19 juin 2015

Véronique Lévy : "Une église n'est pas un objet de consommation qu'on peut recycler"

LévyVéronique Lévy, convertie au catholicisme, nous livre un beau texte dans Famille chrétienne, en réaction aux propos de Dalil Boubakeur et de Mgr Dubost :

"Simple coïncidence ? J’apprends les propos de Mgr Dubost le 16 juin, fête de la dédicace de la cathédrale Notre-Dame de Paris. S’élevant dans le ciel de la cité, fruit miraculeux de la foi des pauvres, des chastes et des martyrs, elle illumine la ville, sentinelle fidèle de cet Amour qui a vaincu la mort. Peut-on séparer la forme de son fond ou la lettre de son cœur ? Les pierres de nos églises et le message de salut qu’elles respirent ? Non… au risque de glisser vers le déni, d’effacer une parole vive, se couper d’une source où l’homme peut se désaltérer.(...) L’église est l’hôpital des âmes blessées. Tout est ordonné autour de ce Cœur battant au fond du tabernacle.

N’est-elle pas un signe visible de cet Amour qui se dit encore par elle et en elle à travers des gestes simples et maternels, dans l’eucharistie, une main qui bénit et pardonne, ou les chants berçant nos cœurs et nos corps. L’élancement des voûtes en croisées d’ogives, la lumière diffuse des vitraux aux bleus vibrants, aux pourpres incandescents ; le sourire tendre d’une Vierge de pierre transperçant nos impasses, nos prisons, nos abandons. La Croix traversant nos croix…

Toute cette beauté n’est-elle pas un avant-goût de la liturgie céleste, un prélude au Royaume où l’homme « s’assoit parmi les princes » ? Non plus le pion interchangeable, le xx ou le xy anonyme d’une enquête statistique, mais un être unique rendu à l’image et à la ressemblance de Dieu.

Une église n’est pas un objet de consommation courante qu’on peut recycler en parking, restaurant ou même en un autre lieu de culte. Elle a été consacrée à Dieu : Un, indivisible et pourtant trine.

Que diraient les adeptes de la tolérance, du dialogue interreligieux soumis à la pensée unique et tiède d’une dictature invisible, économique et aveugle si, à contre-courant du politiquement correct, on transformait une synagogue en fast-food ou une mosquée en temple évangélique ? On crierait au scandale et on aurait raison.

Mais il est facile d’incriminer l’État, les mairies… Les églises construites après 1905 sont à la charge des diocèses. Les mots de Bernanos résonnent, tragiques, prophétiques, dans Français si vous saviez : « Je le dis, je le répète, je ne me lasserai jamais de proclamer que l’état du monde est une honte pour les chrétiens. Nous répétons sans cesse avec des larmes d’impuissance, de paresse et d’orgueil que le monde se déchristianise. Mais le monde n’a pas reçu le Christ, c’est nous qui L’avons reçu pour lui, c’est de nos cœurs que Dieu se retire, c’est nous qui nous déchristianisons, misérables ! »

C’est aux évêques, à nous tous baptisés, cellules vives du Corps du Christ, de réintégrer notre cœur, Son Cœur, battant dans le secret du tabernacle, là où Il attend, démuni comme dans la crèche, donné jusqu’à l’extrême, libre en son éternité offerte à tous.

Dans la petite église de Saint-Damien, par trois fois le Christ s’anima et dit à saint François d’Assise : « Va François, et répare mon église en ruine ! ». Cette demande du Seigneur est brûlante d’actualité. Elle appelle au réveil, à exprimer sans peur, dans l’émerveillement d’une naissance, la joie de l’Évangile.(...)"

Posté le 19 juin 2015 à 11h33 par Louise Tudy | Lien permanent

Mgr Rey : les églises ne sont pas interchangeables ni omnicultes

Communiqué de Mgr Rey suite au propos de Monsieur Boubakeur:

"La très grande majorité des édifices religieux affectés spécifiquement aux différents cultes reconnus suite à la loi de 1905, appartiennent au patrimoine national ou communal. La loi garantit le respect de leur affectation cultuelle (église, temple ou synagogue). L’architecture, l’iconographie, l’aménagement intérieur de chaque bâtiment utilisent par ailleurs des formes et des expressions esthétiques et artistiques en rapport avec le contenu propre de chaque religion. Ils ne sont pas interchangeables ni omnicultes.

Au fil des siècles, les églises, chapelles, oratoires… ont été construits par des communautés chrétiennes. Ils témoignent de leur foi et de son expression, qui s’inscrit dans l’histoire et la géographie de nos paysages. S’y rassemblent les communautés chrétiennes pour célébrer les sacrements, en particulier lors des grands moments rituels de l’existence humaine : la présentation de l’enfant à Dieu (baptême), la célébration de l’amour (mariage), les cérémonies funéraires (deuil). Dans les lieux de culte catholique se retrouvent aussi des non pratiquants : ce sont des espaces ouverts au recueillement, au silence, à la prière. Les uns les autres sont attachés à la présence visible de l’Eglise, comme lieu symbolique, mémoriel, fraternel. Ces lieux relèvent d’un patrimoine collectif qui participe du vivre ensemble, mais aussi atteste de nos racines chrétiennes.

Ce vaste maillage d’églises offre un témoignage historique qu’il faut sauvegarder, en lien avec l’Etat et les communautés qui en ont, pour la plupart d’entre eux, la propriété et la charge. Cette responsabilité immobilière réclame aussi la mobilisation des chrétiens pour que ces monuments ne deviennent pas des musées, mais des espaces d’accueil, de témoignage et de prière. L’histoire nous a enseigné que le transfert ou la récupération de lieux de culte pour un changement d’affectation, s’était opéré souvent dans un climat de violence, avait fait l’objet de profanations et de persécutions, parce qu’on avait négligé, non seulement la charge affective et identitaire, mais également le caractère sacré que représentent ces édifices du culte dans la conscience collective.

S’il est légitime que des communautés musulmanes établies en France puissent disposer de salles de prière pour pouvoir se rencontrer, partager leur foi et prier, dans un cadre adapté et dans le respect des règles démocratiques, ce serait offenser notre mémoire collective d’oublier l’attachement de nos citoyens à ces édifices du culte qui témoignent de notre culture et de nos racines, et pour la majorité d’entre eux, de leur foi chrétienne."

Posté le 19 juin 2015 à 10h10 par Michel Janva | Lien permanent

18 juin 2015

Résistance au ramadan

11535682_10152809670690933_5739614951255346858_n

Posté le 18 juin 2015 à 23h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

17 juin 2015

Eglise transformée en mosquée : c'est déjà le cas

... dans le Tarn :

Difficile de ne pas croire que la déclaration de Dalil Boubakeur ne soit pas un ballon d'essai destiné à tester les réactions. Surtout quand on lit celles publiées par la Dépêche du Midi...

Posté le 17 juin 2015 à 23h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (29)

L'UOIF veut des jours fériés pour les fêtes musulmanes

Amar Lasfar, le président de l'UOIF (Union des organisations islamiques de France), a demandé que les deux grandes fêtes de l’islam, l'Aïd el-Fitr et l'Aïd el-Adha, soient fériées en France.

« Nous le demandons non en tant que musulmans mais en tant que citoyens de notre pays » a déclaré Amar Lasfar, parlant d’une « demande légitime », en évolution avec « l’importance de l’islam »."[...]

 

Posté le 17 juin 2015 à 21h11 par Marie Bethanie | Lien permanent

Chers clients, Quick vous souhaite un bon ramadan

... et vous certifie que votre viande est hallal. (Vu sur Twitter).

CHrnmz-WsAA3ypz

Posté le 17 juin 2015 à 11h03 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (50)

16 juin 2015

Question à Dalil Boubakeur

L'abbé Grosjean répond dans Valeurs Actuelles :

"[A] quand la reconnaissance de cette liberté religieuse dans les pays musulmans ? Quand nos frères chrétiens pourront-ils non pas transformer des mosquées en église, mais simplement construire ne serait-ce qu’une seule chapelle en Arabie Saoudite, par exemple ?... C’est le souhait de la réciprocité, un vœu du pape François dans son encyclique Evangelii Gaudium (novembre 2013) : « je prie et implore humblement ces pays [de tradition islamique] pour qu’ils donnent la liberté aux chrétiens de célébrer leur culte et de vivre leur foi, prenant en compte la liberté dont les croyants de l’Islam jouissent dans les pays occidentaux » (EG §253).

Posté le 16 juin 2015 à 22h22 par Michel Janva | Lien permanent

Rétropédalage de Dalil Boubakeur

Le  président du Conseil français du culte musulman (CFCM) et recteur de la mosquée de Paris a envoyé ce communiqué aux médias, qui pour l'instant, ne l'ont pas relayé...

Boubakeur

On ajoutera tout de même ceci : sur les 6236 versets que compte le Coran, 800 sont des injures et des malédictions contre les Juifs, les Chrétiens, les infidèles en général, ou encore des appels à la guerre, au meurtre, à la mutilation.

Posté le 16 juin 2015 à 14h33 par Louise Tudy | Lien permanent

Je suis tout à fait opposé à ce que les églises soient cédées aux musulmans

Déclaration de Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise et représentant de la conférence des évêques de France ce matrin sur RTL :

"Je suis tout à fait opposé à ce que les églises soient cédées aux musulmans et transformées en mosquées. En même temps je perçois bien leur besoin de bénéficier de lieux de culte pour se réunir pour la prière... C'est une vraie question mais la proposition de monsieur Boubakeur était une mauvaise réponse (...)

"Les églises construites avant 1905 sont affectées au culte catholique, deuxièmement même si certaines églises, surtout en monde rural, ne servent pas tous les dimanches, elles sont utilisées par les communautés chrétiennes pour les célébrations de mariage, de baptême ou d’obsèques (...) Troisièmement, on ne doit pas jouer avec les symboles (...) Les lieux ont de la mémoire, ce sont des générations et des générations qui sont venues prier...

La liberté de culte doit être assurée et garantie. Il faut trouver des solutions. La question est une vraie question et il faut y réfléchir (...) Je pense que nous avons à travailler ensemble pour que les liens fraternels, d'amitié et de confiance mutuelle s'approfondissent entre différentes communautés et qu'il faut trouver des solutions"

Posté le 16 juin 2015 à 13h52 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (22)

Dalil Boubakeur veut « récupérer nos églises vides » : remplissons-les !

Toujours au sujet des églises vides, Gabrielle Cluzel pousse un "coup de gueule" contre ces catholiques à la petite semaine, qui s'indignent à l'idée de devoir prêter leurs églises alors qu'ils n'y mettent les pieds que de façon épisodique voire pas du tout, n'ayant de leur propre religion qu'un vernis trop superficiel pour être solide.

[...]"N’est-ce pas nous qui avons refusé de transmettre la foi de nos ancêtres, ou qui l’avons transmise de façon si light, si syncrétique que la contre-vérité émise par Dalil Boubalkeur, celle d’un même Dieu avec des rites voisins et fraternels, ne fait sourciller personne. Comme si tout cela était affaire de « rite ». Comme si, somme toute, un musulman n’était pas spirituellement plus loin de nous qu’un copte ou qu’un maronite. Comme si être catholique signifiait simplement aujourd’hui être « déiste », façon Voltaire et son grand horloger. Comme si le Credo – un seul Dieu en trois personnes, l’Incarnation, la Rédemption, objets de foi aux yeux des catholiques, objets de scandale aux yeux des musulmans – était devenu un bibelot folklorique, seulement connu d’une poignée d’esthètes.

N’est-ce pas nous qui avons déserté nos églises, préférant, le dimanche matin, aller laver notre bagnole ou courir le marathon, les réduisant, de façon dérisoire, à la fonction de curiosité touristique pour promeneur désœuvré, et encore, quand on en trouve la clé : « Allez donc demander à Jacqueline, la maison avec les volets rouges à l’entrée du village. »

N’est-ce pas nous qui nous plaisons à nous croire bons en partageant notre église comme saint Martin son manteau, quand suivre l’exemple de saint Martin consisterait à partager notre foi, le seul vrai trésor… pas à œuvrer à sa substitution.

Certains – on va voir ce qu’on va voir ! – prétendent attendre Dalil Boubakeur de pied ferme. Tels le soldat belge de la chanson, ils monteront la faction devant la porte : « Reculez-vous, vous ne passerez pas ! » Défendre quoi ? Une coquille vide ? Et pour qui ? L’homme invisible ? Qu’ils entrent, plutôt. Dalil Boubakeur veut récupérer les églises vides. Qu’elles deviennent pleines et la question sera sans objet."

Catholiques de France, réinvestissons nos églises !

Posté le 16 juin 2015 à 09h15 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (19)

Eglises transformées en mosquées : l'expérience de Clermont-Ferrand

Suite à l'idée aberrante de Dalil Boubakeur de transformer nos églises vides en mosquées, le Parisien relate l'expérience de la congrégation des sœurs de Saint-Joseph à Clermont-Ferrand, contraintes en 1977 par l'évêque du lieu de prêter leur chapelle qui ne servait plus à la communauté musulmane clermontoise. L'expérience a pris fin en 2010, lorsque les musulmans ont construit leur mosquée.

La religieuse interrogée explique qu'il a fallu cacher les scènes bibliques des vitraux, ranger les statues au sous-sol, mettre un grand tapis. Inconvénient, la chapelle n'était pas dirigée vers la Mecque (on suppose qu'elle était plutôt orientée, selon la tradition catholique).

Karim Djermani, le vice-président du conseil régional du culte musulman (CRCM) en Auvergne, explique que "cet exemple unique n'est pas pour autant « la solution » au nombre insuffisant de mosquées dans l'Hexagone."

"Au cas par cas, de manière temporaire, ça peut être une possibilité. Mais il y a aussi le risque que ce soit perçu par les concitoyens comme une conquête de plus, de manière négative, avec une Eglise catholique qui recule et une Eglise musulmane qui avance. "

Belle perspicacité. Il y a aussi le fait que nos églises sont consacrées à un Dieu trine qui n'a rien à voir avec Allah. On ne mélange pas les torchons et les serviettes.

Posté le 16 juin 2015 à 08h59 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (9)

Quand Valls et Cazeneuve tentent de nous faire gober "l'islam de France"

... ils créent l'instance de dialogue avec l'islam, et ils invitent... des organisations islamistes comme

  • l'UAM93 regroupant une trentaine d'associations de Seine-Saint-Denis, dont le principal rédacteur affirme que si une loi est votée afin d'interdire la burqa, elle ne sera pas considérée comme légitime car en contravention avec la Charia (Loi de Dieu).
  • L'UOIF : Union des Organisations islamiques de France (branche des Frères Musulmans en France), qui a invité ces dernières années les cheikhs les plus extrémistes qui appellent à exterminer les juifs (Qaradawi, Higazi) à conquérir l'Europe (Swaidan), à tuer les homosexuels (Qaradawi), dont tous bénissent les terroristes du Hamas et des Frères égyptiens qui ont attaqué les églises après leur éviction du pouvoir en 2013.
  • Le salafiste Fateh Kimouche du site Al-Kanz 
  • Le CCIF (comité contre l'islamophobie en France) dont le principal animateur a déclaré à la mosquée d'Orly en 2011 :

872838MosqueLunelMarwanMuhammad

Conclusion de Joachim Véliocas :

"Même Libération a réagi quant à l'identité des invités de la Place Beauvau tellement le casting est indéfendable et sert les tenants des amalgames entre islamistes et musulmans."

Posté le 16 juin 2015 à 00h29 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (12)

Où part l'argent de la viande hallal ?

Abdelali Mamoun, porte-parole du Conseil des imams de France, était interrogé ce matin sur RFI. Membre de la toute nouvelle instance de dialogue avec l’islam, qui tenait ce matin sa première réunion au ministère de l’Intérieur, instance décidée peu de temps après les attentats de janvier, Abdelali Mamoun se plaint que l'islam en France est "totalement désorganisé". Il estime que les mosquées n'ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins et sont donc obligées de recueillir les fonds offerts par l'Algérie, le Maroc et la Turquie, alors que selon lui, il y a de l'argent, notamment grâce à la vente de la viande hallal, dont il dit qu'il ignore où il va. (vers 2:40)

"Il existe, cet argent, il est là, il faut aller le chercher là où il se trouve, c'est à dire, par exemple l'argent de la viande hallal.

- il passe où, cet argent de la viande hallal ?

- On n'en sait rien, ce sont des sociétés, heu, on ne sait quoi [...]

- On peut imaginer que l'argent de la viande hallal, c'est une manne assez considérable, tout-de-même, non ?

- 450 000 tonnes de viande, imaginez que si on prenait 1€ par kilo, ça ferait 450 millions d'euros, vous vous rendez compte !

- Actuellement, cet argent, il est privatisé totalement ?

- On ne sait pas, il part en fumée... Il y a la mosquée de Paris qui en récupère la moitié, qui estampille la moitié de la viande hallal, à travers sa société SFCVH, on ne sait pas où part cet argent. Par contre, tous les vendredis, on entend l'imam annoncer, demander aux fidèles de faire des dons pour entretenir la mosquée. Alors que je vous signale que cette même mosquée, on parle bien de la grande mosquée de Paris, cette grande mosquée de Paris reçoit tous les ans de l'Assemblée populaire algérienne, selon les orientations budgétaires de l'Algérie, 20 millions d'euros.Où est-ce qu'il part, cet argent?" [...]


Abdelali Mamoun: en France, «l’islam est... par rfi 

Posté le 16 juin 2015 à 00h01 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (13)

15 juin 2015

Mgr Ribadeau Dumas renvoie Dalil Boubakeur au principe de réciprocité

L'Eglise est-elle prête à céder des églises "vides" pour le culte musulman, idée émise par le recteur de la grande mosquée de Paris ? Le porte-parole de la Conférence des évêques de France est interrogé sur Europe 1, à partir de 14'36'' :

 

Les musulmans interviewés juste avant Mgr Ribadeau Dumas se disent tous favorables à l'idée de Dalil Boubakeur (classé "modéré") à l'exception... d'un membre de l'UOIF (organisation "radicale").

Posté le 15 juin 2015 à 21h33 par Louise Tudy | Lien permanent

"Non, monsieur Boubakeur, catholiques et musulmans n’ont pas le même Dieu"

Renaissance catholique réagit à la proposition de Boubakeur :

"Déplorant le faible nombre de mosquées en France, 2 500 (plus 300 en construction), Dalil Boubakeur, recteur de la grande mosquée de Paris et président du CFCM (Conseil français du Culte Musulman), interrogé par Jean-Pierre Elkabbach le 15 juin 2015 sur Europe 1, proposait que des églises vides soient affectées au culte musulman car "c’est le même Dieu" et les rites seraient "voisins, fraternels". Des démarches positives auraient eu lieu en ce sens à Clermont-Ferrand.

Il s’agit d’une triple imposture. L’unité et l’unicité de Dieu s’accompagnent dans la religion musulmane d’un rejet violent de la Trinité. "Infidèle est celui qui dit : Dieu est la troisième personne de la Trinité. Il n’y a point de Dieu si ce n’est un Dieu unique. S’ils ne désavouent ce qu’ils avancent, un châtiment douloureux atteindra les infidèles" (Sourate de la Table, verset 73). Niant la divinité du Christ, l’islam ne peut prétendre adorer le même Dieu que les chrétiens qui adorent le Dieu un et trine.

Le rite catholique par excellence qu’est la messe, renouvellement non sanglant du sacrifice du calvaire, n’a rien de "voisin" avec la récitation du Coran. De même qu’un imam n’est pas un prêtre.

Enfin si ces rites sont si "fraternels" chacun s’étonnera que la célébration de la sainte messe en Arabie saoudite soit interdite et passible de la peine de mort.

Avec son profil de commerçant levantin, le recteur Boubakeur manie à merveille l’art de la taqiya (dissimulation) inhérent à l’islam. Notons à sa décharge que l’enseignement de certains pontifes récents n’a pas été, sur notre sujet, d’une limpidité absolue. Ainsi, Paul VI déclarait le 9 septembre 1972 au nouvel ambassadeur du Pakistan : "L’Église est consciente des richesses de la foi islamique, une foi qui nous rattache tous au seul et même Dieu" et Jean Paul II, le 19 août 1985, à Casablanca : "Nous croyons au même Dieu, le Dieu unique, le Dieu vivant, le Dieu qui crée le monde et porte les créatures à leur perfection". La première chose que nous devons à nos frères musulmans, appelés à être, eux aussi, rachetés par le sang du Christ, c’est la "parole de Dieu, efficace et plus effilée qu’un glaive à deux tranchants" (Heb, IV, 12).

Nous souhaitons que les autorités épiscopales compétentes ne laissent pas, benoîtement, le trouble s’installer dans l’esprit du peuple chrétien et contribuent, par leurs réactions argumentées et claires, à "remettre l’église au milieu du village"."

Jean-Pierre Maugendre.

Posté le 15 juin 2015 à 20h18 par Michel Janva | Lien permanent

Le christianisme radical, c’est l’amour de Jésus, l’amour du prochain...le refus absolu de la haine.

Excellente mise au point de Bernard Antony :

« La violence n’est pas compatible avec la religion ». Cette phrase, avec quelques variantes selon ceux qui l’émettent, est devenue un véritable leitmotiv. C’est François lui-même qui la répète et après lui quelques cardinaux et ainsi de suite... 

La religion devient ainsi plus qu’un concept général, une entité spécifique de plus en plus utilisée plutôt que d’évoquer une « religion » précise. Dans la pratique, les religions, selon leur dénomination exacte, ne deviennent plus alors que des sous-catégories, avec leurs spécificités secondaires, de la religion en général.
 
Finalement, cela conforte l’idée que, par exemple, peu ou prou, l’islam ou le catholicisme, c’est la même chose à quelques variantes près, l’église s’appelant mosquée, le curé imam, le carême ramadan, et de surcroît l’énormité que le même Dieu, le même Jésus, la même Marie seraient dans le Coran.
 
Si bien que le radicalisme religieux devient un fourre-tout dans lequel on peut mettre le radicalisme musulman et le christianisme « radical ». Face à ces débiles amalgames, il est toujours bon de revenir à la réflexion de Bat Ye’Or, la grande historienne du sort des chrétiens et des juifs « entre jihad et dhimmitude » : « Moi, juive, je dois reconnaître que lorsque des chrétiens commettent des massacres, ce n’est pas selon l’imitation de Jésus-Christ, alors que lorsque des musulmans égorgent, c’est souvent selon le modèle de Mahomet ». (voir les « hadîths » et la Sira…)
 
Le radicalisme islamique, c’est l’application stricte de la charia avec ses châtiments (fouet, lapidations, amputations…). Le radicalisme islamique appliqué à la guerre (jihâd), c’est l’égorgement, comme Mahomet à Médine, c’est la distribution des femmes et des enfants comme butin…
 
Le christianisme radical, c’est l’amour de Jésus, l’amour du prochain, c’est le renoncement à soi-même, c’est la pauvreté, la chasteté, le refus absolu de la haine. Folie le plus souvent aux yeux des hommes, folie d’un idéal inaccessible à la plupart car rares sont les François d’Assise et les Catherine de Sienne.
 
Confondre les deux radicalisations est d’abord tout simplement un déni de réalité, un déni de justice, un déni de vérité. Cette confusion commise par des ignorants est excusable. Il faut essayer de leur expliquer. Mais commise par des gens cultivés et pire encore par des clercs, elle relève tout simplement du mensonge."

Posté le 15 juin 2015 à 10h53 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

Récupérer des églises vides pour en faire des mosquées

Il y a 2 mois, Dalil Boubakeur, le président du Conseil français du culte musulman, voulait doubler le nombre de mosquées en France.

Il a trouvé la solution :

"Des églises vides pour servir le culte musulman". A l'heure actuelle, il existe 2.500 mosquées en France et 300 sont en construction. Un chiffre bien trop insuffisant, selon Dalil Boubakeur. Pour pallier à cette pénurie, le recteur de la grande mosquée de Paris suggère de récupérer "des églises vides" pour servir le culte musulman. "C'est un problème délicat mais pourquoi pas" ?, s'est exclamé le président du CFCM."

Posté le 15 juin 2015 à 09h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (45)

13 juin 2015

Pour les donneurs de leçons qui nous reprochent nos pseudos

L'animateur du site FDesouche dans le collimateur d'islamistes : convoqué maintes fois par la justice pour des affaires sans conséquence, il est ignoré par la même quand des islamistes le menacent de mort.

Posté le 13 juin 2015 à 19h25 par Michel Janva | Lien permanent

Tiens, voilà du boudin ?

A Tourcoing (dont le maire est Gérald Darmanin, UMP-Républicain) un spectacle est interdit car son titre contenait le mot "Boudin"... ce qui pourrait choquer la communauté musulmane. P

Programmé lors d'une fête de la musique ce samedi, le spectacle a été annulé par crainte de choquer une partie de la population de confession musulmane de Tourcoing.

Didier Droart, premier adjoint de Gérald Darmanin, explique qu’il ne veut pas "qu’on choque" une partie de la population de confession musulmane et que l’amalgame soit fait avec les apéritifs organisés par l’extrême droite.

Ah oui : Padamalgam

Posté le 13 juin 2015 à 10h08 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (27)

12 juin 2015

La laïcité n’a jamais été présente en terre musulmane

Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance Catholique, présente à L'Homme Nouveau la vingt-quatrième université d’été de Renaissance Catholique sur le thème : « La France au risque de l’islam ». Extraits :

"D’après Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris et président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), il se trouve en France environ sept millions de musulmans. Peut-être ce chiffre est-il exagéré, mais c’est un fait que le nombre des musulmans en France est croissant. Or, ces populations, étrangères à notre civilisation, jeunes et fières de leur identité, sont persuadées que l’avenir leur appartient. Il existe donc des risques réels de conflit dont traiteront François-Xavier Bellamy et Roberto de Mattei. Il est trop simple de croire que parce qu’un immigré malien polygame acquiert la nationalité française tous les problèmes posés par son mode de vie, disons atypique par rapport à nos us et coutumes, seraient résolus d’un coup de baguette magique.

Quel enseignement voulez-vous donner ?

Notre enseignement se divise en trois parties. D’abord, une interrogation sur la nature réelle de l’islam. Ensuite, un questionnement sur la ligne de partage entre islam et islamisme. Enfin, une réflexion sur la laïcité présentée aujourd’hui comme le seul rempart crédible face à l’islamisme. Sur ce dernier point chacun peut observer que la laïcité n’a jamais été présente en terre musulmane que de façon provisoire. En effet la laïcité, distinction du spirituel et du temporel, est une idée chrétienne, contrairement au laïcisme contemporain qui en est la séparation. La laïcité ne peut s’imposer à un musulman sans le contraindre à remettre sa foi en cause. Enfin, paradoxalement, l’Occident laïcisé est à la fois, pour les musulmans, une source d’attraction à cause du niveau de vie occidental et de répulsion en raison des mœurs « libérées » qui y règnent.

Quels sont les signes d’espérance que vous voyez dans le dialogue entre le catholicisme et l’islam ?

Avant de commencer à dialoguer, il convient d’abord de s’interroger sur les finalités du dialogue. Un chrétien croit que le Christ est venu sauver tous les hommes, par la médiation de son Église. Pour autant, le Décalogue est présent dans la conscience de chaque homme, même si cette conscience peut être faussée ; cette dimension religieuse de l’homme sera abordée par l’abbé Guillaume de Tanouärn. Le dialogue avec les musulmans ne peut avoir d’autre fin que leur conversion. Ceci posé, l’acte de foi dans le christianisme est libre, ce qui n’est pas le cas dans l’islam, et il s’agit d’établir les conditions d’une coexistence pacifique quand les populations sont mêlées. Or, il faut se souvenir que l’islam oscille sans cesse, selon Jules Monnerot, entre fatalisme quand il est dominé, et fanatisme quand il est dominant. [...]"

Posté le 12 juin 2015 à 21h06 par Michel Janva | Lien permanent

11 juin 2015

Réapparition de Robert Chardon, le maire qui voulait interdire l'islam en France

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la confusion règne : dans l'article de la Provence ci-dessous, Robert Chardon dit ne pas avoir entendu parler d'une lettre, apparemment signée de lui et diffusée sur Internet, dans laquelle il s'excuse d'avoir demandé l'interdiction de l'islam en France.

Chardonprovence

Posté le 11 juin 2015 à 21h53 par Louise Tudy | Lien permanent

L'islamophobie de l'Education nationale

Cette année, les épreuves du Bac tombent en plein ramadan.

Mais que fait Najat Vallaud-Belkacem ?

Posté le 11 juin 2015 à 15h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

Création du « Conseil des institutions musulmanes des Yvelines »

Lu ici :

"Le préfet Érard Corbin de Mangoux doit inaugurer dans les prochains jours le « Conseil des institutions musulmanes des Yvelines » (Cimy). Cet organe est censé favoriser le dialogue entre les représentants des communautés islamiques du département et l’État notamment sur des dossiers tels que la construction de salles de prières. C’est une création locale qui pourrait être déclinée dans plusieurs autres départements."

Posté le 11 juin 2015 à 07h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

10 juin 2015

La France au risque de l'islam

Posté le 10 juin 2015 à 08h55 par Michel Janva | Lien permanent

09 juin 2015

Financement volontaire et involontaire de mosquées

Stéphane Ravier, Sénateur des Bouches-du-Rhône, intervenait au Sénat sur le financement des lieux de culte et les collectivités territoriales. Il a abordé la question du financement public, via des subventions publiques de projets culturo-cultuels, du financement involontaire, via l'achat involontaire de viande halal en l'absence d'étiquetage généralisé du halal, et du financement étranger, via les fortunes privées qui transitent en France par différents canaux. Il a rappelé son attachement à la laïcité et l'interdiction de tout financement public des mosquées :

Posté le 9 juin 2015 à 21h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

L'imam Cazeneuve donne ses conseils aux musulmans

Samedi 6 juin, à la fin de la rencontre entre le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et un panel de lecteurs et auditeurs de confession musulmane, le journaliste d’OummaTV a demandé au ministre s’il pouvait adresser un message aux musulmans à l’occasion du Ramadan qui débute le 18 juin :

« Je veux dire aux français de confession musulmane, vivez intensément ce moment, vivez le au plus profond de vous-mêmes et au moment où vous le vivrez, pensez à la République, qui dans ses valeurs vous permet de le vivre avec cette force, et cette intensité, parce que la République c’est précisément ce trésor, ce creuset qui permet à chacun de faire son chemin, par l’exercice de sa libre conscience, et aux uns et aux autres de vivre les uns avec les autres, et la République a besoin des Français de confession musulmane pour porter haut et loin ses valeurs. »

Posté le 9 juin 2015 à 08h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (28)

L'affaire Mohamed Merah n'est pas terminée

Lu dans Le Point :

"Le père de Mohamed Merah aurait monnayé la remise aux services secrets français de deux vidéos d'une durée de 20 minutes chacune qu’il détenait depuis la mort de son fils. Celles-ci montreraient les dernières minutes de la vie du terroriste pendant lesquelles il expliquerait ses collaborations avec les services de renseignements français.

Albert Chennouf-Meyer, le père d’Abel Chennouf, une des victimes assassinées par Mohamed Merah, a déposé plainte pour destruction de preuves. Le parquet de Paris vient juste de décider de l'entendre sur l'ensemble de ces faits. Cela vient après qu’il a dénoncé la lenteur de traitement de sa plainte."

Posté le 9 juin 2015 à 07h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

08 juin 2015

"L'islam n'est pas soluble dans la laïcité"

La 24e Université d’été de Renaissance Catholique aura lieu du samedi 11 au mardi 14 juillet au Carrousel de Baronville (28) sur le thème « La France au risque de l’islam ». Son président, Jean-Pierre Maugendre, a bien voulu répondre au R&N. Extraits :

"Parmi vos invités, on note la présence de François-Xavier Bellamy [adjoint au maire de Versailles, non encarté] et du député européen (FN) Aymeric Chauprade. Cela signifie-t-il qu’au-delà des étiquettes partisanes, il est possible pour des hommes de droite de se réunir afin de délibérer, d’échanger, et ce en vue du Bien commun ?

Jean-Pierre Maugendre : Tous deux sont déjà venus à de précédentes universités – certes, pas en même temps – et leur présence n’est donc pas une surprise. Léon XIII, à la fin du XIXè s dans son encyclique sur le Ralliement, évoquait : « la politique qui divise et la religion unit ».
En outre le livre de Jacques Heers, Chute et mort de Constantinople, nous livre un certain nombre de leçons pour notre temps. Le 29 mai 1453, contrairement à ce qu’on dit souvent, les Byzantins ne sont pas en train de discuter du sexe des anges. En revanche, la ville est violemment divisée entre adversaires et partisans de la réconciliation avec le Saint-Siège conclue quelques années auparavant. La division des Byzantins entre eux est une réalité, d’autant plus qu’à l’époque, les grandes puissances occidentales de la région (Gênes et Venise) refusent d’intervenir pour sauver la ville afin de préserver leurs intérêts économiques avec les pays musulmans. Il y a beaucoup de leçons à retirer de cette chute de Constantinople, qui est morte, en partie, des divisions qui l’ont minée.
Maurras nous donne aussi à réfléchir : « Quand Syracuse est prise, Archimède est égorgé et tant pis pour le théorème ». Je crois qu’aujourd’hui, nous sommes dans cette situation : au service du bien commun et de la pérennité de notre pays et de notre civilisation, certaines attaches partisanes doivent, en fin de compte, s’effacer. N’est-il pas malheureusement dans la nature d’un parti d’avoir du mal à prendre en compte le bien commun ?
L’heure est aujourd’hui au dépassement de certains clivages qui, souvent, plongent leurs racines dans une histoire douloureuse qui n’évoque plus rien pour les jeunes générations.

Quelles différences apporterez-vous avec le traitement réservé à l’Islam dans la grande presse par exemple, qui traite souvent de la question islamique, ne serait-ce que par les couvertures de grands hebdomadaires ?

La première différence, de taille, est que nous chercherons àregarder la réalité telle qu’elle est, loin des lunettes déformantes de la Pensée unique. La seconde est que nous passerons la laïcité au crible de l’histoire, de la philosophie et de la théologie afin de discerner si elle est vraiment « l’arme fatale » susceptible de résoudre toutes les difficultés que pose l’Islam en France. Or l’enseignement de l’histoire est implacable. Il n’a jamais existé, à l’exception de la Tunisie qui est un pays de taille modeste, de pays musulmans durablement laïcisés. Toutes les tentatives de laïcisation de pays musulmans, menées depuis le XXè siècle en Turquie (avec Ataturk), en Irak ou en Syrie (avec le Parti Baas), en Iran (avec le shah) ou en Egypte (avec Nasser) ont échoué. Ces populations, superficiellement laïcisées par la force, se sont, à l’issue d’une période plus ou moins longue ralliées à un islam fondamentaliste. L’islam n’est pas soluble dans la laïcité. C’est un fait. S’il existe des contre-exemples significatifs, je suis disposé à les connaître, mais aujourd’hui, cela n’existe pas. On voit mal comment ce qui a échoué depuis maintenant 150 ans réussirait dans les vingt années qui viennent. Cela d’autant plus que ce phénomène de laïcisation a échoué alors que l’Occident dominait le monde musulman. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. L’Islam est en position dominante, d’abord pour des raisons financières – les pétromonarchies du Golfe disposent de moyens financiers considérables– ensuite pour des raisons démographiques."

Posté le 8 juin 2015 à 15h12 par Louise Tudy | Lien permanent

06 juin 2015

Dossier Marianne "Les Complices de l'islamisme", décryptage

Un décryptage de Joachim Véliocas, auteur de "Ces maires qui courtisent l'islamisme".

 

Posté le 6 juin 2015 à 08h10 par Marie Bethanie | Lien permanent

05 juin 2015

On ne réglera pas le problème islamiste sans une alliance avec la Russie

Marine Le Pen a accordé un entretien à Présent à son retour d’Egypte. Extraits :

"[...] Par quel biais la France pourrait-elle protéger les chrétiens d’Orient ?

MElle pourrait d’abord avoir une relation particulière avec eux. Elle pourrait participer à dénoncer sur la scène internationale leur situation, ce qu’elle se prive de faire aujourd’hui. Et puis accessoirement, prendre les bonnes décisions en matière internationale. C’est-à-dire considérer que la volonté d’éradication des chrétiens d’Orient est un élément qui doit contribuer à notre réflexion et à nos prises de décisions dans les différents pays où cette minorité est massacrée. En revanche, je trouve qu’il est un peu facile – et le patriarche copte était à ce sujet sur la même longueur d’onde que moi – de considérer, comme le gouvernement français, que la défense des minorités chrétiennes consiste à dire : on va en prendre 5 000. J’ai rappelé au Patriarche copte que j’étais tout à fait consciente que les coptes et les chrétiens d’une manière générale, n’avaient pas du tout envie de quitter leur pays. C’est leur pays, ils ont le droit d’y rester. Je parle quand même au Patriarche copte, descendant des pharaons, juste 4500 ans d’histoire ! Il était parfaitement d’accord avec ça.

Vous dites qu’il y a 1,5 million de migrants qui attendent de traverser la Méditerranée, soit de l’Egypte, soit en partant de la Libye. Si vous étiez au pouvoir, que feriez-vous ?

Ce phénomène se traite sur deux pivots. Le premier pivot c’est en amont. C’est la politique dissuasive d’immigration que je veux mettre en œuvre. C’est à dire supprimer l’intégralité des pompes aspirantes qui font que la France est dans le monde la destination privilégiée. Parce qu’il y a à la clé de la présence clandestine en France toute une série d’aides, de facilités, d’espérances qui font monter sa cote. En aval, concernant l’arrivée massive d’immigrés clandestins qui va s’aggraver car les tentatives de traversée dépendent aussi bien entendu de la météo, et le printemps et l’été vont être un élément favorable pour ces traversées, il faut faire comme l’Australie. Il n’y a pas d’autre solution que celle-là. Je le dis depuis longtemps, j’étais allée en 2012 à Lampedusa pour tenir le même discours, je n’ose imaginer le nombre de milliers de personnes qui sont arrivées depuis. Car il y a ceux que l’on arraisonne et puis il y a ceux que l’on n’arraisonne pas. Quand on dit « aujourd’hui 4 500 clandestins ont été arraisonnés », on ne sait pas s’il n’y en a pas dix mille qui sont arrivés à bon port. Il faut les arraisonner, c’est une certitude, pour les mettre en sécurité. Mais il faut les ramener au port de départ. Et pas sur les rives de l’Union européenne. Car là, on se comporte comme les complices des passeurs, on facilite leur travail. Ces derniers ne manqueront pas d’ailleurs, compte tenu de cette facilité, d’augmenter leurs tarifs puisque la certitude d’arriver sur les rives de l’Union européenne augmente en pourcentage avec l’intervention de la marine, dans ces conditions. Je pense que quand on aura ramené dix, vingt bateaux au port de départ, les candidats à l’immigration clandestine auront clairement reçu le signal que la tentative est inutile. Avec cette politique-là, l’Australie a réussi le tour de force de zéro migrant sur son sol et zéro mort au large de ses côtes. [...]

Est-ce que vous pensez que la Russie est un allié de choix dans la lutte contre l’Etat islamique ?

Non seulement je le crois, mais je ne suis pas la seule à le croire. L’Egypte, évidemment, le croit aussi. Tous les pays qui sont engagés contre le fondamentalisme islamiste savent pertinemment que l’on ne réglera pas le problème sans une alliance avec la Russie. Je vous renvoie à une déclaration faite par M. Rohani (NDLR : Le président iranien) il y a quelques jours. Il dit que le comportement à l’égard de la Russie leur pose un problème considérable car ce comportement limite les capacités de la Russie à armer ceux qui en Irak luttent contre le fondamentalisme islamiste.

Vous avez déclaré que Manuel Valls avait commandé une note juridique à ses services pour savoir si une interdiction du Front national était possible. Où en est-on de cette affaire ?

J’ai dit que Manuel Valls avait constitué une cellule d’avocats confiée à Jacques Guyard, son successeur à la mairie d’Evry et son homme de main, avec comme ordre du jour : peut-on envisager la dissolution du Front national ? Quand on ne peut plus rien faire pour empêcher un adversaire politique de monter dans les différentes élections, quand l’ensemble des campagnes de diffamation qui sont menées contre lui ne servent à rien, quand la diabolisation ne fonctionne plus, quand les multiples informations judiciaires que l’on déclenche pour tenter d’atteindre son image ou gêner son fonctionnement ne marchent pas, quand le déclenchement d’une enquête parlementaire sur son financement ne sert à rien, il faut bien essayer d’envisager l’ultime solution.

[...] Il est intéressant de voir que le Qatar cherche à procéder à une forme d’intimidation, une forme de fatwa judiciaire. Ils vont arriver à l’effet exactement inverse. C’est l’effet Streisand. Nous allons être amenés à développer la dénonciation de cet Etat et les conséquences de son soutien au fondamentalisme islamique. J’avais dit que ce pays finançait, armait et soutenait les islamistes, nous allons redoubler d’énergie pour le dénoncer. Et de fait, dénoncer par ricochet la complicité de la part de l’UMP et du PS qui non seulement ont donné au Qatar ses lettres de noblesse, mais ont fait voter des lois fiscales spécifiques pour les exempter d’impôts. Je vous signale qu’Anne Hidalgo vient de déclarer qu’elle était tout à fait solidaire du Qatar dans son action contre Florian Philippot car le Qatar avait fait beaucoup pour la lutte contre l’homophobie dans les stades ! J’avoue que pour un pays qui tranche la tête des homosexuels… Je pensais que c’était un coup de Gorafi (NDLR : Pastiche de site d’information, Figaro en verlan) mais il semblerait que non ! Et que le Qatar avait fait beaucoup pour la défense du foot féminin… sachant qu’il a mis tout son poids dans la balance pour que les joueuses de football soient voilées. J’ajoute que Pierre Péan a fait un grand livre sur les actions corruptrices du Qatar sans que personne l’ait poursuivi en diffamation."

Posté le 5 juin 2015 à 15h22 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

04 juin 2015

"Allahu Akbar" : ultra-violence à Marseille

IMG_1308

Posté le 4 juin 2015 à 10h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Bernard Antony approuve la démarche de Marine Le Pen en Egypte

Lu sur son blog :

"Dans la revue Reconquête de début mai, nous avons développé les raisons de notre accueil très favorable aux « paroles décisives du maréchal Sissi » exprimant « le besoin d’une révolution religieuse » dans l’islam.

Disant quand il le faut notre désaccord avec certaines orientations du Front National, nous sommes aujourd’hui heureux d’approuver la démarche et l’essentiel des propos de Marine Le Pen en Égypte.

Même si elle n’a pas été jusqu’au fond de la question par rapport à l’islam comme le chef de l’État égyptien et même si, à l’entendre sur une radio, le secrétaire général du FN, Nicolas Bay, s’en tient trop superficiellement à la distinction conformiste et contestable entre islam et islamisme, ce sont les textes fondateurs de l’islam et son histoire fabriquée qu’il faut pouvoir aujourd’hui partout librement critiquer, afin que les musulmans puissent se libérer de son carcan idéologique.

Par ailleurs, nous approuvons les propos de Florian Philippot sur le Qatar et jugeons grotesques les menaces de procès de cet État au régime théocratique totalitaire islamo-conquérant (...)"

Posté le 4 juin 2015 à 09h39 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (2)

03 juin 2015

Robert Ménard : "les 36 000 maires de France ont les mêmes listes que moi"

Blanchi de l’enquête judiciaire sur ses propos prononcés lors de l’émission «Mots croisés» sur France 2 (mais les médias n'en font pas un tapage...), le maire de Béziers a donné un entretien pour RT France :

«Moi je dis ce que les autres maires font, (…) parce qu’ils ont peur des réactions et des médias».

Robert Ménard explique que les listes en question sont effectivement fournies à son administration par le ministère de la Défense pour des raisons purement bureaucratiques : d’abord, pour savoir combien d’enfants y a-t-il dans chaque classe, puis pour préciser auprès des parents si les enfants souhaitent manger du porc.

«Evidemment que tous les 36 000 maires de France ont les mêmes listes que moi, qui sont faites par l’Education nationale, on n’a que ça !».

Certains mesures ont été adoptées à Béziers face à l’islamisation de certaines écoles :

«Une grande école qui comptait 90 % d’enfants arabo-musulmans a été séparée en trois petites écoles pour essayer de faire le mélange, pour qu’il n’y ait pas que des gens d’origine du Maghreb».

Posté le 3 juin 2015 à 22h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

Manuel Valls n'a pas visité le collège coranique sous contrat

Ainsi que le remarque Minute :

"En déplacement à Marseille, Manuel Valls devait se rendre au collège coranique Ibn Khaldoun. Eventée la veille, la visite a finalement été annulée. Le premier ministre a-t-il redouté les retombées politiques de sa visite dans une région où le FN est en tête des sondages ? A moins qu’il n’ait été informé in extremis sur le caractère sulfureux des lieux… [...]

Si Manuel Valls n’a donc pas rendu visite au collège-lycée Ibn Khaldoun le 29 mai, une semaine auparavant, le 22 mai, le député socialiste Samia Ghali était elle bien présente pour la pose de la première pierre de l’extension de l’établissement. Dans un texte publié le 25 mai sur son compte Facebook, accompagné de plusieurs photos, Samia Ghali ne cache pas sa fierté ni sa participation active au projet: « J’ai défendu ce dossier auprès de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem qui a entendu mon message. Pour qu’il y ait une laïcité entendue, comprise et respectée, il faut l’égalité. » Elle ajoute: « Il était important que l’Education nationale conventionne l’établissement Ibn Khaldoun, expression de la diversité culturelle et cultuelle française dans le respect des règles de notre République. » Ce qu’oublie de préciser l’élue socialiste, c’est la connotation idéologique radicale qui entoure l’établissement. D’ailleurs, le président de l’UOIF, Amar Lasfar, lui-même était présent ce 22 mai. Ce même Amar Lasfar déclarait dans la revue « Homme et migrations » (n° 1218, mars-avril 1999) : « Dans l’islam, la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté. » Dans le respect des règles de notre République nous disait donc Samia Ghali? Celle-ci, d’ailleurs, n’a pas omis que la présence d’Amar Lasfar lors de la pose de la première pierre, mais aussi celle des ambassadeurs du Koweit et du Qatar, deux pays particulièrement inspirés, comme chacun le sait, par les « valeurs républicaines »."

Un collège coranique géré, lui aussi, par l’UOIF devrait ouvrir à Nice à la rentrée prochaine. Il jouxtera la plus grande mosquée de la ville (800 places d’après le site trouvetamosquée. fr), que Christian Estrosi avait visité en octobre 2007, déclarant tout sourire à l’imam: « Mais je m’y sens chez moi! »

Posté le 3 juin 2015 à 07h32 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

02 juin 2015

Clichy : le candidat UMP promet une mosquée

4uYUc6Kv_400x400Suite à l'annulation du scrutin, les habitants de Clichy doivent revoter pour élire leur maire.

Page 17 de son programme pour les municipales de Clichy les 14 et 21 juin prochains, Rémi Muzeau (député suppléant de Patrick Balkany et candidat UMP UDI MODEM DLF à la mairie de Clichy) promet :

"Nous mettrons en place un lieu culturel et cultuel musulman."

Posté le 2 juin 2015 à 23h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

Le maire de Suresnes finance la future mosquée de la ville

Les élus municipaux FN préviennent la population :

"L’association Islamique Al Badr peut avoir le sourire. Tous les élus municipaux Ump Ps pcf ont voté hier [28 mai] lors d’un Conseil municipal houleux un bail emphytéotique administratif pour l’inauguration d’une salle de prière musulmane de 349M² au 5 rue des Velettes.

Laurent SALLES, Chef de file du FN Suresnois, a une nouvelle fois dénoncé le double jeu de la fausse droite qui, au niveau national reprend nos thématiques, mais qui au niveau local applique le programme du Parti socialiste. Cette délibération est symptomatique des libertés que l’UMPS prend avec les principes fondamentaux de la laïcité édictés par la loi de 1905. Depuis 2006, vraie gauche et fausse droite ont permis aux élus locaux de contrevenir au principe de non-subventionnement des cultes, grâce au bail emphytéotique administratif. Nous ne voyons pas en quoi un édifice ou un local cultuel constituerait une mission de service public ou même une opération d’intérêt général comme le sont les crèches, les commerces par exemple… alors que cela relève d’un intérêt privé. En achetant en VEFA ce lot nu au promoteur Bouygues pour 977 000€, on peut considérer que la Ville a pris à sa charge le coût du gros œuvre, ce qui est à notre sens un avantage considérable accordé à cette association cultuelle, même si il lui est laissé le soin de réaliser les travaux de second œuvre évalués par France Domaine à 506 000€. [...]

Laurent SALLES s’insurgea contre le Maire C. Dupuy quand celui-ci évoqua le financement de lieux de culte antérieur à la loi de 1905 : « Monsieur le Maire vous n’allez tout de même pas comparer nos cathédrales, nos églises avec des mosquées en parpaing !?. Il s’agit là de notre patrimoine. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons chaque année 70 millions de touristes ! »"

Les deux élus vont attaquer la délibération en justice devant le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

Posté le 2 juin 2015 à 16h33 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

Complices de l'islamisme : menaces sur Marianne

Communiqué de la Société des rédacteurs de "Marianne" :

CGeT3K2W0AABWvt

Posté le 2 juin 2015 à 08h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

29 mai 2015

D'origine maghrébine, une collégienne est menacée pour son athéisme

Bienvenue en France : parce qu'elle était "visuellement musulmane" (ses grands-parents sont maghrébins mais ses parents se revendiquent français), une collégienne s'est fait harceler toute l'année par une camarade de classe musulmane, dont le père a même menacé de la brûler vive, lui reprochant son "athéisme".

"Il arborait fièrement une barbe d’islamiste, son épouse était vêtue d’un niqab", se souvient Nourredine [le père de la collégienne harcelée]. "Il est venu et m’a dit que si je ne retenais pas mon enfant, il allait la brûler vive et qu’après on allait s’occuper de moi."

"Le fait qu’elle se soit teint les cheveux en blond cuivré déplaisait à cette camarade qui l’insultait de sale française. Si elle laissait sa chemise ouverte elle lui disait c’est pour plaire aux garçons, et la traitait de tous les noms (sale pute, sale française)".

 

Posté le 29 mai 2015 à 16h05 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (12)

« Les seuls peuples à accepter l'esclavage sont les nègres, en raison d'un degré inférieur d'humanité, leur place étant plus proche du stade animal. »

L'auteur de cette citation est un musulman (certainement modéré) Ibn Khaldoun, dont le nom est celui d'un collège-lycée musulman privé de Marseille, lequel est sous influence directe du Qatar et de l’UOIF, c’est-à-dire des Frères musulmans.

Le directeur de cet établissement a indiqué qu'un contrat d'association avec l'Etat sera signé en juin.

Posté le 29 mai 2015 à 14h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (21)

28 mai 2015

Etat islamique : "L’adversaire n’est plus seulement aux portes de l’Europe, il en a franchi le seuil"

Paroles du chef d'état-major de l'armée de terre à propos de l'Etat islamique qui témoignent que la situation est grave :

"Selon le général Jean-Pierre Bosser, « plus de 1.000 combattants européens enrôlés dans ses rangs sont revenus dans l’espace Schengen ». Une menace pour la France et les pays européens. Car « l’adversaire n’est plus seulement aux portes de l’Europe, il en a franchi le seuil », a souligné le chef d’état-major de l’armée de terre. Il est donc persuadé « de la nécessité d’intégrer encore plus dans notre réflexion le retour de l’armée de terre sur son milieu naturel, celui du sol national, pour pourvoir y faire face, avec les forces de sécurité, à tous types de menaces dont celles que ces vingt dernières années avaient confinées à l’extérieur ».

Cette problématique est là « pour rappeler le lien très fort, le continuum, qui existe entre sécurité extérieure et sécurité intérieure. Ces combattants étrangers sont un vrai défi pour notre sécurité, celles des Français et plus généralement celle des Européens », a de son côté expliqué le général Pierre de Villiers. Et selon le chef d’état-major de l’armée de terre, « il ne faut d’ailleurs pas exclure que cette menace agisse en utilisant des modes d’actions de nature militaire, et se concrétise par des actions armées contre des militaires. Ne perdons pas de vue qu’il s’agissait d’un des objectifs poursuivis par Mohammed Merah. Outre-Atlantique, des attaques isolées ont déjà été perpétrées. Nous avons hélas vécu à deux reprises en France et une fois en Belgique des attaques assez similaires ».

L’armée de terre peut-elle être en première ligne face à Daech sur le sol national ? Le général Bosser en est convaincu : « il me semble raisonnable de considérer que la nature des opérations et l’envergure des défis sécuritaires inscrivent l’action militaire, hors et désormais à l’intérieur de nos frontières, durablement. Ils confortent ainsi le contrat opérationnel de l’armée de terre qui est réaliste et structurant ».

Posté le 28 mai 2015 à 23h03 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (8)

27 mai 2015

Face aux djihadistes, des "community managers"

Sous le règne d'Ubu, l’Etat veut créer deux cellules de «community managers», l’une publique, l’autre associative, chargés de lutter contre la propagande jihadiste sur Internet. Ne riez, cela va se faire avec nos impôts.

C'est la dernière idée de Manuel Valls, après la création d'un site internet, Stop Djihadisme.

A ce rythme là, l'Etat islamique sera à l'Elysée dans peu de temps.

Le Premier ministre a donné un nouveau pointage du nombre de résidents français «impliqués» dans les filières jihadistes en Syrie et en Irak, qui a atteint 1 704 personnes, contre 1 573 lors d’un dernier bilan effectué fin avril.

Posté le 27 mai 2015 à 22h20 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

25 mai 2015

A Argenteuil, le maire PS finance la construction d'une nouvelle mosquée

...en ne faisant pas payer le loyer, d'un montant estimé à 82 000€ à ce jour, du local de substitution prêté par la mairie pendant les travaux de construction d'un nouvelle mosquée. Il y a pourtant déjà plus de 10 mosquées à Argentueil :

"À Argenteuil, le maire PS sortant Philippe Doucet fait partie de ces élus qui ont une double lecture de la loi de 1905, notamment lorsqu’il s’agit du culte musulman (...) Il existe aussi de nombreux lieux de culte protestants, une synagogue, ainsi que la plus grande mosquée d’Europe, dans le quartier Val d’Argent Nord. Inaugurée le 29 juin 2010 par l’ancien Premier ministre François Fillon, la mosquée Al-Ihsan compte 3 000 m2 aménagés dans un ancien garage Renault. Onze ans de travaux ont été nécessaires à ce bâtiment orné d'une façade mauresque typique coiffée d’un dôme et d’un petit minaret, comme dans les pays arabes (...)

En tout, plus de dix lieux de culte musulmans ont été référencés sur la ville. À Argenteuil, on estime que près d’un tiers de la population est musulmane [Mais comment le savent-ils ?]. De quoi pousser l’ancien maire PS à lancer le chantier d’une nouvelle mosquée en 2013. Afin de satisfaire les fidèles, il a signé, le 3 octobre 2013, un contrat de location avec le responsable de la future mosquée pour mise à disposition d’un local appartenant à la mairie. Le loyer annuel est de 60 000 euros. Pourtant, à ce jour, pas un centime n’a été perçu par la mairie d’Argenteuil.

En caméra discrète, Séverine Lebrun a interrogé le futur gérant de la mosquée, dans les locaux gracieusement prêtés par l’ancien maire PS. Celui-ci, un peu pris de court, s’explique sur les 82 000 euros de loyers impayés : "Ce n’est pas une question de loyer. On avait un accord entre nous et eux [la mairie d’Argenteuil, ndlr]. Ils nous prêtent le local jusqu’à la construction de la mosquée." Mais qu’en est-il alors de la convention signée par les deux parties portant sur le montant d’un loyer mensuel ? "On a signé une convention, mais après j’ai dit non, je ne paye rien. Donc il [ndlr, Philippe Doucet] nous a dit : "vous restez jusqu’à nouvel ordre", a affirmé le futur responsable de la mosquée As Salam."

Posté le 25 mai 2015 à 07h24 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (6)

22 mai 2015

Un islamiste, déjà arrêté, retente un départ en Syrie

Il a quitté famille et amis dans le nord de la France avec l’intention de rejoindre l’Etat islamique. Arrêté une première fois en Allemagne, il a tenté une seconde fois le voyage, mais en passant par Genève. A croire qu'après la première arrestation, il a été efficacement surveillé...

Ce musulman modéré a été marqué par tuerie de Charlie Hebdo, selon sa mère. A partir de janvier, ce gamin joyeux, gentil, qui aime la musique et sortir avec des copines, se renferme, fréquente assidûment la mosquée de sa région, fait la leçon à sa famille non pratiquante. En moins de trois mois, il se radicalise. Rapide.

Sa première fuite s'arrête à Munich, où il se fait arrêter. Comme il est mineur, on le ramène à la maison. Placé sous contrôle judiciaire, il doit signer toutes les semaines un acte de présence au commissariat local. Un mois et demi plus tard, le 11 mai, il repart.

Il vient d'être arrêté. Pourra-t-il faire une 3e tentative ?

Posté le 22 mai 2015 à 11h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

20 mai 2015

A Évreux, les conversions de chrétiens à l’islam interrogent l’Église

C'est le titre d' un article de la Croix qui constate que dans certains diocèses, comme celui d'Evreux, les conversions à l'islam semblent devenir préoccupantes, bien qu'il soit difficile de dire si les nouveaux "convertis" sont d'origine chrétienne ou non. Néanmoins, il apparaît que de nombreux jeunes se convertissent à l'islam après avoir reçu les sacrements de l'initiation catholique, du baptême à la confirmation, car les jeunes musulmans arborent leur foi comme un drapeau et se font prosélytes, tandis que certains jeunes catholiques n'osent pas dire qu'ils vont à la messe.

1582222_3_6a7f_priere-a-la-grande-mosquee-de-500x250

"Preuve que le sujet est sensible, une initiative interreligieuse dans le quartier populaire de La Madeleine à Évreux a tourné court : engagés tous les deux dans un dialogue islamo-chrétien, Bissenty, jeune chrétien d’origine sénégalaise, et Grégory, musulman, converti, avaient eu l’idée d’une célébration commune de la fête des mères. Pas question, ont répondu les mères chrétiennes d’origine sénégalaise, critiquant avec véhémence « ces musulmans qui nous piquent nos enfants ». « Certains jeunes d’origine africaine m’ont rapporté que des musulmans les invitaient explicitement à la mosquée en leur affirmant que “l’islam est la religion des Noirs” », confirme le P. Berjonneau [le P. Jean-François Berjonneau est délégué aux relations avec l’islam et co-animateur du service Carrefour des cités dans le diocèse d’Évreux]. [...]

« J’ai quelques amis et cousins qui se sont convertis. À mes yeux, il ne s’agit pas d’un vrai rejet de la religion catholique. C’est plutôt qu’ils n’y avaient pas trouvé leur place et restaient dans une quête de sens, de discipline et de partage », confirme Bissenty. « Peut-être les choses auraient-elles été différentes si un ami les avait amenés vers le Christ, mais il s’en est trouvé un qui leur a fait découvrir le Prophète. »« Nous avons besoin d’être enracinés pour oser nous affirmer comme chrétiens », confirme Irène, qui constate que les parents d’origine étrangère, maîtrisant mal le français, ont du mal à transmettre leur foi à leurs enfants nés en France…[...]

Dreuz.info, reprenant l'article de la Croix, y relève cette réflexion d'une habitante, pratiquante de l'église Saint-Jean-Baptiste dans la ZUP de Vernon, qui constate que :

"le nombre de couples mixtes augmente et que, « le plus souvent, la femme, qui était chrétienne, se convertit »."

Et de poser la question qui dérange : des musulmans épousent-ils des chrétiennes pour islamiser la société ? Cela n'aurait rien d'étonnant, et ces mariages mixtes, joints au prosélytisme ouvert de la jeunesse musulmane, ne peuvent qu'accélérer le phénomène d'apostasie de notre pays.

Posté le 20 mai 2015 à 18h30 par Marie Bethanie | Lien permanent

Montpellier : des mères voilées réclament quelques blancos à l’école…

Le 13 mai, environ 80 mères voilées du quartier du Petit-Bard à Montpellier ont bloqué pendant une heure la circulation des trams, afin de protester contre la "ghettoïsation" de leurs enfants, qui sont condamnés à vivre leur scolarité presque exclusivement entre eux, les enfants "de souche" étant scolarisés ailleurs. Elles réclament donc plus de mixité sociale dans les écoles de leurs enfants, estimant à juste titre que de les laisser entre eux est un obstacle majeur à leur intégration.

Causeur revient sur cet évènement, qui montre que l'intégration à la société française est peut-être finalement un souci pour ces mères de famille, quoique veuille bien en dire Valls qui nous accuse d'un appartheid qu'il n'arrête pas de le promouvoir sur notre sol :

"« Dès que l’on connaît les codes scolaires, on use de stratégies d’évitement », explique au Figaro la porte-parole de nos mamans en colère. L’article précise que Fouzia, 38 ans, est « arrivée du Maroc à l’âge de 11 ans », et a fait tardivement « des études d’histoire à l’université, en civilisation gréco-romaine » parce que « c’est important de revenir aux racines ».

Au passage, elle fait preuve d’une franchise que seule permet une arrivée récente sur le territoire français. A propos des bahuts-ghettos où l’on veut la contraindre à inscrire ses rejetons, elle pose la question : « Dans ces écoles, il n’y a quasiment plus de Blancs. Comment nos enfants vont pouvoir se sentir français ? » Vous avez bien lu. Désormais, ce sont les immigrés les plus récents qui exigent qu’il y ait « quelques white, quelques blancos » de plus dans l’école de leurs enfants. Et réclament d’être confrontés à un minimum d’autochtones, pour avoir une chance de s’approprier leur culture."

Et Causeur de soulever une question intéressante : ce sont les mères qui réclament que leurs enfants soient au contact des "autochtones". Mais les pères sont aux abonnés absents.

"A ce train-là, SOS Racisme ou la Licra vont finir par intenter un procès à ces mauvais immigrés qui refusent de se définir par leur « différence » et de rester sagement parqués entre « stigmatisés ». En attendant, une amie enseignante en banlieue parisienne, dont la quasi-totalité des élèves est d’origine africaine, nous fait cette remarque : « Les mamans, toujours les mamans… mais où sont les hommes ? » Tiens donc, c’est vrai ça, les pères semblent nettement moins pressés que leurs femmes de s’imprégner de la culture libérale occidentale. Par peur que leurs fillettes se croient autorisées à boire de la bière ou à porter des minijupes ?"[...]

Ou parce qu'il est bien plus commode de se poser en victime d'une société qui refuse une intégration à l'envers que de tenter d'en adopter le mode de vie ?

Posté le 20 mai 2015 à 14h47 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (15)

"Pas de justice, pas de paix"

C'est le mot d'ordre belliqueux de Tariq Ramadan repris dans les mobilisations pour Zyed et Bouna, rappelé par l'Observatoire de l'islamisation.

"Alors que les médias rapportent que les manifestants révoltés par la relaxe des policiers dans l'affaire de la mort de Zyed et Bouna ont scandé "Pas de justice, pas de paix", nous rappelons que cette légitimation des violences urbaines a été formulée par Tariq Ramadan."

Tariq Ramadan qui disait en 2012 dans une conférence à des jeunes musulmans :

"« Qu’est-ce que vous apportez à la France ? Cette spiritualité de la paix. Est-ce que vous êtes des agents de paix dans ce pays ? c’est quoi un agent de paix dans ce pays ? C’est quelqu’un qui peut dire au gouvernement français : « tant qu’il n’y aura pas de justice dans vos banlieues, vous ne serez pas en paix ici ! Tant qu’il n’y aura pas d’égalité d’accès au travail vous ne serez pas en paix, et nous on est des agents de la paix ! Ça veut dire quoi ? Qu’on est des agents de la justice, des agents de la dignité, la façon dont vous regardez les Arabes, ça ne tient pas, et on ne laissera pas faire ! Parce qu’on est solide, qu’on ne sera pas agressif, mais on sera juste. »

C'est du chantage, non ? Si on se souvient des 9000 voitures vandalisées, 200 millions d'euros de dégats, 126 policiers et gendarmes blessés durant les affrontements des révoltes du ramadan 2005, il est bien difficile d'imaginer que cette "spiritualité de paix" apporte à la France autre chose que la guerre.

Posté le 20 mai 2015 à 09h19 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

19 mai 2015

457 Français en Irak et en Syrie

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a déclaré lors d'une Commission de l'Assemblée nationale, que 457 Français, dont 137 femmes et 80 mineurs, sont actuellement en Syrie et en Irak.

105 seraient mort dont 8 dans des attentats-suicide. 213 seraient revenus en France.

Posté le 19 mai 2015 à 10h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

18 mai 2015

Des quotas d’enfants « blancs » dans les écoles ?

De Bernard Antony :

"[...] La mixité sociale, selon « Le Figaro » de ce jour, c’est celle qu’ont exigé le 13 mai une cinquantaine de mères enfoulardées en colère à Montpellier et manifestant parce que « il n’y a quasiment plus d’enfants de Blancs » (sic) dans les écoles de La Paillade et autres quartiers à forte proportion de populations d’origines étrangères. « Comment nos enfants vont pouvoir se sentir Français ? » a demandé Fouzia, la porte-parole de ces mères.

L’article de Caroline Beyer est tout à fait intéressant. Elle n’omet pas de mentionner le cas de cette « maman non maghrébine, qui, venue inscrire ses enfants à l’école du quartier, n’est plus reparue ».

Peut-être va-t-il falloir alors imposer des quotas d’enfants « blancs » dans ces écoles pour espérer intégrer la majorité des non-blancs et les faire « se sentir français » ?

Faut-il faire remarquer ici que la référence à la race est une absurdité. La vérité c’est qu’il ne s’agit pas du tout d’une question de « blancs » ou de « non blancs ». La vérité, qui oserait le nier, c’est qu’il s’agit d’une question d’enfants non musulmans, parmi une énorme majorité d’enfants musulmans ! Et pour ces enfants non musulmans si minoritaires, qui oserait affirmer que leur scolarité se déroulera sans lourdes difficultés relationnelles ?

Ainsi on me rapporte le cas, à Castres des difficultés d’enfants pourtant arabes parmi d’autres enfants arabes. Ces petits enfants arabes, les malheureux, récemment arrivés en France, ont échappé au pire chez eux en Irak. Seulement voilà, ce sont des enfants catholiques. Et c’est ainsi que réfugiés chez nous, ils subissent déjà des insultes et une discrimination de la part des enfants musulmans qui regardent à la maison les émissions d’Al Jezeera.

Ceci est abominable, insupportable. Mais je n’entends guère s’exprimer les repentances de ceux qui, par leur niaiserie, leur bêtise, leur inculture, leur démagogie, sont responsables d’une situation qui va aller de mal en pire. [...]"

Posté le 18 mai 2015 à 16h56 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

Nous allons prendre la Suède. Et toute l'Europe.

Sur une chaine de télévision en langue arabe, un journaliste, qui dit avoir été musulman, interroge un musulman vivant en Suède. Ce dernier exprime librement sa vision de l’Islam. A écouter dans son intégralité :

 

Daniel Hamiche avait consacré un article à ce journaliste surnommé Brother Rachid qui est un musulman converti au christianisme évangélique.

Posté le 18 mai 2015 à 07h28 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

16 mai 2015

A Annecy, le FN s'oppose à la construction d'une mosquée

Aymeric Chauprade diffuse l’intervention de Thomas Noël (FN) faite récemment au conseil municipal d’Annecy dans laquelle il s'oppose à la volonté de la mairie UDI. Extraits :

Annecy"En mars 2004, des individus dont nous condamnons l’acte odieux déclenchaient un incendie dans l’ancienne mosquée des Fins. Plutôt que d’opter pour une restauration qui aurait permis de s’affranchir des règles d’urbanisme régissant les places de stationnement pour les établissements recevant du public, la communauté de fidèles décida de raser le bâtiment et de se lancer, avec votre soutien fébrile, dans un projet plus ambitieux, à l’architecture prosélyte et non conforme aux règles du droit public. Et ce qui devait arriver arriva. Ce que tout le monde – sauf vous Monsieur le maire – avait anticipé se produisit : à plusieurs reprises, jusqu’au Conseil d’État en octobre 2014, le juge administratif a constaté l’irrégularité flagrante de cette entreprise bancale.

Depuis, la communauté de fidèles ne cesse de clamer qu’elle n’a plus de salle de prière. Certes, celle-ci a été abîmée par des délinquants, mais je pose la question : qui a décidé de la raser ? Ses fidèles ! Et à qui demandent-ils désormais de l’aide pour en reconstruire une nouvelle, plus grande, plus haute, plus visible, s’intégrant moins que la précédente à l’architecture du quartier des Fins ? A la mairie d’une république laïque. A ces fidèles, Monsieur le maire, il vous faut rappeler ce principe élémentaire du droit : « Nemo auditur propriam turpitudinem allegans » : Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. Ceux qui ont décidé de raser leur lieu de culte ne peuvent exiger des habitants d’Annecy qu’ils aident à sa reconstruction.

Aujourd’hui, pour garantir le nombre légal de places de parking, l’association Nouvel Avenir, qui porte le projet de la nouvelle mosquée, a besoin de plus de surface. Une fois de plus Monsieur le Maire, vous décidez de voler à son secours. Pour céder – sans jeu de mot – du terrain supplémentaire, il vous a fallu au préalable le déclasser du domaine public. En agissant de la sorte, vous avez violé l’esprit de la loi de 1905 : vous avez utilisé un bien public – non sans l’avoir dénaturé – pour aider une religion (...) Que je sache, les riverains ne réclament pas à cor et à cris un nouveau lieu de culte…

Nous touchons là un des aspects fondamentaux du problème, Monsieur le Maire, et je n’aurai pas l’hypocrisie de me réfugier derrière des arguties juridiques pour vous exposer les vraies raisons de ma farouche opposition à ce projet. Il ne s’agit pas d’un problème d’urbanisme, mais bien de communautarisme ! Nous ne parlons pas tant de contraintes de construction que d’exigence d’unité de la nation ! Vous détournez un bien de son usage public pour céder aux pressions d’une communauté à l’intérieur d’une autre communauté : les musulmans d’origine maghrébine. En effet, l’Association « Nouvel Avenir » n’a jamais caché sa forte identité algérienne. Un représentant du gouvernement algérien est même venu soutenir ce projet, faisant ainsi la promotion d’une véritable enclave sur le territoire français.

Et cette enclave est la concurrente d’une autre, turque celle-là, dans la ZI de Vovray. Vous ne pouvez l’ignorer : il y a quelques mois, un représentant de la communauté turque, fidèle de cette même mosquée, ne vous avouait-il pas, sous les yeux éberlués de ma collègue Pauline Farges, je cite : « nous les Turcs nous ne voulons pas prier avec les maghrébins. Et ce n’est pas une question de place ».

Depuis quand, dans notre République une et indivisible, doit-on distinguer les pratiquants d’une religion en fonction de leur origine ? Y aurait-il des statistiques pour cela ? Depuis quand la Nation doit-elle s’adapter aux différentes pratiques d’une même religion ?

Vous ne pouvez donc plus nier les tensions communautaristes qui habitent notre bassin de vie. Vous ne pouvez plus refuser de regarder en face la juxtaposition de particularismes culturels et cultuels dont notre territoire est le théâtre. Malgré cela, vous persistez à agir en préposé local au déclin national.

Monsieur le Maire, on comprend bien que les lois de la démographie, dont on constate au fil des scrutins l’inexorable action érosive, vous contraignent à aller chercher des suffrages hors de votre électorat traditionnel. Cependant, vous devriez non seulement minimiser l’effet positif de ce genre de manœuvre, mais également exiger des garanties contre les risques de prolifération d’un islamisme radical qui gangrène une religion dont – est-il est besoin de le rappeler ? – l’immense majorité des croyants n’aspirent qu’à vivre paisiblement et pacifiquement la pratique cultuelle.

Et ces garanties, nous, groupe Annecy Bleu Marine, nous les demandons en osant poser les questions suivantes :

  • D’où viendraient les imams qui desserviraient la mosquée si ce projet aboutissait ?
  • Où seraient-ils formés ?
  • Dispenseraient-ils leurs prêches en français ?
  • L’architecture du projet serait-elle toujours aussi arrogante et prosélyte, ou, au contraire, la mosquée s’intègrerait-elle harmonieusement dans un quartier dont les habitants n’ont pas massivement demandé sa construction, c’est le moins qu’on puisse dire ?
  • Le gouvernement Algérien, qui soutient ce projet, s’engage-t-il à faire cesser les persécutions dont sont victimes, sur son propre territoire, les musulmans qui se convertissent au christianisme ?

Monsieur le maire, à l’heure où notre pays est agité de soubresauts communautaristes qui ont déjà fait des morts et menacent l’unité nationale et le vivre ensemble, je doute que vous ayez l’idée, encore moins le courage, d’encadrer strictement un projet que vous menez avec autant d’aveuglement. Pour tous les motifs que je viens d’exposer, mes collègues et moi-même voterons contre cette proposition n° 17. 

Posté le 16 mai 2015 à 10h38 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (14)


     Archives > France : L'Islam en France

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : L'Islam en France