30 juillet 2015

Immigration : les clôtures, cela dissuade

Unknown-15Le nombre de migrants qui essaient de traverser le tunnel sous la Manche est d’autant plus grand depuis que le port a été sécurisé. Emmanuel Agius, premier adjoint à la ville de Calais, explique :

« Les installations portuaires de Calais ont bénéficié de clôtures imposantes qui dissuadent apparemment les migrants de façon efficaceCe qui déplace la pression migratoire sur le site d’Eurotunnel."

Eurotunnel a déclaré avoir déjà intercepté 37 000 immigrés. 9 morts ont été signalés.

Posté le 30 juillet 2015 à 07h45 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

28 juillet 2015

2200 immigrés clandestins dans la zone du tunnel sous la Manche

Lu ici :

Images-10"C'est l'intrusion la plus massive qu'ait connu le site Eurotunnel, depuis des mois de pression migratoire. Dans la nuit de lundi à mardi, 2200 immigrés clandestins ont envahi la zone du tunnel sous la Manche, à Coquelles, pour tenter de rejoindre «l'eldorado anglais». Une information du Figaro, confirmée par la Police aux frontières (PAF), le groupe Eurotunnel et la préfecture du Pas-de-Calais. Mille autres migrants attendaient en périphérie pour s'y introduire à leur tour, selon des policiers sur le terrain.

Les débordements ont commencé vers 22 heures pour s'achever vers 6 heures du matin, circonscrits avec difficulté par un effectif policier de 90 fonctionnaires. «D'habitude ils sont 500 ou 800, mais cette intrusion-là, c'était du jamais-vu, commente, dépassé, un policier de Calais. Et 90 collègues pour sécuriser l'intérieur et l'extérieur d'Eurotunnel, qui fait 23 kilomètres de périmètre, soit presque les deux tiers de Paris intra-muros, c'est nécessairement difficile, pour ne pas dire du grand n'importe quoi». [...]"

Posté le 28 juillet 2015 à 21h54 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

27 juillet 2015

La gauche voit l’immigration comme une opportunité de détruire les identités

C'est ce qu'a déclaré le Premier Ministre hongrois Viktor Orbán.

Posté le 27 juillet 2015 à 18h45 par Michel Janva | Lien permanent

25 juillet 2015

L'Aide médicale d'Etat et le bien commun de la société

Co-auteur en 2011 d’un ouvrage intitulé « Immigration et charité chrétienne« , Cyril Brun, docteur en sciences humaines, aborde le problème de l’aide médicale d’Etat, réservée en France aux étrangers en situation irrégulière :

A"[...] Moralement, il n’est en effet pas acceptable de laisser sans soin un pauvre (ce que peut être l’immigré qui arrive). Le minimum de santé doit toujours être garanti. Telle est la base du respect de la dignité humaine. Cependant, il convient de ne pas oublier qu’afin de ne pas tomber dans un assistanat qui ne respecte pas un autre pan de la dignité humaine, la responsabilité, il est juste également de demander une contrepartie à l’aide. Il ne s’agit pas de monnayer l’aide, mais de la rendre juste et respectueuse des personnes aidées.

Mais que demander à qui n’a rien ? Cette interrogation en cache une autre, qui est celle de la plus-value que ces personnes dépendantes peuvent apporter au pays. Question que nous pouvons, au demeurant nous poser pour toute personne dépendante et qui nous renvoie à la délicate problématique de la dépendance et de la vieillesse. (Voir à ce sujet notre article)

Car ne nous y trompons pas, cette question n’est pas d’abord celle du donnant-donnant. Il s’agit d’être capable de recevoir même de ceux qui n’ont rien. Il en va de leur dignité d’être humain. Avec un tel regard, nous les verrons moins comme une charge et nous respecterons ces deux aspects de la dignité humaine que sont la santé et la responsabilité.

Cet angle de vue ne prend pas en compte le statut d’immigré qui est une autre question, mais celui d’êtres humains actuellement en résidence sur le territoire. En effet, il y a là deux problématiques distinctes sur le fond, mais que porte une seule et même personne, l’immigré. Aussi, convient-il de les distinguer dans leur prise en compte morale, car il ne s’agit pas de savoir ce que l’on va faire de ces immigrés, mais de ce que l’on fait de ces êtres humains qui sont, par le fait même de leur présence sur notre sol, sous notre responsabilité.

Que cette prise en charge ait un coût entre dans la seconde partie de la question et non dans la première. Que ce coût soit supporté par une population qui n’a rien demandé fait de fait partie de la problématique liée à l’immigration mais aussi à celle de la charité. L’État doit-il seul supporter ce coût ou bien, comme d’autres domaines, est-ce à l’action caritative, venant des citoyens ? Une sorte de santé du cœur comme il y a dans « les restos du cœur ». Au fond, la question est là. Est-ce à l’État qui subit (au sens où il ne les a pas appelées) des entrées massives sur son territoire de supporter le coût de ces entrées ? Nous en revenons finalement à l’immigration clandestine. Un État qui accueille en effet officiellement un étranger passe avec lui un contrat et lui reconnaît des droits. Mais une personne immigrée qui n’admet aucun contrat avec la société dans laquelle elle s’impose, peut-elle exiger de cette société des droits en retour ?

Dilemme… comment ne pas porter atteinte à la dignité humaine et respecter le Bien Commun d’une société, forcément perturbée par l’arrivée imposée de nouvelles personnes en son sein ? On ne peut en rester à la forme légaliste du droit et de ce qui est juste. Car s’il est juste de respecter la dignité humaine,  il est également juste aussi de respecter le Bien Commun d’une société, comme il n’est pas juste de venir pour des questions personnelles perturber le Bien Commun. Mais il est juste aussi,  lorsque sa dignité est remise en cause de chercher les moyens de vivre dignement. Nous voyons bien ici que la justice a ses limites et que seule la charité peut la dépasser. En effet, l’État, par nature, est garant du bien commun, c’est à dire du bien de l’ensemble de la société et du bien personnel de chacun des membres. Ces biens (collectifs et personnels) ne peuvent se faire au détriment de personne. L’État n’est donc pas responsable du bien personnel de ceux qui ne sont pas membres de la société. Cela sort de ses prérogatives, sauf si les membres de la société le délèguent pour cela. Mais à ce compte-là, la société l’intègre à son bien commun parce qu’elle prend en compte cette donnée. Seule donc la charité des membres peut concrètement et justement agir pour aller au-delà du droit de justice.

Ainsi, soit les Français acceptent de considérer comme faisant partie du Bien Commun ces étrangers en situation irrégulière, et à ce compte-là ils l’assument dans la répartition des biens et cela incombe à l’État ; soit ils ne l’acceptent pas et c’est à la charité privée de s’organiser, via des associations par exemple. Mais concrètement si les Français décident que cela fait partie du Bien Commun alors il faut qu’ils acceptent les sacrifices qui vont avec, surtout en cette période de crise.

Mais il ne faut pas être angélique : faire entrer cette question dans le Bien Commun peut avoir d’autres conséquences plus graves qu’il faut bien analyser. Il est un fait qu’on ne peut accueillir indéfiniment « toute la misère du monde ». Or, une telle démarche peut être infinie. Où est alors la juste limite ? Le principe de réalité nous rappelle qu’on ne peut mettre en péril son propre équilibre. Cela pose la question de l’intégration qui dépasse la simple assistance médicale.

La question est donc plus profonde qu’un tour de vis de Bercy, cherchant des pistes d’économies, ou que la question du coût social des immigrés en France. Kurdes, irakiens, maliens, chrétiens ou musulmans, nous sommes face à des hommes qu’il faut aider, mais les aider c’est respecter leur dignité, celle de ceux qui accueillent mais aussi celle de ceux qui, attirés par un modèle idéalisé sont encore susceptibles de venir en France.

Bref, face à une question concrète de santé immédiate qu’il faut traiter, nous ne devons éluder une question plus profonde et structurelle, celle de la cause du départ des immigrés de leur pays. La vraie solution se trouvera là. C’est pourquoi, susciter la charité privée pour aider les immigrés présents semble un moyen de traiter la question sans l’institutionnaliser. Faut-il alors revenir radicalement sur l’aide actuelle apportée par l’État ? Oui sans doute, mais d’une manière progressive et responsable, le temps que l’aide privée se structure et grandisse.

Mais le problème de l’immigration ne se résoudra jamais qu’à la source, c’est-à-dire en créant les conditions de vie suffisantes et dignes dans les pays d’origine des immigrés. Nous retrouvons là la vraie solidarité qui nous lie tous. Une solidarité qui n’est pas d’abord un éphémère élan du cœur, vite retombé, mais une réalité qui nous concerne tous. Car ce qui se passe au Moyen Orient ou au Maghreb nous concerne, à plus d’un titre, très directement."

Posté le 25 juillet 2015 à 15h59 par Michel Janva | Lien permanent

22 juillet 2015

Immigration : titre de séjour pour soins

La semaine dernière, on apprenait que le montant de la dette accumulée par les pays étrangers, à la fin 2014, à l'égard de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) s'élevait à 120 millions d'euros.

Mais, pour le gouvernement, il faut encore plus faciliter l'accès gratuits aux soins des étrangers :

"A l'Assemblée Nationale, les députés planchent sur le projet de loi relatif au droit des étrangers et son article 10, qui régit le droit au séjour pour soins des expatriés malades vivant sur le territoire français. Il prévoit d’assouplir les conditions de délivrance de ce titre de séjour, et de revenir à la définition antérieure à 2011, date à laquelle ce droit a été restreint.

Avant 2011, en effet, un étranger résidant depuis un an sur le territoire français pouvait obtenir un titre de séjour pour des raisons médicales lorsqu’il ne  disposait pas d’un accès « effectif » aux soins dans son pays d’origine. Ainsi, des patients atteints de VIH, d’hépatite ou encore de cancer pouvaient résider en France et bénéficier d'un traitement si le système de santé de leur pays d’origine n’était pas en mesure de leur garantir ces soins nécessaires. Tous les ans, 6000 nouvelles personnes bénéficient de ce titre et 20 000 renouvellements sont délivrés, des chiffres stables au gré des années.

Mais avec la loi Besson du 16 juin 2011, les conditions de délivrance de ce titre de séjour ont été modifiées. Le critère n’est plus l’accès « effectif » aux soins, mais l’existence même du traitement dans le pays d’origine. Une révision de la loi qui a fait bondir les associations de défense des droits des étrangers."

Posté le 22 juillet 2015 à 12h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

21 juillet 2015

Après avoir dénaturé le mariage, Erwann Binet dénature la nation

Unknown-7Le rapporteur du texte de loi dénaturant le mariage, le député du Nord-Isère Erwann Binet, est actuellement le rapporteur du projet de loi "droit des étrangers" dont l'examen a débuté lundi 20 juillet à l'Assemblée nationale, en procédure accélérée (débat ici).  

Ce projet de loi propose la création de titres de séjour d'une validité de deux à quatre ans et qui seraient délivrés après un premier titre d'un an. Ces personnes pourraient ensuite demander la carte de résident. Un amendement PS voté en commission la donne de plein droit au bout de trois ans pour les parents d'enfants français ou les conjoints de Français. Il s'agit de supprimer les files d'attente dans certaines préfectures...

La France accueille environ 200 000 nouveaux immigrants réguliers chaque année. La moitié sont là pour des raisons familiales, 60 000 pour des études, 20 000 pour des raisons humanitaires (réfugiés, malades, etc) et à peu près autant dans un but professionnel. Pour cette dernière catégorie, le texte crée le titre "passeport-talents", de 4 ans, qui remplacera la multitude de titres existants pour les étrangers qualifiés ou ayant une compétence particulière (artistes, scientifiques, sportifs...). Ce qui va contribuer à assécher les pays d'émigration de leurs talents et les empêcher de se développer.

Ce projet de loi annonce vouloir renforcer la lutte contre la fraude aux titres de séjour en donnant la possibilité aux préfets d'obtenir des données des autres administrations et de certaines personnes privées (banques, etc). Mais ce sera uniquement si la CNIL et le Conseil d'Etat sont d'accord... 

Marine Le Pen dénonce ce projet :

"Transposition pour partie d’une directive européenne, cette loi est une nouvelle étape dans l’entreprise délétère de destruction de notre identité nationale et de notre système social. En suivant aveuglément les injonctions de Bruxelles, le PS de François Hollande tout comme l’UMP de Nicolas Sarkozy méprisent les droits des Français et ne pensent qu’à ceux des étrangers. Ces deux partis, inféodés à Bruxelles, obéissent en réalité à des puissances économiques qui veulent toujours plus d’immigration, de main d’œuvre exploitable à peu de frais, et toujours moins de cohésion nationale, moins d’emploi pour les Français. Leur action coupable mérite la plus grande sanction par les Français."

Voici l'intervention de Marion Maréchal Le Pen, hier :


20 juillet 2015 : MMLP sur le projet de loi... par Le_Salon_Beige

Et voici l'intervention de Yannick Moreau (Les Républicains) :


20 juillet 2015 : Yannick Moreau sur le projet... par Le_Salon_Beige

Posté le 21 juillet 2015 à 07h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (22)

18 juillet 2015

Manifestations contre l'arrivée de migrants en Italie

Vendredi, deux manifestations ont eu lieu face à l'arrivée de nouveaux migrants en Italie, à proximité de Trévise et de Rome. L'Italie héberge actuellement plus de 80 000 migrants sur son territoire.

Posté le 18 juillet 2015 à 08h50 par Marie Bethanie | Lien permanent

16 juillet 2015

L'hôpital ne se fout pas de la charité (avec nos impôts)

120 millions d'euros : c'est le montant de la dette accumulée par les pays étrangers, à la fin 2014, à l'égard de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP). Ce chiffre, qui ne concerne pas les patients étrangers résidant en France, équivaut à plus du double du déficit du compte principal (activités de soins) de l'AP-HP, soit 49 millions d'euros en 2014.

Parmi les pays les plus redevables :

  • l'Algérie avec 31,6 millions d'euros,
  • le Maroc (11 millions),
  • les États-Unis (5,7 millions),
  • la Belgique (4,9 millions),
  • la Tunisie (4,7 millions) 
  • l'Italie (4,1 millions).

De 2010 à 2014, le nombre de séjours liés à l'accueil de patients domiciliés à l'étranger a crû de 9,8%, avec, en 2014, des séjours plus nombreux pour l'Algérie, le Maroc, l'Italie et le Koweït.

Posté le 16 juillet 2015 à 17h59 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

15 juillet 2015

Le refroidissement ne provoquera pas de migrations vers le sud ?

Deux nouvelles successives :

Si la Terre connaîtra un âge glaciaire, pourquoi ne pas pronostiquer alors des "migrations géantes" vers les pays chauds ? L'immigration, c'est uniquement vers l'Europe ?

Posté le 15 juillet 2015 à 10h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

12 juillet 2015

Migrants africains : comment casser l'entonnoir libyen ?

De Bernard Lugan :

"L'entonnoir libyen par lequel l'Afrique déverse son trop-plein de population en Europe est la conséquence de la guerre insensée menée  hier contre le colonel Kadhafi. La déferlante est aujourd'hui encouragée par les technocrates bruxellois qui ordonnent aux peuples européens d'accueillir des intrus dont ces derniers ne veulent pas. Cependant, le phénomène n'est possible que parce que nos forces navales sauvent les forceurs de frontière de la noyade pour les transporter jusqu'en Italie...d'où ils seront répartis dans l'espace Schengen.

Au moment où, contre la volonté du Peuple, les dirigeants français ont décidé d'accueillir plusieurs dizaines de milliers de nouveaux clandestins-migrants qui seront discrètement "dilués" dans nos campagnes, l'urgence de salut public est de casser l'entonnoir mortifère.

[...] Or, en ce domaine, nous ne sommes pas démunis: nous savons en effet d'où partent les "migrants" ; nous connaissons les filières mafieuses et islamistes qui les acheminent depuis le coeur de l'Afrique jusque sur le littoral libyen; les lieux de transit sont identifiés; nous connaissons à l'unité près les moyens de transport qu'utilisent les passeurs; nous avons les noms de leurs chefs, nous savons où ils vivent, quelles sont leurs habitudes, qui sont leurs correspondants-complices en Europe.

Les moyens d'action seraient donc rapides à mettre en oeuvre, efficaces et  immédiatement dissuasifs. Mais ils déclencheraient l'hystérie émotionnelle médiatique. Or, nos hommes politiques sont tétanisés par une telle perspective. Voilà le vrai problème."

Posté le 12 juillet 2015 à 18h51 par Michel Janva | Lien permanent

07 juillet 2015

"Si vous nous voulez du bien, aidez-nous à rester chez nous"

Mgr Jean-Clément Jeanbart, archevêque grec melkite catholique d’Alep, en Syrie, écrit dans une lettre :

"Pour nous Évêques, successeurs des Apôtres et Pasteurs des croyants en Syrie, agir pour la continuation de la présence chrétienne dans le pays est une grande responsabilité et un devoir sacré que nous impose notre appartenance à la lignée des Apôtres, fondateurs de cette Église chérie par le Seigneur. Elle a été bénie par la Grâce de Son Esprit Miséricordieux, dès sa naissance à Jérusalem le jour même de la Pentecôte, où des  milliers de juifs syriens, venus en pèlerinage pour la fête, furent baptisés par Pierre et les Apôtres en personnes. (Actes 2, 41).

Nous faisons tout ce que nous pouvons pour leur permettre de vivre en ces temps de grande épreuve où l'aide humanitaire est devenue une priorité. Nous nous tenons auprès d'eux pour leur donner courage. Nous essayons de leur donner des raisons de croire en un avenir prometteur dans ce pays, riche dans sa culture, son histoire, son patrimoine et son sol rempli de biens. Pour rendre plus audible notre discours et plus significatif notre soutien matériel, nous avons lancé "Bâtir pour Rester" un mouvement qui a pour but de rassembler un grand nombre de fidèles convaincus  de l'importance de notre présence dans le pays, pour agir avec nous. Ensemble nous voulons communiquer un message positif d'optimisme, qui encourage à la persévérance et ensemble nous voulons projeter un programme d'aide au développement et une action concrète de soutien, à la restructuration des petits commerces et ateliers détériorés, autant qu'à la restauration des maisons endommagées et rendues inhabitables à cause de la guerre."

Posté le 7 juillet 2015 à 19h23 par Michel Janva | Lien permanent

06 juillet 2015

Il faut faire cesser ces migrations de la Libye vers l'Europe

Jean-Frédéric Poisson était à Tripoli en Libye :

"L'île de Lampedusa est surchargée. Les migrants continuent d'affluer en Europe depuis la Libye. Les 20 000 personnes enfermées dans les 22 camps de rétention libyens vivent un drame face auquel l'Europe est actuellement impuissante, du moins tant qu'elle continue à considérer que la seule chose qu'elle doit faire est de les accueillir.

Je reviens de Tripoli avec quelques convictions :
1/ la première responsabilité de la France et de l'Europe consiste à faire cesser ce mouvement de migration qui ne peut plus être supporté par les européens.
2/ les lybiens de Tripoli ne sont pas les gens infréquentables que l'on décrit parfois, et il n'y aurait aucun déshonneur à travailler avec eux.
3/ les autorités de Tripoli sont désireuses de traiter au fond cette question douloureuse et dramatique  des migrants illégaux, et sont incapables de traiter sans aide.
4/ la France et l'Union Européenne ne règleront rien en faisant semblant de croire qu'un réfugié somalien se trouvera mieux en France, en Pologne ou en Belgique, que sur le continent africain en étant pris en charge par des organisations compétentes.

Il est donc nécessaire que la coopération étroite entre la France, la Libye et les autorités internationales reprennent rapidement, avec deux objectifs :
- rétablir les échanges entre les polices française, italienne et libyenne pour lutter efficacement contre les passeurs et les trafiquants,
- étudier, avec les instances internationales, toutes les solutions dignes permettant de faire cesser ces migrations vers l'Europe.

Les autorités libyennes l'attendent. C'est la responsabilité de la France que de renouer le fil du dialogue."

Posté le 6 juillet 2015 à 19h43 par Michel Janva | Lien permanent

05 juillet 2015

Phénomène des « migrants » africains : Bernard Lugan parle vrai

Lu sur son blog :

"La vague migratoire africaine que subit actuellement l'Europe se fait par l'entonnoir libyen.

- Ce dernier fut créé par ceux qui déclenchèrent une guerre insensée contre le colonel Kadhafi qui avait fermé son littoral aux passeurs-esclavagistes.

- Face à la déferlante, les forces navales européennes recueillent les clandestins... pour les transporter jusqu'en Italie. La différence avec le prophétique Camp des Saints de Jean Raspail est que chez ce dernier, les migrants débarquaient en Europe alors qu'aujourd'hui ils y sont débarqués... pour y être installés.

- Les responsables de l'ectoplasme bruxellois ont comme seule préoccupation de répartir ces intrus dont les indigènes ne veulent pas entre les pays de l'UE, ne voyant pas qu'ils vont ainsi amplifier le phénomène en créant une pompe aspirante.

- Cette migration-peuplement est essentiellement la conséquence d'une démographie devenue folle qui tue l'Afrique à petit feu, lui interdit tout développement et exacerbe ses conflits[1].

- Or cette explosion démographique s'explique parce que les missionnaires, les religieuses soignantes, les médecins et les infirmiers coloniaux ont, hier, au nom de leur « amour des autres », délivré les Africains de la lèpre, de la rougeole, de la trypanosomiase, du choléra, de la variole, de la fièvre typhoïde ; cependant que les militaires les libéraient de l'esclavage arabo-musulman.

Résultat : en un siècle, la population du continent a presque été multipliée par 10. De 100 millions d'habitants en 1900, elle était passée à environ 275 millions dans les années 1950-1960, puis à 640 millions en 1990 et à un milliard en 2014. Dans les années 2050 les Africains seront entre 2 et 3 milliards (dont 90% au sud du Sahara), puis 4,2 milliards en 2100 ; ils représenteront alors 1/3 de la population mondiale. En 2050, 40% des naissances mondiales seront africaines[2], ce qui, ajouté à la baisse heureuse de la mortalité infantile en raison des campagnes de vaccination menées par les ONG et de l'annonce d'un prochain vaccin contre le paludisme, va conduire à un cataclysme encore plus destructeur que l'actuel.

Comment espérer alors que les migrants cesseront de se ruer vers un « paradis » européen non défendu et peuplé de vieillards ? Un paradis où, par hédonisme, les femmes ne font plus d'enfants ? Un paradis où les hommes s'interrogent sur leur identité sexuelle et où toute attitude virile est considérée comme machiste, autant dire fascisante ?

Désarmés par l'hystérie émotionnelle de la classe politique et des médias ainsi que par la compassionnelle sollicitude des clercs, les Européens sont sommés de devoir accepter de subir. Un ancien Premier ministre de « droite » est même allé jusqu'à proposer que les forceurs de frontière soient envoyés repeupler les campagnes françaises. Là où les « aides » en tous genres ont depuis longtemps fait taire les salutaires cris de « Haut les fourches »...

Posté le 5 juillet 2015 à 15h46 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (19)

01 juillet 2015

Quand la haute finance encourage l'immigration clandestine

Interrogé sur la radio irlandaise RTE à propos des 240 000 réfugiés clandestins qui entrent illégalement en Europe chaque année, le Président de Goldman Sachs International, Peter Sutherland, a répondu :

"Ces chiffres sont ridicules dans le mesure où la population européenne compte plus de 500 millions d’habitants. Les chiffres auxquels vous faîtes allusion représentent donc une goutte d’eau dans un océan. Nous pouvons facilement gérer tout ça. L’Allemagne pourrait en accueillir beaucoup plus et aurait néanmoins toujours un problème lié au vieillissement de sa population. Du reste, 55 % de la population actuelle allemande est favorable à accueillir plus de migrants.

Les différents gouvernements doivent montrer l’exemple en expliquant que les migrants sont nécessaires à la société, économiquement ainsi que sous bien d’autres aspects plutôt que de constamment les décrire comme des fardeaux car ils ne sont en fait pas du tout des fardeaux. Après une courte période d’adaptation, ils contribuent positivement à la société dans laquelle ils vivent"

Cela permet en effet de tirer les salaires vers le bas et de créer du chômage, ce qui est excellent pour les banques d'investissement.

Posté le 1 juillet 2015 à 15h39 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (15)

Nouveaux droits pour les étrangers qui entrent en France

Le projet de loi relatif au «droit des étrangers en France» arrive en commission des lois à l'Assemblée ce mercredi. Il accorde de nouveaux droits aux étrangers qui entrent en France, que ce soit de manière légale ou illégale.

Sous Nicolas Sarkozy, un «contrat d'accueil et d'intégration» d'une durée d'un an avait été instauré. Le ministre de l'Intérieur veut aujourd'hui le remplacer par un «parcours d'accueil et d'intégration» pouvant aller jusqu'à cinq ans. La carte de séjour sera valable jusqu'à quatre ans (après douze mois de séjour), elle doit remplacer la carte d'un an, renouvelable chaque année. À l'issue de cette carte, l'étranger aura accès à une carte de résident de dix ans...

Posté le 1 juillet 2015 à 10h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (23)

30 juin 2015

L'administration pénitentiaire fait des fiches

Et révèle que 18 000 détenus sur les 67 000 que contiennent les prisons françaises pratiquent le ramadan.

C'est peut-être calculer le pourcentage qui est interdit...

Posté le 30 juin 2015 à 19h09 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (10)

28 juin 2015

Il faut s'adapter aux migrants

Lu ici :

"Les responsables d’une école en Bavière, en Allemagne, ont envoyé une lettre aux parents en leur demandant de s’assurer que leurs filles fassent attention à leur tenue, parce qu’un centre d’accueil de réfugiés a été établi près du gymnase de l’école."

"Le directeur [...] a mis en garde les élèves contre les vêtements impudiques. «La plupart des Syriens sont musulmans et parlent arabe. Comme notre école est directement à côté de là où ils logent, il faut porter des vêtements modestes. Les tops et les hauts trop échancrés, les shorts et les minijupes peuvent entraîner des malentendus»".

Posté le 28 juin 2015 à 20h11 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (17)

27 juin 2015

La liberté d’expression, c’est bon pour les dessinateurs de Charlie, mais ce n’est pas bon pour Zemmour

Poursuivi en justice pour des propos tenus sur RTL en 2014 voici Eric Zemmour dans le texte lors de son procès le 24 juin :

"Je vous avoue que j’ai longuement hésité à venir à l’audience. Mon avocat me déconseillait plutôt de me déplacer, pour conserver, disait il, aux débats leur caractère technique.

J’ai décidé pourtant d’assister à cette audience. D’abord par respect des magistrats, de la cour, et au delà des institutions de la République. Mais aussi par curiosité. Je voulais comprendre ce qu’on me reprochait. Comprendre quelle loi ou quelle partie de la loi j’avais enfreint. Après tout, nul n’est censé ignorer la loi. Je voulais comprendre pourquoi le procureur, le représentant de l’Etat, m’attaquait pour des propos qui ne faisaient pourtant que décrire des faits, une réalité, amplement retranscrite: «des bandes étrangères venues d’Europe de l’Est écument notre pays», ça passe; mais quand on dit: «des bandes de tchétchènes, Kosovars, Roms dépècent, dévalisent, violentent, ou dépouillent», ça ne passe pas. Lui n’est pas déféré, moi, je le suis.

Je comprends bien le point de vue du procureur : il favorise la concision. L’ellipse est préférée à la description clinique. Madame le procureur préfère la pudeur des impressions à l’impudeur du réalisme. Mais cette querelle littéraire est-elle de la compétence de ce tribunal ? Il faut alors qu’elle aille au bout de cette logique littéraire. Qu’elle m’indique les bons mots et les mauvais mots, les mots autorisés et les mots interdits. Qu’elle redéfinisse les canons de la profession de journaliste. Que celui-ci ne soit plus tenu d’informer de ce qu’il voit, mais d’abord d’informer ce qu’il ne voit pas, mais qu’il est bon de voir.

J’avoue ma perplexité. Je n’ose penser que ce ne sont pas les mots qui comptent, mais ma personne. Il y a quatre ans, le procureur m’avait expliqué que ma notoriété fort grande avait pour corollaire une responsabilité aussi grande. Je constate qu’en quatre ans, j’ai encore pris du galon, puisque je suis davantage responsable, et donc davantage condamnable, qu’un ministre de l’intérieur lui-même.

Mais j’ai compris en écoutant avec soin ces débats, que ce ne sont ni mes mots ni ma personne qui importaient, mais mes pensées.

Même pas mes pensées, mais mes arrière-pensées. Dans le passé, nous avions ainsi le tribunal de l’Inquisition qui dénichait la persistance des pensées hérétiques chez des marranes convertis au catholicisme. Nous avons eu plus récemment les grands procès staliniens qui traquaient les intentions contre-révolutionnaires.

A la suite de la parution de mon livre, le Suicide français, le premier secrétaire du parti au pouvoir avait dénoncé la zemmourisation de la société. Le premier ministre avait expliqué que mon livre n’était pas digne d’être lu, le ministre de l’Intérieur avait appelé à manifester contre moi, et le président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale avait sollicité de mes employeurs qu’ils mettent fin à mes collaborations à leurs medias. Marie-Anne Chapdelaine, Une députée d’Ille-et-Vilaine, me chassait carrément de France : «Monsieur Zemmour, la République, on l’aime ou on la quitte ». Aujourd’hui, je vis la version judiciaire de cette offensive médiatico-politique. On prétend faire du droit, mais derrière les arguties, ce n’est qu’une bataille politique pour me faire taire.

Il y a six mois, des millions de Français défilaient dans la rue pour défendre la liberté d’expression. Les malheureuses victimes de Charlie Hebdo avaient subi aussi une condamnation judiciaire venue d’un tribunal islamique qui les avait condamnés à mort pour blasphème. Si je comprends bien ce qui m’est reproché, la liberté d’expression, c’est bon pour les dessinateurs de Charlie, mais ce n’est pas bon pour moi. Parce qu’eux sont gentils, et moi, je suis méchant. Eux ont des bonnes arrière-pensées, et moi j’en ai de mauvaises. Si je comprends bien, nous vivons toujours sous le règne de la phrase de Saint-Just : «pas de liberté pour les ennemis de la liberté». Cela s’appelait la Terreur."

Posté le 27 juin 2015 à 16h55 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (31)

26 juin 2015

Attentat en Isère : L’État est coupable par laxisme et par idéologie

Communiqué de Vivien Hoch :

"Le Parti du café condamne avec la plus grande fermeté l’attentat islamiste en Isère, mais condamne surtout le laxisme de la République, des responsables politiques, des médias et des « intellectuels » qui n’ont jamais eu, à l’égard des dérives de l’islam en France, qu’une attitude de dhimmi.

Ils se moquent de vous, ceux qui osent vous raconter que l’islam n’a rien à voir avec l’islamisme ! Aujourd’hui, l’islamisme est une immense réalité dans l’islam, dans les groupuscules qui s’en revendique et dans de nombreux États qui appliquent strictement la charia. Les talibans, Al Qaïda, Boko Haram, l’État islamique, et l’Arabie Saoudite ou la Turquie : une même logique, appliquée avec plus ou moins de rigueur.

Au-delà de cette gangrène islamiste qui se répand partout dans le monde, qui massacre à son passage des chrétiens en Orient, en Afrique et en Asie, il y a une réalité qui touche l’Occident en son coeur : la gangrène islamiste est aujourd’hui sous nos fenêtres.

Depuis plus de 50 ans, l’État Français est coupable d’avoir organisé, par laxisme et par idéologie, une immigration de remplacement, et laissé l’islamisme le plus radical s’infiltrer tranquillement dans toutes les sphères de la société française en désarmant le peuple français de toutes ses possibilités de défense psychique, culturelle et technique (...)"

Posté le 26 juin 2015 à 15h32 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (17)

Attentat en Isère : fondamentaliste ou musulman normal ?

Témoignage très inquiétant de la femme du principal suspect de l'attentat en Isère :

"Moi je le connais c'est mon mari. Il part au travail, il rentre (...) Nous sommes des musulmans normaux. On fait le ramadan. On a trois enfants et une vie de famille normale"

Les tenants du padamalgame ont du pain sur la planche...

Posté le 26 juin 2015 à 15h05 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (25)

La charité réelle consiste à s'opposer au Grand Remplacement

Extrait d'un communiqué de Jacques Bompard à propos de son opposition à l'immigration :

"(...) La charité imposerait d’accepter silencieusement cette invasion en la maquillant de bons sentiments. Disons-le tout net : les anathèmes visant ceux qui cherchent à protéger une Civilisation, un équilibre national et une identité sont abjects.

La politique n’est pas une science de la morale, qui concerne la libre conversion et le consentement prudent au don de chacun, mais bien une praxis inscrite dans la réalité. La politique n’est pas un assemblage d’images chocs cherchant à instrumentaliser l’émotion légitime devant les être fracassés par notre monde. La politique consiste en une reconsidération totale de la réaction à apporter à ces enjeux mondiaux.

On ne peut remettre en cause la marchandisation du monde sensible dans les attentats faits contre la Vie (GPA, avortement de masse, euthanasie) et utiliser la « moraline » des destructeurs de l’ordre naturel pour encourager directement ou indirectement le déracinement populations entières. J’adhère parfaitement au discours du pape François à Lampedusa : l’Europe et le monde doivent voir avec consternation et pitié les embarcations d’immigrés sombrant en Méditerranée. Je ne remets certainement pas en cause ceux qui font preuve de bonté à Calais, je ne veux cependant pas oublier celles qui sont violentées dans le même temps. Mais cette honte n’a de sens que si elle permet de reconsidérer les racines profondes de ce mal : guerres impérialistes en Syrie, en Libye, en Irak ou en Afrique, dictature du cosmopolitisme financier sur les Nations et sur les institutions internationales, orchestration du déracinement des peuples au profit d’un immonde village global.

L’avancée vers une société multiculturelle n’apporte en vérité que la diversification des racismes et des conflits : explosion des viols et des violences dans les zones d’attente, abandon de la France périphérique, délaissement des plus de cinq millions de chômeurs nationaux, coûts abyssaux des politiques de sécurité, de logement, d’aides sociales, d’éducation à apporter, subventions aux associations antifrançaises.

Aussi, la charité réelle ne peut-elle plus que s’incarner dans une politique de totale fermeté contre le Grand Remplacement. Il y a en France plus de 5 millions d’immigrés, plus de 6 millions de descendants d’immigrés et une islamisation indéniable de bien des portions de notre territoire. Cette situation ne peut que mener à terme à l’explosion sociale et civile. La France se perdrait alors, à avoir trop voulu sauver ceux qu’elle aurait repoussé (...)"

Posté le 26 juin 2015 à 13h39 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

Pas d'amalgame ou 5ème colonne ?

Les analyses divergent...sans surprise. A vous de juger :

 

Posté le 26 juin 2015 à 13h19 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (17)

Des personnes âgées miséreuses privées de nourriture à cause des migrants

Selon Charlie Hebdo :

VNtD2YS

Posté le 26 juin 2015 à 07h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

25 juin 2015

Immigration : après la Hongrie, la Bavière et la Suède

La Bavière annonce qu’elle va réintroduire des contrôles à sa frontière avec l’Autriche, ce qui est contraire aux accords de Schengen. Seuls sont acceptés des contrôles ponctuels pour une raison précise. Mais, justement, la Bavière avait pu établir un contrôle de ce type pour protéger le G7 qui se réunissait chez elle le 7 juin. Et à cette occasion la police a constaté près de 6000 infractions aux droits de séjour, et des dizaines de criminels, parmi lesquels des trafiquants de drogues et de personnes humaines, ont été arrêtés.

Trois ministres du gouvernement suédois (Justice, ministre des enfants, des vieux et de l’égalité de genre (sic) et le ministre de la culture et de la démocratie) ont présenté des mesures qui permettront de faciliter l’expulsion de migrants originaires d’autres pays de l’UE.

Posté le 25 juin 2015 à 15h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

Le bien commun est supérieur au droit à immigrer

Communiqué de Philippe de Beauregard, Maire de Camaret-sur-Aigues :

"Un message sur les migrants, signé par trois évêques (Mgr Dognin, Mgr de Dinechin, Mgr Blaquart) a été lu le dimanche 21 juin dans certaines paroisses. En demandant un changement de regard sur les migrants, ils appellent les citoyens, les familles, l’Etat et les collectivités locales à accueillir plus d’immigrés.

En tant qu’élu local et en tant qu’homme, je ne peux rester insensible à la souffrance humaine quelle qu’en soit la victime. Mais je ne peux pas cautionner cette vision partiale, incomplète et utopique de l’immigration.

Lorsque ces évêques affirment que « la France est un pays de migrations réussies », ils ne se rendent pas compte que depuis les années 1970, l’intégration des vagues d’immigration successives est un échec manifeste. Notre société se communautarise, des quartiers entiers sont devenus des zones de non-droit. Débordées par le nombre, nos institutions ne peuvent pas fournir emplois, logements, aides sociales ou éducation décents à la population immigrée.

Ils considèrent également, encore une fois à tort, que leur position est celle de l’Eglise toute entière. Je les renvoie alors au message du pape Jean-Paul II, repris par le pape Benoît XVI (message pour la 97ème Journée mondiale du migrant et du réfugié, 2010) : « (…) Les Etats ont le droit de réglementer les flux migratoires et de défendre leurs frontières, en garantissant toujours le respect dû à la dignité de la personne humaine. En outre, les immigrés ont le devoir de s’intégrer dans le pays d’accueil, en respectant ses lois et l’identité nationale. Il faudra alors concilier l’accueil qui est dû à tous les êtres humains, spécialement aux indigents, avec l’évaluation des conditions indispensables à une vie digne et pacifique pour les habitants originaires du pays et pour ceux qui viennent le rejoindre ».

Eh oui, les Etats ont aussi des droits et les migrants ont aussi des devoirs !"

Le 12 mai dernier, dans un message conjoint, la Conférence épiscopale du Ghana et le Christian Council of Ghana écrivaient :

"Nous encourageons les jeunes africains à demeurer dans leur pays natal et à travailler durement pour gagner leur pain quotidien. Ils ne doivent pas croire que l’Europe et d’autres endroits en dehors de l’Afrique garantissent automatiquement conforts et plaisirs"

Posté le 25 juin 2015 à 11h24 par Michel Janva | Lien permanent

24 juin 2015

Migrants : pourquoi n'entendons-nous pas les riches pays du Golfe ?

Valérie Boyer, député des Bouches-du-Rhône, Maire des 11e & 12e arrondissements de Marseille et Vice-présidente du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, répond au Rouge & Noir. Extraits :

"J’interviens effectivement sur la question des chrétiens d’Orient, d’abord pour eux-mêmes, et aussi parce que j’estime qu’il s’agit là d’une question essentielle pour notre pays, je dirais même pour notre civilisation et pour l’équilibre mondial. Il s’y passe un génocide. Et quand un génocide se produit quelque part, il est de notre devoir de nous impliquer. Cela est d’autant plus fondamental, que ce mal est irréparable une fois qu’il est commis. Nous devons intervenir. D’autant plus que la France est non seulement protectrice des chrétiens d’Orient depuis 1535, mais qu’elle est aussi la fille aînée de l’Église et que ce titre, elle doit s’en souvenir.

Sur le plan pratique, la France participe certes à l’aide humanitaire mais je suis consternée de voir que la France a perdu sa voix. Même si elle se fait entendre sur le sujet, elle n’arrive pas à jouer son rôle sur la scène internationale ; c’est-à-dire coaliser les forces et faire en sorte que l’on comprenne l’urgence humanitaire qu’il y a à intervenir. La France n’est malheureusement pas dans une situation où elle arrive à convaincre l’Allemagne et l’Angleterre de mener un action concrète. Nous sommes sur la scène internationale à la remorque des américains sur bien des sujets alors que les américains ne sont pas du tout clairs, eux non plus, sur cette question. Il est vraiment tragique d’en arriver là, d’autant plus que je ne peux imaginer que nous ne soyons pas aujourd’hui en capacité d’arrêter l’État Islamique.

Si Laurent Fabius est vraiment sensible à la question des Chrétiens d’Orient, le gouvernement actuel manque cruellement de cohérence. Il n’arrive pas à mettre en œuvre les conditions internationales pour parvenir à une intervention. Comment voulez-vous que le gouvernement soit cohérent alors que l’on est en train de se prendre les pieds dans le tapis avec la Russie ? Je pense qu’il faut absolument qu’il y ait une coalition, et européenne et avec les états sur place, en associant l’Iran et la Russie. Ne pas les associer c’est se priver de toute possibilité de résoudre cette crise. Je pense que l’État islamique est une abomination comparable aux pires pages de notre histoire, à laquelle il faut mettre fin.

J’interviens sur la question des chrétiens d’Orient, mais aussi sur celle des chrétiens d’Afrique. N’oublions pas qu’en Afrique aussi, d’autres chrétiens subissent le même sort. Ce qui se passe au Nigeria, les exactions commises par Boko Haram, sont elles-aussi absolument abominables. [...]

Pourquoi n’entendons-nous pas s’exprimer, par exemple sur la question des migrants, les chefs d’État des grandes puissances du Golfe ? Ces pays, pourtant extrêmement riches, ne se préoccuperaient-ils pas du sort de tous ces migrants ? Il n’y a pas que les pays d’Europe, il n’y a pas que les pays occidentaux qui doivent prendre en charge les migrants. D’autant plus que cela se passe bien plus près de chez eux que de nos propres pays européens. [...]

Y a-t-il des alliances possibles sur certains sujets, au niveau des départements ou des régions, avec des élus d’autres formations politiques comme Jacques Bompard (Ligue du Sud) ou Stéphane Ravier (FN) ?

[...] Pour ce qui est des élus Front National, je n’ai pas tout à fait l’impression qu’ils aient envie de discuter avec nous puisque régulièrement nous nous faisons insulter sur les réseaux sociaux. Je n’appelle pas ça « dialoguer ». Mais de toute façon, je n’ai pas attendu le Front National pour traiter de cette question puisque c’est mon initiative sur le savon de Marseille qui a permis la création d’une indication géographique à protéger. Je ne les ai d’ailleurs jamais entendu me soutenir de façon active à ce sujet, ni le Front National, ni les élus de gauche d’ailleurs. [...]"

Posté le 24 juin 2015 à 22h39 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

La Hongrie remet en cause "Dublin III" sur l'immigration

Ce règlement stipule que les migrants doivent faire leur demande d'asile dans le premier pays d'entrée lorsqu'ils arrivent sur le territoire de l'Union européenne, et que s'ils se rendent dans un autre pays de l'Union, ils doivent être renvoyés dans le premier pays d'arrivée.

L'Union européenne demande « une clarification immédiate ». C'est pourtant très clair : la Hongrie souhaite retrouver sa souveraineté en matière d'immigration. Au nom du bien commun du peuple hongrois.

Posté le 24 juin 2015 à 18h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

23 juin 2015

Où sont les "Je suis Charlie" défenseurs de la liberté d'expression ?

Éric Zemmour est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Paris, notamment pour incitation à la haine raciale pour les propos suivants tenus sur RTL en mai 2014 :

"Les Normands, les Huns, les Arabes, les grandes invasions d’après la chute de Rome sont désormais remplacés par les bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d’Africains qui dévalisent, violentent ou dépouillent"

Son avocat se base sur la liberté d'informer et de dire la vérité aux Français :

"Éric Zemmour n’a fait que reprendre le constat de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). On interdit à un journaliste de décrire le réel, de diffuser une information donnée par un organisme d’État, c’est gravissime, cela va au-delà de l’entrave à la liberté d’expression, il s’agit de la liberté d’informer"

Posté le 23 juin 2015 à 16h51 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (7)

UMP et UDI pour l'accueil des immigrés clandestins dans les villages français

A l'heure où Nicolas Sarkozy vient de conclure un accord électoral et donc politique avec l'UDI pour les régionales, il n'est pas inutile de s'intéresser aux récentes déclarations de Jean-Pierre Raffarin (LR, ex-UMP) et Yves Jego (UDI)... A entendre les propositions de ce dernier concernant les immigrés clandestins appellés désormais pudiquement "migrants", il n'y a pas grande différence d'approche :

"Je propose qu’on nomme très rapidement un secrétaire d’Etat aux migrants. Que ce secrétaire d’Etat aurait deux tâches. Une première d’organiser les choses dans notre pays. Je ne serais pas choqué qu’on dise que chaque commune doit accueillir 0,10 ou 0,20% de sa population à travers des gens qui sont demandeurs d’asile"

Pour mémoire, la proposition de Jean-Pierre Raffarin (LR, ex-UMP) :

"Nous avons dans notre monde rural un déficit démographique important. Très souvent, on ferme des écoles. On pourrait très bien en sauver un grand nombre en faisant en sorte qu'une, deux ou trois familles puissent venir dans un certain nombre de villages. On ferait en sorte que l'étranger, au lieu de venir déranger, vienne sauver un territoire, participe à une dynamique. Si c'est à doses humainement acceptables par les uns et par les autres, l'intégration est globalement réussie".

Posté le 23 juin 2015 à 06h31 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (31)

18 juin 2015

La faillite de Schengen

Ou comment l'idéologie de la libre circulation des personnes au sein de l'Union européenne percute le mur de la réalité dans un contexte où la pression de l'immigration illégale n'a jamais été aussi forte :

"La Hongrie a annoncé hier la fermeture de sa frontière avec la Serbie, un nouveau signe de la crise migratoire au lendemain de l'échec des Européens à décider d'une répartition solidaire des réfugiés sur leur territoire (...) Budapest a lancé des "travaux préparatoires" pour la construction d'une clôture de quatre mètres de haut sur les 175 km de sa frontière avec la Serbie.

Réunis mardi à Luxembourg, les 28 ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur un dispositif solidaire d'accueil destiné à soulager les pays les plus exposés, alors que 100.000 personnes sont clandestinement entrées dans l'UE depuis le début de l'année, selon l'agence Frontex. Opposée à une gestion européenne du dossier, la Hongrie revendique pour sa part de pouvoir traiter à sa manière les flux migratoires. Le nombre de réfugiés entrant en Hongrie, qui était de 2.000 pour toute l'année 2012, a bondi s'élevant à 54.000 depuis janvier et faisant de ce pays d'Europe centrale celui de l'UE, après la Suède, qui accueille le plus de réfugiés relativement à sa population.

Vendredi 12 juin, M. Orban avait accusé Belgrade d'"envoyer" les migrants en Hongrie, soulignant que ceux-ci "doivent être stoppés en territoire serbe". La question doit être abordée entre les dirigeants des deux pays lors d'une rencontre le 1er juillet. Selon le gouvernement hongrois, 95% des migrants entrant en Hongrie le font par la frontière serbe. Quelque 75% d'entre eux arrivent de Syrie, d'Irak et d'Afghanistan, dont ils fuient les combats. En janvier et en février de cette année, la Hongrie a également vu arriver des milliers de Kosovars, poussés à l'exode par la situation économique (...)"

Posté le 18 juin 2015 à 15h57 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (6)

17 juin 2015

Le gouvernement encourage les immigrés à venir

Le gouvernement a annoncé la création de plus de 10000 places d'hébergement supplémentaires pour les migrants. Alors même que François Hollande avait osé refuser les quotas imposés par Bruxelles. Le président français s'écrase face à la troïka de Bruxelles et oeuvre ainsi au fameux "grand remplacement".

Selon les chiffres publiés par l’Institut national italien des statistiques, l’Italie a perdu près de 100 000 habitants en 2014. Et le solde migratoire a été positif de 141 000 personnes.

Et la France continue de refuser d'aider Assad ou de rétablir l'ordre qu'elle a détruit en Libye. Alors forcément, les arrivées d'immigrés ne sont pas prêts de s'arrêter. Surtout avec des annonces comme celle-là.

Posté le 17 juin 2015 à 22h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

Calais : "Apocalyptique"

A Calais, la situation dégénère : les migrants sont de plus en plus nombreux à prendre d'assaut les camions pour passer en Angleterre, sous le nez des CRS. Cet après-midi, la scène était "apocalyptique", selon une source syndicale policière, qui estime les migrants à 500 ou 600.

D5bsng2

"Les migrants montaient par grappes de 20 dans les camions, traqués par des CRS tenant des matraques et bombes lacrymogènes à la main. Des migrants étaient parfois sur le toit des remorques, faisant avec leurs doigts le V de la victoire. « C’est la guérilla urbaine », indiquait une source policière, évoquant « des collègues caillassés » ou visés par des jets de bouteilles. Concernant cet « assaut de migrants », si cette source décrit un « épisode de gestion classique », elle estime néanmoins que « la violence va crescendo ». La préfecture a de son côté compté 200 migrants tentant de monter dans les camions, un chiffre régulièrement constaté les mercredi et jeudi en raison de l’important trafic de poids lourds embarquant au port de Calais ou s’apprêtant à traverser le tunnel sous la Manche. Environ 3 000 migrants se trouvent actuellement à Calais avec comme dessein de rejoindre l’Angleterre, considéré comme un eldorado, selon le dernier décompte de la préfecture du Pas-de-Calais."

Posté le 17 juin 2015 à 20h09 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (16)

La fresque raciste, sexiste et pro-immigration a été subventionnée par la mairie de Paris

L'AGRIF a annoncé hier qu'elle porterait plainte. De son côté le FN condamne également cette fresque par la voix de Gabriel Robin, secrétaire général du tout nouveau Collectif Culture, Libertés et Création (CLIC) :

CHpMtVrWsAAjc1x"(...) A première vue, la démarche peut sembler positive et donner un peu de vie à un mur qui autrement serait nu. En outre, l’association donne à de jeunes artistes la chance de se faire connaître du plus grand nombre. Cependant, par delà les meilleurs intentions affichées par les membres de l’association, certaines œuvres sont fortement politisées et présentent un message particulièrement négatif et vulgaire. L’association se sert de l’art pour faire de la propagande raciste et promouvoir l’immigration illégale.

Sur l’œuvre exposée en ce moment, figurent deux mentions : « La France aux Français »  barrée, et juste en dessous « Les Françaises aux Africains ». Rappelons-nous qu’une jeune fille a été violée par plusieurs hommes à Evry l’an passé, au seul motif qu’elle était « française » et donc dans l’esprit de ces jeunes barbares « une fille facile». La mairie de Paris soutient un projet qui appelle à ne pas respecter la loi, et n’hésite pas à laisser une association faire la promotion de l’immigration massive et illégale. En outre, le message « Les Françaises aux Africains » est tout aussi raciste que sexiste, laissant penser que les Françaises doivent s’offrir à tous les immigrés clandestins. Dans cette peinture au propos abject, les femmes sont réifiées au profit des hommes.

Anne Hidalgo doit demander instamment des explications à l’association LE M.U.R. (qui)touche une subvention de 17.000 Euros par an de la mairie de Paris"

La fresque a fait rapidement l'objet de dégradations comme le montre la photo...

Posté le 17 juin 2015 à 08h26 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

15 juin 2015

Marine Le Pen : "Qu’on arrête de les loger, qu’on arrête l’Aide médicale d’État"

Alors que Nicolas Sarkozy vient encore de changer d'avis à propos du droit du sol, voici la réponse de Marine Le Pen à la question de l'immigration clandestine :

"Qu’on arrête de les loger, qu’on arrête l’Aide médicale d’État qui coûte un milliard d’euros par an.

Il faut suspendre immédiatement Schengen, comme d’ailleurs les traités le prévoient lorsqu’il existe un danger important, et retrouver la maîtrise de nos frontières. Mais ça ne suffira pas. Il faut aussi lancer un signal à l’ensemble de ces immigrants clandestins : Nous ne voulons pas que vous veniez vous installer chez nous, nous n’en avons plus les moyens.

Le problème, c’est que c’est une question de volonté de nos dirigeants (...) Il faut changer notre politique internationale alors qu'il y a une guerre internationale qui nous est menée, ça c’est évident. Ce que je propose, c’est de tourner le dos à la politique internationale qui a été menée par Hollande et Sarkozy (…) Il faut s’appuyer sur des pays qui luttent contre l’islamisme, comme l’Égypte" 

Posté le 15 juin 2015 à 15h27 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (14)

13 juin 2015

Aujourd'hui à la frontière italo-française


A la frontière italo-française par Le_Salon_Beige

Posté le 13 juin 2015 à 19h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

10 juin 2015

Depuis 1974 la France interdit l'immigration

C'est enseigné dans un manuel scolaire d'histoire-géographie, édité par Hachette et destiné aux classes de CM2 :

XVMe097956e-0f83-11e5-97bf-8da53f9688b3-805x650

Posté le 10 juin 2015 à 23h03 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

08 juin 2015

Bruno Mégret préconise de suivre l'exemple de l'Australie

Bien que retiré de la vie politique et désormais à la retraite, Bruno Mégret livre son analyse sur la situation des migrants clandestins en Europe, rejoignant la position de Marine Le Pen (fin du discours) :

613977-bruno-megret-le-23-janvier-2014-a-paris"Avec la multiplication des bateaux chargés de migrants qui viennent s’échouer ou couler le long des côtes européennes de la Méditerranée, en Italie et en Grèce, c’est le livre prémonitoire de Jean Raspail, le Camp des saints, qui passe maintenant de la fiction à la réalité. Le phénomène prend en effet une ampleur sans précédent (...) On ne peut bien sûr que déplorer ces accidents et éprouver de la compassion pour tous ces malheureux qui trouvent la mort dans des conditions aussi dramatiques. Mais comment, dans le même temps, ne pas s’indigner de voir les médias comme les politiques considérer ce phénomène comme un simple drame humanitaire qu‘il faudrait traiter par une générosité renforcée ignorant délibérément la terrible menace que ce nouvel afflux, s’il devait perdurer, fait peser sur l’avenir de notre civilisation ? Agir ainsi, et faire passer l’émotion avant la raison, reviendrait tout simplement à aider les passeurs à assurer la bonne fin des voyages qu’ils monnayent au prix fort et doncà amplifier ce phénomène mortifère (...)

Aussi serait-il temps d’aborder ce problème dramatique de façon plus rationnelle et plus réaliste. D’abord, il est frappant de constater que cette situation est à bien des égards le résultat de la politique étrangère absurde conduite par la France, l’Europe et les Etats-Unis depuis deux décennies. Ce processus de migration en Méditerranée est en effet directement lié à la déstabilisation de plusieurs pays de la région, à commencer par l’Irak, la Syrie et la Libye (...) Une situation qui engendre et facilite une migration massive en direction de l'Europe. Par ailleurs il est surprenant de constater qu’aucune action d’envergure n’est menée à l’encontre des passeurs qui organisent ces migrations. Il s’agit pourtant d’une activité maffieuse difficile à mettre en oeuvre dans la discrétion. Se procurer de gros bateaux, y embarquer des dizaines voire des centaines de migrants à qui on fait payer plus de mille euros le voyage, ne peut pas s’effectuer dans une clandestinité sans faille. Pourquoi les services de police et les services secrets européens ne sont-ils pas plus efficaces dans la répression des réseaux de passeurs ? 

Ajoutons que ces migrants, qui débarquent dans le Sud de l’Europe, ne sont pas tous des victimes éplorées prêtes à s’assimiler avec reconnaissance dans les pays qui les accueillent. Ce sont des populations qui, si on ne les renvoie pas d’où elles viennent, ne feront qu’aggraver tous les problèmes auxquels nos sociétés sont actuellement confrontées. Que certains de ces migrants qui aspirent à s’installer dans des pays chrétiens n’hésitent pas à jeter par-dessus bord ceux d’entre eux qui sont précisément chrétiens, en dit long sur leur mentalité. Il serait donc temps de développer une politique qui vise à dissuader ces migrants de prendre la mer. Et ceux-ci ne renonceront à leur projet que le jour où ils auront la certitude que, s’ils embarquent, ils seront renvoyés là d’où ils viennent (...)

L'Australie qui mène une politique de ce type a réussi à résoudre le problème avec son opération « frontières souveraines». Pourquoi l'Europe n’en fait-elle pas autant ? Pourquoi la France ne propose-t-elle pas de telles mesures ? Il est vrai qu'il faudrait pour cela un gouvernement libéré du politiquement correct, doté d’un minimum de courage et de volonté et surtout ayant à cœur de défendre les intérêts à long terme de notre nation et de notre continent. Nous en sommes loin…"

Posté le 8 juin 2015 à 18h53 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (6)

Trois régions italiennes ferment leurs portes aux réfugiés

Alors que l'Union européenne veut imposer aux Etats européens des quotas de réfugiés, la Lombardie, la Ligurie et la Vénétie ont annoncé hier que leurs infrastructures, saturées, ne leur permettaient plus d'en accueillir.

Posté le 8 juin 2015 à 17h44 par Louise Tudy | Lien permanent

04 juin 2015

Viktor Orban veut épargner à la Hongrie le multiculturalisme

Déclaration de Viktor Orban, premier ministre hongrois, dans un entretien accordé à un journal hongrois :

"Le multiculturalisme, cela veut dire la coexistence de l'islam, des religions asiatiques et du christianisme. Nous ferons tout notre possible pour épargner cela à la Hongrie (...) Les investisseurs, artistes et scientifiques non chrétiens sont les bienvenus mais nous ne voulons pas de mélange à grande échelle

Faut-il l'interner ?

Posté le 4 juin 2015 à 12h01 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

20 millions d’Allemands de moins en 2060

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Selon les calculs de l’Institut d’économie internationale de Hambourg, l’Allemagne a dépassé le Japon dans le classement des pays à plus faible natalité. Entre 2010 et 2015, il y a eu en Allemagne 8,2 enfants pour 1.000 habitants (contre 8,4 au Japon). A ce rythme-là, chaque nouvelle génération d’Allemands est inférieure d’un tiers à la génération précédente, et il y aurait donc en 2060 20 millions d’Allemands de moins.

Juste après viennent le… Portugal (9‰) et l’Italie (9,3‰). La France et le Royaume-Uni sont à 12,7‰ et la Russie se redresse de façon spectaculaire : 13,2‰.

Les taux les plus élevés sont en Afrique, à commencer par le Niger : 50‰. Inutile de faire de grands discours sur l’immigration…"

Posté le 4 juin 2015 à 05h15 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (15)

03 juin 2015

Robert Ménard : "les 36 000 maires de France ont les mêmes listes que moi"

Blanchi de l’enquête judiciaire sur ses propos prononcés lors de l’émission «Mots croisés» sur France 2 (mais les médias n'en font pas un tapage...), le maire de Béziers a donné un entretien pour RT France :

«Moi je dis ce que les autres maires font, (…) parce qu’ils ont peur des réactions et des médias».

Robert Ménard explique que les listes en question sont effectivement fournies à son administration par le ministère de la Défense pour des raisons purement bureaucratiques : d’abord, pour savoir combien d’enfants y a-t-il dans chaque classe, puis pour préciser auprès des parents si les enfants souhaitent manger du porc.

«Evidemment que tous les 36 000 maires de France ont les mêmes listes que moi, qui sont faites par l’Education nationale, on n’a que ça !».

Certains mesures ont été adoptées à Béziers face à l’islamisation de certaines écoles :

«Une grande école qui comptait 90 % d’enfants arabo-musulmans a été séparée en trois petites écoles pour essayer de faire le mélange, pour qu’il n’y ait pas que des gens d’origine du Maghreb».

Posté le 3 juin 2015 à 22h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

"Qu’est-ce que c’était bien" : le cri du coeur de Gaspard Proust

Lu dans Minute :

"Samedi 30 mai, « Salut les Terriens », Canal

Gaspard Proust s’est rendu au concert donné par le groupe de hard rock australien AC/DC au Stade de France. Il y est allé en métro. « J’ai pris la ligne 13 pour Saint- Denis. Quand tu vois qui il y avait dans le métro pour aller au concert, t’as quand même très vite l’impression que Charles Martel est passé une heure avant. Un concert d’AC/DC, en une soirée, tu exploses le quota de Blancs en Seine- Saint-Denis. C’est fou… Si tu cherches un endroit où règne la mixité, la parité et le vivre ensemble, faut pas aller à un concert d’AC/DC… » Un silence et Gaspard Proust ajoute, tout sourire: « En même temps, j’ai envie de dire: qu’est-ce que c’était bien »"

Posté le 3 juin 2015 à 14h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (23)

L'insécurité exaspère la communauté asiatique de France

Une pétition ayant rassemblé plus de 25000 signatures a été envoyée à Matignon, accompagnée d'une lettre au premier ministre, Manuel Valls. La missive a également été transmise au ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à la préfecture, ainsi qu'au maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo.

Les auteurs dénoncent

«la situation critique en matière de sécurité publique, une situation à laquelle notre communauté est quotidiennement confrontée.»

L'initiative a été inspirée par Jiaqing Wang, président exécutif de l'association des Ressortissants chinois en France et Taki Zhang, vice-président du Conseil représentatif des associations asiatiques de France (Craaf). La lettre est également cosignée par Tao Sun, président de l'association des Avocats d'origine chinoise de France.

Parlant «au nom de la communauté asiatique et des Chinois résidant en France», ils écrivent que

«dans les quartiers fréquentés par les ressortissants asiatiques, les sites touristiques, ou encore les centres commerciaux, les habitants ou touristes asiatiques sont souvent les cibles d'agressions, de nombreux cambriolages et braquages parfois très violents

Posté le 3 juin 2015 à 08h52 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (21)

02 juin 2015

Révocation de la citoyenneté : le Canada adapte sa législation

Depuis le 28 mai 2015, la Loi renforçant la citoyenneté canadienne (LRCC) instaure de nouveaux motifs de révocation de la citoyenneté et met en place un nouveau processus de révocation simplifié. Auparavant, le processus de révocation de la citoyenneté comportait généralement trois étapes d’approbation : le ministre, la Cour fédérale et le gouverneur en conseil. Conformément au nouveau processus de révocation, le gouverneur en conseil n’aura plus de rôle sauf dans certains cas visés par les dispositions transitoires.

La législation canadienne permet la révocation de la citoyenneté dans certaines circonstances. Les paragraphes 10(1) et 10.1(1) de la Loi sur la citoyenneté prévoient que la citoyenneté d’une personne ou sa répudiation peut être révoquée si l’acquisition, la conservation, la répudiation de la citoyenneté de la personne ou sa réintégration dans celle-ci est intervenue, selon le cas, par :

  • fausse déclaration;
  • fraude;
  • dissimulation intentionnelle de faits essentiels.

La citoyenneté peut aussi être révoquée si une personne (possédant la double citoyenneté), avant ou après l’entrée en vigueur des paragraphes 10(2) et 10.1(2), et alors qu’elle était un citoyen canadien, selon le cas :

  • a été condamnée pour une infraction de terrorisme, de haute trahison, de trahison ou d’espionnage, selon la peine reçue;
  • a servi en tant que membre d’une force armée d’un pays ou en tant que membre d’un groupe armé organisé et que ce pays ou groupe était engagé dans un conflit armé avec le Canada.

Ce qui est possible au Canada, est-il possible en France ?

Posté le 2 juin 2015 à 15h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

18 170 interceptions de clandestins à Calais en moins de 5 mois

Statistiques tenus secrètes :

"Selon des chiffres provenant de la police aux frontières du Pas-de-Calais, que francetv info a pu consulter en exclusivité, les policiers déployés à Calais ont procédé, rien qu'entre le 1er janvier et le 21 mai 2015, à 18 170 interceptions de clandestins cachés dans des camions pour tenter de rejoindre l'Angleterre.

En comparaison, les policiers totalisaient 8 336 interceptions entre le 1er janvier et la mi-mai 2014, et 4 117 interceptions entre le 1er janvier et la mi-mai 2013. Dit autrement, cela signifie que le nombre de ces interceptions d'étrangers en situation irrégulière, toujours sur cette période, est multiplié par 2,2 par rapport à l'an dernier, et par 4,4 par rapport à 2013. [...]

Les policiers ont pour consigne de ne procéder à des interpellations qu'en cas de violences. La plupart du temps, leur mission consiste donc simplement à repousser les clandestins des abords du tunnel sous la Manche et du port. [...] . Le 21 mai, un triste record a ainsi été atteint : en vingt-quatre heures, les policiers ont découvert près de 1 200 clandestins, cachés dans 300 poids lourds."

Posté le 2 juin 2015 à 10h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

29 mai 2015

Le "méta" racisme

C'est quand on en arrive à présumer que votre prochain a peut-être, sans doute, certainement, des pensées non-conformes avec l'anti-racisme, même si c'est à son insu. Quelques exemples cités sur Boulevard Voltaire par Béatrice Ladeville, qui montre que les Etats-Unis en sont au stade de la traque aux "micro-agressions" :

[...]"Cette notion de « micro-agression » permet ainsi de se plaindre de racisme non seulement si un raciste vous nuit, mais également si une personne non raciste dit ou fait quelque chose qui pourrait vous faire penser qu’il n’est pas tout à fait aussi antiraciste qu’il le croit lui-même.

Pour illustrer ceci, on pourra se référer à un « guide pratique » édité par l’université du Wisconsin dans lequel sont classées les « micro-agressions » en question (liste non exhaustive, évidemment, puisqu’on pourrait la décliner à peu près à l’infini). Voici quelques exemples qui feraient sourire s’ils n’étaient authentiques :

– Si vous êtes Afro-Américain ou Latino et que l’on vous demande d’où vous êtes originaire… On pense que vous êtes peut-être étranger. Ce qui est une pensée raciste.

– Si quelqu’un dit « La société américaine permet la réussite de chacun »… il sous-entend que les gens de couleur ne sont pas courageux.

– Si vous êtes de couleur et que l’on vous confond avec un employé de magasin… C’est que l’on considère que les Noirs doivent servir les Blancs.

– Enfin, aussi incroyable que cela puisse paraître : si vous êtes une personne de couleur et que quelqu’un vous dit : « Quand je te vois je ne vois pas de couleur » ou « L’Amérique est un melting-pot »c’est qu’il nie votre statut de minorité opprimée… ce qui est raciste !

Cette notion de « micro-agression » a prospéré, mais pas encore assez pour certains : sans doute déçus par le manque de témoignages spontanés, des universitaires ont diligenté une enquête dans l’Illinois à la recherche de victimes potentielles de micro-racisme. Le résultat vient d’être publié.

En cherchant bien, les étudiants des minorités ont fini par trouver quelques raisons d’être mécontents, comme cet Afro-Américain qui parfois n’est pas interrogé lorsqu’il lève la main ou cette jeune étudiante « Latino » qui nous explique : « Les gens ne me disent pas que je ne suis pas à ma place, mais quand je suis dans une classe de Blancs, j’ai l’impression que je ne suis pas à ma place. »

Bref, est ainsi victime de racisme tout individu non blanc qui s’en sent victime. Et donc, par définition, est coupable de racisme tout Blanc quoi qu’il dise ou fasse, pour peu qu’un individu non blanc se sente victime de racisme…

Avec une telle définition du racisme, on voit mal comment on pourra en venir à bout… sauf peut-être s’il n’y a plus de Blancs (pardon, je voulais dire de racistes)."

Posté le 29 mai 2015 à 16h28 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (12)

28 mai 2015

Immigration : les racines du problème se trouvent en Afrique subsaharienne

Charles Millon, ancien ministre et membre de L’Avant-Garde, réseau participatif d’action politique, signe une tribune dans Valeurs Actuelles sur le problème de l'immigration. Extrait :

Unknown"[...] Certains réclament une politique de défense plus agressive de la part de l’Union européenne, notamment pour bloquer les bateaux dès les ports libyens. Pourquoi pas ? Mais l’on ne fera que retarder la solution du problème, dont les racines sont bien plus lointaines. Elles se trouvent en Afrique subsaharienne, où, de fait, l’Europe a abandonné toute politique de coopération cohérente et structurée. Et un à un, les pays de la bande sahélo-saharienne, depuis le Mali jusqu’à la Somalie, basculent dans le chaos ou sous la botte islamiste.

Partout, profitant de la fragilité des régimes locaux, les fondamentalistes musulmans utilisent la même technique de terreur, qui consiste à dépeupler à terme les provinces, pour qu’il n’y reste que les musulmans, créant donc les conditions favorables à l’exil vers une terre plus accueillante. Le terrorisme musulman vient donc se superposer à la pauvreté économique déjà présente dans nombre de ces pays. Et en tous lieux, les chrétiens sont les premières victimes, depuis ces migrants qui auraient été passés par-dessus bord par leurs compagnons d’infortune au motif qu’ils étaient chrétiens, jusqu’à ces Éthiopiens exécutés par Dae’ch en Libye pour le même motif, après les coptes qui avaient subi le même sort. [...]"

Posté le 28 mai 2015 à 07h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

27 mai 2015

La Commission européenne demande à la France d'accueillir 6750 demandeurs d'asile

Mais à part cela, il n'y a pas de quota.

Posté le 27 mai 2015 à 13h59 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

"Condamnés, mais nourris et logés par le contribuable français"

Indésirables mais non expulsables. En vertu d'une loi européenne, un ancien terroriste du GIA ne peut être réexpédié en Algérie, et vit donc à l'hôtel depuis 6 mois aux frais du contribuable français. Ils sont 9 dans ce cas.

 

Posté le 27 mai 2015 à 10h32 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

26 mai 2015

Quotas d'immigrants : François Hollande et Manuel Valls mentent aux Français

Plusieurs articles font état d'une soi-disante opposition du président français et de son premier ministre à la volonté de la commission européenne d'imposer des quotas de réfugiés aux différents pays de l'UE. Yves Daoudal a décrypté pour nous ce mensonge et ce double langage en citant notamment les propos sans ambiguïté de Natasha Bertaud, porte-parole de la Commission européenne :

"La France soutient notre proposition. Nous avons parlé avec le gouvernement français mardi, après les déclarations de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve, et il nous a répété qu’il était d’accord avec notre mécanisme contraignant de relocalisation des demandeurs d’asile afin de répartir l’effort entre les 28 États membres (...)

C’est manifestement le mot « quota » qui pose problème alors même qu’il ne figure pas dans nos propositions. Il y a aussi une confusion avec l’immigration de travail"

Dès le début, le Salon Beige avait signalé que cette idée de "quotas" était une initiative...française. 

Posté le 26 mai 2015 à 13h17 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)


     Archives > Immigration

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Immigration