23 mai 2015

De Paris à Chartres, avec Charles Péguy (I)

Ndc2014_068

Étoile de la mer, voici la lourde nef
Où nous ramons tout nuds sous vos commandements ;
Voici notre détresse et nos désarmements ;
Voici le quai du Louvre, et l’écluse, et le bief.
 
Voici notre appareil et voici notre chef.
C’est un gars de chez nous qui siffle par moments.
Il n’a pas son pareil pour les gouvernements.
Il a la tête dure et le geste un peu bref.
 
Reine qui vous levez sur tous les océans,
Vous penserez à nous quand nous serons au large.
Aujourd’hui c’est le jour d’embarquer notre charge.
Voici l’énorme grue et les longs meuglements.
 
S’il fallait le charger de nos pauvre vertus,
Ce vaisseau s’en irait vers votre auguste seuil
Plus creux que la noisette après que l’écureuil
L’a laissée retomber de ses ongles pointus.
 
Nuls ballots n’entreraient par les panneaux béants,
Et nous arriverions dans la mer de Sargasse
Traînant cette inutile et grotesque carcasse
Et les Anglais diraient : ils n’ont rien mis dedans.
 
Mais nous saurons l’emplir et nous vous le jurons
Il sera le plus beau dans cet illustre port
La cargaison ira jusque sur le plat-bord
Et quand il sera plein nous le couronnerons.
 
Nous n’y chargerons pas notre pauvre maïs,
Mais de l’or et du blé que nous emporterons.
Et il tiendra la mer : car nous le chargerons
Du poids de nos péchés payés par votre Fils.

Présentation de Paris à Notre-Dame. Charles Péguy

Ndc2014_064

Posté le 23 mai 2015 à 08h44 par Michel Janva | Lien permanent

22 mai 2015

Mgr Jean-Louis Balsa nommé évêque de Viviers

Le Pape François ayant accepté la démission de Mgr François Blondel pour limite d’âge, a nommé ce vendredi 22 mai, évêque de Viviers, Mgr Jean-Louis Balsa, jusqu’à présent vicaire général du diocèse de Nice.

Mgr Jean-Louis Balsa, né en 1957 et ordonné prêtre en 1984, Docteur en théologie et diplômé en anthropologie religieuse, a été vicaire épiscopal pour la pastorale des jeunes et a participé à la formation de séminaristes du diocèse. Il a également été secrétaire du synode diocésain de Nice entre 2007 et 2009. Il a été vicaire général du diocèse auprès des évêques Mgr Louis Sankalé et Mgr Marceau.

Entre 2013 et 2014, il était délégué général du diocèse auprès de l’administrateur apostolique nommé par le Pape, Mgr Guy Thomazeau suite à la démission de Mgr Louis Sankalé en août 2013. Mgr François Blondel est nommé administrateur apostolique pour gouverner le diocèse de Viviers jusqu’à la prise de possession canonique de son successeur.

La date de la consécration épiscopale du nouvel évêque de Viviers est prévue le 12 septembre 2015.

Posté le 22 mai 2015 à 14h37 par Michel Janva | Lien permanent

La Neuvaine : méditation de l'abbé Christian Venard

Le père Christian Venard est prêtre depuis 1997. Aumônier militaire parachutiste depuis 1998, il a accompagné les troupes françaises sur tous les théâtres d'opérations (Kosovo, Afghanistan, Mali, Liban, etc.). A Montauban il a reçu le dernier souffle de deux de ses paras lâchement assassinés par Merah. Il est l'auteur avec Guillaume Zeller d'un livre témoignage : Un prêtre à la guerre. Il collabore tous les mois à la revue Parole et Prière.

« France, ô ma France très belle

Pour toi je ferais bataille

Je quitterai père et mère

Sans espoir de les revoir jamais »

VLe sens du patriotisme semble trop souvent s’être dissout - même chez les chrétiens parfois - dans un hédonisme pacifiste ou un vulgaire individualisme. Certes, comme catholiques, nous savons que notre patrie céleste est ultime. Pour autant, la médiation de la patrie terrestre, cette terre reçue de nos pères, est nécessaire dans notre chemin de foi. « L’amour et le service de la patrie relèvent du devoir de reconnaissance et de l'ordre de la charité » (cf. CEC 2239). Nous sommes les héritiers d'une immense chaîne d'ancêtres, qui a façonné ces paysages, ces institutions, ces architectures, ces arts, de la cuisine à la littérature, de la musique à la peinture, des sciences à la théologie... La France, telle une cathédrale gothique, se dresse devant nous, s'élevant des profondeurs de la terre charnelle, et pointant vers le Ciel ses tours les plus hautes ; toute remplie et de lumières et d'ombres, elle est ce lieu naturel, où chacun de nous est appelé à faire fructifier les talents reçus, pour le service de la patrie et pour la plus grande gloire de Dieu.

A la veille de la Pentecôte, implorons le Saint-Esprit pour nous-mêmes, pour nos dirigeants, afin de retrouver plus encore, le sens du bien commun et l'amour de notre pays, de tous ses héritages.

Le don de la Sagesse - don par lequel, élevant notre esprit au-dessus des choses terrestres, nous contemplons les choses éternelles - nous permettra d'ordonner l'amour à porter à nos deux patries, la céleste et la terrestre.

Le don d'Intelligence - don par lequel nous est facilitée l’intelligence de la Foi - facilitera notre compréhension du lien étroit entre nos deux patries.

Le don de Conseil  -  don par lequel, dans les doutes et les incertitudes de la vie humaine, nous connaissons ce qui contribue le plus à la gloire de Dieu, à notre salut et à celui du prochain - nous fera discerner les actions à poser, les plus à même de rendre service à notre Patrie et à nos concitoyens dans le souci du Salut éternel.

Le don de Force - don qui nous inspire de l’énergie et du courage pour observer fidèlement la loi de Dieu et de l’Eglise - nous fera sortir de notre torpeur et de nos tiédeurs bourgeoises pour nous mettre au service de nos frères dans la Cité.

Le don de Science - don par lequel nous apprécions sainement les choses créées, et connaissons la manière d’en bien user et de les diriger vers leur fin dernière qui est Dieu - sera particulièrement précieux, en ce domaine du patriotisme, pour discerner avec justesse les combats à mener.

Le don de Piété - don par lequel nous vénérons et nous aimons Dieu et les saints, et nous avons des sentiments de miséricorde et de bienveillance envers le prochain - nous poussera à voir en chaque Français un frère à aimer et à aider.

 Enfin le don de la Crainte de Dieu - don qui nous fait respecter Dieu et qui nous détourne du mal en nous portant au bien - contribuera à nous conforter dans tous ces choix au service de Dieu et de la Patrie.

Pour reprendre les mots du Père Doncoeur parlant des héros de 14-18, et en les appliquant à tous nos ancêtres qui nous ont légué ce si beau pays :

« Nos morts ont des droits sur nous. Ils exigent autre chose qu’une démarche : un engagement et un don. Une main vigoureuse nous entraîne au sacrifice, en des modes différents mais également impérieux, et –qui sait ?- peut-être demain à une mort analogue. »

Que la Vierge Marie, Reine de France, nous rende dociles aux inspirations du Consolateur, pour nous mettre, chaque jour un peu plus, au service de nos frères, de notre pays, de l'Eglise et de Dieu.

Posté le 22 mai 2015 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

21 mai 2015

Application du Motu Proprio à Papeete

UnnamedL'application du Motu Proprio Summorum Pontificum vient d'être acceptée à Tahiti par l'administrateur apostolique. Les modalités de mises en œuvre devraient suivre prochainement.

L'heure des mutations approchant, les personnes qui arrivent en Polynésie cet été et qui souhaitent rejoindre la petite communauté attachée à la messe tridentine, peut prendre contact avec geralderwinrauch@free.fr - laurent.devemy@gmail.com.

Unnamed_1

Posté le 21 mai 2015 à 22h01 par Michel Janva | Lien permanent

La Messe du lundi de Pentecôte à Chartres sera retransmise en direct

Sur le site de Notre-Dame de Chrétienté mais aussi sur Le Salon Beige.

La messe commencera vers 15h15 et sera célébrée par le père Emmanuel-Marie père abbé de l’abbaye Sainte Marie de Lagrasse.

Posté le 21 mai 2015 à 14h20 par Michel Janva | Lien permanent

L’Abbé Dominique Blanchet nommé évêque de Belfort-Montbéliard

Le Saint Père a nommé nouvel évêque de Belfort-Montbéliard monsieur l’Abbé Dominique Blanchet, jusqu’à présent Vicaire général du diocèse d’Angers.

Mgr Claude Schockert est nommé administrateur apostolique pour gouverner le diocèse de Belfort-Montbéliard jusqu’à la prise de possession canonique de son successeur.

Posté le 21 mai 2015 à 12h13 par Michel Janva | Lien permanent

Rupture de la transmission : à l'école comme dans l'Eglise

D'Aymeric Pourbaix dans Famille chrétienne :

Numero-1949-samedi-23-mai-2015-age-de-la-confirmation-pourquoi-attendre_large"La rupture de transmission ne concerne pas que le collège et sa réforme controversée. Pour les catholiques français, les chiffres aussi sont préoccupants quand, dans le diocèse de Dijon, pour prendre ce seul exemple, moins de 3 % des jeunes catholiques reçoivent le sacrement de confirmation.

Une fatalité ? Sûrement pas, à condition d’oser changer notre façon de transmettre la foi et les sacrements. C’est ce qu’a décidé de faire l’évêque du lieu, Mgr Roland Minnerath, en rétablissant la cohérence interne qui veut que la confirmation ait lieu avant même la première communion (voir notre enquête ). Ce qui est somme toute assez logique, puisque ce sacrement vient confirmer, comme son nom l’indique, la présence de l’Esprit Saint reçue au baptême. Ensuite, et par voie de conséquence, en abaissant l’âge de la confirmation, dès la fin du primaire, plutôt qu’à l’âge troublé de l’adolescence.

Ce faisant, l’expérimentation du diocèse de Dijon – appliquée localement à Lorient, Avignon, Paris… – renoue avec une tradition très ancrée de conférer très tôt les sacrements de l’initiation chrétienne aux enfants. Dans l’Église primitive, on distribuait ainsi aux tout-petits les hosties consacrées qui restaient après la messe. Intuition remise en vigueur par le pape Pie X en 1905, après des siècles marqués par le jansénisme où les sacrements étaient alors considérés comme une récompense offerte à une élite. À l’inverse, inspiré par la douceur salésienne, un Don Bosco avait déjà mis en pratique une autre vision des sacrements : celle d’un antidote à la fragilité humaine et au mal. Fidèle à sa méthode d’éducation préventive, ce saint prêtre savait la force des instincts et de l’hérédité chez la jeunesse de Turin en perdition. Il encourageait donc très tôt la pratique des sacrements – confession et eucharistie – pour éviter à la jeunesse de plus grands maux spirituels, et lui permettre de résister à l’esprit du monde.

Aujourd’hui, les difficultés de l’évangé­lisation en Occident imposent certainement d’étendre cette logique à tous les sacrements de l’initiation. Logique qui n’est pas celle de nos calculs humains, mais de la grâce. Et dans laquelle le baptême n’est pas une simple option laissée à l’enfant lui-même, ou la confirmation le moyen de garder les jeunes le plus longtemps possible dans le giron de l’Église.

C’est dans cette nécessaire et salutaire confiance surnaturelle que réside le renouveau d’une bonne transmission de la foi. L’Esprit Saint est « puissance de transmission »disait saint Irénée. Quant aux retardataires et convertis sur le tard, il sera toujours possible de leur appliquer l’intuition de départ des Orphelins apprentis d’Auteuil. Leur fondateur, l’abbé Louis Roussel, avait imaginé en 1866 de catéchiser les vagabonds qui n’avaient pas reçu d’instruction religieuse. Le nom de son projet ? L’Œuvre de la Première Communion…"

Posté le 21 mai 2015 à 08h05 par Michel Janva | Lien permanent

20 mai 2015

23 mai : opération Trompettes de Jéricho à Metz

Ann23mai

Posté le 20 mai 2015 à 20h07 par Michel Janva | Lien permanent

23 mai : chapelet pour la France à Toulouse

Le Groupe de Prière Toulousain “ Saint Louis de France” vous invite à un CHAPELET pour la FRANCE le Samedi 23 Mai 2015 de 14h30 à 15h30, en l'église Notre-Dame de La Dalbade de Toulouse.

« France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? »

Saint Jean-Paul II, au Bourget-Paris en 1980.

Posté le 20 mai 2015 à 19h03 par Michel Janva | Lien permanent

A Évreux, les conversions de chrétiens à l’islam interrogent l’Église

C'est le titre d' un article de la Croix qui constate que dans certains diocèses, comme celui d'Evreux, les conversions à l'islam semblent devenir préoccupantes, bien qu'il soit difficile de dire si les nouveaux "convertis" sont d'origine chrétienne ou non. Néanmoins, il apparaît que de nombreux jeunes se convertissent à l'islam après avoir reçu les sacrements de l'initiation catholique, du baptême à la confirmation, car les jeunes musulmans arborent leur foi comme un drapeau et se font prosélytes, tandis que certains jeunes catholiques n'osent pas dire qu'ils vont à la messe.

1582222_3_6a7f_priere-a-la-grande-mosquee-de-500x250

"Preuve que le sujet est sensible, une initiative interreligieuse dans le quartier populaire de La Madeleine à Évreux a tourné court : engagés tous les deux dans un dialogue islamo-chrétien, Bissenty, jeune chrétien d’origine sénégalaise, et Grégory, musulman, converti, avaient eu l’idée d’une célébration commune de la fête des mères. Pas question, ont répondu les mères chrétiennes d’origine sénégalaise, critiquant avec véhémence « ces musulmans qui nous piquent nos enfants ». « Certains jeunes d’origine africaine m’ont rapporté que des musulmans les invitaient explicitement à la mosquée en leur affirmant que “l’islam est la religion des Noirs” », confirme le P. Berjonneau [le P. Jean-François Berjonneau est délégué aux relations avec l’islam et co-animateur du service Carrefour des cités dans le diocèse d’Évreux]. [...]

« J’ai quelques amis et cousins qui se sont convertis. À mes yeux, il ne s’agit pas d’un vrai rejet de la religion catholique. C’est plutôt qu’ils n’y avaient pas trouvé leur place et restaient dans une quête de sens, de discipline et de partage », confirme Bissenty. « Peut-être les choses auraient-elles été différentes si un ami les avait amenés vers le Christ, mais il s’en est trouvé un qui leur a fait découvrir le Prophète. »« Nous avons besoin d’être enracinés pour oser nous affirmer comme chrétiens », confirme Irène, qui constate que les parents d’origine étrangère, maîtrisant mal le français, ont du mal à transmettre leur foi à leurs enfants nés en France…[...]

Dreuz.info, reprenant l'article de la Croix, y relève cette réflexion d'une habitante, pratiquante de l'église Saint-Jean-Baptiste dans la ZUP de Vernon, qui constate que :

"le nombre de couples mixtes augmente et que, « le plus souvent, la femme, qui était chrétienne, se convertit »."

Et de poser la question qui dérange : des musulmans épousent-ils des chrétiennes pour islamiser la société ? Cela n'aurait rien d'étonnant, et ces mariages mixtes, joints au prosélytisme ouvert de la jeunesse musulmane, ne peuvent qu'accélérer le phénomène d'apostasie de notre pays.

Posté le 20 mai 2015 à 18h30 par Marie Bethanie | Lien permanent

Mgr Dognin nommé évêque de Quimper et Léon

Le Pape François a nommé ce mercredi 20 mai, évêque de Quimper, Mgr Laurent Dognin jusqu’à présent évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Bordeaux.

Mgr Philippe Gueneley avait été nommé administrateur apostolique du diocèse de Quimper, suite à la demande de Mgr Jean-Marie Le Vert de prendre un temps de repos en mai 2014, suivie de sa démission.

Auparavant, Mgr Dognin a été vicaire épiscopal puis vicaire général du diocèse de Nanterre. Il a été par ailleurs responsable régional, Président pour la France puis responsable européen de la Fraternité Sacerdotale Jésus Caritas. Mgr Laurent Dognin est également Président de la Commission épiscopale pour la Mission Universelle de l’Église et Président du Conseil d’orientation des radios chrétiennes francophones (R.C.F).

L’installation de Mgr Dognin aura lieu le dimanche 5 juillet 2015 à 16h en la cathédrale Saint-Corentin de Quimper. 

Posté le 20 mai 2015 à 15h55 par Michel Janva | Lien permanent

Forage de pétrole au couvent de Chémeré ?

fourrage from jourdain.groetz@chemere.org on Vimeo.

Posté le 20 mai 2015 à 07h12 par Michel Janva | Lien permanent

19 mai 2015

Louis et Zélie Martin sont des modèles pour les familles

Guillaume d’Alançon, organise un pèlerinage en octobre à l’occasion de la canonisation des époux Louis et Zélie Martin, qui coïncide avec la tenue du Synode de la Famille, du 4 au 7 octobre 2015. Il répond à Famille chrétienne :

"Ce pèlerinage, accompagné par Mgr Marc Aillet, aura lieu début octobre, pendant le déroulement de la deuxième partie du Synode à Rome. Comme lors de la première partie l’année dernière, comme pour Vatican II d’ailleurs, le Synode sera certainement instrumentalisé par les médias. Or, le Saint-Père a annoncé que la canonisation des époux Martin coïnciderait avec le Synode – la date sera donnée en juin. Ce projet de pèlerinage, dont l’objectif est de prier pour la famille et les Pères synodaux, est ouvert à tous, même s’il est initié depuis le diocèse de Bayonne, avec le soutien des Sarthois et Alençonnais. Notre motivation est de prier pour la famille et pour l’Église, en entrant dans un certain silence intérieur.

Quel est le message des époux Martin aujourd’hui ?

Ils sont loin d’être un couple « plan-plan ». Ils ont vécu les contradictions et difficultés que toute famille peut vivre, et ont réussi à les dépasser en Dieu. N’ont-ils pas eu leurs propres blessures ? Zélie a souffert d’un grave manque d’affection dans son enfance, Louis aspirait à la vie consacrée et cela n’a pas abouti… Ils ont aussi subi la mort de plusieurs enfants, l’angoisse de la maladie avec le cancer de Zélie, l’éducation d’un enfant très difficile, la difficulté de concilier travail et vie de famille (Zélie travaillait aussi), le veuvage, la maladie psychiatrique pour Louis… Leur rayonnement était efficace et discret : ils accueillaient des pauvres chez eux, s’occupaient des malades et mourants non croyants, recueillirent leurs parents, ce qui n’a pas dû être facile avec cinq enfants à charge. N’oublions pas qu’ils avaient aussi à cœur l’extension du règne social du Christ. Tout ceci fut possible grâce à la messe quotidienne et en famille. L’humour de Louis et l’exigence de Zélie se complétaient admirablement. Dans la deuxième partie de leur existence, ils menaient une vie aisée, matériellement, et donnaient le surplus aux œuvres de charité. L’essentiel n’est pas de brûler son carnet de chèque mais de purifier son cœur ! Ce contexte a été celui de leur sanctification, ce qui est très consolant pour nous. À leur exemple, nous pouvons considérer que les blessures de la vie ne sont pas des obstacles mais des prétextes pour une vie meilleure… Louis et Zélie sont des modèles pour la spiritualité de la famille. N’avaient-ils pas les mêmes préoccupations que les foyers d’aujourd’hui ? [...]"

Posté le 19 mai 2015 à 22h05 par Michel Janva | Lien permanent

L'Eglise catholique ne pratique pas de bénédiction des couples homosexuels

Suite à la décision de l'église protestante unie de France (EPUdF) de permettre de bénir les unions homosexuelles, Mgr Pierre-Marie Carré, l’archevêque de Montpellier, répond aux questions de La Croix :

L’Église protestante unie de France vient d’adopter la possibilité de bénir les couples homosexuels. Comment l’Église catholique définit-elle la bénédiction ?

La bénédiction, c’est invoquer le secours et l’appui de Dieu en vue de réaliser sa volonté. Le Livre des bénédictions, qui regroupe les textes pouvant être prononcés lorsque l’on bénit, manifeste un certain nombre de réalités humaines sur lesquelles on peut demander à Dieu d’être attentif. L’ordre dans lequel sont classées ces prières est significatif : d’abord les personnes – les familles, les malades –, puis les activités humaines – les premières pierres, les maisons… –, et les objets pour le culte (...)

Dans ce cas, l’Église catholique pourrait-elle aussi conférer une bénédiction à un couple homosexuel ?

L’Église a toujours voulu éviter toute ambiguïté entre le mariage et ce qui pourrait y ressembler. C’est pourquoi elle ne pratique pas de bénédiction des couples homosexuels. Certes, il est possible de bénir une famille, mais il ne s’agit pas d’un mariage. Chez les catholiques, le mariage est un sacrement, ce qui signifie qu’il est plus large et plus profond qu’une bénédiction : un sacrement est un signe de Dieu, et non une parole humaine qui vient s’appliquer sur une réalité (...)

La bénédiction n’est-elle pas une forme d’accueil ?

Non, précisément parce qu’elle comporte un trop grand risque de confusion avec le mariage. En revanche, il est possible d’accueillir les personnes homosexuelles de bien d’autres manières : en accompagnant leur cheminement spirituel, en les soutenant, en prenant le temps de l’écoute, de l’échange, en priant avec elles. Ces étapes, qui demandent du temps, doivent être prises au sérieux dans les paroisses. Je connais plusieurs personnes homosexuelles, et je les rencontre régulièrement : certains vivent en couples, d’autres non. Certaines me parlent de leur parcours spirituel mais ne demandent pas une telle bénédiction (...)

Quelles peuvent être les répercussions œcuméniques de la décision prise par l’Église protestante unie de France?

Cela ne va sans doute pas simplifier les choses. Cette décision souligne les différences qui existent aujourd’hui entre nous pour ce qui relève des questions morales (...)

Posté le 19 mai 2015 à 07h48 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (16)

18 mai 2015

Pèlerinage de Pentecôte, de Chartres à Paris

PPendant trois jours, de Chartres à Paris (place Vauban), la Fraternité Saint Pie X accompagnera des milliers de pèlerins, cette année sur le thème des anges. Programme :

Samedi 23 mai  (40 km)

7 h 45 : Messe derrière la cathédrale de Chartres, dans les jardins de l’évêché, célébrée par l’abbé Emeric Baudot, Second Assistant du Supérieur du District de France de la FSSPX.

Dimanche 24 mai  (36 km)

18h00 : Messe pontificale célébrée par Mgr Bernard Fellay, au Bivouac Saint-Vincent-de-Paul sur la commune de Villepreux, ferme du Val Joyeux.

Lundi 25 mai  (27 km)

12h00 : Déjeuner au Bois de Boulogne, Porte de l’Hippodrome

14h00 : Entrée du pèlerinage dans Paris, Porte de la Muette, en procession du Carrefour des Cascades (Bois de Boulogne) jusqu’à la place Vauban où sera célébrée la messe de clôture du pèlerinage. A la suite de plus d’une centaine de prêtres, religieux et séminaristes, plusieurs milliers de pèlerins venus de toutes les régions de France, de toute l’Europe, mais aussi des Etats-Unis, du Mexique, des Philippines, du Japon, de Madagascar… formeront cette imposante procession qui traversera l’ouest parisien du Bois de Boulogne (14h),  en passant par La Muette (14h30), le Trocadéro (14h50), le Pont d’Iéna (15h10) et l’avenue de La Bourdonnais (15h40), jusqu’à la Place Vauban (16h).

16h30 : Messe solennelle sur la place Vauban, derrière l’Hôtel des Invalides, face à la cathédrale Saint-Louis des Invalides, célébrée par l’abbé Christian Bouchacourt, supérieur du district de France de la FSSPX.

Posté le 18 mai 2015 à 17h47 par Michel Janva | Lien permanent

Le père Prieur de Fontgombault hospitalisé

Message du père abbé de Fontgombault :

"Je crois venu le moment de m'adresser à vous pour recommander à votre prière la santé de notre Père Prieur.

La veille de l'Ascension, il a été victime d'un AVC au cours d'une session de théologie qu'il donnait aux séminaristes du Christ-Roi à Gricigliano en Italie. Opéré en urgence et dans de très bonnes conditions, il n'en demeure pas moins que le rétablissement sera long. Actuellement, il dort beaucoup tout en étant très conscient durant les quelques minutes où il est éveillé.

Il n'a pas encore recouvré l'usage de la parole mais les médecins sont confiants. Un rapatriement ne pourra être envisagé que dans plusieurs semaines. Merci de le confier à Notre-Dame de Lourdes et de nous garder tous plus fidèlement dans votre prière."

Posté le 18 mai 2015 à 14h48 par Michel Janva | Lien permanent

16 mai 2015

Mgr André Lacrampe, RIP

Mgr André Lacrampe, archevêque émérite de Besançon, est décédé le 15 mai au soir à Lourdes où il s’était retiré.

Posté le 16 mai 2015 à 14h33 par Michel Janva | Lien permanent

15 mai 2015

Des lycéens en marche pour les chrétiens d'Orient

Dans le cadre d’un projet scolaire, des élèves de seconde au lycée Sainte-Marie à Riom ont décidé de marcher pour les chrétiens d’Orient. Au programme : une centaine de kilomètres à parcourir en trois jours.

Ils ont marché pendant l’Ascension. Ce pèlerinage a débuté en l’église Notre-Dame du Port à Clermont pour s’achever à saint Nectaire, tout en passant par Orcival. Au rythme des dizaines de chapelets et du répertoire de chant scouts !

France 3 Auvergne a effectué un reportage (à 2mn30).

Posté le 15 mai 2015 à 10h37 par Michel Janva | Lien permanent

La Neuvaine : L’espérance de la France …

L'auteur de la méditation de la neuvaine pour la France de cette semaine est l'abbé Guillaume Seguin,  prêtre du diocèse de Paris, aumônier général de Saint Jean de Passy à Paris et Conseiller religieux de l’équipe nationale Route des Scouts d’Europe.

L’espérance de la France …

NReconnaître que notre pays traverse une crise est d’une triste banalité. Essayer d’en diagnostiquer les origines serait salutaire pour mieux analyser les symptômes et surtout proposer les remèdes. Cette analyse reste peut être à faire, ou doit encore être affinée, mais sans perdre de temps, l’idée a germé comme sous l’effet d’une inspiration divine, ou d’une recommandation mariale, de porter notre pays dans la prière sous la forme de cette neuvaine de mois. Quelle belle intuition offerte à quelques uns et qui nous réunit avec enthousiasme et espérance en priant pour la France !

Or le danger serait peut être de trop nous lamenter sans déjà percevoir les fruits innombrables que la grâce suscite depuis quelques temps dans notre pays sans faire de bruit… Peut-on les identifier ou les attribuer à cette génération dite « Jean Paul II » ? Certainement un peu. Car il est remarquable de considérer que désormais, grâce à la persévérance et à la fidélité de ceux qui nous ont précédé, nous pouvons aujourd’hui affirmer que bien des choses naissent de cette génération marquée à jamais par l’immensité de ce saint Pape qui a su semer dans la jeunesse de l’époque les éléments nécessaire à la fécondité du présent, et aux promesses de l’avenir. La jeunesse de maintenant en est un fruit étonnant qui dans l’insouciance ou l’ignorance de ce passé, bénéficie maintenant de cette semence qui nous donne une très grande espérance, même dans l’adversité. La crise est là c’est certain, mais les saints de demain qui se forment aujourd’hui, sont ici.

Du Parc des Princes à Gerland, en passant par La Meinau sans oublier bien entendu Ars, Lourdes ou Longchamp, nous pouvons voir les jeunes d’hier donner les fruits d’aujourd’hui, dont la jeunesse de maintenant est le signe le plus visible, et porteuse d’espérance. A l’évidence, la France va mal, mais une partie de sa jeunesse promet cette espérance qui pointe et donne la force de continuer sans jamais nous décourager.

Elle est belle cette jeunesse, même si elle est blessée dans ce monde ravagé et déboussolé. Elle est forte dans sa faiblesse, influente dans sa minorité, bruyante dans sa prière silencieuse, prometteuse dans son courage … elle est belle dans la construction de ces familles nombreuses et joyeuses. Finalement reconnaissons-le, les choses vont très vite dans la dégringolade, mais assez vite également dans la reconstruction, sauf que ça fait moins de bruit et surtout c’est plus difficile à voir, car souvent plus enfoui, pour être mieux construit ! Alors comment ne pas espérer plus encore quand on sait les racines chrétiennes de notre pays, sa fécondité dans la sainteté, sa responsabilité dans sa place d’aîné dans la filiation des Nations ?

En ces jours particuliers où nous contemplerons le don de l’Esprit aux Apôtres, après que le Christ ait rejoint le Père sans nous abandonner, laissons la force de Dieu nous habiter, en continuant à nous engager, à prier, à témoigner, à évangéliser …

Comment se fait-il que la France demeure une nation qui entraine, rayonne et étonne ? Pourquoi avons nous ce privilège d’être une terre si visitée par notre Mère ? Que la Vierge Marie, Sainte Jeanne et Sainte Thérèse, nous protègent, nous gardent et nous soutiennent. Que les saints qui sont passés chez nous, nous accompagnent et nous éclairent. Le chemin du ciel est visible dans les méandres des impasses de notre société, et sans nous vanter, nous avons la chance mais aussi la responsabilité du Chemin, sur lequel on croise la Vérité et reçoit la Vie. C’est étonnant de constater que malgré les siècles nous avons les mêmes repères essentiels dont nous nous sommes irrémédiablement éloignés récemment, éblouis ou même aveuglés par des chimères politiques, économiques ou idéologiques. C’est impressionnant de constater que les combats d’aujourd’hui ont une telle actualité évangélique : la Vie et la Vérité.

A l’évidence, l’espérance est en France et demain verra se lever de grands saints, grâce à ceux d’hier et d’aujourd’hui, si nous restons fidèles et disponibles à l’action de l’Esprit dans nos vies et notre pays !

Posté le 15 mai 2015 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

14 mai 2015

La Neuvaine entre en son troisième trimestre

Message des organisateurs de La Neuvaine :

"Chers amis,

En ce mois de Marie, La Neuvaine pour la France entre dans son troisième trimestre !

Cropped-logo-neuvaine-2001Cette neuvaine de 9 mois qui paraissait peut-être longue à certains s’inscrivait dans la durée d’une gestation : gestation de nos cœurs appelés à grandir chaque jour davantage dans l’amour de Dieu pour en recevoir toutes les grâces, et nous ouvrir à tout ce à quoi nous restons trop souvent aveugles et sourds. Neuf mois pour prier, nous former et réfléchir ensemble à ce qu’il nous est demandé de faire pour notre pays…

Cette gestation était donc nécessaire pour nous aider à accueillir le don de la Vie, de la vie en Dieu !  Parce qu’elle est un don et parce qu’elle ne nous appartient pas, nous nous devons de la transmettre  et la faire rayonner comme le plus précieux des trésors, tant au niveau familial, qu’amical, que national. Car de la même manière que l’on juge un arbre à ses fruits, la conversion de notre pays ne peut se faire sans la conversion profonde de ses membres.

Parce que seule la conversion révèle le divin et l’universel qui nous habitent, elle opère un changement radical de nos vies : espérance, foi et charité s’incarnent concrètement dans le quotidien de celui qui tire son énergie de sa vie en Dieu. De nombreuses initiatives sont nées ces 6 derniers mois : chaque jour, il nous a été donné de relayer la création de nouveaux groupes de prière de la Neuvaine, nos villes et nos campagnes ont été investies de pèlerinages dédiés à la France, en communion avec nos expatriés des 5 continents ! Des écoles primaires aux maisons de retraite, des monastères aux sanctuaires mariaux, ce sont près de 30 000 enfants, étudiants, professionnels, mères de famille, grands-parents qui se sont rassemblés autour de la Neuvaine et des centaines de milliers d’images envoyées à travers toute la France ! Certains pays européens nous ont contactés pour exporter la Neuvaine au service de leur contrée : la Neuvaine vit une marche spirituelle merveilleuse qui ne doit pas s’arrêter là !

La gestation ne fait que préparer la naissance : à vous, à nous tous de discerner durant ces 3 prochains mois ce que nous pouvons offrir, créer, relayer, pour ne pas laisser s’éteindre la flamme de la Neuvaine. Nous nous engageons à faire connaître et mettre en relation tous les porteurs de projets au service de la gloire de Dieu : création ou réactivation de pèlerinages locaux, mouvements de prière des enfants  pour la France, chapelet hebdomadaire et perpétuel pour la France, formations et universités d’été pour la France, valorisation des grands saints qui ont fait la France, restauration de notre patrimoine catholique, entre-aide aux familles… L’ensemble de ces projets issus du discernement opéré pendant La Neuvaine sera accueilli, porté et accompagné dans la mesure de nos moyens et en accord avec vos besoins.

Le 15 Août 2015 marquera le terme de cette gestation et non une fin : en effet comment penser donner une fin à un élan spirituel ? Cela est ne reviendrait-il pas à couper les jambes d’un coureur en pleine course ? Notre marathon, exigeant autant de vitesse que d’endurance, est celui de la reconstruction de la France chrétienne. Nos protéines seront avant tout notre prière commune et l’ensemble des actes concrets que nous déciderons de poser et de porter sur le long terme pour participer à cette reconstruction.

Que vos paroisses et lieux de vacances rayonnent donc de cette joie le 15 Août prochain ! Nous comptons sur vous pour deux choses essentielles : nous aider pour valoriser cette étape de la Neuvaine le 15 Août (procession, bannières, affiches, veillées…) et réfléchir aux fruits de la Neuvaine que vous pourrez porter par la suite ! Nous sommes joignables et réactifs par mail : laneuvainefrance@gmail.com

La Neuvaine a grandi grâce à vous ; votre dynamisme et vos initiatives lui donneront tous son sens : que la France soit digne des promesses de son baptême et retrouve son vrai visage !"

Posté le 14 mai 2015 à 15h10 par Michel Janva | Lien permanent

30 mai : 8e pèlerinage du monde des médias

PELE MEDIAs 2015 - copie

Posté le 14 mai 2015 à 07h37 par Michel Janva | Lien permanent

13 mai 2015

L'église Saint Symphorien à Versailles vue d'un drone

Dans un monde déboussolé, où beaucoup pensent trouver le bonheur dans la possession et la jouissance des biens matériels, l’église est un point de repère. Avec son clocher, elle est un témoignage silencieux, un doigt dressé vers le Ciel, la proclamation que l’homme ne peut pas délaisser une dimension essentielle de sa vie : la dimension verticale.

En France, notre pays est couvert d’un blanc manteau d’églises qui nous rappelle son identité et ses racines chrétiennes. 

C’est le message proclamé par ces images (réalisé par la société Wefly) :

Posté le 13 mai 2015 à 07h46 par Michel Janva | Lien permanent

11 mai 2015

Laïcité, police des moeurs et des comportements : quand la France dérape vers une dictature à l'iranienne

Le podcast du cardinal Vingt-Trois sur Radio Notre-Dame.

Posté le 11 mai 2015 à 22h24 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (3)

Vous ne pouvez pas marcher ? Vous pouvez aider le pèlerinage

AQuel que soit votre profil, vous pouvez certainement aider le prochain pèlerinage de Pentecôte dans l'un ou l'autre des nombreux services de la direction des soutiens :

  • circulation - Service d'ordre : sécurité sur la colonne, circulation, transports des pèlerins fatigués, encadrements des enfants (par des jeunes filles)
  • Equipes logistiques mobiles : service de l'eau, propreté, transport des sacs, toilettes, etc.
  • Equipes logistiques fixes sur les bivouacs : accueil bivouac, montage des tentes, fontainiers, électricité, sono, restauration cuisines, service du pain
  • Equipes logistiques transport de matériels : besoin urgent de permis super poids lourd, de permis CACES,
  • Autres : chorale, liturgie, montage des lieux de Messe, service médical

SN'hésitez pas à proposer votre aide pour l'un de ces services !

Pour écrire au responsable: cliquez ici

Posté le 11 mai 2015 à 20h11 par Michel Janva | Lien permanent

Inauguration du bar Le Graal à Toulon

L'ancien bar LGBT racheté par les Missionnaires de la Miséricorde divine a été inauguré hier soir dans une ambiance festive:

Image1

 


Inauguration du Graal par Le_Salon_Beige

Image2

Posté le 11 mai 2015 à 07h25 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

10 mai 2015

Cantate à Ste Jeanne d'Arc


Cantate à Ste Jeanne d'Arc par jeronimus29

Posté le 10 mai 2015 à 17h55 par Michel Janva | Lien permanent

20 mai : conférence sur la théologie du mariage à Saint-Raphaël

1

Posté le 10 mai 2015 à 11h40 par Michel Janva | Lien permanent

Les Bretons de Ploërmel défendent leur pape, aidons-les!

Michel a appris le 30 avril dernier que pour le tribunal administratif de Rennes, la statue de Jean-Paul II de Ploërmel, et la croix qui la surplombe, n’ont pas à rester sur le domaine public.

L'attaque contre la mairie vient de la Libre pensée morbihannaise. La présence du pape à cet endroit serait donc illégal. Rappelons que son implantation dans le centre-ville de Ploërmel date ce 2006 .

jp2

 

La statue devra donc être retirée du champ public si les recours - menés notamment par le maire de Plöermel - échouent.

Il serait inadmissible qu'une association archi minoritaire - dont les idées fanatiques ne représentent qu'elle même en Bretagne - parvienne à ces fins et cela même avec l'aval d'un tribunal administratif.

Le catholicisme est un des éléments fondateurs de la Bretagne, et Jean-Paul II a été important pour les Bretonnes et les Bretons. Tous ont encore en tête sa venue à Saint-Anne d'Auray en 1996 devant une foule immense de fidèles.

Les Bretonnes et les Bretons doivent réagir pour protéger une statue qui fait parti de leur patrimoine religieux, Breton et Européen.  Si aujourd'hui, l'Etat fait enlever la statue d'un Pape tant aimé des Bretons, demain , seront-ce nos calvaires que des associations voudront faire détruire ?

Par la résistance pacifique, nous appelons chacun à veiller sur la statue de Jean-Paul 2 , à former une chaine continue pour protéger notre héritage, qu'aucun groupuscule fanatique ni aucun tribunal administratif d'Etat ne pourra enlever.

C'est de notre devoir de mémoire dont il s'agit. De notre passé, mais aussi de notre avenir, à l'heure où la religion catholique est persécutée, malmenée sur de nombreux territoires de la planète.

N'ayez pas peur ! N'ayons plus peur ! Défendons notre Pape Jean-Paul II et le patrimoine Breton

Signez la pétition pour le maintien de la statue. Participez à la résistance bretonne !

Le collectif « Touche pas à mon Pape »

Posté le 10 mai 2015 à 10h40 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (28)

Pèlerinage du diocèse de Bayonne à Alençon

Lu sur le site du diocèse de Bayonne :

"Pour confier le synode romain pour la famille aux Bienheureux époux Martin, les parents de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, le service diocésain pour la famille et pour la vie de Bayonne organise un pèlerinage à pied depuis l’abbaye de Solesmes vers le sanctuaire d’Alençon. Mgr Marc Aillet accompagnera le pèlerinage.

Dates: du 4 au 8 octobre 2015.

Programme :

Rendez-vous dimanche 4 octobre à 17h pour les vêpres à l’abbaye Saint-Pierre de Solesmes suivies d’un enseignement du Père Abbé

Lundi 5-6-7 octobre : marche vers Alençon

Jeudi 8 octobre : Visites des lieux où ont vécu Louis et Zélie Martin – enseignement du Père Simar, recteur du sanctuaire d’Alençon – adoration et messe de clôture

Le pèlerinage est bien sûr ouvert à tous, fidèles laïcs, prêtres et religieux. Une seule condition : être en bonne santé physique.

Contact : Guillaume d’Alançon, délégué épiscopal pour la famille et pour la vie – ga@diocese64.org"

Posté le 10 mai 2015 à 08h48 par Michel Janva | Lien permanent

14 mai : Vêpres de l'Ascension chantées en l'église Ste Elisabeth de Hongrie à Paris

Affiche_vepres_ascension2015_steelisab2

Posté le 10 mai 2015 à 07h06 par Michel Janva | Lien permanent

09 mai 2015

10 mai : messe de St Yves à la cathédrale de Versailles

Capture d’écran 2015-05-08 à 19.51.28

Posté le 9 mai 2015 à 07h50 par Michel Janva | Lien permanent

08 mai 2015

33e pèlerinage de Pentecôte : Jésus-Christ sauveur du monde

Le pèlerinage Notre-Dame de Chrétienté c'est :

  • 8 000 à 10 000 marcheurs répartis dans près de 200 « Chapitres »
  • Une moyenne d'âge de 21 ans
  • 800 pèlerins de délégations étrangères
  • 600 organisateurs et logisticiens bénévoles
  • 150 Responsables « Sécurité routière »
  • Plus de 40 médecins, infirmiers et secouristes encadrés par l’Ordre de Malte
  • 14 hectares de bivouac sécurisés par une société agréée
  • 90 000 petits pains et 6 000 litres de soupe
  • 500 tonnes de bagages et matériels à déplacer
  • Et surtout, au-delà ce que l'on peut voir et compter :
  • les vocations sacerdotales, religieuses, les vocations au mariage,
  • les baptêmes, les conversions, les retours à la foi,
  • les grâces, les sacrements, les confessions, les prières, les chapelets, les souffrances offertes et les joies reçues ...

Capture d’écran 2015-05-08 à 18.40.45

En 2015, c'est aussi...
  • Le chapitre des « Anges Gardiens » (ou pèlerins non marcheurs), pour toutes les personnes ne pouvant être là physiquement ou qui ne peuvent marcher : Ils accompagnent les pèlerins par la prière, grâce à la communion des Saints. Ils sont 2000 inscrits, laïcs ou clercs, et 50 communautés religieuses

  • La Messe du Lundi de Pentecôte retransmise en direct, pour la 2ème année consécutive, en streaming sur le site de Notre-Dame de Chrétienté

Déroulement :

Samedi 23 mai (Vigile de Pentecôte)

  • __ndc2014_1575h30 : RDV sur le parvis de Notre-Dame de Paris.
  • 7h00 : Messe solennelle célébrée dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, par Dom Louis-Marie, Père Abbé de l’Abbaye Sainte Madeleine du Barroux.
  • 11H45 : Messe en plein air dans la prairie d’Amblainvilliers (commune d’Igny), célébrée par le Chanoine Alban Denis de l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre, pour les Chapitres Familles, Pastoureaux et Enfants, suivie du déjeuner pour tous.
  • à partir de 19h00 : Arrivée au bivouac de la Ferté-Choisel (78460), à 5 km au sud-ouest de Chevreuse.
  • 21h00 : Veillée amicale au bivouac.
Dimanche 24 mai (Pentecôte)
  • à partir de 6h00 : Départ du bivouac de la Ferté-Choisel.
  • 12h10 : Messe sur l'hippodrome de Rambouillet, célébrée par Mgr Schneider, évêque auxiliaire d’Astana au Kazakhstan ; la messe sera suivie du déjeuner, au même endroit.
  • à partir de 18h30 : Arrivée au bivouac de Gas (près d’Epernon).
  • 21h00 : Consécration à la Très Sainte Vierge Marie, Salut du Saint Sacrement présidé par Mgr Michel Pansard, évêque de Chartres et nuit d’Adoration sur le bivouac.
Lundi 25 mai (Lundi de Pentecôte)
  • 7h30 : Départ du bivouac de Gas.
  • à partir de 11h30 : Halte déjeuner au lieu-dit La Petite Plaine (Commune de Saint-Prest)
  • 15h15 : Messe pontificale en la Cathédrale de Chartres, célébrée par le Très Révérend Père Emmanuel-Marie de Saint Jean, Père Abbé de l'abbaye Sainte-Marie de Lagrasse.
  • 18h00 : Dispersion, retour vers Paris par trains spéciaux. 

Thème du pèlerinage 2015 :« JÉSUS-CHRIST SAUVEUR DU MONDE »

__ndc2014_107Chaque année, il est proposé aux pèlerins de marcher vers Chartres en méditant un thème particulier. L’année dernière, a été entrepris un cycle de 3 ans pour méditer l’un des fondamentaux de la foi chrétienne : le mystère de la Sainte Trinité, Père, Fils, Saint-Esprit, trois personnes distinctes en une seule Nature. Après avoir marché sous le signe du Père en 2014, cette année sera avec le Fils, « Jésus-Christ Sauveur du Monde ». Ce triptyque se terminera en 2016 avec le 34ème pèlerinage, qui aura pour thème le Saint-Esprit.

Le thème de cette année, « Jésus-Christ Sauveur du Monde », condense l’essence même du christianisme. La personne de Jésus-Christ est le centre de notre foi : son acte rédempteur (la Passion, la Mort, la Résurrection et l’Ascension) est le sommet de sa vie sur la terre. Dans l’Evangile, le Christ l’appelle « Son heure », celle pour laquelle il est venu dans le monde, celle pour laquelle le Verbe s’est incarné.

Chacun des 3 jours du pèlerinage, les pèlerins méditent un aspect du thème général, sous le patronage particulier d'un saint, dont la vie et l'œuvre illustre le thème du jour :

  • Samedi L’Incarnation, sous le patronage de Saint Hilaire
  • Dimanche La Rédemption, sous le patronage de Saint Louis
  • Lundi Le Ressuscité, notre Espérance, sous le patronage de Sainte Marie Madeleine

Pour s'inscrire c'est par ici.

Posté le 8 mai 2015 à 18h45 par Michel Janva | Lien permanent

La Neuvaine : la responsabilité des catholiques dans la construction de l'amitié politique

L’abbé Pierre Téqui est prêtre du diocèse de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, vicaire de campagne et accompagnateur spirituel dans les retraites Agape au Puy-en-Velay. Il est l'auteur de la méditation de cette semaine pour La Neuvaine.

Je vous appelle mes amis !

TPour Aristote, la vie en société requiert deux vertus : la justice, et l’amitié politique.

L’amitié politique, c’est la capacité d’établir des relations de bienveillance et de solidarité avec des personnes dont je ne partage ni le même bulletin de vote, ni le même bulletin de paye. Qu’en est-il de cette amitié politique dans la France d’aujourd’hui, assaillie de toute part par les démons de l’individualisme, du communautarisme, et du sectarisme idéologique ?

La minorité agissante des catholiques de France n’a-t-elle pas une responsabilité particulière dans la construction de cette amitié politique si nécessaire au relèvement de notre pays ? Car ils sont bien répartis dans toutes les couches et appartenances sociales, ceux et celles à qui le Christ a donné ce commandement nouveau : « aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés ! ». Là où se trouvent des chrétiens, il devrait donc se trouver de la charité, et donc de la cohésion sociale, n’est-ce pas ? Mais qu’en est-il vraiment en ce qui me concerne ?

Car des français qui aiment d’autres français, parce qu’ils les trouvent aimables, ce n’est pas très étonnant… « Les publicains eux-mêmes, n’en font-ils pas autant ? »  Mais des catholiques qui choisissent la bienveillance et l’amour, simplement pour aimer, et non pas à cause d’un intérêt particulier, c’est déjà un peu plus rare, n’est-il pas ? 

Il n’y a qu’à regarder dans notre Eglise de France, quelle est la qualité des relations entre fidèles, prêtres, évêques, et communautés, de charismes et sensibilités diverses, alors même « qu’à plusieurs, nous ne formons qu’un seul corps dans le Christ ».

« Ne vous surestimez pas ! » dit saint Paul  à tous ceux qui se croient plus catholiques que les autres, regardant leurs frères avec mépris parce qu’ils n’ont pas la même histoire, ne sont pas attachés à la même liturgie, ou n’ont pas reçu les mêmes appels. On est loin aujourd’hui de «  la multitude des croyants [qui] n’avaient qu’un seul cœur et qu’une seule âme », si bien que « le peuple célébrait leurs louanges ! »  Pourra-t-on retrouver un jour une grande cohésion nationale sans que les catholiques français n’apprennent d’abord à retrouver le sens de l’Eglise, de son unité dans la communion et de sa légitime diversité ? Prier pour la France doit donc nous conduire tôt ou tard à « ressentir douloureusement l’infidélité de notre désunion » !

A toi, mon frère, qui t’imagine que pour être un vrai, ou un pur, il faudrait faire partie de ton petit milieu, ou de ta communauté ; à toi qui invite le pasteur pour prêcher dans ta paroisse, et qui détestes ton frère parce qu’il fréquente la petite chapelle d’à côté ; à toi qui a transformé en dogmes les convenances de ta sensibilité, j’aimerais te rappeler la parole du Christ : « tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses, alors qu’une seule est nécessaire ! ». Ce qui nous sépare n’est-il pas trop souvent dérisoire, à côté du trésor de la foi au Christ, notre commun héritage, que par notre faute les autres ne connaissent pas encore ?

Jeanne enfant, le soir à la veillée, entend parler de la grande pitié au royaume de France. « Elle souffre de voir la chrétienté déchirée, elle pleure au récit de la passion de la France qui la torture… Il y avait longtemps que la France demandait le salut, et le salut ne venait pas. Dieu attendait que fut pleine la coupe de prière et de larmes que tout un peuple coupable doit offrir pour sa rédemption. Or un jour il y tomba une larme d’enfant, une goutte de sang de son cœur qui combla la mesure. Et l’enfant qui avait pleuré et prié pour la France fut choisie pour la délivrer ! »

Et s’il manquait encore seulement une personne pour pleurer sur la France, plutôt que sur son propre sort ? Et si cette personne, c’était toi ?

Posté le 8 mai 2015 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

06 mai 2015

9 mai : Rosaire pour la France à Toulouse

Le Groupe de Prière Toulousain “ Saint Louis de France” vous invite à un ROSAIRE pour la FRANCE le samedi 09 Mai 2015 de 14h00 à 16h00,en l'église Notre-Dame de La Dalbade de Toulouse.

« France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? »

Saint Jean-Paul II, au Bourget-Paris en 1980.

Posté le 6 mai 2015 à 07h32 par Michel Janva | Lien permanent

05 mai 2015

Quand des élus veulent imposer leur "liturgie" au curé du village

Anecdote, cette histoire portée à ma connaissance par un de nos lecteurs? Pas tant que cela dans notre pauvre pays dont les prêtres, de plus en plus rares, sont  parfois soumis à la pression de laïcs - peut-on dire fidèles? - qui tentent, souvent avec succès, d'imposer leurs marottes au risque de la liturgie.

Dans ce village de Bourgogne, le prêtre tient bon, appuyé par son évêque. Espérons que ça dure! Vous pouvez les soutenir par le site de la paroisse (ici) ou au diocèse (mail, twitter, facebook).

"Samedi, l’évêque d’Autun est venu sur la paroisse Notre Dame Bresse Finage. Après une entrevue en matinée avec plusieurs familles, en début d’après-midi, l’évêque avait rendez-vous avec les élus de la paroisse, emmenés par Jacques Guiton, président de l’intercommunalité, et en présence d’Aline Gruet, conseillère départementale.

Les élus ont notamment regretté une certaine désaffection des fidèles et des changements intervenus qui choquent la population chrétienne du secteur. « Aux enterrements, notamment, il n’est plus autorisé de prise de parole des amis ou de la famille. Ça choque les paroissiens », regrette Jacques Guiton.

Un des derniers événements qui auraient mis le feu aux poudres, ce sont les obsèques d’un ancien pompier de Pierre-de-Bresse, où le prêtre aurait refusé de donner la parole au responsable actuel des pompiers. « La vie catholique à certaines traditions ici, notamment lors des funérailles. Il faut la respecter », insistent les élus. Même s’ils reconnaissent qu’« un effort commun serait souhaitable. Progressons dans le dialogue », invitent-ils.

Contacté, le père René Pontonine, curé de la paroisse, ne souhaite pas entrer dans le débat ; il souligne simplement : « En France, il y a séparation de l’Église et de l’État. Je suis un peu surpris de l’attitude de ces élus. Je ne vois pas trop en quoi ça peut les concerner » (...)

De son côté, Monseigneur Rivière a reconnu : « Il faut amplifier l’accompagnement du prêtre » (...) Un discours qu’entend l’évêque d’Autun qui a précisé, en soutenant son représentant local : « Je suis d’accord avec vous, il suffit de mieux se comprendre pour arranger les choses, mais il ne faut pas affadir la foi, mais garder le sel de l’église. »"

Posté le 5 mai 2015 à 19h50 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (14)

"Et les chrétiens d'occident ? Cathos : les mal-aimés de la République "

C'est la Une de Causeur :

C

Posté le 5 mai 2015 à 16h51 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

9 mai : concert à Carnac au profit de l’Aide à l’Eglise en Détresse

AED

Posté le 5 mai 2015 à 14h02 par Michel Janva | Lien permanent

04 mai 2015

Mois de mai : Le Rosaire dans ma vie

Couv-facebook

Mois de mai, mois de Marie ! 

"Pendant le mois de mai, suivez-nous sur Facebook ou Twitter et recevez chaque jour une méditation du Rosaire, par le Père Louis-Marie de Blignières, fondateur de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier."

Posté le 4 mai 2015 à 07h31 par Michel Janva | Lien permanent

03 mai 2015

Premier pèlerinage des chrétiens d'Orient à Lourdes

Une cinquantaine de réfugiés accueillis dans la région Midi Pyrénées, pour la plupart issus de Qaraqosh, ont participé aujourd'hui au pèlerinage qui leur était dédié à Lourdes. Mgr Brouwet a appelé la France à ouvrir plus grand ses portes pour les chrétiens de Syrie et d'Irak :

"Quand je vois l'élan de générosité ici, la belle collaboration avec les municipalités et les services de l'Etat, je me dis que quand on veut, on peut ouvrir nos portes. Mais il faut en accueillir plus!"

Mgr_brouwet

Posté le 3 mai 2015 à 19h20 par Louise Tudy | Lien permanent

02 mai 2015

"Une messe ça doit avoir de la gueule"

Jean Raspail est interrogé dans Monde & Vie. Extrait :

"Permettez juste que je vous raconte un souvenir : je me rappelle un curé à La Madeleine, à Paris, il avait fait venir tout un équipage de sonneurs de trompes de chasse, et à la fin de la messe, quand on est sorti, il est venu vers moi et il m’a dit : « Qu’est-ce que vous en pensez M. Raspail, ça a de la gueule non ! » Eh bien! Une messe ça doit avoir de la gueule. Ca m’énerve moi cette histoire de repas du Seigneur. On a oublié qu’il y avait le Saint Sacrifice de la messe. Les messes autrefois commençaient par: « Nous prierons au Saint Sacrifice de la messe pour les vivants et pour les morts de la paroisse de X… » C’était comme ça que commençait le Saint Sacrifice de la messe.

Tant qu’on est dans ce registre, je vous dirais que je n’ai pas supporté non plus le manque de respect que l’on a pour l’objet du sacrifice, je veux dire l’hostie elle même. Quand j’étais enfant de choeur, et qu’il tombait une hostie – cela pouvait arriver – vous vous souvenez peut-être, on arrivait avec des linges sacrés bénits et c’était toute une histoire qui n’était pas ridicule du tout. [Il se lève brusquement et avise une image sur le mur, qu’il m’apporte]. Et ça : tenez, voilà une image de foi, un dessin de Pierre Joubert, le prêtre qui vient apporter le Saint Sacrement à un malade dans les années 1920. Et maintenant, on ne trouve plus ce respect : la communion aux malades, elle est donnée à la sauvette par des laïcs.

Autre confidence: je me suis confessé il y a trois ou quatre ans… Cela m’intéressait comme dans le livre, comme dans La Miséricorde: je ne m’étais pas confessé depuis je ne sais pas… trente ans! Je me confesse, ici à Saint-François de Sales. Je fais le ménage de mon coeur et je me dis c’est Pâques je vais aller communier. J’arrive, le matin de Pâques et, pendant la communion, le curé de la paroisse qui était le Père Gollnisch était resté planté au sommet des marches et il avait délégué sept ou huit civils qui distribuaient la communion dans tous les coins. Je me suis dit ce n’est pas possible, je ne vais pas recommencer dans ces conditions, je ne veux pas. J’ai monté les marches le prêtre attendait. Je lui dis : « Est-ce que vous me donnez la communion ? » Il était sidéré ; il l’a fait. Il ne pouvait pas faire autrement de toute façon! Je suis parti, je ne suis jamais revenu."

Posté le 2 mai 2015 à 12h29 par Michel Janva | Lien permanent

01 mai 2015

Fête-Dieu à Lyon : recherche bonnes volontés

A l’occasion de la Fête-Dieu, le dimanche 7 juin, il est recherché

  • Femmes et enfants pour précéder le cortège (venez avec pétales de roses et autres fleurs !)
  • Hommes et garçons majeurs pour assurer le Service d’Ordre

Pour vous inscrire, ou pour toute autre information, merci de contacter par mail: fetedieulyon@gmail.com

F

Posté le 1 mai 2015 à 18h00 par Michel Janva | Lien permanent

La Neuvaine : méditation du Père Brice de Malherbe

Le Père Brice de Malherbe est chapelain à Notre-Dame de Paris, Professeur ordinaire à la Faculté Notre-Dame, enseignant à l’École Cathédrale, et co-directeur du département de recherche en éthique biomédicale du Collège des Bernardins. Il est l'auteur de la méditation de cette semaine pour La Neuvaine.

Une prière qui nous engage

MLorsque le portail central de Notre-Dame de Paris est ouvert, l’œil est tout de suite attiré par la croix lumineuse que le Cardinal Lustiger a fait dresser au fond du chœur. Au pied de cette Croix une Pietà – Marie porte sur ses genoux son Fils Jésus, livré et mort pour nos péchés. De part et d’autres Louis XIII, offrant son sceptre et sa couronne à la Mère et au Fils, et Louis XIV, qui a fait réaliser la statue promise par son père dans le vœu de 1638, où celui-ci consacrait « à la grandeur de Dieu, par son Fils rabaissé jusqu’à nous, et à ce Fils par sa Mère élevée jusqu’à Lui (…), nostre personne, nostre Estat, nostre couronne et tous nos subjects ».

La Croix, « où nous révérons l’accomplissement des mystères de nostre Rédemption par la vie et la mort du Fils de Dieu en nostre chair », rappelle le texte du vœu. La Pietà, signe de l’amour donné jusqu'au bout par Jésus, le Fils de Dieu, pour le salut de tout homme ; signe de l’amour donné jusqu’au bout par lequel Marie, la Mère de Dieu, s’associe à l’offrande de son Fils. La confiance de Louis XIII était en la bonté de Dieu. L’offrande du Christ sur la Croix est la manifestation la plus poignante et la plus éclatante de cette bonté infinie de Dieu. C’est à elle aussi que nous nous confions, ainsi que notre pays, en demandant de recevoir du Cœur du Christ « les grâces de sa divine miséricorde ». Nous le faisons, comme jadis le roi de France, par les mains de Marie « médiatrice des bienfaits » de Dieu.

Notre prière se fait sans doute plus intense en ce mois de Mai. Une prière qui nous engage. De fait, de même que, lorsque nous demandons à Dieu Notre Père que sa volonté soit faite, cela nous engage en premier lieu à agir selon sa volonté, de même, en nous tournant avec confiance vers la « bienveillance » de la Vierge Marie, cela nous engage en premier lieu à être bienveillants. A vouloir le bien des autres. A être vigilants dans le bien. A nous orienter vers le Bien, disons-nous encore, en demandant que le Seigneur lui-même nous y oriente, car sans sa grâce nous ne pouvons rien faire. Mais une fois sa grâce demandée, il s’agit d’engager jusqu’au bout notre liberté par laquelle nous avons adressé notre prière à Notre-Dame de France.

En d’autres termes, nous qui sollicitons pour notre pays l’amour de Dieu et la bienveillance de la Vierge Marie, il nous faut nous engager toujours plus résolument dans le chemin de l’amour. Vers la fin de la guerre, en 1944, méditant sur le drame de l’humanisme athée, le Père de Lubac affirmait vigoureusement qu’il ne pouvait y avoir d’existence réelle du christianisme en dehors de la force de la charité. Celle-ci peut s’exercer de biens des manières et dans tous les domaines de notre vie, pas seulement « dans des actions d’éclat » nous avertit le Concile Vatican II « mais, et avant tout, dans le quotidien de la vie » (Gaudium et Spes, 38).

Un bon modèle pour cela est sans aucun doute Saint Joseph, que nous fêtons en ce 1er Mai comme travailleur. Saint Joseph, apparu dans notre pays, à Cotignac, non loin de la chapelle Notre-Dame de grâces, où Marie a été intensément priée pour la naissance du futur Louis XIV. Saint Joseph a qui nous pouvons demander de nous aider, chacun à notre mesure, à faire fructifier les ressources de notre pays avec cette force de la charité qui, seule, peut nous aider à tendre vers une fraternité universelle selon le cœur de Dieu.

Que le Seigneur continue à nous guérir de nos fautes et à répandre en nos cœurs son amour par l’Esprit-Saint qui nous a été donné. Qu’il fasse de nous, pour notre pays, des artisans de paix, les ouvriers d’une civilisation de l’amour. Amen. Alléluia.

Posté le 1 mai 2015 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

29 avril 2015

Le sel dénaturé est voué à être piétiné par les gens

Coup de colère de l'abbé Pagès suite aux récents sacrilèges :

"En effet, le Code de droit canonique leur fait un devoir de conserver le Saint-Sacrement dans un tabernacle « inamovible, fait d’un matériau solide non transparent et fermé de telle sorte que soit évité au maximum tout risque de profanation. » (can. 938 §3). Mais qui se soucie encore de ce que demande le Code de Droit canonique ?! Une des toutes premières choses que j’ai toujours faites dans les églises dont j’ai été chargé a été de sceller un petit coffre-fort dans leur tabernacle. Qu’attendent donc nos curés pour faire la même chose et nos évêques pour le leur commander ?! Sont-ils excusables de continuer à conserver Jésus-Eucharistie dans des tabernacles que n’importe quel gamin est capable de forcer ?! Qui leur demandera des comptes pour leur négligence dans la conservation du « Trésor spirituel de l’Église » (CEC 1324), de notre Trésor ?!

Je dirais encore à ce sujet que ces profanations ne m’étonnent nullement, tant elles sont prévisibles à la lumière de la Parole du Christ annonçant que le sel dénaturé est voué à être piétiné par les gens (Mt 5.13). En effet, tant que l’on continuera à donner la communion dans la main, et donc à prendre le risque de voir Jésus-Eucharistie, sous l’espèce d’une miette du pain consacré, tomber à terre et être piétiné par les fidèles eux-mêmes, il n’y a pas de raison qu’Il ne soit pas aussi piétiné par ceux qui ne Le connaissent pas ― si tant est que les autres Le connaissent encore ! Honte aux responsables de l’Église, ouvertement et obstinément désobéissants à ce que leur demande l’Église : « Que tout le monde se rappelle que la tradition séculaire est de recevoir l’Hostie dans la bouche. » (Congrégation pour le Culte divin, Notiae, mars 1999) ; « Il faut maintenir l’usage du plateau pour la communion des fidèles, afin d’éviter que la sainte Hostie, ou quelque fragment, ne tombe à terre. » (Redemptionis Sacramentum, n°93, 2004) ! Et que l’on ne vienne pas me dire que les prêtres sont tenus de donner la communion dans la main en vertu d’un droit que les fidèles auraient de la recevoir ainsi. Je me suis déjà exprimé à ce sujet et renvoie à cet article. Ce n’est pas le monde païen qu’il faut accuser de ces sacrilèges, mais nous-mêmes ! Jusqu’à quand, hypocrites ! refuserons-nous de nous convertir tout en prétendant prêcher la conversion aux autres ?!"

Posté le 29 avril 2015 à 11h36 par Michel Janva | Lien permanent

25 avril 2015

Le pèlerinage de Chartres a besoin d'aide

0Le Service d'Ordre du pèlerinage Notre-Dame de Chrétienté cherche d'urgence encore 11 chefs d’équipes/cadres, majeurs, ayant de préférence une expérience d’encadrement (type scoutisme). Au cœur de l’action, vous contribuerez à la sécurisation de la colonne et à la bonne marche du pèlerinage. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenue.

Par ailleurs, le pèlerinage recherche des bonnes volontés pour renforcer les équipes des services (équipes mobiles, chauffeurs avec ou sans véhicules pour le transport des pèlerins, service d'ordre, montage des tentes, cuisines, transport des sacs...).

Pour plus d'information sur les équipes du service d'ordre, consultez ce site. N’oubliez pas d’indiquer le service que vous souhaitez rejoindre lors de votre inscription.

Vous avez jusqu'à demain soir minuit pour bénéficier d’un tarif préférentiel. Si cela n'est pas déjà fait, inscrivez-vous dès maintenant sur cette page.

Merci d’avance pour votre contribution à la réussite de ce 33e pèlerinage !

Posté le 25 avril 2015 à 18h40 par Michel Janva | Lien permanent

24 avril 2015

Notre Dame de l'Espérance

Bén de ND de l'EspéranceAu cours de sa messe quotidienne le 22 avril, Mgr Aillet, évêque de Bayonne Lescar et Oloron, a béni la statue de Notre Dame de l'Espérance, création d'un tailleur de pierres qui explique :

"La Vierge marche à notre rencontre, sur des flots tumultueux, symbolisant la culture de mort. Outre leur forme séduisante, ces flots montrent l'individualisme, l'indifférence, l'égocentrisme, l'autosuffisance, l'orgueil, et l'aveuglement d'une société qui se prend pour Dieu et bascule dans le totalitarisme."

Le socle de la statue est constitué d'un bloc massif, aux arêtes vives, tapissé d'ancres de marine, symbole de l'Espérance. Il semble être dominé par ces flots déchaînés. Chacune de ces ancres représente l'Espérance de ces hommes, ces femmes,  qui maintiennent leur conscience éveillée, «  conformément au Bien véritable, voulu par la Sagesse du Créateur.  » Cette œuvre a aussi pour but de saluer et d'encourager l'esprit de résistance de ces Veilleurs malgré les intimidations et les maltraitances de ceux qui prétendent définir eux même le Bien.

N.D. de l'Espérance

Notre Dame de l'Espérance

Création de François-Régis de Marignan, œuvre originale achevée le 30 octobre 2013

Vierge à l'enfant de 65 cm de haut, sculptée en pierre demi-dure de Barutel (de Nîmes). 

L'Enfant Jésus, dans les bras de la Vierge, porte une nef, voguant à contre courant, et symbolisant l'Église. Les 7 voiles représentent les 7 dons du St Esprit : La sagesse, l'intelligence, le conseil, la force, la science, la piété et la crainte de Dieu. La main droite de l'enfant chérit et protège le navire, et la gauche maintient la proue hors des flots. La frange du linge qui couvre les jambes de l'enfant porte l'inscription : « La Vérité est ». 

La Vierge marche à notre rencontre, sur des flots tumultueux, symbolisant la culture de mort. Outre leur forme séduisante, ces flots montrent l'individualisme, l'indifférence, l'égocentrisme, l'autosuffisance, l'orgueil, et l'aveuglement d'une société qui se prend pour Dieu et bascule dans le totalitarisme. 

Le socle de la statue est constitué d' un bloc massif, aux arêtes vives, tapissé d'ancres de marine. Il semble être dominé par ces flots déchaînés. Chacune de ces ancres représente l'Espérance de ces hommes, ces femmes,  qui maintiennent leur conscience éveillée, «  conformément au Bien véritable, voulu par la Sagesse du Créateur.  » Cette œuvre a aussi pour but de saluer et d'encourager l'esprit de résistance de ces Veilleurs malgré les intimidations et les maltraitantes de ceux qui prétendent définir eux même le Bien.

«  Espère, ô mon âme, espère... Veille soigneusement, tout passe avec rapidité, quoi que ton impatience rende douteux ce qui est certain, et long un temps bien court. Songe que plus tu combattras, plus tu prouveras l'amour que tu portes à ton Dieu, et plus tu te réjouiras un jour avec ton Bien Aimé, dans un bonheur et un ravissement qui ne pourront jamais finir.  » Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus.

Addendum :

Des moulages de cette statue sont en vente à Saint-Wandrille, à la Boutique de l'Abbaye (voir ici). Cette statue n'est vendue que sur place, l'expédition serait trop risquée.

Posté le 24 avril 2015 à 08h18 par Michel Janva | Lien permanent

La Neuvaine : L’unité divine de la France

Le Père Patrick Faure est curé de la paroisse Saint-Eugène Sainte-Cécile à Paris. Il est l'auteur de la méditation de cette semaine pour La Neuvaine :

L’unité divine de la France

FL’esprit français a besoin de théorie, de transcendance et d’absolu, parce qu’il est en son fond un esprit de clarté rationnelle et d’élévation religieuse.

Pour cette raison, l’unité à laquelle aspirent les français a toujours une dimension théorique, transcendante et absolue, autant dire divine. Cette unité supérieure est à recevoir d’en-haut, d’au-delà des régimes politiques monarchiques impériaux ou républicains dont la France a pu se doter pendant sa longue histoire. Cette unité supérieure  vient d’au-delà des représentations multiples de la collectivité.

La France a besoin d’une figure humaine qui l’unisse au-delà de ses clivages partisans et qui incarne une autorité incontestée qui la protège et qui l’élève. Les rois ont incarné la figure du père. Les Assemblées Nationales ont incarné la figure des fils.  Au génie français d’inventer aujourd’hui la personnalité morale et spirituelle qui incarnera l’unité de la France au-dessus des tensions entre ses différents courants.

La foi chrétienne donne un indice par la voix de l’apôtre saint Paul : « par-dessus tout qu’il y ait l’amour », l’amour de Dieu, la charité. Les trois saintes patronnes de la France peuvent être invoquées pour faire advenir cet amour sauveur dans les déchirures qui lacèrent notre pays : par la Vierge Marie la pureté d’intention et de conception des lois, par sainte Jeanne d’Arc l’assurance et l’audace face à l’avenir, par sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la sainte-Face, la force de la fidélité aux grands désirs et au pardon des pécheurs. Car seul l’amour ouvert à la transcendance et au dépassement de soi peut faire comprendre et accepter que la vérité impose des limites à la liberté, que la vraie fraternité n’est pas compatible avec le libéralisme blasphématoire, que véritable engagement dans la vie familiale, sociale ou politique, oblige à sacrifier certaines attentes ou certaines ambitions, que la vraie protection des plus faibles doit être un principe régulateur des besoins des plus forts. Et il y a tant d’autres jougs que le véritable amour allège pour édifier la vie commune.

Les chrétiens d’Orient et d’Afrique sont victimes de la violence islamiste. En France, récemment frappée par cette violence, les chrétiens doivent en outre supporter le laïcisme public et voyant. Plutôt que de se replier sur leurs douleurs bon nombre d’entre eux se laissent guider par l’Esprit-Saint qui les pousse à réagir en témoignant de leur foi en la résurrection et en évangélisant leur environnement proche.

Mais pour aller encore plus loin, l’amour de charité « qui fait la vérité pour conduire à la lumière » doit susciter aussi d’autres chrétiens qui aideront les musulmans de France à comprendre et à formuler par eux-mêmes les liens qui existent entre l’Islam et les extrémismes qu’il produit. Ce faisant, un grand pas sera certainement accompli dans le dialogue espéré par le concile Vatican II. Et la conscience aujourd’hui ravivée des racines chrétiennes de l’Europe, et de la France en particulier, permettra d’affirmer alors d’autant plus clairement que notre vie nationale doit réintégrer son patrimoine historique et son héritage explicitement chrétien si elle veut construire l’unité à laquelle elle aspire.

Car la religion judéo-chrétienne a en propre le sens de l’histoire que Dieu a écrite avec les Nations baptisées dans l’Esprit du Christ. « A la prière des petits enfants, la Vierge Marie va sauver la France » avait répondu Marthe Robin au père Finet qui désespérait de l’avenir en 1947, il y a moins de 70 ans. Plutôt que de spéculer sur la disparition consommée, en cours, ou annoncée de la France traditionnelle, il vaut mieux que celles et ceux qui ont un cœur d’enfants continuent de prier humblement notre sainte patronne principale pour qu’elle les assiste dans les voies difficiles où nous sommes aujourd’hui, mis au défi de réinventer les ressorts de la fraternité nationale et de remplir une nouvelle page de notre histoire qui n’est jamais écrite à l’avance. Au lieu d’absolutiser la liberté en pensant qu’elle peut tout se permettre, il vaut mieux l’investir dans les vrais projets qui rassemblent en y intégrant toutes les dimensions croyantes et pensantes de l’esprit français. Pour cela il faut un amour désintéressé que la plupart de nos concitoyens sont prêts à entendre pourvu qu’il y ait des personnes suffisamment inspirées pour le leur témoigner. Acte d’espérance.

Posté le 24 avril 2015 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

22 avril 2015

Représentations théâtrales à Toulon au profit de SOS Chrétiens d'Orient

Copie

Posté le 22 avril 2015 à 23h25 par Michel Janva | Lien permanent

En libre service

Je suis chrétien

Posté le 22 avril 2015 à 21h36 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (8)

21 avril 2015

Le glas des églises de France pour les victimes du génocide arménien (5)

Le glas sonnera dans les paroisse du diocèse de Saint-Etienne :

"- Une messe sera célébrée à la cathédrale Saint-Charles jeudi 23 avril à 18h45, présidée par Mgr Dominique Lebrun, en présence des arméniens apostoliques et catholiques, et avec leur curés respectifs : le père Sahak et le Père Adamian.

- Une messe sera célébrée à la paroisse arménienne apostolique, 7 rue Bernard Palissy à Saint-Etienne, vendredi 24 avril à 10h30, à laquelle l’évêque sera présent.

- Une cérémonie officielle au monument commémoratif, place d’Arménie le 24 avril à 12h30. Notre évêque y sera également. Il demande à chaque paroisse de bien vouloir faire sonner les cloches des églises le 24 avril à 19h15, et d’inviter tous ceux qui le souhaitent aux différentes célébrations et cérémonies qui ont lieu à cette occasion".

100ga2

Posté le 21 avril 2015 à 22h25 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (2)

Nice : une église taguée et vandalisée

Et toujours rien contre la haine des catholiques en France : 

"Des inscriptions tracées à la bombe de peinture rouge ont été découvertes dimanche matin sur le mur d'enceinte de l'église Saint-Jean-L'Évangéliste à Nice. 

Les dégradations ont été faites à l'extérieur de cet édifice religieux situé boulevard Comte-de-Falicon.

Les mentions "ACAB" ainsi que le nombre "1902" suivi d'une cible qui ont été taguées visent davantage les forces de l'ordre qu'une éventuelle pratique cultuelle.

Une enquête a néanmoins été ouverte pour tenter d'identifier les auteurs de ces dégradations".

Posté le 21 avril 2015 à 20h06 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (1)


     Archives > L'Eglise : L'Eglise en France , Valeurs chrétiennes : Culture

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > L'Eglise : L'Eglise en France , Valeurs chrétiennes : Culture