17 décembre 2014

"J'ai déjà un candidat arabe de la diversité sur ma liste"

CMarie-Arlette Carlotti, député socialiste des Bouches-du-Rhône, ancienne ministre d'Hollande, vient d'être mise en examen pour injure à caractère racial. Une mauvaise nouvelle après le rejet de ses comptes de campagne aux élections municipales.

Cette mise en examen fait suite à un échange avec le militant Hacen Boukhelifa pendant la campagne.

"Madame Carlotti a hurlé publiquement que je ne serais jamais sur sa liste en disant : "J'ai déjà un candidat arabe de la diversité sur ma liste. Il n'a qu'à aller voir Samia Ghali pour qu'elle le prenne sur sa liste dans les quartiers nord'.

Posté le 17 décembre 2014 à 08h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

Oui, il y aura un jour un président de la République dont le prénom sera Mohammed, Ahmed ou Norredine

Alors que le journaliste italien, Stefan Montefiori, ayant réalisé l'interview polémique d'Eric Zemmour confirme que le terme "déportation" n'a jamais été prononcé, voici comment un journaliste français, Bruno Roger-Petit de l'Obs, pur produit idéologique des temps modernes, voit l'avenir de la France et s'en réjouit :  

" (...) Oui, la France va changer, comme elle a toujours changé. Oui, les Français de culture musulmane vont rester, ne partiront plus, et ne seront jamais déportés. Oui, les cultures vont se mélanger, comme elles l'ont toujours fait depuis l'Antiquité sur ce territoire que l'on nomme France, d'ailleurs, cela a déjà commencé. 

Oui, les adeptes du zemmourisme finiront pas s'éteindre, démographiquement donc politiquement remplacés par des citoyens français plus ouverts, en prise avec la mondialisation et les formidables opportunités qu'elle offre, et qui n'auront pas peur (...)

Oui, il y aura un jour, avant la fin de ce siècle, un président de la République française dont le prénom sera Mohammed, ou Ahmed, ou Norredine. C'est une perspective formidable, parce qu'au regard de l'histoire, et contrairement à ce que raconte la fable zemmourienne, ce sera authentiquement français."

Bruno Roger-Petit croirait-il à la théorie du grand remplacement, théorie qui n'existe pas ?

Posté le 17 décembre 2014 à 06h17 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (15)

16 décembre 2014

Bernard Cazeneuve condamne Eric Zemmour

Éric Zemmour a été interrogé par le Corriere della Sera le 30 octobre. Jean-Luc Mélenchon en donne la traduction sur son blog :

Eric Zemmour : « Les musulmans ont leur code civil, c'est le Coran. Ils vivent entre eux, dans les périphéries. Les Français ont été obligés de s'en aller. »

Question : « Mais alors que suggérez-vous de faire ? Déporter 5 millions de musulmans français ? »

Eric Zemmour : « Je sais, c'est irréaliste mais l'Histoire est surprenante. Qui aurait dit en 1940 que un million de pieds-noirs, vingt ans plus tard, seraient partis d'Algérie pour revenir en France ? Ou bien  qu'après la guerre, 5 ou 6 millions d'Allemands auraient abandonné l'Europe centrale et orientale où ils vivaient depuis des siècles ? »

Question : « [Vous parlez d'exodes provoqués par] des tragédies immenses. »

Eric Zemmour : « Je pense que nous nous dirigeons vers le chaos. Cette situation d’un peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile. Des millions de personnes [vivent ici], en France, [mais] ne veulent vivre à la française. »

Cette liberté d'expression est de trop pour Bernard Cazeneuve :

"M. Bernard CAZENEUVE, Ministre de l'Intérieur, condamne avec une extrême fermeté les propos tenus par Eric Zemmour concernant les musulmans de France dans le quotidien italien Il Corriere della Sera.

Il affirme son soutien aux musulmans de France odieusement attaqués et appelle tous les républicains à réagir et à manifester leur solidarité. Il rappelle que la République laïque garantit la liberté de conscience et la liberté de culte. La Nation française se définit par le vivre-ensemble, et les musulmans de France, comme les chrétiens, les juifs, les croyants et les incroyants, sont tous ses enfants.

En faisant de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme une grande cause nationale, le Président de la République entend qu’aucun Français ne puisse être attaqué ni menacé en raison de son origine ou de sa religion. Le ministère de l’Intérieur, ministère des cultes, prendra toute sa part à cet effort républicain. L’ensemble des Préfets est mobilisé pour protéger les lieux de cultes et pour faire en sorte qu’aucun acte de haine anti-religieux ne demeure impuni.

Bernard CAZENEUVE réaffirme sa détermination à lutter contre ce fléau et à préserver le pacte républicain, garantie de notre vivre ensemble."

Avec une réaction aussi hystérique que celle-ci, nous nous dirigeons donc vers le chaos.

Posté le 16 décembre 2014 à 19h56 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (39)

Noël à l'Elysée : le grand remplacement en une image

R

Posté le 16 décembre 2014 à 17h47 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (39)

15 décembre 2014

Très chère Léonarda

Valeurs Actuelles faisait vendredi le décompte de ce que Léonarda et sa famille ont coûté à la France :

"C’est pour avoir refusé une prime de départ de 10 000 euros que la famille Dibrani, deux adultes et cinq enfants, a été expulsée, en septembre 2013.

En attendant que cette famille revienne en France sous identité croate (c’est en tout cas ce qu’elle a prévu), l’“affaire Leonarda” aurait coûté à la France, selon Jean-Paul Gourévitch, la somme de 416 544 euros.

Le décompte est instructif : allocation de subsistance (350 euros par mois pendant quarante-huit mois) ; chèques de soutien de la municipalité et aide fournie par le comité des sans-papiers pour le ravitaillement et les cigarettes (environ 5 000 euros) ; coût de la place en centre d’accueil de demandeurs d’asile (25 euros par jour et par personne pendant 1 460 jours) ; aide juridictionnelle gratuite (deux fois 1 200 euros) ; coût de la santé (aide médicale de l’État et couverture maladie universelle pour sept personnes pendant quatre ans, soit 80 164 euros au total) ; coût de l’élève Leonarda en situation irrégulière au collège (9 670 euros par an pendant quatre ans), enfin le coût de l’expulsion elle-même selon le ministère de l’Intérieur : 18 000 euros. Un cas d’école."

Une question, comme ça, en passant : combien de Léonarda avons-nous encore en stock sur le territoire français ?

Posté le 15 décembre 2014 à 14h02 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

Droit d’asile : le gender devient un critère

Un article de Marc de Fubi (son blog), lu sur Nouvelles de France :

"L’Assemblée examine en ce moment un texte sur le droit d’asile. Celui-ci nous réserve des surprises…

La France a des traditions. Celle notamment d’être terre d’asile. On ne peut que s’en féliciter même si ce n’est pas toujours évident. Cette tradition n’a, d’ailleurs, attendue ni la République, ni la révolution.

Ce texte renforce encore les droits des demandeurs d’asile avec des mesures telles que « pas de réponse sous neuf mois » alors le demandeur peut accéder au marché du travail et aux aides associées, notamment la formation. Sachant que le délai moyen de traitement d’une demande est de seize mois… Les demandeurs d’emplois apprécieront. Désormais le concubin du demandeur, s’il a « une liaison suffisamment stable et continue avec lui » pourra obtenir sans autre formalité un titre de séjour… On imagine facilement les dérives liées à cette « ouverture ». Cette réforme va faciliter l’usage du droit d’asile à des fins d’immigration économique. Conclusion d’Eric Ciotti : « Compte tenu de la longueur de ces procédures, déposer une demande d’asile offre la garantie, même en cas de rejet, de rester sur le territoire tout en bénéficiant des aides accordées aux demandeurs d’asile, et d’obtenir in fine, grâce à la circulaire Valls, le sésame de la régularisation administrative ».

Tout cela n’est pas surprenant et a été largement commenté.

Reste une surprise, passée sous silence. Cette Loi institue, sous l’impulsion de Maud Ollivier le droit d’asile pour les persécutions liées au genre. La rédaction du texte laisse entendre d’ailleurs qu’il existerait des communautés de genre. Elles trouvent ici une surprenante reconnaissance légale. Le genre, qui n’existe pas, imprègne peu à peu notre droit. Ce n’est pas une vue de l’esprit. C’est une réalité. Aucun député de droite n’a dénoncé cela ! La loi sur le droit d’asile, comme les précédentes, est elle aussi un cavalier du gender.

"S’agissant des motifs de persécution, les aspects liés au genre sont dûment pris en considération aux fins de la reconnaissance de l’appartenance à un certain groupe social ou de l’identification d’une caractéristique d’un tel groupe."

Assemblée Nationale

Le "gender" sert décidément à tout...

Posté le 15 décembre 2014 à 08h33 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (3)

10 décembre 2014

En Allemagne, la fronde anti-islamisation se poursuit

Les Allemands sont de plus en plus nombreux à se déclarer hostiles à l'immigration et à l'islamisation de leur pays. Atlantico :

"Un nouveau type de manifestations anti-immigration se répand en Allemagne, où des milliers de personnes descendent dans la rue tous les lundis pour protester contre ce qu'ils appellent "l'islamisation" grandissante dans le pays. Lundi 8 décembre, près de 8 000 Allemands ont manifesté à Dresde, la capitale de l'Etat-région de Saxe, autrefois en RDA. Ils disent vouloir préserver la culture judéo-chrétienne occidentale. Ces protestations arrivent alors que l'OCDE vient de révéler que l'Allemagne était devenue en 2012 la principale destination d'immigration en Europe, et la deuxième derrière les Etats-Unis, accueillant cette année-là 400 000 personnes.

Si le gouvernement d'Angela Merkel assure qu'il s'opposera à toute tentative de David Cameron de réguler les mouvements migratoires au sein de l'UE, le débat allemand sur l'immigration se concentre sur l'immigration venant hors de l'Europe, chez les musulmans en particulier. Ainsi donc hier, des milliers de personnes ont défié le froid pour rejoindre la marche hebdomadaire du lundi (comme en ex-RDA) des "Européens patriotes contre l'islamisation de l'occident" (Pegida, selon l'abréviation allemande)n lancée en octobre par un habitant de Dresde, Lutz Bachmann. Contrairement au "Hooligans" de l'extrême-droite allemande, les sympathisants de Pegida se veulent pacifistes."[...]

Posté le 10 décembre 2014 à 16h27 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

09 décembre 2014

Ebola : l'Afrique ne manque pas de médecins

Bernard Lugan, en fin connaisseur de l'Afrique, livre comme d'habitude une analyse au vitriol :

Blog"Les médias nous disent que si l'Afrique ne parvient pas à combattre Ebola c'est parce qu'elle manque de médecins. Faux ! L'Afrique a des médecins, mais ils ont émigré en Europe ou aux Amériques. Ceux qui furent formés en Afrique sont partis vers des cieux meilleurs et ceux qui le furent en Europe y sont restés... La vérité est que l’Afrique exporte ses personnels médicaux alors qu’en moyenne, elle compte moins de 15 médecins pour 100 000 habitants contre 380 en France.

En 2008, le Center for Global Development chiffrait à 135 000 les personnels médicaux africains (médecins, infirmiers et autres) exerçant hors d'Afrique, dont 28 000 médecins originaires d'Afrique sud-saharienne. S'il n'y a pas de médecins au Liberia, en Sierra Leone, en Guinée et au Mali c'est parce que ces déserteurs ont abandonné leur continent pour aller s'employer dans les pays du Nord.
 
Les conséquences de ce scandale sont clairement apparues le 26 novembre 2014, quand, pour tenter d'enrayer la propagation d'Ebola, la Commission européenne proposa de mobiliser 5000 (!!!) médecins européens. Le Commissaire à l'Aide humanitaire, M. Andriukaitis déclara ainsi qu'il avait « (...) appelé les ministres de 14 Etats membres pour les exhorter à envoyer plus de personnel médical dans les pays frappés par Ebola ».
Avant de faire appel aux médecins européens, pourquoi M. Andriukaitis n'a t-il pas songé à exiger des milliers de médecins africains exerçant au sein de l'UE, de se porter volontaires pour aller soigner leurs frères dans le malheur ?
 
L'exemple d'Ebola n'est pas isolé. Impuissantes, les autorités de Madagascar qui font actuellement face à une épidémie de peste viennent de lancer un appel à l'aide à l'Europe alors que des centaines de médecins malgaches exercent dans les limites de l'UE. Rien qu'en France, ils sont 770 (...)
 
Cette question des médecins africains dans l'UE est révélatrice de ce « grand remplacement » qui se fait à tous les niveaux de la société et que certains considèrent comme un « fantasme »(...) Disons le clairement, cette nouvelle forme de la traite des Noirs, porte sur les plus précieux des Africains, ses diplômés, et elle se fait avec l’habituelle complicité des « gentils » de l’anti-ségrégation et des requins du capitalisme associés pour la circonstance. Au nom du paradigme de la culpabilité qui les hante, les premiers s’interdisent de voir qu’en les accueillant, ils saignent l’Afrique. Les seconds les encouragent à venir au nom des lois du marché, du travail global et de la mobilité de la main d’œuvre.
Madame Taubira et le Cran sont étrangement silencieux sur cette question. Pourquoi ?"

Posté le 9 décembre 2014 à 18h34 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

04 décembre 2014

20% des personnes mises en cause sont étrangères

En 2013, les chiffres montrent que 684 000 personnes ont été mises en cause par la police. Parmi elles, 20,2 % étaient de nationalité étrangère.On ignore combien, parmi les 79,8% restant, sont des enfants de personnes étrangères.

Posté le 4 décembre 2014 à 16h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

03 décembre 2014

Interview de Joachim Véliocas pour la réédition augmentée de "Ces maires qui courtisent l’islamisme"

Enquête&Débat interrogeait Joachim Véliocas, directeur de l'Observatoire de l'islamisation, auteur de "Ces maires qui courtisent l'islamisme", paru en 2010. Ayant écrit  des chapitres supplémentaires après les municipales, Joachim Véliocas a réalisé avec ce livre, "sous-médiatisé" pourtant d'après ses propres mots, un livre "explosif" :

"Ce livre est en train de devenir une référence. Censuré, il a atteint en 4 ans 10 000 exemplaires vendus pour sa 1ère édition. Les Français, manipulés par un système médiatique anti-raciste dont pro-islam, sont avides d’information sur un sujet essentiel pour l’avenir de notre pays. Or Ces maires qui courtisent l’islamisme est la seule enquête à ce jour sur le financement des mosquées françaises, financement public (donc contraire à la loi de 1905) et financement étranger (donc contraire à la souveraineté de notre pays). Suite aux municipales de nouveaux chapitres ont été ajoutés, le livre gagne donc en épaisseur mais reste proposé au même prix : 20€. La sortie en librairie est le 15 janvier 2015, mais vous pouvez déjà vous le procurer sur le site de l’éditeur et vous le faire envoyer dès à présent. Un excellent cadeau de Noël !"


Joachim Veliocas interviewé à propos de la... par enquete-debat 

Posté le 3 décembre 2014 à 18h59 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (1)

La mairie de Toulouse dit non aux femmes voilées

Les officiers d'état civil de la mairie de Toulouse se voient régulièrement empêchés d'exercer leurs fonctions par des femmes voilées qui refusent de dévoiler leur visage ainsi que le prévoit la loi.

201412021148-full

"La mairie de Toulouse vient d'adresser des instructions très précises à ses officiers d'état civil. Elle leur demande, en application de la loi d'octobre 2010, de ne pas instruire les dossiers lorsque le visage est dissimulé.

La note date du 20 novembre dernier. Quelques jours après un dépôt de plainte consécutif à une altercation dans les bureaux de l'état civil. «Lors d'une procédure de reconnaissance anticipée d'un enfant, la future mère a refusé de montrer son visage. L'officier n'a donc pu reconnaître que le père de l'enfant, lequel s'est jeté sur le bureau pour lui arracher le dossier. Il fallait marquer notre soutien aux agents, qu'ils sachent que le maire les soutient puisqu'ils appliquent la loi. Ils en sont très contents, ils n'avaient pas d'instruction écrite jusqu'alors », explique Christine Escoulan, conseillère municipale déléguée en charge de l'état civil.

L'élue toulousaine rapporte que les officiers d'état civil se heurtent régulièrement au refus de femme de se dévoiler lors de la constitution d'un dossier de mariage, pour la reconnaissance d'un enfant ou la délivrance d'un acte. «Nos agents doivent souvent parlementer avec des hommes parfois véhéments qui n'acceptent que leur femme se dévoile seulement si l'officier d'état civil est une femme et si ça se fait derrière un paravent. C'est long, fatigant. Désormais, et comme je le leur demande dans la consigne écrite, les agents d'état civil n'instruiront les dossiers qu'après avoir procédé aux vérifications d'usage, c'est-à-dire le visage découvert. Ils peuvent distribuer la brochure éditée par les services de l'Etat et demander aux personnes de revenir après l'avoir lue»."[...]

Bienvenue en France.

Posté le 3 décembre 2014 à 15h15 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

Quand la CJUE se penche sur les pratiques sexuelles des demandeurs d'asile

La dernière façon de demander l'asile politique c'est de se déclarer pratiquant de relations contre-natures. Ce qui donne des jugements ubuesques :

"La Cour de Justice de l'Union européenne des droits de l’homme s’est prononcée aujourd’hui sur des questions préjudicielles posées par les Pays-Bas à propos de demandes d’asile présentées par des personnes s’affirmant homosexuelles, en risque de « persécution » dans leur pays d’origine. Epineux dossiers : que peut-on demander, ou non, à de telles personnes, pour étayer leur demande ; quels types de preuves peut-on accepter ?

[...] La réponse, je vous la donne tout de suite : il n’est pas question de soumettre les homosexuels à un interrogatoire pour qu’ils détaillent leurs pratiques sexuelles. [...]

Et quand le demandeur d’asile propose de se soumettre à des « tests » d’homosexualité ou même de se livrer à un acte homosexuel pour prouver qu’il dit vrai ? Les autorités néerlandaises avaient rejeté l’offre du demandeur « A » en ce sens ; la CEDH leur donne raison sur ce point. On ne saurait davantage accepter l’offre de preuve présentée par le demandeur « C » qui avait carrément remis aux autorités « un enregistrement vidéo d’actes intimes avec une personne du même sexe ». La Cour a estimé que le relevé d’une telle « preuve » porterait atteinte à la dignité humaine, aurait un effet incitatif à l’égard d’autres demandeurs en leur imposant de facto de telles preuves, et au demeurant ne prouverait rien. En tout cas, pas l’orientation sexuelle du demandeur…

C’était toute la difficulté du dossier B, à qui le Secrétaire d’Etat avait refusé l’asile au motif que la « crédibilité de l’orientation sexuelle alléguée par ce dernier n’était pas établie ». La CJUE a répondu que le seul fait que B n’ait pas allégué son orientation sexuelle lors d’une première demande infructueuse ne justifiait pas une appréciation de manque de crédibilité lorsqu’il s’en est souvenu par la suite lors d’une nouvelle demande. [...]"

Posté le 3 décembre 2014 à 09h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

01 décembre 2014

La France a accueilli 258 900 migrants permanents en 2012

La plupart des ressortissants de pays tiers admis en France venaient d'Afrique (61%), essentiellement d'Algérie (25 000 personnes), du Maroc (20 000) et de Tunisie (12 000). L'Asie était la deuxième région d'origine, avec la Chine (7200 personnes) et la Turquie (6100).

Posté le 1 décembre 2014 à 12h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

30 novembre 2014

Le pape demande de contrecarrer les causes qui poussent les réfugiés à émigrer

Il a dit aux réfugiés à Istanbul :

"J’ai beaucoup désiré cette rencontre avec vous, qui provenez de la Turquie, de la Syrie, de l’Irak et de divers pays du Moyen Orient et de l’Afrique. Vous êtes ici des représentants de centaines de jeunes de votre âge, dont beaucoup sont réfugiés et déplacés, quotidiennement assistés par les Salésiens. Je veux vous manifester ma participation à votre souffrance et j’espère que ma visite, avec la grâce du Seigneur, pourra vous donner un peu de consolation dans votre situation difficile. Elle est la triste conséquence des conflits exacerbés et de la guerre, qui est toujours un mal et n’est jamais la solution des problèmes, mais plutôt en crée d’autres.

Les réfugiés, comme vous, se trouvent souvent privés, parfois pour longtemps, des biens fondamentaux : une habitation digne, l’assistance sanitaire, l’éducation, le travail. Ils ont dû abandonner non seulement des réalités matérielles, mais surtout la liberté, la proximité des membres de la famille, leur milieu vital et les traditions culturelles. Les conditions dégradantes dans lesquelles de nombreux réfugiés doivent vivre sont intolérables ! Pour cela, il faut tout mettre en œuvre pour éliminer les causes de cette réalité. Je lance un appel à une plus grande convergence internationale destinée à résoudre les conflits qui ensanglantent vos terres d’origine, à contrecarrer les autres causes qui poussent les personnes à laisser leur patrie et à promouvoir les conditions pour qu’elles puissent y rester ou y retourner. J’encourage tous ceux qui œuvrent généreusement et honnêtement pour la justice et la paix à ne pas perdre courage. Je m’adresse aux Chefs politiques, afin qu’ils tiennent compte du fait que la grande majorité de leurs populations aspire à la paix, même si parfois elle n’a plus la force ni la voix pour la demander ! [...]"

Posté le 30 novembre 2014 à 18h00 par Michel Janva | Lien permanent

La préférence étrangère : aberrante loi française

Déclaration du maire FN de Cogolin, obligé de marier une clandestine, qui a insulté 2 agents publics, alors qu'un Français avec une carte d'identité échue ne le peut pas :

Posté le 30 novembre 2014 à 16h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

29 novembre 2014

L'Algérie expulse ses immigrés clandestins

Lu sur 20 minutes :

"L'Algérie va bientôt expulser quelque 3.000 femmes et enfant nigériens, tous considérés comme des migrants clandestins et «sans emploi», a affirmé le Premier ministre du Niger, Brigi Rafini, qui s'exprimait au cours d'un débat au Parlement. 

«C'est une décision des autorités algériennes, qui vont rapatrier des Nigériens au nombre de 3.000, sans emploi, et qui vivent malheureusement de la mendicité», a indiqué Rafini.[...]

Les migrants en instance de rapatriement sont composés de «76% d'enfants et 24% de femmes», a précisé Rafini. Et, selon lui, l'Algérie a promis de fournir les moyens de transport nécessaires à l'acheminement des migrants dans le nord du Niger. Des programmes de «réinsertion sociale» seront ensuite élaborés par les migrants une fois de retour dans leur zone d'origine.

Le Niger, l'un des pays les plus pauvres au monde, à la natalité la plus forte de la planète (7,6 enfants par femme), est confronté à des crises alimentaires récurrentes. L'émigration y est massive. Quatre-vingt-douze migrants - essentiellement des femmes et des enfants - sont morts de soif en octobre 2013 alors qu'ils traversaient le désert pour rejoindre l'Algérie. La plupart étaient des ressortissants de Zinder (centre-sud) qui se rendaient en Algérie pour «vivre de la mendicité», avaient alors expliqué les autorités nigériennes."

On s'aperçoit avec stupeur que l'Algérie a moins d'états d'âme pour expulser ses clandestins que la France. Ce que l'Algérie est capable de faire, la France ne le pourrait pas ?

Posté le 29 novembre 2014 à 12h02 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (16)

28 novembre 2014

Entre 2004 et 2012, 200 000 immigrés sont arrivés chaque année

Selon l'INSEE :

"Au total, entre 2004 et 2012, c’est donc 1,6 million d’immigrés qui sont arrivés en France soit deux fois l’équivalent de la population de la ville de Marseille, deuxième ville la plus peuplée de France !

L’Afrique représente 30% des flux migratoires qui arrivent en France. [...] 46% du reste de l’immigration est intra-européenne. 8% viennent du Portugal, 5% du Royaume-Uni, 5% d’Espagne, 4% d’Italie, 3% de Roumanie.

Cependant, l’enquête de l’INSEE ne prend pas en compte les estimations de l’immigration illégale, ni les personnes qui résident en France pendant moins de douze mois."

Posté le 28 novembre 2014 à 17h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

21 novembre 2014

820 000 immigrés naturalisées en Europe en 2012

NDes naturalisés qui peuvent donc circuler d'un pays à l'autre en vertu des accords de Schengen.

La France a naturalisé, en 2012, près de 96 100 personnes (dont 8000 étaient originaires de l'UE), derrière le Royaume-Uni (193 900 personnes) et l'Allemagne (114 600). Après viennent l'Espagne (94100), l'Italie (65 400) et la Suède (50 200).

Les étrangers bénéficiant le plus des naturalisations sont les Marocains, suivis des Turcs, des Indiens et des Irakiens.

Posté le 21 novembre 2014 à 09h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

13 novembre 2014

Yéro Sall, notre nouvelle Léonarda

La jeunesse lycéenne engagée, qui manifeste pour protester contre la mort de Rémi Fraisse à grand renfort de lycées incendiés, s'est trouvé une nouvelle cause à défendre : Yéro Sall. Mi-Sénégalais, mi-Mauritanien, Yéro Sall a peut-être 17 ans. Ou peut-être 23.

"Ce qui est en jeu, c’est l’âge du jeune immigré. S’il est mineur et scolarisé, la France lui doit «protection en vertu de ses engagements sur les droits des enfants». Dans l’autre cas, «il est un adulte, majeur, immigré entré illégalement en France et expulsable à tout moment». La préfecture de police privilégierait la deuxième hypothèse."[...]

Yero a été présenté à l’ambassade du Sénégal le 4 novembre, «dernière étape avant l’expulsion». La préfecture de police de Paris a reçu lundi une délégation (trois lycéens et une prof) de soutien. «Ils n’ont rien voulu entendre, ils disent être en phase de réflexion sur ce dossier, mais qu’ils ne le libéraient pas. Ils le voient comme un fraudeur et pas comme un lycéen»,se désole Marianne Cabaret-Rossi, prof d’histoire et militante à Resf dans Libération."[Resf : Réseau éducation sans frontières-NDMB].

Nous pouvons donc nous attendre à d'autres manifestations lycéennes en faveur du retour de Yéro Sall, notre nouvelle Léonarda. On se demande juste à quoi peuvent ressembler les carnets de notes de ces lycéens en fin de trimestre...

Posté le 13 novembre 2014 à 22h01 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (6)

A Calais, le "vivre ensemble" n'est pas une sinécure

On savait déjà que Calais connaissait des heures difficiles avec cette surpopulation allogène et ingérable qui est en transit prolongé en attendant un ailleurs meilleur. Ceux des Calaisiens qui avaient encore des illusions sur les possibilités d'un "vivre ensemble" serein sont en train de les perdre :

"Lundi matin, Alice* prend le bus pour rejoindre la gare de Calais ville et se rendre à l’université à Lille. « Mon bus était en retard, j’ai raté mon train. » Elle décide d’attendre le prochain et descend sur le quai de la voie 1 pour fumer une cigarette. «Il y avait des migrants en retrait, sur un carré d’herbe. Je ne faisais pas attention à eux. Ensuite, j’ai senti qu’on m’attrapait le bras, ils m’ont collée contre le mur. L’un a fouillé mon sac, il l’a vidé à terre. Un autre m’a attrapée à la gorge pour que je ne bouge pas et m’a touché le haut du corps. » Avec pudeur, elle décrit des caresses au-dessus de ses vêtements, «des gestes brusques» puis ajoute que le troisième l’aurait touchée «à l’entrejambe. J’étais tétanisée, je ne savais pas quoi faire. Il a déboutonné mon jean et ensuite ils sont partis quand l’autre avait fini de fouiller mon sac. Ils m’ont volé l’argent liquide que j’avais et un paquet de cigarettes.[...]»

La jeune fille avoue ingénument en parlant des migrants :

« Je suis la première à les défendre, à dire que leur vie n’est pas facile»[...] «Je sais qu’ils ne sont pas allés très loin… Tout le monde me dit pourquoi tu n’as pas crié ? Mais je ne faisais que pleurer, j’avais tellement peur que ça dégénère. Il n’y avait personne sur les quais, les trains venaient de partir. Je ne sais plus quoi penser»

Elle ne sait plus quoi penser, la pauvrette, car tout ce qu'elle pensait auparavant, les bons sentiments bien sentimentaux dictés par les "assoces" de propagande du "vivre ensemble", tout a volé en éclats au contact de la triste réalité.

Posté le 13 novembre 2014 à 11h10 par Marie Bethanie | Lien permanent

12 novembre 2014

La Cour de Justice européenne favorable à la suppression de l'Aide Médicale d'Etat ?

Lu dans Présent :

"Un tantinet pressée par plusieurs pays membres croulant littéralement sous le poids croissant de l’immigration et du tourisme social, la Cour de justice européenne, prenant appui sur la directive 2004/38 relative à la libre circulation des biens et des personnes, a jugé mardi que les « Etats membres ne sont pas tenus d’octroyer des aides à des étrangers ne cherchant pas de travail ». Un arrêt qui constitue surtout un rappel à la loi et est largement insuffisant. Car c’est le principe même de la libre circulation qui doit être remis en cause. [...]

En effet, la Commission européenne avait beau affirmer mardi qu’elle « a toujours estimé que le principe de libre circulation signifie le droit de se déplacer » et que ce dernier « n’est pas le droit d’avoir accès librement aux prestations sociales d’un pays membre », il n’en a pas toujours été ainsi. Alors que plusieurs Etats membres, tels que la Grande-Bretagne, mais aussi l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique ou encore l’Autriche, dénonçaient très justement en début d’année une situation devenue ingérable, Laszlo Andor, commissaire en charge des Affaires sociales, leur a répondu que « ce tourisme social est un mythe » et que « personne ne peut penser qu’il est aisé de s’installer dans un autre pays et d’y profiter sans délai des prestations sociales ». Sacré Laszlo ! Il devrait tenter l’expérience en France…"

La France a prévu dans son budget 2015 environ 1 milliard d'euros pour subvenir aux besoins médicaux des immigrés clandestins. La Cour de justice valide-t-elle ainsi la suppression de l'AME ?

Posté le 12 novembre 2014 à 13h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

06 novembre 2014

Immigration, asile et intégration : une politique injuste pour les Français

Intervention de Jacques Bompard en commission des lois :

Posté le 6 novembre 2014 à 21h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

Vague de courriers au FN

... pour se plaindre d’une ligne trop molle sur l’immigration et l’islamisme.

Posté le 6 novembre 2014 à 07h46 par Michel Janva | Lien permanent

05 novembre 2014

Rapport choc sur la gestion du droit d'asile

Le député UMP des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, sort un rapport sur les failles du système d'accueil des demandeurs d'asile en France.

  • 30.000 dossiers sont aujourd'hui en attente à l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra)
  • La demande de protection internationale s'est accrue de 85 % entre 2007 et 2013.
  • L'hébergement des demandeurs d'asile est devenu une charge insupportable, alors que la capacité en places des centres d'accueil pour demandeur d'asile (Cada) a quadruplé, passant de 5282 places en 2001 à 24.689 places à la fin du premier semestre 2014.
  • Coût de l'hébergement: 220 millions d'euros.
  • Le coût unitaire de la nuitée hôtelière est estimé à 17,17 euros, auxquels s'ajoute une aide temporaire d'attente de 11,45 euros par jour, soit un total mensuel de 870,50 euros par personne.
  • l'aide temporaire d'attente (ATA), versée aux demandeurs d'asile, a progressé de 367 % entre l'année 2007 et l'année 2013. Elle était versée à 42 115 personnes au 31 décembre 2013, contre 37.600 à la fin de l'année 2012.

Posté le 5 novembre 2014 à 21h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

Assez de morts à cause de l'immigration ? Suivons l'exemple australien

Tony Abbott, le premier ministre -catholique- australien élu en septembre 2013, fait de la lutte contre l’immigration clandestine une de ses priorités (source : Minute) :

« Jésus savait qu’il y a une place pour chaque chose, et la place de tout le monde n’est pas nécessairement en Australie ».

Là où l’opération Mare Nostrum de la Marine nationale italienne, et désormais l’opération Triton sous égide de l’Union européenne, se fixent comme objectifs de « secourir » les clandestins en mer pour les amener à pieds secs sur le sol européen, l’opération Frontières souveraines australienne a comme mission de leur faire rebrousser chemin. Le commandant Angus Campbell, patron de l’opération, apparait dans une vidéo expliquant que « le gouvernement australien a mis en place la politique de protection des frontières la plus solide jamais vue » :

« La politique du gouvernement australien est d’intercepter tout navire cherchant à pénétrer illégalement en Australie et de le raccompagner en-dehors de nos eaux. »

« Les règles s’appliquent à tous: familles, enfants, enfants non accompagnés, éduqués et qualifiés. Il n’y a pas d’exceptions. » 

Un rapport de l’Organisation internationale pour les migrations constate une forte baisse des décès de migrants depuis le durcissement : aucun immigré n’est mort en mer en 2014 ! Un résultat à comparer avec les 212 décès de 2013 ou les 356 de 2012. Ou à comparer avec les tragédies sur la Méditerranée.

Posté le 5 novembre 2014 à 07h39 par Michel Janva | Lien permanent

02 novembre 2014

Nombre de musulmans en France : entre déni et inquiétude

Michèle Tribalat décrypte le sondage mené par l'institut IPSOS-MORI, qui indique que le nombre de musulmans est surévalué par les Français, ce qui serait du racisme selon la presse pro-immigration :

"Il se trouve que les Français surestiment de 20 points la proportion de personnes âgées de plus de 65 ans. Ce que font, dans des proportions variées, les opinions publiques de tous les pays inclus dans l'enquête. S'agit-il d'un racisme anti-vieux? Comment interpréter alors, dans la même veine, la sous-estimation importante de la proportion d'électeurs inscrits qui ont voté aux dernières élections ou la surestimation du chômage: de 20 points en France, mais de 37 points en Italie? L'explication la plus vraisemblable est celle qu'a donnée Bobby Duffy, le directeur d'IPSOS-MORI: une combinaison de l'expression de craintes pour soi-même ou pour la société et de divers travers des sociétés en question. [...]

Ainsi, alors que l'EI triomphe en Syrie et en Irak, il est bien difficile de dénier la réalité des inquiétudes qui se portent sur l'islam. L'exagération de la présence musulmane dans l'opinion publique est à la mesure de ces inquiétudes. Elle est aussi facilitée par la manière dont les politiques et les médias ont joué avec les chiffres alors qu'ils n'en avaient aucun de bien établi. Rappelons que cela fait près de 15 ans que le chiffre de cinq à six millions de musulmans est évoqué, sans aucune base. Grâce à des données d'enquête j'ai pu estimer la population musulmane à 4,2 millions en 2008, probablement 5 millions aujourd'hui, compte tenu de l'évolution démographique estimée en 2008. [...]"

Posté le 2 novembre 2014 à 14h10 par Michel Janva | Lien permanent

23 octobre 2014

Affrontements à Calais

Des violence se répètent depuis 3 jours à Calais : des centaines de migrants ont de nouveau tenté de prendre d'assaut des poids lourds à destination du Royaume-Uni. De violents affrontements les ont ensuite opposés aux forces de l'ordre.

Les migrants tentent de monter dans les remorques ou de s'installer entre les essieux des camions, quand ceux-ci ralentissent puis s'arrêtent dans l'attente des contrôles scanner. Lundi déjà, quelque 300 migrants ont tenté de prendre d'assaut une longue file de camions attendant d'embarquer. Les CRS étaient intervenus.

La situation est devenue explosive ces derniers jours. Le nombre de migrants, environ 1500 selon la préfecture, est en constante augmentation depuis le début de l'été. La police a dû intervenir à de nombreuses reprises dans le quartier de la zone industrielle des Dunes, où se sont produites des rixes entre migrants d'origines éthiopienne et érythréenne armés de bâtons.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé le renfort de 100 policiers et gendarmes. 350 policiers sont déjà mobilisés à Calais, avec deux compagnies de CRS. Cela fera un total de 450 policiers et gendarmes mobilisés.

Posté le 23 octobre 2014 à 07h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

22 octobre 2014

Un député demande une enquête contre l'Australie pour "crimes contre l'humanité"

Les immigrants se voient refuser toute possibilité de s'installer en Australie, même si l'instruction de leur dossier aboutit à la reconnaissance du statut de réfugié. La politique d'immigration de l'Australie vise essentiellement à décourager les passeurs et les candidats à l'immigration. (20 minutes)

"Les immigrants se voient refuser toute possibilité de s'installer en Australie, même si l'instruction de leur dossier aboutit à la reconnaissance du statut de réfugié. Ils ont le choix de rester dans les camps des îles du Pacifique ou de rentrer chez eux."[...]

Mais un député interpelle la Cour pénale internationale au sujet de ce qu'il appelle un "crime contre l'humanité" :

"Un député indépendant a annoncé ce mercredi qu'il avait demandé à la Cour pénale internationale (CPI) d'enquêter sur la politique d'immigration très restrictive menée par l'Australie qu'il accuse de «crimes contre l'humanité».

Andrew Wilkie a expliqué avoir pris sa décision après avoir tenté en vain depuis des années d'obtenir de Canberra un changement de politique. Il a demandé par lettre à la CPI d'ouvrir une enquête «sur les crimes contre l'humanité perpétrés par les membres du gouvernement australiens contre les personnes qui arrivent dans les eaux australiennes pour rechercher l'asile».

[...] Le ministre de l'Immigration Scott Morrison a rétorqué que l'Australie respectait le droit international. «Le gouvernement ne se laissera pas intimider par des personnes à la recherche d'attention qui demandent le retour à des politiques coûteuses à l'origine de tragédies et de chaos à nos frontières.»"

Posté le 22 octobre 2014 à 16h37 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (14)

Ville de Paris : un budget de 95 millions d’euros pour deux mille jeunes clandestins

Une quinzaine de jeunes migrants soutenus par les syndicats lycéens seront pris en charge par la Ville de Paris.

4510113_7_548b_une-quinzaine-de-jeunes-migrants-soutenus-par_859bd49b256f9e7b617b36b68a2649e1

"La Mairie de Paris fait, elle, valoir ses efforts : 95 millions d’euros en 2014 (contre 35 millions d’euros en 2008) sont consacrés à la prise en charge de deux mille jeunes, dont sept cents sont majeurs et bénéficient d’un contrat « Jeune majeur », à condition qu’ils suivent avec sérieux leur scolarité."

Le Monde :

"Une délégation de quatre personnes a été reçue par Dominique Versini, maire adjointe chargée, entre autres, de la lutte contre l’exclusion : « On ne va pas les laisser tomber, on ne se défausse pas », a-t-elle confirmé, remarquant cependant que « ces jeunes ne sont pas mineurs, en tout cas ont-ils été déclarés majeurs à la suite d’une décision de justice et sur la foi d’une expertise médicale. Il y a, certes, des marges d’erreur, notamment entre 17 et 19 ans,mais les juges ne prennent en compte que la fourchette basse de l’estimation de leur âge. La Mairie ou, plus précisément, le département de Paris, n’a donc pas d’obligation à prendre en charge les majeurs, car cela incombe à l’Etat »[...]

Cette solution, bienvenue pour la quinzaine de lycéens soutenus par la FIDL, n’épuise pourtant pas le problème de l’afflux soudain de ces jeunes, accru depuis trois ou quatre ans. Venus du Sénégal, du Cameroun, du Mali, ils débarquent, après un incroyable périple, en Ile-de-France sans un sou ni un contact.

Ils vont frapper à la porte de la permanence d’accueil et d’orientation des mineurs isolés étrangers (Paomié), confiée à France terre d’asile, qui examine leurs papiers, écoute leur récit, juge s’il s’agit bien de « mineurs isolés » et, selon le Défenseur des droits, rejette l’aide sociale dans un cas sur deux : « C’est une véritable moulinette à exclure, alors que leur devoir serait d’abord de protéger ces jeunes qui, laissés à la rue, risquent de commettre des vols, de se prostituer… », plaide Sylvie Bord, de l’Adjié, qui évalue à entre six cents et sept cents le nombre de ces jeunes en errance."[...]

On remarque au passage la menace plus ou moins masquée : si on ne s'occupe pas de ces "jeunes", ils risquent de sombrer dans la délinquance. Le sous-entendu est un peu cousu de fil blanc.

Pas un mot en revanche sur les raisons de la présence de mineurs étrangers et sans parents sur notre sol et sur les moyens mis en oeuvre pour faire cesser cet afflux.

Pas un mot non plus sur l'origine des fonds qui permettent la prise en charge de l'hébergement et de la formation de cette jeunesse étrangère. "La Mairie de Paris fait valoir ses efforts"; Madame Hidalgo veut-elle une médaille ? Ce sont les Parisiens qui paient, et au-delà, tous les Français, pour fournir à de jeunes étrangers ce que l'on refuse à leurs propres enfants en diminuant de façon drastique leurs allocations familiales. Et ces "jeunes" vont se retrouver d'ici peu sur notre marché du travail déjà plombé...

Posté le 22 octobre 2014 à 15h48 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (24)

18 octobre 2014

Migrations : le livre que les nuls de la presse n'ont pas lu

Consultant international sur l'Afrique et les migrations, docteur en sciences de l'information et de la communication, Jean-Paul Gourévitch vient de publier un ouvrage qui a reçu un accueil polémique par la presse. Et pour cause, il vient de signer dans la collection “Pour les nuls”, qui vise le grand public sans rien lâcher sur l’exigence scientifique, une somme sur Les Migrations. Jean-Paul Gourévitch répond à L'Action française 2000 :

"Vous et votre éditeur avez été victimes d’une tentative de déstabilisation. Pourquoi, alors que vous êtes un spécialiste internationalement reconnu de la question ?

NComme il était difficile de s’en prendre à l’ouvrage, on a cherché à diaboliser l’auteur, et ainsi à discréditer à la fois le propos et la collection. Tout est parti d’un seul article très “militant” d’une journaliste de l’AFP, repris in extenso le jour même et le lendemain par cinquante et un journaux parmi les plus célèbres qui n’ont ni consulté l’ouvrage, ni interrogé l’auteur ou l’éditeur. Cela peut laisser rêveur sur la déontologie d’une certaine presse qui, pourtant, ne se fait pas faute de donner des leçons. Quand mon avocat et moi-même avons demandé à l’AFP comment elle comptait réparer le préjudice subi, l’Agence a répondu qu’elle ne voyait pas où se trouvait ce préjudice. Pourtant, dix millions de lecteurs de cette presse ont bien été “informés” qu’il s’agissait d’un ouvrage écrit par un auteur “très à droite” donc suspect. La preuve : ses thèses avaient été citées par le Front national, et des sommités de gauche et d’extrême gauche, les seules interrogées par la journaliste, en contestaient la teneur. Pourtant, aucune n’avait lu l’ouvrage, puisqu’il était sorti le jour même et qu’elles n’avaient pas reçu de service de presse. Bien entendu, on s’attardait sur les événements organisés par la droite ou l’extrême droite au cours desquels l’auteur avait donné des conférences, en oubliant ceux organisés par la gauche ou l’extrême gauche au cours desquels il était également intervenu, voire en niant qu’ils aient existé, alors qu’ils sont parfaitement consultables sur Internet et ont donné lieu à des publications. On en est même venu à contester ma qualité de consultant international sur l’Afrique et les migrations. Pourtant, en vingt-cinq ans de carrière dans ce domaine, j’ai fait plus de trente-cinq missions, dont certaines ont duré des mois, voire des années, notamment en Afrique, pour des organismes aussi divers que l’Unesco, l’Union européenne, Le ministère des Affaires étrangères, la Banque mondiale, des ONG ou des cabinets d’expertise. Et mon rapport sur les migrations subsahariennes a été voté par le Conseil de l’Europe à l’unanimité (moins deux abstentions), ce qui n’est quand même pas courant. On ne peut résister seul à cette lapidation organisée. J’ai obtenu des droits de réponse de la part de trois journaux qui en avaient rajouté jusqu’à la diffamation. Mais je constate avec amertume que, dans un pays profondément divisé où l’opinion publique n’est plus en phase avec ses représentants, il est difficile, sur un sujet sensible et qui pourtant concerne son présent et son avenir, de porter une parole documentée, indépendante, aussi impartiale que possible, qui donne les sources de ses données et explicite sa démarche."

Posté le 18 octobre 2014 à 10h07 par Michel Janva | Lien permanent

17 octobre 2014

Mariages mixtes : Libération soutient Eric Zemmour

Concernant le nombre de mariages mixtes en France, Libération démontre que Zemmour dit la vérité, et que les "décodeurs" du Monde se trompent (volontairement ?). Seul Zemmour compte TOUS les mariages mixtes, y compris ceux qui ont lieu hors de France. Le Monde "oublie" de les compter, alors que ces mariages sont autant valables que ceux qui ont lieu sur le territoire.

Lundi, sur BFM TV, le polémiste déclare :

«Vous savez qu’aujourd’hui, un tiers des mariages sont avec des étrangers qui deviennent français - 90 000 sur 270 000 si mes chiffres sont exacts».

Les Décodeurs du Monde épinglent la déclaration. Vite suivis par BFMTV dès le lendemain matin, puis 20 minutes. C’est enfin France 2 (lors du JT de mardi) qui s’y colle et donne les mêmes chiffres : selon l’Insee, le nombre de mariages mixtes en France avoisine les 12%. Loin du tiers cité par Zemmour.

L’explication du grand écart tient au fait que les chiffres de l’Insee sur lesquels Le Monde, puis 20 minutes et France 2 se sont basés ne comptabilisent que les mariages célébrés en France et font l’impasse sur les mariages de ressortissants français consacrés à l’étranger. Or, en 2012, plus de 50 000 unions célébrées à l’étranger (dont une écrasante majorité de mariages mixtes) ont été transcrites dans l’état civil français, soit davantage que les unions mixtes célébrées en France (32 000).

Posté le 17 octobre 2014 à 07h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

13 octobre 2014

Immigration : l'exode s'accélère

Pas moins de 100 000 étrangers en situation irrégulière sont passés en France, à la fin du mois, via la frontière italienne. De 67 000 demandeurs d'asile en France l'an dernier, ce chiffre pourrait bien avoisiner cette année les 80 000 cette année.

Posté le 13 octobre 2014 à 07h47 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

08 octobre 2014

Les migrants de Calais, un peu trop "chouchoutés"

Lu dans Le Figaro :

"Voilà des mois que l'association Salam distribue chaque soir au moins 700 repas aux migrants de Calais. Mais l'opération a tourné court lundi soir, quand quelques migrants ont refusé de manger le plat qu'ils estimaient pas assez épicé. «Des ‘meneurs' ont voulu faire un coup de force. Mais on leur a montré que ce comportement n'avait pas sa place sur le lieu de distribution, qui est un lieu de paix», explique au Figaro Jean-Claude Lenoir, président de l'association Salam qui vient en aide aux migrants. «C'était certes pas très épicé, mais ce n'est pas une raison pour refuser de manger et gâcher toute cette nourriture. C'est inacceptable», poursuit-il. Le repas chaud de lundi soir comprenait de la viande, des légumes et du riz assaisonné de jus de citron frais, avec du pain et une banane. «Habituellement, on met un tas d'épices qui coûtent très cher, mais ils doivent garder les pieds sur terre. Beaucoup de Calaisiens ne mangent pas aussi bien tous les jours», estime Jean-Claude Lenoir. «Je trouve qu'ils sont tout de même un peu trop chouchoutés par moment.»"

Entre 1400 et 1500 migrants clandestins, essentiellement des Erythréens et des Soudanais se trouvent actuellement à Calais dans l'espoir de passer en Grande Bretagne.

Posté le 8 octobre 2014 à 11h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

03 octobre 2014

"Je suis gêné de voir des matchs où l’équipe ne compte pas un seul français"

Non, ce n'est pas la dernière phrase de Jean-Marie Le Pen. C'est du secrétaire d’Etat aux Sports, Thierry Braillard :

«Je suis gêné de voir des matchs où l’équipe ne compte pas un seul français! Ce n’est pas une opinion franchouillarde. Mais à quoi servent les centres de formation si nos jeunes ont l’horizon bouché et partent à l’étranger? Quoi qu’il en soit, le PSG c’est du très beau football.»

Posté le 3 octobre 2014 à 07h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

02 octobre 2014

Des filières d'immigration pour profiter de l'Aide Médicale d'Etat

Le ministre de la Santé Marisol Touraine l’a reconnu devant les sénateurs en début de mois: des étrangers s’organisent par réseaux et filières afin de se faire soigner gratuitement en France et de profiter du système de protection sociale. Des fraudes qui coûtent chères au contribuable. Le Parisien publie aujourd'hui une enquête sur le sujet.

Devant une Commission du Sénat, elle a déclaré :

«C'est incontestable, nous avons constaté en 2013 un fort dépassement par rapport à l'objectif de ces dépenses puisque nous avions prévu une dépense de 588 millions d'euros et que les dépenses constatées seront à l'arrivée de 744 millions d'euros».

L’AME, ou Aide Médicale d’Etat, est destinée aux étrangers en situation clandestine. Marisol Touraine a indiqué sa «préoccupation» face à

«des filières de personnes étrangères venant se faire soigner dans certains hôpitaux français (…) cela amène à la nécessité d'enclencher très rapidement un travail diplomatique de coopération internationale avec les pays d'origine».

Posté le 2 octobre 2014 à 12h30 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

01 octobre 2014

Le déficit public n'est pas assez important

Les crédits alloués à l'aide médicale d'Etat, dispositif qui permet de prendre en charge les soins des étrangers clandestins, seront augmentés de 73 millions d'euros en 2015, selon le projet de loi de financement présenté aujourd'hui.

Et ce, en raison d'une augmentation du nombre des bénéficiaires.

Posté le 1 octobre 2014 à 15h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

24 septembre 2014

Aucun pays ne peut affronter seul les difficultés liées aux migrations

Hier a été publié le message du pape François pour la journée mondiale des migrants et des réfugiés, intitulé "L’Église sans frontières, mère de tous". Extrait :

"Les mouvements migratoires ont cependant pris de telles dimensions que seule une collaboration systématique et effective, impliquant les États et les Organisations internationales, peut être en mesure de les réguler efficacement et de les gérer. En effet, les migrations interpellent chacun, non seulement à cause de l’ampleur du phénomène, mais encore « des problématiques sociale, économique, politique, culturelle et religieuse qu’il soulève, et à cause des défis dramatiques qu’il lance aux communautés nationales et à la communauté internationale» (Benoît XVI, Lett. Enc. Caritas in veritate, 29 juin 2009, n. 62).

Dans l’agenda international, trouvent place de fréquents débats sur l’opportunité, sur les méthodes et sur les règlementations pour affronter le phénomène des migrations. Il y a des organismes et des institutions, aux niveaux international, national et local, qui mettent leur travail et leur énergie au service de ceux qui cherchent par l’émigration une vie meilleure. Malgré leurs généreux et louables efforts, une action plus incisive et efficace est nécessaire, qui s’appuie sur un réseau universel de collaboration, fondé sur la défense de la dignité et de la centralité de chaque personne humaine. De cette manière, la lutte contre le honteux et criminel trafic d’êtres humains, contre la violation des droits fondamentaux, contre toutes les formes de violence, d’oppression et d’esclavage sera plus incisive. Travailler ensemble, cependant, exige réciprocité et synergie, avec disponibilité et confiance, étant entendu qu’« aucun pays ne peut affronter seul les difficultés liées à ce phénomène, qui est si vaste qu’il concerne désormais tous les continents dans le double mouvement d’immigration et d’émigration» (Message pour la Journée Mondiale des Migrants et des Réfugiés 2014).

À la mondialisation du phénomène migratoire, il faut répondre par la mondialisation de la charité et de la coopération, de manière à humaniser les conditions des migrants. En même temps, il faut intensifier les efforts pour créer les conditions aptes à garantir une diminution progressive des causes qui poussent des peuples entiers à laisser leur terre natale, en raison de guerres et de famines, l’une provoquant souvent l’autre.

À la solidarité envers les migrants et les réfugiés, il faut joindre le courage et la créativité nécessaires pour développer au niveau mondial un ordre économico-financier plus juste et équitable uni à un engagement croissant en faveur de la paix, condition indispensable de tout progrès authentique."

Posté le 24 septembre 2014 à 15h23 par Michel Janva | Lien permanent

23 septembre 2014

L'Autriche demande à suspendre les accords de Schengen

Lu ici :

"L'Autriche renvoie actuellement en Italie environ 30 migrants par jour. Les policiers dénoncent : " Au Brenner, la situation devient insoutenable":

L'opération Mare Nostrum et la gestion de l'immigration de la part de l'Italie n'exaspère pas seulement les syndics et gouverneurs italiens. L'Autriche aussi n'en peut plus de voir ce qui se passe à ses frontières. A tel point que le gouvernement autrichien est en pourparlers avec Bruxelles pour suspendre temporairement les accords de Schengen et de réintroduire des contrôles le long de la frontière avec l'Italie. Vienne a fait savoir qu'en 2014 il y a déjà eu 4'700 migrants arrêtés dans le pays et pratiquement tous renvoyés en Italie (une moyenne de 30 personnes par jour). Parmi les personnes arrêtées, seules 300 ont demandé l'asile politique en Autriche.

Le ministre de l'Intérieur Johanna Mikl-Leitner et les  gouverneurs de Salzbourg, Burgenland, de la Basse et Haute Autriche n'excluent pas la réintroduction de contrôles aux frontières (...)"

Posté le 23 septembre 2014 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent

19 septembre 2014

Gad : les illettrés seraient-ils d'origine étrangère ?

Le diagnostic du ministre Macron passe sans doute à côté des causes réelles. Mais comme le dit Yves Daoudal, il vaut mieux être maladroit que raciste... :

"On a pu entendre le délégué FO bafouiller qu’il pouvait y avoir un problème d’illettrisme « pour certains salariés, notamment d'origine étrangère ». Si l’on cherche un peu, on trouve ceci, par exemple :

« Une forte proportion d’ouvriers d’origine étrangère chez Gad aurait aussi pesé sur l’état d’esprit ambiant, chacun demeurant dans l’entre-soi.On ne peut rien leur dire sans être traité de raciste, s’emporte Fabienne. J’ai été harcelée pour faire le ramadan ! Il y a aussi un racisme anti-Blancs.” »
C’était sur le site de Libération, le 28 octobre 2013."

Posté le 19 septembre 2014 à 07h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

15 septembre 2014

« Moi je conseille aux Africains de rester chez eux »

A Lampedusa (Sicile), un immigré clandestin malien, venu via la Libye, est désabusé :

« Moi je conseille aux Africains de rester chez eux et de continuer à espérer et à travailler en Afrique ». «La vraie face de l’Europe ne se dit pas en Afrique. Nous ne voyons que les bons coté à la télévision, la belle vie… », « ma famille ne me croit vraiment pas quand je leur raconte la vraie Europe. » « En Afrique je n’avais pas de boulot fixe mais j’avais la famille ». « Mon vrai pays, mon coeur, mon bonheur, c’est là bas, en Afrique. »

Posté le 15 septembre 2014 à 07h07 par Michel Janva | Lien permanent

11 septembre 2014

Le droit de vote des étrangers c'est maintenant

Ne pouvant introduire le droit de vote des étrangers, puisqu'il faut une révision constitutionnelle, ce qui nécessite l'accord de 3/5e des parlementaires, le PS a décidé de biaiser, via la naturalisation des étrangers.

Selon un amendement au projet de loi sur le vieillissement, déposé par le rapporteur du texte, le député PS de Charente, Martine Pinville, les personnes âgées de 65 ans au moins, résidant régulièrement et habituellement en France depuis au moins 25 ans et qui sont les ascendants directs d'un ressortissant français, pourront demander leyr naturalisation. Cela concerne au moins plusieurs milliers de personnes, mais comme il n'y a eu aucune étude d'impact, cela pourrait concerner beaucoup plus de monde.

Concrètement, les étrangers concernés n'auraient plus qu'à déposer un dossier au préfet de leur département attestant qu'ils réunissent les conditions fixées par la future loi. Et l'administration entérinerait. Et le PS espère retrouver ces naturalisés parmi ses électeurs, aujourd'hui défaillants.

On a compté 70 000 naturalisations l'an dernier. Cet amendement a été adopté hier à l'unanimité (article 28 bis).

Posté le 11 septembre 2014 à 14h39 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

03 septembre 2014

Est-ce raciste de dire que NVB est marocaine et musulmane ?

Extrait de l'article de Minute sur Najat Vallaud-Belkacem, qui fait déjà du bruit :

M"Pour Najat Vallaud-Belkacem, le parcours semble impeccable. Née en 1977 dans un village du Rif marocain, deuxième d’une famille de sept enfants, elle est venue s’installer en France en 1982 pour y rejoindre avec sa famille son père, ouvrier dans le bâtiment, et s’est engagée au PS en 2002 après la qualification de Jean-Marie Le Pen pour le second tour de la présidentielle. Volant de promotion en promotion au sein de la gauche française et des institutions républicaines, la jeune femme se définissait elle-même en avril 2014 dans « La Voix du Nord » comme un « pur produit de la République », exemple d’« intégration heureuse » mais refusant d’être « la caution de la diversité ». Pourtant, dans le même article, elle continuait ainsi : « Que je le veuille ou non, j’ai une responsabilité particulière, avec trois caractéristiques trop rares en politique, à la fois jeune, issue de l’immigration et femme. » [...]

Et s’il y a une identité que Najat Vallaud-Belkacem assume assez bien, c’est sa double nationalité franco-marocaine. Ainsi en 2009, lors d’un « nouvel an berbère » à l’hôtel de ville de Lyon, dans une intervention filmée, elle déclarait très clairement : « J’appartiens à cette culture depuis ma naissance, que j’ai beau avoir changé de pays, m’être installée en France, c’est une culture à laquelle je suis extrêmement attachée, un pays auquel je tiens beaucoup. » On notera la nuance : Najat est « installée » en France mais « appartient » à sa culture berbère marocaine… Et lorsque, en conclusion, le journaliste l’interrogeant lui demande : « Bientôt les Berbères à l’Elysée ? », celle-ci, rigolarde, lui répond : « Inch Allah ». Et oui ! S’il y a bien une spécificité Vallaud-Belkacem, c’est qu’elle est la première musulmane à être ministre de l’Education nationale ! Une musulmane non pratiquante mais de tradition, ce qui ne manque pas de sel pour une femme de gauche : « Je suis croyante. Musulmane par héritage en quelque sorte. C’est une histoire de culture, de tradition, de racines… », déclarait-elle à « La Vie » en mars 2013, ajoutant : « Je n’ai pas réinterrogé cela. Je n’ai pas été une pratiquante régulière. Quand j’étais plus jeune, je me tournais vers Dieu pour l’appeler à l’aide quand un ami était gravement malade ou, plus prosaïquement, pour qu’il m’aide à réussir un examen… » Et quand des musulmans demanderont des aménagements du rythme scolaire durant la période du ramadan, elle sollicitera à nouveau le point de vue d’Allah ?"

Et celui qui dit que je suis Français et catholique est-il aussi un raciste ?

Posté le 3 septembre 2014 à 07h21 par Michel Janva | Lien permanent

02 septembre 2014

"La France ne peut pas accueillir tout le monde"

Michèle Tribalat, qui a mené des recherches sur les questions de l'immigration en France, répond au Figarovox :

"Bernard Cazeneuve, interrogé sur la question migratoire, a répondu qu'il était «agacé par une gauche de posture, qui manque de maturité et qui ne raisonne pas en termes d'efficacité. On peut brandir les grands principes, mais la France ne peut pas accueillir tout le monde». En tant que démographe, cette déclaration vous paraît-elle légitime?

Franchement, il n'est pas nécessaire d'être démographe pour approuver une déclaration de bon sens. Le seul problème réside ici dans le flou de l'expression «tout le monde». Le monde entier ne se précipite pas à nos portes. On est donc conduit à comprendre que la France ne peut pas accueillir tous ceux qui souhaitent y venir, ce qui suppose de dire non à certains d'entre eux. Ce gouvernement, comme d'autres avant lui, doit composer avec des contraintes contradictoires, dont une impatience et même une hostilité de l'opinion publique vis-à-vis de l'immigration étrangère, aggravée en temps de crise, et une mobilisation de politiques, d'intellectuels et d'associations au nom des droits de l'homme.

Nos engagements en matière de droits de l'homme nous obligent à accorder des droits étendus aux étrangers qui limitent grandement ce que peuvent faire les gouvernements. Ces engagements réduisent la marge de manœuvre des pays aussi bien dans que hors Schengen. En outre, bien des aspects de la politique migratoire ont été communautarisés. La Cour de justice européenne veille au respect des directives européennes que nous avons acceptées. La prochaine loi sur l'immigration comporte d'ailleurs un volet sur l'asile qui transpose des directives européennes de 2013. L'immigration étrangère étant désormais fondée sur des droits, toute volonté de la réduire passe par le durcissement des conditions d'exercice de ces droits, sous la surveillance des Cours de justice internes et européennes mais aussi des associations mobilisées en faveur des droits de migrants. Le gouvernement actuel du Royaume-Uni, hors Schengen et non soumis à la plupart des directives européennes sur le sujet, s'est engagé à réduire considérablement l'immigration, ce qu'il n'a pas réussi à faire. Pour l'instant, l'hostilité qui accueille le plan européen proposé par Bernard Cazeneuve concerne surtout le renforcement de Frontex. Attendons-nous à une fronde plus étendue quand l'Assemblée nationale va débattre du prochain projet de loi sur l'entrée et le séjour des étrangers. La mesure qui vise à introduire un titre de séjour d'une durée intermédiaire entre la carte de résident de 10 ans et le titre de séjour d'un an (ou le visa de long séjour valant titre de séjour d'un an) va se trouver prise dans la contradiction évoquée plus haut: jugée laxiste et incitative par une opinion publique exaspérée et probablement par la droite aussi et conspuée par des politiques et des militants de gauche qui ne souhaitent pas, même pour des raisons pragmatiques (accueil décent en préfecture et désengorgement des files d'attente), que l'on revienne sur l'élimination des titres de séjour de durée intermédiaire, consacrée par la loi de 1984. [...]

Le poids démographique de l'immigration reste souvent un impensé politique dont profite depuis 30 ans le Front National. Comment expliquez-vous cet aveuglement?

L'impensé est facilité par le désordre statistique qui favorise l'usage de tel ou tel indicateur, choisi en fonction de ses propres partis pris. Si vous voulez montrer l'inanité des inquiétudes des Français à l'égard de l'immigration vous aurez recours au solde migratoire global de la France, positif mais très faible parce que le départ de plus en plus massif de jeunes Français masque, en partie, l'arrivée conséquente d'étrangers. [...]"

Posté le 2 septembre 2014 à 21h18 par Michel Janva | Lien permanent

31 août 2014

Voilà ce qui nous attend

Extraits du discours de Manuel Valls à La Rochelle :

V

Posté le 31 août 2014 à 15h23 par Michel Janva | Lien permanent

21 août 2014

Une population peut être chassée ou se voir remplacée par une autre

Extrait du discours prononcé par le Général Lalanne-Berdouticq (ancien commandant du 3ème REI (Régiment Étranger d’Infanterie) et ancien chef du BDL (Bureau De Liaison) de la FINUL (Force Intérimaire des Nations Unies au Liban), lors de la clôture d'une récente session de l'IHEDN :

"Méfions-nous du prêt à penser. Il est presque toujours faux et ordonné à des fins peu recommandables.

Non le Kosovo n’est pas meilleur après la campagne qu’y ont conduite les alliés en 1999, montée suite à une incroyable guerre d’intoxication médiatique diabolisant les Serbes et présentant les Albanophones comme des anges persécutés…

Il en résulta la fondation du premier pays presque totalement mafieux du continent européen, dont la population originelle, serbe, a été sans pitié chassée de chez elle dans le silence des médias ; ses monastères détruits et ses maisons incendiées.

Non l’Afrique d’aujourd’hui ne vit pas mieux que du temps de la colonisation, à commencer parce que l’esclavage (personne ne le dit) et les massacres ethniques sont repartis de plus belle et que bien des États officiellement constitués sont en faillite aussi bien financière que politique.

Non la Libye d'aujourd'hui n'est pas meilleure que celle d'hier, puisque au demeurant elle n'existe tout simplement plus, et que son tyran a été remplacé par d'autres, en plus grand nombre.

Non la démocratie occidentale n’est pas applicable à tous les continents et à tous les pays. D’abord parce que ce n’est pas un système unique (voyez comme la nôtre est différente de celle des États-Unis ou d’Israël, ou bien encore de la Grande-Bretagne) ; ensuite parce que ce système politique ne peut s’épanouir qu’au sein de peuples voyant la personne comme un individu et non comme une partie d’un tout (société personnalistes contre sociétés holistiques)…

Dans les grandes questions du monde n’oublions jamais de considérer le paramètre démographique. Il est capital et le silence des médias et des analystes sur ces sujets en dit long sur l’aveuglement – qui ne peut qu’être volontaire – de nos élites autoproclamées.

Ainsi, quel est l’avenir de l’Allemagne, qui aura perdu sept millions d’habitants en 2030 et se verra peuplée en grande partie de ressortissants d’origine turque ? Sera-t-elle-la même ?

On sait que l’islam confond la sphère publique et la sphère privée en refusant absolument de distinguer "Dieu" et "César". Or, cette distinction est à la base même des systèmes démocratiques.

Enfin, oublie-t-on qu’une population peut être chassée de chez elle, ou se voir remplacée par une autre, les autochtones se retrouvant alors comme étrangers sur leur propre sol ?

Sans remonter à la diaspora juive du premier siècle, pensons aux Coptes d’Égypte, aux chrétiens de Turquie et d’Asie (20% de la population en 1900 alors qu’ils sont aujourd’hui 0,02%, soit mille fois moins) ou bien encore aux Serbes du Kosovo, déjà cités (90% de la population en 1900 et moins de 10% aujourd’hui) !

Hors les idéologues, qui peut être assuré qu’en France, nous sommes à l’abri de tels phénomènes ?

Refuser d’examiner la question sous couvert de mots en -isme est singulièrement irresponsable.

Or, entendons nous que l’on pose cette question ? – Non !"

Posté le 21 août 2014 à 08h50 par Michel Janva | Lien permanent

19 août 2014

Des chrétiens persécutés par les musulmans dans les centres d'accueil en Europe

Extrait d'un article traduit par Benoît-et-moi :

"Que se passe-t-il quand un exilé de foi chrétienne, demandeur d'asile en Allemagne, se retrouve dans un centre d'accueil, où se trouvent des réfugiés de toutes les religions? Qu'il devient automatiquement une cible. Et donc une victime, contrainte de subir les attaques, abus, harcèlements et agressions - et pas seulement verbales - de ses «collègues» musulmans. Lesquels ont en commun le sort, mais pas le traitement.

C'est ce que dénonce en termes non équivoques, l'Observatoire Intolerance and Discrimination against Christians in Europe recueillant le témoignages d'un Syrien, Christian Toni (un nom d'emprunt, bien sûr, l'anonymat lui ayant été recommandé pour pour des raisons évidentes de sécurité): «Tout a commencé avec mon fils - se souvient-il - Ils lui ont dit: "Vous êtes chrétiens, des infidèles. Vous mangez du porc, nous ne jouons pas avec toi" ». Son compatriote, Farid (autre nom d'emprunt) lui fait écho: "Nous gardions les enfants sous contrôle de jour comme de nuit. Souvent, ils les battaient. Nous avions peur de perdre notre calme et de réagir à la provocation, mais en fin de compte, cela aurait seulement causé encore plus de problèmes». Souvent, leurs familles subissaient les assauts des musulmans, qui étaient hébergé avec eux au Centre d'accueil.

Encore plus déprimant, le cas d'une famille de réfugiés irakiens, soumis à une action pure et simple demobbing (violence psychologique) dans une structure similaire, en Bavière. Au jardin d'enfants, leur fils a été battu par un Syrien musulman. Puis des menaces de mort leur sont parvenues, répétées pendant plusieurs mois: « Ma femme était enceinte - a dit le chef de la famille - et n'en pouvions plus, de supporter cette situation» . [...]"

Posté le 19 août 2014 à 14h16 par Le Salon Beige | Lien permanent

12 août 2014

Ebola : de nombreux cas en France ?

C'est du moins ce qu'affirme Patrick Balkany au Scan le Figaro. Il refuse de citer ses sources mais affirme qu'il vient d'alerter le ministre des affaires sociales et de la Santé sur les cas de virus Ebola recensés en France.

"J'ai donc demandé dès aujourd'hui au ministre, par une question écrite qui sera publiée au Journal officiel dans les prochains jours, de bien vouloir m'indiquer combien de cas atteints par le virus Ebola avaient, à ce jour, été recensés en France ainsi que leur zone d'importation», écrit-il. «Je lui ai également demandé, au vu de ces cas déclarés en France, qu'une information plus large sur les symptômes de la maladie ainsi que sur la marche en suivre en cas de soupçon d'infection, soit mise en place dans les plus brefs délais», peut-on lire sur le site de Patrick Balkany."

Le ministère de Marisol Touraine affirme qu'à ce jour, aucun cas de contamination par le virus Ebola n'a été recensé en France. Désinformation ?

Posté le 12 août 2014 à 08h59 par Marie Bethanie | Lien permanent

30 juillet 2014

Mesures contre l'immigration en Grande-Bretagne

CLe Premier ministre britannique David Cameron a annoncé une série de mesures pour réduire l'immigration légale et illégale :

"Nous voulons un système d'immigration qui bénéficie d'abord à la Grande-Bretagne et donc ce que nous mettons en place aujourd'hui, c'est une série de changements qui dit aux gens: si vous venez ici illégalement, il sera plus difficile pour vous d'avoir une maison, une voiture, un travail, un compte bancaire". "Et lorsque nous vous trouverons - et nous vous trouverons - nous nous assurerons que vous serez renvoyés dans votre pays".

Parmi les mesures annoncées pour le mois de novembre figure une limitation des allocations chômage et familiales à 3 mois maximum, contre 6 mois aujourd'hui, pour les immigrants issus de l'Union européenne.

Posté le 30 juillet 2014 à 08h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

28 juillet 2014

Vers une doctrine sur l’immigration

Le R&N organise en ce moment une controverse sur l'immigration. C'est à suivre ici.

Posté le 28 juillet 2014 à 15h56 par Michel Janva | Lien permanent

27 juillet 2014

Immigration : les services s'inquiètent

Lu ici :

"La prévision des services secrets est que à cause de l’impuissance des hommes politiques  « d’être certains et fiables » à pouvoir maintenir valides les pactes établis entre notre Pays et la Libye, le phénomène va prendre des formes plus structurées. Ce n’est pas tout, le trafic de clandestins et la nécessité de contrôler le territoire à cette fin favorisent le trafic de drogue, d’armes et la contrebande. [...]

Cet exode pourrait compromettre l’intégration des étrangers en développant l’agrandissement des ghettos « ethniques », et en exposant les migrants à prostitution et travail noir ou à l’enrôlement dans le milieu organisé, intéressée à « intercepter les demandes de quelques entrepreneurs » méridionaux pour le travail dans les champs.

Finalement l’invasion peut rendre difficile les procédés d’identification des nouveaux venus en permettant de faire entrer dans nos frontières nationales des « criminels ou des terroristes djihadistes. » Nos gouvernants sont avertis."

Posté le 27 juillet 2014 à 19h27 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > France : Politique en France , Immigration

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Politique en France , Immigration