08 février 2016

Les Frères Musulmans ont une idéologie semblable à celle de toutes les organisations terroristes: Al-Qaïda, Al-Nosra, Daesh

Ex-président des Étudiants musulmans de France (Lille), Mohamed Louizi répond au Figaro :

"Hassan Al-Banna, le fondateur des Frères Musulmans avait défini son islam globalisant, son idéologie politique, comme étant, je cite: «une organisation complète qui englobe tous les aspects de la vie. C'est à la fois un état et une nation, ou encore un gouvernement et une communauté. C'est également une morale et une force, ou encore le pardon et la justice. C'est également une culture et une juridiction, ou encore une science et une magistrature. C'est également une matière et une ressource, ou encore un gain et une richesse. C'est également une lutte dans la voie d'Allah et un appel, ou encore une armée et une pensée. C'est enfin une croyance sincère et une saine adoration. L'islam, c'est tout cela de la même façon».

[...] Théoriquement, dans ses écrits, se rêve est inscrit dans un processus stratégique partant d'abord et essentiellement de l'éducation de l'individu - d'où la priorité accordée aux «jeunes musulmans» par les frères lors de ce 9ème RAMN à Lille, entre autres. Ensuite de l'individu, il faut former le foyer musulman, puis le peuple musulman, puis atteindre le gouvernement islamiste, puis établir le califat, puis reconquérir l'Occident puis atteindre le Tamkine planétaire. Ça paraît fou comme idéologie et projet politique, mais force est de constater que depuis 1928, cette vision globalisante demeure opérante et présente, non seulement en Egypte, mais partout ailleurs, y compris en France. [|...]

Il n'y a qu'à lire l'intégralité de «l'Epître du jihad», écrite par Hassan Al-Banna que j'ai traduite dans mon essai autobiographique: Pourquoi j'ai quitté les Frères musulman, et qui circule toujours dans des cercles fermés des frères de l'UOIF en France. Son contenu n'a aucune différence avec la matrice idéologique jihadiste de toutes les organisations terroristes: Al-Qaïda, Al-Nosra, Daesh, etc. L'on y trouve, les mêmes textes violents, la même rhétorique jihadiste et les mêmes préconisations à recourir, par obligation religieuse, à l'usage des armes. La différence entre les Frères et les autres, c'est une différence de degré et non de nature. Il y a ceux, comme les groupes qui usent de la violence maintenant et ici. Les Frères les soutiennent, directement ou indirectement, et peuvent y recourir le moment venu. Je rappelle que l'appel au jihad en Syrie a été lancé, depuis le Caire, le 13 juin 2013, par une coalition composée de Frères musulmans et de salafistes. Le président de l'Egypte à cette époque s'appelait Mohamed Morsi. Les frères actuellement à la tête de la confrérie à l'internationale comme ici en France font parti du courant de Sayyid Qotb, la référence de tous les jihadistes contemporains, qu'il soit frères ou pas. [...]

Dans tous les pays où se trouvent des Frères musulmans, en Orient comme en Occident, le projet islamiste est le même depuis la création de la mouvance par Hassan Al-Banna en 1928. Il s'agit de rétablir le califat islamique aux frontières historiques, y compris là où l'islam avait une présence en Europe. Ce projet a un nom: le projet Tamkine. [...]

Ici, en Europe et en Occident, les choses se présentent autrement. Car si le monde arabo-musulman est considéré déjà comme un «territoire» acquis. En Occident, cela n'est pas le cas. Les Frères musulmans s'emploient depuis le début des années 1980, sur le vieux contient à acquérir divers «territoires» privés pour inscrire, dans la durée, leur récit islamiste comme élément du récit national de chaque pays de l'Europe. Cette opération s'appelle le «Tawtine». Elle est exécutée par la construction de mosquées-cathédrales, d'acquisitions immobilières diverses et variées, de construction d'établissements scolaires privés, etc. Car sans le «Tawtine», le projet Tamkine ne peut être mené efficacement. [...]"

Posté le 8 février 2016 à 17h07 par Michel Janva | Lien permanent

Le FN, cible de choix de Daech ?

Unknown-40Dans le dernier numéro de son magazine de propagande en français «Dar-al-islam», Daech évoque sur plus d'une centaine de pages les attentats de Paris, et les menaces à venir. Et l'Etat islamique s'en prend directement au Front national. Une photo du cortège annuel du 1er mai est accompagnée de cette légende: «Rassemblement d'idolâtres du FN. Des cibles de choix».

Le secrétaire national du FN, Nicolas Bay, a interpellé le premier ministre sur Twitter:

«Manifestations du FN dans la ligne de mire de l'État islamique... Satisfait Manuel Valls?»

Et Florian Philippot, il a tweeté:

«À travers le Front national, Daech s'en prend à la France».

On se souvient que des personnalités politiques avaient rapproché le FN et l'État islamique. «Voter FN, c'est voter Daech» avait déclaré l'ancien président de la région Bourgogne François Patriat. Le journaliste Jean-Jacques Bourdin avait établi sur RMC un parallèle entre l'organisation terroriste et le FN.

Posté le 8 février 2016 à 07h49 par Michel Janva | Lien permanent

07 février 2016

Manuel Valls croit l'islam "pleinement compatible avec nos valeurs"

L'abbé Pagès lui a écrit une lettre ouverte :

Manuel-Valls-et-les-salafistes"[...] Hassan al-Bannâ (1906-1949), père des Frères Musulmans et de notre UOIF, enseignait : « L’islam est dogme et culte, patrie et nationalité, religion et État, spiritualité et action. » (Alain Durand, L’Islam au risque de la laïcité : Émergences et ruptures, L’Harmattan, 2005, p.107).

Qui nous dit la vérité, vous ou Hassan al-Bannâ ?

Feu Hassan II, roi du Maroc et Commandeur des croyants, reconnaît : « Je ne suis pas un chef d’État laïc car à partir du moment où on est musulman, on ne peut pas être laïc. En réalité, tous les chefs d’État du monde musulman, je ne dis pas arabe, ne sont pas des chefs d’État laïcs. Et quand ils disent qu’ils veulent être laïcs, je dis qu’ils ne sont plus musulmans, car le droit musulman nous colle à la peau, qu’on le veuille ou non, tant au plan du droit public que sur le plan du droit privé. »(http://ahp.li/81c560e509fdfcb3ef04.mp4)

Qui nous dit la vérité, vous ou le Commandeur des croyants ?

Allah et Mahomet son prophète enseignent que la communauté musulmane n’est pas soluble : « Ô croyants ! Ne tissez de relations qu’entre vous ; les infidèles ne manqueraient pas de vous corrompre (Coran 3.114). » ; « Vous êtes la meilleure nation. Vous ordonnez le convenable, interdisez le répugnant, et croyez en Allah. » (Coran 3.110). « Le verset : « Vous [les musulmans] êtes la meilleure nation se justifie du fait que vous avez amenés les infidèles enchaînés jusqu’au cou pour qu’ils se convertissent à l’islam. » (Récit d’Abu Huraira, Bukhari 60.80). « Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’Église et que la religion soit uniquement à Allah, seul ! (Coran 2.193) » ;  « Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine À JAMAIS jusqu’à ce que vous croyez en Allah, seul ! (Coran 60.4) »

Qui nous dit la vérité, vous ou bien Allah et son Prophète ?

La Cour européenne des droits de l’homme a déclaré la charia incompatible avec les principes fondamentaux de la démocratie. (http://www.echr.coe.int/Documents/Annual_report_2003_FRA.pdf)

Qui nous ment, vous Monsieur le Premier Ministre, ou bien la Cour européenne des droits de l’homme ? [...]"

Posté le 7 février 2016 à 17h54 par Michel Janva | Lien permanent

06 février 2016

Entre Charlie et le Bataclan, l'oubli du patron décapité dans l'Isère

Hervé Cornara est ce patron d’une société de transports dans l’Isère qui avait été sauvagement décapité par son employé, Yassin Salhi, 35 ans. On apprend que ce Salhi était fiché S. Sa femme et son fils déclarent à Paris Match :

"Personne ne nous a prévenus qu’il avait une fiche S. S’il était susceptible de passer à l’acte, il ne fallait pas le laisser livrer du gaz. C’est comme donner un briquet et de ­l’essence à un pyromane ! [...]

Comment avez-vous vécu les événements du 13 novembre ? 

A chaque attentat, je vis un nouveau cauchemar. Ce jour-là, une surprise avait été organisée pour mon anniversaire… Les invités n’osaient pas me parler de ce qu’il se passait à Paris, ils se relayaient dans les voitures pour écouter la radio. Quand j’ai su, j’ai préféré rentrer, je pensais aux familles. Depuis, tous les vendredis, je me demande ce qu’il va encore arriver.

Puis il y a eu tous ces hommages. Et on a traité les victimes de façon si différente... Il me semble qu’on oublie mon père et je ne comprends pas pourquoi... Parce qu’on est en Isère et qu’il est la seule victime ? Parce qu’on veut se rassurer en se disant qu’il s’agissait d’un conflit personnel entre un employeur et son salarié ? Les drapeaux de Daech, la photo de mon père expédiée en Syrie, les contacts sur place, tout ça, ça ne compte pas. Je rappelle que son assassin avait choisi de mourir en martyr sur le site d’une société américaine où il n’avait aucune livraison prévue.

Le 23 décembre, quand vous avez appris le suicide de Yassin Salhi, quelle a été votre réaction ? 

Sa mort nous prive d’un procès, et d’une confrontation. Nous y étions prêts. On nous assure que l’enquête continue.

Le juge m’avait proposé une confrontation. Mes proches m’en ont dissuadé. Je le regrette aujourd’hui, car je n’aurai pas de réponse à mes questions. J’en veux à la prison de ne pas l’avoir surveillé et à l’Etat de ne pas nous avoir prévenus qu’il était fiché S. Le procès aurait servi parce que, généralement, les terroristes ne sont jamais arrêtés. La France aurait pu dire : “Celui-là, on va s’en occuper.”"

Posté le 6 février 2016 à 16h31 par Michel Janva | Lien permanent

Calais : le général Piquemal arrêté lors de la manifestation Pegida

Lu ici :

"Le général Piquemal, ancien commandant de la légion étrangère, a rejoint le mouvement d’extrême-droite anti-immigration Pegida pour une manifestation qui se déroule à Calais malgré une interdiction de la part du gouvernement.

«Les policiers viennent d’arrêter le général Piquemal, ancien patron de la légion étrangère» [...].

Au moins 20 autres manifestants ont également été interpellés[...]"

 

Posté le 6 février 2016 à 15h40 par Marie Bethanie | Lien permanent

05 février 2016

Tariq Ramadan va demander à devenir français

Ce n'est pas une blague : en plein débat sur la déchéance de nationalité, l'islamologue suisse d'origine égyptienne, proche malgré ses dénégations des Frères musulmans fondés par son grand-père, va demander la nationalité française. Il l'annonce solennellement sur sa page Facebook dont voici une capture d'écran :

Capture d’écran (7)

Tariq Ramadan, dont on chuchote que ses diplômes universitaires ont été obtenus de façon peu protocolaire, et dont l'honnêteté intellectuelle est sérieusement mise en cause par ses pairs universitaires, va donc devenir Français, puisque d'après lui, c'est un "droit".

Obtenir la nationalité française, devenir bi-national, et se faire déchoir dans la foulée pour proximité avec le terrorisme islamique... Non, ne rêvons pas, ça n'arrivera jamais.

Posté le 5 février 2016 à 15h16 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (21)

Quelles manifestations contre l'invasion migratoire sont autorisées les 6 et 7 février ?

1021439303Alors que les manifestations et violences des "borders" d'extrême gauche n'ont gêné personne à Calais (photo ci-contre), qu'en est-il des manifestations contre l'immigration clandestine prévues en France les 6 et 7 février à l'appel de Pediga ? Riposte laïque fait le point :

"Nous apprenons, par un coup de téléphone de François Jay, responsable local du Siel et organisateur du rassemblement bordelais du 6 février, que l’initiative est autorisée. Rappelons qu’elle se tiendra, en solidarité avec les femmes allemandes agressées et violées dans la nuit du 31 décembre, devant le consulat d’Allemagne, 377 boulevard du président Wilson, à Bordeaux.

Nous en sommes donc, en province, à la situation suivante : pour le moment, deux rassemblements sont autorisés par les préfets, ceux de Montpellier et Bordeaux. Deux ont été interdits, ceux de Saint-Brieuc et Calais (...)

Pour le rassemblement de Saint-Brieuc, organisé par Résistance républicaine, Maître Pichon, a plaidé, à 14 heures, à Rennes, un référé liberté, dont le résultat sera connu demain matin, à 10 heures. Selon notre avocat, sans tomber dans un optimisme excessif, l’audience s’est fort bien déroulée, le président n’ayant pas vu, dans les arguments avancés par les organisations bretonnes qui demandaient l’interdiction, ni dans ceux du préfet Lambert, des faits pouvant prouver des risques de troubles à l’ordre public venus des organisateurs.

10310657_1533418300245878_4694306208777978836_nMais tous les médias paraissent avoir braqué leurs projecteurs sur Calais. L’annonce de l’interdiction, par le ministre de l’Intérieur Cazeneuve en personne, suite à la demande du maire de Calais, Natacha Bouchart, ne paraît pas avoir découragé les manifestants. Dans une interview accordée ce matin à Riposte Laïque, Loic Perdriel, président de Pegida France, annonçait son intention de maintenir le rassemblement, quoi qu’il arrive. Et, information très importante, le général Piquemal, dans un communiqué envoyé cet après-midi, annonçait sa présence à ce rassemblement, et appelait tous les Calaisiens, et plus largement les Patriotes, à rejoindre cette démonstration qui se veut pacifique.

A Rungis, rien de nouveau, le rassemblement se tiendra bien le dimanche 7 février, de 10 heures à 17 heures, Espace Jean Monnet, 47, rue des Solets. Y interviendront notamment le Général Martinez, Karim Ouchikh, président du Siel et conseiller régional, Renaud Camus, écrivain, Simonne Héricourt, Calaisienne de toujours, Ghislaine Dumesnil, machiniste à la RATP et au total une douzaine d’intervenants."

Posté le 5 février 2016 à 14h25 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Encore un coup de canif dans la distinction artificielle entre islam et islamisme

On apprend par l'Observatoire de l'islamisation que la Grande Mosquée de Paris renforce son partenariat avec les ultra-radicaux de l’UOIF :

Ramadan-lasfar-boubakeurTariq Ramadan (petit-fils du fondateur des Frères musulmans), Amar Lasfar (président de l'UOIF) et Dalil Boubakeur (recteur de la Grande Mosquée de Paris)

"Le rapprochement entre les Frères Musulmans de l’UOIF (300 mosquées) et la fédération algérienne de Dalil Boubakeur (700 mosquées) va encore se poursuivre lors d’un “congrès national des musulmans” qui aura lieu en mars, après un colloque parisien en février. Le président de la Grande Mosquée de Paris est un habitué des congrès de l’UOIF où sont invités des “savants” qui prescrivent le meurtre des apostats, homosexuels, juifs et qui veulent conquérir l’Europe. Voir notre reportage au congrès 2014 où de nombreux livres ordonnant le jihâd offensif étaient en tête de gondole. 

Nous observons de près les convergences entre ces deux organisations depuis le milieu des années 2000.

Dans un entretien avec le site islamiste Oumma.com en juillet 2012, Dalil Boubakeur  prit la défense de l’UOIF quand six de ses conférenciers, des cheikhs saoudiens et égyptiens, furent interdits de séjour pour de nombreux appels au meurtre :

“Oumma.com: Faut-il comprendre que vous allez vous rapprocher de l’UOIF ?

D. Boubakeur: Je me rapproche de ceux qui travaillent. Le fait que l’UOIF a été la première composante à quitter le CFCM, à exprimer son désaccord, pour d’autres raisons que les nôtres, nous rapproche indéniablement. L’UOIF compte des cheikhs internationaux en son sein, je ne jette pas la pierre comme cela a été fait durant le congrès du Bourget, même si cela fait peur à une certaine presse ou à la classe politique, je n’ai rien vu d’illégal à cela.(…) L’UOIF est composé de musulmans très rigoureux pour lesquels j’éprouve respect et fraternité”. [...]

– Un journaliste pose la question : « mais il en reste des divergences ? »

– Boubakeur : « heu écoutez, des divergences non, nous avons été très francs, vous savez on a jamais caché nos divergences quand il y en a eu nous l’avons dit à un moment donné pour la constitution du CFCM, nous n’avons pas été tout à fait d’accord, et pendant le parcours de la consultation forcément il y a eut des moments mais là récemment avec la fondation nous avons vu que nos convergences sont vraiment trop fortes , sont vraiment importantes, donc nous allons inch’Allah aujourd’hui poser la pierre à partir de laquelle nous allons construire la confiance et le dialogue qui nous manquait vraiment […]  Nos différences de visions ne doivent pas nous diviser, car nos objectifs sont tous convergents, seules nos méthodes peuvent différer. »

Dans son Guide de l’étudiant pour apprentis imâms, la Grande Mosquée de Paris cite en référence bibliographique le cheikh Yusuf al Qaradawi proche du Hamas et pro hitlérien (“la Shoa est un châtiment divin“). Voilà l’islam “modéré” que nous vendent les responsables politiques et les éditorialistes.

Il est temps de fermer administrativement les mosquées de ces deux fédérations et de raccompagner poliment dans leurs pays leurs imâms étrangers."

Posté le 5 février 2016 à 14h07 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (11)

04 février 2016

L'imâm de Montpellier apparait dans une vidéo du Front Al Nosra qui apprécie ses prêches

De l'Observatoire de l'islamisation :

"Ce que j’ai déploré le plus, ce sont ces imams qui ont brandi des pancartes Charlie, qui ont dit Je suis Charlie”, entend-on dans la vidéo de propagande de ce mois de février de l’Etat Islamique. On reconnait la voix de l’imâm Khattabi de la mosquée Aisha de Montpellier, avant de le voir vraiment, disant en référence aux attentats, de manière moins explicite : “rien ne sera jamais comme avant”. 

Brièvement assigné à résidence jusqu’en décembre 2015, l’imâm de la mosquée du quartier de la Paillade s’est fait remarqué pour ses prêches où il soutient les moudjahidines (combattants d’Allah): «Ô Allah (…) soutiens Tes serviteurs, les moudjahidins (combattants de la foi qui s’engagent dans le djihad, NDLR) partout, ô Seigneur de l’Humanité!». (prêche du 13 novembre 2015) et dans un prêche  de janvier dernier « [Le Coran] est notre hymne, notre identité. On a dit que le Coran est notre constitution». Propos qui ne sont pas étonnant de la part de cet imâm qui affiche le symbole des Frères Musulmans sur sa chaîne Youtube. [...]"

Posté le 4 février 2016 à 22h29 par Michel Janva | Lien permanent

02 février 2016

Islam : les radicalisés ne l'ont pas été tout seul sur internet

Capture d’écran 2016-02-02 à 21.52.47Contrairement à une idée reçue, les musulmans radicaux ne basculent quasiment jamais en pianotant seuls sur leur ordinateur. Le déclencheur est dans 95 % des cas lié à un contact humain, selon l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste.

Il y aurait 8250 individus radicalisés identifiés en France. Et puis il y a ceux qui n'ont pas encore été identifiés.

Posté le 2 février 2016 à 21h53 par Michel Janva | Lien permanent

Plus c'est gros, plus ça passe... (Add.)

Dans une tribune intitulée "La France sans les musulmans ne serait pas la France", Abdelkader Abderrahmane sert aux lecteurs du Monde une soupe insipide d'idées convenues et politiquement correctes. Voici l'extrait le plus hallucinant :

"Alors que l’Europe médiévale était entourée de superstition, de fanatisme, de fatalisme, et d’autres irrationalités, le monde arabo-musulman, sous l’impulsion des dynasties Omeyyade et Abbasside, représentait au contraire la bayt al hikma, ou la « maison de la sagesse et du savoir ». Et c’est ce savoir qui a permis aux Européens de sortir des ténèbres de l’ignorance dans laquelle ils étaient plongés, débouchant ainsi sur la Renaissance et les Lumières."

Il faut relire en toute urgence "Pour en finir avec le Moyen Age" de Régine Pernoud et "Historiquement correct. Pour en finir avec le passé unique" de Jean Sévilla...

Addendum :  En 2011, Abdelkader Abderrahmane soutenait les islamistes :

"Il est donc particulièrement difficile de voir un quelconque danger dans leurs propos et position (...) Les Islamistes sont destinés à jouer un rôle politique actif dans cette phase de transition démocratique des pays arabes. Respectons enfin le résultat des urnes (...) Et faisons confiance à la clairvoyance des Islamistes arabes (...) Ils méritent amplement une chance de démontrer qu’ils peuvent, dans un système électoral pluriel et démocratique, être, eux aussi, compétents dans la gestion de leurs pays. Il est urgent de laisser aux Islamistes la possibilité de diriger et de s’affronter aux réalités et logiques politico-économiques séculières de la gouvernance d’un Etat."

On attend avec impatience de savoir s'il condamne l'Etat islamique ou s'il le considère comme une nouvelle "maison de la sagesse et du savoir"...

Posté le 2 février 2016 à 06h57 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (25)

01 février 2016

La "chape de plomb de toutes les religions" selon Boistard

5261333_detourage-de-la-dame-avec-son-bureua-svp-merci-new_545x460_autocrop"Les droits des femmes ont toujours été une lutte contre une chape de plomb de toutes les religions", a osé dire dimanche Pascale Boistard, secrétaire d'État aux Droits des femmes, alors qu'elle pointait du doigt la "chape de plomb" qui étouffe les filles dans "certains" quartiers populaires, suivez mon regard mais surtout ne prononcez pas le mot. Un de nos lecteurs s'insurge contre cet effarant amalgame :

"La sphère religieuse selon Boistard, ne tourne pas rond…

Lorsque l’on souhaite guérir d’un mal, il convient d’abord de l’identifier, le nommer correctement, bref d’appeler « un chat, un chat » comme le dit un dicton populaire.

Les récentes déclarations de la Secrétaire d’Etat aux droits de la femme, Pascale Boistard, résume bien cette politique permanente de l’autruche, cette culture du non-dit et de la bien pensance.

En effet, cette éminente sous-ministre a estimé ce dimanche 31 janvier sur France Inter, que la «sphère religieuse» s'était «emparée de l'espace public» dans certains quartiers défavorisés, imposant une «chape de plomb» aux filles et qu’ « aujourd'hui, être une fille dans certaines zones du territoire, c'est compliqué».

Pourquoi ne pas dire tout simplement qu’il s’agit de la sphère musulmane et ses appendices islamistes, puisqu’il s’agit bien de cela en l’occurrence ? Relève-t-elle un problème avec les chrétiens, les juifs, les bouddhistes ou toute autre confession, pour ainsi généraliser son propos ? Pascale Boistard aurait pu s’appliquer à elle-même cette ritournelle « Pas d’amalgame ! » que récitait en chœur la chose politique après les tragiques évènements de novembre.

Avec cette lâcheté ordinaire qui contamine nos hommes politiques arrivés au faîte du pouvoir, rien ne semble atteindre nos ministres dans le confort intellectuel (et matériel) du politiquement correct et de leur aveuglement idéologique, pas même le spectre des actes terroristes de 2015.

JLB"

Posté le 1 février 2016 à 22h07 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (11)

"Chaque année 7 000 français de souche se convertissent à l’islam"

Je croyais que les Français de souche n'existaient pas. Peut-être que si, dès lors qu'il se convertissent à l'Islam ? Voici ce que propose l'Université de Strasbourg le 4 février :

"L’équipe « Droits et religions » de l’unité mixte de recherche DRES vous informe de la projection du film Des musulmans pas très catholiques dans le cadre du cycle Les toiles de la laïcité.

Synopsis

Chaque année 7 000 français de souche se convertissent à l’islam. Parmi ces convertis, des sportifs de haut niveau, des artistes reconnus, des philosophes, des officiers, des chefs d'entreprise, des ingénieurs, des universitaires, des chômeurs… et beaucoup de jeunes des cités en recherche de repères. À cheval entre deux cultures, ces convertis préfigurent ce que sera l’islam de France, dans quelques années.

A l’occasion de cette projection vous pourrez débattre avec :

Gérard Gonzalez - Professeur à l'Université de Montpellier et membre de l'Institut de droit européen des droits de l'Homme (IDEDH)."

Posté le 1 février 2016 à 11h50 par Michel Janva | Lien permanent

31 janvier 2016

Congrès de l'UOIF à Lille le 7 février avec des soutiens de l'Etat islamique

Laurence Marchand-Taillade, présidente de l'Observatoire de la Laïcité du Val d'Oise, dénonce dans le Figarovox la manifestation musulmane qui se tiendra au Grand Palais de Lille dimanche 7 février:

"L'UOIF - Union des organisations islamiques de France, forte de plus de 250 associations et d'une soixantaine de grandes mosquées - est la très officielle fédération des Frères musulmans en France. Et la tendance qui s'affirme en son sein n'est pas à une réforme en phase avec les valeurs de notre République, mais affiche au contraire le courant le plus belliqueux de cette idéologie. La dangerosité que représente cette «institution» pour la liberté d'expression et la laïcité n'est plus à démontrer. Ses responsables et les associations et personnalités associées sont connus des experts de l'islam politique en France.

Derrière une vitrine proprette, l'UOIF associe systématiquement le racisme et ce qu'elle appelle l'«islamophobie», cherchant à faire reconnaître cette dernière comme un délit, afin d'interdire toute critique de l'islam. Ce ne serait pas si grave si, derrière ce discours anodin en apparence, ne se cachaient des approches bien plus politiques, dont l'objectif est d'atteindre la domination de notre État et sa soumission au néo-califat et à la loi islamique dont rêvent les «Frères» (Isabelle Kersimon dans Le Point du jeudi 21 janvier). [...]

Les invités sont des personnalités à la réputation sulfureuse, mais plus fins et meilleurs stratèges que ceux que j'avais dénoncés lors du Salon musulman de Pontoise en septembre 2015. Pour la plupart, ils ont appelé au djihadisme en Syrie, dénoncent la coalition arabo-occidentale contre l'État islamique et ont une admiration démesurée pour le Hamas.

Par exemple, Mohamad Ratib Al-Nabulsi, Frère musulman homophobe, pro-charia, pro-Hamas déclare, dans l'un de ses écrits qu'il faut «tuer l'apostat» ou encore qu'«il n'est pas permis (…) de participer à la guerre contre l'Etat islamique. Il est une obligation religieuse: tout musulman doit se démarquer de cette guerre et s'y opposer par tout moyen». Abouzaïd Almoqri el-Idrissi est, lui, connu pour son antisémitisme totalement assumé, sous couvert d'un antoinisme de façade: «La normalisation des relations avec Israël est un génocide civilisationnel». Le saoudien Abdellah Sana'an, quant à lui imam à Médine, est signataire d'un appel au djihad en Syrie. Quant à Tariq Ramadan, qu'il est nul besoin de présenter, il fait lui aussi partie de l'affiche. [...]"

Posté le 31 janvier 2016 à 19h11 par Michel Janva | Lien permanent

Barakacity : Najat Belkacem a-t-elle menti ?

Marianne revient sur cette affaire pitoyable et sur la défense adoptée par le ministre :

7640-100239884"La ministre de l’Education a-t-elle été prise au piège d’une “mise en scène” sur le plateau du “Supplément” la semaine dernière ? C’est la défense adoptée par Najat Vallaud-Belkacem, après que le minimalisme de sa réaction face aux propos inacceptables tenus devant elle par le dirigeant d’une association islamiste, Idriss Sihamedi, a été pointé, notamment par Marianne.

Alors qu’Idriss Sihamedi, tout en se revendiquant comme un “musulman normal”, avait affirmé “Je ne serre pas la main aux femmes" et s'était montré bien en peine de condamner les exactions de l’Etat islamique en Syrie (où son association Barakacity intervient), la ministre avait été invitée à réagir. Après avoir décliné dans un premier temps, elle avait simplement déclaré : “Je crois que c'est une association qui porte une façon de voir les choses qui n'est pas la mienne, à laquelle je ne souscris pas et qui me met aussi mal à l'aise, honnêtement, sur votre plateau, et donc je n'ajouterai rien.

Devant la polémique, , avant de se défendre à nouveau mardi à l’Assemblée, en ces termes : “Ma règle est simple : on ne débat pas contre les ennemis de la République, on les combat (...) Mon combat est total, il exclut tout dialogue artificiel et toute mise en scène, je regrette qu’on lui ait offert une tribune. “Mise en scène” : l’accusation à l’endroit de l’émission est directe.

Une semaine après la fameuse séquence, “Le Supplément” de ce dimanche 31 janvier a donc souhaité répondre à la ministre, en réfutant toute mise en scène :

“Pour la ministre nous avons voulu faire du buzz et la piéger avec une mise en scène en invitant un homme dont elle ignorait tout. Pourtant, 24 heures avant l’enregistrement, nous avons averti Najat-Vallaud-Belkacem par écrit du contenu de l’émission. D'ailleurs, selon nos informations, un conseiller de son cabinet a été chargé de faire des recherches sur cette association… Elle sait donc qu’Idriss Sihamedi sera présent et qu’un reportage sera consacré au jeune humanitaire Moussa et à l’ONG qui l’emploie, Barakacity”.

Contrairement à ce qu'elle a pu laisser entendre, Najat Vallaud-Belkacem n'a donc pas été prise de court… [...]"

Posté le 31 janvier 2016 à 18h59 par Michel Janva | Lien permanent

Mohamed Merah n'est pas un terroriste selon Eric Woerth

Eric Woerth veut à tout prix sauver le soldat Sarkozy. Il lui a déjà emboîté le pas en reniant lui aussi lâchement son engagement sur la loi Taubira, il veut désormais défendre le mythe d'une France sûre et sans attentat terroriste durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy :

"Il n’y a pas eu d’attentats terroristes sous Sarkozy. Le niveau de sécurité sous Sarkozy n’a jamais été aussi élevé"

Et concernant Mohamed Merah, suite à une question de Florian Philippot, Eric Woerth répond :

"C’est pas un attentat, c’est le crime d’un furieux. C’est pas Daesh, c’est pas un réseau international.Il a été arrêté"

En mars 2012, Mohamed Merah avait perpétré plusieurs attentats à Toulouse et Montauban au nom de l’islam radical, tuant sept personnes (trois militaires ainsi qu’un professeur et trois enfants d’une école juive) avant d’être tué alors qu’il était retranché à son domicile.

Dans un tweet, Albert Chennouf-Meyer, père d'une des victimes, a protesté contre cette vision politicienne : 

"Votre stratégie à nier l'attentat de 2012 à Toulouse pour nettoyer votre bilan est absurde"

Posté le 31 janvier 2016 à 07h52 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (18)

28 janvier 2016

L'islamisation de la RATP

Ghislaine Dumesnil a travaillé 16 ans à la RATP. Dans un témoignage poignant, elle raconte comment son entreprise a évolué au gré des « plans banlieues » et de l’arrivée d’employés islamistes. Brimades sexistes, refus de prendre un bus derrière les femmes… son quotidien l’a poussé à quitter la RATP … et la région parisienne. Elle répond à TV Libertés :

Posté le 28 janvier 2016 à 07h37 par Michel Janva | Lien permanent

27 janvier 2016

Rape me ! En France, c’est tous les jours le Nouvel An

Polémia publiait le texte qui suit, signé "Ulysse, intellectuel et dissident", qui revient sur les viols par des migrants en Allemagne. Un texte bien écrit et vigoureux, qui va droit aux conclusions qui s'imposent (extraits) :

[...]"Les hommes lucides le savent : ce qui s’est produit à Cologne n’a en soi rien d’inédit. Et c’est pourquoi les tentatives, même bien intentionnées, d’introduire des néologismes ou des périphrases (le « terrorisme sexuel », de Valérie Boyer, le « djihad des ventres » et autres balivernes ineptes) pour le qualifier est d’un consommé ridicule. La possession sexuelle des femmes de l’ennemi est, depuis la nuit des temps, le signe littéral de la domination d’un groupe sur un autre et représente le crime de guerre le plus trivialement commun. [...] Ces fameux « migrants-réfugiés » qui sont « Welcome » ne sont donc rien d’autre que les soldats d’une armée informelle qui a pris possession de l’Europe et qui le fait savoir en jouant le jeu sadique de la domination par l’abusus : je possède ce que je peux aliéner, salir, souiller ou détruire. Ce sont des conquérants qui jouent aux misérables, utilisant ainsi le levier que leur tendent complaisamment les progressistes humanitaristes suicidaires qui nous servent de dirigeants.

Leur « astuce » est à vrai dire aussi minable que les conditions qui en rendent possible l’emploi et que ces traîtres à l’Europe favorisent : faire de l’étranger la figure mystique de l’Autre, ineffable, intouchable, inattaquable, pourvu qu’il ait son laisser-passer : la peau sombre des damnés de la Terre, injustement exploités par l’Occident et ses teints pâles dominateurs. La xénolâtrie idéologique de nos dirigeants est la converse de la xénophobie totale des soldats de cette armée sans nom. Ces conquérants jouent de leur origine pour s’instituer en misérables de nature tandis que leurs hôtes, racistes parfaits, les ont toujours et déjà (dé)considérés comme des victimes par essence…

De ce point de vue, Cologne n’est que le symptôme d’un processus de conquête contre-coloniale dont la seule originalité réside en le fait que ce sont les envahis qui donnent à leurs envahisseurs les moyens moraux et physiques de les posséder.[...]

Nous vivons donc un remake monstrueux et démentiel de l’Iliade où ce sont les Troyens qui fabriquent pour les Grecs le Cheval qui va servir à les envahir… [...]

L’esprit et la race – le sens et le sang

Par contre, une dimension qu’il ne faut pas omettre et que même les hommes de bonne volonté répugnent à décrire concerne les implications spirituelles et raciales de cette guerre. Ces conquérants veulent prendre possession de l’Europe, c’est un fait, et le viol est une arme de soumission. Mais il n’est pas dans ce cas précis l’outil contingent d’une conquête qui viserait comme sa fin la possession de richesses ou de biens qui feraient défaut par ailleurs. Nos Migrants-Welcome n’ont que faire des Iphone 6, des écrans plats, du crétinisme hanounesque et des divertissements d’Endemol ; ils sont bien contents de transporter partout leur mode de vie, leurs pratiques et coutumes, et de surtout n’y jamais rien changer. En majorité musulmans, ils drainent avec eux une spiritualité apophatique et fataliste grotesque qui tient en deux énoncés qui constituent simultanément le début et la fin de leur « art » de vivre :

1-« On ne peut rien dire de Dieu si ce n’est qu’il est Grand. » et

2-« Dieu l’a voulu. »

Castration de l’esprit, première étape ; négation de la liberté, deuxième étape et Terminus. Tout le monde descend. L’esclavage en chantant.

En face, la religion du techno-humain européen tient, elle aussi, en deux énoncés :

1-« Dieu est une affaire de croyances personnelles. » et

2-« Parce que je le vaux bien. »

Négation de la transcendance, première étape ; idolâtrie de l’immanence et de la subjectivité individuelle, deuxième étape et Terminus. Tout le monde descend aussi : rendez-vous à la gare de Cologne pour une grande fête où l’on échangera nos points de vue.

Ce combat entre obscurantismes fait s’affronter deux idéologies qui ont pour caractéristique de nier chacune la personne humaine dans sa dignité ineffable. Elles combattent de conserve la liberté humaine parce que, pour les uns, l’homme n’est que la marionnette servile d’un Ciel dominateur, et que, pour les autres, il n’est que l’effet statistique et mécanique d’un hasard insignifiant. Le résultat est cependant le même : quand on a enlevé à l’homme sa dignité de personne morale et qu’on a coupé sa racine céleste, ce qui reste, c’est un corps. Du sang. Une couleur de peau. C’est la raison pour laquelle ce conflit des nihilismes auquel nous assistons se traduit de facto par une guerre qui est raciale.

Voilà pourquoi ce que visent en priorité nos gentils « Migrants-Welcome », c’est la femme blanche européenne. Elle n’est pas un butin, mais un but. Pas un trésor de guerre, mais un objectif de guerre. L’avilir (domination) n’a pour seule fin à terme que de briser sa résistance pour pouvoir l’ensemencer (génération). Que par elle advienne ce qui sera devenu leur descendance qui fera grossir l’Oumma. La « sale babtou », il faudra bien qu’elle devienne « leur cousine » purifiée, et si elle finit par se convertir elle rejoindra le grand harem des victimes consentantes. Ici, on ne peut pas ne pas corréler cette entreprise littérale d’identification avec les programmes de stérilisation de masse que l’Europe s’applique à elle-même : découragement systématique de la natalité autochtone, politique institutionnelle d’avortement, culture pornographique de la stérilité, mépris social de la fécondité (une femme qui a plus de cinq enfants est nécessairement une catholique folle)… Et on ne peut pas non plus ne pas corréler cette guerre avec l’entreprise permanente de subversion du message chrétien qui seul, pourtant, constitue la réponse valable à ces deux obscurantismes. Il est la seule réponse parce qu’il pose le caractère inaliénable de la dignité de la personne en la fondant, non pas sur elle-même de manière insensée et auto-lâtre, mais sur la Miséricorde d’un Dieu qui, en s’incarnant, a permis à la relativité de sa créature de ne pas succomber à sa propre contradiction interne. Bref, pour se sauver vraiment d’un homme athée qui se prend pour Dieu alors que par lui-même il ne vaut rien, et d’un homme fanatique qui au nom de Dieu affirme que l’homme ne vaut rien, il faut un Dieu fait homme…[...]

Ce qui s’est produit à Cologne s’est D’ABORD produit en France. Ce qui s’est produit à Cologne a D’ABORD eu lieu partout sur notre territoire, s’est déjà accompli devant nos gares et dans nos gares, dans nos trains, dans nos écoles, dans nos bus, dans nos boîtes de nuit, dans nos rues. Les viols systématiques de Françaises par des immigrés, des clandestins, des descendants d’immigrés qui ne cachent jamais leur haine de la France, tout cela se poursuit et a déjà eu lieu ici. Et si l’Allemagne, dans ses réactions aux crimes de guerre dont elle a été victime, nous a semblé bien « tiède », il nous faut sérieusement songer au fait que nous, en réalité, avons intériorisé l’idée de la défaite comme une donnée normale et acceptable de notre mode de vie. [...] Et la France, déjà aliénée, s’inquiéterait du sort d’une Allemagne qui découvre les horreurs de la conquête ? Cela n’a aucun sens. Si effectivement les chiffres ne mentent pas et que l’Allemagne a bien connu un afflux d’un million de « rapefugees » en un an, il faut se dire que c’est à peine ce que reçoit la France en quatre ans, et ce, depuis trois décennies.[...]

En France, c’est le Nouvel An tous les jours.

Rape me est la bande-son qui accompagne tous les mouvements migratoires qui détruisent notre pays depuis au moins trente ans. Il est plus que temps que l’on déclare la fête finie et que d’un élan conjoint l’on chasse ces envahisseurs malfaisants et en priorité leurs complices : ces techno-humains suicidés qui se croient tout-puissants de se regarder mourir, comme un candauliste pervers se sent honoré de voir, sous ses yeux, sa femme violée par des inconnus.

Ulysse
16/01/2016

P.S. : Je ne te cache pas, Compagnon d’Odyssée, que je n’ai pratiquement aucun espoir en un renversement qui passerait par la voie électorale. Le Système représentatif français est pourri jusqu’à l’os. Il faudra bien, Compagnon, en attendant mieux, que tu protèges toi-même ta sœur, ta fille, ta femme, et surtout que tu pries le Ciel pour qu’il te donne ce que personne ne désire mais qu’il te faut apprendre à vouloir et pratiquer, pour un Bien dont tu ne verras malheureusement sans doute jamais de tes yeux l’assomption : la violence."

Posté le 27 janvier 2016 à 15h35 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (9)

26 janvier 2016

Pegida appelle à des manifestations anti-islamisation le 6 février dans 14 pays

Des manifestations auront lieu le 6 février dans 14 pays d’Europe à l’initiative du mouvement Pegida, a annoncé sa responsable, Tatjana Festerling, à l’issue d’une réunion avec des représentants de plusieurs groupes, samedi près de Prague. Les manifestations auront lieu notamment en Allemagne, en Estonie, en Finlande, en Pologne, en République tchèque, en Slovaquie et en Suisse, afin e lutter contre l’islamisation de l’Europe.

En France, le SIEL prévoit de manifester :

Affiche-bordeaux-6fevrier-2

Posté le 26 janvier 2016 à 08h13 par Michel Janva | Lien permanent

Avignon : de la Cité des Papes à la Cité des Salafistes

Avec Paris Match, le poids des mots... :

CZoF902WEAARL0R

Posté le 26 janvier 2016 à 07h41 par Michel Janva | Lien permanent

Pour lutter contre la radicalisation, le gouvernement fait appel à... l'UOIF

Autant demander à un pyromane d'éteindre l'incendie. Le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner, explique à Libération comment le gouvernement lutte contre la radicalisation :

Unknown-19"Aujourd’hui, notre enjeu, c’est la prévention. C’est pour cette raison que nous soutenons la création de centres de prévention de la radicalisation. L’un des premiers a ouvert ses portes à Bordeaux en lien avec le recteur Tareq Oubrou. Pour la première fois, la théologie devient un instrument de thérapie pour dire aux jeunes qui s’égarent qu’ils se trompent dans leur manière de lire et pratiquer leur religion. C’est l’antidote pour contrer le poison. Vous savez, la radicalisation se base beaucoup sur l’ignorance. Lutter contre l’ignorance, cela passe par l’éducation mais aussi la culture de l’engagement. C’est ce que nous voulons développer à tous les âges de la vie."

Tareq Oubrou est cet imam de Bordeaux, spécialiste de la Taqqiya (dissimulation), présenté comme modéré, alors qu'il est membre de l'UOIF, c'est-à-dire des Frères Musulmans, et du Conseil européen de la fatwa. En février 2015, il prônait l'instauration du califat.

Patrick Kanner déclare aussi que l'"on a peut-être sous-estimé l’ampleur du phénomène." C'est le moins qu'on puisse dire. C'est la politique des grands frères : on laisse les musulmans contrôler cette "radicalisation" :

"On a rétabli les crédits des secteurs associatifs supprimés à l’époque de Nicolas Sarkozy à la hauteur de 100 millions d’euros. Aujourd’hui, il y a notamment 7 000 associations dans les quartiers prioritaires. On a remis des adultes dans ces quartiers en créant des postes d’adultes-relais (4 200 aujourd’hui) et d’éducateurs sportifs (400 supplémentaires), c’est une de nos réponses. [...] Oui, aujourd’hui, les clubs sportifs et associations peuvent être des endroits de prosélytisme. On a reçu des signalements et pour moi, c’est une grande inquiétude. Le monde du sport n’est pas exonéré. Attention, ce n’est pas parce qu’un sportif porte une barbe qu’il est radicalisé. Mais on ne peut pas accepter qu’un joueur fasse sa prière à la mi-temps. [...]"

Posté le 26 janvier 2016 à 07h39 par Michel Janva | Lien permanent

25 janvier 2016

Un parachutiste français agressé, mais padamalgam

Les faits sont lourds mais tus, évoqués seulement dans la presse locale :

"Un parachutiste du 3e RPIMa de Carcassonne a déposé plainte au commissariat jeudi, après avoir été victime d’une agression au cri d’Allah Akbar, quelques heures auparavant (...) Une agression lors de laquelle le suspect aurait déclaré : « C’est vous les prochains, les gars du 3e RPIMa, on va vous faire ce que l’on a fait à Charlie Hebdo, Allah Akbar. On baise vos mères.»
Des menaces prises très au sérieux par le parquet de Carcassonne qui, pour l’heure, a décidé de confier l’enquête aux policiers carcassonnais".

Ce n'est pas la première fois que la Cité connaît ce genre d'agressions.

Posté le 25 janvier 2016 à 22h51 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (9)

L'Etat islamique à l'assaut de l'Europe par la guerilla moderne

Imprévisible, inaccessible et insaisissable, l'Etat islamique manœuvre à sa guise et se joue de toutes les règles de vigilance européennes et s’apprête à refrapper sur le vieux continent et spécialement en France. C'est ce qui ressort d'un rapport d'experts : 

""Les experts nationaux sont d'accord sur le fait que le soi-disant Etat islamique a la volonté et la capacité de conduire de nouvelles attaques en Europe", a souligné Rob Wainwright. "Les attaques viseront en priorité les cibles molles (la société civile: NDLR), en raison de l'impact que cela génère", précise ce rapport qui décrit "un changement de stratégie de l'EI qui veut agir globalement".

Le rapport est le fruit d'un séminaire entre experts des 28 Etats membres de l'Union européenne organisé trois semaines après les attentats de Paris qui ont fait 130 morts le 13 novembre dernier. Il signale un "changement dans le mode opératoire" de l'organisation djihadiste implantée en Syrie et en Irak, désormais capable de réaliser "quand elle le souhaite", partout dans le monde, des "séries d'attaques complexes et bien coordonnées" grâce à des combattants locaux connaissant bien le terrain.

"Il semblerait que les commandants de l'EI ont une liberté tactique quand ils choisissent leurs cibles, afin d'adapter leurs projets à des circonstances locales spécifiques, ce qui rend encore plus difficile pour les forces de l'ordre la détection de tels projets et l'identification des personnes impliquées à un stade précoce", observe le rapport".

Posté le 25 janvier 2016 à 15h57 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (9)

La timidité de Belkacem face à un musulman refusant de condamner Daech

Un musulman "normal" (padamalgam oblige), dirigeant de l'association humanitaire islamique Barakacity, interrogé sur Canal+ en présence du ministre des valeurs républicaines de l'Education nationale, a déclaré refuser de serrer la main aux femmes ou de condamner l'État islamique.

Najat Vallaud-Belkacem, qui a assisté à la diffusion du reportage sur l'association et à la déclaration de Idriss Sihamedi, refuse de réagir dans un premier temps, avant de se reprendre :

"Plus exactement, si je devais vraiment réagir, je dirais simplement qu'il faut distinguer à mon avis deux choses : la situation de Moussa (l'humanitaire emprisonné au Bangladesh, ndlr), qui en sa qualité de ressortissant français a droit à une aide et une protection qui, si j'ai bien compris, lui est apportée par l'ambassade, et puis pour le reste je crois que c'est une association qui porte une façon de voir les choses qui n'est pas la mienne, à laquelle je ne souscris pas et qui me met aussi mal à l'aise, honnêtement, sur votre plateau, et donc je n'ajouterai rien".

Difficile de faire plus minimaliste, surtout pour un ministre, qui fut chargée des droits des femmes, et qui nous bassine avec l'égalité des sexes.

Posté le 25 janvier 2016 à 10h22 par Michel Janva | Lien permanent

22 janvier 2016

Persécution anti-chrétienne et assassinat dans le camp de Grande-Synthe

Daniel Hamiche relaie cette information (source), que les grands médias se garderont bien de diffuser. Ce n'est malheureusement une surprise pour personne ici car on pouvait s'attendre à ce que des réfugiés chrétiens se fassent assassiner dans les camps de migrants en France, étant donné ce qu'on sait qu'ils subissent en Allemagne :

"Notre frère Daniel O. nous rapporte de terribles nouvelles de la situation des migrants dans nord de la France. Les chrétiens iraniens subissent des persécutions de la part des réfugiés musulmans. Deux pasteurs nous font part des conditions suivantes, au travers de deux courriels récents. Voici le premier courriel, d’un premier pasteur : « Nous avons  fait, à la demande des migrants iraniens, une réunion spéciale cet après midi à l’Église. Ils étaient une vingtaine de jeunes hommes. Attentifs et ouverts, plusieurs ont répondu à l’appel et 3 d’entre eux souhaitent être baptisés en nous expliquant que ça n’était pas possible en Iran. Nous confirmons que les chrétiens sont malmenés sur le site de Grande-Synthe où la majorité des migrants est musulmane. Un jeune chrétien  a eu le nez cassé, un autre a reçu 2 coups de couteau, et un autre encore après avoir été maltraité est introuvable. On a juste retrouvé quelques unes de ses affaires. Qu’est il devenu ?  [Il a été retrouvé mort après l’envoi de ce mail ; il a été assassiné] […]

Voici le deuxième mail : « La situation des migrants chrétiens de Grande-Synthe est préoccupante et devient particulièrement critique. Nous avons dû prendre la décision, hier soir de loger une quinzaine d’entre eux, dans les locaux de l’Église. Car ils ont étés malmenés la nuit de lundi à mardi et plusieurs ont reçus des coups de couteaux… L’un d’eux a été tué la semaine passée aux abords du camp… Durant ces quinze derniers jours, plusieurs chrétiens de l’Église ont puisé sur leurs propres fonds pour les loger à l’hôtel ; mais cette solution ne peut être reconduite, (près de 800 € en moins de quinze jours ». C’est dans ce camp de Grande-Synthe (Dunkerque) que notre frère iranien a été assassiné pour sa foi. Je n’ai rien trouvé à ce sujet dans les médias. Ce sont des islamistes mafieux qui ont pris en otage le camp, négocient les passages en Angleterre et font même payer pour l’accès aux douches installées par la municipalité. Et dans ce camp on assassine en toute impunité les musulmans qui veulent bénéficier de la liberté de conscience et devenir chrétiens parce que, soi disant, le Coran l’interdit."

Posté le 22 janvier 2016 à 18h45 par Marie Bethanie | Lien permanent

Existe-t-il deux républiques en France ?

Yves Daoudal s'interroge :

"Le Conseil d’Etat a enjoint mardi le préfet du Var de se substituer au méchant maire de Fréjus, le FN David Rachline, pour autoriser l’ouverture de la mosquée de la ville.

Le préfet a donc pris un arrêté autorisant l’ouverture de la mosquée, « à titre provisoire ».

Mais, en novembre dernier, le procureur de la République de Draguignan a requis la démolition de la mosquée, et le jugement doit être rendu le 26 février.

Comment le Conseil d’Etat de la République peut-il décider le contraire de ce que demande le procureur de la République dans une procédure en cours ?

Il y a deux Républiques ? (la République musulmane du Conseil d’Etat et la République laïque de Draguignan ?)"

Posté le 22 janvier 2016 à 16h52 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

21 janvier 2016

«Islamophobie» : les chiffres du CCIF ne sont pas fiables

Dans le Figarovox, la journaliste Isabelle Kersimon remet en cause les chiffres avancés par le Collectif contre l'islamophobie en France :

"Les chiffres du CCIF ne sont absolument pas fiables: son rôle est d'alimenter le sentiment de persécution des musulmans par les non-musulmans et de faire entériner le concept d'islamophobie pour imposer l'interdit de «diffamer les religions, surtout l'islam», ainsi que de faire abroger les lois de 2004 et 2010 sur le voile «islamique» à l'école et le voile intégral. J'ai étudié l'ensemble de leurs statistiques entre fin 2003 et 2012. Leurs rapports annuels étaient alors disponibles sur leur site, constitués de listes totalement imprécises, avec des doublons et des triplets visiblement comptabilisés pour autant d'actes «islamophobes». J'ai donc fait des recherches poussées sur chaque doléance, en me basant sur les informations fournies par le CCIF et en parvenant le plus souvent à les recouper avec des informations parues dans la presse régionale ou nationale, à partir d'un nom, d'une ville, d'un lieu ou d'une simple date. Au-delà de ce relevé précis qui permettait dans un premier temps d'établir un acte unique pour trois mentions, par exemple, j'ai voulu connaître les suites données: enquêtes de police, puis jugements.

Il faut savoir que le CCIF comptabilisait à l'époque comme «actes islamophobes» des faits aussi divers qu'une question posée à une jeune femme voilée lors d'un entretien à l'ANPE, des règlements de compte crapuleux, des vols relevant du simple droit commun, des propos jugés insultants et, beaucoup plus graves, des expulsions de prédicateurs violemment antisémites et appelant au djihad contre les infidèles et l'Occident, voire en lien avec des entreprises terroristes.

Les relevés du CCIF ne sont plus disponibles sur leur site. En revanche, il a conservé sa spécificité: délivrer de fausses informations, amplifier des phénomènes, accumuler des faits invérifiables. [...]

Posté le 21 janvier 2016 à 08h18 par Michel Janva | Lien permanent

L’Europe va connaître des campagnes de terreur, et bientôt des foyers de guerre civile

Extrait d'un article du père Edouard-Marie Gallez, à propos des attentats, de l'islam et de l'immigration :

"[...] D’abord, le principe d’équité a été bafoué. On ne traite pas de la même façon un père de famille réfugié avec femme et enfants, et un célibataire qui s’est fait faire des faux papiers en Turquie pour se faire passer pour un Syrien – ce qui est un cas fréquent. La non-discrimination est un principe contraire à la justice quand il s’agit de s’accorder sur un projet d’avenir commun. L’absence de discrimination, c’est la caractéristique de la bombe atomique et de la mort : tout le monde meurt. Si chacun a droit à ses convictions personnelles, la société civile a le droit de demander aux demandeurs d’asile quelles sont leurs intentions par rapport à elle et de les traiter en conséquence. On admet que les sociétés privées sondent les intentions et actions passées des candidats à l’embauche (ce qui est l’exemple même de discriminations) ; pourquoi la société civile ne devrait-elle pas le faire ? Il ne s’agit pas de refouler, ce qui est illusoire, mais de prévoir différents types ou degrés d’accueil, selon les situations. Et dans des lieux différents.

Mais voilà : l’exercice d’une telle équité suppose des valeurs de référence, que la sphère politico-médiatique au pouvoir s’acharne à détruire depuis des décennies. Une autre cause de paralysie est le respect obséquieux qui y règne à l’égard de l’islam ; mais il n’est souvent que le reflet inversé de la haine de ces valeurs qui permettent à toute civilisation d’émerger et de se maintenir – et dont témoignent les diverses civilisations chrétiennes de l’histoire. Ajoutons-y le facteur de la corruption. Et voilà la société civile en péril. Elle fonctionne d’ailleurs de moins en moins.

Le flot des migrants était prévisible. Ce fut une aberration que de l’envoyer, sans aucun tri équitable au préalable, dans nos villes et bourgades comme si chacune d’entre elles avait la capacité de gérer un tel problème – les lois ne leur en donnent même pas les moyens. Nos gouvernants ont refusé d’organiser un accueil juste, humain et surtout équitable, impliquant des choix et des aiguillages. On ne laisse pas des réfugiés chrétiens au milieu d’hommes musulmans, et ceci vaut aussi pour les femmes et les filles qui subissent des violences sexuelles dans les centres de transit ou même d’accueil. Au reste, ce qui s’est passé à Cologne et dans d’autres villes allemandes la nuit de la Saint-Sylvestre reflète le quotidien de ces centres (mais les nouveaux immigrés ne furent pas les seuls impliqués). On peut y voir aussi un pendant des viols qui ont lieu en Suède depuis des années mais que les médias ont longtemps occulté, la Suède étant l’exemple même du pays qui a reçu des immigrés sans discernement ni engagements de leur part.

Il est possible d’avoir un accueil juste, humain et équitable. Mais aucun décideur ne s’attaquera jamais à ce problème s’il n’est pas soutenu. C’est ici que l’Eglise d’Occident endosse une grosse responsabilité face à la société civile.

L’éclairage de la société civile et le rêve « pluraliste »

Même si beaucoup d’ecclésiastiques ne le croient plus, les chrétiens sont la lumière du monde (Matthieu 5,14) : quel autre groupe humain pourrait l’être et se soucier du bien d’autrui ? Le G20 ? La grande finance ? La franc-maçonnerie ? Des multinationales ? Des sectes ? L’Arabie saoudite ? Il ne faut pas rêver.

Rêver est justement devenu un travers occidental – au sens de rêveries à la traîne des idéologies du moment. Oubliant que Notre Seigneur est le seul sauveur du monde (et qu’il doit venir encore dans la gloire pour le jugement de ce monde), même des chrétiens ont été séduits en nombre par ceux qui prétendaient apporter au monde un salut. [...] Enfin – et nous y sommes –, il y a la séduction des rêveries interreligieuses pour lesquelles la vérité est partout et multiforme, tous les phénomènes « religieux » étant déclarés bons en soi et l’important étant de croire en quelque chose. Ce type d’idéologie « mystique », qui, sous le nom de « pluralisme », relativise toute valeur et conforte donc l’argent comme valeur unique, correspond parfaitement aux grands intérêts financiers ; et, au sens de la formule de Karl Marx, son spiritualisme désincarné qui dit apporter la paix au monde grâce à la convergence « des religions » est effectivement un opium du peuple. [...]

La recherche de vérité est ce qu’il y a de plus urgent avec des musulmans – et il n’est même plus temps d’imaginer une « réforme » de l’Islam, d’ailleurs illusoire. Beaucoup se rendent bien compte que le paradis qu’on leur promet sur la terre depuis 14 siècles est toujours remis à demain et ressemble plutôt à un enfer (que l’on fuit vers l’Occident). Beaucoup comprennent aussi que la guerre faite au reste de l’humanité, selon l’expression du Président égyptien Sissi, doit avoir une autre explication que la supposée volonté divine. Est-ce ainsi que le monde pourrait être sauvé, s’il faut croire que ce dernier doive l’être comme le disent les chrétiens et les musulmans ? Telles sont les questions à aborder ensemble. À condition, côté chrétien, de connaître ce que Jésus et les Apôtres ont dit sur ces sujets, évidemment. Pour reprendre différentes paroles de Jésus lui-même, les islamistes espèrent que Satan ne sera pas toujours le « Prince de ce monde », lui qui est « le père du mensonge et de l’homicide ». Il est effectivement juste de croire que le monde sera un jour libéré de l’emprise du mal. Mais comment le sera-t-il ? Voilà le nœud. [...]

Sans dialogue urgent en vérité et axé sur le combat commun contre le Mal, les populations musulmanes seront laissées à elles-mêmes c’est-à-dire à la merci des pires endoctrinements et des groupes islamistes (tous plus ou moins manipulés par divers intérêts), et l’Europe va connaître des campagnes de terreur, et bientôt des foyers de guerre civile – comme on en voit dans d’autres parties du monde. 2016 est peut-être la dernière année (de Miséricorde) qui est donnée à l’Eglise institutionnelle qui est en Europe pour renouer avec une espérance fondée et jouer un rôle positif face à son propre délitement et à celui du continent. [...]"

Posté le 21 janvier 2016 à 07h14 par Michel Janva | Lien permanent

20 janvier 2016

Les catholiques ont trop été sur la défensive en raison de la mystique du levain dans la pâte

Interrogé par Ariane Lecointre-Cloix dans Famille chrétienne sur la jeunesse des islamistes qui partent en Syrie, Fabrice Hadjaj indique notamment le rôle des catholiques :

"Les catholiques de France ont trop été sur la défensive, et ils ont beaucoup pratiqué l’autocensure. Ce permanent profil bas vient, me semble-t-il, d’un côté, de la mystique du levain dans la pâte, qui aurait oublié la lampe qu’on ne doit pas mettre sous le boisseau ; de l’autre, d’une sorte de honte à l’égard d’un passé marqué par des échecs et des compromissions – ce qui ne nous fait que mieux entrer dans la compromission présente.

Je crois qu’il faut retrouver une certaine virilité dans l’annonce de l’Évangile. Le Christ est l’Agneau immolé, mais il est aussi le Lion de Juda. Le chrétien est le frère universel, mais il est aussi le bon soldat de Jésus (2 Tm 2, 3). Et saint Thomas d’Aquin rappelle que l’humilité doit nous conduire à la magnanimité, cette grandeur d’âme qui nous fait tendre vers les choses grandes et ardues, parce que c’est cela qui est digne d’un fils de Dieu."

Posté le 20 janvier 2016 à 17h55 par Michel Janva | Lien permanent

La terroriste Hasna Aït Boulahcen, coupable ou victime ?

On croit rêver :

"La famille d’Hasna Aït Boulahcen, la cousine d’Abdelhamid Abaaoud, décédée lors de l’assaut du Raid le 18 novembre dans un appartement à Saint-Denis, considère que la jeune femme, est une victime. Selon nos informations, l’avocat de la famille, Me Fabien Ndoumou a porté plainte le 13 janvier contre X."[...]

Bienvenue en France, où les bourreaux deviennent victimes.


?La famille d’Hasna Aït Boulahcen porte plainte... par ITELE 

Posté le 20 janvier 2016 à 09h53 par Marie Bethanie | Lien permanent

18 janvier 2016

Aymeric Chauprade : "L’islam ne fait pas partie des racines de la France"

Communiqué d'Aymeric Chauprade :

O-AYMERIC-CHAUPRADE-facebook"Depuis plusieurs jours se développe en France un débat sur le port de la kippa par nos compatriotes Français de confession juive. Ce débat fait directement suite à l’agression antisémite d’un professeur de confession juive, dans un lycée marseillais, par un lycéen se revendiquant de l’État islamique.

Allons-nous laisser les partisans de la loi islamique dicter notre agenda sous la menace des armes ? Allons-nous les laisser décider de l’organisation de notre propre société ?

Si les Français de confession juive étaient contraints, sous la pression des « machettes » et des « kalachnikovs », de ne plus porter la kippa, c’est que la France aurait capitulé et perdu la guerre face aux propagateurs de charia. Dans le contexte actuel, décider ne plus porter la kippa, ce n’est pas se conformer à une prétendue laïcité au nom de laquelle même le Front national demande à nos compatriotes juifs de s’effacer, c’est en réalité céder à cette islamisation de la société française, c’est accepter un statut de « dhimmi ».

Aujourd’hui la kippa, bientôt l’impôt de capitation pour les non-musulmans ? Devrons-nous aussi démonter les croix des églises et cesser d’entendre la magnifique musique de nos cloches ? Si nous ne réagissons pas, cette menace deviendra réalité.

Notre civilisation puisse ses racines dans le judéo-christianisme. L’islam ne fait pas partie des racines de la France. C’est une importation récente. Lorsque les Français chrétiens, juifs ou athées sont attaqués par ces partisans de la loi islamique religieuse, en raison de leur « visibilité confessionnelle », c’est notre civilisation qui est directement attaquée. Installés depuis toujours en France, les Français de confession juive font partie de longue histoire française et n’ont jamais posé aucun problème, eux !

Je propose l’inscription des racines judéo-chrétiennes de la France dans la Constitution et je refuse une prétendue laïcité qui mettrait sur le même plan croix, kippa et voile. La loi islamique ne tiendra pas notre agenda sociétal. J’appelle nos compatriotes éveillés à rejoindre Les Français libres dans ce combat pour la sauvegarde de notre civilisation judéo-chrétienne."

Par ailleurs, dans un entretien vidéo, Aymeric Chauprade explique son positionnement politique et dément les affirmations de Valeurs actuelles comme quoi il envisagerait de soutenir Nicolas Sarkozy ou François Fillon en 2017.

Posté le 18 janvier 2016 à 17h34 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (27)

15 janvier 2016

Les coupables sont les victimes

D'Ivan Rioufol :

Unknown"Qui sont les victimes ? "Les musulmans !", répond le discours humaniste. En commémoration de la manifestation du 11 janvier 2015, qui répondait à la nouvelle vague d’attentats islamistes contre la France, François Hollande s’est rendu à la grande mosquée de Paris pour y prendre le "thé de la fraternité". Un peu plus tôt, une église de Fontainebleau (Seine-et-Marne) avait été incendiée par un marginal. Lundi, un enseignant juif se faisait agresser à la machette, à Marseille, par un lycéen turc immédiatement qualifié de "déséquilibré" : un réflexe qu’impose la novlangue humanitariste dès qu’il s’agit de désigner ceux qui attaquent au nom d’Allah. En Allemagne, le déni des faits est identique : autorités et médias ont mis quatre jours avant d’admettre la responsabilité de "réfugiés", majoritairement nord-africains, dans les agressions sexuelles de centaines de femmes, le soir de la Saint-Sylvestre.

Les chrétiens d’Orient persécutés, dont le sort est autrement plus cruel que celui des habitants de Gaza, est également ignoré des indignés hémiplégiques qui réservent leurs épanchements aux Palestiniens. Les manifestations contre Israël sont légion. Mais il n’y en a eu aucune pour dénoncer la fureur de l’État islamique, protégé par des sunnites qui avalisent sa réhabilitation du califat. "Les musulmans payent le plus lourd tribut au terrorisme", font répéter les propagandistes de la "religion de paix et de tolérance". Le monde islamique a, en effet, ses conflits fratricides dont Istanbul vient d’être le théâtre. Cependant, c’est bien le salafisme qui veut conquérir l’Occident détesté. Pour autant, l’état de légitime défense de l’Europe a aussi ses négateurs. Pour le sociologue Raphaël Liogier (Libération,lundi), c’est elle qui est "fondamentaliste", à vouloir protéger sa civilisation…

La soumission à l’islam impérieux, qui ne goûte pas de demeurer longtemps minoritaire, se généralise dans le camp du Bien : il voit le musulman comme le damné de la terre, et la nation trop française comme un obstacle à son épanouissement."

Posté le 15 janvier 2016 à 07h09 par Michel Janva | Lien permanent

14 janvier 2016

La RATP à l'heure de l'allahicité

Ghislaine Dumesnil, conductrice de bus à la RATP, a écrit Mahomet au volant, la charia au tournant. Elle répond à Caroline Parmentier dans Présent. Extraits:

D"Depuis le début des années 2000, la RATP a mis en place le recrutement par discrimination positive imposé par le gouvernement. Les anciens machinistes qui partaient en retraite étaient remplacés, au moins pour moitié, par des « jeunes » des banlieues. Au milieu des années 2000, cette politique de recrutement s’est accélérée avec les nombreux départs et a commencé à montrer ses effets néfastes avec une présence de plus en plus forte de musulmans dans l’entreprise, comme la naissance de syndicats communautaires et la multiplication des pratiques religieuses.

Il s’agit vraiment au départ d’une volonté stratégique assumée de la RATP d’embaucher des « jeunes de cité » afin que les bus ne soient plus caillassés par leurs coreligionnaires musulmans ?

Les agressions venant essentiellement de ces « jeunes » des quartiers dits sensibles majoritairement issus de l’immigration arabo-musulmane, la volonté était de les embaucher pour, disaient-ils, les insérer socialement, les occuper et diminuer le nombre des agressions, pensant qu’ils respecteraient plus leurs coreligionnaires au volant des bus plutôt que les chauffeurs français de souche, accusés d’être des racistes car peu compréhensifs face à leurs agresseurs ! Il fallait, de plus, faire naître une affection naturelle en les deux populations développant et favorisant le « vivre ensemble » à l’extérieur comme à l’intérieur de l’entreprise. De surcroît, la direction souhaitait que les chauffeurs ressemblent à la clientèle desservie. Dans cette perspective, en 2002, la direction a été jusqu’à ouvrir l’embauche aux étrangers extra-européens. [...]

Dans votre livre, vous décrivez votre quotidien : le refus de vos collègues musulmans de serrer la main à une femme, de la regarder dans les yeux, de conduire un bus après qu’il ait été conduit par une femme. Mais aussi les « salamaleycoum » à la cantonade, les prières islamistes dans les bus ou dans les locaux de la RATP, les ablutions avant la prière dans les lavabos collectifs avec l’incroyable affaire des gobelets en plastique, le jeûne du ramadan qu’observent les conducteurs toute la journée en pleine chaleur et le danger qu’il constitue pour les passagers qu’ils conduisent, leur priorité à cette période pour les vacances, etc. En 2012, vous allez vous plaindre à votre responsable des ressources humaines, qui vous explique qu’il ne faudrait pas « réveiller les fachos » avec vos histoires. [...] En 2012, quand sort la vidéo présentant des témoignages de conductrices que vous tournez avec Riposte laïque, c’est l’enfer qui s’abat sur vous : brimades, intimidations, injustices, menaces. Et tout le monde vous lâche : vos responsables syndicaux, votre hiérarchie et vos collègues. Ils nient les faits ou du moins les minimisent. Pourquoi ?

Reconnaître les faits reviendrait à remettre en cause leur politique de recrutement et l’aveu de son échec total pour la direction. Par ailleurs, celle-ci multiplie les contrats avec les pays arabo-musulmans se montant à plusieurs millions d’euros, ses intérêts financiers passent avant les droits de l’homme et de la femme et avant la laïcité. De la même façon, les syndicats qui n’expliquent l’attitude de ces individus et leur radicalisation que par le social et le passé colonial d’une part, qui sont fortement engagés dans la cause palestinienne et la lutte contre le Front national d’autre part, ne peuvent pas revenir sur ce fonds de commerce très juteux qui leur assure, pour la plupart, leurs bonnes places et leurs mandats. Or ces nouvelles recrues, gorgées de religiosité, embauchées par la RATP sous le regard bienveillant des syndicats, ne souffrent d’aucune discrimination. Ils y gagnent très bien leur vie, ils bénéficient d’un grand nombre d’avantages, de prestations sociales intéressantes, ils disposent du transport gratuit, d’un avenir assuré, etc. Et pourtant, pourtant, leur volonté d’imposer la charia à tous n’a jamais été aussi forte. Ce qui contredit formellement le discours qui, jusqu’à présent, servait de prétexte en faveur de l’embauche massive de ces soi-disant « jeunes défavorisés ». En les introduisant en masse, tous les défenseurs du « vivre-ensemble » et du multiculturalisme ont cassé la communauté de travail, ont laissé s’installer le sexisme et mettent sciemment en danger les usagers du transport public. Quant à mes collègues malheureusement, ils sont à l’image de la majorité des Français. Comme moi, ils ne supportent plus l’islam, mais la peur d’être qualifiés de racistes et de se voir comparés à des nazis qui nous rappelle « les heures les plus sombres de notre histoire » les tétanise. [...]"

Posté le 14 janvier 2016 à 13h43 par Michel Janva | Lien permanent

La violence sexuelle est une arme de guerre massive pour l'Etat islamique

En voulant maladroitement dissocier la religion des auteurs des violences sexuelles perpétrées en Allemagne, la communiste Clémentine Autain (PG) rappelle l'existence des crimes de guerre de l'Armée Rouge en Allemagne en 1945 mais sans être visiblement intéressée précisément au sujet :  

Sans-titre
Ainsi, on peut trouver de nombreux témoignages de ces faits dont celui d'André Bayle :

"Ces viols, ces sodomisations, vont être le lot quotidien et collectif, des femmes de tous âges prises par les Soviétiques, mais surtout par leurs asiatiques et leurs musulmans"

Mais il est vrai que l'Armée Rouge ne porte pas seule la responsabilité de ces crimes sexuels auxquels les soldats alliés ont largement leur part :

"La violence sexuelle, cette arme de guerre massive. Des recherches menées par l'historienne allemande Miriam Gebhardt et rassemblées dans un ouvrage paru en mars montrent que de nombreux soldats Alliés - Américains, Britanniques et Français - se sont adonnés à des crimes sexuels de tous ordres à la fin de la Seconde guerre mondiale.

Au moins 860.000 femmes et jeunes filles, mais aussi des hommes et des jeunes garçons, ont été violés par des soldats alliés à la fin de la guerre et dans la période d'après-guerre. Cela s'est produit partout", écrit l'historienne.

Selon les calculs de la professeure de l'Université de Constance, les Soviétiques ont effectivement commis 590.000 viols sur les 860.000 qu'elle répertorie, mais les GI's Américains avec 190.000 viols sur des Allemandes, les Français (50.000) et les Britanniques (30.000), sont aussi responsables pour une grande part des crimes sexuels perpétrés."

De même, les historiens italien Alberto Moravia dans son livre "La Ciociara" et belge Pierre Moreau ont travaillé sur les milliers de viols de masse commis par le corps expéditionnaire français, constitué de goumiers marocains (de soldats algériens, tunisiens et de tirailleurs sénégalais) dont la religion ne devrait pas avoir échappé à Clémentine Autain...

Les crimes et violences sexuelles, concomitants à toutes les invasions, constituent depuis toujours une "arme de guerre massive". Comment ne pas faire le rapprochement avec cet extrait d'un rapport de l'ONU sur l'Etat islamique...

"Daesh a institutionnalisé la violence sexuelle et la brutalisation des femmes, en faisant un aspect central de son idéologie et de son mode opératoire basé sur la terreur pour atteindre ses objectifs clés"

Posté le 14 janvier 2016 à 08h51 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (25)

13 janvier 2016

De la libanisation à la guerre civile. En France

Extrait d'un article de François Kersaudy dans Le Point :

"Le psychodrame national actuel au sujet de la déchéance de nationalité constitue une synthèse pratiquement parfaite des faiblesses de nos institutions et de notre vie politique. Confronté à l'imprévu, le président réagit précipitamment par une combinaison d'astuce tacticienne, d'effets de communication et de récupération politique. Ses frondeurs en profitent pour le mettre dans l'embarras en affichant leurs « valeurs » et leur « conscience de gauche », devant des médias friands de scandales artificiels. Les Français cèdent à leur penchant habituel pour les débats idéologiques, tandis que l'opposition cherche à utiliser la dernière polémique pour faciliter son retour au pouvoir.

Rien donc de nouveau dans l'affaire, et le second élément ne l'est pas davantage ; c'est la peur, celle-là même qui est responsable de la confusion actuelle : peur d'appliquer les lois, peur de nommer les choses, peur d'être accusé de racisme ou d'islamophobie, peur de sanctionner, peur de perdre les élections, peur de la condamnation des instances supranationales, et surtout peur de s'attaquer aux véritables problèmes qui minent le pays.

C'est précisément cette crainte de sévir, de trancher et d'affirmer l'autorité de l'État qui explique la pérennité et la multiplication des zones de non-droit, le développement des trafics d'armes, de drogues et d'êtres humains, le délitement du système scolaire, l'envolée des « incivilités » et de la délinquance, l'anarchie du système carcéral, l'immigration incontrôlée, la naturalisation bradée, le communautarisme rampant, les prêches de haine dans les mosquées intégristes et la quasi-absence d'expulsions de déboutés du droit d'asile – ou même de terroristes.

Il suffit de suivre l'enchaînement et l'imbrication de tous ces facteurs pour comprendre l'impasse actuelle : l'immigration incontrôlée a provoqué entassement, chômage, déracinement, déscolarisation, haine de la France, phénomènes de bandes et petite délinquance. D'abord non sanctionnée, celle-ci a prospéré dans les zones de non-droit, puis elle a abouti à une criminalité plus dure, débouchant souvent sur la case prison ; que ce soit durant une incarcération mal contrôlée, dans les mosquées ou sur Internet, les délinquants sont tombés sous l'influence des intégristes prêcheurs de haine, qui leur ont donné une raison de vivre – et même de mourir. Les autorités étant incapables d'intervenir efficacement à l'une quelconque des étapes de ce processus infernal, il ne pourra que s'amplifier à l'avenir – d'autant que les enfants de ces intégristes, élevés dans une ambiance de haine, risquent d'être encore plus féroces et meurtriers que leurs parents… [Lire la suite]"

Posté le 13 janvier 2016 à 14h28 par Michel Janva | Lien permanent

Trois associations cultuelles musulmanes dissoutes en Conseil des ministres

Cette décision a été prise "en raison de propos tenus par leurs dirigeants au cours des dernières années appelant à la haine et au jihad", a précisé le ministre de l'Intérieur.

Faudra-t-il dissoudre le coran ?

Posté le 13 janvier 2016 à 14h28 par Michel Janva | Lien permanent

12 janvier 2016

Avez-vous pris votre dose de Padamalgam du jour ?

Le président du Consistoire israélite de Marseille, Zvi Ammar, a « incité » aujourd'hui les juifs de la ville à « enlever la kippa dans cette période trouble, jusqu'à des jours meilleurs », au lendemain de l'agression à la machette d'un professeur juif.

En revanche, les femmes voilées peuvent toujours se promener en sécurité dans Marseille. Mais #padamalgam.

Posté le 12 janvier 2016 à 19h37 par Michel Janva | Lien permanent

Les actes de terreur de Marseille et de Cologne : mais oui, il y a analogie !

Selon Bernard Antony :

"L’attaque hier à Marseille à visée meurtrière contre un enseignant juif coiffé de sa kipa et les multiples agressions sexuelles et viols perpétrés la nuit du réveillon à Cologne et autres villes d’Allemagne et d’Europe du nord ne sont certes pas de même nature mais, à la réflexion, ne sont pas sans analogie de causes.

D’abord, l’agression anti-juive à Marseille ne peut être qualifiée de fait divers isolé et exceptionnel.

Ayant pour auteur un jeune turco-kurde, elle s’inscrit dans la continuité et la multiplicité des attentas antisémites et autres agressions perpétrées par des musulmans fanatisés. Ces derniers ont été trop souvent et presque systématiquement présentés comme des « déséquilibrés » ou des « loups solitaires » à des fins d’injection constante et massive de la drogue « padamalgame ». On avait pratiqué notamment ce déni de vérité avec Mohamed Merah.

Aujourd’hui, c’est de moins en moins possible et, de toute façon, ça ne prend plus ! Les Français, juifs, chrétiens ou autres, ne gobent plus cette désinformation. Ou bien alors ils se demandent si ce n’est pas l’idéologie islamique fondamentale ingérée à forte dose qui produirait pareils comportements.

Les agressions sexuelles à Cologne et ailleurs ne peuvent évidemment pas être présentées comme le fait de « loups solitaires » puisque perpétrées par des hordes visiblement organisées, dominatrices et conquérantes, visant à humilier des populations à soumettre selon une frénésie de janissaires victorieux.

Les réfugiés bien sûr ne sont pas tous dans cet état d’esprit, surtout ceux des minorités chrétiennes dont beaucoup, on le sait, ont été jetés par dessus bord ou assassinés de différentes manières par de drôles de réfugiés.

La faute criminelle de l’ancienne bolchévique Angela Merkel, toujours trop imprégnée des schémas marxistes d’interprétation du réel, a été de ne vouloir rien savoir et de pratiquer un étourdissant déni de réalité.

Toutes les populations musulmanes de l’Orient ne sont pas modelées par les mystiques idéalisés d’un doux soufisme non violent.

Tous les kurdes ne sont pas de tendres humanitaires et, non sans exceptions admirables, il y a un siècle, beaucoup dans leur peuple rivalisaient de cruauté avec les Turcs pour exterminer les Arméniens et autres chrétiens.

Les deux récents faits divers de Marseille et de Cologne, bien différents en apparence, peuvent donc pourtant s’analyser selon une analogie dans la motivation idéologico-psychologique.

Le soi-disant antiracisme s’avère toujours plus comme un « laisser-passer-laisser-faire », un encouragement à l’authentique racisme de l’islamisme « mains rouges » qui s’infiltre par trop sous le couvert de « l’islam patte blanche »."

Posté le 12 janvier 2016 à 19h14 par Michel Janva | Lien permanent

Qui a dit : "Sans les catholiques, la France ne serait pas la France"

Personne jusqu'à présent. En revanche,

Manuel Valls, premier ministre, le 9 janvier 2016 :

"Sans les Juifs de France, la France ne serait pas la France"

Mustapha Cherif, philosophe et islamologue algérien, le 11 janvier 2016 :

"Sans les citoyens de confession musulmane, la France ne serait plus la France à l’avant-garde de la modernité, de la fraternité humaine et de la démocratie"

Posté le 12 janvier 2016 à 11h11 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (28)

Marseille : le déséquilibré est un terroriste se revendiquant de Daesh

Alors que hier, quelques minutes après l'agression à la machette d'un professeur juif par un jeune à Marseille, Le Point jugeait qu'il s'agissait d'un déséquilibré. Un déséquilibré par la récitation du Coran sans doute...

L'assassin est de nationalité turque et d'origine kurde, et il aura seulement 16 ans la semaine prochaine. C'est ce qui inquiète les enquêteurs : l'individu est jeune, inconnu des services (quand ils sont connus, cela ne les empêche pas d'agir...) et il ne présentait visiblement aucun signe de "radicalisation". Il n'avait aucun antécédent judiciaire ou psychiatrique, ses résultats scolaires étaient bons. Ses parents «sont tombés de l'armoire» lors de la perquisition du domicile.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, indique :

«Cet acte témoigne du risque pour certains individus isolés pas du tout connus des services de police et de renseignement de passer à l'acte sous l'influence de la propagande, diffusée notamment sur les réseaux Internet, par Daech».

Bien sûr : il s'est radicalisé tout seul sur internet...

Michèle Teboul, présidente du Crif de Marseille, précise :

«C'est très traumatisant, il ne s'agit absolument pas d'un acte de déséquilibré comme cela a été dit dans un premier temps. Il a revendiqué cet acte au nom de l'islam et de la haine des juifs».

Posté le 12 janvier 2016 à 07h13 par Michel Janva | Lien permanent

11 janvier 2016

Le terroriste de Barbès était aussi... un agresseur sexuel

A chaque journée son lot de révélation. Après avoir appris que l'homme, qui a attaqué un commissariat au hachoir, était enregistré comme demandeur d'asile en Allemagne, on apprend aujourd'hui, par la presse anglaise, qu'il avait été arrêté en Allemagne pour des agressions sexuelles commises à Cologne en 2014 dans une boîte de nuit.

Vive Schengen !

Posté le 11 janvier 2016 à 14h43 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (6)

Le journal La Croix devient le symbole d’une pensée unique, prêt à tout pour rester à la mode

Sur son blog, le père Michel Viot met en garde contre le syncrétisme et le relativisme auxquels peuvent mener une approche naïve et angélique de l'islam par certains catholiques :

"Je ne puis me résoudre à un tel compte, pas plus qu’aux contes dont il découle ! Je ne mets pas en doute les bonnes intentions, à la fois pacifistes et conciliatrices du Père Vincent Feroldi, responsable du dialogue avec l’Islam, au nom de notre conférence épiscopale. En cette année de grâce 2015, selon certains calculs, les dates de naissance de Jésus et de Mahomet étaient très proches : 24 décembre pour le prophète de l’Islam, 25 décembre pour le Fils Éternel de Dieu ! Et de préciser que c’était la première fois depuis 457 ans qu’il y avait une telle « coïncidence » !

Je comprends qu’en ces temps troublés et pleins de violence on veuille chercher des « signes » de rassemblement ! Mais sur des sujets aussi sensibles, il faut être prudent et surtout vrai ! (...) Je ne me prononce pas en ce qui concerne le calcul de la naissance de Mahomet qui ne remonte pas avant la fin du Xe siècle, référence que d’ailleurs tous les musulmans n’approuvent pas. En revanche pour ce qui concerne Jésus, cette date n’a rien de précis ; elle a été comprise de manière fort différente, renvoyant du solstice d’hiver aux dates de prise de fonction des prêtres du Temple de Jérusalem, calcul fait à partir de ce qui concerne Zacharie, le père de Jean-Baptiste, et dans ce cas Jésus serait né au début du mois de décembre. Cela dit, ce qui compte pour les chrétiens c’est que Jésus soit né sous le règne de César Auguste, conçu du Saint Esprit dans le sein de la Vierge Marie. Certes mon confrère nous fait justement remarquer que le Coran mentionne Myriam ! Mais ce livre, référence religieuse de tous les musulmans, est bien loin de tirer les conclusions qui s’imposent de la maternité divine de Marie. Il valide la conception du Saint Esprit, ce à quoi certains catholiques « patentés » ne croient plus ! Dont acte ! Mais est-ce une raison pour exhorter les catholiques à retrouver les chemins de la piété mariale par les sourates du Coran ?

De plus, compte tenu de l’inculture religieuse des chrétiens de France, contrairement aux musulmans nos compatriotes, il est plus qu’évident que l’exhortation du Père Feroldi nous mène droit au syncrétisme et au relativisme. Les catholiques de France ont dans ce domaine des longueurs d’avance sur les français musulmans. Soyons clairs, le concile Vatican II n’est pas en cause ! Ce qu’il a déclaré sur l’œcuménisme, le dialogue inter religieux et la liberté religieuse, doit être lu dans la continuité de ce que l’Eglise catholique a toujours enseigné. Il n’y a de salut qu’en Jésus Christ, même pour ceux qui ne le savent pas et qui ont su « aimer le plus petit de ses frères » ! Mais, affirmer à la fin d’un propos qui encourageait en cette fin d’année 2015 à se réjouir pour la naissance de Jésus et de Mahomet : » En 2015, Jésus le Sauveur est bien signe, grâce et miséricorde pour tous les hommes ! Il est le Prince de la paix » n’explique pas la vérité catholique du Concile, pour qui Jésus n’a pas attendu 2015, coïncidence des naissances de Jésus et de Mahomet pour être ce qu’il est ! Abraham s’est réjoui en voyant son jour ! Et notre Seigneur d’ajouter : « Avant qu’Abraham fut Je suis ! ».

Le message du Père Feroldi relayé par La Croix, par les bons soins de la même journaliste décidément très « intéressée » par l’Islam et si indulgente pour les djihadistes français (voir mon article précédent), a beaucoup blessé nos frères chrétiens d’Orient. Ils nous reprochent non sans raison de les avoir abandonnés et sacrifiés à ce que nous avons cru être nos intérêts ! Je ne pense pas qu’ils aient particulièrement envie de se réjouir de la naissance de Mahomet, pas plus qu’ils ne ressentent le besoin de nourrir leur piété mariale de sourates du Coran ! Pour eux, le journal La Croix ne traduit plus qu’une vérité de l’Occident déchristianisé, vérité qui en russe se traduit par Pravda, et qui rappelle ce que fut ce journal avant la chute d’un mur célèbre ! Il e et pourquoi pas, comme me le disait un d’entre eux au téléphone, prêt à rajouter la naissance de Bouddha à celles de Jésus et de Mahomet, pour présenter au monde une trinité plus large et plus tolérante encore.

Ce « signe de paix » du Père Feroldi est reçu par beaucoup de chrétiens, tant en Orient qu’en Occident, comme une compromission, voire même un baiser de Judas ! (...)"

Posté le 11 janvier 2016 à 07h47 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (28)

10 janvier 2016

Le terroriste de Barbès était un... réfugié

L'homme, qui a attaqué un commissariat au hachoir, était enregistré comme demandeur d'asile outre-Rhin. En outre, il aurait affiché dans le centre qu'il accueillait son soutien à Daech et il avait été signalé aux autorités. Il aurait posé dans le centre avec un drapeau de l'organisation, ce qui aurait amené les autorités locales à le classer comme potentiellement dangereux. 

L'homme a vécu dans un foyer de demandeurs d'asile dans l'ouest de l'Allemagne, que la police locale a perquisitionné. Cet homme, dont l'identification est toujours en cours, a été reconnu par ses proches comme un Tunisien nommé Tarek Belgacem.

Il se serait fait enregistrer en Allemagne sous quatre identités différentes et en donnant des nationalités variables, par exemple syrienne, marocaine ou encore géorgienne. Il aurait déposé sa demande d'asile sous le nom de Walid Salihi.

Outre l'Allemagne, il est passé par la Suisse, le Luxembourg et la Roumanie, autant de pays de la zone de Schengen, où il s'est fait repérer pour des menus larcins. Sans être arrêté. 

Posté le 10 janvier 2016 à 19h03 par Michel Janva | Lien permanent

09 janvier 2016

Attaque à Barbès : l’homme abattu était lui aussi demandeur d’asile en Allemagne

Comme les violeurs de la nuit du premier de l'an. Lu sur Fdesouche :

"Le journal allemand Die Welt révèle, dans son édition de dimanche, que l'homme abattu devant un commissariat du 18e arrondissement de Paris vivait en Allemagne."

Metronews ajoute que son identité n'est pas certaine, pas plus que son âge d'ailleurs. Il est peut-être Tunisien, mais peut-être plutôt Marocain. Il s'appellerait Ali Sallah ou bien peut-être Belgacem ou encore Belkacem... On devrait peut-être appeler Najat pour l'identification ? On peut en tout cas remercier Merkel d'avoir fait entrer tout ce beau monde en Europe.

Posté le 9 janvier 2016 à 23h44 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (4)

Conférence "Que faire face à l'Etat islamique ?"

Conf ISLM

Posté le 9 janvier 2016 à 07h46 par Paula Corbulon | Lien permanent

08 janvier 2016

A propos du Coran

Dans son éditorial daté d'aujourd'hui dans Liberté Politique, François Billot de Lochner nous propose de lire le Coran, afin d'apprendre à mieux combattre l'idéologie islamique :

FBL-2_small"De façon aussi répétitive qu'angoissante, les mêmes faits se produisent de la Norvège à l'Espagne et du Royaume-Uni à l'Autriche : chaque jour voit son lot de militaires agressés, de policiers pris pour cible, de femmes menacées, attouchées ou violées, de faits violents divers et variés.

De façon aussi répétitive que systématique, les victimes et les témoins de ces faits indiquent que les agresseurs sont généralement moyen-orientaux ou africains, et de religion musulmane. De façon aussi répétitive que lassante, la majorité des dirigeants des pays européens imposent le silence sur ces faits, rassurent mensongèrement les populations en indiquant que la situation est sous contrôle, laissent actuellement entrer en Europe un flux ininterrompu de migrants, se soumettent quotidiennement au diktat imposé par l'islamiquement correct.

Le pape Benoît XVI avait un jour parfaitement résumé la situation du monde politico-médiatique occidental en disant, en substance, que ceux qui parlent le plus sont ceux qui savent le moins. Formule cruelle, mais ô combien juste !

Pour comprendre les faits dramatiques de ces dernières semaines ou de ces derniers mois, qu'il s'agisse de la tuerie du Bataclan, des innombrables agressions sexuelles de Cologne ou d’ailleurs, de la scène Orange mécanique de décembre dans le train Paris-Dreux, et de tant d’autres horreurs, et pour anticiper ce qui se passera inéluctablement dans les mois et années à venir si nous ne réagissons pas, nous avons le devoir de lire le Coran, afin de comprendre les fondements religieux de toutes ces actions, et se mettre en position de les combattre efficacement. Car celles-ci figurent en bonne et due forme dans le Coran, qui est le livre de référence incontournable de plus d’un milliard de musulmans. Il nous faut donc lire ce livre. À cet égard, vous pourrez, en cliquant sur ce lien : Lire le coran : un devoir impératif, prendre connaissance d'un éditorial que j'avais écrit il y a quelques mois, et qui me semble, hélas, toujours d'actualité. Nous pourrons alors mieux parler de ce livre, parce que nous le connaîtrons, et mieux comprendre les ressorts d’un monde musulman fondé sur cet écrit politico-religieux."

Et encore et toujours, Le grand secret de l'Islam par Odon Lafontaine pour bien comprendre les origines de ce système d'asservissement de l'humanité.

Posté le 8 janvier 2016 à 17h51 par Marie Bethanie | Lien permanent

Attaque dans le 18e : l'assaillant faisait l'objet d'une obligation de quitter le territoire

Si l'on ne connaît toujours pas l'identité du terroriste abattu hier, on sait qu'il n'aurait pas dû se trouver en France. En effet, il avait fait l'objet d'une obligation de quitter le territoire français à la suite d'une affaire de vol en réunion à Sainte-Maxime dans le Var, durant l'été 2013.

Interpellé par les forces de l'ordre en 2013 à Sainte-Maxime, l'individu s'est présenté sous le nom de Sallah Ali, né à Casablanca au Maroc en 1995. Ses empreintes avaient alors été enregistrées et elles correspondent à celles de l'homme tué jeudi.

Mais l'homme abattu par les policiers ce jeudi semble être bien plus âgé qu'un homme de 20 ans et sa revendication écrite en arabe sur papier est signée Tarek Belkacem. Aucun de ces noms ne se trouve dans les fichiers des personnes radicalisées. C'est pourquoi, des analyses ADN sont toujours en cours pour essayer de l'identifier formellement.

Posté le 8 janvier 2016 à 14h27 par Michel Janva | Lien permanent

Lutte contre le terrorisme : dissuader, réagir, sauver

LogoDavid Hornus, directeur de Corpguard, une société française spécialisée dans la prévention et la gestion des risques en France et à l’international, livre suite aux attentats en France un ensemble de réflexions fondées sur l'expérience, sur les moyens à mettre en oeuvre pour "reprendre la main" face aux terroristes islamiques et leur imposer notre propre tempo plutôt que de subir le leur.

"« Tuez des sales français » : une déclaration qui fit office de déclencheur

Le 22 septembre 2014, Abu Mohammed al-Adnani, porte-parole de l’EI, exhortait dans un message audio les musulmans du monde entier à tuer « de quelque manière que ce soit » les « infidèles américains ou européens… et particulièrement les sales Français ».

L'analyse chronologique et approfondie des attentats et autres actes d’inspiration terroriste commis en France depuis l’affaire Merah, surtout depuis cette déclaration du porte parole de l’EI, met en lumière une multitude de signaux faibles et forts qui ont abouti aux tueries de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 et aux attentats du 13 novembre 2015 (soit 2 tueries de masse en moins d’un année).

Des signaux alarmants sous-évalués [...]

Il faut se rendre à l’évidence, notre pays est sous la menace de nouvelles frappes

Le rythme, la fréquence et le caractère récurrent des actes d’inspiration terroriste sur notre territoire (déjoués, évités de justesse ou de moindre amplitude en nombre de victimes) prouvent que nous sommes confrontés à une menace réelle, diffuse, permanente et très élevée. La société civile doit prendre conscience que le climat sécuritaire dans lequel nous vivons est extrêmement dégradé et que dans ce climat des mesures doivent être prises.

Gêner l’action des terroristes par une action dynamique de nos forces

En effet, au lieu de subir le tempo des terroristes, il faut leur imposer le nôtre. Pour ce faire il faut rendre plus dynamique l’opération Sentinelle qui, de l’aveu même du Général BOSSER, Chef d’Etat-Major de l’Armée de terre (CEMAT), a été « …une ligne Maginot que les assaillants du 13 novembre ont su contourner en frappant là où on ne les attendait pas » respectant ainsi un  principe de la guerre en style indirect.

Le CEMAT reconnaît d’ailleurs, dans un article de la Revue de Défense nationale (RDN) à paraître en Janvier 2015, les limites de l’opération sentinelle dans « …la défense de l’arrière face à l’ennemi ».

Il écrit ainsi : « […] qu’il faut substituer une approche dynamique dans le temps et dans l’espace… et rendre les dispositifs plus mobiles afin de générer de l’incertitude en faisant peser sur l’ennemi une menace non prédictive et omniprésente ».[...]

Adopter une posture de combat, réformer le cadre du port d’arme pour les agents de sécurité privé et utiliser les golden minutes pour sauver des vies

L’Etat doit mener une réflexion dans les plus brefs délais pour sortir notre pays de la torpeur et de la sidération dans laquelle nous sommes pour diffuser une « culture du combat » de tous les instants, à tous les acteurs et adaptée au niveau de menace.

Plusieurs mesures importantes devraient rapidement être adoptées :

  • Autoriser le port d’arme au profit de sociétés de sécurité privées (autres que les sociétés de gardiennage) agréées par l’Etat comme l’ont déjà fait d’autres pays, afin de démultiplier les capacités de dissuasion, de réaction, et d’intervention,
  • Dispenser des formations « spécifiques » aux agents de ces sociétés de sécurité opérationnelles afin d’en faire une véritable force « supplétive » permettant aux forces de l’ordre de se concentrer sur les sites stratégiques,
  • Faire appel aux réservistes afin de constituer une Garde Nationale qui deviendrait ainsi un échelon intermédiaire entre la sécurité privée « opérationnelle » et les forces de l’ordre assurant des missions régaliennes.

Ces réflexions sont issues de notre expérience en matière de sûreté et sécurité et ne constituent que des pistes à mettre en œuvre afin de démultiplier les effectifs attribués à la sécurité intérieure, et réduire les risques et conséquences d’une nouvelle attaque."

A tout ceci il faut ajouter la volonté politique de lutter contre le terrorisme islamique, mais c'est sans aucun doute la chose la plus difficile à obtenir au vu de la quantité de Padamalgam que prennent et nous font prendre chaque jour nos politiques...

Posté le 8 janvier 2016 à 11h44 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (13)

07 janvier 2016

Les terroristes, on les garde chez nous

Au cours de ses voeux aux forces de sécurité, le président François Hollande a annoncé que près de 200 interdictions de sortie du territoire avaient été prononcées depuis un an pour éviter des départs pour "rejoindre les groupes terroristes en Syrie et en Irak".

Posté le 7 janvier 2016 à 16h09 par Michel Janva | Lien permanent

Attaque terroriste dans le 18e arrondissement

Un homme a été abattu ce midi devant le commissariat du quartier Barbès, rue de la Goutte-d'Or à Paris (18e arrondissement), par les policiers. Il portait une ceinture d'explosifs factice.

CYHQIkWWkAQ_Ula

L'homme a attaqué au hachoir le policier en faction en criant «Allah Akbar». L'un d'entre eux a été blessé.

Posté le 7 janvier 2016 à 15h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (21)


     Archives > France : L'Islam en France , Religions : L'Islam

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : L'Islam en France , Religions : L'Islam