20 juin 2014

2 ou 3 djihadistes français par jour

Chaque jour, ils seraient deux ou trois à quitter le territoire français pour aller mener le djihad en Syrie, selon Pierre-Henri Digeon, le directeur de la Police de l'air et des frontières d'Orly.

Posté le 20 juin 2014 à 13h40 par Michel Janva | Lien permanent

17 juin 2014

Islam et charcuterie ne font pas bon ménage

Un symptôme de la présence grandissante de l'islam dans notre pays :

"Les industriels de la charcuterie ont connu en 2013 une année noire, avec 1.100 emplois supprimés et pour la première fois depuis trois ans une production en repli, s'est alarmée mardi leur fédération (Fict). [...]

"Le bannissement de la charcuterie en restauration collective pour des raisons confessionnelles ces trois/quatre dernières années pèse et on n'arrive pas à redresser la barre", commente Robert Volut."

Posté le 17 juin 2014 à 22h15 par Michel Janva | Lien permanent

16 juin 2014

La base géante des Frères Musulmans à Bordeaux dévoilée

Lu ici:

"L’information a été révélée par le quotidien portugais Público. C’est un cabinet d’architecte portugais qui a été choisi par les musulmans de Bordeaux, afin de construire le vaste centre islamique voulu par Alain Juppé dans le quartier de la Bastide. Alain Juppé a mis à disposition un vaste terrain municipal cédé pour une Grande Mosquée (Sud Ouest du 5 avril 2013).

D’après Público, cette mosquée avoisinerait un coût de plus de 24 millions d’euros, pour une surface de 12 000 mètres carrés ! L’espace dédié au culte pourra accueillir plus de 4000 fidèles, soit le plus vaste local religieux de toute la région.

Ce projet démesuré, dans les tuyaux depuis une dizaine d’années, est soutenu par le maire de Bordeaux, mais également par les socialistes, dont l’ancien candidat aux municipales, Vincent Feltesse, avait versé 50 000 euros sur sa réserve parlementaire." [suite]

Posté le 16 juin 2014 à 08h32 par Marie Bethanie | Lien permanent

14 juin 2014

Pour contrer l'islam radical: des imams formés en province

Si vous ne connaissez pas encore l'institut Al-Ghazâlî, sachez qu'il s'agit d'un organe de la Grande Mosquée de Paris, chargé entre autres de la formation des imams.

Christiane Taubira expliquait hier que "les problèmes ne viennent pas de l'exercice du culte, mais d'imams qui s'improvisent et qui appellent à la haine et à la violence [dans les prisons]." Le ministre de la Justice est soutenu par le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve, qui veut

 « faire en sorte qu'il y ait des imams formés qui savent ce qu'est l'islam, en ont la culture et vont l'expliquer en prison ». [...]

C'est là qu'intervient l'institut Al-Ghazâlî, qui va ouvrir des formations d'aumôniers musulmans en province. "Un moyen de contrer les imams autoproclamés et d'éventuelles dérives radicales"

Seront donc ouvertes, à partir de la rentrée prochaine, des annexes de l'institut Al Ghazali, dans le Nord, à Marseille, Lyon, Clermont-Ferrand, Besançon, Perpignan… (Des "séminaires musulmans", en quelque sorte, puisque l'on parle désormais d'"aumôniers musulmans"...) Reste à savoir si le discours de ces gens-là sera "radicalement" différent des "dérives radicales" actuelles, selon le souhait de nos ministres.

Posté le 14 juin 2014 à 15h46 par Marie Bethanie | Lien permanent

12 juin 2014

Nouveau dérapage du sénateur PS Jean-Pierre Michel

Le sénateur PS de Haute-Saône a déclaré à propos des djihadistes :

« Les terroristes d’un jour sont des héros le lendemain »

Posté le 12 juin 2014 à 07h43 par Michel Janva | Lien permanent

11 juin 2014

Environ 850 djihadistes français potentiels

Loïc Garnier, ancien patron de la brigade criminelle devenu chef de l'unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat), déclare au Figaro :

"Aujourd'hui en France, plusieurs centaines de gens potentiellement dangereux ou exprimant des velléités de départ vers le djihad sont sous surveillance. C'est une question majeure de sécurité mais aussi un enjeu de santé publique puisque nous sommes face à un nombre important de très jeunes individus qui n'imaginent pas qu'ils vont mettre en jeu leur vie et leur santé mentale… [...]

Nous savons que certains jeunes individus, des djihadistes européens parmi lesquels figurent des Français, sont pris en charge par des cadres d'al-Qaida qui les entraînent dans le but de mener des attentats en Europe. Sélectionnés sur des critères notamment linguistiques, sur leurs capacités à se fondre parmi la population occidentale et à frapper le moment venu avec toute la détermination nécessaire, ils apprennent les techniques de fabrication de bombes artisanales, l'art de la dissimulation et tout le sang-froid voulu pour commettre un attentat suicide. Ayant fait l'objet d'un «lavage» de cerveau, ils ne sont plus dans un combat contre Bachar le dictateur mais aux sources de la dialectique d'al-Qaida qui dit: «Là où tu es, frappe le mécréant, frappe l'apostat.» Nous sommes face à une menace protéiforme, à un phénomène que l'on a jamais connu. C'est aujourd'hui notre plus grande inquiétude.

[...] Sachant que la surveillance d'une seule personne 24 heures sur 24 suppose un minimum d'une vingtaine de fonctionnaires à renouveler tous les deux jours pour éviter qu'ils se fassent repérer, il est impossible, ni même souhaitable, d'épier tout le monde.

[...] Pour l'heure, on dénombre environ 850 djihadistes français potentiels, dont 31 sont décédés et certains ont pris la route du retour. [...]"

Posté le 11 juin 2014 à 09h25 par Michel Janva | Lien permanent

05 juin 2014

EELV dénonce le djihadisme New Age

Question de Esther Benbassa, Sénatrice EE-LV, au ministre de l'Intérieur :

" Monsieur le Ministre, L'antisémitisme en France est désormais sur une pente meurtrière. Les attentats de Toulouse, puis de Bruxelles l’ont démontré. Leurs protagonistes, l’un avéré, l’autre présumé, ont suivi des parcours similaires : sortie prématurée du milieu scolaire, petite délinquance, radicalisation islamique en prison, voyages d'initiation au djihad au Moyen-Orient. Ils symbolisent le lien coupé avec la société française. Leur dérive nous interpelle sur l'école, sur les modalités d'encadrement de nos jeunes, sur ces mouvements de jeunesse qui ne remplissent plus leur rôle, inaptes à pallier la déstructuration du modèle familial patriarcal duquel sont en principe issus ces futurs djihadistes, endoctrinés dans la haine du Juif et d'Israël au nom d'un islam extrémiste ingurgité sur internet, et gagnant bientôt l’Orient, où cet endoctrinement se double d'un apprentissage du terrorisme. Si les mesures annoncées hier par le ministre de l’Intérieur au conseil des ministres sont nécessaires, la question que ces actes terroristes nous posent n’est pas seulement d’ordre sécuritaire. Le djihadisme New Age, en France, est d’abord un problème sociétal. La prison en est devenue le réservoir. L'abandon à soi-même, la promiscuité, aussi, la fréquentation de salafistes fraîchement convertis y préparent au pire, quand une peine de probation éviterait à certains le passage par la case prison pour de petits délits. La future réforme pénale aidera peut-être à résoudre au moins cet aspect des choses. Le diagnostic sociologique étant posé, les regains actuels d’un antisémitisme polymorphe ne peuvent pourtant que raviver, chez les Juifs, la mémoire du génocide qui a annihilé 6 millions d'entre eux ici-même, en Europe, dont 73 000 en France. Intolérable, cet antisémitisme doit être combattu par tous les moyens, comme l'islamophobie, la xénophobie et tous les racismes. Ces actes antisémites ne peuvent être ramenés à une affaire entre Juifs et musulmans. Les arabo-musulmans de France eux-mêmes pâtissent par réaction d’une aggravation du rejet indistinct et injuste dont ils sont déjà victimes. En fait, ce sont nos sociétés, démocratiques, libres, progressistes, que ces actes prennent pour cible et déstabilisent. Monsieur le Ministre, les discours d’apaisement et les messages de sympathie ne suffisent plus. Que compte faire le Gouvernement pour changer la donne en profondeur et rétablir les conditions d’un vivre ensemble acceptable ?

Posté le 5 juin 2014 à 14h59 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

30 Français morts en Syrie

"Plus de 30 ressortissants français" partis combattre en Syrie y ont trouvé la mort, a annoncé hier soir François Hollande.

Posté le 5 juin 2014 à 07h15 par Michel Janva | Lien permanent

04 juin 2014

Mehdi, ce brave garçon

Décrit par ses proches ou ses avocats comme

« Quelqu’un de gentil, d’intelligent, scolarisé, qui avait fait une année d’université »...« un peu discret »...« attachant, intelligent, ni religieux, ni violent »

Mehdi Nemmouche, 29 ans, est le prototype du brave garçon. Ce bon petit gars a néanmoins été arrêté à Marseille, un peu par hasard certes, au cours d'une perquisition douanière dans le bus qui le ramenait de Bruxelles. Les douaniers recherchaient des stupéfiants. Ils ont trouvé Mehdi Nemmouche. Fouillant ses bagages, ils sont tombés sur

"un arsenal impressionnant : une kalachnikov à crosse rétractable, avec 261 munitions, et une arme de poing de calibre 38, avec 57 cartouches."

"Dans ses bagages, les douaniers qui l’ont interpellé ont aussi retrouvé une caméra portative, comme celle qu’avait utilisée Mohamed Merah pour filmer les massacres de Toulouse et de Montauban, un appareil photo numérique, ainsi qu’un drap portant une inscription de l’État islamique en Irak et au Levant, l’un des plus violents groupuscules djihadistes sévissant en Syrie. L’exploitation de l’appareil photo a permis aux enquêteurs de découvrir une vidéo : une voix off, sans doute celle de Nemmouche, revendique l’attentat du Musée juif de Bruxelles, qui a fait quatre victimes, le 24 mai. Mardi, l’individu était encore en garde à vue au siège de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), pour “assassinat, tentative d’assassinat, détention et transport d’armes en lien avec une entreprise terroriste”.[...]

Le CV de Mehdi est déjà impressionnant:

" Né en 1985 à Roubaix, d’origine algérienne mais de nationalité française, Nemmouche a le profil classique du délinquant multirécidiviste. Condamné à sept reprises (la première fois en 2004 par le tribunal des enfants de Lille pour vol avec violences), il a déjà fait cinq séjours en prison : trois ans ferme en 2007 pour tentative de vol aggravé, deux ans ferme en 2009 pour vol à main armée… Il aura passé plus de cinq ans en détention, à Sequedin, Grasse, Salon-de-Provence, Le Pontet, Toulon. Il en était sorti en décembre 2012."

En prison, il devient pieux:

"Comme Mohamed Merah, c’est derrière les barreaux qu’il s’est radicalisé, au contact d’un “directeur spirituel” qui l’aurait converti au djihad. Il se laisse pousser la barbe et « s’illustre par son prosélytisme extrémiste, fréquentant un groupe de détenus islamistes radicaux et faisant des appels à la prière collective en promenade », précise le procureur de Paris, François Molins. Il utilise même, pour lancer ces appels, la chaîne hi-fi mise à sa disposition dans sa cellule. « Il était très respecté par les autres détenus : je pense même qu’il était craint ! », affirme l’un de ses gardiens, qui se souvient aussi qu’il ne manquait de rien : « Il recevait de nombreux mandats. »

Lieu de retraite spirituelle idéal, la prison est pour Mehdi l'occasion d'approfondir sa foi. Il fait du prosélytisme. Il a beaucoup d'amis comme lui, à tel point que les syndicats de surveillants de prison s'en inquiètent, et que le secrétaire général de FO Pénitentiaire écrit en 2013 à François Hollande:

« Nos détentions se sont ghettoïsées, laissant le prosélytisme islamique galopant s’installer et fédérer ses forces, préparant ses attaques et ses troupes à l’intérieur d’une institution républicaine : la prison ! C’est grave ! »[...]

Lorsque Mehdi sort de prison, en décembre 2012, il est devenu un saint homme. Il part pour la Syrie, où il reste plus d'un an, jusqu'à ce que l'Allemagne signale sa réapparition à la France, en mars 2014. Il était bien fiché par la DCRI (Direction Centrale du Renseignement Intérieur), ce bel organe créé par Manuel Valls pour éviter à tout prix une nouvelle affaire Merah. Mais la fiche ne fait pas tout apparemment, et Mehdi est libre de ses mouvements, personne ne le surveille, sans doute parce que des "braves garçons" comme lui, il y en a tellement qu'on ne sait plus où donner de la tête. 

Posté le 4 juin 2014 à 22h20 par Marie Bethanie | Lien permanent

Nemmouche : l'intox de Manuel Valls

D'Yves Daoudal :

"A propos de Mehdi Nemmouche et de ses semblables, le Premier ministre Manuel Valls a déclaré :

« Nous pouvons déchoir de la nationalité ceux qui s’attaquent aux intérêts fondamentaux de notre pays. Il n’y a pas de tabou. »

C’est ce qu’en 2010, député d’opposition, il appelait un « débat nauséabond et absurde ». Mais aujourd’hui il doit montrer qu’il est un dirigeant ferme et intrépide.

Sauf que, non, nous ne pouvons pas.

Pour déchoir quelqu’un de la nationalité française, il faut que cette personne ne soit pas née française mais ait acquis la nationalité française. Or la (quasi ?) totalité des jihadistes, à commencer par Mehdi Nemmouche, sont nés français, puisqu’on distribue la nationalité française à tout le monde depuis très longtemps : ses parents étaient déjà français.

La possibilité est même encore plus restreinte que cela : il faut que les faits reprochés se soient produits avant l’acquisition de la nationalité française ou dans les dix ans qui ont suivi."

Posté le 4 juin 2014 à 21h29 par Michel Janva | Lien permanent

03 juin 2014

Les djihadistes sont désormais parmi nous

Selon Gilles-William Goldnadel dans Le Figaro :

"Les djihadistes sont désormais parmi nous. Ils sont nombreux. Ils bénéficient de la peur ou de la complaisance d'une minorité, non négligeable, d'une partie de la communauté musulmane de France devenue nombreuse. Lutter contre eux est d'ores et déjà un combat très difficile pour la société démocratique. Et d'autres attentats sont évidemment à redouter. La communauté juive est à nouveau en première ligne, mais elle n'est pas la seule cible. Des chrétiens ou des musulmans modérés ont été et seront frappés.

Si l'on veut combattre vraiment et jusqu'au bout le djihadisme assassin, il faut oser dire à la société française ses 4 vérités:

-Première vérité: cette société démocratique a le devoir de se défendre. Y compris, avec des moyens exceptionnels lorsqu'elle est attaquée exceptionnellement. Les individus convaincus de djihadisme doivent être retranchés de la communauté nationale. Cela passe par la déchéance de la nationalité française.

-Deuxième vérité: Le djihadisme n'est qu'une des versions de l'islamisme. Il n'existe pas d'islamisme sans Jihad, ni Charia. L'islamisme a déclaré une guerre de conquête, civilisationnelle, au monde occidental judéo-chrétien. Aucune complaisance n'est permise avec aucun islamisme. Ni le wahhabisme des émirs, ni l'islamisme prétendument modéré de la Turquie ou de l'Iran, ni celui des Frères musulmans en Égypte, dans le Maghreb ou en Palestine (Hamas). [...]

-Troisième vérité: seuls quelques intellectuels dépassés ont encore l'idée de commencer leur condamnation du terrorisme en appelant à se garder d'amalgames anti-musulmans auxquels personne ne songe sérieusement, tant la majorité de la communauté musulmane française est opposée à la violence. [...]

-Quatrième vérité: la pression des clandestins aux frontières n'a jamais été aussi forte. C'est l'agence européenne Frontex, chargée du contrôle des frontières extérieures de l'Union Européenne qui nous en prévient. Son dernier rapport confirme la hausse importante de l'immigration clandestine. Qui a la naïveté encore de penser que parmi eux ne se trouvent pas de futurs djihadistes, alors même que les services antiterroristes sont déjà débordés en raison du nombre de suspects à surveiller?

C'est sans doute le combat le plus ingrat, le plus difficile à mener. Le simple fait de l'évoquer, c'est encourir le risque d'être diabolisé par les cerbères les plus vigilants de la police intellectuelle et des mœurs. Ceux qui prétendent incarner la résistance au fascisme, tout en courant derrière les fantômes du passé plutôt que d'affronter le vrai fascisme qui vient encore de tuer. C'est tellement moins risqué."

Posté le 3 juin 2014 à 21h34 par Michel Janva | Lien permanent

Affaire Mehdi Nemmouche : les musulmans de France sont inquiets

... et on peut les comprendre.

Ils ne sont d'ailleurs pas les seuls à être inquiets ; les non-musulmans le sont aussi.

Posté le 3 juin 2014 à 14h23 par Marie Bethanie | Lien permanent

Fête du ramadan à la mairie de Paris : Anne Hidalgo interpellée

Lettre ouverte d'élus parisiens du PCD, dont Franck Margain, à Anne Hidalgo à l'occasion de l'invitation à fêter l'ouverture du Ramadan à l'Hôtel de Ville le 9 juillet :

"Comme chaque année depuis 2001, les célébrations du début du ramadan par l’Hôtel de Ville de Paris auront lieu le 9 juillet prochain. Vous avez choisi de maintenir cette tradition instaurée par votre prédécesseur Bertrand Delanoë : comme vous le savez, cette initiative suscite l’interrogation de nombreux croyants Parisiens. Quelle politique municipale des cultes souhaitez-vous mettre en place à l’aune de votre nouveau mandat ? Fêter le ramadan, temps fort de la religion d’une partie de nos compatriotes français, avec l’argent public est un acte politique fort. Votre décision de privilégier les fêtes musulmanes par rapport aux fêtes chrétiennes, juives, bouddhistes doit être expliquée à vos électeurs.

L’Hôtel de Ville affirme que cette soirée relève d’une initiative culturelle et non cultuelle : les fêtes des différentes religions pratiquées par les Parisiens ont toutes une dimension culturelle et en particulier les fêtes chrétiennes qui rythment la vie culturelle de Paris. Cette manifestation met en valeur un temps cultuel fort. Nous pouvons fêter le ramadan, mais quid des Pâques, de Roshashana, du Vesak ou du Lesar ? Vous avez toujours fait part de votre combat en faveur des minorités. L’engagement de votre prédécesseur en faveur des musulmans pouvait trouver dans la nécessité de favoriser l’intégration une source respectable et comprise par les Parisiens.

Mais à ce jour, plus de 100 millions de chrétiens à travers le monde sont empêchés de vivre leur foi et subissent des persécutions, comme le démontre l’enlèvement de plus de 200 lycéennes par la secte islamiste Boko Haram. En 2013, plus de 2000 chrétiens sont morts suite aux persécutions.

Fêter à l’Hôtel de Ville les fêtes chrétiennes, qui sont souvent des journėes marquées par des massacres de chrétiens à travers le monde, serait l’occasion de manifester la solidarité de la ville de Paris vis-à-vis des chrétiens persécutés. Il y a de nombreuses communautés chrétiennes d’Orient à Paris : il serait légitime et généreux que la mairie de Paris les mette aussi à l’honneur, au titre des minorités religieuses présentes dans la capitale. Madame le maire, nous élus de Paris, nous vous demandons de prendre soin de tous les croyants, et de témoigner un respect identique à tous."

Posté le 3 juin 2014 à 13h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

Tuerie de Bruxelles : la LDJ dénonce la malhonnêteté des médias

Communiqué de la Ligue de Défense Juive, sous le titre "le tueur de Bruxelles ne serait pas membre du Front national" :

"La LDJ dénonce systématiquement sur son site tous les antisémites qui sévissent au Front National ou dans un autre parti politique français de droite comme de gauche.

Depuis une semaine tous les médias nous fatiguent avec le danger fasciste que représente le Front National en liant d’une manière malhonnête la tuerie de Bruxelles à la hausse du vote FN en France.

Malheureusement pour eux ce n’est pas un skinhead au crane rasé qui a tué. Les Français et notamment ceux de religion juive savent que le danger se situe du coté des islamistes. Il suffit de connaitre l’identité des auteurs d’agression sur des juifs en France depuis 15 ans pour en être convaincu.

Seule une politique de répression sévère (retrait de la nationalité française, expulsion, peine plancher de 50 ans à défaut du rétablissement de la peine de mort) accompagné d’un travail de renseignement intensif peut endiguer le danger islamiste. Ni l’UMP ni le PS ne veut prendre de pareilles mesures radicales mais nécessaires. C’est une des raisons pour lesquels les Français qui en ont marre de la délinquance en France se tourneront vers le Front National.

Notons que tous ceux au PS et à l’UMP qui traitent le Front National de parti nazi et fasciste n’ont jamais demandé son interdiction. On se demande bien pourquoi. Les Juifs de France ne se laisseront pas instrumentalisés par les relais du Parti Socialiste qui veulent faire croire que le danger antisémite se trouve principalement à l’extrême droite alors qu’il est principalement chez les islamistes et l’extrême gauche."

Posté le 3 juin 2014 à 07h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (34)

L'islam non compatible avec la démocratie : Véronique Genest assume

En promotion de son dernier livre, Véronique Genest, invitée du "Grand 8" de Laurence Ferrari sur D8, a été interrogée sur l'islam une première fois par Hapsatou Sy. Restant vague, la chroniqueuse lui a ainsi demandé si elle regrettait certaines de ses déclarations qui avaient pu choquer des gens.

"Je ne regrette jamais rien. Si les gens sont choqués, c'est peut-être qu'ils n'écoutent pas bien ce qu'on dit. Et puis je crois qu'il n'y a pas de délit d'opinion. C'est mon opinion et je l'assume".

Audrey Pulvar a ensuite demandé :

"Et quand vous dites que l'Islam est dangereux pour la démocratie...".

Véronique Genest a alors rétorqué :

"Ah, on revient là-dessus. Paf ! Ah non mais j'y ai droit à chaque fois. Bah écoutez, regardez autour de vous pour l'instant et laissez les gens se faire leurs opinions. Voilà. Regardez ce qu'il se passe dans le monde et vous verrez (...) C'est une opinion, c'est la mienne. Elle n'est pas plus mauvaise que le contraire".

Relancée par Audrey Pulvar, qui a alors cité ses anciens propos pour savoir si elle les répéterait dans les mêmes termes, Véronique Genest a cherché ses mots avant de proposer :

"Les dictatures sont mauvaises pour la démocratie, ça vous va ?".

Posté le 3 juin 2014 à 07h52 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (27)

"Le cas de Nemmouche ne sera pas le dernier"

Le chercheur Farhad Khosrokhavar, auteur de « L’Islam en prison » (Balland, 2004), et qui travaille sur les diverses formes de radicalisation en détention, déclare au Monde :

"Deux mille Européens seraient désormais sur place [en Syrie]. Et on peut craindre que ce type de phénomène [la tuerie de Bruxelles] va se reproduire dans un avenir pas très éloigné. Le cas de Nemmouche ne sera pas le dernier. On n’a pas pris la mesure du danger. Il y a eu une forme d’amateurisme dans la manière dont l’Europe a traité ce phénomène syrien. Des mesures sont prises maintenant, mais elles sont balbutiantes."

Posté le 3 juin 2014 à 07h30 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

02 juin 2014

"Islamisation" ou "évangélisation" dans les prisons ?

Interrogé ce matin sur Europe 1, le ministre de l'Intérieur, qui est ausi des cultes, Bernard Cazeneuve a évoqué Mehdi Nemmouche. Vers la 7e mn 51s, le ministre utilise le terme "évangélisation" à la place d'"islamisation", pour évoquer ce qui se passe dans les prisons françaises.

Posté le 2 juin 2014 à 18h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (37)

La mosquée va dialoguer avec la cathédrale

A Amiens :

A

Posté le 2 juin 2014 à 16h59 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

01 juin 2014

Tuerie de Bruxelles : une affaire Merah II

Les similitudes entre les tueries perpétrées par Mohammed Merah et celle qui a eu lieu à Bruxelles la veille des élections européennes sont confondantes, notamment pour les gros médias qui ont fait preuve de la même tartufferie.

NL'homme soupçonné d'être l'auteur de la tuerie commise au Musée juif de Bruxelles, le 24 mai, a été arrêté vendredi à Marseille. Agé de 29 ans, il est originaire de... Roubaix. Cet homme, qui est soupçonné d'avoir tué 4 personnes, a été arrêté en possession d’une Kalachnikov et d’un revolver du type de ceux utilisés dans la capitale belge. Le suspect est également accusé de s’être rendu en Syrie en 2013 aux côtés des djihadistes avant de rentrer en Europe en mars 2014. Il était fiché pour ces raisons par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Merah était allé en Afghanistan et il était également connu des services de police.

Les médias français avaient, dès le 24 mai, dénoncé le "populisme". L'individu était de type "européen". Mehdi Nemmouche est déjà connu des services de police. Après 4 incarcérations pour conduites sans permis et voies de fait, il a été incarcéré en 2007 dans une affaire de braquage. L'attaque d'une supérette à Tourcoing lui a valu de passer 5 ans en prison à Grasse. Lors de cette dernière détention, il s'est illustré par son prosélytisme extrémiste et l'appel à la prière collective en promenade. Après s'être radicalisé au cours de ses séjours en prison, il se rend en Syrie, après être passé par la Belgique, la Grande-Bretagne, le Liban et la Turquie. De retour d'un séjour en Asie du Sud-Est, il est repéré par la police allemande qui signale sa présence à la DGSI. Une fiche de surveillance est alors élaborée. 

Posté le 1 juin 2014 à 17h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (32)

28 mai 2014

Quand le bon sens vient d'où on ne l'attendait pas

Un surprenant commentaire sur le succès du Front National, d'un algérien pour les algériens. Ses arguments "coupent dans les virages", par moment, mais l'ensemble est excellent.

 

Posté le 28 mai 2014 à 10h03 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (14)

27 mai 2014

L'antisémitisme en Europe se rencontre au sein de populations issues de l'immigration récente

C'est Le Monde, le journal de référence de la gauche, qui le dit. Et c'est sobrement dit pour désigner les musulmans. Ce qui n'empêche pas en fin d'article le sociologue accuser aussi internet et le FN.

Posté le 27 mai 2014 à 15h38 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

24 mai 2014

Eleutheros, pour aider les ex-musulmans de France convertis

Anne-Claude Ranson, présidente d’Eleutheros, association qui a pour objet de défendre et promouvoir la liberté de conscience, de choix et de pratique de la religion chrétienne en France, déclare à Présent :

"Un certain  nombre de personnes, notamment d’anciens musulmans, rencontrent aujourd’hui chez nous, dès lors que l’entourage a connaissance de leur conversion au christianisme, des intimidations, des pressions, des menaces voire des persécutions parfois insoupçonnées ou pouvant passer pour des faits divers. En effet, le droit à l’apostasie dans l’islam n’est pas reconnu pour les musulmans : lorsqu’on naît musulman, on doit le rester toute sa vie ; dans la charia, la sanction est la mort. Même le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), créé au sein de notre République laïque pour être un interlocuteur avec le gouvernement, ne reconnaît pas ce droit dans sa charte. Au moment de sa création, notre gouvernement, après le refus d’une première mouture où cette liberté était mentionnée, n’a finalement entériné que la deuxième version proposée par le CFCM dans laquelle toute liberté de conscience et de droit de changer de religion est refusée implicitement à tout musulman. Voilà pourquoi, parmi ces musulmans qui se convertissent au christianisme, beaucoup préfèrent taire cette conversion.

Par ailleurs, on peut noter aussi les pressions intolérables subies au sein des couples « christiano-musulmans » pour que le conjoint chrétien se convertisse à l’islam et que les enfants issus de ces unions soient obligatoirement musulmans. De même, le chrétien isolé en banlieue « musulmane » peut éprouver d’autres « mésaventures » destinées à le chasser hors de son quartier. [...]"

Posté le 24 mai 2014 à 14h21 par Michel Janva | Lien permanent

22 mai 2014

Dans la famille Merah, les autorités voudraient la sœur…

Lu dans Présent :

"Considérée par nos services de renseignement et l’ancien chef de la DCRI Bernard Squarcini comme étant « plus dangereuse » encore que son frère Mohamed, Souad Merah, poursuivie en 2012 pour « apologie du terrorisme », récemment placée en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur les complicités dont aurait bénéficié Merah et normalement surveillée de près, a tout de même réussi à mettre les voiles. C’est du moins ce qu’ont confié les autorités mercredi, reconnaissant, un peu gênées, avoir perdu sa trace dans la région toulousaine. [...]

Souad Merah, comme son frère Abdelkader, était fichée, bien avant les crimes de mars 2012, comme membre de la mouvance salafiste par la DCRI. Son ancien chef, Bernard Squarcini, avait même indiqué que Souad et Abdelkader étaient perçus comme plus dangereux encore que Mohamed. L’enquête et le témoignage d’Abdelghani Merah avaient d’ailleurs démontré le rôle considérable joué par ces deux fous d’Allah dans l’endoctrinement de leur frère, lui soumettant notamment des textes et des vidéos favorables aux actions djihadistes. Témoignant anonymement dans l’émission de M6 déjà citée, un proche de la famille rapportait même à leur sujet : « Ils disaient qu’un jour, quand la guerre sainte viendrait en France, ils tueraient tout le monde. Tous les militaires de France, et puis tous les juifs, et que la France deviendrait un pays, un Etat musulman… »"

Posté le 22 mai 2014 à 22h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

21 mai 2014

Mgr Pontier : il n'est pas juste d'aller vers une laïcisation de la société

Dans le Rapport annuel de l’Observatoire de la laïcité 2013-2014 (pdf 281 pages), Mgr Georges Pontier est interrogé, au même titre que les représentants des diverses religions et des loges maçonniques. Le président des évêques de France distingue deux types de laïcité :

P"Pour ma part j'intitulerai mon propos au sujet de la laïcité aujourd’hui en France comme la perception d’une évolution ou d'une hésitation entre une ‘laïcité d’Etat’ et une ‘laïcisation de la société’. La première option de la laïcité, c’est celle prévue par la loi du 9 décembre 1905 qui consistait en une séparation et non pas à l'ignorance. Mais ce concept a évolué d'une toute autre manière au cours du XXIe siècle. [...]

Dans la conception première de la laïcité, il s'agit du comportement de l'Etat envers les Églises, à savoir la stricte neutralité, mais dans le respect de tous les citoyens et une acceptation de la manifestation religieuse dans le respect de l'ordre public. [...]

Il y a eu cependant un second courant de la laïcité qui s'est développé, celui d’une ‘laïcisation de la société’, ce qui soulève beaucoup d'interrogations de notre part. Ce n'est pas seulement pour nos intérêts particuliers que nous le craignons. Mais nous ne pensons pas juste d'aller vers une laïcisation de la société et le maintien de la manifestation des convictions religieuses uniquement dans la sphère privée, intime.

Existent des courants de pensée qui s'expriment pour une ‘laïcité de combat’ : pour eux la religion relève de l'obscurantisme. Ils sont favorables à des retours en arrière et aimeraient notamment revenir sur la loi Debré avec le slogan ‘argent public école publique’ pour instaurer des coupures radicales et ramener la République dans quelque chose de beaucoup plus strict. La laïcité ne serait plus un mode de fonctionnement, mais une doctrine. On a ensuite un autre sous-courant, qui s’exprime à travers une laïcité qui serait comme la fille de la sécularisation : Il s’agit de supprimer ce qui fait référence au monde chrétien pour organiser sa vie sociale. [...] Dans les édifices religieux, c'est la dimension culturelle qui sera la plus mise en avant, et on ne se demandera pas toujours si les spectacles qui sont donnés dans les églises sont en accord avec les conceptions des croyants. [...]

Le troisième courant considère lui que l'espace public n'est plus un espace public où chacun pourrait vivre sans freiner sa conscience. Pour ce courant l'espace public serait une extension du domaine de l'Etat. On peut le remarquer, par exemple, dans le fait que des personnes ont eu du mal à comprendre que l'Eglise se positionne sur des questions de société. Mais on peut aussi le trouver dans des exemples de tous les jours avec les histoires de Père Noël qui ne devraient pas venir à l'école. Il y a aussi la question des changements de jours fériés, avec une proposition de supprimer des fêtes chrétiennes du calendrier.

Il me semble que pour ce courant, ce qui a été l'élément déclencheur, c'est l'arrivée de l'islam et surtout la prise de conscience qu'il s'agit d'une présence de l’islam qui va durer, puisque nombreux sont les Français musulmans. De plus s'est rajouté à cette réalité le développement d'un islam radical et sectaire. [...] On est alors passé de la question : Est-ce qu'il faut leur accorder les mêmes droits et avantages qu’aux autres religions ? à la question : Ne devrait-on pas supprimer les avantages et droits qu'on a accordés aux autres religions afin de ne pas avoir à les leur accorder ? En conclusion de ce premier point il me semble qu'on est passé d'une laïcité qui était un mode de fonctionnement à une laïcité qui devient une opinion, une philosophie, dont on veut imposer une certaine conception stricte comme solution pour le vivre ensemble, au détriment de la neutralité de l'Etat et de la conception première d’Aristide Briand.

Je voudrais maintenant attirer votre attention sur un point important : Il serait dangereux de penser que les religions ne sont qu'une affaire personnelle, individuelle, alors qu'elles jouent un rôle social, en accompagnant les jeunes, en participant aux loisirs, en donnant des repères, en participant à l'enseignement, la formation. Elles jouent aussi un rôle dans l'aide aux plus pauvres et d'une manière générale, les élus sur le terrain se réjouissent de ce rôle. Elles jouent également un rôle dans l'accompagnement aux personnes éprouvées par la maladie, et celles en fin de vie. Elles offrent encore un cadre institutionnel au dialogue avec l'Etat et permettent de donner des repères et de lutter contre les fondamentalismes toujours possibles en leur sein. Il arrive que lorsque nous organisons une activité avec des jeunes, les caisses d’allocations familiales ne veulent pas nous subventionner parce qu'un temps est prévu pour une messe. La laïcité deviendrait une culture, voire une ‘religion laïque’ à promouvoir ou même à imposer. On peut comprendre la volonté de transmettre aux jeunes certaines valeurs avec la charte de la laïcité, mais on peut s'inquiéter lorsqu'on prétend arriver à une ‘reconquête’ des esprits qui auraient été ‘travestis’ par l'influence familiale ou religieuse. Étonnante généralité : ce ne sont pourtant pas les idéologies religieuses qui ont commis les deux grands drames du 20e siècle. [...]"

Posté le 21 mai 2014 à 11h34 par Michel Janva | Lien permanent

20 mai 2014

«Tu vas mourir, toi et tes enfants. J'appelle tous les musulmans à te punir.»

Ces menaces contre le directeur de l'IUT de Saint-Denis interviennent alors que l'établissement vit une crise interne sans précédent. Le directeur vient de mettre fin à un système d'escroquerie où des vacataires étaient payés alors qu'ils n'assuraient aucun enseignement. D'abord adressée à son bureau, ces menaces arrivent directement à son domicile.

La direction affirme avoir levé le voile sur un système de magouille extrêmement bien ficelée, qui reposerait sur des contrats avec des vacataires n'ayant simplement jamais enseigné. Le directeur a également engagé un bras de fer avec une association étudiante, «L'ouverture». Sous couvert d'être une simple association de voyages, cette dernière servirait en réalité de couverture à l'existence d'une salle de prière clandestine.

Les tensions ont commencé en septembre, quand la direction avait exigé l'interruption d'une vente de sandwich hallal. Le jour où sa présidente devait rencontrer le directeur, une fausse alerte à la bombe a provoqué l'évacuation totale de l'IUT et du quartier.

Posté le 20 mai 2014 à 09h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (27)

19 mai 2014

Désinformation du Monde sur les jeunes « happés par la guerre »

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Le Monde publie un article sur les sept jihadistes « strasbourgeois » qui viennent d’être arrêtés et mis en examen. Sous le titre :

A la Meinau, sur les traces des jeunes Strasbourgeois happés par la guerre en Syrie

On élimine les mots "musulmans" et "jihad". Exit l’islam, qu’il faut dédouaner à tout prix. Il ne reste que des « jeunes happés par la guerre ». Malgré eux… Le Monde leur dénie leur libre arbitre.

Et on commence par verser une larme : « Deux membres de l'équipée, les frères Yacine et Mourad B., y ont perdu la vie, laissant derrière eux une mère veuve et un petit frère. »"

Posté le 19 mai 2014 à 15h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

16 mai 2014

Ne pas croire que les musulmans n’ont pas à être convertis

Extrait de l'éditorial d'Aymeric Pourbaix dans Famille chrétienne :

F"[...] Cela implique aussi de poser la question du dialogue  ; voulons-nous, oui ou non, que nos frères musulmans rencontrent le Christ et qu’ils soient sauvés ? Sur ce point, il existe une autre tentation récurrente chez les catholiques : croire que les musulmans n’ont pas à être convertis, ou ne peuvent l’être. Ainsi, plusieurs centaines de millions de personnes seraient dans l’impossibilité de connaître la Vérité ? Ce serait faire injure aux musulmans, au plan du Salut de Dieu dans l’Église, et à la première des charités : faire connaître le Christ à tous.

Bien sûr, la charité inclut la prudence et le respect des personnes. Il n’est pas ici question de conversions forcées. Si le bienheureux Charles de Foucauld prônait une prédication par la sainteté de vie aux tribus islamiques, son projet n’était pourtant pas humanitaire, mais bien de porter l’eucharistie au cœur du désert. À bien des égards, nos cités françaises des quartiers « sensibles » ressemblent à des déserts, ces « périphéries » de l’existence chères au pape François. Déjà, certains pionniers y assurent une présence chrétienne, où la foi vécue en actes est aussi annoncée de manière explicite : des communautés religieuses, des laïcs, qui prennent en charge l’enseignement ou les loisirs des jeunes…

Mais l’importance croissante des populations musulmanes en France oblige les chrétiens à regarder en face l’urgence de la réalité, à la lueur de leur foi et de l’exigence de la mission. Pour ainsi mettre en œuvre la pensée prophétique de Charles de Foucauld : « Du jour où le musulman comprendra la beauté du catholicisme, il aura compris la France ; et dans la mesure où il admirera la charité chrétienne, il nous aimera. »

D’autant que l’enjeu n’est pas uniquement hexagonal , mais mondial : dans de trop nombreux pays musulmans, l’Église est réduite au silence. En France, nous avons la chance de pouvoir dire librement notre foi aux musulmans, même si cela demande un peu de courage. Ne pas en user serait une faute !"

Posté le 16 mai 2014 à 07h47 par Michel Janva | Lien permanent

15 mai 2014

2,5 M€ de subvention pour la Grande Mosquée de Tours grâce à l'UMP

Information de Valeurs actuelles (via) :

"Fin 2013, malgré le fort endettement, le maire Jean Germain a annoncé une subvention de 2,5 millions d'euros, en coopération avec la région, censée alimenter les activités culturelles et non cultuelles de la mosquée. L'arrivée d'un maire UMP, Serge Barbary, n'indique aucun revirement. Selon Chérifa Zazoua-Khames, adjointe au nouveau maire UMP en charge de la politique de la ville : "la subvention a été décidée en accord avec Philippe Briand, président UMP de la communauté d'agglomération et sera sans doute maintenue"

En revanche, trois bâtiments chrétiens (deux églises et une chapelle) menacés de destruction ou fermés pour "décrépitude" ne pourront pas, eux, compter sur le soutien des pouvoirs publics, qui en ont pourtant la charge".

A titre de comparaison, le nouveau maire FN de Mantes-la-Ville Cyril Nauth compte rompre l'engagement de la ville concernant la vente d'un bâtiment à une association musulmane.

Posté le 15 mai 2014 à 14h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

Il n'y a pas une "poignée de terroristes" et une masse de "bons musulmans"

Spécialiste du Maghreb et du Proche-Orient, Élisabeth Schemla répond à Valeurs Actuelles :

"Notre pays compte déjà près de 2 400 mosquées ou lieux de culte et il s’en ouvre deux par semaine. Que traduisent ces chiffres en croissance rapide ?

Ils traduisent évidemment l’extrême vitalité de l’islam en France, qui séduit de plus en plus d’hommes et de femmes, les jeunes en particulier. Massivement ceux qui sont culturellement musulmans et, de plus en plus nombreux, ceux qui ne l’étaient pas du tout et se convertissent. Désarroi identitaire, difficultés sociales, faillite du système éducatif, besoin spirituel, mais aussi facilité, violence et propagande expliquent, entre autres, le phénomène.

Aujourd’hui, l’existence d’un islam français, au sens où l’on peut parler d’un catholicisme, d’un judaïsme ou d’un protestantisme français, s’est imposée. Reste à savoir comment concilier cette religion “clivante” et les valeurs de notre République, qui avait oublié Dieu et n’était donc pas du tout préparée à encaisser une telle confrontation.

Quelles sont les caractéristiques de cette réislamisation ?

L’argent est le nerf de toute guerre. Or, les principaux bailleurs de fonds des mosquées et lieux de culte sont l’Arabie Saoudite et le Qatar, deux pays wahhabites parmi les plus fondamentalistes de la planète, esclavagistes et particulièrement violents à l’égard des femmes. Sans parler du terrorisme, ils exportent de façon plus ou moins directe un islam intégriste, une idéologie totalitaire et de piètres imams chargés de les propager.

Pour la plupart, ces hommes ne parlent pas notre langue et se moquent de notre culture ; leur seule mission est de faire du prosélytisme de séparation. Ajoutons la Turquie, dont on parle peu mais qui n’est pas moins active. Cette réislamisation est donc largement islamiste. C’est cette réalité que la gauche, notamment, à l’exception notable de Manuel Valls, se refuse à regarder en face. Elle aime croire qu’il y a, d’un côté, une poignée de terroristes ou de djihadistes et, de l’autre, une masse de “bons musulmans”. Cela me paraît terriblement à côté de la plaque."

Posté le 15 mai 2014 à 11h32 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

09 mai 2014

2 Français d’origine tunisienne arrêtés au Yémen

2 Français d’origine tunisienne, qui faisaient partie d'un réseau terroriste dans la province du Hadramout, dans le sud-est du Yémen, ont été arrêtés alors qu’ils s’apprêtaient à quitter clandestinement le territoire.

L’armée yéménite a lancé le 29 avril une opération d’envergure pour déloger Al-Qaïda de ses bastions des provinces de Chabwa et d’Abyane (sud), affirmant lui avoir infligé de lourdes pertes et lui avoir pris plusieurs positions et secteurs. 

Posté le 9 mai 2014 à 17h45 par Michel Janva | Lien permanent

08 mai 2014

Dalil Boubakeur va-t-il interdire le Coran ?

Le recteur de la Mosquée de Paris et président du Conseil français du culte musulman (CFCM), explique au Figaro comment il compte lutter contre l'embrigadement de jeunes musulmans dans le terrorisme international et la jihad :

"Nous devrions publier une charte de 21 articles qui sera distribuée à partir de jeudi à toutes les mosquées de France. Intitulée «Convention des musulmans de France pour le vivre ensemble», elle parle de la lutte contre toutes les formes d'incitation à la violence. Notre obsession est d'être attentif, préventif et de multiplier des rappels à l'ordre pour ne laisser aucune place à l'influence des prêcheurs de haine. Il existe hélas en France une organisation structurée d'un islam politique, avec ses recruteurs, ses armes et des objectifs guerriers. C'est contre ce type d'infiltration insupportable que nous comptons lutter."

Il va lui falloir interdire le Coran, dans lequel il est écrit :

« Dieu a acheté aux croyants leurs personnes et leurs biens pour leur donner le Paradis en échange. Ils combattent dans le chemin de Dieu : ils tuent et ils sont tués » (9, 111).

« Ne faiblissez pas ! Ne faites pas appel à la paix quand vous êtes les plus forts. Dieu est avec vous, il ne vous privera pas de la récompense due à vos œuvres » (47, 35).

« Combattez [les incrédules] jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sédition et que le culte de Dieu soit rétabli » (2, 193. Cf. aussi 5, 33 ; 9, 5 ; 9, 29 et 22, 78)

Posté le 8 mai 2014 à 17h27 par Michel Janva | Lien permanent

28 avril 2014

Conférence de Joseph Fadelle

Conf JF

Posté le 28 avril 2014 à 11h07 par Carole d'Hombelois | Lien permanent | Commentaires (0)

25 avril 2014

La France a-t-elle encouragé les djihadistes français à aller en Syrie ?

Alain Marsaud, ancien juge antiterroriste, actuel député UMP des Français de l'étranger et président du groupe de travail sur la Syrie à l’Assemblée nationale, a déclaré sur RFI que les djihadistes français qui combattent actuellement en Syrie sont les alliés de la diplomatie française.

Il estime que le Quai d'Orsay a encouragé ces djihadistes à aller combattre Assad et s'inquiète même de découvrir des opérations de manipulation du gouvernement français pour permettre leur départ en Syrie.

Posté le 25 avril 2014 à 09h38 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

24 avril 2014

Promotion du Djihad au rassemblement de l'UOIF au Bourget

Joachim Véliocas a effectué un reportage au Rassemblement des Musulmans 2014 de l'UOIF, au Bourget. Eloquent.

Pendant ce temps, le gouvernement brasse du vent en élaborant des mesures pour empêcher que de jeunes Français n'aillent faire le djihad en Syrie. 

Posté le 24 avril 2014 à 11h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

23 avril 2014

« Check-point » entre le monde des cités et celui de l'école

Et c'est Le Monde qui raconte l'entrée dans un lycée à Marseille :

"Loubna et Alain contrôlent le « check-point » entre le monde des cités et celui de l'école. Deux conditions pour passer : carnet de correspondance et chevelure libre. Sans qu'on lui demande quoi que ce soit, Samia ôte la partie supérieure de sa tenue couvrante, son jilbeb. Elle roule dans son sac la cape, assortie à sa jupe, qui couvrait ses cheveux et flottait sur son buste, enfile son long gilet et rejoint ses copines. A l'entrée de La Calade, le déshabillage est quotidien. « Parmi nos 500 élèves, une dizaine arrive en tenue intégrale », recompte mentalement la proviseure Marie-Pierre Van Huffel qui reconnaît l'augmentation du phénomène.

Posté le 23 avril 2014 à 09h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

22 avril 2014

Hollande ira à l’Inauguration de l’exposition « Hajj, le pèlerinage à la Mecque »

C'est dans l'agenda officiel de ce mardi 22 avril, à 11h.

Posté le 22 avril 2014 à 07h49 par Michel Janva | Lien permanent

Un régiment de djihadistes "français" en Syrie

L'ex-juge anti terroriste Marsaud estime que c'est l'équivalent d'un régiment de djihadiste français qui est présent en Syrie (ici à 0mn50). Soit minimum 1000 hommes.

Posté le 22 avril 2014 à 07h17 par Michel Janva | Lien permanent

21 avril 2014

L’homme était visiblement perturbé

... selon le sous-préfet.

Une homme s'est rendu dimanche de Pâques dans une église de Dole (Jura). Vêtu d’une djellaba et d’une coiffe, il a installé un tapis, à gauche de l’autel, alors que la messe de Pâques était en train d’être célébrée. Il a lu des versets du Coran avant d’écrire quelques lignes en arabe dans le registre paroissiale.

Posté le 21 avril 2014 à 00h09 par Michel Janva | Lien permanent

18 avril 2014

Congrès de l'UOIF : Ludovine de la Rochère mais pas Farida Belghoul

Le 31ème congrès de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) s'est ouvert aujourd'hui au Parc des expositions du Bourget (Seine-Saint-Denis). Il se tiendra jusqu'à lundi. Pour cette édition, l'UOIF, proche des Frères musulmans, a mis la cellule familiale au centre des débats, en choisissant pour thème:

"Quelles valeurs pour un monde en mutation? L'homme, la famille, le vivre ensemble."

Malgré ses inquiétudes sur l'idéologie du genre, l'UOIF a condamné les Journées de retrait de l'école (JRE), et n'a pas voulu inviter Farida Belghoul. Parmi les conférenciers invités on trouve les frères Hani et Tariq Ramadan, petits-fils du fondateur des Frères musulmans, Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour Tous, et le Père Christophe Roucou, chargé des relations avec l'islam à la Conférence des évêques de France.

Posté le 18 avril 2014 à 18h15 par Michel Janva | Lien permanent

16 avril 2014

La dénaturation du mariage au menu du Rassemblement annuel des musulmans de France

Le Rassemblement annuel des musulmans de France, qui se tient à partir de vendredi, a choisi le thème de la dénaturation du mariage et de l'idéologie du genre pour sa 31e édition.

Posté le 16 avril 2014 à 16h25 par Michel Janva | Lien permanent

Michel Onfray se finkielkrautise

Lu dans Minute :

"Samedi 12 avril, « On n’est pas couché », France 2

Le fait que les maires FN aient décidé de rétablir la viande de porc dans les cantines scolaires, là où elle avait été supprimée, scandalise Laurent Ruquier mais pas le philosophe Michel Onfray, l’un des invités de l’émission: « Moi je trouve que ce n’est pas inintéressant, comme il n’est pas inintéressant de poser la question de la viande halal aussi. Si on ne veut pas manger de porc, ce que je comprends, on peut aussi ne pas vouloir manger de viande halal. S’il y a des interdits alimentaires, il faut prendre en considération tous les interdits alimentaires! » Onfray devrait se méfier, déjà que certains l’accusent de se finkielkrautiser… D’un autre côté, si ça mène à l’Académie! "

Posté le 16 avril 2014 à 07h50 par Michel Janva | Lien permanent

15 avril 2014

Jusqu’à 90% de musulmans dans des établissements catholiques

Selon les secteurs géographiques, les écoles privées catholiques peuvent accueillir jusqu’à 90% de musulmans, estime l’Enseignement catholique. L’établissement privé catholique Jean Baptiste de la Salle, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) accueille 2.00 élèves, dont une majorité d’origine étrangère. 

Ce phénomène semble avoir pris de l’ampleur avec le temps, puisqu’un document intitulé «Musulmans en école catholique» a été publié en 2010 par la direction de l’Enseignement catholique, afin de «répondre à des interrogations croissantes» des professeurs et directeurs d’école.

Les musulmans plébiscitent le sérieux de ces établissements. Espérons simplement que les élèves musulmans puissent découvrir la religion catholique.

Posté le 15 avril 2014 à 07h50 par Michel Janva | Lien permanent

13 avril 2014

Développement des Missionnaires de la Miséricorde divine

L’abbé Loiseau, supérieur des Missionnaires de la Miséricorde divine, est interrogé dans Présent. Extraits :

Quelle est l’histoire de la communauté ?

Elle est née en 2005, à la suite du décès de Jean-Paul II. J’avais fait part à mon évêque, Mgr Rey, d’un certain nombre d’intuitions missionnaires. Un soir, il m’appelle en me disant : « Il faut que tu fondes pour mettre en œuvre tes projets apostoliques. » C’est avec deux séminaristes et trois recrues que nous avons pu commencer la communauté. Trois charismes caractérisent la communauté : la Miséricorde Divine telle qu’elle fut révélée à sainte Faustine, la liturgie dans la forme extraordinaire avec l’adoration eucharistique tous les jours pendant une heure, et l’esprit missionnaire, avec une intention particulière pour les musulmans.

La communauté assure elle-même les cours pour l’année de propédeutique. Les séminaristes suivent ensuite leur formation au séminaire diocésain de la Castille et rentrent à la paroisse pour bénéficier de la messe dans la forme extraordinaire. C’était un défi que des prêtres soient formés dans un séminaire diocésain, alors qu’ils vont célébrer dans la forme extraordinaire. En outre, chaque trimestre, nous suivons une session de philosophie ou de théologie au Barroux. Nous avons déjà eu deux ordinations sacerdotales. Nous aurons deux nouveaux prêtres ordonnés à la cathédrale dans la forme extraordinaire le jeudi de l’Ascension. Nous sommes quatorze en tout et nous attendons des propédeutes pour l’année prochaine.

Où exercez-vous votre apostolat ?

L’évêque nous a confié, depuis 2005, l’église Saint-François de Paule, sur le port de Toulon, qui est devenue la première paroisse personnelle en France avec la forme extraordinaire. C’était deux ans avant le motu proprio Summorum Pontificum, ce fut prophétique. C’était vraiment le souhait de Mgr Rey de donner la possibilité à des fidèles attachés à la forme extraordinaire d’avoir une vie paroissiale authentique et missionnaire.

Nous assurons aussi, à Toulon, des aumôneries d’universités et d’écoles, ainsi que des services diocésains. Nous exerçons également notre apostolat à l’église Saint-Charles de Marseille, où la messe dans la forme extraordinaire est célébrée tous les dimanches. En septembre prochain, nous aurons un nouveau lieu d’apostolat dans le diocèse de Toulon. Enfin, nous prêchons des retraites et nous organisons des camps pour les enfants (camp Saint-Michel), pour les adolescents (camp Jean-Paul II) et des camps de formation et d’évangélisation des plages (camp Spes) pour les étudiants et jeunes professionnels."

A propos de l'islam :

"C’est le grand défi de notre époque. La progression de cette religion est indéniable en Europe. Il existe plusieurs causes : l’immigration, les conversions d’Européens à l’islam, un plus fort taux de natalité parmi ces populations. Aujourd’hui, en France, tout catholique est confronté à la question musulmane. Si la question politique de l’intégration et de la maîtrise de l’immigration se pose, les catholiques ont le devoir d’annoncer la foi aux musulmans. Or une certaine conception du dialogue interreligieux a bloqué l’évangélisation auprès des musulmans. Pourtant, Jean-Paul II et Benoît XVI ont encouragé la mission auprès des hommes des autres religions. Il existe donc une urgence à proclamer l’Evangile aux musulmans, c’est une question de survie pour l’avenir du christianisme dans notre pays. Si l’islam est une religion complexe qui comprend plusieurs courants, il ne faut pas oublier qu’elle repose en priorité sur une opposition au Dieu trinitaire, à l’Incarnation et à la Rédemption, en des termes souvent extrêmement violents. De plus, sa conception de la révélation comme parole incréée a favorisé au cours de son histoire les courants les plus fondamentalistes, d’où la difficulté pour les musulmans d’envisager les questions de la liberté religieuse, de la distinction entre les pouvoirs temporel et spirituel, et de la dignité de la personne humaine.

Beaucoup de musulmans se considèrent aujourd’hui dans une période eschatologique où l’ensemble du monde doit devenir terre d’islam. En effet, l’islam a toujours profité des situations où le christianisme était plus faible ou divisé. C’est donc un devoir pour les catholiques de considérer l’islam comme une priorité missionnaire. [...]

Il importe de créer une culture de la mission vis-à-vis des musulmans, car il existe encore un blocage dans plusieurs secteurs de l’Eglise. Il me paraît important de ne pas en rester à un dialogue interreligieux horizontal. Le dialogue doit conduire à l’annonce, il faut retrouver le sens de la vraie disputatio, une recherche de la vérité dans la Révélation, car sinon beaucoup de musulmans risquent de mépriser les chrétiens. Les catholiques peuvent affirmer paisiblement leur foi vis-à-vis de leurs frères musulmans sans leur manquer de respect. Je pense même que cette annonce est un devoir. Mais il importe aussi que nos communautés paroissiales soient particulièrement accueillantes vis-à-vis des personnes issues de l’islam. Il faut bien saisir, en effet, le poids psychologique de « l’oumma » (la communauté musulmane) qui considère le changement de religion comme le péché le plus grave méritant la mort. [...]"

Posté le 13 avril 2014 à 16h18 par Michel Janva | Lien permanent

11 avril 2014

Recrutée pour le jihad en quelques clics

Céline Martelet, reporter de RMC, s'est glissée dans la peau d'une jeune française de 23 ans convertie à l'islam. Pendant plus d'un mois, la journaliste se crée une nouvelle identité sur Facebook, où elle se rebaptise "Khadija", et manifeste de l'intéret pour le jihad. Les sollicitations ne tardent pas. Trois jours après la création de sa page, des jihadistes français en Syrie l'approchent pour l'inviter à les rejoindre.

Posté le 11 avril 2014 à 22h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Islamisation de l'école

Une note confidentielle des services de renseignements, datée du 28 novembre 2013, montre comment les musulmans exercent une guerre «d'usure» au sein des établissements scolaires, face à la laquelle le corps enseignant est démuni. Port du voile dans les cours de récréation, revendications de repas halal à la cantine, absentéisme au moment des fêtes religieuses, prières clandestines dans les gymnases ou les couloirs, ..., les musulmans imposent leur religion à l'école.

Le rapport révèle des taux d'absentéisme frisant les 90% dans des quartiers sensibles de Nîmes ou Toulouse. Ces parents sont-ils convoqués comme ceux qui osent participer à la JRE ?

Posté le 11 avril 2014 à 07h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (18)

08 avril 2014

Lettre ouverte à Marine Le Pen sur la laïcité et le laïcisme

Madame la Présidente,

Vous avez récemment déclaré:

"Il n’y a aucune raison pour que le religieux entre dans la sphère publique, c’est la loi."

Le contexte indiquait manifestement qu'il s'agissait de refuser des menus "halal" dans les cantines des communes dirigées par le Front national. Ce refus nous paraît légitime à la fois pour des raisons sanitaires, pour des raisons de respect de l'identité française, et pour des raisons de résistance au prosélytisme de l'islam radical.

Cependant, vos propos nous semblent extrêmement inquiétants. Ils témoignent, en effet, d'une interprétation de la laïcité qui nous paraît aussi totalitaire que l'islam radical lui-même. Il ne s'agit, en réalité, pas d'une saine laïcité, mais bel et bien de laïcisme.

Pour notre part, nous sommes catholiques, et c'est en catholiques que nous nous engageons au service de la cité. Naturellement, nos convictions religieuses et nos convictions patriotiques sont distinctes; mais elles sont aussi parfaitement unies.

Il est probable que vos mots ont dépassé votre pensée et qu'en défendant la laïcité, vous vouliez simplement dénoncer un totalitarisme politico-religieux. Mais nous aimerions être sûrs que la lutte contre l'islam radical ne vous conduit pas à opter pour un autre totalitarisme politico-religieux, celui du laïcisme maçonnique, aussi opposé à nos traditions, à notre identité, et à nos libertés, que le premier.

Nous comptons donc sur vous pour nous rassurer en explicitant votre pensée.

Dans cette attente, nous vous prions d'agréer, Madame la Présidente, l'expression de nos hommages respectueux.

Posté le 8 avril 2014 à 15h38 par Le Salon Beige | Lien permanent

07 avril 2014

Le lycée musulman de Lille : 1er lycée de France

Complaisance à l'égard des musulmans ou résultat de l'islamisation de la France, le lycée sous contrat avec l'Etat Averroès de Lille a été désigné meilleur lycée de France en 2013 pour son dixième anniversaire.

Posté le 7 avril 2014 à 15h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (26)

06 avril 2014

Laïcisme : même Marine Le Pen s'y met

Le laïcisme n'est pas la réponse adéquate aux revendications musulmanes en France, laquelle France reste un pays aux racines chrétiennes. Medias-presse écrit :

"Marine Le Pen, présidente du Front National recevait cette semaine à Nanterre les élus des onze communes gérées par son parti depuis les dernières élections municipales. Au menu, il a été question des repas servis dans les cantines scolaires de ces municipalités. A ce sujet la présidente du FN a été très claire: « Nous n’accepterons aucune exigence religieuse dans les menus des écoles.« 

Si les médias du système n’y ont vus qu’une énième provocation à l’égard des musulmans, personne ne s’est en revanche inquiété de l’impact d’une telle mesure sur les catholiques. Car si certains musulmans ne mangent pas de porc, certains catholiques ne mangent pas de viande le vendredi…

De plus, communiquer autour de détails organisationnels dans des cantines scolaires, est-ce prioritaire quand pendant ce temps le gouvernement socialiste fait tout pour pervertir les enfants avec l’enseignement de la théorie du genre via les « abcd de l’égalité » dans les écoles ?

Au lieu de cantine, n’eut il pas été préférable de communiquer sur une légitime préoccupation quant aux associations qui  sont /seront autorisées à intervenir dans les écoles dépendant de ces municipalités ?

Chacun ses priorités, le Front National a les siennes, Marine Le Pen préférant faire remarquer qu’ « Il n’y a aucune raison pour que le religieux entre dans la sphère publique, c’est la loi. »

La laïcité et la lutte contre les « communautarismes » figureront donc parmi les priorités des nouveaux édiles du Front National. Car « UMPS » oblige: « Bien souvent la laïcité n’est pas appliquée » se plaint Marine Le Pen. Quoi qu’il en soit, il est évident qu’il faudra autre chose pour faire la différence et ne pas décevoir les français…

Néanmoins dans cette logique, on en arrive à se demander si les processions catholiques du 15 août, les parvis de messe le dimanche, les écoles privées ou le port d’habits religieux ne seront pas prohibés à l’avenir dans les municipalités FN au nom de la « laïcité »?

Ces prises de positions démagogiques du FN dé-diabolisé sont alarmantes pour les catholiques qui préféreraient entendre, avant d’être contraint d’aller la chercher ailleurs, une réaffirmation  claire et ferme des racines chrétiennes de la France.

Malheureusement, on dirait de plus en plus que Jean-Luc Mélenchon a un sérieux concurrent à gauche avec le Front National dé-diabolisé de Marine Le Pen."

Posté le 6 avril 2014 à 12h19 par Michel Janva | Lien permanent

L'emploi du terme «islamophobie» est une arme qui vise la liberté d'expression

Michèle Tribalat, qui a mené des recherches sur les questions de l'immigration en France et aux problèmes liés à l'intégration et à l'assimilation des immigrés et de leurs enfants, répond au Figarovox :

"Clairement, l'emploi du terme «islamophobie» est une arme qui vise très directement la liberté d'expression et la réintroduction de la condamnation du blasphème, à défaut d'avoir réussi à en faire un délit. L'OCI ( Organisation de la coopération islamique) milite activement auprès des Nations unies pour que la blasphème soit reconnu et vienne limiter la liberté d'expression. L'OCI déclare que l'islamophobie est une nouvelle forme de racisme caractérisée par la xénophobie, une description négative et des stéréotypes sur les musulmans qui se comparent à l'apartheid, apartheid qu'il faut incessamment démanteler. L'OCI se vante d'ailleurs des bons résultats qu'elle commence à obtenir auprès des dirigeants occidentaux auprès desquels elle fait miroiter les avantages en termes de paix civile qu'il y aurait à limiter la liberté d'expression lorsqu'elle offense les musulmans. [...]

La grande habileté des militants musulmans engagés dans la lutte contre l'islamophobie (CCIF) a été d'étendre l'empire de ce terme aux crimes et délits commis contre des musulmans parce que musulmans. Actes évidemment odieux et condamnables. Ils ont établi un continuum entre la critique de l'islam et le fait de s'en prendre à des personnes de confession musulmane, ce qui permet de criminaliser tout ce qui se trouve sur ce continuum. Pour l'OCI, l'islamophobie c'est surtout les productions artistiques, littéraires ou autres et les décisions occidentales posant des limites à l'affirmation de l'islam en Occident (Minarets suisses, loi sur le voile en France…) qui, on se le rappelle valent à certains de vivre sous protection policière. C'est ce que vise l'OCI lorsqu'elle parle d'intolérance et non les bouffées de violence et de dévastation qui embrasent différents points de la planète à chaque fois que la liberté d'expression lui semble avoir dépassé les bornes du supportable. Malheureusement, le mal est fait. Pour la CNCDH, comme pour le CCIF et l'OCI, l'islamophobie est un racisme déguisé qui abuse de la liberté d'expression."

Posté le 6 avril 2014 à 11h37 par Michel Janva | Lien permanent

03 avril 2014

Le clientélisme ne paie plus

Aveu d'Elie Brun, maire sortant (battu) UMP de Fréjus, le soir du 2nd tour, à propos des musulmans :

«Avec ce que j’ai fait pour eux putain. Ils iront faire leur mosquée tous seuls, qu’ils m’emmerdent plus.»

Posté le 3 avril 2014 à 09h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (18)


     Archives > France : L'Islam en France

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : L'Islam en France