29 janvier 2015

Charlie Hebdo : manifestation d’un nihilisme contre lequel est venu frapper un autre nihilisme

Le Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, est interrogé par la revue Traces (Communion et Libération) à propos des faits tragiques du 7 janvier à Paris. Extraits :

B[...] Êtes-vous interpellé, et comment devrions- nous être interpellés par la violence que nous voyons affluer dans tant de zones du monde?

C’est une vraie question, qui n’est pas exclusivement musulmane ou religieuse. Rappelons d’abord que les régimes athées du XXème siècle ont fait des millions de martyrs. Je pense aussi au génocide rwandais qui s’est développé entre populations chrétiennes. Quant à notre société si contente d’elle-même, si prompte à expliquer au monde les «valeurs universelles» ou la démocratie, elle a renoncé depuis bien longtemps au caractère sacré de la vie humaine. [...]

J’ai été très vivement interpellé par une analyse de Jean-Pierre Denis, un journaliste français: il explique que l’islamisme est comme une tumeur qui se développe sur le corps de l’Islam et qu’il ne faut pas trop vite dire que les deux n’ont rien à voir, faute de quoi on ne pourrait jamais procéder à l’opération. De la même manière que la pédophilie est un abcès qu’il convient de crever, la question de la violence, du rapport à la raison ou de la liberté de conscience sont des questions légitimes, indispensables, urgentes, auxquelles les musulmans savent qu’ils doivent répondre par eux-mêmes.

[...]En fait, il s’agit de trouver un bon équilibre entre la foi et la raison : quand la raison se croit toute puissante, oublieuse de la foi, c’est-à-dire lorsqu’elle trouve en elle-même son origine et sa fin, elle devient inéluctablement une puissance de destruction, comme on l’a vu dans les grands totalitarismes du XXème siècle. Il en est de même pour la foi: lorsque celle-ci n’est plus tempérée par la raison, elle dérive et s’abîme souvent dans l’intégrisme, le fondamentalisme, le terrorisme. Elle considère l’homme comme un moyen au service d’une cause, alors même qu’il est la cause à servir. J’aime la formule du Cardinal Tauran car il ne dit pas que la religion est la solution mais qu’«elle fait partie de la solution». Nous nous rappelons la première page de l’Encyclique de Jean-Paul II où il expliquait que la foi et la raison sont les deux ailes qui nous portent vers la lumière. Priver notre vie de l’une de ces deux ailes, c’est le crash assuré dans les ténèbres.

[...] Pour moi, Charlie Hebdo est la manifestation d’un nihilisme désespéré contre lequel est venu frapper un autre nihilisme, celui de l’Islam radical. La culture du «rien n’a de sens» dégénère dans l’apologie de la dérision d’une part ou dans celle de la violence d’autre part. Car, si rien n’a de valeur, si rien n’est respectable, alors tout est destructible. J’ai entendu cette formule que je trouve juste : «Non, je ne suis pas Charlie, car je ne ris pas de tout. Je ne ris pas de la mort des gens de Charlie, par exemple». [...]"

Posté le 29 janvier 2015 à 10h16 par Michel Janva | Lien permanent

28 janvier 2015

Stop Djihadisme ? Vraiment ?

SPour lutter contre le terrorisme, notre gouvernement ouvre... un site internet. Il est ici. Il s'agit de "comprendre, agir, décrypter et se mobiliser". Dans le décryptage, se trouve la lutte contre la propagande sur internet. Et le site gouvernemental rappelle que

"La  loi du 13 novembre 2014 prévoit la possibilité de fermeture administrative de ces sites par l’État."

Soit. Mais comme le note l'Observatoire de l'islamisation, les livres djihadistes sont toujours en vente dans les librairies.

"L'Etat Islamique peut se féliciter d'avoir son livre de chevet vendu à la FNAC. Malgré le reportage de LCI , malgré la Une du Figaro en Juillet, l'enseigne persiste: le livre "La Voie du Musulman" , best-seller écrit par le cheikh algérien al Djazairi (né en 1921) connu pour ses prédications à la mosquée du Prophète à Médine, est toujours en vente ce mercredi 28 janvier à la Fnac rue de Rennes à Paris. Que lit-on à l'intérieur (avec cette édition aussi vendue en Fnac) ?

[...] "Il faut que tous les musulmans, formant un seul ou plusieurs états séparés, s'équipent de toutes sortes d'armes. Ils doivent aussi se perfectionner et s'améliorer dans l'art militaire défensif et offensif, pour défendre ou attaquer au moment opportun pour que le verbe de Dieu triomphe" page 267

"Avant d'entreprendre la guerre contre les infidèles, il faut les convier à l'islam, s'ils refusent on les invite à payer un tribut, s'ils refusent finalement, on recourt aux armes" page 269

"Celui qui renie les décrets divins concernant la prière, le jeûne, le pèlerinage, l'obéissance aux parents ou le Jihad est un renégat (…) Peines infligées aux renégats: Durant trois jours, on incite le renégat à renoncer à sa croyance et à demander grâce à Dieu, s'il n'accepte pas, il est passible de la peine capitale " page 395

"Kharaj ou impôt foncier: C'est un tribut que les musulmans imposent sur les terres conquises par la force" page 273

"Le Prophète est formel: "On ne doit ni édifier d'églises en terre d'islam ni les restaurer" page 271

"Dieu veut que les musulmans exterminent les polythéistes sans leur donner l'avantage d'être considérés comme prisonniers" page 274"

Sans parler des prêches dans les mosquées, souvent construites grâces aux municipalités.

Posté le 28 janvier 2015 à 17h34 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

Il est temps d'inviter les musulmans à trouver leur patrie ailleurs

Cheyenne-Marie Carron, productrice de L’Apôtre, qui raconte la conversion d'un musulman au christianisme, est interrogée dans Minute. Extraits :

"L’atmosphère s’est beaucoup alourdie depuis les 7 et 11 janvier. Il y a vraiment, pour tout le monde je crois, un avant et un après l’attentat. Et parce qu’il y a en France beaucoup de Français qui sont des Français de papier, on se croit obligés de se taire et de faire taire ceux qui tentent de témoigner de façon sincère sur des questions religieuses qui sont libres. Ces gens qui font pression ou qui menacent ne jouent pas le jeu de la laïcité, c’est-à-dire de l’impartialité religieuse. Je ne les juge pas mais je pense qu’ils n’aiment pas cette France et ses valeurs. Il est grand temps de les inviter à trouver leur patrie ou leur terre de cœur ailleurs. [...]

Je crois surtout qu’il est temps de cesser de penser que nos valeurs doivent être universelles. D’autres peuvent avoir d’autres valeurs, qui ne correspondent pas du tout aux nôtres. Et même s’il s’agit de ressortissants français, il faut leur dire qu’il y a d’autres pays où cette culture-là est possible, mais pas la France. J’essaye d’être honnête et de tenir un discours de vérité. Aujourd’hui, ces gens qui cherchent leurs repères dans la charia, nous faisons tous comme s’ils n’existaient pas et cela les humilie. Cela ne peut qu’aggraver les problèmes relationnels. C’est un des dangers du 11 janvier, cette unanimité de façade qui fait que l’on cesse de se poser des questions. Les politiques doivent accepter de voir qu’il existe aujourd’hui sur notre sol des idéaux divergents et incompatibles entre eux. Pour le moment, on feint de dire que tout le monde est d’accord et qu’il n’y a pas de différences. Mais c’est une attitude qui ne peut engendrer que la violence de la part de ceux qui se sentent méprisés par cette façon de gommer les différences.

Mais alors que faut-il dire aux gens qui ne se retrouvent pas dans la culture occidentale et qui sont sur notre sol ?

Il faut reconnaître leur différence et leur dire qu’il existe d’autres pays qui réalisent leur idéal. Pour moi, qui suis pupille de l’Etat français, je suis particulièrement sensible à ces questions. Pour que les gens soient productifs pour leur famille ou leur patrie, il faut qu’ils se sentent bien là où ils sont. Moi, en tant qu’enfant abandonné, et pupille de l’état, la France est ma patrie, et je choisis d’y vivre parce que mon pays je l’aime. Chacun doit trouver sa patrie d’élection."

[...] Nous sommes dans un pays où un film qui montre la beauté de la religion catholique est interdit alors qu’un film qui montre la beauté de la religion musulmane (par exemple le film Qu’Allah bénisse la France qui est sorti cette année) n’a aucun problème. L’Apôtre est un film qui parle d’amour. Au lieu de l’interdire, on devrait le projeter dans les mosquées et les églises. Les chrétiens de France doivent se redresser. Le combat se livre aujourd’hui à travers la culture, les arts et aussi la politique."

Posté le 28 janvier 2015 à 07h59 par Michel Janva | Lien permanent

27 janvier 2015

La mairie recule face à "d’éventuels incidents non maîtrisables"

L’installation «Silence» signée Zoulikha Bouabdellah, artiste franco-algérienne, ne sera pas présentée à Clichy dans le cadre de l’exposition « Fémina ou la réinterprétation des modèles ». Cette œuvre représentant 28 paires d’escarpins dorés disposés sur autant de tapis de prière découpés (!), dont le but est d'interroger l'islam sur la position de la femme, a été retirée.

Christine Ollier, l’une des trois commissaires de l’exposition, explique :

«La mairie nous a fait part de l’inquiétude des représentants d’une fédération de citoyens Clichois de confession musulmane sur d’éventuels incidents non maîtrisables liés à cette installation».

L'artiste Zoulikha Bouabdellah en prend note :

«Suite à l’incompréhension dont est victime l’installation, j’ai pris la décision de la retirer. Je mets cette incompréhension sur le compte de l’émotion liée au drame qui a touché la France et ne souhaite en aucun cas que cette pièce soit le prétexte de quelques-uns pour nourrir davantage les amalgames à travers des interprétations erronées».

La dhimmitude moderne s'appelle Padamalgam.

Posté le 27 janvier 2015 à 18h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

Islamistes : 5 arrestations à Lunel

Une opération anti-djihad menée par le Raid et le GIPN a eu lieu ce matin dans le centre ville de Lunel, le village d'Hérault où une vingtaine de jeunes sont récemment partis faire le jihad. 5 personnes soupçonnées d'être en lien avec des réseaux terroristes en Syrie et en Irak auraient été interpellés. Quatre sont entre les mains de la Direction générale de la sécurité intérieure et le cinquième entre celles de la sous-direction anti-terroriste. Parmi les cinq, deux ont perdu un ou des frères dans les combats. Ce coup de filet était prévu depuis début janvier mais il avait été reporté à cause des attentats qui se sont produits à Paris.

Trois des personnes interpellées fréquentaient la mosquée de Lunel, soupçonnée par la préfecture d'être «sous emprise fondamentaliste» du mouvement Tabligh. Cet amalgame est-il bien correct ? Le maire déclare :

«Quand ils viennent, il savent qui ils viennent chercher (...). L'opération me paraît logique: derrière ces départs, il faut savoir qui il y a. Est-ce qu'il y a quelque chose d'organisé? Combien sont-ils? (...) Avec l'opération de ce matin, c'est un début de réponse qui arrive».

Le nouveau responsable local de la mosquée, remplaçant de Lahoucine Goumri soupçonné d'être fondamentaliste, a refusé de réagir. En décembre, ce Goumri, président de l'Union des musulmans de Lunel, avait déclaré que les deux jeunes partis faire le jihad étaient « super », « serviables », « aimés de toute part » :

« Je ne condamne pas du tout ces départs. Les gens sont libres de partir ou de rester : il y a des gens qui pensent que c'est un jihad, d'autres qui pensent que là-bas il y a une injustice à combattre. La mosquée n'a pas à condamner ou ne pas condamner ces départs-là. Elle ne dira pas "c'est des héros, c'est des martyrs". Elle ne dira pas "c'est des zéros". Nous, on n'a pas à les juger. Seul Dieu les jugera, en espérant qu'il les accueille dans son paradis s'ils avaient une bonne intention. »

Posté le 27 janvier 2015 à 13h16 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

"Il y a une incompatibilité des cultures"

Des paroles de Bernard Lugan à propos des attentats contre Charlie Hebdo et des réactions en Afrique. Radio courtoisie le 25 janvier 2015, relayé par Fdesouche :

 

Posté le 27 janvier 2015 à 13h04 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (4)

Les islamistes distribuent des Coran en plein Paris avec la bénédiction de la préfecture de police

Valeurs Actuelles :

"Un scandale en plein cœur de Paris. Quelques semaines seulement après les attentats islamistes qui ont frappé la France, une distribution gratuite de Coran s’est déroulée place d’Italie, à Paris, dans le XIIIème arrondissement, comme le rapporte le Figaro.

L’association a posté un message sur twitter, indiquant «L'association LIS! partage le message de l'islam, place d'Italie. Allahu Akbar». Sur un long stand, des centaines de Coran étaient mis en place. Des hommes avec de longues barbes étaient chargés de les distribuer aux passants. Seul «hic» dans cette affaire : l’association «LIS !» qui a distribué ces exemplaires du Coran, est une association… salafiste, qui prône un islam très radical." [...]

Le très sérieux hebdomadaire allemand Der Spiegel écrivait que le président de l’association «LIS !» était un «prédicateur de la haine» qui voulait «que la charia règne partout dans le monde». C’est pourtant cet homme qui était présent place d’Italie… Sans avoir rencontré de problème. Contactée par le quotidien, la préfecture de police de Paris a estimé qu’il «n’y avait pas de raison d’empêcher cette distribution sur la voie publique»…"[...]

Puisqu'on vous dit que l'islam et l' islam radical, fondamentaliste, salafiste, terroriste, appelez-le comme vous voudrez, n'ont rien à voir... sauf le coran, toutefois. Un détail.

Posté le 27 janvier 2015 à 12h44 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (30)

Après Charlie: réflexions sur la stratégie française

Passionnant entretien d'une chaine alternative avec Pierre Conesa, un praticien de la stratégie de défense et des relations internationales.

Tout y passe, avec moult exemples tirés de son expérience: les islams en France, les processus de décision (et d'indécision), la relation biaisée avec les Etats-Unis, l'inanité d'une guerre contre un concept, le terrorisme, la surveillance d'Internet, BHL, etc.  

Un petit bémol (2 min sur 1h15) au sujet des Balkans et du mauvais rôle donné aux Serbes.

 

Quelques développements écrits sur le sujet ici.

Posté le 27 janvier 2015 à 08h00 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (2)

2 février à Lyon : conférence "Quelle réponse politique aux menaces islamistes ?"

Preview-conf-pcd69-menaces-islamistes-a5-1

Posté le 27 janvier 2015 à 07h40 par Marie Bethanie | Lien permanent

Le député UMP Brochand : "On a appris à faire des mosquées"

Lu sur l'Observatoire de l'islamisation :

Unknown"sur un terrain municipal de Cannes mis gratuitement à disposition, le maire UMP David Lisnard se réjouit de l'aboutissement du projet de son prédécesseur à la mairie, le dorénavant député UMP Bernard Brochand. Ce dernier affirmait le jour de l'inauguration "On a appris à faire des mosquées" à la mairie.

David Lisnard son bras droit affirmait quant à lui : "il est vrai que la démarche peut paraître en contradiction vis-à-vis de la loi de 1905" (SalamNews, septembre 2009) alors qu'il était adjoint au maire. La mosquée est financée intégralement par un mécène saoudien, qui n'est autre que le propriétaire de la chaine Wahhabitte IQRA , pire chaine extrémiste d'Arabie Saoudite."

Posté le 27 janvier 2015 à 06h59 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

25 janvier 2015

2 février : quelle réponse politique aux menaces islamistes ?

Conference PCD69-Menaces islamistes

Posté le 25 janvier 2015 à 07h09 par Michel Janva | Lien permanent

24 janvier 2015

Louis Aliot réagit sur l'enquête "Ces Maires qui courtisent l'islamisme"

...et aussi sur les chrétiens arrêtés par la police au Maroc encore cette semaine, alors que nombre de grandes mosquées françaises sont dirigées par ce pays christianophobe.

Une interview de Louis Aliot, vice-président du Front National, réalisée le 23 janvier 2015, portant sur le livre-enquête "Ces Maires qui courtisent l'islamisme" de Joachim Véliocas. Plus d'infos sur www.islamisation.fr


Louis Aliot (FN) réagit sur l'enquête "Ces... par joachimv 

Posté le 24 janvier 2015 à 14h59 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

Comment le djihad s'installe progressivement dans un pays

Un lecteur nous propose le document suivant (cliquer sur le lien, la lecture du diaporama nécessite d'avoir Power Point sur son ordinateur), qui présente un décryptage très intéressant du mécanisme du djihad. Les âmes sensibles passeront les 10 premières diapositives, ou se contenteront de la retranscription partielle qui en a été faite ci-dessous.

Téléchargement Islam en 2014112

"Plus que d'islamistes et de musulmans, il convient de parler de djihad.

Il y a quatre sortes de djihad à l'époque contemporaine :

1. Le djihad MILITAIRE, c'est-à-dire le terrorisme

2. le djihad CIVIL, c'est-à-dire

  • la délinquance systématique
  • les violencesles agressions
  • les razzias
  • le harcèlement sexuel
  • les viols
  • les insultes
  • les intimidations
  • les comportements asociaux
  • la guérilla permanente de moyenne intensité contre les autorités (police, pompiers, bâtiments publics...)

3. le djihad POLITIQUE, c'est-à-dire la revendication ininterrompue de privilèges sans cesse plus nombreux, qui étendent l'emprise territoriale des musulmans, qui augmentent de facto leur poids politique bien au-delà de ce qui découle de la loi démocratique, et qui se transforment imperceptiblement en autant d'obligations et de restrictions imposées aux non-musulmans :

  • port du voile
  • ramadan
  • alimentation hallal
  • prière dans les lieux publics et dans l'entreprise
  • interdiction de l'alcool
  • tribunaux islamiques
  • finance islamique
  • occupation autoritaire et illégale de l'espace public
  • refoulement progressif des non-musulmans au-delà des zones occupées par les muslmans
  • infiltration des organes de pouvoir : police, armée, services publics, postes électifs, organisations communautaristes, etc...

En d'autres termes : imposition progressive de la charia.

4. le djihad JURIDIQUE, c'est-à-dire le dépôt de plainte pour n'importe quel motif contre n'importe qui émettant la plus petite critique contre l'islam ou Mahomet, afin de contraindre les non-musulmans à perdre temps et argent pour se défendre, ce qui va aussi inévitablement amener certains à être condamnés car ils commettront des erreurs de procédure ou tomberont sur des pourris qui chercheront à donner des gages de dhimmitude aux musulmans en les condamnant lourdement. Le djihad juridique va amener les moins courageux des non-musulmans à s'autocensurer, ou à parler uniquement dans des cercles restreints. (Remarquez, insidieusement, on y est déjà !) Le djihad juridique permet aussi aux "modérés" de désigner les cibles à abattre aux "extrémistes", sous couvert de "respect de leurs droits".

De ces quatre types de djihad, seul le djihad MILITAIRE est perpétré exclusivement par ceux qu'on appelle communément "islamistes "ou "radicaux".[...]

[Ce qui sous-entend que les autres djihad sont le fait des musulmans dit "modérés" - NDMB]

Posté le 24 janvier 2015 à 14h44 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (16)

23 janvier 2015

Blessé au Jihad en 2004, il touche depuis des allocations "handicapés" en France

Et pourtant, il est connu comme terroriste...

Posté le 23 janvier 2015 à 19h18 par Le Salon Beige | Lien permanent

Qui est en train de gagner la bataille de Charlie?

Analyse particulièrement pénétrante d'Olivier Pichon sur le site de Politique Magazine. Elle se conclut ainsi.

"Qui donc alors est le vrai gagnant dans cette affaire ? Pas l’islamisme, c’est entendu, mais… l’islam. Et il ne s’agit pas d’un amalgame ! Nous ne confondons pas extrémistes décervelés et fanatiques avec des gens qui veulent persévérer dans leur être comme musulmans. De fait, si amalgame il y a, c’est à l’islam qu’il profite. Demain, dans l’espace public, les musulmans seront de plus en plus visibles. Pas par les armes, mais par le voile et le ventre des femmes, les minarets, les produits hallal, les quartiers communautarisés… Souvenons-nous de la déclaration de l’actuel président de la Turquie : « Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques… ». Dans ces populations qui n’ont que faire de la république et de la laïcité, incompréhensibles pour elles, on n’est pas algérien, turc, tchétchène ou français. On est d’abord et avant tout musulman et si l’on est français par la loi, on votera musulman.

Tel est, en effet, l’argument de l’islam en France face aux autorités et à l’opinion : « Vous ne voulez pas du djihad, du terrorisme, il n’y a que nous pour l’éviter ! Il faudra donc nous accorder plus de droits, plus de visibilité dans l’espace de la République, plus de dérogations communautaires, plus de représentation, plus de crédits, l’islamophobie doit être considérée comme un délit etc. ». C’est pourquoi la République, on l’aura compris, déjà bien malmenée par ceux qui s’en réclament, entrera en décomposition. C’est pourquoi, malgré la réaffirmation du dogme républicain, la République devra être rangée au rang des victimes de ces évènements qui signent un peu plus sa décrépitude.

Quant aux musulmans qui souhaitent vraiment s’assimiler, ils sont à ranger eux aussi parmi les victimes de cette implacable logique. Car l’assimilation est une aventure personnelle et, dès lors qu’il s’agit d’assimilation de masse, la chose devient impossible. D’autant plus que l’observation des sociétés islamiques nous enseigne qu’elles sont des sociétés de surveillance mutuelle extrêmement efficaces."

Posté le 23 janvier 2015 à 10h45 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (19)

Intégration : la promotion d'une laïcité combattante échouera

Frédéric Gautier, directeur diocésain de l'Enseignement catholique de Paris, écrit dans Le Figarovox :

"[...] L'actuelle sacralisation de la dérision religieuse joue très efficacement contre l'intégration souhaitée, dans une forme d'irresponsabilité qui suscite ce qu'elle dit vouloir éviter. Bossuet s'est déjà gaussé de cette inconséquence: «Dieu se rit des hommes qui dénoncent des faits dont ils chérissent les causes».

La promotion de la «laïcité» est aujourd'hui présentée comme le seul outil efficace de promotion de la paix civile. Ce discours échouera tant qu'il ne sera que la définition d'une «règle du jeu» visant à assurer une coexistence pacifique, car méconnaître la soif spirituelle de notre jeunesse continuera de faire le lit des quêtes radicales dévoyées. Il conviendrait bien mieux de proposer à nos jeunes, par les programmes scolaires, par les projets éducatifs, des schémas d'identification susceptibles de leur faire aimer la France, toute son Histoire depuis 20 siècles… et de se reconnaître citoyens d'une France qui ne peut être réduite à celle de Charlie Hebdo. Ce qui suppose de réfléchir autrement à bien d'autres conditions qu'éducatives et scolaires…"

Posté le 23 janvier 2015 à 07h51 par Michel Janva | Lien permanent

73 djihadistes français tués

Sur quelque 1400 Français concernés par les départs pour le jihad, Bernard Cazeneuve a déclaré que 73 avaient été tués.

Le dernier bilan fourni par le gouvernement début janvier faisait état de près de 70 djihadistes français tués. Nous savons qui sont les 3 nouveaux tués... depuis le 7 janvier.

Posté le 23 janvier 2015 à 07h17 par Michel Janva | Lien permanent

22 janvier 2015

"L'armée française est l'ennemie des moudjahidine"

C'est ce que déclare cet ancien officier parachutiste français passé à l'Etat Islamique et aujourd'hui emprisonné en France.

Posté le 22 janvier 2015 à 21h55 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (6)

21 janvier 2015

Ils "sautent dans le djihadisme sans passer par l'islam"

Comme ça c'est clair : l'amalgame nauséabond devient carrément impossible. Un "sociologue des religions", Raphaël Liogier, directeur de l'Observatoire du religieux à l'Institut d'études politiques (IEP) d'Aix-en-Provence, s'exprimait en ouverture des auditions de la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur la surveillance des filières djihadistes, présidée par l'UMP Eric Ciotti. Raphaël Liogier défend la thèse selon laquelle la nouvelle génération des djihadistes "sautent dans le djihadisme sans passer par l'islam".

"«Peut-être qu'il faudrait réviser cette notion de radicalisation, qui était valable pour les djihadistes de la fin du XXe siècle», a indiqué Raphaël Liogier[...]

«Il n'y a plus (chez eux) d'idéologie cohérente mais des slogans. Il n'y a pas d'endoctrinement théologique», précise-t-il.

«Ces jeunes ont la caractéristique des rêves déchus», souligne Raphaël Liogier, évoquant un «stigmate négatif que n'importe quel idéologue peut transformer en stigmate positif», sur le thème: «Tu es Arabe, tu n'as pas de boulot, toutes ces épreuves sont positives en réalité, tu es un héros de l'islam».

Le sociologue a aussi relativisé la question de la radicalisation en prison, qu'il voit davantage comme un «lieu de rencontre des humiliations», et celle des cadres musulmans. «Cela pose problème parce que [...] à quoi sert de former des imams quand [...] nous sommes face à des gens qui ne vont pas à la mosquée le vendredi parce que ce n'est pas le bon islam ?»."[...]

Alors, s'ils ne passent pas par l'islam, par où passent-ils donc ? Dans les prisons, où il est question d'isoler les extrémistes radicaux, les détenus qui "radicalisent" les autres ne le font pas au nom du Dalaï Lama, si ? Et lorsqu'ils "convertissent" leurs co-détenus et les obligent à faire la prière et le ramadan, en général ce n'est pas pour en faire des moines bénédictins. Même si l'on veut bien admettre que ces "radicaux" ne sont pas des pontes en théologie de l'islam et qu'ils n'en possèdent que les rudiments, ces rudiments sont bien issus du coran, commun avec le "bon" islam. A trop vouloir dissocier islam et islamisme, les "experts" de ce genre mettent en jeu leur crédibilité. 

Posté le 21 janvier 2015 à 17h43 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

Des forces spéciales françaises au djihad

Si il y a bien des musulmans que l'on considère comme modérés et intégrés, ce sont ceux qui ont fait le choix de servir la France au sein de son armée. C'est en tout cas ce que l'on nous a dit et répété au moment de l'engagement français en Afghanistan en évacuant rapidement les cas de refus de départ dont on a jamais vraiment su le nombre.

Et pourtant, Jean-Dominique Merchet nous apprend sur son blog que :

"un ancien du 1er RPIMa, régiment des forces spéciales, a rejoint les islamistes radicaux en Syrie. Au total, une demi-douzaine d'anciens militaires français ont basculé dans le djihad"

Certains, comme le député européen Aymeric Chauprade, n'ont peut-être pas tort de parler de 5ème colonne. Encore faut-il les écouter...

Posté le 21 janvier 2015 à 12h26 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (16)

Islamisation : conférence de presse suite à l'annulation de la manifestation

Voici ici la vidéo complète de la conférence de presse donnée le dimanche 18 janvier 2015 à l'initiative de Riposte Laïque et Résistance Républicaine suite à l'annulation de la manifestation initialement prévue.

La vidéo dure 1h45. Voici le découpage :

  • Introduction de Pierre Cassen, fondateur de Riposte laïque
  • 2’30 : présentation de la situation, Christine Tasin, Présidente de Résistance républicaine
  • 9′ : transition, Pierre Cassen
  • 11’40 : Renaud Camus, écrivain, Président du Parti de l’In-nocence
  • 18’40 : transition, Pierre Cassen
  • 19’10 : Pierre Renversez, Président de l’association belge Nonali
  • 24’10 : transition, Pierre Cassen
  • 25’40 : Jean-Luc Addor, député suisse de l’UDC
  • 34’20 : transition, Pierre Cassen
  • 36′ : Mélanie Dimmler, animatrice de Pegida Düsseldorf et Cologne
  • 55’30 : transition, Pierre Cassen
  • 58′ : Armando Manochia, Président de « una via per Oriana «
  • 1h 09’20 : transition, Pierre Cassen
  • 1h 10′ Première question : y a-t-il un Pegida suisse ? Réponse de Jean-Luc Addor
  • 1h14’20 : Deuxième question : Quelle va être la suite à présent ? Réponse de Christine Tasin
  • 1h16’30 Troisième question : Que pouvez-vous faire pour stopper la charia en France ? Réponse de Pierre Cassen
  • 1h 26’10 Quatrième question : Qui faut-il expulser ? Seulement les Islamistes  ? Réponse de Pierre Cassen
  • 1h 28′ Cinquième question : comment distinguer les musulmans qui respectent les lois françaises des autres ? Réponse de Pierre Cassen
  • 1h32’50 Sixième question : les juifs n’ont-ils pas, comme les musulmans, des pratiques religieuses particulières ?  Réponse de Christine Tasin, complément de Armando Manocchia.
  • 1h37  Septième question : quid de la LDJ à vos côtés ? Réponse de Christine Tasin
  • 1h40 Huitième question : Quelles conséquences ont eu les attentats terroristes sur vos associations ? Réponse de Christine Tasin, compléments de Pierre Cassen et de Jean-Luc Addor.
  • 1h 44 Conclusion par Pierre Cassen.

Posté le 21 janvier 2015 à 11h05 par Michel Janva | Lien permanent

20 janvier 2015

La France forme le plus gros bataillon des terroristes européens

Le nombre global de Français et résidents impliqués dans le djihad (padamalgam) est passé de 555 à 1281 entre le 1er janvier 2014 et le 16 janvier dernier, soit un bond de 130% en un an. La France forme le plus gros bataillon des volontaires européens.

Source : un dernier état des lieux des services de renseignement.

Selon un policier :

«Il ne se passe pas une semaine sans que l'on enregistre entre dix et quinze cas supplémentaires».

190 djihadistes français sont revenus sur le territoire. Soit autant de «bombes potentielles». Enfin, les services estiment que 250 Français ou résidents sont en «transit vers la zone».

Posté le 20 janvier 2015 à 23h57 par Michel Janva | Lien permanent

André Gérin (PC) : "Je crains que le réveil ne soit encore plus douloureux"

Extraits d'un interview d'André Gérin, l'ancien député-maire communiste de Vénissieux qui avait dénoncé le problème "des taliban français" et présidé la commission de l'assemblée sur la burqa :

"(...) Où ces attentats islamistes prennent-ils racine, selon vous ?

On se trompe en considérant que ces événements n'ont pour origine que des problèmes économiques et sociaux. Il s'agit aussi d'une guerre culturelle. Il y a vraiment des gens qui mènent une guerre culturelle contre la République, contre un art de vivre, contre ce qu'il y a de meilleur dans les valeurs occidentales. Le fond du problème est là. On se souvient de l'imam Bouziane qui incitait à la lapidation des femmes, avec un discours anti-République, anti-Blancs et anti-France. Le discours des fondamentalistes est un discours de culpabilisation de la France, de l'Europe, de l'Occident.

Vous dénoncez un racisme anti-français ?

Bien sûr, et je n'hésite pas à le dire. Il faut dénoncer le racisme anti-arabe, anti-musulman, l'antisémitisme. Mais le racisme anti-Blancs, anti-France, fait aussi partie de ce que vivent les gens dans les quartiers populaires. Des quartiers qui ont changé de figure en vingt ans. Aujourd'hui, les Français "de souche" n'y sont presque plus présents parce que ça devient invivable pour eux pour cette raison, mais aussi parce qu'il y a une nouvelle forme de banditisme, de voyoucratie, qui s'y installe.

Vous reliez le banditisme à la montée de l'intégrisme religieux ?

Il est évident qu'il y a une prise de pouvoir commune de certains territoires par les trafiquants de drogue, les mafias et les fondamentalistes. Il y a une connivence entre eux pour la prise de pouvoir sur les gamins. Cela explique pour une part les violences, contre les pompiers, la police. J'en ai maintenant la certitude, ces trafics de drogue et autres sont une source de rémunération pour les intégristes qui ont besoin d'argent pour financer leurs activités. C'est un des sujets qu'il faudra aborder très vite : faire la guerre à la drogue, avec de la police d'investigation. (...)

Ne craignez-vous pas de conforter ainsi le FN ?

Il y a le FN, mais surtout les millions de gens qui ne votent plus et qui représentent pour moi des bombes à retardement. Ce qui pose problème aujourd'hui, ce n'est pas le Front national, mais les réponses politiques que la gauche et la droite apportent à la société. Les manifestations du 11 janvier posent des questions inédites d'exigence qui font que les partis politiques sont au pied du mur. (...)

Comment voyez-vous l'avenir proche ?

Je ne suis pas très optimiste. Quand on voit qu'on a applaudi dans certains quartiers après le drame du 7 janvier... La situation fait penser au 11 septembre 2001. Je pense qu'on n'a pas vu le pire. Je crains que le réveil ne soit encore plus douloureux."

André Gérin propose évidemment plus de laïcité.

Posté le 20 janvier 2015 à 22h32 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (9)

L'affaire Fox News : qui désinforme ?

La mairie de Paris va porter plainte contre Fox News après la polémique sur les zones de non-droiy dans Paris. Fox News s'est déjà excusé :

"Au cours de ces derniers jours, nous avons fait des erreurs regrettables à l'antenne au sujet des musulmans en Europe. Nous avons parlé de zones de non-droit dans lesquelles les non-musulmans et la police ne peuvent pas aller. Pour être clair, il n'y a pas d'informations crédibles qui montrent qu'il existe des zones dans lesquelles des gens sont exclus en raison de leur religion".

Anne Hidalgo risque d'avoir un "effet Streisand" (effet inverse à celui recherché). En effet, Fox News risque de prendre Anne Hidalgo au mot et de mettre à l'antenne ce genre d'image, telles qu'on peut les voir par exemple sur cet article du Novel Obs concernant la rue Myrha (Paris 18e) :

P

Posté le 20 janvier 2015 à 19h14 par Michel Janva | Lien permanent

C’est par la foi et par la raison que l’on doit relever le défi de l’islam

Réaction de Bernard Antony suite aux violences consécutives à la sortie de Charlie Hebdo :

Bdc041d1c40f388fff3feb7aa8ed5d62"Assimilant Charlie Hebdo, parce que français, à une production des chrétiens, des foules de musulmans fanatisés incendient des églises, terrorisent et assassinent nos frères chrétiens dans des pays d’Afrique et d’Asie. Or, tragique ironie, si ni le prophète ni les musulmans ne sont traités ordurièrement, ce sont les chrétiens qui le sont (...)

Certes, cette idéologie totalitaire de l’islam dit radical, qui est hélas si souvent l’islam réel, on doit pouvoir, dans la liberté, l’analyser, la refuser et lui résister autant qu’aux autres totalitarismes. Et dénoncer la venimeuse imputation d’islamophobie par les nouveaux munichois. Mais était-il utile, était-il responsable de provoquer une deuxième fois la récupération par les plus extrémistes de l’indignation obligatoire de tous les croyants ?

Les rescapés du massacre ont à l’évidence cru qu’une gentille caricature du messager d’Allah, avec un gentil mot de pardon, ça pourrait passer. Or, ça ne pouvait pas passer ! Sauf chez nous pour les ondoyants artistes du double langage du Conseil français du culte musulman, celui d’un islam « patte blanche ».

Mais là où l’islam règne, ce sont les chrétiens de la dhimmitude qui trinquent, dans l’indifférence complice des États.

Alors que, sous prétexte de lutter contre l’islamophobie, le gouvernement interdit à certains leur liberté d’expression contre l’islamisme, il aurait été avisé de se soucier des nouveaux drames que pourrait entraîner celle de Charlie Hebdo, drôle de liberté à irresponsabilité illimitée !

À Chrétienté-Solidarité, avec nos frères convertis, anciennement musulmans, nous affirmons que c’est par la foi et par la raison que l’on doit relever le défi de l’islam. Dans le respect de toutes les personnes pacifiques." 

Posté le 20 janvier 2015 à 14h44 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

Le FN et les musulmans à Hénin-Beaumont

Bien qu'il faille prendre avec beaucoup de prudence les écrits de Huffington Post (dirigé par Anne Sinclair) habituellement hostiles au FN, la longue analyse plutôt conciliantesée ici à propos de la politique menée par Steeve Briois, ancien secrétaire général du FN, à Hénin-Beaumont vis-à-vis des musulmans est intéressante et à rapprocher de l'épisode Chauprade d'hier. Extraits   :

ImagesCAZXDS2J"En effet, loin de l'idée commune que l'opinion publique peut se faire, certains musulmans votent Front national. Le phénomène d'Hénin-Beaumont, appartement-témoin d'un FN new look, vient mettre en évidence cette tendance qui, sans en être à l'origine, n'en demeure pas moins emblématique.

A Hénin-Beaumont, le Front national a parfaitement compris la spécificité du bassin minier du Nord-Pas de Calais : celui d'un territoire forgé par des vagues d'immigration successives où le brassage culturel est tellement abouti qu'il n'existe plus vraiment de Français « de souche ». Alors qu'on aurait pu croire que le Front national fasse des musulmans leurs bouc-émissaires favoris, comme on peut parfois légitimement en avoir l'impression, c'est loin d'être le cas dans le bassin minier. Marine Le Pen, lorsqu'elle se déplace jusqu'à Hénin-Beaumont, est d'ailleurs relativement bien accueillie par les populations arabo-musulmanes qui constituent déjà une immigration de deuxième ou de troisième génération (...)

Au printemps 2013, une librairie coranique a ouvert ses portes (elle est aujourd'hui fermée) en plein centre-ville d'Hénin-Beaumont, juste en face de l'Eglise et à deux pas de la permanence du Front national. Le symbole est fort. Malgré tout, alors qu'on était habitué à voir la formation d'extrême-droite stigmatiser sans relâche le communautarisme, Steeve Briois ni aucun autre responsable frontiste ne se sont positionnés face à l'ouverture de ce commerce (...) L'heure de la campagne électorale étant placée sous le signe de la modération et du refus de tous les excès, il apparaissait ainsi comme inutile pour Steeve Briois de polémiquer autour de cette librairie, ce qui aurait constitué une occasion en or pour la gauche de crier au loup fasciste.

Désormais aux manettes de la municipalité, Steeve Briois poursuit sans relâche cette stratégie d'ouverture permanente à la population arabo-musulame (...)  C'est bien qu'à Hénin-Beaumont, l'accent est mis sur l'apaisement afin de faire d'Hénin-Beaumont la vitrine de la gestion municipale frontiste après en avoir fait le laboratoire de la prolétarisation du discours du FN (...)

La réaction de Steeve Briois aux attentats qui ont frappé Paris constitue le point d'orgue de sa nouvelle ligne politique résolument islamophile. Dès le vendredi 9 janvier, jour de la grande prière pour les musulmans, Steeve Briois s'est rendu à la Mosquée d'Hénin-Beaumont où il y a rencontré les responsables de la communauté musulmane avant d'appeler à ne pas amalgamer islam et islamisme (...)

 

Le maire d'Hénin-Beaumont a cette fois décidé de clairement marquer son soutien à une certaine communauté religieuse. Surtout, dans sa volonté de construire une gestion municipale frontiste complètement désidéologisée, Steeve Briois a invité les responsables locaux du culte musulman à la manifestation « Je suis Charlie » organisée par la municipalité. Cette main tendue à la communauté musulmane s'est prolongée lorsqu'à l'occasion du rassemblement en hommage aux victimes des attentats, Steeve Briois a fait intervenir les responsables de la Mosquée d'Hénin-Beaumont sur le perron de l'Hôtel de Ville. En affichant ainsi ostensiblement les excellentes relations qu'il entretient avec la communauté musulmane, Steeve Briois s'exerce incontestablement à faire du Front national un parti islamo-compatible (...)

Paradoxalement, dans le même temps où Steeve Briois semble apprécier la présence des responsables du culte musulman à ses côtés, il n'hésite pas à signifier les relations dégradées qu'il entretient avec l'Eglise catholique locale. Le prêtre de la paroisse d'Hénin-Beaumont ne s'est d'ailleurs pas rendu au rassemblement « Je suis Charlie » organisée par la municipalité et auquel participait la communauté musulmane, préférant alors la contre-manifestation qui se déroulait au même moment à l'initiative des forces politiques et associatives d'opposition. Cette politique à deux vitesses de Steeve Briois qui se rapproche du culte musulman dans le même temps qu'il s'éloigne du culte catholique témoigne à n'en pas douter du caractère électoraliste de cette stratégie. Le Front national d'Hénin-Beaumont n'éprouve nullement le besoin de séduire l'électorat catholique (...)

On connaissait déjà Steeve Briois ouvert à l'arrivée de Sébastien Chenu au Front national, le voici désormais sur la question de l'Islam. En rupture complète avec la ligne politique qu'incarnent Gilbert Collard ou Marion Maréchal-Le Pen, le Front national de Steeve Briois aurait-il perdu le Nord ?"

Posté le 20 janvier 2015 à 12h21 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

La connivence entre l'islam et la République

L'abbé de Tanoüarn est interrogé dans L'Action Française 2000. Extraits :

Une_2901"Il y a une connivence mystérieuse entre l’islam et la République, qui ne se ressemblent pas quant au fond mais qui réalisent deux formes analogiques. L’islam et la République sont fondés sur l’idée que la loi est absolue et qu’elle n’a pas à en référer ni à un ordre naturel, ni encore moins à un ordre divin : Allah est en dehors de sa création qui, dirait-on, ne le concerne pas. La religion islamique, culte de la loi (charia) sans cesse réinterprétée par des fatwas, a ce point commun fondamental avec la République : l’une et l’autre érigent la loi positive au dessus de tout, par delà même le bien et le mal. Pour un républicain, le bien est ce qui est légal, pour un imam, ce sont les fatwas précisant la charia qui permettent aux fidèles de faire le bien en toute tranquillité même quand elles sont sanglantes et quand le bien qu’elles proposent paraît contraire à l’élémentaire instinct moral, à la common decency, comme disait Orwell.

Et le catholicisme ?

Il est difficilement soluble dans la République parce que ce n’est pas une religion de la loi. Nous savons depuis saint Paul que l’observance de la loi rend fou. Il en a tiré les conséquences en donnant son cœur au Christ. Ce que l’ on reproche au catholicisme aujourd’hui est d’être la religion du cœur, la religion qui ose continuer à dire que le cœur a ses raisons que parfois la loi ne connaît pas. Rousseau, déjà, dans le dernier chapitre du Contrat social, s’offusquait de cette autorité spirituelle capable de contredire tous les absolutismes politiques. À cet égard, il donnait nettement sa préférence à l’islam sur le christianisme.

Le catholicisme est-il pour autant antisocial, comme le pense Vincent Peillon ?

Pas du tout. La vraie sociabilité ne vient pas de la loi mais du cœur. On disait des premiers chrétiens, dans les Actes des apôtres, qu’« ils ne font qu’un cœur et qu’une âme ». Le christianisme est tellement convaincu, depuis toujours, de sa vocation à donner un cœur à la société des hommes, qu’il s’est autoproclamé depuis le premier siècle (depuis au moins Ignace d’Antioche) catholique, c’est-à-dire universel. Cette universalité n’est pas l’universalité autoritaire de la loi, mais l’universalité ouverte du respect mutuel et de l’amour."

Posté le 20 janvier 2015 à 11h50 par Michel Janva | Lien permanent

Face aux djihadistes et à la CEDH, la France impuissante

A quoi cela sert-il d'avoir des lois en France, puisque c'est une cour supranationale qui décide ? Dernier exemple en date, Bernard Cazeneuve affirme qu'on ne peut pas interdire aux djihadistes de revenir en France

"sauf à prendre le risque de se trouver sanctionné par la Cour européenne des droits de l'homme".

Donc, prenons le risque de nouveaux attentats, le dogme de la CEDH ne pouvant être remis en cause... La Convention européenne de sauvegarde des droits de l'Homme stipule (article 3) que

«nul ne peut être privé du droit d'entrer sur le territoire de l'Etat dont il est le ressortissant».

Le ministre ne veut pas commettre d'attentat contre la CEDH :

«Sauf à prendre le risque de se trouver sanctionné par la Cour européenne des droits de l'Homme, cet article s'oppose donc à ce que le retour en France de ressortissants français soit interdit, qu'ils aient ou non une autre nationalité».

Posté le 20 janvier 2015 à 07h31 par Michel Janva | Lien permanent

Ce n’est pas la relance de Charlie Hebdo qui donnera envie de respecter la France

De Marc Fromager, directeur de l'AED :

"Charlie. Etre ou ne pas l’être. Si c’est pour manifester notre compassion pour les victimes et notre résistance au terrorisme, évidemment oui. Si c’est pour ériger un soi-disant droit à l’insulte au nom d’une pseudo liberté d’expression sans limite, non. Comme catholique, j’ai souvent été consterné par la vulgarité de ces dessins qui offensaient sans retenue la foi des croyants, quelle que soit la religion. A ce propos, il est vraiment paradoxal que ce soit des églises qui soient incendiées au Niger alors que les chrétiens n’y sont pour rien.

Si aujourd’hui, être Charlie se révèle être le summum de l’expérience collective proposée aux Français, on peut imaginer quelques réticences et malheureusement prévoir de nouveaux drames. Fallait-il absolument imprimer et réimprimer une nouvelle couverture de ce journal pour susciter à nouveau des violences ? Que cherche-t-on ? Quel est notre objectif en nombre de morts ?

Charia. On peut ne pas aimer Charlie, cela ne peut en aucun cas justifier une telle violence, commise, selon les terroristes, au nom de l’islam. Ils ressemblent en cela aux djihadistes de l’Etat islamique, de Boko Haram ou d’Al Qaida qui tous prétendent également agir au nom de l’islam. Ces événements sont-ils le début du jihad sur le territoire national ? Si oui, quel autre objectif aurait ce combat si ce n’est l’accélération de l’islamisation de la France et sa soumission à la charia ? On peut feindre l’angélisme mais la simple revendication de la liberté d’expression ne nous protégera aucunement contre une volonté radicale servie par une vitalité démographique, le tout sur fond de violence.

Charité. Alors que faire ? On a parlé de guerre déclarée à la France, il faut donc se défendre, avec toutes les armes nécessaires, qu’elles soient matérielles pour assurer la défense du territoire, juridiques pour faire régner le droit ou spirituelles car en dernier ressort, on doit pouvoir répondre à la vacuité spirituelle dont l’Occident meurt et dans laquelle l’islamisme s’engouffre.

Ce n’est pas la relance de Charlie Hebdo qui donnera envie de respecter voire même d’aimer la France mais d’abord une réappropriation des valeurs qui ont fondé l’Occident et dont l’abandon suscite – à juste titre – un mépris croissant, puis une double découverte, à la fois celle de la beauté et de la grandeur de notre histoire et de notre culture et aussi, mais peut-être avant tout, celle du Christ que nous sommes appelés à révéler par le témoignage de notre foi et par l’exercice de la charité."

Posté le 20 janvier 2015 à 07h14 par Michel Janva | Lien permanent

19 janvier 2015

Fermer des sites internet, c'est de l'aveuglement

Selon Marine Le Pen, ce ne sont pas les sites internet qu'il faut fermer. L'eurodéputée s'est prononcée

« pour une liberté totale et absolue sur Internet, parce qu'en termes de renseignement, le fait de fermer des sites, c'est de l'aveuglement. Il est beaucoup plus intéressant de savoir qui va sur ces sites à risques pour déterminer les profils ».

Posté le 19 janvier 2015 à 22h30 par Michel Janva | Lien permanent

"La guerre en cours n'est pas une guerre de religion, c'est une guerre civile"

Extrait d'un billet dans lequel Richard Millet disait, le 8 janvier, ne pas être Charlie :

"(...) Si je ne puis m’associer aux flots de larmes soulevé par des actes qui, il va de soi, m’inspirent la même horreur que ceux de Breivik, c’est d’abord parce que le système politico-médiatique refuse de montrer la nature profonde de cette tragédie : une guerre civile qui plonge une grande partie de ses racines dans l’immigration musulmane, et dont les guerriers, aux noms toujours semblables dans leur morphologie et emblématiques d’une haine affichée de la France et de l’Occident ; le djihadisme naît principalement du refus de s’assimiler et du multiculturalisme d’Etat.

Charlie Hebdo n’est pas en guerre contre le multiculturalisme : ce journal fait partie de la Propagande d’Etat, et j’ai toujours regretté que Cabu, Wolinski et Charb mettent leur incomparable talent au service de quelque chose qui dépasse le simple refus de l’islamisme : la haine de l’Eglise catholique, laquelle a pour pendant l’antisémitisme d’origine maghrébine, et qui est un des acquis du multiculturalisme. J’ai toujours méprisé l’acharnement et les cibles faciles ; c’est pourquoi je hais l’anticléricalisme officiel autant que le dos courbé du clergé devant les attaques dont il est l’objet. Peu avant l’attentat, hier matin, j’avisais au flanc d’un kiosque une affichette publicitaire publiée par ce journal, et sur laquelle la naissance du Christ était moquée outrancièrement, l’illustration annonçant un article de Mordillat et Prieur, néo-renaniens duettistes de la déconstruction du christianisme, qui ont trouvé là de quoi faire oublier l’indigence de leur œuvre littéraire et cinématographique ; et je me demandais ce qu’il en est de la liberté d’expression, en France, pour ceux qui n’ont nulle voix au chapitre et qui ne peuvent se résoudre au triomphe du nihilisme, dont Charlie Hebdo est un organe actif.

La guerre en cours n’est pas une guerre de religion, comme voudraient nous le faire croire Charlie Hebdo et les djihadistes : c’est, redisons-le, une guerre civile que la présence sur le sol européen d’une masse croissante de musulmans rend d’autant plus violente qu’on la tait, même quand elle suggère aux Juifs français d’émigrer, de plus en plus nombreux, en Israël. Ainsi suis-je étonné que, pas une seule fois, hier soir, au journal de France 2, le mot de musulman n’ait été prononcé, bien que les terroristes aient tué, semble-t-il, deux de leurs coreligionnaires – ce qui montre bien l’étendue de la terreur islamiste, devant laquelle les journalistes officiels se couchent, devenant ses complices de fait. Il est vrai qu’ils sont, il faut y revenir, les séides de ce nihilisme officiel dont, avant le massacre, Libération donnait un exemple entre mille, la veille, en publiant le portrait d’une certaine Mme Schneck dont on me dit qu’elle publie des livres et qui croyait devoir apprendre à la France qu’elle avait avorté à l’âge de 17 ans – l’insignifiance littéraire étant aussi une des figures du nihilisme –, tandis que l’affaire Vincent Lambert était portée, le même jour, devant la Cour européenne des Droits de l’homme, à charge pour celle-ci de décréter de la vie ou de la mort d’un homme plongé dans le coma. Le même jour, la France perdait sa place de 5ème puissance industrielle…

Les rédacteurs de Charlie Hebdo sont morts les armes à la main. Je respecte les guerriers, fussent-ils des ennemis – ce que je ne saurais faire pour les terroristes, et je m’incline devant les deux policiers assassinés. Si je ne m’associe pas au deuil national décrété par Hollande, c’est que je n’ai rien de commun avec les fourriers de l’insignifiance étatique, outre que je refuse de faire corps avec un pouvoir qui a fait voter le mariage homosexuel et la loi sur l’euthanasie. Avait-on décrété une journée de deuil pour les collégiens juifs de Toulouse et les militaires de Montauban, dont deux musulmans, assassinés par Merah ? Le massacre de Charlie Hebdo a eu lieu le matin même où paraissait le roman de Houellebecq, à qui les djihadistes ont en quelque sorte donné une pathétique mais prévisible actualité. Hollande avait déclaré qu’il lirait le roman, « parce qu’il fait débat » : on n’en est plus là. Il n’y a pas de débat ; nous sommes en guerre. Une guerre que le système politico-médiatique occulte au nom de la « tolérance » et des « valeurs républicaines ». Nous sommes libres, nous, de refuser toute forme de collaboration avec une classe politique qui a rendu possible le massacre d’hier, et, plus largement, la guerre civile."

Posté le 19 janvier 2015 à 17h41 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (12)

Aymeric Chauprade n'est plus le conseiller aux affaires internationales de Marine Le Pen

Qu'a-t-il dit pour être ainsi désavoué ? Aymeric Chauprade a publié une vidéo (à ne pas relayer selon MLP) intitulée "La France est en guerre" où il disait cela :

Sans-titre"La France est en guerre avec des musulmans. Elle n'est pas en guerre contre les musulmans, mais avec des musulmans (…) L'argument du fait minoritaire ne tiens pas. L'idéologie ressassée du ‘pas d'amalgames' est non seulement fausse mais elle est dangereuse (…) Une 5ème colonne puissante vit chez nous et peut se retourner à tout moment contre nous en cas de confrontation générale (…) On nous dit qu'une majorité de musulmans est pacifique, certes. Mais une majorité d'Allemands l'étaient avant 1933 et le national-socialisme»"

Marine Le Pen a une vision tout à fait différente mais semble malheureusement ignorer la réalité de l'islam décrite sur votre blog ici, ici, ici, ici, ici et ici. Lire aussi cet ancien post d'Yves Daoudal. Elle déclare donc :

"Aymeric Chauprade a fait une vidéo qui est une prise de position personnelle et n'engage que lui (...) La responsabilité d'un mouvement politique, c'est d'éviter précisément l'engrenage du choc des civilisations. Il faut l'éviter, il est très facile de se soumettre à cette logique, et je la trouve terrible" (source)

"La France, patrie des droits de l’homme et des libertés, a été attaquée sur son sol par une idéologie totalitaire : le fondamentalisme islamiste. C’est en refusant le déni, c’est en regardant dans les yeux l’ennemi à combattre, que l’on évite l’amalgame. Les musulmans eux-mêmes ont besoin d'entendre ce message. Ils ont besoin que l'on fasse clairement la distinction entre le terrorisme islamiste et leur foi. Or, cette distinction ne peut se faire que si l'on accepte d'identifier la menace. Ce n'est pas servir nos compatriotes musulmans que d'entretenir les suspicions et les non-dits. Le terrorisme islamiste est le cancer de l'islam contre lequel ils doivent eux-mêmes lutter à nos côtés" (source)

Bernard Antony disait récemment : Pas d’amalgame d’accord, mais pas de mensonge non plus ! Marine Le Pen devrait en débattre avec Aymeric Chauprade...

Addendum : Jean-Marie Le Pen partage la vision d'Aymeric Chauprade

Addendum 2 (20/01) : Marion Maréchal Le Pen relaie sur son compte twitter la vidéo d'Aymeric Chauprade

Posté le 19 janvier 2015 à 13h39 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (50)

Liberté d'expression : enquête sur Philippe Tesson

Tesson
D'après un journaliste du Monde :

La question de Marie dans un précédent post se pose de nouveau ici : l'islam serait donc une race ? [Correctif] : au vrai sens du mot, non, mais au sens de la loi Pleven, oui :

Pleven

Michèle Tribalat avait lancé l'alerte voici quelques mois :

"L'OCI (Organisation de la coopération islamique) milite activement auprès des Nations unies pour que la blasphème soit reconnu et vienne limiter la liberté d'expression. L'OCI déclare que l'islamophobie est une nouvelle forme de racisme caractérisée par la xénophobie, une description négative et des stéréotypes sur les musulmans qui se comparent à l'apartheid, apartheid qu'il faut incessamment démanteler. L'OCI se vante d'ailleurs des bons résultats qu'elle commence à obtenir auprès des dirigeants occidentaux auprès desquels elle fait miroiter les avantages en termes de paix civile qu'il y aurait à limiter la liberté d'expression lorsqu'elle offense les musulmans."

Posté le 19 janvier 2015 à 11h46 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (14)

Xavier Lemoine dénonce l'aveuglement de la gauche et de la droite

Pertinent entretien du maire de Montfermeil dans le dernier Famille chrétienne (extrait) :

  0
1

Posté le 19 janvier 2015 à 08h58 par Michel Janva | Lien permanent

"Allahou Akbar" à Nice

Une quarantaine de manifestants s'est rassemblée dimanche à Nice brandissant une banderole "Non à l'islamophobie". Le rassemblement a été perturbé par des personnes criant "Allahou Akbar".

Les CRS sont rapidement intervenus afin de disperser la manifestation. Plusieurs personnes ont été interpellées.

Posté le 19 janvier 2015 à 07h18 par Michel Janva | Lien permanent

18 janvier 2015

"Allah Akbar" dans les rues de Paris, c'est possible

Alors que la manifestation contre l'islamisation a été interdite, une manifestation contre "l'islamophobie" a eu lieu à Paris, place du Châtelet, avec des manifestants criant notamment "Allah Akbar" (ici vers 5mn35).

0

Posté le 18 janvier 2015 à 23h26 par Michel Janva | Lien permanent

Pas très Charlie tout ça, ...

Lorsque Cohn-Bendit et Bedos n'étaient pas très Charlie. Haine recuite d'un côté, vacuité de l'autre. Merci à Philippe Grasset, de dedefensa, d'avoir exhumé ces perles !

 

 

Posté le 18 janvier 2015 à 20h28 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (9)

Un voile sème la zizanie à l'Ecole de Formation du Barreau

Lu ici :

"Aux alentours de 13 heures vendredi, maître Grégoire Lafarge, avocat en droit pénal, [...] doit commencer son premier cours de déontologie pénale au sein de l'EFB. Mais il ne commencera jamais son intervention. La raison ? La présence d'une femme voilée dans la salle. 

Maître Grégoire Lafarge est pourtant un habitué de l'école. Il a déjà donné des cours à plusieurs reprises à d'anciennes promotions. Mais ce midi, face à l'amphithéâtre d'élèves-avocats, l'avocat perd rapidement son sang froid : il balaie la salle du regard et remarque une jeune femme voilée assise dans les premiers rangs. “Très calmement, il lui a demandé d'ôter son voile”, raconte une élève présente au moment de la scène. L'intervenant n'a pas le temps de terminer sa phrase. Des étudiants interviennent immédiatement "pour lui demander d'arrêter." 

Irrité, toujours selon notre témoin, l'avocat lance : “Si vous me parlez de la sorte, je partirai”. Là, un élève lui rétorque : “Eh bien partez”. Maître Lafarge quitte la pièce" [...]

La loi sur les "signes ostentatoires" ne s'applique pas dans l'enseignement supérieur, et n'est pas spécifiée dans le règlement de l'Ecole de Formation du Barreau. L'étudiante avait donc la loi pour elle. On remarquera au passage que la quasi-totalité des étudiants ont soutenu l'étudiante voilée contre l'intervenant, ce qui laisse augurer de l'état d'esprit de nos futurs avocats. Après avoir été gangrené depuis des années par le gauchisme (on n'oublie pas le "mur des cons"), le monde de la justice est désormais gangrené par l'islamisme.

Posté le 18 janvier 2015 à 10h30 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (22)

"Dans notre système, il ne manque plus que le communautarisme français…"

Des mots de Jean Raspail dans une vidéo de TV Libertés :

 

 

Posté le 18 janvier 2015 à 09h46 par Marie Bethanie | Lien permanent

Archimède au poteau !

Très bonne analyse de l'incohérence fondamentale de nos excellences à cocardes, à lire en entier sur le site de Politique Magazine.

"(...) toute augmentation de la proportion de musulmans dans une zone donnée provoque une augmentation du sentiment anti-juif dans ladite zone, ainsi qu’une réduction des libertés publiques. C’est de la physique. Cela tient principalement au fait que les musulmans croient à la provenance divine du Coran, et donc au caractère obligatoire des prescriptions qui y sont contenues. Ces dernières sont assez nettement défavorables aux libertés de type occidental et franchement hostiles aux juifs et aux chrétiens. C’est assez simple. A ce premier facteur explicatif s’ajoutent les circonstances historiques depuis 1948, qui chauffent à blanc l’antijudaïsme, pour le rendre encore plus virulent que l’anti-christianisme.

Or, nos gouvernants depuis quarante ans, n’ont de cesse d’attirer en France des millions de musulmans pour qu’ils s’y installent durablement. Ils ont, de surcroît, veillé à ce que les populations en question ne soient pas le moins du monde assimilées à la culture française, mais demeurent bel et bien musulmanes. Les conséquences prévisibles ne manquent pas de se produire. Il suffit d’attendre que les concentrations atteignent les seuils critiques nécessaires. La science sociale n’est certes pas capable, à la différence de la science physique, de déterminer de manière précise ce genre de grandeurs quantitatives, mais elle peut assurer qu’elles existent."

Posté le 18 janvier 2015 à 07h56 par Paula Corbulon | Lien permanent

17 janvier 2015

Obsèques du policier assassiné : aucun ministre présent

Les obsèques d'Ahmed Merabet, l'un des policiers assassiné par les terroristes, ont eu lieu à Bobigny, dans la banlieue parisienne. La présence de ses collègues, de sa famille et même de Français d’origine maghrébine qui ne le connaissaient pas a été enregistrée.

Aucun ministre n’était présent lors de l’inhumation. 

Ahmed Merabet n'était pas d'extrême-gauche, l'Internationale n'a pas retenti contrairement à Charb, il ne passait pas son temps à se moquer du sacré... Bref, il ne méritait aucune considération de la part de nos politiciens. Seul Charlie Hebdo mérite d'être honoré par notre classe politique :

B7ke-PZIQAAfJCl.jpg-large

Posté le 17 janvier 2015 à 21h51 par Michel Janva | Lien permanent

Il n’y a qu'en France qu’on n’a pas le droit de manifester contre l’islamisation

Extrait d'un communiqué de Pierre Cassen et Christine Tasin, organisateurs de la manifestation contre l'islamisation, qui vient d'être interdite :

"Ce régime ne recule devant rien pour interdire toute expression qui ne convienne pas à sa vision du monde. Les juges du tribunal administratif viennent de confirmer, malgré un dossier vide, la décision inique du préfet Boucault. Celui-ci, a décrété, ce vendredi 16 janvier, de manière tardive, que le rassemblement intitulé « Islamistes hors de France » organisé par Riposte Laïque et Résistance républicaine serait interdit, sous le prétexte qu’il inciterait à la haine et à la division. On croit rêver, à un moment où, partout en France des soldats d’Allah menacent de tuer un maximum de policiers et de Français.

Depuis les assassinats commis dans les locaux de Charlie Hebdo, puis ceux du lendemain, nous assistons à un gigantesque lavage de cerveau orchestré par ce gouvernement et nombre de journalistes. Alors qu’une guerre est déclarée à notre pays par les représentants les plus radicaux de l’islam, on assiste, depuis la manifestation de dimanche, à une énorme manipulation. Il s’agit de faire passer les musulmans pour les principales victimes de ces attentats. De manière politicienne, ce régime tente d’organiser une union nationale autour d’un président de la République massivement désavoué. La promotion du multiculturalisme, de l’islam et de l’immigration est mise en avant, et on vient à accuser les Zemmour, Houellebecq ou Marine Le Pen d’être coupables des crimes commis par les soldats d’Allah ! Plus grave, Hollande menace d’instituer un délit d’islamophobie !

Nous remarquons qu’il n’y a que dans la France de Hollande-Valls-Taubira qu’on n’a pas le droit de manifester contre l’islamisation de notre pays. En Espagne, en Suisse, en Italie, en Belgique, dans la foulée de Pegida en Allemagne, des patriotes se mobilisent, devant la violence grandissante de militants islamistes. En France, des mouvements naissent à Montpellier, Lyon, Bordeaux et Vannes, entre autres. (...)"

Posté le 17 janvier 2015 à 14h52 par Michel Janva | Lien permanent

"Aucun site lié au christianisme n'a été protégé"

Lu sur le mammouth :

"Deux mosquées protégées par VGP [Vigipirate] en IDF

C'est l'info de la matinée : outre déjà plus de 200 sites liés au judaïsme protégés, deux sites musulmans -des mosquées- ont également été pris en compte ce matin par le dispositif Vigipirate.  Aucune explication n'a été livrée pour ces deux sites, et on ne sait pas pourquoi, dans ce cas, il n'y a pas de généralisation.
Cette intégration est rendue possible par la marge de manoeuvre dont dispose le plan, et par le nombre limité de sites musulmans concernés pour l'instant. Une généralisation compliquerait par contre la donne, sans pour autant être impossible. L'Ile-de-France compte plusieurs dizaines de lieux de cultes musulmans, ainsi que quelques établissements scolaires confessionnels, notamment en Seine-Saint-Denis.
Pour l'instant, aucun site lié au christianisme n'a été protégé, à l'exception de Notre-Dame et de la basilique de Saint-Denis."
 
Pourtant ce sont des églises qui brûlent notamment au Niger...

Posté le 17 janvier 2015 à 14h38 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (10)

Liberté d'expression, vraiment?

Alors que, malgré les nombreuses manifestations, violences et protestations officielles à l'étranger, le dernier numéro de Charlie Hebdo va être à nouveau imprimé pour atteindre les 7 millions d'exemplaires, sous la bienveillance du gouvernement au nom de la liberté d'expresion, on apprend que la préfecture de police va interdire une manifestation à Paris dont l'objet est de protester contre la violence des islamistes :

Img_54b162b71169f"Une manifestation controversée appelant à mettre les «islamistes hors de France», prévue dimanche à Paris, a été interdite par la préfecture de police, a-t-on appris vendredi auprès de ses organisateurs.

«Nous avons reçu à 18h un appel de la préfecture nous informant de l'interdiction de la manifestation, nous attendons maintenant une notification officielle», a déclaré à l'AFP Pierre Cassen, responsable de Riposte laïque, qui organisait le rassemblement (...)

«Déséquilibrés, égorgeurs, chauffards... islamistes hors de France», tel était le mot d'ordre de ce rassemblement prévu dimanche à 14h30 place de la Bourse. Une responsable du mouvement anti-islam Pegida, qui organise des manifestations au succès croissant en Allemagne (...) et des responsables italien ou suisse devaient notamment s'exprimer.

Posté le 17 janvier 2015 à 14h01 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (12)

Les langues se délient

B7fUEHoCQAAXUje

Voir ici.

Posté le 17 janvier 2015 à 13h28 par Michel Janva | Lien permanent

Le "deux poids, deux mesures" est la matrice des violences de demain

Jean-Louis Bourlanges, ancien membre de la Cour des compte et député européen, est professeur à Sciences Po, déclare au Figaro :

"La France égarée, marginalisée, reléguée des quartiers n’était pas dans les rues de Paris dimanche dernier. Les jeunes qui en sont issus ne comprennent tout simplement pas que le droit à l’irrespect et à la provocation puisse être sacralisé à Charlie-Hebdo et diabolisé pour Dieudonné. Méfions-nous du « deux poids, deux mesures », car c’est la matrice des violences de demain"

Posté le 17 janvier 2015 à 11h07 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (14)

Pas d’amalgame d’accord, mais pas de mensonge non plus !

Lu sur le blog de Bernard Antony :

"Bien sûr, nous qui avons toujours eu très près de nous des Français musulmans patriotes et d’admirables chrétiens convertis de l’islam, détestons des amalgames contraires à la réalité, donc à la vérité (...) C’est que notre France, malgré tous les défauts de ses aventures coloniales souvent trop jacobines, avait su en quelque sorte pacifier, humaniser des peuples jusque là soumis aux atroces colonisations des différents califats et au carcan de la charia. Alors, chez nous en France, en Europe, des musulmans pacifiques, antiterroristes, patriotes ? Bien sûr !

Mais hélas, de plus en plus aussi, des jeunes auxquels l’école dite de la République, avec ses instits et profs gauchistes, n’a appris que la haine de notre France, la dérision soixantuitarde des valeurs fondatrices de notre patrie. Et aussi le bilan nul ou catastrophique de tant de clercs de l’Eglise catholique en Occident, médiocres, si souvent incultes et niais ; et l’aplatissement, l’avachissement conformiste de trop de pauvres évêques souvent plus bêtes que méchants. Oui, presque tous peu ou prou parmi ces clercs, sauf admirables exceptions, ont collaboré à l’islamisation comme eux-mêmes ou leurs prédécesseurs l’avaient fait odieusement avec le communisme.

Alors pas d’amalgame d’accord, mais pas de mensonge non plus !

La vérité, c’est qu’il y a certes des musulmans chez nous qui s’insurgent contre le jihâd terroriste parce que qu’ils n’ont pas envie de voir la France devenir comme ces pays où l’islam majoritaire, éradicateur de ceux qui ne se soumettent pas, impose sa sinistre charia.

Mais l’islam réel tout de même, on le voit bien, c’est celui de la théocratie totalitaire qui depuis des siècles régit l’Arabie Saoudite, le Qatar, la Turquie, le Soudan,  l’Afghanistan, le Pakistan et l’Iran aussi, faut-il l’oublier. C’est celui qui domine dans la majorité des immenses masses où la plupart assimilent tout l’Occident et tous les chrétiens à ce qui est pour eux le crime impardonnable de Charlie-Hebdo. Surtout quand des grands muftis comme ceux de Jérusalem et du Caire s'élèvent contre le numéro actuellement en vente (...) 

il n’était pas judicieux de les dessiner, excitant ainsi la folie furieuse des masses islamiques fanatisées contre l’Occident et d’abord contre les chrétiens d’Orient toujours assimilés aux « roumis ». Les caricaturistes de Charlie-Hebdo ont été ainsi frappés, ironie du sort, comme des dizaines de milliers de fidèles de ce christianisme qu’ils abhorraient (...)"

Posté le 17 janvier 2015 à 11h01 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (6)

Le milieu athée, terreau de l'islamisme

Je me permets d'exhumer un article particulièrement inquiétant publié en novembre 2014 sur le Figaro Madame : Comment les islamistes radicaux endoctrinent nos adolescentes françaises. Sa lecture nous montre à quel point le processus d'endoctrinement a été soigneusement pensé, méthodiquement industrialisé, pour toucher un nombre toujours croissant de jeunes adolescentes.

"Il y a d’abord un « tronc commun » aux filles et aux garçons. En premier lieu, on leur enlève toute confiance en la société et les adultes. On leur présente des vidéos sur la nocivité d’un vaccin, par exemple. [...] La deuxième étape est celle de l’embrigadement. On leur parle de sociétés secrètes qui manœuvrent pour tuer les peuples et garder le pouvoir. C’est la théorie du complot. On leur demande : « De quel bord es-tu ? Est-ce que tu vas laisser les peuples se faire massacrer ? Réveille-toi ! ». [...] À la dernière étape arrivent les vidéos faites par les terroristes radicaux. On leur parle de la nécessité d’une confrontation finale avec ces sociétés secrètes, que seul l’islam est capable de détruire".

Le point en commun de ces familles touchées : ce n'est pas l'argent et le milieu social, ce n'est pas l'intelligence, ce n'est pas l'amour ou l'absence d'amour en leur sein, ce n'est pas leur culture d'origine (la plupart sont françaises "de souche"), c'est l'athéisme.

"La plupart d’entre elles ne sont pas d’origine maghrébine et n’ont rien à voir avec l’islam. Beaucoup viennent de familles athées. C’est comme la foudre qui tombe sur la maison. Ce sont toutes des filles brillantes, qui s’apprêtaient à faire médecine, sciences politiques ou des métiers altruistes. Certaines voulaient être infirmières, aides-soignantes ou assistantes sociales. Elles ont eu le malheur d’en parler sur leur page Facebook. L’une d’elles avait posté des photos d’un camp humanitaire au Burkina Faso où elle s’était rendue l’été."

Posté le 17 janvier 2015 à 08h16 par William Iverson | Lien permanent | Commentaires (0)

16 janvier 2015

Liberté d'expression : Philippe Tesson viré

Philippe Tesson aurait été remercié par Etienne Gernelle, directeur du Point, où il tient une chronique et anime un blog. Cette éviction est consécutive aux propos tenus par Philippe Tesson mercredi matin sur Europe 1 :

«D’où vient le problème de l’atteinte à la laïcité sinon des musulmans? On le dit ça? Et bien moi, je le dis! Je rêve ou quoi? C’est ça notre problème actuellement, c’est les musulmans qui mettent en cause la laïcité! C’est les musulmans qui amènent la merde en France aujourd’hui!».

Addendum : Les deux hommes viennent de démentir cette information.

Posté le 16 janvier 2015 à 18h39 par Michel Janva | Lien permanent

Cheyenne-Marie Carron réagit à la censure de l'Apôtre

Des projections du film L'Apôtre ont été annulée, à la demande de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Cheyenne-Marie Carron déclare au Figaro :

«C'est un film de paix. L'Apôtre devrait être projeté à des chrétiens et à des musulmans, et dans des lieux de culte. Je suis une réalisatrice catholique et j'ai collaboré avec des acteurs musulmans. J'ai essayé de faire un film qui permette une vraie ouverture vers l'autre et vers la différence. Il est interdit par peur, et je le comprends parfaitement parce que ce qui s'est produit chez Charlie Hebdo, c'est terrifiant. Mais pour faire avancer les choses et faire se rencontrer chrétiens et musulmans, il faut être capable de prendre des risques».

«On ne gagne pas des guerres par le silence et en se censurant. On gagne en ayant du courage, comme Charlie Hebdo, et en continuant à travailler. Même s'il y a une part de danger, il ne faut pas se priver des outils que nous avons pour ouvrir le dialogue».

Si la réalisatrice avoue qu'elle n'a «jamais osé aller vers un public musulman pour présenter le film», elle estime que «ces censures [lui] donnent envie d'aller vers ce public pour recueillir leur avis».

«Avec l'interdiction qui tombe, je prends conscience que ce film peut être un outil de dialogue. Je suis confrontée à une réalité, celle de la peur et de la police française qui insiste fortement à la prudence aujourd'hui avec ce qui se passe».

Elle aimerait «que ce film soit un point de départ pour un rapprochement entre chrétiens et musulmans» et «qu'il y ait des projections à l'initiative des musulmans, dans les banlieues et dans les mosquées».

«Si on en vient à annuler ce film, qui n'est pas de la propagande, c'est que la France va très mal. Si mon film ne parlait pas de fraternité, s'il était radical, je comprendrais, mais là non. On vit dans une sale période, une période de fermeture et de peur. Il faut que nous soyons combatifs».

Posté le 16 janvier 2015 à 18h08 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > France : L'Islam en France , L'Eglise : L'Eglise en France

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : L'Islam en France , L'Eglise : L'Eglise en France