05 mars 2015

Immigration : le réseau des faux malades

Lu sur Novopress :

"Il y a les mariages blancs, la fausse paternité, les réfugiés politiques factices, les mariages gays qui n’en sont pas. Les filières d’immigration clandestine toujours en quête de trous d’air dans la législation française ne sont pas en mal d’imagination. Ils fabriquent aussi, par le biais de prises de sang faites sur de vrais patients, de faux malades du sida afin qu’ils soient régularisés en France. Il est en effet prévu dans nos largesses de régulariser systématiquement des étrangers porteurs de pathologies lourdes comme le VIH."

Voir le reportage de TF1.

Posté le 5 mars 2015 à 07h23 par Michel Janva | Lien permanent

Quand les djihadistes touchent 550 000 euros d'allocations

Lénine disait : "Les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons".

A en croire le DailyMail, les Occidentaux sont en train de fournir gratuitement les couteaux avec lesquels les islamistes les égorgerons :

"Depuis quelques semaines, l'Angleterre a découvert le visage  de l'horreur en celui de Mohammed Emwazi, alias "Jihadi John". Le jeune homme  s'est révélé pour sa barbarie aux côtés des combattants de l'Etat islamique. A  chaque vidéo de décapitation d'otages, le djihadiste apparaît encagoulé de noir (...) Ce mercredi, on apprend que "Jihadi John" et sa famille ont  touché plus de 550 000 euros d'allocations et d'aides de la part de l'Etat

Réfugié en Grande-Bretagne, la famille Emwazi avait obtenu  l'asile en 1996 après avoir fui le Koweït. La famille avait dit craindre pour sa  vie et pour ses six enfants. Depuis leur arrivée, les parents de Mohammed Emwazi  n'auraient jamais travaillé.

Dans le détail, la famille aurait vécu dans cinq maisons  différentes, dont le loyer de l'une d'entres elle s'élevait à 620 euros par  semaine. Le propriétaire d'une maison à Little Venice, un quartier de Londres,  assure que le Conseil municipal de Westminster a payé ce loyer mensuel pendant  quatre ans alors que l'allocation logement en Angleterre n'est versée que  pendant 13 semaines. A cela, s'ajouterait 55 000 euros d'allocations et d'aides  par an dont aurait bénéficié la famille Emwazi."

Et combien de djihadistes dans les 230 000 entrées de clandestins en Europe en un an (chiffre en hausse de 153%) ? Stop ou encore ?

Posté le 5 mars 2015 à 04h39 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

04 mars 2015

Incitation à l'immigration clandestine

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Voilà deux ou trois jours qu’on nous bassine avec le « meilleur apprenti de France » qui est un clandestin, ira ou n’ira pas au Sénat recevoir sa médaille… Finalement il ira, parce que Gérard Larcher considère que sa réussite « mérite d’être saluée ».

Il s’agit évidemment d’une opération de propagande immigrationniste, dans laquelle Gérard Larcher lui-même joue un rôle d’idiot utile.

Apparemment, il ne se rappelle pas qu’en 2011 il avait accueilli au Sénat une jeune Rom clandestine, « meilleure apprentie de France », sans que ça fasse la une des médias.

Mais cette foi il fallait que ça fasse la une des médias… car on ne sait pas assez que les clandestins sont des gens brillants, et qu’il faut donc les régulariser, et qu’il faut de plus en plus d’immigrés.

En 2012 et en 2013 aussi, il y avait eu un clandestin « meilleur apprenti de France ». (Mais pas en 2014, curieusement.)

Bref, ou bien les jeunes clandestins sont vraiment extraordinaires, ou bien il y a vraiment énormément de clandestins, ou bien on se fout vraiment de nous."

Posté le 4 mars 2015 à 16h32 par Michel Janva | Lien permanent

+153% d'entrées d'immigrés clandestins en Europe

Les conséquences de la déstabilisation de l'Afrique du Nord (Libye) et du Proche-Orient (Syrie-Irak) se font sentir sur l'Europe. Les entrées clandestines en Europe ont augmenté de 153%, soit plus de 230 000 illégaux en un an. Le Figaro a décortiqué le dernier rapport de l'agence Frontex.

De juillet à septembre 2014, avec plus de 110 000 passages, par terre et surtout par mer, recensés en trois mois, il est entré en Europe quasiment trois fois plus de clandestins que durant le pire trimestre du printemps arabe de 2011.

Les États de l'Union ont signifié 112 362 refus d'entrée aux migrants (-13 %) en 2014. Ils ont également procédé à 157 324 renvois de clandestins (-2 %). Le nombre de séjours illégaux vient de passer la barre historique des 400 000 détectés en douze mois (+21 %). Les demandes d'asile ont dépassé les 470 000 (+38 %), dont près de 70 000 en France.

Et ce n'est pas fini : l'agence Frontex évoque un réservoir de 140 000 migrants syriens en Égypte, qui commencent à affluer.

Posté le 4 mars 2015 à 09h22 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

03 mars 2015

Immigration : le parlement européen choisit Cécile Kyenge

Le Parlement européen a confié à Cécile Kyenge le rôle de co-rapporteur (avec le Maltais Roberta Metsola) sur 

« l’initiative stratégique concernant la situation en Méditerranée et la nécessité d’une approche globale de l’immigration dans l’UE ».

FDesouche rappelle :

  • Cécile Kyenge a reconnu avoir pénétré illégalement sur le territoire italien lors de son arrivée (lire).
  • Elle est issue d’une famille de 38 enfants nés des quatre femmes de son père (wikipedia)
  • Elle se définit comme « une femme noire et fière de l’être » (lire)
  • Elle demande la suppression de la notion d’immigrant clandestin (lire)
  • Pour Cécile Kyenge : «L’Italie est un pays métis» (relire) et «multi-ethnique» (relire)
  • Cecile Kyenge veut plus d’Africains en Italie et en Europe (relire)
  • Pour Cecile Kyenge, « l’Europe doit ouvrir davantage ses frontières » (relire)
  • Selon elle, « l’Europe a évité le déclin démographique grâce à l’immigration ». (relire)
  • Elle veut « un président noir en Italie« . Elle en « rêve tous les jours » (relire)
  • Elle demande une loi européenne interdisant les partis qu’elle estime ‘racistes’(relire)
  • En Italie, elle a fait intensément campagne pour que les enfants d’immigrants deviennent citoyens italiens dès la naissance. (relire)
  • Elle veut éradiquer l’idée « qu’il n’y a pas d’Italiens noirs » (relire

Posté le 3 mars 2015 à 07h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (20)

02 mars 2015

Bientôt des clandestins de Calais dans votre commune ?

Lu sur Novopress :

"Plutôt que de tenter de stopper l’immigration clandestine, l’État a trouvé une autre solution qui consiste à obliger certaines communes à héberger des clandestins chez eux.

C’est ainsi que la petite commune de Pouilly-en-Auxois a du accueillir plusieurs dizaines de Soudanais, Tchadiens ou Érythréens qui squattaient à Calais. C’est une ancienne caserne de gendarmerie qui a été reconvertie en centre d’accueil pour immigrés clandestins."

Posté le 2 mars 2015 à 15h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (17)

26 février 2015

Des cours d'arabe à l'école primaire

C'est à Fréjus, ville dont le maire est FN. Est-ce une provocation de l'Académie à l'encontre de la mairie ? En tous cas, les parents sont choqués que l'on propose 1h30 à 3h de cours hebdomadaires d'arabe en primaire. Et les élus FN réagissent (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

IMG_2685

Posté le 26 février 2015 à 10h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

22 février 2015

Faux père de 21 enfants nés de 19 mères différentes

Un Nantais de 28 ans avait reconnu un total de 21 enfants nés de 19 mères différentes entre 2004 et 2009. Le service central du parquet civil, basé à Nantes, a signalé la bizarrerie à la police. L'homme, de nationalité française, vient d'être mis en examen pour reconnaissance de paternité à des fins frauduleuses. Les enquêteurs le soupçonnent d'avoir effectué de fausses reconnaissances d'enfants afin de leur transmettre la nationalité française et de permettre à leur mère d'obtenir un titre de séjour. Les femmes, d'origines africaines ou sud-américaines, habitent pour la plupart en région parisienne.

Posté le 22 février 2015 à 17h13 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

20 février 2015

Hébergement d'urgence : c'est gratuit c'est l'Etat qui paie !

Lu ici :

"L'hébergement d'urgence dans les hôtels vient d'être pointé du doigt dans un rapport. En théorie, cette solution est provisoire, mais la réalité est tout autre : cet hébergement peut durer des années. Dans les hôtels sociaux, on retrouve des familles en difficulté, logées ici par le Samu social. Une équipe de France 2 a rencontré l'une d'entre elles. Un couple géorgien avec un enfant qui habite dans l'hôtel depuis 2010, en attendant une éventuelle régularisation. Elle ne débourse rien. En effet, c'est l'État qui règle la facture.

En amont, l'organisme a négocié des ristournes avec le patron de l'hôtel. La chambre double passe de 65 euros à 30, assure Belaid Belharet, le gérant de l'établissement. Une manière pour le patron de remplir son hôtel toute l'année. Ainsi, pour 13 chambres, il reçoit près de 15 000 euros d'argent public chaque mois. Et chaque nuit, l'État paie une chambre à 30 000 personnes. Ils n'étaient que 11 000 en 2013."

Comme dirait Hollande : ce n'est pas cher, c'est l'Etat qui paie.

Posté le 20 février 2015 à 17h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

19 février 2015

Invasion de l'Europe : quand la réalité rejoint la fiction

En lisant ces deux romans de fiction, Le Camp des Saints de Jean Raspail et Soumission de Michel Houellebecq, vous pourrez les confronter à ce qui se déroule de l'autre côté de la Méditerranée. Cette information du Daily Mail fait froid dans le dos (source) :

1769263_soumission"Les forces militaires de l’Etat Islamique (ISIS) ont la ferme intention de consolider leurs positions portuaires en Libye mais également de « se mélanger » de façon anonyme aux demandeurs d’asile afin de pouvoir traverser la Méditerranée et d’être accueillis en Europe.

CampdesSaints-WLe journal Il Messagero a écrit « Dès que notre pays a envisagé de vouloir agréger une intervention militaire terrestre en Libye (lire ici), ISIS a de suite prévenu que 500.000 à 700.000 migrants étaient prêts à embarquer sur des centaines de bateaux en direction de l’Europe"

Posté le 19 février 2015 à 08h45 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (7)

14 février 2015

Affaire Leonarda : fin du roman-feuilleton

Si tout va bien, nous ne devrions plus entendre parler de la douce Léonarda, qui a fait trembler la république :

Th"La cour d’appel de Nancy a confirmé le jugement du tribunal administratif de Besançon : la requête de la famille de Leonarda Dibrani contre son expulsion du territoire français est rejetée.

En première instance, le tribunal administratif de Besançon avait allégué « l’absence de perspectives d’insertion économique et sociale en France de Monsieur Dibrani et de toute insertion dans la société française de Madame »."

Le "feuilleton Léonarda" aura coûté près d'un demi-million d'euros à la France, pour une seule famille. Et tous les ans, il entre en France de 100 000 à 200 000 immigrés clandestins...

Posté le 14 février 2015 à 13h28 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (13)

13 février 2015

Très forte augmentation de la population musulmane en Grande-Bretagne

 Lu ici :

"En une décennie le nombre d’enfants musulmans en Angleterre et Pays de Galles a doublé, un élève sur 12 est éduqué dans la foi islamique.

Un tiers des musulmans en Angleterre et au Pays de Galles sont âgés de 15 ans et moins. Une analyse de recensement de 2011 déclare que la population musulmane a augmenté de 75 %. Le nombre de musulmans au Royaume-Uni a augmenté de 1,5 millions en 2001 à 2,7 millions en 2011. Cette étude a été effectuée par le Muslim Council of Britain (MCB). Dans certaines parties de Birmingham plus de 80 % des élèves sont musulmans" (Source en anglais)

Et en France ?

Posté le 13 février 2015 à 14h39 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (2)

12 février 2015

Stéphane Tiki : après le scandale, le mensonge ?

Lu sur Nouvelles de France :

"Stéphane Tiki l’aurait assuré devant la direction de l’UMP : sa demande de naturalisation est en cours. Selon certaines sources à l’intérieur du principal parti d’opposition, en effet, l’ex-leader des Jeunes pop’, qui n’a pas de titre de séjour français, a soutenu avoir demandé la nationalité française il y a un an et demi.

Or, selon Europe 1, il y a bien eu une demande… mais il y a six ans. Et surtout, cette demande a été rejetée en 2009, et Stéphane Tiki n’a pas déposé de recours. Depuis, plus rien. Aucune trace au sein de l’administration d’une nouvelle demande de sa part. Le patron des jeunes pop, camerounais, et membre de la « Droite forte » au sein de l’UMP, n’a donc plus le moindre titre de séjour depuis début 2011."

Posté le 12 février 2015 à 09h52 par Michel Janva | Lien permanent

11 février 2015

Les dessous de la Castellane

Cet article lu sur Boulevard Voltaire pose une question intéressante, celle des dessous financiers de la Castellane. En effet, Valls qui pleurniche sur l'apartheid et veut "casser les ghettos", venu jouer les gros bras et s'auto-congratuler devant les caméras de la baisse de la délinquance à Marseille a été démenti à coups de fusil, ou plutôt de kalachnikov : la délinquance est toujours là, et les ghettos comme celui de la Castellane pourraient bien être plutôt des ghettos dorés, toutes proportions gardées :

[...] "Mais diable, que s’est-il passé ? Les subventions de la Castellane étaient insuffisantes ? Les dealers se sont engueulés avec leurs élus et ont promis de « foutre le feu » ? Le prix de la « paix sociale » s’est envolé à la Bourse de Marseille ? On va nous dire que la Castellane est un quartier misérable où survivent des populations abandonnées. Mais il existe un indicateur qui ne ment jamais : le prix de l’immobilier. Pour avoir une idée des prix les plus élevés en France et pour savoir où est la vraie pauvreté, il suffit d’être un peu curieux sur Internet . À la Castellane, le prix moyen est de 1.850 €. C’est sûr, comparé à une vue sur mer ou les pieds dans l’eau, c’est pauvre. Mais comparé à un bled de 600 habitants dans le Doubs, c’est très riche. Les grandes villes françaises sont riches, immensément riches, et ces criminels n’en sont que les sales gosses mal élevés à qui l’on passe tout depuis 40 ans à coups de vacances au ski, de « travailleurs sociaux » et de centres de loisirs. Si vraiment il n’y avait pas d’argent en banlieue, et que de la misère, qu’est ce qui soutiendrait les cours immobiliers ? En réalité, il y a de l’argent : celui de la drogue, celui des aides sociales et celui des puissances étrangères. Il y a de la richesse : celle des points de vente que se disputent ces voyous.

La réalité est que ces criminels pratiquent une forme de racket, et que les hommes politiques acceptent de jouer le jeu pour tenter de sauver la face devant les caméras, tétanisés qu’ils sont devant la montée inexorable du FN." [...]

Posté le 11 février 2015 à 09h41 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

10 février 2015

Le chef des jeunes UMP est un clandestin

Stéphane Tiki, le nouveau patron des Jeunes Populaires, avait été interrogé par Minute et il avait éludé la question de sa nationalité. De fait, il est Camerounais et ne peut donc pas se présenter en France aux élections et encore moins voter. Pas facile pour un responsable politique de l'UMP.

Mais voilà que le Canard enchaîné révèle qu'en plus de ne pas avoir la nationalité française, il est immigré clandestin :

X3aCURE

Sur Facebook, Stéphane Tiki précise :

"[...] Il n’y a en réalité aucun sujet, j’ai fait une demande de naturalisation qui est en cours.
Ma sœur est française, mes parents ont été mariés en France par Jacques Chirac, j’ai fait mes études en France. [...]

Posté le 10 février 2015 à 20h22 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (17)

09 février 2015

Contrôle de niqab

Valeurs actuelles :

"Une jeune femme a été interpellée samedi après-midi à Marseille, comme le rapporte La Provence. La femme portait un niqab de couleur noire. Le journal précise que «seuls ses yeux étaient effectivement visibles». Le port du niqab est interdit sur le territoire national.

Malgré la demande des policiers qui la contrôlaient, la femme a refusé de se soumettre à ce contrôle d’identité. Comme le rapporte La Provence, «elle s’est mise à insulter les forces de l’ordre en ces termes : “ Chez nous, on ne parle pas aux hommes. Ne m'emmerdez pas !”». Une amie l’a alors immédiatement rejointe : «Tu n'as pas à parler à ces sales chiens !» lance-t-elle, en parlant des fonctionnaires de police"[...]

Conduites de force au poste de police, les deux virago ont continué à insulter les policiers. Quant à savoir si elles auront finalement enlevé leur niqab pour qu'on puisse voir qui est dessous, c'est une autre histoire : probablement grâce à la présence d'une femme policier.

En attendant, Valls clame haut et fort qu'il veut "casser les ghettos" et qu'il n'y a pas de zones de non- droit en France. Dans les rues de Marseille, peut-être quand même un petit peu, non ?

Posté le 9 février 2015 à 20h07 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (14)

07 février 2015

La chute de l'Empire romain, un signe pour notre temps

Michel De Jaeghere est interrogé dans Présent sur son ouvrage Les Derniers Jours, concernant la chute de l'Empire romain. Extrait :

"L’histoire de la fin de l’Empire romain d’Occident est celle de la dislocation d’un empire multinational sous le double effet de l’immigration et des invasions, non pas parce que cet Empire aurait eu à faire face à des foules innombrables (les nouveaux venus n’ont sans doute pas été plus de deux millions, qu’il s’agisse d’immigrés ou d’envahisseurs, dans un empire qui comptait environ 50 millions d’habitants au Ve siècle), mais parce qu’il fut conduit à renoncer, dans l’urgence, au processus de romanisation qui lui avait permis, jusqu’alors, de faire vivre ensemble des peuples d’origines très diverses (il comptait des Calédoniens et des Syriens, des Ibères, des Belges et des Egyptiens !) en leur imposant le moule de la vie civique (par la constitution de cités, dotées de leur territoire, d’une capitale construite à l’imitation de Rome, d’institutions au sein desquelles leurs élites étaient appelées à renoncer à la loi du plus fort pour rechercher le bien commun par la discussion rationnelle), en diffusant ses mœurs, ses beaux-arts, son architecture parmi leurs élites, et en favorisant par un réseau d’écoles municipales l’apprentissage de la langue latine et l’étude de la littérature classique. Il eut la faiblesse de laisser les immigrants s’installer sur son sol en préservant leurs structures et leurs solidarités tribales, et finit même par leur confier la défense de ses frontières contre d’éventuels nouveaux arrivants. Il ne fut pas vaincu par une civilisation concurrente, par des ennemis venus sur son sol avec l’intention de le détruire, mais par des nomades dont il avait renoncé à faire la conquête (parce que celle-ci eût été trop coûteuse et trop difficile, qu’elle aurait demandé trop d’efforts sans rapporter suffisamment de butin), aimantés par le désir de jouir, par le pillage de ses productions, et admis à constituer, sur son sol, des enclaves étrangères qui se muèrent peu à peu en royaumes indépendants.

Son histoire est celle d’un empire qui avait renoncé à la colonisation pour profiter pleinement des fruits de la paix, en s’imaginant pouvoir laisser à sa périphérie, dans la misère et l’anarchie, des peuples auxquels il avait fait miroiter les fruits de la civilisation sans songer qu’ils seraient irrésistiblement conduits à franchir ses frontières pour s’emparer des biens dont on leur avait donné le désir sans leur imposer les disciplines qui avaient permis de les produire. Sa chute se traduisit par sa ruine, comme par celle des pays d’origine des immigrants, qui cessèrent de profiter des échanges dont ils bénéficiaient, avant son effondrement, de la part du monde romain. Il me semble qu’il y a là, pour nos contemporains, de quoi nourrir la méditation."

Posté le 7 février 2015 à 11h06 par Michel Janva | Lien permanent

06 février 2015

7 millions de Franco-Algériens

Chiffre révélé par l'ambassadeur de France en Algérie, Bernard Emié.

Posté le 6 février 2015 à 11h47 par Michel Janva | Lien permanent

04 février 2015

Le grand remplacement est une réalité incontestable

Jacques Bompard a déposé le 21 janvier dernier une proposition de loi de lutte contre l'immigration. Elle est consultable ici dans son intégralité. Il faut noter que Jacques Bompard introduit de manière officielle et sans ambages au sein de l'Assemblée Nationale la notion de grand remplacement, qu'il ne considère pas comme un complot mais comme une grave réalité :

Jacquers_bompard_afp1_01_11"Pourtant il n’est pas besoin d’avoir un sens de l’observation particulièrement aiguisé pour comprendre la réalité incontestable du processus actuellement en cours. Celui-ci porte un nom : le grand remplacement (...)

L’angélisme en matière d’immigration, nourri par une philosophie humaniste dévoyée et les discours mensongers des associations antiracistes et autres officines de lutte contre les discriminations ou de défense des droits de l’homme, a en effet conduit le pays dans une impasse dangereuse : celle du remplacement de population et de son corollaire non moins tragique le changement de civilisation. Trop souvent caricaturée comme étant un fantasme, l’idée qu’une population d’origine étrangère se substitue peu à peu à une autre ne relève pourtant ni de la paranoïa, ni de l’obsession : c’est un fait dûment établi que de plus en plus d’étrangers, majoritairement en provenance du Maghreb et de l’Afrique noire, entrent en France alors que de plus en plus de jeunes Français quittent leur pays d’origine (...) Face à la faiblesse de la natalité, l’immigration n’est pas une solution viable et elle conduira inévitablement à la dissolution du peuple français."

Plus loin, il propose même de réformer la loi du 9 décembre 1905 au sujet de "l'incompatibilité de certaines pratiques avec les valeurs françaises" :

"La République française reconnaît que la religion catholique a une place toute particulière dans l’histoire, la culture et la civilisation françaises et qu’à ce titre, elle ne peut être mise sur le même pied que les autres religions pratiquées en France. Elle veille par conséquent à réduire la visibilité des autres cultes lorsque ceux-ci sont en opposition manifeste avec les valeurs de la nation française, valeurs qui sont en grande partie le fruit des racines chrétiennes de la France"

Et si cette proposition de loi était soumise à référendum, nul doute qu'elle obtiendrait plus de suffrages qu'à l'assemblée Nationale...

Posté le 4 février 2015 à 11h22 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

Fêter le 14 juillet, c'est démagogique

Conseiller municipal d’opposition à Lunel et membre du comité central du FN, Guillaume Vouzellaud déclare à Minute :

"Un de mes amis est marié à une jeune femme d’origine marocaine et ils ont un gamin de 7-8 ans. A l’école, des enseignants et des parents d’élèves ont fait pression pour que le gamin suive des cours d’arabe! Mon ami a refusé, en arguant que son fils était français et qu’il était hors de question qu’il apprenne l’arabe! Car ce n’est pas en encourageant l’apprentissage de l’arabe qu’on va cimenter les Lunellois. On a besoin d’unité.

Un symbole de cette unité, c’est la fête nationale, le 14-Juillet. Or figurez-vous qu’à Lunel, il n’existe aucune célébration officielle. Lors d’une séance du conseil municipal, nous avons proposé de marquer le coup et d’instituer une cérémonie. Le maire nous a répondu que c’était démagogique !"

Posté le 4 février 2015 à 08h11 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

03 février 2015

Le grand remplacement

Caricature trouvée dans un journal algérien (de juin 2014) :

Lr-5127_dilem_140608103533

Posté le 3 février 2015 à 20h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

30 janvier 2015

Les accueillir, mais sans crucifix

De François d'Orcival dans Valeurs Actuelles :

"Les Italiens ont accueilli près de 200 000 réfugiés l’année dernière. Et ce flot continue. Ils viennent des rives sud de la Méditerranée, via la Turquie et la Grèce. On connaît les Italiens, accueillants, généreux, sympathiques et bons catholiques. Ils ont mobilisé toutes leurs associations caritatives au service de ces réfugiés. Des milliers de bénévoles secondent les pouvoirs publics pour les nourrir, les vêtir, les loger en attendant leur “dispersion” vers le nord de l’Europe…

L’une de ces bénévoles, le coeur sur la main, dévouée à son association paroissiale, a offert plus que son secours à ces émigrés : sa maison. Elle a libéré une chambre pour la mettre à disposition ; un réfugié s’est présenté, avec toutes les recommandations. Elle lui a fait visiter la maison et montré sa chambre. Il a dit : « Je ne peux pas coucher là. » « Et pourquoi ? », a demandé cette dame. Il a désigné le crucifix qui se trouvait sur le mur : il fallait le retirer. La dame au coeur sur la main a trouvé ce geste indigne et elle a refermé sa porte.

Cette anecdote, naturellement authentique, a tout d’une parabole. Elle suffit à expliquer ce que, avec nos mentalités d’Occidentaux travaillés par la mauvaise conscience d’avoir voulu faire partager par la terre entière nos libertés, nos droits de l’homme et nos croyances, nous avons du mal à comprendre. Qui est-il ce réfugié qui débarque clandestinement d’un cargo rouillé sur les côtes italiennes ? Un homme qui a rassemblé tout ce qu’il avait d’énergie et de moyens misérables pour quitter son pays, sa famille et traverser la Méditerranée à la recherche d’une autre vie. On pourrait croire que, dans le dépouillement qui est le sien, il serait prêt à accepter toute main tendue, toute humanité ; eh bien, non : au fond de lui, il garde un refus. Toutes les bonnes raisons s’effacent devant le rejet, non pas de l’autre, mais de la religion de l’autre. Ce crucifix au mur."

Posté le 30 janvier 2015 à 16h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (27)

26 janvier 2015

Risque d’infiltration d'islamistes en Europe, cachés parmi les réfugiés

S’adressant à des journalistes italiens au cours du Forum économique mondial de Davos, l’ancien ministre des Finances libyen Ali Tarhouni, actuellement président de l’Assemblée constituante de la Libye, a affirmé que l’UE sous-estime le risque d’infiltration de militants de l’Etat Islamique en Europe, cachés parmi les réfugiés.

L’ancien ministre a dit que l’EI gère efficacement les passages de migrants

« L’Europe a sérieusement sous-estimé la possibilité que des militants s’infiltrent  à Lampedusa, en Sicile ou à Malte». « Les risques augmentent à un rythme spectaculaire. »

Les militants de l’EI, qui ont pris le contrôle de la ville orientale de Derna en Libye l’année dernière, se déplacent vers l’ouest et prennent des points d’appui tout au long de la côte libyenne

Le politicien libyen a expliqué que la plupart des bateaux de migrants qui quittent la Libye pour l’Europe partent de cette partie du littoral.

«Cette région a sombré dans l’anarchie, un terreau idéal pour les contrebandiers, trafiquants d’êtres humains et des militants islamistes. La police et l’armée ne s’aventurent plus dans ces régions ».

L’EI lorgne vers les pays voisins de la Libye – l’Égypte, la Tunisie et l’Algérie – dans le but d’élargir son califat.

Lors d’une réunion de la coalition anti-EI à Londres, le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni a également averti du risque d’infiltration par des militants islamistes. Il a affirmé que les services de sécurité italiens ont été mis en garde contre le risque :

« Ce serait une grave erreur si un pays démocratique ignore la possibilité que des militants armés de kalachnikovs se cachent derrière les bateaux de migrants abordant les côtes d’Europe».

Posté le 26 janvier 2015 à 22h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

24 janvier 2015

Comment peut-il oser parler d’apartheid ?

Christian Vanneste sur Boulevard Voltaire, considère qu'oser parler d'apartheid en France comme l'a fait Manuel Valls est une injure à la France :

"La marée du 11 janvier se retire. Après avoir surfé sur la vague de l’opinion, l’exécutif se retouve avec sa planche à voile sur les écueils, qu’il semble découvrir. Ainsi M. Valls ose parler d’apartheid à propos de la séparation de fait, et non de droit, des populations.

La comparaison avec le système instauré par le régime « blanc » d’Afrique du Sud est injurieuse pour la France. Elle est proprement renversante puisqu’elle paraît supposer une culpabilité de notre pays quand il s’agit d’une conséquence sociale prévisible de la politique d’immigration menée par nos gouvernants avec aveuglement. 

L’apartheid, ce terme qui ne convient qu’à l’Afrique du Sud, le « développement séparé » ne donnait pas les mêmes droits aux Blancs et aux Noirs. Ces derniers subissaient une ségrégation « légale », pour l’habitat notamment. Même si beaucoup de Noirs sud-africains étaient immigrés, le pays résultait d’immigrations croisées, et cette situation imposée par l’État était injuste au profit des immigrés blancs."[...]

Posté le 24 janvier 2015 à 15h37 par Marie Bethanie | Lien permanent

« Les immigrés se reproduisent comme des lapins »

Ce n'est pas Jean-Marie Le Pen qui a dit cela (et qui serait certainement déjà poursuivi s'il l'avait dit). Mais c'est ainsi que le médiatique abbé de La Morandais (qui ne représente que lui) interprète les propos de Pape, en nous disant de faire attention à l'équilibre démographie de l'Europe...

Posté le 24 janvier 2015 à 10h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

20 janvier 2015

Face aux djihadistes et à la CEDH, la France impuissante

A quoi cela sert-il d'avoir des lois en France, puisque c'est une cour supranationale qui décide ? Dernier exemple en date, Bernard Cazeneuve affirme qu'on ne peut pas interdire aux djihadistes de revenir en France

"sauf à prendre le risque de se trouver sanctionné par la Cour européenne des droits de l'homme".

Donc, prenons le risque de nouveaux attentats, le dogme de la CEDH ne pouvant être remis en cause... La Convention européenne de sauvegarde des droits de l'Homme stipule (article 3) que

«nul ne peut être privé du droit d'entrer sur le territoire de l'Etat dont il est le ressortissant».

Le ministre ne veut pas commettre d'attentat contre la CEDH :

«Sauf à prendre le risque de se trouver sanctionné par la Cour européenne des droits de l'Homme, cet article s'oppose donc à ce que le retour en France de ressortissants français soit interdit, qu'ils aient ou non une autre nationalité».

Posté le 20 janvier 2015 à 07h31 par Michel Janva | Lien permanent

18 janvier 2015

"Il n'y a pas lieu de remettre en cause la politique d'immigration"

... d'après Michel Rocard, interrogé dans le JDD.

[...] "Il ne faut surtout pas mélanger tous les problèmes!… On ne peut pas mettre des barbelés et des miradors à toutes nos frontières. C’est une vision du monde qu’il faut éviter à tout prix. [Michel Rocard souffre aussi du syndrôme du Padamalgam, vite, ses petites pilules. NDMB]. La vérité, c’est qu’il y a une corrélation forte entre l’importance et la durée du chômage et la délinquance. Si nous retrouvions le chemin de l’emploi, notre approche de bien des problèmes serait toute différente."[...]

Et la "corrélation forte" entre l'importance de l'immigration, la hausse du chômage et donc de la délinquance, c'est non ? Aveuglement...

Posté le 18 janvier 2015 à 10h45 par Marie Bethanie | Lien permanent

17 janvier 2015

"Nous ne devons pas voir l'immigration économique comme ayant une quelconque utilité"

Viktor Orban, Premier ministre hongrois, a participé à la manifestation de Paris. Face aux menaces terroristes, il déclare :

« Nous ne devons pas voir l'immigration économique comme ayant une quelconque utilité, parce qu'elle ne fait qu'apporter des troubles et des menaces aux peuples européens. Par conséquent, l'immigration doit être stoppée. C'est la position de la Hongrie. »

« La Hongrie ne deviendra pas une destination pour les immigrants. Nous ne le permettrons pas, du moins tant que je serai Premier ministre et que ce gouvernement sera au pouvoir. »

« Nous ne voulons pas voir parmi nous de minorité significative qui aie des caractéristiques et un passé culturels différents. Nous voulons que la Hongrie reste la Hongrie. »

Posté le 17 janvier 2015 à 18h02 par Michel Janva | Lien permanent

16 janvier 2015

Immigration : 31 265 régularisations en 2014

Le nombre d'«admissions exceptionnelles au titre de séjour» s'élève à à 31 265 en 2014.

Le nombre de nouveaux titres de séjour a progressé de 1,9% pour atteindre les 207 870.

Le nombre de visas délivrés a progressé de 12,4% avec 2,8 millions. Mais il s'agit essentiellement des visas touristiques.

Paris a ainsi reçu 64 536 demandes d'asile au total. 14 564 personnes ont reçu une réponse positive. 

En 2014, 15 161 immigrés en situation irrégulière ont été expulsés.

77 335 personnes ont acquis la nationalité française en 2014.

Posté le 16 janvier 2015 à 07h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

14 janvier 2015

Le nombre de clandestins vers l'Europe a bondi de 155% en 2014

Ce chiffre vient de la Commission européenne :

"Plus de 276.000 migrants irréguliers sont entrés dans l' Union européenne en 2014, a annoncé le commissaire européen en charge des migrations, Dimitris Avramopoulos. En 2013, ils étaient un peu moins de 108.000. (...)

Sur ces navires, plus de 80 % des passagers sauvés étaient syriens. Avec les Érythréens, ils composent le plus grand contingent de migrants. (...)"

Posté le 14 janvier 2015 à 21h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

11 janvier 2015

Modification du traité de Schengen ?

L'Espagne propose de permettre des contrôles aux frontières internes de l'Union européenne.

Posté le 11 janvier 2015 à 14h12 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

06 janvier 2015

Pegida fait des émules en Europe

La manifestation initiée par le mouvement Pegida contre l'islamisation de l'Allemagne qui a rassemblé hier à Dresde entre 18000 et 20000 personnes, commence à faire tache d'huile dans d'autres pays d'Europe : des pages de soutien sur Facebook en Suisse et en France, des manifestations de soutien au Danemark, et en Grande-Bretagne ou en Suède, l’immigration est au cœur du débat public.

La résistance à Pegida s'organise, et hier à Berlin, 5000 personnes étaient réunies pour dénoncer "l'intolérance", tandisqu' à Cologne, l'évêque laissait éteintes les lumières de la cathédrale en signe de désapprobation.

Intolérance à l'islamisation intensive contre intolérance aux "intolérants" : tout cela va très mal finir.

 

Posté le 6 janvier 2015 à 16h19 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

L'affaire de l'enfant Rom de Champlan : manipulation ?

On a entendu tout et n'importe quoi au sujet du refus d'inhumer un bébé Rom de la part du maire de Champlan dans l'Essonne. Difficile de se faire une idée précise et de savoir ce qu'il faut en penser. Réinformation tv est donc revenue sur l'affaire en détaillant pas à pas les étapes (ici), puis en décryptant, à partir des propos des différents politiques rapportés par la presse, cette affaire manifestement montée en épingle dans le but d'enfoncer un peu plus les Français dans la culpabilité de leur racisme supposé :

[...] "En admettant, par hypothèse, que le maire de Champlan, se soit montré complètement nul dans l’affaire, on doit noter que le charivari politique avait commencé avant qu’on ait la moindre information permettant de trancher, qu’elle a pris immédiatement des proportions inimaginables, avec le concours de toute la classe politique. Et qu’on a parlé tout de suite de racisme, de xénophobie contre les Roms sur la seule foi des associations spécialisées.   Donnons quelques aperçus rapides de ce délire. Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat à la famille, parle d’« inhumaine humiliation », Guillaume Garot, député PS de la Mayenne, invite le « combat des valeurs » et Ian Brossat, adjoint PCF à la mairie de Paris, crie à la « honte ». Etant donné l’absence de proximité de ces trois personnages avec un fait divers qui a eu lieu dans l’Essonne, on comprend bien que chacun a couru pour être le premier à s’exprimer sur Twitter et participer à une lapidation en réseaux sociaux. Plus tard, chacun devait y porter sa pierre, le moins ridicule n’étant pas le premier ministre Manuel Valls, toujours parfait dans son rôle de sot solennel : « Refuser la sépulture d’un enfant en raison de son origine : une injure à sa mémoire, une injure à ce qu’est la France. » Sous l’enflure habituelle au personnage apparaissent la posture morale et la thématique qui structurent toute la campagne d’opinion. Avant tout examen, l’acte du maire de Champlan était jugé une bonne fois pour toute raciste et discriminatoire.   Pour nourrir cette campagne étaient fournis certains éléments de langage. Par exemple le mot honte. Cet épouvantail moral cher aux campagnes d’agit prop est d’origine américaine et ancienne (« Shame on you mister Pompidou »). Et puis, il y a la référence, fondamentale, à l’humain, aux droits humains, aux valeurs humanistes. Nathalie Kosciusko-Morizet, qui avait à se faire pardonner la légion d’honneur de Leclerc et le soutien que celui-ci lui a porté, n’y a pas été de main morte : « Refus d’inhumer un nourrisson injustifiable : c’est aux antipodes des valeurs humanistes ».  

La maçonnerie instrumentalise Antigone pour subvertir la France

Et le Défenseur des droits (c’est à dire le directeur d’une petite usine à gaz républicaine qui a remplacé le médiateur de la république) Jacques Toubon, tout en se drapant dans ses exigences de « méthode », a annoncé qu’il se saisissait du dossier, avant de rien en connaître. Pourquoi ? Parce que « sur un plan humain, (il est) bouleversé ».  Ce « plan humain » est une signature, comme l’est le fait que Loïc Gandais ne poursuive pas le maire tout en le réprouvant : il abandonne le plan « juridique » pour le « plan moral ». C’est rare. Les humanistes ne mettent en général rien au-dessus de la loi civile : ici, ils font des risettes à l’Eglise, défendent le droit des gens très pieux, invoquent le droit antique à être inhumé de manière décente. On croirait entendre Antigone.   Et l’on parle de « discrimination devant la mort ». Et l’on voit des écologistes qui par ailleurs militent pour la suppression de l’inhumation préconiser le droit universel au cimetière. Et l’on voit des partisans bruyants de l’avortement gémir et se tordre les mains au nom de la défense des tous-petits.  Ce type de contradictions est toujours révélateur. La personnalité du maire de Champlan et l’acte qu’il a vraiment commis importent peu dans cette affaire. Ils sont simplement l’occasion pour la maçonnerie et ses réseaux de poser en principe, et de faire entrer dans les faits, en s’aidant d’un cas qui remue les sentiments, que la puissance publique ne saurait limiter, un tant soit peu, les mouvements de l’étranger. Et si elle le fait ce sera une honte. Un acte anti-humain, barbare, profondément étranger à la France. Les promoteurs de cette campagne se fichent bien de Maria Francesca, ce qui leur importe c’est mettre dans la tête des Français qu’un maire qui s’oppose à une demande d’immigré est une ordure qui commet un acte épouvantable. Ici, il s’agit à proprement parler d’un détournement d’Antigone. Une mouvance qui a dans sa manche les pouvoirs exécutif, législatif, judiciaire, les médias, le soutien des églises et des associations, prétend parler, en jouant sur l’affect, au nom des pauvres et des faibles, le tout pour subvertir le droit et priver un peuple de la faculté d’exercer ses droits. C’est très efficace et c’est à vomir."

Posté le 6 janvier 2015 à 13h07 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (27)

05 janvier 2015

Questions sur les bateaux chargés de réfugiés

De Bernard Antony :

"Nul certes ne peut rester insensible devant les tragédies des réfugiés de toutes parts embarqués vers l’Europe sur des bateaux d’infortune très chèrement payés.

Mais cela appelle tout de même plusieurs questions essentielles pour en finir avec une pratique d’immigration inéluctablement lourde encore de conséquences ultérieures très funestes. 

  1. D’où viennent ces cargos ? Les réfugiés syriens ou iraniens n’ont pas de ports d’embarquement possibles sur la Méditerranée autres que ceux de Turquie. L’évidence, c’est que la Turquie, État particulièrement policier, laisse donc faire cela.
  2. Pourquoi ces réfugiés d’évidence essentiellement musulmans sunnites ne se réfugient-ils pas dans les très riches pays d’islam bien plus proches de leurs lieux de fuite tels que les Émirats Arabes Unis, le Koweit, l’Arabie Saoudite ?
  3. Peut-on sérieusement croire qu’un très grand nombre de ces réfugiés puissent disposer des milliers de dollars nécessaires à l’achat de leur transport sans aucun financement ?
  4. La dernière qui se pose donc est celle de savoir si l’immense migration des « boat-people » arabo-africains vers l’Europe n’est pas voulue, encouragée et même cyniquement planifiée au mépris du malheur des personnes et des familles ? Ne s’agit-il pas d’une forme de submersion démographique très organisée ?

Il est temps que les nations d’Europe renvoient les États musulmans à leur responsabilité. C’est là un impératif et de charité et de sécurité."

Posté le 5 janvier 2015 à 21h28 par Michel Janva | Lien permanent

04 janvier 2015

Le Camp des saints

Cette citation n'est pas extraite du livre à succès de Jean Raspail, et pourtant :

"Deux jours après le sauvetage d'un cargo à bord duquel se trouvaient déjà des centaines de migrants, les gardes-côtes italiens ont pris le contrôle vendredi 2 janvier d'un autre bateau en perdition au large des côtes transalpines. Le navire marchand, qui transporte 450 migrants, avait été abandonné par son équipage. L'Ezadeen, qui bat pavillon sierra-léonais, a été pris en charge par les autorités maritimes fait désormais route vers Crotone, en Calabre (sud du pays).

Le navire avait été repéré par un avion des gardes-côtes à 130 kilomètres des côtes italiennes. Un des passagers a pu faire fonctionner la radio à bord et informer les gardes-côtes de l'abandon de l'équipage.

Selon un site Internet consacré au trafic maritime, le navire serait parti de Chypre et sa destination officielle aurait été le port de Sète, dans le sud de la France.

Six gardes-côtes italiens ont été déposés sur le cargo par hélicoptère et sont parvenus à prendre le contrôle du navire. Cette voie a été choisie « en raison des conditions météorologiques difficiles », a précisé l'armée de l'air. Le Týr, patrouilleur islandais qui participe à l'opération européenne de surveillance des frontières « Triton », est parvenu à rejoindre le navire, et des médecins islandais ont également pu être hélitreuillés à bord du navire en détresse.

Il y a deux jours, un cargo battant pavillon moldave, le Blue-Sky-M, avait déjà dû être aidé par la marine italienne, qui était parvenue à ramener à bon port quelque 900 migrants, entassés sur ce cargo abandonné par son équipage en pleine mer Adriatique. Sans leur intervention, le navire allait se fracasser contre les rochers, avaient affirmé les gardes-côtes."

Laisser un navire pour qu'il aille se fracasser sur la côte italienne et forcer ainsi l'Italie à accueillir des centaines d'immigrés : jusqu'à quand ?

Posté le 4 janvier 2015 à 17h55 par Michel Janva | Lien permanent

03 janvier 2015

Immigration : 17 Etats américains poursuivent Obama

Lu dans Présent :

"Le fédéralisme des États-Unis a toujours été l’un des piliers institutionnels du pays, sans cesse soumis à deux sortes de pressions antagonistes : l’une, partie de Washington, cherchant à rogner sournoisement la marge de manœuvre dont jouit légalement chaque État ; l’autre, issue des États fédérés, souhaitant protéger leur autonomie face aux pulsions expansionnistes du pouvoir fédéral. Les Pères fondateurs avaient prévu cet inévitable bras de fer. Et d’ailleurs, les présidents successifs ont tous eu, plus ou moins, les mêmes réflexes centralisateurs aux dépens des petites républiques que représentent les cinquante Amériques en miniature. Mais l’histoire de la rapacité washingtonienne nous apprend que c’est Barack Obama qui est allé le plus loin dans les attaques contre les principes fondamentaux du fédéralisme. Le 20 novembre dernier, il annonça qu’il allait – par simple décret – permettre à plus de cinq millions d’immigrants illégaux de devenir, à plus ou moins brève échéance, des citoyens à part entière.

Cette décision présidentielle, qui a toutes les allures d’un véritable diktat puisqu’il marginalise complètement le Congrès, fit l’effet d’une bombe non seulement dans le monde politique, mais dans le pays tout entier. Chaque État se sentit humilié dans ses prérogatives et meurtri dans sa définition. De plus, toucher à un dossier aussi brûlant, c’était du même coup faire preuve d’arrogance et même de provocation. Dix-sept États décidèrent de poursuivre devant la justice l’État fédéral représenté par Obama. Une initiative peu commune qui montre bien le degré d’exaspération atteint par la mosaïque américaine. Dix-sept États – pour l’instant – dont le courroux s’exprime à travers cinq griefs condamnant le trop fameux décret : il viole la Constitution car il court-circuite les élus sur un problème crucial ; il va provoquer une nouvelle marée de clandestins le long de la frontière méridionale ; il augmentera dans chaque État les charges financières provoquées par la présence d’étrangers ; il détourne le pouvoir fédéral de sa véritable mission qui est de faire appliquer les lois existantes ; enfin, il pervertit l’esprit des institutions qui donnent au Congrès – et non au Président – la responsabilité des arsenaux législatifs.

Parmi les dix-sept États plaignants, on trouve les deux Carolines, l’Alabama, la Louisiane et surtout le Texas. C’est lui qui a pris cette initiative judiciaire au nom de sa propre vulnérabilité face à l’invasion permanente du tiers-monde. Un Texas écœuré par l’inertie des pouvoirs publics de Washington et furieux de constater que le seul geste d’Obama, dans cette affaire d’immigration, est un geste non seulement contraire aux principes fondateurs, mais également contraire aux intérêts du pays. L’attorney general (ministre de la justice) du Texas, Greg Abbott, a donc été chargé de déposer la plainte commune devant une cour fédérale. Abbott semble être un personnage à suivre. Il est à ce poste depuis 2002, mais le 4 novembre dernier il se présenta à l’élection devant prolonger ou renouveler le pouvoir exécutif local. Abbott rafla une substantielle majorité de voix grâce à ses positions nationalo-droitistes et notamment à sa ferme défense de la vie. Voilà donc Abbott futur gouverneur du Texas. Il prendra ses fonctions le 20 janvier 2015. Et promet d’être, au cours des deux prochaines années, l’un des plus irréductibles adversaires d’Obama."

Posté le 3 janvier 2015 à 12h17 par Michel Janva | Lien permanent

02 janvier 2015

Trafic d'enfants, en France

Il ne s'agit pas de mères porteuses mais de fausses déclarations de paternité. Mais dans les deux cas, c'est bien l'enfant qui est objet de marchandage.

Des enfants sont au cœur d'un négoce visant à l'obtention frauduleuse de papiers en bonne et due forme. Dernière grande tendance des filières d'immigration clandestine, les fausses reconnaissances d'enfants français dans le but d'obtenir un titre de séjour se multiplient sur le territoire. Surnommées paternités «blanches» ou encore «de papier», ces filiations fictives présentent un défi pour les autorités. Ainsi, dans la région de Caen, la police aux frontières a interpellé en octobre un Français d'origine africaine qui avait reconnu, moyennant finance, pas moins de quinze garçons et filles africains issus de quinze mères en situation irrégulière et leur avait transmis la nationalité. D'origine béninoise, nigériane et camerounaise, les mères ont pu obtenir leur régularisation administrative en tant que mère d'un enfant français. Et le versement de prestations sociales qui en découle.

Posté le 2 janvier 2015 à 11h11 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

17 décembre 2014

"J'ai déjà un candidat arabe de la diversité sur ma liste"

CMarie-Arlette Carlotti, député socialiste des Bouches-du-Rhône, ancienne ministre d'Hollande, vient d'être mise en examen pour injure à caractère racial. Une mauvaise nouvelle après le rejet de ses comptes de campagne aux élections municipales.

Cette mise en examen fait suite à un échange avec le militant Hacen Boukhelifa pendant la campagne.

"Madame Carlotti a hurlé publiquement que je ne serais jamais sur sa liste en disant : "J'ai déjà un candidat arabe de la diversité sur ma liste. Il n'a qu'à aller voir Samia Ghali pour qu'elle le prenne sur sa liste dans les quartiers nord'.

Posté le 17 décembre 2014 à 08h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

Oui, il y aura un jour un président de la République dont le prénom sera Mohammed, Ahmed ou Norredine

Alors que le journaliste italien, Stefan Montefiori, ayant réalisé l'interview polémique d'Eric Zemmour confirme que le terme "déportation" n'a jamais été prononcé, voici comment un journaliste français, Bruno Roger-Petit de l'Obs, pur produit idéologique des temps modernes, voit l'avenir de la France et s'en réjouit :  

" (...) Oui, la France va changer, comme elle a toujours changé. Oui, les Français de culture musulmane vont rester, ne partiront plus, et ne seront jamais déportés. Oui, les cultures vont se mélanger, comme elles l'ont toujours fait depuis l'Antiquité sur ce territoire que l'on nomme France, d'ailleurs, cela a déjà commencé. 

Oui, les adeptes du zemmourisme finiront pas s'éteindre, démographiquement donc politiquement remplacés par des citoyens français plus ouverts, en prise avec la mondialisation et les formidables opportunités qu'elle offre, et qui n'auront pas peur (...)

Oui, il y aura un jour, avant la fin de ce siècle, un président de la République française dont le prénom sera Mohammed, ou Ahmed, ou Norredine. C'est une perspective formidable, parce qu'au regard de l'histoire, et contrairement à ce que raconte la fable zemmourienne, ce sera authentiquement français."

Bruno Roger-Petit croirait-il à la théorie du grand remplacement, théorie qui n'existe pas ?

Posté le 17 décembre 2014 à 06h17 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (15)

16 décembre 2014

Bernard Cazeneuve condamne Eric Zemmour

Éric Zemmour a été interrogé par le Corriere della Sera le 30 octobre. Jean-Luc Mélenchon en donne la traduction sur son blog :

Eric Zemmour : « Les musulmans ont leur code civil, c'est le Coran. Ils vivent entre eux, dans les périphéries. Les Français ont été obligés de s'en aller. »

Question : « Mais alors que suggérez-vous de faire ? Déporter 5 millions de musulmans français ? »

Eric Zemmour : « Je sais, c'est irréaliste mais l'Histoire est surprenante. Qui aurait dit en 1940 que un million de pieds-noirs, vingt ans plus tard, seraient partis d'Algérie pour revenir en France ? Ou bien  qu'après la guerre, 5 ou 6 millions d'Allemands auraient abandonné l'Europe centrale et orientale où ils vivaient depuis des siècles ? »

Question : « [Vous parlez d'exodes provoqués par] des tragédies immenses. »

Eric Zemmour : « Je pense que nous nous dirigeons vers le chaos. Cette situation d’un peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile. Des millions de personnes [vivent ici], en France, [mais] ne veulent vivre à la française. »

Cette liberté d'expression est de trop pour Bernard Cazeneuve :

"M. Bernard CAZENEUVE, Ministre de l'Intérieur, condamne avec une extrême fermeté les propos tenus par Eric Zemmour concernant les musulmans de France dans le quotidien italien Il Corriere della Sera.

Il affirme son soutien aux musulmans de France odieusement attaqués et appelle tous les républicains à réagir et à manifester leur solidarité. Il rappelle que la République laïque garantit la liberté de conscience et la liberté de culte. La Nation française se définit par le vivre-ensemble, et les musulmans de France, comme les chrétiens, les juifs, les croyants et les incroyants, sont tous ses enfants.

En faisant de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme une grande cause nationale, le Président de la République entend qu’aucun Français ne puisse être attaqué ni menacé en raison de son origine ou de sa religion. Le ministère de l’Intérieur, ministère des cultes, prendra toute sa part à cet effort républicain. L’ensemble des Préfets est mobilisé pour protéger les lieux de cultes et pour faire en sorte qu’aucun acte de haine anti-religieux ne demeure impuni.

Bernard CAZENEUVE réaffirme sa détermination à lutter contre ce fléau et à préserver le pacte républicain, garantie de notre vivre ensemble."

Avec une réaction aussi hystérique que celle-ci, nous nous dirigeons donc vers le chaos.

Posté le 16 décembre 2014 à 19h56 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (39)

Noël à l'Elysée : le grand remplacement en une image

R

Posté le 16 décembre 2014 à 17h47 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (40)

15 décembre 2014

Très chère Léonarda

Valeurs Actuelles faisait vendredi le décompte de ce que Léonarda et sa famille ont coûté à la France :

"C’est pour avoir refusé une prime de départ de 10 000 euros que la famille Dibrani, deux adultes et cinq enfants, a été expulsée, en septembre 2013.

En attendant que cette famille revienne en France sous identité croate (c’est en tout cas ce qu’elle a prévu), l’“affaire Leonarda” aurait coûté à la France, selon Jean-Paul Gourévitch, la somme de 416 544 euros.

Le décompte est instructif : allocation de subsistance (350 euros par mois pendant quarante-huit mois) ; chèques de soutien de la municipalité et aide fournie par le comité des sans-papiers pour le ravitaillement et les cigarettes (environ 5 000 euros) ; coût de la place en centre d’accueil de demandeurs d’asile (25 euros par jour et par personne pendant 1 460 jours) ; aide juridictionnelle gratuite (deux fois 1 200 euros) ; coût de la santé (aide médicale de l’État et couverture maladie universelle pour sept personnes pendant quatre ans, soit 80 164 euros au total) ; coût de l’élève Leonarda en situation irrégulière au collège (9 670 euros par an pendant quatre ans), enfin le coût de l’expulsion elle-même selon le ministère de l’Intérieur : 18 000 euros. Un cas d’école."

Une question, comme ça, en passant : combien de Léonarda avons-nous encore en stock sur le territoire français ?

Posté le 15 décembre 2014 à 14h02 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

Droit d’asile : le gender devient un critère

Un article de Marc de Fubi (son blog), lu sur Nouvelles de France :

"L’Assemblée examine en ce moment un texte sur le droit d’asile. Celui-ci nous réserve des surprises…

La France a des traditions. Celle notamment d’être terre d’asile. On ne peut que s’en féliciter même si ce n’est pas toujours évident. Cette tradition n’a, d’ailleurs, attendue ni la République, ni la révolution.

Ce texte renforce encore les droits des demandeurs d’asile avec des mesures telles que « pas de réponse sous neuf mois » alors le demandeur peut accéder au marché du travail et aux aides associées, notamment la formation. Sachant que le délai moyen de traitement d’une demande est de seize mois… Les demandeurs d’emplois apprécieront. Désormais le concubin du demandeur, s’il a « une liaison suffisamment stable et continue avec lui » pourra obtenir sans autre formalité un titre de séjour… On imagine facilement les dérives liées à cette « ouverture ». Cette réforme va faciliter l’usage du droit d’asile à des fins d’immigration économique. Conclusion d’Eric Ciotti : « Compte tenu de la longueur de ces procédures, déposer une demande d’asile offre la garantie, même en cas de rejet, de rester sur le territoire tout en bénéficiant des aides accordées aux demandeurs d’asile, et d’obtenir in fine, grâce à la circulaire Valls, le sésame de la régularisation administrative ».

Tout cela n’est pas surprenant et a été largement commenté.

Reste une surprise, passée sous silence. Cette Loi institue, sous l’impulsion de Maud Ollivier le droit d’asile pour les persécutions liées au genre. La rédaction du texte laisse entendre d’ailleurs qu’il existerait des communautés de genre. Elles trouvent ici une surprenante reconnaissance légale. Le genre, qui n’existe pas, imprègne peu à peu notre droit. Ce n’est pas une vue de l’esprit. C’est une réalité. Aucun député de droite n’a dénoncé cela ! La loi sur le droit d’asile, comme les précédentes, est elle aussi un cavalier du gender.

"S’agissant des motifs de persécution, les aspects liés au genre sont dûment pris en considération aux fins de la reconnaissance de l’appartenance à un certain groupe social ou de l’identification d’une caractéristique d’un tel groupe."

Assemblée Nationale

Le "gender" sert décidément à tout...

Posté le 15 décembre 2014 à 08h33 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (3)

10 décembre 2014

En Allemagne, la fronde anti-islamisation se poursuit

Les Allemands sont de plus en plus nombreux à se déclarer hostiles à l'immigration et à l'islamisation de leur pays. Atlantico :

"Un nouveau type de manifestations anti-immigration se répand en Allemagne, où des milliers de personnes descendent dans la rue tous les lundis pour protester contre ce qu'ils appellent "l'islamisation" grandissante dans le pays. Lundi 8 décembre, près de 8 000 Allemands ont manifesté à Dresde, la capitale de l'Etat-région de Saxe, autrefois en RDA. Ils disent vouloir préserver la culture judéo-chrétienne occidentale. Ces protestations arrivent alors que l'OCDE vient de révéler que l'Allemagne était devenue en 2012 la principale destination d'immigration en Europe, et la deuxième derrière les Etats-Unis, accueillant cette année-là 400 000 personnes.

Si le gouvernement d'Angela Merkel assure qu'il s'opposera à toute tentative de David Cameron de réguler les mouvements migratoires au sein de l'UE, le débat allemand sur l'immigration se concentre sur l'immigration venant hors de l'Europe, chez les musulmans en particulier. Ainsi donc hier, des milliers de personnes ont défié le froid pour rejoindre la marche hebdomadaire du lundi (comme en ex-RDA) des "Européens patriotes contre l'islamisation de l'occident" (Pegida, selon l'abréviation allemande)n lancée en octobre par un habitant de Dresde, Lutz Bachmann. Contrairement au "Hooligans" de l'extrême-droite allemande, les sympathisants de Pegida se veulent pacifistes."[...]

Posté le 10 décembre 2014 à 16h27 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

09 décembre 2014

Ebola : l'Afrique ne manque pas de médecins

Bernard Lugan, en fin connaisseur de l'Afrique, livre comme d'habitude une analyse au vitriol :

Blog"Les médias nous disent que si l'Afrique ne parvient pas à combattre Ebola c'est parce qu'elle manque de médecins. Faux ! L'Afrique a des médecins, mais ils ont émigré en Europe ou aux Amériques. Ceux qui furent formés en Afrique sont partis vers des cieux meilleurs et ceux qui le furent en Europe y sont restés... La vérité est que l’Afrique exporte ses personnels médicaux alors qu’en moyenne, elle compte moins de 15 médecins pour 100 000 habitants contre 380 en France.

En 2008, le Center for Global Development chiffrait à 135 000 les personnels médicaux africains (médecins, infirmiers et autres) exerçant hors d'Afrique, dont 28 000 médecins originaires d'Afrique sud-saharienne. S'il n'y a pas de médecins au Liberia, en Sierra Leone, en Guinée et au Mali c'est parce que ces déserteurs ont abandonné leur continent pour aller s'employer dans les pays du Nord.
 
Les conséquences de ce scandale sont clairement apparues le 26 novembre 2014, quand, pour tenter d'enrayer la propagation d'Ebola, la Commission européenne proposa de mobiliser 5000 (!!!) médecins européens. Le Commissaire à l'Aide humanitaire, M. Andriukaitis déclara ainsi qu'il avait « (...) appelé les ministres de 14 Etats membres pour les exhorter à envoyer plus de personnel médical dans les pays frappés par Ebola ».
Avant de faire appel aux médecins européens, pourquoi M. Andriukaitis n'a t-il pas songé à exiger des milliers de médecins africains exerçant au sein de l'UE, de se porter volontaires pour aller soigner leurs frères dans le malheur ?
 
L'exemple d'Ebola n'est pas isolé. Impuissantes, les autorités de Madagascar qui font actuellement face à une épidémie de peste viennent de lancer un appel à l'aide à l'Europe alors que des centaines de médecins malgaches exercent dans les limites de l'UE. Rien qu'en France, ils sont 770 (...)
 
Cette question des médecins africains dans l'UE est révélatrice de ce « grand remplacement » qui se fait à tous les niveaux de la société et que certains considèrent comme un « fantasme »(...) Disons le clairement, cette nouvelle forme de la traite des Noirs, porte sur les plus précieux des Africains, ses diplômés, et elle se fait avec l’habituelle complicité des « gentils » de l’anti-ségrégation et des requins du capitalisme associés pour la circonstance. Au nom du paradigme de la culpabilité qui les hante, les premiers s’interdisent de voir qu’en les accueillant, ils saignent l’Afrique. Les seconds les encouragent à venir au nom des lois du marché, du travail global et de la mobilité de la main d’œuvre.
Madame Taubira et le Cran sont étrangement silencieux sur cette question. Pourquoi ?"

Posté le 9 décembre 2014 à 18h34 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

04 décembre 2014

20% des personnes mises en cause sont étrangères

En 2013, les chiffres montrent que 684 000 personnes ont été mises en cause par la police. Parmi elles, 20,2 % étaient de nationalité étrangère.On ignore combien, parmi les 79,8% restant, sont des enfants de personnes étrangères.

Posté le 4 décembre 2014 à 16h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

03 décembre 2014

Interview de Joachim Véliocas pour la réédition augmentée de "Ces maires qui courtisent l’islamisme"

Enquête&Débat interrogeait Joachim Véliocas, directeur de l'Observatoire de l'islamisation, auteur de "Ces maires qui courtisent l'islamisme", paru en 2010. Ayant écrit  des chapitres supplémentaires après les municipales, Joachim Véliocas a réalisé avec ce livre, "sous-médiatisé" pourtant d'après ses propres mots, un livre "explosif" :

"Ce livre est en train de devenir une référence. Censuré, il a atteint en 4 ans 10 000 exemplaires vendus pour sa 1ère édition. Les Français, manipulés par un système médiatique anti-raciste dont pro-islam, sont avides d’information sur un sujet essentiel pour l’avenir de notre pays. Or Ces maires qui courtisent l’islamisme est la seule enquête à ce jour sur le financement des mosquées françaises, financement public (donc contraire à la loi de 1905) et financement étranger (donc contraire à la souveraineté de notre pays). Suite aux municipales de nouveaux chapitres ont été ajoutés, le livre gagne donc en épaisseur mais reste proposé au même prix : 20€. La sortie en librairie est le 15 janvier 2015, mais vous pouvez déjà vous le procurer sur le site de l’éditeur et vous le faire envoyer dès à présent. Un excellent cadeau de Noël !"


Joachim Veliocas interviewé à propos de la... par enquete-debat 

Posté le 3 décembre 2014 à 18h59 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (1)

La mairie de Toulouse dit non aux femmes voilées

Les officiers d'état civil de la mairie de Toulouse se voient régulièrement empêchés d'exercer leurs fonctions par des femmes voilées qui refusent de dévoiler leur visage ainsi que le prévoit la loi.

201412021148-full

"La mairie de Toulouse vient d'adresser des instructions très précises à ses officiers d'état civil. Elle leur demande, en application de la loi d'octobre 2010, de ne pas instruire les dossiers lorsque le visage est dissimulé.

La note date du 20 novembre dernier. Quelques jours après un dépôt de plainte consécutif à une altercation dans les bureaux de l'état civil. «Lors d'une procédure de reconnaissance anticipée d'un enfant, la future mère a refusé de montrer son visage. L'officier n'a donc pu reconnaître que le père de l'enfant, lequel s'est jeté sur le bureau pour lui arracher le dossier. Il fallait marquer notre soutien aux agents, qu'ils sachent que le maire les soutient puisqu'ils appliquent la loi. Ils en sont très contents, ils n'avaient pas d'instruction écrite jusqu'alors », explique Christine Escoulan, conseillère municipale déléguée en charge de l'état civil.

L'élue toulousaine rapporte que les officiers d'état civil se heurtent régulièrement au refus de femme de se dévoiler lors de la constitution d'un dossier de mariage, pour la reconnaissance d'un enfant ou la délivrance d'un acte. «Nos agents doivent souvent parlementer avec des hommes parfois véhéments qui n'acceptent que leur femme se dévoile seulement si l'officier d'état civil est une femme et si ça se fait derrière un paravent. C'est long, fatigant. Désormais, et comme je le leur demande dans la consigne écrite, les agents d'état civil n'instruiront les dossiers qu'après avoir procédé aux vérifications d'usage, c'est-à-dire le visage découvert. Ils peuvent distribuer la brochure éditée par les services de l'Etat et demander aux personnes de revenir après l'avoir lue»."[...]

Bienvenue en France.

Posté le 3 décembre 2014 à 15h15 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

Quand la CJUE se penche sur les pratiques sexuelles des demandeurs d'asile

La dernière façon de demander l'asile politique c'est de se déclarer pratiquant de relations contre-natures. Ce qui donne des jugements ubuesques :

"La Cour de Justice de l'Union européenne des droits de l’homme s’est prononcée aujourd’hui sur des questions préjudicielles posées par les Pays-Bas à propos de demandes d’asile présentées par des personnes s’affirmant homosexuelles, en risque de « persécution » dans leur pays d’origine. Epineux dossiers : que peut-on demander, ou non, à de telles personnes, pour étayer leur demande ; quels types de preuves peut-on accepter ?

[...] La réponse, je vous la donne tout de suite : il n’est pas question de soumettre les homosexuels à un interrogatoire pour qu’ils détaillent leurs pratiques sexuelles. [...]

Et quand le demandeur d’asile propose de se soumettre à des « tests » d’homosexualité ou même de se livrer à un acte homosexuel pour prouver qu’il dit vrai ? Les autorités néerlandaises avaient rejeté l’offre du demandeur « A » en ce sens ; la CEDH leur donne raison sur ce point. On ne saurait davantage accepter l’offre de preuve présentée par le demandeur « C » qui avait carrément remis aux autorités « un enregistrement vidéo d’actes intimes avec une personne du même sexe ». La Cour a estimé que le relevé d’une telle « preuve » porterait atteinte à la dignité humaine, aurait un effet incitatif à l’égard d’autres demandeurs en leur imposant de facto de telles preuves, et au demeurant ne prouverait rien. En tout cas, pas l’orientation sexuelle du demandeur…

C’était toute la difficulté du dossier B, à qui le Secrétaire d’Etat avait refusé l’asile au motif que la « crédibilité de l’orientation sexuelle alléguée par ce dernier n’était pas établie ». La CJUE a répondu que le seul fait que B n’ait pas allégué son orientation sexuelle lors d’une première demande infructueuse ne justifiait pas une appréciation de manque de crédibilité lorsqu’il s’en est souvenu par la suite lors d’une nouvelle demande. [...]"

Posté le 3 décembre 2014 à 09h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

01 décembre 2014

La France a accueilli 258 900 migrants permanents en 2012

La plupart des ressortissants de pays tiers admis en France venaient d'Afrique (61%), essentiellement d'Algérie (25 000 personnes), du Maroc (20 000) et de Tunisie (12 000). L'Asie était la deuxième région d'origine, avec la Chine (7200 personnes) et la Turquie (6100).

Posté le 1 décembre 2014 à 12h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)


     Archives > Immigration

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Immigration