01 juillet 2016

Attaque à la hache au cri de "Allahou akbar"

Un directeur d'une structure Restos du Cœur a été poignardé ce vendredi 1er juillet, peu après 7 heures à Montreuil, à l'est de Paris. L'homme dit avoir été agressé par un homme et une femme armés d'une hache et d'un couteau. Le couple aurait crié "Allahou akbar, chien d'infidèle", selon la victime, qui a été touchée au thorax et au ventre par des coups de couteau.

L'homme affirme également avoir esquivé un coup de hache. L'arme a été retrouvée sur les lieux de l'agression par les enquêteurs. La victime a été transportée à l'hôpital mais ses jours ne seraient pas en danger. Le couple, qui a pris la fuite, est actuellement recherché par les enquêteurs. 

Posté le 1 juillet 2016 à 10h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

30 juin 2016

Nuit de l'allahicité à la mairie de Paris

R

Posté le 30 juin 2016 à 12h17 par Michel Janva | Lien permanent

Interdire le voile islamique à cause du projet dont il est le vecteur

La Petite Feuille Verte de l'association Clarifier est une fois de plus consacrée au voile islamique. Extrait :

Unknown"[...] Ce n’est pas en tant que vêtement – sauf dans ses formes aliénantes ou disgracieuses – que le voile islamique pose problème mais à cause du projet dont il est le vecteur, aussi bien dans les pays de tradition musulmane en cours de réislamisation que dans les pays où l’islam s’établit à travers l’émigration.

Selon Hanifa Chérifi, membre du Haut-Conseil à l’Intégration, les atermoiements de l’Etat français ont entraîné un processus dangereux pour l’unité nationale.

Si l’on s’était donné le temps de la réflexion, on se serait rendu compte que le port du voile est un obstacle au processus d’intégration scolaire, sociale et, surtout, d’intégration dans le monde du travail » (Le Monde, 16-17 décembre 2001).

Il reste aux Etats européens à ouvrir les yeux sur cette réalité et à prendre les mesures qui s’imposent. Saisie d’une affaire concernant l’employée musulmane d’une entreprise belge qui refusait de retirer son foulard islamique sur le lieu de son travail, l’avocate générale de la Cour de Justice de l’Union européenne a estimé, dans ses conclusions, que cette interdiction « peut être licite » car « elle ne constitue pas une discrimination directe fondée sur la religion, dès lors que cette interdiction s’appuie sur un règlement général de l’entreprise interdisant les signes politiques, philosophiques et religieux visibles sur le lieu de travail » (Le Figaro, 1erjuin 2016)."

Posté le 30 juin 2016 à 07h24 par Michel Janva | Lien permanent

21 juin 2016

Un soutien d'Alain Juppé doute de la sincérité des musulmans

Guénhaël Huet crée la polémique :

"Plusieurs milliers de personnes ont participé ce dimanche à une manifestation à Mantes-la-Jolie (Yvelines) à l'appel d'associations musulmanes pour soutenir la police après l'assassinat de deux fonctionnaires le 13 juin à leur domicile par le jihadiste Larossi Abballa. Devant l'entrée du commissariat, ceint de barrières métalliques pour contenir la foule, les dignitaires musulmans ont déposé une gerbe après avoir observé une minute de silence. La foule a ensuite applaudi en mémoire des fonctionnaires de police.

Un exemple de solidarité qui n'a pas convaincu le député Les Républicains (LR) de la Manche, Guénhaël Huet. Ce soutien affiché d'Alain Juppé pour la primaire de la droite de novembre prochain s'est publiquement interrogé sur la "sincérité" ou la "duplicité" d'une telle manifestation."

 Cette information anecdotique ne l'est peut-être pas tant que ça si on la rapproche du dernier sondage qui place pour la première fois Nicolas Sarkoy en tête devant Alain Juppé parmi les sympathisants de droite. Ce dernier a-t-il décidé d'envoyer quelques signaux en direction des électeurs de droite ?

Alain Juppé serait-il le lièvre, et Nicolas Sarkozy la tortue ? Pour la première fois depuis des mois, le maire de Bordeaux est dépassé dans les sondages par le président des Républicains, selon le baromètre Odoxa pour l'Express, France Inter et la presse régionale. Favori depuis qu'il a déclaré sa candidature, Juppé voit sa confortable avance fondre progressivement au fil des semaines. Une nouvelle donne qui pourrait modifier la stratégie de l'ancien Premier ministre"

Posté le 21 juin 2016 à 12h35 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (14)

2 autres policiers des Yvelines ciblés par des djihdistes

Lu sur Novopress :

Larossi-Abballa-1-600x317"Après le double assassinat de Magnanville par Larossi Emballa, les services de renseignement ont établi que deux autres policiers des Yvelines étaient ciblés par les djihadistes et avaient fait l’objet de filatures ! Selon RTL, « Une note blanche de renseignement, relate la radio, a rapporté que des noms de policiers de Mureaux (Yvelines) apparaissaient dans les conversations entre Larossi Emballa, meurtrier des deux policiers à Magnanville, et ses proches. Ces individus ont réalisé des repérages qui leur ont permis de tout connaître de ces deux agents, dont l’un exerce ses fonctions à la Bac et l’autre à la Brigade de sûreté urbaine, le même service que celui où évoluait Jean-Baptiste Salvaing. »

Une information d’autant plus inquiétante que les deux individus avec lesquels Larossi Abbala s’entretenait de ces cibles ont déjà été condamnés pour terrorisme et sont actuellement en liberté !

Dans sa vidéo de revendication, que Novopress a pu visionner, des assassinats de Jean-Baptiste Salvaing et de sa compagne Jessica Schneider, Larossi Emballa avait détaillé ses consignes pour semer la terreur en France…"

Posté le 21 juin 2016 à 07h27 par Michel Janva | Lien permanent

18 juin 2016

Boualem Sansal : «L'ordre islamique tente progressivement de s'installer en France»

Boualem Sansal, écrivain algérien censuré dans son pays d'origine à cause de sa position très critique envers le pouvoir en place, déclare au Figarovox :

"Voici venu le temps du couteau et de l'égorgement. Il est à craindre que cette méthode fasse florès, car un hadith célèbre prête au prophète Mahomet cette terrible sentence adressée aux mécréants: «Je suis venu à vous avec l'égorgement». On a vu combien Daech a pris ce hadith à la lettre et combien de milliers de personnes ont été égorgées comme des moutons, avec tous les raffinements que des esprits malades peuvent inventer pour exalter leur soif de cruauté. C'est le deuxième cas en France: en juin 2015, en Isère, un islamiste avait égorgé et décapité son patron puis accroché sa tête au grillage d'une usine. La méthode va certainement inspirer beaucoup de jeunes islamistes. Au couteau, eux ajouteront la caméra qui démultiplient l'horreur. Ils filmeront leur crime et balanceront le film sur les réseaux sociaux. Le terrorisme islamiste en Europe n'en est qu'à ses débuts, nous verrons avec le temps combien il sait être inventif: l'égorgement, le viol, l'empalement, l'éventrement seront au menu, comme ils le sont au Daech et comme ils l'ont été en Algérie à grande échelle, pendant la guerre civile. Au Daech comme en Algérie, les terroristes sont très fortement endoctrinés et encadrés: ce sont des soldats de la terreur, ils exécutent des ordres. En Europe, une telle organisation n'est pas possible, pas encore. C'est pourquoi les commanditaires et les stratèges du terrorisme islamiste mondialisé poussent à l'ubérisation du terrorisme, les instructions sont dans la toile à la disposition de qui veut devenir djihadiste et martyr. [...]

L'ordre islamique tente de s'installer en France, c'est un fait patent. En maints endroits, il est déjà installé. Dans un pays musulman, cette serveuse [giflée à Nice par un musulman] aurait été arrêtée et jetée en prison par la police. Durant le ramadan, la folie s'empare du monde musulman et fait commettre d'horribles choses. La faim et la soif ne sont pas seuls responsables, il y a que ce mois est sacré (c'est pendant le ramadan que Mahomet a reçu le coran, apporté à lui par l'archange Gabriel), les gens sont pris dans la ferveur et la bigoterie. Durant ce mois, certains imams sont littéralement enragés.

Posté le 18 juin 2016 à 14h40 par Michel Janva | Lien permanent

Manifestation en hommage aux policiers tués à Magnanville

Hier au Trocadéro, à l'appel du SIEL, une manifestation a eu lieu pour rendre hommages aux policiers victimes du terrorisme islamiste. Environ 300 personnes se sont rassemblées pour les discours de Jean-Yves Le Gallou, Pierre Cassen, Karim Ouchikh, Frédéric Pichon, Richard Hadad, Serge Ferdebush, Christine Tasin, Brice Savin (responsable du Siel à Paris et ancien officier de police). La cérémonie était digne et émouvante. Plus de 1000 personnes suivaient l'événement sur Periscope.

20160617_204211Discours d'un ancien policier :

20160617_195028

20160617_195120

Discours de Jean-Yves Le Gallou :

Barbara Mazieres et Karim Ouchikh :

IMG_6450

Posté le 18 juin 2016 à 13h40 par Michel Janva | Lien permanent

17 juin 2016

Langue arabe à l'école, une enseignante témoigne

Valérie Laupies, directrice d'école à Tarascon témoigne à propos des ELCO, les « enseignements de langue et de culture d'origine ».

Posté le 17 juin 2016 à 10h40 par Michel Janva | Lien permanent

16 juin 2016

L'arbre qui cache la forêt, ou comment se tromper d'ennemi

Stratediplo, dont nous avons évoqué les publications ici et , nous livre son analyse de la somme d'intelligence stratégique que vient de publier le ministre de la défense en exercice. Extraits

En quatre-vingts pages, ce "qui est l'ennemi ?" ne mentionne l'islam qu'une fois, au sujet de son expansion fulgurante il y a treize siècles. Il évoque pourtant une idéologie de ce Daech, qu'il appelle "djihadisme takfiriste" et à laquelle il attribue des ambitions eschatologiques, et dont la description en deux phrases rappelle à s'y méprendre l'islam tel qu'il a été codifié par son fondateur dans un manifeste clair et rigide traduit dans toutes les langues et illustré par près d'un millénaire et demi de pratique. Certes "djihadisme" est le néologisme à la mode permettant d'évoquer ce qui semble politiquement innommable, comme autrefois on vilipendait ceux qui faisaient l'amalgame entre marxisme, léninisme, trotskisme, nazisme, maoïsme, polpotisme et enverhodjisme, afin de fractionner les représentations (dont un professeur de politologie aurait eu du mal à expliquer les nuances à un philosophe voire à Marx lui-même) et d'interdire aux peuples la vision d'ensemble d'un collectivisme conquérant au niveau mondial. Djihadiste, cette nouvelle transcription de l'arabe moudjahidine, et djihadisme, cette adaptation francophonarde de l'arabe djihad, sont par contre cités à profusion dans cette désignation de l'ennemi, comme si celui-ci distinguait pour sa part entre les (chrétiens) dominico-communionnistes, mensuo-confessionnistes, messe-annuellistes et simples extrêmonctionnistes, voire les athées nés involontairement dans ce que l'islam appelle le domaine de la guerre. (...)
 
Si le gouvernement français ne veut pas reconnaître que c'est l'Islam qui est entré en guerre (et pas en 2013) contre le monde libre, il pourrait du moins faciliter l'étude psychologique et opérationnelle d'un ennemi générique présentant des traits communs caractéristiques découlant d'un manifeste millénaire, que le Septième Scénario appelle l'idéologie Emeraude.

 

Posté le 16 juin 2016 à 20h30 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (2)

Ce n’est pas l’état d’urgence qu’il fallait déclarer mais l’urgence d’un Etat.

Cette citation résume l'analyse du colonel (er) Michel Goya sur son blog "la voie de l'épée". Extrait.

En bref, qu’avons-nous fait et que faisons-nous vraiment pour vaincre l’ennemi ? La réponse est simple : rien ou pas grand-chose. Derrière l’agitation pas de vrai frémissement, nous attendons visiblement, comme le docteur Queuille, que le problème se résolve de lui-même ou au moins que les autres le résolvent à notre place. Cela tombe bien, l’Etat islamique semble reculer sur le terrain...comme l’an dernier à la même époque juste avant qu’il ne multiplie les attentats et qu’il ne s’empare de Ramadi et de Palmyre. S’il faut se féliciter des coups que prend Daech, il faut rester prudent. Le combat sera encore long et surtout incertain. On ne sait toujours pas ce qui se passera dans les territoires reconquis mais ce qui est sûr est que la bête est loin d’être morte, qu’elle peut, comme dans le passé, prendre d’autres formes et surtout que ce n’est pas la seule sur le marché. 


Le goût du fer c’est pour l’instant plutôt nous qui l’avons dans la bouche et ce n’est pas fini. Des attaques, il y aura d’autres et des très violentes, durant l’Euro 2016, le 14 juillet, le tour de France ou rien de tout cela car c’est trop évident. On ne pourra de toute façon pas protéger tout le monde et on ne pourra protéger, la preuve encore hier, tous les protecteurs. Des coups, on en prendra donc encore, la seule question c’est combien avant de faire la guerre, c'est-à-dire d'avoir une action politique réfléchie et forte, plutôt que de la simuler. 

Posté le 16 juin 2016 à 18h27 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (0)

La guerre sera culturelle, l’enracinement, notre leitmotiv !

Une tribune publiée par Charles Beigbeder et Benoît Dumoulin dans le magazine en ligne France (lire aussi sur le blog de Charles Beigbeder). Quelques extraits :

[...] "Le multiculturalisme ne débouche pas sur l’identité heureuse comme le suggèrent certains, à droite comme à gauche. Il signe avant tout le délitement de la France en une myriade de communautés qui sont autant de menaces sur la cohésion nationale et font peser un risque sur l’avenir de notre pays en tant qu’État-nation. Revenir au stade féodal, qui préexistait avant l’édification des États-nations européens, serait, à coup sûr, une régression historique.

De plus, pour vivre en paix au sein d’une nation, il est nécessaire de partager un socle commun de valeurs qui s’ancrent en général dans un mode de vie et des mentalités similaires. Cela ne signifie pas qu’il faille une uniformisation des consciences ni une parfaite homogénéité des cultures ; la diversité peut même constituer une richesse à condition que l’on puisse transcender nos différences dans un fond commun qui s’enracine dans une même vision de l’homme, une même conception de la femme, un même rapport du sacré au profane et une identité de vue concernant la place de la raison et du travail dans la société. Faute de quoi, aucune harmonie sociale n’est possible. [...]

Plus qu’un choc des civilisations au sens où l’entend Samuel Huntington, nous pensons qu’il y a, pour paraphraser François-Xavier Bellamy, tous les ingrédients d’un choc des incultures : d’un côté, l’Occident laïciste, qui ignore la dimension religieuse de l’homme et se complaît dans un matérialisme veule qui renie toute transcendance et tout sens du sacré ; de l’autre, un islamisme radical qui rejette tout discours rationnel et instrumentalise le sentiment religieux au service de l’asservissement des consciences.

L’un et l’autre semblent d’ailleurs se répondre par une forme de rivalité mimétique qui peut rapidement provoquer une montée aux extrêmes, au sens où l’entend René Girard. La Femen dépoitraillée et la femme intégralement voilée représentent ainsi deux visages types de ce nihilisme : l’une symbolise la folle volonté de déconstruire l’héritage judéo-chrétien tandis que l’autre incarne cet islamisme radical qui prospère sur les décombres d’une chrétienté ayant renié son identité.

Pire, l’islamophilie de certains intellectuels de gauche ne se justifie que par la haine qu’ils éprouvent à l’encontre de la civilisation chrétienne ; ce n’est pas l’islam qu’ils aiment, c’est le christianisme qu’ils détestent. Le sentiment religieux n’est, pour eux, acceptable que sous la forme de cet islamisme radical, violent et grossier qui légitime en retour un discours laïciste plaçant toutes les religions sur un même pied d’égalité pour mieux exclure le christianisme de la sphère publique. Détestant l’enracinement religieux de l’homme, ils en viennent à prôner son dévoiement sous la forme de l’islamisme radical pour mieux le combattre. Si la religion n’est que violence, alors le matérialisme a raison !

On ne sortira donc que par le haut de cette confrontation stérile entre islamisme et laïcisme. Plus encore que par des réformes, c’est en assumant dans tout notre être la profondeur de notre identité que nous pourrons tracer une voie de redressement pour notre pays. Puisque les mœurs deviennent politiques, soyons alors charnellement de France, par tous les pores de notre peau ! Nous appelons donc fermement de nos vœux ce réarmement spirituel et moral sans lequel toute réaction identitaire serait vaine." [...]

Posté le 16 juin 2016 à 18h04 par Marie Bethanie | Lien permanent

Pour combattre l'ennemi, il faut le nommer

Yves Daoudal rejoint l'analyse de Pierre Henri sur la frilosité à désigner l'ennemi et la responsabilité de l'islam :

"L’envoyé de BFM à Magnanville parle du double meurtre « incompréhensible ». Je sais bien qu’il s’agit seulement d’un journaliste, mais il est donc censé informer les gens, et parler d’un acte « incompréhensible », c’est de la désinformation.

Et bien sûr il n’a pas inventé ce mot. Braves gens, c’est incompréhensible. Donc ne cherchez pas à comprendre. Et préparez-vous pour la prochaine et bientôt quotidienne « minute de silence ».Si vous voulez connaître quelque chose de la suite, Larossi Abbala vous en parle. Et c'est tout sauf incompréhensible."

 

"Je ne voulais pas lire la réaction du Saint-Siège à la tuerie d’Orlando, sachant qu’elle ne pouvait être que du baratin sentimental et politiquement correct – cet alignement de la communication du Saint-Siège sur les autorités mondaines rendant d’ailleurs sa voix inaudible. Pour dire des stupidités, Obama suffit.

Mais voici que j’ai vu de nouveau le texte passer devant mes yeux, et je m’y suis arrêté. Donc, il y est question d’un « terrible massacre » qui est une « nouvelle manifestation d’une folie meurtrière et d’une haine insensée », bla-bla-bla, qui suscite des sentiments « d’exécration et de condamnation, de douleur, de trouble », bla-bla-bla. Mais la suite est plus intéressante :

Nous souhaitons tous que les causes de cette violence horrible et absurde, qui trouble profondément le désir de paix du peuple américain et de toute l’humanité, puissent être déterminées et combattues efficacement et au plus vite.

Vraiment ? Alors ça ce n’est pas difficile. Les causes sont dans les livres de l’islam et dans les prêches des imams qui s’inspirent des livres de l’islam. Mais pour les combattre, il faudrait d’abord les nommer…"

Posté le 16 juin 2016 à 07h48 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

L’arrivée de hordes de musulmans en Europe moins grave que le Brexit ?

Bonne analyse d'Yves Daoudal :

"Dans une interview publiée par le quotidien allemand Bild, le président du Conseil européen Donald Tusk ose dire que le Brexit serait le début de la destruction de la « civilisation occidentale » :

Pourquoi est-ce si dangereux ? [...] En tant qu’historien, je crains qu’un Brexit puisse marquer non seulement le début de la destruction de l’UE mais aussi de la civilisation occidentale.

Un Brexit, poursuit-il, « encouragera » toutes les forces radicales anti-UE d'Europe, mais aussi « les ennemis extérieurs qui boiront le champagne ». Il s'est néanmoins dit « convaincu que l'UE va survivre, même si le prix sera élevé ». Un porte-parole de la Commission européenne a cru bon de souligner que ce n’était pas une opinion personnelle de Donald Tusk mais celle des institutions européennes, comme par exemple l’avait exprimé Jean-Claude Juncker le 12 mai à Berlin (...)

Que les Anglais fassent comme les Norvégiens, les Suisses et les Islandais, ce serait donc le début de la fin de la civilisation occidentale. Mais l’arrivée de hordes de musulmans dans l’UE, avec l’approbation de M. Tusk, ça c’est bon pour la civilisation occidentale…"

Posté le 16 juin 2016 à 07h06 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

15 juin 2016

La vidéo de Larossi Abballa

Que Novopress a pu voir, dit ceci :

« Je vous appelle à privilégier les policiers, les surveillants pénitenciers, les journalistes en particulier. Ecoutez-moi et mettez bien ça en œuvre : attaquez les journalistes en particulier Gilles Kepel, Léa Salamé, Bernard de la Villardière – tuez-le-, suivez-le jusqu’à chez lui, tuez-le –, Ruth Elkrief, Audrey Pulvar, et l’apostat hypocrite Mohamed Sifaoui. Je ne peux pas tous les citer, Allah ne m’a pas inspiré tous leurs noms. Tuez-les, tuez-les, tuez-les, tuez-les. Ils ont vendu la religion, ils ont trahi Allah et son prophète, donc tuez-les, ainsi que les députés ou maires de vos villes. C’est hyper simple. Il suffit de les attendre devant leurs locaux. […] On vous attendra devant vos demeures, telle est votre rétribution. »

Encore un déséquilibré...

Posté le 15 juin 2016 à 21h20 par Michel Janva | Lien permanent

Barbarie islamique : les mêmes causes génèrent les mêmes effets

De Pierre Henri sur le blog de Bernard Antony :

"Chaque massacre, chaque attentat commis par un fanatique islamiste, affidé de l’Etat Islamique ou d’Al Quaïda, est une répétition sinistre des mêmes constats : Omar Mateen, auteur de la fusillade dans une boîte de nuit homosexuelle d’Orlando, est un Afghan né aux Etats-Unis en 1986 ; Larossi Abballa, ayant égorgé un couple de policier à leur domicile de Magnanville, dans les Yvelines, devant leur enfant de trois ans, est un Marocain né en France en 1991. Si aucun lien direct entre Mateen et l’Etat Islamique, qui s’est empressé de revendiquer la tuerie, n’a pour le moment pu être prouvé, Abballa a quant à lui déjà été condamné en 2013 pour sa participation à une filière djihadiste.

Certains média s’empressent déjà, par réflexe conditionné, de mettre en avant les « loups solitaires autoradicalisés ». On aura vérifié, ne serait-ce qu’avec Mohammed Merah, la pertinence d’un tel diagnostic. Et quand bien même le djihadiste serait passé à l’acte en suivant les incitations d’islamistes par écrans interposés, qu’est-ce que cela peut bien changer au problème ? Dans sa revendication diffusée à une centaine de contacts en direct sur Facebook, Abballa dit avoir agi en suivant l’injonction d’Abu Bakr Al Baghdadi, émir de l’Etat Islamique, appelant à « tuer les mécréants chez eux, avec leur famille ». Il lui suffisait donc d’obéir, à lui d’improviser les modalités. Répétition du même scénario que dans des dizaines d’autres cas, ce que les gens ignorants du fonctionnement d’une franchise terroriste comme l’EI ou Al Quaïda, et plus profondement ignorant du fonctionnement de l’oumma, ont visiblement beaucoup de difficulté à comprendre.

La continuité dans l’horreur islamiste ne peut qu’une fois encore soulever le cœur : comme en Irak et en Syrie, comme en Somalie et au Nigéria, comme pendant le génocide des Arméniens, hallucinant d’abominations sadiques, comme, à l’origine, pendant les égorgements massifs ordonnés par le prophète Mahomet (ainsi l’extermination de la tribu juive des Banu Qourayza, les hommes décapités, les femmes et enfants réduits en esclavage), les djihadistes tuent civils comme militaires, homme, femmes et enfants, avec, quand ils le peuvent, un luxe de barbarie. L’enfant du couple de policier est miraculeusement rescapé : ses parents ont été égorgés sous ses yeux, son traumatisme est définitif et irréparable. Indirectement, il est l’une des victimes de l’aveuglement criminel de nos dirigeants. Aveuglement quant aux conséquences de l’immigration massive et de l’abandon de toute volonté, de part et d’autre, d’assimilation et d’intégration, quant à la réalité du phénomène islamique, quant à la nature de la révolte en Syrie à son commencement, quant à l’ampleur de la réislamisation de bon nombre de musulmans en France et en Europe, et de la progression en conséquence de l’islamisme radical et de ses manifestations terroristes.

Seule une liberté intégrale de critique du phénomène islamique, comme projet politico-religieux, soucieux de distinguer les croyants en tant que personnes et l’idéologie, peut permettre d’espérer les changements politiques nécessaires, à commencer par la désignation de l’ennemi islamiste en tant que tel, ennemi que Barack Obama évite soigneusement de nommer dans ses déclarations suite à la fusillade d’Orlando, et par les procédures adaptées quant aux individus condamnés pour terrorisme ou de retour de Syrie, et autres. Ce ne sont que deux mesures d’urgence parmi toutes celles que nos gouvernements ne veulent ou ne peuvent pas prendre. C’est dire si le péril est grand."

Posté le 15 juin 2016 à 16h44 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

Larossi Abballa n’est pas un déviant de l’islamisme mais un adepte de l’islam officiel d'Arabie Saoudite

L'islamiste Larossi Abballa, qui a assassiné deux policiers à Magnanville, était un adepte de l'islam wahhabite de l’école sunnite hanbalite, officielle en Arabie Saoudite. Joachim Véliocas :

LIVRES WAHHABITES-1"Nous apprenons ce mardi par la voix du procureur de la République de Paris, François Molins, que deux livres ont été retrouvés dans la voiture de l’islamiste Larossi Abballa: “L’Explication des trois fondements” de Ibn Abdel Wahhab et “Le Guide de la Croyance Authentique” du cheikh saoudien Saleh Fawzân.

Il est très important de lire leur contenu afin de comprendre que Abballa n’est pas un déviant de l’islamisme mais un adepte de l’islam wahhabite de l’école sunnite hanbalite, officielle en Arabie Saoudite. Ce royaume obscurantiste ami de la République française  fait traduire dans notre langue les livres de ses savants officiels afin de les diffuser dans le monde entier à des prix dérisoires. C’est cet islam radical en vente libre dans toutes les librairies musulmanes qui est une des causes du terrorisme, nous avons pu nous les procurer facilement." [...]

A noter que les livres de Ibn Wahhab sont accessibles (extraits en PDF) sur le site de la plus grande mosquée de Marseille, Al-Islah.

Posté le 15 juin 2016 à 09h41 par Marie Bethanie | Lien permanent

14 juin 2016

Encore un "déséquilibré" malencontreusement porteur de couteau et...

... chht, il est aussi musulman, mais n'en parlez pas.

Lu ici :

"Mardi, une jeune femme de 19 ans a été grièvement blessée de trois coups de couteau dans l'après-midi à Rennes par un homme aux lourds antécédents psychiatriques, disant obéir à des voix lui ayant ordonné de faire un « sacrifice » pour le ramadan, a-t-on appris auprès du parquet. « Des voix lui ont dit qu'il fallait qu'il commette un sacrifice à l'occasion du ramadan », a indiqué le procureur de la République de Rennes, Nicolas Jacquet.

« Son pronostic vital ne serait pas engagé »

L'homme interpellé, âgé de 32 ans, a des « antécédents psychiatriques lourds » et a déjà réalisé « plusieurs séjours en hôpital psychiatrique », a précisé le procureur. Il a été interpellé, examiné par un médecin et hospitalisé immédiatement en hôpital psychiatrique. Il s'est dit musulman, notamment auprès d'un témoin de la scène qui est intervenu et auquel le déséquilibré a remis son couteau après son acte, selon la même source. Le déséquilibré a indiqué aux enquêteurs être sous traitement pour schizophrénie et qu'il devait recevoir mardi une injection-retard concernant ce traitement. La jeune femme de 19 ans a reçu deux coups de couteau au poignet et un à l'abdomen. « A priori, son pronostic vital ne serait pas engagé », a souligné Nicolas Jacquet." [...]

On ne sait pas si, lors de ses crises de schizophrénie, il se prend plutôt pour Mahomet ou plutôt pour Ludovine de La Rochère, patronne de La Manif Pour Tous, puisqu'il paraît que LMPT est à l'origine de tous les maux de la société aujourd'hui. Il faut interdire les couteaux et LMPT.

Posté le 14 juin 2016 à 20h25 par Marie Bethanie | Lien permanent

Larossi Aballa avait partagé une vidéo pro Etat Islamique le 12 juin sans être arrêté

Joachim Véliocas est allé sur la page Facebook du tueur islamique de Magnanville :

Capture-d’écran-2016-06-14-à-08.51.19

"La page Facebook du meurtrier de Magnanville  est toujours active. On voit qu’il a partagé dimanche la vidéo d’un cheikh salafiste  expliquant, en s’appuyant sur le fondateur du wahhabisme Abdel Wahhab (1703-1792), que les militants de l’Etat Islamique sont de vrais musulmans et qu’il faut les défendre contre l’alliance interdite avec les non musulmans  “polythéistes” de la coalition qui les combattent. Déjà condamné pour participation à une filière terroriste pakistanaise en 2013, ce genre de vidéo sur son profil public, avec son vrai nom, aurait dû pousser la police à une surveillance plus étroite.

Le groupe Facebook qui a partagé cette vidéo, “Retour au Tawid” compte 19 696 membres." [...]

Posté le 14 juin 2016 à 09h47 par Marie Bethanie | Lien permanent

Larossi Abballa, condamné pour terrorisme, en liberté, assassin d'un policier français

Devons-nous remercier Mme Taubira, grâce à qui des djihadistes "français" de tout poil circulent en toute liberté et tuent au nom de l'islam des policiers et leur famille comme cette nuit à Magnanville, où l'assassinat d'un policier et de son épouse laisse un petit orphelin de trois ans ?

4276361lpw-4276423-article-jpg_3604733_660x281"Une fois encore, l'agresseur est bien connu des services de police. Le meurtrier présumé du policier et de sa compagne, dans la nuit de lundi à mardi dans les Yvelines, est un jeune homme de 25 ans, déjà condamné pour des faits de terrorisme. Larossi Abballa, de nationalité française, tué par les forces du Raid lors de l'intervention pour sauver l'enfant du couple, résidait à Mantes-La-Jolie, précise BFM TV. Il s'était radicalisé ces dernières années et avait été condamné en 2013 pour son implication dans une filière dont le but était de favoriser le recrutement en France, la formation physique et idéologique et l'envoi au Pakistan de jeunes volontaires pour le djihad armé.

Larossi Abballa avait alors écopé de 3 ans de prison, dont 6 mois avec sursis, et mise à l'épreuve pendant 2 ans, précise BFM TV. Il avait été jugé avec sept autres prévenus. Dans la nuit, le groupe État islamique a revendiqué le double meurtre via son agence Amaq et affirmé que l'auteur des assassinats était un de ses combattants. Des informations qui n'ont pour l'heure pas été confirmées de source officielle."[...]

Posté le 14 juin 2016 à 09h31 par Marie Bethanie | Lien permanent

13 juin 2016

400 versets du coran incompatibles avec la République

Suite aux propositions irréalisables d'Alain Juppé, qui entraîneraient une modification fondamentale du coran, même Le Point est obligé de reconnaître l'incompatibilité de la religion musulmane avec les valeurs de la démocratie occidentale. Voici ce que propose Alain Juppé sur son blog :

"Et l’Islam dans tout cela ? Je ne veux pas éluder cette question qui, formulée plus ou moins explicitement , est omniprésente dans le débat actuel.

J’y ai longuement réfléchi. J’en ai parlé avec des interlocuteurs de tous bords. Récemment encore avec le jeune maire de Tourcoing, Gérald Darmanin , avec lequel je me suis trouvé en grande harmonie de pensée. Peut-être parce que nous sommes tous deux maires et que notre expérience quotidienne nous vaccine contre les simplifications idéologiques .

De deux choses l’une :

- ou bien l’on pense que la religion musulmane n’est pas soluble dans la République , et alors il faut se préparer à une forme de guerre civile ;

- ou bien l’on est convaincu qu’il existe une lecture du Coran et une pratique de la religion musulmane compatibles avec nos valeurs et notre mode de vie, et alors il faut travailler avec détermination à poser des règles claires entre les musulmans qui partagent cette conviction et la République. Ce ne sera pas facile. G. Darmanin rappelle que cela n’a pas été facile avec l’Eglise catholique jusqu’au début du siècle dernier. Ce sera plus difficile encore avec la religion musulmane qui n’a pas d’organisation hiérarchique. Mais il faudra le faire pour clarifier la question des lieux de culte et de leur financement, la question des imams, de leur recrutement et de leur formation. J’ai dans cet esprit proposé que les imams de France prêchent en français et soient titulaires d’un diplôme de formation à l’histoire et aux lois de la République.

Pour montrer l'ineptie de tels propos, il n'est même plus besoin d'aller chercher des spécialistes de l'islam comme Annie Laurent ou les écrits de Bernard Antony, Le Point s'en charge :

"Relire le Coran à l'aune de la République, est-ce possible ? Alain Juppé a bien conscience de la difficulté du fait de l'absence d'un clergé hiérarchisé à la tête de l'islam. Si bien qu'aucune autorité théocratique ne peut recontextualiser le Coran et faire le tri parmi plus de 400 versets en conflit avec le droit français.

Les versets concernant le statut des femmes sont en infraction avec l'égalité républicaine. Idem s'agissant du droit successoral islamique. Le droit pénal issu du Coran institue une sorte de loi du talion et le recours aux châtiments corporels (jusqu'à la mutilation) qui sont en contradiction avec le droit pénal français issu des Lumières.

Qui fera ce travail ? Les musulmans français sont-ils plus clairement appelés par Alain Juppé à un schisme pour accoucher d'un islam de France apaisé ? Cela aurait le mérite de la clarté. Mais cela ne serait pas non plus sans risque pour la paix civile..."

A la décharge d'Alain Juppé, ce dernier a reconnu en mars 2015 n'avoir jamais lu le coran mais avait promis de le faire. Il n'a visiblement toujours pas eu le temps de s'y mettre... Promesses, promesses !

Posté le 13 juin 2016 à 11h21 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (24)

12 juin 2016

Un Saoudien nommé directeur de l'Institut du monde arabe à Paris

L'Orient le Jour :

"Un professeur d'université saoudien, Mojeb al-Zahrani, a été nommé directeur de l'Institut du monde arabe (Ima) à Paris, a annoncé samedi l'institution dans un communiqué de presse. Sa nomination, proposée par le Conseil des ambassadeurs arabes à Paris, a été approuvée par le président de l'Ima Jack Lang et son conseil d'administration le 31 mai, indique le communiqué.

De nationalité saoudienne, spécialiste de littérature comparée, M. al-Zahrani dirige actuellement le département des arts libéraux de l'Université al-Yamama, en Arabie Saoudite, après avoir enseigné de nombreuses années à l'Université de Riyad.

L'Ima est une fondation de droit privé dont font notamment partie 18 États de la Ligue arabe parmi lesquels l'Arabie saoudite, le Qatar, l'Égypte ou le Yémen. Sa "vocation est de faire connaître – ou mieux connaître –, aux publics français et européen, l'apport du monde arabe à la civilisation universelle" et de "promouvoir le dialogue entre l'Orient et l'Occident".

Et à part ça, quelqu'un a des nouvelles de "l'islam de France", indépendant, comme chacun sait, des monarchies pétrolières coupeuses de têtes adeptes du wahabbisme pur et dur ?

Posté le 12 juin 2016 à 17h44 par Marie Bethanie | Lien permanent

Le voile est le début de la burqa

Benoît Rayski épingle nos politiques "de droite", soudainement (re)devenus très catholiques, mais peu réalistes quant à l'islam. Atlantico :

[...] "Mais il y a chez nous une religion plus jeune, plus dynamique, plus énergique (je refuse d'employer des mots qui fâchent) que d'autres. 

Elle réclame des lieux de culte. De plus en plus grands. De plus en plus nombreux. Elle revendique pour les femmes de son obédience des tenues vestimentaires propres, parait-il, à décourager les convoitises masculines. Elle réclame des repas spécifiques pour les enfants scolarisés. Elle est déjà beaucoup : on la soupçonne de vouloir devenir tout. 

Il s'agit là d'un phénomène totalement dévastateur. Il isole et enferme une partie des habitants de notre pays. Il inquiète et angoisse tous les autres qui se demandent, perdant pied, niés dans leur mémoire, piétinés dans leur histoire où cela va s'arrêter. Et surtout qui va l'arrêter. À droite, on ressent ce désir encore confus. Sarkozy, un intuitif, l'a bien compris. 

L'épiscopat français regarde cette frénésie amoureuse avec circonspection. La République s'est créée et renforcée contre le catholicisme : nos évêques s'en souviennent. Ils ont payé et se tiennent pour cette raison tranquilles, très tranquilles. Ils se trompent. Car ils devraient savoir, eux qui sont si ouverts à l'islam, que plus on est soi-même, plus il est facile d'accepter l'autre. En un mot, il faut des églises fortes pour que les mosquées ne le soient pas trop. 

PS : Quelques mots sur la laïcité qui est brandie à tout bout de champ dans cette affaire. Telle qu'elle se décline, c'est oui au voile et mollement non à la burqa. Foutaises : le voile est le début de la burqa."

Posté le 12 juin 2016 à 10h58 par Marie Bethanie | Lien permanent

10 juin 2016

Carl Lang : "Nous allons devoir relever le défi de l'International révolutionnaire islamique"

Posté le 10 juin 2016 à 19h56 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

L'école laïque et obligatoire fait ramadan

Remboursement-ramadan-5-500x328Lu sur Novopress :

"Nous savions depuis longtemps que l’école publique s’était soumise aux exigences des musulmans avec des cantines scolaires sans porc mais, à l’heure du ramadan, il fallait montrer encore plus de soumission en adaptant les tarifs et ne pas pénaliser les musulmans qui auraient payé la cantine : dans beaucoup d’établissements publics, les parents d’enfants qui font ramadan peuvent exiger le remboursement des frais de cantine. Avec ou sans justificatif. Novopress a passé en revue quelques établissements."

La dhimmitude à l'école c'est maintenant.

Et comme le souligne Yves Daoudal, les services de protection de l’enfance, d'habitude si tatillons, trouvent tout à fait normal que des enfants soient privés de nourriture et de boisson pendant les longues journées de juin… et qu’ils s’empiffrent toute la nuit de ce que l’on peut trouver de plus gras et de plus sucré.

Posté le 10 juin 2016 à 17h29 par Michel Janva | Lien permanent

L’arrêt de l'abattage rituel serait une "catastrophe économique"

Aveu fait à l’Assemblée nationale par Dominique Langlois (à 1h38′), président de l’interprofession du bétail et de la viande (INTERBEV), dans le cadre de la commission parlementaire sur les abattoirs, sur la problématique de l’abattage rituel :

A une autre époque, il nous aurait dit que l'arrêt de l'esclavage serait une catastrophe économique.

Posté le 10 juin 2016 à 14h17 par Michel Janva | Lien permanent

09 juin 2016

Jamais la France n’a accepté autant de réfugiés en un an

Le bilan présenté par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (l’OFPRA) confirme surtout qu'il s'agit en majorité d'hommes jeunes et non de familles :

"(...) En tout, 80.075 dossiers ont ainsi été enregistrés dans l’hexagone, essentiellement en Ile-de-France (pour 41% des demandes). Et la première nationalité représentée est… le Soudan. 5.091 Soudanais ont en effet demandé l’asile en France en 2015 pour seulement 3.403 Syriens. A peine plus que les demandeurs venus du Bangladesh (3.071 personnes) ou encore d’Haïti, (3.049 personnes). Ces derniers étant même plus nombreux que les Irakiens (2.145 demandeurs), ou les Afghans (2.122 personnes).

Jamais la France n’a cependant accepté autant de réfugiés en un an. Une peu plus de 30% - 31,5% exactement - ont de fait vu leur demande d’asile aboutir en 2015, soit une hausse de trois points par rapport à l’année précédente (...)

Fin 2015, la France comptait par conséquent 206.172 réfugiés. Parmi les nouveaux arrivés l’année dernière, on dénombre surtout des hommes, trentenaires, qui représentent deux tiers des demandes et qui ont vu leur dossier étudié en quatre mois (...)

Sur les cinq premiers mois de 2016, les demandes d’asile ont encore augmenté de 18 %."

Posté le 9 juin 2016 à 07h13 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

08 juin 2016

Il paraît qu'Alain Juppé serait toujours catholique

Juppé se dit catholique... d'après Les Décodeurs du Monde. Un petit plaisantin de 17 ans, qui se fait appeler Candide, a réussi (a priori c'est très facile) à modifier un tweet d'Alain Juppé, le faisant passer pour un coreligionnaire des musulmans qui commencent le ramadan :

4941444_6_0647_le-faux-tweet-qui-a-conduit-alain-juppe-a_e60f29e81e21f61178f2186a02b1e58aMais le maire de Bordeaux l'a très mal pris :

"« J’ai porté plainte après la diffusion de l’image d’un faux tweet en mon nom. Bien entendu, je ne suis pas l’auteur du tweet en question », a-t-il annoncé, toujours sur Twitter. Et de préciser, s’il était besoin : « Je vous confirme que je suis toujours catholique, même si je ne suis pas très pratiquant. »"

C'est pourtant bien le maire de Bordeaux qui a reçu le surnom d'"Ali Juppé", étant donné tout ce qu'il fait pour obtenir les suffrages des musulmans à Bordeaux, non ?

Juppe-2Quant à se dire catholique, il faudrait d'abord qu'Alain Juppé revienne sur cette position qu'il avait déjà défendue en mars 2014, et sur laquelle à ma connaissance il n'est pas revenu, à savoir qu'il "considère l'avortement comme un jalon fondamental dans le combat pour "l'égalité" à mettre au même rang que le droit de vote".

Posté le 8 juin 2016 à 16h50 par Marie Bethanie | Lien permanent

Enseignement de l'arabe en CP : lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem

Lu dans Valeurs Actuelles (via Liberté Politique) :

"A l'initiative de Julien Aubert, député Les Républicains de Vaucluse, une vingtaine de députés cosignent une lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem. Ils accusent : "Vous proposez que l’école de la République intègre les petits descendants d’immigrés nord-africains en leur enseignant la langue de leurs origines, plutôt que celle de leur pays d’accueil".

Madame le Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche,

Il fut une époque où l’école de la République, « le seul bien de celui qui n’a rien » comme disait Jaurès, s’enorgueillissait d’apprendre à ses élèves à lire, écrire et compter. Une parfaite maîtrise de la langue française était considérée comme indispensable pour s’élever dans la hiérarchie sociale et nos instituteurs de jadis étaient intraitables : l’oubli d’un point sur un i suffisait à perdre un demi-point sur la note finale.

Ne pouvant que constater que l’époque a bien changé, que des futurs bacheliers peinent à écrire correctement leur propre nom, et que le texto est plus pratiqué que la poésie, on aurait pu penser que vous déclencheriez un plan ORSEC pour le français. Au lieu de cela, et en dépit d’études qui montrent qu’une mauvaise maîtrise de l’orthographe est sévèrement jugée par les recruteurs sur le marché de l’emploi, vous avez préféré parrainer des initiatives sur la simplification de l’orthographe ou les « stéréotypes genrés » de la langue.

Dans un contexte où des millions de Français se questionnent sur leur identité collective, où les tensions sociales et communautaires se font de plus en plus pesantes, vous proposez l’apprentissage de la langue arabe dans le primaire, dès le CP. Sur le plan de la méthode, qu’il s’agisse de l’anglais, de l’italien ou de l’arabe, c’est une décision stupide : la priorité est d’abord d’apprendre la langue de la République, avant de vouloir échanger avec le monde. La France n’est pas un « pays monde », détaché d’un substrat culturel, et l’école n’est pas là pour former des voyageurs ou des apatrides, mais des citoyens. Des citoyens qui comprennent et respectent les lois de leur pays, rédigées en français depuis l’édit de Villers-Cotterêts.

Sur le plan politique, votre initiative est un chiffon rouge pour tous ceux qui s’alarment de l’islamisation des banlieues, de notre incapacité à digérer trente années d’immigration, dont une forte partie d’origine nord-africaine, et de la perte des repères. Vous proposez en somme, que l’école de la République intègre les petits descendants d’immigrés nord-africains en leur enseignant la langue de leurs origines, plutôt que celle de leur pays d’accueil. Vous fracturez doublement, en jetant du sel sur des plaies vives de l’opinion publique, et en actant le fait que l’intégration par la langue française n’est pas la seule et unique voie.

Vous qui êtes le fruit de cette histoire et de ce métissage, vous qui avez suivi un parcours d’excellence, vous qui pourriez être un symbole de l’assimilation et de la méritocratie, qui furent le projet de la République depuis son origine, vous devez servir d’exemple, et non pas trahir les mânes de Jules Ferry. Votre parcours comme modèle pour la jeunesse de France ne vous crée que des devoirs envers celle-ci."

  • M. Julien Aubert
  • M. Bernard Accoyer
  • Mme Valérie Boyer
  • M. Jean-Louis Christ
  • M. Philippe Cochet
  • M. Jean-Louis Costes
  • M. de Ganay
  • Mme Laure de La Raudière
  • M. Charles de La Verpillière
  • M. Jean-Pierre Decool
  • M. Nicolas Dhuicq
  • Mme Sophie Dion
  • M. Sauveur Gandolfi-Scheit
  • Mme Véronique Louwagie
  • M. Lionnel Luca
  • M. Yannick Moreau
  • M. Jacques Myard
  • M. Axel Poniatowski
  • Mme Josette Pons
  • M. Paul Salen
  • M. Fernand Siré
  • M. Alain Suguenot
  • M. Jean-Charles Taugourdeau
  • M. Jean-Marie Tétart
  • M. Jean-Sébastien Vialatte
  • M. Philippe Vitel
  • M. Michel Voisin

 

Posté le 8 juin 2016 à 16h17 par Marie Bethanie | Lien permanent

07 juin 2016

La serveuse sert de l'alcool pendant le ramadan : elle se fait agresser

A Nice.

Philippe Vardon, Conseiller régional FN de PACA, s'indigne :

"Au lendemain de l'annonce de l'ouverture prochaine d'une Grande mosquée financée par l'Arabie Saoudite et le même jour qu'une opération anti-terroriste dans le quartier Pasteur, cette scandaleuse agression témoigne, s'il le fallait encore, de la progression du communautarisme revendicatif et agressif dans notre ville. Et le secteur Notre-Dame et l'hypercentre sont particulièrement touchés.

Cette situation est le résultat de la faiblesse de dirigeants politiques, Christian Estrosi et les siens en tête, s'étant empêtrés dans des compromis inacceptables et dangereux."

Posté le 7 juin 2016 à 19h23 par Michel Janva | Lien permanent

06 juin 2016

"Je recommanderais d'avoir au moins trois enfants"

Cette exhortation ne vient malheureusement pas du gouvernement français qui aurait compris tout d'un coup l'importance du renouvellement des générations pour l'avenir de la France... Cette phrase a été prononcé par Recep Tayyip Erdogan en Turquie :

"Le président Recep Tayyip Erdogan a exhorté aujourd'hui les femmes turques à avoir au moins trois enfants, jugeant la vie d'une femme "incomplète" si elle n'avait pas de descendance.  Ces remarques du président turc sont les dernières d'une série de déclarations controversées visant à accroître la population de son pays, déjà en forte augmentation ces dernières années.

M. Erdogan a souligné qu'il était un fervent supporter du travail des femmes, mais que ceci ne devrait pas constituer un obstacle au fait d'avoir des enfants. "Rejeter la maternité signifie renoncer à l'humanité", a-t-il dit dans un discours lors de l'inauguration du nouveau siège de l'Association des Femmes turques et de la Démocratie (KADEM)."Je recommanderais d'avoir au moins trois enfants", a-t-il déclaré à cette occasion. "Les familles fortes mènent aux nations fortes", a-t-il souligné (...)

La population de la Turquie a atteint près de 79 millions d'habitants en 2015, contre 68 millions en l'an 2000, selon les statistiques officielles"

En 1998, le même Erdogan, qui espérait alors conquérir le pouvoir, avait été condamné à de la prison ferme par la justice turque, pour avoir répété en public les mots d’un poème turc, écrit en 1912 par le poète nationaliste Ziya Gökalp :

"Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats"

Enfin, le plus connu de tous, dans son discours à l'ONU en 1974, le président algérien Houari Boumediene avait déclaré :

"Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère Sud pour aller dans l’hémisphère Nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire"

On ne pourra pas dire que l'Europe n'a pas été prévenue...

Posté le 6 juin 2016 à 16h11 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (12)

Constater la réalité du Grand remplacement n'a rien à voir avec un quelconque "complotiste" ou "racialisme"

En digne partisan de la "normalisation" du discours du FN, Florian Philippot a de nouveau fait preuve du plus pur politiquement correct chez Ruquier en faisant mine de ne pas savoir ce qui se cacherait derrière la notion de Grand remplacement :

"Ce que je n’aime pas dans cette notion, c’est que c’est extrêmement flou et qu’on peut y mettre ce qu’on veut derrière, y compris mais pas seulement des théories qui seraient racialistes et complotistes […] Grand remplacement, je ne sais pas, remplacer quoi par quoi ?"

Dans le débat qu'elle a eu avec Madeleine de Jessey dans Famille chrétienne (tous les deux inconnus pour Philippot), Marion Maréchal-Le Pen explique qu'il est tout à fait possible de comprendre la réalité du Grand remplacement sans tomber dans une quelconque théorie du complot ou sans faire preuve de racialisme, rien qu'en ouvrant les yeux, répondant ainsi par avance aux propos du n°2 du FN :

Marion Maréchal-Le Pen : "Non, je le répète, ce n’est pas une vision racialiste, mais culturelle et identitaire".

Madeleine de Jessey : "Je ne comprends pas, dans ce cas, pourquoi vous employez l’expression de « grand remplacement », qui désigne le remplacement du peuple français par le peuple africain. Car, comme le dit justement Finkielkraut à propos de cette expression, pour décrire un danger qui est réel, vous employez une expression qui est plus dangereuse encore et qui place ce problème sur le point de vue ethnique – même si vous vous en défendez –, alors que c’est un problème d’intégration (...)"

Marion Maréchal-Le Pen : "Votre réponse est éminemment naïve et politiquement correcte. La sécession culturelle de nos banlieues, la montée de l’islam radical ou la multiplication des voiles dans la rue ne sont pas nées par elles-mêmes. Elles sont la conséquence directe du fait que, s’il est possible d’assimiler des individus, il n’est pas possible d’assimiler des peuples. La question du nombre se pose, ainsi que celle du grand remplacement"

Au risque d'exaspérer les électeurs du Front National, Florian Philippot devrait les consulter davantage ou, s'il n'a pas le courage de visiter les banlieues et nombreuses zones de non-droit en France, regarder quelques photos comme celle de ce centre de loisirs de la ville de Paris ou celle de l'équipe de France de football...

Image1
                                                                   Euro-2016-qui-sera-dans-la-liste

Posté le 6 juin 2016 à 08h30 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (20)

Ramadan : Le maire d'Argenteuil réclame un peu de "respect et de tolérance" pour les non-musulmans

Communiqué du maire d'Argenteuil :

CkN1V8nXIAA9Yp3.jpg-large

Posté le 6 juin 2016 à 07h00 par Michel Janva | Lien permanent

02 juin 2016

Enseignement de l'arabe à l'école : le maire de Camaret soutient le député Genevard

Le maire FN de Camaret Philippe de Beauregard vient d’adresser une lettre de soutien au député LR du Doubs Mme Annie Genevard, récemment prise à partie à l’Assemblée nationale par le Ministre de l’Education nationale. Philippe de Beauregard y expose sa propre expérience de maire, y exprime ses inquiétudes quant au contenu des cours et souligne son hostilité au renforcement d’un enseignement qui ne fait qu’éloigner les élèves concernés des perspectives d’intégration.

"J’ai été choqué par le mépris et la brutalité avec lesquels la ministre de l’Education nationale, Madame Najat Vallaud-Belkacem, a répondu à votre question d’actualité posée à l’Assemblée au sujet de l’extension de l’enseignement des langues et culture d’origine à la prochaine rentrée scolaire. Je tenais par conséquent à vous assurer de ma solidarité et je vous propose de partager mon expérience.

En tant que maire concerné par ce dispositif qui est appliqué dans deux des écoles primaires de ma commune (une trentaine d’élèves turcs et marocains), j’ai été moi-même amené à demander des précisions à l’Education nationale sur le contenu des cours et la qualification des enseignants. J’ai émis de très sérieuses réserves auxquelles je n’ai malheureusement pas obtenu de réponse satisfaisante à ce jour.

Sur le fond, le dispositif s’appliquant à des élèves pour la plupart en grandes difficultés scolaires dont les familles peinent elles-mêmes à maîtriser notre langue, j’estime que la priorité est de renforcer l’apprentissage du français. Proposer à ces enfants des cours de langues maternelles ne peut malheureusement que les éloigner d’une perspective d’intégration. Tel était l’objet de votre intervention et je partage totalement vos préoccupations. La députée de Vaucluse Mme Marion Maréchal-Le Pen avait posé une question écrite similaire le 3 février 2015.

J’ai découvert en outre en approfondissant ce dossier que le contenu des cours proposés par les enseignants étrangers, qui sont rémunérés par leurs ambassades respectives, présente parfois un risque de « catéchisme islamique », selon les termes mêmes d’un rapport du Haut Conseil à l’Intégration remis en 2013 à l’actuel Premier ministre. C’est le cas par exemple de l’enseignement du turc.

Au chapitre V du manuel du professeur intitulé « Foi, Islam et morale » (imprimé à Ankara), on trouve ainsi écrit :

« La procédure suivante facilite la mémorisation des sourates et des versets : on indiquera à la fin d’un cours la prière ou la sourate à apprendre pour le cours suivant, et on fera écouter plusieurs fois cette prière. On leur demande d’écouter les prières et sourates à la maison avant de les mémoriser. Il est expliqué qu’ils commenceront à les mémoriser quand ils prononceront correctement. On organise des travaux de groupe pour qu’ils s’entraînent. (…). Le représentant de chaque groupe vient au tableau. Ils lisent à voix haute les sourates/prières avec la classe. Lorsqu’on apercevra l’un des mots écrits dans les papiers qui sont entre les mains des élèves, on arrêtera de lire les prières avec la classe. On attendra que le représentant du groupe touche le papier contenant le mot à dire pour reprendre avec le mot où l’on s’est arrêté. Les membres du groupe peuvent diriger leur représentant à partir de leurs places. Le représentant/groupe qui trouve le bon mot à suivre gagne des points et on continue à dire la prière. On continue jusqu’à ce qu’on voit le prochain mot écrit sur le papier. Parfois il faut lire la prière ou la sourate sans s’arrêter, jusqu’à la fin. Et parfois on arrêtera de lire subitement, ce qui pourrait apporter de l’enthousiasme à l’activité. »

J’ai interrogé à ce propos, mais en vain, le Consulat général de Turquie, qui n’a cependant pas démenti l’usage de ce livre scolaire. Je vous adresse en pièces jointes les copies de ces divers documents qui pourraient vous être utiles [...]"

Posté le 2 juin 2016 à 11h53 par Michel Janva | Lien permanent

01 juin 2016

Le Maroc renonce à l'arabe et réintroduit le français dans l'enseignement

Pendant que Najat Belkacem introduit l'arabe au CP en France, les Marocains se débarrassent progressivement de l'arabe au profit du français dans l'enseignement des matières scientifiques, et prévoient d'introduire l'enseignement du Français... dès la première année du primaire, soit dès le CP ! Une décision qui remonte au mois de février 2016. Au nom de la laïcité, pour échapper à l'Allahicité :

"« Pour eux [les islamistes], arabisation et islamisation vont de pair car la langue est liée à la pensée », se félicite Ahmed Assid, un professeur de philosophie aux positions laïques. « Ce retour aurait dû se faire depuis longtemps. Nous avons perdu trente ans à cause de petits calculs idéologiques. Avant d’arabiser, l’Etat marocain aurait dû d’abord réformer la langue arabe dont le lexique et les structures n’ont pas varié depuis la période préislamique », ajoute-t-il." [...]

"« A partir des années 1960, le Maroc a commencé à “importer” des enseignants d’Egypte et de Syrie afin de conduire le processus d’arabisation. C’est à cette époque que le wahhabisme et la pensée des Frères musulmans se sont progressivement introduits dans le royaume », souligne l’historien Pierre Vermeren." [...]
Dans l'idée de Madame Belkacem, à travers la langue, il y a bien une volonté d'islamiser les esprits dès le plus jeune âge. Les Français se laisseront-ils faire ?

Posté le 1 juin 2016 à 14h43 par Marie Bethanie | Lien permanent

Samedi 11 juin 2016 à Toulouse : 6e forum "Jésus le Messie"

Charles_de_Foucauld"Sera-t-il donné à des générations qui nous suivront de voir ces âmes du nord de l’Afrique dire ensemble : «Notre Père…» s’adressant à Dieu comme au Père commun de tous les humains frères en Lui ?

Je ne sais, c’est le secret de Dieu, mais c’est un devoir d’y travailler de toutes ses forces : c’est la pratique du 2ème commandement, l’amour du prochain comme soi-même, si semblable au premier, l’amour de Dieu par-dessus tout.

Si les catholiques veulent pour eux-même conserver et féconder leur foi, qu’ils se fassent tous apôtres pour la donner à tous les peuples."

Bx. Charles de Foucauld

Christ

Le prochain forum "Jésus le Messie" aura lieu le samedi 11 juin de 9h00 à 17h00, à  la Maison diocésaine du Christ Roi, 28 rue de l'Aude, à Toulouse. Pour s'inscrire, c'est ici.

Posté le 1 juin 2016 à 13h45 par Marie Bethanie | Lien permanent

Islamisation de la France : une 2e mosquée - radicale - à Saint-Etienne

Une information de l'Observatoire de l'islamisation :

"Quatre ans après l’inauguration de la mosquée Mohammed VI dirigée par le Maroc, la mosquée El-Moustapha a été inaugurée samedi 21 mai 2016 dans le quartier de Montreynaud, en présence d’élus locaux et du prêtre qui juge “nécessaire” son édification." [...]

Les femmes ont suivi l'inauguration sur des écrans dans une pièce à part, officiellement pour "être plus à l'aise et pour avoir plus de place", et disposent d'une entrée séparée de celle des hommes.

A 2:06 l'interview du prêtre de la paroisse du quartier, l'abbé Michel Barthe-Dejean, qui estime que la mosquée concerne 80% de la population du quartier, "des gens d'ici, qui ont la même culture que les Stéphanois, mais avec leur foi musulmane". La même culture n'est-ce pas, avec le voile en plus, la séparation des hommes et des femmes, le relai sans complexe des écrits wahhabites qui prescrivent de tuer ceux qui négligent les prières, de tuer les homosexuels, de “détester les mécréants” (les "koufar" comme nous, mais aussi comme vous, Monsieur l'Abbé), qui interdisent les photos, etc...  Au fait, où en sommes-nous de l'évangélisation des musulmans ? (Prochain forum Jésus le Messie le 11 juin à Toulouse).

 

Posté le 1 juin 2016 à 13h15 par Marie Bethanie | Lien permanent

30 mai 2016

FSSPX : 1 600 € pour être autorisé à prier quelques minutes dans l'espace public [Add.]

C'est la solution que le conservateur du château impérial de Compiègne a trouvé pour éviter que la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X ne fasse une halte place du château à l'occasion de la fête Dieu :

1005302466_B978795160Z_1_20160529204656_000_GG16T7UC4_3-0"Une soixantaine de personnes a participé hier, pour la Fête Dieu, à la procession annuelle, organisée par les catholiques traditionalistes de la Fraternité saint Pie X. «  Nous sommes attachés aux anciennes coutumes, explique l’un de ses membres. Chez nous, par exemple, la messe est en latin et le prêtre est tourné vers l’autel (...)

Cette procession un peu hors du temps a lieu depuis une quinzaine d’années. Jusqu’en 2014, les traditionalistes s’arrêtaient notamment place du château, où ils installaient un reposoir, le temps d’une courte cérémonie. Une pratique décriée par leurs détracteurs. Et notamment la Libre pensée de l’Oise, une association fortement attachée à la laïcité. Par le passé, des membres de cette dernière avaient été jusqu’à organiser une contre manifestation, dénonçant du prosélytisme religieux. Avec un agacement particulier pour l’arrêt sur la place du château, domaine de l’État.

En 2015 et cette année, la cérémonie n’a toutefois pas eu lieu devant le palais. «  Désormais, on nous demande 1 600 euros pour pouvoir occuper l’espace public  », indique un membre de la Fraternité saint Pie X. Pas question, pour eux, de verser cette somme. «  Ils se fichent du monde, c’est fait exprès pour nous décourager  », croit savoir un homme."

Le premier lecteur qui propose qu'une telle solution soit appliquée à d'autres religions perd deux points sur son permis de citoyenneté....

Prières

Addendum : Un lecteur membre de l'Association Saint Pie X de l'Oise nous demande de préciser :

"Vous indiquez que ce serait la mairie de Compiègne qui aurait trouvé cet argument financier pour éviter que nous installions , comme nous l’avons fait depuis 1999, un  reposoir sur la place du château de Compiègne. J’ignore d’où vous tirez cela, mais je me dois de vous apporter les précisons suivantes :

-  La mairie de Compiègne ne nous est pas hostile

-  La place du château relève du patrimoine des monuments nationaux , donc du conservateur du château impérial de Compiègne , monsieur le Maire de Compiègne n’ayant donc aucune part dans cette décision."

Posté le 30 mai 2016 à 16h22 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

29 mai 2016

A Saint-Malo, des « mineurs isolés étrangers » agressent des collégiens et ressortent libres

Lu sur Breizh-Info :

"Le 25 mai 2016, deux jeunes collégiens scolarisés au collège Robert Surcouf ont porté plainte suite à une violente agression dont ils ont été victimes. Une plainte visant 6 individus (dont au moins trois nominativement), des jeunes Albanais et Afghans, collégiens et lycéens à Saint-Malo, qui auraient agressés plusieurs élèves depuis des semaines. Ces Albanais mineurs isolés étrangers sont accueillis au collège Surcouf dans le cadre du programme UPE2A de l’Education nationale (unité pédagogique pour des allophones arrivants).[...]

Les mineurs isolés étrangers coûtent chacun à la collectivité 60 000 € par an. Fin 2014, ils étaient 272 à être pris en charge en Ille et Vilaine, et leur nombre n’a cessé de croitre dès lors. « Il n’est pas normal que nos enfants aient à subir le comportement violent de ces jeunes marginaux, que nous accueillons et qui ne respectent pas nos règles de vivre ensemble » nous écrit la mère d’un élève, agressé lui aussi par un mineur isolé étranger, récemment à Rennes. « Le pire, c’est qu’ils sont protégés judiciairement et qu’ils ne sont même pas expulsables . Ce sont nos jeunes enfants qui en payent directement les conséquences». A Rennes en effet, ces jeunes, principalement issus d’Europe de l’Est, d’Afrique subsaharienne et d’Afrique du Nord, font fréquemment parler d’eux dans le cadre de trafics, d’agressions et de règlements de compte en tout genre."

Posté le 29 mai 2016 à 17h41 par Marie Bethanie | Lien permanent

27 mai 2016

Un militaire français agressé à Castres

Il s'agit d'un sous-officier du 8ème RPIMa de Castres :

"Un militaire du 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa) de Castres, dans le Tarn, a été violemment agressé jeudi soir à l’arme blanche. Il faisait une marche d’entraînement, seul et en uniforme, à une trentaine de kilomètres de sa caserne, à Saint-Julien-du-Puy, lorsqu'il a été abordé par deux hommes.

Selon nos informations, ces derniers lui auraient reproché les bombardements français en Syrie, avant de le frapper à coups de poing et de lui asséner deux coups de cutter. Le soldat a été hospitalisé dans un état grave. Ses agresseurs ont pris la fuite et sont activement recherchés."

Posté le 27 mai 2016 à 11h08 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

Stéphane Ravier interpelle Manuel Valls sur l'interdiction de l'UOIF

Posté le 27 mai 2016 à 07h57 par Michel Janva | Lien permanent

Pierre Bédier (LR) a-t-il acheté des voix de musulmans salafistes ?

Unknown-17Lu dans Valeurs Actuelles :

"Comme l'a révélé le Canard enchaîné, le parquet de Versailles a ouvert une enquête sur le financement d'une mosquée d'inspiration salafiste à Mantes-la-Jolie. L'ancien maire et président du Conseil départemental, Pierre Bédier (LR), a offert à prix d'ami le terrain de construction de l'édifice religieux et embauché le recteur rigoriste comme "agent de médiation". En échange, ce dernier invite ses fidèles à voter de la "bonne manière". [...]"

Posté le 27 mai 2016 à 07h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

24 mai 2016

Fabien Engelmann : il y a plein de choses à faire pour que les femmes n'avortent pas

Fabien Engelmann, maire FN de Hayange en Moselle, est interrogé par Le Rouge et Le Noir. Extrait :

"Vous êtes fortement engagé dans la défense de la cause animale. Comment cet engagement vous pousse-t-il à réfléchir aux questions de la défense de la vie humaine, particulièrement lors de sa conception et de sa fin naturelle ?

Images-2Je suis très attaché à toutes formes de vie et à toute souffrance, mais je suis surtout attaché à la vie existante plutôt qu’à celle qui pourrait être ou ne plus être. C’est dans ce sens que je me concentre plus sur la torture animale, les conditions d’élevage horrible et le manque de respect pour les animaux. C’est tout ce mal qui leur est fait qui me révolte, et c’est d’ailleurs pour cela que je suis plus qu’admiratif du dévouement et de l’engagement de Brigitte Bardot depuis tant d’années.

Mais c’est aussi parce que je suis attaché au déroulement de la vie que je considère qu’il ne faut pas revenir sur le droit des femmes à mener la vie qui leur convient. Il n’est, pour moi, absolument pas question de remettre en cause la loi Veil et les françaises doivent disposer de leur corps comme elles le souhaitent. Par contre, je condamne évidemment l’avortement abusif alors que la contraception n’a jamais été aussi accessible qu’aujourd’hui.

La situation actuelle ne provient que d’une seule source : la manque de réelle politique familiale, basée sur l’aide des femmes en difficulté, la gestion des pressions familiales, des moyens financiers et des structures adaptées, des aménagements de travail, etc. Il y a plein de choses à faire pour que certaines femmes qui décident aujourd’hui d’avorter, puissent prendre une autre décision avec des conditions et des aides adaptées.

Concernant la fin naturelle ou assistée de la vie, je pense que la loi Léonetti répond pour le moment à cette problématique très délicate. Valider l’euthanasie pourrait entraîner tellement d’abus, et c’est pour cela que, bien que très ouvert à la réflexion et au débat, je pense que ce sujet de société ne devrait pas être pris à la légère et je n’ai pas la prétention d’avoir pour le moment une réponse tranchée à ce sujet.

L’islam doit se conformer aux règles de la République affirment de nombreux élus. Si l’islam faisait son aggiornamento, faudrait-il alors le laisser devenir de plus en plus présent, voire majoritaire, dans notre pays ?

Pour répondre à votre question, je ne pense pas que les « gaulois » se laisseront faire face à la destruction de leur culture, de leur religion et de leurs lois. Les Français réagiront, je l’espère en tout cas. La France, et notre civilisation, ont une culture et des racines chrétiennes, et elles entendent bien les conserver. Il est certain qu’avec les vagues d’immigration clandestine que subit notre pays, et donc la démographie qui en découlera, nous allons devoir faire face à une croissance exponentielle de cette religion en France, et dans toute l’Europe en général. Si l’on s’entête à ne pas recréer nos frontières, à ne pas avoir une politique claire sur les migrations - notamment économiques - l’Islam deviendra majoritaire en France, c’est inéluctable.

Il nous faut être inflexibles et stopper net cette immigration massive. Nous sommes déjà dans une conjoncture difficile : entre attentats, quartiers sensibles où règnent d’autres règles que celle de la République, revendications religieuses voire parfois raciales et grignotage de notre laïcité, nous nous rapprochons de plus en plus d’un islam de conquête. Il est temps pour les musulmans de France de prouver qu’ils se désolidarisent de ces pratiques et placent la France avant leur confession. [...]"

Posté le 24 mai 2016 à 21h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

21 mai 2016

Le défi principal c'est la survie de notre mode de civilisation mis en cause par les soixante-huitards et les islamistes

Interrogé dans le FigaroVox, Charles Beigbeder déclare :

Unknown-5"Je considère obsolète le clivage droite / gauche: c'est un héritage dépassé de la guerre froide. Aujourd'hui, le défi principal de notre continent, c'est la question culturelle: la survie de notre mode de civilisation mis en cause à la fois par les déconstructeurs héritiers de mai 68 (et plus profondément de la Révolution française) et en même temps par les islamistes radicaux. Il faudra donc qu'un jour se réunissent tous ceux qui veulent que la France continue à vivre et porter des fruits en tant que civilisation. C'est ce que j'essaie de faire, à mon humble niveau, avec l'Avant-Garde. Mais la préservation de notre culture devrait faire émerger en France un courant conservateur (au sens propre du terme) c'est-à-dire une fédération de personnes qui chérissent notre culture et s'unissent pour la transmettre par la famille, l'école et la nation qui restent les trois réalités qui forment l'armature d'une société. Là sont les véritables enjeux.

Il y a, bien sûr, d'autres clivages tout aussi pertinents, même s'ils me paraissent secondaires par rapport à la question culturelle: celui qui oppose les mondialistes aux souverainistes au plan politique, ou encore les étatistes aux libéraux sur le plan économique. Le clivage droite / gauche est donc bel et bien dépassé et je ne suis pas du tout sûr que mon analyse corresponde à la grille de lecture de Marine Le Pen puisqu'elle prend de plus en plus ses distances avec la défense de la famille, qu'elle est étatiste en économie là où je prône la liberté d'entreprendre, et qu'elle soutient une laïcité sectaire là où je souhaite que le sentiment religieux puisse s'exprimer librement dans l'espace public, dans le respect du bien commun."

Posté le 21 mai 2016 à 18h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

20 mai 2016

"À Saint-Denis, l'islamisation est en marche"

FCe n'est pas un communiqué des Identitaires mais un reportage de Nadjet Cherigui dans Le Figaro. Elle y parle de «Molenbeek-sur-Seine», des trottoirs transformés en une mosaïque de tapis de prière...

 

Posté le 20 mai 2016 à 16h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

Terrorisme : "si l’on ne raisonne qu’en termes de sécurité, on va dans le mur"

Patrick Calvar, patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a été auditionné le 10 mai par la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale. Extraits :

Unknown-3"La France est aujourd’hui, clairement, le pays le plus menacé. Je vous rappelle qu’un des numéros de la revue francophone de Daech, Dar al Islam, titrait en une : « Qu’Allah maudisse la France ». De leur côté, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), en tant qu’organisation héritière du Groupe islamique armé (GIA) des années 1990, considère toujours la France comme l’ennemi numéro un et Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) nous stigmatise de la même façon. La menace est par conséquent, j’insiste, très forte ainsi que l’ont montré les attentats de janvier et de novembre 2015. Elle est très forte également hors du pays ainsi que nous avons pu le constater avec les attentats de Bamako, de Ouagadougou et, plus récemment, de Bassam, en Côte d’Ivoire. [...]

Nous savons que Daech planifie de nouvelles attaques – en utilisant des combattants sur zone, en empruntant les mêmes routes qui facilitent l’accès à notre territoire – et que la France est clairement visée. Daech se trouve dans une situation qui l’amènera à essayer de frapper le plus rapidement possible et le plus fort possible : l’organisation rencontre des difficultés militaires sur le terrain et va donc vouloir faire diversion et se venger des frappes de la coalition.

Si les attentats de novembre dernier ont été perpétrés par des kamikazes et par des gens armés de kalachnikov ayant pour but de faire le maximum de victimes, nous risquons d’être confrontés à une nouvelle forme d’attaque : une campagne terroriste caractérisée par le dépôt d’engins explosifs dans des lieux où est rassemblée une foule importante, ce type d’action étant multiplié pour créer un climat de panique. [...]

Pas moins de 645 ressortissants français ou résidents en France sont présents dans la zone syro-irakienne. Parmi eux, nous comptons 245 femmes, qui ne participent pas aux combats, et 20 mineurs qui, au contraire, s’y livrent. Ils sont donc moins de 400 à participer à des opérations militaires. Par ailleurs, 201 individus sont en transit, soit à destination de la Syrie, soit de retour de Syrie pour la France. Nous recensons 173 Français présumés morts – chiffre sans doute inférieur à la réalité, mais il est très difficile d’obtenir des indications précises du fait des bombardements. Deux cent quarante-quatre personnes sont revenues de la zone syro-irakienne en France. Enfin, 818 personnes manifestent l’intention de se rendre sur place.

[...] Je souhaite maintenant vous faire part d’une réalité totalement inconnue ou en tout cas jamais soulignée : nous recensons quelque 400 enfants mineurs dans la zone considérée. Les deux tiers sont partis avec leurs parents, le tiers restant étant composé d’enfants nés sur place et qui ont donc moins de quatre ans. Je vous laisse imaginer les problèmes de légalité que posera leur retour avec leurs parents, s’ils reviennent, sans compter les réels problèmes de sécurité car ces enfants sont entraînés, instrumentalisés par Daech : une vidéo est sortie récemment, en français, qui les met en scène en tenue militaire. Ces enfants sont ainsi conditionnés ; il faut savoir également qu’ils s’entraînent aux armes à feu. Nous disposons de vidéos montrant des enfants qui exécutent des prisonniers ; ainsi, sur l’une, on voit un Français de onze ou douze ans – sans manifester aucune émotion – tirer une balle dans la tête d’un individu que Daech suppose être un agent des services israéliens. Il va donc falloir, j’insiste, s’occuper de ces enfants quand ils reviendront.

Pour ce qui est de l’aspect judiciaire, pour la seule DGSI, nous recensons 261 dossiers concernant plus de 1 000 individus. Nous avons procédé à plus de 350 interpellations. Au moment où je vous parle sept personnes sont gardées à vue. Chaque semaine nous interpellons des gens. Plus de 220 sont mises en examen, plus de 170 ont été écrouées et plus de 50 placées sous contrôle judiciaire. Enfin, depuis août 2013, mon service a bloqué 15 projets terroristes en France.

Nous ne prenons souvent en considération que les Français ou les personnes résidant en France. Or nous sommes désormais obligés de réfléchir dans le cadre plus large de la francophonie. En effet, de nombreux Nord-Africains se trouvent dans les zones considérées : beaucoup de Tunisiens, un peu moins de Marocains et d’Algériens. Ils ont la capacité de venir très facilement sur notre territoire et la plupart sont francophones – on l’a vu avec les Belges qui ont opéré en France. Ils ont aujourd’hui un intérêt particulier à s’installer en Libye. Sachez qu’il y a quelques semaines, pour la première fois, nous avons interpellé trois individus qui partaient pour la Libye, ce qui signifie que des filières pourraient se mettre en place puisque pour cela il suffit qu’une personne s’y rende et fasse ensuite appel à ses amis. Actuellement, quelques Français se trouvent dans la zone libyenne. Un mouvement s’amorce, et il faudra compter avec ceux qui quitteront la Syrie pour la Libye plutôt que pour l’Europe. [...]

Cela d’autant que l’Europe est en grand danger : les extrémismes montent partout et nous sommes, nous, services intérieurs, en train de déplacer des ressources pour nous intéresser à l’ultra-droite qui n’attend que la confrontation. Vous rappeliez que je tenais toujours un langage direct ; eh bien, cette confrontation, je pense qu’elle va avoir lieu. Encore un ou deux attentats et elle adviendra. Il nous appartient donc d’anticiper et de bloquer tous ces groupes qui voudraient, à un moment ou à un autre, déclencher des affrontements intercommunautaires. La tentation des populismes, la fermeture des frontières, l’incapacité de l’Europe à donner une réponse commune, l’incapacité à adopter une législation applicable en tous lieux, nous posent d’énormes problèmes. Et je note, de plus en plus, une tendance au repli sur soi. [...]

Il y a trente ans ou plus, on a fermé les yeux sur les premiers incidents survenus dans les banlieues. Cela a abouti à ce que les zones concernées soient dirigées par de petits caïds – il s’agissait de délinquance et elle n’affectait pas le consensus social. Aujourd’hui nous nous trouvons dans une situation de « conscientisation » d’une partie d’entre eux. Comment expliquer qu’un voyou qui, toute sa vie, n’a eu pour idée que de voler son voisin pour pouvoir jouir de l’existence, va tout à coup basculer dans un extrémisme morbide puisqu’il va l’amener au sacrifice de sa vie. C’est pourquoi j’estime que si l’on ne raisonne qu’en termes de sécurité, on va dans le mur. La sécurité est en effet une sorte de SAMU : or un SAMU a pour mission de vous conduire vivant à l’hôpital mais pas de vous soigner.

Pour être franc avec vous : je crains cent fois plus la radicalisation que le terrorisme. Avec le terrorisme, nous prendrons des coups mais nous saurons faire face – nous avons connu des événements très graves tout au long de l’histoire – ; mais cette radicalisation rampante qui va bouleverser les équilibres profonds de la société est à mes yeux beaucoup plus grave.

[...] Sans prévention nous n’y arriverons pas. Cependant, les individus en question sont largement inaccessibles au discours. Les gamins se « shootent » aux vidéos de Daech. J’aurais pu, pour cette audition, apporter et projeter une de ces vidéos, par exemple « Tends ta main pour l’allégeance ». Leur capacité d’attraction est extraordinaire. Face à cela, nous disons à ces gamins d’aller à la mosquée, alors qu’ils ne comprennent pas tout ce qu’ils y entendent, ne connaissant souvent rien à l’islam et au Coran. Le décalage est très grand. Il faut trouver des gens qui soient crédibles auprès d’eux. C’est difficile avec les repentis car, pour eux, un repenti est un traître. [...]"

Posté le 20 mai 2016 à 08h07 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (25)

18 mai 2016

Puisse le pape François rencontrer réellement la France périphérique et l’écouter

Gabrielle Cluzel réagit aux propos du pape François sur la France :

"Le pape, selon La Croix, se rendra en France après l’élection présidentielle : Paris et sa banlieue, Lourdes, et peut-être Marseille. Les catholiques français ne peuvent que s’en réjouir. D’abord parce que la visite d’un pape est toujours pour eux une joie. Ensuite parce qu’il semble, au vu de ses déclarations récentes au même journal, que le Saint-Père connaisse mal la France.

La France, dit-il, « exagère la laïcité ». « Si une femme musulmane veut porter le voile, elle doit pouvoir le faire. » La laïcité serait en effet bien cruelle de forcer un pauvre sikh à ôter son turban, un malheureux bonze à enlever sa robe orange. Alors, n’est-ce pas, « si une femme musulmane veut porter le voile, elle doit pouvoir le faire ». Sauf qu’une chose est le principe, une autre le contexte : certaines, à l’inverse, voudraient ne pas le porter, mais ne peuvent pas le faire. Et la prolifération, la généralisation, la multiplication autoritaire de ce voile marginalise ces dernières un peu plus chaque jour. Le pape, s’il le savait, ne cautionnerait certainement pas cette aliénation de la femme.

On peut reprocher à la laïcité française d’exagérer, on peut surtout lui reprocher de ne pas gérer. Fébrile et impuissante, elle tente sans succès de faire rentrer dans la camisole qu’un catholicisme docile avait bien voulu enfiler un islam autrement impérieux, qui ne s’embarrasse pas de nuances subtiles entre le temporel et le spirituel (...)

« L’Europe, oui, a des racines chrétiennes », dit-il encore, « mais quand j’entends parler des racines chrétiennes de l’Europe, j’en redoute parfois la tonalité, qui peut être triomphaliste ou vengeresse. Cela devient alors du colonialisme. » Ainsi parle le père qui se sent investi du devoir de rabattre le caquet de ses enfants pleins de morgue, écrasant leur prochain de leurs certitudes.

Mais la réalité est tout autre. Ses ouailles françaises sont raillées par les médias, bafouées par le gouvernement, tiennent lieu de tête de Turc à « l’élite » en général. Au point que beaucoup ne croient plus en eux et sont rongés par le doute. Celui qui se noie fait rarement montre de « triomphalisme », trop occupé à garder la tête hors de l’eau (...) Et, comme tous les souffre-douleur, ils aimeraient parfois se jeter dans les bras de leur père pour être consolés, raffermis, défendus.

« L’Europe connaît un grave problème de dénatalité. […] Un vide démographique s’installe. En France, toutefois, grâce à la politique familiale, cette tendance est atténuée. » De quelle politique familiale parle-t-il ? Démembrée, charcutée, en lambeaux… elle n’est plus qu’un ancien souvenir.

Ce pape exhorte à aller « aux périphéries ». Il sait tendre lui-même la main aux marginaux, y compris aux « marginaux » du politiquement correct, comme le montrent son geste vers la fraternité Saint-Pie-X ou, dans un autre genre, son soutien au cardinal Barbarin. Mais il faut qu’il n’ait parlé et échangé qu’avec le cœur du système dominant pour avoir fait sienne cette vision de la France. Puisse-t-il rencontrer réellement, lors de sa visite, la France périphérique et l’écouter, loin du village Potemkine que l’on voudra lui présenter"

Posté le 18 mai 2016 à 09h41 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (33)

17 mai 2016

Le CFCM s'acoquine avec les Frères Musulmans

Devant les composantes de l'islam de France réunies au Bourget, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) a ouvert la porte à une réintégration en son sein de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), une émanation des Frères musulmans.

Anouar Kbibech, président du CFCM, a conclu un plaidoyer pour l'unité en tenant "à saluer la démarche de l'UOIF de réintégrer la direction collégiale de l'islam de France", dont elle avait claqué la porte en 2013.

"Le CFCM est en train d'étudier la manière de réintégrer l'UOIF dans ses instances", a déclaré Anouar Kbibech, très applaudi par le public du 33e rassemblement annuel des musulmans de France.

Posté le 17 mai 2016 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent

15 mai 2016

La parole est aux Salafistes (2/2)

PPdP2-100x100Voici le deuxième volet de l'interview par Pierre Piccinin da Prata dans le Courrier du Maghreb et de l'Orient d'un imam proche de Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, sous le voile de l'anonymat (1er volet ici). Ce recteur montrait dans la première partie de l'interview que ce que les politiques appellent l'islam "de France" n'existe pas en réalité, car le vrai islam, c'est le salafisme. Ce qui montre bien à quel point l'islam tout court, le salafisme donc, est incompatible avec la France. Ici, l'imam s'applique à montrer l'islam tel qu'il doit être selon le coran, et tel qu'il n'est pas accepté par de nombreux musulmans vivant en Occident (ce qui laisse tout espoir pour leur conversion).

(L'entretien étant très long, il m'a fallu en couper de nombreux passages; pour une lecture plus claire et complète, il vaut mieux lire l'entretien complet dans le Courrier du Maghreb et de l'Orient.)

"Pierre Piccinin da Prata – Dans la première partie de notre entretien, vous avez défini l’Islam comme un ensemble de règles strictes, à suivre scrupuleusement ; des règles simples, précises, et qui ne souffrent aucune « interprétation », transmises par Dieu au Prophète Mohamed et rassemblées dans le Coran…

Faudrait-il donc ainsi réinterpréter le Coran en permanence, parce qu’il ne correspondrait « plus » à la modernité ?

 En quelque sorte, il faudrait, selon certains, le « moderniser », et en changer l’entendement, et donc l’enseignement qui ne devrait plus être le même que celui du temps du Prophète, un enseignement qui serait alors… obsolète ? La parole de Dieu serait obsolète ? C’est impossible ! Le Coran, en effet, n’a pas été écrit par les hommes, comme le furent la Tora ou les Évangiles : il est la parole de Dieu révélée à son Messager –la paix et la bénédiction sur lui.[...]

Le problème n’est pas que le Coran n’est « plus adapté » à notre temps ; c’est que la philosophie occidentale, qui s’est emparée du monde, est devenue la référence, y compris pour beaucoup de Musulmans. Or, cette philosophie est souvent en opposition avec le Coran et l’Islam.

Autrement dit, il faut faire un choix entre cette philosophie et l’Islam.[...]

Et c’est bien d’un code de lois qu’il s’agit en effet. Des règles simples, oui, et qu’il n’est nullement besoin de torturer et de tordre à travers des « interprétations » qui finissent et par en déformer le sens et par les détourner de leurs objectifs.

Ce sont les lois de Dieu. Un code simple, donné il y a plusieurs siècles, à des gens simples…[...]

D’où la perversité de « l’Islam de France », qui plie les lois de Dieu aux réalités d’une société qui n’est pas musulmane et à ses us et coutumes qui ne sont pas musulmans.

Le Coran n’a pas été inspiré et rédigé par des hommes, comme il en fut des livres des Juifs et des Chrétiens, qui sont corrompus d’erreurs. Il est incréé, révélé directement par Dieu. Éternel, irréfutable et irréformable.[...]

PPdP – C’est donc une condamnation irrévocable de « l’Islam de France » ?

J’entends certains pseudo-imams déclarer qu’il faut « réinventer » l’Islam en « réinterprétant » le Coran pour permettre aux Musulmans de vivre dans des sociétés qui ne sont pas musulmanes ; ils parlent « d’accommodations »…

Réinventer l’Islam ? Peut-on « adapter » le message de Dieu aux contingences matérielles ou sociétales ?

Les Musulmans qui vivent en France, ou ailleurs en Europe, devraient-ils suivre l’exemple des Chrétiens qui se sont très bien « accommodés » des « priorités » du XXIème siècle, à sa société de loisir et de paresse : ils ne font plus la prière, les églises sont désertées, des Catholiques acceptent l’avortement, ne respectent plus la période du Carême, divorcent et se remarient…[...]

Si les Chrétiens ont abandonné Dieu et leur religion, devons-nous en faire autant pour nous « intégrer » dans la société française du XXIème siècle ?[...]

PPdP – Alors… Très concrètement, pour en venir à présent au cœur de notre propos : l’enseignement du Prophète autorise-t-il ou ordonne-t-il le djihad armé ? L’usage de la violence est-il licite, selon les écritures, le Coran, les Hadiths ? Le Prophète et ses compagnons ont-ils pratiqué le djihad armé ? Et dans quelles circonstances ? Les Musulmans, aujourd’hui, doivent-ils prendre les armes pour promouvoir l’Islam ?

Oui, le djihad armé est permis par l’Islam ; il est même préconisé. Et il n’est pas que défensif, il n’est pas seulement autorisé quand les Musulmans sont attaqués. Contrairement à ce que prétendent certains imams qui veulent plaire à leurs maîtres républicains et contrairement à ce qu’affirment partout sur les réseaux sociaux des Musulmans ignorants et égarés qui cherchent à prouver leur intégration à une société laïque en expliquant que leur religion est une religion de paix. Non, l’Islam n’est pas une religion de paix au sens qu’ils croient ; il est avant tout la religion de la vérité.

Et, oui, le Prophète –la paix et la bénédiction sur lui- a pratiqué le djihad armé et pas seulement, comme l’affirment les ignorants ou les corrompus, pour se défendre de ses ennemis, mais aussi pour apporter la lumière de Dieu aux peuples mécréants.

Prétendre le contraire, c’est mentir.[...]

Et le Prophète –la paix et la bénédiction sur lui- a fait la guerre, pour se défendre, mais aussi pour porter la parole. Car Dieu, dans le Coran, dit : « Nous t’avons envoyé en tant que notre Messager, et pour convertir toute l’humanité. Mais beaucoup ne le savent pas. » [ndlr : Coran, 34, 28]

Est-ce que le djihad armé existe ? Oui, il existe ; et aucun ouléma ne l’a jamais contesté ni n’oserait le faire ; il serait parjure.[...]

Ainsi, le Coran dit encore : « Dieu a acheté aux Croyants leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattront au service de Dieu, tueront et seront tués. » [ndlr : Coran, IX, 111]

Les biens des ennemis vaincus peuvent être licitement partagés entre les Musulmans qui se sont battus au nom de Dieu. Le Prophète lui-même –la paix et la bénédiction sur lui- en a jadis reçu sa part : « Du moindre butin que vous aurez fait, un cinquième revient à Dieu, à son Prophète, à ses proches, aux orphelins, aux pauvres et aux voyageurs en détresse. Dieu est tout-puissant. » [ndlr : Coran, VIII, 41]

Tout ceci peut apparaître inopportun aux non-croyants qui ignorent la lumière de Dieu et s’attachent à ces régimes où règnent des corruptions diverses et qu’ils qualifient de « laïcs » et de « démocratiques »… [...]

Mais, ceci, c’est la vérité en l’Islam. Sont menteurs et hypocrites ceux qui le dénient.

PPdP – Avez-vous bien conscience que ce discours va à l’encontre de la manière dont vivent la grande majorité des Musulmans en Europe ? Et qu’il s’oppose de front à l’Islam que défendent nombre d’imams « modérés » ? Il risque de choquer…

–  De quel  « discours » parles-tu ? Il s’agit du Coran !

Le Coran ne saurait aller à l’encontre des mœurs des Musulmans ; ce sont les mœurs de personnes qui se disent musulmanes, mais ne respectent pas la loi de Dieu, qui vont à l’encontre du Coran. Beaucoup de ces personnes de culture musulmane ont adopté les mœurs et le mode de pensée des pays où elles vivent, en Europe, et s’identifient peu à peu à ces mœurs et intègrent peu à peu ce mode de pensée, reniant ainsi l’Islam qui leur devient étranger et leur apparaît inacceptable car il est en rupture avec les valeurs de ces sociétés européennes dont elles ont adopté les coutumes et le mode de pensée.

Ce n’est pas mon discours qui les choquera ; c’est le Coran. [...]

PPdP – Des imams « modérés » affirment que l’Islam interdit de tuer une personne. La sourate « al-Isra » dit d’ailleurs qu’il ne faut pas détruire la vie qui est sacrée aux yeux de Dieu…

C’est tout simplement faux… et la sourate « al-Isra » [ndlr : Coran, XVII, 33] énonce un principe général, qui est précisé et délimité par d’autres sourates. Ces pseudo-imams manipulent les textes…

PPdP – Précisément ce qu’ils reprochent aux Salafistes… Alors, que dit exactement le Coran à ce propos ?

« Ne tuez personne sans une juste raison, car Dieu a fait la vie sacrée. » Voilà la citation exacte [ndlr : Coran, VI, 151] « Sans une juste raison… »

PPdP – L’État islamique a remis en vigueur les châtiments corporels. À ar-Raqqa [ndlr : la capitale de l’EI], on couperait les mains des voleurs… Vous cautionnez donc ce genre de pratiques ?

C’est la loi de Dieu. Le Coran dit : « Au voleur et à la voleuse, vous leur couperez la main, en punition de ce qu’ils ont volé. C’est le châtiment voulu par Dieu. Dieu est puissant et sage. » [ndlr : Coran, VI, 151]

Comment se ferait-il que le Musulman suivrait la loi de Dieu qui lui ordonne de ne pas consommer du porc, par exemple, et de faire les cinq prières quotidiennes, mais il rejetterait cette autre loi ? Le Musulman ne peut pas choisir les lois de Dieu qui lui conviennent et en rejeter d’autres. Qui est cet homme qui dirait « Cette loi de Dieu est mauvaise, et, celle-là, je ne l’appliquerai pas » ?

Un hypocrite, qui ne respecte de la loi de Dieu que ce qui l’arrange !

Cette loi de Dieu est sans ambiguïté. Ceux qui disent que c’est une loi du passé médisent de la loi de Dieu : les voleurs de l’époque du Prophète –la paix et la bénédiction sur lui- étaient-ils plus coupables que ceux d’aujourd’hui ? Quel serait, alors, aujourd’hui, leur châtiment selon la volonté de Dieu ?[...]

PPdP – Une autre sourate, très connue et abondamment citée à l’encontre du djihadisme dit qu’une personne qui tue une autre personne, c’est comme si elle avait tué tout le genre humain.[...]

Que dit exactement cette sourate ?

« Celui qui tue une personne non coupable d’un assassinat ou d’un péché, celui-là a agi comme s’il avait tué toute l’humanité. » Voilà le texte exact. Comme tu vois, c’est très différent : les meurtriers et les pécheurs n’échappent pas au châtiment. Voilà le véritable enseignement du Prophète –la paix et la bénédiction sur lui-, la véritable parole de Dieu.

Mais attends ! Ce n’est pas tout !

Les menteurs qui corrompent le texte du Coran se gardent bien de citer les premiers mots du verset : « Nous avons prescrit, pour les Enfants d’Israël, que celui qui tue une personne non coupable d’un assassinat ou d’un péché, celui-là a agi comme s’il avait tué toute l’humanité. » Comme tu le vois, cette règle ne concerne que les Juifs, et non les Musulmans. Elle n’a été édictée qu’à leur intention : si un Juif tue une personne innocente, c’est comme s’il avait tué toute l’humanité. Voilà ce que dit réellement ce verset. Honte à ceux qui l’on tronqué et manipulé ![...]

Le Coran hiérarchise sans ambiguïté les destinées humaines. C’est un fait qu’il faut accepter, car c’est la loi de Dieu.[...]

Pour bien entrer dans la mentalité de l'islam, il vaut mieux lire l'entretien entier sur le site d'origine. Je sauterai ici directement à la conclusion, très éclairante :

"PPdP – Pour conclure, faut-il comprendre que l’Islam est incompatible avec la démocratie et le mode de vie pratiqué dans les sociétés occidentales ?

Le premier ministre français, Emmanuel Valls, a dit que les Salafistes étaient en train de gagner la bataille idéologique et culturelle, contre l’Islam. Mais c’est tout l’inverse : c’est l’Islam qui est en train de se relever et de gagner la bataille contre l’islamo-laïcité voulue et imposée aux Musulmans de France par la culture impie de l’Occident, qui s’insinue pernicieusement dans les esprits au moyen de toutes les perversions qui la baignent ; et voulue par les autorités françaises, qui légifèrent pour emprisonner l’Islam et le canaliser.

Nombreuses sont les lois, en France et ailleurs en Europe, qui sont contraires à l’Islam et qui entravent la pratique de l’Islam. Les Musulmans doivent les combattre et faire triompher les lois de Dieu.

L’Islam, l’Islam véritable, le Coran, est justice et vérité. Il n’abandonne pas celui qui souffre parce qu’il est économiquement faible. Il n’accepte pas le monde occidental du capitalisme et du relativisme. Il n’y a de Dieu que Dieu. Il n’existe qu’une seule vérité et qu’une seule voie, celle du Messager de Dieu –la paix et la bénédiction sur lui- et celui qui s’en détourne perd sa vie ; et celui qui déforme l’enseignement de Dieu commet le premier et le plus grand des péchés."

A bon entendeur, salut. Si l'on veut vaincre cette idéologie excessivement dangereuse pour l'avenir de notre pays, il est urgent que les catholiques redressent la tête, et proposent la voie salutaire des Evangiles, car la nature a horreur du vide, et l'espace déserté par le catholicisme se remplit aussitôt d'islam. Il faut donc réintégrer d'urgence nos églises, se réapproprier la foi que nous avons déserté par confort, encourager nos prêtres à annoncer la Bonne Nouvelle de Dieu sans l'édulcorer, montrer que nous aussi nous avons une religion exigeante mais salvatrice et enfin, investir le politique de toute urgence. La balle est dans notre camp.

Posté le 15 mai 2016 à 14h29 par Marie Bethanie | Lien permanent

14 mai 2016

La parole est aux Salafistes (1/2)

Pierre Piccinin da Prata, co-auteur du livre Le pays du Mal - Otages du djihad en Syrie 152 jours (l'Harmattan), a voulu interroger le salafisme sans a priori pour tenter de comprendre. Il a cherché des témoins fiables, avant d'interroger sous le couvert de l'anonymat un imam proche du recteur de la Grande mosquée de Paris, qui révèle que tout musulman authentique se retrouve... dans le salafisme, qui n'est rien d'autre que le véritable islam pratiqué par l'Etat islamique, et que l'islam "de France" tel qu'imaginé par nos politiques déconnectés n'est en rien le véritable islam.

Très intéressant et révélateur, l'entretien est aussi très long. J'ai dû y pratiquer des coupes sombres, hélas, mais les lecteurs intéressés pourront toujours le lire sur le site d'origine, Le courrier du Maghreb et de l'Orient .

"Pierre Piccinin da Prata – Ma première question concerne votre exigence de conserver l’anonymat dans le cadre de cette interview. Pour quelle raison n’avez-vous pas accepté de vous exprimer à visage découvert ?

Je suis convaincu qu’il est inutile que les Musulmans, en France (ou ailleurs en Occident), qui partagent la foi en l’Islam vrai se mettent en danger sans raison valable. Or, ce que je vais dire pourrait me valoir plus que des ennuis, me réduire définitivement au silence… Je pense à une arrestation… C’est très possible… Beaucoup de personnes ont été arrêtées, dans ce pays, simplement pour avoir voulu vivre l’Islam et pour avoir parlé en Musulmans. La presse n’en parle pas, mais ils peuplent les prisons de cette « démocratie » où prévaut la « liberté d’expression », comme tout le monde sait.[...]

La liberté d’expression, en France, est aujourd’hui à géométrie très variable…

Même au sein de la Fédération [ndlr : la Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris], je fais très attention à ne pas me dévoiler et je reste prudent ; je ne me livre pas à tout le monde… Certains « imams » qui veulent montrer patte blanche sont tout prêts à dénoncer leurs frères. Certains, depuis les attaques, l’ont fait, déjà. Ils n’ont pas hésité à s’abaisser jusqu’à la délation, à dénoncer des fidèles de leur mosquée au poste de police de leur quartier, et à trahir ainsi l’Oumma [ndlr : la communauté des croyants, des Musulmans], pour se faire bien voir des autorités et conserver leurs prérogatives.

Après les attaques, les journaux ont titré : « Dans toutes les mosquées de France, on condamne la violence ! ». Mais bien évidemment ! Tous les corrompus se sont empressés de donner des gages ! C’était à qui en ferait le plus !

Le mois dernier, la Fédération a organisé un colloque, sur ce thème : « Le rôle de l’imam dans le maintien de la paix et de la stabilité sociale ».  L’imam comme agent de la « stabilité sociale » ! Tout un programme…

C’est très triste de devoir se méfier de ses propres frères.

Toi-même, quand nous avons préparé l’entretien, tu m’as dit à quel point tu avais eu du mal à trouver des Musulmans d’accord de s’exprimer honnêtement sur cette question… Les imams qui prêchent la vérité de l’Islam se cachent ; et ils ont raison. On n’entend plus nulle part un discours honnête. Mais la vérité continue de se transmettre, désormais sous le manteau, dans les caves où s’organisent les mosquées de la résistance

ImagesPPdP – Ma deuxième question, pour en venir droit au but : comment définiriez-vous le « Salafisme » ? En quoi peut-on le qualifier de « radicalisme » ?

Le Salafisme, c’est la pratique de l’Islam à l’identique du Prophète –paix et bénédiction sur lui- et de ses compagnons [ndlr : le terme « salaf », en arabe, signifie « celui qui précède » et désigne les compagnons du Prophète Mohamed et leurs descendants immédiats, sur deux générations].

Comment, dès lors, s’agirait-il de « radicalisme » ?

Ce sont plutôt ceux qui ne pratiquent pas l’Islam comme le Prophète qui se radicalisent. Ils se radicalisent dans le dévoiement, dans l’imperfection, dans le mensonge… Ils se radicalisent dans leurs perversions et plient l’Islam et ses règles à leurs dépravations, à leur paresse, à leurs désirs qu’ils ne peuvent s’empêcher d’assouvir au détriment de leur vie de Musulmans.

Contrairement à ce que prétendent nos détracteurs, la renaissance salafiste n’est pas une « réinvention » de l’Islam. Les Salafistes ne créent pas un « nouvel Islam » ; ils restaurent, en revanche, l’Islam enseigné par le Prophète et s’y conforment exactement. Les « inventeurs » de nouveaux Islams ou plutôt de « faux » Islams, ce sont les auteurs de fatwas [ndlr : « avis » prononcés par des religieux sunnites] ou ceux qui interprètent et innovent inconsidérément.

Ils nous accusent de créer un nouveau courant, dit « littéraliste ». Mais quoi de plus absurde ? Ils inversent les rôles et jouent sur les mots. Un courant « littéraliste », ça n’existe pas. L’application littérale des écritures, ce n’est pas un « courant » dans l’Islam. C’est l’Islam. Les « courants », dévoyés, ce sont ceux auxquels, eux, ils adhèrent.[...]

Ce qu’ils appellent « fondamentalisme », « radicalisme », « extrémisme »… c’est en réalité et tout simplement l’Islam pur, véritable, qui se conforme sans la moindre corruption, sans le moindre écart aux enseignements du Prophète – la paix et la bénédiction sur lui.

Leur « Islam modéré », ce n’est pas l’Islam. C’est autre chose… Un Islam partiel… Qui s’est en partie dissout dans le bruit du monde… [...]

Pourquoi qualifier les véritables Musulmans « d’islamistes » ? C’est inutile de trouver un autre nom que celui-ci : « Musulmans ». Ils sont les seuls Musulmans, ceux qui appliquent et accomplissent les enseignements du Prophète.

Ou bien on peut dire les choses autrement : tous les Musulmans sont des islamistes. Puisqu’ils accomplissent l’enseignement du Prophète et combattent pour l’hégémonie de l’Islam.[...]

Je réponds maintenant à la deuxième question que tu as soulevée : faut-il imposer le mode de vie enseigné par le Prophète à toute la société ?

C’est un autre devoir, pour tous les Musulmans, de défendre l’Islam et de le porter à tous les peuples, partout dans le monde.[...]

Donc, ceux qui se disent musulmans et qui osent condamner le djihad –je parle bien du djihad armé- sont des mécréants, tout simplement des hommes qui pervertissent l’Islam. Ce sont des paresseux ou des lâches, qui se trouvent des excuses pour ne pas accomplir leur devoir. [...] 

Et, quand je leur demande s’ils ont lu et appris le Coran, ils me répondent généralement que non ; qu’ils n’en ont pas le temps. Et, quand je leur lis alors les passages du Coran qui contredisent leur vision simpliste de l’Islam, celle d’un Islam débarrassé de tout ce qui gêne la société française du XXIème siècle, je peux voir l’incrédulité transformer les traits de leur visage… Ils sont alors bien désemparés ; ils ne savent plus quoi me dire, me répondre, et beaucoup s’en vont, rompent le dialogue, en se réfugiant dans l’erreur de leurs convictions et en me déclarant : « De toute façon, tu es un intégriste, un radical, et tu racontes n’importe quoi ! »[...]

C’est pour cette raison qu’aucun média n’ose nous donner la parole publiquement. C’est –je crois bien- la première fois qu’on pourra entendre nos arguments dans un média officiel comme le tien. Et c’est pour cette raison que ces « imams de la République » refusent toujours le débat public avec nous : ils savent que, si nous confrontions nos argumentaires, leur dévoiement et leur corruption de vaniteux seraient mis au grand jour… En même temps que leur ignorance et la pauvreté de leur foi : ce n’est pas le monde et ses errances qui nous commandent ; ce sont les enseignements du Prophète qui nous commandent, et nous devons résister aux errances du monde.

Pour terminer, sur cette question importante que tu m’as posée, j’ajouterai qu’il est aussi de notre devoir d’imposer l’Islam partout dans le monde, en montrant aux peuples le chemin vers Dieu, en leur expliquant les justes enseignements du Prophète ; mais aussi en combattant ceux qui se dressent contre l’Islam.

ImagesPPdP – Ce combat, c’est celui que mène en ce moment l’État islamique ? Considérez-vous l’État islamique comme légitime, selon les principes de l’Islam ? Cet État terroriste est-il en adéquation avec les enseignements du Prophète ?

Pourquoi qualifier d’emblée l’État islamique de « terroriste » ? Le terrorisme n’est pas une idéologie. Ce n’est ni le fondement ni le but de l’État islamique. Le terrorisme, c’est pour l’État islamique une stratégie de guerre…[...]

L’État islamique est un pays. C’est plus que cela ; c’est la communauté des Musulmans dans le monde, mais c’est en même temps un territoire déterminé, qui s’étend. Le gouvernement de ce pays se défend de ses ennemis, et il utilise le terrorisme. Ce n’est pas une religion, le terrorisme, ni une idéologie

Encore une fois : si l’État islamique est une organisation terroriste, alors, l’État français est aussi une organisation terroriste.[...]

Posté le 14 mai 2016 à 14h10 par Marie Bethanie | Lien permanent

12 mai 2016

Pause sourire

S

Posté le 12 mai 2016 à 10h38 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > France : L'Islam en France

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : L'Islam en France