26 avril 2015

Népal : Israël va évacuer en priorité 25 bébés de mères porteuses

Fou

"Israël va évacuer en priorité 25 bébés nés de mères porteuses et leurs parents adoptifs, pour la plupart homosexuels, depuis le Népal où un violent séisme a ravagé le pays, ont annoncé dimanche les autorités israéliennes. 

Il y a actuellement à Katmandou 25 nourrissons nés de mères qui les ont portés pour le compte d'Israéliens venus les récupérer au Népal, a expliqué le ministère des Affaires étrangères. Quatre d'entre eux sont des prématurés nécessitant des services médicaux qu'ils risquent de ne pas trouver après le tremblement de terre, a dit le ministère.
 
Les Affaires étrangères évaluent à 600 ou 700 le nombre d'Israéliens se trouvant au Népal, la grande majorité d'entre eux étant des randonneurs. Aucun d'entre eux n'aurait été tué".
Lahire

Posté le 26 avril 2015 à 20h28 | Lien permanent | Commentaires (0)

Régionales : l'UMP nomme des candidats qui ne souhaitent pas revenir sur la loi Taubira

Le politologue Dominique Reynié a été choisi pour diriger la liste rassemblant l'UMP et l'UDI dans la région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon aux élections du mois de décembre. Connu pour ses positions favorables au lobby LGBT, Reynié est un acteur de la dérive vers la gauche de l'UMP, notamment au sein de la Fondation pour l'Innovation Politique. On se souvient que ce "think tank" chiraquien a apporté dès 2005 son soutien au mariage homosexuel : Dominique Reynié avait eu une place centrale dans cette "ouverture" vers les mouvements homophiles les plus extrémistes, dont Act-Up, notamment lors d'un colloque de décembre 2004.

Candidate pour l'Ile-de-France, Valérie Pécresse considère que l'abrogation de la loi Taubira est définitivement perdue.

Dans le Sud-Est, le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, également candidat aux régionales, a estimé que si la droite reprenait le pouvoir en 2017, elle ne devrait pas revenir sur la loi Taubira. Ce fidèle de Nicolas Sarkozy a dit avoir plaidé auprès du candidat à la présidence de l'UMP pour "trancher une fois pour toutes" cette question qui divise le parti, afin de "ne plus en faire une affaire de débat". Pour M. Estrosi, la dénaturation du mariage est "une avancée".

Michel Janva

Posté le 26 avril 2015 à 19h20 | Lien permanent | Commentaires (0)

Le cardinal Cañizares critique la « mini-réforme » de l’avortement

Jeanne Smits rapporte que l'’archevêque de Valence, en Espagne, le cardinal Antonio Cañizares, a critiqué ce qu’il appelle la « mini-réforme » de l’avortement votée en première lecture par les Cortes à la demande du gouvernement. Elle se borne à rétablir le principe du consentement parental pour les avortements sur mineures de 16 et 17 ans (avec décision finale par le juge en cas de désaccord), laissant en vigueur la loi Aido votée sous Zapatero. Le cardinal s’est dit

« très blessé, peiné et surpris, tout simplement dans ma condition d’homme de foi, de raison, et en tant que citoyen d’un pays comme le nôtre ».

« Nous devons dire “oui” à l’homme si nous voulons qu’il y ait un avenir », lance le prélat dans sa tribune hebdomadaire dans La Razón, où il appelle les

« juges, les experts des lois, médecins et penseurs » à « se manifester pour prendre la défense de l’homme, de ces enfants qui ne naîtront pas, et qui comptent pour si peu dans la loi en vigueur, qui est au fond, d’une certaine manière, confirmée par la réforme minime que le Partido Popular introduit dans son contenu. »

« On ne joue pas avec le droit à la vie, il n’est pas négociable », a dit celui qui porte le sobriquet de « mini-Ratzinger » en raison de sa petite taille et de sa grande clarté d’expression et sûreté de doctrine. Le cardinal Cañizares accuse le gouvernement de Mariano Rajoy, affirmant que celui-ci,

« en oubliant ses principes, en se dédisant par rapport à des gestes antérieurs, revenant sur ses promesses électorales, a approuvé une réforme minime, plus réelle qu’apparente (sic), de la loi en vigueur qui consacre le droit à l’avortement ».

« Avec l’avortement provoqué on ne construit rien, on ne guérit rien, on n’engendre ni vie ni santé, on ne fait que détruire un être humain, tout en sapant les fondements même de la société formée par des êtres vivants sur la base d’un état de droit ».

« Il n’existe pas et il ne peut exister aucun droit à éliminer la vie, ni la sienne propre ni encore moins celle d’autrui, et d’autant moins que celui-ci est innocent, faible et sans défense ».

« J’ignorais totalement que le Partido Popular eut changé de manière aussi radicale à l’égard d’un texte qu’il avait réprouvé en son temps et qui appartient à l’idéologie de l’opposition. L’avortement, il faut l’affirmer encore une fois, constitue la violation du droit le plus fondamental et sacrosaint des Droits de l’Homme : le droit à la vie, ancré au plus profond de la dignité inviolable de tout être humain, base de la coexistence des hommes, base de la société ».

« L’avortement viole le “tu ne tueras pas” absolu inscrit au cœur de la nature humaine et qui appartient à la “grammaire commune” de l’être humain : l’avortement est la défaite de l’humanité, de l’état de droit et de l’Etat démocratique, de la médecine, de la justice – de tous en un mot. »

Michel Janva

Posté le 26 avril 2015 à 19h01 | Lien permanent

Pas de souverainiste pour la primaire UMP ?

Matthieu Chaigne, co-fondateur du site Délits d'Opinion, écrit dans Le Figarovox :

"C'est tout le paradoxe de cette primaire. Censée départager les différents courants qui composent la grande famille de droite et du centre, cette élection interne frappe par la gémellité de ses candidats. Europhiles, biberonnés à la potion d'un libéralisme bon teint, les candidats putatifs ou déclarés varient seulement sur le remède qu'il faudrait administrer à la France.

Un casting qui révèle en creux la disparition de la droite dite souverainiste. Ce courant, porté notamment par un Philippe Seguin, a constitué le creuset du RPR d'hier, à la fois eurosceptique et profondément attaché à la place de l'État. [...] Pourtant, ces idées loin d'être mortes, rencontrent un vif écho. [...]

L'Europe est la seconde pomme de discorde de la droite: face à des candidats qui jouent sur les termes, critiquent l'Europe mais refusent d'assumer une critique radicale, les Français ont clairement basculé. Pour une majorité d'entre eux, l'Europe joue contre leurs intérêts. Incapacité à juguler les flux migratoires, source de destruction d'emplois, cheval de Troyes d'une économie libérale: l'Europe porte le chapeau du déclassement.

L'idée d'un retour en arrière n'est plus taboue pour les Français. Et encore moins à droite: 67% d'entre eux souhaitent renforcer les pouvoirs de décision de notre pays, même si cela doit conduire à réduire ceux de l'Europe. Au cœur de cette idée ressurgit un thème esquissé pendant la campagne de 2012, celui de retrouver la maitrise de son destin, de conserver son identité, son modèle. [...]"

Michel Janva

Posté le 26 avril 2015 à 18h52 | Lien permanent | Commentaires (0)

18 gendarmes blessés

Lors d'affrontements avec des participants à une rave-party non-autorisée dans le Gard. Un gendarme a été hospitalisé avec "un traumatisme facial important".

Michel Janva

Posté le 26 avril 2015 à 18h46 | Lien permanent | Commentaires (0)

"Vous ne resterez pas comme des poissons rouges dans la forteresse européenne"

Fatou Diomé, écrivain franco-sénégalais sénégalo-français, un bagout à faire peur, ne mâche pas ses mots au sujet des migrants noyés aux portes de l'Europe, et bien sûr, "stigmatise" les blancs :

"Ces gens là qui meurent sur les plages, et je mesure mes mots, si c'était des blancs, la terre entière serait en train de trembler ! Mais là, ce sont des noirs et des arabes (...) Si on voulait sauver les gens, on le ferait, mais on attend qu'ils meurent d'abord !"[...]

 "Monsieur, vous ne resterez pas comme des poissons rouges dans la forteresse Européenne ! A l'heure d'aujourd'hui, l'Europe ne sera plus jamais épargnée, tant qu'il y aura des conflits ailleurs dans le monde (...)"

Quand le bocal Europe aura accueilli tous les poissons de toutes les couleurs, les poissons rouges européens seront morts, mais les autres aussi, madame Diomé, car le bocal aura explosé.

 

Marie Bethanie

Posté le 26 avril 2015 à 18h14 | Lien permanent | Commentaires (6)

Moyens pour sauvegarder la présence chrétienne au Proche-Orient

Extrait du discours à l'UNESCO prononcé hier par le Patriarche maronite le cardinal Béchara Boutros Raï :

R"[...] l’Europe et la Communauté Internationale sont appelées à veiller pour que les chrétiens restent dans leurs pays, avec les garanties nécessaires, eux qui existent en Orient depuis 2000 ans et sont des citoyens originaires et authentiques. Je propose ici les moyens aptes à créer une atmosphère de paix et de stabilité, pour pouvoir préserver la présence chrétienne au Moyen - Orient afin d’ y promouvoir la culture de la paix. Ces moyens exigent des bonnes volontés.

a) Résoudre d’abord le conflit israélo - palestinien et israélo - arabe qui est à l’origine de tous les conflits et guerres qui enflamment le Moyen - Orient. Il y a déjà des Résolutions du Conseil de Sécurité à exécuter, et des Résolutions à prendre.

b) Mettre fin aux guerres en cours entre les pays sunnites et les pays shiites, en Syrie, Irak et Yémen, à travers les négociations politiques et le dialogue entre les parties en conflit. Par conséquent cesser de soutenir les belligérants en armes et en argent, et de les protéger politiquement, ainsi que les organisations terroristes. Quant à celles - ci il faut identifier les causes qui les ont provoquées et les remédier avec moins de dégât, afin d’endiguer le terrorisme et sauver la paix dans le monde. Il faut absolument aider les pays de la région à se dégager des conflits sanglants qui les consomment, peuples et civilisations.

c) Reconstruire le vivre ensemble européen et musulman sur les deux rives de la méditerranée, par un réengagement des européens sur la côte sud de la méditerranée, en remplacement de l’assistanat et de la force militaire. La méditerranée devrait devenir le pont culturel entre ces deux mondes, au lieu d’être la frontière de leur conflit. "L’union de la méditerranée", à l’initiative de la France, est le projet le plus vital pour que les chrétiens d’Orient restent sur leurs terres avec toute leur efficacité et que les européens reviennent et contribuent de nouveau au progrès et développement de l’Orient, comme ils l’ont fait dans le passé. Les chrétiens orientaux sont bien positionnés pour réaliser cette "union".

d) Déployer les forces nécessaires pour que l’Islam, aujourd’hui en éruption violente, ne se sente coincé, défié ou peu respecté et n’entre en confrontation avec l’Europe et l’Occident. Les chrétiens d’Orient et particulièrement ceux du Liban sont des collaborateurs essentiels pour cette mission si importante pour le monde.

e) Reconnaître que les chrétiens d’Orient, surtout les chrétiens du Liban, sont stratégiques pour une solution politique à long terme, une solution interculturelle intrinsèque, au lieu d’une solution militaire imposée, comme c’est le cas aujourd’hui en Palestine, Syrie, Irak et Yémen.

f) Sauvegarder le Liban et le rôle efficace des chrétiens pour garantir la marche vers la démocratie, les valeurs de la modernité et le développement dans la région. Car seul le Liban sépare entre Religion et Etat, où chrétiens et musulmans sont en pleine égalité de droits et obligations. Seulement au Liban, les chrétiens ont une présence politique respectable dans leur propre pays et dans le monde arabe. Le Liban, grâce à sa culture de convivialité, reste le seul espoir du vivre ensemble entre chrétiens, musulmans et autres. Son président chrétien Maronite de par le Pacte National est le garant de cette convivialité. Malheureusement l’élection d’un nouveau Président a été liée forcement aux issus des conflits en cours en Syrie et dans la région. Voilà qu’aujourd’hui même s’accomplissent onze mois de vacance présidentielle, due au boccage des séances parlementaires. Nous comptons sur la médiation des pays amis du Liban, et ceux qui ont une influence politique sur l’Iran et l’Arabie Saoudite, pour débloquer cette impasse parlementaire."

Michel Janva

Posté le 26 avril 2015 à 18h01 | Lien permanent

Changements à la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre

Communiqué FSSP :

"Nomination des Supérieurs de District

Fribourg, le 26 avril 2015

FLes mandats des trois Supérieurs de District arrivant à échéance au mois de juillet prochain, l’abbé John Berg, Supérieur Général FSSP, a nommé, avec l’accord de son Conseil Général réuni le 24 avril à Fribourg :
- l’abbé Bernhard Gerstle comme Supérieur du District Germanophone à compter du 13 juillet 2015 pour trois ans ;
- l’abbé Benoît Paul-Joseph (photo ci-dessous) comme Supérieur du District de France à compter du 13 juillet 2015 pour trois ans ;
- l’abbé Gerard Saguto comme Supérieur du District Nord-Américain à compter du 13 juillet 2015 pour trois ans.

PAu nom de tous les membres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, le Supérieur Général et son Conseil adressent leurs plus vifs remerciements aux abbés Axel Maussen, Supérieur du District Germanophone depuis 2003, Vincent Ribeton, Supérieur du District de France depuis 2006, Eric Flood, Supérieur du District Nord-Américain depuis 2008.

Ils assurent les trois futurs nouveaux Supérieurs de leurs prières pour cette charge qu’ils ont dès à présent acceptée au service de la Fraternité."

Ordonné en 2007 par le cardinal Hoyos, l'abbé Benoît-Paul Joseph (photo ci-dessus), est originaire de Fontainebleau. Il a été en ministère à Bordeaux puis Tarbes, avant d'assister, depuis septembre 2012, le supérieur du district de France à Bourges. Depuis décembre 2014, il assure l'intérim de l'aumônerie générale de Notre-Dame de Chrétienté, en raison de l'hospitalisation de l'abbé Coiffet.

Michel Janva

Posté le 26 avril 2015 à 17h34 | Lien permanent

Douce France

Lahire

Posté le 26 avril 2015 à 14h45 | Lien permanent | Commentaires (2)

Le Pape François ordonne 19 nouveaux prêtres

En ce dimanche du Bon Pasteur, le Pape a ordonné 19 nouveaux prêtres, neuf Italiens et dix étrangers dont deux Malgaches. Dans son homélie, il leur a donné une série de recommandations :

ANSA791663_Articolo

"Le prêtre, [...] ne doit jamais se pavaner, un prêtre qui ne vit que pour se plaire n’est pas beau à voir ; il ne doit pas refuser le baptême à ceux qui le demandent ; il doit se garder des sermons ennuyeux - les homélies touchent les cœurs quand elles viennent du cœur - et dans le confessionnal, il doit savoir pardonner, il n’est pas là pour condamner. La doctrine de la vie sacerdotale doit être la joie et le soutien des fidèles ; le parfum de cette vie doit être le témoignage, car les paroles sans l’exemple sont vides de sens ; ce ne sont que des idées qui peuvent même faire mal. La messe n’est pas un rituel artificiel, il ne faut donc jamais être pressé d’en finir. Les prêtres sont invités à la cohérence, à imiter ce qu’ils célèbrent."

Et devant les quelque 50 000 personnes venues prier le Regina Coeli, à midi sur la place Saint-Pierre, le Souverain Pontife a souligné qu’il ne suffisait pas de rendre grâce pour la sollicitude paternelle de Dieu, exhortant les nouveaux prêtres à suivre le modèle du Bon Pasteur :

"Il faut suivre le Bon Pasteur, et cela vaut surtout pour les prêtres, les évêques et les papes. Ceux-ci ne doivent pas adopter la mentalité d’un chef d'entreprise mais être des serviteurs, comme Jésus qui, en se dépouillant, nous a sauvé par la miséricorde."

Le Saint-Père a fustigé « les pasteurs mercenaires » en rappelant que le Bon Pasteur pense à ses brebis, il ne les exploite pas. "Il participe avec empressement à la vie de son troupeau. Il n’a aucun autre intérêt ni ambition que celui de guider, nourrir, et protéger ses brebis, même au prix de sa propre vie."[...] "En nous donnant Jésus comme Pasteur, le Père nous a donné ce qu’Il avait de plus précieux », a-t-il dit, « l’amour total qui n’est dicté par aucun intérêt, calcul, ou besoin."

Marie Bethanie

Posté le 26 avril 2015 à 14h24 | Lien permanent

5 mai : Eric Zemmour à Bordeaux

Zemmour-bordeaux-510x721

Michel Janva

Posté le 26 avril 2015 à 13h20 | Lien permanent

A Paris, le 6 mai : "Culture de mort : un choix irréversible ?"

6 mai

 

A découvrir ici

François Billot de Lochner, président de la Fondation de Service politique et du collectif France-Audace, recevra trois éminents spécialistes de la défense de la vie humaine, réputés pour leurs compétences et leur combativité :

♦ Julie Graziani, porte-parole du collectif Ensemble pour le bien commun.
♦ Aude Mirkovic, maître de conférences en droit privé et auteur de PMA-GPA, Après le mariage pour tous, l'enfant pour tous ? (ed. Téqui 2014),
♦ Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme-Lejeune. 

Tous trois répondront aux questions des participants sur les meilleurs moyens de renverser la tendance de cet emballement mortifère, libertaire et liberticide. 

NB : Julie Graziani avait aussi un mandat ponctuel de porte-parole pour la marche pour la Vie 2015.

Lahire

Posté le 26 avril 2015 à 12h32 | Lien permanent | Commentaires (0)

"C'est le rosaire qui va nous libérer de Boko Haram"

Mgr Dashe est évêque de Maiduguri, capitale de l’État de Borno, dans le Nord-Est du Nigéria. Il dit que le Christ lui est apparu :

"Vers la fin de l’année dernière, a-t-il confié à la CNA [Catholic news agency] le 18 avril dernier, je me trouvais dans ma chapelle, devant le Saint-Sacrement. J’étais en train de réciter le chapelet quand tout à coup, le Seigneur m’est apparu ». « Au début, a-t-il poursuivi, Jésus ne m’a rien dit, mais Il m’a tendu une épée que j’ai saisie. Celle-ci s’est immédiatement transformée en rosaire », ajoutant qu’à trois reprises, le Christ lui aurait dit : « Boko Haram a disparu ».[...]

Topic (2)

L’évêque affirme qu’il est profondément attaché à la Mère de Dieu. « Je ne plaisante jamais avec Maman Marie. Je sais qu’elle est avec nous », a-t-il confié à CNA. Mais il n’est pas le seul évêque nigérian à mettre l’avenir de son pays entre les mains de la Mère de Dieu. La Conférence épiscopale du Nigeria l’a en effet consacré à la Sainte Vierge à deux reprises au cours de ces dernières années. Mgr Dashe est certain, qu’un jour, le pays connaîtra la paix et la croissance grâce à Marie.[...]

« C’est la prière, et surtout celle du rosaire, qui va nous libérer des griffes de ce démon, le démon du terrorisme »."

En France, nous avons la même espérance : c'est la prière du rosaire, et celle de la Neuvaine, qui sauvera notre pays du démon du relativisme matérialiste athée.

Marie Bethanie

Posté le 26 avril 2015 à 10h49 | Lien permanent

12 églises abandonnées

Un album photo insolite et émouvant : celui de 12 églises abandonnées de par le monde, qui prouvent que l'homme a toujours éprouvé le besoin de construire pour la gloire de Dieu.

Topic

(Le monastère de Tatev, en Arménie)

Marie Bethanie

Posté le 26 avril 2015 à 10h34 | Lien permanent

"Il faut créer du travail en Afrique pour endiguer l’immigration illégale"

2008-02-17-Card.Njue%2002Des paroles de S.Em. le Cardinal John Njue, Archevêque de Nairobi et Président de la Conférence épiscopale du Kenya, qui déclare qu'il faut créer de nouvelles opportunités d’emploi en Afrique pour endiguer les flux migratoires illégaux en direction de l’Europe.

Il déplore d'autre part la fermeture programmée du camp de réfugiés de Dadaab, le plus grand camp de réfugiés au monde, affirmant que les complices des intégristes somaliens se cachaient au sein de la structure.

"Officiellement, 350.000 personnes vivent dans le camp situé non loin de la frontière somalo-kenyane" a indiqué le Cardinal Njue. "On soupçonne que la milice islamique se soit infiltrée à Dadaab. Fermer le camp signifie punir les innocents, les mettant en danger en les renvoyant en Somalie".

Marie Bethanie

Posté le 26 avril 2015 à 10h04 | Lien permanent

Centenaire d'un autre génocide : 200 000 chrétiens victimes de la grande famine au Liban entre 1 915 et 1918

Série de photos (certaines peuvent choquer).

Gg

La grande famine méconnue et oubliée. Même au Liban.

Autre article qui présente ce meurtre d'un tiers de la population du Liban

Une table ronde avec historiens, archivistes et spécialistes s'est tenue le 23 avril avril sur ce génocide. A découvrir ici (Plus de cent photos ici) : 

"C’est en 1916 que Gibran Khalil Gibran publie depuis son exil aux États-Unis « Mon peuple est mort », afin d’attirer l’attention du monde sur le joug ottoman et la famine qui frappe le Liban. Quant aux archives des pères jésuites, nous pouvons les considérer comme des archives nouvelles et inédites. Ces archives contiennent souvent des lettres envoyées par les jésuites en Europe ou ailleurs, ou encore aux autorités locales ou étrangères (sorte de correspondance diplomatique), mais elles proviennent surtout des fameux « diaires » que les pères jésuites consignaient – et consignent toujours – que ce soit à titre personnel ou parce qu’on leur en a confié la charge dans la résidence où ils se trouvent. Il y a peu d’archives photographiques sur cette époque. Car les pères « photographes » de cette époque, essentiellement les pères Antoine Poidebard et Joseph Delore, ont été mobilisés et rappelés en France dès le début de la guerre. Par ailleurs, cette activité devenait très dangereuse et suspecte aux yeux des ottomans, car elle dénonçait un drame que l’on cherchait à étouffer et à nier. » 

Et d’ajouter : « tout au long de ces années de guerre les jésuites entretiennent des correspondances avec certains ambassadeurs et consuls, mais aussi avec les Ottomans. Je me suffirai de citer deux extraits de deux lettres. La première est envoyée par un père jésuite anonyme en 1915, et dans laquelle il demande aux officiers ottomans de ne pas couper les arbres et les vignes du domaine de Bikfaya, car c’est tout ce qu’il reste aux pères pour réchauffer et nourrir les orphelins affamés, alors qu’il fait dehors – 8 degrés. La seconde envoyée le 3 septembre 1915 au P. Paul Mattern, Supérieur de la Mission des jésuites à Beyrouth, par l’ambassadeur François Georges-Picot (le signataire de l’accord Sykes-Picot) depuis l’ambassade de France à Londres : « J’exprime mon espoir de voir bientôt la Turquie vaincue, et notre rentrée possible à Beyrouth ; et comme vous l’avez vu dans les journaux, notre drapeau flotte depuis trois jours sur l’île d’Arouad, coin de terre syrienne au nord de Tripoli, affirmant l’avenir qui se prépare… ». 

Puis il a tenu à rendre hommage au P. Alex Bassili, et au P. Sélim Abou sans lesquels ces archives seraient restées muettes".

Lahire

Posté le 26 avril 2015 à 09h35 | Lien permanent | Commentaires (3)

Pédagogie et spiritualité du scoutisme : une « imitation de Jésus Christ »

Une vidéoformation proposée par Notre-Dame de Chrétienté :

 

Michel Janva

Posté le 26 avril 2015 à 07h41 | Lien permanent

C’est arrivé un 26 avril…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 26 avril 1248 : consécration solennelle de la Sainte Chapelle de Paris.

La Sainte-Chapelle est édifiée sur l'île de la Cité, dans l'enceinte du palais royal, à la demande de Saint-Louis afin d'abriter la Sainte couronne d'épines, un morceau de la Sainte Croix ainsi que diverses autres reliques qu'il a acquises. Le bâtiment est un petit chef-d'œuvre de l'art gothique ; il est conçu comme une châsse précieuse devant mettre en valeur les reliques conservées et rachetées à l'empereur de Byzance, Baudouin II. Elle superpose deux chapelles, la supérieure étant au niveau des appartements royaux. L'architecte réussit le tour de force de la construire en 5 ans.

A la révolution elle souffre particulièrement de la haine des révolutionnaires. Toutefois la couronne d'épines est sauvée et se trouve aujourd'hui dans le trésor de la cathédrale de Paris. Les révolutionnaires la transforment en salle d'archives en 1802, vendent les vitraux (aux Anglais entre autres), fondent les reliquaires, détruisent les statues et les tableaux…

Malgré ce vandalisme stupide et haineux, le monument garde une splendeur et une âme, qui expliquent pourquoi c'est un des monuments les plus visités de Paris.

Le dimanche 26 avril 1248, le Roi Saint Louis fait consacrer la Sainte-Chapelle, bâtie sur l'Île de la Cité, par l'Archevêque Eudes de Tusculum Légat du Pape Innocent IV et Mgr Philippe Berruyer archevêque de Bourges en présence des archevêques et évêques de Sens, Rouen, Laon, Soissons, Amiens, Senlis, Langres, Chartres, Orléans, Bayeux et Évreux. La Chapelle Haute est alors consacrée à la Sainte Couronne d'Épines, la Chapelle Basse est dédiée à la Sainte Vierge.

 

  • le 26 avril 1319 : naissance de Jean II le Bon.

Jean II le Bon est Roi de France de 1350 à 1364. Il est un chevalier courageux mais un piètre politique. L'un de ses deux fils Louis, otage à Londres en garantie du paiement de l'énorme rançon de 3 millions d'écus or, s'étant enfui en 1363, Jean le Bon, obéissant aux lois de l'honneur, retourne se constituer prisonnier à Londres, où il meurt en 1364. Voir les chroniques du 5 décembre sur le franc, du 19 septembre sur la bataille de Poitier, du 8 mai sur le Traité de Brétigny.

Jean II adoubant des chevaliers, enluminure des XIVe / XVe siècles

  • le 26 avril 1336 : la montée du Mont Ventoux par Pétrarque.

Dans une lettre à son ami Francesco Dionigi da Borgo, Pétrarque affirme avoir gravi le Mont Ventoux (1909 mètres), le 26 avril 1336, accompagné de son frère et de deux amis. L'anecdote, contestée par certains, donne toutefois une « date de naissance » à l'Alpinisme, Pétrarque, Petrarca alpinista, le «père de l'alpinisme »…

  • le 26 avril 1573 : naissance de Marie de Médicis.

Marie de Médicis, née à Florence, et morte le 3 juillet 1642 à Cologne, épouse le Roi Henri IV le 17 décembre 1600 à Lyon et devient reine de France de 1600 à 1610, puis reine-mère jusqu'à sa mort en 1642. Marie est le sixième enfant de François Ier de Médicis et de Jeanne archiduchesse d'Autriche.

Elle donne naissance à Louis XIII, Roi de France, à Élisabeth, reine d'Espagne, à Christine, duchesse de Savoie, à Nicolas, le «prince sans nom» qui meurt à l'âge de 4 ans, à Gaston, duc d'Orléans, et à Henriette, reine d'Angleterre.

Lorsqu'Henri IV meurt le 14 mai 1610, Marie de Médicis assure la régence au nom de son fils, Louis XIII, âgé de neuf ans. En 1615, elle se rapproche de l'Espagne ce qui contrarie ouvertement les protestants, et se concrétise par un double mariage franco-espagnol. Sa fille, Elisabeth, épouse l'infant Philippe IV d'Espagne et son fils, le Roi Louis XIII, épouse Anne, infante d'Espagne.

Dans Histoire Partiale, Histoire Vraie, aux éditions Beau-Chesne-Croit, (Tome 3, pages 14 et 15), Jean GUIRAUD note qu'au lendemain de la mort d'Henri IV, les huguenots réunis à Saumur en 1611, se dotent d'une organisation qui est la violation flagrante de l'édit de Nantes qui leur interdit toute réunion politique : un Conseil délibératif et exécutif permanent, chargé de surveiller et de défendre les intérêts des protestants dans chacune des régions de la France. Les membres prêtent le serment du secret.

« En présence d'une pareille organisation, Marie de Médicis, par des déclarations du 24 avril et du 11 juillet 1612, rappela aux protestants l'interdiction des assemblées politiques. Ils n'en tinrent aucun compte. Le 20 novembre suivant, eut lieu leur première assemblée de cercle à La Rochelle et, les années suivantes, se réunirent les assemblées générales de Grenoble (1615), de La Rochelle (1617), d'Orthez et La Rochelle (1618-1619), de La Rochelle (1620-1621). Cette dernière donna au parti protestant une puissante organisation militaire. Elle nomma pour toutes les forces calvinistes un généralissime qui fut d'abord Bouillon, puis Rohan, et divisa la France en huit départements militaires, ayant chacun à sa tête un général en chef appartenant à la haute noblesse. »

Les réunions qui s'étaient tenues en violation de l'édit de Nantes avaient tout préparé pour la reprise des guerres de religion ; aussi, après avoir trempé dans les révoltes qui troublèrent la régence de Marie de Médicis, les huguenots rouvrirent officiellement les guerres de religion en 1620.

[…] C'est ce que fait remarquer encore M. Hanotaux : « Après avoir hésité pendant quelque temps, dit-il, le parti protestant prit la résolution extrêmement grave d'appuyer le prince de Condé (dans sa révolte contre le gouvernement de Marie de Médicis). De ce jour (27 novembre 1614), le parti protestant, reconstitué EN PARTI D'AGRESSION, rompt en visière avec la royauté. C'est donc lui qui, pour la première fois, déchire de ses propres mains l'Édit de Nantes et rouvre la période des guerres de religion ».

Le Roi Louis XIII écarte sa mère au profit du cardinal Richelieu qu'elle avait elle-même introduit. Elle meurt en 1642.

  • le 26 avril 1944 : le chef de l'Etat Philippe Pétain est accueilli triomphalement à Paris.

Plus d'un million de Français sont venus écouter le chef de l'Etat. Son voyage est un triomphe comme dans toutes les villes qu'il a visitées et qu'il va continuer à visiter avant que les Allemands le fassent prisonnier.

  • le 26 avril 1945 : le maréchal Pétain rentre à Paris et se constitue prisonnier.

Il est interné au Fort de Montrouge.

  • le 26 avril 1961 : les généraux Challe, Jouhaud, Salan et Zeller quittent le Gouvernement général d'Alger.

Les généraux Salan et Jouhaud quittent Alger pour rejoindre l'OAS ; le général Zeller s'enfuit de son côté ; le général Challe se rend aux autorités. Il est immédiatement transféré à Paris et emprisonné à la Santé. L'épuration commence ! Sont dissous : le 1er REP les 14éme et 18éme RCP et le GCPA (commandos de l'air) ; un peu plus tard, les 10éme et 25éme DP.

Se retrouvent en prison, les généraux Challe, Zeller, Gouraud, Bigot, Nicot et Petit ; les Chefs de Corps et colonels Chapelle du 1er REC, Lecomte du 14éme RCP, Masselot du 18éme RCP, le Lt-colonel Emery du GCPA, Bréchignac de la 2éme DP, les commandants Denoix de Saint-Marc du 1er REP et Robin du GCPRG. Mais aussi les Généraux Allard, ancien Commandant en Chef en Algérie, Grout de Beaufort et Faure ancien patron de la Kabylie et le Colonel Dufour ancien de la Légion, qui sont arrêtés en Europe.

Des mandats d'arrêt sont lancés contre les généraux Salan, Jouhaud et Gardy, les Colonels Godard, Lavheroy, Broizat, Gardes et Argoud. 220 officiers sont arrêtés, 114 passent en justice et 83 sont condamnés. Les Généraux Olié, Chef d'état-Major des armées, de Pouilly, commandant la place d'Oran, et Gracieux, inspecteur des Troupes Aéroportées ainsi qu'environ 1000 officiers qui n'ont pas participé au putsch, démissionnent de l'armée, par solidarité.

Jamais, dans l'Histoire de France, l'armée du pays n'a subi une telle purge !

  • le 26 avril 1986 : accident nucléaire à la centrale nucléaire de Tchernobyl, en ex-URSS.

Les retombées radioactives affectent la majeure partie de l'Europe, toutefois les nuages radioactifs s'arrêtent aux frontières françaises et suisses.

Lois Spalwer

Posté le 26 avril 2015 à 06h37 | Lien permanent | Commentaires (0)

25 avril 2015

Régionales : un gauchiste nommé tête de liste UMP dans le Sud Ouest

Le politologue Dominique Reynié a été choisi pour diriger la liste rassemblant l'UMP et l'UDI dans la région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon aux élections du mois de décembre. C'est un collège de 40 élus de la grande région qui a choisi M. Reynié, nouvel arrivant dans l'arène politique, connu pour ses positions favorables au lobby LGBT, lors d'un scrutin qui mettait aux prises dix candidats. Au quatrième et dernier tour il se retrouvait avec pour seul rival le maire de Lavaur (Tarn) et ancien député UMP Bernard Carayon. M. Reynié l'a emporté avec 23 voix, contre 16 pour son concurrent.

Michel Janva

Posté le 25 avril 2015 à 23h01 | Lien permanent | Commentaires (10)

Question du jour : sous quel régime est-il interdit de prier dans la rue? (Add.)

Réponse à proposer dans les commentaires.

Bonne réponse de Marcel T. : la république française.

Un élu FN relance le débat à Lyon pour 30 musulmans priant dans la rue. Le préfet s'en émeut. Le maire PS répond : "Il est interdit de prier dans la rue, quelle que soit sa religion". Merci à l'intriguant.

Pr

Lahire

Posté le 25 avril 2015 à 21h14 | Lien permanent | Commentaires (24)

Que ne soit pas oubliée la menace de l'Etat islamique d'envoyer 500 000 migrants vers l'Europe

Otages de la mer, les migrants deviennent ainsi une contrainte humaine et financière pour une UE entravée dans son idéologie :

"La branche libyenne de Daesh prévoit d'envoyer entre 500.000 et 700.000 migrants si l'Italie décide d'intervenir dans le pays.

C'est ce qui ressort des écoutes téléphoniques interceptées par la police italienne et que le quotidien italien Il Messagero a pu se procurer. Des  interceptions considérées comme «fiables» selon le quotidien et dans lesquelles ces membres de l'organisation État islamique envisagent de recourir aux migrants comme une «arme psychologique» contre l'Europe, et en particulier contre l'Italie si celle-ci intervenait en Libye.

«Les djihadistes émettent l'hypothèse d'envoyer à la dérive direction l'Italie, des centaines de barques remplies de migrants, dès le moment où notre pays évoquerait une intervention armée en Libye», écrit le quotidien italien. L'objectif est de créer le chaos en Méditerranée et sur les côtes italiennes particulièrement pour créer un «impact dévastateur sur l'opinion publique» qui pourrait «influencer les choix politiques du gouvernement».

L'Italie est située tout près de la Libye, à quelque 350 kilomètres des côtes et est la principale porte d'entrée des migrants libyens".

Lahire

Posté le 25 avril 2015 à 21h10 | Lien permanent | Commentaires (13)

Inculture : le père Matthieu Rougé répond à Daniel Cohn-Bendit

Répondre à l'inculture des journalistes (comme Moreira) ou des politiques, ce n'est pas surréagir, c'est instruire. Par amour pour la vérité. Généralement, les chrétiens qui refusent de réagir le font, non pas par charité, mais par ignorance. Ainsi, le père Matthieu Rougé, curé de Saint-Ferdinand-des-Ternes à Paris répond sur le Figarovox à Daniel Cohn-Bendit, qui a osé déclarer :

«Les États-Unis c'est, dans beaucoup d'États, la peine de mort. C'est, si vous voulez, la civilisation judéo-chrétienne, c'est l'idée de la vengeance: ‘œil pour œil, dent pour dent'».

Pour le père Rougé, «Dany le rouge» fait, un contre-sens majeur sur la portée de la loi du talion dans l'histoire des civilisations et des religions :

"Le commandement «œil pour œil, dent pour dent» se trouve bel et bien dans les Écritures (Exode 21, 24) mais il y constitue une injonction à limiter la violence et non pas à la laisser se développer. La sensibilité humaine, livrée à elle-même, est toujours tentée de réagir plus violemment que l'agression subie. Les conflits individuels et collectifs ne cessent de le manifester. La première étape de la pédagogie biblique consiste donc à prescrire la proportionnalité de la riposte.

Il ne s'agit que d'une première étape puisque Jésus, dans son «Discours sur la Montagne», universalise la Loi de Moïse en l'approfondissant: «Vous avez appris qu'il a été dit: Œil pour œil, et dent pour dent. Eh bien, moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant». Et le Christ d'ajouter: «si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l'autre» (Matthieu 5, 38-39). Cette consigne est le plus souvent mal interprétée: Jésus ne demande pas à ceux qui ont été frappés de s'anéantir devant leurs agresseurs mais bien plutôt de tenir paisiblement leur position, sans riposter à la violence par la violence mais sans succomber pour autant à une quelconque lâcheté.

Ainsi la culture judéo-chrétienne est-elle une culture de la paix et du pardon, dont l'assimilation de la loi du talion a constitué une étape significative. Aujourd'hui encore, la proportionnalité de la riposte, dans les conflits armés comme dans les joutes oratoires, est parfois une première étape nécessaire et bienfaisante en vue de la désescalade de la violence. La marche suivante réside dans la fermeté paisible ou la forte douceur dont le ton est donné par la deuxième béatitude: «Heureux les doux, ils obtiendront la terre» (Matthieu 5, 5). [...]"

Michel Janva

Posté le 25 avril 2015 à 20h41 | Lien permanent

Washington : March For Marriage en direct avec Le Salon Beige

Photos de la Marche pour la famille qui a lieu aujourd'hui à Washington avec une participation très oecuménique :

Mgr William Lori, Archevêque de Baltimore

1

2

Photo 3

Photo 2

0

Brian Brown l'organisateur de la marche à Washingtown DC :

Photo

4

Brian Brown et Austin Ruse (C-Fam) :

Photo(1)

Avec Guillaume de Thieulloy (directeur du Salon Beige) :

Photo 1

5

6

7  9
Photo(2)
Photo(3)
Photo(4)
L'archevêque de Baltimore :

Photo(5)

Photo 2(1)

Photo 1(1)

Photo 2(2)

Il y a l'archevêque de Chicago et le président de la conférence des évêques des Etats-Unis.

Michel Janva

Posté le 25 avril 2015 à 20h13 | Lien permanent | Commentaires (5)

Douce France

Scène de western en Bourgogne : des coups de feu tirés sur un car scolaire en déplacement.

Lahire

Posté le 25 avril 2015 à 19h41 | Lien permanent | Commentaires (0)

Le pèlerinage de Chartres a besoin d'aide

0Le Service d'Ordre du pèlerinage Notre-Dame de Chrétienté cherche d'urgence encore 11 chefs d’équipes/cadres, majeurs, ayant de préférence une expérience d’encadrement (type scoutisme). Au cœur de l’action, vous contribuerez à la sécurisation de la colonne et à la bonne marche du pèlerinage. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenue.

Par ailleurs, le pèlerinage recherche des bonnes volontés pour renforcer les équipes des services (équipes mobiles, chauffeurs avec ou sans véhicules pour le transport des pèlerins, service d'ordre, montage des tentes, cuisines, transport des sacs...).

Pour plus d'information sur les équipes du service d'ordre, consultez ce site. N’oubliez pas d’indiquer le service que vous souhaitez rejoindre lors de votre inscription.

Vous avez jusqu'à demain soir minuit pour bénéficier d’un tarif préférentiel. Si cela n'est pas déjà fait, inscrivez-vous dès maintenant sur cette page.

Merci d’avance pour votre contribution à la réussite de ce 33e pèlerinage !

Michel Janva

Posté le 25 avril 2015 à 18h40 | Lien permanent

Cessons de tout attendre de l'élection présidentielle

Extrait d'une chronique de Guillaume de Prémare, sur Radio Espérance :

"(...) Certes, 2017 ne compte peut-être pas pour rien, mais l’enjeu plus profond est ailleurs. (...) La vox populi le sait ou le sent bien : nous sommes entrés en post-démocratie.

Je suis régulièrement le fil Twitter d’Alexandre Jardin et j’y ai lu cette considération de bon sens : « Il est tout de même ahurissant que nos partis ne mettent pas au cœur de leur projet le rôle effectif donné aux citoyens ». Et pour cause : les partis n’ont aucune envie que les citoyens viennent faire concurrence à leur monopole partagé de la chose publique.

Alexandre Jardin se dit également « stupéfait que les maires français – élus du peuple – acceptent d’être niés ». « Soumission durable ? » demande-t-il ? Ici se situe un problème grave : la confiscation progressive des libertés et responsabilités locales, notamment via la réforme territoriale et les regroupements de communes en hyper-communautés d’agglomérations.

« Que voulez-vous que j’y fasse ? On n’a pas le choix, le Préfet de Région a pris sa décision », me disait récemment un maire des Yvelines, dépité de voir les prérogatives de sa commune bientôt absorbées par le futur Grand Paris. Juncker a affirmé qu’il n’y avait « pas de processus démocratique possible contre les traités européens », il semblerait qu’il n’y ait pas non plus de processus démocratique possible contre les desideratas technocratiques à l’échelon national.

La post-démocratie présente le paradoxe d’un univers kafkaïen ultra-étatiste et ultra-réglementé au service d’un projet global ultra-libéral lié à la Mondialisation et à la financiarisation. D’une certaine manière, l’Etat est partout là où il ne devrait pas être et quasiment absent là où il devrait se trouver. Quel est le rôle de l’Etat ? Servir et protéger. Protéger le pays et le peuple des prédations des puissants ; servir les libertés et responsabilités locales en favorisant leur déploiement ; arbitrer le cas échéant, selon le bien commun.

Dans un tel contexte, la politique est-elle encore possible ? Elle ne le demeurera que dans la mesure où les citoyens, avec les élus locaux, avec les responsables économiques et sociaux locaux, s’organiseront pour exercer les libertés et responsabilités qui demeurent et défendre les pouvoirs concrets qui sont en voie de confiscation. Il y a du pain sur la planche… C’est à mon avis la seule planche de Salut."

Louise Tudy

Posté le 25 avril 2015 à 17h35 | Lien permanent | Commentaires (7)

David Luiz a choisi d'attendre jusqu'au mariage

D'après la presse espagnole, le défenseur brésilien du Paris Saint Germain ferait partie du mouvement catholique «Yo elegi esperar» («J'ai choisi d'attendre» jusqu'au mariage). Ce qui est certain, c'est que le jeune homme de 28 ans n'a pas peur de témoigner de sa foi sur les réseaux sociaux :

 

Louise Tudy

Posté le 25 avril 2015 à 16h15 | Lien permanent

Le combat politique de Marion Maréchal Le Pen accompagné par sa foi

Marion Maréchal-Le Pen a été invitée dans l'émission Bistro Libertés animé par Martial Bild sur TV Libertés. Présent en a retranscris un extrait :

"Martial Bild : Etes-vous catholique ?

BMarion Maréchal-Le Pen : Je suis catholique oui. J’ai une vraie démarche spirituelle même si je ne suis pas la plus pratiquante des catholiques, mea culpa. La question fondamentale c’est que c’est important pour moi. C’est quelque chose qui structure mon combat indéniablement, c’est une chose qui m’accompagne dans mon combat, parce que croyez-moi il y a des grands moments de solitude en politique. Ce qui est intéressant dans la prière et la religion c’est que cela permet une remise en question et une introspection et parfois des petites leçons d’humilité qui sont nécessaires. Et puis dans de grands moments d’angoisse, prier et avoir le sentiment de ne pas être totalement seul est quand même utile. C’est évidemment quelque chose qui anime mon combat et je le dis fièrement. Parce que je pense que le grand drame des catholiques en France aujourd’hui, c’est qu’ils sont désarmés psychologiquement. Ils sont dans une espèce de honte, de culpabilité, de moins en moins mais quand même. Malheureux comme un catholique en France : c’est absolument terrible ce qu’ils peuvent subir, même politiquement et le deux poids, deux mesures permanent. Si je peux servir au moins à ça un minimum, à permettre aux catholiques de France de droite de se sentir fiers, c’est ce que j’ai envie de leur dire et c’est ce que j’ai aussi un peu envie de porter tant que je pourrai le faire."

Michel Janva

Posté le 25 avril 2015 à 14h18 | Lien permanent

Chrétiens d'Orient : il faut absolument une protection militaire

Me Trémolet de Villers déclare dans un entretien au quotidien Présent :

P"Les chrétiens d’Occident commencent à se mobiliser très sérieusement. Avec des prières sur le plan spirituel. Et dans le domaine caritatif, en multipliant les aides financières et sanitaires. Toutefois, comme le rappelait l’un des patriarches avec lequel j’ai eu récemment l’occasion de m’entretenir : « Tout cela est bien, mais maintenant il nous faut une protection miliaire. » Je ne parle pas de reconquête. Mais simplement si, aujourd’hui, nous voulons protéger ces populations et faire en sorte que leurs filles ne finissent pas esclaves sexuelles des terroristes islamistes, après que leurs pères, leurs mères et leurs frères se sont fait égorger ou crucifier, eh bien il faut absolument une protection militaire. Nous en revenons à une nouvelle forme de chevalerie. De chevalerie moderne. Ce devrait être le souci principal des gouvernements occidentaux. Après le spirituel, il nous faut maintenant entrer dans le domaine temporel : politique et militaire. Je sens un frémissement d’indignation et d’impatience chez beaucoup de jeunes gens que je rencontre et qui me disent : « Ce n’est plus possible, on va s’engager. » Mais s’engager où ? Dans quelle armée ? Il faut qu’il y ait une réflexion et des décisions prises dans ce sens.

Il faut que les chrétiens d’Orient en train d’être massacrés obtiennent l’appui militaire qu’ils attendent de nous. On ne peut plus se contenter de leur dire : « On prie pour vous et on vous envoie de l’argent. »

Michel Janva

Posté le 25 avril 2015 à 13h56 | Lien permanent

Evolutionnistes/"créationnistes" : un débat confisqué (add)

Un article intéressant d'Enquête et débat revient sur un débat totalement occulté malgré la soi-disant liberté d'expression dont bénéficierait notre époque : le débat évolutionniste contre le "créationnisme". Les scientifiques évolutionnistes, tenants de la thèse de Darwin, ont peu à peu éjecté les scientifiques non-évolutionnistes de la scène scientifique, en imaginant de façon très ingénieuse l'insulte de "créationniste", en référence à la création du monde dans la Genèse, reléguant ainsi dans la sphère des illuminés de la foi tout scientifique qui aurait l'outrecuidance de ne pas adhérer aux thèses évolutionnistes. Ces scientifiques, tout sauf honnêtes intellectuellement, sont imprégnés de culture... marxiste, et leur but, avoué ou non, est d'éjecter Dieu de l'origine de l'homme. Les thèses évolutionnistes, dont certaines sont encore à prouver, sont pourtant enseignées telles quelles par l'Education nationale, et exclusivement relayées par la presse. L'article vaut la peine d'être lu en entier.

Sur le parti-pris évolutionniste, on lira avec intérêt un livre de Laurent Glauzy, préfacé par Serge de Beketch, "Le mystère de la race des géants - A la lumière du créationnisme"", qui a le mérite de poser les bonnes questions.

(Add ): le livre de Laurent Glauzy, épuisé, est refondu, complété, et réédité sous le titre "Les Géants de l´Atlantide - Révélations de l´archéologie interdite".

Marie Bethanie

Posté le 25 avril 2015 à 13h29 | Lien permanent | Commentaires (23)

Eloge de la culpabilité

Une tribune de Thibaud Collin, parue dans Gènéthique :

"(...) Il est très difficile voire impossible pour une personne et pour une société, de vivre dans un état de scission intérieure, c’est-à-dire de s’installer durablement dans une action dont on se sent coupable. L’adage prêté à Paul Bourget "si on n’arrive pas à vivre comme on pense, on finit par penser comme on vit" manifeste le désir de cohérence et d’unité inscrit dans le cœur de l’être humain. La loi Veil, quelles que soient les intentions de ses rédacteurs, se voulait un compromis entre deux thèses contradictoires. En effet, de deux choses l’une : soit la femme porte un être doué de vie humaine et alors l’avortement est un homicide et à ce titre ne peut être légalisé ; soit partant de la conclusion que l’avortement doit être légalisé, il faut qu’il ne soit plus qualifié d’homicide et il faut donc refuser de reconnaître l’humanité de l’embryon humain. Mais alors l’avortement devient aussi banal que de se faire arracher une dent, et il ne s’agit pas simplement de le tolérer, mais de le voir comme l’effectuation d’un droit de la femme sur son corps. La loi Veil voulant transiger s’enfonce dans la contradiction. Or une contradiction ne tient pas face au besoin de cohérence interne à l’esprit humain ; ce qui devait arriver arriva et en quelques années toutes les dispositions liées à une logique de tolérance étaient abrogées sous la pression de la logique alternative, celle du droit.

On peut bien sûr soutenir que la loi Veil a été le fruit d’un compromis politique pour faire accepter l’inacceptable et que ses auteurs la considéraient comme la première étape d’une entreprise de basculement de l’opinion publique en général, et de la majorité parlementaire en particulier, pour légitimer progressivement l’avortement comme un droit essentiel de la femme. Il n’en reste pas moins que l’avortement continue à apparaître comme un acte qui n’est pas banal, car un embryon humain n’est pas une dent, fut-elle de sagesse. On peut chercher à congédier le réel quand il nous contrarie, mais le réel résiste. Alors que faire ?
 
Une des tâches majeures de notre époque est de restaurer la grandeur de la culpabilité comme signe, alerte, qu’un mal a été commis. Notre société est dans le déni du mal, mais le mal n’a pas pour autant disparu et engendre son lot de souffrance, de désespérance, de dépression. Casser un thermomètre n’a jamais fait baisser la fièvre. Comme le dit si bien Pascal : "D’où vient qu’un boiteux ne nous irrite pas et qu’un esprit boiteux nous irrite ? A cause qu’un boiteux reconnaît que nous allons droit et qu’un esprit boiteux dit que c’est nous qui boitons" (Pascal, B.80). Il ne s’agit pas d’accabler le boiteux, mais de dénoncer l’esprit boiteux qui empêche le boiteux de se voir comme tel, pour prendre les moyens de marcher droit. La seule manière de lutter contre le mal, d’être libéré de sa culpabilité n’est pas de nier la faute commise, mais d’entrer dans le chemin du pardon, pardon demandé et pardon offert à l’autre et à soi. Mais le pardon repose sur la conscience de la faute commise. Notre société s’épuise à vouloir lutter contre le mal de l’avortement en proclamant que c’est un acte banal au lieu d’avoir le courage de nommer le mal, afin de tout faire pour l’éviter en amont, et le soigner en aval."
Louise Tudy

Posté le 25 avril 2015 à 12h01 | Lien permanent

Alpes-Maritimes : plus de 800 migrants interpellés en cinq jours

Le Point.fr :

"Ces migrants, qui proviennent pour la plupart d'Afrique noire, ont été interpellés depuis dimanche aux différents points de contrôle des Alpes-Maritimes.

Selon Laurent Laubry, secrétaire départemental du syndicat Alliance, cette "explosion brutale [est] liée à l'arrivée des beaux jours et à la reprise des flux de bateaux quand la mer se calme". Sur l'ensemble du premier trimestre 2015, la police aux frontières a, selon lui, procédé à plus de 2 200 interpellations de migrants dans le département, soit le double de l'année précédente."[...]

Refoulés vers l'Italie, tous retentent leur chance de passer la frontière, parfois même dans l'heure qui suit.

Marie Bethanie

Posté le 25 avril 2015 à 12h01 | Lien permanent | Commentaires (9)

Chrétiens d'Orient - Du martyre à la résurrection ?

Proposé par un lecteur, cet article (pdf) de Bruno Deniel-Laurent, très intéressant, revient sur le génocide arménien, et plus largement sur le génocide programmé des communautés chrétiennes d'Orient par l'Etat islamique. L'auteur se penche notamment sur cette région du nord de la Syrie, le Rojava, territoire kurde auto-administré et dernier refuge pour les Assyriens. Il  montre également l'importance des milices chrétiennes du Conseil militaire syriaque, qui s'opposent à la fois à l'Etat islamique et aux forces du régime syrien.

A la suite de l'article de Bruno Deniel-Laurent, un encart de Frédéric Rouvillois explique pourquoi il convient de considérer que "Daesh" est bien "l'Etat islamique", et que lui dénier ce nom revient à lui dénier les moyens nécessaires pour le combattre. Un point-de-vue intéressant.

Marie Bethanie

Posté le 25 avril 2015 à 11h43 | Lien permanent | Commentaires (2)

Paul Moreira, "l'idiot utile" des Frères musulmans ?

Paul Moreira, ce journaliste qui prétend si bien connaître les Evangiles qu'il y débusque des appels au meurtre qui n'existent pas de la part du Christ, n'a pas l'air de bien savoir non plus de quoi il parle lorsqu'il évoque le monde musulman, comme le démontre Joachim Véliocas, dans une enquête qu'il présente sur son blog, l'Observatoire de l'islamisation. A se demander si Paul Moreira ne serait pas "l'idiot utile" de la cause islamiste...

Marie Bethanie

Posté le 25 avril 2015 à 11h06 | Lien permanent | Commentaires (10)

Elbeuf (76) : encore un cimetière profané

Lu ici

"Les profanations commises dans le cimetière de Caudebec-lès-Elbeuf, au sud de Rouen (Seine-Maritime), en début de semaine, ne semblaient pas être motivées par un motif religieux. « Aucune référence religieuse, politique ou ethnique dans ces dégradations : juste de la casse stupide et totalement gratuite, sur des tombes très anciennes et sans famille identifiée », expliquait le maire de la ville, Laurent Bonnaterre, mercredi 22 avril 2015, annonçant sa volonté de porter plainte « contre ces actes ignobles que je condamne avec la plus grande fermeté ». Ces dégradations auraient été constatées dans la soirée de mardi.

C’est désormais l’indignation dans la commune voisine de Saint-Aubin-lès-Elbeuf ! Là encore des tombes « anciennes » ont été détériorées, dans le cimetière de la commune, dans la nuit du jeudi au vendredi 24 avril 2015. Là encore, aucune inscription. Plusieurs stèles ont été renversées. Selon nos informations, le gardien du cimetière aurait repéré des « personnes », à l’ouverture, vendredi matin, les faisant fuir. Une enquête a été ouverte. 

Le maire de la commune, joint par Normandie-actu, Jean-Marie Masson, a décidé de porter plainte et a demandé à ce que le cimetière soit fermé « pour laisser les policiers faire leur travail ». Plus d’informations à venir sur Normandie-actu".

Lahire

Posté le 25 avril 2015 à 10h59 | Lien permanent | Commentaires (3)

Vers un nouveau Moyen-Orient, la fin des chrétiens ?

ML’Aide à l’Eglise en Détresse annonce la publication des Actes de son dernier colloque tenu à Paris, le 5 décembre 2014:

  • Une réflexion inédite de géopoliticiens, diplomates, religieux et journalistes sur l'avenir du Moyen-Orient.
  • Un ouvrage indispensable pour mieux comprendre le dilemme auquel sont confrontés les chrétiens de la région face à la montée des djihadistes.
  • Des interventions sans tabou qui restent d'une cruciale actualité.

En profonde mutation énergétique, diplomatique et démographique, la région du Moyen-Orient occupe de manière persistante le cœur de l’actualité. Parmi les nombreux bouleversements se profile la possible disparition des chrétiens d’Orient, pourtant autochtones et présents depuis deux millénaires. Avec la prise de Mossoul et de la plaine de Ninive par les troupes de l’Etat Islamique en juin et août 2014, nous avons assisté à une sorte d’accélération de l’histoire, la question de la fin des chrétiens se posant avec encore plus d’acuité.

Géopoliticiens, diplomates, religieux et journalistes ont été réunis pour réfléchir à l’avenir du Moyen-Orient. Venant d’Egypte, du Liban ou encore d’Irak, chaque expert a apporté son éclairage pour mieux comprendre ce qui est en jeu aujourd’hui dans cette région.

Après avoir exposé l’environnement historique et géopolitique du Moyen-Orient (chute de l’empire ottoman, traité de Sykes-Picot, révolutions arabes et hivers islamistes), les délicats enjeux économiques et diplomatiques des grandes puissances sur la zone ont ensuite été débattus. L’analyse de la montée djihadiste dans le monde musulman a enfin précédé la question cruciale des chrétiens aujourd’hui au Moyen- Orient - « entre cercueil et valise, que choisir ? » Doivent-ils rester ?  Et peut-on le leur demander ?

Les intervenants :

  • Frédéric Pichon, historien et géopoliticien
  • Antoine Sfeir, journaliste et politologue
  • Nicolas Fondraz, adjoint au Directeur de Total
  • Didier Destremau, diplomate du cadre d’Orient
  • P. Samer Khalil Samer, prêtre égyptien islamologue
  • Joseph Alichoran, journaliste historien originaire d’Irak
  • P. Rami Simun, dominicain irakien, enseignant à Bagdad
  • Christian Chesnot, journaliste grand reporter, ex-otage en Irak
  • Marc Fromager, directeur de l’AED 

L'ouvrage de 136 pages est publié aux éditions de l'AED au prix de 12 euros (+3€ de port).

Michel Janva

Posté le 25 avril 2015 à 10h46 | Lien permanent

Collège libre de garçons à Draguignan

Bx Charles de Foucauld

Michel Janva

Posté le 25 avril 2015 à 08h01 | Lien permanent

Courage : une association pour aider ceux qui sont attirés par les personnes du même sexe

Courage est un apostolat de l'Eglise catholique: il propose d'aider ceux qui sont attirés par les personnes du même sexe ainsi que leurs proches. Sur leur site, vous découvrirez comment, à travers la vie de chasteté proposée à tout chrétien, vous pouvez passer de l' "identité" homosexuelle à une personnalité plus complète dans la personne du Christ.

Les cinq objectifs de Courage ont été déterminés par les membres du mouvement lors de sa fondation. Ils sont relus au début de chaque rencontre et vécus chaque jour par les membres.

  1. Vivre chastement en accord avec les enseignements de l'Eglise catholique sur l'homosexualité. (Chasteté)
  2. Consacrer sa vie au Christ à travers le service du prochain, les lectures spirituelles, la prière, la méditation, l'aide personnelle d'un directeur spirituel, la participation fréquente à la Messe et la pratique régulière de l'Eucharistie et du sacrement de Réconciliation. (Prière et Consécration).
  3. Encourager un esprit de camaraderie permettant le partage de réflexions et d'expériences, de façon à ce que personne n'affronte seul le problème de l'homosexualité. (Camaraderie).
  4. Savoir que les amitiés chastes ne sont pas seulement possibles mais encore nécessaires à une vie chrétienne chaste, il est bénéfique pour chacun de les créer et de les nourrir. (Soutien).
  5. Vivre une vie qui puisse servir d'exemple aux autres. (Bon exemple).
Michel Janva

Posté le 25 avril 2015 à 07h52 | Lien permanent

7 mai : conférence sur l'éducation à Toulouse

Eduquer à la liberté

Michel Janva

Posté le 25 avril 2015 à 07h50 | Lien permanent

Génocide arménien : les responsabilités de l'islamisme, des Jeunes Turcs, de la franc-maçonnerie

A l'occasion du centenaire du terrible génocide des chrétiens arméniens pour les Turcs, Bernard Antony publie un ouvrage intitulé "Le génocide arménien 1915-2015".

G"« Génocide arménien » : c'est l'expression dans laquelle se resserrent, autour de l'évocation du sort du peuple quantitativement le plus massacré dans le premier quart du XXème siècle, les tragédies des exterminations qui ont visé jusqu à nos jours, phase finale, à l'anéantissement de tous les chrétiens habitant dans les actuels pays de Turquie, d'Irak et de Syrie. Le génocide dit arménien a été en effet, après les massacres du XIXème siècle, celui d'une continuité d'éradication aussi des Assyro-chaldéens et des Grecs du Pont et d'Asie Mineure. Le 24 avril 1915, date de la déportation vers la mort des élites arméniennes sur décision du gouvernement des Jeunes Turcs marque, certes, le début du grand génocide des années 1915-1916, mais parachevé après 1918 par Mustafa Kemal sur le territoire de l'actuelle Turquie et continué ensuite jusqu à nos jours en Syrie et en Irak.

Bernard Antony, à travers les témoignages, en évoque les indicibles abominations dans toute l'étendue du mystère du mal. Il en rappelle, dans le refus des occultations révisionnistes ou négationnistes, les responsabilités convergentes du fanatisme islamique et des Jeunes Turcs, à la croisée de la franc-maçonnerie, des influences donmeh et du jacobinisme français."

Michel Janva

Posté le 25 avril 2015 à 07h47 | Lien permanent

Un légionnaire met 2 voyous hors d'état de nuire

Lu ici :

"La nuit du 31 janvier 2015, vers 23 heures, sur un grand parking d’une zone d’activités commerciales de Perpignan (66) qui borde l’Avenue d’Espagne, deux voyous agressent Monsieur VANDECOUTTE (handicapé) et sa fille qui se reposent dans leur voiture, pour les détrousser. Le Caporal-chef (er) Arthur de ANDRADE qui circule sur cette avenue aperçoit la jeune fille qui lutte contre un des agresseurs.

N’écoutant que son courage, Il s’arrête, évalue la situation et se rendant-compte qu’il aura affaire à deux individus, s’arme d’une clé démonte-roue et se porte au secours des victimes en engageant immédiatement le combat. Rapidement il est blessé au bras gauche par un coup de couteau. Malgré sa blessure il parvient à mettre les deux hommes hors d’état de nuire, les neutralise et leur impose la restitution de l’argent ainsi que les papiers des victimes. 

Les deux voyous s’enfuient précipitamment.

Par cet acte de courage, le Caporal-chef de ANDRADE a fait honneur à la Légion étrangère et à l’amicale des anciens de la Légion étrangère des Pyrénées-Orientales dont il est le porte-drapeau.

Par la suite, il participa à un « ratissage » avec la Gendarmerie qui se concrétisa par l’arrestation et la mise en examen des deux voyous; auteurs révélés d’une longue série de méfaits similaires.

Bravo, Monsieur légionnaire !"

Michel Janva

Posté le 25 avril 2015 à 07h31 | Lien permanent

C’est arrivé un 25 avril…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 25 avril 757 : le pape Etienne II meurt.

Son frère Paul Ier lui succède, c'est un cas unique dans l'histoire de l'Eglise. En butte aux Lombards qui veulent dominer l'Italie, et lui ont pris Ravenne, n'ayant pas reçu la protection de l'empereur Constantin V, Etienne II se tourne vers la Fille Aînée de l'Eglise et son Roi Pépin le Bref. Ce dernier reçoit magnifiquement le pape en 754. En 755, les Français conquièrent Pavie et les Lombards doivent rendre au Pape les territoires qu'ils lui ont pris. C'est la fameuse « Donation de Pépin » ou traité de Quierzy, qui donne naissance aux Etats pontificaux. La France remplit là sa vocation, telle que déjà, au VIème siècle, le Pape Pélage Il la définissait:

«Ce n'est pas en vain, ce n'est pas sans une admirable disposition que la Providence a placé la catholique France aux portes de l'Italie et non loin de Rome ; c'est un rempart qu'Elle ménageait à toutes deux».

  • le 25 avril 799 : attentat contre le pape Léon III.

L'attentat des nobles romains est dirigé par le primicier Pascal et le patricien Campulus, neveu d'Adrien Ier, pape précédent. Le jour des Litanies majeures, le Pape, à cheval, ouvre la marche d'une longue procession. Soudain, il est « assailli, roué de coups, jeté à bas de sa monture, dépouillé de ses vêtements pontificaux ». Les conjurés l'accusent de toutes sortes de vices et de crimes, de parjure, de fornication et d'adultère et ont l'intention de lui crever les yeux et lui couper la langue. Il est enfermé dans un couvent en attendant d'être jugé, mais il parvient à s'échapper et se réfugie chez le duc de Spolète, avant de se rendre à Paderborn, en Saxe, où se trouve alors Charlemagne. Ce dernier diligente une enquête sur les accusations. Le pape, totalement blanchi est renvoyé à Rome avec une forte escorte pour le réinstaller sur le trône de Pierre.

À Noël, en 800, Léon III couronne Charlemagne empereur dans la basilique Saint-Pierre.

  • le 25 avril 1214 : naissance du Roi Saint-Louis.

Né le 25 avril 1214 à Poissy, l'aîné des cinq fils de Louis VIII n'a que 12 ans lors de son avènement, le 8 novembre 1226. Blanche de Castille assure la régence du Royaume. Saint Louis est le modèle du Roi chevalier, du Roi Chrétien : chevalier sans peur et sans reproche, érudit capable de discussions théologiques avec Saint Thomas d'Aquin, symbole de la Justice personnifiée dans toute l'Histoire de France, chrétien d'une charité extraordinaire qui régulièrement vient soulager les lépreux, les pauvres et indigents. L'Eglise le canonise le 11 août 1297.

Comme l'écrit Geneviève Esquier dans Ceux qui croyaient au Ciel (Editions l'escalade page 143 et 144) : «Il est rare que le plus grand soit le plus saint. »

Et elle continue :

« Petit fils de Philippe Auguste, vainqueur de Bouvines, fils de Louis VIII le Lion, vainqueur des Albigeois, […] le fils de la reine Blanche est éduqué pour devenir Roi. Mais Roi au sens de premier serviteur du Christ Roi de France, au sens où la France est fille première née, choisie par le Père pour servir la Mère-Eglise, et qui plus de 700 ans auparavant a accepté ce choix. »

Il bénéficie dès sa jeunesse d'une éducation chrétienne avec sa mère alors Régente, auprès de qui il acquière le goût de la Justice à travers le difficile équilibre entre Autorité et Charité. C'est encore elle qui lui enseigne qu'elle le préfèrerait mort à ses pieds plutôt que de les avoir coupable d'un seul péché mortel !

C'est à Saint Louis que l'on doit les premiers tribunaux d'instance, ouverts à tous. Il nomme dans toutes les provinces de Frances des représentants de la justice royale et crée le premier parlement qu'il préside lui-même à Vincennes. Il est aussi à l'origine de la libération du servage, d'une caisse d'aide pour les agriculteurs âgés, d'une multitude d'œuvres caritatives à travers tout le pays.

Sa sagesse et son esprit de justice sont tels que le pape, l'empereur demandent son intercession, même le roi d'Angleterre pour juger d'affaires interne à son royaume entre lui et ses barons. Cela ne l'empêche pas de prendre la tête des armées royales pour châtier des coupables, pour faire respecter le droit, si cela s'avère nécessaire, ou pour lutter pour la libération de la Terre Sainte, puisqu'il se croise par deux fois et meurt au cours de sa seconde croisade atteint par le typhus. (Voir les chroniques du 29 novembre des 11 et 25 aout entre autres).

 

  • le 25 avril 1342 : décès du pape Benoît XII.

Pendant son pontificat il réforme l'administration pontificale, la Curie, les Ordres monastiques, dont la discipline et la ferveur dans les différents ordres religieux se sont relâchées. Dans la crainte d'une intervention armée de l'empereur Louis de Bavière, allié de l'Angleterre, le pape se fait édifier un palais fortifié à Avignon.

  • le 25 avril 1450 : assassinat de Gilles de Bretagne.
Gilles de Bretagne, frère du duc François Ier de Bretagne, est assassiné en prison alors qu'il devait être libéré depuis un an. Enfermé depuis 1446, pour avoir proposé ses services au roi d'Angleterre, il est étranglé dans sa cellule le 24 avril 1450 par Olivier de Méel. Ce dernier et ses complices sont exécutés l'année suivante sur ordre de Pierre II de Bretagne.
  • le 25 avril 1707 : bataille d'Almanza.

Cette bataille a lieu dans le cadre de la guerre de Succession d'Espagne. Une armée austro-anglo-hollando-portugaise est battue par une armée franco-espagnole près d'Almansa, en Espagne. Les coalisés perdent 5 000 hommes et 12 000 prisonniers. L'armée franco-espagnole des bourbons exploite cette victoire en conquérant les villes du royaume de Valence, hostile au règne de Philippe V sur l'Espagne.

  • le 25 avril 1747 : décès du chirurgien François Gigot de Lapeyronie.

François Gigot de Lapeyronie, de l'atelier de Hyacinthe Rigaud, 1743

François Gigot de Lapeyronie, né à Montpellier le 15 janvier 1678 et mort à Versailles le 25 avril 1747, est un chirurgien français. En 1704, il participe comme chirurgien militaire à la campagne du maréchal de Villars contre les camisards. À la mort de Mareschal en 1736, Lapeyronie devient le premier chirurgien et confident du Roi Louis XV, et chef de la chirurgie du Royaume. Il est ainsi sans doute à l'origine de l'ordonnance royale du 23 avril 1743, qui sépare définitivement les chirurgiens des barbiers. Il est également élu membre de l'Académie royale des sciences en 1731, puis président de l'Académie royale de chirurgie de 1736 à 1747.L'hôtel Saint-Côme à Montpellier, actuel siège de la Chambre de commerce et d'industrie de Montpellier est construit à partir de fonds légués par François de Lapeyronie.

  • le 25 avril 1792 : première exécution par la guillotine, sur la place de Grève, actuelle place de l'Hôtel-de-Ville à Paris.

Voir la chronique du 28 novembre.

  • le 25 avril 1802 : amnistie des émigrés français.

Un Sénatus-consulte accorde l'amnistie aux émigrés "qui figurent encore sur la liste" (sauf pour 1000 des plus compromis d'entre eux) en l'honneur de la paix s'ils reviennent au plus tard le 1er vendémiaire an XI. Fouché fait préciser qu'ils ne pourront pas mettre en litige la dévolution de leurs biens en leur absence. La révolution « mère généreuse » consent à amnistier ceux qui ont pris les armes pour défendre leur droits les plus fondamentaux : la liberté religieuse, la liberté de pensée et de défendre leur Roi, la propriété privée etc.

  • le 25 avril 1830 : les reliques de saint Vincent de Paul sont transférées rue de Sèvres, à Paris, dans la chapelle des Lazaristes.
    • le 25 avril 1841: Mayotte devient française.

La France prend l'avantage sur les Britanniques dans la course à la colonisation des îles dans l'océan Indien. Mayotte a le statut de colonie alors que les autres îles des Comores passent sous protectorat français en 1886.

  • le 25 avril 1859 : début des travaux du canal de Suez.

Trois ans après la fondation de la Compagnie Universelle du canal maritime de Suez par l'entrepreneur français Ferdinand de Lesseps, les travaux de construction du canal débutent. Il faut dix ans pour construire ce gigantesque ouvrage long de 193,3 km, d'une largeur de 280 m à 345 m et profond de 22,5 m. (cf. la chronique du 17 novembre).

  • le 25 avril 1879 : Jules Ferry et les Jésuites.

Ce libre penseur et franc maçon s'installe au ministère de l'Instruction publique et des Beaux-arts. Immédiatement il s'attaque à la Compagnie de Jésus.

« Oui, c'est à elle [la Compagnie de Jésus], messieurs que nous voulons arracher l'âme de la jeunesse française. »

Et ce sera la fermeture de 261 couvents et l'expulsion de 5643 religieux. Note François Marie Algoud dans son livre Histoire de la perversion de l'intelligence et des mœurs. (Edition de Chiré, pages 126 et 127) ; il souligne aussi :

« Un an avant, le 20 avril 1878, le Vénérable Frère de Hérédia à la loge L'étoile polaire du Grand Orient de France, déclare : « Ce qu'il faut conquérir avant tout, c'est la femme, parce qu'elle est la dernière forteresse que l'esprit d'obscurantisme, la religion, oppose au progrès humain. »

  • le 25 avril 1915 : début du débarquement de Gallipoli.

La bataille des Dardanelles commence. En deux jours 75 000 soldats alliés débarquent. Mais l'ennemi étant au courant, l'effet de surprise ne joue pas. En décembre les survivants commencent à être évacués jusqu'au 9 janvier 1916. C'est l'échec total d'une opération avec 200 000 morts et blessés alliés, contre environ 70 000 turcs.

  • le 25 avril 1945 : le Maréchal Pétain rejoint la frontière franco suisse.

Le maréchal gagne la Suisse et se présente volontairement au poste frontière de Vallorbe, pour répondre de ses actes. Il est aussitôt emprisonné.

Lois Spalwer

Posté le 25 avril 2015 à 06h40 | Lien permanent | Commentaires (0)

24 avril 2015

Vidéos impressionnantes de l'éruption du volcan Calbuco au Chili


Drone, accéléré ou hélicoptère: les vidéos les... par LEXPRESS

Michel Janva

Posté le 24 avril 2015 à 20h55 | Lien permanent | Commentaires (2)

Le courage de nos frères chrétiens d'Orient nous engage

L'Abbé Pierre-Hervé Grosjean est interrogé par Valeurs Actuelles :

"Manuel Valls et Bernard Cazeneuve ont récemment évoqué pour la première fois les menaces qui pèsent sur les chrétiens en France, est-ce une bonne chose d’en parler ?

C'est la même haine qui massacre nos frères chrétiens en Irak, en Égypte, au Kenya ou en Libye et qui veut aujourd'hui nous viser en France. Pourquoi faudrait-il le taire ? Il faut au contraire prendre conscience qu'à travers les chrétiens, c'est une certaine "vision de l'homme, une vision de la vie collective" qui est visée, comme le disait le Cardinal Vingt-Trois. Cette vision, les terroristes veulent la nier, répandant ici et ailleurs la violence, la division, la mort. Le message de Paix que porte l'Evangile leur est insupportable. Raison de plus pour le proclamer et continuer à le transmettre ! [...]

Les chrétiens doivent-ils faire plus attention ?

Ces barbares terroristes veulent nous faire vivre dans la peur... Ne leur donnons pas ce plaisir. La meilleure réponse à leur haine est d'être encore plus nombreux à prier dans nos églises ! S'ils provoquent malgré eux notre réveil, un regain de ferveur chez les chrétiens, et l'unité de tous les français dans ce combat contre leur haine et pour la paix, ils auront tout perdu, quels que soient les coups qu'ils pourraient nous porter. Vigilance, oui. Peur, non. Le courage de nos frères chrétiens d'Orient, bien plus touchés pour l'instant, nous engage !"

Michel Janva

Posté le 24 avril 2015 à 19h29 | Lien permanent

Il paraît qu'il y a une fatwa contre Paul Moreira

Oui mais (pas d'amalgame) c'est une fatwa émise par des catholiques si l'on en croit le journaliste qui affirmait qu'il y avait plus d'appels au meurtre dans l'Evangile que dans le Coran :

"la réacosphère catho me voue au bûcher".

Puis il s'enfonce et soutient mordicus :

"Oui, Jésus condamne à mort

L'autre référence est plus terrible, à mon sens. C'est dans Mathieu (23-33 à 23-39). Il s'agit de l'épisode où Jésus s'en prend aux Pharisiens (les prêtres juifs gardiens du Temple) :

"Serpents ! Race de vipères ! Le feu du dépotoir (nb : le dépotoir c'est la Géhenne, une vallée près de Jérusalem où les gens mouraient dans la torture et d'intenses souffrances, elle deviendra synonyme d'enfer), voilà le verdict ! Comment pourriez-vous y échapper ? C'est pourquoi, je vous envoie des prophètes, et des sages, des scribes, vous tuerez les uns, vous en mettrez d'autres en croix (...) Ainsi retombera sur vous le sang d'Abel, le juste, et celui de Zacharie (...), mort par votre main. Croyez-en ma parole, tout cela retombera sur cette génération." 

Jésus les voue ou les condamne (verdict) à une mort horrible. Il bluffe, il n'a pas vraiment le rapport de forces mais l'intention est là : qu'ils meurent dans ce monde terrestre (et non pas après le jugement dernier comme il m'a parfois été objecté)."

Daniel Hamiche a déjà répondu à cette interprétation. Il faut ajouter que Notre-Seigneur ne menaçait pas, mais prophétisait, comme souvent dans l'Evangile, et une trentaine d'années après, cette génération a connu la guerre civile, entre les Pharisiens, membres du Sanhédrin, et les Zélotes. En 69, lorsque Vespasien devient empereur, Titus fait le siège du Temple de Jérusalem, qu'il rasera. Selon Flavius Josèphe, les Romains firent 97 000 prisonniers et 1 100 000 personnes périrent. Dans les dernières poches de résistance, notamment à Massada, tous les défenseurs se suicident avec femmes et enfants... Le peuple juif fut alors totalement dispersé.

Michel Janva

Posté le 24 avril 2015 à 18h37 | Lien permanent | Commentaires (30)

Le Vatican, cible des islamistes

La police italienne a annoncé ce matin avoir démantelé un réseau islamiste basé en Sardaigne et ordonné l'arrestation de 18 personnes, dont deux anciens gardes du corps de Ben Laden. Mario Carta, responsable des services de renseignement à Cagliari en Sardaigne, a précisé que des écoutes téléphoniques avaient conduit les enquêteurs à prendre au sérieux ce projet d'attentat sur la base de conversations évoquant la "via della Conciliazione", la principale rue qui conduit au Vatican.

Ces 18 personnes, accusées notamment d'avoir participé à des activités terroristes au Pakistan, sont accusées d'appartenance à

"une organisation dédiée aux activités criminelles transnationales s'inspirant d'Al-Qaïda et à d'autres organisations radicales prônant la lutte armée contre l'Occident et l'insurrection contre l'actuel gouvernement du Pakistan".

Certains de ces islamistes sont accusés d'avoir planifié, financé et même participé à des actes terroristes au Pakistan, dont l'attentat sur le marché Meena Bazar de Peshawar en octobre 2009 qui avait fait plus de 100 morts. Ils sont aussi soupçonnés d'être impliqués dans un trafic d'immigrants clandestins.

L'organisation aurait eu en Italie comme chef principal un imam (pas d'amalgame !), du mouvement "Tabligh Eddawa", installé en Lombardie (nord), qui se servait de son autorité religieuse et de son prestige pour récolter des fonds.

Michel Janva

Posté le 24 avril 2015 à 16h14 | Lien permanent | Commentaires (11)

Une école islamique interdit aux filles de courir

En Australie, une école islamique interdit aux filles de courir car elles risqueraient d'en perdre leur virginité. Oui, vous avez bien lu. Une lettre de protestation émanant de certaines filles de cette école a été adressée au directeur, Omar Hallak :

""Ce n'est pas parce que nous sommes des filles qu'on ne peut pas courir", dit la lettre. Cette décision est "vraiment insultante pour toutes les filles qui allaient y participer. Le hadith (propos attribué au prophète Mahomet) n'interdit pas aux filles de courir. Tant que nous portons des vêtements appropriés, nous les filles pouvons courir".

On imagine assez bien la course de fond de ces malheureuses, tous voiles au vent et les hadiths sous le bras, mais avec la bonne conscience de la bénédiction du prophète... Le vol noir des corbeaux sur les plaines australiennes. Pauvres petites.

Marie Bethanie

Posté le 24 avril 2015 à 16h07 | Lien permanent | Commentaires (14)

La manif pour tous devient un parti politique

LCe matin, le Journal Officiel annonçait cette décision de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques en date du 13 avril 2015 :

"l'association de financement du groupement politique La manif pour tous, dont le siège social est situé 115, rue de l'Abbé-Groult, 75015 Paris, est agréée en qualité d'association de financement du parti politique « La manif pour tous » pour exercer ses activités sur l'ensemble du territoire national (métropole et outre-mer)"

L'association explique que le but n'est pas de présenter des candidats mais de faciliter le financement du mouvement comme le souligne Albéric Dumont, vice-président de la Manif pour tous :

"Nous restons une association loi 1901 mais avec la qualité de parti politique". "Nous ne faisons pas ça pour présenter des candidats, ça ne changera rien à nos actions". "Nous intervenons de plus en plus sur le champ politique et donc nous faisons évoluer nos statuts, pour être transparent vis-à-vis de nos adhérents et de l'administration".

Ludovine de La Rochère ajoute :

"C'est une décision technique, une mise en cohérence de notre statut juridique avec notre activité militante et rien d'autre". "On aurait dû le faire depuis longtemps".

Par conséquent, les donateurs de la Manif pour Tous pourront bénéficier d'une déduction fiscale.

Michel Janva

Posté le 24 avril 2015 à 14h50 | Lien permanent

"Le Cash des Clinton"

Cl10 jours après avoir annoncé officiellement sa candidature à la primaire démocrate (candidature saluée par Manuel Valls et Nicolas Sarkozy), Hillary Clinton fait face à un scandale. Un ouvrage intitulé Le Cash des Clinton raconte comment et pourquoi des gouvernements et des groupes privés étrangers ont aidé Bill et Hillary Clinton à devenir riches.

L'ouvrage sort le 5 mai, mais son auteur, Peter Schweizer, ancien chercheur de la fondation conservatrice Hoover, fait déjà l'objet d'une campagne de dénigrement. Sur la base de certains extraits du livre, le New York Times, journal de sensibilité démocrate (donc favorable à Hillary Clinton), a publié un article qui met en lumière sur les liens potentiels entre les intérêts de certains donateurs de la Fondation Clinton et le rôle de Hillary en tant que secrétaire d'État. Le quotidien s'intéresse au rôle qu'aurait pu jouer le couple dans l'acquisition par la Russie d'une compagnie minière canadienne, Uranium 1, qui contrôle aujourd'hui un cinquième des réserves d'uranium des États-Unis.

«  Tandis que les Russes prenaient progressivement le contrôle d'Uranium One par trois transactions successives entre 2009 et 2013 […] un flux de cash prenait le chemin de la Fondation Clinton. Le président d'Uranium One utilisait sa propre fondation familiale pour faire quatre donations d'un total de 2,35 millions de dollars. Ces contributions n'ont pas été rendues publiques en dépit d'un accord que Madame Clinton avait passé avec la Maison-Blanche »

CHillary Clinton était alors secrétaire d'État et, à ce titre, membre du puissant Comité sur les investissements étrangers, chargé d'octroyer les autorisations de ventes d'actifs d'entreprises ayant trait à la sécurité nationale. Le journal se garde bien d'affirmer que Hillary a pu peser sur la décision avec des arrière-pensées liées aux intérêts de sa fondation. Par ailleurs, Bill Clinton a donné en 2010 à Moscou une conférence payée 500 000 dollars, au moment où la décision de laisser la Russie devenir majoritaire était prise à Washington. Le chèque est signé par Renaissance Capital, une banque d'investissement russe très proche du Kremlin.

Un traité négocié en Colombie par la secrétaire d'Etat aurait fait le bonheur financier d'un des donateurs.

La Fondation Clinton pèserait environ 2 milliards de dollars.

Michel Janva

Posté le 24 avril 2015 à 13h36 | Lien permanent | Commentaires (10)

L'écotaxe n'a pas fini de nous coûter cher

Le Monde rappelle aux contribuables que nous n'avons pas fini de payer pour l'écotaxe, et que le démontage du projet est exorbitant :

[...]"L’écotaxe, imaginée par le Grenelle de l’environnement en 2007, créée dans une belle unanimité politique en 2009, retardée moult fois, suspendue sine die à deux reprises, a en effet été reformatée et rebaptisée par Mme Royal en juillet pour être abandonnée définitivement fin octobre 2014. Ironie de l’histoire, le gouvernement cherche aujourd’hui une société pour détruire les portiques, alors que le démontage violent des mêmes portiques par les « bonnets rouges », en Bretagne, à l’automne 2013, avait entraîné la première suspension du dispositif de l’écotaxe."[...]

Selon une source proche du dossier, le montant de quelque 12 000 euros par portique serait alors à majorer par ces coûts de réfection du terrain ainsi que par les frais de destruction.[...]

 La somme globale de cette ultime opération d’élimination de toute trace du dispositif pourrait aisément dépasser les deux millions d’euros. Cette somme ne représenterait alors qu’une infime partie du coût global de ce fiasco.[...]La facture finale de l’écotaxe s’approche donc du milliard d’euros, un total qui ne prend pas en compte les sommes qui serviront à financer l’Association de financement des infrastructures de transport français (Afitf), en remplacement de l’argent que devait lui rapporter l’écotaxe."[...]

Marie Bethanie

Posté le 24 avril 2015 à 12h06 | Lien permanent | Commentaires (10)


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2010 - Le Salon Beige