13 décembre 2017

Curieux paradoxe que de vouloir vivre dans un pays qui les a tant oppressés …

Lu dans Minute :

M

Posté le 13 décembre 2017 à 08h20 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

12 décembre 2017

13 décembre : conférence de Laurent Dandrieu à Bordeaux

D

Posté le 12 décembre 2017 à 17h55 par Michel Janva | Lien permanent

2 femmes agressées à la sortie de la messe à Lyon, par des clandestins

0

Posté le 12 décembre 2017 à 12h32 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

11 décembre 2017

La République Tchèque ne veut pas d'immigrés

TAndrej Babiš, le nouveau Premier ministre tchèque a répété qu’il n’y aurait pas de migrants dans son pays. Evoquant la procédure engagée par la Commission européenne devant la Cour de Justice de l’UE, il a déclaré :

« La Commission peut retirer les charges à tout moment. Nous devons négocier sur ce sujet, et offrir différents modèles, comme garder les frontières ou aider les autres pays. Mais nous ne voulons aucun réfugié. » « L’UE doit comprendre que si elle n’écoute pas nos propositions, alors l’influence de partis extrémistes comme l’AfD ou le SPD va grandir, dont la stratégie est de détruire l’UE. »

Le SPD tchèque, Liberté et Démocratie directe, est un nouveau parti nationaliste, qui a obtenu plus de 10% des voix et 22 sièges.

Andrej Babiš est tout autant contre l’euro que contre la politique migratoire de l’UE, et contre la bureaucratie bruxelloise.... Et pour une Europe des nations comme ses confrères du groupe de Visegrad.

Posté le 11 décembre 2017 à 17h20 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

Le préfet du Var impose l'installation d'immigrés dans une commune FN

LLa préfecture du Var a informé le Maire FN du Luc en Provence, qu'une trentaine d'immigrés, exclusivement des hommes (!), devraient être installés au foyer API (quartier des Retrâches), dans le courant du mois de janvier 2018. Des habitants ont donc lancé une pétition pour s'opposer à cette immigration subie :

"Considérant que la France n'a pas à accueillir des dizaines de milliers de migrants, qui sont en réalité des clandestins entrés illégalement sur le territoire national,

Considérant que la ville du Luc en Provence connaît depuis de nombreuses années une situation socio-économique difficile, qui pourrait être aggravée par l'arrivée de "migrants",

Considérant que le lieu choisi pour les accueillir est un quartier difficile, où la venue de "migrants" pourrait engendrer des dérapages incontrôlables,

Considérant que la brigade de gendarmerie locale est en sous-effectifs,

Pour toutes ces raisons, nous, citoyens du Luc en Provence, refusons que notre ville serve de souffre douleur à la politique irresponsable de l'Etat, en se voyant imposer la venue de migrants."

Posté le 11 décembre 2017 à 11h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

06 décembre 2017

Vidéo sur l’immigration du gouvernement polonais

Traduction :

Le gouvernement PiS s’est retiré de la décision nuisible du gouvernement PO-PSL de faire venir des immigrants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord en Pologne. Nous avons été les premiers à dire que tous les immigrants ne sont pas des réfugiés, mais seulement quelques-uns fuient la guerre et la terreur. Deux ans après l’opposition du gouvernement polonais à l’admission des immigrants illégaux, les dirigeants européens commencent à comprendre l’absurde politique de réinstallation forcée des réfugiés.

Posté le 6 décembre 2017 à 22h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

05 décembre 2017

L'immigrationnisme des libéraux a pour origine leur conception individualiste de la société

Robert Skidelsky, professeur émérite d'économie politique à l'université de Warwick, publie une analyse dans Les Echos

Images-11"La sociologie, l'anthropologie et l'histoire ont apporté d'importantes avancées au débat sur l'immigration. Elles permettent notamment d'affirmer que l'hostilité à l'égard de l'immigration de masse ne peut être réduite à une protestation contre les pertes d'emplois, la baisse des salaires et les inégalités croissantes. L'économie a certainement joué un rôle dans la montée de la politique d'identité, mais la crise d'identité ne sera pas simplement effacée par des réformes économiques. Le bien-être économique n'est pas la même chose que le bien-être social.

Commençons malgré tout par l'économie, en utilisant le Royaume-Uni, qui s'apprête à sortir de l'UE, comme un cas d'espèce. Entre 1991 et 2013, il y a eu un afflux net de 4,9 millions de migrants nés à l'étranger en Grande-Bretagne. La théorie économique nous dit que l'immigration nette, comme le libre-échange, ne profite à la population autochtone qu'avec un certain retard. L'argument ici est que si l'on augmente la quantité de main-d'oeuvre, son prix (les salaires) baisse. Cela permet d'augmenter les bénéfices. L'augmentation des bénéfices conduit à davantage d'investissements, qui vont augmenter la demande de main-d'oeuvre, ce qui va renverser la première tendance à la baisse des salaires. L'immigration permet ainsi à une population plus nombreuse de jouir du même niveau de vie que la population moins nombreuse dans la situation précédente, d'où une nette amélioration du bien-être total.

Une étude récente de l'économiste de l'université de Cambridge Robert Rowthorn a toutefois montré que cet argument comporte de nombreuses lacunes. Les prétendus effets temporaires en termes de travailleurs autochtones déplacés et de salaires plus bas peuvent durer cinq ou dix ans, alors que les effets bénéfiques supposent une absence de récession. Et même sans récession, s'il y a un afflux de migrants, plutôt qu'une augmentation exceptionnelle de la taille de la main-d'oeuvre, la demande de main-d'oeuvre peut constamment être en retard sur la croissance de l'offre. La « thèse selon laquelle les migrants occupent les emplois de travailleurs locaux et poussent leurs salaires vers le bas est peut-être exagérée, dit Rowthorn, mais elle n'est pas toujours fausse ».

Un deuxième argument économique est que l'immigration va rajeunir la main-d'oeuvre et va stabiliser les finances publiques, parce que les jeunes travailleurs importés vont générer les impôts nécessaires pour financer un nombre croissant de retraités. La population britannique devrait dépasser les 70 millions d'habitants avant la fin de la prochaine décennie, soit une augmentation de 3,6 millions, ou 5,5 %, en raison de l'immigration nette et de l'excédent des naissances sur les décès parmi les nouveaux venus. Rowthorn rejette cet argument. « Pour maintenir une fois pour toutes une réduction du taux de dépendance, il faut un flux incessant de migrants. Une fois que l'afflux s'arrête, la structure des âges revient à sa trajectoire d'origine. » Ainsi, même avec des résultats optimaux comme l'évitement de la récession, les arguments économiques en faveur de l'immigration à grande échelle ne sont guère concluants. Ainsi le noeud de la question est vraiment son impact social. 

David Goodhart, ancien rédacteur en chef de la revue « Prospect », a plaidé en faveur de la restriction d'un point de vue social-démocrate. Il tient pour acquis que la plupart des gens préfèrent vivre avec leurs semblables et que les décideurs doivent prêter attention à cette préférence. Une attitude de laisser-faire quant à la composition de la population d'un pays est aussi intenable que l'indifférence quant à sa taille. Pour Goodhart, l'origine de l'hostilité des libéraux à propos des contrôles migratoires est leur conception individualiste de la société. À défaut de comprendre l'attachement du peuple à des communautés sédentaires, ils taxent l'hostilité à l'égard de l'immigration de réaction irrationnelle ou raciste.

Un afflux trop rapide de migrants affaiblit les liens de solidarité et érode à long terme les liens affectifs nécessaires pour maintenir l'Etat providence. « Les gens préféreront toujours leur propre famille et leur propre communauté, affirme Goodhart, c'est la tâche d'un libéralisme réaliste de s'efforcer d'obtenir une définition de la communauté suffisamment large pour inclure les personnes de différentes origines, sans être trop large au point de perdre toute signification. » Les libéraux économiques et politiques sont associés dans la défense d'une immigration sans restriction. Les libéraux économiques considèrent les frontières nationales comme des obstacles irrationnels à l'intégration mondiale des marchés. De nombreux partis politiques libéraux considèrent les Etats-nations et les loyautés qu'ils inspirent comme des obstacles à l'intégration politique plus large de l'humanité.

Sur ce point se joue le plus vieux débat des sciences sociales. Les collectivités peuvent-elles être créées par la politique et les marchés, ou bien est-ce qu'elles présupposent un sentiment d'appartenance ? Il me semble que quiconque réfléchit à ces questions est forcé d'accepter avec Goodhart que la citoyenneté, pour la plupart des gens, est une chose dans laquelle ils sont nés. Si la composition d'une communauté se modifie trop rapidement, cela arrache les gens à leur propre histoire, en en faisant des déracinés. L'anxiété des libéraux de ne pas passer pour des racistes leur cache ces vérités. Une explosion de ce que l'on appelle actuellement le populisme est une conséquence inévitable.

La conclusion politique à tirer est banale, mais il est bon de la rappeler. La tolérance d'un peuple au changement et à l'adaptation ne doit pas être étendue au-delà de ses limites. Plus précisément, l'immigration ne doit pas être poussée trop loin, parce qu'elle déclenchera à coup sûr l'hostilité."

Posté le 5 décembre 2017 à 21h33 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

04 décembre 2017

Les Etats-Unis se retirent du Pacte mondial sur la migration

DQFZSKNXkAUm284C'est le nouvel acte politiquement incorrect de Donald Trump

«La mission américaine auprès de l'ONU a informé son secrétaire général que les Etats-Unis mettaient fin à leur participation au Pacte mondial sur la migration».

«L'Amérique est fière de son héritage en matière d'immigration et de son leadership dans le soutien aux populations migrantes et réfugiées à travers le monde». «[Mais] l'approche mondiale de la Déclaration de New York est incompatible avec la souveraineté américaine.»

En septembre 2016, les 193 membres de l'Assemblée générale de l'ONU avaient adopté à l'unanimité un texte appelé Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants, visant à améliorer à l'avenir leur gestion internationale (accueil, aide aux retour...). Sur la base de cette Déclaration, le Haut commissaire aux Réfugiés a été mandaté pour proposer un Pacte mondial sur les migrants et réfugiés dans son rapport annuel à l'Assemblée générale en 2018. Ce Pacte est censé reposer sur deux axes : définition d'un cadre des réponses à apporter à la problématique et programme d'actions. Le retrait américain intervient alors que le Conseil de sécurité de l'ONU a multiplié en novembre les réunions sur la question migratoire.

Après son retrait de l'Accord de Paris (2015) visant à limiter le réchauffement climatique de la planète, les Etats-Unis avaient également décidé de se retirer de l'Unesco.

Posté le 4 décembre 2017 à 08h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

02 décembre 2017

13 décembre : conférence de Laurent Dandrieu à Bordeaux

Affiche définitive Dandrieu Bordeaux

Posté le 2 décembre 2017 à 19h12 par Michel Janva | Lien permanent

01 décembre 2017

Immigration : selon le cardinal Sarah, la Pologne montre le chemin

Capture d’écran 2017-12-01 à 08.40.14Le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte divin, prononçait une conférence en anglais sur l’Europe, le 22 octobre à Varsovie, invité par le mouvement Europa Christi. Son conférence a été traduite en français dans le numéro de décembre de La Nef. Extrait :

Capture d’écran 2017-12-01 à 08.36.53 Capture d’écran 2017-12-01 à 08.37.10 Capture d’écran 2017-12-01 à 08.37.31

Posté le 1 décembre 2017 à 08h42 par Michel Janva | Lien permanent

30 novembre 2017

Le Grand Remplacement n'existe pas mais la proportion de musulmans en France pourrait atteindre 18% en 2050

... selon une étude américaine :

"Selon une étude du Pew Research Center publiée jeudi, la population musulmane en Europe va croître d'ici à 2050, même si l'immigration est nulle. La communauté musulmane représentait en 2016 4,9 % des habitants des 28 pays membres de l'Union européenne (Royaume-Uni compris), mais aussi la Norvège et la Suisse. En se basant sur trois scénarios, l'institut américain indépendant, reconnu pour ses recherches en matière de démographie religieuse, estime que les musulmans pourraient représenter entre 7,4 et 14 % de la population européenne à l'horizon 2050 (...)

Les musulmans de France, évalués par Pew à 5,7 millions en 2016 (8,8 % de la population), continueraient de former la première communauté musulmane d'Europe dans l'hypothèse d'une « immigration zéro » (8,6 millions, 12,7 %). Ils seraient 12,6 millions (17,4 %) avec le scénario médian et 13,2 millions (18 %) dans l'hypothèse d'une forte immigration (...)"

Et qui est assez naïf pour croire à l'immigration zéro ?

Posté le 30 novembre 2017 à 22h19 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (1)

Voici la carte du grand remplacement qui n'existe pas

0L'étude estime à 53% le taux de musulmans parmi les migrants arrivés en Europe entre 2010 et 2016. Pour la France, Pew Research Center estime que les musulmans représentent actuellement 8,8 % de la population – une légère hausse comparée aux 7,5 % de sa précédente étude, en 2011. En fonction de l’importance de l’immigration, l’étude prévoit un chiffre compris entre 12,7 et 18 % en 2050, soit un nombre total de musulmans allant de 8,6 à 13,2 millions dans l’Hexagone.

Posté le 30 novembre 2017 à 10h52 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

24 novembre 2017

25 novembre : dîner-débat à Dax avec Laurent Dandrieu

Samedi 25 novembre Diner - Conférence Débat à 20h au restaurant La Cidrerie, à Angoumé, à 10-15mn de Dax, direction Bayonne.

Places limitées (Entrée Diner 20€) Inscriptions obligatoires à cercledelaprovidence@yahoo.fr

D

Posté le 24 novembre 2017 à 11h10 par Michel Janva | Lien permanent

Les antifas ont fait la publicité de la conférence de Le Gallou sur la tyrannique médiatique

Thumbnail-12

Barbara Mazières, vous êtes présidente du cercle Anjou Conférences, qui organise régulièrement des conférences à ANGERS sur des sujets historiques, culturels, sociaux. Vous êtes menacée par un groupe d’ANTIFA dont la demande d’interdiction de votre prochaine conférence a été curieusement relayée par la presse locale. Cela vous inquiète-t-il ?

Non, nous n’avons pas l’habitude de céder aux provocations des groupuscules d’ultra-gauche. La force doit rester au droit. Nous allons d’ailleurs probablement déposer plainte pour diffamation publique, mais ce n’est pas ma priorité. Ces groupuscules ne sont que les supplétifs d’un système qui semble prendre peur. En effet, je ne crois pas que les relais complaisants dont ont pu profiter ces groupes extrémistes dans la presse subventionnée soit le fruit du hasard. Je pense que nos actions dérangent certains politiques locaux. Il n’y a pas de hasard quand deux journalistes, de deux journaux différents, vous posent des questions similaires le même jour et produisent des articles quasi copiés collés. Il n’y a pas de hasard, quand la presse crée elle-même un évènement qui s’apparente à une tentative d’intimidation. Cela sent la commande à plein nez ! Rien d’étonnant avec une presse servile qui ne survit que par les subventions. Nos impôts la financent. Il faudrait d’ailleurs que cela cesse. Il faut une presse libre et indépendante financièrement.

Ceci dit, ils ont réussi à nous faire de la publicité tout en illustrant à merveille le thème de notre prochaine conférence « La tyrannie médiatique » qui sera donnée le 24 novembre par Jean Yves Le Gallou à Angers. Le danger est clair. Ce que cherchent nos ennemis, c’est à nous faire taire. La presse, aux ordres du pouvoir, tente d’empêcher toute union des droites. Or, avec nos conférences, nous permettons à l’ensemble des droites de se côtoyer, de se connaître et de s’apprécier. Ils y voient un danger , ils veulent nous faire taire. La manipulation des groupuscules par le système en place est un classique.

Vous êtes qualifiée d’extrême droite ?

Vous savez, il suffit d’aller voir sur le site de ce groupuscule « antifa » pour voir que de Sens Commun au FN, de LMPT aux Identitaires, tous sont mis dans le même sac et qualifiés d’extrême droite. Pour eux tout ce qui n’est pas de gauche est d’extrême droite. Cela ne me fait ni chaud ni froid de savoir ce que pense de moi des jeunes bourgeois qui se font peurs en jouant aux révolutionnaires… Ces gens rêvent d’un totalitarisme quand nous voulons la liberté : liberté d’expression, liberté de penser. Nous ne céderons jamais. 100 ans d’abominations communistes nous enseignent sur l’ignominie que représente l’idéologie totalitaire de ces gens-là, nous les combattrons…. Ce qui est plus inquiétant, c’est que ces groupuscules soient si bien relayés par la presse. Le but est de faire taire les dissidents. Le totalitarisme est réellement En Marche dans notre pays.

Quelles sont les prochaines réunions de votre association ?

Une conférence de Philippe de Cathelineau sur la Vendée en décembre, une table ronde sur le sujet décisif de la « Filiation de Genre, PMA / GPA » en janvier et une conférence sur l’islamisation en février.

Posté le 24 novembre 2017 à 08h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

23 novembre 2017

75000 immigrés expulsables sont restés en France en 2016

7Un rapport du Sénat indique que 92 076 mesures d'éloignement ont été prononcées en 2016 et seules 18% d'entre elles ont été réellement exécutées, soit par un éloignement spontané, soit par un éloignement aidé, soit par un éloignement forcé.

Pour cette seule année 2016, 75 587 personnes se sont maintenues sur le territoire français malgré la mesure d'éloignement prononcée à leur encontre.

Les éloignements forcés sont passés de 15 458 en 2015 (soit 17,40% des mesures d'éloignement prononcées) à 12 961 en 2016 (soit 14,08% des mesures d'éloignement prononcées).

Depuis 2016, le juge des libertés et de la détention n'intervient plus après cinq jours de rétention mais après 48 heures. Dans les faits, les services de l'État n'ont pas suffisamment de temps pour constituer un dossier étayé, ce qui conduit souvent le juge à prononcer la fin de la rétention. Ainsi, en 2017, 19,30 % étrangers placés en Centre de rétention administrative (CRA) ont été libérés dès les quarante-huit premières heures de rétention, alors qu'en 2016 seuls 6,35 % des retenus avaient été libérés pendant les soixante-douze premières heures de rétention. La justice libère trois fois plus qu'avant/

Par ailleurs, 62 % des étrangers interpellés par la direction centrale de la police aux frontières (DCPAF) refusent que leurs empreintes soient recueillies...

Posté le 23 novembre 2017 à 12h36 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

A quoi sert la pseudo-révélation sur l'esclavage en Libye ?

Réponse de Réinformation.tv :

Unknown-12"[...] Le fait qu’elle soit passée par CNN, l’un des principaux vecteurs de la propagande mondialiste, est déjà un signal d’alerte. Le contexte nous raconte la suite. L’Europe, ses votes le montrent, en Allemagne et en Autriche notamment, ne croit plus à la propagande mondialiste sur les migrants. Elle sait, par des statistiques officielles que les demandeurs d’asile ne sont pas en majorité des réfugiés mais des immigrés clandestins pour raisons économiques. Elle a vu, notamment à Cologne, les ravages qu’ils commettent, en particulier sexuels. Aussi, de même que l’affaire Weinstein a servi de diversion aux viols massifs commis par les migrants, de même la belle histoire de l’esclavage en Libye a pour objectif de faire pleurer Margot pour que l’Europe ouvre à nouveau ses portes et son portefeuille.

Les médias ne laissent nul doute à cet égard. RFI résume leur argumentaire avec clarté. « La route d’Afrique du Nord est infernale depuis bien longtemps pour ceux qui cherchent à fuir vers l’Europe ». Dans le Sinaï les Egyptiens se livrent à des « prises d’otages d’Ethiopiens et d’Erythréens », en Libye, les migrants africains étaient « enfermés dans les prisons de Kadhafi » et forcés à racheter « leur liberté en travaillant pour leurs gardiens ». L’esclavage lui-même était documenté « depuis des années » par les ONG et les journalistes. Alors, comment se présente le problème ? « On connaît les causes de départ : la misère, l’oppression, les conflits, le dérèglement climatique, et parfois aussi la pression sociale de familles qui ont besoin d’argent ». A l’arrivée, il y a l’Europe « où les électeurs élisent majoritairement des gouvernements qui défendent une solution drastique, des contrôles sévères des frontières, et donc la politique de sous-traitance sécuritaire appliquée, par ricochet, par l’Union européenne ».

On s’amusera des termes « solution drastique », « contrôles sévères », qui révèlent l’idéologie immigrationniste et mondialiste de l’analyse, et on relèvera avec d’autant plus d’attention l’aveu qu’elle fait d’une migration principalement économique. Mais poursuivons-en l’exposé. Elle dénonce les mafias et « bandes armées » qui font « beaucoup d’argent » avec le trafic des migrants et l’esclavage, et elle en donne l’identité : il s’agit « d’anciens « révolutionnaires » anti-kadhafistes » qui ont géré « jusqu’à l’été dernier » le trafic des canots pneumatiques lancés vers l’Europe.

Ce serait, d’après RFI « cette même milice qui est désormais payée pour faire empêcher les migrants de prendre la mer » au nom du « rétablissement de l’ordre et de la lutte contre le crime ». A cause de l’accord « assez opaque » passé entre l’Italie et plusieurs groupes opérant en Libye, « la route de la mer étant fermée à la demande pressante de l’Union européenne, de plus en plus d’exilés se retrouvent coincés » sur le territoires des tribus.

Cela revient à dire que l’Europe est deux fois responsable de l’esclavage qui sévit en Libye : par le désordre qu’elle a semé là-bas, par ses velléités de fermer ses frontières au flot des migrants. La conclusion coule de source. L’Europe doit réparer deux fois : en rouvrant ses frontières aux migrants sans le moindre frein (malgré les « électeurs » qui poussent à des contrôles sévères aux frontières), et peut-être en intervenant directement en Libye.

L’argument, et le terme « coincés » sont repris par la presse populaire. Il est frappant que ne sont pas du tout évoqués, dans le parcours des migrants ni dans la chaîne des responsabilités, les ONG en cheville avec les passeurs. N’est pas évoquée non plus la politique migratoire de l’Europe, ses lois sociales qui agissent sur les migrants économiques comme des pompes aspirantes. Ni les rapports de l’ONU recommandant l’importation de dizaines de millions de migrants serfs en Europe. Toute la rhétorique employée cache la réalité des responsabilités et vise à faire honte aux peuples d’Europe de leur seule volonté de se défendre contre l’invasion en cours. [...]"

Posté le 23 novembre 2017 à 09h00 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (23)

21 novembre 2017

"Je ne peux pas donner des papiers à tous les gens qui n'en ont pas"

Interpellé ce mardi par une femme originaire du Maroc lui réclamant des papiers, Emmanuel Macron lui a conseillé de retourner dans son pays, si elle y est en sécurité :

La mauvaise passe d'Angela Merkel après son accueil de millions d'immigrés commencerait-elle à avoir ses effets sur nos dirigeants ?

Posté le 21 novembre 2017 à 21h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

20 novembre 2017

L'immigration, cause de l'échec des négociations pour former un gouvernement en Allemagne

Unknown-4Sans majorité pour gouverner, la chancelière allemande a déploré l'échec des tractations pour former un nouveau gouvernement, plongeant le pays dans la crise. Les libéraux du FDP ont constaté l'échec des discussions pour parvenir à un accord entre la CDU/CSU, les Verts et eux-mêmes. Mal réélue le 24 septembre avec seulement 32,9%, soit le plus mauvais résultat de la CDU depuis 1949, Angela Merkel a désormais peu d'options devant elle. Il ne reste qu'une seule solution probable: l'organisation à moyen terme de nouvelles élections.

Les partis n'ont pas réussi à s'entendre sur deux sujets hautement symboliques: l'immigration et l'énergie. L'intransigeance des conservateurs sur l'immigration, décidés à prolonger la suspension du regroupement familial, et le refus des écologistes d'accepter leur position minoritaire sur ce sujet ont cristallisé les débats. Un même bras de fer s'est déroulé sur la question de la production d'énergie fossile et la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Sur ces deux points, c'est le bilan d'Angela Merkel, chancelière du tournant énergétique en 2011 et chancelière des réfugiés en 2015, qui s'est trouvé au centre des crispations. Elle est tenue pour responsable de la percée des populistes de l'AfD, qui ont obtenu 12,6% aux élections de septembre. 

Posté le 20 novembre 2017 à 08h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

15 novembre 2017

Près de 90% des 18-24 ans comptent voter pour des partis anti-immigration aux prochaines élections

en Hongrie

Posté le 15 novembre 2017 à 23h03 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

Lettre ouverte au Premier ministre : Il faut un moratoire sur l'immigration

Posté le 15 novembre 2017 à 17h03 par Michel Janva | Lien permanent

Le meilleur hommage à rendre aux victimes est de prendre les mesures qui s’imposent

Nicolas Dupont-Aignan fait part de son mécontentement devant les commémorations du 13 novembre au micro de Boulevard Voltaire.

"Le meilleur hommage qu’on puisse rendre aujourd’hui aux victimes est de prendre les mesures qui s’imposent pour qu’il n’y ait plus de nouvel attentat. A ce titre, il y a plusieurs défis. Comment empêcher les djihadistes de revenir en France? Ce n’est pas fait! Comment donner des moyens à nos forces armées? Ce n’est pas fait! Comment faire en sorte que nos prisons ne soient pas gangrenées par l’islamisme? Ce n’est pas fait ! Comment revoir le fonctionnement judiciaire? Je veux bien qu’il y ait des commémorations. C’est normal. Je comprends l’émotion des familles et des Français. Mais je ne veux pas de commémorations pour tout mettre sous le tapis et ne pas prendre les mesures qui protègent les Français."

Posté le 15 novembre 2017 à 08h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

14 novembre 2017

Nouvelle hausse du budget de l'Aide médicale d'Etat

Unknown-4Pour l'année prochaine, le montant programmé pour l'aide médicale d'Etat, instaurée en 2000 pour les étrangers sans papiers résidant en France depuis plus de trois mois qui en font la demande, est de 882 millions d'euros contre 815 millions en 2017.

Le nombre de bénéficiaires de l’AME a connu un léger infléchissement en 2016, avec 311 310 personnes en fin d'année, et semble se confirmer en 2017. Julien Aubert (LR) a dénoncé cette "générosité", pour des immigrés ayant assez d'argent pour "s'acheter un portable", "incompréhensible pour les Français qui économisent quelques euros".

Emmanuelle Ménard ajoute que l'AME, "en roue libre" et "payée par ceux qui travaillent pour ceux qui non seulement ne travaillent pas mais sont en situation irrégulière", doit aussi être fortement réduite.

Capture d’écran 2017-11-14 à 07.19.19

Posté le 14 novembre 2017 à 08h08 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

09 novembre 2017

Mineurs étrangers : à 95 %, il s’agit de garçons

MPour l'immigration, pas de parité :

"Selon un rapport sénatorial présenté fin juin, les mineurs non accompagnés (dénomination officielle pour les enfants et adolescents étrangers arrivés seuls en France) devraient être 25 000 à la fin de l’année. En 2010, ils étaient 4 000. Et en 2005, un rapport de l’Igas (Inspection générale des Affaires sociales) notait déjà que l’accueil des mineurs étrangers « se diffusait progressivement à l’ensemble du territoire ».

À 95 %, il s’agit de garçons. L’an dernier, près de 60 % d’entre eux avaient 16-17 ans. Les moins de 13 ans représentaient à peine 2 %"

Posté le 9 novembre 2017 à 12h14 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

08 novembre 2017

L'émigration pèse lourdement sur les perspectives de développement des pays d'Afrique

Exemple avec la Gambie :

G"« Le nombre de migrants en provenance de Gambie et des autres pays d’Afrique de l’Ouest pèse lourdement sur les perspectives de développement des pays, estime Ada Lekoetje, la coordinatrice résidente des Nations unies à Banjul. Dans certaines régions, presque tous les jeunes ont disparu. Avec l’exode, la main-d’œuvre nécessaire dans le secteur agricole vient à manquer. »

La Gambie, 2 millions d’habitants, est le plus petit pays d’Afrique continentale. Cela ne l’empêche pas d’être dans les cinq principaux pourvoyeurs de migrants du continent. Au cours des six premiers mois de cette année, 4 920 Gambiens ont atteint l’Italie, de loin le nombre le plus élevé rapporté au nombre d’habitants du pays d’origine. Ces dix dernières années, les transferts d’argent des migrants ont été multipliés par quatre pour représenter aujourd’hui 22 % du PIB gambien, selon les estimations de la Banque mondiale. A titre de comparaison, l’ensemble du secteur agricole, qui occupe 70 % de la population, représente 30 % du PIB.

Les difficultés économiques sont le principal moteur de la migration. « Mais c’est aussi une attitude », déclare la coordinatrice de l’ONU. Un point de vue partagé par les économistes et les ONG. « Dans ce pays, les migrants ont remplacé les médecins et les avocats comme modèles, regrette Omar Badjie, le directeur gambien d’ActionAid, une ONG de développement. Même les gens qui ont un bon emploi s’en vont : enseignants, soldats, policiers, fonctionnaires. Ils démissionnent et disparaissent, tout simplement. »

Ada Lekoetje estime que, pendant longtemps, les récits migratoires qui revenaient aux oreilles des Gambiens ne faisaient état que des succès. « Nous devons raconter toutes les histoires, affirme la coordinatrice de l’ONU. Parler aussi des 90 % ou plus qui tombent dans la misère une fois en Europe, ou qui n’y arrivent jamais. » [...]"

Posté le 8 novembre 2017 à 13h32 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

06 novembre 2017

L'immigration selon le Curé Enragé

Posté le 6 novembre 2017 à 14h23 par Michel Janva | Lien permanent

03 novembre 2017

Mgr Liberati : "L’Islam nous conquerra, et c’est uniquement de notre faute"

Monseigneur Carlo Liberati, archevêque et prélat émérite de Pompéi, a déclaré dans les colonnes du magazine La Fede Quotidiana :

Unknown-33L’Islam nous conquerra, et c’est uniquement de notre faute". La faute à ce mode vie des européens“ dans lequel c’est “comme si Dieu n’existait pas”, avec ce “sécularisme et ce relativisme qui avancent“: “La foi faible favorise l’Islam“.

“Dans leur vision du monde, qui de toute évidence ne peut être acceptée, ils croient, ils sont cohérents, et ils prient. Et cette situation de décadence morale de l’Occident les rend alors plus forts et déterminés. L’avancée de l’Islam est également la responsabilité de nous les chrétiens. Nous assistons à un lent processus d’islamisation de notre monde et je crains que, grâce à la démographie, ils seront tôt ou tard la majorité“.

“Je pense que, s’ils deviennent la majorité, les choses deviendront très dangereuses. L’histoire du monde nous enseigne que l’Islam a toujours cherché à soumettre l’Occident et à l’attaquer. La bataille de Lépante n’est qu’un exemple. J’espère que l’Occident saura réagir à cette offensive islamique dont la religion est la motivation“.

“Ils veulent des droits ? Bien, mais il existe des devoirs. Je ne me sens pas esclave de l’Islam et je demande au moins la même dignité. Ils se croient supérieurs par nature et du fait de cette attitude ils veulent commander, ils sont tellement arrogants“.

Posté le 3 novembre 2017 à 08h54 par Michel Janva | Lien permanent

Les autorités allemandes ont perdu la trace de 30 000 demandeurs d'asile

Images-7Ces immigrés déboutés de leur demande d'asile auraient dû être expulsés du territoire en décembre 2016 mais personne n'a pu vérifier si cela avait été fait car ils avaient déjà quitté ou disparu sans en informer les autorités compétentes, selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur.

D'après l'office fédéral de la statistique, le nombre de demandeurs d'asile a doublé depuis 2014 pour atteindre 1,6 million à la fin de l'année 2016, soit une hausse de 113% en deux ans. Cela représente 16% de la population étrangère du pays.Environ 158 000 immigrés ont été déboutés de leur demande d'asile.

Posté le 3 novembre 2017 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

02 novembre 2017

Pour Jacques Attali il faut plus d'immigration

Interrogé dans la presse suisse il y a quelques jours, Jacques Attali vante l'immigration :

A"L’immigration a tendance à diviser l’Europe. L’Europe doit-elle accueillir des migrants?

Malheureusement, tous les pays européens sont d’accord pour contenir l’immigration, et même la réduire. Mais regardons les chiffres: nous sommes 600 millions d’habitants en Europe et nous parlons d’accueillir 200 000 migrants par an. En trois ans, cela ferait 600 000, soit 1 pour mille de la population de l’Europe. Vous vous rendez compte? 1 pour mille! Ce n’est pas assez. Nous sommes capables d’en accueillir bien plus. Le Liban doit se débrouiller avec 25% de migrants syriens. L’Europe est aussi confrontée à un effondrement démographique. Et l’accueil des réfugiés fait partie de ses valeurs.

N’existe-t-il pas un décalage entre vos espoirs et les politiques des pays européens? Et puis l’Europe se met-elle en danger en voulant contenir l’immigration?

Non, elle se protège. Mais trop, à mon avis. Je sais que je suis très isolé face à ce consensus européen. Mais c’est honteux de ne pas accueillir tous ces gens dignes, magnifiques, souvent bien formés, jeunes, pleins de dynamisme."

Pleins de dynamisme... les policiers des cités ne disent pas le contraire...

Posté le 2 novembre 2017 à 14h59 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (47)

30 octobre 2017

Suisse : nouvelle initiative anti-immigration de l'UDC

Unknown-20D’ici à deux mois, l’UDC va lancer une nouvelle initiative populaire sur le contrôle de l’immigration. Après de longs mois de discussion, et l’étude de plusieurs variantes, le texte final a été approuvé vendredi par le comité du parti.

Il ne s’agit plus de renégocier l’accord de libre circulation des personnes, mais de l’abroger. Le Conseil fédéral a douze mois pour convaincre l’Union européenne d’accepter cette sortie partielle des accords bilatéraux. Au terme de ce délai, si aucun accord pour un divorce à l’amiable n’a pu être trouvé, le gouvernement aura trente jours pour résilier l’accord de son propre fait!

Le nouvel article constitutionnel 121 b précise la nouvelle donne:

«La Suisse gère de manière autonome l’immigration des étrangers. La Confédération n’a pas le droit de conclure de nouveaux traités de droit international et de prendre des engagements pour accorder la libre circulation des personnes à des ressortissants étrangers.»

L’immigration liée au travail reste possible pour autant qu’elle réponde aux besoins de l’économie et de la population, lorsqu’il s’agit d’occuper des postes pour lesquels on ne trouve pas de nationaux. Aucun plafond n’est articulé. Le parti estime cependant qu’un solde migratoire de 60 000 à 80 000 personnes par an, soit la moyenne de ces dernières années, est insupportable.

En lançant cette initiative, l’UDC inscrit la question migratoire à l’agenda des élections fédérales de 2019. Mais ce n’est pas la seule que le parti veut voir davantage débattue. Ce week-end, les délégués ont aussi adopté un document, fort d’une vingtaine de revendications, pour lutter contre l’islam radical. L’UDC veut ainsi fixer des conditions strictes pour la pratique de l’islam en Suisse. Les mosquées doivent être accessibles en tout temps au public et à la police. Les prêches doivent se faire dans une langue nationale. Pas question d’introduire des jours fériés musulmans officiels. Enfin, l’UDC demande de supprimer le travail pastoral des imams dans les prisons et de les remplacer par des psychologues de prison.

Posté le 30 octobre 2017 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

27 octobre 2017

Réfugiés : les chrétiens d’Orient vantent la politique hongroise

D'Olivier Bault dans Présent :

8975-p1-conf-aide-chretiens-hongrieune"Du 11 au 13 octobre, la capitale hongroise accueillait une conférence internationale sur la persécution des chrétiens. Parmi les personnalités présentes pour discuter de la situation des chrétiens et de la meilleure manière de les aider, alors qu’ils constituent de loin le groupe religieux le plus persécuté dans le monde, il y avait le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui est lui-même un calviniste pratiquant, le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto, le ministre hongrois des Ressources humaines Zoltan Balog, en charge du secrétariat d’Etat pour l’aide aux chrétiens persécutés mis en place l’année dernière à Budapest, l’envoyé spécial de l’UE pour la promotion de la liberté de religion et de croyance en dehors de l’Union européenne Jan Figel, un catholique slovaque, l’archevêque catholique chaldéen d’Erbil (Irak) Bashar Warda, l’archevêque syriaque orthodoxe de Mossoul (Irak) Nicodemus Daoud Sharaf, le primat de l’Eglise syriaque orthodoxe Ignace Ephrem II Karim, le primat de l’Eglise syriaque catholique Ignace Joseph III Younan, patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, le métropolite Hilarion de Volokolamsk (Russie) et bien d’autres encore. Plus de la moitié des 300 participants provenaient de 32 pays différents et dix Eglises chrétiennes étaient représentées.

Ce que l’on retiendra de cette conférence, c’est la critique des politiques européennes par les chrétiens d’Orient. C’est ainsi par exemple que le patriarche syriaque orthodoxe Ignace Ephrem II Karim a dénoncé l’absence de réaction de l’Occident face à la disparition rapide des chrétiens en Syrie, qui a perdu ces dernières années 40-45 % de sa population chrétienne, et en Irak où il ne reste plus que 10-20 % de la population chrétienne du début des années 2000. Si l’Occident se souciait vraiment des chrétiens, a-t-il dit, « il essaierait de faire quelque chose », et c’est pourquoi les efforts d’une Hongrie isolée dans son propre camp sont particulièrement appréciés. « Nous nous faisons tuer par des groupes qui sont parfois soutenus par les puissances occidentales », a encore accusé le patriarche. Le patriarche catholique chaldéen de Bagdad, Louis Raphaël Ier Sako, a fait transmettre par Mgr Bashar Warda ses profonds remerciements au gouvernement hongrois pour l’aide fournie dans cette « situation tragique ». Il a par exemple mentionné une donation de 2,4 millions de dollars du gouvernement hongrois pour faciliter le retour de 1 000 familles chrétiennes dans la ville irakienne de Telleskof, tombée aux mains de l’Etat islamique en 2014.

Les membres du gouvernement hongrois ont eux aussi dénoncé le mur du silence en Occident en ce qui concerne les persécutions dont sont victimes les chrétiens au Moyen-Orient et dans le monde, accusant cette politique d’être volontaire, car ces persécutions remettent en cause la vision libérale-libertaire actuelle qui voudrait présenter le christianisme comme une religion agressive et discriminatoire. Viktor Orban a, quant à lui, violemment critiqué la négation par l’Europe de ses racines chrétiennes et sa politique d’immigration qui laisse venir de dangereux extrémistes et qui risque de transformer complètement le continent, sa culture, sa composition ethnique et son identité chrétienne."

Posté le 27 octobre 2017 à 13h37 par Michel Janva | Lien permanent

26 octobre 2017

Chaque nation a le droit de faire la distinction entre les réfugiés authentiques et les migrants économiques

20160517T1146-3439-CNS-CATHOLIC-PRAYER-BREAKFAST-800x500S'exprimant lors de la conférence Europa Christi en Pologne dimanche, le cardinal Sarah a noté que le pays refuse d'accepter la "logique" de la redistribution des migrants que "certaines personnes veulent imposer". Chaque nation a le droit de faire la distinction entre les réfugiés authentiques et les migrants économiques qui ne partagent pas la culture de cette nation, a déclaré le cardinal Robert Sarah.

Le cardinal Sarah a ajouté que si chaque migrant est un être humain qui doit être respecté, la situation devient plus complexe s'ils sont d'une autre culture ou d'une autre religion et mettent en péril le bien commun de la nation. Les dirigeants du monde ne peuvent pas remettre en question le «droit de chaque nation à distinguer entre un réfugié politique ou religieux» qui est obligé de fuir son pays et «le migrant économique qui veut changer de lieu de résidence» sans s'adapter à la nouvelle culture dans laquelle il habite.

"L'idéologie de l'individualisme libéral favorise un mélange conçu pour éroder les frontières naturelles des patries et des cultures, et conduit à un monde post-national et unidimensionnel où les seules choses qui comptent sont la consommation et la production".

Faisant écho au pape François, le cardinal a déclaré que les nations européennes doivent assumer une partie de la responsabilité si elles ont déstabilisé les pays d'où viennent les migrants, mais cela ne signifie pas pour autant se transformer par l'immigration de masse.

Le cardinal Sarah a également déploré la laïcisation de l'Europe, affirmant que le continent traverse une crise de civilisation sans précédent depuis deux siècles, à commencer par les mots de Friedrich Nietzsche: «Dieu est mort et nous l'avons tué».

"L'Europe est depuis lors dans une crise en cours causée, entre autres, par des idéologies athées, et elle plonge maintenant dans le nihilisme".

Le cardinal Sarah a déclaré qu'après l'effondrement de l'Union soviétique, lorsque de nombreuses nations ont retrouvé leur liberté et leur démocratie, il semblait qu'une nouvelle période positive avait commencé pour l'Europe. Cependant, l'Union européenne a décidé de ne pas revenir aux racines chrétiennes du continent, mais a plutôt commencé à construire ses institutions sur des abstractions telles que le marché libre, l'égalité des individus et les droits de l'homme individualistes. C'était une erreur, a dit le cardinal Sarah, parce que toutes les lois devraient être basées sur le concept de la dignité humaine, qui ne peut venir que de Dieu.

"L'Europe, fondée sur la foi au Christ, coupée de ses racines chrétiennes, n'est pas en période d'apostasie tranquille".

Posté le 26 octobre 2017 à 08h05 par Michel Janva | Lien permanent

25 octobre 2017

Deux Maghrébins sur trois en situation illégale n’ont pas été expulsés

2844_page_01Minute a consulté le rapport rendu en juin dernier, portant sur l’année 2016, réalisé par un collectif d’associations d’aide aux immigrés (composé de l’Assfam, du Forum réfugiés, de France Terre d’Asile, de la Cimade, de l’Ordre de Malte et de Solidarité Mayotte). 

"Sur les 2 684 Algériens expulsables, seulement 925 ont été virés, soit un taux d’éloignement de seulement 34,5 % ! Avec le Maroc, ce taux est de 38,4 % et avec la Tunisie, de 32,4 %. Au total sur les 6 700 représentants de ces trois pays d’Afrique du Nord, seuls 2 349 ont été renvoyés de l’autre côté de la Méditerranée. Cela signifie que deux Maghrébins sur trois en situation illégale n’ont pas été expulsés."

Parallèlement, la France a délivré 410 000 visas à des Algériens en 2016. L’année 2017 devrait battre tous les records : au 31 août, 417 000 demandes avaient déjà été déposées.

Posté le 25 octobre 2017 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

24 octobre 2017

Rue de Solférino : Le PS pourrait quand même ouvrir son siège aux migrants

20171020170750076-1A l’issue d’un bureau national consacré notamment à l’examen de ses finances, le Parti socialiste a donc mis en vente son siège historique, rue de Solférino à Paris.

Dans une petite annonce parue dans le journal « Les Echos », le PS ouvre un appel à candidatures auprès des acquéreurs potentiels de son patrimoine immobilier,

« un ensemble de locaux à usage de bureau et d’habitation d’une surface de 3 389 m² répartis en trois bâtiments, dont deux édifiés sur sous-sol et cinq niveaux, et deux niveaux dans un troisième bâtiment ». 

Les investisseurs ont jusqu’au 6 novembre pour se déclarer et doivent se prévaloir d’une garantie d’apport immédiat de 5 millions d’euros pour obtenir l’enregistrement de leur candidature. Au cours actuel du marché immobilier dans le VIIe arrondissement de Paris, le siège du PS devrait être vendu entre 50 et 60 millions d’euros.

Toutefois, la direction socialiste se réserve le droit d’écarter l'offre la plus avantageuse économiquement si l’acquéreur ne répond pas aux valeurs du PS, a précisé le trésorier du parti en annonçant la vente de Solférino. 

Les valeurs du PS ce n'est pas notamment l'accueil des migrants ? Plutôt que de s'enrichir inégalitairement en vendant une propriété injustement privée, le PS devrait y accueillir les migrants...

Posté le 24 octobre 2017 à 08h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

20 octobre 2017

Un "Brestois" âgé de 30 ans a été abattu par la police néerlandaise

Lu dans Le Telegramme :

"C'est une scène sortie d'un film d'action à laquelle ont assisté de nombreux témoins dans le sud-est des Pays-Bas, près des frontières belge et allemande. Les faits se sont déroulés mercredi 11 octobre, en tout début d'après-midi. La police planque depuis quelques heures aux abords de l'aérodrome de Budel, à 60 km au nord de Maastricht. Les enquêteurs savent que des malfaiteurs vont tenter de faire évader un détenu par hélicoptère. La veille, ils ont averti plusieurs aérodromes de la région.

La prison de Ruremonde est située à 30 km à vol d'oiseau de l'aérodrome. Le détenu s'appelle Benaouf A. et est présenté comme appartenant à un gang spécialisé dans le trafic de cocaïne. Impliqué dans l'assassinat d'un très important trafiquant de drogue marocain (Najeb Boubouh) en octobre 2012, à Anvers, il a été condamné à 12 ans de réclusion criminelle en 2016. Lui-même a échappé de justesse à un règlement de comptes musclé, deux mois plus tard (fin 2012), à Amsterdam. Les deux complices avec lesquels il circulait en voiture ont été tués, au terme d'une course-poursuite en pleine ville, ponctuée de tirs de Kalachnikov (une balle a été retrouvée dans une chambre d'enfant, rapporte le journal hollandais Het Parool). Cet épisode prend place dans le cadre d'une guerre des gangs pour le contrôle du trafic de drogue, qui a fait plus de 20 morts depuis 2012. À l'origine : la disparition, toujours en 2012, de plus de 200 kg de cocaïne dans le port d'Anvers...

Mercredi dernier, la police sait que les complices du caïd ont loué un hélicoptère de cinq places, un Robinson R66, pouvant être équipé d'un panier extérieur capable de supporter une charge d'environ 90 kg. Un policier a pris la place de l'employé de l'aérodrome derrière le comptoir. Vers 13 h, un homme se présente. Il est interpellé au moment où il s'apprête à monter dans l'hélicoptère. Dans le même temps, un break Audi prend la fuite, avec deux personnes à bord. Une folle course-poursuite s'engage, « à près de 180 km/h » au milieu du trafic routier, selon plusieurs témoins cités par des journaux néerlandais. Après avoir percuté deux voitures, poursuivie par cinq véhicules de police, l'Audi s'immobilise dans un village, à environ 30 km de l'aérodrome. Les deux passagers jettent un sac (dans lequel seront retrouvés des éléments d'une arme automatique) et prennent la fuite. L'un d'eux est abattu un peu plus loin. Il décède quelques instants plus tard, malgré les tentatives de réanimation. Il s'agit d'un Brestois âgé de 30 ans, Jaouad A.

Aucun détail n'a été donné sur l'identité du second passager qui, lui, a été interpellé. Un quatrième homme a été arrêté dans une autre commune néerlandaise, à Maarheeze, à proximité d'une BMW abandonnée précipitamment. La police néerlandaise recherche d'autres complices, tous liés à un gang d'Amsterdam. Le détenu que tentait de faire évader ce groupe d'au moins cinq personnes a, quant à lui, été transféré dans la prison de haute-sécurité de Vught."

Posté le 20 octobre 2017 à 10h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

19 octobre 2017

France terre d’asile (psychiatrique)

TDe Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile :

« ll n’y a pas de lien à faire entre insécurité et migration : le terrorisme, c’est un produit national, ce n’est pas un produit importé »

Il est drogué au padamalgam.

Posté le 19 octobre 2017 à 17h03 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

18 octobre 2017

Mohammed dans le top 20 des prénoms

Il n'y a pas de grand remplacement, bien entendu, mais L’Officiel des prénoms 2018 à paraître ce jeudi 19 octobre a été rédigé en s'appuyant, comme depuis près de 20 ans, sur les données de l’Insee et des registres de l’état civil pour déterminer, au plus juste, quels seront les prénoms préférés des Français, en 2018.

Si aujourd’hui les prénoms les plus portés en France sont Jean, Michel et Philippe (un peu comme les rédacteurs de votre blog...) pour les garçons et Marie, Natalie et Isabelle pour les filles, ils ne font plus partie des préférences des futurs parents.

Du côté des prénoms féminins, c’est Louise qui prend la première place. Puis, suivent Emma et Jade. Chez les garçons, Gabriel, Raphaël et Jules sont les trois prénoms masculins qui seront le plus donnés en 2018. Derrière Gabriel, Adam, Nathan ou encore Aaron, l'auteur note l'arrivée dans le top 20 du prénom Mohamed.

Posté le 18 octobre 2017 à 17h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Alors qu'il faisait l’objet d’un arrêté de reconduite à la frontière, il agresse une femme

Un Marocain de 20 ans en situation irrégulière a été interpellé après avoir agressé sexuellement une jeune femme lundi matin, en pleine rue, à Agen, dans le Lot-et-Garonne.

La femme de 23 ans finalement parvenue à s’échapper, avant de se réfugier chez des riverains. L’agresseur a été rapidement arrêté par la police alors qu’il tentait de fuir. Il a été mis en garde à vue, puis placé en détention. Déjà condamné pour des délits routiers, il faisait l’objet d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière.

Posté le 18 octobre 2017 à 11h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

Des enseignements de langue et culture d’origine assuré par les ambassades

Philippe de Beauregard, maire de Camaret-sur-Aigues, dans le Vaucluse, a eu la désagréable surprise de se voir imposer par l’Education nationale la mise à disposition de deux salles communales pour accueillir des enseignements du marocain et du turc. Il explique dans Minute :

Unknown-7"[...] A la rentrée scolaire de septembre 2014, j’ai reçu un courrier comminatoire du directeur de l’Académie m’enjoignant de mettre à disposition deux salles de classe dans le cadre des « enseignements de langue et culture d’origine ». J’ai aussitôt pris contact avec l’Académie pour savoir à qui cet enseignement s’adressait et dans quelles conditions il serait dispensé. Comme, sur la commune, il y a de nombreuses familles d’origine italienne, j’ai pensé un moment que le rectorat avait peut-être choisi de mettre la langue de Dante à l’honneur. J’ai rapidement déchanté. En réalité, ordre m’était donné de fournir une salle de classe de l’école Mistral pour l’enseignement de l’arabe et de la culture marocaine, et une salle de l’école des Amandiers destinée à l’enseignement du turc !

[...] C’est stupide et irresponsable de vouloir enseigner l’arabe et le turc à des enfants qui ânonnent le français et dont les familles immigrées peinent à s’intégrer. Leur offrir des cours d’arabe, c’est faire le jeu du communautarisme. Et bien évidemment, j’ai immédiatement été inquiet. Il faut rappeler, et souligner, que les Elco ne relèvent pas de professeurs payés et encadrés par l’Education nationale. L’enseignement est  assuré par un personnel recruté et rémunéré par les ambassades des pays concernés. A Camaret, le professeur chargé d’enseigner le marocain est donc un sujet de sa majesté Mohammed VI, lequel porte officiellement le titre de Commandeur des croyants. Quant au professeur chargé d’enseigner le turc, il est payé par l’ambassade d’Ankara à Paris et reçoit ses consignes d’un gouvernement islamo-conservateur dont la politique sulfureuse est régulièrement condamnée par la communauté internationale et les associations de défense des droits de l’homme. Mais le plus gros, c’est qu’on ignore sur quels supports pédagogiques s’appuient ces enseignants musulmans pour articuler leurs cours ! [...]"

Posté le 18 octobre 2017 à 08h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (20)

17 octobre 2017

Record de gardes à vue d'immigrés clandestins à Nantes

Selon un communiqué du FN :

"Ce week-end, Nantes a connu une nuit « agitée » : vingt-cinq jeunes en situation irrégulière, pour certains armés d'un couteau, ont été placés en garde à vue, après une nouvelle série de violences."

Que disait Macron déjà ? Les immigrés coupables de délit seront expulsés ?

Posté le 17 octobre 2017 à 12h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

16 octobre 2017

Il avait réclamé l'asile politique. Il mérite l'asile

Ces gens se réfugient chez nous et se comportent comme des voyous :

"L’“artiste” russe Piotr Pavlenski, réputé pour engagement anti-Poutine, a été arrêté après avoir mis le feu au bâtiment de la Banque de France, à Paris, dans la nuit de dimanche à lundi 16 octobre, rapporte le Huffington Post. Ce réfugié politique bénéficie de l'asile politique depuis mai 2017. Piotr Pavlenski a été interpellé avec sa compagne Oksana Chaliguin, et tous les deux ont été placés en garde à vue pour “dégradation par incendie”, selon la préfecture de police."

Piotr Pavlenski était poursuivi en Russie pour agression sexuelle... En Russie il était connu pour s’être cousu les lèvres pendant le procès des Pussy Riot, s’être mis nu dans des barbelés devant l’assemblée de Saint-Pétersbourg, et s’être cloué les testicules sur la place Rouge.

Audrey Azoulay, ministre de la Culture, et qui vient d’être élue directrice générale de l’Unesco, avait tweeté avec la faute de conjugaison :

AJe crois que le secret ne va pas pouvoir être gardé encore longtemps : la France est devenue un asile d'aliénés.

Posté le 16 octobre 2017 à 17h30 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)


     Archives > Immigration

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Immigration