17 août 2017

Ils sont déjà revenus

870x489_img_1048Après l'évacuation, le 7 juillet dernier, du camp d'immigrés clandestins de la porte de la Chapelle, dans le nord de Paris, au moins 1 500 personnes y sont revenues.

Le système est désormais bien rôdé.

Posté le 17 août 2017 à 07h59 par Michel Janva | Lien permanent

Une pétition à l'échelle européenne contre l'immigration subie

Karim Ouchikh explique sur Boulevard Voltaire l’originalité de la pétition qu’il vient de lancer avec Renaud Camus au niveau européen. Il appelle les citoyens qui souhaitent s’opposer à la submersion migratoire décidée sans leur accord, à se mobiliser et à entrer en résistance. D’ores et déjà, la mobilisation de la société civile a permis de faire bouger les lignes en Italie, en Libye et au sein de plusieurs gouvernements européens.

Europe-stop-invasion

Posté le 17 août 2017 à 07h05 par Michel Janva | Lien permanent

16 août 2017

Le C-Star de Defend Europe et les garde-côtes libyens coopèrent contre les ONG immigrationnistes

Dans une série de tweets, Defend Europe annonce sa première coopération avec les garde-côtes libyens contre un navire complice des passeurs.

De leur côté, MSF, Sea Eye et Save The Children ont déjà suspendu leurs opérations.

Frauke Petry (AFD) et Nigel Farage (ex-UKIP) ont apporté leur soutien à « Defend Europe », cette initiative des Identitaires contre les ONG complices du trafic d'êtres humains en Méditerranée. De façon étonnante, le FN est resté silencieux sur ce sujet.

Posté le 16 août 2017 à 07h43 par Michel Janva | Lien permanent

14 août 2017

Une grande majorité de Français contre l'immigration

Selon un sondage récent, 61% des Français sont contre l'arrivée des immigrés en Europe, avec un fort clivage gauche/droite :

DG77fLrXgAAhvNO

DG78SU9XcAAGrkeNéanmoins le grand remplacement n'est pas un mythe, avec près de 400 000 Algériens devenus Français entre 1998 et 2016 selon le dernier rapport de la direction des étrangers du ministère français de l’Intérieur.

Posté le 14 août 2017 à 10h29 par Michel Janva | Lien permanent

12 août 2017

La Suède refuse l'asile politique à une iranienne convertie au christianisme

Une actrice iranienne, Aideen Strandsson, convertie au christianisme secrètement, arrivée en Suède avec un visa de travail de trois ans, a demandé l’asile à la Suède... qui lui a été refusé. Pourtant, en raison de sa conversion au catholicisme, elle est passible de sanctions pouvant aller jusqu’à la peine de mort si elle retourne dans son pays.  

« Tout le monde connaît la situation en Iran et en Islam. Dans la charia, la conversion à une autre religion n’est pas acceptable et elle est punie de mort.».

La Suède vient pourtant de lui refuser l’asile, au motif que sa conversion relève « de son choix » et qu’elle n’aurait « qu’à affronter seulement six mois de prison en Iran » !

La Suède est ce pays qui accueille des immigrés clandestins, et annule des festivals de musique pour éviter que les immigrés ne commettent des agressions sexuelles. La Suède a accueilli récemment 244 000 demandeurs d’asile (dont 34% de Syriens et 10% d’Irakiens).

Les dirigeants hongrois ont publiquement fait savoir par la voix du vice-Premier ministre Zsolt Semjén que la Hongrie lui accorderait l’asile.

Posté le 12 août 2017 à 10h01 par Michel Janva | Lien permanent

Lutte contre l'immigration : les ONG déchantent face aux succès des Identitaires

Médecins sans frontière (MSF) vient de suspendre ses opérations de sauvetage des immigrés en mer Méditerranée suite à une circulaire des autorités libyennes qui veulent restreindre l'accès à leurs eaux internationales aux navires étrangers. Ce document crée une très vaste zone maritime dans laquelle les bateaux étrangers n'ont plus le droit de naviguer sans autorisation. Les ONG qui collaborent à l'invasion de l'Europe sont donc particulièrement touchées par cette circulaire.

DG-g6UwWAAAxPpFDans le même temps, le C-Star, navire affrété par des militants identitaires luttant contre l'immigration en Méditerranée, est reparti après cinq jours de blocage en face de la Tunisie. Il avait simplement arrêté ses moteurs pour résoudre un problème technique.

Bloqués depuis dimanche au large de la Tunisie, où des pêcheurs et un puissant syndicat s'opposaient à leur ravitaillement, les militants du C-Star étaient sortis jeudi soir de leur silence. "Notre bateau à été ravitaillé, tout va bien, il retourne sur zone", a lancé Clément Galand, militant français à bord. Le C-Star navigue au large de Zouara, dans l'ouest de la Libye.

Le C-Star, un navire de 40 mètres qui bat pavillon mongol, a été loué à Djibouti par le groupe "Génération identitaire". A bord, des militants allemands, français, italien et autrichien, financés grâce à un appel aux dons sur internet qui a récolté plus de 215 000 dollars depuis mi-mai, entendent s'assurer que les immigrés secourus dans les eaux internationales au large de la Libye soient reconduits en Afrique. Ils révèlent aussi les pratiques scandaleuses des ONG, qui collaborent au trafic d'êtres humains.

La semaine dernière, ils ont appelé deux navires d'ONG présents au large de la Libye à quitter la zone. "Vous agissez comme un facteur incitatif pour les trafiquants d'êtres humains", ont-ils dénoncé par radio.

Cette initiative est baptisée "Defend Europe". Dans un communiqué, l'association indique :

"Defend Europe fait actuellement la Une des médias italiens : reportage dans les journaux télévisés, émissions de radios, articles dans la presse écrite… Notre impact est énorme dans un pays frappé de plein fouet par les activités des ONG et des passeurs d’immigrés clandestins.

Dans le même temps, une partie de la gauche activiste italienne nous accuse d’avoir joué un rôle dans l’immobilisation du Juventa, ce navire de l’ONG Juggend Rettet’s, pris la main dans le sac il y a une semaine, en train d’échanger des informations avec des passeurs tout en embarquant des clandestins.

Hier, nous avons intercepté un échange radio entre le Golfo Azzuro de l’ONG Open Arms et la marine italienne. Cette dernière ayant remarqué que le Golfo Azzuro était entré dans les eaux libyennes pour récupérer des clandestins lui interdisait de remonter vers les ports italiens. Suite à quoi, nous nous sommes mêlés à la conversation pour dire à l’équipage du Golfo Azzuro qu’il n’était plus le bienvenu au large des côtes de Libye.

Enfin, une autre bonne nouvelle ! Médecins sans frontières qui refuse de signer la charte proposée par l’Italie aux ONG prévoyant notamment la présence d’un policier à bord, lance un cri d’alarme : les campagnes engagées récemment contre les ONG portent un coup très dur à ses finances. MSF parle d’une « chute verticale des dons, une véritable catastrophe sur le plan financier qui risque d’entraver notre action ». Moins d’actions des ONG, c’est moins de clandestins, et donc en bout de chaîne une baisse du chiffre d’affaires des réseaux de passeurs."

Posté le 12 août 2017 à 09h43 par Michel Janva | Lien permanent

10 août 2017

Le débarquement...

Posté le 10 août 2017 à 20h14 par Michel Janva | Lien permanent

27 juillet 2017

Guillaume Peltier : « Tant qu’on ne maîtrisera pas les flux migratoires, on ne réglera pas le problème du logement »

Posté le 27 juillet 2017 à 21h19 par Michel Janva | Lien permanent

Les statistiques sont xénophobes

Allemagne : sur 6476 suspects de viols il y a

En somme les étrangers sont 5 fois plus agressifs que les Allemands et les demandeurs d'asile sont 15 fois plus que les Allemands.

Ce qui n'est pas dit, c'est la proportion d'Allemands d'origine étrangère dans ceux qualifiés d'"Allemands".

DFktFQeXoAAauTr

Posté le 27 juillet 2017 à 08h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

26 juillet 2017

Le maire veut installer des immigrés dans le village natal de Jeanne d’Arc

Un collectif d’habitants s’est réuni lundi devant la mairie de Domrémy-la-Pucelle pour dénoncer la possible arrivée de migrants.

Jordan Grosse-Cruciani, Secrétaire départemental du FN Vosges, dénonce :

"Alors que la situation économique, sociale et sanitaire en France et en Europe est explosive et d’une grande précarité, les autorités nationales et européennes n’ont que d’autres propositions que d’accueillir toujours plus de « migrants » sur notre sol et notamment dans nos campagnes.

Notre département rural des Vosges au taux de chômage de 11% accueille déjà son lot de demandeurs d’asile, réfugiés et de migrants ou en a accueilli (Epinal, Saint-Dié, Monthureux-sur-Saône, Thaon, Darney …) et l’information de l’installation de 54 migrants à Domremy-la-Pucelle est passée inaperçue. C’est un résident et une lettre d’un collectif d’habitants de Domremy, berceau de Jeanne d’Arc, qui nous a alertés sur les agissements du Maire et des autorités sans concertation et débat démocratique avec la population.

En effet, suite à une réunion du conseil municipal du 30 juin dernier, il a été acté la volonté d’installer 54 migrants dans les locaux du pensionnat alors même qu’il serait question d’un projet de création de logements locatifs par un habitant de Greux pour l’ensemble de la propriété. Les travaux d’accueil devant débuter mercredi 26 juillet prochain."

Posté le 26 juillet 2017 à 16h09 par Michel Janva | Lien permanent

Gagnez 400€ chaque mois pour oeuvrer au grand remplacement

Voilà un scandale dénoncé par Minute :

Capture d’écran 2017-07-25 à 18.43.06"[...] Les familles citoyennes et volontaires toucheront 380 euros par mois [versé par le département du Nord] par mineur accueilli pour, explique-t-on encore, « favoriser leur intégration sociale et culturelle », un aveu même pas masqué que ces migrants, loin d’être des « réfugiés » qui ont vocation à repartir une fois que leur pays est redevenu vivable, sont venus en France pour s’y installer. [...] De plus, les familles d’accueil subventionnées pourront choisir : au catalogue, il y a des Afghans, des Guinéens et... des Maliens. Oui, des Maliens, ressortissants, donc, d’un pays où l’opération Barkhane, menée par l’armée française, est supposée les protéger ! Nos soldats vont donc se faire casser la gueule chez eux pour qu’ils déboulent chez nous ! Comme quoi la double peine, du moins pour les Français, n’a pas été abolie.

Dans les faits, le département du Nord n’a rien inventé. En juin dernier, le département du Bas-Rhin s’est également lancé à la recherche de familles bénévoles pour l’accueil de mineurs migrants. En Alsace, l’opération intitulée « Réseau d’accueil solidaire » a pour but de loger chez l’habitant des jeunes âgés de 13 à 16 ans. Président du conseil départemental, Frédéric Bierry (Les Républicains) a lui aussi souligné « un engagement citoyen et une démarche solidaire ». La « novlangue » fait décidément des ravages. Là aussi, si les familles sont bénévoles, « le département versera une indemnité d’entretien au tiers bénévole afin de couvrir les frais courants liés à la prise en charge du jeune (nourriture, eau-électricité, fournitures scolaires, santé, déplacement du jeune et du bénévole...). Le montant de cette indemnité sera de 373,50 €/mois ». [...]

Dans la Vienne, selon les tarifs en vigueur, prendre chez soi un sans toit rapporte 14,22 € par jour, soit, pour un mois de trente jours, environ 426 euros. [...]"

Posté le 26 juillet 2017 à 08h12 par Michel Janva | Lien permanent

24 juillet 2017

Des riverains ont construit un mur pour condamner l'accès à un futur centre pour immigrés

La population s'organise :

Action-3185771"A Séméac dans les Hautes-Pyrénées, un collectif de riverains a construit un mur de 18 mètres de long et de 1,80 m de hauteur, dans la nuit du dimanche 23 au lundi 24 juillet, pour condamner l'accès à un futur centre d'accueil pour migrants. Objectif de cette opération coup de poing, menée par les membres du "collectif Séméac" : signifier leur mécontentement face à l'ouverture d'un centre qui doit accueillir, courant août, 85 migrants dans un ancien hôtel Formule 1 dans un quartier résidentiel dans la banlieue de Tarbes. Cet hôtel, appartenant au groupe AccorHotels, fait partie des 62 établissements premier prix de l'enseigne rachetés par la SNI (filiale de la Caisse des dépôts) pour devenir des structures d'hébergement et d'accueil, gérées par Adoma (ex-Sonacotra). Les membres du collectif dénoncent le choix de l'emplacement du centre, situé dans un quartier résidentiel, mais aussi le manque de concertation avec les collectivités locales pour la mise en place de la politique migratoire nationale.

Le collectif de riverains, tout comme la mairie, tiennent toutefois à préciser qu'ils ne sont pas opposés à l'accueil de migrants. "On est favorables à l'accueil de migrants sur notre commune, explique à franceinfo le premier adjoint au maire Philippe Baubay. Mais pas dans ces conditions." Il déplore que la mairie ait "été mise devant le fait accompli, sans aucune concertation". Il souligne que "la localisation est hors de toute structure, à plus d'un kilomètre du centre du bourg, sans aucun bus". Le député LREM Jean-Bernard Sempastous regrette aussi qu'il n'y ait aucune animation autour du bâtiment, et souhaiterait rapprocher les migrants du centre. Mais un responsable du collectif admet aussi que "les résidents ont peur de la dévaluation de leurs biens immobiliers".

Le "collectif Séméac", la mairie et le député s'accordent également quant aux conditions dans lesquelles la commune va pouvoir assurer l'accueil et l'insertion des familles de migrants, avec leurs enfants. Les deux écoles maternelles et deux écoles primaires "ne sont pas adaptées aujourd'hui pour les accueillir", estime Jean-Bernard Sempastous, qui doit se rendre au ministère de l'Intérieur demain pour trouver une solution.

Le "collectif Séméac" assure avoir érigé le mur "en toute légalité, avec toutes les autorisations nécessaires". Pour ce faire, il a loué une parcelle de terrain par lequel passe le chemin d'accès à l'hôtel Formule 1, car la servitude de passage n'aurait pas été notifiée, explique un responsable du collectif. Il a ensuite déposé une demande d'autorisation de travaux auprès de la commune, qui l'a validée en seulement 24 heures."

Posté le 24 juillet 2017 à 21h55 par Michel Janva | Lien permanent

La question principale consiste à savoir si l'Europe pourra rester le continent des Européens

Traduction de quelques extraits du compte rendu officiel du discours de Viktor Orban en clôture de l’université d’été et camp d’étudiants de Tusnádfürdő, le 21 juillet.

Tn496c0"(…) Pour illustrer l'ampleur du changement au cours de la dernière année, il a noté que si le premier discours majeur du président américain Barack Obama à l’étranger avait été au Caire en 2009, le premier discours important de Donald Trump à l'étranger a été à Varsovie, où il a demandé que « tous se battent comme les Polonais - pour la famille, pour la liberté, pour le pays et pour Dieu ». L'émergence de Trump, a-t-il ajouté, a rendu visible la lutte entre l’élite supranationale ou « globale » - et les dirigeants nationaux patriotes. Dans cette lutte, a déclaré M. Orbán, la Hongrie est du bon côté: celui des patriotes. (…)

Il a souligné qu'un pays pour être fort ne peut pas être en déclin démographique, car seuls les pays qui sont biologiquement capables de se maintenir survivront. Pour que la Hongrie devienne un tel pays, le nombre moyen d'enfants par famille devrait être de 2,1. L’Etat ne peut y aboutir qu’en créant un environnement familial, a-t-il expliqué. L'argent que la Hongrie consacre au soutien à la famille est pris de sociétés multinationales sous la forme d'un certain nombre de taxes, a-t-il souligné. (…) « Nous prenons une partie de leurs gros bénéfices pour le donner à ceux qui travaillent et élèvent des enfants, assurant ainsi l'avenir de la nation », a-t-il expliqué. (…)

En ce qui concerne l'avenir de l'Europe, le Premier ministre a déclaré qu'au cours des prochaines décennies, la question principale consistera à savoir si l'Europe pourra rester le continent des Européens - et, dans ce cadre, si la Hongrie restera le pays des Hongrois. (…)

Selon le Premier ministre, l’immigration n'est pas la réponse aux problèmes économiques. Tenter de résoudre les pénuries de main-d'œuvre par l'immigration c’est comme un naufragé qui boit de l'eau de mer, a-t-il déclaré: « C'est aussi de l'eau, mais cela ne fait qu’ajouter au problème. » Il a souligné que les cultures des immigrants contrastent fortement avec la culture européenne; il a cité l'exemple de l’objectif de la culture européenne d'égalité entre les hommes et les femmes, par opposition à la position subordonnée des femmes dans la culture islamique. Le Premier ministre a ajouté que les communautés musulmanes considèrent leur propre culture comme étant plus forte que la culture chrétienne, et une culture plus forte n'améliorera jamais les coutumes de la société plus faible. Par conséquent, la rééducation et l'intégration basée sur la rééducation ne peuvent jamais être couronnées de succès, a déclaré M. Orbán. (…)"

Posté le 24 juillet 2017 à 19h32 par Michel Janva | Lien permanent

Aucune "obligation de quitter le territoire français" n'a pu leur être notifiée

Tout le monde est bienvenu :

"Ce dimanche, six jeunes hommes d'origines iranienne et afghane ont été interpellés à hauteur de La Salle, dans le Mâconnais, alors qu'ils voyageaient clandestinement à l'arrière d'un camion frigorifique. Parti de Grèce, ce dernier transportait une cargaison de pastèques à destination de l'Angleterre.

C'est lors d'une halte sur l'aire de repos de La Salle, le long de la RD 906, que le chauffeur a entendu des bruits provenant de sa remorque. Il a donc faire prévenir la gendarmerie. Une douzaine de gendarmes est venue interpeller les migrants.

Leurs signalements ont été enregistrés mais aucune " obligation de quitter le territoire français " n'a pu leur être notifiée. Comme le veut la loi, les personnes suspectées d'être en situation irrégulière ne peuvent être retenues plus de 16 heures par les forces de l'ordres, y compris les week-ends."

Quand un ministre montre ses muscles contre l'immigration illégale, ne le croyez pas...

Posté le 24 juillet 2017 à 19h17 par Michel Janva | Lien permanent

20 juillet 2017

L'immigration, préoccupation centrale des Français

Jean-Yves Le Gallou réagit aux récents propos de Florian Philippot sur la refondation du FN :

Posté le 20 juillet 2017 à 08h05 par Michel Janva | Lien permanent

18 juillet 2017

Le Premier ministre veut expulser massivement les migrants venant d’Afrique

Le Premier ministre... algérien :

Unknown-15"Abdelmajid Tebboune "a instruit ses ministres, de l’Intérieur, Noureddine Bedoui et des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, pour travailler conjointement afin d’extrader vers sept pays d’Afrique les immigrés clandestins présents sur le territoire national".

Sont concernés par cette mesure les hommes qui font la manche et ceux qui ont des antécédents judiciaires. Quant aux femmes et aux enfants, ils bénéficieront d'un traitement "spécial". Le plan algérien prévoir de les placer dans des centres d'accueil.

A en croire le site algerie-focus.com, les autorités "sont déjà passées à l'action". De nombreux migrants clandestins ont déjà été expulsés vers leurs pays d'origine."

Posté le 18 juillet 2017 à 22h25 par Michel Janva | Lien permanent

Un maire de Sicile : «Nous sommes envahis, submergés»

Dans les montagnes des Nébrodes, au nord de la Sicile, la crise migratoire inquiète la population et ses édiles. «Nous sommes envahis, submergés», s’est écrié Vincenzo Lionetto Civa, maire de Castell’Umberto, petite ville de 3 200 habitants, à la tête d’une fronde de 45 édiles siciliens. C’est l’affectation d’un hôtel vacant de la localité à l’hébergement de migrants qui a mis le feu aux poudres. Ce 17 juillet, le maire s’est opposé à l’installation d’un groupe électrogène pour alimenter les migrants en électricité, mettant en avant des problèmes de sécurité.

Posté le 18 juillet 2017 à 08h15 par Michel Janva | Lien permanent

Rennes : une adolescente se réveille avec un immigré dans son lit

C'est leur vivre-ensemble :

"Dans la nuit du 5 au 6 juillet, une adolescente a été réveillée par un cambrioleur. Ce dernier venait de s’allonger à ses côtés, dans son lit ! D’après la jeune femme, son agresseur aurait tenté de l’embrasser, avant de la gifler.

Les faits se sont déroulés dans le quartier de Maurepas, à Rennes. Le jeune homme se serait introduit par la fenêtre de l’appartement situé au premier étage, qui était restée ouverte. Il aurait alors visité le logement et commencé à dérober du matériel avant de se diriger vers la chambre de l’adolescente. Le cambrioleur avait en plus pris le soin de bloquer la porte de la chambre de la mère, qui vivait seule avec sa fille.

Après avoir tenté d’embrasser l’adolescente, le jeune homme lui aurait réclamé son téléphone portable. Face à son refus, il l’aurait giflé, avant de quitter les lieux. C’est grâce à une empreinte que les policiers ont réussi à identifier l’auteur du vol. Se déclarant mineur étranger isolé, ce dernier sera jugé en comparution immédiate mardi.

Posté le 18 juillet 2017 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent

17 juillet 2017

Droit du sol : en plein doute, la gauche reporte le projet de loi

Unknown-11Le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni (Parti démocrate) a annoncé le renvoi à l'automne du vote au sénat sur le droit du sol visant à accorder la nationalité italienne aux enfants nés sur le territoire de parents étrangers.

"Considérant les échéances urgentes qu'on ne peut reporter à l'agenda du sénat et des difficultés survenues dans certaines franges de la majorité, je considère que les conditions ne sont pas réunies pour approuver le projet de loi avant la pause estivale".

Déjà adopté par les députés, le projet de loi était débattu depuis un mois au sénat où il a suscité des débats houleux entre la gauche, qui le défend, et la droite qui y est farouchement opposée.

Membre de la majorité, le parti centriste du ministre des Affaires étrangères Angelino Alfano a fait part de ses doutes quant à l'opportunité de voter le texte alors que l'Italie fait face à un afflux d'immigrés.

La Ligue du Nord qualifie ce projet "d'erreur culturelle".

Posté le 17 juillet 2017 à 22h01 par Michel Janva | Lien permanent

12 juillet 2017

Alors qu'ils fuient leur pays pour venir se réfugier en Europe, nos enfants, du même âge, se battent et meurent pour eux

En réponse à la campagne moralisatrice d'Emmaüs :

Posté le 12 juillet 2017 à 22h57 par Michel Janva | Lien permanent

Plan d'action du gouvernement pour organiser le grand remplacement

Edouard Philippe a présenté en fin de matinée le plan d'action pour "garantir le droit d'asile & mieux maîtriser les flux migratoires"... Il a déclaré cette fatalité :

"La France est confrontée depuis plusieurs années à une pression migratoire élevée, qui sera amenée à durer."

Et a indiqué aussitôt :

"Aujourd'hui, les conditions d'accueil des demandeurs d'asile ne sont pas à la hauteur de ce que nous devons être."

De fait, il annonce :

DEh5zdjXkAAU1MF

L’idée est de mettre dans la tête des Français que tout cela est absolument inéluctable. Mais c’est un mensonge. Les pays qui ne veulent pas de « migrants » n’ont pas de « migrants ». Selon un récent sondage en Pologne, 73,5% des jeunes Polonais (entre 18 et 24 ans) ont l’intention de voter pour des partis clairement anti-immigration : 63,4% pour le PiS, le parti au pouvoir qui résiste comme on le sait à l’UE, et 10,1% pour Kukiz’15, le parti populiste de l’ancien chanteur rock qui a obtenu (avec son allié du Mouvement national) 42 députés aux dernières élections.

La population de l’Union européenne a augmenté l’année dernière de 1,5 million, alors que le nombre de naissances et de décès était le même, constate Eurostat qui donne l’explication : la hausse est due à l’immigration.

Posté le 12 juillet 2017 à 21h56 par Michel Janva | Lien permanent

Y a-t-il un vaccin contre l'immigration de masse ?

Question impertinente posée dans Minute :

Capture d’écran 2017-07-11 à 21.56.26"La petite phrase lancée au Sénat le 5 juillet par David Rachline, qui s’opposait au projet du ministre de la Santé, Agnès Buzyn, de presque quadrupler le nombre des vaccins obligatoires, a provoqué une polémique : « Vous êtes- vous demandé pourquoi les maladies disparues de notre sol depuis longtemps refaisaient surface ? Il faut avoir le courage de dire que l’immigration massive dans ce domaine est la meilleure piste de réponse », a dit le maire FN de Fréjus. Les profs de morale et les grandes consciences autoproclamées ont préféré nier l’évidence au nom des bons sentiments. « Contrairement à ce qu’affirme David Rachline, les experts attribuent la responsabilité du retour des maladies disparues, comme la rougeole (concernée par la réforme annoncée), à une couverture vaccinale insuffisante », dans un pays « champion du monde de la méfiance envers les vaccins », écrit par exemple un journaliste du site internet Huffington Post.

Hasard : la Seine-Saint-Denis est la plus touchée...

Or, les deux propositions ne s’excluent pas. Les pouvoirs publics en sont aujourd’hui réduits à recourir à la vaccination pour contrer des maladies – la rougeole, la syphilis, la coqueluche, la tuberculose, les hépatites, le sida, la gale – qui ont bel et bien été réintroduites en Europe (ou y connaissent un nouvel essor) à la faveur des grandes vagues de migration, d'origine africaine en particulier.

La tuberculose, par exemple, responsable de plus de 84 000 décès en France en 1913, a été combattue avec suffisamment de succès pour que le vaccin (BCG) ait cessé d’être obligatoire en juillet 2007. Environ 5 000 nouveaux cas sont néanmoins recensés chaque année. En 2013, l’Institut national de Veille sanitaire (InVS) avait observé que 36 % des malades déclarés habitaient l’Ile-de-France, plus particulièrement Paris et la Seine-Saint-Denis. Les personnes d’origines étrangères étaient surreprésentées, et, parmi ces dernières, 62 % étaient nées en Afrique. [...]

En dépit des protestations que ses propos ont suscité le 5 juillet parmi les sénateurs, David Rachline n’a donc pas tort et l’on peut en effet considérer que l’extension de l’obligation de se faire vacciner à onze vaccins au lieu de trois est une conséquence – une de plus ! – de l’ouverture sans mesure des frontières européennes à l’immigration de masse. Avant d’imposer aux citoyens français de nouvelles contraintes, il conviendrait donc de fermer ces frontières et de reconduire chez eux les immigrés clandestins."

Posté le 12 juillet 2017 à 08h15 par Michel Janva | Lien permanent

Le Tribunal Administratif de Nantes reconnaît la "clause Molière"

Cette clause, inventée par Vincent You, ancien chef de cabinet de Christine Boutin, avait fait parler d'elle durant la campagne. L’objectif était de s’assurer que les travailleurs puissent communiquer entre eux afin de renforcer la sécurité sur le chantier. Il s’agit par ailleurs d’éviter le recours aux travailleurs étrangers pour lesquels les entreprises peuvent payer des charges jusqu’à 30% moins chères qu’en France.

Bruno Retailleau, président de la région des Pays de la Loire, s'en réjouit :

"Le Tribunal Administratif de Nantes vient de donner raison à la Région en considérant que la clause d’interprétariat dite « clause Molière », que nous avions introduite dans nos marchés publics, n’est pas contraire au droit. Cette clause exige le recours à un interprète pour informer les travailleurs qui ne parlent pas français de la législation sociale. Je me félicite de cette décision et je suis fier que les Pays de la Loire soient la première région de France à obtenir une telle victoire.

Forts de cette victoire, nous continuons le combat.

Posté le 12 juillet 2017 à 08h11 par Michel Janva | Lien permanent

11 juillet 2017

32 millions de personnes veulent émigrer vers la France

De Jacques de Guillebon dans La Nef :

L-ge-des-migrations_9782746744639"En 1891, un recensement des étrangers par la République française – la notion d’immigré n’existant pas encore – ne dénombra que 800 Africains et 300 Asiatiques sur le sol national. L’immigration ne consistait alors qu’en des populations venues de pays extrêmement voisins, pour la France de Belgique, d’Italie et d’Espagne. La comparaison avec notre époque devient plus vertigineuse encore si l’on suit l’étude de l’Institut Gallup réalisée entre 2008 et 2010 – dont il faudrait d’ailleurs amplifier certainement les prédictions avec le temps – selon laquelle plus de 600 millions de personnes dans le monde seraient prêtes à émigrer définitivement, dont 32 millions vers la seule France, c’est-à-dire l’équivalent de la moitié de sa population actuelle. Ce dernier chiffre suffit à désigner le danger mortel que courent, plus que les nations elles-mêmes, les civilisations telles qu’on les connaît, danger que nombre de nos élites s’emploient à nier, soit qu’elles ne le mesurent pas, soit qu’elles aient quelque intérêt à ce que ces migrations se produisent, soit seulement que leurs idéaux les encouragent à courir ce risque. Il est évidemment possible de plaider, à travers un changement de population, un changement de mode de vie, de culture et de mœurs. Au moins faut-il l’avouer. Le démographe Hervé Le Bras, chez qui ces chiffres sont tirés, s’entête pourtant, comme beaucoup d’autres, dans une improbable dénégation.

Car dans son ouvrage L’Âge des migrations, tous les chiffres, les faits, les analyses démontrent que l’ère nouvelle dans laquelle nous sommes entrés, si le politique – donc la volonté d’ordonner, de réguler, de choisir – ne s’en mêle, nous mène inévitablement vers une sorte de chaos « multiculturaliste », qui n’est à l’avantage ni des populations des pays d’accueil ni des populations déplacées. Alors qu’il relève que de manière générale « le désir de migrer paraît […] le fruit de l’ignorance des conditions de vie des migrants dans les pays développés », il n’en déduit jamais qu’il serait meilleur pour le candidat migrant de demeurer chez lui, ni n’imagine aucun moyen que l’on pourrait prendre dans ce sens.

Le « migrant » est aujourd’hui perçu, en Europe, comme la victime de conflits ou de famines. Or, les données de Le Bras prouvent qu’il n’en est rien : ainsi note-t-il que le désir d’émigrer est présent dans toute l’Afrique sahélo-saharienne, dans le Maghreb et le Proche-Orient, sans que les guerres en soient responsables, puisque ce désir est aussi vivace dans les pays paisibles que dans ceux qu’ensanglantent les armes. Autre paradoxe, on découvre que si, en moyenne, plus le revenu augmente, moins le désir de migrer est fort, ce sont pourtant les personnes à plus haut revenu dans le pays de départ qui ont davantage envie d’émigrer, sans doute parce qu’elles en ont plus les moyens. Il n’y a donc pas de corrélation immédiate et permanente entre la pauvreté et la migration, ce qui invalide l’argument moral de l’accueil de l’autre aujourd’hui. Reste évidemment que c’est toujours pour trouver une vie meilleure que les hommes émigrent, et les sirènes de l’Occident matérialiste et confortable résonnent dans les têtes des habitants des pays en voie de développement. L’on constate très logiquement pour l’Europe la prévalence de l’immigration de personnes venues des anciennes colonies, particulièrement africaines. Même si pour les étudiants, il est intéressant de noter par parenthèse combien les ressortissants des pays du Sahel sont attirés par la Péninsule arabique, où ils reçoivent généralement un enseignement théologique, le wahhabisme et le salafisme ayant ainsi tendance à se répandre toujours plus.

Mais le phénomène des migrations ne contient pas pour nous uniquement l’immigration : il y a aussi ce départ de certaines élites françaises et européennes vers d’autres pays comme les États-Unis et le Canada. Le Bras parle même des « États-Unis et du désert mondial », comme il y avait naguère Paris et le désert français, s’appuyant notamment sur l’exemple des médecins qui ont tendance à trouver l’herbe plus verte outre-Atlantique. Car « les élites nationales, prises au filet de la mondialisation, se trouvent provincialisées ». À la fin, écrit Le Bras, « le cas de la France est exemplaire puisque, depuis 2008, les Français quittent le pays en plus grand nombre qu’ils n’y reviennent, tandis qu’entre un plus grand nombre d’étrangers qu’il n’en sort ». Le démographe va même jusqu’à émettre l’hypothèse glaçante qu’il existerait en France « un groupe minoritaire, comprenant 20 % de la population, (qui) désire émigrer et est d’accord pour que des immigrants arrivent, voire le remplacent ».

UNE VÉRITÉ DÉPLAISANTE

Être remplacé. Le gros mot est lâché et passe bizarrement inaperçu sous la plume de Le Bras quand, lorsque c’est un Renaud Camus qui le prononce et l’écrit, l’ire des censeurs se déclenche immédiatement. Même si le titre du livre du grand écrivain qui ici nous intéresse paraît un peu décalé après l’élection de Macron, 2017, Dernière chance avant le Grand Remplacement, la matière en demeure nécessaire et édifiante.

Quand Le Bras infère de ses propres démonstrations que le « repli » et la fermeture des frontières dépendraient d’une peur de voir son pays déchoir économiquement avec le double mouvement de départ des élites vers des pays supérieurs, et de l’arrivée de populations moins qualifiées depuis des pays inférieurs, Renaud Camus dit, lui, la vérité tout entière : que cette analyse partiellement juste ne rend pourtant pas compte d’un autre désir, profond, enfoui et légitime, celui de conserver ses mœurs, ou de les modifier librement, désir qui se manifeste aujourd’hui tant en Europe, qu’aux États-Unis, ou qu’au Japon. [...]"

Posté le 11 juillet 2017 à 08h51 par Michel Janva | Lien permanent

10 juillet 2017

Selon le commissaire européen chargé des migrations : « trop peu de migrants sont renvoyés » dans leur pays

D'Edouard Ferrand, Chef de la Délégation française de l'ENL :

"Le commissaire européen en charge des migrations vient d’avouer que « trop peu de migrants sont renvoyés » dans leur pays d’origine et que « le retour vers le pays d'origine est un aspect indispensable d'une politique migratoire globale ». Il s’agit d’un désaveu pour les européistes qui essayaient de nous persuader du contraire. 

Incompétence ou enfumage ? L'interrogation est légitime à la lumière du bilan et projet de la Commission européenne. En effet, dans sa publication intitulée « contribution des fonds structurels et d’investissement européens aux dix priorités de la commission » elle annonce que des fonds destinés au développement des territoires ruraux pourront désormais «contribuer à soutenir l’intégration à long terme des migrants » en Europe. 

Une fois de plus, la Commission montre au mieux son incompétence au pire sa fourberie devant la colère des peuples européens violemment hostiles à cette politique migratoire de masse organisée pour satisfaire les intérêts du capitalisme mondialisé."

Posté le 10 juillet 2017 à 18h54 par Michel Janva | Lien permanent

« Je ne me vois pas dire à quelqu’un qui attend un logement depuis dix ans : « Passez votre tour, un migrant vient d’arriver »

Extrait du Figaro :

Capture d’écran 2017-07-10 à 07.05.23

Le maire indique qu'il y a 3 800 demandes de logements sociaux sur la ville.

Posté le 10 juillet 2017 à 08h05 par Michel Janva | Lien permanent

09 juillet 2017

48h après l'évacuation, 200 nouveaux immigrés installés Porte de la Chapelle

«Il n’aura fallu que 48 heures pour que de nouveaux campements s’installent Porte de la Chapelle. Il y a 2 jours, près de 2 800 étaient évacués au petit matin, la plus importante opération organisée depuis 8 mois. Margot Haddad est retournée sur place pour BFM TV, et déjà 200 nouveaux migrants se sont installés.»

Posté le 9 juillet 2017 à 18h34 par Michel Janva | Lien permanent

08 juillet 2017

Le négationnisme aujourd’hui, ce n’est pas d’affirmer le Grand Remplacement, c’est évidemment de le nier

Renaud Camus est interrogé par Breizh-info.com. Extrait : 

Outre les oukases habituels de la presse subventionnée, on vous reproche de ne pas avoir voulu débattre par rapport aux chiffres de l’immigration que vous exposait Hervé le Bras, en sa qualité de démographe. Pourquoi avoir choisi un autre terrain ?

C’est pour moi un point tout à fait central, capital. "Certes je suis bien persuadé que le Grand Remplacement est parfaitement et facilement prouvable avec des chiffres, bien que tout soit fait pour empêcher qu’il le soit. Michèle Tribalat s’en approche déjà beaucoup plus qu’Hervé Le Bras. Mais je refuse absolument de me laisser entraîner sur ce terrain-là. D’abord parce que ce n’est pas le mien, je n’y suis absolument pas compétent, et, reconnaissons-le, ça ne m’intéresse pas du tout. Ensuite, et surtout, pour deux raisons principales.

D’abord parce que jamais, jamais, jamais, dans l’histoire de notre pays, ni d’aucun pays au monde, un peuple ne s’en est remis à la science de savoir ce qui lui arrivait. C’est une révolte ? demande Louis XVI. — Non, Sire, c’est une révolution, répond La Rochefoucauld.

Et vous imaginez le roi reprendre : Vous avez les chiffres ? Pensez-vous que les Français aient eu besoin des chiffres pour savoir qu’ils vivaient la Guerre de cent ans, même s’ils la nommaient autrement ? les Guerres de religion, la Fronde, la Révolution française, la Commune, la Grande Guerre, la Première Occupation ? La science peut intervenir a posteriori pour apporter des précisions sur l’ampleur d’un phénomène. Elle ne peut en aucune façon décider s’il existe ou pas. Je récuse absolument le témoin. Lui et ce qui survient ne sont pas à la même échelle. Ils n’appartiennent pas au même monde.

Deuxièmement, et si l’on admettait un moment, ce qui n’est pas mon cas, et ce qui serait parfaitement inédit dans l’histoire, qu’il est légitime, de la part d’un peuple, de s’en remettre à la science de savoir ce qui lui arrive ou pas, serait-il judicieux, même alors, de confier l’arbitrage à ces sciences-là, la sociologie, la démographie, les statistiques, qui n’ont fait que mentir ou se tromper, tromper, depuis quarante ans et plus ? Non seulement elles ont été incapables d’avertir les Français et les Européens de l’énormité de ce qui allait leur arriver, qu’il s’agisse de l’effondrement du système scolaire ou de la submersion migratoire, mais, alors même que ces phénomènes se déroulaient, elles s’obstinaient contre toute évidence à les nier et dénier. Souvenez-vous : à l’École le niveau monte, il n’y a aucun lien entre délinquance et immigration, et d’ailleurs l’immigration il y en a de moins en moins. Moyennant quoi on se retrouve avec une École qui est un champ de ruine, tous les terroristes ont fait leurs premières armes dans la délinquance de droit commun, il y a cent fois plus d’occupants sous la Seconde Occupation que sous la Première.

Je vois qu’une aimable demoiselle ou dame Oberti, sur Canal +, m’assimile gracieusement à Robert Faurisson. Affirmer le Grand remplacement ce serait du négationnisme, rien de moins. Comme toujours le remplacisme global, qui remplace tout, remplace la vérité par son contraire. Je m’étais refusé jusqu’à présent à avoir recours à cet argument un peu lourd, mais Mme Oberti lève mes scrupules.

Il y a bien des différences entre les deux Occupations, mais les deux Collaborations, elles, se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Le négationnisme aujourd’hui, ce n’est pas d’affirmer le Grand Remplacement, c’est évidemment de le nier. Oui il y a eu des chambres à gaz et oui le Grand Remplacement se déroule sous nos yeux. La sociologie, la démographie, les statistiques, ont été les grandes dénégationnistes. Elles ont volé à notre peuple son regard, son expérience, et jusqu’à sa douleur.

Remplacistes et remplacés sont d’accord pour s’en remettre aux chiffres : les premiers parce que les chiffres sont faux, ils y ont soigneusement veillé, en interdisant les vrais ; les seconds parce que s’en remettre à la science, et en l’occurrence à une pseudo-science, totalement mensongère, excuse leur lâcheté, leur permet de gagner du temps face à la vérité et à l’exigence de révolte. Les Français sont comme des gens qui seraient réfugiés, déjà, au premier étage de leur maison, le rez-de-chaussée étant entièrement sous l’eau, et qui écouteraient la radio pour savoir si l’on peut, ou pas, parler d’inondation ; et s’il faut, ou pas, monter l’arrière-grand-mère dans son fauteuil roulant."

Posté le 8 juillet 2017 à 16h07 par Michel Janva | Lien permanent

07 juillet 2017

Jacques Bompard dénonce le Grand Remplacement à la tribune de l’Assemblée Nationale

Posté le 7 juillet 2017 à 15h14 par Michel Janva | Lien permanent

Où vont atterrir les centaines d'immigrés expulsés de la Porte de La Chapelle ?

DEEIv4gWsAAbM__Plus de 1 500 personnes dormaient dans les rues du quartier de la Porte de la Chapelle, dans le XVIIIe arrondissement à Paris. Ce vendredi 7 juillet à 6 heures du matin, la police a commencé une vaste opération d'évacuation des immigrés.

La dernière évacuation remonte au mois de mai. Le "premier accueil humanitaire" à La Chapelle, ouvert par la Ville de Paris en novembre 2016, est débordé. Près de 400 immigrés arrivent chaque semaine à Paris, selon Gérard Collomb.

Ces immigrés sont évacués, mais pour aller où ? Si c'est juste pour déplacer le problème et protéger les bobos parisiens, cela n'a pas grand intérêt.

Posté le 7 juillet 2017 à 07h39 par Michel Janva | Lien permanent

06 juillet 2017

FN : la sortie de l'euro bientôt supprimée du programme ?

Bernard Monot, conseiller économique de Marine Le Pen, réclame un abandon de la sortie de l'euro. Cité par Le Figaro, le député européen résume :  

"Deux Français sur trois n'ont pas validé nos solutions, ni en 2012, ni en 2017. C'est une impasse politique. Même si nous avions raison économiquement, nous devons mettre ce projet dans un carton et proposer autre chose."

L'ancien député UMP Jérôme Rivière, rallié au FN, raconte à quel point la position frontiste sur la monnaie unique a été "un terrible boulet durant la campagne" des législatives.

"C'est un sujet technique, incompréhensible alors que les électeurs attendaient nos réponses sur l'immigration, l'islamisation de la société, la sécurité et l'emploi pour les Français. Nous devons revenir aux valeurs que l'on défend au nom de la cohérence du pays"

L'immigration est en effet un vrai sujet d'actualité

Les jours de Florian Philippot, qui a promis de partir si la sortie de l'euro était abandonnée, sont-ils comptés au FN ?

Posté le 6 juillet 2017 à 07h50 par Michel Janva | Lien permanent

05 juillet 2017

Immigration: retour au réel avec Michèle Tribalat

Michèle Tribalat était aujourd'hui l'invitée de Martial Bild sur TV Libertés. Très instructif.

D'où il ressort que l'ennemi n'est certainement pas d'abord celui qui franchit la seuil de la porte ouverte, mais celui qui ouvre la porte, fait croire que personne ne la franchit, et offre le gite et le couvert à l'arrivant sans contrepartie, tout en stérilisant physiquement, mentalement et spirituellement l'autochtone. En conséquence, aux catholiques que nous sommes de faire spirituellement envie et d'être des instruments de conversion, et aux Français que nous sommes aussi de chasser les traîtres, qui fonctionnent en un système oligarchique qui s'appelle... République Française.

Posté le 5 juillet 2017 à 08h55 par Paula Corbulon | Lien permanent

04 juillet 2017

Le droit du sol arrive en Italie

Lu sur Boulevard Voltaire :

"Après avoir été votée par les députés, l’introduction du « droit du sol » dans la législation italienne est actuellement débattue au Sénat, alors que l’Italie subit une vague migratoire sans précédent depuis déjà plusieurs années, le chaos libyen ayant entraîné une transhumance massive d’individus subsahariens vers l’autre rive de la Méditerranée, via notamment Lampedusa. Chauffés à blanc, les élus de la Ligue du Nord ont déployé des banderoles « Stop à l’invasion » au Sénat, renforcés par une opinion publique semblant ne pas vouloir de cette réforme du Code de la nationalité.


Bagarre au sénat italien

Deux camps se sont formés : la droite s’oppose à la réforme, la gauche y est favorable et le Mouvement 5 étoiles prévoit de s’abstenir, ce qui équivaudrait presque à un rejet, eu égard aux équilibres électoraux que connaît la chambre basse transalpine. Depuis le 25 juin dernier, date du second tour des élections municipales partielles, la droite italienne semble ragaillardie. L’alliance entre Forza Italia et la Ligue du Nord, prometteuse sur le papier, se sera révélée concluante, permettant à la droite de remporter la victoire dans treize chefs-lieux, sur fond de lutte contre l’accueil des « migrants » qui est devenue le cheval de bataille du gouvernement de gauche au pouvoir.

Gênes, ville de gauche par excellence, a ainsi basculé, de même que Livourne, ancien bastion communiste.

C’est dans ce contexte politique tendu que Matteo Renzi essaye d’introduire le principe du « droit du sol », clairement étranger à l’habitus italien. Il faut dire que l’Italie est d’abord un pays d’émigrés – vers les États-Unis, la France, le Canada, l’Australie ou l’Allemagne – avant d’être un pays d’immigration. Déjà divisée en régions parfois antagonistes, au moins fort différentes, du Nord industriel au Sud plus anarchique, l’Italie n’a pas une tradition d’accueil, y compris d’étrangers proches. Le multiculturalisme récent, qu’on peut observer à Rome où des cohortes de « migrants » vivent d’expédients tels que la vente de contrefaçons ou la prostitution, ne va pas sans son lot de tensions.

Pour le Corriere della Sera, journal d’une droite modérée, voire centriste, les Italiens étaient de « braves gens, exempts de racisme, tant que les seuls étrangers étaient les touristes. Puis sont arrivées les migrations des vingt dernières années. Les dégâts de la crise économique et le terrorisme islamique en de si nombreux endroits d’Europe ont fait le reste. » D’autres journaux, comme Il Giornale, vont plus loin, dénonçant l’émergence d’une « Italafrique » et ces immigrés qui ne reconnaîtraient pas les « valeurs de liberté, d’égalité, et l’ensemble des droits inscrits dans la Constitution et enracinés dans la culture occidentale ».

La gauche, pour justifier son projet, qui entraînerait la naturalisation automatique d’au moins 800.000 étrangers, quand l’Italie est déjà le pays à accorder le plus facilement sa nationalité en Europe, sans ius soli, joue la petite musique de chambre de l’humanisme, de l’ouverture, et réduit la portée de la loi à une simple régularisation de situations tangentes… Pourtant, après le scandale des ONG mafieuses complices des passeurs, une telle loi donnerait un signal dramatique aux candidats au départ, encouragés à vite s’installer en Italie. Une situation problématique pour la France, l’espace Schengen leur donnant automatiquement la possibilité de circuler librement…"

Posté le 4 juillet 2017 à 19h20 par Michel Janva | Lien permanent

03 juillet 2017

"De toute façon un jour, tout ça ce sera à nous"

Mgr Ravel, le courageux archevêque de Strasbourg, rapproche dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, l'avortement et l'immigration musulmane :

Capture d’écran 2017-07-03 à 21.44.16

Posté le 3 juillet 2017 à 21h46 par Michel Janva | Lien permanent

Jarosław Kaczyński (Pologne) refuse l’accueil d'immigrants

Jarosław Kaczyński (Président du parti polonais « Droit et justice » PiS) refuse l’accueil de migrants :

« Nous n’avons pas exploité les pays d’origine de ces réfugiés qui viennent en Europe ces jours-ci. Nous n’avons pas exploité leur main d’oeuvre, et nous ne leur avons pas demandé de venir en Europe. Nous avons le plein droit moral de dire NON ».

Posté le 3 juillet 2017 à 08h28 par Michel Janva | Lien permanent

Le FN et le Grand Remplacement

De Karim Ouchikh, président du SIEL :

"Tout s'éclaire pour moi depuis peu. Sur les réseaux sociaux, Jean Messiha (coordinateur du projet présidentiel de Marine Le Pen et un des principaux économistes du FN) évoque de plus en plus la question du "remplacement de peuples" en France et en Europe. Julien Sanchez (maire de Beaucaire, Conseiller régional) en a fait de même voici peu, en des termes comparables. Les propos inédits de ces deux dignitaires frontistes n'ont pas été réprouvés officiellement depuis, ni par la direction nationale du FN, ni par Florian Philippot et ses cerbères, en tout cas pas à ma connaissance. Or, au FN, l'absence de démenti vaut approbation tacite, surtout sur des sujets de cette importance.

Une stratégie nouvelle se met en réalité subrepticement en place à Nanterre. Marine Le Pen se rend compte qu'il est vain de contester la réalité du grand remplacement, largement comprise par ses adhérents et aussi bien acceptée par ses électeurs. Je suis témoin des efforts constants de la chef file du FN et de ses principaux lieutenants visant à traquer par le passé toute tentative de placer au coeur du discours frontiste ce thème si considérable développé depuis des années par le SIEL à la suite de Renaud Camus. Fidèle à une conception chevènementiste de la question migratoire, qui tend à ignorer la dimension ethnico-culturelle de ce phénomène historique, elle a tout fait en effet pour bannir ce débat dans la réflexion politique comme dans le vocabulaire du FN. Sans succès à l'évidence, tant ce sujet de société épouse de très près les angoisses identitaires contemporaines de nos compatriotes...

Pour sortir de cette impasse politique, une seule issue pour elle : le rétropédalage inavouable. Dans cette approche "subtile", il s'agit de donner le change aux Français en s'appropriant habilement la thématique du remplacement des peuples, conséquence directe du chaos migratoire, sans pour autant exploiter explicitement le vocabulaire de Renaud Camus. En d'autres termes, piller le diagnostic du célèbre écrivain mais en continuant à répudier ostensiblement la terminologie de ce dernier, qui sera plus que jamais jugée (pour la galerie) "complotiste".

Résultat de ce tour de passe-passe sémantique qui va s'installer progressivement dans les esprits ces prochaines semaines : le néo-FN voudra nous faire croire que le constat du remplacement de peuples a toujours été une réalité dramatique méthodiquement combattue dans son action politique... tout en gardant ses distances avec un essayiste jugé sulfureux par la bien-pensance. En d'autres termes, se renier idéologiquement, sans que cela ne se repère trop...Stratégie-de-dédiabolisation, quand tu nous tiens !

En acclimatant ainsi ce glissement sémantique, Jean Messiha et Julien Sanchez, - et bien d'autres à venir -, ne sont rien d'autres au fond que les émissaires de Marine Le Pen, chargés d'habituer progressivement les médias et l'opinion publique au retournement à venir de la ligne politique du FN sur la question du changement de peuples qui est à l'œuvre sur notre continent. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ! Et que de temps perdu, même si je ne néglige aucunement les arrières pensées politiciennes d'une direction nationale du FN déterminée à contenir, à neuf mois du prochain congrès, le vent de fronde des militants que je sens monter partout dans les rangs frontistes, au lendemain des échecs cuisants des élections présidentielle et des législatives.

En définitive, s'agit-il pour Marine Le Pen :
-"d'enfumer" les adhérents du FN en les manipulant habilement, tout en conservant intacte, "in pectore", la doctrine initiale du front sur ce sujet de civilisation,
-ou bien, nécessité faisant loi, d'amorcer sincèrement une refondation idéologique en la matière ?
Pour l'heure, je n'ai pas encore définitivement tranché la question."

Posté le 3 juillet 2017 à 08h07 par Michel Janva | Lien permanent

Des combattants de Boko Haram se font passer pour des réfugiés

Selon l'AFP, des combattants du groupe jihadiste Boko Haram ont été découverts parmi des réfugiés qui venaient de passer du Cameroun au Nigeria. Selon Ahmed Satomi, chef du Borno State Emergency Management Agency,

"au moins neuf insurgés de Boko Haram et 100 complices ont été trouvés parmi 920 réfugiés nigérians qui sont revenus mercredi de Marwa (Cameroun)". "Ils ont été arrêtés pendant des vérifications par le personnel de sécurité sur les personnes qui revenaient à la ville-frontière (nigériane) de Banki."

Selon l'ONU (par l'UNHCR), 10,1% des migrants arrivés par la Méditerranée depuis le 1/1/2017 sont des Nigérians.

Posté le 3 juillet 2017 à 08h04 par Michel Janva | Lien permanent

Rixes entre Éthiopiens et Érythréens dans un quartier de Calais

Une rixe a éclaté entre une centaine de migrants africains à Calais, faisant plusieurs blessés. Des images ont émergé sur les réseaux sociaux, témoignant du chaos de la scène. 

Posté le 3 juillet 2017 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

02 juillet 2017

Cardinal Turkson : "fermer le robinet" de l'immigration en provenance d'Afrique

Profile.reutLe cardinal ghanéen Peter Turkson juge souhaitable de "fermer le robinet" de l'immigration en provenance d'Afrique et de se concentrer sur les pays d'origine des migrants. Interrogé sur la menace de l'Italie de bloquer l'entrée de ses ports aux bateaux transportant des migrants secourus en Méditerranée faute de solidarité européenne, il a estimé que "le reste de l'Europe ne joue pas son rôle". Mais selon le cardinal, "la décision des Italiens est interne à l'Europe" et "on ne peut pas s'occuper de ces questions seulement en Europe".

"Le grand problème est de traiter cette question à la source par l'angle du développement, faire en sorte que les gens n'arrivent plus ainsi en Europe".

"C'est comme un robinet avec l'eau qui s'écoule: il ne faut pas juste sécher, mais fermer le robinet".

La grande majorité des pays africains ne sont pas des zones de guerre d'où les populations doivent absolument fuir.

"A mon avis, on peut changer les choses, maintenir les jeunes sur place".

Posté le 2 juillet 2017 à 20h21 par Michel Janva | Lien permanent

27 juin 2017

Le Grand Remplacement a bien lieu, plus personne ne le nie

Renaud Camus est interrogé sur Boulevard Voltaire suite à son invitation sur France Culture face à Hervé Le Bras:

"Lui et moi sommes d’accord, au fond : le Grand Remplacement a bien lieu, plus personne ne le nie. La seule différence est que, pour ma part, il me désespère, tandis qu’Hervé Le Bras s’en réjouit, ou bien le considère avec indifférence, du point de vue de Sirius.

Cette intervention sur France Culture est elle, pour vous, le signe que la parole commence à se libérer sur le sujet ?

Hélas, cher Boulevard Voltaire, vous et moi avons cru si souvent que la parole commençait à se libérer, et nous avons été si souvent déçus… La Vérité sort peut-être de son puits, mais force est de reconnaître qu’elle y met le temps… Il y a des avancées, certes, et Boulevard Voltaire en est une, essentielle. Mais dans le même temps, le pouvoir aussi se renforce, calfeutre toutes les issues et accentue la répression : voyez tous les procès dont nous sommes accablés. Par pouvoir, j’entends le remplacisme, celui qui veut et qui promeut et qui impose le Grand Remplacement. Mais je parle aussi volontiers de remplacisme global, car je crois que le trait essentiel de la modernité postmoderne, si l’on peut dire, est le remplacement, la substitution : de l’original par le simili, de l’indigène par l’allogène, du réel par le fauxel, du vrai par le faux, du journalisme par l’info, de la littérature par le journalisme, de l’expérience de vivre par la sociologie, du regard par la statistique, de la lettre par le chiffre, des philosophes par les intellectuels, du malheur par la cellule psychologique, de la perte par le travail du deuil, de la mort par la disparition, du monde sensible par le site touristique, de Venise par Las Vegas, de Paris par Euro Disney, de la culture par le divertissement, de la pierre par le siporex, de la campagne par la banlieue, des Français par les « Français », des mères par les mères porteuses, de l’homme par la femme, de l’homme par l’homme, de l’homme par les robots, de l’homme par les tuyaux, de l’humanité par la Matière Humaine Indifférenciée (MHI).

On me demande souvent de résumer d’un mot ce que j’entends par remplacisme global et maintenant, par chance, je le puis : Macron. Emmanuel Macron est au carrefour exact des deux généalogies qui font cette idéologie : le second antiracisme, celui pour lequel il n’y pas de races, donc il faut les supprimer (par le métissage) ; et le financiarisme bancaire, celui où convergent les grands intérêts et la normalisation post-industrielle, l’hyperclasse hors-sol et Frederick Taylor, via l’effroyable Henry Ford. Ford, antisémite et pro-nazi, comme par hasard, avait eu l’idée de génie de vendre ses produits à ceux qui les produisaient. Le remplacisme global va plus loin et fait de l’homme même un produit, une matière, la MHI. Les malheureux migrants ne sont pas des réfugiés sauvés des eaux, ce sont des producteurs-produits-consommateurs livrés et réceptionnés en mer. Pour le remplacisme global, le naufrage est devenu un moyen de transport comme un autre.

Le point faible de ce mécanisme monstrueux, c’est qu’il a pour principe et pour point nodal le faux, le simili, l’imitation, le toc, la camelote, le low cost (dont il essaie bien sûr, non sans succès, de faire la norme, d’où la prolétarisation générale). Tombant par chance au bon endroit, un éclair de vérité pourrait faire s’effondrer d’un coup ce simili-monde, cette banlieue de l’être, comme avant lui l’univers soviétique, autre totalitarisme bâti sur le mensonge (mais moins habile, moins riche et moins séduisant)."

Posté le 27 juin 2017 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Immigration

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Immigration