25 juillet 2014

Conséquence du timbre à l'effigie d'une Femen ou simple coïncidence ?

Extrait d’un article du Figaro :

"La Poste, confrontée à une chute des volumes de courrier qui plombe ses performances, avait demandé au régulateur de pouvoir appliquer dès 2015 une hausse annuelle équivalente à l'inflation majorée de 3,5%, contre seulement 1% jusqu'ici. L'Arcep indique vendredi dans un communiqué avoir validé la demande de La Poste afin d'«assurer la pérennité du service universel» et de «donner à La Poste les moyens d'engager la transformation de son modèle de développement»."

Posté le 25 juillet 2014 à 14h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

Quand serez-vous libérés ?

L’Etat et ses administrations dépensent chaque année plus de la moitié de la richesse créée par les Français. Cette dépense publique, qui augmente tous les ans, est financée par vos impôts : charges sociales sur votre salaire, impôt sur le revenu, taxes sur la consommation… Savez-vous combien de temps vous travaillez pour l’Etat ? Combien le fisc vous prend de journées de labeurs ? Contribuables associés vous propose d'estimer vous-même votre jour de libération fiscale. C'est par ici.

Posté le 25 juillet 2014 à 13h38 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

Israël/Palestine : nous n'avons pas à subir les haines de ce conflit inextricable

Louis Aliot, vice-président du FN, député européen et Conseiller régional de Languedoc Roussillon, signe une tribune dans Le Figaro suite à un entretien de Jean-Yves Camus, qui s'étonnait du silence du Front National sur les évènements de Sarcelles et Barbès :

"Non, le Front National n'est pas resté silencieux sur ces évènements puisque le 19 juillet Wallerand de Saint-Just leader de notre mouvement en Ile de France communiquait sur les émeutes et que Florian Philippot évoquait largement le sujet à la télévision le 21 juillet.

Remarquons d'abord que ces évènements se multiplient puisque désormais la moindre manifestation en France se termine par des heurts comme pour le PSG ou la coupe du monde récemment et très souvent dans nos quartiers après des interventions policières. Tout devient prétexte à défier l'ordre républicain français et à semer la perturbation.

Ensuite et en ce qui concerne les attaques de synagogues, afin de bien prendre la mesure du problème posé, dois-je rappeler que nous vivons dans le pays du gang des barbares, de Mérah et que le tueur du musée juif de Bruxelles était aussi un français dans une actualité marquée par l'embrigadement de centaines d'individus à la carte d'identité bien française qui quittent nos quartiers pour aller faire le Jihad. La faute à qui?

Tout le monde sait bien que l'antisémitisme est l'apanage d'islamistes radicaux, de nouveaux convertis ou de binationaux sous influence qui se solidarisent avec des causes étrangères même si heureusement tous les musulmans ne sont pas des terroristes en puissance.

Il est évident que l'effet combiné de l'immigration massive avec le communautarisme a créé les conditions de revendications et de solidarités étrangères qui menacent notre équilibre républicain. Cette implosion du modèle assimilationniste français est aussi la conséquence d'un antiracisme obsessionnel et unilatéral qui a favorisé ce processus. Petit à petit cette intolérance progresse partout et dans tous les milieux jetant les bases d'un possible conflit à venir qui serait dramatique.

Nous sommes les seuls à pointer cette menace, et ce depuis des décennies, sous les insultes et les procès de ceux-là mêmes qui s'en inquiètent aujourd'hui. Inutile d'en rajouter, les faits nous donnent aujourd'hui raison et nous apparaissons de plus en plus comme un rempart et une solution.

Sur le conflit israélo-palestinien notre position n'a jamais changé: coexistence de deux Etats indépendants, reconnus et sécurisés. Je fais partie de ces 75% de Français qui ne se sentent ni israéliens, ni palestiniens et qui aimerions bien ne pas avoir à subir chez nous les haines héritées de ce conflit inextricable. Ce qui ne fait pas de nous des êtres dénués de tous sentiments car nous sommes évidemment sensibles aux arguments des civils israéliens qui vivent dans la peur et l'insécurité permanente de tirs de missiles. Mais comment ne pas être interpellé par la disproportion des moyens engagés par les uns à l'encontre des autres et par le bilan humain désastreux qui en découle pour les populations civiles palestiniennes? Il y a un droit international, qu'il soit respecté par toutes les parties !

[...] Enfin et puisque je suis intervenu sur le sujet au Parlement Européen, comment ne pas évoquer le sort dramatique des chrétiens d'Orient pourchassés, persécutés et massacrés par les tenants d'un Islam radical dans le silence complice de la bien-pensance aux indignations sélectives."

Posté le 25 juillet 2014 à 11h54 par Michel Janva | Lien permanent

Suppression des bourses au mérite

C’en est (presque) fini de la bourse au mérite, récompense instaurée en 2009 par Valérie Pécresse et attribuée aux boursiers décrochant leur baccalauréat mention «Très bien». Plus de 8000 nouveaux étudiants recevaient 1800€ par an, en plus de leur bourse sur critères sociaux.

La suppression de cette bourse avait d’abord été annoncée peu après les résultats du bac 2013. Face au tollé suscité par cette annonce, le ministère de l’Enseignement supérieur avait reculé. Les principaux intéressés n’ont appris que récemment la disparition de ce dispositif. En toute discrétion.

Le ministère met en avant une «priorité aux aides sociales».

Voilà une mesurette misérable d'économie qui va pénaliser les élèves méritants. Le coût de cette aide était dérisoire pour la collectivité : rien en comparaison du coût d'un rond point, d'un espace vert..... voire d'une oeuvre d'art moderne.

Posté le 25 juillet 2014 à 10h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Collision dans l'Aube : la faute au ramadan ?

L'autopsie du conducteur du minibus, qui a percuté mardi un poids lourd provoquant la mort de 6  personnes dont 5 enfants, a révélé un faible taux de glucose qui aurait pu générer un malaise hypoglycémique avant l'accident.

Selon le procureur, le jeune homme de 25 ans «s'était alimenté très légèrement» à l'occasion du pique-nique avec les enfants, «mais n'observait pas le jeûne du Ramadan, contrairement aux rumeurs qui circulent».

Après l'audition des rescapés et des témoins, il apparaît que le minibus s'est progressivement déporté vers la voie de gauche avant de percuter de plein fouet le poids lourd venant en sens inverse. Ni l'alcool ni la vitesse ne sont en cause dans cet accident.

Posté le 25 juillet 2014 à 10h20 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

24 juillet 2014

Un drapeau français s'est glissé par erreur dans cette image, saurez-vous le retrouver ?

Gvia

Posté le 24 juillet 2014 à 08h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

Quelques violences endurées par les CRS

Atlantico a pu consulter des rapports de police sur la manifestation qui a dégénéré à Barbès :

"[...] les membres de la CRS n° 31, celle de Darnetal (Seine-Maritime) a connu de durs moments. Alors qu’elle se trouvait en mouvement à 15 heures 30, sur le boulevard Barbès, littéralement assommée de jets de bouteilles de verre, elle a dû répliquer et lancer des grenades. 

C’est ainsi qu’en 3 heures de temps, les hommes de la CRS n° 31 ont lancé 380 MP7 - des grenades qui comportent 7 petits pots prêts à exploser - et utiliser un dispositif qui permet d’envoyer une grenade à 100 mètres. Preuve que les 68 policiers de cette CRS ont fait face à des individus particulièrement tenaces, n’ayant peur de rien.

Du côté des policiers, les dégâts physiques sont considérables. 34 d’entre eux - soit la moitié de l’effectif - ont été sérieusement contusionnés. Cela va d’une douleur aux oreilles à un avant-bras esquinté en passant par une jambe ou une épaule couverte de bleus. Quant aux dégâts matériels, ils se passent de commentaires : boucliers fendus,  jambières détruites, visières cassées ou fendues, casques perdus etc… La CRS n°21 en provenance de Limoges en poste du côté du boulevard Magenta a même eu un de ses policiers mordus à l’oreille. Pour sa part, la CRS n° 44 de Joigny (Yonne) qui se trouvait du côté du Boulevard Beaumarchais avant d’avancer vers la rue du Temple, si elle n’a pas utilisé la force, a  interpellé deux personnes rue Sainte-Croix-de-La Bretonnière. Motif : jet de projectiles et participation  à un attroupement non autorisé. Arrestation inutile. Une heure plus tard, les deux personnes étaient libérées sur ordre du commissaire d’arrondissement.

En revanche, du côté du boulevard de La Chapelle, la CRS n°10 du Mans a connu des moments délicats. Vers 16 heures, ses fonctionnaires reçoivent des tas de projectiles parmi lesquels des barres de fer.  "L’agression est  violente", note le commandant dans son compte-rendu. Des conteneurs lacrymogènes sont utilisés. Les manifestants sont repoussés. Moments tout aussi délicats pour la CRS n° 9 de Rennes, qui, stationnée boulevard Rochechouart tente de contenir dès 14 heures 50 une cinquantaine de militants du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA). Les choses ne se passent pas trop mal. Même si cinq minutes plus tard un individu monte sur un échafaudage, un drapeau palestinien à la main. A 16 heures 50, accès de fièvre : une cinquantaine de manifestants pro-palestinien débouche de la rue de Clignancourt pour rejoindre le boulevard Rochechouart. Un barrage tente de les  dissuader. Insuffisant pour les décourager.

A 17 heures 10, des projectiles commencent à voler. Une minute plus tard,  réplique des forces de l’ordre qui utilise une grande MP7 - la grenade à sept pots explosifs - Interpellation de manifestants. 17 heures 20, situation à nouveau tendue. Et nouvelle utilisation d’une grenade MP 7. Suivie d’une autre à 17 heures 36. D’une autre encore à 17heures 38. D’une quatrième à 17 heures 40. D’une cinquième à 17 heures 43.

Une fois encore, les policiers de la CRS 9 ont trinqué. Douze d’entre eux sont en mauvais état. Une cervicale douloureuse pour l’un, une coupure sur le crâne pour l’autre. Certains souffrent de l’épaule, des genoux ou du tibia. Les esquintés sont du côté des CRS. Quatre individus ont été interpellés, deux pour rébellion, deux pour jet de projectiles sur les forces de l’ordre. L’un d’entre eux, qui ne doute de rien, semble avoir volé le portable d’un policier. Lequel va porter plainte. Cette fois, pas de clémence  en vue. En principe ! Quelle journée que ce 19 juillet !"

Posté le 24 juillet 2014 à 07h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (27)

Vers une nouvelle restriction des libertés : la censure d'internet

Mardi 22 juillet était étudié à l'assemblée le projet de loi contre le terrorisme, présenté par le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve. Ce projet de loi est soutenu par le premier ministre Manuel Valls, qui avait déjà mis l'affaire sur le tapis lorsqu'il était place Beauvau. Le texte retenu par les députés sera soumis au débat en séance plénière à la mi-septembre. Le but du projet de loi est de lutter à la fois contre le terrorisme et la pédo-pornographie. Le projet prévoit la mise en place d'un système de blocage administratif des sites web douteux, et ce sans intervention de la justice.

Une commission de réflexion ad hoc pointe l'impact qu'aurait une telle pratique sur l'exercice des droits et des libertés à l'âge du numérique. Elle a rappelé fermement aux parlementaires que

"le préalable d'une décision judiciaire apparaît comme un principe essentiel, de nature à respecter l'ensemble des intérêts en présence, lorsque est envisagé le blocage de l'accès à des contenus illicites sur des réseaux numériques". 

La commission rappelle en outre que le blocage des sites web est très difficile à mettre en oeuvre, et très aisément contournable :

"[...] la Commission rappelle qu’en l’état actuel des technologies, un même serveur pouvant héberger plusieurs contenus, les solutions de blocage sont susceptibles d’entraîner du sur-blocage, c’est-à-dire le blocage de contenus légaux autres que ceux visés, ce qui constitue une atteinte à la liberté d’expression et de communication de tiers. Ce risque est important dans le cas présent puisque 90 % des contenus de provocation au terrorisme et d’apologie du terrorisme semblent se situer sur des réseaux sociaux ou des plateformes de partage de vidéos comme Youtube ou Dailymotion. Compte tenu de ce risque, il est à craindre que les mesures de blocage ne concernent en pratique que 10 % des contenus en cause."

"D’autre part, la Commission rappelle qu’il existe des techniques permettant de contourner chaque type de blocage de manière relativement simple : l’utilisation de sites « miroir », c’est-à-dire d’une réplication du site sur une autre adresse IP, une autre url et un autre nom de domaine, l’utilisation d’un proxy, c’est-à-dire d’un site servant d’intermédiaire de connexion entre l’utilisateur et le site auquel il souhaite se connecter, le chiffrement ou le recours à un réseau privé virtuel. [...] "

La commission préconise donc une demande de retrait des contenus illicites auprès des hébergeurs, plutôt qu'un blocage du site web. Encore faut-il que l'hébergeur soit coopératif. Dans le cas contraire, la commission recommande l'utilisation du blocage à titre subsidiaire et sur décision judiciaire.

La censure d'internet a pour effet de développer des outils très performants, permettant aux "cyberdissidents" de lui échapper, ce qui rend encore plus difficile la découverte des activités illégales, à plus forte raison les activités terroristes. En 2013, alors que Manuel Valls émettait la prétention de surveiller les terroristes en surveillant le web, le juge anti-terroriste Marc Trévidic avait expliqué que c'est précisément grâce aux imprudences des terroristes sur Internet que la police peut les repérer et les empêcher de nuire.

"Le Point" fait une remarque intéressante, en soulignant que l'Etat, si ce projet de loi sur la censure du net est validé en septembre, pourrait se retrouver malgré lui, promoteur des sites terroristes :

"Mais ce contrôle des sites bloqués impliquerait la publication de la liste noire, ou du moins sa circulation dans des cercles qui, s'ils sont restreints, ne resteront pas muets. L'État offrira alors une publicité inespérée aux sites qu'il souhaite bloquer, car à l'ère des WikiLeaks et autres Edward Snowden, la diffusion de la liste ne sera qu'une question de temps. C'est ce qu'on appelle sur Internet l'effet Streisand : quand on veut à tout prix étouffer quelque chose, on finit par le promouvoir. Dans ce cas, l'État aura gentiment constitué les marque-pages du parfait petit terroriste."

On a tout à craindre d'une telle mesure, si elle est prise, car il se pourrait bien que sous prétexte de vouloir nous protéger du terrorisme, l'Etat-nounou-qui-veut-notre-bien restreigne encore un peu plus notre liberté.  

Posté le 24 juillet 2014 à 00h10 par Marie Bethanie | Lien permanent

23 juillet 2014

Pillage d'un monument aux morts

A Berry-au-Bac (Aisne), le monument des chars d’assaut a été pillé. Sur le monument central de granit bleu, le bas-relief en bronze représentant un casque médiéval et deux canons entrecroisés a disparu. En face, la dalle commémorative en marbre à la mémoire du général Estienne a été attaquée au marteau et au burin. Son portrait en bronze a été volé, de même que les deux plaques du même métal disposées de chaque côté. Une autre plaque de marbre a également été emportée.

MO

En 1917, c'est à Berry-au-Bac qu'eut lieu la première offensive blindée de l'histoire militaire. 132 chars d'assaut furent amenés pour la grande offensive du Chemin des Dames le 16 avril 1917. Sur les 132 chars, 57 ont été détruits par les Allemands, 56 ramenés du combat (44 en panne dans nos lignes). Pertes françaises : 16 officiers tués, 17 blessés; 12 sous-officiers tués, 16 blessés ; 43 brigadiers et canonniers tués, 76 blessés.

Posté le 23 juillet 2014 à 15h44 par Michel Janva | Lien permanent

Emeutes à Barbès : Le parquet fait appel des peines avec sursis

Le parquet de Paris, qui demandait de la prison ferme, a fait appel de toutes les peines avec sursis prononcées par le tribunal à l'encontre des mis en cause dans les violences en marge de la manifestation pro-palestinienne interdite samedi. 

Il a fait appel de 3 condamnations à des peines de prison avec sursis prononcées à l'encontre de deux pères de famille sans casier judiciaire, coupables de rébellion, et d'une jeune femme déjà condamnée par le passé, reconnue coupable d'avoir jeté une bombe lacrymogène sur les forces de l'ordre.

Le ministère public a également fait appel de 5 condamnations à des peines de prison avec sursis, notamment pour violences à l'encontre des forces de l'ordre, en l'occurrence des jets de projectile. Dans tous les cas, le parquet avait réclamé de la prison ferme.

Posté le 23 juillet 2014 à 13h52 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

«L'été sera chaud, c'est la fin du ramadan, il faut faire attention»

La manifestation, cette fois autorisée, en faveur des Palestiniens, qui a lieu aujourd'hui à Paris, inquiète le chef de l'Etat.

Posté le 23 juillet 2014 à 09h54 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

22 juillet 2014

Prison ferme pour des émeutiers : 3 à 6 mois

Tranchant avec le laxisme d'hier, le tribunal de Pontoise a condamné aujourd'hui à de la prison ferme 4 hommes jugés en comparution immédiate pour leur implication dans les violences de dimanche à Sarcelles.

Âgés de 21 à 28 ans, avec peu ou pas de casier judiciaire, trois d'entre eux ont été condamnés à des peines allant de dix mois d'emprisonnement dont quatre avec sursis à six mois dont trois avec sursis, pour des "violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique" et ont été immédiatement incarcérés. Pour "port d'arme prohibé", le quatrième a écopé d'une peine de trois mois d'emprisonnement, sans mandat de dépôt. Un cinquième prévenu, âgé de 18 ans, a été condamné à 50 jours amende à 8 euros pour "recel de vols" après avoir pris quatre paquets de cigarettes lors du pillage d'un bar-tabac.

Posté le 22 juillet 2014 à 21h33 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

La prison ne sera finalement pas obligée de servir des repas halal

Saisi par un détenu, le tribunal administratif de Grenoble avait contraint la prison de Saint-Quentin-Fallavier à servir régulièrement de la viande halal aux détenus. Ce jugement, rendu au mois de novembre, a été annulé aujourd'hui par la cour administrative d'appel de Lyon.

Posté le 22 juillet 2014 à 18h38 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (0)

Mais surtout pas d'amalgame, hein

Le député socialiste du Val-d'Oise Philippe Doucet réussit la prouesse d'amalgamer les émeutiers du week-end dernier avec les manifestants de La Manif Pour Tous :

"Aujourd'hui, il y a des débordements dans toutes les manifestations. Il y a des extrémistes de tous bords dans les mouvements. Il y en a eu lors de la Manif pour tous. Ils profitent des événements pour casser dans les magasins. Après, on peut avoir son point de vue sur chacune des manifs. Mais il faut condamner les débordements, comme lorsque les agriculteurs ont saccagé le bureau de Dominique Voynet lorsqu'elle était ministre de l'Écologie. Quand Civitas manifeste devant l'Assemblée nationale ou quand des jeunes s'en prennent aux forces de l'ordre, je trouve ça inacceptable. Mais si on interdit la manifestation de soutien à la Palestine, pourquoi autorise-t-on celle de la Manif pour tous ? Je pense que dans ce cas précis, Valls et Cazeneuve ont pris en compte la commémoration de la rafle du Vel-d'Hiv qui avait lieu le lendemain."

Quelqu'un peut rappeler combien de voitures ont été brûlées, combien de commerces ont été détruits lors des débordements des Manifs Pour Tous ?

Posté le 22 juillet 2014 à 14h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (32)

Quand "Madiba" remplace Jean-Guillaume Jubelin

... c'est encore un pan de notre Histoire que l'on efface.

Vendredi 18 juillet, le Boulevard Jean-Guillaume Jubelin à Cayenne a changé de nom, pour s'appeler désormais "boulevard Nelson Mandela". C'est le ministre de la justice Christiane Taubira qui a présidé à l'inauguration.



Jean-Guillaume Jubelin, administrateur colonial et homme politique français, est né au Mouillage-Saint-Pierre (Martinique) le 24 novembre 1787, et mort le 20 juin 1860 à Paris. Il fut gouverneur de la Guyane française du 1er juin 1829 au 11 avril 1836. 

Le grand boulevard de Cayenne qui portait son nom avait déjà subi en 2000 une tentative de "débaptême" par le MDES (Mouvement de décolonisation et d'émancipation sociale), qui voulait donner au boulevard le nom de "Gabriel", un ancien chef marron d'origine amérindienne. Tentative avortée; le boulevard avait gardé le nom de Jean-Guillaume Jubelin.

Quoique l'on puisse penser de la personne et de l'oeuvre de Jean-Guillaume Jubelin, il n'en reste pas moins qu'il appartient à notre Histoire, contrairement à Nelson Mandela, parachuté "saint laïc" de notre époque, et qui n'a rien à voir avec l'histoire de la France et de ses colonies. La France n'a pas besoin qu'on lui impose d'autres grands hommes que ceux qui ont tissé son Histoire et il est particulièrement regrettable que ce soit un ministre français qui se charge de ce travail d'amnésie collective. 

Posté le 22 juillet 2014 à 13h13 par Marie Bethanie | Lien permanent

Emeutes : Hollande appelle les religieux au secours

Entouré de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve, François Hollande a reçu les représentants religieux à l’Élysée. Cela permet de reporter la responsabilité des violences sur les religions. Rachida Dati a fait remarquer :

La légèreté des peines prononcées à l'encontre des émeutiers est un formiadable encouragement à la violence. François Hollande aurait mieux fait de convoquer Christiane Taubira. 2 nouvelles manifestations sont prévues, mercredi et samedi.

Posté le 22 juillet 2014 à 07h45 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

21 juillet 2014

Du sursis pour les émeutiers

Trois peines de prison avec sursis et une relaxe ont été prononcées lundi soir par le tribunal correctionnel de Paris lors des premiers procès en lien avec la manifestation pro-palestinienne interdite samedi.

A côté de ces agneaux, Nicolas Bernard-Buss était sans doute un terroriste.

11 autres personnes doivent être jugées mardi.

Posté le 21 juillet 2014 à 23h21 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

Emeute à Gaza sur Seine

Le journal du jour de TV Liberté :

  1. Insécurité / Émeutes à Gaza sur Seine
  2. Politique / Le gouvernement dépassé
  3. Proche-Orient / Escalade des violences
  4. Irak / Mossoul : le martyr chrétien
  5. Actualité en bref

 

Posté le 21 juillet 2014 à 20h07 par Michel Janva | Lien permanent

"La situation économique du pays est catastrophique"

Selon Pierre Gattaz, patron du Medef :

"Il n'y a plus d'investissement et plus d'embauche. Ce que je vois surtout chez les chefs d'entreprise, c'est de l'attentisme, de la méfiance. La situation économique du pays est catastrophique.»

«Manuel Valls a pris conscience de la situation du pays. On attend maintenant de la constance, que le gouvernement arrête sa politique de zig et de zag. Les entrepreneurs sont des héros, il faut le leur dire! Nous sommes à un moment charnière où soit nous tombons dans le précipice, soit nous nous relevons.»

Posté le 21 juillet 2014 à 14h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

Succès de Bernard Lugan à Coëtquidan

Lu ici :

"Interdit d'expression devant les attachés de Défense, l'africaniste Bernard Lugan [...] a été plébiscité aux Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan, où se tenait ce weekend le Festival international du livre militaire, au lendemain du traditionnel Triomphe.  L'auteur a vendu - et dédicacé - tout son stock de livres dès samedi matin..."

Posté le 21 juillet 2014 à 12h29 par Michel Janva | Lien permanent

Côte d'Or : une mairie tente de sauver l'église

L'église de Fresnes (180 habitants) en Côte-d’Or n’ouvre ses portes que trois ou quatre fois l’an. L’édifice remonte pour ses parties les plus anciennes au XIIe siècle. Mal entretenu, la question de la sécurité est désormais posée. Des pierres tombent du plafond et il y a des infiltrations d’eau car la charpente s’est affaissée. La mairie a fait mettre une bâche sur la toiture. Le conseil municipal a décidé de lancer le projet de rénovation. Le 29 juin, un élu a l’idée de faire visiter l’église :

« C’était incroyable ! Il y a eu 150 visiteurs. Beaucoup d’habitants sont venus la redécouvrir et se sont rendu compte de son intérêt. Des personnes de passage m’ont même laissé leurs coordonnés, proposant de faire des petits concerts à l’avenir, par exemple. »

L’édifice renferme de nombreux petits trésors, dont certains sont classés ou inscrits aux Monuments historiques, comme la croix cistercienne au-dessus de la porte, un crucifix du XVIIe siècle, un panneau peint représentant le Christ et les Apôtres, deux bâtons de procession, de petits personnages naïfs sculptés sur les murs…

La rénovation coûterait entre 600 000 et 860 000 €. La tranche d’urgence, qui consiste à refaire la toiture et l’assainissement, s’élève à 224 500 € HT. La deuxième tranche, la restauration extérieure, à 162 000 € TTC, et la troisième, la restauration intérieure, à 225 000 € HT.

Or le budget primitif 2014 de la commune atteint 259 300 € en fonctionnement et 146 000 € de recettes en investissement. Des demandes ont été faites au conseil général, au conseil régional, à la Drac (Direction régionale des affaires culturelles), aux architectes des bâtiments de France… sans oublier le CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement). 

Posté le 21 juillet 2014 à 08h56 par Michel Janva | Lien permanent

Bernard Cazeneuve est rentré de week-end

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve est ce matin à Sarcelles pour y dénoncer des "actes graves, intolérables" et des "violences antisémites".

"Quand on s'approche d'une synagogue, qu'on brûle une épicerie parce qu'elle est tenue par un juif, on commet un acte antisémite. Les choses doivent être qualifiées".

Des mouvements pro-palestiniens ont lancé un appel national à un nouveau rassemblement à Paris samedi 26 juillet, à 15 heures, place de la République. Une autre manifestation parisienne est prévue mercredi soir.

18 personnes ont été interpellées à Sarcelles.

Posté le 21 juillet 2014 à 08h16 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (30)

20 juillet 2014

Une rame de tramway attaquée au cocktail molotov

Cela se déroule encore en France. A Brest.

Posté le 20 juillet 2014 à 22h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

Agression à la machette en France

On en parle parce que les victimes sont trois rugbymen internationaux de l'ASM Clermont-Auvergne.

4 "jeunes" connus des services de police ont été placés en garde à vue.

Posté le 20 juillet 2014 à 22h38 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Décalage

Pendant que certains s'inquiètent pour la démocratie :

D'autres s'expriment :

Posté le 20 juillet 2014 à 20h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (17)

Avis de recherche : où se cache Bernard Cazeneuve ?

La préfecture de Paris publie ce communiqué surréaliste après l'émeute à Barbès :

"Nous avons rempli nos objectifs. La principale mission était d'éviter des affrontements entre les pro-Palestiniens et les Juifs. Toutes les synagogues de Paris sont d'ailleurs restées ouvertes. Et nous avons même suivi des groupes de casseurs pour les empêcher de se rendre dans le quartier juif de la capitale".

Pour mémoire, avant la manifestation interdite, la PPP, rappelant cette interdication, se faisait menaçante :

"Ceux qui ne s'y conformeraient pas, qu'ils soient manifestants ou contre-manifestants, prennent le risque d'être contrôlés, interpellés et remis à la Justice."

Ce matin, il n'y avait que 19 personnes en garde à vue.

Bernard Cazeneuve, si prolixe quant il va rompre le jeûne du ramadan, est silencieux depuis vendredi.

BtANdAvCcAAPRXH.jpg-large

Posté le 20 juillet 2014 à 19h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

Nouvelles manifestations pro-palestiniennes en France

A Lille, un défilé a réuni 900 personnes selon la police, entre la fin de la matinée et le début de l'après-midi, sans débordements.

A Sarcelles, dans le Val-d'Oise, des centaines de sympathisants propalestiniens se sont rassemblés cet après-midi près de la gare de Garges-Sarcelles (Val-d'Oise), en dépit d'une interdiction de manifester :

S

0

1

18h15 : une synagogue située dans le Val d'Oise, vraisemblablement à Sarcelles, a été en partie incendiée. Le commissariat de la ville de Garges-lès-Gonesse a été attaqué. Une centaine de personnes sont parvenues à envahir les lieux ce dimanche en fin d'après-midi.

Posté le 20 juillet 2014 à 17h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

Vidéos des violences à Barbès

Par LTLnews :

 

 

 

Posté le 20 juillet 2014 à 12h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (24)

Les casseurs se sont attaqués à l'hôpital Lariboisière

Scène d'émeute rapportée dans Le Point sur la manifestation d'hier :

"Tout à coup, une centaine de casseurs foncent vers l'entrée du métro Barbès. Une rumeur circule. La Ligue de défense juive serait présente. Aux cris de "Allah Akbar", ils s'acharnent à faire céder les grilles. Après quelques minutes, c'est chose faite. Les caméras de vidéosurveillance sont détruites les unes après les autres. Venue pour manifester dans le calme, Sarah, une étudiante de 19 ans, tente de les dissuader. En vain. Un homme s'amuse à faire résonner son Taser. Un autre déplie son couteau. Les CRS pénètrent à leur tour dans le métro. S'engage alors une bagarre d'une rare violence.

Les casseurs s'attaquent ensuite à l'hôpital Lariboisière. Les vigiles, trop peu nombreux, battent en retraite. "Vous êtes frappés ou quoi ? C'est un hôpital !" s'époumone un vieil homme. "Un hôpital sioniste", réplique un assaillant. Dans le même laps de temps, des barricades enflammées sont érigées sur le boulevard de Rochechouart, les très nombreuses palettes du marché n'ayant pas été enlevées... Une épaisse fumée noire s'élève dans le ciel. Le trafic du métro est suspendu face au danger provoqué par les flammes. Protégés par la police, les voyageurs évacuent les rames en marchant le long des voies aériennes. La réaction des forces de l'ordre tarde à venir. Elles sont dépassées par la tournure des événements, ce dont profitent les casseurs pour redoubler de violence. "C'est la révolution !" s'exclame un homme arborant un autocollant du NPA.

Posté le 20 juillet 2014 à 12h25 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (23)

19 juillet 2014

Interpellations : la police encourage la violence

262 personnes avaient été interpellées et 250 placées en garde à vue suite à la manifestation du 26 janvier 2014 du Jour de Colère, manifestation autorisée n'ayant donné lieu à aucun débordement violent.

Aujourd'hui à 18h, la police annonce 33 interpellations suite à la manifestation interdite à Paris, qui a donné lieu à des scènes d'émeute.

C'est un encouragement à la violence.

Addendum : 38 personnes interpellées vers 19 heures. 14 policiers et 2 manifestants blessés.

Addendum 2 : A 20H00, 41 personnes avaient été interpellées pour jets de projectiles, violences contre les forces de l'ordre et outrage. 200 policiers de la BAC ont été mobilisés.

Posté le 19 juillet 2014 à 19h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (54)

La mairie de Paris a décidé de refaire la moquette

A Barbès :

0Il faut dire qu'elle en avait besoin :

1

Voilà qui change de la pelouse du Champ de Mars piétinée par LMPT :


2
Gaza ? Non Paris :

3

4

En pendant ce temps, Manuel Valls fanfaronne :

V

Posté le 19 juillet 2014 à 18h23 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (54)

Fusillade au métro Grands Boulevards

Pendant que la manifestation interdite en faveur de la Palestine et contre Israël tourne à l'émeute (voir ici), dans la station de métro Grands Boulevards, un policier s'est fait tirer dessus en pleine intervention. Les témoins de la scène relatent avoir entendu une dizaine de coups tirés. Le suspect serait gravement blessé mais on ignore encore ce qu'il en est du policier. Les gens ont couru et hurlé. Beaucoup sont tombés dans les escaliers en s'enfuyant. Il est possible que cette affaire n'ait rien à voir avec la manifestation à Barbès.

Posté le 19 juillet 2014 à 16h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

Le Syndicat de la magistrature oublie La Manif Pour Tous

Dans un récent communiqué, le syndicat se plaint de la répression à l'égard des mouvements sociaux :

"Faucheurs d’OGM, militants anti-pub, étudiants anti-CPE, « Contis » d’hier, syndicalistes de Roanne, militants de la confédération paysanne en lutte contre la ferme-usine des 1000 vaches, paysans et militants de la ZAD en résistance contre l’aéroport de Notre Dame des Landes d’aujourd’hui : triste continuité que celle de la répression du mouvement social !

Qu’ont en commun ces hommes et femmes ? Ce sont tous des acteurs mobilisés au nom de l’intérêt général pour créer les conditions d’un débat public, des précurseurs dans le combat contre la destruction de l’environnement, la diffusion des OGM ou contre des choix politico-industriels dictés par la recherche illimitée du profit, au mépris des droits des travailleurs, paysans et habitants.

Et surtout, aujourd’hui comme hier, leurs actions collectives, faites de colère spontanée et inspirées par la détresse pour certains, de démonstrations aussi pacifiques que symboliques pour d’autres, leur valent un traitement pénal hors norme, soumis à des objectifs chiffrés que devront valider des condamnations sévères.

Tandis que les moyens manquent à la justice et à la police pour lutter contre la délinquance économique et financière, on déroule là une mobilisation policière sans précédent et, trop souvent, un traitement judiciaire en temps réel : garde-à-vue, fichage génétique, déferrement et comparution immédiate, cette justice expéditive génératrice d’emprisonnement. [...]"

Pourquoi avoir délibérément omis La Manif Pour Tous ?

Posté le 19 juillet 2014 à 16h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

La France malade du conflit israélo-palestinien

Pascal Boniface, directeur de l'IRIS, déclare au Figarovox :

"La société française ne devient pas la victime collatérale du conflit du Proche-Orient, elle l'est depuis longtemps. La reprise des violences entre Israéliens et Palestiniens a provoqué une poussée de fièvre en France, mais que la France soit malade du conflit israélo-palestinien, n'est hélas pas une nouveauté. Aucun conflit extérieur ne suscite de telles passions, de mises en cause si importantes des individus qui prennent des positions qui déplaisent. Des amis de longue date, qui ne partageant pas le même point de vue sur le conflit et ses conséquences en France, peuvent se brouiller. On ne voit ça pour aucun autre conflit. [...]

Selon vous, la confusion entre antisémitisme, antisionisme et critique du gouvernement israélien contribue à l'importation de ce conflit en France. Quelle différence faites-vous entre ces différentes notions?

Cette confusion est entretenue par les institutions communautaires et certains intellectuels juifs. L'antisémitisme c'est la haine des juifs, l'antisionisme c'est l'opposition à l'existence de l'État d'Israël. Mais cela n'a rien à voir avec la critique de l'action du gouvernement israélien ou alors des O.N.G. israéliennes, des personnalités comme Abraham Burg, des journalistes comme Gideon Lévy sont antisémites. Lorsque l'on critique la politique de Poutine on n'est pas accusé de faire du racisme anti-russes. Brandir l'accusation infamante d'antisémitisme dès que l'on émet une critique à l'égard du gouvernement israélien a pour fonction de protéger ce dernier. L'immense majorité de ceux qui se déclarent solidaires des Palestiniens combattent l'antisémitisme et toutes les formes de racisme, et se prononcent pour la solution des deux États, donc en faveur de l'existence d'Israël. [...]"

Posté le 19 juillet 2014 à 14h22 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Accueil du major Nikolic sur le pont Alexandre III lundi 21 juillet

Le cortège funèbre du major Nikolic, légionnaire tué au Mali, passera sur le pont Alexandre III à 9h00 le lundi 21 juillet.

Photo

Posté le 19 juillet 2014 à 10h03 par Michel Janva | Lien permanent

18 juillet 2014

Le fils de Laurent Fabius doit 2 M€ au casino de Monte-Carlo

Déjà interpellé par la police, le 7 juillet, à Paris, pour une infraction au code de la route, il devient une épine dans le pied du ministre des Affaires étrangères.

Posté le 18 juillet 2014 à 23h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

Christiane Taubira n’a absolument rien fait en matière de justice

Magistrat honoraire, président de l’Institut de la parole, Philippe Bilger réagit dans Valeurs actuelles à l’adoption de la réforme pénale voulue par la ministre de la Justice. Extrait :

"Depuis deux ans, Christiane Taubira n’avait absolument rien fait en matière de justice : elle considérait que sa parole tenait lieu de politique. C’est une personne extrêmement intelligente mais incapable d’écoute : elle incarne cette gauche dogmatique et narcissique qui reste aveugle aux réalités et sourde aux attentes du peuple. Il lui fallait une loi, elle l’a ! Elle a donc accolé son nom à un texte calamiteux et, surtout, d’un laxisme périlleux pour la sécurité des citoyens. Quoi qu’en disent les syndicats de magistrats, la suppression des peines planchers appliquées aux récidivistes est une catastrophe. Et la contrainte pénale souffrira, comme le sursis avec mise à l’épreuve, d’un défaut de moyens malheureusement criant. Les conseillers de probation eux-mêmes redoutent que la situation ne devienne explosive."

Posté le 18 juillet 2014 à 23h13 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

Dissolutions : nouveau malaise dans l'Armée

Lu ici :

"Les annonces de fermetures d'unités devaient être faites dans les tous derniers jours de juillet, le ministre de la Défense expliquant même qu'il allait se consacrer aux derniers arbitrages la semaine prochaine. Patratras... La Dicod a annoncé hier que tout était reporté au mois de septembre, au grand dam des militaires inquiets. 

Le pouvoir politique a donc reculé de quelques semaines devant une décision douloureuse. Le point dur concerne l'armée de terre. Pour atteindre le format exigé par la Loi de programmation militaire, deux régiments doivent être dissous. Depuis plusieurs mois, les états-majors ont remis leur copie : les deux régiments en question sont le 126ème régiment d'infanterie et le 3ème RPIMa, avec également le 1er RAMa.

Problème : le 126ème RI - qui figure tout en haut de la liste des régiments à dissoudre - est implanté à Brive, sous-préfecture de la Corrèze. Et la principale figure politique du département est un certain François Hollande... qui a en quelque sorte succédé à Jacques Chirac. Ce qui complique évidemment les choses.

Pour le 3ème RPIMa, la mobilisation des anciens paras du 3 est très forte et le général Henri Poncet n'est pas le dernier à remuer ciel et terre pour sauver son ancien régiment. Implanté à Carcassonne, dans l'Aude, il est donc dans une terre socialiste très travaillée par le Front national. L'alliance des Berets rouges et des Fêtes de la Rose languedociennes pèsent lourd. [...]

Ces reports créent un vrai malaise dans l'institution militaire comme en ont témoigné les débats très vifs lors du dernier Conseil supérieur de la fonction militaire."

Posté le 18 juillet 2014 à 13h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

L'abbatiale de Rouen utilisée pour la promotion du non-art

Ce n'est pas la première fois que l'Abbatiale Saint Ouen à Rouen, toujours affectée au culte, est utilisée pour présenter des oeuvres qui n'ont rien de religieuses. Cette fois, dans ce chef-d'oeuvre gothique accolé à l'actuelle mairie, ce ne sont pas des oeuvres qui sont présentées, mais de l'art comptant pour rien :

IMG_20140703_213325[1]

IMG_20140703_213959[1]

Posté le 18 juillet 2014 à 11h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (17)

17 juillet 2014

Prisons : non mais allô quoi !

Adeline Hazan, le nouveau contrôleur des prisons, ex-maire PS de Reims, a déclaré à propos des téléphones portables en prison :

«Je pense que cela peut être utilisé, sous réserve, bien sûr, qu'un certain nombre de numéros soient utilisés.»

Et d'ajouter, au sujet des saisies massives de téléphones portables en milieu carcéral:

«Cela (prouve) bien que l'interdiction ne (sert) pas à grand-chose.»

Jimmy Delliste, secrétaire général du SNP-FO-Direction, s'étonne :

«C'est un comportement étrange de considérer que, puisque interdire les téléphones portables est difficile, mieux vaut les autoriser».

«On ne sait pas brider les téléphones mobiles sur quelques numéros. Et si c'était le cas, on ne ferait que démultiplier le trafic de cartes SIM bien plus faciles à dissimuler et qui existe déjà. Si l'on veut être efficace, autant installer des brouilleurs sur les établissements avec des exceptions pour le personnel pénitentiaire».

 
 

Thalès travaillerait déjà sur un projet de ce type. En 2013, 900 téléphones mobiles ont été saisis à la prison des Baumettes à Marseille, et une grande maison d'arrêt de la région parisienne avoue une saisie de 430 téléphones et accessoires.

Jean-François Forget, secrétaire général de l'Ufap-Unsa, le principal syndicat de gardiens de prison, déclare :

«Plutôt que de relancer la polémique sur ce sujet, le nouveau contrôleur ferait mieux de s'intéresser aux vrais enjeux de la pénitentiaire, comme l'émergence d'établissements spécialisés à taille humaine par exemple que nous réclamons».

Posté le 17 juillet 2014 à 23h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Regard décalé sur l'affaire de l'hôpital de Garches

Excellente et drôle vidéo sur Garches et la médecine académique :

 

Posté le 17 juillet 2014 à 22h49 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Nouveau record pour François Hollande

En mars, un record historique avait été atteint en ce qui concerne le nombre de demandeurs d'emploi.

Cette fois, c'est le nombre d'actes de violences qui dépasse pour la première fois la barre du demi-million. Et Hollande doit encore rester 3 ans. Il peut donc battre plusieurs fois ces 2 records.

Posté le 17 juillet 2014 à 21h49 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

Injustice à l'égard d'une famille d'éleveurs

Jean-Marc Cousinié et ses deux filles ont repris une petite exploitation agricole à Castres. La Dépêche rapporte (via Valeurs actuelles) les actes commis par des Roms :

«Jean-Marc venait vérifier que tout allait bien lorsqu’il a surpris deux jeunes individus, âgés de dix ans à peine, versant de l’essence dans l’abreuvoir des pauvres bêtes».

[Puis] il découvre deux, puis quatre, puis six et au final huit brebis et une barre de fer que ces très jeunes adolescents auraient utilisée pour frapper les bêtes».

En 1 an, la famille a vécu une quinzaine d’attaques de ce genre et a perdu 134 ovins. Les filles témoignent :

«On ne se déplace plus seule et on n’ose pas venir ici sans les chiens». «Même si les gendarmes sont très compétents, le système judiciaire est trop long et les coupables connus sont non solvables».

Les actes de vandalisme se multiplient :

«après les vols divers, les dégradations, les tortures d’animaux, les menaces, la famille craint à présent la prochaine action». «on a peur qu’ils nous mettent le feu à la ferme».

La famille a porté plainte neuf fois.

Posté le 17 juillet 2014 à 11h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (25)

France : la haine d'Israël et des Juifs est le ciment de la «beuritude»

Les manifestations de soutien au peuple palestinien se multiplient en France et la communauté juive commence à craindre pour sa sécurité. Plusieurs centaines à Lyon, près de 400 à Paris, quelque 200 à Nantes, une centaine à Strasbourg: les manifestants ont proféré des slogans de soutien à Gaza et d'autres hostiles à la politique israélienne. Samedi, une manifestation avait rassemblé entre 5.000 et 6.000 personnes dans une des principales rues de Lyon. Un nouveau défilé est programmé samedi au départ de la place Bellecour. La préfecture de police de Paris a engagé une procédure pour interdire une nouvelle manifestation de soutien à Gaza prévue samedi dans la capitale.

Roger Cukierman, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France, a estimé que dimanche à Paris, « c’était un peu la Nuit de Cristal. On a échappé de peu à un véritable pogrom… »

Gil Mihaely, fondateur avec Elisabeth Lévy du site et du magazine Causeur, déclare au Figarovox :

"En fait, les conflits au Moyen-Orient ont des répercussions de plus en plus importantes en France depuis le début des années 1980. [...] La nouveauté depuis les années 1990-2000 c'est que ce sont les Français d'origine maghrébine qui cherchent à en découdre et non plus des commandos envoyés par un acteur extérieur (OLP, Iran etc.). La raison principale est que la haine d'Israël et des Juifs est devenue un composant majeur de l'identité des Français d'origine arabe et africaine, c'est le ciment de la «beuritude». [...]

C'est tout à fait légitime et parfois justifié de critiquer la politique israélienne mais la comparaison avec les autres conflits dans la région ne laisse pas de place au doute. Si il s'agissait là d'une véritable identification avec les victimes des bombardements de Gaza, alors on pourrait s'étonner que la crise syrienne avec ses 160 000 victimes n'ait pas déchainé une telle mobilisation et de telles passions! Je crois que ces manifestations trahissent un besoin profond de se définir comme adversaire d'Israël et des Juifs.

En taxant d'antisémitisme toute critique d'Israël, certains membres de la communauté juive n'ont-ils pas eux-mêmes alimenté la concurrence victimaire?

Tout à fait et ils ont tort ! C'est d'ailleurs ridicule car, comme en France, un très grand nombre des citoyens israéliens critiquent sévèrement la politique de leur gouvernement… Le débat est ouvert et devrait le rester aussi longtemps qu'on échange des arguments rationnels. Or hurler «Israël assassin» et dénoncer un «génocide» à Gaza ne tombent pas dans cette catégorie. [...]"

Posté le 17 juillet 2014 à 08h04 par Michel Janva | Lien permanent

Rififi à la mairie de Bobigny

Marianne a mené l'enquête sur la mairie UDI de Bobigny :

"L’UDI a ravi au PCF la mairie de Bobigny au printemps dernier. Pour y parvenir, l’équipe centriste, activement soutenu par l'un des secrétaires généraux du parti, Jean-Christophe Lagarde, a noué de curieuses alliances dans les cités qui ont débouché sur un climat détestable. Pressions, menaces, intimidations, la ville de Seine-Saint-Denis vit dans une ambiance digne d’un (mauvais) polar comme le révèlent les enregistrements que nous nous sommes procurés."

Sabrina Saidi, adjointe au maire chargée de la petite enfance, a déposé plainte pour menace de mort. Mercredi 16 juillet, le premier adjoint au maire, Christian Bartholmé, chargé des finances, du personnel et de l’économie, Kianoush Moghadam (à la tête de la direction du développement territorial), Jonathan Berrebi (président de l’office HLM) et Ramdan Ould-Ahmed (direction de l’animation du territoire), ainsi que l'adjointe au maire ont été convoqués au commissariat de Bobigny.

Posté le 17 juillet 2014 à 07h52 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

16 juillet 2014

Pour les propos antisémites de Ahmed Chekab, toujours pas de sanction

Laurent Obertone réagit dans Valeurs actuelles à la condamnation d'Anne-Sophie Leclère :

"[...] Pour prendre neuf mois ferme, il faut forcer un barrage et blesser sept policiers (Ouest-France, 1er juillet 2014), tabasser sa femme jusqu'à lui briser les côtes et agresser un unijambiste à l'aide d'une massue à pics (L'Observateur du Valenciennois, 9 mai 2011), donner un coup de tête à un cheminot (Le Parisien, 21 janvier 2014), agresser un chauffeur de bus et un passant (Le Phare dunkerquois, 28 décembre 2012), attaquer une famille et menacer de mort des policiers sous l'emprise d'alcool et de cannabis, en état de récidive (Ouest-France, 14 février 2013), tirer des coups de feu sur quelqu'un (L'Observateur du Douaisis, le 29 octobre 2011), être président local de SOS racisme, militant anti-violence, et défigurer sa compagne à coups de pied au visage, "avec acharnement", jusqu'à lui déchausser quatre dents, lui fracturer le nez, la couvrir de sang des pieds à la tête (la Voix du Nord, le 9 août 2012), se livrer à une séance de torture raciste sur un étudiant blanc -agression, séquestration, vol- (Metro, 20 juin 2013).

Il y a quelques jours, Ahmed Chekab, adjoint au maire socialiste de Vaulx-en-Velin, "jeune élu sous pression en train d'apprendre", tenait des propos antisémites. Ni sanction ni démission (Le Progrès, le 9 juillet 2014).

Tous égaux devant la loi ? La répression est donc une solution ? La prison n'est plus l'école du crime ?"

Posté le 16 juillet 2014 à 15h00 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

La virilité mal placée des préfets

Lu dans Minute :

"La vidéo est particulièrement choquante et a largement fait le tour d’internet depuis vendredi. La séquence nous montre l’évacuation par la force d’une dizaine de représentants socioprofessionnels occupant, assis autour d’une table, le hall de la préfecture de Haute-Corse. Déclarant attendre le maire de Bastia, les commerçants protestent contre le blocage de l’île par la grève à la SNCM. Délogés avec violence par les gendarmes mobiles, ils vont avoir droit à moins de complaisance que les marins cégétistes… « Alors on joue encore ? », hurle un des gendarmes sur un hôtelier sexagénaire qui se relève tout juste après avoir été traîné dehors. L‘homme a le crâne ensanglanté… « Et toi, à quoi tu joues ? » a-t-on envie de répondre à l’homme en bleu. Parce que le zèle dont il vient de témoigner dépasse la simple obéissance… Le syndicat des hôteliers et la CGPME ont porté plainte contre le préfet Alain Rousseau pour « complicité de violences ». Un préfet qui fait penser à son collègue parisien, Bernard Boucault, tout content de jouer les gros bras face aux petits cathos de La Manif Pour Tous mais impuissant face aux casseurs du Trocadéro ou, plus récemment, au préfet du Rhône Jean-François Carenco interdisant une manifestation « anti-racaille » mais abandonnant les rues de Lyon aux supporteurs algériens. La virilité mal placée irait donc désormais de pair avec la casquette préfectorale ?"

Posté le 16 juillet 2014 à 11h00 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

L'émeute se poursuit à Argenteuil

La nuit du mardi 15 au mercredi 16 juillet a une nouvelle fois été chaude pour les habitants du Val nord à Argenteuil. Des tirs de mortiers ont été entendus et des poubelles ont été brûlées avec des fumigènes.

Des habitants et des commerçants du coin sont allés à la rencontre des voyous pour tenter de les calmer. Ils ont été insultés et ont été la cible d'un tir de mortier, sans faire de blessés.

Posté le 16 juillet 2014 à 08h23 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

Garches : le FN soutient le docteur Delépine

Communiqué de Joëlle Melin, Conseillère politique de Marine Le Pen en matière de santé :

"Le départ à la retraite du Dr Nicole Delepine, chef de service d’oncologie pédiatrique de l’Hôpital de Garches, est l’occasion du transfert de son activité dans un autre établissement de l’AP-HP. Tel est le motif invoqué pour procéder à l’éclatement de son équipe, et surtout à la reprise en main par la Tutelle des orientations thérapeutiques privilégiées depuis de nombreuses années dans son service.

Car Mme le Dr Delepine a toujours prescrit des traitements qui ne suivaient pas toujours les recommandations en cours, pour ne pas dire en vogue. Elle aurait toujours, de son point de vue, privilégié l’intérêt des enfants, parfois à contre courant des pressions des lobbys, en particulier du lobby de la chimie pharmaceutique.

Le Dr Joëlle Melin, même en l’absence de connaissance de tous les éléments du dossier en cours depuis plusieurs années, ne peut que s’étonner, qu’au moment où les pathologies cancéreuses se multiplient plus que jamais et surtout que leur évolution redevient foudroyante comme il y a une trentaine d’années, il ne soit pas possible d’émettre des avis autres que celui de la pensée unique, en l’occurrence mortifère, des pseudos consensus médicaux.

Avec le Front National, elle soutient donc fermement toute démarche médicale d’esprit critique constructif, pour peu qu’elle soit évaluable modernes et éclairées de la science."

Posté le 16 juillet 2014 à 08h15 par Michel Janva | Lien permanent

Et il faudrait «faire confiance à la justice de son pays»

Pour Jean-Yves Le Gallou, la justice n'est ni indépendante ni impartiale :

"1- Au cours des 30 dernières années le Code pénal à doublé de volume. Des centaines d’incriminations nouvelles ont été créées. Et les circonstances aggravantes se sont multipliées. Appliqué au pied de la lettre, le Code pénal permettrait de mettre en prison 10 millions de personnes. Certes, ce n’est heureusement pas le cas !

2- La rigueur du Code pénal est atténuée par le principe «d’opportunité» des poursuites. C’est le parquet qui décide de poursuivre les délinquants présumés ou de classer sans suite les affaires qui leur sont reprochées. Or les procureurs ne sont ni indépendants ni impartiaux, ils obéissent au garde des Sceaux, en ce moment la militante socialiste et «antiraciste» Christiane Taubira.

3- Les parquets ne sont pas seulement placés sous la subordination hiérarchique du ministre de la Justice, ils sont aussi soumis à la tyrannie médiatique qui les conduit à biaiser leur prise en compte des infractions : selon que vous serez politiquement corrects ou non, les poursuites des parquets (en attendant les jugements des cours) vous rendront blancs ou noirs.

4- De cela les preuves abondent : quand Anne Gravoin, compagne du premier ministre, intervient pour faire «sauter» la contravention de l’une de ses amies, elle commet le délit de concussion et risque 10 ans d’emprisonnement et 1 million d’euros d’amende. On peut comprendre que ce délit soit classé sans suite mais il faut savoir que c’est le même texte qui est mis en branle contre l’ex président Sarkozy dans l’affaire Azibert.

Plus fondamentalement, qui peut croire sérieusement que les Homen et les Femen bénéficient de la même interprétation des textes ? Qui ignore que, quand des supporters algériens de football utilisent des fumigènes pour enflammer le parvis d’une église, ce sont des scènes de «liesse» ? Mais alors pourquoi, quand des Homen utilisent ces mêmes fumigènes à Roland Garros, ce sont «des armes par destination» ? De même se retrouver en groupe sur les Champs-Elysées peut être, selon l’humeur du préfet de police, interprété comme une sympathique manifestation d’enthousiasme ou comme un attroupement interdit. Tout est affaire d’appréciation !

5- Bien sûr, poursuite ne vaut pas condamnation. Et les magistrats du siège jugent théoriquement en leur «âme et conscience». Mais s’ils ne peuvent pas être mutés d’office, ils n’en sont pas moins des hommes et des femmes soucieux de leur carrière et de leur promotion, sans parler des décorations qu’ils sollicitent comme autant de crachats rouges sur leur indépendance, fièrement affichés au revers de leur veston (ou tailleur).

6- Allons plus loin : les présidents de cour ou de tribunal ne peuvent dicter un jugement à un magistrat mais ils peuvent choisir d’affecter telle ou telle affaire à telle ou telle chambre susceptible de répondre à leurs attentes. Obtenir le jugement souhaité est souvent question d’habileté dans le choix du «casting».

7- D’autant plus que les juges sont loin d’être tous neutres, au contraire : nombre d’entre eux sont très engagés politiquement ou idéologiquement, à gauche ou à l’extrême gauche pour beaucoup, dans le politiquement correct de bon aloi pour la majorité des autres. Inutile d’insister sur le Syndicat de la magistrature : immigrationniste au regard du droit au séjour, laxiste avec les délinquants ordinaires, répressif avec ses adversaires politiques. L’Union syndicale des magistrats ne vaut guère mieux : elle est au barycentre du conformisme médiatique et son ancien président fut le conseiller Justice de Ségolène Royal lors de sa campagne de 2007.

8- Les avocats jouent aussi leur rôle dans la création de l’environnement idéologique de la justice : le Syndicat des avocats de France se fait le relais médiatique des partis pris du Syndicat de la magistrature ; l’ordre des avocats ménage, lui, la chèvre et le chou et met en avant les personnalités les plus conformistes : personnalité modérée, avocate réputée, Brigitte Longuet fut écartée du poste de bâtonnier de Paris en raison des engagements politiques de son mari, ministre UMP à la parole décomplexée.

9- Dans ces conditions on ne s’étonnera pas que pour un magistrat un tropisme de gauche soit bien vu ; a contrario, un tropisme de droite est incapacitant ; aux premiers les belles affaires ; aux seconds les placards !

Je renvoie ceux qui pourraient croire que j’exagère aux affaires Claire Thépaut et François Lagarde.

La juge Thépaut est une fervente militante du Syndicat de la magistrature, adversaire résolue de Nicolas Sarkozy et de l’UMP, mais les instances judiciaires et médiatiques ont estimé que cela ne permettait pas de mettre en cause son impartialité lorsqu’elle a mis en examen l’ancien président de la République dont elle a condamné la politique.

François Lagarde est, lui, magistrat administratif à Lyon. Il a été élu à Orléans (hors du ressort de son tribunal, donc) conseiller municipal délégué à la lutte contre l’immigration clandestine (bref, en charge de faire appliquer la loi). Il a été victime d’une campagne de dénonciation du Syndicat des avocats de France et de la presse locale. Après avis du comité de déontologie du Conseil d’Etat, il s’est vu retirer toutes les affaires (la moitié de son plan de charge) concernant l’immigration au motif qu’il pourrait être suspect de partialité.

Mais les magistrats administratifs et les conseillers d’Etat qui militent dans les associations immigrationnistes sont, eux, jugés impartiaux.

Quel meilleur exemple de deux poids, deux mesures ! D’autant plus facile à pratiquer qu’il ne s’est pas trouvé un seul dirigeant de l’UMP ou un seul éditorialiste de la presse «mainstream» pour défendre les libertés du juge Lagarde.

Comment dans ces conditions faire confiance à une justice aussi partisane ?

10- Ajoutons pour faire bonne mesure que le passé n’y incite pas. Les magistrats de la IIIe République étaient réputés indépendants. En 1940, tous, sauf un, prêtèrent serment au maréchal Pétain avant de devenir, en 1944, des épurateurs zélés. Révoqué en 1940, l’unique magistrat récalcitrant fut réintégré en 1944, mais n’occupa que des postes… secondaires car ses employeurs n’avaient pas confiance en lui.

Certains disent que la justice politique est à la justice ce que la musique militaire est à la musique. C’est injuste pour les militaires !"

Posté le 16 juillet 2014 à 07h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)


     Archives > France : Société

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Société