15 novembre 2017

Le meilleur hommage à rendre aux victimes est de prendre les mesures qui s’imposent

Nicolas Dupont-Aignan fait part de son mécontentement devant les commémorations du 13 novembre au micro de Boulevard Voltaire.

"Le meilleur hommage qu’on puisse rendre aujourd’hui aux victimes est de prendre les mesures qui s’imposent pour qu’il n’y ait plus de nouvel attentat. A ce titre, il y a plusieurs défis. Comment empêcher les djihadistes de revenir en France? Ce n’est pas fait! Comment donner des moyens à nos forces armées? Ce n’est pas fait! Comment faire en sorte que nos prisons ne soient pas gangrenées par l’islamisme? Ce n’est pas fait ! Comment revoir le fonctionnement judiciaire? Je veux bien qu’il y ait des commémorations. C’est normal. Je comprends l’émotion des familles et des Français. Mais je ne veux pas de commémorations pour tout mettre sous le tapis et ne pas prendre les mesures qui protègent les Français."

Posté le 15 novembre 2017 à 08h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

14 novembre 2017

L’islamisme radical est une agression directe sur notre civilisation. Cependant, il y a aussi un autre adversaire

Mardi 14 novembre se déroule à Paris un colloque intitulé « L’esprit de défense en Île-de-France », organisé à l’initiative du groupe Front national au conseil régional d’Île-de-France. Le philosophe et écrivain Thibaud Collin intervient à ce colloque. Il répond aux questions de Boulevard Voltaire.

DOnZfuHXcAU6rn-"L’islamisme radical est une agression directe sur notre civilisation. Cependant, il y a aussi un autre adversaire. C’est un adversaire peut-être plus diffus, mais non moins important parce qu’il est plus intérieur. Marcel Gauchet parle de « l’individu total ». Il y a eu le totalitarisme de l’État total : le communisme et le nazisme. Aujourd’hui, nous faisons face à une forme plus sournoise du totalitarisme, peut-être moins violente au premier abord, et aux caractéristiques bien différentes. Il s’agit de cet « individu total » auquel tout devrait être dû, et qui refuse de recevoir comme un don tout ce qui a été accumulé et travaillé par les générations précédentes. D’ailleurs, bien souvent, il refuse d’assumer cette fonction de transmission et d’enrichissement de ce patrimoine. Ce patrimoine ne se réduit pas simplement à des monuments.

Cet individualisme est une forme de nihilisme et d’hédonisme. Il empêche de mobiliser en nous l’esprit de défense. Cet esprit de défense implique de se défendre contre cet adversaire qui nous traverse chacun. L’hédoniste, ce n’est pas simplement mon voisin, c’est moi sous un certain rapport qui peut, à un moment, se dire « à quoi bon ? », « pourquoi pas ? » Toutes ces questions me mettent sur la pente d’une forme de nihilisme où je n’ai plus rien à transmettre. J’aime rappeler le livre de Philippe Muray Chers djihadistes… écrit après le 11 septembre 2001 qui montre que, plus encore que le djihadisme, le véritable ennemi peut être un certain esprit de négation qui peu à peu ruine de l’intérieur ce que nous sommes et qui nous traverse chacun."

 

Posté le 14 novembre 2017 à 21h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

Islamo-gauchisme : c'est la guerre entre Mediapart et Charlie Hebdo

Voici le dernier éditorial de Charlie :

  M

Posté le 14 novembre 2017 à 17h22 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (17)

Padamalgam : il y a une vingtaine de musulmans "de la planète entière" contre le terrorisme

CHier avait lieu à Paris, une marche des musulmans contre le terrorisme. Cette marche organisée pour commémorer le deuxième anniversaire des attentats du 13 novembre avait aussi pour but de s'opposer au terrorisme islamique. Cette marche partie du mur de la Paix au Champ de Mars s'est terminée au Bataclan. Organisée par l'écrivain Marek Halter, cette marche a réuni des musulmans "de tous horizons" (selon RTL) pour commémorer le deuxième anniversaire de ces attentats. Ils étaient une vingtaine (25 selon FDesouche)... RTL écrit sans honte :

"Des Imams et des musulmans de la planète entière étaient présents afin de marcher pour la paix et s'opposer au terrorisme islamique."

Mohamed Amghar a confié au micro de RTL :

"J'étais aussi invité par le maire de Saint-Denis au Stade France, mais j'ai choisi de venir ici pour marcher".

On se dispute les musulmans modérés...

Posté le 14 novembre 2017 à 15h52 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (17)

Après les bougies, les ballons

Non, nous sommes pas chez Walt Disney ni à la fête à Neuneu, il s'agit bien de la commémoration des attentats terroristes qui ont fait 130 morts.

DOh1xo3X4AAQaRW

Ballon4

Ballon1

Et pendant ce temps, les islamistes de Clichy-La-Garenne vont porter plainte contre les élus qui ont manifesté vendredi durant la prière dans la rue.

Posté le 14 novembre 2017 à 08h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (30)

13 novembre 2017

Dérapage d’Emmanuel Macron sur l’islam

Posté le 13 novembre 2017 à 16h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

2 ans après le massacre au Bataclan : "L'islamisme n'est pas une chose grave"

MMediapart choisit mal son moment... Mis en cause dans l'affaire Tariq Ramadan, à propos des frasques duquel les journalistes sont accusés d'avoir sciemment fermés les yeux, Jade Lindgaard, co-présidente de la Société des journalistes de Mediapart, refuse de s'indigner contre l'islamisme en invoquant la neutralité journalistique :

"Notre rôle de journaliste n'est pas de dire : ça c'est grave, ça c'est moins grave, ça c'est tragique, ça c'est terrible".

Natacha Polony lui a rappelé les réactions d'Edwy Plenel à la tuerie perpétrée dans la rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.

"Dès le lendemain de l'attentat, [ses textes] mettaient en avant l'islamophobie, comme si c'était le contexte d'islamophobie en France qui avait causé les attentats. [...] Edwy Plenel a toujours présenté les faits comme si c'est parce qu'il y avait une forme de 'racisme d'État' en France que des musulmans…"

En réponse, Jade Lindgaard revendique "la notion de racisme d'État", dénonçant un "système généralisé de racisme dans ce pays" : "ça, nous le pensons". Puis assure

"l'islamisme, en tant que tel, n'est pas en soi une chose grave, c'est un phénomène qu'il faut comprendre et expliquer".

Le 13 novembre 2015, des musulmans massacraient à Paris 130 personnes et en blessaient 413 blessés.

Posté le 13 novembre 2017 à 16h39 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

11 novembre 2017

Toulon le 29 novembre : L'Islam un défi pour l'identité chrétienne

Thumbnail-2

Posté le 11 novembre 2017 à 08h49 par Michel Janva | Lien permanent

10 novembre 2017

Manifestation contre une prière musulmane dans la rue : la presse dénonce... les élus

Entre Le Parisien et Le Lab c'est un festival :

Capture d’écran 2017-11-10 à 17.35.45

Capture d’écran 2017-11-10 à 17.36.38 Capture d’écran 2017-11-10 à 17.41.50A Clichy aujourd'hui, des élus ont manifesté et chanté la Marseillaise devant la prière de rue organisée par des musulmans. 3 conseillers régionaux d'Ile de France du FN se sont associés à cette manifestation menée notamment par Valérie Pécresse (LR) et Rémy Muzeau Maire de Clichy La Garenne.

Posté le 10 novembre 2017 à 17h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (22)

09 novembre 2017

Le "Monsieur islam" du ministère de l'Intérieur savait (presque?) tout sur Tariq Ramadan

Avant de lire ceci, prenez votre dose de Padamalgam 500mg :

Unknown-41"Bernard Godard est un des experts français de l'islam. Entre 1997 et 2014, il a été considéré comme le "Monsieur islam" du ministère de l'Intérieur, conseillant successivement Jean-Louis Debré, Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux ou encore Manuel Valls. Il connaissait donc très bien Tariq Ramadan, islamologue suisse, petit-fils du fondateur des Frères musulmans, habitué à masquer son fondamentalisme religieux derrière des discours modernistes, agissant comme un véritable gourou pour de nombreux croyants, et aujourd'hui accusé de viol par plusieurs femmes, notamment deux qui ont porté plainte.

Mais le connaissait-il au point de "savoir" ? C'est la question posée par L'Obs ce 31 octobre. Et la réponse de celui qui connaît tout de la montée de l'islamisme radical en France fait peur :

"Qu'il avait beaucoup de maîtresses, qu'il consultait des sites, que des filles étaient amenées à l'hôtel à la fin de ses conférences, qu'il en invitait à se déshabiller, que certaines résistaient et qu'il pouvait devenir violent et agressif, ça oui. Mais je n'ai jamais entendu parler de viols. J'en suis abasourdi."

Quand on pense à ce que subissent certains évêques pour des faits remontant à 25 ans, c'est nous qui sommes abasourdis...

Posté le 9 novembre 2017 à 19h26 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

Quand des élus communistes soutiennent des terroristes islamistes

B

Posté le 9 novembre 2017 à 16h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

07 novembre 2017

Le Gouvernement ne combat pas la radicalisation islamique en prison

Posté le 7 novembre 2017 à 12h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

06 novembre 2017

Comment pourrions-nous donc contrer l'islamisme sans nous voir accusés de porter atteinte au Coran ?

Écrivain algérien vivant toujours dans son pays, Boualem Sansal est interrogé dans le numéro de novembre du mensuel La Nef. Extrait :

Couverture297"[...] Je tiens à alerter sur ce qui, à mon avis, est le problème numéro 1 de notre époque : l’islamisation conquérante dont l’islamisme est une composante forte. J’ai assez étudié la montée des idéologies en Europe dans les années 1930 pour voir une grande similitude entre ces deux phénomènes. L’histoire se répète. Hier comme aujourd’hui nous voyons sans croire, nous entendons sans comprendre, et ainsi, peu à peu, la société bascule dans la nouvelle idéologie.

La différence est qu’avec l’islamisme, on a affaire à une idéologie religieuse, alors que les précédentes étaient athées. N’est-ce pas plus redoutable ?

L'islamisme est une doctrine totalitaire, il ne vise pas que la prise de pouvoir, il entend transformer le monde et le soumettre définitivement à la charia. Il est d'autant plus dangereux qu'il puise sa raison d’être et ses arguments dans un livre, le Coran, que les musulmans, unanimement, considèrent comme étant la parole de Dieu, indiscutable et éternelle. Comment pourrions-nous donc contrer l'islamisme sans nous voir accusés de porter atteinte au Coran et indigner toute l’Oumma ? C'est en ce sens que le problème est un défi redoutable pour nous. Les islamistes le savent et en font le cœur de leur stratégie de conquête. [...]

Dans votre essai Gouverner au nom d’Allah, paru en 2013, vous regrettiez « le silence assourdissant » des intellectuels musulmans. À présent, vous constatez qu’un nombre croissant d’entre eux sont décidés à œuvrer en vue d’une émancipation de la pensée islamique. Faut-il y voir un signe encourageant ?

Dans leurs pays, les intellectuels musulmans qui se livrent à ce combat courent de grands risques : ils sont dénoncés, condamnés ou assassinés ; en Occident, le politiquement correct prôné par une certaine élite leur impose le silence au motif, selon elle, que la dénonciation de l’islamisme pousse à l’amalgame et stigmatise les musulmans, fait le jeu de l’extrême droite et, à terme, provoquerait la guerre civile. Il y a d’autres raisons en arrière-plan : les marchés que représentent les pays musulmans, la culpabilité avec laquelle cette élite s’autoflagelle en espérant on ne sait quelle rédemption ou quelle retombée électorale.

Mais, à bien voir, les intellectuels musulmans sont très timorés dans leur critique, quand ils ne font pas carrément l’impasse sur, précisément, ce qui dans l’incréé et intouchable Coran pose problème, quand ils compensent leur peu de hardiesse par un discours qui enjolive exagérément l’islam et, par là, conforte les islamistes ainsi que les élites occidentales qui, par aveuglement ou pusillanimité, se sont persuadées que magnifier l’islam fait reculer l’islamisme. Or, le refus de la critique et du débat mène droit à la catastrophe. En outre, les échecs et les excès de la modernité et de la démocratie sont si nombreux (consumérisme, inégalités, injustices, pollution, etc.) que celles-ci ne peuvent plus offrir une alternative alléchante. Si bien que combattre les promesses délétères et éteindre l’incendie que la Nahda a allumé aux quatre coins du monde paraît aujourd’hui réellement au-dessus de nos forces.

La Tunisie, avec ses projets de loi favorables à la femme, est souvent présentée comme à l’avant-garde dans ce domaine. Qu’en pensez-vous ?

La situation de la femme régresse dramatiquement dans tous les pays musulmans, y compris et surtout en Tunisie où, dans la période bourguibienne, elle avait obtenu de nombreux droits. Mais cela ne doit pas faire illusion : là comme ailleurs, hommes et femmes vivent sous le joug d’un système archaïque violent. La régression est plus forte dans ce pays, comme si les conservateurs voulaient faire payer à la Tunisienne les droits acquis en violation de la tradition patriarcale et de la charia. Cela explique peut-être le succès du salafisme en Tunisie, comme pour empêcher à jamais le retour de ces bidaâ (innovations impies). Il faut savoir que le monde arabe, uni par l’islam sunnite, exerce sur les États membres une police vétilleuse. Quand l’un d’eux se permet une bidaâ, il est vite rappelé à l’ordre et, en cas d’entêtement, on lui appliquera des sanctions telles que l’assassinat (cf. le sort réservé au président égyptien Sadate), le coup d’État, la mobilisation des mosquées et des foules, qui l’amèneront tôt ou tard à résipiscence. [...]

 

Posté le 6 novembre 2017 à 15h16 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

03 novembre 2017

Procès Merah : un verdict pour «acheter la paix dans les banlieues»

Unknown-32Abdelkader Merah, 35 ans, le frère de l’auteur des attentats terroristes de 2012 à Montauban et Toulouse, a été condamné à 20 ans de réclusion avec deux tiers de sûreté. Avec les remises de peines automatiques, il pourrait n'en faire que 13. Ses avocats sont satisfaits de la peine prononcée. Abdelkader Merah a été acquitté du crime de complicité d’assassinats. Latifa Ibn Ziaten, mère de la première victime de Mohamed Merah, estime :

 

« Je suis vraiment déçue, mon fils est mort pour rien. Je pense qu’ils [les magistrats de la cour] n’ont pas été jusqu’au bout ». « On est trop naïf en France. Il faut qu’on se réveille pour protéger notre pays, pour protéger nos enfants ».

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a exprimé sa crainte que les « terroristes islamistes » voient dans ce verdict « un signe de faiblesse ».

Le Front national a dénoncé un verdict « dérisoire et incroyablement laxiste ».

« Ce verdict est une injure à la mémoire de toutes les victimes du terrorisme islamiste qui frappe la France depuis 2012 ».

Des avocates de la partie civile se disent déçues par cette décision qu’elles jugent destinée à «acheter la paix dans les banlieues».

Posté le 3 novembre 2017 à 08h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (18)

Une mosquée fermée pour apologie du terrorisme, réouvre à Fontenay-aux-Roses

Unknown-34La préfecture avait fait fermer la mosquée des Blagis à Fontenay-aux-Roses (92) il y a un mois. L’état d’urgence terminé, le lieu rouvre ce vendredi.

Pour motiver sa décision, la préfecture faisait état de propos « constituant une provocation à la haine ou à la violence » et qui « font l’apologie du terrorisme » tenus, à deux reprises, début septembre. Il avait notamment été dit que «des terroristes étaient des musulmans qui ont la foi», «qu’on leur avait fait du mal et qu’ils avaient riposté», ou encore que «le monde musulman était persécuté par les Occidentaux en Birmanie, en Syrie, en Libye et en Irak». L’arrêté préfectoral précise aussi qu’il «a été constaté que des fidèles portaient le voile intégral sur la voie publique».

La nouvelle loi antiterroriste, signée par le président Macron, définit de nouveaux critères, qui ne sont pas ceux qui ont présidé à la fermeture décidée au mois de septembre...

Posté le 3 novembre 2017 à 08h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

01 novembre 2017

4 novembre : conférence-débat à Quimper sur «  Le halal, sujet tabou ? »

Samedi 4 novembre à Quimper ( Finistère) conférence-débat du Dr Alain De Peretti sur «  Le halal, sujet tabou ? », de 15h à 17h.

Salle 1 des Halles Saint François.

Participation 5€.

Renseignements et inscriptions à REAGIR (02 98 90 64 87).

Posté le 1 novembre 2017 à 08h41 par Michel Janva | Lien permanent

31 octobre 2017

Réouverture progressive des onze mosquées fermées

Annonce ce matin du ministre de l'Intérieur :

Posté le 31 octobre 2017 à 14h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

Chronique de l’islamisation ordinaire de la France

Chronique-islamisation

Billot de Lochner

A commander ici.

Posté le 31 octobre 2017 à 11h27 par Michel Janva | Lien permanent

20 % des combattants français en Syrie et en Irak continuent à recevoir des allocations françaises

Le député de l’Hérault Emmanuelle Duverger-Ménard dénonce le refus du gouvernement de supprimer les allocations familiales des familles terroristes qui, pour une part, vont financer les tueurs islamistes de Daech. 

Posté le 31 octobre 2017 à 09h39 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

30 octobre 2017

Wauquiez : «La menace de la laïcité n’est pas une croix ou une crèche mais l’intégrisme islamiste»

Posté le 30 octobre 2017 à 18h49 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

Le néo-féminisme et le «néo-antiracisme indigéniste» ont le même ennemi: le mâle blanc occidental

Auteur d'un ouvrage intitulé Le Grand détournement, Fatiha Boudjahlat dénonce les communautaristes de toutes obédiences. Elle déclare notamment au FigaroVox :

Unknown-19"[...] Quand Judith Butler explique que les femmes afghanes ne doivent pas se délester de leurs burqas grillagées, pour ne pas prêter leur concours à l'impérialisme américain, je vois une grande bourgeoise blanche américaine dans le confort de son bureau, qui livre pieds et poings liés ces femmes à leur sort. Ce nouveau féminisme racialiste combat le patriarcat blanc, mais valide son pendant oriental. Il se réduit alors à un combat pour que les femmes non-blanches, puisque l'ethnie est déterminante, puissent obtenir le maximum de ce qu'elles peuvent espérer dans les limites du cadre mental, culturel, juridique que les hommes de leur communauté religieuse auront fixées. Ce féminisme est parfaitement décrit par Houria Bouteldja quand elle écrit: «J'appartiens, à ma famille, à mon clan, à mon quartier, à ma race, à l'Algérie, à l'islam. J'appartiens à mon histoire et si Dieu veut, j'appartiendrai à ma descendance.» Elle écrivait avant: «Nous [les femmes] appartenons à notre communauté et nous l'assurons de notre loyauté.». En tant que femme et en tant que féministe, je n'appartiens à personne. C'est le B-A BA du féminisme. Celui-ci est détourné de façon à ce que les femmes non-blanches occupent la place que les hommes de la communauté leur assignent. Interrogeons nous sur cette indignation à géométrie variable. De tels propos tenus par des blancs feraient hurler ces féministes relativistes qui pourtant restent bien silencieuses quand ils sont tenus par des femmes non-blanches. Par respect de la diversité? Par grandeur d'âme? Par esprit de tolérance? Ou parce que trotte dans leurs esprits une conception misérabiliste du bon sauvage: «C'est comme cela que ces gens-là fonctionnent. C'est un passage obligé pour ces gens-là qui ne sont pas encore entrés dans la modernité.» Ce sont pourtant des femmes nées et scolarisées en France.

La cause des femmes est au cœur de l'actualité depuis l'affaire Weinstein et la polémique #BalanceTonPorc. Pourtant, la question de la violence qui touche les femmes dans certaines cités ainsi que celle de la pression exercée par l'islam est éludée du débat …

Il y a en effet un deux poids deux mesures. Ce féminisme dévoyé valorise les intérêts de la communauté religieuse, c'est-à-dire de ses leaders masculins aux dépens de la dignité des femmes. C'est ainsi que l'opposition de ces néoféministes à la pénalisation du harcèlement de rue s'entend: la souffrance des femmes est secondaire face au confort de ces hommes-là. La parole des femmes doit s'effacer devant l'impunité des hommes. Et les mêmes s'activent à balancer leurs porcs? Aussi longtemps et seulement si ceux-ci sont blancs? Toute religion a une structure patriarcale. C'est celle-ci qu'il faut combattre quand on se dit féministe. Quel que soit la religion. Mais avec les phénomènes de ghettoisation et la prime aux leaders les plus orthodoxes, c'est la forme la plus rétrograde de l'islam qui est valorisée. C'est une forme parmi d'autres. D'autres formes toutes aussi légitimes et authentiques existent. [...]

Quels sont les points communs entre ce néo-féminisme et le «néo-antiracisme indigéniste»?

Ils partagent la même vision racialisée des rapports sociaux. Ils ont le même ennemi: le mâle blanc occidental. Ils dénoncent la structure patriarcale de la République, mais s'accommodent fort bien voire célèbrent le patriarcat oriental. La culpabilité de classe et de race des néo-féministes sert de levier à l'offensive universitaire, médiatique, associative des indigénistes. Les deux courants idéologiques revendiquent une appartenance à la gauche, et pourtant les deux privilégient en toute circonstance l'hypothèse ethnique à l'analyse sociale de la lutte des classes. Ils portent une vision libertaire très libérale, qui vise à réduire la sphère d'intervention de l'Etat au bénéfice de la régulation sociale des leaders communautaires. Les premières sont les idiotes utiles, pardon les idiot.e.s utiles des seconds. Qui sont dans un racisme tout aussi révoltant que les identitaires.

Ces militants appellent cela «la convergence des luttes». Que signifie ce glissement intersectionnel?

Les indigénistes sont dans la même logique que les identitaires et les tenants du grand remplacement. Ils veulent grand-remplacer, à titre de dédommagement historique et ontologique quand les autres craignent d'être grand-remplacés. [...]

Mettre sur le même plan l'islam et la chrétienté serait une erreur historique, mais l'un et l'autre ont toute leur place en France. Factuellement il y a une antériorité chrétienne en France. Mais je ne m'égare pas dans la botanique, les souches sont pour moi des arbres morts. Rester dans le registre politique et historique est plus pertinent que de basculer dans celui de l'horticulture, qui sert ici à naturaliser l'identité. La prise en compte de cette antériorité ne fait pas de toutes et de tous les Français des chrétiens. Par la laïcité et les vertus républicaines d'une nation, par cette filiation politique, étanche à toute considération ethnique et biologique, souhaitée par les identitaires de l'extrême droite et des indigénistes de l'extrême gauche, nous embrassons cet héritage pour ce qu'il est: le signe que le monde existait avant nous, et que l'histoire ne commence pas avec nos revendications individuelles ou communautaires. C'est aussi le gage de notre liberté. Comme l'écrivait Rabaut Saint-Etienne: «On s'appuie sur l'histoire ; mais l'histoire n'est pas notre code.» Assumer cette histoire ne revient pas à la cautionner dans son intégralité, ni à vouloir la perpétuer.

«De culture arabo-musulmane, je n'ai jamais vu les compatriotes comme des ennemis héréditaires. Je n' ai pas grandi dans cette haine des autres et dans cette culture des miens. Mon pays est la France», écrivez-vous. Comment expliquez-vous la détestation que voue une partie de la jeunesse à la France?

Pour la majorité des descendants d'immigrés, c'est une détestation de façade. Leurs parents, enfants d'immigrés de la première génération ont tendance à entretenir leurs enfants dans un conflit de loyauté: le bled ou la France. Il suffit de discuter avec eux en évacuant toute sommation et toute alternative, pour qu'ils reconnaissent très vite qu'ils sont heureux de vivre en France. Heureux d'aller en vacances au bled, avec un pouvoir d'achat européen et le statut de touriste, mais heureux de vivre en France. Il faut faire verbaliser cet attachement à la France, sans quoi celle-ci apparait comme un guichet de prestations. Ce qui se traduit par un ultra-consumérisme antinomique avec l'identité de citoyens. L'attachement au pays s'apprend s'il s'enseigne. Avec une grande hypocrisie qu'il faut dénoncer: les mêmes qui crient au nationalisme mortifère quand il s'agit de la France, le célèbrent quand il concerne le pays d'origine. [...]

Posté le 30 octobre 2017 à 08h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

29 octobre 2017

Une croix sur une statue de Jean-Paul II, c'est mal. 2,8M€ d'argent public pour une mosquée, c'est bien

La laïcité à la française c'est l'allahïcité...

Posté le 29 octobre 2017 à 18h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

26 octobre 2017

Comment la France pourrait interdire Jihad comme prénom ?

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

Unknown-8"A Toulouse, un officier d’état civil a effectué un signalement auprès du procureur de la République parce qu’un couple a appelé son fils Jihad.

Cet officier d’état civil ne sait donc pas que Jihad est un prénom qui honore le Coran et son Prophète, et qu’il est donc naturel pour des parents musulmans de le donner à leur enfant. Ça change de Mohammed…

Le brave officier d’état civil de Toulouse va peut-être (je dis bien peut-être, sans y croire) réfléchir au fait que le jihad n’est pas une invention de « radicalisés » mais une constante de l’islam, une obligation pour tout musulman.

Quant au procureur de la République il ne pourra que manifester son impuissance à interdire ce prénom sans interdire le Coran, un prénom que portent au moins 800 personnes en France, et qui a passé le seuil des 30 par an en 2010."

Posté le 26 octobre 2017 à 08h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

25 octobre 2017

Loi de finances 218 : Toutes les dépenses d'intervention de la mission culte concernent l'islam

Dans les annexes du projet de loi de finance 2018, on découvre, parmi diverses dépenses, celles concernant les cultes, soit plus de 2,7M€. Ces dépenses recouvrent le suivi des affaires relatives aux différents cultes : tutelle administrative sur les congrégations et collectivités religieuses, et application du régime concordataire dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Parmi ces dépenses, il y a celles d'investissement et celles d'intervention.

Les crédits d’investissement sont destinés à financer les travaux relevant de la responsabilité de l’État, propriétaire des quatre implantations cultuelles des départements concordataires d’Alsace et de Moselle. Il s’agit des grands séminaires et palais épiscopaux de Metz et Strasbourg. La dotation budgétaire est exclusivement utilisée à des travaux de pérennisation du patrimoine (réfection de toitures et de menuiseries extérieures) ou de mise en sécurité (structurelles ou relevant de la réglementation incendie).

Les crédits d’intervention d’un montant de 1,3 M€ sont destinés, d’une part, au versement des subventions aux communes pour la réalisation des travaux sur les édifices cultuels (pour l’essentiel des réfections des toitures) et, d’autre part, aux cultes catholique, protestant et israélite pour leurs frais d’administration. La mise en œuvre du plan de lutte anti-terrorisme augmente les crédits d’intervention d’un montant de 0,8 M€. Cette enveloppe sera consacrée au financement de diplômes universitaires et de recherches en islamologie.

1- Les diplômes universitaires de formation civile et civique : c'est pour l'islam

La qualité de la formation que reçoivent les ministres du culte et les responsables cultuels exerçant sur le sol français est un enjeu majeur pour l’islam de France. Les consultations locales organisées et les instances de dialogue avec les Français de confession musulmane ont permis d’identifier une demande croissante de formation des cadres religieux musulmans. 

Le ministère de l’intérieur finance ainsi, depuis 2008, des diplômes universitaires (DU) sur le fait religieux et la laïcité. Jusqu’en 2014, six universités dispensaient ces formations (Institut catholique de Paris, Lyon, Strasbourg, Aix et Bordeaux). Cinq DU ont été ouverts en 2015 : Mayotte, Paris-Sud, Paris 1, Lille et Toulouse. Nantes, La Réunion et Rennes ont inauguré leur DU en 2016, soit un total de 14 DU. En 2017, 4 nouveaux DU sont créés ou préfigurés dont un diplôme inter-universitaire à distance porté par l’Université de Toulouse et un créé par le centre national des arts et métiers (CNAM). L’année 2018 devrait permettre d’atteindre un nombre de 22 DU. La croissance du réseau des DU implique également une augmentation du budget lié aux déplacements permettant le suivi et l’évaluation de ces formations financées par le ministère de l’intérieur, ainsi que des réunions bisannuelles de coordination.

Enfin, la formation linguistique des imams nécessité une enveloppe consacrée à cette thématique. Un montant global de 0,4 M€ est ainsi consacré en 2018 à la formation profane des ministres du culte (musulman).

2- Les recherches en islamologie et sur l’Islam de France :

En février 2015, le ministre de l’intérieur annonçait la volonté gouvernementale de relancer les études sur l’islam de France et l’islamologie à l’université, dans le cadre d’un pilotage conjoint avec le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’objectif de ces programmes de recherche est de répondre aux besoins de connaissance du ministère de l’intérieur au regard de la diversité des institutions, courants, pratiques et discours relatifs à l’Islam contemporain en France. En 2015 et 2016, ces crédits ont permis de financer deux colloques, un prix de thèse, un cycle de conférence à l’Institut du monde arabe ainsi que 12 projets de recherche. En 2017, cette ligne budgétaire a financé à nouveau sept projets de recherche et un prix de thèse. Il en sera de même en 2018. Un montant de 0,4 M€ est prévu en 2018 pour financer ces actions de recherche.

L'allahïcité a du bon.

Posté le 25 octobre 2017 à 09h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

La mosquée de Poitiers louée 4,5€ par an

Minute relate l'hallucinante séance au tribunal de grande instance de Poitiers où étaient jugées les Identitaires pour avoir osé déployer une banderole sur le toit de la mosquée. Au détour du récit, Antoine Vouillazère mentionne le coût dérisoire de la location octroyée par la ville :

Capture d’écran 2017-10-25 à 07.54.02

Posté le 25 octobre 2017 à 07h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

23 octobre 2017

Poitiers : le procès des Identitaires a été l’occasion de montrer le vrai visage de l’imam

Cinq militants identitaires étaient jugés la semaine dernière à Poitiers pour avoir occupé, en 2012, pendant quelques heures, l’immense mosquée en construction. Parmi eux, Damien Rieu, qui revient au micro de Boulevard Voltaire sur le déroulement de ce procès et souligne le fait qu’il a été l’occasion de montrer le vrai visage de l’imam de Poitiers. Le verdict sera rendu le 7 décembre.

Posté le 23 octobre 2017 à 21h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

22 octobre 2017

Conférence d'un imam dans une église

Hassan-BelmajdoubJeudi 16 novembre en l’église de la Trinité à Bordeaux, une conférence sera donnée par l’imam de Mérignac, Hassan Belmajdoub, sur “La rencontre de l’autre en toute sincérité“. 

Hassan Belmajdoub a été l’un des membres fondateurs (avec Fouad Alaoui) de la branche locale des des frères musulmans, et il est désormais le président de l’association des musulmans de Mérignac.

Lors d’un entretien donné dans sa mosquée à un prédicateur radical (Rachid Haddach), Hassan Belmajdoub énumère une liste de « personnalités » venues prêcher dans sa mosquée. La plupart appartiennent à la mouvance radicale ou salafiste comme Mohamed François, Nader Abou Anas ou Rachid Abou Houdeyfa. Rachid Abou Houdeyfa est l’imam de Brest qui déclarait que « ceux qui écoutent de la musique seront transformés par Allah en singe ou en porc » ou encore à propos des femmes qui ne portent pas le voile : « elle ne doit pas s’étonner que les frères, que les musulmans ou non-musulmans abusent d’elle » !

Posté le 22 octobre 2017 à 16h33 par Michel Janva | Lien permanent

21 octobre 2017

La modération des réseaux sociaux, arme de subversion massive ?

Selon le site "gatestone institute", les modérateurs de réseaux sociaux comme facebook, recrutés pour chaque langue dans des pays de main d'oeuvre à bas prix, et donc pour les francophones à forte représentation musulmane, censureraient de façon assez systématique les contenus défavorables à l'Oumma.

Extrait du site:

  • Les sites Internet des grands médias français sous-traitent la modération des commentaires à des sociétés dont le personnel est généralement situé dans les pays francophones à bas coût de main d'œuvre, en Afrique du Nord et à Madagascar. En France, la rumeur accuse Facebook d'en faire autant. Facebook ne confirme ni n'infirme.

  • La seule chose que l'on constate est que les islamistes haineux continuent de proliférer sur Facebook, alors que les anti-islamistes sont harcelés et voient leurs comptes fermés.

  • Les islamistes chassent en meute sur Facebook. Une fois qu'ils ont repéré quelqu'un qui leur déplait, ils le dénoncent à Facebook comme « raciste » ou « islamophobe » et leurs comptes sont supprimés.

Si l'analyse nous semble plausible, on notera toutefois que les faits manquent de détails quant à leur relation et de sources référencées, et plus généralement que le gatestone institute est un organe de réflexion au service du mondialisme (voir son comité de direction ici, et chercher des précisions sur n'importe quel moteur de recherche), qui se plait à évoquer les risques de guerre civile liés à l'invasion migratoire, quand son idéologie en est la cause principale.

Posté le 21 octobre 2017 à 12h15 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (9)

20 octobre 2017

L'armée française se prépare au retour des djihadistes de Daech dans l'hexagone

 

 

Posté le 20 octobre 2017 à 19h45 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (14)

Pendant que les médias nous gavent d'islamophobie en France : 104 églises profanées en 4 mois.

Du boulevard Voltaire : 

"Le site lagauchematuer.fr a relevé que, du 1erjanvier au 15 février, 45 églises ont été visitées par des infidèles indélicats. Une par jour. Cela va du tabernacle vandalisé à l’église incendiée, en passant par des tags démoniaques défigurant chœur et autel. Le site propose « un panorama de cette christianophobie ordinaire ».

Mais il y a pire statistique encore. Sur un autre site spécialisé dans l’observation des actes de christianophobie, dirigé par Daniel Hamiche (www.christianophobie.fr), sont répertoriés l’ensemble des actes commis contre des églises, des lieux de culte, de dévotion, des écoles et des sites Internet chrétiens en France. La synthèse mensuelle de ces actes est tout simplement ahurissante ! Et totalement ignorée du gouvernement et de ses complices les médias. Pendant les quatre premiers mois de l’année, ce sont 170 actes qui ont été relevés par cet observatoire, dont 104 concernent des églises ! Une interruption de messe aux cris de Allahu Akbar, le caillassage de l’église de Lacanau, une sacristie incendiée, des tags anarchistes sur une église de Tours. Car ces actes christianophobes ne sont pas toujours le fait des adorateurs d’Allah mais souvent, aussi, celui de jeunes satanistes ou de cette secte des antifas, les milices armées de notre Premier ministre, qu’il ne veut surtout pas dissoudre pour entretenir un certain désordre sur notre sol. Et c’est peut-être bien là son seul bilan positif" (suite).

Posté le 20 octobre 2017 à 18h38 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (5)

« Nous ne pouvons que nous réjouir de l'islamisation du pays des Francs, Allahu Akbar.»

C'est un commentaire postée sous cette vidéo. L'occasion d'écouter la dernière homélie du père Boulad, sj. Et d'agir ensuite : les bons mots ne doivent pas suffire.

"vous avez le droit d'annoncer Jésus-Christ, mais l'Eglise de France se tait! Pourquoi? Parce que les ordres viennent de très haut... alors que les musulmans attendent une parole!"

"Ensemble, la France doit redevenir chrétienne".

"Nous sommes en 44 aujourd'hui. c'est la même gravité de situation. Ce n'est pas le nazisme, c'est pire. un autre fachisme qui a décidé de conquérir l'Europe. En fait, il y a deux fachismes. Le fachisme de l'argent et le fachisme islamique".

Posté le 20 octobre 2017 à 17h51 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (14)

Poitiers : le procès de Génération identitaire se transforme en procès de l'UOIF

Déclaration de Damien Rieu devant le Tribunal de Poitiers, où il est poursuivi pour être monté sur le toit de la mosquée de Poitiers :

DMkKNEUXcAAbpR6 DMkKNEQXkAAHODp

Posté le 20 octobre 2017 à 17h39 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (18)

Islamo-gauchisme : de Weinstein à Tariq Ramadan

L’ex-salafiste repentie Henda Ayari accuse Tariq Ramadan de "viol" :

Unknown-12"Je vais vraiment avoir besoin de soutien mes ami(e)s, car en balançant le nom de mon agresseur, qui n'est autre que Tariq Ramadan, je sais les risques que j'encours...

J'ai gardé le silence depuis plusieurs années par peur des represailles car en le menaçant de porter plainte pour le viol dont j'ai été victime, il n'avait pas hésité à me menacer et à me dire également qu'on pourrait s’en prendre à mes enfants, j'ai eu peur et j'ai gardé le silence tout ce temps.

J'en ai tout de même parlé dans mon livre dans un chapitre entier en changeant son nom, pour ne pas être poursuivie en justice pour diffamation, mais aujourd'hui je ne peux plus garder ce secret trop lourd à porter, il est temps pour moi de dire la vérité.

C'est très dur mais je me sens soulagée, j'ai ressenti le besoin de parler aussi pour toutes les autres victimes, J'espère vraiment que d'autres femmes victimes, comme moi, oseront parler, et dénoncer ce gourou pervers qui utilise la religion pour manipuler les femmes !

Je sais qu'il me tombera dessus avec son équipe d'avocats et ces nombreux soutiens, c'est pour cela que je vais vraiment avoir besoin de vous pour me soutenir ! Car je m’apprête à traverser une grosse tempête mais je ne compte plus me taire ni faire marcher arrière au nom de toutes les femmes victimes !"

Posté le 20 octobre 2017 à 16h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Radical ou déséquilibré : portrait de l'imam de Poitiers

Damieu Rieu, responsable de la communication de la mairie de Beaucaire, fait partie des identitaires qui étaient montés sur le toit de la mosquée de Poitiers, affaire actuellement jugée. Sur Twitter, il a déroulé une petite enquête sur l'imam de la mosquée de Poitiers :

"Côté face, cet imam tient des discours mielleux sur la tolérance et le dialogue interreligieux, bien aidé par la dramatique naïveté du diocèse Poitiers qui lui apporte sa caution régulièrement. Côté pile, il est vice-président UOIF, branche française des Frères Musulmans organisation islamiste classée terroriste et interdite dans de nombreux pays. Pour faire très simple, les Frères Musulmans c'est la chariah par les urnes, là où Daesh pratique le djihad armé. Divergence stratégique mais objectif similaire.

Boubaker El Hadj Amor est également directeur de l'IESH, un "institut" de formation des imams qui dupe l'État derrière une façade proprette. Mais en quelques clics sur leur site internet , on découvre dans l'onglet Fatwas (sic) que cette école se revendique tranquillement de Yussef El Qaradawi un dangereux prédicateur islamiste recherché par INTERPOL et désormais interdit de séjour aux USA, au Royaume Uni et en France. Il légitime attentats suicides, la mise à mort des juifs et des homos la violence contre les femmes et a participé au financement d'Al-Qaïda. Bref une créature infâme quoi. 

Sa fiche Wikipédia vaut le détour. Il a fait des conférences pour l'IESH que préside Boubaker El Hadj Amor, comme cette vidéo le montre. 

DMhAoZFX0AYM_ZM

Plus anecdotique, Boubaker s'était opposé au rectorat (il est prof) qui voulait diffuser un doc de prévention de la radicalité aux élèves. Enfin, sur la page facebook de la mosquée de Poitiers elle-même, gamine de 6 ans en hijab...

DMhBmmQWAAEsNgF

.. et publicité pour une conférence de Hani Ramadan et Hassan Iquioussen...

DMhCS4CW0AEYTRI

(Connu pour propos antisémites, dérapage "les attentats sont de faux problèmes" + compare ceux qui quittent l'islam à des traitres à qui on tire 12 balles dans la peau).

Quand on trouve tout ça en quelques clics on ose imaginer ce qu'on peut découvrir avec une vraie enquête..."

Posté le 20 octobre 2017 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

19 octobre 2017

Un policier qui avait identifié Merah a été ignoré car sa hiérarchie privilégiait la piste de l’ultra-droite

D'Ivan Rioufol :

"En France, un autre écœurement prend à la gorge avec le dévoilement des coulisses de l’affaire Mohamed Merah. Merah est cet islamiste abattu en mars 2012 à Toulouse après ses attentats contre des soldats et des enfants juifs.

Lundi, lors du procès de son frère, Abdelkader, aux assises spéciales de Paris, l’ancien patron du renseignement toulousain, Christian Balle-Andui, a révélé un scandale vite oublié. Parce que la pression de la gauche morale désignait l’extrême droite comme coupable, la hiérarchie ne voulut pas entendre ce policier qui désignait des djihadistes. Dès le 15 mars et les meurtres de deux militaires à Montauban, Balle-Andui communiqua une note contenant des noms de suspects, dont le tueur. Le document fut ignoré, comme le fut sa demande de visionner les vidéos. Le policier a assuré, lundi, qu’il aurait pu reconnaître Merah et peut-être stopper sa course. Quatre jours plus tard, il tuait un adulte et trois enfants dans l’école juive de Toulouse. Mais le FN était, et demeure, l’ennemi officiel."

Posté le 19 octobre 2017 à 22h32 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

18 octobre 2017

Mohammed dans le top 20 des prénoms

Il n'y a pas de grand remplacement, bien entendu, mais L’Officiel des prénoms 2018 à paraître ce jeudi 19 octobre a été rédigé en s'appuyant, comme depuis près de 20 ans, sur les données de l’Insee et des registres de l’état civil pour déterminer, au plus juste, quels seront les prénoms préférés des Français, en 2018.

Si aujourd’hui les prénoms les plus portés en France sont Jean, Michel et Philippe (un peu comme les rédacteurs de votre blog...) pour les garçons et Marie, Natalie et Isabelle pour les filles, ils ne font plus partie des préférences des futurs parents.

Du côté des prénoms féminins, c’est Louise qui prend la première place. Puis, suivent Emma et Jade. Chez les garçons, Gabriel, Raphaël et Jules sont les trois prénoms masculins qui seront le plus donnés en 2018. Derrière Gabriel, Adam, Nathan ou encore Aaron, l'auteur note l'arrivée dans le top 20 du prénom Mohamed.

Posté le 18 octobre 2017 à 17h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Des enseignements de langue et culture d’origine assuré par les ambassades

Philippe de Beauregard, maire de Camaret-sur-Aigues, dans le Vaucluse, a eu la désagréable surprise de se voir imposer par l’Education nationale la mise à disposition de deux salles communales pour accueillir des enseignements du marocain et du turc. Il explique dans Minute :

Unknown-7"[...] A la rentrée scolaire de septembre 2014, j’ai reçu un courrier comminatoire du directeur de l’Académie m’enjoignant de mettre à disposition deux salles de classe dans le cadre des « enseignements de langue et culture d’origine ». J’ai aussitôt pris contact avec l’Académie pour savoir à qui cet enseignement s’adressait et dans quelles conditions il serait dispensé. Comme, sur la commune, il y a de nombreuses familles d’origine italienne, j’ai pensé un moment que le rectorat avait peut-être choisi de mettre la langue de Dante à l’honneur. J’ai rapidement déchanté. En réalité, ordre m’était donné de fournir une salle de classe de l’école Mistral pour l’enseignement de l’arabe et de la culture marocaine, et une salle de l’école des Amandiers destinée à l’enseignement du turc !

[...] C’est stupide et irresponsable de vouloir enseigner l’arabe et le turc à des enfants qui ânonnent le français et dont les familles immigrées peinent à s’intégrer. Leur offrir des cours d’arabe, c’est faire le jeu du communautarisme. Et bien évidemment, j’ai immédiatement été inquiet. Il faut rappeler, et souligner, que les Elco ne relèvent pas de professeurs payés et encadrés par l’Education nationale. L’enseignement est  assuré par un personnel recruté et rémunéré par les ambassades des pays concernés. A Camaret, le professeur chargé d’enseigner le marocain est donc un sujet de sa majesté Mohammed VI, lequel porte officiellement le titre de Commandeur des croyants. Quant au professeur chargé d’enseigner le turc, il est payé par l’ambassade d’Ankara à Paris et reçoit ses consignes d’un gouvernement islamo-conservateur dont la politique sulfureuse est régulièrement condamnée par la communauté internationale et les associations de défense des droits de l’homme. Mais le plus gros, c’est qu’on ignore sur quels supports pédagogiques s’appuient ces enseignants musulmans pour articuler leurs cours ! [...]"

Posté le 18 octobre 2017 à 08h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (20)

17 octobre 2017

#balancetonporc : avec les musulmans ça marche aussi ?

Pour Yves Daoudal, cette affaire de délation publique est un enfumage :

"On peut se demander si le très élégant et subtil hashtag « Balance ton porc » est islamophobe. Tout au contraire, il vise à empêcher toute dénonciation de musulman, dont la religion interdit qu’il puisse être traité de porc.

En réalité, cette hystérie de dénonciation des « harceleurs sexuels » n’est rien d’autre qu’un enfumage (mais celles qui tombent dans le panneau seraient tout étonnées si elles s’en rendaient compte), au moment où le gouvernement et le Parlement concoctent une loi contre le « harcèlement de rue ». Sans jamais le dire, les promoteurs de cette loi savent pertinemment que la quasi totalité des coupables ne sont pas des Français de souche (et que c’est l’immigration qui a fait surgir le phénomène, de façon encore plus criante depuis la vague des « réfugiés »). Ce qu’il faut à tout prix cacher, autant que possible. D’où cette campagne de stigmatisation à destination exclusive de ces immondes gros porcs de Français de souche qui sont légion…"

Pour mémoire cette chronique d'Eric Zemmour, après les agressions sexuelles à Cologne par des immigrés :

  Z

Posté le 17 octobre 2017 à 17h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Ecoles : Caroline Fourest amalgame les catholiques et les Frères Musulmans

Interrogée dans un dossier sur les établissements hors contrat déclare :

0 1

2

Posté le 17 octobre 2017 à 15h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

16 octobre 2017

L'aliéné du jour

Dans ce grand asile à ciel ouvert qu'est la France :

"Ce lundi en fin de matinée, un homme a été interpellé alors qu’il était agenouillé devant le palais Niel, le quartier général de la 11ème brigade parachutiste, situé rue Montoulieu Saint-Jacques, en face du Grand-Rond, dans le centre-ville de Toulouse.

L’individu s’est posté devant les grilles du bâtiment aux alentours de 9 heures et a crié plusieurs fois « Allah Akbar », « Dieu est le plus grand » en arabe. Le chef de poste du site aurait tenté de rentrer en contact avec l’homme, en vain. Alertée, la police a immédiatement interpellé l’individu sur place. Une perquistion de la BAC ( brigade anti-criminalité) a eu lieu à son domicile ce lundi matin.

L’homme est bien connu des services psychiatriques, il a séjourné plusieurs fois à l’hôpital Gérard Marchant, à Toulouse. L’individu a été placé en garde à vue au commissariat central de Toulouse ce lundi matin et une expertise psychiatrique a été demandée."

Posté le 16 octobre 2017 à 19h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)


     Archives > France : L'Islam en France

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : L'Islam en France