22 octobre 2014

Un député demande une enquête contre l'Australie pour "crimes contre l'humanité"

Les immigrants se voient refuser toute possibilité de s'installer en Australie, même si l'instruction de leur dossier aboutit à la reconnaissance du statut de réfugié. La politique d'immigration de l'Australie vise essentiellement à décourager les passeurs et les candidats à l'immigration. (20 minutes)

"Les immigrants se voient refuser toute possibilité de s'installer en Australie, même si l'instruction de leur dossier aboutit à la reconnaissance du statut de réfugié. Ils ont le choix de rester dans les camps des îles du Pacifique ou de rentrer chez eux."[...]

Mais un député interpelle la Cour pénale internationale au sujet de ce qu'il appelle un "crime contre l'humanité" :

"Un député indépendant a annoncé ce mercredi qu'il avait demandé à la Cour pénale internationale (CPI) d'enquêter sur la politique d'immigration très restrictive menée par l'Australie qu'il accuse de «crimes contre l'humanité».

Andrew Wilkie a expliqué avoir pris sa décision après avoir tenté en vain depuis des années d'obtenir de Canberra un changement de politique. Il a demandé par lettre à la CPI d'ouvrir une enquête «sur les crimes contre l'humanité perpétrés par les membres du gouvernement australiens contre les personnes qui arrivent dans les eaux australiennes pour rechercher l'asile».

[...] Le ministre de l'Immigration Scott Morrison a rétorqué que l'Australie respectait le droit international. «Le gouvernement ne se laissera pas intimider par des personnes à la recherche d'attention qui demandent le retour à des politiques coûteuses à l'origine de tragédies et de chaos à nos frontières.»"

Posté le 22 octobre 2014 à 16h37 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

Ville de Paris : un budget de 95 millions d’euros pour deux mille jeunes clandestins

Une quinzaine de jeunes migrants soutenus par les syndicats lycéens seront pris en charge par la Ville de Paris.

4510113_7_548b_une-quinzaine-de-jeunes-migrants-soutenus-par_859bd49b256f9e7b617b36b68a2649e1

"La Mairie de Paris fait, elle, valoir ses efforts : 95 millions d’euros en 2014 (contre 35 millions d’euros en 2008) sont consacrés à la prise en charge de deux mille jeunes, dont sept cents sont majeurs et bénéficient d’un contrat « Jeune majeur », à condition qu’ils suivent avec sérieux leur scolarité."

Le Monde :

"Une délégation de quatre personnes a été reçue par Dominique Versini, maire adjointe chargée, entre autres, de la lutte contre l’exclusion : « On ne va pas les laisser tomber, on ne se défausse pas », a-t-elle confirmé, remarquant cependant que « ces jeunes ne sont pas mineurs, en tout cas ont-ils été déclarés majeurs à la suite d’une décision de justice et sur la foi d’une expertise médicale. Il y a, certes, des marges d’erreur, notamment entre 17 et 19 ans,mais les juges ne prennent en compte que la fourchette basse de l’estimation de leur âge. La Mairie ou, plus précisément, le département de Paris, n’a donc pas d’obligation à prendre en charge les majeurs, car cela incombe à l’Etat »[...]

Cette solution, bienvenue pour la quinzaine de lycéens soutenus par la FIDL, n’épuise pourtant pas le problème de l’afflux soudain de ces jeunes, accru depuis trois ou quatre ans. Venus du Sénégal, du Cameroun, du Mali, ils débarquent, après un incroyable périple, en Ile-de-France sans un sou ni un contact.

Ils vont frapper à la porte de la permanence d’accueil et d’orientation des mineurs isolés étrangers (Paomié), confiée à France terre d’asile, qui examine leurs papiers, écoute leur récit, juge s’il s’agit bien de « mineurs isolés » et, selon le Défenseur des droits, rejette l’aide sociale dans un cas sur deux : « C’est une véritable moulinette à exclure, alors que leur devoir serait d’abord de protéger ces jeunes qui, laissés à la rue, risquent de commettre des vols, de se prostituer… », plaide Sylvie Bord, de l’Adjié, qui évalue à entre six cents et sept cents le nombre de ces jeunes en errance."[...]

On remarque au passage la menace plus ou moins masquée : si on ne s'occupe pas de ces "jeunes", ils risquent de sombrer dans la délinquance. Le sous-entendu est un peu cousu de fil blanc.

Pas un mot en revanche sur les raisons de la présence de mineurs étrangers et sans parents sur notre sol et sur les moyens mis en oeuvre pour faire cesser cet afflux.

Pas un mot non plus sur l'origine des fonds qui permettent la prise en charge de l'hébergement et de la formation de cette jeunesse étrangère. "La Mairie de Paris fait valoir ses efforts"; Madame Hidalgo veut-elle une médaille ? Ce sont les Parisiens qui paient, et au-delà, tous les Français, pour fournir à de jeunes étrangers ce que l'on refuse à leurs propres enfants en diminuant de façon drastique leurs allocations familiales. Et ces "jeunes" vont se retrouver d'ici peu sur notre marché du travail déjà plombé...

Posté le 22 octobre 2014 à 15h48 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (20)

18 octobre 2014

Migrations : le livre que les nuls de la presse n'ont pas lu

Consultant international sur l'Afrique et les migrations, docteur en sciences de l'information et de la communication, Jean-Paul Gourévitch vient de publier un ouvrage qui a reçu un accueil polémique par la presse. Et pour cause, il vient de signer dans la collection “Pour les nuls”, qui vise le grand public sans rien lâcher sur l’exigence scientifique, une somme sur Les Migrations. Jean-Paul Gourévitch répond à L'Action française 2000 :

"Vous et votre éditeur avez été victimes d’une tentative de déstabilisation. Pourquoi, alors que vous êtes un spécialiste internationalement reconnu de la question ?

NComme il était difficile de s’en prendre à l’ouvrage, on a cherché à diaboliser l’auteur, et ainsi à discréditer à la fois le propos et la collection. Tout est parti d’un seul article très “militant” d’une journaliste de l’AFP, repris in extenso le jour même et le lendemain par cinquante et un journaux parmi les plus célèbres qui n’ont ni consulté l’ouvrage, ni interrogé l’auteur ou l’éditeur. Cela peut laisser rêveur sur la déontologie d’une certaine presse qui, pourtant, ne se fait pas faute de donner des leçons. Quand mon avocat et moi-même avons demandé à l’AFP comment elle comptait réparer le préjudice subi, l’Agence a répondu qu’elle ne voyait pas où se trouvait ce préjudice. Pourtant, dix millions de lecteurs de cette presse ont bien été “informés” qu’il s’agissait d’un ouvrage écrit par un auteur “très à droite” donc suspect. La preuve : ses thèses avaient été citées par le Front national, et des sommités de gauche et d’extrême gauche, les seules interrogées par la journaliste, en contestaient la teneur. Pourtant, aucune n’avait lu l’ouvrage, puisqu’il était sorti le jour même et qu’elles n’avaient pas reçu de service de presse. Bien entendu, on s’attardait sur les événements organisés par la droite ou l’extrême droite au cours desquels l’auteur avait donné des conférences, en oubliant ceux organisés par la gauche ou l’extrême gauche au cours desquels il était également intervenu, voire en niant qu’ils aient existé, alors qu’ils sont parfaitement consultables sur Internet et ont donné lieu à des publications. On en est même venu à contester ma qualité de consultant international sur l’Afrique et les migrations. Pourtant, en vingt-cinq ans de carrière dans ce domaine, j’ai fait plus de trente-cinq missions, dont certaines ont duré des mois, voire des années, notamment en Afrique, pour des organismes aussi divers que l’Unesco, l’Union européenne, Le ministère des Affaires étrangères, la Banque mondiale, des ONG ou des cabinets d’expertise. Et mon rapport sur les migrations subsahariennes a été voté par le Conseil de l’Europe à l’unanimité (moins deux abstentions), ce qui n’est quand même pas courant. On ne peut résister seul à cette lapidation organisée. J’ai obtenu des droits de réponse de la part de trois journaux qui en avaient rajouté jusqu’à la diffamation. Mais je constate avec amertume que, dans un pays profondément divisé où l’opinion publique n’est plus en phase avec ses représentants, il est difficile, sur un sujet sensible et qui pourtant concerne son présent et son avenir, de porter une parole documentée, indépendante, aussi impartiale que possible, qui donne les sources de ses données et explicite sa démarche."

Posté le 18 octobre 2014 à 10h07 par Michel Janva | Lien permanent

17 octobre 2014

Mariages mixtes : Libération soutient Eric Zemmour

Concernant le nombre de mariages mixtes en France, Libération démontre que Zemmour dit la vérité, et que les "décodeurs" du Monde se trompent (volontairement ?). Seul Zemmour compte TOUS les mariages mixtes, y compris ceux qui ont lieu hors de France. Le Monde "oublie" de les compter, alors que ces mariages sont autant valables que ceux qui ont lieu sur le territoire.

Lundi, sur BFM TV, le polémiste déclare :

«Vous savez qu’aujourd’hui, un tiers des mariages sont avec des étrangers qui deviennent français - 90 000 sur 270 000 si mes chiffres sont exacts».

Les Décodeurs du Monde épinglent la déclaration. Vite suivis par BFMTV dès le lendemain matin, puis 20 minutes. C’est enfin France 2 (lors du JT de mardi) qui s’y colle et donne les mêmes chiffres : selon l’Insee, le nombre de mariages mixtes en France avoisine les 12%. Loin du tiers cité par Zemmour.

L’explication du grand écart tient au fait que les chiffres de l’Insee sur lesquels Le Monde, puis 20 minutes et France 2 se sont basés ne comptabilisent que les mariages célébrés en France et font l’impasse sur les mariages de ressortissants français consacrés à l’étranger. Or, en 2012, plus de 50 000 unions célébrées à l’étranger (dont une écrasante majorité de mariages mixtes) ont été transcrites dans l’état civil français, soit davantage que les unions mixtes célébrées en France (32 000).

Posté le 17 octobre 2014 à 07h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

13 octobre 2014

Immigration : l'exode s'accélère

Pas moins de 100 000 étrangers en situation irrégulière sont passés en France, à la fin du mois, via la frontière italienne. De 67 000 demandeurs d'asile en France l'an dernier, ce chiffre pourrait bien avoisiner cette année les 80 000 cette année.

Posté le 13 octobre 2014 à 07h47 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

08 octobre 2014

Les migrants de Calais, un peu trop "chouchoutés"

Lu dans Le Figaro :

"Voilà des mois que l'association Salam distribue chaque soir au moins 700 repas aux migrants de Calais. Mais l'opération a tourné court lundi soir, quand quelques migrants ont refusé de manger le plat qu'ils estimaient pas assez épicé. «Des ‘meneurs' ont voulu faire un coup de force. Mais on leur a montré que ce comportement n'avait pas sa place sur le lieu de distribution, qui est un lieu de paix», explique au Figaro Jean-Claude Lenoir, président de l'association Salam qui vient en aide aux migrants. «C'était certes pas très épicé, mais ce n'est pas une raison pour refuser de manger et gâcher toute cette nourriture. C'est inacceptable», poursuit-il. Le repas chaud de lundi soir comprenait de la viande, des légumes et du riz assaisonné de jus de citron frais, avec du pain et une banane. «Habituellement, on met un tas d'épices qui coûtent très cher, mais ils doivent garder les pieds sur terre. Beaucoup de Calaisiens ne mangent pas aussi bien tous les jours», estime Jean-Claude Lenoir. «Je trouve qu'ils sont tout de même un peu trop chouchoutés par moment.»"

Entre 1400 et 1500 migrants clandestins, essentiellement des Erythréens et des Soudanais se trouvent actuellement à Calais dans l'espoir de passer en Grande Bretagne.

Posté le 8 octobre 2014 à 11h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

03 octobre 2014

"Je suis gêné de voir des matchs où l’équipe ne compte pas un seul français"

Non, ce n'est pas la dernière phrase de Jean-Marie Le Pen. C'est du secrétaire d’Etat aux Sports, Thierry Braillard :

«Je suis gêné de voir des matchs où l’équipe ne compte pas un seul français! Ce n’est pas une opinion franchouillarde. Mais à quoi servent les centres de formation si nos jeunes ont l’horizon bouché et partent à l’étranger? Quoi qu’il en soit, le PSG c’est du très beau football.»

Posté le 3 octobre 2014 à 07h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

02 octobre 2014

Des filières d'immigration pour profiter de l'Aide Médicale d'Etat

Le ministre de la Santé Marisol Touraine l’a reconnu devant les sénateurs en début de mois: des étrangers s’organisent par réseaux et filières afin de se faire soigner gratuitement en France et de profiter du système de protection sociale. Des fraudes qui coûtent chères au contribuable. Le Parisien publie aujourd'hui une enquête sur le sujet.

Devant une Commission du Sénat, elle a déclaré :

«C'est incontestable, nous avons constaté en 2013 un fort dépassement par rapport à l'objectif de ces dépenses puisque nous avions prévu une dépense de 588 millions d'euros et que les dépenses constatées seront à l'arrivée de 744 millions d'euros».

L’AME, ou Aide Médicale d’Etat, est destinée aux étrangers en situation clandestine. Marisol Touraine a indiqué sa «préoccupation» face à

«des filières de personnes étrangères venant se faire soigner dans certains hôpitaux français (…) cela amène à la nécessité d'enclencher très rapidement un travail diplomatique de coopération internationale avec les pays d'origine».

Posté le 2 octobre 2014 à 12h30 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

01 octobre 2014

Le déficit public n'est pas assez important

Les crédits alloués à l'aide médicale d'Etat, dispositif qui permet de prendre en charge les soins des étrangers clandestins, seront augmentés de 73 millions d'euros en 2015, selon le projet de loi de financement présenté aujourd'hui.

Et ce, en raison d'une augmentation du nombre des bénéficiaires.

Posté le 1 octobre 2014 à 15h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

24 septembre 2014

Aucun pays ne peut affronter seul les difficultés liées aux migrations

Hier a été publié le message du pape François pour la journée mondiale des migrants et des réfugiés, intitulé "L’Église sans frontières, mère de tous". Extrait :

"Les mouvements migratoires ont cependant pris de telles dimensions que seule une collaboration systématique et effective, impliquant les États et les Organisations internationales, peut être en mesure de les réguler efficacement et de les gérer. En effet, les migrations interpellent chacun, non seulement à cause de l’ampleur du phénomène, mais encore « des problématiques sociale, économique, politique, culturelle et religieuse qu’il soulève, et à cause des défis dramatiques qu’il lance aux communautés nationales et à la communauté internationale» (Benoît XVI, Lett. Enc. Caritas in veritate, 29 juin 2009, n. 62).

Dans l’agenda international, trouvent place de fréquents débats sur l’opportunité, sur les méthodes et sur les règlementations pour affronter le phénomène des migrations. Il y a des organismes et des institutions, aux niveaux international, national et local, qui mettent leur travail et leur énergie au service de ceux qui cherchent par l’émigration une vie meilleure. Malgré leurs généreux et louables efforts, une action plus incisive et efficace est nécessaire, qui s’appuie sur un réseau universel de collaboration, fondé sur la défense de la dignité et de la centralité de chaque personne humaine. De cette manière, la lutte contre le honteux et criminel trafic d’êtres humains, contre la violation des droits fondamentaux, contre toutes les formes de violence, d’oppression et d’esclavage sera plus incisive. Travailler ensemble, cependant, exige réciprocité et synergie, avec disponibilité et confiance, étant entendu qu’« aucun pays ne peut affronter seul les difficultés liées à ce phénomène, qui est si vaste qu’il concerne désormais tous les continents dans le double mouvement d’immigration et d’émigration» (Message pour la Journée Mondiale des Migrants et des Réfugiés 2014).

À la mondialisation du phénomène migratoire, il faut répondre par la mondialisation de la charité et de la coopération, de manière à humaniser les conditions des migrants. En même temps, il faut intensifier les efforts pour créer les conditions aptes à garantir une diminution progressive des causes qui poussent des peuples entiers à laisser leur terre natale, en raison de guerres et de famines, l’une provoquant souvent l’autre.

À la solidarité envers les migrants et les réfugiés, il faut joindre le courage et la créativité nécessaires pour développer au niveau mondial un ordre économico-financier plus juste et équitable uni à un engagement croissant en faveur de la paix, condition indispensable de tout progrès authentique."

Posté le 24 septembre 2014 à 15h23 par Michel Janva | Lien permanent

23 septembre 2014

L'Autriche demande à suspendre les accords de Schengen

Lu ici :

"L'Autriche renvoie actuellement en Italie environ 30 migrants par jour. Les policiers dénoncent : " Au Brenner, la situation devient insoutenable":

L'opération Mare Nostrum et la gestion de l'immigration de la part de l'Italie n'exaspère pas seulement les syndics et gouverneurs italiens. L'Autriche aussi n'en peut plus de voir ce qui se passe à ses frontières. A tel point que le gouvernement autrichien est en pourparlers avec Bruxelles pour suspendre temporairement les accords de Schengen et de réintroduire des contrôles le long de la frontière avec l'Italie. Vienne a fait savoir qu'en 2014 il y a déjà eu 4'700 migrants arrêtés dans le pays et pratiquement tous renvoyés en Italie (une moyenne de 30 personnes par jour). Parmi les personnes arrêtées, seules 300 ont demandé l'asile politique en Autriche.

Le ministre de l'Intérieur Johanna Mikl-Leitner et les  gouverneurs de Salzbourg, Burgenland, de la Basse et Haute Autriche n'excluent pas la réintroduction de contrôles aux frontières (...)"

Posté le 23 septembre 2014 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent

19 septembre 2014

Gad : les illettrés seraient-ils d'origine étrangère ?

Le diagnostic du ministre Macron passe sans doute à côté des causes réelles. Mais comme le dit Yves Daoudal, il vaut mieux être maladroit que raciste... :

"On a pu entendre le délégué FO bafouiller qu’il pouvait y avoir un problème d’illettrisme « pour certains salariés, notamment d'origine étrangère ». Si l’on cherche un peu, on trouve ceci, par exemple :

« Une forte proportion d’ouvriers d’origine étrangère chez Gad aurait aussi pesé sur l’état d’esprit ambiant, chacun demeurant dans l’entre-soi.On ne peut rien leur dire sans être traité de raciste, s’emporte Fabienne. J’ai été harcelée pour faire le ramadan ! Il y a aussi un racisme anti-Blancs.” »
C’était sur le site de Libération, le 28 octobre 2013."

Posté le 19 septembre 2014 à 07h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

15 septembre 2014

« Moi je conseille aux Africains de rester chez eux »

A Lampedusa (Sicile), un immigré clandestin malien, venu via la Libye, est désabusé :

« Moi je conseille aux Africains de rester chez eux et de continuer à espérer et à travailler en Afrique ». «La vraie face de l’Europe ne se dit pas en Afrique. Nous ne voyons que les bons coté à la télévision, la belle vie… », « ma famille ne me croit vraiment pas quand je leur raconte la vraie Europe. » « En Afrique je n’avais pas de boulot fixe mais j’avais la famille ». « Mon vrai pays, mon coeur, mon bonheur, c’est là bas, en Afrique. »

Posté le 15 septembre 2014 à 07h07 par Michel Janva | Lien permanent

11 septembre 2014

Le droit de vote des étrangers c'est maintenant

Ne pouvant introduire le droit de vote des étrangers, puisqu'il faut une révision constitutionnelle, ce qui nécessite l'accord de 3/5e des parlementaires, le PS a décidé de biaiser, via la naturalisation des étrangers.

Selon un amendement au projet de loi sur le vieillissement, déposé par le rapporteur du texte, le député PS de Charente, Martine Pinville, les personnes âgées de 65 ans au moins, résidant régulièrement et habituellement en France depuis au moins 25 ans et qui sont les ascendants directs d'un ressortissant français, pourront demander leyr naturalisation. Cela concerne au moins plusieurs milliers de personnes, mais comme il n'y a eu aucune étude d'impact, cela pourrait concerner beaucoup plus de monde.

Concrètement, les étrangers concernés n'auraient plus qu'à déposer un dossier au préfet de leur département attestant qu'ils réunissent les conditions fixées par la future loi. Et l'administration entérinerait. Et le PS espère retrouver ces naturalisés parmi ses électeurs, aujourd'hui défaillants.

On a compté 70 000 naturalisations l'an dernier. Cet amendement a été adopté hier à l'unanimité (article 28 bis).

Posté le 11 septembre 2014 à 14h39 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

03 septembre 2014

Est-ce raciste de dire que NVB est marocaine et musulmane ?

Extrait de l'article de Minute sur Najat Vallaud-Belkacem, qui fait déjà du bruit :

M"Pour Najat Vallaud-Belkacem, le parcours semble impeccable. Née en 1977 dans un village du Rif marocain, deuxième d’une famille de sept enfants, elle est venue s’installer en France en 1982 pour y rejoindre avec sa famille son père, ouvrier dans le bâtiment, et s’est engagée au PS en 2002 après la qualification de Jean-Marie Le Pen pour le second tour de la présidentielle. Volant de promotion en promotion au sein de la gauche française et des institutions républicaines, la jeune femme se définissait elle-même en avril 2014 dans « La Voix du Nord » comme un « pur produit de la République », exemple d’« intégration heureuse » mais refusant d’être « la caution de la diversité ». Pourtant, dans le même article, elle continuait ainsi : « Que je le veuille ou non, j’ai une responsabilité particulière, avec trois caractéristiques trop rares en politique, à la fois jeune, issue de l’immigration et femme. » [...]

Et s’il y a une identité que Najat Vallaud-Belkacem assume assez bien, c’est sa double nationalité franco-marocaine. Ainsi en 2009, lors d’un « nouvel an berbère » à l’hôtel de ville de Lyon, dans une intervention filmée, elle déclarait très clairement : « J’appartiens à cette culture depuis ma naissance, que j’ai beau avoir changé de pays, m’être installée en France, c’est une culture à laquelle je suis extrêmement attachée, un pays auquel je tiens beaucoup. » On notera la nuance : Najat est « installée » en France mais « appartient » à sa culture berbère marocaine… Et lorsque, en conclusion, le journaliste l’interrogeant lui demande : « Bientôt les Berbères à l’Elysée ? », celle-ci, rigolarde, lui répond : « Inch Allah ». Et oui ! S’il y a bien une spécificité Vallaud-Belkacem, c’est qu’elle est la première musulmane à être ministre de l’Education nationale ! Une musulmane non pratiquante mais de tradition, ce qui ne manque pas de sel pour une femme de gauche : « Je suis croyante. Musulmane par héritage en quelque sorte. C’est une histoire de culture, de tradition, de racines… », déclarait-elle à « La Vie » en mars 2013, ajoutant : « Je n’ai pas réinterrogé cela. Je n’ai pas été une pratiquante régulière. Quand j’étais plus jeune, je me tournais vers Dieu pour l’appeler à l’aide quand un ami était gravement malade ou, plus prosaïquement, pour qu’il m’aide à réussir un examen… » Et quand des musulmans demanderont des aménagements du rythme scolaire durant la période du ramadan, elle sollicitera à nouveau le point de vue d’Allah ?"

Et celui qui dit que je suis Français et catholique est-il aussi un raciste ?

Posté le 3 septembre 2014 à 07h21 par Michel Janva | Lien permanent

02 septembre 2014

"La France ne peut pas accueillir tout le monde"

Michèle Tribalat, qui a mené des recherches sur les questions de l'immigration en France, répond au Figarovox :

"Bernard Cazeneuve, interrogé sur la question migratoire, a répondu qu'il était «agacé par une gauche de posture, qui manque de maturité et qui ne raisonne pas en termes d'efficacité. On peut brandir les grands principes, mais la France ne peut pas accueillir tout le monde». En tant que démographe, cette déclaration vous paraît-elle légitime?

Franchement, il n'est pas nécessaire d'être démographe pour approuver une déclaration de bon sens. Le seul problème réside ici dans le flou de l'expression «tout le monde». Le monde entier ne se précipite pas à nos portes. On est donc conduit à comprendre que la France ne peut pas accueillir tous ceux qui souhaitent y venir, ce qui suppose de dire non à certains d'entre eux. Ce gouvernement, comme d'autres avant lui, doit composer avec des contraintes contradictoires, dont une impatience et même une hostilité de l'opinion publique vis-à-vis de l'immigration étrangère, aggravée en temps de crise, et une mobilisation de politiques, d'intellectuels et d'associations au nom des droits de l'homme.

Nos engagements en matière de droits de l'homme nous obligent à accorder des droits étendus aux étrangers qui limitent grandement ce que peuvent faire les gouvernements. Ces engagements réduisent la marge de manœuvre des pays aussi bien dans que hors Schengen. En outre, bien des aspects de la politique migratoire ont été communautarisés. La Cour de justice européenne veille au respect des directives européennes que nous avons acceptées. La prochaine loi sur l'immigration comporte d'ailleurs un volet sur l'asile qui transpose des directives européennes de 2013. L'immigration étrangère étant désormais fondée sur des droits, toute volonté de la réduire passe par le durcissement des conditions d'exercice de ces droits, sous la surveillance des Cours de justice internes et européennes mais aussi des associations mobilisées en faveur des droits de migrants. Le gouvernement actuel du Royaume-Uni, hors Schengen et non soumis à la plupart des directives européennes sur le sujet, s'est engagé à réduire considérablement l'immigration, ce qu'il n'a pas réussi à faire. Pour l'instant, l'hostilité qui accueille le plan européen proposé par Bernard Cazeneuve concerne surtout le renforcement de Frontex. Attendons-nous à une fronde plus étendue quand l'Assemblée nationale va débattre du prochain projet de loi sur l'entrée et le séjour des étrangers. La mesure qui vise à introduire un titre de séjour d'une durée intermédiaire entre la carte de résident de 10 ans et le titre de séjour d'un an (ou le visa de long séjour valant titre de séjour d'un an) va se trouver prise dans la contradiction évoquée plus haut: jugée laxiste et incitative par une opinion publique exaspérée et probablement par la droite aussi et conspuée par des politiques et des militants de gauche qui ne souhaitent pas, même pour des raisons pragmatiques (accueil décent en préfecture et désengorgement des files d'attente), que l'on revienne sur l'élimination des titres de séjour de durée intermédiaire, consacrée par la loi de 1984. [...]

Le poids démographique de l'immigration reste souvent un impensé politique dont profite depuis 30 ans le Front National. Comment expliquez-vous cet aveuglement?

L'impensé est facilité par le désordre statistique qui favorise l'usage de tel ou tel indicateur, choisi en fonction de ses propres partis pris. Si vous voulez montrer l'inanité des inquiétudes des Français à l'égard de l'immigration vous aurez recours au solde migratoire global de la France, positif mais très faible parce que le départ de plus en plus massif de jeunes Français masque, en partie, l'arrivée conséquente d'étrangers. [...]"

Posté le 2 septembre 2014 à 21h18 par Michel Janva | Lien permanent

31 août 2014

Voilà ce qui nous attend

Extraits du discours de Manuel Valls à La Rochelle :

V

Posté le 31 août 2014 à 15h23 par Michel Janva | Lien permanent

21 août 2014

Une population peut être chassée ou se voir remplacée par une autre

Extrait du discours prononcé par le Général Lalanne-Berdouticq (ancien commandant du 3ème REI (Régiment Étranger d’Infanterie) et ancien chef du BDL (Bureau De Liaison) de la FINUL (Force Intérimaire des Nations Unies au Liban), lors de la clôture d'une récente session de l'IHEDN :

"Méfions-nous du prêt à penser. Il est presque toujours faux et ordonné à des fins peu recommandables.

Non le Kosovo n’est pas meilleur après la campagne qu’y ont conduite les alliés en 1999, montée suite à une incroyable guerre d’intoxication médiatique diabolisant les Serbes et présentant les Albanophones comme des anges persécutés…

Il en résulta la fondation du premier pays presque totalement mafieux du continent européen, dont la population originelle, serbe, a été sans pitié chassée de chez elle dans le silence des médias ; ses monastères détruits et ses maisons incendiées.

Non l’Afrique d’aujourd’hui ne vit pas mieux que du temps de la colonisation, à commencer parce que l’esclavage (personne ne le dit) et les massacres ethniques sont repartis de plus belle et que bien des États officiellement constitués sont en faillite aussi bien financière que politique.

Non la Libye d'aujourd'hui n'est pas meilleure que celle d'hier, puisque au demeurant elle n'existe tout simplement plus, et que son tyran a été remplacé par d'autres, en plus grand nombre.

Non la démocratie occidentale n’est pas applicable à tous les continents et à tous les pays. D’abord parce que ce n’est pas un système unique (voyez comme la nôtre est différente de celle des États-Unis ou d’Israël, ou bien encore de la Grande-Bretagne) ; ensuite parce que ce système politique ne peut s’épanouir qu’au sein de peuples voyant la personne comme un individu et non comme une partie d’un tout (société personnalistes contre sociétés holistiques)…

Dans les grandes questions du monde n’oublions jamais de considérer le paramètre démographique. Il est capital et le silence des médias et des analystes sur ces sujets en dit long sur l’aveuglement – qui ne peut qu’être volontaire – de nos élites autoproclamées.

Ainsi, quel est l’avenir de l’Allemagne, qui aura perdu sept millions d’habitants en 2030 et se verra peuplée en grande partie de ressortissants d’origine turque ? Sera-t-elle-la même ?

On sait que l’islam confond la sphère publique et la sphère privée en refusant absolument de distinguer "Dieu" et "César". Or, cette distinction est à la base même des systèmes démocratiques.

Enfin, oublie-t-on qu’une population peut être chassée de chez elle, ou se voir remplacée par une autre, les autochtones se retrouvant alors comme étrangers sur leur propre sol ?

Sans remonter à la diaspora juive du premier siècle, pensons aux Coptes d’Égypte, aux chrétiens de Turquie et d’Asie (20% de la population en 1900 alors qu’ils sont aujourd’hui 0,02%, soit mille fois moins) ou bien encore aux Serbes du Kosovo, déjà cités (90% de la population en 1900 et moins de 10% aujourd’hui) !

Hors les idéologues, qui peut être assuré qu’en France, nous sommes à l’abri de tels phénomènes ?

Refuser d’examiner la question sous couvert de mots en -isme est singulièrement irresponsable.

Or, entendons nous que l’on pose cette question ? – Non !"

Posté le 21 août 2014 à 08h50 par Michel Janva | Lien permanent

19 août 2014

Des chrétiens persécutés par les musulmans dans les centres d'accueil en Europe

Extrait d'un article traduit par Benoît-et-moi :

"Que se passe-t-il quand un exilé de foi chrétienne, demandeur d'asile en Allemagne, se retrouve dans un centre d'accueil, où se trouvent des réfugiés de toutes les religions? Qu'il devient automatiquement une cible. Et donc une victime, contrainte de subir les attaques, abus, harcèlements et agressions - et pas seulement verbales - de ses «collègues» musulmans. Lesquels ont en commun le sort, mais pas le traitement.

C'est ce que dénonce en termes non équivoques, l'Observatoire Intolerance and Discrimination against Christians in Europe recueillant le témoignages d'un Syrien, Christian Toni (un nom d'emprunt, bien sûr, l'anonymat lui ayant été recommandé pour pour des raisons évidentes de sécurité): «Tout a commencé avec mon fils - se souvient-il - Ils lui ont dit: "Vous êtes chrétiens, des infidèles. Vous mangez du porc, nous ne jouons pas avec toi" ». Son compatriote, Farid (autre nom d'emprunt) lui fait écho: "Nous gardions les enfants sous contrôle de jour comme de nuit. Souvent, ils les battaient. Nous avions peur de perdre notre calme et de réagir à la provocation, mais en fin de compte, cela aurait seulement causé encore plus de problèmes». Souvent, leurs familles subissaient les assauts des musulmans, qui étaient hébergé avec eux au Centre d'accueil.

Encore plus déprimant, le cas d'une famille de réfugiés irakiens, soumis à une action pure et simple demobbing (violence psychologique) dans une structure similaire, en Bavière. Au jardin d'enfants, leur fils a été battu par un Syrien musulman. Puis des menaces de mort leur sont parvenues, répétées pendant plusieurs mois: « Ma femme était enceinte - a dit le chef de la famille - et n'en pouvions plus, de supporter cette situation» . [...]"

Posté le 19 août 2014 à 14h16 par Le Salon Beige | Lien permanent

12 août 2014

Ebola : de nombreux cas en France ?

C'est du moins ce qu'affirme Patrick Balkany au Scan le Figaro. Il refuse de citer ses sources mais affirme qu'il vient d'alerter le ministre des affaires sociales et de la Santé sur les cas de virus Ebola recensés en France.

"J'ai donc demandé dès aujourd'hui au ministre, par une question écrite qui sera publiée au Journal officiel dans les prochains jours, de bien vouloir m'indiquer combien de cas atteints par le virus Ebola avaient, à ce jour, été recensés en France ainsi que leur zone d'importation», écrit-il. «Je lui ai également demandé, au vu de ces cas déclarés en France, qu'une information plus large sur les symptômes de la maladie ainsi que sur la marche en suivre en cas de soupçon d'infection, soit mise en place dans les plus brefs délais», peut-on lire sur le site de Patrick Balkany."

Le ministère de Marisol Touraine affirme qu'à ce jour, aucun cas de contamination par le virus Ebola n'a été recensé en France. Désinformation ?

Posté le 12 août 2014 à 08h59 par Marie Bethanie | Lien permanent

30 juillet 2014

Mesures contre l'immigration en Grande-Bretagne

CLe Premier ministre britannique David Cameron a annoncé une série de mesures pour réduire l'immigration légale et illégale :

"Nous voulons un système d'immigration qui bénéficie d'abord à la Grande-Bretagne et donc ce que nous mettons en place aujourd'hui, c'est une série de changements qui dit aux gens: si vous venez ici illégalement, il sera plus difficile pour vous d'avoir une maison, une voiture, un travail, un compte bancaire". "Et lorsque nous vous trouverons - et nous vous trouverons - nous nous assurerons que vous serez renvoyés dans votre pays".

Parmi les mesures annoncées pour le mois de novembre figure une limitation des allocations chômage et familiales à 3 mois maximum, contre 6 mois aujourd'hui, pour les immigrants issus de l'Union européenne.

Posté le 30 juillet 2014 à 08h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

28 juillet 2014

Vers une doctrine sur l’immigration

Le R&N organise en ce moment une controverse sur l'immigration. C'est à suivre ici.

Posté le 28 juillet 2014 à 15h56 par Michel Janva | Lien permanent

27 juillet 2014

Immigration : les services s'inquiètent

Lu ici :

"La prévision des services secrets est que à cause de l’impuissance des hommes politiques  « d’être certains et fiables » à pouvoir maintenir valides les pactes établis entre notre Pays et la Libye, le phénomène va prendre des formes plus structurées. Ce n’est pas tout, le trafic de clandestins et la nécessité de contrôler le territoire à cette fin favorisent le trafic de drogue, d’armes et la contrebande. [...]

Cet exode pourrait compromettre l’intégration des étrangers en développant l’agrandissement des ghettos « ethniques », et en exposant les migrants à prostitution et travail noir ou à l’enrôlement dans le milieu organisé, intéressée à « intercepter les demandes de quelques entrepreneurs » méridionaux pour le travail dans les champs.

Finalement l’invasion peut rendre difficile les procédés d’identification des nouveaux venus en permettant de faire entrer dans nos frontières nationales des « criminels ou des terroristes djihadistes. » Nos gouvernants sont avertis."

Posté le 27 juillet 2014 à 19h27 par Michel Janva | Lien permanent

25 juillet 2014

« Il était toujours calme, gentil… »

Lu ici :

"Jeudi 24 juillet, vers 19 heures, Muhittin Ulug, un Kurde de 45 ans, regagne le pavillon familial, 1, rue Hoche, à Nogent-sur-Oise (Oise). En arrivant, il trouve sa fille de 19 ans en compagnie de son petit ami, Julien, un garçon de 20 ans, né d’un père algérien et d’une mère française. Furieux, le père de famille se serait alors emparé d’un couteau et lui aurait porté plusieurs coups, dont certains mortels. À l’arrivée des pompiers, le jeune homme est décédé et le père de famille a pris la fuite.

Arrivé en France en 1989, Muhittin Ulug n’avait jamais fait parler de lui. «  Il était toujours calme, gentil…  », assurent ses voisins.

Posté le 25 juillet 2014 à 15h56 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

24 juillet 2014

Belgique, Italie, Suisse veulent renvoyer les délinquants étrangers

Lu dans Minute :

"En Suisse, le conseiller d’Etat en charge de la sécurité pour le canton de Genève défend l’idée de peines de prison effectuées au pays (pour ne pas dire au bled) par les détenus étrangers. [...] Pierre Maudet souhaite donc que les peines des délinquants et criminels marocains soient effectuées directement au Maroc. Un moyen de faire des économies, et cela même si la Suisse devait prendre en charge les frais de l’incarcération au Maroc, mais aussi de désengorger les prisons. Car en Suisse, les statistiques sur la surreprésentation des étrangers en détention sont effarantes."

"[L]es ministres de la Justice italien et marocain, Andréa Orlando et Mustapha Ramid, ont signé un protocole que l’Italie cherchait à conclure depuis douze ans ! Il permettra à l’Italie d’envoyer les Marocains purger leur peine de prison au Maroc [...]. Selon le ministère italien de la Justice, 4 000 Marocains sont incarcérés en Italie. Et sur les 56 000 détenus du pays, 17 000 sont étrangers."

"En 2007, la Belgique et le Maroc ont conclu un accord « qui autorise la Belgique à extrader vers le royaume [marocain] les détenus marocains pour qu’ils purgent leur peine dans leur pays d’origine » ! Un accord semblable avait été conclu en 1997 mais il nécessitait l’accord du prévenu pour être transféré. Depuis 2007, le rapatriement peut avoir lieu qu’il le veuille ou non."

Et en France ? On se tâte pour autoriser le téléphone portable en prison...

Posté le 24 juillet 2014 à 14h44 par Michel Janva | Lien permanent

23 juillet 2014

Les chaldéens de Sarcelles : "nous sommes partis pour fuir les islamistes et nous les retrouvons ici"

La communauté compte 20000 membres en France, dont 8000 vivent dans la ville du Val-d'Oise. La plupart ont fui l'Irak et les islamistes après la chute de Saddam Hussein et le début des exactions contre les chrétiens.

Qu'ils viennent de Turquie ou d'Irak, les Chaldéens de Sarcelles se mobilisent pour la diaspora. Une manifestation a été organisée le 8 juillet et un appel aux dons lancé. «Les dons affluent, la communauté est très généreuse», indique le père Sabri Anar, curé de la paroisse chaldéenne de Sarcelles.

Les fidèles estiment que toute l'attention des Français est portée sur les morts à Gaza et pas assez sur l'Irak. «C'est au moins aussi grave», tonne la secrétaire de l'église Saint-Thomas. Quant aux violences de dimanche, «nous sommes partis pour fuir les islamistes et nous les retrouvons ici», regrette Habib.

Posté le 23 juillet 2014 à 09h25 par Michel Janva | Lien permanent

16 juillet 2014

73% des faits sont commis par des étrangers

C'est le chiffre qui apparaît dans un rapport officiel remis le mardi 8 juillet par George Pau-Langevin à Christiane Taubira :

"Le contentieux de Mayotte connait une importante prédominance du contentieux des étrangers, qui représente 73% des faits constatés par les services de police et de gendarmerie".

Concernant le centre de Majicavo, plein à 158 %, le rapport indique :

"La population pénale se caractérise par un nombre important de personnes détenues étrangères en situation irrégulière en provenance des Comores, elles représentent environ la moitié des écroués".

Posté le 16 juillet 2014 à 21h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Les émigrés doivent s'intégrer, respectant les lois et l'identité nationale

Lundi à Mexico, le Secrétaire d'Etat du Vatican, le cardinal Parolin, est intervenu dans le cadre du congrès intitulé Migrations internationales et développement, regroupant les ministres des affaires étrangères du Mexique, du Honduras, du Salvador et du Guatemala. Extraits de son intervention :

P"Le grand apport du christianisme à l'humanité, mûri avec le temps, est la fraternité universelle devenue catégorie politique. Eclairée par la foi, la raison a révélé à l'humanité que nous sommes tous fils d'un père unique... Le christianisme a affirmé de manière radicale la liberté de toute personne, l'égalité et la fraternité... La dignité de la personne ne dépend donc pas de sa situation économique, de la filiation politique, du niveau culturel, de l'origine ethnique, du statut social ou de l'appartenance religieuse. Du fait d'être personne, tout homme dispose d'une dignité devant être respectée au plus haut point. Chaque jour nous disposons d'informations sur des êtres devant quitter leur pays dans des souffrances, dont les causes sont toujours la violation des droits élémentaires, la violence et l'insécurité, la guerre, le chômage et la misère. Ils tentent de trouver une terre d'accueil où vivre dignement, et pour ce souffrent de la faim, d'humiliations. Parfois certains sont même torturés tandis que d'autres succombent dans l'indifférence. Sans voix, nous assistons en plein XXI siècle au trafic d'êtres humains, à de nouvelles formes d'esclavage, à l'exploitation sexuelle de la part de bandes criminelles opérant dans l'impunité et de manière transnationale, bénéficiant de connivences grâce à la corruption. Le sujet qui nous importe est celui d'une mobilité humaine devant laquelle on ne peut rester indifférents.

L'Eglise ne peut l'être face à des phénomènes migratoires jamais vus. Notre monde globalisé connaît une grande fluidité des capitaux, des marchandises et de l'information. Son accroissement, qui devrait favoriser le niveau de vie des pays, n'a pas toujours d'effet positif sur les populations et sur l'amélioration du bien être social. Beaucoup de pays socio-économiquement développés profitent largement de l'apport d'émigrés... Et les pays où ces personnes insérées légalement sont maltraitées, considérées avec préjugé comme dangereuses, montrent leur impréparation. Ainsi fragilisées, elles ne peuvent répondre aux enjeux à venir. Certains pays cependant voient l'arrivée de nouveaux éléments comme un enrichissement avant tout humain et culturel. Ils lancent un message clair à la communauté internationale comme quoi en agissant ainsi on génère un plus grand progrès. La mobilité humaine et son impact sur le développement constituent un phénomène social complexe, qu'on ne saurait résoudre sans une confiance générale. Les émigrés doivent d'un côté s'intégrer dans le pays d'accueil, respectant ses lois et son identité nationale. S'il est en droit de protéger ses frontière, le pays d'accueil ne peut en aucun cas manquer au respect des droits de la personne ni au devoir de solidarité. Certes, le problème migratoire ne peut être résolu par des mesures législatives et des politiques sociales si bonnes soient elles, et encore moins en ayant simplement recours aux forces de l'ordre. Il faut s'engager profondément dans la voie de la conversion socio-culturelle, passant de la culture de la fermeture à celle de l'ouverture et de la rencontre."

Posté le 16 juillet 2014 à 08h05 par Michel Janva | Lien permanent

13 juillet 2014

En France, vous pouvez manifester avec un drapeau d'Al-Qaida [addenda]

Des manifestations pro-Palestine se sont déroulées hier dans la plupart des grandes villes de France pour protester contre les bombardements israéliens à Gaza. A Lyon, les manifestants brandissant le drapeau utilisé communément par Al-Qaida ne semblent pas avoir été inquiétés.

Lyon 1

Lyon 2Source.

Rappelons qu'il y a tout juste un an, certains se sont vu confisquer leurs drapeaux de la Manif pour tous sur les Champs élysées (ici et ici) tandis que d'autres subissaient un contrôle d'identité pour avoir agité... un drapeau français (ici et ici). Demain, qu'avez-vous prévu pour assister au défilé ? Les couleurs d'Al-Qaida, de Palestine, d'Algérie ? ou quelque chose de vraiment subversif, comme un drapeau français par exemple ?

[Addendum 1] : sur le drapeau noir, appelé "Al-Raya", on peut lire la chahada, la profession de foi musulmane. Même s'il ne leur est pas spécifique, il s'agit du drapeau le plus souvent utilisé par les groupes jihadistes car selon certains historiens, c'était celui que Mahomet utilisait en temps de guerre. Le drapeau vert est moins lisible sur la photo, mais il me semble qu'il s'agit de celui du Hamas.

[Addendum 2] : pour compléter le tableau,ajoutons le drapeau de l''organisation jihadiste EILL (avec le rond blanc), vu lors de la manifestation parisienne aujourd'hui :

 

Posté le 13 juillet 2014 à 08h51 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (0)

12 juillet 2014

Le Camp des saints éjecté de Calais

Le maire UMP de Calais, Natacha Bouchart, a pris des mesures pour assurer la salubrité de sa ville en promulgant

"un arrêté "anti-bivouac et anti-regroupement" qui concerne une vingtaine de quartiers, où se trouvent notamment des candidats à l'exil pour le Royaume-Uni. Valable entre 9 heures et minuit, le texte interdit "toutes occupations abusives et prolongées, accompagnées ou non de sollicitations ou quêtes à l'égard des passants, lorsqu'elles sont de nature à entraver la libre circulation des personnes ou à porter atteinte au bon ordre, à la sécurité, à la tranquillité ou à la salubrité publiques."

Le maire souhaite faire cesser la mendicité "agressive" et dénonce

" [...] les nuisances olfactives et le risque pour la salubrité publique que crée le comportement de ces individus et groupes d'individus (dépôt d'ordures, épanchements d'urine) [...]

"L'arrêté a été pris dans un contexte de tensions, dix jours après l'évacuation du principal camp de migrants, où logeait environ 500 personnes, et de trois squats."

Mais les bons apôtres de l'immigration massive, comme toujours plus à l'écoute du bien-être de gens à qui on ne doit rien plutôt qu'à celui de leurs propres compatriotes, ont commencé à se manifester:

"Plusieurs associtions de soutien aux migrants ont appelé à une manifestation ce samedi."

Le bras de fer est désormais engagé avec la mairie de Calais. Reste à tenter de deviner qui aura gain de cause.

Posté le 12 juillet 2014 à 14h32 par Marie Bethanie | Lien permanent

Pourquoi l'immigration ne résoudra pas la pauvreté

Un raisonnement peut-être un peu simpliste, mais qui a le mérite de la clarté:

 

Posté le 12 juillet 2014 à 09h45 par Marie Bethanie | Lien permanent

09 juillet 2014

La dénaturation du mariage, nouvelle pompe aspirante de l'immigration ?

Le Conseil d'État vient de publier une ordonnance, après avoir été saisi par un ressortissant sénégalais, dont la demande de visa pour venir se marier en France avec un Français avait été refusée. Le Conseil d'État a ordonné qu'un visa lui soit remis, arguant que ce refus portait «une atteinte grave à l'exercice de sa liberté de se marier, laquelle est une liberté fondamentale».

Posté le 9 juillet 2014 à 15h07 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

06 juillet 2014

Coucou, revoilà Leonarda

«Attention, j'arrive en France !» nargue Resat Dibrani, le père de Leonarda. La lycéenne rom se trouve actuellement, avec sa mère et trois de ses frères, en Croatie, pays membre de l'Union européenne. Munis de titres de voyage, ils séjournent chez le frère de Resat Dibrani. Le père explique :

«Lundi, ils auront les passeports. Et dans une semaine, quinze jours, on partira, toute la famille ensemble! Comme ça, ma femme - enceinte de huit mois et demi - accouchera à l'hôpital de Pontarlier, là où est née Medina (la cadette)».

«On ne change pas de nationalité : on est croates! Les enfants sont nés en Italie. On va leur montrer à Hollande et à Valls qui est le chef! On va leur dire en face! Ils ne me croyaient pas quand on disait qu'on était européens. Ils nous ont renvoyés au Kosovo comme des animaux, avec de faux papiers. Ah, le préfet du Doubs, il va être bien dans la merde!»

«Il faut que toute l'Europe sache ce qu'a fait la France. Nous allons aller à la Cour de Strasbourg, pour demander des dommages et intérêts. La France, maintenant, on va la faire payer !»

Comme disait Leonarda : "C'est l'Europe et puis voilà !".

Posté le 6 juillet 2014 à 19h14 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (28)

29 juin 2014

La vertu prophétique du "Camp des saints": "Big Other"

Le Salon Beige l'avait signalé à ses lecteurs en février 2011, lors de la réédition du livre "Le Camp des saints" de Raspail: l'auteur avait préfacé cette réédition, et son texte mérite notre attention. En effet, on a coutume de dire que ce livre était prophétique, ce qui est vrai, mais la lecture de la préface, au moins de son début, souligne cet aspect prophétique du livre, que l'on peut dire "inspiré":

BIG OTHER

Préface à l’édition 2011 du Camp des Saints


"Le Camp des Saints a été écrit en 1971 et 1972 à Boulouris, dans une monumentale villa de style anglo-balnéaire fin XIXe siècle, hautement baptisée Le Castelet, qui m’avait été prêtée, au bord de la Méditerranée, avec plage étroite et bancs de rochers. De la bibliothèque où je travaillais, on ne voyait, à cent quatre-vingts degrés, que la mer et le grand large, si bien qu’un matin, le regard perdu au loin, je me dis : « Et s’ils arrivaient ? »Je ne savais pas qui étaient ces ils, mais il m’avait paru inéluctable que les innombrables déshérités du Sud, à la façon d’un raz de marée, allaient un jour se mettre en route vers ce rivage opulent, frontière ouverte de nos pays heureux. C’est ainsi que tout a commencé. Je n’avais aucun plan et pas la moindre idée de la façon dont les choses se passeraient, ni des personnages qui allaient peupler mon récit. Je m’interrompais le soir sans savoir ce qu’il adviendrait le lendemain, et le lendemain, à ma grande surprise, mon crayon courait sans entraves sur le papier. Il en serait de même jusqu’au terme. Si un livre me fut un jour inspiré, c’est celui-là. Un signe, des années plus tard, vint corroborer cette impression. Dans la nuit du 20 février 2001, un cargo non identifié, chargé d’un millier d’émigrants kurdes, s’échoua volontairement, de toute la vitesse de ses vieilles machines, sur un amas de rochers émergés reliés à la terre ferme, et précisément à... Boulouris, à une cinquantaine de mètres du Castelet ! Cette pointe rocheuse, j’allais y nager par beau temps. Elle faisait partie de mon paysage. Certes, ils n’étaient pas un million, ainsi que je les avais imaginés, à bord d’une armada hors d’âge, mais ils n’en avaient pas moins débarqué chez moi, en plein décor du Camp des Saints, pour y jouer l’acte I ! Le rapport radio de l’hélicoptère de la gendarmerie à l’aube du 21 février diffusé par l’AFP semble extrait, mot pour mot, des trois premiers paragraphes du livre. La presse souligna la coïncidence, laquelle apparut, à certains, et à moi, comme ne relevant pas du seul hasard... [...]"

Etonnant, non ? 

Ce texte est certainement connu de nombre de nos lecteurs, qui hausseront gentiment les épaules en se disant que je tombe de la lune. Mais, amis lecteurs, si vous avez lu le "Camp des Saints", avez-vous lu la préface "Big Other" ? Si ce n'est pas encore le cas, n'hésitez pas : le détour en vaut la peine et constituera une lecture de vacances instructive et passionnante.

Posté le 29 juin 2014 à 08h19 par Marie Bethanie | Lien permanent

28 juin 2014

La tomate et la mondialisation

RFI propose à ses auditeurs un grand reportage sur la tomate, "The dark side of the italian tomato" (en dépit du titre, le documentaire est en Français). Drôle de sujet me direz-vous, dont on se demande bien en quoi il peut nous concerner. Vu d'ici, en rien effectivement, sauf si vous êtes attentif aux problèmes cruciaux et très actuels de l'écologie humaine.

Voici donc une tomate, qui jusqu'à la fin du XX° siècle, faisait la richesse des agriculteurs ghanéens, grands consommateurs de tomates. Vendue partout sur les marchés du Ghana, la tomate ghanéenne nourrissait autant celui qui la produisait que celui qui la mangeait. Au début des années 2000, une baisse gouvernementale des droits de douane sur certains produits agro-alimentaires, dont  le concentré de tomates, en permettant l'invasion au Ghana de concentrés venant de partout, fit chuter le cours de la tomate au point de ruiner une bonne partie des producteurs locaux, suscitant suicides et misère. Entre 1998 et 2003, les importations de concentré de tomate ont augmenté de 650%. Alors qu’en 1998, 92% des tomates vendues au niveau national étaient d’origine ghanéene, en 2003, la part de marché avait chuté à 57%.

Aujourd'hui, le Ghana, qui s'auto-suffisait de sa production et consommait des tomates fraîches, importe en moyenne 20 000 tonnes de concentré de tomate chaque année. Cette importation, d'abord exclusivement italienne, est désormais essentiellement chinoise. 

Les agriculteurs ghanéens, privés de leur tomate nationale et sans moyens de subsistance, s'en allèrent pour nombre d'entre eux tenter leur chance avec la tomate italienne. Le documentaire campe les conditions de vie des Africains (on trouve aussi des Maliens et des Sénégalais) employés dans les exploitations de tomates de la région de Naples:

"Employés au noir, ils ne sont pas payés à l’heure, mais à la quantité de fruits ramassés : 3,5€ par caisson de 300 kg rempli, soit moins de 20€ par jour, pour un travail harassant. Sans contrat de travail, sans protection sanitaire, à la merci des «caporaux» - les intermédiaires entre les travailleurs et les employeurs. S’ils ont faim à midi, ils croquent en cachette dans une tomate. Le soir, ils rentrent au campement où ils louent un matelas sous des bâches ou dans une baraque de fortune."

Du fait des subventions européennes à la production de tomates en Italie (ou en Espagne), le prix du concentré de tomate exporté en Afrique empêche une juste rémunération des producteurs de tomates africains. De ce fait, au lieu de poursuivre la culture de la tomate chez eux et de vivre de leurs revenus, les agriculteurs, ghanéens notamment, traversent le Sahel et la Méditerranéee pour aller s'embaucher au noir dans les exploitations italiennes.

On est donc dans un schéma anti-humain et illogique, qui ruine des agriculteurs à un endroit du globe pour enrichir ailleurs une industrie ultra-subventionnée. Lorsque Bruxelles ne pourra plus aligner le montant de ses subventions pour être compétitif face aux Chinois, que feront les agriculteurs italiens ? Ils iront en Chine ramasser des tomates ? Bruxelles, si sensible sur le sort des immigrés une fois qu'ils ont échoué sur nos côtes, ferait bien de s'interroger sur certaines des causes qui produisent de tels effets. 

Posté le 28 juin 2014 à 20h54 par Marie Bethanie | Lien permanent

26 juin 2014

Virus Ebola: nouvelle irresponsabilité gouvernementale?

C'est media-press-info qui nous alerte sur l'extension du fléau, et sur la mollesse des réactions étatiques pour limiter les possibilités d'importation en France de celui-ci.

"L’organisation Médecins Sans Frontières a annoncé vendredi que l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest était désormais « hors de contrôle« .

Le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée sont contaminés par cette « deuxième vague » de l’épidémie. Des cas suspects sont également signalés au Mali. Mais Bart Janssens, directeur des opérations médicales de MSF, constate l’inefficacité des gouvernements africains ainsi que de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) devant ce fléau.

Sur les 528 malades recensés ces deux dernières semaines dans cette partie de l’Afrique, au moins 337 sont déjà morts. Ce ne sont là que des chiffres provisoires. La fièvre Ebola commence généralement de façon anodine, par des symptômes comme la toux et une fatigue intense qui sont souvent négligés, puis se manifeste rapidement par des vomissements, des diarrhées et d’effrayantes hémorragies. Dans 9 cas sur 10, la mort survient en une semaine. A ce jour, il n’existe aucun vaccin contre ce terrible virus extrêmement contagieux. De simples changements de draps ont, par le passé, entraîné la contamination mortelle de membres du personnel médical.

Equipes médicales françaises sur place

Des équipes de l’Institut Pasteur et des médecins de différentes ONG sont arrivées fin mars à l’aéroport de Conakry, capitale guinéenne, avec pour mission de « limiter au maximum » le risque de transmission de l’épidémie sur le sol européen.

Pourtant, les vols entre les pays contaminés et la France ne sont toujours pas interrompus. Le Sénégal est plus efficace : il a fermé depuis plusieurs semaines ses frontières terrestres avec la Guinée. Et l’Arabie saoudite a interrompu l’octroi de visas aux Guinéens. Mais à Conakry, on continue à embarquer à destination de Roissy…

Il faut cesser de manger des chauves-souris ainsi que les viandes de brousse

Les consignes médicales aux populations africaines sont essentiellement orientées vers les question d’alimentation. Selon divers épidémiologistes, les chauves-souris seraient en grande partie responsables de la transmission du virus à divers animaux sauvages comme, notamment, les singes. Il est donc recommandé avec insistance aux Africains de ne plus consommer ni chauves-souris ni viandes de brousse. Mais faute de contrôles, ces recommandations ont un effet très limité, et singes, rats et autres rongeurs se retrouvent encore sur les étals.

Or, le consommateur de ces nourritures à haut risque, une fois contaminé, devient ultra-contagieux à la fois par le sang, le sperme, la sueur, la salive ainsi que les selles.

Viandes de brousse importées clandestinement en France

Le grand souci, c’est notamment le trafic de viandes de brousse entre l’Afrique de l’Ouest et l’Europe. Une enquête publiée en 2010, sur base du travail des services de douane ainsi que de la société zoologique de Londres, avait estimé que cinq tonnes de nourriture « potentiellement contaminée » débarquaient chaque semaine à l’aéroport Charles de Gaulle en provenance du Cameroun, de Centrafrique, du Congo,…

Ces estimations inquiétantes se voyaient confirmées en octobre 2012, lors de l’Opération Hope menée par les douanes. « En France ont été saisis près de 813 kg de viandes d’origines diverses (dont 318 kg provenant d’animaux sauvages), plus d’une tonne de poissons et mollusques, 1,2 tonne de fruits et légumes et plus de 70 kg de chenilles. Les agents des douanes ont trouvé de la viande de serpent, de crocodile, de chèvre, de bœuf, de mouton, d’éléphant, d’antilope, de porc-épic, de pangolin, de singe,… La grande majorité de ces produits ont été saisis à Roissy sur des passagers en provenance d’Afrique de l’Ouest.« 

A l’époque déjà, les douanes insistaient sur le risque sanitaire que faisait courir cette importation clandestine de nourriture transportée dans des conditions d’hygiène inqualifiables. Les douanes mettaient en garde contre l’intrusion en France de maladies comme la grippe aviaire, la fièvre aphteuse et… le virus Ebola.

Plus récemment encore, en décembre 2013, la police et les services sanitaires avaient fait une descente dans le quartier Château-Rouge (XVIIIe arrondissement de Paris), connu pour ses boutiques et restos africains. Les découvertes avaient été significatives : morceaux de viandes de singes, de gazelles, de rongeurs et… de chauves-souris.

Il faut interrompre les vols en provenance des pays contaminés

Les hôpitaux français ont reçu toutes les indications concernant le protocole à suivre en cas d’urgence liée à un malade porteur du virus Ebola. Mais lorsqu’on sera arrivé à ce stade, il sera trop tard.

Il faut que les gouvernements européens prennent rapidement des mesures courageuses. Il faut, bien sûr, continuer à tenter de vaincre le virus en Afrique. Mais il faut sans tarder interrompre les vols en provenance des pays contaminés et renforcer les contrôles douaniers sur tous les vols en provenance de l’Afrique de l’Ouest.

C’est urgent !

Posté le 26 juin 2014 à 23h06 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (5)

24 juin 2014

Le ministre reconnaît les fraudes à l'AME

Les fraudes à l'Aide Médicale de l'Etat (AME) sont en hausse. Marisol Touraine a reconnu devant les sénateurs début juin que des filières de patients venus d'ailleurs abusaient de cette aide destinée aux ressortissants en situation irrégulière et précaire. Elle a même admis que ces cas de fraudes gonflaient - en partie - le nombre des bénéficiaires à cette aide, qui a progressé de 35% sur ces deux dernières années. Le budget alloué à cette prestation a explosé, s'élevant à 744 M€ en 2013 au lieu des 588 prévus au budget. Pour 2014, le budget de l'AME est prévu en loi de finances à 600 millions d'euros.

Exemples de fraudes : site Internet chinois proposant des cartes AME payantes, médecins escrocs produisant des actes fictifs pour revendre des médicaments à l'étranger, association présentant des copies de dossiers AME, sans oublier des réseaux de personnes étrangères qui fraudent pour se faire soigner dans certains hôpitaux français...

Posté le 24 juin 2014 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

13 juin 2014

Les mafias étrangères sévissent en France

Le Figaro publie de larges passages du rapport de synthèse du service de Renseignement criminel de la gendarmerie nationale sur la criminalité organisée dans les zones rurales et périurbaines en 2013-2014. Extraits :

  • Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne

«Le territoire connaît une très forte emprise des groupes criminels issus des Balkans sur l'ensemble du spectre des atteintes aux biens. Pis, cette influence balkanique tend à se développer au point de devenir la principale problématique criminelle des régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne.

De manière très marquée, le crime organisé roumain (niveau 3) se singularise par une hyperactivité chronique en s'appuyant notamment sur des réseaux très structurés composés de Roumains ou d'individus appartenant à la communauté rom roumaine ou serbe (niveau 4). [...]"

  • Aquitaine-Midi-Pyrénées

«Activisme persistant des groupes criminels liés à la communauté des gens du voyage (niveau 3). Ces clans, formés à partir de liens familiaux ou amicaux très forts, présentent toujours un haut degré d'organisation. Ils agissent selon une mécanique bien huilée, avec beaucoup de professionnalisme: ciblage des victimes, utilisation de moyens de communication type talkies-walkies au cours des périples criminels, emploi de contre-mesures destinées à effacer les traces (vidage d'extincteurs, destruction par incendie des véhicules de «guerre», préalablement volés et maquillés), développement des filières de recel, etc. [...]"

  • Auvergne-Rhône-Alpes

«Les membres criminalisés de la communauté des voyageurs sédentarisés (niveaux 2 et 3) demeurent toujours très actifs dans la région, voire au-delà. Responsables d'une criminalité multiple et variée, en particulier dans le domaine des atteintes aux biens, ils font preuve d'une très grande capacité de mouvement et d'adaptation. [...]

Les malfaiteurs, pour la plupart Français d'origine nord-africaine, profitent de leurs racines culturelles pour s'approvisionner directement dans le pays source, en l'espèce le Maroc. [...] En sus de cette activité principale, l'influence du banditisme des cités est aussi perceptible dans des affaires de vols, réalisés avec ou sans violence, et des trafics de véhicule à destination du Maghreb. [...]»

  • Bourgogne et Franche-Comté

«Les régions Bourgogne et Franche-Comté, eu égard à leur positionnement géographique frontalier et à la densité de leur réseau autoroutier (arc autoroutier A40-A39-A36) subissent toujours l'influence d'associations criminelles issues des Balkans. [...]"

  • Bretagne-Haute et Basse Normandie-Pays de la Loire

«Le crime organisé reste largement dominé par des clans issus de la communauté des gens du voyage (niveau 3). [...]"

  • Centre-Poitou-Charente-Limousin

«Très forte activité des organisations criminelles issues des Balkans. Ces structures sont impliquées de façon quasi exclusive dans des atteintes aux biens. Logées le plus souvent dans des campements provisoires ou des hôtels bon marché, type hôtel «Formule 1», elles se singularisent par leur capacité à se mouvoir aisément sur l'ensemble du territoire. [...]"

  • Ile-de-France

«Prédominance d'un néobanditisme des cités (niveau 4) toujours très actif dans la région. Ces bandes organisées, aux modes opératoires très violents, sont principalement issues des quartiers sensibles de la Seine-Saint-Denis (93). Leurs activités comprennent les trafics de produits stupéfiants et leurs corollaires (les trafics d'armes et le blanchiment d'argent), les vols de fret, réalisés avec ou sans séquestration, dans des entrepôts, directement sur les véhicules de transport ou sur la plateforme aéroportuaire de Paris-Charles-de-Gaulle. [...]

Présence d'organisations criminelles de langue roumaine en provenance notamment de Moldavie (niveau 3). En région Ile-de-France, nombre de ressortissants Moldaves se sont spécialisés dans les cambriolages de résidences principales. [...]"

  • Nord-Pas-de-Calais-Picardie

«Enracinement des organisations criminelles appartenant à la communauté des gens du voyage (niveaux 2 à 3). [...]

  • Provence-Alpes-Côte d'Azur-Languedoc-Roussillon

«Présence constante d'un néobanditisme de cité (niveau 3), en particulier dans les départements du Gard et des Bouches-du-Rhône. Ces malfaiteurs polycriminels restent cependant très impliqués dans des trafics de produits stupéfiants. Souvent originaires des pays du Maghreb, notamment du Maroc, ils profitent de cette proximité culturelle et géographique pour développer les trafics de résine de cannabis et tenir une position quasi-monopolistique sur l'ensemble du pourtour méditerranéen."

  • Niveau 1: présence sporadique: groupes itinérants, faits isolés, début d'implantation, phénomène nouveau…
  • Niveau 2: présence permanente ou très répétitive, d'intensité moyenne: groupes à la structure variable, agissant en opportunité.
  • Niveau 3: présence permanente de forte intensité: groupes criminels durablement implantés, capables de recruter, de s'adapter et de contrôler une petite partie de territoire ou une «niche» criminelle.
  • Niveau 4: présence permanente d'organisations criminelles très structurées, disposant d'une hiérarchie et de moyens importants, dominant un territoire et/ou développant de multiple activités criminelles, réalisant des investissements (blanchiment) en France ou à l'étranger et représentant un risque (ou un exemple) de phénomène de type mafieux.

Posté le 13 juin 2014 à 07h33 par Michel Janva | Lien permanent

04 juin 2014

Nemmouche : l'intox de Manuel Valls

D'Yves Daoudal :

"A propos de Mehdi Nemmouche et de ses semblables, le Premier ministre Manuel Valls a déclaré :

« Nous pouvons déchoir de la nationalité ceux qui s’attaquent aux intérêts fondamentaux de notre pays. Il n’y a pas de tabou. »

C’est ce qu’en 2010, député d’opposition, il appelait un « débat nauséabond et absurde ». Mais aujourd’hui il doit montrer qu’il est un dirigeant ferme et intrépide.

Sauf que, non, nous ne pouvons pas.

Pour déchoir quelqu’un de la nationalité française, il faut que cette personne ne soit pas née française mais ait acquis la nationalité française. Or la (quasi ?) totalité des jihadistes, à commencer par Mehdi Nemmouche, sont nés français, puisqu’on distribue la nationalité française à tout le monde depuis très longtemps : ses parents étaient déjà français.

La possibilité est même encore plus restreinte que cela : il faut que les faits reprochés se soient produits avant l’acquisition de la nationalité française ou dans les dix ans qui ont suivi."

Posté le 4 juin 2014 à 21h29 par Michel Janva | Lien permanent

03 juin 2014

Augmentation de 25% des dépenses consacrées à l’AME

Dominique Tian, député des Bouches du Rhône, apprend sans surprise l’augmentation de 25% des dépenses budgétaires consacrées à l’AME, aide médicale d’Etat entre 2012 et 2013 :

"C’est ainsi 846 millions d’euros consacrés pour assurer la gratuité des soins à des personnes en situation irrégulière sur notre territoire (75 millions en 2000). Deux postes ont particulièrement augmenté, les soins de ville + 16% et les frais d’hospitalisation + 26%. L’augmentation de 10% des personnes bénéficiaires de ce dispositif depuis un an montre l’échec de la politique du gouvernement. [...]

Cette disposition est un appel d’air à l’immigration illégale et au tourisme médical. Dans un contexte de crise financière généralisée, au moment où l’on demande à nos concitoyens de faire des efforts, il est difficile de justifier que certaines personnes ne participent pas, même symboliquement, aux efforts demandés au reste de la population. Il n’est pas acceptable qu’un travailleur sans mutuelle, qui paie des cotisations sociales obligatoires, ait une moins bonne couverture qu’un étranger en situation irrégulière."

Posté le 3 juin 2014 à 16h57 par Michel Janva | Lien permanent

28 mai 2014

Le ministre de l'Intérieur renonce au droit de vote des étrangers

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a estimé :

«Il n'y a pas de majorité constitutionnelle pour faire cela (...) Ce n'est pas la peine de poser des questions dont on sait qu'on n'a pas les moyens de les résoudre (...) Nous devons nous concentrer sur l'essentiel de ce que nous pouvons faire immédiatement avec la majorité dont nous disposons: le redressement des comptes du pays, la croissance...»,

Posté le 28 mai 2014 à 16h30 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

27 mai 2014

La France change et elle n'en a pas envie

De Charles Consigny dans Le Point, mieux inspiré que Jean Daniel :

"La France change. La France change et elle n'en a pas envie. [...] Souterrainement, un État impotent, craquant de toute part, maintient la population en soins palliatifs. Préférant la ration à la réforme, l'ajustement au changement, l'hypocrisie à la vérité, notre pays est en train de faire naufrage.

Sa population change, aussi. On ne peut pas lire les 25 % du Front national sans s'éclairer des lumières de l'immigration de masse, qui a transformé à son insu un peuple qu'on n'a guère consulté sur le sujet. Dans le RER, on croise des femmes en tchador et des hommes en djellaba, barbus jusqu'au torse. Ça n'est pas un fantasme, c'est la réalité quotidienne de centaines de villes en France : a-t-on le droit d'être choqué par cela ? De se sentir mal à l'aise avec cela ? D'estimer que notre pays ne devrait pas être celui où un tel obscurantisme a cours à tous les coins de rue ? Si ni la gauche ni la droite ne proposent quoi que ce soit pour traiter ce problème, si la gauche comme la droite font comme si ce problème n'existait pas, pire, s'ils accusent de racisme ou autre délit ceux qui affirment qu'il y a un problème, le peuple, désireux que la France reste la France, se fait entendre, et cette volonté de subsistance n'est pas incriminable en elle-même."

Posté le 27 mai 2014 à 21h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

20 mai 2014

Et revoilà Leonarda

Valeurs Actuelles révèle comment la famille de cette jeune kosovar s'y prend pour organiser son retour en France.

Posté le 20 mai 2014 à 15h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

14 mai 2014

Comment traduire CAF en 100 langues ?

Lu dans Minute :

"[...] La Caisse d’allocations familiales (CAF) des Yvelines vient de mettre à la disposition de son aimable clientèle [...] un service innovant et promis à un grand développement : l’« interprétariat par téléphone » pour les « allocataires rencontrant des difficultés à s’exprimer en français ». Texte de présentation rédigé par la CAF:

« Ce service, qui est proposé dans tous les accueils, a vocation à faciliter l’accès aux droits dès le début du parcours d’intégration des personnes étrangères, avant qu’elles ne puisse s’exprimer correctement en français. Lors de l’accueil, si l’allocataire souhaite bénéficier de ce service, l’agent qui le reçoit prendra contact par téléphone avec un interprète. Cette prestation est assurée par un prestataire qui propose plus de 100 langues »! (signalons au passage à la CAF que si nous apprécions l’emploi du « ne » explétif, un pluriel eût été heureux dans « avant qu’elles ne puissent »).

La CAF va donc payer une société pour apprendre à la famille qui ne connaît que le bantoïde ou l’abidji qu’el le a des « droits » sociaux! Et cela pour mieux les « intégrer »! [...]"

Posté le 14 mai 2014 à 07h41 par Michel Janva | Lien permanent

12 mai 2014

Les gens ne veulent pas d'un "vivre ensemble" qu'on leur impose

Christophe Guilly est géographe et consultant auprès de collectivités locales et d’organismes publics. Il déclare au NouvelObs :

"La révolte gronde dans ce que j'appelle la France périphérique, c'est-à-dire les territoires qui sont à l'écart des grandes métropoles : bourgs, petites villes, la plupart des villes moyennes, une partie du périurbain et le monde rural. C'est une immense partie du territoire qui accueille 60% de la population et 80% des nouvelles catégories populaires : ouvriers, employés, petite classe moyenne en voie de paupérisation, jeunes et retraités issus de ces catégories.

Depuis quelques années, toutes les radicalités sociales et politiques viennent de cette France périphérique. Les bonnets rouges, par exemple, ne partent pas de Nantes, Brest ou Rennes, mais de Carhaix et du fin fond du Finistère. De même, la carte des plans sociaux est calée sur cette France de petits bourgs souvent méconnus. Et les poussées du FN aux municipales viennent, elles aussi, de ces territoires : Brignoles, Hénin-Beaumont, Béziers, etc.

C'est une France des fragilités sociales et économiques favorable au social, mais uniquement pour sa communauté. Des électeurs qui développent un discours très hostile aux "fainéants", aux "assistés", et, en réalité, aux immigrés. On assiste à une critique paradoxale de l'Etat-providence par ceux qui en ont le plus besoin.

Aux municipales, la gauche s'est effondrée dans cette France-là, mais a bien résisté dans les grandes métropoles...

La malédiction de la gauche, c'est d'avoir gagné la mairie de Paris en 2001. Aujourd'hui, si on veut gagner la France, il faut perdre Paris ! [...]

A vous entendre, dans les métropoles et les banlieues, c'est l'alliance des bobos et des immigrés qui fait gagner la gauche. Pourtant, aux municipales, les banlieues ont voté à droite...

Cette "alliance objective", plus qu'une "alliance", est d'abord le fruit d'une géographie inédite puisque aujourd'hui deux tiers des immigrés extraeuropéens et plus de 60% des cadres se concentrent dans les agglomérations de plus de 200.000 habitants.

Ce qui est vrai, c'est qu'aux municipales les musulmans n'ont pas voté à gauche. Mais cette désaffection renvoie à une erreur de diagnostic sur le vote Hollande en 2012 (ou Royal en 2007). A l'époque, la communauté musulmane a voté à plus de 90% pour Hollande uniquement par rejet de Sarkozy. De la même manière, les "petits Blancs" qui ont rallié massivement Sarkozy en 2012 vivaient dans le fantasme d'un Hollande candidat des musulmans et des immigrés.

Il faut relativiser fortement les résultats des municipales en banlieue. Les gens ne votent pas. Les municipales en banlieue, ce sont des élections sans le peuple. Au contraire de la présidentielle de 2012, où les catégories populaires se sont déplacées, ce qui a permis la victoire simultanée des thèses de Patrick Buisson à droite et de celles de la fondation Terra Nova à gauche.

Sur toutes ces questions ethnoculturelles, droite et gauche tiennent un discours officiel républicain mais ont des pratiques de campagne communautaristes. Or, aujourd'hui, les classes populaires se déterminent de plus en plus sur des questions identitaires. Donc, d'un côté, la gauche agite le spectre du racisme pour mobiliser les minorités, de l'autre la droite fustige l'islamisation pour séduire les "petits Blancs". [...]

C'est la fin du modèle républicain ?

Ce modèle assimilationniste est mort. On assiste à l'émergence de la société multiculturelle. Nous, Français élevés au biberon du républicanisme, sommes très mal à l'aise avec cette réalité. Or la société multiculturelle, c'est une société où l'autre ne devient pas soi. Si l'autre ne devient pas soi, j'ai besoin de savoir combien va être l'autre. La crainte d'être ou de devenir minoritaire est une angoisse identitaire quelle que soit l'origine. Sur cette question, on est tous fondamentalement pareils : le cadre, l'ouvrier, le musulman... On peut avoir un discours de gauche, de droite ou d'extrême droite mais on réagit de la même façon.

[...] Le potentiel électoral du FN s'est déplacé en Seine-et-Marne, dans le Val-d'Oise ou dans l'Oise, dans les lotissements pavillonnaires bas de gamme construits dans les années 1970-1980 pour accueillir notamment ceux qui fuyaient la petite couronne. Ces électeurs peuvent vivre dans des villages où il n'y a pas d'immigrés, mais ils trimballent avec eux leur histoire et leur vote. Prendre sa valise, quitter l'endroit où l'on est né, c'est un acte très fort, source d'un fort ressentiment. Un déménagement, c'est encore plus violent qu'un vote. Cela signifie que les gens ne veulent pas d'un "vivre ensemble" qu'on leur impose, ce qui n'interdit pas rencontre et fraternité."

Posté le 12 mai 2014 à 22h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

08 mai 2014

L'immigration responsable de la pénurie de professeurs

Selon un rapport officiel analysé par Polémia. L'Education nationale a de plus en plus de mal à recruter des professeurs de collège. En effet, comme aucun professeur ne souhaite être muté dans les banlieues à forte présence d'immigrés, l'Education nationale y affecte les jeunes recrues. d'où la pénurie de vocations.

"La mobilité imposée par le mouvement national d’affectation est souvent très clairement jugée dissuasive, les étudiants l’ont partout souligné lors des entretiens avec la mission d’inspection générale. Elle est même présentée quelquefois comme un élément dirimant pour se présenter aux concours. La mission a le sentiment que le rejet de la mobilité n’était pas exprimé de façon aussi explicite et vigoureuse il y a encore quelques années."

"Cette crainte de la mobilité géographique, inégalement exprimée, peut aussi être analysée parfois non pas comme un refus de l’éloignement mais comme une volonté d’éviter une première affectation « dans un collège difficile de l’Académie de Créteil» ainsi que l’ont spontanément exprimé plusieurs étudiants rencontrés lors des entretiens."

Posté le 8 mai 2014 à 20h38 par Michel Janva | Lien permanent

06 mai 2014

Des immigrés occupent une église à Nantes

Plusieurs dizaines de personnes, membres d'associations et personnes immigrées dont certains en situation irrégulière, expulsées ce matin d'un squat, ont investi l'église Saint-Nicolas à Nantes, avec matelas et provisions.

Posté le 6 mai 2014 à 21h27 par Michel Janva | Lien permanent

18 avril 2014

Avant le XXe siècle, la France n'a jamais été une terre d'immigration

Contre-vérité démontée par Laurent Dandrieu dans Valeurs actuelles :

F"[...] contre-vérité : la France aurait toujours été une terre de métissage et l’expression “Français de souche” serait donc un non-sens. L’antienne n’est pas neuve ; auteur d’une monumentale Histoire de la population française, le démographe Jacques Dupâquier la réfutait déjà au milieu des années 1990 : « C’est un fantasme. De l’an 700 jusqu’en 1800 [la France] n’a reçu que très peu d’apports extérieurs. […] Pour ce qui est de la masse de la population française, ce qui est vraiment incroyable, c’est la permanence du peuplement. » Ce n’est qu’après les deux guerres mondiales que se produisent des mouvements significatifs.

Apparus seulement au XXe siècle et s’accélérant dans les trente et plus encore les dix dernières années, les flux migratoires étaient jusqu’alors essentiellement composés de populations européennes et catholiques, au rebours de ce qui se passe aujourd’hui. « Nous avons sous-estimé la spécificité de l’islam, note la démographe Michèle Tribalat, en présumant qu’il ne rendrait pas les musulmans plus difficiles à assimiler que ne l’avaient été les migrants en provenance d’Europe. » Le caractère massif de cette immigration, comme son extériorité à la culture européenne, ont favorisé le développement d’un communautarisme vis-à-vis duquel les pouvoirs publics se sont montrés dangereusement bienveillants, comme tétanisés par le risque de paraître stigmatiser des cultures étrangères, et paralysés par l’idée que réclamer aux nouveaux arrivants d’assimiler la culture française puisse apparaître comme une foi dans la supériorité de celle-ci. [...]"

Posté le 18 avril 2014 à 08h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

11 avril 2014

815 000 Algériens majeurs résident en France

Environ 815 000 Algériens votent en France, dans les consultas algériens, à partir du 12 avril pour élire le président algérien.

L'ambassade publie la liste des bureaux de vote par région: cinq en région parisienne (Paris, Nanterre, Pontoise, Bobigny et Vitry-sur-Seine), quatre en région sud (Marseille, Montpellier, Nice, Toulouse), quatre en région centre-est (Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Besançon), deux en région ouest et sud-ouest (Nantes et Bordeaux), un en région nord (Lille) et deux en région est (Strasbourg et Metz).

Posté le 11 avril 2014 à 13h08 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (27)

10 avril 2014

Immigration : les régularisations ont bondi de 50 % en 2013

Ces régularisations ont atteint, en 2013, le nombre record de 35 000. Si l'on ajoute les étrangers régularisés pour « maladie » — soit 6 000 personnes — et ceux régularisés en tant que « parents d'un enfant français » — soit environ 3 000 personnes —, plus quelques autres, ce sont environ 45 000 personnes qui ont été régularisées en 2013. Cela représente 123 régularisations par jour.

Avec ce nombre de régularisations, la France franchit le cap des 200 000 entrées annuelles d'étrangers, alors que celles-ci tournaient depuis le début des années 2000 autour de 190 000.

  • 94 457 entrées pour motif familial (+ 8,4 %),
  • 17 813 pour motif économique (+ 11 %),
  • 62 984 pour motif étudiant (+ 7 %),
  • 17 754 pour raisons humanitaires (– 3 %)
  • 13 322 de motifs divers.

Posté le 10 avril 2014 à 14h07 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Immigration , Institutions internationales

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Immigration , Institutions internationales