25 juin 2017

Darty et General Electrique acquis au lobby LGBT

Voici le mail reçu vendredi par les milliers d'employés de la branche Energie d'Alstom rachetée par Général Electrique :

GE LGBTA

Darty s'y met aussi :

Michel Janva

Posté le 25 juin 2017 à 15h46 | Lien permanent


Les députés d'En Marche, des apparatchiks du PS ?

Exemple avec François Cormier-Bouligeon, selon Bernard Zeller sur Boulevard Voltaire :

Unknown-14 "François Cormier-Bouligeon, LREM, a été élu député de la 1re circonscription du Cher. Il succède à Yves Fromion, LR, excellent spécialiste de la Défense nationale. Le 18 juin, il a battu aisément Wladimir d’Ormesson, LR, (aujourd’hui, il fait 35° au-dessus de d’Ormesson, comme aurait dit Léon Daudet).

Bouligeon appartient au cirque Macron. D’où vient-il ? Incarne-t-il le renouveau tant vanté par le nouveau pouvoir ? Son CV apporte quelques lumières. Bouligeon est né en 1972. À 17 ans, sous Mitterrand II, il s’encarte au Parti socialiste.

De 1998 à 2008, il est le « collaborateur », à l’Assemblée nationale, du député socialiste de la Nièvre Gaëtan Gorce, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il n’a pas laissé un souvenir impérissable à la Chambre.

En 2010, il est candidat sur une liste écologiste, socialiste et communiste aux élections régionales en Bourgogne, dont le meneur dans le département de la Nièvre est Christian Paul. Dans sa déclaration de candidature, il indique qu’il va « fêter, cette année, ses vingt ans de militantisme » au PS.

De 2008 à 2014, il est « directeur de cabinet » – on ne lésine pas sur les titres ronflants – du maire socialiste de Cosne-sur-Loire, commune de 10.000 habitants. Le maire ayant été battu aux élections de 2014, ses camarades socialistes le recyclent au cabinet du ministre de l’Économie… Emmanuel Macron. Il y est sous-chef de cabinet et tient l’agenda du ministre. Quand celui-ci quitte le gouvernement, il se recase au cabinet de Patrick Kanner, ministre de la Ville et des Sports et grand orientaliste (« J’ai 42 ans de parti derrière moi, je suis un socialiste légitimiste »). Il le conseille sur le « développement économique et l’engagement (?) ».

Bouligeon est le fondateur de Laïcité 18, Action laïque dans la cité. Le voici maintenant député, socialiste camouflé, après près de vingt ans dans les arcanes du PS, des couloirs de l’Assemblée nationale et de divers cabinets hollandais. Il a sûrement été comptabilisé avec fierté par LREM comme venant de la société civile. C’est sur ce type d’apparatchik que comptent les dirigeants d’En Marche !, à commencer par Macron, pour mener le troupeau des nouveaux élus dans la ligne fixée par le Président et mise en musique au Parlement par l’exfiltré du ministère Richard Ferrand. On est bien loin de l’objectif du renouvellement de la manière de faire de la politique."

Michel Janva

Posté le 25 juin 2017 à 15h43 | Lien permanent


Cour Suprême : le juge Républicain Kennedy pourrait démissionner

Unknown-13Anthony Kennedy est ce pseudo-juge conservateur dont la voix vient régulièrement renforcer le clan progressiste. Sa position controversée vient de son problème d'avoir vécu avec une peur bleue d'être "controversé"... Agé de plus de 80 ans, la rumeur court qu'il songe à remettre sa démission. Donald Trump pourrait alors le remplacer par un juge plus fidèle aux valeurs conservatrices et faire basculer ainsi la majorité de la Cour Suprême.

Donald Trump pourrait même, avant la fin de son mandat, nommer un 3ème Juge Suprême si Ruth Bader Ginsburg (84 ans, démocrate) démissionnait.

Michel Janva

Posté le 25 juin 2017 à 15h33 | Lien permanent


Donald Trump refuse de fêter la fin du Ramadan

Michel Janva

Posté le 25 juin 2017 à 15h12 | Lien permanent


Gardons nous du péché de sédition! Et luttons sans relâche contre ceux qui le commettent.

xtrait de la Somme de théologie, 2a-2ae, question 42.

 

[…]  la guerre se fait à proprement parler contre les ennemis du dehors, comme une lutte de peuple à peuple. La rixe, elle, se fait d’un particulier à un autre particulier, ou d’un petit groupe à un autre. La sédition, au contraire, se produit à proprement parler entre les parties d’un même peuple qui ne s’entendent plus ; lorsqu’une partie de la cité, par exemple, se soulève contre une autre. Voilà pourquoi la sédition, parce qu’elle s’oppose à un bien spécial, à savoir l’unité et la paix de la multitude, est un péché spécial.

[…] On appelle séditieux celui qui excite la sédition. Et parce que la sédition implique une certaine discorde, le séditieux est celui qui cause non pas une discorde quelconque, mais celle qui divise les parties d’un même peuple. […] 

* * * * * * * *

L’Apôtre [saint Paul] (2 Co 12, 20) interdit les séditions ; et les place parmi d’autres péchés mortels. La sédition est donc un péché mortel.

[…] la sédition s’oppose à l’unité de la multitude, c’est-à-dire à l’unité du peuple, de la cité ou du royaume. Or, S. Augustin dit que le peuple, selon le témoignage des sages, désigne « non point l’ensemble de la multitude, mais le groupement qui se fait par l’acceptation des mêmes lois et la communion aux mêmes intérêts ». Il est donc manifeste que l’unité à laquelle s’oppose la sédition est l’unité des lois et des intérêts. La sédition s’oppose ainsi à la justice et au bien commun. C’est pourquoi elle est, de sa nature, péché mortel, et d’autant plus grave que le bien commun auquel s’attaque la sédition est plus grand que le bien privé auquel s’attaquait la rixe.

[…] Le péché de sédition appartient d’abord et à titre de principe à ceux qui excitent la sédition. Ceux-là pèchent très gravement. Secondairement, à ceux qui les suivent, et qui troublent le bien commun. Quant à ceux qui défendent le bien commun en leur résistant, ils ne doivent pas être appelés séditieux ; pas plus que ceux qui se défendent ne sont coupables de rixes, nous l’avons dit.

[…]  Le combat qui est permis se fait pour l’utilité commune […]. La sédition, au contraire, se fait contre le bien commun du peuple. C’est pourquoi elle est toujours un péché mortel.

Lois Spalwer

Posté le 25 juin 2017 à 12h58 | Lien permanent | Commentaires (0)


La paroisse de Carnac (56) prie le chapelet tous les 13 du mois

Capture d’écran 2017-06-20 à 19.11.55

Michel Janva

Posté le 25 juin 2017 à 08h10 | Lien permanent


C’est arrivé un 25 juin…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 25 juin 253 : élection de Lucius 1er, 22ème pape.

Immédiatement déporté par l'empereur Trébonien Galle après son élection, il meurt martyr, le 5 mars 254.

  • le 25 juin 524 : bataille de Vézeronce, en Isère.

Défaite des Rois Francs Clodomir, Childebert Ier, Clotaire Ier et Thierry Ier, lors de la deuxième expédition menée contre les Burgondes (Bourguignons) et leurs alliés Ostrogoths. Clodomir Ier, Roi des Francs y est tué.

  • le 25 juin 841: bataille de Fontenay-en-Puisaye.

A la bataille de Fontenay-en-Puisaye, dans l'Auxerrois, les petits-fils de Charlemagne se disputent l'Empire de Charlemagne. Lothaire, héritier légitime, est vaincu par ses frères Louis le Germanique et Charles le Chauve. Il doit ensuite accepter le traité de Verdun de 843, par lequel Charles obtient la partie francophone et Louis la partie germanophone. Les territoires ainsi séparés par ce conflit sont les embryons de l'Allemagne, de la France et de l'Italie.

  • le 25 juin 1080: élection du pape Clément III.
    • le 25 juin 1243 : élection du pape Innocent IV.
  • le 25 juin 1421 : mort du Maréchal de France Jehan II le Meingre de Boucicaut.

Né en 1364 à Tours, Jean II Le Meingre commence comme page à la Cour du Roi de Charles V le Sage. Il combat les Anglais dès 1374 sous les ordres de l'Amiral Jehan de Vienne. En 1383, il s'illustre à la bataille de Roosebeke contre les Flamands, ce qui lui vaut d'être armé par Louis II de Bourbon, oncle du nouveau Roi Charles VI. Il l'accompagne en Castille contre Jean de Lancastre.

Fait prisonnier de 1389 à 1390, lors de la croisade manquée en Tunisie, Il est nommé Chambellan à son retour. Mais part se battre avec les Chevaliers Teutoniques contre les Polonais ; c'est au cours de cette expédition qu'il apprend son élévation à la dignité de Maréchal de France. En 1396, il est encore fait prisonnier, lors de la croisade de Nicopolis contre les Turcs. Nommé gouverneur de Gênes et de Savone, son autoritarisme pousse les habitants à se révolter. A Azincourt, ses conseils ne sont pas suivis par le Connétable d'Albret, qui lance la fatale charge frontale contre les archers anglais. La manœuvre d'encerclement des ailes de Lancastre, qu'il propose, aurait permis de gagner la bataille. Il meurt en captivité en Angleterre.

Ce guerrier, très pieux et dévot, érudit et lettré, marque son époque et rédige même des mémoires : Livre des faicts du bon messire Jean le Maingre, dit Boucicaut et même un recueil de poèmes.

  • le 25 juin 1429 : Sainte Jeanne d'Arc écrit aux habitants de Tournai.

Lettre de Jeanne d'Arc aux habitants de Tournai - 25 juin 1429.

« Gentilz loiaux Franchois de la ville de Tournay, la Pucelle vous faict savoir des nouvelles de par dechà que en VIII jours elle a cachié les Anglois hors de toutez les places qu'ilz tenoient sur la rivire de Loire, par assaut ou aultrement ; où il en a eu mains mors et prinz, et lez a desconfis en bataille. Et croiés que le conte de Suffort (Suffolk), Lapoule (Pole) son frère, le sire de Tallebord (Talbot), le sire de Scallez (Scales), et messires Jehan Falscof (Falstolf) et plusieurs chevaliers et capitainez ont estéprinz, et le frère du comte de Suffort et Glasdas mors. Maintenés vous bien loiaux Franchois, je vous en pry, et vous pry et vous requiers que vous soiés tous prestz de venir au sacre du gentil roy Charles à Rains où nous serons briefment, et venésau devant de nous quand vous saurés que nous aprocherons.

   A Dieu vous commans, Dieu soit garde de vous et vous doinst sa grace que vous puissiés maintenir la bonne querelle du royaume de France. Escript à Gien le XXVe jour de juing. »

— adresse: « Aux loiaux Franchois de la ville de Tournay. » (Procès, tome V, p. 125, tiré des Archives du Nord, nouvelle série, t. I, p. 520.)

  • le 25 juin 1569 : bataille de La Roche-l'Abeille.

La bataille de La Roche-l'Abeille a lieu au cours de la troisième guerre de Religion en France. Suite à l'assassinat du duc de Condé, Coligny mène les troupes protestantes et affronte le colonel général de l'armée royale, Philippe Strozzi. Les protestants bénéficient de la surprise, mais mal commandés, ils ne détruisent pas l'armée royale ; seul gain pour eux : la route du Sud et du Périgord est ouverte.

  • le 25 juin 1615 : première messe à Québec.

Comme le père récollet Denis Jamet, à Montréal la veille, le père Dolbeau célèbre une messe solennelle à Québec, suivie d'un Te Deum puis d'un feu d'artillerie. Les Récollets entreprennent la construction d'une résidence.

  • le 25 juin 1638 : première prise de possession des îles Mascareignes par la France.

Le 29 juin 1642, les Français prennent une seconde fois possession des îles Mascareignes au nom du Roi de France et la rebaptisent île Bourbon.

  • le 25 juin 1673 : mort de d'Artagnan, au siège de Maastricht.

Né vers 1611-1615 au Château de Lupiac, près d'Auch dans le pays d'Astarac (Gascogne), il sert à Paris au sein des Gardes Françaises, Corps d'élite chargé de la protection du Roi. Affecté à la Compagnie de Mousquetaires des Essarts près de Fontainebleau par Mr. de Tréville, il participe aux combats de la Guerre de Trente-Ans à Arras, Bapaume, Collioure et Perpignan. En 1660, il escorte Louis XIV à St-Jean-de-Luz pour son mariage avec l'Infante d'Espagne Marie-Thérèse. Le mousquetaire est gouverneur de Lille, poste qu'il n'apprécie guère, quand le Roi Louis XIV l'appelle pour la guerre de Hollande. Il rejoint le siège de Maastricht en 1673 et y trouve la mort, tué par une balle de mousquet qu'il reçoit dans la gorge. Louis XIV déclare alors : «J'ai perdu d'Artagnan en qui j'avais la plus grande confiance et m'était bon à tout. » (voir la chronique du 15 avril)

  • le 25 juin 1786 : voyage Louis XVI en Normandie.

Le Roi visite l'emplacement du fort de Querqueville et le fort d'Artois. Il demande à ce qu'un navire, destiné à être brûlé pour le spectacle, soit vendu et que la recette soit redistribuée aux nécessiteux.

  • le 25 juin 1791 : le Roi Louis XVI est ramené au palais des Tuileries, placé sous la «surveillance du peuple».

Le peuple est tenu et contrôlé par· «l'armée» qui impose le silence aux spectateurs. Le cortège royal entre à Paris, dans un silence funèbre sur ordre de la Garde nationale. Le Roi est provisoirement suspendu de ses pouvoirs.

  • le 25 juin 1795 : Charette reprend la guerre pensant avoir été dupé à la Jaunaye.

Des deux cotés on ne cherche pas vraiment à améliorer la situation, la Convention souhaite en finir avec la Vendée et arrêter tous les chefs et les Vendéens cherchent un prétexte pour pouvoir reprendre les hostilités. Charette a reçu un courrier du comte d'Artois lui disant son admiration et son souhait de pouvoir le rejoindre pour partager ses périls et sa gloire.

La dénonciation du traité de La Jaunaye est officiellement due à l'arrestation de deux officiers de Charette les 19 et le 20 juin ainsi qu'au non versement des indemnités promises. Seules 200.000 livres ont été versées sur les 2 millions promis. Certains historiens parlent également d'une clause secrète concernant la remise du jeune Roi Louis XVII.

A l'appel de Charette, ses lieutenants, à qui il annonce l'arrivée prochaine des émigrés à Quiberon, se lèvent comme un seul homme. Les convois de vivres et de farines, destinées à la division des Sables sont interceptés ; 13 voitures de blé sont capturées entre Luçon et le Givre ; l'escorte est massacrée. Le 28 juin, le camp des Essarts est conquis par 1.800 royalistes avec Charrette à leur tête.

Mais la Vendée ayant la liberté religieuse ne les suit pas. Stofflet est fusillé en février 1796, et Charette en mars. Le génocide a fait en Vendée 117 000 morts sur 815 000 habitants, 10 000 maisons détruites sur 50 000. Il faut attendre Louis-Philippe pour que se mette en œuvre une nouvelle version de l'histoire, qui deviendra la version officielle jusqu'à notre époque. Avec la disparition des témoins, il est plus facile de persuader les Français de la justesse de la cause républicaine. Mais comme on est incapable d'expliquer le crime, on préfère le nier et le banaliser. Le mémoricide d'aujourd'hui vient achever le génocide.

  • le 25 juin 1804 : exécution de Georges Cadoudal.

Georges Cadoudal, le chef de chouannerie, refuse la grâce de Napoléon ; il est guillotiné place de Grève à Paris, après avoir prononcé la devise des insurgés vendéens : "Mourons pour notre Dieu et notre Roi".

Fils de Louis Cadoudal et de Jeanne Le Bayon, Georges naît le jour de l'an 1771 à Kerléano, petit village près d'Auray. Ce fils de meunier pense un moment entrer au séminaire, il fait ses études au Collège de Vannes. Lorsqu'en 1793, Danton et la Convention décrètent la levée en masse, Cadoudal refuse de se soumettre et participe à l'embrasement de la Bretagne royaliste. Il décide alors de rejoindre la Grande Armée Catholique et Royale de Vendée et se place sous les ordres de Stofflet.

En 1795, Cadoudal prend le commandement des chouans du Morbihan. Devenant commandant de la Division d'Auray, le Morbihan en compte onze, Cadoudal mène de nombreuses actions qui paralysent les Bleus dans tout l'Ouest du Morbihan. Toute cette partie du département est sous son contrôle. Cadoudal rejette le cessez-le-feu conclu La Mabilais et continue seul le combat.

Furieux et impuissant face à l'échec du débarquement de Quiberon, Cadoudal se replie avec ses hommes. Il reprend tout de même Sarzeau à la fin1795 et Locminé en avril 1796. Hoche le force à accepter la paix. Nommé Commandant de l'Armée Catholique et Royale du Morbihan par le Comte de Provence, le futur Louis XVIII, Georges Cadoudal reprend le combat le 4 septembre 1797.

En février 1799, Cadoudal est invité à Paris par le Premier Consul Bonaparte à signer une paix définitive. L'entrevue est un échec et la guerre reprend. Cadoudal participe à l'attentat de la rue Saint-Nicaise, dit de la Machine infernale. Si Bonaparte en sort sain et sauf, la bombe fait vingt-deux tués. Réfugié en Angleterre, il revient à Paris avec trois autres hommes pour enlever le Premier Consul: Joyaut, Burbant et Gaillard. C'est au cours de cette action qu'il est capturé.et jugé avec dix autres de ses amis. Le 25 juin 1804, il monte à l'échafaud. Voir les chroniques du 1er janvier et du 21 juin.

  • le 25 juin 1928 : le président du Conseil Poincaré dévalue le Franc de 80% (abandon du franc germinal).
  • le 25 juin 1992 : Jean-Paul II approuve officiellement un nouveau catéchisme catholique.
  • le 25 juin 1982 : Jean-Loup Chrétien est le premier spationaute français sélectionné pour aller dans l'espace.

Il rejoint un programme spatial soviétique.

Lois Spalwer

Posté le 25 juin 2017 à 05h25 | Lien permanent | Commentaires (2)


24 juin 2017

Suicide collectif

La vidéo est une illustration du suicide de nos sociétés. Elle est produite par les services de santé de l’Ontario (Canada), donc financée par les contribuables. Le taux d’enfants par femme est tombé (depuis longtemps) à 1,5 dans cet Etat. Visiblement c'est encore trop.

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 21h51 | Lien permanent


Gay Pride : Valérie Pécresse rejoint les députés LR de gauche

Dans Têtu elle soutient la Gay Pride :

"La Région Île-de-France demeure en 2017 le premier financeur de la Marche des Fiertés, à hauteur de 25.000 euros, soit un quart du budget consacré à son organisation. Cette subvention est identique à celle de l’année précédente et a même augmenté depuis 2015. J’ai d’ailleurs reçu cette semaine les représentants de l’Inter-LGBT auxquels j’ai annoncé que la Région signera désormais une convention pluriannuelle afin de sécuriser son financement : nous voulons être un partenaire durable. J’espère que tous ceux qui ont diffusé des informations malveillantes sur notre désengagement rétabliront enfin la vérité. Je demande à être jugée sur mes actes, qui correspondent à mon parcours personnel et à mes engagements politiques contre l’homophobie. Comme l’an dernier, l’Île-de-France sera présente à cette Marche à travers le CRIPS (Centre régional d’information et de prévention du sida et pour la santé des jeunes), organisme qu’elle finance et qui œuvre pour la lutte contre les discriminations, la prévention du VIH/sida, et les comportements à risque chez les jeunes. Le CRIPS réalise un travail de prévention important dans les lycées.

Enfin, la Marche des Fiertés sera cette année l’occasion pour la Région Île-de-France de diffuser un message sur notre engagement et notre solidarité contre l’homophobie, partout où elle est présente, en France et dans le monde, avec un accent plus particulier mis sur la Tchétchénie où les persécutions se multiplient au vu et au su de tous.

Au-delà du soutien à la Marche, comment la région soutient-elle la lutte contre les discriminations envers les LGBTQI le reste du temps ?

Tout au long de l’année, nous agissons à la Région en faveur de la lutte contre les discriminations. C’est un sujet sur lequel nous sommes particulièrement engagés. Nous sommes la première Région à avoir lancé la pratique du « testing » sur les lieux de travail, de loisirs, de formation et dans les associations. En 2017, nous avons mis l’accent sur les jeunes en réaffirmant notre soutien à des associations telles que le Refuge qui accueille des jeunes LGBTI en situation de détresse : nous avons ainsi apporté cette année une subvention de 150.000 euros afin de financer la construction de studios d’hébergement. Nous aidons aussi le Réseau d’assistance aux victimes d’agressions et de discriminations (RAVAD) en raison de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre ou de leur état de santé. En 2017, nous l’avons soutenu à hauteur de 15.000 euros pour mettre en place des permanences pour le conseil et le suivi juridique des victimes. [...]"

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 21h42 | Lien permanent


40 ans de Puy-du-Fou, 40 ans de Gay Pride. Reconstruire ou déconstruire.

Entre civilisation :

Le-spectacle-le-secret-de-la-lance-au-puy-du-fou-le-12-avril-2010
Et décadence :

DDHALzYXgAAPzLe

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 21h36 | Lien permanent


Laurent Baffie condamné pour injure publique contre Frigide Barjot

En tant que représentante médiatique de LMPT, Virginie Tellenne avait été traitée de "pire des homophobes" en avril 2013 par le sénateur Jean-Pierre Michel, à l'époque rapporteur de la loi Taubira, et l'avait poursuivi diffamation et injure publique : elle avait alors été déboutée. En 2014, elle avait été qualifiée par tweet d'"immonde Barjot" par Pierre Bergé, mécène de la reproduction marchande par PMA et GPA, qui avait à l'époque laissé planer la responsabilité de Virginie Tellenne sur la mort du jeune anti-fa Clément Méric. En ne faisant pas droit à ses demandes de faire condamner les auteurs de ces propos injurieux, la XVIIe chambre correctionnelle du TGI avait, en 2013 et 2014, laissé impunie la présomption d'homophobie de Frigide Barjot.

Le 8 juin, la justice a osé changer de jurisprudence. Virginie Tellenne poursuivait Laurent Baffie, de qui elle avait pourtant été l'amie jusqu'aux manifs de 2013 : il avait alors totalement changé de comportement à son égard, l'insultant à plusieurs reprises, sous prétexte d'homophobie, à la radio et la télévision. Et il avait refusé de s'excuser avant qu'elle ne se soit "publiquement excusée auprès de la communauté homosexuelle pour tout le mal qu'elle a pu leur faire".

Ce procès a donc donné lieu à la confrontation de deux notoriétés du PAF, l'une militante chrétienne de la filiation biologique de chaque enfant, l'autre agitateur médiatique des causes libertaires de gauche, et de plus en plus adepte des dérapages envers les femmes. Le bâtonnier Pierre-Olivier Sur et Maître Mathias Chichportich, avocats de Virginie Tellenne, ont su rappeler la modération du comportement de Virginie Tellenne dans son activité militante depuis 2012 et l'absence d'exception d'humour dans l'attitude de Laurent Baffie, qui se défendait en prétendant vouloir "faire marrer" le plateau.

La question qui se posait était la suivante : peut-on valablement traiter une femme de "pute" parce qu'il serait homophobe de défendre la filiation biologiques des enfants ? Dans son délibéré, la XVIIème chambre a jugé que non :

"Il ne saurait davantage être soutenu que l'emploi de ce terme ("pute") répondrait à une provocation de la part de la partie civile, Laurent Baffie n'apportant aucun élément en ce sens, sauf à affirmer, ce qui n'a aucun sens, que les prises de position de Virginie Tellenne sur le mariage pour tous constitueraient une telle provocation, de nature à justifier la violence de ses attaques."

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 21h32 | Lien permanent


L’abbé Émeric Baudot, nommé à Saint-Nicolas du Chardonnet

Image-4La Fraternité Saint-Pie X vient de nommer l’abbé Émeric Baudot à Saint-Nicolas du Chardonnet. Âgé de 56 ans, ce prêtre originaire de Lyon, entré au début des années 1980 au séminaire d’Écône pour rejoindre Mgr Marcel Lefebvre, a été ordonné juste après les sacres épiscopaux de 1988. Desservant de la chapelle de Versailles puis directeur du collège de Sainte-Marie, près de Saint-Malo, il fut l’économe général de la Fraternité pendant douze ans, avant d’être nommé premier assistant du supérieur du district de France il y a trois ans. Il est le 5e prêtre que la Fraternité Saint-Pie X nommé à Saint-Nicolas du Chardonnet, à la suite de Mgr François Ducaud-Bourget, prêtre de l’archidiocèse de Paris qui avait investi l’église il y a quarante ans pour la restituer au rite traditionnel, aux côtés des abbés Louis Coache (prêtre du diocèse de Beauvais) et Vincent Serralda (prêtre de l’archidiocèse d’Alger).

À sa mort en 1984, Mgr Ducaud-Bourget avait sollicité l’œuvre fondée par Mgr Lefebvre pour desservir l’église du Ve arrondissement et c’est l’abbé Philippe Laguérie qui fut diligenté par ce dernier pour le remplacer. Depuis, une quarantaine de curés et de vicaires se sont succédés pour œuvrer dans ce « phare » du traditionalisme français. Seule église entièrement consacrée à la liturgie grégorienne dans le pays, elle devint progressivement la matrice de nombreux sanctuaires et chapelles qui ont permis de remettre au goût du jour le rite traditionnel, entièrement proscrit pendant les années 1970. Avec trois messes quotidiennes et cinq messes le dimanche, Saint-Nicolas du Chardonnet met à disposition en permanence un prêtre pour recevoir les fidèles.

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 21h24 | Lien permanent


Conférence à Nantes ce mardi 27 juin de 19h à 22h au sujet des chrétiens d’Irak

Capture d’écran 2017-06-23 à 16.12.54

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 16h10 | Lien permanent


5 juillet : Mission Angélus à Rennes

Capture d’écran 2017-06-23 à 14.38.57

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 14h38 | Lien permanent


Inscriptions à l'Académie Musicale Anne de Guigné

L’Académie Musicale Anne de Guigné, établissement scolaire de la GS à la troisième accueille les inscriptions pour la rentrée prochaine.

Basée sur trois piliers:

  • la musique
  • la pédagogie réaliste (Nuyts)
  • la foi catholique

Membre de la grande famille des Pueri Cantores la maîtrise de l’Académie anime des messes et chante lors de concerts organisés dans toute la région Haute-Savoie et genevoise. Il n’est pas nécessaire d’être musicien ou chanteur pour rentrer à l’académie, il est simplement demandé d’adhérer à la charte de l’école consultable sur le site: ecoleannedeguigne.pagesperso-orange.fr

Capture d’écran 2017-06-23 à 14.32.27

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 14h28 | Lien permanent


Le collège sainte Philomène à Annecy recrute

Capture d’écran 2017-06-23 à 16.14.15

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 13h14 | Lien permanent


15 juillet :projection de La Rébellion cachée à Briant (71)

Samedi 15 juillet à 19 h dans la salle communale de Briant : buffet partagé, puis à 20h : projection du film «La Rébellion cachée« en présence de Daniel Rabourdin.

Dimanche 16 juillet : 16h : concert en l’église de Briant par le choeur « Humana vox »

Capture-d’écran-2017-06-19-à-13.18.21-1

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 10h29 | Lien permanent


27 juin à Paris : à la découverte de Marcel Clément

Marcel-clement-autobiographie-inedite-9782915988925_0-1Mardi 27 Juin, conférence de M. André Clément à 20h au Centre Saint-Paul, pour présenter le livre qu'il vient de publier sur son frère fondateur de la revue de l'Homme Nouveau : "Marcel Clément, esquisse d'une autobiographie, vie et oeuvre".

M. André Clément est docteur en philosophie et fondateur de la Faculté Libre de Philosophie Comparée. La conférence sera suivie d'une séance de dédicace et d'un verre de l'amitié.

Centre Saint-Paul, 12 rue Saint-Joseph, 75002 Paris, (métro sentier ou Bonne Nouvelle). Messe à 19h

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 09h55 | Lien permanent


27 juin : La Belle Hélène jouée par le Cours Charlier (Nantes)

Capture d’écran 2017-06-21 à 21.48.25

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 09h48 | Lien permanent


Séminaires de philosophie au Collège Saint Germain

Capture d’écran 2017-06-14 à 21.02.43

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 09h03 | Lien permanent


Naissance de l'association des patrons et des amis de Radio Courtoisie

Chers Amis de Radio Courtoisie....canal historique

Vous avez été nombreux à nous demander de créer une association des patrons et des auditeurs de Radio Courtoisie. Une si belle aventure de 30 ans ne pouvait s'achever sur une séparation brutale d'avec vos amis et la mise en danger de notre Radio.

Henry de Lesquen a été condamné en justice au maximum des réquisitions, à savoir 16000 euros d'amendes pour provocation à la haine et contestation de crime contre l'humanité. Plus les dépens.

Le CSA étudie une nouvelle fois le dossier de notre antenne.

Notre association est née très récemment : l'APARC, association des patrons et des amis de Radio Courtoisie.

Cette association a pour but de faire revenir la radio à un esprit de courtoisie, d'écoute des patrons d'émission qui ne peuvent subir les conséquences des écarts du président et des auditeurs cotisants qui sont membres à part entière de l'organisation de la radio. Elle demande aussi bien sûr le retour des expulsés manu militari sans aucune raison ni droit, certains présents dès la 1 ère émission aux côtés de Serge de Beketch.

Les moyens pour parvenir à ce but sont divers.

La diffusion de l'existence de cette association.

Votre participation financière pour trouver les moyens juridiques d'appuyer notre action. (cotisation minimum 15 e à adresser à l'Aparc, 70 bd Saint Germain 75006 Paris). Et l'étude de moyens juridiques pour mettre fin aux dysfonctionements de la radio.

Toutes informations sont disponibles sur notre blog de liaison: nousmaintiendronsradiocourtois ie.com. Vous pouvez nous écrire.

Sûrs de votre fidélité,

Didier ROCHARD, Anne BRASSIE, Patrice BOISSY, Grégoire BOUCHER

Le Salon Beige

Posté le 24 juin 2017 à 08h34 | Lien permanent


Le Cours Bienheureux Charles d’Autriche (Angers) recrute

Le Cours Bienheureux Charles d’Autriche, collège hors-contrat à Angers, recrute pour la rentrée de septembre 2017 :

  • un professeur de Physique-chimie
  • un professeur d'Anglais
  • un(des) professeur(s) de Sport

Pour faire acte de candidature, merci d’envoyer un CV avec lettre de motivation à Mme. Redig, directrice du collège : cours-bca@orange.fr

www.cours-bca.fr

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 08h09 | Lien permanent


Recherche bénévole pour revue de presse sur le respect de la vie

Annonce :

"Depuis plusieurs dizaines d’année, je fais un travail de documentation pour plusieurs organisations pro-vie comme « Choisir la Vie », « les Femmes et les Enfants d’Abord », « Laissez-les Vivre », « La Trève de Dieu »… A maintenant 83 ans, je souhaite passer le relais.

Ce travail consiste à photocopier systématiquement tous les articles de presse ayant trait au sujet et les envoyer à ces organisations pro-vie. C’est facile mais fastidieux et pourrait convenir à un(e) retraité(e) habitué(e) au travail de bureau et habitant dans une grande ville.

Merci de contacter : François Toulet l’Assomption, les Granges 63760 Bourg-Lastic feo.toulet@gmail.com

Michel Janva

Posté le 24 juin 2017 à 08h01 | Lien permanent


C’est arrivé un 24 juin…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 24 juin: nativité de saint Jean-Baptiste.

La fête de Saint-Jean-Baptiste est aussi la fête nationale des Canadiens-français depuis 1834, lors de la création de la Société Saint-Jean-Baptiste. Jean le Baptiste est décrété patron des Canadiens-français en 1908 par le pape Pie X. En 1977, sa fête devient la fête nationale du Québec.

Saint Jean-Baptiste est né en Judée quelques mois avant Jésus-Christ. Il est fêté en Occident le 24 juin. Saint Jean le Baptiste, personnage de l'Ancien et du Nouveau Testament, est le prédicateur qui annonce la venue de Jésus-Christ. C'est aussi son cousin et le prophète qui le baptise sur les bords du Jourdain, après l'avoir désigné comme «l'agneau de Dieu», et lui avoir donné ses propres disciples. Voir chronique du 24 février, comme beaucoup de saints de l'époque du Christ, c'est en France que repose une partie du corps de son cousin.

  • le 24 juin 451 : Aetius attaque les troupes d'Attila. Les Huns se replient. Orléans est sauvée.

Les Huns font le siège d'Orléans. Le 24 juin 451, alors qu'Orléans va succomber, les troupes romaines déferlent sur les assiégeants. C'est Aetius et son armée qui le 20 juin a déjà arrêté les Huns. Ces derniers sont stupéfaits. Depuis leurs steppes de Mongolie, on ne les a jamais attaqués ! Ils se replient et abandonnent la place. Voir les chroniques des 7 avril et 20 juin.

  • le 24 juin 1204 : capitulation de la ville de Rouen, la Normandie redevient française.

Philippe Auguste, Roi de France, vainc à Rouen Jean sans Terre et peut ainsi prendre possession de la Normandie. Dès 1202, Philippe Auguste confisque les terres du roi d'Angleterre, d'où son surnom de Jean sans Terre. Le Roi de France a frappé un grand coup en prenant le célèbre Château Gaillard construit par Richard Cœur de Lion. Philippe Auguste s'empare ensuite par les armes de l'Anjou et de la Touraine. Le Roi fait construire le château de Rouen, la plus grosse fortification de son époque.

  • le 24 juin 1340 : bataille navale de l'Écluse.

Le 24 juin 1340 eut lieu la bataille de l'Ecluse, la première bataille navale de la guerre de Cent Ans, oppose la flotte anglaise à celle du Roi Philippe VI de France. Cette bataille a lieu en mer du Nord près de la Belgique. Elle est remportée par les Anglais qui anéantissent la flotte française.

  • le 24 juin 1542 : naissance de saint Jean de la Croix, religieux et réformateur espagnol, docteur de l'Église.
  • le 24 juin 1635 : ordonnance du Cardinal de Richelieu, sur le commerce de la soie.

L'ordonnance prise à la demande du Roi Louis XIII, accorde aux Arméniens de France la liberté du commerce pour :

«faire venir et apporter en toute liberté, et sûreté de leurs dicts pays en ports et havres de Provence et autres de ce royaume telle quantité de soyes et austres marchandises que bon leur semblera pour les y vendre et débiter en payant les droits pour ce dû à Sa Majesté».

  • le 24 juin 1615 : la première messe sur l'île de Montréal.

Toile de Georges Delfosse

Samuel de Champlain décide d'amener des missionnaires en Nouvelle-France, les Récollets, une branche de l'Ordre des Franciscains. Une messe, la première sur l'île de Montréal, est alors célébrée le 24 juin 1615, à la rivière des Prairies, par le récollet Denis Jamet assisté du père Joseph Le Caron, récollet aussi.

  • le 24 juin 1717 : création de la maçonnerie en Angleterre, la Grande Loge unie d'Angleterre.

Le 24 juin 1717, la Grande Loge unie d'Angleterre, principale loge maçonnique anglaise, est créée à Londres. Elle regroupe quatre loges maçonniques dont les membres se réunissent dans des tavernes. Elle est aujourd'hui la première obédience maçonnique du monde. L'un des 3 principaux animateurs à l'époque est Désaguliers, ami et collaborateur de Newton. (Dans La politique des Francs-maçons de Jacques Mitterrand, cité par FM ALGOUD dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs page 61)

En 1721 est fondée à Dunkerque la première loge française : la loge « Amitié et Fraternité ». Et en 1789, Mirabeau dit lors des Etats généraux :

« Avant toute chose il faut commencer par décatholiciser la France. » Cité par l'abbé Alphonse Cordier dans, Martyrs et bourreaux de 1793, (tome I, p.111 Ed. La Source d'or)

  • le 24 juin 1786 : voyage Louis XVI en Normandie.

Louis XVI monte à bord du vaisseau "Le Patriote" où il est acclamé par l'équipage et assiste aux manœuvres de l'escadre face à Cherbourg, il dîne à bord, puis, après un exercice de bataille navale, prend la mer jusqu'à percevoir les côtes anglaises. Au retour, il visite l'anse d'Urville-Hague.

«Le lendemain[le 24 juin], il embarque sur le Patriote et stupéfie le chef d'escadre, Mr d'Albert de Rions, et son état-major par la pertinence de ses questions, par son aptitude à commenter les manœuvres les plus subtiles. Sans ostentation, il fait comprendre qu'il connaît les moindres détails d'un métier savant entre tous. […] Soudain, Mr de Rions fait virer de bord. Encore qu'il connaisse la réponse le Roi demande : - Où nous mènerait ce vent ? - Sire, en Angleterre.- Oh ! J'irais volontiers ! Les Anglais ne me recevraient pas mal et, dans ce pays-là, on ne trompe point les rois. […] A bord, sur les quais, dans les rues, on hurle : «  Vive le Roi, vive notre bon Roi ! » Il répond ivre de bonheur : - Vive mon bon peuple ! […] Je n'ai jamais goûté le bonheur d'être Roi que le jour de mon sacre et depuis que je suis à Cherbourg. »

Jean François Chiappe dans Louis XVI, (édit. Perrin, Tome II, page 365).

  • le 24 juin 1793 : adoption de la première constitution républicaine en France.

Cette constitution de l'an 1 n'est jamais appliquée.

  • le 24 juin 1859 : bataille de Solférino.

Victoire sanglante des troupes franco-piémontaises de Napoléon III sur les forces autrichiennes de François-Joseph à Solférino, en Italie. Le combat voit plus de 300 000 hommes combattre, ce qui constitue le plus gros effectif depuis la bataille de Leipzig, en 1813. Les nouvelles techniques utilisées au combat, telles que le transport des troupes par train ou l'utilisation de canons et de fusils à canon rayé annoncent déjà la première guerre mondiale. Un suisse, Henri Dunant est présent sur les arrières de l’armée française, Il découvre que la logistique santé dans l'armée impériale, assez correctement organisée, est totalement débordée par l’afflux des blessés. Si on connaît le nombre des opérés et des blessés, de ceux qui ont survécu au choc opératoire et aux infections (absence d'antisepsie et d'asepsie) grâce aux registres du Service de santé, les équipes médicales et chirurgicales, à une époque où, de surcroît, on a l'amputation facile. Il organise des soins avec des volontaires. La guerre terminée, il crée la Croix Rouge en 1864. Une visite des blessés a déterminé Napoléon III à établir une cessation des hostilités. Il est d'ailleurs l'un des seuls souverains européens à s'intéresser au projet de Croix-Rouge de Dunant, et à l'encourager directement.

  • le 24 juin 1866: naissance de Jean Guiraud, Historien spécialiste de l'histoire de l'Église.

Professeur d'Université, Militant Catholique et Rédacteur en chef du Journal La Croix de 1917 à 1939.

Régulièrement cité dans cette rubrique pour son ouvrage Histoire Partiale, Histoire Vraie, le 150ème anniversaire de sa naissance est l'occasion de relever un peu sa notoriété perdue. En effet, au début du 20e siècle, Jean Guiraud était connu de presque tous les foyers catholiques grâce à ses articles dans La Croix.

Petit fils de paysan-ouvrier de Carcassonne, fils d'instituteur, il est un exemple de l'ascension par l'effort, devenant, par un travail acharné, normalien, membre de l'École française de Rome, agrégé d'histoire, professeur de lycée puis à l'université de Besançon.

Mais son poste dans l'université publique ne lui fait pas abandonner ses convictions religieuses. Il devient un militant catholique actif et infatigable avec des engagements tant politiques qu'associatifs. Sa notoriété est grandissante, tout comme sa famille (il épouse en 1895 Marguerite Petit de Julleville, dix enfants naissent de cette union).

C'est en fin 1916 que le journal La Croix l'approche pour lui proposer le poste de rédacteur en chef. Le journal espère à la fois bénéficier de sa notoriété dans les sphères catholiques, mais aussi de ses compétences littéraires et historiques. Il en fait un vrai quotidien.

Mais fin des années 20, début des années 30, une ligne progressiste se dessine au journal. Après une cohabitation de quelques années, Jean Guiraud démissionne en 1939 et retourne à ses travaux historiques. Dès lors, l'histoire ''officielle'' du journal minimisera, jusqu'à aujourd'hui, son rôle.

Parfois qualifié d'intransigeant, Jean Guiraud « refuse de s'inféoder à quelque parti ou courant politique que ce soit. Éternel franc-tireur, il combat aussi bien le boulangisme que le ralliement inconditionnel, aussi bien le Sillon que l'Action française. Il est indépendant et inclassable, comme le constate l'abbé Thellier de Poncheville: "Guiraud ? Il n'est ni démocrate, ni réactionnaire, il est guiraudiste !". Si cependant on se risquait à tenter de caractériser la personnalité et l'activité de Jean Guiraud, sans doute pourrait-on reprendre ce qu'écrivait sa fille aînée à l'occasion de la célébration des 80 ans de son père (Lyon, 24 juin 1946) : "Mgr Bertin prononça une allocution émouvante, prenant pour thème une citation de saint Paul que nous aimions depuis longtemps évoquer quand nous pensions à papa : Bonus miles Christi » (Didier Ozanam, petit-fils de Jean Guiraud ; allocution lors de l'inauguration du Fonds Guiraud au CHAN en 2006).

Sur Wikipédia, une biographie sommaire mais une bibliographie bien complète :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Guiraud_(1866-1953)

Sur le site des archives nationales, la présentation du fonds avec une biographie scientifique complète.

https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/consultationIR.action?irId=FRAN_IR_025019

  • le 24 juin 1940 : armistice franco italien, fin de la bataille des Alpes, seul succès français de 1940.

Alors que la Wehrmacht est aux portes de Lyon, en face, le Général René Olry a établi trois positions défensives : la première s'établit de Bellegarde à Lyon avec des avant-postes défensifs au nord la ville ; la seconde défend Grenoble en s'appuyant sur versant ouest de la Chartreuse, la chaîne de l'Epine et le Mont du Chat ; la troisième autour de Voreppe, le long de l'Isère et le dos au Massif du Vercors. Le 18 juin, à la demande du maire Edouard Herriot Lyon est déclarée « ville ouverte ». Les allemands ne passent aucune des lignes défensives mais se replient avec de lourdes pertes. Ce succès est obtenu alors que dans le même temps les Italiens attaquent le 21 juin! Le Lieutenant Tom Morel, futur chef du maquis du Plateau des Glières, s'illustre en ordonnant un tir de barrage sur sa propre position, blessé, il obtient toutefois la reddition des soldats ennemis. Cet acte lui vaut la Croix de Guerre.

Le 24 juin, deux jours après Rethondes, la France signe à Rome un armistice bien moins dur. Rome ne met seulement la main que sur une bande terrestre allant du nord des Alpes françaises jusqu'à Menton, cette dernière ville passant sous administration italienne. Le Général René Olry a préservé au total 300 000 hommes de la captivité allemande.

  • le 24 juin 1940 : arrivée au Maroc du navire Massilia.

La déroute de l'armée française devant les troupes allemandes précipite le départ du gouvernement et de vingt-sept parlementaires réfugiés à Bordeaux. Ils accostent à Casablanca, au Maroc, sous les huées de la foule. Placés en garde à vue, certains parlementaires sont ensuite condamnés pour désertion devant l'ennemi, d'autres sont désignés coupables de la déroute française. Comment ne pas penser à l'Evangile de Saint Jean :

« Je suis le bon pasteur, le vrai berger. Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis. Le berger mercenaire, lui, n'est pas le pasteur, car les brebis ne lui appartiennent pas : s'il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s'enfuit ; le loup s'en empare et les disperse. Ce berger n'est qu'un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui. Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. »

  • le 24 juin 1984 : 1,8 million de personnes défilent à Paris pour défendre l'enseignement privé.

Et les lois Savary sont retirées.

  • le 24 juin 1994 : Airbus présente son dernier-né, le Béluga, le plus gros avion porteur du monde.
Lois Spalwer

Posté le 24 juin 2017 à 06h23 | Lien permanent | Commentaires (0)


23 juin 2017

Premières tensions entre les militaires et le ministre des armées

Le général Pierre de Villiers met des conditions à sa reconduction à la tête des armées : 

"Le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, atteint par la limite d’âge le 26 juillet prochain, a déjà fait savoir à la nouvelle ministre, Florence Parly, qu’il n’était pas question qu’il puisse être prorogé dans ses fonctions par le gouvernement si le budget 2018 de la défense n’était pas conforme à ses vœux".

Lahire

Posté le 23 juin 2017 à 20h01 | Lien permanent | Commentaires (8)


Canicule : pendant qu'on gaspille des milliers de m3 d'eau, des chrétiens sont privés d’eau à cause de leur foi

Deux scandales dont un seul est relayé par la presse. voici le second qui a lieu en Inde

"Une chaleur intense se fait ressentir, allant jusqu’à 40°C à Uttar Pradesh. Dans la ville de Jalalabad en Ghazipur, les hindous refusent de vendre l’eau de leur puits à quatre familles chrétiennes qui en ont besoin pour arroser leurs cultures.

Ces chrétiens ont été forcés à renier le Christ et à participer à des rituels hindous, ceux qui ont essayé de résister ont été battus et se retrouvent à présent sans eau pour l’agriculture.

Ces faits ont a été rapportés à la police et au chef du village, mais rien n’a été fait jusqu’à présent pour mettre fin à cette injustice".

 

Lahire

Posté le 23 juin 2017 à 18h40 | Lien permanent | Commentaires (6)


Macron suit Merkel et veut plus de migrants

La réalité c'est celle ci :

Lahire

Posté le 23 juin 2017 à 17h30 | Lien permanent | Commentaires (12)


L’apparition du « petit nouveau » sur la scène européenne n’est pas « très encourageante »

D'Yves Daoudal :

"Puisque c’est le premier sommet européen auquel participe Emmanuel Macron, il faut que le charismatique sauveur de la France, de l’Europe et du monde y impose un acte « historique ». C’est fait. Du moins c’est lui qui le dit. Ce qui est « historique », selon Macron, c’est cette ligne du paragraphe 8 des « conclusions » du conseil du 22 juin 2017 :

Le Conseil européen convient de la nécessité de lancer une coopération structurée permanente qui soit inclusive et ambitieuse.

« Coopération structurée permanente » : c’est ce qui devait être mis en œuvre lors de l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne. En… 2009. Ce qui allait de soi en 2009 et avait été ratifié par tous les Etats membres devient subitement une décision historique en 2017…

Toutefois l’Irlande a rappelé que sa tradition de neutralité l’empêchait de participer à ce plan, et le Danemark, qui s’est exclu de toutes les politiques européennes depuis Maastricht, a rappelé qu’il ne participerait donc pas à celle-là non plus…

On a remarqué que tout le monde n’est pas en adoration devant Macron. Sa grande interview d’hier, où il accusait les pays d’Europe centrale, sans les nommer, de prendre l’UE pour un « supermarché » alors que c’est un « destin commun », et certains dirigeants « qui tournent le dos à l’Europe », a été reçue 5 sur 5 par Beata Szydlo et Viktor Orban. La première a déclaré lors d’un point de presse à Bruxelles :

«La Pologne est ouverte à la coopération avec la France. Mais cela dépendra du président Macron, s'il entend étaler dans les médias son antipathie à l'égard des pays d'Europe centrale ou s'il veut parler des faits. Il est bon de parler des faits et non pas de se servir de remarques basées sur des stéréotypes. »

Quant au second, il a trouvé que l’apparition du « petit nouveau » sur la scène européenne n’était pas « très encourageante », s’il considère que la meilleure forme d’amitié entre les pays membres de l’UE est « de donner des coups aux pays d’Europe centrale ».

Aujourd’hui Macron a rencontré les dirigeants du groupe de Visegrad. On imagine l’ambiance. L’Elysée a diffusé un communiqué indiquant que la rencontre a montré « la volonté de se comprendre, de s’entendre et de travailler à trouver des positions communes, sans nier les vraies divergences qui s’expriment », assurant que « l’idée n’est pas de scénariser ou de créer une crise ou un conflit » avec ces pays…"

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 16h47 | Lien permanent


Facile : Macron a transformé en promesse électorale une contrainte imposée par l'OTAN

Le Premier ministre s'est exprimé aujourd'hui : 

"Le Premier ministre Edouard Philippe a promis ce vendredi au Salon du Bourget que le gouvernement maintiendrait l'objectif fixé par Emmanuel Macron de consacrer 2% du PIB au budget de la Défense d'ici à 2025, malgré les contraintes budgétaires".

Ce qu'il oublie de dire, c'est que cette norme, la "règle des 2%", est imposée par l'Otan

"En 2006, les pays membres de l'OTAN se sont mis d'accord pour consacrer 2 % au moins de leur produit intérieur brut (PIB) à la défense. Cette valeur allait servir avant tout d'indicateur de la volonté politique des pays de contribuer à l'effort de défense commune de l'Alliance. La capacité de défense de chacun des pays membres influe en outre de manière importante sur la perception globale de la crédibilité de l’Alliance en tant qu'organisation politico‑militaire".

Ca reste quand même une bonne nouvelle pour nos armées saignées à blanc par les gouvernements précédents et dont le budget ne représente plus que 1, 43% du PIB. Mais, il n' y aura pas de miracle : Hollande voulait atteindre ces 2% en 2022, Macron lui s'est fixé 2025.

Lahire

Posté le 23 juin 2017 à 16h46 | Lien permanent | Commentaires (2)


Le FN fait voter un amendement de prévention contre la pornographie

De Pascal Gannat, Président du groupe FN-RBM de la Région Pays de la Loire :

"L’exécutif présentait hier un plan de prévention et d’éducation à la santé des jeunes, avec différents axes de lutte contre les addictions (tabac, drogues, troubles du comportement etc.). Nos élus ont reconnu la pertinence de ce plan, et encouragé la Région à le mettre en œuvre. Toutefois la question de l’addiction liée à la pornographie chez les jeunes n’y était pas évoquée. Or d’après une étude de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), le visionnage de contenu pornographique chez les jeunes a pour conséquence d’amplifier la consommation de cannabis, d’alcool et le mal-être de beaucoup de jeunes. En outre, l’omniprésence de contenus indécents dans l’espace public, par exemple avec des publicités quasi pornographique sur les kiosques à journaux, ne fait qu’amplifier cette hypersexualisation de la jeunesse, et la dégradation de l’image de la femme. Le groupe FN-RBM se félicite que l’assemblée régionale ait voté son amendement à l’unanimité. Il continuera à se battre contre toutes les formes d’addictions qui polluent la santé physique et mentale des jeunes ligériens."

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 16h26 | Lien permanent


"Fermeté, humanité" et enfumage

Ne changeons rien.

DC_4O4MXsAA6PC6.jpg-large

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 16h24 | Lien permanent


FN : Le score aux législatives de 2017 est le 4e plus mauvais score en 20 ans

Polémia a fait le compte :

Capture d’écran 2017-06-23 à 16.16.59

"En 20 ans, le FN perd 22% de ses voix, alors que le corps électoral dans son entier s’accroît lui-même de 21% ! La croissance du score FN ne suit même pas l’accroissement démographique électoral ; il manque plus d’1,6 million d’électeurs FN pour que ce dernier soit l’équivalent, en proportion des inscrits, du score de 1997. Personne ne peut décemment démontrer que la ligne Marine/Philippot fait gagner le FN. Il ne s’agit pas de conjecture politique ; mais de chiffres nets. [...]

La répartition des 91 circonscriptions qui ont vu le FN progresser en voix depuis 2012 montre le quinté gagnant suivant :

  • Normandie avec 57% de ses circonscriptions en progression depuis 2012 ;
  • Hauts-de-France avec 46% ;
  • Nouvelle-Aquitaine avec 35% ;
  • Bretagne avec 22% ;
  • Pays-de-la-Loire avec 20%.

Cette disparité régionale très forte, qui voit en gros 20% des circonscriptions progresser, permet de s’interroger sur les motivations du vote. Si les motivations du nouveau vote FN étaient dues au discours social et souverainiste de la ligne Philippot, l’impact sur l’électorat serait naturellement général et globalement harmonieusement réparti d’un bout à l’autre du territoire. Or, ce n’est pas du tout le cas. Du coup il convient de s’interroger sur ce qui provoque les disparités. Et c’est ainsi que l’on constate que la carte du nouveau vote FN recoupe celle des territoires qui, plus récemment et notamment via la crise des « réfugiés », sont touchés par les affres de l’immigration et de l’insécurité et prennent conscience des nécessités de se battre pour préserver leur identité et de l’injustice à être réduits à ces territoires oubliés qu’ont parfaitement décrits les essayistes.

Il y a clairement des dynamiques électorales dans ces régions : la Normandie de Nicolas Bay, qui place 3 candidats dans le « top 15 » des plus belles progressions, la Bretagne de Gilles Pennelle ou les Pays-de-Loire de Pascal Gannat, par exemple. [...]

La ligne politique suivie par le FN depuis 10-15 ans, bien que fortement revendiquée comme faisant progresser le FN, a plutôt produit l’effet inverse. On ne peut pas dire, aujourd’hui, que le bilan du binôme Marine/Philippot se traduise par du succès électoral. [...]

La comparaison sur 20 ans – l’espace d’une génération – est cruelle pour le Front national. En 20 ans, la France n’a connu aucun reflux, aucun répit en termes d’immigration massive, de pertes de repères et d’identité, de saccage culturel et civilisationnel, d’ensauvagement de toutes ses structures, depuis les centres villes jusqu’aux classes scolaires. Avec en prime une succession de présidents plus médiocres les uns que les autres, de Chirac en Sarkozy et de Sarkozy en Hollande. En 20 ans de pouvoir sans limites et absolu sur le FN, Jean-Marie Le Pen puis sa fille Marine ont imposé leur marque politique, leur marque de dirigeants, leur ligne politique. Pour quel résultat opérationnel, concret pour la vie des Français ? Aucun.

Contrairement aux acquis obtenus par des partis (souvent électoralement moins puissants) au Danemark, en Italie, en Autriche ou encore en Suisse, le FN n’a pu apporter aucune victoire significative et reste un parti à la marge, ne suscitant aucune adhésion de ralliement et, on le voit, une adhésion provisoire de la part de centaines de milliers d’électeurs qui votent, puis se retirent du jeu. Ce qui livre aujourd’hui un FN qui n’a toujours pas retrouvé sa force et sa dynamique de 1997 (législatives) – 1998 (régionales), alors que les circonstances externes n’ont jamais été aussi favorables. [...]

Les chiffres ne mentent pas ; les conclusions sont évidentes pour qui veut bien les lire. Après le temps de la lucidité doit venir celui du courage des remises en cause, de l’audace stratégique et, enfin, du travail. Vaste programme pour un congrès !"

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 16h21 | Lien permanent


Mélenchon soutient sa député "Nique la France"

Bernard Antony, président de l’AGRIF, propose un débat au camarade Mélenchon :

"On pouvait s’y attendre, le camarade Mélenchon est monté au filet pour défendre son élue Danièle Obono interrogée sur ses positions en faveur des racistes antifrançais : le pseudo-penseur Saïd Bouamama et le rappeur Saïdou, militants algériens derrière l’islamo-gauchiste Houria Bouteldja. Cette dernière, révisionniste et négationniste de l’histoire de la colonisation et de l’esclavage, distille en effet une idéologie de haine coontre la France selon elle raciste et esclavagiste sans jamais considérer les réalités séculaires de l’esclavagisme turco-arabo-musulman. Et voilà que le camarade Mélenchon, avec le plus parfait mépris léniniste de la vérité, distille sa colère dans un surréaliste amalgame de l’AGRIF (qui n’est pas d’extrême-droite alors qu’il est, lui, d’une archaïque extrême-gauche) et de milliardaires propriétaires des médias. Je lance pour ma part au camarade Mélenchon, à madame Obono comme à Houria Bouteldja le défi de débattre loyalement avec moi et deux de mes amis sur les contradictions racistes de l’antiracisme."

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 16h03 | Lien permanent


Campagne des Survivants : Marlène Schiappa tombe dans le panneau (de JC Decaux)

La campagne des Survivants ne laisse pas indifférent et c'est déjà une victoire : l'avortement on en parle.

270317_104653_PEEL_GQRQZBLa nouvelle ministre a l'air d'être une hystérique comme son père. Ce dernier, Jean-Marc Schiappa, membre de la Fédération Nationale de la Libre Pensée, avait publié un ouvrage négationniste, niant les racines chrétiennes de la France. Il doit vivre reclus dans sa loge pour en arriver à ce degré.

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 14h49 | Lien permanent


Le Sida est raciste et homophobe

C'est Libération qui constate :

"A Paris, la situation est préoccupante, pour ne pas dire mauvaise: l’épidémie y est cinq fois plus élevée que la moyenne française et deux fois plus que dans le reste de l’Ile-de-France. Les cas parisiens représentent un cinquième du chiffre pour toute la France, alors que les Parisiens représentent un peu plus de 3% de la population. Ce sont plus d’un millier de nouvelles contaminations par an. Et à Paris encore, l’épidémie y est très particulière, fortement concentrée – à près de 90% – dans deux groupes : les hommes ayant des rapports sexuels entre hommes (52%) et les migrants, principalement de pays à forte prévalence (38%). Enfin, géographiquement, l’épidémie est surtout forte dans les quartiers centraux (Ier à IVarrondissements) et dans le nord-est (Xe, XIe, XVIIIe, XIXe et XXe arrondissements) mais aussi dans le XIIIe."

Une conséquence de la Gay Pride et de toutes les incitations à la débauche ?

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 14h27 | Lien permanent


Conservation d’ovocytes : le but de la science est désormais de satisfaire nos désirs égoïstes

De Anne Isabeth dans Présent :

"[...] L’Académie de médecine a rendu public, lundi 19 juin, un rapport dans lequel elle s’est dite favorable à l’auto-conservation d’ovocytes sans raison médicale. Se faisant, elle tend à reconnaître comme un droit, le fait de pouvoir concevoir un enfant quel que soit son âge (même si la limite est aujourd’hui fixée à 45 ans), envers et contre tout à commencer par la nature.

Pour l’instant, la pratique est interdite en France, la congélation ou la vitrification d’ovocytes n’étant permise qu’aux femmes souffrant d’infertilité, ou atteinte d’une maladie qui pourrait les rendre stériles. Pourquoi en modifier les conditions ? La réponse demeure la même, quel que soit le sujet : suivre l’air du temps qui veut que les femmes aient des enfants plus tard, pour raisons professionnelles ou personnelles, et sont donc de plus en plus touchées par des problèmes de stérilité. Ne pouvant le faire en France, de plus en plus de femmes se rendent en Belgique, Italie ou encore en Espagne. Les membres de l’Académie de médecine mettent aussi en balance le fait que les hommes ne rencontrent pas les mêmes contraintes puisqu’une simple ordonnance leur permet de conserver leur sperme. Pourquoi eux et pas elles ?

Cette décision montre aussi que le but de la science n’est plus de soigner des maladies – ou d’éliminer les malades c’est selon – mais de forcer la nature afin d’accéder aux désirs de femmes qui voyant leur horloge biologique tourner désirent la stopper par tous les moyens. Pour l’instant l’Académie de médecine préconise de ne pas tenter de PMA au-delà de 45 ans, mais jusqu’à quand ? On verra un jour les plus de 45 ans se lever, sous peine de discrimination, pour demander d’avoir le droit aussi de procréer quand elles veulent. Où poser la limite ?

Parlons enfin du coût. L’autoconservation d’ovocytes coûterait entre 3 000 et 6 000 euros. Qui assumerait le coût ? Une Sécurité Sociale croulant déjà sous les remboursements ? Financer des vitrifications quand des soins élémentaires ne sont déjà plus financés ? [...]"

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 11h58 | Lien permanent


24 juin : Fête de fin d'année de l'École Sainte Anne à Orléans

College Saint Anne

Ouverture du collège Sainte Anne, premier collège hors contrat de la ville d'Orléans, à la rentrée 2017.

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 11h53 | Lien permanent


25 juin : messe pour la France à Toulouse

Le Groupe de Prière Toulousain “ Saint Louis de France” vous invite à une MESSE pour la France, le Dimanche 25 Juin 2017 à 10h30, en l'église de Notre-Dame de La Dalbade de Toulouse (Rue de La Dalbade - 31000 Toulouse).

« France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » Saint Jean-Paul II, au Bourget-Paris en 1980.

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 10h39 | Lien permanent


25 juin : projection de La Rébellion cachée à Chéméré-le-Roi

Chémeré

Le Salon Beige

Posté le 23 juin 2017 à 10h22 | Lien permanent


Les Survivants s'affichent dans Paris

YWqKkZvb

DC_OjEuWAAAxTk6

Le Salon Beige

Posté le 23 juin 2017 à 10h16 | Lien permanent


Le "meilleur des mondes  " c'est maintenant

En octobre 2012, le docteur Jean-Pierre Dickès dévoilait à ses lecteurs l'état et les conséquences des dernières découvertes en médecine, biologie, génétique et bionique qui posent la question de l'avenir de l'homme, et dressait les contours de l'humanité future. Cet ouvrage en est déjà à sa deuxième édition, mais il n’a pas pris une ride. Présentation audio :

Dickès Ultime transgression

I-Moyenne-12556-l-ultime-transgression-refaconner-l-homme.net
commander 

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 09h48 | Lien permanent


Des hommes souffrent de traumatisme suite à l’avortement de leur partenaire

Lu sur Gènéthique :

"L’avortement peut laisser des séquelles chez la femme mais aussi chez l’homme. L’impact de l’IVG sur les hommes est bien souvent laissé de côté, car légalement, l’homme n’a pas le droit d’interférer dans la décision de sa partenaire et son avis est rarement demandé.

Charlie Conner, membre d’une organisation qui aide les personnes, hommes ou femmes, à se remettre du traumatisme post-IVG, explique que « pour chaque enfant avorté, il y a un père – et on n’a pas besoin d’être mathématicien pour comprendre qu’il y a un immense problème caché ici ». Margaret Cuthill, également membre d’une organisation qui aide les personnes après un avortement, affirme que 10% des appels viennent d’hommes. Environ 5% des hommes souffrent de traumatisme suite à l’avortement de leur partenaire, et 40% regrettent de ne pas parler à un thérapeute. D’après Charlie Conner, « c’est naturel qu’il y ait culpabilité et honte – un processus de deuil se met en place. Mais parce qu’il n’y a pas d’enterrement, la blessure ne va pas être exprimée avant plusieurs années ».

C’est ce qui est arrivé à Carl Miller, 50 ans. Plusieurs années après l’avortement de sa petite amie, le quinquagénaire explique « c’est avec le temps que j’ai réalisé  l’importance de ce qui s’était passé et de ce que j’avais perdu ». A son tour, Tony Perry, 39 ans, exprime son ressenti, une quinzaine d’années après l’IVG de sa petite amie de l’époque. « Cela m’a laissé des blessures profondes. Il y a toujours une ombre latente ». « C’est comme avoir un sac à dos, certains jours on est simplement conscient qu’il est là, mais d’autres jours, c’est comme un poids supplémentaire qui vous tire vers le bas ».

Le professeur Arthur Shostak, professeur émérite de sociologie à l’université Drexel à Philadelphie aux États-Unis, a beaucoup interrogé les hommes dont les partenaires avaient subi un avortement. Il estime qu’environ 90% d’entre eux ont trouvé que c’était l’expérience la plus angoissante de leur vie, et environ 9% ne s’en sont jamais remis."

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 09h01 | Lien permanent


Internet correspond au principe de subsidiarité : faciliter tout ce qui peut être fait par la base, par l’individu, par les familles

Image_acquire_the_dvd_940x627_new_homeDaniel Rabourdin, jeune réalisateur français installé aux Etats-Unis, est l'auteur d’un « docufilm » sur les Guerres de Vendée, actuellement présenté en France. Il répond à Présent

"Comment votre film a-t-il été lancé en Amérique ?

Les milieux traditionnels français se sont moqués de médias du type Facebook, mais c’est grâce à ce genre de choses que j’ai pu produire mon film. En France, on a ainsi perdu des années sans comprendre qu’il s’agissait d’un instrument, capable de faire du bien ou du mal selon celui qui l’utilise. Pour moi, je n’hésite pas à dire que ce genre d’outils correspond à la doctrine sociale de l’Eglise et à son principe de subsidiarité : faciliter tout ce qui peut être fait par la base, par l’individu, par les familles. On a trop tendance, en tout cas en France, à compter sur la commune ou sur l’Etat. Evitons ce que j’appelle la fonctionnarisation de la société, à laquelle cèdent parfois même les membres du clergé. Ne vaut-il pas mieux juger l’arbre à ses fruits, faire confiance à des producteurs catholiques par le biais de financement participatif, plutôt qu’à Antenne 2 ou à d’autres organes médiatiques qui se livrent au lavage de cerveaux ? [...]"

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 08h53 | Lien permanent


La rémunération des ministres du culte de Guyane par la collectivité territoriale est conforme à la laïcité

Le Salon Beige a relaté récemment une décision numéro 58 relative à l’état d’urgence, que le Conseil Constitutionnel a rendue le 9 juin au sujet d’un des aspects de l’état d’urgence.

Une autre décision numéro 56 est passée inaperçue.

Elle est relative à la rémunération des ministres du culte de la Guyane par la collectivité territoriale. Sa portée est certes moindre que la première mais non sans intérêt pour les catholiques.

La rémunération des ministres du culte en Guyane sur argent public se fonde sur une ordonnance royale de Charles X de 1828. La collectivité territoriale de Guyane à majorité de gauche laïciste (tendance Taubira) accepte difficilement de payer les prêtres, d’où une guerre, qui dure depuis de nombreuses années sur les plans politique et judiciaire.

C’est ainsi que le Conseil Constitutionnel a été récemment saisi par le Conseil d’Etat d’une question préalable de constitutionnalité de cette ordonnance de 1828. Les « 9 sages de la rue Montpensier » déclarent que cette disposition est conforme à la Constitution en ne méconnaissant pas la règle de la laïcité. Toutefois ils laissent entrevoir incidemment que ce régime pourrait être abrogé par un décret étendant à la Guyane l’application de la loi du 9 décembre 1905 dite de séparation des églises et de l’Etat.

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 08h40 | Lien permanent


ONU: les États-Unis bloquent une résolution sur l'avortement

Lu ici :

"Le Conseil de l'ONU des droits de l'homme a adopté aujourd'hui une résolution condamnant les abus et discriminations à l'encontre des femmes, mais les Etats-Unis ont refusé d'approuver un paragraphe mentionnant l'accès à l'avortement dans des conditions sanitaires sûres.

La résolution, présentée par le Canada, déplore "la persistence et l'omniprésence de toutes formes de violence à l'encontre des femmes et des filles dans le monde", et appelle les pays à prendre des mesures immédiates pour prévenir la violence et les discriminations basées sur le sexe.

La résolution a été adoptée unanimement sans vote mais plusieurs pays, dont le Bangladesh, la Chine et l'Egypte, ont exprimé leur désaccord avec tout ou partie du texte.

Le représentant des Etats-Unis Jason Mack a exprimé son soutien à "l'esprit" de la résolution. Mais il a souligné que les Etats-Unis ne pouvaient pas se joindre au consensus autour de la résolution en raison d'un paragraphe relatif au droit des femmes à l'avortement dans des conditions médicales sûres. Le paragraphe en question appelle les pays à faire en sorte que leurs services de santé procurent aux femmes des soins "complets et de qualité concernant la sexualité et la procréation", y compris "un avortement sûr lorsque de tels actes sont autorisés par la législation nationale". "Les Etats-Unis soutiennent pleinement le principe d'un choix volontaire concernant la santé maternelle et infantile et le planning familial", a déclaré M. Mack. "Mais nous ne reconnaissons pas l'avortement en tant que méthode de planning familial, et nous ne soutenons pas l'avortement dans nos programmes d'assistance à la santé en matière de procréation", a-t-il dit."

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 07h21 | Lien permanent


C’est arrivé un 23 juin…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 23 juin 964 : décès du pape Benoit V.
  • le 23 juin 1101 : les armées croisées prennent Ankara.

La ville était occupée par les troupes du sultan Seljûqide Qilij Arslân Dâwûd.

  • le 23 juin 1269 : ordonnance royale de Saint Louis contre le blasphème.
  • le 23 juin 1659 : Hugues de Lionne nommé Ministre d'Etat.

Hugues de Lionne, marquis de Fresnes, est nommé Ministre d'Etat dans le gouvernement formé par Mazarin. Né le 11 octobre 1611, Hugues de Lionne est d'abord diplomate et devient rapidement un proche de Mazarin et de Louis XIII. C'est lui qui négocie le traité des Pyrénées, début 1659, qui met fin à la guerre de Trente ans. Il meurt le 1er septembre 1671.

  • le 23 juin 1668 : naissance Louis François Marie Le Tellier, marquis de Barbezieux.
  • le 23 juin 1675 : un bureau breton du papier timbré est pillé par les paysans en colère.

Le pays Bigouden s'enflamme.

  • le 23 juin 1714 : le maréchal de Villars est reçu à l'Académie française.
  • le 23 juin 1784 : vol réussi de Pilâtre et Proust.

Le ballon "La Marie-Antoinette" s'élève devant le Roi Louis XVI et le roi suédois Gustave, à Versailles, emmenant Jean-François Pilâtre de Rozier et le chimiste Louis Joseph Proust. Ils montent régulièrement, se dirigent vers le nord, traversent les nuages, atteignent 3km et décident de redescendre : ils parcourent 52km et se posent avant la forêt de Chantilly.

  • le 23 juin 1786 : voyage Louis XVI en Normandie.

Après la messe matinale, le Roi Louis XVI commence par décorer les héros français de la Guerre d'indépendance américaine. À bord d'un canot conduit par vingt rameurs et mené par La Bretonnière, puis à bord du Patriote, vaisseau à 74 canons, il assiste à l'immersion du neuvième cône de pierre. Il visite ensuite le fort de l'île Pelée qu'il baptise Fort-Royal.

« Partout, la population ovationne follement ce bon Roi, si simple, et se montrant, par ses questions, si soucieux du bonheur de tous. En route il interroge ses compagnons :

Pourquoi reçois-je ici des témoignages d'amour auxquels je ne suis point habitué ? Les interpellés gardent le silence. Alors son regard se voile : Je vois, il faut qu'on m'ait fait une mauvaise réputation à Versailles. »

Jean François Chiappe dans Louis XVI, (édit. Perrin, Tome II, page 363).

  • le 23 juin 1789 : coup de force législatif, et renoncement royal.

Au cours d'une séance des Etats généraux ouverte le 4 mai 1789, le marquis de Dreux-Brézé, grand maître des cérémonies du Roi, veut faire sortir le Tiers-Etat de la salle. Les députés du Tiers-Etat, galvanisés par Mirabeau, refusent l'ordre de dispersion de l'Assemblée constituante du Roi Louis XVI. Ce dernier très affecté par la mort du Dauphin s'écrie : « Ils veulent rester, qu'ils y restent. »

  • le 23 juin 1786 : l'expédition La Pérouse aperçoit la terre d'Alaska.

"Une longue chaîne de montagnes couvertes de neige…"

  • le 23 juin 1795 : victoire navale britannique à la bataille de Groix.

La bataille de Groix oppose la France et la Grande-Bretagne. Plusieurs escarmouches ont lieu début juin. Le véritable combat débute le 23 juin. L'armée britannique remporte la victoire.

  • le 23 juin 1795 : débarquement de Quiberon.

Une troupe d'émigrés, venus pour appuyer les Français rejetant la république se battant pour leur Dieu et leur Roi débarquent. Les Chouans sont prêts et rejoignent rapidement les émigrés. Faute de débarquement en Vendée, les troupes de Charette et Stofflet mènent des actions non coordonnées. Mal organisée et rongée par les dissensions, l'armée d'émigrés, après une brève avancée, est repoussée et vaincue.

Aucun prince de sang ne participe. Il est loin le temps où le Roi Henri IV se jetait au plus fort de la mêlée, risquant à chaque seconde sa vie et forçant par là ses subordonnés à donner pour la France le meilleur d'eux-mêmes…

  • le 23 juin 1796 : armistice de Bologne.

Bonaparte signe un armistice avec le pape Pie VI. Le pape doit verser à la France 21 millions de livres, livrer des œuvres d'art et des manuscrits précieux, céder Ancône, Ferrare et Bologne. La France, de son côté, renonce à l'idée de détrôner Pie VI. En fait le Directoire poursuit la politique maçonnique visant à détrôner le Pape et lui retirer toute souverainté temporelle. Bonaparte, plus au fait des réalités locales refuse plusieurs fois d'obéir aux ordres de conquérir Rome et de déposer le Pape. Ce dernier, face aux multiples agressions françaises réarme ses places fortes et passe une alliance défensive avec l'Autriche le 25 septembre 1796.

  • le 23 juin 1812 : Napoléon marche sur Moscou.

L'invasion commence le 23 juin 1812. Une dernière offre de paix de Napoléon est restée sans réponse ; il ordonne d'avancer en Pologne russe. Il ne rencontre aucune ou peu de résistance et avance rapidement en territoire ennemi. La Grande Armée avec 700 000 hommes, la plus grande armée européenne jamais rassemblée, franchit la rivière Niémen pour se diriger vers Moscou.

Le corps d'armée principal de 250 000 hommes est aux ordres de l'Empereur, les deux autres commandés par Eugène de Beauharnais (80 000 hommes) et Jérôme Bonaparte (70 000 hommes). En second échelon, se trouvent deux corps d'armée commandés par Macdonald (32 500 hommes) et Karl Schwarzenberg (34 000 Autrichiens) et une réserve de 225 000 hommes, s'y ajoutent 80 000 Gardes. Le 30 décembre, l'armée, réduite à environ 50 000 hommes, repasse le Niémen...

  • le 23 juin 1894 : fermeture du premier Congrès Olympique.

Le premier Congrès olympique international (CIO) de l'ère contemporaine dont l'objectif est le rétablissement des Jeux Olympiques antiques, a lieu à l'Université de la Sorbonne à Paris. Il s'est ouvert le 16 juin. Le baron Pierre de Coubertin réalise ainsi son rêve. A sa demande, le premier président du CIO est un Grec. Coubertin sera lui-même président de 1896 à 1925.

  • le 23 juin 1956 : loi cadre Defferre.

Gaston Defferre, alors ministre de la France de l'Outre-mer, fait adopter une loi qui reconnaît l'autonomie interne des territoires d'outre-mer. C'est la fin de l'AOF et l'AEF. Cette loi prévoit, par ailleurs, la création de républiques autonomes dans les colonies africaines.

Lois Spalwer

Posté le 23 juin 2017 à 06h18 | Lien permanent | Commentaires (2)


Macron recrute ceux qui ont trahi François Fillon

Comme ils l’avaient fait en nommant Gérald Darmanin au ministère de l’action et des comptes publics, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont débauché deux jeunes espoirs de la droite pour composer leur deuxième gouvernement.

Sébastien Lecornu, 31 ans, partagera le secrétariat d’Etat auprès du ministre de la transition énergétique avec Brune Poirson (LRM).

Jean-Baptiste Lemoyne, 39 ans, est nommé secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères.

Ces deux élus avaient quitté la campagne de François Fillon.

M. Lecornu, très proche conseiller du ministre de l’économie, Bruno Le Maire, pendant des années, il est aussi l’un des meilleurs amis de M. Darmanin. Militant dès son adolescence à l’UMP, il devient en 2005 l’attaché parlementaire de Franck Gilard dans la 5e circonscription de l’Eure et rencontre M. Le Maire. Ce dernier l’intègre à ses différents cabinets ministériels sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. A partir de 2012, il accompagne l’ambition présidentielle de l’ancien ministre de l’agriculture. Directeur de sa campagne pour la présidence de l’UMP en 2014 puis lors de la primaire, M. Lecornu est un homme à tout faire : il anime l’équipe, assure la liaison avec les élus, réfléchit à la carte électorale et corrige une à une les mille pages du projet de M. Le Maire. Cette campagne s’achève par une débâcle mais il a entre-temps creusé son propre sillon en devenant maire de Vernon (Eure) puis président du conseil départemental en 2015. Il a alors moins de 30 ans.

Après la primaire, il devient directeur adjoint de la campagne de François Fillon qu’il abandonne en même temps que tous les lemairistes et les juppéistes.

Michel Janva

Posté le 23 juin 2017 à 00h01 | Lien permanent


22 juin 2017

Vu dans un collège du "vivre ensemble"

Image-3

Michel Janva

Posté le 22 juin 2017 à 23h57 | Lien permanent


Une partie de la gauche serait tétanisée par La Manif pour Tous

Selon un média LGBT :

"Demain, l'Inter-LGBT défilera avec le mot d'ordre suivant: "La PMA sans conditions sans restrictions, c'est maintenant!". A quelques jours de la publication de l'avis du Comité Consultatif National d'Ethique (CCNE) sur la procréation médicalement assistée, ce mot d'ordre ne peut tomber mieux.

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s'est engagé à ouvrir la PMA à toutes les femmes, mais après avis du CCNE. Sans que l'on sache bien s'il passerait outre un avis négatif. Le président du Comité, le Pr Delfraissy a d'ores et déjà prévenu que cet avis ne contenterait pas grand monde. On sait aussi que les réformes économiques seront la priorité de son quinquennat, au détriment des loi dites "sociétales".

On sait enfin que le contexte parlementaire n'est pas des plus favorables. A l'Assemblée Nationale, la majorité présidentielle se compose de personnalités issues de la droite comme de la gauche. Lors du quinquennat précédent, la droite s'est arc-boutée contre le mariage pour tous au motif que celui-ci ouvrirait notamment à la PMA. Pour ne citer qu'un seul exemple, le Premier ministre Edouard Philippe s'était abstenu pour cette raison précise (Lire Edouard Philippe, un nouveau Premier ministre opposé à la PMA). Celles et ceux qui étaient contre la PMA pour les couples de femmes et les femmes seules hier y seront-ils favorables lorsqu'il s'agira de voter une loi qui préconise justement d'aller dans ce sens? Chez une partie de la gauche tétanisée par la manif pour tous, cette mesure ne fait pas l'unanimité non plus."

Ce n'est pas le moment de s'endormir. A quand la prochaine Manif pour Tous ?

Michel Janva

Posté le 22 juin 2017 à 23h52 | Lien permanent


Selon le SNJ-CGT, l'AFP aurait voulu étouffer l'affaire Ferrand

Le Salon Beige relaie un communiqué de la CGT, c'est assez rare pour être souligné :

DC8mZvbWAAAM_Om

Michel Janva

Posté le 22 juin 2017 à 23h49 | Lien permanent



accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2010 - Le Salon Beige