30 septembre 2014

Combien de ministres ou de parlementaires masculins ont déjà pris un congé parental ?

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, déclare :

« Nous appelons les familles de France à réagir en venant dénoncer la déconstruction de la famille dimanche prochain à Paris et Bordeaux. Après la filiation avec les conséquences de la loi Taubira (PMA pour les couples de femmes et GPA – Gestation Pour Autrui – c’est à dire les mères porteuses), c’est la famille qui est de nouveau dans le viseur du gouvernement. Il est temps de dire STOP ! ».

Après avoir déjà, entre autres mesures aberrantes,

  • abaissé le plafond du quotient familial (avec la conséquence que plus la famille a d’enfants, plus la hausse d’impôt est importante…)
  • réduit le congé parental de 6 mois,

le gouvernement Valls 2 poursuit avec acharnement sa déconstruction de la politique familiale :

  • prime de naissance divisée par trois à partir du 2e enfant,
  • baisse sous conditions de l’allocation de « complément de mode de garde »
  • répartition obligatoire entre les deux parents du congé parental.

« Arrêtons l’hyprocrisie ! Combien de ministres ou de parlementaires masculins ont déjà pris un congé parental ? »

« Peut-on appeler cela « modernisation de la politique familiale » comme le fait Marisol Touraine ? La réponse est NON. Nous invitons les Français à se mobiliser dimanche prochain pour adresser un message au gouvernement : il est temps d’arrêter les mesures conduisant à fragiliser la famille. Bien au contraire, il faut être audacieux pour la protéger puisqu’en période de crise, c’est justement elle, la famille, qui nous protège ».

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 17h36 | Lien permanent

Un opposant à la loi Taubira à la tête du Sénat ?

Gérard Larcher est assuré d'être élu demain président du Sénat. Il a été élu lors de la primaire UMP avec 80 voix, contre 56 pour Jean-Pierre Raffarin et 7 pour Philippe Marini.

Gérard Larcher s'était exprimé contre la dénaturation du mariage, et l'adoption par deux personnes de même sexe.

Et il avait même participé à la Manif pour Tous.

Si l'élection de Gérard Larcher à la présidence du Sénat se confirme, le deuxième personnage de l’État (après le Président de la République) sera donc ouvertement contre la dénaturation du mariage.

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 17h29 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les familles ne doivent pas payer pour les coupables

Communiqué du député Jacques Bompard :

"Dans son ironique discours du Bourget François Hollande clamait combien il comptait s’en prendre au monde de la finance. Avec lui la cohorte des économistes de Gauche nous rappelaient ce que les patriotes affirment depuis toujours : le cosmopolitisme financier ne nourrit que les oligarques et les intérêts égoïstes plutôt que de soutenir les familles de France.

Mais rapidement les gouvernements Hollande ralentissent toutes les initiatives qui voulaient mettre la finance au pas : de la taxe sur les transactions financières européennes aux tenants d’une vraie séparation entre banques d’affaires et de dépôts. Après leur sauvetage, les banques n’eurent donc aucune contrepartie à payer pour leurs excès.

Aussi devant la lâcheté ou la complicité de notre exécutif, ces familles finirent d’espérer : elles comprirent aisément qu’elles n’auraient d’autre service politique que le harcèlement fiscal et la haine de ce qu’elles représentent.

La trahison socialiste ne pouvait s’arrêter là. Il lui fallait davantage de subsides. Aussi décida-t-elle de faire peser sur ces familles le prix d’un effort qu’il revenait aux grands organismes financiers de payer.

Ainsi dans le projet de budget initial pour la sécurité sociale présenté par le ministre de la Santé, la prime à la naissance sera divisée par trois à partir du deuxième enfant. Les allocations familiales majorées ne seront plus versées qu’à partir de 16 ans et non 14 comme avant. En tout l’Etat veut économiser 700 millions d’euros sur le dos des familles. Une bagatelle devant ce qu’il accorde quotidiennement d’échappatoires et de manque à gagner auprès de cette grande finance qui devait être son ennemi.

Le congé parental, enfin, est gravement mis en danger. Visiblement la haine de la nature l’emporterait encore sur la réalité des difficultés des familles françaises puisqu’il s’agirait de forcer les hommes à prendre un congé maternité.

Si l’argent des familles de France ne semble pas avoir d’odeur pour nos prétendus gestionnaires, leur colère mérite d’être bruyante. Entre les attentats à la pudeur encouragés dans l’enceinte scolaire examinée en ce moment au Conseil d’Etat, les gazages récurrents lors des rassemblements pacifiques de la manif pour tous,  et les déclarations d’idéologues fanatiques qui effraient la société rien n’aura été épargné aux défenseurs de la cellule de base de notre société.

J’encourage donc l’ensemble de mes compatriotes à se rendre à la grande manifestation du 5 octobre. Non au saccage du mariage ! Non à la marchandisation de la procréation par la PMA, la GPA et les mères porteuses ! Non à l’endoctrinement de nos enfants par les délires des théories du genre ! Non enfin au pillage des familles par lâcheté politique !"

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 17h26 | Lien permanent

Le FN appelle à manifester dimanche

Communiqué de Nicolas Bay, secrétaire général dajoint du parti :

"Résolument opposé à la PMA et à la GPA et souhaitant l’abrogation de la loi Taubira, le Front National invite ses militants, adhérents et électeurs qui souhaitent participer à la Manif pour tous du 5 octobre à Paris à rejoindre la délégation des élus et cadres du FN qui seront présents. Rendez-vous dimanche 5 octobre à 13h - Porte Dauphine, devant la gare RER C, face à l’université Paris Dauphine. Les élus sont invités à porter leurs écharpes.

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 17h21 | Lien permanent

Sept trisomiques saisissent le Conseil d’Etat contre le CSA

Communiqué :

"Pour la première fois dans l’histoire de la Justice, de jeunes adultes porteurs de trisomie 21, sans avocat, viennent de saisir le Conseil d’Etat pour faire annuler une décision du CSA qui censure leur libre parole. A l’occasion de la journée mondiale 2014 de la trisomie 21, TF1, M6, Canal+ et D8 ont diffusé gracieusement un clip intitulé « Dear Future Mom ». Ce clip mettait en scène plusieurs jeunes français et étrangers porteurs de trisomie 21. Ils expliquaient que, malgré leur handicap, ils étaient heureux et qu’ils pouvaient vivre, travailler et aimer comme tout le monde. Ce clip, repris sur Youtube, a connu un succès fou royant : il a été vu par plus de 5 millions de personnes. 

Mais le 25 juillet dernier, le CSA annonçait sur son site qu’il venait d’écrire aux chaines de télévision pour leur indiquer que ce clip n’était « pas d’intérêt général », pour leur reprocher de l’avoir diffusé et pour leur demander de ne pas recommencer à l’avenir. Le CSA a motivé cette décision par le risque de générer un trouble chez les femmes qui pourraient décider de ne pas garder le fœtus porteur de trisomie qu’elles attendraient.

Informés de cette censure, six jeunes porteurs de trisomie 21, majeurs non protégés (c'est-à-dire dans le plein exercice de leurs droits d’adultes), viennent de déposer un recours pour excès de pouvoir devant le Conseil d’Etat. Ils n’ont pas pris d’avocat. Une des jeunes actrices du clip, mineure de 16 ans, s’est jointe à eux par l’intermédiaire de sa mère. C’est une première dans l’histoire de la Justice. Ordinairement, on parle, on agit et on pense pour les personnes en situation de handicap mental, réputées « incapables »… et donc sans voix. Le CSA explique même, dans sa décision, que la parole des personnes trisomiques ne peut être diffusée à la télévision que dans des émissions « encadrées et contextualisées » !

Ni le clip, ni ces jeunes ne font la moindre allusion à l’Interruption Médicale de Grossesse. Les 7 requérants ignorent tout de cette problématique : eux, ils sont vivants, ils ont une conscience aigüe de leur handicap (« j’ai mal » dit l’un d’eux), ils demandent juste leur place dans la société et des regards bienveillants, au lieu de la curiosité appuyée ou du rejet qu’ils perçoivent trop souvent. Aujourd’hui, ces jeunes exercent directement leur droit de prendre la parole, parce que, selon leurs propres mots : « C’est un peu difficile pour les trisomiques » ; « Il faut les écouter quand ils parlent ». Et, comme l’explique Jean-Baptiste : « Moi je ne me défends pas tout seul devant les méchants. Si ils m’embêtent, je préfère un juge ».

Afin d’éviter toute manipulation, leur consentement a été recueilli en dehors de toute pression. La preuve en est apportée au Conseil d’Etat sous la forme de l’enregistrement vidéo intégral de leurs propos durant 2h30. Ces jeunes ont le droit d’être vus et entendus sur des chaines publiques sans être stigmatisés encore et toujours. Ils veulent juste être écoutés, reconnus, acceptés sans restriction, ni gêne, ni condescendance : ils demandent au Conseil d’Etat le droit d’être des citoyens à part entière."

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 16h27 | Lien permanent

Guillaume Peltier veut imposer la parité public-privé aux partis politiques

Interrogé ce matin sur BFM TV et RMC, Guillaume Peltier, Vice-Président de l'UMP a évoqué la Manif pour Tous ainsi que la loi Taubira, comme l'a déjà indiqué Michel. Il a aussi proposé d'instaurer une parité Public/Privé dans les partis politiques, et notamment à l'UMP:

«Notre classe politique souffre d'une surreprésentation de la haute fonction publique. Le jour où vous aurez plus d'agricultures, d'artisans, de commerçants et d'entrepreneurs dans le monde politique (…) notre pays se portera bien mieux». 

Il espère que cette proposition sera reprise par Nicolas Sarkozy.

Si cette parité n'est pas respectée à l'Assemblée Nationale, elle s'en approche puisque 45% des députés sont issus du secteur privé. Toutefois, pour être représentative de la population française, ce ne sont pas les 50% de Guillaume Peltier qu'il faudrait atteindre, mais environ 75%.

Après, on peut rêver d'atteindre la proportion moyenne de l'OCDE de répartition des actifs dans les secteurs public/privé qui est de 15% versus 85% mais bon...

William Iverson

Posté le 30 septembre 2014 à 16h08 | Lien permanent | Commentaires (0)

Mgr Michel Aupetit et La Manif Pour Tous

Mgr Michel Aupetit, évêque de Nanterre, publie ce communiqué :

"On me demande de m’exprimer sur la Manif pour Tous organisée dimanche 5 octobre pour protester contre la banalisation de la PMA (Procréation médicalement assistée) et de la GPA (Gestation pour autrui).

J’ai eu de nombreuses fois l’occasion d’intervenir sur ces sujets, rappelant que la procréation médicalement assistée qui, originellement était destinée à remédier à l’infertilité d’un couple et qui, même dans ce cas, n’allait pas sans poser de problèmes, devenait une grave injustice quand elle servait à faire de l’enfant un obscur objet de désir pour combler toutes les frustrations et tous les manques.

Quant à la GPA, c’est-à-dire la question des mères porteuses, outre qu’elle instrumentalise le corps de la femme, elle introduit un trouble majeur dans la filiation lorsque le pauvre enfant, en grandissant, ne saura plus qui est vraiment sa mère, entre celle qui lui a donné son visage (la donneuse d’ovules), celle qui l’a porté et mis au monde ou celle qui va l’éduquer.

On remplace l’acte d’amour par une éprouvette et le papa et la maman par des éducateurs que l’on croit plus spécialisés. Le père a fait place à l’expert. La procréation a fait place à la production déniant à l’enfant ses droits légitimes d’être élevé par son père et sa mère.

Un évêque enseigne de sa cathèdre dans son diocèse. Il s’exprime aussi ex cathedra. Je l’ai fait à maintes reprises devant des parlementaires, des médecins, à la télévision ou à la radio, en étant fidèle à l’enseignement de l’Église, dont je crois vraiment qu’il est non seulement éclairé par l’Esprit-Saint, mais aussi fondé en raison et profondément humain.

Une manifestation est un droit. Tout citoyen peut et doit manifester si, en conscience, il pense honorer la justice et le droit. Un chrétien sera vigilant de le faire joyeusement et paisiblement.

Si un évêque participe à une manifestation, c’est au titre de son droit citoyen. Comme évêque, il est porteur d’une Parole qui le dépasse et qu’il doit annoncer à temps et à contretemps. Il doit refléter aussi l’image d’un Dieu miséricordieux qui accueille les pécheurs repentis.

Les prêtres, qui connaissent bien leurs brebis, doivent juger eux-mêmes du bien-fondé pour leur communauté d’un appel ou non à aller manifester. C’est pourquoi je fais confiance à leur discernement éclairé."

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 15h41 | Lien permanent

Plantu relaxé pour son dessin ignoble

En France, vous n'avez pas le droit de caricaturer un politique en animal, mais vous pouvez dessiner le pape en train de sodomiser un enfant.

Poursuivi par l'AGRIF pour un dessin représentant le pape Benoît XVI sodomisant un enfant, le dessinateur Plantu a été relaxé. Selon la justice, le propos du dessin était

«de dénoncer, certes avec une violence qui, selon l'auteur, répond à celle qu'a constitué le silence institutionnel à l'égard des victimes, la réaction inappropriée de l'Église face à ces tragédies, qualifiée de "mur du silence" par le ministère fédéral allemand de la Justice».

Le tribunal a condamné l'Agrif à verser à Plantu 2.000 euros pour les frais de justice, mais a rejeté la demande de la défense du dessinateur, qui demandait la condamnation de l'Agrif pour procédure abusive.

Bientôt Plantu va faire le même avec un imam... et on verra si la justice sera aussi clémente.

Addendum : l'AGRIF fait appel de ce jugement.

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 15h38 | Lien permanent | Commentaires (8)

Accueil de Manuel Valls à Paris Gare de Lyon

Le Premier ministre arrivera par le TGV 6622 en provenance de Lyon Perrache à 17h02.

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 15h18 | Lien permanent

Dissuader les couples de procréer au delà de trois enfants

Marie-Christine Arnautu dénonce :

"[...] Le PS ne fait qu’agrandir le sillon destructeur de la famille creusé par l’UMP quand M.Frédéric Lefèvre déclarait en 2011 : »pourquoi est ce si difficile pour la France de faire baisser le chômage ? Parce qu’on a un taux de natalité beaucoup plus important que d’autres pays ».
Les Verts quant à eux, préconisaient déjà il y a 3 ans, dans la bouche d’Yves Cochet, de  » faire la grève du 3ème ventre afin d’agir sur les allocations familiales en dissuadant les couples de procréer au delà de trois enfants ».

Sous couvert de trou sans fond de la sécurité sociale, la famille est devenue la cible favorite des gouvernements successifs depuis les années 70 et ceci ne fait qu’empirer.

[...] Défendre la famille, encourager la natalité, c’est aussi défendre la solidarité nationale, c’est aussi assurer la pérennisation de notre système de retraite.

Marie-Christine Arnautu appelle tous nos compatriotes à la rejoindre le 5 octobre lors du grand rassemblement organisé par la Manif pour tous. La famille, les familles, sont les piliers essentiels de notre nation française, ne les abandonnons jamais !"

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 14h14 | Lien permanent

La radicalisation de Juppé en faveur des LGBT et son mépris de la famille

LMPT Bordeaux002Lu dans Sud Ouest de ce jour :

"Le conseil municipal [de Bordeaux] a voté hier la création d'un observatoire bordelais de l'égalité, instance d'analyse des phénomènes de discrimination à l'oeuvre dans la commune. Membre de la majorité, cofondateur de La Manif pour Tous en Gironde, Edouard du Parc était contre. Il s'est d'ailleurs abstenu. Réponse cinglante de Juppé : "Vous êtes tout à fait libre de quitter la majorité"."

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 13h35 | Lien permanent | Commentaires (20)

Les sanctions tombent contre les députés PS "frondeurs"

Comme le soulignait le Salon Beige, la démocratie n'existe pas dans les statuts du PS. Les parlementaires ont pour obligation de voter selon "la tactique" du parti.

Cela se confirme : les sanctions tombent contre les députés PS "frondeurs" qui ont osé s'abstenir :

"La situation se tend au sein du groupe PS à l'Assemblée nationale, à l'approche de l'examen du projet de loi de finances de la sécurité sociale (PLFSS). Six députés frondeurs, qui n'avaient pas voté la confiance à Manuel Valls le 16 septembre, ont été exclus de la commission des affaires sociales, mardi 30 septembre.

Christian Paul, Fanélie Carrey-Conte, Barbara Romagnan, Gérard Sebaoun et Linda Gourjade ne participeront donc pas aux débats en commission sur l'élaboration du budget de la sécurité sociale pour 2015. Jean-Marc Germain, autre député frondeur, avait lui annoncé son intention de quitter cette commission de son propre chef."

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 12h29 | Lien permanent | Commentaires (4)

Témoignez à l'occasion du Synode des évêques sur la famille

La Croix recueille votre témoignage à l'occasion du Synode des évêques sur la famille. C'est par ici.
Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 12h14 | Lien permanent

120 000 personnes assistent à la béatification de don Alvaro del Portillo

Le second prélat de l’Opus Dei, à la suite du fondateur San Josemaria Escriva, a été élevé aux autels de Madrid. Le cardinal Amato a déclaré : «le nouveau bienheureux nous invite à une sainteté aimable, miséricordieuse, affable, doux et humble.»

P120 000 personnes de 80 nationalités, 17 cardinaux, 1200 prêtres et 150 évêques du monde entier ont assisté à la béatification de Monseigneur Alvaro del Portillo célébrée le 17 septembre à Madrid. Le journal national El Pais mentionne la présence d’au moins 40000 jeunes, dont 3500 se sont portés volontaires pour aider à la gestion de la célébration. Il semble que

« beaucoup de ces jeunes ne connurent pas Don Alvaro, mort en 1994, et que leur présence exprime l’appréciation et les fruits de sa tâche évangélisatrice et le désir de rendre grâce pour sa vie de don de soi aux autres. »

La cérémonie fut présidée par le délégué du Pape François, le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrétation pour les Causes des Saints, et concélébrée par l’archevêque de Madrid et le Prélat de l’Opus Dei. Parmi les cardinaux présents se tenait le Cardinal Müller, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

Dans son homélie, le Cardinal Amato exposa les nombreuses vertus du Bienheureux Alvaro, qui viva de façon héroïque. Il pratiqua la foi, l’espérance et la charité,

« à la lumière des béatitudes de la mansuétude, de la miséricorde, de la pureté de cœur. Les témoignages sont unanimes. En plus d’impressionner par la plénitude son harmonie spirituelle et apostolique avec le saint fondateur, il se distingua aussi comme figure de grande humanité. »

« Il était un exemple vivant de la fidélité à l’Evangile, à l’Eglise, au Magistère du Pape. Toutes les fois qu’il se rendait à la basilique St Pierre de Rome, il avait coutume de réciter le Credo devant la tombe de l’Apôtre et un Salve devant l’image de Sainte Marie, Mère de l’Eglise. » 

Durant la formule de béatification fut présentée la relique du nouveau bienheureux, qui fut élevée par Jose Ignacio Ureta, l’enfant chilien guéri par l’intercession de Mons. Del Portillo. Il s’agit d’un miracle de guérison instantané de l’enfant lorsque, peu de jours après sa naissance en août 2003, il subit un arrêt cardiaque de plus d’une demie-heure et une hémorragie massive. Ses parents prièrent par l’intercession de Don Alvaro, et lorsque les médecins crurent le bébé mort, sans aucun traitement supplémentaire et de manière tout à fait inespérée, le cœur du nouveau né se remit à battre, jusqu’à atteindre un rythme de 130 pulsations par minute. Malgré la gravité du cas clinique, dix ans plus tard l’enfant se porte bien. Le miracle fut reconnu par Rome le 5 juillet 2013.

Le Pape François dit que la vie du bienheureux se définit par

« le témoignage de nouveauté constante de l’Evangile, un appel universel à la sainteté et à une collaboration de chacun par le travail quotidien au salut du monde. »

Ce message fait surtout écho à sa génération constante d’initiatives sociales et éducatives par le monde entier. En effet, Don Alvaro stimula la mise en marche d’activités dans 20 nouveaux pays ; il fut aussi le premier recteur du Collège Romain de la Sainte Croix à Rome, érigé par le fondateur de l’Opus Dei, et occupa diverses charges au Vatican où il participa également aux travaux du Concile Vatican II.

En reconnaissance de ses bienfaits, assistèrent également à la béatification des chefs et représentants d’Etats, ambassadeurs et ministres, et des autorités civiles internationales.

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 12h01 | Lien permanent

École non maternée

Au Havre, l'école maternelle faisant trop "genrée", le gouvernement se devait de réagir promptement :

IMG_3201

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 10h42 | Lien permanent | Commentaires (10)

L'abrogation de la loi Taubira au coeur du débat à l'UMP

Guillaume Peltier était invité de BFMTV et RMC ce matin. Interrogé à propos de La Manif Pour Tous, qui fait décidément l'actualité, il a déclaré qu'il serait dimanche auprès des manifestants :

"C'est une conviction profonde chez moi, chaque enfant a droit à une mère et un père". 

A la question de l'abrogation par la droite de la loi Taubira, il a déclaré :

"Il faut avoir le courage d'annuler les mauvaises réformes de la gauche".

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 10h28 | Lien permanent

Mgr Habert encourage à manifester

Lettre de Monseigneur Jacques Habert aux catholiques du diocèse de Séez :

Quand c’est de l’homme qu’il s’agit !

Depuis quelques années, les réformes dites sociétales font la « une » de l’actualité, elles sont souvent traitées de façon judiciaire, émotionnelle ou purement événementielle. Des situations particulières, largement médiatisées et assurément dramatiques, servent d’argument pour légitimer des modifications profondes au plan législatif.

Les énumérer ne doit pas nous faire oublier combien d’autres réalités économiques, sociales sont aussi source de souffrances pour beaucoup.

Nous connaissons ces sujets :

  • -La gestation pour autrui (G.P.A.)
  • -La procréation médicalement assistée (P.M.A.)
  • -Le mariage pour tous
  • -La recherche sur les embryons
  • La facilitation de l’accès à l’avortement.
  • L’euthanasie …

Toutes ces questions ne sont pas du même ordre ; mais elles touchent au mystère même de la vie, de sa transmission et de la famille (cellule fondamentale de la vie sociale).

Elles possèdent une forte portée symbolique. C’est en réalité toute la conception de l’homme, de sa dignité et par là même de la vie en société qui est engagée dans ces débats.

Posons comme a priori que la majorité des personnes qui s’y intéressent sont animées d’une volonté positive, d’un désir de bonheur pour autrui. Mesurons le caractère complexe de certains sujets. Intégrons aussi que les progrès de la science ouvrent de nouveaux chemins, sans oublier que tout ce qui est techniquement possible n’est pas moralement bon pour l’homme.

L’Eglise demeure vigilante face à toutes ces « évolutions » car, pour beaucoup, elles sont en contradiction frontale avec notre vision de l’homme et de la société. C’est bien l’avenir de l’homme et le bien commun de la société qui sont en jeu. Dans ces domaines, il ne s’agit pas pour l’Eglise de vouloir régenter l’arsenal législatif, elle n’en a ni le désir ni les moyens. En revanche elle prétend influer sur un débat qui touche l’homme et la vie en société.

Elle reçoit du Seigneur l’impératif du témoignage.

Instruite par la révélation biblique, l’Eglise veut proposer à temps et à contretemps des repères éthiques qui découlent d’une vision intégrale de l’homme. Son but est d’éclairer les consciences. Elle veut protéger le plus faible, elle pressent les risques d’une marchandisation du corps humain. Des dérives commerciales, avec de nouvelles formes d’asservissement et d’esclavage, sont hélas envisageables. 

Dans ce domaine, qui est « l’Église ? ». Ce sont bien sûr les évêques, les prêtres, mais aussi tout le peuple de Dieu. Pensons notamment à ceux et celles qui se spécialisent dans les pastorales de la santé, de la préparation au mariage, de la famille, de l’éducation des jeunes, des services caritatifs …. Tous les chrétiens actifs dans la société civile, le monde politique, ou associatif. Nul n’est de trop pour prendre part à la réflexion.

Alors, que devons-nous faire ?

Chrétiens, nous sommes pris en tenaille entre une réprobation vis-à-vis d’un certain nombre de projets et une compassion face à des situations de souffrance. Nous sommes sur une ligne de crête délicate, entre deux impératifs évangéliques : celui de la vérité et celui de la miséricorde.

Ne rien faire, ne rien dire, serait de loin la position la plus confortable, elle serait appréciée par beaucoup. Paradoxalement cette attitude serait le signe d’un profond mépris pour notre société et nos contemporains : « faites ce que vous voulez, cela nous est indifférent ». Ce serait une démission face à notre devoir d’éveil des consciences car, dit le concile Vatican II (Constitution ‘’l’Eglise dans le monde de ce temps), « il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans le cœur des disciples du Christ  » (GS 1).

C’est parce que nous aimons notre société et que nous voulons la servir que nous prenons la parole et que nous agissons.

Voilà quelques pistes que chacun peut recevoir et discerner en conscience :

  • Nous informer, ne pas en rester à des slogans simplificateurs ou à l’idéologie.
  • Nous former : que dit et que pense réellement l’Eglise, et pourquoi, sur tous ces sujets ?
  • Nous engager, l’aspect politique n’est pas loin de toutes ces réflexions ; il a bien du mal hélas à quitter le champ réducteur des clivages ordinaires (droite / gauche). Les courriers à nos élus sont en ce sens de bons moyens de communication.
  • Soutenir des associations qui sont à l’œuvre sur le terrain dans tous ces domaines.
  • Prier : pensons aux veillées pour la vie initiées par le pape Benoit XVI le premier dimanche de l’Avent.
  • Manifester sa désapprobation, alerter l’opinion publique. Ces deux dernières années, le mouvement « la manif pour tous », a porté avec force toutes ces questions.

Chacun est à même de savoir quelle est l’action la plus pertinente à mener. Une certitude : nous sommes attendus sur ce terrain. Nul ne peut le déserter.

J’invite tous les chrétiens du diocèse à recevoir ce texte et à y réfléchir seul ou en équipe.

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 10h16 | Lien permanent

GPA : le député Moreau demande des explications au Premier ministre

M. Yannick Moreau, député de la Vendée littorale, alerte M. le Premier ministre de l’urgence qu’il y a à éclaircir la position du gouvernement sur la Gestation par Autrui (GPA) :

"En effet, le 26 juin dernier, la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a condamné la France à transcrire à l’état civil français les actes de naissance d'enfants nés à l'étranger de mère porteuse.

En refusant de faire appel de cette décision, le gouvernement semble de fait accepter une situation qu’il assurait, il y a encore quelques mois, ne pas vouloir légaliser.

Le corps de la femme et de l’enfant ne peuvent pas et ne doivent faire l’objet d’une marchandisation.

La position schizophrène du gouvernement réaffirmant d’une part l’interdiction absolue de la GPA tout en refusant de faire appel de cette décision de la CEDH cautionne cependant de façon implicite le recours aux mères porteuses.

Aussi, alors qu’une manifestation de très grande ampleur s’annonce le 5 octobre à Paris et à Bordeaux organisée par le collectif La Manif Pour Tous, il lui demande de bien vouloir éclaircir la position du Gouvernement sur la GPA et les mesures qu’il compte mettre en place pour garantir l’interdiction de cette pratique."

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 09h41 | Lien permanent

Suppression progressive et sournoise des prestations familiales

COMMUNIQUE DE LAISSEZ-LES-VIVRE SOS FUTURES MERES :

"Un "coup de rabot" ! Manifestement, les journalistes qui émargent à 15 ou 20 000 € mensuels n'ont certainement jamais vu un rabot de leur vie ! Dimanche et lundi, les professionnels du "PAF" évoquaient un simple coup de rabot pour la prime de naissance dès le second enfant. Mais, lundi soir, la prime de naissance pour le second enfant est passée à la tronçonneuse : elle est carrément divisée par trois, passant de 923 € à 308 €. Imaginons une seconde un jeune couple attendant un second enfant qui envisageait l'achat d'un véhicule d'occasion : par exemple une 205 à 900 € (le prix actuel d'une telle occasion en état de marche). Et maintenant, on va leur verser généreusement 300 €, le prix d'un lave-linge bas de gamme !

Les Chazal, Pujadas et autres Coudray envisageraient-ils de voir leur salaire réduit de 15 000 à 5 000 € mensuels. Le rabotage évoque l'élimination du superflu, pas de l'essentiel. Mais à part les familles qui en seront victimes, les Français retiendront l'expression de "coup de rabot" soit une réduction d'environ 1%. D'autant plus que la CNAF, structurellement excédentaire depuis des décennies doit supporter des dépenses qui ne la concernent en aucune façon : revenu de solidarité active, majoration des pensions de retraite pour charges de famille, allocation logement étudiant....... Et c'est seulement à cause de cela qu'elle se trouve déficitaire (de 2,6 milliards d'euros en 2013).

Naïvement, beaucoup de Français pensaient que "le pacte de responsabilité" présenté par l'exécutif en janvier 2014 " piétinait. Mais les salariés qui ont seulement jeté un coup d'oeil attentif sur leur bulletin de paie du mois de juillet, donc reçu début août, ont pu constaté que les charges d'allocations familiales (uniquement payées par les charges patronales) étaient passées de 5,40 à 5,25 %. Bien entendu, ces 0,15% ne constituent qu'un début ! Beaucoup se sont interrogé sur la réforme du financement de la CNAF. Mais, la réponse est d'une clarté biblique : aucun financement de substitution n'est prévu pour la simple et bonne raison car ce que prévoit ce fameux "pacte de responsabilité" en échange de la réduction progressive des charges patronales d'allocations familiales, c'est la suppression progressive et des plus sournoises des prestations familiales.

Le président du MEDEF, M. Pierre GATTAZ, connait, bien entendu, le pourquoi du comment puisqu'il en est l'instigateur faute d'en être simplement "l'idiot utile". Manifestement, ce père de cinq enfants, ne coure pas après les "allocs" pour élever ses chérubins ! Bien entendu, on ne peut lui reprocher de défendre ses adhérents, essentiellement des entreprises du CAC 40, puisqu'il s'agit de sa mission. Mais peut-il ignorer que pour survivre, ces entreprises ont besoin de clients directs ou indirects qui sont majoritairement des familles ? On peut légitimement s'interroger sur le silence radio de cinq centrales familiales sur six depuis 4 jours : auraient-ils, par hasard, été "achetés" par le gouvernement en échange de quelques prébendes : grasses subventions, reconnaissances d'utilité publiques sièges au Conseil Economique, Social et Environnemental, voire quelques rubans rouges à la boutonnière ?

Et si les familles commençaient à se fâcher ? Par exemple, dimanche 5 octobre porte Dauphine dès 13 heures ?"

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 09h11 | Lien permanent

Le chiffre du jour : 2000 milliards

La dette française a officiellement dépassé le seuil des 2.000 milliards d'euros.

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 09h00 | Lien permanent | Commentaires (10)

Le fisc réclame 4,2 millions d’euros à Mediapart

Est-ce pour leur apprendre à dénoncer les socialistes qui ne paient pas leurs impôts ou ceux qui fraudent sur leurs diplômes ?

Mediapart a indiqué avoir reçu en juillet une notification de redressement fiscal de 4,2 millions d’euros pour ses exercices de 2008 à 2013.

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 08h16 | Lien permanent | Commentaires (4)

Enquête ouverte sur le financement d'EELV

Une enquête a été ouverte en mai à la suite d'une plainte pour détournement de fonds publics et financement illégal en lien avec l'achat du siège parisien d'Europe Ecologie - Les Verts.

Rien que de très banal dans la politique française.

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 08h09 | Lien permanent | Commentaires (2)

Accueil de Valls et Belkacem à Besançon

A Besançon, environ 40 Bisontins ont accueilli hier Valls et Belkacem :

20140929_164253

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 07h59 | Lien permanent

François Hollande ment aux harkis

Comme le disait Montebourg : "Hollande ment tout le temps".

"Ce n’est que trois jours avant la journée annuelle d’hommage aux harkis du 25 septembre que le président de l’association Jeune pied-noir, Bernard Coll, a appris, en téléphonant au service du protocole du secrétariat d’État aux Anciens Combattants, que Hollandene présiderait pas la cérémonie.

 « Il s’y était pourtant engagé devant les représentants harkis qu’il avait reçus à l’Élysée le 4juillet », affirme-t-il. Le chef de l’État avait même promis de reconnaître, à cette occasion, la « faute et la responsabilité de la France » dans le massacre des 100 000 harkis après le cessez-le-feu en Algérie du 19 mars 1962. La cérémonie, de plus, n’a pas eu lieu dans la cour d’honneur des Invalides, comme les années précédentes, mais devant la modeste stèle du quai Branly."

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 07h57 | Lien permanent | Commentaires (7)

Sécu : la Suisse rejette le "modèle" français

C'est étonnant, les Suisses refusent la création d'une sécurité sociale monopolistique... vous savez, celle que le monde nous envie :

"Les Suisses ont de nouveau rejeté hier la création d’une caisse unique et publique d’assurance maladie, une marotte de la gauche suisse qui rêve depuis toujours du trou de notre sécu soviétoïde.

Le score est sans appel : 61,9% des votants ont refusé la sécu à la française. Le score approche même les 80% dans certains cantons alémaniques, tandis que, comme d’habitude quand il faut imiter nos plus mauvais côtés, la Suisse romande votait pour – à l’exception toutefois de Fribourg et, de justesse, du Valais.

(Il y a aujourd’hui en Suisse une soixantaine de caisses d’assurance maladie privées – évidemment bénéficiaires -, qui se disputent les adhérents obligés de souscrire une assurance de base.)"

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 07h52 | Lien permanent | Commentaires (1)

Famille : des annonces pour éviter de parler de la GPA

Les échos reprennent le logo de la LMPT pour illustrer les attaques contre la famille dont se rend coupable le gouvernement. Il ne manque qu'une invitation à manifester le 5 octobre.

L

Avec ces annonces, le gouvernement a remis une pièce dans la machine à mobiliser.

A moins qu'il ne s'agisse que d'annonces faites en prévision de la manifestation, permettant ainsi au gouvernement de retirer ces projets pour "satisfaire" les familles, sans toucher à ses ambitions sur la PMA et la GPA.

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 07h49 | Lien permanent | Commentaires (3)

Le PCD appelle à manifester dimanche 5 octobre

P

Voir ici.

Par ailleurs, le bureau politique du PCD appelle les adhérents qui voteront pour l'élection du Président de l'UMP à soutenir la candidature d'Hervé Mariton.

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 07h35 | Lien permanent

Pourquoi le monde culturel déteste tant le FN ?

Les exemples abondent : après les élections municipales, Olivier Py menace de faire déménager le festival d’Avignon, le metteur en scène Jean-Michel Ribes le soutient avec vigueur. Après les élections européennes, Benjamin Biollay écrit à la hâte une chanson mélancolique, Yannick Noah sombre dans la déprime pendant que le ministre de la culture dénonce les « bas instincts » du FN… Il ne s’agit pas tant ici de défendre un parti, qui n’a pas encore vraiment pu démontrer sa compétence dans le domaine des politiques culturelles, mais d'analyser l’hystérie collective du « monde des arts » qui suit immanquablement chaque victoire électorale du FN. Derrière se cache en fait une conception de la création artistique qui a pour objectif de déstructurer les esprits pour mieux les embrigader dans une culture de masse avilissante. C’est cette gigantesque entreprise de manipulation, commencée il y a plus de 30 ans, que reinformation.tv analyse dans ce reportage.

Pourquoi le monde culturel déteste tant la droite en général et le Front National en particulier ?

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 07h31 | Lien permanent

Anne-Marie Escoffier disparait du paysage politique

L'ex-ministre du développement durable, ministre "la plus dépensière" du gouvernement Ayrault a été éjectée de son siège de sénateur.

Cette partisane acharnée du "mariage pour tous" disparait du paysage politique. Les défenseurs du mariage naturel se réjouissent de cette disparition. Ils n'avaient pas compté leurs efforts pour s'opposer à ce ministre durant les débats précédant le vote de la loi "Taubira".

DSCN1715

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 07h27 | Lien permanent

Opération banderoles sur la rocade de Toulouse

WP_20140929_007

WP_20140929_008

WP_20140929_009

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 07h23 | Lien permanent

Hollande, ennemi de la Finance ou de la Famille ?

F

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 07h19 | Lien permanent

17 questions sur l'avortement

Mgr José Gea Escolano, missionnaire au Pérou, pose les questions qui fâchent :

"Le thème de l’avortement est d’actualité. On parlait beaucoup ces derniers jours de la question de savoir si la loi d’avortement du gouvernement Zapatero allait être modifiée, si on allait la laisser telle quelle, si la promesse du PP allait s’accomplir, si le PP va perdre beaucoup de voix en faisant marche arrière, s’il faut rechercher un consensus… Ce qui est certain, c’est que le Président a dit qu’il retirait le projet de loi, qu’il est parti pour la Chine et qu’immédiatement, le ministre de la Justice a démissionné.

Les partisans de l’avortement semblaient attendre la réforme de la loi pour pouvoir se jeter comme des hyènes furieuses dans la mêlée pour défendre l’avortement, et d’autres semblaient espérer que la réforme ne soit pas mise de côté parce qu’en ce cas ils cesseraient de voter pour le PP. On allait vers un vrai bazar. Chacun sait à quoi s’attendre et se prépare en conséquence.

Dans cet article je me propose de poser juste quelques questions pour que chacun y réponde en cherchant la vérité, en laissant de côté ce qui relève de ma vérité et de ta vérité, parce que la vérité est une et qu’elle coïncide avec le bien ; et le bien n’est ni à moi ou à toi, c’est le bien commun.

Allons-y donc pour les questions :

1. Qu’est-ce que l’avortement ? L’élimination de la vie d’un être humain pendant qu’il grandit dans le sein maternel. Non ?

2. Le gouvernement a-t-il la faculté de permettre la destruction d’un être humain conçu mais pas encore né, c’est-à-dire du nasciturus ? Il croit l’avoir depuis 1985 où il a commencé à s’arroger la faculté de supprimer des vies humaines innocentes.

3. Ce qu’il y a dans le ventre d’une femme enceinte, est-ce ou non un être humain, l’enfant de la femme qui l’engendre ? Et si c’est d’une femme, qu’est-ce ? Certainement pas un petit chevreau !

4. La femme a-t-elle le droit d’avorter son enfant ? Parce que, une fois avorté et même si on appelle par euphémisme l’avortement « interruption volontaire de la grossesse », ce qui est avorté n’est-il pas définitivement un enfant mort ? [Lire la suite]"

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 07h14 | Lien permanent

C’est arrivé un 30 septembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 30 septembre : saints catholiques et orthodoxes du jour, saint Grégoire l'Illuminateur, apôtre de l'Arménie.
  • le 30 septembre 420 : décès de Saint Jérôme.

De Georges de La Tour, Saint Jérôme lisant. Huile sur toile - 141 x 109 cm
Madrid, Musée du Prado)

Né en 347, dans l'actuelle Croatie, Jérôme devient ermite dans le désert de Syrie avant d'enseigner les Saintes Écritures à Rome puis en Terre Sainte. Il traduit en latin l'Ancien et le Nouveau Testament, que l'on commence à son époque à désigner sous le nom de Bible.

Cette traduction de la Bible de St-Jérôme, lui-même élevé au rang de docteur de l'Église, est connue sous le nom de Vulgate et est devenue le texte de référence de l'Église catholique.

  • le 30 septembre 1567 : fin du massacre de « la Michelade ».

Jean Guiraud dans Histoire Partiale, Histoire Vraie, (Tome 2, chapitre 18, Page 235 à 244) rappelle où est la vraie origine des 8 guerres de religions qui ensanglantèrent la France.

« Sans aller jusqu'à justifier la Saint-Barthélemy, certains écrivains l'ont expliquée en rappelant qu'elle a été précédée de plusieurs massacres de catholiques par les protestants.

Le 30 septembre 1567, Ies huguenots de Nîmes firent ce grand carnage de catholiques, qu'en raison de la fête de saint Michel célébrée la veille, on appela la Michelade. Par surprise, ils s'emparèrent des portes de la ville ; puis, armés de pistolets et d'arquebuses, ils se répandirent dans les rues ; les catholiques sans armes eurent à peine le temps de se réfugier à l'Evêché. Mais bientôt les huguenots s'emparèrent de l'Evêché, mettant en arrestation tous ceux qui y avaient demandé asile : toutes les églises furent pillées et le soir, un grand feu consuma les boiseries arrachées des sanctuaires, les archives ecclésiastiques, les vases sacrés et les objets d'art.

A neuf heures du soir, le massacre commença sans pitié, horrible. On tua le premier consul de la ville, le prieur des Augustins et plusieurs de ses religieux, un vicaire général, plusieurs chanoines, des prêtres, des laïques.

Les dépositions des témoins devant le Parlement de Toulouse évaluent à une centaine le nombre des victimes ; un journal anonyme à 180 ; le vicomte de Joyeuse dit qu'il y en eut deux ou trois cents».

Dans la nuit du 14 au 15 novembre 1569, après s'être rendus maîtres de la ville par surprise, les protestants firent un nouveau massacre : plus de 120 catholiques tombèrent sous leurs coups. En 1567, d'autres massacres de catholiques par les protestants eurent lieu à Alès où furent tués sans défense « sept chanoines de la Collégiale, assemblés pour chanter matines, deux Cordeliers et plusieurs autres « ecclésiastiques », à Uzès, Pont-Saint-Esprit.

Bagnols, Viviers, Rochefort ; tout le Bas-Languedoc fut terrorisé. En 1568, des scènes aussi odieuses avaient marqué la prise de Gaillac et de plusieurs autres villes de l'Albigeois par les calvinistes ; partout, beaucoup de catholiques furent tués par des sectaires qui avaient juré leur extermination. Le 24 septembre 1563, les protestants entrèrent par surprise dans la place forte de Saissac, ils y massacrèrent tous les prêtres, puis se retirèrent.

Ces carnages et plusieurs autres, dont on aurait pu allonger la liste précédente, eurent lieu plusieurs années avant la Saint-Barthélemy et, comme elle, ils ont été produits, non par l'excitation de la bataille et la fureur aveugle des combats, mais par la résolution froide, et mûrement réfléchie de faire disparaître par la mort des adversaires détestés et gênants. On serait tenté de voir dans les massacreurs de la Michelade les précurseurs et les initiateurs des massacreurs de la Saint-Barthélemy et d'expliquer ceux-ci par ceux-là.

Les flots de sang protestant versé pendant la tragique nuit de la Saint-Barthélemy auraient expié les flots de sang catholique répandus quelques années auparavant, dans les villes du Languedoc et de plusieurs autres régions de la France. C'est ainsi que le comprennent plusieurs manuels scolaires. Renvoyant dos à dos protestants et catholiques, ils déclarent qu'un égal fanatisme leur a inspiré des carnages également odieux et ils en tirent prétexte pour opposer au fanatisme religieux qui nous a valu les scènes horribles de la Saint-Barthélemy et des Michelades, la tolérance philosophique qui nous a donné la liberté de conscience dont, paraît-il, nous sommes de nos jours les heureux bénéficiaires.

Et ils oublient les persécutions que subissent à l'heure actuelle les catholiques de France, celles qu'a infligées aux catholiques allemands le Kulturkampf protestant de Bismarck : ils oublient surtout que la philosophie du XVIIIe siècle a inspiré aux âmes « sensibles » de Marat, de Saint-Just, de Carrier, les massacres de septembre, les hécatombes du tribunal révolutionnaire, les noyades de Nantes et que, dès lors, s'il y a un fanatisme religieux, il existe aussi un fanatisme libre penseur qui a largement fait ses preuves en 1793... et de nos jours.

Mais surtout, ils donnent une nouvelle marque de leur ignorance en attribuant à des raisons d'ordre religieux et au fanatisme catholique les massacres de la Saint-Barthélemy, alors qu'en réalité, ils sont dus à des causes purement politiques. « La Saint-Barthélemy, hâtons-nous, de le dire, fut une faute ; un crime politique ; la religion n'y entra pour rien ». Ainsi parle M. de la Ferrière, l'historien le mieux qualifié de cette horrible tragédie ; c'est ce que nous allons démontrer à sa suite… »

  • le 30 septembre  1594 : naissance de Marc-Antoine Girard de Saint-Amant, poète français.
  • le 30 septembre  1640 : décès de Charles Ier de Lorraine, 4e duc de Guise.

Lire la suite "C’est arrivé un 30 septembre…"

Lois Spalwer

Posté le 30 septembre 2014 à 06h08 | Lien permanent | Commentaires (1)

29 septembre 2014

Russie : la Cour constitutionnelle valide la loi contre la propagande LGBT

Condamnés à une amende équivalant à 89 € pour avoir fait la "promotion des relations sexuelles non conventionnelles" auprès des enfants, trois militants LGBT avaient fait appel, invoquant la liberté d'expression. D'après le site homosexualiste Yagg, la Cour constitutionnelle russe leur a donné tord, estimant que la loi promulguée en juin 2013 ne contrevenait ni à la Constitution ni aux droits humains. Dans son argumentaire, elle répond point par point à la désinformation des médias français au sujet de cette loi :

"La Cour a cependant jugé que la loi votée par les députés avait été conçue pour «sauver un enfant de l’impact d’une information, qui pourrait le pousser vers des relations sexuelles non conventionnelles, ce qui l’empêchera de pouvoir construire une famille, comme cela est traditionnellement convenu en Russie». Elle a par ailleurs affirmé que la loi ne criminalise pas l’homosexualité en tant que telle, et qu’aucune restriction internationale n’oblige à reconnaître les couples de même sexe.

Toujours d’après la Cour, l’interdiction de parler publiquement des «relations sexuelles non traditionnelles» ne s’apparente pas à une forme de censure. Le juge de la Cour constitutionnelle Nikolay Bondar a déclaré que «les mineurs ne devraient pas être impliqués dans de tels événements, comme des piquets de grèves ou des débats, et que l’information diffusée ne doit pas leur être destinée»: «Les pratiques de certains pays européens, qui sont liées à la déformation des valeurs traditionnelles de la famille et du mariage, ne peuvent être des exemples pour nous, a-t-il ajouté. Chaque pays a la souveraineté de décider comme il l’entend sur ces sujets. C’est naturellement vrai pour la Russie, et nous avons le droit absolu de prendre de telles décisions, en accord avec notre Constitution, et les valeurs morales, éthiques, socio-culturelles de notre société.»

Source. Orthographe LGBT corrigée par mes soins.

Louise Tudy

Posté le 29 septembre 2014 à 23h02 | Lien permanent

Français, vos armées n'ont plus les moyens de vous défendre

C'est un spécialiste de la Défense qui vous le dit : "La disponibilité des matériels militaires reste trop faible". Lire l'article de Jean-Dominique Merchet.

"la disponibilité des matériels majeurs de l’armée de l’air était passée de 65 % en 1997 à 56 % en 2000. Après un net redressement et une disponibilité du parc aérien de la défense qui a atteint en 2005 63,5 %, la dégradation a repris et touche les trois armées, tant pour les matériels récents que pour les matériels anciens".

Le Salon Beige

Posté le 29 septembre 2014 à 22h59 | Lien permanent | Commentaires (0)

Même les athées ont besoin d'une église

C'est dire le vrai poids de la religion pour l'homme... Lire ici : "Sunday Assembly: une église athée à Paris".

Le Salon Beige

Posté le 29 septembre 2014 à 22h19 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les 40 pays déconseillés aux Français

Pad

Mais surtout, padamalgam avec la religion majoritaire dans ces pays.

Le Salon Beige

Posté le 29 septembre 2014 à 20h45 | Lien permanent | Commentaires (14)

"Nous sommes à l’évidence lancés sur un toboggan eugéniste"

Excellente présentation de l'eugénisme d'aujourd'hui à demain : de l'élimination des trisomiques à la destruction des enfants selon des critères de beauté, de QI ou encore décrétés par la dictature l'Etat. Cette tribune a le mérite de décrire très clairement le processus qui menèra inévitablement de l'un à l'autre, avant de conclure sur un délire relativiste.

"Nous sommes entrés dans le siècle de l’eugénisme. Jusqu’à présent, la médecine ne pouvait pas séquencer l’embryon à un coût raisonnable. On regardait seulement s’il avait deux ou trois chromosomes 21, mais personne n’était en mesure de lire le code ADN. Aujourd’hui, une simple prise de sang chez la mère suffit pour séquencer l’ADN, même si cette technique – qui coûte beaucoup moins cher – n’est pas encore utilisée pour dépister autre chose que la trisomie 21. C’est un tournant historique ! Et il est à peu près certain que d’ici trois ou quatre ans, l’amniocentèse, qui provoque encore des fausses couches dans près de 1% des cas, ne sera même plus pratiquée en France. En attendant l’enfant parfait, on va donc déjà être confronté à la disparition de tous les embryons présentant des handicaps mentaux. Après la trisomie, on va également éliminer toutes les maladies qui tuent les enfants avant l’âge de 15 ans, comme les myopathies graves. Cette deuxième phase est inévitable (...)

Pour l’instant, je n’ai parlé que du tri des « mauvais » embryons. Mais l’étape suivante, c’est le choix des « bons » embryons. La disparition des maladies génétiques que j’évoquais est une étape importante, mais qui n’aura pas vraiment de conséquences sur les générations futures puisque les myopathes meurent très jeunes et que les trisomiques sont stériles. Le tri embryonnaire, en revanche, est une étape décisive, qui va notamment permettre de choisir le « meilleur embryon ». On se dirige donc vers un « eugénisme de convenance ». Enfin, la quatrième et dernière étape, c’est la modification de l’embryon lui-même, la possibilité de le modeler à la carte. Pour cela, il faudra passer par la thérapie génique. La revue Nature vient de faire sa une sur le succès d’une expérience ayant permis de multiples modifications génétiques sur des embryons de petits singes. Malgré ces mutations, les primates se portent apparemment comme des charmes… Sans entrer dans des détails techniques trop complexes, tout ça, c’est possible grâce à de nouvelles enzymes qu’on appelle les « crispr » et les « talen ». La thérapie génique, c’est l’étape ultime, puisque le bébé ne dépendra alors plus des ovules et des spermatozoïdes de papa et maman…" (suite).

Le Salon Beige

Posté le 29 septembre 2014 à 20h11 | Lien permanent | Commentaires (1)

Condamné en 2007 à 11 ans de prison, il en sort en 2010 et devient un des pires jihadistes

Elle sont belles les soeurs justice et intégration en France :

"Parmi les personnes liées à l'Etat islamique particulièrement recherchées par les Etats-Unis, on trouve des Syriens, des Russes, des Tchétchènes, des Marocains… et un Français, Salim Benghalem. 

Comme l'ont repéré Europe 1 et Le Monde.fr, ce trentenaire originaire de Cachan dans le Val-de-Marne, figure en effet sur la liste des Specially Designated Global Terrorists, qui désigne les personnes ou organisations les plus dangereuses pour le gouvernement américain. Il est présenté comme un bourreau de l'organisation terroriste". 

Le Salon Beige

Posté le 29 septembre 2014 à 19h30 | Lien permanent | Commentaires (4)

En France, on rembourse le meurtre des enfants in utero et on retire l'aide financière aux survivants

Ainsi va la politique familale selon Marisol Touraine : 

"Dans la cadre du projet de budget de la sécurité sociale 2015 dévoilé par Marisol Touraine ce lundi, la prime à la naissance va être divisée par 3 à partir du deuxième enfant. 

Dans le projet de budget présenté, l'objectif est de réaliser 3,2 milliards d'euros en 2015. Dont 700 millions seront demandés aux familles".

Et en plus, ça ne sert à rien : 

"Par ailleurs, le gouvernement ne prévoit pas de retour à l'équilibre avant 2019".

Le Salon Beige

Posté le 29 septembre 2014 à 19h14 | Lien permanent | Commentaires (10)

Mgr Aupetit : PMA, GPA, "on nous force à accepter l'inacceptable"

L'évêque de Nanterre s'est prononcé, sur Radio Notre Dame, contre la décision de la Cour de cassation, qui a considéré il y a quelques jours qu'une PMA réalisée par une femme à l'étranger ne constituait pas un "obstacle" à l'adoption de l'enfant par sa compagne :

"C'est un avis juridique par rapport à la loi existante. Mais ce n'est pas un avis éthique. Ce n'est pas parce que la loi dit quelque chose que, effectivement, cela a une valeur morale. La question reste entière : [qu'en est-il de] ces enfants, qui sont nés de manière artificielle, dont on ne connaîtra pas le père, qui ne pourront pas grandir dans l'équilibre de l'altérité et de la différence sexuelle ? On met en oeuvre, on reconnaît des choses... mais ce que la cour de cassation dit, c'est le droit, et ce que nous affirmons, c'est l'éthique, c'est à dire "qu'est-ce qui est bon pour l'enfant ?" Tout avis de la cour de cassation ne changera rien à cela. La question reste entièrement posée : qu'en est-il de ces enfants ?

Il y a un cas, dans le diocèse de Nanterre actuellement de deux hommes qui ont fait faire une procréation médicalement assistée aux Etats-Unis, alors que c'est interdit. Puis ils ont fait porter par une mère porteuse, dans un autre Etat, les deux enfants et ils les ont ramenés aujourd'hui en France. On voit bien qu'on force la porte pour forcer la loi française à passer le cap de la PMA et de la GPA. On nous avait dit que le "mariage pour tous" ne conduirait pas à la PMA et à la GPA, on voit bien qu'on force encore la porte, une fois pour toutes, pour nous forcer à accepter l'inacceptable."

Louise Tudy

Posté le 29 septembre 2014 à 18h36 | Lien permanent

Veillées, Sentinelles et manifestations de la semaine

Pack tout en un à Paris et Bordeaux ce week-end : manifestation + veillée dimanche et pour ceux qui arrivent la veille (à Paris) ou l'avant-veille (à Bordeaux), soirée exceptionnelle des Sentinelles offerte.

Notez également que Béatrice Bourges sera présente à Moulins vendredi. Ce même jour, les Réunionnais sont appelés à veiller pour s'associer aux manifestants métropolitains.

Lundi 29 septembre

  • Bergerac - devant le palais de justice à 20h
  • Orléans - Place du Martroi à 20h30

Mardi 30 septembre

  • Beauvais - Place Jeanne Hachette à 21h
  • Bourges - 11 rue Jacques Rimbaud à 20h45
  • Bourg-en-Bresse - devant le cinéma La Grenette à 21h
  • Cherbourg - Place du théâtre (sur les marches) à 20h30
  • Limoges - Place d’Aine à 21h
  • Reims - Place Royale à 20h30
  • Saumur - Place Bilange à 20h30

Mercredi 1er octobre

  • Bondy - Place de la Gare (RER E) à 19h
  • Cognac - Place François 1er à 21h
  • Laval - devant la Mairie à 20h : Langage & Parole
  • Marseille - devant la mairie sur le Vieux-Port à 20h30
  • Saint-Pol-de-Léon - (lieu à venir) à 21h

Jeudi 2 octobre

  • Annecy - Place de la Mairie à 21h30
  • Chateauneuf de Galaure - devant la salle des fêtes à 20h30
  • Montélimar - Allées provençales à 20h30
  • Nancy - Place Stanislas à partir de 20h30 : Sentinelles

Vendredi 3 octobre

  • Bordeaux - Place Pey-Berland à 20h30 : Sentinelles, avec une bougie
  • Carhaix - Place de la Tour d’Auvergne à 21h
  • Moulins - devant la Mairie à 21h avec Béatrice Bourges
  • Saint-Denis (La Réunion) - Square La Bourdonnais à 19h
  • Saint-Dizier - Place de l’Hôtel de Ville à 19h30
  • Saint-Pierre (La Réunion) - Place de la Mairie à 19h

Samedi 4 octobre

  • Paris - Place Vendôme à partir de 19h : Sentinelles

Sentinelles

Dimanche 5 octobre

  • Bordeaux - Manif pour tous, place des Quinconces à 14h. Ensuite, veillée au pied de la Colonne des Girondins à 17h.
  • Paris - Manif pour tous, départ Porte Dauphine à 13h, arrivée Place du 18 Juin 1940. Ensuite, veillée pour tous, Place du Théâtre de l'Odéon à 18h30. Thème : la Loi.

La loi

Pour annoncer une veillée, signaler un oubli ou une erreur, veuillez contacter veilleurs.paris@gmail.com. Vous pouvez me mettre en copie pour que je modifie ce post en conséquence : tudylsb@gmail.com

Louise Tudy

Posté le 29 septembre 2014 à 17h47 | Lien permanent

Laudate, une entreprise au service d'oeuvres

Vianney d’Alançon, créateur de la maison Laudate, partenaire du Salon Beige, répond à Enfants du Mékong :

L"Nous avons créé notre société après notre mariage et nous voulions lui donner un sens particulier. Nous avons inscrit dans l’ADN de la maison Laudate qu’un pourcentage du chiffre d’affaire (et non du bénéfice !) serait reversé systématiquement à une œuvre. C’est une démarche simple qui parle à tous. L’opération est à la portée de chacun : 5% de la médaille que vous achetez est reversé à l’œuvre. Mais cela ne signifie pas que la médaille est 5% plus chère. Ce n’est pas le client qui fait un don, c’est la société qui prend sur son chiffre d’affaire. D’un autre côté, il nous est rapidement apparu important de pouvoir impliquer le client en lui faisant prendre conscience qu’il y a une multitude de facettes dans le don. Nous le rendons acteur en lui proposant de choisir l’œuvre à laquelle il veut donner selon sa sensibilité, son histoire et ses envies parmi les 9 œuvres que nous soutenons (l’Aide à l’Eglise en détresse, l’OCH, l’Ordre de malte, la Fondation Lejeune, le séminaire de la Castille à Toulon, la communauté Saint-Martin, les Missions étrangère de Paris, Le Rocher et bien sûr Enfants du Mékong).

Pourquoi cette dimension du don était-elle si importante à vos yeux ?

Nous avons été éduqués comme cela. Mais plus encore, nous essayons de créer un modèle économique vertueux au sein de notre entreprise où la consommation courante s’inscrit dans une dimension plus large, plus humaine, qui s’exprime par des actions caritatives concrètes. C’est le principe de l’économie de communion développé par la fondatrice du mouvement des Focolari, Chiara Lubich, au Brésil. L’argent est un moyen bien qu’il soit indispensable. Il est fait pour servir. Le don financier est essentiel mais il conduit à un don plus grand : le don de soi. Quelqu’un qui donne financièrement, c’est déjà quelqu’un qui est capable de se donner. Sensibiliser les consommateurs au don à travers une transaction commerciale normale, c’est aussi les ouvrir à un impératif d’entraide qui est de plus en plus présent dans notre société. Autre élément important, il faut souligner que cette idée nous est venue après notre mariage. Dans le mariage, soit tu te donnes soit t’es foutu ! On en a pris de la graine et ça nous a donné des idées…

N’est-ce pas aussi une façon de s’attirer la faveur de certains clients ?

Non. L’idée était réellement de participer à un modèle économique vertueux où l’argent de la consommation courante est reversé aux plus pauvres. Nous avons commencé cette société en tant que startup avec deux ordinateurs sur les genoux mais aujourd’hui elle représente 10 salariés et trois points de vente. Ce n’est pas pour autant que le don ne coûte rien. Quand il faut faire le chèque global à chacune des associations, c’est tout de même un sacrifice. Un manque à gagner pour l’entreprise même si ça nous remplit de joie.

Le reversement aux œuvres n’est d’ailleurs jamais un élément déterminant pour l’acheteur. Si quelqu’un a de l’argent et qu’il souhaite le donner, il préfère choisir seul à qui le donner. Cela nous positionne certes de manière assez positive du point de vue de l’image de la marque, mais le fait de jumeler consommation et don n’est pas quelque chose qui pourrait faire pencher la balance en notre faveur."

Michel Janva

Posté le 29 septembre 2014 à 16h42 | Lien permanent

Alerte aux pervers de la “théorie du genre” dans les écoles !

Un extrait, lu ici, d'un article écrit par le Dr Thierry Ferjeux Michaud-Nérard, Pédopsychiatre, DEA de Psychologie clinique :

905522rentredesclassesAlbertAnker-225x300

"[...] Dans ses relations sociales, l’enfant est ingénu et aimable, et par là menacé par les conditions actuelles des “ABCD de l’égalité“. Le sanctuaire de l’école part de l’idée que l’enseignant observe les lois de la vie morale, qu’il est compétent, aimable, serviable et généreux. Tant que sévira la perversion émotionnelle des enfants par les “ABCD de l’égalité“, comme la plus grande menace dans la lutte contre un ordre pédagogique rationnel, il est clair que l’attitude naturelle et la manière de penser des enfants en bonne santé seront menacées. On sait que l’individu pervers attribue aux autres les traits de sa propre manière de penser et d’agir. Au contraire, les enfants imaginent que tout le monde est bienveillant et ils agissent en conséquence, au risque de pédophilie.

Le pervers sait que tout le monde ment, trompe, trahit et convoite le pouvoir sur les plus faibles. On comprend que, dans de telles conditions, la vie émotionnelle des enfants est menacée. Quand l’idéologie du “genre” se montre aussi généreuse pour les pervers, la pédagogie est vidée de tout son sens, ainsi tournée en dérision. C’est pourquoi la confiance des enfants et des familles dans l’école de la république est trahie. Il est temps que la lutte pour la protection des enfants se durcisse, là où la dureté est devenue indispensable.

En agissant ainsi, le mouvement de la “Manif pour tous” ne perdra pas son efficacité, à condition de s’en tenir courageusement à la vérité contre le mensonge de la propagande homosexuelle à l’école. L’espoir est nourri par le fait que des millions de parents actifs et honnêtes s’opposent à la dictature homosexuelle de seulement une poignée de pervers, qui provoquent bien des malheurs dans les familles, en faisant appel aux impulsions obscures et dangereuses des individus les plus faibles et les plus instables émotionnellement, par la propagande homosexuelle politiquement organisée."[...]

Refusons absolument qu'une poignée de pervers abîment nos enfants. Refusons que l'abjecte idéologie du gender soit déclinée insidieusement dans toutes les matières enseignées à nos enfants à l'école. Refusons que les enseignants de nos enfants se voient obligés par des oukazes gouvernementaux de coopérer à la transmission de cette idéologie mortifère, au péril de leur liberté de conscience. Tous à Paris et Bordeaux le 5 octobre, c'est urgent !

Marie Bethanie

Posté le 29 septembre 2014 à 16h39 | Lien permanent | Commentaires (3)

Viens jouer au jihad avec Auchan !

L'enseigne a dû retirer de la vente des mitraillettes factices arborant le croissant et l'étoile, symboles de l'islam. La polémique enflant, Auchan a présenté ses excuses, non pour avoir incité des enfants à jouer aux jihadistes, mais parce que

"certaines personnes ont été heurtées par le rapprochement des symboles et de la religion".

A propos de religion, le culte du padamalgam est très en vogue en ce moment.

Louise Tudy

Posté le 29 septembre 2014 à 16h36 | Lien permanent

"Apprendre à raconter pourquoi la famille est un cadeau"

Le Pape François met décidément la famille au coeur de son action pontificale. Deux synodes lui seront consacrés, mais aussi, vient-on d'apprendre, la Journée mondiale des communications sociales, le 17 mai 2015. Instaurée par le concile Vatican II, elle aura pour thème : "Communiquer la famille : lieu privilégié de la rencontre dans la gratuité de l’amour". Autrement dit : "L'Eglise aujourd'hui doit à nouveau apprendre à raconter pourquoi la famille est un grand cadeau, bon et beau".

Louise Tudy

Posté le 29 septembre 2014 à 15h39 | Lien permanent

Tentative d’Israël de « séparer les palestiniens chrétiens des autres palestiniens »

Le Ministère de l’Intérieur israélien a permis l’ajout du terme « araméen » pour qualifier les chrétiens, qui sera substitué au terme « arabe » dans les papiers d’identité des chrétiens palestiniens résidant en Israël.  La Commission de la Justice et de la Paix, au sein du Conseil des Evêques Catholiques de Terre Sainte, s’opposent à l’initiative. Elle dénonce cette « tentative de séparer les palestiniens chrétiens des autres palestiniens », et attribue ces mesures à des « objectifs présomptueux et idéologiques ».

Le 16 septembre la Commission rédigea un document à cet effet, rejetant cette opération artificielle et d’orientation politique, qui veut restituer au passé lointain des peuples du Moyen Orient une identité nationale distincte, spécialement pour les chrétiens d’Israël :

« la langue araméenne – on peut lire dans le document – fut la langue des Juifs durant des siècles, c'est-à-dire jusqu’à la réintroduction de l’hébreux, à la fin du XIXe siècle. Les pays arabes du Levant tout au long de l’histoire parlèrent l’araméen, le grec et l’arabe. Aujourd’hui nous sommes des arabes palestiniens. Si cette tentative a pour but de protéger ou défendre les chrétiens, comme l’affirment certaines autorités israéliennes, nous répondons : en premier lieu rendez nous tout nos foyers, nos terres et nos villages que vous avez confisqués. En deuxième lieu : la meilleure protection pour nous est de nous laisser avec notre peuple. Troisièmement : la meilleur protection pour nous est d’entreprendre sérieusement le choix de la paix. »

Le discours épiscopal contient également un appel à « quelques chrétiens palestiniens en Israël qui soutiennent cette idée », qui sont disposés à se faire rétribuer leur identité d’araméen pour effacer leur arabisme et accéder au service militaire dans l’armée israélite :

« il est impossible que vous choisissiez de meurtrir votre peuple pour satisfaire vos intérêts personnels du moment. Avec un tel point de vue, vous ne faites pas le bien, ni à vous-mêmes ni à Israël. Le pays a besoin de chrétiens à qui le Christ dit : « bienheureux les pacifiques » et pas de personnes qui défigurent leur propre identité. »

Le Salon Beige

Posté le 29 septembre 2014 à 15h33 | Lien permanent

La politique est avant tout une question de rapports de forces

De Gabriel Privat :

"[...] La politique est avant tout une question de rapports de forces. Vous ne pesez dans le débat public que si vous disposez des fonds suffisants, des relais d’élus ou d’affaires ou encore du nombre de militants adéquats pour faire peur à vos alliés de circonstance ou vos adversaires en les menaçant de marcher contre eux. La Manif pour tous n’a pas l’argent, ni les relais d’affaires et encore moins les élus en nombre suffisant, mais elle a le peuple. Que ce dernier vienne à manquer, que la marche du 5 octobre soit un échec, et elle n’aura plus qu’à plier ses bagages. Les associations réunies n’auront plus qu’à se disperser. Ce sera une nouvelle défaite car elle ne sera plus prise au sérieux par les pouvoirs publics, ni par les mouvements prétendument conservateurs, qui tireront comme conclusion de cet échec que la baudruche s’est dégonflée et que la défense de la famille n’a plus à faire partie des priorités politiques du moment.

Les défenseurs de la famille seront trahis et plumés s’ils ne marchent pas. Aucun homme fort de l’UMP, du Modem ou de l’UDI, et certainement pas du Front national, ne lèvera le petit doigt pour la famille si ces manifestations deviennent des échecs. Et les personnalités de second rang comme Hervé Mariton, Laurent Wauquiez, Henri Guaino, Xavier Lemoine, Christine Boutin, Marion Maréchal Le Pen ou Jacques Bompard qui se sont levés pour la famille et n’ont pas encore rendus les armes, seront devenus inaudibles dans leurs propres courants politiques. Que ces leaders de chapelles partisanes perdent leur puissance, et les courants qui progressent dans leur ombre, comme Sens commun, s’effondreront pour n’être plus que des clubs ultra-minoritaires.

L’enjeu est donc de taille. Le pouvoir politique, hélas, en démocratie, a besoin de la force de la rue pour s’affirmer. N’enlevons pas l’échelle à ceux qui défendent la famille au Palais Bourbon, au Palais du Luxembourg et dans les cabinets politiques conservateurs.

Certes, ce n’est à chaque fois que du retardement. La victoire ne sera pas partisane mais civilisationnelle. La société française s’est déjà désintéressée de la question du mariage pour tous, tout comme elle se désintéressera de l’euthanasie après que celle-ci soit passée, et comme elle semble s’être désintéressé de la PMA ou de la recherche sur l’embryon. L’absence de mobilisation sur la GPA est assez éclairante sur la mollesse à venir. Les Français ne sont occupés que de leur portefeuille. En période de crise on les comprend ! Mais avec un peu de clairvoyance ils verraient que sans défense de la dignité humaine et de la famille il ne peut pas y avoir de défense du travailleur et de vraie justice sociale. Hélas ! Les Français dans leur grande majorité sont loin de ces considérations et ils s’en éloignent chaque jour un peu plus au fur et à mesure que le christianisme et son cortège de valeurs s’effacent des esprits et des cœurs. La reconquête du juste et du vrai ne viendra que de la nouvelle évangélisation de la société occidentale. Mais en attendant il faut bien retarder l’ennemi.

En effet, pendant que progresse doucement cette nouvelle évangélisation, pendant que la nouvelle génération de chrétiens et de clercs se lève, le monde n’attend pas, et la marche du nihilisme continue. Plus il progressera plus il sera difficile de faire entendre la voix du Christ, dont la parole semblera incongrue, incompréhensible. C’est donc un devoir pour un chrétien ou pour tout homme convaincu du caractère essentiellement positif des valeurs du christianisme pour le monde, de manifester et de participer à sa mesure au combat politique.

C’est pourquoi nous devons nous déplacer le 5 octobre. Certes, ce n’est pas possible pour tout le monde. Certains ont des réunions de famille, des mariages, des baptêmes, des voyages prévus de longue date et qui ne peuvent être déplacés. Mais vous qui n’avez rien d’important ce jour-là, vous pourrez marcher. Et vous qui n’avez pas le temps, ou plus la force de marcher à cause de la maladie ou de l’âge, vous pouvez inciter vos amis et vos parents à se déplacer, vous pouvez soutenir financièrement ceux qui aimeraient monter à Paris et n’en ont pas les moyens en ces temps de crise. Il n’y a pas d’action inutile.

Rien ne sert de crier "on ne lâchera jamais rien", si quelques mois plus tard nous restons chez nous, vaincus par un lâche "à quoi bon ?" Il y a là comme un air de déjà vu. Les chouans rentraient chez eux le soir après la bataille, et ils furent vaincus atrocement. Les manifestants de 1984 rentrèrent chez eux après avoir obtenu la victoire et l’Enseignement libre est aujourd’hui sous l’étroite dépendance financière de l’Etat. Les partisans de Combat pour les valeurs ou du Mouvement des citoyens groupes du défunt RPR ont baissé les bras devant l’ampleur de l’effort et ce qu’ils combattaient, l’Europe libertaire, la destruction des moeurs chrétiennes, s’est accompli. Vous aussi voulez-vous participer à la défaite générale, ou mener jusqu’au bout cette guerre d’escarmouches et de retardement en attendant le grand retournement ?"

Michel Janva

Posté le 29 septembre 2014 à 14h51 | Lien permanent

12 octobre : colloque "Catholiques en action"

Agir en catholiques dans la société : quelle action concrète dans ses domaines de responsabilité ? Comment agir dans le champ social, culturel et politique ?
 
Ichtus
 
Programme :
  • 9h : Messe présidée par Mgr Ravel, Evêque aux armées
  • 10h30 : "Faut-il défendre ses convictions ?" par François-Xavier Bellamy
  • "Comment agir pour le bien commun ?" par Bruno de Saint Chamas, président d'Ichtus
  • 12h30 : déjeuner
  • 14h à 16h : tables rondes et ateliers. Avec la participation de Jean-Marie Andrès, président des AFC ; François Billot de Lochner, président de la Fondation de Service Politique ; Arnaud Boutheon, fondateur de Sens Commun ; Clotilde Brossolet, fondatrice de Gavroches ; Nicole Buron, rédacteur en chef de Permanences ; Pierre Deschamps, ancien président des EDC, vice-président de la chambre de commerce de Paris ; Lionel Devic, président de la Fondation pour l'Ecole ; Alberic Dumont, fondateur LMPT ; Pierre-Yves Gomez, professeur et créateur des parcours Zachée ; Alexandre de Lamarzelle, entrepreneur ; Jean-Marie-Le Méné, Président de la Fondation Lejeune ; Xavier Lemoine, maire de Montfermeil ; Eric Mestrallet, entrepreneur, président d'Espérance Banlieue ; Inès Pélissié, auteur ; Esther Pivet, Vigigender ; Guillaume de Prémare, ancien président de LMPT ; Ludovine de la Rochère, présidente de LMPT ; Axel et Alix Rokvam, fondateurs des Veilleurs ; Sophie Roubertie, Ichtus ; Philippe de Saint Germain, fondateur de Liberté Politique...
  • 16h30 à 18h30 : "Comment agir dans la durée ? - Histoire et enracinement" par Louis Manaranche, normalien et agrégé d'histoire, Président de Fonder Demain
  • Le "Puy du Fou", un exemple d'action culturelle en France et à l'international par Philippe de Villiers
Chaque table ronde sera suivie d'ateliers pour rencontrer en petits groupes les intervenants, partager les expériences,  valoriser ou construire un projet, bâtir un programme d'action.

Renseignements pratiques et inscriptions.

Louise Tudy

Posté le 29 septembre 2014 à 14h26 | Lien permanent

Sur la rocade de Rennes ce matin

LMPT35 - Action sur rocade - 29 Sept 2014 - 1

LMPT35 - Action sur rocade - 29 Sept 2014 -2

LMPT35 - Action sur rocade - 29 Sept 2014 -3

LMPT35 - Action sur rocade - 29 Sept 2014 -5

Michel Janva

Posté le 29 septembre 2014 à 13h56 | Lien permanent


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2010 - Le Salon Beige