Marie Bethanie | Lien permanent

17 mars 2017

Le déséquilibré du jour

À Flavigny, en Meurthe-et-Moselle, peu après 10 heures, un homme vêtu de noir est entré dans un établissement pour jeunes handicapés en criant "Allah Akbar".

À l'arrivée des gendarmes, l'individu avait déjà quitté l'institut médico-éducatif. Il ne portait pas d'armes et n'avait pas été menaçant : les gendarmes ont donc écarté la piste terroriste. Ils privilégient plutôt l'acte d'un déséquilibré. À midi, le confinement du personnel a été levé, permettant la reprise du travail.

Une trentaine de gendarmes est toutefois restée sur place, et un hélicoptère est mobilisé pour rechercher l'individu en fuite.

Si vous avez bien retenu la leçon, crier "Allah Akbar" c'est être déséquilibré. Intéressant, n'est-il pas ?

Posté le 17 mars 2017 à 17h37 par Michel Janva | Lien permanent

Deux personnes égorgées à Paris

Lu sur France Soir :

"Deux personnes ont été découvertes égorgées ce vendredi 17 dans la matinée dans la cour d'un immeuble du XIe arrondissement de la capitale, rue de Montreuil.

Un homme a déjà été arrêté, a priori très rapidement après son passage à l'acte pésumé. Celui-ci est ainsi soupçonné d'être l'auteur de cet horrible double homicide, perpétré à coups d'arme blanche. Les victimes auraient reçu des coups de couteau directement dans la carotide, l'une des principales artères du corps humain, selon LCI qui en premier a relaté les faits.

Le mobile des faits n'est pas encore connu, mais la piste familiale est largement privilégiée. Les deux victimes sont le père et le frère de la personne arrêtée. Ces informations restaient encore, à ce stade vendredi en milieu de journée, en attente de confirmation par les autorités. Le Figaro, citant une source policière, avance pour sa part que le suspect aurait crié "Allah Akbar!" au moment de trancher la gorge aux membres de sa famille."

Posté le 17 mars 2017 à 12h28 par Michel Janva | Lien permanent

L'impossible contrôle des imams de France

Le septième rapport sur la formation des imams en France a été remis, jeudi 16 mars, aux ministres de l'Intérieur et de l'Éducation nationale.

L'islamologue Rachid Benzine et les professeurs d'université Catherine Mayeur-Jaouen et Mathilde Philip-Gay, font deux constats:

  • la formation de l'écrasante majorité des quelques 1800 imams actifs en France échappe à tout contrôle sinon à celui des fédérations musulmanes ;
  • la tentative de renforcer la formation universitaire en islamologie pour travailler à la déradicalisation voit plutôt les quelques apprentis imams qui s'y rendent contester cette lecture universitaire du coran. Ils la récusent même en bloc

La première proposition du rapport est caricaturale d'une vision administrative française: il faut commencer par «créer des instances de pilotage»!

Le rapport propose ensuite de renforcer l'enseignement de la langue arabe «selon une vision plurielle et diversifiée» et non comme seule «langue religieuse des musulmans».

Il appelle aussi à «renforcer une islamologie diversifiée».

C'est peut-être l'islam qui est par nature radical...

Posté le 17 mars 2017 à 08h02 par Michel Janva | Lien permanent

C’est arrivé un 17 mars…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 17 mars 458 ou 461 : décès et fête de Saint-Patrick (date présumée), saint patron de l'Irlande.

Patrick est né en fait au pays de Galles, à la fin de l'époque romaine. Enlevé par des pirates, l'enfant est emmené en esclavage en Irlande, où il devient gardien de cochons. Il réussit à s'évader, retrouve ses parents, puis gagne la Gaule. A Auxerre, auprès de l'évêque Germain, il reçoit la prêtrise. Devenu évêque, il obtient de revenir en Irlande pour convertir les païens. Le trèfle à trois feuilles lui permet d'expliquer le mystère de la Trinité (un Dieu en trois personnes). La plante deviendra le symbole de l'île. Infatigable dans son apostolat, il meurt en 461 ou 458 à près de quatre-vingts ans.

On dit aussi de lui qu'il convertit l'Irlande au catholicisme... et au whiskey. On raconte que des moines missionnaires, emmenés par saint Patrick, auraient rapporté de leurs voyages évangélisateurs l'art de la distillation en Irlande.

  • le 17 mars 1431 : sixième séance d'interrogatoire dans la prison pour Jeanne d'Arc.

Le procès a débuté le 9 janvier. Ont eu lieu jusqu'à présent 15 séances d'interrogatoires dont 6 publiques. Pour ceux qui souhaitent relire les minutes du procès, elles se trouvent en versions latine, français de l'époque et d'aujourd'hui, ici.

http://www.stejeannedarc.net/condamnation/proces_index.php

Interrogée si elle veut s'en remettre, en tous ses dits et faits, soit bien ou mal, à la détermination de notre sainte mère l'Église, Jeanne répond que :

«Quant à l'Église, elle l'aime et la voudrait soutenir de tout son pouvoir pour notre foi chrétienne : et ce n'est pas elle qu'on devrait empêcher d'aller à l'église ni d'entendre la messe ! Et quant aux bonnes œuvres qu'elle a faites, et de sa venue, il faut qu'elle s'en attende au Roi du ciel qui l'a envoyée à Charles, fils du Roi Charles, qui sera Roi de France:

- Et verrez, dit-elle, que les Français gagneront bientôt une grande besogne que Dieu enverra aux Français, et tant qu'Il ébranlera presque tout le royaume de France.   Et dit qu'elle le dit afin que, quand ce sera advenu, on ait mémoire qu'elle l'a dit.   Requise de dire le terme de cet événement, répondit : - Je m'en attends à Notre Seigneur. »

  • le 17 mars 1526 : le Roi François Ier est échangé, par les Espagnols, au milieu de la Bidassoa contre ses fils le dauphin François et Henri, futur Henri II.

Au Traité de Madrid signé le 14 janvier, contre sa libération, le Roi a laissé la Bourgogne et Tournais à l'Espagne, le milanais au connétable de Bourbon et abandonne sa suzeraineté sur la Flandre et l'Artois. Une fois en France, il dénonce le traité qu'il estime avoir été signé sous la contrainte.

Il se parjure et par là ne se grandit pas. Cependant, quand on relit la Constitution de l'ancienne France de Bernard Basse, il faut noter que le Roi n'est que le dépositaire du Royaume. La monarchie est légitime, c'est-à-dire que le pouvoir royal est limité légalement, limité par la loi.

La loi est le contre-poids au pouvoir royal. Le Roi détient tout le pouvoir, mais ne peut l'exercer que dans un certain cadre préétabli. Sa compétence est illimitée, mais à l'intérieur d'une zone limitée. La limite est ce qu'on a appelé les lois fondamentales qui sont l'œuvre et des Rois et de la nation. C'est cet équilibre entre l'autorité - le Roi, et la liberté - la loi, qui explique l'exceptionnelle longévité du régime.

Le Roi est à la fois le grand législateur, le grand policier et le grand justicier. C'est le « monarque ». Cette puissance est canalisée par la loi que le Roi ne peut changer seul, sans l'assentiment de la nation. Ces lois fondamentales sont les suivantes :

  • La couronne est indisponible: nul ne peut en disposer, ni le Roi, ni la nation. Elle ne peut être ni vendue ni cédée. C'est de là que la constitution actuelle interdit qu'une parcelle du territoire français soit cédée.
  • La couronne est indépendante: tant vis-à-vis de l'extérieur que des puissances intérieures (fiefs, corps d'Etats, villes corporations etc.). C'est aussi pour cela que seul le Roi de France avait avec l'empereur et le pape une couronne ou une tiare entièrement fermées. Au dessus d'eux, il n'y avait pas de suzerain, pas d'autre souveraineté supérieure. La France se soumet à la papauté dans le domaine spirituel, pas dans le domaine temporel. La royauté n'est pas une théocratie.
  • La couronne est dévolue suivant des règles précises; entre autres l'hérédité de père en fils. Cette hérédité est légale et non patrimoniale. C'est par la loi que le fils hérite du père, pas par la transmission d'un bien.
  • La loi de nationalité: seul un prince français peut recevoir la couronne. Le fait de partir à l'étranger pour une autre couronne ne lui retire pas ses droits, cas de Philippe V d'Espagne qui conserve ses droits à la couronne de France selon les lois fondamentales du royaume. Le traité d'Utrecht, imposé par les Anglais, est inconstitutionnel et donc non valide.
  • La loi de Catholicité qui impose au Roi d'être catholique et de prêter, lors du sacre, le serment de défendre la foi catholique.
  • le 17 mars 1560 : échec de la conjuration d'Amboise.

La conjuration d'Amboise, montée par les Huguenots, échoue et le prince de Condé est emprisonné par le duc de Guise.

  • le 17 mars 1751 : Louis XV et le Sacré-Cœur.

La reine Marie Leckzinska suggère, en 1751, l'adoration perpétuelle du Sacré-Cœur dans le Saint Sacrement. Elle obtient du pape Clément XIII, la fête du Sacré-Cœur dans tous les diocèses de France le 17 juillet 1765. Une lettre de la Mère Marie-Hélène Coing, supérieure de la visitation de Paray-le-Monial, adressée le 17 mars 1744 relance le message de 1689. Louis XV serait resté sourd au message, mais son fils le dauphin Louis fait dédier, dans l'église du Château de Versailles, en 1773, une chapelle au Cœur de Jésus dans la tradition eudiste à laquelle la famille royale participe.

  • le 17 mars 1799 : le savant italien Alessandro Volta essaye avec succès la première pile électrique.

Volta met au point la pile voltaïque: un empilement de couples de disques zinc-cuivre en contact direct. Le 7 novembre 1801, il présente sa pile devant l'Institut de France et y énonce la loi des tensions, ainsi que la valeur des tensions de contact des métaux classés par ordre d'électropositivité décroissante.

  • le 17 mars 1805 : Napoléon se proclame roi d'Italie.

La République italienne est supprimée. Royaume héréditaire, l'Italie reste toutefois indépendante. Couronné à Milan le 28 mai, il nomme son beau-fils Eugène de Beauharnais, le fils de Joséphine vice-roi.

  • le 17 mars 1808 : création du Baccalauréat par Napoléon Ier.

L'empereur signe le décret organisant l'Université impériale. Pendant ce temps éclate à Aranjuez, au sud de Madrid, une émeute contre le ministre espagnol Godoy.

  • le 17 mars 1811 : Napoléon, aux Tuileries, interroge le Comité ecclésiastique.

« Comment punir un pape qui m'excommunie et ainsi pourrait pousser des Ravaillac.

Seul Emery intervient: "La réponse est dans votre catéchisme impérial. Les 4 articles gallicans demandent l'obéissance au pape. »

  • le 17 mars 1813 : Frédéric-Guillaume III de Prusse déclare la guerre à la France.
  • le 17 mars 1830 : Frédéric Chopin donne son second concert.

Chopin, sur une toile de Maria Wodzińska de 1835.

  • le 17 mars 1896 : la Cathédrale Notre-Dame de Grâce de Cambrai, dans le Nord, est érigée en basilique mineure par le pape Léon XIII.
  • le 17 mars 1948 : signature du Traité de Bruxelles.

Les représentants du Benelux, de la Grande-Bretagne et de la France signent le traité de Bruxelles qui institue l'UEO (Union de l'Europe occidentale). Il s'agit d'un pacte régional d'assistance militaire et économique valable sur une période de 50 ans auquel d'autres pays peuvent se rallier. A la demande de la France, l'Allemagne est désignée comme adversaire potentiel dans la partie du traité concernant la défense commune. Les instances militaires du traité de Bruxelles seront incorporées à celles de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) en décembre 1950.

  • le 17 mars 2006 : la béatification du pape Jean Paul II avance.

Le procès catholique du miracle de la religieuse française, guérie de la maladie de Parkinson en juin 2005, débute.

Posté le 17 mars 2017 à 06h02 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (0)

15 mars 2017

Déséquilibrés : l'épidémie s'étend sur Avignon

A quand le vaccin ?

"Dimanche après-midi, vers 15h30, plusieurs riverains et voisins ont composé le 17 pour appeler à l'aide. En plein dans la rue des Écoles, non loin de la rue Thiers, un homme criait : "Allahou Akbar, je suis armé et je vais tous vous tuer !". La menace aurait été proférée à de multiples reprises par cet homme. Immédiatement, plusieurs voitures de police ont été envoyées sur place. Les policiers n'ont pas eu de mal à retrouver l'auteur de ces menaces. Il était en train d'errer à proximité. Ce Pontétien qui, en réalité, ne portait aucune arme sur lui, a été placé en garde à vue. Ont alors démarré plusieurs heures d'audition pour comprendre les motivations de cet individu qui aurait expliqué aux policiers avoir pris des stupéfiants.

Âgé de 28 ans, il a hier durant sa garde à vue fait l'objet d'une expertise psychiatrique afin de vérifier s'il présentait toutes les facultés nécessaires pour être pénalement responsable de ce délit d'apologie de terrorisme. Hier soir, son sort judiciaire n'était pas encore connu.

Le mois dernier déjà, les policiers avaient interpellé un homme qui avait agressé sexuellement une prostituée. Interpellé dans la foulée, il avait été conduit à l'hôpital où il s'en était pris au personnel en menaçant de faire sauter l'hôpital et en criant "Allahou akbar". Placé en détention provisoire, ce grand consommateur de cannabis (10 à 15 joints par jour), sera d'ailleurs jugé en avril prochain si les expertises psychiatriques ordonnées par le tribunal ne viennent pas remettre en cause l'avis du parquet.

Posté le 15 mars 2017 à 17h13 par Michel Janva | Lien permanent

14 mars 2017

Une entreprise peut interdire le port du voile

La cour de justice de l'Union européenne (CJUE) estime que les employeurs peuvent interdire au personnel le port de symboles religieux, politiques et philosophiques visibles.

LA CJUE devait trancher sur deux affaires, l'une en France, l'autre en Belgique. Les deux plaignantes, qui voulaient porter le voile musulman, ont été déboutées. Le premier cas concernait une ingénieure musulmane licenciée par sa société française de conseil en informatique pour avoir refusé d'enlever son foulard lors d'une réunion avec des clients. Le deuxième cas concerne une employée belge ayant travaillé comme réceptionniste à la société G4S Secure Solutions, qui bannit dans son règlement le port de symboles religieux ou politiques.

Le communiqué est ici. Extrait :

"Une règle interne d’une entreprise interdisant le port visible de tout signe politique, philosophique ou religieux ne constitue pas une discrimination directe [...]

Dans son arrêt d’aujourd’hui, la Cour de justice rappelle tout d’abord que la directive entend par « principe d’égalité de traitement » l’absence de toute discrimination directe ou indirecte fondée, entre autres, sur la religion. Bien que la directive ne contienne pas de définition de la notion de « religion », le législateur de l’Union s’est référé à la Convention européenne des droits de l’Homme (CEDH) ainsi qu’aux traditions constitutionnelles communes aux États membres, réaffirmées dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union. Dès lors, la notion de religion doit être interprétée comme couvrant tant le fait d’avoir des convictions religieuses que la liberté des personnes de manifester celles-ci en public.

La Cour constate que la règle interne de G4S se réfère au port de signes visibles de convictions politiques, philosophiques ou religieuses et vise donc indifféremment toute manifestation de telles convictions. Cette règle traite, dès lors, de manière identique tous les travailleurs de l’entreprise, en leur imposant notamment, de manière générale et indifférenciée, une neutralité vestimentaire. Il ne ressort pas des éléments du dossier dont dispose la Cour que cette règle interne a été appliquée différemment à Mme Achbita par rapport aux autres travailleurs de G4S. Par conséquent, une telle règle interne n’instaure pas de différence de traitement directement fondée sur la religion ou sur les convictions, au sens de la directive. [...]"

Posté le 14 mars 2017 à 11h00 par Michel Janva | Lien permanent

12 mars 2017

23 mars : L'Eglise face à l'islam, avec l'abbé Loiseau

2017-03-23 Loiseau - Affiche

Posté le 12 mars 2017 à 10h26 par Michel Janva | Lien permanent

11 mars 2017

15 mars : conférence de Joachim Véliocas à Orange

La ville d’Orange accueille Joachim Véliocas, auteur de deux ouvrages à succès dont le dernier en date est Ces maires qui courtisent l’islamisme, édition Tatamis, avec plus de 12 000 exemplaires vendus.

Chercheur indépendant français, en 2006, il publie la première étude complète sur "L’islamisation de la France" analysant les associations musulmanes et toutes les tendances islamistes se développant en France. En 2007, il fonde "l’Observatoire de l’islamisation" consulté par 60.000 visiteurs uniques mensuels. C’est une référence documentaire, la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Il révèle au grand jour les manœuvres et actions de l’Islam contemporain pour conquérir un maximum de territoires à sa doctrine politico-religieuse.

Une séance de questions-réponses avec le conférencier ainsi que la vente de livres dédicacés auront lieu à l’issue de la conférence.

Capture d’écran 2017-03-08 à 21.57.54

Posté le 11 mars 2017 à 09h56 par Michel Janva | Lien permanent

10 mars 2017

Tout se passe comme si les sociétés occidentales ne pouvaient pas penser le djihadisme en dehors du registre de la psychiatrie

Frédéric Pichon, géopolitologue, spécialiste du Moyen-Orient (à ne pas confondre avec l'avocat), déclare au Figaro :

S"[...] La Syrie, jadis relativement épargnée par l'extrémisme sunnite, est devenu un de ses sanctuaires, le niveau de vie s'est effondré et la corruption s'est généralisée. Les politiques et les intellectuels qui s'étaient beaucoup investi (surtout verbalement il faut le dire) dans un conflit qui «fonctionnait» très bien pour leur univers mental post historique et droits-de-l'hommiste ont vu toutes leurs prévisions déjouées, leurs actions entravées. Tout ça pour ça… C'est-à-dire devoir se résoudre à admettre que la Russie faisait peut-être partie de la solution, que le départ d'Assad n'était peut-être pas un préalable réaliste (même Emmanuel Macron, véritable machine à recycler les néoconservateurs français l'a reconnu) et qu'enfin entre deux maux il faut choisir le moindre... Tout cela aurait pu être évité. Voilà où nous en sommes aujourd'hui . A Palmyre, des dizaines de frappes américaines ont précédé la reprise du site par les forces spéciales russes, les Syriens et même le Hezbollah. En prévision de l'assaut sur Raqqa, les Marines sont en train de se coordonner avec les Russes, tandis que les Kurdes entraînés par le Pentagone ont fait leur jonction avec l'armée syrienne.

Vous écrivez que le conflit syrien interroge les pays européens, et notamment la France, sur leur politique intérieure. Quel rapport peut-il y a-t-il entre cette lointaine guerre et ce qui ses passe sur notre sol?

En bon lecteur de Philippe Muray, découvert à la fin des années 1990, je me suis remémoré cet aphorisme glaçant de vérité et d'une cruauté jubilatoire, dans un texte intitulé «Chers djihadistes»: «Nous vaincrons parce que nous sommes les plus morts». J'ai voulu m'intéresser aussi dans ce livre à ce que le conflit syrien signifiait aussi pour nos sociétés occidentales, parce qu'à travers la violence terroriste et la masse des départs pour le «Cham», ce sont les questions du tragique, de la mort et du sacré qui ont ressurgi. Diplomatie, islam, immigration: il a fallu la Syrie pour que ces questions, enfouies et cloisonnées, reviennent sur le devant de la scène. Je les aborde largement. Il ne s'agit pas d'un appel à la croisade, ni même d'une dénonciation mais d'un essai d'intelligibilité du phénomène.

A l'inverse d'un Manuel Valls, je ne pense pas qu'expliquer soit une façon d'excuser. Un peu de sciences humaines ne fait jamais de mal. Tout se passe comme si les sociétés occidentales ne pouvaient pas penser le djihadisme en dehors du registre de la psychiatrie. Face à la violence, notre société ne veut voir que la marginalité. Le djihadisme serait ainsi un sous produit de la délinquance, de la frustration, voire une forme de folie. Ce refus de prendre au mot les djihadistes signe le vide abyssal des réponses à ce phénomène mondial et nous empêche de voir que notre post modernité, liquidatrice du sacré, du tragique et donc de la mort alimente en retour cette expansion. L'incapacité à penser la dimension religieuse du phénomène en l'évacuant ou en la minorant a ceci de tragique qu'elle s'accompagne simultanément d'un discours normatif sur la religion musulmane, à l'aune de nos valeurs post modernes. Dans la peur panique qui suit chaque attentat en France, il est une priorité: déclarer que ces actes «n'ont rien à voir avec l'islam». En niant la singularité de l'engagement des djihadistes, il s'agit d'en faire des produits de la modernité. Des hommes ordinaires en somme, aussi dépravés que nous. Ainsi la violence ne peut être que marginale, le fait de «loups solitaires», parce qu'il est impensable que l'Autre ne puisse adhérer à notre système de valeurs dont le cœur est précisément la relativité de toute valeur! Si tout se vaut, si rien ne compte, si l'avenir radieux de l'humanité se limite à une fusion dans le grand tout consumériste et cool, alors quand le «barbare» fait irruption, y compris en notre sein, nous sommes incapables de le nommer. Nommer l'ennemi c'est précisément définir ce qui nous distingue, ce qui nous discrimine, c'est tracer une frontière, une limite même normative, c'est s'affirmer contre, toutes choses auxquelles la culture contemporaine a décidé de renoncer… [...]"

Posté le 10 mars 2017 à 15h19 par Michel Janva | Lien permanent

09 mars 2017

Il ne suffit pas de dénoncer l'islam radical : il faut des actes

De Pascal Gannat, Président du groupe FN-RBM Région Pays de la Loire :

R"Bruno Retailleau a déclaré à l’occasion de la journée de la femme que « le pire en France aujourd’hui », c’est l’ « idéologie radicale, islamique » qui veut maintenir les femmes « sous des burqa ». Le président du Conseil régional des Pays de la Loire tente de racoler l’électorat du FN pour le compte de François Fillon avec des déclarations chocs.

L’ex premier ministre de N. Sarkozy et les Républicains ont promu l’islamisme radical en confiant le CFCM à l‘UOIF, branche française des Frères musulmans ; ils ont déstabilisé la Libye, par laquelle transitent des flux incontrôlables de migrants vers l’Europe ; ils ont soutenu les "islamistes modérés" de Syrie, devenue base arrière de Daech. La vice-Présidente de Région Laurence Garnier, également chef de l’opposition LR à la mairie de Nantes, n’a jamais condamné les subventions aux associations "culturelles" des mosquées, dont chacun sait qu’elles sont pour 50% sous la coupe de l’UOIF. Par ailleurs, l’exécutif régional a maintenu les subventions aux associations communautaristes comme Tissé Métisse qui a invité un imam contesté.

D’après l’Institut Montaigne, 28 % des musulmans présents sur notre territoire sont partisans de l’application de la charia en France. La droite, otage du centre et se pliant à l’hégémonie culturelle de la gauche, est avec la gauche co-responsable de cette situation."

Posté le 9 mars 2017 à 15h57 par Michel Janva | Lien permanent

07 mars 2017

2299 Français ou résidents impliqués dans les filières djihadistes

Capture d’écran 2017-03-07 à 09.42.54

Source

Posté le 7 mars 2017 à 09h44 par Michel Janva | Lien permanent

06 mars 2017

Désislamiser l'Europe : intervention de l'abbé Guy Pagès

Posté le 6 mars 2017 à 19h05 par Michel Janva | Lien permanent

Le danger sanitaire du halal

Allocution du docteur Alain de Peretti lors de la journée Désislamiser l'Europe à Béziers, pointant les manquements des autorités françaises face aux abattoirs éphémères mobiles lors des fêtes musulmanes, qui ne respectent aucune des règles élémentaires d'hygiène. Le président de Vigilance Halal revient aussi sur l'épizootie de fièvre catarrhale ovine en France introduite l'été 2015 à la faveur de l'importation de moutons et béliers d'origine turque et des pays de l'est, identifiée par les scientifiques, ayant contaminé 500 élevages en France.

Posté le 6 mars 2017 à 14h28 par Michel Janva | Lien permanent

Robert Ménard : "si la réalité est une provocation, alors je provoque"

Procès de Robert Ménard pour provocation à la haine from Reinformation.tv on Vimeo.

Posté le 6 mars 2017 à 09h15 par Michel Janva | Lien permanent

Islam : 11820 radicalisés recensés en France

Selon le Ministère de l'Intérieur (record en Seine-Saint-Denis) :

C5_aH_3XEAEakhV

Posté le 6 mars 2017 à 08h24 par Michel Janva | Lien permanent

05 mars 2017

Désislamiser l'Europe : le colloque

Deux-cent personnes ont assisté à cette journée donnant le cap à une « désislamisation » européenne , avec des solutions concrètes. Solutions politiques et donc juridiques, qu’aucun traité supranational ne saurait entraver si un volontarisme intransigeant préside cette action salutaire pour notre civilisation bimillénaire. 

L’évènement était organisé par le collectif Saint-Michel Archange présidé par l’avocat international Philippe Chansay-Wilmotte, bon connaisseur du monde arabe-musulman, ayant conseillé des chefs d’état musulmans notamment au Soudan. Alain Wagner de l’International Civil Liberties Alliance, intervenant pour l’OSCE, a apporté toute son expertise, notamment sur les questions de jurisprudence islamique (Fiqh-Sharia), en tant que co-organisateur.

La qualité des intervenants : avocats, juristes, vétérinaires (Vigilance Halal), politiques (Siel), militaires (deux généraux), un prêtre, journalistes, Vigilance Islam, chacun expert en son domaine, ont permis de proposer une feuille de route pragmatique pour barrer la route au totalitarisme islamique.

Les vidéos sont mises en ligne progressivement sur www.islamisation.fr 

Posté le 5 mars 2017 à 16h43 par Michel Janva | Lien permanent

28 février 2017

Et celle qui veut, librement, ne pas porter le foulard ?

Image-2

Posté le 28 février 2017 à 21h26 par Michel Janva | Lien permanent

27 février 2017

BHL : Le djihadisme peut venir aussi de familles catholiques

C'est la dernière de BHL, affirmée dans l'émission C Politique (à 55mn40) !

Capture d’écran 2017-02-27 à 07.22.00

Posté le 27 février 2017 à 07h24 par Michel Janva | Lien permanent

26 février 2017

« Désislamiser l’Europe » à Béziers samedi 4 mars prochain

Le JT du 24 février de TV Libertés présente l'évènement du samedi 4 mars à Béziers : Désislamiser l'Europe

Pourquoi désislamiser ?

Parce que, depuis des dizaines d’années, sous couvert d’activités religieuses, des individus et des organisations opérant en Europe, soutenus par des puissances étrangères rassemblées au sein de la première organisation politico-religieuse du monde (l’OCI : Organisation de la Coopération Islamique) ont engagé un processus de subversion visant à transformer l’organisation de nos sociétés selon les règles de la charia.

Pour s'inscrire et prendre connaissance de la liste des intervenants, c'est ici

Posté le 26 février 2017 à 22h03 par Marie Bethanie | Lien permanent

2 mars: Mission Angelus à Fontenay-aux-Roses

Après le succès de la première rencontre, la deuxième soirée de la mission Angélus, pour l'évangélisation des musulmans, aura lieu jeudi.

Lieu: Chapelle Sainte Rita, 7 rue Gentil-Bernard - 92260 Fontenay-aux-Roses

Dates : 02/03 à 20h30, puis 30/03 et 04/05

Posté le 26 février 2017 à 17h44 par Michel Janva | Lien permanent

25 février 2017

4 mars : Mission Angélus à Lorient

Capture d’écran 2017-02-25 à 11.33.26

Posté le 25 février 2017 à 16h31 par Michel Janva | Lien permanent

23 février 2017

C’est la possibilité d’émettre des avis critiques sur l’islam qui pourra être poursuivie

Suite à la conférence de presse du Collectif des avocats libres, sur la liberté d’expression et la nécessaire abrogation de la loi Pleven, Louis Lorphelin a interrogé Frédéric Pichon dans Présent. Extrait :

"Jusque-là, la loi Pleven n’était censée réprimer que la provocation à la haine supposée contre les personnes à raison de leur religion ou de leur race. On pouvait en revanche critiquer les religions. Mme Tasin est poursuivie pour avoir critiqué l’islam. On franchit donc un cap dans cette affaire puisque c’est la possibilité même d’émettre des avis critiques sur l’islam qui pourra être poursuivie. Ce qui est particulièrement grave. [...]

Vous parlez d’un « deux poids deux mesures » dans le processus judiciaire, et d’une collusion entre la justice et certaines associations. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Il suffit de voir la jurisprudence qui concerne le racisme anti-français et anti-chrétien et la comparer avec les autres types de discrimination pour s’en rendre compte. Quand Jean-Paul Agon ou Anne Lauvergeon se sont vantés d’avoir fait de la discrimination positive, non seulement ils n’ont pas été condamnés, mais la 17e chambre a même condamné l’AGRIF (association qui lutte contre le racisme anti-français et anti-chrétien) pour procédure abusive. A l’inverse, il suffit que la Licra fasse le moindre signalement pour que le Parquet, tel un bon élève, engage immédiatement des poursuites permettant ainsi d’économiser des frais de consignation aux « ligues de vertu ». [...]

Posté le 23 février 2017 à 14h43 par Michel Janva | Lien permanent

Terra Nova discrimine les bouddhistes

Suite à la proposition de Terra Nova, le FN réagit :

Unknown-9"L’institut Terra Nova demande ce matin l’instauration de deux jours fériés, un pour la religion juive et un pour la religion musulmane, en remplacement de deux jours fériés existants. Encore une fois, ce soi-disant laboratoire de pensée fait preuve de son incapacité à réfléchir et à proposer des idées intelligentes. Les jours fériés français ne sont plus religieux, puisque la République est laïque, mais hérités d’une longue histoire et d’une longue tradition, certes imprégnées de christianisme. Ainsi, les fêtes entourant le solstice d’hiver n’ont pas attendu l’avènement du christianisme pour exister. Et, aujourd’hui, la fête de Noël est célébrée très largement par les Français, bien au-delà des convictions religieuses des uns et des autres.

Les jours fériés visés par Terra Nova sont les lundis de Pâques et de Pentecôte. Ces jours ne sont pas des fêtes religieuses en soi (puisque la fête chrétienne a lieu le dimanche dans les deux cas). En revanche, ces deux week-ends sont devenus des moments importants dans beaucoup de secteurs associatifs, culturels, touristiques ou politiques. Notons d’ailleurs que M. Raffarin a déjà tenté de supprimer le lundi de Pentecôte en 2004 mais que la mise en œuvre de la Journée de solidarité envers les personnes âgées a été un tel échec que le lundi de Pentecôte a été rétabli comme jour férié en 2008 et que la gestion de la journée travaillée supplémentaire est désormais laissée à la liberté des employeurs.

De plus, les calendriers religieux juifs et musulmans sont lunaires et varient donc considérablement au fil des années, ce qui compliquerait singulièrement la mise en œuvre d’une telle exigence, sans compter que le jour précis de l’Aïd-el-Kébir n’est connu chaque année que très peu de temps avant. Quant aux adeptes d’autres cultes représentés en France, comme les bouddhistes, ils se sentiraient discriminés.

Ce qui pose problème aujourd’hui en France, ce n’est pas une trop grande laïcité, c’est bien au contraire la complaisance des élites envers un islamisme agressif déterminé à détruire le modèle français. On apprend ce matin que l’assistant d’un sénateur PS est soupçonné d’apologie du terrorisme !

Ce n’est pas en cédant toujours plus aux revendications communautaristes que la République vaincra l’ennemi islamiste, c’est au contraire en s’affirmant et en refusant de distinguer entre ses citoyens au motif de leur religion."

Posté le 23 février 2017 à 06h51 par Michel Janva | Lien permanent

22 février 2017

L'assistant parlementaire d'un sénateur socialiste appelle au jihad [Add. sénateur Roger Madec]

Le Canard enchaîné a révélé l'affaire sans révéler le nom du sénateur (est-ce parce qu'il est socialiste ?) : la page Facebook du jeune homme contenait notamment des appels au djihad et des images d'égorgements.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris visant l'attaché parlementaire d'un sénateur socialiste soupçonné d'apologie du terrorisme sur sa page Facebook. Le sénateur a confirmé l'enquête visant l'attaché parlementaire. Le Canard indique qu'il savait que son assistant avait des antécédents judiciaires: il avait été condamné pour violences conjugales.

Addendum : Selon certaines sources, il s’agirait de Yacine Chaouat, attaché parlementaire du sénateur Roger Madec.

Addendum2 : Yacine Chaouat avait été nommé en 2015 secrétaire national adjoint du PS à "l’intégration républicaine"

Posté le 22 février 2017 à 09h34 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

21 février 2017

"Le voile est une offensive de colonisation de l'espace public en France !"

Suite au refus de Marine Le Pen de porter le voile au Liban, Boulevard Voltaire a interrogé Marion Maréchal Le Pen :


Marion Maréchal Le Pen : "Le voile est une... par bvoltaire

Posté le 21 février 2017 à 19h02 par Michel Janva | Lien permanent

14 février 2017

"Le communautarisme mène à la guerre civile !"

Roger Holeindre, ancien député de la Seine Saint-Denis, était l'invité hier du Zoom de TV Libertés, pour la parution de son dernier livre, La Réconciliation nationale. Une interview musclée et sans faux-semblants, bien agréable à entendre.

Posté le 14 février 2017 à 17h05 par Marie Bethanie | Lien permanent

13 février 2017

François Fillon et l'islam

000_ln6u0-548339Lors de sa visite à La Réunion, François Fillon a visité une mosquée et s'est adressé à la communauté musulmane de ce département d'outre-mer. Sans grande originalité, il a repris l'idée reçue du "vivre ensemble" des communautés de la Réunion et donné en exemple les musulmans réunionnais :

" (...) C'est à la mosquée Noor-al-Islam - la plus vieille de France - que le candidat à la présidentielle a poursuivi sa visite réunionnaise. Il a échangé avec les représentants de la communauté musulmane, et a tenu un discours. François Fillon à la mosquée de Saint-Denis. "Mon espoir, c'est de réussir dans la France entière ce que vous avez réussi ici", leur a-t-il dit.[Source]

"Je réclame l'interdiction de tous ceux qui sont en contradiction permanente avec les valeurs de la République (...) La République a le droit de se défendre contre ceux qui appellent à sa destruction", a insisté l'ex-Premier ministre.  "Si la coexistence entre religions est exemplaire à La Réunion, elle ne l'est pas partout sur le territoire national", a-t-il regretté dans cette mosquée inaugurée en 1905 sur une île peuplée aujourd'hui d'environ 850.000 habitants, dont 5% de musulmans (85% de chrétiens, essentiellement catholiques).

Image2Soit François Fillon est terriblement mal conseillé, soit il fait sien un discours convenu qui voudrait que la situation soit bonne à La Réunion en matière d'islam. Il ignore donc le fait que la Réunion est le département outre-mer avec le plus grand nombre de cas de radicalisation et fait en outre partie des départements français avec un nombre de signalisations liés à la radicalisation islamiste des plus élevés (entre 100 et 200 signalements, cf. carte) à mettre en parallèle avec le faible taux de présence musulmane sur l'île (entre 5 et 7%) :

"L'Outre-mer n'échappe pas au phénomène de radicalisation qui s'étend en France. La Réunion est la plus touchée des collectivités : entre 100 et 200 signalements depuis avril 2014 (...) Début juin 2015, sur l'île, trois personnes soupçonnées d'appartenir à un réseau islamiste ont été mises en examen, une première en Outre-mer." 

Voici quelques témoignages concernant la réalité de l'islam à la Réunion :

" (...) Il faut savoir que Saint-Denis de la Réunion est la première ville française à avoir eu une école privée musulmane, bien longtemps avant la Métropole. Lorsque l’on passe devant cette école lors de la sortie des cours, que voit on ? Des fillettes de 7 ou 8 ans voilées de la tête aux pieds. Alors pour la modération, on repassera (...) En revanche, il y a cependant une différence réelle avec la métropole. Les musulmans de la Réunion font partie de l’élite économique, politique et sociologique de l’Ile. Ils ont pour beaucoup fait fortune dans le négoce (automobile, immobilier, quincaillerie, etc…). De ce fait ils sont très peu liés à la délinquance qui sévit dans l’Ile.

Alors idéaliser l’Islam à la Réunion est une vue de l’esprit. Dans cette île, l’Islam est tout aussi intolérant qu’ailleurs. La seule différence est que le poids démographique des musulmans (environ 5% de la population) ne leur permet pas encore d’imposer toutes leurs volontés comme c’est le cas en métropole. Mais nul doute que si le rapport de force évoluait en leur faveur, les mêmes problèmes ne manqueraient sûrement pas d’apparaître !" [Source]

"Un célèbre et richissime commerçant installe des salles de prières dans son entreprise et donne des jours de congés supplémentaires aux musulmans pour les fêtes religieuses : c'est ça votre vivre ensemble ? Sans parler des "encouragements" aux conversion... et des accointances saoudiennes (...) Autre exemple parmi tant d'autres : quasiment tous les propriétaires de locaux commerciaux zarabs (qui possèdent une très large part des locaux des centre-villes) insèrent des clauses illégales dans les baux commerciaux interdisant aux locataires de faire le commerce d'alcool et de porc. Ce n'est rien d 'autre que du djihadisme contractuel. Au final des centre-villes morts, des centre-villes "hallalisés"... en France. C'est ça votre "vivre ensemble" ? (...)" [Source

5136Zw0tiEL__SX324_BO1,204,203,200_François Fillon a donc répété le couplet habituel du padamalgame et de l'islam qui se réformerait tout seul tout en ignorant (ou faisant semblant d'ignorer), comme beaucoup d'autres, qu'il est impossible de dissocier l'islam religieux de l'islam politique et que la liberté religieuse n'existe pas en terre musulmane :

"Je défends la liberté religieuse et donc l’islam [sic !!] (...)

Je comprends que vous soyez choqués quand on parle de totalitarisme islamique. Il vaudrait mieux dire que ce sont des totalitaires qui se réclament de l'islam, qui brandissent le drapeau de l'islam, qui essaient de s'accaparer l'islam (...)

Je souhaite que nous ayons un CFCM (Conseil français du culte musulman) qui soit plus une autorité religieuse. Je ne crois pas que nous ayons besoin d'une organisation du culte musulman en France qui ait un caractère politique".

Comme la campagne de la primaire semble loin...

Posté le 13 février 2017 à 12h17 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (12)

10 février 2017

Une école musulmane que la justice veut fermer reste ouverte

Lu sur le blog de la liberté scolaire :

"L’école Al-Badr, à Toulouse, gérée par un directeur condamné par la justice, a été jugée « non-conforme », et sommée de fermer. Les parents ont reçu une injonction administrative à scolariser leurs enfants ailleurs. Ils encourent une peine de six mois de prison, et une amende de 7 500 euros (Article 227-17-1 du Code Pénal). Pourtant, même si la décision de justice a été rendue le 15 décembre, l’école fonctionne toujours en toute illégalité, et les enfants continuent de s’y rendre chaque matin, au point que pour la première fois, l’Etat envisage le recours à la force pour obtenir la fermeture.

Le changement de régime d’ouverture prôné par Mme Najat Vallaud-Belkacem était censé permettre de régler la question des écoles radicalisées, en garantissant, par le régime d’autorisation, un meilleur contrôle. Le problème est en fait tout autre : la question qui est posée est celle de la capacité et de la volonté de l’Etat d’intervenir et faire appliquer la loi dans les cas de radicalisation.

Dans le cas de l’école Al-Badr, la base de droit actuellement en vigueur a suffi pour repérer le problème, le diagnostiquer et prendre une décision. Nul besoin d’autorisation préalable comme le voulait l’actuelle ministre. Une école hors contrat est une école déclarée, connue, inspectable : l’opposé d’une école clandestine.

En revanche il semble qu’il y ait défaillance dans la mise en œuvre effective de la décision de fermeture. Problème d’exécution du droit ? Problème de police ? Ou problème de volonté ?

En fait les zones de non-droit ne sont pas des zones où le droit est insuffisant, mais des zones où il ne s’applique pas."

Posté le 10 février 2017 à 09h55 par Michel Janva | Lien permanent

09 février 2017

Marion Maréchal-Le Pen : "La religion catholique n'est pas concernée par les signes ostensibles religieux"


Marion Maréchal-Le Pen - Laïcité : opposition à... by KTOTV

Posté le 9 février 2017 à 15h48 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

08 février 2017

L'Etat fera-t-il fermer le lycée salafiste d'Averroès ?

Unknown-20Le tribunal correctionnel de Nanterre a relaxé, mardi, Soufiane Zitouni, professeur de philosophie, attaqué pour diffamation dans une tribune parue en février 2015 dans Libération. Dans cet article, l’enseignant accusait de dérives salafistes le lycée musulman Averroès de Lille.

La justice condamne le lycée Averroès à une amende de 5000 euros pour les frais de justice. L’établissement a dix jours pour faire appel de cette décision. Soufiane Zitouni conclut :

« Ce jugement montre que je ne suis pas un affabulateur comme l’ont prétendu les dirigeants d’Averroès. Ces gens-là veulent instrumentaliser la justice pour faire avancer leurs idées. Ceux qui ne pensent pas comme eux sont de plus en plus attaqués. »

Dans son jugement, le tribunal estime que « le double langage et la confusion entre religieux et éducation, dénoncés par Soufiane Zitouni, sont constitués ».

Posté le 8 février 2017 à 09h10 par Michel Janva | Lien permanent

05 février 2017

"Jamais nous n'accepterons de laisser nos Églises se transformer en mosquées"

C'est ce qu'a déclaré Nicolas Bay au meeting de campagne de Marine Le Pen à Lyon :

Posté le 5 février 2017 à 18h52 par Michel Janva | Lien permanent

04 février 2017

Les Identitaires perturbent le colloque de l'UOIF à Paris

L’UOIF, proche des Frères Musulmans, tient son colloque annuel aujourd'hui samedi 4 février à Paris, au Palais des Congrès (Porte Maillot).

Les Identitaires ont fait une intervention remarquée :

16387201_1065805060194969_4437614825902393038_n

Posté le 4 février 2017 à 16h44 par Michel Janva | Lien permanent

03 février 2017

Donald Trump : "La France à nouveau sous tension. Ouvrez les yeux”.

Suite à l'attentat de ce jour, le président américain a twitté :

“Un nouveau terroriste islamique radical vient d'attaquer le musée du Louvre à Paris. Des touristes ont été enfermés. La France à nouveau sous tension. Ouvrez les yeux”.

Posté le 3 février 2017 à 21h21 par Michel Janva | Lien permanent

Un militaire agressé à la machette à Paris par un assaillant au cri de "Allah Akbar"

Un militaire de l'opération Sentinelle a ouvert le feu après qu'un autre militaire du premier régiment de chasseurs parachutistes se soit fait agresser à la machette près du Louvre à Paris. En proférant des menaces et en criant "Allah Akbar", l'assaillant aurait tenté de s'introduire dans le carroussel du Louvre, avec deux sacs à dos.

Les services de déminage ont été appelés. L'agresseur serait blessé au ventre. 

Posté le 3 février 2017 à 11h33 par Michel Janva | Lien permanent

01 février 2017

4 février : 4ème intervention de la mission Angélus à Lorient

Capture d’écran 2017-01-30 à 13.40.35

Posté le 1 février 2017 à 08h40 par Michel Janva | Lien permanent

30 janvier 2017

Lutte contre l'islamisme : Fillon "nomme les choses" sans avoir le courage de les nommer

Voici une preuve de la différence de plus en plus évidente entre le candidat à la primaire François Fillon et le candidat du système LR-UDI François Fillon relevée par le Lab :

Francois-Fillon-supprime-de-son-discours-la-mention-de-l-Arabie-saoudite-et-du-Qatar"François Fillon prononçait ce dimanche 29 janvier le discours de son lancement de campagne présidentielle. Comme il est d’usage, le texte avait été envoyé à la presse, avec la mention "seul le prononcé fait foi". L’on peut tout de même s’interroger sur ce qui était inscrit sur le document mais n’a délibérément pas été prononcé lors du meeting, sur l’Arabie saoudite et le Qatar, à propos de la lutte contre l’islam radical.

Voici le passage envoyé aux rédactions :

L’Islam radical mine nos concitoyens musulmans. Il les infiltre, il les prend en otage. Les fanatiques détestent ce que nous sommes. Je les combattrai sans relâche et sans pitié. Je veux un strict contrôle administratif du culte musulman, tant que son ancrage dans la République ne sera pas pleinement achevé. Je veux la dissolution immédiate de tous les mouvements qui se réclament du 'salafisme' ou des Frères musulmans. Je veux la clarification de nos relations avec l’Arabie saoudite et le Qatar qui abritent les doctrinaires de l’Islam radical et les marchands de 'burkini'.

Je nomme les choses. Je nomme le problème que nous avons avec l’Islam radical.

Et voilà ce que François Fillon a effectivement prononcé :

L’Islam radical mine nos concitoyens musulmans. Il les infiltre, il les prend en otage. Les fanatiques détestent ce que nous sommes. Je les combattrai sans relâche et sans pitié. Je veux un strict contrôle administratif du culte musulman, tant que son ancrage dans la République ne sera pas pleinement achevé. Je veux la dissolution immédiate de tous les mouvements qui se réclament du 'salafisme' ou des Frères musulmans. Je veux la clarification de nos relations avec les États qui abritent les doctrinaires de l’Islam radical et les marchands de 'burkini'.

Moi, je nomme les choses. Je nomme le problème que nous avons avec l’Islam radical."

Posté le 30 janvier 2017 à 17h21 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (17)

4 mars 2017 à Béziers : Désislamiser l'Europe !

Tous les renseignements sur ce forum ici

Beziers-768x1066-738x1024

Posté le 30 janvier 2017 à 14h16 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (6)

25 janvier 2017

"Encore quelques années et Allah va prendre le pouvoir"

Extrait d'un dossier du Figaro Magazine, paru le 13 janvier, sur cette France abandonnée aux islamistes :

Capture d’écran 2017-01-25 à 21.57.29

Posté le 25 janvier 2017 à 22h00 par Michel Janva | Lien permanent

23 janvier 2017

2 février : conférence de Xavier Lemoine à Versailles sur l'islam

Capture d’écran 2017-01-20 à 18.05.13

Posté le 23 janvier 2017 à 12h05 par Michel Janva | Lien permanent

Tentative d'entrisme islamiste dans la police ?

Un syndicat pose la question :

Téléchargement-112

Posté le 23 janvier 2017 à 08h39 par Michel Janva | Lien permanent

20 janvier 2017

Sortie de classe dans une mosquée tenue par l'UOIF

Alain Avello, secrétaire départemental du Front national de Loire-Atlantique et vice-président du groupe FN au conseil régional des Pays de la Loire, dénonce :

Unknown-31"En décembre dernier, des élèves de terminale ES du lycée Jules Verne de Nantes ont accompli, à l’initiative de leurs professeurs, une visite de la mosquée nantaise Assalam, apprenait-on récemment. Ces jeunes gens, après s’être préalablement déchaussés, se sont vus exposer par l’imam, en salle de prière, les préceptes de l’Islam.

Ah ! Les sorties scolaires !… Elles ont connu une véritable inflation, à mesure qu’en classe, on transmettait toujours moins de savoir, au point de conduire de pauvres élèves là où décidément ils auraient mieux fait de ne jamais se retrouver. Car en l’espèce, l’imam faisant momentanément fonction d’enseignant, c’est à la reconnaissance d’une religion qu’on les a contraints, quand l’École de la République, si elle ne doit méconnaître le fait religieux, ne saurait en proposer qu’une approche objective et distanciée.

Parvenus à ce point de confusion quant à des principes pourtant élémentaires, il n’est presque plus étonnant que les enseignants et les autorités de l’établissement nantais aient pu pousser l’inconséquence jusqu’à faire le choix d’une mosquée affiliée à l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), bien connue pourtant pour entretenir des liens avec des organisations islamistes radicales. [...]"

Posté le 20 janvier 2017 à 10h02 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > France : L'Islam en France

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : L'Islam en France