25 octobre 2014

Faites comme les Papes pour être à l'heure à la messe demain

Changez d'heure!

Pape

Le Salon Beige

Posté le 25 octobre 2014 à 19h12 | Lien permanent | Commentaires (0)

Karim Ouchikh élu président du SIEL

Catherine Rouvier s'est désistée en sa faveur.

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 19h02 | Lien permanent

Un autre message de Benoît XVI

Cette fois, à la Conférence internationale «Le respect de la vie, chemin pour la paix», qui se tient à Medellín, en Colombie, promue par la Fondation Vaticane Joseph Ratzinger :

« L'engagement pour la paix – si fondamental dans un monde déchiré par la violence – commence avec le respect inconditionnel de la vie de l'homme, créé à l'image de Dieu et donc doté d'une dignité absolue. La foi en Dieu créateur est le fondement essentiel de la dignité humaine comme nœud essentiel de chaque ordre juridique. Le thème de la paix et le thème du respect de la vie humaine sont liées à la foi en Dieu créateur comme la vraie garantie de notre dignité»

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 18h45 | Lien permanent

Sarkozy ne sait pas où il habite

Selon Zemmour :

"Il ne sait pas où il habite, Sarkozy. Soit il vient au centre, à la place de Juppé mais les gens préfèreront l’original à la copie, c’est-à-dire le vrai fils de Chirac au fils rebelle, soit il revient, c’est ce qu’il a fait à Nice cette semaine, sur un discours un peu dur sur l’immigration et, dans ce cas-là, il rappelle aux électeurs de gauche qu’il n’est pas centro-compatible mais est-ce qu’il va récupérer les électeurs populaires de Marine Le Pen ? Moi, je pense que c’est fini. Je pense qu’il ne les récupérera pas. Je pense que les gens ont compris que ce qu’il a raté entre 2007 et 2012 jusqu’à l’entre-deux tours de 2012 où il n’a pas osé annoncer un référendum sur l’immigration, pour ne pas faire de la peine à Nicolas Domenach… Il ne retrouvera jamais les suffrages populaires qui ne lui font plus confiance donc il est en apesanteur, c’est ça le problème !"

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 18h34 | Lien permanent

Message de Benoît XVI au pèlerinage du Coetus Internationalis Summorum Pontificum Summorum Pontificum

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Les organisateurs du pèlerinage de Populus Summorum Pontificum avaient invité Benoît XVI à la messe célébrée ce midi par le cardinal Burke à l'autel de la chaire de saint Pierre à la basilique Saint-Pierre de Rome. La réponse de Benoît XVI a été rendue publique avant la messe du… « grand cardinal » :

« Je suis très heureux que l’usus antiquus vive maintenant dans la pleine paix de l’Eglise, même chez les jeunes, soutenue et célébrée par de grands cardinaux. Spirituellement je serai avec vous. Mon état de “moine cloîtré” ne me permet pas une présence à l’extérieur. Je ne sors de ma clôture que dans des cas particuliers, invité personnellement par le Pape. »

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 18h29 | Lien permanent

Il est interdit de critiquer l'éducation nationale

Vendredi, un enseignant d'histoire-géographie, spécialiste du numérique, chef de projets numériques chez Canopé (le réseau de création et d'accompagnement pédagogique du ministère, ex-CNDP), Ghislain Dominé, a dû fermer son blog et supprimer son dernier billet.

Il s'agissait d'une critique de la stratégie numérique de l'Education nationale.

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 18h24 | Lien permanent

Le président de la commission des Finances de l'Assemblée convoqué par le fisc

Pour rappel, Gilles Carrez ne s'opposait pas à la dénaturation du mariage.

Le président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, le député UMP Gilles Carrez, est convoqué dans une dizaine de jours en vue d'un probable redressement fiscal.

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 18h22 | Lien permanent

Discours pour Asia Bibi (suite 2)

Tous les discours sur islamisation.fr :

Discours de Christophe Bilek né Mohammed. Animateur de Notre-Dame de Kabylie

 

Discours de maître Jérôme Triomphe de l'Agrif (Alliance générale pour le respect de l'identité française)

 

Marie Bethanie

Posté le 25 octobre 2014 à 15h59 | Lien permanent

Dégrader 13 édifices religieux = 1 an de prison avec sursis

Avouez que ce n’est pas cher payé.

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 15h21 | Lien permanent

Radio Notre-Dame évoque la manifestation pour Asia Bibi

Ici. Il y a également l'enregistrement des interventions.

"Plusieurs centaines de personnes se sont réunies pour plaider la libération d'Asia Bibi. Alors qu'Anne-Isabelle Tollet avait déconseillé sur Radio Notre Dame d'aller à cette manifestation, Bernard Antony, président de Chrétienté-Solidarité-Persécutions, et plusieurs autres personnalités ont revendiqué l'importance de leur mobilisation. Ils ont adressé des messages de solidarité à Asia Bibi et ont prié à plusieurs reprises pour sa libération.

Il était important pour les nombreux chrétiens réunis hier soir dé démentir les propos d'Anne-Isabelle Tollet et de montrer l'urgence d'une mobilisation chrétienne pour soutenir Asia Bibi. Ainsi, Daniel Hamiche répond à la journaliste, et Bernard Antony explique que cette manifestation ne peut être que bénéfique pour Asia Bibi.

Deux avocats ont pris la parole. Me Fréderic Pichon a précisé que le rassemblement n'avait pas pour vocation de mettre de l'huile sur le feu, et que les chrétiens se rassemblaient en "artisans du bien commun". Mais selon lui, la concorde sociale ne s'effectue pas sur la base du mensonge et de l'aveuglement, d'où la nécessité de protester contre la pendaison d'Asia Bibi mais aussi de faire pression sur gouvernement français.

Puis, l'intervention de Me Jérôme Triomphe, avocat notamment des parties civiles de la Manif pour Tous, a été très remarquée. Il a dénoncé avec force le système de justice du Pakistan.

Plusieurs intervenants ont bien précisé que le rassemblement avait pour but de protester contre les dérives extrémistes de l'Islam plus particulièrement au Pakistan, puisqu'Asia Bibi en est la première victime. Ils se déclarent non islamophobes mais refusent la charia. Un prêtre a pris la parole pour expliquer que chacun est libre de pratiquer sa religion, mais pas de l'imposer aux autres.

Béatrice Bourges quant à elle a été beaucoup plus loin. Pour elle, le cas d'Asia Bibi est une occasion de montrer son refus de l'Islam en France.

L'exécution d'Asia Bibi approche à grand pas puisqu'il ne reste plus qu'une vingtaine de jours avant que le président pakistanais donne sa grâce présidentielle ou non. Pourtant, parmi les rangs hier, l'espoir était palpable. Arthur, jeune  manifestant, croit en la libération d'Asia Bibi.

Une autre manifestation pour Asia Bibi est prévue le 26 octobre prochain. Elle sera laïque cette fois, et se déroulera sur le parvis des Droits de l'Homme à 18 heures."

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 15h17 | Lien permanent

Synode : La grâce des décisions sereines

Face aux grévistes de la communion, l'abbé Matthieu Rougé, curé de St Ferdinand des Ternes à Paris, pulie une tribune en réponse dans Le Monde. Il a intitulé son texte "La grâce des décisions sereines". Le Monde a préféré titrer "Accueillons gays et divorcés dans l’Eglise sans nous renier"... ce qui s'appelle une trahison :

"Qu’est-ce qu’un Synode ? Ce n’est pas une réunion politique qui, prisonnière des pressions contradictoires de lobbies partisans, s’imagine pouvoir trouver son salut dans de simples effets d’annonce. C’est une retraite : des évêques, entourés d’experts et d’acteurs de terrain, se rassemblent fraternellement autour du Pape pour prier et réfléchir sérieusement en vue de décisions à la fécondité durable.

Ce choix de la sérénité et du sérieux a été renforcé par la décision inédite du Pape François d’organiser un synode en plusieurs étapes : une large consultation, une première assemblée, une année d’approfondissement et une assemblée conclusive en octobre 2015, à partir de laquelle le Pape prendra ses décisions. « Processus laborieux », penseront certains. A notre époque de perpétuel emballement médiatique, une des premières missions de l’Eglise est au contraire de témoigner en faveur du temps long et des décisions sereines.

Quel est l’objectif de ce processus synodal ? Aider le plus grand nombre de familles, dans la complexité des circonstances actuelles, à vivre un bonheur durable et rayonnant à la lumière de l’Evangile. L’enjeu de ce questionnement est principalement ecclésial mais il concerne aussi toute la société, tant il est vrai que la fragilité contemporaine des familles contribue largement à la « fracture sociale » dénoncée depuis longtemps et jamais résorbée.

Que dire aux familles qui sont blessées par des ruptures ? La richesse chrétienne par excellence, le pardon, doit pouvoir être mobilisée en amont de séparations définitives. Mais quand une rupture est survenue, comment accompagner les personnes qui se retrouvent isolées ? Il existe ici et là dans l’Eglise des fraternités de personnes divorcées dont l’audace spirituelle devrait faire école si elles étaient mieux connues et valorisées.

Les personnes divorcées qui se sont remariées civilement sont chez elles dans l’Eglise. Le poids qu’elles ont à porter appelle une sollicitude spécifique à leur égard et à l’égard de leurs enfants. Mais la solution pour ces couples est-elle de faire comme si de rien n’était ? Le synode s’est finalement prononcé sur ce point en faveur d’un approfondissement ultérieur. En rester à un assouplissement de type disciplinaire serait une réponse insuffisante aux complexités de la recomposition familiale. Il ne s’agit donc pas de fermer quelque porte que ce soit mais de chercher avec un surcroît de profondeur spirituelle quelle porte vraiment originale ouvrir.

La question de l’accueil des personnes homosexuelles n’est pas d’abord un sujet familial. Chacun est le bienvenu dans l’Eglise quel que soit son chemin de vie. Pour tous peut s’ouvrir un itinéraire de rencontre avec le Christ et de découverte progressive des exigences de son amour. Mais il n’est pas contradictoire avec cette approche bienveillante d’affirmer que le mariage est une réalité spécifique : l’union d’un homme et d’une femme qui veulent fonder une famille, enracinée, pour les chrétiens, dans l’Alliance nuptiale de Dieu avec l’humanité.  Le respect dû à chacun ne passe pas par une uniformisation, en fait factice, des modèles de vie.

L’Eglise n’a pas à choisir entre la fermeté et l’ouverture mais à cultiver l’ouverture par l’approfondissement. Si l’on peut dire que le synode n’est pas allé assez loin, c’est dans ce chemin d’approfondissement de l’originalité salutaire du message chrétien sur la famille. Cela tombe bien puisque le processus synodal est loin d’être achevé."

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 15h10 | Lien permanent

UMP : seul Mariton promet l'abrogation de la loi Taubira

Dans son numéro 66, le magazine de l'Union (UMP) publie la profession de foi des 3 candidats à la présidence de l'UMP. Hervé Mariton est le seul à proposer explicitement "l'abrogation de la loi Taubira".

  2014-10-24 19.40.50
Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 15h04 | Lien permanent

Mère porteuse : un couple d'Australien refuse l'enfant, en raison du sexe

Un autre couple d'Asutraliens vient de refuser un enfant acheté et conçu par mère porteuse, car l'enfant n'avait pas le sexe désiré.

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 14h52 | Lien permanent

FN : on ne peut pas parler d'un programme économique et social gauchisé

Christophe Bouillaud est professeur agrégé de science politique à l'Institut d'Études politiques de Grenoble depuis 1999, agrégé de sciences sociales (1988), ancien élève de l'Ecole normale supérieure. Il déclare dans Le Figarovox :

"Il y a longtemps, le programme du FN proposait une politique néolibérale très marquée par l'exemple de Reagan aux Etats-Unis ou de Thatcher en Angleterre. Ces dernières années, toutefois, le discours du FN se centre plutôt sur la protection des Français contre l'Europe, la crise, et contre la mère de tous les maux: l'immigration.

Toutefois, on ne peut pas encore parler d'un programme économique et social gauchisé, ne serait-ce que parce que la protection sociale est fondamentalement liée à la longue histoire de la gauche démocratique. Le FN aura du mal à récupérer ce thème à son avantage, malgré ses tentatives: dans toute l'Europe, les partis d'extrême-droite empruntent cette ligne, et cherchent à récupérer le thème d'une protection sociale pour leurs ressortissants. Ainsi, pour eux, refuser l'immigration est d'emblée une forme de protection sociale, dans la mesure où cela empêchera des étrangers de s'introduire sur le marché du travail, et conservera les emplois disponibles pour les nationaux. On parle alors de welfare chauvinism, autrement dit d'une protection sociale réservée aux citoyens du pays en question."

Et plus loin :

"Le FN n'arrive donc à s'installer que dans des endroits plongés dans le marasme socio-économique, dont la situation sera très difficile à améliorer, et n'est pas porté par une dynamique positive."

Christophe Bouillaud ne s'est penché ni sur Orange, ni sur Bollène, 2 villes gérées autrement, qui ont vu leur situation économique s'améliorer très nettement, et pour Bollène en à peine 6 ans. Ce qui inquiète ce genre de personne : que dans 6 ans, il y ait 5 autres villes qui aient suivi la voie tracée par Orange et Bollène (- de fonctionnaires, - d'impôts, - de dette, + de contrats donnés à des artisans, + d'investissement...). Car alors, cela pourrait se savoir.

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 14h50 | Lien permanent | Commentaires (5)

Obama aurait collaboré à la politique chinoise de l’enfant unique

Un député vient d’accuser Barack Obama d’avoir enfreint le droit américain en offrant assistance à la Chine dans la mise en œuvre des avortements forcés. Barack Obama a octroyé 227$ millions à une agence de l’Onu qui facilite la mise en œuvre de la politique de l’enfant unique, et offre des visas à des dirigeants chinois impliqués dans les avortements forcés, a déclaré le député républicain à la Chambre des représentants, Chris Smith.

Dans un discours de la semaine dernière, ce dernier a livré une longue liste d’abus perpétrés par la Chine, et expliqué comment le gouvernement Obama y avait participé.

Le Vice Président Joe Biden a déclaré à un public chinois qu’il « comprenait complètement » la politique de l’enfant unique et ne « remettrait pas en question » la décision du gouvernement de l’imposer. Chris Smith a souligné que l’historique des votes de Joe Biden confirmait ce discours sans cœur. Durant son mandat de sénateur, Biden avait voté contre un amendement condamnant la politique chinoise de l’enfant unique.

Non seulement le gouvernement américain ferme les yeux sur les abus chinois, mais il finance les organisations qui rétribuent et consultent pour l’agence chinoise du planning familial. Cela inclut la formation de son personnel.

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 14h43 | Lien permanent

Moines de Tibéhirine : nouveau refus d'Alger

Lu dans Présent :

"Les autorités algériennes viennent de refuser que les enquêteurs français ramènent des prélèvements pourtant prometteurs réalisés sur les crânes des religieux assassinés, si ce n’est des photos et des radios. Quelque chose à cacher ? En fin de compte c’était trop beau pour être vrai. L’accord donné par l’Algérie à la venue du juge Trévidic sur son sol n’était qu’un leurre diplomatique. Alger n’a jamais eu l’intention de faire avancer l’enquête et aujourd’hui, ils dénoncent carrément l’ingérence totale des juges français dans les affaires algériennes. 

Selon France Info, « les experts français étaient très optimistes. Ils pensaient pouvoir dire si les moines avaient été égorgés ou décapités après leur mort ». Et France Inter d’expliquer que « les toutes premières conclusions des experts français mettraient en doute la date officielle de la mort, le 21 mai 1996, date de la publication d’un communiqué du GIA qui annonçait l’exécution des moines, un mois après leur enlèvement ». La thèse officielle de l’Algérie est donc une nouvelle fois battue en brèche, ce qui expliquerait ce blocage. [...]"

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 13h55 | Lien permanent

Des contestataires font la "grève de la communion"

Nos amis du blog Le Rouge et le Noir relaient un article du Monde :

"Dans une tribune publiée dans Le Monde, Anne Soupa, cofondatrice de la Conférence catholique des baptisé-e-s francophones (notez l’orthographe digne du Parti socialiste), déclare qu’elle se joint à Christine Pedotti dans une grève de la communion.

Ce jeûne eucharistique est un geste de solidarité et de prière avec ceux que l’Eglise catholique, aujourd’hui, exclut des sacrements. Ainsi, nous éprouverons réellement ce que subissent les divorcés remariés et, encore trop souvent, les personnes homosexuelles. Ainsi nous travaillerons pour qu’advienne « la communion pour tous ».

On saluera l’humilité des personnes, ainsi que leur respect du sacrement eucharistique : ces contestataires, qui ne représentent pas grand-monde, font de la communion un outil politique.

Nous nous contenterons donc de rappeler à nos amies la nécessité spirituelle, et même salutaire, pour un chrétien, de communier : "Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, pour le salut du monde." (Jean, 6, 51)"

Marie Bethanie

Posté le 25 octobre 2014 à 11h52 | Lien permanent

8 novembre : manifestation pour les chrétiens d'Orient à Toulon

Photo

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 11h52 | Lien permanent

Benoît XVI : ‘le dialogue peut-il se substituer à la mission ?’

Le pape émérite avertit que le dialogue ne peut se substituer à la mission évangéliquebien que la renonciation à la vérité puisse paraître utile pour la paix entre les religions du monde.’ Il précise que toutes les religions ne sont pas égales.

‘Même ainsi, cela reste mortel pour la foi. L’homme se fait plus petit, non plus grand, quand il n’y a pas d’espace pour le regard dirigé vers Dieu.’

Beaucoup de gens se demandent de nos jours : la mission sert-elle encore à quelque chose ? Est-elle d’actualité ? Ne serait-il pas plus approprié de favoriser le dialogue interreligieux et la paix dans le monde ? Ces idées présupposent que les religions soient des formes différentes d’une même et unique réalité, des variantes adaptées à chaque culture mais qui se réfèrent à un genre commun, la ‘religion.’ La question de la vérité est mise entre parenthèses.

Le pape émérite critique les thèses des deux principaux théologiens protestants du XXe siècle :

Dans ses débuts, la mission chrétienne s’attaquait aux éléments négatifs des religions païennes et portait un regard étroitement critique sur ces dernières. La foi put développer sa force rénovatrice en terrassant leurs traditions qu’elle considérait comme démoniaques. C’est sur ces éléments que le théologien évangélique Karl Barth mit en opposition religion et foi, jugeant la première négativement comme un comportement arbitraire de l’homme qui tente par lui-même de s’approprier Dieu. Dietrich Bonhoeffer reprit ce postulat en se prononçant en faveur d’un christianisme sans religion. Ces visions unilatérales sont inacceptables.

Benoît XVI rappelle :

‘nous n’annonçons pas Jésus Christ pour que notre communauté ait un nombre maximum de personnes, et encore moins du pouvoir. Nous parlons de Lui parce que nous sentons le devoir de transmettre la joie qui nous a été transmise. La joie exige d’être communiquée ; l’amour exige d’être communiqué ; la vérité exige d’être communiquée. Qui a reçu une grande joie, ne peut se la garder pour lui seul mais doit la transmettre. Il en va de même pour le don de l’amour et le don de la reconnaissance de la vérité qui se manifeste.’

‘Nous serons des annonciateurs crédibles de Jésus Christ lorsque nous le trouverons réellement au plus profonds de notre existence, quand, à travers cette rencontre avec Lui, nous est donnée la grande expérience de la vérité, de l’amour et de la joie. « Nous avons connu et cru en l’amour » : cette phrase exprime la nature authentique du christianisme. L’amour, qui se réalise et se reflète de multiples manières chez les saints de tous les temps, est la preuve authentique de la vérité du christianisme’.

Traduction intégrale par Benoît-et-moi.

Le Salon Beige

Posté le 25 octobre 2014 à 10h48 | Lien permanent

Comprendre le quotient familial

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 08h43 | Lien permanent

5 novembre : conférence sur l'euthanasie à Nantes

EPlus d'informations.

Michel Janva

Posté le 25 octobre 2014 à 07h57 | Lien permanent

C’est arrivé un 25 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 17 ou le 25 octobre 732 : Charles Martel arrête les arabes à Poitiers.

En 711, soit à peine 80 ans après la mort de Mahomet, les musulmans atteignent atteint l'Espagne, qu'ils traversent en 8 ans, occupent en 719 le Languedoc actuel. Cette province, entre les Pyrénées et le Rhône, s'appelle alors Gothie, en souvenir des Wisigoths, ou Septimanie, d'après ses sept villes principales (sa capitale Narbonne, Agde, Béziers, Nîmes, Maguelone, Lodève et Elne).Arrêtés à Toulouse, en 721, par le duc Eudes d'Aquitaine. Ils tournent alors leurs regards vers l'est et prennent Nîmes, Arles et Autun en 725.

En 732, ils s'approchent de Tours la ville de St Martin qu'ils pillent entièrement. A la demande de l'Eglise, le Duc des Francs, Charles Martel, vient au secours d'Eudes, le Duc d'Aquitaine. Après avoir rassemblé une armée à la hâte, Charles Martel rejoint les troupes musulmanes, à Moussais, à proximité d'une voie romaine reliant Châtellerault à Poitiers. Le samedi 25 octobre 732, 1er jour du ramadan, les envahisseurs musulmans se décident à engager la bataille, au nord de Poitiers. Leur chef, Abd al-Rahman, est tué pendant la bataille. Sa cavalerie légère et désordonnée se heurte au «mur infranchissable» que forment les guerriers francs, à pied, mais disciplinés et bardés de fer. Mais Charles Martel attribue sa victoire à l'intercession de la Vierge Marie.

C'est son fils, le Roi Pépin le Bref, qui va libérer Narbonne et chasser définitivement les musulmans de Septimanie en 759, trois ou quatre décennies après leur arrivée.

La bataille de Poitiers

  • le 25 octobre 1131 : Louis VII est sacré Roi par le pape Innocent II, en la Cathédrale de Reims.

A l'issue du sacre, les Rois vont se recueillir à Corbeny sur le tombeau de saint Marcouf où ils touchent les malades pour les guérir. Ce don de guérison des Roi de France remonte à l'évangélisation du pays et manifeste bien le lien religieux qu'il y a entre la personne royale française, lieu-tenant du Christ en France.

Saint Marcouf est fêté le 1er Mai. Marculphe ou Marcouf, premier moine dont le nom porte l'empreinte franque, est né à Bayeux de Parents nobles et riches. Tout jeune il recherche la solitude par la prière, désire entendre parler de choses divines, pratique la charité pour les pauvres, mène une vie studieuse et obéissante.

Prêtre à trente ans, il évangélise le Cotentin, part en mission dans le diocèse de Coutances, d'Avranches désirant introduire ceux qui l'écoutent dans le mystère d'Amour de la Trinité, insistant sur la nécessité de croire et de pratiquer les bonnes œuvres, « d'adorer en esprit et en vérité ». Il exhorte avec force au mépris des richesses et des faux honneurs. Plein de douceur, il guérit aveugles, sourds, muets, boiteux, paralytiques. Après sa mort, les miracles sont nombreux et durent jusqu'à nos jours. Il part aussi en Bretagne y établir la vraie foi et fonder des monastères et meurt à Nanteuil, le 1er mai 558, assisté de saint Lô.

Un ange en songe lui demande d'aller voir le Roi Childebert pour obtenir la concession de Nanteuil, l'actuel Saint Marcouf, afin d'y installer un monastère où l'on prierait pour le Roi, la nation des Francs et la Sainte Eglise.

Marcouf, pour remercier le Roi du don de la terre de Nanteuil, a entrepris les pénitences les plus austères afin d'obtenir de Dieu la grâce, pour les Rois de France, de guérir les écrouelles. Après leur sacre, les Rois viennent à Corbeny prier devant les reliques de Saint Marcouf, déposées en ce lieu après les invasions normandes. Ils entendent une messe, commencent une neuvaine, passent devant les malades, les bénissant du signe de la croix en disant : « le roi te touchent, Dieu te guérit. »

Cet usage est maintenu jusqu'à Charles X ; Jeanne d'Arc y accompagne Charles VII. Pour le sacre de Louis XV, Louis XVI, Charles X, les reliques du saint sont portées à Reims et placées à côté de l'Evangile.

« Le privilège des Rois de France de guérir les écrouelles est une grâces donnée gratuitement » affirme Benoît XIV.

Ce don disparaît avec Philippe 1er (1060-1108) excommunié pour désordres moraux et réapparaît avec son fils Louis VI.

« Autant la France a eu des monarques sacréeautant saint Marcouf a vu des couronnes prosternées à ses pieds pour y honorer le glorieux protecteur de leur sceptress,  ».

  • le 25 octobre 1360 : Jean II le Bon est libéré par les Anglais, à Calais.

Et ceci contre une rançon de 3 millions d'écus d'or. Le royaume manquera longtemps de métaux précieux et devra frapper la monnaie sur du cuir. Voir la chronique de la veille.

  • le 25 octobre 1415 : bataille d'Azincourt, la «fleur de la chevalerie française» est tuée.

L'armée française est écrasée par les troupes anglaises du roi Henri V à Azincourt, au nord de la Somme. Embourbés, les chevaux de la noblesse française ne parviennent pas à vaincre les archers anglais, malgré la supériorité numérique (50 000 contre 15 000 anglais). De nombreux chevaliers sont faits prisonniers. Suite à cette victoire, Henri V s'empare de la Normandie.7000 Français ont péri pendant la bataille. 1500 ont été faits prisonniers.

  • le 25 octobre 1440 : Gille de Rais est déclaré par le tribunal ecclésiastique nantais hérétique, apostat, invocateur de démons, sodomite et sacrilège.

A l'issue le tribunal civil le condamne à mort.

  • le 25 octobre 1586 : Marie Stuart condamnée à mort.

Au terme de 18 ans de prison, la reine d'Ecosse est reconnue coupable de conspiration contre la reine d'Angleterre, Elizabeth Ière et condamnée à mort. La reine Marie Stuartmet plusieurs mois avant de signer son acte d'exécution, qui a finalement lieu le 8 février 1587. Epouse du Roi de France, François II, Marie Stuart est rentrée en Ecosse à la mort de son mari en 1560. Profondément catholique, elle ne peut accepter que le protestantisme devienne la religion d'état en Ecosse.

  • le 25 octobre 1653 : mort de Théophraste Renaudot.

Théophraste Renaudot meurt le 25 octobre 1653 à Paris. Médecin et journaliste, il est célèbre pour avoir développé la presse en France, en créant notamment le périodique "La Gazette" en 1631. En 1628, il crée le « bureau d'adresse » où sont déposées les offres et les demandes d'emploi, devenant ainsi le pionnier des petites annonces. Il s'investit également dans l'aide aux miséreux en tant que « commissaire aux pauvres du Royaume ». Le prix littéraire Renaudot porte son nom depuis 1925.

  • le 25 octobre 1722 : sacre de Louis XV à treize ans.

La cérémonie du sacre témoigne par son faste de l'attachement d'un peuple qui a donné à son Roi le surnom de " Bien-Aimé ".


Portrait de Louis XV en costume de sacre par Louis-Michel van Loo.

  • le 25 octobre 1743 :deuxième Pacte de famille entre l'Espagne et la France.

Dix ans après le premier Pacte de famille, les Bourbons signent le Traité de l'Escurial. Il vise à relier par un accord d'union et d'alliance perpétuelle, l'Espagne et la France, et ainsi à contrer l'influence de George II de Grande-Bretagne. En 1761, les Bourbons d'Italie y sont inclus ave le duc de Parme.

  • 25 octobre 1795 : fondation de l'Institut de France.

Toutes les institutions de la Monarchie ayant été officiellement dissoutes en 1793, le pouvoir révolutionnaire met deux ans à comprendre que beaucoup de choses avaient un sens et correspondait à un besoin.

  • le 25 octobre 1836 : érection de l'Obélisque du Louxor.

C'est devant plusieurs dizaines de milliers de spectateurs que l'Obélisque du Louxor est placé au milieu de la place de la Concorde. Il faut quatre heures pour dresser les 230 tonnes de granit. En 1832, le Pacha Muhammad Ali offre à Louis-Philippe un des deux obélisques du temple de Thèbes, vieux de trois mille ans et dédié à Ramsès II. L'ingénieur Philippe Le Bas est chargé de le ramener à Paris, avec un parcours de 12000 kilomètres.

Conçue en 1763 par l'architecte Anne-Jacques Gabriel dans le prolongement du Louvre et des Tuileries, la place Louis XV a d'abord servi d'écrin à la statue du Roi. Rebaptisée place de la révolution sous la Convention, en 1792, elle accueille la guillotine et voit l'exécution du Roi Louis XVI. Les journaux de l'époque décrivent un sol uniformément rouge, où les pavés ont disparus sous l'abondance de sang coagulé s'écoulant vers la Seine. Après la Terreur, elle prend son nom actuel, plus consensuel, de place de la Concorde.

  • le 25 octobre 1839 : mort d'Aimé Casimir Marie Picquet, chevalier du Boisguy.

Né en 1776 à Fougères, Aimé Casimir Marie Picquet, chevalier du Boisguy est surnommé «le petit général ». Il s'engage dans les rangs royalistes durant la révolution française, alors qu'il n'a que 15 ans. Deux ans plus tard, il commande les chouans d'Ille-et-Vilaine et devient général en 1795. Il est l'un des derniers généraux chouans à se rendre. Réformé durant la Monarchie de Juillet, il perd sa femme en 1837 et meurt de la goutte le 25 octobre 1839, à Paris.

Lois Spalwer

Posté le 25 octobre 2014 à 06h37 | Lien permanent | Commentaires (1)

24 octobre 2014

"Suis-je le gardien de mon frère ?"

Une étudiante de 18 ans s'est fait tabasser par trois jeunes filles alors qu'elle se rendait à l'université. Rouée de coups, elle finit avec 4 points de suture et deux jours d'ITT (incapacité totale de travail).

Le pire, c'est que les vidéos de surveillance montrent qu'il y a eu des témoins, mais aucun ne s'est arrêté. Aucun n'est intervenu pour lui venir en aide alors qu'elle criait. Aucun ne s'est senti "le gardien de son frère" - de sa soeur, en l'occurrence. Aucun n'a voulu risquer de "perdre sa vie pour la gagner", ignorant qu'il ne sert à rien "à un homme de gagner tout le monde, s'il perd son âme" (Mc 8:36). Notre pays déchristianisé est décidément bien malade.

Marie Bethanie

Posté le 24 octobre 2014 à 22h55 | Lien permanent | Commentaires (16)

Nîmes : quand la presse locale s'intéresse aux prêtres directement

AbgIntéressante série d'articles que le Midi Libre écrit sur les prêtres du diocèse de Nîmes. Après le nouveau vicaire général et le Père Mellet, voici la présentation d'un jeune prêtre diocèsain de 32 ans, l'abbé Nicolas Germain. Remarquable : 

"La foi, ce n'est pas une adhésion à un club, c'est une histoire d'amour. Il y a moins de défiance aujourd'hui, que par le passé, à l'égard des catholiques (...)

Le pape François a apporté une image qui séduit beaucoup par sa simplicité, son allant, son naturel. Mais il est important de souligner qu'il y a une immense continuité entre les différents papes. Ils sont les successeurs de saint Pierre. Chacun apporte son charisme personnel. Un pape ne peut être en rupture avec son prédécesseur, ni avec tous ceux qui se sont succédé (...)

Il y a une crise de la foi. Et une crise de l'identité chrétienne. C'est comme un arbre qui se coupe de ses racines. Il y a un patrimoine liturgique, architectural, qui a du sens. Mais on oublie à quoi cela correspond. L'identité chrétienne de l'Europe, c'est une évidence. Il faut permettre une réappropriation. “N'ayez pas peur”, a dit Jean-Paul II".

Le Salon Beige

Posté le 24 octobre 2014 à 21h25 | Lien permanent | Commentaires (4)

Discours pour Asia Bibi (suite)

La suite des discours en faveur d'Asia Bibi (exclusivité Observatoire de l'islamisation) :

Discours de Bernard Antony président de Chrétienté Solidarité

 

Discours de Daniel Hamiche de Chritianophobie.fr

 

Marie Bethanie

Posté le 24 octobre 2014 à 20h59 | Lien permanent

Les animaux sont-ils des hommes comme les autres ?

Une analyse très pertinente de Théophane Le Méné dans le Figaro Vox :

"[...] Aujourd'hui plus que jamais, l'animal est au centre des préoccupations humaines. Un ours fugue et une ministre imagine qu'il a pu être «assassiné». Un chaton est maltraité, son auteur est condamné à un an de prison. Des bovins ou des volatiles sont abattus pour des raisons sanitaires et on hurle au meurtre. Le zoo de Copenhague pique une girafe à cause d'un risque de consanguinité et c'est l'offuscation planétaire, les pétitions affluent, on parle d'euthanasie. Les plus militants comparent sans vergogne les tortures opérées sur les animaux à celles des camps de la mort [...] 

Il y a une vraie et une fausse manière d'aimer les animaux. La fausse est exclusive, la vraie inclusive. On peut ainsi célébrer l'humanité de l'homme tout en considérant le respect dû à l'animal. Saint François d'Assise lui-même ne rendit-il pas cette dignité volée aux pauvres en même temps qu'il entourait d'une attention toute particulière la création animale? Mais il est plus difficilement concevable de célébrer l'humanité de l'animal tout en considérant le respect dû à l'homme. Or c'est de cela dont se rendent coupables les militants -tels qu'on les connaît -de la cause animale : détruire l' «humanisme humain» pour réclamer l' «humanisme animal» ; renverser la charge que l'on doit à notre prochain pour la reporter sur l'animal qui, lui, au demeurant, ne sera jamais capable de barbarie.

N'est-il pas particulièrement troublant de constater que les revendications d'une humanisation des bêtes se font toujours plus fortes, à mesure que la réification de la personne humaine s'intensifie? N'est-il pas surprenant de découvrir que l'hyper-écologie et l'hyper-technologie - deux courants que l'on pourrait croire ennemis- usent du même vocable pour arriver à leur fin? Les deux ne parlent plus de l'homme mais du «vivant». Le premier veut faire gagner à l'animal ce que le second veut faire perdre à l'homme. Et c'est ainsi que pour éviter la recherche sur l'animal, on utilise l'embryon humain ; que l'on arme des bateaux pour défendre les baleines quand les massacres se poursuivent au Moyen-Orient dans l'indifférence ; que l'on prône -à raison- l'interdiction des manipulations génétiques sur le végétal quand on les multiplie sur l'être humain ; que le biologiste Jean-Didier Vincent n'hésite pas à réclamer des droits aux animaux tout en qualifiant les trisomiques de «poison dans une famille». C'est ainsi aussi qu'en 1933 et en 1935, le régime hitlérien édictait deux lois qui, pour la première fois, reconnaissaient à l'animal sa valeur intrinsèque d' «être naturel», ayant des droits «par lui-même», indépendamment des hommes.

Ces effacements répétés de la frontière fondamentale qui existe entre l'homme et l'animal révèlent une crise de l'humain que nous sommes en train de fabriquer sous couvert de respect de l'animal. Jean de La Fontaine disait se servir des animaux pour instruire les hommes. Nous ne pouvons nous servir des hommes pour instruire les animaux. A moins de donner vie à l'apologue de George Orwell qui, dans «La ferme des animaux», décrivait une ferme dans laquelle les animaux se révoltent puis prennent le pouvoir et chassent les hommes, avec les mêmes arguments que l'on nous sert aujourd'hui. Mais nous y sommes peut-être déjà."

Il suffit d'ouvrir le livre de "SVT" (Sciences de la vie et de la terre) d'un collégien ou lycéen pour s'apercevoir que l'être humain est classifié dans la catégorie "mammifère", et nos enfants étudient la reproduction du chimpanzé et son mode de communication en parallèle avec ceux de l'homme, afin de démontrer que le chimpanzé est très, très proche de l'homme. Réhausser la condition animale tout en rabaissant l'humain au rang d'un animal comme un autre permet de nier que l'homme ait une âme et une finalité supérieure. Cela justifie toutes les abominations dans lesquelles notre époque est pionnière, qui fait de l'humain un consommateur et un "consommable" à 100%.

Marie Bethanie

Posté le 24 octobre 2014 à 20h23 | Lien permanent | Commentaires (19)

C’est arrivé un 24 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 24 octobre 996 : mort du Roi Hugues 1er, dit Hugues Capet

Le Roi Hugues Capet meurt de la variole près de l'abbaye de St-Martin-de-Tours.

  • le 24 octobre 1360 : Jean II le Bon ratifie le traité de Brétigny, à Calais.

Si elle avait duré, la paix conclue en 1360 à Brétigny, puis confirmée, la même année, à Calais entre Jean II le Bon, Roi de France, et Édouard III, roi d'Angleterre, aurait été pour la France une amputation sans précédent. Car depuis le traité de Verdun de 843, non seulement le royaume a conservé ses limites.

Édouard III renonce au titre de Roi de France mais, outre la rançon de trois millions d'écus, il obtient, en toute souveraineté, la Guyenne, la Saintonge, l'Agenais, le Limousin, le Périgord, le Quercy et l'Angoumois : plus d'un tiers de sa superficie et de ses sujets. Mais le fils de Jean II, devenu Charles V, en 1369, rompt cet accord inique et humiliant et entame avec succès la reconquête des provinces perdues.

  • le 24 octobre 1428 : Guerre de Cent ans.

Les Anglais prennent le fort des Tournelles devant Orléans. La situation de la ville va très vite devenir critique. Dernière grande place fidèle au « roi de Bourges », le Dauphin, si Orléans tombe, la monarchie française aura vécue. Mais Dieu veille et suscite l'intervention de Jeanne d'Arc.

Lire la suite "C’est arrivé un 24 octobre…"

Lois Spalwer

Posté le 24 octobre 2014 à 18h58 | Lien permanent | Commentaires (0)

60 femmes enlevées par Boko Haram

du Nigeria

"Boko Haram piétine le cessez-le-feu annoncé par les autorités le 17 octobre dernier. D'après plusieurs témoignages d'habitants locaux, la secte islamique Boko Harama aurait enlevé 60 femmes, samedi dernier, dans les environs de Chibok, un village de l'est du pays".

Le Salon Beige

Posté le 24 octobre 2014 à 18h07 | Lien permanent | Commentaires (0)

La guerre française au Mali est "exemplaire", selon des experts américains

L'un des think tanks les plus influents au Pentagone salue la capacité d'adaptation de notre armée, efficace avec des moyens limités.

Was-2879193-jpg_2515698_652x284

[...] "Les Français ont prouvé avec Serval qu'ils savent projeter rapidement des forces limitées mais hautement efficaces, taillées pour des besoins et des objectifs spécifiques", poursuivent les analystes américains. Comment nos généraux ont-ils réussi un pareil tour de force ? "Ils ont poussé la modularité sous le niveau du bataillon, leur permettant d'adapter chaque élément des brigades", explique le rapport. [...]

[Article complet sur Le Point.fr]

Marie Bethanie

Posté le 24 octobre 2014 à 17h10 | Lien permanent | Commentaires (14)

Le site de Riaumont piraté

Ici.

R

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 17h05 | Lien permanent

La taxe du jour

Conformément à mai 68, c'est l'imagination au pouvoir :

"Fleur Pellerin veut taxer les cartouches d'encre pour aider l'industrie du livre".

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 16h26 | Lien permanent | Commentaires (25)

Nos prêtres bientôt en prison pour leur refus de "marier" des homosexuels ?

Un ami prêtre, lecteur du Salon beige, nous propose l'article suivant :

"Partout où sont votées des lois sur l’homophobie, sur la reconnaissance des unions civiles ou « mariages gay », partout où l’on soutient que les droits des homosexuels à ne pas être discriminés prévalent sur tous les autres droits, l’on constate à plus ou moins brève échéance, que les prêtres ou les pasteurs qui refuseront de célébrer les noces de couples d’homosexuels pourront être condamnés.

On n’en est pas encore là en France ? Pour combien de temps encore ?

Aux Etats Unis, qui ont pourtant une grande tradition de respect pour la liberté religieuse, cela arrive déjà :

Le 7 octobre 2014 par décision judiciaire, l’état de l’Idaho a été contraint de célébrer des mariages gay, malgré le vote d’un référendum populaire qui s’y opposait.

Le 15 octobre ont eu lieu les premières célébrations.

Mais une fois cette bataille contre l’Etat gagnée, le lobby LGBT en a entamé une nouvelle contre les églises et les communautés religieuses pour obliger les prêtres et les pasteurs à les « marier ».

Le 17 octobre, deux homosexuels ont contacté un couple de pasteurs protestants, Donald et Evelyn Knapp (qui fêterons dans trois ans leurs noces d’or), pour exiger d’être « mariés » dans leur église pentecôstale de Cœur d’Alene. Les pasteurs ont refusé au nom de la doctrine de leur église.

Le lobby LGBT fait donc intervenir le maire, Steve Widmyer,qui, comme dans beaucoup d’Etats américains, a des pouvoirs de police et peut effectivement envoyer en prison qui viole ses ordres.

En l’occurrence, la notification que le maire adresse aux pasteurs est de célébrer immédiatement le « mariage » de ce « couple » gay sous contrainte d’une amende de 1 000 $ et d’une peine de 180 jours de prison par jour de retard dans la célébration de ce mariage.

Comme le maire, - qui est plus fort en mathématique qu’en matière de liberté religieuse -, a expliqué, "cela signifie que si ce couple de pasteurs devaient maintenir leur refus durant un mois ils devront s’acquitter d’une amende de 30 000 $ et passer 14 ans en prison."

Le maire soutient qu’en cela il n’y a pas violation de la liberté religieuse, parce que, à la différence de ce qui se passe dans l’église catholique, le mariage dans ces églises protestantes n’est pas gratuit mais soumis au paiement d’une somme fixe. En outre, sur demande, l’église s’occupe des fleurs, de la musique et, pour régularité fiscale, remet une facture émanant d’une société spécialement constituée.

On pourrait penser que cela met à l’abri d’une telle mésaventure l’Eglise catholique. Mais il est évident que le lobby cherche à construire un cas « pilote », et qu’ensuite il soutiendra que même dans l’Eglise catholique, ceux qui s’y marient font une offrande, laquelle constitue un quelconque paiement.

Heureusement, « l’alliance Defending Freedom », une organisation de défense de la liberté religieuse, de la vie et de la famille, a compris l’enjeu national de ce cas et a pris en main la défense des pasteurs Knapp, notifiant à la ville de Cœur d’Alene un acte de citation qui a eu pour effet de bloquer l’exécution de la notification du maire.

La bataille juridique s’annonce longue et décisive pour la liberté religieuse aux Etats Unis.

Dans cette bataille il y a un parallèle avec le cas du maire de Houston, Texas, qui par une ordonnance, exige de pasteurs « suspects » qu’ils transmettent à la mairie les textes des homélies où est mentionnée l’homosexualité afin de vérifier s’ils sont passibles d’être incriminés selon la loi sur l’homophobie.

Dans ce cas aussi, les pasteurs sont défendus par l’ « Alliance Defending Freedom »."

Source.

Marie Bethanie

Posté le 24 octobre 2014 à 15h56 | Lien permanent | Commentaires (19)

Discours pour Asia Bibi

Les discours de la manifestation de Chrétienté Solidarité en faveur d'Asia Bibi, mis en ligne sur l'Observatoire de l'islamisation :

Discours de Richard Haddad, libanais maronite dirigeant l'association Chrétienté Solidarité qui organisait la manifestation (site internet)

 

Le discours de Béatrice Bourges

 

Les autres discours seront mis en ligne les 25 et 26 octobre.

Marie Bethanie

Posté le 24 octobre 2014 à 15h35 | Lien permanent

Déconstruire les déconstructeurs

Eric Zemmour déclare à Valeurs Actuelles :

"nous n’avons jamais été autant oppressés par une censure et par un conditionnement. Celui, ensuite, du refus de l’idéologie, qui est un rideau de fumée. Je prétends, en effet, que nous n’avons jamais été autant dans l’idéologie. En écrivant ce livre, j’ai voulu “déconstruire les déconstructeurs”, montrer l’envers du décor de l’endoctrinement idéologique que nous subissons depuis quarante ans.

Le génie de la génération soixante-huitarde est d’avoir inventé une idéologie qui prétend qu’elle n’en est pas une, d’avoir imposé un endoctrinement totalitaire au nom de la liberté et enfanté des maîtres qui se prétendent rebelles. Voilà pourquoi ce livre suscite les cris d’orfraie de toute la camarilla médiatique, bien-pensante : c’est parce que je vais voir derrière leur rideau, qui était magnifiquement tiré. La génération de Mai 68 a été beaucoup plus habile que tous les révolutionnaires depuis deux siècles. Elle a perdu la bataille politique, en juin 1968, mais cela l’a sauvée. Elle a conservé la Ve République, conforté la société capitaliste, et, derrière, a tout pourri, tout infecté.

Vous êtes le premier à revendiquer ce travail de “déconstruction”. Est-ce parce que vous êtes le dernier à croire au combat culturel ?

La droite politique a renoncé depuis longtemps à la bataille culturelle. Seuls de Gaulle et Pompidou ont mené ce combat, mais ont consenti des compromis funestes. De Gaulle perd la bataille de l’école en la laissant marxiser, dès 1945. Pompidou, le plus lucide de tous, a compris que la société était en voie d’implosion, qu’il fallait sauvegarder l’État et la nation. Mais il tolère la décision du Conseil constitutionnel, en 1971, qui est un putsch constitutionnel. Il laisse se répandre la domination de l’art contemporain. [...]"

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 14h44 | Lien permanent

Nombreux suicides chez les agriculteurs

Un drame ignoré :

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 14h41 | Lien permanent

Modulation des allocations familiales : pas pour tous

La secrétaire d'Etat à la Famille Laurence Rossignol a repoussé jeudi 23 octobre la modulation des allocations familiales pour les fonctionnaires, soulignant qu'il s'agissait pour les agents d'un "élément de salaire".

“Dire qu’il faut supprimer le supplément familial chez les fonctionnaires, ça revient à dire qu’il faut baisser le salaire des fonctionnaires ! Je ne le dirai pas car je ne pense pas qu’il faille baisser le salaire des fonctionnaires qui font déjà, du point de vue de leur salaire, des efforts depuis de nombreuses années”

Pour les familles, ce n'est pas un salaire et elles ne font pas d'efforts depuis de nombreuses années...

Surtout, il faut éviter d'avoir les fonctionnaires dans les rues, en train de bloquer la circulation.

Et pendant que l'on tord le cou aux familles, le groupe socialiste propose de financer 50 000 emplois aidés supplémentaires, 35 000 emplois aidés et 15 000 emplois d'avenir.

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 14h31 | Lien permanent | Commentaires (21)

La "science" préhistorique au service de l'idéologie

A Paris, la science archéologique est militante. La foi laïcarde perturbe la science. Et contrairement à la théorie darwinienne de l'évolution, il n'y a pas de hasard :

"Il est à noter que tous les responsables des instituts de recherche mentionnés sont choisis et nommés dans les cénacles gouvernementaux, en raison de leur statut public. Des établissements dans lesquels les guerres d’influence entre ‘courants de pensée philosophiques’ font rage."

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 14h16 | Lien permanent

LMPT 33 s'étonne de l'Observatoire bordelais de l'Egalité créé par Juppé

Image

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 13h54 | Lien permanent

Un homme partisan du jihad attaque des policiers à la hache

A New York.

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 12h13 | Lien permanent

Le Sécu est mal gérée mais elle se défend bien

L'Assemblée nationale a adopté hier soir un amendement pour accroître les sanctions pénales afin de dissuader les désaffiliations de la Sécurité sociale. Toute personne qui incite les assujettis à refuser de se conformer aux prescriptions de la législation de Sécurité sociale, notamment de s'affilier à un organisme de sécurité sociale ou de payer les cotisations et contributions dues, sera punie d'un emprisonnement de deux ans et d'une amende de 30.000 euros ou d'une de ces deux peines.

Actuellement, le code de la Sécurité sociale prévoit six mois de prison et d'une amende de 15.000 euros ou l'une de ces deux peines seulement dans ce cas.

Autre nouveauté apportée par l'amendement, toute personne qui refuse délibérément de s'affilier ou persiste à ne pas engager les démarches en vue de son affiliation obligatoire à la Sécurité sociale sera punie d’un emprisonnement de six mois et d’une amende de 15.000 euros ou seulement de l’une de ces deux peines.

Le monopole de ce système "que le monde nous envie", pourtant contraire au principe de subsidiarité et à la responsabilité, système qui nous oblige en plus à financer la culture de mort, a encore de beaux jours devant lui.

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 10h42 | Lien permanent | Commentaires (16)

Valls démission

Non ce n'est pas le dernier slogan de David Van Hemelryck. C'est une demande du président PS du Conseil général du Jura Christophe Perny :

«Manuel Valls doit partir pour la gauche, pour la France».

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 09h48 | Lien permanent | Commentaires (8)

Lettre banale à un président banal sur un budget banal

Lu ici :

"La lettre adressée par la Commission européenne à la France pour lui demander des précisions sur son budget est «très banale», a déclaré François Hollande à Bruxelles dans la nuit de jeudi à vendredi, à la fin des premières délibérations du Conseil européen. Cela justifie selon lui que Paris se refuse à la publier, contrairement l'Italie, qui l'a postée sur le site du ministère de l'Économie. C'est une lettre très banale, qui demande de l'information et prolonge le dialogue."

Addendum : Mediapart publie la lettre.

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 09h45 | Lien permanent | Commentaires (5)

Amputée des quatre membres à la suite d'un avortement

Quelques semaines après avoir fait éliminer son bébé à la maternité du CHU de Bordeaux, une commerçante bordelaise de 36 ans, a dû être amputée des deux pieds, de l'avant-bras droit et de la main gauche.

Sous le coup d'une forte fièvre et prise de douleurs, elle était revenue à la maternité. Après avoir procédé au retrait du stérilet posé après l'avortement et pratiqué des prélèvements, l'interne l'avait renvoyée à son domicile où son état avait empiré. Le dimanche matin, le médecin de garde, après avoir diagnostiqué les symptômes de la septicémie, avait prescrit une antibiothérapie et ordonné le retour de la jeune femme à la maternité où elle était arrivée vers midi. Une nouvelle fois, son état n'avait pas été jugé préoccupant. Ce n'est que le soir vers 17 heures, à la suite de la venue à son chevet d'un anesthésiste, que les premiers antibiotiques lui avaient été administrés.

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 08h51 | Lien permanent

Une appli qui permet de voir qu'il y a un être humain dans le ventre de maman

Cocoon Life Grossesse a été développée par quatre Toulousains, dont un gynécologue. Le principe : une application à télécharger gratuitement sur Smartphone et un petit doppler foetal de poche vendu 59 euros. En le plaçant sur le ventre de la future maman, il est possible d'écouter sur son téléphone les battements de cœur de bébé pour ensuite partager l'enregistrement sonore avec les proches via un mail ou un simple SMS. Les ultrasons émis sont identiques a ceux qu'utilisent les obstétriciens il n'y a donc aucun risque pour la santé assure le dirigeant de la start-up.

Alors que la journaliste parle du "battement de cœur du bébé" dans sa chronique et dans l'article en ligne,
RTL se permet de modifier le titre et de mettre "battement cœur du fœtus"...

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 08h46 | Lien permanent

Hollande promet un texte sur l'euthanasie en mars

Un texte de loi sur la fin de vie sera déposé au Parlement "autour du mois de mars", a indiqué François Hollande aux députés radicaux de gauche qu'il recevait mardi soir, selon leur chef de file Roger-Gérard Schwartzenberg.

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 08h41 | Lien permanent

Accueil de Nicolas Sarkozy par LMPT 83

Nicolas Sarkozy était de passage mercredi soir à Toulon pour sa campagne électorale interne. LMPT 83 a rappelé nos positions non négociables : l’intérêt supérieur de l’enfant, l’altérité sexuelle homme-femme, le mariage homme-femme, la filiation père-mère-enfant, la liberté d’éducation des parents et enfin le respect de la démocratie !

0

Photo 1

FOT37B1

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 08h39 | Lien permanent

Les Veilleurs : "un mouvement puissant de rénovation idéologique autour de l’intégrisme catholique"

C'est l'hommage du patron de la Fédération socialiste de Maine-et-Loire, Grégory Blanc :

"Aujourd’hui, il faut mener un travail de fond tout en étant au pouvoir, dans un contexte de rapprochement entre la droite dure et l’extrême droite. Avec les Veilleurs, on a vu qu’on avait un mouvement puissant de rénovation idéologique autour de l’intégrisme catholique, avec des connexions qui s’opéraient autour de l’intégrisme musulman, pour apporter une idéologie clé en main à des partis républicains qui ne vont pas bien. [...]

Il y a des gens qui ont participé très activement à la Manif pour Tous et contribuent à remettre en cause le récit républicain.

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 08h28 | Lien permanent | Commentaires (16)

Le député Sylviane Buteau calomnie la Manif pour Tous

Lettre ouverte des parlementaires vendéens de la droite et du centre à Sylviane Bulteau, Député de la 2ème circonscription de la Vendée :

"Vous avez déclaré dans la presse que l’agression homophobe dont a été victime une personne dimanche dernier à La Roche-sur-Yon était le résultat de « l’agitation entretenue par la Manif pour Tous et de ses soutiens locaux, au premier rang desquels on trouve l’ensemble du spectre de la droite départementale vendéenne ».

Ces accusations sont graves. Elles ont choqué de nombreux Vendéens car elles sont à la fois calomnieuses et dangereuses.

Calomnieuses pour toutes celles et ceux qui ont commis « le crime » de ne pas penser comme vous et de ne pas appartenir au même parti que vous. Il faut avoir le sectarisme chevillé au corps pour faire le lien entre d’un côté des élus démocratiquement élus ou des familles qui ont simplement exprimé leurs convictions profondes, et de l’autre côté des skinheads endoctrinés. Par ailleurs, qualifier ces extrémistes « d’esprits fragiles ou trop facilement influençables », c’est atténuer leur responsabilité dans cet acte odieux qui doit être sévèrement puni.

Vos accusations sont également dangereuses car vous faites le jeu de ceux que vous prétendez combattre : procéder par amalgame ou désigner des pseudo-coupables, ce sont des procédés misérables qui ne sont pas dignes d’un responsable public. Cette attitude ne vous grandit pas et rabaisse la fonction parlementaire que vous êtes censée incarner. Il est de votre responsabilité de ne pas renforcer les tensions et les divisions qui font le lit de tous les extrémismes.

Madame la Députée, nous sommes profondément choqués et indignés qu’une élue de la République utilise un drame humain à des fins politiciennes. La politique n’excuse pas tout. Elle ne vous autorise pas tout. Ce n’est pas parce que la gauche est décrédibilisée sur le terrain des idées et des résultats que tout est bon pour vous faire remarquer.

Pour notre part, nous continuerons de défendre nos convictions en faisant le choix du respect, du dialogue et de l’intelligence, et nous refuserons de céder comme vous le faites aux insultes faciles et aux insinuations ridicules."

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 08h23 | Lien permanent

Des journalistes fichés selon leur opinion

Dans son livre Insoumise, Delphine Batho raconte comment Matignon époque Jean-Marc Ayrault listait les journalistes en fonction de leurs opinions personnelles sur le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Un "fichage" inadmissible d’après Le club de la presse de Nantes Atlantique. L'association, qui regroupe des journalistes locaux, a décidé d'interpeller "le député de Loire-Atlantique Jean-Marc Ayrault", "l'actuel Premier ministre Manuel Valls" et "ses services" mais aussi "Delphine Batho".

On peut supposer que la même méthode a été utilisée pour savoir si les journalistes sont pour ou contre la dénaturation du mariage.

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 08h20 | Lien permanent | Commentaires (9)

Le nazisme, à l’heure de la Modernité

Michaël Foessel, professeur de philosophie à l’école Polytechnique, a lu pour Libération l’essai de l’historien allemand Götz Aly, les Anormaux (Flammarion). Sa thèse : « Le national-socialisme, loin d’être un phénomène antimoderne, accomplit certaines des tendances les plus fortes de la modernité. » Le discours des nazis sur l’élimination des handicapés et les arguments d’aujourd’hui en faveur de l’euthanasie ne sont guère éloignés : il y a toujours des « vies indignes d’être vécues ». Extraits :

"En 1922, l’assemblée annuelle des neurologues de Saxe se réunit autour de la question : « Le médecin a-t-il le droit de tuer ? » Dans l’ambiance libérale de la République de Weimar, les réflexions se multiplient sur les vies qui ne sont pas « dignes d’être vécues ». Il s’agit surtout des handicapés mentaux dont certains médecins envisagent, avec les meilleures intentions du monde, d’abréger les souffrances. On retrouvera beaucoup de ces médecins pétris d’humanisme scientiste au sein de l’opération T4 qui, à partir de 1939 et sur ordre de Hitler, mettra en œuvre l’élimination dans des chambres à gaz des malades mentaux.

À l’heure où, par exemple à propos de Heidegger, il est de bon ton de se demander comment des esprits supérieurs ont pu adhérer au national-socialisme, vient de paraître en France un livre troublant sur cet assassinat des malades mentaux sous le IIIe Reich. Son auteur, Götz Aly, compte parmi les meilleurs spécialistes du nazisme et de la Shoah, mais son travail n’est pas seulement celui d’un historien. Sa thèse est que le national-socialisme, loin d’être un phénomène antimoderne, accomplit certaines des tendances les plus fortes de la modernité : hygiénisme militant, promotion du « progrès » même par la violence, rationalité instrumentale, efficacité bureaucratique.

Dans ce cadre, l’euthanasie des malades mentaux, au cours de laquelle plus de 200.000 Allemands et autant de Slaves furent assassinés légalement, prend une dimension vertigineuse. Les militants politiques, qui s’engagèrent dans les années vingt pour l’aide à mourir, s’élevaient aussi contre la peine de mort et pour le droit à l’avortement. Un certain nombre d’entre eux furent des adversaires acharnés du nazisme, mais, à l’instar de l’Association des médecins socialistes allemands, ils apportèrent leur soutien à « l’opération Mort miséricordieuse » (Aktion Gnadentod) décrétée par Hitler. Götz Aly reconstitue minutieusement la biographie de Paul Nitsche, le principal responsable médical de l’euthanasie forcée. Avant de mettre sa science au service des SS, il fut un psychiatre réformateur, soucieux du bien-être des patients et partisan d’une politique du soin bannissant l’usage de la camisole de force et des châtiments corporels. [...]"

Aujourd'hui, nous avons le CCNE.

Michel Janva

Posté le 24 octobre 2014 à 08h07 | Lien permanent


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2010 - Le Salon Beige