10 février 2016

Une Allemande s'adresse au général Piquemal pour défendre Pegida

Parce que le vrai débat autour de l'affaire du général Piquemal est l'invasion migratoire de l'Europe, une Allemande vivant en France, Hildegard von Hessen am Rhein, s'adresse au général Piquemal pour défendre le mouvement Pegida :

Partisans-mouvement-pegida-acronyme-patriotische"C'est d'abord l'Allemande qui s'adresse à vous. Une allemande qui aime la France et bien entendu son pays d'origine, l'Allemagne (...) Si j’ai pu m’en sortir, c’est parce que j’ai décidé de quitter l’Allemagne pour la France et que le mélange des deux cultures m’a donné le privilège de réfléchir à ma condition humaine et aujourd’hui à soutenir le mouvement PEGIDA qui est tout, sauf raciste, xénophobe et fasciste, comme vous venez de le désigner injustement dans votre dernière déclaration sur RTL.

Ces mots de mépris, sortis de votre bouche (...) sont le fruit de l’ignorance de ce qu’est PEGIDA. Je vous pardonne cette ignorance. Ignorance entretenue par les médias aux ordres des pouvoirs outre-Rhin comme français, qui ne cessent de désigner ce mouvement comme « nazi, xénophobe, raciste, extrême droite », bref, toutes les insultes qui conviennent à l’intimidation et destinées à manipuler l’opinion publique qui ne s’y trompe pourtant pas. La presse ment, si bien ici qu’en Allemagne.

Nous avons été un grand nombre à avoir admiré votre intervention courageuse à Calais et à nous dire : « enfin, quelque chose va bouger, un général s’exprime à nos côtés ». Puis votre arrestation arbitraire, ensuite votre hospitalisation, qui éveillèrent l’indignation générale. Vous l’aurez constaté sur les réseaux sociaux. Des pages de soutiens se sont spontanément ouverte, qui ont recueillis des dizaines de milliers de likes (...)

Pourtant, Général, vous voyez les mêmes choses que nous, dissidents au régime, lanceurs d’alertes. Sinon, pourquoi auriez vous fait ce déplacement à Calais ? Nous, dissidents, moi en particulier, suis loin d’être ce dont nous accablent les mainstreams. Nous ne sommes ni racistes, ni fascistes, ni nazi, nous acceptons le droit d’asile pour les vrais persécutés. Ce que nous n’acceptons pas, sont mensonges, trahisons et l’injustice faite à nos compatriotes en faveur de l’invasion islamisée. Et dans ce contexte, sur ce que je viens d’affirmer, je me vois obligée de citer Staline (...) :

Lorsque tu débats avec un homme de droite, commence par le traiter de fasciste. Le temps qu'il passera à démontrer que ce n'est pas vrai, sera du temps en moins pour lui à argumenter sur le fond du problème (...)

PedigaQuelle ne fut pas notre déception à entendre vos derniers propos sur RTL ! L’abattement s’est emparé de moi, qui avais enfin placé de l’espoir, qu’à travers vous, le régime, retrouverait la raison pour entendre le peuple que nous sommes. Général, vous vous êtes conformé, par votre désobéissance passagère, à la Constitution qui mentionne que le peuple a le droit de destituer ceux qui le trahissent. Nous sommes trahis depuis Giscard, premier responsable de nos maux, pour avoir permit le regroupement familial qui a contribué à créer une société parallèle musulmane, laquelle, de plus en plus impose ses valeurs, ses coutumes, sans oublier les nombreuses conversions à leur religion drapée en idéologie politique.

J’en termine pour vous dire, que vous vous trompez sur PEGIDA, que vous êtes tout autant manipulé sur le sujet que le grand public. Puissiez vous revenir à la raison et vous pencher avec attention sur ce mouvement d'origine d'Allemagne de l'est, qui se propage en Europe et qui désormais s’internationalise jusqu’en Australie.

Et que, ce sont pour toutes ces merveilles de nos deux pays citées plus haut, ainsi que d'autres de nos voisins et amis européens que nous nous battons. Méritons-nous d'être ainsi insultés pour vouloir préserver la beauté face à l'obscurantisme ? Avez vous déjà oublié Palmyre ? Les Bouddahs de Bahmian, le mausolée de Tombouctou ? Qu'adviendra-t-il de l'Acropole, berceau de notre civilisation européenne ? Et des Pyramides d'Egypte qu'ils avaient annoncé vouloir détruire. Oui, Général, encore une fois, c'est pour tout cela que nous nous battons et PEGIDA en particulier, dont je ne suis pas, comme d'aucun parti, ni association. Je ne représente que ma conscience et moi-même."

Posté le 10 février 2016 à 07h34 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

La loyauté est une vertu mais l’obéissance servile est un acte de lâcheté

Dans une lettre ouverte adressée au général Cambournac, maître Frédéric Pichon réagit à la frilosité de certains généraux à la retraite :

" (...) Je tiens à réagir à vos propos vous désolidarisant de votre camarade le général Piquemal. Je suis actuellement avocat depuis 17 ans et constate un recul drastique des libertés publiques et de la liberté d’expression concernant les idées patriotiques, et une soumission de plus en plus incroyable des juges. Le rôle d’un militaire est de défendre la patrie contre l’étranger : il n’est pas de servir de sous-fifre au pouvoir politique en place, quel qu’il soit ; auquel cas, le lien armée-nation serait définitivement rompu.

Comme l’a indiqué le général Dary, ancien chef d’armée, c’est bien l’armée qui était visée et ciblée à travers cette arrestation arbitraire. Cela ne vous choque donc pas qu’un homme qui a servi la patrie avec amour et dévouement soit traité comme un malfrat par des policiers en civil recrutés parmi des syndicats de gauche pour leur servilité ? Qu’il ait passé 48 heures en garde à vue dans une cellule pouilleuse, que le procureur de la République ait fait obstruction à son avocat désigné pour aller le visiter avec une agressivité incroyable ? Que, compte tenu de ces conditions, il ait fait un malaise

La loyauté est une vertu, mais l’obéissance servile est un acte de lâcheté, surtout lorsqu’elle se retourne contre les citoyens de votre propre pays (...) Sans doute pressé par des autorités de plus en plus déterminées à faire taire la grande muette (...), vous avez cru bon devoir prendre vos distances avec votre camarade Piquemal et prédécesseur au sein de l’UNP (Union nationale des parachutistes). C’est dans ce même esprit, semble-t-il, que vous avez voulu faire taire les voix discordantes qui s’élevaient lorsqu’il était question que l’armée algérienne descende sur les Champs-Élysées.

Sachez, mon Général, malgré tout le respect que m’inspire votre passé, que pour moi il y a deux catégories de personnes : les combattants et les esclaves. Il n’y a pas d’ancien combattant. Un militaire qui obéit servilement aux ordres d’un pouvoir qui détruit chaque jour la France ne mérite pas le respect. Je vous demande humblement d’y réfléchir.

Que vaudra une Légion d’honneur, pour laquelle beaucoup de vos collègues avalent toutes les couleuvres de la terre, lorsque demain nos femmes seront violées comme à Cologne et que les églises auront été remplacées par les minarets ? Un bout de tissu rongé par les vers de la soumission et le regret de ne pas avoir répondu à l’appel de servir la patrie en acte et en vérité."

Posté le 10 février 2016 à 06h56 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (6)

09 février 2016

L'état des principaux camps qualifiés de « jungle » montre que la France n'a pas les moyens d'accueillir les clandestins

Jacques Bompard attire l'attention du ministre de l'intérieur sur la dégradation de la situation des camps d'immigrés en France :

"Le mardi 26 janvier 2016 a éclaté une fusillade au sein du camp de Grande-Synthe, aux portes de Dunkerque. Le bilan de la rixe fait état de cinq blessés, trois par balles et deux autres à l'arme blanche. Ce camp d'immigrés regroupe 2 500 personnes, dont 95 % de Kurdes. Comment alors s'étonner de la situation lorsque l'on constate l'état de ce camp situé sur un terrain boisé et marécageux rendant difficile, voire impossible, l'action des forces de l'ordre : une équipe du Raid, une brigade de gendarmerie mobile, un escadron de CRS et deux équipes cynophiles : il n'en a pas fallu moins pour opérer une perquisition dans le camp de Grande-Synthe. Des armes ont été retrouvées, confirmant le problème sécuritaire que représentent les immigrés et qui inquiète les Français depuis des mois. La « jungle de Calais », « le camp de la honte » portent ces noms pour une raison. Ils reflètent l'inquiétude des Français. Le réalisme impose la solution à la question des clandestins illégaux qui doit bénéficier d'une réponse faisant appel au bon sens. L'état des principaux camps qualifiés de « jungle » démontre que la France n'a pas les moyens d'accueillir les clandestins tout en assurant la sécurité de sa population. L'état de ces camps représente un danger pour les immigrés eux-mêmes. Les minorités chrétiennes de ces camps subissent les majorités musulmanes. Au camp de Grande-Synthe l'objectif à peine dissimulé des populations musulmanes est l'expulsion des chrétiens iraniens du camp, en témoigne le responsable syndical sur place : « il existe un réel problème entre les musulmans et les non musulmans » (Le figaro, 27 janvier 2016). Le constat est indiscutable : le problème vient de l'Islam majoritaire et toujours grandissant pour qui la cohabitation n'est pas envisageable. Des réseaux d'extorsion sont mis en place par ces islamistes qui négocient les passages en Angleterre et font payer l'accès aux douches installées par la municipalité (le bon combat, l'horreur au camp de réfugiés de Grande-Synthe). Le Gouvernement tourne encore une fois le dos à ses responsabilités et les grands médias se gardent bien de relayer ce type d'exactions. Dans cette perspective il est demandé au ministre de l'intérieur si la politique migratoire du Gouvernement compte changer radicalement d'orientation afin de remédier aux problèmes sécuritaires que posent les immigrés pour eux-mêmes et pour les populations françaises. Il s'interroge également sur le fait de savoir jusqu'à quand les ressources de forces de l'ordre seront gaspillées dans des missions que le Gouvernement ne leur permet pas d'exercer efficacement."

Posté le 9 février 2016 à 18h54 par Michel Janva | Lien permanent

08 février 2016

Témoignage d'une Calaisienne : une situation infernale

A l’occasion de la journée de Rungis, le 7 février, l’intervention de Simone Héricourt, Calaisienne, bouleversa la salle, en décrivant ce qu’était le Calais de son enfance, qu’elle aimait, et ce qu’est devenu la ville, et la vie quotidienne des habitants, harcelés par des clandestins violents, abandonnés par les autorités, et vivant dans la peur. Cette femme, venue avec son mari, pourtant gravement malade, risque d’être expulsée de chez elle, dans les prochains jours:

Posté le 8 février 2016 à 21h40 par Michel Janva | Lien permanent

Le général Piquemal est gagnant sur toute la ligne mais n'oublions pas le sujet : l'immigration

De Philippe de Saint-Germain :

Unknown-41"Si le général Christian Piquemal a bien pensé son affaire, il est pour l'instant gagnant sur toute la ligne. Avec une poignée de moyens, il a capté tous les projecteurs, avec un procès à la clé dans trois mois : de l'or en barre. 

Mais le tintamarre médiatique a son revers : elle focalise l'attention sur la légitimité ou non de son indignation, ce qui permet d'éviter de traiter les vraies questions, qu'il s'agisse des causes profondes de ces migrations irrépressibles, et de l'incurie de l'Etat incapable de les maîtriser, temporairement et durablement.

Je serais de ses amis, je la jouerais discrète. Ce genre de situation provoque les parasites en tout genre, comme ces badauds qui empêchent les pompiers de faire leur job. Laissons le général piloter la défense de sa cause, avec ses explications et ses nuances à lui. Moins il sera instrumentalisé, mieux son message portera."

Posté le 8 février 2016 à 21h21 par Michel Janva | Lien permanent

Il ne faut pas minimiser ce qui vient de se passer à Calais

Analyse très intéressante de Vincent Tournier, maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble, pour Atlantico :

"Il ne faut pas minimiser ce qui vient de se passer à Calais. Visiblement, les forces de l’ordre avaient pour consigne d’interpeler immédiatement et sans ménagement le général Piquemal. La réaction des pouvoirs publics est donc ici beaucoup plus ferme que face à autres mouvements contestataires, comme Notre-Dame-des-Landes ou le barrage de Sivens, où les forces de l’ordre ont plutôt cherché à temporiser, y compris ce dimanche face aux casseurs à Rennes.

Cette fermeté gouvernementale n’est pas nouvelle. Les militants de la Manif pour tous en savent quelque chose. Mais cette fois, les enjeux sont plus importants. Le mouvement Pegida a beau être à l’état microscopique en France, les autorités sont manifestement inquiètes devant le fait qu’un militaire de haut rang, peu suspect d’activisme militant puisqu’il a exercé des fonctions élevées dans l’administration, en prenne la tête. Pour comprendre cette inquiétude, il faut resituer le contexte. La situation actuelle est sans équivalent depuis la guerre d’Algérie. L’armée est aujourd’hui fortement sollicitée, non seulement sur le plan extérieur, mais aussi sur le plan intérieur, avec 10.000 soldats déployés sur le territoire depuis janvier 2015. Les forces de l’ordre ont donc le sentiment de jouer un rôle majeur dans la protection du pays, ce qui n’est pas faux, et elles bénéficient d’un fort soutien dans l’opinion (...) En même temps, les forces de l’ordre sont traversées par une certaine exaspération, comme en témoigne la poussée des intentions de vote en faveur du Front national. Les enquêtes du CEVIPOF indiquent ainsi que 51% des policiers et des militaires se disent prêts à voter FN à la fin 2015, alors que 30% ont voté pour lui au premier tour en 2012.

On assiste donc à une certaine radicalisation. Les raisons doivent probablement être recherchées dans un mélange d’exaspération face à la dégradation de la situation sur le terrain, et de désarroi face à l’impuissance ou à l’indolence des pouvoirs publics. Cette situation est sensible. Elle est susceptible de provoquer des tensions entre l’armée et le pouvoir civil. Or, les tensions vont être encore plus fortes si le ressentiment et la colère des militaires parvient à s’incarner dans une personnalité qui est issue de leurs rangs et qui bénéficie d’une certaine légitimité. L’enjeu autour de cette affaire est donc très important. C’est pour cela que le gouvernement ne fera aucun cadeau. Il s’agit d’éviter d’aller vers une cassure entre l’armée et le pouvoir civil comme ce fut le cas pendant la guerre d’Algérie. Le message est donc clair : le gouvernement ne tolérera aucune incartade de la part des militaires, aucune intrusion dans le débat politique.

En France, l’opposition à l’immigration est assez répandue dans l’opinion publique, mais cette opposition n’a pas débouché sur des mobilisations populaires ou sur des mouvements politiques extrémistes. Un mouvement comme Pegida n’a pas d’équivalent en France, où il reste à l’état de groupuscule, malgré la tentative de l’écrivain Renaud Camus de le développer en France. Les mouvements radicaux comme Riposte Laïque sont certes actifs sur la Toile, mais ils sont très minoritaires. Il en va de même pour les Identitaires. Bref, aucun mouvement radical n’a réussi à s’emparer des critiques et des peurs liées à l’immigration, et encore moins à provoquer des mobilisations de rue.

On peut attribuer cette absence de politisation à deux facteurs. Le premier n’est autre que le Front national. Les observateurs sont généralement très critiques envers le FN, mais ils oublient que ce dernier offre un sérieux avantage, à savoir occuper tout l’espace à l’extrême-droite. De fait, le FN a le mérite de contenir les poussées radicales et de les maintenir dans le jeu démocratique. D’ailleurs, les violences de l’ultra-droite, qui étaient encore très fréquentes dans les années 1970, ont fortement baissé depuis que le FN s’est implanté électoralement (...)

Au-delà d’un certain niveau de contestation, les digues peuvent très bien être débordées. Le Front national lui-même n’est pas à l’abri d’une crise interne car il risque d’être pris au piège de sa propre stratégie de dédiabolisation : à force de se recentrer, va-t-il satisfaire ceux qui veulent aller plus loin ? En situation de crise, beaucoup de gens ont envie d’agir, de passer à l’action, comme on le voit avec l’afflux de candidatures dans les armées. La quête d’un nouveau leader charismatique est une autre option ; elle est d’autant plus crédible qu’il y a eu de nombreux précédents dans l’histoire de France. Aujourd’hui, on voit bien que beaucoup de gens sont en attente d’un leader un peu autoritaire, d’un chef qui viendrait remettre de l’ordre, une sorte de nouveau général Boulanger ou de nouveau général de Gaulle. On peut même se demander si ce n’est pas ce que redoute le gouvernement avec l’affaire du général Piquemal. Le gouvernement est d’autant plus inquiet qu’il est mal armé pour faire face à une situation exceptionnelle, lui qui a déjà du mal à faire passer une mesure aussi secondaire que la déchéance de nationalité. Pour l’heure, dans la lutte contre la menace djihadiste, la situation est encore à peu près gérable, mais que se passera-t-il si d’autres attentats ont lieu, si des centaines ou des milliers de personnes sont tuées ? Que va pouvoir dire le gouvernement aux électeurs, sachant que l’état d’urgence lui donne déjà le maximum de moyens d’action que l’on peut espérer dans un cadre démocratique ? C’est pourquoi des personnalités comme le général Piquemal sont potentiellement dangereuses car elles donnent du crédit à l’hypothèse qu’il existe une alternative. En même temps, une sur-réaction de la part des autorités peut avoir pour effet pervers de donner une certaine aura à ce général, de lui assurer une audience, lui qui était jusque-là un parfait inconnu."

En raison de son hospitalisation suite à un malaise, le procès du général Piquemal est reporté au 12 mai ce qui ressemble à une temporisation de la part de l'Etat à moins que l'état de santé du général nécessite plusieurs mois d'hospitalisation, ce qui serait encore plus grave. De son côté, l'avocat du général Piquemal se plaint de n'avoir accès ni à son client ni à son dossier...

Posté le 8 février 2016 à 13h15 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (34)

Mourmansk n'est pas Cologne

Des migrants du Proche-Orient, en chemin vers une boîte de nuit de Mourmansk, ont importuné des jeunes filles russes. Ils se sont rappelés trop tard qu'ils ne se trouvaient pas dans un pays de l'UE. Bilan : 18 migrants à l'hôpital et 33 en détention. "Welcome to Russia" : Nous sommes ravis d'avoir des invités, encore ne faut-il pas oublier que vous êtes invités. (source)

Posté le 8 février 2016 à 08h14 par Michel Janva | Lien permanent

Général Tauzin : " On laisse en repos ceux qui mettent le feu, et on persécute ceux qui tentent de l’éteindre"

F5375e052be7dc2adbdae37a5325765e-300x300Suite à l'arrestation du général Piquemal, le général Tauzin communique :

"En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu, et on persécute ceux qui tentent de l’éteindre.

Hier à Calais, les forces de l’ordre ont procédé à l’interpellation du Général Christian Piquemal, ancien commandant de la Légion Etrangère. Il s’agit d’un incident grave.

Le Général Piquemal, que je connais personnellement et pour qui j’ai un profond respect, savait que sa présence à cette manifestation était illégale du fait de l’interdiction préfectorale dictée par le ministre Cazeneuve. Il était prêt à en payer le prix pour des raisons supérieures à la légalité : le service de la France et la défense des Français face aux vagues migratoires.

Officier, il a consacré sa vie à la France et, à 75 ans, il reste prêt à la donner pour que la France vive. Officier de la Légion Etrangère, il ne peut en aucun cas être considéré comme un raciste.

2907688lpw-2907720-article-christian-piquemal-calais-jpg_3358830_660x281Cette arrestation brutale se traduit aujourd’hui par un jugement en comparution immédiate, ce qui me révolte profondément étant donné que notre « justice » manifeste par ailleurs un laxisme insupportable envers la délinquance réelle des no-borders.

Je félicite vivement le Général Piquemal et lui dis tout mon respect. J’appelle toutefois au calme, car cette arrestation constitue, de la part de nos gouvernants, une grossière tentative d’intimidation; méthode classique des régimes à l’agonie. Ne nous laissons pas entraîner là où ils veulent nous conduire : l’action violente.

Ce gouvernement – dont l’incompétence confine de plus en plus à l’illégitimité – nous provoque et espère nous pousser à la faute. Ne cédons pas aux manipulations et préparons l’avenir avec détermination. Dans la tempête qui se prépare, nous devons rester calmes, avoir confiance en la France car elle a connu bien d’autres difficultés, et préparer avec courage son redressement. Ensemble, nous rebâtirons la France !"

Sur les réseaux sociaux, il semblerait que l'amicale du 9ème RCP et l'Union Nationale des Parachutistes (UNP) appellent à soutenir pacifiquement le général Piquemal de la manière suivante :

"Le Général Piquemal sera présenté au tribunal correctionnel à Boulogne-sur-Mer, lundi après midi. Ordres de rassemblement : 12 h devant le Tribunal à Boulogne. L'audience est libre. Il est demandé en particulier aux Paras et Légionnaires d'être présents à l'audience en tenue civile avec béret et décorations. et si possible un drapeau tricolore sans marque particulière. L' UNP a été prévenue et du personnel sera présent. Faire courir rapidement l'info !"

Posté le 8 février 2016 à 07h26 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (22)

07 février 2016

Allemagne : L'Eglise appelle à freiner les arrivées d'immigrés

MarxLe cardinal Reinhard Marx, président de la Conférence épiscopale allemande, dans un entretien au quotidien régional Passauer Neue Presse, a déclaré :

«En tant qu'Eglise aussi, nous disons que nous avons besoin d'une réduction du nombre de réfugiés».

L'Allemagne ne peut pas «accueillir tous les nécessiteux du monde». Le cardinal Marx estime que cette question ne doit pas être traitée uniquement à l'aune «de la charité mais également de la raison».

Posté le 7 février 2016 à 17h47 par Michel Janva | Lien permanent

Natacha Bouchart réclame l'armée et se félicite de l'arrestation du Gal Piquemal

Mercredi 3 février, le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a reçu le maire de Calais, Natacha Bouchart (Les Républicains), Xavier Bertrand, le président (LR) du conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie, et Yann Capet (PS), député du Pas-de-Calais. Cet entretien, décidé au lendemain de la manifestation de soutien aux migrants du 23 janvier, a eu lieu en présence du nouveau garde des sceaux, Jean-Jacques Urvoas. Mme Bouchart expliquait au Monde :

"Le 23 janvier, lors d’une manifestation qui n’aurait jamais dû être autorisée, un groupe important de migrants a pu envahir le port et une partie d’entre eux ont même accédé à un ferry. Cet événement a montré la fragilité du dispositif de sécurisation du port, et démontré que la lande était hors de contrôle. Comme je ne peux accepter qu’une partie du territoire de ma ville ne soit pas sous contrôle, je demande au ministre de l’intérieur qu’on en sorte les gens qui n’ont rien à y faire et qui incitent les migrants à ce type d’action. [...]

J’adresse solennellement ma demande au chef de l’Etat. Pour reprendre le contrôle de la lande, il faut que l’armée intervienne et en sorte ceux qui n’ont rien à y faire."

Et puis elle s'est félicité que la police intervienne pour interpeller le général Piquemal.

Guillaume Larrivé, porte-parole LR, ne l'entend pas de cette oreille :

Jean-Frédéric Poisson également :

Posté le 7 février 2016 à 17h35 par Michel Janva | Lien permanent

La gauche protège les clandestins et persécute les patriotes

La justice française n'est plus aux ordres de Taubira mais elle est toujours aussi prompte à réagir quand il s'agit de s'en prendre aux patriotes et à la liberté d'expression alors que de nombreuses manifestations ont eu lieu ces dernières semaines (taxi, VTC, borders, antifas, pro-migrants...) :

2907688lpw-2907720-article-christian-piquemal-calais-jpg_3358686_660x281Cinq personnes, dont le général ancien patron de la légion étrangère Christian Piquemal, passeront en comparution immédiate lundi au tribunal de Boulogne-sur-Mer après leur interpellation samedi à Calais lors d'un rassemblement hostile aux migrants. Le général Piquemal a été désigné comme ayant eu «le rôle principal» dans cette manifestation interdite. Il sera poursuivi pour «participation à un attroupement qui ne s'est pas dissout après sommation» (...)

«On sait bien que la manifestation a été interdite et que l'autorité de l'Etat a été défiée. Le général, il n'est pas venu à Calais pour faire de la figuration», a affirmé à l'AFP le procureur de Boulogne-sur-Mer, Jean-Pierre Valensi.

7366935-11342659Même la BBC relaie cette information. Carl Lang, président du PdF, dénonce cette répression :

"C'est au moment où il quittait le lieu du rassemblement et à l'issue de l'appel à la dispersion des manifestants qu'il a été brutalement ceinturé et arrêté par les forces de l'ordre. Alors qu'il y a quelques jours des milliers de migrants en situation irrégulière encadrés par des militants d'extrême gauche défilaient librement dans Calais, le rassemblement à l'appel de l'association Pegida a été interdit par le gouvernement socialiste. Il est clair qu'une fois de plus la gauche protège les clandestins et persécute les patriotes. La trahison du peuple français règne au sommet de l'Etat."

Posté le 7 février 2016 à 15h01 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (32)

Général Piquemal : "L'identité de la France est menacée"

Juste avant son arrestation :

Posté le 7 février 2016 à 09h12 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (48)

On sait désormais qui est contre la liberté d'expression

Natatcha Bouchart, maire (LR) de Calais, vice-présidente du conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie, ancienne sénatrice puis collaboratrice de son ex-suppléant pour contourner la loi sur le cumul, puis démissionnaire de ce poste sous la pression du scandale :

Image3

Image6

Posté le 7 février 2016 à 09h01 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (17)

Il est plus facile d’arrêter un général que de mater des émeutes de migrants

Lu sur Boulevard Voltaire sous Laplume de Philippe Bonnet, officier à la retraite :

Maxresdefault"Hier, samedi 6 février, le général Piquemal a été arrêté. Général de corps d’armée, il manifestait contre la situation de Calais. Ce soir, des policiers épuisés se feront caillasser, demain nos impôts paieront un hélicoptère et des services de secours pour repêcher des migrants dans un canot sur la Manche.

Il est plus facile d’arrêter un général que de mater des émeutes de migrants qui attaquent les forces de l’ordre aux cris de « Vive Daech ! » comme entendu à Calais, au moment où des attentats imminents de grande ampleur menacent, une immigration qui crée des bidonvilles et des zones de non-droit qui excèdent des populations qui ne supportent plus une situation qu’elle n’a pas désirée. L’incapacité du gouvernement à résoudre des problèmes inadmissibles au XXIe siècle est masquée par des contre-feux médiatiques qui masquent la réalité d’une France en passe de soumission à un islam qui dérive, à des musulmans qui sont pris en otages par des revendications qui ne sont pas forcément les leurs mais dont ils profiteront.

Sans-titre8Nombreux sont les militaires dans les conflits des années 1990-2000 qui ont vu des pays littéralement imploser. Ils sont inquiets de voir des scenarii connus se réaliser dans notre pays et méritent d’être entendus. Un député socialiste voudrait les faire taire en leur imposant le silence même à la retraite. Car ces serviteurs de la France sont aussi des têtes bien faites, issues de grandes écoles où l’on s’instruit pour vaincre. Nos responsables civils actuels débattent, dépensent sans compter, oublient que les Français sont avant tout des hommes et des femmes qui souffrent de leurs non-décisions et de leur incapacité à nous protéger, à garantir nos libertés, et à présent à permettre leur survie.

Combien d’attentats faudra-t-il pour qu’on tienne compte des alertes lancées pour que l’on cesse d’accepter des gens qui n’ont pas demandé qu’on les accueille mais qui forcent le passage. Sa misère serait plus facile à comprendre et à soulager si nos dirigeants moralistes cessaient de soutenir des chefs d’État dont la fortune personnelle est égale à la dette de leur pays. Les responsables de notre pays ont été élus pour soulager nos maux, pas ceux du monde entier. Quand nos maux seront pansés, la France redeviendra alors accueillante et souriante.

Le général de division (er) Didier Tauzin, qui fait des conférences et écrit des livres qui commencent à ressembler à un programme politique, sera-t-il déchu de sa nationalité ?

Le cynisme de nos dirigeants politiques et leur mépris de ceux qui leur sont confiés (nous !) s’opposent à des hommes pour qui le mot honneur a un sens et qui ont toujours eu le souci de ceux qui leur ont été confiés. Arrêter un général, fût-il en retraite, n’est vraiment pas un bon signe.

A part quelques rares élus, la classe politique ne semble pas choquée par ces atteintes répétées à la liberté d'expression :

Image2

  Image48
Image35

Posté le 7 février 2016 à 08h51 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (10)

06 février 2016

Calais : le général Piquemal arrêté lors de la manifestation Pegida

Lu ici :

"Le général Piquemal, ancien commandant de la légion étrangère, a rejoint le mouvement d’extrême-droite anti-immigration Pegida pour une manifestation qui se déroule à Calais malgré une interdiction de la part du gouvernement.

«Les policiers viennent d’arrêter le général Piquemal, ancien patron de la légion étrangère» [...].

Au moins 20 autres manifestants ont également été interpellés[...]"

 

Posté le 6 février 2016 à 15h40 par Marie Bethanie | Lien permanent

Viol d'un garçon de 10 ans par un migrant : "urgence sexuelle"

C'est l'excuse invoquée par un migrant irakien de 20 ans lors de son interpellation par la police viennoise, après qu'il ait violé un enfant de 10 ans dans une piscine à Vienne. Le petit garçon a dû être hospitalisé pour ses blessures.

"Au cours de son interrogatoire l’homme a tenté de se disculper en disant que cela était une «urgence sexuelle. »

Il a expliqué qu’il a dû se contenter de l’enfant car il n’a pas eu de rapports sexuels depuis quatre mois, en expliquant: «Je ne pouvais pas supporter de ne pas avoir de rapports sexuels, j’ai un excès d’energie sexuelle  »

Lorsqu’on lui a demandé si c’était illégal d’avoir des relations sexuels avec des garçons de 10 ans en Irak, l’homme a dit « Une telle chose est interdite dans tout pays dans le monde. »"

L'omerta est -presque- totale car la police se rend complice des violeurs en taisant leurs crimes :

"Il n’y avait aucune raison pour que nous fassions un communiqué de presse , a déclaré le colonel Johann Golob, chef du bureau de la police d’État de Vienne. « Si on nous le demande, nous confirmons les faits, mais ne communiquons pas de manière pro-active sur le sujet », a déclaré Golob."

Quand l'"urgence sexuelle" deviendra vraiment urgente pour tous les migrants entrés en Europe ces derniers mois, ils tomberont sur tout ce qui bouge. Le carnaviol a d'ailleurs déjà commencé.

Posté le 6 février 2016 à 10h14 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (22)

05 février 2016

Quelles manifestations contre l'invasion migratoire sont autorisées les 6 et 7 février ?

1021439303Alors que les manifestations et violences des "borders" d'extrême gauche n'ont gêné personne à Calais (photo ci-contre), qu'en est-il des manifestations contre l'immigration clandestine prévues en France les 6 et 7 février à l'appel de Pediga ? Riposte laïque fait le point :

"Nous apprenons, par un coup de téléphone de François Jay, responsable local du Siel et organisateur du rassemblement bordelais du 6 février, que l’initiative est autorisée. Rappelons qu’elle se tiendra, en solidarité avec les femmes allemandes agressées et violées dans la nuit du 31 décembre, devant le consulat d’Allemagne, 377 boulevard du président Wilson, à Bordeaux.

Nous en sommes donc, en province, à la situation suivante : pour le moment, deux rassemblements sont autorisés par les préfets, ceux de Montpellier et Bordeaux. Deux ont été interdits, ceux de Saint-Brieuc et Calais (...)

Pour le rassemblement de Saint-Brieuc, organisé par Résistance républicaine, Maître Pichon, a plaidé, à 14 heures, à Rennes, un référé liberté, dont le résultat sera connu demain matin, à 10 heures. Selon notre avocat, sans tomber dans un optimisme excessif, l’audience s’est fort bien déroulée, le président n’ayant pas vu, dans les arguments avancés par les organisations bretonnes qui demandaient l’interdiction, ni dans ceux du préfet Lambert, des faits pouvant prouver des risques de troubles à l’ordre public venus des organisateurs.

10310657_1533418300245878_4694306208777978836_nMais tous les médias paraissent avoir braqué leurs projecteurs sur Calais. L’annonce de l’interdiction, par le ministre de l’Intérieur Cazeneuve en personne, suite à la demande du maire de Calais, Natacha Bouchart, ne paraît pas avoir découragé les manifestants. Dans une interview accordée ce matin à Riposte Laïque, Loic Perdriel, président de Pegida France, annonçait son intention de maintenir le rassemblement, quoi qu’il arrive. Et, information très importante, le général Piquemal, dans un communiqué envoyé cet après-midi, annonçait sa présence à ce rassemblement, et appelait tous les Calaisiens, et plus largement les Patriotes, à rejoindre cette démonstration qui se veut pacifique.

A Rungis, rien de nouveau, le rassemblement se tiendra bien le dimanche 7 février, de 10 heures à 17 heures, Espace Jean Monnet, 47, rue des Solets. Y interviendront notamment le Général Martinez, Karim Ouchikh, président du Siel et conseiller régional, Renaud Camus, écrivain, Simonne Héricourt, Calaisienne de toujours, Ghislaine Dumesnil, machiniste à la RATP et au total une douzaine d’intervenants."

Posté le 5 février 2016 à 14h25 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

04 février 2016

Des terroristes dans des centres de réfugiés

Ce n'est pas un mythe colporté par les radicaux d'extrême droâte :

"La police allemande a annoncé jeudi trois arrestations lors d'une opération d'envergure visant des Algériens, dont certains vivaient dans des centres de réfugiés, soupçonnés de préparer un attentat à Berlin en lien avec l'organisation Etat islamique.

[...] Selon l'agence DPA, l'un des Algériens aurait eu des contacts avec la mouvance islamiste belge et s'est rendu au moins une fois ces dernières semaines dans le quartier de Molenbeek, à Bruxelles, d'où sont originaires des auteurs des attentats du 13 novembre à Paris.

[...] Outre le foyer d'Attendorn, un autre centre d'accueil de demandeurs d'asile a été perquisitionné à Hanovre (nord).

Ces opérations policières interviennent alors qu'ont démarré en fin de matinée les festivités du carnaval dans une grande partie de l'ouest de l'Allemagne, notamment à Cologne, réunissant des dizaines de milliers de personnes. Des mesures de sécurité renforcées ont été déployées dans la région de crainte d'attentats ou de répétition des agressions de masse, notamment sexuelles, enregistrées à Cologne la nuit du Nouvel An. Ces violences avaient été attribuées pour une large part à des ressortissants de pays d'Afrique du Nord.

Selon des médias allemands, le principal suspect dans l'opération de jeudi, un homme de 35 ans, est arrivé en Allemagne à l'automne, en empruntant la route des Balkans comme des centaines de milliers de migrants. Il avait été enregistré à son arrivée en Bavière. La police berlinoise a aussi indiqué que certains suspects avaient tenté de se faire passer pour des Syriens. Ceux-ci sont presque sûrs d'obtenir un statut de protection en Allemagne contrairement aux Algériens."

Posté le 4 février 2016 à 22h14 par Michel Janva | Lien permanent

A Marseille, une cité où les habitants veillent à rester entre Blancs et sans immigrés

Un reportage (payant) du Monde, relayé par Fdesouche, se penche sur le cas de la Rouvière, dans le 9e arrondissement de Marseille, où un accord tacite entre les habitants empêche la mixité culturelle.

1602040043380096"C’est une ville dans la ville. 2 204 logements, sept immeubles dont quatre immenses barres de vingt étages chacune et une tour de trente niveaux construits sur 28 hectares, la Rouvière surplombe la baie de Marseille, dans le 9e arrondissement de la ville. Cette immense copropriété de 8 800 habitants, construite en 1962 pour héberger les rapatriés d’Algérie, est devenue au fil des années un village très protégé. Où, à deux pas des calanques et de la fac de Luminy, l’entre-soi est devenu la règle. Et le rejet de l’étranger arabe ou noir une consigne non écrite.

"Au nom de la « sécurité », les 8 800 habitants de la copropriété de la Rouvière veillent à rester entre Blancs.

Un résident assure que le conseil syndical a demandé de signaler « tout signe de radicalisation à l’intérieur de la résidence ». Au regard de l’homogénéité très blanche des habitants de la Rouvière, on imagine mal de quel signe il pourrait s’agir."

« On se sent bien à la Rouvière. Les gens sont polis et il n’y a pas de délinquance », remarque d’emblée Jacqueline Tournier. [...] Mais c’est surtout pour le « mode de vie » qu’ils voulaient venir, disent-ils : « C’est pas les quartiers nord, ici. » [...]

Mais les mots résument l’atmosphère. Pour expliquer cette vigilance, le syndic parle d’« esprit de famille » : « On veut rester une résidence homogène, un contre-exemple de la mixité culturelle», avance Gilles Sindt. Avant de lâcher : «On est encore en France ici, avec des familles qui partagent les mêmes valeurs et la même culture. On ne veut pas de prosélytisme musulman ». Le fantasme de l’invasion se traduit depuis longtemps dans les trois bureaux de vote de la Rouvière. En décembre 2015, aux élections régionales, le Front national y a récolté entre 41 % et 46,5 % des voix."

Posté le 4 février 2016 à 13h25 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (18)

03 février 2016

Pas très téméraire

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"La presse européenne avait largement répercuté le geste généreux du Premier ministre finlandais, Juha Sipilä, qui au début du déferlement des clandestins migrants réfugiés avait déclaré qu’il allait accueillir trois ou quatre familles dans sa grande résidence secondaire.

On apprend seulement aujourd’hui que, tout compte fait, il n’a ouvert à personne. Pour des « raisons de sécurité »…"

Posté le 3 février 2016 à 19h14 par Michel Janva | Lien permanent

6-7 février : Journées européennes contre l’invasion migratoire et l’islamisation

Christine Tasin, présidente de Résistance républicaine, est interrogée par Caroline Parmentier dans Présent. Extrait :

"Ce samedi 6 février, dans quatorze pays européens, vont se tenir les Journées européennes, contre l’invasion migratoire et l’islamisation de nos pays. D’où vient cette initiative et qu’espérez-vous de cette mobilisation ?

Il s’agit d’une initiative de Tommy Robinson et de Pegida Allemagne qui, pendant le dernier trimestre 2015, ont demandé à des responsables de mouvements anti-islam des pays européens s’ils voulaient s’associer à une journée européenne « Sauvons notre pays, sauvons notre culture, sauvons notre futur ». Pierre Cassen et moi avons été sollicités pour organiser cela en France. A notre tour nous avons sollicité les associations françaises susceptibles de proposer dans plusieurs régions un rassemblement ou une manifestation. L’idée était de proposer un choix pluriel aux Français, et géographique et de sensibilité politique, afin qu’il n’y ait pas d’exclusions à cause d’étiquettes ou de divergences politiques et que tous puissent dire non, clairement, à l’islamisation et à l’invasion de nos pays, parce que, comme l’a dit Tommy Robinson : « L’islam ne dort jamais pour ce qui est des possibilités de terreur. »

Il y aura simultanément le 6 février des manifestations à Montpellier, à Bordeaux, à Calais, dont une est déjà interdite comme à Saint-Brieuc… Le préfet des Côtes d’Armor représentant le gouvernement, Pierre Lambert, a d’ailleurs exposé ses motivations militantes pour l’interdire : « L’Europe n’est pas menacée par une islamisation rampante. Je ne suis pas en phase avec ces thèses racistes, provocatrices et xénophobes. » Que va-t-il se passer ?

Nous ne pouvons pas accepter une interdiction fondée sur une motivation personnelle, politique ou idéologique du préfet, chargé de traiter également tous les citoyens, qu’ils soient de son bord ou pas. Notre avocat a pris langue avec les services préfectoraux afin d’éclaircir cela, mais on ne voit pas pourquoi ni comment on pourrait nous interdire de manifester quand en Bretagne, comme dans le reste de la France, il y a manifestation sur manifestation, y compris celle de gens défendant des illégaux, donc des délinquants, accompagnés de ces délinquants eux-mêmes…

Les patriotes français se doivent donc, quoi qu’il arrive, d’être présents à Saint-Brieuc, Bordeaux, Montpellier et Calais, samedi et dimanche à Rungis, pour dire leur volonté sans faille de sauver leur pays.

A Paris, c’est vous, présidente de Résistance républicaine et Pierre Cassen, fondateur de Riposte laïque, qui coordonnez le mouvement, avec un meeting le lendemain, le dimanche 7 février, à l’espace Jean Monnet à Rungis (47 rue des Solets) où vous attendez le plus grand nombre de participants. Qui prendra la parole ?

Oui, nous avons choisi de réunir les manifestants potentiels dans une salle privée, ne voulant pas les exposer, comme ce fut le cas deux fois l’année dernière, à une interdiction préfectorale de dernière minute pour une manifestation de rue. Nous aurons à la tribune des hommes politiques, un général en retraite, des militants associatifs, des intellectuels, des hommes et des femmes de terrain, par exemple Karim Ouchikh, président du Siel et conseiller régional Ile-de-France, le général Martinez, Renaud Camus, mais aussi un « Calaisien en colère » et Ghislaine Dumesnil, ex-machiniste de la RATP ayant dû quitter son entreprise à cause de son islamisation… [...]"

Posté le 3 février 2016 à 14h19 par Michel Janva | Lien permanent

01 février 2016

En Italie, un curé s'indigne de la préférence pro-immigrés du maire de Tarente

Don Camillo n'a pas fini de s'en prendre à Peppone. Lu sur Novopress-info :

"Un curé qui s’indigne de la préférence étrangère et a le courage de protester publiquement, voilà qui n’est pas courant. L’altercation, devant les caméras de la chaîne régionale Telenorba, entre le maire de Tarente, dans les Pouilles, Ippazio Stefano, et le curé de la paroisse du Sacré Cœur, l’abbé Luigi Larizza, a donc fait sensation en Italie.

Il faut dire que le maire, qui appartient au petit parti ultra-immigrationniste SEL (Gauche, écologie et liberté), a hautement affiché ses prédilections. D’un côté, il est allé en grande pompe apporter des croissants chauds aux immigrés clandestins dans leur centre d’accueil. De l’autre, il n’a toujours rien fait pour douze familles italiennes de la ville (environ quarante personnes), devenues SDF depuis l’effondrement de leur immeuble, il y a quinze jours, et réduites à dormir sous un porche, dans l’attente d’un relogement.

Le curé, qui avait passé la nuit sur le parvis de l’église avec les SDF italiens, est donc allé voir le maire dans son luxueux bureau de l’Hôtel de Ville et l’a vivement apostrophé, après lui avoir rappelé ses croissants aux clandestins : « C’est de la discrimination raciale au détriment des citoyens italiens ». Le maire tente de le culpabiliser : « Vous parlez un langage qui vraiment me bouleverse, par rapport à votre mission ». Et il a recours à l’habituel canard immigrationniste : les clandestins sont « des enfants qui fuient la guerre et la torture ». Mais le curé ne se laisse pas intimider : « Je parle l’italien et je dis la vérité. Démissionnez de votre mandat de maire ! »"

L'archevêque de Tarente n'a pas tardé à désavouer le courageux curé : n'est pas Don Camillo qui veut et les Peppone sont hélas encore puissants.

Posté le 1 février 2016 à 21h10 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (12)

Aylan/Cologne : cette différence de traitement de l’information en dit long sur l’idéologie multiculturaliste

De Christophe Geffroy dans La Nef à propos des attentas islamistes :

Couverture278"[...] En Europe, ces drames devraient normalement soulever une question évidente : n’avons-nous pas fait fausse route en favorisant une société multiculturelle, sans chercher à maîtriser l’immigration et en abandonnant peu à peu notre modèle d’assimilation puis d’intégration ?

Cette question, visiblement, demeure encore largement taboue, quand on voit que les autorités et les médias allemands ont essayé de passer sous silence puis de minimiser les agressions sexuelles infligées, lors du nouvel an, à nombre de femmes à Cologne et dans d’autres villes d’outre-Rhin. Rien à voir avec le traitement de la photo du malheureux Aylan, mort sur une plage turque à la fin de l’été : là, sans coup férir, toute l’intelligentsia s’est élevée comme un seul homme pour appeler à un accueil inconditionnel des « réfugiés » et flétrir l’égoïsme de ceux qui osaient seulement poser une question, procédant ainsi à une culpabilisation massive des pays occidentaux !

Cette différence de traitement de l’information en dit long sur la façon dont nos élites demeurent prisonnières de l’idéologie multiculturaliste. Elles sont bien les seules, car elles n’en subissent guère les conséquences, quand le peuple modeste, exposé en première ligne, en souffre particulièrement : on retrouve ici les fameuses « fractures françaises » bien mises en lumière par Christophe Guilluy, entre une France urbaine qui profite de la mondialisation et de l’ouverture des frontières, et une « France périphérique » de plus en plus déclassée. [...]"

Posté le 1 février 2016 à 17h46 par Michel Janva | Lien permanent

Le préfet interdit la manifestation contre l'immigration à Saint-Brieuc

Lu sur Breizh info:

"Le préfet des Côtes d’Armor, Pierre Lambert, a décidé d’interdire la manifestation de Pegida contre l’islamisation et l’immigration. Une manifestation prévue le 6 février prochain, de 10h à 12h devant la préfecture de Saint-Brieuc.

Si l’interdiction d’une manifestation est légalement possible surtout en période d’état d’urgence, ce sont les motivations de Pierre Lambert qui posent question :  « L’Europe n’est pas menacée par une islamisation rampante. Je ne suis pas en phase avec ces thèses racistes, provocatrices et xénophobes. » explique le représentant du gouvernement.

« Il faut attendre de voir quel est le motif d’interdiction. Mais un préfet n’a pas a exprimer ses opinions politiques comme il le fait là. C’est son droit de ne pas croire en la menace de l’islamisation de l’Europe. Mais on ne lui demande pas de juger du bien fondé de telle ou telle manifestation par rapport à ses idées politiques », nous indique un avocat quimpérois.

« Si le risque de trouble à l’ordre public est invoqué, il faudra alors que M. le Préfet explique pourquoi depuis deux semaines, il laisse – par exemple – les agriculteurs se rassembler sur la voie publique et créer de véritables troubles à l’ordre public cette fois-ci en brûlant du mobilier urbain et en mettant le feu partout. » [...] Le préfet Lambert a-t-il commis une faute en interdisant la manifestation? Oui, selon l’avocat de Quimper : « Un Préfet se doit de garder une neutralité politique absolue et d’appliquer la politique du gouvernement en place sans exprimer ses propres opinions ; l’inverse de ses déclarations publiques donc – il a même qualifié la manifestation de raciste. Les personnes s’estimant lésées peuvent ainsi tenter de se retourner juridiquement contre lui. Je conseille aux organisateurs de déposer un référé liberté»."

Posté le 1 février 2016 à 17h18 par Michel Janva | Lien permanent

UE : la Commission tente d'enterrer un rapport sur l'immigration

Lu sur Euractiv:

"La Commission Juncker s’est lancée dans un bras de fer avec la Cour des comptes européenne à propos d’un rapport sur l’immigration.

L’organe d’audit de l’UE, théoriquement indépendant selon ses statuts, avait mis le sujet de l’immigration à son ordre du jour en 2015. Une équipe s’est donc penchée sur l’évaluation de la « coopération avec les pays tiers sur les politiques d’immigration et d’asile ». Et plus précisément sur les financements de l’ENPI, ou instrument européen de voisinage et de partenariat. Un programme qui permet de financer le développement de petites entreprises et de faire du développement économique local, pour un montant avoisinant 1 milliard d’euros sur 6 ans.

Or ledit rapport, transmis en octobre à la Commission européenne, n’a visiblement pas plu. Il évoquait un manque d’évaluation et des coûts démesurés de programmes qui permettent à des migrants de retour au pays d’acheter des vaches, comme en Géorgie, ou de vendre des pâtisseries au Maroc. Au total, 23 projets ont été étudiés, relevant le plus souvent de microfinancement de l’ENPI. La Commission a fait part, à l’automne dernier, de réponses incendiaires et violentes à la Cour des comptes, rendant la procédure contradictoire particulièrement tendue. « Les remarques de la Commission étaient tellement démesurées que l’ensemble n’avait plus de sens pour le lecteur » regrette une source bien informée.

Une lettre pour faire pression ?

Mi-novembre, la Commission européenne a aussi envoyé un courrier directement au président de la Cour des comptes européenne, Vitor Caldeira, pour faire part de ses griefs. La missive, non datée, mais signée par trois vice-présidents de la Commission européenne, dont les deux premiers vice-présidents Frans Timmermans et Federica Mogherini, ainsi que Kristalina Georgieva, montre que tout le poids politique de la Commission a été mis dans la balance.

Dans ce texte, la Commission conteste à la fois la méthode et les conclusions de l’audit, qui se consacre pourtant à des dépenses engagées par la commission Barroso.

« Cette lettre, c’est une erreur politique » assure une source proche du dossier, assimilant le procédé à une pression déplacée, et s’interrogeant ce que l’on penserait « d’un ministère qui tenterait d’influence son auditeur dans un des pays membres ? ».

Prenant compte des remarques de l’audité, la Cour des comptes européenne a modifié son rapport, en éliminant le terme trop brûlant de « réfugié » du texte. Une adaptation « assez logique, parce que le rapport traite des politiques destinées à éviter les migrations, mais n’aborde pas les politiques d’asile qui dépendent des pays membres, et non pas de politiques européennes » assure la même source.

Un rapport déjà amendé

Le nouveau rapport a aussi changé de titre. Il s’intitule désormais : « Dépenses extérieures de l’UE dans les pays voisins du Sud de la Méditerranée et de l’Est ». [...]"

Posté le 1 février 2016 à 17h16 par Michel Janva | Lien permanent

On aura tout vu

Un foyer destiné (réservé ?) aux réfugiés homosexuels  s’apprête à ouvrir en Allemagne. 4 personnes venant d’Iran, d’Irak, de Syrie et d’Ethiopie auraient fait une demande. Cet projet est mené par l’association LGBT Fliederlich (combien de subventions ?).

Posté le 1 février 2016 à 16h47 par Michel Janva | Lien permanent

Le grand remplacement : un concept défendu par l'ONU

Ce n'est pas une théorie issue d'un cerveau complotiste, mais une notion développée dans un rapport de l'ONU sur les migrations de remplacement, publié par la Division de la population des Nations Unies :

"La Division de la population du Département des affaires économiques et sociales a publié un nouveau rapport intitulé « Migration de remplacement: est-ce une solution pour les populations en déclin et vieillissantes ? ». Le concept de migration de remplacement correspond à la migration internationale dont un pays aurait besoin pour éviter le déclin et le vieillissement de la population qui résultent des taux bas de fécondité et de mortalité.

Les projections des Nations Unies indiquent que, entre 1995 et 2050, la population du Japon ainsi que celles de pratiquement tous les pays d’Europe va probablement diminuer. Dans de nombreux cas, comprenant l’Estonie, la Bulgarie et l’Italie, des pays vont perdre entre un quart et un tiers de leur population. Le vieillissement de la population sera généralisé, élevant l’age médian de la population à des hauts niveaux sans précédents historiques. Par exemple, en Italie, l’age médian augmentera de 41 ans en 2000 à 53 ans en 2050. Le rapport de support potentiel, c’est-à-dire le nombre de personnes en age de travailler (15-64 ans) par personne de plus de 65 ans, diminuera souvent de moitié, de 4 ou 5 à 2.

Le rapport se concentre sur ces deux tendances remarquables et cruciales, et examine en détail le cas de huit pays à basse fécondité (Allemagne, Etats-Unis, Fédération de Russie, France, Italie, Japon, République de Corée et Royaume-Uni) et deux régions (Europe et Union Européenne). Dans chaque cas on considère différents scénarios pour la période 1995-2050, en mettant en relief l’impact que différents niveaux d’immigration auraient sur la taille et le vieillissement de la population.

Les principaux résultats de ce rapport comprennent: 

  • Les projections indiquent que, dans les prochaines 50 années, les populations de presque tous les pays développés deviendront plus petites et plus vieilles, en conséquence de la faible fécondité et de l’accroissement de la longévité. Par contre, la population des Etats-Unis augmentera de presque un quart. La variante moyenne des projections des Nations-Unies indique que, parmi les pays étudiés dans ce rapport, c’est l’Italie qui subira la plus grande perte relative de population, moins 28 pour cent entre 1995 et 2050. La population de l’Union Européenne surpassait celle des Etats-Unis de 105 millions en 1995, mais sera inférieure de 18 millions en 2050. 
  • Le déclin de la population est inévitable, en l’absence de migration de remplacement. La fécondité peut rebondir dans les décades à venir, mais peu de spécialistes croient qu’elle pourra remonter suffisamment dans la plupart des pays pour atteindre le niveau de remplacement dans un futur prévisible.
  • Tous les pays et régions étudiés dans ce rapport auront besoin d’immigration pour éviter que leur population ne diminue. Cependant le niveau d’immigration, relatif à l’expérience passée, varie beaucoup. Pour l’Union Européenne, une continuation des niveaux d’immigration observés dans les années 1990s suffirait à peu près à éviter une diminution de la population totale, tandis que pour l’Europe dans son ensemble, il faudrait deux fois le niveau d’immigration observé dans les années 1990s. La République de Corée n’aurait besoin que d’un niveau modeste d’immigration, mais c’est cependant un changement majeur pour un pays qui jusqu’ici était un pays d’émigration. L’Italie et le Japon auraient besoin d’une forte augmentation de leur nombre d’immigrants. Par contre, la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis pourraient conserver leur nombre d’habitants avec moins d’immigrants que ce qu’ils ont reçu dans le passé récent. 
  • Les nombres d’immigrants nécessaires pour éviter un déclin de la population totale sont beaucoup plus grands que ceux qui ont été envisagés dans les projections des Nations-Unies. La seule exception concerne les Etats-Unis.
  • Les nombres d’immigrants nécessaires pour éviter les déclins de la population en âge de travailler sont plus grands que ceux nécessaires pour éviter les déclins de la population totale. Dans quelques cas, comme ceux de la République de Corée, de la France, du Royaume-Uni ou des Etats-Unis, ils sont de deux à quatre fois plus grands. Si de tels flux d’immigrants se produisaient, les immigrants d’après 1995 et leurs descendants constitueraient une fraction impressionnante de la population totale en 2050 – entre 30 et 39 pour cent dans le cas du Japon, de l’Allemagne et de l’Italie.
  • Relativement à la taille de leur population, l’Italie et l’Allemagne auraient besoin du plus grand nombre d’immigrants pour conserver la taille de leurs populations d’âge actif. L’Italie aurait besoin en moyenne chaque année de 6.500 immigrants par million d’habitants et l’Allemagne de 6.000. Les Etats-Unis auraient besoin du plus petit nombre – 1.300 immigrants annuellement par million d’habitants. 
  • Les niveaux d’immigration nécessaires pour éviter le vieillissement de la population sont beaucoup de fois plus élevés que ceux qui sont nécessaires pour éviter le déclin de la population. Maintenir à leurs niveaux les rapports de support potentiel demanderait dans tous les cas des volumes d’immigration sans aucune commune mesure avec l’expérience passée et avec ce que l’on peut raisonnablement attendre.
  • En l’absence d’immigration, on pourrait maintenir à leurs niveaux actuels les rapports de support potentiel en augmentant la limite supérieure de l’âge actif à environ 75 ans.
  • Les nouveaux défis posés par des populations en déclin et vieillissantes exigeront le réexamen fondamental de beaucoup de politiques et de programmes établis, avec une perspective à long terme. Les questions cruciales qu’il faut examiner comprennent: (a) les âges appropriés pour la retraite; (b) les niveaux, types et natures des prestations de retraite et de soins de santé pour les personnes âgées; (c) la participation à l’activité économique; (d) les montants des contributions des travailleurs et des employeurs pour financer les retraites et soins de santé des retraités; et (d) les politiques et programmes ayant trait aux migrations internationales, en particulier aux migrations de remplacement et à l’intégration de grands nombres d’immigrants récents et de leurs descendants.

Ce rapport, en anglais, date de 2001.

Posté le 1 février 2016 à 07h58 par Michel Janva | Lien permanent

10 000 enfants immigrés ont disparu

Voilà une information qui nous montre encore combien nos dirigeants immigrationnistes sont totalement dépassés par les évènements. Plus de 10 000 enfants migrants non accompagnés ont disparu en Europe sur les 18 à 24 derniers mois, estime l'agence policière Europol, craignant que nombre d'entre eux soient exploités, notamment sexuellement, par le crime organisé. Ce chiffre concerne les enfants dont toute trace a été perdue après leur enregistrement auprès des autorités européennes. Environ la moitié d'entre eux ont disparu en Italie.

Sur le un million d'immigrants arrivés en Europe en 2015, environ 27% sont des enfants. Une "infrastructure criminelle" paneuropéenne sophistiquée vise les migrants à diverses fins. Des groupes criminels actifs dans la traite d'êtres humains sont actifs dans les filières d'immigration illégale afin d'exploiter des migrants.

Posté le 1 février 2016 à 07h39 par Michel Janva | Lien permanent

30 janvier 2016

2 février : café histoire actualité sur l'immigration avec Ichtus

Affiche-Café-Histoire-Actualité-Rencontre-cultures-02-02

Posté le 30 janvier 2016 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent

6 février : manifestation contre l'immigration, à Montpellier

620février20Ligue20du20Midi1-495x372-2-495x330

Posté le 30 janvier 2016 à 07h55 par Michel Janva | Lien permanent

29 janvier 2016

Marche arrière sur les "migrants"

Après les avoir accueillis à bras ouverts, maintenant ils veulent les expulser :

  • La Suède veut expulser 80.000 « migrants ».
  • La Finlande veut expulser 20.000 « migrants ».

Et la coalition gouvernementale conduite par Angela Merkel a décidé jeudi de durcir les conditions d'octroi du droit d'asile en Allemagne. Les mesures prévoient un délai de deux années pour tout regroupement familial pour les demandeurs d'asile auxquels a été accordé un statut limité de réfugiés. L'Allemagne souhaite également que soient accélérées les procédures d'expulsion des demandeurs qui n'ont pas obtenu le droit d'asile.

Posté le 29 janvier 2016 à 07h24 par Michel Janva | Lien permanent

27 janvier 2016

Le Danemark résiste aux lobbies immigrationnistes

Le projet de loi réformant le droit d’asile au Danemark était condamné par l’ONU, par l’OSCE, par Amnesty International et tous les lobbies des droits de l’homme.

Il a été voté hier par 81 députés sur 109 : 75% des suffrages exprimés, les sociaux-démocrates joignant leurs voix à celles du parti du peuple danois – l’« extrême droite » - pour adopter le texte des libéraux au pouvoir (70 élus n’ont toutefois pas participé au scrutin).

Pour financer le séjour des « réfugiés » en attendant leur régularisation, la police pourra saisir leur argent liquide au-delà de 1 300 euros, ainsi que leurs biens, comme leurs bijoux, à l’exception des alliances. Le permis de séjour des demandeurs d’asile personnellement menacés dans leur pays sont raccourcis de 5 à 2 ans. S’ils veulent rester, ils devront travailler deux ans et demi sur trois, et perfectionner leur danois. Quant aux personnes qui fuient une menace générale comme une guerre, elles devront attendre trois ans avant de pouvoir demander un regroupement familial.

Posté le 27 janvier 2016 à 17h01 par Michel Janva | Lien permanent

Immigrés : des chrétiens persécutés par des musulmans près de Dunkerque

Réfugiés chrétiens à Grande-Synthe persécutés par les musulmans (en France !) : Minute a recueilli un témoignage qui fait froid dans le dos. Extraits :

"Effectivement, un de nos frères iraniens vient d’être assassiné pour sa foi dans le camp de réfugiés de Dunkerque [Grande-Synthe, où se trouve le camp, est une commune limitrophe de Dunkerque, Ndlr]. Il venait de se convertir au christianisme, ce qui est un « crime » si on en croit le Coran.

[...] [L]es chrétiens sont malmenés sur le site de Grande- Synthe où la majorité des migrants est musulmane : un jeune chrétien a eu le nez cassé, plusieurs ont reçu des coups de couteau, pour les faits les plus graves. Sans parler donc de ce jeune chrétien iranien qui a été assassiné. [...] Il est mort dans la nuit du 10 décembre 2015. Il s’appelait Mohammed. Après sa conversion au christianisme, Mohammed et d’autres chrétiens ont été pris à partie et menacés par la mafia islamiste qui dirige le camp. Puis, comme Mohamed a refusé de revenir à l’islam, ils l’ont égorgé pendant la nuit. Comme je vous le disais, les islamistes ont aussi attaqué les autres chrétiens : Cyrus a reçu un coup de couteau à la tête, Alireza a eu le nez cassé et a été dépouillé de 10 000 livres [environ 13 000 euros, Ndlr]. Deux femmes chrétiennes iraniennes ont également été agressées et ont fui depuis en Allemagne.

[...] Il y a eu une enquête de la police avec interrogatoire minutieux des témoins. Il y a eu des arrestations. Les islamistes qui étaient impliqués dans le meurtre (la mafia qui contrôlait le camp) ont été arrêtés. Du coup, les islamistes se sont calmés quelque peu. [...]"

Posté le 27 janvier 2016 à 07h54 par Michel Janva | Lien permanent

26 janvier 2016

"Ce n’est pas la première fois qu’on entend des coups de feu dans le camp"

Ces sympathiques migrants qui viennent enrichir la diversité de notre pays sont venus, comme le dit l'adage, avec armes et bagages. Et visiblement, surtout avec armes.

Posté le 26 janvier 2016 à 22h23 par Michel Janva | Lien permanent

Il se défend contre les milices de gauche : il est placé en garde à vue

Samedi, une famille de Calaisiens était aux prises avec une bande d'immigrés et d’activistes d’extrême gauche, presque dans son jardin. David R., le courageux père de famille, raconte à Samuel Martin dans Présent :

"Comment en êtes-vous venu aux mains avec les manifestants, une bande de migrants et de sympathisants « No Borders » ?

Capture d’écran 2016-01-26 à 22.16.37Je n’en sais rien, en fait. J’étais chez moi, j’avais vu qu’il y avait encore une manifestation. Mon fils de 21 ans me dit : « Ils arrivent. » Je lui réponds que je le sais. Il me dit : « Non, ils arrivent sur nous. » Je sors. Là, je n’ai pas appelé la police car elle était en face. J’ai voulu discuter avec les migrants mais ça a dégénéré. Avec ma femme, on a fait rentrer mon fils qui s’énervait et qui était sorti avec un fusil. Les jets de pierre ont commencé. J’en ai reçu une au menton, puis on m’a cassé un bâton sur le bras, j’en ai pris un bout et leur ai lancé dessus. Après j’ai reçu un pneu, que je leur ai renvoyé aussi vite. C’était chaud, mais la police n’est pas venue tout de suite. Elle est venue après, pour me mettre en garde à vue, mais sur quelles bases ? Ce fusil n’était pas chargé, c’était juste pour faire peur : ils allaient entrer dans ma cour. Mon fils, lui, a été emmené lundi en garde à vue, pendant quelques heures. Je suis très en colère, j’ai vu ma femme et ma fille très choquées.

Vous sentez-vous en sécurité ?

Non, pas du tout. Depuis samedi, des gens passent devant chez moi en rigolant, en se moquant. Où est-on ? Je suis né à Calais mais je ne me sens plus chez moi. Douze ans que j’habite cette maison. A Calais, honnêtement, c’est tout du bren ! Les migrants nous dévisagent avec mépris, comme si on était de la m…, en se foutant bien de notre gueule. Pourtant ils n’ont pas à se plaindre, ils ont tout ce qu’ils veulent ici : ils sont nourris, logés, l’Etat leur donne de l’argent. On me dit qu’ils sont malheureux, mais pas du tout. En fait, ils veulent juste qu’on leur laisse nos maisons… Et c’est nous qui devons dégager ? C’est ce qui s’est passé aux abords du camp Jules Ferry [un des centres d’accueil de la ville, ndlr] : les Calaisiens en ont eu tellement marre qu’ils sont partis vivre ailleurs. Ils avaient acheté une maison, ils étaient contents, et les voilà emm… par les migrants et forcés de s’en aller : c’est honteux. [...]"

Le Calaisien qui a pointé un fusil fait l’objet de poursuites judiciaires.

Posté le 26 janvier 2016 à 22h18 par Michel Janva | Lien permanent

Calais : Quand l'Etat abandonne les Français

Du député Véronique Besse :

"Saccages, incendies, agressions, squats… La situation de Calais est de pire en pire, comme l’ont montrés les évènements du week-end. Les Calaisiens sont à bout… Ils se sentent abandonnés par l’Etat… Ils sont abandonnés par l’Etat… Quand on parle de camps de migrants, on pense tout de suite à l’Afrique ou au Proche-Orient… Quand on parle de bidonvilles, on pense à l’Amérique du Sud… Pourtant, à quelques heures de voiture seulement de chez nous, plus de 8000 immigrés, entrés illégalement en France, se sont installés depuis plusieurs mois, parfois depuis plusieurs années dans la « Jungle ».

La Jungle de Calais, c’est un véritable bidonville où seule règne la loi du plus fort, quand ce n’est pas la loi islamique… La Jungle de Calais, c’est le seul endroit de de France, où la gendarmerie intervient avec des véhicules blindés ; La Jungle, c’est donc l’illustration tragique de la faiblesse de nos gouvernements… La Jungle, enfin, c’est, pour nos compatriotes de Calais, un cauchemar permanent. Samedi dernier, suite à une manifestation en faveur de l’immigration, le port de la ville a été bloqué, un ferry a été pris à l’abordage, la ville elle-même a été saccagée, jusqu’à la statue de De Gaulle et de sa femme, taguée, d’un « Nik la France » ahurissant. Des scènes surréalistes, comme celle où un père de famille et son fils sont agressés, chez eux, par une foule menaçante et hostile. Et tout ceci se passe à 5 heures de route de chez nous… En face, le ministre de l’Intérieur semble dépassé. Sa solution revient à appliquer une cautère sur une jambe de bois. Ce qu’il veut, c’est disperser les immigrés de la Jungle sur l’ensemble de notre territoire national, comme il l’a fait en Vendée récemment…

En bref, étalons le problème pour mieux le cacher aux Français. Autrement dit, pour Bernard Cazeneuve, c’est refilons le bébé aux autres, et notamment aux communes, pour avoir la paix ! Et pourtant, c’est à l’Etat, et à lui seul, de prendre ses responsabilités. C’est à l’Etat, et à lui seul, de tirer les conséquences de sa folle politique d’immigration. C’est à l’Etat et à lui seul de fermer les frontières et d’expulser ces clandestins… L’accueil, légitime, du réfugié ne doit faire oublier ni la prudence, ni la fermeté. Les bons sentiments font rarement de bonnes politiques. Parce que si le premier droit des migrants est de ne pas migrer ; le premier droit des Français est de de vivre en paix et en sécurité, chez eux !"

Posté le 26 janvier 2016 à 15h08 par Michel Janva | Lien permanent

L’invasion migratoire « tranquille » de l'Europe !

Un reportage de TV Libertés que vous ne verrez jamais sur TF1, France 2 ou Canal Plus :

 

Posté le 26 janvier 2016 à 08h16 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

Pegida appelle à des manifestations anti-islamisation le 6 février dans 14 pays

Des manifestations auront lieu le 6 février dans 14 pays d’Europe à l’initiative du mouvement Pegida, a annoncé sa responsable, Tatjana Festerling, à l’issue d’une réunion avec des représentants de plusieurs groupes, samedi près de Prague. Les manifestations auront lieu notamment en Allemagne, en Estonie, en Finlande, en Pologne, en République tchèque, en Slovaquie et en Suisse, afin e lutter contre l’islamisation de l’Europe.

En France, le SIEL prévoit de manifester :

Affiche-bordeaux-6fevrier-2

Posté le 26 janvier 2016 à 08h13 par Michel Janva | Lien permanent

25 janvier 2016

"Il faut que ces millions de déracinés se trouvent heureux chez eux, car ils ne le seront pas ailleurs"

Extrait d'un article du père Bloulad, pour Dreuz.info :

Unknown-17"C’est mathématique, comme deux et deux font quatre. Il est étrange de voir qu’une Europe toute pétrie de culture et de rationalité se trouver tout à coup désemparée face au raz-de-marée de réfugiés qui déferle sur son territoire. C’était pourtant prévisible, aussi logique que le principe des vases communicants. On pense toujours que le danger est fictif, éloigné et qu’un pareil scénario est impensable. Mais voilà qu’on est tout à coup rattrapé par la réalité, qui vous frappe de plein fouet.

Que diable êtes-vous venus faire dans notre Moyen-Orient, demandent ces réfugiés ? Quelle mouche vous a piquée ? – L’appât du gain et de territoires à conquérir ? L’odeur du pétrole et du gaz naturel ? Vous pensiez qu’il suffisait de renverser un ou deux dictateurs pour que ces pays tombent dans votre escarcelle. Mais les choses sont bien plus compliquées.

Cessez donc de lorgner vers nos pays pour convoiter leurs richesses. Cessez d’intervenir dans nos affaires et de faire main basse sur nos ressources. Un journaliste occidental demandait un jour à Bachar el-Assad : « Que pouvons-nous faire pour vous aider ? » Sa réponse fut : « Fichez nous la paix, rentrez chez vous et laissez-nous régler nos problèmes entre nous. » 

Ces masses qui déferlent aujourd’hui sur votre continent étaient très bien chez elles. Elles vivaient relativement heureuses dans leur maison, leur village, leur ville… avec un confort relatif et une sécurité garantie par des régimes musclés. Appelez-les des dictatures si vous voulez. Mais vos régimes « démocratiques » sont-ils pour autant meilleurs ?

Pour renverser ces dictatures vous avez formé et financé des hordes de barbares. Pour les motiver, vous avez encouragé les idéologies les plus rétrogrades en habillant cette mascarade de grands mots : liberté, démocratie, droits de l’homme… L’hypocrisie et la duplicité ont rarement atteint un tel degré d’effronterie.

Cependant, par un retour de flamme et un effet boomerang, le chaos que vous avez créé chez nous se retourne aujourd’hui contre vous. Tôt ou tard, la justice finit par l’emporter. On parlait autrefois de « justice immanente ». Eh bien oui, il faut y croire : justice sera, justice se fera. Jésus nous a prévenu : « Celui qui use du glaive périra par le glaive ». Cela peut prendre du temps, mais ça finit un jour par arriver. [...]

Il faut que ces millions de déracinés se trouvent heureux chez eux, car ils ne le seront pas ailleurs, malgré tous les avantages matériels qu’ils pourraient y trouver. Cet occident qui miroite à leurs yeux n’est finalement qu’un mirage. Transplantés dans une autre culture et une autre mentalité, les réfugiés se trouvent perdus et malheureux. On ne sort pas impunément un poisson de son eau. [...]"

Posté le 25 janvier 2016 à 07h20 par Michel Janva | Lien permanent

24 janvier 2016

Et les Antifas "nik" toujours la France (Add)

En marge de la manifestation pro-migrants, la statue du Général De Gaulle à Calais a été taguée, par des activistes de gauche, Antifas et No Borders, qui ne savent apparemment que "niquer" :

Une petite piqûre de rappel extraite d'un communiqué de Bernard Antony :

"«[C]’est sur la France que l’on peut donc cracher impunément. Nique la France ! »On a osé prétendre devant le tribunal et la Cour que « niquer » n’avait qu’une signification de douceur. Au mépris sarcastique et jubilatoire le plus total de ce que tout le monde sait de ce mot et du geste qui l’accompagne."

Hollande et Valls, détenteurs du pouvoir politique en France, vont donc se nous laisser "niquer" encore longtemps par leurs amis Antifas, si pleins de "douceur"...

Add : l'évènement est commenté aujourd'hui par Bernard Antony :

"Quand l’AGRIF agit devant le tribunal de Paris contre les racistes de « Nique la France », leur livre, leurs photos, leur rap injurieux et haineux, le silence médiatique est affligeant.

Il faut que soit tagué « Nik la France » sur une statue du Général De Gaulle à Calais pour que l’on s’en émeuve un peu. Avec cinq ans de retard sur l’AGRIF. Mais Nique la France a bénéficié de l’indulgence totale et même de la bienveillance des juges, du tribunal et de la cour, non seulement pour le slogan mais pour tout ce qu’il recouvrait.

Rappelons que l’AGRIF s’est pourvue en cassation."

Posté le 24 janvier 2016 à 22h07 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (20)

A Calais, un homme sort une arme face à la manifestation pro-migrants

Un degré de plus dans l'exaspération des Calaisiens lors de la manifestation de soutien aux migrants organisée hier par les gauchistes : un homme hors de lui a sorti une arme à feu pour impressionner les manifestants menaçants :

"À Calais, la tension ne faiblit pas. En marge d'une manifestation de soutien aux migrants, organisée samedi 23 janvier dans les rues de l'ancienne cité minière du Pas-de-Calais, des affrontements de plusieurs minutes ont eu lieu entre des riverains de la "jungle" de Calais et le cortège dans lequel flottaient notamment des drapeaux du Nouveau parti anticapitaliste (NPA)."

  

L'homme ne s'est pas servi de son arme (dont un bruit court qu'elle serait factice).

"Dans la nuit du 23 au 24 janvier, les forces de l'ordre ont "procédé à l'éviction de 350 migrants qui bloquaient le port de Calais" et dont certains étaient montés à bord d'un ferry, rapporte le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. 

35 personnes ont été interpellées : 26 migrants pour embarquement frauduleux sur un navire, et 9 militants du collectif "No Borders". 15 ont été placées en garde à vue. Natacha Bouchart, maire de Calais, a déclaré qu'il s'agissait d'un "échec du gouvernement". Elle sera reçue par Bernard Cazeneuve et Christiane Taubira le 3 février."[...]

Posté le 24 janvier 2016 à 21h33 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (27)

23 janvier 2016

Allemagne : une piscine interdite aux migrants suite à un ensemble de faits obscènes

Un groupe de migrants, hommes et femmes, a été repéré par les caméras de sécurité de la piscine de de Johannisbad à Zwickau, en Saxe, se livrant à des comportements inacceptables, dont se masturber dans le jacuzzi. D’autres groupes de migrants ont été repérés en train de « contaminer » le bassin pour enfant en y déféquant, ils auraient aussi agressé sexuellement d’autres baigneurs, rapporte Bild. En outre, les maitres-nageurs ont dû protéger les femmes et les filles contre les demandeurs d’asile. Des jeunes hommes ont voulu pénétrer de force dans le vestiaire féminin.

Posté le 23 janvier 2016 à 13h44 par Michel Janva | Lien permanent

22 janvier 2016

Portrait-robot du violeur : un étranger de 34 ans

Il ne s'agit pas du violeur de Cologne, mais de celui de... Paris.

Cette information n'est pas née dans le cerveau embrumée d'un affreux amalgamiste mais elle est issue d'une radiographie complète des viols à Paris. 688 viols (598 sur majeurs et 90 sur mineurs) ont été déclarés aux autorités en 2013 et 2014 dans la capitale, selon les chiffres de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). En exploitant ces données, le Parisien dresse un portrait-robot du violeur : un étranger de 34 ans.

Les 322 agresseurs identifiés par la police sont tous des hommes (pour les agressions sur majeurs), et âgés en moyenne de 34 ans. Plus de la moitié d’entre eux sont de nationalité étrangère (52 %) et 44 % sont sans emploi. 48 % d’entre eux étaient connus des services de police, dont 20 % pour des infractions sexuelles.

Posté le 22 janvier 2016 à 14h14 par Michel Janva | Lien permanent

L’Allemagne a perdu la trace de 600 000 immigrés

Images-6D'après le Dailymail, sur le 1,1 million d'immigrés qui sont entrés en Allemagne, le gouvernement allemand est incapable de dire où se trouve plus de la moitié.

Les autorités attendent sans doute que ces immigrés lui envoient des cartes postales.

Posté le 22 janvier 2016 à 08h08 par Michel Janva | Lien permanent

21 janvier 2016

L’Autriche veut fortement limiter le nombre des réfugiés

C'est au tour de l'Autriche de vouloir réguler l'immigration massive. La coalition centriste au pouvoir à Vienne a annoncé vouloir instaurer un plafond annuel pour le nombre des demandeurs d’asile, à partir de 2016. Le gouvernement autrichien a annoncé vouloir limiter à 37500 le nombre de ceux qui seront accueillis en Autriche en 2016, plus de deux fois moins que les 90000 de l’année dernière. La Commission européenne craint, non pas pour les immigrés les peuples d'Europe, mais un effet domino dans les autres pays.

La Macédoine, qui n'est pas dans l'UE, a aussi pris la décision de fermer provisoirement mercredi sa frontière avec la Grèce, y bloquant plusieurs centaines de migrants.

Croatie et Serbie ont annoncé mercredi qu’elles feraient de même et ne laisseraient désormais passer que ceux demandant l’asile en Allemagne ou en Autriche.

«Nous avons besoin d’une forte réduction (du nombre d'immigrés) dans les six à huit prochaines semaines», a également lancé le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE, aux eurodéputés réunis à Strasbourg.

Posté le 21 janvier 2016 à 07h52 par Michel Janva | Lien permanent

20 janvier 2016

Agressions sexuelles en Allemagne : nous sommes coupables !

Dans La Croix de ce jour, une psychanalyste nous explique que la société européenne est responsable des attaques de Cologne :

« Le demandeur d’asile est un sujet en état d’extrême fragilité qui arrive dans une société européenne qui a peur et vit une crise du lien social. Cela crée de la mise à l’écart, qui peut avoir des conséquences violentes. »

Elle ne parle pas du Bataclan, mais elle pourrait ressortir la même phrase.

Posté le 20 janvier 2016 à 21h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (25)

Les chiffres 2015 de l'immigration en France

Le ministère de l’Intérieur a diffusé les premiers chiffres sur l’immigration, la demande d’asile et l’acquisition de la nationalité française pour l'année 2015. Quelques chiffres :

  • La France a délivré 3 197 505 visas, dont 3 millions de visas de court séjour ou de transit.
  • La Chine reste le premier pays d’origine des titulaires de visas, avec 824 384 visas délivrés en 2015.
  • 212 365 premiers titres de séjour ont été délivrés. Cela correspond aux titres délivrés aux étrangers majeurs à la suite d’une première demande de séjour.
  • L’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) a reçu 79 126 demandes d’asile, soit une hausse de 22% par rapport à 2014.
  • L’Ofpra et la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) ont pris 19 447 décisions accordant un statut de protection (réfugié ou protection subsidiaire).
  • Les principaux pays de provenance des primo-demandeurs d’asile en France sont le Soudan, la Syrie, le Kosovo et Haïti.
  • Le nombre de personnes ayant acquis la nationalité française est en hausse de 12% par rapport à 2014. Les naturalisations par décret et par mariage s’élèvent à 86 608 personnes.
  • 29 596 immigrés en situation irrégulière ont quitté le territoire français en 2015 dont 15 485 par des éloignements forcés et 1 118 par des retours aidés.

Les chiffres définitifs pour 2015 devraient être publiés par le ministère en juillet 2016. 

Posté le 20 janvier 2016 à 21h43 par Michel Janva | Lien permanent

19 janvier 2016

Les migrants apportent « une culture précieuse » en Europe ? Désinformation

Lu sur Délit d'images :

"Le dimanche 17 janvier 2015,  Journée mondiale du migrant et du réfugié, s’exprimant lors de l’Angelus, la pape François a dit entre autres: « Cari migranti e rifugiati, ognuno di voi porta in sé una storia, una cultura, dei valori preziosi; e spesso purtroppo anche esperienze di miseria, di oppressione, di paura. »

Ce qui en français se traduit par: « Chers migrants et réfugiés, chacun de vous porte en lui une histoire, une culture, des valeurs précieuses; et trop souvent aussi des expériences de pauvreté, d’oppression, de peur. »

Et que de trop nombreux (pour les citer tous) médias et journalistes, se reprenant les uns les autres, comme à l’accoutumée, ont traduit par: »les migrants apportent « une culture précieuse » en Europe », ce  qui est fort différent! Il convient d’être toujours très prudent avec ce que les médias rapportent des propos du pape, lui faisant dire ce qu’ils ont envie d’entendre pour servir leurs propres discours ou le faire passer pour ce qu’il n’est pas… On le sait, la christianophobie, c’est très tendance, une tendance très polymorphe…"

Posté le 19 janvier 2016 à 08h17 par Michel Janva | Lien permanent

18 janvier 2016

Le ministre président du land de Bavière adresse un ultimatum à Angela Merkel

Lu dans Présent sous la plume d'Olivier Bault :

"C’est bien un ultimatum que le ministre président du land de Bavière aurait adressé à la chancelière allemande. En effet, selon une information publiée samedi par l’hebdomadaire Der Spiegel, Horst Seehofer (CSU) a adressé une lettre à Angela Merkel pour exiger qu’elle s’engage par écrit à reprendre le contrôle des frontières du pays. Et il lui a donné 14 jours, faute de quoi son gouvernement régional attaquera le gouvernement fédéral devant la cour constitutionnelle allemande. Avant de lancer son ultimatum, Seehofer a pris le soin de commander un rapport à un ancien juge du Tribunal constitutionnel fédéral. [...]"

Posté le 18 janvier 2016 à 15h13 par Michel Janva | Lien permanent

Violences sexuelles : malheureusement, ce n'est pas l'extrême droite !

Débat surréaliste sur Arte à propos des violences sexuelles commises par des immigrés et réfugiés musulmans en Allemagne (à partir de 19'). Belle illustration du déni de la réalité pratiquée par cette caste journalistique horrifiée à l'idée de devoir révéler la réalité. Le summum à 21'50'' :

 "Le rêve ce serait que ce soit l’extrême-droite qui ait fait des violences contre des femmes. Le rêve serait que ce soient des fachos. Et malheureusement ce n'est pas ça!"

 

Via Fdesouche

Posté le 18 janvier 2016 à 07h49 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (25)


     Archives > France : L'Islam en France , France : Politique en France , France : Société , Immigration , Liberté d'expression , Médias : Désinformation , Pays : Allemagne

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : L'Islam en France , France : Politique en France , France : Société , Immigration , Liberté d'expression , Médias : Désinformation , Pays : Allemagne