18 décembre 2014

Le gouvernement veut d'autres Thierry Lepaon

A partir du 1er janvier, les formations syndicales et patronales ne seront plus financées par la formation professionnelle (qui leur rapportait grosso modo 70 millions € par an, en plus des cotisations de leurs adhérents). Au nom de la transparence, Michel Sapin a créé un nouveau système, fort avantageux alors que les syndicats ne représentent plus qu'un salarié sur 20 dans le privé :

  • L'Etat leur signera chaque année un beau chèque (32,6 millions € en 2015 d'après une note interne du Medef)
  • Les cotisations patronales augmenteront à partir du 1er janvier (vous verrez apparaître une nouvelle ligne sur votre fiche de paie). Taux annoncé initialement : 0,014% de la masse salariale. Soit une manne de 70 millions € par an environ.

La loi a été votée au mois de février et promulguée en mars ; le gouvernement en est à la rédaction des décrets d'application. Et oh surprise ! La presse révèle que le taux retenu, pour l'augmentation des cotisations patronales en janvier, est finalement de 0,016%. Autrement dit, les syndicats vont obtenir des étrennes de 10 millions € supplémentaires grâce aux décrets. Alors que Manuel Valls vient d'annoncer un Pacte de responsabilité visant à réduire les charges des entreprises. Et en plein scandale de la CGT. Les Thierry Lepaon ont de beaux jours devant eux.

Posté le 18 décembre 2014 à 23h10 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (0)

Le Conseil constitutionnel valide la modulation des allocations familiales

Par sa décision n° 2014-706 DC du 18 décembre 2014, le Conseil constitutionnel s'est prononcé sur la loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 dont il avait été saisi par plus de soixante députés et plus de soixante sénateurs. Il a rejeté l'ensemble des griefs des requérants et procédé à deux censures ponctuelles. Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution :

"Le paragraphe I de l'article 85 qui institue une modulation du montant des allocations familiales en fonction des ressources du ménage ou de la personne qui a la charge des enfants. Le Conseil constitutionnel a ici formulé, conformément à sa jurisprudence constante, une réserve pour juger que les dispositions réglementaires d'application de la loi ne sauraient fixer les critères de ressources et de montant des allocations, compte tenu des autres formes d'aides aux familles, de telle sorte que seraient remises en cause les exigences du Préambule de la Constitution de 1946."

Posté le 18 décembre 2014 à 17h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Les militants de LMPT vont-ils pouvoir rencontrer Hollande ?

Chaque jour, c'est près de 2000 lettres de Français que reçoivent les services de la présidence de la République. Des doléances, des insultes, des recommandations et, parfois, des demandes de rendez-vous, auxquelles François Hollande veut parfois donner suite.

Le chef de l'État a mené une première expérience vendredi en recevant cinq Français dans son bureau. Un patron de PME, une bibliothécaire, un chômeur, un commerçant... Chacun a pu passer une trentaine de minutes avec le président de la République.

Si chaque défenseur du mariage demande audience, combien seront reçus ?

Posté le 18 décembre 2014 à 14h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

Marion Maréchal-Le Pen conteste publiquement la nomination de Sébastien Chenu

Courageusement, dans une tribune publiée par Valeurs Actuelles, Marion Maréchal-Le Pen conteste la nomination de Sébastien Chenu, fondateur de GayLib, au sein du Rassemblement bleu marine.

M"On entend souvent dans la bouche de nos détracteurs que “le nationalisme, c’est la guerre”. Ce slogan réducteur et faux tend à criminaliser le concept de nation. La nation n’empêche pas la guerre mais elle permet d’éviter la pire de toutes : la guerre civile. Celle, larvée, qui menace aujourd’hui la cohésion nationale est idéologique : celle des droits individuels contre l’intérêt général, des communautés contre la communauté nationale.

Cette cohésion nationale est attaquée de toutes parts. De l’extérieur par l’Union européenne à travers le droit et la jurisprudence, le fédéralisme et l’immigration de masse. De l’intérieur par le développement dans la société d’un tissu d’associations et de personnalités censées défendre les nouveaux damnés de ce monde.

La gauche, structurée doctrinalement par la lutte des classes, transpose ce modèle de conflit à toutes les strates de la société : les femmes contre le patriarcat, l’homosexualité contre l’“hétéronormativité”, le droit à la différence des minorités ethniques contre l’assimilation à la française. Tout est bon pour détruire l’identité culturelle, juridique, historique de la France, cette nation “conservatrice”, “réactionnaire”, “rétrograde”, voire franchement “obscurantiste”. Ces nouvelles insultes marquent du sceau de l’infamie politique quiconque en est frappé.

On terrorise intellectuellement l’adversaire par la morale et non par les arguments politiques. Vous critiquez le régime de l’Union européenne, vous êtes europhobe ; vous dénoncez les revendications politiques de certains musulmans contre notre modèle laïc et la tradition chrétienne, vous êtes islamophobe ; vous participez à la “manif pour tous”, vous êtes homophobe… Il y a bien longtemps que la droite, culpabilisée par une gauche contrôlant tous les vecteurs de la pensée (éducation, médias, culture), est devenue complice. « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » (Jean de La Fontaine). Les “phobes” contre les “istes” : immigrationnistes, européistes, mondialistes. Définition de la phobie : crainte excessive et injustifiée d’une situation, d’un objet ou de l’accomplissement d’une action.

Nous ne serions donc pas des citoyens éclairés mais des personnes mues par une peur irrationnelle, quasi psychiatrique, agissant par passion et non par raison. Inutile de débattre avec nous, nous sommes disqualifiés d’office. Pis, être “progressiste” (tiens, encore un “iste”) est tendance. Pour ma part, j’aime assez cette citation de Gustave Thibon : « Être dans le vent, une ambition de feuille morte… » Nos “élites” et nos gouvernants se plaisent en automne.

La sexualité n’est pas un programme politique, pas plus que l’origine ou la religion. Je préfère offrir aux nouveaux Français une identité française fière et exigeante plutôt que de les abandonner à une identité de substitution, mêlée de religiosité guerrière et de mépris de la France, qui jette certains dans les bras de l’État islamique.

Les pseudo-représentants et défenseurs militants de cette conception participent de cette “stigmatisation” qu’ils dénoncent tant et qui constitue leur fonds de commerce lucratif. Ils laissent entendre que ces Français seraient prisonniers de ces identités factices et qu’elles conditionneraient l’ensemble de leurs choix personnels et politiques. À l’inverse, je pense que le meilleur moyen de protéger ces minorités est de mettre en avant ce qui nous unit plutôt que ce qui nous différencie, à savoir la seule communauté qui vaille la peine de se battre : la communauté nationale. Il faut cesser de les pousser à afficher leurs spécificités comme un étendard dans des représentations communautaristes aussi ridicules que la GayPride…

Croyez-vous que ces mêmes communautaristes trouveraient “cool” que demain nous lancions une radio “Blanc FM” en réponse à Beur FM ? La perspective d’une telle société ne m’enchante guère. Pis, elle m’effraie. La France bleu, blanc, rouge plutôt que la France Black, Blanc, beur. La couleur du drapeau, plutôt que la couleur de peau.

Il n’y a pas de demi-mesure. Soit vous êtes pour la communauté nationale, soit vous êtes avec les libéraux-libertaires. Soit vous êtes pour la France, soit vous êtes contre la France."

Posté le 18 décembre 2014 à 13h51 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (27)

Jacques Bompard, seul face aux apologues de l'avortement

Le maire d’Orange et député non inscrit du Vaucluse est interrogé par Présent. Extraits :

"[J]’étais tout seul face aux différents intervenants qui ont fait l’apologie de cette loi et de Simone Veil, dont on murmure qu’elle aurait maintenant des remords d’avoir donné naissance à cette loi. Une énorme responsabilité, en effet, quand on songe aux dix millions d’enfants morts depuis sa promulgation. Une anecdote : les quelques députés qui ont voté courageusement contre la sacralisation de cette loi n’étaient pas présents en séance quand je suis intervenu pour plaider coupable. En fait, mes différents collègues qui s’étaient engagés en faveur de la Manif pour tous m’ont beaucoup déçu, à commencer par Hervé Mariton qui s’est abstenu, lors de ce vote. [...]

Quand on fait le décompte des votes opposés à cette sacralisation de la loi Veil, on constate qu’aucune femme ne s’est associée à votre refus ?

Je me demande si la femme n’est pas plus conformiste que l’homme. Et quelquefois – je pense aux questions relatives à l’euthanasie – je suis plus agressé (verbalement s’entend) par les députés femmes appartenant à l’UMP que par celles appartenant au Parti socialiste. [...]"

Posté le 18 décembre 2014 à 11h12 par Michel Janva | Lien permanent

Dans l’entourage de Marine Le Pen, on raille ces «cathos de merde»

Dans son numéro de ce jour, Valeurs Actuelles consacre 3 pages à l'affaire Sébastien Chenu. On peut y lire notamment :

V"Jeudi 11 décembre. De nombreux cadres du FN disent à Marine Le Pen, à mots couverts pour certains, frontalement pour d’autres, leur opposition à cette nomination. Les militants, aussi, réagissent. Le siège du parti, à Nanterre, est submergé d’appels téléphoniques, téléguidés pour certains, spontanés pour d’autres. Les courriers affluent, certains menacent de rendre leur carte ou de ne plus voter pour le FN… Rien n’y fait. Dans l’entourage de Marine Le Pen, on raille ces «cathos de merde»."

Après la diffusion de l'information par Valeurs actuelles, vendredi, qui a fait changer d'avis Marine Le Pen (voir ici), une purge est en route :

"La présidente du Front national est ulcérée. Elle veut trouver l’auteur des fuites, punir le fautif. «Je sais qui c’est, je le ferai exclure du bureau politique », s’emporte-t-elle devant des proches. La « chasse aux sorcières », dixit un cadre, est ouverte."

Affaire à suivre.

Posté le 18 décembre 2014 à 08h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (69)

Un jour, un texte ! La Patrie selon Benoist-Méchin

« La civilisation française, héritière de la civilisation hellénique, a travaillé pendant des siècles pour former des hommes libres, c'est-à-dire pleinement responsables de leurs actes: la France refuse d'entrer dans le Paradis des Robots. » Georges Bernanos, La France contre les robots

Cette nouvelle rubrique a pour objet de proposer des textes pour aider tout un chacun à réfléchir sur des sujets précis et si possible, d'actualité, aujourd'hui : la Patrie. (18)

le sacrifice

Lettre de Laurent PATEU, sous-lieutenant au 141 ° régiment d'infanterie, tombé au champ d'honneur, le 15 juin 1915, à Notre-Dame de Lorette.

Rouge-Croix (Pas-de-Calais), 4 novembre 1914.

Ma Femme bien-aimée, mes Enfants chéris, si vous recevez cette lettre je ne serai plus ; mais je vous défends de pleurer. A cette époque où les enfants de la France versent leur sang, le mien n'est pas plus rouge que celui des autres. Vous supporterez d'autant mieux votre douleur que vous vous direz avec une inexprimable fierté que j'ai payé ma dette à la plus belle patrie du monde et que je suis mort pour elle.

Tu m'as souvent recommandé, ma femme adorée, d'avoir du courage. J'avais le mien propre et celui que tu m'as donné. Je te les adresse tous deux pour t'aider à supporter la douleur. Je t'ai toujours aimée, mon Angèle chérie, malgré mes quelques rares moments d'emportement ; je ne t'ai jamais oubliée, et j'aspirais, mon Dieu ! Avec quelle ardeur, au bonheur du retour. Je ne te laisse rien que mon souvenir et je partirai tranquille, car tu le garderas autant que la vie, je le sais. Nous nous aimions trop. Raidis-toi, ma petite femme, je te laisse nos enfants et c'est à eux que je m'adresse maintenant.

Mon petit Vonvon, tu as déjà onze ans et demi, tu es une grande fille, tu seras avant peu une petite femme. Tu te souviendras de moi mieux que le pauvre Dudu. Tu me connais, tu sais ce qui me plait et ce qui me déplaît. Eh bien, dans tous les actes de ta vie, demande-toi bien avant d'agir ce que penserait. Le pérot s'il était là.

Aide la mérotte de toutes tes forces, aide-la dans les soins du ménage ; tu sais ce que je te reprochais bien doucement parfois ; corrige-toi, deviens une bonne petite femme de ménage et surtout, oh ! Surtout, mon petit Vonvon adorée, rappelle-toi combien je t'aimais et je t'en supplie, sois toujours honnête.

Et toi, mon petit Dudu, à tes deux ans et demi on perd vite le souvenir. Tu parles encore de moi parce que la mérotte et sœur t'en causent mais tu m'auras vite oublié. Pourtant, lorsque tu seras plus grand, tu te rendras compte que tu avais un pérot qui t'aimait, ainsi que ta sœur, de toute son âme, et que tu appelais en ton doux zézaiement pezot chéri. Apprends vite à lire pour déchiffrer toi-même ce que j'écris aujourd'hui. Sois d'abord un petit garçon bien sage, puis un élève studieux, apprends, apprends encore ; apprends toujours, tu n'en sauras jamais assez. Sois aussi un jeune homme modèle. Enfin et surtout, sois un homme. Si tu es un jour appelé à servir ta patrie, embrasse les tiens aussi ardemment que je vous ai embrassés, et pars sans regarder en arrière, en criant le long de la route : Vive la France !

Je m'arrête sans avoir dit tout ce dont mon cœur déborde, je vous aime tous trois, je vous aime, je vous aime et je vous embrasse mille et mille fois du fond du cœur qui ne bat pas plus vite au son de la mitraille, mais qui palpite à votre souvenir.

Adieu, mes chéris, toutes mes tendresses sont pour vous et pour la meilleure des mères que je n'oublie pas.

Vive la France !

Extrait de : « Ce qui demeure, lettres de soldats tombés au champ d'honneur 1914-1918 ».

Benoist-Méchin – Éd. Albin Michel - 1941.

Posté le 18 décembre 2014 à 06h58 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (1)

17 décembre 2014

Bruno Gollnisch solidaire avec Eric Zemmour

Lu sur le blog de Bruno Gollnisch :

"(...) Le programme défendu par le FN vise justement à éviter cette « guerre civile » ou à tout le moins ce chaos social, économique, identitaire, qu’Eric Zemmour juge inéluctable. Contrairement à l’auteur du « suicide français », le FN ne sombre pas dans un fatalisme, bien étranger au génie de notre pays, de notre civilisation helléno-chrétienne. Sinon à quoi bon se battre? Aide-toi le ciel t’aidera!

Il n’en reste pas moins que Bruno Gollnisch, partisan de la liberté d’expression, du droit de penser en dehors des clous, exprime instinctivement sa solidarité avec Eric Zemmour qui voit s’abattre sur ses épaules les pires anathèmes et amalgames (...)

Nous ne pouvons que conseiller à nos belles âmes antiracistes, aux bourgeois du  PS, du Front de gauche, des médias, à tous les militants béats et /ou hypocrites du vivre-ensemble, de quitter les quartiers white, blancos comme dirait Manuel Valls, dans lesquels ils vivent tous. Qu’ils mettent leurs actes en conformité avec leurs propos, déménagent et s’installent dans les quartiers pluriels que décrit Eric Zemmour.

Ce serait là le signe d’un engagement citoyen fort et la preuve indubitable que M. Zemmour est un fou haineux aux fantasmes délirants. Après tout l’immersion dans le quotidien des Français est parait il très tendance dans les médias…"

Posté le 17 décembre 2014 à 19h08 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (1)

Une conversion politique fulgurante

Fatima Allaoui, démise lundi de ses fonctions de secrétaire nationale de l'UMP à cause de son adhésion au SIEL, dit avoir

"apprécié la déclaration de Florian Philippot [de rejoindre le Front national], c'est la seule parole gentille que j'ai pu entendre. Si sa proposition est sérieuse, je l'étudierai."

Convertie en l'espace de 9 mois, donc, la demoiselle. Car le 27 mars dernier, si l'on en croit le Midi libre, Fatima Allaoui manifestait contre le FN et la candidature de Robert Ménard à Béziers. Ce dernier, moins missionnaire que Philipot, ne lui avait probablement pas proposé de le rejoindre à la mairie...

Fatima

Posté le 17 décembre 2014 à 14h28 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (14)

Zemmour ne sera pas l'idéologue du FN

Jean-Luc Mélenchon a retranscrit et fait traduire sur son blog l'interview d'Eric Zemmour donnée au journal italien le Corriere della Sera. On y découvre l'échange suivant précisant la position d'Eric Zemmour vis-à-vis du FN, sujet qu'il a souvent refusé d'aborder avec les journalistes français à l'occasion de la sortie de son livre :

Question : « [Avez-vous] l’intention d’être l’idéologue du Front national ? »

Eric Zemmour : Non, sur certains thèmes nous sommes éloignés. Le Front national, par exemple, [n'a pas assez clarifié sa position contre] le mariage homosexuels et, d’un point de vue social, il est [désormais] trop à gauche. Mais je ne me situe pas sur le terrain des partis, mon domaine est celui des idées. Je mène une guerre culturelle, comme le dirait Gramsci. 

Posté le 17 décembre 2014 à 12h01 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

C'est qui le numéro 2 ?

Anecdote incroyable qui montre bien où sont les priorités politiques majeures de l'UMP :

"Le 8 décembre, Libération racontait comment Nathalie Kosciusko-Morizet avait prié Laurent Wauquiez de dégager fissa de SON bureau au siège de l'UMP, bureau où le nouveau secrétaire général de l'UMP venait à peine de s'installer. Laurent Wauquiez s'était exécuté, emportant ses cartons dans un bureau voisin.

Ce mardi 16 décembre, on apprend par le Canard Enchaîné que le député de Haute-Loire a quand même tout rapporté à la direction de l'UMP. L'ancien ministre de l'Enseignement supérieur refusait d'emménager dans un bureau plus petit que celui de NKM.

La suite, assez invraisemblable, est racontée par Hugues Anselin, chef de cabinet du directeur général de l'UMP, Frédéric Péchenard. Voici ce qu'il dit, cité nommément par le Canard :

Il a fallu aller mesurer les deux pièces pour prouver à Wauquiez qu'elles avaient rigoureusement la même superficie.

Ce n'était donc pas une question de taille mais plutôt de situation. Le n°3 a été obligé de s'installer dans un bureau proche de l'ascenseur de service alors que NKM est elle toute proche de l'ascenseur principal, précise le Canard Enchaîné. Ou comment encore rappeler à Laurent Wauquiez que c'est bien elle la n°2 du parti."

Jean-François Copé et François Fillon peuvent prendre leur retraite, la relève est assurée...

Posté le 17 décembre 2014 à 11h49 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

"J'ai déjà un candidat arabe de la diversité sur ma liste"

CMarie-Arlette Carlotti, député socialiste des Bouches-du-Rhône, ancienne ministre d'Hollande, vient d'être mise en examen pour injure à caractère racial. Une mauvaise nouvelle après le rejet de ses comptes de campagne aux élections municipales.

Cette mise en examen fait suite à un échange avec le militant Hacen Boukhelifa pendant la campagne.

"Madame Carlotti a hurlé publiquement que je ne serais jamais sur sa liste en disant : "J'ai déjà un candidat arabe de la diversité sur ma liste. Il n'a qu'à aller voir Samia Ghali pour qu'elle le prenne sur sa liste dans les quartiers nord'.

Posté le 17 décembre 2014 à 08h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

Qu’est-ce que la base de l’UMP aujourd’hui ?

Lu dans Minute :

"La stratégie de reconquête arrêtée par Sarkozy est claire. Les nominations de Laurent Wauquiez au poste de secrétaire général ou de Madeleine Bazin de Jessé, fondatrice du mouvement des Veilleurs et de Sens commun, dans l’esprit de la Manif pour tous, sont clairement des signaux envoyés à la droite conservatrice, celle qui va à la messe. Mais qu’est-ce que la base de l’UMP aujourd’hui ? En majorité des sexagénaires et septuagénaires retraités, souvent éligibles à l’ISF, acquis à la droite pour des raisons financières et accessoi - rement par un réflexe de « common decency », ce concept cher à George Orwell qui rejette le paraître et l’artificiel au profit des éléments structurants de notre société. Laurent Wauquiez, sorte de gendre idéal, coïncide parfaitement avec ce moule et assume sa proximité idéologique avec Patrick Buisson. Nathalie Kosciusko-Morizet, première vice-présidente est évidemment en décalage."

Posté le 17 décembre 2014 à 08h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

FN : Marine Le Pen a-t-elle été enfumée par le lobby LGBT ?

Minute raconte le coup de théâtre qui a eu lieu vendredi dernier au FN, ayant permis la nomination de Sébastien Chenu à la tête du Collectif Culture :

C"Lorsque Marine Le Pen quitte le bureau politique, avant la fin car elle doit tenir, à Paris, une conférence de presse, une chose est actée: Sébastien Chenu rejoint le RBM mais il n’aura aucune responsabilité, aucun titre. Soulagement des opposants à son entrée… avant le coup de théâtre.

A 16h28, alors que le BP n’est pas terminé, que Nicolas Bay, secrétaire général du FN, dirige les débats en l’absence de Marine Le Pen, et que celle-ci est en route entre Nanterre et Paris, « Valeurs actuelles » publie un texte titré: « Exclusif. Marine Le Pen renonce à nommer le fondateur de GayLib délégué à la Culture ». Bévue d’un adversaire de son arrivée, qui aurait, de joie, informé l’hebdomadaire trop tôt ? Ou malignité de l’un de ses soutiens, qui, connaissant particulièrement bien la psychologie de la présidente du FN, fait fuiter l’information pour qu’elle se braque ?"

Manoeuvre réussie : Marine Le Pen prend le contrepied de la presse et nomme Sébastien Chenu à la tête du Collectif Culture. Les membres du lobby qui n'existe pas ayant leurs entrées dans la presse, il est probable que l'information publiée par Valeurs Actuelles ne vienne donc pas d'où l'on croit. Sur le même plan, il semblerait que l'information publiée par Closer sur Florian Philippot provienne d'une personnalité homosexuelle.

Par ailleurs, Minute révèle que Sébastien Chenu a négocié un poste d’assistant au Parlement européen (avec la coquette rémunération de près de 8000€), embauché par Dominique Bilde, et qu'il a obtenu que son jeune ami Aymeric Merlaud, âgé de 22 ans et n’ayant strictement aucune expérience de la politique, soit investi pour les élections départementales dans un canton du Maine-et-Loire. La commission d’investiture du FN a validé cette candidature la semaine dernière.

L’arrivée de Sébastien Chenu au RBM a réjoui certaines personnes au FN. Damien Obrador, élu de Gironde, marieur de deux colistiers homosexuels, s'est réjoui sur twitter de voir son "ami" rejoindre la grande famille des patriotes. De même Pierre Ducarne, qui fut tête de liste aux municipales à Nancy et a bénéficié de l’intervention de Florian Philippot pour échapper à l’exclusion du FN après s’être fait photographier derrière un stand LGBT, s’est ravi de voir ainsi arriver leur « ami ». Et Minute conclut :

"En fait, au sein du FN qui dit combattre tout « communautarisme », s’est manifestée une amicale solidarité due au seul fait que Sébastien Chenu est un des fondateurs de GayLib. Cela suffit manifestement à en faire leur « ami ». A part ça, il n’y a pas de lobby gay au FN."

Posté le 17 décembre 2014 à 08h08 par Michel Janva | Lien permanent

Même si l’UMP gagne les prochaines élections, la droite n’est pas près de gagner la bataille idéologique

Lu dans Les 4 Vérités :

"L’UMP est une auberge espagnole, mais il y a un point – et un seul – sur lequel il semble que tout le monde soit d’accord, c’est l’interdiction formelle de tout accord, non seulement avec le FN, mais même avec quelqu’un qui serait passé par un parti allié avec le FN. À ce rythme-là, on voit mal où s’arrêtera la contagion. Car Paul- Marie Coûteaux a été collaborateur de Philippe Séguin naguère : faudra-t-il interdire tout contact avec ceux qui l’ont connu au RPR à cette époque ? On mesure à quel point l’électoralisme et le système des partis sont désastreux. Si l’UMP avait quelques principes politiques clairement identifiés, il serait possible de proposer des alliances ponctuelles avec des personnes ou des organisations partageant tel ou tel de ces principes. L’entente à droite ne poserait alors pas le moindre problème, car les électeurs de l’UMP et ceux du FN partagent l’essentiel de leurs convictions. Au lieu de quoi, comme l’UMP est pensée comme une simple machine à gagner les élections, elle ne peut se positionner que comme une machine électorale distincte du PS et du FN. Le régime théorisé par Jean-François Copé du « ni-ni » (ni PS, ni FN) s’impose alors. Mais ce régime ne tient pas la route : il faut nécessairement définir un adversaire prioritaire. Et celui-ci ne peut être que le socialisme. Ainsi défini le positionnement politique, l’alliance, au moins ponctuelle, avec le FN s’impose d’elle-même. Faute de ligne claire, les cadres de l’UMP pensent à peu près tout et son contraire, le meilleur symbole étant la double désignation de Nathalie Kosciusko-Morizet et de Laurent Wauquiez, opposés sur à peu près tout. Décidément, même si l’UMP gagne les prochaines élections, la droite n’est pas près de gagner la bataille idéologique, avec de tels meneurs !"

Posté le 17 décembre 2014 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

Oui, il y aura un jour un président de la République dont le prénom sera Mohammed, Ahmed ou Norredine

Alors que le journaliste italien, Stefan Montefiori, ayant réalisé l'interview polémique d'Eric Zemmour confirme que le terme "déportation" n'a jamais été prononcé, voici comment un journaliste français, Bruno Roger-Petit de l'Obs, pur produit idéologique des temps modernes, voit l'avenir de la France et s'en réjouit :  

" (...) Oui, la France va changer, comme elle a toujours changé. Oui, les Français de culture musulmane vont rester, ne partiront plus, et ne seront jamais déportés. Oui, les cultures vont se mélanger, comme elles l'ont toujours fait depuis l'Antiquité sur ce territoire que l'on nomme France, d'ailleurs, cela a déjà commencé. 

Oui, les adeptes du zemmourisme finiront pas s'éteindre, démographiquement donc politiquement remplacés par des citoyens français plus ouverts, en prise avec la mondialisation et les formidables opportunités qu'elle offre, et qui n'auront pas peur (...)

Oui, il y aura un jour, avant la fin de ce siècle, un président de la République française dont le prénom sera Mohammed, ou Ahmed, ou Norredine. C'est une perspective formidable, parce qu'au regard de l'histoire, et contrairement à ce que raconte la fable zemmourienne, ce sera authentiquement français."

Bruno Roger-Petit croirait-il à la théorie du grand remplacement, théorie qui n'existe pas ?

Posté le 17 décembre 2014 à 06h17 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (15)

16 décembre 2014

C’est en captant pleinement les thématiques de droite que le FN parviendra à rallier des électeurs UMP

Bruno Gollnisch rapporte sur son blog l'analyse politique développée hier par Henri de Lesquen sur Radio Courtoisie et qui nous semble intéressante :

"Hier sur Radio Courtoisie, Henry de Lesquen s’inquiétait de la nomination à la tête du Collectif Culture au sein du RBM de Sébastien Chenu, y voyant un malencontreux signal susceptible de braquer le peuple de droite, de brouiller le message de l’opposition patriotique.

Or affirme-t-il, c’est en captant pleinement les thématiques de droite, en réaffirmant notamment, comme il l’a toujours fait dans le passé, sa  volonté de défendre résolument la famille, les valeurs traditionnelles, que le FN, partie prenante dans les manifs contre la loi Taubira,  parviendra à rallier des électeurs UMP. Sympathisants de droite de plus en plus sensibles aux idées défendues par Marine et le FN  en matière d’insécurité, d’immigration, de défense de notre identité et du refus du communautarisme.

M. de Lesquen notait encore que cette capacité  de la présidente du Front à prendre des voix au futur candidat de l’UMP à la présidentielle de 2017 est d’autant plus importante que la bonne stratégie n’est pas de son point de vue de trop affaiblir le PS;  notamment par la promotion par le FN d’un programme économique et social qu’il juge de gauche. Car c’est en éliminant le candidat de l’UMP au premier tour, et en se retrouvant de facto  face au candidat du PS et de  ses alliés  au second,   que Marine est dans la configuration de loin la plus favorable pour l’emporter,  affirme le patron de Radio Courtoisie."

Posté le 16 décembre 2014 à 16h11 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (12)

L'UMP en voie de NKM-isation

Un point de vue de Vivien Hoch, dans les 4 Vérités :

"[...] NKM contrôle à ce point Sarkozy quelle semble faire la pluie et le beau temps dans le parti. [...] Nicolas Sarkozy a dû notamment arracher la nomination de Guillaume Peltier à un poste minime, malgré la pression de NKM, qui le considère tout bonnement comme un « facho ». Ce facho qui, pendant la semi-absence de Sarkozy, était à la tête de toutes les actions prônant absolument son retour. Faut-il le rappeler ? D’ailleurs, sur quelles bases peut-elle critiquer celui qui était, encore récemment, le chef du principal courant de l’UMP, élu par les militants ? [...]

Celui qu’on appelle, à l’UMP, le « Buisson junior », Laurent Wauquiez, n’est pas non plus en odeur de sainteté dans les couloirs du parti « républicain », et fait même les frais d’un calcul politique à la limite du placement de pion. « Évidemment, il sera parfait [en secrétaire général, place du soit-disant n°3]. Un secrétaire général de parti n’est pas fait pour être aimé, et comme tout le monde le hait, il ne pourra pas durablement comploter contre moi. », aurait affirmé Sarkozy, selon le Canard Enchainé. Et qui entretient, en coulisse, cette haine de Wauquiez : encore et toujours NKM…

Elle s’offusque récemment de la nomination – qu’elle avait voulu elle-même – d’une ancienne militante du SIEL, parti d’ « extrême droite » pour Le Monde et Libé. Refus absolu, donc, d’accepter toute « ouverture à droite » de l’UMP. [...]

D’où vient donc cette omniprésence de la gauchière NKM dans un parti dit de droite ? Parce qu’au fond, Sarkozy n’est obnubilé par qu’une seule chose : le second tour de la présidentielle 2017. [...] Il faut, à ce dernier, des gages médiatiques et politiques pour récolter les voix du Centre et de la gauche, face à une probable présence du FN face à lui. Au risque de trahir la grande majorité de ses militants. Pas grave : un militant à l’UMP, c’est comme un « soldat » (discours de Sarkozy devant les cadres de l’UMP, 13 décembre 2014) : il n’a qu’à obéir, sans discuter…"

Posté le 16 décembre 2014 à 14h50 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (12)

Le FN est-il devenu une auberge espagnole ? Add.

A chaque jour une révélation ou une prise de guerre au FN. Après Sébastien Chenu (ex-UMP) ce week-end et aujourd'hui le controversé Fabien Odoul (ex-UDI), Florian Philippot propose désormais à Fatima Allaoui, de rejoindre le FN :

"Bah écoutez, elle a qu'à venir au Front national à ce moment-là. Pourquoi pas, elle peut venir au Front national. Si elle est patriote, sincèrement patriote, je pense qu'elle l'est d'après ce qu'on m'a dit, alors elle a sa place au Front national"

Fatima Allaoui était à l'UMP qu'elle a quitté à la suite de divergences de fond puis a adhéré au SIEL avant de revenir à l'UMP... Autant dire que son engagement politique a l'air solide et fortement ancré dans des convictions stables...

Le FN de Florian Philippot va-t-il donc proposer également aux patriotes sincères que sont Jacques Bompard, Carl Lang, Martial Bild, Bernard Antony ou encore Bruno Mégret de rejoindre le FN, Bruno Mégret étant probablement le dernier mégrétiste non réintégré ?  

Addendum : Fatima Allaoui ne dit pas non et va étudier la proposition...

Posté le 16 décembre 2014 à 12h51 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (23)

Un militant LGBT au cabinet de Marine Le Pen ? Add : l'intéressé dément

TJulien Odoul, 28 ans, était secrétaire général du groupe UDI au conseil général de Seine-Saint-Denis. Il vient de rejoindre le cabinet de Marine Le Pen. Historien de formation, il a rencontré la présidente du Front national en juillet, par l'intermédiaire de son directeur de cabinet, l'ancien juppéiste Philippe Martel. Il travaille aujourd'hui au côté de ce dernier et accompagne Marine Le Pen dans certains de ses déplacements.

Cet ancien assistant parlementaire d’André Santini, a été au bureau national des Jeunes centristes, après être entré, en mars 2006 au Parti socialiste, pour soutenir Fabius à la primaire. Il avait posé en couverture du magazine LGBT Têtu. Ce qu'il considère comme :

« Une fierté, surtout que j’étais en concurrence avec des centaines de modèles professionnels ».

Il naviguait entre ses activités de mannequin et sa vie de militant PS. En 2009, il a rejoint le centre. En 2010, il donne un entretien à Têtu. Désormais, il est au FN.

Addendum : Dans Valeurs actuelles, Julien Odoul se défend de tout militantisme LGBT :

«Comme beaucoup de monde, j’ai fait du mannequinat pour payer mes études». « J’ai passé des castings, dont un pour Têtu. Mais que les choses soient claires : je n’ai pas de revendication communautariste. Je ne suis pas gay, d’une part, pas communautariste, d’autre part. Et contrairement à ce qui a été dit. Je ne suis pas un militant LGBT. »

Addendum 1 : Julien Odoul me demande de publier ce droit de réponse, ce que je fais bien volontiers :

"Sur votre blog Le Salon Beige, vous avez publié, le 16 décembre 2014, un article intitulé « Un militant LGBT au cabinet de Marine Le Pen ».

Conformément à l’article 13 de la loi du 28 juillet 1881, je vous prie et au besoin vous requiers de bien vouloir insérer le droit de réponse suivant à la même place et même caractères que l’article incriminé.

J’ai bien retrouvé au fil de ces quelques lignes, vos amalgames teintés de sectarisme dont vous êtes coutumier. Toutefois, j’ai relevé une contrevérité importante. Je n’ai jamais été  « militant LGBT» comme vous l’écrivez ostensiblement en titre de votre article. En effet, si j’ai effectivement posé pour le magazine Têtu en 2006 dans le cadre de mes activités de mannequin, je n’ai jamais été engagé au sein de la fédération LGBT. Votre déontologie aurait dû vous inviter à d’une part, vérifier la pertinence de vos informations et d’autre part, à éviter de verser dans la caricature à des fins politiques.

En effet, depuis l’arrivée de Monsieur Sébastien Chenu au Rassemblement Bleu Marine, je constate que le Salon Beige participe à une véritable chasse aux sorcières en ciblant ouvertement et honteusement les homosexuels du Front National. Ce procédé digne des heures les plus sombres de notre histoire n’a pas sa place dans notre démocratie."

Passons sur le titre auquel j'avais pris soin de mettre un point d'interrogation. Quand on pose en Une d'un journal militant LGBT, il est en effet permis de s'interroger. Cela étant précisé, je précise à M. Odoul que Le Salon Beige ne cible pas les "homosexuels", (qui plus est "depuis l’arrivée de Monsieur Sébastien Chenu" soit depuis vendredi dernier...) ce qui est un procès en "homophobie" typique du lobby LGBT, mais les militants anti-famille. Et Sébastien Chenu est un militant anti-famille, par son soutien appuyé à la loi Taubira et la fondation du lobby LGBT GayLib. A ce titre il est un adversaire politique, à moins qu'il regrette ce militantisme, ce que je ne crois pas avoir vu. Quant à la dernière phrase, j'ai eu l'impression d'arrière-goût de SOS Racisme (n'est-ce pas Jean-Marie Le Pen qui qualifiait en 1984 l'homosexualité "d'anomalie biologique et sociale" ?). Pas vous ?

Posté le 16 décembre 2014 à 12h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (28)

Où se trouve désormais la Droite des valeurs ?

Entretien intéressant avec Gaël Brustier (docteur en sciences politiques, membre du PS et auteur de plusierus livres sur la droite) publié par le Figaro Vox :

FigaroVox : Madeleine de Jessey (Sens commun) a été nommée secrétaire nationale de l'UMP le jour où Sébastien Chenu fondateur de Gaylib a rejoint le FN. Peut-on y voir une reconfiguration idéologique de la droite conservatrice?

GB : La nomination de Madeleine Bazin de Jessey est la traduction de la puissance de Sens Commun au sein de l'UMP, puissance qui doit tout au mouvement contestataire de La Manif pour tous. Mais il faut resituer cela dans un mouvement plus vaste, de chassés croisés, qui concerne aussi bien la droite parlementaire que l'extrême droite (...)

Le modèle Pim Fortuyn, celui de Geert Wilders ont pu séduire les droites radicales européennes. Marine Le Pen, en affirmant voici quatre ans que «dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme, ni homosexuel, ni juif, ni même français ou blanc» a emprunté à ce registre là et opéré une mue impossible du temps de son père. La venue d'un ancien animateur de GayLib, néanmoins d'abord entré en politique contre le traité de Maastricht, au Rassemblement Bleu Marine signifie aussi que la dynamique lepéniste bénéficie des difficultés de l'actuelle droite conservatrice (UMP et UDI) après le mariage pour tous sur ces questions. Mais il ne faut pas penser que le FN va occuper une position similaire à celle de Pim Fortuyn hier. Le «moment Fortuyn» est peut-être derrière nous. Si on regarde ce qui se passe au sein du FPÖ autrichien, pourtant fortement marqué par un héritage «libéral» germanique, on constate une montée d'une forme de conservatisme, de défense de la famille traditionnelle qui n'était pas son apanage dans l'histoire politique autrichienne (...)

Le conservatisme fait donc sa réapparition (...) Il y a là une évolution importante. L'UMP, dans ce contexte, a toutes les raisons de mettre le cap sur le conservatisme. Et le FN, s'il joue sur l'ambiguïté, a vu l'ascension de personnalité comme Marion Maréchal Le Pen, Marie-Christine Arnautu ou Frédéric Pichon qui figurent parmi les plus favorables à un virage conservateurs… Tous conservateurs? on pourrait le penser!

Laurent Wauquiez s'impose comme le leader du courant conservateur à l'intérieur de l'UMP, Jean-Christophe Fromantin à l'UDI, Marion Maréchal Le Pen au FN. Cependant c'est davantage à la base que la pression de ce mouvement conservateur se fait le plus sentir. Lors des dernières élections municipales, beaucoup de militants de La Manif pour tous étaient présents sur les listes de droite, UDI, UMP, divers droite. L'élection par les sénateurs UMP de Bruno Retailleau à la tête de leur groupe est aussi un signal de la puissance de ce renouveau du conservatisme au sein de la droite française… Il s'agit d'un mouvement très vaste, très actif à la base, auprès des élus.

Existe-t-il selon vous un espace politique entre Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy pour incarner la droite des valeurs.

Le mouvement conservateur tel que nous le connaissons est actif à la base et entend agir sur tous les partis politiques, de l'UDI au FN. C'est cette organisation «à la base» qu'il faut prendre en compte si on veut en saisir la puissance. Pour la première fois depuis 1945, nous faisons face à un mouvement authentiquement conservateur, organisé, puissant, qui parvient à exercer une pression constante sur les élus de droite et d'extrême droite, est actif à la base et reçoit un écho de la part de la société. Son discours porte. Mais il serait sans doute erroné de le voir se transformer en parti politique: il y perdrait en fait beaucoup. Pourquoi exister électoralement coincé entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen alors qu'il fait efficacement pression sur les deux?

La question est donc de savoir qui va tenir compte de ces aspirations conservatrices réelles de défense des valeurs traditionnelles... Les millions de Français qui sont descendu dans la rue en 2013 attendent et observent.

Posté le 16 décembre 2014 à 11h24 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

Sébastien Chenu à la culture du FN : une faute politique

De Samuel Martin dans Présent :

"Vendredi après-midi, l’opposition d’une partie du bureau politique du Front national n’a pas fait reculer Marine Le Pen. Contre l’avis de Bruno Gollnisch et d’Aymeric Chauprade, elle a nommé comme prévu à la Culture Sébastien Chenu, transfuge de l’UMP mais Gaylib inébranlable.

Quelle sera la prochaine recrue ? Conchita Wurst ? Après le transfuge, le transgenre ? La dragqueen viennoise est très appréciée au Parlement européen et à l’ONU…

Il y a trois mois, à propos de la « fournée », Marine Le Pen reprochait à son père une faute politique. Elle en commet une à son tour, qui porte la même marque de fabrique : un mélange de provocation et d’erreur d’appréciation quant aux nuisances engendrées."

Posté le 16 décembre 2014 à 11h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (27)

Encore un siège de moins pour le PS ?

L'UMP Gérard Menuel a été élu député de la 3e circonscription de l'Aube dimanche face au candidat du FN lors de l'élection législative partielle (63,85% contre 36,15%). Le PS avait été éliminé dès le 1er tour.

Une autre élection législative partielle aura lieu dans la 4e circonscription du Doubs, après la démission de Pierre Moscovici devenu commissaire européen, le 1er février. En 2012, Pierre Moscovici n'avait été élu qu'avec 49% des voix dans une triangulaire face à l'UMP (26%) et au Front National (24%). En cas de défaite, le groupe socialiste de l'Assemblée aura un siège de moins que la majorité absolue de 289, même si la majorité comprend aussi les radicaux de gauche et les écologistes. 

Posté le 16 décembre 2014 à 09h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

Un ex-secrétaire d'Etat devant les assises pour viols et agressions sexuelles

La cour d'appel de Paris a infirmé l'ordonnance de non-lieu dont le maire de Draveil (Essonne) Georges Tron avait bénéficié à l'issue de l'enquête déclenchée par des plaintes des deux femmes.

Posté le 16 décembre 2014 à 07h39 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Sabine Faivre démissionne de Sens Commun [Addendum]

Militante pro-vie, Sabine Faivre avait quitté le PCD en 2011 puis elle avait milité pour le défense du mariage, en commençant par les mots.

Engagée au sein de Sens Commun, dont elle a été Déléguée Régionale de PACA, elle vient de claquer la porte, s'estimant trahie. Sa démission fait suite à la découverte d'un rapport préliminaire sur la famille, rédigé par l'équipe du Pôle "Etudes" de Sens commun, et validé en première intention par Sens commun. Ce rapport ne cite nulle part le mariage authentique, comme étant le fondement de la société, ni comme élément constitutif du Bien commun. La seule évocation du mariage apparait dans une phrase hypothétique "Nous préférerions que le concept de mariage soit réservé au couple h/f", et nous "affirmons que nous sommes favorables à l'union civile des couples homosexuels stables". Toute la suite développe des propositions pour ces couples. La PMA doit être "découragée" mais non interdite. Il faut que les Etats essaient de faire "reculer" la pratique de la GPA. Le rapport liste des noms, associations et personnalités à rencontrer dans la " concertation" nécessaire à l'élaboration du rapport : Apparaît Gaylib, Homovox...mais pas La Manif pour tous.

Addendum - Réponse de Sens Commun :

"Sabine Faivre a annoncé la semaine dernière sa démission de Sens Commun après la lecture d’un document de travail réalisé par l’équipe Famille du pôle Études. En tant que responsable du pôle Études, je tiens à répondre aux critiques soulevées, qui pourraient injustement jeter le discrédit sur les travaux d’une équipe de plus de cent personnes.

Le pôle Études travaille sur de nombreux sujets, ceux-ci sont listés sur le site internet de Sens Commun et ont vocation à être débattus avec nos adhérents. Nos premières sessions d’ateliers, qui se sont déroulées en octobre dans plusieurs villes de France sur le thème de l’Éducation, ont démontré notre volonté de faire participer chacun au débat.

Pour débattre, il nous faut de la matière : c’est ce travail que le pôle Études réalise. Son rôle est, comme son nom l’indique, d’étudier les dossiers de fond en comble, d’examiner toutes les options pour pouvoir émettre à terme des propositions construites et constructives.

Ayant demandé à intégrer l’équipe Famille, Sabine Faivre a naturellement reçu une partie des travaux en cours. Je suis attristé du faux procès qu’elle en fait : les citations rapportées sont hors contexte et présentées comme des conclusions définitives alors qu’il s’agit de discussions non achevées et non validées. Le document qu’elle évoque, comme bien d’autres, nourrissent simplement la réflexion et le débat de nos équipes en interne. C’est uniquement au terme de ce travail d’exploration que le pôle Études présentera au bureau exécutif de Sens Commun un rapport et que ce rapport fera l’objet d’une validation. Et c’est uniquement si le bureau valide les propositions émises qu’elles seront portées publiquement et politiquement.

Ce point établi, je tiens tout de même à rétablir la vérité sur certaines affirmations de Sabine Faivre. Contrairement à ce qui est rapporté, la ligne de Sens Commun sur la PMA et la GPA est extrêmement claire et inchangée et je vais donc citer ici la phrase complète du document en cause : « La PMA en France doit être réservée aux couples homme-femme stables et médicalement stériles ; la GPA doit rester interdite en France et la France doit œuvrer au plan international pour que le trafic de mères d’enfants recule ».

En ce qui concerne la loi Taubira, là aussi, la position de Sens Commun reste inébranlable : nous demandons son abrogation parce que c’est une loi mauvaise qui mène tout droit à une marchandisation de l’être humain et nous considérons que le mot mariage traduit l’union d’un homme et d’une femme, pilier de la société. Maintenant, il ne faut pas se tromper de combat et se perdre dans une lutte sémantique alors que l’enjeu est plus important qu’une bataille de mots. L’enjeu, la priorité absolue, c’est la protection de l’enfant et donc la remise en cause de la filiation permise par la loi Taubira. Il faut empêcher l’instauration de ce “droit à l’enfant” qui est une folie et pour l’empêcher, il faut donc abroger la loi Taubira puisqu’elle y mène tout droit. Mais on ne peut pas faire table rase du passé et ignorer les situations humaines créées par cette loi. Il faudra donc proposer ensuite un nouveau texte, qui tienne compte de ces situations et y réponde du mieux possible – tout en restant d’une fermeté absolue sur la protection du droit des enfants. L’union civile est une option qu’il faut étudier au même titre que d’autres propositions visant à permettre une prise en compte des situations créées par la loi Taubira. De nombreuses équipes d’avocats travaillent en ce moment sur la question de l’abrogation de la loi et ses modalités concrètes. Nous verrons alors quelle option est envisageable.

L’une des règles d’or du pôle Études de Sens Commun est d’étudier toutes les possibilités afin de comprendre les oppositions éventuelles, infirmer ou confirmer nos travaux, affiner notre argumentaire. Si nous avons peur de nous remettre en question dans notre recherche du bien commun, alors il ne faut pas nous mettre au service des autres qui est fondamentalement la vocation de l’engagement politique. Restons humbles et ancrés dans le réel devant la montagne à gravir !"

Posté le 16 décembre 2014 à 07h18 par Michel Janva | Lien permanent

15 décembre 2014

Jacques Bompard : Pour la défense de la vie, je ne lâcherai rien !

Communiqué de Jacques Bompard :

Sans-titre"(...) Notre société est en marche vers le chaos éthique. Les manières de procéder sont d’ailleurs toujours plus lâches : pour ne pas être accusé de diviser les Français, le gouvernement laisse le soin aux écologistes d’inviter au cœur du parlement l’ADMD, une association française qui promeut la création d’une situation de détresse psychologique ouvrant droit à l’euthanasie et qui relativise les dérives de l’euthanasie des mineurs en Belgique et aux Pays Bas. François Hollande laisse maintenant aux parlementaires le soin de lancer ce débat afin de dédouaner ses ministres.

C’est tout notre pacte social qui est remis en cause pour cette réduction de la mort au stade suprême du capitalisme : élimination des faibles au profit d’une gestion purement matérialiste de l’existence. Encore une fois ce sont les lois naturelles qui perdront provoquant des protestations considérables dans la population française et plus singulièrement chez les personnels soignants.

J’en appelle donc à la mobilisation pour contrer ce texte : chacun doit prendre parti pour la défense de la vie jusqu’à son terme naturel. Je m’engage à être présent dans la lutte parlementaire contre les partisans de la culture de mort. Je dénonce, avec vigueur, les méthodes de ce gouvernement qui s’attaque à l’ensemble des repères de notre société pour servir les intérêts de petites castes.

Pour la défense de la vie, je ne lâcherai rien !"

Posté le 15 décembre 2014 à 19h30 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

L'UMP est moins tolérante que le FN

Alors que le FN accueille facilement les transfuges de l'UMP, "convertis" selon l'expression de Bruno Gollnisch, l'UMP est beaucoup tolérante quand l'inverse se produit comme l'atteste l'épisode Fatima Allaoui :

"L'UMP a démis de ses fonctions une secrétaire nationale, Fatima Allaoui, car celle-ci était également adhérente depuis un mois d'un petit parti d'extrême droite allié au FN, le Siel, a indiqué le parti lundi dans un communiqué. "Mme Allaoui, conseillère régionale UMP de Languedoc-Roussillon (...) a admis avoir adhéré il y a un mois, à un parti d'extrême droite. Dans ces conditions, sa responsabilité de secrétaire nationale lui est retirée", indique l'UMP dans son communiqué.

Fatima Allaoui faisait partie d'un train de nominations dévoilé par l'UMP vendredi. Elle était chargée de la formation thématique. Son nom avait été soufflé par la vice-présidente du parti, Nathalie Kosciusko-Morizet (...)" Fatima Allaoui membre du Siel ? "Je ne savais absolument pas", s'est défendue l'élue parisienne.

Dans le journal Libération, Fatima Allaoui expliquait avoir "fait une crise d'adolescence politique". Elle aurait "demandé leur soutien" au Siel "par désespoir de cause et pour augmenter (ses) chances d'être élue". "Elle a adhéré il y a 30 jours par Internet", a précisé le président du Siel, Karim Ouchikh. D'après lui, elle avait rejoint le Siel à la suite "de divergences de fond" avec l'UMP, mais aussi "localement à des déboires pour être investie aux départementales". "Cette prise de guerre que nous étions flattés d'avoir obtenue était sur la table de Marine Le Pen pour une négociation avec Robert Ménard" en vue d'une investiture à Béziers pour les élections départementales à laquelle le maire de l'Hérault s'était pour l'instant opposé. À la suite des révélations de Libération, le Siel a "entamé une procédure d'exclusion ce week-end"

Et si on arrêtait de choisir un parti pour la probabilité d'être élu mais plutôt en fonction de ses convictions profondes ? Et si on arrêtait les prises de guerre symboliques pour vexer l'adversaire mais plutôt en fonction des qualités intrinsèques et du parcours militants ?

Posté le 15 décembre 2014 à 18h20 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (7)

Les auditeurs de RMC désignent la Grande Gueule de l'année...

...en la personne d'Eric Zemmour.

  I-Grande-17490-le-suicide-francais-ces-quarante-annees-qui-ont-defait-la-france_net
"Quand le peuple s'exprime contre le gouvernement, il faut dissoudre le peuple" (Bertolt Brecht, dramaturge allemand, 1953)

Posté le 15 décembre 2014 à 14h45 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (2)

Très chère Léonarda

Valeurs Actuelles faisait vendredi le décompte de ce que Léonarda et sa famille ont coûté à la France :

"C’est pour avoir refusé une prime de départ de 10 000 euros que la famille Dibrani, deux adultes et cinq enfants, a été expulsée, en septembre 2013.

En attendant que cette famille revienne en France sous identité croate (c’est en tout cas ce qu’elle a prévu), l’“affaire Leonarda” aurait coûté à la France, selon Jean-Paul Gourévitch, la somme de 416 544 euros.

Le décompte est instructif : allocation de subsistance (350 euros par mois pendant quarante-huit mois) ; chèques de soutien de la municipalité et aide fournie par le comité des sans-papiers pour le ravitaillement et les cigarettes (environ 5 000 euros) ; coût de la place en centre d’accueil de demandeurs d’asile (25 euros par jour et par personne pendant 1 460 jours) ; aide juridictionnelle gratuite (deux fois 1 200 euros) ; coût de la santé (aide médicale de l’État et couverture maladie universelle pour sept personnes pendant quatre ans, soit 80 164 euros au total) ; coût de l’élève Leonarda en situation irrégulière au collège (9 670 euros par an pendant quatre ans), enfin le coût de l’expulsion elle-même selon le ministère de l’Intérieur : 18 000 euros. Un cas d’école."

Une question, comme ça, en passant : combien de Léonarda avons-nous encore en stock sur le territoire français ?

Posté le 15 décembre 2014 à 14h02 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

Engagement politique des artistes : les temps changent...

Lu sur Boulevard Voltaire :

"Il n’est jamais bon, pour les artistes, de tremper les pognes dans l’acide politique. Et Yannick Noah paye pour le savoir, lui qui vit actuellement ce que Jeanne Mas a subi dans les années 90 : l’effondrement commercial suite à une prise de position nette et sans bavure. Jeanne Mas 1989, Yannick Noah 2014 : deux supernovas du show-biz disparaissant du jour au lendemain en plein trou noir. Deux cas révélateurs du changement du pays en 25 ans : l’une a chuté pour avoir été « réac », l’autre pour avoir lutté contre les « réacs » !

Début 1989, Jeanne Mas est « la » chanteuse française. Depuis sa « Toute première fois » (1984), la jeune femme truste les premières places du Top 50. Rien ne semble pouvoir arrêter la star en rouge et noir pourtant partie de nulle part (...) Fin 1988, suite au meurtre atroce d’une fillette par un violeur récidiviste, la chanteuse écrit une lettre à Mitterrand. Elle y demande des sanctions plus lourdes, voire définitives, à l’égard des criminels d’enfants (...) Tollé général dans le petit milieu de la presse bien-pensante qui lui tombe alors dessus à bras raccourcis. Elle serait donc devenue « une partisane de la peine de mort », une réac honteuse (...) La brunette s’est mêlée de politique, mais du mauvais côté. Alors on lui fait payer grave. Son album « Les Crises de l’âme » est taillé en pièces par la critique, car jugé « trop négatif »(...). La promo prend l’eau, le « milieu » qui ne jurait que par elle la descend en flèche. Spectaculaire. Le méga-concert de fin septembre à Bercy est un bide thermonucléaire. Pire : la grande tournée est annulée. La carrière de l’artiste ne s’en remettra pas.

Un quart de siècle plus tard, tout est inversé. Noah était encore il y a peu « la » personnalité préférée des français. Et puis patatras. Le chanteur soutient carrément Hollande, dit sa détestation du FN dans une chanson. Bide effroyable, tournée annulée faute de public. Les médias ne l’ont pas encore lâché, mais le peuple si, qui n’achète plus guère ses disques. Énorme différence avec Jeanne, Yannick a voulu suivre la pensée des élites. Il a voulu faire le trop bon élève, pourchassant courageusement la bête immonde. Tout le contraire d’un réac. Problème : le pays est devenu réac. Alors Yannick plonge, tente pitoyablement un putsch en équipe de France de tennis mais se fait jeter (...) En 2014, Jeanne Mas serait acclamée telle une Zemmourette de la chanson ! Autres temps, autres mœurs…"

Posté le 15 décembre 2014 à 14h00 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

La personnalité qui a le plus marqué l'actualité politique française en 2014 est...

Marine Le Pen pour 42% des Français selon un sondage OpinionWay pour LCI et metronews suivie de Manuel Valls (39%), Nicolas Sarkozy (36%) et...François Hollande (31%).

Image2
Ce qui est particulièrement intéressant, quelques jours après le Congrès du FN qui a porté Marion Maréchal Le Pen en tête de l'élection du Comité Central par les adhérents, de s'intéresser à l'opinion des électeurs de Marine Le Pen de 2012. Ces derniers placent de manière naturelle Marine Le Pen en tête avec 74%. Ils sont ensuite 30% à désigner Marion Maréchal Le Pen et seulement 9% à désigner Florian Philippot.  

Les électeurs du FN auraient donc la même tendance que les adhérents en privilégiant ainsi la défense des valeurs traditionnelles.

Posté le 15 décembre 2014 à 13h31 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (2)

Marine Le Pen plus diplomate que son conseiller spécial

Sur l'arrivée de Sébastien Chenu au FN, Marine Le Pen a déclaré lors de leur conférence de presse commune :

"Sébastien qui nous rejoint, il sait pertinemment que sur [le sujet du mariage homo], notre position est claire, n’a pas changé et ne changera pas : nous sommes pour l’abrogation de la loi Taubira, pour l’amélioration du PaCS. Il considère dans sa démarche que cette divergence entre nous n’est pas suffisante pour ne pas venir rejoindre la coalition des patriotes"

Reconnaissons que c'est beaucoup plus diplomate que le type de réponse envoyé, par son conseiller spécial, Eric Domard, aux militants et sympathisants en retour des mails de protestation ou d'indignation :

"Monsieur,
 
Il ne faut pas être baptisé pour entrer au FN, il faut aimer la France tout simplement.
Vous n'avez visiblement pas compris la vocation même du Front National qui est de rassembler, depuis sa création, des Français patriotes sans distinction d'origine, de religion, et d'orientation sexuelle. 
Tous ceux qui ont la France au coeur sont les bienvenus à nos côtés et occupent des postes au seul regard de leurs compétences et de leur mérite.
Je vous invite en conséquence à rejoindre un groupuscule d'extrême droite qui végète dans le microcosme politique où vos exigences discriminatoires seront accueillies dans l'allégresse et la joie
Salutations républicaines et laïques"
 

Posté le 15 décembre 2014 à 11h27 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (29)

13 décembre 2014

Soldes en vue au Parti socialiste

Sur les 170 000 adhérents que le PS revendiquait en 2012, il n'en reste plus que 60 000 à jour de cotisation en 2014. Sûrement la faute de la crise, en effet.

Posté le 13 décembre 2014 à 19h04 par Louise Tudy | Lien permanent

"Les lignes du FN ont bougé précisément parce que Philippot possède toute l'écoute de Marine Le Pen"

Didier Lestrade, co-fondateur d'Act Up et auteur il y a deux ans du livre "Pourquoi les gays sont passés à droite", commente les affaires Philippot et Chenu au sein du FN :

" Le FN capitalise sur les griefs de la communauté LGBT envers les partis de droite et de gauche. Il encourage un mouvement continu depuis plusieurs années de droitisation du milieu LGBT sur fond de crise économique et de racisme anti-noirs ou anti-arabes. Il ne faut pas oublier la déclaration pivotale de Marine Le Pen le 10 décembre 2010 à Lyon

«J'entends de plus en plus de témoignages sur le fait que dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme, ni homosexuel, ni juif, ni même Français ou blanc.»

Comme elle le fait avec les souchiens, Marine Le Pen ligue les gays contre les minorités raciales.

Pour ou contre l'outing ? Pour!!! Florian Philippot a toujours refusé de répondre aux questions sur sa vie privée mais il ne faisait que gagner du temps. Quand le Front national s'empare des sujets homosexuels pour redéfinir son image de marque tout en prouvant que c'est un parti qui analyse les phénomènes socioculturels modernes, la vie privée de son vice-président, quand elle est homosexuelle, est un aspect politique légitime, crédible, évident.

Les lignes du FN ont bougé précisément parce que Philippot possède toute l'écoute de Marine Le Pen et, au-delà, c'est tout un réseau gay plus ou moins underground qui a accès aux discussions les plus élevées du parti frontiste. Dans certaines régions comme la Gironde, 50% des militants actifs du FN sont gays. Vous tirez Philippot et c'est toute une volière de mecs de droite qui déboule!

Donc le respect de la vie privée, à ce niveau élevé de l'échiquier politique, quand la France est bloquée depuis deux ans dans une guerre affligeante sur le mariage gay, c'est réellement une donnée journaliste de première importance. Comme d'autres partis frontistes européens (...), le Front national a effectué une mue sociale à travers les gays, grâce aux gays, sur le dos des gays. Philippot en est le principal architecte. Le sujet gay sert toujours de curseur politique.

Le favoritisme gay de Marine Le Pen offusque la vieille garde du parti et les gays savent aussi que la présidente du Front national prend de grands risques en débauchant les Chenu de France et Navarre. Elle doit faire face à une révolte qui a grondé lors des récentes élections au comité central du parti. Ce que les gays voient aussi, c'est qu'ils sont au centre d'un rééquilibrage des forces à l'extrême droite. Marine Le Pen se débarrasse des anciens militants du FN, comme elle a écarté son parti des images les skins et les vieux fachos. Elle modernise sa formation en montrant qu'il n'y a pas de tabou gay (...)"

Posté le 13 décembre 2014 à 18h27 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (22)

Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien

Extrait d'une tribune de l'avocat Me Frédéric Pichon, nouveau vice-président du SIEL, composante du Rassemblement Bleu Marine :

"(...) Il reste que les événements de ces derniers jours et, notamment, la possible intégration de Sébastien Chenu, ancien militant de GayLib, à la tête du collectif Culture du Rassemblement Bleu marine, sèment un émoi légitime dans les rangs de nombreux cadres et militants du mouvement national.

Or, cet épisode n’est pas anecdotique. Car si l’on peut légitimement évoluer et que l’on doit ouvrir les portes à tous les patriotes de bonne volonté, encore faudrait-il que monsieur Chenu renonce explicitement à sa conception sur le mariage pour tous. Si l’on considère que la loi Taubira est à ce point grave que l’on doive l’abroger en 2017, un tel message, qui plus est dans le domaine de la culture, ne peut que susciter le trouble et la confusion dans les rangs des militants et sympathisants.

Comment critiquer l’oligarchie qui nous gouverne quand un ancien militant de l’UMP et de GayLib, et soutien il y a peu de NKM, incarnant l’idéologie bobo libérale-libertaire aux antipodes du Front national, s’apprête à prendre la responsabilité d’un collectif aussi important que celui de la culture ?

Il reste qu’au moment où le mouvement national est aux portes du pouvoir, la pire des choses serait de décourager les hommes de bonne volonté en les forçant à quitter le navire. Faire le vide par le dégoût.

Quelques jours seulement après un congrès où les militants ont plébiscité massivement Marion Maréchal-Le Pen sur une ligne civilisationnelle et identitaire, on pouvait craindre que certains, se sentant en minorité, joueraient le tout pour le tout. Cela semble être manifestement le cas. Ne leur laissons pas les rênes de l’appareil : le mouvement national appartient à tous les patriotes de bonne volonté qui, depuis des années, s’exposent dans la rue, sur les marchés ou dans leur cité. Ici comme ailleurs, ne lâchons rien. J’ajouterai que ceux qui, dans la blogosphère, restent spectateurs en attendant la structure idéale et refont le monde derrière des commentaires ou des tweets rageurs, plutôt que de se plaindre des malheurs du monde, seraient plus inspirés de prendre des responsabilités plutôt que de les laisser à d’autres qui, bien que minoritaires, ne font qu’occuper des places vides.

Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien."

Posté le 13 décembre 2014 à 17h01 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

Le siège du PS souhaite se séparer d'un salarié sur 5

Après les défaites électorales aux Municipales, Européennes et Sénatoriales, le siège du PS souhaite se séparer d'1 salarié sur 5. Sur les 140 permanents de Solférino (dont une trentaine en CDD), 27 parmi les plus anciens pourraient se voir proposer un départ volontaire.

Ce n'est pas sympa pour Hollande, qui a promis de faire baisser le chômage.

Posté le 13 décembre 2014 à 16h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Que les choses soient claires....au moins sur le FN

Nicolas Sarkozy a reçu samedi les cadres de l'UMP et a déclaré :

"Je n'accepterai jamais aucun accord avec le FN, ni local, ni régional, ni national. Ceux qui se laisseraient aller à de tels accords, ils devront quitter le parti, ou on les en fera partir"

Image1

Même si les militants et sympathisants ne sont pas d'accord, les choses sont donc claires. En revanche, Nicolas Sarkozy n'a pas évoqué l'abrogation de la loi Taubira...

Posté le 13 décembre 2014 à 16h41 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (14)

Jacques Bompard : "Je maintiendrai"

Tribune libre du député-maire d'Orange, dans Valeurs actuelles, à la suite du ralliement du fondateur de Gaylib, Sébastien Chenu, au Front national :

"Je maintiendrai : c’est la devise de ma belle et chère Cité d’Orange. Malgré les commentaires et les coups bas, dont certains malheureusement viennent encore d’anciens proches, je n’ai jamais cessé de croire que l’enracinement devait être mon maître mot.

L’enracinement est une vertu politique et surtout une nécessité pour tout homme cherchant sincèrement à défendre le bien commun. J’en vois deux modalités : l’ancrage dans un territoire et l’ancrage dans une vision du monde. Quand ces ancrages font défaut le monde politique devient un tourbillon de réflexes partisans, de marivaudages idéologiques et d’étonnantes compromissions.

Quand j’ai appris hier que le Front National recrutait un ancien fondateur de GayLib, je n’ai pas pu manquer d’avoir un haut le cœur. Beaucoup le savent j’ai rompu avec ce parti il y a déjà de nombreuses années. Il n’en reste pas moins que nous y avons sacrifié beaucoup et que cette évolution sonne comme l’achèvement des pires maux que nous fumes nombreux à dénoncer. Passer du Bleu Blanc Rouge aux afficionados de Pink TV…

Il faut alerter les militants et notamment les jeunes qui se sont engagés après la Manif Pour Tous. Ne vous laissez pas acheter par des lendemains qui chantent, jamais, oui, jamais le simple calcul électoral ne suffira à servir vos convictions. Faites le choix du labeur et de la difficulté. Ceux qui croient à l’implantation éclair et aux succès d’appareil n’ont décidément rien compris à notre histoire politique. Il vous faudra labourer et suivre ce long chemin du militant qui avance pour son quartier, puis pour sa ville, dans son intercommunalité, et ensuite plus loin. A ne croire qu’aux grands soirs de 2017 vous vous vendriez à peu de prix.

Notre siècle a besoin d’enracinement, d’identité, de soumission aux lois naturelles. Pas d’embauches communautaires et de débauches alimentaires.

Sans cet ancrage local, la cohérence intellectuelle est certes louable mais manque finalement de pragmatisme. J’ai vu la belle résistance de Robert Ménard à Béziers pour maintenir sa crèche en mairie, j’ai vu aussi le renoncement du conseil général de Vendée. Moi-même j’ai tenu à faire savoir qu’il était inenvisageable que la mairie d’Orange perde sa crèche et j’ai placé une crèche sise dans un képi de Légion au cœur de mon bureau de l’assemblée Nationale. C’est là tout mon propos : en Provence, les santons se moquent des idéologues. Ils s’en moquent à ce point que je ne compte plus les messages de remerciement pour mes prises de position de défense des lois naturelles : aux questions au gouvernement contre l’euthanasie, à la tribune de l’assemblée nationale face à la banalisation de l’IVG, et maintenant en présentant une proposition de loi de défense des traditions françaises.

Nombreux sont ceux qui s’emportent devant toutes ces trahisons contre la tradition française et contre ce qui fait son assise la plus fondamentale. Mais sachons le bien sans enracinement local et de bon sens il n’y aura aucun lendemain qui chante si fantasmatique soit-il. C’est ensemble, au service des traditions locales, de la société organique et du bon sens que nous maintiendrons. L’union des droites et des talents par le bon sens, voilà la seule voie possible !"

Posté le 13 décembre 2014 à 10h51 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (18)

12 décembre 2014

Quelle Puissance, pour quelle Gloire ?

De François Billot de Lochner, Président de la Fondation de service politique :

"La France vit actuellement une période surréaliste. Son déclin inquiète au plus haut  une large majorité des Français ; la gauche au pouvoir, dont le sectarisme et la nullité ne sont plus à démontrer, doit disparaître des écrans radar dans toutes les prochaines élections ; la droite se retrouve en face d'un boulevard ne pouvant mener qu'à une victoire électorale permettant de redresser enfin le pays. Pourtant, cette fameuse droite, justement, ne propose rien d'autre que les petits arrangements, le partage des postes, la mise sous les projecteurs de tel ou tel par sa promotion soudaine ou sa disgrâce définitive, la promotion nouvelle du disgracié ou la disgrâce momentanée du promu. Le redressement de la France consiste à gérer son parti comme Harpagon gérait ses économies.

Le combat sans relâche visant à rétablir la promotion du bien commun, l'opposition résolue et quotidienne à la déconstruction accélérée menée par les forces de gauche, la diffusion permanente de propositions répondant aux aspirations de la population : tout cela est, hélas,  soigneusement occulté, ignoré, abandonné, jeté aux oubliettes.

À cet égard, certains partis d'opposition donnent la pire image que l'on puisse imaginer. Parce qu'un député de l’UDI fait état de son opposition à la loi Taubira, des membres dirigeants de ce parti demandent son exclusion. France, terre de liberté…Parce qu'un candidat à la présidence de l'UMP adopte une position identique à celle de son collègue de l’UDI, des conseillers proches du nouveau président font savoir publiquement que ce député a commis une faute politique, qui pourrait être lourde de conséquences, et qu’il est assez sûrement un fondamentaliste-extrêmiste. France, terre de tolérance… Parce qu’un ancien Premier ministre « de droite » devient véritablement « le meilleur d'entre nous » par ce qu'il courtise assidûment la gauche : France, terre de tous les petits calculs… Le nouveau président de l'UMP, fidèle à sa méthode de « rassemblement » et d'équilibre, se dote instantanément de deux adjoints dont les positions sur nombre de sujets ne sont pas accordées. France, terre de toutes les compromissions… Quant au Front National, il promeut actuellement des personnes dont les idées et le comportement personnel sont sans doute à l’exact opposé des idées et du comportement de la jeune Marion, la mieux élue du Bureau politique. France, terre de toutes les confusions…

Le calcul, la combinaison, la tactique, ont envahi les esprits les mieux dotés, à tel point que les notions de bien commun ou de mal commun, et même de bien ou de mal tout court, ne les effleure même plus. La seule chose importante est de savoir si le nouveau président de l'UMP a été élu avec suffisamment de voix pour qu'il puisse afficher le fait qu'il est un   « rassembleur » incontesté. Tous ceux qui ont agi de telle sorte que le nombre de voix obtenues n'a pas été à la hauteur de ce qui était espéré doivent désormais griller dans les feux d'un infernal, mais sans doute provisoire, oubli politico-médiatique…

Il est à peu près certain que les prochaines élections présidentielles seront perdues pour la France si la droite continue à agir de la sorte. Certes, l'Élysée, le gouvernement, l'Assemblée nationale, le Sénat, les régions et départements seront très certainement sous les couleurs de la « droite ». Cela dit, si celle-ci conserve sa mentalité actuelle, elle mènera une politique politicienne qui lui donnera beaucoup d'avantages de toutes sortes, mais qui ne contribuera en rien au redressement de notre pays.  C'est la raison pour laquelle la société civile se met actuellement en ordre de marche pour peser sur les présidentielles de 2017, car plus que jamais, la politique est une chose trop sérieuse pour être abandonnée aux politiciens! Puisse la droite se réveiller enfin, et devenir non pas la droite la plus intelligente du monde, car il ne faut pas lui en demander trop, mais pour devenir simplement une droite intelligente, cohérente, constructive, enfin à la hauteur de sa mission !"

Posté le 12 décembre 2014 à 20h27 par Michel Janva | Lien permanent

Quand le PS militait contre le travail dominical

Il suffit de remplacer, sur les tracts de décembre 2008, "Nicolas Sarkozy" par "François Hollande" et le tour est joué :

PS 1 PS 2
PS 3
PS 4
D'autres tracts ici.

Posté le 12 décembre 2014 à 16h41 par Louise Tudy | Lien permanent

Marine Le Pen nomme le fondateur de GayLib au Collectif à la Culture [Add]

La pression a payé [Add : en fait non] :

"Selon les informations de Valeurs Actuelles au terme d'un bureau politique agité marqué par une fronde de la plupart de ses cadres à l'arrivée du fondateur de GayLib Sébastien Chenu, Marine Le Pen aurait renoncé à nommer cette "prise de guerre" délégué à la Culture du Rassemblement Bleu Marine.

Depuis 24 heures, le Front National était en pleine crise avec l'annonce de ce ralliement surprise et contesté par de nombreux militants, relayés par des cadres du mouvement".

Addendum : C'est le député Collard qui prendrait le collectif culture, tandis que Sébastien Chenu, qui rejoint le RBM, n'y aurait officiellement pas de responsabilité.

Add 2 : Marine Le Pen annonce finalement que Sébastien Chenu et Gilbert Collard prendront la direction du collectif culture.

N

On remarque sur cette photo la présence du drapeau de l'UE et l'absence du drapeau français. Voilà encore de quoi troubler les militants, d'autant plus qu'elle a annoncé que "Sebastien Chenu sera candidat aux cantonales". Ce n'est pas "une prise de guerre" c'est un cheval de Troie.

Posté le 12 décembre 2014 à 16h32 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (70)

Plus simple de s'attaquer au dimanche qu'aux intermittents

De Vincent Trémolet de Villers sur le travail dominical dans Le Figaro :

"[...] Au regard de l'histoire, cette remise en cause du repos dominical est, il est vrai, vertigineuse. Nos glorieux réformateurs, qui tremblent devant les intermittents du spectacle et qui pour rien à monde n'affronteraient le comité d'entreprise d'EDF, ne craignent pas de s'en prendre à une coutume installée il y a 1 700 ans par l'empereur Constantin. C'était en 321. Elle a depuis traversé les siècles. Les révolutionnaires eux-mêmes, dans leur poétique calendrier décadaire, s'étaient calqués sur ce rythme ancestral. Ils avaient décidé que le décadi, c'est-à-dire le dixième jour, était fait pour le repos. Le 13 juillet 1906, enfin, dans un pays déchiré par les lois de séparation de l'Église et de l'État et par l'affaire Dreyfus, la IIIe République (qui, en 1880, avait supprimé le repos dominical, considéré comme un vestige de la monarchie catholique) formulait ainsi la loi: «Le repos hebdomadaire doit être donné le dimanche.» [...]"

Posté le 12 décembre 2014 à 16h18 par Michel Janva | Lien permanent

Bruno Gollnisch : "Je suis extrêmement étonné, pour ne pas dire stupéfait"

Caroline Parmentier commente dans Présent l'hypothétique arrivée de Sébastien Chenu au seindu FN/RBM :

"A force de donner des postes aux ennemis de nos valeurs, le Front national de Marine Le Pen risque d’y perdre son âme. La culture gay est assez répandue comme ça pour que le responsable culture au FN n’en soit pas. Le mouvement a-t-il vraiment besoin d’un Jack Lang bis ?

Plus que son homosexualité c’est bien l’homosexualisme de Sébastien Chenu qui pose un problème. Son profil d’ancien secrétaire national de l’UMP et fondateur de Gaylib (association LGBT de droite et de centre droit) fait grincer les dents de nombreux militants du Front dont plusieurs ont menacé de partir. Le bureau politique de ce vendredi promettait d’être chaud. A ceux qui lui objectent qu’il s’agit d’une spectaculaire prise de guerre, Bruno Gollnisch s’agace :

 « Je suis extrêmement étonné, pour ne pas dire stupéfait. Le reste de mes réactions je les réserve à notre présidente. Il incarne tout ce que nous avons combattu. Il se déclarait européiste, militait contre le rapprochement de la droite avec le FN… Il incarne tout ce que nous avons combattu depuis des années. Je sais bien que saint Paul est subitement devenu un apôtre du christianisme sur le chemin de Damas… mais de là à lui confier un secteur aussi essentiel ! »

Pourquoi prendre le risque d’une telle erreur politique, morale et culturelle, s’interrogent plusieurs cadres et élus (...)"

Posté le 12 décembre 2014 à 14h54 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

Madeleine de Jessey nommée secrétaire nationale UMP

Madeleine Bazin de Jessey, porte-parole de Sens commun, devient Secrétaire nationale de l'UMP.

Posté le 12 décembre 2014 à 14h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (25)

Confier la culture à un militant homosexualiste, c’est rééditer les années Jack Lang

Extraits de la tribune de Jacques de Guillebon publiée sur Nouvelles de France :

"Marine Le Pen vient de commettre une grave erreur stratégique, si la nomination de Sébastien Chenu comme président du Collectif Culture du Rassemblement Bleu Marine est confirmée. Le pedigree du transfuge de l’UMP plaide en effet en faveur de la thèse maintenant courante d’une filière gay au sein du Front national et de ses partis affiliés (...) Que la politique française actuelle soit influencée par de puissantes coteries d’homosexuels, militants ou non d’ailleurs, qui ont tendance à se coopter les uns les autres comme le fait toute communauté, ou ce qui se considère comme telle, c’est un secret de Polichinelle. Secret seulement pour cette raison que personne n’ose le dire, apeurés que nous sommes par l’accusation d’homophobie, cette maladie introuvable (...)

Mais aujourd’hui que même la sempiternelle franc-maçonnerie bat de l’aile, que les cathos sont portés disparus, réduits à un Sens commun d’opérette, et surtout aujourd’hui que le grand combat anthropologique, celui qui décide de la France de demain, a pour objet la législation familiale et même jusqu’à la redéfinition de la sexuation de l’humain, il est plus qu’inquiétant que les LGBTistes tiennent le haut du pavé. Le Front national, on le sait, s’est dandiné depuis le début de ce qui est l’affaire Dreyfus de notre temps, la dénaturation du mariage, d’un pied sur l’autre. Pendant que Marine Le Pen, visiblement sous l’influence de Florian Philippot et de ses disciples qui ont la haute main sur presque tous les collectifs qu’a lancés le parti, assurant vouloir abroger la loi Taubira, demeurait pourtant la grande absente des Manifs pour tous, Marion Maréchal-Le Pen y battait le pavé courageusement, se heurtant et à la lâcheté des organisateurs de LMPT, tremblant que la petite-fille du diable puisse prononcer le moindre mot à la tribune où succédaient pourtant aux femmes voilées les rares députés socialistes hostiles à la loi et la cohorte serrée des élus UMP, et aux apparatchiks de son propre parti qui ne voyaient dans le changement de civilisation annoncé par le Garde des Sceaux elle-même qu’une diversion vis-à-vis des « vrais problèmes des Français  (...)

Ils se disent gaullistes, ou gaulliens, ils ne sont que chevènementistes. Car la France de de Gaulle, ce n’était pas le plein-emploi, le nucléaire et les usines Renault. C’était bien autre chose. Marine Le Pen a oublié la seule vraie leçon de Mai 68 : on n’est pas amoureux d’un taux de croissance. Et si la seule politique culturelle qu’envisage le Front national, c’est la réédition des années Jack Lang, car il faut bien entendu que ce soit un homosexuel qui dirige la culture, cliché éculé et presque « homophobe » à lui seul, alors son intégration dans le jeu morbide de la démocratie finissante est bien accomplie. Si c’est bien ledit Sébastien Chenu, fameuse « prise de guerre » comme ils disent, qui préside demain aux destinées culturelles du parti qui se vantait de faire exploser le système, alors il est bien certain que plus aucun catholique conscient, ni aucun militant de LMPT ne donnera jamais une voix à Marine Le Pen. Et entre ce nouveau Front et une UMP dont le président accorde que « ça ne coûte pas cher » de dire qu’il abrogera la loi Taubira, les hommes libres sont bien orphelins aujourd’hui."

Posté le 12 décembre 2014 à 12h00 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

La défense du mariage gay est incompatible avec le Rassemblement Bleu Marine.

Sans doute pour calmer les cadres et élus qui se rebiffent au FN devant la prochaine nomination de Sébastien Chenu, co-fondateur de Gaylib, ancien secrétaire national UMP favorable aux revendications du lobby homosexuel, comme président du Collectif Culture mais aussi comme assistant d'un député européen FN, Louis Aliot s'est exprimé ce matin sur Europe 1 :

"[L'abrogation du mariage gay], nous la revendiquons et nous l’assumerons une fois que nous aurons repris les affaires en main ! Si réellement c’est un problème de conscience pour lui, c’est à lui d’en tenir compte. Mais il est venu sur des positions très claires qui est la défense du modèle français face à l’Europe mondialiste de Bruxelles. (...)

C’est évident qu’il y a une ligne et il faudra qu’il tienne la ligne quand même un peu ! J’espère qu’il n’est pas venu pour défendre cette ligne là [la défense du mariage gay, ndlr] parce que à ce moment, c’est très clair, elle est incompatible avec le Rassemblement bleu marine.

Ce que nous voyons dans la venue de Sebastien Chenu c’est la venue d’un cadre supérieur de l’UMP qui rejoint le FN sur des positions souverainistes, notamment par rapport à l’inféodation de la politique française à l’Europe, c’est ce pour quoi il est venu au FN, on va pas regarder le reste.

On accueille quelqu’un qui nous fait des offres de service. On ne va pas lui interdire de venir au prétexte qu’il a une orientation sexuelle particulière ! C’est son problème !
On ne va pas, comme le disait Jean-Marie Le Pen, "on ne va pas faire la police de la braguette" en fonction des orientations sexuelles, heureusement !
Chacun a sa sphère privé, il fait comme il veut, et une fois qu’on est dans la communauté des militants du FN, eh bien on agit en tant que militant et on défend le message d’intérêt supérieur du mouvement"

Après les révélations de Closer condamnées par toute la classe politique, le FN a visiblement préféré laisser Florian Philippot en retrait...

En attendant, un bureau politique du Front national se tient aujourd'hui et risque d'être agité. 

Posté le 12 décembre 2014 à 09h43 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (20)

11 décembre 2014

Déportation des homosexuels : Eva Joly condamnée pour avoir diffamé Christian Vanneste

Une victoire aussi pour la vérité historique puisque le tribunal se prononce sur la question de fond - y a-t-il eu, ou non, des "milliers d'êtres déportés pour leur orientation sexuelle" en France comme l'affirme Eva Joly :

"L'eurodéputée EELV Eva Joly a été condamnée jeudi à 800 euros d'amende pour avoir diffamé Christian Vanneste (...). Le tribunal correctionnel de Paris a en outre condamné Mme Joly à verser à M. Vanneste un euro de dommages et intérêts et 1.500 euros pour les frais de justice.

Dans une vidéo diffusée sur internet le 10 février 2012, M. Vanneste, avait évoqué "la fameuse légende de la déportation des homosexuels", propos qui avaient provoqué un tollé.
Alors candidate au premier tour de l'élection présidentielle, Eva Joly avait réagi dans un communiqué mis en ligne sur le site d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), lui reprochant d'avoir fait référence à des "propos négationnistes". (...)

"Sur la réalité et l'ampleur de la déportation des homosexuels, question reconnue comme spécialement complexe et délicate, les parties se prévalent de certains documents identiques dont il ressort notamment qu'il y aurait eu un nombre extrêmement limité de Français arrêtés sur le territoire français et déportés pour le seul motif de leur homosexualité", souligne le tribunal.

Si M. Vanneste a "minimisé et relativisé la gravité de la déportation des homosexuels, en des termes qui ont pu particulièrement choquer et blesser", "le bénéfice de la bonne foi ne peut cependant pas être accordé" à Mme Joly, "qui a en l'occurrence dépassé les limites autorisées de la liberté d'expression en assimilant Christian Vanneste aux négationnistes et en le qualifiant, de façon injurieuse, d'aussi abject que les bourreaux".
Eva Joly envisage de faire appel (...)."

Posté le 11 décembre 2014 à 21h06 par Louise Tudy | Lien permanent

Philippe Schmitt : "Sept ans après son meurtre, Anne-Lorraine nous manque"

Lu dans Valeurs Actuelles :

Anne_lorraine_schmitt_valmonde[...] "VA. Sept ans après le meurtre de votre fille, dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Philippe Schmitt. Ce 25 novembre 2014, cela a fait 7 ans qu’Anne–Lorraine nous a quitté, victime de la violence d’un criminel récidiviste. Elle nous manque terriblement et nous pensons à elle quotidiennement … nous veillons particulièrement à protéger sa mémoire. Grâce à l’immense élan de solidarité dont nous avons fait l’objet et qui perdure, nous nous reconstruisons et parvenons à être intérieurement apaisés mais nous n’oublions rien.

VA. Les choses ont-elles évolué depuis ? Les politiques ont-ils pris conscience de la gravité de la situation ?

Philippe Schmitt. Au sein d’un collectif de familles de victimes avec notamment les parents de Natacha Mougel, jeune joggeuse assassinée le 5 septembre 2010 à Marcq-en-Barœul (Nord) et les grands–parents d’Agnès Marin, assassinée à Chambon-sur-Loire le 16 novembre 2011, nous avons essayé de convaincre le pouvoir politique de lutter contre l’impunité en mettant en œuvre un système pénal vraiment dissuasif dans lequel les peines prononcées sont effectivement exécutées, en instaurant un mécanisme permettant d’imposer des obligations aux délinquants sexuels après leur sortie de prison, en appliquant une tolérance zéro vis-à-vis  de ces prédateurs dès leur premier délit ou crime. A ce titre, les peines planchers et la rétention de sûreté allaient dans le bon sens, mais ces mesures sont restées sans lendemain … Les avoir défendues m’a valu de figurer sur le « mur des cons », une insulte intolérable à la mémoire de notre fille et une blessure pour notre famille. 

VA. Aujourd’hui un tel drame peut-il se reproduire ?

Philippe Schmitt. Evidemment, c’est ce qui nous préoccupe et nous inquiète. La politique pénale de Madame Taubira est criminogène car elle favorise le sentiment d’impunité des criminels et donc facilite la récidive. Inconscience ? Irresponsabilité ? Complicité objective ? On est en droit de s’interroger …"

Posté le 11 décembre 2014 à 19h52 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

Un chef de parti en conférence devant une banque étrangère

Si cela avait été Marine Le Pen, partie faire une conférence sur les investissements à faire en France, devant une banque "du Kremlin", qu'est-ce que nous n'aurions pas entendu.

Répondant à l’invitation de la Qatar National Bank, Nicolas Sarkozy s’est envolé samedi 6 décembre pour Doha où il a donné une conférence rémunérée, prodiguant des conseils d’investissements en Europe et en France.

Posté le 11 décembre 2014 à 16h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Une ex-Femen candidate PS aux régionales

Voilà qui confirme les liens entre les Femen et le PS. La militante christianophobe et ex-Femen, Loubna Méliane, proche de Malek Boutih, fera partie de la liste des candidats PS aux élections régionales en Ile-de-France.

Comme par le passé, fera-t-elle les meetings les seins nus, avec l'inscription "fuck euro" ?

L

Posté le 11 décembre 2014 à 15h13 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (24)


     Archives > France : Politique en France

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Politique en France