01 octobre 2014

Une loi, à peine promulguée, déjà remise en cause

Et c'est un député de gauche qui le dit.

Le socialiste Sébastien Denaja, rapporteur de la loi sur l'égalité femmes-hommes à l'Assemblée, 4e vice-président du groupe PS, a demandé le "respect" du texte tout récent qui a déjà réformé le congé parental.

"La loi du 4 août prévoit des expérimentations et l'élaboration de décrets. La sagesse commanderait donc de laisser à cette loi la possibilité d'être mise en oeuvre, puis d'être évaluée avant d'être modifiée si cela était jugé nécessaire".

"[M. Denaja] comprend évidemment les contraintes budgétaires qui pèsent sur les choix gouvernementaux, mais il semble quelque peu surprenant qu'une loi, à peine promulguée, soit remise en cause avant même d'avoir produit ses effets".

La loi égalité femmes-hommes, qui entre en vigueur au 1er octobre, a prévu de porter le congé de six mois à un an maximum pour un premier enfant si les deux parents le prenaient. Il devait rester de trois ans maximum à partir de deux enfants, mais à condition que le second parent prenne six mois.

Le gouvernement envisage d'accroître ce partage à partir du 2e enfant. Le nombre de mois à prendre par le second parent pour éviter que le congé soit raccourci devrait être déterminé par décret.

Le gouvernement fait 2 pas en avant de façon à se laisser la possibilité de faire un pas en arrière en cas de succès de la manifestation de dimanche.

Posté le 1 octobre 2014 à 09h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

Ou est donc l’ultra-libéralisme français ?

Lu dans Les 4 vérités

"Ou est donc l’ultra-libéralisme français ?

  • Avec 25 % d’emplois étatiques, coûteux et peu productifs…
  • Avec 48 % de prélèvements obligatoires…
  • Avec 58 % de dépense publique (n° 1 mondial)…
  • Avec 4 ou 5 % d’augmentation annuelle de la dette publique…
  • Avec 200 milliards de charges de plus que l’Allemagne…
  • Avec au moins 7 niveaux d’administrations, sources de gaspillages et de fromages républicains…
  • Avec des déficits permanents de l’État, de la Sécu, des Assedic, du commerce extérieur, des retraites…
  • Avec un code du travail de 1 200 pages et une multitude de réglementations qui paralysent notre économie et brident nos libertés…
  • Avec des impôts et des taxes en folie…

Notre bien-pensance médiatique diffuse un socialisme rampant qui donne un pouvoir quasi absolu aux fonctionnaires et à l’État-providence. Ce qui engendre une politique définie par des élus fonctionnaires, pour des fonctionnaires, mise en musique par des fonctionnaires. Avec, pour résultat, une sphère étatique qui ne cesse de gonfler ses troupes aux dépens du privé contraint à dégraisser, à délocaliser ou à déposer le bilan ! Les caisses sont vides. Les structures sont irréformables et coûteuses. Les cercles alter-mondialistes et gauchistes, bien que très minoritaires, influencent nos politiques. Démagogie et manque de courage sont devenus la règle commune de la droite comme de la gauche, ce qui explique le retard français à adopter des réformes de structure indispensables. Nos fameux « acquis sociaux », responsables de nos dettes abyssales et cadeaux empoisonnés de nos égoïsmes pour les générations futures, sont désormais en péril. Malgré notre exception française (que, bizarrement, personne ne copie !), le mouvement libéral est, selon moi, irréversible, car il trouve ses racines dans la nature profonde de l’homme. Avec des règles sociales justes, responsables et raisonnables, il permettrait enfin la naissance d’une économie libérée, stimulée par une concurrence loyale, source de progrès, de solidarité, dans une égalité réelle entre tous les citoyens."

Posté le 1 octobre 2014 à 07h26 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

30 septembre 2014

Le député Yannick Moreau appelle à manifester dimanche

Yannick Moreau, député de la Vendée et membre de l’Entente parlementaire pour la Famille, participera à La Manif Pour Tous du 5 octobre prochain et appelle tous les Vendéens à s’y rendre :

« Les grandes manifestations organisées en 2013 et 2014 par La Manif Pour Tous ont permis de stopper un certain nombre de projets dangereux voulus par un gouvernement idéologue ».

« Présent à toutes les manifestations en Vendée comme à Paris, j’appelle les Vendéens à revenir aussi nombreux que les fois précédentes ce dimanche 5 octobre. L’enjeu est tout aussi important : rappeler que le corps humain n’est pas une marchandise et que nous refusons toute exploitation du corps de la femme. Il faut être fermes, pacifiques et déterminés pour dire clairement NON à toute pratique de GPA (mères porteuses). Il s’agit de l’intérêt supérieur de l’enfant ».

« Réduire le congé parental ou la prime de naissance sont autant d’attaques contre les familles et contre le dynamisme de notre pays ».

Le député Yannick Moreau, qui participera à une réunion de l’entente parlementaire pour la Famille le 1er octobre à l’Assemblée nationale, vient de déposer une question écrite à plusieurs ministres concernant le double discours du Gouvernement sur la GPA. 

Selon lui « en participant nombreux à La Manif Pour Tous de dimanche, nous enverrons un message à François HOLLANDE mais aussi à nos responsables politiques de droite ».

Posté le 30 septembre 2014 à 21h00 par Michel Janva | Lien permanent

Le diocèse de Fréjus-Toulon appelle à manifester le 5 octobre

Reçu par mail :

Chers amis,

Dès le mois d’octobre 2012, l’OSP de Frejus Toulon avait apporté son soutien au grand mouvement citoyen naissant, encourageant la pétition portée par le Collectif Tous pour le Mariage. Si les grandes manifestations de l’année 2013 n’ont pas pu éviter le vote de la loi Taubira, elles ont permis l’éclosion de multiples initiatives et accompagné le premier engagement politique d’une nouvelle génération.

Les conséquences de la Loi Taubira

Une nouvelle Manifestation est organisée le 5 Octobre prochain, à l’appel de La Manif pour Tous. Ce qui a fait la force de ce mouvement tient dans le fait qu’il n’est pas né de la défense d’intérêts ou d’avantages particuliers. Il s’agissait de pouvoir rappeler que le mariage repose bien sur la complémentarité homme/femme et que tout enfant ne pouvait être privé arbitrairement d’un père ou d’une mère. Il était aussi question de signaler les risques d’autorisation de Procréation Médicalement Assistée pour les couples de même sexe et du développement de la pratique des Mères porteuses.

Non à la fabrication d’orphelins par la PMA

Par deux avis rendus le 22 septembre, la Cour de cassation confirme l’idée selon laquelle la loi Taubira autorisant le mariage entre personnes de même sexe n’avait d’autre but que de permettre aux couples de même sexe d’accéder à l’enfant au moyen détourné de l’adoption. Ainsi, « le recours à la PMA à l’étranger n’est pas un obstacle à ce que l’épouse de la mère puisse adopter l’enfant ainsi conçu ». Le contournement de la loi est encouragé et on va délibérément « fabriquer » des orphelins de père vivant.

Le corps de la femme n’est pas à louer : pour l’abolition réelle de la GPA

Comment ne pas réagir vigoureusement à l’encouragement implicite de la GPA (Gestation pour Autrui) à travers la circulaire Taubira, facilitant la naturalisation d’enfants nés à l’étranger par ce moyen. C’est tolérer que le corps de la femme puisse être loué et faire l’objet d’un contrat, c’est accepter que les plus pauvres en soient réduits à cette forme d’esclavage moderne, c’est banaliser la marchandisation du corps humain. La France n’a d’ailleurs pas fait appel de sa condamnation par le CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme) sur cette question. Il est urgent de mettre fin à cette pratique !

Non à l’utilisation idéologique du concept de genre à l’école

Comment enfin ne pas être préoccupé face à la volonté du gouvernement de persévérer dans son travail de déconstruction de l’école ? Sous couvert d’une action pour l’égalité garçons-filles, c’est un véritable travail idéologique expérimental qui se met en place. A l’heure où la question de l’identité sexuelle est cruciale, on préfère oublier les différences à l’aide de programmes et de supports pédagogiques discutables. Que l’école retrouve sa vocation première de transmission d’un savoir et qu’elle respecte les convictions des parents, premiers éducateurs de leurs enfants !

Pour toutes ces raisons, l’Observatoire Socio Politique du Diocèse de Frejus Toulon se réjouit de toutes les initiatives destinées à défendre et promouvoir la dignité de la personne humaine et encourage toujours ceux qui, prenant leurs responsabilités de citoyens et de chrétiens, s’engagent au service du bien commun.

Renseignements pratiques sur http://www.lamanifpourtous.fr/

P Louis-Marie GUITTON
Responsable de l'OSP
Coordinateur de « Tous pour le Mariage »

Posté le 30 septembre 2014 à 19h32 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

Combien de ministres ou de parlementaires masculins ont déjà pris un congé parental ?

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, déclare :

« Nous appelons les familles de France à réagir en venant dénoncer la déconstruction de la famille dimanche prochain à Paris et Bordeaux. Après la filiation avec les conséquences de la loi Taubira (PMA pour les couples de femmes et GPA – Gestation Pour Autrui – c’est à dire les mères porteuses), c’est la famille qui est de nouveau dans le viseur du gouvernement. Il est temps de dire STOP ! ».

Après avoir déjà, entre autres mesures aberrantes,

  • abaissé le plafond du quotient familial (avec la conséquence que plus la famille a d’enfants, plus la hausse d’impôt est importante…)
  • réduit le congé parental de 6 mois,

le gouvernement Valls 2 poursuit avec acharnement sa déconstruction de la politique familiale :

  • prime de naissance divisée par trois à partir du 2e enfant,
  • baisse sous conditions de l’allocation de « complément de mode de garde »
  • répartition obligatoire entre les deux parents du congé parental.

« Arrêtons l’hyprocrisie ! Combien de ministres ou de parlementaires masculins ont déjà pris un congé parental ? »

« Peut-on appeler cela « modernisation de la politique familiale » comme le fait Marisol Touraine ? La réponse est NON. Nous invitons les Français à se mobiliser dimanche prochain pour adresser un message au gouvernement : il est temps d’arrêter les mesures conduisant à fragiliser la famille. Bien au contraire, il faut être audacieux pour la protéger puisqu’en période de crise, c’est justement elle, la famille, qui nous protège ».

Posté le 30 septembre 2014 à 17h36 par Michel Janva | Lien permanent

Un opposant à la loi Taubira à la tête du Sénat ?

Gérard Larcher est assuré d'être élu demain président du Sénat. Il a été élu lors de la primaire UMP avec 80 voix, contre 56 pour Jean-Pierre Raffarin et 7 pour Philippe Marini.

Gérard Larcher s'était exprimé contre la dénaturation du mariage, et l'adoption par deux personnes de même sexe.

Et il avait même participé à la Manif pour Tous.

Si l'élection de Gérard Larcher à la présidence du Sénat se confirme, le deuxième personnage de l’État (après le Président de la République) sera donc ouvertement contre la dénaturation du mariage.

Posté le 30 septembre 2014 à 17h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

Les familles ne doivent pas payer pour les coupables

Communiqué du député Jacques Bompard :

"Dans son ironique discours du Bourget François Hollande clamait combien il comptait s’en prendre au monde de la finance. Avec lui la cohorte des économistes de Gauche nous rappelaient ce que les patriotes affirment depuis toujours : le cosmopolitisme financier ne nourrit que les oligarques et les intérêts égoïstes plutôt que de soutenir les familles de France.

Mais rapidement les gouvernements Hollande ralentissent toutes les initiatives qui voulaient mettre la finance au pas : de la taxe sur les transactions financières européennes aux tenants d’une vraie séparation entre banques d’affaires et de dépôts. Après leur sauvetage, les banques n’eurent donc aucune contrepartie à payer pour leurs excès.

Aussi devant la lâcheté ou la complicité de notre exécutif, ces familles finirent d’espérer : elles comprirent aisément qu’elles n’auraient d’autre service politique que le harcèlement fiscal et la haine de ce qu’elles représentent.

La trahison socialiste ne pouvait s’arrêter là. Il lui fallait davantage de subsides. Aussi décida-t-elle de faire peser sur ces familles le prix d’un effort qu’il revenait aux grands organismes financiers de payer.

Ainsi dans le projet de budget initial pour la sécurité sociale présenté par le ministre de la Santé, la prime à la naissance sera divisée par trois à partir du deuxième enfant. Les allocations familiales majorées ne seront plus versées qu’à partir de 16 ans et non 14 comme avant. En tout l’Etat veut économiser 700 millions d’euros sur le dos des familles. Une bagatelle devant ce qu’il accorde quotidiennement d’échappatoires et de manque à gagner auprès de cette grande finance qui devait être son ennemi.

Le congé parental, enfin, est gravement mis en danger. Visiblement la haine de la nature l’emporterait encore sur la réalité des difficultés des familles françaises puisqu’il s’agirait de forcer les hommes à prendre un congé maternité.

Si l’argent des familles de France ne semble pas avoir d’odeur pour nos prétendus gestionnaires, leur colère mérite d’être bruyante. Entre les attentats à la pudeur encouragés dans l’enceinte scolaire examinée en ce moment au Conseil d’Etat, les gazages récurrents lors des rassemblements pacifiques de la manif pour tous,  et les déclarations d’idéologues fanatiques qui effraient la société rien n’aura été épargné aux défenseurs de la cellule de base de notre société.

J’encourage donc l’ensemble de mes compatriotes à se rendre à la grande manifestation du 5 octobre. Non au saccage du mariage ! Non à la marchandisation de la procréation par la PMA, la GPA et les mères porteuses ! Non à l’endoctrinement de nos enfants par les délires des théories du genre ! Non enfin au pillage des familles par lâcheté politique !"

Posté le 30 septembre 2014 à 17h26 par Michel Janva | Lien permanent

Le FN appelle à manifester dimanche

Communiqué de Nicolas Bay, secrétaire général dajoint du parti :

"Résolument opposé à la PMA et à la GPA et souhaitant l’abrogation de la loi Taubira, le Front National invite ses militants, adhérents et électeurs qui souhaitent participer à la Manif pour tous du 5 octobre à Paris à rejoindre la délégation des élus et cadres du FN qui seront présents. Rendez-vous dimanche 5 octobre à 13h - Porte Dauphine, devant la gare RER C, face à l’université Paris Dauphine. Les élus sont invités à porter leurs écharpes.

Posté le 30 septembre 2014 à 17h21 par Michel Janva | Lien permanent

Guillaume Peltier veut imposer la parité public-privé aux partis politiques

Interrogé ce matin sur BFM TV et RMC, Guillaume Peltier, Vice-Président de l'UMP a évoqué la Manif pour Tous ainsi que la loi Taubira, comme l'a déjà indiqué Michel. Il a aussi proposé d'instaurer une parité Public/Privé dans les partis politiques, et notamment à l'UMP:

«Notre classe politique souffre d'une surreprésentation de la haute fonction publique. Le jour où vous aurez plus d'agricultures, d'artisans, de commerçants et d'entrepreneurs dans le monde politique (…) notre pays se portera bien mieux». 

Il espère que cette proposition sera reprise par Nicolas Sarkozy.

Si cette parité n'est pas respectée à l'Assemblée Nationale, elle s'en approche puisque 45% des députés sont issus du secteur privé. Toutefois, pour être représentative de la population française, ce ne sont pas les 50% de Guillaume Peltier qu'il faudrait atteindre, mais environ 75%.

Après, on peut rêver d'atteindre la proportion moyenne de l'OCDE de répartition des actifs dans les secteurs public/privé qui est de 15% versus 85% mais bon...

Posté le 30 septembre 2014 à 16h08 par William Iverson | Lien permanent | Commentaires (0)

Dissuader les couples de procréer au delà de trois enfants

Marie-Christine Arnautu dénonce :

"[...] Le PS ne fait qu’agrandir le sillon destructeur de la famille creusé par l’UMP quand M.Frédéric Lefèvre déclarait en 2011 : »pourquoi est ce si difficile pour la France de faire baisser le chômage ? Parce qu’on a un taux de natalité beaucoup plus important que d’autres pays ».
Les Verts quant à eux, préconisaient déjà il y a 3 ans, dans la bouche d’Yves Cochet, de  » faire la grève du 3ème ventre afin d’agir sur les allocations familiales en dissuadant les couples de procréer au delà de trois enfants ».

Sous couvert de trou sans fond de la sécurité sociale, la famille est devenue la cible favorite des gouvernements successifs depuis les années 70 et ceci ne fait qu’empirer.

[...] Défendre la famille, encourager la natalité, c’est aussi défendre la solidarité nationale, c’est aussi assurer la pérennisation de notre système de retraite.

Marie-Christine Arnautu appelle tous nos compatriotes à la rejoindre le 5 octobre lors du grand rassemblement organisé par la Manif pour tous. La famille, les familles, sont les piliers essentiels de notre nation française, ne les abandonnons jamais !"

Posté le 30 septembre 2014 à 14h14 par Michel Janva | Lien permanent

La radicalisation de Juppé en faveur des LGBT et son mépris de la famille

LMPT Bordeaux002Lu dans Sud Ouest de ce jour :

"Le conseil municipal [de Bordeaux] a voté hier la création d'un observatoire bordelais de l'égalité, instance d'analyse des phénomènes de discrimination à l'oeuvre dans la commune. Membre de la majorité, cofondateur de La Manif pour Tous en Gironde, Edouard du Parc était contre. Il s'est d'ailleurs abstenu. Réponse cinglante de Juppé : "Vous êtes tout à fait libre de quitter la majorité"."

Posté le 30 septembre 2014 à 13h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (25)

Les sanctions tombent contre les députés PS "frondeurs"

Comme le soulignait le Salon Beige, la démocratie n'existe pas dans les statuts du PS. Les parlementaires ont pour obligation de voter selon "la tactique" du parti.

Cela se confirme : les sanctions tombent contre les députés PS "frondeurs" qui ont osé s'abstenir :

"La situation se tend au sein du groupe PS à l'Assemblée nationale, à l'approche de l'examen du projet de loi de finances de la sécurité sociale (PLFSS). Six députés frondeurs, qui n'avaient pas voté la confiance à Manuel Valls le 16 septembre, ont été exclus de la commission des affaires sociales, mardi 30 septembre.

Christian Paul, Fanélie Carrey-Conte, Barbara Romagnan, Gérard Sebaoun et Linda Gourjade ne participeront donc pas aux débats en commission sur l'élaboration du budget de la sécurité sociale pour 2015. Jean-Marc Germain, autre député frondeur, avait lui annoncé son intention de quitter cette commission de son propre chef."

Posté le 30 septembre 2014 à 12h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

L'abrogation de la loi Taubira au coeur du débat à l'UMP

Guillaume Peltier était invité de BFMTV et RMC ce matin. Interrogé à propos de La Manif Pour Tous, qui fait décidément l'actualité, il a déclaré qu'il serait dimanche auprès des manifestants :

"C'est une conviction profonde chez moi, chaque enfant a droit à une mère et un père". 

A la question de l'abrogation par la droite de la loi Taubira, il a déclaré :

"Il faut avoir le courage d'annuler les mauvaises réformes de la gauche".

Posté le 30 septembre 2014 à 10h28 par Michel Janva | Lien permanent

Suppression progressive et sournoise des prestations familiales

COMMUNIQUE DE LAISSEZ-LES-VIVRE SOS FUTURES MERES :

"Un "coup de rabot" ! Manifestement, les journalistes qui émargent à 15 ou 20 000 € mensuels n'ont certainement jamais vu un rabot de leur vie ! Dimanche et lundi, les professionnels du "PAF" évoquaient un simple coup de rabot pour la prime de naissance dès le second enfant. Mais, lundi soir, la prime de naissance pour le second enfant est passée à la tronçonneuse : elle est carrément divisée par trois, passant de 923 € à 308 €. Imaginons une seconde un jeune couple attendant un second enfant qui envisageait l'achat d'un véhicule d'occasion : par exemple une 205 à 900 € (le prix actuel d'une telle occasion en état de marche). Et maintenant, on va leur verser généreusement 300 €, le prix d'un lave-linge bas de gamme !

Les Chazal, Pujadas et autres Coudray envisageraient-ils de voir leur salaire réduit de 15 000 à 5 000 € mensuels. Le rabotage évoque l'élimination du superflu, pas de l'essentiel. Mais à part les familles qui en seront victimes, les Français retiendront l'expression de "coup de rabot" soit une réduction d'environ 1%. D'autant plus que la CNAF, structurellement excédentaire depuis des décennies doit supporter des dépenses qui ne la concernent en aucune façon : revenu de solidarité active, majoration des pensions de retraite pour charges de famille, allocation logement étudiant....... Et c'est seulement à cause de cela qu'elle se trouve déficitaire (de 2,6 milliards d'euros en 2013).

Naïvement, beaucoup de Français pensaient que "le pacte de responsabilité" présenté par l'exécutif en janvier 2014 " piétinait. Mais les salariés qui ont seulement jeté un coup d'oeil attentif sur leur bulletin de paie du mois de juillet, donc reçu début août, ont pu constaté que les charges d'allocations familiales (uniquement payées par les charges patronales) étaient passées de 5,40 à 5,25 %. Bien entendu, ces 0,15% ne constituent qu'un début ! Beaucoup se sont interrogé sur la réforme du financement de la CNAF. Mais, la réponse est d'une clarté biblique : aucun financement de substitution n'est prévu pour la simple et bonne raison car ce que prévoit ce fameux "pacte de responsabilité" en échange de la réduction progressive des charges patronales d'allocations familiales, c'est la suppression progressive et des plus sournoises des prestations familiales.

Le président du MEDEF, M. Pierre GATTAZ, connait, bien entendu, le pourquoi du comment puisqu'il en est l'instigateur faute d'en être simplement "l'idiot utile". Manifestement, ce père de cinq enfants, ne coure pas après les "allocs" pour élever ses chérubins ! Bien entendu, on ne peut lui reprocher de défendre ses adhérents, essentiellement des entreprises du CAC 40, puisqu'il s'agit de sa mission. Mais peut-il ignorer que pour survivre, ces entreprises ont besoin de clients directs ou indirects qui sont majoritairement des familles ? On peut légitimement s'interroger sur le silence radio de cinq centrales familiales sur six depuis 4 jours : auraient-ils, par hasard, été "achetés" par le gouvernement en échange de quelques prébendes : grasses subventions, reconnaissances d'utilité publiques sièges au Conseil Economique, Social et Environnemental, voire quelques rubans rouges à la boutonnière ?

Et si les familles commençaient à se fâcher ? Par exemple, dimanche 5 octobre porte Dauphine dès 13 heures ?"

Posté le 30 septembre 2014 à 09h11 par Michel Janva | Lien permanent

Enquête ouverte sur le financement d'EELV

Une enquête a été ouverte en mai à la suite d'une plainte pour détournement de fonds publics et financement illégal en lien avec l'achat du siège parisien d'Europe Ecologie - Les Verts.

Rien que de très banal dans la politique française.

Posté le 30 septembre 2014 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

François Hollande ment aux harkis

Comme le disait Montebourg : "Hollande ment tout le temps".

"Ce n’est que trois jours avant la journée annuelle d’hommage aux harkis du 25 septembre que le président de l’association Jeune pied-noir, Bernard Coll, a appris, en téléphonant au service du protocole du secrétariat d’État aux Anciens Combattants, que Hollandene présiderait pas la cérémonie.

 « Il s’y était pourtant engagé devant les représentants harkis qu’il avait reçus à l’Élysée le 4juillet », affirme-t-il. Le chef de l’État avait même promis de reconnaître, à cette occasion, la « faute et la responsabilité de la France » dans le massacre des 100 000 harkis après le cessez-le-feu en Algérie du 19 mars 1962. La cérémonie, de plus, n’a pas eu lieu dans la cour d’honneur des Invalides, comme les années précédentes, mais devant la modeste stèle du quai Branly."

Posté le 30 septembre 2014 à 07h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Famille : des annonces pour éviter de parler de la GPA

Les échos reprennent le logo de la LMPT pour illustrer les attaques contre la famille dont se rend coupable le gouvernement. Il ne manque qu'une invitation à manifester le 5 octobre.

L

Avec ces annonces, le gouvernement a remis une pièce dans la machine à mobiliser.

A moins qu'il ne s'agisse que d'annonces faites en prévision de la manifestation, permettant ainsi au gouvernement de retirer ces projets pour "satisfaire" les familles, sans toucher à ses ambitions sur la PMA et la GPA.

Posté le 30 septembre 2014 à 07h49 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Le PCD appelle à manifester dimanche 5 octobre

P

Voir ici.

Par ailleurs, le bureau politique du PCD appelle les adhérents qui voteront pour l'élection du Président de l'UMP à soutenir la candidature d'Hervé Mariton.

Posté le 30 septembre 2014 à 07h35 par Michel Janva | Lien permanent

Anne-Marie Escoffier disparait du paysage politique

L'ex-ministre du développement durable, ministre "la plus dépensière" du gouvernement Ayrault a été éjectée de son siège de sénateur.

Cette partisane acharnée du "mariage pour tous" disparait du paysage politique. Les défenseurs du mariage naturel se réjouissent de cette disparition. Ils n'avaient pas compté leurs efforts pour s'opposer à ce ministre durant les débats précédant le vote de la loi "Taubira".

DSCN1715

Posté le 30 septembre 2014 à 07h27 par Michel Janva | Lien permanent

Hollande, ennemi de la Finance ou de la Famille ?

F

Posté le 30 septembre 2014 à 07h19 par Michel Janva | Lien permanent

29 septembre 2014

Condamné en 2007 à 11 ans de prison, il en sort en 2010 et devient un des pires jihadistes

Elle sont belles les soeurs justice et intégration en France :

"Parmi les personnes liées à l'Etat islamique particulièrement recherchées par les Etats-Unis, on trouve des Syriens, des Russes, des Tchétchènes, des Marocains… et un Français, Salim Benghalem. 

Comme l'ont repéré Europe 1 et Le Monde.fr, ce trentenaire originaire de Cachan dans le Val-de-Marne, figure en effet sur la liste des Specially Designated Global Terrorists, qui désigne les personnes ou organisations les plus dangereuses pour le gouvernement américain. Il est présenté comme un bourreau de l'organisation terroriste". 

Posté le 29 septembre 2014 à 19h30 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (8)

En France, on rembourse le meurtre des enfants in utero et on retire l'aide financière aux survivants

Ainsi va la politique familale selon Marisol Touraine : 

"Dans la cadre du projet de budget de la sécurité sociale 2015 dévoilé par Marisol Touraine ce lundi, la prime à la naissance va être divisée par 3 à partir du deuxième enfant. 

Dans le projet de budget présenté, l'objectif est de réaliser 3,2 milliards d'euros en 2015. Dont 700 millions seront demandés aux familles".

Et en plus, ça ne sert à rien : 

"Par ailleurs, le gouvernement ne prévoit pas de retour à l'équilibre avant 2019".

Posté le 29 septembre 2014 à 19h14 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (15)

Le FN a quadruplé son réservoir théorique de voix

Lu ici :

"C'est une nouvelle digue qui saute. Le Front national envoie deux sénateurs au Palais du Luxembourg, Stéphane Ravier dans les Bouches-du-Rhône et David Rachline dans le Var. [...] En revanche, le FN peut nourrir des regrets dans le Vaucluse. Le parti lepéniste n'a pas réussi à s'entendre avec la liste emmenée par Marie-Claude Bompard. La division de l'extrême droite les empêche d'avoir un troisième élu. [...]

Si le FN n'obtient « que » deux élus, il faut souligner que le parti réalise des scores bien au-delà de ce qu'il pouvait espérer. En tout, le parti d'extrême droite réunit 3 972 suffrages de la part des grands électeurs, alors même qu'il ne disposait que d'un millier de voix acquises. Il quadruple donc son réservoir théorique de voix.

Dans certains départements, les scores sont édifiants lorsque l'on met en regard le nombre de grands électeurs dont disposait le FN – selon le décompte du parti – et les voix obtenues. Ainsi, dans le Var, le parti lepéniste disposait de 215 grands électeurs. David Rachline a recueilli 401 voix. Dans les Bouches-du-Rhône, Stéphane Ravier pouvait compter sur 210 grands électeurs, selon le décompte du FN. Il devient sénateur avec 431 voix.

La même chose s'est passée dans les départements où le FN n'a pas eu d'élus. Par exemple, dans l'Ain, le parti avait trois grands électeurs. Il recueille 68 voix. Dans l'Aisne, il y avait 37 grands électeurs FN, pour un résultat de 167 suffrages. Dans le Vaucluse, le Front national disposait de 90 grands électeurs. Il recueille 127 voix.

De tels scores signifient que le Front national a su séduire au-delà de son camp. Il a su convaincre des « grands électeurs » qui sont souvent des « petits élus », pour beaucoup sans appartenance partisane.  [...]

Pour Joël Gombin, doctorant en sciences politiques à l'université de Picardie, les scores du FN dans le Var et les Bouches-du-Rhône, ne peuvent s'expliquer seulement par l'apport des suffrages des grands électeurs « sans étiquette ». Le FN a dû forcément mordre sur l'électorat de droite. « Dans ces départements, le corps électoral est fixé. Il y a peu d'électeurs flottants. Gagner autant de voix, c'est remarquable. On ne peut pas exclure que des élus étiquetés à droite aient voté pour les candidats FN », note M. Gombin. [...]"

Posté le 29 septembre 2014 à 12h52 par Michel Janva | Lien permanent

Les parlementaires FN à La Manif pour Tous

Communiqué de Marion Maréchal-Le Pen :

"Parlementaires du Front national et du Rassemblement Bleu Marine, nous participerons à la Manif pour Tous dimanche 5 octobre à Paris.

Face aux menaces de la PMA pour les couples homosexuels, de la GPA qui vise à marchandiser le corps humain et à l’avancée de l’enseignement de la théorie du genre à l’école, nous appelons l’ensemble de nos concitoyens à ne pas baisser la garde devant les projets de la Gauche et les jurisprudences récentes. Nous entendons également dénoncer la trahison de l’UMP en général et de Nicolas Sarkozy en particulier sur la question de l’impérative abrogation du mariage homosexuel en 2017.

C’est pourquoi, nous appelons l’ensemble des Françaises et des Français de bonne volonté, attachés au seul modèle familial qui a fait ses preuves, à se rassembler massivement à la Manif pour Tous du 5 octobre prochain. RDV à 13 h 00 devant la gare RER C porte Dauphine face à l’université Paris-Dauphine."

Posté le 29 septembre 2014 à 09h06 par Michel Janva | Lien permanent

Vers la politique de l'enfant unique ?

Communiqué de Laissez-Les-Vivre SOS Futures Mères :

"Une fois n'est pas coutume : Hollande et son équipe de compétition mobilisent pour la manifestation du 5 octobre ! Ce sera le baptême du feu pour le gouvernement Valls : assurément, les Français ont gardé un souvenir exécrable du ministre de l'Intérieur Valls. Quel sera son comportement le 5 octobre pour "sa" première "Manif pour tous" en tant que chef du gouvernement ?

Une démographie en berne : 11 000 naissances en moins et pour la première fois un taux de fécondité inférieur à 2 ; 300 000 chômeurs de plus, 150 000 emplois industriels détruits en moins de trois ans, une industrie automobile en très grosses difficultés, une explosion du matraquage fiscal, une côte de popularité présidentielle frôlant les 10%, de grands électeurs UMPS faisant même élire des candidats de l'ex-parti diabolique ! Mais le duo Hollande-Valls est trop éloigné de ces basses contingences matérielles !

A une semaine de la mobilisation générale des familles, Valls II propose, d'une part, la stricte division en deux parties égales du congé parental d'éducation (18 mois chacun !), bien entendu au nom de "l'égalité femme-homme" et, d'autre part, la limitation à la naissance du premier enfant de la prime de naissance de 923 €. Pour 2015, le gouvernement Valls ne prévoyait déjà aucune augmentation mais le projet de budget de la sécurité sociale pour 2015 pourrait réduire très fortement la prime de naissance dès le second enfant.

Ainsi que le déclarent régulièrement quelques dogmatiques socialistes (enfin, les survivants !) : "Nous allons continuer à changer la société française". Désormais, on peut vraiment se demander si le véritable projet Hollande n'est pas tout simplement l'extermination des familles françaises par leur paupérisation extrême. Alors, reconnaissons-le, dans le cadre de ce projet occulte, émanant des forces du même nom, la compétence de M. Hollande et de ses acolytes est tout à fait incomparable.

Rappelons tout de même que les familles françaises sont tout à fait aptes, comme en 1984 ou 2013, à mobiliser UN A DEUX MILLIONS DE MANIFESTANTS le 5 octobre 2014 : cela dépend de vous. A dimanche, assurément !"

Posté le 29 septembre 2014 à 07h55 par Michel Janva | Lien permanent

Les pères devront-ils allaiter pendant le congé parental ?

Communiqué de Marie-Christine Arnautu, Député français au Parlement européen, Conseiller municipal de Nice, Vice-présidente du Front national en charge des affaires sociales :

"Sous la pression de Bruxelles qui lui demande toujours plus d’austérité, le gouvernement Valls envisage de s’attaquer une nouvelle fois aux familles, mais cette fois par le biais des prestations sociales.

Il se murmure que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 devrait geler les prestations familiales. Plus grave, il prévoirait de réduire le congé parental de 36 à 18 mois pour les mères… tout en l’augmentant de 6 à 18 mois pour les pères. Officiellement, cela engendrerait des économies au motif que les pères utilisent moins le congé parental que les mères…

En réalité, il s’agit d’une nouvelle étape de la course folle pour éliminer toute forme de différenciation des sexes, et donc d’affaiblir encore davantage la famille. En égalisant la durée des congés parentaux, on considère que le rôle du père et de la mère est exactement le même auprès des nourrissons. Le gouvernement ne précise pas encore si les pères auront l’obligation d’allaiter pendant ce congé…"

Posté le 29 septembre 2014 à 07h50 par Michel Janva | Lien permanent

Le gouvernement s'immisce dans la logistique des familles

Les mères de famille sont en colère :

"Faute de fumier à déverser devant les ministères, elles avaient imaginé envoyer des couches sales à Marisol Touraine. Finalement, elles ont préféré coucher leur mécontentement sur le papier. Elles, ce sont ces mères en colère qui ont adressé à la ministre des Affaires sociales une lettre de protestation contre les projets de réduction du congé parental, de diminution de la prime de naissance et les incertitudes sur le nombre annoncé de nouvelles places en crèche. La missive est signée d'un bébé fictif, porte-parole du mécontentement de ses parents. «Les bébés qui comme moi vont naître à partir d'aujourd'hui ne savent pas comment ils pourront être gardés. Au départ, mes parents avaient pensé au congé parental. (…) En fait, vous savez bien que dans beaucoup de familles, les deux parents ne pourront pas prendre chacun une partie du congé parental. (…) Mes parents sont vraiment, vraiment très en colère. Moins de congé parental, moins de crèches… mais je vais aller où, moi?», s'indignent ces mamans qui ont choisi d'emprunter la voix d'un enfant «à naître après le 1er octobre» pour faire passer leur message. L'initiative, relayée sur Facebook, a déjà séduit 600 personnes.

Mais la grogne n'a pas attendu cette nouvelle perspective pour s'exprimer. Une pétition contre la réforme du congé parental a déjà été signée par plus de 29.000 parents depuis l'annonce de sa réduction de six mois pour les mères dans la loi sur l'égalité femmes-hommes. «NON à cette loi qui nous enlèverait notre liberté de choisir librement au sein du couple. Laissons le DROIT aux parents qui le veulent de garder leurs enfants!», clame ce texte adressé au premier ministre et qui a suscité un regain d'intérêt ces derniers jours.

Les associations familiales, de leur côté, évoquent une inquiétude croissante chez leurs adhérents. Il faut dire que «la garde par les parents est le premier mode de garde des enfants de moins de trois ans», rappelle l'Unaf. «Nous sommes choquées de voir une fois encore les mamans à la maison attaquées dans leur choix de rester auprès de leurs enfants le plus longtemps possible», s'agace par exemple Isabelle, une maman «en attente d'un deuxième» [...] «Les témoignages affluent», confirme Marie-Laure des Brosses, présidente du Mouvement mondial des mères (MMM) France, une ONG qui représente ces dernières à l'ONU ou à la Commission européenne. «Les femmes ont le sentiment que leur désir de s'investir auprès des enfants est mal perçu, que le gouvernement s'immisce dans la logistique des familles. Elles dénoncent le manque de solution de garde pour aider à la reprise du travail et critiquent enfin l'hypocrisie selon laquelle un mari mieux payé qu'elles auraient le choix de pouvoir s'arrêter pour prendre un congé parental», énumère-t-elle. [...]"

Posté le 29 septembre 2014 à 07h30 par Michel Janva | Lien permanent

28 septembre 2014

Bonnes nouvelles au Sénat

84 sénateurs sortants ont été réélus et 67 sénateurs ont été nouvellement élus, sur les 179 sièges à renouveler. Nous attendons encore 28 résultats.

MMais parmi les premiers résultats, on note l'élimination de Jean-Pierre Michel, sénateur socialiste de la Haute-Saône depuis 2004, qui se représentait, battu au premier tour, avec seulement 33,83% des voix contre 55% à ses adversaires d'opposition. En tant que vice-président de la commission des lois du Sénat, il avait été le très sectaire rapporteur de la loi Taubira à la chambre haute. Il avait notamment refusé d’auditionner la Manif Pour Tous. Son assistant parlementaire, soutenu par Jean-Pierre Michel, avait traité publiquement Marion Maréchal – Le Pen, sa cadette de 51 ans, de « conne ». En tant que sénateur, ancien magistrat et président du Syndicat de la Magistrature (personne n’a oublié le « mur des cons ») il était très en cour au ministère de la Justice. Voilà une défaite qui signifie vraisemblablement une fin politique et ne devrait laisser aucun regret. Celui qui a déclaré que la loi découlait d'un rapport de force aura été victime d'un rapport de force électoral.

Fief du président François Hollande, la Corrèze abritait jusqu'alors 2 sièges de sénateurs socialistes. Ils sont perdus au profit de Daniel Chasseing (UMP) et Claude Nougein (UMP).

Le chef des radicaux de gauche Jean-Michel Baylet, sénateur sortant, a été battu au second tour dans le Tarn-et-Garonne. Il a recueilli 37,4% des suffrages contre 56% pour le sortant divers gauche Yvons Collin et 43,9% pour le candidat divers droite François Bonhomme.

RLe FN fait son entrée au Sénat avec Stéphane Ravier (photo), maire d'arrondissement à Marseille, élu à la proportionnelle, et David Rachline dans le Var. C'est une grande première. Agé de 26 ans, David Rachline est également le plus jeune sénateur. Le plus âgé est le communiste Paul Verges (86 ans). Une génération passe.

Un bémol : dans le Vaucluse la candidature de Mme Bompard empêche l'élection d'un 3e sénateur FN et permet au PS d'obtenir 2 sénateurs dans un département à droite.

L'UMP, l'UDI et les divers droite totalisent 180 sièges, la gauche 151 et le FN 2, sur 333 sièges des 348 sièges du Sénat.

Posté le 28 septembre 2014 à 19h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (30)

Sénat : les deux premiers sénateurs du FN

Posté le 28 septembre 2014 à 19h24 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

27 septembre 2014

Madame, votre congé parental ne durera probablement que 18 mois

La prime de naissance risque, elle aussi, d'être rabotée. Le gouvernement, qui doit présenter lundi un plan de 21 milliards d'euros d'économies pour 2015, compte, d'après le Parisien, encore une fois sacrifier les familles :

"Comme d’habitude, le gouvernement tentera de faire passer ces coupes budgétaires en les justifiant par de la « justice sociale ». Un exemple : le congé parental, dont la durée devrait être réduite à dix-huit mois pour les femmes selon nos informations. Actuellement, une mère peut interrompre partiellement ou totalement son activité pendant trois ans, moyennant une allocation versée par la Caisse d’allocations familiales allant jusqu’à 530 € mensuels. Seule condition : avoir déjà un enfant.

Une réforme a déjà été votée cet été afin de ramener ce droit à deux ans et demi pour les femmes. Car, à compter du 1er octobre, les pères pourront aussi prendre ce congé pendant six mois pour élever leurs bambins. Mais le gouvernement envisage d’aller encore plus loin dès 2015. Il s’agirait de couper la poire en deux en accordant un an et demi de congé à chacun des parents. Officiellement, au nom de la fameuse égalité hommes-femmes. Officieusement, car il y a des économies à la clé.

Le gouvernement table en effet sur le fait que les hommes seront peu nombreux à faire valoir ce droit, donc à réclamer la prestation partagée d’éducation de l’enfant (PPEE). Ce jeu de passe-passe pourrait rapporter « entre 300 et 400 millions d'euros », selon une source proche du dossier. Et, en jouant la carte de l’égalité et non la réduction pure et simple d’un droit, le gouvernement espère éviter les cris d’orfraie des associations familiales et des députés frondeurs.

Autre arbitrage délicat au menu de la branche famille -qui doit contribuer pour 700 à 800 M€ d’économies : la prime de naissance de 930 € versée à l’arrivée de chaque enfant. Il s’agit de réduire son montant pour les familles les plus aisées à partir du deuxième enfant. Un coup de rabot censé rapporter autour de 200 M€, qui va mettre le feu aux poudres au sein des associations familiales."

Le 5 octobre, soyons nombreux dans la rue pour manifester contre ce gouvernement familiophobe.

Posté le 27 septembre 2014 à 09h49 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (12)

26 septembre 2014

Très heureux que la droite ne soit pas à droite

Le député-maire (UMP) de Tourcoing (Nord) Gérald Darmanin, porte-parole de Nicolas Sarkozy, a dit vendredi préférer «la ligne Guaino à la ligne Buisson». Ou même la ligne Raffarin... :

«Je suis très heureux que la droite soit du côté du progrès, de l’énergie, du fait que nous ne soyons pas à droite, conservateurs et réactionnaires.».

Posté le 26 septembre 2014 à 15h22 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (26)

Le "Daesh" et la novlangue

Un "coup de gueule" intéressant contre la volonté affichée et proclamée du gouvernement de dissocier terrorisme islamiste et islam :

"Les professeurs (c’est-à-dire les hommes qui nous gouvernent) ont fait allégeance à la novlangue. Voilà comment ils parlent. Et comment ils voudraient nous faire parler :

'Des crimes abominables ont été commis par le Daesh… Les assassins du Daesh ont décapité un otage français… Les barbares du Daesh ont… Les bourreaux du Daesh sont…'        

Ainsi, depuis quelques jours parlent MM. Hollande, Valls, Cazeneuve, Fabius. Vous savez ce que c’est que le Daesh, vous ? Vraisemblablement non. Eux, si. Le Daesh est l’acronyme arabe de l’Etat Islamique d’Irak et du Levant.

Mais pourquoi alors disent-ils Daesh ? Peut-être sont-ils tous devenus arabophones ? Vous n’y êtes pas. Ils disent Daesh parce qu’en français, ça ne veut rien dire. Et surtout, parce que ça permet de gommer le mot "islamique".      

En effet, toute référence à l’Islam et à l’islamisme est désormais proscrite du discours gouvernemental. Et c’est pourquoi il est formellement interdit de dire "islamiste", le mot "terroriste" sans aucun adjectif qualificatif étant devenu le seul vocable toléré dans les propos officiels. Quels "terroristes" ? Pas le droit de le dire ou de le savoir. On a connu des "terroristes" d’extrême-gauche, des "terroristes" d’extrême-droite, des "terroristes" nationalistes. Mais là, rien : juste des "terroristes".                  

Nous sommes en revanche autorisés à dire "barbares" ou "assassins". Mais on se doit aussitôt d’ajouter dans le même souffle une phrase obligée : "ça n’a rien à voir avec l’Islam". Mais alors, ça a à voir avec quoi ? Et avec quoi l’Islam a à voir ? [...]

[...]  Travestir les mots, c’est insulter la réalité. C’est faire injure au bon sens qui est encore la chose la mieux partagée. On comprend bien qu’il s’agit de façon sournoise, cauteleuse, et in fine, improductive, de protéger les musulmans de France contre les flots de sang versés au nom du Dieu qu’ils vénèrent pour que ce sang ne retombe pas sur leurs têtes.                           

L’intention peut paraître louable. Mais le mensonge incantatoire n’est certainement pas la meilleure façon de la promouvoir. A chaque tête décapitée, à chaque massacre, nos gouvernants ne sont certes pas tenus de dire : "ça a à voir avec l’Islam". Mais quel naufrage de la pensée les pousse à dire l’exact contraire et à répéter sans cesse : "ça n’a rien à voir avec l’Islam" ? [...]

Travestir les mots, nos politiques bilingues Français-novlangue sont des experts, eux qui déguisent en "égalité filles-garçons" l'idéologie du gender qu'ils nient pour mieux l'appliquer, ou en "interruption volontaire de grossesse" l'assassinat légalisé de centaines de milliers de bébés français.Travestir les mots, ça ne s'appellerait pas du mensonge, par hasard ?

Posté le 26 septembre 2014 à 14h17 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (29)

Elections sénatoriales pour les Français de l'étranger

A l'approche imminente des élections sénatoriales pour les Français de l'étranger, il est bon de rappeler aux grands électeurs le profil des candidats pour lesquels ils vont devoir voter.

Dimanche, ils éliront six sénateurs pour la communauté des Français résidant à l'étranger

  • Robert Del Picchia, liste Innovons Ensemble
✔ A voté contre la Loi Taubira en séance plénière
✔ A cosigné une Proposition de Loi établissant la liberté de conscience pour les officiers d'état civil
✔ Est membre de l'Entente Parlementaire pour la Famille
  • Christophe-André Frassa, liste Union des Français de l’Étranger
✘ A voté pour la Loi Taubira en Commission des Lois
✔ A voté contre la Loi Taubira en séance plénière
✘ S'est exprimé pour le mariage et l'adoption simple pour les couples de même sexe
✔ S'est dit "fermement opposé à la PMA et la GPA" 
✔ Le 12 septembre 2011, a cosigné une lettre de Parlementaires pour protester contre l'introduction de l'idéologie du genre dans les manuels de SVT pour les classes de 1ère
  • Richard Yung, liste Gauche unie pour les Français du monde
✘ Engagement sociétal dans son programme 2014 : faciliter l'obtention de la nationalité française pour les enfants nés de GPA dans les pays où c'est autorisé, i.e. : contournement de l'adoption et fraude de la loi
✘ A voté pour la Loi Taubira en séance plénière
✘ Favorable à la PMA
✘ Favorable à la GPA
✘ Favorable à l'enseignement de l'idéologie du genre à l'école
  • Claudine Lepage, liste Gauche unie pour les Français du monde
✘ Engagement sociétal dans son programme 2014 : faciliter l'obtention de la nationalité française pour les enfants nés de GPA dans les pays où c'est autorisé, i.e. : contournement de l'adoption et fraude de la loi
✘ A voté pour la Loi Taubira en séance plénière
✘ Favorable à la PMA
✘ Favorable à la GPA
✘ En 2011, soutient l'introduction de l'idéologie du genre dans les manuels de SVT pour les classes de 1ères
  • Kalliopi Ango-Ela, liste Gauche unie pour les Français du monde
✘ Engagement sociétal dans son programme 2014 : faciliter l'obtention de la nationalité française pour les enfants nés de GPA dans les pays où c'est autorisé, i.e. : contournement de l'adoption et fraude de la loi
✘ A voté pour la Loi Taubira en séance plénière
✘ Favorable à la PMA
✘ Favorable à la GPA
✘ Lors de l'examen du Projet de Loi Egalité Homme-Femme, a déposé des amendements en vue d'effacer les références à l'identité sexuelle au profit d'une "identité de genre"

Posté le 26 septembre 2014 à 13h58 par Michel Janva | Lien permanent

Un scénario inédit à la future élection présidentielle

Extrait d'un entretien donné par Emmanuel Ratier dans Présent :

"[...] Aussi étrange que cela puisse paraître, Nicolas Sarkozy n’a pas tort de dire que le clivage droite-gauche est largement dépassé. Mais il l’instrumentalise à son profit : c’est « votez pour moi, sinon, c’est Marine. » Le Front national de Marine Le Pen n’est pas un parti de droite, encore moins d’extrême droite. C’est l’alliance inédite (pas dans l’idée qui existe depuis le boulangisme, mais par les scores très élevés) de la gauche du travail et de la droite des valeurs. C’est pour cela qu’elle a le soutien du mouvement social. A la différence de 2002, si Marine Le Pen arrive au pouvoir, il n’y aura pas de grève ouvrière. Les « sans dents » descendront plutôt dans la rue pour défendre leur idole, véritable nouvelle Jeanne d’Arc pour eux. En revanche, les permanents CGT venus d’outre-Méditerranée, les profs bobos à la Mélenchon et les fils de bourgeois de Sciences-Po seront sans doute dans la rue.

Marine Le Pen est devenue le symbole de ce quart-monde (qui représente maintenant près de la moitié des Français) qui a peur de se faire manger par le tiers-monde avec l’aval de l’oligarchie mondialisée. Ce que Jean-Yves Le Gallou appelle « l’hyper classe mondialisée » (que j’ai décrite dans mon livre sur le club Le Siècle).

Avec la gauche libérale-libertaire à la Macron et à la Valls, je crois qu’on va assister à un scénario inédit à la future élection présidentielle : en raison de l’implosion de la gauche et de son absence au second tour de l’élection présidentielle, comme l’a parfaitement défini le sociologue François Dubet (Les Inrockuptibles, 17 septembre), face à Marine Le Pen, « le candidat de la droite sera le candidat de gauche en 2017. Il ne sera d’ailleurs pas plus à droite que Manuel Valls. »

En clair, la prochaine élection présidentielle devrait signifier la fin de la (fausse) gauche et la fin de la (pseudo) droite. C’est la supposée « extrême droite », qui deviendrait la droite. Toutes les études (voir les livres du géographe Philippe Giuily) montrent que le nouvel électeur du FN, ce n’est pas un ancien combattant d’Algérie, c’est de plus en plus un ouvrier au chômage dont la fille sort avec un Arabe."

Posté le 26 septembre 2014 à 07h56 par Michel Janva | Lien permanent

Abrogation de la loi Taubira : Sarkozy décidera plus tard...

Devant les 4000 personnes réunies près de Lille, pour son premier meeting, Nicolas Sarkozy a promis :

«De nouvelles idées, de nouvelles solutions, de nouvelles perspectives face aux défis du nouveau monde dans lequel nous vivons ».

Lesquelles ? On ne sait pas.

Il a abordé lui-même la question de la loi Taubira :

«J'entends les positions tranchées des uns et des autres. Une fois à la tête de notre famille politique, je réunirai tout le monde et nous déciderons. Que chacun dise ses convictions et me laisse préparer le rassemblement qui ne sera ni fade, ni tiède

Il a explicité ses propositions de référendums : un premier concerne la réduction du nombre de parlementaires, le second la fusion des conseils généraux et régionaux.

Posté le 26 septembre 2014 à 07h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (38)

25 septembre 2014

Patrick Buisson : "Nicolas Sarkozy ne parviendra pas à être de nouveau élu"

Lors de son entretien sur France 2, Laurent Delahousse avait demandé à Nicolas Sarkozy s'il en voulait encore à Patrick Buisson après l'affaire des enregistrements pratiqués à son insu. L'ancien chef de l'Etat avait répondu : "dans la vie, j’en ai connu des trahisons. Comme celle-là, non".

Condamné en juillet à 10 000 euros de dommages et intérêts par la cour d'appel de Paris, Patrick Buisson espérait que le couple Sarkozy lui ferait grâce du recouvrement de la somme. L'ancien présient et son épouse ont demandé à un huissier de justice de rendre la sanction exécutoire.

Patrick Buisson considère cela comme une "mauvaise manière" et a fait savoir qu'il allait retrouver sa "liberté de parole". Du genre :

"Nicolas Sarkozy ne parviendra pas à être de nouveau élu président de la République. Avant la présidentielle de 2007, il formait un couple politique avec Cécilia. Tout était tendu vers un seul but : la conquête du pouvoir. Aujourd'hui, son problème, c'est Carla : elle l'éloigne trop du peuple et le pousse à l'hédonisme. Après lui avoir offert une montre Patek Philippe à 40 000 euros, voilà qu'elle l'emmène voir la pièce de théâtre de Bernard-Henri Lévy début septembre ! Quelle belle entrée en campagne pour la présidence de l'UMP !"

Posté le 25 septembre 2014 à 21h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

Nicolas Sarkozy vs Hervé Mariton

Lu ici :

"La fédération UMP d'Indre-et-Loire a appelé les équipes d'Hervé Mariton pour lui demander de modifier son calendrier, à cause de la venue de Nicolas Sarkozy. Le responsable de cette fédération locale n'est autre que Philippe Briand, l'ancien trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012."

L'ancien président a prévu de se déplacer à Tours le 15 octobre, la veille du meeting d'Hervé Mariton. A croire que Sarkozy a compris que Mariton commençait à avoir un certain poids au sein de l'UMP.

De son côté, Xavier Lemoine, Maire UMP de Montfermeil, vient d'annoncer son soutien à la candidature de Hervé Mariton :

"Avec conviction, clarté et courage, Hervé MARITON, ancien Ministre, Député de la Drôme et Maire de Crest, porte les valeurs essentielles dont l'Union pour un Mouvement Populaire a réellement besoin pour imaginer un projet cohérent à notre famille politique et qui réponde aux véritables enjeux de notre temps. [...]"

Posté le 25 septembre 2014 à 17h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (20)

Evaluation des sénateurs sortants

Dimanche 28 septembre, la moitié des sénateurs remettent en jeu leur fauteuil. Sur les 348 sénateurs, 179 seront renouvelés pour un mandat de six ans.

Catholiques en campagne a évalué les sénateurs sortant en fonction de leur vote lors du passage de lois sur la famille (loi Taubira notamment), la vie, la bioéthique et la laïcité. Il en ressort une mention. Il en ressort une mention pour chaque sortant, que vous pouvez consulter ici.

A vous tous de faire bon usage de ces résultats en en faisant profiter les électeurs que vous connaissez.

Par ailleurs, Catholiques en campagne a envoyé un questionnaire aux candidats et vous pouvez consulter les réponses de ceux qui ont répondu.

Posté le 25 septembre 2014 à 09h37 par Michel Janva | Lien permanent

Thierry Mariani n'est pas convaincu par Nicolas Sarkozy

Thierry Mariani, fondateur de la Droite Populaire, ne donne pas de chèque en blanc à Nicolas Sarkozy :

« J’attends sur ces questions, un positionnement clairement attaché à des valeurs traditionnelles de droite. » « Nicolas Sarkozy s’est justifié, il a défendu son bilan et il a dit : je veux rassembler le plus largement  possible. Mais dire qu’on veut rassembler tout le monde c’est commun à tous ceux qui font de la politique. Ce que je veux savoir c’est sur quoi et avec quel programme. »

Ne sachant pas quelles sont les propositions du candidat Sarkozy, Thierry Mariani se défend d’avoir encore une idée sur son vote lors du prochain congrès de l’UMP :

«  Je suis de ceux qui n’ont pas encore pris parti entre les trois candidats. Ce qui m’intéresse c’est de savoir quel est le positionnement politique. » « Un jour c’est la ligne Buisson puis un jour c’est la ligne NKM, il y a quand même un fossé. C’est pour ça que je ne prends pas position. »

Posté le 25 septembre 2014 à 09h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

24 septembre 2014

Allô Monsieur Cazeneuve ?

Les sketchs des 3 islamistes venant de Turquie et dont le ministre de l'Intérieur avait annoncé un peu rapidement l'arrestation se poursuit. Après avoir constaté qu'ils n'étaient pas interpellé, le ministre a montré ses muscles :

"Les services français ont été informés par leurs homologues turcs de ce changement de vol après l’arrivée sur le sol français des trois ressortissants expulsés. Dès cette information communiquée aux services français de sécurité et de renseignement, ceux-ci poursuivaient les investigations dans le cadre du mandat délivré par le magistrat instructeur du pôle antiterroriste."

En fait, les trois jihadistes se sont rendus tranquillement à la gendarmerie du Caylar (Hérault). Les trois hommes ont sonné à la porte de la gendarmerie du Caylar qui était fermée. Une patrouille de gendarmerie s'est mise en route pour les récupérer. En fin de matinée les avocats se concertaient pour assister leurs clients en garde à vue.

Mais selon le ministre :

"Le dispositif Vigipirate, dans ses dispositions actuelles, est aujourd’hui opérationnel et efficace."

Encore un menteur au gouvernement ?

Posté le 24 septembre 2014 à 17h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

La famille est un sujet structurant du discours politique

Guillaume Bernard, maître de conférence à l'Institut catholique d'études supérieures, écrit dans Le Figaro :

"Le retour de Nicolas Sarkozy dans l'arène politique et la nécessité de se différencier de ses concurrents vont le contraindre à prendre position sur un certain nombre de sujets essentiels à l'avenir de la France comme le multiculturalisme et l'immigration, le libéralisme et la construction européenne ou encore la famille. Celle-ci occupe, en effet, une place centrale dans l'ordre social. Il s'agit d'une question architectonique: elle soulève, à l'évidence, des enjeux en matière de mœurs et de bioéthique. Mais elle concerne également la démographie, l'éducation, la solidarité intergénérationnelle, etc. Dépassant très largement les questions de couple et de sexualité, la famille est un sujet structurant du discours politique. La manière dont elle est juridiquement et fiscalement traitée manifeste l'état d'une civilisation, sa capacité à perdurer et sa volonté de peser.

Nicolas Sarkozy a affiché l'ambition de réunir toute sa «famille politique» autrement dit, au-delà voire au-dessus de l'UMP, le centre et la droite modérée. Or, sur la famille comme sur bon nombre d'autres sujets, elle est doctrinalement divisée et, ce, de manière profonde. [...] Aussi, Nicolas Sarkozy pourra-t-il se contenter de déclarations ambivalentes, de formules fermes voire provocatrices («on a humilié la famille») mais sans engagement explicite pour l'abrogation de la loi Taubira permettant le mariage de personnes de même sexe et l'adoption d'enfants par ces couples? A vouloir plaire à tout le monde pour essayer de rassembler le plus largement possible, il risque de ne satisfaire personne.

Il est plus que probable que ce sera le cas des catholiques qui non seulement composent l'essentiel des opposants à la loi Taubira mais sont aussi l'incarnation de ces classes populaires et moyennes provinciales qui subissent de plein fouet la triple insécurité (physique et matérielle, économique et sociale, identitaire et morale) qui frappe la France. Il est certain que, du point de vue numérique, les catholiques pratiquants ne font pas, à eux seuls (et de loin), la majorité à l'élection présidentielle. Ils sont toutefois une force indispensable à la constitution d'une majorité, en particulier à droite. Or, les politiques considèrent que leur incontestable tropisme à droite fait d'eux un électorat captif qu'il n'est pas nécessaire de satisfaire pour obtenir ses suffrages. Pour affirmer son influence, cet électorat devra faire progresser son caractère flottant (phénomène se développant depuis quelques élections et se traduisant par sa radicalisation). A défaut de cela, il est certain qu'il sera toujours ignoré voire méprisé même s'il réussit des mobilisations de masse.

Cela dit, ce serait une erreur de réduire le mouvement de «la manif pour tous», au sens large, à une démarche religieuse ; il est éminemment politique: il est l'une des incarnations du mouvement dextrogyre qui, depuis la chute du régime soviétique, voit les idées de droite se réveiller, progresser et reconquérir du terrain doctrinal (ce qui conduit à repousser le libéralisme de droite vers la gauche) et électoral (droite «décomplexée», progression du FN). Ayant à l'évidence choisi d'abandonner la «ligne Buisson» (qui lui permettait de se prémunir à droite), Nicolas Sarkozy ne semble pas en avoir pris la mesure. A moins que, persuadé que le candidat de droite sera présent au second tour de la prochaine présidentielle et que le PS en sera, comme en 2002, éliminé, il ne veuille (par confort?) gagner l'élection au centre. Dans ces conditions, il est logique qu'il soit prêt à abandonner sur sa droite un espace politique qui ne manquera cependant pas d'être occupé. [...]"

Posté le 24 septembre 2014 à 16h54 par Michel Janva | Lien permanent

"Le fait de désigner des maîtres au lieu de voter des lois est une imposture politique"

Ces mots sont d' Etienne Chouard, enseignant français, professeur d'économie et de droit dans un lycée à Marseille. Principalement connu comme blogueur, il a bénéficié d'une certaine notoriété en 2005 à l'occasion de la campagne du référendum français sur le traité établissant une constitution pour l'Europe en argumentant pour le « non ». Interrogé début septembre dans "Ce soir ou jamais" sur le thème : "La rentrée la plus catastrophique de la Ve république ?", il donne des réponses intéressantes :

 

Posté le 24 septembre 2014 à 16h26 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

Un caillou nommé «Manif pour tous» dans la chaussure de Sarkozy

De Cécile Cornudet, éditorialiste aux Echos :

"Deux ans après avoir fragilisé François Hollande, ils menacent de compliquer la campagne de Nicolas Sarkozy. L’ancien président voulait conquérir l’UMP en ayant surtout en tête la présidentielle de 2017, en étant « rassembleur », au-delà du clivage gauche droite. Cela s’annonce plus compliqué que prévu. Pour l’UMP ce sont les militants qui votent. Ces militants qui avaient été nombreux à battre le pavé contre la loi Taubira."

Posté le 24 septembre 2014 à 14h56 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

La bourde de François Rebsamen

Après Bernard Cazeneuve, c'est au tour du ministre du Travail de raconter n'importe quoi.

Invité sur le plateau d'I-Télé, pour donner une tendance sur les chiffres du chômage qui vont être publiés ce mercredi à 18 heures, le ministre du Travail a répondu que le taux de chômage était actuellement de 9,7% en France métropolitaine, soit «en dessous de l'objectif de 10%» qu'il avait fixé.

Le ministre exclut ainsi les demandeurs d'emploi d'outre-mer qui sont plus de 250.000 à pointer actuellement à Pôle emploi. Si on prend en compte les demandeurs d'emploi d'outre-mer, le taux de chômage français n'est pas de 9,7% mais de 10,2% de la population active, soit donc au-dessus de l'objectif de 10% fixé.

Par ailleurs, François Rebsamen se trompe d'objectif, communiqué après sa nomination en mars, qui est de «ramener avant la fin du quinquennat le nombre de chômeurs sous les 3 millions». Pas sous la barre de 10%. On en était, fin juillet, à près de 3,7 millions de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A, départements d'outre-mer compris. 

Posté le 24 septembre 2014 à 09h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

Jamais la France n’a été aussi à droite… et jamais Sarkozy ne l’a été aussi peu

Selon Minute, "Sarko envoie une doublure pour simuler son retour". Extrait :

"Or s’il veut, comme il l’a dit, susciter un grand espoir populaire après son élection à la présidence de l’UMP, pour redresser celle-ci (qu’il aura renommée) puis pour partir à l’assaut de l’Elysée, le moins qu’on puisse dire est qu’il s’y prend mal. Jamais la France n’a été aussi à droite… et jamais Sarkozy ne l’a été aussi peu!

[...] Or selon un sondage OpinionWay, publié la veille de l’intervention dans « Le Figaro », les électeurs de droite plébiscitent toujours la « ligne Buisson »! 49 % des sympathisants de droite souhaitent qu’il se positionne de la même façon qu’en 2012, et 31 % souhaitent même qu’il se positionne « plus à droite » qu’en 2012 (seuls 20 % le souhaitent « moins à droite »). Commentaire de Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d’OpinionWay: « La part des sympathisants de droite qui attendent de lui une ligne “au moins aussi à droite“ atteint ainsi 80 % »! Sur l’ensemble des Français, la « ligne Buisson » est presque autant réclamée! 43 % le souhaitent – ou le souhaitaient, faut-il déjà parler au passé? – sur une ligne aussi droitière que durant la campagne de 2012, et 22 % « plus à droite ». Soit 65 % qui réclamaient qu’il revienne porteurs d’idées de droite pure et dure! Deux Français sur trois! Comme dit Bruno Jeanbart: « La demande d’un recentrage est très minoritaire. » [...] Encore une ou deux apparitions télévisées de ce genre et François Fillon apparaîtra plus à droite que lui!"

Posté le 24 septembre 2014 à 08h03 par Michel Janva | Lien permanent

23 septembre 2014

Sarkozy, les mots et les actes

Extrait d'une tribune de Thibaud Collin parue dans Le Monde :

"C'était hier, à la Mutualité, le 6 mai 2012. Nicolas Sarkozy affirmait le soir de sa défaite : « Il y a trop de discours avec des mots qui sont prononcés et qui ne veulent rien dire car ceux qui les prononcent vivent le contraire de ce qu'ils disent. » Grave et sempiternelle question des mots en politique et de leur articulation avec les actes. La vie politique se déploie en effet dans les mots mais comment éviter que les discours ne se substituent aux actes dont ils parlent ?

La dévitalisation de la parole politique est l’une des causes de la défiance qui ronge notre pays. Mais comment restaurer la confiance dans la parole politique ? En écoutant hier soir Nicolas Sarkozy, je me disais que loin d'apporter un début de réponse à ces questions, il contribuait à en alimenter la pertinence. Son intervention d'une quarantaine de minutes est malheureusement exemplaire de cette contradiction entre les mots et les actes ; elle y est même portée à incandescence. Jugeons sur pièces.

[...] Il ne cesse durant tout l'entretien de discréditer les « clivages » idéologiques, il souhaite même « enlever l'idéologie du débat politique » et dépasser les luttes « partisanes » pour créer un grand mouvement de rassemblement ayant un nouveau projet, une nouvelle manière de faire de la politique etc. Le vieil argument de la nouveauté peut faire sourire tant il est utilisé sans vergogne depuis plus de quarante ans par le personnel politique dans son ensemble. D'ailleurs pourquoi faudrait-il que tout fût neuf sauf celui qui propose cette nouvelle politique ? Mais surtout, depuis quand la démocratie représentative peut-elle se passer de l'affrontement entre des partis offrant des options possibles pour gouverner le pays ?

La grandeur de la politique est de proposer au peuple des alternatives claires afin qu'il les tranche. Cela demande certes du courage. Justement, à la fin de son intervention, il répond à une question sur la réforme du mariage votée l'an dernier en invoquant la vertu de courage. Malheureusement loin de l'incarner, il fait une réponse sibylline totalement procédurale. Il n'utilisera pas les familles contre les homosexuels là où Hollande à utiliser les homosexuels contre les familles. Courageuse façon de noyer le poisson !

La mauvaise foi atteint enfin son comble lorsqu'il revient sur le mot d'illettrées (et non d'analphabètes comme il le dit) utilisé par Emmanuel Macron pour désigner certaines employées de Gad ; mot censément injurieux alors même que ce n'est qu'un terme descriptif désignant une réalité humaine et sociale. Or, dans son intervention et à deux reprises, Sarkozy parlent de ces millions de concitoyens qui délaissent la raison tant ils sont dans la peur et la colère.

Autrement dit, alors que lui nous rappelle à plusieurs reprises qu'il possède plus de « deux neurones » (sic), il laisse entendre que certains électeurs français ne font plus usage de leur raison lorsqu'ils votent. Bonne manière de mépriser les électeurs du Front national, implicitement désignés, et surtout curieuse manière d'aller les chercher « un par un ».

Bref, au vu de cette première prestation du « nouveau » Sarkozy, on peut raisonnablement penser qu'il aura du mal à incarner le renouveau dont la France a certes un besoin urgent. Jouant sur le registre subliminal de la sortie contrainte et forcée de sa retraite façon De Gaulle, l'ancien président de l'UMP et de la République oublie que De Gaulle, lui, en 1958 n'avait jamais été président de la République et jouissait d’une crédibilité d’un autre ordre.

Non, décidément hier soir Nicolas Sarkozy me faisait davantage penser à Valéry Giscard d’Estaing qui s’évertua pendant des années à se laver de l'humiliation de la défaite."

Posté le 23 septembre 2014 à 15h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Le député PS Thomas Thévenoud n'a pas payé EDF

Après les impôts, le loyer de son appartement, les amendes de sa voiture, le kiné pour ses enfants, c'est désormais d'électricité : EDF Bourgogne a lancé, il y a quelques semaines, une procédure de recouvrement pour "incidents de paiement" à l'encontre du député socialiste de Saône-et-Loire.

A la décharge de Thévenoud, il faut rappeler qu'il y a beaucoup de courants au PS, mais pas beaucoup de lumières.

Addendum : on apprend maintenant qu'il avait omis de payer son chauffagiste.

Posté le 23 septembre 2014 à 11h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (31)

Prison ferme et inégibilité pour Sylvie Andrieux

Condamnée en première instance pour détournement de fonds publics à des fins clientélistes, le député des Bouches-du-Rhône voit sa peine alourdie en appel : quatre ans de prison dont trois avec sursis, 100 000 euros d'amende et 5 ans d'inégibilité. La cour d'Aix-en-Provence a toutefois précisé que la peine pourrait être effectuée sous bracelet électronique. Rappelons qu'après l'avoir exclue en raison de ses déboires judiciaires, le PS avait jugé bon d'appeler à voter pour Sylvie Andrieux (pardon, "contre le FN"), au second tour des législatives. Elle l'avait emporté de 700 voix.

Le député se pourvoit en cassation, un recours qui est suspensif.

Posté le 23 septembre 2014 à 10h43 par Louise Tudy | Lien permanent

Une "loi Thévenoud" contre le FN ?

Lu sur VA :

"Conséquence de l’affaire Thévenoud, Georges Fenech, député UMP du Rhône, va déposer une proposition de loi organique instituant une procédure de déchéance d’un parlementaire en cours de mandat.

« À l’initiative de 60 membres de l’Assemblée nationale ou du Sénat, le Conseil constitutionnel pourra être saisi de tout manquement caractérisé à la probité, à l’honneur ou à la déontologie susceptible d’entraîner une déclaration de déchéance et d’inéligibilité. » Mais « qu’est-ce qu’un “manquement à l’honneur” quand nous n’avons pas visiblement la même notion que la majorité ? », s’interroge un conseiller de la présidente du FN, qui voit dans cette proposition de loi organique « une arme de destruction politique » pour contrarier l’ascension de Marine Le Pen."

Posté le 23 septembre 2014 à 08h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

22 septembre 2014

Jean-Christophe Fromantin, "résolument contre" la loi Taubira, ira manifester le 5 octobre

Le député-maire de Neuilly, qui est resté prudent quant à une éventuelle abrogation de la loi Taubira, est revenu sur l'absence d'engagement de Nicolas Sarkozy (vidéo à partir de 5'08'') :

"- Ce qui m'a un peu troublé, c'est [sa] dernière réponse sur un sujet très concret que le journaliste posait : celui du mariage pour tous. On attendait une réponse franche, engagée, même si ce n'est pas une préoccupation qu'il a qualifiée comme étant importante - pour autant c'est quand même une préoccupation qui a mis un million de personnes dans la rue...

- A-t-il raison de dire que ce n'est pas un sujet majeur ?

- (...) Les sujets de conviction ne sont pas sur la même échelle qu'un sujet économique ou qu'un sujet social. C'est une autre échelle. C'est celle du fond, c'est celle des valeurs, c'est celle des convictions, c'est celle de l'engagement. (...)[Le] trouble qu'a posé cette question à la fin dénotait peut-être une difficulté à s'engager alors qu'on aura besoin d'engagement."

Posté le 22 septembre 2014 à 23h36 par Louise Tudy | Lien permanent


     Archives > France : Politique en France

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Politique en France