21 octobre 2014

François Fillon en visite chez les islamistes pro niqab de l'UAM93

De "l'Observatoire de l'islamisation" :

"Lu sur le site de l''Union des Associations Musulmanes du 93 :

"L’UAM-93 a eu le plaisir de recevoir le jeudi 9 octobre 2014, Mr François Fillon, ancien Premier Ministre.

Les questions d’actualité et l’avenir de notre pays étaient au centre de cette rencontre, bien sûr un intérêt particulier a été donné à l’islamophobie et les attentes des musulmans de France.
L’ancien Premier Ministre était accompagné du Sénateur-maire Mr Philippe Dallier et de Mr Fayçal Menia élu d’Aubervilliers."

L’UAM93 est le principal réseau associatif musulman du département, gérant ses plus grandes mosquées, et chez qui se presse toute la classe politique (sauf FN), a pourtant publié plusieurs textes à la gloire du niqab sur son site pour s'opposer à la loi du gouvernement Fillon". [la suite ici]

Marie Bethanie

Posté le 21 octobre 2014 à 00h10 | Lien permanent

20 octobre 2014

Profanations dans 2 églises de Mayenne

Une lectrice me signale deux nouvelles profanations en Mayenne dans les églises de Pommerieux et Saint Quentin les Anges. Dans ces deux églises le tabernacle a été ouvert et les Saintes Espèces dérobées.

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 22h47 | Lien permanent

Ashiq Masih, l’époux d’Asia Bibi, n'a plus confiance dans la justice de son pays

Et on peut aisément le comprendre. Lu sur "l'Observatoire de la christianophobie" :

"Shamin Masih, de la British Pakistani Christians Association (Ilford, Essex, Angleterre), a pu rencontrer à Lahore Ashiq Masih, l’époux d’Asia Bibi, sitôt l’arrêt de la cour d’appel confirmant la sentence de mort prononcée contre Asia Bibi en novembre 2010 par un tribunal de première instance. Voici quelques déclarations d’Ashiq Masih en pleurs lors de son entretien avec Shamin Masih : « Cet appel était une lueur d’espoir, mais son rejet a brisé ma confiance dans le système juridique pakistanais ». Ashiq, présent à l’audience, a décrit la pression exercée sur les juges dans l’enceinte du tribunal où étaient présents de nombreux religieux et responsables musulmans hurlant : « Blasphématrice ! »,« Qu’on la tue !" Ashiq a également déclaré : « Je n’ai pas informé mes enfants du résultat de l’audience. Comment le pourrais-je ? J’ai trop peur de leur réaction, ils sont déjà tellement déprimés. Nous espérions tous son retour à la maison, et voilà ce qui est arrivé ». Les avocats d’Asia Bibi disposent de trente jours pour saisir la Cour suprême du Pakistan."

Marie Bethanie

Posté le 20 octobre 2014 à 22h46 | Lien permanent | Commentaires (2)

Etre chrétien au Pakistan

Le triste sort des chrétiens au pays d'Asia Bibi :


CHRISTIANOPHOBIE - Être chrétien au Pakistan par Le_Gaulois_vengeur 

Marie Bethanie

Posté le 20 octobre 2014 à 22h31 | Lien permanent | Commentaires (1)

UE : l'Ukip sauve son groupe au Parlement

Les eurofanatiques se sont réjouis trop vite. Le parti britannique Ukip et le Mouvement 5 Etoiles (M5S) italien ont conclu une alliance avec un député polonais afin de sauver leur groupe au Parlement européen. Le député polonais Robert Jaroslaw Iwaszkiewicz, membre du Congrès de la Nouvelle Droite (KNP), a accepté de rejoindre l'ELDD, a annoncé aujourd'hui Nigel Farage, dirigeant du Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP).

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 22h07 | Lien permanent | Commentaires (2)

Hervé de Lépinau démissionne de la vice-présidence de la Ligue du sud

Il vient de l'annoncer sur twitter :

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 21h29 | Lien permanent | Commentaires (1)

Hollande : "Je suis aux côtés d'Asia Bibi"

Et non, pas tout à fait. En fidèle de Pierre Bergé, Hollande s'est déclaré "aux côtés de Paul McCarthy, souillé dans son oeuvre".

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 21h13 | Lien permanent | Commentaires (12)

Connaissez-vous le FIGORAnge?

Il s'agit d'un quotidien français bien connu quand il se met au service des révolutions oranges dirigées en sous-main par les Etats-Unis. C'est en tout cas l'analyse d'Alexandre Latsa, qui prend le Figaro en flagrant délit et le taxe d'être l'héritier de la Pravda.

"Le 14 octobre dernier le FIGARO, via la plume de l’inégalable Pierre Avril, a publié un article ou l’on pouvait lire ceci : «La pénurie guette dans les magasins, l’économie russe est au bord de la récession, et pourtant, Vladimir Poutine sur lequel repose de plus en plus la destinée du pays, jouit d’une popularité inoxydable«."

La suite ici.

Paula Corbulon

Posté le 20 octobre 2014 à 20h05 | Lien permanent | Commentaires (2)

Encore une association LGBT légitimée dans l'Education nationale

Par arrêté de la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, en date du 9 octobre 2014, l'association Contact France - dialogue entre les parents, les gais et lesbiennes, leurs familles et amis qui apporte son concours à l'enseignement public, est agréée pour une durée de cinq ans. L'agrément est étendu à ses structures territoriales. 

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 19h22 | Lien permanent | Commentaires (8)

UDI : Fromantin soutient Morin

Jean-Christophe Fromantin explique son soutien au Point.fr :

"J'avais fait campagne sur quatre axes qu'Hervé Morin a accueillis favorablement. Travailler au renouvellement des partis politiques ce qui impliquera une réorganisation de l'UDI vers un modèle moins jacobin donnant plus de voix aux territoires. Adopter des positions d'éthique et de valeur claires en se prononçant par exemple contre la loi Taubira. Nous tourner vers un programme plus libéral et favorable aux entreprises. Je souhaite enfin que l'UDI travaille sur un projet autonome pour 2017."

Le second tour se déroulera du 27 octobre au 13 novembre.

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 19h19 | Lien permanent | Commentaires (2)

Les veillées de la semaine

Lundi 20 octobre

  • La Roche sur Yon - Place Napoléon à 21h
  • Orléans - Place du Martroi à 20h30

Mardi 21 octobre

  • Beauvais - Place Jeanne Hachette à 21h
  • Bourg en Bresse - Cours de Verdun (devant le cinéma) à 21h
  • Bourges - devant la Mairie à 20h45
  • Chambéry - Place du Château à 20h30
  • Cherbourg - Place du théâtre (sur les marches) à 20h30
  • Cholet - Place Travot à 21h
  • Limoges - Place d’Aine à 20h30
  • Reims - Place Royale à 20h
  • Saumur - Place Bilange à 20h30

Mercredi 22 octobre

  • Bondy - Place de la Gare (RER E) à 19h
  • Cognac - Place François 1er à 21h
  • Grenoble - devant l’église St Louis (rue F. Poulat) à 20h30
  • La Tour du Pin - Place Antonin Dubrost à 20h30
  • Morlaix - (lieu à venir) à 21h
  • Rambouillet - devant la sous-préfecture de 20h30 à 21h30 : Sentinelles
  • Saint Amand Montrond - Place carrée à 20h30

Jeudi 23 octobre

  • Annecy - Place de la Mairie à 21h30
  • Chateauneuf de Galaure - devant la salle des fêtes à 20h30
  • Saint-Etienne - Place de l’Hôtel de ville à 20h30
  • Vannes - au pied des remparts (côté préfecture) à 21h

Vendredi 24 octobre

  • Bordeaux - place Pey-Berland à 18h30 : Sentinelles
  • Sartrouville - Gare RER à 20h30

Samedi 25 octobre

  • Le Plessis Trévise - place du Marché, sous le kiosque à musique à 21h. Thème : jeunesse et vieillesse

Pour annoncer une veillée, signaler un oubli ou une erreur, veuillez contacter veilleurs.paris@gmail.com. Vous pouvez me mettre en copie pour que je modifie ce post en conséquence : tudylsb@gmail.com

Louise Tudy

Posté le 20 octobre 2014 à 19h12 | Lien permanent

Coup de colère

De Frédéric Becquérieux sur Politique Magazine :

"Jusqu’à quand ? Jusqu’à quand allons-nous laisser l’oligarchie dégénérée qui nous dirige saccager l’espace public ? Jusqu’à quand allons-nous nous laisser insulter, humilier et dominer par cette clique de pervers narcissiques ? Jusqu’à quand la fumisterie de tous ces possédés va-t-elle envahir nos existences ? Leur perversité n’a plus aucune limite : ils viennent d’installer place Vendôme la chose que vous voyez ci-dessus en photo. Il est rare que j’affiche ici des choses laides, mais j’y suis exceptionnellement contraint pour les besoin de la démonstration.

Or, on apprend dans le torchon Libération (rubrique « sexe et genre« ) que ce ridicule objet gonflable, qui défigure la plus belle place de Paris, est en réalité la reproduction d’un gadget sexuel dont je tairai le nom, mais pas l’usage : les gens qui s’en servent se le fourrent dans le fondement. Venant de « l’artiste » en question, ce n’est pas très étonnant : il est essentiellement connu pour ses crottes géantes (ICI) et ses fabriques d’étrons (ICI). En d’autres termes, nous en sommes là : nos maîtres appellent « art » le fait de saloper les belles choses avec des immondices (nous le savions déjà) et, non contents de détruire la France, ils nous adressent en le faisant un message parfaitement clair : Fuck you !

Voilà le message de l’élite répugnante qui nous écrase de son mépris. Ces gens relèvent de la clinique psychiatrique… mais ils nous dirigent. Non seulement, leur trou-du-cul est le centre de leur vie, mais ils voudraient en faire le centre du monde. Réalise-t-on de quoi nous sommes en train de parler ? A Paris, sur la place qui célèbre les victoires de Napoléon, en face du Ministère de la Justice, les gens qui nous dirigent ont installé une reproduction géante de l’objet qu’ils s’introduisent dans le derrière pour passer le temps. Où sommes-nous ? Je n’ose dire en Enfer, mais cela commence à y ressembler méchamment (lisez Dante).

Et si vous avez l’audace de vous insurger contre cette saloperie, ces tarés vous assureront, avec leur face de faux derches, qu’il s’agit d’un sapin de Noël « pour les enfants », et vous accuseront en ricanant d’être un obsédé sexuel. A propos d’enfants, justement, il suffit de se renseigner sur les autres œuvres du scatologue qui a produit cette chose pour se faire une idée du sort qu’il leur réserve (ICI et LA).

Honnêtement, mes amis, pour se défendre, il va falloir songer à autre chose qu’un bulletin de vote."

Retrouvez les autres billets de Frédéric Becquérieux sur son blog : http://mauvpens.blogspot.fr/

Paula Corbulon

Posté le 20 octobre 2014 à 18h16 | Lien permanent

Les chrétiens d'Orient au coeur du Consistoire à Rome

Ce matin, le Pape a présidé le consistoire ordinaire public pour la canonisation du bienheureux Joseph Vaz, prêtre et religieux indien, fondateur du sanctuaire de la Ste.Croix de Goa (Inde), évangélisateur de la côte du Karavali (Inde) et de Ceylan (Sri Lanka), et de la bienheureuse Maria Cristina de l'Immaculée, religieuse italienne, fondatrice des Sœurs expiatrices de Jésus Sacrement.

L'ouverture du Consistoire a été consacrée au Proche et Moyen Orient et, en particulier, à la situation des chrétiens.

"Nous partageons le désir de paix et de stabilité régionale et la volonté de favoriser la résolution des conflits à travers le dialogue, la réconciliation et l'engagement politique. En même temps, nous voudrions apporter la plus grande aide possible à la communauté chrétienne pour soutenir leur présence dans la région... Nous ne pouvons nous résigner à penser à l'Orient sans les chrétiens qui, depuis deux mille ans, y confessent le nom de Jésus".

"Nous assistons à un phénomène de terrorisme aux dimensions inimaginables. Nombre de nos frères sont persécutés et ont dû quitter leur maison de manière brutale. Il semble que l'on ait perdu la conscience de la valeur de la vie humaine, que la personne ne compte pas et que l'on puisse la sacrifier pour d'autres intérêts. Tout cela, malheureusement, dans l'indifférence de beaucoup. Cette situation injuste exige, en plus de notre prière constante, une réponse adéquate, également de la part de la communauté internationale. Je suis certain qu'avec l'aide du Seigneur, des réflexions et suggestions valables sortiront de la rencontre d'aujourd'hui pour aider nos frères qui souffrent et pour trouver une issue au drame de la réduction de la présence chrétienne sur la terre où est né et de laquelle s'est diffusé le christianisme".

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 16h01 | Lien permanent

Encore de l'art scatologique, utilisant la religion

Ces gens ressentent le besoin insatiable de tout salir. Le conseil régional de Bourgogne présente l’exposition Louis Calaferte - Regain : objets, collages et autres dessins, conçue par Tatiana Levy et Djamel Meskache, du 17 octobre au 7 novembre 2014. Galerie François Mitterrand, 17 boulevard de la Trémouille à Dijon. On y trouve cette horreur (et ien d'autres que la décence m'empêche de reproduire) :

IMG_9994

Addendum 20h10 : En réaction, les élus régionaux du Front national ont décidé de quitter les bancs de l'assemblée, cette après-midi. Les élus FN se sont offusqués de la présence d'une croix ornée de clous. M. Launay, élu FN de Saône-et-Loire, a déclaré :

"A l'heure où beaucoup de chrétiens sont exécutés parce qu'ils sont chrétiens, pensez-vous qu'il soit utile de promouvoir le blasphème ou le sacrilège ?"

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 15h30 | Lien permanent

La valse des primes dans les ministères

Les heureux collaborateurs de Michel Sapin ont une enveloppe de 742 000 euros à se partager en 2014. Ramené au nombre de bénéficiaires au 1er août 2014, cela représente 11 415,38 euros par personne et par an.

568 000 euros, c'est la somme dont dispose Marylise Lebranchu en 2014 pour attribuer des primes à ses équipiers. Si l'on divise ce chiffre par le nombre de personnes qui bénéficiaient de ses largesses au 1er août 2014, c'est-à-dire 80, l'indemnité pour sujétion particulière attribuée par la ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique aux membres de cabinet et personnels chargés des fonction support qui l'entourent s'élève à 10 923,08 euros par bénéficiaire et par an.

Au 1er août 2014, 63 personnes, parmi lesquelles 14 membres de cabinet et 49 collaborateurs chargés des fonctions supports, recevaient une indemnité pour sujétions particulières attribuée de la main de Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports qui s'est vue allouée une enveloppe de 655 000 euros pour 2014. Cela représente 10 396,83 euros par bénéficiaire et par an.

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 15h25 | Lien permanent | Commentaires (20)

Pour avoir des subventions, il faudra propager la théorie qui n'existe pas

Le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes propose de conditionner les financements publics, accordés notamment aux médias audiovisuels, à la lutte contre les stéréotypes de sexe.

Cette méthode doit être appliquée à trois champs prioritaires: les médias, la communication institutionnelle et l'éducation, préconise ce rapport remis aux ministres Marisol Touraine (Affaires sociales) et Pascale Boistard (Droits des femmes).

Le Haut conseil a défini des grilles pour aider à mesurer les stéréotypes de sexe, notamment dans les fictions télé, et propose de s'en servir pour moduler la contribution à l'audiovisuel public. Des indicateurs devraient également être utilisés pour les émissions d'information, de divertissement et de téléréalité.

L'Etat et les collectivités territoriales devraient aussi s'engager à respecter des critères pour que leur communication institutionnelle soit dépourvue de stéréotypes de sexe.

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 14h15 | Lien permanent | Commentaires (10)

En Irak, les forces spéciales françaises forment les peshmergas

La France ne se contente pas de livrer des armes aux combattants kurdes, contre l'Etat islamique. Des membres des forces spéciales françaises sont également auprès des peshmergas pour les former à leur utilisation. Le reporter d'Europe 1 Didier François est allé suivre ces soldats d'élite dans le Kurdistan irakien.


Avec des forces spéciales françaises, pour... par Europe1fr 

Marie Bethanie

Posté le 20 octobre 2014 à 14h12 | Lien permanent

Impossible n'est pas français

Si quelques matheux pouvaient tenter de résoudre cette équation :

"Moins de 1 % de la population mondiale consomme et finance (ce sont deux façons complémentaires de voir la question) environ 15 % de la protection sociale mondiale, tout en devant rembourser 6 % de la dette publique totalisée dans le monde."

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 13h39 | Lien permanent | Commentaires (7)

En Angleterre, les écoles chrétiennes vont devoir inviter l'imam

"Une petite école indépendante confessionnelle d’Angleterre est actuellement menacée de voir sa note officielle dégradée, en attendant – en cas de ce que l’on serait tenté d’appeler « obstination dans l’hérésie » – d’être éventuellement fermée pour refus de combattre « l’extrémisme ». Il s’agit – vous l’avez deviné – d’une école chrétienne et le motif de l’inspection négative est le refus de la direction d’inviter un responsable d’une autre religion à y « conduire des assemblées » ou donner des cours. Un imam, par exemple…

Le Christian Institute britannique, cité par le Daily Telegraph, rapporte que les inspecteurs de l’organisme étatique OFSTED ont mis en garde le principal de cette école contre une dégradation de la note « bien » à « adéquat » en raison de son non respect des exigences de « promotion active » de l’harmonie entre les diverses confessions qui oblige les écoles confessionnelles à faire intervenir des représentants d’autres religions. A défaut d’une « démonstration convaincante » de la part de l’école rendant compte des mesures qu’elle prendra pour se mettre en conformité avec les nouvelles exigences, poursuit la mise en garde, elle sera soumise à une nouvelle inspection complète qui pourrait aboutir à une fermeture de l’établissement. [...]

De telles aberrations laissent en prévoir d’autres, notamment à propos des croyances aujourd’hui obligatoires sur le « mariage » gay et autres manifestations de la dictature du relativisme. Le Telegraph rappelle le cas d’écoles juives orthodoxes où de récentes inspections ont abouti à l’interrogatoire de jeunes filles venant d’environnements traditionnels pour savoir si on leur enseignait suffisamment ce qu’est le lesbianisme, si elles avaient des petits amis ou si elles savaient d’où viennent les bébés."[lire l'article complet sur le blog de Jeanne Smits].

En Angleterre comme ailleurs, l'Etat est omniprésent et omnipotent (à défaut d'être omniscient) et pèse toujours plus sur les vies et sur les consciences. On peut s'attendre à ce que de telles injonctions aient bientôt lieu en France. Je laisse à Jeanne Smits le mot de la fin : 

"C’est donc bien l’Etat qui veut définir le bien « spirituel, moral, social et culturel » obligatoire, un bien qui exige le respect du « dogme » relativiste."

Marie Bethanie

Posté le 20 octobre 2014 à 13h29 | Lien permanent | Commentaires (8)

Mgr Castet : "ne nous laissons pas influencer par la manipulation" du langage

L'évêque de Luçon revient sur la polémique autour de la féminisation des titres, qui a valu au député Julien Aubert de perdre une partie de son idemnité parlementaire, alors qu'il respectait, à travers son fameux "Madame le Président", l'usage recommandé par l'Académie française :

 

Louise Tudy

Posté le 20 octobre 2014 à 13h05 | Lien permanent | Commentaires (0)

La prostitution des enfants, ça commence quand ?

L'hypersexualisation de notre société a un nouvel effet pervers : la prostitution volontaire des enfants dans les écoles. Des explications du Figaro :

"«Un baiser contre un DVD, un attouchement des seins contre un vêtement, une fellation contre un cadeau… La prostitution, ça commence quand?» L'association Agir contre la prostitution des enfants (ACPE) s'apprête à lancer le premier outil pédagogique pour aider les enseignants à aborder ce sujet délicat avec les jeunes. «Notre propos n'est pas de faire peur aux familles! assure Armelle Le Bigot Macaux, sa présidente. Mais il faut ouvrir les yeux: la banalisation de la sexualité, la facilité d'accès au porno, la réduction du corps humain à un objet, ce sont, pour nos adolescents, des facteurs de risque de basculement dans la prostitution. En tout cas, ces pratiques vont polluer leurs relations psychoaffectives.»"[...]

La chosification de l'être humain étend ses tentacules et atteint les enfants de plein fouet. Si le slogan "mon corps m'appartient" pouvait avoir une utilité autre que développer l'avortement, on serait content de l'apprendre. Ce n'est pas en emmenant les enfants de 8 ans voir des expositions comme "le zizi sexuel" que l'on va lutter efficacement contre la banalisation de la pornographie dès le plus jeune âge.

Marie Bethanie

Posté le 20 octobre 2014 à 12h40 | Lien permanent | Commentaires (4)

« Je vais te détruire, toi et ton gros porc de Sapin ! »

Malgré cette menace troublante, Valérie Trierweiler ne serait pas la personne qui a vandalisé l'oeuvre de McCarthy offerte aux Parisiens par la Mairie de Paris et le Ministère de la Culture, sur la place Vendôme.

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 12h25 | Lien permanent | Commentaires (7)

Port du voile : que dit la loi ?

On avait appris voici quelques jours qu'une spectatrice voilée intégralement avait été priée de sortir de l'Opéra Bastille le 3 octobre, en vertu de la loi de 2010 qui interdit la dissimulation du visage dans un lieu public. Certains choristes avaient refusé de chanter tant qu'uns solution n'aurait pas été trouvée. La spectatrice avait dû quitter les lieux.

Ouest France revient sur l'évènement et pose donc la question : que dit la loi ?

"Selon la circulaire de mars 2011, sont interdits, « le port de cagoules, de voiles intégraux (burqa, niqab...), de masques ou tout accessoire ou vêtement ayant pour effet, pris isolément ou associé à d'autres, de dissimuler le visage ». [...]

Où le voile est il interdit ?

Sur la voie publique, le visage masqué sera interdit dans les transports en commun, mais pas dans un véhicule particulier, assimilé à un espace privé. Un conducteur ou une conductrice masqué risque toutefois de se faire sanctionner pour manquement aux exigences de sécurité imposées par le Code de la route...

Le voile est interdit dans les « lieux ouverts au public » dont « l'accès est libre » : « plages jardins, promenades publiques... » et ceux dont « l'accès est possible, même sous condition », comme les cinémas ou les théâtres. Cafés, restaurants, magasins, gares, banques, aéroports font partie de ces espaces où le visage doit être visible.

Les femmes voilées peuvent se voir également sanctionner dans les « lieux affectés à un service public », il s'agit de « l'ensemble des institutions, juridictions et administrations : mairies, préfectures, tribunaux, hôpitaux, bureaux de poste, écoles, lycées, universités, musées, bibliothèques... ».[...]

Que risque-t-on en portant un voile ?

Les contrevenants encourent une amende de 150 euros qui peut être accompagnée ou remplacée par un stage de citoyenneté.

Mais celui qui force quelqu'un à l'enfreindre – par exemple un homme qui obligerait sa femme ou sa fille à porter le voile – risque, lui une lourde amende (jusqu'à 60 000 €) et une peine de prison."

Marie Bethanie

Posté le 20 octobre 2014 à 12h19 | Lien permanent

Humanae Vitae, l'encyclique prophétique du bienheureux Paul VI

Depuis hier, Paul VI compte au nombre des Bienheureux. Par son intercession, une mère, à qui il avait été conseillé d'avorter, a obtenu la guérison de son enfant malformé. Mais il est un autre miracle, dont on peut s'émerveiller : l'encyclique Humanae Vitae, que Paul VI signa le 25 juillet 1968, rappelant fermement l'enseignement de l'Eglise sur le mariage et la régulation des naissances. Le monde cria au scandale, une partie de l'épiscopat fit la sourde oreille, et pourtant... C'est sur cette lettre que se fonda saint Jean-Paul II pour développer sa théologie du corps. C'est elle que Benoît XVI présenta comme prophétique :

"La vérité exprimée dans Humanæ vitæ ne change pas ; au contraire, précisément à la lumière des nouvelles découvertes scientifiques, son enseignement se fait plus actuel."

Bref, cette encylique est à lire ou à relire. Et pour ceux qui auraient du mal à aller jusqu'au bout, une parenthèse qui peut piquer leur curiosité : Paul VI avait anticipé le problème posé par exemple par le fameux "sapin" de la place Vendôme. Bonne lecture !

"1. Le très grave devoir de transmettre la vie humaine, qui fait des époux les libres et responsables collaborateurs du Créateur, a toujours été pour ceux-ci source de grandes joies, accompagnées cependant parfois de bien des difficultés et des peines.

En tout temps, l'accomplissement de ce devoir a posé à la conscience des époux de sérieux problèmes; mais l'évolution récente de la société a entraîné des mutations telles que de nouvelles questions se sont posées: questions que l'Eglise ne pouvait ignorer, en un domaine qui touche de si près à la vie et au bonheur des hommes.

Lire la suite "Humanae Vitae, l'encyclique prophétique du bienheureux Paul VI"

Louise Tudy

Posté le 20 octobre 2014 à 12h08 | Lien permanent

Asia Bibi : pétition à l’ambassade du Pakistan

L'Observatoire de la christianophobie lance une pétition à À S. E. M. Ghalib Iqbal, Ambassadeur de la République islamique du Pakistan en France :

"Monsieur l’Ambassadeur,
le monde civilisé a appris avec stupeur et horreur que la Haute Cour de Lahore, avait confirmé, dans son arrêt d’appel du 16 octobre, la sentence de mort prononcée en novembre 2010, contre la maman chrétienne Aasiya Noreen, connue internationalement comme Asia Bibi, par un juge de première instance en application de la honteuse loi sur le “blasphème” (section 295 du Code pénal du Pakistan).
La réprobation internationale enfle et elle ne cessera de s’amplifier devant une telle iniquité qui traduit le mépris dans lequel on tient au Pakistan la dignité humaine et des droits fondamentaux des personnes. L’image de votre pays en est irrémédiablement entachée.
Je vous prie donc de bien vouloir transmettre à M. Mamnoon Hussain, Président de la République islamique du Pakistan, et à M. le Premier Ministre Nawaz Sharif, ma protestation véhémente et ma demande que soit immédiatement libérée Asia Bibi.
Veuillez agréer, M. l’Ambassadeur, l’expression de mes sentiments distingués."

A signer ici.

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 11h51 | Lien permanent

Politique dénataliste : la preuve par les chiffres

Les Echos ont étudié l'impact de la réforme plaçant les allocations familiales sous condition de ressources :

"La perte va croître de manière importante avec la taille des familles. En effet, le plafond de 6.000 euros (deux enfants) s’élève assez peu à chaque enfant supplémentaire : 500 euros. Du coup, les familles de deux enfants vont perdre un montant d’allocations équivalent à 1,07 % de leur revenu au premier seuil, et 1,21 % au deuxième, alors que les familles de trois perdront 2,27 % avec un revenu mensuel de 6.500 euros, puis 2,60 % à 8.500 euros. Pour celles de quatre, on grimpe à 3,29 %, puis 3,83 %. Avec un salaire mensuel de 7.000 euros, leur manque à gagner sur un an s’élèvera à 2.764 euros, et avec 9.000 euros, à 5.529 euros. En y ajoutant la forte baisse du quotient familial, des familles vont perdre un demi mois de revenus, voire un mois entier."

Il s'agit donc bel et bien d'une mesure dénataliste, visant les Français les plus aisés. S'agissant des couples dont un seul des deux parents travaille, les Echos remarquent, comme l'avait fait votre blog, que

"Le complément familial ou la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) comportent des plafonds plus élevés pour un couple bi-actif (ou pour un parent isolé) que pour un couple mono-actif."
L'article affirme ensuite que "la réforme prévue ne fait pas de distinguo à ce stade". Pourtant, dans un précédent article, les Echos affirmaient que le plafond des 6000 € était retenu pour un couple "biactif". Détail qui n'en est pas un, non repris par d'autres journaux par la suite... A surveiller de près lors des débats à l'Assemblée.
Louise Tudy

Posté le 20 octobre 2014 à 09h49 | Lien permanent | Commentaires (2)

La communion pour les "divorcés remariés" : un cheval de Troie

Répondant à ceux qui ont une vision un peu irénique de la vie de l'Eglise, à ceux qui ne semblent pas connaître la vie réelle et qui s'enferment dans des pseudo-réflexions casuistiques sur la miséricorde, ou encore ceux qui sont sidérés par leur propre respect humain, le cardinal Pell affirme sans ambage :

"La communion pour les divorcés remariés n’est que la pointe de l’iceberg, le cheval de Troie ; l’Eglise ne peut aller dans cette direction."

En effet les partisans de la communion pour les divorcés remariés semblent avoir une visée bien plus élargie, revendiquant ‘la reconnaissance des unions civiles et des unions homosexuelles.’

Le Cardinal Pell, préfet du Secrétaire pour l’Economie, déclare que seulement 3 cercles mineurs sur les 10 du Synode acceptent les propositions du Cardinal Kasper. Il critique la «Relatio post disceptationem» publiée lundi dernier, la qualifiant de tendancieuse et d’irrégulière, expliquant qu’elle ‘ne représente pas avec exactitude les sentiments des Pères du Synode’. Enfin il assure :

"Nous n’allons pas céder à l’agenda séculaire, nous n’allons pas nous effondrer. Nous n’avons aucune intention de suivre à certains éléments radicaux des églises chrétiennes, comme elles le voudraient à certains endroits, pour aller à notre perte."

Le Salon Beige

Posté le 20 octobre 2014 à 09h35 | Lien permanent

Union des personnes de même sexe : un concept inacceptable

Hilarion de Volokolamsk, délégué orthodoxe, responsable des relations externes du Patriarchat de Moscou, assure au sujet des unions entre personnes de même sexe :

L’Eglise ne peut pas trahir la vérité. Nous ne pouvons pas dire aux gens qu’un tel type de comportement qui a toujours été condamné par l’Eglise, est devenu soudain permis.’

Hilarión assure que

le thème de la famille est un problème sérieux, spécialement aujourd’hui en Europe et en Amérique du Nord, où les politiques, le système éducatif et les médias s’acharnent à promouvoir une idée de la famille aux antipodes de la position traditionnelle de nos Eglises, selon laquelle la famille est fondée sur l’union conjugale entre un homme et une femme.’

Il explique en outre que

‘dans beaucoup de pays, sont approuvées les lois approuvant comme modèle familial alternatif l’union des personnes de même sexe. Il existe un vif débat parmi les chrétiens de notre époque sur la façon d’affronter ces nouvelles formes d’union voulant imiter l’institution familiale. De fait, il y a des communautés protestantes qui appliquent ce vocabulaire aux unions de même sexe, mais pour les Eglises, enracinées dans la Sainte Tradition, à savoir l’Eglise Catholique Romaine et l’Eglise Orthodoxe, ce concept est inacceptable.’

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 09h23 | Lien permanent

Est-il possible de modifier le langage de l’Eglise sur la famille ?

Norberto González Gaitano, professeur à l’Université pontificale de la Sainte-Croix et coordinateur du groupe de recherche international Family and Media, répond à Famille chrétienne. Extrait :

"Au cours du Synode sur la famille, il a été plusieurs fois question d’adapter le langage de l’Eglise afin que sa doctrine sur la famille, le couple et la sexualité soit mieux comprise. La manière dont l’Eglise s’exprime est-elle un frein à l’acceptation de son enseignement ?

Il faut distinguer les textes du Magistère, ceux de la prédication et les témoignages. Les textes du Magistère sont très beaux et très vrais, pensons à Gaudium et spes, Familiaris consortio ou encore à l’encyclique Caritas in veritate. Mais personnellement, je ne connais personne qui ce soit converti par les textes du Magistère, à la différence de la Bible. Le problème se trouve au niveau du langage de la prédication et du témoignage. [...]

Certains participants au Synode ont émis le souhait de modifier des expressions comme « intrinsèquement désordonnés » ou « péché grave ». Si l’Eglise changeait certaines formulations, son message passerait-il mieux ?

On parle trop du langage. Le problème ne vient pas du langage, mais de la compréhension de la substance des choses. La vérité ne se réduit pas à des formules, mais elle est contenue dans les formules. Si je possède la vérité que quelques formules renferment, je possède la vérité et non ces formules. Mais si la personne n’est pas possédée par la vérité vers laquelle pointent les formules, elle ne sera pas en mesure de l’exprimer avec ses propres paroles. Elle risque alors de répéter des slogans, des stéréotypes, une doctrine morte. Il faut s’approprier la vérité recueillie dans les formules pour en témoigner. [...]

Est-il possible de modifier le langage de l’Eglise sur la famille sans diminuer la portée/la force de son enseignement ? Ne risque-t-on pas de tomber dans un certain relativisme ?

C’est un risque, parce qu’aujourd’hui les paroles ne signifient pas la réalité pour beaucoup de personnes. Or, les paroles ont des conséquences. Si les paroles ne signifient rien, elles n’ont pas de conséquences. Par exemple, quand je dis « je promets », je ne dis pas seulement une chose, mais je fais une chose. Quand les paroles se réfèrent à une action humaine, elles permettent de régler les relations humaines. [...]"

Et le commentaire sous cet entretien est intéressant :

""je ne connais personne qui se soit converti par les textes du Magistère"... Moi, si, j'en connais au moins une : moi-même, vers l'âge de 20 ans, en lisant "Evangelium Vitae", j'ai été ébloui par la 'splendeur de la vérité', par la géniale cohérence de la foi de l'Église. "Fides ex auditu", dit saint Paul : la foi naît de l'écoute de la Parole de Dieu... et de celle des apôtres qui la relaient et la déploient pour nous."

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 08h09 | Lien permanent

Le Grand-Orient de France demande la légalisation de l'euthanasie

Le Grand Maître du Grand-Orient de France Daniel Keller répond à L’Express. Extrait :

"Qu’avez-vous apporté le 8 octobre à la mission parlementaire sur la fin de vie conduite par les députés UMP Jean Léonetti et PS Alain Claeys ?

J’ai déclaré que le droit de mourir dans la dignité doit être davantage reconnu. La question centrale, c’est : « A qui appartient la vie ? » A l’individu, au corps médical ou à une entité transcendante ? Pour nous, francs-maçons, la vie appartient à chacun. Dès lors, la prise en compte de la volonté du patient mériterait une évolution, afin qu’elle soit opposable au corps médical. Je suis favorable à la légalisation du recours à des pratiques sédatives ayant pour objectif d’abréger la vie, dans le respect de la volonté de la personne souffrante."

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 07h47 | Lien permanent | Commentaires (23)

Les électeurs de droite sont de plus en plus à… droite

Jérôme Fourquet, le directeur du département opinion de l’Ifop, déclare à Valeurs actuelles :

"Les électeurs de droite, aujourd’hui, sont de plus en plus à… droite. 57 % des sympathisants UMP souhaitaient, avant son retour, que Sarkozy revienne sur un programme “clairement à droite”, contre 34 % qui espéraient un programme de “droite modérée”. Rappelons aussi que ces mêmes sympathisants UMP estiment à 87 % qu’“il y a trop d’immigrés en France” et se disent favorables, pour la moitié d’entre eux, à des accords locaux avec le FN, contre un tiers en 2010. En donnant des signaux à l’aile centriste, pour se prémunir contre Juppé, Sarkozy doit prendre garde à ne pas décevoir l’aile droite, nettement majoritaire, dont une partie pourra être tentée de se tourner vers le FN.

Certains estiment que sa défaite de 2012 est liée à son discours trop droitier…

Nos études démontrent, au contraire, que c’est sa stratégie offensive, dite “ligne Buisson”, qui a permis à Sarkozy de remonter entre les deux tours de la présidentielle : alors que seuls 42 % des électeurs de Marine Le Pen envisageaient de voter pour lui au lendemain du premier tour, ils ont été 55 % à le faire au second, soit un gain substantiel de 13 points. Et cela, sans perdre au centre, puisque les intentions de vote des électeurs de Bayrou en faveur de Sarkozy sont restées stables (autour de 35 %)."

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 07h28 | Lien permanent | Commentaires (11)

Nicolas Sarkozy va déjeuner avec les défenseurs de la famille

Lu ici :

"Selon nos informations, l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy déjeunera le 29 octobre prochain avec un groupe de députés opposés au mariage pour tous.

Philippe Gosselin, député de la Manche et figure de La Manif pour tous, fait partie des invités. Ce dernier a pourtant parrainé Hervé Mariton, très en pointe sur les débats liés aux familles et candidat à la présidence du parti d’opposition."

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 07h23 | Lien permanent | Commentaires (19)

Gender : Alain Juppé rejoint Najat Vallaud-Belkacem

Au cours de la rentrée départementale de l'UMP Gironde dont il est le président, Alain Juppé s'est exprimé sur l'actualité. Au terme de son allocution, il s'est livré à un petit jeu de questions-réponses avec les militants présents et il a notamment été interpellé sur la loi Taubira ainsi que sur l'idéologie du genre :

"La théorie du genre, ce sont des fariboles. Un garçon reste un garçon et une fille une fille. Et je ne crois pas que ce soit la théorie du genre qui empêche les Françaises ou les Français de dormir. Le plus important à résoudre dans notre pays, c'est le chômage et la crise économique."

Quant à la loi Taubira, il a rappelé qu'il comptait dans sa majorité municipale un membre de l'association "La manif pour tous". Mais,

"il faut du respect mutuel. J'ai le plus grand respect pour ceux qui s'opposent au mariage pour tous mais il ne faut pas se barricader. Regardez ce que propose le pape François. Et puis, quand j'interroge mes deux filles qui ont dans les 25 ans (les filles de sa femme Isabelle, NDLR), pour elles, le mariage pour tous, ça ne pose aucun problème."

Bref, nous pouvons nous estimer heureux qu'il nous tolère, mais il ne faut pas abuser de sa patience...

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2014 à 07h19 | Lien permanent | Commentaires (33)

C’est arrivé un 20 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 20 octobre 1097 : les armées croisées arrivent devant Antioche.

Le siège de la ville va rapidement commencer. Elle tombe le 3 juin suivant.

  • le 20 octobre 1561 : des protestants pillent et vandalisent la cathédrale Saint Pierre de Montpellier.

L'étendue du massacre varie entre 8 et 50 morts selon les chroniqueurs. S'en suit le pillage et la destruction de l cathédrale : en 6 ou 7 heures l'église est complètement vidée. A l'issue les barbares s'attaquent aux couvents et aux monastères de la ville. L'année suivante, la cathédrale perd ses cloches et ses grilles de fer qui sont fondues pour faire des munitions.

  • le 20 octobre  1587 : bataille de Coutras.

Pendant les guerres de religion, le roi de Navarre, Henri de Navarre bat l'armée royale, mal commandée par le duc Anne de Joyeuse, qui meurt dans la bataille.

  • le 20 octobre 1622 : le Roi Louis XIII entre solennellement dans Montpellier vaincu.

Le 20 octobre 1622, Louis XIII entre dans Montpellier tête nue et désarmé ; ses armées le suivent. Il jure de respecter les privilèges accordés au Béarn par l'édit de Nantes. Voir les chroniques du 19 mai, du 31 aout et du 10 et 19 octobre.

  • le 20 octobre 1781 : Thomas Jefferson rend hommage aux Français.

Il déclare : "Chaque homme de culture a deux patries : la sienne et la France".

  • le 20 octobre 1788 : Barthélémy de Lesseps remet au Roi Louis XVI les documents de l'expédition Lapérouse.
  • le 20 octobre 1792 : pillage de Versailles.

Sur la proposition du député Roland, la Convention ordonne la vente d'une grande partie du mobilier royal du Château de Versailles. Comment faire table rase du passé et couper les Français de leur histoire…

  • 20 octobre 1805 : victoire de Napoléon à Ulm.

L'armée autrichienne prisonnière défile devant Napoléon à Ulm : 250 000 hommes, 60 canons, 40 drapeaux. Cette victoire d'Ulm a lieu dans la foulée de la victoire de Ney à Elchingen le 14 octobre. La veille, le 4e Corps du Maréchal Soult avait anéanti la Division de Spangen à Memmingen.

Ulm parachève la campagne d'Autriche. Quelques jours plus tard, Murat fait son entrée de Vienne, sans autorisation de l'Empereur, et Napoléon signera la fin du Saint-Empire Romain Germanique.

  • le 20 octobre 1827 : une flotte alliée (France, Grande Bretagne et Russie) détruit la flotte turque à Navarin.

    La bataille de Navarin peinte par Garneray.

La bataille de Navarin est une bataille navale qui s'est déroulée dans le cadre de l'intervention de ces trois puissances lors de la guerre d'indépendance grecque. La défaite ottomane est totale. Cette bataille, de Navarin, est considérée comme la dernière grande bataille navale de la marine à voile.

  • le 20 octobre 1939 : le pape Pie XII publie l'Encyclique Summi pontificatus : Seule la reconnaissance de la Royauté sociale du Christ peut apporter la paix aux Nations.

Extraits :

« La diffusion et l'approfondissement du culte rendu au Divin Cœur du Rédempteur, culte qui trouva son splendide couronnement non seulement dans la consécration de l'humanité, au déclin du siècle dernier, mais aussi dans l'introduction de la fête de la Royauté du Christ par Notre immédiat prédécesseur, d'heureuse mémoire, ont été une source d'indicibles bienfaits pour des âmes sans nombre, un fleuve qui réjouit de ses courants la Cité de Dieu (Ps., XLV, 5). Quelle époque eut jamais plus grand besoin que la nôtre de ces bienfaits ? Quelle époque fut plus que la nôtre tourmentée de vide spirituel et de profonde indigence intérieure, en dépit de tous les progrès d'ordre technique et purement civil ? Ne peut-on pas lui appliquer la parole révélatrice de l'Apocalypse: Tu dis: je suis riche et dans l'abondance et je n'ai besoin de rien ; et tu ne sais pas que tu es un malheureux, un misérable, pauvre, aveugle et nu (Apoc., III, 17) ? 

Vénérables Frères, peut-il y avoir un devoir plus grand et plus urgent que d'annoncer les insondables richesses du Christ (Eph., III, 8) aux hommes de notre temps ? Et peut-il y avoir chose plus noble que de déployer les Etendards du Roi - Vexilla Regis - devant ceux qui ont suivi et suivent des emblèmes trompeurs, et de regagner au drapeau victorieux de la Croix ceux qui l'ont abandonné ?

[…]si l'oubli de la loi de charité universelle, qui seule peut consolider la paix en éteignant les haines et en atténuant les rancœurs et les oppositions, est la source de maux très graves pour la pacifique vie en commun des peuples, il est une autre erreur non moins dangereuse pour le bien-être des nations et la prospérité de la grande société humaine qui rassemble et embrasse dans ses limites toutes les nations: c'est l'erreur contenue dans les conceptions qui n'hésitent pas à délier l'autorité civile de toute espèce de dépendance à l'égard de l'Etre suprême, cause première et maître absolu, soit de l'homme soit de la société, et de tout lien avec la loi transcendante qui dérive de Dieu comme de sa première source. De telles conceptions accordent à l'autorité civile une faculté illimitée d'action, abandonnée aux ondes changeantes du libre arbitre ou aux seuls postulats d'exigences historiques contingentes et d'intérêts s'y rapportant.

L'autorité de Dieu et l'empire de sa loi étant ainsi reniés, le pouvoir civil, par une conséquence inéluctable, tend à s'attribuer cette autorité absolue qui n'appartient qu'au Créateur et Maître suprême, et à se substituer au Tout-Puissant, en élevant l'État ou la collectivité à la dignité de fin ultime de la vie, d'arbitre souverain de l'ordre moral et juridique, et en interdisant de ce fait tout appel aux principes de la raison naturelle et de la conscience chrétienne.

L'encyclique est consultable ici.

  • le 20 octobre 1952 : traversée de l'atlantique en canot.

Le médecin navigateur français Alain Bombard part de Las Palmas (Canaries) à bord d'un canot pneumatique, sans eau ni nourriture, à travers l'Atlantique.

  • le 20 octobre 1989 : la France perd sa souveraineté législative sans que le peuple ne se prononce.

Le Conseil d'Etat rend un arrêté par lequel il renverse sa jurisprudence de 1969, et décide que les traités internationaux prévalent sur les lois nationales qui leur étaient antérieures.

Lois Spalwer

Posté le 20 octobre 2014 à 06h40 | Lien permanent | Commentaires (0)

19 octobre 2014

29 novembre : déjà 31 veillées pour la vie

A retrouver ici.

Les Veillées pour la vie lancent un grand concours d’affiches. La gagnante sera l’affiche officielle de ce cycle de veillées :

"Comme chaque année depuis quatre ans, un petit groupe de laïcs accompagné par le Père Hubert Lelièvre de la Famille Missionnaire de l'Evangile de la Vie, prend en charge la coordination nationale des Veillées pour la vie. L’initiative vient du pape émérite Benoît XVI : en novembre 2010, celui-ci avait appelé l’Eglise à prier pour la vie naissante au cours de la veillée ouvrant le temps de l’Avent, « un instant propice pour invoquer la protection divine sur chaque être humain appelé à l’existence».

Cette année, cette veillée se déroulera le 29 novembre. L’équipe d’organisation fait appel à toutes les sensibilités artistiques pour dessiner l’affiche de l’événement (plus d’informations pratiques ici). Outre les nombreux lots en jeu (Glorious, les Cortès, l’abbaye de Barroux ne sont que quelques uns des sponsors officiels !), participer à ce grand concours est une manière originale de proposer une réponse au discours ambiant qui tend à désacraliser la vie. Celle-ci est aujourd’hui souvent écartée. Au nom du confort, de la souffrance qu’on ne peut tolérer, de la maladie et même de la dignité, le choix de la mort paraît un recours préférable.Un discours bien éloigné du message d’amour de l’Eglise.

La prière pour porter le message de l’Eglise ?

Eric, l’un des bénévoles, explique : « Saint Jean-Paul nous exhortait sans cesse à nous battre pour la vie. Il nous disait de nous lever contre toutes les pressions et tentations qui veulent nous faire croire que la vie n’est pas sacrée. Je me rappelle notamment d’un sermon lors d’une messe à Central Park (en 1995 ndlr). Think tank, formations bioéthique, engagement associatif. Mille projets fous peuvent naître de cette exhortation, mais c’est dans le silence de la prière que nous trouvons la force d’agir, c’est pour cela que ces veillées sont aujourd’hui fondamentales.»

La Bienheureuse Mère Térésa ne conseillait pas autre chose. Elle dénonçait avec virulence les conséquences traumatisante de l’avortement : « Si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu'est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entretuer les uns les autres ? » Et d’ajouter la première étape de toute action : prier. Parce que « plus nous recevons dans le silence de la prière, plus nous donnerons dans la vie active. »

Le Cardinal Barbarin, Monseigneur Rey, Monseigneur Cattenoz, de nombreux évêques et responsables de communautés religieuses soutiennent également cette initiative, afin d’unifier et de poursuivre ce désir de redonner sa place à la culture de la vie. Le 30 août, le Pape François a donné sa bénédiction apostolique et a engagé les chrétiens « à persévérer dans la prière ».

Le site www.veilleespourlavie.com réunit l’ensemble des veillées organisées et met à disposition des documents de formation, des archives, des affiches, la carte des lieux de prières et une liste des centres d’accueil et d’écoute pour femmes en détresse. Vous pouvez aussi contacter les organisateurs nationaux via leur adresse e-mail : veilleprovie@gmail.com."

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2014 à 22h35 | Lien permanent

A quoi servait donc le "sapin" moche de la place Vendôme ?

Une analyse sans concession (Figarovox) de Jean-Louis Harouel, professeur de droit à Paris II et auteur notamment de «La grande falsification; l'art contemporain», sur le "sapin" qui a pollué visuellement la Place Vendôme ces derniers jours. Il y voit la preuve de la «vacuité de l'art contemporain». Quelques extraits :

[...] "D'ailleurs, de manière générale, les prétendus «artistes contemporains» sont des bouffons interchangeables, auteurs de bouffonneries interchangeables. Ceci pour une raison très simple: il n'y a en réalité pas d'œuvre, pas d'art. L'art contemporain repose sur deux dogmes: le remplacement de l'art par l'artiste sacralisé ; le remplacement de l'œuvre par n'importe quoi. On devrait parler de non-art contemporain (NAC).

[...] On veut légitimer le non-art contemporain en essayant de le mettre au même niveau que le grand art du passé. La confrontation repose sur le postulat d'un dialogue entre le prétendu «artiste contemporain» et les grands artistes de jadis. Or il n'y a aucun dialogue possible, mais une lamentable pollution des grands lieux du patrimoine artistique et historique. Tout cela cache une logique mercantile. Une invitation à Versailles, au Louvre ou place Vendôme constitue un grand coup d'accélérateur dans une carrière. Cela fait exploser la cote du bénéficiaire C'est tout ce qui compte.

Cette pollution des hauts lieux classiques profite à l'étroite classe mondiale des milliardaires incultes qui investissent dans les inepties de ces soi-disant «artistes». Ils ont tout intérêt à ce que les prix s'envolent, pour pouvoir revendre avec bénéfice les «œuvres» qu'ils détiennent. Le prétendu art contemporain joue le même rôle pour eux que, par le passé, les bons du Trésor américain: un placement à court terme dans une optique purement financière."[...]

C'est bien ce que nous pensions, le "sapin" moche de la place Vendôme ne servait à rien d'autre qu'à remplir les poches d'une poignée de gens.

Marie Bethanie

Posté le 19 octobre 2014 à 20h04 | Lien permanent | Commentaires (32)

Manif Pour Tous à Stuttgart

Aujourd'hui, sous un soleil radieux :

4

R

0

1

2

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2014 à 18h38 | Lien permanent | Commentaires (3)

Ce que nous enseigne la chute de l'Empire romain

Dans son dernier ouvrage, Les derniers jours (Les Belles lettres), Michel de Jaeghere s'oppose à la thèse, en vogue depuis une quarantaine d'années, selon laquelle la chute de l'empire d'Occident n'aurait pas été une catastrophe mais

"une transformation et une mutation fécondes [entre Romains et Barbares], quasi indolores et presque pacifiques, qui auraient heureusement accouché de la civilisation de l'Europe médiévale."

Le directeur du Figaro Histoire et du Figaro Hors Série s'explique dans les colonnes de FigaroVox. Extraits :

"Cette approche a cependant fini par déboucher sur l'occultation des séquences violentes, des guerres, des pillages, qui ont ponctué, malgré tout, ce passage de témoin. Polarisée sur les indiscutables éléments de continuité qu'en dépit de la rupture peut repérer l'historien, la nouvelle vulgate en vient souvent à nier que l'effacement des structures politiques de l'Empire romain d'Occident se soit traduit, comme l'a montré avec brio l'historien et archéologue Bryan Ward Perkins, par un recul saisissant des conditions de la vie matérielle, une disparition des beaux-arts, de la culture littéraire, et, finalement, de la paix, du bien-être. Elle tend, par là, à devenir le support d'un discours idéologique affranchi de l'observation des faits, qui paraît animé par la volonté de proclamer l'équivalence des cultures et les bienfaits qu'apporteraient nécessairement les Barbares en donnant aux prétendus «civilisés» l'occasion d'un fructueux métissage. (...) Pour rendre compte de «l'ampleur de la catastrophe», il fallait en revenir aux faits."

De ces faits, qu'il décrit longuement au FigaroVox, Michel de Jaegere tire deux leçons :

"La première est sans doute qu'il est illusoire de prétendre faire subsister une zone de civilisation entourée d'une périphérie livrée à l'anarchie et à la misère. Parce que la prospérité attirera toujours irrésistiblement vers elle les populations qui en ont connaissance. La civilisation a donc vocation à s'étendre jusqu'à trouver devant elle une civilisation concurrente, avec laquelle tenter de nouer un dialogue, établir les bases d'un concert des nations. Il est significatif que pour Rome, le coup de grâce vint des Barbares, non des Perses qui constituaient depuis des siècles la superpuissance rivale. Son erreur fut de se résigner à l'arrêt des conquêtes dans le Barbaricum, la grande forêt germanique. Les Romains estimèrent que le profit à tirer de la colonisation de l'Europe orientale ne valait pas le coût et l'effort surhumain qu'auraient représenté sa conquête et sa romanisation. Ils furent victimes de ce calcul à courte vue, qui rappelle le cartiérisme contemporain. La chute de l'Empire romain ne fut pas le produit d'un choc de civilisations (les Germains n'avaient guère qu'une culture rudimentaire - on ne peut, à mon sens parler de civilisation pour un monde qui ignore la cité, lieu de l'échange, du tri et de la hiérarchisation - et leurs élites étaient elles-mêmes en voie de romanisation). Elle fut la conséquence et la solution violente d'une différence de niveau de développement. Le problème est qu'elle se traduisit par un effondrement du niveau de vie tant pour les populations autochtones que pour les immigrants, et même pour les Barbares restés en Germanie, qui cessèrent de profiter des échanges dont ils avaient bénéficié de la part du monde romain.

La seconde est que les grands empires multinationaux ne valent rien dans la défense. Ils excellent à s'étendre, tant qu'ils sont portés par le caractère irrésistible que leur puissance semble donner à leur domination, enrichis par les ressources que leur procurent leurs annexions. Mais ils sont incapables de susciter dans leur population le dévouement que l'attachement sentimental à une patrie charnelle peut seul inspirer à des citoyens. Leurs habitants peuvent leur être attachés tant qu'ils procurent la prospérité et la paix, le bien-être. Mais ils n'accepteront que rarement de remettre en question le confort qu'ils leur apportent en sacrifiant leur vie pour leur défense. Ces empires sont donc condamnés à la conquête perpétuelle, ou au dépérissement. Les sentinelles du Désert des Tartares savent qu'il ne leur appartient que de gagner du temps, dans l'attente d'un inéluctable écroulement."

 

Louise Tudy

Posté le 19 octobre 2014 à 17h41 | Lien permanent | Commentaires (6)

Le Credo du bienheureux Paul VI

En ce jour de béatification du pape Paul VI, voici son Credo du peuple de Dieu, publié sous forme de Motu Proprio le 30 juin 1968 :

P"Nous croyons en un seul Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit, Créateur des choses visibles comme ce monde où s’écoule notre vie passagère, des choses invisibles comme les purs esprits qu’on nomme aussi les anges, et Créateur en chaque homme de son âme spirituelle et immortelle.

Nous croyons que ce Dieu unique est absolument un dans son essence infiniment sainte comme dans toutes ses perfections, dans sa toute-puissance, dans sa science infinie, dans sa providence, dans sa volonté et dans son amour. Il est Celui qui est, comme il l’a révélé lui-même à Moïse; et il est Amour, comme l’apôtre Jean nous l’enseigne: en sorte que ces deux noms, Être et Amour, expriment ineffablement la même divine réalité de Celui qui a voulu se faire connaître à nous, et qui, «habitant une lumière inaccessible», est en lui-même au-dessus de tout nom, de toutes choses et de toute intelligence créée. Dieu seul peut nous en donner la connaissance juste et plénière en se révélant comme Père, Fils et Esprit Saint, dont nous sommes par grâce appelés à partager, ici-bas dans l’obscurité de la foi et au-delà de la mort dans la lumière éternelle, l’éternelle vie.

Les liens mutuels constituant éternellement les trois personnes, qui sont chacune le seul et même Être divin, sont la bienheureuse vie intime du Dieu trois fois saint, infiniment au-delà de ce que nous pouvons concevoir à la mesure humaine. Nous rendons grâce cependant à la bonté divine du fait que de très nombreux croyants puissent attester avec Nous devant les hommes l’unité de Dieu, bien qu’ils ne connaissent pas le mystère de la Très Sainte Trinité.

Nous croyons donc au Père qui engendre éternellement le Fils, au Fils, Verbe de Dieu, qui est éternellement engendré, au Saint-Esprit, personne incréée qui procède du Père et du Fils comme leur éternel amour. Ainsi en les trois personnes divines, coaeternae sibi et coaequales, surabondent et se consomment, dans la surexcellence et la gloire propres à l’être incréé, la vie et la béatitude de Dieu parfaitement un, et toujours «doit être vénérée l’unité dans la trinité et la trinité dans l’unité».

Nous croyons en Notre Seigneur Jésus-Christ, qui est le Fils de Dieu. Il est le Verbe éternel, né du Père avant tous les siècles et consubstantiel au Père, homoousios to Patri, et par lui tout a été fait. Il s’est incarné par l’œuvre du Saint-Esprit dans le sein de la Vierge Marie et s’est fait homme: égal donc au Père selon la divinité, et inférieur au Père selon l’humanité et un lui-même, non par quelque impossible confusion des natures mais par l’unité de la personne. Il a habité parmi nous, plein de grâce et de vérité. Il a annoncé et instauré le Royaume de Dieu et nous a fait en lui connaître le Père. Il nous a donné son commandement nouveau de nous aimer les uns les autres comme il nous a aimés. Il nous a enseigné la voie des béatitudes de l’Évangile: pauvreté en esprit, douceur, douleur supportée dans la patience, soif de la justice, miséricorde, pureté du cœur, volonté de paix, persécution endurée pour la justice. Il a souffert sous Ponce Pilate, Agneau de Dieu portant sur lui les péchés du monde, et il est mort pour nous sur la croix, nous sauvant par son sang rédempteur. Il a été enseveli et, de son propre pouvoir, il est ressuscité le troisième jour, nous élevant par sa résurrection à ce partage de la vie divine qu’est la vie de la grâce. Il est monté au ciel et il viendra de nouveau, en gloire cette fois, pour juger les vivants et les morts, chacun selon ses mérites; ceux qui ont répondu à l’amour et à la miséricorde de Dieu allant à la vie éternelle, ceux qui les ont refusés jusqu’au bout allant au feu qui ne s’éteint pas. Et son règne n’aura pas de fin.

Lire la suite "Le Credo du bienheureux Paul VI"

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2014 à 15h36 | Lien permanent

Le document final du synode a été profondément remanié

Le document a été publié hier soir, uniquement en italien. Le pape a déclaré que ce document servirait de "Lineamenta", de fil rouge, pour la réflexion des conférences épiscopales dans la perspective du Synode de 2015. Ce n'est donc pas un document définitif du magistère. Jeanne Smits a examiné ce document et remarque notamment les profondes différences avec le document de lundi dernier :

"Dans le document final, le n° 14 qui était l'un des plus scandaleux a été profondément remanié pour intégrer l'ensemble de la réponse du Christ sur le divorce, alors que le rapport d'étape « oubliait » de rappeler sa conclusion : « Ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas. » Les n°s 14 et suivants redisent la doctrine de l'Eglise, non sans oublier la miséricorde offerte à tous, mais non sans signaler que « le repentir et la conversion sont conditions du pardon ».

La « gradualité » a disparu. Le n° 17 qui en faisait une présentation erronée a été profondément remanié pour rappeler la doctrine de l'Eglise dans Gaudium et Spes, tandis que les approfondissements apportés par Humanae vitae et plusieurs textes de Jean-Paul II font leur entrée dès le n°18. C'est d'ailleurs d'une manière générale que le texte est enrichi de rappels doctrinaux qui n'ont rien de sec ou de lourd, avec la référence fréquente à la grâce que Dieu donne pour suivre sa loi. Le rappel sur la valeur du mariage naturel (n°22) dans la mesure où il est fondé sur « la relation stable et vraie entre un homme et une femme » n'est plus une justification de ce qu'il peut y avoir de désordonné dans les unions actuelles.

Le n°24 rappelle qu'il ne peut y avoir d'autre mariage que sacramentel pour les baptisés, et que toute « rupture est contraire à la volonté de Dieu », mais ajoute que l'Eglise est conscience de la « fragilité » de ses enfants qu'il faut « accompagner avec miséricorde et patience par les possibles étapes de croissance des personnes ». Voilà qui est déjà beaucoup moins ambigu.

Le n°25, sur les unions civiles et « remariages » n'a bénéficié que de 140 votes favorables et 39 contre [...] : le fait est que le progrès par rapport au rapport d'étape est notable puisqu'il est clairement dit que l'Eglise a pour rôle d'aider les personnes à connaître « la divine pédagogie de la grâce » pour atteindre la plénitude du plan de Dieu pour elles. Le texte cite la « grâce qui est à l'œuvre » dans ces couples y compris pour qu'ils prennent soin l'un de l'autre. [...]

Le n°28 rappelle la nécessité de la conversion et la demande à la femme adultère de ne plus pécher (152 pour, 27 contre).

L'urgence de l'annonce de l'Evangile de la Vie occupe les paragraphes suivants : avec notre responsabilité qui est de semer, non de récolter, la primauté de la grâce ; et le rappel que l'enseignement de l'Eglise sur la famille est « signe de contradiction ». Cette annonce suppose une« meilleure formation » des prêtres, catéchistes, diacres… Le n°39 évoque la « chasteté » comme « précieuse condition d'une vraie croissance de l'amour interpersonnel. » Et le 40 l'assistance à la messe dominicale, si importante notamment pour les jeunes mariés.

Le n°41, évoque ceux qui ne vivent plus dans le mariage : il faut un « dialogue pastoral pour mettre en évidence les éléments de leur vie qui peuvent les conduire à une plus grande ouverture à l'Evangile de la Vie dans sa plénitude ». Avec la recherche des éléments « positifs » dans ces situations [...].

On retrouve de nouveau un large consensus contre le lobbying en faveur des droits homosexuels (n°56), et sur les questions suivantes qui traitent de la dénatalité destructrice du tissu social et du refus de la vie. Le numéro 58 parle de la « beauté de l'ouverture inconditionnelle à la vie » : « C'est sur cette base que l'on peut appuyer un enseignement adéquat sur les méthodes naturelles pour la procréation responsable », dit-il, avec la « redécouverte du message d'Humanae vitae ». Le même paragraphe rappelle la fécondité particulière du « choix de l'adoption ».

Sur l'éducation (n°60), la déclaration finale reprend les mots du rapport d'étape, mais y ajoute que « les parents peuvent choisir librement le type d'éducation à donner à leurs enfants, selon leurs convictions. » Le 61 ajoute de son côté la nécessité de la « dévotion mariale ». [...]"
Michel Janva

Posté le 19 octobre 2014 à 15h09 | Lien permanent

Les élites du monde, le néo-marxisme et l’idéologie sexualiste

Alexey Komov, Directeur des affaires internationales de la Fondation Saint Basile le Grand , Représentant russe du congrès mondial des familles (WCF), Ambassadeur du WCF auprès de l’ONU, Président de FamilyPolicy.ru, a prononcé une conférence lors d'une table ronde organisée par la Fédération des Associations Familiales Catholiques (AFC) à Paris, lundi 13 octobre. La voici :

"Avant de commencer à travailler sur des projets à l’international, j’étais dans le management et le conseil en immobilier. Durant plusieurs années j’ai ensuite travaillé au Département des relations ecclésiastiques extérieures de l’Eglise orthodoxe russe, en tant que responsable des relations avec les institutions de la société civile à l’étranger, m’exprimant entre autres lors de différentes conférences internationales. Aujourd’hui dans ce domaine, je continue à coordonner les activités internationales de la Commission patriarcale pour la Famille, la protection de la maternité et de l’enfance sous la direction de mon père spirituel, l’archiprêtre Dimitri Smirnov, chef de ce ministère de l’Eglise (au même titre que Mgr Paglia l’est au Vatican).

Le père Dimitri Smirnov a été le premier à lever la voix contre l’avortement et pour la défense des valeurs de la famille en Russie, et ce, même à l’époque de l’Union Soviétique, il y a de cela 25 ans. Il est en quelque sorte le parrain du mouvement pro-vie et pro-famille russe, et l’un des prédicateurs les plus populaires de l’Eglise orthodoxe russe. Il y a quatre ans il m’a béni d’avoir établi des contacts avec le reste des chrétiens de l’ouest, résistant aujourd’hui aux idéologies athées néo-libérales du Genre et aux droits des LGBT. Depuis lors, de nombreux contacts ont été développés au sein de 80 pays et, du 10 au 12 septembre dernier, se tenait ainsi à Moscou, un grand forum international sur le thème « Famille nombreuse et avenir de l’humanité », au cœur même du Kremlin et à la principale cathédrale de Russie, la cathédrale Saint Sauveur. Construite grâce aux dons du peuple pour commémorer la victoire sur Napoléon, puis détruite par les communistes athées dans les années 1930, elle vit se construire sur ses ruines une immense piscine extérieure, le Seigneur n’ayant pas permis que se finalise le projet communiste de créer sur ces lieux un gigantesque palais de congrès communiste sur le haut duquel devait trôner une statue géante de Lénine. De 1994 à 1997, la cathédrale du Christ sauveur a été reconstruite sous une forme encore meilleure que l’originale. Cette cathédrale est un véritable symbole de la renaissance spirituelle de la Russie, au cours de ces 20 dernières années : lorsqu’ont été ouverts plus de 30 000 églises et 800 monastères, des millions de jeunes gens vinrent à l’église. C’est un miracle évident après 70 années d’athéisme  militant de l’Union Soviétique, et des millions de nouveaux martyrs  et c’est en réalité pour les chrétiens occidentaux modernes. Il prouve que cette renaissance miraculeuse du christianisme est également possible pour l'Occident, qui connaît aujourd'hui une lourde vague de propagande anti-chrétienne et d’apostasie.

Nous voyons aujourd’hui ces initiatives d’imposer sur toute société les idéologies radicales et révolutionnaires, en particulier la théorie du genre qui dit que le sexe d’une personne n’est pas donnée par Dieu, mais est plutôt une sorte de construction sociale. Selon différentes versions il y a cinq, ou même plus, genres différents (LGBTQI) que toute personne a le droit de choisir librement. C’est une attaque contre l’être humain lui-même, contre les fondements mêmes de la nature humaine. Toutes ces théories artificielles ne sont par prouvées par la véritable science et ne sont que les manipulations idéologiques des faits. Mais cela ne dérange personne et nous constatons que les élites internationales répandent ces idées étranges par les  Nations Unies, l’UNICEF et d’autres organisations internationales.

Pourquoi tout cela ? je pense que dans le passé beaucoup d’énergie a été consacrée au combat de la « guerre froide » entre pays capitalistes et pays socialistes. Il y a 20 ans le monde s’est uni idéologiquement et les élites mondiales ont commencé la diffusion de leur agenda à travers le monde. Nous pouvons voir leur opiniâtreté à imposer les idées révolutionnaires dont beaucoup ont clairement des racines néo-marxistes. Et cela s’est en grande partie produit en raison des activités de l’école de la pensée dite « de Francfort », très active dans les années 1920-1940. Les théoriciens de cette école -Marcuse, Adorno, Horkheimer, Fromm, etc- ont fusionné les idées de Karl Marx et de Sigmund Freud, donnant naissance au concept de la révolution sexuelle des années 1960, aux drogues, psychédéliques et autres « révolutions « et « émancipations ».

De là, provient aussi l’idéologie du mouvement radical « vert », le mouvement des droits des animaux (au détriment des droits des peuples), pour la forte incidence des avortements et –plus récemment- pour l’idéologie du genre et pour la révolution homosexuelle, qui développe toujours plus les idées du féminisme radical et tant d’autres. Leurs racines remontent au néo-marxisme, à ce désir de transformer la société de façon révolutionnaire.

De là, cette idéologie alimentée par un puissant mouvement mondial pour la réduction de la population (néo-malthusianisme), pour contrôler le marché de la nourriture (plantes génétiquement modifiées ne pouvant se reproduire d’une année à l’autre, et des géants tels que « Monsanto » ayant le contrôle).

Lire la suite "Les élites du monde, le néo-marxisme et l’idéologie sexualiste"

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2014 à 14h48 | Lien permanent

Maubeuge : une mosquée salafiste à Hautmont

Vu ici :

"Depuis plusieurs semaines, au 91 de la rue Jules-Campagne, une poignée d’hommes s’active en toute discrétion. Dans l’ancien café le Sherazade, la création d’une mosquée salafi, basée sur le Coran et la Sunna, est en cours. Le tout, sans accord de la Ville."

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2014 à 14h36 | Lien permanent | Commentaires (9)

Wattrelos: l'école Saint-Louis va devenir une mosquée

Signe des temps :

"Depuis le 24 septembre, l’école Saint-Louis a changé de mains. Propriété depuis 1980 de l’Association immobilière roubaisienne (qui gère le patrimoine de l’enseignement catholique), elle appartient désormais à l’Association cultuelle wattrelosienne, qui fédère depuis huit ans les musulmans de la cité des Berlouffes. Montant de la transaction : 240 000 euros."

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2014 à 14h29 | Lien permanent | Commentaires (9)

Le SIEL appelle à manifester pour Asia Bibi

Communiqué de Karim Ouchikh, Président exécutif du SIEL, conseiller de Marine Le Pen à la Culture, à la Francophonie :

"Au terme d’un procès en appel manifestement inéquitable, la justice pakistanaise vient à nouveau de condamner pour blasphème Asia Bibi, cette mère de famille de cinq enfants emprisonnée depuis sa première condamnation en 2010. Son tort ? Avoir affirmé paisiblement son adhésion à la foi chrétienne.

Dans un pays qui n’a jamais toléré la liberté religieuse, Asia Bibi est victime d’une parodie de justice, servie par des institutions judicaires obscurantistes qui ne peuvent même pas lui reprocher d’avoir fait preuve d’actes de prosélytisme actif dans la manifestation de sa foi. Toujours incarcérée, dans des conditions de détention particulièrement éprouvantes, ses proches menacés, elle reste plus que jamais en situation de danger grave.

Nous ne pouvons admettre que l’Etat pakistanais, - qui ferma les yeux après les assassinats de Salman Taseer, gouverneur du Pendjab et de Shahbas Bahtti, ministre fédéral des minorités religieuses, tués voici peu pour avoir pris la défense d’Asia Bibi -, se rende à nouveau complice de pareils actes d’intolérance. Nous ne pouvons accepter que la liberté religieuse soit ainsi foulée aux pieds, au Pakistan comme ailleurs en terre d’Islam, par des Etats qui réclament dans le même temps le respect de cette même liberté fondamentale au bénéfice de leurs propres ressortissants, en France comme dans d’autres pays d’Europe.

Pour la défense de la liberté et l’égalité religieuse en terre d’Islam, nous ne pouvons abandonner Asia Bibi à son sort funeste : j’invite donc tous les Français à se mobiliser pour la sauver, en réclamant d’un même élan l’annulation pure et simple de sa condamnation à mort et l’abrogation immédiate de la loi inique pakistanaise contre le blasphème. Afin de joindre la parole aux actes, je demande à tous nos compatriotes à se joindre massivement à la manifestation organisée par Bernard Antony, président de Chrétienté-Solidarité, à laquelle le SIEL s’associe par ma voix, en nous donnant rendez-vous ce jeudi 23 octobre prochain à partir de 19 heures devant l’ambassade du Pakistan (18, rue Lord-Byron – 75008 Paris)."

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2014 à 14h26 | Lien permanent

Professer face à n’importe quel type de pouvoir que seul Dieu est le Seigneur de l’homme

Homélie du Pape François, pour la messe de béatification du Pape Paul VI :

"Nous venons d’entendre une des phrases les plus célèbres de tout l’Évangile : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mt22, 21).

BÀ la provocation des pharisiens qui, pour ainsi dire, voulaient lui faire passer l’examen de religion et le prendre en défaut, Jésus répond avec cette phrase ironique et géniale. C’est une réponse à effet que le Seigneur livre à tous ceux qui se posent des problèmes de conscience, surtout quand entrent en jeu leurs intérêts, leurs richesses, leur prestige, leur pouvoir et leur réputation. Et cela arrive de tout temps, depuis toujours.

L’accent de Jésus retombe sûrement sur la seconde partie de la phrase : "Et (rendez) à Dieu ce qui est à Dieu". Cela signifie reconnaître et professer – face à n’importe quel type de pouvoir – que seul Dieu est le Seigneur de l’homme, et qu’il n’y en a pas d’autre. C’est la nouveauté éternelle à découvrir chaque jour, en vainquant la peur que nous éprouvons souvent devant les surprises de Dieu.

Lui n’a pas peur de la nouveauté ! C’est pourquoi, il nous surprend continuellement, nous ouvrant et nous conduisant par des chemins imprévus. Il nous renouvelle, c’est-à-dire qu’il nous fait "nouveaux", continuellement. Un chrétien qui vit l’Évangile est "la nouveauté de Dieu" dans l’Église et dans le monde. Et Dieu aime beaucoup cette "nouveauté" !

« Rendre à Dieu ce qui est à Dieu », signifie s’ouvrir à sa volonté, lui consacrer notre vie et coopérer à son Royaume de miséricorde, d’amour et de paix.

Là se trouve notre force véritable, le ferment qui la fait lever et le sel qui donne saveur à chaque effort humain contre le pessimisme dominant que nous propose le monde. Là se trouve notre espérance parce que l’espérance en Dieu n’est donc pas une fuite de la réalité, elle n’est pas un alibi : c’est rendre à Dieu d’une manière active ce qui lui appartient. C’est pour cela que le chrétien regarde la réalité future, celle de Dieu, pour vivre pleinement la vie – les pieds bien plantés sur la terre – et répondre, avec courage, aux innombrables nouveaux défis.

Nous l’avons vu ces jours-ci durant le Synode extraordinaire des Évêques – "Synode" signifie « marcher ensemble ». Et en effet, pasteurs et laïcs de chaque partie du monde ont apporté ici à Rome la voix de leurs Églises particulières pour aider les familles d’aujourd’hui à marcher sur la route de l’Évangile, le regard fixé sur Jésus. Ce fut une grande expérience dans laquelle nous avons vécu la synodalité et la collégialité, et nous avons senti la force de l’Esprit Saint qui guide et renouvelle toujours l’Église appelée, sans délai, à prendre soin des blessures qui saignent et à rallumer l’espérance pour beaucoup de gens sans espérance.

Pour le don de ce Synode et pour l’esprit constructif offert par tous, avec l’apôtre Paul : « À tout moment, nous rendons grâce à Dieu au sujet de vous tous, en faisant mémoire de vous dans nos prières » (1 Th 1, 2). Et que l’Esprit Saint qui, en ces jours laborieux nous a donné de travailler généreusement avec vraie liberté et humble créativité, accompagne encore la marche qui, dans les Églises de toute la terre, nous prépare au prochain Synode Ordinaire des Évêques d’octobre 2015. Nous avons semé et nous continuerons à semer avec patience et persévérance, dans la certitude que c’est le Seigneur qui fait croître tout ce que nous avons semé (cf. 1 Co 3, 6).

En ce jour de la béatification du Pape Paul VI, me reviennent à l’esprit ses paroles, par lesquelles il a institué le Synode des Évêques : « En observant attentivement les signes des temps, nous nous efforçons d’adapter les orientations et les méthodes … aux besoins croissants de notre époque et à l’évolution de la société » (Lett. ap. Motu proprio Apostolica sollicitudo).

À l’égard de ce grand Pape, de ce courageux chrétien, de cet apôtre infatigable, nous ne pouvons dire aujourd’hui devant Dieu qu’une parole aussi simple que sincère et importante : merci ! Merci à notre cher et bien-aimé Pape Paul VI ! Merci pour ton témoignage humble et prophétique d’amour du Christ et de son Église !

Dans son journal personnel, le grand timonier du Concile, au lendemain de la clôture des Assises conciliaires, a noté : « Peut-être n’est-ce pas tant en raison d’une aptitude quelconque ou afin que je gouverne et que je sauve l’Église de ses difficultés actuelles, que le Seigneur m’a appelé et me garde à ce service, mais pour que je souffre pour l’Église, et qu’il soit clair que c’est Lui, et non un autre, qui la guide et qui la sauve » (P. Macchi, Paul VI à travers son enseignement, de Guibert 2005, p. 105). Dans cette humilité resplendit la grandeur du Bienheureux Paul VI qui, alors que se profilait une société sécularisée et hostile, a su conduire avec une sagesse clairvoyante – et parfois dans la solitude – le gouvernail de la barque de Pierre sans jamais perdre la joie ni la confiance dans le Seigneur.

Paul VI a vraiment su "rendre à Dieu ce qui est à Dieu" en consacrant sa vie tout entière à « l’engagement sacré, solennel et très grave : celui de continuer dans le temps et d’étendre sur la terre la mission du Christ » (Homélie pour le rite du couronnement, Documentation catholique n. 1404 [1963], col. 932), en aimant l’Église et en la guidant pour qu’elle soit « en même temps mère aimante de tous les hommes et dispensatrice du salut » (Lett. ap. Ecclesiam Suam, Prologue)."

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2014 à 14h10 | Lien permanent

La Belgique envisage d'abaisser la majorité sexuelle à 14 ans

Le prétexte :

"A ce jour, différentes limites d'âges s'appliquent à différents aspects de la majorité sexuelle. Cela crée de la confusion. C'est pourquoi l'accord de gouvernement prévoit une harmonisation des limites d'âge."

Mais pourquoi fixer des limites ? Allez plus loin, optez pour la notion, plus flexible, de "capacité de discernement", comme vous l'avez fait pour l'euthanasie des enfants ! Les pédophiles auront de beaux jours devant eux...

Louise Tudy

Posté le 19 octobre 2014 à 12h54 | Lien permanent

Après les allocations familiales, la fin de l'universalité des remboursements de soins ?

Le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, craint que ce qui vient d'être décidé sur les allocations familales se reproduise avec le remboursement des frais de soins :

"Cette décision peut-elle faire courir un danger pour l'avenir de la Sécurité sociale ?

Bien entendu. Si on commence à moduler certaines prestations, on risque de briser la solidarité nationale. Cette décision est une brèche dans les principes mis en place après la guerre, issus du programme du Conseil national de la résistance. Ce qui se passe avec la branche famille pourrait très bien être étendu à la branche maladie. Il y a déjà eu des projets d'instituer une modulation des remboursements des soins en fonction des revenus, ou bien encore l'idée d'instituer un forfait. J'ajouterai que ce qui se passe est dangereux pour le pacte national. Si les classes moyennes n'ont plus accès à certaines prestations, elles pourraient être tentées de vouloir quitter la Sécurité sociale si elles n'ont plus d'intérêt à continuer à cotiser. Elle pourraient vouloir se tourner vers des opérateurs privés."

Louise Tudy

Posté le 19 octobre 2014 à 12h26 | Lien permanent | Commentaires (11)

Pape François : "À la fin des temps nous serons pour toujours avec le Seigneur"

Audience générale, qui a eu lieu sur la place Saint-Pierre en présence de 50 000 fidèles.

 

Marie Bethanie

Posté le 19 octobre 2014 à 11h31 | Lien permanent

15 novembre : colloque sur les prêtres et religieux durant la Grande Guerre

L’association DRAC (Droits du Religieux Ancien Combattant) communique :

"Sous la présidence de Mgr Luc RAVEL, évêque aux Armées Françaises, un colloque consacré aux "Prêtres et Religieux dans la Grande Guerre " se tiendra le samedi 15 novembre 2014, de 9h30 à 18h, au Couvent des Franciscains, 7 rue Marie Rose, 75014 Paris, avec la participation, notamment, du professeur Eric MENSION-RIGAU de l'université Paris IV-Sorbonne, du professeur Xavier BONIFACE de l'université de Picardie et de M. Alain TOULZA, vice-président de DRAC et auteur de l'ouvrage "La Grande Guerre des Hommes de Dieu".

Le colloque sera doublé d'une exposition de 12 panneaux à vocation itinérante. Entrée libre sur délivrance d'un carton d'invitation à demander par courriel : drac75006@yahoo.fr, ou à DRAC, 8 bis rue Vavin 75006 Paris, avant le 1er novembre 2014.

Ce colloque sera doublé d'une exposition de 12 panneaux à vocation itinérante."

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2014 à 11h13 | Lien permanent

Synode : Saint Joseph bientôt nommé Patron universel de la famille ?

 

Topic

"Le président de la Conférence épiscopale du Salvador, Mgr José Luis Escobar Alas, a officiellement proposé au Synode que Saint Joseph soit nommé patron universel de la famille : “Plût à Dieu que nous ayons cette grâce, car il est le modèle du mari, du père et le tuteur des jeunes. Mais nous devons aussi le considérer, en ce moment, comme  un défenseur des droits de la femme et des enfants. Lui qui a protégé la Sainte Famille et le Divin Enfant  au moment d’émigrer en Egypte, et de façon constante. Et permettez-moi d’ajouter que Saint Joseph continue de prendre soin de chacune de nos familles”, a expliqué Mgr. Escobar au micro de Radio Vatican."

Marie Bethanie

Posté le 19 octobre 2014 à 11h07 | Lien permanent


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2010 - Le Salon Beige