22 février 2017

Il y a 30 ans : Donum Vitae

Le 22 février 1987, la Congrégation pour la doctrine de la foi publiait l'instruction Donum Vitae sur le respect de la vie humaine. Extrait :

D"L'autorité politique est tenue de garantir à l'institution familiale, sur laquelle est fondée la société, la protection juridique à laquelle celle-ci a droit. Par le fait même qu'elle est au service des personnes, la société politique devra être aussi au service de la famille. La loi civile ne pourra accorder sa garantie à des techniques de procréation artificielle qui supprimeraient, au bénéfice de tierces personnes (médecins, biologistes, pouvoirs économiques ou gouvernementaux), ce qui constitue un droit inhérent à la relation entre les époux; elle ne pourra donc pas légaliser le don de gamètes entre personnes qui ne seraient pas légitimement unies en mariage.

La législation devra en outre proscrire, en vertu du soutien dû à la famille, les banques d'embryons, l'insémination post mortem et la maternité « de substitution ».

Il est du devoir de l’autorité publique d'agir de telle manière que la loi civile soit réglée sur les normes fondamentales de la loi morale pour tout ce qui concerne les droits de l'homme, de la vie humaine et de l'institution familiale. Les hommes politiques devront, par leur action sur l'opinion publique, s'employer à obtenir sur ces points essentiels le consensus le plus vaste possible dans la société, et à le consolider là où il risquerait d'être affaibli et amoindri.

Dans de nombreux pays, la législation sur l'avortement et la tolérance juridique des couples non-mariés rendent plus difficile d'obtenir le respect des droits fondamentaux rappelés dans cette Instruction. Il faut souhaiter que les États n'assument pas la responsabilité d'aggraver encore ces situations d'injustice socialement dommageables. Au contraire, il faut souhaiter que les nations et les États prennent conscience de toutes les implications culturelles, idéologiques et politiques liées aux techniques de procréation artificielle, et qu'ils sachent trouver la sagesse et le courage nécessaires pour promulguer des lois plus justes et plus respectueuses de la vie humaine et de l'institution familiale.

De nos jours, la législation civile de nombreux États confère aux yeux de beaucoup une légitimation indue à certaines pratiques; elle se montre incapable de garantir une moralité conforme aux exigences naturelles de la personne humaine et aux « lois non écrites » gravées par le Créateur dans le cœur de l'homme. Tous les hommes de bonne volonté doivent s'employer, spécialement dans leur milieu professionnel comme dans l'exercice de leurs droits civiques, à ce que soient réformées les lois civiles moralement inacceptables et modifiées les pratiques illicites. En outre, l'« objection de conscience » face à de telles lois doit être soulevée et reconnue. Bien plus, commence à se poser avec acuité à la conscience morale de beaucoup, notamment à celle de certains spécialistes des sciences biomédicales, l'exigence d'une résistance passive à la légitimation de pratiques contraires à la vie et à la dignité de l'homme."

Posté le 22 février 2017 à 09h44 par Michel Janva | Lien permanent

21 février 2017

Loin de gommer les identités nationales, la grâce les assume et les purifie

Le père de Blignières, fondateur de la Fraternité Saint-Vincent Ferrier, livre une réflexion au sujet du catholicisme « identitaire » :

Unknown-4"Le plan de salut de Dieu aboutit à une religion dont le nom indique qu’elle est universelle : le catholicisme. Mais il commence par un homme (Abraham), un peuple (le peuple juif), une Loi (celle de Moïse). Dieu se coule dans une culture, et y tolère les rudes mœurs de l’Orient antique. En mettant un groupe singulier à part, il prépare la venue du plus singulier parmi les hommes : Jésus-Christ. La gloire fondamentale du peuple juif est de préparer singulièrement l’avènement de l’ouverture universelle maximale en l’Homme-Dieu (cf. Rm 9, 1-5). « Le monde n’est ouvert qu’à un endroit : en Jésus-Christ » (Romano Guardini, Le Seigneur).

Transcendance de la grâce et identités naturelles

Cette façon d’agir de Dieu manifeste que l’ordre surnaturel n’est réductible à aucun des aspects de l’ordre naturel. Dieu fait élection de tel peuple pour introduire dans le monde, comme un don – non comme le fruit d’un progrès de la civilisation –, le Royaume de la grâce. La grâce, qui ne sort pas de la nature, peut imprégner des formes culturelles diverses, sans rien perdre de sa transcendance. Loin de gommer les identités nationales, la grâce les assume et les purifie… avec plus ou moins de bonheur, en fonction de l’harmonie plus ou moins grande de cette civilisation avec la loi naturelle. Ainsi « la rencontre du message biblique et de la pensée grecque n’est pas un hasard » (Benoît XVI, Discours à Ratisbonne, 17 septembre 2006).

Quand saint Paul dit : « Il n’y a ni Juif ni Grec, il n’y a ni esclave ni homme libre, il n’y a ni homme ni femme ; car tous vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus » (Ga 3, 28), l’égalité qu’il évoque se réalise dans le Christ Jésus. Il ne nie pas les différences et la complémentarité entre l’homme et la femme (cf. 1 Co 11, 3-9 ; Ep 5, 23). Et l’égalité fondamentale des Juifs et des Grecs ne s’oppose pas au fait d’assumer leur diversité culturelle : « Avec les Juifs, j’ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs ; avec ceux qui sont sous la Loi, comme si j’étais sous la Loi, afin de gagner ceux qui sont sous la Loi » (1 Co 9, 20-21).

L’enseignement du Christ et de saint Paul

Le Christ affirme que l’ordre naturel est pleinement assumé par lui. « Je ne suis pas venu abolir mais accomplir » (Mt 5, 17), notamment le Décalogue, avec son quatrième commandement qui inculque la piété envers les parents et la patrie.

« Ce commandement implique et sous-entend les devoirs des parents, tuteurs, maîtres, chefs, magistrats, gouvernants, de tous ceux qui exercent une autorité sur autrui ou sur une communauté de personnes. […] Le quatrième commandement de Dieu nous ordonne aussi d’honorer tous ceux qui, pour notre bien, ont reçu de Dieu une autorité dans la société. Il éclaire les devoirs de ceux qui exercent l’autorité comme de ceux à qui elle bénéficie. […] L’amour et le service de la patrie relèvent du devoir de reconnaissance et de l’ordre de la charité » (Catéchisme de l’Église catholique, nn° 2199, 2234 et 2239).

La vertu de piété, annexe de la justice, si importante dans le monde antique, n’est donc nullement abolie par la révélation. « Que toute âme soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent ont été instituées par lui. […] À qui l’impôt, l’impôt ; à qui le tribut, le tribut ; à qui la crainte, la crainte ; à qui l’honneur, l’honneur » (Rm 13, 1 et 7).

« L’homme est constitué débiteur à des titres différents vis-à-vis d’autres personnes, selon les différents degrés de perfection qu’elles possèdent et les bienfaits différents qu’il en a reçus. […] Après Dieu, l’homme est surtout redevable à ses père et mère et à sa patrie. […] Dans le culte de la patrie est compris le culte de tous les concitoyens et de tous les amis de la patrie. C’est pourquoi la piété s’étend à ceux-là par priorité » (Saint Thomas d’Aquin, Somme de théologie, 2a 2æ q. 101, a. 1).

La manière d’agir du Christ

Jean-Baptiste, le Précurseur, s’inscrit dans l’ordre de la société de son temps. Aux collecteurs d’impôts et aux soldats, il ne recommande pas de sortir violemment des « structures de péché », ni de se retirer au désert comme les esséniens, mais d’accomplir avec justice la mission qui leur est confiée (cf. Lc 3, 12-14).

Le Christ, tout en prêchant un Royaume qui ne tire pas son origine de ce monde (cf. Jn 18, 36), recommande l’obéissance aux autorités et le paiement de l’impôt ; il pratique le respect des coutumes de son peuple ; il observe l’intégrité d’une Loi à la fois religieuse, culturelle et politique ; il aime sa famille, ses concitoyens et sa patrie, sur laquelle il a pleuré (cf. Lc 19, 41).

« [Le Christ] a pris part aux noces de Cana, il s’est invité chez Zachée, il a mangé avec les publicains et les pécheurs. C’est en évoquant les réalités les plus ordinaires de la vie sociale, en se servant des mots et des images de l’existence la plus quotidienne, qu’il a révélé aux hommes l’amour du Père et la magnificence de leur vocation. Il a sanctifié les liens humains, notamment ceux de la famille, source de la vie sociale. Il s’est volontairement soumis aux lois de sa patrie. Il a voulu mener la vie même d’un artisan de son temps et de sa région » (Vatican II, Gaudium et spes, n° 32).

Jésus reconnaît le pouvoir des autorités de l’occupation romaine (cf. Lc 20, 25 et Jn 19, 11). Beaucoup de dignitaires de bonne volonté, civils, militaires et religieux, jalonnent l’histoire de sa vie publique, comme celle de Pierre et de Paul. Alors qu’il introduit la religion universelle, Jésus donne un bel exemple d’inculturation.

La grâce élève la nature dans toutes ses dimensions

La grâce ne détruit donc pas la nature ! Elle la purifie et s’en sert comme d’un instrument, dans toutes ses dimensions : famille, cité, profession, amitiés. Dans le recrutement des apôtres, les liens de famille ou de travail ont joué un rôle. André et Simon sont frères. Philippe est de leur ville, Bethsaïda. Jacques et Jean sont frères et associés professionnels de Simon. Le premier miracle a lieu lors d’une noce, fête par excellence de la famille et du village en Orient. Jésus est lié d’une amitié singulière avec une famille : celle de Lazare qu’il ressuscitera et de Madeleine qui sera témoin et apôtre de sa résurrection.

Dans le processus des conversions au christianisme, il y a souvent une préparation par l’amour conjugal, l’amitié, les œuvres, les courants philosophiques, les arts, les réalisations politiques ou sociales – véhiculés par la culture du futur converti. Les chrétiens doivent-ils se monter plus puristes que l’apôtre Paul sur ce chemin vers la foi que peut constituer l’amour de l’homme et de la femme (cf. 1 Co 7, 12-14) ?

On est impressionné par la variété des médiations naturelles que la grâce de Dieu daigne utiliser pour favoriser les conversions. Le grégorien et les primitifs italiens pour Willibrod Verkade (1863-1946) ; les processions de la Fête-Dieu pour Francis Jammes (1868-1938) ; Fra Angelico pour Henri Ghéon (1875-1944) ; l’attitude des catholiques devant la mort et la cohérence de la position catholique sur le magistère pour Kenyon Reynolds (1892-1989) ; la beauté de la messe et l’abnégation des chrétiens dans les bombardements de Londres pour Fred Copeman (1907-1983) ; la mosaïque de Côme et Damien pour Thomas Merton (1915-1968) ; la lecture de Maurras, Barrès et Bergson pour Henri Massis (1886-1970).

Refuser un fidéisme inhumain

S’indigner de ces cheminements comme de marques de duplicité, c’est insinuer que l’Évangile abolit la loi naturelle, qu’il balaye toutes les différences issues de cet ordre. C’est dénier le droit au Saint-Esprit d’utiliser des « signes de crédibilité » pour pénétrer les cœurs de la grâce de la foi. C’est oublier que « l’Église, à cause […] de son inépuisable fécondité en tout bien […], est par elle-même un grand et perpétuel motif de crédibilité et un témoignage irréfutable de sa mission divine » (Vatican I, Constitution dogmatique sur la foi). C’est glisser vers le fidéisme, comme si la foi ne pouvait être préparée par des signes extérieurs. Il y a là quelque chose d’inhumain.

Ce qui s’est passé dans l’histoire des hommes, depuis la venue du Christ, est bien différent : les diverses cultures, en entrant au contact du christianisme, ne se sont pas volatilisées !

« Les chrétiens, venus de tous les peuples et rassemblés dans l’Église, “ne se distinguent des autres hommes ni par le pays, ni par la langue, ni par leur façon de se comporter dans la cité” (Épître à Diognète) ; aussi doivent-ils vivre pour Dieu et le Christ selon les usages et le comportement de leur pays, pour cultiver vraiment et efficacement en bons citoyens l’amour de la patrie, pour éviter cependant de manière absolue le mépris à l’égard des races étrangères, le nationalisme exacerbé, et promouvoir l’amour universel des hommes. […] Toute apparence de syncrétisme et de faux particularisme sera repoussée, la vie chrétienne sera ajustée au génie et au caractère de chaque culture, les traditions particulières avec les qualités propres, éclairées par la lumière de l’Évangile, de chaque famille des nations, seront assumées dans l’unité catholique » (Vatican II, Ad gentes, nn° 15 et 22)

L’irruption du Royaume de Dieu dans l’histoire fait mesurer aux civilisations et leur valeur, et leur relativité. Elle n’enlève aux cultures, dans leur diversité, rien de ce qui est juste ou même indifférent pour le salut éternel des hommes. « Il n’enlève pas les royaumes temporels, celui qui donne les royaumes célestes » (Vêpres de la fête de l’Épiphanie).

L’homme est complexe, il est corporel et spirituel, et sa spiritualité elle-même est incarnée. La vie chrétienne sort (par les sacrements) de l’âme et du corps de Jésus-Christ, qui a pris toute notre humanité. Cette vie investit toute notre propre humanité. C’est ce que Charles Péguy suggère dans Ève : « Car le surnaturel est lui-même charnel / Et l’arbre de la grâce est raciné profond / Et plonge dans le sol et cherche jusqu’au fond / Et l’arbre de la race est lui-même éternel. »"

Posté le 21 février 2017 à 19h58 par Michel Janva | Lien permanent

Etranger, migrant... : les nuances de l'Ancien Testament

Extrait d'un article de Franck Jullié sur Nouvelles de France :

"La bible, dans la précision de son vocabulaire, distingue quatre mots pour décrire les étrangers : le ger (גֵּר), le toshabh (תּוֹשָׁב), le nekhar (נֵכָר), le zar (זָר).

Le ger est un habitant d’un pays qui n’est pas sa patrie. Abraham fut un ger au pays de Canaan (Gn 23.4), Moïse fut un ger au pays de Madian (Ex 2.22) et nomma son fils aîné Gershom car, dit-il, « je suis un immigré (ger) en terre étrangère (nekhar) ». Les Israélites furent des ger au pays d’Egypte (Gn 15.13).

[...]

Sur le plan spirituel nekhar peut désigner les dieux étrangers, les faux dieux (Gn 35.2,4 ; Dt 31.16 ; Jos 24.20,23 ; Jg 10.16 ; 1 S 7.3 ; 2 Ch 14.2). Ce qui comporte une connotation négative.

[...]

Le mot zar désigne ce qui est étranger dans le contexte où il est cité. Il peut signifier un sang étranger à une famille – un non Aaronite (Nb 16.40), un non-Lévite (Nb 1.51), un membre extérieur à une famille définie (Dt 25.5) – un laïc en opposition à un sacrificateur et sa famille (Lv. 22.10-13), les enfants illégitimes (Os 5.7), la courtisane assimilée à une étrangère (Pr 2.16), ce qui est profane par opposition à ce qui est saint (Ex 30.9).

[...]

Le statut de toshabh n’est pas très développé dans les Ecritures. Abraham se présente en Genèse 23.4 comme étranger (ger) et habitant (toshabh) parmi les fils de Heth : Je suis étranger (ger) et habitant (toshabh) parmi vous; donnez-moi la possession d’un sépulcre chez vous, pour enterrer mon mort et l’ôter de devant moi.

Il est possible que son sens se rapproche de celui de ger avec l’idée d’un séjour passager et non définitif. Le toshabh ne peut pas manger la Pâque (Ex 12.45) ni les choses saintes (Lévitique 22.10). La loi du Jubilé ne lui profite pas (Lv 25.45). Mais il est au bénéfice de la justice et de la protection des villes refuges en cas d’homicide involontaire (Nb 35.15).

[...]

Le théologien Eric Kayayan nous rappelle que « l’étude du contexte de l’emploi du mot ger dans l’Ancien Testament doit nous éclairer sur sa reprise contemporaine fallacieuse pour un accueil indiscriminé. En particulier le passage de Lévitique 19.33,34 se trouve cité à tout propos et surtout hors de propos dans certains cercles ecclésiastiques. Hors de propos et de contexte, dans la mesure où l’hospitalité et l’égalité de traitement avec l’étranger dans l’Ancien Testament sont intimement liées à son inclusion à divers degrés dans la communauté de l’Alliance, à sa participation aux rituels et fêtes religieuses, avec leurs interdits (Ex 12.19,48-49 ; Lv. 17.8,9 ; Nb 9.14, 15.15,26 etc.). En résumé, dans l’Ancien Testament l’immigrant est certes le bienvenu et ne saurait être opprimé (Ex. 23.9). S’il en exprime le désir (cela ne lui est pas imposé) il peut même participer à la Pâque du Seigneur dans les mêmes conditions que l’autochtone, mais en aucun cas il ne saurait devenir un vecteur d’idolâtrie, d’introduction d’une religion païenne qui contaminerait le peuple de l’Alliance. Dans Esdras 10 et Néhémie 13 une situation de paganisation de la petite communauté de Juda a atteint de telles proportions que les chefs de la communauté doivent réagir très fortement.

Il apparaît donc de ces données bibliques qu’un appel à quelques passages scripturaires plaqués artificiellement sur notre situation actuelle, occulte volontairement la dimension religieuse et cultuelle de l’assimilation de l’étranger dans l’Ancien Testament. A tout le moins ce décalque artificiel a pour but de remplacer la religion biblique et ses exigences éthiques et cultuelles (aussi bien pour l’autochtone que l’immigrant) par une religion humaniste sécularisée : dans la mesure où les lois de la République y font office de Loi suprême, les immigrants qui accepteraient de s’y soumettre peuvent (devraient) être mis sur le même pied que les immigrants dans l’Ancien Testament. Nous avons naturellement là affaire à un christianisme non-doctrinal étranger à la parole de Dieu »."

Posté le 21 février 2017 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

19 février 2017

21 février à Béziers : le péché peut-il être mignon ?

Capture d’écran 2017-02-19 à 19.56.18

Posté le 19 février 2017 à 21h54 par Michel Janva | Lien permanent

Mercredi 22 février : adoration de l'Alliance Saint Jean-Marie Vianney

Communiqué de l'Alliance Saint Jean-Marie Vianney :

L'Alliance Saint Jean-Marie Vianney propose une adoration eucharistique pour consoler le Cœur Sacerdotal de Jésus des outrages eucharistiques et des fautes sacerdotales.
A saint Joseph de Pont-du-Las (entrée sur la gauche), mercredi 22 février, de 20h à 22h 
L'adoration est dirigée par l'abbé Lambilliotte, aumônier nommé par monseigneur Rey.
 
D'autre part, une récollection, ouverte à tous, est proposée également, le vendredi 7 avril  de 9h à 16h, toujours au Pont-du-Las. 2 conférences, messes, confessions, adorations.
Inscription au 06.59.64.68.47
TéléchargementRappel de ce qu'est l'Alliance St Jean-Marie Vianney, constituée de deux branches, les membres priants et les membres jeûneurs :
  1. Une prière quotidienne d’engagement unissant les différents membres. Cette prière est le seul engagement obligatoire à tous.
  2. Membres jeûneurs, pas plus d’une fois dans la semaine. Le jeûne est plus puissant que les discours.
  • Jeûne de l’Eglise,
  • Jeûne au pain et à l’eau,
  • Récitation de la prière de l’Alliance tous les jours.

       3. Les membres priants

  • Récitation de la prière de l’Alliance tous les jours (voir ci-dessous). Leurs prières ne sont pas exclusivement réservées pour le sacerdoce.
  • Offrande d’une journée de leur semaine pour les intentions de l’Alliance et tout spécialement pour demander de saintes et nombreuses vocations.
  • Les autres jours, ils peuvent continuer à faire de petits sacrifices. 
Prière de l'Alliance
 
Mon Dieu,
Avec saint Jean-Marie Vianney, je vous prie pour tous vos prêtres.
Je vous demande pour eux la sainteté.
Je vous demande qu'ils aiment profondément leur sacrifice et qu'ils le vivent avec amour.
Je vous demande pour eux l'obéissance, l'esprit de détachement, une inaltérable et limpide chasteté, ainsi que l'abnégation, l'humilité, la douceur, le zèle, le dévouement.
Je vous demande qu'aucune âme ne les approche sans vous aimer d'avantage.
Je vous demande, mon Dieu, de semer par eux dans le monde, des grâces mariales, qui révèlent à quel point Marie est notre Mère.
Et pour qu'il en soit ainsi, pour que votre règne s'étende et s'affermisse par eux sur la terre, Je vous promets, O Jésus, de m’immoler avec Vous, de tout mon cœur.
 Ainsi soit-il.

Posté le 19 février 2017 à 21h25 par Marie Bethanie | Lien permanent

Jésus : sagesse et salut ; l’Evangile : solution des conflits !

Homélie du P. Madros :

“Aime ton prochain”; “Ne hais pas ton frère”: ces deux recommandations ou commandements de Dieu dans le Lévitique signifiaient l’ordre de vouloir le bien du coreligionnaire et du compatriote. La base sociologique et ethnique hébraïque de cette solidarité et de cette bienveillance fraternelle réside dans l’arrière-fond de la vie pastorale. Le « prochain » (en araméen qriv קריב, et l’invariable grec πλησίον), pour les Hébreux, était le berger-compagnon (ou « copain ») : berger « ro’eh », prochain « r’eh » רעה. Et les deux vocables s’écrivent avec les mêmes voyelles. Nous voyons clairement la différence abyssale entre l’interprétation vétérotestamentaire et celle de Jésus pour qui tout être humain, même le Samaritain (proverbialement stupide, d’après Siracide 50, 26) est notre sœur et frère (Luc 10, 25 s), et les lointains deviennent proches « dans le sang du Christ » (Eph 2, 13) ! Comme le souhaitait saint Paul, « la bienveillance ou la modération  (des peuples de tradition chrétienne) est manifeste à tous les hommes » (Phili 4,5). Sans détours, les Etats chrétiens sont les plus philanthropiques, les plus altruistes (parfois sans discernement suffisant). Et « la charte universelle des droits de l’homme » a l’Evangile comme source, reconnue ou niée! En d’autres mots, « la civilisation (typiquement chrétienne et évangélique) de l’amour » (l’inoubliable Jean-Paul II).

La sagesse fallacieuse et folle de ce monde (1 Cor 3, 16 – 23)

Les peuples sont souvent les victimes de la « diplomatie » de leurs dirigeants ! En arabe, un proverbe dit : « La logique et le discours des villages ne conviennent pas à ceux des palais »"حكي القرايا بيجيش على حكي السرايا. Les citoyens veulent tout simplement vivre ; les chefs militaires faire des guerres ; les politiciens avoir des acquisitions, quitte à ruiner leurs peuples,  et obtenir des voix, « regardant plutôt les prochaines élections que les prochaines générations ». Là réside la différence entre « un homme d’Etat » et un politicien.

Au fond, ce n’est pas Jésus qui est un « illuminé » (mais l’Illuminateur) ; pas utopique ni rêveur inguérissable mais ce sont plutôt les « puissants de ce monde »  qui s’imaginent triompher en voulant  les biens  de ce monde non le bien des peuples ! Quelle folie que les guerres mondiales, internationales et civiles ! « Aimez vos ennemis » ne relève pas de la chimère ni d’un pacifisme ou irénisme béat mais du véritable secret de « vaincre le mal par le bien », « en tendant l’autre joue », non par faiblesse ni par lâcheté, mais comme provocation du mal et du méchant ! D’ailleurs, pas plus tard qu’il y quelques mois, un ministre hébreu n’a pas hésité à déclarer, en faisant allusion à l’Evangile : « Nous autres, nous ne tendons pas à tendre l’autre joue ». Alors quoi ? Toujours « l’œil pour œil » et le « dent pour dent »   de Hamourabi (18ème siècle avant Jésus-Christ) et de l’Exode (21, 23- 25). Et le fait que le Coran réaffirme la loi du talion ne facilite pas la réconciliation et le pardon.

« L’autre joue » !

Jésus a voulu dire qu’il ne faut pas répondre à l’agression et à la violence par l’agression et la violence, arrêtant la transgression à peine née. Le Christ a l’air de dire : « Provoquez le méchant en le regardant bien dans les yeux, en lui faisant sentir son tort, et jamais en descendant à son niveau (ce qu’il souhaite inconsciemment ou sciemment !) » Pas question d’être vil ou imbécile. Pas question de renoncer à nos droits moraux et religieux car ils sont ceux de Dieu. Pas question de laisser faire quand notre foi, notre dignité et notre honneur sont menacés. Notre réaction doit toujours être pacifique, mais ferme. Notre « amour pour le prochain » et le lointain ne doit pas dégénérer en suicide stupide et traître, étant tenus « à la perspicacité du serpent et à la douceur de la colombe » en faisant face aux « loups » (Mt 10, 16). Renonçant à l’épée « inique » de l’agression (saint Sophrone de Jérusalem décrivait ainsi l’invasion sarrasine de la Terre Sainte), nous avons droit à l’épée de la légitime défense (Luc 22, 36), sans laquelle nous serions non charitables mais bornés, non courageux mais téméraires, « tentant Dieu » !

Conclusion

Le président Trump utilise assez souvent la Bible. Nous lui conseillons timidement non seulement de citer l’évangile de ce jour, mais de veiller à son application. C’est d’ailleurs ce même « Evangile de la paix » qui, seul, a mis fin à des décades sinon des centenaires d’hostilité entre beaucoup de pays européens et américains ! Il suffit de penser à la France et l’Allemagne, d’un côté, et l’Angleterre, d’un autre. Jean-Jacques Walter l’a noté avec objectivité : « A la longue, les peuples suivent leurs religions qui, un peu à la fois, les changent en mieux ou en pire, selon l’éthique proclamée par leurs livres saints» !

Le nouveau président américain avait exprimé la ferme volonté de mettre fin au conflit israélo-palestinien, entre autres. La recette évangélique, idéale non utopique, reste valide : « aime ton ennemi, puisque, lui aussi, est ton prochain ; plus de vengeance ni vengeance de la vengeance, à n’en plus finir, mais  « pardonner soixante-dix fois sept fois ». Et pour parler anglais : « Forget, forgive » : « Oublier et pardonner ! » Laisser l’avenir vaincre le passé ; les vivants vaincre les morts, et « que la paix de Dieu (ce fameux  שלום« shalôm » plus souhaité que réalisé), qui dépasse toute intelligence (donc, inutile de faire les malins !) prenne sous sa garde vos /nos cœurs et nos/vos pensées » (Phili 4, 7). Notre ex-pharisien de Saul n’hésite pas à ajouter, en concluant « dans le Christ Jésus » ! La majorité des habitants de la Terre Sainte ne croient pas en Jésus-Christ ! Est-ce triomphaliste, exagéré et méchant de dire que c’est là précisément la cause de la perpétuité du conflit ? Et ceci peut s’appliquer aux autres guerres civiles de la région. En laissant à tous leur liberté religieuse, quelle splendeur si on prenait Jésus, pas nécessairement comme Seigneur et Sauveur, mais au moins maître de vie et de mort, théoricien et modèle de l’amour et de la paix !

Et au moins nous, « nous sommes ses témoins » !

Posté le 19 février 2017 à 09h39 par Michel Janva | Lien permanent

Quand on n’apprécie pas le pape est ce péché ?

De Réponses catholiques :

"Ce serait peut-être un peu audacieux de répondre « des goûts et des couleurs » pour ce qui est d’apprécier ou non le Pape mais l’appréciation prise au sens du sentiment est une passion humaine. Apprécier ou non le Pape n’a donc rien à voir avec la foi et, par conséquent, le péché. On peut beaucoup aimer tel Pape, moins un autre, trouver celui-là ennuyeux, cet autre incompréhensible ou encore un autre génial. Peu importe.

Ce qui relève tout de même de la foi catholique est d’abord le respect qu’on lui doit. L’attaquer, cela oui, c’est un péché. L’attaquer physiquement est même un péché très grave qui ne peut être pardonné que par une confession par un prêtre spécialement mandaté par la Curie, à Rome.

En outre, la foi catholique implique d’adhérer au Magistère de l’Eglise. Il y a des degrés d’importance dans les types de documents Magistère mais les enseignements du Pape en font partie. La tiédeur dans l’adhésion à ses commentaires footballistiques lors d’une interview ne sera peut-être pas prise au sérieux comme péché dans un confessionnal. Le rejet d’une exhortation apostolique ou d’une encyclique, cela est autrement plus grave.

Dans l’encyclique Veritatis splendor, Saint Jean-Paul II rappelle l’Enseignement constant de l’Eglise : chaque catholique agît, en dernière instance, selon sa conscience. Encore faut-il que cette conscience soit formée, le terme employé est même « conformée », à l’Enseignement de l’Eglise. Concrètement, avant d’être en désaccord avec le Magistère, le fidèle doit :

– Se former, lire les textes en question, le Catéchisme, les Ecritures etc

– S’informer, discuter avec des personnes compétentes telles qu’un prêtre, des théologiens, un accompagnateur spirituel

– Se conformer, prendre en compte ce que dit l’Eglise, et, si son opinion ne peut s’accorder avec le Magistère, voir ce qui contribue à scandaliser ses frères ou au contraire les édifier. Par exemple, exprimer son désaccord avec le Pape dans une lettre ouverte dans des media peu respectueux des chrétiens ou une pétition sur Twitter contre le Pape, ce n’est pas la même chose qu’un commentaire argumenté et appuyé sur des théologiens et des textes bibliques dans une séance de disputatio d’une faculté de théologie

Donc la question n’est pas d’apprécier ou non le Pape. Elle est de l’écouter."

Posté le 19 février 2017 à 09h37 par Michel Janva | Lien permanent

18 février 2017

Dieu est désigné par le même mot en arabe et en français mais le Dieu du Coran n’est pas celui de la Bible

Dans le nouveau numéro de Clarifier, Annie Laurent revient sur la manière d’écrire « Dieu » lorsqu’il s’agit de celui des musulmans

Jesusissa2-450x255"(...) Autrement dit, en français, faut-il dire « Allah », comme le font la plupart des auteurs d’écrits relatifs à l’islam ? La réponse à cette question ne va pas de soi car l’écriture choisie – Dieu ou Allah – sous-entend une expression théologique spécifique. Nous prolongeons cette analyse en abordant un sujet connexe mais lié au précédent thème : que signifie Issa, retenu par le Coran pour désigner Jésus, Fils de Dieu pour les chrétiens ?

Si l’on veut respecter la logique linguistique, il convient de dire « Dieu » lorsqu’on s’exprime en français, comme on dit Deus en latin, Dio en italien, God en anglais, Gott en allemand, etc.

« Allah » est un terme sémitique antérieur à l’apparition de l’islam, au même titre qu’« Eloah » en hébreu (« Elohim » étant le pluriel de majesté) et « Elah » en araméen. Provenant de la racine étymologique El ou Al, il désigne toute divinité quelle qu’elle soit, sans rapport nécessaire avec le monothéisme. Il est parfois incorporé dans un prénom. Ainsi, selon la biographie de référence de Mahomet, rédigée par Ibn Hichâm, le père du prophète de l’islam, Mahomet, qui professait l’une des religions païennes en vigueur à La Mecque au VIIe siècle, se nommait Abdallah, c’est-à-dire « Serviteur du dieu ». (Cf. La vie du prophète Mahomet, Fayard, 2004).

Le nom « Allah » résulte de la contraction de l’article al- et du substantif ilâh (« divinité »). L’article semble avoir été ajouté pour signifier le caractère unique de ce Dieu (« Le Dieu ») et exprimer le monothéisme intégral, comme le suggère le Coran.

« Dis : “Lui, Dieu est Un, Dieu ! L’Impénétrable ! Il n’engendre pas ; Il n’est pas engendré, nul n’est égal à Lui” » (112, 1-4).

Ce verset comporte une réfutation implicite de la foi des chrétiens en la divinité de Jésus-Christ, le Verbe incarné, et en la Trinité. Dans un souci de cohérence théologique, les chrétiens de langue arabe, lorsqu’ils font le signe de la Croix, disent : « Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit, le seul Dieu ». C’est aussi pour eux une manière de témoigner de leur foi monothéiste auprès des musulmans qui leur reprochent parfois leur « trithéisme ».

Allah n’est donc pas un nom propre à l’islam, c’est « Dieu » écrit en langue arabe. Comme leurs compatriotes musulmans, les chrétiens arabophones prient aussi Allah ; et ceci même si le nom ne reflète pas une réalité doctrinale identique puisque, dans l’islam, le Dieu unique est résumé par le dogme de l’unicité (Tawhîd) – un Dieu Un et seulement Un -, tandis que, dans le christianisme, Dieu s’est révélé comme Un en Trois Personnes, ainsi que l’exprime le dogme de la Trinité.

Pourtant, depuis plusieurs années, des militants islamistes contestent aux chrétiens le droit de dire « Allah ». Pour eux, ce nom doit être réservé au Dieu du Coran. En Malaisie, où les chrétiens représentent 9 % des 28 millions d’habitants, l’affaire a défrayé la chronique à partir de 2007, après une décision du ministère fédéral de l’Intérieur interdisant l’usage du vocable « Allah » dans le journal catholique The Herald. Suite à divers recours en justice introduits par l’Église locale, certains lui ayant donné satisfaction, la Cour suprême de Kuala Lumpur a tranché par un arrêt définitif du 21 janvier 2015, confirmant la décision du ministère.

Pour leur part, les traducteurs francophones du Coran écrivent tantôt « Dieu » (cf. Denise Masson, Folio-Gallimard ; M. Savary, Garnier Frères ; Sami Aldeeb Abou-Sahlieh, L’Aire), tantôt « Allâh » (cf. Régis Blachère, Maisonneuve & Larose ; Édouard Montet, Payot). Des traducteurs musulmans eux-mêmes écrivent « Dieu » (cf. Cheikh Boubakeur Hamza, Enag Éditions).

Cependant, afin d’éviter toute confusion théologique et toute vaine querelle, il nous semble aujourd’hui préférable d’utiliser le substantif « Allah » lorsqu’on évoque le Dieu des musulmans. Et ceci vaut pour toutes les langues. Mais, nous ne sommes plus ici dans une logique sémantique. 

Si les chrétiens arabophones prient Dieu avec le même nom que les musulmans, il n’en va pas de même pour Jésus. Tous refusent Issa (prononcer Aïssa) que le Coran donne à Jésus. Ce nom est pour eux une falsification, celui de Jésus en arabe étant Yasû’. Les chrétiens vivant en Arabie avant l’islam ont continué à appeler ainsi Jésus après l’apparition de cette nouvelle religion, et ceci jusqu’à leur disparition de ce territoire ; ceux du Levant, bien qu’arabisés, ont conservé le mot araméen en vigueur dans leur idiome antérieur, celui que parlait le Christ. Il s’agit de Yassouh ou Yessouah. Ce nom signifie « Yahvé sauve ». Jésus est donc Dieu. Cette vérité est d’ailleurs explicite dans l’Évangile selon saint Matthieu lorsque l’Ange du Seigneur dit en songe à saint Joseph : « Tu l’appelleras du nom de Jésus, car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés » (Mt 1, 21).

Pourquoi le Coran n’a-t-il pas adopté l’écriture arabe, Yasû’, pour nommer Jésus ? La raison en est fondamentale. Elle tient à l’identité que l’islam lui donne.

Dans les cultures sémitiques, le nom porté par une personne n’a rien d’anodin, comme l’a démontré le Père Antoine Moussali, lazariste libanais (1921-2003) :

 Donner un nom à quelqu’un ou à quelque chose, c’est nommer son essence, ce qui le caractérise en propre, ce qui le personnifie […]. L’emprise est tellement forte que l’on serait tenté de direque ce n’est pas l’individu qui porte le nom, mais le nom qui porte l’individu. Être, à la manière humaine, c’est être nommé. » (La croix et le croissant, Éditions de Paris, 1997, p. 43).

Or, le nom coranique de Jésus, Issa, est dépourvu de toute signification. Celui qui le porte n’est qu’un prophète parmi d’autres, même s’il jouit d’une position éminente et singulière. Le Coran le présente en effet comme « le Prophète de Dieu, sa Parole qu’il a jetée en Marie, un Esprit émanant de lui » (4, 171). Et, même s’il est décrit comme « Parole de Vérité » (19, 34, « fortifié par l’Esprit de sainteté » (2, 253), il s’efface devant Mahomet, le « sceau des prophètes » (33, 40), dont il annonce d’ailleurs la venue (61, 6).

L’intention qui préside à ce vide nominatif est évidente : Issa ne saurait donc prétendre à une mission salvifique, laquelle ne peut appartenir qu’à Dieu. Or, pour les musulmans, malgré ses attributs, Jésus n’est pas Fils de Dieu. Le Coran est intransigeant à ce sujet.

« Dieu est unique ! Gloire à Lui ! Comment aurait-il un fils ? » (4, 171) ;

« Créateur des cieux et de la terre, comment aurait-il un enfant, alors qu’il n’a pas de compagne, qu’il a créé toute chose et qu’il connaît tout ? » (6, 101) ;

« Il ne convient pas que Dieu se donne un fils » (19, 35).

Issa nie lui-même se faire passer pour une divinité. « Dieu dit : “Ô Jésus, fils de Marie ! Est-ce toi qui a dit aux hommes : Prenez, moi et ma mère, pour deux divinités, en dessous de Dieu ?” Jésus dit : “Gloire à toi ! Il ne m’appartient pas de déclarer ce que je n’ai pas le droit de dire. Tu l’aurais su, si je l’avais dit. Tu sais ce qui est en moi, et je ne sais ce qui est en toi” » (5, 116).

Par ailleurs, si « Messie » (Masîh) remplace Issa dans onze versets (p. ex. : « Ceux qui disent : “Dieu est, en vérité, le Messie, fils de Marie”, sont impies », 5, 17), cet attribut, interprété par certains commentateurs musulmans comme un titre d’honneur et par d’autres comme la marque d’une onction divine l’ayant préservé de l’influence de Satan (1), est étranger à la vocation de Jésus telle qu’elle est décrite dans les récits évangéliques. Pour l’académicien Roger Arnaldez (1911-2006), « cette qualification de Messie n’est plus alors en relation avec la mission que Jésus doit remplir parmi les hommes ; elle est une marque apposée sur lui dans sa relation avec Dieu et le monde angélique » (Jésus, fils de Marie, prophète de l’islam, Éd. Desclée, 1980, p. 87). Autrement dit, il s’agit d’un Messie sans messianisme. 

Dieu est désigné par le même vocable en arabe et en français, mais le Dieu du Coran n’est pas celui de la Bible.

Quant à Jésus, s’il n’est pas rare d’entendre des musulmans francophones affirmer qu’ils croient en lui, son nom coranique, Issa, ne désigne pas le Christ de l’Évangile.

Ces précisions peuvent être utiles à des chrétiens soucieux d’un dialogue sans confusion avec des musulmans. Il est certain que Jésus est au cœur d’une controverse doctrinale irréconciliable entre christianisme et islam. Mais, aujourd’hui, certains fidèles de cette religion sont fascinés par la figure énigmatique, voire mystérieuse, de Issa, qui se présente dans le Coran comme un prophète, certes musulman, mais aussi comme « un Signe pour les mondes » (21, 91), « illustre en ce monde et dans la vie future, il est au nombre de ceux qui sont proches de Dieu » (3, 45), ayant aussi bénéficié de privilèges exceptionnels, notamment sa conception miraculeuse dans le sein virginal de Marie (19, 20) et sa capacité à résister aux tentations du démon, avantages dont même Mahomet a été privé (2).

Posté le 18 février 2017 à 11h09 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

17 février 2017

L'ouvrage "L'avortement vu par un prêtre exorciste" sera-t-il interdit ?

Livre_affiche_83Le Frère Christian de la Vierge publie ce mois-ci un témoignage sur l'avortement, vu par un prêtre que le ministère de compassion, confié par son évêque, a amené à rencontrer beaucoup de femmes blessées profondément dans leur cœur, leur psychisme, leur comportement familial et leur vie spirituelle, ne sachant d'où provenaient les troubles profonds qui les tourmentaient, les attribuant parfois à des causes occultes (sortilèges, maléfices ou "esprits mauvais").

Le livre se compose de deux parties :

  • Le point de vue psychologique (Les étapes de la guérison. Le repentir et le pardon. Doit-on garder le secret sur l'avortement ? La guérison des survivants de l'avortement dans la fratrie.) 
  • Essai théologique sur l'avortement (Gravité de l'acte. Atteinte à la paternité de Dieu. Atteintes à l'Immaculée Conception et à l'Incarnation…)

A la fin de l'ouvrage, figure une présentation de l'Association "Choisir la vie - Isère". Quelques informations pratiques sur les pèlerinages pour la vie dans deux sanctuaires. Prière pour les enfants à naître.

Cet ouvrage passera-t-il le cap de la censure instaurée par Laurence Rossignol ?

Posté le 17 février 2017 à 17h51 par Michel Janva | Lien permanent

12 février 2017

Le Seigneur de la gloire, crucifié, a accompli Loi et Prophètes

Homélie du père Madros :

"Les « princes de ce monde » (1 Cor 2, 6 s)

Ces « arkhontes αρχόντες » ne se rendent pas compte, en méprisant et en tuant Jésus de Nazareth qu’il est, lui, le « Principe » Αρχή « arkhè », de toute la création, le « Conseiller, le Dieu fort » prophétisé par Isaïe, « le prince de la paix » aussi (Is 9, 5). « S’ils avaient connu (la sagesse mystérieuse de Dieu), ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de la gloire » ! Ils ne seraient donc pas devenus « déicides ». Le mot est exact, puisque dans un seul Etre la divinité s’était incarnée. Mais, toujours attention ! On ne tue pas Dieu mais la nature humaine de Jésus « où habite toute la plénitude de la divinité corporellement » (Col 2, 9).

Une double falsification (supplémentaire) dans « la traduction du monde

Non seulement ce dernier verset a été falsifié chez les Témoins de Jéhovah, mais il faut encore relever dans 1 Cor 2, 8 deux manipulations  significatives, anti-croix et anti-divinité du Christ, dans ce passage de leur « Bible » : « S’ils l’avaient connue (la divine sagesse) ils n’auraient pas attaché sur un poteau (au lieu de : crucifié) le Seigneur glorieux » ! D’arrière-fond judéo-hébreu, la dénomination américaine a d’abord décidé d’évacuer, de balancer « la croix » et ses dérivatifs. Jésus n’aurait été qu’attaché, exactement comme le Talmud babylonien écrit (Sanhédrin 43 a), sur un « poteau » pas davantage identifié ! Ensuite, cette dénomination antichrétienne,  bien consciente que « le Roi de la gloire » (Ps 24 (23), 10), ne peut qu’être le Seigneur de la gloire : Yahvé lui-même, alors, dans leur version, elle ne fait du Christ qu’un Seigneur « glorieux » non plus le roi, le Seigneur par excellence de la gloire.

Puissants de ce monde et Christ crucifié !

Une autre conclusion pratique : la guerre menée par les « grands de ce monde » contre le Christ. Officiellement, ils avaient réussi à le bannir de la vie publique, sous prétexte de laïcité. Ils ont fait des lois contraires aux Dix Commandements et à l’Evangile. Beaucoup de personnes font le jeu de ces lois et de cet antichristianisme d’Etat. Mais, la voix de Jésus se fait toujours entendre dans les consciences, pour la bonne raison qu’elle est gravée dans le cœur humain, le bon sens et le b a ba de la décence. Sa grâce continue à toucher les cœurs les plus endurcis. Comme l’enfant prodigue, l’amertume de la déception, le malheur des plaisirs mondains, le vide, « la nausée », font revenir beaucoup de gens au Seigneur, surtout en l’occasion d’un désastre, d’une maladie, et à l’approche de la mort. N’est-ce pas le cas, sans triomphalisme, de citer l’aveu navré de l’empereur Julien l’Apostat : « Nazaréen, tu as vaincu ! » ? Mais le Seigneur compte aussi sur nous, sur notre prière, notre repentir, notre témoignage, et notre évangélisation, pour que « son règne vienne et que sa volonté soit faite ». Et « malheur à nous si nous n’évangélisons pas » !

Seigneur absolu de la gloire infinie, législateur de l’absolu des Commandements (Mt 5, 15 s)

« Je ne suis pas venu abolir la Loi ni les prophètes… je suis venu pour accomplir ». Ce verbe signifie « remplir » (d’après l’araméen), compléter ce qui manquait, non pas de la part de Dieu mais de la disponibilité humaine à l’accomplir pleinement. Il veut dire aussi « porter à la perfection » ce qui était imparfait, encore une fois pas de la part de Dieu mais de la part des hommes, spirituellement et moralement enfants.

« Tu ne tueras pas ! »

Jésus prend le mal à sa racine non pas seulement dans ses conséquences néfastes. Le meurtre résultant de la colère, le Christ s’empresse de condamner l’emportement générateur d’homicide et de génocide. Avec Jésus, les bémols, les concessions, les relativisations du Commandement tombent : en effet, dans la loi mosaïque, on pouvait et on devait tuer les apostats, les adultères mariés, ceux qui n’honorent pas leurs parents… Jésus n’abolit pas le Commandement mais lui rend son absolu : « Tu ne tueras jamais en aucun cas », d’où la lutte du Saint-Siège contre la peine de mort, l’avortement, l’euthanasie…

Un minimum d’objectivité nous oblige à constater, avec tout notre amour pour nos frères non chrétiens, que le commandement de tuer se trouve dans des Livres sacrés pour certaines religions. Il ne faut donc pas s‘étonner si des adeptes appliquent ces textes. Manifestement, ils n’ont pas eu la lumière du Christ. Prions et agissons dans la charité et la clairvoyance, annonçant discrètement « l’évangile de la paix » !

Conclusion

A lui seul, le commandement de tuer qui se trouve en dehors du Nouveau Testament devrait nous préoccuper. Persister à ignorer les textes ne résout pas le problème. Il y a un grave problème de conscience et un conflit incessant et crucial entre ce commandement et la bienveillance envers les autres, ainsi que le désir authentique d’intégration et d’évolution.

Que le Seigneur de la gloire nous aide vraiment non seulement à abolir de nouveau la crucifixion et les autres peines capitales, mais aussi à vivre en paix et à calmer et dissuader les personnes théocratiquement assoiffées de sang ! Répétons, comme dans chaque messe : « Délivre-nous, Seigneur, de tout mal, et donne la paix à notre temps ! »

Posté le 12 février 2017 à 10h23 par Michel Janva | Lien permanent

La Dévotion Mariale des Saints (2ème partie)

Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté :

Posté le 12 février 2017 à 08h47 par Michel Janva | Lien permanent

09 février 2017

Ordination des femmes : une revue proche du pape sème la confusion

D'habitude, ce genre de confusion est diffusée par la presse moderniste voire non chrétienne. Mais là, il s'agit de la revue La Civilta Cattolica, dirigée par le jésuite Antonio Spadaro, proche du pape François. Normalement, les articles publiés dans cette revue sont systématiquement relus par la Secrétairerie d'Etat. La confusion est donc immense. Le pape François a déclaré, lors de son retour de Suède et des célébrations du cinq-centenaire de la révolte de Luther :

« Pour ce qui est de l’ordination des femmes dans l’Eglise catholique, saint Jean-Paul II a eu le dernier mot, et il reste d’actualité ».

Point final ? Dans la dernière livraison de La Civilta Cattolica, le rédacteur en chef délégué, le P. Giancarlo Pani conteste cette parole définitive, comme le suggère déjà le titre de son article : « On ne peut pas simplement se référer au passé ». Le P. Pani est très proche du père Spadaro. Voici son raisonnement.

Dans Ordinatio Sacerdotalis, rappelle le P. Pani, Jean-Paul II affirmait de manière « définitive » que l’Eglise n’a aucune autorité « pour conférer l’ordination sacerdotale aux femmes ». La Congrégation pour la doctrine de la foi, interpellée peu après, confirmait que cela appartient au dépôt de la foi, vérité infaillible à laquelle tous les fidèles sont tenus d’adhérer.

L’article du P. Pani évoque ensuite les « difficultés » liées à cette réponse à travers les « tensions dans les relations entre le magistère et la théologie à propos des problèmes liés » :

Unknown-22« Ceux-ci sont relatifs à la théologie fondamentale de l’infaillibilité. C’est la première fois dans l’histoire que la Congrégation a fait explicitement référence à la constitution Lumen Gentium n°25, qui proclame l’infaillibilité d’une doctrine enseignée comme liant définitivement les fidèles par les évêques dispersés à travers le monde, mais en communion à la fois entre eux et avec le successeur de Pierre. En outre, la question touche à la théologie des sacrements, parce qu’elle concerne le sujet du sacrement de l’ordre, qui traditionnellement est en effet l’homme, mais cela ne prend pas en compte les développements relatifs à la présence de la femme dans la famille dans la société au XXIe siècle. C’est une question de dignité ecclésiale, de responsabilité et de participation ».

« Le fait historique de l’exclusion de la femme du sacerdoce en raison de l’“impedimentum sexus” est indéniable. Néanmoins, dès 1948, est donc bien avant les des années 1960, le P. Congar avait souligné que “l’absence n’est pas un critère décisif permettant de conclure prudemment dans tous les cas que l’Eglise ne peut le faire et qu’elle ne fera jamais” ».

« En outre, ajoute un autre théologien, le “consensus fidelium” vieux de nombreux siècles a été remis en question au XXe siècle, principalement en raison des profonds changements socioculturels concernant la femme. Cela n’aurait pas de sens de soutenir que l’Eglise doit changer simplement parce que les temps ont changé, mais il reste vrai que doctrine proposée par l’Eglise a besoin d’être comprise par l’intelligence qui croit. La dispute sur les femmes prêtres aurait trouvé son parallèle dans d’autres moments de l’histoire de l’Eglise ; en tous les cas, aujourd’hui, pour la question du sacerdoce des femmes, les “auctoritates”, présentation officielle du magistère, sont clairs, mais de nombreux catholiques trouvent difficile de comprendre les “rationes” qui, plutôt que des expressions de l’autorité, semblent relever de l’autoritarisme. Aujourd’hui, il y a un malaise parmi ceux qui ne parviennent pas à comprendre comment l’exclusion de la femme du ministère de l’Eglise peut coexister avec l’affirmation et l’appréciation de son égale dignité ».

Sans plaider ouvertement pour l’ordination des femmes, l’article emploie un langage chargé : parler d’« autoritarisme » plutôt que de faire référence à tout l’enseignement profondément raisonné de l’Eglise, c’est un signe qui ne trompe pas. De même, le titre de l’article montre clairement la direction où l’on veut aller. Enfin, la remise en cause de l’infaillibilité et des certitudes théologiques montre que le père Pani veut aller beaucoup plus loin. Le P. Pani précise d’ailleurs :

« On ne peut pas toujours se référer au passé, comme si on ne pouvait trouver les indications de l’Esprit que dans le passé. Aujourd’hui aussi, l’Esprit guide l’Eglise et suggère la prise en compte courageuse de nouvelles perspectives ».

Posté le 9 février 2017 à 08h36 par Michel Janva | Lien permanent

06 février 2017

« Hors de l’Eglise point de salut »

Lu sur Réponses catholiques :

"« Hors de l’Eglise, point de salut ». Nombreux semblent omettre cet adage dogmatique qui les dérange, car non conforme à leur fausse conception de la vérité et de la miséricorde.

Il est important de remettre cette citation de St Cyprien de Carthage dans son contexte car, effectivement, elle en dérange plus d’un. Mais peut-être pas celui qu’on croit.

Rappel des faits : au IIIe siècle, une persécution très dure s’abat sur les chrétiens de Carthage. Plusieurs acceptent d’accomplir les rituels religieux pour l’Empereur, estimant que cela ne les engage pas à grand-chose vu qu’ils gardent la foi dans leur cœur. D’autres, effrayés, abandonnent effectivement le christianisme. L’évêque Cyprien part se mettre à l’abri à l’extérieur de la ville.

La situation se calmant, Cyprien revient et certains lapsi (ceux qui ont accepté de sacrifier dans les temples) reviennent aussi à l’église. Sauf qu’entretemps, des chrétiens fervents ont tenu bon dans la persécution et sont scandalisés que les lapsi soient réintégrés après avoir renié leur foi et que Cyprien reprenne sa charge d’évêque alors qu’il est allé « se planquer ». Ce groupe a d’ailleurs élu et ordonné un autre évêque. Ils sont donc de facto en schisme.

Après discernement, ce qui allait devenir l’Eglise catholique, la « Grande Eglise », comme disent les historiens, avait en effet accepté de réintégrer les lapsi repentants, après un temps de pénitence sévère. Au grand dam de groupes radicaux qui ont créé de ce fait plusieurs églises dissidentes et ont ouvert le champ à bien des hérésies (de Novatien, donatiste etc).

En disant « hors de l’Eglise point de salut », Cyprien vise deux publics :

–   Ceux qui sont tentés d’abandonner la foi chrétienne par peur des persécutions. Il leur signifie qu’ils ne trouveront rien répondant à leurs aspirations spirituelles ailleurs et que, certes, ils sauveront leur vie mais elle sera misérable et sans espérance

–  Ceux qui quittent une église qu’ils jugent trop laxiste. En devenant schismatiques, ils quittent les promesses de salut que le Christ a donné pour mandat de transmettre à son Eglise.

Notons qu’à aucun moment, il n’est question ici des païens et des Juifs. Leur salut est une autre affaire et n’est pas qualifié ici. C’est le Concile de Vatican II qui tranchera ce débat, en particulier avec Nostra Aetate. Partant du fait que ceux qui n’ont jamais été chrétiens ne sont pas concernés par ce genre d’assertion, il s’est fondé sur différents points :

–  Dieu a promis le salut au Peuple juif au Sinaï et Il ne revient jamais sur ses promesses. Dire qu’aucun Juif ne peut être sauvé signifie que Dieu ne tient pas parole

–  Dès l’Ancien Testament, des païens sont des justes (Job, Rahab). Comment ne pourraient-ils pas être sauvés ?

–  Jésus-Christ est venu pour le salut de tous. Cela ne signifie peut-être pas que tous sont sauvés mais que tous peuvent l’être. Quelqu’un qui n’a jamais eu accès à la Bonne Nouvelle de Jésus peut néanmoins être englobé dans son salut.

Pour en revenir à Cyprien, il en va différemment pour ceux qui étaient chrétiens. En l’occurrence ceux qui, soit apostasient, ce qui est un péché très grave, soit quittent l’Eglise en prétendant avoir mieux compris qu’elle ce qu’elle doit être. Ils ne trouveront rien de salvifique dans cette aventure et Cyprien les exhorte à se repentir et revenir à la communion. S’il ne nous est pas permis de spéculer sur leur salut, la mise en garde de Cyprien doit néanmoins être entendue avec le poids qu’elle mérite.

Précisons que, à une persécution suivante, Cyprien restera à Carthage et consommera sa charge épiscopale par le martyre."

Posté le 6 février 2017 à 21h40 par Michel Janva | Lien permanent

Le patriotisme est-il un péché ?

Dans l'émission Terres de Mision, Claude Rousseau, maître de conférence honoraire en philosophie morale et politique à l’Université de Paris-Sorbonne répond à la question : Qu’est-ce qu’une nation ? Il fait, en quelques instants, la synthèse de la conférence inaugurale qu’il prononça lors de la XVI Université d’été de Renaissance Catholique dont le recueil de conférences vient d’être publié sous le titre : Le patriotisme est-il un péché ? Ou lorsque la philosophie vient au secours du bon sens.

Posté le 6 février 2017 à 08h29 par Michel Janva | Lien permanent

05 février 2017

L'Alliance Saint Jean-Marie Vianney, soutien spirituel des prêtres - MàJ

Le Salon Beige relaie régulièrement les annonces de l'Alliance Saint Jean-Marie Vianney, mais aujourd'hui sa responsable a souhaité présenter cette belle oeuvre plus longuement à nos lecteurs :

Images

"Le plus beau sanctuaire, la plus brillante garde, le temple le plus majestueux est le prêtre. Toutes les églises du monde peuvent s'écrouler, si le prêtre survit, l'Eucharistie sera célébrée et le Christ recommencera à devenir physiquement présent." Cardinal Van Thuan

L'Alliance Saint Jean-Marie Vianney regroupe des prêtres, des religieuses et des laïcs qui se relaient pour jeûner et prier à tour de rôle pour les prêtres vivants et au purgatoire.

Ce mouvement international a deux fonctions :

  • le soutien du sacerdoce par le jeûne
  • la réparation par l'adoration

L'adoration est un moyen simple et accessible à tous. Spirituellement, elle nous permet d'aimer, consoler et réparer le coeur sacerdotal de Jésus, Souverain et Éternel Prêtre.

Nous partageons l'esprit de notre saint protecteur, Saint Jean-Marie Vianney, patron de tous les curés de l'univers et des prêtres de France.

Deux choses nous poussent à l'adoration de réparation :

  • les sacrilèges envers l'Eucharistie
  • les fautes sacerdotales. C'est aussi une façon d'aimer nos prêtres que de vouloir réparer la douleur infligée au coeur de Jésus-prêtre, à leur place.

C'est un acte de miséricorde qui s'impose aux membres de l'Alliance, mais ces adorations sont ouvertes à tous. Elles se dérouleront cette année aux dates suivantes :

22 février

24 mars

21 avril

26 mai

22 juin

de 20h à 22h00 à saint Joseph de Pont-du-Las.

Venez nous y rejoindre avec vos voisins et vos amis !

Il y a un temps d'accueil et de formation par l'aumônier, et une heure d'adoration de réparation, dirigée par l'Abbé Pascal Lambilliotte.

Jésus cherche des intercesseurs nécessaires à la miséricorde. Soyons nombreux à répondre à cet appel ! 

Contacts :

Posté le 5 février 2017 à 22h52 par Marie Bethanie | Lien permanent

Plus de "Jésus-Christ", plus de crèche, plus de crucifix ?

Homélie du père Madros :

"Suppression des expressions "avant, après Jésus-Christ"

Il paraît que le gouvernement français, avant de finir son mandat, a imposé, d'une façon absolument pas démocratique, l'élimination systématique de la manière chrétienne ou philo-chrétienne de calculer le temps. Notons qu'elle est la seule dans le monde civilisé depuis au moins cinq siècles, sinon depuis 532 A.D., rétroactivement, grâce au pape Jean 1 er et au génie de moine scythe-arménien, Denys le Petit. En 1905 sortit un autre décret non démocratique, obligeant le peuple à la "laïcité" quand plus de 90 pour cent des Français étaient catholiques et croyants. Une oligarchie, un petit nombre, sans référendum, a décidé la laïcité. Par contre, ces mêmes courants "sécularisés" ont toujours fait preuve de "tolérance, accueil, respect" des dénominations non chrétiennes. Désormais, il devrait être clair que tous ces mouvements sont franchement antichrétiens. Mais le Christ et l'Eglise "en ont vu d'autres". Ils survivront. Ils approfondiront leur présence et leur mission, dans la discrétion et l'humilité.

Voilà donc, un petit exemple, Alexandre le Grand, mort en 323 avant "notre ère". A l'église, proclamons-le tout haut "avant Jésus-Christ". Et, même pour les adversaires les plus farouches, "notre ère" n'est rien d'autre que celle de " Jésus-Christ"!

Cette interdiction "peu" chrétienne et "peu" catholique continuera-t-elle après avril prochain, 2017 "de notre ère"? Pauvre "fille aînée de l'Eglise", bien malmenée! Par contre, à propos de terroristes non chrétiens et de "convertis" devenus carrément djihadistes, "pas d'amalgame": ce sont des "jeunes", des "marginalisés". Si nous avons bien compris, la mairie de Paris ne manque jamais de célébrer un beau banquet, chaque année, pour la fin du ramadan… Ouverture, accueil, tolérance, respect… unilatéraux. Alors, la mairie de Riadh ou de Rabat (Maroc) devrait donner un banquet pour Pâques, non?

Eh, le curé, où sont les lectures de ce dimanche?

Nous y étions, mais il faut expliciter la pensée! Saint Paul, n'en déplaise aux "philosophes" de Corinthe, aux rabbins ultra-monothéistes, donc à nos laïcistes d'aujourd'hui, n'hésite pas "à annoncer Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié"! Les "laïcs" païens de son temps, qui se gargarisaient d'éloquence et de sagesse (comme les nôtres qui se définissent comme "rationalistes"), rejettent "la folie de la croix" ou plutôt celle d'un jeune homme illuminé simplet crucifié. Les Juifs ne l'accueillent pas davantage! Pour eux, il constitue une "pierre" pas d'angle mais d'achoppement. Pas possible qu'il soit le Roi Messie sur un gibet!

Le prétexte change, mais le mouvement contre Jésus-Christ est le même! "On veut pas de symboles chrétiens parce qu'on est laïc! On veut pas du Crucifié parce qu'on est bien pensant grec et parce qu'on veut, en tant que Juif, un Messie glorieux"! Et quand "le vide religieux se fait", quelque peu comblé par un militantisme islamique violent, on fait semblant de n'avoir rien vu ni entendu. "Tout le monde il est beau, tout le monde, il est gentil!" Et "tout va très bien, Madame la Marquise!"

Pas de sagesse, pas d'éloquence!

On dirait que saint Paul avait prévu notre temps aussi, où on effectue des tergiversations des circonlocutions, des syllogismes plutôt des sophismes, jusqu'à faire interdire, indirectement, de dire "Joyeux Noël", aux Etats-Unis d'Obama. Il y a belle lurette que la croix et le crucifix ont été balancés (bien que "balance du monde", nous dit la Liturgie). Les Saoudiens, dans leur allergie anti-croix, ne savent toujours quoi faire avec le drapeau de la Suisse, entre autres. Plus que la "croix", les banques helvétiques leur conviennent! Là, on comprend mieux: le dieu Mammon vaut mieux que le Seigneur dénudé et crucifié; des "prophètes" sensuels, comme un Joseph Smith, les "arrangent mieux" qu'un Nazaréen chaste et pauvre!

Saint Paul reculerait-il aujourd'hui, en cachant crucifix et "petit Jésus"? Jamais de la vie! Et nous, au moins dans nos églises et nos maisons, devenues catacombes, et parfois obligées à la clandestinité, nous ne proclamerons que "Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié"!

Plus de Christ, plus de sel, plus de lumière, plus de bonheur (Mt 5-

Un ami Palestinien chrétien nous a récemment expliqué les béatitudes dans le sens d'une marche. Donc, "en avant les pauvres… en avant les affligés": ne vous découragez pas! Si vous permettez, cette explication semble plus raisonnable qu'une résignation laconique ou une joie, un peu malsaine, dans le malheur! L'hébreu "ashrei" signifierait donc: "En avant, en marche, ne traînez pas, les enfants matraqués, tenez bon! Vous serez satisfaits et récompensés!"

Nous aimons bien comprendre le "Vous êtes le sel de la terre" comme adressé à nous tous, pas seulement aux pauvre bougres! Après tout, nous aussi, sans fausse humilité, on est de braves gens! Oui, Jésus donne une saveur, un sens à la vie! Prétentieux? Non! Figurez-vous que, pour notre existence ici-bas, le seul sens (à savoir "signification" et "direction") réside dans l'acceptation de la souffrance et de la mort jusqu'à leur transformation en réalités porteuses de vie! Là, vous avez beau chercher: Platon, Aristote, les stoïciens (tiens, les fameux philosophes de Corinthe), le Talmud, Bouddha…Il n'y a rien à faire! Faut pas chercher midi à quatorze heures: seul le Crucifié nous libère magistralement de "l'absurde", de "la nausée", du "néant" des existentialistes athées! Seul le Crucifié nous sauve du suicide (celui des nantis blasés et des misérables désespérés) et du suicide-homicide qu'on appelle en japonais "kamikaze"!

Un exemple frustrant: une ville insipide et "cynique": San Francisco!

Au numéro un, semble-t-il, de la technologie, cette métropole, en principe chrétienne et de fondation franciscaine catholique, a plus de chiens que d'enfants! D'où l'adjectif ou l'épithète "cynique", du grec "kuon", chien! Celui-ci a beaucoup de "signification"! Mais, tout de même, un bébé humain, beaucoup plus, non?

Ici, nous tombons d'accord avec le fameux empereur romain Vespasien. Il avait inventé justement les "vespasiennes". A qui lui reprochait qu'il s'agissait d'une affaire peu élégante et peu propre, il n'a pas hésité à répondre, en faisant sentir l'argent qu'elles rapportaient: "Il ne sent pas mauvais, lui!" Oui, sauf, que l'argent absolutisé et divinisé ne sent pas du tout et il fait perdre toute sauveur, toute valeur aux personnes et aux choses!

Voyons la gravité de la situation: quand l'enfant, la famille ne veulent plus rien dire, supplantés par les animaux domestiques et les unions stériles! Quand un tour du monde (ou un téléviseur colossal) vaut mieux qu'une nouvelle vie dans le foyer! Quand la mort devient plus souhaitable que la vie (dans l'avortement et l'euthanasie), les sociétés non seulement ne goûtent plus la douceur de l'Evangile, la beauté du foyer, mais dégustent la mort des innocents, des malades, et se délectent dans les perversions de la sensualité et l'art du cynisme qui jubile en voyant les cadavres et criant "Allah est plus grand!"

Jésus n'a pas manqué de dénoncer "le prince de ce monde" de ténèbres, éminent menteur, et "homicide dès le début"! Il agit dans l'obscurité et a peur du soleil! Il cache ses intentions et camoufle ses procédés! Au lieu de "marcher" comme les bienheureux félicités par Jésus, le démon fait des détours, dans les "dissimulations honteuses", comme écrit Paul aux Corinthiens. Il dit une chose pour une autre. Il manipule individus et sociétés par la fausseté et le faux-semblant. Son "oui" signifie souvent "non" et vice versa! Et quand ses méfaits sont dénoncés, au grand jour, il les justifie par "la liberté", le "choix", le "respect de la dignité humaine", la "diversité", l'émancipation, "l'ouverture d'esprit"…

Conclusion

Il ne faut pas nous lasser, honnêtement, d'objecter à Jésus: "Maître, comment pouvons-nous, pauvres pécheurs, être la lumière du monde?" Et le Seigneur nous répond par son apôtre Paul, toujours aux Corinthiens: "Dieu, qui, des ténèbres a fait briller la lumière, a illuminé nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face du Christ" (2 Cor 4, 6).  

Posté le 5 février 2017 à 10h12 par Michel Janva | Lien permanent

9 février : conférence à Toulon sur la confession des enfants

Conf ingrid d'ussel toulon

Posté le 5 février 2017 à 08h12 par Michel Janva | Lien permanent

02 février 2017

Le cardinal Müller rappelle à l’ordre les évêques qui sur-interprétent le magistère

Le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard-Ludwig Müller, s’est exprimé sur le contenu des dubia – sans les nommer – au sujet de l’exhortation Amoris laetitia. Dans un entretien à la revue Il Timone de février 2017, le prélat rappelle à l’ordre les évêques qui sur-interprétent le magistère (notamment à Malte). Extraits :

208x275Peut-il y avoir une contradiction entre la doctrine et la conscience personnelle?

Non, c'est impossible. Par exemple, on ne peut pas dire qu'il existe des circonstances selon lesquelles un acte d'adultère ne constitue pas un péché mortel. Pour la doctrine catholique, il est impossible que le péché mortel coexiste avec la grâce sanctifiante. Pour surmonter cette absurde contradiction, le Christ a institué pour les fidèles le sacrement de pénitence et de réconciliation avec Dieu et avec l'Église.

C'est une question qui est largement discutée au sujet du débat entourant l'exhortation post-synodale «Amoris Laetitia».

"Amoris Laetitia" doit être clairement interprété à la lumière de toute la doctrine de l'Église. [...] Je n'aime pas, il n'est pas juste que tant d'évêques interprètent "Amoris Laetitia" selon leur façon de comprendre l'enseignement du pape. Cela ne respecte pas la ligne de la doctrine catholique. Le magistère du pape n'est interprété que par lui ou par la congrégation pour la doctrine de la foi. Le pape interprète les évêques, ce ne sont pas les évêques qui interprètent le pape, cela constituerait une inversion de la structure de l'Église catholique. A tous ceux qui parlent trop, je les exhorte à étudier d'abord la doctrine [des conciles] sur la papauté et l'épiscopat. L'évêque, en tant qu'enseignant de la Parole, doit lui-même être le premier à être bien formé pour ne pas tomber dans le risque que l'aveugle conduise l'aveugle. [...]

L'exhortation de Saint-Jean-Paul II, «Familiaris consortio», stipule que les couples divorcés et remariés qui ne peuvent se séparer pour recevoir les sacrements doivent s'engager à vivre dans la continence. Cette exigence est-elle toujours valable?

Bien sûr, il n'est pas dispensable, car il n'est pas seulement une loi positive de Jean-Paul II, mais il a exprimé un élément essentiel de la théologie morale chrétienne et la théologie des sacrements. La confusion sur ce point concerne aussi le refus d'accepter l'encyclique «Veritatis Splendor», avec la doctrine claire de la «intrinsèque malum» [...] Pour nous, le mariage est l'expression de la participation à l'unité entre le Christ le marié et L'Église son épouse. Ce n'est pas, comme certains l'ont dit au cours du Synode, une simple vague analogie. Non! C'est la substance du sacrement, et aucun pouvoir au ciel ou sur la terre, ni un ange, ni le pape, ni un conseil, ni une loi des évêques, n'a la faculté de le changer.

Comment peut-on résoudre le chaos qui est généré en raison des différentes interprétations qui sont données de ce passage d'Amoris Laetitia?

J'exhorte chacun à réfléchir, à étudier d'abord la doctrine de l'Église, à partir de la Parole de Dieu dans l'Ecriture Sainte, qui est très claire sur le mariage. Je vous conseille également de ne pas entrer dans une casuistique qui peut facilement générer des malentendus, surtout que selon lequel si l'amour meurt, alors le lien conjugal est mort. Ce sont des sophismes: la Parole de Dieu est très claire et l'Église n'accepte pas la sécularisation du mariage. La tâche des prêtres et des évêques n'est pas de créer la confusion, mais d'apporter la clarté. On ne peut pas se référer seulement aux petits passages présents dans "Amoris Laetitia", mais il doit être lu dans son ensemble, dans le but de rendre l'Évangile du mariage et de la famille plus attrayant pour les personnes. Ce n'est pas "Amoris Laetitia" qui a provoqué une interprétation confuse, mais quelques interprètes confus de celui-ci. Chacun d'entre nous doit comprendre et accepter la doctrine du Christ et de son Église et être en même temps prêt à aider les autres à le comprendre et à le mettre en pratique même dans des situations difficiles."

Posté le 2 février 2017 à 07h20 par Michel Janva | Lien permanent

29 janvier 2017

La Dévotion Mariale des Saints

Entretien avec le Père Albéric, moine bénédictin à l'abbaye Sainte Madeleine du Barroux. Une vidéoformation proposée par Notre Dame de Chrétienté.

Posté le 29 janvier 2017 à 09h10 par Michel Janva | Lien permanent

Scolastique et âme de l’embryon

Lu sur Réponses Catholiques :

"La philosophie scolastique et aristotélicienne, nous laisse penser que durant les premiers temps de la grossesse, l’âme intellective, et donc spirituelle, n’est pas encore dans le corps du fœtus, quelle est la position de l’Eglise à ce sujet ?

Certains théologiens scolastiques ont effectivement été tentés de reprendre telle quelle la philosophie d’Aristote quant à l’arrivée de l’âme dans le corps de l’embryon à 40 jours de gestation. Mais ils ont été minoritaires et la scolastique n’a pas repris cette théorie. Ce n’est pas le Magistère de l’Eglise, qui a toujours enseigné que, par défaut, l’embryon devait être respecté comme être humain dès sa conception. La Didachè (fin Ier siècle-IIe siècle) insiste déjà sur le fait que les chrétiens n’ « exposent pas leurs enfants » – c’est-à-dire l’exposent dans la rue, comme c’était la coutume quand un père ne désirait pas son enfant – quel que soit leur âge et que ce soit avant ou après la naissance.

Nous avons répondu à plusieurs questions sur ce thème. Nous invitons le lecteur à s’y reporter :

–        Fausse couche

–       Islam et enfant à naître

–        Spéculations sur l’arrivée de l’âme dans le corps

Posté le 29 janvier 2017 à 08h26 par Michel Janva | Lien permanent

26 janvier 2017

L'universalité du christianisme est-il un appel au mondialisme ?

Non, répond Jean-Pierre Maugendre :

Arton576-fb2cd"[...] Il est un fait que le christianisme est une religion à vocation universelle. Citons Gal, III, 28 « Plus de Juif ni de Grec » ou Col III,11 : « Il n’y a plus ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni Barbare, Scythe, esclave ou homme libre mais, tout en tous, le Christ ». Est-ce là un appel à un mondialisme avant l’heure faisant fi des réalités nationales et identitaires ? Le texte précédemment cité de l’épître aux Galates s’éclaire mieux dans son contexte : « Tous en effet vous êtes fils de Dieu par la foi au Christ Jésus car vous tous qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ. Plus de Juif ni de Grec, plus d’esclave ni d’homme libre ; plus d’homme ni de femme, vous tous en effet vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus  ». L’Apôtre des Gentils se place clairement sur un plan surnaturel. Il ne prône pas la théorie du gender avant l’heure quand il affirme qu’il n’y a plus ni homme ni femme. Il annonce simplement que tous les baptisés sont appelés à une même dignité et pureté surnaturelle (Dom Delatte in Les épîtres de Saint Paul).

Dans sa conférence Qu’est-ce qu’une nation (in Le patriotisme est-il un péché ? éditions Contretemps), Claude Rousseau note que lors de la Pentecôte, après avoir reçu l’Esprit Saint, les apôtres se mirent à prêcher le Christ et chacun – Parthes, Mèdes, Élamites, etc. – les entendait parler la langue du pays où il était né. Le Saint-Esprit avalise ainsi les pauvres langues humaines post-babéliques et ainsi indirectement les nations dont elles sont un des éléments constitutifs majeurs. La diffusion de la Bonne Nouvelle n’implique pas la disparition des nations.

Le Christ a pleuré sur Jérusalem

Le Christ lui-même d’ailleurs a manifesté un attachement émouvant à sa nation en pleurant sur le sort à venir de Jérusalem. « Quand il fut proche de sa ville, en la voyant il pleura sur elle. (…) Le temps va venir pour toi où tes ennemis établiront contre toi des retranchements, t’investiront et t’enserreront de tous côtés. Ils te jetteront à terre, toi et tes enfants qui seront dans tes murs, et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre parce que tu n’auras pas reconnu le moment où tu étais visité » (Lc XIX, 41).

De manière classique, la Cité, puis la nation, est une extension de la famille, une famille de familles. Elle repose sur une base biologique de populations installées sur un territoire donné. Les nations nomades, qui existent, sont inchoatives et incapables de se constituer en États. L’exemple le plus éclatant en est l’État d’Israël qui n’a pu se constituer que lorsqu’il put disposer d’une base territoriale. Cette dimension territoriale de la nation a toujours été confirmée par le christianisme. Ces éléments : une terre et un peuple constituent le corps de la nation. Ils n’en sont pas l’âme. Elle est ce qui différencie cette nation des autres : un patrimoine culturel, intellectuel, moral, esthétique, etc. constitué au fil du temps qui constitue le bien commun de cette nation. Elle est aussi le dessein propre que Dieu a sur chaque nation qu’il a confiée à la protection spéciale d’un ange gardien spécifique, saint Michel pour la France, l’ange gardien du Portugal qui apparaît aux voyants de Fatima, etc. Les nations comme les personnes ont un destin particulier dans le plan de Dieu.

Le patriotisme est une vertu

Étymologiquement la patrie c’est ce qui a rapport aux Pères, aux Anciens. C’est un héritage matériel et immatériel que chacun a reçu. La nation, c’est cet héritage en action menacé en interne par l’infidélité et de l’extérieur par la destruction, conséquence d’une invasion, d’une défaite militaire, d’un génocide, etc. C’est sans doute ce qui, sur le fond, différencie le plus Laurent Dandrieu de Erwan Le Morhedec : le campement bédouin installé, ce qu’à Dieu ne plaise, sur les pelouses du château de Versailles, ou la transformation de la cathédrale Notre-Dame de Paris en mosquée ne choquera sans doute pas notre blogueur breton, si c’est le prix à payer pour un harmonieux vivre ensemble alors que les yeux de Laurent Dandrieu se révulseraient à cette simple évocation. Deux notions antagonistes de la nation s’opposent ainsi irréductiblement. Pour les uns, la nation est une simple relation contractuelle entre vivants, faisant fi du passé. Pour les autres, elle est, selon l’expression de Renan, un plébiscite de tous les jours, le souvenir d’avoir fait de grandes choses ensemble et la volonté d’en faire encore. Elle est ainsi d’abord un héritage dont chacun est comptable à la fois devant les morts d’hier et devant les vivants à venir.

La nation contractualiste est celle du mantra du « vivre ensemble ». Elle est grosse de multiples conflits dans une société frappée d’insécurité identitaire et culturelle comme la nôtre. Un voisin, bien intentionné, vient de nous conseiller, alors qu’un camp de « migrants » – uniquement des hommes originaires d’Érythrée, du Soudan et d’Afghanistan – vient de s’installer à proximité de notre domicile, d’éviter « dans nos maisons, les signes judéo-chrétiens visibles de l’extérieur » et de promouvoir « les vêtements amples pour les femmes ». Est-il conscient, le malheureux, que la première réaction, à moins d’avoir déjà intégré son statut de dhimmi, c’est-à-dire de protégé de l’islam, est plutôt de demander un permis de port d’armes ?

Il est un fait, et un bienfait, que fidèles ou infidèles nous sommes toujours des héritiers. En 2006, la publication dans la presse de caricatures de Mahomet donna lieu dans le monde musulman à de nombreuses violences anti occidentales et anti chrétiennes. Les saucissonneurs du Vendredi Saint de Charlie Hebdo titrèrent alors : « C’est dur d’être aimé par des cons ». Dans leur haine permanente contre le christianisme, ils restaient pétris de christianisme – Dieu est amour – à l’encontre d’une religion dont le leitmotiv est la soumission, islam signifie soumission, et non l’amour.

La reconnaissance de cette dette insolvable envers nos anciens, et d’abord nos parents, porte le beau nom de piété. Elle est la vertu qui nous ouvre les portes de l’avenir car nous disant d’où nous venons elle explicite qui nous sommes et où nous pouvons légitimement ambitionner d’aller. Le reste est fétu de paille emporté par les vents dominants de l’instant présent, par nature changeants, éphémères et souvent trompeurs."

Posté le 26 janvier 2017 à 07h09 par Michel Janva | Lien permanent

23 janvier 2017

Sœur Lucie « La bataille finale entre Dieu et Satan portera sur la famille »

Au lendemain de cette magnifique Marche pour la Vie, Cyril Brun sur Infocatho rappelle opportunément cet entretien du cardinal Caffarra, président fondateur de l’Institut pontifical Jean Paul II d’études sur le mariage et la famille, à Téléradio en 2008. Le cardinal cite une lettre que lui avait écrite Soeur Lucie de Fatima :

Jean-paul-ii-et-soeur-lucie-1

"On peut trouver écrit dedans : « La bataille finale entre le Seigneur et le royaume de Satan portera sur le mariage et la famille ». Elle ajoute également : « N’ayez pas peur : tous ceux qui travaillent à la sainteté du mariage et de la famille seront toujours combattus et l’on s’opposera à eux de toutes les façons possibles, parce que ce sont des points décisifs ». Enfin, elle conclut : « Toutefois, Notre Dame lui a déjà écrasé la tête »."

[Article intégral ici]

Posté le 23 janvier 2017 à 15h36 par Marie Bethanie | Lien permanent

Vendredi 27 janvier à Saint-Joseph-du-Las (83) : adoration de réparation pour les prêtres

Communiqué de l'Alliance Saint Jean-Marie Vianney :

Téléchargement (1)Adoration de réparation  et pour les prêtres vendredi 27 janvier de 20h à 22h, dirigée par l’abbé Lambilliotte à saint Joseph de Pont-du-Las. (Entrée sur la gauche au niveau de l'oratoire). Ces adorations sont demandées par monseigneur Dominique Rey.
 
Téléchargement

Posté le 23 janvier 2017 à 07h21 par Marie Bethanie | Lien permanent

22 janvier 2017

"Bonté Divine", le dernier ouvrage du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

2016-11-04_Bonte divine !_@1xprésenté par l'auteur :

« Après deux millénaires de vie chrétienne où, certes, bien des êtres ont mis en œuvre la miséricorde, le moment est venu d’inviter toute l’Église, autrement dit tous les baptisés, à imiter comme jamais, à coups de paroles et de gestes, la miséricorde de Dieu, qui n’est autre que son amour immodéré - on n’en revient pas ! - et inconditionnel - c’est fou ! - pour chacun de ses enfants.

La miséricorde n’est pas à proprement parler un sujet sur lequel on planche, mais une réalité que le Christ Jésus lui-même a vécue, et que tous les saints et les saintes de l’histoire, et bien des héros et des braves gens, nous supplient de vivre ! Vous m’entendez bien ? De vivre !

Et tous les jours Dieu notre Père vient pour sa joie recouvrir encore nos vies minables du manteau de son amour miséricordieux ! À nous maintenant d’en faire autant, en préférant à nos petites idées très humaines éprises de stricte justice, la beauté efficace de la miséricorde qui est l’atout cœur dans le jeu de Dieu, son joker qu’il glisse dans la main du cœur chrétien ! […] Ainsi, nous aiderons le Christ à sauver ce qui semble perdu, lui qui ne rêve que d’une chose : prendre et serrer fort entre ses bras, comme une mère son enfant, chaque homme de la terre, dans l’espoir de voir se lever le signe de l’amour qui n’est autre que la réciprocité parfaite. »

et sur KTO :

Posté le 22 janvier 2017 à 08h15 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (4)

Pécheurs de pêcheurs, « ténèbres » qui éclairent !

Homélie du père Madros :

"Jésus-Lumière dissipe les ténèbres (Is 9, 1- 4)

Saint Matthieu affirme on ne peut plus clairement, dans l’apostolat de Jésus, la réalisation de la prophétie d’Isaïe sur la glorification de « la terre de Zabulon, et celle de Neftali, de la route de la mer («la fameuse « Via Maris » des Romains, qui passait par Capharnaüm, « état-major » du Christ !), au-delà du Jourdain, au Cercle (« Galil »גליל ) des nations » (les infortunés et impurs incirconcis « goyim גוים) » (qui, dans le Talmud en ont pour leur rhume !) En hébreu, le chapitre 9 d’Isaïe commence par les mots émouvants : « Le peuple assis dans les ténèbres a vu une grande lumière ». C’est le Christ !

Or, continue saint Jean : « La lumière brille (luit) dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas saisie » (Jn 1, 5). L’obscurité n’a aucun intérêt de laisser la place à la clarté, où tout ce qui est louche se dénonce ! De nos jours, nous expérimentons, comme toujours ou plus que jamais, la guerre de l’obscurité contre la lumière, et, partant, contre « les enfants de la lumière ». En Occident, le paganisme, l’athéisme militant antichrétien, d’autres religions nettement antichrétiennes (avec lesquelles, sans discernement ni connaissance, beaucoup de Catholiques sympathisent, en confondant l’amour aux personnes avec l’approbation ou la promotion des principes) : autant d’éléments de déchristianisation, où la lumière de l’Evangile s’estompe sous les coups du confusionnisme, de « l’ouverture », de la « tolérance ». Un archevêque italien vient de sonner le glas à nouveau : « A cause de nos trahisons et de notre ignorance (il a dit « stupidité »), dans moins d’une décennie, l’Europe sera non chrétienne ! »

Mgr Carlo Liberati a dénoncé précisément les ténèbres « d’un mode païen de vie, des Etats qui promulguent des lois antichrétiennes, le manque de natalité chez les chrétiens », sans compter le prosélytisme de dénominations (pour ne pas les appeler « sectes ») pseudo-chrétiennes et de groupes non chrétiens dont le seul but est d’islamiser ou de gagner des adeptes à Bouddha…

En clé biblique, toujours avec l’amour pour tous, qui ne doit jamais devenir un facteur d’aveuglement et d’ignorance, les ténèbres se déchaînent contre Jésus et l’Eglise « lumière des nations ». Vous en doutez : regardez concrètement, à titre d’exemples, la Syrie, l’Irak, le Nigéria : guerre implacable inexorable incessante contre les chrétiens pour les déraciner de leurs pays, les tuer systématiquement, avec mille et une méthodes. Des attentats en Europe n’auraient jamais eu lieu si les habitants étaient musulmans et surtout sunnites. L’amour, auquel il ne faut jamais renoncer, ne doit pas nous jeter dans l’obscurité de la cécité mentale.

Depuis Vatican II, l’Eglise catholique insiste sur sa mission essentiellement évangélisatrice, porteuse et témoin de la Bonne Nouvelle qui n’est autre que l’Evangile. Le pape François, dans une paroisse romaine récemment constituée, vient de rappeler la nécessité du témoignage. Celui-ci annonce le Christ, mais évite l’indiscrétion et le prosélytisme.

Un champion, sinon le champion de l’évangélisation « à bras raccourcis » : Saul de Tarse ou Paul de Jésus (1 Cor 1, 10- 17)

Il faut préciser l’expression ci-dessus : l’Apôtre frappe non les personnes, « la chair et le sang », mais « les Puissances, les Principautés, les Régisseurs de ce monde de ténèbres… » (Eph 6, 12). Facilement, on ferme la bouche aux chrétiens lucides et zélés en les accusant de « manque de charité ». Saint Paul avait probablement prévu, ou entendu, l’objection ou plutôt le sophisme. Il nous enseigne à répondre : nous ne combattons pas les personnes (encore faut-il se défendre !) mais les idées, les principes d’erreur, d’hérésie, de perversion et de perdition, tout en étant conscients de notre propre faiblesse.

Les agences de presse fiables : Madame Chloé et compagnie !

L’Apôtre ne prête pas l’oreille au cancan. Là aussi, le pape François se déchaîne contre cette épidémie. Eh bien, ce qu’on a raconté à Paul, sur les divisions à Corinthe, ne relève pas du commérage (les dames, excusez qu’on vous attribue cette histoire-là bien que des compères vous y battent bien des fois, surtout les chômeurs et les fainéants !). L’Apôtre cite sa source. Il a confiance : il s’agit du personnel (soit membres de la famille soit domestiques) de Chloé, une femme noble et digne de respect. (Pas question du parfum « Chloé » !) Dans un rapprochement maladroit, nous pouvons supposer que cette dame diffuser « la bonne odeur du Christ » !

Preuve de la véracité des assertions de Paul : il indique sa référence.

Les divisions entre chrétiens constituent un contre-témoignage, diamétralement opposé à la « vie apostolique » des premiers fidèles desquels la société disait avec émerveillement : « Regardez comme ils s’aiment les uns les autres ! » Tout ceci fait écho à la déclaration du Seigneur : « Par ceci l’on vous reconnaîtra comme des disciples, par votre amour réciproque ». Cette charité chrétienne (parfois on fait de la charité au détriment des chrétiens, contrairement à Gal 6, 10) et cette unité entre « les fidèles du Christ » (les « christifideles » de Vatican II) évangélisent. Elles attirent vers le Christ, l’Evangile et l’Eglise, tandis que les divisions entre chrétiens éloignent les possibles candidats ou néophytes et les jettent dans les ténèbres du doute et de la confusion ! Que de fois avons-nous entendu la question amère : « Oui, je veux bien devenir chrétien, mais dans quelle dénomination ? »

L’hameçon des pêcheurs d’hommes (Mt 4, 12- 23)

Paradoxalement, l’hameçon des pêcheurs galiléens, pas loin de « la route de la mer » romaine, Simon-Céphas-Pierre et son frère André, ne sera autre que la croix, ‘aimant » de Jésus qui déclarera bientôt : « Et moi, quand je serai élevé de terre, j’attirerai tout (tous) à moi » (Jn 12, 32). La fraternité, même physiologique, attire vers Jésus ! Les liens inaliénables de la famille, aujourd’hui si férocement combattus en Occident, ceux « de la chair et du sang », dans le bon sens des mots, constituent une belle pierre d’attente et une pré-évangélisation. Nos deux futurs apôtres, Simon et André, fils de Jonas (« la Colombe »), doux comme des colombes, différents des deux autres frères Jacques et Jean, « fils du tonnerre », les premiers deux frères, dans la philadelphie apostolique, viennent de Bethsaïde בית-צידא qui veut dire, d’une façon significative, « maison de la pêche » ! Bien placés géographiquement dans le monde de la pêche, les voici transposés par Jésus au monde des âmes ! Leur métier se spiritualise : ils vont tout de suite passer de la profession à la mission. Quelle déformation pour nous, prêtres, quand de « ministres du Christ », parfois, même inconsciemment, nous dégénérons en « fonctionnaires » !

Certes, humainement parlant, il est plus facile d’attirer un jeune homme à un Joseph Smith, américain polygame, qu’à Jésus-Christ ou à saint Benoît ! D’autres préfèrent la voie « large » de la polygamie islamique à la monogamie chrétienne. D’autres se laissent séduire par le divorce (assez facile dans certaines églises orthodoxes d’Orient) en répugnant de l’indissolubilité catholique, évangélique, du mariage !

Pourtant, Jésus connaît la force unique et divine de son attrait ! Malgré toutes les séductions et les séditions, l’attraction de Jésus de Nazareth reste irrésistible : c’est l’attraction du triomphe sur la mort, l’attrait de la lumière qui dissipe les ténèbres, la force de l’amour, la splendeur de la vérité, la clarté du précepte mais aussi et surtout la magnificence du pardon.

Conclusion : Pierre et André : Rome et Constantinople !

Le rapprochement fraternel entre Rome et Constantinople représente un hameçon, un aimant de plus,  « pour que le monde croie ! » Le patriarche byzantin grec orthodoxe de Constantinople se considère successeur de saint André. Malheureusement, cette pauvre Byzance est devenue, depuis 6 siècles environ, la turque Istanboul islamique, ce qui explique un attentat antichrétien au premier de l’an 2017. Le brave « patriarche œcuménique » est bien malmené, avec ses quelques milliers de fidèles ! D’aucuns ont peur du même sort pour Rome si l’immigration islamique et la non natalité « catholique » continuent.

Puissent, avec la grâce du Christ-Soleil, notre ouverture à la vie, à la lumière, à la concorde œcuménique et fraternelle « pêcher » des femmes et des hommes, toujours plus nombreux et plus engagés « dans le règne du Christ » !"

Posté le 22 janvier 2017 à 08h06 par Michel Janva | Lien permanent

21 janvier 2017

Ouvrir quelques dossiers chauds de la vie conjugale en présence de Notre Dame

ILa neuvaine à « Marie qui refait les couples » est l’occasion d’ouvrir quelques dossiers chauds de la vie conjugale en présence de Notre Dame ; les aborder sans Elle serait voué à l’échec, car trop périlleux. Avec Elle, tout est rendu possible : Marie répare ce qu’elle effleure. Un baume de douceur, une onction de tendresse s’échappent de ses mains et de son cœur, pour venir consoler et guérir les époux. Au milieu des épreuves et de la tempête regardons l’Etoile, invoquons Marie…

 Extrait 1:

O Marie, nous nous tournons vers vous car nous avons besoin de votre secours. Chaque jour, nous peinons à trouver le chemin pour faire grandir notre amour. C’est humblement et à genoux que nous venons vers vous les mains vides, venez les remplir de ce dont nous avons besoin pour aujourd’hui.

Notre vie ressemble à un écheveau emmêlé et nous ne savons par où commencer pour repartir du bon pied. Aussi, aidez-nous à combattre le voile de l’orgueil qui nous empêche de reconnaître les trésors d’amour et de tendresse qui sont cachés dans le cœur de notre époux (se).

Lorsque vient la tentation de douter de la renaissance que vous voulez pour notre couple, Marie, nous vous disons que nous voulons recommencer, un pas après l'autre, dans la docilité à l'Esprit-Saint. Trop souvent, nous pensons qu'un effort de l'autre est la seule réponse aux difficultés que nous traversons. Comme un enfant qui apprend à marcher, nous nous appuyons sur vous pour avancer à petits pas, lentement, avec confiance ; un acte d'amour succédant à un autre.

Extrait 2 :

O Marie, notre cœur est bien souvent à sec. Le quotidien et sa monotonie nous laissent un sentiment de tristesse, d’inutilité, de dégoût même. Parfois nous vient l’idée que nous avons raté notre vie.  Et cette lassitude qui étreint certains jours, laissant un parfum d’hiver dans notre âme glacée…

Tandis que les braises de notre amour se recouvrent de cendres, ô Mère chérie, faites que les actes que nous posons, brindilles des bords de routes, deviennent d’ardents et lumineux tisons réchauffant notre foyer.

Extrait 3 :

O Marie qui refait les couples, venez guérir nos cœurs des blessures nées du mensonge, de l’infidélité, de la jalousie. Tout est possible à celui qui s’appuie sur vous. Nous vous le demandons, restaurez en nous la confiance mutuelle et supprimez de notre mémoire la morsure du doute. Donnez-nous la force de choisir la prudence dans la tentation et apprenez-nous à vivre en vérité avec notre conscience.

Posté le 21 janvier 2017 à 11h23 par Michel Janva | Lien permanent

18 janvier 2017

Mgr Athanasius Schneider demande que l'on prie pour le Pape François (Add)

Jeanne Smits relaie une demande pressante de l'évêque auxiliaire d'Astana Mgr Athanasius Schneider, cosignée par l'évêque actuel de l'archidiocèse d'Astana, Mgr Tomas Peta et son évêque émérite Mgr Jan Pawel Lenga, de prier pour le Pape François, afin que celui-ci apporte la nécessaire clarification dans la confusion née de l'application dans certains diocèses d'Amoris Laetitia.

Le texte intégral, transmis par Mgr Athanasius Schneider, indique les raisons de la nécessité urgente de cette prière. On peut le lire sur le blog de Jeanne Smits.

Voici la prière proposée, en latin (traduction par mes soins; je ne suis pas spécialement latiniste, si quelqu'un veut en proposer une meilleure, qu'il n'hésite pas à me contacter par mail) :

"Nous recommandons concrètement de réciter chaque jour cette ancienne prière de l’Eglise, ou une partie du saint Rosaire dans cette intention : pour que le Pape François révoque d'une manière claire et non ambiguë les directives pastorales qui permettent aux divorcés dits « remariés » de recevoir les sacrements de la Pénitence et de l’Eucharistie sans être obligés de vivre dans la continence :

"Oremus pro Pontifice nostro Francisco: Dominus conservet eum, et vivificet eum, et beatum faciat eum in terra, et non tradat eum in animam inimicorum eius. Tu es Petrus, et super hanc petram aedificabo Ecclesiam Meam, et portae inferi non praevalebunt adversus eam."

"Prions pour notre Pape François : que le Seigneur le préserve et le vivifie, qu'il soit heureux sur la terre, et qu'il ne soit pas entraîné par l'âme de ses ennemis. Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre Elle."

Add : L'un de nos lecteurs nous propose la traduction suivante, tirée du Missel quotidien et vespéral, par Dom Gaspar Lefebvre et le chanoine Émile Osty, avec la collaboration des moines bénédictins de l'abbaye de saint André (Société Liturgique Paris, 1961). Cette belle prière a une suite, que notre lecteur attentionné nous propose également. Je vous mets donc l'intégralité en latin, suivie de la traduction :

"Oremus pro Pontifice nostro Francisco: Dominus conservet eum, et vivificet eum, et beatum faciat eum in terra, et non tradat eum in animam inimicorum eius. Tu es Petrus, et super hanc petram aedificabo Ecclesiam Meam, et portae inferi non praevalebunt adversus eam.

Oremus: Omnipotens sempiterne Deus, miserere famulo tuo Pontifici nostro Francesco, et dirige eum secundum tuam clementiam in via salutis æternæ: ut, te donante, tibi placita cupiat, et tota virtute perficiat. Per Christum Domininum nostrum. Amen."

 

"Prions pour notre saint-père le pape François. Que le Seigneur le garde, qu'il lui donne la vie, le rende heureux sur la terre et ne le livre pas au pouvoir de ses ennemis.Tu es Pierre, et c'est sur cette pierre que je bâtirai mon Église, [et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre Elle].

Prions: Dieu éternel et tout-puissant, ayez pitié de votre serviteur notre pape François, et, dans votre bonté, guidez-le dans la voie du salut éternel, en sorte que, par le don de votre grâce, il recherche ce qui vous plaît et l'accomplisse de tout son pouvoir. Par le Christ notre Seigneur. Amen."

Posté le 18 janvier 2017 à 08h50 par Marie Bethanie | Lien permanent

15 janvier 2017

Le Purgatoire dans la Bible

Lu sur Réponses catholiques :

Capture d’écran 2017-01-11 à 10.28.58

J’ai lu la Bible entièrement et je n’ai jamais trouvé le mot purgatoire mais bien le paradis ou l’enfer. D’ailleurs l’histoire du riche et de Lazare est très claire soit on passe dans un monde ou dans l’autre mais pas d’intermédiaire. Qu’il ne sert à rien de faire des messes pour les morts car ils sont déjà jugés et que nous pouvons rien faire pour eux.

Il faut croire que l’auteur de la question n’a pas tant lu la Bible entièrement que ça, du moins une Bible catholique, puisqu’alors, il ou elle aurait lu le Deuxième Livre des Maccabées. Il aurait alors pu voir aux versets 41-42 du chapitre 12 que l’armée se met en prière pour le pardon des péchés de ceux qui sont morts en état de péché. Aux verset 43-45, Judas Maccabées fait offrir des sacrifices pour eux : « voilà pourquoi il fit faire ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu’ils fussent délivrés de leur péché », conclut le chapitre. Un sacrifice, en régime chrétien, c’est le Saint sacrifice de l’Eucharistie, autrement dit, « faire dire une messe » pour les morts. Le terme de « peines purgatives » vient de St Augustin, ce qui a donné le Purgatoire, mais l’enracinement de cette foi est bien biblique.

L’argument de dire que le Purgatoire n’existe pas parce qu’il n’est pas dans la Bible est un classique de la rhétorique anticatholique protestante. C’est une grave erreur. Les Protestants se basent sur la Bible hébraïque et réfutent donc le Deuxième Livre des Maccabées et tous ceux de la Bible grecque, la Septante. C’est hautement problématique parce que les citations de l’Ecriture du Nouveau Testament sont généralement extraites de la Septante. Rejeter la Septante, c’est donc rejeter les Paroles mêmes de la Sainte Ecriture et du Christ lui-même, quand il cite l’Ecriture. S’agissant spécifiquement de 2 M, l’Epître aux Hébreux y fait référence (sur le chapitre 7 et la foi en la résurrection de la mère et des frères martyrs, cette fois-ci) en He 11, 35.

La parabole du riche et du pauvre Lazare dit que l’enfer ou le paradis sont des états définitifs et totalement séparés. Elle ne dit rien, ni dans un sens ni dans l’autre, sur le purgatoire. Le riche est en enfer, cela ne veut pas dire que d’autres ne sont pas au purgatoire – ou comme l’explique l’encyclique de Benoît XVI Spe salvi, en état de purgatoire, de purification, pour pouvoir ensuite rencontrer en état immaculé leur Dieu face à face.

Toujours pour citer le Christ, Il dit en Mt 12, 32 : « quiconque aura parlé contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera remis ni dans ce monde, ni dans l’autre ». Ce qui indique que d’autres péchés peuvent être remis dans l’autre monde, donc après la mort, ce que la foi catholique appelle le Purgatoire.

Posté le 15 janvier 2017 à 10h26 par Michel Janva | Lien permanent

Candeur de l’Agneau et horreur du péché

Homélie du père Madros :

"La Terre Sainte et le reste du Moyen-Orient n’ont aucune envie de quitter les célébrations de Noël de si tôt ! Elles commencent le 25 décembre pour reprendre à la même date selon le calendrier julien, avec nos frères les Orthodoxes d’Orient, à savoir le 7 janvier. Et ce n’est pas fini ! Les Arméniens orthodoxes (qui jusqu’ici ont eu peu d’occasions de se réjouir !) arrivent le 18 janvier triomphalement. Ils fêtent en même temps Jésus « né et baptisé ». Ils se saluent ainsi : « Christ est né et apparut ». Et l’interlocuteur répond : « Pour vous, pour nous, une grande nouvelle ». A côté de cette éloquence dévotionnelle, notre « heureux Noël » s’avère bien tiède. Et dire que les « laïcistes » ne veulent même pas que nous prononcions ce souhait, pourtant pas trop fanatiquement chrétien  et inoffensif!

Se trouvant donc encore, un peu, dans l’atmosphère de Noël et de l’Epiphanie, l’Eglise latine de Terre Sainte, surtout à Cana de Galilée, commémore, ce dimanche, les noces où Jésus « a montré sa gloire » (Jn 2, 1-11). Le Seigneur manifeste sa splendeur dans le mariage, sous-entendu célébré devant Jésus et Marie, à l’église. En arabe chrétien, nous appelons ce mariage sacré « iklil إكليل », « couronnement ». Les rites orientaux n’hésitent pas à placer deux couronnes sur la tête de l’époux et de l’épouse, et à chanter, en procession avec le célébrant, les versets 6-7 du psaume 8, en les mettant au duel (dans les langues occidentales : au pluriel) : « Couronnes-les de gloire et de beauté, pour qu’ils dominent sur l’œuvre de tes mains » ! Est-ce superflu d’ajouter que c’est la démographie qui fait régner sur terre et qui peuplera le paradis, et que le manque de démographie constitue le plus grand pilier, après les guerres, « de la culture de la mort » ?

A nos lectures d’aujourd’hui : « le salut de Dieu jusqu’aux extrémités de la terre » (Is 49, 6)

Le deutéro-Isaïe répète les oracles divins sur l’universalité du salut, fondée logiquement sur celle de la création. En d’autres mots, l’adage « ton Rédempteur étant ton Créateur » s’applique à tous les êtres humains, malgré une certaine réticence chez certains qui auraient préféré un Seigneur aux dimensions de la Terre de Canaan et d’un « peuple élu » privilégié. Dieu proteste et déclare sans ambages : « C’est trop peu (ô Israël) que tu sois pour moi un serviteur pour relever les tribus de Jacob (i.e. quelques milliers ou millions) … Je fais de toi la lumière des nations (ces goyim גויםgénéralement perçus comme idolâtres et impurs) pour que mon salut atteigne aux extrémités de la terre » !

A partir de cette prophétie isaïenne, le peuple Juif doit être le salut de tous les autres, par la grâce de Dieu. Impossible de réaliser cette prophétie, sauf dans le sens, pour nous chrétiens, que des Juifs porteront la bonne nouvelle du salut aux païens, donc les judéo-chrétiens de l’église primitive, dont les apôtres et bien de premiers disciples, même des « prêtres » juifs. Plus spécifiquement, Jésus l’a dit clairement à la petite pécheresse Samaritaine, tout à coup intéressée par des questions théologiques pour fuir de l’embarras de sa conduite peu édifiante : « Le salut vient des Juifs ! » (sans méchanceté à l’égard de leurs faux-frères les Samaritains, ni des occupants romains !) Là, les choses s’éclaircissent : par Jésus, Yehochoua’ יהושוע « Yahvé Sauveur », -telle est la signification étymologique de son Nom-, Israël devient, ontologiquement, sémantiquement et spirituellement, « le Salut (Yechou’ah ישועה ) de Yahvé jusqu’aux extrémités de la terre ».

Les chrétiens : « sanctifiés et appelés à être saints » qui « appellent et sont appelés » : c’est à n’y rien comprendre ! (1 Cor 1, 1- 3)

Pas si difficile à saisir, pourtant, en y réfléchissant un tout petit peu : sanctifiés, au passif, par Dieu, à travers le baptême et la confirmation, et surtout par la communion au Corps et Sang du Christ,  ils sont appelés à se sanctifier eux-mêmes, par la foi et les bonnes œuvres, toujours cependant avec le coup de pouce du Saint-Esprit (Phili 2, 13).

« Avec tous ceux qui appellent (invoquent) le Nom de Jésus-Christ Notre-Seigneur » επικαλουμένοις το όνομα του Κυρίου ημων Ιησου Χριστου ». Le substrat hébreu saute aux yeux : le Nom de Jésus invoqué signifie clairement sa divinité. On ne saurait invoquer « le nom » d’une créature, pas même d’un prophète. Aucun voyant ni messager de Dieu n’a jamais accepté que son nom fût invoqué. Il n’a pas davantage parlé en son nom à lui. Donc, quand Jésus dira : « Tous vous haïront à cause de mon Nom », il déclarera sa divinité.

L’expression typiquement hébraïque « invoquer le Nom de YHWH » trouve « Jésus » remplaçant dignement Yahvé. Rien de blasphématoire : lui et Yahvé sont Un. En hébreu, on lit littéralement dans Joël 3, 5 : « Quiconque invoque dans (par) le Nom de Yahvé sera sauvé ». Cette préposition, après le verbe « qr’ », appeler, invoquer, se retrouve dans le Coran, après le même verbe « qr’ » qui ne veut pas dire « Appelle (Récite) au nom de ton Seigneur » (sourate 96 : 1) mais plutôt : « Invoque le Nom de ton Seigneur ! » Dans la première version, le verbe « appelle » reste incomplet, sans complément d’objet direct.

Morale pour nous chrétiens : sanctifiés dans les Sacrements, nous devons nous sanctifier. Appelés à la sainteté et au kérygme, nous devons appeler les nations au salut, au Sauveur, en  annonçant les merveilles de Celui qui nous a transférés des ténèbres à sa lumière admirable (1 P 2, 9 ; Col 1, 13), en nous comportant comme « enfants de la lumière » (Luc 16), « avisés comme des serpents, doux comme des colombes » (Mat 10, 16).  Et, devant le désarroi du monde contemporain, n’ayons pas peur d’invoquer le Nom de Jésus, seul Sauveur.

« Voici l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29- 34)

Le Sauveur est l’Agneau, à la fois sacrifié comme au Temple, immolé en Egypte, pascal, « passé » de la mort à la vie (cf 1 Cor 5, 7-8). Sa pureté lave l’impureté de la race humaine. Pour pouvoir faire ce nettoyage salutaire et ce sauvetage radical, le protagoniste doit jouir de la nature divine, créatrice et salvatrice. La laideur du péché ne peut avoir le dernier mot. Déjà tout de suite après la chute, nos premiers parents reçoivent la promesse-prophétie retentissante : « La descendance de la Femme écrasera la tête du serpent » (Gen 3, 15). Cette descendance est Jésus-Seigneur-Sauveur, et la Femme, par excellence, Sa Mère ! L’Eglise n’a jamais enseigné que la Sainte Vierge était Salvatrice mais la plus grande accompagnatrice du Rédempteur.

Conclusion

« La descendance d’Abraham, c’est le Christ », écrit saint Paul aux Galates. Et nous sommes la descendance du Christ : « Quant à ceux qui L’ont reçu, Il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu ». Demandons la grâce de mériter un tel titre et d’agir en conséquence !

Posté le 15 janvier 2017 à 08h07 par Michel Janva | Lien permanent

18 janvier : conférence sur le voile de Manoppello à Toulouse

Capture d’écran 2017-01-11 à 19.04.00

Posté le 15 janvier 2017 à 08h04 par Michel Janva | Lien permanent

14 janvier 2017

Du devoir des catholiques de rester libres en politique

9782750913618Au début de son ouvrage sur le malaise provoqué par le discours de l'Eglise sur l'immigration, Laurent Dandrieu justifie :

"Si l'auteur de ces lignes a eu l'audace, en tant que fidèle catholique, d'entreprendre une critique du discours de l'Eglise à laquelle il a donné sa foi, et dont il professe qu'elle est dépositaire de la  parole du Dieu vivant et des promesses de la vie éternelle, qu'on lui fasse le crédit de croire que ce n'est pas sans un certain tremblement, mais saisi par la gravité universelle des questions soulevées, et leur évidente urgence. S'il s'est permis par moments une certaine dureté de ton, c'est guidé seulement par l'exigence de la vérité, qui lui semblait blessée par certains discours trop légers ou imprudents. Il ne s'agit pas ici d'accabler l'Eglise, mais de l'aider, à notre modeste niveau, à dépasser l'enfermement dans l'esprit du temps qui caractérise trop souvent son discours actuel pour retrouver un message à la hauteur de sa tradition la plus authentique. Pour ouvrir le débat sur un sujet essentiel mais trop souvent occulté par une fausse conception de l'obéissance et de la loyauté. Pour aider les catholiques à ne plus se sentir prisonniers de dilemmes qui les condamnent, soit à sembler renier les principes de leur foi, soit à consentir à leur propre disparition par fidélité à ces principes."

Citons ce que disait la Constitution conciliaire Gaudium et Spes sur cette légitime liberté :

"pour qu’ils puissent mener leur tâche à bien, qu’on reconnaisse aux fidèles, aux clercs comme aux laïcs, une juste liberté de recherche et de pensée, comme une juste liberté de faire connaître humblement et courageusement leur manière de voir, dans le domaine de leur compétence" [n°62]

Tous les problèmes moraux n'ont pas la même valeur. Certains sont non-négociables, ce qui signifie qu'ils ne sont pas discutables, quels que soient les circonstances, l'époque, le contexte : l'avortement est un mal abominable, hier, aujourd'hui et demain, sur tous les continents et quelles que soient les circonstances qui y mènent. Contrairement à l'immigration, question soumise au principe du bien commun, modulable en fonction des circonstances, de sa nature et de la prudence.

"Tous les problèmes moraux n'ont pas le même poids que l'avortement ou l'euthanasie. Par exemple, si un catholique venait à être en opposition avec le Saint Père sur la peine capital ou sur une décision de mener une guerre, il ne serait pas, pour cette raison, considéré comme indignede se présenter à la Sainte Communion. Bien que l'Eglise exhorte les autorités civiles à rechercher la paix et non la guerre et d'user avec discretion et pitié dans l'application de la peine capitale aux criminels, il reste néanmoins possible de prendre les armes pour repousser un agresseur et d'avoir recours à la peine capitale. Il peut y avoir une légitime diversité d'opinion parmi les catholique sur l'opportunité de mener une guerre ou de recourrir à la peine capitale mais pas sur l'avortement et l'euthanasie. [Lettre du cardinal Ratzinger, 2004]"

La "tentation identitaire" n'est pas une crainte irraisonnée de catholiques frileux, repliés, rigides, n'ayant rien compris aux exigences évangéliques, ou je ne sais quoi d'autre encore. Le cardinal Sarah déclarait lui-même en novembre dernier :

"j’ai peur que l’Occident meure. Il y a beaucoup de signes. Plus de natalité. Et vous êtes envahis, quand même, par d’autres cultures, d’autres peuples, qui vont progressivement vous dominer en nombre et changer totalement votre culture, vos convictions, vos valeurs."

Pour toutes ces raisons, le livre de Laurent Dandrieu est bienvenu. Et nous en reparlerons.

Posté le 14 janvier 2017 à 12h58 par Michel Janva | Lien permanent

11 janvier 2017

Les défenseurs de l’indissolubilité du mariage à travers l'histoire de l'Eglise

Extraits de la Conférence de Mgr Schneider, évêque auxiliaire d’Astana (Kazakhstan), donnée à la XXVe Fête du livre de Renaissance Catholique, le 4 décembre :

Arton570-eca50"Quand Notre-Seigneur Jésus-Christ a prêché les vérités éternelles il y a deux mille ans, la culture et l’esprit qui régnaient à cette époque lui étaient radicalement opposés. Concrètement, le syncrétisme religieux, le gnosticisme des élites intellectuelles et la permissivité morale étaient particulièrement contraires à l’institution du mariage. “Il était dans le monde, mais le monde ne l’a point connu”(Jean I, 10). Une grande partie du peuple d’Israël, en particulier les grands prêtres, les scribes et les pharisiens, rejetèrent le magistère de la Révélation divine du Christ et jusqu’à la proclamation de l’indissolubilité absolue du mariage : “Il est venu parmi les siens, mais les siens ne l’ont pas reçu” (Jean I, 11). Toute la mission du Fils de Dieu sur terre consistait à révéler la vérité : “C’est pourquoi je suis venu dans le monde, pour rendre témoignage à la vérité” (Jean 18, 37).

[...] Le commandement de ne pas se remarier après s’être séparé de son conjoint légitime, n’est pas une règle positive ou canonique de l’Église, mais parole de Dieu, comme l’enseignait l’apôtre saint Paul : “J’ordonne, non pas moi, mais le Seigneur” (1 Cor. 7, 10). L’Église a proclamé ces paroles de façon ininterrompue, interdisant aux fidèles validement mariés de contracter un mariage avec un nouveau partenaire. Par conséquent, l’Église, selon la logique Divine et humaine n’a pas la compétence d’approuver ne serait-ce qu’implicitement une cohabitation more uxorio en dehors d’un mariage valide, admettant ces personnes adultères à la sainte communion. Une autorité ecclésiastique qui promulgue des règles ou orientations pastorales prévoyant une telle admission, s’arroge un droit que Dieu ne lui a pas donné. Un accompagnement et discernement pastoral qui ne propose pas aux personnes adultères (ceux que l’on appelle les divorcés remariés) l’obligation divinement établie de vivre dans la continence comme condition sine qua non pour être admis aux sacrements, se révèle en réalité un cléricalisme arrogant, puisqu’il n’y a pas de cléricalisme plus pharisien que celui qui s’arroge des droits divins.

L’un des témoins les plus anciens et sans équivoque de l’immuable pratique de l’Église romaine de ne pas accepter par la discipline sacramentelle la cohabitation adultère des fidèles encore liés à leur conjoint légitime par le lien matrimonial, est l’auteur d’une catéchèse connue sous le titre Le pasteur d’Hermas. Cette catéchèse a été écrite très probablement par un prêtre romain au début du deuxième siècle sous la forme littéraire d’une apocalypse ou récit de visions. Le dialogue suivant entre Hermas et l’ange de la pénitence, qui lui apparaît sous la forme d’un pasteur, démontre avec une admirable clarté l’immuable doctrine et pratique de l’Église catholique en cette matière : “Que fera donc le mari, Seigneur, dis-je, si la femme persiste dans cette passion de l’adultère ? - Qu’il la renvoie, dit-il, et qu’il reste seul. Mais si, après avoir renvoyé sa femme, il en épouse une autre, lui aussi alors, commet l’adultère (Mc 10,11 Mt 5,32 Mt 19,9 ; cf. 1Co 7,11). - Et si, Seigneur, dis-je, après avoir été renvoyée, la femme se repent et veut revenir à son mari, ne faudra-t-il pas l’accueillir ? - Certes, dit-il. Si le mari ne l’accueille pas, il pèche, il se charge d’un lourd péché, car il faut accueillir celui qui a péché et qui se repent […] C’est en vue du repentir que l’homme ne doit pas se remarier. Cette attitude vaut d’ailleurs aussi bien pour la femme que pour l’homme. L’adultère, dit-il, ne consiste pas uniquement à souiller sa chair : celui-là aussi commet l’adultère, qui vit comme les païens. […] Si on vous a enjoint de ne pas vous remarier, homme ou femme, c’est parce que, dans de tels cas, la pénitence est possible. Donc, mon intention n’est pas de faciliter l’accomplissement de tels péchés, mais d’empêcher que le pécheur retombe.”(Herm. Mand., IV, 1, 6-11).

Nous savons que le premier grand péché du clergé fut celui du grand prêtre Aaron, quand il céda aux demandes impertinentes des pécheurs et leur permit de vénérer l’idole du veau d’or (cf. Ex. 32, 4), remplaçant en ce cas concret le Premier Commandement du Décalogue de Dieu, c’est-à-dire remplaçant la volonté et la parole de Dieu par la volonté pécheresse de l’homme. Aaron justifiait son acte de cléricalisme exacerbé par le recours à la miséricorde et à la compréhension des exigences des hommes. La Sainte Écriture dit à ce propos : “Moïse vit que le peuple était livré au désordre, parce qu’Aaron l’avait laissé dans ce désordre, l’exposant à devenir la risée de ses ennemis.” (Ex. 32, 25). [...]

Le fait que le saint qui donna le premier sa vie en témoin du Christ fut saint Jean-Baptiste, le précurseur du Seigneur, demeure toujours une grande leçon et un sérieux avertissement aux pasteurs et aux fidèles de l’Église. Son témoignage pour le Christ consista à défendre l’indissolubilité du mariage et à condamner l’adultère, sans l’ombre d’un doute ni d’une ambiguïté. L’histoire de l’Église catholique a l’honneur de compter de lumineuses figures qui ont suivi l’exemple de saint Jean-Baptiste ou ont donné comme lui le témoignage de leur sang, souffrant persécutions et préjudices personnels. Ces exemples doivent guider particulièrement les pasteurs de l’Église aujourd’hui, afin qu’ils ne cèdent pas à la tentation cléricale caractéristique de vouloir plaire davantage aux hommes qu’à la sainte et exigeante volonté de Dieu, volonté à la fois aimante et infiniment sage.

Dans la foule nombreuse de tant d’imitateurs de saint Jean-Baptiste, martyrs et confesseurs de l’indissolubilité du mariage, nous ne pouvons en rappeler que quelques-uns des plus significatifs.

Le premier grand témoin fut le pape Saint Nicolas Ier, dit le Grand. Il s’agit du conflit au IXe siècle entre le pape Nicolas Ier et Lothaire II, roi de Lotharingie. [...]

Un autre exemple lumineux de confesseurs et martyrs de l’indissolubilité du mariage nous est offert par trois personnages historiques impliqués dans l’affaire du divorce d’Henri VIII, roi d’Angleterre. Il s’agit du cardinal saint John Fisher, de saint Thomas More et du cardinal Réginald Pole. [...]

Un dernier exemple est le témoignage de ceux que l’on appela les cardinaux “noirs” dans l’affaire du divorce de Napoléon Ier, un noble et glorieux exemple de membres du collège cardinalice pour tous les temps. [...]

Que le Saint-Esprit suscite en tous les membres de l’Église, du plus simple et humble fidèle jusqu’au Souverain Pontife, toujours davantage de courageux défenseurs de la vérité de l’indissolubilité du mariage et de la pratique immuable de l’Église en cette matière, même si une telle défense devait risquer de leur apporter de considérables préjudices personnels. L’Église doit plus que jamais s’employer à annoncer la doctrine et la pastorale du mariage, afin que dans la vie des époux et spécialement de ceux que l’on appelle les divorcés remariés, soit observé ce que l’Esprit-Saint a dit dans la Sainte Écriture : “Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure” (Héb. 13, 4). Seule une pastorale du mariage qui prend encore au sérieux ces paroles de Dieu se révèle véritablement miséricordieuse, puisqu’elle conduit les âmes pécheresses sur la voie sûre de la vie éternelle. Et c’est cela qui compte !"

Posté le 11 janvier 2017 à 09h06 par Michel Janva | Lien permanent

08 janvier 2017

23 janvier : conférence à Bougival sur les tactiques du diable

Attention le lieu a changé par rapport à l'annonce déjà diffusée :

Capture d’écran 2017-01-05 à 21.32.01

Posté le 8 janvier 2017 à 16h28 par Michel Janva | Lien permanent

06 janvier 2017

Le christianisme ne sera jamais culturellement ou politiquement neutre

Selon l'abbé Loiseau, qui intervient dans une polémique en cours :

L"Le christianisme ne sera jamais culturellement ou politiquement neutre. C'est la suite logique de l'Incarnation. 

Même si des non-croyants peuvent tenter de récupérer son héritage, la question qui se pose est dans la manière dont l'héritage chrétien est revendiqué. L'est-il seulement dans un but électoral ? Est ce pour tromper les chrétiens en vue d'une idéologie foncièrement antichrétienne ? Ou tout simplement est-ce un regard réaliste et sincère sur notre patrimoine chrétien? Cela nous oblige à avoir un discernement continuel. 

Il serait cependant paradoxal qu'au nom de la foi pure on interdise à tout penseur ou homme politique non chrétien de défendre une culture ou une éthique chrétienne. 

La parabole du bon grain et de l'ivraie me parait particulièrement convenir à ce propos. Dans un certain milieu catholique conservateur, le syndrome de l'Action Française est très présent et très mal compris. Il est de bon ton de rappeler qu'un homme politique non pratiquant n'a nullement le droit de défendre un héritage culturel ou identitaire chrétien du style : « ce maire n'a pas à défendre les crèches, il n'a pas la foi ». 

C'est ridicule et pieusard, la foi et la grâce ne restent pas cantonnées dans la piété et la morale, elles débordent dans l'art, la culture, la politique et la philosophie. 

Toute proportion gardée, cela me fait penser à ceux qui refusent l'apologétique, les liens entre raison et foi ou les preuves de l'existence de Dieu au nom de la pureté de la foi. Ils refusent les motifs de crédibilité. Jean Daujat en son temps était exaspéré par ce nouveau fidéisme. Faut il rappeler que les meilleurs artistes religieux ne sont pas les plus saints ? Il en est ainsi des politiques ou des philosophes. Pour paraphraser St Thomas, on peut dire que « tout ce qui est vrai est nôtre » et nous ne devons pas regarder qui le dit. 

Ainsi nous pouvons comprendre que l'héritage chrétien est aussi culturel, artistique, philosophique, politique et éthique, est inscrit dans l'histoire humaine. Attention aux puristes de la foi et de la charité. On a déjà connu cela avec l'abbé Loisy, ils n'ont fait que contribuer à la disparition du christianisme dans la culture. C'est une nouvelle forme de l'enfouissement des années 70, ils seront balayés par la modernité. A ne vouloir défendre cet héritage que pour ceux qui ont la foi on en arrive à un sectarisme du subjectivisme. C'est toute la question contemporaine. C'est « l'intelligence en péril de mort », disait Marcel de Corte en désignant la crise de la vérité. 

Cela s'accompagne souvent d'une certaine hypocrisie : on s'extasie devant une personnalité de gauche qui va développer certaines valeurs altruistes mais on sera d'une sévérité inouïe pour des personnalités médiatiquement incorrectes quand elles défendent des valeurs chrétiennes. Le christianisme ne serait plus dans l'histoire un fait objectif, il ne se réduirait qu'à une expérience spirituelle individuelle. 

C'est de nouveau la séparation entre le Jésus de l'Histoire et de le Jésus de la Foi. 

Au secours St Thomas, ils sont devenus fous. À suivre..."

Posté le 6 janvier 2017 à 17h27 par Michel Janva | Lien permanent

La théophanie de Dieu fait homme

Voici l’homélie du Père Madros,  prêtre palestinien, pour l’Epiphanie

Unknown-41"L’Epiphanie tombant le 6 janvier, un vendredi, elle est transportée, dans divers pays déchristianisés, au dimanche suivant. Pas grave : les deux occasions rentrent magnifiquement dans le cadre de « la manifestation », la théophanie de Dieu fait homme : il apparaît aux Mages ; il se manifeste aux sages d’Orient. De Bethléem, de Jérusalem, nos pensées recueillent les leçons de ces réalités salvifiques qui nous touchent de près, soit comme peuples de la Gentilité, soit comme fidèles revenant à Dieu, le cœur contrit !

Les Mages et l’Etoile : que de controverses !

En étudiant le chapitre 2 de saint Matthieu (2, 1- 12 ; tiens Jean 2, 1-11 c’est les noces de Cana !), un auteur catholique n’hésite pas à exposer « la narrative d’une fiction théologique ». En d’autres mots, l’histoire des Mages n’est pas historique pour trois sous ! Dorénavant, « il faut rejeter l’historicité de cet épisode », sans crève-cœur. L’argumentation part de « l’impossibilité astronomique d’un tel phénomène ». Mais les « négationnistes » les plus obstinés vous mettent en relief le symbolisme de cette « légende », en insistant sur sa valeur spirituelle et morale.

N’ayant pas ici le temps de discuter la chose, nous pouvons répondre à tout ce défi lancé avec bonne volonté. Au-delà de la littéralité ou du symbolisme indéniable, aucun des auteurs chrétiens ne semble mettre en doute la divinité du Christ et l’incarnation du Verbe, autant de miracles mille fois plus substantifs et plus grands que la visite de sages d’Orient ! Donc un peu à la façon de la foi du charbonnier, et avec beaucoup de bon sens, nous pouvons tranquillement affirmer que le Dieu capable de s’incarner peut se manifester, d’une manière miraculeuse et non conventionnelle ni astronomiquement explicable, à des sages d’Orient, qui représentent la future adhésion des nations païennes au Christ « lumière du monde », « astre du matin ».

L’un des arguments avancés contre l’historicité de la visite des mages résiderait dans le silence de Flavius-Josèphe. Pour une fois, l’argument laisse beaucoup à désirer : comment voulez-vous qu’un Juif, de race sacerdotale par-dessus le marché, passé au camp romain, vous écrive quoi que ce soit de reluisant à propos d’un certain Jésus, roi chimérique, « messie-fantoche » et exalté crucifié ?

Provenance des sages d’Orient

Pour nos amis de Terre Sainte, saint Justin de Naplouse et Origène d’Egypte et de Césarée, les mages seraient venus d’Arabie. L’encens et la myrrhe indiqueraient cette direction. Pour d’autres, ils seraient partis de la Chaldée ou de la Perse. Sautons tout de suite à une conclusion dramatique : quelle joie, quel miracle si ces pays orientaux, en particulier l’Arabie, l’Iran et l’Irak majoritairement non chrétien reconnaissaient le Christ comme Seigneur et Sauveur ! Depuis des décennies, l’argent pétrolier, différent de « l’or » des Mages et plutôt « noir », a acheté bien de « consciences » (assez élastiques à la Judas) et a fait de tout pour déchristianiser encore davantage un monde occidental quelque peu paganisé !

Les élucubrations américaines des « Témoins de Jéhovah » !

Comme si nos « rationalistes » ne suffisaient pas, voici un groupe d’une vingtaine de dénominations judéo-américaines, dont la principale s’appelle « les Témoins de Jéhovah », qui avance une théorie rocambolesque. Nous l’évoquons pour information et prévention, pour ne pas nous surprendre. En effet, l’élément de la surprise constitue un point fort des sectes.

Voici la théorie jéhoviste : « L’étoile qui a conduit les mages à Jérusalem, et pas directement à Bethléem, venait du Démon. A cause d’elle, Hérode le grand a fait tuer les enfants judéens ! » Monumentale méprise théologique : maintenant ce sont les phénomènes naturels et surnaturels qui portent la responsabilité de certains crimes, pas ceux qui les perpètrent ! A ce compte-là, le brave Hérode pouvait, comme plus tard Pilate, se laver solennellement les mains ! Et puis, quelle affection profonde pour les enfants de Bethléem, affection inexistante quand les Témoins ne donnent pas de sang aux enfants et aux mères enceintes pour sauver leur vie !

Pourquoi d’abord Jérusalem ?

Il fallait avertir le Judaïsme officiel, l’autorité sacerdotale et royale.

Quelques conclusions spirituelles, morales et ecclésiologiques

Dès Isaïe, ou plutôt dès la chute originelle, Dieu a promis de sauver l’humanité, par « la Descendance de la Femme » (Gen 3, 15). Isaïe (surtout chh. 2 et 60), et Jonas en particulier soulignent l’universalité du salut. Le Dieu créateur de tous ne saurait se limiter à chérir un seul peuple. Le « Dieu de Jésus-Christ », prêché par lui-même et par Paul, plus que d’autres, « manifeste » définitivement sa nature : Amour universel, Paternité absolue, Miséricorde sans frontières, Salut « jusqu’aux confins de la terre » !

Autre épiphanie de Jésus : au Jourdain (Mt 3, 1- 12)

A propos de Jean-Baptiste et de Jésus, saint Matthieu utilise le verbe « paraginetai παραγίνεται », « il paraît, il apparaît ». Absolument pas question de « vouloir se faire voir », si fréquent parmi les hommes surtout les « importants, les puissants ou les grands » ! Il s’agit d’une manifestation au peuple d’un personnage providentiel, jusque là caché dans la discrétion d’une famille pieuse ou d’une retraite au désert silencieuse.

En arabe, nous appelons la fête de l’Epiphanie ghitaas غطاس « immersion », précisément en nous référant au baptême du Christ.

Quelques sectes, surtout judéo-chrétiennes, enseignaient que Jésus avait eu conscience de sa messianité lors de son baptême. (Les Témoins de Jéhovah semblent bien avoir repris cette doctrine). Une telle assertion contredit l’Evangile qui déclare sans équivoque la divinité du Verbe. Dès l’Annonciation faite à Marie, la Vierge elle-même savait à quoi s’en tenir. Elle savait que son Fils aurait été « grand », en forme absolu, « Fils du Très-Haut », héritier « du trône de David son père », bref l’apogée des titres messianiques.

Au point de vue pastoral

Une objection revient souvent : « Jésus a été baptisé à l’âge de trente ans environ, pourquoi alors baptiser les enfants ? »

Soit le Baptiste soit le Seigneur Jésus lui-même ont fait une claire distinction et séparation entre le baptême reçu par Jésus et celui institué par lui. Le baptême de Jean, nous disent les deux personnages, à l’unanimité et presque avec les mêmes mots, « était dans l’eau » seulement, pour la pénitence, des adultes, en préparation à la venue du Messie.  Le baptême que Jésus institue est « dans l’eau et l’Esprit Saint » « et le feu » qui brûle le péché originel (donc chez les enfants aussi), et pas seulement les péchés actuels (chez les adultes ou les jeunes qui ont atteint l’âge de raison). Le baptême que Jésus a établi est une « nouvelle naissance d’en haut » (Jn 3, 1 s) en contraste avec l’ancienne naissance naturelle, physiologique en vertu de laquelle les enfants ne sont que chair. Par contre, les enfants baptisés deviennent « esprit ».

D’ailleurs, dans les baptêmes de multitudes (Actes 2 et 18) et de familles entières (Corneille, Lydie, le geôlier, Crespus, Stéphanas), les Apôtres ont certainement baptisé des enfants.

Conclusion

Le Seigneur a manifesté sa lumière ; à nous de la refléter !

Bonnes fêtes !"

Posté le 6 janvier 2017 à 11h06 par Michel Janva | Lien permanent

30 décembre 2016

Cathédrale de Toulon, 4 janvier 2017 : conférence du Cardinal Sarah

Cardinal Sarah CHDT

Posté le 30 décembre 2016 à 18h09 par Marie Bethanie | Lien permanent

L'islam, l'oecuménisme et la liberté religieuse

L'abbé Guy Pagès a donné un entretien à Media-presse.info. Extrait :

Capture d’écran 2016-12-30 à 10.57.02"Vos positions vont à contre-courant des positions de l’Eglise conciliaire qui prône l’œcuménisme et qui a une réelle empathie pour l’Islam. Dès lors quelle marge de manœuvre avez vous avec votre hiérarchie ? 

Permettez-moi quelques mises au point :

  1. Je ne connais pas d’Église conciliaire. Pour moi il n’y a qu’une Église, qui n’a pas commencé à être « conciliaire » avec le concile Vatican II.

  2. L’œcuménisme est le projet de retrouver l’union de tous les chrétiens aujourd’hui séparés, et n’a donc rien à voir avec l’islam.

  3. Je ne dirais pas que c’est l’Église qui a une réelle empathie avec l’islam, car « Quel rapport entre la justice et l’impiété ? Quelle union entre la lumière et les ténèbres ? Quelle entente entre le Christ et Béliar ? Quelle association entre le fidèle et l’infidèle ? Quel accord entre le temple de Dieu et les idoles ? Or c’est nous qui sommes le temple du Dieu vivant (2 Co 6.14-16) », mais ce sont nombre de ses serviteurs qui se rendent coupable de lâchetés, de dramatiques compromissions, d’apostasie et de criminelles trahisons.

    Quant à ma marge de manœuvre avec la hiérarchie, elle est aussi restreinte que possible. [...]

Dernière question: que pensez-vous de la liberté religieuse tolérée par l’Eglise actuellement? Ne va-t-elle pas à l’encontre du message du Christ?

Je pense que personne ne peut remettre en question l’enseignement traditionnel de l’Église à l’égard de la liberté religieuse, que quelques papes ont ainsi formulé : « Quelle mort plus funeste pour les âmes, que la liberté de l’erreur ! » disait saint Augustin.(Grégoire XVI, Mirari vos) » ; « Il s’en trouve beaucoup aujourd’hui pour oser enseigner que le meilleur régime politique et le progrès de la vie civile exigent absolument que la société humaine soit constituée et gouvernée sans plus tenir compte de la Religion que si elle n’existait pas, ou du moins sans faire aucune différence entre la vraie et les fausses religions. (Pie IX, Quanta cura, n°5) ; « Convaincus qu’il est très rare de rencontrer des hommes dépourvus de tout sens religieux, on les voit nourrir l’espoir qu’il serait possible d’amener sans difficulté les peuples, malgré leurs divergences, religieuses, à une entente fraternelle sur la profession de certaines doctrines considérées comme un fondement commun de vie spirituelle. C’est pourquoi, ils se mettent à tenir des congrès, des réunions, des conférences, fréquentés par un nombre appréciable d’auditeurs, et, à leurs discussions, ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission. De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu’elles s’appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s’égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient […] (Pie XI, Mortalium animos) ». La liberté religieuse dont a parlé le dernier concile signifie le droit pour tout homme de chercher la vérité, non celui de croire et enseigner l’erreur. Je déplore donc très amèrement la conduite de tant d’ecclésiastiques de tous rangs qui, au lieu de défendre le salut des âmes qui leur sont confiées contre cet anti-christ caractérisé qu’est l’islam (1 Jn 2.22), le dénonçant comme tel, lui ouvrent au contraire toutes grandes les portes de leurs églises, et favorisent son implantation dans notre pays. Ils ignorent ce que veut dire saint Jean : « Si quelqu’un vient à vous sans apporter cette doctrine [l’Évangile], ne le recevez pas chez vous. Quiconque le salue participe à ses œuvres mauvaises. (2 Jn 1.10-11) »…"

Posté le 30 décembre 2016 à 11h00 par Michel Janva | Lien permanent

26 décembre 2016

23 janvier : conférence sur le diable à Bougival

D

Posté le 26 décembre 2016 à 10h24 par Michel Janva | Lien permanent

24 décembre 2016

Plus de “Noël blanc” mais rouge; plus de “Nuit tranquille” (“Stille Nacht”) !

MHomélie du père Madros, prêtre palestinien :

 

Horribles attentats en l’occasion de Noël!

Depuis l’Incarnation de Dieu, nous ne pouvons pas, dans notre prédication et notre catéchèse, faire abstraction de l’humain et ignorer les évènements contemporains surtout significatifs et graves. Jésus, dès son enfance, n’a pas vécu dans une tour d’ivoire, au-dessus du commun des mortels! Noël, cette année, arrive, non plus “blanc”, comme le rêvait Israel Isidore Beilin, et la nuit de cette grande fête ne sera pas “tranquille” à Berlin ou à Cologne: les Allemands chanteront dans les larmes l’hymne cette fois lugubre! Ils se joindront à la douleur des Coptes du Caire où un massacre des Petits et de leurs mamans et sœurs a eu lieu. Et la Russie pleurera l’ambassadeur Andrei Karlov, abattu par un jeune Turc, enthousiaste de jihad, solidaire avec la Syrie que Moscou torture, à son avis.

Le musicien Beiline, qui a composé le fameux « I am dreaming of a white Christmas » (« Je rêve d’un Noël blanc »), était Juif, s’il vous plaît (contrairement à d’autres Juifs qui combattent Noël, comme le rabbin Hezechiel aux Etats-Unis). Son nom d’art : « Irving Berlin ». C’est le tour de Berlin de succomber au terrorisme théocratique, après Londres, Madrid, Paris et Bruxelles…

Trois façons de combattre l’Enfant Jésus et Noël

  • Des dénominations « chrétiennes » comme les Adventistes et les « Témoins de Jéhovah » : leur théorie : il ne faut pas célébrer Noël parce que le 25 décembre était la fête païenne du « Soleil invincible » divinisé. Or, des études récentes, surtout par Taylor, ont démontré la grande probabilité, sinon la certitude, de la naissance de Jésus fin décembre. D’ailleurs, si l’Eglise, en particulier celle de Rome, était païenne, elle aurait gardé, conservé la fête païenne du Soleil, non ? Elle a fait exactement le contraire : elle l’a effacée pour toujours !
  • Le laïcisme dictatorial : pas de crèche, pas de marché « de Noël » mais plutôt « d’hiver », pas de « Heureux Noël » mais « heureuses fêtes », « vœux de la saison » (« Season’s greetings »). Trump, lui, malgré ses défauts, aime bien le Christmas !Le laïcisme antichrétien se couvre volontiers avec le manteau de « l’accueil et le respect de l’autre », carrément du non chrétien, avec un manque absolu de respect pour les chrétiens qui pourtant constituent la majorité  et le noyau original des citoyens de l’Occident, ainsi que les fondateurs de sa culture. Par contre, on ne touche pas à la Hanoukah (fête de l’inauguration du Temple), ni à la fête de la fin du Ramadan.
  • Attaques terroristes contre les chrétiens réunis pour prier en l’occasion de Noël ; attaques aux symboles chrétiens de Noël, surtout les marchés, bien que très commercialisés. Mais une détermination théocratique cherche à décidément éliminer toute trace de christianisme même superficielle ou sociale.

Trois méthodes différentes pour un seul but : celui d’Hérode le Grand : tuer l’Enfant Jésus.

La prophétie éminemment messianique d’Isaïe 9

Des exégètes, même catholiques, ont nié la messianité de ce passage admirable. Le voici : « Tout manteau roulé dans le sang sera brûlé… car un enfant nous est né, un fils nous est donné… il a reçu le pouvoir… On lui a donné ce nom : Conseiller, Merveilleux, Dieu Fort, Père-Eternel, Prince-de-paix » (9, 4- 5).

On a vite fait d’y voir un roi judéen, Ezéchias ou autre. Eh bien, jamais un roi hébreu n’a reçu ces titres. D’autres disent : « il s’agit d’attributs (exagérés) du roi, surtout du pharaon » ! Peut-être, mais les pharaons étaient païens et polythéistes (sauf probablement Akhénaton). Indécent et blasphématoire  pour le prophète monothéiste Isaïe d’encadrer le futur messie ou le roi judéen dans l’aberration de l’idolâtrie. Par ailleurs, ces attributs étaient invoqués lors de l’intronisation du souverain, non de sa naissance.

Jusqu’à nos jours, ce texte isaïen, comme celui du chapitre 53, gêne beaucoup de non chrétiens dont certains vont jusqu’à édulcorer, pour ne pas dire falsifier ou manipuler, leur traduction de l’original hébreu. Celui-ci lit :

 « El ghibborאל גבור-  אבי-עד Dieu-Fort, Père Eternel » : pour un bébé, frêle, la description reste inouïe et extraordinaire : un enfant qui est en même temps  « Dieu », un « fils du temps » qui, miraculeusement, est littéralement « le Père de l’éternité » !  Et l’expression « Il sera appelé » ou « on lui donnera le nom de » signifient qu’il sera tel : le nom c’est l’être. Donc, Simon fils de Jonah « appelé » Kefa-Pierre par Jésus, devient automatiquement « pierre de l’Eglise » (Mt 16, 18).

Zadok Kahn, pourtant versé en hébreu biblique,  a décidé de donner une version non scientifique  d’Isaïe 9, 5: « héros divin, père de la conquête ». Il faut lui demander où il a pêché le « héros » et « la conquête ».

Le fait que le Nouveau Testament ne cite pas directement ce texte isaïen ne devrait pas l’éliminer comme messianique. A y bien penser, c’est, figurez-vous, l’ange Gabriel qui l’utilise presque littéralement, annonçant précisément à la Vierge la naissance d’un enfant, Fils royal de David. Voici de nouveau Isaïe : « Pour que s’étende le pouvoir dans une paix sans fin sur le trône de David et sur son royaume…la tendresse de Yahvé des Armées fera cela » (Is 9, 6). Et le messager angélique de citer notre prophète hiérosolymitain : «Marie, voici que tu concevras dans ton sein et tu enfanteras un fils et tu l’appelleras du nom de Jésus (citation directe et presque littérale d’Isaïe 7, 14 : « Voici que la Vierge concevra… »). ..Il sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu (parallèle de « Yahvé des Armées ») lui donnera le trône de David son père ; il règnera sur la maison de Jacob pour les siècles, et son règne n’aura pas de fin » (Luc 1, 33- 34).   

La tendresse philanthropique de notre Dieu incarné (Tite 2, 11- 14)

Quel texte émouvant ! Quelle vérité sensationnelle sur le salut universel, et pas seulement celui d’un peuple : « la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, s’est manifestée » ! Avec émotion, pensons à la Messe de Noël à Bethléem, à deux pas de la Grotte. Le lecteur chante : « Apparuit benignitas et humanitas Salvatoris nostri Dei » (Tite 3, 4): «Aparurent la bonté et  l’humanité (ou : l’amour pour l’humanité) de Dieu notre Sauveur » qui vient de « planter sa tente parmi nous », devenant l’un des nôtres (cf Jn 1, 1 et 14).

La naissance de Jésus est une renaissance pour nous, « renés dans le bain de la régénération », le baptême, à commencer par les petits (Tite 3, 5).

La nativité de Jésus « dans le temps, dans la chair » (Luc 2, 1 s)

Laissant de côté la difficulté du recensement du temps de Quirinius vers l’an 12 après Jésus-Christ, nous pouvons seulement évoquer la grande probabilité d’un « premier » recensement commencé, par le même Procureur, vers l’an 4 avant l’ère chrétienne, pratiquement celui de la naissance de Jésus, où Quirinius était plutôt ministre plénipotentiaire (cf Antonio Socci, « Guerre contre Jésus »).

Conclusion

L’enfant de Marie transforme l’humanité. Déjà sa naissance est révolutionnaire. Il renverse les valeurs : il promeut la femme ; il rejette la richesse, la violence et l’orgueil des « grands ». En lui, Dieu s’humanise. Nous avons tout dit ! Saint Paul l’a mieux exprimé : en Jésus bébé « se manifeste la grâce et l’humanité de notre Dieu Sauveur ! »

Et Saint Augustin de conclure : « Dieu qui nous a créés sans nous ne saurait nous sauver sans nous » !

Heureux et saint Noël, malgré tout !

Posté le 24 décembre 2016 à 18h44 par Michel Janva | Lien permanent

22 décembre 2016

Comment se confesser ?

Entretien avec l'Abbé Philippe Laguérie, de l'Institut du Bon Pasteur. Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté :

Posté le 22 décembre 2016 à 17h04 par Michel Janva | Lien permanent

19 décembre 2016

Mgr Athanasius Schneider : La vie chrétienne et la persécution

Homélie de SE Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana (Kazakhstan) à la XXVe Fête du livre de Renaissance Catholique le 4 décembre :

Arton567-e4062"Chers frères et sœurs en Christ ! Notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ avait proclamé solennellement avant sa mort rédemptrice sur la Croix, en présence des autorités incrédules de ce monde : “ Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix” (Jn 18, 37). La contradiction la plus manifeste avec l’esprit et la vie de Jésus Christ serait la crainte de confesser la vérité ou même d’accepter le moindre compromis dans le domaine de la vérité.

Nous nous appelons chrétiens d’après le nom du Christ, Notre Sauveur, mais aussi d’après l’huile sacrée et parfumée, appelée saint chrême, chrisma en latin, avec laquelle nous avons été oints lors du sacrement de la confirmation. Dans ce sacrement l’huile signifie l’abondance de la grâce qui se répand dans l’âme du chrétien pour le confirmer dans la foi ; et le baume, qui est odorant et préserve de la corruption, signifie que le chrétien, fortifié par cette grâce, est capable de répandre la bonne odeur des vertus chrétiennes et de se préserver de la corruption des vices. L’onction est faite sur le front, où apparaissent les signes de la crainte et de la honte, afin que le confirmé comprenne qu’il ne doit pas rougir du nom et de la profession de chrétien, ni avoir peur des ennemis de la foi. Puis l’évêque donne un léger soufflet au confirmé pour qu’il sache qu’il doit être prêt à souffrir toute sorte d’affronts et de peine pour la foi de Jésus-Christ. Faire des compromis concernant la vérité de la foi catholique, être « politiquement correct » que ce soit au sein de l’Église ou en dehors de l’Église, contredirait directement le nom chrétien, le nom catholique.

Il est évident qu’aujourd’hui les chrétiens vivent une époque de persécution au niveau presque mondial. Notre situation présente des similitudes avec l’ère de la persécution générale des chrétiens des premiers siècles de l’Église. De cette période nous possédons un exemple touchant du martyre de toute une paroisse dans la cité d’Abitène en Afrique du Nord pendant la persécution de Dioclétien. Le prêtre saint Saturnin était en train de célébrer la Sainte Messe du dimanche à laquelle assistait sa paroisse, toutefois secrètement, car il était interdit aux chrétiens de se rassembler pour la liturgie. La police fit soudainement irruption dans l’assemblée des fidèles et les arrêta tous. Les enfants de saint Saturnin, un veuf - ils étaient nés avant son ordination-, étaient aussi présents : Saturnin et Félix, lecteurs, Marie, une vierge consacrée, et Hilarion, un enfant de six ans. Tous les fidèles et leur curé furent emmenés au juge, puis emprisonnés avant d’être exécutés. Sur le chemin du tribunal ils rencontrèrent leur évêque Fundanus, qui revenait juste d’avoir commis l’acte d’apostasie. Quand le petit enfant Hilarion fut interrogé par le juge, il répondit : “Je suis chrétien et j’ai participé à la liturgie. J’y suis allé de plein gré, personne ne m’a contraint à y aller.” Le juge, qui avait pitié de lui, essaya de l’intimider en le menaçant de peines infantiles. Toutefois, le petit garçon ne fit qu’en rire. Alors le gouverneur lui dit : “Je te couperai le nez et les oreilles”. Hilarion répondit : “Vous pouvez le faire, mais de toute façon je suis chrétien.” Quand le proconsul eut donné l’ordre de les renvoyer à la prison pour l’exécution, le petit Hilarion avec tous les fidèles s’exclama : “ Grâces à Dieu". Par sa confession de foi et son martyre ce petit garçon, les autres adolescents, les pères et les mères de famille, fidèles, avec leur curé Saturnin firent ainsi réparation pour l’apostasie de leur évêque.

La fidélité à la foi catholique et le martyre chrétien ne demandent pas seulement la confession intrépide de la vérité divine face aux païens et aux infidèles, mais aussi face aux chrétiens hérétiques. Parmi ces nombreux martyrs on peut présenter l’exemple touchant de Sir John Burke de Brittas en Irlande à l’époque de la persécution de la foi catholique au début du 17ème siècle. Un dimanche matin, dans le château de John Burke, des catholiques étaient rassemblés pour assister à la Sainte Messe, célébrée par un prêtre clandestin. Mais les autorités civiles avaient été informées par un traître. Soudain une bande de soldats encercla la maison, où la Sainte Messe était en train d’être célébrée. Le capitaine demanda qu’on le laissât entrer. L’unique réponse de Sir Burke fut qu’il pouvait librement entrer, s’il s’était préparé à faire sa confession et avait entraîné ses compagnons à faire de même ; autrement ils devaient rester dehors, car les infidèles ne devaient pas avoir part à ce qui est saint, ni les choses saintes être jetées aux chiens ou les perles aux pourceaux. Lorsque John Burke comparut devant ses juges le président du tribunal déclara qu’il le traiterait avec une grande déférence s’il obéissait au souhait du Roi en tout ce qui concernait la foi et la religion, autrement il serait condamné à mort. Mais John Burke resta inflexible. Ensuite il écouta la sentence de mort avec un visage joyeux, et répondit seulement qu’il était heureux que ceux qui tuent son corps n’aient pas de pouvoir sur son âme. Il ajouta quelques mots, par lesquels il déclara son aversion pour les doctrines et les opinions hérétiques ainsi que son désir cordial d’obéir à l’enseignement de l’Église catholique, dans la communauté de laquelle il déclarait vouloir mourir. Quand on arriva sur le lieu d’exécution, il demanda à être mis par terre, afin de pouvoir s’en approcher sur les genoux, ce qui lui fut accordé. John Burke montra le même contentement et la même joie que s’il s’était rendu à une fête somptueuse. Au dernier moment on lui offrit le pardon, la restitution de ses terres et une promotion, s’il prêtait le serment de reconnaître la suprématie du Roi en matière de religion et assistait au culte protestant. Il dit que pour rien au monde il n’offenserait Dieu, qu’il n’échangerait pas le ciel pour la terre, et qu’il condamnerait et abominerait tout ce que l’Église catholique avait toujours condamné et répudié. John Burke est mort en décembre 1607 à Limerick en Irlande (cf. Murphy, D., Our Martyrs, Dublin 1896, pp. 228 - 239).

De nos jours nous sommes tous témoins des nouveaux martyrs chrétiens, spécialement au Proche-Orient, où aux yeux du monde entier sont martyrisés nos frères et sœurs en Christ. Au début de l’histoire de l’Église le Saint-Esprit a adressé à tous les chrétiens par l’apôtre saint Jean ces paroles : “Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie’’ (Apc 2. 10). Ainsi-soit-il."

Posté le 19 décembre 2016 à 07h17 par Michel Janva | Lien permanent

18 décembre 2016

Etre chrétien en Tunisie

Ce n'est pas une chose facile dans un pays musulman à 99% où, pour être chrétien, il faut s'accrocher. Un article lu dans Jeune Afrique :

Religion-882281_640-592x296-1481712968

"La Tunisie s’enorgueillit d’avoir inscrit la liberté de conscience et de culte dans sa loi fondamentale mais ses ressortissants récemment convertis au christianisme n’en sont pas moins placés au ban de la société.[...]

Début décembre, l’interpellation de neuf jeunes chrétiens, dont trois Tunisiens, à Gafsa (Sud), par des agents de lutte anti-terroriste leur reprochant leur conversion et les menaçant de poursuites s’ils ne renonçaient pas à leur foi, a fait grand bruit.

Une liberté cachée

« Nous avons craint les salafistes mais c’est les représentants de l’ordre, qui devraient faire respecter la liberté de conscience, qui sont les plus retors et estiment que nous sommes suspects », confie Anes, 23 ans, devenu chrétien en 2013. Comme lui, ils sont une vingtaine à se retrouver discrètement tous les samedis en début d’après midi à l’église réformiste de Tunis pour une cérémonie où les textes et les chants en arabe et en dialectal rappellent les rituels en Égypte ou au Liban.

Ils se retrouvent parfois chez les uns et les autres pour des lectures de la Bible et s’apprêtent à fêter Noël sans ostentation. Les nouveaux convertis, généralement jeunes et en lien avec les églises évangéliques, seraient près d’un millier sur le territoire à avoir rejoint les rangs des quelques 20 000 chrétiens, essentiellement étrangers, installés en Tunisie. Une situation qui ne changera rien à une Tunisie à 99 % musulmane, où seule une dizaine de mariages chrétiens sont célébrés chaque année…

Tous les convertis affirment avoir embrassé la foi chrétienne par conviction et y être venus après avoir reçu des signes et des révélations ou simplement par attrait pour la parole du Christ. « Je n’ai rien contre l’islam mais j’apprécie dans le catholicisme une démarche totalement individuelle et la quête du pardon », précise Amel, qui vient régulièrement prier à l’église réformiste de Tunis sans pour autant avoir franchi le cap de la conversion.

« Ma foi est plus forte que les railleries »

Dans tous les cas, les églises catholique et évangélique ne font pas de prosélytisme, comme cela leur est interdit depuis 1964. « Quand quelqu’un rentre pour assister à une messe, personne ne le renvoie », note simplement Hiba, qui montre les piles de bibles en arabe mises à disposition des visiteurs.[...]

Depuis la chute de l’ancien régime, qui exerçait un strict contrôle sur les lieux de culte, et sous l’effet des libertés acquises mais également de l’émergence du conservatisme religieux, de plus en plus de Tunisiens se renseignent sur la foi chrétienne. Si le baptême est plus ou moins rapide chez les protestants évangéliques, il peut prendre 4 à 5 ans de préparation chez les catholiques. Une manière de tester la sincérité des futures ouailles ?

De fait, certains convertis semblent sensibles à des avantages assez peu spirituels. Il y a par exemple l’aide matérielle offerte par la communauté évangélique. Quant au pasteur William Brown et au père Jean Fontaine, ils s’accordent tous deux sur le fait que beaucoup deviennent chrétiens pour obtenir des visas plus facilement, en prétextant brimades ou vexations de leur entourage. Entre la foi et la mauvaise foi… il n’y a parfois qu’un pas."

Posté le 18 décembre 2016 à 22h11 par Marie Bethanie | Lien permanent

14 décembre 2016

Vendredi 16 décembre, à Saint Joseph de Pont-du-Las (83) : adoration en soutien du Sacerdoce

L'adoration de réparation de l'Alliance Saint Jean-Marie Vianney aura lieu ce vendredi 16 décembre à saint Joseph de Pont-du-Las, de 20h à 22h, entrée sur la gauche au niveau des grilles.

Elle sera dirigée par notre aumônier l'abbé Lambilliotte.
 
445abf_9bec4780d0ee4d56bedb80c6ba4de50b
Alliance saint Jean-Marie Vianney
Aimer, réparer et consoler le Cœur sacerdotal de Jésus
    par l'adoration
Soutien du sacerdoce par le jeûne et la prière
 

Enregistrer

Enregistrer

Posté le 14 décembre 2016 à 21h37 par Marie Bethanie | Lien permanent

12 décembre 2016

20-23 décembre : retraite pour garçons de 15 à 17 ans à l'Abbaye Saint-Joseph de Clairval (Flavigny-sur-Ozerain-21)

Cliquer sur les pages pour les agrandir et les imprimer.

Retraite_1-page0

Retraite_2-page0

Posté le 12 décembre 2016 à 09h58 par Marie Bethanie | Lien permanent

11 décembre 2016

Pourquoi se confesser?

Entretien avec l'Abbé Philippe Laguérie, supérieur de l'Institut du Bon Pasteur. Une vidéoformation proposée par Notre Dame de Chrétienté. Pour accéder à la fiche pédagogique résumant cette vidéo, aller ici.

Posté le 11 décembre 2016 à 11h33 par Michel Janva | Lien permanent

15 décembre : conférence à Béziers sur Satan

Capture d’écran 2016-12-10 à 19.56.59

Posté le 11 décembre 2016 à 08h57 par Michel Janva | Lien permanent

04 décembre 2016

Conférence-débat sur la Bible le mercredi 7 décembre à Paris

Image006-2

Michel De Jaeghere a interrogé le père Vénard, à la tête d'un ambitieux chantier informatique, la Bible en ses traditions (Best). Il s'agit de mettre en ligne une édition révisée de la Bible, associant les versions hébraïque, grecque, araméenne et latine de l'Écriture sainte et proposant une annotation du texte, du contexte et de sa réception dans les différentes traditions religieuses et culturelles.. Extraits :

"Toutes les Bibles actuellement disponibles présentent un texte qui est paradoxalement artificiel: c'est en gros une reconstitution du texte «original» faite par des savants. Le problème est que l'original est introuvable et, dans certains cas, n'a peut-être jamais existé. Car la Bible est moins un livre qu'une bibliothèque qui a recueilli progressivement des livres écrits, édités et remodelés, en deux ou trois langues, pendant près d'un millénaire. Saisies dans l'histoire réelle, les Écritures se donnent donc d'emblée comme diverses. De même que les chrétiens ont quatre Évangiles qui racontent la même histoire, mais avec bien des différences entre eux, presque un tiers de l'Ancien Testament se présente à nous en plusieurs versions: en hébreu, en grec, en latin, en syriaque, elles-mêmes diversifiées, sans que l'on puisse donner de priorité absolue ni systématique à l'une d'entre elle.

Or ceci n'est pas un défaut à corriger, c'est une richesse! Comme le constate l'auteur du Psaume 62: «Dieu a dit une chose, j'en ai entendu deux»: quand le vrai Dieu parle aux humains dans leur langage, sa parole produit d'emblée de la pluralité. Notre projet consiste à mettre en ligne les différentes versions du texte sans privilégier l'une ou l'autre au nom d'une souvent discutable «authenticité».

D'abord parce que les textes issus de manuscrits plus récents que d'autres peuvent avoir repris des traditions plus anciennes: par exemple, saint Jérôme a composé la Vulgate au Ve siècle après J.-C. en partant du texte grec de la Septante, qui peut remonter au IIIe siècle avant J.-C., mais en traduisant aussi des manuscrits hébraïques disponibles à son époque et perdus aujourd'hui. Ensuite, parce que l'ancienneté n'est pas nécessairement un critère: il faut abandonner l'image enfantine d'une Bible «dictée» par Dieu à l'écrivain sacré sur le modèle de Jibrîl dictant le Coran à Mahomet. L'inspiration divine des Écritures passe par l'humanité de ses auteurs et rédacteurs multiples, et elle accompagne leur longue élaboration en «la» Bible, y compris le travail des scribes traducteurs ou copistes!

Notre modèle de traduction présentera cette richesse en donnant à lire les différentes versions sur la même page. En gros: vous n'avez plus à vous contenter d'écouter la Bible en mono, vous l'aurez en stéréo, la parole de Dieu n'est pas une simple mélodie, c'est une polyphonie!

Enfin, et cela ne gâche rien, nous allons offrir gratuitement cette traduction - car c'est un scandale du monde francophone que les bibles catholiques modernes soient avant tout des objets de commerce. Aucune n'est en accès libre! [...]"

Posté le 4 décembre 2016 à 13h23 par Michel Janva | Lien permanent

Qu'est-ce que le péché ?

Entretien avec l'Abbé Philippe Laguérie, supérieur de l'Institut du Bon Pasteur. Une vidéoformation proposée par Notre-Dame de Chrétienté :

Posté le 4 décembre 2016 à 09h00 par Michel Janva | Lien permanent

25 novembre 2016

Le Christ est-il Roi ?

Qu’Il règne au Ciel d’accord mais sur terre n’est-ce pas une formule de style ? Une image ? Le Christ serait-Il un roi de figuration sans pouvoir ? Une « reine d’Angleterre » pour les baptisés ? Sur qui règne-t-Il ? Si le Christ est roi, quelle est son royaume ? Peut-on parler d’une royauté sociale en opposition avec le « prince de ce monde » ?

Pour-quil-regne-510x680Jean Ousset dans son livre « Pour qu’Il règne» répond de façon lumineuse. Voici un extrait tiré de l’ouvrage Pour qu’Il règne, aux pages 13-16 (« L’Alpha et l’Oméga ») :

Apocalypse 1, 5 « de la part de Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, le prince des rois de la terre. ».

« Prince des rois de la terre », tel l’appelle saint Jean dans l’Apocalypse, et, sur son vêtement comme sur Lui-même, il a pu lire : « Roi des rois et Seigneur des seigneurs ».

Matthieu 28,18 « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre ».

Jésus-Christ est donc roi. Roi par droit de naissance éternelle, puisqu’il est Dieu… Roi par droit de conquête, de rédemption, de rachat. Et cette royauté, on le conçoit, est universelle. Rien, en effet, ne peut être plus universel, plus absolu que cette royauté, puisque le Christ est Lui-même principe et fin de toute la Création. Cependant, pour qu’il y ait aucun doute, notre Seigneur a tenu à le préciser : « Omnia potestas data est mihi in coelo et in terra ». « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre ». Au ciel et sur la terre… autant dire : dans l’ordre surnaturel comme dans l’ordre naturel. (…)

Romain 13, 1 « il n’y a d’autorité qu’en dépendance de Dieu ».

Oui, tout pouvoir a été donné au Christ au ciel et sur la terre. Cette vérité est au principe même du catholicisme. Nous la trouvons dans les épîtres et les discours de saint Pierre. Nous la retrouvons sous-jacente à tout l’enseignement de saint Paul. Sa formule  » non est potestas nisi a Deo  » ne fait, au fond, qu’exprimer la même idée d’une façon particulière. Jésus-Christ a demandé et son Père Lui a donné. Tout, dès lors, Lui a été livré. Il est à la tête et le chef de tout, de tout sans exception.

Colossiens – 1, 16-20 « en lui, tout fut créé, dans le ciel et sur la terre »

« En Lui et rachetés par son sang », écrivait saint Paul aux Colossiens, « nous avons reçu la rémission des péchés ; Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toutes les créatures ; car, en Lui, toutes choses ont été créées dans le Ciel et sur la Terre, les visibles et les invisibles. Et les Trônes et les Dominations, et les Principautés et les Puissances, tout a été créé par Lui et pour Lui. Il est avant tout et tout subsiste en Lui, et c’est Lui qui est la tête de l’Eglise, son corps. Il est le principe. Il est le premier né d’entre les morts ; de sorte qu’en tout, c’est Lui qui tient la primauté, parce qu’il a plu au Père que toute plénitude résidât en Lui ; et c’est par Lui et en Lui qu’Il s’est réconcilié toutes choses, pacifiant par le sang de la Croix et ce qui est sur la terre, et ce qui est dans les Cieux, dans le Christ Jésus notre Seigneur ».

Tel est l’enseignement de l’Apôtre. (…)

Jésus-Christ roi universel… et, donc, roi des rois, roi des nations, roi des peuples, roi des institutions, roi des sociétés, roi de l’ordre politique comme de l’ordre privé. Après ce qui vient d’être dit, comment pourrait-on concevoir qu’il en puisse être autrement ? Si Jésus-Christ est roi universel, comment cette royauté ne serait-elle pas aussi une royauté sur les institutions, sur l’Etat : une royauté sociale ? Comment pourrait-elle être dite universelle sans cela ?

Si les querelles sont si vives en cet endroit, c’est que nous atteignons le domaine de celui que l’Ecriture appelle, précisément, « le prince de ce monde ». Voici que nous poursuivons le dragon dans son retranchement, que nous le forçons dans ce dont il prétend faire son repaire… Quoi d’étonnant à ce qu’il redouble de violence, crachant flammes et fumées pour essayer de nous aveugler ? Combien se laissent abuser !

Pour se former et agir à l’école de Jean Ousset, lire « Pour qu’il Règne », ouvrage historique de ceux qui veulent agir « à contre courant » comme nous y invite le Pape François.

Posté le 25 novembre 2016 à 14h37 par Michel Janva | Lien permanent

07 novembre 2016

Conférence sur les âmes du purgatoire et le moyen de leur venir en aide

Au centre Saint-Paul, mardi 8 novembre à 20h30, et dimanche 13 novembre à 16h 

Par l'abbé Billot 12 rue Saint Joseph, 75002 Paris métro Sentier ou Bonne nouvelle (la rue Saint Joseph coupe la rue du sentier et la rue Montmartre).

Posté le 7 novembre 2016 à 17h04 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > L'Eglise : Foi , L'Eglise : Vie de l'Eglise

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > L'Eglise : Foi , L'Eglise : Vie de l'Eglise