27 février 2015

"L’IVG devenue droit fondamental est une arme de destruction massive"

Mgr Luc Ravel, évêque aux Armées, écrit dans la revue diocésaine de février 2015 quelques réflexions pertinentes après les attentats, en comparant notre situation, partagée entre les islamistes et les libertaires, aux résistants français qui ne devaient pas rallier le communisme contre le nazisme. Extraits :

Luc_Ravel_par_Claude_Truong-Ngoc_novembre_2014"[...] Dans toute guerre, la tendance facile consiste à se mettre dans le camp du bien contre des ennemis empêtrés dans celui du mal. Ainsi nous plaçons-nous dans le camp de la liberté contre l’islamisme obscurantiste. Mais concrètement est-ce aussi simple ? En luttant contre le terrorisme à revendication religieuse, en face des islamistes, sommes-nous pour autant dans le camp du bien tout pur ? Ne risquons-nous pas d’être aspirés dans une spirale libertaire et suicidaire avec qui nous partageons le même combat, contre le terrorisme, mais pas nécessairement les mêmes certitudes ? Dans la Résistance, il y avait de nombreux communistes. Pour autant, devions-nous adhérer à l’idéologie communiste en résistant contre le nazisme ? Nous y sommes. [...]

Le chrétien se sent pris en tenaille entre deux idéologies. D’un côté, l’idéologie qui caricature Dieu au mépris de l’homme. De l’autre, l’idéologie qui manipule l’homme au mépris de Dieu.

D’un côté, des adversaires déclarés et reconnus : les terroristes de la bombe, vengeurs du prophète. De l’autre côté, des adversaires non déclarés mais bien connus : les terroristes de la pensée, prescripteurs de la laïcité, adorateurs de la République.

Dans quel camp se situer comme chrétien ? Nous ne voulons pas être pris en otage par des islamistes. Mais nous ne souhaitons pas être pris en otage par des bienpensants. L’idéologie islamique vient de faire 17 victimes en France. Mais l’idéologie de la bienpensance fait chaque année 200 000 victimes dans le sein de leur mère. L’IVG devenue droit fondamental est une arme de destruction massive. Alliés pour la France avec d’autres, nous devons faire front contre les attaques terroristes explicites. Mais, pour autant, nous ne devons pas cautionner les folies de l’euthanasie, du mariage pour tous et autres caricatures de Charlie-Hebdo. Que faire ?

L’histoire n’est pas neuve. Il s’agit de faire corps avec son pays, mais de refuser les idéologies qui le traversent. Etre russe, sans être soviétique, chinois sans être communiste, allemand sans être nazi. Les idéologies ne font que passer. Au regard de l’histoire, leur durée de vie est plus courte que leurs propagandistes ne le pensent. [...]

Reconnaître toutes les idéologies, leur virulence, leur opposition (souvent l’une révèle l’autre). N’en suivre aucune : les dénoncer symétriquement et systématiquement. Ne pas en construire une autre, à mi-chemin entre les deux. [...]

Le chrétien n’est pas apatride : sur terre, il appartient à des communautés dont deux sont d’institution divine, la famille et la nation. Où en sont-elles ?

De cette discipline découlent trois missions concrètes, c’est le camp du chrétien et son action particulière dans la guerre :

Il va à l’homme individuel. Il va vers lui, en épousant ses joies et ses espoirs... tout ce qui le rapproche de cet homme blessé lui convient mais le partage de la même misère est le meilleur raccourci pour aller à l’autre.

Il défend la famille. Car c’est la première communauté d’hommes et de femmes concrets qu’il rencontre et sans laquelle il finit par imploser dans sa solitude. Le pape François aux Philippines (16.01.2015) s’écrie : « Comme nous avons su dire non à la colonisation politique, nous devons dire non à toute forme de colonisation idéologique qui viserait à détruire la famille. »

Il prend part à la dynamique de son pays. Et s’il doit combattre dans les rangs de son armée, il le fait sans honte et sans retenue. Car se faisant, il ne prend pas la cause de telle ou telle idéologie semée dans sa nation ; les poilus de 14 ne prenaient pas fait et cause pour l’anticléricalisme régnant en se battant pour la France. Le catholique allemand devait être dans les rangs allemands et le catholique français dans les rangs français.

La cause de l’homme, le camp de Dieu s’incarne ainsi dans l’homme, la famille, la nation. A nous de nous intégrer à fond dans l’homme, la famille et la France.

Guerre compliquée, donc, parce que nous sommes courageux mais aussi lucides. Nous voulons défendre la France mais sans être pris en otage par une revue de misère. Nous voulons nous opposer au terrorisme islamique sans donner raison au terrorisme contre Dieu. Nous serons courageux avec les autres mais nous serons lucides pour les autres en questionnant.

Par exemple, à force de laïcité (agressive) n’avons-nous pas laissé le saint Nom de Dieu entre de bien mauvaises mains ? A force de le cacher dans un placard, n’avons-nous pas laissé le saint Nom de Dieu moisir en milieu de haine ? Certaines questions feront mal à nos élites, docteurs de la Loi, gardiens du Temple.

Comment aussi demander aujourd’hui à des musulmans droits et de bonne volonté de s’intégrer à une France qui leur est présentée comme une somme de valeurs libertaires, irréligieuses, amorales ? L’intégration en France ne doit pas présupposer l’assimilation à des valeurs déifiées et erronées. On peut, on doit demander l’intégration à la France mais pas à la caricature de la France. [...]"

Posté le 27 février 2015 à 08h14 par Michel Janva | Lien permanent

26 février 2015

Retrouver la vocation de la France

Xavier Lemoine, maire (UMP-PCD) de Montfermeil (Seine-Saint-Denis), écrit dans Valeurs actuelles :

"Les parcours de ceux qui ont perpétré les assassinats du mois de janvier ont ranimé la question des quartiers sensibles et de la politique de la ville. Deux expressions prononcées par Manuel Valls méritent quelques commentaires : nous assisterions à une forme d’« apartheid » et, en réponse à ce constat, il faudrait mettre en oeuvre « une politique de peuplement ». Employer le mot “apartheid” est très grave. C’est affirmer que la France a mené une politique active de discrimination à l’encontre de populations étrangères et même françaises d’origine étrangère. C’est donc désigner un bourreau, le pays d’accueil, mais plus précisément les Français, ceux tout au moins qui sont encore attachés à une certaine idée de la France… Ayant mal agi, ils devront réparer. Mais s’il y a un bourreau, il y a des victimes, que leur qualité de victime exonère de toute responsabilité. Bien plus, une victime peut exiger réparation. Ainsi est enclenchée la mécanique de culpabilisation des Français et de victimisation des étrangers accueillis sur le territoire national et de leur descendance.

[...] Je crains qu’il ne soit trop tard et que le remède proposé ne soit pire que le mal. Les bascules démographiques et culturelles intervenant sur notre pays sont d’une telle ampleur qu’il est illusoire d’imaginer apporter un correctif à cette situation au moyen des seules attributions à venir de logements. Le maintien de flux migratoires massifs dans un contexte de chômage de masse nous prive des vertus intégratrices que pourrait avoir encore le travail. [...]

Chacun a l’intuition que la solution ne passe plus par des mesures techniques, mais que l’on touche là à l’identité profonde de notre pays. Peut-être faut-il aller plus loin encore que cette première question du “Qui sommes-nous ? ” et aller jusqu’à “Que devons-nous être ? ”. Ce n’est plus tant la question de l’identité qui se pose que la question de la vocation de notre pays. Plutôt que d’assister à la compétition des identités, ferment de divisions et d’anarchie, c’est autour de cette vocation que pourront s’assembler, s’agréger, s’unir, se féconder, toutes nos identités, tous nos talents et tous nos charismes. C’est à ce niveau qu’il convient désormais de situer les enjeux et les réponses à donner. Le reste est vain."

Posté le 26 février 2015 à 08h39 par Michel Janva | Lien permanent

25 février 2015

Le gouvernement cherche encore un islam fidèle aux "valeurs" de la République

Le gouvernement veut lancer une instance de dialogue avec l'islam en France. Un peu sur le modèle de l'instance qui réunit chaque année des membres du gouvernements et des représentants de l'Eglise catholique. A ceci près que, dans l'islam, il n'y a pas de hiérarchie, pas de chef, pas de clergé, mais des courants multiples, nationalistes, etc.

Bernard Cazeneuve explique au Monde comme il compte s'y prendre :

"Il y a aujourd’hui une institution nationale, le Conseil français du culte musulman (CFCM), et les conseils régionaux, les CRCM. Notre volonté, c’est qu’autour du CFCM, des réseaux des CRCM, d’imams de terrain, d’intellectuels, d’universitaires, nous puissions mettre en place une instance de dialogue. A l’instar de ce qui existe pour les catholiques, cette instance se réunira deux fois par an, autour du premier ministre, pour discuter de questions très concrètes qui sont autant de sujets de préoccupation pour les Français musulmans. Cette instance doit permettre de dialoguer avec tous ceux qui peuvent jouer un rôle pour consolider l’expression en France d’un islam fidèle aux valeurs de la République. [...]

Rappelons que les valeurs de leur République c'est l'esprit Charlie, l'avortement, l'homosexualisme, etc.

Le ministre poursuit :

"Il s’agit de bâtir l’instance la plus représentative possible. Mais il ne s’agit pas de la construire sans ou contre le CFCM. [...] Il faut permettre à toutes ces composantes d’un islam de tolérance et de paix de s’exprimer autour d’un ordre du jour et de régler des problèmes concrets : la formation des imams, la place des écoles confessionnelles, l’abattage rituel, les fêtes religieuses. [...]

Tous les courants de l’islam, salafistes compris, ont vocation à participer à ce processus ?

Si nous voulons réussir cette opération, il ne faut pas poser le problème comme cela.

Il va pourtant se poser comme cela à un moment donné…

Non, pas si nous le posons bien. Nous voulons le dialogue le plus large possible dans le respect des valeurs de la République. C’est à chacun des Français musulmans de se positionner. [...]

Sur l’ensemble des financements destinés aux mosquées, on estime que 10 % environ proviendraient de l’étranger, même si la traçabilité de ces fonds est difficile. Les collectivités locales, par les prêts bonifiés, le financement des activités culturelles et les baux emphytéotiques, sont aujourd’hui outillées pour permettre la création de lieux de culte."

Le ministre admet donc que la République finance une religion, l'islam.

Posté le 25 février 2015 à 14h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (28)

24 février 2015

Des loups solitaires...pas si solitaires que ça

Farhad Khosrokhavar, directeur de recherche à l'EHESS et auteur de La Radicalisation répond à l'Express :

"Je dirais qu'il y a deux types de loups solitaires: d'abord celui qui s'autoradicalise, sur Internet par exemple, et agit parfaitement seul. Mais c'est plutôt rare, notamment dans le djihad. Ensuite, on a celui qui passe à l'acte violemment mais qui est intégré dans un ou plusieurs réseaux, qui peuvent parfois même venir en aide techniquement. C'est le cas de Mohamed Merah ou Mehdi Nemmouche en Belgique. Ces gens-là ne sont pas des loups solitaires dans leur radicalisation, seulement dans l'action

Lorsqu'on parle de loups solitaires, on peut aussi penser à ceux qui s'appuient sur des liens très proches, de parenté par exemple. Dans le cas des frères Kouachi, le frère cadet, Chérif, a joué un rôle moteur tandis que son aîné a suivi. C'est lui qui a mis le duo en relation avec Amedy Coulibaly "

Posté le 24 février 2015 à 17h43 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (1)

La montée de l'antisémitisme est liée à la montée de l'islamisme en France

C'est que vient de déclarer Florian Philippot sur RTL :

"La montée de l'antisémitisme, elle est liée à la montée de l'islamisme en France. Le Front national, c'est l'antidote de ce problème. Charlie Hebdo ça existe, Mohamed Merah ça existe. Le FN a la solution. Marine Le Pen a été la première à souligner des problèmes et elle s'est fait taper sur les doigts. Elle a dit qu'il fallait arrêter les prières de rues. (...)

J'ai vu la profanation de Sarre-Union qui a été faite par des jeunes de l'extrême-gauche. Nous, nous sommes patriotes. Que ceux qui portent des accusations sur le FN, balaient devant leur porte. Que Mr Hollande demande à Mr Cambadélis et à Mr Mélenchon de se désserer les liens avec l'extrême-gauche"

Posté le 24 février 2015 à 16h49 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (1)

23 février 2015

Ils se feront égorger qu'ils continueront à dire que le danger, c'est le FN

Cela commençait bien pourtant. Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), a déclaré ce matin sur Europe 1, où il a été invité à l'occasion du célèbre dîner du CRIF, ce soir en présence de François Hollande,

"Il faut dire les choses : toutes les violences aujourd'hui sont commises par des jeunes musulmans. Bien sûr, c'est une toute petite minorité de la communauté musulmane et les musulmans en sont les premières victimes".

Par conséquent, le Bureau Exécutif du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), outré, "juge inopportun de participer au dîner du CRIF de ce soir".

Lors de ce même entretien, Cukierman a déclaré :

"Je crois qu'on est tous conscient dans le monde juif que derrière Marine Le Pen, qui est irréprochable personnellement, il y a tous les négationnistes, tous les vichystes, tous les pétainistes". "Le Front national est un parti pour lequel je ne voterai jamais, mais c'est un parti qui aujourd'hui ne commet pas de violence".

Là c'est le CRIF qui est sorti de ses gonds et qui a du préciser :

"Suite à l'entretien ce matin sur Europe 1 entre Roger Cukierman et Jean-Pierre Elkabach, le Président du CRIF tient à lever toute ambiguïté sur la position du CRIF vis-à-vis du Front National. Pour Roger Cukierman, si Marine Le Pen est irréprochable juridiquement, elle ne s'est jamais désolidarisée des multiples propos antisémites de son père Jean-Marie Le Pen, plusieurs fois condamnés en justice, et continue d'accueillir au sein du Front National des auteurs de propos racistes et antisémites de toutes sortes. Le CRIF a toujours considéré et continue à considérer le Front National comme un parti infréquentable et appelle à faire barrage, à tout niveau, à la montée de ce parti."

Posté le 23 février 2015 à 17h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (24)

L'"esprit du 11 janvier" n'est pas celui auquel on pense

Europe 1 a voulu savoir comment évoluait la tendance des départs vers "la guerre sainte". Un flux continu, qui ne se tarit pas.

"1346 individus impliqués, 80 morts, plus de 80 départements touchés. Selon les informations recueillies par Europe 1, ils seraient 1346 Français ou résidents en France impliqués, c'est-à-dire ayant a minima exprimé des velléités de départ. Et il s’agit d’un chiffre resserré. Le 11 février dernier, lors d’une intervention à l’Assemblée nationale, Bernard Cazeneuve évoquait en effet une mouvance de 2000 individus "concernés par un engagement terroriste par-delà nos frontières"."

Posté le 23 février 2015 à 12h07 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

22 février 2015

« Paris sera toujours Paris »

Paris ville arabe ? Anticipation ? « Tranches de vie » est un film à sketches, sorti en 1985, réalisé par François Leterrier et écrit par Gérard Lauzier. On y trouve, entre autres, « Paris sera toujours Paris », un sketch interprété par Josiane Balasko, Jean-Pierre Darroussin et Gérard Jugnot, inspiré de la BD éponyme. A l’époque, il ne s’agissait  que d’une fiction… (via)

Posté le 22 février 2015 à 19h47 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

20 février 2015

Contagion radicale sur les mosquées de France

C'est dans Le Figaro :

"[D]es groupes salafistes ont lancé une vaste offensive souterraine pour tenter d'étendre leur emprise sur les lieux de culte les plus fragiles. Selon un dernier état des lieux, le nombre des mosquées et salles de prière passés aux mains des fondamentalistes a plus que doublé en quatre ans, passant de 44 à 89 entre 2010 et l'année dernière. Si ce bilan semble s'être stabilisé, du moins en apparence et de manière provisoire, les analystes ne cachent guère leur inquiétude.

En effet, selon des données des services de renseignements portés à la connaissance du Figaro, pas moins de 41 autres lieux de culte sont aujourd'hui déstabilisés par ce que les experts appellent les «attaques salafistes». De plus en plus virulents dans leur prosélytisme, ces religieux d'inspiration quiétiste ont mis sur pied une stratégie assez redoutable, en tout point analogue à celle du «coucou». En général assez jeunes, bien structurés et parfois conseillés par des avocats, ils installent d'abord une petite salle de prière ou créent une école ultra-orthodoxe juste à côté du lieu de culte ciblé, en général de taille modeste sachant que 72 % des 2 502 mosquées et salles de prière musulmanes, gérées en associations de type 1901, accueillent moins de 150 fidèles en moyenne. «Ensuite, ils laissent infuser leurs thèses radicales qui plaisent aux jeunes et alimentent de rumeurs sur la prétendue mauvaise administration du lieu de culte en exigeant la convocation d'une assemblée générale, décrypte un expert. Lorsque les imams en place, souvent de vieux chibanis ayant une gestion à l'ancienne, se trouvent dépassés, les salafistes exigent la convocation d'une assemblée générale avant de prendre le contrôle du bureau qui gère l'association cultuelle…»"

Vite, il faut que le gouvernement crée un site internet pour contrer cette menace...

Posté le 20 février 2015 à 11h59 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

19 février 2015

Chahuter la cérémonie du « pas d’amalgame » est un blasphème républicain

D'Aymeric Chauprade suite aux attentats au Danemark :

"[...] Ces attentats sont malheureusement une nouvelle preuve du décalage entre les grands discours de fermeté de nos dirigeants et leur inaction : le Président de la République François Hollande et son Premier Ministre Manuel Valls semblent croire qu’il suffit de « condamner avec la plus grande fermeté » des actes pour que le problème se règle de lui-même.

Le problème ne sera pas réglé tant que des Chaabi M’Barek (ce libraire lillois qui vendait des drapeaux de l’État islamique dans sa boutique) ne seront condamnés par les tribunaux qu’ à un an de prison AVEC SURSIS pour apologie du terrorisme.

Le problème ne sera pas réglé tant que nous aurons, à l’Assemblée nationale, des députés qui, le jour même de l’attentat de Copenhague, demandent le remplacement de certains jours fériés chrétiens par des fêtes musulmanes.

Le problème ne sera pas réglé tant que personne n’osera s’étonner de la présence d’un « parti des musulmans » dans la compétition électorale qui se jouera en mars prochain pour les élections départementales.

Et que dire de l’irresponsabilité d’une Caroline Fourest, pourtant auto-proclamée grande prêtresse de la liberté d’expression, lorsqu’elle ose affirmer sur BFM tv que «les terroristes tuent moins que les accidents de voiture”.

L’espoir que les attentats de Paris aient agit comme un électrochoc auprès de nos élites est donc, un mois plus tard, dores et déjà déçu. Mais, chut, chahuter la grande cérémonie du « pas d’amalgame » est un blasphème républicain."

Posté le 19 février 2015 à 19h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

35 000 € la banderole anti-Qatar

Lu ici :

"35.000 euros d'amende infligés au SCB : c'est la sanction, uniquement financière, décidée ce jeudi 12 février par la commission de discipline de la ligue de football professionnel. Elle avait à se pencher sur le dossier du match SCB / PSG du 10 janvier dernier. La rencontre avait fait beaucoup parler (...) surout à cause de cette fameuse banderole affichée en tribune Est : « Le Qatar finance le PSG ... et le terrorisme ». Sur les 35.000 euros, quelle part revient à cette banderole ? (...) Anthony Agostini, secretaire général du club et directeur de la sécurité :

“Il s’agit à l’évidence d’une sanction assez lourde, tant sur la pyrotechnie où l’on connait le barème qui est à peu près de mille euros par engin pyrotechnique, la moitié de la sanction est donc relative aux fumigènes. Les banderoles sont sanctionnées. Il faut voir maintenant quels sont les qualificatifs qui ont été retenus. Nous avons défendu le dossier en précisant que ces banderoles n’avaient pas de contenu insultant ni diffamant (...)"

L'un des responsable de la confection de cette banderole a déclaré :

"Cette banderole est plutôt fine parce qu'elle n'en dit pas trop. Elle est inattaquable. Elle pourrait être le titre d'un article du Courrier International ou de Marianne. Et en plus, elle ne fait que dire la vérité. Si le club était condamné pour ça, ce serait une négation de la liberté d'expression (...)"

  135053-large

Posté le 19 février 2015 à 13h26 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (6)

L'islamisation de la France est d'abord un phénomène de masse, un problème quantitatif

Sur Boulevard Voltaire, Yves-Marie Laulan (ancien président du Comité économique de l’OTAN chargé d’évaluer les ressources consacrées à la sécurité et à la défense des différents pays de l’Alliance Atlantique, il dirige aujourd’hui l’Institut de géopolitique des populations) écrit ce qui suit (extraits) :

"L’islamisation de notre pays est donc avant tout, qu’on le veuille ou non, un phénomène démographique, les conversions à l’islam étant statistiquement en nombre infime. Cette réalité démographique, que l’on peut déplorer ou célébrer, s’inscrit dans les statistiques de la population française. Mais il faut quand même savoir que pendant 30 à 40 ans, cette réalité a été soigneusement occultée, tronquée, dissimulée par les deux institutions administratives chargées de suivre l’évolution de la population de notre pays, à savoir l’INSEE et surtout l’INED.

Pourquoi les statisticiens et les démographes travaillant au sein de ces deux administrations ont-ils agi ainsi ? L’on peut se perdre en conjectures sur les motivations de ces agents de l’État. Mais, en fin de compte, il faut se résigner, faute de mieux, à y voir la conséquence d’un certain gauchisme intellectuel pervers.

Or, si la quasi-totalité des musulmans sont loin d’être des extrémistes , leur nombre grandissant ne peut qu’à la longue constituer un terreau, un milieu d’accueil propice dans lequel l’extrémisme islamique peut s’implanter aisément du fait même de leur masse. On ne le dira jamais assez : l’islamisation de la France, et son sous-produit l’islamisme, sont d’abord et avant tout un phénomène de masse, un problème quantitatif. C’est une question de chiffre, de nombre, de masse.

Aujourd’hui, avec l’apparition d’un terrorisme tous azimuts, évidemment inspiré par une interprétation forcenée de l’islam, le nouveau mot d’ordre, le nouveau buzz, le nouveau slogan, faute de pouvoir faire mieux , est « padamalgam » et « pasdestigmatisation ». Le malheur veut que dans l’histoire du monde, on n’ait jamais vu l’islamisme se modérer de lui-même et s’accommoder des règles d’une démocratie moderne, ouverte et tolérante.[...]

La vérité est que, dans notre propre pays, ces mêmes pouvoirs publics, ayant inconsciemment enfanté un monstre par leur laxisme, leur aveuglement et leur inertie, se sentent aujourd’hui totalement dépassés par leur créature et incapables de la maîtriser."

Est-ce vraiment "inconsciemment" que ce monstre a été enfanté, ou plutôt "inconsidérément" ? Et même s'ils se sentaient capables de le maîtriser, ce monstre, voudraient-ils réellement le faire ?

Posté le 19 février 2015 à 12h06 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (11)

Invasion de l'Europe : quand la réalité rejoint la fiction

En lisant ces deux romans de fiction, Le Camp des Saints de Jean Raspail et Soumission de Michel Houellebecq, vous pourrez les confronter à ce qui se déroule de l'autre côté de la Méditerranée. Cette information du Daily Mail fait froid dans le dos (source) :

1769263_soumission"Les forces militaires de l’Etat Islamique (ISIS) ont la ferme intention de consolider leurs positions portuaires en Libye mais également de « se mélanger » de façon anonyme aux demandeurs d’asile afin de pouvoir traverser la Méditerranée et d’être accueillis en Europe.

CampdesSaints-WLe journal Il Messagero a écrit « Dès que notre pays a envisagé de vouloir agréger une intervention militaire terrestre en Libye (lire ici), ISIS a de suite prévenu que 500.000 à 700.000 migrants étaient prêts à embarquer sur des centaines de bateaux en direction de l’Europe"

Posté le 19 février 2015 à 08h45 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (7)

18 février 2015

Lettre du père Jean Benoit, missionnaire « Petit gris » au Cameroun

Avec le drame de Charlie Hebdo, les « Charlie » viennent de découvrir que l'islam(isme) tue même en France. Mais ils remettent ça avec un nouveau Charlie Hebdo financé par le Gouvernement. Merci Charlie et le Gouvernement de souffler sur le feu islamique ! Ce sont les chrétiens qui trinquent partout dans les pays islamiques. Quand donc comprendront-ils que le logiciel islamique n'est pas made in France  !? Ils veulent des baffes ; ils les auront !

« Ils sont fous, ces gaulois ! »

Chers amis,

Ceux qui connaissent un peu mon intérêt pour la question de l'islam comprendront mon désir de partager ici — entre amis — quelques réflexions suite aux derniers événements.
C'est vrai que nous sommes submergés d'infos par les médias officiels, donc politiques, mais aussi d'excellents articles sur le Net, là où demeure la vraie liberté d'expression (pour l'instant).
Et les événements s'enchaînent tellement vite que les nouvelles d'aujourd'hui sont aussitôt dépassées par celle de demain. Car nous avons enclenché une réaction nucléaire…
Si vous ne voulez RIEN comprendre de l'actualité et de l'islam, effacez ce message. Mais faire l'autruche n'a jamais rien résolu.
Je m'efforce d'être bref et synthétique. Je vous épargne les sources – et à moi aussi : ce serait fastidieux. (Nous ne sommes pas en doctorat.)

1— Sachez-le : Beaucoup d'africains sont écœurés du retentissement de cette affaire en comparaison des ravages et des massacres des islamistes partout dans le monde et notamment chez nous avec Boko Haram. Le Cameroun est en GUERRE, avec de nombreuses victimes parmi nos vaillants militaires et les civils du Nord.
Le silence radio sur les chrétiens persécutés est dû, j'en suis convaincu, à une pensée politico-médiatique dominante qui estime que les chrétiens n'ont qu'à disparaître. (Un bon chrétien est un chrétien mort, pour paraphraser une citation tristement célèbre.) Je n'oublie pas les autres victimes, non-chrétiennes. Mais les chrétiens sont les premiers visés ; et ils forment la communauté la plus persécutée dans le monde. (Enquêtes internationales actuelles)

2— Pourquoi un tel retentissement ? On a érigé Charlie hebdo en sacro-sainte icône de la liberté d'expression, avec ses grands héros-martyrs. (Je m'interdis de les juger personnellement ; mais ils étaient lourdement décriés de leur vivant.)
3— Le drame de Charlie hebdo a été parfaitement instrumentalisé et récupéré par la caste politique française. Que pensez-vous de la présence, dans la méga manif « Je suis Charlie », de gouvernants étrangers pourvoyeurs de djihadisme et d'antisémitisme (Palestine, Turquie, Qatar, etc.) ?
4— Que signifie « Je suis Charlie » ? Je m'adresse à tous les « Charlie ». Quel est votre engagement, votre combat ? Ne seriez-vous pas des moutons ? Et où étaient les « Je suis chrétien persécuté », « Je suis Asia Bibi », « Je suis juif » ? Et où était la « diversité » musulmane ?
5L'attentat contre Charlie hebdo n'est pas un acte terroriste (frapper des innocents pour répandre la terreur). C'est 'juste' l'exécution de la fatwa islamique qui condamne à mort les blasphémateurs.
Ce qui devait arriver est arrivé. À jouer avec le feu, on se brûle. Comment se fait-il que Charlie hebdo et les politiques aient persévéré dans le déni du danger islamiste en pleine explosion ? Tous les voyants étaient au rouge depuis longtemps (incendie du journal, il y a 4 ans, attentats récurrents, etc.) « Qui sème le vent récolte la tempête. » (Bible : Osée 8,7)  rappelé par Dalil Boubakeur à Charlie Hebdo après leurs caricatures. 6Implacable réalité : Partout dans le monde, les musulmans approuvent l'attentat, voire s'en réjouissent. Si certains d'entre eux le déplorent, c'est parce que la violence islamique salit l'image de l'islam.
7— Derrière tout cela, il faut voir la haine viscérale du monde musulman envers l'Occident. Le pire est que, pour les musulmans, cet occident est prétendument chrétien. Alors qu'en réalité, il a renié ses racines chrétiennes, a vendu son âme au diable dans le matérialisme, l'athéisme, le relativisme, une « morale » libertaire, le nihilisme ou la perte de tous les repères, l'effondrement de l'éducation… Je généralise à peine. Comment voulez-vous qu'un honnête musulman ne déteste pas cela ? Cette dépravation de l'Occident alimente le feu islamiste. (Boko Haram = « L'éducation occidentale est impure ») Ce qui n'exonère en rien l'islam(isme) de sa violence.
8— Notre aveuglement face à l'islam est consternant. Nous imaginons que le monde islamique fonctionne avec le même « logiciel » que nous. Notre ethnocentrisme et notre manque de psychologie et de prudence face à l'islam dépassent l'entendement.
9— Comble de la crétinerie : En pleine « guerre » contre l'islamisme, Charlie Hebdo, financé par l'État, en rajoute avec son dernier numéro. Quant à la ruée des charliemaniaques, de Gaulle ne parlait-il pas de « veaux » ?
La relance de Charlie Hebdo en ce moment même, met le feu aux pays musulmans. Les chrétiens en sont les principales victimes. (Voyez les médias) Car les musulmans, eux, ignorent le « pasdamalgam ». Merci « Charlie » et ton troupeau d'idiots utiles.
10— Comprenez-vous le logiciel islamique, et pourquoi l'islam se dit RELIGION DE PAIX ? Pas simplement en jouant sur les mots islam (soumission) et salam (paix). En réalité, tout vrai musulman est convaincu que la PAIX dans le monde ne sera possible que si l'islam règne par sa loi, la charia. Pour tout vrai musulman, seul l'islam, la vraie religion, est la SOLUTION aux problèmes du monde. (N'est-ce pas ce que nous pensons aussi, nous les chrétiens ? À ce détail près que le logiciel islamique n'est pas le même que celui de l'évangile.)
C'est cela qu'a exprimé Tareq Oubrou, grand imam de Bordeaux (décoré de la Légion d'honneur) : « Si l'islam fait la guerre, c'est pour imposer la paix. » Certains de mes élèves musulmans l'approuvent, et estiment que notre morale chrétienne est beaucoup trop laxiste. Il devient dès lors normal, dans la logique islamique, de combattre par tous les moyens (!) pour imposer « LA » seule véritable solution pour le monde. De même qu'un soldat défend son pays attaqué, le vrai musulman doit « défendre » la cause de Dieu : c'est le sens même du DJIHAD. Les djihadistes ne sont pas de mauvais musulmans. Ils appliquent la Loi du coran à la lettre, radicalement.
Tragique utopie, qui défie notre logique, et qui ravage notre monde depuis 14 siècles ! Combien de temps durera le négationnisme islamiquement correct vis-à-vis de l'islam, de ses sources violentes, de son histoire sanglante, et enfin de son actualité brûlante !?
11— Beaucoup d'enfumeurs publics mettent les religions dans le même sac. Jusqu'à prétendre que tous les intégrismes se valent; et que le plus grand danger en France, c'est l'intégrisme catholique  ! Après la déculottée, l'enfumage continue ; il faut d'autres boucs émissaires : c'est la faute à Zemmour, à Houellebecq, aux islamophobes, au FN, etc.
12— La liberté d'expression en France est une intouchable vache sacrée. Celle-ci n'est pas simplement le droit légitime d'exprimer son opinion. Depuis les « Lumières » (sombres !), la liberté d'expression est en réalité à l'image de Charlie hebdo : le droit au blasphème ou de bouffer du curé, c'est-à-dire d'insulter tout ce qui est sacré, essentiellement le christianisme (catholicisme : feu à volonté), et accessoirement l'islam (gare à l'islamophobie).
Cette liberté d'expression est donc très « orientée ». (Grand Orient de France ou Libre Pensée : on l'a vu récemment avec l'affaire des crèches à Noël alors que ces instances ferment les yeux sur toutes les compromissions « laïques » avec l'islam.)
Quant à la véritable liberté d'expression en France, demandez à Éric Zemmour et à tous ses semblables si elle existe encore. Demandez à ceux de la manif pour tous, et à ceux qui veulent mettre en question l'islam et l'immigration massive (essentiellement islamique). Tous se font traiter d'affreux nazis / racistes / islamophobes / xénophobes / extrémistes / frontistes / fauteurs-de-haine / intégristes… DONC responsables de l'intégrisme islamique dans nos pays ! Véritable procès en sorcellerie (parlons d'inquisition !). Même chose avec PEGIDA en Allemagne.
« Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage. »
On brandit la liberté d'expression, mais on interdit la critique de l'islam.
En réalité, on enterre la liberté d'expression. Merci les Charlie.

 

— La liberté d'expression a ses limites. Point n'est besoin du pape François pour comprendre que s'impose le RESPECT minimum de l'autre. L'article 4 de la Déclaration des droits de l'Homme stipule que « la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui  ».
Or Charlie hebdo n'a cessé de piétiner cela en insultant de la pire façon les religions, donc les croyants, donc les personnes — 100 fois plus le catholicisme que l'islam (dixit l'avocat de Charlie Hebdo). Mais à la différence du christianisme qui prévoit la persécution, donc supporte davantage les vexations, l'islam ne l'envisage pas : il doit dominer. Incroyable que cela échappe aux thuriféraires de la « diversité », du « multiculturel » et du « vivre ensemble » !!
13— En revanche, exerçons notre vraie liberté et même notre devoir d'expression, que je pratique autant que possible au Cameroun : Informer sur l'islam, interpeller les musulmans sur leur religion, leurs textes sacrés, leurs contradictions, leur perpétuelle victimisation, et leur devoir de se réformer (possible ?). Et en leur présentant autant que possible le vrai visage du Dieu amour révélé en Jésus.
Nous devons le faire avec autant de fermeté que de respect, et même de fraternité. Mais toujours dans la VÉRITÉ.
Malgré cela, certains prétendront encore que je suis dans l'affrontement. Ceux-là fonctionnent en langage binaire : POUR ou CONTRE les musulmans, POUR ou CONTRE la fraternité ou le dialogue. Ceux-là n'ont toujours pas compris qu'on peut dialoguer et combattre une idéologie sans combattre ou haïr les hommes. Au contraire : c'est pour le bien de tous. Débattre pour ne pas se battre.
La plupart des musulmans respectent celui qui est fort dans sa foi et ses valeurs. Si nous, les chrétiens, ne le sommes pas, qui le sera ? Et qui évangélisera les musulmans ? Merci à nos frères protestants et pentecôtistes qui le font, eux, à la différence de la grande majorité des catholiques.
L'islam est fort de notre faiblesse ; et il est faible de notre force.
14— Le spectre de l'islamophobie : Combien de victimes et de morts à cause des dangereux islamophobes ? ZÉRO ! — Pour l'instant. Car à force de visser la cocotte et d'interdire tout débat, elle pourrait bien exploser un jour. Ce sera DONC la faute des islamophobes ! CQFD 15— Ici, trop de nos « épiscopes » ont manqué l'occasion …de se taire bien parler. Dans leur complainte (jusqu'à sonner le glas) et dans l'appel à la fraternité (avec l'incontournable pasdamalgam), PAS UN MOT sur la pseudo « liberté d'expression ». Et PAS UN MOT pour inviter les musulmans à se poser les bonnes questions, notamment sur le respect de « l'autre » ou la liberté de conscience en islam (ne fût-ce que par égard pour nos frères chrétiens persécutés).
« Si le sel perd sa saveur, on le jette et on le piétine. » (Mat 5,13)

15— Et l'islam dans tout ça ? (Je termine ici par un rappel des fondamentaux)
Officiellement, toujours le lavage de cerveau des politiques et leurs médias, et des représentants de l'islam vedettes de nos TV : « Ce n'est pas ça l'islam » ou « Ça n'a rien à voir avec… », « Pas d'amalgame », « Les musulmans sont les premières victimes » (ah bon !? Combien de mort ? Ah oui, la stigmatisation.)
Il faut croire qu'ils sont encore nombreux les « Charlie » qui gobent ça.
Je constate chaque jour que ceux qui veulent noyer le poisson ou 'poison' de l'islam n'ont jamais ouvert un coran et sont d'une ignorance abyssale sur la question, notamment sur la violence et le totalitarisme dans les sources sacrées de l'islam, dans son histoire et dans ses lois.
Les bons sentiments prévalent, même en Afrique : « Ça dépend du contexte ou de l'interprétation. » (= logiciel typiquement chrétien, ignoré dans l'islam) Mais quand je demande comment ils interprètent « tuez les infidèles », silence. (Les sourates sont faciles à trouver sur le Net)
Il y a aussi les 'bonnes excuses' de beaucoup de musulmans (ou sympathisants) qui sont gênés de la violence islamique, car « elle salit l'image de l'islam. Et ça stigmatise. » (Et pour cause ! Appréciez l'altruisme.) On a le choix entre « guerre défensive », « c'est pareil dans la bible », « c'est la faute à la pauvreté, aux 'croisés', aux colons, aux américains »,

Bref : Toujours VICTIME, jamais RESPONSABLE. Tout est bon pour ne jamais voir le problème chez soi.
Dans le christianisme, on a appris le contraire : voir d'abord la « poutre » dans notre œil. Mais c'est devenu pathologique chez nous ; nous en sommes devenus aveugles, avec notre indécrottable repentance, et notre perpétuelle excuse pour ceux qui nous martyrisent (ou plutôt martyrisent nos frères d'orient).
Est-ce bien ainsi qu'il faut comprendre le « tendre l'autre joue » ?

Reste la question des « bons musulmans », les modérés ou « vrai islam », dit-on. La majorité : 80 % environ. Et alors ? Vont-ils réformer ou libéraliser l'islam, s'interposer face aux radicaux, dénoncer les innombrables infractions aux lois nationales ? Jamais. Trop risqué. Mais ils se multiplient, font des enfants, occupent de plus en plus le terrain — et se plaignent quand ils sont stigmatisés. Derrière eux, les « barbus » veillent. Ceux-ci sont bien sûr minoritaires, mais 20 % tout de même. Sur 6 millions, ça fait la bagatelle de 1,2 millions. En France.

FINALEMENT, que faire ? — Je m'arrête ici pour ne pas être trop long et rester dans l'actualité.
Mais il y a des réponses précises à cette dernière question. (Dans l'espérance, on peut toujours y croire.)
En gros, elles sont exactement le CONTRAIRE de ce que nos gouvernants et les directives européennes veulent nous imposer.
Quoi donc ? Et pourquoi cela ?
Peut-être une autre fois.
Bien avec vous
P. Jean-Benoit

Un seul texte proposé ici, parmi tant d'autres de grande valeur. Celui d'un islamologue suisse reconnu, Sami Aldeeb : Lettre à Dalil Boubakeur
http://m.islam-et-verite.com/pages/pages-cachees/divers/articles-d-amis/sami-aldeeb-lettre-a-dalil-boubakeur-jan-09-2015.html?version=mobile (ou sur d'autres sites)

Saluons aussi le courage et le bon sens du président d'Égypte, le général al-Sissi, tellement plus réaliste que nos gouvernants, car il parle bien de l'ISLAM.
Il est loin d'être le premier à vouloir « révolutionner » l'islam. Mais tous les autres ont échoué… Mission impossible ?
http://www.postedeveille.ca/2015/01/sissi-appelle-a-une-revolution-de-lislam.html
ou https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=DEhNarfrlec

Voir en ligne : http://www.stjean.com/

Posté le 18 février 2015 à 18h02 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (9)

Manuel Valls, en flagrant délit d’amalgame

Selon le 1er ministre, il faut

  • former autrement les imams
  • refuser ces imams qui nous viennent de l'étranger
  • refuser les financements de l'étranger

Posté le 18 février 2015 à 15h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Augmentation des départs pour le jihad

La création d'un site internet par le gouvernement ne semble pas dissuader les volontaires au djihadisme. Selon un décompte réalisé par les services spécialisés au début du mois, près de 1 300 Français sont engagés, sur le chemin, ou de retour des théâtres de guerre syrien et irakien. Soit près du double des chiffres avancés il y a un an en janvier 2014 par le ministre de l'Intérieur de l'époque, Manuel Valls.

  • 417 Français ou résidants habituels présents en Syrie et en Irak (contre 250 fin janvier 2014) ;
  • 249 ayant quitté la Syrie (76 il y a un an) ;
  • 275 suspectés d'être en transit vers la Syrie (110 l'étaient début 2014),
  • près de 325 résidant en France mais présentant une volonté de départ (150 il y a un an).
  • 80 victimes, alors que 21 victimes étaient recensées fin janvier 2014.

Posté le 18 février 2015 à 13h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

Le retour des déséquilibrés

Lu ici :

"Une septuagénaire a été victime d’une violente agression ce mardi à Lyon, commise par un déséquilibré tenant des propos incohérents dont certains faisaient référence au terrorisme et au groupe Etat islamique"

Posté le 18 février 2015 à 13h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

Augmentation de l'islamophobie ? Désintox

Par Isabelle Kersimon, journaliste, co-auteur de «Islamophobie: la contre-enquête», dans Le Figarovox :

"[...] Une hausse renouvelée chaque année selon le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), dont la majorité des médias relaient, comme chaque année, les statistiques alarmantes. Mais à les étudier de près, la question se pose: pourquoi ces chiffres ne sont-ils pas interrogés? Sur son site, le CCIF se livre à un véritable packaging victimaire. [...]

En page d'accueil du site, toujours, une carte de France piquée d'innombrables épingles rappelant celles d'un poste de police et ayant pour légende: «Une image valant plus que mille mots, nous vous proposons de suivre l'intolérable actualité islamophobe au quotidien sur Google Maps.» Ainsi présentée, elle donne l'impression de recenser au fur et à mesure qu'ils se déroulent les crimes et délits antimusulmans. À y regarder de plus près, il n'en est rien: y sont pêle-mêle listés des actes dont certains datent de 2010 et qui, le plus souvent, ne sont pas précisés.

Ainsi, depuis les agressions de femmes voilées à Argenteuil (non élucidées à ce jour), un autre cas apparaît en recherche aléatoire sur la carte: une quinquagénaire aurait commis exactement le même geste que les agresseurs d'Argenteuil (arrachage du voile et coups dans le ventre) sur une femme enceinte, à Bourges, en 2014, l'obligeant à accoucher quelques jours avant terme. Le CCIF reproche à la police de s'être «contentée de poser quelques questions».

Découverte en sondage aléatoire encore, cette information: en 2010, la Semmaris, société gérant le marché de Rungis, aurait été poursuivie pour discrimination raciale envers un grossiste de viande halal. Une recherche rapide montre que la Semmaris a été relaxée, le commerçant s'étant livré à des violations du règlement intérieur.

On serait en droit d'attendre un sérieux statistique implacable de la part d'une source qui annonce, chaque année et de plus en plus fort, une fièvre islamophobe française potentiellement meurtrière.

[...] La carte, toujours en sondage aléatoire, pointe un meurtre islamophobe commis à Dreux en 2011 sur un homme sortant d'une mosquée, Archane Nouar. Quelques recherches montrent que deux criminels ont été jugés pour cela en cour d'Assises le 8 mars 2011. L'un d'entre eux, Nassim Djellal, a été condamné à dix ans de prison pour violences volontaires ayant entraîné la mort (et non pour meurtre), sans que le juge ait relevé l'aggravation d'islamophobie (il s'agissait apparemment d'une sordide affaire de règlements de comptes). [...]"

Posté le 18 février 2015 à 13h24 par Michel Janva | Lien permanent

Grandes Gueules : les auditeurs ne sont pas dupes

Extrait d'un article de Présent :

7465338-11505401"Au milieu d’une actualité particulièrement chargée en massacres, attentats, enlèvements et autres décapitations commis au nom d’Allah, RMC a réussi le tour de force d’organiser vendredi dernier son célèbre talk-show en direct de la mosquée de Bordeaux, avec l’intention à peine déguisée de convaincre ses auditeurs que l’islam est une « religion de paix et d’amour ». Mais, manque de chance pour la radio, ceux-ci sont moins bêtes qu’elle ne le pense.

Pour l’occasion et en bons dhimmis, Marschall et Truchot, ainsi que leurs « GG » du jour Pascal Perri, Jacques Maillot et Marie-Anne Soubré, devaient bien sûr présenter l’émission en chaussettes : l’une des conditions fixées par l’imam, avec l’obligation également de « surveiller leur langage »(...) Aussi, et comme l’on pouvait s’y attendre, l’émission censée traiter des « grandes questions liées à l’islam en France » n’aura-t-elle été qu’un rabâchage du discours officiel dissociant djihadistes et « vrais musulmans ».

Present-chardMoment fort du programme : l’intervention de l’imam Tariq Oubrou, qui confia avoir invité les GG dans sa mosquée « pour une raison essentiellement pédagogique ». Et pédagogie il y eut : Marschall et Truchot écoutèrent gentiment l’imam proche des Frères musulmans expliquer que l’islam est une religion de paix, qu’il doit certes entamer une réforme, mais que cela prendra du temps… (...)

Le hic, c’est que beaucoup de gens ne « marchent » plus. Comme cet auditeur qui reprocha très justement à Marschall et Truchot de ne présenter que « les bons côtés de l’islam ». Ou encore ces centaines d’internautes qui, dès l’annonce de l’émission par RMC, dénoncèrent la démarche scandaleuse de la radio. Et, depuis, les auditeurs ne décolèrent pas sur les réseaux sociaux. Certains confiant leur dégoût et leur colère. D’autres annonçant qu’ils écouteront dorénavant Europe 1, ou appelant à boycotter RMC.

Posté le 18 février 2015 à 08h47 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

17 février 2015

Kouachi-Coulibaly : les "loups solitaires" s'étaient coordonnés

Lu dans Le Monde :

"C’est très certainement par un banal SMS que les frères Kouachi et Amedy Coulibaly ont lancé leurs attaques meurtrières. On n’en connaît ni la longueur ni le contenu. Mais on sait son heure, son expéditeur, son destinataire. Et ces éléments, dont Le Monde a pu prendre connaissance, lèvent aujourd’hui tous les doutes qui ont pu entourer la concomitance des actes des trois hommes début janvier, à Paris : il s’agissait bien d’attentats coordonnés.

Après avoir minutieusement épluché des centaines d’expertises téléphoniques, les enquêteurs ont en effet pu vérifier que le court message avait été envoyé le 7 janvier au matin. Qu’il a été localisé par la borne du domicile de Chérif Kouachi, à Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine. Qu’il a ensuite immédiatement été reçu par l’une des treize lignes de téléphone avec lesquelles jonglait Amedy Coulibaly depuis quelques mois. Et qu’il a été écrit à 10 h 19, soit une heure avant l’attaque de Charlie Hebdo.

[...] Le SMS avant-coureur a été envoyé d’une ligne de téléphone qui n’a manifestement été ouverte, estiment les enquêteurs, que dans le but de permettre aux trois hommes d’échanger discrètement durant les vingt-quatre dernières heures avant le début des tueries. Grâce à l’analyse de cette ligne, les policiers ont également la conviction que Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly se sont rencontrés dans la nuit du 6 au 7 janvier, la veille des attentats, entre minuit et 1 heure du matin, moment où Chérif Kouachi a expliqué à son épouse qu’il devait sortir de son domicile. [...]"

Posté le 17 février 2015 à 16h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

"J'étais simplement en quête de spiritualité"

Témoignage d'une jeune fille sauvée des griffes de l'islam :

"[...] On m'avait dit que la femme est une reine dans l'islam, que c'est une perle, raison pour laquelle il est aussi important de la préserver. Je n'ai rien compris de ce qui m'arrivait. J'étais si soumise et conditionnée que je n'avais même pas les ressources pour m'en sortir. J'étais en train de me laisser mourir.

Comment vous êtes-vous convertie à l'islam?

Un soir, toute seule dans ma chambre, j'ai prononcé la chahada, la profession de foi. J'avais 16 ans, j'avais des amis musulmans. J'étais simplement en quête de spiritualité. Je voulais croire en quelque chose. Et l'islam était très accessible. Si j'avais été baptisée par mes parents, je ne me sentais pas pour autant proche du catholicisme. Du fait de son organisation pyramidale avec, au sommet de la hiérarchie, le pape, il y avait trop d'intermédiaires jusqu'à Dieu. Je me suis radicalisée en quelques semaines sur Internet. Je voulais mieux connaître l'islam, apprendre, échanger aussi. J'ai commencé à rejoindre des groupes sur Facebook. Dès lors, des tas de personnes que vous ne connaissez pas vous ajoutent en "amie". Vous avez le sentiment d'être accueillie. Et puis il y a une telle cohésion de groupe. C'est comme une famille. En fait, vous entrez dans un cercle vicieux ; ça vous appelle tout le temps.

C'est-à-dire?

Sur Internet, les prédicateurs ont des recettes pour tous les compartiments de la vie. Cela va de la manière dont on doit boire un verre d'eau jusqu'à la vie sexuelle. Ils vous donnent des instructions dans les moindres détails. Mais ce n'est jamais de manière autoritaire. Ils visent le cœur. Et puis, ils ont un ton. Une force de conviction. On comprend tout de suite qu'ils savent où ils vont. Et on a juste envie de les suivre! Je recevais aussi chaque jour des rappels islamiques sur le mur de mon profil ou dans ma boîte mail, des photos de femmes voilées, des vidéos montrant des musulmans se faire massacrer en Syrie et en Palestine, des enfants enterrés vivants… On ne peut pas rester insensible à de telles atrocités.

[...] Trouver un mari, ce n'est pas compliqué. La priorité, c'est qu'il suive la sunna, qu'il fasse ses prières, qu'il porte des qamis et la barbe, que ses cheveux ne soient pas coupés comme ceux des mécréants, qu'il ne parle pas aux femmes. Très peu de temps après, une copine m'a parlé d'un homme en me le présentant comme quelqu'un de bien parce qu'il avait refusé de travailler pour vendre de l'alcool. La semaine suivante, je le rencontrais chez l'oncle de mon amie parce que ce n'est pas convenable de se voir seuls tant qu'on n'est pas mariés. On a passé moins d'une heure ensemble.

Et cela ne vous a pas paru complètement fou?

Je n'étais pas consciente de l'aberration de la situation. J'étais tellement soumise que j'avais l'impression que c'était normal. Et puis il avait l'air tellement gentil! Je ne me doutais pas que c'était une arnaque. Voilà comment, quelques jours après mes 18 ans, je me suis mariée avec un homme que je ne connaissais pas. Le jour de notre mariage, je suis restée chez une copine avec les femmes. Les hommes étaient chez lui.

Vous n'avez donc pas assisté à votre propre mariage?

Pas au mariage religieux ; trois mois plus tard, nous nous sommes mariés à la mairie selon sa volonté. Dans l'islam, la femme peut être représentée par son père. Et quand son père est un mécréant, elle peut être représentée par un "tuteur". Mon futur mari m'en avait choisi un, un Africain que je ne connaissais pas. Je ne saurais même pas le reconnaître si je le recroisais. Ils m'ont fait venir au studio de mon futur mari. Il m'a parlé dans la salle de bains pour que je lui donne mon accord, et ensuite ils m'ont fait partir. Je devais revenir le soir même une fois qu'il n'y aurait plus d'autres hommes que mon mari.

[...] Je voulais la vie extrême. Je suis entrée en enfer. Dans un studio crasseux avec un homme qui faisait ses ablutions mais ne se lavait pas au savon, ne se brossait les dents qu'avec un siwak. Je devais m'excuser à chaque fois que je lui adressais la parole. Je ne pouvais même pas faire un clin d'œil ou tirer la langue, il me disait que c'était le shetan et que je brûlerai en enfer. Il me rabaissait tout le temps. Il m'arrivait d'aller au coin ou de dormir au pied du lit. Je n'avais pas le droit de sortir sans sa permission, y compris en cas d'urgence. Même pour acheter du pain avec mes sous, je devais avoir son autorisation! Lorsqu'il me donnait un ordre, je devais m'exécuter immédiatement sans réfléchir. En revanche, il m'a laissée continuer à travailler de manière à ce que je puisse lui donner de l'argent pour faire la da'wa, l'appel à l'islam. En tant que militant religieux du mouvement Tabligh en France, il lui arrivait de partir en mission pendant plusieurs jours pour propager le message d'Allah. [...]"

Un détail : le calvaire de cette jeune femme se déroule en France.

Posté le 17 février 2015 à 15h21 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

Marion Maréchal-Le Pen dénonce un "délire laïcard"

Lu ici :

Marion-Marechal-Le-Pen1-470x327"C’est le délire laïcard qui veut qu’on fasse totalement table rase du passé, de notre héritage culturel qui, il est vrai, est en grande partie judéo-chrétien (...)

Les habitants de la France d’Outre-mer ne se sentiraient pas Français, demande Sud Radio ?

C’est peut-être le cas mais c’est bien malheureux parce que pour un certain nombre de nos compatriotes d’outre-mer, ce sont des Français de souche. Pour les Martiniquais ils étaient même français avant les Niçois (...) C’est très malheureux qu’ils aient ce sentiment d’abandonmais je les comprends parce qu’ils sont les grands oubliés, tellement oubliés qu’ils ne sont même pas comptabilisés dans les statistiques du chômage, le nombre de demandeurs d’emploi en Métropole étant le chiffre toujours présenté par les ministres

Je ne crois pas qu’il faille au contraire les encourager dans ce sentiment de défiance à l’égard de la France. Il faut au contraire les conforter dans la nation française, leur imposer la France dans une certaine manière et pas aller justement vers ce genre de dérive avec cet amendement"

Posté le 17 février 2015 à 14h00 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

Remplacement des jours fériés catholiques dans les DOM (suite)

L'amendement en question (voir ici) ne vise que les jours fériés catholiques et ne concerne (pour l'instant) que les départements outre-mer :

"Un amendement qui vise exclusivement les fêtes catholiques. La disposition prévoit que

"dans les territoires régis par l'article 73 de la Constitution, et afin de tenir compte des spécificités culturelles, religieuses et historiques de ces territoires, un arrêté préfectoral peut remplacer des jours fériés [...] par un même nombre de jours fériés locaux. Les jours fériés qui peuvent être remplacés [...] sont : le lundi de Pâques, l'Ascension, le lundi de Pentecôte, l'Assomption, la Toussaint."

Resteraient donc en commun avec la métropole : la fête du Travail, l'armistice, la fête nationale et Noël. Selon la loi, un salarié peut déjà demander des jours de congé spécifiques à l'exercice de sa religion (musulmane ou juive), ceux-ci ne pouvant pas lui être refusés. Cette fois, il s'agit d'un calendrier de jours fériés qui serait fixé par le préfet en fonction des pratiques religieuses locales. Ainsi, musulmans et hindous (par exemple à La Réunion) pourraient bénéficier de cette disposition."

Ce sont les départements de Mayotte (100% musulman) et de La Réunion (mixité religieuse) qui pourraient finalement être principalement concernés. Le cas de La Réunion est intéressant car cette île sert souvent de prétexte pour vanter le "vivre-ensemble" du fait de la cohabitation de diverses religions (85% de chrétiens catholiques et protestants, 7% d'hindouisme, 2% de musulmans, bouddhisme...) dixit le ministre des Outre-Mer, George Pau-Langevin, récemment en visite sur l'île :

"La Réunion a cette caractéristique d’avoir toutes les religions représentées sur le territoire et d’avoir entre les religions et les pratiquants, un climat apaisé et fraternel"

Elle devrait pourtant savoir que lorsque la proportion de musulmans dépasse un certain seuil (aujourd'hui entre 2 et 8% selon les sources), les  revendications communautaires se développent et l'islamisme radical apparait. Or, certains services de l'Etat commencent à pointer du doigt l'apparition de prédicateurs salafistes venus de métropole ou de candidats au Djihad à La Réunion, à Mayotte ou à l'ïle Maurice... 

Malheureusement, cet amendement semble être bien accueilli à La Réunion par les autorités à l'instar de l'évêque des lieux, Mgr Aubry :

"À la Réunion, nous vibrons les uns aux autres, en partageant nos peines et nos joies, déclame l'évêque, par ailleurs poète à ses heures. Pour éviter que les poisons extérieurs ne viennent nous contaminer, il faut aujourd'hui qu'on traduise dans les faits notre vivre ensemble".

Aussi, Gilbert Aubry propose-t-il, à la Réunion, de "donner" trois jours : le lundi de Pâques, le lundi de Pentecôte et le jeudi de l'Ascension. "Ce ne sont pas vraiment des fêtes religieuses, les célébrations liturgiques ont lieu le dimanche à l'église"

Certains fidèles ne l'entendent pas ainsi et lui font savoir de manière peu courtoise :

"(...) Que chaque religion puisse avoir leurs jours fériés, c’est évident et nécessaire, mais pas au détriment des chrétiens. Qui viennent encore d’en payer le prix avec 21 chrétiens coptes décapités par l’Etat islamique."

En conclusion, comme le souligne très bien Yves Thréard, cette amendement est complètement déplacé et ouvrirait la porte à une extension en métropole : 

"On ne ferait pas mieux si on voulait diviser, favoriser le communautarisme. Cette entorse est grave. Ces jours fériés à la carte, c'est la porte ouverte à tous les abus. Les Antillais vont-ils remplacer Pâques par un jour férié mémoriel à la condamnation de la colonisation ? Est-ce qu'on va arrêter avec cette démagogie ? Espérons que le Conseil Constitutionnel, qui sera certainement saisi sur ce sujet, censurera cette disposition prévue dans la loi Macron."

Posté le 17 février 2015 à 13h36 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (12)

Quand Tareq Oubrou appelait au califat

L'imam médiatique de Bordeaux, salué pour sa pratique modérée de l'islam, tenait un discours sur la nécessité du califat qui pourrait rappeler un discours des terroristes de Daech. Extrait :

"[...] le Califat est une obligation, et la réunion des musulmans autour de ce Calife est une obligation, et tant que les Musulmans ne sont pas réunis autour du Califat, ils sont des pécheurs, sauf ceux qui œuvrent pour instaurer ce Califat ! […]

Comme le veut le Coran, c’est un état, c’est un pays, dans le sens géographique, c’est à dire qu’il regroupe toute la communauté dans une géographie, il n’y a pas de frontières par conséquence. La frontière entre deux pays musulmans est une hérésie méprisable par l’Islam. Les Frères Musulmans ne reconnaissent pas les frontières entre les peuples musulmans. Ils reconnaissent une communauté qui doit être réunie autour d’un Califat qui a ses représentants dans ces différents pays (Wilaya). C’est un gouvernement car la politique est un élément, une partie de l’Islam. ( … ) Il dirige la vie par la religion. C’est une manière de vivre, c’est une conception des choses, c’est un mode vie selon la volonté d’Allah … 

[...] Tout homme qui réfute un verset formel ou interprète un verset du Coran abusivement est considéré comme en dehors du cercle de l’Islam.

”C’est parce que Allah nous a demandé de construire des individus musulmans, des familles musulmanes, des sociétés musulmanes, des états islamiques, un califat islamique qui réunit tous les états islamiques ! C’est parce Allah nous a demandé de faire ça qu’on le fait !

Posté le 17 février 2015 à 10h11 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

La responsabilité morale des complices de l'islamisme

Pierre Cassen de Riposte Laïque propose dans une tribune un procès pour les complices de l'islamisme :

"À Amsterdam, le 30 octobre 2010, lors d’une manifestation de soutien au député hollandais Geert Wilders, traîné devant les tribunaux pour avoir dénoncé l’islamisation de son pays, l’homme politique britannique Paul Weston tenait ces propos :

« Laissez-moi vous dire ceci, à vous tous, menteurs et traîtres carriéristes socialistes. Vous détenez le pouvoir maintenant, mais dans une décennie, nous détiendrons le pouvoir et nous vous demanderons des comptes. Nous vous traînerons devant un tribunal du style Nuremberg où vous serez jugés pour haute trahison, et pour la première fois depuis longtemps, nous serons vos juges. »

Je ne pouvais m’empêcher de penser à ces paroles, au lendemain des nouveaux attentats de Copenhague, quand je lisais que le matin même de la tuerie, notre ministre de l’Intérieur, toute honte bue, osait, en voyage au Maroc, tenir ces propos de soumis :

« Je veux redire avec force notre condamnation la plus sévère des actes antimusulmans qui ont suivi les attentats. »

Je songeais également à Laurent Fabius qui, lui, reprenait la célèbre formule de dhimmi :

« Ce sont les musulmans les principales victimes des crimes commis au nom de l’islam. »

Je me dis que les familles des vingt et un coptes décapités par les soldats de l’État islamique ont dû apprécier. Je m’interroge sur les réactions que susciterait une formule disant que ce sont les Allemands qui ont été les principales victimes de l’Holocauste.

Il me revient aux oreilles la phrase de Jean-Luc Mélenchon, prononcée sur France Culture à l’émission « Répliques », regrettant la victoire de Charles Martel à Poitiers :

« Si on avait pu s’épargner les siècles d’obscurantisme que nous a valus la mainmise de l’Église sur l’Occident chrétien, si on avait pu gagner l’apport des civilisations arabes, arabo-andalouses… »

J’entends les propos de Manuel Valls, inaugurant la mosquée de Cergy, et tenant ces contre-vérités historiques :

« L’islam d’aujourd’hui est l’héritier de celui qui, pendant plusieurs siècles, à Cordoue, fut un accélérateur de connaissance, de culture et d’acceptation mutuelle. »

Comment ne pas se souvenir de cette phrase d’Alain Juppé, l’homme qui remit la Légion d’honneur à l’imam UOIF de Bordeaux Tareq Oubrou :

« L’islam est aujourd’hui la deuxième religion de France, et il n’est pas question de la stigmatiser. »

Je pense à Edwy Plenel et son livre Pour les musulmans, et à Claude Askolovitch, auteur de Nos mal-aimés, ces musulmans dont la France ne veut pas, qui ont passé leur vie, à longueur d’antenne et d’éditos, à qualifier de racistes et de fascistes quiconque osait alerter nos compatriotes sur la réalité d’un dogme guerrier et conquérant.

J’entends Bruno Roger-Petit appeler de ses vœux, dans Le Nouvel Observateur, l’élection d’un président de la République musulman, en France, avant la fin de ce siècle.

Lors de leur procès, en 1945, quelles que soient les horreurs commises, les collabos pouvaient expliquer que l’occupant nazi étant sur le sol français, il fallait limiter les dégâts, voire s’appuyer sur le péril communiste pour justifier leur choix. Soixante-dix ans plus tard, je me dis – à condition que notre civilisation sorte vainqueur de la guerre que l’islam radical lui mène – que ces gens-là, et tous leurs nombreux amis, auraient beaucoup de mal à expliquer à leurs juges pourquoi, alors que les disciples les plus fanatiques et radicaux d’Allah se faisaient de plus en plus menaçants, ils ont continué à protéger leur agression contre notre pays et son peuple…" 

Posté le 17 février 2015 à 08h15 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

16 février 2015

Les contradictions de Manuel Valls

Lu ici :

Manuel Valls affirme vouloir "combattre le discours des Frères Musulmans" mais inaugure leurs mosquées.

Manuel Valls a jugé, lundi 9 février sur Europe 1 :  « Il faut combattre le discours des Frères musulmans dans notre pays, il faut combattre les groupes salafistes dans les quartiers ».

Interrogé sur la manière de lutter contre ce discours, Manuel Valls a indiqué qu’il doit être combattu « par la loi, par la police, par les services de renseignement. Beaucoup de choses sont faites », a assuré Manuel Valls.

Gigantesque contradiction, Valls a inauguré la Grande mosquée de Cergy en juillet 2012, qui avait choisi pour premier imâm Tahar Medhi, fervent soutien des Frères Musulmans d'Egypte."

Posté le 16 février 2015 à 17h25 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Le Croissant mais pas la Croix : tous ne sont pas égaux devant la laïcité

La Fédération du Front National de la Sarthe communique :

"Les Saboliens, les Sarthois et les Français en général ont été stupéfaites d'apprendre qu'une mosquée a été inaugurée jeudi dernier à Sablé sur Sarthe par Madame le Préfet en personne,  ‘’au nom de la laïcité’’ !

Les Français étaient  donc dans l'erreur : ils croyaient que la laïcité leur garantissait une neutralité de l’Etat par rapport aux religions, on leur explique maintenant qu'au contraire, il faut donner toute sa place à une religion et que ce message vaut bien le déplacement du plus haut représentant de l'Etat en Sarthe à l'inauguration d’une mosquée.

Ils pourraient se référer à cette conviction séculaire reposant sur la loi de 1905 qui garantit l'égalité des cultes en France, sans distinction aucune, qu'ils soient présents dans notre pays puis 50 ans ou depuis 2 000 ans : hélas, force est de regretter notamment, que la pose de la première pierre de l'ensemble diocésain au Mans le 25 janvier dernier n'a pas eu droit aux mêmes honneurs de la part de Madame le Préfet ! Le Croissant mais pas la Croix : tous ne sont pas égaux devant la laïcité.

Enfin, à l'heure où la France est attaquée sur son sol, blessée dans sa chair, vilipendée à l'étranger dans certains pays d'obédience musulmane, on aimerait être davantage informé sur l'origine des fonds (la presse a évoqué le Qatar) ayant servi au financement de la mosquée de Sablé : le ‘’padamalgam’’ au nom de Charlie sert à justifier un réel aveuglement sur l’extrémisme. 

Un simple rappel : le QATAR est reconnu par tous les médias nationaux et internationaux comme financeur du Califat qui décapite au couteau et brûle vivant des prisonniers innocents, dont des milliers de femmes et d’enfants.

La laïcité s’invite à l’inauguration d’un simple lieu cultuel musulman dans un pays aux racines chrétiennes deux fois millénaires, alors que dans le même temps deux  églises ont été profanées au Mans (ainsi St ALDRIC au MANS le 1er février 2015) dans l’indifférence totale de Madame le Préfet…....Imagine t on le bruit et la fureur si ce type d’agression avait eu lieu sur une mosquée !

Enfin, courant derrière et pour se justifier devant ses concitoyens ébahis pour la plupart d’apprendre l’existence de la mosquée, Monsieur le Maire de Sablé, européiste et UMP, qui a inscrit la destruction de l’église de la Rue Alain de Rougé à son programme, s’empresse pour sa part de souligner qu’aucun fonds communal n’a servi à la construction de la mosquée « mais qu’il vaut mieux savoir ce qui s’y passe » !...Flagrant délit d’amalgame Monsieur le Maire !

Au résultat, rien de réjouissant cependant, cette nouvelle mascarade illustrant une nouvelle fois l’anticléricalisme endémique des socialistes et la complicité  ambigüe de l’UMP, présidée par un Nicolas SARKOZY conférencier des pays du Golfe les plus islamistes, dont le Qatar,  alors que ses liens financiers personnels avec ces pays ont été décrits par Pierre PEAN dans un livre d’enquête récent, mais occulté par les médias nationaux.

Le Front National reconnait à chaque religion sa place, mais rappelle que notre civilisation est historiquement et culturellement gréco-latine et judéo chrétienne,  et que ce rapport entre la foi et la raison la fondé la laïcité à l’européenne.

Le Front National réclame une véritable neutralité de l'Etat dans les affaires cultuelles et l'interdiction de leurs financements étrangers, ainsi que les moyens nécessaires pour démanteler les réseaux terroristes islamistes qui s’abritent derrière la communauté musulmane française."

Posté le 16 février 2015 à 15h07 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

En gommant les racines chrétiennes, nous faisons le lit du fondamentalisme

Extrait de l'éditorial de Mgr Marc Aillet :

"[...] En gommant les racines chrétiennes de notre culture, en faisant l’apologie d’une conception matérialiste, hédoniste et relativiste de l’existence qui conduit à ce que le pape François a appelé « le grand vide d’idées auquel nous assistons en Occident », nous faisons le lit du fondamentalisme religieux et de tous les extrémismes. En effet, comme le Saint-Père le rappelait devant le Parlement européen, en citant le Pape émérite, « c’est l’oubli de Dieu, et non pas sa glorification, qui engendre la violence ».

Ceux que l’on appelle les « islamistes radicaux », qui semblent rallier de plus en plus d’adeptes tant dans les pays à majorité musulmane qu’en France, où le nombre de conversions à l’Islam grandit, ont décidé de punir cette conception du monde qu’ils identifient de manière sommaire avec la civilisation chrétienne : c’est pourquoi les chrétiens, comme nous le constatons au Moyen Orient, au Nigéria ou au Pakistan, sont des cibles privilégiées de leurs exactions. Il s’agit pour eux de conquérir le monde à l’Oumma, en recourant à la violence la plus aveugle pour servir un idéal à la fois politique et religieux.

Nous ne saurions répondre à cette grave crise par le seul recours à une laïcité qui accompagne ce que saint Jean Paul II a appelé « une apostasie tranquille et silencieuse ». Aujourd’hui, après les attentats du mois de janvier à Paris, on semble même avoir oublié les victimes désarmées au profit d’idées que l’on appelle pompeusement les « valeurs de la République » : « Maintenir vivante la démocratie en Europe demande d’éviter les « manières globalisantes » de diluer la réalité : les purismes angéliques, les totalitarismes du relativisme, les fondamentalismes anhistoriques, les éthiques sans bonté, les intellectualismes sans sagesse » (Pape François devant le Parlement européen). Aveuglés sur les vrais enjeux, on s’obstine à idolâtrer la liberté d'expression. Mais une liberté d’expression qui n'est pas au service de l'affirmation des droits humains les plus fondamentaux, comme le droit à la vie et le droit à la liberté religieuse, peut devenir destructrice : en sombrant dans l'insulte et la dérision, elle attise la haine, engendre la violence et érige le manque de respect de l'autre en principe du vivre ensemble! Les événements récents en ont apporté la navrante démonstration.

Ni la violence, ni le laïcisme ne sont une réponse adéquate à la crise que nous vivons. La réponse des chrétiens est tout autre : c'est la grâce de l'Esprit Saint reçue au baptême ! Ce don est seul capable, en nous unissant réellement au Christ mort et ressuscité, de changer radicalement notre cœur, c'est-à-dire de le transformer à la racine, où se cachent les pensées perverses dont Jésus parle dans l'Evangile. On a beaucoup évoqué les islamistes radicaux ou radicalisés, qui exercent une violence inouïe au nom de leur croyance ou de leur religion. La radicalité du baptême se situe à un autre niveau, au plus intime de nous-même, dans la seule contestation qui soit efficace, celle qui s'attaque non aux autres, mais à la racine du mal qui est tapi dans les cœurs : une révolte d'amour contre l'esclavage des passions. En nous établissant dans une relation d'amitié avec le Christ, constamment nourrie par la Parole et les sacrements, la foi nous donne de vaincre le monde ! Alors, nous pourrons avec le Christ transformer l’histoire."

Posté le 16 février 2015 à 14h52 par Michel Janva | Lien permanent

21 Coptes assassinés et attentat au Danemark : inégalité de traitement

Alors que BFM et iTélé ont traité en boucle le sujet de l'attentat qui a lieu hier au Danemark, Bernard Antony s'interroge sur la moindre médiatisation de l'assassinat de 21 Coptes par l'Etat islamique, crime particulièrement odieux et diffusé par vidéo, dans laquelle le message est pourtant clair et vise spécifiquement les Chrétiens : "Message signé avec le sang adressé à la nation de la croix"

"D’évidence, la décapitation de 21 chrétiens coptes en Libye par les barbares de l’État islamique ne soulève pas la même intensité d’indignation médiatique que celle suscitée par d’autres odieux assassinats en Europe ou en Amérique

De même, s’interrompt bien vite le suivi des abominations et enlèvements perpétrés par les hordes de Boko-Haram. Ceci est profondément regrettable. Faut-il parler d’une inégalité de traitement, inconsciente peut-être, mais réelle selon l’origine ethnique ou religieuse des victimes ? 

Peut-être aussi ne veut-on pas évoquer l’accablante responsabilité de la politique à l’égard de ce pays du gouvernement français de M. Nicolas Sarkozy avec M. Juppé comme ministre des Affaires Étrangères et Bernard-Henri Lévy comme principal instigateur ? On se souvient trop peu de ce que le 26 août 2011 M. Juppé n’hésita pas à déclarer au quotidien Le Parisien avec l’assurance hautaine qui le caractérise : 

« L’opération française en Libye est un investissement sur l’avenir » (sic !). 

Le même Juppé précédemment, le 6 mars 2011, avait, on s’en souvient aussi, exprimé combien étaient « intéressants » les Frères musulmans qu’ils avait rencontrés au Caire. Pour une telle suite d’inepties, dans d’autres pays on aurait sinon invité M. Juppé à se faire « hara-kiri », du moins à avoir la décence de ne plus prétendre à des responsabilités gouvernementales

Chrétienté-Solidarité formule des vœux pour que le général Sissi puisse poursuivre son œuvre de libération de l’Égypte de la dictature des Frères musulmans hélas très implantés à Bordeaux (...)  575x194xisis-message-blood-575x194_jpg_pagespeed_ic_0VbrVeM3XEx_XAVapyXw
Comme le souligne justement Yves Daoudal sur son blog sur le même sujet :

"Il faudrait mettre Sarkozy et BHL en première ligne. Ou au moins les juger. Car, si les mots ont un sens, le renversement et l’assassinat de Kadhafi ont été un crime contre l’humanité."

Posté le 16 février 2015 à 14h16 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

Manuel Valls parle d'islamo-facisme

Lu ici :

Le Premier ministre utilise pour la première fois le terme "islamo-facisme" après les deux fusillades de Copenhague, réplique apparente des attentats de Paris, et la profanation d'un cimetière juif en Alsace:

"Pour combattre cet islamo-fascisme, puisque c'est ainsi qu'il faut le nommer, l'unité doit être notre force. Il ne faut céder ni à la peur, ni à la division."

N'ayons donc pas peur, comme le demande Manuel Valls, et rappellons, à l'instar d'Aymeric Chauprade qui avait pourtant été critiqué pour ces propos, les alliances naturelles qui se sont établies au XXème siècle entre le pouvoir nazi et l'islam :

"Le nazisme était allié avec l'islam radical. Himmler lui-même avait deux objets fétiches sur son bureau, Mein Kampf et le Coran. Et la mosquée de Munich a été l'un des grands centres de prédication de l'islam radical, a été installée par les nazis"

On peut aussi relire cet article de Véronique Chemla à propos du documentaire diffusé par Arte et intitulé La croix gammée et le turban, La tentation nazie du grand mufti:

Bundesarchiv_Bild_146-1987-004-09A,_Amin_al_Husseini_und_Adolf_Hitler"Il s’agit d’une alliance précoce : fin mars 1933, le grand mufti affirme au consul d’Allemagne en Palestine sous mandat britannique que « les musulmans approuvent le nouveau régime. Il souligne la nécessité de combattre l’influence néfaste des juifs dans l’économie et la politique ». Rappelons que le 30 janvier 1933 Adolf Hitler est devenu chancelier d'Allemagne.

Ses affinités avec le nazisme sont profondes, et non pragmatiques, non motivées par un ennemi commun : « l’ennemi nazi de mon ennemi britannique est mon ami ». Elles sont cimentées par l’antisémitisme : dès avril 1933, le grand mufti demande à l’Allemagne « de ne plus envoyer ses Juifs en Palestine ». Il souhaite « bâtir une alliance durable ».
Il déclare :

Les principes de l’islam et ceux du nazisme présentent de remarquables ressemblances, en particulier dans l’affirmation de la valeur du combat et de la fraternité des armes, dans la prééminence du chef, dans l’idéal de l’ordre".

Addendum : un lecteur nous transmet ce lien vers une video d'une manifestation anti-israëlienne ayant eu lieu le 16 novembre 2012 à Tunis. On y voit distinctement un drapeau nazi. Il s'agit sans doute d'un militant d'extrême droite infiltré...

Posté le 16 février 2015 à 10h37 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

15 février 2015

Remplacement des jours fériés catholiques dans les DOM

Lu ici :

"Un amendement présenté en janvier par six députés d'Outre-Mer et prévoyant le partage de certains jours fériés avec d'autres religions a été adopté cette nuit par l'Assemblée nationale. [...]

Le texte adopté prévoit que certains jours fériés définis par la loi et inspirés de fêtes catholiques puissent être remplacés par "un même nombre de jours fériés locaux" dans les départements d'Outre-Mer (DOM) afin d'adapter le calendrier "aux contextes culturels et historiques particuliers en Outre-Mer". Les jours remplaçables sont le lundi de Pâques, l'Ascension, le lundi de Pentecôte, l'Assomption, la Toussaint. Les célébrations d'événements historiques sont exclues de cette mesure.

Le remplacement d'un jour férié hérité d'une fête religieuse catholique serait laissé à l'appréciation du préfet, en accord avec les acteurs locaux et avant des négociations en vue d'adapter les conventions collectives." [...]

Le vote de cet amendement est à mettre en perspective avec le changement de statut de l'île de Mayotte, intervenu le 31 mars 2011. En effet, depuis cette date, cette île de l'archipel des Comores est un département d'Outre-mer (et une région d'Outre-mer), à assemblée délibérante unique. Avec 95% de la population musulmane à Mayotte, il est évident que cette assemblée fera pression sur le préfet pour que les fêtes musulmanes prennent la place des fêtes catholiques (dont certaines sont des fêtes d'obligation). Il est très probable que l'islam conquérant exercera très rapidement des pressions similaires sur l'Etat pour obtenir progressivement la même chose dans d'autres départements, de métropole cette fois, où l'islam est localement la première religion (Seine-Saint-Denis, Bouches-du-Rhône, Loire, Haut-Rhin, Val-de-Marne...). On peut également constater qu'aucun jour férié laïc (comme le 1er mai) n'est concerné, et que d'autre part, la fête de l'Assomption, qui est aussi pour la France une fête historique (Vœu de Louis XIII) et aurait dû à ce titre ne pas être concernée, fait partie des fêtes remplacées.

Posté le 15 février 2015 à 19h08 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (23)

Nous sommes tombés dans le piège tendu par Daesh

Selon Olivier Hanne :

"[...] les solutions de sortie pour la société française se réduisent : soit nous continuons à nier la réalité du danger, soit nous militarisons la société, soit nous renégocions le "contrat social" qui nous unit, mais sur quelles bases ?"

Posté le 15 février 2015 à 15h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

14 février 2015

371 incidents contre des militaires en faction depuis janvier

Les premiers soldats déployés en urgence après les attentats des 7, 8 et 9 janvier à Paris quitteront au cours de ce week-end l’Ile-de-France. L’effectif a atteint 10 412 hommes le 15 janvier dans l’opération rebaptisée Sentinelle. Les armées étaient déjà déployées sur les opérations extérieures au maximum de leurs capacités (pour l’armée de l’air) ou même au-delà du contrat prévu dans le Livre blanc de la défense de 2013, avec 9 500 soldats au total.

Les responsables militaires plaident pour une adaptation de Vigipirate. L’objectif est de faire diminuer l’effectif militaire, pour le porter à 7 500, puis 3 000. Au total, 154 unités ont été déployées sur 722 sites classés « sensibles » par les préfets. Pour l’opération Sentinelle 592 sites confessionnels ont été protégés, dont la plupart ont jusqu’ici fait l’objet d’une garde statique et près de 200 étaient surveillés 24 heures sur 24, même si les locaux étaient vides. Cette « posture » va changer. Les militaires la jugent dangereuse pour les soldats, régulièrement pris pour cible. Les gardes statiques vont dans de nombreux cas être remplacées par des patrouilles mobiles. Depuis le début de l’opération en janvier, le commandement a recensé 371 incidents contre la troupe. 

Posté le 14 février 2015 à 15h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Pour un authentique dialogue avec les musulmans

L'Homme Nouveau consacre un dossier aux Missionnaires de la Miséricorde divine, qui se consacrent notamment à l'évangélisation des musulmans. L'abbé Fabrice Loiseau déclare notamment :

Une-1584-blog"Le dialogue est nécessaire. Le catholique croit profondément dans l’importance du dialogue. Mais trop souvent le dialogue est devenu une fi- nalité en soit. Avec l’islam, le dialogue sur une question théologique ne repose souvent pas sur une bonne connaissance de l’islam de la part du côté catholique. De ce fait, le dialogue n’a pas mené à grand-chose. C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir une meilleure connaissance de l’islam. Je pense que tant que l’on n’invitera pas des convertis dans ce dialogue, on restera à la surface des choses. Il y a plusieurs aspects sur lesquels les musulmans doivent être interpellés : la notion de la parole incréée, dogme fondamental qui empêche très souvent une compréhension de leur part du christianisme.

D’autres notions douloureuses doivent aussi être abordées telles que le djihad, la place de la raison, ou encore les erreurs historiques de l’islam à propos du christianisme. Et surtout ces dialogues n’ont pas à être consensuels. Ils doivent se faire en vérité. Il est nécessaire d’interpeller les musulmans sur les sujets en contradiction avec le christianisme. On va trop souvent chercher ce qui est commun, comme l’aumône, l’importance de la prière, etc. Et cela peut fausser le dialogue. Beaucoup de musulmans aujourd’hui croient que les chrétiens sont subjugués par l’islam, et qu’ils n’osent pas interpeller les musulmans. Les trois principaux mystères rejetés violemment par l’islam doivent donc être impérativement abordés, à savoir la Trinité, l’Incarnation et la Rédemption."

Posté le 14 février 2015 à 15h10 par Michel Janva | Lien permanent

13 février 2015

IUT de Saint-Denis : un rapport plein d'amalgames

Un rapport sur le département «techniques de commercialisation» de l’IUT de Saint-Denis a été rédigé par l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale, à la suite d’une inspection. Il ressort que le comportement de Rachid Zouhhad, directeur du département en question depuis juin 2012, est qualifié de «clanique». Samuel Mayol, directeur de l’institut, est victime de menaces de mort à caractère islamique, agressé physiquement en mai dernier. Quelques dysfonctionnements:

  • Un système «clanique». C’est à un véritable «ménage» auquel a procédé Rachid Zouhhad, le directeur du département TC, dès novembre 2012. Un an après la prise de fonction de M. Zouhhad (…), plus aucune femme n’exerçait de fonction de directeurs des études (…) Elles avaient toutes été remplacées par des hommes, appartenant par ailleurs à la même organisation syndicale que M. Zouhhad (Supautonome).
  • Une trentaine de tapis de prière dans un placard de l’association étudiante «l’Ouverture». L’association étudiante «l’Ouverture», qui dispose d’élus au conseil d’administration de Paris XIII, bénéficie d’un local au sein de l’IUT et du droit de vendre des sandwichs «hallal» dans le hall. Face aux demandes d’autres associations, le directeur de l’IUT décide de partager cette salle et demande une restitution des clés. Refus de l’association qui est alors convoquée. Convocation qui n’aura pas lieu pour cause d’alerte à la bombe. 

Posté le 13 février 2015 à 21h34 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

Que les adeptes du Padamalgam lisent "Dar al-Islam"

1047543104Le numéro 2 du magazine francophone de l’Etat islamique, Dar al-Islam, est intéressante à plus d'un titre. Outre le fait d'être rédigée dans un bon français, qui montre que les rédacteurs ne viennent pas de n'importe où, cette revue est truffée de citations du Coran et des Hadiths, justifiant les actions terroristes, la violence, le sang.

"Ach-Cha’bî rapporte de l’Emir des croyants ‘Alî qu’une juive insultait le Prophète (paix et bénédiction sur lui), un homme l’étrangla, le Prophète rendit son sang licite. [Rapporté par Aboû Dâwoûd  n°4362].

Aboû Dâwoûd rapporte selon Ibn ‘Abbâs qu’unaveugle possédait une esclave mère d’enfant qui insultait le Prophète (sur lui la prière et la paix), il lui interdisait cela mais elle ne cessait pas. Une nuit il prit un poignard, la posa sur son ventre et s’appuya jusqu’à la tuer. Cela parvint au Prophète (paix et bénédiction sur lui) qui dit : Soyez témoins que son sang est licite. [Rapporté par Aboû Dâwoûd  n°4361].

Ibn al-Qayyim rapporte selon al-Khallâl qu’un moineest passé devant ‘Abdallâh ibn ‘Omar. On lui dit qu’il insultait le Prophète (sur lui la prière et la paix ) il dit :Si je l’avais entendu je l’aurai tué moi-même, nous ne leur avons pas donné la protection sur cela. [Ahkâm Ahl adh-Dhimmah  3/1358].

Mouhammad Ibn Sahnoûn a dit : Les savants sont unanimes pour dire que celui qui insulte le Prophète (paix et bénédiction sur lui) ou le crique est un mécréant sur qui pèse la menace du châtiment d’Allâh. Son jugement est la mort quant à celui qui doute de sa mécréance ou de son châtiment il est lui-même un mécréant. [As-Sârim al-Masloûl p.7]."

Les islamologues vont devoir se creuser les méninges pour nous expliquer comment ces citations ont été mal interprétées.

Posté le 13 février 2015 à 18h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (23)

"Gestion de la barbarie"

Il s'agit du titre d'un livre, écrit par Abu Bakr Naji (probablement un pseudonyme collectif), et qui est très certainement, d'après Valeurs actuelles, le livre de chevet des chefs djihadistes qui sévissent partout dans le monde, qu'il s'agisse d'Al Qaïda, de Daesh ou de Boko Haram. Jamais traduit avant avril 2007, date à laquelle il est sorti en France aux Editions de Paris avec une préface de Jacques Heers, il est comparable par son importance au "Mein Kampf" d'Hitler, dont le maréchal Lyautey recommandait la lecture afin de comprendre ce qui se tramait.

Cet article d'avril 2009 analyse ce livre comme étant le memento du parfait barbare djihadiste, et les évènements auxquels nous assistons depuis ces dernières années montrent que les conseils qu'il prodigue sont suivis à la lettre. Ce texte revêt une importance particul ière dans le contexte qui est le nôtre :

"Ce texte, jamais traduit en français, a été longuement étudié par le Combating Terrorisrn Center de West Point (le Saint-Cyr américain) et l’Olin Institute For Strategic Studies d’Harvard, vigilants observateur de la menace islamiste. Dans l’esprit même du philosophe chinois Sun Tzu : « Si tu connais ton ennemi et si tu te connais toi-même, ta victoire ne fera aucun doute. Si tu connais le Ciel et si tu connais la Terre, tu peux faire que ta victoire soit encore plus complète. »[...]

[...] "[C]es travaux jihadistes sont intelligents (et diaboliquement intelligents), ce sont des manuels d’insurrection globale rédigés par des penseurs particulièrement doués. La question peut se poser de savoir si ces textes guident les actions des jihadistes de terrain. Ce qui est sûr, en revanche, c’est qu’ils sont lus et étudiés par l’intelligentsia jihadiste et qu’ils sont la meilleure des sources pour comprendre la nature intrinsèque du mouvement jihadiste.»[...]

Que dit Abu Bakr Naji [l'auteur du livre - NDMB] ? Qu’il ne croit pas que le mouvement jihadiste peut vaincre les États-Unis via un affrontement frontal mais qu’il peut le faire au prix d’une guerre planétaire et terroriste. En propageant partout la peur, la mort, la haine, en frappant les alliés — musulmans et non-musulmans — des infidèles, en ruinant les économies des puissances occidentales, se mettra en place une barbarie (nous aurions pu aussi bien traduire le titre arabe par Gestion de la sauvagerie) que les jihadistes auront à gérer. Et c’est de cette gestion (ce management en anglais), étape indispensable, qu’émergera le califat, la victoire d’Allah, le règne de l’Oumma.

Les actions terroristes tous azimuts, explique — et veut démontrer — Abu Bakr Naji, créeront un tel sentiment d’insécurité que des régions entières, des régions « barbares », des régions « sauvages », seront abandonnées aux jihadistes qui s’appliqueront alors à les gérer, appelés à le faire — suppliés de le faire — par les populations (musulmanes mais aussi non-musulmanes) hébétées de terreur et avides d’un retour à l’ordre. Une fois l’ordre islamique, l’ordre de la charia, rétabli, la marche vers le califat coulera de source.

Une illusion jihadiste ? Pas vraiment. Souvenons-nous qu’après les attentats islamistes de Madrid, une majorité d’Espagnols ont renvoyé le très pugnace Aznar pour se jeter dans les bras de Zapatero qui leur promettait d’acheter leur sécurité — leur dhimmitude en fait — en se rangeant aux exigences jihadistes : le retrait des forces espagnoles engagées en Irak.[...]

On lira aussi avec intérêt ce que Abu Bakr Naji écrit de l’utilisation des médias et de l’opinion publique, explicitant bien qu’il y a là un « ventre mou » qu’il convient de manipuler intelligemment. La méconnaissance de la menace islamiste et ce tabou suicidaire de s’interdire tout amalgame entre « islam » et « islamisme » sont les meilleurs alliés des théoriciens du jihad. D’un côté, des combattants prêts à tout — et d’abord au pire — pour imposer la loi de l’Oumma. De l’autre, des peuples fatigués et des gouvernants sans réelle volonté politique. D’un côté, la barbarie comme moyen de conquête. De l’autre, un mol endormissement…" [...]

Un "mol endormissement", quelques pilules de padamalgam, et de douces "marches républicaines" dans un entre-soi bien confortable... 

Posté le 13 février 2015 à 13h44 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

12 février 2015

57 nuances d'Islam

Lu sur Boulevard Voltaire :

"(...) Sachant que siègent à l’ONU 57 pays musulmans, membres de l’Organisation de la coopération islamique, nous serions bien heureux que l’on nous dise tout simplement lesquels incarnent le mieux l’idéal islamique tant vanté. Il y a là 57 occasions en or, 57 nuances d’islam, dans 57 pays ! Qu’on nous désigne enfin ceux chez lesquels le vrai islam est pratiqué : est-ce au Yémen ? Au Soudan ? En Arabie saoudite ? Non, pas là ? En Iran, au Mali ? En Afghanistan, peut-être ? Au Pakistan ? Ah, non plus ! Où donc, alors ? Allons, messieurs les spécialistes, montrez-nous un exemple, un tout petit nous suffirait. Mais l’exercice semble bien difficile !

L’islamologue agacé nous désigne alors le fameux « islam de France » ! « C’est celui-là, le vrai de vrai », celui des musulmans modérés qui n’ont émigré que pour fuir la misère… et le faux islam ! Mais cet islam idéal, cet islam de France, est à l’islam ce que le communisme de Georges Marchais était au communisme : un « idéal », effectivement, un qui n’a jamais fait ses preuves… tel un programme politique jamais appliqué ! Rien que des mots."

Posté le 12 février 2015 à 14h09 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (4)

Un parti musulman aux prochaines élections

Le livre de Houellebecq serait-il prémonitoire à ce point ? L'Union des démocrates musulmans français (UDMF) présentera des candidats dans 8 cantons (sur 2000) lors des élections cantonales de mars prochain : Bobigny (Seine-Saint-Denis à Bagneux) (Hauts-de-Seine), aux Mureaux (Yvelines), à Marseille, Lyon, Nice et probablement Strasbourg. Elle possède déjà un premier élu à Bobigny, après que le parti ait apporté son soutien à la liste de l'actuel maire UDI Stéphane de Paoli. Najib Azergui, d'origine marocaine, se défend de vouloir «islamiser la société» ou de vouloir «installer la charia en France».

Créée en 2012, l'UDMF revendique environ 900 adhérents et 8 000 sympathisants sur toute la France. L'UDMF préconise le développement de l'industrie alimentaire Halal pour relancer l'emploi, et le recours à la finance islamique pour assainir l'économie. Le parti veut autoriser le port du voile dans les établissements scolaires.

Posté le 12 février 2015 à 09h37 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (28)

"La Risâla", le "catéchisme" sunnite malékite, incite au meurtre

La Risâla est le compendium des prescriptions du sunnisme malékite, comparable pour sa notoriété au sein du monde musulman, au catéchisme pour les catholiques. Joachim Véliocas nous propose une page de cet ouvrage, qui montre bien que les prescriptions de l'islam n'ont rien de contradictoire avec les agissements des terroristes islamiques, bien au contraire :

"Bien connu des islamologues et des musulmans pratiquants, programmé à l'école d'imams de la Grande Mosquée de Paris (voir plus bas), présent dans toutes les librairies musulmanes de France jusqu'à celle de l'Institut du Monde Arabe (preuve vidéo), le compendium incontournable du sunnisme malékite -école islamique officielle dans tout le Maghreb- éclaire les motivations du meurtre de l'équipe de Charlie Hebdo.

3435680036.2

Le ministère des Affaires religieuses du Maroc rend compte que   "Elle (la Risâla) est programmée dans les établissements de l’enseignement traditionnel et elle est hautement considérée par les oulémas" (source : habous.gov.ma).  Il est programmé comme "référence" par "Le guide de l'étudiant" de l'institut al-Ghazali [...], école d'imâm de la Grande Mosquée de Paris. Nous l'avions trouvé à l'Institut du Monde Arabe. Plus généralement, étant aussi connu chez les musulmans que le catéchisme chez les catholiques, il se trouve dans toutes les librairies musulmanes. 

Nous avions déjà dans des articles précédents cité cet ouvrage qui recommande de tuer les homosexuels, d'attaquer les non musulmans qui refusent la conversion ou l'impôt islamique (jizya). Nous tenions à publier le scan de la page 266 de l'édition d'al Maktaba al Assyria (Beyrouth, 2004) qui explique que ceux qui insultent ou injurient le "Prophète" doivent être tués. Ceux qui négligent la prière et les apostats sont aussi condamnés à mort. Aussi, on appréciera la prescription de tuer ceux qui se disent musulmans en public sans l'être en privé, précaution dont on comprend aisément les raisons dans les zones musulmanes de France et d'ailleurs."

Posté le 12 février 2015 à 07h57 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

11 février 2015

A voile et à képi

Le Canard enchaîné rapporte d'autres cas que celui de la gendarmette amoureuse :

Gendarmette

Posté le 11 février 2015 à 21h22 par Louise Tudy | Lien permanent

Sondage : les régles islamiques passent avant la loi française pour 73% des musulmans

 

Les mulsulmans considérés comme "fondamentalistes" | Create infographics

Cette infographie provient du journal Le Soir, qui titre : "la moitié des musulmans belges sont fondamentalistes". 52,5% des musulmans belges interrogés par le Berlin social science center ont en effet répondu "oui" aux trois affirmations indiquées dans l'Infographie:

  • Les musulmans doivent retourner vers les racines de la foi.
  • Il n’y a qu’une seule interprétation du Coran. Chaque musulman doit s’y tenir.
  • Les règles religieuses sont plus importantes que les lois.

Qu'en est-il du panel français ? Cliquez sur chaque question, vous verrez que 73% des sondés considèrent, par exemple, que les règles islamiques passent avant la loi. Le Soir ne précise pas combien de musulmans de France ont répondu "oui" à l'ensemble des trois questions et sont donc assimilés, par les auteurs de l'étude, à des fondamentalistes.

La réforme de l'islam qu'espèrent certains n'a pas l'air d'enthousiasmer les personnes concernées.

Posté le 11 février 2015 à 18h37 par Louise Tudy | Lien permanent

"Il y a un problème avec toutes les religions dans la République"

Gérald Darmanin, député UMP et ancien porte-parole de Nicolas Sarkozy, a été chargé par ce dernier de codiriger, avec Henri Guaino, « une cellule de réflexion sur l’Islam en France ». A partir de 7'00 :

L'invité de Bruce Toussaint du 11/02/2015 -

 

 

Christian Vanneste, trahi par Darmanin en 2012, n'aurait pas créé ce genre de polémique.

Posté le 11 février 2015 à 14h59 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (14)

10 février 2015

Une bande de potes de Nice qui se retrouvent à faire le Jihad ensemble en Syrie

La réalité est bien autre selon Valeurs actuelles.


Niçois parti faire le djihad :" Les promesses n... par nice-matin 

Posté le 10 février 2015 à 19h22 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (3)

L'islam accueille un nombre croissant de convertis depuis les attentats

D'après RTL :

"Depuis les attentats du mois de janvier qui ont touché la France, les mosquées de Paris, Lyon ou encore Strasbourg ont enregistré une hausse des conversions à la religion musulmane.

En janvier 2015, la Grande Mosquée de Paris a délivré 40 certificats de conversion. Sur la même période l'année dernière, elle n'en avait donné que 22, soit deux fois moins, selon une information RTL. Même constat à Strasbourg et Aubervilliers où une hausse de 30% a été enregistrée. Lyon suivrait aussi cette tendance avec une augmentation de 20%."[...]

Les imams semblent les premiers surpris par l'augmentation du nombre de nouveaux fidèles ainsi que par la diversité de leurs profils. À Paris, un médecin, une directrice d'école ou encore un policier, ont franchi la porte de la Grande Mosquée pour se convertir."

Une des raisons invoquées par une nouvelle convertie est qu'elle voulait prouver que les amalgames qu'elle avaient remarqués autour d'elle entre l'islam et les terroristes après les attentats, étaient infondés. Prochaine étape, le départ pour la Syrie ou l'Irak avec mari, co-épouses et toute la marmaille ?

Posté le 10 février 2015 à 18h09 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (27)

09 février 2015

L'islam dans nos campagnes...

ou quand 20 radicaux s'installent dans le village de Marvejols en Lozère et d'autres encore à Châteauneuf -sur-Cher ou encore Saint-Uze...

Posté le 9 février 2015 à 19h55 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (13)

Yves Pozzo di Borgo (UDI) contre la liberté d'expression

Extrait d'une tribune de Sophie Coignard dans Le Point :

"Le sénateur UDI de Paris Yves Pozzo di Borgo ne veut pas que le dernier film de Clint Eastwood soit diffusé en France. Ou du moins pas tout de suite, ou pas pour tout le monde. Le Journal du dimanche révèle le contenu d'une lettre que le sénateur a écrite à François Hollande, pour s'inquiéter de la sortie en salle le 18 février d'American Sniper, qui raconte la - vraie - vie d'un tireur d'élite de l'US Army durant la guerre en Irak. Motif : "la stigmatisation de la population musulmane".

Il se trompe de polémique. Aux États-Unis, où le film rencontre un succès considérable depuis plusieurs semaines, les interrogations portent sur un tout autre sujet : doit-on transformer en héros un assassin, qui a ôté la vie à plus de 150 personnes ? Le fait que ses cibles soient musulmanes n'a même pas été abordé dans un pays pourtant sourcilleux sur le respect des religions (...)

Il y a un mois, la France se mobilisait comme jamais pour défendre, entre autres valeurs, la liberté d'expression. Pourquoi, ensuite, infantiliser les Français au point de leur refuser l'accès à une oeuvre plébiscitée outre-Atlantique ? Appeler les autorités à la censure est très rarement une bonne idée. Cette tendance au politiquement correct, qui confine parfois à la lâcheté, s'est illustrée il y a quelques jours à Clichy-la-Garenne, dans la banlieue parisienne. Le maire PS, Gilles Catoire, a menacé de se désolidariser d'une exposition organisée dans et par sa commune si une installation n'en était pas retirée. Celle-ci, composée de tapis de prière et d'escarpins, avait suscité des mises en garde d'administrés en colère... À Villiers-sur-Marne, le maire UMP a  déprogrammé Timbuktu dans une salle de cinéma à la mi-janvier sous le prétexte - inexplicable pour qui a vu ce film - qu'il risque de faire l'apologie du terrorisme."

Trois élus, un du centre, un de gauche, un de droite, cèdent donc, d'une manière ou d'une autre, à un chantage ou une menace, réels ou fantasmés (...) Car avec des raisonnements - si l'on ose dire - tels que ceux tenus par les trois élus terrorisés, il y a longtemps que Charlie Hebdo, entre autres, aurait été interdit en France" 

Posté le 9 février 2015 à 15h30 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

80 djihadistes français tués en Syrie et en Irak

Lu ici :

"Ce sont près de 1 400 personnes qui ont été identifiées, Français ou résidents, comme étant en relation avec ces filières. Environ 750 y séjournent ou ont séjourné, 410 seraient aujourd'hui sur place, 260 repartis, et 80 Français ou résidents en France ont été tués sur place", a déclaré le Premier ministre lundi sur Europe 1."

Et ce ne sont que les chiffres officiels jugés communiquables aux Français par le gouvernement socialiste... Ce ne sont en fait que des estimations qu'il faudrait sans doute multiplier par 3 pour approcher de la vérité.

Posté le 9 février 2015 à 15h23 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (2)

07 février 2015

"Islamophobie" : il faut cesser les amalgames de la pensée molle et de la lâcheté

Lu sur le Figarovox :

"[...] En relayant abondamment le concept d'islamophobie, les médias et quelques décideurs politiques portent une lourde responsabilité et surtout tombent dans le piège de certains leaders islamistes. Le rêve ultime de ces idéologues qui crient systématiquement à l'islamophobie est de mettre en place une France communautarisée, segmentée, fracturée...

Enfin, le concept d'islamophobie a également pour objectif de minorer l'antisémitisme. Certains imams radicaux sont foncièrement antisémites. Tout ce qui peut saper le poids supposé de la communauté juive dans la sphère publique doit être combattu selon eux. L'islamophobie est l'une de ces armes. Tout ce qui peut nier l'antisémitisme en France et dans le monde doit être mis en œuvre... On remarque d'ailleurs que l'étendard de l'islamophobie a tout de suite été brandi après les attentats, alors que les victimes de l'hyper-cacher étaient juives et ont été tuées parce qu'elles étaient juives. Ne l'oublions pas. [...]

Alors oui, il faut cesser les amalgames de la pensée molle et de la lâcheté. Oui, il faut combattre chaque jour le racisme qui est incompatible avec notre République. Mais, non, il ne faut pas confondre racisme et islamophobie, car cet amalgame sera fatal à nos valeurs républicaines, au premier rang desquelles la laïcité... que certains rêvent de voir disparaître. Soyons vigilants et résistons! [...]"

Posté le 7 février 2015 à 10h37 par Michel Janva | Lien permanent

06 février 2015

"Le lycée Averroès est un territoire «musulman» sous contrat avec L’Etat"

Depuis la rentrée 2014, Soufiane Zitouni enseigne au lycée Averroès, établissement privé musulman, sous contrat avec l’Etat, situé à Lille. Le 15 janvier, il publiait dans Libération une tribune intitulée «Le Prophète est aussi Charlie» dans laquelle il concluait «le prophète de l’islam, Mohamed, pleure avec nous toutes les victimes innocentes de la barbarie et de l’ignorance, et demande à Allah le pardon pour les nombreuses brebis égarées se réclamant de sa religion alors qu’elles n’ont toujours pas compris l’essentiel de son message.» Il raconte maintenant dans Libération ses difficultés suite à la publication de ce texte, ainsi que son quotidien durant les cinq mois passés au sein de ce lycée. Depuis deux semaines, démissionnaire de son poste, Soufiane Zitouni est en arrêt maladie : 

"[...] Or, le jour même de la publication de ce texte, un proche de la direction de mon lycée vint m’interrompre en plein cours pour me dire en catimini dans le couloir attenant à ma classe : «Il est très bien ton texte, je suis d’accord avec toi sur le problème des musulmans qui manquent d’humour et de recul par rapport à leur religion, mais tu dois savoir que tu vas te faire beaucoup d’ennemis ici, et je te conseille de regarder derrière toi quand tu marcheras dans la rue…».

Par la suite, un enseignant décida d’afficher une photocopie de mon texte en salle des professeurs. Bien mal lui en prit ! Ma pauvre tribune libre sera retirée plusieurs fois du tableau d’affichage «Vie de l’établissement» par des collègues musulmans furieux qui crieront au sacrilège ! Puis le 20 janvier, un professeur du lycée, proche des frères Tariq et Hani Ramadan, publia une sorte de «réplique» sur le site «L’Obs Le plus». Dans cette tribune, il incrimina mon manque de raison, et tira à boulets rouges sur Charlie Hebdo en affirmant que ce journal «cultive l’abject» et qu’il «concourt, chaque jour, à la banalisation des actes racistes» (sic). Voilà donc ce que pensait un «représentant» du lycée Averroès d’un journal qui venait d’être attaqué tragiquement par des terroristes au nom d’Al Qaeda ! Pas étonnant alors que certains de mes élèves m’aient affirmé en cours que les caricaturistes de Charlie Hebdo assassinés l’avaient bien cherché, voire mérité… Et évidemment, nombre d’élèves me tiendront exactement le même discours que mon «contradicteur» : «vous n’auriez jamais dû écrire dans la presse que le Prophète est aussi Charlie !»«c’est un blasphème !»«vous léchez les pieds des ennemis de l’islam !», etc. Ce texte sera ensuite affiché à côté du mien en salle des professeurs, par souci du «débat démocratique», a-t-on essayé de me faire croire…

J’ai commencé à enseigner la philosophie au lycée Averroès en septembre 2014. Bien qu’on m’ait prévenu que cet établissement était lié à l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), réputée proche de l’idéologie de Frères Musulmans, j’ai tout de même voulu tenter cette expérience en espérant pouvoir travailler dans l’esprit du grand philosophe Averroès, et donc contribuer, à ma mesure, au développement sur notre territoire national d’un islam éclairé par la raison, comme le philosophe andalou du XIIe siècle a tenté de le faire lui-même de son vivant. Mais en cinq mois de travail dans ce lycée, mon inquiétude et ma perplexité n’ont fait que s’accroître jusqu’à l’épilogue que fut cette réaction incroyable à un texte dont le tort principal aux yeux de mes détracteurs était sans doute d’être intitulé : «Aujourd’hui, le Prophète est aussi Charlie»

Pour vous donner une première idée de l’illusion qui fait office d’image positive dans la vitrine publique de ce lycée, je vais vous relater ma première mauvaise surprise : la direction m’a confié des élèves de seconde pour deux heures hebdomadaires d’enseignement d’exploration en «Littérature et Société», alors en tant que professeur de philosophie, j’ai décidé de travailler avec eux sur un projet que j’ai nommé «L’esprit d’Averroès» afin de leur faire découvrir celui qui a donné son nom à leur lycée. Mais quelle n’a pas été ma surprise de constater que sur les rayons du CDI de cet établissement, il n’y avait ni livres du philosophe andalou, ni livres sur lui ! En revanche, j’y ai trouvé des ouvrages des frères Ramadan, très prisés dans ce lycée… J’ai dû alors me rabattre sur des bibliothèques municipales de Lille pour pouvoir commencer mon travail.

Pendant mes cours de philosophie avec mes quatre classes de terminale, les désillusions ont continué. Tout d’abord, le thème récurrent et obsessionnel des Juifs… En plus de vingt années de carrière en milieu scolaire, je n’ai jamais entendu autant de propos antisémites de la bouche d’élèves dans un lycée ! [...]

Autre cause de grosses tensions avec mes élèves : ma prétendue non-orthodoxie islamique ! Car évidemment, en tant que professeur de philosophie de culture islamique travaillant dans un lycée musulman, il m’arrivait régulièrement d’établir des passerelles entre mon cours et certains passages du Coran ou de la Sunna (un ensemble d’histoires relatant des propos et des actes du Prophète). Mais j’ai été agressé verbalement par des élèves qui considéraient que je n’avais aucune légitimité pour leur parler de la religion islamique, et de surcroît dans un cours de philosophie ! J’avais beau leur dire que c’était précisément la grande idée du philosophe Averroès que de considérer qu’il ne pouvait y avoir de contradiction entre la vérité philosophique et la vérité coranique, rien n’y faisait.

[...] Je peux vous parler aussi de la salle des professeurs du lycée Averroès, où des collègues musulmans pratiquants font leurs ablutions dans les toilettes communes, donc en lavant leurs pieds dans les lavabos communs, et où la prière peut être pratiquée à côté de la machine à café… Quid des collègues non musulmans (il y en a quelques-uns) qui aimeraient peut-être disposer d’un espace neutre, d’un espace non religieux, le temps de leur pause ?

En réalité, le lycée Averroès est un territoire «musulman» sous contrat avec L’Etat… D’ailleurs, certains collègues musulmans masculins se sont permis de faire des remarques sur des tenues vestimentaires de collègues féminines non musulmanes, sous prétexte qu’elles n’étaient pas conformes à l’éthique du lycée ! [...]

Mais, j’ai fini par comprendre au bout de cinq mois éprouvants dans cet établissement musulman sous contrat avec l’Etat français (mon véritable employeur en tant que professeur certifié), que les responsables de ce lycée jouent un double jeu avec notre République laïque : d’un côté montrer patte blanche dans les médias pour bénéficier d’une bonne image dans l’opinion publique et ainsi continuer à profiter des gros avantages de son contrat avec l’Etat, et d’un autre côté, diffuser de manière sournoise et pernicieuse une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme, c’est-à-dire, un mélange malsain et dangereux de religion et de politique.

Enfin, last but not least, il y a ce propos entendu de la bouche même d’un responsable du lycée, lors d’un discours prononcé à l’occasion d’une remise des diplômes à l’américaine aux bacheliers du lycée de la session 2014, en présence de deux «mécènes» du Qatar : «Un jour, il y aura aussi des filles voilées dans les écoles publiques françaises !» Un programme politique ?"

Posté le 6 février 2015 à 21h17 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Culture de mort : Avortement , France : L'Islam en France , L'Eglise : L'Eglise en France

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Culture de mort : Avortement , France : L'Islam en France , L'Eglise : L'Eglise en France