12 février 2016

remaniement ministériel : du pitoyable au burlesque

De Bernard Antony :

"Le remaniement gouvernemental, annoncé hier avec une exquise modernité par le moyen du « tuit », harmonise superbement le pitoyable et le burlesque. Quelques heures après l’annonce cybernétique, François Hollande l’a explicitée à la télévision. Il n’y a vraiment rien eu de nouveau dans son registre de comédien médiocre et maintenant bien usé. Toujours le même numéro de la farouche et vertueuse détermination républicaine, le cœur sur la main bien sûr, tout comme son prédécesseur, mais avec cette manière reniflarde et pleurnicharde qui n’appartient qu’à lui. Avec Hollande la comédie républicaine est encore plus lacrymale. Son emploi incertain de la langue française prône la nécessité de la réforme de l’orthographe mais aussi de la simplification de la grammaire et de la réduction du vocabulaire ! On se résoudrait à l’indulgence de ne trouver François Hollande que pitoyable si ce n’était sa réussite incontestable dans la révolution nihiliste sociétale contre la société. Il a peut-être souvent des airs de clown triste mais il aura été aussi un grand nuisible avec ses fulminantes ministres femmes et son premier ministre aux inquiétants regards de fièvre flamboyante.

Il ne faut pas trop s’attarder sur le nombre des ministres et sous-ministres porté en une belle inflation de 32 à 38. Très certainement pour d’évidentes raisons d’économie et de simplification. D’ailleurs il y a même le sous-ministre Placé pour cela, Jean-Vincent de son prénom, belle figure de l’écologisme politiciennement « radsoc ».

Ce qui a appelé immédiatement une consternation politico-médiatique générale, c’est le remplacement de Laurent Fabius par Jean-Marc Ayrault. On peut, comme nous, ne pas du tout penser du bien dans l’ordre politique de Fabius, un nain diplomatique en comparaison d’un Hubert Védrine. Mais du moins Fabius a-t-il pour la fonction diplomatique de l’urbanité, des manières, une certaine élégance, et même un mode d’expression convenable avec quelques relents d’accents mitterrandiens. Le triste et glabre Jean-Marc Ayrault, lui, a été plutôt psycho-morphologiquement formaté pour jouer au cinéma des rôles de non-plaisantin, de brutal sinon de butor. Un « tonton flingueur » peu réjouissant. Une belle gueule de puritain jacobin, tout le charme d’un procureur robespierriste de tribunal révolutionnaire. Plus incorruptible certainement, c’est son bon côté, qu’un Cahuzac.

Pour remplacer nombre pour nombre la radicale socialiste et sœur franc-maçonne Taubira, voici redevenir ministre son mentor, le délicat Jean-Michel Baylet, incarnation à lui tout seul de la république radicale qui « roule les r », celle du Grand-Orient. Un bien ingrat électorat l’a quitté. À l’Aménagement du territoire, il pourra se consoler de ses échecs sans se fatiguer autant que certains autres frères de la même obédience dans le gouvernement qui, tels Cazeneuve ou Le Drian, et bien sûr Valls ne chôment certes pas. Une analyse plus poussée devrait permettre de vérifier si environ près de la moitié des ministres appartenant au Grand-Orient, les autres obédiences laïques, et d’abord la Grande Loge, y auraient leur juste place, les obédiences dites « régulières » recrutant plutôt chez « les Républicains » et même au Front National.

Toujours avide d’une petite pointe de préférence étrangère dans les « secteurs » éducation et culture comme on dit à gauche, François Hollande a remplacé Fleur Pellerin, aussi passionnément subversive qu’inculte par Audrey Azoulay, amie très chère de Julie Gayet. Audrey Azoulay vient renforcer la mouvance féminine franco-marocaine décidément non négligeable au sommet de l’État. Elle n’est pas musulmane. Son père, appartenant à la petite minorité de juifs demeurés au Maroc est un personnage très important de la Cour. Il est « Le conseiller du roi ». L’unique ! Voici donc au moins une ministre ayant un père royaliste !

Enfin, François Hollande a confié aussi à une femme la mission sans doute la plus exaltante de ce gouvernement. Elle s’appelle Ericka Bareigts. Ericka est désormais secrétaire d’État « chargée de l’égalité réelle ». Que voilà une belle et vaste mission sur un concept intéressant ! Sans doute est-ce là l’aveu implicite que l’égalité, le plus souvent, est virtuelle. Elle pourra très certainement bénéficier de la réflexion de la socialiste Elisabeth Badinter, pour qui l’égalité entre les femmes et les hommes existera réellement lorsque ceux-ci pourront enfin… accoucher. Pour autant, Elisabeth Badinter, qui possède personnellement une immense fortune de l’ordre du milliard et demi d’euros, n’a jamais songé à œuvrer pour l’égalité réelle par le partage… Mais ça, c’était la révolution sociale que prônait l’archéo-socialisme. Aujourd’hui, plus question de s’en prendre aux capitalistes, la vraie révolution moderne, elle est… sociétale ! Nul doute que l’on y verra à l’œuvre Emmanuelle Cosse, admirable et si désintéressée écolo-climato-futurologiste.

Michel Janva

Posté le 12 février 2016 à 12h37 | Lien permanent

Accord secret Allemagne-Turquie pour faire venir des immigrés ?

Lu sur Nouvelles de France :

"Lors d’une réunion de son gouvernement vendredi, le premier ministre hongrois Viktor Orbán aurait accusé Angela Merkel et Recep Erdogan d’avoir passé un accord secret, en plus des accords officiellement passés entre l’UE et la Turquie (3 milliards d’euros pour la Turquie, suppressions des visas pour les citoyens turcs, redémarrage des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE), pour faire venir en Allemagne, avant de les redistribuer en Europe, entre 400 000 et 500 000 demandeurs d’asile.

D’après le journal hongrois Magyar Midök cité par le site Breitbart, Viktor Orbán a affirmé avoir connaissance de ce pacte tenu secret de peur de provoquer des réactions négatives en Europe et parce que ses détails seraient encore en cours de négociation. Selon le site Politics.hu, le premier ministre hongrois aurait aussi accusé Bruxelles d’être activement impliqué dans cet accord entre Berlin et Ankara dans la mesure où Angela Merkel n’a pas l’intention de conserver ce demi-million d’immigrants supplémentaires chez elle. Pour Orbán, les citoyens européens sont aujourd’hui confrontés à deux menaces : la politique de Bruxelles et l’afflux d’immigrants arrivant du sud, qui devrait encore s’amplifier cette année. La menace bruxelloise, c’est le système de quotas obligatoires de demandeurs d’asile."

Michel Janva

Posté le 12 février 2016 à 12h01 | Lien permanent

Les premiers intervenants du Forum pro-vie UN DE NOUS

GLe samedi 12 mars 2016, a lieu à Paris, salle Gaveau, le 1er FORUM européen pour la vie. Ce Forum est l’événement de lancement de la nouvelle Fédération UN DE NOUS (ONE OF US).

Organisé par la Fondation Jérôme Lejeune et soutenu par les AFC (Associations Familiales Catholiques), il rassemblera 1 200 participants, dont des responsables politiques et associatifs, ainsi que des experts santé, venus de toute l’Europe. De nombreuses personnalités européennes interviendront, notamment :

  • Jaime Mayor Oreja, Président de la Fédération UN DE NOUS ;
  • Alberto Ruiz Gallardon, le ministre de la justice du gouvernement Rajoy qui avait porté un projet de réforme sur l’IVG en Espagne et qui a démissionné ;
  • Miroslav Mikolasik, député européen, responsable du groupe de travail du PPE sur la bioéthique et la dignité humaine (Slovaquie) ;
  • Sophia Kuby, Directrice du plaidoyer d’ADF International ;
  • Prof. Gian-Luigi Gigli, député et Président du Movimento per la Vita (Italie) ;
  • Prof. Benoit Beuselinck, cancérologue à l’University Hospitals de Leuven (Belgique) ;
  • Juan Manuel de Prada, écrivain (Espagne).
  • Jean-Marie le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune ;
  • Philippe de Villiers, ancien Ministre, écrivain ;
  • Jean-Frédéric Poisson, député, candidat aux primaires « Les Républicains » pour l’élection présidentielle ;
  • Ludovine de la Rochère, Présidente de la « Manif pour tous » ;
  • Geneviève Verdet, AFC ;
  • Grégor Puppinck, directeur du Centre européen pour le droit et la justice.
Michel Janva

Posté le 12 février 2016 à 12h00 | Lien permanent

Actuailes revient pour les 10-15 ans sur la réforme de l’orthographe

L'application dans les manuels scolaires en septembre 2016 de la réforme de l'orthographe a été à la une de nos journaux pendant une semaine. En avez vous parlé avec les principaux intéressés ? Actuailes revient pour ses jeunes lecteurs de 10 à 15 ans sur cette réforme. Extrait :

"Il faut retenir que cette réforme est facultative et que l’ancienne orthographe sera toujours acceptée et valide."

Et pour ne rater aucun numéro, vous pouvez vous abonner gratuitement.

Michel Janva

Posté le 12 février 2016 à 11h46 | Lien permanent

Le gouvernement socialiste, tolérant avec les islamistes et répressif avec les patriotes

Pendant que François Hollande expliquait son remaniement à la télévision, sur le parvis des Droits de l’Homme au Trocadero, plus de 300 Parisiens étaient rassemblées à l'appel du SIEL pour la défense des libertés publiques contre la dictature socialiste. Les dirigeants du SIEL, Karim Ouchikh et Frédéric Pichon avaient décidé dès lundi, suite à la scandaleuse arrestation du général Piquemal, d’organiser ce rassemblement.

Retrouvez ici les interventions de Karim Ouchikh, Béatrice Bourges, Pierre Cassen, le message de Robert Ménard, Christine Tasin,  Jean-Yves Le Gallou, Frédéric Pichon.

Michel Janva

Posté le 12 février 2016 à 11h11 | Lien permanent

Samedi 13 février : prière de SOS Touts-Petits à Paris

Capture

Michel Janva

Posté le 12 février 2016 à 11h09 | Lien permanent

Gagner la présidentielle suppose une stratégie d’alliance et un rassemblement plus large que le parti

Tribune de Paul-Marie Coûteaux, ancien compagnon de route de Marine Le Pen :

691254couteau54"La conclusion du séminaire du FN semble se résumer au vieil adage « On ne change pas une équipe qui gagne ». Gardés, le nom du FN, la stratégie « seul contre tous », la sortie par référendum de l’euro, etc. Sauf que ce schéma ne gagne pas : il perd (...) J’aimerais rappeler trois évidences qui seront décisives en 2017. 

La politique ne consiste pas à préparer les élections les unes après les autres pour élargir la part de marché électoral. C’est là, certes, la logique des partis, et c’est bien pourquoi leur jeu est si délétère (...) La vraie politique consiste à gouverner. Que vaut un parti qui ne se soucie que du parti ? Rien, sinon à pourvoir des places à mesure de son périmètre (...)

Un bon premier tour n’est rien quand le second est mauvais. Or, tout à la fièvre de faire progresser son parti (et de faire mieux que son père), Marine Le Pen ne songe guère au second tour, le seul qui compte. C’est plus vrai encore aux présidentielles, où jamais nul ne fut élu avec le soutien d‘un seul parti : elles supposent une stratégie d’alliance et, pour commencer, un rassemblement plus large que le parti : rien de cela n’est à l’ordre du jour, le RBM étant en plus supprimé (...)

Où trouver des personnalités locales ou nationales propres à élargir le périmètre, constituer des relais et des équipes gouvernementales ? Certes pas à gauche, qui n’a plus que l’anti-lepénisme pour faire bloc ; mais à droite, autour de Nicolas Dupont-Aignan, de Philippe de Villiers, de la MPT, de nombre de cadres et de caciques de l’ex-RPR et ex-UMP que le couple Le Pen–Philippot a rejeté dans les ténèbres extérieures sous l’opprobre UMPS, slogan facile mais faux – un électeur de droite ressemble moins que jamais à un électeur de gauche. Or, on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre : évidence si éclatante qu’on se demande si l’erreur fatale du phillipotesque « ni droite ni gauche » est consciente ou n’est due qu’à la satisfaction étourdie d’être reconnu par le système et d’y jouer un rôle important – d’autant plus important qu’on le sauve.

Évidences dangereuses à rappeler : on y prend des coups de tous côtés, comme j’ai pu l’éprouver abondamment (...) Elles seront pourtant éclatantes dans quinze mois. Que ferons-nous, alors ?"

Paul-Marie Coûteaux est également le prédécesseur de Karim Ouchikh, président du SIEL, qui cherche également à convaincre Marine Le Pen d'évoluer vers la droite (ici, ici et ici).

Philippe Carhon

Posté le 12 février 2016 à 09h02 | Lien permanent | Commentaires (15)

Avortement : ce que l’on ne vous dit pas. Des femmes témoignent

Un reportage d'Armel Joubert des Ouches pour Reinformation.tv :

Des femmes témoignent sur leur avortement from Reinformation.tv on Vimeo.

Michel Janva

Posté le 12 février 2016 à 07h38 | Lien permanent

Jusqu’où obéir ?

C'est ce que se demande une sociologue du CNRS, qui reprend la fameuse expérience de Milgram. Cette expérience cherchait à évaluer le degré d'obéissance d'un individu devant une autorité qu'il juge légitime et à analyser le processus de soumission à l'autorité, notamment quand elle induit des actions qui posent des problèmes de conscience au sujet. L'objectif de l'expérience est de mesurer le niveau d'obéissance à un ordre même contraire à la morale de celui qui l'exécute. Des sujets acceptent de participer, sous l'autorité d'une personne supposée compétente, à une expérience d'apprentissage où il leur sera demandé d'appliquer des traitements cruels (décharges électriques) à des tiers sans autre raison que de « vérifier les capacités d'apprentissage ». L'expérimentateur et l'élève sont en réalité des comédiens et les chocs électriques sont fictifs. Stanley Milgram montrait que la politique génocidaire de l'Allemagne nazie n’aurait pu être menée à bien sans qu’un très grand nombre de personnes ne consentent elles-aussi à obéir à leurs supérieurs. D'où la question : jusqu'où obéir à l'autorité légitime ?

Sophie Richardot écrit :

"[...] Sommes-nous, aujourd’hui plus qu’hier, plus enclins à désobéir à des ordres immoraux émanant d’une autorité légitime (la science, la télévision, l’école, l’entreprise, etc.) ? On peut en douter quand on voit la faible propension de ces institutions à promouvoir des actes de désobéissance raisonnés. À l’armée, les militaires sont-ils vraiment encouragés – même s’ils en ont légalement la faculté – à désobéir à un ordre illégal donné sur un terrain d’opération ? Apprend-on à l’école, davantage aujourd’hui qu’hier, à désobéir à bon escient ? Valorise-t-on, dans le travail et ailleurs, la désobéissance constructive ? Est-on toujours reconnaissant aux lanceurs d’alerte d’avoir fait entendre leur voix ? Nous en sommes loin. Les cadres du secteur bancaire, fonctionnaires, professions libérales qui ont été amenés à dénoncer des pratiques frauduleuses, parfois dangereuses, dont ils ont été témoins ont souvent vu leur vie basculer : harcèlement, mise au placard, licenciement, procès, isolement. Adhérer sans réserve, cautionner sans discussion et obéir inconditionnellement aux autorités légitimes vont encore souvent de soi.Et cela n’est probablement pas de bon augure pour nos démocraties."

Cela fait quelques temps que nous le disons. Mais si même le CNRS l'affirme, cela devient intéressant.

Voici la fameuse expérience de soumission à l'autorité de Stanley Milgram reprise dans l'excellent film d'Henri Verneuil "I comme Icare", avec Yves Montand :


I comme Icare Milgram par PPPlazaref

Michel Janva

Posté le 12 février 2016 à 07h12 | Lien permanent

Le foetus est bien un enfant

12651181_1563501047275254_6484241016426374145_n

A qui fera-t-on croire qu'avorter ne nuit pas à la santé de l'enfant ?

Michel Janva

Posté le 12 février 2016 à 07h05 | Lien permanent

12-18 février : Programme du voyage apostolique au Mexique

Logo-messico2016Voici le programme du voyage pastoral que le Pape effectue au Mexique du 12 au 18 février:

Vendredi 12 février

  • 7 h 45' locales: Départ de Rome.
  • 14 h locales: Arrivée de l'avion papal à La Havane (Cuba).
  • 14 h 15': Rencontre privée avec SS Cyrille, Patriarche de Moscou et de toute la Russie.
  • 16 h 30': Signature d'une déclaration commune.
  • 17 h 30': L'avion papal repart à destination de Mexico.
  • 19 h 30' locales: Arrivée à l'aéroport de Mexico, suivie de la cérémonie d'accueil au Mexique.

Samedi 13 février

  • 9 h 30' locales: Cérémonie officielle au Palais national, entretien avec les chef de l'Etat, discours aux corps constitués.
  • 11 h 30': Rencontre avec les évêques mexicains en la cathédrale de Mexico.
  • 17 h: Messe présidée par le Pape en la basilique de la Guadalupe.

Dimanche 14 février

  • 10 h 15' locales: Transfert en hélicoptère à Ecatepec.
  • 11 h 30': Messe et angélus.
  • 14 h: Déjeuner au séminaire diocésain.
  • 16 h 45': Retour en hélicoptère à Mexico (arrivée à 17 h 15').
  • 17 h 45': Visite à l'hôpital pédiatrique Federico Gómez.

Lundi 15 février

  • 7 h 30' locales: Départ en avion pour Tuxtla Gutiérrez.
  • 9 h 15': Transfert en hélicoptère à San Cristobal de Las Casas.
  • 10 h 15': Messe pour les communautés indigènes du Chiapas.
  • 13 h: Déjeuner avec les représentants des populations autochtones.
  • 15 h: Visite de la cathédrale de San Cristobal de las Casas.
  • 15 h 35': Retour à Tuxtla Gutiérrez.
  • 16 h 15': Rencontre avec les familles à Tuxtla Gutiérrez.
  • 18 h: Départ en avion pour Mexico (arrivée à 20 h).

Mardi 16 février

  • 7 h 50': Départ en avion pour Morelia.
  • 10 h: Messe à Morelia avec les prêtres, religieux, religieuses, séminaristes et consacrés.
  • 15 h 20': Visite à la cathédrale.
  • 16 h 30': Rencontre avec la jeunesse.
  • 18 h 30': Départ en avion pour Mexico (arrivée à 19 h 35').

Mercredi 17 février

  • 8 h 35' locales: Départ en avion pour Ciudad Juárez.
  • 10 h: Arrivée à à Ciudad Juárez.
  • 10 h 30': Visite au pénitencier local.
  • 12 h: Réunion avec le monde du travail.
  • 16 h: Grand Messe.
  • 19 h: Cérémonie de congé à l'aéroport de Ciudad Juérez.
  • 19 h 15': Départ à destination de Rome.

Jeudi 18 février

  • 14 h 45' locales: Arrivée de l'avion papal à l'aéroport de Ciampino.
Michel Janva

Posté le 12 février 2016 à 07h01 | Lien permanent

C’est arrivé un 12 février…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

Rappelons-nous:

  • le 12 février 1049 : élection du pape saint Léon IX.

Bruno d'Eguisheim-Dagsburg, né à Eguishem en Alsace, est élu pape, devenant le 152e pape de l'Église catholique, sous le nom de Léon IX.

Cousin de l'empereur Henri III, qui l'a imposé comme pape à la diète de Worms en décembre 1048, Léon IX veut être régulièrement élu et reçoit, ce jour, les insignes de sa charge. Actif réformateur, il rend sa dignité au pouvoir pontifical. Sa fin de pontificat est marquée par le schisme d'Orient, rupture totale entre Rome et l'Église orthodoxe.

  • le 12 février 1420 : attentat de Champtoceaux, les comtes de Penthièvre enlèvent le duc de Bretagne.
    • le 12 février 1429 :« Journée des Harengs ».

Les Anglais ne pouvant tirer des vivres d'un pays ruiné, en font venir de Paris sous escorte.

Les assiégés emmenés par les capitaines Français attaquent, près de Rouvray-Saint Denis, petite ville de Beauce, un convoi de 300 chariots de ravitaillement de harengs séchés que les assiégeants transportent. Entre Charles de Bourbon, John Stuart avec un bataillon d'écossais, Louis de Culan, et un Gascon qui s'appelle Jean La Hire l'entente est difficile. A cause de l'impétuosité écossaise, qui a fait déjà perdre la bataille de Verneuil, ce qui devait être une victoire facile, se termine par une terrible défaite. Le découragement des Français est à son comble, Orléans semble perdu.


Enluminure du XVe siècle dépeignant la Journée des Harengs.

  • le 12 février 1552 : la France d'Henri II déclare la guerre à l'empereur Charles Quint.

Les hostilités s'ouvrent dans l'Est.

  • le 12 février 1606 : Sully devient, par la volonté d'Henri IV, duc de Sully et Pair de France.
  • le 12 février 1664 : par le traité de Pise, Louis XIV rend Avignon au pape Alexandre VII.
  • le 12 février 1689 : la Diète allemande déclare la guerre à la France après la Campagne du Palatinat.

Cela fait suite au sac du Palatinat par les armées françaises l'année précédente pour couvrir les frontières de l'est face au Saint-Empire qui a déclaré la guerre à la France en décembre. Sac à ne pas confondre avec celui de Turenne de 1674.

  • le 12 février 1772 : Yves Joseph de Kerguelen de Trémarec aperçoit les îles qui portent son nom.


Yves Joseph de Kerguelen de Trémarec.

Le 12 février 1772, dans le sud de l'océan Indien, il aperçoit une terre qu'il pense être le continent austral, et lui donne le nom de France australe. Il s'agit en fait des îles Kerguelen. Le mauvais temps empêche tout débarquement jusqu'au 14 février, jour où un enseigne peut débarquer et prendre possession du territoire au nom du Roi.

  • le 12 février 1794 : Momoro, membre du club des Cordeliers dénonce le «modérantisme» à la Convention, pas assez sanguinaire à ses yeux.

Pendant ce temps, les "Colonnes infernales" de Turreau tuent plus de quatre cents personnes sans défense et qui ne se battent pas, près de Port-Saint-Père.

  • le 12 février 1866 : ultimatum américain à Napoléon III pour le retrait des troupes françaises du Mexique.

C'est l'application de la doctrine Monroe, l'Amérique aux Américains. Napoléon III refuse et demande à Maximilien, empereur du Mexique depuis 1863, de créer une armée nationale. L'expédition française a commencé en 1862, quand l'empereur, sur les conseils du duc de Morny, décide de créer un empire catholique pour contrebalancer le pouvoir des jeunes Etats-Unis protestants. Il a placé à la tête du Mexique le frère de l'empereur d'Autriche, Maximilien. Mais face à la pression américaine et aux guérillas mexicaines, Napoléon III rappelle ses troupes en mars 1867, laissant Maximilien seul face aux insurgés mexicains.

  • le 12 février 1910 : une loi pour la retraite à soixante-cinq ans est votée en France.
  • le 12 février 1931 : débuts de Radio Vatican.

La radio est inaugurée par le pape Pie XI, suivant le désir du pape après l'instauration de l'État du Vatican; son premier émetteur est équipé par Guglielmo Marconi, l'inventeur de la radio. Il est installé dans une tour au sommet des Jardins du Vatican. Radio Vatican se veut être la voix du Pape.

  • le 12 février 1934 : grève générale en France après les manifestations du 6 février.
  • le 12 février 1961 : la France lance sa première fusée : Véronique. Elle atteindra 140 km d'altitude.
  • le 12 février 2002 : arrestation de René Teulade.

L'ancien ministre socialiste français aux Affaires Sociales René Teulade est interpellé dans le cadre d'une enquête sur la mutuelle de retraite de la fonction publique.

Lois Spalwer

Posté le 12 février 2016 à 06h02 | Lien permanent | Commentaires (0)

11 février 2016

Aucun des suspects n’est connu ou suivi pour une appartenance à un groupuscule d’extrême-droite

C'est ce qu'on lit dans une dépêche d'I-Télé à propos de l'interpellation de 7 individus âgés, après une agression de migrants près de Calais :

"Ils ont été arrêtés en flagrant délit après une agression de migrants près de calais. On en sait plus, jeudi soir, sur le profil des sept individus interpellés dans la nuit de mercredi à jeudi à Loon-Plage, dans le Nord-Pas-de-Calais, pour leur participation présumée à ce passage à tabac.

Selon les informations recueillies par iTELE, aucun de ces suspects, âgés de 24 à 47 ans, n’est connu ou suivi par les services de renseignements pour une quelconque appartenance à un groupuscule d’extrême-droite. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’un d’entre eux a cependant été évincé du collectif anti-migrants "Calaisiens en colère" en raison de ses affinités avec cette mouvance politique.

Cinq d’entre eux sont connus des services de police, notamment pour port d’arme. Un père et son fils âgés de 24 et 46 ans figurent notamment parmi les gardés à vue, tous établis dans la région, sauf un homme résidant dans le Val d’Oise et un autre dans l’Ille et Vilaine."

Si les gens qui ne sont pas d'extrême-droâte se mettent à agresser les immigrés, où va-t-on ?

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 21h56 | Lien permanent

Philippe de Villiers fait un tabac dans les librairies

Selon Paris Match, Philippe de Villiers fait un carton avec « Le moment est venu de dire ce que j’ai vu », en vente depuis le 1er octobre, dont le tirage dépasse les 220 000 exemplaires.

"Avec une demande de réassort qui varie, selon les jours, entre 500 et 700 exemplaires, le chiffre pourrait rapidement atteindre 250 000. Du jamais-vu pour un livre politique."

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 21h40 | Lien permanent

L’Irlande du Nord vote contre la culture de mort

Lu sur le blog de Jeanne Smits :

Unknown-51"Par 59 voix contre 40, les élus d’Irlande du Nord ont refusé la légalisation de l’avortement « thérapeutique » des enfants à naître atteints d’une anomalie fœtale entraînant la mort in utero ou peu après la naissance. La proposition de loi visait à étendre le champ de l’avortement légal, actuellement limité aux cas de danger pour la vie de la mère ou de danger « permanent et grave » pour sa santé physique ou mentale. L’avortement pour viol ou inceste a été rejeté par une majorité plus forte encore : 64 voix contre 30. [...]"

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 21h26 | Lien permanent

Savez-vous ce qu'est un retournement de veste ?

Image1-2

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 19h30 | Lien permanent | Commentaires (23)

Le Rouge & le Noir : Entretien avec Stéphanie Bignon sur l'affaire d'Anzy le Duc

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 18h59 | Lien permanent

Caramba ! Encore raté pour Jean-Vincent Placé. [Add]

Pause sourire à parcourir ici.

Sans-titre

Sans-titre2

Addendum : Finalement, Jean-Vincent Placé obtient in extremis le poste de secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat...

Philippe Carhon

Posté le 11 février 2016 à 16h49 | Lien permanent | Commentaires (10)

Revoilà Jean-Marc Ayrault

L'ancien ministre Jean-Marc Ayrault succède à Laurent Fabius comme ministre des Affaires étrangères. La patronne d'EELV Emmanuelle Cosse est nommée ministre du Logement. Audrey Azoulay est nommée ministre de la Culture et de la Communication.

0

Et une tripotée de secrétaires d'Etat :

M

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 16h38 | Lien permanent | Commentaires (26)

La plupart des agresseurs sexuels à Cologne sont originaires d'Algérie et du Maroc

Selon l'enquête de la police allemande.

Sur les 58 suspects, seulement 3 sont originaires d'un pays en guerre. Parmi les suspects, on trouve 25 Algériens, 21 Marocains et 3 Tunisiens. S'ajoutent à cette liste 3 Allemands et 2 Syriens. Les autres sont originaires d'Irak, de Lybie, d'Iran et du Monténégro. Quelques-uns sont mineurs d'âge. L'officier en chef explique :

"Jusqu'à présent, la police a interrogé plus de 300 personnes en lien avec ces agressions sexuelles. En plus de ces interrogatoires, nous avons à disposition plus de 590 heures de matériel vidéo et avons analysé 1,1 million de mouvements par données téléphoniques".

Le nombre de plaintes est actuellement de 1054. Il s'agit de 454 cas de violences sexuelles, les 600 autres ont trait à d'autres faits de délits et de vols. 

A l'heure actuelle, 13 personnes sont en détention pour leur participation dans les incidents, parmi lesquels 5 sont accusés d'agression sexuelle.

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 16h38 | Lien permanent

Soustraire la France de la tutelle de la CEDH

C'est un amendement défendu par Jean-Frédéric Poisson au projet de loi réformant la Constitution :

"Cet amendement vise à dégager la France de la tutelle de la Cour européenne des droits de l’homme – CEDH – en matière de décisions de justice portant sur les droits fondamentaux. Il y a quelques semaines, nous avons dû demander une dérogation à la CEDH pour adopter l’état d’urgence. Je veux aussi rappeler à l’Assemblée nationale cet épisode cruel où des pirates somaliens ayant arraisonné un navire français, arrêtés par les autorités françaises et déférés devant les tribunaux avec quelques heures de retard, ont été relâchés pour cause de présentation tardive. La France a dû acquitter une amende pour ne pas avoir respecté les procédures.

Il y a, en règle générale, une forme de gouvernement des juges, y compris sur le plan européen, dont la souveraineté française doit s’affranchir. J’ajoute qu’il n’y a aucune raison que la France se fasse rappeler à l’ordre concernant la défense des droits fondamentaux : la Constitution suffit. Je souhaite donc qu’il soit indiqué que la Constitution a une valeur supérieure aux engagements internationaux de la France."

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 15h18 | Lien permanent

Redécouvrir la portée publique du Carême

De l'abbé Amar dans le Figarovox :

"[...] Avec son jeûne intégral mais (uniquement) diurne, l'Islam a certainement gagné une bataille. Le temps n'est en effet pas encore venu où un journaliste nous expliquera que le ramadan est une sorte de carême pour les musulmans… Pourquoi ce renversement? Il faut avouer que les catholiques avaient jusque-là une pratique assez soft du carême, ou tout du moins fort discrète, par humilité (ou bien par peur?) en délaissant sa visibilité culturelle, sociale et même politique. Ils ont certainement à redécouvrir aujourd'hui la portée publique de ce temps de partage, de prière et de pénitence. Il est surtout le temps du changement - les chrétiens appellent cela la «conversion» - et suscite chez eux la joie de célébrer un Dieu qui prend patience et qui attend chacun. Déjà, au fil des années, on remarque que l'assistance à la messe des Cendres est quelque peu revue à la hausse, frôlant les assistances du dimanche. Et si vous croisez le jour du mercredi des Cendres un collègue de travail avec une tâche grise sur le front, ça n'est pas qu'il ait réparé sa chaudière, mais qu'il fait, sans s'en rendre compte, son coming-out catho.

Par contre, il faut reconnaître que le jeûne a pris un sérieux coup… de jeune! Appréciez au passage l'importance de l'accent circonflexe qui a survécu à la récente réforme. De fait, le jeûne est même devenu sacrément tendance: il suffit d'aller sur Internet ou de consulter des revues de santé en tout genre. On y sera surpris de la promotion en faveur du jeûne: «jeûne thérapeutique», «jeûne et randonnée», «remise en forme par le jeûne» … et j'en passe!

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 15h17 | Lien permanent

Propagande russe contre propagande française (suite)

Dans un reportage, France 2 a utilisé des images des frappes russe contre Daech en Syrie afin d'illustrer les succès de l'aviation française dans ce pays déchiré par la guerre. L'ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov, a déclaré, bon prince :

"Il est peu probable que la Russie adopte des mesures quelconques. C'est une question d'éthique journalistique. Dans ce cas particulier, nous avons fait face à une falsification".

La chaîne française France 2 s'est approprié des vidéos russes montrant l'opération russe en Syrie. France 2 les a diffusées pour illustrer le sujet des frappes aériennes effectuées par la Coalition internationale menée par les Etats-Unis. Le reportage mettait en relief le fait que ces frappes ont été effectuées à l'aide d'armes modernes de précision qui excluent les pertes civiles. Ces armes ont été comparées à celles de la Russie.

Mais en illustrant "les succès" de la lutte contre l'EI, des vidéos russes fournies par le ministère russe de la Défense ont été utilisées. Avant de les montrer, la chaîne a préalablement effacé tous les titres en russe, ce qui indique que cette démarche n'était pas fortuite.

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 14h47 | Lien permanent

L'abattage halal favorise des germes pathogènes qui peuvent être mortels

L'Observatoire de l'islamisation : L'abattage halal n'a que des inconvénients : outre le fait que l'égorgement sans anesthésie est un acte absolument barbare, il est notoire qu'il favorise les bactéries. Le Dr de Peretti, président de Vigilance Halal, n'hésite pas à parler de régression sanitaire. Il a publié sur YouTube 4 vidéos pédagogiques pour faire comprendre les dangers de l'abattage halal. Il s'attend à un grand scandale sanitaire lié à l'abattage halal dans les temps à venir.

Le Dr Jean Louis Thillier, lauréat de la Faculté de Médecine de Tours, immunopathologiste et physiopathologiste, membre fondateur de l’Institut de Physiopathologie humaine, consultant scientifique européen en Investigations Scientifiques, Analyses et Évaluations des Risques en Sécurité Sanitaire, ancien Dr général et scientifique d’Euroscience-Santé, membre d'European Expertise & Expert Institut (Association pour la recherche en Toxicologie) écrit ce qui suit au Dr de Peretti :

"[S]ur le plan juridique, pour un enfant qui décède d’une atteinte rénale par une bactérie E. coli pathogène O157 ou non-157, on peut dire: en relation possible avec la méthode Halal."

La vidéo ci-dessous comporte des images difficilement soutenables, âmes sensibles s'abstenir.

 

Marie Bethanie

Posté le 11 février 2016 à 12h53 | Lien permanent | Commentaires (17)

Propagande russe contre propagande française

Dans un article, le spécialiste de la désinformation à la française, Le Monde, s'inquiète de la propagande russe sur la crise des réfugiés en Europe. On y lit notamment :

"La manifestation du 6 février organisée malgré son interdiction par la microscopique branche française de Pediga, rejointe par le général Christian Piquemal, ancien commandant de la légion étrangère, et surtout les procès qui ont suivi, ont fait l’objet d’un flot ininterrompu « d’informations ». Le 8 février, l’agence Russia Today, a littéralement inondé ses réseaux avec l’« arrestation » du général Piquemal – dont la comparution immédiate devant un tribunal a été ajournée en raison de son état de santé. « Cette arrestation a suscité une tempête de réactions sur les réseaux sociaux, une grande partie des internautes l’ayant fermement condamnée », assurait l’agence pro-Kremlin, avant d’afficher quelques minutes plus tard, « les réactions de responsables politiques de droite scandalisés ». Les témoignages recueillis et les tweets collectés provenaient en réalité tous de représentants du Front National – Robert Ménard, Gilbert Collard, Stéphane Ravier – à l’exception de Thierry Mariani, député des Français de l’étranger, membre du parti Les Républicains, et grand ami de la Russie de Vladimir Poutine."

De fait, l'arrestation du général Piquemal a été l'un des sujets les plus traités sur le réseau twitter samedi dernier (le sujet "Piquemal" était en trending topics, abrégé « TT » sur Twitter, soit l'un des dix sujets les plus abordés sur le réseau), ce qui confirme l'information russe. Quant aux politiques qui ont manifesté leur indignation sur cette affaire, ils sont bien plus nombreux que ce que Le Monde insinue puisqu'il y avait aussi Jean-Frédéric Poisson (PCD) et Guillaume Larrivé (porte-parole LR), par exemple. Alors qui fait de la propagande ?

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 11h26 | Lien permanent

5 millions de binationaux ?

Lu dans l'Action Française 2000 :

"On parle beaucoup des Français binationaux. Mais combien sont-ils ? Ils représenteraient 5 % des Français de métropole âgés de dix-huit à cinquante ans, selon les données de l’Ined ; parmi ceux-ci, 90 % seraient immigrés ou descendants d’immigrés. Mais d’après l’Insee, plus de trois millions de Français vivraient hors des frontières hexagonales ; la moitié d’entre eux seraient binationaux. Au total, comme l’explique l’historien Patrick Weil, sur son blog associé au Monde, cinq millions de Français, voire davantage, seraient porteurs d’une autre nationalité."

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 11h11 | Lien permanent

De la nécessité pour Marine Le Pen de s'emparer des sujets de société qui préoccupent l'électorat de droite

Après s'être exprimé dans Minute et sur Boulevard Voltaire pour une alliance entre le FN et le bloc des droites patriote, Karim Ouchikh (SIEL), qui s'est donné 6 mois pour convaincre Marine Le Pen, répond aux questions de Nouvelles de France. Extrait :

Karim_Ouchikh"Le séminaire de réflexion du FN des 5, 6 et 7 juin s’est déroulé à huis-clos, en présence des membres du Bureau politique et des parlementaires frontistes. Les personnalités extérieures, dont je fus, se sont exprimées le samedi après-midi, chacun au regard de son expertise particulière. Je ne peux donc juger de la nature des travaux auxquels je n’ai pas participé et donc de leurs conclusions politiques. A l’occasion de mon discours, j’ai particulièrement insisté sur la nécessité pour Marine Le Pen d’incorporer à son discours les sujets de société qui préoccupent surtout nos compatriotes de droite, au premier rang desquels ceux qui concernent notre socle anthropologique d’essence chrétienne (modèle familial classique, loi Taubira, GPA/PMA, fin de vie….).

De façon générale, je crois essentiel que Marine Le Pen construise son programme présidentiel en intégrant ces questions centrales qui ne sont pas autant clivantes qu’on le prétend.

D’un point de vue stratégique, il serait opportun que ces thèmes soient défendus par une coalition de forces authentiquement de droite, – la droite des valeurs que je désigne habituellement sous la vocable de ‘’bloc villiériste’’-, laquelle pourrait conclure, en ce domaine comme en tant d’autres, une alliance programmatique avec le FN : ce faisant, le FN éviterait le risque d’un grand écart idéologique et renforcerait son crédit auprès de l’électorat conservateur sur les toutes ces questions de société. C’est cette stratégie que j’ai défendue auprès de Marine Le Pen, sans avoir été entendu pour l’instant. Mais je ne désespère pas d’y parvenir ces prochains mois par un travail de conviction que j’entends mener, avec d’autres."

Philippe Carhon

Posté le 11 février 2016 à 11h07 | Lien permanent | Commentaires (7)

Pour Valérie Pécresse, le match de la loi Taubira est derrière et on ne reviendra pas dessus

Contrairement à Christian Estrosi qui s'est aplati devant la gauche pour satisfaire ceux qui l'ont élu, Valérie Pécresse tient bon et maintient Caroline Carmantrand, issue de Sens Commun et co-fondatrice des mères veilleuses, au poste de présidente de la commission famille au conseil régional d'Île-de-France. C'est une bonne nouvelle !

Mais ne soyons pas naïfs pour autant, Valérie Pécresse assure sur France Inter qu'il ne s'agit en aucun cas d'un quelconque message en direction des opposants à la loi Taubira :

5480833_b34449e8-c29a-11e5-b382-00151780182c-1_545x460_autocropValérie Pécresse : On n'est pas en train de refaire le match, la loi Taubira, elle est passée. J'ai dit sur cette antenne à des dizaines de reprises...

Léa Salamé : Que vous avez changé d'avis.

Valérie Pécresse : J'ai dit ça en 2012. J'ai changé d'avis en 2012 sur le mariage gay [en 2014 en réalité, la loi Taubira n'ayant été adoptée qu'en mai 2013, ndlr], parce qu'il a été abrogé... il a été voté et on n'abroge pas une loi qui a des conséquences sociétales sur la vie des couples.

Léa Salamé : Donc il n'y a pas de message dans cette nomination ?

Valérie Pécresse : Je voudrais qu'on arrête de refaire le match. Il y a à droite des gens qui sont pour le mariage gay. [...] Moi je suis une républicaine. Dès que la loi a été votée, j'ai dit qu'on l'appliquerait et j'ai dit qu'humainement, il était pas possible de l'abroger. Donc je sais bien qu'il y a, à gauche comme à droite, des gens qui veulent refaire le match. Ce match, il est pour moi derrière nous (...)" 

Au moins, Valérie Pécresse est sur la même longueur d'onde que Nicolas Sarkozy : non à l'abrogation de la loi Taubira mais oui au vote des catholiques en sa faveur...

Philippe Carhon

Posté le 11 février 2016 à 10h37 | Lien permanent | Commentaires (32)

Jésus transformera toujours l’eau de notre vie en un vin fin

Extrait du message du pape à l'occasion de la XXIVe Journée mondiale du malade :

"Cette année, puisque la Journée sera célébrée de manière solennelle en Terre sainte, je propose de méditer sur le récit évangélique des noces de Cana (Jn 2, 1-11), où Jésus accomplit son premier miracle grâce à l’intervention de sa Mère. Le thème de cette année : « Se confier à Jésus miséricordieux comme Marie : "Tout ce qu’il vous dira, faites-le" » (Jn2,5), s’inscrit très bien dans le contexte du Jubilé extraordinaire de la miséricorde. [...]

[...] Le banquet des noces de Cana est une icône de l’Église : au centre il y a Jésus miséricordieux qui accomplit le signe ; autour de lui les disciples, les tout premiers de la nouvelle communauté ; et près de Jésus et de ses disciples, il y a Marie, Mère prévoyante et priante. Marie participe à la joie des gens ordinaires et contribue à l’accroître ; elle intercède auprès de son Fils pour le bien des époux et de tous les invités. Et Jésus n’a pas refusé la demande de sa Mère. Que d’espérance pour nous tous dans cet événement ! Nous avons une Mère qui a les yeux vigilants et pleins de bonté, comme son Fils ; le cœur maternel et débordant de miséricorde, comme lui ; les mains qui veulent aider, comme les mains de Jésus qui rompaient le pain pour celui qui avait faim, qui touchaient les malades et les guérissaient. Cela nous remplit de confiance et fait que nous nous ouvrons à la grâce et à la miséricorde du Christ. L’intercession de Marie nous permet d’expérimenter la consolation pour laquelle l’apôtre Paul bénit Dieu : « Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toute notre tribulation, afin que, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu, nous puissions consoler les autres en quelque tribulation que ce soit » (2 Co 1, 3-5). Marie est la Mère « consolée » qui console ses enfants.

À Cana se profilent les traits distinctifs de Jésus et de sa mission : il est Celui qui vient en aide à quiconque se trouve en difficulté et dans le besoin. Dans son ministère messianique, en effet, il guérira toutes sortes de maladies, d’infirmités et d’esprits mauvais, il rendra la vue aux aveugles, fera marcher les boiteux, rendra la santé et la dignité aux lépreux, ressuscitera les morts et annoncera la Bonne Nouvelle aux pauvres (cf. Lc 7, 21-22). Ainsi, la requête de Marie pendant le banquet de noces, suggérée par l’Esprit Saint à son cœur maternel, a fait apparaître non seulement le pouvoir messianique de Jésus mais aussi sa miséricorde.

Dans la sollicitude de Marie se reflète la tendresse de Dieu. Cette tendresse même devient présente dans la vie de beaucoup de personnes qui se trouvent aux côtés des malades et savent en comprendre les besoins, même les plus imperceptibles, parce qu’elles regardent avec des yeux pleins d’amour. Que de fois une maman au chevet de son enfant malade ou un enfant qui prend soin d’un parent âgé, ou un petit-fils proche de son grand-père ou de sa grand-mère, dépose sa prière entre les mains de la Vierge ! Pour nos êtres chers qui souffrent à cause de la maladie, nous demandons en premier lieu la santé ; Jésus lui-même a manifesté la présence du Royaume de Dieu à travers les guérisons précisément : « Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez : les aveugles voient et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent » (Mt 11, 4-5). Mais l’amour animé par la foi nous fait demander pour eux quelque chose de plus grand que la santé physique : nous demandons une paix, une sérénité du cœur qui est un don de Dieu, fruit de l’Esprit Saint que le Père ne refuse jamais à ceux qui le lui demandent avec confiance.

Dans la scène de Cana, outre Jésus et sa Mère, il y a ceux qui sont appelés les« serviteurs », qui reçoivent d’elle ce conseil : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le » (Jn 2,5). Evidemment, le miracle a lieu par l’œuvre de Jésus ; toutefois, il veut se servir de l’aide humaine pour accomplir le prodige. Il aurait pu faire apparaître directement le vin dans les jarres. Mais il veut compter sur la collaboration humaine et demande aux serviteurs de les remplir d’eau. Comme il est précieux et agréable à Dieu d’être au service des autres ! Cela plus que toute autre chose nous rend semblables à Jésus, qui « n’est pas venu pour être servi mais pour servir » (Mc 10,45). Ces personnages anonymes de l’Évangile nous enseignent tant de choses. Non seulement ils obéissent, mais ils obéissent généreusement : ils remplissent les jarres jusqu’au bord (cf. Jn 2,7). Ils ont confiance en la Mère et font immédiatement et bien ce qui leur est demandé, sans se plaindre, sans tergiverser.

[...] Si nous savons suivre la voix de celle qui nous dit aussi : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le », Jésus transformera toujours l’eau de notre vie en un vin fin. Ainsi, cette Journée mondiale du malade, célébrée solennellement en Terre sainte, aidera à réaliser le souhait que j’ai exprimé dans la Bulle d’indiction du Jubilé extraordinaire de la miséricorde : « Que cette année jubilaire vécue dans la miséricorde favorise la rencontre avec le judaïsme et l’islam et avec les autres nobles traditions religieuses. Qu’elle nous rende plus ouverts au dialogue afin de mieux nous connaître et nous comprendre. Qu’elle chasse toute forme de fermeture et de mépris. Qu’elle repousse toute forme de violence et de discrimination » (cf. Misericordiae Vultus, 23). Chaque hôpital et chaque maison de soin peuvent être un signe visible et un lieu pour promouvoir la culture de la rencontre et de la paix où l’expérience de la maladie et de la souffrance, ainsi que l’aide professionnelle et fraternelle, contribuent à dépasser toute limite et toute division. [...]

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 09h05 | Lien permanent

Nous avons déjà tous été déchus de la nationalité française

Un article de François Falcon sur Boulevard Voltaire :

Vie-citoyen"À Athènes, au Ve siècle avant Jésus-Christ, comme dans de nombreux pays africains aujourd’hui, avoir la nationalité vous donne par exemple le privilège de pouvoir acheter de la terre dans le pays de vos ancêtres, possibilité que n’ont pas les étrangers. Ailleurs, ce sont par exemple les allocations familiales ou les soins gratuits dans les hôpitaux qui sont réservés aux nationaux. En France, les étrangers bénéficient d’au moins autant de prestations sociales que les citoyens, et les SDF savent qu’il vaut mieux être un clandestin qu’un Français pour avoir droit à la sollicitude de l’État. Il n’y a désormais plus guère que quelques pans de la fonction publique dite « de souveraineté » (défense, justice, intérieur) qui restent réellement réservés aux nationaux. Le bradage de la nationalité via le droit du sol ou les régularisations massives rendant assez relatif le privilège en question.[...]

Du côté des droits politiques, la même remarque peut être faite. Droits de réunion, d’association et de manifestation ne sont plus des privilèges de citoyens depuis longtemps et l’arrestation du général Piquemal à Calais illustre jusqu’à la caricature à quel point, pour manifester librement en France, il est préférable d’être un clandestin ou un islamiste plutôt qu’un citoyen français aimant la France. Certes, il faut admettre qu’il nous reste encore l’exclusivité du droit de vote, bradage de la nationalité mis à part. C’est assurément le dernier privilège politique dont jouissent les Français dans leur propre pays. On sait aussi que les socialistes ont la volonté d’y mettre fin et que Benoît Hamon a déposé un amendement introduisant le droit de vote des étrangers dans la future révision constitutionnelle. Si l’amendement en question est voté, nous serons tous intégralement déchus de la nationalité française dès lors que celle-ci ne nous conférera plus aucun avantage sur les étrangers dans notre propre pays.

Les Français seront alors tous des apatrides et le débat sur la déchéance de la nationalité des terroristes ou le risque d’en faire des apatrides deviendra franchement ubuesque ; il le sera encore davantage lorsque surviendra le prochain attentat."

L'auteur a juste oublié le privilège réservé aux nationaux de payer des impôts, toujours plus énormes, et curieusement, ce privilège-là, personne ne nous le dispute.

Marie Bethanie

Posté le 11 février 2016 à 07h54 | Lien permanent | Commentaires (8)

Le virus Zika : une intox sanitaire ?

Lu sur le blog d'Albert Barrois :

Unknown-48"Une famille de médecins qui lancent une alerte, l'OMS qui veut se rattraper après un mémorable fiasco dû à Ebola, des laboratoires pharmaceutiques en recherche de nouveaux vaccins à produire, une très vraisemblable augmentation du nombre de microcéphalies, un virus exotique et mystérieux, des organisations qui profitent de l'occasion pour demander une libéralisation de l'IVG en Amérique du Sud, et j'en passe. Tous les ingrédients sont réunis pour tomber dans un béchamel infernale, un genre de "perfect storm" Et pourtant le lien entre microcéphalie et le virus Zika est au mieux très faible. En revanche le Brésil semble faire face à une menace, bien réelle celle là, mais qui pourrait ne rien avoir à faire avec Zika.

Zika pire qu'Ebola, vraiment ?

Certains ont cru pouvoir annoncer que Zika serait pire qu'Ebola. C'est faire peu de cas des données épidémiologiques : Ebola tue 30 à 50% des personnes infectées, quand Zika n'induit aucun effet chez 80% des personnes atteintes, et des effets mineurs chez les 20% restants. Cependant Zika a également été associé à deux pathologies : le syndrome de Guillain Barré, dont je ne reparlerai pas ici, et des microcéphalies. Ce sont surtout les microcéphalies qui ont focalisé l'attention ; qui pourrait rester insensible face à des bébés aux têtes si petites manifestement anormales. Et pourtant le lien n'est pas établi à ce jour ; NatureThe Lancet, et jusqu'au Bulletin de l'OMS ont beau répéter ce simple constat, rien n'y fait. 

Un "commentaire" du Lancet

Les données les plus récentes sont résumées dans un commentaire du très célèbre journal médical The Lancet - on ne peut pas faire plus sérieux et plus fiable. Entre juin 2015 et janvier 2016, 4783 cas de microcéphalies ont été suspectés. À ce jour 1103 cas ont fait l'objet d'un examen clinique poussé et 387 cas ont été confirmés, soit 36,4% - les 786 autres bébés ne présentent pas de microcéphalie. Les quelques 3680 autres cas sont encore en cours d'examen. Par ailleurs Zika a été détecté dans seulement 17 bébés sur 384. Ce chiffre est beaucoup plus important que les cas répertoriés au Brésil jusque là. Cependant il faut savoir comment est diagnostiquée une microcéphalie au Brésil : un tour de tête de moins de 32cm. Ce qui n'est pas suffisant, d'autant plus dans un pays comme le Brésil où 68% des enfants naissent avant terme, notamment en raison du très fort taux de césarienne (Lancet). Les auteurs de l'étude proposent d'autres mesures plus précises que je ne détaillerai pas ici. Mais on peut retenir qu'après n'avoir que rarement diagnostiqué les microcéphalies, l'ensemble du pays a appliqué un critère unique trop approximatif pour être fiable, ce qui a induit de façon inévitable une explosion du nombre de cas détectés.

La prudence de Nature

Dès le 28 janvier le site internet de Nature a publié un commentaire suggérant que les liens entre Zika et microcéphalie devraient d'abord être confirmés. [...]

Le nombre de microcéphalies au Brésil, selon les chiffres du Dr Mattos, sont très inquiétants : si ce pays a effectivement un taux de microcéphalies 100 fois supérieur à la moyenne européenne, ce n'est plus Zika l'urgence, mais la microcéphalie. Au pire, Zika pourrait être un facteur aggravant, mais il est très peu probable qu'il soit le principal responsable. N'oublions pas cependant le taux élevé de césariennes pratiquées avant terme évoqué par le commentaire du Lancet, qui pourrait partiellement expliquer ce chiffre qui serait alors artefactuel. En tout état de cause peut-être serait-il plus urgent de se pencher sur ce problème de microcéphalies qui à ce jour semble spécifique au Brésil, avant d'accuser un virus qui jusque là n'avait jamais été considéré comme une menace."

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 07h49 | Lien permanent

Un enfant de 6 ans devient transsexuel

Voilà une histoire qui montre combien cette société marche sur la tête et a perdu tout repère.

Au Royaume-Uni, une maman a accepté fièrement le changement de son fils de 6 ans après avoir réalisé qu'il est né dans le mauvais corps. La mère a compris que son fils Daniel aurait dû être sa fille, quand elle l'a rattrapé avec une paire de ciseaux, essayant de couper son pénis. Cette maman raconte qu'il a toujours été plus intéressé par les poupées de ses sœurs que par les ballons de football de ses frères. Elle raconte la scène, quand l'enfant avait 3 ans :

«Il était dans le bain. Et d'une certaine manière, il avait réussi à trouver une paire de ciseaux. Lorsque je me suis retourné, il les tenait au-dessus de son sexe. J'essayé d'être calme et lui ai demandé ce qu'il faisait, et il m'a dit qu'il était sur le point de couper son zizi pour qu'il puisse être une fille. Je lui ai dit qu'il ne pouvait pas car il pourrait se blesser et beaucoup saigner, et j'ai repris calmement les ciseaux et lui a fait un gros câlin. Ce fut très pénible de le voir comme ça, aucune maman ne devrait voir son enfant autant bouleversé."

Les parents ont emmené leur fils chez le médecin, pour lui demander pourquoi il aimait jouer avec des poupées et détestait son pénis, et il a finalement été diagnostiqué avec une dysphorie de genre.

"Ils nous ont dit que ce serait bénéfique pour Daniel de vivre comme une fille - tant qu'il était conscient qu'il pouvait changer d'avis à tout moment. Ils pouvaient lui donner des médicaments pour retarder la puberté et il pouvait recevoir un traitement hormonal à la place."

La famille tente de réunir assez d'argent pour faire de leur fils la fille qu'il veut devenir, ou attendre jusqu'à ce qu'il ait 18 ans pour obtenir une "chirurgie de réalignement de genre" du National Health Service. Après avoir parlé de la question avec les enseignants, sa mère a écrit des lettres à tous les parents pour leur expliquer pourquoi Daniel serait de retour en tant que fille. Et le pire c'est que presque tous les parents de sa classe ont répondu en offrant leur soutien et leur admiration pour le courage du couple...

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 07h41 | Lien permanent

Actuellement, rejoindre Daech est considéré comme un simple délit

La Coordination pour les chrétiens d'Orient en danger (CHREDO) a déposé lundi une plainte contre X auprès du parquet de Paris pour acte de torture, crime de génocide et crime contre l'humanité contre les djihadistes français revenus d'Irak ou de Syrie. Son président Patrick Karam explique :

«Actuellement, rejoindre Daech est considéré comme un simple délit». «Certains ex-djihadistes se promènent en France avec un simple bracelet électronique

Et pendant ce temps, nos guignols du gouvernement font de l'esbroufe avec leur état d'urgence et leur révision de la Constitution.

Le président de la CHREDO demande donc plus de fermeté.

«Les jeunes qui rejoignent l'État islamique doivent prendre conscience qu'ils ne participent pas à une œuvre de libération, mais à un crime contre l'humanité».

Me Samia Maktouf, qui représente la CHREDO, ajoute :

«Notre plainte vise tout ressortissant français affilié à Daech. Il est inconcevable que ces personnes aient intégré ces réseaux sans avoir participé directement ou indirectement à des actes de torture ou de génocide». 

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 07h32 | Lien permanent

Donald Trump : "la France n’est plus ce qu’elle était"

Interrogé dans Valeurs Actuelles, le candidat à la primaire républicaine plaide pour le port d'arme :

Ca2VsadXIAAp2iT«Vous pensez vraiment que, s’il y avait eu dans l’assistance quelques personnes armées et entraînées, cela se serait passé de la même façon ? Je ne le crois pas. Ils auraient tué les terroristes». «C’est du bon sens. Je possède en permanence une arme sur moi. Je peux vous dire que si j’avais été au Bataclan ou dans un des cafés, j’aurais tiré. Je serais mort peut-être, mais j’aurais dégainé.»

«Malheureusement, la France n’est plus ce qu’elle était, et Paris non plus. Il y a des quartiers dont on a l’impression qu’ils sont devenus hors la loi, qu’ils sont, comme certains de vos essayistes l’ont écrit, des territoires perdus de la République. Des amis français me disent qu’ils ont parfois le sentiment de n’être plus vraiment chez eux quand ils se promènent çà et là dans leur pays

«Si on ne traite pas la situation avec compétence et fermeté, oui, c'est la fin de l'Europe. Et vous allez au-devant de véritables révolutions». «Je pense que vous allez au-devant de bouleversements dont vous ne mesurez pas l'ampleur, si vos dirigeants politiques n'agissent pas de façon intelligente, rapide et énergique.» 

Michel Janva

Posté le 11 février 2016 à 07h23 | Lien permanent

C’est arrivé un 11 février…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • en 778 : Baptême du Sarrazin Mirât ; la Vierge Marie rentre chez Elle (voir la fin de la chronique).

En 778, Charlemagne, lassé par la résistance opiniâtre du Seigneur sarrasin Mirât occupant la citadelle de Mirambel (l'actuelle citadelle de Lourdes) s'apprête à lever le siège lorsque Turpin, évêque du Puy-en-Velay, compagnon de Charlemagne, a une inspiration et obtient l'autorisation d'aller parlementer avec l'assiégé. Il propose à Mirât de se rendre, non pas au souverain, mais à la Reine des cieux. La proposition plaît au chef Maure qui dépose ses armes aux pieds de la Vierge noire du Puy et se fait baptiser. Le jour de son baptême, Mirât prent le nom de Lorus qui, transmis à la ville, devint plus tard Lourdes.

Lors de la reddition il est écrit que Mirât : « ne connaît aucun mortel au-dessus de lui et préfère la mort à la honte de la capitulation ; qu'il rend les armes au serviteur de Notre-Dame, et est prêt à recevoir le baptême, à condition que son comté ne relève jamais, soit pour lui soit pour ses descendants que d'Elle seule. » Charlemagne signe l'accord. Le 11 février 1858, Notre Dame apparaît à Sainte Bernadette et demande à être vénérée à Lourdes.

Tiré de La Vierge Marie dans l'histoire de France du Marquis de la Franquerie, (Editions Résiac page 36 à 38)

Voir la chronique du 18 janvier.

  • le 11 février 731 : décès du pape saint Grégoire II.
  • le 11 février 824 : décès du pape saint Pascal Ier.

98e pape, après Saint Pierre, Pascal Ier est Souverain Pontife du 25 janvier 817 au 11 février 824. Né à Rome, il est auparavant abbé du monastère Saint-Étienne à Rome. Il reçoit en don de la part de Louis le Débonnaire, Roi de France et empereur d'Occident, la Corse et la Sardaigne. Il couronne Lothaire Ier empereur en 823, et accueille à Rome les Grecs persécutés par les iconoclastes.

  • le 11 février 1302 : Philippe le Bel fait brûler la bulle Ausculta Fili.

« Ausculta, fili », en latin, « Écoute, mon fils », est l'incipit, l'en tête, le titre donné à cette bulle du pape Boniface VIII adressée au Roi Philippe IV le Bel. Elle rappelle, entre autre, la supériorité du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel.

Les caractères du Roi et du pape étaient aussi violents qu'autoritaires. Le conflit est rapidement devenu une lutte ouverte publique et sans merci. Le pape, au lieu de rester sur les questions d'impôts et de désignation des évêques, émet des prétentions énormes dans la direction temporelle des peuples et sur la couronne de France.

De son côté, Philippe porte atteinte physiquement à la personne du pape, en 1303. Le Fils Aîné de l'Eglise s'est rebellé contre sa mère. Comme dans l'Ancien Testament, ses trois fils se succèderont sur le Trône sans descendance.

Philippe IV, pour donner un semblant de justification à ces décisions convoque pour la première fois les Etats-généraux, ceux-là mêmes qui seront une des causes de la chute de la monarchie 500 ans plus tard. Le Marquis de la Franquerie note que la faute est royale et nationale. La sanction royale est la fin des capétiens directs. La sanction pour le pays est la guerre de 100 ans qui approche.

  • le11 février 1511 : mort de Charles II d'Amboise de Chaumont.

Fils aîné de Charles Ier d'Amboise, gouverneur de Champagne et de Bourgogne, favori de Louis XI et de Catherine de Chauvigny (1450-1485), dame de Ravel il est un homme politique et militaire français. Il a tout au long de sa vie différentes fonctions politiques et est successivement grand-maître, maréchal et amiral de France en 1502, 1504 et 1508 et vice-roi de Lombardie 1510. Grand admirateur de Léonard de Vinci, il lui commande de nombreux tableaux et divers travaux d'aménagement pour son palais.

Charles II d'Amboise réprime la révolte des Génois en 1507 ; commande l'avant-garde de l'armée du Roi à la bataille d'Agnadel le 14 mai 1509 et prend la même année plusieurs places aux Vénitiens. Il meurt à Correggio en Lombardie, à l'âge de 38 ans et est inhumé en la chapelle des Cordeliers d'Amboise.

« Mort le prit un peu bien tôt, écrit un chroniqueur "Jean d'Authon", car il fut homme de bien toute sa vie ; un sage, vertueux et avisé seigneur de grande vigilance et bien entendant les affaires. »


Portrait de Charles d'Amboise (1473-1511), par Andrea Solario, Musée du Louvre.

  • le 11 février 1536 : Philippe Chabot, amiral de France, occupe la Bresse et la Savoie

La mort du duc de Milan, François II Sforza, provoque la huitième guerre d'Italie, dans laquelle François 1er et l'empereur Charles Quint, se disputent le duché de Lombardie. Le Roi de France prendra possession de la Savoie et du Piémont mais renoncera finalement à Milan.

  • le 11 février 1543 : le roi Henri VIII d'Angleterre signe une alliance avec Charles Quint contre la France.

Une invasion de la France est planifiée. Henri VIII prévoit de plus d'unifier par la force l'Ecosse à l'Angleterre. En riposte, le parlement écossais renouvelle en décembre de cette même année son alliance avec la France.

  • le 11 février 1650 : mort de René Descartes, philosophe et mathématicien français

René Descartes est né le 31 mars 1596 en France. C'est un philosophe et un scientifique de l'époque moderne. Il peut être considéré comme un des pères de toutes les grandes erreurs modernes. Sa devise était : « Larvatus prodeo » (L'esprit profond s'avance caché).

François Maris Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs affirme :

« La « Bête » s'est frayé un parcours historique derrière la philosophie de Descartes, les Loges maçonniques, les sociétés de pensées sous la Révolution, le socialisme, le communisme, le nazisme, le freudisme… jusqu'au féminisme avorteur d'aujourd'hui. »(*)

Il poursuit plus loin :

« La foi, la grande doctrine de vérité à la quelle les sociétés chrétiennes ont alimenté pendant des siècles leur énergie, leur activité, leur puissance créatrice, a reçu son premier « coup d'arrêt » d'un savoir qui prétendit «  changer le monde », et qui effectivement l'a changé. Ce n'est pas par hasard que Descartes appelait sa philosophie son Monde. A dater de Descartes, nous n'assistons à rien de moins qu'à une transformation du monde, et l'on peut dire que le « monde moderne » a eu René Descartes pour démiurge et pour créateur. C'est lui qui a semé presque tous les germes dont l'Homme faustien n'a cessé depuis trois siècles, de récolter les fruits.

Que la Science établisse donc son règne (c'est une affaire de deux ou trois siècles disait Descartes), et la Béatitude est au bout. »(**)

Paul Valéry pensait que : « Descartes est certainement l'un des hommes les plus responsables de l'allure et de la physionomie de l'ère moderne que l'on peut particulièrement   caractériser par ce que je nommerais la quantification de la vie. En substituant le nombre à la qualité, en excluant tout ce qui n'est pas mathématiquement évident ou censé tel, cette matérialisation de la science est au principe et à l'origine de la profonde inhumanité de la science moderne. »(***)

(*)Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs aux éditions de Chiré page 21

(**) Idem page 53

(***) Idem page 54

Le Discours de la méthode

Descartes rencontre Jansénius en 1620 à Poitiers ; et les gens de Port Royal à l'origine d'une des deux grandes erreurs qui auront raison des lois fondamentales du Royaume, le Jansénisme, prendront parti pour Descartes.

  • le 11 février 1744 : une bataille navale s'engage entre une flotte anglaise et une flotte franco-espagnole devant Toulon.

Cette bataille, aussi appelée bataille du cap Sicié, s'achève le 22 février par la victoire franco-espagnole.

  • le 11 février 1798 : les troupes françaises entrent dans la ville et proclament la République romaine.

Le pape, qui avait décidé en décembre 1796 de reprendre les armes contre la France, est fait prisonnier par les révolutionnaires et est exilé à Florence puis Sienne pour mourir à Valence.

  • le 11 février 1809 : Napoléon écrit à Roederer.

"Je n'ai qu'une passion, qu'une maîtresse; c'est la France; je couche avec elle... Je jure que je ne fais rien que pour la France; je n'ai en vue que son utilité. Je jure, que si je ne lui donne pas plus de liberté, c'est que je ne le crois pas utile pour elle".

  • le 11 février 1814 : victoire de Napoléon à la bataille de Montmirail.

Avec deux fois moins d'effectifs, Napoléon écrase les Russes et les Prussiens à Montmirail, alors qu'il vient de détruire le corps russe du général Olsouviev à Champaubert.

La cavalerie de la Garde se jette sur les carrés russes (peinture de Wojciech Kossak).

  • le 11 février 1858 : première apparition de la Sainte Vierge à Bernadette Soubirous, 14 ans dans la grotte de Massabielle, à Lourdes. Il y en aura 18.

Avec sa sœur Marie, dite Toinette, et Jeanne Abadie, une amie, Bernadette se rend le long du Gave pour ramasser des os et du bois mort. Du fait de sa santé précaire, elle hésite à traverser le Gave, gelée, comme sa sœur et son amie. Elle est alors surprise par un bruit et lève la tête vers la grotte de Massabielle :

«J'aperçus une dame vêtue de blanc : elle portait une robe blanche, un voile blanc également, une ceinture bleue et une rose jaune sur chaque pied ».

Pour en savoir plus:
http://fr.lourdes-france.org/approfondir/bernadette-soubirous

En 1862, l'église reconnaît l'existence des apparitions à Lourdes, qui devient l'un des lieux de pèlerinage les plus connus au monde. Le 4 juillet 1866, Bernadette quitte Lourdes pour Nevers et prend l'habit des Sœurs de la Charité de Nevers, sous le nom de Sœur Marie-Bernard. Le 30 octobre 1867, elle fait sa profession religieuse dans la Congrégation des Sœurs de la Charité de Nevers. Bernadette décède le 16 avril 1879, le mercredi de Pâques. Elle est béatifiée le 14 juin 1925, et canonisée le 8 décembre 1933 par Pie XI à Saint-Pierre de Rome.

  • le 11 février 1868 : mort du physicien et astronome français Léon Foucault.

On lui doit l'invention du gyroscope et ses travaux sur la vitesse de la lumière. Mais il est surtout célèbre pour avoir déterminé, au cours d'une expérience menée en 1851, la rotation quotidienne de la Terre autour de son axe, au moyen d'un pendule d'une longueur de 67 m. Ce « pendule de Foucault » est visible au Panthéon.

  • le 11 février 1868 : discours de Jaurès à la Chambre des députés.

Il est possible de lire dans le N°1439 de l'Homme Nouveau un texte sidérant et complètement oublié. Il s'agit d'un extrait d'une intervention de Jean Jaurès à la Chambre des députés, le 11 février 1895 (cf. le Journal Officiel de la République Française du 12 février, pages 265 à 281) :

«C'est que l'humanité dans l'univers est une grande commission d'enquête dont aucune intervention gouvernementale, aucune intrigue céleste ou terrestre ne doit jamais restreindre ou fausser les opérations ; c'est que toute vérité qui ne vient pas de nous est un mensonge; c'est que jusque dans les adhésions que nous donnons, notre sens critique doit rester toujours en éveil et qu'une révolte secrète doit se mêler à toutes nos affirmations et à toutes nos pensées ; c'est que si l'idée même de Dieu prenait une forme palpable, et Dieu lui-même se dressait, visible, sur les multitudes, le premier devoir de l'homme serait de refuser l'obéissance et de le traiter comme l'égal avec qui l'on discute, mais non comme le maître que l'on subit…. »

Voilà ce qu'affirmait celui que la république considère comme un des grands hommes de la nation. De Descartes à Jaurès la filiation intellectuelle est évidente. La république française a été fondée pour lutter contre la foi catholique et la détruire ; elle a été baptisée dans le sang des martyrs catholiques de la révolution. Aujourd'hui cette lutte à mort continue.

  • le 11 février 1922 : naissance d'Hélie Denoix de Saint Marc, militaire français.

Officier français qui commande le 1er REP, lors du putsch d'Alger, emprisonné par De Gaulle. C'est un homme d'honneur comme on en trouve peu de nos jours.

  • le 11 février 1929 : signature des accords du Latran.

Mussolini, chef du gouvernement italien, et le cardinal Pietro Gasparri signent au palais du Latran à Rome un traité qui fixe définitivement le cadre des relations entre la papauté et le royaume italien. Depuis 1870, le pape se considérait comme prisonnier au Vatican. La Cité du Vatican est créée et le pape Pie XI en est le souverain. Le Vatican est indemnisé de 750 millions de lires pour la perte des Etats de l'église entre 1860 et 1870. Les accords, consultables ici :

http://mjp.univ-perp.fr/traites/1929latran.htm

Il est doublé d'un concordat qui instaure le catholicisme comme la "seule religion de l'Etat Italien". L'enseignement religieux devient obligatoire et le divorce civil est interdit. De son côté, le pape reconnaît la souveraineté de Victor Emmanuel III sur l'Italie, et Rome comme capitale du pays.

Carte du Vatican, le plus petit Etat du monde.

  • le 11 février 1950 : mise en place du SMIG.

Le Salaire minimum interprofessionnel garanti SMIG entre en vigueur en France. A partir de 1952, le SMIG est indexé sur les prix. Le 21 janvier 1970, il est remplacé par le SMIC (Salaire minimum interprofessionnel de croissance).

  • le 11 février 2013 : le Pape Benoit XVI annonce qu'il renonce à ses fonctions à partir du 28 février.
Lois Spalwer

Posté le 11 février 2016 à 06h59 | Lien permanent | Commentaires (3)

10 février 2016

Des internes formés en Roumanie sont exclus pour incompétence

IndexUne interview du Professeur Philippe Jaury, professeur en médecine générale et coordinateur Ile-de-France des internes de médecine générale, montre une nouvelle défaillance du système européen : des internes Français et/ou Roumains formés en Roumanie, venus accomplir leur internat en France, ont dû être mis à l'écart car ils n'ont pas le niveau requis.

"Plusieurs internes ont été exclus d'hôpitaux français pour cause d'incompétence. La plupart avaient effectué la première partie de leurs études en Roumanie, et grâce à l'équivalence des diplômes européens, étaient revenus en France pour leur stage d'internat. Mais après quelques semaines, ils ont été sortis des services et priés de suivre un stage de remise à niveau de six mois. 

  • Pourquoi ces internes formés à l’étranger ne sont-ils pas au niveau ?

Pr Philippe Jaury : "Ils ont une formation qui n'est pas suffisante pour ce que nous demandons au niveau d'une mise en autonomie de nos internes. On s'en était déjà rendu compte l'année dernière. Cette année, on a voulu évaluer ces étudiants formés à l'étranger pour qu'on ne puisse pas nous dire que ce sont des rumeurs. Et l'évaluation est assez consternante !

"Ce sont des étudiants en médecine, des internes, puisqu'ils ont été reçus au concours même avec 0 ou 1 à leur copie, qui ont un niveau de quatrième, au mieux de cinquième année de médecine. Les étudiants formés en France ont six ans d'études derrière eux. Parfois, il y a des problèmes de langue. C'est compliqué mais, à la limite, la langue ça s'apprend vite. Mais surtout, il leur manque beaucoup de compétences qu'on ne pourra pas rattraper en six mois."

  • Dans la formation médicale, il y a la théorie, c'est-à-dire les cours, et la pratique, c'est-à-dire le contact avec le patient. Quelle partie de la formation manque à ces étudiants ?

Pr Philippe Jaury : "ll leur manque les deux. Il y a des pans complets de connaissances qu'ils n'ont pas. D'autre part, ils n'ont pas la pratique. On peut difficilement imaginer les mettre en situation d'autonomie dans les hôpitaux, leur confier des gardes...[...]

  • Vous avez alerté le ministère de la Santé sur ce problème. Que vous a-t-on répondu ?

Pr Philippe Jaury : "On a déjà vu les ministères de la Santé et de l'Enseignement supérieur l'année dernière. Ils nous ont dit simplement que « c'est comme ça, c’est le système européen. Débrouillez-vous, c’est à vous de les former, c’est vous les formateurs. Nous, on ne veut pas de vague ! ». Du coup, cette année, toutes les facs étaient prévenues.[...]

"J'ai demandé à être reçu au ministère de la Santé, je n’ai même pas eu de réponse. On a fait ce qu'on a pu. On les a mis dans des services pour les évaluer, les former. Et, en plus, ils sont payés. Je peux vous dire que l’Assistance publique qui les paye n'est pas très contente."

Allô, Marisol Touraine, ya quelqu'un ??

Marie Bethanie

Posté le 10 février 2016 à 23h33 | Lien permanent | Commentaires (28)

Pas-de-Calais : le Gouvernement s'attaque enfin à la sécurité!

En piégeant les conducteurs pour les faire payer davantage. Quoi? vous avez osé croire que la Hollandie allait régler le cas de Calais?

"Un automobiliste peu vertueux dans sa conduite ralentit lorsqu’il s’approche d’un radar, puis réaccélère une fois qu’il l’a dépassé. Le gouvernement a souhaité combattre ce comportement, et a donc mis au point un nouveau système, appelé « zone de contrôles leurres », dont le premier dispositif a été installé sur une départementale dans le Pas-de-Calais.

Sur une portion de cette route, onze panneaux de signalisation vont indiquer « pour votre sécurité, contrôles radars fréquents ». Piège : le conducteur ne saura pas où se situe le radar - il n’y en aura en réalité qu’un seul -, dissimulé derrière l’un des panneaux, et qui sera régulièrement déplacé.

L’installation des panneaux a commencé lundi, a détaillé la préfecture dans un communiqué publié ce mardi. Elle doit s’achever vendredi et « le radar autonome a déjà commencé à flasher »"

Lahire

Posté le 10 février 2016 à 22h32 | Lien permanent | Commentaires (14)

La pornographie pour les enfants prépare les agresseurs sexuels de demain

Un article d'Anne Dolhein sur RéinformationTV montre que les agressions sexuelles d'enfants par d'autres enfants est en très nette hausse et est une conséquence directe de la pornographie en libre service sur internet. Les conséquences sont dramatiques, provoquant chez de très jeunes enfants des comportements dégradants, laissant présager ce que seront ces enfants une fois parvenus à l'âge adulte.

"Un symposium sur les « Dommages de la pornographie sur les enfants et les jeunes » a permis de constater, mardi à l’Université de New South Wales en Asutralié, que les agressions sexuelles d’enfants sur d’autres enfants sont en forte augmentation. Les experts présents ont expliqué que la pornographie facilement accessible à tous sur Internet est responsable de cette hausse inquiétante, spécialement lorsqu’elle met en scène des actes violents et dégradants assortis de contrainte.

Les conséquences de la facilité d’accéder à ces « contenus » sexuellement explicites et contraires à toute dignité humaine sont multiples, au point de constituer une « crise de santé publique » : non seulement les enfants passent à l’acte très tôt, mais leur génération voit déjà le sexe violent et dégradant, dénué de toute dimension relationnelle, intime et amoureuse, comme la norme. Les conséquences sont incalculables, a prévenu Liz Walker, auteur du livre Not for Kids (« Pas pour les enfants ») lors du symposium. Tout cela prépare « les agresseurs sexuels de demain » et un monde de « violence sexuelle entre partenaires intimes », a-t-elle affirmé. 

La pornographie sur Internet a des effets sur les enfants

Le Dr Joe Tucci, président de la Fondation australienne pour l’enfance, a expliqué que le phénomène est quasi impossible à éviter. Citant des études du monde entier, il a mis en évidence le fait que « plus de 90 % des garçons de moins de 16 ans ont visité un site pornographique sur Internet, mais aussi 60 % des filles ». La pornographie est si facile d’accès qu’il est « impossible pour les enfants de ne pas en voir » : « Il suffit de taper des mots innocents comme “amour” dans Google et en l’espace de trois ou quatre résultats on se trouve sur un site pornograpique », met-il en garde.

Comme Liz Walker, il s’attend à « l’émergence d’un grand nombre d’adulte au comportement sexuel offensant, un comportement qui fera du mal à autrui » : « Je crois que nos communautés seraient profondément choquées si elles connaissaient les conséquences que nous voyons au sein d’un petit groupe d’enfants qui sont exposés à ce type de pornographie. » Les autorités sanitaires en Australie ont déjà constaté une augmentation des comportements inacceptables de certains enfants, imposés à d’autres enfants. [...]

L’endoctrinement pornographique des enfants provoque l’augmentation des agressions sexuelles

Les agressions sexuelles d’enfants par des enfants ont été multipliées par quatre en quatre ans en Australie, selon le bureau australien des statistiques, tandis que 20 % des viols de femmes adultes sont aujourd’hui imputables à des garçons adolescents dans le pays, ainsi que du tiers, voire de la moitié des agressions d’enfants.

Selon Melinda Tankard-Reist, le problème se rencontre dans la quasi totalité des écoles dans lesquelles elle se rend en tant que conférencière pour alerter les jeunes sur sa gravité. Dans l’Etat du Victoria, des enfants de quatre ans sont dirigés vers des programmes de réhabilitation en raison de leur comportement sexuel, afin de les faire de nouveau ressembler à des enfants normaux.[...]

Des enfants de quatre ans au comportement sexuel dégradant

Beaucoup d’enfants sont attirés dans ce monde malgré eux. Alors que l’industrie pornographique des seuls Etats-Unis représente 100 milliards de dollars, les marchands de « X » créent des sites avec des noms de personnages de dessins animés et étudient les fautes de frappe les plus fréquentes des jeunes pour les attirer alors qu’ils font des recherches tout à fait innocentes, accuse la jeune femme. Sans vouloir d’un « Etat Nounou », elle rappelle que les nounous sont justement chargées de veiller sur les enfants et qu’il est urgent que les pouvoirs publics aident les parents à protéger leurs garçons et leurs filles dans un monde où il devient de plus en plus difficile pour eux de le faire seuls.[...]

Effarants constats. C’est toute une génération qui est privée de son innocence, plongée non dans le monde des adultes mais dans un enfer de vice et de souffrance dont il devient de plus en plus difficile de s’extraire."

"Mais si quelqu'un scandalise un de ces petits qui croient en Moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on suspendit à son cou une de ces meules qu'un âne tourne, et qu'on le plongeât au fond de la mer." Mt 18,6.

Marie Bethanie

Posté le 10 février 2016 à 22h14 | Lien permanent

"Moi président....". Mais ça c'était avant...

Lahire

Posté le 10 février 2016 à 21h38 | Lien permanent | Commentaires (11)

De François Hollande à Alain Juppé

Antoine Adam travaillait à l’Elysée comme "community manager" jusqu’à l’été 2014. Il était l’un de ceux qui gérait les comptes Twitter et Facebook du président de la République.

Ce diplômé de sciences politiques à Rennes, connu sur Twitter sous le pseudo @Ant1Adam, travaille depuis quelques mois bénévolement au sein de la cellule web chargée de faire la campagne des primaires d’Alain Juppé

Il avait aussi participé à la campagne web du candidat Hollande en 2011-2012. Il avoue :

"C’est objectivement mauvais. Les deux derniers quinquennats ont été catastrophiques. Au début à l’Elysée, j’ai été frappé par le degré d’impréparation sur certains dossiers. Et je suis déçu par les divisions de la gauche française et son incapacité à gouverner. Hollande n’a pas su fixer de ligne, plus personne ne sait ce qu’il veut faire."

Pas certain que, dans ce cas, on puisse parler de droitisation.

Michel Janva

Posté le 10 février 2016 à 21h19 | Lien permanent | Commentaires (8)

Le Carême existe encore à Chalon-sur-Saône

D'une lectrice : 

IMG_2123

Lahire

Posté le 10 février 2016 à 21h13 | Lien permanent | Commentaires (10)

Le Parlement portugais prive les enfants d'un papa et d'une maman

Passant outre le veto du président, le Parlement portugais a voté aujourd'hui, à la majorité absolue des députés, une loi autorisant l’adoption par les homosexuels.

L’ensemble des partis de gauche, majoritaires depuis les élections législatives du 4 octobre, ont voté pour, ainsi qu’une vingtaine de députés de l’opposition de droite.

Michel Janva

Posté le 10 février 2016 à 21h04 | Lien permanent

On ne se moque pas des ministres du Bonheur et de la Tolérance

Une ministre du Bonheur, une de la Tolérance et une troisième de la Jeunesse ont été nommées ce mercredi aux Emirats arabes unis à la faveur d'un remaniement gouvernemental. La presse s'en moque car le Premier ministre justifie :

 "Le bonheur n'est pas seulement un voeu pieux dans notre pays. Il y aura des plans, des projets, des programmes et des indicateurs. Cela fera partie du travail de tous les ministères"

On ne rigole pas : nous en France, nous avons un ministre de la Justice qui relève de l'Injustice, un autre du Développement durable, un autre du Numérique, un autre des Comptes publics qui a du oublier ses leçons de mathématiques, etc.

Michel Janva

Posté le 10 février 2016 à 20h58 | Lien permanent | Commentaires (16)

Les ordres sont différents en fonction des manifs de droite ou de gauche

C'est ce que déclare un policier du Nord, après l'affaire Piquemal :

« Je n’ai aucun problème avec le fait qu’on ait demandé aux policiers de disperser les manifestants, ni d’interpeller le général Piquemal, puisque la manifestation était interdite. Mais il faut que ce soit pareil dans toutes les manifestations, comme celles de l’extrême-gauche. »

Sauf que le régime utilise les milices d'extrême-gauche pour ravager les centre-villes et semer la terreur.

Michel Janva

Posté le 10 février 2016 à 20h51 | Lien permanent

1071 prêtres envoyés aujourd’hui en mission

Ca3XGXKWEAIAbiELe Saint-Père a envoyé, à l’occasion de la messe des Cendres, 1071 prêtres du monde entiers, institués missionnaires de la miséricorde. C’est un des signes les plus forts de cette Année sainte de la Miséricorde : «le signe de la sollicitude maternelle de l’Église à l’égard du peuple de Dieu», explique le Pape François dans sa Bulle d’indiction pour le Jubilé, Misericordiae Vultus. Ces prêtres sont en mission pour qu’ils soient dans leur Église locale des témoins privilégiés du caractère extraordinaire de l’événement jubilaire.

Jusqu’à la fin de l’Année sainte, le 20 novembre 2016, ces « Missionnaires de la Miséricorde » auront pour tâche d’annoncer la beauté de la Miséricorde de Dieu et d’être des confesseurs humbles et sages, capables de pardonner largement, ceux qui s’approchent de la Confession. Ces prêtres viennent de tous les continents de Chine ou de Thaïlande, des Emirats arabes unis ou du Zimbabwe, mais également de France.

Le Pape les a reçu mardi soir et les a invités à exercer avec enthousiasme le ministère de confesseur, non pas en agissant en leur propre nom mais bien au nom de Jésus.

Ca3igHXWIAARA7u«En entrant dans le confessionnal, souvenons-nous toujours que c’est le Christ qui accueille, c’est le Christ qui écoute, c’est le Christ qui pardonne, c’est le Christ qui donne la paix». «Être missionnaire de la miséricorde est une responsabilité qui vous est confiée pour être (…) témoins de la proximité de Dieu et de sa façon d’aimer».

«Nous ne sommes pas appelés à juger, avec un sentiment de supériorité…» «Il s’agit au contraire de couvrir le pécheur avec la couverture de la miséricorde.»

Le Pape a conclu en invitant les prêtres à vivre cette «aventure missionnaire» en suivant les exemples de saint Padre Pio et saint Leopold Mandic, les deux grands confesseurs capucins dont les corps sont actuellement exposés à la basilique Saint-Pierre. 

«Quand vous sentirez le poids des péchés qui vous sont confessés, et les limites de votre personne et de vos paroles, faites confiance à la force de la miséricorde qui va à la rencontre de tous avec amour et qui ne connait pas de frontières».

Michel Janva

Posté le 10 février 2016 à 20h19 | Lien permanent

La manifestation prévue jeudi à partir de 19h30 Place du Trocadéro est maintenue

Communiqué du SIEL :

Unknown-47"La manifestation prévue demain jeudi à partir de 19h30 Place du Trocadéro pour défendre les libertés patriotiques est maintenue en dépit des pressions manifestement subies par le Général PIQUEMAL. A fortiori, celles-ci sont de nature à rendre encore plus nécessaire notre mobilisation contre les dérives liberticides de Messieurs CAZENEUVE ET VALLS détournant l’état d’urgence contre les patriotes alors que celui-ci devrait avoir pour objectif de désigner l’ennemi de notre pays : l’islamisme radical.

Le rassemblement est autorisé. Plusieurs personnalités dont Maître KARIM OUCHIK, Maître Frédéric PICHON, Jean-Yves LE GALLOU, Christina TASIN, Pierre CASSEN et Béatrice BOURGES seront présentes.

Michel Janva

Posté le 10 février 2016 à 20h10 | Lien permanent

Ne détournons pas notre légitime colère à l'égard des véritables responsables de la colonisation migratoire

Thomas Joly du Parti de la France souhaite apaiser les esprits et recentrer le débat sur les responsables de l'invasion migratoire :

Thomas-Joly-secrétaire-général-du-Parti-de-la-France-749x749"Depuis quelques jours, nous assistons à des débats enflammés entre patriotes sur les réseaux sociaux à propos des déclarations bien tièdes et très conformistes du Général Piquemal (...)

Je tiens tout d'abord à rappeler que certains ont peut-être fondé bien trop d'espoirs dans un Général retraité de 75 ans qui, enfin, avait décidé de sortir du bois, chose tout à fait louable et courageuse de nos jours, n'hésitant pas à participer à une manifestation interdite par la dictature socialiste. Mais celui-ci n'a jamais prétendu, à ma connaissance, s'ériger en porte-parole de la résistance nationale et patriotique. Saluons donc la prise de conscience de ce haut gradé et traitons-le plutôt comme un allié de la cause nationale, même si lui-même s'est bien maladroitement désolidarisé des patriotes qui ont manifesté avec lui samedi dernier.

Ne détournons pas notre légitime colère à l'égard des véritables responsables de la colonisation migratoire de notre pays, à savoir l'engeance gouvernementale et sa pseudo-opposition acquises toutes deux à la destruction du peuple français par la mise en place du grand remplacement de population, ainsi qu'à la destruction de notre civilisation par la soumission aux traditions culturelles de l'occupant (...)

C'est donc dans un état d'esprit combatif et unitaire que nous devons faire face à ces ennemis de la France et de son peuple qui a le droit de vouloir rester lui-même. Ne perdons pas de temps en débats stériles et inutiles, tâchons de réunir tous les patriotes sincères, quelles que soient leurs spécificités, afin d'entreprendre la reconquête nationale et européenne face aux forces mortifères qui souhaitent ni plus ni moins que la disparition de notre civilisation."

Philippe Carhon

Posté le 10 février 2016 à 18h41 | Lien permanent | Commentaires (14)

Bataille autour de l'avortement en Irlande du Nord

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Les membres de l’Assemblée d’Irlande du Nord doivent voter aujourd’hui des amendements à une loi sur la justice. L’amendement qui fait le plus débat est celui qui doit donner le droit d’avorter en cas de malformation grave du fœtus limitant l’espérance de vie du bébé.

Les évêques catholiques, unis, ont publié un ferme communiqué commun, dénonçant un amendement qui « permettrait le meurtre direct et intentionnel, jusqu’au moment de la naissance, d’un enfant à naître dont les conditions de vie sont limitées ». Ils expliquent que cela « change radicalement la nature inhérente du droit à la vie, le faisant dépendre de la volonté d’une autre personne » : « avec le même diagnostic, certains enfants perdront leur droit à la vie et à des soins médicaux quand d’autres continueront à recevoir un traitement et des soins ». Cet amendement « ne peut en aucun cas se concilier avec un engagement en faveur du principe moral universel du droit à la vie sur lequel l’existence réelle et le bien-être d’une société sont fondés ». Il impliquerait que « les membres de l’Assemblée estiment pouvoir comparer la valeur d’une vie par rapport à une autre ». Les évêques appellent donc les députés à « défendre la dignité, l’humanité, et le droit à la vie des enfants à naître avec des conditions de vie limitées, et à assurer aux mères enceintes rencontrant de telles situations traumatisantes le meilleur accompagnement possible, et tout le soin qu’une société qui soutient la vie peut prodiguer ».

Cet amendement a été en fait imposé par un récent jugement, dans un procès de la Commission des droits de l’homme d’Irlande du Nord contre le ministère de la Justice (dans le cadre de la pression permanente des lobbies internationaux de la culture de mort, et particulièrement d’Amnesty, pour la légalisation de l’avortement en Irlande du Nord). En décembre dernier, un juge a ainsi décidé que la législation de l’Irlande du Nord était en contradiction avec la Convention européenne des droits de l’homme et qu’il était nécessaire que la loi permette l’avortement en cas de viol et de grave malformation du fœtus. Le 25 janvier, le procureur général, John Larkin, a fait appel de ce jugement devant la Haute Cour. Mais le ministre de la Justice a ajouté l’amendement au projet de loi en cours.

Hier, John Larkin a demandé au ministre de la Santé de créer un groupe de travail pour examiner la question. Et une fuite (manifestement voulue) a permis de connaître la lettre qu’il a envoyée à l’un des membres les plus connus de l’Assemblée, John Allister (président de la « Voix unioniste traditionnelle » et également député européen), disant que l’amendement ne lui paraissait pas compatible avec la convention des Nations Unies sur les droits des handicapés : « Prévoir une exception à la loi pénale pour anomalie fœtale potentiellement mortelle apporte aux enfants à naître diagnostiqués avec un tel handicap beaucoup moins de protection que ceux qui n’ont pas ce handicap ». Il souligne qu’en Espagne et en Autriche, le comité de l’ONU ad hoc a recommandé de supprimer toute distinction liée à l’avortement pour les fœtus handicapés. « Ces enfants qui sont condamnés à mort ou sont considérés comme indignes de vivre à cause de la nature de leur handicap » sont protégés par la convention de l’ONU autant que les autres, dit-il encore. Aux dernières nouvelles l’amendement, quoique présenté par le ministre de la Justice en personne, ne devrait pas trouver de majorité."

Michel Janva

Posté le 10 février 2016 à 17h08 | Lien permanent

L'amendement sur le vote des étrangers a été rejeté comme les racines chrétiennes

L'amendement mentionné hier a été rejeté lors de la discussion publique par 103 députés contre 67.

Un autre sujet a occupé les députés : l'inscription d'une référence, pour Delphine Batho, à la laïcité, pour Valérie Boyer et Jean-Frédéric Poisson, aux racines chrétiennes de la France dans la Constitution. Ces 2 amendements ont été rejetés mais voici le débat concernant les racines chrétiennes :

JF Poisson :

Je vais reprendre à Mme Batho, si elle me le permet, la dernière partie de son développement : je partage avec elle l’avis que l’amendement que j’ai l’honneur de défendre avec mes collègues est à l’évidence au cœur de la question la protection de la Nation, même si, par ailleurs, il ne porte pas exactement sur l’état d’urgence ni sur la déchéance de nationalité – cela pour me prévenir vos objections, monsieur le garde des sceaux.

Nous proposons que la Constitution de la France rappelle que ses racines sont chrétiennes. Je voudrais m’en expliquer ici. Tout d’abord, je fais référence à un propos tenu récemment par M. le ministre de l’intérieur qui disait lui-même, au cœur de la période troublée que nous avons connue et que nous traversons encore, que ces racines sont « incontestables ».

Deuxièmement, je veux faire remarquer que les trois mots qui composent notre devise républicaine, « liberté, égalité, fraternité », s’ils ne sont pas entrés dans l’histoire des idées après l’avènement du christianisme, en revanche ont connu une portée universelle avec l’avènement du christianisme dans l’histoire. Et même le concept de laïcité a une origine absolument indiscutable : la séparation des pouvoirs politique et temporel relève exclusivement d’une vision chrétienne de la société. Il me paraît que s’il faut se battre là dessus, il faut en rappeler l’origine.

À un moment où notre mode de vie est si violemment remis en cause, en particulier s’agissant de la liberté d’avoir une religion ou de ne pas en avoir, de la séparation du pouvoir politique et du pouvoir religieux, de l’égalité entre les hommes et les femmes ou des relations entre les différentes communautés, certains ayant une vision de la communauté des hommes restrictive quant à un partage à caractère spirituel alors que nous ne connaissons, nous, selon la Constitution, qu’une seule République, il me semble que la dimension universelle des trois mots de notre devise doit être rappelée en inscrivant à l’article 1er de notre Constitution que les racines de la France sont chrétiennes."

Puis Valérie Boyer :

"Permettez-moi, mes chers collègues, de partager une partie de ce que Mme Batho vient de dire, comme mon collègue Jean-Frédéric Poisson. Je poursuis le même objectif à travers mon amendement, qui propose d’intégrer au premier alinéa de la Constitution : « Ses racines sont chrétiennes. » En effet notre nation repose sur un socle culturel, avec des traditions et des influences. Parmi ces influences, n’oublions pas le christianisme, qui a profondément marqué les sociétés européennes contemporaines et leur constitution, au côté de la philosophie grecque et du droit romain, de la Renaissance ou du siècle des Lumières, qui s’en sont inspirés.C’est le christianisme qui nous a permis d’envisager l’homme comme un individu à part entière. La protection de la dignité humaine repose sur ces valeurs chrétiennes. La France est certes aujourd’hui une République laïque, mais d’influence et de valeurs chrétiennes. D’ailleurs sans le christianisme il n’y aurait pas de laïcité : la laïcité n’existe que dans des pays de racines chrétiennes, comme la démocratie d’ailleurs.Aujourd’hui nous avons appris, grâce au christianisme, au catholicisme en particulier, à séparer le temporel du spirituel, comme cela vient d’être dit par Jean-Frédéric Poisson. Les pays démocratiques où nous vivons libres de croire ou de ne pas croire sont des pays de valeurs judéo-chrétiennes. À l’heure où nous sommes attaqués par les barbares, il est important de revenir, comme vous l’avez dit, monsieur le rapporteur, à l’essentiel. Et l’essentiel, c’est le symbole. Si aujourd’hui, dans un texte relatif à la protection de la Nation, nous ne parlons pas de symboles, de quoi parlons-nous ? Pour moi, il est important aussi que l’on rappelle que ces valeurs qui nous rassemblent, la liberté, l’égalité, la fraternité, la Constitution, tout cela est inspiré par notre histoire, et que notre histoire ne doit pas être négligée.J’ajouterai un dernier mot sur quelque chose qui me semble absolument fondamental – et c’est un message aussi que nous devons envoyer aux terroristes qui ne souhaitent pas que nous vivions comme nous le désirons aujourd’hui. Il y a un problème d’égalité entre les hommes, mais aussi d’égalité entre les hommes et les femmes. Ça aussi, nous le devons à nos racines chrétiennes."

Nicolas Dhuicq est également intervenu :

"Pour aller dans le sens de l’excellent Jean-Frédéric Poisson, au moment où nous nous exprimons, le petit-fils du fondateur des frères musulmans, redoutable bretteur qui pratique la taqiya, demande par provocation la nationalité française.

Au moment où nous parlons, le peuple syrien est en guerre civile depuis plus de cinq ans. Au moment où nous parlons, tous les peuples arabes souffrent justement d’une difficulté à créer un espace que nous appelons aujourd’hui la laïcité, qui est le fruit de plusieurs siècles d’évolution – car quand, au XIIIe siècle, le roi répondait au pape qu’il était empereur en son royaume, c’était déjà le début de la laïcité.

L’amendement de notre collègue Poisson va paradoxalement dans le sens de celui de Mme Batho et de la défense de ce que nous appelons la laïcité. S’il était accepté, il serait un message d’espoir pour les peuples arabes et pour les peuples qui cherchent aussi à vivre dans la liberté et dans la paix, qu’ils soient musulmans ou non, parce que ces peuples souffrent de l’idéologie wahhabite financée par les pétrodollars, qui amène à une vision totalement uniciste, unilatérale, sans aucune exégèse possible des textes sacrés, des hadiths et du Coran.

Si nous acceptions l’amendement de M. Poisson, nous soutiendrions la laïcité et nous ferions œuvre utile pour tous les peuples épris de liberté."

Michel Janva

Posté le 10 février 2016 à 12h38 | Lien permanent

Condamnation pour un homicide involontaire d'un enfant à naître

Le député Yannick Moreau appelle l'attention du ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la question de la protection juridique de l'enfant à naitre :

"Le 20 décembre 2012, à Tarbes, un automobiliste, en état d'imprégnation alcoolique, perdait le contrôle de son véhicule, heurtait un trottoir et blessait grièvement une femme enceinte de sept mois. L'enfant, à qui ses parents avaient déjà donné un prénom, fut tué sur le coup. Le 14 février 2014, le tribunal correctionnel de Tarbes a condamné l'automobiliste à une peine d'emprisonnement avec sursis non seulement pour les blessures physiques et psychologique infligées à la femme mais aussi pour l'homicide involontaire de cet enfant, une expertise médicale ayant établi que le lien de causalité entre son décès et le choc consécutif à l'accident était direct et certain.

Cette décision renouait avec une jurisprudence ancienne qui, sous l'empire du code pénal de 1810, avait accordé à l'enfant à naître la même protection qu'à l'enfant né vivant : en raison de sa fragile condition, les juridictions répressives avaient admis qu'il pouvait être victime d'un homicide ou de blessures involontaires. Sur l'appel du seul procureur général, la cour d'appel de Pau a néanmoins prononcé sa relaxe du chef d'homicide involontaire en se bornant à reproduire les motifs laconiques d'un arrêt de la Cour de cassation (Assemblée plénière du 29 juin 2001, B n° 165). Si l'enfant à naître n'a pas d'existence autonome, les progrès des sciences biologiques et médicales ont mis en évidence qu'en symbiose avec celle de sa mère, il possède une individualité biologique propre, preuve de son altérité, reconnue par le Comité national consultatif d'éthique et attestée par l'Académie de médecine. Ne doit-il pas alors être regardé comme un autrui au sens du droit pénal ? Rien ne permet de dire que le nouveau code pénal ait entendu priver l'enfant à naître de la protection dont il bénéficiait antérieurement à l'égard des tiers. Bien au contraire, le législateur a aggravé la répression des violences commises sur la femme enceinte (articles 228-8 et s.) et maintenu l'incrimination de l'abandon de l'enfant à naître (article 227-12).

En outre il est incohérent d'absoudre celui qui cause la mort de l'enfant dans le sein maternel alors que le même acte sera sanctionné s'il n'entraîne que des blessures ou si le décès du fait de celles-ci survient après la naissance. En conséquence il souhaiterait savoir quelles mesures le Gouvernement envisage de prendre pour mettre fin à une jurisprudence aux conséquences déshumanisantes et qui, contrairement à la volonté du législateur, ajoute au malheur l'irrespect tant à l'égard de l'enfant que de ses géniteurs."

Nous attendons la réponse avec gourmandise.

Michel Janva

Posté le 10 février 2016 à 12h38 | Lien permanent


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2010 - Le Salon Beige