22 juin 2017

Vous allez être étonnés : ils auront tous des portables

La petite commune de Champagnac (1170 habitants), dans le Cantal, va avoir droit à son (f)lot d'immigrés. L'article de La Montagne de ce jour :

20170622_073217

Posté le 22 juin 2017 à 08h15 par Michel Janva | Lien permanent

La veuve d'Helmut Kohl veut que Viktor Orban s'exprime lors des obsèques de l'ancien chancelier

Amusant :

101547_orban_kohl"Le 1er juillet sera organisé à Strasbourg (ou bien faut-il écrire Straßburg ?) un hommage à Helmut Kohl, mort le 16 juin.

L’organisation n’est pas facile. Car Helmut Kohl et Angela Merkel étaient fâchés, et la veuve de l’ancien chancelier, Maike Kohl-Richter, s’oppose à ce que l’actuelle chancelière prenne la parole… D’ailleurs elle refuse que toute personnalité politique allemande s’exprime, pour qu’il n’y ait pas d’instrumentalisation politique.

Et elle veut aussi que Viktor Orban soit un des orateurs étrangers. Parce que Kohl avait parlé plusieurs fois de son « ami Viktor Orban », et qu’il l’avait encore reçu en avril 2016, en pleine crise des « migrants », ne faisant pas mystère qu’il était d’accord avec Orban – il avait déjà dit son opposition résolue à la politique d’Angela Merkel, et dans la préface à l’édition hongroise de son livre Par souci de l’Europe, qui paraissait au même moment, il soutenait très clairement la politique d’Orban:

L’ancien chancelier appelle le bloc à ne pas se limiter aux aspects humanitaires, mais à tenir compte des « intérêts sécuritaires et culturels bien établis » de l’Europe. « [Nombre de réfugiés] ont des origines culturelles différentes. Pour la plupart, ils sont d’autres confessions que la foi judéo-chrétienne, qui est un des fondements de nos valeurs et de notre société », poursuit-il.

Selon le Spiegel, la première demande de Maike Kohl-Richter aurait été acceptée, à condition qu’elle arrête de vouloir faire parler l’horrible Orban..."

Posté le 22 juin 2017 à 08h15 par Michel Janva | Lien permanent

20 juin 2017

Visiblement Macron et Merkel n'aiment pas les chewing-gum

 

Vu sur MPI

 

Posté le 20 juin 2017 à 22h05 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (8)

Far West : attaque de routiers à Calais

Le chauffeur d’une camionnette est décédé dans la nuit dans un accident provoqué par un barrage de migrants sur l’autoroute A16 au niveau de la commune de Guemps. La camionnette, immatriculée en Pologne, s’est encastrée dans l'un des trois poids-lourds bloqué par un barrage de troncs d'arbres. Elle s'est embrasée dans l’accident.

Neuf immigrés de nationalité Erythréenne ont été interpellés dans l’un des trois poids-lourds bloqués par le barrage.

Posté le 20 juin 2017 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent

Voilà où les ONG vont récupérer les migrants clandestins lors de leurs "sauvetages" (mise à jour)

Suite à mon premier post, plusieurs lecteurs (dubitatifs ?) ont demandé la source de l'article. Voici le lien d'un article du New-York Times reprenant la carte en question avec une animation année après année. la source est précisée en fin d'article : 

Source: UNHCR and Europol. Rescue incidents were reported by by Frontex for EPN Hermes and Triton missions for the months of January to August (2013-2016)

Image4
Image5

Image6

Il n'est bien évidemment pas question de laisser ces immigrés clandestins se noyer. En revanche, les marines de guerre des pays européens devraient être mandatées par l'Union européenne ou leurs gouvernements respectifs pour raccompagner les immigrés sur les côtes d'où ils sont partis et qui sont les plus proches, c'est à dire celles de Libye.

Les ramener sur les côtes européennes, ce que font ces ONG, revient à organiser l'immigration de masse et, par conséquent, le grand remplacement "qui n'existe pas". CQFD. 

Pire, le New York Times démontre la responsabilité morale des ONG dans la mort des immigrés :

"Chaque année, les ONG patrouillent dans la zone et sauvent des milliers de migrants en danger de noyade. Effectuer des opérations de sauvetage proche des côtes libyennes a permit de sauver des centaines de vie. Mais des critiques ont pointé le fait qu’elles incitent encore plus les migrants à tenter le voyage, et les passeurs à envoyer plus d’embarcations. D’après un analyste de Frontex « les migrants et réfugiés – déjà encouragés par les récits des migrants ayant déjà réussi à passer – tentent la dangereuse traversée car ils sont au courant des opérations de sauvetage, et comptent sur elles pour atteindre l’UE »

Les passeurs utilisent des coquilles de noix, et fournissent juste assez de carburant pour atteindre la sortie des eaux territoriales libyennes. Les pilotes prennent le moteur et retournent en Libye sur une autre embarcation, laissant les migrants à la dérive jusqu’à ce que l’aide arrive (...)"

Posté le 20 juin 2017 à 06h09 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

A Lampedusa, les électeurs se fichent du Prix de la Paix de l’ONU

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Madame le maire de Lampedusa, Giusi Nicolini, avait reçu il y a deux mois le Prix de la Paix de l’ONU pour son « humanité sans bornes et son engagement inébranlable pour la gestion et l’intégration des réfugiés ».

Elle est en effet une immigrationniste de choc. Mais les habitants de l’île submergée par le tsunami de « migrants » le sont nettement moins. Lors des municipales, le 11 juin, elle est arrivée seulement troisième, loin derrière l’homme d’affaires Salvatore Martello, dit « Toto », du même parti de centre gauche, mais qui avait fait campagne contre l’invasion et pour l’indemnisation des citoyens qui en souffrent, en premier lieu les pêcheurs."

Posté le 20 juin 2017 à 05h43 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

19 juin 2017

Ces 8 députés de l'Assemblée nationale qui réjouissent le Maroc...

Non, il ne s'agit pas des élus du FN, mais des 8 députés d'origine marocaine, selon ce site marocain :

"Sur une bonne lancée lors du premier tour, Mustapha Laabid (LREM) confirme sa percée en se hissant à la tête de la 1re circonscription de Rennes avec 61,85% des voix. Sarah El Haïry (MoDem) remporte la 5e circonscription de la Loire-Atlantique avec 61,02% des suffrages exprimés. Fiona Lazaar (LREM), née de parents marocains, remporte la 5e circonscription du Val d’Oise avec 59,72% des suffrages exprimés.

Mounir Mahjoubi (LREM), le secrétaire d’Etat au numérique, s’impose dans la 16e circonscription de Paris avec 51,18% des voix. Mohamed Laqhila (MoDem), un expert-comptable d'origine marocaine, rafle la 11e circonscription des Bouches-du-Rhône avec 50,95% des voix. Naïma Moutchou (LREM) est également élue dans la 4e circonscription du Val-d'Oise avec 59,37% des suffrages, face à Claude Bodin (LR).

M'jid El Guerrab (Divers, rattaché LREM) a remporté le siège de la 9e circonscription des Français de l'étranger. Il a battu Leila Aïchi (MoDem) avec 59,66% des suffrages exprimés. Amal Amélia Lakrafi (LREM) a largement remporté la 10e circonscription des Français à l'étranger avec 71,25% des suffrages exprimés face à Alain Marsaud (LR).

En revanche, Khadija Moudnib (LREM) échoue à la 8e circonscription des Yvelines face à Michel Vialey, maire LR de Mantes-la-Jolie, avec 47,14% des suffrages exprimés. La jeune avocate Isia Khalfi (LREM) a également perdu la 1re circonscription des Hauts-de-Seine face à Elsa Faucillon (PCF), avec 44,82% des voix. Enfin, Aziz S'kalli-Bouaziza (LREM), qui était arrivé en tête au premier tour avec 31,59% des voix, dépassant largement son adversaire Alain David du Parti socialiste (16,31%), est toutefois recalé au second tour : il perd la 4e circonscription de la Gironde face au socialiste, avec 49,09%.

Enfin, la situation dans la 1re circonscription de l'Essonne reste encore dans l'expectactive. L'ancien Premier ministre, Manuel Valls (Divers gauche) revendique la victoire mais Farida Amrani (FI), qui affirme l'avoir remporté, a annoncé avoir déposé un recours."

Le grand remplacement passe aussi par le Palais Bourbon.

Posté le 19 juin 2017 à 20h51 par Michel Janva | Lien permanent

La condamnation de Valeurs Actuelles annulée par la Cour de cassation

C'est une belle victoire pour la liberté d'expression :

Titrée "Naturalisés l'invasion qu'on nous cache", l'édition du 22 septembre 2013 du magazine de droite présentait également en appel de une: "Deux Français sur trois contre les naturalisations massives de Valls", "Islam, immigration: comment la gauche veut changer le peuple", "Le poids des musulmans n'a cessé d'augmenter". 

Outre l'amende, la justice avait ordonné, en première instance comme en appel, la publication d'un communiqué judiciaire en page de sommaire du journal. Elle avait condamné M. de Kerdrel a verser des dommages et intérêts à plusieurs associations luttant contre le racisme qui étaient parties civiles. Le responsable du journal avait formé un pourvoi en cassation. Il a obtenu gain de cause

Dans sa décision rendue mercredi, consultée par l'AFP, la haute juridiction a jugé que les propos litigieux, "portant sur une question d'intérêt public relative à la politique gouvernementale de naturalisation, ne dépassaient pas les limites admissibles de la liberté d'expression". Même si leur formulation peut légitimement heurter les personnes de confession musulmane", les propos litigieux "ne contiennent néanmoins pas d'appel ou d'exhortation à la discrimination, à la haine ou à la violence à leur égard", a jugé la Cour de cassation. 

Celle-ci a annulé la condamnation, sans ordonner de nouveau procès."

1028545-valeurs-actuelles

Posté le 19 juin 2017 à 12h27 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (1)

18 juin 2017

Préférence étrangère à Montpellier

Le collectif Migrants bienvenue34 demandait à la Métropole de Montpellier (3M) d'accorder aux demandeurs d'asile le tarif social de Tam afin qu'ils puissent circuler en empruntant le réseau des transports en commun à moindre coût. Jeudi, le président de 3M, Philippe Saurel, a accédé à la demande du collectif.

"Car ce sont des personnes qui ont des revenus extrêmement faibles (6,80€/jour selon le CMB34). Un nouveau tarif sera donc mis en place pour tous les migrants bénéficiant de l'allocation de demandeur d'asile et résidant sur le territoire montpelliérain, en attendant l'examen de leur situation par l'Ofpra".

Le tarif a été fixé à 3,40€ par mois et représente environ 1000 bénéficiaires. Cette décision sera soumise au vote lors du prochain conseil de Métropole du 28 juin et devrait entrer en vigueur un mois après, soit fin juillet.

Posté le 18 juin 2017 à 11h15 par Michel Janva | Lien permanent

17 juin 2017

Voilà où les ONG vont récupérer les migrants clandestins lors de leurs "sauvetages"

A diffuser sans modération pour éviter que les journalistes aux ordres disent au 20h que c'est à proximité des côtes italiennes ! Les ONG sont complices du grand remplacement et peuvent être désormais assimilées à des passeurs...

DChShbqXgAEEi_u

Posté le 17 juin 2017 à 14h09 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (18)

15 juin 2017

Immigration : bras de fer entre la Commission européenne et la Pologne, la Tchéquie, la Slovaquie et la Hongrie

Lu sur Réinformation.tv :

"Réunie hier sous la présidence du Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, la Commission européenne a annoncé son intention d’engager des procédures d’infraction contre la Pologne, la Tchéquie et la Hongrie qui refusent officiellement de participer au programme de relocalisation des « migrants » adopté en septembre 2015 à la majorité des voix du Conseil de l’Union européenne (contre l’opposition de la Tchéquie, de la Slovaquie, de la Hongrie et de la Roumanie). Contrairement aux trois pays du Groupe de Visegrád (V4), l’Autriche, visée elle aussi en mai par l’ultimatum du Grec Dimitris Avramopoulos, le commissaire chargé des questions d’immigration, a pris des engagements pour commencer à accueillir une partie des « réfugiés » dans le cadre de son quota obligatoire.

A ce jour, l’Autriche, la Pologne et la Hongrie n’ont fait venir personne au titre du programme de relocalisation de 120.000 immigrants arrivés illégalement en Grèce et en Italie. La Tchéquie, elle, en a fait venir 12, mais a fait savoir le 5 juin dernier, par la voix de son ministre de l’Intérieur, qu’elle se retirait de ce programme jugé inefficace et dangereux en raison du risque terroriste qui accompagne l’accueil d’immigrants musulmans dont l’identité est difficilement vérifiable, et qui refusent souvent de coopérer avec les services tchèques dans leurs centres d’accueil de résidence en Italie et en Grèce. Quant à la Slovaquie, qui n’est pas visée par l’annonce faite mardi par la Commission, elle a accueilli à ce jour 16 personnes au titre du programme de relocalisation mais n’a pas signifié officiellement son refus de participer, même si elle a attaqué devant la Cour de Justice de l’UE, aux côtés de la Hongrie, la décision du Conseil de l’UE de septembre 2015.

Réunis lundi à Varsovie alors que la décision imminente de la Commission européenne était déjà connue, les ministres de l’Intérieur de la Pologne, de la Tchéquie, de la Slovaquie et de la Hongrie (les quatre pays qui forment le V4) ont confirmé leur opposition commune au programme de relocalisation. La position du V4 « est claire depuis le début », ainsi que l’a redit le ministre slovaque, et elle est que l’UE doit fermer ses frontières extérieures à l’immigration illégale et aider les vrais réfugiés dans leur pays ou dans les pays voisins, en attendant qu’ils puissent rentrer chez eux. C’est aussi ce qu’a répété le ministre des Affaires étrangères polonais, Witold Waszczykowski, après le communiqué de la Commission européenne où sont annoncées les procédures de sanction et après les reproches formulés par Juncker et Avramopoulos quant au manque de solidarité européenne des trois capitales visées par ces procédures : pour le ministre, la Pologne fait au contraire preuve de solidarité en s’engageant dans la protection des frontières extérieures de l’UE et en amplifiant (par rapport aux gouvernements libéraux de Donald Tusk et d’Ewa Kopacz) son engagement humanitaire au Moyen-Orient. A Prague, le premier ministre Bohuslav Sobotka a affiché sa détermination et s’est dit comme Varsovie prêt à aller devant la Cour de Justice de l’UE. Et à Budapest enfin, le ministre des Affaires étrangères Peter Sijjarto a rejeté mardi en bloc ce qu’il qualifie de chantage de la Commission européenne, tout en réaffirmant la souveraineté de son pays quand il s’agit de décider qui peut franchir les frontières nationales et avec qui les Hongrois choisissent de vivre. [...]"

Posté le 15 juin 2017 à 09h02 par Michel Janva | Lien permanent

06 juin 2017

L'info du jour est signée d'un journaliste de BFM

Il n'y a pas d'âge pour les études....

Posté le 6 juin 2017 à 20h42 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

Et pendant que les islamistes tuent en Europe...

Bruxelles envisage d’engager des femmes policiers portant le voile pour « davantage de diversité »

La ville de Bruxelles pense sérieusement à engager des femmes policiers portant le voile (...) « On y réfléchit effectivement mais nous attendons les conclusions d’un groupe de travail consacré à ce sujet », a déclaré récemment la porte-parole du bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur, du Parti socialiste.Pour les autorités locales, intégrer plus de femmes d’origine étrangère, dont des femmes voilées, permettrait davantage de diversité au sein de la police.

La Commission européenne pourrait lancer la semaine prochaine des procédures contre les pays membres qui refusent d’appliquer le système de relocalisation des migrants.

« Nous préciserons notre position sur l’ouverture de procédures d’infraction contre les États membres qui ont refusé toute relocalisation ou qui n’ont fait aucune promesse en terme de place depuis pratiquement un an alors que nous avons pris la décision ensemble« , explique le Commissaire chargé de la Migration, Dimitris Avramopoulos.

Qui sont les plus fous ? Ces technocrates ou les citoyens qui laissent ces gens au pouvoir ?

Posté le 6 juin 2017 à 20h31 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (6)

Non, les terroristes de Londres ne sont pas des "Britanniques" !

Extrait du coup de gueule bien senti de Pierre Henri contre la bien-pensance des médias :

Terroriste-Attentat-de-Londres-Youssef-Zaghba-Khuram-Butt-et-Rachid-Redouane-"Le système multiculturel imposé aux peuples ouest-européens et plus largement occidentaux (...) a produit, à partir de l’immigration de masse, les situations critiques que les médias font semblant de redécouvrir à chaque attentat terroriste : les trois massacres perpétrés en Grande Bretagne ces derniers mois sont l’occasion de contempler des quartiers (...) où la population de souche a été remplacée par une juxtaposition de communautés, souvent musulmanes, où l’islamisme s’est ébattu pendant des années avec le blanc-seing des gouvernements britanniques : « laissons-les faire, il ne faut surtout pas leur infliger une intégration ! ».

Le résultat est aujourd’hui sans appel : les burkas prolifèrent, les tribunaux islamiques sont actifs, les prêches fanatiques à peine surveillés, la charia s’impose sur des territoires entiers. De ces viviers sortent nos ennemis, il n’y a plus que les aveugles volontaires pour s’en étonner. Même le Premier Ministre du Royaume Uni, Theresa May, fut bien obligée d’admettre, avec les précautions qu’impose le politiquement correct, l’échec du modèle anglais de non-intégration de populations qui, pour une bonne partie d’entre elles, profitent de ce laxisme pour imposer leur modèle de société, contenu dans le Coran et les Hadith (ce qui ne veut pas dire que notre « modèle français » soit moins défaillant…).

Le multiculturalisme, comme toutes les utopies, est une fiction et, comme toutes les fictions, par principe, il ment : il est donc, nous semble-t-il, très important de refuser de reprendre à notre compte les mensonges sémantiques que les médias sectateurs et actionnaires du multiculturalisme diffusent en permanence. Ainsi, l’un des plus horripilants est illustré par l’exemple suivant, au sujet de l’un des auteurs de l’attentat du London Bridge : « Son nom, Khuram Shazad Butt, 27 ans. Ce Britannique né au Pakistan… » (Le Figaro aujourd’hui). La réalité est accessible à quiconque est doué d’un peu de bon sens: Khuram Butt est un Pakistanais né au Pakistan, et ni par son origine, ni par son mode de vie et ses mœurs, ni par son idéologie politico-religieuse il n’a eu ressemblance de près ou de loin avec un Anglais. Il est détenteur de la nationalité anglaise, ce morceau de papier plastifié donné, là-bas comme en France, avec une suicidaire légèreté. La nuance est de taille. Elle tue même.

Le mensonge médiatique consiste à répéter qu’il s’agit d’un Anglais comme Churchill, Henry VIII et le roi Arthur, répétition qui vise à normaliser l’anomalie que représente l’immigration massive de populations insérées dans des sociétés d’accueil (forcé) avec lesquelles elles ne partagent pas grand-chose, sinon rien, sauf l’hostilité (...)

 La nationalité administrative ne fait pas l’identité, elle ne change pas l’âme, ni le cœur. Et les pieux mensonges ne protègent pas des balles."

Posté le 6 juin 2017 à 20h04 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Les attentats de Londres n'ont rien à voir avec l’islam ni avec l’immigration

Démonstration d'Yves Daoudal dans un post intitulé "Pas d'amalgame" :

"Les trois auteurs de l’attentat du London Bridge sont

- Khuram Butt, un “Britannique” né au Pakistan, bien connu pour son engagement islamiste ;

- Rachid Redouane, un Maroco-Libyen qui vivait à Dublin depuis cinq ans et que sa femme irlandaise a quitté parce qu’elle ne voulait pas devenir musulmane ;

- Youssef Zaghba, un Marocain né à Fez (d’une mère italienne retournée en Italie).

D’où il ressort que les attentats :

- n'ont rien à voir avec l’islam ;

- ni avec l’immigration."

Posté le 6 juin 2017 à 16h09 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Refuser l’immigration musulmane dans son pays est la seule façon d’assurer sa sécurité

Le bon sens polonais qui manque tant à nos gouvernements :

"Czarnecki, membre du parti conservateur polonais Droit et Justice (PiS), a déclaré que des attaques terroristes étaient souvent menées par des enfants de « migrants musulmans » – dont beaucoup étaient des citoyens de pays européens – qui ont été formés par l’Etat islamique.

« Dans certains pays, on observe cette situation, ceux qui sont formés sur le territoire de l’État islamique en Syrie, en Irak – des jeunes de nationalité française, belge, néerlandaise, britannique et allemande – retournent en Europe … et en quelque sorte [les autorités] ont été incapables de les surveiller , « a déclaré Czarnecki.

« Nous, la Pologne, apprenons des erreurs des autres … et nous n’ouvrirons pas nos portes aux migrants musulmans », a-t-il ajouté.

[Source]

Posté le 6 juin 2017 à 06h23 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

30 mai 2017

«On a aussi des Molenbeek en France, dans le 93, à Lunel, à Lyon»

Soraya Lemaire, candidate FN aux élections législatives dans la 4e circonscription des Français de l’étranger, celle du Benelux, fait dans le symbolique : pour son entretien au site belge Le Peuple, elle a choisi d’être filmée à Molenbeek, à deux pas de la maison familiale de Salah Abdeslam

Posté le 30 mai 2017 à 09h54 par Michel Janva | Lien permanent

29 mai 2017

Donald Trump fait échouer un accord immigrationniste

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"On a beaucoup dit que Donald Trump avait fait capoter une déclaration du G7 sur le climat, on a moins parlé de la déclaration sur les « migrants ».

La présidence italienne de ce G7 (qui se tenait en Sicile…) avait préparé un texte de six pages sur le sujet. Mais le représentant américain est arrivé avec un texte de... deux paragraphes. L’Italie aurait voulu annexer une déclaration séparée. En vain : tout le monde a remarqué que Donald Trump avait ostensiblement « écouté » le discours de l’Italien sans oreillettes…

Du coup il n’y a que le communiqué final, où sont insérées ces deux incises :

« En même temps, tout en garantissant le respect des droits de l’homme des migrants et des réfugiés, nous réaffirmons les droits souverains des États, individuellement et collectivement, à contrôler leurs propres frontières et à établir des politiques dans leur propre intérêt national et leur sécurité nationale. »

« Nous reconnaissons que les Etats partagent la responsabilité » (…)

« de renforcer le contrôle des frontières, d’établir des programmes de retour, et d’améliorer la coopération de renforcement des lois ».

Posté le 29 mai 2017 à 21h25 par Michel Janva | Lien permanent

Une passante demande à Valls “s’il y a assez de blancs au marché de Corbeil”

En 2009 sur le marché d’Evry, Manuel Valls se lamentait du manque de “blancs, de white, de blancos”. En 2017, sur le marché de Corbeil, une passante lui demande si la quantité de blancs est satisfaisante à son goût :

Posté le 29 mai 2017 à 19h17 par Michel Janva | Lien permanent

24 mai 2017

Le droit de rester dans son pays précède celui d’immigrer

C'est ce que déclare Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations-Unies à New-York:

Unknown-4"Au paragraphe 43 de la Déclaration de New York, la communauté internationale s’est engagée à aborder « les facteurs qui créent ou exacerbent de grands mouvements » afin de « coopérer pour créer des conditions qui permettent aux communautés et aux individus de vivre en paix et dans la prospérité dans leurs pays d’origine ».

À cet égard, le Saint-Siège continue d’insister sur le droit de tous de rester dans leur pays en paix et avec une sécurité économique. Si les conditions d’une vie décente sont satisfaites et que les moteurs de la migration sont adéquatement abordés, les gens ne se sentiront pas forcés de quitter leur domicile.

Ma délégation demande donc instamment que le Pacte mondial souligne le droit de rester avant le droit d’émigrer. Cela ne signifie pas qu’un droit soit plus important que l’autre, mais qu’en assurant ce droit antérieur, les flux migratoires deviendront volontaires, réguliers et sûrs et par conséquent plus faciles à gérer et durables. Lorsque le droit de rester est respecté, la migration devient un choix plutôt que quelque chose de forcé ou d’involontaire. Toutefois, pour que ce droit soit efficace, les facteurs qui contraignent les personnes à émigrer doivent être pris en charge par une coopération internationale fondée sur la confiance, la responsabilité et la solidarité mutuelles.

Il n’y a pas de pire crise causée par l’homme et conduisant les gens à migrer de force ou les populations à se déplacer intérieurement que les guerres et les conflits violents. Plus de la moitié des réfugiés du monde, des migrants forcés et des personnes déplacées ont été forcés d’abandonner leurs maisons et leurs propriétés et, en effet, de fuir leur pays, à cause des conflits et de la violence, dont l’énorme impact négatif se poursuit dans l’odyssée des victimes. Ils font face aux dangers de la traite des personnes, de la famine et de nombreuses formes d’abus. En arrivant à leur destination, au lieu de trouver un refuge, dans de nombreux endroits, ils trouvent la méfiance, le soupçon, la discrimination, le nationalisme extrême, le racisme et un manque de politiques claires régissant leur acceptation. De toute évidence, le moyen le plus efficace d’arrêter les mouvements massifs de migrants forcés et de réfugiés est d’arrêter les guerres et les conflits violents qui les causent. [...]"

Posté le 24 mai 2017 à 18h36 par Michel Janva | Lien permanent

Le terroriste de Manchester fréquentait une église transformée en mosquée

1285221799bQuel terrible symbole de la dhimmitude de nos gouvernements et du grand remplacement qui s'opère sous nos yeux :

"Salman Abedi est né à Manchester en 1994, le deuxième plus jeune de quatre enfants. Ses parents étaient des réfugiés libyens qui sont venus au Royaume-Uni pour échapper au régime de Kadhafi. Sa mère, Samia Tabbal, 50 ans, et son père, Ramadan Abedi, un agent de sécurité, sont tous deux nés en Libye, mais semblent avoir émigré à Londres avant de déménager dans la région de Fallowfield, au sud de Manchester, où ils ont vécu pendant au moins dix ans.

Il a grandi dans la région de Whalley Range et a fréquenté Whalley Range High School avant de travailler apparemment à la mosquée Didsbury en 2013 (...) La mosquée Didsbury était à l’origine la « chapelle méthodiste Albert Park ». La chapelle a fermée en 1962 et plus tard est devenue un centre islamique"

Posté le 24 mai 2017 à 11h14 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

"Dans la Grande Bretagne, tout le monde semble pétrifié de dire officiellement ce que nous disons tous en privé"

Steven Morrissey, le célèbre chanteur de rock britannique, dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas :

1e6c2335« Célébrant mon anniversaire à Manchester alors que la nouvelle de l’attentat à la bombe de Manchester a éclaté. La colère est monumentale.Pour quelle raison cela s’arrêtera-t-il ?

Theresa May dit que de telles attaques «ne nous briseront pas», mais sa propre vie est vécue dans une bulle à l’épreuve des balles et, évidemment, ce n’est pas elle qui identifiera les jeunes corps dans les morgues de Manchester. En outre, « ne nous briser » signifie que la tragédie ne la brisera pas, ni ses politiques en matière d’immigration. Les jeunes de Manchester sont déjà brisés – merci tout de même, Theresa.

Sadiq Khan dit que « Londres est unie à Manchester », mais il ne condamne pas l’Etat islamique – qui a revendiqué la responsabilité de la bombe. La reine reçoit des éloges absurdes pour ses «mots forts» contre l’attaque, mais elle n’annule pas la fête de jardin d’aujourd’hui au palais de Buckingham – pour laquelle aucune critique n’est autorisée en Grande-Bretagne dans la presse. Le maire de Manchester, Andy Burnham, dit que l’attaque est le travail d’un «extrémiste». Un extrême quoi ? Un lapin extrême ?

Dans la Grande Bretagne, tout le monde semble pétrifié de dire officiellement ce que nous disons tous en privé. Les politiciens nous disent qu’ils n’ont pas peur, mais ils ne sont jamais les victimes. Quelle est la facilité de ne pas avoir peur lorsque l’on est protégé de la ligne de tir. Les gens n’ont pas de telles protections. »

Une chose est vraie, c'est que beaucoup de dirigeants européens ne risquent pas de perdre un enfant dans un concert...

Posté le 24 mai 2017 à 06h32 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

Liberté d'expression et islam : Eric Zemmour à nouveau devant la justice politique

Aujourd'hui à 13h30 :

"Eric Zemmour est cité à comparaître mercredi à 13h30 devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal de Paris. Il devra répondre du délit de provocation à la discrimination et à la haine à l’encontre des personnes de confession musulmane.

Le chroniqueur est poursuivi sur citation directe de l’association CAPJPO-EuroPalestine, défendue par Me Beranger Tourné. Le 6 septembre 2016 au cours de l’émission «C à vous» sur France 5, il avait entre autres déclaré, à propos des musulmans, qu’il fallait «leur donner le choix entre l’Islam et la France». Selon son avocat, Eric Zemmour ne devrait pas être présent à l'audience pour des «raisons professionnelles». "

Voici l'émission incriminée :

Posté le 24 mai 2017 à 06h30 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

Médias : "Pas la moindre allusion au fait que les quartiers populaires sont ceux d’autres peuples et surtout d’une autre religion"

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

Titre du Huffington Post :

Sevran.jpeg

Après Sevran et La Chapelle-Pajol, les femmes n’ont-elles plus droit de cité dans nos quartiers populaires?

On lit ensuite :

Les femmes sont devenues les premières victimes de la montée du sexisme, de l'insécurité et du harcèlement de rue. À Paris le phénomène a pris une ampleur inédite.

Tout l’article est de la même veine. On y parle d’une « situation d’un autre âge », de la façon dont on pourrait lutter contre cette « gangrène sexiste », contre les « tenants du machisme archaïque »…

Mais il n’y a pas un mot sur le processus qui a conduit à cette situation. Pas la moindre allusion au fait que les quartiers « populaires » sont ceux d’autres peuples, et surtout d’une autre religion. D'une religion qui fait sa loi, qui s'appelle charia. Le mot « islam » est devenu tabou. Le « sexisme » est une calamité sans origine. Qu’en France des rues soient interdites aux femmes est une sorte de catastrophe naturelle du XXIe siècle.

Si l’on s’astreint à écrire des articles entiers sur ce phénomène sans employer le mot islam (celui-là n’est pas le seul, loin de là, mais il a le titre le plus violemment mensonger), c’est qu’on est mûr pour la dhimmitude.

Et pour enfoncer le clou, on nous prévient :

Paris : harcèlement de rue, attention aux amalgames !

Posté le 24 mai 2017 à 06h09 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

23 mai 2017

Selon une étude, les immigrés sont responsables de 90% des crimes par armes à feu

En Suède :

"Les statistiques sont tirées d’une enquête menée par le journal suédois Dagens Nyheter, qui a révélé que sur 100 personnes impliquées dans des attaques à main armée, des assassinats et de meurtre dans lesquelles des armes à feu étaient utilisées, 90 personnes avaient au moins un parent né à l’étranger. Environ 80% des coupables proviennent de pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord tels que l’Irak, l’Iran, le Liban, la Turquie, la Somalie et l’Érythrée."

Posté le 23 mai 2017 à 09h03 par Michel Janva | Lien permanent

21 mai 2017

Un journaliste américain découvre "Barbès" et hallucine

Posté le 21 mai 2017 à 18h57 par Michel Janva | Lien permanent

14 mai 2017

Prochaines conférences de Laurent Dandrieu sur l'Eglise et l'immigration

Capture d’écran 2017-05-13 à 15.59.47

Capture d’écran 2017-05-13 à 15.59.59

Posté le 14 mai 2017 à 15h59 par Michel Janva | Lien permanent

05 mai 2017

Emmanuel Macron le candidat de l'étranger

Lu dans Le Petit Daudet, la revue de la Ligue du Sud :

Capture d’écran 2017-05-05 à 14.07.04Il faut voir dans [les] positions d’Emmanuel Macron un positionnement idéologique claire en faveur du sans-frontièrisme et d’une large ouverture de l’Europe et de la France à l’immigration ». Comme le soulignait en mars 2017 un haut fonctionnaire dans Le Figaro, le candidat d’En Marche s’est rapidement prononcé en faveur d’un Grand Remplacement que son quinquennat à l’Elysée risque de mener à terme. Une posture très proche de celle de l’Open Society Foundations, ce réseau fondé par le très influent Georges Soros, qui vise à vise à promouvoir le « développement de sociétés démocratiques et ouvertes ».

Le soutien latent dont bénéficie Emmanuel Macron de la part de ces réseaux, qui ont par le passé contribué à encourager l’immigration massive en Europe, apparaît comme une bonne nouvelle. « Georges Soros finance précisément ce que redoute la nouvelle génération de populistes d’extrême-droite », expliquait récemment Mike Harris dans les colonnes de The Independant. Après avoir financé la campagne d’Hilary Clinton, ce tenant du multiculturalisme apporte-il sa bienveillance au candi- dat « progressiste » français ?

Emmanuel Macron l’assure : sa campagne, dont le montant s’élève à plusieurs millions d’euros. Comme le souligne Minute dans son dernier numéro, avec un parti créé il y a seulement un an, il est douteux que les donateurs d’En Marche ! sur lesquels reposerait l’intégralité de son financement, se soient montrés si généreux....

Par ailleurs, la récente initiative lancée sur Internet, « Le deuxième bulletin », semble également indiquer que le candidat bénéficie d’appuis de cette nature. Cette plateforme en ligne, qui invite les internautes à « envoyer un deuxième bulletin » de vote en faveur du poulain de François Hollande a été lancée par l’Open France, déclinaison française de Open Society Foudations. Son objectif ? « Dire que le vote blanc n’est pas une option, tout en répondant à la frustration d’électeurs pour qui Emmanuel Macron est un opposant politique », a expliqué son fondateur Eliott Lepers.

En ne se prononçant pas sur l’orientation qu’il souhaite donner à la recherche sur les OGM, dont Soros, à la tête de Monsanto, est un bénéficiaire privilégié ; en se présentant comme un digne successeur d’Angela Merkel en matière d’accueil « des migrants », une « cause » particulièrement défendue par Soros et son Open Society – comme le soulignait l’ancien député Bernard Carayon ; Emmanuel Macron incarne l’idole du progressisme, que Georges Soros et ses lobbies aspirent à voir monter entrer à l’Elysée."

Posté le 5 mai 2017 à 14h10 par Michel Janva | Lien permanent

03 mai 2017

La Commission européenne veut ouvrir à nouveau les vannes de l'immigration clandestine

Déjà, il faut se pincer  pour croire qu'elle avait voulu les fermer. C'est cependant ce qu'a décidé la commission européenne :

"La Commission européenne va mettre un terme en novembre aux dérogations exceptionnelles accordées à cinq pays européens, confrontés à un fort afflux migratoire, concernant les contrôles aux frontières internes de l'espace Schengen, a-t-elle annoncé ce mardi. Bruxelles a donné son accord à l'Allemagne, l'Autriche, au Danemark, la Suède et la Norvège pour une nouvelle prolongation des contrôles de six mois, mais ce sera la dernière fois, a prévenu le commissaire européen à la Migration Dimitris Avramopoulos lors d'une conférence de presse."

Vous remarquerez que la France ne figure pas dans la liste de ces 5 pays ce qui revient à confirmer que le contrôle des frontières en France n'existe pas malgré l'état d'urgence et contrairement à ce que dit le gouvernement, Emmanuel Macron et les journalistes aux ordres...

Posté le 3 mai 2017 à 13h07 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

02 mai 2017

Pierre Lellouche rétablit la vérité sur l'immigration et le poids de l'islam en France

Posté le 2 mai 2017 à 21h52 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

Accueillir un "migrant" chez soi, de la théorie à la pratique

Via FDesouche

On se souvient des promesses fracassantes de Charles Aznavour, d'Eric Cantona ou de Franck Tanguy qui ne semblent pas avoir été suivies d'effets concrets... On a beau chercher sur internet, aucun indice d'un accueil de "migrants" chez ces gens-là. Juste une déclaration d'Aznavour qui dit qu'il va regretter François Hollande. Quels hypocrites ces bobos !

Posté le 2 mai 2017 à 16h03 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

01 mai 2017

11 mai : conférence de Laurent Dandrieu à Cossé-le-Vivien (53)

Capture d’écran 2017-04-30 à 17.16.06

Posté le 1 mai 2017 à 08h07 par Michel Janva | Lien permanent

27 avril 2017

Dans une société, trop de diversité sape les fondements de la solidarité

Article tout à fait d'actualité et d'une grande limpidité :

"Depuis longtemps, David Goodhart avertit les Britanniques que l'idéologie multiculturaliste constitue une menace à moyen terme pour les Etats-providences.

Quelles réactions provoque le livre de David Goodhart, The Road to Somewhere, dont je vous parlais hier ? Comment les médias, en particulier, prennent-ils sa thèse selon laquelle ils sont eux-mêmes, comme la classe politique et l’Université, entre les mains des « Gens de Nulle Part », ces libéraux cosmopolites - que rejetterait « le Peuple de Quelque part » ?

Très intéressante réaction dans le quotidien de gauche, The Guardian. Sous la plume de Jonathan Freedland, on peut lire que David Goodhart est, hélas, une sorte de prophète. Freedland rappelle, en effet, la vague d’indignation qu’avait soulevée, dans l’intelligentsia de gauche de l’époque, l’article publié par Goodhart dans Prospect, intitulé « Est-ce que la Grand-Bretagne est trop diverse ? (...) Qu’écrivait donc David Goodhart pour passer soudain dans le camp des traîtres à la cause ?

Que la solidarité risquait d’entrer en conflit avec la diversité. Vous êtes d’autant mieux disposés à laisser l’Etat recueillir une part importante de vos revenus sous forme de cotisations et d’impôts, disait-il, que vous avez la certitude que cet argent sera redistribué à des gens qui sont comme vous. Si leurs valeurs et leurs styles de vie diffèrent trop des vôtres, alors vous deviendrez réticent.

Il faut choisir entre deux modèles de société, disait Goodhart. Celui de la Suède, cette nation très homogène où l’Etat-providence vous accompagne du berceau à la tombe, ou celui des Etats-Unis, où l’individualisme et la diversité font qu’on se sent peu d’obligations réciproques.

Il s’appuyait sur les travaux de deux économistes, Alberto Alesina et Edward Glaeser, qui avaient démontré cette thèse, chiffres à l’appui. Aux Etats-Unis, la majorité des pauvres appartiennent à des communautés ethniques minoritaires. Les plus aisés, majoritairement blancs, sont peu enclins à partager. Voilà ce qui risque d’arriver à notre Royaume Uni, prévenait Goodhart, si nous poursuivons dans la voie du multiculturalisme. Car il crée, entre des communautés, un sentiment d’étrangeté qui ne favorise pas la solidarité. L’inclination à s’obliger mutuellement alors s’érode. L’Etat-providence britannique, très généreux, contrairement à ce qu’on croit chez nous, était déclaré menacé.

L’article était d’autant plus prophétique, poursuit The Guardian, qu’il a été publié à la veille de (...) la grande vague migratoire, la plus inattendue. C’est celle qui a suivi l’ouverture du marché du travail britannique aux citoyens des nouveaux membres de l’Union européenne, l’Europe centrale. La plupart des autres Etats d’Europe occidentale, et même les Allemands, avaient décidé un moratoire de plusieurs années. Mais le New Labour au pouvoir a voulu montrer son ouverture. On attendait quelques milliers de « plombiers polonais » et ils furent un million.

C’est d’autant plus incompréhensible, écrit Goodhart, que déjà à l’époque, les sondages montraient que près des trois quart de la population estimait le rythme de l’immigration dans le pays trop rapide. Trois quart des sondés estimaient et que le pays avait changé au point qu’on ne s’y sentait « plus chez soi ». Pour Goodhart (...), ce refus d’entendre ses propres électeurs sur la question de l’intégration, constitue l’une des causes de l’échec électoral de 2010, face aux conservateurs.

Le modèle multiculturaliste n'a plus la cote auprès des Britanniques. On se souvient comme ils se moquaient, de notre modèle d’intégration républicain... Si l’on en croit Goodhart, le multiculturalisme n’est plus qu’une « idéologie qui a dominé les années 80 »…. Passée de mode (...)

Car la puissance des nations est fondée, poursuit-il, sur leur capital social – la confiance mutuelle qui existe entre leurs membres ; le fait qu’ils partagent les mêmes intérêts et les mêmes valeurs. C’est cette confiance en un avenir commun qui a rendu possible la construction, sur plusieurs générations, des cathédrales. C’est aussi sur cette confiance réciproque que sont fondés nos Etats-providences redistributifs. Seul, le cadre national, insiste Goodhart, fournit le cadre dans lequel peut s’exercer cette indispensable solidarité."

Posté le 27 avril 2017 à 12h07 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

24 avril 2017

Et pendant ce temps-là...

CtX703wXYAEmtML.jpg large

Posté le 24 avril 2017 à 13h25 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (1)

22 avril 2017

Il est désormais possible de supprimer les allocations familiales des immigrés délinquants

Au Danemark. Et c'est pour quand en France ?

Posté le 22 avril 2017 à 13h52 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (2)

Mensonges sur l'immigration : les méthodes de la mafia universitaire et des réseaux du Monde

Témoignage de Christophe Guilluy :

« Dans le domaine qui est le mien, celui de la démographie et du territoire, c’est archi-caricatural. Ma discipline est verrouillée par quelques personnages qui ne sont plus là que pour ostraciser. Je reçois désormais des courriels de doctorants qui m’assurent suivre mes travaux, mais m’expliquent qu’il leur est interdit de les citer. Voilà où nous en sommes. C’est le totalitarisme soft dans sa version universitaire. Dit autrement, le système est mafieux : il l’est en ce sens qu’il s’agit de tuer, professionnellement parlant, les pensées dissidentes. C’est la mésaventure qui est arrivée à Michèle Tribalat. Cela fait plus de quarante ans qu’elle accumule les études, statistiques à l’appui. C’est quelqu’un qui produit, contrairement à des gens comme Hervé Le Bras et Emmanuel Todd. Sa carrière a été un long calvaire, elle ne pouvait même plus aller physiquement à l’Institut national d’études démographiques (Ined), elle devait travailler chez elle, tans Le Bras et ses acolytes l’ont harcelée. Pour mémoire, elle avait attaqué, dans les années 1970, Le Bras sur sa méthode, pointant ses erreurs statistiques et le coinçant sur un point de méthode loin d’être négligeable puisqu’il conditionne l’ensemble de ses travaux. Le Bras n’a rien eu à lui répondre, sinon qu’elle prenait la suite des statistiques ethniques sous Vichy. Mal lui en prit, Michèle Tribalat n’a pas eu de mal à prouver qu’il n’y a pas eu de statistiques ethniques sous Vichy ! Qu’importe, le scud était lancé. Interdit de donner les vrais chiffres de l’immigration. En grand manipulateur, Le Bras – et avec lui les réseaux du Monde et la mafia universitaire – a toujours communiqué sur le solde migratoire, arnaque complète. Le tour de passe-passe a beau être énorme, il n’en a pas moins été reçu comme vérité intangible. Or, on ne peut pas considérer qu’il n’y a pas d’immigration au prétexte que de jeunes Français surdiplômés s’installent en masse à Londres ou ailleurs. Tribalat n’en est pas restée là, puisqu’elle s’en est prise à Todd, autre vache sacrée, sur la question des mariages mixtes, autre arnaque. »

Posté le 22 avril 2017 à 10h24 par Michel Janva | Lien permanent

21 avril 2017

Le "vivre-ensemble" version émirienne

Unknown-6Un lecteur du Salon Beige en déplacement professionnel à Dubaï soumet à nos réflexions la solution Émiratie du "vivre ensemble" :

  • Ici il y a 80% d'immigrés, oui  je dis bien 80 % et il n'y a aucun problème de vivre ensemble, aucune insécurité, aucun communautarisme, aucun racisme ! Pourquoi ?
  • Il n'existe pas de droit du sol
  • Il n'existe pas de double nationalité
  • les visas maximum sont de 3 ans
  • la moindre condamnation et le visa est supprimé et l'individu expulsé (après avoir effectué sa peine)
  • Le vol d'une tablette de chocolat dans un magasin provoque l’expulsion de l'individu
  • Toutes les religions sont admises et le culte est libre mais la religion officielle est l'Islam, il y a l'appel du muslim dans les centres commerciaux.
  • 100% des postes dans les administrations, la police, l'armée sont réservés aux nationaux.
  • Lorsqu'un étranger veut créer une entreprise aux EAU il doit avoir un actionnaire local
  • Résultat, plein emploi et salaires 40% plus élevé qu'en France.

Alors deux questions :

  • Pourquoi ce qui marche ailleurs ne marcherait pas chez nous ?
  • Pourquoi lorsque ces mesures sont appliquées dans un pays étranger nous appelons cela "du bon sens " et lorsque quelqu'un le propose chez nous ont le traite de fasciste ?

Posté le 21 avril 2017 à 13h54 par Michel Janva | Lien permanent

Immigration clandestine : "Il y a une augmentation des arrivées au niveau national"

Posté le 21 avril 2017 à 09h50 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

Marion Maréchal-Le Pen : "Il y a évidemment un lien entre terrorisme et immigration"

Posté le 21 avril 2017 à 09h44 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

18 avril 2017

50 fiches de désintoxication sur l'immigration

57% des Français trouvent les immigrés trop nombreux ; 80% de nos concitoyens partagent l’idée selon laquelle parmi les très nombreux migrants qui arrivent actuellement en Europe, il se trouve des terroristes potentiels,… : ces vérités incontestables sont murmurées doucement, dissimulées par les médias de l’oligarchie bon tons incapables de se confronter au réel. Jacques Bompard révèle au détour de cinquante fiches détox ces réalités sur l’immigration !

Qu’est-ce qu’un immigré ? Quelles sont les véritables aspects du grand remplacement ? Quels sont les impacts des procédures françaises et européennes sur l’immigration ? Tant de questions auxquelles répondent ces fiches argumentées, s’interrogeant sur les phénomènes historiques qui ont encouragé le mouvement migratoire. « Qu’il faille exclure les clandestins, nous en sommes d’accord. Qu’il faille réduire le nombre des immigrés venus régulièrement, j’en suis convaincu et c’est pourquoi la loi de réinsertion dans leur pays a été adoptée au gouvernement Mauroy. Il faut continuer », soulignait François Mitterrand dans les années 1970. Une citation que les grands médias semblent oublier et que rappelle le député de Vaucluse.

Au rythme de quinquennats aveuglés par les aspirations partisanes, l’immigration est devenue un argument de campagne, destiné à servir les velléités de politiques libertaires et démagogues. Un argument qui pèse lourdement sur le contribuable : à l’heure où la pauvreté des Français atteint des seuils particulièrement élevés, ce sont les 150 000 € par jour dépensés à Calais pour assurer la sécurisation d’une ville française submergée par des vagues migratoires incessantes ; ce sont les millions de subventions publiques dépensés pour une Cité de l’Immigration aux ordres d’une administration tentant de légitimer des politiques inanes.

Alors qu’à l’Est, le groupe de Visegrad propose de réguler raisonnablement les flux migratoires, incite à résoudre ses problèmes démographiques par le regain de sa politique familiale, la France préfère remplacer sa population. A l’heure où l’Allemagne reconnaît que sa politique d’accueil systématique se révèle chaque jour un peu plus désastreuse, la France préfère continuer d’accueillir des populations qu’elle n’a pas le luxe de recevoir.

Ce sont tant d’éléments que les Cinquante fiches détox sur l’immigration révèlent. A la veille de l’élection présidentielle, les politiques migratoires actuelles ne peuvent rester en vigueur. Pour préserver l’identité française, c’est à l’aune du réel, au service du Bien Commun, que doit s’inscrire la politique migratoire du prochain président français.

Jacques Bompard 50 Fiches sur l'immigration
Publish at Calameo

Posté le 18 avril 2017 à 18h52 par Michel Janva | Lien permanent

Avec Macron, c'est le Grand Remplacement assuré

Posté le 18 avril 2017 à 12h03 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Bernard Lugan : «100 millions d’Africains veulent arriver en Europe»

En perdition depuis l’intervention de l’OTAN, la Libye pourrait retrouver son unité et cesser d'être le point de passage obligé des réfugiés en partance pour l'Europe, avec un retour à la realpolitik, selon le spécialiste de l’Afrique Bernard Lugan.

Posté le 18 avril 2017 à 08h03 par Michel Janva | Lien permanent

15 avril 2017

Le "vivre ensemble" entre Soudanais et Afghans... à Paris

Des heurts ont éclaté en début de soirée, vendredi, en marge d’une distribution de nourriture. Plus d’une cinquantaine de clandestins se sont alors affrontés, Afghans d’un côté, Soudanais de l’autre. Le bilan de cette bagarre d’une rare violence est particulièrement lourd, plus de 20 blessés et un jeune homme, roué de coups de bâtons, entre la vie et la mort. Il aura fallu plusieurs heures aux forces de l’ordre, intervenues en masse, pour rétablir un semblant d’ordre dans la zone.

Parallèlement à cette confrontation sanglante, à coups de bâtons et de barres de fer, une centaine de réfugiés ont profité de la confusion pour escalader les grilles du site et envahir les locaux déjà complets.

Posté le 15 avril 2017 à 09h44 par Michel Janva | Lien permanent

13 avril 2017

Le grand remplacement n’est ni un fantasme ni un complot, c’est le secret le mieux gardé de la mondialisation

Extrait de la chronique d'Eric Zemmour :

«Le grand remplacement» n’est ni un fantasme ni un complot ; c’est le secret le mieux gardé de la mondialisation ; son principe, son moteur, son âme. Ce n’est pas Renaud Camus, l’auteur de cette formule aussi brillante que sulfureuse, qui l’affirme ; ni un militant «identitaire», ni même un de ces intellectuels «réactionnaires» voués aux gémonies par la bien-pensance. C’est l’un des plus célèbres démographes français, l’un des piliers des pages idées de la presse de gauche, le compère d’Emmanuel Todd, le contempteur du Front national et des «fantasmes d’invasion»: Hervé Le Bras. Bien sûr, notre auteur continue de pourfendre cette notion de «grand remplacement», mais le paradoxe est qu’il en démontre l’implacable réalité mieux que quiconque. Il rejette le mot pour mieux en faire accepter la chose. Jamais il n’a été aussi clair, aussi limpide. Comme s’il tombait le masque. Comme s’il pouvait décrire la réalité sans fard car il était trop tard pour l’arrêter.

Que nous dit son dernier opuscule? Que la mondialisation, d’abord déménagement d’usines dans les pays pauvres, est désormais déménagement d’hommes dans les pays riches. Que ce ne sont pas les plus pauvres qui émigrent, mais les moins pauvres des pays pauvres. Que les stratégies d’aide au développement sont donc un leurre comme les réfugiés climatiques. Que «la croissance de la population française dépend des migrations… Sans l’entrée d’étrangers, le solde migratoire de la France deviendrait négatif et la croissance démographique cesserait rapidement…»

Que les politiques devraient s’intéresser autant à l’immigration qu’à l’émigration. Que «200.000 départs par an représentent presque le quart d’une génération». Que les immigrés d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec ceux d’hier, car «les migrations à longue distance qui viennent du monde entier ont remplacé les déplacements de proximité» (…)

Les uns remplaceront les autres, mais le grand remplacement n’existe pas. Le Bras est le Pangloss des migrations. Tout est bien dans le meilleur des mondes. Le grand remplacement est un grand déménagement du monde et Hervé Le Bras est son agent immobilier."

Posté le 13 avril 2017 à 07h25 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

11 avril 2017

Plus de 80 % des annulations de mariages prononcées en France concernent des mariages mixtes

Lu dans L'Homme Nouveau :

"[...] Plus d’un mariage sur quatre contracté par nos concitoyens est ainsi un mariage mixte. Or plus de 80 % des annulations de mariages prononcées en France concernent des mariages mixtes. Ce qui, outre leur vulnérabilité spécifique, laisse aussi planer un fort soupçon de répudiations coraniques ou de fraudes au mariage (avec ou sans taqiya) : une part importante de mariages blancs ou de complaisance parmi tous ces mariages mixtes. Ce nombre considérable de vrais ou faux mariages mixtes sert de toute façon une immigration de peuplement qui se poursuit également avec l’immigration d’asile et de travail, sans oublier le séjour clandestin, voie commode pour l’immigration de travail qui finit souvent par la régularisation et, pourquoi pas, le regroupement familial…

En 2015, 49 % des mariages mixtes touchent une femme étrangère et un homme français, contre 38 % entre 1950 et 1980. Les femmes représentent aujourd’hui la moitié des étrangers résidant en France, avec un taux de fécondité (voisin de trois enfants par femme) généralement plus élevée que celui des Françaises de souche. Qu’on le veuille ou non, « l’immigration nuptiale » est devenue un élément majeur d’expansion des populations étrangères sur le territoire français, une filière (il)légale de l’immigration de peuplement : « elle peut s’interpréter comme une forme de colonisation de peuplement », selon Jean-Yves Le Gallou. La multiplication des mariages mixtes comme cheval de Troie du « grand remplacement » ? Voici un élément à prendre en compte également dans le nécessaire débat lancé par Laurent Dandrieu sur le suicide de la civilisation européenne et le grand malaise provoqué par le discours imprudent de l’Église actuelle sur l’immigration essentiellement islamique (Laurent Dandrieu, Église et immigration : le grand malaise, Presses de la Renaissance, 316 p., 17,90 €. Voir le dossier de L'HN n° 1634, p. 9 à 15.)"

Posté le 11 avril 2017 à 21h45 par Michel Janva | Lien permanent

Rixe entre Afghans et Kurdes : incendie du camp d'immigrés de la Grande Synthe

12244234La quasi totalité du camp de Grande-Synthe (Nord) a été ravagé par un incendie hier soir. Environ 1 500 migrants, principalement des Kurdes irakiens, y vivaient dans 300 cabanons en bois. Le feu s'est déclaré après une rixe à l'arme blanche entre Afghans et Kurdes qui a fait six blessés.

Les bagarres se sont poursuivies tard dans la nuit, malgré l'intervention de deux compagnies de CRS.

70% du camp a été détruit. Ces immigrés ont été évacués du camp et seront relogés dans des hébergements d'urgence.

Posté le 11 avril 2017 à 07h50 par Michel Janva | Lien permanent

06 avril 2017

Église et immigration : conférence de Laurent Dandrieu à Nantes ce soir 6 avril

Tract LD V2

Posté le 6 avril 2017 à 10h24 par Le Salon Beige | Lien permanent

04 avril 2017

Vannes : cours d’arabe et de turc (mais pas de breton) à l'école

Lu sur Breizh-info :

"Les élèves de l’école primaire publique de Beaupré La Lande à Vannes pourront apprendre le turc ou l’arabe. Mais pas l’allemand l’espagnol ou encore le breton.

Les élève de cette école se sont vus remettre par l’administration de l’établissement un document de la Direction générale de l’enseignement scolaire à transmettre à leurs parents. Celui-ci propose aux enfants de recevoir « un enseignement optionnel de langue vivante étrangère » ouvert à toutes les familles « quelle que soit leur nationalité ou leur origine ». Une école implantée dans un quartier résidentiel « où il fait bon vivre », selon le quotidien Ouest France. Deux langues seulement sont proposées aux jeunes élèves : l’arabe et le turc. [...]"

Posté le 4 avril 2017 à 20h11 par Michel Janva | Lien permanent

Cardinal Turkson : « L’immigration c’est comme l’eau qui coule du robinet : il ne faut pas seulement essuyer, mais fermer le robinet »

Unknown-30Face à l’émigration massive, le cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson, président du Dicastère au service du développement humain intégral, a plaidé pour la promotion du développement des pays de provenance des migrants, le 30 mars 2017. Présentant au Vatican le Congrès organisé par le dicastère les 3 et 4 avril, sur le thème “Perspectives pour le service du développement humain intégral à 50 ans de Populorum progressio”, le cardinal ghanéen a évoqué la crise actuelle de façon très politiquement incorrecte :

« L’immigration c’est comme l’eau qui coule du robinet : il ne faut pas seulement essuyer, mais fermer le robinet ».

Le cardinal Turkson a estimé que la « préoccupation » des pays d’accueil était due à leur baisse démographique :

« là où il y a plus d’hôtes que d’enfants, il y a toujours une tension ».

Pour donner asile, il faut en effet « une sécurité dans la démographie locale ». D’où aussi la montée des « nationalismes », exprimant « la préoccupation d’un pays d’être englouti par l’arrivée en masse de nouvelles populations ».

Posté le 4 avril 2017 à 18h50 par Michel Janva | Lien permanent

Le multiculturalisme est l’idéologie dominante de notre temps

Mathieu Bock-Côté a été interrogé dans le dernier numéro de La Nef. Extrait :

Couverture291"[...] Le multiculturalisme est l’idéologie dominante de notre temps. Elle domine le monde politique, le monde médiatique, le monde académique, le monde économique. Elle œuvre à la reconstruction en profondeur des fondements mêmes de notre civilisation : elle pousse à la dissolution des identités historiques, à l’effacement des frontières, à la mutilation des repères anthropologiques les plus fondamentaux. On arrache l’homme à sa culture, à ses appartenances, d’autant qu’on présente ces dernières comme un amas de préjugés dont il devait se délivrer pour enfin renaître, dans une humanité nouvelle. Finalement, on l’arrache à sa nature. Je le redis : cette idéologie n’est pas confinée dans les marges excentriques de certaines institutions académiques. Elle condamne nos sociétés à une forme d’appauvrissement existentiel, dont la conséquence la plus immédiate est l’impuissance politique. Il est naturel, d’y résister, même si ses promoteurs maquillent cette idéologie en un sens de l’histoire auquel on ne pourrait tout simplement pas s’opposer. Je conviens que cela ne va pas de soi : comment résister à un mouvement qui se veut à la fois juste et inévitable ? Il est difficile de penser librement dans de telles circonstances. Comment s’extraire des catégories mentales prescrites par l’époque ?

Vous consacrez de fortes pages sur le problème de la présence massive de l’islam dans nos pays occidentaux : en quoi précisément pose-t-il un problème ?

Permettez-moi de reformuler le problème : ce qui me frappe, d’abord et avant tout, c’est l’aveuglement identitaire de nos élites intellectuelles qui se contentent d’une définition juridique et procédurale de la nation : leur vision du monde repose sur le déni des cultures. Dès lors, toutes les communautés, quelles qu’elles soient, peuvent cohabiter librement, sans que ne se pose jamais la question de la culture commune appelée à fonder la communauté politique. Mais une nation, quoi qu’on en pense, n’est pas qu’un empilage d’individus blindés dans leurs droits, non plus qu’une addition de communautés étrangères les unes aux autres et seulement réunies par la magie sémantique du vivre ensemble. La question de l’immigration importe parce qu’elle révèle les limites du contractualisme en politique. Une nation est une réalité historique inscrite dans la durée. Ceux qui la rejoignent doivent en prendre le pli identitaire et apprendre à dire nous avec elle. On parle beaucoup de la question identitaire aujourd’hui : à travers elle, on cherche à nommer ce qui allait autrefois de soi : la langue, la culture, la mémoire, les symboles, les mœurs. Mais sommes-nous encore capables de comprendre la part symbolique et existentielle du politique ? À cette lumière, on peut penser la question de l’islam. De quelle manière l’islam peut-il prendre le pli de la civilisation occidentale, quand on sait que la mouvance islamiste refuse de toutes ses forces qu’elle s’y intègre ? Est-ce que la civilisation européenne a encore la force et la vigueur nécessaire pour absorber ces populations nouvelles ? On est en droit d’en douter, quand on voit notre civilisation s’avachir dans le culte pénitentiel et se complaire dans une image détestable d’elle-même. [...]

Que vous inspire la campagne électorale pour l’élection présidentielle en France ?

Au moment où je vous écris ces réponses (le 18 mars), j’ai l’impression que la France se fait voler son élection présidentielle. Depuis cinq ans, la France connaissait une poussée conservatrice aussi profonde que vigoureuse. Elle était appelée à connaître une traduction politique significative. Cette traduction semble avorter aujourd’hui. Par ailleurs, le déploiement de la question identitaire, l’émergence des questions sociétales, les enjeux soulevés par le terrorisme islamiste, tout cela aurait dû transformer la présidentielle de 2017 en grand débat sur l’avenir de la France, entre des options politiques clairement définies. Ce n’est pas ce qui arrive. Le système médiatique a repris le contrôle de la vie démocratique en la réduisant à des intrigues de coulisses et en la vidant de sa substance politique."

Posté le 4 avril 2017 à 07h51 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Immigration

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Immigration