25 juin 2017

Gardons nous du péché de sédition! Et luttons sans relâche contre ceux qui le commettent.

xtrait de la Somme de théologie, 2a-2ae, question 42.

 

[…]  la guerre se fait à proprement parler contre les ennemis du dehors, comme une lutte de peuple à peuple. La rixe, elle, se fait d’un particulier à un autre particulier, ou d’un petit groupe à un autre. La sédition, au contraire, se produit à proprement parler entre les parties d’un même peuple qui ne s’entendent plus ; lorsqu’une partie de la cité, par exemple, se soulève contre une autre. Voilà pourquoi la sédition, parce qu’elle s’oppose à un bien spécial, à savoir l’unité et la paix de la multitude, est un péché spécial.

[…] On appelle séditieux celui qui excite la sédition. Et parce que la sédition implique une certaine discorde, le séditieux est celui qui cause non pas une discorde quelconque, mais celle qui divise les parties d’un même peuple. […] 

* * * * * * * *

L’Apôtre [saint Paul] (2 Co 12, 20) interdit les séditions ; et les place parmi d’autres péchés mortels. La sédition est donc un péché mortel.

[…] la sédition s’oppose à l’unité de la multitude, c’est-à-dire à l’unité du peuple, de la cité ou du royaume. Or, S. Augustin dit que le peuple, selon le témoignage des sages, désigne « non point l’ensemble de la multitude, mais le groupement qui se fait par l’acceptation des mêmes lois et la communion aux mêmes intérêts ». Il est donc manifeste que l’unité à laquelle s’oppose la sédition est l’unité des lois et des intérêts. La sédition s’oppose ainsi à la justice et au bien commun. C’est pourquoi elle est, de sa nature, péché mortel, et d’autant plus grave que le bien commun auquel s’attaque la sédition est plus grand que le bien privé auquel s’attaquait la rixe.

[…] Le péché de sédition appartient d’abord et à titre de principe à ceux qui excitent la sédition. Ceux-là pèchent très gravement. Secondairement, à ceux qui les suivent, et qui troublent le bien commun. Quant à ceux qui défendent le bien commun en leur résistant, ils ne doivent pas être appelés séditieux ; pas plus que ceux qui se défendent ne sont coupables de rixes, nous l’avons dit.

[…]  Le combat qui est permis se fait pour l’utilité commune […]. La sédition, au contraire, se fait contre le bien commun du peuple. C’est pourquoi elle est toujours un péché mortel.

Posté le 25 juin 2017 à 12h58 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (0)

24 juin 2017

40 ans de Puy-du-Fou, 40 ans de Gay Pride. Reconstruire ou déconstruire.

Entre civilisation :

Le-spectacle-le-secret-de-la-lance-au-puy-du-fou-le-12-avril-2010
Et décadence :

DDHALzYXgAAPzLe

Posté le 24 juin 2017 à 21h36 par Michel Janva | Lien permanent

23 juin 2017

Macron suit Merkel et veut plus de migrants

La réalité c'est celle ci :

Posté le 23 juin 2017 à 17h30 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (12)

Le FN fait voter un amendement de prévention contre la pornographie

De Pascal Gannat, Président du groupe FN-RBM de la Région Pays de la Loire :

"L’exécutif présentait hier un plan de prévention et d’éducation à la santé des jeunes, avec différents axes de lutte contre les addictions (tabac, drogues, troubles du comportement etc.). Nos élus ont reconnu la pertinence de ce plan, et encouragé la Région à le mettre en œuvre. Toutefois la question de l’addiction liée à la pornographie chez les jeunes n’y était pas évoquée. Or d’après une étude de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), le visionnage de contenu pornographique chez les jeunes a pour conséquence d’amplifier la consommation de cannabis, d’alcool et le mal-être de beaucoup de jeunes. En outre, l’omniprésence de contenus indécents dans l’espace public, par exemple avec des publicités quasi pornographique sur les kiosques à journaux, ne fait qu’amplifier cette hypersexualisation de la jeunesse, et la dégradation de l’image de la femme. Le groupe FN-RBM se félicite que l’assemblée régionale ait voté son amendement à l’unanimité. Il continuera à se battre contre toutes les formes d’addictions qui polluent la santé physique et mentale des jeunes ligériens."

Posté le 23 juin 2017 à 16h26 par Michel Janva | Lien permanent

Le Sida est raciste et homophobe

C'est Libération qui constate :

"A Paris, la situation est préoccupante, pour ne pas dire mauvaise: l’épidémie y est cinq fois plus élevée que la moyenne française et deux fois plus que dans le reste de l’Ile-de-France. Les cas parisiens représentent un cinquième du chiffre pour toute la France, alors que les Parisiens représentent un peu plus de 3% de la population. Ce sont plus d’un millier de nouvelles contaminations par an. Et à Paris encore, l’épidémie y est très particulière, fortement concentrée – à près de 90% – dans deux groupes : les hommes ayant des rapports sexuels entre hommes (52%) et les migrants, principalement de pays à forte prévalence (38%). Enfin, géographiquement, l’épidémie est surtout forte dans les quartiers centraux (Ier à IVarrondissements) et dans le nord-est (Xe, XIe, XVIIIe, XIXe et XXe arrondissements) mais aussi dans le XIIIe."

Une conséquence de la Gay Pride et de toutes les incitations à la débauche ?

Posté le 23 juin 2017 à 14h27 par Michel Janva | Lien permanent

22 juin 2017

Vu dans un collège du "vivre ensemble"

Image-3

Posté le 22 juin 2017 à 23h57 par Michel Janva | Lien permanent

Libé reconnaît une intox de... Libé

Libé obligée de reconnaître que la police avait raison :

1032265-img_2746Rennes, laboratoire de l’ordre En marche.» Plusieurs intellectuels, parmi lesquels l’économiste Frédéric Lordon ou l’éditeur Eric Hazan, ont publié lundi une tribune dans Libérationpour dénoncer les méthodes de policiers et de magistrats qui, à Rennes, s’affranchiraient de plus en plus du droit commun. Ils prennent pour exemple «deux événements d’une extrême gravité». «Le 30 mai, à 6 heures du matin, des dizaines de policiers cagoulés munis de fusils d’assaut défoncent des portes de logements à coups de bélier et procèdent à six perquisitions simultanées aux quatre coins de la ville. Sept personnes sont interpellées, dont deux mineurs.» Selon les auteurs de la tribune, ce sont à la fois les conditions et les cibles de la perquisition qui sont abusives : «Défonçage des portes, policiers suréquipés, armes braquées, plaquage et menottage au sol des interpellés. Or le choix des "cibles" montre qu’elles ont été choisies non pas en fonction de leur présence présumée sur les lieux de la manifestation (de fait certains ont pu prouver qu’ils n’y étaient pas) mais sur leur appartenance supposée à une mouvance anticapitaliste.»

La perquisition faisait suite à un autre événement : le 27 avril, lors d’une manifestation ayant pour mot d’ordre «ni Le Pen ni Macron», un motard de la police nationale avait braqué des manifestants. Ce sont certains de ces derniers qui seront jugés mercredi, accusés de «violence aggravée» et perquisitionnés à ce titre. La préfecture d’Ille-et-Vilaine avait qualifié à l’époque le geste de l’agent dans ces termes : «un geste de légitime défense» fait «avec sang-froid, tempérance et modération». Les auteurs de la tribune estiment pour leur part que c’est le comportement du policier qui pose problème : «Ce comportement dangereux et injustifiable d’un policier qui n’était nullement menacé, comme le montrent les vidéos, est devenu prétexte à une enquête contre de présumés manifestants pour… violence avec arme (un pommeau de douche dont on se serait servi pour intimider le motard), ce qui a justifié les perquisitions du 30 mai.»

[...] Lundi soir, quelques heures après la publication de la tribune, la préfecture a par ailleurs publié un tweet avec de nouvelles photos (qui n’étaient donc vraisemblablement pas à la disposition des signataires de la tribune). On y voit le policier sur sa moto, être attaqué par un groupe de manifestants. On peut assez facilement vérifier que ces photos (non sourcées) ont bien été prises au même endroit (rue de l’Alma à Rennes) que les deux vidéos du policier qui sort son arme. Sur ces clichés, on reconnaît d’ailleurs certains des protagonistes visibles sur les vidéos du policier qui sort son arme.

1032258-img_2713

1032259-img_2715

Posté le 22 juin 2017 à 08h58 par Michel Janva | Lien permanent

21 juin 2017

22 juin : conférence-débat à Lyon sur la déferlante porno

69c6fd44-06fa-4396-8233-c8627fb64d7e

Posté le 21 juin 2017 à 22h35 par Michel Janva | Lien permanent

L'été du Café-Histoire de Toulon

Le Café-Histoire de Toulon communique :

1) Vous trouverez ici le texte de la causerie et du riche débat du mois de mars 2017 : La catastrophe écologique vue par les alter-cathos ?

2) Le Café Histoire de Toulon vous recommande de ne pas manquer, dimanche 25 juin, la célébration de Saint Pierre, le saint patron des pêcheurs, avec 10h30 : messe solennelle en la cathédrale Notre-Dame de la Sedsprocession jusqu'au port, embarquement de la statue de Saint Pierre et bénédiction en mer, Cette fête en costume traditionnel offre l'occasion de se plonger dans la culture toulonnaise avec les amis du Graal de l'Ambassade de Provence et de la Confrérie des Pénitents noirs.Le Corps du Guet démarrera de la Porte d’Italie, emmené par le Capitaine de Ville et la compagnie des fifres et tambours dès 9h30 pour se rendre au quai des pêcheurs quérir le Premier Prud’homme de la corporation pour se rendre jusqu’en la Cathédrale Sainte Marie, Notre Dame de la Seds. ( (visualisez-ici)

3) Le Café Histoire de Toulon vous rappelle la causerie du 28 juin 2017. Elle sera assurée par Antoine de Crémiers, conseiller éditorial à la Nouvelle Revue Universelle, et portera sur le thème : Les catholiques devant le danger transhumaniste..

Le transhumanisme qui arrive est-il le stade suprême du libéralisme ? Sommes nous devant cette "France des robots" que le grand écrivain catholique Georges Bernanos nous annonçait dès 1947 ? La nouvelle génération des jeunes catholiques contestataires de la passionnante revue LIMITE a-t-elle raison de nous alerter ? Que doivent penser les catholiques devant le danger transhumaniste ? Quel rapport avec l'encyclique Laudato Si ? C'est à un véritable et nécessaire exercice de réflexion que l'animateur du Café Actualité d'Aix en Provence, Antoine de Crémiers nous fera participer.

Dernier

Entrée gratuite - Mercredi 28 juin 2017 à 20 h
Le Graal, Pub associatif des Missionnaires de la Miséricorde 
377 avenue de la République - 83000 Toulon

4) Par ailleurs le Café Histoire de Toulon informe les Toulonnais qu'ils peuvent se renseigner sur le pèlerinage des pères de famille de Cotignac  des 30 juin, 1 et 2 juillet 2017, (cliquez ici).  Le Café Histoire de Toulon soutient le très dynamique chapitre de la paroisse Saint François de Paule qui marche sous la bannière de la Sainte Famille, en se souvenant du vœu du roi Louis XIII de prendre la très sainte et très glorieuse Vierge Marie pour protection du royaume de France.

Cotignac (1)

5) Ceux des " Prouvèçau e catouli " qui ne se rendront pas à Cotignac pourront participer à la très identitaire fête de la Sant Aloï (Saint Eloi) qui se tiendra au Beausset les 1 et surtout dimanche 2 juillet (Tambourinaires, Bravadiers, Corps de Saint Eloi, groupes folkloriques, cavalcade de chevaux sur le parvis de l'Eglise, danses folkloriques). Le 1 juillet bénédiction du reposoir, des pains et des pompettes avec vin d'honneur par le prieur. Le 2 juillet Grand messe chantée en provençal (visualisez-ici) .

6) A ne pas manquer ! Pour le Café Histoire de ToulonAnne Brassié, animatrice de l'émission Perles de culture sur la chaine WEB de TVLibertés, a accepté de nous faire une causerie à le 12 juillet, en période estivale sur le thème La culture au service du Bien.

Posté le 21 juin 2017 à 12h31 par Marie Bethanie | Lien permanent

20 juin 2017

Visiblement Macron et Merkel n'aiment pas les chewing-gum

 

Vu sur MPI

 

Posté le 20 juin 2017 à 22h05 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (8)

Politique et culture : l'exemple du Puy-du-Fou

Jean-Pierre Maugendre remercie Philippe de Villiers pour le Puy-du-Fou. Extrait :

Images-2"Philippe de Villiers en un discours très remarqué livre à un public subjugué les trois clés qui ont fait le succès, inégalé, du Puy du Fou.

Tout d’abord la gratuité dans un monde où l’argent est roi. Les Puyfolais consacrent bénévolement de nombreuses journées de leurs vacances au succès de la cinéscénie dont ils sont les acteurs. Une personne rencontrée sur place m’a ainsi expliqué qu’elle assurait, avec ses enfants, quinze soirées durant l’été aux représentations qui ont lieu durant le week-end…N’y a-t-il pas d’ailleurs une signification plus haute dissimulée dans l’étymologie de ce mot ? Le temps donné est du temps consacré, du temps sacré.

Ensuite un projet porteur et enthousiasmant : permettre à un peuple martyrisé de se réapproprier sa mémoire, dans la beauté sous le signe de la grandeur et du panache.

Enfin un projet, quel qu’il soit, a toujours besoin d’être incarné dans un chef qui opère la jonction entre un tempérament animé par de grands désirs et des circonstances qui lui permettent de déployer, au service des ses rêves, l’ensemble de ses capacités. Il y a toujours beaucoup de rêves dans l’homme d’action ! N’est-ce pas Talleyrand qui écrivait : J’ai plus à craindre de cent moutons menés par un lion que de cent lions menés par un mouton ?

Notons de plus que toute tradition est d’abord une transmission. Philippe de Villiers a transmis le flambeau à son fils Nicolas. Les enfants de Puy du Fou Académie assurent déjà un spectacle à part entière au bourg 1900 : Le Ballet des sapeurs. Un petit bonhomme de 7/8 ans s’adresse, sans trac apparent, à la foule des 15 000 spectateurs… Ces enfants sont l’avenir de cette institution qui comme le rappelait son fondateur a toujours préféré compter sur elle-même, ses ressources et ses énergies propres, que sur les autres. Ne pas subir !

[...] L’aventure du Puy du Fou et son succès nous rappellent, s’il en était besoin, qu’il n’existe pas de sens de l’histoire. L’histoire est faite par les hommes de talent qui lui impriment leur marque. C’est, au cœur de la Vendée martyrisée, tout un peuple, au rythme de plus de deux millions de visiteurs par an qui se réapproprie ses racines.

Philippe de Villiers sera présent à la XXVIe Université d’été de Renaissance Catholique du 13 au 16 juillet au domaine de Baronville, à proximité de Chartres. Sous le titre général : À quoi sert la politique ? Il interviendra sur Politique et culture. Ce sera l’occasion de lui manifester notre reconnaissance et de tirer les enseignements de son action."

Posté le 20 juin 2017 à 21h29 par Michel Janva | Lien permanent

"Le 3° de l'article 5 de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence est contraire à la Constitution"

C'est une des conclusions rendues par le conseil constitutionnel le 9 juin dernier. Pas beaucoup de bruit dans les médias ! Rappelons ceci sur l'article visé : 

"L'article 5 de la loi du 3 avril 1955 mentionnée ci-dessus prévoit que la déclaration de l'état d'urgence donne certains pouvoirs aux préfets des départements dans lesquels s'applique l'état d'urgence. Selon le 3° de cet article 5, le préfet a le pouvoir :
« D'interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l'action des pouvoirs publics ».

Le conseil constitutionnel ajoute : 

" L'abrogation immédiate du 3° de l'article 5 de la loi du 3 avril 1955 entraînerait des conséquences manifestement excessives. Afin de permettre au législateur de remédier à l'inconstitutionnalité constatée, il y a donc lieu de reporter la date de cette abrogation au 15 juillet 2017".

Ensuite, poursuite de l'Etat d'urgence ou pas ?

Posté le 20 juin 2017 à 13h14 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

Far West : attaque de routiers à Calais

Le chauffeur d’une camionnette est décédé dans la nuit dans un accident provoqué par un barrage de migrants sur l’autoroute A16 au niveau de la commune de Guemps. La camionnette, immatriculée en Pologne, s’est encastrée dans l'un des trois poids-lourds bloqué par un barrage de troncs d'arbres. Elle s'est embrasée dans l’accident.

Neuf immigrés de nationalité Erythréenne ont été interpellés dans l’un des trois poids-lourds bloqués par le barrage.

Posté le 20 juin 2017 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent

19 juin 2017

Patrick Buisson, à la tête de la chaîne Histoire, décortique la République

Piegesrepublique-vPatrick Buisson reste à la direction générale de la chaîne Histoire. Son mandat aurait été renouvelé en assemblée générale le 10 avril. Patrick Buisson dirige la chaîne thématique depuis 2007.

La chaîne Histoire, qui fête ses 20 ans cette année, appartient au groupe TF1. En 2016, elle a dégagé un bénéfice net de plus d’un million d’euros.

Pour ses 20 ans, la chaîne sort une série de documentaires historiques. Le premier, diffusé en avant-première la semaine dernière, sera diffusé demain soir. Il est consacré à la IIIe République :

"14 juillet 1939, la France célèbre avec éclat le 150e anniversaire de la Révolution. A l’occasion, et comme pour conjurer la menace allemande qui pèse à ses frontières, elle se grise des slogans et déclamations patriotiques qui depuis 70 ans ont fait le succès des discours républicains. Et pourtant, un an plus tard exactement, après une impensable défaite militaire, c’est dans les décors d’opérette du casino de Vichy que les 9 et 10 juillet 1940 les parlementaires, toutes tendances confondues et à une écrasante majorité, remettent les pouvoirs constituants à Philippe Pétain, un vieux maréchal au parcours politique jusqu’alors jugé irréprochable… Comment cette IIIe république, la plus longue que l’histoire française ait connue, a-t-elle ainsi pu se saborder ? Par quels cheminements, par quels bouleversements une assemblée issue d’un Front populaire réunissant les forces de gauche, s’est-elle aussi pathétiquement reniée ?"

Ou comment la République a toujours refusé de se donner un chef charismatique, pour ne pas reproduire l'épisode bonapartiste qui finit à Sedan et par haine de la monarchie.

Posté le 19 juin 2017 à 19h32 par Michel Janva | Lien permanent

L'attentat du jour

Un véhicule (et son chauffeur bien entendu...) a délibérément percuté une camionnette de la gendarmerie sur le rond-point des Champs-Élysées ce lundi après-midi.

Le conducteur, fiché S. Gérard Collomb a évoqué "une tentative d'attentat". Un escadron de gendarmes mobiles descendait les Champs-Élysées lorsqu'une voiture a percuté le véhicule de tête. La voiture s'est embrasée après l'impact. 

Une bonbonne de gaz, des armes -dont une Kalachnikov- et de nombreuses cartouches ont été retrouvées. Le ministre de l'Intérieur a ajouté que de "l'explosif" avait également été trouvé à l'intérieur de la voiture.

Posté le 19 juin 2017 à 19h23 par Michel Janva | Lien permanent

Libération compte les députés homosexuels

...pour regretter qu'il n'y en ait pas autant qu'en Grande-Bretagne où ils représenteraient 6,9% des élus contre 0,8% en France :

"La prochaine Assemblée sera un chouïa plus gay. Disons un soupçon. Ce dimanche, au terme du second tour des élections législatives, cinq députés homosexuels, à notre connaissance, ont en effet été élus ou réélus, soit deux de plus (seulement) que lors de la précédente législature. Parmi ces parlementaires, le sénateur-maire socialiste d’Alfortville Luc Carvounas, premier parlementaire français marié à une personne du même sexe, l'ex-adjoint chargé du commerce à la mairie du IVème arrondissement de Paris, Pacôme Rupin (LREM), pacsé avec son compagnon, le co-fondateur de GayLib passé au Front national Sébastien Chénu dans la 19e du Nord et l’adjoint au maire FN d’Hénin-Beaumont Bruno Bilde, dans la 12e du Pas-de-Calais, font leur entrée dans l’hémicycle. Le député-maire LR de Coulommiers Franck Riester, élu avec 68,89% des suffrages dans la 5e circonscription de Seine-et-Marne, est lui le seul sortant à obtenir sa réélection (...)

Néanmoins, ces (...) députés ouvertement gays (tous des hommes) représentent un peu plus de 0,8% des élus du Palais Bourbon. Une représentation minime si l’on compare avec les 45 députés ouvertement LGBT élus à la Chambre des communes la semaine passée, soit 6,9% des députés britanniques."

Posté le 19 juin 2017 à 14h02 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (15)

Un soldat français tué au Mali

Lu ici  Riveta

"Albéric Riveta était arrivé à Niamey, au Niger, depuis moins d'une semaine. Depuis le 12 juin, il avait participé, avec sa compagnie, à l’opération Aquila au Mali, pour lutter contre les groupes terroristes. 

C'est lors de cette opération extérieure que dans la nuit du 17 au 18 juin, plusieurs parachutistes chasseurs sont blessés. Albéric Riveta est évacué en urgence par hélicoptère vers l’hôpital Role 2 de Gao. Son décès est constaté vers 4h, heure locale. Agé de 23 ans, le chasseur de première classe Albéric Riveta était célibataire et sans enfant.

Le président Emmanuel Macron a salué "la mémoire de ce militaire français tué dans l'accomplissement de sa mission", et adressé "ses sincères condoléances à sa famille, ses amis, et ses frères d'armes"

Les forces armées rappellent le parcours de ce jeune soldat : Né le 6 avril 1994 à Papetee, titulaire d’un certificat d’aptitude professionnelle en maçonnerie, Albéric Riveta s'engage le 4 octobre 2016 en tant qu’engagé volontaire de l’armée de Terre (EVAT) au titre du 1er régiment de chasseurs parachutistes à Pamiers pour une durée de cinq ans. D’octobre 2016 à avril 2017, il suit la formation initiale où il s’illustre par ses très bons résultats. Il fait preuve d’un sens du devoir déjà très prononcé et obtient son certificat pratique "combat débarqué" le 21 avril 2017. Il rejoint la 3e compagnie de combat du 1er régiment de chasseurs parachutistes le 4 mai 2017 et est élevé à la distinction de chasseur de 1re classe le même jour. Militaire de grande valeur, manifestant en permanence un grand professionnalisme et une solide volonté de servir, il est projeté avec sa compagnie en mai 2017 en République de Côte d’Ivoire au sein du 43e bataillon d’infanterie de marine".

RIP

Posté le 19 juin 2017 à 09h58 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (2)

"Confortement de l'emmarchement" à l'Assemblée nationale

Photo prise devant le palais Bourbon. Les marches dudit palais sont en travaux. Ce n'est pas un canular...

Capture d’écran 2017-06-19 à 07.26.01

Posté le 19 juin 2017 à 07h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

18 juin 2017

Agenda des Veilleurs et des Sentinelles (semaine du 19 au 25 juin 2017)

Agenda en ligne - Me contacter : mariebethanie.lesalonbeige@yahoo.fr

Lundi 19 juin 2017
  • Châlons-en-Champagne - face au Palais de Justice, de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • Maisons Laffitte- Place de la bibliothèque, de 19h00 à 20h00
 
Mardi 20 juin 2017
  • Reims : Place Royale, à 20h00
 
Mercredi 21 juin
  • Bondy : de 19 h 00 à 20 h 00 ,devant la gare SNCF
  • Saint Amand Montrond Place Carrée de de 20 h 30 à 22 h
 
Jeudi 22  juin 2017
  • Orléans: après 180 veillées aux pieds de Jeanne d'Arc, nous nous retrouverons Place du Martroi à  20h30  pour aller boire un pot et faire le point sur le devenir des veillées. Rendez-vous à 20h30 précises.
 
Vendredi 23 juin 2017
  • Paris, devant l'Assemblée Nationale : 20 h 30
  • Bordeaux - Sentinelles - 19h Place Pey Berland

Samedi 24 juin 2017

  • Paris, Place Vendôme, 20h - Les Sentinelles fêtent leurs 4 ans de veilles. Evènement Facebook.

Posté le 18 juin 2017 à 18h51 par Marie Bethanie | Lien permanent

Le 24 juin, les Sentinelles vont fêter leur 4° anniversaire… en veillant !

Des Sentinelles communiquent :


19059542_1678630282183721_8633455349507182463_n

Joyeux anniversaire, Sentinelles !

Ils pensaient que ce serait vain et éphémère, un feu de paille dont plus personne ne se souviendrait passé l’été 2013 et la libération de Nicolas. Ils n’ont pas caché leur hostilité, dépêchant parfois leurs milices « publiques » que des ordres dévoyés ou de curieux arbitrages détournaient de leur mission d’assurer l’ordre. Quatre ans après, nous, les Sentinelles, nous sommes toujours là, nous veillons encore place Vendôme.

Vain ? De leur point de vue, oui, la lutte pacifique des Sentinelles est inutile. Des lois passent malgré notre opposition silencieuse et résolue de nos quelques personnes qui se tiennent debout devant les palais du pouvoir. Dans une époque où le zapping est roi, ils ne peuvent pas comprendre cette obstination à ne pas passer à un autre sujet, avec d’autres méthodes. Les enjeux anthropologiques qui nous mobilisent se règlent sur des générations, pas sur une législature. Le rapport au temps est sans doute ce qui nous distingue le plus de nos détracteurs : nous le prenons, ils le subissent en s’inventant des échéances factices qui ne sont, tout compte fait, que vanités.

4 ans à veiller, l’été ou l’hiver, malgré la pluie ou le froid, en résistant à la lassitude et sans jamais se départir de la nécessaire bienveillance qui nous anime : ça se fête ! Vous êtes tous conviés à venir  veiller le 24 juin au soir dans notre quartier général de la Place Vendôme. Nous nous tournerons ensemble vers ce ministère de la justice si mal nommé. Nous resterons pacifiques et silencieux, espacés les uns des autres et résolus à porter notre refus d’un monde où la famille, la dignité de l’homme, la justice ne sont que des variables d’ajustement pour le camp ‘en face. S’inscrire sur l’événement facebook est facultatif. A bientôt,

Des Sentinelles

Posté le 18 juin 2017 à 18h35 par Marie Bethanie | Lien permanent

16 juin 2017

18 juin : conférence à Paris sur la pornographie

Cfc951a8-07d0-456a-9d1e-dbb6a0141f18

Posté le 16 juin 2017 à 21h18 par Michel Janva | Lien permanent

Le Puy du Fou fête ses 40 ans

A suivre sur Twitter, Facebook.

Le nouveau blason du Puy du Fou :

Posté le 16 juin 2017 à 19h35 par Michel Janva | Lien permanent

A Strasbourg on respecte le repos dominical

Lu ici :

"Les commerces strasbourgeois ne peuvent pas ouvrir le dimanche. Cette décision - rendue publique mercredi - a été prise par le tribunal administratif de Strasbourg. Il a annulé un arrêté préfectoral qui autorisait les magasins strasbourgeois à ouvrir le dimanche 15 janvier 2017 toute la journée, en pleine période des soldes d'hiver. À l'époque de la prise de cette décision en décembre 2016, le préfet, sollicité par l'association de commerçants «Les Vitrines de Strasbourg», avait invoqué la baisse du chiffre d'affaires des commerces durant la période de Noël pour prendre une telle mesure.

Mais les syndicats CFTC et CGT ont attaqué ce règlement, s'appuyant ainsi sur le droit local alsacien et mosellan. Un droit instauré lors du rattachement de l'Alsace Moselle à la France. En dehors de certaines exceptions et dérogations pour certains types de commerces (hôtellerie et restauration ou les cafés notamment), il stipule que le travail le dimanche est interdit dans le secteur du commerce. Le tribunal administratif, reprenant les arguments des deux syndicats, a donc condamné l'État à verser 500 euros aux deux syndicats plaignants au titre des frais de justice engagés.

Dans un communiqué, la CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens) du Bas-Rhin se félicite de cette décision. «Le repos dominical n'est pas négociable, le dimanche c'est les amis, la vie de famille, dans les associations et pas au travail.» [...]"

Posté le 16 juin 2017 à 08h15 par Michel Janva | Lien permanent

En Marche doit maintenant rendre des comptes aux lobbys : on commence par l'industrie pharmaceutique

Agnès Buzyn, la nouvelle ministre des Solidarités et de la Santé, déclare au Parisien :

Unknown-8"Aujourd'hui, seuls trois vaccins infantiles sont obligatoires (diphtérie, tétanos, et polio). Huit autres, dont la coqueluche, l'hépatite B, la rougeole, sont seulement recommandés. Ce double système est une exception française. Cela pose un vrai problème de santé publique. Aujourd'hui, en France, la rougeole réapparaît. Il n'est pas tolérable que des enfants en meurent : dix sont décédés depuis 2008. Comme ce vaccin est seulement recommandé et non obligatoire, le taux de couverture est de 75 % alors qu'il devrait être de 95 % pour prévenir cette épidémie. On a le même problème avec la méningite. Il n'est pas supportable qu'un ado de 15 ans puisse en mourir parce qu'il n'est pas vacciné. Nous réfléchissons donc à rendre obligatoires les onze vaccins pour une durée limitée, qui pourrait être de cinq à dix ans. L'Italie l'a fait la semaine dernière.

[...] Je déteste la coercition, ce n'est pas dans mon tempérament. Mais là, il y a une urgence. Une quinzaine d'enfants sont hospitalisés à cause de la rougeole, cela m'inquiète. Il y a des fois où l'obligation est une bonne chose pour permettre à la société d'évoluer. Je pense à l'égalité hommes-femmes. On n'aurait jamais réussi à progresser dans la parité sans l'imposer dans les conseils d'administration.

Ne craignez-vous pas de faire la part belle à l'industrie pharmaceutique ?

Je refuse qu'on me colle cette étiquette. Oui, les industriels gagnent de l'argent, mais on ne peut pas réduire la question de la vaccination à l'intérêt des laboratoires.

Cette obligation pourrait-elle être étendue à la grippe qui a encore tué 21 000 personnes cet hiver ?

Je me pose la question tous les jours pour les professionnels de santé. Je ne comprends pas ceux qui ne s'immunisent pas, ils font courir un risque à leurs patients. On réfléchit à ce que cela devienne obligatoire pour eux. J'en discuterai avec l'ordre des médecins et des pharmaciens."

Addendum : on apprend ce soir qu'elle a été directement rémunérée pour diverses activités par le laboratoire Genzyme, désormais filiale de Sanofi, de 1998 à 2011 ! Et ce n’est pas tout, entre 2005 et 2011 elle était aussi rémunérée par les laboratoires Bristol Meyers-Squibb et Novartis. Ces deux laboratoires ainsi que Pierre Fabre et Schering-Plough (filiale de Merck) ont aussi financé entre 2005 et 2011 l’assocation Robert Debré que dirigeait Agnès Buzyn. Peut-on accepter qu’une ministre de la Santé présente de tels conflits d’intérêts avec le “Big Pharma” ?

Posté le 16 juin 2017 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

15 juin 2017

La libération sexuelle de 68 était un leurre

Une étude menée à travers toute l'Europe montre que les plus satisfaits de leur vie sexuelle sont les gens engagés dans une relation monogame. Toujours selon cette étude, vivre une relation ouverte ne serait pas la meilleure façon d'être épanoui. Michelle Boiron, psychologue clinicienne, thérapeute de couples, sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris, et membre de l’AIUS (Association interuniversitaire de sexologie), déclare à Atlantico :

"La libération sexuelle de 68 nous a permis de fantasmer et nous a conduit à penser que la satisfaction sexuelle était un droit. On ne nous a pas dit que c’était un leurre !

La répression permet de contenir les instincts de l’homme et lui donner un cadre qui correspond à sa culture inscrite dans la société du moment. Le cadre posé, le jeu consiste souvent à dépasser la limite. C’est un exercice de transgression qui maintient le désir de l’homme. La donne qui a la vie dure  où il est interdit d’interdire et la jouissance quand je veux nous a conduit à trouver en permanence des nouvelles sources de satisfactions et d’épanouissements qui sont difficiles à maintenir dans un couple. En revanche le couple s’épanouit dans la connaissance de l’autre, l’approfondissement qui peut conduire à une relation sexuelle réelle et non dans la projection de nos désirs. L’idéalisation du début des rencontres ne conduit pas forcément à une désillusion. C’est un vrai challenge. [...]"

La famille on vous dit !

Posté le 15 juin 2017 à 08h15 par Michel Janva | Lien permanent

14 juin 2017

Les paysans grondent en Saône et Loire

Stéphanie Bignon présente son programme pour refonder, par l’intermédiaire notamment du localisme, une agriculture française en grande souffrance. La présidente de l’association Terre & Famille fait d’abord le récit d’un drame qui a eu lieu en Saône-et-Loire, le 20 mai dernier. Un éleveur bovin, Jérôme Laronze, 37 ans, a été abattu par des gendarmes. Une actualité tragique qui illustre une scission entre le monde paysan et le système administratif qui ne prend pas en compte le rythme et le fonctionnement de ce premier. Le résultat, en réalité, d’une volonté politique de tuer la petite exploitation.

La presse nationale en parle pas ou peu, mais la presse locale est en émoi :

IMG-20170524-WA0000

IMG-20170527-WA0000

IMG-20170603-WA0001

Même les vétérinaires sont en colère :

IMG-20170611-WA0000

Posté le 14 juin 2017 à 10h48 par Michel Janva | Lien permanent

13 juin 2017

Et pendant ce temps, on détruit un château de France

Chateau-Lagny-02La destruction a été décidée en 2013 et le combat n'a pas cessé avec des défenseurs du patrimoine particulièrement décidés :

"Une dizaine d’habitants s’est réunie, ce mardi après-midi, devant le château de Lagny-le-Sec. Ils manifestaient contre la démolition de l’édifice, qui a démarré ce mardi. « On n’a pas été prévenu, grogne Marise, une riveraine. Ça fait mal au cœur. Il y avait d’autres choses à faire que de démolir notre patrimoine. »

La commune a décidé de raser la bâtisse du XIXe siècle, dont elle est propriétaire depuis 1995, pour y construire un espace multifonctions. Un permis de démolir en date du 1erseptembre 2013 a été affiché à l’entrée du parc.

L’association Urgences patrimoine a tenté d’obtenir le classement du château de Lagny-le-Sec aux Monuments historiques. Mais elle n’a pas eu de réponse du ministère de la Culture. Elle souhaite donc une rencontre rapide avec le sous-préfet de Senlis. « C’est du terrorisme patrimonial ! Le permis de démolir a été affiché ce matin, ce qui ne nous laisse aucune possibilité de recours, enrage Alexandra Sobczak, la présidente. Et comme par hasard, la mairie est exceptionnellement fermée ce mardi. » Le rassemblement prévu ce dimanche de longue date est maintenu".

Posté le 13 juin 2017 à 21h20 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (7)

Le Puy du Fou tel qu'il fut découvert le 13 juin 1977

Pdf

Ce qu'il est devenu 40 ans après.

Posté le 13 juin 2017 à 21h13 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (1)

Pierre de Lauzun : la conjoncture est moins désespérante qu’il ne paraît, car précisément elle est mouvante

Questions à Pierre de Lauzun :

Guide de survie dans un monde instable, hétérogène et non régulé. Voilà un titre presque apocalyptique. La situation est-elle si chaotique ?

Guide de survieApocalyptique : espérons que non ! Sans précédent certainement, et durablement incertain, surtout si on raisonne à 20 ou 30 ans comme je cherche à le faire dans ce livre. Car c’est et sera de plus en plus un monde secoué, de moins en moins facile à comprendre, et de moins en moins régulé.

Un monde où on verra d’abord de plus en plus nettement le déploiement de puissances nouvelles émergentes, notamment en Asie. Dans leurs relations de puissances ces pays, issus de cultures très différentes, n’ont pas de tradition de relation, ni la pratique des équilibres qu’avaient à une époque les nations européennes. Le risque de dérapage est accru d’autant. Et à terme il n’y aura plus de puissance dominante qui fasse (bien ou mal) la loi, comme encore récemment les Etats-Unis - car ils le pourront de moins en moins. Et bien sûr sans que la moindre régulation internationale soit crédible.

Un monde en outre instable dans son fondement dominant, qui est économique : la course à la croissance qui le caractérise n’a pas de raison de réussir à tout le monde. Les pays gagnants affirmeront de plus en plus leur puissance ; les perdants seront instables et mécontents. Le tout dans un contexte menacé par des crises, financières et écologiques en premier lieu, propices aux déstabilisations.

Un monde enfin qui sera de moins en moins dominé par l’idéologie démocratique occidentale, malgré sa prépondérance actuelle. D’autant que la contestation islamique actuellement bien visible n’est que l’une des possibilités d’opposition ; de plus en plus de pays s’affranchissant de l’emprise idéologique occidentale auront alors les moyens d’affirmer leur voie propre. Tandis que dans les pays occidentaux eux-mêmes le système démocratique donne des signes croissants de fatigue et de fragilité, appelés à s’accentuer.

Dans ce monde chaotique, comment interpréter l’élection d’Emmanuel Macron, représentant d’un mondialisme débridé et bien loin de la nation que vous préconisez. Qu’en attendre de bon ou qu’en craindre ?

Dans un monde potentiellement chaotique et en tout cas très incertain la priorité est à la communauté et à la double solidarité qu’elle assure : solidarité matérielle et solidarité culturelle, celle-ci porteuse de sens dans un contexte bien propre à déboussoler. Or la seule communauté politique vivante et viable à vue humaine est la nation. Sachant que ce n’est pas un absolu, ni un bloc hermétique, ni une identité fermée, mais une communauté, un lieu de solidarité. Communauté que par ailleurs l’Europe ne peut pas être.

A l’horizon du livre, qui est l’histoire longue au niveau de la planète, l’élection d’Emmanuel Macron est un épiphénomène. Mais c’est un symptôme intéressant ; et ce peut être un tournant non négligeable pour nous Français. Un symptôme, celui de la fragilité de nos systèmes démocratiques fatigués : le blanc-seing donné à un personnage au fond peu connu et dont ni les idées ni les méthodes n’ont été expérimentées en dit long sur l’instabilité du système. Un tournant, car ce que le nouveau président paraît mettre en avant est ce qu’il faudrait au contraire redimensionner : un fédéralisme européen idéologique, sans enracinement dans les peuples et incapable de recréer les communautés solidaires dont le besoin se fera de plus en plus sentir ; un manque de recul sur les limites d’une mondialisation débridée ; l’absence de perception des problèmes posés par des mœurs nouvelles insoutenables sur la durée ; et plus généralement le déchirement croissant de la communauté. Dans une telle situation, le risque premier pour nous serait la multiplication de faits accomplis allant dans le mauvais sens, et qui seraient sinon irréversibles, en tout cas difficile à rattraper – comme on en a fait l’expérience avec l’euro.

Inversement si on veut être optimiste, certains signaux montrent que le nouveau président est peut-être plus complexe qu’il ne paraît, et pas totalement insensible à certaines réalités - ce qui suppose qu’il soit plus qu’une figure de style électorale. L’avenir le dira.

Que peut faire la France au cœur d’une Europe malade et impuissante, face aux nouveaux Etats-Nations comme la Russie de Poutine, les USA de Trump ou la Chine de Xi Jinping?

Il faut y ajouter à terme l’Inde, et évoquer la poudrière moyen-orientale. Oui, l’Europe est faible et sur le plan international malade. Traumatisée à mort par les drames des deux guerres mondiales, elle rêve de sortir de l’histoire, à la poursuite d’une utopie douçâtre, sans prise sur les réalités internationales, et même intérieures. Or si le monde a certes besoin d’artisans de paix, ce n’est pas en rêvant qu’on y parvient.

La France présente ce paradoxe d’une conscience nationale encore forte, mais inhibée par le rêve fédéral européen qui domine nos élites (contrairement à nos voisins britanniques). La priorité est donc à lui faire comprendre qu’elle doit reprendre en main son destin. Non pour casser toute coopération européenne, mais pour cesser de l’inscrire dans le rêve fédéral (l’union ‘toujours plus étroite’ dont parlent les traités).

Cela ne fera évidemment pas de la France l’équivalent des mastodontes qui hantent et hanteront de plus en plus la scène internationale. Mais cela peut lui permettre de jouer son jeu consciemment et lucidement, avec des moyens qui restent appréciables, épaulée par des alliés, au lieu de s’engluer dans une utopie stérile.

Va-t-on inéluctablement vers une crise financière mondiale ?

Il faut être lucide : dans une économie décentralisée, de marché, on a toujours des crises, parce que la régulation n’est pas parfaite et que le marché se trompe à l’occasion. Mais si une économie est bien gérée, elle en limite l’ampleur et les effets par une régulation appropriée et des contrepoids. Ce qui est inquiétant dans la situation actuelle, c’est d’abord l’insuffisance de la régulation commune, alors que le marché est mondial ou plus exactement en interaction mondiale.

Une autre inquiétude majeure est le goût maladif de nos sociétés pour les solutions de facilité, et notamment l’endettement, en croissance pathologique. Or ce qui fait que les crises financières deviennent graves, c’est l’endettement, ce qu’on appelle l’effet de levier, car il crée des effets d’effondrement cumulatifs. Mais s’il y a cette fuite en avant dans les déficits et donc la dette, c’est parce qu’il n’y a pas de réel consensus pour agir, pas de vraie volonté commune. La drogue endettement est le symptôme majeur de notre faiblesse, qui est d’abord politique. Dès lors, malgré les réels efforts techniques réalisés depuis 2008 pour combattre les crises, il y aura, dans un avenir indéterminé mais pas si lointain, une nouvelle crise majeure. Autant s’y préparer.

Quelles solutions préconisez-vous et comment redonner de l’espoir aux catholiques français ?

L’espérance est une vertu théologale essentielle ; sa source est dans la grâce, le don gratuit de Dieu. C’est toujours à cela qu’il faut revenir, et c’est là qu’est l’essentiel. Mais on dépasse alors le politique.

A notre niveau, s’agissant de notre rôle comme citoyens, dépositaires et responsables de la communauté française et de sa vitalité, la conjoncture est moins désespérante qu’il ne paraît, car précisément elle est mouvante, ouvrant par-là des possibilités d’évolution difficilement envisageables il y a encore 20 ans. Ce qu’il faut donc c’est reconstruire, et notamment sur le terrain politique, en particulier celui de la pensée politique : celle qu’on peut appeler conservatrice au sens anglais du terme, qui est encore bien en déshérence en France malgré certains signes positifs. Et cela en regardant les réalités bien en face, ce à quoi j’ai essayé de contribuer dans ce livre.

Mais construire c’est aussi et d’abord agir au niveau de la base - sans attendre le politique, qui est nécessairement en partie aléatoire et peut ne pas se réaliser aussi vite qu’on le souhaiterait. Au niveau local, entrepreneurial, associatif, voire familial. Un exemple qui me tient à cœur : les écoles hors contrat. Il s’en est créé plus de 90 en 2016 : en dernière analyse, ce sont des gens qui prennent eux-mêmes en main l’éducation de leurs enfants. Et donc leur avenir.

Posté le 13 juin 2017 à 10h14 par Michel Janva | Lien permanent

La démocratie absolue

Emmanuel Macron va bientôt concentrer tout le pouvoir entre ses mains : une sorte de démocratie absolue. Ce renouvellement de la République se fait au nom de la modernité.

Le 26 janvier dernier, le Collège Saint Germain a organisé chez les Dominicains de la rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris un débat amical de quatre auteurs pour tenter de cerner cette notion de modernité, autour de l'ouvrage de Maxence Hecquard,  "Les fondements philosophiques de la démocratie moderne", dont plus de 1000 exemplaires ont déjà été vendus et alors qu'un nouveau tirage vient d'être fait

La présentation du collège et l'intervention initiale ont été faite par Guilhem Golfin (Docteur en Philosophie) (film 1)

Une réponse lui a été donnée par Maxence Hecquard (auteur des "fondements philosophiques de la démocratie moderne") (film 2)

Bernard Dumont (revue Catholica) lui a donné la réplique (film 3)

Enfin le débat a été clos par Phlippe Maxence (L'homme nouveau) (film 4)

Vous apprécierez aussi la séance de questions-réponses (film 4)

Vous trouverez le film de ce débat ici.

 

Posté le 13 juin 2017 à 08h49 par Michel Janva | Lien permanent

12 juin 2017

Agenda des Veilleurs et des Sentinelles (semaine du 12 au 18 juin 2017)

Agenda en ligne - Me contacter : mariebethanie.lesalonbeige@yahoo.fr

Lundi 12 juin 2017
  • Châlons-en-Champagne - face au Palais de Justice, de 18h à 19h30 : Sentinelles

Mardi 13 juin 2017

  • Montpellier - de 20h30 à 22h, place des Martyrs de la résistance, devant la Préfecture
Mercredi 14 juin 2017
  • Bondy : de 19 h  00 à 20 h 00 ,devant la gare SNCF
  • Saint Amand Montrond Place Carrée de 20 h 30 à 22 h
 
Jeudi 15 juin 2017
  • Montélimar de 20h30 à 21h30, sur les Allées Provençales
  • Orléans: 180° veillée aux pieds de Jeanne d'Arc, Place du Martroi de 20h30 à 21h30
 
Vendredi 16 juin 2017
  • Bordeaux - Sentinelles - 19h Place Pey Berland

Posté le 12 juin 2017 à 18h35 par Marie Bethanie | Lien permanent

11 juin 2017

Après la Bérézina! mettons nous au travail!

On recherche de grands serviteurs du Bien Commun. Père Y. bonnet


Qu'est ce qui manque le plus à la France pour se relever ? 
Je comprends d' autant plus cette question d' un ami que je me la pose moi-même. Et, depuis un demi siècle, se sont accumulées tant de déficiences qui affaiblissent notre patrie, que les classer n' est pas évident. Je finis par lui répondre qu'il me semble normal de chercher la réponse en prenant en compte, avec une grande sollicitude, les besoins de notre jeunesse. 

Or cette jeunesse a un besoin pressant d' une formation à la hauteur des enjeux cruciaux de l'heure actuelle. De ce fait, la France ne peut pas se passer de voir se créer de nouveaux pensionnats "unisexes" recevant des élèves de la classe de troisième à la Terminale, avec l'ambition affichée de se doter de jeunes femmes et de jeunes hommes, structurés spirituellement, moralement et culturellement. C'est un investissement majeur qui demandera des sacrifices à tous les partenaires, familles, enseignants et gestionnaires. 

Certes, il existe déjà des établissements indépendants de bonne qualité, mais trop peu et il faut bien le dire, trop rarement fréquentés par des jeunes à fort potentiel. Et je ne vois pas comment la Fille Aînée de l'Eglise pourrait se passer dans tous les domaines clés de l'Etat de personnalités de premier plan, témoignant par leur vie exemplaire et leurs compétences qu' ils sont de grands serviteurs du Bien Commun. 

Tout au long de notre histoire sont venus souvent de province ces grandes figures d' ecclésiastiques, de militaires et de responsables politiques, imprégnés de culture catholique et du profond respect de " l'ordre naturel ". Et n'oublions pas ceux qui étaient d'origine étrangère et qui sont devenus les plus fervents de nos patriotes par choix délibéré! 

C'est encore de province que viendra le renouveau de la France et je suis prêt à parier qu'il se trouvera encore quelques "pépites", venues d' ailleurs, plus "catholiques et français" que nombre de nos compatriotes "de souche". Si, comme je le crains, la France connait de grandes épreuves, il est probable que le pays "profond" pèsera, Dieu merci, plus lourd que les bobos parisiens! 

Il faut donc désormais inscrire dans nos priorités la création d' établissements d'enseignement catholique, associant la troisième aux trois classes de l'actuel lycée. Je pense que la troisième est une classe destinée pour les meilleurs à préparer une mentalité de vrai lycéen. Située au sein du même siège que les trois classes du lycée actuel, elle permet de vérifier les aptitudes potentielles des élèves. 

Quant aux enseignants authentiquement catholiques et pédagogues de qualité, ils existent en France, mais sont minoritaires et très isolés dans l' enseignement catholique officiel. Je sais qu' ils rêvent de pouvoir, un jour, déployer tout leur potentiel pour des élèves motivés, avec des collègues partageant leur vocation et leur enthousiasme. Des bâtiments à réhabiliter, il y en a beaucoup en France, ne serait-ce qu'en raison de la baisse des vocations religieuses. 

Quant au nerf de la guerre, et nous sommes en guerre sans en être encore conscients, mon expérience des dix dernières années m'a montré que les bonnes causes suscitent beaucoup de générosités. Les petits ruisseaux font les grandes rivières, ce qui n'empêche absolument pas un confluent avec une rivière au gros débit! En conclusion , il ne faut plus tarder. 

Père Y. Bonnet

Posté le 11 juin 2017 à 21h49 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (5)

10 juin 2017

Où en êtes-vous de votre carrière ?

Capture d’écran 2017-06-08 à 21.05.54

Posté le 10 juin 2017 à 14h05 par Michel Janva | Lien permanent

20-21 & 22 juin à Paray Le Monial : séminaire sur l'anthropologie du travail

Capture d’écran 2017-06-06 à 21.53.19

Posté le 10 juin 2017 à 10h47 par Michel Janva | Lien permanent

08 juin 2017

Bonne fête de la saint Médard... et du padamalgam

DBx_PEoXUAAJaFp

Posté le 8 juin 2017 à 18h38 par Michel Janva | Lien permanent

L'antiterrorisme dirigé contre les Français

Les mesures que propose le gouvernement d'Emmanuel Macron vont restreindre les libertés publiques. Face au terrorisme islamique, rien n'est envisagé concernant les immigrés, l'islam, les mosquées, les imams... Plutôt que de définir l'ennemi, Macron préfère instaurer la répression : opposants politiques, syndicalistes, associations...

DBxyeFMXoAA4vzQ

Posté le 8 juin 2017 à 08h34 par Michel Janva | Lien permanent

07 juin 2017

29 juin - Son et Lumière au Val de Grâce pour les chrétiens d'Alep : action humanitaire et civilisationnelle

Charles de Meyer, président de SOS Chrétiens d’Orient, organise une soirée exceptionnelle à l’Abbaye royale du Val-de-Grâce (1, place Alphonse Laveran – 75005 Paris). Spectacle unique Son & Lumière : Martyr et espérance des chrétiens d'Orient de saint Paul à nos jours. Deux projections du Son & Lumière : 21h30 et 22h30. Charles de Meyer répond à nos questions.

8154ff63-e06b-4c9b-98d7-a463a665066bPourquoi organiser une soirée en juin pour les Chrétiens d’Orient le 29 juin prochain ?

Il est important que la communauté des soutiens des chrétiens d'Orient se réunisse. SOS Chrétiens d'Orient est un formidable succès populaire : bientôt cent mille familles lui feront confiance, encore davantage de personnes prient et se mobilisent pour les pays dans lesquels nous intervenons, enfin une vraie génération s'est formée au sein de notre association avec près de mille volontaires partis en mission à compter de cet été. Ce rayonnement se fonde d'abord sur le lien de confiance que nos chefs de missions sont parvenus à établir sur le terrain au Liban, en Syrie, en Irak, en Egypte, au Pakistan, en Jordanie. Ils ont su montrer qu'avec la charité et l’espérance nos volontaires pouvaient soulever des montagnes.

Je me souviens encore des colis qui s'empilaient dans mon petit appartement : nous construisons désormais un lycée au cœur de Bagdad et participons à la réfection de la cathédrale d'Homs. Que de chemin parcouru ! Un chemin qui ouvre de nouvelles perspectives ! Nous nouons actuellement des contacts dans toute l'Europe, notre directeur général, Benjamin Blanchard, enchaîne les avions de Dublin à Washington pour témoigner, j'étais moi-même invité de l'assemblée des chrétiens d'Orient sous le patronage du président libanais Michel Aoun grâce à l'intermédiaire de Fouad Abou Nader. Notre association a gagné sa place dans le concert des associations œuvrant au Proche-Orient en développant une approche chrétienne et dynamique des enjeux !

Ces ambitions exigent toujours davantage de fonds ! Un seul exemple : j’étais en décembre dernier dans tous les bastions chrétiens aux frontières du Liban. Al-Nawraj, notre association partenaire au Liban, et notre délégation avons reçu des centaines de dossiers. Il y 10 jours, j’inaugurai une série de projets (générateur, couveuse, centre de formation professionnel) pour une valeur de 150 000 dollars. Comme vous pouvez le constater, notre capacité d’adaptation va de pair avec un besoin de financement grandissant.

Aussi, pour faire face à des projets encore plus coûteux dans d’autres pays, nous devons continuer à mobiliser. C’est le cas à Alep, dans le quartier arménien, où nous avons besoin de 300 000 euros pour reconstruire une centaine de maisons.

En venant ce jeudi 29 juin, vous témoignerez ainsi de votre souci pour l’enracinement des communautés chrétiennes au Proche Orient et de votre solidarité avec ceux qui subissent des persécutions parce qu’ils confessent le Christ.

Comment est née cette idée de spectacle ?

Nous voulions faire cette soirée dans un lieu lové dans l’histoire de notre pays et notamment dans son histoire chrétienne. En effet, notre action n’est pas simplement humanitaire, elle se veut civilisationnelle : nous voulons retisser des liens entre la chrétienté française et les chrétientés orientales.

Le concours de Richard Millet, du père de Pomerol, de Charlotte d’Ornellas est venu incarner l’engagement des Français pour leurs frères orientaux. Le texte de Richard Millet sublime l’histoire des martyrs orientaux pour expliquer leur actualité et peindre le sens de leur témoignage. Enfin la cohorte d’écrivains qui viennent signer leurs ouvrages montrent que l’esprit français se révolte contre l’indifférence devant le sort fait à nos frères aînés dans la foi.

Vous le voyez le cahier des charges pour la société de production du son et spectacle, la société Edel, était exigeant. Elle a su y répondre avec brio et virtuosité ! Je ne peux vous en dire plus : il vous reste à venir à notre rencontre le jeudi 29 juin prochain !

Venez prier et apprendre aux côtés des chrétiens d’Orient et à leur seul bénéfice !

Pourquoi soutenir particulièrement la communauté arménienne d’Alep?

Alep est une des villes les plus importantes. C’est un carrefour et un joyau ! L’évidence est que cette ville a souffert : bombardements, exactions terroristes, privations. Les chrétiens qui ont fait le choix d’y rester sont des héros qui méritent notre admiration et notre sollicitude.

La quartier de Midan jouxtait des places fortes de certaines factions islamistes. Il a donc particulièrement souffert. Notre chef de mission en Syrie y a tissé une belle relation de confiance. C’est donc tout naturellement que nous avons pris la décision d’y investir les fonds récoltés à l’occasion de cette soirée.

Posté le 7 juin 2017 à 08h29 par Michel Janva | Lien permanent

06 juin 2017

Retour de pèlerinage dans le métro à Paris...

Sur sa page Facebook (Front des non-croyants !), un "athégriste" hallucine sur les pèlerins de retour du pèlerinage :

Posté le 6 juin 2017 à 19h53 par Michel Janva | Lien permanent

Agenda des Veilleurs et des Sentinelles (semaine du 06 au 11 juin 2017) - MàJ

Agenda en ligne - Me contacter : mariebethanie.lesalonbeige@yahoo.fr

 

Mardi 6 juin 2017
  • Limoges - de 20h30 à 21h30, place d'Aine
 
Mercredi 7 juin 2017
  • Bondy - de 19 h 00 à 20 h 00 ,devant la gare SNCF
  • Grenoble de 20h00 à 22h00 rue Félix Poulat, sur le parvis de l'église St Louis
  • Saint Amand Montrond Place Carrée de 20 h 30 à 22 h
 
Jeudi 8 juin 2017
  • Châteauroux- place Roger Brac, parvis de l'église Notre-Dame: 20h30 à 21h30
  • Chambéry  sur les escaliers du château des Ducs de Savoie de 20 h 30 à 22 h
  • Orléans : 179° veillée aux pieds de Jeanne d'Arc, Place du Martroi de 20h30 à 21h30
 
Vendredi 9 juin 2017
  • Bordeaux - Sentinelles - 19h Place Pey Berland

 

Ci-dessous, le 4e anniversaire des Veilleurs de Châlons-en-Champagne :

En effet, ce lundi 29 mai 2017, nous fêtions nos quatre années continues de résistance
sur les marches de l'Hôtel de Ville de
Châlons-en-Champagne,
où nous avons pris l'habitude de nous réunir tous les mois,
et ce, depuis l'adoption de la loi Taubira légalisant le "mariage pour tous".

Nous tenons ainsi à nous rappeler au bon souvenir de Monsieur Benoist Apparu,
le seul 
au sein de l'UMP, avec Monsieur Franck Riester, à avoir voté cette loi délétère.

Chaque quinzaine, nous alternons ces rendez-vous avec nos postes de Sentinelles
face au Palais de l'in-Justice de 
Châlons-en-Champagne.

C'est dans ce même Palais, devant le tribunal administratif,
que certains d'entre nous avaient assisté l'une des vibrantes plaidoiries de Maître Jérôme Triomphe
défendant le droit de vivre de Vincent Lambert,
hospitalisé à Reims, à quelques dizaines de kilomètres de notre ville.

Ainsi, tous les quinze jours, ou si vous préférez, deux fois par mois,
dans notre petite préfecture provinciale,
a lieu une manifestation de protestation, dans la mouvance de la Manif pour Tous,
contre la mise à mort de notre civilisation.

Bien entendu, chacune de nos activités est dûment déclarée à la Préfecture
afin que notre endurance dans le combat soit bien relayée jusques au Ministère !


Aussi, après l'élection d'Emmanuel Macron à la Présidence de la République française,
nous sommes tous convaincus que, lors des cinq années à venir,
nous n'aurons vraiment pas le temps de nous ennuyer...

Ordoncques, à bientôt !

4ème anniversaire des Veilleurs de Châlons-en-Champagne - 29 mai 2017

Posté le 6 juin 2017 à 19h31 par Marie Bethanie | Lien permanent

Un étudiant algérien agresse un policier à coups de marteau devant Notre-Dame de Paris

A priori, avec l'absence de faucille, il n'y a pas d'amalgame à faire avec le communisme. Un homme a légèrement blessé un policier à la tête avec un marteau sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris. L'assaillant, qui "se présentait comme un étudiant algérien, a crié 'C'est pour la Syrie'", selon le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, qui s'est déplacé sur les lieux. Les forces de l'ordre ont riposté, blessé l'assaillant par balles.

Il était muni d'un marteau et des couteaux de cuisine.

Les visiteurs de la cathédrale ont été confinés à l'intérieur de la cathédrale. On imagine l'effet si l'homme avait agi samedi matin...

Posté le 6 juin 2017 à 19h00 par Michel Janva | Lien permanent

Macron, président Potemkine ?

C'est la thèse de Jacques Sapir, qui soutient que Macron n'est que communication, en se fondant sur les deux cas concrets, d'une part de sa réaction au retrait des Etats-Unis de la COP 21, et d'autre part de l'absence de mesure concrète dans l'affaire Ferrand. Tout cela n'est que tours de passe-passe pour atteindre la majorité absolue.

Emmanuel Macron est-il donc le Président de l'apparence? En fait, toutes ces danses des sept voiles n'ont pour but que de faire oublier ce que prépare Emmanuel Macron et ses conseillers. Car, on aurait bien tort de réduire le Président à ces effets de communication, qu'ils soient réussis ou qu'ils soient calamiteux.

En un sens, ces danses de l'apparence détournent l'attention du véritable Emmanuel Macron: un homme soumis aux règles européennes, qui entend prendre aux moins pauvres pour donner au plus pauvres. Mais, cette politique qui vise à déshabiller les uns pour habiller les autres ne remet nullement en question la question du chômage de masse (4,5 millions, plus 1,7 millions de quasi-chômeurs), et ne remet nullement en cause la montée des inégalités et de la pauvreté dans notre pays.

Alors que s'approche le premier tour des élections législatives, il compte sur les apparences pour réussir ce tour de force d'avoir une majorité absolue de députés alors que son parti, La République en Marche, n'est crédité que de 30-32% des intentions de vote. Il continuera donc cette danse des apparences jusqu'au moment où il pourra engranger une majorité absolue de députés. D'où le fait qu'il ne l'ait pas, qu'il ne puisse pas l'avoir, prend tout son sens.

Posté le 6 juin 2017 à 10h50 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (4)

03 juin 2017

17 juin : soutien aux Chrétiens d'Orient La Valette du Var

Capture d’écran 2017-05-29 à 19.17.34

Capture d’écran 2017-05-29 à 19.18.04 

Posté le 3 juin 2017 à 19h17 par Michel Janva | Lien permanent

Scandale du silence médiatique : un professeur agressé en plein cours dans une école catholique

Cette info ne circule pas dans les médias aux ordres : 

"Une enseignante a été agressée en plein cours par un homme au visage dissimulé, hier, au lycée catholique Saint-Michel d'Annecy, rapporte France Bleu Pays de Savoie. La professeure de mathématique est sortie de l'hôpital, mais elle doit passer des examens complémentaires. L'établissement a porté plainte pour intrusion. L'agresseur n'a pas été identifié".

Posté le 3 juin 2017 à 13h38 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (8)

14 juin : dîner exceptionnel pour les chrétiens d'Orient dans les salons de l'Olympique Lyonnais

Capture d’écran 2017-06-02 à 06.57.03 Capture d’écran 2017-06-02 à 06.57.22

Posté le 3 juin 2017 à 08h55 par Michel Janva | Lien permanent

02 juin 2017

Un programme politique ce n’est pas juste un programme économique

Humeur de Pasquin dans L'Homme Nouveau :

"Des femmes se font agresser dans Paris, des quartiers entiers sont devenus des no-go zones, où trafiquants font commerce de tout : drogue, femmes, armes. Le nombre de plaintes explose, la peur de l’agression décide des horaires de bon nombre de Parisiens ; c’est un scandale absolu, la rue est occupée. Le Président Macron a eu, depuis son investiture, l’occasion à plusieurs reprises de donner ses priorités. Comme vous, nous avons entendu : très vite il veut relancer l’Europe en panne. Nous avons constaté son absolue détermination à aboutir… sur la loi travail ! Ça urge ! Le manque à gagner est colossal pour les grandes entreprises. Ce code du travail est décidément trop favorable aux employés et nuit beaucoup aux actionnaires. Il faut régler ça vite. La protection sociale française ruine les possibilités de fusions-acquisitions des grands groupes moyen-orientaux ou asiatiques. Nous ne sommes pas compétitifs. Vite encore, moraliser la vie politique, interdire à Monsieur le député de travailler avec sa femme et de prendre sa fille en stage, rien de plus urgent !

Pour le reste le quotidien des Français ça peut attendre. Comprenez-le avant de le condamner !

Cette expérience de la peur du RER le soir, des stations de certaines lignes de métro, des cambriolages à répétition, des vols à la tire, des incivilités permanentes, des flics qui soupirent ou ricanent quand on veut porter plainte après trois heures d’attente au commissariat, il ne sait même pas de quoi on parle.

Ce n’est pas de la mauvaise volonté, c’est de l’ignorance : il n’a jamais vécu, vu, ressenti ça. Ce n’est quand même pas de sa faute s’il est passé des bons quartiers aux bonnes écoles, et des bonnes écoles aux bons jobs. Ben oui, mais c’était avant qu’il fallait se rendre compte qu’un programme politique ce n’est pas juste un programme économique."

Posté le 2 juin 2017 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent

01 juin 2017

Mali : plusieurs soldats français blessés dont un grièvement

BkhN'oublions pas ceux qui n'ont ni trêve politique, ni les faveurs des médias et qui pourtant contribuent pleinement au bien commun de la France : 

"L'un d'entre eux est dans un état grave. Plusieurs soldats français ont été blessés, ce jeudi au Mali dans une attaque au mortier contre le camp de l'ONU à Tombouctou (nord), a annoncé l'état-major français.

"Un tir de mortier est intervenu ce matin à 8h40 sur le camp de la Minusma [la Mission de l'ONU au Mali]. Il est tombé à proximité de l'emplacement des soldats de la force (française) Barkhane", a indiqué le porte-parole de l'état-major des armées, le colonel Patrik Steiger. "Il y a plusieurs blessés français, dont un grave", a-t-il ajouté. Ils ont été pris en charge par les structures médicales de la Minusma et de la force française Barkhane, toutes deux stationnées à l'aéroport de Tombouctou".

Posté le 1 juin 2017 à 19h42 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (5)

31 mai 2017

Violences de Act Up Sud Ouest contre LMPT

Les médias ont la mémoire courte concernant Act Up. Aucun d’entre eux ne rappelle que Act Up a fait perdre 260 millions de francs (40 millions d'euros) à la lutte contre le sida en 1996.

Petit rappel : Le 7 avril 1994, les 6 chaines de télévision proposent un programme unique : le Sidaction (même programme sur les 6 chaines), permettant de récolter 300 millions de francs. Le 7 avril 1994, l'association "Ensemble contre le sida" lance une campagne de sensibilisation. Le temps d’une soirée, toutes les chaînes françaises diffusent une émission de 7 heures au cours de laquelle 45,7 millions d'euros (300 millions de francs) sont récoltés. Devant ce succès, ces mêmes chaines décidèrent de renouveler l’événement 2 ans plus tard, le 6 juin 1996. La soirée avait bien commencé… jusqu’à l’intervention du président d’Act-Up de l’époque : une heure après le début de la soirée, Christophe Martet, président d’Act-Up, avait violemment pris à partie le ministre de la Culture, Philippe Douste-Blazy, le traitant d’«assassin». «La France est un pays de merde», avait-il hurlé, avant de se plaindre que l’on parlait plus des 600 enfants touchés par le VIH que «des 30.000 pédés morts du sida». A peine les accusations d’Act-Up lancées les connexions sur le Minitel s’étaient effondrées, passant de 1600 à 200. Suite à cette intervention, la soirée fut un échec total, avec des dons divisés par 7,5, passant de 300 millions de francs à 40 millions de francs tout au plus. Une perte donc de 260 millions de francs.

Pierre Bergé ne s'en est toujours pas remis et il est désormais jaloux du Téléthon. C'est pourquoi il déclare que le Téléthon est "une vaste escroquerie".

Posté le 31 mai 2017 à 00h04 par Michel Janva | Lien permanent

30 mai 2017

Ne pas laisser les femmes entre le marteau d’un féminisme radical et l’enclume d’un islam radical

Gabrielle Cluzel est interrogée dans l'Homme Nouveau à propos de la nouvelle secrétaire d'État à l'égalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa:

"La nouvelle secrétaire d’État à l’égalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa, envisage de verbaliser le sexisme par la police de sécurité quotidienne que prévoit le Président Macron. Qu’en pensez-vous ?

Il faut d’abord noter que Marlène Schiappa – à l’instar d’à peu près toutes les féministes ayant pignon sur rue – est restée silencieuse durant plusieurs jours après l’affaire du harcèlement dans le quartier de La Chapelle Pajol. Face à l’insistance des réseaux sociaux et l’étonnement manifesté dans les médias par certains politiques, elle s’est même sentie obligée de se justifier sur Twitter : « je ne suis pas commentatrice de l’actualité, je conduis des politiques publiques. J’agis d’abord et je communique après ».

Préconiser de faire verbaliser le sexisme par la police n’est pas une réponse si élaborée qu’elle mérite trois ou quatre jours de préparation, si ? Passons. Pour être positif, on peut dire que c’est quand même moins surréaliste que d’élargir les trottoirs, comme le suggère Caroline de Haas. Mais c’est l’archétype du vœu pieux. Vous imaginez la situation, concrètement ? Un harcèlement par définition, n’est pas une agression caractérisée, c’est une phrase obscène lancée en passant, un geste déplacé, un frôlement insistant… Il faudrait un policier derrière chaque femme pour réussir à constater l’infraction ! Et si en plus, les policiers sont des femmes, comme cela est souvent le cas avec la police de proximité… qui va fliquer les flics ? Soyons sérieux, les policiers peinent déjà à intercepter les auteurs d’agressions violentes voyantes et objectives commises devant de nombreux témoins, comment pourraient-ils verbaliser un mot graveleux glissé l’air de rien ?

On remarquera au passage que la gauche, qui n’est pas censée être l’amie de l’ordre et de la répression, dégaine « le flic » à tout propos. À chaque problème – qu’elle a généralement créé – son policier. Une « task force » pour tout.

Je crains par ailleurs, eu égard à la grande confusion mentale ambiante, que cette coercition, sans réflexion de fond sur les causes du problème – l’arrivée massive d’une population allochtone dont le regard sur la femme est bien différent du nôtre, ce qui ne peut être sans conséquence pour la condition féminine sous nos latitudes – mène vers toujours plus de féminisme fondamentaliste, ce féminisme absurde qui ne fait pas la différence entre le petit compliment galant – « vous avez une jolie robe, mademoiselle » remontant le moral à l’étudiante qui vient de rater ses partiels – et l’injure dégradante qui salit.

Un compliment n’est pas une insulte, c’est une lapalissade. Brel et Ronsard ne sont pas des délinquants. Quand le ton est gentil et poli, il suffit de dire merci, et voilà, c’est fini. Cela n’a rien à voir avec du harcèlement. Sauf que les féministes mélangent tout.

Vous avez remarqué, d’ailleurs, que quand Jean-Pierre Elkabach dit d’Aurélie Philipetti qu’elle est une très jolie femme, il est traité de sexiste, mais que lorsqu’Emmanuelle Cosse dit d’Emmanuel Macron qu’il est beau, personne ne pipe mot. À ce train-là, seuls les hommes auront bientôt la petite joie d’être complimentés sur leur joli minois… Les femmes auront tout gagné. [...]

Que faudrait-il faire aujourd’hui pour mettre en valeur le rôle et la place des femmes dans la société ? Quel est cet autre féminisme que vous préconisez dans votre livre, Adieu Simone ?

Ne pas laisser les femmes entre le marteau d’un féminisme radical et l’enclume d’un islam radical, l’un ayant fait, d’ailleurs, le lit de l’autre. Cet autre féminisme n’usurperait pas son suffixe. Car si le perfectionniste aime la perfection, le syndicaliste aime le syndicat, etc., le féminisme – tel que nous le connaissons, héritier des théories de Simone de Beauvoir – n’aime pas la femme. Il n’aime pas ses qualités propres et ce qui la caractérise. Il ne cherche qu’à la changer. Comme un conjoint pervers narcissique qui prétend faire le bien de son épouse en l’accablant de reproches sur ce qu’elle est et de recommandations autoritaires sur ce qu’elle devrait être. Améliorer la condition féminine, c’est donner à la femme un cadre de vie pour évoluer en sécurité et être respectée. Où elle ne sera ni harcelée, ni reléguée, ni bafouée, ni niée dans son identité. Vous voyez, il y a du pain sur la planche."

Posté le 30 mai 2017 à 08h22 par Michel Janva | Lien permanent

29 mai 2017

Festival raciste "Nyansapo Fest" : l’AGRIF se porte partie civile

Suite à la diffusion de l'information par FDesouche, beaucoup s’indignent contre l’organisation à Paris du festival « afroféministe Nyansapo Fest » par le collectif du nom de Mwasi, même Anne Hidalgo et la Licra. L'Agrif a décidé de se porter partie civile :

"En effet, si l’ensemble de ce festival n’est pas explicitement interdit aux blancs, certains ateliers le sont et l’esprit en est très expressément raciste. Mais c’est l’étonnement des indignés qui est étonnant. Car Mwasi n’est qu’une des expressions de l’esprit du Parti des Indigènes de la République de Houria Bouteldja et de Saïd Bouamama, diffuseurs notamment des provocations de « Nique la France » contre lesquelles seule l’AGRIF a réagi, déboutée hélas par une magistrature imprégnée par l’idéologie officielle de l’antiracisme.

Et seule encore parmi les organisations agissant dans le cadre de la loi dite antiraciste, l’AGRIF a mis en avant que l’idéologie appelée « antiracisme » n’était qu’un racisme en sens contraire.

Madame Hidalgo, la Licra et leurs comparses sont en fait responsables du racisme antifrançais et antiblanc, dont ils ont longtemps, scandaleusement, nié la réalité pour des raisons de récupération clientéliste et d’aversion contre une saine conception, non raciste mais culturelle, de l’identité française modelée par ses racines greco-latines et judéo-chrétiennes.

Naturellement, l’AGRIF, forte de sa légitimité et de ses dossiers de plaintes antiracistes, va se porter partie civile contre le racisme du « Nyansapo fest » et de ses soutiens aux relents de Mwasi."

Posté le 29 mai 2017 à 19h13 par Michel Janva | Lien permanent

Quand la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes incitait à la fraude

Dans son livre "Maman travaille, le guide" défendant un féminisme d'un autre âge, Marlène Schiappa écrit :

Capture-d%u2019écran-2017-05-23-à-18.39.06

Capture-d%u2019écran-2017-05-23-à-18.39.20
Et dans cette vidéo, elle appelle à la grève du ménage pour permettre aux femmes de travailler. Encore plus ridicule...

 

Posté le 29 mai 2017 à 11h37 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)


     Archives > Culture de mort : Avortement , Culture de mort : Euthanasie , Culture de mort : Idéologie du genre , Europe : identité chrétienne , Europe : politique , FR , Franc-maçonnerie , France : Laïcité à la française , France : Politique en France , France : Société , Histoire du christianisme

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Culture de mort : Avortement , Culture de mort : Euthanasie , Culture de mort : Idéologie du genre , Europe : identité chrétienne , Europe : politique , FR , Franc-maçonnerie , France : Laïcité à la française , France : Politique en France , France : Société , Histoire du christianisme