29 juin 2016

La religion des droits de l’homme méprise les peuples et les nations

Tribune du jour d'Yvan Rioufol :

"Les partisans du Brexit seraient donc racistes, en plus d’être sous-diplômés et abrutis par la bière. Il est vrai que les propos xénophobes tenus, ici et là, par des Anglais contre des Polonais installés en Grande-Bretagne sont choquants. Ils ne le sont pas moins, cependant, que les accusations contre les petits Blancs ou les vieux, portées par ceux qui voudraient sacraliser une jeunesse forcément ouverte, tolérante, moderne, en oubliant de préciser que celle-ci s’est majoritairement (75%) abstenue. Les évangélistes du métissage et de l’homme post-national se voient d’autant plus exemplaires que leurs adversaires se comportent en pauvres pécheurs, soucieux de sauver leur peau et leur patrie. Le problème est que ces blasphémateurs sont désormais majoritaires. Ils n’ont cure d’être excommuniés par ceux dont la folle profession de foi est d’accélérer leur disparition.

Le temps des commodes indignations morales, mises au service d’un modèle multiculturel de plus en plus conflictuel, est révolu. Il n’est pas surprenant d’apprendre que 70% des musulmans et 73% des noirs britanniques ont voté pour le maintien de la Grande-Bretagne dans cette Union européenne ouverte à l’immigration de masse et aux affirmations identitaires des minorités. Il y a surement, en effet, des xénophobes chez les partisans du Brexit. Mais s’ils le sont devenus, c’est dans un souci naturel d’autoprotection et de survie. Ils sont moins à blâmer que les illuminés du grand mélangisme, persuadés d’apporter le bonheur alors qu’ils amènent la guerre.

Il est temps de séparer la politique de la religion des droits de l’homme. Elle méprise les peuples et les nations. Les adversaires du Brexit ont raison de faire remarquer que la question migratoire a été, en fait, au centre des motivations de ceux qui ont voté "Out". Ce thème est intimement lié, bien sûr, à celui de la cohésion nationale. Les dévots qui annonçaient la disparition des nations et des frontières se sont trompés : elles ne cessent de renaître et de se consolider.

Le peuple universel est un faux dieu. Dans la révolution des consciences qui s’est enclenchée, tous les interdits, jadis mis en place par les despotes universalistes, tombent à plat. Dans ce contexte, la question inabordable de la préférence nationale s’impose déjà. Il n’est plus suffisant de réciter son chapelet d’injures devant ces Anglais abandonnés, qui s’indignent de voir des emplois aller vers des travailleurs détachés polonais ou des logements être attribués prioritairement à des "réfugiés" du Moyen Orient. La renaissance de la nation, voulue par le peuple anglais, oblige tous les dirigeants à davantage de cohérence dans leur propre politique. Il n’est pas question de rendre l’étranger indésirable, mais de rappeler ce qui le différencie du citoyen, dans ses droits et devoirs. "Il n’y a pas de nation sans préférence nationale", a dit un jour Alain Finkielkraut. Et vous, qu’en pensez-vous ?"

Posté le 29 juin 2016 à 15h05 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

8 juillet : conférence de Jean-Yves La Gallou à Brignais

Capture d’écran 2016-06-27 à 07.42.13

Posté le 29 juin 2016 à 07h42 par Michel Janva | Lien permanent

28 juin 2016

Frontex ne veut pas dire fermeture des frontières...bien au contraire

FrontexLe directeur de Frontex, organisme dont la mission est de protéger les frontières de l'Union européenne, se déclare d'accord avec la proposition de la Commission européenne d'utiliser des "voies légales" pour acheminer les immigrés clandestins les migrants les réfugiés :

"Il faut davantage de voies légales vers l’Europe à partir des régions en crise. C’est ce qu’a proposé la Commission européenne l’an passé. Et j’approuve cette demande. Cela simplifiera la situation aux frontières extérieures de l’UE. Non seulement pour la protection des migrants, mais aussi pour empêcher l’entrée en Europe des terroristes et des criminels par les voies illégales utilisées par les passeurs.[...]

Lorsque, l’été dernier, des dizaines de milliers de personnes ont fui de Turquie en Grèce dans les minuscules embarcations des passeurs, c’étaient à 70 ou 80 % des Syriens. S’il y avait eu des voies légales vers l’Europe pour ces personnes ayant besoin de protection, comme par exemple des vols humanitaires spéciaux à partir des camps de réfugiés du Liban, de Turquie ou de Jordanie, nous n’aurions pas eu ces grands problèmes à la frontière extérieure de l’UE. C’est aussi la mission de Frontex d’identifier à la frontière les gens ayant besoin de protection et de leur indiquer le chemin pour aller déposer leur demande d’asile. Frontex ne veut pas dire fermeture des frontières."

Comme si les terroristes islamistes n'étaient pas capables de se confondre avec des réfugiés dans les camps en question. Finalement, heureusement que Frontex n'a que peu de moyens pour mettre en œuvre ses idées. Encore une nuisance que le Brexit va éviter aux Britanniques...

Via FDesouche

Posté le 28 juin 2016 à 14h26 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

27 juin 2016

"L'immigration des Africains est une perte pour l'Afrique d'abord"

Plus jeune premier ministre du Mali entre 2014 et 2015, Moussa Mara préside le mouvement Yelema (le changement) et vient de publier un ouvrage :”La jeunesse africaine, un grand défi à relever”.

Invité de TV Libertés, Moussa Mara tient un langage clair sur l’immigration. Pour lui, l’immigration des Africains est une perte pour l’Afrique d’abord.

Profitant de son passage en France, celui qui sera candidat en 2018 à la présidence de la République du Mali interpelle la diaspora malienne installée en France en s’écriant :”Cessez de croire que vous trouverez mieux ailleurs qu’au Mali”.

Posté le 27 juin 2016 à 18h06 par Michel Janva | Lien permanent

22 juin 2016

23 juin : Jean-Yves Le Gallou à Nice

N

Posté le 22 juin 2016 à 14h51 par Michel Janva | Lien permanent

Pédophilie dans les camps de réfugiés : que fait Bernard Cazeneuve ?

A la suite d'un rapport de l'UNICEF, Minute dénonce :

"[...] Les chercheurs de l’Unicef se sont particulièrement intéressés au sort qui attend les jeunes garçons venus d’Afghanistan : « Parmi les mineurs afghans rencontrés en entretien, la peur du viol est ressortie comme l’une des craintes majeures. Les témoignages collectés parlent de la nécessité de se laisser abuser sexuellement, notamment quand le passeur et ses amis se sont alcoolisés. »Ali, 15 ans, rappelle qu’il faut serrer les fesses. Il dit que réguliè- rement, le soir, il y a des viols par des adultes ou d’autres jeunes violents et alcoolisés. Le rapport révèle ainsi qu’en février dernier, une sale affaire a été étouffée. Près d’un bar aménagé dans la jungle de Calais, vingt gamins ont été violés ! Officiellement, cette histoire n’existe pas.

Pourtant les témoignages recueillis attestent qu’elle est bien réelle : « En février 2016, bien que cette information n’ait pu nous être confirmée officiellement, plusieurs sources (policière et associative) ont indiqué que des adultes ont été arrêtés derrière le Kaboul Café suite à un viol collectif d’une vingtaine de mineurs afghans. » Le scandale n’a pourtant pas été révélé et aucune mesure n’a été prise par les pouvoirs publics pour protéger les gamins."

Quant à cette jeune fille, elle fuit son pays en raison d'un mariage forcé et se retrouve violée dans "le pays de la liberté" :

"Toutefois, dans la jungle, tous les migrants ne courent pas après les petits Afghans. Une large majorité préfère les filles, jeunes de préférence. Ces dernières en voient de toutes les couleurs. Avant d’arriver à Calais, certaines ont déjà beaucoup payé de leur personne. Exemple avec Winta, qui a quitté l’Ethiopie à 13 ans sans prévenir ses parents pour fuir un mariage forcé avec un homme beaucoup plus âgé qu’elle. Aux enquêteurs de l’Unicef, elle a raconté « avec douleur son parcours, au cours duquel elle a été régulièrement violée et s’est prostituée quelques fois pour gagner plus vite de l’argent ». Une fois dans la jungle, cela a été encore pire : caïds, passeurs et migrants ont abusé d’elle…"

Posté le 22 juin 2016 à 08h03 par Michel Janva | Lien permanent

15 juin 2016

Orlando, homophobie, islamisme : la grande confusion intellectuelle

Damien Le Guay, philosophe, déplore dans le FigaroVox que les commentaires de la majeure partie des médias sur la tuerie d'Orlando aient mis au second plan l'islamisme et aient insisté sur l'homosexualité des victimes, comme si elles étaient homosexuelles avant d'être américaines. Une bonne analyse :

"Quel ne fut pas mon étonnement, lundi 13 juin au matin, d'entendre, sur une radio du service public (France Culture), tout un débat non pas pour dénoncer un acte terroriste et compatir au sort de victimes particulières, mais pour défendre l'idéologie LGBT et incriminer toutes «les postures religieuses patriarcales», dont la chrétienne, qui seraient le terreau de l'homophobie. Caroline Fourest nous a expliqué qu'aux Etats-Unis «le magistère d'homophobie était exercé par les chrétiens intégristes» (alors que le terroriste se réclamait de l'Etat Islamique) tandis que Serge Hefez, doctement, indiquait que la «haine des homophobes» était provoquée par les remises en cause, par l'homosexualité, «des questions de genre et de l'ordre patriarcal». Pour la première, ce que fit d'Omar Mateen avait une différence de degrés et non de nature avec les convictions religieuses chrétiennes. Dans cette lignée Jean-Sebastien Herpin, secrétaire régional EELV, s'est cru autorité à tweeter lundi 13 juin: «la différence entre la manif pour tous et Orlando? Le passage à l'acte».[...]

Le problème avec ce genre d'interventions est qu'elles font de ces cinquante victimes des membres de «la communauté LGBT» avant que d'être des personnes et des citoyens américains. D'où, un peu partout, sur la tour Eiffel ou en Australie, des marques de sympathie aux couleurs du drapeau de l'internationale LGBT et non du drapeau américain. Comme si notre compassion, devait, avant que de se manifester, approuver l'idéologie LGBT et abandonner toutes convictions religieuses. Comme si on devait accepter l'idée que ces cinquante personnes auraient été victime de toutes les homophobies religieuses - et dont celle des islamistes serait simplement la moins hypocrite.

Nous assistons-là, dans ce genre de débat fermé, à trois types de confusions intellectuelles - qui se retrouvent à l'œuvre dans bien des situations autour des questions de genre ou d'homosexualité. D'une part une extension, au-delà du raisonnable, de «l'homophobie», au point d'incriminer tous les chrétiens à l'occasion du crime horrible d'un fou-furieux islamiste aux Etats-Unis. Tant que le terme «d'homophobie» ne sera pas rigoureusement défini, nous constaterons ces dérives injurieuses. Tant qu'il ne sera pas distingué de la haine meurtrière intolérable ou des possibles et respectables (je le crois!) remises en cause de l'impérialisme de la théorie du genre, toute discussion commune sera impossible. Seconde confusion: une manière de criminaliser tous ceux qui défendraient «l'ordre patriarcal» - bien qu'il soit la chose du monde la mieux partagée sur terre, hormis dans les pays occidentaux - et qui serait, par nature, une incitation, plus ou moins explicite, au meurtre ou à la persécution des homosexuels. Cet amalgame permet d'envoyer les contradicteurs dans l'enfer haineux de ceux qui refuseraient la nécessaire diversité multiculturelle. Nous avions vu cette même posture lors du débat sur le «mariage pour tous». Troisième confusion: celle entre l'homosexualité comme une liberté personnelle, et qui est à préserver, et l'idéologie LGBT qui elle, via la théorie du genre, doit s'imposer à tous et désaffilier les genres et ouvrir le champ des sexualités possibles. Les idéologues LGBT, dont les représentants ont tous leurs rond de serviette dans l'audiovisuel public, ne défendent pas une liberté d'indifférence (celles des sexualités de chacun) mais prônent, volontairement, des révolutions anthropologiques radicales.

Ces trois confusions volontaires, conduisent à un coup force permanent, une constante violence intellectuelle dans tous ces débats. Celui qui remet en cause l'un ou l'autre de ces jeux de mikado des sexualités flottantes autant qu'indéterminées est jugé «homophobe». Celui qui garde une conviction religieuse est d'une manière ou d'une autre «homophobe». Celui qui dirait sa solidarité vis-à-vis des victimes d'Orlando et qui serait contre «le mariage pour tous» est un complice du meurtrier. [...]

On préfère ici lutter contre les «assignations sexuelles» plutôt que de lutter, ailleurs, et surtout dans les pays musulmans, contre l'oppression bien réelle des homosexuels et des femmes, leurs humiliations, leurs condamnation à l'invisibilité sociale. Le multiculturalisme est aussi une guerre de civilisation, une manière de rendre l'entente impossible et la réconciliation improbable."

Posté le 15 juin 2016 à 18h28 par Marie Bethanie | Lien permanent

11 juin 2016

L'intox d'Acrimed : du grand remplacement à la dynamique de peuplement

Désintox sur Novopress :

Fig-Mag-Molenbeek-600x781"Scandalisée par la récente couverture du Figaro Magazine sur Saint-Denis, qualifiée de « Molenbeek-sur-Seine », deux militantes politiques déguisées en journalistes, Sihame Assbague et Widad Ketfi, viennent de livrer à Acrimed une prétendue « contre-enquête » sur la préfecture de Seine-Saint-Denis, présentée comme un modèle de «  travail de journalisme de terrain ». La bonne blague !

Parmi les très nombreuses critiques que Sihame Assbague et Widad Ketfi portent sur le reportage du Fig Mag figure celle d’avoir écrit qu’il devient difficile de trouver de la viande qui ne soit pas halal à Saint-Denis. Faux ! s’exclament-elles, car « en se renseignant, auprès des Dionysiens ou de Google » (sic), on trouve une charcuterie tout près de la mosquée et… « au moins deux autres boucheries vendant de la “viande non halal“, un peu plus loin dans la ville » ! « Un peu plus loin » comment ? Au bout de la ligne de bus ? Deux boucheries traditionnelles donc – on n’ose écrire « normales »… – dans une ville de plus de 100 000 habitants et il faudrait se réjouir ?

Fières de leur trouvailles sur Google, Sihame Assbague et Widad Ketfi écrivent alors :

« Ce qui se “cache“ derrière le marché du halal, ce n’est pas la main invisible du “grand remplacement islamique“ mais celle de… l’offre et de la demande mue par des dynamiques de peuplement s’expliquant, elles-mêmes, par des facteurs historiques, sociaux et politiques. »

Mais dites, Mesdames, cette « dynamique de peuplement », n’est-ce pas justement ce qui entraîne le « grand remplacement » ? Vous avez quatre heures."

Posté le 11 juin 2016 à 20h48 par Michel Janva | Lien permanent

Chez Leclerc, la rentrée se prépare conformément aux ordres de Najat Vallaud-Belkacem

CkrWXdMWgAAShq9Source

Posté le 11 juin 2016 à 20h12 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (24)

10 juin 2016

Carl Lang : "Nous allons devoir relever le défi de l'International révolutionnaire islamique"

Posté le 10 juin 2016 à 19h56 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

09 juin 2016

"Certains sont maghrébins, d’autres français"

Et c'est un noir qui le dit :

"Déclaration de Bacary Sagna, tapeur de ballon del’équipe de France, à propos de la polémique sur l’absence de Maghrébins dans l’actuelle sélection :

« Le coach a dû faire des choix. Moi je suis noir, certains sont maghrébins, d’autres français ou chinois, c’est le monde qui est comme ça. »"

Posté le 9 juin 2016 à 17h26 par Michel Janva | Lien permanent

Jamais la France n’a accepté autant de réfugiés en un an

Le bilan présenté par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (l’OFPRA) confirme surtout qu'il s'agit en majorité d'hommes jeunes et non de familles :

"(...) En tout, 80.075 dossiers ont ainsi été enregistrés dans l’hexagone, essentiellement en Ile-de-France (pour 41% des demandes). Et la première nationalité représentée est… le Soudan. 5.091 Soudanais ont en effet demandé l’asile en France en 2015 pour seulement 3.403 Syriens. A peine plus que les demandeurs venus du Bangladesh (3.071 personnes) ou encore d’Haïti, (3.049 personnes). Ces derniers étant même plus nombreux que les Irakiens (2.145 demandeurs), ou les Afghans (2.122 personnes).

Jamais la France n’a cependant accepté autant de réfugiés en un an. Une peu plus de 30% - 31,5% exactement - ont de fait vu leur demande d’asile aboutir en 2015, soit une hausse de trois points par rapport à l’année précédente (...)

Fin 2015, la France comptait par conséquent 206.172 réfugiés. Parmi les nouveaux arrivés l’année dernière, on dénombre surtout des hommes, trentenaires, qui représentent deux tiers des demandes et qui ont vu leur dossier étudié en quatre mois (...)

Sur les cinq premiers mois de 2016, les demandes d’asile ont encore augmenté de 18 %."

Posté le 9 juin 2016 à 07h13 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

08 juin 2016

17 juin : Ivan Rioufol à Toulouse

Affiche Rioufol

Posté le 8 juin 2016 à 14h15 par Michel Janva | Lien permanent

Pourquoi exclure systématiquement les femmes de l’équipe de France masculine de football ?

Suite à l'accusation ridicule de racisme porté contre Didier Deschamps, deux professeurs d'Université proposent, non sans humour, une nouvelle façon de procéder à la sélection de l'équipe de France de football : 

"Les propos d’Eric Cantona suggèrent que les choix opérés par le sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps seraient la conséquence de l’influence d’une société de plus en plus raciste au dépens d’un choix sportif plus rationnel. Le patronyme et les origines supposées du sélectionneur national ne feraient que renforcer un parti pris délibérément ethnique dans la composition de l’équipe de France de football. Au-delà des polémiques et des passions soulevées par ces questions, il nous a semblé à nous, universitaires impliqués dans la gestion médicale et scientifique des disparités et compatibilités entre individus, nécessaire de procéder à une analyse scientifique rigoureuse des enjeux et des solutions à cette question.

Notre travail a consisté à recueillir toutes les informations ethniques disponibles sur l’origine précise et non fantasmée des joueurs de la sélection nationale. Aux justes constatations d’Eric Cantona quant à la faible représentation des joueurs d’origine maghrébine s’ajoute un constat accablant. L’analyse révèle les faits scientifiques suivants : il existe une surreprésentation notable de joueurs issus d’une immigration directe ou de seconde génération provenant de l’Afrique subsaharienne de l’Ouest (100 %) au détriment des joueurs issus de l’Afrique subsaharienne de l’Est (0,00 %) ; De plus, nous avons observé une absence totale de représentant des communautés originaires d’Asie alors même que notre population nationale compte sur son territoire près de 500 000 individus. Fait plus troublant encore, aucun joueur de confession ou même de patronyme suggérant une ascendance juive n’est présent au sein de l’équipe alors même que la France accueille la troisième communauté juive du monde (...)

Tous ces éléments ne sont pas sans surprendre les observateurs rigoureux que nous revendiquons être. En effet, l’analyse sur dix-sept générations de la famille Deschamps n’a pas permis d’identifier (sous réserve d’une analyse génétique plus complète, encore en cours par des techniques performantes) la moindre origine assurant un quelconque brassage ethnique minimal.

Les faits constatés ne peuvent qu’engendrer au sein de notre population un sentiment légitime d’exclusion ou de non-représentation de ce qu’elle exprime de sa diversité ethnique et sexuelle. Afin d’éviter qu’un climat délétère, voire insurrectionnel, ne se développe au sein de notre pays, il nous a paru opportun d’effectuer les recommandations suivantes : à l’instar de la recette du quatre-quarts, nous proposons dans un premier temps que l’équipe de France soit subdivisée en quatre groupes ethniquement identifiables, à savoir : un quart de représentants d’origine européenne ; un quart de représentants d’origine maghrébine, un quart de représentants d’origine africaine.

Dans un premier temps, le dernier quart devra impérativement regrouper des joueurs issus des communautés cambodgienne, juive (ashkénaze et séfarade à parts égales, quoique…), rom et arménienne. Une attention toute particulière sera portée à la présence de joueurs originaires de pays ayant subi des exactions de l’Etat français pendant la colonisation. Il conviendra rapidement d’ajuster cette représentation en fonction des dernières données ethniques disponibles.

Les joueurs issus de la communauté homosexuelle pourront être insérés indifféremment dans chacun de ces groupes dans la mesure où leur statut sexuel aura été certifié par des instances homologuées (Fédération sportive gay et lesbienne). Quoi de plus important pour la sélection française que d’avoir à sa tête un sélectionneur issu de la diversité ? Il appartiendrait à la FFF de s’assurer que le prochain mandat de sélectionneur soit confié à un entraîneur dont au moins deux grands-parents sur quatre seront nés hors du sol européen. Une commission pourra accepter de descendre éventuellement à un grand-parent à condition que le sélectionneur soit marié avec une personne issue de la diversité.

Pour finir, la notion d’équipe de France de football masculine peut paraître à bien des égards discriminante et non respectueuse des règles de la parité. Et de l’égalité femmes-hommes. Il conviendra donc de s’interroger dans un avenir proche sur les conséquences graves d’une politique institutionnelle qui s’acharne à exclure systématiquement les femmes de l’équipe de France masculine de football.

Nous proposons que, sous l’égide du gouvernement, un " Grenelle du football et de la diversité " soit organisé au plus vite. Nous attendons également une lettre des impétrants à l’élection présidentielle française précisant leur position sur ce sujet."

Posté le 8 juin 2016 à 09h00 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (16)

François Baroin organise l’installation des immigrés

Lu dans Minute :

"Tous les élus favorables à l’accueil des immigrés ont reçu un soutien de poids en la personne de François Baroin, le maire de Troyes, nouveau chouchou de la Sarkozie – il est même présenté comme son possible premier ministre... – et président de l’Association des maires de France.

C’est à ce titre qu’il accueillait, la semaine dernière, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, pour l’ouverture du congrès des maires, et François Hollande pour la conclusion des travaux. Du congrès des maires en général, on n’a retenu que le « cadeau » de François Hollande. Un cadeau qui n’en est pas un d’ailleurs, l’Etat se contentant de diviser par deux la baisse des dotations aux communes, campagne présidentielle oblige.

Mais durant ce grand raout des élus locaux, on a également parlé d’immigration. C’est d’ailleurs Baroin lui-même qui a lancé le sujet, en s’adressant directement à Jean-Claude Juncker : « Je veux vous porter le message de tous les maires de France, qui seront aux côtés de l’Etat dans sa mission régalienne d’accueillir les naufragés de la vie [c’est ainsi que François Baroin désigne les immigrés clandestins ! Ndlr] et de les aider à se reconstruire. »

Le président des maires de France lui a même demandé ses consignes pour mieux accueillir ces immigrés ! « Monsieur le président de la Commission européenne, pouvez-vous nous indiquer la marche à suivre ? Quelle est l’étape actuellement suivie et quelle méthode retenue ? » Et de conclure sur le sujet : « C’est donc bien dans une inscription dans la durée de l’accompagnement de ces populations qu’il faut définir des politiques publiques partagées »...

« Dans la durée ? » Autrement dit, dans un langage moins technocratique, avec Baroin, la remigration, ce n’est pas pour demain..."

Posté le 8 juin 2016 à 07h29 par Michel Janva | Lien permanent

07 juin 2016

Le Pape ne plaide pas pour une société multiculturelle

Chronique de Gérard Leclerc :

"Dans son récent entretien à La Croix, le pape François prenait l’exemple de son propre pays, l’Argentine, pour montrer la possibilité d’intégrer les musulmans dans un pays d’accueil. On lui a répondu à juste titre que le cas argentin ne pouvait être comparé à l’immigration actuelle en Europe. Il s’agit, en effet, d’un petit nombre de musulmans. La correspondante du Figaro à Buenos Aires cite le chiffre d’un million de personnes sur une population de 41 millions d’habitants. Et encore, ce chiffre est-il contesté par un spécialiste qui avance le chiffre de 100 000 musulmans. Ce chiffre semble corroboré par la très faible implantation locale des boucheries halal et des mosquées. De plus, cette petite communauté est intégrée depuis un siècle dans le pays et il n’y a aucun problème d’extrémisme fondamentaliste.

Sans doute, le Pape entendait-il insister sur la possibilité d’une telle intégration, en donnant un exemple probant. Exemple qui, d’évidence, a ses limites, vu les proportions et vu la distance temporelle. Cependant, on comprend mieux l’intention de François et son insistance sur le concept d’intégration, même s’il y aurait lieu de le préciser. Le Pape ne plaide pas pour une société multiculturelle avec des communautés marquant leur territoire. En recourant à l’histoire de la fin de l’Empire romain, François rappelle aussi le rôle de l’Église dans l’accueil de ceux qu’on appelait les barbares. Comment oublier que les dits barbares adhérèrent au christianisme, tels Clovis et ses Francs ? Ce n’est pas pour autant que le Pape s’engage dans une vaste entreprise prosélyte, dont il dénonce lui-même les relents colonialistes. Mais tout de même, il y a un problème d’adaptation et d’acceptation : adaptation aux mœurs d’un pays qui n’est pas une terre vierge et acceptation d’une culture, qui n’est pas la sienne et qu’il s’agit d’assimiler, quoi qu’il en coûte.

Et il peut en coûter beaucoup. Qu’on le veuille ou pas, nous vivons une période de grands défis, où il est extrêmement difficile de négocier ruptures et adaptations. Le bienheureux Frédéric Ozanam avait employé une expression provocante pour signifier sa résolution de répondre aux défis de son temps : Je passe aux barbares ! Oui, mais passer aux barbares, dans son esprit, ce n’était pas abdiquer ses convictions et son héritage. C’était se disposer à un long et difficile combat."

Posté le 7 juin 2016 à 19h03 par Michel Janva | Lien permanent

15 juin : conférence de Jean-Yves Le Gallou à Toulouse

Cj9SEcuXAAAWK7R.jpg-large

Posté le 7 juin 2016 à 15h43 par Michel Janva | Lien permanent

06 juin 2016

La première priorité de la France aujourd’hui, c’est retrouver le franc ou retrouver ce qu’est être français ?

Jean-Yves Le Gallou appelle sur Boulevard Voltaire à ne pas se tromper de sujet :

"[...] Tout se passe comme si face à la radicalisation de la réalité, la fraction philippotiste du FN avait choisi la pasteurisation de son discours. Au risque de peiner à se faire entendre. Au risque aussi de ne pas comprendre l’évolution de l’opinion : la montée des sentiments identitaires comme l’a montrée la mobilisation contre la venue du chanteur Black M pour les commémorations de Verdun ; le réveil aussi des courants de défense des valeurs traditionnelles illustré par les puissantes mobilisations populaires (les plus importante depuis 1984) contre la loi Taubira.

La situation politique est éminemment favorable à Marine Le Pen. Elle a donc vocation à rassembler beaucoup d’électeurs. Mais pour réussir pleinement, elle devra éviter le hors sujet électoral et historique. Parler de l’euro là où les électeurs attendent qu’on les protège de l’immigration. Franchement, la première priorité de la France aujourd’hui, c’est retrouver le franc ou retrouver ce qu’est être français ?

D’autant que nous ne sommes plus dans les années 1990 : le cycle de 1968 touche à sa fin, la révolte contre les déconstructionnistes (dans l’art, la culture, la culture, les commémorations) gronde. Le cycle historique des Lumières s’épuise aussi et avec lui l’idéologie des droits de l’homme hors sol qui est la matrice de l’immigration massive.

La politique n’a de sens que lorsqu’elle rencontre l’histoire."

Posté le 6 juin 2016 à 21h25 par Michel Janva | Lien permanent

"Je recommanderais d'avoir au moins trois enfants"

Cette exhortation ne vient malheureusement pas du gouvernement français qui aurait compris tout d'un coup l'importance du renouvellement des générations pour l'avenir de la France... Cette phrase a été prononcé par Recep Tayyip Erdogan en Turquie :

"Le président Recep Tayyip Erdogan a exhorté aujourd'hui les femmes turques à avoir au moins trois enfants, jugeant la vie d'une femme "incomplète" si elle n'avait pas de descendance.  Ces remarques du président turc sont les dernières d'une série de déclarations controversées visant à accroître la population de son pays, déjà en forte augmentation ces dernières années.

M. Erdogan a souligné qu'il était un fervent supporter du travail des femmes, mais que ceci ne devrait pas constituer un obstacle au fait d'avoir des enfants. "Rejeter la maternité signifie renoncer à l'humanité", a-t-il dit dans un discours lors de l'inauguration du nouveau siège de l'Association des Femmes turques et de la Démocratie (KADEM)."Je recommanderais d'avoir au moins trois enfants", a-t-il déclaré à cette occasion. "Les familles fortes mènent aux nations fortes", a-t-il souligné (...)

La population de la Turquie a atteint près de 79 millions d'habitants en 2015, contre 68 millions en l'an 2000, selon les statistiques officielles"

En 1998, le même Erdogan, qui espérait alors conquérir le pouvoir, avait été condamné à de la prison ferme par la justice turque, pour avoir répété en public les mots d’un poème turc, écrit en 1912 par le poète nationaliste Ziya Gökalp :

"Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats"

Enfin, le plus connu de tous, dans son discours à l'ONU en 1974, le président algérien Houari Boumediene avait déclaré :

"Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère Sud pour aller dans l’hémisphère Nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire"

On ne pourra pas dire que l'Europe n'a pas été prévenue...

Posté le 6 juin 2016 à 16h11 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (12)

Constater la réalité du Grand remplacement n'a rien à voir avec un quelconque "complotiste" ou "racialisme"

En digne partisan de la "normalisation" du discours du FN, Florian Philippot a de nouveau fait preuve du plus pur politiquement correct chez Ruquier en faisant mine de ne pas savoir ce qui se cacherait derrière la notion de Grand remplacement :

"Ce que je n’aime pas dans cette notion, c’est que c’est extrêmement flou et qu’on peut y mettre ce qu’on veut derrière, y compris mais pas seulement des théories qui seraient racialistes et complotistes […] Grand remplacement, je ne sais pas, remplacer quoi par quoi ?"

Dans le débat qu'elle a eu avec Madeleine de Jessey dans Famille chrétienne (tous les deux inconnus pour Philippot), Marion Maréchal-Le Pen explique qu'il est tout à fait possible de comprendre la réalité du Grand remplacement sans tomber dans une quelconque théorie du complot ou sans faire preuve de racialisme, rien qu'en ouvrant les yeux, répondant ainsi par avance aux propos du n°2 du FN :

Marion Maréchal-Le Pen : "Non, je le répète, ce n’est pas une vision racialiste, mais culturelle et identitaire".

Madeleine de Jessey : "Je ne comprends pas, dans ce cas, pourquoi vous employez l’expression de « grand remplacement », qui désigne le remplacement du peuple français par le peuple africain. Car, comme le dit justement Finkielkraut à propos de cette expression, pour décrire un danger qui est réel, vous employez une expression qui est plus dangereuse encore et qui place ce problème sur le point de vue ethnique – même si vous vous en défendez –, alors que c’est un problème d’intégration (...)"

Marion Maréchal-Le Pen : "Votre réponse est éminemment naïve et politiquement correcte. La sécession culturelle de nos banlieues, la montée de l’islam radical ou la multiplication des voiles dans la rue ne sont pas nées par elles-mêmes. Elles sont la conséquence directe du fait que, s’il est possible d’assimiler des individus, il n’est pas possible d’assimiler des peuples. La question du nombre se pose, ainsi que celle du grand remplacement"

Au risque d'exaspérer les électeurs du Front National, Florian Philippot devrait les consulter davantage ou, s'il n'a pas le courage de visiter les banlieues et nombreuses zones de non-droit en France, regarder quelques photos comme celle de ce centre de loisirs de la ville de Paris ou celle de l'équipe de France de football...

Image1
                                                                   Euro-2016-qui-sera-dans-la-liste

Posté le 6 juin 2016 à 08h30 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (20)

"Quand on regarde les gens qui arrivent en Europe, on voit que ceux qui s’intègrent sont les non musulmans”

Dixit l'acteur Jean Reno.

Posté le 6 juin 2016 à 07h28 par Michel Janva | Lien permanent

03 juin 2016

De nombreux terroristes parmi les réfugiés immigrés

Le 1er février, un Syrien de 28 ans, originaire de Raqqa, a affirmé être à la tête d’une cellule dormante de l’Etat islamique, qui prépare un attentat suicide en Allemagne. Une vingtaine d’hommes dispersés entre Düsseldorf et un camp de réfugiés dans une ville des Pays-Bas, frontalière de l’Allemagne. Son arrestation est à l’origine de l’interpellation en Allemagne de trois individus suspectés de préparer un attentat suicide à Düsseldorf. 

Les trois hommes sont tous de nationalité syrienne. Selon le parquet allemand, ils ont pris leurs ordres auprès de l’Etat islamique en Syrie. Les deux hommes ont ensuite rallié la Turquie, en 2014, puis l’Allemagne par la route des Balkans, en 2015. La route des migrants...

Par ailleurs, selon le général de l’armée irakienne Yahya Rassoul, des terroristes du groupe Etat islamique, qui occupent la ville de Falloujah, que les forces irakiennes sont en train, de reprendre, tentent de quitter la ville en se faisant passer pour des réfugiés.

Posté le 3 juin 2016 à 20h38 par Michel Janva | Lien permanent

Allemagne : un immigré marié avec une fille de 14 ans

Avec la bénédiction de la justice :

"Le quotidien allemand Die Welt rapporte un nouveau problème lié à la crise des migrants de l'autre côté du Rhin. Parmi les milliers d'immigrés qui pénètrent sur le territoire, de plus en plus de jeunes filles mineures arrivent, accompagnées de leur mari. Le journal raconte le cas d'Alia et Amir. Lors de leur arrivée en Allemagne, la mineure de 14 ans a été placée sous la tutelle du ministère de la jeunesse, qui a saisi la justice. Impossible, selon lui, de laisser ces deux personnes ensemble, puisque ce mariage s'apparente à un détournement de mineure. Le tribunal décide donc de séparer le couple et de n'autoriser leurs rencontres qu'en présence d'un tiers.

Sauf que la Cour suprême fédérale a finalement annulé cette décision de la justice allemande. Les deux migrants sont donc autorisés à rester ensemble, ce qui crée un dangereux précédent dénoncé par les organisations internationales Unicef et Terre des Femmes."

Posté le 3 juin 2016 à 20h11 par Michel Janva | Lien permanent

02 juin 2016

Un quart des personnes condamnées en France pour vol sont des étrangers

D'après les statistiques du ministère de la justice. Ce taux a doublé en 5 ans.

1606012357160104

Via FDesouche

Posté le 2 juin 2016 à 06h14 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (14)

01 juin 2016

Le Grand Remplacement n’existe pas, foi d’autruche !

Jean-Yves Le Gallou répond à Florian Philippot, qui a déclaré sur BFM TV le 30 mai :

« Je ne parle pas comme ça parce que c’est flou, je ne sais pas ce qu’on y met derrière. »

C’est sûr, le Grand Remplacement, c’est « flou », c’est un fantasme et même un « fantasme complotiste » (le même Philippot au JDD en 2014).

Alors ne bêlons plus ! Ouvrons les yeux ! Sortons la tête du sable. Il n’y a pas de Grand Remplacement en Angleterre mais le nouveau maire de Londres s’appelle Sadiq Khan. Ce musulman pakistanais a été élu à la suite du départ, en 10 ans, de 600.000 Britanniques de souche, des cockneys, des quartiers de l’Est.

Il n’y a pas de Grand Remplacement en Belgique : comme chacun sait, les Flamands et les Wallons se partagent toujours Molenbeek.

Il n’y a pas de Grand Remplacement gare du Nord à Paris et il n’y a que Nadine Morano pour s’y croire en Afrique.

Il n’y a pas de Grand Remplacement en Seine-Saint-Denis mais on y voit de moins en moins de femmes ne portant pas le voile islamique.

Il n’y a pas de Grand Remplacement en France mais, en 2015, le président du CFCM (le Conseil français du culte musulman) a demandé de transformer des églises en mosquées.

Cela ne vous suffit pas ? Vous voulez des statistiques ? En voici quelques-unes !

Oui, il y a Grand Remplacement dans les abattoirs, où plus de 50 % des animaux de boucherie sont tués dans d’atroces souffrances, sans étourdissement préalable, pour complaire aux sectateurs du Coran.

Oui il y a grand remplacement dans les prisons, où plus de 50 % des détenus sont musulmans, selon un rapport parlementaire, et où les Français de souche représentent moins de 30 % des effectifs.

Oui, il y a Grand Remplacement dans les maternités. Les statistiques médicales confirment ce qu’on y voit.

Les médecins y dépistent la drépanocytose chez les nouveau-nés qui ne sont pas d’origine européenne. Voici les chiffres : 20 % des nouveau-nés étaient dépistés en France en 2001, 37 % en 2014. Des chiffres qui montent à 50 % en Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur et 66 % en Île-de-France.

Quant à imaginer que cela serait sans conséquences, c’est nier le réel : de même qu’il y a des pommes sous les pommiers, les Africains africanisent et les musulmans islamisent.

Les Français sont confrontés à une difficulté majeure : le déni de réalité de la classe médiatique et, à sa remorque, de la classe politique. Tous partis confondus ?"

Posté le 1 juin 2016 à 17h20 par Michel Janva | Lien permanent

Nouvelle série d'agressions sexuelles en Allemagne, par des immigrés

18 femmes ont porté plainte pour des faits d'agressions sexuelles qui se seraient déroulés lors d'un festival de musique à Darmstadt en Allemagne samedi 28 et dimanche 29 mai.

Trois demandeurs d'asile ont été interpellés.

Posté le 1 juin 2016 à 09h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Mohamed : 3ème prénom donné en Ile de France

Le grand remplacement n'existe pas. Les Franciliens choisissent "Mohamed" comme 3ème prénom car c'est très joli.

O

Hier sur RTL, Eric Zemmour a expliqué dans le détail en quoi « le prénom, c’est la France », après la polémique soulevée par l’idée d’exiger des parents de franciser les prénoms de leurs enfants – idée faussement attribuée par Yves Calvi au Rendez-Vous de Béziers de Robert Ménard, puisque la proposition de figure pas dans le manifeste final, le seul qui fasse foi.

« Adjani se prénomme Isabelle, et non Djamila. Reggiani se prénomme Serge, et pas Sergio. Aznavour, c’est Charles. Valls, c’est Manuel. Platini, c’est Michel. Appeler ses enfants Sue Ellen ou Mohamed, c’est un signe manifeste d’autoségrégation qui permettra ensuite de se plaindre de la ségrégation que l’on subit. C’est refuser consciemment ou inconsciemment de faire partie du peuple français. C’est nier la République au nom des soi-disant valeurs républicaines. »

Or la législation républicaine, rappelle-t-il, a toujours imposé la francisation des prénoms, et cela dès l’an XI ! Le général de Gaulle puis Georges Pompidou, en 1972, l’ont confirmée, et « jamais ils n’auraient toléré qu’un ministre appelle sa fille Zorah ou qu’un président de la République appelle sa fille d’un prénom italien ». La législation ne fut abolie qu’en 1993, comme ultime acte de démission devant les pressions dues aux migrations.

Pourtant, martèle Eric Zemmour,

« que cela plaise ou non, la France est un pays de culture catholique, façonné par l’Eglise depuis plus de mille ans. Les autres cultures, les autres nations ne s’y trompent pas : le rappeur Abd al Malik s’appelait Régis avant sa conversion à l’islam. Quand des parents juifs donnent à leurs enfants des prénoms israéliens, il y a de fortes chances que cette famille ne tarde pas à quitter la France pour Israël. »

Il conclut :

« Pour prendre hommage à ses racines et à ses ancêtres, à la mémoire de ses parents, le nom de famille suffit […] Le prénom est au contraire la marque de l’individu nouveau qui va évoluer dans la société d’accueil. Lui donner un prénom français, de culture chrétienne, c’est marquer sa volonté d’intégration dans le pays qui sera le sien. C’est marquer son respect pour la société d’accueil, son passé, son histoire, ses héros. C’est faire sien son héritage. Le prénom, c’est la France. »

Posté le 1 juin 2016 à 09h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (22)

31 mai 2016

Le réfugié politique le plus connu du monde trouve qu'il y a trop de "migrants" en Europe

Il s'agit de Dalaï Lama qui risque, avec de tels propos, de devenir d'un coup beaucoup moins populaire chez les droits-de-l'hommistes :

Dalai_lamacsipa"Le Dalaï Lama, qui vit en exil en Inde depuis plus de 50 ans, a donné son avis sur l'accueil des migrants dans une interview au journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung. "Quand nous regardons le visage de chaque réfugié, surtout ceux des enfants et des femmes, nous ressentons leur souffrance et un être humain qui a de meilleures conditions de vie a la responsabilité de les aider, a-t-il affirmé. Mais d'un autre côté, il y en a trop à présent" en Europe. Et d'insister sur le risque que le pays d'Angela Merkel, qui a déjà accueilli un million d'immigrés, ne soit submergé par le nombre de "réfugiés" : "l'Allemagne en particulier, ne peut devenir un pays arabe, l'Allemagne est l'Allemagne. La plupart des migrants viennent en effet de pays arabes, notamment l'Irak et la Syrie.

Le chef des Tibétains a ensuite évoqué le fait que l'accueil des immigrés devait être temporaire : "Il y en a tant que cela devient difficile sur le plan pratique. Et sur le plan moral, je trouve aussi que ces réfugiés ne devraient être accueillis que provisoirement. L'objectif devrait être qu'ils retournent (dans leur pays) et aident à reconstruire leur pays" (...)"

Posté le 31 mai 2016 à 14h31 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (15)

30 mai 2016

Béziers: table ronde sur l’immigration


Rendez-vous de Béziers : Table ronde immigration par bvoltaire

Posté le 30 mai 2016 à 07h34 par Michel Janva | Lien permanent

27 mai 2016

Un militaire français agressé à Castres

Il s'agit d'un sous-officier du 8ème RPIMa de Castres :

"Un militaire du 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa) de Castres, dans le Tarn, a été violemment agressé jeudi soir à l’arme blanche. Il faisait une marche d’entraînement, seul et en uniforme, à une trentaine de kilomètres de sa caserne, à Saint-Julien-du-Puy, lorsqu'il a été abordé par deux hommes.

Selon nos informations, ces derniers lui auraient reproché les bombardements français en Syrie, avant de le frapper à coups de poing et de lui asséner deux coups de cutter. Le soldat a été hospitalisé dans un état grave. Ses agresseurs ont pris la fuite et sont activement recherchés."

Posté le 27 mai 2016 à 11h08 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

25 mai 2016

Le vrai problème c'est l'immigration

Jean-Yves Le Gallou est interrogé dans Minute. Extrait :

"[...] L’immigration est une catastrophe sur tous les plans et je vais prendre trois exemples.

Les hommes politiques aiment beaucoup parler de la lutte contre l’insécurité, parce qu’elle préoccupe à juste titre les Français, en présentant tout un tas de solutions qui, selon eux, vont régler ce problème – et bien sûr ne le rè- glent jamais. Ils ne peuvent pas le régler parce qu’ils ne s’attaquent pas à la cause. Pour dire clairement les choses, l’erreur – je dirais même la faute – est de croire qu’il y a juste un problème d’insécurité. Or il n’y a pas de problème d’insécurité : il y a un problème d’immigration ! Quand la quasi-totalité des bandes criminelles sont issues de l’immigration et quand 70 % des détenus sont étrangers ou issus de l’immigration, parler d’insécurité et ne parler que d’insécurité, c’est une manière de ne pas parler de ce sujet qui en est la source : l’immigration.

Deuxième exemple : la communautarisation de la société française, qui alimente le discours d’un certain nombre d’hommes politiques, à droite comme à gauche, avec ce qui est présenté comme son corollaire, le problème de la laïcité. Là encore, il est faux de prétendre qu’il y a un problème avec la laïcité, et de vouloir travailler sur le sens qu’il faut lui donner et sur son champ d’application. Il n’y a pas de problème avec la laïcité : il y a un problème avec l’immigration, et plus précisément avec l’islamisation.

Troisième exemple, avec le chômage et le montant des salaires, particulièrement du salaire minimum. Evidemment qu’il faut l’augmenter. Evidemment que le salaire minimum ne permet pas de vire dans des conditions décentes, notamment en région parisienne. Mais il est impossible d’augmenter le Smic quand, dans le même temps, les frontières sont ouvertes au point de permettre l’arrivée permanente d’une main-d’œuvre abondante et bon marché. Sur le Bon Coin – vous savez, le site que ne connaît pas Nicolas Sarkozy... –, on vous propose des services de ménage pour la moitié du Smic. Quand on parle d’emploi et de salaire, le vrai problème derrière, c’est aussi l’immigration."

Posté le 25 mai 2016 à 07h44 par Michel Janva | Lien permanent

21 mai 2016

Immigrés à Versailles Le Chesnay : le Préfet renonce, ou presque

La Plate-forme d’accueil pour les demandeurs d’asile (Pada) du Chesnay n’ouvrira pas. Dans un courrier daté du vendredi 20 mai, le préfet des Yvelines a fait savoir qu’il avait décidé de ne pas « l’activer » en réponse aux multiples inquiétudes.

Cette décision n’enterre toutefois pas le sujet. Dans ce même courrier, il a indiqué qu’il allait 

« rechercher une nouvelle implantation dans l’agglomération versaillaise ou à proximité immédiate ».

Philippe Brillault, maire du Chesnay, s’est engagé à l'aider

« à trouver des locaux dans le périmètre de Versailles Grand Parc. Le président du conseil départemental, Pierre Bédier, est d’accord pour travailler en pleine collaboration. Je suis soulagé de l’issue que cette affaire a prise. Le préfet a été pertinent et intelligent ».

Posté le 21 mai 2016 à 19h22 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

18 mai 2016

BlackM a-t-il vraiment un grand-père Tirailleur Sénégalais qui aurait fait la guerre de 39-45 ?

BlackM avait posté ce qui suit sur sa page Facebook (capture d'écran) :

Capture d’écran (8)Mais selon Pascal Guy, historien et spécialiste du Ier Empire, qui a accès en tant que chercheur aux archives militaires de Vincennes, il n'y a aucune trace d'un guinéen nommé Alpha Mamoudou Diallo dans les Troupes coloniales (Fdesouche, via LaicArt) :

"Le chercheur ajoute qu’après avoir fait des recherches minutieuses avec toutes les orthographes possibles, et en supprimant le prénom « Alpha Mamoudou », seuls deux Guinéens (qui donc n’ont pas « Alpha » dans leur prénom) figurent dans les archives militaire l’un est trop agé née 1888, quand l’autre né en 1905 à été démobilisé en 1941 et n’a donc pas participé à la libération de la France.

Le chercheur explique que ces archives sont publiques et qu’il est possible pour chacun de faire la recherche soi-même.

Les médias auraient-ils pris le post Facebook de Black M pour argent comptant sans la moindre vérification ? Partout, dans presque tous les médias, des journalistes annonçaient sans aucune précaution la qualité d’ancien combattant du grand-père de Black M comme argument pour démontrer l’injustice qui était faite au rappeur.

Voici un lien vers un pdf de la liste complète des combattants des Troupes coloniales et indigènes (1850-1950) du Service historique de la Défense"

Posté le 18 mai 2016 à 23h34 par Marie Bethanie | Lien permanent

Des clandestins à Versailles : l'opposition réagit

J'ai évoqué hier le projet d’ouverture d’une plate-forme d’accueil pour les demandeurs d’asile à Versailles, à proximité d'un établissement scolaire. De nombreux riverains se plaignent et des élus d'opposition ont réagi. Versailles Famille Avenir a envoyé ce courrier au préfet :

Courrier Préfet

 

François Siméoni, élus FN de Versailles, était aussi au rassemblement organisé pour s'opposer à l'ouverture de la plate-forme d'accueil aux migrants (PADA). Il a dénoncé le rôle joué par le président du Conseil Général, Pierre Bédier, qui impose cette immigration non souhaitée aux Versaillais et aux Chesnaysiens, comme il le fait sur l'ensemble du département et notamment dans "sa" villle de Mantes-la-Jolie.

"Le Front National dénonce cela depuis bien longtemps mais, hélas, les Versaillais ont choisi d'élire récemment des conseillers généraux qui ont tous voté pour redonner à ce triste sire son poste de président du CG malgré sa condamnation pour corruption. On ne peut pas se plaindre des conséquences sans en attaquer les causes et c'est ce que nous faisons depuis bien longtemps ; il ne faudrait pas croire que le choix de ce site soit anodin : il s'agit d'une volonté délibérée d'imposer cette immigration notamment aux enfants qui se déplacent dans ce secteur afin de les habituer à cette "diversité", qui n'en est d'ailleurs plus une à Mantes, il suffit d'y aller pour s'en rendre compte.

Comble du scandale aucun élu de la majorité versaillaise n'était présent ! Nous continuons notre combat pour que les choses changent en 2017 et espérons que cet évènement fera prendre conscience aux riverains du chaos vers lequel les LR, pour lesquels certains votent, les entraînent. Dénonçons également le rôle souvent joué par les paroisses au nom de l'accueil et de la main tendue, idiotes utiles de la déstructuration des Nations au profit d'un nomadisme généralisé servant les intérêts des grandes puissances d'argent."

Posté le 18 mai 2016 à 14h54 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

Le défenseur des droits Jacques Toubon traite les pieds-noirs d’immigrés

L'information, reprise par Novopress (qui appelle à contacter Jacques Toubon qui a tout faux), vient de Minute. Nommé « défenseur des droits » par François Hollande, Jacques Toubon fut le secrétaire général du RPR et le ministre de la Justice… d’Alain Juppé.

Posté le 18 mai 2016 à 09h35 par Michel Janva | Lien permanent

17 mai 2016

Situation explosive à Mayotte... et à Versailles ?

Des groupes d'habitants délogent les étrangers sous le regard des gendarmes impuissants :

"Violente, la scène se répète dans divers villages du même département français depuis janvier. Une foule de plusieurs dizaines d’habitants se dirige vers des habitations de fortune occupées par des immigrés. Ils sont très déterminés. Ils tapent sur des casseroles, chantent, puis ils chassent les occupants, qui se retrouvent brutalement à la rue. Ils détruisent certaines habitations, brûlent des affaires qu’ils trouvent. Ils menacent ceux qui s’opposent à leur action, voire les journalistes présents. Ils distribuent des tracts justifiant leur action, qui accusent les sans-papiers d’être responsables de tous les maux du département : délinquance, chômage (36%), surcharge dans les écoles, dégradation des services de santé…

Ce département, c’est Mayotte, île située à mi-chemin entre l'Afrique et Madagascar, 230.000 habitants, dont 40% d’étrangers, un territoire français qui vit sous la forte pression migratoire des trois îles des Comores indépendantes voisines. [...]

Cette chasse à l’étranger a commencé en janvier dans le village de Tsimkoura. Un collectif d’habitants de ce village a écrit à des propriétaires, avec copie à la maire de la commune et à la gendarmerie, pour les sommer d’expulser les sans-papiers qu'ils hébergeaient avant le 10 janvier. "Passé ce délai, les habitants prendront les mesures nécessaires pour remédier à ce problème", avaient-ils prévenu. Ils ont mis leur menace à exécution, chassant quelque 200 personnes, certaines en situation régulière, certaines même de nationalité française... Faute de réaction des autorités, d’autres villages ont suivi l’exemple. La méthode est désormais rodée : on prévient par courrier, sur les réseaux sociaux et par voie d’affiches ; on se donne rendez-vous ; puis on marche vers le quartier ciblé."

Pendant ce temps, à Versailles / Le Chesnay, le projet d’ouverture d’une plate-forme d’accueil pour les demandeurs d’asile (Pada) inquiète. Le maire de Versailles n'a pas été informé de cette installation.

"Une perspective qui effraie riverains et parents d’élèves qui s’abritent derrière la sécurité pour justifier leur hostilité. « Il y a un établissement scolaire (NDLR : Saint-Jean-Ulst, un établissement privé qui va de la maternelle au lycée) juste à côté. Il accueille près de 3 000 élèves chaque matin. Nos enfants vont croiser des migrants : c’est impensable ! », s’emporte un homme, qui habite à proximité. « Ce sont deux mondes qui s’affrontent. J’ai deux filles scolarisées à Saint-Jean-Ulst et ça m’inquiète », approuve Sophie, une enseignante, sous le regard approbateur de Karine, qui réside à Versailles."

Si l'immigration touche les beaux quartiers, où va-t-on ?... "Il est important que l'accueil des demandeurs d'asile se fasse dans de bonnes conditions... mais pas chez moi".

Posté le 17 mai 2016 à 21h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

The last Whites of the East End [Les derniers Blancs de l’Est londonien]

La BBC ne craint pas d'évoquer le Grand remplacement dans un grand reportage :

Londres_blancs-copie"Le 24 mai prochain, la BBC, télévision publique anglaise, va projeter un reportage choc intitulé : « The last Whites of the East End », autrement dit : « Les derniers Blancs de l’Est londonien ». A la différence des médias français subventionnés, qui bien souvent refusent d’évoquer certains sujets sensibles, les médias anglais n’hésitent pas à pointer du doigt certains problèmes de société majeurs. En l’occurrence ici, il s’agit du « grand remplacement » que nous évoquions la semaine dernière durant notre reportage « en immersion » à Londres.

 Le film « the last whites of the east end », qui est un documentaire en immersion dans les quartiers de l’East London, explique que 73% de la population de ce quartier (Newham) est désormais composée de noirs et de « minorités ethniques ». Les blancs quittent tout simplement l’East End : 70 000 immigrés se sont installés dans le quartier ces dernières années, provoquant leur fuite car on leur a fait clairement comprendre qu’ils ne sont plus à leur place. « Le Cockney est devenu une espèce en voie de disparition » explique le Daily Mail, qui publie un grand reportage annonçant la diffusion du documentaire (...)"

Mais tout cela n'existe pas en France...

Posté le 17 mai 2016 à 18h18 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (19)

Les bus londoniens afficheront "Gloire à Allah" pendant le ramadan

Cela n'a rien à voir avec l'élection d'un maire musulman à la tête de la capitale britannique  puisque ces publicités à la gloire d'Allah se multiplieront sur les 640 bus de Londres, Birmingham, Manchester, Leicester et Bradford où la communauté musulmane est importante (3 millions rien qu'à Londres) :

Islamicrelief-600x400«Subhan Allah». «Gloire à Allah». Ces mots seront affichés pendant deux mois sur les fameux bus rouges londoniens. Une campagne de publicité lancée par la branche londonienne de l'association Islamic Relief (Secours islamique en français), la plus importante ONG islamique britannique, qui collecte des fonds pour venir en aide notamment aux victimes de la guerre en Syrie, et a déjà envoyé 178 millions d'euros là-bas. Le début de la campagne coïncidera avec le mois de Ramadan qui se tient en juin (...)

Cette campagne aux tonalités religieuses n'est pas du goût de tout le monde. Si les Britanniques n'ont pas la même conception de la laïcité qu'en France, et que les religions occupent sans problèmes l'espace public, certains s'offusquent d'un deux-poids, deux mesures. En effet, pendant la période de Noël, une publicité de l'église d'Angleterre qui faisait la promotion d'un site internet cherchant à inciter les gens à prier, Just pray, avait été proscrite de plusieurs cinémas. On y voyait l'archevêque de Canterbury réciter le Notre Père avec plusieurs autres fidèles. Le spot publicitaire devait être projeté avant le film Star Wars, mais il avait été bloqué par la Digital Cinema Media, l'agence qui contrôle la publicité dans les plus grandes salles de cinéma du pays.

«Si nous autorisons cette publicité en faveur de l'islam, nous devons aux Chrétiens plus de liberté pour s'exprimer» a ainsi affirmé Andrea William, directrice de l'association Christian Concern. Dans le Daily Mail, Simon Calvert, directeur de l'Institut chrétien, affirme quant à lui que cette publicité «indique le début d'une nouvelle ère d'expression de la foi chrétienne, qui est devenue persona non grata».

Posté le 17 mai 2016 à 05h53 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

12 mai 2016

18 mai : conférence sur le terrorisme et l'immigration

Le groupe ENL organise le 18 mai à Paris une conférence autour du député Louis Aliot et son invité le criminologue Xavier Raufer pour aborder la question du terrorisme en Europe

Posté le 12 mai 2016 à 16h21 par Michel Janva | Lien permanent

11 mai 2016

Des partisans d'organisations terroristes se sont infiltrés parmi les migrants

Les autorités allemandes soupçonnent une quarantaine de membres de l'organisation Etat islamique (EI) de s'être glissés dans les rangs des migrants entrés en Allemagne.

Le directeur des services du renseignement intérieur, Hans-Georg Maassen, a déclaré la semaine dernière que des djihadistes avaient bien emprunté la route des Balkans.

"Je ne vous livre pas de secret en vous disant que je suis préoccupé par le nombre élevé de migrants dont nous ignorons l'identité parce qu'ils n'avaient pas de papiers quand ils sont entrés dans le pays".

Une porte-parole de la Bundeskriminalamt (BKA), la police fédérale, a déclaré que 369 alertes avaient été lancées sur des cas d'islamistes soupçonnés de s'être mêlés aux migrants, justifiant l'ouverture de 40 enquêtes par les autorités. Ces chiffres sont en forte augmentation par rapport aux 213 alertes et 18 enquêtes dont la police faisait état début janvier.

"Les responsables allemands des services de sécurité ont des informations selon lesquelles des partisans d'organisations terroristes se sont infiltrés parmi les migrants (...) pour lancer des attaques en Allemagne".

Posté le 11 mai 2016 à 21h56 par Michel Janva | Lien permanent

#VerdunSansBlackM : il faut obtenir l'annulation du concert (Add 2)

La France effondrée a appris hier que ce gouvernement sans âme a choisi le rappeur BlackM pour "animer" les commémorations officielles du centenaire de Verdun.

Il est certain que ce choix va dans le sens du multiculturalisme imposé par nos politiques, et dans la volonté de détruire le peu qui reste de nos racines dans la mémoire collective des Français.

Capture d’écran (4)"BlackM", puisque BlackM il y a, a chanté dans son tube Désolé : "Je me sens coupable quand je vois tout ce que vous a fait ce pays de kouffars." (Les "kouffars", c'est nous, qui sommes des "mécréants" pour les musulmans).

La communauté homosexuelle regarde le rappeur d'un oeil circonspect et l'accuse d'homophobie depuis que BlackM (du groupe "Sexion d'assaut" - on appréciera le glissement sémantique dû à la faute volontaire d'orthographe) a chanté : "Je crois qu'il est grand temps que les pédés périssent, coupe leur le pénis, laisse les morts, retrouvés sur le périphérique", se déclarant "homophobe à 100%".

Ce rappeur est également interdit de radio en Belgique depuis octobre 2015, pour antisémitisme :

"Après une demande du président de la Ligue belge contre l'antisémitisme (LBCA), Joël Rubinfeld, la chanson a été interdite sur les ondes de Fun Radio. En cause ? L'emploi du mot « youpin », considéré comme antisémite. « Dans ma rue, les chinois s'entraident et se tiennent par la main, les youpins s'éclatent et font des magasins et tous les lascars fument sur les mêmes joints » déclame le rappeur."

Pour abonder dans le sens du post de Philippe, chacun peut contribuer à tout faire pour empêcher cette prestation lamentable :

  • en s'abonnant à la page Facebook "Kouffars et morts pour la France" et en la partageant
  • en faisant monter sur Twitter le hashtag #VerdunSansBlackM
  • en signant et en partageant les pétitions Contre la venue de BlackM à Verdun et Pas de Black M à Verdun !
  • en protestant auprès du Mémorial de Verdun au 03 29 88 19 16 ou info@memorial-verdun.fr
    Add : Le Mémorial et la Mairie, submergés de coups de fil, craquent complètement ! Il faut continuer à mettre la pression en écrivant des mails à l'adresse suivante : communication@grandverdun.fr ou contact@grandverdun.fr
  • Add 2 : un lecteur nous signale que nous pouvons également contacter le mail du député de la 2ème  circonscription de la Meuse ou se trouve le mémorial de Verdun. Il s’agit de JL Dumont, email disponible sur le site de l’AN : jldumont@assemblee-nationale.fr

Posté le 11 mai 2016 à 10h09 par Marie Bethanie | Lien permanent

09 mai 2016

Lorsque les populations sont remplacées, les dirigeants aussi

Suite à l'élection d'un maire musulman à Londres, Pascal Gannat prédit 

Le Lab rapporte ces tweets en expliquant :

"Concernant par ailleurs le "grand remplacement", certains responsables FN valident totalement et ouvertement cette théorie de l'écrivain d'extrême droite Renaud Camus. Stéphane Ravier donc, mais aussi Marion Maréchal-Le Pen ou Gilbert Collard, sans parler de Jean-Marie Le Pen.

Marine Le Pen, de son côté, s'attache à ne pas prononcer les termes en question, tout en jugeant que la théorie qu'ils dessinent est valable."

Pascal Gannat explique :

"1/ Je parle d'expérience : élu municipal de ROUBAIX durant 12 ans, et conseiller régional du Nord durant 6 ans, j'ai vu progressivement cette ville se modifier radicalement dans sa composition sociologique et sa population, sous la pression de l'immigration. Les Français de souche ont quitté cette ville massivement. La majorité des habitants de cette ville est aujourd'hui d'origine immigrée et bien évidemment, un jour aura un maire issu de l'une de ses communautés non française de culture. Un colloque de la Fondation Polignac-Singer au début des années 2000 précisait qu'entre 2035 et 2045, 40 % des naisssances en France seraient d'origine arabo-musulmane, ou africano-musulmane, par la simple prolongation des courbes démograpiques de l'époque, il y a donc plus de 10 ans.

8479071262/ D'autre part, Sadik KHAN demeure très proche de milieux islamistes fondamentalistes, bien que pour masquer cela et faire progressiste, il se soit prononcé en faveur du mariage homo. Cette position -qui n'a d'ailleurs rien pour me plaire- n'est en rien un signe de rupture avec les milieux radicaux qui se fichent éperdument de la législation britannique, dans laquelle au passage le mariage religieux équivaut au mariage civil. Il a justifié l'infériorité des femmes pour des raisons religieuses. Durant sa campagne électorale, sa femme aparaissait les cheveux libres et en lunettes de soleil, le soir de son élection sa femme portait à nouveau le voile qui cachait ses cheveux [cf photo, NDMJ]. Un comportement typique des fondamentalistes, modernistes en apparence, mais porteurs d'un islam radical en fait.

3/ Sadik KHAN est contre le BREXIT, c'est à dire un vote en faveur de la sortie du Royaume Uni de l'Europe : il est immigrationniste et il sait très bien que la porte d'entrée de quelques dizaines de millions d'autres immigrés dans les 20 ans à venir se trouve à Bruxelles. Socialiste, il ressemble aux socialistes de la fondation TERRA NOVA qui prônait dans un rapport le soutien de la gauche aux immigrés et l'abandon des français modestes, jugés irrécupérables, car attachés à leurs racines et à la défense de leurs intérêts légitimes de citoyens français.

4/ En France ce sera pire, et je maintiens, car 20 % de l'Islam français n'est pas intégré et que la moitié des mosquées françaises sont administrées par des fondamentalistes."

Posté le 9 mai 2016 à 07h20 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (29)

04 mai 2016

La photo du jour

Trouvée sur Liberté Politique :

UNE-PHOTO-QUI-PARLE-SEULE_visuel

"Ci-dessus sont montrées des personnes marchant pour atteindre leur but final, vivre dans un pays européen.

Cette photographie a fait le tour du monde mais combien de bien-pensants ont saisi la réalité qui s' en dégage ? Ils verront  7 hommes et 1 seule femme ... Jusque-là rien de spécial, bien que bizarre! Sauf qu'à bien y regarder, on remarque que cette femme, la seule aux pieds nus, souffrante, harassée, est accompagnée d'un 1 enfant et elle en porte encore 2 sur elle. Là est le problème ! Aucun des hommes ne lui vient en aide et sa souffrance ne les émeut pas. Pensez-vous vraiment que ce type d’ individu pourra s’ intégrer dans nos pays et respecter nos valeurs ? Poser la question, c'est déjà y répondre !"

Posté le 4 mai 2016 à 18h29 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

Loi Veil et immigration : le suicide français

Me Frédéric Pichon fait le lien :

"[...] Il serait vain de blâmer ces populations fuyant la misère et la guerre, si les Français et les Européens ne sont pas animés par un profond respect pour la vie humaine et une politique familiale vigoureuse et ne renoncent pas à un consumérisme hédoniste et individualiste.

En d’autres termes, un patriote sincère ne peut être cohérent s’il ne défend pas vigoureusement la vie qui repose sur l’union d’un homme et d’une femme en même temps qu’il défend les remparts de sa cité.

« Honore les dieux, aime ta femme et défends ta patrie » : tels étaient les mots d’Hector de Troie défendant les murs de la cité contre les envahisseurs qui y étaient entrés par ruse.

La famille est, en période de crise, le principal lieu de résistance aux totalitarismes mondialiste et niveleur, parce qu’elle transmet naturellement un héritage, une éducation, une langue… Elle est le premier lieu vital dans lequel les personnes s’enracinent et le premier rempart de notre identité et de nos libertés.

Soit la France et l’Europe renouent avec leur identité profonde par une politique familiale énergique et la réhabilitation d’une figure virile de l’homme et elles sortiront du chaos.

Soit, gavée de subventions au Planning familial, à la Gay Pride et idôlatrant Conchita Wurst comme icône de l’homme nouveau, elle sera mûre pour une dhimmitude définitive et irréversible.

Vieille Europe, tu as le choix entre la mort et la vie. Il est temps de choisir…"

Posté le 4 mai 2016 à 16h36 par Michel Janva | Lien permanent

03 mai 2016

250 000 euros le réfugié

La Commission européenne impose l'immigration pour tous :

"La Commission européenne propose que les pays qui refuseront de prendre des « réfugiés », selon les règles qui entrent en vigueur demain mercredi, soient soumis à une amende. Selon le Financial Times, cette amende serait de 250.000 € par réfugié refusé. Sic.

On sait que la Hongrie et la Slovaquie ont attaqué le plan de répartition par quotas devant la Cour européenne de Justice. A la Commission européenne, on fait savoir que le verdict de la Cour ne pourra pas affecter les décisions prises…

En outre, ce mercredi, la Commission européenne devrait recommander la fin des visas pour les ressortissants turcs, alors même que la Turquie ne remplit pas les critères, selon la Commission elle-même."

Posté le 3 mai 2016 à 14h23 par Michel Janva | Lien permanent

La tentation totalitaire du multiculturalisme

Extrait  d'une tribune de Mathieu Bock-Côté dans La Nef :

Couverture281-3"[...] Il y a des limites au constructivisme. On ne saurait réduire l’humanité à sa souffrance, comme le souhaite la gauche humanitaire, non plus qu’à sa force de travail, comme le prétend la droite néolibérale, qui voudrait réduire les populations à autant de ressources humaines à déplacer selon les exigences à la fois capricieuses et fonctionnelles du capital. On ne saurait déraciner et transplanter des peuples à loisir, sans provoquer d’immenses tensions. Le déni des cultures est un déni anthropologique grave, qui conduit, à terme, à une inintelligibilité du monde semeuse de tensions et de conflits. Le déni des cultures est un déni du réel. L’impératif de l’ouverture à l’autre, qu’on présente comme la fondation éthique du régime diversitaire, bute sur deux questions : de combien d’autres s’agit-il et de quels autres s’agit-il ? Il y a un certain paradoxe à voir l’idéologie multiculturaliste chanter la diversité du monde mais amalgamer tous les peuples dans la figure de l’autre, comme s’il y avait, fondamentalement, une interchangeabilité de toutes les cultures. Dès lors, dans la mesure où aucune n’est liée à un territoire, il suffirait d’un peu de pédagogie interculturelle pour qu’elles apprennent à cohabiter. On voit à quels désastres une telle philosophie désincarnée et étrangère aux passions humaines comme à l’histoire peut conduire. L’utopisme entretient une psychologie politique particulière : lorsque l’utopie est désavouée par le réel, elle blâme ce dernier et entend durcir l’application de sa politique. Plus la société désavoue ses commandements, plus elle croit nécessaire de pousser loin l’expérimentation politique. La tentation totalitaire du multiculturalisme lui vient justement de ce constat d’un désaveu du réel. La question de l’immigration, de ce point de vue, est une des plus importantes de notre temps, parce qu’elle rappelle à sa manière la part irréductible de chaque culture, ce qui ne veut pas dire non plus qu’elles sont imperméables entre elles. La réalité désavoue cette fiction idéologique maquillée derrière la référence au vivre ensemble. On a beau chanter la multiplication des identités qui témoignerait d’une floraison des minorités dans une société ouverte à chacun de ses membres, on constatera surtout une désagrégation du corps politique, on doit surtout y voir un éclatement de la cité qui ne parvient plus à assumer une idée historiquement enracinée du bien commun. […]"

Posté le 3 mai 2016 à 07h43 par Michel Janva | Lien permanent

L'assimilation n'est pas un gros mot

Extrait de l'éditorial de Charles-Heni d'Andigné dans Famille chrétienne :

Numero-1998-samedi-30-avril-2016-enquete-sur-la-resurrection-du-christ_large"[...] Qu’est-ce que le multiculturalisme ? C’est une religion, estime un sociologue canadien, Mathieu Bock-Côté, dans un livre passionnant. Elle a ses dogmes : le premier d’entre eux est que le devoir d’intégration des étrangers dans leur pays d’accueil est obsolète. C’est au pays d’accueil de s’adapter. Un pays multi-culturel, dans la tête de ceux qui en rêvent, c’est une juxtaposition de communautés diverses (ethniques, religieuses, sexuelles), qui toutes ont droit de cité. Toutes ? Pas tout à fait. La culture d’origine du pays doit s’effacer devant les autres, puisqu’elle est l’héritière de ceux (les Blancs, les chrétiens, les hommes, les « hétéros »…)qui ont opprimé les autres cultures.

Cette « religion » a aussi ses rassemblements festifs : Nuit debout, par exemple. Enfin, elle a ses grands prêtres, les dirigeants d’associations « antiracistes » qui distribuent autour d’eux sermons, leçons de morale et excommunications avec une générosité jamais démentie.

Certes, la France, depuis quelques décennies, a changé de visage. Certains quartiers n’ont plus grand-chose à voir avec ce qu’ils étaient autrefois. Cela ne fait pas de la France un pays multiculturel pour autant. La tradition française, ce n’est pas d’être un terrain vague ouvert à tous les vents, c’est d’accueillir les gens d’où qu’ils viennent et quoi qu’ils pensent, à partir du moment où ils sont prêts à adopter la culture française : notre langue, nos mœurs, nos coutumes. Cela s’appelle l’assimilation, et ce n’est pas un gros mot. 

Il faut lire les témoignages des Français d’origine étrangère qui ont fait cet effort, les François Cheng, Andreï Makine, Alain Finkielkraut… tous devenus écrivains français de tout premier plan. Le seraient-ils devenus dans une France multiculturelle, renvoyant les immigrés à leur origine ? Ils ont eu la chance d’avoir à s’intégrer dans une France assimilatrice. Nous avons la chance de les compter parmi nos concitoyens les plus talentueux.

Une France fière d’elle-même, tout le monde y a intérêt, les Français de souche (ça n’est pas un gros mot non plus) et les Français de fraîche date."

Posté le 3 mai 2016 à 07h36 par Michel Janva | Lien permanent

02 mai 2016

La Croix Rouge organise une opération pro clandestins

Avec les dons et autres subventions, la Croix Rouge fait de la propagande pro-clandestins auprès des lycéens français. Militaires et administrations sont présentés comme des obstacles à éviter :

C

Posté le 2 mai 2016 à 16h24 par Michel Janva | Lien permanent

Le multiculturalisme : une idéologie fondée sur l'inversion du devoir d'intégration

Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie et chargé de cours aux HEC à Montréal. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il déclare au Figaro :

"[...] Au Canada, le multiculturalisme est inscrit dans la constitution de 1982, imposé de force au Québec, qui ne l'a jamais signé. Il a servi historiquement à noyer le peuple québécois dans une diversité qui le privait de son statut de nation fondatrice. [...] Avec le multiculturalisme d'État, on nous a transformés en nuance identitaire parmi d'autres dans l'ensemble canadien. Il faut rappeler ces origines oubliées du multiculturalisme canadien à ceux qui n'en finissent plus d'idéaliser un pays qui a œuvré à oblitérer sa part française.

Je vous donne au passage ma définition du multiculturalisme, valable au-delà du contexte canadien: c'est une idéologie fondée sur l'inversion du devoir d'intégration. Traditionnellement, c'était la vocation de l'immigré de prendre le pli de la société d'accueil et d'apprendre à dire nous avec elle. Désormais, c'est la société d'accueil qui doit se transformer pour accommoder la diversité. La culture nationale perd son statut: elle n'est plus qu'un communautarisme parmi d'autres. Elle devra toutefois avoir la grandeur morale de se dissoudre pour expier ses péchés passés contre la diversité. [...]

Le multiculturalisme s'est imposé chez vous par une gauche qui, depuis le passage du socialisme à l'antiracisme, au début des années 1980, jusqu'à la stratégie Terra Nova, en 2012, a été de moins en moins capable de parler le langage de la nation, comme si cette dernière était une fiction idéologique au service d'une majorité tyrannique désirant écraser les minorités. Il s'est aussi imposé avec l'aide des institutions européennes, qui sont de formidables machines à dénationaliser les peuples européens. La droite, par ailleurs, toujours prompte à vouloir donner des gages au progressisme, a peu à peu abandonné aussi la nation, ou s'est du moins contentée de la définir de manière minimaliste en en évacuant l'histoire pour retenir seulement les fameuses valeurs républicaines.

Le multiculturalisme est la dynamique idéologique dominante de notre temps, et cela en Amérique du nord comme en Europe occidentale. Chez les élites, il suscite la même admiration béate ou la même passion militante. Il propose toujours le même constat: nos sociétés sont pétries de stéréotypes et de préjugés, elles sont fermées à la différence et elles doivent se convertir à la diversité pour enfin renaître, épurées de leur part mauvaise, lavées de leurs crimes. Pour emprunter les mots d'un autre, le multiculturalisme se présente comme l'horizon indépassable de notre temps et comme le seul visage possible de la démocratie. La gauche européenne, en général, y voit d'ailleurs le cœur de son programme politique et idéologique.

Je note autre chose: le multiculturalisme est partout en crise, parce qu'on constate qu'une société exagérément hétérogène, qui ne possède plus de culture commune ancrée dans l'histoire et qui par ailleurs, renonce à produire du commun, est condamnée à entrer en crise ou à se déliter. Lorsqu'on légitime les revendications ethnoreligieuses les plus insensées au nom du droit à la différence, on crée les conditions d'une déliaison sociale majeure.

Mais devant cette crise, le multiculturalisme, loin de s'amender, loin de battre en retraite, se radicalise incroyablement. Pour ses thuriféraires, si le multiculturalisme ne fonctionne pas, c'est qu'on y résiste exagérément, c'est que les nations historiques, en refusant de s'y convertir, l'empêchent de transformer pour le mieux nos sociétés selon les termes de la promesse diversitaire. Il faudra alors rééduquer les populations pour transformer leur identité et les amener à consentir à ce nouveau modèle: on cherche, par l'école, à fabriquer un nouveau peuple, ayant pleinement intériorisé l'exigence diversitaire. On cherchera à culpabiliser les peuples pour les pousser à enfin céder à l'utopie diversitaire. [...]"

Posté le 2 mai 2016 à 07h14 par Michel Janva | Lien permanent

30 avril 2016

L'Autriche demande la prolongation du contrôle aux frontières

L'Autriche et l'Allemagne sont en pourparlers avec l'Union européenne pour prolonger les contrôles aux frontières provisoirement rétablis l'année dernière dans l'espace Schengen afin d'endiguer le flux des migrants.

Et la France ? Pas de son, pas d'image.

Posté le 30 avril 2016 à 20h07 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Europe : le référendum , Europe : politique , France : Politique en France , France : Société , Immigration

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Europe : le référendum , Europe : politique , France : Politique en France , France : Société , Immigration