19 août 2018

Travail du dimanche : la dictature en marche

«Ouverture dominicale : faisons le choix de la liberté» est le titre d'un document signé par des députés LREM.

Le schéma sociétal est archi-connu et prend à chaque fois malheureusement : on réclame une liberté qui devient une obligation de survie plusieurs années après. Au bénéfice de qui ? Pas de l'intéressé en tout cas ! L'exemple de la revendication pour les femmes d'accéder à un emploi est flagrant : combien de femmes aujourd'hui peuvent-elles encore se passer d'un salaire? L'étape suivante arrive : la suppression de la pension de réversion au principe que les veuves qui en auraient besoin ont fait le libre choix de ne pas travailler. Pourquoi serait-ce à l'Etat d'en supporter les conséquences? La femme est aujourd'hui piégée : d'une possibilité de travailler offerte hier au nom de la liberté, voici les femmes, devenues agents économiques, bel et bien obligées de "bosser" et de satisfaire les besoins du marché du travail.

C'est le cas de serpent de mer du travail dominical : à le rendre accessible au nom de la liberté à ceux qui le souhaitent, il deviendra ensuite une gêne pour ceux qui y renoncent avant de devenir obligatoire pour l'équilibre budgétaire de chacun. 

Présenter un piège mortel comme une liberté est l'argument du totalitarisme qui abuse des faiblesses de la démocratie.

"Le travail le dimanche est indispensable pour avancer et pour «revitaliser nos centres-villes». C'est le message qu'une vingtaine de députés LaREM ont décidé de faire passer via une tribune publiée dans Le Journal du Dimanche de cette semaine. «Ouverture dominicale : faisons le choix de la liberté» peut-on lire en titre. 

«La loi Macron de 2015 a été un succès. Qu'attendons-nous pour aller plus loin ?» La tribune explique ce succès en précisant qu'au sein des zones touristiques créées à l'époque, le chiffre d'affaires des magasins a augmenté de 15%, le nombre d'emplois a progressé de 10%, et 1500 postes ont été créés dans les grands magasins parisiens. 

«Londres, Madrid, Rome... Les grandes capitales européennes ont bien compris la nécessité d'ouvrir leurs magasins le dimanche pour attirer les touristes internationaux et soutenir l'activité», peut-on également lire dans le JDD. Selon les députés LaREM, les salariés sont demandeurs - 68% des Français sont favorables à un assouplissement de la loi - de cette liberté de travailler le dimanche. 

La tribune cite un expemple pour illustrer cette popularité du travail dominical : dans les grands magasins parisiens, un roulement entre salariés a dû être mis en place. «Ils étaient tout simplement trop nombreux à vouloir travailler le dernier jour de la semaine», précise le texte notamment signé par Buon Tan, député de Paris, et Benoît Potterie, député du Pas-de-Calais. 

NDDSanctifions donc ce dimanche où les lectures nous parlent du Pain de Dieu (complémentaire du pain, fruit de la terre et du travail des hommes), en s'appropriant cette synthèse :

"L’encyclique Rerum Novarum (1891)  rappelle la nécessité d’assurer le repos hebdomadaire, au regard du « bien de l’âme » (RN 32, 1). Le repos ne doit pas seulement permettre d’amorcer une nouvelle semaine de travail. « La nécessité du repos et de la cessation du travail aux jours du Seigneur » découle du droit et du devoir fondamental de tout homme de remplir ses devoirs envers Dieu.

Le repos nécessaire est « sanctifié par la religion » : « ainsi allié à la religion, le repos retire l’homme des labeurs et des soucis de la vie quotidienne. Il l’élève aux grandes pensées du ciel et l’invite à rendre à son Dieu le tribut de l’adoration qu’il lui doit. Tel est surtout le caractère et la raison de ce repos du septième jour dont Dieu avait fait même déjà dans l’Ancien Testament un des principaux articles de la loi : Souviens-toi de sanctifier le jour du sabbat (Ex 20, 8), et dont il avait lui-même donné l’exemple par ce mystérieux repos pris aussitôt après qu’il eût créé l’homme : il se reposa le septième jour de tout le travail qu’il avait fait (Gn 2, 2) » (RN 32, 4).

Près d’un siècle plus tard, Jean-Paul II dans Laborem Exercens (1981) rappelle lui aussi l’importance du repos dominical. « L’homme doit imiter Dieu lorsqu’il travaille comme lorsqu’il se repose, étant donné que Dieu lui même lui présente sa propre œuvre créatrice sous la forme du travail et du repos » (LE, 25). Le pape poursuit : « Non seulement le travail de l’homme exige le repos chaque septième jour, mais en outre il ne peut se limiter à la seule mise en œuvre des forces humaines dans l’acte extérieur : il doit laisser un espace intérieur dans lequel l’homme, devenant toujours davantage ce qu’il doit être selon la volonté de Dieu, se prépare au ‘repos que le Seigneur réserve à ses serviteurs et à ses amis’ » (LE 25)".

Notre-Dame de la Salette ; "Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième et on ne veut pas me l’accorder. C’est ça qui appesantit tant le bras de mon Fils".

Notre-Dame du Dimanche (photo) : "Il ne faut pas travailler le dimanche".

Posté le 19 août 2018 à 13h20 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (18)

17 août 2018

Une profonde question de vacances

Chateau-sully-nuit

"Et toujours la même question, qui reste pour moi sans réponse globale : pourquoi le passé, avec si peu de moyens, a-t-il fait tant de beauté, quand notre époque, avec tant de richesse, n'a produit que de la laideur ?"

Jacques Julliard in L'Année des fantômes

Posté le 17 août 2018 à 16h16 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (17)

C'est un migrant qui a égorgé le passager du bus

L’homme soupçonné d’avoir égorgé un passager dans un bus parisien le 8 août, mis en examen et écroué jeudi, est un étranger en situation irrégulière, déjà connu des services de police pour différents types d’infractions.

Bruno Lafourcade analyse ce terrorisme de proximité :

"Dans le crime de masse, il appartient à la branche artisanale : c’est l’auto-entrepreneur de l’attentat, l’assassin du quotidien ; appelons-le le terroriste de proximité. Lui, il ne tue pas en se réclamant de Daesh, il n’a même pas besoin de crier : « Allahou akbar ! ». Non, lui, il va acheter un couteau de cuisine à Carrefour, et il poignarde sa voisine de quatre-vingts ans.

Avant, il a fait ses armes dans la drogue et la prédation, et s’est mêlé à d’autres ambitieux, qui tuent leur temps en tuant des individus isolés. Ils en choisissent un, blanc, lui demandent une cigarette, lui reprochent de les avoir regardés, et lui tombent dessus à sept ou huit, le tabassent et le laissent pour mort après lui avoir volé son smartphone et vingt euros. Si Anne-Sophie Lapix en parle, le lendemain, ce sera pour évoquer une « rixe » ou un « crime gratuit ».

Encouragé, notre homme lance donc sa petite entreprise. Encore une fois, ce n’est pas lui qui se fera sauter dans une salle de spectacle ou foncera dans une foule avec une estafette louée ; non, lui, il travaille dans le local : il essaie de violer une lycéenne à la sortie d’une boîte de nuit, et poignarde le jeune homme qui l’a défendue. Si Laurent Delahousse en parle, le lendemain, ce sera en évitant de dire son nom, sa nationalité, en indiquant qu’il est « déséquilibré », et en rangeant son attentat Leader Price parmi les faits divers.

Ce terrorisme artisanal, qui s’est tellement banalisé que nous ne voyons plus qu’il est du terrorisme, s’étend partout, désormais ; on le trouve à Périgueux, à Mons, à Châtellerault, à Dunkerque, à Aix, à Metz – partout, donc. Il continuera de prospérer tant qu’on le considèrera de façon isolée, seul dans son genre alors qu’il se produit tous les jours en France, tant qu’on jugera ces tueurs comme s’il s’agissait de types qui ont provoqué une bagarre dans un bal du samedi soir après avoir trop bu, tant qu’on refusera de les voir comme les membres du terrorisme islamiste, dont ils occupent un segment de marché en apparence moins spectaculaire que celui de leurs « grands frères » de Daesh, mais qui se révèle jour après jour plus meurtrier."

Posté le 17 août 2018 à 09h48 par Michel Janva | Lien permanent

16 août 2018

Enorme fakenews sur France2 qui se fiche du monde en parlant "l'erreur involontaire".

Le piège était énorme et Le média aux ordres est tombé dedans

"Une «anodine» altération d’information, et le Président russe est passé de défenseur des tigres de Sibérie en chasseur. C’est ce qu’a affirmé la journaliste Valérie Astruc dans un passage du journal télévisé de France 2 du 10 août. S’agit-il d’une simple erreur ou de fake news se profilant à l’horizon?

Dans un passage du journal télévisé de 20h00 du 10 août, la journaliste Valérie Astruc s'est permise de commettre un «petit» hic. D'après elle, Vladimir Poutine a l'habitude de chasser les tigres de Sibérie, alors qu'il participait en réalité à un programme national de préservation de l'espèce. Pour prouver cette affirmation, France 2 a utilisé une photo prise alors que le Président russe prenait part à une mission dans le cadre de cette initiative".  Pou

Le bidonage de France2 : 

Posté le 16 août 2018 à 21h28 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (16)

Le miroir sans retour: le dernier ouvrage de l'historien Reynald Secher

Dans le dernier ouvrage de l'historien spécialiste des guerres de Vendée, l'histoire vraie de ses personnages est tellement passionnante qu'elle semble sortie tout droit d'un roman.

Posté le 16 août 2018 à 15h18 par Michel Janva | Lien permanent

Aquarius : “Qu'ils prennent les armes plutôt qu'un bateau”

Excellent interview de Stéphane Ravier, sénateur des Bouches du Rhône et membre du Rassemblement National. 

"Ces clandestins doivent être reconduits dans leur pays d'origine, où on nous dit qu'il y a la guerre. Ces jeunes hommes sont en bonne santé: plutôt que de prendre le bateau, ils feraient mieux de prendre les armes, pour défendre leur patrie et protéger leur famille !"

Posté le 16 août 2018 à 13h25 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (15)

Ironie réaliste du jour

Posté le 16 août 2018 à 11h59 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (2)

8 septembre : conférence de Jacques Bompard à Lyon

Thumbnail

Posté le 16 août 2018 à 11h10 par Michel Janva | Lien permanent

Depuis 25 ans, ils rebatissent une chapelle incendiée par les colonnes infernales

Depuis 25 ans, des centaines de jeunes se relayent pour restaurer la chapelle Saint Pierre-es-Liens qui fût incendiée -ses occupants à l'intérieur- par les colonnes infernales. Etat des lieux du chantier avec l'historien Reynald Secher et son adjoint Arnaud des Minières au micro de Thomas Cauchebrais de RCF Vendée.

Posté le 16 août 2018 à 10h16 par Michel Janva | Lien permanent

Un meurtrier d'Adrien Pérez laissé en liberté

Il y a un peu plus de deux semaines, Adrien Perez était poignardé à mort à la sortie d'une boîte de nuit à Meylan (Isère), pour avoir défendu une personne. 3 personnes ont été interpellées et l'une d'entre elles a été relâchée au grand dam de la famille de la victime. Dans son arrêt rendu lundi, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Grenoble a rejeté l'appel du parquet, qui avait réclamé le placement en détention des trois mis en examen.

Mis en examen pour les mêmes chefs, deux frères âgés de 19 et 20 ans, considérés par la justice comme les principaux protagonistes du drame, avaient été immédiatement écroués et sont toujours en détention provisoire.

Me Denis Dreyfus, l'avocat des proches d'Adrien Perez, estime que 

"cette décision constitue une déception, en l'état de l'information judiciaire et aussi peu de temps après la disparition d'Adrien". "La chambre de l'instruction considère que les deux hommes suspectés d'être auteurs des coups de couteau sont suffisamment identifiés par l'examen de la bande vidéo et en tirent les conséquences, en l'état et sous réserve des investigations complémentaires".

Posté le 16 août 2018 à 09h33 par Michel Janva | Lien permanent

14 août 2018

Seulement 67% des Français ne veulent pas de l'Aquarius

Mais les Français savent-ils que ce sont aussi leurs impôts qui financent cette opération inhumaine de déracinement ?

Ac

Il reste quand même 33% des Français qui ne connaissent pas la réalité de ce bonheur appelé "migrants "*

ou encore ; Personne ne pourra dire qu'il ne savait pas :

Posté le 14 août 2018 à 19h41 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (10)

Ces deux mois de canicule qui ont causé des milliers de morts

C'était en 1911 et c'était pire que notre épisode de 15 jours. Mais à l'époque, personne ne vendait du réchauffement climatique. Un très bon article appuyé par les reportages de la presse de l'époque. Can

"On estime que 40 000 personnes périrent à cause de la chaleur au cours de l'été 1911, principalement des enfants en bas âge. Une catastrophe sanitaire largement documentée par les bulletins statistiques de l'époque mais qui fut passée sous silence par la presse, sans doute sous la pression des pouvoirs publics alors engagés depuis plusieurs années dans une lutte contre la mortalité infantile, dont cette crise menaçait de révéler les faiblesses. 

Au total, ce sont deux mois et demi d’extrême sécheresse et de températures élevées que connurent les Français cet été-là. La canicule finira par cesser définitivement au milieu du mois de septembre, après quelque 70 jours de chaleur écrasante".

Posté le 14 août 2018 à 13h01 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (8)

13 août 2018

Hollande 2022? Ce n'est même pas une blague...

Difficile début de semaine...

Les-secrets-du-tract-Hollande-2022Lu ici :

"De jeunes soutiens de l’ancien président François Hollande ont entrepris de tester sur le terrain une candidature de leur champion en distribuant un tract : "Hollande 2022".

Eh oui, il ne reste encore...

Posté le 13 août 2018 à 09h02 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (24)

12 août 2018

Affaire Benalla-Macron : la CNIL va enquêter sur le fichage des opposants de Macron sur Twitter

L'affaire des fiches? Pire, car personne n'a le courage de revendiquer l'énorme campagne de fichage dont ont été victimes les opposants au régime soviétique en France : 

"La Commission nationale informatique et libertés (Cnil) va instruire des plaintes sur une étude concernant l'impact de l'affaire Benalla sur les réseaux sociaux. De nombreux utilisateurs se sont plaints du fait que l'ONG belge DisinfoLab avait publié sur son site les fichiers des personnes ayant tweeté sur le sujet, avec leur affiliation politique supposée".

Pour mémoire, ici l'origine de ce fichage politique.

Posté le 12 août 2018 à 21h47 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (3)

Exceptionnelle vidéo de la police politique en Macronie

Tintin chez les soviets en version 2.0 : 

Posté le 12 août 2018 à 18h55 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (10)

Le Puy de Fou invente encore un concept bio et utile : le corbeau anti-mégots

Il fallait y penser

"Certains sont déjà entrés en action, les autres vont commencer leur besogne à partir de lundi… Six corbeaux, spécialement dressés pour le ramassage des mégots et des déchets, participeront dès la semaine prochaine au nettoyage du parc de loisirs du Puy du Fou, a indiqué vendredi son président, Nicolas de Villiers.

« L’objectif n’est pas simplement de nettoyer, car les visiteurs sont globalement respectueux de la propreté, mais aussi de mener une action pédagogique », montrant que « la nature elle-même peut nous apprendre à faire attention à l’environnement », a-t-il expliqué.

L’idée a germé, « il y a plusieurs années, dans l’esprit de l’un des fauconniers du parc, à partir de l’observation des oiseaux », a raconté Nicolas de Villiers. Christophe Gaborit, spécialiste de l’affaitage (dressage) des rapaces, a donc « inventé une petite boîte », contenant d’un côté des croquettes, « dont raffolent les corbeaux », et offrant de l’autre un espace vide, destiné à « accueillir des mégots, ou autres petits déchets », a poursuivi Nicolas de Villiers.

Lorsque le corbeau dépose un mégot dans la boîte, un mécanisme se déclenche, et une croquette lui est délivrée. « Motivés par la récompense », les corbeaux ont « vite compris comment fonctionnait le jeu », s’est-il réjoui. L’installation a ensuite été réorganisée de manière à ce qu’une seule boîte, « de la taille d’une brouette », permette à tous les oiseaux de déposer leur butin et à Christophe Gaborit de jouer les « chefs d’orchestre ».

L’espèce sélectionnée, le corbeau « freux », est un oiseau « particulièrement intelligent », qui « lorsqu’il est dans une atmosphère affective porteuse, aime communiquer avec l’homme et établir une relation avec lui par le jeu ». Ces oiseaux sont « très rapides » : en moins de trois quarts d’heure, un corbeau est capable « de remplir un seau », a-t-il ajouté".

Posté le 12 août 2018 à 18h09 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (1)

Si vous passez ce soir par Villefranche de Rouergue, partagez ce bon plan de Gabrielle Cluzel

DkWXbQgW4AEfMUS

Posté le 12 août 2018 à 17h55 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (1)

11 août 2018

Affaire Benalla : une ingérence russe, bien entendu !

On sait depuis Audiard que « les c---, ça ose tout », mais ceux du système, Macron regnante, se surpassent ces jours derniers, au point de faire même réagir les medias du système (ici et par exemple).

En effet, à l’occasion de l’affaire Benalla, une entité, qui se présente comme une ONG, du nom de « EU DisinfoLab », entendre laboratoire de l’Union Européenne sur la désinformation, a mené une « étude » concluant initialement à certaines corrélations entre l’intérêt porté à l’affaire Benalla, et la russophilie supposée des gens ayant manifesté cet intérêt. But à peine implicite : démontrer une ingérence russe dans l’affaire, ayant pour but de déstabiliser l’exécutif dit français.

Après avoir dans un premier temps laisser entendre qu’une telle corrélation existait bel et bien, l’EU Disinfolab a fait marche arrière, d’autant plus que les procédés utilisés ont conduit ces derniers jours plusieurs dizaines d’usagers des réseaux sociaux, dont Twitter, à porter plainte auprès de la CNIL.

Pour avoir un point détaillé sur cette affaire qui mêle manipulation de l’opinion et fichage des citoyens, nous vous invitons à écouter ce qu’en dit Olivier Berruyer, dans un entretien accordé à RT France, et plus encore à lire l’étude exhaustive que lui et son équipe du site « Les crises » ont réalisée à ce sujet. On apprend notamment que l’EU DisinfoLab est lié au think-tank « neocons » Atlantic Council, a déjà travaillé avec des organisations de la galaxie Soros, ou encore avec  l’organisation European Values, dont le narratif réveille les vieux démons de la guerre froide.

Gardons en mémoire que c’est la même mouvance de promotion du mondialisme et de la totale-démocratie, qui dispose de serviteurs bien placés dans l’appareil d’État (Armées et Affaires étrangères notamment), et de députés godillots à l’Assemblée, qui concocte en même temps la loi sur les « fakenews ». Le but devient chaque jour plus clair : pouvoir imposer SA désinformation avec le moins de contradicteurs possible.

 

 

Posté le 11 août 2018 à 09h35 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (0)

08 août 2018

Tous ces meurtres en France des trois derniers jours

C"était sans compter sur le crime du jour :

Posté le 8 août 2018 à 17h10 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (13)

Affaire Benalla - Macron : le préfet de police a affirmé sous serment ne pas connaître Benalla. Preuve du contraire par le Canard

Fre

Posté le 8 août 2018 à 16h19 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (10)

Centenaire de la bataille d'Amiens : Theresa May et le Prince William présents, Macron et Philippe absents

Honteux

"Pour représenter la France au centenaire de la bataille d'Amiens, la ministre des Armées Florence Parly et sa secrétaire d'État Geneviève Darrieussecq sont cet après-midi en Picardie. Ni Emmanuel Macron, ni Édouard Philippe ne sont présents.

En ce mercredi 8 août, la première ministre de Grande-Bretagne, Theresa May, et le Prince William sont en Picardie à l'occasion de la commémoration du centenaire de la bataille d'Amiens, premier succès des forces alliées sur l'armée allemande lors de la Première Guerre mondiale.

Côté français, la ministre des Armées, Florence Parly, et sa secrétaire d'État, Geneviève Darrieussecq assistent à la cérémonie. Jusqu'à ce lundi, seule la secrétaire d'État devait représenter la France, mais Florence Parly a finalement été rappelée pendant ses congés estivaux. L'absence d'Emmanuel Macron, amiénois de naissance, actuellement en vacances au fort de Brégançon, ou encore celle d'Édouard Philippe, est critiquée dans les rangs des élus locaux d'Amiens".

 

Posté le 8 août 2018 à 16h01 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (11)

Affaire Benalla-Macron : pour la justice le couple molesté est exempt de reproche

Un pavé de plus dans le jardin de l'Elysée :

"Selon les informations du Monde, le couple molesté place de la Contrescarpe à Paris le 1er mai dernier par Alexandre Benalla et Vincent Crase «est vierge d’antécédents judiciaires, n’a pas cherché à dissimuler son identité et n’a pas provoqué de violences "graves" ou "répétées" contre les CRS». Ces nouveaux éléments proviennent de deux fiches rédigées par la police après l'arrestation du couple et transmises à la justice, démentant les propos du préfet de police Michel Delpuech, lors de son audition le 25 juillet devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale. Il avait alors expliqué que les deux jeunes interpellés n'avaient «pas de papiers sur eux» et avaient «déclaré de fausses identités».

Posté le 8 août 2018 à 10h46 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (9)

La Chapelle-Basse-Mer va-t-elle ressusciter ?

Lu dans Minute :

"Depuis trois ans, 569 communes nouvelles ont vu le jour, dont trente-huit rien que pour l’année 2018. Des communes nouvelles – c’est le nom administratif officiel – nées de la fusion de plusieurs communes. A coups de dotations supplémentaires et d’encouragements préfectoraux, l’Etat favorise ces grands ensembles, comme un peu partout en Europe, au détriment de la proximité et de la spécificité de chaque village."

Certains cherchent à faire annuler ces décisions jacobines, parmi lesquels Reynald Secher :

"[A]près presque trois années de procédures, le 20 juillet dernier, le tribunal administratif de Nantes lui a donné raison. Et l’arrêté préfectoral officialisant le nom de la commune nouvelle de Divatte-sur-Loire a été cassé. Une première en France ! « Aujourd’hui, le préfet a trois solutions, nous explique Reynald Secher. Soit il reprend le nom historique de La Chapelle-Basse-Mer, soit il reprend le nom de Divatte-sur-Loire, soit il choisit un nouveau nom. » Nous avons donc appelé la préfecture pour savoir quelle option sera retenue. Le service communication a fini par nous répondre. De façon extrêmement claire. « Au regard des termes du jugement disposant que “rien ne fait obstacle à ce que le préfet fasse porter son choix sur le nom proposé par les conseils municipaux de La Chapelle-Basse-Mer et de Barbechat“, la préfète dénommera effectivement la commune nouvelle “Loire-Divatte” » !"

Posté le 8 août 2018 à 09h21 par Michel Janva | Lien permanent

Destruction de l'église d'Asnan dans la Nièvre

Des habitants se sont élevés contre la destruction de l'église d'Asnan datant de 1875. Une position reprise par l'association Phares de France. Qui a filmé des images spectaculaires du chantier de démolition de l'édifice.

Posté le 8 août 2018 à 09h07 par Michel Janva | Lien permanent

07 août 2018

Veilleur de Civilisation

Posté le 7 août 2018 à 09h38 par Michel Janva | Lien permanent

06 août 2018

Le cancer social des divorces et des ruptures

Lu ici :

"Comme le diabète, le divorce et la rupture sont des tueurs silencieux : ils sont tellement communs dans nos sociétés qu’on a fini par s’y habituer. La France est particulièrement touchée par ce fléau social : près de 45% des mariages finissent par un divorce. On enregistre chaque année environ 1 divorce pour 2 mariages – dont 20% sont des remariages. Mariés, pacsés ou en cohabitation, le nombre de couples qui rompent a bondi de 63% en 15 ans : 155 000 séparations de couples par an en moyenne dans les années 90, 253 000 depuis 2010 ! Une personne sur trois âgée de 26 à 65 ans ayant vécu en couple a connu une séparation après une première union. Les couples se défont de plus en plus vite : cinq ans après le début de la vie commune, 20% des couples sont séparés, 27% au bout de 10 ans, 50% des unions n'iront pas au-delà de 35 ans de vie commune, selon l’INSEE. Le nombre de mineurs qui subissent la séparation de leurs parents augmente en proportion : 145 000 enfants de divorcés par an en moyenne dans les années 90, quelque 191 000 chaque année depuis 2010.

Du même coup ont été multipliées les familles dites « recomposées » et « monoparentales » - c’est-à-dire la plupart du temps dirigées par des mères seules, avec le cortège de fléaux affectifs et sociaux qu’entraînent cette « recomposition » ou cette solitude, à commencer par le vide éducatif laissé par les pères et par l’appauvrissement du foyer : on compte aujourd’hui en France environ deux millions de familles « monoparentales », deux fois plus qu’il y a 25 ans, et 40% de ces familles vivent en deçà du seuil de pauvreté.

Loin de prendre en compte ce cancer social des divorces et des ruptures, les autorités s’acharnent à saper l’union conjugale au nom de l’individualisme libertaire triomphant. L’an dernier, le mariage a été encore fragilisé par la réforme du divorce : depuis le 1er janvier 2017, les divorces par consentement mutuel peuvent être conclus en 15 jours, sans passer devant un juge des affaires familiales (loi adoptée par l'Assemblée nationale en octobre 2016 sous couvert de « modernisation de la justice du XXIe siècle »). A présent, les époux désireux de se séparer d'un commun accord ne sont plus soumis à la décision d'un juge se préoccupant notamment du sort des enfants. Une simple signature apposée devant notaire officialise leur rupture. Le mariage devient un simple arrangement révocable."

Posté le 6 août 2018 à 14h20 par Michel Janva | Lien permanent

05 août 2018

Les héros de Macron, ou la préférence étrangère

Mb  Perez

Macron est bien à l'image du régime qu'il sert, comme ses prédécesseurs, dénoncé ainsi par Maurras : "la république en France est le règne de l'étranger".

La preuve : il fait de Mamoudou Gassama son héros, il couvre et affirme être responsable des agissements de son sbire Benalla, mais il jette le voile pudique d'un silence jupiterien sur le meutre d'un vrai héros français, Adrien Perez, poignardé en s'opposant à l'agression d'un jeune couple par Younes El Habib et Yanis El Habib, entre autres "chances pour la France".

On n'a en effet encore entendu aucun message de compassion audible de la part de nos "gouvernants", ni de leurs larbins de la majorité parlementaire...

On voudrait faire monter les tensions entre habitants de ce pays qu'on ne s'y prendrait pas autrement... L'oligarchie et la République se sont toujours nourris de sang français. Dieu nous délivre de cette engeance !

 

Posté le 5 août 2018 à 22h32 par Paula Corbulon | Lien permanent

Communautarisme d'état : scène de guérilla urbaine entre Guyanais et Tchétchènes à Reims

Lu ici :

"Dans le quartier Croix-Rouge de Reims, des membres de la communauté tchétchène poursuivent de jeunes Guyanais en pleine rue, arme à la main. Une scène qui choque même les juges".

Posté le 5 août 2018 à 19h40 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (6)

Qualité de vie : Paris 22ème des 24 premières villes européennes

Outre la sécurité, la circulation, la gestion des espaces, le problème de l'hygiène s'invite de plus en plus dans les grandes problématiques de notre capitale :

Mais, Anne Hidalgo s'en fiche, elle préfère axer les dépenses de la ville sur des projets plus importants à ses yeux.

Posté le 5 août 2018 à 17h02 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (8)

03 août 2018

Meurtre d'Adrien Perez : " l’Etat a peur de cette minorité de personnes ultra-violentes qui terrorisent la majorité des pauvres gens"

ApSes parents s'expriment après la mort de ce jeune homme de 26 ans, poignardé alors qu'il volait au secours de son meilleur ami agressé par des racailles armées.

"Dans une interview accordée au Dauphiné Libéré, les parents d’Adrien Perez - le jeune homme de 26 ans tué d’un coup de couteau dimanche matin à Meylan - évoquent  longuement la mémoire de leur fils et se disent révoltés par ce drame. « Il y a eu Grégory [Baharizadeh] à Échirolles, il y a mon fils aujourd’hui. On pourra toujours organiser des marches blanches pour tenter de mobiliser l’opinion, cela ne servira à rien.  Car il y aura encore d’autres victimes : une jeune fille demain, une grand-mère ensuite. Et cela ne s’arrêtera jamais. Le niveau de violence dans l’agglomération grenobloise est inadmissible. La police et les gendarmes font tout ce qu’ils peuvent, mais la vérité, c’est que l’Etat a peur de cette minorité de personnes ultra-violentes qui terrorisent la majorité des pauvres gens dans les quartiers », estime notamment Bruno Perez, le père d’Adrien.  

 « Mon fils a tenté de venir au secours d’un couple d’amis qui était pris à partie par les agresseurs. C’est en venant les aider qu’il a été tué. Il a fait preuve d’héroïsme. Ni lui ni ses copains n’étaient évidemment armés, alors que les autres avaient des couteaux. Mais comment est-il possible que des gens puissent entrer dans une discothèque en étant armés ? », s’interroge, effondrée, la mère d’Adrien, Patricia" (suite). 

RIP

Posté le 3 août 2018 à 17h16 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (23)

En Marche vers la sortie : un 7ème directeur sur le départ en 15 mois au ministère de la culture

Ca valse à la culture

"La valse des directeurs se poursuit au ministère de la Culture. Cette fois, c'est au tour du directeur adjoint du cabinet Pierre-Emmanuel Lecerf de prendre la poudre d'escampette. Comme le révèle La Correspondance de la Presse. En poste depuis seulement sept mois, l'énarque quittera le ministère de la Culture en septembre pour rejoindre l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Il sera remplacé par Philippe Lonné, sous-directeur à la direction du Budget à Bercy.

Ce départ intervient après celui de la quasi-totalité des directeurs du ministère. Ils avaient, pour la plupart, gagné des cieux plus favorables. Pierre-Emmanuel Lecerf, remplaçait déjà Laurence Tison-Vuillaume, elle-même promue directrice de cabinet après le départ de Marc Schwartz. L'hémorragie se poursuit. En un peu plus d'un an d'exercice, le cabinet de Françoise Nyssen a vu sept hauts fonctionnaires plier bagage. Une belle performance quand on sait que le nombre de conseillers du ministère est passé de 20 à 10 sous François Hollande".

Posté le 3 août 2018 à 16h37 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (2)

La France n'a plus aucune souveraineté sur la fabrique des munitions de ses soldats. Elle est désormais à la solde des EAU

Il est beau leur nouveau monde : 

Posté le 3 août 2018 à 16h30 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (14)

02 août 2018

Affaire Benalla-Macron : une photo en passe d'être censurée?

Lu ici

"Le 25 juillet 2018, L'Essor de la Gendarmerie nationale publie, en "une", un article exclusif, intitué "Document Essor : Alexandre Benalla avait un faible pour le GIGN !" Il s'agit d'une simple photo accompagnée de ce court texte : (...) L'article de L'Essor n'aura pas fait long feu ; il a été supprimé. Il est néanmoins encore accessible dans le cache de Google".

Essor

Posté le 2 août 2018 à 17h14 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (10)

01 août 2018

Après "fainéants", "ceux qui ne sont rien", illetrées", et autres "lépreux", voici la nouvelle insulte à la mode en Macronie : "Bouseux" !

Français, combien de temps allez-vous encore accepter?

Posté le 1 août 2018 à 18h59 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (5)

1 an de Macronie : +55% de démission chez les maires. Un vrai ras-le-bol.

Vers la disparition des mairies et des maires au profit de politiques professionnels hors-sol à la tête de communautés d'agglomérations?

"Selon un calcul de l'AFP réalisé à partir du répertoire national des élus en tenant compte de l'effet du non-cumul des mandats, le nombre de maires ayant quitté leur fonction depuis 2014 est en hausse de 55% par rapport à la précédente mandature.

«Il y a des mois où je ne savais plus comment payer les employés», déplore Philippe Rion, qui a dû «tailler sur tout», y compris en «arrêtant les commémorations nationales», avant de finir par augmenter la taxe d'habitation.

«Les communes ne sont qu'une variable d'ajustement financière aux yeux de l'État», critique l'ancien maire dont le village de 380 habitants a enregistré une baisse de 50% en cinq ans de sa dotation globale de fonctionnement (DGF), principale contribution financière de l'État aux collectivités.

Selon l'Observatoire des finances locales (OFGL), la DGF représentait 14,8% des recettes de fonctionnement des communes en 2017, contre 21% en 2013.

Malgré une légère hausse de son montant global en 2018, près de la moitié des communes ont vu leur dotation baisser cette année, selon l'Association des maires de France (AMF), qui a réclamé mi-juillet la création «en urgence» d'un fonds spécial pour les communes les plus en difficulté" (suite).

Posté le 1 août 2018 à 17h17 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (2)

Affaire Benalla-Macron : ces armes non déclarées retrouvées au siège d'En Marche

Valeurs Actuelles poursuit

"Affaire d'État.

D'après les premiers éléments réunis par les juges, et consultés par Le Monde, Vincent Crase portait une arme le 1er mai, après avoir dit l'inverse aux enquêteurs. Ce pistolet, comme deux autres retrouvés au siège du parti présidentiel, ne sont pas déclarés.

Nouvelle vague de révélations dans l'affaire Benalla. Ce mercredi 1er août, Le Monde publie plusieurs des éléments réunis par les juges en charge de l'enquête judiciaire ouverte le 22 juillet. On y apprend notamment l'existence d'armes non déclarées au siège du parti En Marche!.

Vincent Crase armé sans autorisation

Ainsi, après avoir nié, le 20 juillet au début de sa garde à vue, avoir porté une arme lors de la manifestation du 1er mai, l'ex-employé du parti présidentiel s'est ravisé. L'homme a expliqué avoir menti, précisant être père de famille et être « en train d’acheter une maison ». « Cette affaire, si je perds mon travail, va me mettre dans une situation précaire. », aurait-il dit aux enquêteurs. Et d'ajouter : « Cette arme n’est pas à mon nom, elle appartient à LRM [La République en marche], elle est réservée pour la défense du site LRM ».

Le Monde ajoute que deux autres pistolets, des Glocks, ont également été découverts dans une armoire forte au siège d'En Marche! et « ne sont pas déclarés », selon les mots du quotidien. Vincent Crase aurait formulé une demande auprès de la préfecture, mais le dossier n'était pas complet. Il portait donc une arme sans autorisation. « J’ai toujours une arme sur moi, c’est une habitude de travail et de sécurité », expliquera-t-il. Par ailleurs, il possédait également un fusil à pompe à son domicile, sans permis".

Posté le 1 août 2018 à 15h45 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (9)

Affaire Benalla-Macron : l'impressionnant arsenal de Benalla

Glock26L'affaire empire. Les révélations de Valeurs actuelles sur l'armement que détenait Benalla : 

"Alexandre Benalla était ce lundi 30 juillet dans les locaux du Tribunal de Grande Instance de Paris. Comme le révèle Le Point, l’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron a remis ses armes au juge d’instruction.

Selon les précisions de l’hebdomadaire, l’ancien chargé de mission de l’Elysée possédait un arsenal impressionnant : 3 armes de poing, des Glock 17, 26 et 19. Les Glock 17 et 26 équipent notamment le groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR). Le 19 est en dotation chez les gendarmes.

Le GIGN, basé à Satory, utilise les 3 modèles de Glock lors de ses entraînements. Cet arsenal peut surprendre alors que Benalla n’appartenait pas au Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), cette unité de la police nationale française et de la Gendarmerie nationale rattachée administrativement au Service de la protection (SDLP).

Comme le rappelle Le Point, le jeune homme de 26 ans n’a pas caché aux enquêteurs qu’il possédait des armes, précisant qu’elles étaient en lieu sûr pour « éviter qu'elles soient volées en cas de cambriolage ».

 

Posté le 1 août 2018 à 15h01 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (3)

Benalla avait mis ses flingues à l'abri mais les a finalement ressortis... après la perquisition

Valeurs Actuelles revient sur ce nouveau volet de l'affaire Benalla-Macron qui devrait constituer un scandale à lui tout seul :

"L’affaire Alexandre Benalla connaît un nouveau rebondissement. Dans son édition du mercredi 1er août, Le Canard enchaîné raconte la déconvenue des policiers venus perquisitionner le domicile de l’ancien garde du corps du chef de l’Etat. Pour cause : l’armoire forte dans laquelle Alexandre Benalla stockait ses armes était introuvable, comme volatilisée.

C’est le 20 juillet dernier, en début de soirée, que les forces de l’ordre se rendent au domicile d’Alexandre Benalla, situé à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine. Les policiers sont finalement contraints de repartir, le serrurier ne parvenant pas à crocheter la serrure de l’appartement. En guise de scellé, ils apposent un simple autocollant sur la porte d’entrée, témoignant selon le palmipède d’une « incroyable désinvolture ».

Dans un registre qui lui appartient, Renaud avait chanté "ou c'est que j'ai mis mon flingue?". Les années qui séparent cette chanson de ce scandale n'empêchent pas de nombreuses similitudes : arrogance, mépris, impunité, etc.

Posté le 1 août 2018 à 14h36 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (2)

Lutte contre les violences sexistes et sexuelles : charia ou loi française?

Je pose ça là : 

En parallèle de la sage réaction de Gabrielle Cluzel, celle de cet énergumène interpelle :

DjgHVQtXgAEKu0V

Posté le 1 août 2018 à 13h29 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (11)

France, que fais-tu de tes vétérans? Ancien de la guerre du Golfe, titulaire de la croix de guerre, il meurt SDF dans la rue à 47 ans

1051521Ce Français n'avait pas droit aux honneurs et aux égards d'un migrant. Qu'il repose en paix

"« Il a servi la France, cet homme devait être enterré dignement », insiste Karl Olive, le maire (LR) de Poissy (Yvelines).

Alors que la dépouille de Daniel Crépet, un sans-abri décédé dans la rue le 14 juillet dernier, devait être déposée dans la fosse commune de la ville, elle repose désormais dans l’un des cimetières de la localité, dans une vraie tombe.

Alors que l’homme était considéré dans un premier temps comme sans-domicile-fixe, une enquête de la mairie a révélé qu’il s’agissait en fait d’un ancien militaire de 47 ans, qui a participé à plusieurs campagnes en Afrique et au Moyen-Orient.

Il a notamment fait partie des 12 000 hommes de l’opération Daguet engagée dans la coalition internationale lors de la première guerre du Golfe, en 1990-1991. (…)"

Posté le 1 août 2018 à 11h42 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (15)


     Archives > France : Le Lundi de Pentecôte , France : Société

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Le Lundi de Pentecôte , France : Société