30 mai 2016

J'irai courir sur vos tombes !

L'abbé Viot (blog) nous envoie ce billet :

Tel semble bien être le mot d'ordre lancé par le CGT aux 4000 jeunes français et allemands qu'on a fait courir au son du tam-tam sur les corps de ceux qui sont tombés au champ d'honneur. Le comité du centenaire, franco-allemand en est bien sûr le responsable. La France a entraîné l'Allemagne dans sa décadence ! Telle est le sort des grandes lumières qui n'éclairent plus! L'organisme mérite le nom de CGT (Comité de la Grande Transgression)  car il a donc finalement pu trouver un produit de remplacement à Black M pour montrer son mépris du "sacré " patriotique, récupérant même, au profit de la désastreuse politique étrangère française la "mort" à Verdun ! La seule phrase du Chef de l'Etat retransmise par une chaîne de télévision fut la comparaison donnée à un jeune dont l'arrière grand père était mort gazé: "il a été tué par le même gaz qu'en Syrie". Ce genre de raccourci en matière de vérité qu'affectionne notre président, même les yeux dans les yeux, n'était pas de mise en la circonstance ! " Seul le silence est grand!" avait écrit Vigny dans "La mort du loup". Mais encore faut-il avoir le sens de la grandeur, comprendre certains symboles et aimer son pays en faisant respecter l'Etat. Faute de quoi on ne voit pas le lien entre l'incitation à une course poursuite sur des tombes, au son des tambours du Bronx, et la volonté d'autres jeunes de tuer des policiers en uniforme en faisant brûler leur voiture ! La transgression est un tout qui ne se détaille pas! La course de Verdun inaugure d'autres fuites en avant en tout genre. Elles risquent d'aller jusqu'à porter atteinte au fonctionnement de nos institutions. Souvenons nous de la célèbre apostrophe de François Mitterrand à Georges Pompidou au début de la " chienlie" de mai 1968 : " Monsieur le premier ministre, qu'avez-vous fait de l'Etat?"

Posté le 30 mai 2016 à 16h45 par Michel Janva | Lien permanent

Jean-Frédéric Poisson : "Du respect des morts à la mort du respect"

C'est le titre d'un rapport parlementaire rédigé en 2008 par Jean-Frédéric Poisson à propos des violations de sépulture. Ce dossiers est tout à fait d'actualité avec le "spectacle" organisé par le gouvernement au milieu des tombes de nos Poilus. La droite dans son ensemble s'est offusquée (Le FN, Debout la France, JF Poisson, Guillaume Peltier, Valérie Boyer...). Voici un extrait :

"(...) Il nous paraît important pour les pouvoirs publics de se saisir de ces questions en apportant des réponses principalement fondées sur la question de la transmission et de l’éducation, sans oublier un effort collectif pour l’entretien et le respect de nos cimetières (...)

Aujourd’hui, lorsque les règlements sont affichés, ils sont souvent illisibles car très longs. Un rappel des règles de bienséance (silence, interdiction de monter sur les tombes, respect des lieux et de la propreté…) avec des pictogrammes simples serait nécessaire. 

W6ZV00WE

Fait suffisamment rare pour être souligné, Apolline de Malherbe, journaliste sur BFM, s'est également offusquée :

" Courir au milieu des morts, ça ne se fait pas !"

Posté le 30 mai 2016 à 11h12 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (15)

7 militaires français ont perdu la vie ces derniers jours

Pendant que François Hollande fait piétiner les tombes des poilus de Verdun, des militaires français continuent de donner leur vie pour la France :

Jeudi 19 mai, un caporal-chef du 3e régiment de hussards de Metz est décédé à Longeville-lès-Saint-Avold. Le véhicule blindé léger, dont il était chef de bord, s’est retourné et a fait des tonneaux. Le convoi de quatre blindés légers effectuait un exercice de conduite.

Vendredi 20 mai, un hélicoptère de la gendarmerie s'est écrasé dans les Hautes-Pyrénées. Le H145 a fait une chute de 600 mètres, après qu'une pale a heurté sur la paroi montagneuse. Les quatre morts sont le capitaine Jean-Christophe Royer, le major Dominique Jamet ainsi que les adjudants-chefs Lionel Loussalez-Artets et Christophe Cavailles.

Samedi 21 mai, l’adjudant Alain Nicolas de l’antenne GIGN d’Orange a été tué lors d’une intervention à Gassin (Var) samedi à Gassin (Var) lors d'une intervention menée pour maîtriser un forcené. Né en avril 1978, il était marié et père de deux enfants.

Vendredi 27 mai, un sergent du 13ème Régiment de Dragons parachutistes a été pris d’un violent malaise au cours d’un exercice dans la région de Périgueux. Ses camarades lui ont immédiatement prodigué les premiers soins avant qu’il soit pris en charge par les pompiers puis par le SAMU, en présence de la gendarmerie. Il est décédé vers 3h du matin. Agé de 31 ans, ce sergent vivait en couple et était père d’un enfant en bas âge.

Prions pour eux et leurs familles

Posté le 30 mai 2016 à 08h57 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

Classé "nécropole nationale", Douaumont a été abusé par celui qui est censé le protéger

Les galopades au son du tam tam à travers l'ossuaire de Douaumont ont été à juste titre globalement très mal perçues.Vu sur Facebook :

"Les cimetières militaires sont classés NÉCROPOLES NATIONALES, avec un statut de protection de l'État. Celle de Douaumont est la seule de France ou on dépose une gerbe de fleurs "Le Président de la République". Ce cimetière a été abusé par celui même en charge de le protéger."

13315310_10154300829604701_193094747675954343_nPunition imaginée par un internaute indigné :

13315243_10154300854234701_4789218311941067089_n

Posté le 30 mai 2016 à 08h39 par Marie Bethanie | Lien permanent

L'agenda des Veilleurs et des Sentinelles (semaine du 30 mai au 05 juin)

Agenda en ligne - Pour me joindre : mariebethanie.lesalonbeige@yahoo.fr

 

Mardi 31 mai
  • Beauvais, devant l'hôtel de ville place Jeanne Hachette, 21h-22h
  • Bourges, de 21h à 22h à côté de la mairie 11 rue Jacques Rimbault
  • Cherbourg - Sur les marches du Théâtre à 20h30
  • Cholet - place Travot, 21h-22h
  • Limoges - place d'Aine, de 21h00 à 22h00
  • Reims - Place Royale à 20h.
  • Rennes - Veilleurs - de 21h à 22h, place de la Gare
 
Mercredi 1er juin
  • Bondy - place de la gare, 19h à 20h
  • Cognac - place François 1er de 21h à 22h
  • Laval - Square de Boston à Laval- 19h30 à 21h- Veillée Travail 
  • Le Puy en Velay, Place Cadelade, de 19 à 20h
  • Rambouillet,  Parvis de la gare -  20h30 -  Apéritif saucisson et veillée avec Jean-Yves LE GALLOU Président de Polémia
  • Saint-Amand-Montrond place Carré de 20h 30 à 22h : Veilleurs
  • Grenoble rue Félix Poulat sur le parvis de l'église St-Louis de 20h00 à 22h00
 
Jeudi 2 juin
  • Orléans - 142 ° veillée - Place du Martroi aux pieds de Jeanne,  de 20h30 à 21h30
 
Vendredi 3 juin
  • Bordeaux - Place Pey Berland 19h : Sentinelles
  • Carhaix - Place de La Tour d'Auvergne, 20h30-22h00

Posté le 30 mai 2016 à 08h24 par Marie Bethanie | Lien permanent

Béziers: table-ronde sur l'agriculture


Rendez-vous de Béziers : Table ronde agriculture par bvoltaire

Posté le 30 mai 2016 à 07h40 par Michel Janva | Lien permanent

29 mai 2016

Commémoration indécente de la bataille de Verdun

"Des règles opportunes seront établies par le droit particulier au sujet de la discipline dans les cimetières, surtout en ce qui a trait au maintien et à la protection de leur caractère sacré".  

Posté le 29 mai 2016 à 17h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (50)

A Saint-Malo, des « mineurs isolés étrangers » agressent des collégiens et ressortent libres

Lu sur Breizh-Info :

"Le 25 mai 2016, deux jeunes collégiens scolarisés au collège Robert Surcouf ont porté plainte suite à une violente agression dont ils ont été victimes. Une plainte visant 6 individus (dont au moins trois nominativement), des jeunes Albanais et Afghans, collégiens et lycéens à Saint-Malo, qui auraient agressés plusieurs élèves depuis des semaines. Ces Albanais mineurs isolés étrangers sont accueillis au collège Surcouf dans le cadre du programme UPE2A de l’Education nationale (unité pédagogique pour des allophones arrivants).[...]

Les mineurs isolés étrangers coûtent chacun à la collectivité 60 000 € par an. Fin 2014, ils étaient 272 à être pris en charge en Ille et Vilaine, et leur nombre n’a cessé de croitre dès lors. « Il n’est pas normal que nos enfants aient à subir le comportement violent de ces jeunes marginaux, que nous accueillons et qui ne respectent pas nos règles de vivre ensemble » nous écrit la mère d’un élève, agressé lui aussi par un mineur isolé étranger, récemment à Rennes. « Le pire, c’est qu’ils sont protégés judiciairement et qu’ils ne sont même pas expulsables . Ce sont nos jeunes enfants qui en payent directement les conséquences». A Rennes en effet, ces jeunes, principalement issus d’Europe de l’Est, d’Afrique subsaharienne et d’Afrique du Nord, font fréquemment parler d’eux dans le cadre de trafics, d’agressions et de règlements de compte en tout genre."

Posté le 29 mai 2016 à 17h41 par Marie Bethanie | Lien permanent

Béziers : Chant des partisans "les chants n'appartiennent pas à la gauche mais à la France" Ménard


Béziers : les Partisans par Le_Salon_Beige

Posté le 29 mai 2016 à 14h33 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

28 mai 2016

Les veilleurs à Béziers

IMG_6157

IMG_6158

IMG_6159

Posté le 28 mai 2016 à 23h31 par Michel Janva | Lien permanent

Adoption : enfants et familles en souffrance

En 2014 paraissait le documentaire ci-dessous (certains passages sont très durs) sur l'Aide sociale à l'enfance (ASE), pavé dans la mare tranquille de cette institution déléguée aux conseils généraux, censée venir en aide à l'enfance malheureuse, et dont on s'aperçoit que la réalité est loin d'être rose. Les dysfonctionnements sont nombreux, au point que certains enfants, qui pourraient être adoptés et avoir une famille ne le sont pas, tandis que des familles qui souhaitent adopter ne le peuvent pas. Ce témoignage, lu sur Facebook, en est une illustration :

"Je relaie ce reportage, datant de 2014, petite fenêtre sur le monde dans lequel nous évoluons dans nos parcours d'adoption d'enfants pupilles. Nous avons été les témoins impuissants, par les circonstances de notre vie de famille, de certains des dysfonctionnements graves de l'Aide Sociale à l'enfance qui sont dénoncés dans ce reportage : scandale humain (22e minute et suivante), des milliers d'adoptions empêchées par idéologie (52e minutes et suivantes), scandale financier (20 premières minutes, 60e minutes).
Un scandale soigneusement étouffé par les conseils généraux.
Vous pouvez nous rejoindre dans la grande communion de prière pour tous ces enfants placés en foyer. 4 d'entre eux ont traversé notre existence fugitivement, par dossier interposés, l'adoption ayant été bloquée ou refusée. Nous ne les avons jamais oubliés."

Le cas de Cindy, "oubliée" de l'ASE, est emblématique (de 18:51 à 24:21) :

"Cindy, comme d'autres dont l'ASE a la charge, aurait pu être adoptée, et avoir une famille normale. Ils sont des milliers comme elle; on les appelle "les oubliés". Dans ce département [la Mayenne], des responsables de la protection de l'enfance ont pris conscience que l'on gâche au départ les vies d'êtres humains comme Cindy. Ils reconnaissent leurs erreurs."

 

Posté le 28 mai 2016 à 09h41 par Marie Bethanie | Lien permanent

4 juin : journées paysannes de Terre et Famille à Paris

Les « Journées Paysannes » et « Terre et Famille » animeront, une grande Journée de Résistance Paysanne à Paris :

  • Le samedi 4 juin 2016 à Paris entre 10h00 et 17h00 à la Crypte de la paroisse saint Honoré d’Eylau, 69 rue Boissière 75116 Paris (Métro Boissière ou Victor Hugo).

L’objectif de cette journée de travail est :

  • Ecouter les témoignages des paysans venus de tout le pays et de tout type d’agriculture ou d’élevage.
  • Analyser les témoignages avec l’aide de nos experts en les replaçant dans le cadre national et géopolitique.
  • Chercher, proposer des moyens et des méthodes de résistance basés sur l’idée de réappropriation de la terre et du travail par le paysan.
  • Créer des foyers de résistance locale qui constitueront un réseau national pour mener des actions de tout type…

Posté le 28 mai 2016 à 09h06 par Michel Janva | Lien permanent

1er juin : conférence-débat à Nice avec François Billot de Lochner

9359d23c-3b9e-40c0-b353-d7767eacb620

Posté le 28 mai 2016 à 07h38 par Michel Janva | Lien permanent

27 mai 2016

Fumisterie de l'art contemporain

Un jeune garçon a installé ses lunettes sur le plancher d'un musée d'art moderne et a observé les réactions des visiteurs:

Voilà qui nous rappelle ce sketch des Inconnus :

*
Juan Romano Chucalescu par Complot_helleno_balayeur

Posté le 27 mai 2016 à 17h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Lettre ouverte à Sens Commun

86436675_oDe François Billot de Lochner dans Liberté politique, qui demande à Sens Commun de clarifier sa position sur la loi Taubira :

"Chers amis de Sens commun,

Lors de la création de votre mouvement, vous vous êtes explicitement référés à La Manif Pour Tous, en expliquant que vous étiez une sorte d’émanation politique de ce formidable mouvement populaire de résistance. Lorsque vous vous êtes ralliés aux Républicains, je n’avais pas manqué de vous mettre en garde sur les risques d’une telle opération.

En effet, ce parti a toujours été une formidable mécanique d’absorption, à son seul profit, de toute initiative visant à promouvoir « les valeurs ».

Vous avez organisé, à l’époque, une audition des principaux dirigeants du parti sur le sujet de la loi Taubira, et vous vous étiez glorifiés d’avoir obtenu l’accord de Nicolas Sarkozy pour qu’il abroge  la dite loi, en cas de victoire aux élections.

Je vous avais indiqué à l’époque que Nicolas Sarkozy ne s’était engagé en rien, et qu’il s’était moqué de vous par des formulations indignes d’un ancien président de la République, du genre : « Puisque ça vous fait plaisir que je le dise, je le dis ». Formulations que n’auraient pas reniées les amuseurs publics que furent  Coluche ou Thierry Le Luron.

Vous venez de publier une sorte de manifeste de 12 mesures, selon une méthode que j’avais déjà mise en avant, avec succès, lors des élections de 2012. Je constate avec tristesse qu’aucune de vos mesures ne prévoit l’abrogation de la loi Taubira.

Ainsi, vous vous êtes revendiqués de votre filiation à LMPT, alors que vous avez abandonné purement et simplement l’objet social de cette organisation, à savoir l’abrogation de la funeste loi. Vous introduisez ainsi une confusion considérable dans le débat public sur ce sujet.

Pourriez-vous prendre une position claire : soit vous affirmez que vous vous battrez bec et ongles pour que la loi soit abrogée dès 2017, et vous pouvez alors évidemment revendiquer votre appartenance à LMPT ; soit vous indiquez sans ambiguïté que ce combat est dépassé, et vous ne pouvez plus vous réclamer de ce mouvement.

La Manif Pour Tous est une formidable organisation populaire, menant un combat d’une clarté limpide : refuser un changement de civilisation imposé, et lutter pied à pied pour l’abrogation pure et simple de la loi qui induit cette révolution. En ce qui concerne Liberté politique, nous nous mettons dans le sillage des héritiers si nombreux de ces manifestations géantes, puisque la mesure 17 de notre Manifeste de la dernière chance, que nous présentons actuellement aux candidats à la primaire des Républicains, propose explicitement l’abrogation de la loi.

Pouvez-vous nous éclairer sur votre position, pour que chacun  puisse se faire une idée exacte de ce que vous pensez vraiment et de ce que vous voulez faire pour que la France échappe à ce changement de civilisation dramatique ?

Chers amis de Sens commun, d’avance un grand merci pour votre réponse publique, que nous attendons avec impatience !

Très cordialement.

François Billot de Lochner,

Président de la Fondation de Service politique,

 de Liberté politique et du collectif France Audace."

Posté le 27 mai 2016 à 12h56 par Marie Bethanie | Lien permanent

Un militaire français agressé à Castres

Il s'agit d'un sous-officier du 8ème RPIMa de Castres :

"Un militaire du 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa) de Castres, dans le Tarn, a été violemment agressé jeudi soir à l’arme blanche. Il faisait une marche d’entraînement, seul et en uniforme, à une trentaine de kilomètres de sa caserne, à Saint-Julien-du-Puy, lorsqu'il a été abordé par deux hommes.

Selon nos informations, ces derniers lui auraient reproché les bombardements français en Syrie, avant de le frapper à coups de poing et de lui asséner deux coups de cutter. Le soldat a été hospitalisé dans un état grave. Ses agresseurs ont pris la fuite et sont activement recherchés."

Posté le 27 mai 2016 à 11h08 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

Nostalgie : la pyramide du Louvre a disparu

Explications ici.

2047985-louvre

Posté le 27 mai 2016 à 08h57 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (20)

26 mai 2016

Scandale BlackM : Le Comité des Invalides de Guerre écrit au Chef de l'Etat

0 1

Posté le 26 mai 2016 à 19h54 par Michel Janva | Lien permanent

Relaxe pour le général Piquemal

Sans-titreLu ici :

"Le général Piquemal, ancien patron de la Légion étrangère, a été relaxé jeudi par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer des faits d'organisation d'une manifestation interdite par la préfecture.

Cloué au pilori après sa participation à une manifestation hostile aux migrants au mois de mars dernier, à Calais, le général Piquemal, qui dirigea notamment la Légion étrangère a finalement été relaxé des faits d’organisation d’un rassemblement interdit par la préfecture. Pour rappel, Le procureur de la République avait requis lors du procès le 12 mai une amende de 500 euros à l'encontre de Christian Piquemal."

C'est la moindre des choses quand on se souvient des conditions de son arrestation et du tollé que cela avait soulevé

Posté le 26 mai 2016 à 15h57 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (18)

La fête des mères devient la fête des gens qu'on aime

MEncore une conséquence de l'épouvantable loi Taubira : dans les écoles, les fêtes des mères, et des pères, deviennent la fête des gens qu'on aime. Avec des justifications un peu tarabiscotées :

« Chers parents, au vu de situations familiales délicates de certains enfants, nous avons décidé de fêter la “fête des gens que l’on aime” et non pas les traditionnelles fêtes des mères et pères. Chaque enfant a donc créé avec son enseignante deux objets qu’il offrira aux personnes de son choix. Les deux objets seront ramenés à la maison en même temps cette semaine. Cordialement, les maîtresses. »

Suggérons aux papa et aux mamans que les cadeaux de fin d'année traditionnellement destinés aux maîtresses soient désormais offerts aux gens que les élèves aiment...

Posté le 26 mai 2016 à 11h48 par Michel Janva | Lien permanent

Un prêtre demande la séparation de l'Etat et du football

L'abbé Emmanuel Pic, curé de la paroisse Saint-Pierre de Dijon, pousse un coup de gueule dans Témoignage chrétien :

C"À Dijon, mon maire à moi, qui aime VRAIMENT le foot, a lancé la réfection d’une tribune du stade municipal : 18 millions. Quand ce sera fini, l’année prochaine, il ne restera plus qu’à rénover la tribune d’honneur pour permettre au stade Gaston-Gérard, ancien maire, ministre d’un jour dans les années 1930, et inventeur du célèbre plat qui porte son nom, d’accueillir les 20 000 spectateurs que mérite Dijon, dont l’équipe s’est hissée en ligue 1. [...]

Qu’est-ce que vous voulez, il n’y a plus d’argent. Plus d’argent pour les postes dans les villages, les hôpitaux en zone rurale, et bien sûr plus d’argent pour ces gens-là qui seraient aussi bien chez eux. Il y a le caractère choquant de dépenses engagées ici et refusées là. Il y a les abus engendrés par l’argent facile, les salaires mirobolants, les comportements délirants, les excès de l’hypermédiatisation. Il y a les tentations démagogiques d’élus qui ont retenu l’éternelle leçon de Rome : pour gagner les élections, il faut offrir des jeux. Il y a, enfin, le dévoiement d’un idéal : ce qui fascine dans le sport, dans ce sport, ce n’est plus la discipline et l’attention aux autres, mais l’appât du gain et le culte du héros.

Alors, pour calmer le jeu, je propose une réforme : que soit proposée à l’Assemblée une loi portant séparation du foot et de l’État, avec, comme c’est le cas pour les cultes, un régime spécifique pour des associations sportives dont l’origine et la destination des sommes recueillies seraient sévèrement contrôlées. Cette loi, dont l’article premier proclamerait la liberté sportive, déclarerait dès son article 2 que la République ne subventionne ni ne salarie aucun sport.[...]"

Le football étant devenu une religion, on pourrait même s'appuyer sur la loi de 1905 pour demander à l'Etat de cesser de financer ce culte moderne. Cela permettrait d'utiliser l'argent des contribuables à des fins plus utiles à la conservation du lien social.

Posté le 26 mai 2016 à 11h47 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (26)

La canaille rose et verte

De Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique :

Images-4"Georges Bernanos fustigeait, en 1931, de façon cinglante la « canaille dorée de 1740 ». Que dirait-il aujourd’hui alors que l’actualité se concentre sur la légitimité, ou non, de produire un concert de rap à Verdun ?

En réalité la société actuelle dite post-moderne ne se propose même plus de durer. Tout n’y est orienté que vers la jouissance immédiate, la satisfaction des instincts les plus bas d’un peuple humilié par des repentances incessantes, avili par la pornographie, lobotomisé par une déséducation nationale tyrannique, coupé de ses racines et de ses élans par un consumérisme hédoniste frénétique.

Ce peuple qui fut libre (franc signifiant libre et noble) n’est plus maître de son destin ni de ses initiatives. De petits hommes gris qui fixent le prix de la betterave et ne sauraient pas faire pousser des radis règlent les moindres détails de sa vie quotidienne.

Ce peuple qui fut brave a interdiction de se défendre quand il est agressé. Le monopole de la violence doit, paraît-il, rester aux forces de sécurité plus promptes à verbaliser les excès de vitesse qu’à réduire les zones de non droit dans les banlieues.

Des classes dirigeantes indignes, corrompues et coupées du réel, croyant sans doute que Le bon coin est le nom d’un restaurant à la mode, rejettent un héritage qui les écrase parce qu’elles sont incapables intellectuellement de le comprendre et spirituellement de le vivre. Elles ont la haine de la transmission et de son support naturel : la famille. Incapables d’être réellement elles se réfugient dans l’avoir. Les nobles idéaux qu’elles portent en sautoir sur leurs tabliers en peau de cochon cachent de plus en plus mal leur seul objectif qui est de « jouir sans entraves » du pouvoir et de ses délices. Elles cumulent sous les ors de la République grasses prébendes et non moins grasses affaires de cul et traitent avec arrogance et suffisance le petit peuple dont les réactions de survie ne sauraient être, selon elles, que « nauséabondes » pour les odeurs et « brunes » pour les couleurs. Ces gens ne connaissent du plus beau mot de la langue française, servir, que la forme pronominale : se servir.

Par-dessus tout cette canaille rose et verte de 2016 qui laissera dans l’histoire la trace de capotes douteuses et de seins flasques n’aura en définitive servi sous des noms divers que la libération de la braguette. Intraitable et brutale avec les doux de La Manif Pour Tous mais faible avec les violents des Black Blocs, elle a pour l’Islam les yeux de Chiméne à la fois envoûtée par des beautés orientales et déjà subjuguée par la force des guerriers d’Allah.

La chienlit occupe nos villes, mollement contenue par un pouvoir qui, de fait, en partage les haines : la France, la Tradition, la famille, le catholicisme, la fidélité, le travail, l’honneur.

De nouveaux privilégiés, étrangers à toute notion de justice et de bien commun, s’accrochent à leurs privilèges désuets, à leurs statuts obsolètes, à leurs rentes de situation comme la bernique à son rocher.

Des populations étrangères à notre histoire et à notre civilisation s’estiment « chez elles, chez nous » et exigent d’être accueillies généreusement en réparation des méfaits que nos ancêtres auraient fait endurer aux leurs.

Submergeant ce champ d’épandage et criant vengeance devant Dieu s’étendent, sans cesse plus abondants, les flots de sang répandus par les victimes de l’avortement. Qui croira que ces crimes resteront impunis ? Abraham ne trouva pas les dix Justes qui auraient préservé Sodome de la colère de Yahvé. Il n’en trouva que quatre. Et Sodome fut détruite à cause de ses péchés !"

Posté le 26 mai 2016 à 07h20 par Michel Janva | Lien permanent

Pour sauver l'oligarchie républicaine: la guerre civile?

Faut-il voir cette piste en filigrane de ce passage de l'audition du patron de la DGSI devant la commission de la défense de l'Assemblée nationale ?

Cela d’autant que l’Europe est en grand danger : les extrémismes montent partout et nous sommes, nous, services intérieurs, en train de déplacer des ressources pour nous intéresser à l’ultra-droite qui n’attend que la confrontation. Vous rappeliez que je tenais toujours un langage direct ; eh bien, cette confrontation, je pense qu’elle va avoir lieu. Encore un ou deux attentats et elle adviendra. Il nous appartient donc d’anticiper et de bloquer tous ces groupes qui voudraient, à un moment ou à un autre, déclencher des affrontements intercommunautaires.

La tentation des populismes, la fermeture des frontières, l’incapacité de l’Europe à donner une réponse commune, l’incapacité à adopter une législation applicable en tous lieux, nous posent d’énormes problèmes. Et je note, de plus en plus, une tendance au repli sur soi.

Car enfin, où sont ces hordes barbares d'extrêêêêêmmeeee droââte qui ne demandent qu'à en découdre? Où est l'hydre ? et à qui profiterait une confrontation sanglante ?

Rappelons-nous que la guerre civile est une des lubies de Manu le chimique, qui se livre régulièrement à ce sujet à des prophéties dont on peut se demander s'il ne les souhaiterait pas "auto réalisatrices", comme disent les économistes. Faut-il y voir un plan alternatif à une perte de contrôle de l'oligarchie, selon le modèle historiquement éprouvé en France dès lors qu'une réaction en profondeur à l'effondrement, menant à d'autres solutions politiques que la République maçonnique, est en gestation: France 1940-1944, et dans une moindre mesure Algérie 58-62 ?

Par ailleurs, que penser de l'assertion du patron de la DGSI: "nous sommes, nous, services intérieurs, en train de déplacer des ressources pour nous intéresser à l’ultra-droite qui n’attend que la confrontation", compte tenu du fait que la ressource disponible est déjà insuffisante à faire face aux menaces réelles ?

C'est déplorable.

Une fois de plus.

Posté le 26 mai 2016 à 07h05 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (9)

25 mai 2016

Nouvelle intox sur la baisse du chômage

La presse l'annonce :

"Après avoir enregistré une baisse record (de 60.000 en métropole et de 62.400 DOM compris) en mars, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A a de nouveau reculé au mois d’avril. Et pas qu’un peu: de 19.900 dans le seul hexagone et de 23.800 outre-mer inclus. Ce résultat est d’autant plus remarquable qu’un reflux du nombre d’inscrits deux mois d’affilée n’avait pas été observé depuis… avril 2011 en métropole (et depuis juillet 2015 en France entière, si on prend en compte les dom). Soit depuis plus de cinq ans."

Une sortie de la catégorie A ne signifie pas une reprise d'activité, mais le plus souvent :

  • cessation d'inscription pour défaut d'actualisation (Le ministère du Travail précise que l'on constate « une hausse inhabituelle » du nombre de personnes qui n'ont pas actualisé leur situation...)
  • radiation
  • entrée en stage
  • et... reprise d'emploi

CjUp1c_W0AAtxOx.jpg-large

Posté le 25 mai 2016 à 21h30 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

Impunité des agresseurs de policiers : le parquet fait appel

Le parquet de Paris a fait appel mercredi des remises en liberté sous contrôle judiciaire de trois des quatre personnes mises en examen dans l'enquête sur des violences contre la police, dont l'incendie d'un véhicule où se trouvaient deux agents.

Les quatre hommes avaient été mis en examen pour «tentative de meurtre sur personne dépositaire de l'autorité publique et destruction de bien en bande organisée». Seul le plus jeune d'entre eux avait finalement été placé en détention provisoire, provoquant la colère de certains syndicats de police. 

En 2013, un militant de La Manif Pour Tous a fait 20 jours de prison pour avoir renversé une table...

Posté le 25 mai 2016 à 16h32 par Michel Janva | Lien permanent

Café-Histoire de Toulon : les confréries de Pénitents au fil des âges en Provence

Le Café-Histoire de Toulon vous propose deux causeries qui ont eu lieu cette année, sur le thème des confréries de Pénitents. En cliquant sur chaque lien, vous pouvez lire en ligne les documents PDF réalisés d'après ces causeries, les télécharger voire les imprimer. Bonne lecture.

Pénitents

 

Les Pénitents Gris, dits Bourras d’Aix : La charité de Louis XIV à nos jours, par Bernard Terlay.

Les confréries de Pénitents provençales et le catholicisme social, par Alain Vignal.

cafehistoiredetoulon@gmail.com

Posté le 25 mai 2016 à 11h42 par Marie Bethanie | Lien permanent

27 mai à Tours : Manifestation Hollande démission

13293123_785721464898492_1643958626_n

Posté le 25 mai 2016 à 07h46 par Michel Janva | Lien permanent

Journal d'un antifa

Lu dans Minute :

Capture d’écran 2016-05-24 à 20.36.07"Antonin Bernanos est l’un des quatre individus de la mouvance antifasciste mis en examen et écroués dans l’affaire de l’attaque et de l’incendie de la voiture de police, quai de Valmy à Paris. Il est l’arrière-petit-fils... de Georges Bernanos. [...] Antonin et l’un de ses frères figurent parmi les quatre militants d’extrême gauche mis en examen dans cette affaire pour « tentative d’homicide volontaire », « violences volontaires en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique », « dégradation de bien public en réunion » et « participation à un attroupement armé ».

Agé de 21 ans, Antonin Bernanos a étudié au Lycée autogéré de Paris, bastion de l’extrême gauche libertaire, rue de Vaugirard dans le XVe arrondissement (un établissement qui participe activement aux manifestations contre la loi El Khomri). « Il était redskin et arborait une longue crête blonde ainsi que des rangers à lacets rouges », se souvient l’un de ses anciens condisciples. C’est là qu’il va se radicaliser et que, grâce à un autre de ses frères de dix ans son aîné, il va intégrer le groupe « Action Antifasciste Paris-Banlieue », créé en 2008.

A l’époque, le groupe « antifa » ne compte qu’une dizaine de membres, anciens de la tribune Auteuil du Parc des princes et communistes libertaires. Son extension – et sa célébrité – datent de la mort de Clément Méric – Clément Méric de Bellefon de son nom complet... –, le 6 juin 2013 à l’âge de 18 ans dans une bagarre avec des militants nationalistes. « A l’époque de la mort de Clément Méric, Antonin avait aussi 18 ans et la disparition de son copain lui a littéralement fait péter les plombs », nous explique un fin connaisseur des mouvements de jeunes radicaux. Il n’avait toutefois pas attendu ce drame pour faire le coup de poing. [...]

Le jeune Bernanos fut aussi mêlé à l’attaque de militants du GUD dans un bar-tabac de la rue d’Assas qui s’était soldée par un tir de « gomme-cogne » en direction des militants nationalistes, tir qui avait finalement atteint un serveur... [...]

Le 12 mai dernier enfin – six jours avant l’attaque de la voiture de police – Antonin Bernanos a été mêlé à la tentative d’intrusion violente dans l’enceinte militaire des Invalides. [...]"

Posté le 25 mai 2016 à 07h27 par Michel Janva | Lien permanent

L’Etat a eu deux façons "très différentes" d’aborder les deux mouvements de rue en 2013 et 2016

Suite à la comparaison effectuée par Eric Brunet sur RMC entre la répression dont a été victime la Manif pour Tous en 2013 et le laxisme du gouvernement vis-à-vis de Nuit Debout et des manifestations actuelles, ce dernier réagit aux accusations des journalistes bobos de Libération et Marianne avec, à l'appui, de nombreux témoignages (policiers, CRS, Madeleine de Jessey, défenseur des droits) :

"Ces dernières semaines, plusieurs policiers sont intervenus dans mon émission sur RMC pour témoigner de la mansuétude des pouvoirs publics à l’égard du mouvement des anti loi El Khomri. Je partage leur opinion. Je l’ai dit, je l’ai écrit : la réponse du gouvernement aux nombreuses violences de ces derniers mois m’a semblé beaucoup moins immédiate et nette que la repression mise en œuvre en 2013, lors du mouvement de la Manif pour tous. (...) Pour autant, Marianne et Libération ont contesté les chiffres que j’avançais, évoquant des confusions. On pourrait en débattre. En revanche, parler d’intox et de bobard me semble malhonnête.

Pourquoi ai-je dis que durant les premières semaines du mouvement anti El Khomri, le gouvernement a été très peu répressif ? Parce que le chiffre de 193 gardes à vue seulement en date du 16 avril 2016 est ridiculement faible. Parce que le gouvernement a été beaucoup plus prompt à interpeller des Veilleurs globalement pacifistes, qui n’ont pas détruit de bâtiments publics, et dont la violence ne me semble pas supporter de comparaison avec le mouvement actuel. (...)

Je le redis, on peut débattre de l’imprécision des chiffres que j’ai repris. Dont acte. Toutefois, il me semble difficile de contester le fait le plus important : l’Etat a eu deux façons "très différentes" d’aborder ces deux mouvements de rue en 2013 et 2016."

Posté le 25 mai 2016 à 06h41 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (2)

24 mai 2016

L'Archange du Mont-Saint-Michel revient en Normandie

Posté le 24 mai 2016 à 20h18 par Michel Janva | Lien permanent

La photo du jour

20 mai 2016 : le maire PS de Pierrefitte-sur-Seine (93) Michel Fourcade commémorant l’abolition de « l’esclavage colonial »... sous la pluie.

1605241821240107

Via FDesouche

Posté le 24 mai 2016 à 17h00 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (10)

L’UNSA Police demande la dissolution de l’Action Antifasciste Paris-Banlieue

Le ministre osera-t-il dissoudre cet organisme supplétif du régime ? (source)

P

Posté le 24 mai 2016 à 16h21 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

15 000 : le chiffre sur lequel le FN devra méditer

PHO6e72c942-b5a1-11e2-b8fc-cfb0f73c04a0-805x453A quelques centaines près, c'est le nombre de voix qu'il aura manqué à Norbert Hofer pour être élu président en Autriche (15 514) puisque l'écart entre les deux candidats est de 31 026 voix (source). 15 514 voix représentent 0,24% des suffrages exprimés. Rapporté à l'élection présidentielle en France de 2012, cela représente environ 90 000 voix.

Le FN et Marine Le Pen devront donc méditer avec attention les deux conseils contradictoires qui leur sont prodigués aujourd'hui : celui de Jean-Yves Le Gallou qui affirme que "le cocktail électoral gagnant, c’est l’alliance du combat pour l’identité et du combat pour les valeurs" et celui de Jacques Sapir qui considère que "les sujets sociétaux n’entraineront jamais un vote d'adhésion". 

En 2013, la Manif pour Tous a rassemblé trois fois un million de manifestants dans les rues de Paris, sans compter les nombreuses mobilisations décentralisées en province constituant ainsi un évènement historique et pratiquement inédit. Beaucoup de Français n'ont pu se joindre à eux, notamment les personnes âgées et certaines familles n'ayant pas trouvé de solution pour leurs jeunes enfants. La motivation première de ces manifestants a été, au delà de leur opposition à la néfaste loi Taubira de dénaturation du mariage, de défendre les valeurs traditionnelles de la famille. Ces défenseurs de la famille attendent désormais plus que jamais que leurs aspirations profondes soient prises en compte sérieusement et avec sincérité en 2017, d'autant plus que beaucoup de jeunes, mineurs en 2013 et éveillés à la chose politique à cette occasion, voteront pour la première fois. 

Il serait dommage de perdre l'élection présidentielle de 2017 à 90 000 voix près...   

Posté le 24 mai 2016 à 16h21 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (21)

23 mai 2016

Gabrielle Cluzel : « Refuser la burqa chimique de la contraception »

Gabrielle Cluzel est interrogée par Le Rouge et Le Noir. Extraits :

[...] Les femmes ne savent pas elle-même ce qui est bon pour elles, il faut donc les mettre sous tutelle, les laisser sous la férule d’un gouvernement qui règlemente minutieusement leur vie, jusqu’à l’intimité de leur chambre à coucher, par la pilule et l’IVG. Lorsqu’il incite les lycéennes mineures, à user et abuser de la pilule du lendemain, en dehors de tout contrôle de la famille, le gouvernement s’assoit sur le bord du lit de celles-ci en jouant des coudes avec les parents : poussez-vous de là que je m’y mette.

L’histoire nous a appris à nous méfier des États qui veulent faire notre bien malgré nous, qui savent mieux que les parents ce qui est bon pour leur progéniture, jusqu’à leur confisquer l’autorité. C’est l’une des marques de la tyrannie. Le féminisme en est une, feutrée et faussement empathique. Je vous renvoie à la lecture de l’excellente uchronie de Bernard Quiriny, Les assoiffées.

L’un des exemples les plus dramatiques de cette "libération" en est, selon vous, la libération sexuelle (le tout, tout de suite, avec n’importe qui) et son corollaire : le couple contraception-avortement. Pourquoi est-ce un échec ? Comment l’expliquer à nos contemporains persuadés qu’il s’agit de "conquêtes acquises de haute lutte" ?

Je suis intimement persuadée que les femmes, les jeunes-filles, sentent confusément ce fiasco, même si elles n’ont pas toujours les mots pour le dire. Je voudrais que ce livre les leur donne. J’essaie de montrer de façon simple les contradictions féministes. En me plaçant simplement du point de vue de l’intérêt de la femme. La dérégulation des rapports homme-femme, la fin de la « cour », la crudité et la vulgarité des échanges verbaux - sous couvert « d’humour » -, l’écrasement des étapes intermédiaires avant l’acte sexuel, jusqu’à créer des malentendus quant au consentement (il paraît que dans la police, on appelle cela des « miols », des demi-viols), la fin de cette illusion enivrante et flatteuse pour la femme d’être une citadelle à conquérir, n’a servi que la cause des hommes, qui ne se voient plus « forcés » de perdre leur temps en préliminaires fastidieux. La citadelle est désormais un rez-de-chaussée HLM facilement squatté… donc qui n’a plus beaucoup de prix.

Par ses déclarations ingénues au moment de « l’affaire Baupin, Jacques Séguéla a mis les pieds dans le plat : « Les verts sont nés de l’amour libre. (…) Il y a un discours un peu hippie écervelé qui a prêté à ça » a-t-il déclaré, en guise de circonstances atténuantes pour le député vert. Il a mille fois raison. Les féministes se drapent dans leur vertu outragée, poussent des cris d’orfraie et veulent diligenter des enquêtes pour trouver le responsable… mais on le connaît déjà : c’est notre société libertaire, née bien sûr de mai 68.

Et je ne parle pas, bien sûr, de l’irresponsabilité masculine induite par les moyens de contraception et l’IVG. Puisque la femme a tous les outils pour ne pas être enceinte, si par malheur, une grossesse s’annonce, elle n’a qu’à s’en prendre à elle-même.

La femme « traite » donc sa fécondité comme une affection au long cours - le diabète ou l’asthme - avec les risques inhérents pour sa santé, risques physiques, physiologiques et - dans le cas de l’avortement - psychologiques. Les conquêtes dont vous parlez sont des débâcles. La fécondité faisait du corps de la femme un temple sacré, où naissait et grandissait la vie - cette puissance symbolique, (assez bien résumée dans une chanson de Renaud : « J’aurai beau être pédé comme un phoque, je ne serai jamais en cloque »), venait contrebalancer la puissance physique de l’homme. Ce temple est devenu un sanatorium. [...]"

Posté le 23 mai 2016 à 17h31 par Michel Janva | Lien permanent

Education sexuelle dès la maternelle

Voici ce que les infirmières scolaires reçoivent de la part des obsédés de l'Education nationale :

"Pourquoi faire de l’éducation à la sexualité en maternelle ? Pour favoriser une vision de la sexualité positive et apprendre à développer sa sensorialité, afin de prévenir les violences sexuelles."

Et dans le support "pédagogique" on trouve :

O

Les parents sont-ils prévenus ?

Posté le 23 mai 2016 à 10h57 par Michel Janva | Lien permanent

Devoir de réserve des généraux : entre engagement courageux et prudence excessive et servile

Jean-Pax Méfret nous apprend que le général Cambournac n'a pas été réélu à la tête de L'Union national des Parachutistes (UNP) et que cela pourrait avoir un lien avec la désolidarisation que ce dernier avait eu à l'égard du général Piquemal :

"Le général Cambournac, président sortant et candidat à un nouveau mandat est battu. C'est la première fois en 53 ans d'UNP qu'un président sortant, à nouveau candidat, n'est pas réélu.  Contrairement au général Bruno Dary, ancien ComLe et ancien gouverneur militaire de Paris, Cambournac s'était totalement désolidarisé de l'action à Calais du général Piquemal, l'ancien patron de l'UNP. Et surtout, il n'avait pas protesté sur les conditions de son interpellation.

Le Salon beige avait souligné la frilosité de certains généraux ici et reproduit la tribune de maître Frédéric Pichon dénonçant le comportement du général Cambournac ici.

Sur Boulevard Voltaire, un ancien officier de gendarmerie s'en félicite :

"Souvenez-vous : après l’arrestation à Calais du général Piquemal, ancien président de l’UNP, le général Cambournac s’était fendu d’un communiqué rejetant toute proximité avec l’action du vieux général (...) Sa fermeté, c’est de ne pas en avoir, mais cela est-il étonnant ? Car Thierry Cambournac n’en est pas à son premier reniement (...)

Le tango, voilà une danse que notre para doit pratiquer souvent, surtout quand on ajoute la missive qu’il a adressée le 14 juillet 2014 concernant la présence du drapeau FLN : « La commémoration de la Première Guerre mondiale prendra la forme d’un tableau statique avec un carré de 64 nations, dont l’Algérie, avec chacune le drapeau national… Je réitère que l’UNP n’a pas vocation à s’exprimer et ne s’exprimera pas sur ce sujet. En conséquence, aucun de ses membres ne peut se prévaloir de sa qualité d’adhérent de l’UNP pour exprimer une position différente. » Je n’ai qu’une chose à vous dire, mon général : bon vent. Il n’y a aucun doute, votre prudence vous place dans la lignée des girouettes et des moulins à vent."

Posté le 23 mai 2016 à 10h22 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

Libération a-t-il vraiment prouvé que Black M a un grand-père Tirailleur sénégalais ?

1605182006480100Suite aux doutes formulés par FDesouche à propos de l'appartenance ou pas du grand-père de Black M aux tirailleurs sénégalais et à sa participation au deuxième conflit mondial, doute relayé par Robert Ménard sur LCI où il demandait simplement aux journalistes de vérifier l'information, Libération crie victoire et aurait trouvé LA preuve :

"(...) Désintox a décidé d’aller à la source et de contacter l’Association des enfants des tirailleurs sénégalais de Guinée (...) Après avoir vérifié dans les registres guinéens, son président Lamarana Amadou Diallo nous a alors communiqué une attestation où il certifie «qu’Alpha Diallo» (la véritable identité de Black M) «est le petit-fils de l’ancien combattant : Alfa Mamoudou DIALLO», «combattant de la 2e Guerre mondiale 1939-1945» (...)"

Bien que l'information ne soit toujours pas confirmée à ce jour ni par le ministère de la Défense ni par le Service Historique des Armées, Libération tient donc tout de même sa preuve irréfutable. Il 'agit en l'occurrence d'un échange avec Lamarana Amadou Diallo, président de l’Association des enfants des tirailleurs sénégalais de Guinée, association qui s'était complètement discréditée en 2014 en prétendant que 161 millions de tirailleurs africains avaient été recrutés, comme le montre cet extrait de l'allocution prononcé à l'ambassade de France en 2014 par l'attaché de Défense lui-même :

"J’ai lu avec beaucoup d’attention et d’intérêt cette déclaration de l’association des enfants des tirailleurs. Il y a dans ce texte un certain nombre d’approximations qui le rendent peu crédible : prétendre que plus de 161 millions de tirailleurs africains ont été recrutés me semble parfaitement illustrer ce point... Dans une déclaration, la plus petite erreur fragilise toute la démonstration même si celle-ci comprend des éléments véridiques, ce qui est le cas ici. Je n’en ai cité qu’une, mais il y en a beaucoup d’autres… Ces erreurs sont donc regrettables

Je me permets simplement d’attirer l’attention de ses rédacteurs sur un point qui me semble essentiel : la France verse leurs pensions à tous les anciens combattants qui en font la demande et qui sont en mesure d’apporter la preuve de leur statut d’ancien combattant. Depuis plusieurs années, la mission militaire de l’ambassade de France à Conakry apporte son soutien aux anciens combattants guinéens, en vérifiant que les pensionnés perçoivent bien la totalité de la pension à laquelle ils ont droit, et en apportant des secours et des soins médicaux aux anciens combattants les plus nécessiteux ainsi qu’aux veuves, très nombreuses en Guinée.

La France respecte ses engagements auprès des anciens combattants guinéens, au même titre qu’auprès des anciens combattants français. Ainsi, si vous avez dans votre entourage un ancien combattant qui ne touche pas sa pension, il faut lui dire de la demander aux services de l’ONAC guinéen, qui a la charge d’instruire les demandes et de les transférer vers la France (...)

Enfin, en Guinée, c’est l’Etat guinéen qui est responsable du versement des pensions aux anciens combattants, et l’Etat guinéen demande ensuite à l’Etat français de lui rembourser l’avance qu’il a faite. Chaque année, la France verse ainsi à la Guinée environ 5 millions d’euros au titre des pensions militaires."

Avec les nombreux travaux qui ont été menés ces dernières années sur les Tirailleurs sénégalais, il ne devrait pas être très difficile de croiser cette preuve avec des sources françaises...

Posté le 23 mai 2016 à 08h59 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

22 mai 2016

Juvin en liberté: la "compil" de la semaine du 16-20 mai

Autant de petites leçons pertinentes sur l'actualité nationale et internationale, et de voies à explorer pour le salut national. Aujourd'hui:

  • la retenue à la source et l'enfer fiscal français,
  • les manifestations de la police, les fonctions régaliennes, le rôle et l'autorité de l'Etat,
  • nucléaire militaire et souveraineté française,
  • l'avenir de l'épargne,

 

Posté le 22 mai 2016 à 19h20 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (2)

21 mai 2016

Les Potimarrants : si vous les avez ratés ce soir, vous avez une deuxième chance demain

Affiche Paris

Posté le 21 mai 2016 à 20h15 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

Un policier lynché à Nantes

Posté le 21 mai 2016 à 17h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (20)

Festivals de musique : "un système stalinien de programmation et de financements à la française" [Add.]

Christian Combaz dénonce l'hypocrisie des annulations du groupe américain Eagle Death of Metal sur Atlantico

"S'il fallait une preuve que le mépris des Kouffars est moins grave que celui des Arabes, la cascade d'annulations que connaît Eagles of Death Metal en est l'illustration. Le premier est considéré comme une faute vénielle par le Président de la république. Le second comme un crime (...)

Si vraiment les responsables de festivals voulaient voir chanter chez eux de bons Américains qui ne disent jamais fuck, qui adorent les populations orientales et qui vont à l'église, il ne fallait pas faire appel à ce que l'Amérique compte de plus sommaire musicalement et de plus vulgaire socialement.

Les Eagles of Death Metal en Californie font avant tout frissonner les illettrés au regard noyé de bière et de fatigue qui viennent d'assister à une course de Monster Trucks. Tandis que chez nous c'est le public haut de gamme qui adore. Il se donne l'illusion de faire de la sociologie façon I-télé à chaque fois qu'il prend le pouls de l'Amérique profonde. Chez ces gens-là la vie n'est qu'un immense journal de Bruce Toussaint. Les petits marquis de l'opinion française les trouvaient jusqu'ici absolument délicieux ces grands garçons tatoués, comme tout ce qui mélange les têtes de mort et la bannière étoilée dans l'imagerie du Rock. Mais là, ils s'aperçoivent que l'Amérique de Trump n'est pas exactement celle du Starbucks Café.

Il y a pire, dans la cascade des annulations, on voit se dessiner une armature en train de s'effondrer, tout un système stalinien de programmation et de financements à la française, où le conseil général, la Région, la communauté de communes, contribuent pour moitié au budget d'un concert, et où de crainte de déplaire idéologiquement à ceux qui vont verser les subventions, les acteurs sur le terrain s'écrasent au dernier moment en méprisant totalement le public à qui le concert était destiné. "De toute façon la billetterie ne suffisait pas à en assurer l'équilibre", vous dit-on avec lassitude.

Il s'agit donc avant tout d'entretenir, à perte, la flamme festive et l'illusion qu'on se démène pour faire bouger la région. Il s'agit de montrer au ministère concerné qu'on a pris des initiatives afin de contribuer à la gloire du ministre, le tout sur le dos de contribuables qui seraient stupéfaits de voir quel genre de demeurés traversent les océans en jet privé pour chanter à leurs dépens. Mais à la moindre embrouille, il n'y a plus personne, plus de responsable, rien que le sentiment d'avoir affaire à un système moribond, confit dans la lâcheté et l'auto-contradiction."

Addendum : Yves Daoudal clame "Vive la liberté d'expression" sur son blog :

La chape de plomb du politiquement correct devient de plus en plus lourde et hermétique. Les deux festivals français où devait se produire le groupe Eagles of Death Metal cet été l’ont déprogrammé, à cause des propos de son chanteur Jesse Hughes (« pro-armes, pro-Trump, et pro-vie ») dans une interview. Vive la liberté d’expression

Une interview qui a été intégralement traduite par Fdesouche et qui n’est pas inintéressante. Extrait :

Il suffit de prendre le mot «Islam» et le remplacer par «communisme». Il est une idéologie. De la même manière que les Rosenberg pourraient vendre des secrets nucléaires sur le sol américain, des terroristes musulmans peuvent nous attaquer de l’intérieur. Il serait normal de faire preuve de suspicion envers les musulmans par les temps qui courent.

Posté le 21 mai 2016 à 14h47 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (10)

Les professions libérales et la journée «dite de solidarité» ?

Le récent communiqué de la CFTC en faveur du lundi de Pentecôte chômé demandait notamment :

"Pour quelle raison, les professions libérales ne sont-elles pas assujetties à une journée « dite de solidarité » ?"

Une lectrice du Salon Beige répond :

"D'abord précisons :

- ce qu'est la "journée de solidarité". La manoeuvre consiste à faire offrir par les salariés 7 heures/an de temps de travail. Sans baisse de leur rémunération, les heures "offertes" étant fabriquées en excédent (heures sup, jour férié travaillé, RTT non pris).

- ce qu'est une profession libérale (PL), comme tout travailleur indépendant (artisan, commerçant...) : un travailleur ou entrepreneur non salarié qui ne relève pas du droit social. Le Code du Travail ne lui est pas applicable. Pour lui, pas de notion sociale codifiée de temps de travail.

En signant un CDI ou un CDD, votre contrat, régi par le droit social, énonce le nombre d'heures travaillées & l'exprime en rémunération garantie. Sont d'office définis en droit :  le temps de travail, et le temps de non travail rémunéré ou pas (congés payés, jours fériés, heures et jours de repos, récupérations). La notion d'heure supplémentaire est donc claire, on sait à partir de combien d'heures et quand une heure est "en supplément".

Mais si vous êtes PL (ou travailleur indépendant en général), il n'y a rien de tout ça. Votre temps de travail n'est pas délimité : nulle heure n'est "supplémentaire", le temps de non travail (repos, congé...) n'est pas défini. Le RTT n'existe pas davantage. Le droit ne le prévoit pas. Donc personne même pas les petits gars de la CFTC n'est en mesure de dire ce que serait un temps de travail supplémentaire (ou pas d'ailleurs) à prendre à une PL sans baisse de rémunération pour l'offrir à un tiers.

C'est aussi peu pertinent que si on voulait offrir des congés payés aux professions libérales comme aux salariés. En l'absence de tiers employeur, qui faudra-t-il alors taxer pour financer les congés payés des professions libérales ? La CFTC peut-être ?"

Posté le 21 mai 2016 à 10h10 par Michel Janva | Lien permanent

20 mai 2016

Annulation de deux concerts des Eagles Death of Metal

On attend avec impatience les réactions outrées de Jack Lang et de la ministre de la culture, qui avaient été si prompts à s'indigner de l'annulation de celui de Black M. Audrey Azoulay avait même dénoncé un "ordre moral nauséabond". Visiblement, la liberté d'expression n'est pas la même pour tous :

"Les organisateurs du Cabaret vert justifient cette décision sur leur site Internet : "En désaccord total avec les récents propos tenus par Jesse Hugues, chanteur de Eagles of Death Metal, à un media américain, les festivals Cabaret Vert et Rock en Seine ont décidé ce jour d’annuler les concerts du groupe qui étaient prévus sur leurs événements cet été. Nous vous remercions pour votre compréhension." (source)

Dans une nouvelle interview, accordée récemment à Taki's Magazine, Jesse Hughes se dit toutefois à nouveau "certain qu'ils (les assaillants, ndlr) étaient là tôt". "Je me souviens d'eux en train de fixer mon pote. J'ai juste mis ça sur le compte de la jalousie des arabes" à l'égard des Américains, ajoute le chanteur. Il assure également avoir vu au Bataclan Salah Abdeslam, seul membre encore en vie du commando jihadiste des attentats de Paris. L'enquête n'a toutefois jamais fait état de sa présence sur les lieux.

Jesse Hughes assure dans la même interview avoir "vu des musulmans faire la fête dans la rue pendant l'attaque, en temps réel". "Comment pouvaient-ils savoir ce qui était en train de se passer? Il y a sûrement eu une coordination", déclare le chanteur à cette publication" (source)

Posté le 20 mai 2016 à 17h43 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

Terrorisme : "si l’on ne raisonne qu’en termes de sécurité, on va dans le mur"

Patrick Calvar, patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a été auditionné le 10 mai par la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale. Extraits :

Unknown-3"La France est aujourd’hui, clairement, le pays le plus menacé. Je vous rappelle qu’un des numéros de la revue francophone de Daech, Dar al Islam, titrait en une : « Qu’Allah maudisse la France ». De leur côté, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), en tant qu’organisation héritière du Groupe islamique armé (GIA) des années 1990, considère toujours la France comme l’ennemi numéro un et Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) nous stigmatise de la même façon. La menace est par conséquent, j’insiste, très forte ainsi que l’ont montré les attentats de janvier et de novembre 2015. Elle est très forte également hors du pays ainsi que nous avons pu le constater avec les attentats de Bamako, de Ouagadougou et, plus récemment, de Bassam, en Côte d’Ivoire. [...]

Nous savons que Daech planifie de nouvelles attaques – en utilisant des combattants sur zone, en empruntant les mêmes routes qui facilitent l’accès à notre territoire – et que la France est clairement visée. Daech se trouve dans une situation qui l’amènera à essayer de frapper le plus rapidement possible et le plus fort possible : l’organisation rencontre des difficultés militaires sur le terrain et va donc vouloir faire diversion et se venger des frappes de la coalition.

Si les attentats de novembre dernier ont été perpétrés par des kamikazes et par des gens armés de kalachnikov ayant pour but de faire le maximum de victimes, nous risquons d’être confrontés à une nouvelle forme d’attaque : une campagne terroriste caractérisée par le dépôt d’engins explosifs dans des lieux où est rassemblée une foule importante, ce type d’action étant multiplié pour créer un climat de panique. [...]

Pas moins de 645 ressortissants français ou résidents en France sont présents dans la zone syro-irakienne. Parmi eux, nous comptons 245 femmes, qui ne participent pas aux combats, et 20 mineurs qui, au contraire, s’y livrent. Ils sont donc moins de 400 à participer à des opérations militaires. Par ailleurs, 201 individus sont en transit, soit à destination de la Syrie, soit de retour de Syrie pour la France. Nous recensons 173 Français présumés morts – chiffre sans doute inférieur à la réalité, mais il est très difficile d’obtenir des indications précises du fait des bombardements. Deux cent quarante-quatre personnes sont revenues de la zone syro-irakienne en France. Enfin, 818 personnes manifestent l’intention de se rendre sur place.

[...] Je souhaite maintenant vous faire part d’une réalité totalement inconnue ou en tout cas jamais soulignée : nous recensons quelque 400 enfants mineurs dans la zone considérée. Les deux tiers sont partis avec leurs parents, le tiers restant étant composé d’enfants nés sur place et qui ont donc moins de quatre ans. Je vous laisse imaginer les problèmes de légalité que posera leur retour avec leurs parents, s’ils reviennent, sans compter les réels problèmes de sécurité car ces enfants sont entraînés, instrumentalisés par Daech : une vidéo est sortie récemment, en français, qui les met en scène en tenue militaire. Ces enfants sont ainsi conditionnés ; il faut savoir également qu’ils s’entraînent aux armes à feu. Nous disposons de vidéos montrant des enfants qui exécutent des prisonniers ; ainsi, sur l’une, on voit un Français de onze ou douze ans – sans manifester aucune émotion – tirer une balle dans la tête d’un individu que Daech suppose être un agent des services israéliens. Il va donc falloir, j’insiste, s’occuper de ces enfants quand ils reviendront.

Pour ce qui est de l’aspect judiciaire, pour la seule DGSI, nous recensons 261 dossiers concernant plus de 1 000 individus. Nous avons procédé à plus de 350 interpellations. Au moment où je vous parle sept personnes sont gardées à vue. Chaque semaine nous interpellons des gens. Plus de 220 sont mises en examen, plus de 170 ont été écrouées et plus de 50 placées sous contrôle judiciaire. Enfin, depuis août 2013, mon service a bloqué 15 projets terroristes en France.

Nous ne prenons souvent en considération que les Français ou les personnes résidant en France. Or nous sommes désormais obligés de réfléchir dans le cadre plus large de la francophonie. En effet, de nombreux Nord-Africains se trouvent dans les zones considérées : beaucoup de Tunisiens, un peu moins de Marocains et d’Algériens. Ils ont la capacité de venir très facilement sur notre territoire et la plupart sont francophones – on l’a vu avec les Belges qui ont opéré en France. Ils ont aujourd’hui un intérêt particulier à s’installer en Libye. Sachez qu’il y a quelques semaines, pour la première fois, nous avons interpellé trois individus qui partaient pour la Libye, ce qui signifie que des filières pourraient se mettre en place puisque pour cela il suffit qu’une personne s’y rende et fasse ensuite appel à ses amis. Actuellement, quelques Français se trouvent dans la zone libyenne. Un mouvement s’amorce, et il faudra compter avec ceux qui quitteront la Syrie pour la Libye plutôt que pour l’Europe. [...]

Cela d’autant que l’Europe est en grand danger : les extrémismes montent partout et nous sommes, nous, services intérieurs, en train de déplacer des ressources pour nous intéresser à l’ultra-droite qui n’attend que la confrontation. Vous rappeliez que je tenais toujours un langage direct ; eh bien, cette confrontation, je pense qu’elle va avoir lieu. Encore un ou deux attentats et elle adviendra. Il nous appartient donc d’anticiper et de bloquer tous ces groupes qui voudraient, à un moment ou à un autre, déclencher des affrontements intercommunautaires. La tentation des populismes, la fermeture des frontières, l’incapacité de l’Europe à donner une réponse commune, l’incapacité à adopter une législation applicable en tous lieux, nous posent d’énormes problèmes. Et je note, de plus en plus, une tendance au repli sur soi. [...]

Il y a trente ans ou plus, on a fermé les yeux sur les premiers incidents survenus dans les banlieues. Cela a abouti à ce que les zones concernées soient dirigées par de petits caïds – il s’agissait de délinquance et elle n’affectait pas le consensus social. Aujourd’hui nous nous trouvons dans une situation de « conscientisation » d’une partie d’entre eux. Comment expliquer qu’un voyou qui, toute sa vie, n’a eu pour idée que de voler son voisin pour pouvoir jouir de l’existence, va tout à coup basculer dans un extrémisme morbide puisqu’il va l’amener au sacrifice de sa vie. C’est pourquoi j’estime que si l’on ne raisonne qu’en termes de sécurité, on va dans le mur. La sécurité est en effet une sorte de SAMU : or un SAMU a pour mission de vous conduire vivant à l’hôpital mais pas de vous soigner.

Pour être franc avec vous : je crains cent fois plus la radicalisation que le terrorisme. Avec le terrorisme, nous prendrons des coups mais nous saurons faire face – nous avons connu des événements très graves tout au long de l’histoire – ; mais cette radicalisation rampante qui va bouleverser les équilibres profonds de la société est à mes yeux beaucoup plus grave.

[...] Sans prévention nous n’y arriverons pas. Cependant, les individus en question sont largement inaccessibles au discours. Les gamins se « shootent » aux vidéos de Daech. J’aurais pu, pour cette audition, apporter et projeter une de ces vidéos, par exemple « Tends ta main pour l’allégeance ». Leur capacité d’attraction est extraordinaire. Face à cela, nous disons à ces gamins d’aller à la mosquée, alors qu’ils ne comprennent pas tout ce qu’ils y entendent, ne connaissant souvent rien à l’islam et au Coran. Le décalage est très grand. Il faut trouver des gens qui soient crédibles auprès d’eux. C’est difficile avec les repentis car, pour eux, un repenti est un traître. [...]"

Posté le 20 mai 2016 à 08h07 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (25)

19 mai 2016

Pause sourire

Ou l'arroseur arrosé... Manifestation contre "la haine anti-flics" : 7 000 participants selon la police et 1 000 participants selon la police. Qui croire ?

Question subsidiaire : de quel côté faut-il compter les policiers en civil ?

Posté le 19 mai 2016 à 16h02 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

"Charnellement de France" de Charles Beigbeder

Charles Beigbeder a écrit un nouveau livre qui sort aujourd'hui en librairie : Charnellement de France, aux éditions Pierre-Guillaume de Roux.

281.48404993065_450_187"Au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, DAECH publiait un communiqué par lequel il revendiquait les attaques à l’encontre du peuple qui « porte la bannière de la Croix en Europe » et se félicitait d’avoir pu tuer plus de cent « croisés ». Nous ne voulions plus reconnaître nos racines chrétiennes, mais en nous désignant ainsi, l’ennemi nous a cruellement rappelés à nos origines.

Face au défi de l’islamisme radical, on ne peut se contenter d’un laïcisme qui évince le fait religieux de l’espace public et feint d’ignorer l’étroite imbrication du christianisme avec notre identité. Identifier la France au vivre-ensemble ou aux seules valeurs de la République, dont personne ne sait, au juste, ce qu’elles recoupent, c’est mépriser notre culture, notre histoire, notre héritage et nos traditions. C’est aussi se couper de toute forme d’ouverture à une vérité transcendante qui puisse guider nos choix politiques et les orienter vers le bien commun.

Il est donc urgent de s’enraciner dans les profondeurs de l’âme française pour en tirer la sève vivifiante qui permettra de renouer le fil de la tradition rompu à la Révolution française. Loin de tout retour en arrière réactionnaire, Charles Beigbeder nous invite à revisiter les fondements de la modernité dans la continuité de la réflexion ouverte par Edmund Burke. L’originalité de sa démarche consiste enfin à proposer une refondation majeure de nos institutions qui réconcilie les Français avec leur histoire et leur permette d’affronter avec espérance les nombreux défis qui les attendent."

Raphaël Stainville présente l'ouvrage dans Les Bonnes Feuilles de Valeurs Actuelles, ici. Bonne lecture.

Posté le 19 mai 2016 à 08h42 par Marie Bethanie | Lien permanent

193 « Nuits debout » arrêtés contre 201 « Veilleurs » 300 policiers blessés vs 0 policier

Sur RMC, Eric Brunet compare la répression policière à l'encontre des extrémistes de gauche et la répression à l'encontre des pacifiques veilleurs. 

Posté le 19 mai 2016 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent

18 mai 2016

BlackM a-t-il vraiment un grand-père Tirailleur Sénégalais qui aurait fait la guerre de 39-45 ?

BlackM avait posté ce qui suit sur sa page Facebook (capture d'écran) :

Capture d’écran (8)Mais selon Pascal Guy, historien et spécialiste du Ier Empire, qui a accès en tant que chercheur aux archives militaires de Vincennes, il n'y a aucune trace d'un guinéen nommé Alpha Mamoudou Diallo dans les Troupes coloniales (Fdesouche, via LaicArt) :

"Le chercheur ajoute qu’après avoir fait des recherches minutieuses avec toutes les orthographes possibles, et en supprimant le prénom « Alpha Mamoudou », seuls deux Guinéens (qui donc n’ont pas « Alpha » dans leur prénom) figurent dans les archives militaire l’un est trop agé née 1888, quand l’autre né en 1905 à été démobilisé en 1941 et n’a donc pas participé à la libération de la France.

Le chercheur explique que ces archives sont publiques et qu’il est possible pour chacun de faire la recherche soi-même.

Les médias auraient-ils pris le post Facebook de Black M pour argent comptant sans la moindre vérification ? Partout, dans presque tous les médias, des journalistes annonçaient sans aucune précaution la qualité d’ancien combattant du grand-père de Black M comme argument pour démontrer l’injustice qui était faite au rappeur.

Voici un lien vers un pdf de la liste complète des combattants des Troupes coloniales et indigènes (1850-1950) du Service historique de la Défense"

Posté le 18 mai 2016 à 23h34 par Marie Bethanie | Lien permanent

Les policiers se plaignent

Ubuesque : la police manifeste aujourd'hui pour se plaindre des mauvais traitements qu'elle subit de la part des gauchistes. En deux mois et demi de contestation à la loi travail, 343 policiers et gendarmes ont été blessés. Quand il s'agissait d'obéir aux ordre du régime pour réprimer violemment les Manifs pour Tous, ils ne se plaignaient pas...

Au même moment, à deux pas de cette manifestation, un véhicule de police brûle.

V

Posté le 18 mai 2016 à 14h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (35)

Puisse le pape François rencontrer réellement la France périphérique et l’écouter

Gabrielle Cluzel réagit aux propos du pape François sur la France :

"Le pape, selon La Croix, se rendra en France après l’élection présidentielle : Paris et sa banlieue, Lourdes, et peut-être Marseille. Les catholiques français ne peuvent que s’en réjouir. D’abord parce que la visite d’un pape est toujours pour eux une joie. Ensuite parce qu’il semble, au vu de ses déclarations récentes au même journal, que le Saint-Père connaisse mal la France.

La France, dit-il, « exagère la laïcité ». « Si une femme musulmane veut porter le voile, elle doit pouvoir le faire. » La laïcité serait en effet bien cruelle de forcer un pauvre sikh à ôter son turban, un malheureux bonze à enlever sa robe orange. Alors, n’est-ce pas, « si une femme musulmane veut porter le voile, elle doit pouvoir le faire ». Sauf qu’une chose est le principe, une autre le contexte : certaines, à l’inverse, voudraient ne pas le porter, mais ne peuvent pas le faire. Et la prolifération, la généralisation, la multiplication autoritaire de ce voile marginalise ces dernières un peu plus chaque jour. Le pape, s’il le savait, ne cautionnerait certainement pas cette aliénation de la femme.

On peut reprocher à la laïcité française d’exagérer, on peut surtout lui reprocher de ne pas gérer. Fébrile et impuissante, elle tente sans succès de faire rentrer dans la camisole qu’un catholicisme docile avait bien voulu enfiler un islam autrement impérieux, qui ne s’embarrasse pas de nuances subtiles entre le temporel et le spirituel (...)

« L’Europe, oui, a des racines chrétiennes », dit-il encore, « mais quand j’entends parler des racines chrétiennes de l’Europe, j’en redoute parfois la tonalité, qui peut être triomphaliste ou vengeresse. Cela devient alors du colonialisme. » Ainsi parle le père qui se sent investi du devoir de rabattre le caquet de ses enfants pleins de morgue, écrasant leur prochain de leurs certitudes.

Mais la réalité est tout autre. Ses ouailles françaises sont raillées par les médias, bafouées par le gouvernement, tiennent lieu de tête de Turc à « l’élite » en général. Au point que beaucoup ne croient plus en eux et sont rongés par le doute. Celui qui se noie fait rarement montre de « triomphalisme », trop occupé à garder la tête hors de l’eau (...) Et, comme tous les souffre-douleur, ils aimeraient parfois se jeter dans les bras de leur père pour être consolés, raffermis, défendus.

« L’Europe connaît un grave problème de dénatalité. […] Un vide démographique s’installe. En France, toutefois, grâce à la politique familiale, cette tendance est atténuée. » De quelle politique familiale parle-t-il ? Démembrée, charcutée, en lambeaux… elle n’est plus qu’un ancien souvenir.

Ce pape exhorte à aller « aux périphéries ». Il sait tendre lui-même la main aux marginaux, y compris aux « marginaux » du politiquement correct, comme le montrent son geste vers la fraternité Saint-Pie-X ou, dans un autre genre, son soutien au cardinal Barbarin. Mais il faut qu’il n’ait parlé et échangé qu’avec le cœur du système dominant pour avoir fait sienne cette vision de la France. Puisse-t-il rencontrer réellement, lors de sa visite, la France périphérique et l’écouter, loin du village Potemkine que l’on voudra lui présenter"

Posté le 18 mai 2016 à 09h41 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (33)


     Archives > France : Société

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Société