27 mai 2015

Jeanne d'Arc soutenant un poilu : oeuvre de Real del Sarte, le monument du régiment de Genevoix aux Eparges vandalisé

EparUne honte, une infamie : 

"Verdun. C’est un vrai symbole de la Grande Guerre que l’on a massacré en Meuse sur la commune des Éparges. Le monument du 160e RI, le régiment de Maurice Genevoix, a été délesté de son bas-relief réalisé sans doute en fonte. Inauguré en 1935, il aura résisté à la Seconde Guerre mondiale mais pas à la détermination des vandales. Il a été attaqué à la masse pour le décoller du monument de pierre.

L’œuvre est signée de Maxime Del Sarte, un sculpteur, ancien des Éparges où il a perdu son bras gauche en janvier 1916. Un Poilu revenu de l’enfer qui continua à sculpter le métal et la pierre avec un seul bras.

Jeanne d’Arc portant un soldat mort

Le monument est élevé « aux revenants » du 106e et du 132e RI. Car « c’est ici qu’ont explosé les premières mines le 17 février 1915 », confie Patricia Pierson, la présidente de L’Esparge accompagnée de membres de l’association de mise en valeur du patrimoine.

Une main squelettique de pierre sortantdu monument, quelques crânes de l’autre côté. Un visage les yeux fermés et ces mots : « Je crois ». En plein centre, le bas-relief représentait une Jeanne d’Arc casquée tenant dans ses bras un poilu mort sur un drapeau. Par terre, le casque Adrian ceint des lauriers de la gloire et d’une couronne d’épines. Une pietà en quelque sorte.

Un vol qui intervient en pleine commémoration des combats des Éparges. Cent ans tout juste que la terrible bataille s’est déroulée.

Lahire

Posté le 27 mai 2015 à 23h55 | Lien permanent | Commentaires (0)

Disparition de Robert Chardon : la piste du "Secret défense"?

Il avait twitté : 

Trc

Depuis, il a disparu, son compte twitter (@RobertChardon) a été fermé. A t-il été interné d'office? Votre blog et Boulevard Voltaire s'étaient faits les relais de ce douteux concours de circonstances.

Aujourd'hui Riposte laïque revient sur le passé professionnel de Robert Chardon et sur l'implication de son entreprise dans le nucléaire et l'équipement de la dernière série de sous-marins :

"L’étrange et mystérieuse disparition de la vie publique du maire UMP de Venelles (Bouches-du-Rhône) Robert Chardon, devenu un « secret défense », pourrait aussi avoir des répercussions pour l’entreprise ISOIngénierie, présente par de multiples activités dans les domaines de la défense nationale française, et dont le PDG est Robert Chardon, avec des clients aussi prestigieux que DCNS, CEA, MAN Diesel, Wellman Defense.

Lorsqu’on sait que Robert Chardon et les 25 ingénieurs de sa société Aixoise ont participé à l’élaboration des fonctions de sécurité du programme Barracuda et des sous-marins nucléaires d’attaque français lanceurs d’engins nucléaires, nos inquiétudes sur le devenir et l’intégrité physique de Robert Chardon sont grandement fondées. Aussi, dès que la  disparition de Robert Chardon s’est prolongée, j’ai saisi la justice. Car la disparition de Robert Chardon, vu son implication dans les projets de la Défense Nationale, c’est un peu comme si Bernard Bajolet , directeur de la DGSE, disparaissait sans laisser de trace en plein Paris. Ou comme si le « père » des missiles balistiques soviétiques s’était évaporé en pleine « guerre froide ».

L'actualité sur ce sujet sur twitter : #RobertChardon

Lahire

Posté le 27 mai 2015 à 22h57 | Lien permanent | Commentaires (0)

Face aux djihadistes, des "community managers"

Sous le règne d'Ubu, l’Etat veut créer deux cellules de «community managers», l’une publique, l’autre associative, chargés de lutter contre la propagande jihadiste sur Internet. Ne riez, cela va se faire avec nos impôts.

C'est la dernière idée de Manuel Valls, après la création d'un site internet, Stop Djihadisme.

A ce rythme là, l'Etat islamique sera à l'Elysée dans peu de temps.

Le Premier ministre a donné un nouveau pointage du nombre de résidents français «impliqués» dans les filières jihadistes en Syrie et en Irak, qui a atteint 1 704 personnes, contre 1 573 lors d’un dernier bilan effectué fin avril.

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 22h20 | Lien permanent | Commentaires (0)

6 juin : Manif Pour Tous à Bordeaux

11350409_383337731857018_7647011371800093614_n

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 21h38 | Lien permanent

Euthanasie : proposition de loi au Sénat en séance publique les 16 et 17 juin

La proposition de loi Claeys-Leonetti  été revue par la commission des affaires sociales du Sénat, qui y a apporté quelques amendements, que l'on peut retrouver ici.

Débat en séance publique les 16 et 17 juin.

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 21h31 | Lien permanent | Commentaires (0)

Ludovine de La Rochère dénonce l'investiture de Dominique Reynié

La présidente de la Manif Pour Tous, Ludovine de la Rochère, était hier à Toulouse, étape de son «Tour de France de la famille» :

"Elle a été reçue par le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, qui avait défilé en tête du cortège de La Manif pour Tous en novembre 2012 contre le mariage homosexuel. Au cours de cet entretien privé, Mme de la Rochère a exprimé son mécontentement après l'investiture aux élections régionales de la tête de liste UMP Dominique Reynié, favorable à la gestation pour autrui (GPA).

La présidente de La Manif pour Tous a également rencontré Julien Léonardelli, secrétaire départemental du FN en Haute-Garonne. Elle a réaffirmé son opposition à la gestation pour autrui : «La GPA nous concerne tous, il s'agit de la question de l'exploitation de la femme et du regard que l'on porte sur l'Humanité», a-t-elle expliqué. Pour Ludovine de la Rochère, «le désir d'enfant est compréhensible, mais cela n'autorise pas tout». La présidente de la Manif Pour Tous estime d'ailleurs qu'il y a consensus sur la question de la GPA, «drame sous couvert d'un droit à l'enfant»."

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 20h49 | Lien permanent | Commentaires (1)

Le Parisien sous la coupe de Bernard Arnault

Lu sur La Vie des médias :

"Plus de 50 millions d’euros, c’est le prix auquel le groupe Amaury a accepté de céder son quotidien Le Parisien-Aujourd’hui en France au groupe LVMH de Bernard Arnault qui possède également Les Echos et Radio classique. Ce projet de cession qui ne sera finalisé qu’en octobre a sidéré les dirigeants du Parisien, les salariés, les analystes financiers et les spécialistes des médias. On avait bien repéré trois prédateurs de journaux en mouvement, Vivendi d’abord – son président Vincent Bolloré répète son souhait d’acquérir des médias mais pour l’instant, aucune acquisition n'a été effectuée… -, Patrick Drahi le patron d’Altice Numéricable ensuite qui vient d’acquérir Libération et L’Express et puis Xavier Niel, le patron d’Illiad Free et du Monde, qui s’est offert avec ses coactionnaire Le Nouvel Observateur. Mais personne n’attendait le groupe LVMH.

Il se passe dans la presse ce qui s’est passé dans le secteur du luxe que Bernard Arnault connait bien. Ces marques de presse sont très connues et appréciées du grand public, c’est le cas du Parisien par exemple. Elles appartiennent encore souvent à des familles qui voient monter les incertitudes de la conjoncture publicitaire et baisser les ventes de leurs titres – Le Parisien a perdu 8% de sa diffusion en 2014. Elles savent qu’il faudra avoir les reins solides pour conduire la mutation et regarder l’avenir avec confiance. Lorsque le prix proposé est correct, la tentation est grande de vendre.

Côté acheteurs, la situation change aussi : les prix se sont effondrés : LVMH a acquis Les Echos 240 millions d’euros en 2007 par exemple, presque cinq fois le prix actuel du Parisien qui vend pourtant beaucoup plus. Il y a donc une opportunité à l’achat à condition bien sûr d’être capable d’investir pour trouver des revenus dans l’univers du numérique.

[...] Certes, ces médias restent difficiles à rentabiliser, mais une mécanique semble se mettre en place qui revalorise ces actifs. Et puis, deux ans avant les présidentielles, on ne peut pas exclure quelques calculs politiques derrière ces grandes manoeuvres de presse."

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 19h08 | Lien permanent | Commentaires (3)

L'ASAF contre la panthéonisation de Jean Zay

L'ASAF (Association de soutien à l'armée française) s'insurge contre la "panthéonisation" de Jean Zay (voir le post de Michel à ce sujet) et a édité à cet effet l'affiche suivante, assortie d'une pétition :

Cid_018D6A29A9C8468EB4179380C5EB9554PCAMI

(Cliquer pour agrandir)

Marie Bethanie

Posté le 27 mai 2015 à 19h05 | Lien permanent

"Et le ciel devient familier"

Picmonkey_collageC'est le titre du livre publié par la famille de Sophie Morinière, morte en Guyane lors des JMJ en 2013 :

"Le livre est d’abord un hommage à la fille et la sœur disparue. François et Béatrice, les parents, Juliette, Paul et Mathieu, les frères et sœurs dressent le portrait d’une étudiante joyeuse, tournée vers les autres, et dont les actes étaient en accord avec sa foi. Elle avait choisi, par exemple d’accompagner des malades en pèlerinage à Lourdes.

Les parents racontent aussi la douleur de cette disparition brutale, et le réconfort trouvé dans la prière. Car Dieu est partout dans ce récit, et dans la vie de la famille Morinière."

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 19h04 | Lien permanent | Commentaires (0)

"Monsieur le Ministre, si le régime d'Assad tombe, ce sont les chrétiens d'Orient qui seront égorgés"

Question musclée de Nicolas Dhuicq, député UMP de l'Aube, qui demande un engagement au sol pour gagner la guerre contre l'Etat islamique :

 

Louise Tudy

Posté le 27 mai 2015 à 17h52 | Lien permanent

Des Français bloqués au Mexique après avoir acheté 2 enfants

2 hommes français sont actuellement bloqués au Mexique avec des jumeaux nés par l'esclavage d'une mère porteuse, il y a plus de deux mois dans l'État du Tabasco. L'État fédéral mexicain refuse de délivrer des passeports aux enfants et le consulat français fait traîner les choses pour leur délivrer un laisser-passer qui leur permettrait de rentrer.

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 17h41 | Lien permanent | Commentaires (6)

Jean Zay : "Tu es pour moi de la race vile des torche-culs"

ZJean Zay fut l’auteur à vingt ans, au lendemain de la Grande Guerre, d’un texte d’un pacifisme et d’un antimilitarisme virulents, à la fin duquel il assimilait notre drapeau national à un « torche-cul », texte qu’il ne reniera jamais. En 1940, officier de réserve mobilisé, rappelé du front comme parlementaire, eut une attitude très équivoque en s’enfuyant sur le paquebot Massilia au lieu de rejoindre son unité lorsqu’il redevint disponible. Jean Zay, franc-maçon de la loge Etienne Dolet du Grand Orient, fut ministre de la déséducation nationale du Front populaire.

C'est cet homme qui est aujourd'hui panthéonisé par François Hollande. La République a les héros qu'elle mérite.

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 17h29 | Lien permanent | Commentaires (16)

UMP : encore un candidat de gauche à la primaire

Et c'est une candidate : Nathalie Kosciusko-Morizet a l'intention de se lancer après le congrès dans la primaire pour la présidentielle. Cela va diviser les candidats acquis aux idées de gauche, comme Alain Juppé, Xavier Bertrand... Avec Bruno Le Maire, Nicolas Sarkozy, François Fillon, les idées de droite ne seront pas non plus vraiment défendues.

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 17h14 | Lien permanent | Commentaires (3)

La reine d'Angleterre annonce un référendum sur le maintien dans l'UE

La souveraine du Royaume-Uni a prononcé, mercredi, son 62e discours de politique générale, qui est traditionnellement lu devant le Parlement après chaque élection d'un Premier ministre, et qui est rédigé par celui-ci.

"Une loi sera présentée pour organiser un référendum sur le maintien ou pas (du Royaume-Uni) dans l'Union européenne avant la fin 2017"

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 16h32 | Lien permanent | Commentaires (6)

Intervention de François Billot de Lochner aux Veilleurs

A partir de 7mn33 :

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 16h30 | Lien permanent

Père Boulad : l’islamisme jihâdiste n’est pas autre chose que l’islam réel

Hier au Centre Charlier, une centaine de participants ont assisté à la conférence poignante du père Boulad sur le sort des chrétiens en Égypte et dans l’ensemble de l’Orient, mais aussi plus globalement sur la menace de l’idéologie islamique sur le monde. Extrait du compte-rendu de Bernard Antony :

"Le père Boulad est d’une famille syro-libanaise de rite grec catholique (melkite) réfugiée en Égypte après les massacres des chrétiens de 1860 du Liban à Damas. Le père Boulad, jésuite, a consacré une part de sa vie à la réflexion spirituelle, à l’enseignement de la théologie et a écrit une œuvre très riche sous forme de petits ouvrages tels que « L’amour fou de Dieu ».

Mais tout autant il n’a cessé d’agir pour développer les œuvres de la charité chrétienne auprès des plus miséreux du petit peuple égyptien, des chrétiens si discriminés et menacés bien sûr, mais aussi de mahométans qu’il ne faut pas laisser à l’emprise des Frères Musulmans qui, selon le père, veulent imposer par tous les moyens l’islam sur le monde. Le père Boulad a été directeur de Caritas Égypte et vice-président de Caritas Internationalis pour le monde arabe. Mais quoique âgé de 84 ans, il a dû accepter de reprendre du service et il dirige à nouveau Caritas Égypte avec ses 1600 salariés, aussi dévoués que misérablement rémunérés. [...]

De même, le père Boulad nous a dit sa consternation de voir combien, en Occident, les politiques et les religieux, jusqu’au plus haut niveau, se complaisaient dans un accablant déni de vérité par rapport à la réalité de l’islam. Car, il nous l’a répété, l’islamisme jihâdiste, ce n’est hélas pas autre chose que l’islam réel, idéologie totalitaire conquérante, propagée notamment par l’immense organisation mondiale des Frères musulmans que le peuple égyptien a heureusement très majoritairement rejetée avec des dizaines de millions de manifestants refusant leur oppression et dont la voix a été entendue par le maréchal Sissi.

Le père Boulad sait bien cependant, il nous l’a clairement dit, que toute une autre partie du peuple égyptien est sous l’influence des « frères », et si l’Égypte basculait encore à nouveau entre leurs mains, ce serait alors la phase finale de l’immense tragédie de l’anéantissement des chrétiens d’Orient. Et il nous en a averti, pour notre France et autres pays européens, celle-ci est déjà programmée. Car hélas, les collabos de l’islam, comme ceux, hier, du nazisme et du communisme, sont à l’œuvre pour favoriser l’entreprise de séduction par la taqqiya de nos politiciens et religieux mentalement décomposés, alors que par centaines les quartiers dits de « non-droit », mais en réalité de soumission à la domination islamiste, s’étendent."

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 16h05 | Lien permanent

Sortie du livre "IVG – 40 ANS DE COMBAT", pour participer à la victoire de la culture de la vie

Livre"L’université pour la vie : se former pour agir" a été créée en 2008 par Patrick Recipon avec l’aide du père Matteo à Lyon. Elle a pour vocation d’organiser des conférences, des cycles de formation et encourager chacun, avec ses talents à s’engager pour promouvoir la vie de la conception à la mort naturelle.

L'association lance l'édition d'un livre pour faire le bilan et mesurer les conséquences de la légalisation de l'avortement en France depuis 40 ans, de connaître et aider ceux qui défendent la vie. Le livre sera édité dans les prochaines semaines.

Pour réaliser ce projet, l'association a demandé l’aide d’un journaliste professionnel, Jacques de Guillebon : journaliste, indépendant et essayiste, chroniqueur à La Nef. Le budget pour éditer 2 000 exemplaires dépasse les 14 000 euros (rédaction, création graphique et impression). L'association a déjà trouvé la moitié.

Il s'agit, grâce aux dons, de diffuser ce livre le plus largement possible avant l'été 2015 en :

  • Le vendant dans les librairies grâce à des réseaux spécialisés
  • Organiser des conférences pour le présenter
  • L’annoncer dans les médias

Vous pouvez le pré-commander et l’offrir autour de vous. Prix fixé à 10 euros + frais de port 4 euros.

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 15h29 | Lien permanent

"On ne peut user de la chair avec légèreté sans blesser l'esprit"

Ce matin, au cours de l'audience générale, le Saint-Père a poursuivi sa catéchèse sur la famille, abordant la question des fiançailles: La liberté du lien matrimonial

"demande que la décision soit prise de manière consciente et qu'elle ne repose pas seulement sur l'attraction et le sentiment... L'amour et l'alliance pour la vie entre un homme et une femme ne s'improvise pas."

"Faire de deux vies une seule relève aussi du miracle, du miracle de la liberté et du coeur qui vient de la foi. Il faut réfléchir sur tout cela d'autant que les repères sentimentaux sont aujourd'hui confus. Qui prétend avoir tout tout de suite cède parfois sur tout et tout de suite à la première difficulté ou à la première occasion. Quelle confiance peut-on placer dans la fidélité du don si on a pris l'habitude de consommer l'amour comme une sorte d'intégrateur de bien-être? Les fiançailles font naître la volonté de construire ensemble quelque chose qui ne sera jamais et à aucun prix ni acheté ni vendu, trahi et abandonné... Dans sa sagesse l'Eglise fait une distinction entre fiancés et époux". Il y a une différence profonde entre les deux états et "il faut éviter de prendre à la légère ou de mépriser cette différence". Le corps ayant une répercussion sur l'âme, "on ne peut user de la chair avec légèreté sans blesser l'esprit. Notre société et sa culture sont plutôt indifférentes à la question du passage" des fiançailles au mariage, ce qui pénalise "les jeunes sincèrement décidés à fonder un foyer et à mettre au monde des enfants. Souvent même, ils se retrouvent aux prises à mille obstacles, mentaux comme pratiques".

"L'expérience permet de réévaluer les fiançailles comme période de découverte de l'autre et d'élaboration d'un projet commun... La préparation au mariage doit notamment toucher à l'essentiel", à faire redécouvrir la Bible, la prière liturgique comme familiale, de vivre les sacrements en famille. C'est par eux que "le Seigneur vient vers les fiancés pour les préparer à s'accepter l'un l'autre selon sa grâce et en fraternité avec pauvres et autres personnes dans le besoin. Les fiancés qui s'engagent dans cette voie de la sobriété et du mariage grandissent et préparent positivement la célébration de leur union, d'une manière non mondaine mais chrétienne". Tous les fiancés se préparent à se déclarer uni à l'autre "sans brûler les étapes...d'autant que le temps des fiançailles peut vraiment être une période d'initiation, de préparation à la surprise des dons spirituels par lesquels le Seigneur enrichit et fait vivre dans sa bénédiction la famille par l'intermédiaire de l'Eglise". Prions la Sainte Famille afin que chaque famille chrétienne fasse ce parcours préliminaire des fiançailles, et prions pour tous les fiancés ici présents."

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 14h51 | Lien permanent

Manifestation LGBT pour le commerce d'enfants : réagissez

Le financement par la région Haute Normandie de la manifestation LGBT du 6 juin dont l'une des revendications est la légalisation de la vente d'enfants et l'esclavage des femmes par GPA nécessite une réaction.

Vous pouvez appeler et faire appeler un maximum de monde

  • à la préfecture de la Seine-Maritime : 02 32 76 50 00
  • à la mairie de Rouen : 02 35 08 69 00.

Vous pouvez :

  • Exigez le retrait/la modification de cette affiche qui invite à légaliser l'esclavage,
  • Demandez des excuses publiques pour avoir travesti et moqué Ste Jeanne d'Arc, personnage historique et public.
  • Demandez l'interdiction de cette manifestation.

Toutes les associations mentionnées sur l'affiche bénéficient de subventions publiques. C'est votre argent, vous avez donc votre mot à dire. Vous pouvez même enregistrer la conversation.

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 14h13 | Lien permanent | Commentaires (1)

La Commission européenne demande à la France d'accueillir 6750 demandeurs d'asile

Mais à part cela, il n'y a pas de quota.

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 13h59 | Lien permanent | Commentaires (13)

Avortement tardif : Mobilisation au Conseil de l’Europe

Chaque année, de nombreux enfants naissent vivants lors d’avortements, en particulier quand ils sont pratiqués au-delà de la 20ème semaine de grossesse. Ces enfants sont le plus souvent abandonnés à la mort sans soins, luttant pour respirer pendant parfois plusieurs heures, ou tués par injection létale ou asphyxie, puis jetés avec les déchets biologiques.

L'European Centre for Law and Justice a saisi l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe de cette situation par la Pétition contre les infanticides néonataux. Le 24 avril, le Bureau de l’Assemblée a demandé à la Commission des questions juridiques et des droits de l’homme de se prononcer sur la recevabilité de la Pétition. Un premier examen a eu lieu le 19 mai lors d’une réunion à Erevan. Après de vifs débats, la Commission a décidé de reporter sa décision à la prochaine réunion du 22 juin, à Strasbourg.

Les lobbys pro-avortement sont mobilisés contre la pétition, mais ils n’ont pas d’argument. Avec quelques députés, ils sont réduits à soutenir contre toute évidence que les faits exposés dans la pétition n’existent pas et que, de toute façon, ce débat « ne devrait pas avoir lieu ». Ils veulent maintenir cachée cette réalité inhumaine.

Ne laissez-pas les lobbys de l’avortement imposer le silence !

Nous sommes à présent 200 000 à avoir signé cette pétition. Elle contient des preuves de cette réalité. Nous demandons que la lumière soit faite sur le sort de ces enfants qui survivent à leur avortement. C’est la plus grande pétition jamais adressée au Conseil de l’Europe.

Ces enfants ont besoin de vous ! Sages-femmes, infirmières, médecins : osez témoigner. Adressez-nous votre témoignage afin de le présenter au Conseil de l’Europe. Votre confidentialité peut être préservée si vous le souhaitez. ecljofficiel@gmail.com

Demandez à la Délégation parlementaire française à l’Assemblée de soutenir la pétition apcefrance@yahoo.fr

L'ECLJ s'engage à faire tout son possible pour que cette pétition aboutisse à la condamnation effective de ces infanticides.

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 12h15 | Lien permanent

Aidez Anne-Dauphine Julliand à réaliser un documentaire

L'auteur de Deux petits pas sur le sable mouillé souhaite

"donner la parole à des enfants, des enfants « malades », qui malgré leurs pathologies graves, nous donnent des leçons de vie, de bonheur et de sérénité, à nous, adultes et à une société qui en manque cruellement. Nous désirons contribuer modestement à ce que le cinéma a toujours su faire: ouvrir les yeux et l'intelligence du cœur, sans complaisance, en osant montrer au public des images provoquant ses idées reçues et bousculant ses réflexes conditionnés (sur l’enfance, la maladie, la mort…) et faire bouger les lignes."

 

Il lui faut pour cela récolter 50 000 €. Vous pouvez participer au projet en vous rendant sur cette page.

Louise Tudy

Posté le 27 mai 2015 à 12h15 | Lien permanent

Vendredi 29 mai : conférence de Philippe Arino à Vesoul

Vesoul

Philippe Arino expliquera aux participants pourquoi il s'oppose à l'union civile.

Louise Tudy

Posté le 27 mai 2015 à 12h07 | Lien permanent

L'électeur de l'UMP est moins républicain qu'orphelin

Le recours en référé ayant été rejeté, l'UMP pourra désormais s'appeler les "Républicains" si elle le souhaite. Conclusion de Gabrielle Cluzel :

"L’électeur moyen de L’UMP se bat les cuisses du relooking. Plus que d’un Nicolas Sarkozy républicain, il rêve surtout d’un Nicolas Sarkozy publicain, se frappant la poitrine avec contrition, et faisant montre d’une véritable conversion : Ô électeur, je le reconnais, j’ai péché. Je n’ai pas tenu mes promesses. J’ai trop écouté BHL. J’ai cédé aux sirènes de la gauche. On ne m’y reprendra plus.

Oui, l’électeur moyen de l’UMP est moins Républicain qu’orphelin."

Louise Tudy

Posté le 27 mai 2015 à 10h52 | Lien permanent

Caen : la manifestation LGBT en baisse de 30%

La 8e édition de la marche des fiertés s'est déroulée samedi, à Caen. La fréquentation est en baisse : sur les 1 300 personnes de l'an dernier, il n'en reste que 900. Parmi les revendications : la fabrication de bébés éprouvettes pour satisfaire les lesbiennes.

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 10h41 | Lien permanent | Commentaires (3)

"Condamnés, mais nourris et logés par le contribuable français"

Indésirables mais non expulsables. En vertu d'une loi européenne, un ancien terroriste du GIA ne peut être réexpédié en Algérie, et vit donc à l'hôtel depuis 6 mois aux frais du contribuable français. Ils sont 9 dans ce cas.

 

Marie Bethanie

Posté le 27 mai 2015 à 10h32 | Lien permanent | Commentaires (7)

Réforme du collège : le gouvernement reste sourd

Le député UMP Alain Chrétien à Najat Vallaud-Belkacem : "Vous n’écoutez pas les parents, vous n’écoutez pas les enseignants, vous n’écoutez pas les Français qui sont plus de 26 000 a avoir signé la pétition de Bruno Le Maire ainsi que 300 parlementaires. Reculez sur votre réforme du collège !"

Réponse de NVB : "Je veut bien pour la 31e fois - je les ai comptées - vous expliquer en quoi le collège a vocation a faire réussir chacun mais, Monsieur le député, je ne me souviens pas que vous vous soyez intéressé a l’Éducation avant de vous saisir de ce sujet comme d’un prétexte"

Face au mépris et à la condescendance du ministre de l'Education nationale, Jean-Pierre Door, député UMP du Loiret lui demande : "Madame la ministre, qui êtes-vous pour vous adresser ainsi à un élu de la nation, vous qui ne l’avez jamais été ?.."


Nouvelles tensions à l'Assemblée autour de la... par LCP 

Marie Bethanie

Posté le 27 mai 2015 à 10h22 | Lien permanent | Commentaires (16)

Quand les LGBT s'emparent de Sainte Jeanne d'Arc

Après l'indignation provoquée par le fond de cette affiche, l'ire provoquée par la forme : Sainte Jeanne d'Arc y est représentée tenant le "flag" LGBT. Ils ne reculent devant rien.

 

Marie Bethanie

Posté le 27 mai 2015 à 10h01 | Lien permanent | Commentaires (10)

Les «Républicains» font du ski

…et les pieds nickelés de la politique. Causeur revient aujourd'hui sur la valse des noms des partis politiques, et notamment sur la référence universelle à la notion de république.

[...]"Il y a depuis quelque temps un mot-phare, signe de ralliement pour tous les pieds nickelés de la politique, le mot « république ». Dans un débat houleux, on pourrait presque dire que celui qui s’en saisit le premier en le revendiquant empoche la mise. Un « point Godwin » inversé, en quelque sorte. Or il n’est pas certain que les plus prompts à accaparer tout un héritage soient les mieux disposés à le faire.[...]

La res publica, nous dit le Gaffiot, est l’administration des affaires communes, la forme du gouvernement, le souci de ce que l’on a en partage, collectivement. Peuvent se draper dans l’idée de république aussi bien la démocratie que l’aristocratie ou la monarchie. Y sont contraires les tyrans et les oligarques. Consubstantiel au concept de république, l’attachement au bien commun, d’après Aristote, est ce qui distingue un régime droit d’un régime dévoyé. Le commun, lui, détermine par définition ce qui ressortit à la communauté et, de manière implicite, ce qui en est exclu et n’a pas vocation à en faire partie. C’est en quelque sorte un médium entre l’individu livré à lui-même et l’universel inabordable. Et pour garantir la permanence du commun, il est une chose à ne jamais perdre de vue, une chose sans laquelle, véritablement, on ne peut être appelé « républicain ». Quelle est-elle ? La souveraineté.[...]

Nous commémorerons ces jours-ci le dixième anniversaire du fameux « NON » au référendum portant sur le traité établissant une constitution européenne. Ce grand divorce entre le projet européen et la permanence républicaine devrait être clamé haut et fort, mais voilà peut-être le seul anniversaire que notre cher président n’ornera pas de sa mine contrite. Pour ce qui est de Nicolas Sarkozy, nous ne rappellerons pas ici le rôle par lui tenu dans cette avanie. Mais quand on a le culot de faire d’un mot vidé de sa substance un slogan publicitaire, on peut difficilement être pris au sérieux. Après « Le Gendarme », « La Septième Compagnie », « Les Bronzés » et « Les Sous-doués », voici donc « Les Républicains ». Le thème se déclinera : Les Républicains font du ski, Les Républicains passent leur bac, Les Républicains et les Républicaines, Mais où sont donc passés les Républicains ?, etc.

Que les grands partis européistes et leurs soutiers écolos ou centristes se fassent une raison, la république n’est pas le pré carré de l’antiracisme, ni une nurserie pour tous les choix de vie. D’aucuns veulent savoir où sont, de nos jours, les derniers républicains ? C’est très simple : il faut les chercher parmi les gens attachés par-dessus tout à la souveraineté de la France."

Marie Bethanie

Posté le 27 mai 2015 à 09h45 | Lien permanent | Commentaires (5)

Comptages dans les manifs : vers la fin de la guerre des chiffres ?

La fin des comptages laborieux et surprenants de la préfecture de police dans les manifs LMPT ?

ThZJPR3VF1

"Tant selon la police, tant selon les organisateurs. Le sempiternel débat qui suit toutes les manifestations pourrait bientôt prendre fin grâce aux téléphones portables et à Twitter.[...] les données générées par l'utilisation des téléphones mobiles et de Twitter permettraient d'établir une estimation très précise de la taille d'une foule, selon une étude publiée mercredi dans le journal Royal Society Open Science."[...]

Marie Bethanie

Posté le 27 mai 2015 à 09h19 | Lien permanent

Les députés votent la destitution du président

...à Madagascar.

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 09h06 | Lien permanent | Commentaires (3)

L'expérience de la miséricorde

"L'expérience de la miséricorde" a été diffusée lundi par KTO : Mariée, mère de 8 enfants dont un est déjà au Ciel, Laetitia fait partie d'une Fraternité "Mère de Miséricorde", association qui aide les femmes en détresse, blessées dans leur maternité. Auteur d'un livre à l'attention des femmes qui ont connu les affres de l'avortement : "Ne laisse pas les ténèbres te parler", aux éditions des Béatitudes, Laetitia raconte comment elle-même a été confronté à ce drame et comment, avec l'aide de Dieu et de l'Eglise, elle a retrouvé le chemin du pardon et de la paix.

 

Marie Bethanie

Posté le 27 mai 2015 à 08h22 | Lien permanent

Il y a 10 ans, les Français disaient NON au TCE

Minute consacre sa Une aux 10 ans du non au référendum sur la Constitution européenne. Extraits :

M"[...] Par 54,67 %, les Français avaient répondu non à la question posée, à savoir: « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une Constitution pour l’Europe? » Le résultat était sans équivoque, la différence entre partisans du non et ceux du oui était supérieure à 2,6 millions de voix! [...]

Après le non de 2005, il ne fallut que deux ans pour qu’un nouveau traité, qui n’avait rien du « mini traité » promis par Nicolas Sarkozy, élu en 2007, et ne tenait aucun compte du « non de droite », axé sur la perte de souveraineté, ni de « non de gauche », axé lui sur l’aspect jugé trop libéral du traité, soit signé puis ratifié, en 2008, par la voie parlementaire. Miracle des institutions républicaines qui permettent aux parlementaires d’imposer ce que le peuple a refusé. Valéry Giscard d’Estaing, le principal rédacteur de la Constitution retoquée par les Français, portera, dans « Le Monde » du 26 octobre 2007, cette appréciation sur le texte du traité de Lisbonne: « Les juristes n’ont pas proposé d’innovations. Ils sont partis du texte du traité constitutionnel, dont ils ont fait éclater les éléments, un par un, en les renvoyant, par voie d’amendements aux deux traités existants de Rome (1 957) et de Maastricht (1992). Le traité de Lisbonne se présente ainsi comme un catalogue d’amendements aux traités antérieurs. Il est illisible pour les citoyens, qui doivent constamment se reporter aux textes des traités de Rome et de Maastricht, auxquels s’appliquent ces amendements. Voilà pour la forme. Si l’on en vient maintenant au contenu, le résultat est que les propositions institutionnelles du traité constitutionnel — les seules qui comptaient pour les conventionnels — se retrouvent intégralement dans le traité de Lisbonne, mais dans un ordre différent, et insérés dans les traités antérieurs. […] » [...]

Et en effet, la modification de la Constitution de la Ve République rendue nécessaire par l’adoption du traité de Lisbonne sera adoptée par 560 voix contre 181 sur 893 votants (il y eu 152 abstentions), après que François Fillon, alors premier ministre, eut posé les termes du débat en ces termes: « A ceux qui, pour des raisons de forme (sic), contestent les modalités d’adoption du traité de Lisbonne par la voie parlementaire et à ceux qui, pour des raisons de fond, s’opposent à ce traité, je pose une question simple: voulez-vous réellement relancer l’Europe ou préférez-vous son enlisement? » La pratique du coup de force parlementaire est, à vrai dire, la pratique coutumière en France. [...]"

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 08h01 | Lien permanent | Commentaires (5)

Samedi 30 mai : rosaire pour la vie à Paris

Tract30maiet13juin2015

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 07h55 | Lien permanent

Le Choeur Montjoie Saint Denis publie son nouveau CD : Chants de France XII

MPoursuivant sa marche originale au pas cadencé, le Choeur Montjoie Saint Denis publie ce nouvel opus de la collection de chants d’Europe et de France : 21 oeuvres inédites, dont onze anciennes, sauvées de l’oubli, et dix nouvelles compositions. Plusieurs sont des armes dans le combat actuel de notre civilisation face à la sauvagerie. Elles exaltent tour à tour les saints, les héros et les bénédictions.

  • Les saints : le Christ, seigneur des armées, Marie, reine de France, Joseph, patron de la bonne mort, Geneviève, patronne de Paris et de la gendarmerie, Jeanne d’Arc, patronne de la France, les carmélites de Compiègne guillotinées en haine de la foi ;
  • les héros : chouans et légionnaires du 1er régiment étranger de cavalerie au Levant, marins et gendarmes, résistants d’Orient face à l’islamisme et scouts sur leur lit de souffrance, enfants victimes des criminels ou des dérives de la société libérale des sans-Dieu ;
  • les bénédictions : la nativité et la paix, l’avertissement du Christ à ceux qui scandalisent les petits, le mariage, la confiance en Dieu, l’appel à la miséricorde, la joie de festoyer et de marcher ensemble...

Et, pour l’éveil des vocations militantes, un extrait d’une fameuse prédication de Dom Gérard à Notre-Dame de Chartres explique la Chrétienté par la triple donation de Jeanne d’Arc le 21 juin 1429 à Saint-Benoît-sur-Loire.

Préfacé par Bernard Antony, le livret illustré de 32 pages présente avec ces chants et leurs paroles quelques figures de la résistance contemporaine : une famille bien vivante qui garde comme un trésor la mémoire et l’identité nationales. Chantons avec le Choeur Montjoie Saint Denis !

Pour commander.

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 07h47 | Lien permanent

Motions : le PS reste un parti anti-français

Lu dans Les 4 Vérités :

"Les médias du système ont décidément l’art de la propagande. À les entendre, le vote sur les motions socialistes serait un triomphe pour MM. Hollande, Valls et Cambadélis. Tout d’abord, ce « triomphe » me semble tout à fait relatif. La motion A, présentée par Jean- Christophe Cambadélis et soutenue par Manuel Valls, a obtenu 60 % des voix. Quand on connaît les scores de république bananière usuels dans les partis, il n’y a pas de quoi parader ! Mais, surtout, ces 60 % doivent s’entendre avec deux restrictions de poids. Tout d’abord, seuls 131 000 militants à jour de cotisation pouvaient voter (car le PS a subi une impressionnante hémorragie de ses adhérents : plus de 40000 l’ont quitté depuis 2012). Et, ensuite, seuls 54,5 % des inscrits ont voté. Ce qui signifie que moins de 43000 militants socialistes (le coeur de l’électorat de François Hollande) ont voté pour la motion A. Tandis que plus de 28 000 électeurs ont clairement refusé cette motion, sans parler de ceux qui n’ont pas voté et qui ne devaient pas non plus être des grands soutiens de la ligne politique Hollande-Valls-Cambadélis. Franchement, je ne vois pas trop de quoi pavoiser.

D’autant moins que ce vote a été vidé de son sens. Martine Aubry, principale opposante à la ligne Valls, était signataire de la motion « officielle ». Alors que doit-on comprendre ? Que les électeurs ont soutenu Manuel Valls ou Martine Aubry ? Ou encore Jean-Christophe Cambadélis, dont personne ne sait, au juste, ce qu’il pense ? Je ne vois donc là rien qui annonce un bouleversement politique. Non, le PS n’est pas mûr pour une métamorphose en parti social-démocrate. Non, il n’est pas débarrassé de ses oripeaux archaïques de lutte des classes et de métissage laïque et obligatoire ! Si l’on veut vraiment se rendre compte de la ligne politique de ce parti malfaisant, il faut regarder, non pas ses discours, ni même les commentaires des journalistes complaisants, mais bel et bien les lois qui sont proposées. Or, rien n’indique la moindre accalmie sur le plan fiscal. Rien n’indique la moindre accalmie sur le plan du laxisme judiciaire. Rien n’indique la moindre accalmie sur le plan de l’immigration. Il suffit de regarder Mmes Taubira et Vallaud-Belkacem, ou M. Cazeneuve pour constater que le PS reste un parti profondément anti-français et nullement de centre-gauche."

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 07h42 | Lien permanent | Commentaires (7)

Il n'y aura pas de majorité constituée par le non au traité européen

Paul-Marie Coûteaux est interrogé dans Minute. Extrait :

"La stratégie de Marine Le Pen est d’essayer de retrouver, sur une élection présidentielle, la majorité qui a constitué la majorité du non en 2005. Croyez-vous que cela soit possible?

Cela n’a pas été possible en 2007, cela n’a pas été possible en 2012, cela ne le sera pas en 2017. Je persiste à penser que la seule solution pour Marine Le Pen, si elle veut parvenir au pouvoir, est d’incarner dans sa richesse et sa diversité une droite par ailleurs évanescente. Cela suppose d’ailleurs qu’elle ait des partenaires à l’intérieur de la droite et qu’elle ne refoule pas ceux qui sortent du rang, ou plutôt qui ne sortent pas de ses rangs et qu’elle ne contrôle pas. Le pire est que, pour elle, ce qui vient de la droite traditionnelle est toujours plus ou moins suspect: ce sont des possédants et sa furie égalitariste s’en méfie. Elle ne peut donc pas jouer la carte d’union des droites… Par union des droites, je ne pense pas du tout à un accord électoral avec l’UMP. On m’a fait dire cela et c’est complètement idiot. Je parle d’une union des électeurs de droite appuyée par des personnalités de droite non FN, un discours fait pour rassembler la droite et non pas la rejeter sous le vocable amusant mais fort trompeur d’UMPS, un choix raisonnablement droitier pour lequel j’avais créé le Siel et qui, à la faveur de la complète désorganisation de l’UMP des années 2012, 2013 et 2014, lui aurait donné une prédominance incontestable. C’est la seule voie possible si elle veut exercer le pouvoir.

Quant à être ni de droite ni de gauche, je n’y crois pas. Contrairement à ce que l’on dit, la césure entre la droite et la gauche est plus forte qu’elle n’a jamais été depuis longtemps. Il y a deux attitudes différentes devant le monde et devant la vie qui font un esprit de gauche et un esprit de droite – ce que je m’attache à développer et reconstruire en relançant en juin la revue trimestrielle de fond que j’ai dirigée entre 2007 et 2011, les « Cahiers de l’Indépendance », lesquels entendent redonner au mot droite ses lettres de noblesse. Ce n’est pas parce que les représentants supposés des deux camps se rapprochent par des positions qui ne sont d’ailleurs plus ni de droite ni de gauche que les deux camps, et même les deux cosmogonies, n’existent plus et qu’ils n’ont pas besoin de représentants authentiques. La droite attend un homme – ou une femme – de droite, y compris sur les thèmes économiques, mais aussi sur la question cruciale de l’identité, celle de la France et celle de l’Europe. Pour l’heure, le moins qu’on puisse dire est que Marine Le Pen n’en prend pas le chemin…"

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 07h33 | Lien permanent | Commentaires (9)

29 mai : messe pour la France à Toulouse

Le Groupe de Prière Toulousain “Saint Louis de France” vous invite à une messe solennelle pour la France le Vendredi 29 Mai 2015 à 18h30, en la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse (place St-Etienne - 31000 Toulouse).

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 07h28 | Lien permanent

30 mai : Ludovine de La Rochère à Vincennes

Conference no GPA 3.pub

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 07h20 | Lien permanent

31e pèlerinage des familles à l’Île-Bouchard le 31 mai

31e Pèlé Famille I-B

Michel Janva

Posté le 27 mai 2015 à 07h15 | Lien permanent

C’est arrivé un 27 mai…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 27 mai 1498 : Louis XII est sacré Roi en la Cathédrale de Reims.

Sacre de Louis XII, Cathédrale Notre-Dame d'Amiens peinture en polychromie de 1502

Comme le veut la tradition, le Roi prononce les quatre serments traditionnels :

  • Il jure de défendre l'Eglise,
  • de faire régner la paix en son royaume, par paix on entend que le Roi s'engage à préserver l'ordre social voulu par Dieu et à rendre la justice,
  • d'empêcher ses sujets, quel que soit leur rang, de commettre des iniquités,
  • de chasser les hérétiques de France.

Puis dans un silence solennel, l'archevêque de Reims, Guillaume Briçonnet, l'oint sur la tête, sur la poitrine, entre et sur les épaules, ainsi qu'à la jointure des bras. Au rite de « l'unctio » succède celui du « coronatio », du couronnement, tout aussi essentiel. Désormais paré de la robe royale et du grand manteau fleurdelisé, le souverain reçoit la couronne d'or rehaussée de quatre fleurs de lys et de pierres précieuses. Puis, après lui avoir donné le baiser de paix, le prélat s'exclame par trois fois :

"Vive le Roi! Vive le Roi éternellement!"

Dans les jours qui suivent, selon la coutume, il se rend à l'abbaye de Saint Marcoul à Corbeny, à quelques lieues de Reims, pour y faire ses dévotions et y toucher les écrouelles, en prononçant les paroles rituelles : "Le Roi te touche, Dieu te guérit". Louis XII guérit ainsi "plus de quinze" des quelque vingt scrofuleux qui lui sont présentés.

  • le 27 mai 1689 : déclaration de guerre de Guillaume III d'Angleterre.

Cette déclaration de guerre a lieu dans le cadre de la guerre de la ligue d'Augsbourg, de 1688 à 1697. Guillaume III, dans sa lutte qui l'oppose à Jacques II Stuart, a été couronné roi d'Angleterre le 23 février. Le 22 mars, une escadre française, partie de Brest, débarque Jacques II Stuart, qui est accueilli avec enthousiasme par la population catholique du sud de l'Irlande. Le 11 mai, Une escadre aux ordres de Châteaurenault, qui vient de convoyer des renforts en Irlande, est attaquée par l'amiral Herbert en baie de Bantry. Après quatre heures de combat, la victoire est française (cf. la chronique du jour). Bantry sert de prétexte au nouveau roi, anglais dont l'objectif est d'empêcher les avancées françaises en Flandre.

Le traité de Ryswick (cf. la chronique du le 20 septembre) met un terme à cette guerre: reconnaissance par la France de Guillaume III d'Orange-Nassau comme roi d'Angleterre sous le nom de Guillaume III ; cette dernière rend la plus grande partie des Pays-Bas espagnols, la Catalogne et Barcelone à Charles II d'Espagne. Louis XIV prépare ainsi la succession d'Espagne. La France annexe définitivement la Sarre, les quatre cinquièmes de l'Alsace, et quelques places-fortes stratégiques telle Phalsbourg. En outre, la France obtient une compensation financière pour ses droits sur le Palatinat. De l'autre côté de l'Atlantique, l'Espagne reconnaît l'occupation par la France de l'ouest de Saint-Domingue ce qui permet à la France de devenir le premier producteur mondial de sucre dès les années 1740 (denrée fort chère et exportable).

  • le 27 mai 1703 : Philippe de Rigaud de Vaudreuil devient gouverneur général de Nouvelle-France.

Philippe de Rigaud de Vaudreuil est nommé gouverneur général de Nouvelle-France et conserve ce poste jusqu'en 1725. Il se lance dans une politique d'expansion de la colonie, et traite avec les Iroquois, afin de limiter l'influence des britanniques. Avec la poussée de la colonie de New York vers le Nord-Ouest, il prépare la construction d'un fort à Niagara, mais il meurt avant de voir se réaliser ce projet, en 1725.

  • le 27 mai 1834 : Prosper Mérimée devient inspecteur général des Monuments historiques.

C'est à son patient travail de mise en garde que toute la société française prendra peu à peu conscience de la richesse patrimoniale que nos pères nous ont léguée. Grâce à lui un travail de protection, de préservation et de restauration des héritages architecturaux de notre passé est entrepris

  • le 27 mai 1906 : les Carmélites de Compiègne sont béatifiées par le pape Pie X.

Ce sont seize religieuses carmélites (cloîtrées) condamnées à mort en juillet 1794 par le Tribunal révolutionnaire pour motif de « fanatisme et de sédition ». Arrêtées et condamnées pendant la Terreur, elles avaient, deux ans auparavant, fait le vœu de donner leur vie pour « apaiser la colère de Dieu et que cette divine paix que son cher Fils était venu apporter au monde fût rendue à l'Église et à l'État ». Leur mort paisible sur l'échafaud impressionne les foules. C'est en pleine période de séparation de l'Église et de l'État, alors que l'Etat saisit les biens de l'Église et expulse les congrégations religieuses de France qu'elles sont béatifiées par le pape Pie X.

  • le 27 mai 1916 : décès de Joseph Gallieni, militaire français, maréchal de France à titre posthume.

(Voir la chronique du 24 avril)

  • le 27 mai 1918 : déclenchement de l'offensive allemande du « Chemin des Dames».

C'est à 1 heure du matin que l'artillerie allemande déclenche un tir d'une extrême violence sur les premières lignes françaises, en même temps que son artillerie lourde exécute un tir d'interdiction très puissant sur nos arrières. Quatre mille pièces de tous calibres crachent la mort. Les gaz toxiques empestent à cause des obus à ypérite. La ligne de défense est anéantie; les quelques petits réduits de la première ligne qui ont survécu se sacrifient. L'état-major allemand est surpris de la facilité avec laquelle la percée se fait. Il jette toutes ses réserves pour exploiter la percée.

  • le 27 mai 1921 : création du Code de la route.

Un décret institue le premier Code de la route, bientôt suivi du permis de conduire. C'est la transformation d'un code de bons usages en un code administratif. La circulation automobile est d'abord soumise à la loi de 1851 concernant "la police du roulage et des messageries". En 1899, un décret limite la vitesse des véhicules à moteur à 30 km/h en rase campagne. Le contenu du Code est modifié à de nombreuses reprises selon l'évolution des véhicules et des routes.

  • le 27 mai 1943 : création du CNR, Conseil national de la résistance.

Le 15 octobre de la même année, le CNR explicite sa politique et donne des consignes d'insurrection fondée sur l'assassinat des autorités adverses.

Tiré de Gaullisme et gaulchévisme (édition Godefroy de Bouillon page 54), cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 216)

  • le 27 mai 1952 : traité de la Communauté européenne de Défense (CED).

A l'initiative de la France, les Etats français, italien, belge, luxembourgeois et néerlandais signent le traité de Paris instituant la Communauté européenne de Défense (CED). Celle-ci permettrait de reconstituer l'armée allemande tout en la plaçant sous une autorité commune aux Etats membres. Mais l'opinion française est contre, notamment communistes et gaullistes. Finalement, le traité est rejeté par l'Assemblée nationale française en 1954.

Lois Spalwer

Posté le 27 mai 2015 à 06h05 | Lien permanent | Commentaires (0)

Cachez cette religion que je ne saurais voir !

Ces lignes, publiées sur sa page Facebook, font d'Eric Emmanuel Schmitt l'un des rares écrivains français à  s'indigner de l'indifférence occidentale à l'égard des chrétiens d'Orient :

"En ce jour de Pentecôte, je pense avec douleur aux chrétiens d’Orient qui subissent, non seulement des discriminations, mais des persécutions d’une violence inouïe : on les abaisse, on les isole, on les vole, on les chasse, on les tue ! Selon les chiffres de l’ONU, 150 à 200 millions de chrétiens dans le monde courent de grands dangers. 

Ce qui me choque, c’est bien sûr le nettoyage culturel et humain qui détruit les vies autant que les lieux. Mais c’est aussi l’indifférence occidentale. 

Les intellectuels qui sont si prompts à « s’indigner » - une façon moralement confortable d’assumer son impuissance – ne s’indignent même pas en grand nombre. Les politiques non plus. 

Pourquoi ? 

Ils sont gênés. Gênés de reconnaître le poids du facteur religieux dans le monde. Gênés d’accepter une sorte de fraternité avec ces peuples qui les conduirait à reconnaître leur origine chrétienne qu’ils nient - l’Europe s’est pourtant construite avec et par le christianisme, entre autres… Gênés de devoir sortir de leur laïcisme mal compris – celui qui prône l’athéisme alors que le vrai laïcisme est le garant de la liberté intérieure et de la possibilité de pratiquer toutes les religions. Tellement gênés qu’ils préfèrent noyer le malheur des chrétiens dans des malheurs plus généraux, l’effondrement de l’Irak et la Syrie, un fanatisme aveugle et généralisé, voire un mea-culpa sur l’impérialisme colonial européen puis américain. Tout plutôt que des parler des chrétiens accablés par ce qu’ils sont chrétiens. « Cachez cette religion que je ne saurais voir » disent les Tartuffe modernes en ne disant rien.

Franchement, cette gêne me gêne. 

Je n’ai pas de mal à avouer que, en tant qu’occidental d'origine chrétienne, ces massacres m’affectent plus que d’autres ! Car c’est ma chair spirituelle qui est atteinte en des frères de pensée. Car c’est mon histoire et mon espérance qu’on tue. Car cette barbarie constitue le contraire du message évangélique, un message intéressant, pacifiste et humanisant, même pour celui qui ne croit pas. (...)"

Louise Tudy

Posté le 27 mai 2015 à 00h03 | Lien permanent

26 mai 2015

Vente d'enfants : Sens commun demande des comptes à la région Haute Normandie

Son communiqué :

SC

Hervé Morin, qui espère être à la tête d'une liste UMP - UDI en Normandie aux élections régionales de décembre, s'est également indigné sur Twitter.

Louise Tudy

Posté le 26 mai 2015 à 23h49 | Lien permanent

Nouvelles photos du pèlerinage de Chartres du samedi au lundi

Du samedi, ici. Avec Dom Louis-Marie, père abbé du Barroux célébrant la messe :

Bonnou-ndc2015-096

Du dimanche, là. Avec Mgr Pansard, évêque de Chartres, visitant le bivouac du chapitre enfants :

A

Du lundi, là.

C

Michel Janva

Posté le 26 mai 2015 à 22h27 | Lien permanent

Cardinal Vingt-Trois : "Faut-il se demander si Jésus est mort dans la dignité ?"

Extrait de l'homélie prononcée par Mgr André Vingt-Trois, lors de la veillée de prière pour la vie en la cathédrale Notre-Dame de Paris, en présence des évêques d'Ile-de-France :

"Si nous nous limitons à une interprétation historique ou politique des événements qui vont marquer la fin de la vie humaine de Jésus de Nazareth, nous sommes devant un lamentable échec. (...) Faut-il se demander si Jésus est mort dans la dignité ? Faut-il se demander ce qu’il ressentait lui-même ? Ce que ressentaient les gens qui l’apostrophaient ? Ce que ressentaient ceux qui le moquaient ? À vue humaine, c’est une mort ignominieuse, au point que dans beaucoup de cultures qui n’ont pas été évangélisées, le signe de la croix, le signe du crucifix, du Christ sur la croix, était perçu comme un signe négatif. Comment adhérer à une religion ainsi fondée sur l’injustice et la mort ? C’est pourquoi il est tellement important que Jésus, dans sa prière, comme il l’a fait dans le discours après la Cène, donne à ses disciples quelques éléments pour comprendre que l’enjeu de ce qui se déroule devant eux n’est pas ce que voient les yeux, mais ce que discerne la foi. Il est sanctifié par l’offrande qu’il fait de sa vie, et l’offrande qu’il fait de sa vie est une expression de la gloire de Dieu.

Selon le très beau titre du grand livre de théologie de Hans Urs von Balthasar, La gloire et la croix, nous sommes invités à découvrir le mystère de la gloire de Dieu dans le mystère de l’anéantissement de Jésus. Saint Irénée dit que : « la gloire de Dieu c’est l’homme vivant, et que la vie de l’homme, c’est la vision de Dieu » (Traité contre les hérésies). La gloire de Dieu c’est l’homme vivant : mais que mettons-nous sous la vie de l’homme ? Quelle mesure, quels critères mettons-nous en œuvre pour apprécier si un homme est vivant ? Quels critères mettons-nous en œuvre pour apprécier s’il mérite de vivre ? Quel critère mettons-nous en œuvre pour savoir si sa vie vaut encore la peine d’être vécue ? Dans une culture de la performance et de la compétition, ceux qui n’ont ni la force physique, ni les dons intellectuels, ni l’équilibre psychologique, ni les talents les plus ordinaires de la vie, deviennent comme une sorte de reproche pour ceux qui jouissent de tous ces talents et de tous ces dons. Le Pape François parle souvent d’une culture du déchet, d’une société du déchet, c’est-à-dire d’une société qui ne reconnait de valeur qu’à ceux et à celles qui disposent d’une vie dont la qualité est jugée d’après nos critères.

À travers les deux témoignages du frère de Saint Jean de Dieu et de la Petite Sœur des Pauvres, nous avons eu comme deux exemples -il y en a tant autour de nous- d’hommes et de femmes dont la vie, selon les critères du monde, ne vaudrait pas la peine d’être vécue. L’Église combat avec fermeté et avec détermination pour la dignité de la personne humaine, non pas pour la dignité que chacun se reconnaît à lui-même, ni pour la dignité à laquelle chacun pourrait imaginer qu’il y a droit, mais pour la dignité que chacun et chacune d’entre nous, nous conférons à nos semblables par notre manière d’être avec eux. Il n’y a pas, contrairement à l’idéologie qui a sévi au XXe siècle, de sous-hommes ou de femmes inférieures, il n’y a pas de personnes qui ne méritent pas de vivre, il n’y a que des personnes qui ne reconnaissent pas leur droit à la vie. Aussi, notre prière en cette veillée pour la vie, c’est tout à la fois un acte de foi dans le regard que Dieu porte sur l’humanité, sur toute l’humanité, sur tous les membres de l’humanité, sur chacun des membres de l’humanité.

Le regard d’amour dont l’évangile de saint Luc nous rapporte souvent le témoignage, « il vit, il fut ému, et il s’approcha » (Lc 10,3-34), désigne ce tressaillement des entrailles par lequel Dieu exprime son amour pour l’humanité. Il voit la misère du monde, il est touché par la misère du monde, il vient rejoindre la misère du monde.
Prier pour la vie, s’est supplier Dieu qu’il change nos regards, qu’il change nos critères de jugement, qu’il fortifie notre désir de reconnaître la dignité de nos frères et de nos sœurs, à tel point qu’aucune créature en ce monde puisse soupçonner, ne fut-ce qu’un instant, que son existence n’importe à personne."

Louise Tudy

Posté le 26 mai 2015 à 22h01 | Lien permanent

Pour le cardinal Parolin, le référendum irlandais sur le "mariage" homosexuel est "une défaite pour l'humanité"

Lu ici :

"le cardinal Pietro Parolin, numéro deux du Vatican, s'est déclaré "très triste" après l'approbation vendredi du mariage gay par les Irlandais - le mariage gay a été approuvé à 62% par référendum. "L'Eglise doit tenir compte de cette réalité, mais dans le sens d'un renforcement de son engagement pour l'évangélisation", a-t-il ajouté devant des journalistes italiens.

"Je crois qu'on ne peut pas seulement parler d'une défaite des principes chrétiens, mais d'une défaite pour l'humanité", a estimé le cardinal italien, Premier ministre du pape François, ajoutant que "la famille reste au centre" et que "nous devons tout faire pour la défendre, la protéger et la promouvoir"."

Louise Tudy

Posté le 26 mai 2015 à 21h33 | Lien permanent

Nicolas Bay dénonce le financement public d'une manifestation pour la vente d'enfants

Communiqué de Nicolas Bay, Député français au Parlement européen, Président du groupe FN au Conseil régional de Haute-Normandie :

"Samedi 6 juin, la « Gay Pride » se tiendra dans les rues de Rouen. A travers cette manifestation communautaire, les groupes LGBT entendent confisquer la parole de l’ensemble des homosexuels en portant des revendications en réalité extrêmement minoritaires. Parmi celles-ci, on retrouve par exemple la GPA (Gestation Pour Autrui), pratique poussant à la marchandisation de l’enfant et du corps des femmes à travers le recours aux mères porteuses. Rappelons par ailleurs qu’Yvon Robert, maire socialiste de Rouen, a reçu dernièrement les représentants des groupes LGBT pour signer la charte « Friendly Normandy ».

Il s’agit de toute évidence d’une opération où se mêlent clientélisme et communautarisme exacerbé, des pratiques que le Front National dénonce avec fermeté. Il est intolérable qu’à travers le soutien de la Région Haute-Normandie et de la Métropole, les impôts des foyers normands servent à financer ce type d’événements."

Michel Janva

Posté le 26 mai 2015 à 20h55 | Lien permanent | Commentaires (8)

Cohn Bendit obtient la nationalité française, juste après la révélation d'un scandale pédophile en Allemagne

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a appelé Daniel Cohn Bendit vendredi pour lui annoncer qu'il avait obtenu la nationalité française.

Deux jours plus tôt, son ancien parti - les Verts allemands - rendait public un rapport accablant, commandé à un comité d'experts indépendants pour faire la lumière sur les accusations de pédophilie dont le parti fait l'objet depuis des années :

«Jusqu’à 1000 victimes sur quinze ans, du début des années 1980 au milieu des années 1990» ont été touchées. Selon le texte, la défense de penchants pédophiles a été «tolérée» au sein de la section berlinoise jusqu’au milieu des années 1990. Ces militants étaient essentiellement actifs dans les milieux homosexuels des Verts. Selon la cheffe de la section berlinoise, Bettina Jarasch, il n’y a eu alors «aucun débat interne» au sujet de la propagande pédophile menée par une poignée de militants. La prise en considération des intérêts des pédophiles était placée en interne au même niveau que la défense des intérêts des gays et des lesbiennes."».

Rapport commandé il y a deux ans, après la visite très controversée en Allemagne d'un certain... Daniel Cohn Bendit.

Louise Tudy

Posté le 26 mai 2015 à 19h52 | Lien permanent

Prétendre que l'Eglise a provoqué la chute de Rome est un anachronisme

Dans un entretien au R&N, Michel de Jaeghere (Les derniers jours : la fin de l’Empire romain d’Ocident, Les Belles Lettres) répond aux arguments des deux principaux historiens qui ont prétendu que le christianisme avait provoqué la chute de Rome :

"[Le] premier argument [d'Edward Gibbon] est que le christianisme aurait découragé les vertus militaires et incité les Romains à « s’ensevelir dans les cloîtres ».
Or ce n’est nullement le cas. Nous évoquions à l’instant la bénédiction, par Saint Ambroise, de l’Empereur Gratien partant combattre les barbares. Tout en proclamant que l’empire était mortel, comme l’étaient toutes les constructions humaines, Saint Augustin a lui-même encouragé son ami Boniface à défendre l’empire les armes à la mains. Il est bien vrai qu’aux IIè et IIIè siècles, certains rigoristes s’étaient demandés, comme Tertullien, si un chrétien pouvait porter les armes pour servir un empire persécuteur du christianisme. Cette réserve n’était pas partagée par tous les chrétiens : ceux-ci étaient bien présents dans l’armée au IIIe siècle, puisque Dioclétien prit en 302 un édit visant à en purger les légions. La question fut, quoi qu’il en soit, tranchée avec l’avènement de Constantin. Dès 314, un concile réuni dans Arles excommunia les chrétiens qui refuseraient de servir militairement l’Empereur. Rien n’indique, au IVè siècle, que des Chrétiens aient prêché l’objection de conscience. Il est exact qu’à cette époque, les Romains fuyaient souvent le service militaire : la condition militaire était rude, et elle ne procurait plus ni privilèges juridiques ni avantages matériels. Cette aversion n’était toutefois pas propre aux chrétiens. Quant au mouvement monastique, il n’était encore, au Ve siècle, en Occident, qu’à ses balbutiements.

Le deuxième argument de Gibbon consiste à dire que les disputes théologiques qui ont opposé les chrétiens du IVe et du Ve siècles ont miné la nécessaire unité de la population devant l’invasion. Certes, ces disputes ont bel et bien existé, mais elles varient en intensité entre l’Orient et l’Occident. Au siècle des invasions, le Ve, ces disputes s’étaient apaisées en Occident, notamment grâce à Saint Ambroise et Saint Augustin qui avaient rétabli l’unité autour de la foi nicéenne. A l’inverse, l’Orient était secoué par de vives controverses autour de la question du monophysisme. Si ces querelles avaient été la cause de l’effondrement de l’Empire, alors l’Orient aurait dû succomber avant l’Occident. Il lui survivra, avec des fortunes diverses, pendant près de mille ans.

A en croire Gibbon, les Empereurs se seraient enfin désintéressés de la chose militaire parce qu’ils se seraient davantage préoccupés de mettre en place des conciles et de résoudre les disputes de religion. Toute l’histoire du IVè siècle nous montre pourtant des empereurs chrétiens guerroyant sans cesse aux frontières, à l’image de Constantin. Ce dernier a vaincu les Francs et les Goths ; son fils Constance II a vaincu les Sarmates ; Valentinien et son fils Gratien ont repoussé les Quades et les Alamans.
Cette idée fausse repose sur une lecture biaisée du code Théodosien (promulgué par Théodose II en 438, mais recueillant toutes les lois publiées depuis Constantin) : il témoigne qu’ alors que la péninsule balkanique était en proie aux ravages des Goths, de nombreuses dispositions religieuses furent prises par Théodose Ier pendant l’année 380. Autant dire qu’à l’heure du péril, l’empereur s’était essentiellement préoccupé du sexe des anges. La réalité est toute différente. Si ces lois furent en effet prises depuis Thessalonique, c’est que l’empereur, nommé l’année précédente, dans l’urgence, après la destruction de l’armée d’Orient par les Goths et la mort au combat de son prédecesseur Valens, n’avait même pas pris le temps de s’installer officiellement à Constantinople. Qu’il campait dans cette base avancée pour mener le combat en première ligne. Il avait livré, de là, des batailles décisives. Un nombre encore plus grand de lois publiées la même année concernent d’ailleurs la reconstitution de l’armée romaine, et la lutte contre les désertions. Si, en plein conflit, l’Empereur (qui n’était, alors, pas baptisé lui-même !) avait jugé important de légiférer en matière religieuse, c’est qu’il estimait indispensable de rétablir en même temps au sein de la population une unité morale qui lui paraissait indispensable pour tenir tête à l’invasion.

L’Eglise n’aurait-elle pas cependant gangréné l’Etat en ébranlant les mythes fondateurs de Rome ?

C’est cette fois la thèse développée au début du XXe siècle par Georges Sorel. Parmi ces mythes, Sorel cite au premier chef la dévalorisation de la personne de l’empereur, qui aurait cessé d’être considéré comme « divin », pour n’être, décidément, qu’un homme comme les autres.

En réalité, l’Empire chrétien pratiqua une vénération de l’Empereur telle que l’on avait rarement connue avant Dioclétien, et qui aurait épouvanté les contemporains d’Auguste ou de Trajan. L’Empire devient une monarchie héréditaire. On se prosterne devant l’Empereur et l’on jette, sur son passage, du sable aurifère pour que ses pieds ne foulent que de l’or. Tout ce qui le touche est qualifié de sacré. Là où les effigies impériales de Tibère ou de Néron étaient humaines, celles des souverains de l’Empire tardif présentent des colosses effrayants : l’Empereur a les yeux exorbités, pour manifester la puissance de celui qui sait tout, entend tout, voit tout. Son administration est infiniment plus développée que sous le Haut-Empire, à tel point que , certains sont allés jusqu’à considérer, à mon avis à tort, que l’Empire chrétien était totalitaire. Il faut donc choisir !
Cette évolution du régime, n’est, du reste, pas le fait du christianisme mais plutôt celui de la brutalisation de la société à l’issue du crise du IIIè siècle, à laquelle Dioclétien avait répondu par la divinisation non plus seulement du « génius » de l’empereur mais de la personne impériale elle même. Constantin et ses successeurs ont christianisé cette mutation, en faisant de l’Empereur l’instrument de la Providence divine, présidant aux destinées de l’Etat comme un double de l’Eglise, au point d’exercer sur elle une domination qui, du point de vue catholique, était excessive.
On ne peut donc pas dire que l’Eglise ait subverti l’Etat et l’ait gangréné de l’intérieur. Il s’agit en fait d’un anachronisme : quand l’Etat s’effondrera ensuite sous le choc des invasions, au Vè siècle, seule la hiérarchie ecclésiastique restera en place, et l’aristocratie romaine entrera en masse dans le clergé ; ainsi, l’Eglise pourra donner le sentiment de s’être substituée à l’Empire."

Louise Tudy

Posté le 26 mai 2015 à 19h01 | Lien permanent | Commentaires (12)

La Pologne accueillera 60 familles de réfugiés chrétiens de Syrie

Le chef du gouvernement polonais, Ewa Kopacz, a déclaré :

"La décision est claire. Nous accueillerons pour commencer soixante familles. Nous devons préparer un calendrier d'action précis". "Aujourd'hui, les chrétiens qui sont persécutés de façon barbare en Syrie méritent qu'un pays chrétien qu'est la Pologne agisse rapidement et qu'il leur vienne en aide". 

Michel Janva

Posté le 26 mai 2015 à 18h48 | Lien permanent | Commentaires (6)


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2010 - Le Salon Beige