16 janvier 2018

Consécration d'une nouvelle église Maronite à Issy-les-Moulineaux

MPour la première fois dans l’histoire des Maronites en Europe, une paroisse est créée dans les murs d’une ancienne église. Pour que cette église redevienne un lieu de culte pour les Maronites, Mgr Maroun-Nasser Gemayel, évêque des Maronites de France vous invite à une cérémonie rituelle de re-consécration en préambule d’une Grand’Messe le samedi 27 Janvier 2018 à 18h00.

La messe sera suivie par la remise d’une médaille de reconnaissance à une vingtaine de personnalités françaises qui ont aidé le Liban et les Libanais pendant les durs moments que le pays des Cèdres a traversés les quatre dernières décennies.

L’église desservira les communes d’Issy-les-Moulineaux, Vanves, Malakoff, Montrouge, Châtillon, Bagneux et Clamart, ainsi que le XVe attenant. Elle a été acquise pour le compte de l’éparchie maronite grâce à un seul donateur M. Bernard Azzi, qui a pris en charge également, les frais de sa rénovation et de son équipement.

L’église peut contenir 600 places assises. Six mois de travaux et elle retrouvera son éclat et sa jeunesse. Les activités paroissiales débuteront dans la semaine qui suit sa re-consécration.

Posté le 16 janvier 2018 à 11h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

15 janvier 2018

Mgr Marc Aillet sera à la Marche pour la vie

Posté le 15 janvier 2018 à 18h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

16 et 18 janvier : conférences pour tous à Montpellier et Béziers

Thumbnail

Posté le 15 janvier 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

14 janvier 2018

Abbaye Notre-Dame des Gardes : histoire, évolutions et … confitures !

Pour sa box des monastères de décembre, Divine Box vous emmène près d’Angers à la rencontre de l’abbaye Notre-Dame des Gardes. Divine Box vous raconte tout : son histoire, ses évolutions et bien sûr la situation actuelle et les fameuses confitures !

1L’abbaye Notre-Dame des Gardes (ou Trappe des Gardes), en Anjou – Divine Box

Un lieu monastique avant l’heure !

Les Gardes sont un lieu religieux depuis le Moyen Âge ! Le seigneur du lieu, emprisonné à l’époque, promit pour sa libération d’édifier quelque chose en l’honneur de la Vierge. Et hop, c’est chose faite en 1465 avec la chapelle Notre-Dame, où des pèlerins se rendent de plus en plus nombreux. La vie monastique sur place débute ensuite en 1605, avec la construction d’un couvent d’ermites de saint Augustin ! C’est d’ailleurs cette vie monastique qui initia plus tard le développement du bourg des Gardes.

La première abbaye après la Révolution

La Révolution ravage la France et ses abbayes. Les ermites des Gardes ne sont malheureusement pas épargnés : les bâtiments sont pillés puis brûlés, et la communauté dissoute. Pour échapper à la tourmente, les communautés françaises se réfugient alors pour la plupart en Suisse puis en Russie, avec à leur tête notamment Dom Augustin de Lestrange. En 1818, il ré-introduit en France une partie des moniales qui l’avaient suivi, et en août, en déplace une dizaine d’entre elles dans les ruines de l’ancien ermitage. Youpi, l’abbaye Notre-Dame des Gardes est ainsi née !

L’apogée au XIXe siècle

En 1821, la communauté s’agrandit vite car Dom Augustin transfère de nombreuses moniales à l’abbaye Notre-Dame des Gardes. Les soeurs rayonnent et sont une centaine sur place au XIXe siècle ! L’histoire raconte qu’en 1828, la duchesse de Berry aurait même visité la communauté. Quelle honneur ! Petit à petit au long du XIXe siècle, le lieu de pèlerinage reprend alors du poil de la bête. On y voit ainsi l’inauguration d’une nouvelle statue, la construction d’un nouveau sanctuaire etc…

2

Soeur Odile et Côme (de Divine Box) en train de papoter dans la boutique de l’abbaye Notre-Dame des Gardes – Divine Box

Refuge en Angleterre

La période fin-XIXe / début XXe est très anticléricale en France. En 1904 a lieu l’inventaire et la saisie du monastère et de ses biens, mais les moniales ont eu la bonne idée de transférer quelques jours avant la grande statue de la Vierge à l’église paroissiale pour la soustraire à l’inventaire. Habile ! La communauté est cependant chassée et se réfugie en Angleterre à Marnhull en 1906. Plus tard, les biens et terrains de l’abbaye Notre-Dame des Gardes seront alors vendus, puis rachetés … par un bienfaiteur. Ouf !

Les soeurs sont de retour !

La communauté de l’abbaye Notre-Dame des Gardes revient d’Angleterre en 1920 et s’attelle à de nombreux projets, comme celui de terminer la construction du sanctuaire marial. Plus tard, le rayonnement de l’abbaye permettra notamment une fondation au Bénin (« L’ Etoile Notre-Dame ») en 1960, et une autre dans le Gard en 1970 (« La Paix-Dieu » à Cabanoule). Chouette programme !

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, l’abbaye Notre-Dame des Gardes compte 27 soeurs trappistines qui, fidèles à la règle de saint Benoît, recherchent Dieu dans le travail manuel et la prière (premier office à 4h15 !). En terme de produits monastiques, elles produisent notamment de nombreuses confitures et des pâtes de fruits, à goûter absolument ! Par ailleurs, elles ont une soixantaine de vaches à viande (dont elles s’occupent avec l’aide d’un fermier), et sont gardiennes du sanctuaire encore très fréquenté. Leur fondation au Bénin est d’ailleurs un succès puisqu’elle est devenue autonome dès 1966, et compte une quarantaine de soeurs !

3Les pâtes de fruits de l’abbaye Notre-Dame des Gardes ! – Divine Box

Les confitures

Ahhh les confitures de l’abbaye Notre-Dame des Gardes ! Produites sur place par les soeurs depuis la fin des années 1950, elles ont toujours été faites « à l’ancienne » : des fruits, du sucre, et une cuisson lente (jusqu’à 2h30 parfois !). Rien d’autre pour cet artisanat monastique de grande qualité. C’est ainsi ce qui donne à leurs 23 parfums ce goût si bon, et cette couleur naturelle si foncée. Jadis, les fruits venaient directement du verger des soeurs mais, par manque de bras, les soeurs se fournissent aujourd’hui directement chez des producteurs locaux dans la région !

4Les fameuses confitures de l’abbaye Notre-Dame des Gardes, fièrement alignées dans la boutique – Divine Box

La petite info en plus

Le visiteur non-averti (pas vous, du coup !) pourrait penser que l’imposante église qui jouxte l’abbaye est l’église abbatiale. Mais que nenni, elle appartient en effet aujourd’hui au diocèse et sert d’église paroissiale. Les soeurs, elles, ont au sein de l’abbaye leur petite église abbatiale ! Complètement rénovée entre 2004 et 2006 (par le même architecte qui a rénové le château de Nantes), elle a comme particularité d’avoir des éclairages qui varient selon les offices. Pour un recueillement toujours plus beau à l’abbaye Notre-Dame des Gardes !

5

Pour aller plus loin

Comme nous vous le disions un poil plus haut, les soeurs de l’abbaye Notre-Dame des Gardes sont trappistines, appartenant donc à l’Ordre Cistercien de la Stricte Observance. Cet ordre est connu du grand public aujourd’hui notamment grâce à ses bières trappistes. Alors pour vous faire découvrir ces pépites monastiques dans le domaine brassicole, Divine Box a lancé une box trappiste, exclusivement composée de bières trappistes. L’idée est de se régaler tous les mois avec les meilleures bières du monde (selon les classements !), tout en apprenant plein de choses sur le monde passionnant des abbayes et de la bière trappiste.

Posté le 14 janvier 2018 à 09h10 par Michel Janva | Lien permanent

Téléjournal paroissial

Les paroisses du Luc et du Cannet-des-Maures, dans le diocèse de Fréjus-Toulon, ont créé un téléjournal pour résumer leur année. Cette initiative de laïcs peut donner des idées à d'autres :

Posté le 14 janvier 2018 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent

20 janvier : veillée pour la vie au Mans

Au Mans, la FSSP organise une veillée de prières la veille de la marche pour la vie. Cela s'appelle "un cierge pour la vie à naître" : on vient offrir un cierge devant le Saint Sacrement et on prie pour la vie à naître. Cette année les bénéfices seront pour la fondation Jérôme Lejeune.

Cierge vie à naitre 2018

Posté le 14 janvier 2018 à 08h06 par Michel Janva | Lien permanent

12 janvier 2018

Du 18 au 20 janvier à Bordeaux : 40h d'adoration pour la vie

Capture d’écran 2018-01-11 à 17.51.48

Posté le 12 janvier 2018 à 13h46 par Michel Janva | Lien permanent

Les diocèses de Nanterre, de Gap et d'Avignon soutiennent la Marche pour la vie

Le diocèse de Nanterre annonce la Marche pour la vie sur son site :

Capture d’écran 2018-01-11 à 17.42.45Ainsi que le diocèse de Mgr Cattenoz :

Capture d’écran 2018-01-11 à 17.44.11

Et l'évêque de Gap, Mgr Malle, soutient la Marche dans un tweet :

Capture d’écran 2018-01-11 à 21.43.36

Posté le 12 janvier 2018 à 08h42 par Michel Janva | Lien permanent

10 janvier 2018

Intention pour un enfant de 3 ans

Pour un enfant de trois ans peut-être atteint d'une maladie génétique rare, la famille entamera une neuvaine à Saint Joseph. Les lecteurs du Salon beige peuvent, s'ils le souhaitent, s'associer à cette prière en récitant la neuvaine suivante du 11 au 19 janvier.

J

 

Posté le 10 janvier 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

09 janvier 2018

RIP abbé Georges Salleron FSSP

ThumbnailDimanche 7 janvier 2018, l’abbé Georges Salleron, prêtre incorporé dans la Fraternité Saint-Pierre depuis 1989, a rendu son âme à Dieu, dans sa 76e année.

Fils de Louis Salleron, membre fondateur de la revue Itinéraires, l’abbé Georges Salleron est entré dans l’ordre des Carmes en 1965, puis a rejoint la Fraternité sacerdotale saint-Pie-X en 1970, où il reçoit l’ordination sacerdotale en 1972.

Suite à la suspens a divinis de Mgr Lefebvre en juillet 1976 et aux propos tenus par ce dernier lors de la messe à Lille du 4 août 1976, l’abbé Georges Salleron quitte la Fraternité Saint-Pie-X et s’installe près du Mans. En 1989, toujours incardiné à La Réunion depuis son ordination en 1972, il est incorporé annuellement à la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre et intervient régulièrement au séminaire de Wigratzbad pour dispenser des cours de philosophie et de théologie.

Sa messe de funérailles sera célébrée à l’église Saint-Georges de Bouloire jeudi 11 janvier à 10h30.

La vie de l’abbé Georges Salleron porte le témoignage d’une fidélité indéfectible au successeur de Pierre et d’un attachement irrévocable à la liturgie traditionnelle, conservant l’un et l’autre au prix de nombreux sacrifices. Il a ainsi ouvert la voie aux instituts Ecclesia Dei, lesquels peuvent désormais vivre paisiblement de ce double attachement. Conscients de notre dette de gratitude à son endroit, nous prions Dieu de l’accueillir dans sa Lumière et de lui donner la Paix.

Posté le 9 janvier 2018 à 17h27 par Michel Janva | Lien permanent

Mgr Centène soutient la Marche pour la vie du 21 janvier

Capture

Posté le 9 janvier 2018 à 16h15 par Michel Janva | Lien permanent

07 janvier 2018

Réfection de la façade de l’église Saint-Augustin à Paris

La fin de la restauration était prévue pour le mois de février 2018. Mais l’échafaudage a pu être enlevé juste à la veille de Noël. Sculpteurs, céramistes et doreurs ont travaillé notamment sur les 39 statues. Mais le plus impressionnant est sans doute la restauration de la grande rosace centrale sur laquelle 12 000 feuilles d’or ont été posées.

Capture d’écran 2018-01-07 à 19.50.58

L’arrière de l’édifice religieux, dans la perspective du boulevard Malesherbes, a besoin d’une nouvelle phase de travaux. Ce sera peut-être pour les prochaines années.

Posté le 7 janvier 2018 à 19h54 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

Liste des Messes pour le repos de l'âme du Roi Très-Chrétien, Martyr, Louis XVI

A retrouver ici.

Capture d’écran 2018-01-07 à 15.38.39

Posté le 7 janvier 2018 à 15h39 par Michel Janva | Lien permanent

11 février : Journée mondiale des malades à L’Ile-Bouchard

Sans titreLa Paroisse/Sanctuaire de L’Ile-Bouchard organise le dimanche 11 février 2018 une grande journée à destination des personnes malades ou dans l’épreuve et de leur entourage.

Le thème de la journée des malades 2018 à L’Ile- Bouchard est centré sur le sujet de la conférence : « Le sourire de Marie, source d’espérance et de réconfort dans la maladie ».

Cette conférence sera donnée par le Dr Béatrix Paillot, consacrée dans le célibat au sein de la Communauté de l’Emmanuel, et médecin gériatre. Elle exerce comme praticien hospitalier dans une consultation mémoire de proximité. Elle a également travaillé pendant plusieurs années au Centre de Mémoire de Ressource et de Recherche d'Ile de France à la Pitié-Salpêtrière. Formée en soins palliatifs et en neuropsychologie, elle accompagne des personnes atteintes de maladie d'Alzheimer et troubles apparentés depuis plus de quinze ans.  Elle propose aussi un cycle de 12 conférences aux Bernardins (École cathédrale, Paris) sur la maladie d'Alzheimer en abordant les questions cliniques, psychologiques et sociales pour mieux comprendre la maladie et ses répercussions. Elle donne également des éclairages et des pistes de réflexion sur les questions soulevées par cette pathologie en matière d'anthropologie, d'éthique et de spiritualité à la lumière de la foi chrétienne.

Les temps forts de la journée :

Renseignements pratiques : Lieu : église saint Gilles (côté nord de la Vienne) et Accueil Notre-Dame (à côté de l'église), accessibles à tous.

Pour plus de renseignements : Sur la Paroisse/Sanctuaire : www.ilebouchard.com

Contacts : Cécile de Nadaillac, coordinatrice des évènements : evenements@ilebouchard.com – 02 47 58 79 41

Posté le 7 janvier 2018 à 08h38 par Michel Janva | Lien permanent

06 janvier 2018

27-28 janvier à Asnières-sur-Seine : forum sur la théologie du corps

Vi

Prochaines occurrences du forum:

Posté le 6 janvier 2018 à 09h08 par Michel Janva | Lien permanent

05 janvier 2018

6 janvier : rosaire pour la France à Toulouse

Unknown-3Le Groupe de Prière Toulousain “ Saint Louis de France” vous souhaite pour vous et vos proches une bonne et sainte année 2018 et vous invite à un ROSAIRE pour la FRANCE le samedi 6 janvier 2018 de 14h00 à 16h00, en l'église Notre-Dame de La Dalbade de Toulouse.

« France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » Saint Jean-Paul II, au Bourget-Paris en 1980.

Posté le 5 janvier 2018 à 07h55 par Michel Janva | Lien permanent

04 janvier 2018

L'Etat néglige Notre-Dame de Paris

Lu dans L'Action française 2000 :

Cathédrale-Notre-Dame-de-Paris-Façace-|-630x405-|-©-Fotolia-miff32"Notre-Dame de Paris fait partie des quatre-vingt-dix cathédrales de France étant sous la propriété de l’État. Seul l’accès aux tours et à la galerie, gérées par le Centre des monuments nationaux (CMN), est payant pour les visiteurs. Chaque année, treize millions de personnes foulent le sol de Notre-Dame, dont seulement quatre cent quatre-vingt mille pour les tours et galeries. Notre-Dame met en lumière le problème posé par le statut double des monuments historiques et objets d’art : des œuvres qui doivent être accessibles au plus grand nombre et également préservées pour les générations futures. Or la majorité des dommages, altérations et dégâts d’usure sont provoqués par l’ humain : manipulations, usure des sols foulés, génération de chaleur et de vapeur d’eau, etc. Cela couplé, pour un monument comme Notre-Dame, à l’exposition aux intempéries et à une pollution très importante en plein centre de Paris.

Combien ça coûte ?

D’après André Finot, responsable de la communication pour la cathédrale, le coût de la rénovation est aujourd’hui estimé « au bas mot » à 120 millions d’euros sur vingt ans et 150 millions sur trente ans, soit 5 millions d’euros par an (Le Parisien). La dernière restauration qu’a connue la cathédrale, dans les années 1990, portait uniquement sur un nettoyage de sa façade occidentale. Par la suite, Notre-Dame a connu plusieurs chantiers qui furent toutefois moins axés sur sa restauration que sur des améliorations : pose de nouvelles serrures, optimisation du réseau électrique, restauration du grand orgue, etc. Rien qui ne se focalise sur la structure de l’édifice, des choix étonnants considérant les urgences imposées par l’état détérioré des arcs-boutants ou de la flèche (sans parler des chapelles latérales aux peintures effacées ni des gargouilles et statues morcelées ou effritées). Marie-Hélène Didier, conservatrice générale du patrimoine pour la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) attachée à la cathédrale, déclare que celle-ci subit des problèmes de couverture qui pourraient permettre à la pluie d’attaquer la charpente. Pour elle, « l’apport de mécènes privés nous permettrait d’ accélérer le phasage des travaux et peut-être de commencer en parallèle un ou deux arcs-boutants ». C’est là la question : qui va payer ? Le clergé de Notre-Dame a peu confiance envers le mécénat privé car, lors du jubilé célébré à l’occasion des huit cent cinquante ans de la cathédrale en 2013, de nombreuses promesses de dons avaient été faites de la part de donateurs privés, lesquelles n’ ont jamais abouti.

Inconséquence

Mgr Patrick Jacquin, recteur de Notre-Dame, déclare (La Croix) : « C’est au contribuable, à l’ État, de financer ces travaux. [...] À l’ heure où l’on réfléchit à une façon de rendre les autoroutes gratuites le week-end, à impulser des nuits du patrimoine, on voudrait faire payer l’entrée des cathédrales. » Il est vrai que l’État et la ville de Paris s’évertuent à mettre en place des Journées du Patrimoine et Nuits blanches lors desquelles l’accès aux musées et monuments historiques est gratuit en totalité et pour tous, cela au prix de sommes non négligeables. N’est-il pas surprenant de voir le Gouvernement dépenser des millions d’euros au profit de tels événements ponctuels et de l’art contemporain, plutôt que d’assurer la pérennité du patrimoine existant ? De surcroît, quand il est question du monument rassemblant le plus de visiteurs à l’échelle nationale et principal garant du rayonnement culturel et touristique de la France.

Un appel aux dons

Le 9 mai 2017, le cardinal André Vingt-Trois ainsi qu’Audrey Azoulay, alors ministre de la Culture, ont signé, en présence de François Hollande et Anne Hidalgo, un accord-cadre entre l’État et la fondation Avenir du Patrimoine à Paris. Un programme de restauration prolongée de Notre-Dame a été adopté, portant sur le chœur, les arcs-boutants de la nef, les vitraux, le portail, le transept, le chemin de ronde et la statuaire de la sacristie. Cet accord prévoit de mobiliser 60 millions d’euros étalés sur une durée de dix ans, pris en charge par le ministère de la Culture et complétés par les fonds que lèveront la fondation Avenir du Patrimoine à Paris avec l’aide de la Fondation Notre-Dame. Un appel au mécénat privé a été lancé pour la cathédrale. Notamment, la fondation Avenir du Patrimoine à Paris cherche à obtenir des dons pour Notre-Dame depuis le mois d’avril 2017 ; la fondation américaine Friends of Notre-Dame de Paris, quant à elle, a pour objectif de recueillir dès 2018 des fonds auprès de donateurs américains sensibles au sort de cet édifice emblématique. Stéphane Bern, chargé de la sauvegarde du patrimoine par Emmanuel Macron, a depuis évoqué la mise en place de frais d’entrée pour les visiteurs de la cathédrale (à l’exception des fidèles venant se recueillir ou assister aux offices). L’Église catholique de France s’y oppose toutefois, avançant à juste titre que l’accès à une église se doit d’être libre, un principe fort doublé d’une législation effective depuis plus de cent ans : « la visite des édifices [religieux] et l’exposition des objets mobiliers classés seront publiques : elles ne pourront donner lieu à aucune taxe ni redevance » (loi de 1905 portant sur la séparation des Églises et de l’État, article 17, alinéa 4). Et comment oser toucher à cette loi si essentielle pour justifier qu’on supprime les croix des portails des cimetières ? On ne sait si « Paris vaut bien une messe », mais il semblerait que cette Loi vaille 150 millions, pour M. Bern. De toute façon, peut-on vraiment imaginer distinguer un fidèle d’un visiteur ? « Il ne reste plus qu’à demander aux gens, à l’entrée de l’église, un certificat de baptême ! », a ironisé Mgr Jacquin.

L’Église sur la touche

Si la cathédrale Notre-Dame est indéniablement un monument historique symbole de la culture française, il convient de rappeler qu’elle est, avant tout, un édifice religieux. Bien que pratique tristement commune en Europe, la proposition de Stéphane Bern est choquante : aucun lieu de culte ne devrait faire payer son entrée à des visiteurs, fidèles ou non. Ajoutons pour finir qu’une réunion a eu lieu entre le ministre de la Culture, le CMN et les hauts fonctionnaires chargés du patrimoine, mais l’Église de France n’y a pas été conviée. Une preuve de plus, s’il en fallait, de l’exclusion des autorités chrétiennes dans les décisions prises par nos dirigeants sur les sujets religieux, un comble quand il s’agit de discuter du sort de l’un des plus importants monuments de l’histoire catholique de France."

Posté le 4 janvier 2018 à 09h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (18)

6 janvier : rosaire pour la France à Ars-sur-Moselle

Thumbnail

Posté le 4 janvier 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

03 janvier 2018

Monseigneur Barbarin soutient la Marche pour la Vie

Capture

Posté le 3 janvier 2018 à 14h27 par Michel Janva | Lien permanent

02 janvier 2018

Des étrennes pour les Petits chanteurs à la Croix de bois

La manécanterie au service de l'annonce de l’Évangile a besoin de votre aide pour poursuivre son oeuvre. Les dons ouvrent droit à réduction fiscale (contact pour plus d'information : mecenat@pccb.fr).

Ob_3570bc_2015-10-18-01h31-00-copieChers amis,   

Depuis leur fondation en 1907, les Petits Chanteurs ont parcouru le monde et chanté dans plus de 80 pays. Cette année encore, il ont donné près de 120 concerts en France et à l’international, ils étaient en Corée du Sud il y a quelques jours. Les 8, 9, 10 décembre, l’institution a fêté ses 110 ans à Autun en présence de personnalités comme Monseigneur Rivière, évêque d’Autun et le chanteur Grégory Turpin.

La Manécanterie a pour mission ultime d’annoncer l’Evangile : par la beauté du chant, elle veut porter partout et à tous l’universalité du message chrétien. Cette universalité est vécue au sein même des Petits Chanteurs avec l’accueil d’enfants de toute origine sociale. Pour assurer cet accueil, de nombreuses bourses sont à financer chaque année.

Les Petits Chanteurs ont aujourd’hui besoin de réunir 100 000 € pour poursuivre leur mission et permettre à ces petits ambassadeurs de paix de réaliser leur rêve !  

JE FAIS UN DON

Je vous remercie infiniment et vous souhaite une bonne année 2018 !


Vincent Bruggeman
Directeur délégué
Les Petits Chanteurs à la Croix de Bois

Bf0e4907-ed2a-4fdd-82f8-2e7770b4ca0a

Posté le 2 janvier 2018 à 16h24 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (1)

01 janvier 2018

Messe annulée au Val-de-Grâce à cause du DAL

DST_8KgXkAA7armUne centaine de militants de l'association Droit au Logement (DAL) se sont rassemblés sur le parvis de l'église du Val-de-Grâce, à Paris, samedi 30 décembre, pour demander à Emmanuel Macron d’accueillir des sans-abri dans l’ancien hôpital militaire.

Le père Benoît Jullien de Pommerol, l'aumônier militaire de l'église du Val-de-grâce (Ve arrondissement de Paris), a annoncé à ses paroissiens, samedi 30 décembre, que la messe dominicale de la Saint-Sylvestre est annulée :

"Face aux risques d'occupation et de profanations de l'église, la décision a été prise de garder les portes closes demain. Ainsi, pour la première fois depuis des décennies, vous ne pourrez pas accéder à la célébration de la messe dominicale au Val-de-Grâce. C'est la mort dans l'âme que je vous annonce cette triste nouvelle en la fête de la Sainte Famille".

Posté le 1 janvier 2018 à 18h13 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

31 décembre 2017

Messe de l'Association des Amis de Jeanne d'Arc le 3 janvier en l'église Saint Roch

M

Posté le 31 décembre 2017 à 11h04 par Michel Janva | Lien permanent

30 décembre 2017

Curé enragé : La dictature laïcarde

Posté le 30 décembre 2017 à 15h42 par Michel Janva | Lien permanent

29 décembre 2017

Julien Langella : Fier d’être catholique et identitaire

Julien Langella, 30 ans, est l'un des fondateurs de Génération identitaire et anime avec beaucoup de conviction l’association Academia Christiana.

Dans « Catholiques et identitaires », Langella part d’un constat : de la tour de Babel à la théorie du genre, le même projet totalitaire traverse les siècles. Il s’agit de faire table rase de toutes les différences qui structurent le genre humain pour ériger un homme nouveau. Avortement, GPA, mondialisation sauvage et Grand remplacement…ces phénomènes mortifères ne sont que les multiples têtes d’un nouvel hydre de Lernes. Tranchez une tête et une deuxième repousse aussitôt.

Partant de cette constatation, Langella lance un appel aux catholiques et à tous les hommes de bonne volonté : contre les apprentis sorciers qui veulent redessiner les contours de l’humanité, il faut engager une résistance totale et une reconquête intégrale. En s’appuyant sur l’enseignement traditionnel de l’Eglise, l’auteur montre le lien évident qui unit le message chrétien au combat identitaire, et comment celui-ci pourrait bien être la condition de la survie de la Foi en Europe. Un témoignage passionnant enregistré récemment à Nantes par Nicolas Faure.

Posté le 29 décembre 2017 à 19h00 par Michel Janva | Lien permanent

Nièvre : l'église d'Asnan vouée à la destruction

Malgré le vote du Conseil municipal, une mobilisation est en cours pour sauver l'église :

Eglise d'Asnan

Posté le 29 décembre 2017 à 15h38 par Michel Janva | Lien permanent

Du 3 au 11 janvier : neuvaine à Ste Geneviève

G

Posté le 29 décembre 2017 à 11h35 par Michel Janva | Lien permanent

Terres de mission : Émission spéciale Noël avec Nicolas de Villiers

Posté le 29 décembre 2017 à 11h32 par Michel Janva | Lien permanent

26 décembre 2017

Les tomettes de l'église de Chéméré

Posté le 26 décembre 2017 à 22h21 par Michel Janva | Lien permanent

Paris : l'église Sainte-Rita est à vendre

Lu dans l'Homme Nouveau :

20171226_112847

Posté le 26 décembre 2017 à 11h30 par Le Salon Beige | Lien permanent

26 février - 2 mars : retraite sacerdotale à Triors

ThumbnailDu lundi 26 février au vendredi 2 mars 2018,  retraite sacerdotale sur le"radicalisme évangélique" organisée par l'association Totus tuus et prêchée à l'abbaye Notre-Dame de Triors par le Père Philippe-Marie Pasquet op (du couvent de Nice).

Cette retraite est ouverte à tous les prêtres de France.

Renseignements et inscriptions auprès de l'abbé Tancrède Leroux, stmleroux@gmail.com et 06 68 23 72 50.

Posté le 26 décembre 2017 à 08h57 par Michel Janva | Lien permanent

Chapelet perpétuel pour la France

F

Posté le 26 décembre 2017 à 08h07 par Michel Janva | Lien permanent

24 décembre 2017

La crèche de la basilique Saint-Nicolas de Port

La crèche de la Basilique de Saint Nicolas de Port est la plus grande de Lorraine.

Construite chaque année entre la procession et le 24 décembre, sur 200 m2 elle rassemble plus de 100 santons. Le tout en plus de 240 h de travail. En voici une vue partielle:

 

L’image contient peut-être : plante, arbre et plein air

Posté le 24 décembre 2017 à 18h02 par Le Salon Beige | Lien permanent

Opération retour aux mission #3

Posté le 24 décembre 2017 à 11h43 par Michel Janva | Lien permanent

Mgr Ginoux : Noël n'est pas un conte de fée

Posté le 24 décembre 2017 à 08h59 par Michel Janva | Lien permanent

23 décembre 2017

Il y a 2% des villages où il n'y a pas d'église et on ne voulait pas en faire partie

La nouvelle église de Gesté, à la limite entre la Loire-Atlantique et le Maine-et-Loire, a ouvert ce samedi et pour les célébrations de Noël. Le village n'en avait plus depuis 2013 et la démolition de l'ancienne qui était en piteux état.

A gauche l'ancienne église et à droite la nouvelle.


860_eglise

Alain Chauviré, le maire délégué, se réjouit :

"Je suis heureux parce que je vois que les gens sont heureux de retrouver une église. C'est important aussi quand on arrive dans le village. Maintenant, ça ressemble à quelque chose ! Vous savez, il y a 2% des villages où il n'y a pas d'église et on ne voulait pas en faire partie. Et puis nous sommes dans les Mauges. La religion est toujours très importante ici"."

La première adjointe, Isabelle Poirier, ajoute :

"ça nous manquait depuis toutes ces années de ne pas avoir d'office. Et puis, il y a toute une vie autour d'une église. Il y a la communauté mais il y aussi toute la vie extérieure. Quand on sort, on peut aller chercher le pain, on voit les gens... C'est toute une vie municipale qu'il y a autour. Et là, elle va repartir".

Posté le 23 décembre 2017 à 20h32 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

26 décembre : conférence à Paris sur Saint Jean

Capture d’écran 2017-12-23 à 12.30.40

Posté le 23 décembre 2017 à 12h32 par Michel Janva | Lien permanent

20 décembre 2017

Mardi 2 janvier : à Pontmain les évêques de France prieront pour la paix et pour la France

PLu sur le site du sanctuaire de Pontmain :

"Journée de pèlerinage auprès de Notre Dame de Pontmain pour les évêques de France qui viendront prier pour la PAIX. Cette journée sera placée sous la présidence du Cardinal Jean Pierre RICARD, archevêque de Bordeaux. Une vingtaine d’évêques seront présents et concélébreront à la messe solennelle de 11 h 00 à la basilique de Pontmain. Faisons-le savoir autour de nous et venons très nombreux prier avec nos évêques pour la paix."

Posté le 20 décembre 2017 à 17h03 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

Opération retour aux missions

Posté le 20 décembre 2017 à 10h54 par Michel Janva | Lien permanent

19 décembre 2017

Une guérison miraculeuse ?

Lu sur le site de La Nef :

Traverser-le-cancer-198x300"Voici une nouvelle extraordinaire qui nous est parvenue via un curé de paroisse du diocèse de Lyon. Le prêtre en question accompagne spirituellement une dame atteinte de paraplégie.

Dans les premiers jours de septembre 2017, les médecins ont diagnostiqué chez elle une tumeur cancéreuse aux ovaires. Elle s’en ouvre à son curé qui lui donne la neuvaine Traverser le cancer avec Zélie Martin et la Vierge du Sourire (Life Editions). Dans sa détresse, elle se tourne vers le Ciel et prie avec cette neuvaine.

Au début du mois d’octobre a lieu un rendez-vous avec le médecin oncologue pour mettre en place le protocole de soins. C’est alors qu’à l’examen, incroyable surprise, il n’y avait plus de tumeur aux ovaires. Le cancer n’apparaissait plus. La dame en a averti son curé qui, après en avoir parlé avec ses confrères prêtres, n’a pu que reconnaître qu’il y avait un « miracle ».

Ce témoignage est tout récent et, dans état l’actuel des éléments que nous avons, laisse penser que la grâce de Dieu fait des merveilles. Restons cependant prudents tant que le jugement de l’Eglise ne s’est pas prononcé."

Posté le 19 décembre 2017 à 19h06 par Michel Janva | Lien permanent

Grand succès pour la crèche vivante à Nantes

Selon Breizh.info, près de 1000 personnes ont assisté à la crèche vivante le 16 décembre. L’assistance a profité du spectacle vivant, agrémenté de plusieurs cantiques bretons et de personnages en habits traditionnels bretons. D’autres costumes faisaient directement référence aux provinces françaises, notamment à l’Alsace et à la Vendée. Comme les années précédentes, la crèche vivante était organisée par le prieuré Saint-Louis de la FSSPX (Fraternité Sacerdotale Saint Pie X).

3

C

Posté le 19 décembre 2017 à 16h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)


     Archives > L'Eglise : L'Eglise en France

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > L'Eglise : L'Eglise en France