27 mars 2015

La doctrine sociale de l'Eglise et l'écologie

Stanislas de Larminat a été sollicité pour analyser l’approche du Compendium en matière d’écologie chrétienne par l’« Observatoire international Cardinal van Thuan ». Cet organe a été fondé par Mgr Crepaldi, Archevêque de Trieste et ancien secrétaire du Conseil Pontifical Justice et Paix. A ce titre, son fondateur a été un des principaux rédacteurs du Compendium de la Doctrine sociale de l’Église. Une version française est accessible ici. Ecologie humaine, écologie sociale, croissance, développement durables, OGM, nucléaire, le problème de la gouvernance mondiale..., l'article aborde un certain nombre de sujets d'actualité sous l'angle du Compendium de la doctrine sociale de l'Eglise. En voici la conclusion :

"La modernité du Compendium et le concret de son contenu donnent à toute personne, ayant une sensibilité écologique, des éléments de réponse aux questions qu'elle peut se poser.

Le Compendium ne rentre pas dans les détails techniques qui ne sont pas de sa compétence. En effet, le Concile recommandait déjà aux laïcs de ne pas attendre de leurs pasteurs -ni donc du Compendium- qu’ils « aient une compétence telle qu’ils puissent leur fournir une solution concrète et immédiate à tout problème, même grave, qui se présente à eux ».

Jean-Paul II ne souhaitait pas que l'éducation à la responsabilité écologique s'appuie sur le « désir vague d’un retour au "paradis perdu"». C'est pourquoi le Compendium rappelle la promesse divine « d'une demeure nouvelle ». Cette espérance doit stimuler notre travail relatif aux réalités présentes (§ 56). Le Compendium insiste alors sur les grands principes qui doivent guider l'action humaine en matière écologique comme en matière sociale ou économique : le bien commun, la destination universelle des biens et l'économie du don. Ces principes nous permettent de nous tourner vers la Jérusalem céleste et de vivre, ici bas, ce royaume de justice, de vérité, de paix et d'amour auquel nous sommes déjà promis."

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 17h47 | Lien permanent

Jacques Bompard s'oppose au mortel projet de loi sur la santé

Communiqué de Jacques Bompard sur le projet de loi santé :

"La politique socialiste a violemment attaqué la dignité des plus petits à savoir les enfants vivants encore in vitro, celle des femmes enceintes, du personnel médical, ce qui par extension est une atteinte à toute la société. Ce projet de loi a la volonté de supprimer la notion de détresse de la femme enceinte confrontée à l’avortement. C’est un mépris total de la dignité de la femme, de sa souffrance. Dans une considération pareille de la femme, la suppression d’un délai de réflexion face à l’avortement est alors une suite logique. Cette politique transforme l’homme en consommateur de tout : des enfants, des corps, de toute réflexion. Oubliées, abandonnées, les femmes ne seront plus écoutées, mais seulement victimes d’avortement dont les conséquences leur auront été lâchement masquées.

Dans cette logique aucune proposition alternative ne leur est proposée. Jacques Bompard a donc déposé un amendement pour rappeler à la société consumériste voulue par le gouvernement que l’avortement, n’est pas la clef d’une unité nationale. En revanche, une solidarité qui accompagne les femmes enceintes, leur donne les moyens de garder leur enfant et de l’élever dans la dignité, est une politique de bon sens respectueuse de chacun. Face à l’avortement, des alternatives existent, il faut les défendre et les promouvoir.

D’autre part, ce projet de loi tend à imposer aux sages-femmes la possibilité de tuer par l’exercice de l’avortement. Cette politique est absurde et contraire à l’éthique de leur profession. Jacques Bompard s’y est fermement opposé pour que celles-ci ne soient pas mises dans la même position que celle des médecins qui malgré une clause de conscience souffrent de la pression d’une politique de mort.

Enfin, Jacques Bompard face à la promotion de la contraception médicale, prône celle qui est naturelle. Par respect pour le corps des femmes compte tenu des dangers qui existent avec la contraception médicale, pour l’environnement pollué par la contraception, pour limiter l’action de la technique au sein de l’intimité des couples de la Nation."

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 17h19 | Lien permanent

Avortement & euthanasie : des lois pour annihiler la conscience

Extrait d'une tribune de Chantal Delsol dans Valeurs actuelles :

"[...] La loi morale élémentaire, antique et universelle, « Tu ne tueras pas », se donne partout des exceptions. Dans toutes les sociétés, ce sont la guerre et la peine de mort : les sociétés s’estiment fondées à tuer ceux qui les menacent. La modernité tardive, qui rejette avec dégoût la peine de mort et la guerre, et simultanément légitime l’IVG, même à un stade avancé de la grossesse, et l’euthanasie, marque par là la métamorphose des critères. Ce n’est plus la survie ou la sécurité de la société qui peut légitimer une exception au « Tu ne tueras pas », mais le refus de la souffrance individuelle (physique ou psychique).

Les lois sur la fin de vie vont cependant plus loin que ce déploiement de la souveraineté individuelle. Outre qu’elles traduisent un déplacement des critères de valeur, elles traduisent aussi un rabaissement de l’idée de conscience personnelle.

Les principes moraux élémentaires sont surplombants ; et pourtant toujours récusables par la conscience personnelle, dans des cas tragiques et au prix d’un débat intérieur. Les cas d’euthanasie existent et ont toujours existé. Dans des situations si singulières et si graves, des consciences individuelles prennent une décision. Mais on voudrait que cette exception au « Tu ne tueras pas » soit légalisée, qu’elle ne soit plus à la merci de la conscience personnelle. On voudrait que les individus jetés dans ce drame puissent appliquer une loi et ainsi s’exempter de l’angoisse de se prononcer, de la responsabilité et des éventuels remords. Le cas est le même pour l’IVG, pour laquelle nous recherchons toujours plus de loi déterminante, toujours moins de réflexion individuelle. Il y a là une récusation du tragique humain, une volonté de passer à la toise de la loi les situations les plus complexes. Dans les directives anticipées aussi, c’est la conscience personnelle qui se trouve dévalorisée, contrairement à ce que l’on pense : car je ne peux jamais préjuger de ce que je déciderai en situation limite ; dans cette situation, sans doute trouverai-je des ressources dont aujourd’hui je n’ai même pas idée ; une personne n’est pas une essence immuable, mais une entité en perpétuel développement.

La demande de légalisation toujours plus précise indique la persistance du positivisme juridique, déjà si présent au XXe siècle : la morale, ce ne serait rien d’autre que la loi positive, et ce qui est permis par la loi serait forcément bon — que l’État dise le Bien et nous ne nous poserons plus de question ! Au fond, nous voulons peut-être oublier que l’éthique traduit un perpétuel débat intérieur et extérieur — qu’elle engage notre responsabilité de personne libre, bien davantage que notre docilité de citoyen. [...]"

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 17h13 | Lien permanent

EELV a moins d'adhérents que Sens Commun

Une parlementaire écolo affirme que EELV est passé de 20 000 adhérents (en 2009) à 4000 ou 5000 adhérents.

A titre de comparaison, Sens Commun revendique 6 000 adhérents.

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 16h08 | Lien permanent | Commentaires (3)

L'enfant, cet objet de consommation

Alors que certains avocats français font ouvertement la promotion de la GPA, des articles vantent la congélation d'ovocytes en Espagne. Coïncidence incroyable : la femme de 38 ans qui témoigne est... journaliste !

"Cette pratique n'étant autorisée en France que pour des raisons médicales, ce qui n'est pas le cas de Catherine, elle n'a pas été remboursée. Son suivi, les examens (prise de sang, échographie...) comme la stimulation ovarienne réalisés à Paris ont été à sa charge. Ce à quoi s'ajoutent les deux ponctions réalisées à la clinique de Valence à 2600 euros chacune -la première n'ayant permis la congélation que de quatre ovocytes matures-, les trois allers-retours accompagnée en Espagne... pour un coût total au final de 10 000 euros."

Elle a été voir son banquier pour faire un crédit à la consommation. C'est le cas de le dire : un enfant est désormais un objet de consommation.

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 15h19 | Lien permanent | Commentaires (2)

Les poules républicaines

Non, il ne s'agit pas des Femen... Où l'on constate que la République est nostalgique des traditions religieuses :

IMG_0004

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 14h55 | Lien permanent | Commentaires (12)

La gauche ne compte pas que des lumières mais aussi des "clignotants verts"

Sic en plus de passer pour un illuminé : 

Le Salon Beige

Posté le 27 mars 2015 à 12h16 | Lien permanent | Commentaires (6)

Les processions du Chemin de Croix et la laïcité


Père Rougé : Chemin de Croix et laïcité by KTOTV 

Louise Tudy

Posté le 27 mars 2015 à 11h38 | Lien permanent

La désillusion de Sens Commun en Gironde

Edouard du Parc, ancien coordinateur de la Manif pour Tous en Gironde, a fait le pari de l'entrisme au sein de la majorité municipale d'Alain Juppé en étant élu sur sa liste en 2014 à Bordeaux. Pour les élections départementales, il a regretté que Sens Commun et le PCD soient exclus des listes de l'union de la droite (UMP, UDI, Modem) :

"Le rassemblement ou l'union à droite, semble être du bon sens. Toutefois, en ce qui concerne les élections départementales en Gironde, je note que le PCD et Sens Commun, alors membre à part entière de l'UMP, pour ce dernier, en ont été exclus. Il y a donc un simulacre de rassemblement ou un rassemblement orienté, ce qui est inacceptable (...) Cette absence de vigueur et d'identité de l'UMP contribue à l'affaiblir, et par voie de conséquence, à anesthésier le débat et la démocratie locale."

Bien que son positionnement vis-à-vis du FN soit sans équivoque, il vient de publier un communiqué appelant " à faire barrage à la gauche" :

"Edouard du Parc, responsable de la province Sud-Ouest de Sens Commun, regrette que son parti politique, ait été exclu de la liste "Gironde Positive", à l'occasion de ces élections départementales.  La promotion de la famille, de la liberté d'entreprendre, de la culture française sont pourtant clairement à mettre au centre des priorités. Ces trois volets se retrouvent dans les compétences départementales. En sa qualité de conseiller municipal délégué de Bordeaux, il invite néanmoins, tous ceux qui se reconnaissent dans ces valeurs, à faire barrage à la gauche dimanche prochain."

Dans un département où le FN sera présent au second tour dans 14 cantons sur 33, ce n'est pas tout à fait la ligne d'Alain Juppé... 

Philippe Carhon

Posté le 27 mars 2015 à 10h45 | Lien permanent | Commentaires (11)

L'effet "Sébastien Chenu" dans le Beauvaisis: une chance pour le FN?

Picture3Rallié au Front national, en provenance de l'UMP, l'ancien responsable de GayLib Sébastien Chenu se présente aux départementales dans l'Oise. Il est candidat dans le canton de Beauvais-2, où il revendique "un réseau important", ayant été pendant 13 ans maire-adjoint de Beauvais.

A première vue, M. Chenu a obtenu un score flatteur, avec 33,67 % des voix. Son binôme devance de deux points les candidats UMP, face auxquels il se retrouve en duel dimanche.

A y regarder de plus près, toutefois, il apparaît que M. Chenu a fait un score bien moindre que celui qu'aurait pu espérer le FN

M. Chenu a ainsi obtenu 27 % des voix sur la partie de Beauvais incluse dans son canton, alors que le score du FN aux européennes sur l'ensemble de la ville était de 30%. Toutefois, cette comparaison est peu probante, la commune de Beauvais étant répartie sur deux cantons.

Observons donc les résultats sur les trois autres plus grandes communes du canton (qui en compte 26, outre Beauvais): 

Picture2

Il apparaît donc qu'entre les européennes et les départementales, le FN a subi dans ce canton une déperdition que l'on peut estimer à entre 5 et 7 points en moyenne, alors qu'au niveau national le FN a légèrement amélioré son score entre les deux élections.

Cette contre-performance est-elle imputable à un "effet Chenu"? Sans doute, avec deux remarques complémentaires :

- Le binôme FN était concurrencé par un binôme du Parti de la France, qui, avec un score de 2,5 % sur ce canton, n'explique pas l'ensemble de la déperdition.

- Sur l'ensemble de l'Oise, le FN perd 3 points par rapport aux européennes. L' "effet Chenu" aurait-il, du fait de la forte médiatisation de ce dernier, pesé sur l'ensemble des candidats FN dans l'Oise? A titre de comparaison, dans le département voisin de la Somme, le FN a réalisé le même score dimanche dernier qu'aux européennes. [Erratum: le FN perd dans la Somme également, voir les commentaires]

Il semblerait bien que l'électorat FN n'aspire pas à être représenté par un (ex-?) activiste du mouvement gay. Qui s'en étonnera?

Le Salon Beige

Posté le 27 mars 2015 à 10h40 | Lien permanent | Commentaires (14)

Il n’existe pas de « droit d’offenser »

Mgr Silvano M. Tomasi, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies à Genève, a pris la parole lors de la 28e session du Conseil des droits de l’homme, sur la liberté de religion et de croyance, le 10 mars 2015. Zénit a traduit son intervention. Extraits :

EPA1327120_Articolo"La communauté internationale est maintenant confrontée à un défi délicat, complexe et urgent concernant le respect des sensibilités religieuses et la nécessité d’une coexistence pacifique dans un monde de plus en plus pluraliste : il s’agit d’établir une relation juste entre la liberté d’expression et la liberté de religion. La relation entre ces deux droits humains fondamentaux s’est avérée difficile à gérer et à traiter, que ce soit au niveau normatif ou au niveau institutionnel. D’autre part, il faudrait que soit reconnu « que le débat d’idées ouvert, constructif et respectueux, de même que le dialogue interreligieux et interculturel aux niveaux local, national et international, peuvent jouer un rôle positif dans la lutte contre la haine religieuse et l’incitation à la violence ». L’échec de cet effort est flagrant quand un usage excessif et irresponsable de la liberté d’expression aboutit à des intimidations, des menaces et la violence verbale, qui portent atteinte à la liberté de religion et peuvent malheureusement mener à l’intolérance et à la violence. De même, le rapporteur spécial sur la liberté de religion s’est concentré sur la violence commise « au nom de la religion » et sur ses causes profondes. [...]

Une liberté d’expression mal employée pour blesser la dignité des personnes en offensant leurs convictions les plus intimes sème les germes de la violence. Bien sûr, la liberté d’expression est un droit humain fondamental qu’il faut toujours soutenir et protéger ; en fait, cela implique aussi l’obligation de dire de manière responsable ce que l'on pense en vue du bien commun. Sans ce droit, l’éducation, la démocratie et une authentique spiritualité ne seraient pas possibles. Cela ne justifie pas pour autant que l’on relègue une religion au rang de sous-culture d’un poids insignifiant ou de cible facile à ridiculiser et à discriminer. Des arguments antireligieux, même sur un ton d’ironie, peuvent certainement être acceptés, de même qu’il est acceptable d’user d’ironie sur le sécularisme ou l’athéisme. La critique de la pensée religieuse peut même aider à démanteler divers extrémismes. Mais qu’est-ce qui peut justifier des insultes gratuites et une dérision méchante des sentiments et convictions religieux des autres qui sont, après tout, égaux en dignité ? Peut-on se moquer de l’identité culturelle d’une personne, de la couleur de sa peau, de la croyance de son cœur ? Il n’existe pas de « droit d’offenser ». La critique peut produire de bons résultats si elle prend en considération le fait que les personnes sont plus importantes que leurs convictions ou leurs croyance et qu’elles ont, simplement parce qu’elles sont des êtres humains, un droit inné à être respectées.

L’absence d’une éthique de la responsabilité et de l’équité conduit à la radicalisation des positions alors que le dialogue et la compréhension mutuelle sont au contraire nécessaires pour briser le cercle vicieux de la violence. La Constitution de l’UNESCO nous rappelle que « puisque les guerres prennent naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de paix ».

Plusieurs problèmes interdépendants comme la liberté de religion, la liberté d’expression, l’intolérance religieuse, la violence au nom de la religion, se retrouvent dans les situations concrètes auxquelles le monde est confronté aujourd’hui. Il semble que le moyen d’avancer soit l’adoption d’une approche globale qui considérerait ces problèmes ensemble dans la législation, afin de faciliter une coexistence pacifique basée sur le respect de la dignité inhérente et des droits humains de toute personne.

Tout en optant pour être du côté de la liberté, les conséquences de l’exercice de celle-ci ne peuvent pas être ignorées et elles devraient respecter cette dignité, construisant ainsi une société mondiale plus humaine et plus fraternelle."

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 10h18 | Lien permanent

Festival d'Avignon : Olivier Py nous épargne une scène

Le directeur du festival d'Avignon a présenté le programme de la 69e édition, qui sera raccourcie de deux jours. En cause : la grève des intermittents et les mauvaises conditions météo, qui ont fait perdre 240 000 € au festival l'an dernier et une baisse de 5% de la subvention accordée par la mairie socialiste, soit 49 000 €. Si le Front national avait remporté la mairie et pris une telle décision, quelle aurait été la scène !

Louise Tudy

Posté le 27 mars 2015 à 10h15 | Lien permanent | Commentaires (1)

Dons d’organes systématiques : attention à l’amendement de la loi santé

Analyse de France Renaissance :

"A partir de 2018, si de son vivant le défunt n’a pas fait part de son refus de prélèvement d’organes, ce prélèvement pourra être pratiqué automatiquement. Les proches de personnes décédées ne seront plus consultés, mais seulement « informés des prélèvements [d’organes] envisagés et de la finalité de ces prélèvements ». C’est ce que veut mettre en place un amendement déposé par le député Jean-Louis Touraine et Michèle Delaunay qui a été adopté en Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, lors de l’examen de la loi santé le 19 mars 2015. Passé inaperçu avant qu’il ne soit voté en douce au cours de la nuit, cet amendement vise à modifier le Code de la santé publique concernant le don d’organes.

Présenté comme nécessaire pour faire face à la pénurie d’organes, cet amendement semble être très violent pour les familles privées de leur droit de regard au début de leur deuil. Voté deux jours après la loi « fin de vie » à l’Assemblée nationale, il pourrait faire place à de malheureuses dérives.

Le don d’organes en France : 

La loi Caillavet de 1976 avait déjà instauré le «consentement présumé», qui fait de chaque Français un donneur potentiel à moins qu’il ne se soit opposé à un don d’organes avant son décès. Pour signifier ce refus, une inscription peut être faite de son vivant sur le registre national des refus (qui compte 100.000 inscrits). Mais ce refus peut également être exprimé (depuis 1994) par la voix des proches du défunt qui sont systématiquement interrogés sur ses volontés et majoritairement entendus. La loi veut qu’à partir de 2018 la famille ne puisse plus s’opposer au prélèvement si  le défunt ne l’a pas fait de son vivant. « Changer la loi permettrait de résoudre la pénurie d’organes et d’éviter des milliers de morts illégitimes chaque année », déclare Jean-Louis Touraine.

[...] Alliance Vita s’interroge sur l’exclusion de la famille et des proches de la consultation préalable. « Le don d’organes relève d’une forme de solidarité permettant de sauver de nombreuses vies chaque année. Pour autant, la pénurie d’organes ne doit pas faire dériver un encadrement strictement réglementé : s’assurer du libre consentement (ou du moins du non-refus) et de la finalité thérapeutique ; puis contrôler les conditions de prélèvement d’organes, en particulier ceux sur « donneur à cœur arrêté » ou sur patients chez qui on décide d’arrêter les traitements, car le prélèvement d’organe ne peut se faire au détriment de soins dus à des malades incurables ou à des personnes parvenues à un grand âge ».

Attention aux dérives :

Hasard inquiétant de calendrier,  cet amendement est présenté et adopté deux jours après l’adoption de la loi Claeys-Leonetti sur la « fin de vie » à l’Assemblée nationale, qui introduit une sédation profonde et continue couplée à une interruption de l’hydratation et de la nutrition.

Dès lors il devient légitime de s’inquiéter de possibles dérives, guidées certes par la bonne foi et la volonté de sauver un patient, face à cette pénurie d’organes. Le prélèvement ne peut se faire au détriment des soins dus à des malades incurables ou des personnes âgées.

Surtout la situation de nos voisins belges et hollandais doit nous faire réfléchir. Ces pays dans lesquels l’euthanasie est autorisée pratiquent le prélèvement d’organes après des euthanasies, afin « d’aider les candidats à l’euthanasie à donner du sens  à leur mort »."

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 08h10 | Lien permanent

La Neuvaine : méditation de Mgr Ide sur le patriotisme

Mgr Pascal Ide est prêtre du diocèse de Paris et membre de la communauté de l’Emmanuel. Actuellement, il partage son temps entre le séminaire de Bordeaux et une mission de formation pour la communauté de l’Emmanuel. Voici sa méditation :

Et si l’on parlait patriotisme…

IEt si l’on parlait de notre patrie, la France ? Mais quel rapport avec le dimanche des Rameaux, que nous célébrons dimanche? Pour le comprendre, je vous propose d’abord trois petits exercices.

Premier exercice. En lisant la première phrase, en lisant le mot « patrie », que ressentez-vous ? Je dis bien « ressentez » et non pas « pensez ». Quelle émotion surgit en vous ? Souffrance, espérance, reconnaissance ? Peut-être un peu des trois ? Peut-être une autre.

Deuxième exercice : qu’en dit le Catéchisme de l’Église catholique – vous savez ce trésor entreposé sur une étagère de votre bureau ? Une surprise vous attend. Le Catéchisme parle de l’amour de la patrie lorsqu’il traite du quatrième commandement : « Honore ton père et ta mère » (Ex 20,12) et non pas, par exemple, dans les commandements qui ont trait à la justice, comme le septième. Pourquoi ?

Les trois premiers commandements éclairent notre relation à Dieu. Le quatrième, lui, « indique l’ordre de la charité [envers le prochain]. Dieu a voulu qu’après Lui, nous honorions nos parents à qui nous devons la vie et qui nous ont transmis la connaissance de Dieu ». Et il étend cet honneur et ce respect à « tous ceux que Dieu, pour notre bien, a revêtus de son autorité ». S’il « s’adresse expressément aux enfants dans leurs relations avec leurs père et mère, […] il concerne également les rapports » et les « devoirs […] des citoyens à l’égard de leur patrie » (Catéchisme de l’Église catholique, n. 2197-2199).

Une telle parole sera peut-être difficile à entendre par certains qui estiment que les représentants de la patrie, l’autorité politique, ne sont aujourd’hui pas dignes d’honneur et de respect. J’ouvre pour vous un autre livre, la Somme de théologie de saint Thomas d’Aquin. Celui-ci rapproche aussi l’attitude envers ses parents et l’attitude envers son pays. Il vaut la peine d’entendre la raison. Je traduis littéralement : « Les parents et la patrie sont les principes de notre être et de notre gouvernement : par les parents et en dans la patrie, nous sommes nés et nous sommes nourris » (II-IIae, q. 101, a. 1). Tout en les distinguant, l’Aquinate ne sépare pas nos parents et notre pays : des deux nous avons reçu. Et beaucoup reçu : si les premiers nous ont fait naître, tous deux nous « nourrissent », nous éduquent. Ainsi, le patriotisme n’a rien à voir avec un nationalisme étroit, c’est la piété filiale étendue à sa patrie. Souvent à notre insu, notre pays comme nos parents, ont joué et jouent un rôle immense et vital. Ne pensons pas trop vite à telle ou telle loi inique, ne nous polarisons pas sur le comportement désordonné de tel ou tel politique. Faisons d’abord mémoire de tout ce que nous avons reçu de notre patrie, à commencer par la langue française, notre riche histoire, nos œuvres d’art, nos paysages, nos institutions religieuses, etc. Et rien de tout cela ne serait sans la médiation des pouvoirs publics, sans le service souvent humble et efficace assuré par les communautés locales et régionales, sans une autorité qui, représentant la France, assure l’unité et un minimum de paix. Il suffit d’avoir visité certains pays dérégulés pour voir combien la défaillance radicale du politique entraîne toute la culture et jusqu’à la nature dans le chaos.

Certains résisteront encore, car ils souffrent trop de l’évolution de notre pays qui, pour eux, rime avec trahison. Ici, l’argumentation est utile, la méditation l’est encore davantage. Pour cela, je vous propose un troisième exercice. Il permettra de répondre aussi à une objection : en déplaçant et en élargissant le sens du patriotisme, ne suis-je pas en train de le transformer en une vertu passéiste ? Cet exercice est inspiré par ce que saint Ignace de Loyola estimait être le couronnement de ses Exercices spirituels : « la contemplation pour éveiller en nous l’amour spirituel » (n. 230-237). Appliquons-le à notre sujet et, pourquoi pas, faisons-en l’objet de notre prière aujourd’hui, cette semaine :   « contemplation pour éveiller [ou réchauffer] en nous l’amour de la France ». 1. Me rappeler les bienfaits que je dois à mon pays, énumérer les dons particuliers que j’en ai reçus et que je reçois, peser intérieurement l’amour qui en est la source. 2. Ceci très bien considéré, je rentrerai en moi-même et je me demanderai quel doit être mon rôle et ce que je répondrai en retour et avec quel amour, par exemple dans une intercession fidèle, par une parole qui, sans perdre son sens critique (mais est-ce envisageable pour un Français ?!), n’oublie pas tout le bien qu’il doit à son pays. Rien de moins nostalgique et misonéiste que l’amour de notre pays !

Alors, quelle relation avec le dimanche des Rameaux ? « La turba è mobile », « la foule est changeante »… La liturgie de ce jour nous fait méditer sur un fait cruel : celui qu’elle acclame, demain elle demandera sa crucifixion. Peu importe ici que ce soit ou non les mêmes personnes qui louent et hurlent à la mort (cf. Joseph Ratzinger Benoît XVI, Jésus de Nazareth, II, p. 21-22). La foule, c’est-à-dire moi. Avant d’être aveugle, elle est, je suis amnésique, donc ingrat(e).

Ici, nous ne sommes plus seulement dans l’ordre de la justice ou de la piété, mais dans l’ordre de l’amour. « L’amour et le service de la patrie relèvent du devoir de reconnaissance et de l’ordre de la charité » (Catéchisme de l’Église catholique, n. 2239)."

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 08h00 | Lien permanent

Vote d'une loi restreignant l'avortement dans l'Ohio

Lu sur Gènéthique :

Unknown-7"Les parlementaires de l’Ohio ont adopté mercredi, à 55 voix contre 40, une proposition de loi prévoyant d’interdire l’avortement après six semaines de grossesse, c'est-à-dire à partir du moment où le battement de cœur du fœtus peut être détecté. 

Un médecin pratiquant un avortement passé le délai de 6 semaines serait reconnu coupable d’un crime de cinquième degré, serait passible d’un an de prison et d’une amende de 2500 euros. Mais « il est probable que cette proposition de loi n’aille pas plus loin, elle rencontre une opposition féroce au Sénat »."

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 07h33 | Lien permanent

Suppression du délai de réflexion avant l'IVG : tuer la conscience

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 07h30 | Lien permanent

Bernard Antony appelle à voter pour les candidats du Front National

Communiqué de Bernard Antony  (photo : Bernard Antony commente les élections françaises à la télévision polonaise):

Bernard_antony_elections"L’institut du Pays Libre considère comme un fait très positif pour la France la défaite électorale de la gauche au premier tour des élections locales. Il faut l’amplifier au deuxième tour. 

Dans la campagne électorale le premier ministre Manuel Valls s’est totalement disqualifié par ses discours incendiaires contre le Front National relevant d’un fanatisme de propagateur néo-bolchévique de guerre civile. On avait déjà observé cela avec sa politique de répression dictatoriale des pourtant très paisibles foules de la Manif pour tous. À l’évidence, les attitudes et les mots de Manuel Valls ne relèvent pas que de postures calculées mais de graves phobies d’ordre psycho-idéologiques. 

Hélas, l’attitude de Nicolas Sarkozy s’inscrit aussi dans le même registre de hargne démesurée quoique sans doute plus calculée avec d’ailleurs des effets dialectiques allant à l’inverse du but recherché. Peut-être Nicolas Sarkozy cherche-t-il  à faire oublier qu’il est le responsable majeur, sous influence de Bernard-Henri Lévy,  de la situation en Libye dont on peut craindre de plus terribles conséquences encore ?

L’Institut du Pays Libre est loin d’être inconditionnel de la politique du Front National. Il est même en divergence constante avec certaines de ses positions telles que son refus de toucher à la loi Veil. Mais l’hystérie antidémocratique contre ce parti est indigne. L’Institut du Pays Libre appelle donc à voter dimanche dans le refus de ce fanatisme et selon les principes suivants : 

-         Aucune voix de patriote et de chrétien ne saurait se porter sur des candidats ayant professé le slogan du grégarisme totalitaire : « je suis Charlie ».

-         On ne votera donc que pour des candidats dont on sait ou dont on peut penser qu’ils adhèrent à notre devise expressive des nécessaires combats aujourd’hui pour les valeurs de notre civilisation : « ni charia ni Charlie ».On peut penser qu’il en est heureusement ainsi de la plupart des candidats du Front National. 

-         On sait bien sûr que les dirigeants de ce parti le maintiennent dans une stratégie de « ni droite ni gauche » et pour certains dans une affirmation véritablement de gauche, jacobine, laïciste, crypto-socialiste. Mais ce n’est pas le cas de beaucoup de candidats constituant ce que l’on peut appeler le « pays réel » de ce parti. Ceux-ci défendent toujours les valeurs les valeurs et les idées de la droite de conviction, celles de la partie de notre peuple non soumise à la domination de l’idéologie du déracinement et de la culture de mort. Ils les défendent notamment sur le respect de la vie innocente et de l’écologie humaine contre les lois antisociales et antifamiliales dites « sociétales » concoctées par les officines de manipulation idéologique  de la gauche dont l’influence s’étend loin hélas dans la droite déliquescente. 

Exception faite de quelques cas légitimant une objection de conscience idéologique ou morale, l’Institut du Pays Libre appelle donc à voter dimanche pour les candidats du Front National."

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 07h23 | Lien permanent

La situation des chrétiens d'Irak en exil s'enlise

Mgr Yohanna Petros Mouché, archevêque catholique de Mossoul, de Kirkouk et du Kurdistan est réfugié à Erbil. De passage en France, à l'invitation de l'association Fraternité en Irak, Mgr Petros Mouché déclare au Figaro :

"Sur place, la vie est très difficile. Nous vivons dans des camps, dans les écoles ou des bâtiments vides. Nous manquons des biens les plus élémentaires. La promiscuité et le manque d'hygiène propagent des épidémies. Les familles qui louaient des maisons, à Erbil ou ailleurs, n'ont plus de quoi payer le loyer et risquent de se retrouver dehors. Elles n'ont plus de revenus, et leur argent est bloqué sur leurs comptes en banque. Mercredi, j'ai encore reçu un appel de la ville de Shaqlawa où une trentaine de familles habitent toujours dans l'église, et nous n'avons aucune solution de relogement qui leur permettrait de libérer les lieux.

La situation s'enlise...

Exactement. Au début de la crise, nous espérions rentrer vite chez nous. Mais les mois passent et rien ne change. Nos villages n'ont toujours pas été libérés, Daech est toujours là. Dans ces conditions, les familles continuent de fuir le pays. [...]

L'exode des chrétiens a-t-il atteint un point de non-retour?

Je ne l'espère pas, mais la situation est catastrophique. Sur les 12 000 familles de mon diocèse, plus de 4 000 ont déjà quitté le pays depuis cet été, soit un tiers de la communauté! J'ai 1 300 familles en Jordanie, 1 400 au Liban, une centaine en Turquie, presque mille personnes en France... Et l'hémorragie se poursuit. C'est dramatique car mon diocèse représente un tiers de l'Église syriaque, qui compte 150 000 personnes dans le monde entier."

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 07h17 | Lien permanent

27 mars : messe pour la France à Toulouse

Le Groupe de Prière Toulousain “ Saint Louis de France” vous invite à une MESSE pour la FRANCE le Vendredi 27 Mars 2015 à 17h30, en l'église Saint-Joseph de Toulouse (40, avenue Saint-Exupéry - 31400 Toulouse).

« France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » Saint Jean-Paul II, au Bourget-Paris en 1980.

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 07h01 | Lien permanent

C’est arrivé un 27 mars…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 25 ou 27 mars 1191 : décès du pape Clément III (à ne pas confondre avec l'anti pape du même nom).

Il parvient peu après son élection à calmer les tensions entre l'Église et la population de Rome en permettant aux citoyens romains d'élire eux-mêmes leurs magistrats (tandis que le pape garde le pouvoir de choisir le gouverneur de la ville). Il fait bâtir le monastère de Saint-Laurent-hors-les-murs, et restaurer le palais du Latran. Il organise le regroupement des forces de la Chrétienté contre les Sarrasins. (Troisième croisade)

  • le 27 mars  1329 : le pape Jean XXII fulmine la bulle "In agro Dominico"

Par cette bulle, le pape condamne les 26 thèses extraites ou prétendument extraites des œuvres latines et des prédications de Maître Eckhart.

  • le 27 mars 1351 : le Combat des Trente.

Ce combat a lieu durant la Guerre de Succession de Bretagne (1341-1364), pendant  la Guerre de Cent Ans, qui oppose le Parti de Jean de Montfort soutenu par Édouard III d'Angleterre et le Parti de Charles de Blois, cousin du Roi de France. Une trêve a été signée. Mais au mépris de cette convention les Anglais, sous prétexte de soutenir la cause des Montfort, rançonnent et pillent la Bretagne. Les paroisses qui ne peuvent payer sont détruites, incendiées et saccagées. Le récit de cette singulière bataille, a un immense retentissement et est relaté par le chroniqueur français Froissart.

Beaumanoir voyant les Anglais maltraiter des paysans sans défense, apostrophe leur chef, Bemborough, en ces termes :

«Chevaliers d'Angleterre, je m'étonne fort que des hommes, vaillants comme vous l'êtes, fassent une guerre honteuse et cruelle, non pas aux gens qui portent les armes, mais aux marchands, aux laboureurs, aux hommes paisibles. Ce n'est pas coutume que les soldats soient employés à vexer et à ruiner le pauvre habitant qui sème le blé, qui nous procure le vin et qui nourrit le bestial. […] Les Anglais sont sans doute des guerriers recommandables ; mais à mon avis, ils sont loin de l'emporter sur les Bretons. A l'occasion je me fais fort de le leur apprendre par expérience ».

Bemborough accepte donc le défi et les deux capitaines conviennent de s'affronter dans un champ au « chêne de Mi-Voie » (entre Ploërmel et Josselin). Ainsi trente chevaliers anglais, partisans de Jean de Montfort, s'affrontent en combat singulier à trente chevaliers bretons partisans de Charles de Blois. Les conditions de la lutte sont celles du « combat à volonté », chacun des soixante combattants a toute liberté de se battre comme il lui plait, à pied, à cheval, avec n'importe quelles armes, sans autre obligation que d'observer dans ce combat les règles de la loyauté chevaleresque.

Les Anglais sûrs de leur victoire arrivent les premiers au « chêne de Mi-Voie ». Le retard des Bretons vient du fait qu'ils se sont préparés à la bataille, se sont confessés, et ont reçu l'absolution, la communion, et entendus plusieurs messes.

Blessé et en nage, au cours du combat Beaumanoir réclame à boire. L'un de ses compagnons, Geoffroy du Bouäys lui répond par cette formule devenue célèbre :

« Bois ton sang Beaumanoir ! Cela calmera ta soif ».

La famille de Beaumanoir reprit cette réponse comme devise. Beaumanoir relance ses troupes à l'assaut et les Anglais sont totalement battus.

Statue de Jehan IV de Beaumanoir à Dinan

Huit Anglais furent tués et les autres se rendirent. Selon Jehan Froissart.

Combat des Trente

Lire la suite "C’est arrivé un 27 mars…"

Lois Spalwer

Posté le 27 mars 2015 à 06h29 | Lien permanent | Commentaires (0)

26 mars 2015

Le directeur d’école pédophile était militant de gauche

Il s’était engagé à deux reprises pour les élections municipales. La première fois en 2008 sur une liste socialiste. Et la seconde, en mars 2014, sur une liste de gauche.

Mais cela n'a rien à voir avec sa nomination comme directeur d'école malgré sa première condamnation pour détention d'images pédopornographiques.

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 22h51 | Lien permanent | Commentaires (17)

Quand Manuel est en campagne, la France est priée de s'arrêter

Déclaration hallucinante de la personne qui nous sert de Premier ministre actuellement. Manuel Valls a justifié ainsi son refus de commenter les mauvais chiffres du chômage pour le mois de février :

"Je suis en campagne. Je ne fais pas deux choses à la fois. Il faut vous y habituer."
Et comme il est en campagne toute l'année, avec nos impôts, il ne gouverne jamais. CQFD.
Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 22h04 | Lien permanent | Commentaires (18)

Attentats de Tunis : la Bête progresse

Guillaume Faye, sur son blog, analyse la "progression de la bête" islamiste. Partant de l'attentat de Tunis la semaine dernière, il élargit son analyse à la présence djihadiste en France :

[...]"Complètement aveuglés, nos dirigeants parlent de ”terrorisme”, sans oser nommer ou comprendre ce qu’il y a derrière : une stratégie de conquête et d’instauration de la charia totalitaire islamique. 3.000 combattants musulmans venus des rangs des immigrés en Europe sont partis rejoindre Daech. 600 sont déjà revenus (il y a un sinistre ”turn over”) et vivent comme des poissons dans l’eau ici même, dans un milieu qui épouse leur cause, les protège et leur sert de logistique et de base de recrutement.

Dans une note confidentielle, le Service central de renseignement territorial (SCRT) observe un « repli communautaire plus marqué depuis les attaques contre Charlie Hebdo et l’HyperCacher  ».[...]

Donc les attentats de janvier 2015 ont encore accru l’hostilité envers la France et l’attachement au djihad. On mesure la naïveté sidérante des manifestations ”Je suis Charlie”. Les jeunes musulmans y ont d’ailleurs très peu participé, beaucoup approuvant les attentats. Le SCRT a noté « une faible représentation de la communauté musulmane à Marseille » à ces manifestations. Ils ont moins manifesté que les musulmans à Tunis, après l’attaque du musée ! Preuve que la radicalisation des musulmans issus de l’immigration en France (notamment les jeunes), comme en Belgique, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni est plus forte que celle des musulmans de Tunisie ![...]

Sans mâcher ses mots, Yves de Kerdrel écrit : « Notre démocratie, baignée d’angélisme et gangrénée par des élites qui préfèrent le multiculturalisme à la nation, a bien du mal à s’adapter à cette guerre de religion ». Puis il ose cette comparaison : «  Les jeunes filles qui vont à l’université coiffées d’un voile le font pour revendiquer une identité. Elles le font par soumission aux règles des cités où elles résident et aux lois des ”grands frères ” qui y sèment la terreur. Ce n’est pas seulement un refus d’intégration, c’est une forme de racisme anti-français. Et toutes proportions gardées, il n’y a pas de différence entre ce gamin de 12 ans qui part de son collège à Toulouse pour mener des exécutions de sang-froid et ces jeunes filles qui revendiquent le port du voile à l’université avec l’encouragement de professeurs aveuglés par le démon du multiculturalisme ». (Valeurs Actuelles, 19-25/03/2015).[...]

Le 10 mars, une vidéo diffusée par EI/ Daech sur Internet montrait en effet un garçon de 12 ans en djellaba qui abattait puis achevait au pistolet un Arabe israélien soupçonné d’être un agent du Mossad, au cri de « Allah Akbar ! » Il s’agit de Rayan, un jeune maghrébin de nationalité française, scolarisé à Toulouse et parti en Syrie.[...]

Ces vidéos de propagande ne peuvent que se multiplier et inonder la Toile. Elles sont un puissant facteur de recrutement et de fanatisation, notamment en France. La technique psychologique utilisée contre les ennemis (dans le monde musulman et maintenant en France et en Europe) est celle de la sidération par la terreur, en vue d’obtenir la soumission, si possible sans combattre vraiment, par intimidation. Avec le binôme : attentats et grignotage démographique. [...]

Dans deux ou trois ans, en France, en Belgique, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas , en Espagne et dans d’autres pays de l’UE, on vivra peut-être au rythme d’un massacre par jour ou de plusieurs simultanés, alternant bombes, tueurs suicidaires, attaques au fusil d’assaut et à l’arme de guerre. Les forces de sécurité et de renseignement sont déjà débordées.[...]

La guerre est chez nous et c’est là qu’il faut combattre et se défendre. Cette guerre larvée qui commence a déjà un coût, non seulement financier mais surtout psychologique. Cette stratégie de la tension plombe le moral de la nation, en diffusant un sentiment de méfiance, d’insécurité, de pessimisme.  Nous sommes en proie à une invasion par le bas, à une guerre d’un type nouveau, à la fois démographique, criminogène, ethno-culturelle et religieuse, et terroriste. Nous ne la gagnerons qu’en changeant radicalement de méthodes et de paradigme, c’est-à-dire en prenant le problème à  bras-le-corps, en s’attaquant à la cause centrale : l’immigration."

Marie Bethanie

Posté le 26 mars 2015 à 21h55 | Lien permanent | Commentaires (8)

Quand Hollande télécharge l'appli smartphone du Salon Beige

Voilà ce que ça donne :

CBA5Om-WYAAKsfd

Vous aussi, n'ayez pas peur, téléchargez l'application smartphone du SB !

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 21h48 | Lien permanent | Commentaires (3)

"Je suis de droite, je ne veux pas que la gauche dirige le département"

Unknown-5Dans le Vaucluse, le maire de Pertuis, candidat dans le canton du même nom, ne compte pas suivre les consignes des bobos parisiens. Soutenu par l’UMP, arrivé en deuxième position au premier tour des élections départementales avec 28,59% des suffrages exprimés, le candidat annonce qu’il soutiendra lors du 3e tour (élection du président du département)« toute majorité qui pourrait empêcher les socialistes de gagner ». Il se dit prêt à

« soutenir tout candidat de droite qui pourrait faire battre la gauche à la présidence du département, même si ce candidat est Front national ».

Il précise qu’il a pris sa décision « dans l’intérêt général pour l’avenir du Vaucluse ». A la question du respect des consignes de vote, Roger Pellenc répond qu’il « ne fera rien pour aider les socialistes »

« je les combats au quotidien depuis que je suis élu, ils m’en font voir des toutes les couleurs, il n’est pas question que je les soutienne ». « Il faut être réaliste, je suis de droite, je ne veux pas que la gauche dirige le département. Les clivages politiques, les Français n’en veulent plus. Cela ne veut pas dire que je serai inféodé au FN, au contraire ! Mais s’il font du bon boulot, je les soutiendrai ».

Dans ce canton, le PS Jean-François Lovisolo est arrivé en tête (33, 05%) suivi de l'UMP Roger Pellenc (28, 52%) et du FN Frédéric Difraja (26,07%).

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 21h43 | Lien permanent | Commentaires (8)

Les chrétiens marocains prient en cachette

Un reporter de Vice (article en anglais) a rencontré des musulmans marocains convertis, qui assistent à la messe en silence dans des maisons, pour ne pas éveiller les soupçons. D'après le journaliste, ils seraient ainsi entre 5 000 et 40 000 à avoir embrassé le christianisme. La plupart des personnes interrogées, qui ont demandé l'anonymat, témoignent d'un pays qui "garantit la liberté religieuse, sauf pour les Marocains". Si l'apostasie n'est pas réprimée par la loi marocaine, "ébranler la foi d'un musulman" est sévèrement puni - jusqu'à trois ans de prison. En 2013, un converti a ainsi été condamné à 30 mois pour prosélytisme. Trois ans auparavant, sept familles ont été expulsées pour le même motif.

Louise Tudy

Posté le 26 mars 2015 à 21h27 | Lien permanent

Pièce de théâtre au profit d’une nouvelle école libre au Boulleaume dans l’Oise (60)

Affiche theatreLIGHT (1) - copieCette école, qui ouvrira à la rentrée prochaine, est à découvrir ici.

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 20h08 | Lien permanent

27 mars : Samuel Pruvot - François Hollande, Dieu et la République

H

Le Cercle de Flore et l'Action Française vous donnent rendez-vous le 27 mars 2015 à Paris pour rencontrer le rédacteur-en-chef de Famille Chrétienne Samuel Pruvot, qui parlera de François Hollande, Dieu et la République ainsi que de son dernier ouvrage "Peau rouge : journal de guerre d'un grand malade". A l'issue de l'intervention, vous pourrez vous le procurer et le faire dédicacer.

20h, 10, rue Croix-des-Petits-Champs à Paris. Entrée : 3 €

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 20h04 | Lien permanent

Développer la possibilité d'instaurer un salaire parental d'éducation

Dominique Martin, député européen FN, a défendu devant la commission de l'Emploi et des Affaires sociales du Parlement européen l'idée du salaire parental :

"Égalité des chances et de traitement entre hommes et femmes. Evidemment, pourquoi pas, difficile de s'y opposer. Mais à aucun moment je n'entends parler d'égalité à la liberté. Et notamment de la liberté des femmes à ne pas travailler. Vous en connaissez tous. Toutes ces femmes qui vont travailler à temps partiel pour 8-900 euros par mois (…) Croyez-vous qu'elles le fassent pour s'épanouir? Pour entrer dans la vie active? Pour être l'égal de l'homme ? Non elles le font parce qu'il manque entre 900 et 1100 euros pour subvenir au besoin du foyer. Et c'est ça qui est inacceptable

J'aimerais bien que l'on développe la possibilité, que l'on laisse la liberté aux femmes de s'occuper de leur foyer, notamment par un salaire parental d'éducation… À égalité avec les hommes, si vous voulez. Ça aurait l'avantage de libérer des emplois, ça aurait l'avantage de donner une meilleure éducation à nos enfants, ça aurait l'avantage de sécuriser nos rues parce qu'ils ne traîneraient pas nos rues et ne seraient pas soumis à la drogue (...)"

Philippe Carhon

Posté le 26 mars 2015 à 19h36 | Lien permanent | Commentaires (4)

Empêché de voter parce qu'il porte une kippa

A force d'intoxication médiatique et de bourrage de crâne de la part des politiques, le laïcisme fait perdre la tête :

"Dimanche dernier à l'occasion du premier tour de l'élection départementale, Avraham Weill, le grand rabbin de Toulouse, accompagné de son fils, se rend dans son bureau de vote situé dans l'école Nord. Alors qu'il s'apprête à accomplir son devoir électoral, la déléguée d'un candidat communiste présente dans le bureau lui demande de retirer sa kippa au nom du respect du principe de laïcité. En l'absence momentanée du président du bureau, la déléguée soutenue par son époux réitère à plusieurs reprises son opposition au vote d'Avraham Weill. Finalement elle cède devant l'hostilité et sous la pression des autres personnes, électeurs et assesseurs, présentes dans le bureau, mais insiste pour porter l'incident au procès-verbal du scrutin. Une insistance qui conduit le rabbin à déposer plainte pour discrimination"

Au premier tour des municipales en 2014, un Toulousain de 54 ans, avait été interdit d'urnes car il portait un sweat-shirt de la Manif pour Tous...

Philippe Carhon

Posté le 26 mars 2015 à 18h49 | Lien permanent | Commentaires (15)

Suppression du délai de réflexion pour l'avortement : écrivez à votre député !

L'Alliance Vita propose cette action vers vos députés :

"Dans le cadre du projet de loi santé, les députés ont voté en Commission, par amendement et sans réel débat, la suppression du délai de réflexion d’une semaine prévu pour les femmes enceintes qui envisagent de recourir à l’IVG.Le projet de loi prévoit également d’habiliter les sages-femmes à pratiquer des IVG médicamenteuses.A partir du mardi 31 mars, le texte sera de nouveau débattu à l'Assemblée nationale.

C'est pourquoi, Alliance VITA demande aux parlementaires de :

1. maintenir le délai de réflexion d’une semaine,

2. protéger la profession de sage-femme.

3. voter des mesures pour développer une véritable  politique de prévention de l’IVG et d’accompagnement des femmes enceintes, en particulier en cas de grossesse non prévue"

Pour écrire, c'est ici.

Philippe Carhon

Posté le 26 mars 2015 à 18h00 | Lien permanent | Commentaires (1)

A-t-on le droit de détester quelqu'un physiquement ?

Parmi ces deux citations, laquelle est la bonne avec le véritable auteur ?

"Cette voix éraillée... On dirait un soudard ! Je revendique le délit de sale gueule. Avec Christiane Taubira, c'est physique ! Je la déteste... Elle est épaisse". (Anne-Sophie Leclère

"Cette voix éraillée... On dirait un soudard ! Je revendique le délit de sale gueule. Avec Marine le Pen, c'est physique ! Je la déteste... Elle est épaisse". (Nicolas Sarkozy)

Philippe Carhon

Posté le 26 mars 2015 à 17h46 | Lien permanent | Commentaires (13)

Né à 19 semaines, il a vécu plusieurs instants au sein de sa famille

BbLe récit.

Les photos.

"Amas de cellules" qu'ils disent...

Le Salon Beige

Posté le 26 mars 2015 à 17h32 | Lien permanent | Commentaires (1)

Le phénomène de radicalisation n’a rien à voir avec la religion

Le plan national de lutte contre la radicalisation a permis d'établir une carte de France de ce phénomène. Le ministère de l'intérieur a même réalisé un manuel de formation destiné aux agents de l’Etat.
 
En fait, il s'agirait plutôt d'un manuel de rééducation politique tant le discours est politiquement correct et fait la part belle au pamalgam. Ainsi, la radicalisation y est définie comme :
 
"tout discours utilisant des préceptes religieux présentés comme musulmans pour mener un jeune à l’autoexclusion et à l’exclusion de tous ceux qui ne sont pas comme lui"

La palme du grotesque revient au préfet Pierre N’Gahane, chargé du volet prévention du dispositif :

"Le phénomène de radicalisation n’a rien à voir avec la religion. Il ne s’agit pas de conversions à l’islam, mais au radicalisme, même pour les musulmans. La plupart des radicalisés ont en commun une situation d’échec, de rupture, une quête de sens ou d’identité. Ils auraient pu s’accrocher à n’importe quelle branche : une secte, le suicide, l’armée ou la drogue. La force du discours djihadiste est qu’il donne réponse à tout. Il s’agit d’un kit de solutions. Il nous revient de leur proposer une solution alternative."

Les militaires apprécieront au passage d'apprendre qu'un jeune en "situation d’échec, de rupture, ou en quête de sens ou d’identité" a le choix entre les sectes, le suicide, la drogue...ou l'armée. Le préfet a juste oublié l'alcoolisme...à moins que l'alcool soit interdit à ceux qui se radicalisent.

4602009_6_ba29_nota-bene-certaines-personnes-ayant-ete_c8d8b9fc4af385ca7d873a9b45e47ba1Merci à LD ;-)

Philippe Carhon

Posté le 26 mars 2015 à 16h59 | Lien permanent | Commentaires (9)

Education familiale et industrie pornographique

Jennifer Ketcham, ancienne actrice de films pornographiques, a réussi à sortir de cet enfer qu'elle appelle "l'industrie pornographique". Elle a commencé étudiante et a continué dans cette voie volontairement. Elle propose aux parents des pistes qui peuvent amener une jeune fille sur cette voie :  

"Désormais, et compte tenu du fait que je connais bien quelques filles qui ont quitté le porno, j'ai l'impression que je comprends certains des facteurs qui motivent à rentrer dans cette industrie ou à la quitter (...)

2. Parce que vous étiez ses amis, et non ses parents (...) Vous n'avez jamais établi des limites parentales solides et vous n'avez pas réussi à lui apprendre qu'elle avait le droit de voir ses propres limites respectées. Votre côté permissif en tant que parent l'a conduite à avoir une faible estime d'elle-même et à ne pas être douée socialement (...)

3. Parce que vous avez divorcé et que ça s'est mal passé. Je n'ai même pas besoin d'argumenter sur les désastres qu'un mauvais divorce peut produire parce que les statistiques parlent d'elles-mêmes. Cependant, si vous pensez toujours que c'est bien de divorcer et d'en faire subir les conséquences à vos enfants parce que les enfants sont résistants, ou que vous n'avez pas remarqué combien vous vous traitez mal l'un l'autre, pensez-y à deux fois. Une étude de Paul Armato a démontré que les enfants issus d'un divorce ont une scolarité et une "adaptation psychologique, une idée d'eux-mêmes et une sociabilité" plus faibles que la moyenne. Une étude de 2002 présentée dans The Journal of Pediatric Psychology a montré que les adolescents ayant une mère célibataire ou une mère absente sont plus enclins à avoir une vie sexuelle active à un plus jeune âge, un comportement à risques induit par un abus de drogue et un manque de soutien social. Il est vrai qu'il existe des situations où un divorce est la meilleure solution, mais ce processus est délicat et ses conséquences négatives peuvent avoir un effet à long terme (...)

Et si vous avez divorcé, laisser les hommes (ou les femmes) avec lesquels vous êtes sortis par la suite rentrer et sortir de votre vie (et donc de celle de votre fille) lui a appris que les partenaires, et les gens en général, sont interchangeables. Les enfants doivent connaître la vérité sur les relations sexuelles, et ont besoin de sources fiables de soutien et d'affection de la part des adultes (...)

6. Parce que vous l'avez trop laissée regarder la télévision. Il y a un prix à payer quand on laisse les médias élever son enfant. Même une heure sur les 72 minutes par jour devant la télé que passent la plupart des enfants peut avoir de graves conséquences (...)

7. Parce que vous lui avez donné un smartphone quand elle avait 10 ans, et que maintenant elle prends des selfies (autoportrait) géniaux à longueur de temps. A chaque nouvelle photo qu'elle poste sur les sites de réseaux sociaux, elle devient moins sensible à l'idée de ces images d'elle flottant sur la Toile. Des études montrent qu'une utilisation plus fréquente des réseaux sociaux est corrélée au narcissisme. Le "sexting" est une pratique de plus en plus fréquente, et une passerelle technologique pouvant conduire à des apparitions sur des sites Internet porno. Vous pouvez être à peu près sûr que votre fille a déjà pensé au sexting ou a des amis qui le pratiquent." (...)

9. Parce que vous ne lui avez jamais montré une manière saine de remplir le vide spirituel si typiquement humain. N'est-ce pas intéressant que des filles aient arrêté de faire du porno parce qu'elles avaient découvert la religion ? Cela arrive presque chaque jour, même à des filles qui sont considérées comme "la star la plus belle du porno". L'argent, les découvertes sexuelles, et la fausse adulation ne leur ont pas permis de s'épanouir autant que la spiritualité.

Philippe Carhon

Posté le 26 mars 2015 à 15h23 | Lien permanent | Commentaires (1)

LMPT accueille Valls à Saint-Etienne

Le premier ministre s'est rendu ce jeudi matin au congrès de la FNSEA à Saint-Etienne. Lamanifpourtous42 n'a pas manqué de l'accueillir, même en nombre restreint du fait des heures de travail. Le premier ministre est entré et sorti par un trou de souris (trop peur ?), personne ne l'a vu...

Valls 2 (Large)

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 14h58 | Lien permanent

Alain Juppé n'a jamais lu le coran mais promet de le faire

Echange assez surréaliste entre Michel Onfray et Alain Juppé sur la plateau de Canal+ :

"Alain Juppé le répète : Oui, l'islam est compatible avec la République. Le candidat à la primaire de la droite en 2016 le redit ce mercredi 25 mars sur le plateau du Grand Journal de Canal+. Dénonçant l'"obscurantisme", le "fanatisme" et une "interprétation littérale de cette religion du Coran", le maire de Bordeaux affirme :

Aujourd'hui, on est confronté à un problème majeur qui est considérable : est-ce qu'on fait oui ou non l'hypothèse que l'islam est compatible avec la République ? Moi je ne peux pas répondre 'non' à cette question. Je dis 'oui'. Parce que si on répond 'non', ça veut dire qu'il y a 5 millions de Français qui doivent aller ailleurs. Ça n'a pas de sens.

Et Alain Juppé de joindre le geste à la parole en dégainant un document de la Fondapol, l'association du politologue Dominique Reynié. "C'est un livre sur les femmes et le Coran. Ils expliquent - moi je ne l'ai pas lu le Coran, je ne sais pas s'ils disent vrai ou pas - et bien,  ils expliquent que rien dans le texte du Coran ne justifie l'inégalité entre les hommes et les femmes. Voilà, c'est ça qu'il faut essayer", ajoute l'ancien Premier ministre.

De cette démonstration, Michel Onfray retient l'aveu d'Alain Juppé : le maire de Bordeaux n'a jamais lu le Coran. Également invité du Grand Journal, le philosophe (...) tance son voisin de table :

Michel Onfray : Si vous permettez, je trouve grave que vous n'ayez pas lu le Coran.
Alain Juppé : Oui c'est vrai.
Michel Onfray : Très grave.
Alain Juppé : J'en ai lu des extraits mais c'est vrai.
Michel Onfray : Vous faites partie des gens qui pourraient être président de la République. C'est extrêmement important.
Alain Juppé : Il y a encore deux ans.
Michel Onfray : […] Je trouve qu'aujourd'hui, se permettre d'avoir des avis sur l'islam sans avoir lu le Coran, d'avoir des avis sur l'islam sans avoir lu les hadiths du Prophète, d'avoir des avis sur l'islam sans avoir lu une biographie du Prophète, c'est comme parler d'un film qu'on n'a pas vu…

Et Michel Onfray de demander comment peut-on dire que l'islam est compatible avec la République si on n'a pas lu le Coran. Du coup, Alain Juppé s'engage à lire le texte saint de l'islam. Il dit :

Je vais le lire intégralement. Je vais vous dire, j'ai essayé et je n'y suis pas arrivé, parce qu'en réalité, c'est illisible..."
Philippe Carhon

Posté le 26 mars 2015 à 14h48 | Lien permanent | Commentaires (25)

Le gouvernement fait reculer le chômage

Challenges

Parmi les enseignes concernées figureraient le groupe de prêt-à-porter Vivarte (propriétaire des marques André, Kookaï ou La Halle) ou les Galeries Lafayette.

Louise Tudy

Posté le 26 mars 2015 à 14h45 | Lien permanent | Commentaires (1)

Ces députés européens qui ont trahi la charte LMPT

Message de l'équipe LMPT 69 (région de Lyon) :

"En mai 2014, tous les élus députés européens UMP et FN de la circonscription Grand-Sud-Est ont signé la Charte de la famille proposée par La Manif Pour Tous pour les élections européennes de 2014 :
- Marie-Christine Arnautu FN)
- Michel Dantin (UMP)
- Bruno Gollnisch (FN)
- Françoise Grossetête (UMP)
- Jean-Marie Le Pen (FN)
- Dominique Martin (FN)
- Renaud Muselier (UMP)
- Mireille d'Ornano (FN)

En signant cette charte, ils se sont engagés à respecter et à promouvoir un certain nombre de "Principes européens pour la famille et pour l'enfant", parmi lesquels :

  1. Le mariage, engagement public durable que prennent librement un homme et une femme … doit être protégé par toutes instances nationales et européennes.
  2. Tout enfant est né d’un homme et d’une femme. Dans son intérêt supérieur, il a le droit d’être élevé par son père et sa mère ou, s’il est privé de sa famille d’origine, par un père et une mère adoptifs…
  3. La politique familiale … est du ressort de chaque Etat.

Pourtant, le 12 mars dernier, les élus suivants ont voté au Parlement européen le rapport annuel sur les Droits de l'Homme dans le monde, dit rapport Panzeri du nom de son rapporteur :
- Michel Dantin (UMP)
- Françoise Grossetête (UMP)
- Renaud Muselier (UMP)

Or, ce rapport « encourage les institutions de l'Union et les États membres à contribuer davantage à la réflexion sur la reconnaissance du mariage homosexuel ou de l'union civile homosexuelle » (§ 162). Signer ce rapport est ainsi en contradiction flagrante avec leur engagement pris il y a un an à peine. Il est donc clair que, pour ces députés, le reniement, c'est maintenant! Peut-être madame François Grossetête pourra-t-elle donner quelques explications à ses électeurs la semaine prochaine, lors de sa réunion militante à la permanence de l’UMP du Rhône, mercredi 1er avril ?"

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 14h08 | Lien permanent | Commentaires (15)

Syrie : la Grande-Bretagne joue avec le feu

La Grande-Bretagne va envoyer 75 instructeurs rejoindre un programme créé par l'armée américaine pour entraîner les forces de l'opposition syrienne.

La fameuse opposition au président Assad, qui serait musulmane mais modérée. A ceci près que les frontières entre cet opposition et l'Etat islamique ne sont pas particulièrement étanches, les combattants passant d'un groupe à l'autre.

L'entraînement doit commencer dans les prochaines semaines, en Turquie et dans des pays membres de la coalition internationale qui combat l'Etat islamique. Les militaires britanniques apporteront leurs connaissances du maniement d'armes légères, des tactiques d'infanterie et des secours médicaux.

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 14h06 | Lien permanent | Commentaires (15)

Confusion sur l'avortement au Québec

Violemment critiqué par le Planning familial à propos de son projet de restriction de l'avortement, le ministre de la Santé Gaétan Barrette s'est emmêlé les pinceaux pour faire marche arrière :

« le projet de loi 20 n’aura pas d’impact sur l’accès aux avortements »; « les cliniques de planning familial pourront continuer d’exister et d’opérer tel quel ». « Je comprends votre point et j’accepte la critique ».

« Je clarifie une chose pour laquelle je n’ai pas été clair ce matin […] les activités de planning familial sont incluses. [dans les des activités médicales prioritaires]» « Ben ce matin, non ce n’est pas écrit, oui c’est écrit, mais ce n’est pas écrit dans ce détail-là dans le document. Vous avez un point, vous avez raison, il y a des éléments qui mériteraient [d’être clarifiés], et on va le sortir [le règlement] le plus rapidement possible ».

« Il n’y aura pas, au Québec, de limitation d’accès à l’avortement de quelque manière que ce soit, ce n’est pas dans nos intentions et le projet de loi 20 ne fait pas ça. »

Le premier ministre Philippe Couillard est intervenu :

« Le gouvernement n’a aucune intention, directement ou indirectement, de restreindre l’accès libre et gratuit des femmes à l’interruption de grossesse. »

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 13h58 | Lien permanent | Commentaires (2)

Accueil de Manuel Gaz et Marisol Touraine à Tours ce soir

Rendez-vous place Jean Jaurès à 18h30 :

V

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 13h50 | Lien permanent

Vraiment, ça fait désordre

Distrait, le Pentagone a "égaré" 500 millions de dollars de matériel militaire au Yémen. (Causeur) :

[...]"Et 500 millions de dollars en matériel militaire, ce n’est pas rien, on ne parle pas ici d’égarer une casquette ou une paire de rangers. Ce que le Pentagone ne parvient pas à retrouver, c’est, précisément : 200 fusils d’assaut, 200 pistolets automatiques, 1 250 000 balles, 300 paires de lunettes de vision nocturne (ah ça, les lunettes c’est le grand classique ! On regarde partout et en fait on les a sur le nez), 250 gilets pare-balles, 160 Humvees (des Jeeps mais en plus gros et plus blindé), 4 hélicoptères, 4 drones, 2 Cessna, deux bateaux de patrouille et un avion de transport militaire. « Nous devons nous résigner à admettre qu’ils ont été perdus », a reconnu un conseiller militaire qui a souhaité conserver l’anonymat en raison du caractère archi-sensible de l’information. On le comprend, c’est plus facile de dire « ah ben je ne comprends pas, il était là et puis pouf il n’est plus là » à propos de son trousseau de clé que d’un avion de transport de 25 mètres de long. C’est comme égarer un bateau de patrouille ou un hélicoptère, ça fait désordre.[...]

Us-army-yemen

Reste à savoir ce qu’ont pu devenir aujourd’hui les 200 fusils d’assaut, les Humvees, les hélicoptères, les avions et les bateaux égarés par le Pentagone au Yémen. Il y a deux explications possibles. Peut-être ce matériel a-t-il basculé dans la dimension mystérieuse des objets perdus. C’est un endroit situé hors de l’univers euclidien ou l’on retrouve absolument tout ce qui a été perdu un jour ou l’autre : l’espoir, les ambitions, les amours enfuies, le plutonium, les avions de transports, les porte-clés, les fusils d’assaut, les factures, les lunettes de vision nocturne, la foi,  les Humvees, l’inspiration, les galions, les missiles et les petits papiers sur lesquels on note les numéros de téléphone qu’on égare dans la journée. Dans un immense entrepôt si vaste que l’on ne peut en mesurer la taille, des centaines de milliers de petits lutins s’activent pour ranger tous les objets perdus sur des étagères qui grimpent jusqu’au firmament.

L’autre explication est sinon que les groupes rebelles yéménites concurrents soutenus par l’Iran d’une part, ou par Al-Qaïda de l’autre, se sont déjà depuis longtemps emparés de ce matériel qui a peut-être même transité jusqu’à l’Etat Islamique. Les paris sont ouverts."[...]

Il y a de fortes chances pour que ce soit la deuxième option qui soit la bonne, hélas.

Marie Bethanie

Posté le 26 mars 2015 à 12h57 | Lien permanent | Commentaires (15)

L'UE, c'est la prospérité, la croissance, la puissance économique...

En 1992 (avant le traité de Maastricht), la dette de la France représentait 35 % du PIB. Ce qui était déjà conséquent.

23 ans après, grâce à l'Union Européenne sans laquelle, aux dires des européistes, ce serait la catastrophe (l'apocalypse, toussa...), cette dette représente 95 % du PIB et chaque Français "doit" 31 000 euros.

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 11h57 | Lien permanent | Commentaires (10)

La dédicace de François Billot de Lochner à Sarkozy

François Billot de Lochner, président du collectif France Audace et de la Fondation de Service Politique, vient d'envoyer son dernier livre "Echapper à la mort de la France" aux responsables de partis. Voici la dédicace qu'il a écrite à Nicolas Sarkozy, dédicace qui prend un relief particulier en ces temps de valse-hésitation sur les alliances entre l'UMP et le FN pour les élections départementales :

J"Puissiez-vous, Nicolas, proposer pour 2017 les mesures de la dernière chance proposées dans ce livre, puis les mettre en oeuvre si d'aventure vous êtes élu.

Vous répondrez ainsi à l'attente majoritaire de vos électeurs, qui souhaitent que la droite conduise une politique... de droite dans le cadre d'une alliance, naturelle donc évidente, avec tous les partis... de droite!

Vous mettant ainsi à l'écart des combinaisons politiciennes, vous pourrez oeuvrer pour que la France échappe à la mort.

Telle sera peut-être votre responsabilité historique.

François Billot de Lochner"

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 11h35 | Lien permanent | Commentaires (9)

Etats-Unis : le pro-vie Ted Cruz candidat à la candidature républicaine

De Christian Daisug dans Présent :

T"Il est le plus solidement ancré dans les combats de la droite nationale, le plus agressif des pourfendeurs de l’immobilisme de son propre parti, le plus acide des adversaires du régime en place depuis janvier 2009 : à 44 ans, dont trois à peine passés sur les bancs du sénat à Washington, Ted Cruz bénéficie d’un pedigree flatteur pour briguer la magistrature suprême en novembre 2016, à un moment où le bilan de Barack Obama dissuadera beaucoup d’Américains de voter en faveur d’une nouvelle aventure démocrate.

Selon les observateurs, un républicain aurait six chances sur dix – simplement parce qu’il est républicain – de remporter dans 19 mois la Maison Blanche. Ted Cruz cherche à être celui-là. Voilà pourquoi il a décidé d’annoncer dès maintenant sa candidature aux primaires républicaines de janvier 2016. Se placer en tête du peloton des concurrents offre l’avantage d’occuper seul, pendant un certain temps, la une des journaux et permet de devenir la vedette de toutes les conversations politiques. [...]

Sur qui Cruz pourra-t-il compter pour asseoir sa campagne et gagner des points contre ses adversaires ? Sur une coalition à trois composantes. D’abord, les militants des Tea Parties qui, depuis six ans, vivent très mal leurs frustrations à l’égard de la vaste dérive gaucho-libérale dont l’Amérique de la classe moyenne est la principale victime. Ensuite, les chrétiens de la vraie droite qui souffrent au fil des années de voir s’éloigner leur pays de ses valeurs ancestrales et faire le lit d’une subversion venue d’ailleurs. Enfin, les déçus d’un républicanisme qui ne rime plus avec américanisme depuis que les manœuvriers du parti ont accepté de se maintenir dans le courant nauséeux du politiquement correct. Trois composantes pour une coalition qui pourrait rassembler des majorités : tout dépendra des circonstances, des adversaires, et de Cruz lui-même.

L’homme ne manque pas de qualités. Il sait mettre ses attitudes intransigeantes et son sens du compromis au service d’une stratégie. C’est l’un des champions des pro-vie, des partisans d’un muselage du gouvernement, des droits des Etats, d’une différence marquée entre démocrates et républicains, d’un contrôle rigoureux des poussées fiscales. Cruz voudrait se faire passer pour le chantre de l’initiative individuelle et le dynamiteur du bureaucratisme. [...]"

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 11h27 | Lien permanent

L'Union européenne s'attaque à la propagande

.... la sienne, qui nous veut faire ingurgiter toujours plus d'Union européenne ?

... la propagande de nos médias, qui reprennent les mêmes dépêches et diffusent la même pensée unique ?

... la propagande de François Hollande, qui a voulu faire croire qu'il défendait la liberté d'expression en défilant en tête des "Je suis Charlie" ?

... la propagande de Christiane Taubira, qui prétend lutter contre le terrorisme, en alourdissant l'arsenal répressif contre le racisme et l'antisémitisme ?

... La propagande de Manuel Valls, qui a fermement condamné la GPA la veille d'une Manif pour tous, pour laisser faire ensuite ?

... La propagande de Najat Vallaud Belkacem, qui a défendu hier bec et ongles les ABCD de l'égalité tout en affirmant que la théorie du genre n'existait pas, et qui prétend aujourd'hui qu'elle ne veut pas enterrer l'enseignement du latin et du grec ?

...

Non, l'Union européenne va lutter contre la propagande russe.

Louise Tudy

Posté le 26 mars 2015 à 11h13 | Lien permanent | Commentaires (5)

L'esclavage fait partie de l'islam et du djihad

Roger Botte, anthropologue et chercheur à l'institut des mondes africains, publie un article très intéressant dans l'Histoire. Il vaut la peine d'être lu en intégralité. En voici des extraits :

"Dans toutes les sociétés ayant l'islam en partage, l'esclavage bénéficiait d'une entière légitimité en tant que pratique sociale réglée par la charia. Son abolition imposée de l'extérieur, entre le XIXe et le XXe siècle [lire par les puissances coloniales,ndlr](...) non prévue dans le Coran, a été réalisée au prix d'astuces juridiques partout contestées. L'abolition n'a jamais pu cependant faire disparaître la loi religieuse. Aussi de nombreux pays musulmans restent-ils d'autant plus imprégnés par l'idéologie esclavagiste que les règles de droit touchant l'institution continuent d'être enseignées à l'école, à l'université, dans les prêches du vendredi, ou simplement connues à la lecture du Coran.

C'est la raison pour laquelle l'esclavage perdure encore dans certains pays (...)

Historiquement, dans le monde islamique, l'esclavage était une institution intrinsèquement liée au djihad à travers l'asservissement des prisonniers de guerre. Or, l'enlèvement de femmes pour les réduire en esclavage -hier par le GIA algérien, aujourd'hui par Boko Haram, par l'État islamique (Daech) ou par le groupe Abu Sayyaf aux Philippines- montre que dans l'imaginaire des mouvements djihadistes sunnites le lien djihad/esclavage n'a rien perdu de son caractère prescriptif. Dès 2003, un idéologue religieux très influent, le Saoudien Saleh al-Fawzan, édictait une fatwa sans équivoque: "L'esclavage fait partie de l'islam. L'esclavage fait encore partie du djihad, et le djihad durera aussi longtemps que l'islam."

Le djihad donc, et par conséquent le rétablissement de l'esclavage sexuel, Daech en a théorisé le retour (...)  début décembre 2014, un "Bureau des recherches et des avis juridiques" a publié en arabe une brochure qui constitue une sorte de digest des bonnes pratiques concernant l'esclavage des femmes. Ce manuel, intitulé "Questions et réponses sur la capture et les esclaves", énonce en vingt-sept items le licite et l'illicite en matière d'assujettissement (...) Est-il permis d'avoir des rapports sexuels avec elles? Oui, répond le manuel qui cite les versets coraniques (23: 1-6) déclarant non blâmables pour un homme les rapports sexuels avec ses épouses ou ses esclaves (...) Le grand nombre de fillettes enlevées a nécessité la régulation des pratiques pédophiles. Ainsi, la question n° 13: "Est-il permis d'avoir des rapports avec une esclave qui n'a pas atteint la puberté? Réponse: Il est permis d'avoir des rapports sexuels avec une esclave non encore pubère si elle est capable de rapports; toutefois si elle n'est pas apte aux rapports sexuels, on se contentera d'en jouir sans rapports."

En France, la loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance des traites et des esclavages comme crime contre l'humanité, dite loi Taubira, ne concerne que la "traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XV siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes" (article 1er). Christiane Taubira qui cherche à culpabiliser la France en permanence n'avait pas voulu étendre sa scandaleuse loi à la traite arabo-négrière pour des raisons hallucinantes :

"Il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes"

Et là, faut-il éviter de condamner l'esclavagisme des nouveaux djihadistes pour ne pas de contrarier les nombreux candidats au djihad dont regorgent nos banlieues ? Pourquoi ne l'entendons-nous pas, elle qui manie si bien la langue française ?

Philippe Carhon

Posté le 26 mars 2015 à 11h08 | Lien permanent | Commentaires (5)

Des blagues sur la Bible, oui, sur le Coran, non

Un humoriste explique pourquoi il fait des blagues sur la Bible dans son spectacle, mais pas sur le Coran :

«Le contexte ambiant vous oblige-t-il à la prudence? Y a-t-il des sujets que vous n'abordez pas volontairement?»

«Dans le spectacle, je parle à moment donné de la Bible. Je dis que j'aurais voulu faire la même blague sur le Coran mais que je n'ai pas eu les couilles de le faire. Les gens ont envie de se distraire, ont besoin de rire, sans pour autant en être conscients. On en a besoin, sans forcément en avoir envie».

Michel Janva

Posté le 26 mars 2015 à 10h41 | Lien permanent | Commentaires (10)

Eglises et chapelle à vendre

C'est la patrimoine religieux de la France que l'on est en train de dilapider. Dans le Morbihan, c'est une chapelle qui est mise en vente sur le Bon Coin entraînant des réactions d'incompréhension :

Une-chapelle-a-vendre-sur-le-site-leboncoin-com-11380656nudtl"Les Filles de Jésus de Kermaria ont décidé de passer par cette véritable agence immobilière 2.0 qu'est devenu Le Bon Coin pour vendre leur chapelle de 130 m² (...). Eflamm Caouissin, l’auteur de l'article, dénonce une décision peu compatible avec la vocation apostolique de la congrégation : « Cette chapelle, se trouvant dans une enceinte d'école, peut très bien rayonner pour les générations futures. Vendre un édifice religieux pour en faire un commerce ou une habitation, on fait mieux dans le genre missionnaire ».

Eflamm Caouissin explique faire « son possible » pour éviter la vente de cette chapelle qui pourrait connaître une autre destinée :« Nous proposons que les religieuses cèdent la chapelle pour un euro symbolique à l'Œuvre Saint-Joseph, créée par Philippe Abjean, ou à d'autres structures qui travaillent à conserver la vocation spirituelle de ces édifices religieux et à en faire des tremplins de nouvelle évangélisation »."

A Rouen, ce sont deux églises "désacralisées" qui cherchent acquéreurs :

"L'église Saint Nicaise, située près des Jardins de l’Hôtel de ville, à Rouen, est une église du 15ème siècle qui a brûlé en mars 1934. Elle a été partiellement reconstruite et bénie en 1940. C’est l’une des premières églises de France à être construite en béton armé. Depuis plus de 15 ans, aucune messe, aucun sacrement n’y a été célébré. L’archevêché a donc décidé de désacraliser ce lieu pour en rendre la totale responsabilité à la ville.Il en va de même avec l’église Saint Paul, située non loin du CHU.

A l’inverse de l’église Saint Paul, l’église catholique Saint Nicaise est un monument classé. Le béton armé se désagrège et les murs sont étayés. Elle nécessite des travaux très importants. Par ailleurs, la municipalité de Rouen, qui souhaite donc vendre ces 2 églises ne le fera que si les projets respectent les lieux, le quartier, le monument. Elles ne deviendront donc pas des discothèques ou des pubs, comme cela se pratique en Angleterre."

Philippe Carhon

Posté le 26 mars 2015 à 10h37 | Lien permanent | Commentaires (3)


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2010 - Le Salon Beige