28 septembre 2016

3 octobre : Michael Lonsdale à Jouy en Josas

IMG_9852

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 13h40 | Lien permanent

Le journal La Croix invite les catholiques tentés par le PS à "réfléchir"

CLe 7 octobre, les 74000 abonnés du journal recevront tous un livret d'une centaine de pages portant sur la politique du Parti Socialiste. Pour autant, la direction du journal refuse d'y voir une "croisade" anti-PS, mais plutôt une "matière à réflexion".

"Il n’est pas question de partir en croisade contre le PS", résume le patron du journal, Guillaume Goubert auprès de RTL.

"Mais ces scores créent pour nous l’obligation de donner de la matière à nos lecteurs pour réfléchir avant l’élection" estime-t-il.

Le journal a choisi de réfléchir à ce phénomène pour le comprendre. Pour autant, le livret distribué ne sera pas un tract assure-t-on en interne. "On ne comprend pas nous-mêmes pourquoi le phénomène touche aujourd'hui autant de chrétiens. Alors, on a cherché à comprendre plutôt que de dénoncer", affirme le rédacteur en chef de la revue, Jean Merckaert.

Oups, pardon, désolé : il ne s'agit pas du PS, mais du FN ! Je me disais aussi : la dénaturation du mariage, l'avortement pour les mineurs, la sélection embryonnaire, les atteintes à la liberté d'expression des défenseurs de la vie, la destruction de la famille, et j'en oublie, tous ces sujets ne posent pas de problèmes aux catholiques selon La Croix !

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 13h25 | Lien permanent

Abolition de l'avortement : soutenons les Polonais

FHier j'ai publié la remarquable et émouvante intervention au parlement polonais de la porte parole de Ordo Iuris. Femina Europa vient d'envoyer à la demande de nos amis d'Ordo Iuris, une lettre de soutien à l'initiative "stop abortion" en Pologne. C'est une occasion historique de rendre aux enfants à naître le droit à la vie tout en protégeant l'intérêt des femmes.

September 28th, 2016

The Honorable Andrzej Duda and Agata Kornhauser-Duda

President and the First Lady of Poland

Femina Europa, EU accredited NGO based in Paris, France, with a representative in Brussels, fully supports the Citizens’ Initiative « Stop Abortion » (parliamentary document no. 784) which promotes full protection of life of children in the prenatal phase of their development, before as well as after birth, as indicated in the Declaration of the Rights of the Child, "the child, by reason of his physical and mental immaturity, needs special safeguards and care, including appropriate legal protection, before as well as after birth".

We believe that efforts undertaken by the Polish citizens in order to secure highest standard of children's rights protection deserve utmost support not only of the civil society but also by the elected official of Poland, Members of the Parliament, the Government and the President of Poland.

Yours sincerely,

Adresse du Président polonais Andrzej Duda et de la première Dame Agata Kornhauser-Duda : listy@prezydent.pl

Copies à :

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 13h18 | Lien permanent

Hervé Mariton explique son choix en faveur d'Alain Juppé

J'ai eu l'impression de lire un communiqué de... Sens Commun ! Extrait :

M"Sur le mariage entre les personnes de même sexe, je ne me déroberai pas. Il s’agit, sans conteste, du principal point de désaccord entre Alain Juppé et moi. Nous en avons longuement parlé. Il pense qu'il n'est pas souhaitable de revenir sur la loi Taubira et ne changera pas d'avis. Je pense qu'il faut abroger la loi Taubira et je ne changerai pas d'avis. Je participerai ainsi à la prochaine Manif pour tous le 16 octobre. Il n’est pas question que je renie mes convictions.

Alain Juppé est néanmoins attentif à la famille et à la filiation. Il propose par exemple de relever de 1500 à 2500 € le plafonnement du quotient familial par demi-part. Surtout, il est tout à fait opposé à la PMA pour les couples homosexuels et à la GPA, c'est-à-dire aux mères porteuses, pratique de commercialisation du corps des femmes contraire à tous nos principes éthiques et qui se développe malheureusement à l’étranger. Il a donc décidé de me confier une mission pour que la France prenne la tête du combat pour l’abolition de la GPA en Europe et à l'international. Et si une GPA devait avoir lieu à l’étranger, elle ne doit pas être reconnue en France. Il est essentiel que le prochain Président de la République se mobilise entièrement sur ce sujet, qui est un enjeu de civilisation."

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 13h11 | Lien permanent

Les musulmans "modérés" ne sont pas passifs : ils islamisent le pays

Eric Muth, journaliste indépendant, a interrogé Aquila, jeune algérienne, réfugiée en France, qui vient de faire paraître un livre intitulé "Pour un monde sans islam". Voici son commentaire, avant l'entretien :

A"C'est quoi le voile islamique ? C'est tout simplement un contrôle phénoménal, un contrôle vestimentaire basé sur le sexe ". Un livre choc vient de sortir en librairie ce mois de septembre 2016, un témoignage poignant de vérité, dénonçant pour une fois, toutes les facettes immondes de cette sois-disant religion. Ecrit par une femme, alors ce témoignage prend de la hauteur, vous ne pourrez plus ignorer et dire que vous ne saviez pas.

Née au coeur de l'Islam, l'Algérie, Aquila, une Algérienne réfugiée en France, a vécu 30 années d'enfer islamique, avant de pouvoir s'en évader, comme on s'évade de prison. Elle ne s'est jamais sentie musulmane, elle a rejeté très tôt la religion de sa naissance pour se fondre littéralement au coeur de la Bible, ce Jésus si présent en elle le réconforte et l'inspire à ne pas lâcher et à dire ce qu'elle pense, ce qu'elle ressent, surtout que la rédaction de son livre a subit bien des péripéties, des provocations voire des menaces. Mais qu'importe le Christ pour elle devient une lumière, un phare au milieu de ce ce carnage qui s'annonce".

J'aime cette femme pour qui la Liberté n'a pas de prix, qui ose défier cette secte démoniaque qu'est l'Islam, où les femmes sont des objets sexuels, des domestiques, condamnées à vivre cachées pour la vie pour le crime de naître femelle. Aquila raconte dans son livre :" Si tu oses te promener en short ou jupe courte, tu es déshabillée du regard et harcelée par les frustrés croisés par centaines partout..."

J'aime ce livre "POUR UN MONDE SANS ISLAM" qui redonne à la femme la place qu'elle n'aurait jamais due se faire voler. C'est un regard implacable et critique de l'intérieur, ce témoignage précieux est à lire et à relire afin d'éviter le pire qui nous attend en France."

Et voici l'entretien, politiquement incorrect. Même si vous n'avez pas pris vos pilules de Padamalgam, attendez-vous à être choqué ou ne pas être d'accord avec tout. C'est le cri d'une personne qui souffre de l'aveuglement de l'Occident, y compris chrétien, face à l'islam :

Pourquoi ce livre " Pour un monde sans islam " , alors que l'on fait tout en France pour minimiser sa portée diabolique ?

Ce livre est le fruit de 40 ans de vie, dont 30 sous oppression islamique en Algérie, et 10 dans une France en voie d'islamisation complète. Les attentats islamiques sanglants ayant frappé la France, ma terre d’adoption, m'ont poussé à réagir, à publier ce livre, pour que tous les Français, tous les Occidentaux comprennent ce qu'est réellement l'Islam. Mon expérience démontre que l'islam est diabolique. Les Français l'ignorent peut-être encore, ou refusent​ de le dire quand ils le savent car ils ont peur. Moi j'ai dépassé le stade de la peur car je l'ai vécu, j'ai vécu dans une société islamisée et mon livre a pour but d'en témoigner et d'alerter les Français. La peur et l'ignorance ne vous sauveront pas de l'islam et de sa barbarie intrinsèque.

L'islam existe-t-il vraiment ou est-ce une vaste supercherie pour dominer le monde ?

Aucune supercherie hélas. 57 pays sont totalement musulmans dans le monde, souvent sous la charia (loi islamique) ; 1,3 milliards de musulmans prient vers la Mecque ou s'y rendent quand ils peuvent faire le pèlerinage ; le Coran est un des livres les plus lus au monde ; un prophète qu'on ne peut ni dessiner, ni critiquer ni caricaturer sous peine de mort ; une religion qu'on ne peut pas quitter sous peine de mort, et tant d'autres manifestations.​ La supercherie c'est que l'islam n'est pas qu'une religion mais une secte politique, juridique et théocratique.

Lire la suite "Les musulmans "modérés" ne sont pas passifs : ils islamisent le pays"

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 11h27 | Lien permanent

Pornographie enfantine : la Russie ne se laisse pas faire (une fois de plus !)

Alors que nous vous informions hier de l'abomination qui vient, les russes ne se laissent pas imposer n'importe quel spectacle qualifié d'artistique.

Une association de sauvegarde des valeurs traditionnelles a promptement fait fermer une exposition licencieuse. On en rêverait !

Paula Corbulon

Posté le 28 septembre 2016 à 10h27 | Lien permanent

Concert des frères Martineau le 2 octobre à Saint-Désert (71) à 15h à la salle polyvalente

Capture d’écran 2016-09-26 à 22.38.07

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 10h27 | Lien permanent

3 octobre : soirée sur Jérôme Lejeune au Mans

Affiche tract Soirée J LEJEUNE

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 09h48 | Lien permanent

Droit et prévention de l'avortement

Capture d’écran 2016-09-25 à 18.33.45A l'occasion de la « journée mondiale du droit à l’avortement » promue par le gouvernement, et avec l’annonce par Mme Rossignol de mesures relatives à un « délit d’entrave numérique », paraît l'ouvrage "Droit et prévention de l'avortement en Europe" chez l'éditeur LEH édition, éditeur français de référence en droit de la santé.

Cet ouvrage a été réalisée par une équipe de juristes spécialisés en droit de la santé et en droit européen. Le but de ce livre est de soutenir une approche de l'avortement sous l'angle de la prévention concrète, plutôt que du droit abstrait. Ce livre se veut réaliste et fonde ses développements juridiques sur une étude factuelle approfondie des causes et des conséquences de l’avortement réalisée à la lumière de nombreuses recherches scientifiques récentes. Ces causes et ces conséquences incitent à considérer l’avortement non pas comme une liberté abstraite, mais bien plus comme un problème social et de santé publique exigeant une politique de prévention.

Capture d’écran 2016-09-25 à 18.38.54

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 09h31 | Lien permanent

Choisir la Vie et la journée mondiale du "droit" à l'avortement

Cette affiche sera-t-elle un jour censurée ?

CLV-CampagneVSivg

Philippe Carhon

Posté le 28 septembre 2016 à 08h46 | Lien permanent | Commentaires (0)

Alain Toulza apporte son soutien à Jean-Frédéric Poisson

Lettre ouverte d'Alain Toulza, Président de l'association Papa, Maman et Nous, auteur de : Sida. Le vaccin de la vérité (1996) Le meilleur des mondes sexuels (2008), La Grande guerre des hommes de Dieu (2015), prix Robert Christophe des Ecrivains combattants :

AAinsi les primaires de la droite et du centre verront en lice sept candidats, parmi lesquels Jean-Frédéric Poisson, qui se présente comme le représentant d’un parti autonome, le Parti Démocrate Chrétien, seule structure engagée dans cette compétition qui ose s’affirmer porteuse des valeurs chrétiennes fondatrices de la France.

Je le déclare sans fard : je ne connais même pas M. Poisson et nous ne nous sommes jamais parlé, je n’ai jamais été adhérent du PCD et je n’entends pas l’être ainsi que je le lui ai écrit, pour la simple raison que j’ai toujours exclu toute affiliation à un parti politique, désirant mener mon combat au service du pays par les seuls canaux du monde associatif, ce qui me confère une liberté totale de parole. Je précise aussi clairement que je m’exprime ici sans mandat d’aucune personne et au nom d’aucune des associations dont je suis membre. Mon soutien au candidat Jean-Frédéric Poisson, initiative personnelle, n’engage donc que moi.

Ce soutien n’en est pas moins, je crois, justifié erga omnes catholicis car il est difficile de ne pas reconnaître, dans le programme qu’affiche le président du PCD, un authentique reflet de la doctrine sociale de l’Eglise et la seule voie que puisse suivre un chrétien cohérent avec sa propre foi. Ce programme mérite vraiment que chacun se donne la peine de le découvrir dans tous ses éléments.

Les prochaines élections vont probablement décider du destin de la France pour un temps plus décisif et certainement bien plus long qu’une simple durée d’investiture présidentielle. Il y a donc un devoir majeur pour chacun de nous de discerner et vouloir à leur juste place les engagements les plus fondamentaux pour la nation. Parmi eux, il en est deux qui dominent : la politique familiale -dans toutes ses dimensions - et la stratégie à appliquer face à un islam conquérant. Dans ces deux domaines, le programme du candidat Poisson est fait de propositions claires, à la fois d’une grande lucidité, d’une fermeté exemplaire et d’une conformité indéniable aux exigences de la justice et de la charité chrétienne : 

- On ne saurait résumer ici les dispositions qu’il veut faire adopter en faveur de la famille. Disons qu’elles vont toutes dans le sens de la politique préconisée par les plus grandes instances associatives, catholiques ou proches, de La Manif Pour Tous à la Confédération nationale des AFC, en passant par la Fondation Lejeune et la Marche Pour la Vie, sans compter d’innombrables associations pro-vie et de défense de la dignité humaine. Soulignons tout de même que M. Poisson est aujourd’hui le seul candidat en lice à vouloir le retrait intégral de la loi Taubira - symbole fort et pivot du combat contre la famille - sans réécriture ni transcription de ses dispositions dans le cadre du PACS, et le seul à s’investir dans la lutte contre les réseaux pornographiques et pédophiles.

- Au double plan de l’immigration et de l’islamisation de la France, là encore des mesures que le pays, dans son immense majorité, attend avec impatience, tant au niveau de son dispositif judiciaire que dans la limitation et une sélectivité pertinente de l’immigration, et l’adoption de moyens efficaces pour combattre le terrorisme islamique.

Ajoutons que ce souverainiste, qui appelle à une Europe des nations de l’Atlantique à l’Oural, ne craint pas de dénoncer les ambiguïtés des instances nationales et internationales à l’égard des monarchies arabes qui financent les divers groupe djihadistes, et leur hargne envers les régimes qui les combattent chez eux. Il est aussi de ceux qui manifestent publiquement son indignation de voir la France s’ouvrir à des masses incontrôlées de musulmans prétendument réfugiés politiques, au détriment des populations chrétiennes qui sont les premières victimes des massacres de Daech et de ses satellites inavoués.

En regard de ces diverses problématiques, il n’y a rien, strictement rien, qui permette par contre à un chrétien authentique de confier sa voix à l’un quelconque des ténors validés par la commission des primaires, j’entends par là MM. Copé, Fillon, Juppé, Le Maire et Sarkozy. Tous sont pour le maintien de la loi Taubira (certains après l'avoir désapprouvée, à défaut de la combattre), tous ignorent superbement les véritables impératifs d’une politique familiale : la remise en question d’une législation mortifère pour la famille et la croissance de la population française. Tous font l’impasse sur l’urgence de remettre en cause les choix pédagogiques désastreux de la ministre Belkacem. Tous, ou presque, font mine de vouloir s’attaquer à la pieuvre djihadiste mais ménagent soigneusement, quand ils ne la favorisent pas, l’expansion d’un islam prétendu à la française mais qui sert en coulisse de vivier à la prolifération du salafisme.

Lire la suite "Alain Toulza apporte son soutien à Jean-Frédéric Poisson"

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 08h31 | Lien permanent

La Dépêche : "Poisson, le candidat qui veut abolir le mariage pour tous"

Article de la Dépêche :

JFP-Logo-Primaire2016"Au milieu des noms ronflants de la primaire de la droite et du centre, il croit susciter «une curiosité intéressée». Quasiment inconnu du grand public, Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate (PCD), est le seul des sept candidats qui ne soit pas un adhérent des Républicains.

En campagne hier à Toulouse où il animait une réunion publique, le député des Yvelines a défendu les principes qui portent sa candidature : «D'abord la volonté de reconstituer les solidarités naturelles du peuple français, le pays se fractionnant en différentes communautés. J'observe par ailleurs que l'Etat n'est plus capable de protéger les intérêts et la sécurité des Français. Je veux restaurer son autorité». L'ancien maire de Rambouillet se dit par nature différent de ses concurrents à la primaire, «libéraux et atlantistes. Ils partagent la responsabilité collective de ne pas avoir réformé le pays alors qu'ils en avaient les moyens».

Jean-Frédéric Poisson «assume ce qu'(il est), un chrétien-social animé d'une vision gaullienne de l'Etat», quand d'autres le qualifient volontiers de réactionnaire pur et dur.

Eurosceptique, souverainiste, défenseur du rétablissement du septennat et du service national, il veut «replacer la cellule familiale au cœur des politiques publiques». Il est surtout le premier contempteur du «mariage pour tous» dont il réclame l'abrogation.

«La loi Taubira atteint le principe même de la filiation, affirme le candidat. Nous sommes tous nés d'une père et d'une mère, ce qui constitue notre identité et notre généalogie. C'est cela, en définitive, que la loi empêche». Jean-Frédéric Poisson estime occuper «un espace politique».

Manifestement, personne dans la primaire ne devrait lui contester."

Philippe Carhon

Posté le 28 septembre 2016 à 08h23 | Lien permanent | Commentaires (2)

De l'accueil des Boat People à celles des immigrés musulmans

D'Alain Dumait dans Les 4 vérités :

I"[...] Les plus anciens d’entre nous se souviennent sans doute de l’élan de solidarité qui conduisit des dizaines de milliers de familles françaises à adopter des enfants, voire des familles vietnamiennes, à la fin des années soixante-dix, dans la foulée de l’émotion provoquée par le drame des boat people fuyant l’enfer communiste. L’exemple, discrètement, fut même donné par Jacques Chirac, alors maire de Paris. À cette époque, la charité publique s’appuyait sur la philanthropie privée.

Aujourd’hui, il n’en est plus rien. Mis à part quelques initiatives exceptionnelles, d’origine souvent confessionnelles (des chrétiens accueillant d’autres chrétiens), la charge de cet accueil semble ne reposer que sur les pouvoirs publics. Être de l’ordre du « gouvernemental », et même des « compétences européennes ». Tout se passe comme si les pouvoirs publics se retrouvaient chargés du problème, sans aucun soutien populaire. Ils sont même – on le voit bien à Calais – amenés à prendre des décisions générant leur impopularité croissante. Au point que le sort des prochaines élections risque fort d’en dépendre.

Pourquoi donc 2015, 2016, ne sont-elles pas comme 1979 ? Les causes en sont multiples. L’empathie pour les populations concernées n’est pas la même. Le terrorisme est passé par là. Personne ne craignait, en 1979, l’infiltration de terroristes communistes parmi les boat peopleUn autre facteur joue un grand rôle: l’envahissement de l’État-providence dans nos sociétés. Naguère, toute catastrophe interpellait directement les consciences individuelles. Quand, dans la nuit du 31 janvier 1953, la mer du Nord a submergé les Pays-Bas, faisant 2 000 morts et des centaines de milliers de sans-abri, tous les Français ou presque se sont mobilisés pour venir en aide aux victimes. Des milliers de mères de famille françaises se mirent à tricoter des couvertures, vite acheminées par toutes sortes d’associations à nos voisins néerlandais… Aujourd’hui, les consciences individuelles se reposent sur la Croix Rouge, les organisations humanitaires subventionnées et les gouvernements. [...]"

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 08h21 | Lien permanent

Hervé Mariton lâche tout et abandonne le combat pour la famille

Philippe Carhon

Posté le 28 septembre 2016 à 08h15 | Lien permanent | Commentaires (8)

Une bataille culturelle sur internet

Dans Minute, Antoine Vouillazère évoque l'ouvrage la Fachosphère, qu'il juge honnête. Extrait :

F"On sent bien, en conclusion, que les auteurs, après tant de neutralité, aimeraient bien qu’émerge une contre-offensive, mais leur propos même est signe que celle-ci ne pourrait que venir contrecarrer une défaite déjà actée : « L’extrême droite n’est puissante sur le Web que parce qu’elle est forte dans les têtes […] Dans une France affaiblie, une grille de lecture profondément “altérophobe“ est en voie de remporter la bataille des idées. » Ils ajoutent, ayant lu Laurent Bouvet et son concept d’« insécurité culturelle » :

« Le moralisme ne fera rien à l’affaire, ni la fiévreuse attente d’une embellie économique censée résoudre jusqu’à nos angoisses identitaires. C’est une bataille culturelle qu’a engagée l’extrême droite. C’est sur ce terrain, d’abord, qu’elle attend ses adversaires. »

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 07h58 | Lien permanent

L’école Saint-Martin (sud de Nantes) recherche un professeur de langues vivantes

MURGENCE : L’école Saint-Martin, établissement catholique privé hors contrat, recherche un professeur de langues vivantes pour ses classes de collège de la 6ème à la 3ème, soit un volume horaire de 18 heures de cours hebdomadaires, répartis en anglais (12 heures) et en espagnol (6 heures), du mardi au vendredi.

Cet établissement de la FSSPX, ouvert depuis 2013, est idéalement situé au sud de Nantes, à Château-Thébaud, dans le magnifique domaine de La Placelière. Il accueille cette année 140 garçons et jeunes gens, dont 90 au collège. Le projet général de cet établissement vise à faciliter aux élèves la solide assimilation de leur héritage catholique - la foi au cœur - pour les préparer à l’épreuve de la socialisation et du grand « formatage ».

Envoyer votre CV à l’adresse de l’école : 44e.laplaceliere@fsspx.fr

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 07h40 | Lien permanent

Au pays de la liberté d’expression, un sujet demeure tabou : l’avortement

Extrait d'un article de Me Claire de La Hougue, Dr en droit, chercheur associé à l'ECLJ, sur Causeur :

Images-6"Au pays des droits de l’homme et de la liberté d’expression, un sujet demeure tabou : l’avortement et la souffrance qu’il engendre. Le Professeur Nisand, pourtant défenseur dès la première heure de la possibilité d’avorter, parle à ce sujet d’un véritable négationnisme. Celui-ci est organisé au plus haut niveau de l’Etat.

Tolérance zéro sur la liberté d’expression

En effet, après avoir créé un « délit d’entrave à l’avortement » étendu à toute pression morale ou psychologique, délit flou et interprété de façon extensive contrairement au principe d’interprétation stricte de la loi pénale, le gouvernement a inventé un «délit d’entrave à l’accès à l’information sur l’IVG » et parle maintenant d’un « délit d’entrave numérique » : toute personne qui oserait diffuser sur Internet des informations sur les aides existantes pour les femmes qui souhaiteraient garder leur bébé ou sur la souffrance que beaucoup de femmes connaissent après un avortement serait accusée de tromper les femmes et menacée des foudres de la justice.

Le gouvernement veut ainsi mettre en œuvre la « tolérance zéro » qu’il avait annoncée. Peu lui importe que cela implique de violer allègrement les libertés d’expression et d’information, fondements essentiels d’une société démocratique. Rappelons que le Cour européenne des droits de l’homme insiste régulièrement sur le fait que ces libertés valent non seulement pour les informations ou idées accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives  ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent. Elle souligne aussi que cela fait partie du pluralisme, de la tolérance et de l’esprit d’ouverture sans lesquels il n’y a pas de société démocratique.

Le ministre accuse les sites visés de donner une information fausse ou manipulatrice mais on pourrait aussi lui reprocher de diffuser une information partielle voire partiale : ni le site Internet officiel ni la brochure d’information donnée aux femmes qui envisagent d’avorter ne disent un mot sur la possibilité de garder son enfant ni sur les aides existantes. La seule issue proposée en cas de grossesse imprévue est l’avortement, présenté et revendiqué comme un droit et un choix.

75 % des femmes ayant avorté auraient préféré un autre choix

Cela n’empêche pas que, selon l’institut de recherche du Planning familial américain, 75 % des femmes qui ont avorté l’ont fait sous la pression de circonstances sociales ou financières mais auraient préféré faire un autre choix. Peut-on encore parler d’un droit ? D’une liberté ? [...]"

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 07h31 | Lien permanent

Le gouvernement s'apprête-t-il à confisquer les économies des Français ?

La baisse imposée des rendements des assurances-vie avait été évoquée dans ce billet en juin 2016. La menace se précise et devient encore plus inquiétante sur le placement privilégié des épargnants et donc des familles. En effet, la loi Sapin II prévoit de limiter voire d'interdire les retraits en cas de crise financière :

"Tous les épargnants détenteurs d'un contrat d'assurance-vie, et ils sont plusieurs millions, ont toutes les raisons de s'inquiéter.

Cette loi Sapin II comporte en effet des dispositions nouvelles qui ont pour objet de protéger le secteur de l'assurance-vie qui étouffe face à des taux d'intérêt historiquement bas, qui laminent leur marge, et effacent les rémunérations des fonds en euros.

Pour les assureurs sur la vie, le problème est simple : ils ont engrangé des tonnes et des tonnes de contrats d'assurance-vie avec deux attractions, un rendement garanti aux environs de 3 à 5%... avec en prime une fiscalité très light

Dans ces conditions, tous les assureurs risquent bien de sauter. Depuis que les taux d'intérêt sont tombés à zéro, les professionnels de l'assurance ont toujours plus de mal à trouver des rendements qui leur permettraient de respecter les promesses faites aux épargnants. 

L'assurance-vie, en France, c'est la poutre maîtresse du système financier. Les épargnants français qui craignent le risque depuis leur naissance se précipitent sur les contrats d'assurance-vie, considérés comme très sécurisés. L'Etat, de son côté, utilise cet argent pour financer son déficit budgétaire.

D'ailleurs, le travail de l'Etat est très simple. D'un côté, il dépense sans compter. De l'autre, il draine des impôts et comme ces impôts ne suffisent pas, il "pique l'assurance-vie". Sauf qu'avec les rémunérations actuelles, les sociétés d'assurance sont en danger de mort. La boucle est bouclée. Cette situation explique que tout le monde panique.

L'Etat craint donc une nouvelle crise financière qui serait allumée dans les assurances. Il veut donc éviter que les épargnants retirent massivement leurs avoirs des contrats d'assurance-vie en cas de hausse des taux pour profiter d'opportunités meilleures. Pour éviter ce type de panique, la loi Sapin va donc autoriser le haut conseil de stabilité financière, présidé par le ministre de l'Economie, à "suspendre, retarder ou limiter pour tout ou partie du portefeuille le paiement des valeurs de rachat..."

En clair, les retraits des épargnants pourraient être limités dans le temps, pendant six mois (renouvelables). Bref, la loi instaure une sorte d'Etat d'urgence pour les assurances-vie qui sont gérées par des compagnies en risque."

Qui a dit que la France ne connaitrait pas la situation de la Grèce ou de Chypre ?

Philippe Carhon

Posté le 28 septembre 2016 à 07h25 | Lien permanent | Commentaires (1)

Gaulois : la gauche n’est-elle pas raciste en refusant la culture française aux étrangers ?

Lu dans Les 4 Vérités à propos de la polémiques autour de "nos ancêtres les Gaulois" :

S"Voici quelques mois, est paru en France un livre d’entretiens avec le cardinal Sarah, africain et noir comme l’ébène. Ce dernier disait n’avoir eu aucune difficulté à apprendre dans les écoles françaises que ses ancêtres étaient Gaulois – ce qui, du point de vue ethnique, était évidemment absurde. Il ajoutait qu’il en avait éprouvé de la reconnaissance pour la France qui lui offrait de participer à son prestigieux héritage culturel.

Est-il si difficile de comprendre que c’est cela que nous devrions offrir aux immigrés présents sur notre sol? Et la gauche n’est-elle pas infiniment plus raciste que Nicolas Sarkozy en leur refusant la culture française ?"

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 07h22 | Lien permanent

Un CD pour découvrir le patrimoine musical et les polyphonies des chrétiens d'Orient

Capture d’écran 2016-09-27 à 07.07.20SOS Chrétiens d'Orient a édité un CD souvenir de la Tournée française de la chorale Coeur-Joie, organisée par SOS. Le CD contient 14 chants d'espérance qui permettent de découvrir le patrimoine musical et les polyphonies des chrétiens d'Orient. Les chants entendus ont été enregistrés lors de la tournée

Les bénéfices récoltés par la vente de ce CD serviront à financer la reconstruction de la cathédrale grecque-melkite catholique de Homs.

Prix du CD : 15€

Le CD est également disponible par commande postale à l'adresse suivante Adresse de SOS 16 av de Trudaine 75009 Paris

Michel Janva

Posté le 28 septembre 2016 à 07h07 | Lien permanent

Avortement : mensonges d'Etat

C'est sans doute pour pouvoir continuer à mentir aux français en toute impunité que le gouvernement veut entraver la liberté d'expression des défenseurs de la vie. Ce totalitarisme désormais ouvertement assumé, expression d'une radicalisation idéologique, peut pourtant être démasqué assez facilement pour ceux qui ce donnent la peine de se renseigner objectivement. Ainsi, sur le site gouvernemental dédié à l'IVG (sic), on peut voir cette vidéo hallucinante où un "médecin obstétricien" ment ouvertement en déclarant que le syndrome post-avortement n'existe pas.


QUESTION 27 - Y a-t-il des conséquences... by affairessociales-et-sante

41zAZMaRM-LOr, tout le monde sait désormais que le syndrome post-avortement est parfaitement réel et les millions de femmes qui ont malheureusement avorté pourraient en témoigner. Le Salon beige a plusieurs fois relayé des études scientifiques évoquant ce terrible syndrome mais il en existe beaucoup d'autres :

"Un article du très sérieux Lancet insiste sur la nécessité de l’accompagnement psychologique post-avortement. Monique Lecoufle, membre de la plateforme santé du FRS, propose une modification du livret du ministère, qui est en France à peu près la seule information donnée aux personnes qui vont dans les centres d’orthogénie. Elle propose d’y informer les femmes du risque de syndrome post-avortement." [Source]

"Une étude menée par des scientifiques espagnols révèle que 80% des femmes ayant avorté souffrent de dépression, parmi lesquelles 40% ont songé au suicide. Et ce n'est pas le seul symptome post-avortement : 40% souffrent de disfonctionnement sexuel, 30% de toxicomanie (notamment les adolescentes), 60% changent de comportement ou deviennent irritables (70%)." [Source]

"Une nouvelle étude norvégienne mené sur un nombre de femmes assez réduit (120), compare les effets psychologiques de l'avortement et ceux d'une fausse couche : alors plus de femmes souffrent de troubles mentaux 10 jours après une fausse couche que 10 jours après un avortement, la proportion s'inverse ensuite. Entre 2 et 5 ans après, seules 2,6% des femmes ayant subi une fausse couche en souffrent encore, contre 18 à 20% des femmes ayant subi un avortement." [Source]

51iX0Qpu0XL__SX351_BO1,204,203,200_En outre, cet article de Gènétique de 2015 soulignait également que ce syndrome existe chez les hommes comme le montre également ce drame récent :

"Depuis 1975, l’avortement est une affaire de femme. C’est elle qui peut, seule et librement, décider de la suite qui sera donnée à une grossesse qu’elle ait été ou non désirée. La loi en effet, ne fait pas mention du géniteur, de celui qui, avec la femme, est aussi à l’origine de la vie qui éclot doucement. Pourtant, certains hommes n’en ressentent pas moins douloureusement les conséquences. Gènéthique attire l’attention sur cet aspect ingnoré de la question depuis 40 ans"

51YU48NlI5L__SX324_BO1,204,203,200_Pour se documenter sur le drame psychlogique de l'avortement, vous pouvez également lire ce livre-référence de Sabine Faivre : La Vérité sur l'avortement, qui étudie "le retentissement psychologique de l'avortement auprès de toutes les personnes impliquées dans cette pratique". Dépêchez-vous tant que le gouvernement n'a pas créeé un délit d'entrave littéraire à l'avortement...

Et il existe d'autres livres sur le sujet comme Cet enfant qui m'a manqué de Michel Hermenjat ou Quel âge aurait-il aujourd'hui ? : Le tabou des grossesses interrompues du docteur Stéphane Clerget...

Philippe Carhon

Posté le 28 septembre 2016 à 07h02 | Lien permanent | Commentaires (3)

"Le pire pour la droite, en 2017, ce ne serait pas de perdre mais d'être une nouvelle fois cocue

Nicolas-Sarkozy-et-Patrick-BuissonExtrait de l'interview accordé par Patrick Buisson à Valeurs Actuelles :

"Tout le pari de Sarkozy repose sur l'idée que l'électorat français de droite est toujours le plus bête du monde et aspire à le rester. Croire que, élu contre Marine Le Pen, avec comme Premier ministre François Baroin, le déconstructeur de crèches, Nicolas Sarkozy fera une politique de droite relève soit d'une insondable bêtise, soit d'une extrême candeur. Le pire pour la droite, en 2017, ce ne serait pas de perdre : ce serait d'être une nouvelle fois cocue"

Et Patrick Buisson donne l'exemple de la politique migratoire de Nicolas Sarkozy :

"Jamais le nombre d'entrées régulières et irrégulières d'immigrés n'aura été aussi élevé que sous le mandat de Nicolas Sarkozy (2007-2012). On a régularisé à tour de bras ! Mais dans le plus grand secret. Plus que sous Jospin (...) mais sans la publicité et la polémique qu'avait suscitées, à l'époque, la circulaire Chevènement"

Philippe Carhon

Posté le 28 septembre 2016 à 05h58 | Lien permanent | Commentaires (4)

C’est arrivé un 28 septembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

  • le 28 septembre 235 : saint Pontien, 18ème Pape renonce au trône de Saint Pierre.

Il est déporté dans des mines en Sardaigne à l'accession au trône de l'empereur Maximin le Thrace, en mars 235; commence une nouvelle persécution des Chrétiens. Il renonce alors au siège de Saint Pierre le 28 septembre et meurt le 30 octobre suivant. Il est inhumé dans la catacombe de Saint-Calixte, qui va peu à peu devenir la Crypte des Papes.

  • le 28 septembre 1066 : Guillaume le Conquérant envahit l'Angleterre.

Avec plus de 650 navires de Guillaume, duc de Normandie débarque dans la baie de Penvensey en Angleterre. Après la victoire d'Hastings, le 14 octobre 1066, Guillaume le Conquérant devient roi d'Angleterre.

  • le 28 septembre 1106 : bataille de Tinchebray, en Normandie.
  • le 28 septembre 1362 : Guillaume de Grimoard est élu pape et prend le nom d'Urbain V.

L'élection a lieu à Avignon ; il en devient le sixième pape, alors qu'en tant que bénédictin, il a en charge les abbayes bénédictines les plus prestigieuses. Il n'est ni évêque ni cardinal au moment de son élection. Urbain V est le seul des papes d'Avignon à avoir été porté sur les autels. Il est béatifié en 1870, par Pie IX. Urbain V est à l'origine de nombreuses missions dans le monde entier, ainsi que de l'accroissement de la bibliothèque pontificale. Il joue aussi un rôle d'arbitre dans la guerre de Cent Ans. Il est considéré comme saint malgré l'absence de canonisation formelle.

  • le 28 septembre 1394 : élection de Benoît XIII.

Pedro de Luna prend le nom de Benoît XIII et devient pape à Avignon jusqu'à sa mort en 1423. Considéré comme un antipape par l'Église catholique, Benoît XIII succède alors à Clément VII et compte parmi ses alliés les pays comme la France, la Castille, le Portugal, l'Aragon, l'Écosse ou encore le royaume de Chypre.

  • le 28 septembre 1498 : Anne de Bretagne préside les États de Bretagne à Rennes.
  • le 28 septembre 1567 : tentative d'enlèvement de Charles IX par les Huguenots aussi appelée «Surprise de Meaux ».

La surprise de Meaux (aussi appelée la « bataille de Meaux ») est une conspiration organisée en 1567 par les Huguenots aux ordres de Louis Ier de Bourbon-Condé pour enlever non seulement le Roi de France, Charles IX, mais toute la famille royale.

Ces derniers, mis au courant de cette tentative de crime de lèse-majesté, se réfugient à Paris. C'est ainsi que s'ouvre la seconde guerre de Religion. Car, suite à cet échec, dès le lendemain, jour de la Saint-Michel, des prêtres catholiques sont massacrés et des atrocités sont commises lors de la « Michelade » de Nîmes, entre autre. Coligny avait écrit à toutes les églises protestantes de se tenir sur leurs gardes.

En novembre, les protestants vont essuyer une défaite cuisante, contre le duc de Montmorency à Saint-Denis et se décident à signer la paix de Longjumeau (voir la chronique du 12 novembre). S'étant emparé de la ville en octobre, ils ont toutefois eu le temps de mettre l'abbaye royale à sac, sans trop toucher à la nécropole des Rois de France. Cette Paix de Longjumeau ne dure pas ; et les huguenots reprennent les armes en 1569, relançant la guerre civile une fois leur forces reconstituées grâce à l'aide anglaise reçue à La Rochelle notamment.

Voir les chroniques des 29 et 30 septembre.

  • le 28 septembre 1637 : victoire défensive des Français sur les Espagnols à la bataille de Leucate.

Afin de faire diversion, pour affaiblir les Français, sur le théâtre d'opérations des Flandres, jugé plus important, les Espagnols attaquent dans le Roussillon. Situé au sud de Narbonne, le château de Leucate est cinq siècles durant, une place forte sur la frontière entre la France et le royaume d'Aragon. Pendant la Guerre de Trente, les Espagnols en font le siège. Le 28 septembre 1637, les Français remportent la victoire sur les Espagnols qui doivent retourner de l'autre côté de la frontière. Le château est rasé sur ordre de Louis XIV après la signature du Traité des Pyrénées en 1659.

  • le 28 septembre  1794 : Turreau, le "bourreau de la Vendée", est arrêté.

En 1795, il est acquitté et réintégré dans l'armée deux ans plus tard.

  • le 28 septembre 1823 : Léon XII est élu pape.

Le pape Léon XII publie en 1826, la lettre apostolique Quo graviora où il condamne la franc-maçonnerie.

  • le 28 septembre 1895 : décès de Louis Pasteur, chimiste et biologiste français.

Voir les chroniques du 27 décembre et du 5 octobre.

Louis Pasteur naît en 1822, et entre à l'Ecole normale pour étudier la chimie et la physique. Il a légué au monde le procédé de la pasteurisation des aliments et le vaccin contre la rage.

En 1854, après plusieurs années d'enseignement à Dijon et Strasbourg, il occupe le poste de professeur de chimie et celui de doyen de la faculté de sciences de Lille. Arrivé dans le Nord, ses recherches s'orientent aussitôt sur une industrie régionale : la production de boissons alcoolisées. Il met en évidence le rôle des levures dans la production d'alcool et celui des bactéries dans l'acidité du vin, de la bière et du lait aigre. Il propose de chauffer à hautes températures et sous pression les liquides avant leur mise en bouteilles. Ce procédé révolutionnaire prend le nom de Pasteurisation.

En 1865, il s'attaque à une maladie épidémique qui ravage le vers à soie : la pébrine, et sauve cette industrie. En 1881, il élabore le vaccin contre le charbon des moutons puis découvre, en 1885, le vaccin antirabique. Ses nombreux travaux l'amènent à expliquer qu'un certain nombre de maladies humaines sont dues à l'attaque de l'organisme par des micro-organismes extérieurs. En 1885, un jeune alsacien, Joseph Meister, mordu par un chien enragé, est conduit à Pasteur. Celui-ci teste alors pour la première fois, et durant 10 jours, un traitement qu'il a mis au point. Son succès entraîne la vaccination de milliers de personnes. En 1888, à Paris, l'institut Pasteur est créé afin de combattre la rage. Celui-ci demeure encore aujourd'hui l'un des principaux centres d'études des maladies infectieuses.

  • le 28 septembre 1958 : naissance de la Cinquième République.

Le référendum approuve à 79% la Constitution proposée par Charles De Gaulle pour mettre fin à l'instabilité gouvernementale : elle confère plus de pouvoirs au Président, alors élu par un collège électoral élargi, elle rétablit le Sénat et crée un Conseil constitutionnel.

  • le 28 septembre 1978 : mort du pape Jean Paul Ier.

Albino Luciani, décède soudainement après 33 jours de pontificat. Selon l'Histoire officielle, il meurt d'un infarctus. Souffrant d'urémie, il suivait un traitement ; lorsqu'il quitte Venise pour se rendre au conclave, il aurait oublié ses prescriptions à Venise … suspendant ainsi son traitement ; une crise d'urémie… ou un infarctus… l'aurait emporté finalement dans son sommeil.

Il est immédiatement aimé des catholiques, touchés par sa simplicité, qui le surnomment « le pape au sourire ».

  • le 28 septembre 1992: déclaration du professeur Jacques Testard, « père » du premier bébé éprouvette français.

On peut lire dans le Figaro du jour :

« L'eugénisme est une pulsion qui a toujours existé dans l'humanité, c'est justement le rôle de la civilisation de la réfréner au même titre que la pulsion de tuer. Les manipulations génétiques vont se multiplier. […] Cette mis en compétition des embryons humains est le signe d'une société retournant à la sauvagerie. […] Je n'arrive à croire que l'on puisse sérieusement parler d'éthique si l'on ne commence pas par changer cet état d'esprit qui prône l'écrasement du plus faible, la production pour la production, le règne de l'argent et de la violence. […]. Malheureusement je crains que nous ne soyons déjà dans un système où ce ne sont pas les nations qui font la loi mais plutôt les entreprises multinationales qui ont leur propre logique de développement»

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 390)

Lois Spalwer

Posté le 28 septembre 2016 à 05h38 | Lien permanent | Commentaires (0)

27 septembre 2016

Le terrorisme intellectuel n'a plus de prise sur le peuple mais il est encore tres présent dans les médias

Eric Zemmour était ce soir à Versailles avec les Eveilleurs d'Espérance. On peut retrouver l'essentiel de son propos sur le fil twitter des Eveilleurs.

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 23h30 | Lien permanent

"Les valeurs du Front national sont celles de tous les Français"

Images-5Selon... Nicolas Sarkozy, cité par Patrick Buisson.

Entre les deux tours de la présidentielle de 2007, le candidat Sarkozy a demandé à Patrick Buisson : 

"Appelle (Jean-Marie) Le Pen... Demande-lui ce qu'il veut (...) S'il faut le recevoir maintenant, je le recevrai".

Il assure aussi qu'il avait demandé à ses troupes de "faire remonter une cinquantaine de signatures d'élus au candidat Le Pen" pour qu'il puisse concourir. Et l'ex-chef de l’État aurait affirmé en 2005 devant des proches: "Les valeurs du Front national sont celles de tous les Français". 

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 18h53 | Lien permanent

Censure de l’information sur l'avortement : la Fondation Lejeune contestera

Communiqué de la Fondation Lejeune :

F"Dans le projet de loi « Egalité et citoyenneté » (débattu au Sénat le 4 octobre prochain) la ministre du droit des femmes vient d’annoncer l’introduction d’un amendement pour étendre aux sites internet le « délit d’entrave » à l’avortement. Cette nième atteinte au code civil qui « garantit le respect de l’être humain dès le commencement de sa vie » (article 16) marque une empreinte idéologique forte.

La Fondation Jérôme Lejeune en tant qu’expert et acteur de la défense de la vie sur le plan juridique, contestera cette disposition, par tous les moyens offerts par la loi.

En 2014, Mme Vallaud Belkacem, alors ministre du droit des femmes avait étendu à l’information sur l’avortement une censure qui existait déjà depuis 1993 sous la forme d’un délit d’entrave. Les sites internet visés lors des débats préparatoires n’avaient finalement pas été retenus parmi les cibles. L’amendement annoncé par Mme Rossignol reprend l’idée.

Un responsable politique ne peut ignorer la réalité. L’avortement fait mal et touche l’ensemble de la société : enfants, femmes, familles, professionnels de la grossesse, de la santé. Avec 220 000 êtres humains supprimés par an depuis 40 ans, l’avortement représente un fléau national. Un objectif politique responsable serait la baisse du nombre d’avortements

Hélas, depuis 5 ans le gouvernement a voté des nombreuses dispositions qui aggravent la situation : suppression de l’exigence d’une situation de détresse, l’avortement érigé de manière symbolique au rang de droit fondamental, suppression du délai de réflexion, délivrance par les infirmières scolaires et les sages-femmes de produits abortifs, remboursement intégral de l’IVG et des actes y afférents, obligation de contrats d’objectifs et de moyens pour les établissements de santé, pratique de l’avortement chirurgical hors de l’hôpital. 

En campagne électorale, l’agitation du chiffon « avortement » s’inscrit sans doute dans une opération visant à resserrer les rangs de la gauche. Mais quels que soient les calculs politiques, la limitation de la liberté d’expression est contestable sur le plan du droit. Pour la première fois, une mesure coercitive serait prise pour rendre impossible des informations visant à protéger des vies.

C’est pourquoi la Fondation Jérôme Lejeune, expert et acteur de la défense de la vie sur le plan médical et juridique, contestera cette disposition, par tous les moyens offerts par la loi."

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 17h38 | Lien permanent

Quand Sarkozy laissait les jeunes se faire agresser par les bandes

BDans un livre à paraître, La cause du peuple, dont l'Express publie des extraits, Patrick Buisson révèle des anecdotes à propos de Nicolas Sarkozy.

Il l'accuse notamment d'avoir laissé, en 2006, des émeutiers "agresser les jeunes blancs aux Invalides" pour susciter l'émotion de l'opinion publique,  alors qu'il était ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de Dominique de Villepin. Les manifestants opposés au CPE étaient alors dans la rue. Des émeutes éclatent à Paris. Au lieu de les réprimer sévèrement, le ministre décide alors de les laisser faire, en misant sur des débordements pour obtenir le soutien de l'opinion publique. Buisson raconte :

"Nous avions pris la décision de laisser les bandes de black et de beurs agresser les jeunes Blancs aux Invalides, tout en informant les photographes de Paris Match". "L'émotion fut en effet à son comble, après la publication de photos (...) dont l'opinion ne retiendrait qu'une chose: des hordes sauvages étaient entrées dans Paris". 

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 17h36 | Lien permanent

Encore un ministre de François Hollande condamné

PL'ancienne ministre de la Francophonie, qui est toujours conseillère de Paris,Yamina Benguigui, a été condamnée mardi à un an inéligibilité, deux mois de prison avec sursis et une amende par la cour d'appel. Son avocat annonce un pourvoi en cassation qui est suspensif. 

La liste devient longue :

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 17h30 | Lien permanent | Commentaires (6)

Délit d’entrave numérique : pour un débat dépassionné sur l’avortement

Communiqué d'Alliance Vita :

V"La ministre Laurence Rossignol compte annoncer demain 28 septembre une série de mesures qu’elle souhaite promouvoir avant la fin de la législature à l’encontre de certains sites Internet qui pratiquent, selon elle, « un délit d’entrave numérique » à l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Pour Alliance VITA, la manière dont le gouvernement gère la question de l’avortement depuis plusieurs années, est le reflet d’un profond malaise.

Le confirment :

Les déclarations ministérielles intempestives et les dernières réformes réalisées sans débat préalable ni étude d’impact. Il s’agit notamment de la suppression du délai de réflexion pour une IVG, alors qu’en 2015, on comptait toujours un avortement pour quatre naissances (ou 218 000 avortements pour 810 000 naissances).

- L’information qui s’est fortement dégradée depuis une quinzaine d’années. Aucune information concernant ces droits et aides aux femmes enceintes confrontées à une grossesse inattendue ne figure sur le site du Ministère de la Santé, dans l’espace consacré à l’IVG, lancé en 2013.

Alliance VITA dénonce avec insistance l’urgence d’une véritable politique de prévention de l’avortement, notamment par l’accès aux aides auxquelles les femmes enceintes ont droit. 

Pour Caroline Roux, coordinatrice des services d’écoute d’Alliance VITA : « Le véritable progrès serait de développer une politique de prévention contre les pressions sociétales et en particulier des masculines qui s’exercent sur les femmes en les poussant à recourir à l’IVG à contrecœur. »

Alliance VITA demande au gouvernement de cesser de discriminer les femmes qui souhaitent mener leur grossesse à terme.

Tous les actes liés à une IVG sont remboursés à 100 % par la sécurité sociale, à savoir consultations, échographies, analyses de laboratoire alors que, pour une femme enceinte, les deux premières échographies avant la fin du 5èmemois de grossesse ne sont remboursées qu'à 70 % et les autres frais médicaux liés sont remboursés aux tarifs habituels de la sécurité sociale (cf. arrêté du 8 mars 2016).

Pour Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA : «  Notre pays a besoin d’un débat ouvert sur la politique conduite sur l’IVG et sur sa prévention. Un débat approfondi, et non biaisé, qui prenne en compte l’expérience réelle des femmes. Derrière chaque IVG, il y a un sentiment d’échec, et souvent de souffrances intimes qu’on ne peut aborder à la légère parce qu’il s’agit toujours du destin de plusieurs vies humaines.»

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 17h22 | Lien permanent

Jean-Frédéric Poisson bien présent sur Twitter

Lu sur Le Figaro dans la rubrique Le #baromètre de la primaire :

"L'autre vainqueur est sans aucun doute Jean-Frédéric Poisson. Le seul candidat hors LR de la primaire, petit poucet de la compétition, est loin des grands candidats mais il peut tout de même se féliciter de dépasser deux candidats sur Twitter: NKM et Le Maire. Avec 9.000 citations cette semaine, l'héritier politique de Christine Boutin poursuit sa progression, la plus forte de la semaine pour un candidat de la primaire cette semaine en terme de citations (+17%), le plus souvent en lien avec ses convictions «pro-vie». Il est également d'avantage retweeté que NKM, Le Maire et Copé. Une petite victoire pour le candidat du parti chrétien-démocrate.

Philippe Carhon

Posté le 27 septembre 2016 à 15h28 | Lien permanent | Commentaires (7)

Syndrome post-avortement : les hommes aussi

1642214766_B979789871Z_1_20160923224641_000_GPP7LU94L_1-0_pngIl s'agit d'un terrible fait divers qui montre bien que l'avortement concerne tout autant les hommes que les femmes. Il ne s'agit pas du corps des femmes mais bien de la vie d'un être humain dont il est question :

"Après l'avortement de sa copine, Michaël menaçait de se donner la mort, trois mois plus tard, le jeune homme de 33 ans est passé à l'acte... (...)

Au mois de juin, c’est un cri du cœur que Michaël Abreu, 33 ans, avait lancé dans nos colonnes. Le jeune homme originaire de Mouscron voulait dénoncer sa situation. «  Ma copine m’a quitté et j’ai appris qu’elle avait avorté sans me prévenir. C’est une mauvaise loi, où le père n’a rien à dire. Je ne supporterai pas de savoir que mon enfant a été tué. Surtout qu’il s’agit d’un enfant que nous avons voulu ensemble. Je suis prêt à donner ma vie pour faire changer les choses . Pour moi, c’est clairement un meurtre !  », nous avait-il expliqué.

Pour la jeune fille, âgée de 21 ans, la décision était prise. «  Je suis dans les temps légaux, c’est mon droit. J’ai pris la décision car mon couple n’allait plus et je n’avais pas envie d’en discuter avec lui  », avait-elle rétorqué à l’époque (...)

Il voulait être papa

Complètement effondré, le jeune homme parlait du suicide comme étant sa seule alternative pour se faire entendre mais aussi pour dénoncer une situation qu’il estimait « injuste. »

Philippe Carhon

Posté le 27 septembre 2016 à 15h05 | Lien permanent | Commentaires (2)

Le Grand remplacement est un mythe complotiste

...que semblent ignorer les journalistes du National Geographic

3199089263

Philippe Carhon

Posté le 27 septembre 2016 à 14h44 | Lien permanent | Commentaires (5)

Le Planning familial viole la loi mais garde ses subventions

Lu sur Gènéthique :

P"Le Conseil Régional d’Ile de France a voté mercredi 21 septembre une subvention de 80 000 euros pour le Planning familial. Pourtant Valérie Pécresse, présidente de ce Conseil, avait annoncé lors de la campagne pour les régionales la suppression de ces subventions « si le planning ne respectait pas strictement les dispositions législatives ».

Or « les preuves matérielles s’accumulent au sujet de femmes enceintes ayant eu des contacts avec des salariés du Planning Familial se voyant orientées vers un centre d’orthogénie lorsque les délais légaux sont dépassés d’une ou deux semaines ». En outre, si ces délais sont plus largement dépassés, le planning « les oriente spontanément vers l’Espagne, les Pays-Bas… » réglant les détails matériels de transport et de logement. « Des cas marginaux, mais des cas tout de même », s’indigne Rémi Sentis, président de la fédération des associations familiales catholiques des Hauts-de-Seine."

 

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 12h08 | Lien permanent

De l'aiguille à tricoter à la pilule chimique RU486, on n'arrête pas le progrès ?

P

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 09h57 | Lien permanent

Paris, zone sans voiture, sans chemise et sans pantalon

De Vincent Trémolet de Villers à propos du Conseil de Paris, qui vote successivement la piétonisation des voies sur berges et la création dune zone naturiste :

P"[...] Proposons ici aux élus de Paris d'attribuer à ces braves gens une partie des voies sur berge de la rive droite. Une zone sans voiture, sans chemise et sans pantalon. À pied, en trottinette ou en Vélib, on y déambulera nu comme des vers. L'outrage aux bonnes mœurs s'arrêtera à cette nouvelle frontière et le mooning (coutume britannique qui consiste à montrer son arrière-train), laissera le passant indifférent. Il y aura inauguration (tenue de ville?), campagne électorale sur zone où l'on pourra mesurer le degré d'implication des candidats. C'est magique et tragique: un mélange de Houellebecq et de Philippe Muray.

«Le réel ne passera pas», poursuivait ce dernier. Le réel, il faut dire, est triste comme un monospace, ennuyeux comme un lotissement, vulgaire comme un embouteillage. Plus encore, avec sa cohorte de chômeurs, de commerciaux qui roulent en diesel, de prolos qui ont la même bagnole depuis 1998!, de banlieusards qui n'habitent pas une surface atypique en plein cœur de Paris, de «pass Navigo» qui ne goûtent pas à la poésie des «défaillances techniques» et des «incidents voyageurs» dans le RER E, le réel est dégoûtant. «Salauds de pauvres!», lançait Jean Gabin dans La Traversée de Paris.

On préfère une vie de coulées vertes et de potagers urbains (bio), de plages estivales et de Nuit debout, de marchands de légumes oubliés et de lieux de mémoire, de restaurants végans et de galeries vides, de squares sans tabac et de salles de shoot, de burkinis et de naturistes, de barbiers «à l'ancienne» et de hipsters. Puisqu'il est impossible de remplacer l'asphalte des rues parisiennes par les surfaces souples des écoles maternelles, la mairie, heureusement, ne lésine pas sur les «alertes nécessaires ainsi que les informations et les recommandations en direction des usagers sur ce qu'il faut faire et ce qu'il vaut mieux éviter» (Muray encore). On oubliera donc ni casque ni genouillère, et «la police du plaisir sain», bras croisés et bottes de cuir, veillera au grain dans les rues de Paris. Rollers et matraque: le bonheur, c'est fluide comme une circulaire municipale. [...]"

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 09h56 | Lien permanent

On a le droit d'être contre l'avortement, mais il ne faut pas le dire sur internet

ALe gouvernement va introduire un amendement au projet de loi égalité et citoyenneté, afin d'élargir le délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) aux sites internet qui véhiculent des informations "biaisées" sur l'avortement, a annoncé le ministre des Droits des Femmes, Laurence Rossignol.

Le délit d'entrave, introduit en 1993 dans le code de santé publique, sanctionne de deux ans de prison et de 30 000 euros d'amende toute personne qui tente d'empêcher un avortement en perturbant l'accès aux établissements la pratiquant, ou en exerçant des "pressions morales et psychologiques, des menaces ou actes d'intimidation" à l'encontre du personnel de ces établissements ou des femmes venant avorter.

La loi du 4 août 2014 sur l'égalité femmes/hommes l'a élargi aux actes d'intimidation à l'égard de femmes venues s'informer sur un avortement dans un hôpital, un centre de Planning familial ou autre centre d'information. Laurence Rossignol constate :

"Le délit d'entrave version 1993-2014 a bien fonctionné, non pas parce qu'il y a eu beaucoup de condamnations mais parce que ces agissements ont disparu, sans doute en raison de la peur du gendarme".

Elle déclare toutefois :

"Être hostile à l'IVG est une opinion que chacun peut exprimer librement et par tout moyen dans notre pays". "En revanche, attirer les femmes sur des sites présentés comme des sites d'information, qui affichent un vocabulaire, une posture jeune, moderne, pour donner des informations fausses, biaisées, dans le but de dissuader des femmes de recourir à l'IVG, de les culpabiliser, ça n'est pas acceptable. C'est de la manipulation".

Sic. Ne proposer aux femmes en détresse que l'avortement comme solution unique, remboursée, encouragée, ce ne serait pas de la manipulation ? Mentir sur les conséquences psychologiques et physiologiques de l'avortement sur les femmes, les hommes et les enfants survivants, ce n'est pas de la manipulation ?

Si l'amendement du gouvernement est voté, le délit d'entrave concernera désormais les sites qui véhiculent

"des allégations ou une présentation faussée, pour induire en erreur dans un but dissuasif sur la nature et les conséquences d'une IVG".

Dans le viseur du gouvernement figurent des sites comme afterbaiz.com.

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 08h31 | Lien permanent

A Paris, choisissez votre jungle : celle des immigrés ou celle des naturistes

A Paris, il existe en quasi-permanence des camps d'immigrés qui, à peine expulsés, sont de nouveau occupés :


Une jungle calaisienne à Paris ? par bvoltaire

Par ailleurs, le Conseil de Paris a voté, lundi 26 septembre au soir, un vœu présenté par le groupe écologiste pour permettre la pratique du naturisme à Paris. Il s'agirait peut-être d'un des deux bois de Paris (Vincennes ou Boulogne).

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 07h26 | Lien permanent

Des électeurs gauchistes pour perturber la primaire LR

Lu sur Boulevard Voltaire :

Images-4"C’est Libé qui le révèle. Jusqu’à 10 % des anciens électeurs de François Hollande s’apprêteraient à participer aux primaires de droite. Non qu’ils aient retourné leur veste, mais parce qu’ils veulent peser pour faire passer Juppé, hantés par la possibilité d’un scénario catastrophe : celui d’un nouveau 21 avril qui les forcerait à voter Nicolas Sarkozy, si d’aventure celui-ci venait à remporter les primaires. L’hypothèse serait, en effet, croquignolette.

Et Libération d’égrainer un à un les témoignages de militants socialistes, peu dérangés par les 2 € à régler ni par la déclaration sur l’honneur d’adhésion aux valeurs de la droite et du centre à signer, plus gênés d’être vus franchissant la porte du bureau de vote… ils ont une réputation. Certains auraient préféré voter NKM – elle est tellement sympa ! – mais il faut se rendre à l’évidence : elle n’a aucune chance.

10 % du camp d’en face, mazette, ce n’est pas rien. [...]

Ce chiffre montre enfin la possibilité, en miroir, qui est donnée de l’autre côté de l’échiquier, non plus à la gauche de LR mais à sa droite, puisque la porte est ouverte et que l’on accueille de bonne grâce les migrants politiques, de se manifester. En votant pour Poisson, cette droite prouvera notamment à Marine Le Pen qu’il est un vivier d’électeurs qui, le jour venu, ne pourra en son âme et conscience glisser un bulletin Alain Juppé, mais que celle-ci ne pourra convaincre de franchir le Rubicon – pour voter FN plutôt qu’aller pêcher à la ligne – qu’en infléchissant, en « droitisant » ce qu’on appelle, à tort ou à raison, « la ligne Philippot ».

Il est décidément écrit qu’au cours de ce premier acte des élections présidentielles – les primaires de droite – se jouera, en réalité, déjà le dernier : le second tour."

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 07h22 | Lien permanent

Islam : abolir le régime de la dhimmitude

Musulmans, chrétiens, laïcs et athées adressent une tribune au cheikh d'al-Azhar et au pape, publiée dans L'Orient Le Jour, pour demander l'abolition du statut de dhimmi. Extrait :

Images-3"[...] Aujourd'hui, une partie des musulmans est incapable de considérer des non-musulmans comme leurs concitoyens. C'est une crise sans précédent, qui nous oblige à expliquer des éléments problématiques de la tradition musulmane que Daech exploite pour justifier ses crimes.

« L'État islamique est à l'image du Ku Klux Klan. Nous l'avons déjà affronté en d'autres temps et d'autres cultures : l'Inquisition, l'esclavage, la ségrégation raciale, la violence misogyne et l'homophobie... Daech est ce fanatisme commun à toutes les sociétés oppressives, qui puise sa source idéologique dans l'islam. Nous devons faire comme hier l'Occident : il est temps de lancer une réforme de l'islam.

« Nous avons situé le problème là où il réside : dans la doctrine musulmane elle-même. L'islam s'est inventé des citoyens de plein droit, les musulmans, et les autres, de catégorie inférieure. C'est le régime de la dhimmât. De nombreux musulmans ont fini par reproduire cette discrimination dans leurs relations sociales et humaines avec les non-musulmans, ce qui a conduit des fanatiques à commettre des persécutions inouïes. En voici un exemple : la dhimmât permettait à des voyageurs musulmans d'occuper pendant trois jours la maison d'un non-musulman, et de se servir de ses biens. Dans une dérive évidente, Daech s'est permis d'exproprier les chrétiens de Mossoul de leurs maisons ancestrales. Mais cette contrainte à l'hospitalité était déjà une forme de dépossession pour pousser les chrétiens à la conversion ou à l'exil. Certes, la plupart des pays majoritairement musulmans ont renoncé à l'application de la dhimmât. Mais elle n'a jamais été formellement abolie dans la doctrine religieuse. La question posée aujourd'hui à l'islam est la suivante : comment la doctrine musulmane peut-elle s'adapter à nos sociétés profondément plurielles ? En Égypte, les chrétiens sont au moins 12 millions.

« Notre solution : abroger la dhimmât et reconnaître le principe de citoyenneté nationale. Tous les citoyens nationaux sont égaux en dignité et en droit, sans aucune distinction entre eux. [...] La dhimmât est le socle religieux du projet mortifère de Daech. Et justifie d'expulser ou de massacrer les populations indigènes non musulmanes, à l'image de l'indigénat dans les anciennes colonies européennes. Bien heureusement, les chartes de Médine et Najran nous permettent de l'abroger. Mahomet lui-même est l'auteur de ces pactes oubliés qui interdisent la discrimination contre les juifs et les chrétiens de la péninsule Arabique.

« Dans l'esprit de ces chartes, nous prions le grand cheikh d'al-Azhar, guide universel des musulmans sunnites, d'abolir solennellement la dhimmât, qui est une législation impérialiste. L'ensemble des institutions religieuses sunnites dans le monde doivent participer à ses côtés à l'aboutissement de ce projet historique. D'ailleurs, le roi du Maroc en a lancé les bases dans sa déclaration sans précédent de Marrakech, en 2016. Deux ans après l'appel historique d'al-Azhar du président égyptien Sissi. C'est un enjeu planétaire, qui consiste à renforcer notre nouvel ordre mondial, fondé sur l'Onu, en faisant reconnaître les normes universelles de la citoyenneté pour que notre société internationale puisse connaître la paix, la justice et la liberté. La communauté internationale doit se tenir aux côtés des citoyens des pays majoritairement musulmans dans leur combat pour faire appliquer les normes du droit international. Nous sommes ces citoyens ! [...]"

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 07h15 | Lien permanent

Il ne faudrait pas croire qu’au XXIe siècle, la persécution des catholiques par un État laïciste ne puisse plus exister

Sur Réinformation.tv, Anne Dolhein relate la persécution que subit un carmel en Argentine :

25254"L’histoire du Carmel de Nogoyá, en Argentine, devrait sonner comme un signal d’alarme pour les catholiques du monde entier. Voici plusieurs semaines qu’il est au premier plan de l’actualité dans le pays, puisque, sur la foi d’accusations de « torture » des Carmélites relayées par la presse locale, la mère prière a été inculpée pour privation illégale de liberté à l’égard des religieuses dont elle a la charge maternelle. Il fallait d’abord prendre toute la mesure de l’affaire avant d’en parler ici : y avait-il du vrai dans les accusations d’une ancienne sœur assurant qu’elle avait été victime, comme les autres carmélites, de torture et de réduction en esclavage, de pénitences physiques barbares et de « torture psychologique » à longueur de journée ? Sans pouvoir porter un jugement certain, on a désormais un peu de recul : les témoignages des autres sœurs, le soutien sans ambiguïté apporté par les évêques d’Argentine, viennent confirmer avec assez de force qu’il a pu y avoir un montage d’autant plus facile à réaliser que tout ce qui concerne la pénitence catholique et le choix de la vie religieuse est absurde aux yeux du monde moderne. La justice argentine, elle, s’est jetée à bride abattue sur l’affaire. Il ne faudrait pas croire qu’au XXIe siècle, la persécution des catholiques par un État laïciste ne puisse plus exister. [Lire la suite]"

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 07h06 | Lien permanent

Pologne : l'avortement a été instauré par les nazis puis par les Soviétiques

Le Dr Joanna Banasiuk est à la tête du mouvement d'interdiction de l'avortement en Pologne "Stop Avortement" Stop Aborcji. Ce mouvement a fait un projet de loi citoyen signé par plus de 450 000 personnes. Parallèlement un autre projet opposé de 200 000 signatures a été proposé par les parties de gauche. Ce débat a fait le clivage de la société entre Stopaborcji et les mouvements de collère féministes CzarnyProtest. Le projet du Dr Banasiuk est passé en commission alors que le projet de libéralisation de l'avortement a été rejeté.

Michel Janva

Posté le 27 septembre 2016 à 06h46 | Lien permanent

C’est arrivé un 27 septembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 27 septembre : fête de Saint Vincent de Paul, fondateur des Sœurs de saint Vincent de Paul.

Saint Vincent de Paul, ou Depaul naît à Pouys en 1581, dans une famille de paysans pauvres gascons. Berger dans sa jeunesse, il devient prêtre à dix-neuf ans, précepteur de la famille de Gondi, avant de renoncer à ses bénéfices pour aller évangéliser les campagnes paupérisées.

Curé de Châtillon-les-Dombes puis de Clichy, il devient ensuite Aumônier des Galères. Durant les années 1630, il fonde les Confréries de la Charité avec l'aide de Sainte Louise de Marillac, dont il est le père Spirituel, et la Congrégation de la Mission, les Lazaristes. Il se dévoue corps et âme aux malades, aux enfants abandonnés et aux pauvres et est soutenu par le Roi Louis XIII, la Reine Anne d'Autriche, et des familles princières telles que les Gondi ou la Duchesse de Longueville. « Monsieur Vincent » reçoit la confession du Roi Louis XIII dont il dit : « Je n'ai vu mourir personne plus chrétiennement ». (Voir la chronique du 14 mai).

A la mort du Roi, Anne d'Autriche, alors régente l'appelle pour présider le Conseil de Conscience. Grand ami de Saint-François de Sales, le Cardinal de Richelieu le consulte souvent pour avoir son avis.

Il s'éteint le 27 septembre 1660, veillé par la Reine-Régente Anne. Son corps repose dans la Chapelle des Lazaristes, rue de Sèvres à Paris. Voir les Chroniques du 24 avril, du14 mai, du 23 septembre. Lire aussi le livre de Geneviève Esquier (Ed. de l'Escalade) Ceux qui croyaient au Ciel.

  • le 27 septembre ou 7 octobre 52 av. JC. : capitulation de Vercingétorix à Alésia.

Vercingétorix jette ses armes devant César, tableau de L. Royer (1888)

Vercingétorix ayant regroupé environ 80 000 soldats à Alésia, pour reconstituer ses forces et demander à des groupes alliés et autres peuples gaulois de lui venir en aide. Se voit encerclé par les légions de César, qui fait réaliser un énorme travail de doubles fortifications autour de la place forte.

Une première fortification face à la ville doit permettre de résister aux tentatives de sortie des 80 000 gaulois retranchés. La deuxième, à l'extérieur, interdit aux renforts demandés d'entrer dans l'enceinte. Un long siège commence qui finit par la reddition du chef gaulois.

  • le 27 ou 28 septembre  1066 : embarquement de Guillaume le Conquérant, pour le début de la conquête normande.

Guillaume débarque en Angleterre le 28 septembre 1066. Le 14 octobre, Guillaume défait Harold à la bataille d'Hastings et s'empare du trône. Le roi d'Angleterre devient vassal du Roi de France, pour la Normandie.

  • le 27 septembre 1529 : début du siège de Turcs de Vienne par Soliman Ier.

Le Turc va subir sa première grande défaite face aux Chrétiens. Le Siège s'achève le 15 octobre.

  • le 27 septembre 1540 : le pape Paul III signe la bulle Regimini militantis qui fonde la Compagnie de Jésus.

Ignace de Loyola présente la règle de la Compagnie au Pape

La Compagnie de Jésus est un ordre catholique fondé par saint Ignace de Loyola. Ses membres s'appellent les Jésuites. En 1516, Ignace et six autres étudiants, dont François Xavier, se rencontrent à Montmartre, font vœu de pauvreté et de chasteté, et fondent la société de Jésus. (Voir la chronique du 15 aout). Après sa conversion, au cours d'une vision qui dure une semaine, à Manrèse en Espagne, saint Ignace reçoit des mains de Notre dame la vision de ce que sera son ordre et surtout une méthode d'exercices spirituels que Saint Jean Paul II qualifiera de « plus sûr chemin vers la sainteté ».

La devise de la Compagnie : Ad majorem Dei gloriam ; Pour la plus grande gloire de Dieu », explique la diversité des tâches auxquelles s'adonnent les Jésuites. Outre l'enseignement, ils pratiquent la prédication, sont missionnaires, directeurs de conscience, étudient la théologie, effectuent des recherches scientifiques, etc.

  • le 27 septembre 1590 : décès du pape Urbain Vll, après 13 jours de règne.

Giovan Battista Castagna a été pape du 15 au 27 septembre 1590 sous le nom d'Urbain VII. Il décède de la malaria après un règne de 13 jours qui ne lui permet pas d'être couronné. C'est le règne le plus court pour un pape. Le dixième plus court étant celui de Jean-Paul 1er. (Voir la chronique du 4 aout.)

 

  • le 27 septembre 1601 : naissance de Louis XIII, Roi de France.

Le fils d'Henri IV et de Marie de Médicis voit le jour à Fontainebleau. Son père le fait participer à son premier Conseil à l'âge de huit ans. Louis XIII grandit avec ses frères et sœurs au château de Saint-Germain-en-Laye.

À la mort d'Henri IV en 1610, Louis XIII monte sur le trône. Il a neuf ans. Le pouvoir est alors assuré par sa mère Marie de Médicis, qui gouverne le royaume comme Régente. La majorité du Roi est proclamée en 1614, mais Marie déclare que Louis est « trop faible de corps et d'esprit » pour assumer les devoirs de sa charge ; elle l'écarte du Conseil et laisse gouverner ses favoris Concino Concini et Léonora Galigaï, qui accaparent les plus hautes charges de l'État.

C'est par un coup de force, le 24 avril 1617 que Louis XIII accède au pouvoir en ordonnant l'assassinat du favori de sa mère, Concino Concini. Il exile Marie de Médicis à Blois et prend enfin sa place de Roi, aidé par le Cardinal de Richelieu.

Voir les chroniques du 10 février, du 14 mai et du 17 octobre.

  • le 27 septembre 1627 : les oratoriens sont expulsés de La Rochelle.

Le 5 février 1626 (voir la chronique du jour), le Roi a signé avec les Huguenots la paix de La Rochelle, une des dernières places de sûreté protestantes, en mars 1627 la France rompt avec l'Angleterre et signe un traité d'alliance avec l'Espagne. La ville, une des capitales huguenotes est aussi une des premières fondations oratoriennes. Les Oratoriens sont restés malgré les persécutions que les huguenots font subir aux catholiques dans la ville. Les oratoriens sont toutefois expulsés à plusieurs reprises : lors du siège de 1621, puis en 1625, lors de la reprise de la guerre mais reviennent à chaque fois.

Richelieu commencera le siège de la ville le 10 décembre, après les échecs anglais pour s'emparer de l'ile de Ré. Le 27 septembre, les oratoriens sont expulsés de la ville.

  • le 27 septembre 1627 : naissance de Jacques Bénigne Bossuet, évêque de Meaux, prédicateur et écrivain.

Portrait de Bossuet par Hyacinthe Rigaud

Sorti d'une famille de magistrat, formé par les Jésuites de Dijon, il est ordonné prêtre et devient l'archidiacre de Sarrebourg en 1652, puis de Metz en 1654.

Il se fait rapidement une grande réputation pour ses sermons et ses panégyriques de saints, prêche un Avent et un Carême devant le Roi et la reine-mère. Sa sainteté et cet art oratoire lui permettent de convertir de nombreux Protestants parmi lesquels, Turenne et sa nièce Mademoiselle de Duras, ou de Dangeau, pour qui, il écrit l'Exposition de la doctrine de l'Église. (Voir la chronique du 11 septembre)

Beaucoup de ses discours sont improvisés et ont donc été perdus. En effet, quelques heures avant de monter en chaire, il médite son texte et le couche sur papier agrémenté de quelques passages des Pères de l'Eglises, puis se livre à l'inspiration du moment, et à l'impression qu'il produit sur ses auditeurs. Et seuls sont restés quelque deux cents des cinq ou six cents sermons prononcés. Le 21 septembre 1670, Charles-Maurice Le Tellier, archevêque de Reims, sacre Jacques Bénigne Bossuet évêque de Condom (Gers). En 1671, Bossuet devient le précepteur du Dauphin. Et il écrit lui-même les livres de classe pour son royal élève, parmi lesquels se trouve le Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même.

Il prononce douze oraisons funèbres qui sont des chefs-d'œuvre d'éloquence, inédits depuis l'Antiquité. Il est élu membre de l'Académie française en 1671.

En 1681, une fois l'éducation du Dauphin achevée, il est nommé évêque de Meaux ; rédige le célèbre Catéchisme de Meaux et pour les religieuses de son diocèse les Méditations sur l'Évangile et les Élévations sur les Mystères.

Il dirige la rédaction des Quatre articles de 1682 qui sont, selon Bernard Basse, à la source des deux funestes évolutions de la monarchie française légitime et tempérée : le gallicanisme et l'absolutisme.

Parmi ces œuvres les plus célèbres se trouvent :

  • Réfutation du catéchisme du Sr Paul Ferry, ministre de la religion prétendue reformée
  • Oraison funèbre d'Henriette-Marie de France
  • Exposition de la doctrine de l'église catholique sur les matières de controverse.
  • Discours sur l'Histoire universelle
  • Histoire des variations des Églises protestantes
  • Défense de la Tradition et des saints Pères
  • Maximes et réflexions sur la comédie
  • Explication de la prophétie d'Isaïe
  • La Politique tirée des propres paroles de l'Écriture sainte (publié à titre posthume)
  • Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même (publié à titre posthume)
  • Sermons (publié à titre posthume)
  • Traité de la concupiscence (publié à titre posthume)

Bossuet meurt à Paris le 12 avril 1704 de la maladie de la pierre. Voir la chronique du 12 avril. Des Statues de Bossuet se trouvent encore dans de nombreux endroits comme dans l'enceinte de l'Académie française, à Paris, sur la fontaine Saint-Sulpice, place Saint-Sulpice à Paris, dans la Cathédrale Saint-Étienne de Meaux ; ville où il fut évêque, ce monument a été fait en 1911.

  • le 27 septembre 1660 : mort de «Monsieur Vincent».

Saint-Vincent de Paul

  • le 27 septembre 1700 : le pape Innocent XII meurt à Rome.

C'est Innocent XII qui apaise la querelle entre le Roi Louis XIV et la papauté suite à Déclaration des quatre articles de 1682. Louis XIV renonce aux « propositions gallicanes », et le pape reconnait les évêques nommé par le Roi depuis 1673, date du début des tensions.

  • le 27 septembre 1748 : suppression des galères en France.

Par une ordonnance, Louis XV rattache les corps des galères à la Marine Royale, afin de permettre à celle-ci de disposer d'une main-d'œuvre peu onéreuse. Désormais, les forçats des galères sont hébergés à terre dans des bagnes portuaires. La peine des galères, prononcée seulement en temps de guerre, apparaît, en tant que condamnation, seulement vers le début du XVIe siècle.

La galère a été le principal navire de combat sur la Méditerranée pendant des millénaires.

C'est un navire fin, qui craint les coups de vent. Il ne peut donc être utilisé qu'en période de beau temps. Elle est propulsée par des rameurs, prisonniers de guerre, renégats, esclaves ou hommes libres, selon les pays. Le navire a très peu évolué depuis l'antiquité. Les guerres de Louis XIV terminées, l'entretien de la flotte ne nécessite plus des équipages si nombreux : les condamnés aux travaux forcés sont désormais en majorité envoyés au bagne et employés à des travaux de construction des ports et des forts.

Le dernier grand combat de galères est la bataille de Lépante.

La bataille de Lépante

  • le 27 septembre 1778 : mort de Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, architecte français.

Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne est un architecte français né en 1711 et mort en 1778. Après avoir été mousquetaire au service du Roi, il devient architecte en 1733 et est admis à l'Académie royale d'architecture. En 1750, il réalise le château d'Asnières-sur-Seine, de style rocaille. Mais il finit ruiné lorsque le style rocaille passe de mode et meurt misérablement.

  • le 27 septembre 1783 : décès d'Étienne Bézout, mathématicien français.

Etienne Bézout est un mathématicien français né en 1730. Nommé examinateur des gardes de la marine en 1763, il rédige son "Cours de mathématiques à l'usage des gardes du pavillon et de la marine", puis un "Cours complet de mathématiques à l'usage de la marine et de l'artillerie", utilisé pour le concours d'entrée à Polytechnique. Auteur de plusieurs autres ouvrages théoriques, il entre à l'Académie des Sciences en 1758 et meurt en 1783.

  • le 27 septembre 1808 : début de l'entrevue entre Napoléon Ier et le tsar Alexandre à Erfurt.
  • le 27 septembre 1810 : bataille de Buçaco.

Cette bataille marque l'arrêt de l'offensive de Masséna vers le Portugal.

  • le 27 septembre 1822 : Champollion révèle sa découverte du sens des hiéroglyphes.

L'Egyptologue français, Jean-François Champollion, présente à l'Académie des Inscriptions et Belles-lettres de Paris son mémoire sur l'écriture égyptienne, où il révèle le sens des hiéroglyphes. Ses découvertes lui valent l'admiration de tous les scientifiques de l'époque. En 1824, il publie son célèbre "Précis du système hiéroglyphique".

 

 

  • le 27 septembre 1981 : le service TGV ouvre au public entre Paris et Lyon.
Lois Spalwer

Posté le 27 septembre 2016 à 05h18 | Lien permanent | Commentaires (5)

26 septembre 2016

Création du G21, pour essayer de trouver les solutions au renouveau de la puissance de la France

Les dirigeants du G21 nous demandent de bien vouloir publier ce communiqué, ce que nous faisons bien volontiers, persuadés de l'importance pour la France de retrouver une politique indépendante :

Capture d’écran 2016-09-26 à 22.56.59"Le G21 organise le 30 septembre et 1er octobre son séminaire annuel à Colombey les 2 Églises.

Le G21 est un Think Tank, créé en 2013 par d’anciens hauts responsables de l’activité de notre pays.

Les membres sont tous unis pour essayer de trouver les solutions au renouveau de la puissance de la France.

Sans la puissance, que permet une population dynamique et bien formée, des institutions solides, aucune politique ne permettra d’assurer l’aisance des Français, et par voie de conséquence, toute politique doit viser à augmenter la production sur le territoire et mobiliser les intelligences.

Sont donc prévues des réflexions sur

  • Le krach bancaire inéluctable avec remontée des taux.
  • La politique énergétique de la France
  • Une politique qui soit enfin en faveur de l’industrie.

Le Bureau du G21 est composé est composé

  • Président : Jean-Pierre Gérard ancien membre du Conseil de la Politique Monétaire
  • Vice Présidents
  1. Henri Conze Ancien Délégué Général à l’Armement
  2. Jean Hernandez Président de Chambre honoraire à la Cour des Comptes
  • Trésorier Mandataire financier : Christian Després Ingénieur Général des Ponts et Chaussées
  • Secrétaire Général : Jacques Aurin Secrétaire Général du Club des N°1 mondiaux français à l'exportation

Site en cours de réalisation www.G21.fr

Michel Janva

Posté le 26 septembre 2016 à 23h01 | Lien permanent

Les chrétiens d'Orient ? Les manuels scolaires ne connaissent pas

De Vincent Badré :

Mosqu-damas"La réalité des manuels d’histoire est plutôt celle d’une grande prudence pour éviter les polémiques sur les questions sensibles. Ils édulcorent la présentation des violences associées à l’islam et chantent la gloire des sciences à Bagdad au ixe siècle sans jamais préciser l’apport de chrétiens Syriaques et Chaldéens, de Juifs et d’Indiens dans cette réussite.

La double page présentée ici montre par exemple la mosquée de Damas (Belin 5e pp 36-37). Elle ne dit pas qu’elle a remplacé une église construite sur les ruines d’un temple païen et que son architecture doit beaucoup à l’art des chrétiens d’orient.

Les manuels et sans doute l’enseignement de beaucoup de professeurs restent dans le consensus. La tradition scolaire française peine à montrer des divergences d’analyse et des débats sur un sujet d’études. Elle a aussi du mal à montrer des analyses sociologiques, culturelles ou ethnologiques."

Michel Janva

Posté le 26 septembre 2016 à 22h51 | Lien permanent

Sur le pont au-dessus de l'A13

FullSizeRender1

Michel Janva

Posté le 26 septembre 2016 à 22h41 | Lien permanent

La France et la menace islamiste : ce n'est pas qu'une question de terrorisme

Intéressante analyse de Christian Harbulot, directeur de l'école de guerre économique. Précisons pour les lecteurs pressés que ça dépasse à peine trois pages.

"La « guerre contre le terrorisme » est au cœur de la campagne électorale pour les élections présidentielles de 2017. La manière de la mener implique de la part du futur pouvoir politique une vision stratégique de la situation et ensuite la capacité de valider des considérations tactiques pour combattre les adversaires de la France.

La question centrale qui se pose aujourd’hui pour la société française est quelle est la nature de la menace principale ? Est-elle terroriste comme le suggère la grande majorité des personnes qui interviennent sur le thème de la lutte antiterroriste ou est-elle de nature sociologique comme le pressentent des observateurs qui interviennent dans les zones difficiles (cités et quartiers infiltrés par les mouvances salafistes et les associations liées aux Frères Musulmans) ?"

Paula Corbulon

Posté le 26 septembre 2016 à 22h34 | Lien permanent | Commentaires (2)

La nouvelle monstruosité : les droits sexuels, y compris pour les enfants

Présentés en un quart d'heure par Marion Sigaut. Attention, quelques illustrations peuvent choquer. C'est l'abomination de la désolation. Dieu nous en préserve ! Il est des démons qui ne se combattent que par le jeûne et la pénitence: nos seigneurs les évêques, mettez nous en ordre de combat, de grâce !

Nous commenterons volontiers en disant que l'entreprise de destruction mondialiste en cours, qui inclut ces mesures mettant en place la totale-ploutocratie universelle, sont d'un danger existentiel encore supérieur à la menace islamiste, laquelle tombe à pic, avouons-le, pour détourner l'attention du peuple souverain (la blague!) de ces manoeuvres réellement sataniques.

Merci à BF pour sa vigilance.

Paula Corbulon

Posté le 26 septembre 2016 à 22h33 | Lien permanent | Commentaires (12)

Eric Zemmour à Versailles, il reste de la place

Malgré l'affluence annoncée, il est toujours possible de réserver son billet. 

Les préventes sont encore ouvertes. Réservations ici

Z
 

Michel Janva

Posté le 26 septembre 2016 à 19h54 | Lien permanent

La responsabilité du gouvernement français dans le massacre des harkis

De Bernard Antony :

H"De même que Sarkozy en 2012, mais au nom de la République, François Hollande a tenu à reconnaître la responsabilité des gouvernements français « dans l’abandon des harkis, des massacres de ceux restés en Algérie… ».

Certes, mieux vaut tard que jamais. Mais quelle tristesse de devoir d’abord constater que ces rappels coïncident hélas avec d’évidentes intentions de récupération électorale sans vergogne. Et aussi, quelle prude discrétion,  globalement, par le monde politico-médiatique dans l’évocation de la réalité des faits et de la vérité.

-        Car la réalité des faits, ce fut en 1962 le véritable populicide des harkis. Ces derniers constituaient en effet l’auto-défense de toutes les couches des populations kabyles et arabes qui avaient choisi d’inscrire leur vie et l’avenir de leurs enfants dans la communauté française de destin : dès 1954, le FLN avait perpétré massivement parmi elles ses attentats terroristes, tortures et massacres avec des dizaines de milliers de victimes.

-        D’abord, le chiffre invoqué aujourd’hui de 75 000 victimes est très certainement bien inférieur à la vérité, si l’on considère que les atrocités ne se limitèrent pas à l’été de 1962 mais continuèrent pendant de longs mois encore dans les années 1963 – 1964.

-        La réalité, ce fut celle des actes de cruauté, de sadisme, de barbarie : des milliers de malheureux furent selon les cas, tenaillés, ébouillantés, énucléés, émasculés, brûlés vifs ou enterrés vivants. La réalité, ce fut aussi l’amplification des assassinats et atrocités encore dans la population pied-noir, et aussi dans la population juive. Et ce fut l’horreur, en juillet 1962, de l’enlèvement, principalement à Oran et dans l’Oranais, de plusieurs centaines de femmes européennes, plus de deux mille certainement, englouties dans l’enfer de la soldatesque fellagha.

-        Et la vérité, c’est qu’aux nouvelles de toutes ces abominations, l’ordre avait été donné à notre armée, par le Général de Gaulle, de ne pas intervenir. Notre armée était alors victorieuse, toute-puissante, elle pouvait sauver des dizaines de milliers de vie, empêcher les horreurs ici rappelées : on violait, on massacrait, on torturait aux abords des casernes et des camps où nos troupes étaient consignées. Et s’il y eut des officiers de l’honneur français pour ne pas accepter cela, il n’y eut pas de ministres pour se dresser contre cette honte, ni un Michel Debré ni un Edmond Michelet… [...] 

Avec Cécile Montmirail, Maître Jérôme Triomphe, Richard Haddad, Bernard Antony présentera jeudi 29 septembre son dernier livre :

« Réflexions sur le monde actuel », sous-titré « les grands phénomènes idéologico-religieux et leur avenir ». Au Centre Charlier, 70 boulevard 75005 PARIS. 19 h 30.

Michel Janva

Posté le 26 septembre 2016 à 17h05 | Lien permanent

"C’est un être humain mais il n’a pas tous les droits de la personne"

Lors du 1er colloque « Droits et Santé des femmes » organisé dans le cadre de la journée internationale pour le droit à l’avortement, un membre des Survivants a posé une question au professeur Israel Nisand.

L’illustre docteur précise dans son intervention que

« 5 minutes avant l’accouchement, on peut faire une IMG (Intervention Médicale de Grosssesse) en injectant du chlorure de potassium et faire un foeticide mais après l’accouchement ça s’appelle un infanticide »

Marie, notre survivante envoyée spéciale et infirmière en néonatalogie, lui pose alors la question :

« En tant que médecin, est ce vous pouvez me dire à partir de quand réellement les foetus commencent à vivre ? »

Le foeticide est permis par la loi de la France et pas l’infanticide...

Michel Janva

Posté le 26 septembre 2016 à 16h58 | Lien permanent


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2010 - Le Salon Beige