27 septembre 2016

Des électeurs gauchistes pour perturber la primaire LR

Lu sur Boulevard Voltaire :

Images-4"C’est Libé qui le révèle. Jusqu’à 10 % des anciens électeurs de François Hollande s’apprêteraient à participer aux primaires de droite. Non qu’ils aient retourné leur veste, mais parce qu’ils veulent peser pour faire passer Juppé, hantés par la possibilité d’un scénario catastrophe : celui d’un nouveau 21 avril qui les forcerait à voter Nicolas Sarkozy, si d’aventure celui-ci venait à remporter les primaires. L’hypothèse serait, en effet, croquignolette.

Et Libération d’égrainer un à un les témoignages de militants socialistes, peu dérangés par les 2 € à régler ni par la déclaration sur l’honneur d’adhésion aux valeurs de la droite et du centre à signer, plus gênés d’être vus franchissant la porte du bureau de vote… ils ont une réputation. Certains auraient préféré voter NKM – elle est tellement sympa ! – mais il faut se rendre à l’évidence : elle n’a aucune chance.

10 % du camp d’en face, mazette, ce n’est pas rien. [...]

Ce chiffre montre enfin la possibilité, en miroir, qui est donnée de l’autre côté de l’échiquier, non plus à la gauche de LR mais à sa droite, puisque la porte est ouverte et que l’on accueille de bonne grâce les migrants politiques, de se manifester. En votant pour Poisson, cette droite prouvera notamment à Marine Le Pen qu’il est un vivier d’électeurs qui, le jour venu, ne pourra en son âme et conscience glisser un bulletin Alain Juppé, mais que celle-ci ne pourra convaincre de franchir le Rubicon – pour voter FN plutôt qu’aller pêcher à la ligne – qu’en infléchissant, en « droitisant » ce qu’on appelle, à tort ou à raison, « la ligne Philippot ».

Il est décidément écrit qu’au cours de ce premier acte des élections présidentielles – les primaires de droite – se jouera, en réalité, déjà le dernier : le second tour."

Posté le 27 septembre 2016 à 07h22 par Michel Janva | Lien permanent

25 septembre 2016

L'islam raconté avec complaisance à nos enfants à l'école : "De telles erreurs dans des manuels d'histoire laissent perplexe"

 Oui à l'éducation familiale! Parents, premiers éducateurs de vos enfants et responsables de leur éducation, lisez cette analyse et posez-vous les vraies questions : 

"En outre, les objectifs de la conquête ne sont jamais exposés aux élèves, or la conquête territoriale est consubstantielle à la naissance de l'islam et les propos de Mohamed dans le Coran et la Sunna sont sans ambiguïté: l'islam est prosélyte, a vocation à éclairer l'humanité, la conquête territoriale en est le principal instrument. Cette fusion du politique et du religieux doit être soulignée si l'on veut éclairer certains discours fondamentalistes actuels pour les déconstruire. Ici la notion de jihad devrait être abordée, elle sert dès le début de l'islam à une justification religieuse de la conquête de type impérialiste - tout à fait banale à l'époque - constituée de pillages, de massacres et de colonisation. L'ouvrage de Sabrina Mervin est utilisé à plusieurs reprises pour présenter les conquêtes, mais cet ouvrage n'est pas un livre d'histoire factuelle, il a un objet d'étude singulier à savoir l'histoire des doctrines de l'islam et leurs représentations. Elle insiste dans sa préface sur le fait que son livre ne retrace «pas l'histoire politique ou sociale du monde musulman» or c'est exactement ainsi que des extraits sont utilisés dans les manuels, pervertissant le travail de l'historienne. Les citations de l'ouvrage montrent un projet théocratique parfait, réalisé sans entrave, là où l'historienne décrit une représentation sociale de ce projet par les doctrinaires musulmans. La partie leçon d'un manuel [Hachette] va plus loin dans l'approximation: «Les califes musulmans prennent le contrôle d'un très vaste territoire peuplé de populations nomades. Pour contrôler cet ensemble ils développent les villes où s'installent les émirs». En quoi les peuples d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient préislamique [judaïsme, christianisme, empires perse ou romain], sédentaires depuis des siècles, ayant développé des civilisations urbaines prestigieuses furent-ils des «nomades» à l'instar des tribus bédouines d'Arabie islamisées par Mohamed? Alexandrie, Jérusalem, Damas, Yarmouk, Le Caire, Mossoul et tant d'autres ne sont pas des villes fondées par les conquérants arabes à ma connaissance. Ils ont redessiné le paysage urbain pour l'islamiser mais n'ont pas fondé ces villes qui ont gardé de nombreuses traces, notamment archéologiques, d'un glorieux passé préislamique. De telles erreurs dans des manuels d'histoire laissent perplexe.

Il y aurait beaucoup à dire sur la façon dont le contact belliqueux entre Chrétienté et Islam est décrit autour de l'épisode des croisades. On retiendra notamment dans un manuel [Hatier] que dans la leçon titrée «La violence des guerres saintes», les auteurs ne rendent compte que de la Reconquista espagnole et des croisades, à travers par exemple les crimes des Croisés comme le sac de Constantinople en 1204. Le jihad n'est pas du tout évoqué dans cette leçon inscrite pourtant dans le chapitre sur l'islam (...)

"Il est déconcertant de voir que les manuels utilisent la source musulmane sans appareil critique pour offrir une vision idyllique des relations entre Musulmans et non Musulmans. On trouve des textes de différents auteurs arabes médiévaux que l'élève est amené à accepter de facto. Par exemple, cette citation d'Al-Baladhuri datant du 9è siècle est utilisée dans plusieurs manuels et dépeint juifs et chrétiens acceptant l'invasion musulmane de la Syrie comme une bénédiction: «Les habitants ouvrirent les portes de leur ville sortir avec les chanteurs et les musiciens qui commencèrent à jouer et payèrent la capitation».La seule question posée à l'élève est «Comment les musulmans sont-ils accueillis?». L'élève doit paraphraser l'auteur, prenant ses dires pour une vérité, objet d'une généralisation plus loin dans la leçon du manuel. C'est comme si on apprenait la vie de Charlemagne uniquement à travers la chronique d'Eginhard! D'autres textes arabes sont exploités présentant la conquête de Jérusalem par Omar puis Saladin comme une libération des oppresseurs byzantins ou un acte de pacification.

On passe sous silence que pour les chrétiens, majoritaires dans ces régions au haut Moyen Âge, la conquête islamique signifiait la perte de souveraineté, et pour les nombreuses communautés juives il s'agissait de passer d'un oppresseur à un autre. Donc quand on lit: «dans les territoires dominés par les Arabes, les populations se convertissent peu à peu à l'islam» [Belin ; Hatier], on a le sentiment que rien n'est fait pour éclairer les conditions de cette islamisation qui, à l'instar d'autres conquêtes antiques ou médiévales, signifiait la dépossession des autochtones de leur souveraineté, de leur droit de propriété, leur soumission sociale et culturelle. En Espagne, par exemple, les Chrétiens ont résisté comme à Tolède en 713, et les représailles furent féroces avec mutilations et crucifixions publiques. La façon dont les manuels évoquent la «coexistence» entre les trois religions sous domination musulmane est sinon fausse du moins partiale car elle n'éclaire pas les conditions de la soumission en parlant de «coexistence» (...)

Dans un des manuels [Hachette], on cite un chroniqueur arabe du 11e siècle, Saïd al-Andalusi, sans distance critique pour l'élève qui ainsi apprendra qu'avant l'arrivée des Arabes «ce pays ne savait pas ce qu'était la science et ceux qui l'habitait ne connaissaient personne qui se fut rendu illustre par son amour pour le savoir». Puis vient un passage sur l'apport des Arabes aux sciences anciennes et modernes par la traduction des savants grecs. Cette lecture apologique est corroborée par une consigne d'activité: «Montrer que la présence des musulmans d'Andalousie permet de développer les sciences et la philosophie grecque en Occident» et par la leçon qui répète que «les textes des auteurs antiques sont redécouverts en Occident par l'intermédiaire de leur traduction en arabe». On passe sous silence un fait majeur: nombre de ces traducteurs étaient de langue arabe mais n'étaient ni des Arabes, ni musulmans. Ce furent des Juifs comme Maïmonide, ibn Tibbon ou Yossef Kimhi et surtout des Chrétiens principalement syriaques qui réalisèrent cette translation des savoirs antiques vers l'Occident. On sait de différentes sources, que des califes, comme al-Mahdi ou al-Rashid, commandaient aux chrétiens syriaques des traductions d'Aristote par exemple".

Posté le 25 septembre 2016 à 16h55 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (10)

Santé de Jacques Chirac : et si Christine Boutin avait raison?

Posté le 25 septembre 2016 à 12h32 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

24 septembre 2016

N'oublions pas Jean-François Copé...

Nous ne parlons pas beaucoup de ce candidat à la primaire LR. L'un de ses tweets (et la réponse amusante) nous en donne l'occasion :

Cop??

Posté le 24 septembre 2016 à 16h44 par Michel Janva | Lien permanent

Restreindre la représentation des parents au sein de l'Education nationale ?

14446345_10210474851008341_168252730_o-590x400Les propositions du Collectif Racine, composé d'enseignants, proches du FN, ont été remises le 22 septembre à Marine Le Pen pour refondre l'école et l'université de demain. Il y a  de bonnes idées dans ces propositions, dont le retour à la méthode syllabique pour l'apprentissage de la lecture, le retour aux fondamentaux (lecture, écriture, opérations, latin...), notation chiffrée, suppression du collège unique, apprentissage à 14 ans... Mais d'autres se caractérisent par leur étatisme. Florilège :

"Abaisser l’âge de la scolarité obligatoire de 6 à 5 ans" (proposition 1)

La proposition 51 est ambiguë : si c'est pour refuser les associations LGBTistes, c'est une bonne idée, mais que signifie cette "neutralité" et qui en jugera ?

"Contrôler strictement les associations et particuliers se proposant d’intervenir devant les publics scolaires, en ne leur donnant accréditation que sur la base des critères de neutralité idéologique et d’intérêt pédagogique des interventions qu’ils proposent."

La proposition 57 est intéressante :

"Redéfinir les rapports entre les parents d’élèves et l’Ecole : c’est à eux qu’il revient d’éduquer les enfants, l’Ecole ayant quant à elle pour mission de les instruire. [...]"

Mais la 58 semble la contredire :

"Restreindre la représentation des parents d’élèves, au sein des organes décisionnaires aussi bien que consultatifs de l’Education nationale : il n’appartient pas aux parents de se prononcer et encore moins de prétendre influer sur les pratiques et méthodes pédagogiques, ni de soutenir, au titre du principe de neutralité, aucun positionnement idéologique ou point de vue partisan."

Proposition 78 :

"Préserver les spécificités des établissements privés sous contrat, telles que définies par la loi n°59-1557 du 31 décembre 1959 sur les rapports entre l’Etat et les établissements d’enseignement privés (« loi Debré »). Les établissements privés sous contrat restent assujettis, en termes de programmes et de définition des pratiques pédagogiques, aux mêmes orientations nationales que les établissements publics."

Proposition 79 :

"Soumettre les établissements privés hors contrat à des inspections régulières visant à éviter toute dérive sectaire et à vérifier la conformité des enseignements et des pratiques avec les principes de la République."

Outre le fait qu'il faudrait définir ces fameux "principes de la République", il est dommage de ne pas donner plus de liberté aux établissements.

Posté le 24 septembre 2016 à 14h26 par Michel Janva | Lien permanent

"La réécriture du mariage pour tous sera un thème de campagne"

Capture d’écran 2016-09-24 à 13.53.16Ce n'est pas La Manif Pour Tous qui l'écrit mais le journal (sous perfusion financière) LGBT Têtu qui l'écrit :

"[...] Marine Le Pen maintient donc sa vision traditionaliste du mariage bien que cette question suscite la discorde au sein du parti d’extrême droite. Certains, tel Florian Philippot – le numéro 2 du FN -, y voient un non-sujet quand d’autres, comme Gilbert Collard, demeurent farouchement opposés. [...] Côtés LR, les dissensions autour du mariage pour tous sont aussi criantes qu’au FN. Les candidats de droite ne sont pas d’accord entre eux et certains changent d’avis tellement vite qu’on en perdrait presque notre latin. [...]"

Posté le 24 septembre 2016 à 13h54 par Michel Janva | Lien permanent

Conférence d'Hilaire de Crémiers à Nancy le 30 septembre

Image[1]

Posté le 24 septembre 2016 à 07h30 par Michel Janva | Lien permanent

23 septembre 2016

La France, ex puissance industrielle, achète ses fusils d'assaut et ses munitions à l'Allemagne

Sous couvert de consolider les liens entre la France et l'Allemagne, ils détruisent l'industrie française

"L'armée française va se doter de fusils d'assaut HK 416 F, fabriqués en Allemagne, pour remplacer ses célèbres FAMAS dont la fabrication remonte aux années 70, a annoncé aujourd'hui la Direction générale de l'armement (DGA) dans un communiqué.

"Les livraisons sont prévues dès 2017 et s'échelonneront sur une dizaine d'années", précise la DGA pour qui "ce marché contribue à renforcer les solides liens entre l'Allemagne et la France dans la Défense et dans l'industrie de l'armement en particulier".

Posté le 23 septembre 2016 à 20h26 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (29)

Les convictions avant les calculs

Jean-Frédéric Poisson est interrogé dans le JDD. Extrait :

Unknown-8Hervé Mariton, dont certaines idées sont proches des vôtres, n'a pas été qualifié pour la primaire. Espérez-vous un ralliement?

Il faut qu'on en discute, mais je n'oublie pas que derrière la candidature invalidée, il y a un homme qui s'est pris un coup dur sur la tête. Pour avoir perdu des combats difficiles, je sais ce que ça coûte. Après, je ne veux pas faire de calculs stratégiques ou politiciens. Je suis un homme de convictions qui veut d'abord mettre en avant un projet.

Vous êtes le candidat le plus fermement opposé au mariage pour tous. Avez-vous été déçu que le mouvement Sens commun, né après les manifestations de 2013, ait choisi de soutenir François Fillon?

Ça m'a surtout surpris. Sens commun et François Fillon sont dans des univers programmatiques et intellectuels assez différents, et en particulier sur le mariage. Il y a une seule vertu à la loi Taubira : elle rappelle que filiation et mariage sont liés. Or, François Fillon envisage de dissocier filiation et mariage, une manière de planter lui-même le clou sur le cercueil des institutions matrimoniales. Ceci dit, Sens commun semble avoir fait un choix tactique. Je considère pour ma part que la primaire est d'abord un lieu de débat et doit permettre de défendre ses convictions. Si c'est pour faire de la stratégie, autant se rendre directement au second tour de l'élection présidentielle.

Vous allez participer à la manifestation du 16 octobre, organisée par le collectif Manif pour tous. Cela peut-il porter votre candidature?

La manifestation en tant que telle, j'y serai présent mais le plus important, c'est d'abord ma constance sur le sujet. Depuis quatre ans, une partie des électeurs sont attentifs et connaissent ma position. C'est même l'un des rares dossiers sur lequel tout le monde connaît mon avis. Maintenant, le collectif Manif pour tous va publier un comparatif des programmes des candidats à la primaire et, bien sûr, si je fais partie des candidats plébiscités, cela sera toujours bénéfique. [...]"

Posté le 23 septembre 2016 à 20h06 par Michel Janva | Lien permanent

JF Poisson : Le droit du sol a fait la preuve de son inefficacité

Dans son émission du jour, Jean-Frédéric Poisson évoque le droit du sang :

Sur RMC, le député candidat fait sourire :

Jean Frederic Poisson sur RMC par Le_Salon_Beige

Posté le 23 septembre 2016 à 13h43 par Michel Janva | Lien permanent

22 septembre 2016

Sens Commun réaffirme ne rien lâcher sur la loi Taubira

Son président, Christophe Billan, écrit que, malgré son soutien à François Fillon, l'objectif demeure celui de l'abrogation de la loi Taubira :

Capture d’écran 2016-09-22 à 07.13.12"[...] Nos convictions demeurent : nous nous mobiliserons aussi longtemps qu’une logique absurde s’emploie à déconstruire les réalités fondamentales de notre civilisation. Nous ne lâcherons rien aussi longtemps qu’une loi s’emploie à priver un enfant d’une mère et d’un père. Toutefois, si la finalité est sacrée, il importe de ne pas absolutiser les moyens pour l’atteindre. Sens Commun entend composer avec le réel et s’inscrire dans l’action. Nous devons nous battre pour que nos idées aient le plus de chance d’être relayées et pour qu’elles pèsent dans les faits, dans la réalité, dans la vie quotidienne et concrète. Nous voulons construire des digues solides à l’abri desquelles nous pourrons peser et influencer. Tous les verrous que nous entendons poser permettront la reconquête intellectuelle, culturelle et spirituelle qui prendra du temps. Cela implique d’identifier un candidat en capacité d’être président de la République et dont le programme présente suffisamment de points de convergence. L’impératif du réel nécessite de chercher la convergence plutôt qu’une symétrie parfaite et illusoire. [...]" 

Posté le 22 septembre 2016 à 07h14 par Michel Janva | Lien permanent

21 septembre 2016

Le cœur vivant de la refondation de la droite se situe en dehors des partis

Extrait d'une tribune de VosCouleurs parue sur Boulevard Voltaire :

V"[...] Cette espérance porte un nom qui ne doit rien au hasard. Elle est portée par des personnes bien réelles, qui agissent de leur propre initiative. Ces personnes proposent une réalisation « à contre-pente ». Elles sont inconnues du grand public et des appareils politiques, elles ne cherchent pas la publicité personnelle. Elles s’effacent derrière ce projet qui appartient aux Français signataires. Comme l’écrivait Yves de Kerdrel dans un éditorial le 18 décembre dernier :

« Aujourd’hui, le cœur vivant de la refondation de la droite se situe en dehors des partis traditionnels, qu’il s’agisse de l’UMP, de l’UDI comme du Front national. Cette droite “hors les murs”, […] qui refuse les vieilles combines électoralistes mais croit au sursaut moral de la politique, sera le pivot de l’alternance en 2017. »

Il est seulement besoin de regarder la vidéo, lire l’appel pour comprendre qu’il n’y a pas lieu de fantasmer sur « qui est derrière ». Quel parti, quelle personnalité politique, quel lobby pourrait y avoir songé. La démarche est libre et désintéressée. C’est ce qui en fait et le sel et la force.

Pourquoi ces huit-là et pas d’autres, en plus, en moins ? Les milliers de signataires de l’opération semblent l’avoir déjà parfaitement bien compris.

Pourquoi Wauquiez et pas Sarko ? Pourquoi Marion et pas Marine ? Simplement parce qu’il est temps de briser l’axe mortifère de ceux qui disent « Jamais avec le Front national » ou« Jamais sans le Front national ».

Il est temps de passer à autre chose.

Des villes, des régions ont été perdues sur ces bases-là. L’illusion est du côté de ceux qui pensent que la solution est dans le maintien du statu quo. Car que se passera-t-il après les élections ? On se comptera, on déplorera, on réalisera qu’on ne peut pas faire grand-chose et on continuera à dire « jamais avec » ou « jamais sans » le Front national. Et on égrènera les jours avant le départ d’Alain Juppé ou de François Hollande.

Car – ne nous y trompons pas – sans l’intervention d’un événement nouveau, les divisions éternelles de la droite se prolongeront demain, dans l’Hémicycle cette fois, où – nouveauté – le Front national aura un groupe parlementaire. Il faut s’en réjouir au nom de la représentation nationale. Un groupe parlementaire qui ne sera pas majoritaire.

Les grands perdants de cette arithmétique seront toujours les électeurs. Or, à l’aube de ce rendez-vous quinquennal majeur pour la nation, il est urgent d’exiger ce qui semblait impossible : l’union, un programme commun, un candidat unique.

Aucun parti ne se rangera derrière l’autre, aucun leader ne sera rejoint par d’autres, aucune personnalité politique ne peut, en son nom propre, faire mieux qu’une réunion ponctuelle sans lendemain immédiat.

En agissant de leur propre initiative par une action de grande ampleur, les Français seuls peuvent décider de faire vraiment changer les choses. Enfin. À l’époque où Jeanne traversa Vaucouleurs, que de mises en garde ne dut-elle pas entendre !« Vous rêvez, vous êtes dans l’illusion ! » [...]"

Posté le 21 septembre 2016 à 12h21 par Michel Janva | Lien permanent

Primaire LR : Monde et Vie incite à voter pour JF Poisson

Dans Monde & Vie, l'abbé de Tanoüarn écrit qu'il faut voter à la primaire LR :

P"[...] Je pense que c’est le premier rôle de la Primaire de droite d’agiter des idées nouvelles, de dire ce qui ne va pas, de proposer des remèdes auxquels apparemment personne n’avait pensé auparavant. La Primaire de droite est un merveilleux banc d’essais des idées de droite. [...] 

Je parle d’idées, je ne parle pas de valeurs: hélas, les catholiques n’ont pas utilisé cette occasion pour réaffirmer le caractère fondamental des valeurs chrétiennes dans l’identité française. Les uns veulent jouer les arbitres, les autres votent pour François Fillon, l’homme qui dit que l’avortement est un droit des femmes… Mais où est le porte-drapeau ? La vérité oblige à dire que, malgré les hésitations coupables des états-majors cathos, de porte-drapeau il y en a un. Il n’est pas là seulement pour faire de la figuration. Il n’est pas non plus mono-discours, obsédé par les valeurs morales et ne sachant parler que de cela… Il a acquis une expérience politique à la Commission des lois de l’Assemblée nationale. Il a voyagé et sait d’instinct que la France ne se réduit pas à un hexagone. Il a la culture chrétienne de la concertation, sans le goût du martyre, qui est toujours malsain, mais alors surtout malsain en politique. Il croit dans le rôle stabilisateur d’un État régalien et ne donne pas dans le culte des Institutions européennes et internationales. Il ne voit pas l’islam en rose mais réclame un véritable contractualisme entre l’islam et la République. Il est un adversaire décidé du laïcisme et un adepte de la pure laïcité, qui suppose de reconnaître le christianisme au centre de la culture française. Bref, c’est un vrai candidat. Il n’est pas membre des Républicains mais président du Parti Chrétien Démocrate. Il s’agit, vous l’aurez deviné, de Jean-Frédéric Poisson, député des Yvelines, valeureux combattant contre le mariage pour tous, mais aussi contre la très inefficace loi Macron et contre la non moins dangereuse Loi El Khomry. Il est clair que voter Poisson au premier Tour de la Primaire (il vous en coûtera deux euros) c’est faire avancer le vote catholique en France, le vote de civilisation en Europe et tout ce que nous défendons à Monde&Vie.

Cela n’empêche pas de voter autrement à l’élection présidentielle. Mais il faut utiliser la Primaire, qui est une fantastique caisse médiatique de résonance. Et pour une fois, nous pouvons faire un vote de conviction. C’est tellement rare qu’il me semble que quand cela devient possible (même s’il ne s’agit que de Primaires) c’est un devoir. Il n’y a aucun devoir à voter lorsque le choix qui nous est donné est celui de la peste ou du choléra. Mais lorsque les règles de la santé politique sont senties avec tant de mesure, lorsque la société chrétienne est défendue avec tant de talent…Alors oui : voter, voter Poisson est un devoir !"

Posté le 21 septembre 2016 à 10h00 par Michel Janva | Lien permanent

EELV : une coquille vide

ELu dans Les 4 Vérités :

"Selon l’hebdomadaire « Bourse plus », Europe Écologie les Verts ne compterait plus que 3000 adhérents… et sa banque refuserait de financer les campagnes de 2017."

Un ministre pour 3000 adhérents, ce n'est pas très représentatif...

Posté le 21 septembre 2016 à 08h06 par Michel Janva | Lien permanent

20 septembre 2016

Les catholiques peuvent peser sur le plan électoral

Extrait d'un dossier de Monde & Vie sur le vote des catholiques (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

Cs0jcL0WAAAlVeU

Posté le 20 septembre 2016 à 21h45 par Michel Janva | Lien permanent

Découvrez la série « ils l’ont dit » sur Voscouleurs

Poisson

Le site et les comptes twitter et Facebook de Voscouleurs entament ce matin la diffusion de visuels reprenant des citations sourcées des huit personnalités politique appelées à se réunir. L’objectif est de faire la démonstration de tout le bien qu’elles pensent les unes des autres afin qu’elles passent des déclarations aux actes.

Les initiateurs expliquent :

« Toutes ces citations sont véridiques et aisément vérifiables. Il y a un intérêt évident à les rapprocher pour montrer leur cohérence et la force qui s’en dégage, nous tendons le miroir à ceux qui les ont prononcées et nous invitons les Français à signer l’appel pour les aider à franchir le pas de l’union des droites. »


Villiers
L’opération Voscouleurs est une opération qui a pour but de rassembler les leaders de la droite de conviction par la pression populaire via une grande pétition afin de les inciter à former une force de coalition pour les élections présidentielles de 2017.

Aujourd’hui ils espèrent gagner seuls ou sont les prisonniers de logiques politiques qui les tiennent éloignés les uns des autres. Sans leurs « familles politiques » qui distribuent les fonctions et les investitures, ils n’existeraient pas, c’est la raison pour laquelle ils n’osent s’en éloigner.

Ainsi séparés ils ne peuvent rien faire, ce système contraignant jusqu’à l’asphyxie va à l’encontre de leurs convictions et de la mise en œuvre des mesures nécessaires pour redresser le pays.

En agissant de leur propre initiative par une action de grande ampleur, les Français seuls, peuvent décider d’y mettre un terme.

Marion2

Posté le 20 septembre 2016 à 18h35 par Michel Janva | Lien permanent

Rappel : Tous ensemble le 1er octobre à Paris !

Chers amis,

Vous souhaitez découvrir les vraies convictions des candidats Républicains à la primaire ?

Ne manquez pas ce colloque car vous serez surpris ! Cet événement ouvert à tous rassemblera des experts de renom qui commenteront plusieurs mesures du Manifeste de la dernière chance, que chaque candidat a entre ses mains.

Parmi les intervenants :

  • Anne Coffinier, Directeur général de la Fondation pour l’école,
  • Robert Ménard, homme politique,
  • Ivan Rioufol, journaliste et essayiste,
  • Jean-Paul Gourévitch, écrivain, consultant international spécialiste des migrations,
  • Charles Beigbeder, homme d’affaires et homme politique,
  • Charles Gave, économiste et entrepreneur,
  • Gabrielle Cluzel, journaliste et écrivain,
  • Karim Ouchikh, président du SIEL

Notre objectif est d’éclairer les électeurs sans émotion ni poudre aux yeux !

Vous pouvez le constater en visionnant la courte vidéo ci-dessous :


"Il faut éclairer les électeurs, sans émotion... par bvoltaire 

Modalités pratiques de cette manifestation :

La date : Le samedi 1er octobre, à partir de 14h30 

Le lieu : Centre Malesherbes - 108, boulevard Malesherbes -- 75017 Paris

S’inscrire et accéder au programme : http://www.colloquesalonbeige-libertepolitique.com/

Merci d’en parler autour de vous ! Nous vous attendons nombreux. Bien cordialement.

Guillaume de Thieulloy Salon Beige

François Billot de Lochner Liberté politique

Posté le 20 septembre 2016 à 16h45 par Le Salon Beige | Lien permanent

Marine Le Pen réaffirme sa volonté d'abroger la loi Taubira et d'améliorer le Pacs

PMarine Le Pen est l'un des rares candidats à vouloir abroger la loi Taubira.

Interrogée ce matin sur RTL, la candidate du Front national explique :

"Je suis pour une amélioration du Pacs qui permette de tenir compte de revendications qui sont légitimes en termes de transfert d'héritage, de maintien dans les lieux. Je défendrai cette forme d'union civile qui n'est pas le mariage".

Elle précise cependant qu'elle ne se rendra pas à la manifestation du 16 octobre.

Tout le monde sait que le Pacs a été le marchepied de la dénaturation du mariage. Et le FN voulait, il y a encore quelques années, l'abroger. L'améliorer ne revient qu'à copier l'UMP. Cette union fragile est révocable assez facilement et participe à la désagrégation de la société française.

Posté le 20 septembre 2016 à 09h04 par Michel Janva | Lien permanent

19 septembre 2016

24 septembre à Orange : le Forum de l'Union des Droites

  UDT-2016-A5-page-002

Posté le 19 septembre 2016 à 19h33 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Charles Millon, acteur de la droite hors les murs

Charles Millon, ancien ministre, ambassadeur, maire, député, président de groupe à l’Assemblée nationale, président de Conseil régional… s’est tourné vers la réflexion et les propositions, notamment avec la création du réseau collaboratif “L’Avant-garde” ou d’un think tank de droite en compagnie de personnalités comme Charles Beigbeder.

Très fin connaisseur des droites françaises, Charles Millon rompt un long silence médiatique pour répondre aux questions d’Elise Blaise. Il donne son point de vue sur Alain Juppé dont il a été le ministre, sur les Républicains et le Front national. Personnalité de la “droite hors les murs”, l’ancien ministre revient aussi sur la politique étrangère de la France et sur son intervention sur le théâtre militaire syrien.

Posté le 19 septembre 2016 à 19h26 par Michel Janva | Lien permanent

Bernard Antony reste dubitatif sur "l’islam compatible avec la République"

Bernard Antony commente les estivales du FN à Fréjus : 

Logo Institut Pays Libre"Disons d’emblée qu’il y a au moins un point sur lequel nous approuvons totalement sa ligne, parce qu’elle est, il est vrai, la nôtre depuis toujours, la sortie de l’Union Européenne. « Sortons de cette Europe-là ! » fut et demeure en effet le slogan que nous lançâmes. Rien que cela justifiera peut-être l’an prochain un vote positif.

Sur la question majeure de l’avenir de l’islam en France, le discours de Marine n’a guère tranché avec beaucoup d’originalité sur la commune ritournelle de « l’islam compatible avec la République ». Propos superficiel ignorant à la fois la nature fondamentale de l’islam et l’expérience que l’on en a à partir des 50 pays où s’exerce aujourd’hui sa pleine domination plus ou moins coercitive ou cruelle.

Marine, irréductiblement jacobine, n’a pas non plus tenu des propos de clarification sur les rapports des lois religieuses, des lois de la République et de la loi morale universelle. En effet les lois particulières aux religions ne sauraient être imposées à tous (charia – observances talmudiques – commandements de l’Église…). En revanche, les lois de la République ne sauraient bafouer la loi naturelle. Et notamment, pour ce qui est du respect de la vie innocente.

Marine demeure donc décevante pour ce qui est de l’exigence de remplacement de la loi Veil par une loi d’accueil à la vie.

Sur la question de l’éducation, les propos tenus par son invité, l’enseignant Jean-Paul Brighelli, méritent un accueil nuancé. On ne peut le suivre sur sa péremptoire condamnation du « chèque-éducation », selon lui « idée pseudo-libérale et totalement dénuée de sens ». On ne peut dire en si peu de mots autant d’absurdités sur la question !

La formule du « chèque-éducation » est appliquée avec bonheur dans certains pays. Ce n’est pas une idée « pseudo-libérale » mais fondamentalement une réforme de liberté de l’éducation et d’égalité fiscale. Mais elle va certes à l’encontre de l’idéologie jacobine étatiste, à l’origine de tous les totalitarismes.

Sur les questions majeures de l’indépendance nationale et de l’identité, l’Institut du Pays Libre approuve donc globalement les propositions du FN. Mais il regrette sur les questions « sociétales » des positions semblant baigner toujours plus, peut-être pour récupérer des voix à gauche, dans une sorte de marinade archéo-jacobine."

Bernard Antony interviendra samedi 24 septembre au Parc des Expositions à Orange aux côtés de Stéphane Blanchonnet, Jean-Pierre Maugendre, Guillaume de Tanouärn, Ivan Rioufol, Gabrielle Cluzel, Cécile Edel, Béatrice Bourges, Jean-Claude Martinez à l'occasion du Forum de l’Union des Droites organisé par Jacques Bompard.

Posté le 19 septembre 2016 à 19h19 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

A quoi l'état d'urgence sert-il ?

Une djihadiste présumée risque d’être libérée pour vice de forme...

Posté le 19 septembre 2016 à 13h34 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Présent invite à droitiser la primaire LR

Francis Bergeron écrit dans Présent :

Capture d’écran 2016-09-19 à 13.09.27"Il y a donc huit candidats aux primaires de la droite (ou peut-être neuf, si Frédéric Lefebvre est repêché). Sont-ils « tous pourris » ? Je ne sais pas, ne les connaissant que de loin. Pour certains d’entre eux, cela ne fait guère de doute. Mais il nous semble que, parmi ces huit candidats, certains sont plus dangereux, plus pernicieux que d’autres. Il nous semble par exemple qu’il y a une différence – et pas simplement des nuances – entre un Juppé qui annonce déjà qu’il ne reviendra pas sur le « mariage » homo et dont le discours, sur tous les sujets sauf sur l’ISF, est à peu près identique à celui de Hollande (ne jamais nommer l’islamisme, etc.), et un Hervé Mariton qui entend faire une priorité du combat contre le « mariage pour tous ». Cela, c’est une différence de nature.

Parmi les candidats des primaires, certains semblent donc davantage possibles que d’autres, même si leur chance d’arriver en tête paraît bien mince, pour ne pas dire nulle : Mariton, qui a en outre le mérite d’avoir mené des actions clandestines de l’autre côté du rideau de fer pendant sa jeunesse, Poisson, qui ne cache pas son identité chrétienne (même si l’adjectif est accompagné d’un autre adjectif : démocrate, ce qui rappelle cette calamiteuse démocratie chrétienne pratiquée par feu le MRP). Ou encore Fillon, qui passe pour le moins pire des « grands » candidats et qui, à ce titre, a reçu le soutien de Sens commun.

Alors, pourquoi ne pas tenter de peser à la marge, en droitisant ce scrutin et en minimisant, du même coup, le score des favoris ? C’est le pari que nous faisons et que nous vous invitons à faire : que les électeurs de la droite nationale, de la droite de conviction et du camp patriotique, se mobilisent en masse pour ces « petits » candidats. Chaque voix en direction de ces « petits » affaiblira les « gros ». [...]

Inscrivons-nous pour les primaires. Votons et faisons voter à droite, toute. Sur nos valeurs, sur le « mariage » gay, sur les racines chrétiennes de l’Europe, sur la submersion migratoire, sur la constitution d’un front antiterroriste incluant la Russie de Poutine. Faisons pression sur les « petits » candidats. Poussons-les à s’engager sur ces thèmes. Droitiser, muscler, franciser le débat politique, et ceci dès les primaires, ne peut que favoriser ce mouvement de réappropriation de notre destin collectif."

Pour participer, rien de plus simple : le vote est ouvert à tous. Il n’est pas réservé aux adhérents des partis. Il suffit : 

  • D’être inscrit sur la liste électorale au 31 décembre 2015 (ou d’avoir 18 ans à la date de l’élection présidentielle 2017)
  • De verser 2€ par tour de scrutin de participation aux frais d’organisation
  • De s'engager sur l’honneur en signant la phrase suivante (qui n'engage pas à grand chose étant donné l'ineptie de la formule "valeurs républicaines") : « Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France. »
  • Dates : 20 novembre : 1er tour - 27 novembre : 2nd tour 
  • : l'adresse des bureaux de vote sera ici

Posté le 19 septembre 2016 à 13h11 par Michel Janva | Lien permanent

Alain Juppé, un homme politique d'arrière-garde

Posté le 19 septembre 2016 à 12h32 par Michel Janva | Lien permanent

18 septembre 2016

La famille au menu de l'Université d'été du FN

Aujourd'hui avait lieu l'Université d'été du Front National, à Fréjus. Parmi les tables-rondes, une était consacrée à la famille : 

Csfff1qXgAI_2bz

CsoPQC5WgAAZFdc

Agnès Marion y a déclaré :

"On ne pourra pas se passer de la famille pour reconstruire la France". "La famille incarne la Fraternité de notre devise nationale : donner, recevoir, rendre". "La famille est aussi un rempart contre la logique marchande car c'est le lieu de la gratuité et de la solidarité".

"La famille est un rempart contre l'immigration en permettant le renouvellement des générations".

"La libération de la femme par le travail salarié est une marotte de bourgeoise ! Elle vaut pour l'avocate ou la journaliste parisienne qui s'éclate dans son boulot, déjà beaucoup moins pour la caissière ou l'ouvrière qui fait un travail répétitif et épuisant en horaires décrochés, rame pour trouver des solutions de garde, tout ça pour 200€ de plus à la fin du mois, une fois tout déduit".

Posté le 18 septembre 2016 à 19h23 par Michel Janva | Lien permanent

2017, c'est le moment ou jamais !

Ludovine de LA ROCHÈREA l'issue de sa 4ème université d'été qui s'est tenue à Etiolles (91) ce week-end, La Manif Pour Tous est en ordre de bataille pour peser dans le débat public et faire entendre la voix des familles.

Filiation, famille, éducation, identité : les 350 cadres de La Manif Pour Tous qui se sont succédés hier et aujourd'hui au Country club d'Etiolles (91) ont planché sur les enjeux clé des prochaines échéances électorales (primaires, présidentielle, législatives et sénatoriales). Chantal Delsol, Guillaume Drago, Joseph Thouvenel, Laetitia Pouliquen, Laurent Alexandre, Tugdual Derville sont intervenus tout au long du week-end pour partager leur vision. Des forums ont également eu lieu pour échanger sur les bonnes pratiques : action militante, engagement, actions en justice, réseaux sociaux... Malgré la mobilisation en cours sur le terrain pour le 16 octobre, les équipes locales de La Manif Pour Tous ont souhaité maintenir cette 4e université d'été devenue un rendez vous annuel incontournable. Après Vincennes, Palavas les Flots et Quiberon, c'est dans l'Essonne que La Manif Pour Tous a posé ses valises cette année.

« C'est le moment ou jamais » a déclaré Ludovine de La Rochère dans son discours final ponctué de nombreux applaudissements. Depuis l'adoption de la loi Taubira il y a 3 ans et demi, le mouvement social est resté debout et mobilisé. Ensemble, nous avons obtenu de multiples succès populaires et politiques : non-généralisation des ABCD de l'égalité, retrait du projet de loi famille, échec de la proposition de loi APIE (Autorité parentale et intérêt de l'enfant), condamnation claire et net de toute forme de GPA par Manuel Valls, retrait de l'amendement Binet visant à autoriser l'adoption pour les couples pacsés et concubins.... 

« L'appétit vient en mangeant. Après avoir réussi à stopper bon nombre de projets familiphobes du gouvernement, l'heure est venue de préparer et de réussir la reconstruction de la famille. Nous sommes ''le syndicat de la famille'' ». 

Le mouvement est prêt. Les opérations de tractage et de collage en vue de la manifestation du 16 octobre à Paris contre les nouvelles menaces pour la famille et l'éducation ont démarré. PMA « sans père », scandale des mères porteuses, politique familiale, liberté éducative, réforme du collège... les mots d'ordre de la mobilisation ont été clairement exposés tout au long de cette université d'été. Il s'agit avant tout de stopper une nouvelle fois les projets du gouvernement qui déstabilisent la famille et portent atteinte à l'intérêt supérieur de l'enfant. De nombreux élus et candidats aux prochaines échéances ont d'ores et déjà pris contact avec l'organisation pour étudier les modalités pratiques de leur participation à la grande manifestation du 16 octobre. Les ténors des droites et du centre sont attendus pour redire leur opposition à la politique familiphobe du gouvernement.

« La famille est un marqueur politique. Elle est au cœur du débat public. C'est encourageant. Nous devons aller plus loin pour reconstruire ce qui a été démoli pendant ce quinquennat. 2017 est une année pleine de promesses. A nous de les réaliser ».

A noter la présence de Jean-Frédéric Poisson et de Nicolas Dupont-Aignan :

Jean-Frédéric POISSON

Nicolas DUPONT-AIGNAN et Jean-Pier DELAUME-MYARD

Et pendant ce temps :

Image-1

La Manif pour tous ne donnera pas de consigne de vote pour la présidentielle :

"Nous ne devons pas nous laisser impressionner par les responsables politiques, sachons avoir de la mémoire et du courage. Pourquoi leur donner notre quitus quand ils balaient d'un revers de main nos revendications ?"

Ludovine de La Rochère refuse également d'indiquer si elle ira personnellement voter à la primaire de la droite et du centre. 

"Je suis assez perplexe. Pour le moment, les déclarations des candidats sont assez décevantes".

Rendez-vous le 16 octobre à Paris pour manifester.

IMG_7637

Posté le 18 septembre 2016 à 18h38 par Michel Janva | Lien permanent

17 septembre 2016

Les manipulations des laboratoires pharmaceutiques

Une émission passionnante, et effrayante, de TV Libertés !

 

Des informations abondamment recoupées, ici et , par exemple.

Posté le 17 septembre 2016 à 20h22 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (3)

La Primaire pour tous

Voici le dernier né du Web, une chaîne de télévision sur la primaire LR, indépendante des candidats en lice.

Chaque vendredi un journal, chaque semaine deux vidéos d'analyse de certains points des programmes. Et au fur et à mesure de l'actualité, vidéo, meeting, entretiens, sondages auxquels vous serez invités à participer.

Fidèle à cette idée que notre force c'est le terrain, cette chaîne attend vos contributions pour nourrir l'information.

N'hésitez pas à aller filmer les meetings, interroger les candidats, envoyer leurs réponses et toute information que vous pourrez glaner sur le sujet. Présentation :

Voici le journal du 16 septembre :

Posté le 17 septembre 2016 à 15h54 par Michel Janva | Lien permanent

Le traitement de la radicalisation : le gouvernement en flagrant échec

Le copinage ne fait pas tout :

"Composez le numéro Vert, connectez-vous sur Stop djihadisme, et nos équipes de psychologues, juristes, criminologues, éducateurs spécialisés, vous épauleront et vous accompagneront dans cette épreuve difficile. Vous n'êtes pas seuls. Dounia Bouzar dirigeait le Centre de prévention des dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI). Elle a mis fin à sa mission en avril 2016, officiellement pour marquer son désaccord avec le gouvernement au moment du débat sur la déchéance de nationalité. Omniprésente sur les plateaux de télévision, dans les studios de radio, adulée autant que critiquée sur la pertinence et l'efficacité de sa méthode, on ne peut cependant pas lui reprocher de ne pas avoir travaillé, testé et défriché une matière que personne ne connaissait, et de ne pas avoir fait ce qu'elle pouvait avec les moyens dont elle disposait.

Julien Revial, lui, a travaillé un an dans l'autre structure «référence», avec Sonia Imloul au sein de la Maison de la prévention et de la famille. Il a rapporté de cette expérience un témoignage aussi étourdissant qu'accablant, publié par les éditions Michalon*. C'est un peu Candide au pays de la déradicalisation. Souvent drôle, mais aussi glaçant. Car on se rend compte, à la lecture de ce journal de bord, que l'on a confié une partie d'une mission essentielle pour la sécurité nationale à une bande de Pieds Nickelés, peu scrupuleux et parfois carrément malhonnêtes. Tout ça pour quoi ? Pour cacher la misère, colmater avec des rustines. Mais en communiquant. Ça, pour communiquer, on a communiqué".

Posté le 17 septembre 2016 à 13h43 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (8)

16 septembre 2016

Eric Zemmour N°1 des ventes sur Amazon

1609161914190094Via FDesouche

Il sera peut-être détrôné par Philippe de Villiers en octobre mais certainement pas par Jean-Luc Mélenchon qui ne trouve même pas son propre livre chez Carrefour... 

Posté le 16 septembre 2016 à 20h27 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Ludovine de La Rochère : "La famille contribue aussi à l’identité collective : la nation est une famille de familles"

Ludovine de la Rochère répond à Louis Lorphelin dans Présent de samedi. Extrait :

Unknown-8Quel est l’objectif de votre université d’été [qui a lieu ce WE à Etiolles dans le 91] ?

L’objectif est de préparer la mobilisation du 16 octobre mais, plus largement, l’année politique qui sera décisive. Nous allons aborder les sujets qui nous préoccupent : la famille, la filiation, l’éducation et l’identité. Nous mettrons l’accent sur l’éducation, car les parents sont les éducateurs des enfants (thème que nous connaissons bien avec l’idéologie du genre et les ABCD de l’égalité). Or ce qui se passe aujourd’hui c’est que, depuis longtemps, l’Education nationale n’est plus un acteur sur lequel les parents peuvent s’appuyer en confiance, avec un système scolaire en faillite, accélérée par une série de mesures prises par Najat Vallaud-Belkacem. Par ailleurs, il ne peut y avoir instruction à l’école que s’il y a au préalable une éducation reçue en famille par l’enfant. Nous défendrons donc la liberté éducative des parents, mise en danger par le projet de soumettre les écoles hors-contrat à un régime préalable d’autorisation.

Enfin, nous parlerons identité, qui est donnée par les parents. L’enfant s’inscrit dans la chaîne des générations. La famille contribue aussi à l’identité collective : la nation est une famille de familles. Sans cette transmission d’identité et de valeurs, notre civilisation se délite et n’est plus en mesure de s’assumer, de gérer les difficultés que peut poser la diversité, devenue bien légitimement une préoccupation majeure des Français. [...]

Vous ne prenez parti pour aucun candidat aux primaires de la droite. Comment comptez-vous peser dans le débat politique ?

La manifestation du 16 octobre sera une manière de peser sur l’ensemble des candidats. Le sociologue Gaël Brustier disait récemment qu’il y avait un basculement mettant fin à la domination culturelle de la gauche. Selon moi, ce processus est en cours, aussi il faut tout faire pour peser dans ce sens. Les citoyens doivent rejeter massivement une gauche idéologique, mais réclamer également une droite incarnée par des élus et un candidat, quel qu’il soit, ayant le courage de défendre la famille traditionnelle… et qui concerne tout de même plus de trois Français sur quatre.

L’autre action que nous allons lancer sera un site internet – boomerang2017.fr – qui exposera les positions des différents candidats sur chacun des sujets qui nous préoccupent. Enfin, nous avons rendu public un rapport (Politique de la famille et intérêt de l’enfant) comportant 40 positions concrètes, sur lesquelles nous demandons aux politiques de se prononcer. Il s’agit de porter une nouvelle ambition pour la politique de la famille."

Posté le 16 septembre 2016 à 13h47 par Michel Janva | Lien permanent

Lutter contre la GPA sans abroger la loi Taubira est un leurre

Interrogé hier dans l'Emission Politique, Nicolas Sarkozy a répété avoir « évolué » sur la question du mariage et que s’il était élu, il n’abrogerait pas la loi Taubira.

Néanmoins, il déclare s'opposer à la GPA, mais nous savons bien que c'est la loi Taubira qui a ouvert la porte à la légalisation de la GPA. Lutter contre la GPA sans revenir sur la loi Taubira est là aussi un leurre.

Posté le 16 septembre 2016 à 08h50 par Michel Janva | Lien permanent

15 septembre 2016

Jean-Frédéric Poisson retourne à Béziers

CsYHl3wWIAAEGMe

Posté le 15 septembre 2016 à 15h50 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (6)

Si la "droite" se dégonfle sur la loi Taubira, elle se dégonflera sur tout

Agrégé d'histoire, normalien et énarque, Roland Hureaux écrit dans Le Figarovox :

M"[...] C'est un fait que, la propagande LGBT aidant, l'hostilité à la loi Taubira est devenue à droite plus compromettante encore que le refus de l'immigration ou celui de l'euro.

Elle n'est pourtant pas seulement un marqueur d'extrémisme.

On ne saurait oublier en effet que cette loi a provoqué la plus grande mobilisation du quinquennat et même de l'histoire de France (exception faite de celle, plus éphémère, qui a suivi l'attentat contre Charlie ) ; celle de la CGT contre la loi Travail n'est rien en comparaison.

Renoncer à y toucher est pour les candidats de droite au moins aussi risqué que s'y engager.

Car il faut bien le dire: pour une partie de l'opinion, le refus de remettre en cause la loi Taubira, compte tenu de tout ce qui a été dit par l'opposition au moment de son vote, porte avec lui un message subliminal: «je me dégonfle».

Et ce message ne concerne pas que cette loi: il est probable que la réaction de beaucoup d'électeurs qui n'y attachent pas forcément une grande importance, sera de dire que si la droite dite «républicaine» se dégonfle sur ce sujet, elle risque bien de se dégonfler sur tous les autres et qu'en définitive, si la droite revient au pouvoir, il ne se passera rien. Car sur bien d'autres sujets, en matière économique et sociale, en matière d'école, de justice, d'immigration, la droite, si elle veut aller tant soit peu à la rencontre des attentes populaires, devra aussi se faire politiquement incorrecte. Comment croire qu'elle en aura l'audace si elle a déjà capitulé sur le mariage homosexuel? Qui prendra au sérieux des expressions comme la «droite forte» ou la «droite décomplexée» dont on se gargarise dans l'opposition?

L'autre inconvénient de cette position est de polariser le programme de la droite sur des sujets comme l'ISF, les 35 heures, l'âge de la retraite ou le code du travail sur lesquels elle apparaîtra, en accomplissant des réformes libérales, également réactionnaire, mais en un autre sens: le parti des gros contre les petits. La gauche d'aujourd'hui l'est aussi, certes, mais avec plus de subtilité. La brutalité des mesures économiques et sociales projetées par la droite aidant, la gauche reviendra très vite en grâce. Il n'est pas sûr que l'opposition ait intérêt à abandonner le champ sociétal pour présenter un programme de remise en cause des acquis sociaux à l'état nu et rien que cela.

Enfin, le refus de la remise en cause est, qu'on le veuille ou non, une caution apportée à la gauche, dont on reconnaît a posteriori la lucidité et le progressisme. Si une telle réforme était irréversible, c'est la preuve que la gauche seule était dans le sens de l'histoire. La résistance de la droite n'était que vaines criailleries, baroud d'honneur inutile. Mais comment dès lors expliquer que la gauche n'avait par contre pas raison sur les autres sujets? Expliquer par exemple que la réforme du collège, malgré la levée de boucliers qu'elle a suscitée, n'était pas, au fond, une réforme progressiste?

[...] L'échec retentissant aux élections locales des candidats LR qui avaient été les plus favorables à la loi Taubira: Fabienne Keller à Strasbourg, Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris , Dominique Reynié en Midi-Pyrénées devrait pourtant servir de leçon. Il n'est pas sûr que, sur la question de l'effet électoral, sinon direct, du moins indirect, du refus de remettre en cause la loi Taubira, les candidats de la droite classique doivent trop écouter leurs conseillers en communication."

Posté le 15 septembre 2016 à 15h08 par Michel Janva | Lien permanent

L'équipe de Marine Le Pen prend forme : vers une campagne à droite ?

Images5FNXNN04De plus en plus de facteurs montrent que la campagne électorale va se jouer à droite. Ainsi, c'est Nicolas Bay qui dirigera la campagne des législatives, c'est officiel. Le secrétaire général du FN, catholique pratiquant et ancien fidèle de Bruno Mégret au sein du MNR, est plutôt considéré come un véritable homme de droite et souvent dénoncé par les médias à ce titre. 

Pour la campagne des présidentielles, même si il sera très présent, Florian Philippot n'assurera pas la fonction de directeur de campagne contrairement à 2012. Il est très probable qu'il s'agisse de David Rachline, plus jeune sénateur de France à seulement 28 ans et militant depuis l'âge de 15. Cette nomination pourrait être annoncée ce week-end à Fréjus justement. Malgré sa jeunesse, il est désormais considéré comme un historique au sein du FN. Il conserve beaucoup d'admiration pour Jean-Marie Le Pen et s'était déclaré contre son exclusion. Marion Maréchal-Le Pen devrait également, selon Europe 1, jouer un rôle particulier dans cette campagne. Les fondamentaux du FN devraient donc être maintenus en avant :

1920411lpw-1920436-article-jpg_2980522_660x281"Marine Le Pen s’apprête à donner une démonstration de force ce week-end à Fréjus. La présidente du Front national tient dans la cité du Var son université de rentrée, et près de 2.000 militants sont attendus. Fréjus n’a pas été choisie au hasard, car son sénateur-marie, David Rachline, va tenir un rôle majeur dans sa campagne présidentielle. Selon les informations d’Europe 1, il va être officiellement nommé, samedi ou dimanche, directeur de campagn (...)

Mais la candidate compte aussi sur sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen. Qu’importe la liberté de parole de la députée du Vaucluse. Marine Le Pen le reconnaît, elle a besoin de cette diversité de profils pour rassembler un maximum d’électeurs."

Côté dédiabolisation et ouverture vers les électeurs plutôt réticents à voter FN et issus de l'électorat de François Hollande comme l'explique cette étude, la tâche de les convaincre de voter "Marine" sera confiée à des transfuges récents ou de nouvelles têtes :

"Marine Le Pen ne nommera aucun porte-parole, mais mettra en avant ses nouvelles recrues : un ancien fidèle d’Olivier Besancenot, Aurélien Legrand, un ex-cadre de l’UMP, Sébastien Chenu, un étudiant de Seine-Saint-Denis, Jordan Bardella."

Cela devrait rassurer Jean-Marie Le Pen, dont l'association Cotelec va continuer à financer le FN, mais cela pourrait aussi rassurer certains responsables FN qui ont fait le choix de rejoindre récemment le SIEL au détriment du FN, pour respecter l'interdiction de double appartenance, comme dans le Drôme ou en Bourgogne-Franche Comté...

Posté le 15 septembre 2016 à 12h25 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (15)

Jean-Frédéric Poisson : candidat pro-famille, souverainiste, anti-atlantiste

Extraits de l'intéressant portrait de Jean-Frédéric Poisson, réalisé par Le Point :

P"Jean-Frédéric Poisson se distingue nettement de tous les autres candidats à la primaire de la droite sur au moins huit points : président du PCD (Parti chrétien-démocrate) et à ce titre qualifié d'office, il n'a pas eu besoin de faire la course aux parrainages ; il est le seul représentant du courant souverainiste ; il est le seul à avoir travaillé en entreprise (consultant en relations humaines et cadre dans la métallurgie) ; il est le seul à ne pas être libéral ; il est le seul à avoir obtenu un doctorat en philosophie ; il est le seul à ne pas promettre 50, 80 ou 100 milliards d'économies sur les dépenses publiques ; il est le seul à être "un fils de chômeur" ; il est aussi le seul à être totalement inconnu du grand public... [...]

Dans sa vie, il a fait deux rencontres décisives : Dieu et Christine Boutin. "Je n'ai pas toujours été chrétien, je suis un converti, prévient-il. Les discours sur le mode la religion est contraire à la liberté, empêche de vivre, d'aimer... je les ai tenus, moi aussi." Et puis, un jour de janvier 1982, alors qu'il est en terminale, en classe de philosophie, la flèche du Tout-Puissant se plante dans son cœur : "Est venu à ma conscience qu'aussi petit que l'on soit, on est toujours aimé par le bon Dieu", lâche-t-il.

La rencontre avec Christine Boutin viendra plus tard, à l'occasion d'une conférence sur la bioéthique et le statut de l'embryon. Un thème sur lequel Poisson a produit une thèse de doctorat en philosophie. "J'ai mis mes connaissances à son service, précise-t-il. Ça ne devait être qu'une collaboration informelle et courte. C'est devenu une collaboration très formelle et longue." Pendant 10 ans, il sera en effet son directeur de cabinet, son alter ego. Une expérience dont il conserve de très bons souvenirs mais aussi le sentiment que le machisme de la vie politique française est immense. [...]

De tous les candidats à la primaire, c'est de Nathalie Kosciusko-Morizet dont il se sent le moins proche. Leur divergence sur le mariage gay (qu'il veut abolir purement et simplement) est, à ses yeux, rédhibitoire. Idem avec Juppé sur les questions d'islam et de laïcité. "NKM a une vision très ubérisée de la société", estime cet homme attaché aux traditions. Pour cette même raison, il se sent le plus proche d'Hervé Mariton, dont il ne partage pas, en revanche, les options libérales. "Moi, je suis pour l'économie du partage des richesses, le respect des partenaires sociaux. Pour ce qui est des autres, je me sens à équidistance car je suis le seul à ne pas avoir confiance dans le modèle européen actuel."

Sur l'Europe, il opte clairement pour une Europe des nations qui ne confierait à l'UE que les tâches essentielles : prise en charge des migrants, sécurisation des frontières extérieures, lutte contre la prévarication des acteurs américains du numérique... "Au lieu de se consacrer aux dossiers importants que les États ne peuvent résoudre seuls, l'Europe se mêle du nombre de champignons au centimètre cube dans le roquefort, du volume des chasses d'eau ou des surfaces en jachère agricole !" peste celui qui, avec une belle constance, a voté contre le traité de Maastricht, contre le traité de Lisbonne et contre le pacte de stabilité budgétaire présenté par François Hollande (alors que ses camarades de droite l'ont soutenu).

[...] ce gros bosseur a été rapporteur pour le contrôle parlementaire de l'état d'urgence. Ses calculs sont prêts : s'il est élu, il entend consacrer 2 milliards d'euros de plus par an à la justice, passer progressivement mais rapidement de 35 à 50 milliards d'euros sur le budget de la Défense, consacrer plusieurs autres milliards d'euros au relèvement des effectifs de police et de gendarmerie et rétablir le service national ("3 milliards d'euros par an mais bien plus de bénéfices sociaux", souligne-t-il). En bon élu local, il lui semble urgent de redonner aux collectivités locales les moyens de réinvestir.

[...] Autre différence notable avec ses concurrents de la droite : la dénonciation farouche de l'atlantisme de François Hollande et de ses concurrents de droite (un bémol pour Fillon). Une politique extérieure qu'il juge "catastrophique" mis à part les interventions militaires au Mali et en Centrafrique. "On pouvait difficilement être plus atlantiste que Sarkozy. Et pourtant, Hollande a réussi à gravir une marche de plus. C'est un exploit !" ironise-t-il. Poisson prône tout au contraire un renversement d'alliance à travers la signature d'un accord-cadre entre l'Union européenne et la Russie, ne serait-ce que pour mettre fin à cet embargo qui pénalise l'agriculture française."

Posté le 15 septembre 2016 à 08h54 par Michel Janva | Lien permanent

14 septembre 2016

Une vraie politique nataliste passe pourtant par la défense de la famille traditionnelle

Posté le 14 septembre 2016 à 20h35 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (18)

24 septembre : Cécile Edel interviendra au Forum de l'Union des droites à Orange

Pour vous inscrire, c'est ici.

Posté le 14 septembre 2016 à 20h24 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Nicolas Sarkozy est devenu climato-sceptique

Voici ce qu'il aurait déclaré devant des chefs d'entreprise :

"Cela fait 4 milliards d’années que le climat change. Le Sahara est devenu un désert, ce n’est pas à cause de l’industrie. Il faut être arrogant comme l’Homme pour penser que c’est nous qui avons changé le climat…"

La campagne des primaires commence fort. Nicolas Sarkozy a décidé de s'engager sur le politiquement incorrect et son entourage a prévenu que la campagne allait se jouer à droite toute et qu'ils allaient doubler Marine Le Pen sur sa droite... Bien évidemment personne n'est obligé de croire Nicolas Sarkozy...

Posté le 14 septembre 2016 à 18h21 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (18)

Les positions des candidats Républicains passées au crible !

PChers amis,

Quelles sont les vraies convictions des candidats Républicains à la primaire ?

Que pensent-ils vraiment, que feront-ils réellement ?

Pour le découvrir, Le Salon Beige et Liberté politique organisent, le 1er octobre à Paris, une importante manifestation à laquelle nous serions heureux que vous assistiez.

Plusieurs mesures du Manifeste de la dernière chance, que chaque candidat a entre les mains, seront présentées par des experts de la société civile. Parmi celles-ci :

  • la souveraineté de la France au sein de l’Europe,
  • le rétablissement de l’ordre public,
  • la maîtrise de l’immigration, 
  • le combat contre la radicalisation islamiste,
  • la normalisation du temps de travail et l’uniformisation des régimes de retraite,
  • la ré-industrialisation de la France,
  • la protection de la famille traditionnelle et de la vie,
  • la liberté réelle d’enseignement,
  • la liberté d’expression,
  • le recours au référendum d’initiative populaire.

Voici les modalités pratiques de cette manifestation :

La date : Le samedi 1er octobre, à partir de 14h30. Réservez dès à présent cette date dans vos agendas !

Le lieu : Centre Malesherbes 108, boulevard Malesherbes -- 75017 Paris

Les inscriptions : Pour s’inscrire et accéder au programme, c’est ici

Nous comptons sur votre présence ! Bien cordialement.

François Billot de Lochner- Liberté politique

Guillaume de Thieulloy - Le Salon Beige

Posté le 14 septembre 2016 à 15h43 par Le Salon Beige | Lien permanent

Au secours ! Les Identitaires ouvrent un bar privé à Lille

14224937_827352247400798_616310669966824178_nC'est l'émoi à Lille :

"Bienvenue à la Citadelle : le bar/salle de boxe de rue/bibliothèque/cinémathèque de la branche nord ("Flandre-Artois-Hainaud") du groupe  qui ouvrira ses portes à Lille le 24 septembre. Le groupe qui se pose en "mouvement politique qui défend l'identité de la France et de l'Europe, menacées par l'immigration et l'islamisation" aura pignon sur rue. Contacté par Marianne, Aurélien Verhassel, responsable de Génération identitaire dans cette région, parle de la Citadelle comme d'une "place forte de la culture flamande". Pour siroter peinard une bière identitaire encore faudra t-il avoir payé sa cotisation à l'association La Citadelle créée spécialement pour que le lieu puisse rentrer dans le cadre de la loi de 1901.

904251300_B979656513Z_1_20160909184835_000_GGE7IPCLR_3-0Martine Aubry est très inquiète et soutient la pétition vient d'être lancée mais explique qu'il est impossible d'empêcher l'ouverture de ce lieu privé légalement autorisée par la préfecture :

«Beaucoup de gens ont signé [la pétition], je trouve cela plutôt bien, ça prouve que les citoyens réagissent. C'est un club privé, géré par une association autorisée. Si on constate des troubles, des provocations, ou des atteintes à la loi, on répondra. Ça ira du PV, jusqu'à la fermeture. On va être extrêmement attentifs."

En revanche, les journalistes trouvent très bien qu'il existe des bars gays. Avec un peu d'objectivité, il suffit de remplacer le mot gay par celui d'identitaire et ça donne l'extrait suivant : 

"Le bar gay identitaire (1/6): Pourquoi les bars gays et lesbiens identitaires sont importants

Je me rappelle encore le frisson de peur et d’excitation que j’ai eu en m’y aventurant les premières fois, la jubilation de découvrir d’autres gays et lesbiennes identitaires (...) Ces bars sont mon patrimoine culturel et politique (...) 

Le bar gay ou lesbien identitaire est un refuge pour les jeunes de la communauté, seul endroit où ils ont «la liberté d'être entièrement gay identitaire» (...) Le bar est l’endroit où trouver ses semblables. Un ami m’a raconté: «Vers mes 20 ans, j’ai formé une sorte de famille de bar: des gens avec qui je discutais, buvais un coup (...) bref avec qui je m’échappais du quotidien (...) Pour un jeune solitaire et curieux, un de ces établissements peut être la porte d’accès à un monde radicalement nouveau (...)

Pourtant, les descentes de police restaient fréquentes. Les flics les organisaient (...) parce que les bars violaient la loi un peu trop effrontément, soit, dans une année électorale parce que la mairie souhaitait se faire mousser dans la presse."

En fait, c'est facile le journalisme : il suffit de s'offusquer avec tout le monde et de faire des copier-coller !

Posté le 14 septembre 2016 à 11h47 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (7)

Union de la droite : Jacques Bompard encourage le vote pour Jean-Frédéric Poisson aux primaires

Posté le 14 septembre 2016 à 11h08 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (16)

Union de la droite : nous n'avons pour nous que le nombre

De Gabrielle Cluzel sur Boulevard Voltaire :

A"L’opération a pour nom Voscouleurs. Des organisateurs, on ne sait rien, à dessein, sinon qu’ils sont, comme ils disent, « des amoureux de la France ». Cet anonymat les préserve, pensent-ils, de toute récupération. Leur objectif ? « Jeter le poids du peuple de droite dans la balance. » Rassembler la droite de conviction, tant qu’il en est encore temps. S’il en est encore temps. « Vous savez qu’on ne peut plus attendre, dans 5 ans il sera trop tard, cette présidentielle est la dernière avant la tempête » lit-on sur leur teaser, tandis que défilent les livres La France qui tombe, Le suicide français ou encore Soumission. À Philippe de Villiers, Marion Maréchal-Le Pen, Jean-Frédéric Poisson, Laurent Wauquiez, François Fillon, Henri Guaino, Nicolas Dupont-Aignan, Hervé Mariton, ils lancent « un appel solennel par une grande pétition, et les invitent à se réunir au mois de novembre pour réaliser l’union des droites, désigner leur candidat unique, et définir le programme commun, qui redressera la France en 2017 ».

Oui, je sais : tout cela sent un peu le bis repetita. Au mois de mai dernier, le Rendez-vous de Béziers a tenté le même rassemblement, a initié le même rapprochement, a voulu faire tomber les mêmes murs, a convié peu ou prou les mêmes personnalités. Oz ta droite, leur a-t-on dit, c’est-à-dire pose ton ego, oublie ta boutique, mets de côté tes calculs politiciens, cours le risque d’unir tes forces à celles d’un autre, au risque de voir celui-ci arriver avant toi à l’Élysée si le bien commun l’exige.

Mais la vérité est que l’on veut bien coucher dans le même lit, à condition de tirer la couverture à soi.

Oui, je sais : il y a justement un grand absent de ce casting, c’est Robert Ménard. Et cet oubli est étonnant. Qui pourrait nier qu’il a donné, en pionnier, les premiers coups de pioche dans ces murs qui cloisonnent et empoisonnent la droite, avec l’énergie enthousiaste et kamikaze qu’il met en toutes choses, au risque de se prendre au passage quelques parpaings sur la tête ?

Oui je sais : il y a aussi, a contrario, un grand présent non moins surprenant, qui porte nom de François Fillon, dont l’adoubement par Sens commun ne saurait faire oublier – pour ne parler que d’elle – l’inséparable copine Roselyne Bachelot, difficilement miscible, on en conviendra, dans la droite de conviction.

UJe sais tout cela. Mais je sais aussi que je ne veux pas être celle qui ricane « Te fatigue pas, Monique, ton truc ne fonctionnera jamais » en continuant de se vernir les ongles des doigts de pied. Que je ne veux pas entendre mes enfants me dire, dans 20 ans : mais que bricoliez-vous donc, en 2017, quand il était encore temps de se bouger, que les équilibres démographiques n’étaient pas encore inversés, que la guerre civile n’était encore que larvée, qu’il restait encore un peu de notre prospérité à conserver, de notre sérénité à préserver, de notre identité à sauver ?

Qu’à trop espérer la perfection, le comte de Chambord attend toujours, six pieds sous terre, son drapeau blanc.

Que lors des manifs pour tous, preuve a été faite que nous autres, piétaille dite « de droite conservatrice » ontologiquement docile, n’avons pour nous que notre nombre. Notre entêtement poli. Notre inlassable énergie, tels des paysans vendéens, pour aller tirer de leur lit – en nous y reprenant à plusieurs fois – nos politiques par les pieds, et les forcer à porter… nos couleurs. Certains préféreront rester avec couardise sous la couette. Tant pis pour eux ! Mais que les autres se lèvent enfin et le fassent savoir. Cette pétition leur en donne l’occasion."

Posté le 14 septembre 2016 à 09h27 par Michel Janva | Lien permanent

Aide au Logement : nouvelle attaque financière contre les familles

Ce gouvernement ne manque pas d'imagination.

Un projet de décret a été présenté en début de semaine au Conseil National de l'Habitat pour instaurer la prise en compte du patrimoine dans le calcul des aides personnalisées au logement. Cette prise en compte est prévue par les articles 140 et 143 de loi de finances pour 2016 et l'entrée en vigueur serait toujours bien fixée au 1er octobre 2016.

La Confédération nationale du logement estime que cette mesure va "fragiliser les familles" et "les épargnants populaires".

A"Le gouvernement projette d’introduire dans les bases de calcul de l’APL, le patrimoine des familles dépassant 30 000 €. Livrets d’épargne et biens immobiliers en résidence secondaire seront ainsi réintégrés dans la base de calcul pour l’attribution de l’aide.

Les épargnants populaires seront touchés par cette mesure, une façon déguisée de « refiscaliser » les seuls placements financiers qui ne le sont pas, comme le livret A ou le livret d’épargne populaire. La CNL demande donc à la ministre du Logement d’exclure ces livrets du calcul du patrimoine.

De plus, les familles qui possèdent une résidence secondaire, par exemple, héritée, verront leurs aides baisser, alors que du fait de leur situation professionnelle, elles ne peuvent souvent pas en faire une résidence principale.

La CNL a voté contre ce projet de décret présenté hier lors du Conseil national de l’habitat."

C'est un nouveau coup de rabot, puisque depuis le 1er juillet dernier, une mesure de dégressivité fait déjà diminuer le montant des APL au-delà d’un certain niveau de loyer.

Posté le 14 septembre 2016 à 09h22 par Michel Janva | Lien permanent

Eric Ciotti veut rétablir le service national mais ne voulait pas le faire en 1991

Je soulignais dans mon post d'hier que beaucoup de personnalités politiques réclamant par démagogie le rétablissement du service national ne l'avaient pas fait eux-mêmes. Le Canard enchaîné révèle aujourd'hui qu'Eric Ciotti (LR) non seulement ne l'a pas fait mais avait demandé un appui auprès de François Fillon en 1991 pour en être exempté. Et bien sûr, Eric Ciotti est un partisan du rétablissement du service national :

Eric-ciotti"Eric Ciotti a-t-il tenté de se soustraire au service militaire ? Oui à en croire une lettre datée du 24 janvier 1991 et reproduite dans le Canard Enchaîné du jour. Un jeune député RPR nommé François Fillon y plaide sa cause auprès du ministre de l'Intérieur de l'époque, Jean-Pierre Chevènement. "Une pratique alors très courante chez les parlementaires", se dédouane aujourd'hui François Fillon, qui assure par ailleurs ne pas se souvenir de ce courrier. 

En 1991, Eric Ciotti a 25 ans et achève son cycle à Science Po. Mais s'il a pu obtenir plusieurs reports de son service militaire en raison de ses études, l'échéance approche et devient de plus en plus inéluctable. C'est à ce moment que Christian Estrosi, déjà député RPR des Alpes-Maritimes, entre en jeu : Eric Ciotti est son assistant parlementaire. Il demande à François Fillon s'il peut en toucher un mot au ministre de la Défense - et donc patron des armées- Jean Pierre Chevènement

"Cher ami", écrit François Fillon, dans une lettre datée du 24 janvier 1991. "Mon collègue Christian Estrosi vient d'attirer mon attention sur la situation de son assistant parlementaire, le jeune Eric Ciotti..." Le courrier tombe mal : le 29 janvier, Jean-Pierre Chevènement démissionne, sur fond de désaccord lié à la guerre en Irak. Eric Ciotti fera-t-il pour autant son service militaire ? Non, admet-il à l'hebdomadaire satyrique : "ma femme est tombée enceinte. J'ai fait une demande de dispense au titre du soutien de famille et je l'ai obtenue"."

CrMuTNxXYAA3ROCDe son côté, Marion Maréchal-Le Pen a déposé un dossier de candidature pour devenir officier de réserve au sein du 21ème RIMa et attend la réponse du ministre de la Défense de pied ferme. Le dernier député a avoir entrepris une telle démarche doit sans aucun doute être....son grand-père Jean-Marie Le Pen qui avait rejoint la Légion en Indochine puis en Algérie alors qu'il siégeait au palais Bourbon.

Peut-être que François Fillon pourrait la pistonner ?

Posté le 14 septembre 2016 à 08h32 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

Union des droites : il y a encore du travail

MLu dans Minute :

"Annoncé comme l’un des orateurs du Forum de l’union des droites qui se tiendra à Orange le 24 septembre sous l’égide de la Ligue du Sud de Jacques Bompard, Robert Ménard ne figure plus au programme de cette réunion publique. Dès l’annonce de sa venue, le Front national lui a fait savoir, « gentiment mais fermement », que, s’il ne voulait pas que ses relations avec le FN se dégradent un peu plus, il n’était pas « opportun » qu’il se rende chez Bompard à une semaine de l’élection départementale partielle d’Orange qui voit s’opposer les candidats du FN et ceux de la Ligue du Sud. Résultat : le maire de Béziers s’est désisté…"

Posté le 14 septembre 2016 à 08h13 par Michel Janva | Lien permanent

Ceci n'est pas une mosquée !

Il s'agit d'un centre culturel et c'est pour cette raison que la municipalité socialiste a financé le projet à hauteur de 150 000 €

CsN3xDlWcAABjQr

Posté le 14 septembre 2016 à 07h55 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (1)

Barbara Mazières : "Le vote utile, on en crève depuis 40 ans !”

Sans-titreBarbara Mazières, exclue récemment du FN pour sa proximité avec la Manif pour Tous et dune soi-disant proximité avec Jean-Marie Le Pen, répond aux questions de Nouvelles de France. Extraits :

Barbara Mazières, vous appelez vos amis du Maine et Loire à se rendre à la réunion publique de Jean-Frédéric Poisson le 28 septembre prochain à Aangers. Avez-vous rejoint le PCD ?

Non (...) Il faut que nous sortions nous même de la logique partisane (...) Je ne crois pas que notre salut viendra d’un parti politique. Il faut donc voter pour des femmes ou des hommes, en fonction de leurs convictions, de leurs idées, de leurs programmes, pas pour des étiquettes politiques. Je le répète, je suis pour une politique 2.0. A ce sujet, je suis ravie de la signature du manifeste de l’union des droites. Ce manifeste propose une union, dans le respect des différences de chacun, dans une véritable logique 2.0, a-hiérarchique, une logique holistique opposée à la logique panoptique et étouffante des partis traditionnels.

Les primaires de la droite qui auront lieu les 20 et 27 novembre prochains sont comme les premiers des quatre tours de l’élection présidentielle. Cette élection permet de voter selon nos convictions, sans se soucier de vote utile. D’ailleurs, le « vote utile » on en crève depuis 40 ans ! C’est par ce vote utile, que, de compromission en compromission, nous en sommes là aujourd’hui.

Donc, constatant les candidats en lice, il me parait naturel de soutenir Jean-Frédéric Poisson, seul candidat réellement proche de mes convictions.

Pourquoi soutenir Jean-Frédéric Poisson, plus que Hervé Mariton, lui aussi fidèle à la LMPT ?

RmLy5c_BM. Mariton a certes la même position que beaucoup d’entre nous sur le problème du mariage, mais il est très atlantiste et cela me pose un sérieux problème. Je suis pour retrouver notre souveraineté et pour la sortie de l’OTAN, je suis pour un rapprochement avec la Russie et la construction d’une Europe des peuples libres, fière de ses racines chrétiennes. Ce sont des points de désaccords fondamentaux avec M. Mariton.

Jean-Frédéric Poisson, au contraire, a une vision lucide sur le sujet. Par ailleurs j’ai apprécié son soutien au peuple Serbe de Bosnie et du Kosovo victime de l’axe atlantiste allié de l’islam radical. La politique actuelle installe des véritables états islamistes en Europe, avec le soutien de nos soit disant alliés atlantistes. La Bosnie est devenue aujourd’hui un véritable laboratoire de l’islamisation de l’Europe, je salue la lucidité de Jean-Frédéric Poisson sur ce sujet. Sur la ligne économique, entre la ligne étatiste du Front National et la ligne ultra-libérale de M. Mariton, je suis sur la ligne catholique sociale de M. Poisson (...)

Aux présidentielles, pour qui voterez-vous ?

Mon choix n’est pas fait. D’abord parce que nous ne connaissons pas la liste exacte des candidats en lice. Ensuite parce que j’attends les programmes des différents candidats, notamment celui de Marine Le Pen.

Je suis pour la défense de notre souveraineté. Mais la souveraineté n’est pas une fin en soit. Retrouver notre souveraineté dans un état marxiste et laïciste ne m’intéresse pas. Je suis pour la défense de notre identité et de nos libertés, thèmes repris dans le manifeste de l’union des droites et chers à mon ami Karim Ouchikh (...)

Mais pour moi il faut surtout convaincre les futurs candidats à l’élection présidentielle d’abolir la loi Taubira. C’est un enjeu de société. En effet, nous subissons, dans le régime actuel, l’effet cliquet utilisé par la gauche au pouvoir (...) On ne revient pas sur des réformes déjà mises en place (...) elles sont des acquis sociaux définitifs. Ainsi, (...) l'alternance gauche-droite ne sert à rien, la droite ne faisant qu’une pose permettant au peuple d’assimiler les « avancées » de la gauche.

Il faut que nos amis comprennent en quoi il est important d’abroger la loi Taubira. Outre le fait que c’est objectivement une loi mauvaise et néfaste, l’abroger serait comme un coup de tonnerre dans le ciel républicain : la droite reprendrait l’offensive sur les sujets de société, du jamais vu depuis mai 1968, et même depuis la révolution (...)"

Posté le 14 septembre 2016 à 07h36 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

13 septembre 2016

Retour du service national : une démagogie électoraliste à 6 milliards par an !

Il est intéressant de noter que la plupart des personnalités politiques qui proposent le retour du service national sous une forme ou une autre ne l'ont pas effectué eux-mêmes. Jean-Dominique Merchet explique sur son blog pourquoi il s'agit d'une promesse intenable et donc démagogique :

"Nostalgie, nostalgie. Vingt ans après la fin de la conscription, Nathalie Kosciusko-Morizet, Arnaud Montebourg, Xavier Bertrand, Jean-Pierre Chevènement ou Marine Le Pen se prononcent en faveur du retour du service militaire obligatoire. D’autres, dont François Hollande et Nicolas Sarkozy, tentent de le réinventer sous diverses formes, dans l’idée que les recettes d’hier pourraient répondre aux nécessités d’aujourd’hui (...)

Les militaires observent cela avec circonspection, craignant des coûts faramineux. L’opinion, pourtant, y semble favorable (...)

Rien à voir avec un retour à la conscription, sachant qu’une classe d’âge, c’est 800 000 jeunes - on voit mal comment les filles pourraient désormais échapper à une obligation pesant sur les garçons. Certes, ce chiffre inclut des étrangers ou de jeunes inaptes, mais il s’agirait quand même de centaines de milliers de jeunes chaque année. Or en 2016, l’armée de terre doit faire un effort important pour former... 14000 engagés volontaires. Avec la « réduction du format » ces dernières années, il n’y a plus ni casernes, ni cadres pour accueillir des appelés. En 2008, l’ancien ministre de l’Education Luc Ferry avait chiffré le coût d’un service obligatoire à environ 5 milliards par an, alors que le budget annuel de la réserve opérationnelle est actuellement de 127 millions (...)

Le service civique, lui, séduit plutôt des jeunes qualifiés (...) Sans le rendre obligatoire, François Hollande entend le « généraliser ». Mais ce n’est pas gratuit. En 2014, la Cour des comptes estimait que «100000 contrats représenteraient un coût pour l’État de l’ordre de 750 millions ». Pour une classe d’âge entière, ce serait donc 6 milliards par anLa conscription, civile et militaire, n’est sans doute pas prête d’être rappelée sous les drapeaux."

Ils vont finir par nous faire regretter François Mitterrand et Jacques Chirac...

Posté le 13 septembre 2016 à 19h25 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (10)

Ligatchev, ex-secrétaire du comité central à l'agriculture de l'URSS, conseille la communication du ministère de l'Intérieur

Selon Xavier Raufer :

I"Cet imposant membre du politboro soviétique fut l'ultime secrétaire du comité central (ministre) à l'agriculture de l'URSS, juste avant que celle-ci ne s'effondre. Ligatchev régnait alors sur des organes aussi exaltants que le GOSAGROPROM, comité d'Etat pour le complexe agro-industriel. Et voici notre révélation : le robuste nonagénaire qu'est aujourd'hui Ligatchev a rempilé. Discrètement, il conseille aujourd'hui la communication de notre ministère de l'Intérieur. Incroyable ? A tout prendre, non : car la sécurité en France et l'agriculture soviétique des années 1980 sont toujours plus désastreusement semblables - et le talent de Yegor Ligatchev pour tenter de camoufler la seconde faillite après la première est, de fait, le bienvenu.

Mais parlons d'abord du désastre. Nous verrons ensuite ce qu'on fait au niveau officiel pour que le bon peuple l'ignore. Direction la crèche criminelle de Marseille et tous ses santons de l'aveuglement et du déni. Marseille où dans divers quartiers "les trafiquants [de drogue, bien sûr] sont dans le hall d'entrée avec des kalachs" ; Marseille où, du fait de guerres de gangs, ça tombe comme à Gravelotte. "Août sanglant à Marseille", titrent les journaux. Marseille où des habitants excédés du XVe arrondissement attaquent un camp de Roms à la "bombe artisanale" ; Marseille où, à peine installé, le nouveau directeur sportif de l'OM est cambriolé deux fois de suite. On en passe tant et plus, pour ne pas lasser le lecteur. Marseille dont le maire émerge parfois d'une sorte d'absence pour bêler que sa ville "n'est pas Chicago" ; Marseille où de taquins bandits s'entretuent après chacune des escales touristiques-sécuritaires du ministre de l'Intérieur, venu dire que tout va mieux, à coup de statistiques artistiquement travaillées (la patte de Ligatchev...). Marseille surtout, et son (involontairement) comique préfet de police. A chaque homicide, les pieds dans le sang, parmi les étuis de balles de kalach', le préfet énonce la ligne du Parti (Ligatchev, encore) : "ça aurait pu être pire... Il faut rester prudent... Marseille n'est pas à feu et à sang"... [...]"

Posté le 13 septembre 2016 à 18h00 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > France : Politique en France

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Politique en France