26 novembre 2014

Répudiée, Valérie Trierweiler assure la promotion de la femme jetable

Claire Bouglé-Le Roux, maître de conférences à l'Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, écrit dans Le Figarovox :

T"[...] Vous avez défendu l'idée d'un mariage pour tous, et vous rappelez dans votre livre le rôle éminent que vous avez joué auprès de François Hollande dans ce dossier. Ce mariage, fondé sur l'amour, dont vous nous démontrez aujourd'hui, au travers de vos aventures publiques, l'éminente fragilité.

Vous avez souhaité, avec d'autres, dont quelques femmes acharnées, déconstruire le modèle patriarcal, inscrire l'égalité dans les unions, et faire de piètres sentiments et de promesses en l'air le socle nouveau des familles. Quelle erreur! Aujourd'hui, incrédules, tant la charge est brutale, nous assistons au spectacle indécent provoqué par votre légèreté. Vous montrez comme il est dangereux pour une génération de croire impunément pouvoir bouleverser des mécanismes juridiques mûris par le temps et pensés pour traverser les siècles. Chacune d'entre nous peut bien mesurer la violence de ce que vous avez récemment subi, mais aussi la relativité des sentiments que vous avez un temps éprouvés, et considérer que c'est avec sagesse que jamais nos grands juristes français n'ont fondé sur les sentiments le mariage destiné à consolider la cellule familiale.

Vous avez récusé l'indissolubilité imaginée par les pontifes romains pour garantir une sécurité aux femmes, et particulièrement à celles, qui, à l'instar d'Ingeburge, épouse de Philippe-Auguste, pouvaient souffrir d'un abus marital, d'autant plus cruel qu'il était le fait du prince. Vous avez renoncé même à la sacralité du mariage civil, prudemment conservée par les rédacteurs du Code, conscients de la nécessité de conforter les unions, après la tragique expérience révolutionnaire du mariage-contrat laissé à la merci des humeurs de l'une des parties. Et ce rappel de la dimension publique du mariage, «réunion d'un homme et d'une femme, association de toute la vie, mise en commun du droit divin et du droit humain», selon la belle formule du jurisconsulte romain Modestin, souligne qu'au-delà des individus, il préside au bien commun et mérite mieux que l'inconstance humaine et le caprice, fût-il royal! [...]

L'exemple que vous vous plaisez à donner, sourire satisfait aux lèvres, et qui semble triompher au sommet de l'Etat, est le spectacle dégradant de la femme réduite à rien, précédant de peu la déliquescence de ce mariage pour tous qui ne sera plus demain une protection pour personne. Avec d'autres, vous donnez l'exemple du degré zéro du féminisme, et de votre totale incapacité à vous situer sur un autre plan que celui de votre propre personne. Aujourd'hui, Madame, à travers votre répudiation, c'est la femme jetable dont vous assurez la promotion, alors que beaucoup n'ont, ni le soutien d'un éditeur attentionné, ni même les moyens de leur solitude. De tout ceci, nous ne vous disons pas merci!"

Posté le 26 novembre 2014 à 22h21 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Saisie d'armes de guerre en Seine-Saint-Denis

LLu dans Présent :

"La saisie en question : la découverte d’un arsenal de guerre – une kalachnikov, un fusil d’assaut, un pistolet-mitrailleur, deux pistolets automatiques et… un tube lance-roquettes M80 d’origine yougoslave. Une arme capable de détruire des chars d’assaut – dans une voiture (volée ?) stationnée dans le quartier du Clos Saint-Lazare, réputé comme étant l’un des plus violents du département."

Posté le 26 novembre 2014 à 07h21 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

25 novembre 2014

Anne-Lorraine Schmitt, in memoriam

Il y a 7 ans, jour pour jour, cette jeune fille était sauvagement assassinée de 34 coups de couteau par un récidiviste qui sortait de prison. Retrouvez notre page spéciale sur ce sujet.

Posté le 25 novembre 2014 à 21h29 par Michel Janva | Lien permanent

La CGT bien généreuse avec Lepaon

LIl est plus facile d'attraper Lepaon qu'une truite des Pyrénées. Au début du mois, nous apprenions que Thierry Lepaon, patron de la CGT, avait fait rénover son appartement de fonction pour 130 000 euros.

Dans l'édition de demain, document à l'appui, le Canard Enchainé révèle que Lepaon a également fait rénover son bureau pour la modique somme de 62 000 euros.

Cela fait donc un total de 192 000 euros aux frais des camarades, bien en peine actuellement pour renflouer les caisses de l'Huma. Ah oui mais il y a des priorités.

Désormais, on sait donc ce que signifie CGT : "Ça Gaspille Tout".

Posté le 25 novembre 2014 à 16h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

Strasbourg : les Femen condamnées par le code pénal alsacien ?

C'est le Figaro-Vox qui soulève cette intéressante question, car l'Alsace bénéficie, outre le Concordat napoléonien, de reliquats législatifs datant de l'occupation par l'empire allemand :

"En grimpant sur l'autel de la cathédrale de Strasbourg pour protester contre la venue du Pape François au Parlement européen, la Femen se serait-elle jeté dans la gueule du loup? En effet, si les actions du fameux groupe à Notre-Dame de Paris sont restées impunies devant les tribunaux, le code pénal local alsacien condamne fermement les troubles à l'encontre des cultes.

Son article 166 prévoit ainsi un délit de blasphème: «Celui qui aura causé un scandale en blasphémant publiquement contre Dieu par des propos outrageants, ou aura publiquement outragé un des cultes chrétiens ou une communauté religieuse établie sur le territoire de la Confédération (…) ou les institutions ou cérémonies de ces cultes ou qui, dans une église ou un autre lieu consacré à des assemblées religieuses, aura commis des actes injurieux et scandaleux, sera puni d'un emprisonnement de trois ans au plus.» L'article 167 précise la même peine pour les perturbations d'offices religieux."[...]

Un peu plus sérieux que les "fermes condamnations" de Bernard Cazeneuve. Encore faudrait-il profiter de l'exception alsacienne qui, bien qu'elle ne serve que rarement, demeure toujours en vigueur.

Posté le 25 novembre 2014 à 15h34 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

Pause sourire : pas de cravate, pas de Kate

Une fois n'est pas coutume, le Salon beige entrouvre une page "people", avec cet article du Point qui explique que si les journalistes veulent pouvoir approcher la famille royale, ils se doivent d'être en costume-cravate, femmes y comprises : pas de cravate, pas de Kate. 

Chez nous, en France, on aurait du mal à obtenir pareille rigueur, le président ayant quasiment toujours sa cravate de travers, et les membres du gouvernement ne donnant pas forcément l'exemple du meilleur goût vestimentaire (on se souvient des jolies chaussettes de sport de Nicole Brick en visite d'Etat et du jean de Cécile Duflot). Mais que voulez-vous, nous sommes au pays des sans-culotte...

Fermeture de la page "people".

Posté le 25 novembre 2014 à 07h43 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (6)

24 novembre 2014

Un héros de l'armée de l'Air chasse un horrible révolutionnaire

A Belfort :

M"Elle s'appelait place Robespierre, ce sera désormais la place général Albert-Charles Meyer, un enfant de la ville, où il était né en 1921. La décision avait été prise en conseil municipal par le député-maire de la ville, Damien Meslot.

Cet aviateur, mort en 2006, s'était engagé comme élève-pilote, en 1939, mais n'avait pas pu rejoindre l'Angleterre, jouant par contre un rôle actif au sein du réseau Bruno. Il est arrêté en novembre 1944 et interné à Fribourg. Condamné à mort, il s'évade quelques jours plus tard. Repris, évadé à nouveau, il réussit à apporter de nouveaux renseignements aux armées alliées. Il intègre alors le renseignement de la 1ère armée.
Il a ensuite servi en Indochine, à partir de 1951, créant un commando mixtes de contre-sabotage et de contre-espionnage.

Puis il a participé à la mise sur pied des commandos parachutistes de l'air (CPA), créées en 1956 pour la durée des opérations en Algérie. Il est alors capitaine, et devient le premier chef du CPA10.

Il a ensuite servi comme directeur puis inspecteur des commandos de l'air, puis à la DPMA, et enfin, à la sécurité militaire. Il avait terminé sa carrière en 1978, comme commandant de la base de Chartres.

Blessé à cinq reprises, il était titulaire de treize citations avec huit palmes."

Posté le 24 novembre 2014 à 20h33 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Les Femen et la complicité de certains médias

Un "coup de gueule" bien senti de Judikael Hirel au sujet de la énième démonstration par les Femen de leur propre vacuité : l'auteur s'insurge devant la complicité de certains médias qui, prévenus à l'avance de l'exhibition, sont prêts à tout pour un bon scoop et ne remplissent pas leur devoir citoyen en alertant les autorités. Si ces médias complices ne se prêtaient pas à ce petit jeu, le manque de publicité des Femen les obligerait à remballer leur artillerie et à retourner dans l'anonymat et dans leur t-shirt, d'où elles n'auraient jamais dû sortir. Les journalistes de l'AFP, pour ne pas les nommer, sont-ils exonérés de prévenir les autorités quand ils savent qu'un délit va avoir lieu ?

Posté le 24 novembre 2014 à 18h34 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (16)

Théologie pratique

L'humour d’un agriculteur du Gers :

T

Posté le 24 novembre 2014 à 10h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

Braquage étatique

Lu sur Nouvelles de France :

"Le montant du butin s’élèverait à 126 000 €. Pas un coup de feu n’a été tiré. Normal. Le braqueur c’est l’Etat. L’arme du crime, la taxe foncière.

Le Progrès du 22 novembre 2014 nous apprend que le fisc a commis une erreur dans l’avis d’imposition concernant la taxe foncière qui a été envoyé à 21 000 contribuables.

Plusieurs personnes, s’apercevant de l’erreur, ont naturellement pris contact avec les services fiscaux pour se faire rembourser. Que croyez-vous qu’il arriva ? Rien. Ou plutôt si. Dégage.

Non mais, vous vous prenez pour qui ? Vous croyez que l’Etat va se rabaisser à rembourser des sommes indûment encaissées ? Vous rêvez ? Comment est-ce possible ?

Heureux hasard pour les services fiscaux, « l’erreur » d’imposition est de quelques euros par contribuable et inférieure à 8 €. Pourquoi 8 € ? Tout simplement parce que le Code Général des Impôts, dans son article 1965 L, prévoit que : «  Les dégrèvements ou restitutions de toutes impositions ou créances fiscales d’un montant inférieur à 8 € ne sont pas effectués. »"[...]

Il paraît que le Ministère des Finances, lui, trop content d’avoir trouvé un nouveau filon, envisage de diffuser une note à tous les services fiscaux pour majorer de 7.99 € tous les avis d’imposition envoyés aux Français pour les 3 années à venir. Non, je plaisante. Quoi que…

Bienvenue en France socialiste."

Posté le 24 novembre 2014 à 09h46 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (6)

Manuel, trisomique, reçoit 30 000 cartes pour son anniversaire

"Bonjour à tous. J’aurais une demande à faire à tous mes amis de Facebook : mon fils Manuel va avoir 30 ans le 22 novembre, il adore recevoir des cartes postales. Mon fils est trisomique ! Je viens auprès de vous afin de vous demander de prendre quelques minutes de votre temps pour lui envoyer une petite carte et de faire passer cette info à tous vos amis pour ne pas arrêter ma chaîne. Je vous remercie tous par avance pour votre geste qui rendra mon Manu super heureux" .

Telle était la teneur du message posté par le père de Manuel sur Facebook. Et samedi, jour de ses 30 ans, Manuel a reçu 30 000 cartes d'anniversaire en provenance du monde entier. Comme quoi, être trisomique n'empêche pas de se faire des amis !

Posté le 24 novembre 2014 à 08h50 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (2)

La solitude de la jeunesse française

De plus en plus de jeunes souffrent de la solitude - 74% selon un sondage - qui montre que la solitude des jeunes a progressé de 16 points en 4 ans.

"La solitude renvoie au sens de la vie, explique Gérard Macqueron [psychiatre, auteur du livre Psychologie de la solitude]. L’avenir de ces jeunes semble plus ombragé que pour les générations précédentes. Aujourd’hui nous sommes dans un pays où l’on a l’impression qu’il n’y a pas de projet pour la jeunesse. Chez elle, les conditions politiques et économiques du pays accroissent clairement le sentiment de solitude." 

Notre jeunesse est en souffrance, par manque de repères, d'autorité clairement définie, de religion, aussi, qui donne un but à sa vie. Nos politiques, toujours prompts à donner des leçons aux dirigeants des pays d'Afrique qui ont une jeunesse très nombreuse et désoeuvrée, négligent pourtant celle de notre pays et n'ont à lui offrir qu'un triste modèle de consommation à tous les étages. Triste pays, où la jeunesse est triste...

Posté le 24 novembre 2014 à 08h42 par Marie Bethanie | Lien permanent

23 novembre 2014

Les festivités de Saint Nicolas

Les régions du Nord-Est de la France connaîtront d’ici quelques jours les ferveurs des festivités de la Saint Nicolas. Metz, Nancy, Epinal… pas une ville, pas un village, pas une école qui oublierait de fêter le grand saint, patron des enfants et des Lorrains, et bien plus encore.

Saint Nicolas de Port (54), commune d’à peine 7 000 habitants, déploie pour les festivités de son saint patron une exubérance peu ordinaire. Connue de tous les Lorrains, mais bien au-delà, la procession ancestrale réunira dans la Basilique, à la nuit tombée, plusieurs milliers de personnes. Ne dit-on pas que chaque Lorrain doit, une fois dans sa vie, se rendre à l’antique procession ?

0

Le clergé, parmi lequel, des orthodoxes :

1

Le reportage qui va suivre dans les semaines à venir, réalisé spécialement pour le Salon Beige, permettra à chacun de comprendre l’importance de ces festivités, mais il permettra également à la jeunesse lorraine de s’approprier son patrimoine.

L'antique procession de saint Nicolas s'est déroulée pour la première fois le 6 décembre 1245, en reconnaissance de la libération miraculeuse du sire de Réchicourt après quatre années d'emprisonnement près de Gaza lors d'une croisade. Cunon de Réchicourt, rentré dans ses foyers, a institué une procession à Saint-Nicolas-de-Port, en union avec l'abbaye de Gorze dont dépendaient les terres de Varangéville et de Port.

2
3
4

Posté le 23 novembre 2014 à 14h44 par Michel Janva | Lien permanent

22 novembre 2014

Rassemblement des Familles Plumées à Rodez

Alors que la plupart des manifestations aura lieu demain devant les préfectures (voir ici la carte des rassemblements), des familles plumées ont manifesté aujourd'hui devant la préfecture de Rodez à 15h00.

Familles_plumées

Le collectif a demandé à être reçu par monsieur Jean-Luc Combe, préfet de l'Aveyron, afin d'avoir un dialogue direct avec le représentant de l'Etat. Celui-ci a refusé de recevoir la délégation du collectif des "Familles Plumées".

Fp Fp3

Posté le 22 novembre 2014 à 18h09 par Michel Janva | Lien permanent

Un flic qui brûle, est-ce bien écolo ?

Secret Défense publie des photos des sympathiques manifestants opposés au barrage de Sivens. Une fois que l'on a vu cela, on comprend que la riposte des forces de l'ordre a pu provoquer la mort d'un manifestant. Parmi les armes découvertes sur place, des cocktails Molotov, des bouteilles d'acide et de gaz, des clous :

1

2

Posté le 22 novembre 2014 à 11h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

Crèche à Laval : l'année prochaine si tout va bien

CLors du dernier conseil municipal de Laval, le 17 novembre, le conseiller soutenu par le FN Jean-Christophe Gruau est revenu sur une vieille demande déjà formulée dans le journal municipal (et votre blog préféré) : « Ramener le petit Jésus, Marie, Joseph, le bœuf et l’âne gris dans le centre-ville » pour fêter Noël. 

« C’est bien le marché de Noël,  c’est bien d’organiser les illuminations de Noël mais il manque quelque chose, quoi qu’on dise, quelque chose d’essentiel, c’est de rappeler tout simplement l’élément fondateur de cette grande fête de Noël que même les gens athées apprécient d’honorer chaque année :  la naissance d’un Rédempteur auquel croient nombre d’élus autour de cette table à commencer par le premier d’entre eux. » 

D’où la demande d’une crèche, témoignage de notre culture chrétienne et seule installation susceptible « de donner du baume au cœur à tous ceux qui n’attendent plus rien des hommes en général et des élites politico-médiatiques en particulier. » Trois réactions ont suivi cette demande.  Le maire UDI, François Zocchetto, a laissé entendre que la Ville se posait la question pour l’année prochaine.  Choqué par cette réponse, le seul opposant communiste de Laval, Aurélien Guillot, a reproché au maire « d’aller dans le sens de M. Gruau » car pour lui, « une crèche se trouve à l’église, pas dans l’espace public. » Franco-marocaine, la première adjointe UMP de Laval, Samia Soultani, a, elle, donné raison à Jean-Christophe Gruau :

«  Je suis peut-être bien placée ou mal placée pour dire ça, mais pour moi la crèche fait partie des traditions de notre pays. C’est la fête de Noël, sinon, il faut la rebaptiser autrement, ne pas faire les lumières, ne pas faire de feu d’artifice ou le faire à un autre moment. »

Posté le 22 novembre 2014 à 11h25 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

Vente de Noël à l'école Saint Louis de Paris

Vn

Posté le 22 novembre 2014 à 10h00 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (1)

21 novembre 2014

Du grand Zemmour

"Dans les familles françaises aujourd'hui, c'est l'enfant roi, la mère régente et le père absent..."

Posté le 21 novembre 2014 à 23h59 par Le Salon Beige | Lien permanent

25 novembre : conférence sur la paternité par le père Bonnet à Paris

"Il faut tuer le Père"; "pater familias" : pour avilir l'Homme et détruire la famille, il fallait au minimum neutraliser le père et féminiser la société. Ce point est quasiment atteint.

Cpy

Posté le 21 novembre 2014 à 22h50 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (3)

20 novembre 2014

Un train de marchandises dévalisé en pleine voie

Dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 3h30, ce train en provenance du Val-de-Marne a été forcé de s'arrêter, bloqué par divers objets, dont des poteaux. Quand la police est arrivée, elle a constaté que 5 wagons avaient été vidés de leur contenu. Les malfaiteurs ont volé principalement du matériel high-tech.

En mars 2013, une autre attaque de train s'était passée dans l'Essonne, à Grigny. Une bande de 20 à 30 personnes s'étaient rués dans une rame du RER D en gare de Grigny-centre après avoir actionné la sonnette d'alarme. Le train bloqué à quai, ils étaient passés dans les rames pour détrousser les passagers.

Un mois plus tôt dans le Sud, une trentaine de personnes s'en était pris, en plein après-midi, à un TGV qui venait de repartir de la gare Saint-Charles, à Marseille, en direction de Nice. En allumant des torches à flammes rouges, ils avaient contraint le conducteur à stopper.

Posté le 20 novembre 2014 à 21h26 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

«Il y a des gens qui votent avec leurs pieds et d'autres avec leurs poings»

Côté insécurité, le gouvernement a choisi de communiquer sur la baisse des cambriolages. Mais les données du dernier bilan de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) révèlent que les violences non crapuleuses (hors vol) grimpent inexorablement.

Ces atteintes volontaires à l'intégrité physique ont dépassé le demi-million de faits enregistrés par an. Et elles augmentent aussi bien dans les villes, côté police (+4 %), que dans les zones rurales (+7 %), confiées à la gendarmerie. La masse des délits ainsi constatés est constituée de «coups et blessures volontaires non mortels», à raison de 135.000 infractions relevées par la police contre 61.000 par la maréchaussée en douze mois.

Le criminologue Alain Bauer, explique :

«Beaucoup de violences sont liées à l'atmosphère générale. Les gens n'ont plus confiance dans les institutions et règlent leurs comptes eux-mêmes.» «Il y a des gens qui votent avec leurs pieds et d'autres avec leurs poings». «Comment continuer avec des politiques pénale et sécuritaire à ce point en désaccord?» 

Les violences sexuelles ont augmenté de 5 à 8 %, les séquestrations de 27 % en zone police, avec plus de 2000 affaires par an, les menaces et chantages de 13 % en zone gendarmerie.

Selon un sondage publié aujourd'hui, 47% des Français ont peur dans les transports en commun. Ce sentiment d'insécurité est plus fort chez les femmes (49%, contre 44% des hommes), les jeunes (56% des 18-24 ans, contre 37% des 65 ans et plus), les habitants d'Île-de-France (57%) et les usagers du RER (53%).

Posté le 20 novembre 2014 à 11h03 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

LMPT est un mouvement social qui se traduit par des stratégies différentes

Gaël Brustier répond aux Inrocks :

"Madeleine Bazin de Jessey, l’une des fondatrices du courant Sens commun, a dit : “Si l’UMP est opportuniste, soyons sa meilleure opportunité”. Contrairement à 2007, il existe aujourd’hui un courant authentiquement conservateur né de la Manif pour tous, et qui n’est exclusivement lié à aucune figure emblématique de l’UMP. Là où les leaders de l’UMP de 2007 se sentaient obligés d’aller s’exprimer devant GayLib, les candidats à la présidence de l’UMP en 2014 vont devant Sens commun. Regardez l’élection de Bruno Retailleau à la tête du groupe UMP au Sénat face à Roger Karoutchi.

C’est la victoire de la frange conservatrice de la droite parlementaire et de l’UMP issue de la Manif pour tous. On a affaire à une jeunesse de droite encore plus conservatrice que la génération précédente : en un sens, les “jeunes pops” de 2007 ont été ringardisés par les “ringards”. L’UDI, comme l’UMP et le FN sont soumis à la même pression. Sarkozy ne fait pas exception : il se positionne entre un conservateur libéral assumé, Hervé Mariton, et un candidat d’une droite relativement plus modérée, Bruno Le Maire. Pour gagner le plus de voix possible, Nicolas Sarkozy est obligé de s’adresser à Sens commun. [...]

La Manif pour tous n’est plus la propriété de l’association qui la porte. Aujourd’hui, ce sont des gens qui ont fait le choix de l’investissement politique : ils se retrouvent à Sens commun à l’UMP, derrière Jean-Christophe Fromantin à l’UDI, ou même autour de Marion Maréchal-Le Pen au FN… Il y a aussi des militants qui ont fait le choix de l’action par l’intellectuel, comme les Veilleurs de Gaultier Bès, qui se tiennent éloignés du pouvoir tout en imposant leurs thématiques. D’autres encore poursuivent leur engagement au niveau associatif. La Manif pour tous a été un mouvement social très vaste qui se traduit aujourd’hui par des stratégies différentes. Le mariage pour tous a permis de cristalliser ces tendances. Maintenant, il y a une lutte pour imposer la vision du monde des Veilleurs. C’est un combat pour l’hégémonie culturelle.

Pensez-vous que la gauche est responsable de la montée en puissance de ce courant conservateur?

Oui. Le vrai problème, ce n’est pas tant le pas de deux de Nicolas Sarkozy avec les conservateurs que le silence assourdissant de la gauche. La Manif pour tous a complètement inhibé le camp d’en face. Les Veilleurs ont occupé des lieux emblématiques de Mai 68 comme la place de la Sorbonne sans qu’aucun service d’ordre des organisations de gauche ne les en déloge. C’est nouveau ! Face à une jeunesse conservatrice ultra présente, on cherche les jeunes “progressistes”. Cela va avoir une empreinte sur le pays : quand vous formez 40 000 jeunes de 20-25 ans qui ont en tête l’idéologie de Gaultier Bès, vous allez forcément les retrouver vingt ans plus tard à des postes à responsabilité. Ce n’est pas rien. Même s’ils sont minoritaires sur les questions du mariage ou de l’adoption pour tous, ces futurs cadres restent majoritaire sur la question de la GPA. Surtout, ils ont la capacité d’imposer leurs thématiques. [...]"

Posté le 20 novembre 2014 à 07h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

19 novembre 2014

Pierre-Henri Masson, 23 ans et trisomique, cuisinera pour l'Élysée

Une jolie histoire (Aleteia), qui prouve qu'on peut être tout à la fois trisomique et bon cuistot :

"Lauréat de la 12e édition du concours de l'Assiette Gourm'hand, qui promeut le travail des personnes handicapées, le jeune homme va mettre ses talents au service des cuisines présidentielles pendant une semaine."

Bonne chance, Pierre-Henri !

Posté le 19 novembre 2014 à 20h28 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (6)

La "serial copieuse" de Sciences Po, ou le temps des imposteurs

Directrice exécutive de l'Ecole de journalisme de Sciences Po, Agnès Chauveau a été mise "en congé" car elle est suspectée de plagiat au détriment de plusieurs de ses confrères journalistes. En effet, elle omettait régulièrement de citer ses sources, et le "détecteur de mensonges" Plagiarism Checker  (outil de vérification de plagiat), a pu démontrer qu'elle utilisait dans ses articles des paragraphes entiers, "pompés" chez ses petits copains, sans préciser d'où le texte provenait. "Arrêts sur images" la traite de "serial copieuse". On pourrait aller plus loin et la qualifier de "serial voleuse", mais ce serait sans doute l'accabler inutilement. Sciences Po, école que l'on qualifie volontiers de "prestigieuse", aurait-elle à sa tête des imposteurs ?

Posté le 19 novembre 2014 à 19h07 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

Reportage sur la taxe confiscatoire sur le foncier non bâti

Explosion des impôts fonciers … La France « assassinée » Enquête en Haute-Savoie d’Armel Joubert des Ouches sur reinformation.tv. Comment vont réagir les Français lorsque des dizaines de milliers d’entres eux vont recevoir à leur domicile une lettre des impôts leur réclamant 10.000, 20.000 ou 30.000 euros au titre de la nouvelle taxe sur les terrains à bâtir ? Afin de « forcer » la vente des terrains constructibles, la Loi de Finances 2013/2014 a prévu une majoration automatique de la taxe foncière. La France assassinée C’est la nouvelle trouvaille du gouvernement pour … trouver de l’argent … et imposer aux propriétaires terriens de vendre leurs parcelles pour faire construire des logements.

Dans les territoires où la taxe sur les logements vacants est applicable, le Code des impôts prévoit donc ceci : « la valeur locative cadastrale des terrains constructibles est majorée d’une valeur forfaitaire fixée à 5 euros par mètres carrés pour les impositions dues au titre des années 2015 /2016, puis à 10 euros » l’année suivante. L'explosion des impôts sur le foncier non bâti : une trouvaille confiscatoire. L’UNPI, l’Union Nationale de la Propriété Immobilière considère cette réforme particulièrement « attentatoire » au droit des propriétaires qui souhaitent conserver leur terrain. En Haute-Savoie, les élus, maires et députés se mobilisent pour contrer cette mesure.

Posté le 19 novembre 2014 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent

Recherche le dictionnaire de spiritualité des éditions Beauchesne

Un étudiant en doctorat de spiritualité cherche à acquérir le dictionnaire de spiritualité (dizaine de volumes...) publié par les éditions Beauchesne. 

Contactez salonbeige@gmail.com

Posté le 19 novembre 2014 à 07h01 par Le Salon Beige | Lien permanent

18 novembre 2014

Repos dominical : la CFTC écrit à Emmanuel Macron

Extrait de la lettre de Joseph Thouvenel :

"Permettez-moi d’attirer votre attention sur la désinformation manifeste dont, comme l’ensemble de nos concitoyens, vous êtes victime. Dans un entretien accordé au « Parisien », en date du mardi 13 mai, M. Pierre GATTAZ, Président du MEDEF, affirmait « qu’autoriser l’ouverture des commerces le week-end et après 21 heures, sur la base du volontariat, pourrait créer 30.000 à 40.000 emplois ».

Si la CFTC est profondément attachée au repos dominical - ce temps où la production et la consommation sont entre parenthèses pour permettre la vie familiale, personnelle, associative, culturelle et spirituelle nous sommes bien entendu particulièrement attentifs à tout ce qui concerne l’emploi. Aussi, avons-nous écrit dès le 16 mai à M. GATTAZ pour savoir d’où il tirait ces chiffres, d’autant plus que les seules études sérieuses existantes arrivaient toutes à la même conclusion : au mieux, l’ouverture des commerces le dimanche a un effet nul sur l’emploi, plus vraisemblablement, il en détruit - les grandes surfaces cannibalisant le chiffre d’affaires des petits commerces, fragilisant encore plus ceux-ci, provoquant, outre leur disparition, la désertification de nos quartiers.

Comme l’a constaté Jean-Claude BOURRELIER, le patron de BRICORAMA, « l’analyse des chiffres montre qu’au cumul, depuis le début de l’année, nous n’avons reçu que le même nombre de clients qu’en 2013 alors que nous avons le bénéfice de l’ouverture du dimanche » (extrait de la lettre d’information interne de Bricorama – août 2014). Effectivement ! Le client qui achète une brouette le dimanche, ne revient pas en acheter une le mercredi. Il n’y a pas création de richesse, mais transfert d’activité. Malgré 3 courriers par voie postale, dont un recommandé, deux courriers remis directement au MEDEF, aucune réponse à une question légitime : d’où viennent les chiffres de Monsieur GATTAZ ? [...]

Essayer de nous faire croire que les touristes, notamment Chinois, fuiraient Paris pour Londres en raison de la fermeture des grands magasins le dimanche est absurde. Organisant leur voyage en Europe, les Chinois choisiraient justement, et ce depuis des années, le jour de la fermeture du magasin dont ils rêvent de dévaliser les rayons pour s’y présenter ! Ce type de raisonnement nous semble quelque peu insultant pour l’intelligence de nos amis d’Asie. Curieusement, le même raisonnement n’est pas tenu pour le mardi, jour de fermeture du Louvre ou autres musées nationaux, dont les touristes sont pourtant friands. En réalité, ce qui risque de rebuter de plus en plus les touristes étrangers, c’est l’insécurité grandissante dont ils sont victimes dès la sortie des aérogares ou la descente des trains. [...]"

Posté le 18 novembre 2014 à 20h58 par Michel Janva | Lien permanent

CredoFunding, plateforme de finance participative

CPour financer une école, une abbaye, un séjour humanitaire, un disque de pop-louange ou un film, et pour contribuer au développement de la communauté chrétienne, porteurs de projets et particuliers se rencontrent sur www.credofunding.fr

Les Français affectionnent le financement participatif qui est désormais encadré par décret depuis le 1er octobre. 66 millions d'euros de financement participatif ont été levés au premier semestre 2014 en France, et 1 million de Français ont prêté ou donné des fonds. C'est le double de l'an dernier sur la même période.

CredoFunding est la plateforme de finance participative ou «crowdfunding » qui a pour objectif de soutenir financièrement les projets de la communauté chrétienne compatibles avec la foi et la morale chrétienne.

CredoFunding intervient pour des campagnes de collecte de dons mais également de prêts sans intérêts ou de prêts avec intérêts. Ce qui permet de contourner les banques.

CredoFunding offre une notoriété médiatique, une structure de collecte d’argent et un relais sur les réseaux sociaux pour mener à bien les campagnes de financement. CredoFunding propose une alternative au système de financement conventionnel à travers le développement du « crowdfunding » (littéralement « financement par la foule » ou financement participatif) pour donner du sens à votre argent. Le « crowdfunding » ou finance participative :

• Permet de financer un projet, une activité ou une cause, là où désormais les circuits financiers traditionnels ne répondent plus entièrement.
• Satisfait à des tendances sociétales fortes :
• Utilisation croissante d’Internet et des réseaux sociaux
• Aspiration à des sentiments d’appartenance, de proximité, de confiance, moraux, affectifs voire de passion.

Pour créer un projet, c'est ici.

Posté le 18 novembre 2014 à 14h26 par Michel Janva | Lien permanent

Les militaires en OPEX piégés par la réforme des allocations familiales

Les militaires en OPEX (opération extérieure) sont rémunérés par l'ISSE (indemnité de sujetions pour service à l'étranger), créée lors de la professionnalisation de nos armées pour rémunérer le risque et l'absence du militaire. Elle a été conçue comme non imposable.

Elle est néanmoins communiquée aux CAF afin de rentrer dans le calcul des allocations sous conditions de ressources. Jusque là, rien de choquant.

Sauf que désormais, comme toutes les allocations versées par la CAF ou presque sont sous conditions de ressources, cela va fortement impacter les militaires avec enfants qui partent en OPEX. De même pour ceux qui reviennent d'outre mer ou d'affectations à l'étranger où les revenus compensent l'éloignement et le niveau de vie.

Nous verrons ainsi le militaire ayant fait son OPEX sur une seule année civile rattrapé 2 ans plus tard (les CAF prennent en considération tous les revenus de n-2) via la modulation de ses allocations familiales. Petite peine pour celui qui a 2 ou 3 enfants, peine multipliée pour celui qui en a plus.

Alors même que ce sont souvent des familles qui paient peu d'impôt, voire sont non imposables.

En revanche, celui qui fait son OPEX à cheval sur deux années civiles sera moins impacté.

Enfin ceux qui ont moins de 2 enfants, quant à eux, ont bien leurs revenus d'opex sanctuarisés. Ou leurs revenus de service hors métropole neutralisés.

Partez défendre la nation et servir votre pays à l'étranger, en remerciement, on ne s'occupera plus de vos enfants!

Posté le 18 novembre 2014 à 09h47 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

17 novembre 2014

2 décembre : Eric Zemmour, invité de l'AF

Cdf

Posté le 17 novembre 2014 à 23h46 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

La victoire culturelle de la manif pour tous

Gaël Brustier est interrogé dans le JDD. Extrait :

"Ce mouvement est-il vraiment voué à durer? 

C’est un mouvement pérenne parce qu’il a une assise sociale, des réseaux, une idéologie, des buts politique. On a assisté au réveil d’un géant. La manif pour tous ne va pas compter que pour la présidentielle. Il faut penser la politique autrement que sous un angle strictement électoral. La politique, c’est des élections, mais aussi des dynamiques beaucoup plus vastes qui façonnent un pays. La victoire culturelle de la manif pour tous provient du fait qu’ils arrivent à imposer leur agenda, à mettre en discussion leurs sujets de prédilection. Quand ils font une manif avec un mot d’ordre un peu flou sur la PMA et la GPA, ils sont 100 000, ce qui est le creux de leur mobilisation. Ce qui représente le même chiffre que la plus grosse manifestation contre le PACS. Il y a une dynamique conservatrice en France."

Posté le 17 novembre 2014 à 21h47 par Michel Janva | Lien permanent

"C'était un garçon gentil, ils ont dû le droguer"

Le ministre de l'Intérieur a confirmé que l'un des bourreaux de l'otage américain Peter Kassig et des 18 soldats syriens décapités et filmés par l'Etat islamique, était très probablement Maxime Hauchard, un Normand de 22 ans. Dans le village d'enfance du jeune homme, certains voisins n'en reviennent pas. Classique. Mohamed Merah était lui aussi décrit comme un garçon "gentil, calme et respectueux."

L'identification d'un second Français n'a pas été confirmée.

Posté le 17 novembre 2014 à 16h19 par Louise Tudy | Lien permanent

15 novembre 2014

Urgent : école hors contrat recherche instituteur(trice)

Urgent, Ecole catholique hors contrat proche de Moulins(03) classes à multi niveaux et à petits effectifs, s'appuyant sur la pédagogie des cours Sainte Anne. recherche instituteur (trice) pour fin novembre(cm1/2 cp)

convention collective,

salaire sur 12 mois

Contact : h-b.de-montclos@orange.fr

Posté le 15 novembre 2014 à 18h03 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

Bachelot : "Ces lois sociétales ont un effet cliquet, on ne reviendra jamais dessus"

Interrogée par 20 minutes, Roselyne Bachelot revient sur son combat en faveur du Pacs (et des lois sociétales qui en sont découlées). Quelques extraits :

"J’ai fait partie d‘un petit groupe de personnes qui, dans les années 1990, dans l’indifférence et l’hostilité générale à droite comme à gauche, militait pour ce contrat ouvert aux couples homosexuels.[...]

Ça a été difficile, mais je dois reconnaître que mon parti n’a jamais exercé de pression sur moi. Philippe Seguin, alors président du RPR, me disait «Bats-toi jusqu’au bout!» [...]Cette bataille des idées, je l’ai finalement gagnée, y compris dans ma famille politique.[...]

Oui ça a été d’une violence extrême. En particulier dans ma circonscription [Maine-et-Loire], j’ai été traduite devant un véritable tribunal populaire de militants. On m’a dit: «tu n’as pas à avoir d’opinions personnelles! Tu dois être l’expression du groupe». Les militants appelaient à ma démission, déchiraient leur carte du parti. J’ai été convoquée par l’évêque d’Angers pour me faire la morale. Il est bien tombé, le garçon! [...]

On a aussi fait évoluer les esprits. La société était plus en avance que les députés qui siégeaient au parlement. Les premiers sondages parus après le vote montraient cette évolution, même à droite. Quelques mois plus tard, Nicolas Sarkozy a reconnu avoir fait une erreur à propos du Pacs lors des universités d’été des jeunes RPR.[...]

Oui, on voit déjà les choses évoluer [au sujet du "mariage" homosexuel - NDMB]. Il y a aura plusieurs dizaines de milliers de mariages d’ici 2017.[...] Ces lois sociétales ont un effet cliquet, on ne reviendra jamais dessus.[...]

Que Mme Bachelot profite bien de son apparente victoire, car il se pourrait bien qu'un de ces jours, le cliquet se mette à marcher à l'envers et que toutes ces lois sociétales anti-humaines soient balayées avec leurs promoteurs par le bon sens retrouvé des Français.

Posté le 15 novembre 2014 à 15h32 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (35)

Vous aussi, mesurez le temps avec le calendrier des grèves

Ce n'est pas une blague : suite aux grèves d'Air France qui ont paralysé les mouvements des voyageurs (et qui au passage ont coûté très cher à l'entreprise), un site internet permet désormais de planifier ses activités en jonglant entre les grèves, en proposant un calendrier des mouvements sociaux en France tout au long de l'année.  Cestlagreve.fr permet, d'après son auteur, d'éviter aux Français qui veulent travailler de se faire prendre au dépourvu par des mouvements sociaux. Pas si bête, puisqu'en socialie, travailler devient un challenge...

Posté le 15 novembre 2014 à 12h16 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (2)

Les «écolo-guerriers» narguent l'Intérieur

La mort de Rémi Fraisse est le prétexte idéal pour les groupuscules de gauche de tenter une convergence des forces et faire aboutir le Grand Soir. Révolutionnaires répertoriés ou "écolo-guerriers" d'opérette, leurs actions se font en toute impunité, puisque Beauvau ne veut pas les provoquer, tout en souhaitant "briser leur dynamique" (le Figaro). On se demande comment l'Intérieur compte s'y prendre, puisqu'il commence par désarmer les forces de l'ordre et leur interdit d'intervenir.

 "«Plus le vivier grandit, plus il permet à des éléments radicaux de se noyer dans la masse», assure un spécialiste à Beauvau."

Si Beauvau avait la volonté politique de faire régner l'ordre en France en s'occupant de neutraliser définitivement les groupes d'extrême gauche, les meneurs des actions actuelles n'auraient pas le loisir de faire monter la mayonnaise et de de narguer l'Intérieur. Dur avec les faibles, faible face aux durs... 

Posté le 15 novembre 2014 à 11h04 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

Les aides au logement tirent les loyers à la hausse

... sans pour autant améliorer la qualité de l'offre. Une étude du Figaro :

"[...] les aides publiques au logement, très coûteuses pour les finances publiques (15,8 milliards d'euros en 2012, dont plus de la moitié pour le secteur locatif privé), ont un gros effet pervers. Leur augmentation (le budget a presque été multiplié par 5 depuis 1984) «aurait principalement entraîné une hausse du prix des loyers», souligne une étude de l'Insee publiée vendredi. Et donc, au détriment des personnes bénéficiaires."[...]

La fausse "charité" de l'Etat-nounou...

Posté le 15 novembre 2014 à 09h53 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

Pour un nouveau régime

C'est le titre du colloque auquel  nous convient le Cercle Vauban, Politique Magazine et le Rouge et le Noir. Le coupon d'inscription peut être téléchager ici.

Tumblr_nem2anJiyK1u34u2io2_500

Posté le 15 novembre 2014 à 07h47 par Paula Corbulon | Lien permanent

14 novembre 2014

Quand des parents doivent se battre pour que leurs enfants puissent aller en cours

Au lycée Montaigne (Paris VI), des élèves venant du lycée ou de lycées avoisinants, ont bloqué l’accès aux cours afin de manifester contre les violences policières dans le cadre de la mort de Rémi Fraisse. Des parents, exaspérés que leurs enfants ne puissent pas aller en classe en pleine année scolaire, s'en sont pris aux manifestants qui les aspergeaient de neige carbonique. Un père attrape l'extincteur et le lance sur un manifestant (0'14") :


Un parent délève frappe un lycéen au lycée... par Stphane_Aknin 

La présidente de la fédération des parents d’élèves de l’enseignement public (PEEP) de Montaigne :

"«L’établissement fait tout son possible pour maintenir l’ordre. Mais il ne peut rien faire de plus que d’appeler la police, et celle-ci ne veut pas intervenir parce qu’elle a reçu un ordre en ce sens. Elle ne veut pas d’une bavure qui relancerait la machine.» Pourtant, «l’accès à l’école publique est un droit fondamental, il doit être respecté» conclut-elle."

Donc, pour éviter des bavures, la police laisse volontairement les parents se faire justice eux-même, quitte à les sanctionner par la suite. La justice, la vraie, veut que les lycéens soient en cours et non dans la rue, à empêcher leurs camarades de travailler, et le rôle de la police est de veiller à ce que ceci se fasse comme le prévoit la loi. Etat démissionnaire : tout cela va mal finir.

Posté le 14 novembre 2014 à 22h58 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (24)

Le discours conservateur en France est particulièrement dynamique

Gaël Brustier, docteur en sciences politiques, se penche sur La Manif pour tous dans « Le Mai 68 conservateur ». Il répond au Journal de Saône et Loire. Extraits :

"Ceux qui ont manifesté en 2013, et tous les mouvements qui se sont créés, avaient dans l’envie de faire leur contre-mai 68, de combattre son idéologie tout en réutilisant ses codes. On a vu des jeunes qui faisaient des partis de cache-cache avec la police et des rassemblements plutôt joyeux. Mais tout cela s’est fait sur fond d’idéologie conservatrice alors que mai 68 était marqué par le marxisme et un esprit libertaire.

Vous parlez de droitisation de la société et de retour au premier plan de la frange catholique de la population. La Manif pour tous a-t-elle déclenché ce phénomène, ou bien celui-ci était-il déjà présent ?

C’est un phénomène de reconfiguration de long terme. D’abord il y a ce qui s’est passé depuis une quarantaine d’années au sein de la France la plus catholique avec l’émergence des communautés charismatiques : un rapport différent à l’engagement et à la foi est né. Il est très présent chez les jeunes militants de la Manif pour tous.

L’autre phénomène c’est la chute des identités politiques traditionnelles à droite, que ce soit la démocratie chrétienne ou le gaullisme. On note une crise des partis de droite qui peinent à avoir le monopole de la représentation du peuple de droite et plus largement de la France conservatrice. [...]

Sur la question du Mariage, la Manif pour tous a perdu politiquement. Le camp conservateur ne parviendra pas à revenir dessus. Néanmoins, cet objet politique lui a permis de se cristalliser, d’apparaître au grand jour comme un grand mouvement conservateur qui s’occupe de tous les aspects de la vie, de la naissance à la mort. En passant par les sujets de « l’écologie humaine », de l’alimentation, de la fin de vie, de la PMA de la GPA, ou de l’éducation via la théorie du « gender ».

Ce courant peut-il avoir une existence réelle dans les urnes ? Aux Européennes les listes Force vie n’ont fait que des scores confidentiels…

La question de la traduction de la Manif pour tous en partis politiques est caduque. En revanche, l’émergence d’une génération de cadres politiques, de personnes investis dans les champs culturels, intellectuels et médiatiques, qui portent ce message est une réalité. Certains des anciens de La Manif pour tous vont à l’UDI, à l’UMP ou au Front National, où ils diffusent cette pensée conservatrice. Cette tendance était la même après mai 68 mais avec une idéologie inverse.

La communauté de l’Emmanuel et Paray-le-Monial ont selon vous joué un rôle majeur dans l’émergence d’une génération Manif pour tous ?

Il est indéniable que beaucoup des jeunes qui se sont mobilisés pour la Manif pour tous sont passés par Paray-le-Monial. C’est une expérience fondatrice pour eux. La communauté de l’Emmanuel est un important centre de formation et diffuse une pensée authentiquement conservatrice sur la bioéthique. Nombre d’activistes chez les Homen, les Veilleurs, ou autres de ces mouvements, sont passés par Paray-le-Monial. La communauté de l’Emmanuel, comme toutes les communautés postconciliaires charismatiques, est un des moteurs actuels de l’Église de France. C’est d’ailleurs un ancien chapelain de Paray, Monseigneur Rey, qui a le plus travaillé à faire des synthèses qui ont préparé le terrain à la mobilisation des catholiques contre le mariage pour tous. Il y a aussi eu à Paray-le-Monial cette fameuse rencontre de la Toussaint 2012 sur les chrétiens engagés en politique. Sans oublier la figure de Jean-Marc Nesme qui est certes discrète mais qui est très respectée et compte beaucoup chez ces conservateurs. D’une certaine manière, Paray-le-Monial est la capitale de la Manif pour tous.

Peut-on dire aujourd’hui que les idées défendues par la Manif pour tous sont majoritaires dans l’opinion ?

Il faut distinguer l’idée de « majorité dans l’opinion » et les dynamiques culturelles. Aujourd’hui, le discours conservateur en France est particulièrement dynamique. La question c’est : quelle est la capacité de ce mouvement à imposer ces thèmes, à en faire le socle de la discussion de la société française ? Incontestablement depuis deux ans, l’avantage est au côté conservateur. C’est en ça qu’ils ont gagné une victoire culturelle, mais cela ne veut pas dire qu’ils sont majoritaires dans l’opinion."

Posté le 14 novembre 2014 à 09h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

13 novembre 2014

Remettre l'homme à l'endroit pour l'évangéliser

Les catholiques pratiquants, peu nombreux en France, se sont distingués par leur engagement au sein de la Manif pour tous, sous-tendu par une véritable réflexion anthropologique. Mais que devient l'évangélisation dans cette perspective ? L'avis de Philippe Oswald :

La France est aujourd'hui un des pays de culture catholique où la pratique religieuse est la plus faible », note le sociologue Yann Raison du Cleuzi, dans l’introduction de son étude « Qui sont les cathos aujourd'hui ? ». Il n’y aurait plus que  4,5 % de « messalisants » contre 20 % en 1972. Nos voisins latins sont moins mal lotis : 24 % des Italiens et 13 % des Espagnols vont encore à la messe le dimanche. Mais la désaffection des jeunes semble à peu près la même dans tous les pays d’Europe. En France, on ne compte que 16 % de pratiquants de moins de 25 ans (cf. présentation de cette étude dans La Montagne).

Pourtant, l’engagement social et politique des catholiques en France, notamment des jeunes générations, a été révélé par leur rôle moteur dans les « Manifs pour tous ». « Ils ont pris conscience de leur poids politique […]. Ces jeunes estiment désormais qu'ils représentent les forces vives de l'Église, contre leurs aînés accusés d'avoir abandonné tout combat public », constate Yann Raison du Cleuziou.

L’ampleur sans précédent de ces mobilisations fut une grande surprise pour les politiques et pour les médias français. L’obstacle a fait vaciller la gauche au pouvoir (on peut estimer qu’elle ne s’en remettra pas de sitôt), mais il est aussi devenu un caillou dans la chaussure de la droite qui emprunte volontiers à la gauche ses « valeurs » libertaires. On ne voit pas de réaction équivalente en Europe, ni probablement dans le monde, où les jeunes catholiques sont presque exclusivement engagés dans des mouvements de spiritualité ou/et des œuvres caritatives. Des cardinaux l’ont relevé en donnant en exemple ce réveil des Français sur le terrain social et politique (Aleteia).  

Tel est aussi le constat du sociologue Gaël Brustier, membre du Parti socialiste et donc peu favorable à la Manif pour tous, mais qui lui a consacré un livre. Dans un entretien à La Vie , il explique :
«… Ceux qui ont manifesté représentent surtout la France la plus catholique, la plus messalisante et la plus socialisée ». Mais il ajoute cette donnée capitale : «…les milieux catholiques engagés avaient déjà été travaillés par une vraie réflexion sur le rapport de l'homme à son avenir, à la naissance, à l'euthanasie, à la GPA et aussi à l’emprise du marché sur la vie humaine. » Loin d’être une fixation sur l’homosexualité à travers « le mariage homo », la prise de conscience avait été préparée par un travail en profondeur réalisé au sein d’associations ou de fondations telles qu’Alliance Vita, la Fondation Lejeune, Ichtus, Liberté Politique, le courant Écologie humaine, le Centre européen pour le droit et la justice, ou des groupes de réflexion au sein des communautés nouvelles. Les penseurs qui les animent ont su en effet élargir la réflexion à tout ce qui est en jeu dans le « changement de civilisation » prôné, entre autres, par Christiane Taubira : le gender, la filiation mais aussi l’eugénisme, l’euthanasie, la marchandisation du corps, l’individualisme et le matérialisme installés au sommet de l’État et de l’Europe, et devenus liberticides depuis qu’ils sont investis de la puissance légale.

En renouant avec une véritable réflexion anthropologique telle que la mènent, par exemple, des philosophes comme Thibaud Colin, Jean-Marie Meyer ou Henri Hude, ces catholiques ont compris qu’il ne s’agit plus tant de défendre l’Église, la foi, la chrétienté, ni d’ailleurs de rester dans une posture défensive, mais d’entrer dans un nouveau dialogue socratique avec nos contemporains. Car c’est bien la réalité même de la nature humaine qui est aujourd’hui niée par les nouveaux sophistes pour qui les désirs individuels sont « la mesure de toute chose ». Il s’agit de les mettre devant leurs contradictions pour sortir de l’impasse une société qui se nie elle-même et se détruit en proclamant l’individu-roi.  

Mais alors, que devient l’évangélisation dans cette perspective ?

Elle reste le but et le moteur, la cause finale et efficiente de l’action, mais on ne peut pas faire l’économie de ce préalable ou de ce préambule anthropologique (philosophique, éthique, politique, juridique) pour remettre l’homme à l’endroit – pas plus qu'on ne peut évangéliser des masses affamées. Ce retournement logiquement préalable à la conversion (logiquement mais pas nécessairement chronologiquement – l’Esprit souffle où et quand il veut), c’est  « la révolution catholique pour l’Europe » qu’observe déjà et appelle de ses vœux le cardinal Walter Brandmüller, président émérite du Comité pontifical des sciences historiques, dans une lumineuse conférence donnée lors la journée de commémoration du 50e anniversaire de la proclamation de saint Benoît patron de l'Europe, qui s'est tenue le 25 octobre à Nurcie (texte intégral traduit en français sur le site Benoît et moi) : « N'oublions pas, dit-il, que l'Église est non seulement annonciatrice de l'Évangile de Jésus-Christ, mais elle s'est toujours également considérée comme la gardienne du patrimoine spirituel naturel, du vrai, du beau et du bon. La grâce présuppose la nature. C'est pourquoi avant même l'annonce de l'Évangile de Jésus-Christ, la contribution de l'Église à l'avenir de l'Europe consiste dans la restauration – pour ainsi dire – des fondements naturels de la vie humaine, de la société humaine. »

C’est parce qu’ils ont pris conscience de l’urgence de cette refondation humaine et sociale que certains catholiques ont rallumé les fourneaux – intellectuels et spirituels – dans ce pays de France où, comme aimait à le dire le bienheureux Paul VI, « se cuit le pain de la chrétienté »."

Posté le 13 novembre 2014 à 23h40 par Louise Tudy | Lien permanent

Grenades offensives interdites pour les forces de l'ordre

Parce que cette munition a tué un jeune garçon de 21 ans.

Posté le 13 novembre 2014 à 22h03 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

Yéro Sall, notre nouvelle Léonarda

La jeunesse lycéenne engagée, qui manifeste pour protester contre la mort de Rémi Fraisse à grand renfort de lycées incendiés, s'est trouvé une nouvelle cause à défendre : Yéro Sall. Mi-Sénégalais, mi-Mauritanien, Yéro Sall a peut-être 17 ans. Ou peut-être 23.

"Ce qui est en jeu, c’est l’âge du jeune immigré. S’il est mineur et scolarisé, la France lui doit «protection en vertu de ses engagements sur les droits des enfants». Dans l’autre cas, «il est un adulte, majeur, immigré entré illégalement en France et expulsable à tout moment». La préfecture de police privilégierait la deuxième hypothèse."[...]

Yero a été présenté à l’ambassade du Sénégal le 4 novembre, «dernière étape avant l’expulsion». La préfecture de police de Paris a reçu lundi une délégation (trois lycéens et une prof) de soutien. «Ils n’ont rien voulu entendre, ils disent être en phase de réflexion sur ce dossier, mais qu’ils ne le libéraient pas. Ils le voient comme un fraudeur et pas comme un lycéen»,se désole Marianne Cabaret-Rossi, prof d’histoire et militante à Resf dans Libération."[Resf : Réseau éducation sans frontières-NDMB].

Nous pouvons donc nous attendre à d'autres manifestations lycéennes en faveur du retour de Yéro Sall, notre nouvelle Léonarda. On se demande juste à quoi peuvent ressembler les carnets de notes de ces lycéens en fin de trimestre...

Posté le 13 novembre 2014 à 22h01 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (6)

Assassin’s creed unity : une propagande réactionnaire sur la Révolution ?

Amusant, le Secrétaire national du Parti de gauche s'inquiète d'un jeu vidéo qui véhicule une vision très négative de la Révolution :

"A grand renfort médiatique, la société Ubisoft fait paraitre aujourd’hui un jeu vidéo nommé Assassin’ creed unity. Sans doute va-t-il rencontrer un grand succès. L’action, et c'est original, se déroule dans le Paris révolutionnaire de 1789. [...]

Par contre, je ne suis pas dupe sur le fait qu’un jeu vidéo peut-être aussi le vecteur pour transmettre des idées et des valeurs culturelles. Dans la jeunesse il peut même sans doute être  plus efficace que tous les cours d’histoire que propose l’Education nationale. C’est sur ce point-là que je déplore et condamne fermement la bande annonce accompagnant le jeu Assasin’s creed unity que j’ai trouvé sur internet. Elle reprend à son compte tous les poncifs contre-révolutionnaires forgés depuis plus deux siècles. Le Peuple de Paris est présenté pour une cohorte brutale et sanguinaire, c’est lui qui produit la violence, toujours lui qui de façon aveugle fait couler le sang, notamment du bon roi débonnaire. Comme de coutume, la caricature le plus bestiale concerne Maximilien Robespierre qui est présenté comme « bien plus dangereux que n’importe quel roi », « des familles entières furent détruite à cause de Robespierre », cette vidéo va même jusqu’à affirmer qu’avec lui « il y eut des centaines de milliers de morts et des rues entières remplies de sang ». J’en passe. Je vous laisse juge.

Après avoir regardé cette vidéo, le joueur peu averti en tirera la conclusion que la Révolution Française fut finalement une monstruosité, un bain de sang incompréhensible, conduite par des brutes, qu’il aurait fallu éviter. [...]"

Intéressant.

Posté le 13 novembre 2014 à 21h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (26)

A Calais, le "vivre ensemble" n'est pas une sinécure

On savait déjà que Calais connaissait des heures difficiles avec cette surpopulation allogène et ingérable qui est en transit prolongé en attendant un ailleurs meilleur. Ceux des Calaisiens qui avaient encore des illusions sur les possibilités d'un "vivre ensemble" serein sont en train de les perdre :

"Lundi matin, Alice* prend le bus pour rejoindre la gare de Calais ville et se rendre à l’université à Lille. « Mon bus était en retard, j’ai raté mon train. » Elle décide d’attendre le prochain et descend sur le quai de la voie 1 pour fumer une cigarette. «Il y avait des migrants en retrait, sur un carré d’herbe. Je ne faisais pas attention à eux. Ensuite, j’ai senti qu’on m’attrapait le bras, ils m’ont collée contre le mur. L’un a fouillé mon sac, il l’a vidé à terre. Un autre m’a attrapée à la gorge pour que je ne bouge pas et m’a touché le haut du corps. » Avec pudeur, elle décrit des caresses au-dessus de ses vêtements, «des gestes brusques» puis ajoute que le troisième l’aurait touchée «à l’entrejambe. J’étais tétanisée, je ne savais pas quoi faire. Il a déboutonné mon jean et ensuite ils sont partis quand l’autre avait fini de fouiller mon sac. Ils m’ont volé l’argent liquide que j’avais et un paquet de cigarettes.[...]»

La jeune fille avoue ingénument en parlant des migrants :

« Je suis la première à les défendre, à dire que leur vie n’est pas facile»[...] «Je sais qu’ils ne sont pas allés très loin… Tout le monde me dit pourquoi tu n’as pas crié ? Mais je ne faisais que pleurer, j’avais tellement peur que ça dégénère. Il n’y avait personne sur les quais, les trains venaient de partir. Je ne sais plus quoi penser»

Elle ne sait plus quoi penser, la pauvrette, car tout ce qu'elle pensait auparavant, les bons sentiments bien sentimentaux dictés par les "assoces" de propagande du "vivre ensemble", tout a volé en éclats au contact de la triste réalité.

Posté le 13 novembre 2014 à 11h10 par Marie Bethanie | Lien permanent

12 novembre 2014

Belle histoire

Paul, 6 ans : 

"Dans la nuit du 10 au 11 novembre, à Monampteuil (Aisne), Paul, un garçonnet de 6 ans, a sauvé toute sa famille d'une mort atroce, rapporte L'Union. Vers 2 h 30, alors qu'un incendie commençait à ravager la maison, il est allé prévenir sa mère du danger. Cette dernière a pu réveiller in extermis ses deux autres enfants et faire sortir tout le monde de l'habitation en flammes.

« Maman, il y a le feu dans les chambres ! Dépêche-toi, on va mourir, lui a crié en pleine nuit le jeune enfant. Il faut sortir les filles ! » Et alors que celle-ci lui intimait l'ordre de descendre au rez-de-chaussée pour fuir la maison tandis qu'elle montait chercher ses deux autres enfants, le garçonnet a refusé. Il a au contraire accompagné sa maman à l'étage en flammes pour l'aider à sauver ses sœurs, dont sa propre jumelle" (suite).

Posté le 12 novembre 2014 à 20h25 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

Ce qu'il manque à nos cérémonies officielles du 11 novembre

Editorial de Gérard Leclerc sur Radio Notre Dame :

"En suivant hier les cérémonies du 11 novembre, singulièrement celle de Notre-Dame de Lorette, je songeais à l’extraordinaire relation à la mort que suppose ce mémorial poignant qui rappelle le trépas de centaines de milliers de soldats de la Grande guerre. Adversaires d’hier, associés aujourd’hui dans une même commémoration. (...)

La capitale des États-Unis a été conçue sur le plan d’une nécropole. Elle fonde l’existence de la nation américaine sur le souvenir de ses morts. Pour la France, c’est une thématique chère à Maurice Barrès, et avant lui à Auguste Comte et à la philosophie positiviste. Comte, ne croyant pas à la vie éternelle des chrétiens, magnifiait ce qu’il appelait « l’immortalité subjective », celle qu’assure le culte du souvenir avec la trace laissée par les disparus dans la mémoire humaine.

Je trouve souvent une saveur toute positiviste à nos cérémonies officielles, où se trouve absent tout rapport avec la transcendance et plus encore le sens chrétien de la mort. Dans son beau petit livre sur Assise [1], François Cheng rappelle quelle conception saint François avait de « notre sœur la mort corporelle, à qui nul homme vivant ne peut échapper » et pour laquelle l’auteur du Cantique des Créatures louait son Seigneur. Mais François nous ouvre une perspective, qui n’est pas exactement celle de nos nécropoles laïques. C’est bien pourquoi Saint-Exupéry exprimait son désarroi de cérémonies, où ne s’élevait pas la douceur ineffable d’un chant grégorien."

Posté le 12 novembre 2014 à 15h48 par Louise Tudy | Lien permanent

Les inepties de l"art" moderne

Pendant 2 jours, l"artiste" Sven Sachsalber cherchera une aiguille dans une botte de foin. Au sens propre. Apparemment reconnu pour ses "performances" consistant entre autres à manger des champignons vénéneux, passer 24 heures dans sa chambre avec une vache, ou encore couper les branches d'un arbre sur lequel il était perché, l"artiste" viendra accomplir sa nouvelle "performance" au Palais de Tokyo, ex-Palais des Musées d'art moderne, à Paris.

N'imaginant pas une seconde que ce brave chercheur d'aiguille "performait" pour la gloire, j'ai cliqué sur "nos partenaires" du site du palais de Tokyo. Et voilà, ô surprise, le logo suivant qui s'affiche, en "pôle position" par rapport aux autres (ce qui signifie sans doute que le montant de sa contribution lui vaut cette place d'honneur) :

Ministere-culture-communicationVoilà que nous finançons des chercheurs d'aiguille, maintenant, alors que la France est au bord de la faillite. Pourquoi ne pas suggérer à Fleur Pellerin de repeindre le ministère de l'inculture à la peinture écossaise ? "C'est pas cher, c'est l'Etat qui paie".

Posté le 12 novembre 2014 à 15h37 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (18)

Un bébé hospitalisé après avoir ingéré du cannabis

Et après ça, on vous dira qu'il faut dépénaliser le cannabis...

Posté le 12 novembre 2014 à 14h53 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

11 novembre 2014

100 après la déclaration de guerre, quelle société avons-nous construit ?

A l'occasion du 11 novembre, plusieurs élus du Parti Chrétiens-Démocrate réunis autour de Jean-Frédéric Poisson lancent un appel pour ne jamais oublier les enseignements de la Première Guerre mondiale :

"[...] Le conflit de 1914 à 1918 fut le premier conflit globalisé. Près de 60 millions d'hommes y furent enrôlés, 10 millions de soldats y périrent, plus de 20 millions blessés - pour beaucoup des «gueules cassées». [...]

Aujourd'hui, 96 ans après, que reste-t-il d'eux? Quelle société avons-nous construit sur leurs tombeaux? Chemin des dames, Douaumont, Meaux, taxis de la Marne, Verdun: quelle signification ces noms ont-ils pour nos enfants?

Quel message adressons-nous à nos compatriotes actuellement engagés sous le drapeau sur des terrains de guerre, alors que nous reléguons les temps de mémoire à un moment optionnel ?

Représentants du peuple, nous ceignons régulièrement l'écharpe tricolore, en n'omettant pas que le rouge sur cette écharpe signifie, aussi, le sang versé par nos compatriotes morts au champ d'honneur.

Elus du Parti Chrétien-Démocrate, nous ne pouvons nous taire, lorsque nous voyons la toute-consommation se répandre sur nos territoires au détriment de ces moments de commémoration, de transmission et de mémoire.

Pour notre part, nous défendons le rassemblement du plus grand nombre devant nos monuments aux morts: école, famille, pompiers, scouts, militaires, associations d'anciens combattants…Ensemble, sous le drapeau tricolore entonnant notre hymne national - et pour certain priant ensemble - telle est l'image que nous avons de l'unité nationale.

Au-delà de nos différences, de nos statuts sociaux, de nos clivages politiques, deux choses nous rassemblent envers et contre tout: une égale dignité humaine et la nation.

C'est pour ces raisons que le Parti Chrétien-Démocrate se mobilise en ce 11 novembre 2014 sous le thème «la mémoire ne s'achète pas, elle se transmet». Là où nos délégations sont structurées, des campagnes d'affichages et de tractages sur le terrain auront lieu ; partout, des lettres de soutien aux associations patriotiques seront envoyées. Ainsi, chaque adhérent du PCD est invité à réaffirmer le caractère immuable du 11 novembre comme journée du souvenir.

Sans la transmission de cette mémoire, notre société fabriquera des êtes hédonistes toujours plus malheureux car assoiffés de possession et de consommation. Prônons un «travailler mieux pour vivre mieux» au service de la personne, des territoires et de la Nation."

Posté le 11 novembre 2014 à 14h08 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > France : Politique en France , France : Société

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Politique en France , France : Société