29 mai 2015

D'origine maghrébine, une collégienne est menacée pour son athéisme

Bienvenue en France : parce qu'elle était "visuellement musulmane" (ses grands-parents sont maghrébins mais ses parents se revendiquent français), une collégienne s'est fait harceler toute l'année par une camarade de classe musulmane, dont le père a même menacé de la brûler vive, lui reprochant son "athéisme".

"Il arborait fièrement une barbe d’islamiste, son épouse était vêtue d’un niqab", se souvient Nourredine [le père de la collégienne harcelée]. "Il est venu et m’a dit que si je ne retenais pas mon enfant, il allait la brûler vive et qu’après on allait s’occuper de moi."

"Le fait qu’elle se soit teint les cheveux en blond cuivré déplaisait à cette camarade qui l’insultait de sale française. Si elle laissait sa chemise ouverte elle lui disait c’est pour plaire aux garçons, et la traitait de tous les noms (sale pute, sale française)".

 

Posté le 29 mai 2015 à 16h05 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (1)

« Les seuls peuples à accepter l'esclavage sont les nègres, en raison d'un degré inférieur d'humanité, leur place étant plus proche du stade animal. »

L'auteur de cette citation est un musulman (certainement modéré) Ibn Khaldoun, dont le nom est celui d'un collège-lycée musulman privé de Marseille, lequel est sous influence directe du Qatar et de l’UOIF, c’est-à-dire des Frères musulmans.

Le directeur de cet établissement a indiqué qu'un contrat d'association avec l'Etat sera signé en juin.

Posté le 29 mai 2015 à 14h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

28 mai 2015

Etat islamique : "L’adversaire n’est plus seulement aux portes de l’Europe, il en a franchi le seuil"

Paroles du chef d'état-major de l'armée de terre à propos de l'Etat islamique qui témoignent que la situation est grave :

"Selon le général Jean-Pierre Bosser, « plus de 1.000 combattants européens enrôlés dans ses rangs sont revenus dans l’espace Schengen ». Une menace pour la France et les pays européens. Car « l’adversaire n’est plus seulement aux portes de l’Europe, il en a franchi le seuil », a souligné le chef d’état-major de l’armée de terre. Il est donc persuadé « de la nécessité d’intégrer encore plus dans notre réflexion le retour de l’armée de terre sur son milieu naturel, celui du sol national, pour pourvoir y faire face, avec les forces de sécurité, à tous types de menaces dont celles que ces vingt dernières années avaient confinées à l’extérieur ».

Cette problématique est là « pour rappeler le lien très fort, le continuum, qui existe entre sécurité extérieure et sécurité intérieure. Ces combattants étrangers sont un vrai défi pour notre sécurité, celles des Français et plus généralement celle des Européens », a de son côté expliqué le général Pierre de Villiers. Et selon le chef d’état-major de l’armée de terre, « il ne faut d’ailleurs pas exclure que cette menace agisse en utilisant des modes d’actions de nature militaire, et se concrétise par des actions armées contre des militaires. Ne perdons pas de vue qu’il s’agissait d’un des objectifs poursuivis par Mohammed Merah. Outre-Atlantique, des attaques isolées ont déjà été perpétrées. Nous avons hélas vécu à deux reprises en France et une fois en Belgique des attaques assez similaires ».

L’armée de terre peut-elle être en première ligne face à Daech sur le sol national ? Le général Bosser en est convaincu : « il me semble raisonnable de considérer que la nature des opérations et l’envergure des défis sécuritaires inscrivent l’action militaire, hors et désormais à l’intérieur de nos frontières, durablement. Ils confortent ainsi le contrat opérationnel de l’armée de terre qui est réaliste et structurant ».

Posté le 28 mai 2015 à 23h03 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (8)

27 mai 2015

Face aux djihadistes, des "community managers"

Sous le règne d'Ubu, l’Etat veut créer deux cellules de «community managers», l’une publique, l’autre associative, chargés de lutter contre la propagande jihadiste sur Internet. Ne riez, cela va se faire avec nos impôts.

C'est la dernière idée de Manuel Valls, après la création d'un site internet, Stop Djihadisme.

A ce rythme là, l'Etat islamique sera à l'Elysée dans peu de temps.

Le Premier ministre a donné un nouveau pointage du nombre de résidents français «impliqués» dans les filières jihadistes en Syrie et en Irak, qui a atteint 1 704 personnes, contre 1 573 lors d’un dernier bilan effectué fin avril.

Posté le 27 mai 2015 à 22h20 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

25 mai 2015

A Argenteuil, le maire PS finance la construction d'une nouvelle mosquée

...en ne faisant pas payer le loyer, d'un montant estimé à 82 000€ à ce jour, du local de substitution prêté par la mairie pendant les travaux de construction d'un nouvelle mosquée. Il y a pourtant déjà plus de 10 mosquées à Argentueil :

"À Argenteuil, le maire PS sortant Philippe Doucet fait partie de ces élus qui ont une double lecture de la loi de 1905, notamment lorsqu’il s’agit du culte musulman (...) Il existe aussi de nombreux lieux de culte protestants, une synagogue, ainsi que la plus grande mosquée d’Europe, dans le quartier Val d’Argent Nord. Inaugurée le 29 juin 2010 par l’ancien Premier ministre François Fillon, la mosquée Al-Ihsan compte 3 000 m2 aménagés dans un ancien garage Renault. Onze ans de travaux ont été nécessaires à ce bâtiment orné d'une façade mauresque typique coiffée d’un dôme et d’un petit minaret, comme dans les pays arabes (...)

En tout, plus de dix lieux de culte musulmans ont été référencés sur la ville. À Argenteuil, on estime que près d’un tiers de la population est musulmane [Mais comment le savent-ils ?]. De quoi pousser l’ancien maire PS à lancer le chantier d’une nouvelle mosquée en 2013. Afin de satisfaire les fidèles, il a signé, le 3 octobre 2013, un contrat de location avec le responsable de la future mosquée pour mise à disposition d’un local appartenant à la mairie. Le loyer annuel est de 60 000 euros. Pourtant, à ce jour, pas un centime n’a été perçu par la mairie d’Argenteuil.

En caméra discrète, Séverine Lebrun a interrogé le futur gérant de la mosquée, dans les locaux gracieusement prêtés par l’ancien maire PS. Celui-ci, un peu pris de court, s’explique sur les 82 000 euros de loyers impayés : "Ce n’est pas une question de loyer. On avait un accord entre nous et eux [la mairie d’Argenteuil, ndlr]. Ils nous prêtent le local jusqu’à la construction de la mosquée." Mais qu’en est-il alors de la convention signée par les deux parties portant sur le montant d’un loyer mensuel ? "On a signé une convention, mais après j’ai dit non, je ne paye rien. Donc il [ndlr, Philippe Doucet] nous a dit : "vous restez jusqu’à nouvel ordre", a affirmé le futur responsable de la mosquée As Salam."

Posté le 25 mai 2015 à 07h24 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (6)

22 mai 2015

Un islamiste, déjà arrêté, retente un départ en Syrie

Il a quitté famille et amis dans le nord de la France avec l’intention de rejoindre l’Etat islamique. Arrêté une première fois en Allemagne, il a tenté une seconde fois le voyage, mais en passant par Genève. A croire qu'après la première arrestation, il a été efficacement surveillé...

Ce musulman modéré a été marqué par tuerie de Charlie Hebdo, selon sa mère. A partir de janvier, ce gamin joyeux, gentil, qui aime la musique et sortir avec des copines, se renferme, fréquente assidûment la mosquée de sa région, fait la leçon à sa famille non pratiquante. En moins de trois mois, il se radicalise. Rapide.

Sa première fuite s'arrête à Munich, où il se fait arrêter. Comme il est mineur, on le ramène à la maison. Placé sous contrôle judiciaire, il doit signer toutes les semaines un acte de présence au commissariat local. Un mois et demi plus tard, le 11 mai, il repart.

Il vient d'être arrêté. Pourra-t-il faire une 3e tentative ?

Posté le 22 mai 2015 à 11h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

20 mai 2015

A Évreux, les conversions de chrétiens à l’islam interrogent l’Église

C'est le titre d' un article de la Croix qui constate que dans certains diocèses, comme celui d'Evreux, les conversions à l'islam semblent devenir préoccupantes, bien qu'il soit difficile de dire si les nouveaux "convertis" sont d'origine chrétienne ou non. Néanmoins, il apparaît que de nombreux jeunes se convertissent à l'islam après avoir reçu les sacrements de l'initiation catholique, du baptême à la confirmation, car les jeunes musulmans arborent leur foi comme un drapeau et se font prosélytes, tandis que certains jeunes catholiques n'osent pas dire qu'ils vont à la messe.

1582222_3_6a7f_priere-a-la-grande-mosquee-de-500x250

"Preuve que le sujet est sensible, une initiative interreligieuse dans le quartier populaire de La Madeleine à Évreux a tourné court : engagés tous les deux dans un dialogue islamo-chrétien, Bissenty, jeune chrétien d’origine sénégalaise, et Grégory, musulman, converti, avaient eu l’idée d’une célébration commune de la fête des mères. Pas question, ont répondu les mères chrétiennes d’origine sénégalaise, critiquant avec véhémence « ces musulmans qui nous piquent nos enfants ». « Certains jeunes d’origine africaine m’ont rapporté que des musulmans les invitaient explicitement à la mosquée en leur affirmant que “l’islam est la religion des Noirs” », confirme le P. Berjonneau [le P. Jean-François Berjonneau est délégué aux relations avec l’islam et co-animateur du service Carrefour des cités dans le diocèse d’Évreux]. [...]

« J’ai quelques amis et cousins qui se sont convertis. À mes yeux, il ne s’agit pas d’un vrai rejet de la religion catholique. C’est plutôt qu’ils n’y avaient pas trouvé leur place et restaient dans une quête de sens, de discipline et de partage », confirme Bissenty. « Peut-être les choses auraient-elles été différentes si un ami les avait amenés vers le Christ, mais il s’en est trouvé un qui leur a fait découvrir le Prophète. »« Nous avons besoin d’être enracinés pour oser nous affirmer comme chrétiens », confirme Irène, qui constate que les parents d’origine étrangère, maîtrisant mal le français, ont du mal à transmettre leur foi à leurs enfants nés en France…[...]

Dreuz.info, reprenant l'article de la Croix, y relève cette réflexion d'une habitante, pratiquante de l'église Saint-Jean-Baptiste dans la ZUP de Vernon, qui constate que :

"le nombre de couples mixtes augmente et que, « le plus souvent, la femme, qui était chrétienne, se convertit »."

Et de poser la question qui dérange : des musulmans épousent-ils des chrétiennes pour islamiser la société ? Cela n'aurait rien d'étonnant, et ces mariages mixtes, joints au prosélytisme ouvert de la jeunesse musulmane, ne peuvent qu'accélérer le phénomène d'apostasie de notre pays.

Posté le 20 mai 2015 à 18h30 par Marie Bethanie | Lien permanent

Montpellier : des mères voilées réclament quelques blancos à l’école…

Le 13 mai, environ 80 mères voilées du quartier du Petit-Bard à Montpellier ont bloqué pendant une heure la circulation des trams, afin de protester contre la "ghettoïsation" de leurs enfants, qui sont condamnés à vivre leur scolarité presque exclusivement entre eux, les enfants "de souche" étant scolarisés ailleurs. Elles réclament donc plus de mixité sociale dans les écoles de leurs enfants, estimant à juste titre que de les laisser entre eux est un obstacle majeur à leur intégration.

Causeur revient sur cet évènement, qui montre que l'intégration à la société française est peut-être finalement un souci pour ces mères de famille, quoique veuille bien en dire Valls qui nous accuse d'un appartheid qu'il n'arrête pas de le promouvoir sur notre sol :

"« Dès que l’on connaît les codes scolaires, on use de stratégies d’évitement », explique au Figaro la porte-parole de nos mamans en colère. L’article précise que Fouzia, 38 ans, est « arrivée du Maroc à l’âge de 11 ans », et a fait tardivement « des études d’histoire à l’université, en civilisation gréco-romaine » parce que « c’est important de revenir aux racines ».

Au passage, elle fait preuve d’une franchise que seule permet une arrivée récente sur le territoire français. A propos des bahuts-ghettos où l’on veut la contraindre à inscrire ses rejetons, elle pose la question : « Dans ces écoles, il n’y a quasiment plus de Blancs. Comment nos enfants vont pouvoir se sentir français ? » Vous avez bien lu. Désormais, ce sont les immigrés les plus récents qui exigent qu’il y ait « quelques white, quelques blancos » de plus dans l’école de leurs enfants. Et réclament d’être confrontés à un minimum d’autochtones, pour avoir une chance de s’approprier leur culture."

Et Causeur de soulever une question intéressante : ce sont les mères qui réclament que leurs enfants soient au contact des "autochtones". Mais les pères sont aux abonnés absents.

"A ce train-là, SOS Racisme ou la Licra vont finir par intenter un procès à ces mauvais immigrés qui refusent de se définir par leur « différence » et de rester sagement parqués entre « stigmatisés ». En attendant, une amie enseignante en banlieue parisienne, dont la quasi-totalité des élèves est d’origine africaine, nous fait cette remarque : « Les mamans, toujours les mamans… mais où sont les hommes ? » Tiens donc, c’est vrai ça, les pères semblent nettement moins pressés que leurs femmes de s’imprégner de la culture libérale occidentale. Par peur que leurs fillettes se croient autorisées à boire de la bière ou à porter des minijupes ?"[...]

Ou parce qu'il est bien plus commode de se poser en victime d'une société qui refuse une intégration à l'envers que de tenter d'en adopter le mode de vie ?

Posté le 20 mai 2015 à 14h47 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (15)

"Pas de justice, pas de paix"

C'est le mot d'ordre belliqueux de Tariq Ramadan repris dans les mobilisations pour Zyed et Bouna, rappelé par l'Observatoire de l'islamisation.

"Alors que les médias rapportent que les manifestants révoltés par la relaxe des policiers dans l'affaire de la mort de Zyed et Bouna ont scandé "Pas de justice, pas de paix", nous rappelons que cette légitimation des violences urbaines a été formulée par Tariq Ramadan."

Tariq Ramadan qui disait en 2012 dans une conférence à des jeunes musulmans :

"« Qu’est-ce que vous apportez à la France ? Cette spiritualité de la paix. Est-ce que vous êtes des agents de paix dans ce pays ? c’est quoi un agent de paix dans ce pays ? C’est quelqu’un qui peut dire au gouvernement français : « tant qu’il n’y aura pas de justice dans vos banlieues, vous ne serez pas en paix ici ! Tant qu’il n’y aura pas d’égalité d’accès au travail vous ne serez pas en paix, et nous on est des agents de la paix ! Ça veut dire quoi ? Qu’on est des agents de la justice, des agents de la dignité, la façon dont vous regardez les Arabes, ça ne tient pas, et on ne laissera pas faire ! Parce qu’on est solide, qu’on ne sera pas agressif, mais on sera juste. »

C'est du chantage, non ? Si on se souvient des 9000 voitures vandalisées, 200 millions d'euros de dégats, 126 policiers et gendarmes blessés durant les affrontements des révoltes du ramadan 2005, il est bien difficile d'imaginer que cette "spiritualité de paix" apporte à la France autre chose que la guerre.

Posté le 20 mai 2015 à 09h19 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

19 mai 2015

457 Français en Irak et en Syrie

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a déclaré lors d'une Commission de l'Assemblée nationale, que 457 Français, dont 137 femmes et 80 mineurs, sont actuellement en Syrie et en Irak.

105 seraient mort dont 8 dans des attentats-suicide. 213 seraient revenus en France.

Posté le 19 mai 2015 à 10h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

18 mai 2015

Des quotas d’enfants « blancs » dans les écoles ?

De Bernard Antony :

"[...] La mixité sociale, selon « Le Figaro » de ce jour, c’est celle qu’ont exigé le 13 mai une cinquantaine de mères enfoulardées en colère à Montpellier et manifestant parce que « il n’y a quasiment plus d’enfants de Blancs » (sic) dans les écoles de La Paillade et autres quartiers à forte proportion de populations d’origines étrangères. « Comment nos enfants vont pouvoir se sentir Français ? » a demandé Fouzia, la porte-parole de ces mères.

L’article de Caroline Beyer est tout à fait intéressant. Elle n’omet pas de mentionner le cas de cette « maman non maghrébine, qui, venue inscrire ses enfants à l’école du quartier, n’est plus reparue ».

Peut-être va-t-il falloir alors imposer des quotas d’enfants « blancs » dans ces écoles pour espérer intégrer la majorité des non-blancs et les faire « se sentir français » ?

Faut-il faire remarquer ici que la référence à la race est une absurdité. La vérité c’est qu’il ne s’agit pas du tout d’une question de « blancs » ou de « non blancs ». La vérité, qui oserait le nier, c’est qu’il s’agit d’une question d’enfants non musulmans, parmi une énorme majorité d’enfants musulmans ! Et pour ces enfants non musulmans si minoritaires, qui oserait affirmer que leur scolarité se déroulera sans lourdes difficultés relationnelles ?

Ainsi on me rapporte le cas, à Castres des difficultés d’enfants pourtant arabes parmi d’autres enfants arabes. Ces petits enfants arabes, les malheureux, récemment arrivés en France, ont échappé au pire chez eux en Irak. Seulement voilà, ce sont des enfants catholiques. Et c’est ainsi que réfugiés chez nous, ils subissent déjà des insultes et une discrimination de la part des enfants musulmans qui regardent à la maison les émissions d’Al Jezeera.

Ceci est abominable, insupportable. Mais je n’entends guère s’exprimer les repentances de ceux qui, par leur niaiserie, leur bêtise, leur inculture, leur démagogie, sont responsables d’une situation qui va aller de mal en pire. [...]"

Posté le 18 mai 2015 à 16h56 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

Nous allons prendre la Suède. Et toute l'Europe.

Sur une chaine de télévision en langue arabe, un journaliste, qui dit avoir été musulman, interroge un musulman vivant en Suède. Ce dernier exprime librement sa vision de l’Islam. A écouter dans son intégralité :

 

Daniel Hamiche avait consacré un article à ce journaliste surnommé Brother Rachid qui est un musulman converti au christianisme évangélique.

Posté le 18 mai 2015 à 07h28 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

16 mai 2015

A Annecy, le FN s'oppose à la construction d'une mosquée

Aymeric Chauprade diffuse l’intervention de Thomas Noël (FN) faite récemment au conseil municipal d’Annecy dans laquelle il s'oppose à la volonté de la mairie UDI. Extraits :

Annecy"En mars 2004, des individus dont nous condamnons l’acte odieux déclenchaient un incendie dans l’ancienne mosquée des Fins. Plutôt que d’opter pour une restauration qui aurait permis de s’affranchir des règles d’urbanisme régissant les places de stationnement pour les établissements recevant du public, la communauté de fidèles décida de raser le bâtiment et de se lancer, avec votre soutien fébrile, dans un projet plus ambitieux, à l’architecture prosélyte et non conforme aux règles du droit public. Et ce qui devait arriver arriva. Ce que tout le monde – sauf vous Monsieur le maire – avait anticipé se produisit : à plusieurs reprises, jusqu’au Conseil d’État en octobre 2014, le juge administratif a constaté l’irrégularité flagrante de cette entreprise bancale.

Depuis, la communauté de fidèles ne cesse de clamer qu’elle n’a plus de salle de prière. Certes, celle-ci a été abîmée par des délinquants, mais je pose la question : qui a décidé de la raser ? Ses fidèles ! Et à qui demandent-ils désormais de l’aide pour en reconstruire une nouvelle, plus grande, plus haute, plus visible, s’intégrant moins que la précédente à l’architecture du quartier des Fins ? A la mairie d’une république laïque. A ces fidèles, Monsieur le maire, il vous faut rappeler ce principe élémentaire du droit : « Nemo auditur propriam turpitudinem allegans » : Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. Ceux qui ont décidé de raser leur lieu de culte ne peuvent exiger des habitants d’Annecy qu’ils aident à sa reconstruction.

Aujourd’hui, pour garantir le nombre légal de places de parking, l’association Nouvel Avenir, qui porte le projet de la nouvelle mosquée, a besoin de plus de surface. Une fois de plus Monsieur le Maire, vous décidez de voler à son secours. Pour céder – sans jeu de mot – du terrain supplémentaire, il vous a fallu au préalable le déclasser du domaine public. En agissant de la sorte, vous avez violé l’esprit de la loi de 1905 : vous avez utilisé un bien public – non sans l’avoir dénaturé – pour aider une religion (...) Que je sache, les riverains ne réclament pas à cor et à cris un nouveau lieu de culte…

Nous touchons là un des aspects fondamentaux du problème, Monsieur le Maire, et je n’aurai pas l’hypocrisie de me réfugier derrière des arguties juridiques pour vous exposer les vraies raisons de ma farouche opposition à ce projet. Il ne s’agit pas d’un problème d’urbanisme, mais bien de communautarisme ! Nous ne parlons pas tant de contraintes de construction que d’exigence d’unité de la nation ! Vous détournez un bien de son usage public pour céder aux pressions d’une communauté à l’intérieur d’une autre communauté : les musulmans d’origine maghrébine. En effet, l’Association « Nouvel Avenir » n’a jamais caché sa forte identité algérienne. Un représentant du gouvernement algérien est même venu soutenir ce projet, faisant ainsi la promotion d’une véritable enclave sur le territoire français.

Et cette enclave est la concurrente d’une autre, turque celle-là, dans la ZI de Vovray. Vous ne pouvez l’ignorer : il y a quelques mois, un représentant de la communauté turque, fidèle de cette même mosquée, ne vous avouait-il pas, sous les yeux éberlués de ma collègue Pauline Farges, je cite : « nous les Turcs nous ne voulons pas prier avec les maghrébins. Et ce n’est pas une question de place ».

Depuis quand, dans notre République une et indivisible, doit-on distinguer les pratiquants d’une religion en fonction de leur origine ? Y aurait-il des statistiques pour cela ? Depuis quand la Nation doit-elle s’adapter aux différentes pratiques d’une même religion ?

Vous ne pouvez donc plus nier les tensions communautaristes qui habitent notre bassin de vie. Vous ne pouvez plus refuser de regarder en face la juxtaposition de particularismes culturels et cultuels dont notre territoire est le théâtre. Malgré cela, vous persistez à agir en préposé local au déclin national.

Monsieur le Maire, on comprend bien que les lois de la démographie, dont on constate au fil des scrutins l’inexorable action érosive, vous contraignent à aller chercher des suffrages hors de votre électorat traditionnel. Cependant, vous devriez non seulement minimiser l’effet positif de ce genre de manœuvre, mais également exiger des garanties contre les risques de prolifération d’un islamisme radical qui gangrène une religion dont – est-il est besoin de le rappeler ? – l’immense majorité des croyants n’aspirent qu’à vivre paisiblement et pacifiquement la pratique cultuelle.

Et ces garanties, nous, groupe Annecy Bleu Marine, nous les demandons en osant poser les questions suivantes :

  • D’où viendraient les imams qui desserviraient la mosquée si ce projet aboutissait ?
  • Où seraient-ils formés ?
  • Dispenseraient-ils leurs prêches en français ?
  • L’architecture du projet serait-elle toujours aussi arrogante et prosélyte, ou, au contraire, la mosquée s’intègrerait-elle harmonieusement dans un quartier dont les habitants n’ont pas massivement demandé sa construction, c’est le moins qu’on puisse dire ?
  • Le gouvernement Algérien, qui soutient ce projet, s’engage-t-il à faire cesser les persécutions dont sont victimes, sur son propre territoire, les musulmans qui se convertissent au christianisme ?

Monsieur le maire, à l’heure où notre pays est agité de soubresauts communautaristes qui ont déjà fait des morts et menacent l’unité nationale et le vivre ensemble, je doute que vous ayez l’idée, encore moins le courage, d’encadrer strictement un projet que vous menez avec autant d’aveuglement. Pour tous les motifs que je viens d’exposer, mes collègues et moi-même voterons contre cette proposition n° 17. 

Posté le 16 mai 2015 à 10h38 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (14)

15 mai 2015

Islam : un déséquilibré hospitalisé d'office

Il ne s'agit pas de l'un des très nombreux déséquilibrés criant "Allah Akbar" dans nos rues, mais de Robert Chardon, maire UMP de la commune de Venelles (13), qui s’est prononcé sur Twitter pour « interdire le culte musulman en France ». Il a été hospitalisé d’office dans la journée de vendredi, suite à une demande d'« un tiers compte tenu de l’incohérence de ses propos ».

Il souffre aussi d'un cancer, ce qui explique peut-être sa déclaration : non pas qu'il ait perdu la tête, mais qu'il n'a plus rien à perdre.

Posté le 15 mai 2015 à 18h25 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (35)

13 mai 2015

306 djihadistes passés par la Syrie sont actuellement en France

Extraits de l'interview donné par le procureur de la République de Paris, François Molins, dans un entretien au Figaro :

"Il n’y a aucune raison d’être optimiste. La menace n’a jamais été aussi forte, notamment en raison de l’implication de la France dans la lutte contre Daech [acronyme arabe de l’Etat islamique]. Depuis fin 2013, le nombre des dossiers a explosé de 180 % ! (...)

Il y a les aguerris, d’autant plus dangereux qu’ils reviennent endurcis par les combats (...) La dernière catégorie est le profil du déséquilibré psychiatrique ou psychique qui peut avoir prêté la main à des actions abominables et qu’il faut à la fois punir et traiter (...)

Nous sommes face à des radicaux qui agissent dans la discrétion. Ils peuvent avoir des vies de famille normales, comme cela semble le cas pour Sid Ahmed Ghlam, qui voulait frapper le mois dernier à Villejuif. En apparence, ces individus semblent seuls mais, quand on gratte un peu, on s’aperçoit qu’ils agissent au nom de groupes terroristes sur des cibles correspondant à des mots d’ordre donnés par Daech ou Djabhat Al-Nosra [Front Al-Nosra] (...)

Nous voulons juger le plus rapidement possible les dossiers syriens. A ce jour, seuls 11 individus l’ont été. Le plus lourd est à venir puisque nous traitons actuellement des dizaines de dossiers avec 169 personnes mises en examen, dont 106 en détention provisoire (...)

Ce terrorisme low cost fait peur, car il est plus difficile à détecter. Il y a vingt ou trente ans, nous travaillions sur des cellules structurées et identifiées. Maintenant, nous sommes face à des individus venus de nulle part, adeptes de la “taqiya” – la technique islamique de la dissimulation –, et qui n'émettent que des signaux très faibles, quasiment indécelables par les services de renseignement (...)"

La Taqiya est la loi de la dissimulation qui est préconisée par le Coran et à laquelle les musulmans font appel à chaque fois qu’ils le jugent nécessaire pour la propagation ou la préservation de l’Islam. Le mensonge et l’hypocrisie sont alors des vertus pour tout musulman face à des non-musulmans.

Posté le 13 mai 2015 à 09h36 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

Montée de l'islamisme : la catastrophe est déjà là !

Extrait d'une interview de Jeannette Bougrab, ancienne secrétaire d'Etat UMP du gouvernement Fillon et compagne de Charb :

"Le problème de la France, c’est qu’elle ne regarde que la France. Au moment des attentats, 2.000 personnes étaient assassinées au Nigéria par Boko Haram. Sans parler de ce qui se passe au Yemen, en Syrie, en Irak... La catastrophe est déjà là et si on ne la voit pas, c’est qu’on n’a rien compris."

Posté le 13 mai 2015 à 09h17 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Le préfet veut imposer la mosquée au maire FN de Mantes-la-Ville

Depuis qu'il a été élu maire de Mantes-la-Ville, Cyril Nauth (FN) s'oppose à ce que l'ancienne trésorerie municipale soit transformée en mosquée :

"Rebondissement inattendu pour la mosquée de Mantes-la-Ville. Erard Corbin de Mangoux, le préfet des Yvelines, a décidé de se mêler en personne de ce sujet complexe. Il s’apprête à envoyer un courrier à la Communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines (CAMY) lui proposant de vendre directement à la communauté musulmane l’ancienne trésorerie municipale afin de la transformer en salle de prière. 

Une convention signée fin 2013 prévoyait que la CAMY vende d’abord ces locaux à la ville pour que cette dernière les cède ensuite à l’association des musulmans de Mantes-sud (AMMS). Mais l’arrivée du FN au pouvoir en mars 2014 a bouleversé ce scénario. Le nouveau maire Cyril Nauth refusant d’honorer la convention (...) Pour contourner le refus municipal, la stratégie du préfet consisterait donc à écarter Mantes-la-Ville de cette opération."

Le préfet a donc bien pris les choses en main pour faciliter et encourager la création de cette mosquée :

"(...) Le préfet des Yvelines Erard Corbin de Mangoux a choisi de s’emparer du dossier. C’est un de ses courriers qui est à l’origine de la décision de la CAMY. Adressé à Paul Martinez, le président (SE) de l’agglo, il « invite les élus du conseil communautaire à débattre de ce sujet et d’envisager la possibilité d’une vente directe à l’association » indique Erard Corbin de Mangoux 

Cyril Nauth dénonce le procédé :

"Si cette vente directe se fait, cela voudrait dire que le préfet ignore la souveraineté des communes et outrepasse ses droits. Ce serait scandaleux (...)

Avec cette décision et cette délibération qu’on nous promet, les autorités préfectorales et Paul Martinez s’assoient sur la volonté du maire que je suis. Je regrette et je dénonce cette manœuvre antidémocratique (...) Ils ont attendu que les élections départementales soient passées pour œuvrer de la sorte parce qu’ils savent que ça m’aurait fait gagner des voix  : c’est dégueulasse  !"

Posté le 13 mai 2015 à 07h01 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

12 mai 2015

"La prééminence de la loi de la République sur la loi religieuse"

C'est la dernière idée terriblement dangereuse du député Hervé Mariton pour lutter contre l'islam.

La convention sur l'UMP voulue par Nicolas Sarkozy agite l'UMP. Elle sera donc la plus discrète possible. "Pas de vague" : voilà la consigne officielle. La convention sur l'islam aura lieu le 4 juin et ne durera qu'une demi-journée. Une cinquantaine d'élus présents rencontreront notamment des philosophes, des islamologues ou des responsables du culte musulmans. Et le tout à huis clos. Gérald Darmanin et Henri Guaino sont chargés de préparer un texte. Mais rien ne doit filtrer de leurs entretiens et de leurs conclusions.

Hervé Mariton a déclaré dans un communiqué :

"il est nécessaire d'assurer aux citoyens français musulmans les possibilités pratiques de s’intégrer à la société française, tout en affirmant que cette intégration républicaine comporte un certain nombre d’exigences non négociables, en particulier la prééminence de la loi de la République sur la loi religieuse, en toutes circonstances."

Posté le 12 mai 2015 à 14h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (22)

L'imâm du Grand Journal fait la promotion d'un prédicateur pro Jihad

Lu ici :

"L'équipe du Grand Journal  voulait "se payer"  Robert Ménard lundi  11 mai,  mais ni la hargne malhonnête de Jean-Michel Apathie ni l'imâm "modéré" d'Alfortville invité pour lui porter la contradiction n'y sont arrivés. Et encore, Robert Ménard ne savait pas que l'imâm Abdelali Mamoun, très invité par les médias depuis les attentats de janvier,  est proche de prédicateurs des Frères de l'UOIF. Sur sa page Facebook, Mamoun relaie complaisamment une conférence à venir du "professeur" Hassan Iquioussen, dont nous avions retranscrit une conférence passée tenue à St Denis de la Réunion le 14 janvier 2013 où il fit l'éloge des moujahidines (combattants de Dieu) qui ont conquis l'Espagne, l'Italie et la Sicile. La conquête armée de l'Europe est donc louée comme un Jihad positif pour l'expansion de l'Islam [...]" 

Posté le 12 mai 2015 à 08h13 par Michel Janva | Lien permanent

09 mai 2015

Partir au jihad en camping-car

Deux familles toulousaines, surveillées par les services de renseignement, seraient partis en Syrie après avoir loué des camping-cars à Muret et Montpellier. L'alerte a été donnée par les sociétés de location qui n'ont pas vu revenir leurs véhicules le 2 mai... Autrement dit, les services n'ont pas surveillé grand chose.

Une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie de Muret et de la police de Montpellier. Puis, les services de la DGSI se sont emparés du dossier car deux noms figurant sur les contrats étaient connus. Le père de famille avait indiqué à l'agence  qu'il partait en vacances en Turquie.

Posté le 9 mai 2015 à 18h08 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

08 mai 2015

Jean-François Copé : derrière le pain au chocolat, le voile islamique

Jean-François Copé avait créé une polémique autour des pains au chocolat, confisqués par des voyous pendant le ramadan. Une belle esbroufe pour le maire de Meaux, ville où il est permis de porter visiblement le voile intégral

"Quatre ans après son entrée en vigueur, la loi interdisant le port du voile intégral sur la voie publique, initiée par Jean-François Copé, n’est quasiment pas appliquée. Y compris à Meaux. En 2014, une seule femme y a été verbalisée pour port du niqab.

[...] Les femmes intégralement voilées se promènent dans les parcs publics, au marché du dimanche matin, entrent dans les supermarchés. Sans être verbalisées.

A la pharmacie du quartier Dunant, des hommes refusent d’être servis par les pharmaciennes et préfèrent attendre qu’un préparateur soit disponible. L’été 2012, une librairie musulmane a ouvert dans ce quartier. Elle vend des niqabs qu’on ne trouvait jusqu’alors qu’au marché. A Beauval, un kebab a installé, durant un an et demi, des cabines équipées de rideaux pour que les femmes en niqab, cachées du regard des autres, puissent déjeuner en retirant leur voile. Le patron vient d’enlever les rideaux, tout en défendant le port du niqab. « Il faut juste le retirer dans les écoles et les banques ». Des ados voilées n’hésitent plus à traiter de « putes » des jeunes filles en short. Plus grave, l’été dernier, des hommes en djellaba ont arpenté le service psychiatrie de l’hôpital de Meaux pour y recruter des candidats au jihad." 

Posté le 8 mai 2015 à 17h54 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

07 mai 2015

Les musulmans ne sont pas libres de se convertir

Le Forum Jésus le messie se déroule les 8 et 9 mai à Notre-Dame-de-Grâce de Passy (Paris). L’édition 2015 se penche sur la liberté de conscience des musulmans en France avec des intervenants comme Moh-Christophe Bilek ou Annie Laurent. Jeanne Gouadain, coordinatrice du forum, déclare à Famille chrétienne :

"Après l’attentat déjoué contre des églises à Villejuif, n’est-ce pas mettre de l’huile sur le feu que d’inciter les catholiques à convertir les musulmans ?

« Votre question révèle trois sous-entendus :

1) Les musulmans seraient susceptibles et un rien pourrait déclencher leur violence.

2) La prudence serait donc de se taire, de se soumettre à cet état de fait, et donc, de fait, de devenir déjà “musulman”, puisque ce terme signifie précisément “soumis”.

3) L’évangélisation ne serait plus la priorité pour un chrétien, en contradiction avec la parole du Christ, il faudrait préférer quelque chose de ce temps plutôt que le salut (Lc 12, 4-5)...

Pour autant, le forum n’a jamais eu pour objectif de proposer aux catholiques de « convertir » les musulmans, car Dieu seul a ce pouvoir. Sa raison d’être est de montrer que des musulmans ont choisi le Christ librement, ici, en France, et demandent, si possible, aux catholiques de souche d’en prendre conscience, de les considérer et de les accueillir comme leurs frères. »

L’édition 2015 est consacrée à la liberté de conscience. Les musulmans de France ne sont-ils pas libres de croire ou de ne pas croire ?

« Il ne s’agit pas de la liberté de croire ou de ne pas croire, sauf si vous ajoutez “en Mahomet et au Coran”. Il s’agit bien plus, en conséquence, de la liberté de quitter l’islam pour répondre à l’appel du Christ.

Les musulmans sont libres de le faire, théoriquement, au niveau de la loi civile française, mais souvent ils ne le sont pas en réalité, puisque l’islam commande le meurtre des apostats (Coran 4.89 ; 8.12-17). Aussi, nombre d’entre eux, s’ils arrivent à vaincre la peur et les menaces qui les entourent, préfèrent-ils devenir chrétiens en secret. »

Posté le 7 mai 2015 à 20h15 par Michel Janva | Lien permanent

06 mai 2015

En haut lieu, on sait. Et les Français n'en ont pas le droit ?

Robert Ménard répond à Valeurs Actuelles :

VA. Comment êtes-vous arrivé au chiffre de 64,6% d’élèves musulmans à Béziers ?

Très simplement. Il existe dans toutes les mairies de France un listing des élèves des écoles maternelles et primaires. A la faveur de réunions sur la rentrée scolaire, j'ai vu passer ce listing. J'ai eu la curiosité de le parcourir. Le nombre considérable de noms à consonance non-européenne m'a surpris. Durant toute la campagne électorale de 2014, j'avais affirmé sur la foi d'informations parcellaires, qu'il devait y avoir 30 % d'enfants musulmans dans les écoles de Béziers. Ce que je découvrais avec ce listing m'a incité à faire un calcul rapide. Je ne prétends pas à l'exactitude. Mais à peu de choses près, c'est ce que j'ai trouvé, avec des pointes à 88 % dans certaines écoles. Du reste, il suffit à n'importe qui de faire la sortie de ces écoles pour se faire une opinion. Sans listing et sans calculette...

Je suis certain que de nombreux autres maires font la même chose que moi. Mais eux ne le disent pas. Je ne suis pas un politicien professionnel. Je n'ai pas de carrière à ménager. Je ne supporte plus ce sas de décompression entre les institutionnels, « ceux qui savent », et le peuple. En haut lieu, on sait. Et les Français n'en ont pas le droit ?

VA. Vous êtes cerné par les médias et les politiques qui vous reprochent de relancer le débat sur les statistiques ethniques…Que vous inspire la polémique ?

Quelle hypocrisie ! Quelle médiocrité ! Quelle hystérie !

Hypocrisie d'un Valls qui en janvier annonce qu'il faut dénoncer un « apartheid social » mais qui attaque un maire lorsque celui-ci donne un chiffre révélateur sur l'apartheid que subit Béziers depuis des années. Tout le monde sait dans l’Hérault que Montpellier a longtemps considéré notre ville comme la destination idéale pour les immigrés clandestins, les allocataires RSA etc...

Quelle médiocrité d'un François Hollande qui dirige la 5ème puissance mondiale et qui parle de ce tout petit sujet en visite officielle en Arabie Saoudite ! Y-a-t-il une malédiction sur la Vème république que chaque président soit pire que le précédent ?

Enfin l'hystérie d'une classe médiatique dont chaque membre écoute les aboiements de son voisin pour vérifier que lui-même aboit assez fort.

J'ai défendu durant vingt ans des journalistes dans le tiers-monde pour les protéger d’États plus ou moins démocratiques. Aujourd'hui, je pose la question : qui protégera le peuple français de certains journalistes ?

VA. Vous dénoncez le deux poids, deux mesures, pensez-vous qu’on ne peut plus parler de ces sujets quand on est de droite ? Vous sentez-vous victime d’une cabale de la bien-pensance contre vous ?

Il est permis en France de parler de tout à condition d'être d'accord avec la gauche. C'est ce qui nous donne cette droite conservatrice, parfois rebelle dans l'opposition, toujours lâche au pouvoir.

Il n'y a pas de cabale contre moi. Il y a un déni de réalité, un mensonge permanent et, désormais, une épouvante au sein d'une gauche qui, après avoir renié sa pensée économique, voit agoniser sous ses yeux toutes ses utopies sociales, comme le fameux « Vivre-Ensemble » (...)

Posté le 6 mai 2015 à 20h40 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (16)

Bernard Antony soutient Ménard mais pas Collard

Communiqué de Bernard Antony suite au scandale provoqué par les déclarations de Rober Ménard en tant que maire de Béziers :

"Les cris des vierges républicaines effarouchées de la gauche, de quelques-unes de la droite et de Gilbert Collard contre Robert Ménard prétendument coupable de crime statistique et suspecté de l’atrocité de fichage ne peuvent que provoquer l’hilarité de quiconque a encore un peu de mémoire. 

La gauche en effet ne s’est jamais contentée d’établir des statistiques. Elle a toujours « fiché ». Radicale et socialiste sous la houlette d’Émile Combes, elle fichait de 1900 à 1904 les officiers catholiques pour bloquer leur avancement et pire encore. Elle le faisait avec la collaboration active du Grand Orient de France, la principale obédience maçonnique à l’époque.
 
Le grand homme de la République du Panthéon, Jean Jaurès, approuva cela à la Chambre, le 28 octobre 1904, proclamant que c’était une mesure courageuse pour « reconstituer dans l’armée l’esprit républicain ». Le franc-maçon mariniste Gilbert Collard aurait donc pu se dispenser de hurler avec les loups contre Ménard. On ne veut pas croire que c’est là l’effet d’une jalousie locale, Ménard ayant réussi à Béziers ce à quoi il a échoué à Saint-Gilles (...)
 
Enfin, comme d’habitude, le plus clownesquement indécent dans son indignation grandiloquente aura été le vertueux François Hollande. Car c’est depuis l’Arabie sous domination de la théocratie totalitaire salafiste la plus extrême, celle de l’idéologie wahabite, et sous les plis d’un drapeau frappé de la shahada qu’il a proféré sa fatwa républicaine contre le maire de Béziers ! Ses malicieux interlocuteurs l’ont assuré que ce n’est pas chez eux, pays de grande tolérance, que l’on établirait des listes d’appartenance communautaire ou religieuse.
 
L’éventualité d’ailleurs ne s’en est pas posée depuis plus de mille ans. Là-bas, il n’y a en effet que des petits musulmans dans les écoles : 100 %. Il est vrai, à peine un peu plus qu’à Béziers… À Béziers, en réalité, rien de ce qu’a fait Robert Ménard ne relève du fichage mais tout simplement du devoir d’un maire de connaître les appartenances civilisationnelles de ses administrés.
 
Dans leur indécence moraliste, nos dirigeants et politiques n’ont plus de limites. L’Institut du Pays Libre exprime à Robert Ménard sa gratitude pour son courage et son entier soutien dans sa lutte contre l’hypocrisie."  
 
Il est effectivement assez cocasse de voir Robert Ménard poursuivi tel le diable par toute la bien-pensance médiatico-politique, et même au sein de son propre camp en la personne de Gilbert Collard (voir ici à partir de 2'00'') alors qu'il demandait lui-même il y a quelques jours à ce que Jean-Marie le Pen passe devant la commission disciplinaire du FN... Robert Ménard sera-t-il victime de la dédiabolisation au sein du FN et du RBM ?

Posté le 6 mai 2015 à 20h30 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

Un parfum de "dhimmicratie" dans l’air

Serge Federbusch dénonce la manipulation qui a suivi les attentats de Charlie Hebdo et de l'exploitation qu'en a faite le gouvernement dans un livre intitulé "La marche des lemmings – La deuxième mort de Charlie Hebdo". Extraits de son interview sur Atlantico :

Et l’esprit du 11 janvier, la grande marche... des manipulations aussi ?

97828751525721L’émotion populaire était indéniable. Mais tout a été orchestré pour que les responsabilités du pouvoir ne soient pas mises en cause et pour protéger les musulmans, électorat cher au pouvoir, d’un accès de courroux populaire au nom du "pas d’amalgame". La désopilante marche des dirigeants, présentée sur le moment comme prenant la tête du cortège et qui en réalité a eu lieu en vase clos, les transports gratuits, l’appel à manifester de tous les médias sans exception ou presque (...)

Vous ne croyez pas à la thèse de la séparation entre islamistes et musulmans ?

C’est une distinction destinée à ne pas effrayer l’opinion. Il y a une différence de degré et pas de nature entre les deux. Le Coran est un peu une auberge espagnole avec des passages plus ou moins agressifs et on peut y trouver ce qu’on y cherche. Diriez-vous que le régime saoudien, qui décapite hardiment et où la femme est discriminée, incarne un islam modéré ? Pourtant, il s’oppose à Al-Qaïda. La situation est beaucoup plus complexe que le monde binaire pour bobos-bisounours décrit par Joffrin à longueur d’éditoriaux dans Libération.

La réalité est que le fondamentalisme fait des progrès constants en France et que la classe dirigeante nie l’évidence par lâcheté et/ou clientélisme. Ecoutons plutôt le député socialiste Malek Boutih, qui nous appelle à l’intransigeance face à cette peste, plutôt que les prêches du vivre-ensemble.

Vous semblez dire dans votre livre qu’au fond les frères Kouachi ont gagné, que le pouvoir recule face au fondamentalisme ?

Depuis le 11 janvier, il y a eu au moins dix cas d’événements annulés, d’expositions amputées, de festivals écourtés par peur d’attentats. Quand il y a cinq jours Luz vous explique qu’il n’a plus envie de caricaturer Mahomet, vous sentez comme un parfum de dhimmicratie dans l’air...

Et les médias, vous ne les épargnez pas ?

Certes non... Ils ont pour la plupart servi de courroie de transmission à cette gigantesque manipulation. Une semaine après les attentats, certains vous expliquaient que les vrais responsables s’appelaient Eric Zemmour et Renaud Camus !

Posté le 6 mai 2015 à 17h35 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (2)

Le voile intégral ne se cache pas dans la ville de Jean-François Copé

Reportage du Parisien à Meaux, où une seule femme aurait été verbalisée en l'espace de quatre ans :

"Dans cette ville tranquille de banlieue, dirigée depuis 1995 par le député UMP, la moitié des 54 000 habitants vit en quartier sensible. La rénovation urbaine, plutôt réussie, a réduit le taux de logements sociaux à 40 % et distillé la mixité sociale dans les quartiers Beauval et Dunant. Mais l’intégrisme musulman y est de plus en plus visible. Les femmes intégralement voilées se promènent dans les parcs publics, au marché du dimanche matin, entrent dans les supermarchés. Sans être verbalisées.

A la pharmacie du quartier Dunant, des hommes refusent d’être servis par les pharmaciennes et préfèrent attendre qu’un préparateur soit disponible. L’été 2012, une librairie musulmane a ouvert dans ce quartier. Elle vend des niqabs qu’on ne trouvait jusqu’alors qu’au marché. A Beauval, un kebab a installé, durant un an et demi, des cabines équipées de rideaux pour que les femmes en niqab, cachées du regard des autres, puissent déjeuner en retirant leur voile. Le patron vient d’enlever les rideaux, tout en défendant le port du niqab. « Il faut juste le retirer dans les écoles et les banques ». Des ados voilées n’hésitent plus à traiter de « putes » des jeunes filles en short. Plus grave, l’été dernier, des hommes en djellaba ont arpenté le service psychiatrie de l’hôpital de Meaux pour y recruter des candidats au jihad."

Posté le 6 mai 2015 à 16h02 par Louise Tudy | Lien permanent

05 mai 2015

64,6% enfants de confession musulmane à Béziers

Robert Ménard a osé mener l'enquête et révéler sur France 2 ce chiffre exorbitant, il doit être exécuté.

Le procureur de la République de Béziers, Yvon Calvet, a ouvert une enquête préliminaire pour «tenue illégale de fichiers en raison de l'origine ethnique».

La Cnil a dit «regarder de près» les déclarations de Monsieur Ménard.

Manuel Valls, procureur politique (et accessoirement Premier ministre), a déclaré :

«Honte au maire de Béziers. La République ne fait aucune distinction parmi ses enfants».

Le député PS de l'Hérault Sébastien Denaja ne s'embarrasse pas :

«Robert Ménard renoue ici avec les pires pratiques de Vichy et du pétainisme». «La loi n'autorise pas la création de tels fichiers. J'invite donc les parents à porter plainte et demande à ce qu'une enquête soit ouverte. La question de la responsabilité se pose aussi pour les fonctionnaires qui se sont prêtés à l'exercice…».

Toutefois, la mairie a démenti l'existence d'un «fichage des enfants, musulmans ou non».

«La mairie ne constitue pas et n'a jamais constitué de fichiers des enfants scolarisés dans les écoles publiques de la ville». «Le seul fichier existant à notre connaissance recensant les élèves des écoles publiques de la ville est celui de l'Éducation nationale».

Posté le 5 mai 2015 à 16h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (46)

04 mai 2015

Le djihadisme ne se combat avec des coloriages

Jacques Bompard écrit sur Le Rouge et Le Noir :

"Les élites dirigeantes françaises sont responsables de l’énorme phénomène djihadiste apparu dans notre pays. En laissant se développer le grand remplacement, en détruisant la transmission du roman national, en inculquant la haine de soi à plusieurs générations, les gouvernements successifs ont alimenté un terreau islamiste dont ils se refusaient à voir les méfaits.

Aujourd’hui les islamistes maîtrisent certains quartiers : c’est là le véritable apartheid. Aujourd’hui les islamistes ont organisé des systèmes de représentation et d’expression médiatique sollicités par des représentants politiques avides de communautés électorales. Aujourd’hui les islamistes français ont pleinement intégré la mondialisation et s’exportent au Proche Orient, en Afrique, et ailleurs peut- être.

Notre territoire n’est pas épargné. Hier un islamiste voulait s’attaquer à des paroisses, d’autres saccagent sans vergogne des cimetières catholiques, quelques semaines à peine après l’attaque sanglante en plein Paris qui a profondément marqué notre société. Face à cela, les Français étaient en droit d’attendre ordre et fermeté des pouvoirs publics. Las, la gauche se refuse encore à prendre la mesure des dangers qui menacent notre pays.

A Beyrouth, Jean-Yves Le Drian a rappelé que la France avait pour meilleur partenaire au Proche Orient le royaume rétrograde d’Arabie Saoudite. François Hollande y souleva, bien étrangement, un sabre en fin d’année dernière. C’est un comportement international au moins oublieux de l’idéologie islamiste promue et propagée par certains dignitaires saoudiens. 

Mais sur notre territoire même, nous entendons un gouvernement favorable au doublement du nombre de mosquées et qui voudrait maintenant traiter le phénomène des djihadistes par l’accueil en centre de réadaptation sur la base du volontariat. Est-on au niveau de la légitime angoisse des Français devant l’inertie politique face aux djihadistes ?

On parle de 1500 à 3000 Français de papiers ou étrangers résidents en France qui seraient partis tuer au nom d’Allah au Levant. Nos ressortissants étrangers deviennent la cible d’une surveillance accrue dans ces pays, qui étaient pourtant nos alliés historiques. Mais qui leur fera le reproche de douter des mesures de notre gouvernement quand on entend Manuel Valls déclarer à l’AFP : « Par un accompagnement individualisé, une prise en charge psychologique et un encadrement renforcé, ces jeunes devraient retrouver toute leur place dans notre société. » 

J’ai proposé de multiples initiatives : législatives en supprimant la nationalité aux djihadistes ou encore en ouvrant une commission d’enquête parlementaire sur le soutien de la France aux rebelles syriens, sociétales en luttant contre le Grand Remplacement, pratiques en mettant en place la suppression des aides sociales à des individus partis commettre des atrocités au Proche Orient. Mais les socialistes leur préfèrent la politique de l’autruche.

L’islam combattant pose un problème civilisationnel et spirituel à notre pays et à l’Europe. On ne le réglera pas avec des coloriages pour anciens participants aux massacres des minorités et des communautés musulmanes chiites au Proche Orient."

Posté le 4 mai 2015 à 07h28 par Michel Janva | Lien permanent

29 avril 2015

Ces maires qui courtisent l'islamisme : un ouvrage exceptionnel selon la revue de l'Académie de géopolitique de Paris

L'ouvrage de Joachim Véliocas a eu droit à une recension élogieuse dans la revue Géostratégiques (n°44 du 16 avril 2015) :

Capture d e cran 2015-04-29 a  15.55.58

Posté le 29 avril 2015 à 18h13 par Michel Janva | Lien permanent

"Sur la base du volontariat"

Manuel Valls se moque de nous en annonçant la création d'une structure d'accueil pour des Français de retour de Syrie ou d'Irak.

 "Une structure sera créée d'ici la fin de l'année afin de prendre en charge, sur la base du volontariat, des jeunes de retour de zones de conflit et ne faisant pas l'objet de poursuites judiciaires".

"Par un accompagnement individualisé, une prise en charge psychologique et un encadrement renforcé, ces jeunes devraient retrouver toute leur place dans notre société".

Sur la base du volontariat, il faut s'attendre à un succès fou.

Posté le 29 avril 2015 à 15h54 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (20)

Hortefeux : "Aujourd’hui, la religion chrétienne est la plus persécutée au monde !"

Brice Hortefeux déclare à Famille chrétienne :

"Aujourd’hui, la religion chrétienne est la plus persécutée au monde ! Le pape François a raison de le dénoncer à temps et à contretemps. On estime à cent cinquante millions le nombre de chrétiens persécutés ou en passe de l’être. Le risque est évidemment moins élevé en Occident, mais il ne doit pas être sous-estimé. La tension, hélas, ne peut que se renforcer… [...]

Place Beauvau, avez-vous été témoin d’attentats islamistes déjoués à la dernière minute ?

Je peux vous le confirmer. Et je me souviens notamment d’une réunion de crise organisée au milieu de la nuit. Les services américains et ceux d’un pays du Maghreb nous avaient laissé entendre qu’un attentat devait se produire dans la journée. Cet attentat ne s’est heureusement pas concrétisé. La direction du renseignement intérieur arrive à déjouer plusieurs attentats chaque année.

Le gouvernement de François Hollande est-il gêné pour défendre les catholiques ?

Pour ma part, j’ai toujours été partisan d’une affirmation forte des racines chrétiennes de la France. Cela n’enlève rien au respect des autres religions. Mais je suis plus que jamais convaincu qu’il faut refuser le communautarisme. À l’heure où il tente de mettre le pied dans la porte, il faut la refermer tout de suite !

Les responsables catholiques ont appelé au dialogue. Est-ce naïf dans la situation actuelle ?

Le dialogue est bon pour la vie de tous les jours. Cela est valable naturellement en matière religieuse. Mais il faut distinguer les choses. Le christianisme et l’islam sont des religions de nature différente. Le catholicisme n’aspire aujourd’hui qu’à jouer son rôle spirituel alors que le Coran se veut aussi une constitution, un code civil et un code pénal !

Quel regard devons-nous porter sur l’islam ?

Nous sommes tous un peu partagés sur l’islam. D’un côté, il y a des propos lucides et apaisants de Dalil Boubakeur, le très sage recteur de la mosquée de Paris. Simultanément, nous sommes témoins des atrocités commises dans le monde au nom de l’islam. Il s’agit d’une minorité, certes, mais elle sait trouver les mots pour susciter des fanatismes inacceptables et dangereux."

Posté le 29 avril 2015 à 12h23 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (18)

Que nous le voulions ou non, nous sommes tous des croisés pour les djihadistes

Lu dans Minute :

"Ceux qui, en France ou ailleurs mais particulièrement en France, croient pouvoir affronter ces djihadistes au nom de la laïcité n’ont rien compris. Aux yeux de ces ennemis – il y a bien longtemps que les islamistes ne sont plus de simples adversaires –, eux aussi sont des chrétiens. Eux aussi doivent être soumis ou anéantis. Le djihad ne fait pas de détail entre celui qui pratique, celui qui croit et celui qui ne croit en rien. Il ne connaît que celui qui croit en Allah et celui qui n’y croit pas, de sorte qu’on est au regret d’annoncer à celui qui ne croit ni en Dieu, ni en Allah, que son sort est lié à celui des chrétiens. A la création d’Al Qaida, lorsque Oussama Ben Laden a lancé son premier appel en février 1998, il l’a fait au nom du Front islamique mondial pour le jihad contre les juifs et les croisés, qui est l’intitulé réel de l’organisation terroriste. Et que nous le voulions ou non, nous sommes tous des croisés pour les djihadistes qui pratiquent la responsabilité collective et ne cherchent pas à savoir qui est « bon », qui est « mauvais » au sein des peuples de tradition chrétienne. Une erreur fondamentale de nos gouvernants est de croire, ou de vouloir croire, que les terroristes veulent nous diviser – entre gentils chrétiens, gentils juifs, gentils musulmans –, alors qu’ils veulent « juste » rayer tout ce qui, de près ou de loin, rappelle la chrétienté – et souder l’ensemble des musulmans derrière leur perspective de victoire totale.

Une autre erreur est de croire qu’il ne s’agit que d’un mauvais moment à passer, que les rares extrémistes présents sur le territoire français finiront par être annihilés par des opérations de simple police couplées avec des mesures de « justice sociale », incapables qu’ils sont de comprendre, dans une société ultra-laïcisée, la nature réelle du phénomène qui est tout simplement… religieuse. [...]"

Posté le 29 avril 2015 à 07h42 par Michel Janva | Lien permanent

28 avril 2015

Les loups solitaires se connaissaient

Sid Ahmed Ghlam, mis en examen vendredi pour assassinat et pour un projet d'attentat à Villejuif, aurait fréquenté des membres de la "filière des Buttes-Chaumont" et a vécu à quelques mètres des frères Kouachi à Reims.

Posté le 28 avril 2015 à 20h30 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

"Charles Martel apparut comme le sauveur du monde chrétien tout entier"

A l'heure où la réforme du collège s'attaque encore plus à la déconstruction de l'apprentissage de l'Histoire de France, deux historiens ont publié un livre sur Charles Martel afin de démontrer que la bataille de Poitiers ne serait qu'un "enjeu mémoriel pour l’extrême droite" et que le souvenir de Charles Martel ne se serait "politiquement construit depuis une quinzaine d’années seulement".

Laurent Wetzel, haut fonctionnaire de l’Education nationale à la retraite, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, agrégé d’histoire, démonte cette imposture et montre que Charles martel et la bataille de Poitiers osnt bien présents dans l'enseignement de l'Histoire de France et dans les livres dits "républicains" anciens mais aussi récents:

Charles-Martel-2"A en croire cet idéologue et ces deux « historiens », bien décidés à terrasser les « historiens islamophobes », « la bataille de Poitiers est un événement mineur de notre histoire, qui « ne doit sa survie mémorielle qu’à l’utilisation qui en a été faite, depuis les années 1880, par l’extrême droite et le courant nationaliste » » ; « elle n’est pas historiquement le choc que beaucoup d’autres ont imaginé » ; « les grandes figures de l’enseignement sous la IIIe République – Jules Michelet et Ernest Lavisse – ne lui ont consacré que peu d’attention, Jules Michelet minimisant la bataille et le manuel Lavisse ne lui consacrant pas une ligne ».

On reste interdit devant tant de contre-vérités.

Jules Michelet, qui a publié son Histoire de France des origines à la mort de Louis XI, entre 1833 et 1844, sous la Monarchie de Juillet et non sous la IIIe République, soulignait au contraire dans cet ouvrage l’importance de ladite bataille :

« Les Sarrasins, maîtres de l’Espagne, s’étaient emparés du Languedoc. De la ville de Narbonne, leur innombrable cavalerie se lançait audacieusement vers le nord, jusqu’en Poitou, jusqu’en Bourgogne, confiante dans sa légèreté et dans la vigueur infatigable de ses chevaux africains. La célérité prodigieuse de ces brigands, qui voltigeaient partout, semblait les multiplier ; ils commençaient à passer en plus grand nombre : on craignait que, selon leur usage, après avoir fait un désert d’une partie des contrées du Midi, ils ne finissent par s’y établir. Une rencontre eut lieu près de Poitiers entre les rapides cavaliers de l’Afrique et les lourds bataillons des Francs (732) […]. Charles Martel poussa jusqu’en Languedoc, entra dans Nîmes et essaya de brûler les Arènes qu’on avait changées en forteresse. »

Ernest Lavisse, en 1913, dans son manuel pour le cours moyen, 1re et 2e année, a consacré en réalité trente lignes à Charles Martel, à l’invasion arabe et à la bataille de Poitiers. J’en extrais celles-ci :

« La plus puissante des familles franques, dans le pays de Metz, devint célèbre au temps qu’elle avait pour chef Charles, surnommé Martel parce qu’il a écrasé, comme avec un marteau, les Arabes qui avaient envahi la Gaule. En l’année 732, ils étaient arrivés près de Poitiers, quand ils rencontrèrent Charles Martel qui venait au devant d’eux avec une armée. Les Arabes, montés sur de petits chevaux rapides, et habillés de longs manteaux blancs, coururent vers la cavalerie franque. Les Francs, montés sur de grands chevaux du nord, les laissèrent venir et se défendirent avec leurs haches et leurs épées si bien que les Arabes reculèrent. Alors les Francs se mirent en marche. C’était comme une muraille de fer qui s’avançait. Les Arabes se retirèrent dans leur camp, et, pendant la nuit, ils s’enfuirent. Ainsi, Charles Martel a empêché les Arabes de conquérir notre pays. »

VA-5-decembre_web-4fa7cDans son Abrégé de l’histoire du Moyen Age pour le cours de seconde, Victor Duruy parlait déjà, en 1857, de « la grande victoire de Charles Martel sur les infidèles, qui arrêta, entre Tours et Poitiers, le mouvement de l’invasion de l’islamisme vers l’Occident ».

En 1904, dans son manuel pour la classe de 5e, l’historien Charles Seignobos, républicain et protestant, insistait, avant de raconter la bataille de Poitiers, sur « les guerres qu’avait dû faire Charles Martel toute sa vie de tous les côtés, surtout dans le Midi contre les musulmans ».

En 1925, dans son manuel pour la classe de 4e, Arthur Huby, plus tard doyen de l’Inspection générale d’histoire-géographie, insistait aussi sur cet « événement exceptionnel » : « Sa victoire sur les Arabes tira Charles Martel hors de pair. La victoire de Poitiers (octobre 732), qui marqua l’arrêt de l’offensive arabe contre l’Europe, eut un immense retentissement. Charles Martel apparut comme le sauveur du monde chrétien tout entier. »

Sans oublier Jules Isaac (futur militant du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes) qui écrivait à la même époque, dans le fameux Malet-Isaac : « Charles Martel eut la gloire d’arrêter à Poitiers, en 732, une terrible invasion arabe. »

En 1935 enfin, dans leur petit manuel pour le cours élémentaire, 1re année, Mon Premier Livre d’Histoire de France, Léon Brossolette et Marianne Ozouf, père et sœur du héros de la Résistance, ont illustré une page entière d’une image en couleurs sous-titrée « Charles-Martel à Poitiers – Les rois francs, qu’on appelle les rois fainéants, ne savent plus commander leurs armées. Le duc Charles-Martel les commande à leur place. Il bat à Poitiers les rapides cavaliers arabes qui attaquent la Gaule ».

On observera cependant que ne figurent nulle part, dans les actuels programmes d’histoire du primaire et du collège, ni Charles Martel, ni la bataille de Poitiers, tous programmes signés, en 2008, par Xavier Darcos, avec la bénédiction de Nicolas Sarkozy et François Fillon, trois phares de ce qu’on appelle la « droite républicaine ».

Ce qui n’empêche pas Philippe Nemo, dans son excellent manuel d’histoire pour les CE2-CM1-CM2, de préciser pour nos écoliers : « Les Arabes avaient conquis un immense empire qui s’étendait jusqu’en Europe. Ils s’étaient emparés de l’Espagne, et maintenant ils voulaient aussi envahir la France. Charles Martel gagna contre eux la bataille de Poitiers en 732 après J.-C. et il les força à se replier en Espagne. Le prestige acquis par Charles Martel à cette occasion fut très grand. » (La Librairie des Ecoles, 2012, p. 52)."

Posté le 28 avril 2015 à 07h07 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (18)

Eric Zemmour n'est vraiment pas Charlie

Eric Zemmour était à Montpellier le 9 avril dernier. Voici la teneur d'une partie de ses propos :

Z"Charlie Hebdo est le très bon exemple de la grande force des adeptes et des apôtres de l’idéologie dominante post-soixante-huitarde. Les attentats des 7 et 9 janvier sont quand même la faillite de tout le discours de ces trente dernières années. Voilà des gens qui ont été élevés en France, qui sont issus de l’immigration, du regroupement familial, de l’école, du vivre-ensemble, de l’intégration, etc., et qui tuent en plein Paris des Français. C’est un échec total pour l’idéologie dominante. Eh bien vous aurez remarqué que, par un effet fantastique de manipulation des esprits, on a commencé par manifester pour la liberté d’opinion et puis ça s’est fini par “il faut lutter contre l’islamophobie”. Les victimes de ces attentats ont servi à légitimer la lutte contre l’islamophobie, moi je dis chapeau

(...) On passe désormais à une nouvelle étape qui est la construction des mosquées. Si Coulibaly et Kouachi ont fait un carnage c’est parce qu’il n’y avait pas assez de mosquées. Et tout ça en trois mois ! Aujourd’hui, vous avez un premier ministre qui dit “Je suis d’accord pour un financement public des mosquées”. (…) Ça prouve que finalement “Seule la force prime le droit”, comme le disait le chancelier Bismarck. “Je suis Charlie” a été un sas de décompression sémantique et rhétorique pour passer définitivement du monde de la liberté démocratique, même si elle est illusionnée, au monde de l’interdiction de toute liberté au nom du “vivre-ensemble”.

(...) On a un peuple français qui est en train de se fracturer, le peuple français n’existe plus et il y a deux peuples au moins sur le territoire français, qui ont des cultures différentes, des histoires différentes, ils n’adorent pas les mêmes dieux, ils n’ont pas les mêmes conceptions de l’existence des femmes, de la philosophie, etc. (…) Du moment où il n’y a plus de peuple français sur le territoire de la France (…) on a des zones en France qui petit à petit s’autonomisent ; tout le monde voit bien ce qui est en train de se passer. Des zones qui ne sont plus la France. Si Richelieu fait le siège de La Rochelle et extermine 90% des habitants, c’est parce que les protestants se sont autonomisés, se sont organisés en république protestante à l’image de la république des Pays-Bas, ils font venir des armes d’Angleterre. Pour Richelieu, ce n’est pas possible, c’est un Etat dans l’Etat, c’est un pays étranger dans la France. Aujourd’hui, nous en sommes là, nous sommes avec des La Rochelle qui se multiplient un peu partout en France. Petit à petit, des régions entières s’autogèrent, s’autoréglementent, qui s’autofinancent avec le trafic de drogue, le Qatar et l’Arabie Saoudite. Des régions qui s’organisent autour d’une nouvelle règle qui est le Coran, qui halalisent” des quartiers entiers. D’ailleurs, chose que j’ai découverte en écrivant Le Suicide français, on appelait La Rochelle, sous Richelieu, la Mecque du protestantisme.

(...) Les mots veulent dire le contraire de ce qu’ils veulent dire. Quand vous entendez à la télévision qu’il faut défendre la liberté d’opinion, ça veut dire qu’il faut l’interdire, en tout cas pour tous ceux qui ne pensent pas comme eux. Mais on n’a même plus besoin d’avoir recours à la censure puisque depuis trente ans, on a tellement détruit les fondements de l’apprentissage culturel, intellectuel. Comme le niveau baisse tout le temps et le savoir diminue tout le temps, l’esprit critique est de moins en moins développé. C’est miraculeux qu’on ait une partie de la jeunesse qui se révolte contre cet ordre dominant. Pour une fois mon pessimisme est pris en défaut. Je suis ébahi par cette jeunesse. Au début je les prenais pour des benêts, je me disais que c’était irrécupérable, mais il y a eu une sorte d’instinct de survie de la jeunesse qui se révolte contre ces papys soixante-huitards. »

Posté le 28 avril 2015 à 06h42 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (14)

27 avril 2015

Les effets de manche de Christian Estrosi

Afin d'appuyer un peu là où ça fait mal, et aller dans le sens du post de Philippe, il faut rappeler que Christian Estrosi, l'homme qui parle si volontiers à la suite d'Aymeric Chauprade de "cinquième colonne de l'islamo-fascisme", n'a pas hésité à allouer, il n'y a pas si longtemps, 3000 euros de subventions de la mairie de Nice aux Jeunes Frères musulmans (branche "jeune" de l'UOIF, qui représente les Frères musulmans en France).

"Après des locaux mis à disposition par la mairie de Nice pour un loyer dérisoire au bénéfice d'une mosquée (voir notre enquête), jugé et condamné par le Tribunal administratif, on apprend dans Nice Matin que 3000 euros ont été affectés aux Jeunes Musulmans de France (JMF) branche jeune de l'UOIF qui représente les Frères Musulmans en France."

Alors, effets de manche électoraux, ou bien Christian Estrosi croit-il encore à "l'islam modéré", ou les deux ?

Posté le 27 avril 2015 à 10h47 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

Aymeric Chauprade plagié par Christian Estrosi

S'il avait été membre du Front National, Christian Estrosi aurait peut-être été convoqué par les instances disciplinaires du parti pour y être allé un peu fort ce week-end en parlant de "cinquième colonne de l'islamo-fascisme", de "civilisation judéo-chrétienne menacée", de "troisième guerre mondiale" ou encore de "carte d'identité qui ne fait pas un Français".

On l'aura tous compris, Christian Estrosi s'apprête à affronter Marion-Maréchal Le Pen aux régionales sur les thèmes de la sécurité et de l'identité...

Quant à Aymeric Chauprade, qui avait déjà parlé de "cinquième colonne" et de "France en guerre contre des musulmans" et dont les propos lui avait valu un sévère rappel à l'ordre au sein du FN, il demande avec humour des droits d'auteur à Christian Estrosi :

  000

Posté le 27 avril 2015 à 10h19 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Nos églises, on les rénove quand ?

Action militante du groupe Génération Identitaire à Woippy devant la mosquée financée par François Grosdidier, sénateur-maire UMP de Woippy en Moselle, à hauteur de 3 millions d'euros et qui s'était déclaré favorable au doublement du nombre de mosquées en France (voir ici) :

  3vpJ8yD

Posté le 27 avril 2015 à 09h27 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

26 avril 2015

"On a préféré faire d'abord passer une loi sur le mariage pour tous et attendre un nouvel attentat"

Interrogé par le JDD sur la tentative d'attentat du terroriste présumé Sid Ahmed Ghlam à Villejuif, Bernard Squarcini, ancien patron de la DCRI, déclare :

"Je constate que les mêmes qui nous accusaient de mille maux après l'affaire Merah disent aujourd'hui que la DGSI a bien fait son travail. Depuis 2012, nous réclamons une nouvelle loi pour prévenir ce genre d'actions. On a préféré faire d'abord passer une loi sur le mariage pour tous et attendre un nouvel attentat…

Qu'est-ce que la future loi sur le renseignement aurait pu changer dans le cas de Sid Ahmed Ghlam?

Nous aurions pu plus facilement intercepter les flux avec la Syrie ou retrouver les messages laissés sur les sites de stockage en ligne. Le cryptage n'est pas un problème. La plate-forme nationale de cryptage et de décryptement de la DGSE sait faire. Il faut résonner en matière de cible. Un même individu peut avoir 38 portables. L'IMSI catcher [une "valise" qui se substitue à une borne téléphonique et peut capter tous les portables qui s'y connectent] nous aurait sans doute permis de récupérer tous ses portables et de demander l'écoute de ces numéros à la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité. Plus on a d'outils dans la boîte, mieux on travaille. Plus les agents du renseignement seront juridiquement protégés, plus ils seront efficaces."

Posté le 26 avril 2015 à 22h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

La Bibliothèque de Lyon St Jean hackée

Ici :

I

Posté le 26 avril 2015 à 22h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

L'islamophobie est une escroquerie

D'Ivan Rioufol :

"L’islamophobie est une escroquerie. Elle laisse croire en une montée de la haine envers les musulmans, alors que ce sont les chrétiens et les juifs qui sont détestés par l’islam radical. Cette fois, c’est une église du Val-de-Marne qui était la cible d’un étudiant en informatique, un algérien. Il y projetait un attentat et est présumé avoir assassiné une jeune femme. Ceux qui alertent sur une prétendue "hystérie" islamophobe participent, par leur cynisme, à la banalisation de la fureur qui se déchaîne contre les chrétiens et les juifs. Ces procureurs se rendent complices de cette violence, en ne la dénonçant pas. Les responsables politiques, eux, semblent avoir pris la mesure de l’imposture: ils évitent désormais d’employer ce mot creux d’islamophobie. D’ailleurs, littéralement, le terme désigne la peur de l’islam : or ce sentiment devient compréhensible. C’est aux musulmans qu’il revient de lever le malentendu."

Posté le 26 avril 2015 à 21h58 par Michel Janva | Lien permanent

25 avril 2015

Paul Moreira, "l'idiot utile" des Frères musulmans ?

Paul Moreira, ce journaliste qui prétend si bien connaître les Evangiles qu'il y débusque des appels au meurtre qui n'existent pas de la part du Christ, n'a pas l'air de bien savoir non plus de quoi il parle lorsqu'il évoque le monde musulman, comme le démontre Joachim Véliocas, dans une enquête qu'il présente sur son blog, l'Observatoire de l'islamisation. A se demander si Paul Moreira ne serait pas "l'idiot utile" de la cause islamiste...

Posté le 25 avril 2015 à 11h06 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

23 avril 2015

Sid Ahmed Ghlam, professeur d'arabe à la mosquée "la Conquête"

4042992526Sid Ahmed Ghlam, l'étudiant qui projetait de faire sauter "une ou deux églises", était aussi professeur à la mosquée El Fath de Saint-Dizier, où il enseignait l'arabe aux hommes tandis que sa soeur l'enseignait aux femmes (l'Observatoire de l'islamisation).

"El Fath" signifie "la conquête", et son nom est tiré de la 48ème sourate, dont voici un extrait :

"En vérité Nous t’avons accordé une victoire éclatante, et afin qu’Il (Allah) châtie les hypocrites, hommes et femmes, et les associateurs et les associatrices [les chrétiens, accusés par l'islam d'être polythéistes car "associant" un fils au dieu unique -NDMB], qui pensent du mal d’Allah. Qu’un mauvais sort tombe sur eux. Allah est courroucé contre eux, les a maudits, et leur a préparé l’Enfer. Quelle mauvaise destination!

A Allah appartiennent les armées des cieux et de la terre; et Allah est Puissant et Sage. (…) C’est Lui qui a envoyé Son messager avec la guidée et la religion de vérité [l’Islam] pour la faire triompher sur toute autre religion. Allah suffit comme témoin. Muḥammad est le Messager d’Allah. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants".

"Durs envers les mécréants"... au point de faire sauter leurs églises ? Est-il possible de garder ouvert un établissement dont le nom et l'enseignement sont si transparents sur les intentions de ceux qui y vont ? Le principe de précaution cher à nos politiciens voudrait qu'on ferme les mosquées...

Posté le 23 avril 2015 à 15h52 par Marie Bethanie | Lien permanent

Tant qu’on présentera Mahomet comme le modèle à imiter, le jîhadisme terroriste continuera

Extraits des remarques de Bernard Antony suite à l'attentat déjoué :

11146306_756067444491288_5793319993294769234_n"Enfin, le premier ministre s’avise de considérer que les chrétiens qui sont discriminés, massacrés ou génocidés, selon la diversité des 57 pays d’islam, sont aussi menacés en France où les églises et cimetières sont quotidiennement profanés ou saccagés par les diverses composantes de la haine anti-chrétienne, des Femen aux islamistes.

Face à cela, M. Valls ne trouve qu’à proposer des mesures policières ou judiciaires dont certaines, inutiles contre le terrorisme, sont de plus en plus  liberticides et entrent dans le processus de parachèvement totalitaire de l‘État socialiste.

M. Valls, sur le terrorisme de l’islam jîhadiste, est hélas incapable de remonter des effets aux causes, incapable de saisir que l’islam en France développe sa propre société selon l’idéologie théocratique totalitaire façonnée par son prophète fondateur.
 
Affirmant certes leur aversion pour l’islam « mains rouges », les dirigeants de l’islam « patte blanche », non sans doubles discours, n’agissent pas réellement pour le combattre efficacement. Le combat est en effet d’abord doctrinal. Il passe par une autre conception que celle de la divinisation du Coran et la sacralisation des Hadîths, par la remise des textes dans leurs contextes et la liberté de les relativiser à la lumière de la critique.
 
C’est ce qu’a demandé le très lucide et courageux maréchal Sissi. Tant qu’on présentera Mahomet comme le modèle à imiter en tous points, tel qu’il ressort des Hadîths, le jîhadisme terroriste n’est pas prêt d’être éradiqué.
 
On attend donc du gouvernement français une prise de conscience de ce qu’est l’islam réel, de ce qu’il faut interpeller les autorités musulmanes pour que, comme le maréchal Sissi, elles s’accordent pour que les jîhads, les décapitations, les tortures, les lapidations et les amputations pratiquées ou ordonnées par le prophète soient tout aussi relativisées et contextualisées que les cruautés et exterminations rapportées dans l’Ancien Testament." 
 
Par ailleurs, Bernard Antony s'est permis cette remarque à l'égard de l'archiprêtre de la cathédrâle de Strasbourg :

"Interrogé sur France Info, l'Archiprêtre de la cathédrale de Strasbourg vient de déclarer que la réponse au terrorisme n'est pas policière, mais doit résider dans le « rapprochement culturel avec l'islam » et dans « davantage de lecture du Coran ». Réponse consternante ! L'Archiprêtre aurait pu ajouter aussi la nécessité de lire les Hadith. Mais quel Coran a-t-il donc lu?"

Posté le 23 avril 2015 à 12h11 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

Les musulmans ont besoin du témoignage de notre foi

Amaury Guillem, sa femme et ses trois filles, venus vivre au cœur d’une cité de Marseille. Membres de l’association Le Rocher, ils témoignent dans L'Homme Nouveau :

"Ma femme et moi avons eu, grâce à Dieu et à nos familles, des vies confortables, où nous n’avons jamais manqué de rien. Nous vivions à Bayonne et étions heureux. Mais il manquait quelque chose à ce bonheur : nous nous sentions appelés à vivre l’Évangile de façon plus radicale, par un engagement auprès des plus pauvres. Vu la situation des banlieues, il semble qu’elles soient l’enjeu n°1 de notre société française, puisque s’y concentrent de nombreuses problématiques, économiques, sociales, religieuses. Il y a urgence à ce que les chrétiens investissent ce terrain, pour servir les plus pauvres, témoignant de Celui qui, se faisant pauvre parmi les pauvres, a déjà porté toutes les souffrances du monde et leur donne un sens. Enfin, à l’école de bien des initiatives anciennes – Madeleine Delbrêl, Sœur Emmanuelle - ou actuelles – l’Arche, Simon de Cyrène, l’association pour l’amitié ou Lazare -, nous étions convaincu qu’il ne fallait pas se contenter de travailler auprès des démunis mais bien vivre avec eux. C’est là que se vit la radicalité de l’Évangile, dans ce qu’il a de plus crucifiant mais aussi de plus vivifiant. [...]

Très concrètement, à quoi ressemble une journée pour vous et votre famille ? En quoi consiste votre présence au cœur de la cité ?

Avant toute action sociale (aide aux devoirs, sorties, camps, ateliers, jeux dans la rue… ) nous voulons être une présence chrétienne de compassion. Jean Vanier dit que « les gens ont besoin de professionnels mais surtout de gens qui les aiment ». Nous essayons d’être cette présence gratuite et aimante auprès de ceux qui en ont besoin. Et si l’on veut, à travers cette présence, refléter le Christ présent depuis toujours auprès de ceux qui souffrent, il faut être connectés à la source : nous commençons nos journées par un temps de louange, l’adoration et la messe. Nous pouvons donc nous « enfouir » dans la masse sans crainte qu’elle ne nous engloutisse. Car avant cela, nous nous enfouissons dans le Cœur de celui qui est tout Amour, afin, non pas que nous agissions, mais que Lui agisse à travers nous. [...]

Quel regard portez-vous sur l’islam après plusieurs années au contact de musulmans ?

Il y a autant de façons de vivre l’islam qu’il y a de musulmans. Il est donc impossible de faire une généralité ! Ce que je peux dire en tout cas, c’est qu’après ces années, je suis plus que jamais convaincu de l’urgence qu’il y a à développer un « dialogue interreligieux » du terrain, qui ne consiste pas à discuter spiritualité autour de petits fours et makrouts, mais à vivre côte à côte, chrétiens et musulmans, dans la boue du quotidien. Les échanges informels sont les plus riches. Ce sont les cœurs qui dialoguent et non les intelligences. Et pour nous, chrétiens, ce sont autant d’occasions de témoigner de notre foi… et c’est ce qu’attendent de nous les musulmans ! Combien de fois ai-je entendu : « Ah bon, tu pries ? C’est bien, mais je croyais que les chrétiens ne priaient pas ! ». Nous devons être des hommes de foi, de prière et d’action cohérente avec cette foi et cette prière. Alors, le témoignage donné est bien plus puissant que toutes les conférences interreligieuses du monde. Comme Bernadette à Lourdes, nous disons ce que nous avons à dire, mais nous ne sommes pas chargés de le faire croire. Ça, c’est l’affaire du bon Dieu…  et Il gère bien ses affaires ! [...]"

Posté le 23 avril 2015 à 11h51 par Michel Janva | Lien permanent

22 avril 2015

"La défense des chrétiens ne présente aucun intérêt électoral"

C'est ce que déclare Bruno Lemaire, secrétaire général du club frontiste Idées Nation et élu au comité central du FN :

"Bernard Cazeneuve est très clairement antichrétien. On le dit franc -maçon, peut-être est-ce pour ça, je ne sais pas. Mais je crois qu'il déteste les chrétiens. Pour Christiane Taubira, aucun doute aussi, mais cela procède du réflexe indépendantiste contre les occidentaux. Elle juge les chrétiens responsables de ce que les colons ont fait en Guyane: c'est le réflexe de quelqu'un issu d'une population qui s'est sentie attaquée.

Hollande je pense qu'il n'a pas vraiment d'avis. Il est cynique et indifférent à tout ce qui ne concerne pas sa mainmise sur le pouvoir. En effet la défense des chrétiens ne présente aucun intérêt électoral. Je ne sais pas s‘il veut notre disparition mais je pense qu'il est plus attentif à la défense des immigrés dont il pense récupérer leurs voix."

"La violence est dans l'homme. Certaines religions luttent contre, d'autres pas. Il y a dans l'islam des germes de violence tolérés. On en trouve dans l'ancien testament aussi, mais pas dans le nouveau. S'il existe des musulmans modérés, ce sont des schizophrènes car ils ne suivent pas ce que dit le Coran. Certains immigrés peuvent s'intégrer. Mais c'est beaucoup plus difficile pour ceux d'origine musulmane.

Il y a par contre un véritable risque de dilution de la civilisation et des valeurs judéo-chrétiennes car la population française fragilisée est confrontée à l'islam et à ses valeurs à mes yeux archaïques. C'est une invasion que nous constatons, le sujet c'est que faire pour s'y opposer?"

Seul Manuel Valls est épargné :

"Je dois lui reconnaître d'avoir été le seul à évoquer parfois les chrétiens, ce mot qui qui brûle la langue de tous les autres"

Selon Le Figaro, ces déclarations ne tombent pas au meilleur moment et Bruno Lemaire pourrait être "passible d'un passage devant la commission disciplinaire du parti".

Posté le 22 avril 2015 à 19h41 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (14)

Les priorités décalées du gouvernement

Trouvé sur h16 ces images prennent un ton encore plus décalé avec le projet d'attentat contre une église :

Valls-lutte-contre-le-racisme

Taubira-vite-renforcons-arsenal-antiraciste

Posté le 22 avril 2015 à 19h07 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

L'Europe est une cible pour les islamistes

Franck MARGAIN, vice-président du PCD et conseiller régional d'Île de France réagit à la révélation d'une tentative d'attentats contre une église :

"C'est avec une grande stupeur que nous apprenons ce projet d'attentats contre une ou plusieurs églises.

S'attaquer à une église, c'est s'attaquer directement aux Chrétiens mais aussi à la culture de la France et à l'âme des français.

Cela démontre à nouveau  la volonté de  l'islamisme de mener une guerre sans merci à notre pays.

Les actes christianophobes en augmentation constante et inquiétante dans notre pays, contribuent à la perte de notre identité. L’arrêt des politiques d'assimilation au profit des politiques communautarismes fragilisent la paix civile en France.

Je n'ose imaginer les conséquences d'une fusillade dans une église pleine et rassemblée pour la messe dominicale. Nous venons d'échapper au pire, je salue le travail de grande qualité et salutaire effectué par les forces de l'ordre. Il est extrêmement facile de pousser des populations à la guerre civile et je demande au Gouvernement de tout mettre en œuvre afin d'assurer la sécurité des chrétiens en France ainsi que de l'ensemble de nos compatriotes. La liberté religieuse et la liberté de conscience si mises à mal en ces temps doivent être protégées.

L'Europe est une cible pour les islamistes, il appartient au Gouvernement de la France d'assurer notre protection."

Posté le 22 avril 2015 à 18h54 par Michel Janva | Lien permanent

Projet d'attentat : Ne succombons plus au « pas d’amalgame »

Communiqué de presse du député-maire Jacques Bompard au sujet des attentats déjoués :

"Les services de l’Etat ont déjoué, par accident, un attentat terroriste-islamiste contre deux églises en île de France dimanche dernier, nous pouvons les féliciter. Nous devons aussi avoir une pensée importante pour cette jeune femme victime de l’islamisme, une nouvelle victime de la politique immigrationiste de nos gouvernements. Ne succombons plus au « pas d’amalgame » tant ressassé après l’affaire Charlie. Ce soir, la jeunesse parisienne appelle à se rassembler pour lutter contre le terrorisme.

Voici leur message :

RASSEMBLEMENT SPONTANÉ Attentats Déjoués contre deux églises parisiennes dimanche. Les jeunes parisiens sont appelés à se rassembler devant la FONTAINE SAINT MICHEL à partir de 19h pour montrer notre unité face au terrorisme islamiste. Nous ne nous laisserons pas faire ! Faites tourner ce message à vos amis.

Je leur témoigne tout mon soutien depuis le Vaucluse et leur souhaite tout le courage nécessaire à cette union de la jeunesse française, cette union qui sera la force contre les assassins de notre peuple et de notre civilisation."

Posté le 22 avril 2015 à 18h52 par Michel Janva | Lien permanent

Attentat déjoué contre deux églises parisiennes (Addendum)

L'Observatoire de la christianophobie : Un étudiant en informatique de 24 ans, de nationalité algérienne, a été arrêté pour un projet d'attentat contre "une ou deux églises". Il est également soupçonné d'être l'auteur du meurtre d'une jeune femme retrouvée morte dans sa voiture à Villejuif. (source).

Addendum : cet article de Libération en dit un peu plus sur le projet d'attentat lui-même et sur sa découverte "par hasard" (le Monde). On insistera sur le fait que cet homme avait été placé sous surveillance en 2014 et bénéficiait d'une "fiche S" (sûreté de l'Etat), mais que la découverte de ses projets a tout-de-même été faite de façon fortuite. Quid de la surveillance, alors ?

On pourra d'autre part constater la justesse des observations de la chercheuse Marion Van San, qui constate que non, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous obligatoirement issus d'un milieu défavorisé et non instruit. La preuve par cet étudiant en informatique, intégré mais radicalisé.

Posté le 22 avril 2015 à 10h46 par Marie Bethanie | Lien permanent


     Archives > France : L'Islam en France , Religions : L'Islam

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : L'Islam en France , Religions : L'Islam