10 décembre 2017

Quelles sont l'origine et l'histoire du grégorien?

Entretien avec Dom Jean Pateau, Père abbé de l'abbaye Notre Dame de Fontgombault. Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté :

Posté le 10 décembre 2017 à 08h53 par Michel Janva | Lien permanent

12 décembre à Paris : les mystères de l'image de ND de Guadalupe

Capture d’écran 2017-12-07 à 08.19.11

Posté le 10 décembre 2017 à 08h19 par Michel Janva | Lien permanent

Le cardinal Sarah sera à Chartres en 2018

Cardinal-robert-sarahDe Jean de Tauriers, président de Notre-Dame de Chrétienté :

"Comme je l’ai annoncé lors de l’Assemblée Générale de notre association (le 17 novembre) et à l’Université d’Automne (le 18 novembre), Notre Dame de Chrétienté aura le grand honneur d’accueillir le cardinal Sarah lors de la Messe de clôture de notre prochain pèlerinage à Chartres, le 21 mai 2018.

Nous remercions infiniment le cardinal Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, d’avoir accepté de venir pèleriner avec nous. Nous nous faisons une joie de préparer cet événement qui sera une date importante pour l’histoire de notre pèlerinage."

Posté le 10 décembre 2017 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent

08 décembre 2017

Inviolata

1. Inviolata, integra, et casta es Maria,
quæ es effecta fulgida cæli porta. 
Vous êtes sans tache, chaste et virginale, ô Marie.
Vous êtes devenue la porte éclatante du Ciel.
 
2. O Mater alma Christi carissima,
suscipe pia laudum præconia.
O Sainte Mère du Christ, qui nous êtes si chère,
recevez la pieuse louange de nos chants.
 
3. Te nunc flagitant devota corda et ora,
nostra ut pura pectora sint et corpora. 
Nos cœurs et nos lèvres vous prient avec dévotion 
pour que soient purs nos corps et nos âmes.
 
4. Tua per precata dulcisona,
nobis concedas veniam per sæcula. 
Par vos prières si douces,

obtenez-nous le pardon pour l'éternité.
 
5. O benigna ! O Regina ! O Maria,
quæ sola inviolata permansisti. 
O très bonne ! ô Reine ! ô Marie,

qui, seule, êtes demeurée sans tache !

Posté le 8 décembre 2017 à 17h29 par Michel Janva | Lien permanent

05 décembre 2017

8 décembre : procession de l'Immaculée à Rome

Capture d’écran 2017-12-05 à 07.09.35Le 8 décembre, à travers les rues de Rome, S.Em.R. le Cardinal G.L.Müller présidera la traditionnelle procession en l'honneur de l'Immaculée Conception organisée par l'Insititut du Christ Roi Souverain Prêtre.

Posté le 5 décembre 2017 à 11h05 par Michel Janva | Lien permanent

Le cardinal Schönborn a ouvert sa cathédrale à des militants LGBT

De Jeanne Smits sur Réinformation.tv :

S"Le cardinal Christoph Schönborn a ouvert sa cathédrale Saint-Etienne à des militants homosexuels ou transsexuels connus, le 1er décembre dernier, à l’occasion de la journée mondiale du sida. La célébration liturgique œcuménique s’est ouverte par l’accueil du militant homosexuel Gerry Keszler à la porte de la cathédrale par le cardinal autrichien lui-même qui a ensuite, depuis l’autel, prononcer un discours de bienvenue à l’activiste et à tous ceux qui avec lui organisent le Life Ball de Vienne. Le leader LGBT n’a pas été le seul à avoir un rôle de premier plan : portant barbe et cheveux longs, visage efféminé, Conchita Wurst a proposé une intention de prière…

Le Life Ball, plus grand événement caritatif mondial pour les victimes du sida et les séropositifs se tient tous les ans à Vienne « sous le signe de la solidarité et de la tolérance ». Le 10 juin 2017, il s’accompagnait d’une « afterparty » en boîte de nuit. Les participants à l’événement rivalisent d’inventivité pour les tenues – travestis, drag queens, diables sont les bienvenus – selon une tradition instituée lors de la création de Life Ball par un petit groupe de gays. D’ailleurs, devant le succès de l’événement chez les hétéros, un quota des billets, dont le nombre est strictement limité à 3.780, est réservé aux gays et lesbiennes. 

Au moment de la « prière universelle » au cours de cette liturgie, en pleine cathédrale, c’est le « transformiste » Thomas Neuwirth, mieux connu sous son nom de scène de Conchita Wurst, qui a dénoncé la persécution de ceux qui « vivent leur identité différente ». Toujours sous le regard bienveillant du cardinal, au cœur de sa sainte cathédrale, Keszler a déclaré à la fin de la cérémonie : « Peu importe qui tu aimes ou ce que tu crois. »

Lui-même avait déclaré : « Dieu ne veut pas juger les gens, mais les sauver. Qu’est-ce que cela signifie pour nous ? Ne pas juger, ne pas exclure, ne pas donner de leçons. Si la société fait cela elle peut changer en profondeur », a-t-il dit."

Posté le 5 décembre 2017 à 11h03 par Michel Janva | Lien permanent

04 décembre 2017

Procession du 8 décembre en l’Eglise St Joseph à Bruxelles

Thumbnail-17

Posté le 4 décembre 2017 à 22h50 par Michel Janva | Lien permanent

27 novembre 2017

On ne communiquera jamais assez sur les persécutions contre les chrétiens d’Orient

Charles de Meyer, président de SOS Chrétiens d'Orient, est interrogé dans Valeurs Actuelles. Extrait :

Capture d’écran 2017-11-27 à 21.08.49"Certains trouvent que vous communiquez beaucoup, voire trop…

Pour ma part, je trouve qu’on ne communiquera jamais assez sur les crimes et persécutions commis contre les chrétiens d’Orient. Ce qui se passe au Proche-Orient depuis quelques années — ou en Turquie depuis un siècle — est extrêmement grave. Mais pour vous répondre complètement, oui, nous vivons avec notre époque et avons intégré l’importance de la communication dans nos paramètres. L’information et la sensibilisation de l’opinion publique sont même inscrites dans nos statuts ! Nous avons en outre la chance de nous appuyer sur une équipe très jeune, soutenue par des centaines de volontaires venus sur le terrain. Forts de cette expérience, ils sont les mieux placés pour faire connaître au grand public nos actions en faveur des chrétiens d’Orient. [...]"

Posté le 27 novembre 2017 à 21h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

Après le Rosaire aux frontières en Pologne, l’Irlande organise un Rosaire sur les côtes

D'Olivier Bault sur Réinformation.tv :

Rosaire-frontières-côtes-catholique-Irlande-e1511796827918"Le Rosaire aux frontières qui a rassemblé un très grand nombre de catholiques le samedi 7 octobre en Pologne fait des émules. Après une prière du Rosaire nationale en Italie le vendredi 13 octobre, « pour suivre les enseignements de Marie et pour suivre le très bel exemple donné par nos frères polonais », c’est en Irlande qu’avait lieu ce dimanche, jour de la fête du Christ Roi (dans le Nouvel Ordo), un « Rosaire sur les côtes pour la foi et pour la vie ». Pourquoi ce jour ? Tout simplement, expliquent les organisateurs, parce que l’Irlande a été le premier pays consacré au Christ Roi, dans les années 1940. Dimanche, tout le long des côtes irlandaises, la prière du Rosaire a donc été dite à partir de 14 h 30, suivie du Chapelet de la Divine Miséricorde à 15h. Plus de 250 lieux de prières avaient été déclarés aux organisateurs tout le long des côtes d’Irlande, y compris en Irlande du Nord, alors que l’objectif initial était de 53.

Le Rosaire sur les côtes pour protéger l’Irlande du mal

Au moins quatre évêques et de nombreux prêtres avaient annoncé qu’ils y prendraient part. L’intention de cette grande prière nationale, comme le nom donné à cette initiative l’indique, était la restauration de la foi catholique en Irlande et la protection des enfants dès la conception. Les organisateurs rappellent les mots de Pie IX : « Donnez-moi une armée qui récite le chapelet et je ferai la conquête du monde. » Ils avaient demandé aux fidèles d’amener avec eux leurs médailles miraculeuses pour les faire bénir par les prêtres et les enterrer sur le bord de mer en demandant à la Vierge Marie d’intercéder pour protéger l’Irlande contre le mal. Ils disent ouvertement s’être inspirés du centenaire des apparitions de la Vierge Marie à Fatima et aussi de l’initiative « Rosaire aux frontières » polonaise. [...]

Le 8 décembre prochain, pour la fête de l’Immaculée Conception, ce sera au tour des catholiques de Colombie de réciter la prière du Rosaire dans tout le pays et ils ont demandé aux organisateurs du Rosaire aux frontières polonais de les soutenir par la prière. Dans leur demande, les organisateurs colombiens ont écrit leur crainte de voir, après l’accord de paix, les communistes des FARC transformer le pays en un nouveau Venezuela ou un nouveau Cuba. « En Pologne, vous savez combien le communisme est terrible », ont-ils écrit, « et nous savons que le Rosaire est l’arme la plus puissante contre le diable et le communisme ». Les organisateurs du Rosaire aux frontières polonais ont encore été informés d’initiatives similaires en Croatie et en Italie, mais cette fois aux frontières du pays comme cela avait été le cas en Pologne."

Posté le 27 novembre 2017 à 21h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

21 novembre 2017

Le curé de la ville martyre de Maaloula sur TV Libertés

Posté le 21 novembre 2017 à 19h16 par Michel Janva | Lien permanent

19 novembre 2017

Utrecht : une église rendue au culte

20161005_163847_0Le 12 novembre 2017, au lendemain de la Saint-Martin, fête patronale de l’archidiocèse d’Utrecht, Mgr Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, a réconcilié l’église Saint-Willibrord, située dans le cœur historique de la ville d’Utrecht. Près de 600 fidèles venus des Pays-Bas, de Belgique, du Luxembourg et d’Allemagne, étaient présents. 

L’église a été construite dans les années 1870, au moment du rétablissement de la hiérarchie catholique aux Pays-Bas. Nichée dans le centre historique d’Utrecht, c’est l'une des plus belles églises néo-gothiques du pays. Très richement orné et en parfait état de conservation, le bâtiment restitue de manière unique l'esprit de l'art médiéval qui a précédé les destructions du calvinisme iconoclaste. De plus, les orgues monumentales, construites par Michaël Maarschalkerweerd, constituent l'un des attraits de l’édifice.

Dans la débâcle qui a suivi le concile Vatican II, il fut un temps question de détruire ce joyau. Sauvée du désastre par la ténacité du Père Winand Kotte, l'église a pu être classée monument historique et désignée comme projet-pilote pour la conservation du patrimoine architectural européen.

20161005_160513

Willibrordkerk_altaar

Posté le 19 novembre 2017 à 10h16 par Michel Janva | Lien permanent

17 novembre 2017

Dites NON au faux œcuménisme

Seat_of_wisdom_4L'archidiocèse d'Ottawa planifie une cérémonie de « Prière commune à l’occasion du 500e anniversaire de la Réforme» le samedi, 25 novembre à 12h à la cathédrale Notre-Dame. La rencontre s’inspirera du guide liturgique Prière commune du groupe de travail liturgique de la Commission luthéro-catholique pour l’Unité.

Cette « liturgie » n’est qu’une éloge de la réforme protestante et de Luther, tandis que la doctrine Catholique et ses saints sont passés sous silence. L’emphase est mise sur ce qui unit, mais les doctrines qui nous séparent sont escamotées, doctrines que tant de martyrs catholiques ont défendu avec leurs vies.

Les catholiques canadiens, mais aussi les autres, sont invités à signer une pétition contre ce faux oecuménisme sur CitizenGo.

Posté le 17 novembre 2017 à 13h23 par Michel Janva | Lien permanent

14 novembre 2017

Mgr Joseph Naumann élu à la tête de la Commission pour les activités pro-vie des Etats-Unis

Joseph_NaumannLes évêques américains ont élu à la tête de leur Commission pour les activités pro-vie Mgr Joseph Naumann, archevêque de Kansas-City. Mgr Joseph Naumann est connu pour son engagement sans faille pour la vie et contre la culture de mort.

Le favori était Mgr Cupich, archevêque de Chicago, nommé et élevé à la pourpre cardinalice par François. Le Wall Street Journal résume :

« La conférence des évêques catholiques américains a choisi mardi un archevêque conservateur pour un poste clef, donnant un signe de résistance à la vision du pape François pour l’Eglise parmi la hiérarchie catholique aux Etats-Unis. Mgr Joseph Naumann, archevêque de Kansas-City, a été élu président de la Commission pour les activités pro-vie. Par un vote de 96 contre 82, il a battu le cardinal Blase Cupich, de Chicago, qui est vu comme un libéral dans l’Eglise et un proche du pape. »

La tradition veut ou voulait que les commissions importantes soient présidées par un cardinal, et celle-ci a toujours été présidée par un cardinal.

Les Prêtres pour la Vie ont aussitôt salué cette élection.

« Nous le connaissons depuis près de 25 ans, depuis qu’il était directeur de la commission diocésaine pour la vie de Saint-Louis. ll a toujours encouragé nos efforts. »

En mai dernier, Mgr Naumann avait demandait que l’archidiocèse de Kansas-City coupe les ponts avec les « Girl Scouts USA » en raison de leurs liens avec le Planning familial.

« Il est essentiel que nos programmes pour la jeunesse et nos paroisses affirment des vertus et des valeurs cohérentes avec notre foi catholique ».

Mgr Naumann avait posé cette question à propos du sénateur Tim Kaine qui se dit à titre personnel contre l’avortement mais vote pour toutes les lois favorisant l’avortement :

« Pourquoi le sénateur Kaine est-il personnellement opposé à l’avortement s’il ne croit pas que cela consiste à prendre une vie innocente ? »

Une question que l'on peut poser à certains politiques chez nous.

Posté le 14 novembre 2017 à 21h38 par Michel Janva | Lien permanent

Allemagne : la Conférence épiscopale en état de déliquescence

DLa Cour constitutionnelle allemande exige que le Parlement légalise un troisième sexe sur les registres des naissances, à côté de « masculin » ou « féminin ».

La Conférence épiscopale allemande a qualifié cette décision de « compréhensible ». Son porte-parole Matthias Kopp a déclaré :

« Si une personne ne peut pas être clairement classée dans la classification binaire en tant que femme ou homme, elle ne doit pas être contrainte par des règles légales ou sociales, à s’associer, contrairement à ses propres sentiments, à un genre qui ne lui convient pas. »

De son côté, le cardinal Raymond Leo Burke a été interrogé par Edward Pentin du National Catholic Register. Extrait :

"Un an après la publication des « dubia » sur Amoris laetitia, qui n’ont reçu aucune réponse du Saint-Père, nous observons une confusion grandissante concernant les différentes façons d’interpréter l’exhortation apostolique. Notre préoccupation pour la situation de l’Eglise et pour sa mission dans le monde n’en est donc que plus urgente que jamais. Personnellement, je reste bien sûr en contact régulier avec le cardinal Walter Bandmüller sur ces problèmes de la plus haute importance. Nous demeurons tous deux en profonde union avec les deux cardinaux décédés récemment, Joachim Meisner et Carlo Caffarra, qui nous ont quittés ces derniers mois. Je déplore donc à nouveau la gravité de la situation qui ne fait qu’empirer.

On a dit beaucoup de choses sur les dangers de la nature ambigüe du chapitre 8 d’Amoris laetitia en insistant sur le fait qu’il était ouvert à trop d’interprétations. Pourquoi la clarté est-elle si importante ?

La clarté de l’enseignement n’implique aucune rigidité susceptible d’empêcher les gens de suivre le chemin de l’Evangile mais au contraire, la clarté fournit la lumière nécessaire pour accompagner les familles sur la voie à suivre pour devenir des disciples. C’est l’obscurité qui nous empêche de voir le chemin et qui empêche l’action évangélisatrice de l’Eglise, comme Jésus le dit : « La nuit vient où personne ne pourra plus travailler. » (Jn 9, 4). [...]

Malgré que vous et beaucoup d’autres, dont les plus de 250 professeurs et prêtres qui ont envoyé une correction filiale, ayez de sérieuses craintes concernant les effets de ces passages d’Amoris laetitia et étant donné que vous n’avez jusqu’à présent reçu aucune réponse du Saint-Père, êtes-vous ici en train de lui adresser une ultime supplique ?

Oui, pour ces graves raisons, un an après avoir rendu les « dubia » publics, je me tourne une fois encore vers le Saint-Père et vers toute l’Eglise, en insistant sur le fait qu’il est urgent que le Pape, en exerçant le ministère qu’il a reçu du Seigneur, affermisse ses frères dans la foi par une expression claire de l’enseignement concernant à la fois la morale chrétienne ainsi que le sens de la pratique sacramentelle de l’Eglise."

Posté le 14 novembre 2017 à 16h03 par Michel Janva | Lien permanent

13 novembre 2017

Conférence d'Annie Laurent à Versailles - 17 novembre

Annie Laurent donnera une conférence à l'Ecole Bienheureux Charles de Foucauld de Versailles, le vendredi 17 novembre à 20h, sur le thème Le Bienheureux Charles de Foucauld, l'islam et les musulmans. Nombre de places limitées - Inscriptions sur Weezevent.

Affiche Annie Laurent

Posté le 13 novembre 2017 à 19h35 par Marie Bethanie | Lien permanent

12 novembre 2017

Témoignage du Père Toufic Eïd jeudi 16 novembre à Versailles

Tournée-conférence-toufic-2017Versailles1

Posté le 12 novembre 2017 à 20h54 par Michel Janva | Lien permanent

Béatification de 60 martyrs de la guerre d'Espagne

RV29451_ArticoloSamedi à Madrid a eu lieu la béatification de Vicente Querait Lloret et de ses 20 compagnons martyrs, ainsi que celle de José Maria Fernandez Sanchez et de ses 38 compagnons martyrs. Certains de ces bienheureux étaient membres de la Congrégation de la Mission tandis que les autres appartenaient à l’Association de la Médaille Miraculeuse.

Tous ont été tués pour leur foi au cours des persécutions religieuses de la guerre civile espagnole entre 1936 et 1937.

Posté le 12 novembre 2017 à 17h14 par Michel Janva | Lien permanent

Soutenez les chrétiens d’Orient en accueillant chez vous ces santons

Une bonne idée de cadeaux de Noël… Allez sur la boutique. Grâce à votre générosité, L'Etoile d'Orient boutique a pu envoyer l’année dernière près de 6000 euros pour l’hôpital d’Alep qui soigne la population de cette ville sinistrée, en cours de reconstruction ! Cette année, l’action se poursuit auprès des chrétiens d’Orient qui souffrent encore de la guerre et qui ont besoin de notre soutien spirituel et matériel.

Pourquoi acheter un santon ? En plaçant dans nos crèches, le prêtre copte, Myriam, Ephrem ou Salomé, ou un autre personnage, nous les accueillons symboliquement dans nos maisons et les mettons au centre de nos prières durant l’Avent et le jour de Noël. Nous participons aussi par ce don financier à améliorer un quotidien difficile. Par ce geste accessible, pérennisons avec eux cette tradition chrétienne de la crèche de Noël qui date de saint François d’Assise, où chacun est accueilli : préparons ensemble la venue du Prince de La Paix, Cette Paix dont nous avons tous tant besoin !

Cette année ont été façonnés deux nouveaux personnages : Le Patriarche et la Samaritaine, personnages inédits qui compléteront votre crèche, sans oublier l’Etoile qui guide les bergers.

Santons flyer

Posté le 12 novembre 2017 à 08h47 par Michel Janva | Lien permanent

10 novembre 2017

Soumission à l'islam : le clergé cherche-t-il à faire des chrétiens des martyrs ?

De Polydamas sur Twitter :

"Donc, je connais bien un fils de chrétien d'Orient. On parlait de la situation de la région et il m'explique un peu les choses : les chrétiens, jusqu'il y a peu, étaient encore majoritaires dans certains pays d'Orient, quoi que dominés par l'islam. Comment se fait il qu'ils aient complètement disparu ? Des amis se sont rendus dans des camps de chrétiens, justement avec SOS Chrétiens d'Orient et étaient étonnés de leur passivité face à l'islam. Par passivité, j'entends les choses suivantes :

  • refus de s'entraîner militairement ;
  • refus de construire des infrastructures minimales utiles pour une population ;
  • refus de s'impliquer dans une dimension de conflit.

Et donc, alors que de nombreux musulmans, qui les entourent, qui les mettent en plus ou moins esclavage, ont juré qu'ils disparaîtraient, les mecs perdent du temps sur l'essentiel. Pourquoi ne se battent-ils pas ? Pourquoi ne veulent ils pas s'entraîner ? 

Réponse : parce que le clergé local les y incite ! Surtout, pas de vagues ! En fait, le clergé chrétien oriental est corrompu, tous partis et toutes chapelles confondues, jusqu'à la moelle. Mon ami a une jolie expression : « Rome est la capitale de la vertu par rapport au clergé oriental. » Même chez les chrétiens identitaires, les phalanges libanaises, on mélangeait sans complexe argent, drogue, mafia, clergé et armement. A la guerre comme à la guerre. Au Liban, il est connu que tel ou tel père a des dividendes sur telle ou telle boutique, qu'il prend sa dîme sur les revenus et chiffres d'affaires de celle-ci et pas forcément pour payer les messes. Bref, oui, c'est le bazar. OK, ce n'est pas exemplaire.

Et bien, de l'autre côté, c'est pareil. Sauf que la tournure que ça prend est bien plus dramatique : le clergé oriental est carrément soumis à l'islam ! Le pire est que c'est encouragé par les curés et pères chrétiens ! Pourquoi ? Parce que les martyrs sont la semence du christianisme, voilà pourquoi ! Les prêtres orientaux utilisent le noble appel du martyr pour soumettre leurs ouailles à l'islam. C'est absolument immonde et dégueulasse ! Ce qui est de l'ordre de l'appel personnel, de la relation entre Dieu et son fils, est transformé en mission collective pour un peuple entier. Folie ! Sous prétexte qu'il faille "témoigner", qu'il faille porter sa croix, le clergé oriental, bien soutenu par l'occidental, en vient à nier le besoin de survie des peuples. A tout minimiser. Cette injonction paradoxale est proprement monstrueuse : « Soyez martyrs, sinon vous n'êtes pas chrétiens ! » MAIS C'EST FAUX ! Le martyr n'impose aucunement d'être idiot, de ne pas se battre, de ne pas survivre, au contraire ! 

Et à ceux qui diront que je raconte n'importe quoi, je les invite à se reporter à cette interview et plus précisément, la fin

DOImvjyW0AAbUJH

Bref, en politique, il faut mettre les curés de côté et faire ce qui est juste. Sinon, c'est comme Ste Jeanne d'Arc : « Évêque, c'est par toi que je meurs ! »"

Posté le 10 novembre 2017 à 14h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

08 novembre 2017

17-21 février : pèlerinage à Rome avec un chanoine de Lagrasse

Affiche-rome-lagrasse

Posté le 8 novembre 2017 à 19h46 par Michel Janva | Lien permanent

05 novembre 2017

La Fraternité Saint-Pierre compte 287 prêtres et 150 séminaristes

Capture d’écran 2017-11-05 à 18.18.34La Fraternité Saint-Pierre vient de publier ses ‘statistiques annuelles’ sur ses 437 (dont 293 incardinés) membres, on compte

Âge moyen des membres : 38 ans

Implantations :

Posté le 5 novembre 2017 à 18h19 par Michel Janva | Lien permanent

Pèlerinage au Kazakhstan du 22 au 29 avril 2018

L'Abbé Cyrille Debris, prêtre de l'archidiocèse de Rouen, organise un pèlerinage très original au Kazakhstan, dans une optique expiatoire pour les crimes des goulags et donc en priant par l’intercession des saints qui y furent martyrisés mais aussi pour rencontrer Mgr Schneider :

Capture d’écran 2017-11-02 à 19.38.18"L’idée d’un pèlerinage au Kazakhstan en surprendra plus d’un. Idée saugrenue ? Peut-être mon côté parfois un peu snob qui me fait aller là où les gens vont rarement ? En réalité, ce projet est surtout né d’une rencontre. L’association de prêtres dont je suis membre, l’Opus Sacerdotale, a reçu pour sa retraite annuelle à Fontgombault en août 2016 Mgr. Athanasius Schneider. Durant ces 5 jours partagés avec lui, je suis devenu admiratif de la sainteté émanant de cet homme humble, discret et pieux mais ô combien courageux, osant prêcher à temps et à contretemps la vérité, à une époque où les évêques sont souvent d’une déconcertante volonté de ne surtout pas faire de vagues. Nous avons parlé ensemble en allemand. Il m’a appris que le Kazakhstan a aussi ses sanctuaires, ses saints, liés à l’histoire soviétique des goulags. Et je me suis dit que nous avions là tous les ingrédients pour un pèlerinage hors-normes : un saint évêque, des édifices intéressants, des martyrs, un pays stable sous le président Noursoultan Nazarbaïev au pouvoir depuis 1990, très proche de Vladimir Poutine.

Le Kazakhstan est un pays sûr composé à 70% de musulmans mais aussi de 30% de chrétiens, majoritairement russes orthodoxes mais où le catholicisme s’établit en paix, où la communion est obligatoirement donnée sur la langue, même dans la forme ordinaire du rit romain par volonté des évêques locaux. St. Jean-Paul II s’y est rendu le 24 septembre 2001. Le pays, qui est favorisé par d’abondantes ressources énergétiques et sa proximité avec la Russie (Baïkonour est géré conjointement avec le grand voisin), se développe à grande vitesse, associant le style architectural américain à une histoire d’Asie centrale sous influence russe. Cela semblait une conséquence logique, après Fátima, d’aller vers ce sphère russophone (la Russie étant au programme à l’été 2018 aussi) en commençant par ce pays qui abrite l’Expo universelle cet été 2017. J’ai choisi les dates en fonction des disponibilités de Mgr. Schneider avec le calendrier des vacances normandes et parisiennes.

Le Kazakhstan est le 9e plus grand pays du monde avec 2,7 M de km2. C’est le plus grand d’Asie centrale (il a d’ailleurs des frontières au Sud avec les trois autres pays : Ouzbékistan, Turkménistan, Kirghizistan, pas le Tadjikistan). Toute sa frontière nord est avec la Russie, l’Ouest avec la mer Caspienne, l’Est avec la Chine. Il est très peu densément peuplé avec seulement 17 M d’habitants, dont de nombreuses minorités à cause des déportations staliniennes. L’Église catholique est structurée en 4 diocèses (éparchies) pour 182.000 catholiques (1,3% de la population). Les premiers catholiques furent des missionnaires mendiants auprès des Mongols à la cour de Karakorum, dans l’espoir de prendre à revers le calife. Innocent IV y envoya Jean de Plan Carpin, OFM, en 1245-47 puis St. Louis envoya de Chypre où il supervisait la 7e croisade Guillaume de Rubrouck en 1253-55. L’un des premiers diocèses dans le khanat de Djaghataï fut celui d’Almalik (aujourd’hui Chine, Xinjiang) avant 1328. Son second titulaire, Richard de Bourgogne, fut martyrisé par les musulmans.

Avec la conquête russe s’installèrent d’anciens soldats des armées tsaristes, issus de différentes nationalités. Le diocèse de Tiraspol à Saratov fut celui qui prenait en charge les Allemands de l’Empire russe. L’une des églises les plus anciennes (toujours existantes) fut celle du Sacré-Cœur à Petropavlosk. Le 17 avril 1905, un oukase de Nicolas II (édit de tolérance) a libéralisé le culte catholique, désormais presque à égalité avec les Orthodoxes.

L’époque soviétique vit la destruction programmée de toute la hiérarchie et des structures administratives de l’Église. Le Kazakhstan est connu pour avoir abrité de très nombreux camps de concentration soviétiques du système du goulag avec parmi les zeks (les deux lettres Z/K = з/к pour заключённый, prisonniers, détenus) le célèbre Alexandre Soljénitsyne (Алекса́ндр Иса́евич Солжени́цын). Son expérience à Ekibastouz (Экибастуз), appartenant à l’ensemble du Steplap ou camp des steppes (Степной лагерь) entre août 1950 et février 1953 donna la trame de son roman Une journée d’Ivan Denissovitch (Оди́н день Ива́на Дени́совича).

Chez les survivants de ces persécutions, une « Église du silence » s’organisa rapidement, sous la houlette de Mgr. Alexandre Chira (1897-1983), (Александр Корнилиевич Хира), Évêque de l’éparchie (diocèse dans les Églises catholiques de rite oriental) gréco-catholique ukrainienne de Moukatchevo (епископ Мукачевской грекокатолической епархии), déporté à Karaganda. C’était un véritable diocèse clandestin qui se déployait sur le territoire des 5 Républiques Soviétiques d’Asie Centrale. En 1991 une administration apostolique fut érigée pour la république et les quatre autres d’Asie Centrale. Un séminaire (Redemptoris Mater puis rebaptisé Maria, Mater Ecclesiæ) fut érigé en 1997-98. Dans cette même ville se trouve aussi le centre de la délégation des Gréco-catholiques."

Inscription et programme

Posté le 5 novembre 2017 à 13h28 par Michel Janva | Lien permanent

01 novembre 2017

Plutôt tous les saints du ciel que Luther !

171031_vatican_emet_un_timbre_lutherLa Poste de la Cité du Vatican a édité un timbre commémorant le « 5e centenaire de la Réforme protestante ». Nous y voyons le crucifix qui se trouve au-dessus du portail de l’église de Wittemberg où Luther, le 31 octobre 1517, afficha ses 95 thèses, aujourd’hui gravées dans le bronze. A gauche, Luther et la Bible. A droite, Mélanchton et la Confession d’Augsbourg… Un ami lecteur me demande si le Vatican ne devrait pas aussi éditer un timbre à l'effigie de Ponce Pilate, tellement c'est devenu une mode chez certains catholiques de louer l'auteur de la Réforme pour son inspiration, sa volonté sincère de défendre la foi, etc.

Le cardinal Müller dénonçait récemment cette déformation sur Luther :

"Il n’est pas réaliste de prétendre que son intention était de lutter contre certains abus relatifs aux indulgences, ou contre les péchés de l’Eglise de la Renaissance. Les abus et les mauvaises actions ont toujours existé dans l’Eglise, et pas seulement à la Renaissance, – il en existe même de nos jours."

Plusieurs ouvrages ont été publiés dernièrement sur Luther (voir celui édité par L'Homme Nouveau) et il serait grandement utile de les lire... Nous ne pouvons pas comprendre la modernité si nous n'en analysons pas les causes. La Réforme protestante fut aussi une révolution intellectuelle qui sépara la nature de la grâce, d’où procéda le processus général de sécularisation. La gnose luthérienne consiste essentiellement au refus de l’être des choses créées, qui par effet de conséquence ont à se construire. Le point central réside dans la liberté négative, celle du refus de servir et celle de se donner à soi-même la loi. C’est l’idée luthérienne de la « liberté du chrétien », par la suite sécularisée, qui va être à l’origine et donner naissance à l’idéologie moderne.  

Ce qui serait risible si ce n'était pas grave, c'est de constater que les mêmes sont prêts à admirer un hérétique entré en rébellion contre l'Eglise, au point d'y provoquer une révolution, mais  jouent les indignés lorsque 4 cardinaux interrogent le Saint-Père sur la formulation ambigüe de l'un de ses textes, ou les effarouchés lorsque quelques dizaines de théologiens demandent filialement au Pasteur de l'Eglise, dans une lettre qui traite notamment de Luther, de confirmer la foi, telle qu'enseignée par ses prédécesseurs... Aujourd'hui même, c'est au tour d'un célèbre théologien franciscain américain, membre de la Commission Théologique Internationale, de publier la lettre qu'il a envoyée au pape l'été dernier, dans laquelle il déplore cette "forme de « synodalité » qui autorise et encourage différentes options morales et doctrinales au sein de l’Eglise" et qui "ne peut que mener à davantage de confusion théologique et pastorale". Façon diplomate de dire qu'il y a tout de même un vrai foutoir.

En ce jour de la fête, contemplons plutôt ces saints du Ciel qui, eux, nous édifient par leur vie et leurs mérites. Louons-les et appelons-les à notre tour pour qu’ils viennent déverser sur nous une pluie de grâces. Que la Sainte Vierge Marie, reine de tous les saints, nous aide à vivre en communion avec les saints.

Posté le 1 novembre 2017 à 16h45 par Michel Janva | Lien permanent

29 octobre 2017

Terres de Mission : La signification de la fête du Christ-Roi

Programme de cette émission de TV Libertés :

Eglise universelle : Correction filiale au pape François : C’est avec une profonde tristesse, mais poussés par la fidélité envers Notre Seigneur Jésus Christ, par amour pour l’Eglise et pour la papauté et par dévotion envers votre personne que nous sommes contraints d’adresser à votre sainteté une correction à cause de la propagation d’hérésies entraînée par l’exhortation apostolique Amoris Laetitia…Ainsi commence le texte de 20 pages signé par 250 universitaires ou personnalité ecclésiastiques, dont l’abbé Barthe, et remis au Saint-Père le 11 août dernier. Cette pratique, inhabituelle dans l’Eglise, manifeste le trouble que suscite auprès d’un nombre grandissant de fidèles catholiques certaines initiatives du pape François. Peut-être est-ce l’heure de relire Alain Besançon : Il a pu paraître beau et même sublime de se proclamer “évêque des autres”. “Evêque des siens” pour être moins sublime et plus humble est un éloge qui vaut la peine d’être recherché ?

Eglise en France : Il y a 50 ans, le 29 septembre 1967 naissait le MJCF : Aujourd’hui président de Paix Liturgique, Christian Marquant, revient, comme il l’a fait dans le No 614 du 28 septembre 2017 de cette lettre électronique, sur la fondation du MJCF (Mouvement de la Jeunesse Catholique de France) le 29 septembre 1967. Quelques dizaines de jeunes du XIVéme arrondissement de Paris, issus des Scouts de France, prennent alors la décision de résister à ce qu’ils considèrent comme une dérive gauchisante du scoutisme tout en menant une réelle action missionnaire auprès des jeunes. C’est cette intuition-enthousiasme missionnaire conjugué à une résistance à l’apostasie et à la révolution ambiantes- qui se concrétisera dans la fondation officielle du MJCF le 7 juin 1970.

Eglise en Marche : célébrer la fête du Christ-Roi : L’Eglise fête, cette année, le 29 octobre dans l’ordo traditionnel et le 26 novembre dans le nouvel ordo la fête du Christ-Roi. Prêtre de l’Institut du Christ-Roi Souverain- le chanoine Guitard explique les origines, les raisons et l’actualité de cette célébration voulue par le pape Pie XI et institutionnalisée par l’encyclique Quas Primas du 11 décembre 1925. Parce que le Christ est hier, aujourd’hui et demain roi des coeurs, des intelligences, des volontés et …des sociétés.

Posté le 29 octobre 2017 à 19h05 par Michel Janva | Lien permanent

Des catholiques prient durant une cérémonie protestante à la cathédrale

Samedi 28 octobre à 16h, avait lieu dans la cathédrale Saints-Michel-&-Gudule de Bruxelles, une cérémonie protestante en commémoration du 500e anniversaire de la Réforme. La prédication était faite par le Pasteur Steven Fuite. Le cardinal Jozef De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles, a participé à cette cérémonie avec d’autres chefs religieux et responsables de la laïcité.

Un groupe de jeunes catholiques a perturbé la cérémonie en récitant à haute voix le chapelet, empêchant le Pasteur Steven Fuite de commencer sa prédication. Ce n'est qu'après l'intervention des forces de l'ordre et l'expulsions des jeunes que la cérémonie a pu continuer.

Quelques tracts ont aussi été distribués :

Thumbnail

Posté le 29 octobre 2017 à 13h03 par Michel Janva | Lien permanent

26 octobre 2017

La Réforme protestante constitue un bouleversement total des fondements de la foi catholique

Alors que le secrétaire général de la conférence des évêques d’Italie, Mgr Nunzio Galantino – nommé à ce poste en 2014 par le pape François – vient de qualifier la Réforme de Luther d’« événement du Saint-Esprit », le cardinal Gerhard Müller vient de tenir sur la rupture protestante il y a 500 ans un langage beaucoup plus… catholique. Dans une tribune publiée ce mardi par La Nuova Bussola Quotidiana, répondant directement et ouvertement à cette assertion, le cardinal Müller a souligné qu’il ne s’agissait pas d’une réforme, mais d’une révolution. Jeanne Smits a traduit l'article ici. Extrait :

Unknown-10"Il y a une grande confusion aujourd’hui dans le discours sur Luther, et il faut dire clairement que du point de vue de la théologie dogmatique, du point de vue de la doctrine de l’Eglise, il n’y eut pas en réalité une réforme mais une révolution, c’est-à-dire un bouleversement total des fondements de la foi catholique. Il n’est pas réaliste de prétendre que son intention était de lutter contre certains abus relatifs aux indulgences, ou contre les péchés de l’Eglise de la Renaissance. Les abus et les mauvaises actions ont toujours existé dans l’Eglise, et pas seulement à la Renaissance, – il en existe même de nos jours. Nous sommes la Sainte Eglise par la grâce de Dieu et des sacrements, mais tous les hommes d’Eglise sont pécheurs, tous ont besoin de pardon, de la contrition et de la pénitence.

Cette distinction est très importante. Dans le livre écrit par Luther en 1520, De captivitate Babylonica ecclesiae, il semble tout à fait clair que Luther a tourné le dos à tous les principes de la foi catholique, de l’Ecriture Sainte, de la Tradition apostolique et du magistère du Pape et des Conciles, et de l’épiscopat. En ce sens, il a travesti le concept de développement homogène de la doctrine chrétienne, tel qu’on l’a explicité au Moyen Age, en venant jusqu’à nier le sacrement, signe efficace de la grâce qui s’y trouve ; il a remplacé cette efficacité objective des sacrements par une foi subjective. Ce faisant, Luther a aboli cinq sacrements, et il a aussi nié l’Eucharistie : le caractère sacrificiel du sacrement de l’Eucharistie, et la transformation réelle de la substance du pain et du vin en la substance du corps et du sang de Jésus-Christ. Et encore : il a qualifié le sacrement de l’ordre épiscopal, le sacrement de l’ordre, d’invention du pape – défini comme l’Antichrist – et comme ne faisant pas partie de l’Eglise de Jésus-Christ. Nous disons au contraire que la hiérarchie sacramentelle, en communion avec le successeur de Pierre, est un élément essentiel de l’Eglise catholique, et pas seulement un principe d’organisation humaine.

C’est pourquoi nous ne pouvons pas accepter que la réforme de Luther soit définie comme une réforme de l’Eglise au sens catholique. Est catholique une réforme qui est un renouvellement de la foi vécue dans la grâce, dans le renouvellement des coutumes, de l’éthique : un renouvellement spirituel et moral des chrétiens ; pas une nouvelle fondation, une nouvelle Eglise.

Il est donc inacceptable d’affirmer que la réforme de Luther « était un événement du Saint-Esprit ». Au contraire, elle était dirigée contre le Saint-Esprit. [...]

On entend beaucoup de voix qui parlent de Luther avec trop d’enthousiasme, sans connaître exactement sa théologie, ses polémiques et les effets désastreux de ce mouvement qui a séparé des millions de chrétiens de l’Eglise catholique. [...]"

Posté le 26 octobre 2017 à 15h11 par Michel Janva | Lien permanent

31 octobre : conférence de Guillaume de Thieulloy sur Jacques Maritain et la liberté religieuse

Capture d’écran 2017-10-25 à 21.39.54

Posté le 26 octobre 2017 à 13h39 par Michel Janva | Lien permanent

Naples fête Summorum Pontificum

Samedi 21 octobre, Mgr Guido Pozzo, Secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei, a célébré une messe pontificale à Naples pour les 10 ans du Motu Proprio Summorum Pontificum. Célébrée dans la Basilique San Paolo Maggiore, qui abrite le tombeau de saint Gaëtan, cette cérémonie voulue par les groupes de fidèles locaux a été desservie par l'Institut du Bon Pasteur.

Naples01

À l'issue de la Sainte Messe, don Nicola Bux a prononcé une conférence sur le thème de "La fraternité catholique au service de l'action civique et culturelle". Des messages de félicitations du Cardinal Sepe, archevêque de Naples, et du Cardinal Castrillon Hoyos, ancien Président de l'Ecclesia Dei ont été lus à cette occasion.

Naples02

Posté le 26 octobre 2017 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

23 octobre 2017

Pèlerinage de la FSSPX à Lourdes

LComme chaque année, la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (FSSPX) a organisé son pèlerinage à Notre-Dame de Lourdes. Si 2017 marquait le centenaire des apparitions de Fatima et que l'oeuvre fondée par Mgr Lefebvre y avait organisé un important témoignage de foi au mois d'août, le principal sanctuaire marial français n'a pas pour autant été délaissé ces 21, 22 et 23 octobre.

Ce week-end, qui a réuni quelques 5000 pèlerins, a vu les écoles traditionnelles manifester leur vitalité dans les allées du sanctuaire pyrénéen. Les directeurs des établissements secondaires de la Fraternité avaient quasiment tous fait le déplacement (Saint-Michel de La Martinerie, Saint-Joseph des Carmes, l'Étoile du Matin à Bitche, Saint-Jean-Baptiste de La Salle à Camblain-l'Abbé, Saint-Jean Bosco à Marlieu, Saint-Martin de La Placelière) tandis que leurs garçons assuraient le service d'ordre, l'accompagnement polyphonique des messes, le transport des malades, etc. Les dominicaines enseignantes du Saint-Nom de Jésus de Fanjeaux sont venues en grand nombre, avec quelques 500 élèves, représentant quelques-unes de leurs écoles. Elles entouraient leur prieure générale, Mère Marie-Geneviève Rivière, réélue cet été pour un nouveau mandat.

La messe dominicale fut célébrée par l'abbé Émeric Baudot, premier assistant du district de France et nouveau pasteur de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, tandis que la veille, l'abbé Patrick Troadec, recteur du séminaire de Flavigny (Côte-d'Or) - l'une des six maisons de formation de la FSSPX - a fait part de l'entrée de dix-neuf nouveaux candidats au sacerdoce dans l'établissement qu'il dirige.

Posté le 23 octobre 2017 à 18h02 par Michel Janva | Lien permanent

Terres de Mission : Vers la trahison de l’Institut Pontifical Jean-Paul II ?

Programme de l'émission diffusée hier :

Eglise universelle: Mutation ou trahison de l'Institut Pontifical Jean-Paul II sur la famille? Par le Motu Proprio Summa familiae cura du 8 septembre 2017 le pape François a changé la dénomination, ainsi que la composition, de l'Institut Pontifical Jean-Paul II pour le mariage et la famille fondé en 1981 par son prédécesseur. Le nouvel organisme travaillera sur "les sciences du mariage et de la famille". Pour Jeanne Smits, rédactrice en chef de Réinformation TV ce changement de dénomination est révélateur d'un changement de perspective dans la ligne de la déclaration, controversée, post synodale: Amoris Laetitia sur le mariage et la famille. Plus que jamais semble d'actualité la réflexion de soeur Lucie de Fatima au cardinal Caffara, premier président de l'Institut Jean-Paul II: La bataille finale entre entre le Seigneur et le royaume de Satan portera sur le mariage et la famille.

Eglise en France: Rubens, peintre de la contre réforme catholique! A l'occasion de l'exposition présentée au musée du Luxembourg à partir du 4 octobre : Rubens. Portraits princiers, le Figaro hors série consacre un superbe numéro: Rubens le peintre gentilhomme au plus célèbre des Anversois. Christian Brosio nous éclaire sur un aspect méconnu de la personnalité du peintre des rois et des reines: Habsbourg, Stuart, Médicis. En effet Rubens fut un ardent propagateur, et chantre, de la contre réforme catholique, ami des jésuites et auteur de nombreuses peintures religieuses. Contre l'austérité et la tristesse calvinistes il exalte le culte des saints mais aussi la beauté de la vie et de la nature en particulier celle du, paraît-il, chef d'oeuvre de Dieu: la femme. Le tout dans une exubérance flamande dont les célèbres fêtes de village sont la manifestation la plus connue.

Eglise en Marche: Un pèlerinage d'action de grâces à Rome A l'occasion du 10ème anniversaire de la promulgation, le 7 juillet 2007, par le pape Benoît XVI du Motu Proprio Summorum Pontificum libérant la célébration de la messe dite traditionnelle un pèlerinage d'action de grâces était organisé du 14 au 17 septembre à Rome. De nombreux cardinaux (Burke, Sarah, Muller) ont honoré cet événement de leur présence. A cette occasion de nouveaux sondages d'opinion ont été rendus publics, confirmant l'intérêt d'une part importante des catholiques pratiquants de la forme ordinaire pour la célébration du rite extraordinaire. Monsieur l'abbé Barthe, aumônier de ce pèlerinage nous dresse un bilan de cet événement ecclésial majeur.

Posté le 23 octobre 2017 à 07h58 par Michel Janva | Lien permanent

20 octobre 2017

Malgré une baisse en Europe, les catholiques ont augmenté de 12 millions dans le monde

Lu sur I.Media :

"A l’occasion de la Journée missionnaire mondiale, qui aura lieu le 22 octobre prochain, l’agence Fides a présenté le 20 octobre 2017 au Vatican son état statistique de l’Eglise dans le monde pour l’année écoulée. Le nombre de catholiques a augmenté de 12,5 millions, malgré une baisse en Europe et un tassement du nombre de religieux."

Posté le 20 octobre 2017 à 14h36 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

Ancien otage, le père Uzhunnalil révèle qu'il a tenu grâce à la communion spirituelle

Le père Thomas Uzhunnalil avait été enlevé le 4 mars 2016 lors de l’attaque d’un hospice à Aden, au Yémen, qui avait coûté la vie à quatre Missionnaires de la Charité et à douze pensionnaires. Libéré le 11 septembre 2017, il s’est récemment confié au quotidien italien La Stampa.

Unknown-10« Toute cette période fut pour moi comme une longue retraite spirituelle ». « J’ai eu l’occasion de rentrer profondément en moi-même, de faire le point sur ma vie, ma vocation et la mission que le Seigneur m’avait confiée ».

« Le Seigneur m’a, dans sa bonté, permis de vivre une expérience pétrie d’insécurité, de souffrance, de privation, d’emprisonnement... Et puis, à l’issue, de redevenir un homme libre, prêt à remplir à nouveau sa mission de baptisé, de prêtre, de fils de saint Jean Bosco. Je rends grâces à Dieu pour la nouvelle possibilité qu’il m’a offerte ».

La force de tenir bon durant ces dix-huit mois d'emprisonnement, le salésien confie l’avoir trouvée dans la messe et la communion spirituelle :

« je m’unissais quotidiennement à la sainte messe, me rappelant de mémoire les lectures et les prières liturgiques ; j’étais moi-même le sacrifice eucharistique, mon propre corps étant un sacrifice d’agréable odeur à Dieu ».

Tout au long de sa captivité, le prêtre a vécu dans l'intimité de « l’Homme des douleurs, qui a connu l’angoisse, qui a été maltraité et rejeté : l’unique Christ de la Croix ». Tous les jours, explique-t-il, « j’ai senti Jésus à côté de moi, j’ai toujours su et senti dans mon cœur que je n’étais pas seul ».

Posté le 20 octobre 2017 à 14h30 par Michel Janva | Lien permanent

Un évêque irlandais assimilie union homosexuelle et mariage

Lu dans La Croix :

"Tous les trois ans, l’Église catholique organise une grande rencontre internationale des familles. C’est l’Irlande, pays où l’identité catholique est encore forte mais menacée par une sécularisation rampante, qui a été choisie pour accueillir la prochaine, en août 2018 à Dublin. Alors que les évêques irlandais ont lancé les préparatifs dans leurs diocèses, l’un d’eux a eu une prise de position assez rare à ce niveau de la hiérarchie catholique du pays.

À la tête du diocèse de Limerick, dans le Sud-Ouest de l’Irlande, Mgr Brendan Leahy a affirmé que les couples homosexuels doivent être les bienvenus à cette rencontre mondiale et que ce serait une occasion manquée si l’Église ne rassemblait pas les familles dans toute leur variété.

« Mon espoir pour la rencontre de l’an prochain, c’est qu’elle soit pour toutes les familles : les familles traditionnelles, monoparentales, les personnes engagées dans une deuxième union, divorcées remariées, les croyants comme les non croyants, les personnes d’autres religions, ceux qui sont en phase avec l’Église et ceux qui ne sont pas d’accord avec elle », a-t-il développé, vendredi 13 octobre, en marge du lancement des préparatifs dans son diocèse, selon le quotidien irlandais The Independent.

« Nous vivons à une époque de changement et la famille aussi change », a-t-il dit, tout en soulignant l’importance d’une telle rencontre en Irlande où « la famille a un sens très fort ».

Les Irlandais ont voté massivement en faveur du mariage homosexuel, lors d’un référendum organisé le 22 mai 2015 (le « oui » l’avait emporté à 62 %). « Beaucoup ont participé à ce vote, a rappelé Mgr Leahy. Et nous sommes tous les bienvenus pour nous joindre à cette célébration de la famille. Chacun doit se sentir accueilli l’an prochain. Nous voulons construire un bon réseau de soutien familial à tous les niveaux ». [...]

Nommé en 2013 pour succéder à Mgr Donal Murray, qui avait démissionné dans les suites des scandales d’abus sexuels, Mgr Leahy appartient à la nouvelle génération d’évêques irlandais nommés par le pape François. Il est par ailleurs engagé depuis ses années de séminaire dans le mouvement des Focolari. [...]"

Visiblement cette confusion n'est pas isolée comme le constate une analyse de Jeanne Smits, qui se désolé par ailleurs, de la mise aux oubliettes d'Humanae Vitae :

" Pas un mot non plus de la régulation naturelle des naissances, d’Humanae vitae. Un comble, quand on sait que les couples qui n’ont pas recours à des techniques contraceptives ont au moins dix fois moins de risque de divorces que ceux qui les utilisent."

Posté le 20 octobre 2017 à 10h35 par Michel Janva | Lien permanent

17 octobre 2017

Le père Boulad dénonce le silence de l'Eglise en France

Le Père Henri Boulad était à Toulon à l’invitation du Forum Jésus le Messie, dimanche 15 octobre. Il a donné une homélie en l’église de la paroisse Saint-François-de-Paule de Toulon des Missionnaires de la Miséricorde divine :

Posté le 17 octobre 2017 à 08h18 par Michel Janva | Lien permanent

15 octobre 2017

Terres de mission : Les défis du monde moderne

Terre de missions, l’émission religieuse de TV Libertés, reçoit dans sa séquence sur l’Eglise en France Cécile Maugendre. Celle-ci vient présenter la prochaine université de formation pour les jeunes organisée par Renaissance catholique à Riaumont, pendant les vacances de la Toussaint. Dédiée aux “Défis du monde moderne”, cette université marie temps de prière, temps de formation, et temps de détente.

La séquence sur l’Eglise universelle est consacrée à l’action de l’association LIFE (L’institut pour la famille en Europe), animée par Guillaume d’Alançon. Cette association, déjà connue pour ses accueils Louis et Zélie Martin où tous les problèmes familiaux et conjugaux peuvent être évoqués avec des prêtres, des psychologues ou des conseillers conjugaux, vient également de lancer une neuvaine à “Marie qui refait les couples” – et travaille à déposer à côté de l’abbaye de Solesmes une statue dédiée à la Vierge sous cette invocation.

Enfin, la séquence magazine “Eglise en marche” est consacrée au Chapelet des enfants, initiative lancée en France en 1926, avec le soutien de la plupart des diocèses de notre pays. Depuis 1936, cette association diffuse également une neuvaine pour l’Immaculée Conception. Cette année, la neuvaine a été écrite par le cardinal Sarah, préfet de la congrégation pour le Culte divin.

Posté le 15 octobre 2017 à 20h00 par Michel Janva | Lien permanent

Deux vies, un message. Marcel Van, Cardinal Van Thuân

Lu sur Info catho :

"L’un vient d’une famille riche, l’autre d’une famille pauvre. L’un a reçu une solide formation, l’autre n’a jamais pu étudier. L’un est Cardinal, l’autre apôtre caché de l’amour. Et pourtant tout les rassemble : Voici l’histoire de deux hommes vietnamiens qui ont consacré toute leur vie à Dieu même dans les pires conditions de captivité et de souffrance. Aujourd’hui, leurs procès en Béatification sont ouverts pour faire reconnaître la sainteté de ces hommes au même message : Celui de l’espérance qui ne déçoit pas au cœur même de l’expérience douloureuse de l’Amour. Il est apparu important à AMIS DE VAN EDITIONS de partager ce parallèle entre Thuân et Van dont les destins, par la force des choses mêlés, et les héritages spirituels suscitent un fort intérêt chez de nombreuses personnes. Porteur d’un message profond d’Espérance et de Confiance ce livre va renforcer la foi des lecteurs dans un monde en perte de repères à la lumière des enseignements offerts par ces deux hommes choisis par Dieu."

Commander le livre

Posté le 15 octobre 2017 à 16h12 par Michel Janva | Lien permanent

17 et 20 octobre : conférences à Montpellier et Béziers sur Fatima

F

Posté le 15 octobre 2017 à 08h33 par Michel Janva | Lien permanent

Un couple sauvé grâce à la neuvaine à "Marie qui refait les couples"

Voici le témoignage parvenu à Life Europe :

"La neuvaine à "Marie qui refait les couples" nous a aidé à sortir d'une ornière très difficile. Nous ne savions pas comment avancer. Un conseiller conjugal, un autre, et pas de progrès notable. Juste un sentiment de déception qui s'est accru, spécialement lorsque notre dernier entretien s'est achevé, sans promesse de réveil. Nous étions secs intérieurement, l'un et l'autre, murés en nous-mêmes. Nous n'échangions que des propos plats et avions peur de retomber dans des scènes de ménage. Émotionnellement, cela aurait été trop dur à supporter. Pour nous, mais aussi pour nos enfants. Le fossé se creusait et le risque qu'il soit infranchissable était réel.

C'est par une amie que nous avons découvert cette neuvaine. Au début on s'est dit que les bondieuseries n'allaient pas résoudre des problèmes structurels. Que nous avions déjà fait des prières pour aller mieux, sans résultat apparent. On s'est tout de même lancé car au fond chacun de nous deux voulait sortir d'une manière ou d'une autre de l'impasse. Chaque jour, le soir quand les enfants dormaient, nous suivions le déroulement de la neuvaine. Peu à peu, comme un traitement antibiotique qui commence à faire son effet, notre communication a retrouvé des couleurs, nos regards aussi. A l'intérieur chacun, sans trop se le dire, sentait qu'il se passait quelque chose.

Nous avions trop connu de crises pour prendre le risque d'être déçu à nouveau. Mais là, nous nous découvrions des ressources nouvelles pour faire face lorsque un sentiment négatif prenait le dessus. Comme si notre capacité d'adaptation à l'autre ne venait pas de nous. L'avant dernier jour de la neuvaine, nous avons réalisé que cela allait bientôt s'arrêter. Zut nous sommes-nous dit ! Qu'allons-nous devenir !

Depuis, nous continuons de prier ensemble car nous avons trouvé là un fil rouge, une bouée de secours. Et notre couple va beaucoup mieux. Nous savons que lorsqu'il y a une tension entre nous, il y a le rendez-vous du soir où nous confions à Marie nos émotions, nos attentes déçues, nos impatiences."

Pour se procurer la neuvaine : https://www.life-europe.fr/pag…/marie-qui-refait-les-couples

Posté le 15 octobre 2017 à 08h18 par Michel Janva | Lien permanent

14 octobre 2017

Programme de l'émission Terres de Missions du 15 octobre

Programme de l'émission Terres de Missions du 15 octobre à midi sur TV Libertés, présentée par Guillaume de Thieulloy :

Terre de missions reçoit dans sa séquence sur l'Eglise en France Cécile Maugendre. Celle-ci vient présenter la prochaine université de formation pour les jeunes organisée par Renaissance catholique à Riaumont, pendant les vacances de la Toussaint. Dédiée aux "Défis du monde moderne", cette université marie temps de prière, temps de formation, et temps de détente.

La séquence sur l'Eglise universelle est consacrée à l'action de l'association LIFE (L'institut pour la famille en Europe), animée par Guillaume d'Alançon. Cette association, déjà connue pour ses accueils Louis et Zélie Martin où tous les problèmes familiaux et conjugaux peuvent être évoqués avec des prêtres, des psychologues ou des conseillers conjugaux, vient également de lancer une neuvaine à "Marie qui refait les couples" - et travaille à déposer à côté de l'abbaye de Solesmes une statue dédiée à la Vierge sous cette invocation.

Enfin, la séquence magazine "Eglise en marche" est consacrée au Chapelet des enfants, initiative lancée en France en 1926, avec le soutien de la plupart des diocèses de notre pays. Depuis 1936, cette association diffuse également une neuvaine pour l'Immaculée Conception. Cette année, la neuvaine a été écrite par le cardinal Sarah, préfet de la congrégation pour le Culte divin.

Posté le 14 octobre 2017 à 12h34 par Michel Janva | Lien permanent

13 octobre 2017

Martyre et espérance des chrétiens d’Orient : la tournée commence jeudi 19 octobre

AffichePourWeezeventA l’aube du quatrième anniversaire de SOS Chrétiens d’Orient, l’association s’apprête à lancer une grande tournée à travers la France du son et lumière « Martyre et espérance des chrétiens d’Orient de Saint Paul à nos jours ». Au creux de l’abside du Val de Grâce, avait déjà résonné cet été le superbe texte de Richard Millet, déclamé avec douceur par la journaliste Charlotte d’Ornellas. Les images, projetées au creux de l’abside, déroulent la fresque de l’histoire de la Chrétienté orientale. Préserver cette histoire, continuer à la faire vivre : telle est la mission que se sont données l’association SOS Chrétiens d’Orient et SOS Maaloula, petite association de Béziers. C’est en la cathédrale Saint-Nazaire de cette belle commune de l’Hérault que sera lancée, jeudi 19 octobre, la grande tournée de l’œuvre. Deux projections (19h30 et 20h45) seront proposées à un public dont la contribution généreuse à la soirée pourra permettre à la ville de Maaloula de reprendre des couleurs !

Car c’est bien à Maaloula que tout a commencé. C’est cette ville, avec ses églises excavées, ses terrasses d’où surgissent les clochers surmontés de croix brillantes, qui a éveillé les consciences. « Notre association est née le 12 Novembre 2014, suite à la visite en octobre de notre maire Robert Ménard en Syrie, qui s’est rendu sur les lieux des combats dans le village détruit de Maaloula », raconte Gérard Duguay, président de l’association. Dévastée par le Front Al-Nosra, la cité fut également à l’origine de la création de SOS Chrétiens d’Orient, lieu-même où l’équipe fondatrice se réunit pour la toute première fois… Le 19 octobre, les deux associations se rassembleront à Béziers au bénéfices des habitants de Maaloula, dont les besoins, renseignés par le Père Toufic (curé du village), sont éminemment nombreux. « A Maaloula, il y a des projets agricoles, entre autre de replanter des vignes et ainsi pouvoir relancer l’activité vinicole. Mais bien d’autres besoins sont encore nécessaires pour que ce village retrouve un équilibre de vie, explique encore Gérard Duguay.

A l’heure où l’attention médiatique à l’égard des exactions de l’Etat islamique décroît, retisser les liens entre les Eglises orientales et ses sœurs d’Occident est primordial. Le 19 octobre, soyez nombreux à manifester aux chrétiens d’Orient que l’Occident prie pour ses martyrs et que le lendemain meilleur qu’ils attendent dans l’Espérance n’est pas une vaine prière.

Jeudi 19 octobre 2017 en la cathédrale Saint-Nazaire de Béziers (34500)

Réservations & ventes : https://www.weezevent.com/son-et-lumiere-a-beziers ; Office du Tourisme de Béziers - +33 (0)4 99 41 36 36

Contact : SOS Chrétiens d'Orient Adresse : 16 avenue Trudaine 75009 Paris Téléphone : 0183921653

Posté le 13 octobre 2017 à 10h58 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > L'Eglise : Vie de l'Eglise

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > L'Eglise : Vie de l'Eglise