25 mai 2016

Avec l'Alliance Saint Jean-Paul II, jeûne permanent pour soutenir les familles

L'Alliance Saint Jean-Marie Vianney, qui depuis 2012 effectue un jeûne permanent en faveur du sacerdoce et des adorations mensuelles pour réparer les fautes graves sacerdotales et les profanations, a une nouvelle branche : l'Alliance Saint Jean-Paul II qui effectue un jeûne permanent pour soutenir les familles.

878a73_aa7e8bf1a6794c54a46de8cb280b2b65Voici quelques-unes des propositions d'engagement pour soutenir activement les familles :

"Nous vous proposons, en fonction de vos possibilités et de la grâce reçue, plusieurs types d'engagements, que nous détaillons dans les différentes pages de ce blog.

Une personne peut choisir plusieurs engagements. Si vous pratiquez déjà ces engagements, il suffit d'ajouter les intentions de l'Alliance à votre jeûne ou vos prières.

Choix n°1 : permet de consacrer entièrement une journée en faveur de la famille, à la manière des moines et des moniales qui consacrent toute leur vie à Dieu. Il est possible également possible d'y consacrer ses souffrances.

Choix n°2 : le jeûne de l'Eglise, un repas par jour.

Choix n°3 : le jeûne où l'on consomme à volonté (autant que l'on veut) le pain et l'eau.

Choix n°4 : la prière du chapelet ou du rosaire ou une ou plusieurs dizaines de chapelet."[...]

 

Posté le 25 mai 2016 à 14h05 par Marie Bethanie | Lien permanent

Café-Histoire de Toulon : les confréries de Pénitents au fil des âges en Provence

Le Café-Histoire de Toulon vous propose deux causeries qui ont eu lieu cette année, sur le thème des confréries de Pénitents. En cliquant sur chaque lien, vous pouvez lire en ligne les documents PDF réalisés d'après ces causeries, les télécharger voire les imprimer. Bonne lecture.

Pénitents

 

Les Pénitents Gris, dits Bourras d’Aix : La charité de Louis XIV à nos jours, par Bernard Terlay.

Les confréries de Pénitents provençales et le catholicisme social, par Alain Vignal.

cafehistoiredetoulon@gmail.com

Posté le 25 mai 2016 à 11h42 par Marie Bethanie | Lien permanent

Des Vietnamiens au pèlerinage de Chartres

Contrairement aux idées reçues et l'image souvent négative que renvoient les médias, le Pèlerinage de Chartres est l'occasion aussi pour les Français de rencontrer leurs frères étrangers, venus pour certains de très loin !

Cette année, pour la première fois, un chapitre vietnamien a été crée sous le nom de Notre-Dame de La Vang.

Groupe_vietnam[1]

ND_La_Vang[1]

Vietnam[1]

Posté le 25 mai 2016 à 07h17 par Michel Janva | Lien permanent

24 mai 2016

Réparation pour les sacrilèges dans le diocèse de Toulon

Communiqué de l'Alliance Saint Jean-Marie Vianney :

Images"Ces deux derniers dimanches, trois événements concernant l’Eglise à Martigues ont blessé les catholiques, et au-delà, notre ville. En premier lieu un incendie volontaire dans l’église de la Madeleine à l’île ; puis une agression du père Benoît, curé de la paroisse, dans cette même église par une personne qui cherchait à y commettre un forfait ; enfin un acte de profanation du tabernacle contenant des hosties consacrées dans l’église de Jonquières. Trois actes graves contre des biens, des personnes et des symboles de l’Eglise catholique.

Nous savons combien les agressions envers les signes et les personnes à cause de leur foi sont graves car portant atteinte à la dignité des personnes et à un pacte social hélas fragilisé. La foi catholique, ses symboles et ceux qui la professent méritent le respect comme toute forme d'expression religieuse ne troublant pas l'ordre public.

Pour porter ces événements ensemble et dans la foi, nous invitons à nous rassembler jeudi 26 mai à 20h30, dans l’église Saint Genest de Jonquières, pour un temps de prière. Nous allons aussi voir avec la mairie pour une vidéosurveillance des églises."

Deux dates à retenir pour réparer ces sacrilèges :

  • Jeudi 26 mai à 20h30, dans l’église Saint Genest de Jonquières, pour un temps de prière
  • Vendredi 27 mai à 20h à l'Immaculée Conception de Toulon (adoration mensuelle pour réparer les fautes graves sacerdotales et les sacrilèges.

Posté le 24 mai 2016 à 13h48 par Marie Bethanie | Lien permanent

26 mai : récollection pour dames à Paris

Dernière récollection de l'année prêchée par l’abbé Le Coq, FSSP (pour "dames") le jeudi 26 mai de 9h à 12h30 Au Monastère de la Visitation (68 avenue Denfert Rochereau, Paris 75014.

  • 9h : temps d’accueil et de prière dans la chapelle
  • 9h 30 : messe célébrée en la forme extraordinaire, et confessions par l’Abbé GOUY, FSSP
  • 10h 45 : 1er enseignement
  • 11h 30 pause café
  • 11h45 2ème enseignement

PAF 6 euros location de la salle + participation libre aux frais des abbés.

Pour celles qui ont le temps, partage ensuite d’un déjeuner tiré du sac vers 12h30 (merci d’apporter pour 4/5 un plat salé ou sucré)

Venue libre - Possibilite de baby sitting sur réservation au 06 63 04 88 45

Posté le 24 mai 2016 à 07h02 par Michel Janva | Lien permanent

23 mai 2016

Pélerinage traditionnel à Saint-Avold (Moselle)

IMG_2733[1]Le 21 mai 2016, la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre de Saarlouis (Allemagne) a organisé le premier pèlerinage dans la forme traditionnelle de la liturgie de l'Eglise à Saint-Avold (Moselle).

Près de 200 pèlerins venus de France, d'Allemagne, du Luxembourg et de Pologne, ont fait le déplacement jusqu'à la seule basilique mineure dédiée à la Sainte-Vierge dans le diocèse de Metz, pour invoquer la protection de Notre-Dame et prier pour les Chrétiens persécutés, particulièrement au Moyen-Orient. Le recteur de la chapelle Saint-Pierre-Canisius, l'abbé André Hahn fssp, n'a pas caché sa joie :

« Quand nous avons commencé à organiser ce pèlerinage, je n'imaginais pas un tel succès. Il y a 50 ans, ce pèlerinage attirait des milliers de pèlerins chaque année. Je souhaite que ce pèlerinage traditionnel profite, non seulement à tous les Chrétiens qui connaissent la détresse et la persécution, mais aussi à ce lieu de grâces de Saint-Avold ».

Le succès de cette première édition du pèlerinage à Saint-Avold prouve que la Tradition est bel et bien vivante et qu'elle continue d'attirer de nombreux fidèles. L'abbé Hahn a déjà annoncé qu'il souhaitait reconduire ce pèlerinage l'année prochaine, « de préférence en octobre », mois du Rosaire.

(merci à P.S.)

IMG_2740[1]

 

Posté le 23 mai 2016 à 16h42 par Michel Janva | Lien permanent

Fête-Dieu à Lyon : procession le 29 mai

Image

Posté le 23 mai 2016 à 15h23 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

22 mai 2016

Les photos du pèlerinage de Chartres

865 photos en ligne ici :

Capture d’écran 2016-05-22 à 20.14.56

Posté le 22 mai 2016 à 20h16 par Michel Janva | Lien permanent

Des événements se déroulent à l’Île-Bouchard, importants pour l’histoire de la France

De Cotignac 500 :

Esc1"Du 8 au 14 décembre 1947, quatre fillettes témoignent avoir vu la Vierge Marie dans l’église romane Saint-Gilles de l’Île-Bouchard, village de Touraine. À dix reprises elle s’entretient avec elles. Elle leur demande de prier pour la France au bord de la guerre civile, et leur promet du bonheur dans les familles.

Jacqueline Aubry, aînée des quatre petites filles qui ont témoigné avoir vu la Sainte Vierge dans l’église de l’Île-Bouchard en 1947, est partie vers le Père le 15 mars 2016 à l’âge de 80 ans. Sa sépulture a été célébrée par Mgr Bernard-Nicolas Aubertin le 19 mars, solennité de saint Joseph. Pendant des dizaines d’années, avec l’autorisation de l’Église, elle a raconté les choses comme elle les avait vécues avec ses yeux d’une petite fille de 12 ans. Le résumé de son récit en quatre mots pourrait être celui-ci : un contexte, une demande, une promesse et une école.

Un contexte : l’après-guerre.

Nous sommes au sortir de la Seconde Guerre mondiale. La France n’est pas encore reconstruite, il y a même moins à manger en 1947 qu’en 1945. À la campagne, peu importent les tickets de rationnement : chacun a ses arbres fruitiers et ses clapiers, on est autosuffisant. Tandis qu’en ville, début décembre, il y a des émeutes devant les boulangeries. Ce climat social difficile est encore alourdi par le début de la guerre froide. Staline a décidé de prendre le pouvoir partout en Europe. En France, il va passer par le Parti Communiste Français et la CGT qui déclenchent une grève générale qui devient une grève insurrectionnelle. On est au bord de la guerre civile. Le gouvernement Schuman mobilise deux classes d’âges sous les drapeaux pour faire face aux troubles.

Le 8 décembre 1947, vers 8 ou 9 heures du matin, le Père Finet entre dans la chambre de Marthe Robin, une mystique de la Drôme et lui dit : « La France est foutue ! » Mais Marthe répond : « Non Père, la Sainte Vierge va apparaître et demander la prière
des petits enfants. » À l’Île-Bouchard ce même jour vers 13 heures, les fillettes contemplent une « Belle Dame » qui ne dit pas une parole. Puis, lors de sa deuxième venue environ 50 minutes plus tard, elle prononce cette première phrase : « Dites aux petits enfants de prier pour la France car elle en a grand besoin. »

Une demande : prier pour la France.

La Dame va insister à quatre reprises. Ainsi le mardi 9 décembre à 13h : « Je vais vous dire un secret que vous pourrez redire dans trois jours : priez pour la France qui, ces jours-ci, est en grand danger » ; ou encore le mercredi 10 décembre à 13h : « Je ne suis pas venue ici pour faire des miracles mais pour vous demander de prier pour la France. » Et enfin, le vendredi 12 décembre à 13h, la Dame fait encore la même demande aux enfants : « Je ne suis pas venue ici pour faire des miracles mais pour que vous priiez pour la France. »

Le 9 décembre, le Comité central de grève constitué par les fédérations CGT ordonne la reprise du travail. Le 12, la France est définitivement sauvée de la guerre civile et le travail a repris. Ce même jour, le mot « Magnificat » devient lisible sur la poitrine de la Sainte Vierge.

Depuis les événements, cette prière pour la France n’a pas cessé dans l’église Saint-Gilles et s’est même amplifiée : chaque second samedi de chaque mois, la messe est célébrée pour la France, en lien avec d’autres sanctuaires qui prient pour notre pays ; chaque dimanche aux vêpres, la triple invocation à Marie pour la France termine les vêpres et le Salut du Saint-Sacrement. Plusieurs pèlerinages pour la France arrivent aussi à l’Ile-Bouchard. Et prochainement, le 14 juillet 2016, nous organisons un pèlerinage des petits enfants pour notre pays.

Une promesse : le bonheur dans les familles.

Au détour d’une phrase, Marie fait une promesse passée inaperçue : « Je donnerai du bonheur dans les familles. » Aujourd’hui, à l’Amoris Laetitia, la joie de l’amour (titre de la dernière lettre du Pape sur la famille), succède souvent le chagrin de la dispute, de la séparation. L’Île-Bouchard est devenu « un hôpital de campagne » pour la famille : sept sessions par an de vacances spirituelles et familiales avec une journée couple qui en a sauvé plus d’un, pèlerinage des familles, des parents seuls, retraite pour couples en espérance d’enfants, etc. Pour que la joie de l’amour résonne à nouveau, de nombreuses familles y viennent en pèlerinage. Demain 22 mai 2016, nous accueillons le 32ème pèlerinage des familles organisé par les Association Familiales Catholiques (AFC).

Une école : apprendre à prier.

Enfin, du lundi 8 au dimanche 14 décembre 1947, la Vierge met en place tout au long de la semaine comme une école de prière : Ainsi le mardi 9 décembre à 17h, elle demande : « Chantez le Je vous salue Marie, ce cantique que j’aime bien », puis : « Dites à la foule de s'approcher pour réciter une dizaine de chapelet. » Puis la petite Jacqueline raconte que la Vierge bénit l’assistance par un « majestueux signe de croix ».

Le jeudi 11 décembre à 13h, elle demande à deux reprises de « rechanter le Je vous salue Marie ». Puis elle demande pour la deuxième fois : « Priez-vous pour les pécheurs ? », avant d’insister : « Surtout, priez beaucoup pour les pécheurs. » Marie apprend aux petites fille l’invocation : « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. »

Enfin le dernier jour, la Vierge Marie demande : «  Chantez le Je vous salue Marie. Récitez une dizaine de chapelet. » Puis : « Dites à la foule de chanter le Magnificat. »

Le samedi et le dimanche, les cinq dizaines de chapelet sont priées.

Prier pour la France, pour les familles, apprendre à prier… sont toujours d’actualité !

Abbé Xavier Malle, curé de la paroisse/sanctuaire de L’Île-Bouchard

Posté le 22 mai 2016 à 09h52 par Michel Janva | Lien permanent

3 juin : veillée de prière pour la France à Rennes

Capture d’écran 2016-05-19 à 08.16.14

Posté le 22 mai 2016 à 08h16 par Michel Janva | Lien permanent

28-29 mai : retraite à Grièges autour des reliques de Ste Thérèse de Lisieux

Capture d’écran 2016-05-18 à 18.49.38 Capture d’écran 2016-05-18 à 18.49.49

Posté le 22 mai 2016 à 07h50 par Michel Janva | Lien permanent

Le thème du pèlerinage de Chrétienté 2017 : « Sainte Marie Mère de Dieu »

Jean de Tauriers, président de l'association Notre-Dame de Chrétienté, a annoncé à Chartres, lundi dernier, que le prochain pèlerinage de Pentecôte, les 3-4-5 juin 2017 aura pour thème la Vierge Marie, à l’occasion du centième anniversaire des apparitions de Fatima.

En attendant, n’oubliez pas la messe d’action de grâces à St Odile (Paris XVIIe) le 26 mai 2016 à 19h30.  

Dimanche dernier à Rambouillet, Jean de Tauriers précisait :

J2T-Chartres"Notre pèlerinage est une prière de réparation et de conversion, il est une réaction spirituelle. Ceux qui ont relancé ce très ancien pèlerinage français, il y a plus de trente années, ont eu ce sens de la foi, ce bon sens catholique, d’aller prier Notre Dame pour sauver la chrétienté. Leur choix de la Tradition a été « combatif » et « doctrinal» : « doctrinal » car ils voulaient (et nous le voulons toujours) transmettre l’intégralité de la foi catholique et « combatif » car ils le faisaient (et c’est toujours vrai) face au relativisme généralisé.

Il y a une année, rappelez-vous, ici même à Rambouillet, nous avions l’immense joie d’entendre prêcher Mgr Schneider. Récemment encore, il a souligné « l'énormité de l'actuelle crise générale de la foi, de la moralité et de la liturgie au sein de l'Église. »

Notre époque appartient aux âmes fortes, prêtes pour le combat spirituel et prêtes à transmettre en amoureux de l’Eglise.

Dom Pateau, père abbé de l’abbaye de Fontgombault, sera demain à Chartres pour célébrer la messe et ce soir à Gas sur le bivouac pour vous accueillir. Dom Pateau nous demandait récemment « d’être aussi extraordinaires que notre liturgie » ! Avec la tiédeur, c’est l’amollissement intellectuel que nous devons également craindre si nous voulons être extraordinaires.

L’homme d’aujourd’hui se refuse à vouloir atteindre les vérités fondamentales sur Dieu. Cette pensée ouvre la voie au nihilisme culturel, au relativisme théologique, au sentimentalisme spirituel. C’est à vous qui n’êtes ni tièdes, ni amollis, de travailler intellectuellement à rebâtir la société chrétienne. Notre Dame de Chrétienté, avec quelques autres bonnes maisons, vous aide dans ce travail de formation. N’oubliez pas que les bonnes lois de demain seront faites par les catholiques bien formés d’aujourd’hui !

« Le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l'Eglise romaine » disait Saint Rémi à Clovis, en 496, la veille de son sacre à Reims. Les Français sont en très grande majorité catholiques, peut-être l’oublie-t-on un peu vite. Baptisés, les Français catholiques ont reçu la foi. Ils ont la foi en germe par le sacrement et sont enfants de Dieu, même s’ils ne le savent plus. La foi existe ainsi de manière certaine et peut être réveillée pour que les chrétiens ne se conduisent plus en « apostats silencieux » pour reprendre l’expression du cardinal Sarah. Prions et travaillons, chers amis, pour que les français catholiques agissent en catholiques, sans tiédeur, sans mollesse et unis ! Dans son encyclique Vehementer Saint Pie X (le saint de notre journée du dimanche) encourageait à l’unité des catholiques (je le cite) « Faites le nécessaire pour que, dans la pensée comme dans l'action, votre union soit aussi ferme qu'elle doit l'être parmi des hommes qui combattent pour la même cause. »"

Posté le 22 mai 2016 à 07h27 par Michel Janva | Lien permanent

21 mai 2016

Chânes (71) : la mairie rachète la statue de Notre-Dame volée à la Révolution et la remet à l'église

ChUne belle histoire de notre patrimoine : 

"Ils en sont encore émus. Jean et Hélène Curial voient ce samedi matin une folle histoire arriver à son apogée. Domiciliés à Saint-Vérand, les époux connaissent bien le petit village d’à côté, Chânes. Hélène a fréquenté l’église, petite, puis a travaillé comme secrétaire de mairie avant d’en être maire pendant 13 ans.

Pourtant, elle n’a jamais eu vent d’une statue disparue à l’église.

Bien des années après, elle reçoit un coup de téléphone du président de l’association de restauration de l’église de Chânes. « Un ami cherchait à faire une sortie à Annemasse, en octobre. En regardant sur internet, il tombe sur une vente aux enchères qui l’intéresse. » En étudiant le catalogue sur internet, il tombe alors sur une statue de la vierge, avec une annotation sous le socle expliquant que la statue provient de l’église de Chânes.

Étonnée, Hélène Curial ne sait pas quoi faire. « Personne n’avait entendu parler de cette histoire. On était le jeudi, la vente était prévue le samedi… Il fallait réagir vite. » Elle appelle alors le conservateur régional des Monuments historiques puis le délégué épiscopal à l’art sacré du diocèse d’Autun. Faire un recours en justice pour annuler sa vente ? « Le commissaire-priseur nous a dit au téléphone qu’il y avait prescription. » De toute façon, le délai était trop court pour faire annuler la vente. Restait une solution : se rendre à Annemasse pour « essayer de l’acheter à un prix raisonnable ». « Mon mari m’a dit : “Soit prête à 6 heures, on va à Annemasse”. » (suite).

Reportage photo du Journal de Saône-et-Loire.

Posté le 21 mai 2016 à 20h43 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (3)

Le cardinal Barbarin reconnait des erreurs de gouvernance

De retour de Rome, le cardinal Philippe Barbarin est interrogé dans Le Figaro. Il coupe court à toute démission et fait son mea culpa :

Images"[...] C’est l’occasion d’un examen de conscience général. Un évêque nommé dans un diocèse hérite d’une longue histoire et de nombreux choix de ses prédécesseurs. Cette démarche doit se vivre au présent : que faut-il faire aujourd’hui pour réparer les erreurs du passé et empêcher qu’elles ne se reproduisent demain ? Reste que ces actes abominables sont une profonde humiliation pour l’Église. On a utilisé parfois le terme d’omerta, mais il me semble que celui de honte serait plus approprié. C’est précisément ce que j’ai dit un jour à une journaliste qui se faisait passer pour une victime auprès de moi. Je l’ai encouragée à porter plainte : « Le plus important, c’est vous… Tant pis, si c’est une honte supplémentaire pour l’Église ! »

Il a fallu la pression médiatique pour faire bouger l’Église. Mais a-t-elle suffisamment pris conscience du choc et du drame durable représentés par ces agressions sur les victimes ?

Pas assez ! Cette prise de conscience est progressive et elle n’est pas achevée. À chaque fois que je rencontre une victime, je prends davantage conscience de l’immensité des dégâts… Un prêtre âgé de mon diocèse a tenu des propos inadmissibles devant les médias, avant une rencontre qui se tenait justement au sujet de la pédophilie. Il a reconnu qu’il n’aurait jamais dû dire cela à la sortie, car nous avions entendu le témoignage d’une des victimes du P. Preynat. Il semblait avoir pris conscience du désastre… Seule l’écoute des victimes permet cela. [...]

Mais pourquoi, pour les affaires anciennes, n’avez-vous pas appliqué la « tolérance zéro » dont vous avez fait preuve quand vous avez été confrontés à des affaires nouvelles ?

Parce que justement, ces faits étaient anciens et antérieurs à mon épiscopat, ils avaient été « gérés » par mes prédécesseurs. En l’absence de plainte et d’éléments nouveaux, et parce que je n’avais pas une connaissance précise des faits, je n’ai pas reconsidéré la situation.

Avez-vous commis là une erreur ? 

Oui, et je vois aujourd’hui que c’est vraiment ici que se tient le virage de la lutte contre la pédophilie : la responsabilité que nous portons à l’égard des victimes doit désormais s’appliquer à tous les cas, aussi anciens soient-ils.

Plus de prescription donc… 

Le législateur considère que, passé un certain délai, il y a un plus grand désordre pour la société à rouvrir les vieux dossiers qu’à les refermer. L’Église ne peut pas considérer la question sous cet angle. Prenant le point de vue des familles qui veulent confier leurs enfants à « une maison sûre », elle a décidé de ne plus jamais donner de responsabilité pastorale à un prêtre pédophile et ce, quelle que soit l’ancienneté des faits, car ce sont des crimes contre l’enfance.

Avez-vous commis une erreur en n’éloignant pas du service pastoral, selon le principe de précaution, des prêtres déjà condamnés pour problèmes de mœurs qui avaient accompli leur peine ? 

Pour les prêtres pédophiles, la question de la reprise d’un ministère pastoral ne se pose plus : c’est impossible. Mais pour tous les autres (non-lieu, plainte sans suite, agressions avérées sur majeurs) il existe une telle variété de situations que l’on ne peut pas statuer en général, mais seulement au cas par cas. C’est la mission du collège d’experts dont je vous ai parlé, de m’éclairer sur les décisions à prendre.

Sur l’ensemble de ces affaires vous avez affirmé « ne jamais avoir couvert » de prêtres pédophiles et pourtant beaucoup vous accusent d’avoir couvert des affaires ?

Couvrir, c’est savoir qu’un coupable commet ces crimes et le laisser agir. Ce serait effroyable ! Précisément, quand j’ai rencontré le P. Preynat, je me suis trouvé face à un homme qui reconnaissait son passé honteux, mais qui m’assurait n’avoir plus jamais commis aucun nouvel acte de ce type depuis 1991. Mais ces actes terribles, aussi anciens soient-ils, ont généré une souffrance immense. Pour les victimes, il était inconcevable de laisser ce prêtre en fonction : je l’ai compris bien tard… et seulement quand j’ai vu leur réaction.

Regrettez-vous d’avoir agi ainsi ? 

Bien sûr. Je n’avais pas mesuré que cet acte de miséricorde à l’égard des prêtres coupables était une nouvelle souffrance pour les victimes qui y ont vu une forme de déni et qui ne se sont pas senties comprises ni même respectées. C’est une question de responsabilité vis-à-vis des victimes et de toutes les familles qui confient leurs enfants à l’Église. [...]

Vous sentez-vous accusé à juste titre sur certains points ou vraiment, injustement ?

Je refais mon examen de conscience : il n’y a, à ma connaissance, pas un seul enfant qui ait eu à souffrir des décisions que j’ai prises en tant qu’évêque. Mais des erreurs de gouvernance expliquent en partie cet immense scandale dans l’opinion. De cela, je demande pardon au Seigneur et à tous. Concrètement, aujourd’hui, nous sommes nombreux, prêtres, évêques, religieux et fidèles, à avoir le sentiment de porter les fautes de tel ou tel de nos frères. Étrange expérience spirituelle, devant laquelle il ne faut surtout pas se dérober. [...]"

Posté le 21 mai 2016 à 17h52 par Michel Janva | Lien permanent

Engageons-nous sans complexe

FIC114813HAB40L'abbé Pierre-Hervé Grosjean, prêtre du diocèse de Versailles, vient de publier aux éditions Artège un plaidoyer pour l'engagement des catholiques. A partir de l'Evangile selon saint Jean (chapitre 17)

"Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. [...] De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde."

l'abbé Grosjean rappelle que si le chrétien n'est pas du monde, il est bien dans le monde et qu'il a donc une mission à y mener, à contre-courant. Il dénonce ainsi deux tentations : soit celle de la dilution dans le monde, avec la perte du message évangélique et les moult compromissions avec l'esprit du monde, et, au contraire, la tentation du repli sur soi, hors du monde en quelque sorte, dans un refus de s'engager au milieu des "tous pourris". L'abbé Grosjean incite ainsi les catholiques à s'engager sans complexes,– dans la vie publique, en politique, dans l'entreprise, l'enseignement, les médias, la culture...

Il est un autre écueil qu'il regrette, c'est celle de la division partisane des catholiques dans le combat pour le bien commun :

""Quels que soient les choix des uns et des autres, que les catholiques cessent de se diviser et passent moins de temps à s'invectiver mutuellement ! Dans la recherche de solutions aux défis économiques et politiques que notre pays affronte, il faut accepter qu'il y ait un certain pluralisme. Sur beaucoup de sujets, l'Eglise ne donne que des éléments de discernement, des points d'attention assez généraux. Pour le reste, elle fait confiance à l'intelligence de chacun pour juger et discerner. Elle ne condamnera aucun parti, mais seulement des idées ou des lois soutenus par tel ou tel parti. Elle ne donnera pas de consignes de vote pour ou contre un candidat, mais proposera des critères de discernement à partir desquels chacun pourra évaluer les programmes."

Par ailleurs, il rappelle l'autonomie du laïcat catholique en politique :

"Il faut que les laïcs gardent leur liberté d'initiative, sans tout attendre des évêques ou de leurs curés. Inventez, entreprenez, créez ! Je me réjouis de voir ce qui surgit dans l'Eglise en ce moment, toutes ces initiatives qui viennent parfois bousculer nos vieilles structures, nos habitudes et nos étiquettes. Forcément ça fait un peu râler, ça inquiète, "ça interpelle" comme on dit dans notre jargon. Mais tant mieux !  Nos évêques seront là ensuite pour discerner et accompagner, en jugeant l'arbre à ses fruits."

Et il reconnaît que les clercs, eux aussi, ne sont pas toujours à la hauteur :

"Nous avons trop souvent péché par excès de prudence ou par peur de cliver. Nous ne nous sommes pas toujours engagés à vos côtés dans les grandes batailles autant qu'il aurait fallu. Il est vrai que notre mission est aussi de faire la communion entre tous, d'où notre crainte de parfois diviser en prenant clairement position... Mais le Christ lui-même a été un signe de contradiction. Sa prédication a divisé, parfois très fortement. Il n'était pas un adepte du consensus-mou... et cela lui a valu de finir sur une croix."

Posté le 21 mai 2016 à 10h37 par Michel Janva | Lien permanent

19 mai 2016

Mgr Rey encourage le Xe World Congress of Families

Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, a adressé cette chaleureuse lettre de soutien aux participants au Xe congrès mondial du World Congress of Families. Cette lettre a été publiée en anglais ici par le WCF. Nous sommes heureux d'en publier la version française (cliquer sur les images pour les agrandir).

0 1

Posté le 19 mai 2016 à 17h08 par Michel Janva | Lien permanent

18 mai 2016

La directrice d'un collège catholique invite parents et professeurs à une conférence du Grand Orient de France

Cette histoire illustre le relativisme qui sévit actuellement au sein des établissements catholiques sous contrat.

Image1La directrice d'un collège en Gironde a décidé d'inviter parents d'élèves et professeurs à une conférence donnée par Jean-Michel Quillardet, Grand Maître de la loge franc-maçonne du Grand Orient de France (GODF). Cette conférence a lieu à Sainte-Foy-la-Grande. Est-il utile de rappeller ici que le GODF est une loge très hostile à l'Eglise catholique, comme le montre ce communiqué publié en 2011 à l'occasion du débat sur la bioéthique. De même, l'Eglise a rappelé maintes fois qu'il n'est pas possible d'être catholique et franc-maçon. On peut donc en déduire assez facilement la teneur des propos qui pourront être tenus à cette conférence dont le thème est "Actualité de la laïcité". Il est donc particulièrement dangereux d'envoyer ainsi des catholiques sans les mettre un minimum en garde.

Mais le pire dans cette histoire, c'est que certains professeurs et parents d'élèves, s'étant légitimement offusqués d'une telle invitation, ont reçu cette réponse hallucinante de la part de la directrice :

"Réponse donnée l'année dernière, suite à une annonce de conférence de la Loge [Ce n'est donc pas la première fois, NDPC] :

Hélas l'Eglise n'est pas détruite  à cause de la Franc-Maçonnerie. Ne leur donnez pas autant de pouvoir ! Mais plutôt  à cause de ses guerres  et scandales internes...

Certains d'entre vous m'ont fait part avec honnêteté d'ailleurs, de leur "étonnement" pour ma transmission concernant la conférence de la loge Maçonnique du Grand Orient de France (...) Votre étonnement est de bon aloi puisque la réflexion commence avec l 'étonnement ! Ce docteur ès sciences intervient sur l'Humanisme dont les valeurs sont enseignées à nos élèves et partagées par toutes les religions et les personnes de bonne volonté... Mr Portnoff est franc-maçon comme l'étaient Mozart, Flemming , Montesquieu... L'Ethique d'Ouverture qui est la mienne exclut d'exclure qui que ce soit ; en outre, vous me connaissez, je suis réfractaire à tout diktat. Faisons comme si ce monsieur Portnoff était un publicain ! "

La directrice, qui n'est probablement pas franc-maçonne, évoque les valeurs d'humanisme mais n'évoque Dieu à aucun moment. Cette réponse est tout à fait éclairante sur la trahison de certains responsables d'écoles catholiques. Cette trahison, hélas, n’est pas isolée. et elle a le mérite de venir au grand jour. Il s'agit d'un élément objectif pour dénoncer la collusion de membres de l’Eglise catholique en France avec la Franc-maçonnerie.

Pour conclure, je laisse la parole à des parents d'élèves concernés : "On ne discute pas avec le diable pour le convertir !... On prie et Dieu fera le reste !"

Vous habitez en Gironde et vous vous sentez concernés, il est possible de joindre l'enseignement catholique de Gironde au 05.56.43.66.80 ou à l'adresse mail suivante en leur envoyant une copie de ce post : ddec33@orange.fr . Ils devraient rapidement savoir de quel collège il s'agit...

Posté le 18 mai 2016 à 18h18 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (21)

Mais qu'est-ce qui les fait marcher ?

Excellent reportage de Charlotte d'Ornellas sur le pèlerinage de Chartres :

Posté le 18 mai 2016 à 16h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Au moins 10% de pèlerins en plus sur les routes de Chartres

Posté le 18 mai 2016 à 14h57 par Michel Janva | Lien permanent

Mgr Sylvain Bataille nommé évêque de Saint-Etienne

BLe pape a nommé ce jour l’abbé Sylvain Bataille nouvel évêque de Saint-Etienne. Il a été recteur du Séminaire français à Rome, curé des paroisses de Chaumont en Vexin, du Vexin-Nord et du Vexin-Sud, puis vicaire général de Beauvais. En janvier dernier, il avait été élu Modérateur Général de la Société Jean-Marie Vianney.

 

Posté le 18 mai 2016 à 14h48 par Michel Janva | Lien permanent

L'anneau de sainte Jeanne d'Arc au 34° pèlerinage de Notre-Dame de Chrétienté

Posté le 18 mai 2016 à 14h37 par Michel Janva | Lien permanent

La paroisse Saint-Loup (Corrèze) honorera son saint patron dimanche 22 mai

Cette année ont lieu les 72 èmes Ostensions Limousines : les reliques des saints qui ont fécondé les territoires de cette région sont vénérées.

La Corrèze n’est pas inscrite au répertoire des lieux ostentionnels. Cependant, dans l’esprit de cet évènement septennal, la fête liturgique de saint-Loup, évêque de Limoges au VII ème siècle, sera célébrée : DIMANCHE 22 MAI 2016 en la chapelle Saint-Loup – les Plats – 19700 Saint-Clément.

  • Messe chantée à 10h00 (rite catholique romain traditionnel – messe en latin)
  • Procession des reliques de Saint-Loup
  • Repas paroissial (inscription obligatoire avant le 20 mai 2016 en appelant au 06 26 06 45 64)
  • Jeux pour les enfants – Espace librairie

Posté le 18 mai 2016 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent

Les mères de famille chrétiennes, de familles nombreuses, héroïnes silencieuses du quotidien

Voici l'homélie prononcée par l'abbé Matthieu Raffray, membre de l'Institut du Bon Pasteur, dimanche de Pentecôte devant les milliers de pèlerins rassemblés à l'hippodrome de Rambouillet :

Capture d’écran 2016-05-17 à 21.55.48"Chers pèlerins, vous êtes la jeunesse de Dieu.

Quel que soit votre âge, votre condition physique, votre état de fatigue aujourd’hui, vous êtes, oui, la jeunesse de Dieu. Car c’est l’Esprit Saint lui-même qui vient en ce jour de la Pentecôte transformer nos âmes, les renouveler, les rajeunir, en leur donnant une vie nouvelle, la vie de la grâce, la vie de Dieu lui-même ! Vous êtes désormais forts de la force de Dieu, vivants de la vie de Dieu, animés par le feu que le Saint-Esprit est venu répandre, à travers vous, dans le Monde entier !

Vous êtes la jeunesse de Dieu, selon les paroles du Psaume que le prêtre dit chaque jour en montant à l’autel : « je monterai à l’autel du Seigneur, vers le Dieu qui fait la joie de ma jeunesse ». Oui, vous êtes la jeunesse de Dieu, joyeuse, car vous êtes venus puiser à sa source sacramentelle l’eau de la vie éternelle, celle qui donne l’éternelle jeunesse. Chers pèlerins, en ce dimanche de la Pentecôte, où nous célébrons la naissance de l’Eglise, nous célébrons aussi notre nouvelle naissance, conformément aux paroles de Notre Seigneur Jésus-Christ : « nul, s'il ne renaît de l'eau et de l'Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu » (Jean 3, 5). Souvenons-nous donc, en ce jour qui nous rappelle celui de notre baptême, ce que doit être en notre âme cette vie nouvelle, quelles doivent être les caractéristiques et les qualités de la jeunesse de Dieu : la jeunesse de Dieu est belle, elle est véridique, elle est héroïque, et elle est courageuse.

La jeunesse de Dieu est belle, d’abord, parce qu’elle est noble et pure.

13173675_623559247818279_7802353574655658984_nL’eau du baptême versée sur notre âme y a effacé la tâche originelle en nous rendant l’amitié de Dieu. La grâce a illuminé nos intelligences, nos volontés, pour les configurer à Jésus-Christ : il n’y a plus, dès lors, place en nous pour les compromis ou pour les demi-mesures, et moins encore pour les capitulations et les trahisons. Etre chrétien, c’est aimer Jésus-Christ « de tout son cœur et par-dessus toutes choses ». Notre âme n’est belle que lorsqu’elle est illuminée par l’amour de Dieu, car cet amour nous élève bien au-delà de notre propre nature, nous faisant vivre de la vie même de Dieu. Etre chrétien, c’est donc haïr le péché, haïr le mal sous toutes ses formes, sans concession, sans nous mentir à nous-mêmes. Bien sûr, Dieu connaît nos faiblesses ; il connaît, mieux que nous, nos incapacités, nos blessures, les difformités de nos âmes, de nos corps, et de nos sensibilités. Mais il veut nous en sauver, nous en délivrer à tout prix : n’a-t-il pas donné sa vie pour nous sauver de nos propres fautes ? Le sang de Dieu fait homme ne serait-il pas assez puissant pour nous transformer et faire de nous un peuple de saints (Deut. 7, 6) ?

Etre jeune, c’est donc lutter sans se lasser, chaque jour avec force et courage, contre les tentations du monde et de la chair, contre tout ce qui nous réduit à l’état de consommateur ou d’objet de consommation, sans fondement, sans valeur : la pureté du cœur et la pureté du corps sont les privilèges de la jeunesse chrétienne. Je m’adresse en particulier à vous, mesdemoiselles, jeunes filles chrétiennes : soyez belles, de la beauté de Jésus-Christ ! Mettez tout votre honneur à reproduire, en toutes circonstances, cette grandeur et cette noblesse de la femme qui fait la fierté du christianisme. Les ennemis de la foi, d’Orient ou d’Occident, ont bien compris que c’est en s’attaquant à cette image de la femme qu’ils détruiraient la civilisation chrétienne : vous êtes le dernier rempart contre la décadence morale de notre société ! Et vous, jeunes gens, ne vous laissez pas enchaîner par l’esclavage du péché, ne vous laissez pas tromper par la facilité et la séduisante banalité du vice : chaque lutte est au contraire déjà une victoire, une conquête qui édifie en nous et dans le Monde le beau visage de Notre-Seigneur Jésus-Christ. La virilité chrétienne se construit dans la chasteté, dans le détachement, dans l’humilité des âpres combats, dans le regard chrétien sur les autres et sur soi-même, mais surtout dans la foi et dans l’espérance !

La jeunesse de Dieu, ensuite, est véridique et réaliste.

13177220_623560917818112_2247860872022731151_nCar il est, en effet, une compromission, bien plus grave que les défaillances de la chair : c’est le renoncement à la pureté de notre foi, à la pérennité de l’enseignement de l’Eglise, à la noblesse de la Vérité, aux exigences de nos intelligences. Ne nous laissons pas séduire par les mensonges de l’esprit du monde et par les faux idéaux de liberté qui méprisent les droits de Dieu. Les libéraux, de droite comme de gauche, fils de la révolution, veulent nous faire croire qu’il faudrait déformer les principes chrétiens, et jusqu’aux lois les plus fondamentales de l’humanité, pour plaire aux hommes et pour s’en faire accepter. La jeunesse de Dieu, parce qu’elle a le sens du réel, n’accepte pas ces compromissions et ces trahisons : quel qu’en soit le prix, nous mettrons notre honneur à défendre notre foi, à défendre la Loi du Bien et du Vrai. Ni dans l’Eglise, ni dans la société, nous n’accepterons de renoncer à la Vérité pour une prétendue victoire médiatique ou politique, pour le succès à une élection ou même pour notre réputation : à force de compromissions, à force de renoncements, tentés par cet esprit du Monde, les catholiques se sont vus toujours plus discrédités, méprisés, déshonorés. Il est temps, nouvelle jeunesse de Dieu, que nous retrouvions le sens et le devoir de Vérité. C’est la réalité elle-même qu’il nous faut, aujourd’hui, défendre ! Nous devons être les défenseurs des droits de la Vérité contre l’erreur ! Si nous, catholiques, nous ne nous dressons pas contre ce qui salit, avilit et défigure la Nature que Dieu nous a donnée, si nous ne nous dressons pas, sans hésitation, contre les crimes de l’avortement et de l’euthanasie, si nous ne nous opposons pas, de toutes nos forces, aux parodies et aux mensonges qui détruisent la sainteté du mariage et de la famille, qui le fera à notre place, qui osera dire aux hommes ce qui est vrai et ce qui est bien ? Il n’est plus temps de transiger, de négocier, d’accepter des compromis : ce sont les fondements mêmes de l’Humanité qui sont en jeu !

Jeunesse chrétienne, relève-toi donc, avec les armes de la raison et de la foi, pour défendre l’honneur de Dieu et pour mettre un frein, construire une digue, un rempart contre l’asservissement, l’esclavage, la déroute et finalement la perte des âmes pour l’éternité ! Car c’est bien cela qui est en jeu : non pas quelque choix politique ou médiatique, quelque option que l’on pourrait reporter à plus tard, mais bien le destin éternel de nos âmes, des âmes de nos frères, de nos enfants. Alors, oui, nous resterons debout, là où les autres se sont couchés, apeurés ou corrompus. Nous nous dresserons dans la tempête, revêtus de l’armure de Dieu (Eph. 6, 10), fiers d’être chrétiens, pour montrer aux hommes que c’est la Vérité – la vérité de la raison et la vérité de la foi – c’est cette vérité qui rend libres (Jean 8, 32), et que c’est la soumission à Dieu par la Foi qui donne à l’homme sa véritable grandeur, noblesse et dignité : comme le rappelait Benoit XVI dans une homélie pour la fête du Saint-Sacrement, « l’homme n’est véritablement grand que lorsqu’il se met à genoux », à genoux devant son Dieu. Et en osant nous mettre à genoux, nous devrons faire preuve d’héroïsme.

Car, oui, chers pèlerins, la jeunesse de Dieu est généreuse, ambitieuse et elle est héroïque !

__13178767_623561677818036_5920750859259318285_nEn marchant aujourd’hui sur les routes de France, nous prenons la suite d’une foule de saints et de héros, ceux qui ont construit notre pays au prix de leur vie, et dont nous sentons la présence à nos côtés, eux qui nous entrainent dans leur sillage de sainteté en nous prêchant le renoncement, l’abnégation, le don de soi, la bravoure : nous, jeunesse d’aujourd’hui, serions-nous donc moins généreux ? Serions-nous condamnés à la nonchalance et à l’indifférence, comme des enfants gâtés qui ignorent le prix de ce dont ils sont les héritiers ? Non, si nous voulons relever le défi de nos ancêtres chrétiens, il faut, comme eux, se porter vers la même source de leur héroïsme : leur esprit de sacrifice, en effet, ils l’ont trouvé, tous, au même endroit : au pied de l’autel, en assistant au Grand Sacrifice, celui de Jésus-Christ. Comme les saints qui ont forgé la France, l’Europe et le Monde, nous aussi, venons avec confiance, avec amour, apprendre, puiser au pied de la Croix, sur l’autel pendant la Sainte Messe, le sens du sacrifice : c’est le saint Sacrifice de la Messe qui a forgé la Chrétienté ! Aimons pour cela les belles liturgies de notre Eglise catholique, cette liturgie intemporelle et sacrée, aimons-la d’un amour radical, d’un amour exclusif, cette liturgie traditionnelle qui a forgé dans le passé et qui forge toujours les âmes chrétiennes à l’image de Jésus-Christ. Car, oui, c’est là, à l’autel, que Notre-Seigneur nous enseigne la voie de la Croix, la voie du sacrifice. Il nous enseigne que c’est en donnant, en se donnant à son image, que l’on sera victorieux, avec Lui, au jour de la Résurrection : c’est en renonçant à soi-même, jusqu’au martyr s’il le faut, que nous serons féconds et que nous connaitrons la véritable joie chrétienne.

__13244779_623560784484792_1515620965446847143_nL’époque actuelle, oui, appelle des héros : c’est la sainte ambition du chrétien ! Et nous y sommes tous appelés, à cet héroïsme ! Car les véritables héros d’aujourd’hui ne sont pas ceux des films, des séries à la mode et de la mondanité : ce sont – osons le dire – ce sont d’abord les mères de famille chrétiennes, de familles nombreuses, héroïnes silencieuses du quotidien, qui se donnent sans relâche, jour et nuit, inconnues et même méprisées par le Monde, qui se donnent à la plus belle des œuvres, celle de former les âmes et les cœurs de leurs enfants dans le sanctuaire familial. Femmes chrétiennes, mères chrétiennes, nous vous le disons : vous êtes les héros modernes qui reconstruisez la Chrétienté, vous êtes les bâtisseurs du futur, notre consolation et notre espérance ! Les véritables héros d’aujourd’hui, se sont ensuite tous ceux qui répondent avec générosité à l’appel de la vocation : prêtres, religieux, religieuses, qui renoncent à eux-mêmes pour se donner à Dieu. Et je m’adresse plus particulièrement à vous, jeunes gens, jeunes filles, qui n’avez pas encore fait le choix d’un état de vie : prêtez l’oreille à l’appel de Dieu qui veut se réserver certaines âmes, parce que son Eglise en a besoin. Malgré la haine, la méchanceté et les mensonges répandus par les ennemis de la foi, entendez cet appel comme une amitié particulière de Dieu, comme une déclaration d’amour pour vous de la part de Dieu ! Profitez de ce pèlerinage pour examiner avec sérieux ce désir que vous avez peut-être de servir Dieu, de servir l’Eglise, ce désir de conquérir les âmes pour les amener à Jésus-Christ, et répondez-y avec générosité. Ce don de soi vaut tous les renoncements, car Jésus-Christ ne déçoit jamais ceux qui se confient à lui : il rend au centuple, dès ici-bas et dans l’éternité ! Les héros d’aujourd’hui, enfin, ce sont aussi tous ceux qui dans leur profession, dans leurs écoles, dans des associations ou des œuvres de bienfaisance, dans la vie publique et la vie politique de la Cité choisissent le camp de Dieu, le camp du bien, quel qu’en soit le prix. Ce sont ceux qui souffrent de cette sorte de persécution « polie », « éduquée », déguisée en modernité, la persécution « en gants blancs » comme l’appelle notre Saint-Père le pape François, mais qui n’est autre que le martyr quotidien du chrétien, ce martyr imposé par « l’Apostasie silencieuse » de nos sociétés modernes. Nous sommes donc tous, chers pèlerins, appelés à cet héroïsme du quotidien, car le Bon Dieu ne veut pas de médiocrités ni d’égoïsmes : il veut des héros, des chrétiens, des saints !

La jeunesse de Dieu, enfin, est courageuse, et remplie d’espérance !

C’est bien là, sans doute, le trait le plus caractéristique de la jeunesse : se construire des rêves, et mettre toute son ardeur à les réaliser. Le commandant Hélie Denoix de Saint Marc, écrivait ceci à un jeune de vingt ans : « de toutes les vertus, la plus importante […] me paraît être le courage, les courages, et surtout celui dont on ne parle pas et qui consiste à être fidèle à ses rêves de jeunesse ». Chers jeunes, fixez-vous donc des rêves qui soient grandioses, ambitieux, surnaturels, c’est à dire des rêves qui aient une valeur pour l’éternité ! Choisissez ce qui vaut vraiment la peine de donner sa vie et de donner sa jeunesse ! Les défis actuels, et ceux qui s’annoncent sont trop dramatiques pour se contenter de petites ambitions. Comme le disait il y a peu le cardinal Sarah, deux dangers immenses nous menacent comme deux « bêtes de l’apocalypse » : l’idolâtrie de la liberté occidentale d’une part, le fondamentalisme islamique de l’autre : laïcisme athée contre fanatisme d’une fausse religion. Entre ces deux monstres dévastateurs, il est l’heure du courage, des grandes ambitions ! Il n’est plus temps de nous diviser dans des guerres fratricides, dans des querelles de clochers ou dans des combats secondaires. Il est temps au contraire d’unir nos forces autour d’un unique étendard, celui de Jésus-Christ, afin de ne pas assister immobiles, muets, impuissants, à la ruine de la civilisation chrétienne.

Si le « déclin du courage » en Occident (Soljenitsyne, Discours de Harvard) est le signe de la vieillesse des sociétés qui ont trahi leur baptême, ce ne sera pas chez nous, jeunesse de Dieu, que manquera ce courage : au contraire, nous avons l’ardeur de la jeunesse, les nobles dévouements de ceux qui s’élancent vers le Ciel. Le souffle du Saint-Esprit, comme au jour de la Pentecôte, nous porte aujourd’hui bien au-delà de Chartres : nous ne nous y arrêterons pas, mais nous continuerons notre pèlerinage jusqu’à chacun de nos foyers, jusqu’à chacun de nos villages ou de nos cités, pour y faire refleurir l’espérance. Nous reprendrons les instruments de la foi, du génie et de l’art chrétiens, comme les bâtisseurs, les croisés et les missionnaires du passé, pour y répandre le feu ardent de l’Esprit, pour re-bâtir, pour faire re-naître la Chrétienté dans notre beau pays de France, et bien au-delà !

Que la Très Sainte Vierge Marie, mère de Dieu, mère de l’Eglise, reine de France, reine de nos cœurs, elle qui nous guide depuis Paris, nous accompagne jusqu’à Chartres et nous portera bien au-delà, que Notre-Dame de la Sainte Espérance fasse naître en nous cette nouvelle jeunesse, qu’elle l’entretienne et la renouvelle sans cesse, cette jeunesse éternelle, belle et pure, noble et véridique, héroïque, courageuse, et toujours fidèle !"

Posté le 18 mai 2016 à 07h44 par Michel Janva | Lien permanent

17 mai 2016

Reportage de TV Libertés sur les pèlerinages

Posté le 17 mai 2016 à 19h25 par Michel Janva | Lien permanent

Homélie de Dom Pateau à Chartres

Homélie du Très Révérend Père Dom Jean Pateau, Abbé de Notre-Dame de Fontgombault, en la cathédrale Notre-Dame de Chartres, le 16 mai 2016 :

P« Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique. » (Jn 3,16)

Excellence, Très Révérends Pères, Chers Pèlerins,

Le bilan corporel de ces journées est piteux... Des muscles endoloris, des pieds rougis d'ampoules, peut-être le secret désir d'anticiper dès maintenant, par quelques minutes d'assoupissement, une nuit réparatrice encore trop lointaine...

Au terme de ce pèlerinage, Notre-Dame, en sa demeure, appelle : « Mon Enfant, qu'es-tu venu faire ici ? » Un exploit sportif ? Des amis à retrouver pour prier ensemble ?

Par la grâce de Dieu, en ces jours, nous avons redécouvert le chemin de notre cœur, le lieu où s'accomplit un grand Mystère : la rencontre avec Dieu. « Faites-moi rentrer dans ce silence plein de Dieu, de la Sainte Trinité, où je découvrirai que, parce quevous nous avez aimé le premier, nous sommes devenus capables de vous aimer et d'aimer les autres... » soupirait l'Abbé Coiffet lors de l'adoration du 8 juin 2014.

« Mes chers enfants, disait encore le cher Abbé, le pèlerinage ne s'arrête pas... Il continue demain, comme la route du ciel et de la sainteté... dans vos maisons, vos familles, vos écoles... » J'ajouterais dans notre nation, dans l'Église.

« Dieu trace ma route » affirmait Jeanne, la Pucelle d'Orléans, à ses compagnons.  Il trace notre route. Depuis trois jours, un chemin s'est ouvert et a été parcouru ! Qu'en sera-t-il demain, alors que nous retrouverons le routinier quotidien ? Une épave ballottée par les vagues, à la merci des courants, n'a rien à voir avec la flèche filant droit au but.

Garder l'esprit du pèlerinage, c'est accepter la souffrance et l'effort d'une conversion qui n'est pas achevée et qui dure, en s'ouvrant sans crainte et sans relâche à la miséricorde de Dieu, viatique inépuisable du pèlerin qui tombe, mais qui toujours veut reprendre sa route.

Garder l'esprit du pèlerinage, c'est alimenter la Foi en faisant sien et en approfondissant les enseignements du Christ et de l'Église ; c'est demeurer dans l'Espérance, le Mauvais et le mal  sont déjà vaincus ; enfin, c'est pratiquer la Charité à travers les œuvres de miséricorde envers le prochain, en commençant par celui qui nous est le plus proche, notre famille... mais sans oublier ceux qui sont persécutés au Nom de Jésus, ou qui ignorent encore son Nom.

Garder l'esprit du pèlerinage, c'est être missionnaire : vivre et témoigner de l'Évangile jusqu'aux périphéries. Pour certains, cet appel est une invitation à un engagement désintéressé en politique, service éminent de charité. Plus que jamais le monde désorienté est dans la quête vague d'un Sauveur, plus que jamais l'univers dans la confusion appelle les artisans d'une chrétienté. Combien de temps durera encore la nuit ? Combien de temps la vantardise de ceux qui prétendent faire l'économie de Dieu, et le manque de foi, d'ardeur, la compromission parfois, des témoins du Christ, s'uniront-ils pour faire obstacle à l'œuvre de Dieu ? Croyons-nous avoir à annoncer la beauté, la  jeunesse, la fraîcheur, la joie  de l'Évangile à notre monde vieilli et triste ?

Il fait toujours grande pitié en terre de France.

Levez donc les yeux, fils bien-aimés, dignes représentants d'une nation qui se glorifie du titre de fille aînée de l'Église, invitait le Pape XII il y a presque 60 ans, et regardez les grands exemples qui vous ont précédés… Tombez à genoux devant le Dieu qui vous attend au tabernacle, renouvelez votre profession de foi, promettez-lui de nouveau votre fidélité la plus parfaite, et soyez sûrs que ce faisant vous répondrez à votre vocation d'hommes, de chrétiens, de Français… Et s'il peut sembler un moment que triomphent l'iniquité, le mensonge et la corruption, il vous suffira de faire silence quelques instants et de lever les yeux au ciel, pour imaginer les légions de Jeanne d'Arc qui reviennent, bannières déployées, pour sauver la patrie et sauver la foi. (Extrait du radio-message du 25 juin 1956.)

Comment répondre aujourd'hui aux paroles du saint Pontife ?

AL'anneau de Jeanne, que d'aucuns croyaient doté de pouvoirs magiques, est parmi nous. Il n'est que l'humble témoin de l'inébranlable fidélité de la Pucelle d'Orléans à son Seigneur.

Garder l'esprit du pèlerinage, c'est passer en pensée l'anneau de Jeanne à son doigt et l'entendre dire : « Je m'en remets à Dieu mon Créateur, je l'aime de tout mon cœur. »

« Messire Dieu, premier servi » est notre mot d'ordre. Alors la Pucelle nous redira les paroles entendues de ses voix : « Ne te chaille pas de ton martyre (de la peine que te demandera ton témoignage, ta conversion, pourrions-nous dire). Prends tout en gré, Dieu t'aidera ; tu t'en iras, par grande victoire, au Paradis. »

Ce pèlerinage s'achève, la route commence :

« Venez Seigneur Jésus... Venez Esprit Saint... »

Amen. Alléluia."

Source des photos

Posté le 17 mai 2016 à 13h51 par Michel Janva | Lien permanent

Pèlerinage de Pentecôte de la FSSPX : Fiers témoins de la foi

0Pour la 27e année consécutive, des milliers de pèlerins ont couvert à pied la centaine de kilomètres qui sépare Chartres de Paris. Partis de la cathédrale Notre-Dame samedi matin ils ont accompli une véritable démarche mariale puisque les trois jours étaient placés sous la protection de saint Louis-Marie Grignion de Montfort, grand apôtre de la dévotion à la Vierge Marie.

Dans le contexte actuel de reniement des élites politiques et de confusion dans l'Église, les prédications n'ont pas manqué d'encourager les catholiques de demain (la moyenne d'âge des marcheurs avoisine les vingt ans) à s'affranchir de la peur et à proclamer fièrement la foi de nos pères3.

Le dimanche de Pentecôte, Monseigneur Bernard Tissier de Mallerais, évêque auxiliaire de la FSSPX, a exhorté les assistants à être de véritables "témoins" de Jésus-Christ. Le lendemain, devant 6500 personnes réunies pour la messe de clôture sur la place Vauban à Paris, l'abbé François-Marie Chautard, recteur de l'institut universitaire Saint-Pie X, a incité au cours d’une vibrante prédication à prendre conscience de l’héritage dont nous sommes les garants, celui de l’Eglise, et à emprunter le meilleur moyen pour assumer ce rôle d’héritier : la sainteté.

Photos : ici et .

Posté le 17 mai 2016 à 10h20 par Michel Janva | Lien permanent

Revoir la messe du pèlerinage de Pentecôte à Chartres

Posté le 17 mai 2016 à 06h55 par Michel Janva | Lien permanent

16 mai 2016

Nous sommes de la Chrétienté éternelle

Voici le mot d'envoi de l'abbé Alexis Garnier, adressé aux pèlerins, en la cathédrale Notre-Dame de Chartres, à l'issue de la sainte messe célébrée par Dom Pateau, père abbé de Fontgombault :

Capture d’écran 2016-05-13 à 22.28.05Chers pèlerins, 

En votre nom, je tiens à remercier la première dame de France et de ce pèlerinage, la Très Sainte Vierge Marie. C’est elle qui conduit chaque année notre marche.

Merci, Monseigneur, pour votre accueil bienveillant et paternel à l’occasion de ce 34° pèlerinage de Pentecôte.

Merci, mon Révérend Père, pour cette Messe de cloture et l’exhortation adressée aux pèlerins.

Merci aux nombreux prêtres, séminaristes, religieux et religieuses qui ont servi durant ces 3 jours pour le bien de nos âmes.

Chers fidèles, vous avez maintenant posé vos corps comme on pose son sac. 

Heureux pèlerins ! 

Vous avez risqué vos certitudes au soleil de la foi.

Vous avez permis à votre amour de prendre feu à la charité du Christ.

Puissiez-vous voir la face cachée de l’espérance !

Il est temps de regagner vos maisons, vos familles, vos écoles, vos entreprises, vos villes.

Revêtus de l’Esprit Saint, la force d’en Haut, il est temps d’y être les témoins du Seigneur Jésus Christ ! Témoins lucides et fiers – humbles et courageux – généreux, et confiants en l’aide de Dieu!

Nous sommes dans le camp du Seigneur, nous sommes dans l’équipe qui gagne, et cela donne un sens ultime, très sûr, à nos luttes, nos engagements, nos responsabilités.

Nous sommes de l’Eglise éternelle.

Nous sommes de la Chrétienté éternelle.

Nous sommes dans la Chrétienté éternelle.

Alors… N’ ayez pas peur, ne soyez pas défaitistes. 

Des défaites, des échecs, des effondrements, il y en a. 

Dans le plan divin, ils sont occasion de victoire, de relèvement, d’avancement. 

« C’est affaire au Bon Dieu ;

la Chrétienté est à Lui, l’Eglise même est à Lui.

Nous sommes dans la main de Dieu ».

Voyez surtout ce qui est vrai, bien, et beau. Ce qui avance. Voyez le Règne de Dieu dans son Eglise, dans la famille, l’école, le scoutisme, et les autres lieux. 

Ne restez pas passifs, prenez votre place, votre service pour ce règne de Dieu. Entendez les appels divins. 

Parmi ces appels, songez à celui-ci ; 1 sur 3… 1 pèlerinage sur 3 à prendre dans les services, dans les équipes du Pèlerinage. Il faut des Saintes Marthes pour qu’il y ait des Saintes Maries ! 

Chers pèlerins, la dent de chrétienté ne lâche pas le cœur qu’elle a mordu. (Péguy).

Avec l’aide de l’Esprit Saint, soyez des mordus de la Chrétienté !"

Posté le 16 mai 2016 à 17h45 par Michel Janva | Lien permanent

L'Anneau de sainte Jeanne d'Arc à Chartres !

Capture d’écran 2016-05-16 à 14.51.50C’est un honneur et une très grande joie pour Notre Dame de Chrétienté de recevoir la visite de l’Anneau de Jeanne d’Arc qui a récemment rejoint la France.

Cet anneau symbolise magnifiquement la Chrétienté : portée par la Sainte de la Patrie, marquée du nom de notre Seigneur et de Marie, mère de Dieu.

Son retour a été rendu possible par la générosité de nombreux donateurs rassemblés par Nicolas de Villiers, au titre de la Fondation du Puy du Fou.

Ce dernier nous a indiqué, après avoir rappelé que c'était sa première présentation en public, que l'Anneau avait été acquis pour être rendu aux Français et qu'il était ravi d'offrir l'occasion à des pèlerins de le voir pour la première fois en dehors du site du Puy du Fou.

Posté le 16 mai 2016 à 14h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Pèlerinage : à 15h direct de la messe de clôture

La messe du pèlerinage à Chartres sera transmise en direct à 15h.

Images

 

Posté le 16 mai 2016 à 09h34 par Marie Bethanie | Lien permanent

15 mai 2016

Seigneur, il nous est bon d’être ici, en présence de Vous, en totale dépendance de Vous

Durant l'exposition du Saint-Sacrement à Gas, l'abbé Garnier prononce cette méditation :

Capture d’écran 2016-05-13 à 22.31.16Seigneur Jésus, nous voici devant Vous, au terme de cette 2° journée de marche.

Vous, le Verbe fait Chair… Jésus Hostie ! Vous êtes ici présent, vraiment, réellement, substantiellement, sous les apparences du Pain. Descendu une première fois de la Trinité Sainte par votre Incarnation, vous descendez encore par votre Sainte Eucharistie… Vous descendez, vous demeurez, vous habitez parmi nous ce soir, Vous êtes l’invité d’honneur de notre bivouac.

Nous voici, pèlerins fatigués, l’âme pleine des joies et des peines de la marche… 

Nous voici, pauvres créatures, pour confesser d’abord votre Présence, votre Majesté, votre grandeur.

Nous voici pour reconnaitre votre entière transcendance et notre entière dépendance.

Nous voici pour nous approcher de Vous, qui vous approchez si bien de nous.

Notre fatigue offerte, pleine d’amour, veut être un hommage à votre fatigue, au puit de Jacob… sur la barque durant la tempête que vous apaisez. Vous dormez alors, mais votre cœur veille. Et avec toute l’Eglise, nous voulons encore veiller avec Vous, devant Vous, pour Vous. 

Restez avec nous, Seigneur ! Restez avec nous, parce que Vous l’avez promis à votre Eglise… « Je suis avec Vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ».

En veillant, en adorant ce soir, en demeurant avec Vous, nous voulons consoler votre divin Cœur. Nous voulons en particulier réparer pour les manquements à votre Amour. Les nôtres, et ceux du monde entier. 

Vous savez, Seigneur, la grande pitié de nos âmes, de nos familles, de nos écoles, de notre pays, de l’Europe, du monde.

Vous savez ce combat spirituel, plus rude que les batailles d’homme. 

Vous savez ce combat spirituel de l’Eglise, celui de nos âmes. 

Vous l’avez prédit à l’avance, avec ses luttes, ses tentations, ses défaites, ses relèvements.

Vous le savez, et, c’est notre certitude, vous avez déjà vaincu.

Vous le savez, et c’est notre consolation, vous demeurez avec nous.

Vous demeurez, et Vous nous redites maintenant ; 

« Demeurez en moi et moi en Vous…

Restez ici avec Moi…

Veillez, priez, pour ne pas entrer en tentation ».

Alors Seigneur, oui, il nous est bon d’être ici, en présence de Vous, en totale dépendance de Vous, amen!"

Posté le 15 mai 2016 à 22h34 par Michel Janva | Lien permanent

Consécration des pèlerins à Notre-Dame

Dimanche au soir de la Pentecôte, les pèlerins de Chartres bivouaquent à Gas. Avant la Consécration mariale, l'abbé Alexis Garnier prononce ces quelques mots à Notre-Dame :

Capture d’écran 2016-05-13 à 22.32.14O Vierge Marie, nous nous tournons maintenant vers Vous. 

O Mère de Dieu et notre Mère, 

nous voici sous votre regard, 

pour vous honorer, vous invoquer. nous vous appartenons depuis le jour de notre baptême, et la 1° consécration. 

En ce jour, certains d’entre nous veulent se consacrer à Vous.

pour cela, nous Vous redemandons d’abord la grâce d’être bien vides. Bien vides de l’esprit du monde.

Nous Vous demandons aussi la connaissance de nous-même, et la contrition de nos péchés.

Nous vous demandons encore la grâce de bien Vous connaitre.

Nous Vous demandons enfin la grâce de bien connaitre Jésus Christ.

Nous voulons, par cette consécration, renouveler les promesses de notre baptême. 

Ces promesses sont le renoncement au démon et à ses pièges – l’attachement à Jésus Christ et son Eglise ; attachement fidèle, pour toujours.

Ces promesses, nous les avons faites par la voix de nos parrains et marraines.

Nous les avons refaites de nous-mêmes, lors de la profession de foi, et chaque année à la Vigile pascale.

Aujourd’hui, nous voulons renouveler ces promesses du baptême par vos mains, entre vos mains. Nous voulons tout Vous remettre de nous, ô Marie ; sans réserve, sans retour, par amour. Tout ; le bien naturel et surnaturel qui est en nous. Tout, et particulièrement les mérites et satisfactions des bonnes œuvres accomplies dans la grâce de Dieu. Tout à Vous, pour que Vous soyez notre trésorière.

Cette consécration, nous voulons ensuite la renouveler. Elle sera quotidienne, brève et fervente, fidèle. Nous Vous donnerons d’avance nos journées, nous les déposerons chaque soir devant Vous.

Ainsi nous irons à Vous, et par Vous, à Jésus ! Nous serons conduits par votre esprit.

Vous serez notre beau modèle et notre exemple. Vous connaissant mieux, nous vous aimerons. Vous aimant, nous Vous imiterons.

Nous demeurerons en vous ; vous serez notre joie, notre repos, notre confiance, notre refuge.

Nous penserons, parlerons, et agirons en toute chose pour Vous ! Et Vous ferez tourner tout en nous à la plus grande gloire de Dieu, amen !

Posté le 15 mai 2016 à 21h30 par Michel Janva | Lien permanent

Procession de la Fête-Dieu à Lyon le Dimanche 29 mai

Image

Posté le 15 mai 2016 à 19h05 par Michel Janva | Lien permanent

28 mai : pèlerinage pour la vie à Mougins

Pélerinage ND de Vie 2016

Posté le 15 mai 2016 à 11h20 par Michel Janva | Lien permanent

Le Jubilé du Puy 2016

Posté le 15 mai 2016 à 11h17 par Michel Janva | Lien permanent

Un livre qui fait honneur à un prêtre catholique plein de zèle pour la gloire de Dieu et le salut des âmes

Une biographie de l'abbé Denis Coiffet, réalisée par Thierry Bouclier, vient d'être publiée par les éditions TerraMare. Ce livre comprend aussi un petit cahier de photos en couleurs d’une vingtaine de pages. L’avant-propos est rédigé par l'abbé Bisig (FSSP), la préface par l'abbé Benoît-Paul Joseph (supérieur du district de France de la FSSP) et la postface par Hubert de Gestas, ancien président de Notre-Dame de Chrétienté.

L’ouvrage est à vendre sur le site de TerraMare et dans toutes les librairies de France et de Navarre.

Extrait de l'avant-propos :

Capture d’écran 2016-05-11 à 21.48.17"[...] Voici donc un livre qui fait honneur à un prêtre catholique plein de zèle pour la gloire de Dieu et le salut des âmes. Mais cette biographie ne se limite pas à ce bel objectif. Elle est en même temps une illustration vivante, parfois tragique et dramatique, d’une époque de l’histoire de l’Église bien difficile, pour ne pas dire bouleversante. Dans sa vie de séminariste et de prêtre, l’abbé Denis a su maintenir cet équilibre souvent difficile entre la fidélité aux traditions importantes de l’Église et l’obéissance aux ordres des autorités ecclésiastiques. C’est ainsi que sa vie même est une belle apologie pour l’existence et l’apostolat de la Fraternité Saint-Pierre au sein de l’Église catholique. « Ubi Petrus, ibi Ecclesia » (ou, pour le dire de manière moins élégante, « celui qui mange du Pape en meurt »). Ainsi peut être résumée la réponse claire et nette aux « traditionalistes purs et durs » de celui qui était né dans la ville épiscopale du grand apologète de la primauté du Pontife romaine, saint Irénée de Lyon, et qui a rendu son âme au jour de la fête de celui-ci, le 3 juillet 2015. Par sa fidélité sans faille à la foi catholique intégrale et à la liturgie traditionnelle, l’abbé Denis a démontré dans sa vie sacerdotale l’inanité des accusations de « rallié » et de « compromission avec le modernisme ». Mais en même temps, il est parvenu, par sa grande prudence et son zèle pastoral infatigable, à gagner la sympathie et la confiance de prêtres et d’évêques diocésains qui comprenaient grâce à lui que le but de notre Fraternité n’est pas juste le latin et le chant grégorien, mais avant tout la gloire de Dieu et le salut des âmes immortelles. En ce sens, on peut dire que l’abbé Denis, malgré la séparation douloureuse en juillet 1988, est resté un disciple fidèle de son père dans le sacerdoce, le grand missionnaire Mgr Marcel Lefebvre, pour qui la liturgie traditionnelle n’était pas le but mais le moyen très efficace pour faire régner Notre Seigneur Jésus Christ crucifié, Fils de Dieu, dans les cœurs des hommes et dans toutes les sociétés.

En octobre 2012, quelques fondateurs de la Fraternité Saint-Pierre se sont rencontrés près d’Annecy à « la Bergerie » pour mettre par écrit l’histoire de la Fraternité. L’abbé Denis en a rédigé une grande partie, mais elle est restée incomplète, au moins sur le papier. Finalement Dieu lui a demandé et permis de la finir d’une autre façon, à savoir dans sa souffrance et sa mort patiemment acceptées pour le bien spirituel de sa bien-aimée Fraternité. Ayant été un apôtre très actif, toujours sur les routes, l’abbé Denis est néanmoins toujours resté humble et conscient que le succès de l’apostolat dépend essentiellement de Dieu, de Sa grâce. C’est pourquoi il est mort avec cette conviction profonde – qui était aussi à l’origine de la fondation de la Fraternité Saint-Pierre – que ce n’est pas nous qui sauvons l’Église, mais que c’est l’Église qui nous sauve !"

Posté le 15 mai 2016 à 10h36 par Michel Janva | Lien permanent

Vierges fleuries des chemins de France

Tandis que certains vandalisent des églises, d'autres, en ce mois de mai, fleurissent les statures de Notre-Dame.

Route D15 commune de Bernes 80240 :

Capture d’écran 2016-05-11 à 21.32.51

Route D1017 commune D'Estrées-Saint-Denis 60190 :

Capture d’écran 2016-05-11 à 21.33.24

Posté le 15 mai 2016 à 09h32 par Michel Janva | Lien permanent

28 mai : 9e pèlerinage du monde des médias

TRACT PELE MEDIA 2016 v2

Posté le 15 mai 2016 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent

14 mai 2016

Chartres 2016 : les premières photos

13177330_623131701194367_1323862988862615382_n

ici

Posté le 14 mai 2016 à 23h03 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

Hommage à l'abbé Coiffet sur Radio courtoisie

Voici le programme de l'émission de Grégoire Boucher dimanche à 12h00 sur Radio Courtoisie.

3 thèmes :

Invités :

  • Roger Holeindre, Président du CNC, Président d’honneur du Parti de la France et écrivain
  • Jacques Arnould, chef du Chœur MontJoie Saint-Denis
  • Robert Ménard, Maire de Béziers et organisateur du RDV de Béziers

Posté le 14 mai 2016 à 17h37 par Michel Janva | Lien permanent

29 mai 2016 : Grand Sacre d'Angers pour la Fête Dieu

Départ de la procession à 16h, Esplanade du Quai Ligny.

Affiche-Annonce-GS-2016

Posté le 14 mai 2016 à 10h30 par Marie Bethanie | Lien permanent

Envoi des pèlerins de Pentecôte sur les routes de Chartres

Voici le mot d'envoi prononcé par l'abbé Alexis Garnier, aumônier général du pèlerinage Notre-Dame de Chrétienté, à l'issue de la messe célébrée dans la cathédrale Notre-Dame de Paris par l'abbé Rougé, curé de Saint-Ferdinand-des-Ternes à Paris, avant le départ des pèlerins :

Capture d’écran 2016-05-13 à 22.23.05BIEN CHERS AMIS PELERINS,

Vous allez prendre la route dans quelques instants, avec ardeur, générosité.

vous êtes chargés

vous portez d’abord dans votre sac l’humble nécessaire évangélique… 

 « C'est, en effet, une grande richesse que la piété contente du nécessaire ; car nous n'avons rien apporté dans le monde, et sans aucun doute nous n'en pouvons rien emporter.».

Pour réapprendre cela, à vous-même et au monde, vous laissez le superflu. 

Ce détachement extérieur de 3 jours vous rend pauvre… et cette pauvreté est condition dégagement d’âme, disponibilité intérieure, vraie liberté.

Vous portez ensuite votre frère le corps… 

O très doux Amour, vous avez formé le vase du corps, et vous y avez enfermé le si grand trésor qu'est l'âme qui est à votre image, priait Ste Catherine.

Vous êtes corps et âme. Une belle unité, mais si souvent déchirée, en vous, autour de vous !

Alors… Ce frère est méprisé, profané …Ou bien il est adulé, exalté…

Mais ici, il redevient vase, serviteur et ami de votre âme.

Et tout à l’heure, il accrochera ses crampes à votre oraison, ses courbatures à vos ave, ses ankyloses à vos alleluia.  Il entendra les paroles d’absolution, recevra le Seigneur Jésus vivant et ressuscité dans la Ste Communion, il s’agenouillera pour adorer, se lèvera pour marcher, s’allongera pour reposer.

A travers lui, le plus humble de vos gestes figurera à l’offertoire de la Messe. 

Il sera hostie de louange, sacrifice spirituel agréable à Dieu

Glorifiez et portez Dieu en vos corps

Ne sont-ils pas membres du Christ, Temples de l’Esprit Saint ?

Ne leur refusez pas le vêtement de l’effort. Tissez-le !

Tissez-le des fils de votre prière… et quels fils ! 4 800 000 ave des Enfants, Familles, Pastoureaux et Adultes ! Et les milliers d’ave des Anges Gardiens, ces priants invisibles ! Quel tissu de prière, quel prolongement au voile de Marie! 

Tissez-le des fils de votre marche, ces milliers de pas tendant vers le terme désiré ! 

Tissez-le des fils de votre silence, silence, non d’absence ou d’indifférence, non de vide… Mais de plénitude… Silence de présence, de conversation aimante avec Dieu qui vous parle au cœur ! Silence de foi et d’amour. Entrez-y, habitez-le… 

Non seulement ce silence extérieur, pour respecter la prière ou le sommeil de vos frères.

Mais encore cet autre silence intérieur, dans la chambre haute de votre âme ! 

Tissez-le des fils de votre chant ; N’empêche pas la musique, dit la sagesse de l’Ancien Testament ! Souriez aux difficultés du chemin, et chantez ! La prière et le sacrifice montent mieux ainsi. 

Tissez-le des fils de charité ; ceux du respect, de la bienveillance, de l’attention à vos frères pèlerins ou bénévoles, aux personnes rencontrées au long du chemin. 

Vous portez aussi l’invisible sac de votre âme...

Nous ne voyons que les visages… Dieu, lui, connait vos cœurs, leur secret, leur poids; 

Poids de bienfaits et de grâces – et donc, d’action de grâce !

poids de soucis, d’inquiétudes, d’épreuves – et donc de demande !

poids de péché – et donc de pardon, de contrition, de réparation !

vous êtes LUMINEUX

Vous marchez vers notre Dame de la Belle Verrière. 

Ce vitrail de Notre Dame est traversé de lumière ; il la transmet ensuite en beaux rayons. 

Ainsi, vous allez exposer 

votre visage à la lumière du soleil, 

vos sens à la lumière de la pénitence, 

votre esprit à la lumière de la verité,

votre volonté à la lumière du Bien.

Vous allez exposer votre être aux lumières du Bon Dieu. 

vous êtes miséricorde.

L’Esprit Saint veut exercer en vous la pleine rémission des péchés, 1° des miséricordes divines.

Les prêtres, ministres de cette miséricorde, seront nombreux et accessibles au long du pèlerinage. Ayez recours à leur service par une bonne confession.

Ensuite, vous pourrez franchir la Porte Sainte, au 3° jour, à Chartres. « Pour passer la Porte Sainte,…dit le Saint Père, chacun devra, selon ses forces, faire un pèlerinage. Ce sera le signe que la miséricorde est un but à atteindre, qui demande engagement et sacrifice… En passant la Porte Sainte, nous nous laisserons embrasser par la miséricorde de Dieu ».

vous êtes connectés.

Oui, connectés… à un réseau invisible et visible. 

Celui-là, vous le capterez partout, en très haut débit, gratuitement!

Réseau invisible de la communion des saints: en particulier 

Sainte Catherine de Sienne, l’autre Sainte de la Miséricorde, avec Ste Marguerite Marie et Ste Faustine 

St Pie X, héros du règne du Christ à l’aube des temps modernes

Les saints martyrs pour le Nom de Jésus, d’hier à aujourd’hui.

Réseau surnaturel du Corps mystique du Christ ; le Saint Esprit en est l’Âme. Vous en êtes membres. Vos frères chrétiens d’Orient, persécutés pour leur foi en terre d’Islam, en sont les membres souffrants. Honneur à eux ! 

Réseau plus visible de la charité pèlerine, de l’entraide fraternelle. Portez les fardeaux les uns des autres, et ainsi vous accomplirez la loi du Christ7 !

Allez, Chers amis ! soyez pèlerins.

Chargés, lumineux, miséricordiés, … et bien connectés. 

Combien l’Eglise a besoin de votre prière, de votre pénitence, de votre charité pélerine ! Combien le monde a besoin de ce témoignage ! 

Cela suffit-il à refaire la France et l’Europe chrétienne ? 

Je ne sais… 

En tout cas, c’en est au moins le juste recommencement, le premier sinon l’unique moyen. 

Cela,… j’en suis sûr!

« NUNC COEPI…

J’ai dit, maintenant, je commence, 

ce secours me viendra de la droite du très Haut ».

« VOGLIO – je veux » !

 

Posté le 14 mai 2016 à 08h45 par Michel Janva | Lien permanent

13 mai 2016

Portrait de l'abbé Coiffet par ses amis : vente du livre sur le pèlerinage de Chartres

Le livre évoqué ici sera vendu dès demain matin sur le parvis de Notre Dame et durant tout le pèlerinage de Pentecôte, au prix de 15€.

Posté le 13 mai 2016 à 18h47 par Michel Janva | Lien permanent

Les vidéoformations de Notre-Dame de Chrétienté

Videoformation2016L'association Notre-Dame de Chrétienté a terminé la diffusion de la série annuelle de vidéoformations en rapport avec l'année de la miséricorde, le thème de du pèlerinage de Pentecôte 2016 : « venez, Esprit-Saint », ou des thèmes importants comme les fins dernières. 


Pour mémoire, toutes nos vidéoformations, réalisées jusqu’à aujourd’hui, sont archivées sur le site ici, elles demeurent donc toujours consultables et vous pouvez continuer à les faire connaître autour de vous. 



Vous pouvez faire l’acquisition du 3ème DVD rassemblant les vidéoformations de l'année avec en Bonus en 2016 : la vidéo bande-annonce du pèlerinage, la vidéo hommage sur l'Abbé Denis Coiffet, la vidéo réunissant le témoignage de 10 célébrants sur la richesse de la messe traditionnelle. Il sera disponible à la vente, comme les autres DVD des années passées, au secrétariat durant les trois jours du pèlerinage de Pentecôte ou sur le site de Notre Dame de chrétienté : rubrique formation/boutique ou en cliquant ici.

Vous pouvez aussi faire part de votre avis ou des suggestions en nous écrivant à l’adresse suivante : formation.ndc@gmail.com .



Et si Dieu le veut à l’année prochaine pour des nouvelles vidéoformations. 



Posté le 13 mai 2016 à 09h54 par Michel Janva | Lien permanent

14 mai : vénération des reliques de Ste Faustine et St Jean-Paul II à Toulouse

Bandeau FB-01

Posté le 13 mai 2016 à 08h06 par Michel Janva | Lien permanent

12 mai 2016

L'autre pèlerinage de Pentecôte : de Chartres à Paris

Sous le thème Une âme de feu pour notre temps, à l'occasion du tricentenaire de la mort de saint Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716), le pèlerinage de la Fraternité Saint-Pie X se déroule comme chaque année de la cathédrale de Chartres à la place Vauban à Paris. Pendant trois jours, des milliers de pèlerins marcheront et prieront pour approfondir, à la lumière des enseignements de saint Louis-Marie Grignion de Montfort, leur dévotion à la très sainte Vierge Marie.

Capture-Affiche-2016« Tous les saints, assurément, ont été grands serviteurs de Marie et tous lui ont conduit les âmes ; saint Louis-Marie Grignion est incontestablement un de ceux qui ont travaillé le plus ardemment et le plus efficacement à la faire aimer et servir.

« La Croix de Jésus, la Mère de Jésus, ce sont les deux pôles de sa vie personnelle et de son apostolat. Et voilà comment cette vie, en sa brièveté, fut si pleine ; comment cet apostolat, exercé en Vendée, en Poitou, en Bretagne, durant à peine une douzaine d’années, se perpétue depuis déjà plus de deux siècles et s’étend sur bien des régions. C’est que la sagesse, cette sagesse à la conduite de laquelle il s’était livré, a fait fructifier ses labeurs, a couronné ses travaux que la mort n’avait qu’apparemment interrompus. »

Pie XII aux « pèlerins accourus de divers pays dont l’amour envers Marie fait l’unité », 21 juillet 1947.

« Retrouvez auprès du saint missionnaire la voie de la Sagesse incarnée qu’est la Vierge Marie et dont le monde d’aujourd’hui a tant besoin pour vivre dans l’ordre et dans la paix », écrivait Mgr Marcel Lefebvre, le fondateur de la Fraternité Saint-Pie X.

Le lundi de Pentecôte, à l’arrivée dans Paris, une grande procession se dirigera depuis le Carrefour des Cascades du Bois de Boulogne jusqu’à la place Vauban où sera célébrée la messe de clôture du pèlerinage. A la suite de plus d’une centaine de prêtres, religieux et séminaristes, plusieurs milliers de pèlerins venus de toutes les régions de France, de toute l’Europe, mais aussi des Etats-Unis, du Mexique, des Philippines, du Japon… formeront cette imposante procession qui traversera l’ouest parisien du Bois de Boulogne (14h), en passant par La Muette (14h30), le Trocadéro (14h50), le Pont d’Iéna (15h10) et l’avenue de La Bourdonnais (15h40), jusqu’à la Place Vauban (16h).

Programme du pelerinage

Samedi 14 mai (40 km)

7 h 45 :       Messe derrière la cathédrale de Chartres, dans les jardins de l’évêché, célébrée par l’abbé Guy Castelain

Dimanche 15 mai (36 km)

18 h 00 :     Messe pontificale célébrée par Mgr Bernard Tissier de Mallerais, au Bivouac Saint-Vincent-de-Paul sur la commune de Villepreux, ferme du Val Joyeux

Lundi 16 mai (27 km)

12 h 00 :     Déjeuner au Bois de Boulogne, Porte de l’Hippodrome

14 h 00 :     Entrée du pèlerinage dans Paris, Porte de la Muette, en procession dès le Carrefour des Cascades (Bois de Boulogne)

16 h 30 :     Messe solennelle sur la place Vauban, derrière l’Hôtel des Invalides, face à la cathédrale Saint-Louis des Invalides, célébrée par l’abbé François-Marie Chautard

Pèlerinage de Tradition 20, rue Gerbert – 75015 Paris 01.55.43.15.60

 

Le pèlerinage en quelques chiffres :

  • plus de 100 chapitres français regroupés en 17 régions
  • un nouveau chapitre des familles « Louis et Zélie Martin » où parents et grands-parents peuvent faire le pèlerinage en marchant avec leurs enfants
  • des chapitres étrangers de Suisse romande, Belgique, Suisse Alémanique, Allemagne, Grande-Bretagne, Irlande, Norvège, Lettonie, Espagne, Philippines, Japon, Etats-Unis, Mexique …
  • le chapitre Sainte Lydwine pour les pèlerins handicapés
  • plus de 100 prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X
  • une douzaine de communautés religieuses de la Tradition
  • une équipe régulation et sécurité de 120 personnes
  • près de 800 personnes dans les équipes de logistique et d’encadrement
  • près de 1500 enfants

Sont distribués pendant les trois jours de marche : 40000 litres d’eau, 10000 baguettes de pain, 2500 litres de lait, 2500 litres de soupe...

Posté le 12 mai 2016 à 16h17 par Michel Janva | Lien permanent

Franchir la Porte Sainte à Chartres

Durant toute l’Année Sainte de la Miséricorde, chaque catholique peut demander et obtenir une indulgence plénière en passant la Porte Sainte avec les bonnes dispositions. Cette Porte Sainte peut être passée à Rome – ou dans l’église cathédrale d’un diocèse – ou dans une autre église précisée par l’évêque du lieu.

Comment obtenir l’indulgence ? Conditions et œuvre. 6 conditions :

  • L’état de grâce.
  • La confession sacramentelle avant l’accomplissement de l’œuvre indulgenciée.
  • La communion eucharistique le jour-même ou les jours précédents/suivants.
  • Le détachement intérieur de tout péché, même véniel. (d’où la bonne confession sacramentelle qui met cette disposition en notre âme).
  • La prière aux intentions du Souverain Pontife.
  • L’accomplissement de l’œuvre fixée par l’Eglise (passage de la Porte Sainte).

Pour les pèlerins de Notre-Dame de Chrétienté, Monseigneur Pansard, évêque de Chartres, a autorisé la démarche jubilaire en passant sous un portique reproduisant la Porte Sainte. Il sera situé en haut de la dernière montée avant la cathédrale (Côte des Charbonniers). En effet, vu le nombre de pèlerins attendus (sans doute plus de 10 000 lundi à Chartres), il sera difficile de faire passer tout le monde par la porte "officielle".

Néanmoins, pour les membres des Soutiens et les fidèles rejoignant à Chartres, il sera possible, en dehors du temps de la Messe de clôture, de passer la Porte Sainte de la cathédrale (porte latérale de droite, sur la façade principale de la cathédrale ; accès possible à partir de 13h).

Posté le 12 mai 2016 à 15h05 par Michel Janva | Lien permanent

Tradition, chrétienté, mission : les piliers du pèlerinage de Chartres

Jean de Tauriers, président de l'association Notre-Dame de Chrétienté, organisatrice du pèlerinage de Pentecôte à Chartres, est interrogé dans L'Homme Nouveau. Extrait :

Une-1614"[...] Le pèlerinage de Chrétienté a très vite attiré de nombreuses personnes de tous les horizons autour des trois piliers de notre association : tradition, chrétienté et mission. Tradition, parce que nous sommes attachés à l’idée de la transmission de la foi, sujet fondamental aujourd’hui comme hier dans un contexte de crise de la foi et de relativisme généralisé. Chrétienté, parce que nous voulons que la société soit chrétienne et nous voulons travailler à l’établissement du règne social de Notre Seigneur Jésus-Christ conformément à l’enseignement constant de l’Église. Derrière cette idée, il y a tout l’engagement de Notre-Dame de Chrétienté pour la défense des principes non négociables (protection de la vie, de la famille naturelle, du droit des parents à éduquer leurs enfants) demandée par les derniers papes. Mission, enfin, car le pèlerinage a toujours été une œuvre d’évangélisation, à laquelle nous invite l’Église. Nous évangélisons grâce à la liturgie traditionnelle dont nous constatons la providentielle efficacité dans notre époque désacralisée. [...]"

Posté le 12 mai 2016 à 14h31 par Michel Janva | Lien permanent

11 mai 2016

Pèlerinage de Chartres : Pourquoi et comment partir sur les routes de Chartres ?

L'abbé Alexis Garnier, prêtre de la Fraternité Saint-Pierre et aumônier général de l'association Notre-Dame de Chrétienté, et Jean de Tauriers, président de l'association, étaient invités par Maxime Dalle sur Radio-Notre Dame hier. L'émission peut-être réécoutée ici.

Par ailleurs, la messe de samedi matin dans la prairie d'Amblainvilliers, à 11h45, sera célébrée à l'intention de l'abbé Coiffet, ancien aumônier général, récemment décédé.

Posté le 11 mai 2016 à 12h26 par Michel Janva | Lien permanent

08 mai 2016

28 mai : pèlerinage du monde des médias

TRACT PELE MEDIA 2016 v2

Posté le 8 mai 2016 à 07h36 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > L'Eglise : L'Eglise en France , L'Eglise : Vie de l'Eglise

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > L'Eglise : L'Eglise en France , L'Eglise : Vie de l'Eglise