19 avril 2018

Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde

AAtCVNttfXrpJGQeAlC7LhXNiWJscZbm4LnG31gPxi4ztqMYcYk2szAk6JeVLoUB2OsdmPRCS9OPJPbMJf0gLgkmDcgph4T7BbuSYE96NcRpVJDKjWO57ZfoG3YLgOmOPg~~

Source

Posté le 19 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

18 avril 2018

Celui qui vient à moi n’aura jamais faim

AJfc2hGxIoswk6Uhe_EN3MjS1_UL49UdwQAIma-xRZVjZrcT_L0ACZaUg_24LA0GPgB3orUcSZz3XbHdw1jF97JirJRlxA_CyF-BlC4QJcC9aNH4uI8Vut7JvtQnvE23wQ~~

source

Posté le 18 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

17 avril 2018

« Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »

AGlRU8q7gvHo5fW5q8vxC_ynaQzk-6t1LYw-yHiFI4GE5b_X3bed8Mc4Fyiapnb2fkd3ICEtp43F2D3ABo5T_6_jREIwyjeWeAFjUAS5L5DhGJMg8xaz5rgt81JgQpbBag~~

Source

Posté le 17 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

16 avril 2018

Terres de Mission : Comment notre monde a cessé d’être chrétien

Posté le 16 avril 2018 à 20h06 par Michel Janva | Lien permanent

Les patriarches d'Antioche condamnent l'agression contre la Syrie

Déclaration des patriarcats d’Antioche et de tout l’Orient pour les grecs-orthodoxes, les syriaques-orthodoxes et les grecs-melkites catholique, Damas le 14 avril :

Dieu est avec nous ; comprenez, toutes les nations, et soumettez-vous ! [Chant de la Vigile de Noël dans la liturgie byzantine]

Nous, les patriarches : Jean X, patriarche grec-orthodoxe d'Antioche et tout l'Orient, Ignace Aphrem II, patriarche syriaque-orthodoxe d'Antioche et tout l'Orient, et Joseph Absi, patriarche grec-melkite catholique d'Antioche, d'Alexandrie et de Jérusalem, condamnons et dénonçons l'agression brutale qui a eu lieu ce matin contre notre cher pays la Syrie par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, au motif allégué d’utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien. Nous élevons notre voix pour affirmer ce qui suit :

  1. Cette agression brutale est une violation manifeste des lois internationales et de la charte des Nations Unies, car il s'agit d'une attaque injustifiée contre un pays souverain, membre de l'ONU.
  2. Cela nous cause une grande souffrance que cette attaque bombardements vienne de puissants pays auxquels la Syrie n'a nui en aucune manière.
  3. Les allégations des États-Unis et d'autres pays selon lesquelles l'armée syrienne utilise des armes chimiques et que la Syrie est un pays qui possède et utilise ce type d'arme, sont une affirmation dépourvue de justification et que n’étayent pas de preuves suffisantes et claires.
  4. Le calendrier de cette agression injustifiée contre la Syrie, alors que la Commission d’enquête internationale indépendante allait commencer son travail en Syrie, sape le travail de cette commission.
  5. Cette agression brutale détruit les chances d'une solution politique pacifique et entraîne une escalade et davantage de complications.
  6. Cette agression injuste encourage les organisations terroristes et leur donne un élan pour poursuivre leurs actes de terrorisme.
  7. Nous demandons au Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies de jouer son rôle naturel en apportant la paix plutôt que de contribuer à l'escalade des guerres.
  8. Nous appelons toutes les Eglises des pays qui ont participé aux frappes à remplir leurs devoirs chrétiens, selon les enseignements de l'Évangile, et à condamner cette agression et à appeler leurs gouvernements à s'engager dans la protection de la paix internationale.
  9. Nous saluons le courage, l'héroïsme et les sacrifices de l'Armée arabe syrienne qui protège courageusement la Syrie et assure la sécurité de son peuple. Nous prions pour les âmes des martyrs et la guérison des blessés. Nous sommes convaincus que l'armée ne s’inclinera pas devant les agressions terroristes extérieures ou intérieures ; elle continuera à lutter courageusement contre le terrorisme jusqu'à ce que chaque centimètre de la terre syrienne soit nettoyé du terrorisme. Nous saluons de même la position courageuse des pays amis de la Syrie et de son peuple.

Nous offrons nos prières pour la sécurité, la victoire et la libération de la Syrie de toutes les sortes de guerres et de terrorisme. Nous prions également pour la paix en Syrie et dans le monde entier, et appelons à renforcer les efforts de réconciliation nationale dans le souci de protéger le pays et de préserver la dignité de tous les Syriens.

Posté le 16 avril 2018 à 16h25 par Michel Janva | Lien permanent

« L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »

AGyJgnV-JTtQpdLZtpNiQUDHBnC_gfun9WXVoQfH3juzIsHOdz4lcq1Jya3H6Gomi2KWilXlaCQ99VXXRiOhnzP5X8qSHey-cOZoU10x2kdscfy39J5CB2A1wdrw5RszzQ~~

source

Posté le 16 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

15 avril 2018

La paix soit avec vous

AOgYbOjjQoPG8YEKFLP2bEFb_tpgufHrRB-INlBSkI4tExqBwwrIrM2WEQltdfgr-ZB3EGy4KH0N5oDGT5C3TxmGX8cS1vUy8LqwyKSqF6uASamSKB46mGbjBZRTuWl1QQ~~

Source

Posté le 15 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

14 avril 2018

Ils virent Jésus qui marchait sur la mer

AMKc7k_YBRLufMQ-OMAAaMQGJYEN3ZdVcA9XQoGh8eP8LYSOinvpf4NIr0z_KohjvtCNLX2lMFHpnhL3GBwPGqptWswloZdOfte7EqwJTt2oYrlyg_gTQtGp4ss-n91mmA~~

Source

Posté le 14 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

13 avril 2018

Alors Jésus prit les pains

AJzGntpgis2FxKIY7nYqA8LgufyfFSJy2g2eUVFJqL5sNQjI2Hr_-h1NlL6FQMH8xkeGtUaHfbXalREqD-IxzS_v8O3r_cPmmfF4N4ThQP3Ilp6Gtk48AwiPgGhpQPuxAQ~~

source

Posté le 13 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

12 avril 2018

Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous

AB2BKSXFOulDjKciYvzvtKyJQYLC-PJsX4atlt2MSIyp0lBIwm-kOuFF_gxJD9-NX00Xm9dwEKCVCVUhE7hkGKutdP4-r4EFXHU0bJ0YT7OK-KTpKpbVJwGDopCoEEwRvw~~

Posté le 12 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

11 avril 2018

En Algérie, c'est le FLN qui décide si on peut béatifier des catholiques

Incroyable

Unknown-10"L'Algérie a donné au Vatican son accord pour la béatification à Oran des moines français de Tibéhirine, assassinés en 1996 dans des circonstances mystérieuses, a annoncé, mardi, sur France 24, le ministre algérien des Affaires étrangères. [...] "L'Algérie a donné son accord pour la béatification de ces moines et ça a été signifié au Vatican", a déclaré Abdelkader Messahel le 10 avril. "La béatification se fera dans quelques mois, dans quelques semaines, à Oran", a-t-il précisé.

Interrogé sur une possible présence du pape François à cette cérémonie en Algérie, le chef de la diplomatie algérienne ne l'a pas exclue : "On verra, pourquoi pas". Fin janvier, le pape François avait ouvert la voie à leur béatification en les déclarant martyrs, au côté de douze autres religieux et religieuses tués en Algérie entre 1994 et 1996 – dont l'ancien évêque d'Oran, Pierre Claverie."

Posté le 11 avril 2018 à 12h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (20)

La lumière est venue dans le monde

ACiD3vP7PjuPMtmqPG3Mm6nsoZ8a_sWkq4agCNxN4yDza6zMvSvawcjEPTBRD898uOecks8GrvBJ-4lch84YfpvcYcWrj_GF9C_aHmMHIxuB-hsT4dhD1mS7baYXGBmHUw~~

Posté le 11 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

10 avril 2018

Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l'Esprit

ADq2qBY8s0NatpjRiUQWN2wW621ZVHKi9tAQwgpaeWkMdVFOIwqiW9cxMU-oPRwfaHo9KLBC1ME0uQzI8S91B9xd0214TZlngm03c-fb3NpaYij6sWCcK2MvDJh5F6c3FA~~

Posté le 10 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

09 avril 2018

Voici la servante du Seigneur

AHrPiHwC3m3N7mKqbnpIHJptgXLnGmSNtN_Mp4BM35OdfHMMp-P10eaLsllkebn6vhqn5H3V_NBXn1nWUgXw9ROK8uMhXjjO_kAsFR3_3hg-mbAqkbeeU1KFqO2Dc36msg~~

Posté le 9 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

08 avril 2018

Terres de missions : les actions judiciaires contre les grands acteurs de la pornographie

Ce dimanche 8 avril, l’émission religieuse de TV Libertés, Terre de missions, reçoit François Billot de Lochner, président de la Fondation de Service Politique, pour évoquer les actions judiciaires qu’il a entreprises contre les grands acteurs de la pornographie… et notamment contre l’Etat (et l’Education nationale en particulier) pour incitation à la débauche de mineurs.

Philippe Maxence, directeur du bimensuel catholique “L”Homme nouveau”, évoque ensuite le dernier né des éditions de L’Homme nouveau : “L’homme aboli” du sociologue allemand Friedrich Tenbruck. La thèse de cet ouvrage est que les sciences sociales, d’une part, nient l’homme en occultant totalement sa liberté et en le voyant comme un simple rouage de la société ; et, d’autre part, imposent une vision matérialiste et déterministe de l’homme et de la société qui contribue à abolir l’humanité.

Enfin, l’abbé Michel Viot, à l’occasion de la sortie de son livre “L’Heure du royaume de France est-elle venue ?”, explique ce qu’une royauté sacrée changerait aux relations Eglise-Etat, en permettant enfin de traiter la question du totalitarisme islamique sans tomber dans le totalitarisme laïciste.

Posté le 8 avril 2018 à 14h38 par Michel Janva | Lien permanent

Avance ta main et mets la dans mon côté

8 Avril  2018  évangile du jour illustré par un dessin au lavis de Jean-Joseph Chevalier  image

Posté le 8 avril 2018 à 08h07 par Michel Janva | Lien permanent

07 avril 2018

Déclaration finale du colloque “Eglise catholique, où vas-tu ?”, Rome, le 7 avril

Déclaration finale du colloque “Eglise catholique, où vas-tu ?” tenu à Rome, aujourd'hui, sous le signe du cardinal Caffarra et où étaient annoncés les cardinaux Burke, Brandmüller, Arinze et Zen, ainsi que Mgr Schneider :

"En raison des interprétations contradictoires de l’exhortation apostolique Amoris lætitia, la confusion et le désarroi vont croissant parmi les fidèles du monde entier.

La demande urgente d’environ un million de fidèles, de plus de 250 professeurs et aussi de cardinaux d’une réponse clarificatrice du Saint-Père à ce sujet n’a toujours pas été entendue.

Devant le grave danger que cela cause à la foi et à l’unité de l’Église, nous, baptisés et confirmés, membres du Peuple de Dieu, nous sommes appelés à réaffirmer notre foi catholique.

Le Concile Vatican II nous autorise et nous encourage à le faire, lui qui, dans Lumen gentium, n. 33, déclare : « Ainsi, tout laïc, en vertu des dons qui lui ont été faits, constitue un témoin et en même temps un instrument vivant de la mission de l’Église elle-même “à la mesure du don du Christ”(Ep 4, 7). »

Le bienheureux John Henry Newman nous y encourage aussi, lui qui, dans un écrit que l’on peut dire prophétique, Sur la consultation des fidèles en matière de doctrine, indiquait, déjà en 1859, l’importance du témoignage de la foi de la part des laïcs.

C’est pourquoi, nous témoignons et confessons selon l’authentique tradition de l’Eglise que:

1) Le mariage ratifié et consommé entre deux baptisés ne peut être dissous que par la mort.

2) Ainsi, les chrétiens qui, unis par un mariage valide, s’unissent à une autre personne alors que leur conjoint est encore en vie, commettent le grave péché d’adultère.

3) Nous sommes convaincus qu’il existe des commandements moraux absolus, qui obligent toujours et sans exception.

4) Nous sommes également convaincus qu’aucun jugement subjectif de conscience ne peut rendre bonne et licite une action intrinsèquement mauvaise.

5) Nous sommes convaincus que le jugement sur la possibilité d’administrer ou non l’absolution sacramentelle ne repose pas sur la question de l'imputabilité du péché commis, mais sur le propos du pénitent d’abandonner un mode de vie contraire au commandement divin.

6) Nous sommes enfin convaincus que les divorcés « remariés » civilement, qui ne sont pas disposés à vivre dans la continence, se trouvant dans une situation objectivement opposée à la loi de Dieu et ne peuvent accéder à la communion eucharistique.

Notre Seigneur Jésus-Christ dit : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples, et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres » (Jn 8, 31-32).

Dans cette assurance, nous confessons notre foi devant le suprême pasteur et maître de l’Eglise en même temps que devant les évêques, et nous leur demandons de nous confirmer dans la foi."

Posté le 7 avril 2018 à 19h31 par Michel Janva | Lien permanent

Terre de missions du 8 avril: Lutter contre la pornographie

Unknown-4En ce dimanche 8 avril, l'émission religieuse de TV Libertés, Terre de missions, reçoit, à nouveau, François Billot de Lochner, président de la Fondation de Service Politique, pour évoquer les actions judiciaires qu'il a entreprises contre les grands acteurs de la pornographie… et notamment contre l'Etat (et l'Education nationale en particulier) pour incitation à la débauche de mineurs.

Philippe Maxence, directeur du bimensuel catholique "L"Homme nouveau", évoque ensuite le dernier né des éditions de L'Homme nouveau: "L'homme aboli" du sociologue allemand Friedrich Tenbruck. La thèse de cet ouvrage est que les sciences sociales, d'une part, nient l'homme en occultant totalement sa liberté et en le voyant comme un simple rouage de la société; et, d'autre part, imposent une vision matérialiste et déterministe de l'homme et de la société qui contribue à abolir l'humanité.

Enfin, l'abbé Michel Viot, à l'occasion de la sortie de son livre "L'Heure du royaume de France est-elle venue?", explique ce qu'une royauté sacrée changerait aux relations Eglise-Etat, en permettant enfin de traiter la question du totalitarisme islamique sans tomber dans le totalitarisme laïciste.

Posté le 7 avril 2018 à 10h58 par Michel Janva | Lien permanent

Il leur reprocha leur manque de foi et la dureté de leurs coeurs

ANtpBpsFHUSCIdFhdjY4UX_6lbL89EV8TNISU7RA6ftUG8GCn5v2Y8KJDyIqYlIz7e3vNaBNg3PB_RdzJoMFGktmopQI686m-WI_GeZfnN-SUjA2CJmDl2SY46Asqah76g~~

Posté le 7 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

06 avril 2018

Cette façon de jouer avec la foi et la doctrine, au plus haut niveau de l'Église, est un scandale

En marge d'un congrès qui se tiendra à Rome demain en mémoire du cardinal Caffara, et lors duquel interviendront plusieurs cardinaux, Riccardo Cascioli s'entretient avec le cardinal Burke. Extrait de la traduction de Benoît-et-moi :

Unknown-14"[...] Ce qui s'est passé avec la dernière interview donnée à Eugenio Scalfari pendant la Semaine Sainte et rendue publique le Jeudi Saint est allé au-delà du tolérable. Qu'un athée notoire prétende annoncer une révolution dans l'enseignement de l'Église catholique, considérant qu'il parle au nom du Pape, niant l'immortalité de l'âme humaine et l'existence de l'enfer, a été source de profond scandale non seulement pour beaucoup de catholiques mais aussi pour beaucoup de laïcs qui respectent l'Église catholique et ses enseignements, même s'ils ne les partagent pas. De plus, le Jeudi Saint est l'un des jours les plus saints de l'année, le jour où le Seigneur a institué le Saint Sacrement de l'Eucharistie et du sacerdoce, afin qu'il puisse nous offrir toujours le fruit de sa passion rédemptrice et de sa mort pour notre salut éternel. En outre, la réponse du Saint-Siège aux réactions scandalisées du monde entier a été très insuffisante. Au lieu d'annoncer à nouveau clairement la vérité sur l'immortalité de l'âme humaine et sur l'enfer, le démenti affirme seulement que certaines des paroles citées ne viennent pas du Pape. Il ne dit pas que les idées erronées, voire hérétiques, exprimées par ces paroles ne sont pas partagées par le Pape et que le Pape rejette ces idées comme étant contraires à la foi catholique. Cette façon de jouer avrc la foi et la doctrine, au plus haut niveau de l'Église, laisse à juste titre les pasteurs et les fidèles scandalisés.

Si ces choses sont très graves et source d'embarras, le silence de nombreux Pasteurs est surprenant.

Certes, la situation s'est encore aggravée par le silence de nombreux évêques et cardinaux qui partagent avec le Pontife romain sa préoccupation pour l'Église universelle. Certains sont tout simplement silencieux. D'autres prétendent qu'il n'y a rien de grave. D'autres répandent la fiction d'une nouvelle Église, d'une Église qui prend une direction totalement différente du passé, imaginant par exemple un «nouveau paradigme» pour l'Église ou une conversion radicale de la pratique pastorale de l'Église, la rendant complètement nouvelle. Et puis, il y a ceux qui sont des promoteurs enthousiastes de la soi-disant révolution dans l'Église catholique. Pour les fidèles qui comprennent la gravité de la situation, le manque de direction doctrinale et disciplinaire de la part de leurs pasteurs les laisse perdus. Pour les fidèles qui ne comprennent pas la gravité de la situation, ce manque les laisse dans la confusion et peut-être victimes d'erreurs nuisibles à leur âme. Beaucoup de ceux qui sont entrés en pleine communion avec l'Église catholique, ayant été baptisés dans une communion ecclésiale protestante parce que leurs communautés ecclésiales ont abandonné la foi apostolique, souffrent intensément de la situation: percevant que l'Église catholique suit le même chemin d'abandon de la foi.

Ce que vous dépeignez là est une situation apocalyptique...

Toute cette situation m'amène à réfléchir de plus en plus sur le message de Notre-Dame de Fatima qui nous met en garde contre le mal - encore plus grave que les maux très graves subis à cause de la propagation du communisme athée - qu'est l'apostasie de la foi au sein de l'Église. Le §675 du Catéchisme de l'Église catholique nous enseigne que «avant la venue du Christ, l'Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants», et que «la persécution qui accompagne son pèlerinage [de l'Église] sur terre révélera le "mystère d'iniquité" sous la forme d'une imposture religieuse qui offre aux hommes une solution apparente à leurs problèmes, au prix de l'apostasie de la vérité».

Dans une telle situation, les évêques et les cardinaux ont le devoir de proclamer la vraie doctrine. Dans le même temps, ils ont le devoir de conduire les fidèles à réparer les offenses contre le Christ et les blessures infligées à son Corps mystique, l'Église, quand la foi et la discipline ne sont pas correctement sauvegardées et promues par les pasteurs. Le grand canoniste du XIIIe siècle, Henri de Suse, confronté à la difficile question de savoir comment corriger un Pontife romain qui agirait d'une manière contraire à sa charge, affirme que le Collège des Cardinaux constitue un contrôle de facto contre l'erreur papale. [...]

Le Pape n'est certainement pas un souverain absolu, mais aujourd'hui, il est beaucoup perçu de cette façon. «Si c'est le Pape qui le dit...» est le moyen courant de couper cout à toute question ou tout doute sur certaines déclarations. Il y a une sorte de papolâtrie. Comment réagissez-vous à cela ?

La notion de la plénitude du pouvoir du Souverain Pontife a déjà été clairement énoncée par le Pape Saint Léon le Grand. Les canonistes du Moyen Âge ont grandement contribué à l'approfondissement du pouvoir inhérent à l'Office pétrinien. Leur contribution reste valable et importante. La notion est très simple. Le Pape, par la volonté divine, jouit de tout le pouvoir nécessaire pour sauvegarder et promouvoir la vraie foi, le vrai culte divin et la saine discipline requise. Ce pouvoir n'appartient pas à sa personne, mais à sa charge de successeur de saint Pierre. Dans le passé, la plupart du temps, les papes n'ont pas rendu publics leurs actes personnels ou leurs opinions, précisément pour ne pas risquer que les fidèles soient entraînés dans la confusion sur ce que fait et pense le successeur de saint Pierre. Actuellement, il y a une confusion dangereuse et même nuisible entre la personne du Pape et sa charge, qui a pour conséquence l'obscurcissement de l'Office pétrinien et une conception "mondaine" et politique du service du Pontife romain dans l'Église. L'Église existe pour le salut des âmes. Tout acte d'un Pape qui sape la mission salvifique du Christ dans l'Église, qu'il s'agisse d'un acte hérétique ou d'un acte peccamineux en soi, est tout simplement vide du point de vue de l'Office pétrinien. Par conséquent, même s'il cause clairement des dommages très graves aux âmes, elle [l'Eglise] ne commande pas l'obéissance des pasteurs et des fidèles. Il faut toujours distinguer le corps de l'homme qui est le Pontife romain du corps du Pontife romain, c'est-à-dire de l'homme qui exerce l'office de saint Pierre dans l'Église. Ne pas faire la distinction, c'est de la papolâtrie, cela se termine par la perte de la foi dans l'Office Pétrinien divinement fondé et soutenu.

Dans la relation avec le Pape, à quoi un catholique doit-il tenir le plus?

Le catholique doit toujours respecter, de manière absolue, l'Office pétrinien en tant que partie essentielle de l'institution de l'Église par le Christ. Dès l'instant où le catholique ne respecte plus l'office pétrinien, il se dispose soit au schisme, soit à l'apostasie de la foi. Dans le même temps, les catholiques doivent respecter l'homme en charge de l'office, ce qui signifie attention portée à son enseignement et à sa direction pastorale. Ce respect inclut aussi le devoir d'exprimer au Pape le jugement d'une conscience correctement formée, lorsqu'il s'écarte ou semble s'écarter de la vraie doctrine et de la saine discipline ou abandonne les responsabilités inhérentes à sa charge. Par la loi naturelle, par les évangiles et la tradition disciplinaire constante de l'Église, les fidèles sont tenus d'exprimer à leurs pasteurs leur sollicitude pour l'état de l'Église. Ils ont ce devoir, auquel correspond le droit de recevoir une réponse de leurs pasteurs. [...]"

Posté le 6 avril 2018 à 09h38 par Michel Janva | Lien permanent

7 évêques allemands contestent une décision de leur Conférence épiscopale

Lu ici :

Capture d’écran 2018-04-05 à 21.48.03"En février 2018, la Conférence des évêques d’Allemagne avait approuvé, à la majorité qualifiée des deux tiers, un projet prévoyant d’octroyer à un protestant la possibilité d’assister et de communier à la messe à laquelle participe son conjoint catholique.

Plusieurs prélats se sont immédiatement élevés car une décision d’une telle importance dépasse les compétences de la Conférence épiscopale. Aussi ont-ils décidé d’en référer directement au Saint-Siège.

C’est le journal allemand Kölner Stadt-Anzeiger, dans son édition du 4 avril 2018, qui dévoile les noms des évêques allemands ayant adressé, le 22 mars 2018, une lettre de trois pages à Mgr Luis Ladaria Ferrer, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Les sept signataires sont : le cardinal-archevêque de Cologne Rainer Maria Woelki ; Ludwig Schick, archevêque de Bamberg ; Konrad Zdarsa, évêque d’Augsbourg ; Gregor Maria Hanke, évêque d’Eichstätt ; Stefan Oster, évêque de Passau ; Rudolf Voderholzer, évêque de Ratisbonne et Wolfgang Ipolt, évêque de Görlitz. A la fin de leur lettre, les évêques implorent le Saint-Siège de « faire la lumière sur ce document (de la Conférence épiscopale) dont nous doutons qu’il soit compatible avec la foi et l’unité de l’Eglise ».

Ce recours au Vatican a été - le fait est à noter - porté à l’insu du président de la Conférence des évêques d’Allemagne, le cardinal Reinhard Marx, par ailleurs archevêque de Munich et Freising. Dans un communiqué officiel publié le 4 avril 2018, le très libéral prélat s’est dit « surpris », pour ne pas dire irrité, par l’initiative de ses sept confrères. Il se défend en mettant en avant la qualité des débats de l'Assemblée générale et l'écrasante majorité ayant prévalu en faveur de l'intercommunion au sein des mariages mixtes. Il évoque la possibilité pour une Conférence épiscopale nationale de permettre la distribution des sacrements de l'Eglise à ceux qui ne sont pas en pleine communion en s'appuyant sur le canon 844 qui le permet « en cas de danger de mort ou de grave nécessité ». Enfin il s'autorise des encouragements du pape François pour aller de l'avant sur le chemin de l'œcuménisme avec les autres chrétiens, y compris par des mesures à caractère pastoral.

Les signataires du recours au Vatican veulent croire que leur appel sera entendu. En juillet 1999, le prédécesseur de Mgr Woelki, le cardinal Joachim Meisner, s’était tourné vers Jean-Paul II pour lui demander d’intervenir dans l’affaire des centres Donum vitae gérés par l’Eglise en Allemagne. Ceux-ci délivraient, avec la bénédiction des évêques, des certificats permettant de recourir à l’avortement. L’intervention de Mgr Meisner avait eu pour résultat une instruction papale condamnant cette pratique.

Il est à espérer qu’en 2018 à son tour, la Congrégation pour la doctrine de la foi entende la voix des sept prélats et fasse prévaloir le primat de la foi sur les ambiguïtés entretenues et diffusées dans l'Eglise, a capite usque ad calcem."

Posté le 6 avril 2018 à 08h46 par Michel Janva | Lien permanent

Le rôle de l'Etat selon la doctrine sociale de l'Eglise

« Le Catholique libertarien » est un blog collectif qui propose de discuter entre catholiques du rôle de l’Etat dans l’optique d’être le plus en conformité avec l’Evangile du Christ. On y trouve des réflexions intéressantes, qui sortent parfois de l'ordinaire. Exemple :

Cropped-le-catholique-libertarien1"Chers cathos de gauche, ce n’est pas le rôle de l’Etat de donner aux pauvres, c’est le vôtre! Traduction de « Dear Liberal Christians, It’s Not The Government’s Job To Give To The Poor. It’s Yours. » par Matt Walsh publié sur The Daily Wire en Décembre 2017

Il y a des raisons légitimes de critiquer le plan fiscal du GOP (note du traducteur: GOP veut dire Great Old Party, un autre nom du Parti Républicain américain). Ici, en revanche, il y a une raison très illégitime que j’ai entendu d’innombrables fois de la part des chrétiens progressistes: La Bible veut que nous payions des impôts plus élevés afin d’aider les pauvres. En recevant une réduction d’impôt, nous prenons de l’argent aux pauvres. En particulier en coupant les droits, ce qui est supposé être la prochaine étape pour les républicains au Congrès, nous nous dérobons à notre responsabilité chrétienne de prendre soin des plus petits d’entre nous. C’est l’argument «chrétien» du socialisme, et les socialistes chrétiens le font depuis des décennies.

[...] La seule chose que Jésus dit à propos des impôts, c’est que nous devrions les payer («donnez à César ce qui est à César»). Il ne se prononce jamais sur la hauteur ou la faiblesse qu’ils devraient avoir. Il nous commande de donner aux pauvres, mais jetons un coup d’œil à la façon dont il exprime ces commandements:

« Le roi leur répondra: “Je vous le déclare, c’est la vérité: toutes les fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » » Matthieu 25:40

« Donne à celui qui te demande quelque chose; ne refuse pas de prêter à celui qui veut t’emprunter. » – Matthieu 5:42

« Vendez vos biens et donnez l’argent aux pauvres. Munissez-vous de bourses qui ne s’usent pas, amassez-vous des richesses dans les cieux, où elles ne disparaîtront jamais: les voleurs ne peuvent pas les y atteindre ni les vers les détruire. »Luc 12:33

« Jésus regarda autour de lui et vit des riches qui déposaient leurs dons dans les troncs à offrandes du temple. Il vit aussi une veuve pauvre qui y mettait deux petites pièces de cuivre. Il dit alors: «Je vous le déclare, c’est la vérité: cette veuve pauvre a mis plus que tous les autres. Car tous les autres ont donné comme offrande de l’argent dont ils n’avaient pas besoin; mais elle, dans sa pauvreté, a offert tout ce dont elle avait besoin pour vivre.» »Luc 21: 1

Puis Jésus dit à celui qui l’avait invité: «Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n’invite ni tes amis, ni tes frères, ni les membres de ta parenté, ni tes riches voisins; car ils pourraient t’inviter à leur tour et tu serais ainsi payé pour ce que tu as donné.Luc 14:12

« Il leur répondit: «Celui qui a deux chemises doit en donner une à celui qui n’en a pas et celui qui a de quoi manger doit partager.» ». – Luc 3:11

Le Christ a évidemment beaucoup à dire sur ce sujet. Mais, en parcourant les versets ci-dessus, remarquez quels mots n’apparaissent pas: «gouvernement», «État», «politique», «loi», «impôt». Il ne nous dit pas simplement de nous soumettre passivement à un administrateur tiers qui veillera à ce que toutes les tuniques soient distribuées uniformément, et que tous les banquets soient diversement suivis, et qu’une certaine portion prescrite soit donnée aux mendiants, emprunteurs et nécessiteux. Le Christ n’a jamais établi ou suggéré ou approuvé un système parrainé par l’État par lequel ces choses seront réalisées. Il le rend beaucoup plus simple pour nous. Il met la responsabilité non pas sur les politiciens ou les bureaucrates, mais sur quelqu’un d’autre entièrement: vous.

Christ veut que vous preniez votre propre argent et le donniez aux nécessiteux dans votre communauté. Peu importe le taux d’imposition, cette obligation n’est pas remplie – elle ne commence même pas à être remplie – en payant vos impôts. Il n’est surtout pas accompli en restant assis sur le côté tandis que votre voisin paye ses impôts et récupère plus du fardeau de «charité» que vous.

[...] Maintenant, pourquoi Jésus préconise-t-il la charité personnelle plutôt que la charité gouvernementale? Pourquoi nous impose-t-il la responsabilité en tant qu’individus plutôt qu’en tant qu’État? Je pense que la raison est la suivante: l’amour. Le but n’est pas d’éradiquer la pauvreté, comme si la pauvreté était une sorte de maladie. Le but est simplement de s’aimer. C’est pourquoi le Christ félicite particulièrement la vieille femme au temple qui a donné relativement peu. C’était, pour elle, un acte de grand amour. Et c’est ce que le Christ veut de nous. Il veut que nous nous aimions.

Il n’y a pas d’amour dans le système de protection sociale. Il n’y a pas d’amour dans la fiscalité. C’est bureaucratique, impersonnel, désintéressé, déshumanisant. Un homme ne vit pas les fruits de l’amour quand il encaisse un chèque mensuel envoyé par un bureau du gouvernement. Au contraire, il est traité comme un chiffre, une statistique, un problème qui doit être résolu. Cela ne semble pas être ce que Jésus avait à l’esprit.

En fait, nous faisons le contraire de ce que le Christ a commandé quand nous négligeons les pauvres dans nos propres communautés, en espérant que le gouvernement les gardera adéquatement nourris. La nourriture n’est pas la question. Pas toute la question en tous cas. Tout le but est d’aimer notre prochain. Payer vos impôts n’est pas l’amour car vous êtes obligés de le faire. Acclamer le système d’allocations, financé principalement avec l’argent d’autres personnes, n’est pas l’amour. Aimer, c’est faire soi-même, personnellement, et donner. Donne ce que tu as. Donnez de vous-même. Donnez votre propre argent. C’est ce que veut Jésus."

Posté le 6 avril 2018 à 08h13 par Michel Janva | Lien permanent

Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n'arrivaient pas à le tirer

ANlhtkmP9NygTDdU1sxXM5Y5mGjvoYzo9N9n8f-V_624waAajDAwfD_2ynLKG7mUzFrx706I1WBvZIPb2AOxZg_R9mP9Q9pQ-fm_8jVkiXj3jAgO9JalPWWDg2jIHpXfRg~~

Posté le 6 avril 2018 à 08h11 par Michel Janva | Lien permanent

05 avril 2018

Il leur montra ses mains et ses pieds

AJnA2jrbN7cPi4DQrs9-EFFdS5l7WHnclAVuVIHJPNuV0IVzCzvQiCFbgZdRfoRWsy0GNrDDsbV1Qd6c1qixsOKitsR_cNEGc-VktuPYDBkz-WIg7v4ecQX3bh-qMqlWmQ~~

Posté le 5 avril 2018 à 08h03 par Michel Janva | Lien permanent

04 avril 2018

Alors il s'arrêtèrent tout tristes

AGcbFEzK_G0VhdlVxC5_mBxrCPuWWpHtNETYCX79vDbHJW0lBoj8mD64xnOOYOrWujbVK4C7EZDQ8LsXW7l4a-DSx2JaDtjtqHhGLz4-l2dou0TlHucJqjA29S45x4GxeQ~~

Posté le 4 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

03 avril 2018

« Les chrétiens progressistes ? Des alliés des communistes ! »

Dans un entretien de trente minutes à Réinformation.TV, Jean Marie Le Pen revient sur ses Mémoires. Le président historique du Front National, qui dit avoir rompu avec l’Eglise catholique, rappelle le rôle essentiel devant être joué par la France, fille aînée de l’Eglise. Jean Marie Le Pen affirme voir été sollicité pour entrer en franc-maçonnerie.

« J’ai refusé à chaque fois car toute ma vie, comme je l’avais fait vis-à-vis des services secrets, j’ai voulu rester un homme libre. J’ai toujours voulu rester un homme qui ne recevait pas de consignes secrètes de qui que ce soit. J’ai gardé cette ligne toute ma vie et ma foi, je ne m’en suis pas si mal porté jusqu’à présent, bien que cette situation soit une situation difficile. Beaucoup d’ennemis ! Peu d’amis ! Beaucoup d’honneur… »

Posté le 3 avril 2018 à 08h22 par Michel Janva | Lien permanent

02 avril 2018

Terres de Mission : Retourner au pacte de Reims ?

Posté le 2 avril 2018 à 15h09 par Michel Janva | Lien permanent

01 avril 2018

Messe traditionnelle : liturgie de musée ou liturgie vivante ? - Dimanche de Pâques

Posté le 1 avril 2018 à 17h17 par Michel Janva | Lien permanent

Victimae paschali

Victimae paschali laudes immolent Christiani. Agnus redemit oves: Christus innocens Patri reconciliavit peccatores. Mors et vita duello conflixere mirando: dux vitae mortuus, regnat vivus. Dic nobis Maria, quid vidisti in via? Sepulcrum Christi viventis, et gloriam vidi resurgentis: Angelicos testes, sudarium, et vestes. Surrexit Christus spes mea: praecedet suos in Galilaeam. Scimus Christum surrexisse a mortuis vere: Tu nobis, victor Rex, miserere. Amen. Alleluia

À la Victime pascale, les chrétiens offrent un sacrifice de louanges. L'Agneau a racheté les brebis ; le Christ innocent a réconcilié les pécheurs avec le Père. La mort et la vie se sont affrontées en un duel admirable le guide de la vie, bien que mort, règne vivant. Dis-nous, Marie, qu’as-tu vu en chemin? J'ai vu le tombeau du Christ vivant et la gloire de sa résurrection, Les anges témoins, le suaire et les vêtements. Le Christ, notre espérance, est ressuscité, il précèdera les siens en Galilée. Nous savons que le Christ est vraiment ressuscité des morts. Toi, Roi vainqueur, aie pitié de nous. Ainsi soit-il, Alleluia.

Posté le 1 avril 2018 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

Alleluia

Posté le 1 avril 2018 à 00h00 par Michel Janva | Lien permanent

31 mars 2018

Exultet

Texte et traduction 

Exsúltet jam Angélica turba cælórum : exsúltent divína mystéria : et pro tanti Regis victória, tuba ínsonet salutáris. Gáudeat et tellus tantis irradiáta fulgóribus : et ætérni Regis splendóre illustráta, totíus orbis se séntiat amisísse calíginem. Lætétur et mater Ecclésia, tanti lúminis adornáta fulgóribus : et magnis populórum vócibus hæc aula resúltet.

Quaprópter adstántes vos, frates caríssimi, ad tam miram hujus sancti lúminis cla- ritátem, una mecum, quæso, Dei omnipo- téntis misericórdiam invocáte. Ut qui me non meis méritis intra Levitárum númerum dignátus est aggregáre : lúminis sui cla- ritátem infúndens, Cérei hujus laudem im- plére perfíciat.

Per Dóminum nostrum Jesum Christum Fílium suum : Qui cum eo vivit et regnat in unitáte Spíritus Sancti Deus. Per ómnia sæcula sæculórum.

R . Amen
V . Dóminusvobíscum

R . Et cum Spíritu tuoV . Sursumcorda

R . Habémus ad Dóminum
V . Grátias agámus Dómino Deo nostro

R . Dignum et justum est

Vere dignum et justum est, invisíbilem Deum Patrem omnipoténtem, Fíliumque ejus unigénitum, Dóminum nostrum Jesum Christum, toto cordis ac mentis afféctu, et vocis ministério personáre. Qui pro nobis ætérno Patri Adæ débitum solvit : et véteris piáculi cautiónem pio cruóre detérsit.

Hæc sunt enim festa paschália, in quibus verus ille Agnus occíditur, cujus sánguine postes fidélium consecrántur.

Hæc nox est, in qua primum patres nostros fílios Israel edúctos de Ægypto, mare Ru- brum sicco vestígio transíre fecísti. Hæc ígitur nox est, quæ peccatórum ténebras, colúmnæ illuminatióne purgávit. Hæc nox est, quæ hódie per univérsum mundum in Christo credéntes, a vítiis sæculi, et calígine peccatórum segregátos, reddit grátiæ, sóciat sanctitáti. Hæc nox est, in qua destrúctis vínculis mortis, Christus ab ínferis victor ascéndit.

Nihil enim nobis nasci prófuit, nisi rédimi profuísset. O mira circa nos tuæ pietátis dignátio ! O inæstimábilis diléctio caritátis : ut servum redímeres, Fílium tradidísti !

O certe necessárium Adæ peccátum, quod Christi morte delétum est ! O felix culpa, quæ talem ac tantum méruit habére Re- demptórem !

O vere beáta nox, quæ sola méruit scire tempus et horam, in qua Christus ab ínferis resurréxit ! Hæc nox est, de qua scriptum est : Et nox sicut dies illuminábitur : Et nox illuminátio mea in delíciis meis.

Hujus ígitur sanctíficatio noctis fugat scéle- ra, culpas lavat : et reddit innocéntiam lap- sis, et mœstis lætítiam. Fugat ódia, concórdiam parat, et curvat impéria.

In hujus ígitur noctis grátia, súscipe, sancte Pater, incénsi hujus sacrifícium ves- pertínum : quod tibi in hac Cérei oblatióne solémni, per ministrórum manus de opéri- bus apum, sacrosáncta reddit Ecclésia. Sed jam colúmnæ hujus præcónia nóvimus, quam in honórem Dei rútilans ignis ac- céndit. Qui licet sit divísus in partes, mu- tuáti tamen lúminis detriménta non novit. Alitur enim liquántibus ceris, quas in substántiam pretiósæ hujus lámpadis, apis mater edúxit.

O vere beáta nox, quæ exspoliávit Ægyptios, ditávit Hebræos ! Nox, in qua terrénis cæléstia, humánis divína jungúntur.

Orámus ergo te, Dómine ; ut Céreus iste in honórem tui nóminis consecrátus, ad noctis hujus calíginem destruéndam, indefíciens persevéret. Et in odórem suavitátis accéptus, supérnis lumináribus misceátur.

Flammas ejus lúcifer matutínus invéniat. Ille, inquam, lúcifer, qui nescit occásum. Ille, qui regréssus ab ínferis, humáno géneri serénus illúxit.

Precámur ergo te, Dómine : ut nos fámulos tuos, omnémque clerum, et devotíssimum pópulum : una cum beátissimo Papa nostro Francisco et Antistite nostro Andréa, quiéte tempórum concéssa, in his paschálibus gáudiis, assídua protectióne régere, gubernáre, et conserváre dignéris.

Réspice étiam ad eos, qui nos in potestáte regunt, et, ineffábili pietátis, et mise- ricórdiæ tuæ múnere, dírige cogitatiónes eórum ad justítiam et pacem, ut de terréna operositáte ad cæléstem pátriam pervéniant cum omni pópulo tuo.

Per eúmdem Dóminum nostrum Jesum Christum Fílium tuum : Qui tecum vivit et regnat in unitáte Spíritus Sancti, Deus : per ómnia sæcula sæculórum.

R . Amen.

Qu’exulte de joie désormais la foule des anges dans les cieux : et devant la victoire d’un si grand Roi, que sonne la trompette pour proclamer notre salut. Que se réjouisse aussi la terre, irradiée de rayons si brillants : et revêtue de la splendeur de notre Roi, qu’elle sente bien de quel poids on l’a libérée en chassant la ténèbre qui pesait sur le monde. Que notre mère l’Eglise, à son tour, soit dans la joie, parée des rayons d’une si intense lumière : et que ce lieu retentisse des fortes acclamations que chantent les peuples. C’est pourquoi, très chers frères qui vous tenez ici debout, tournés vers l’admirable clarté de cette sainte lumière, je vous prie d’invoquer avec moi la tendresse maternelle du Dieu tout-puissant . Pour que celui qui, par grâce et non à cause de mes mérites, m’a appelé au nombre de ses Lévites, répande en moi la clarté de sa lumière et me donne de manifester pleinement la louange attachée à ce Cierge .

Par Jésus-Christ, son Fils, notre Seigneur, qui vit et règne avec lui dans l’unité du Saint- Esprit, Dieu pour tous les siècles des siècles.

R . Amen
V . Le Seigneur soit avec vous.

R . Et avec ton esprit.V . Élevons nos cœurs.

R . Nous les avons vers le Seigneur.
V . Rendons grâce au Seigneur notre Dieu.

R . Cela est digne et juste.

Vraiment, il est digne et juste de chanter à pleine voix et de toute l’ardeur de notre cœur le Père tout-puissant, Dieu invisible, et son Fils unique, Jésus-Christ, notre Seigneur. C’est lui qui, pour nous, a acquitté devant le Père éternel ce que devait Adam ; c’est lui qui répandit son sang par amour pour annu- ler la servitude issue de l’antique péché.

Car ce sont maintenant les fêtes pascales, dans lesquelles Il est mis à mort, l’Agneau véritable dont le sang consacre les portes des croyants.

La voici la nuit où après avoir tiré d’Égypte les enfants d’Israël, nos pères, tu leur as fait passer la mer Rouge à pied sec. C’est cette nuit qui a dissipé les ténèbres du péché quand a jailli l’éclat de la colonne de feu. C’est cette nuit qui arrache aujourd’hui aux corruptions du siècle et aux ténèbres du pé- ché ceux qui, partout dans le monde, croient au Christ : elle les rend à la grâce, elle les réunit dans la communion des Saints . Voici la nuit où le Christ, ayant détruit les liens de la mort, s’est relevé victorieux des enfers.

En effet il ne nous aurait servi à rien de naître sans le bonheur d’être sauvé. Ô mer- veilleux effet de ta bonté pour nous ! Ô ines- timable effusion de la charité divine : pour racheter l’esclave, tu livres le Fils !

Ô Péché d’Adam, assurément indispensable maintenant que la mort du Christ l’abolit ! Ô bienheureuse faute qui nous valut un tel Ré- dempteur !

Ô nuit de vrai bonheur qui seule a eu le pri- vilège de connaître le temps et l’heure où le Christ a surgi des enfers ! C’est de cette nuit qu’il fut écrit : « Et la nuit comme le jour resplendira ; et la nuit même est ma clarté dans mes délices. »

Car le pouvoir sanctifiant de cette nuit chasse les crimes et lave les fautes, rend l’innocence aux coupables et l’allégresse aux affligés, dissipe la haine, dispose à l’amitié et soumet toute puissance.

Dans la grâce de cette nuit, accueille, Père saint, en sacrifice du soir, la flamme montant de cette colonne de cire que l’industrie des abeilles a produite et que l’Église t’offre par nos mains. Nous savons ce que proclame cette colonne qui brûle en l’honneur de Dieu : quand on en transmet la flamme, sa clarté ne diminue pas. Elle s’alimente à la cire que l’abeille féconde a distillée pour nourrir ce précieux luminaire.

Ô nuit de vrai bonheur qui dépouilla les Égyptiens et enrichit les Hébreux ! Nuit où le ciel s’unit à la terre, où l’homme rencontre Dieu.

Aussi nous t’en prions, Seigneur : Permets que ce cierge pascal, consacré à ton nom, brûle sans déclin pour vaincre les ténèbres de cette nuit ; qu’il soit agréable à tes yeux, et joigne sa clarté à celle des étoiles.

Qu’il brûle encore quand se lèvera l’astre du matin, celui qui ne connaît pas de couchant, le Christ ressuscité, revenu des enfers, ré- pandant sur les humains sa lumière et sa paix.

Et maintenant, nous te supplions, Seigneur : Fais que tes serviteurs, le clergé et le peuple fidèle, en union avec notre Pape François et notre évêque André, connaissent des jours de paix durant ces fêtes pascales ; dírige-nous et garde-nous sous ta constante protection.

Regarde encore avec bienveillance ceux qui ont la charge de nous gouverner : dans ta bonté et dans ta miséricorde, oriente leurs pensées vers la justice et la paix, afin qu’avec ton peuple tout entier, ils passent des fatigues de cette terre jusqu’à la patrie du ciel.

Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur, qui vit et règne avec toi dans l’unité du Saint- Esprit, car il est Dieu, pour tous les siècles des siècles.

R . Amen.

Posté le 31 mars 2018 à 22h30 par Michel Janva | Lien permanent

La liturgie du Samedi Saint

Posté le 31 mars 2018 à 14h13 par Michel Janva | Lien permanent

« Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu ! »

Michel-ange-pieta1

Posté le 31 mars 2018 à 07h59 par Michel Janva | Lien permanent

30 mars 2018

Pópule meus, quid feci tibi ?

Le texte des Impropères et sa traduction sont ici

Posté le 30 mars 2018 à 20h00 par Michel Janva | Lien permanent

Chemin de croix illustré par des dessins au lavis de Jean-Joseph Chevalier

Via crucis en image avec des dessins à l'encre brou de noix (lavis) par Jean-Joseph Chevalier.

Posté le 30 mars 2018 à 14h27 par Michel Janva | Lien permanent

29 mars 2018

Ubi Caritas

Ubi caritas et amor, Deus ibi est.
Congregavit nos in unum Christi amor.
Exsultemus, et in ipso jucundemur.
Timeamus, et amemus Deum vivum.
Et ex corde diligamus nos sincero.
Ubi caritas et amor, Deus ibi est.
Simul ergo cum in unum congregamur:
Ne nos mente dividamur, caveamus.
Cessent iurgia maligna, cessent lites.
Et in medio nostri sit Christus Deus.
Ubi caritas et amor, Deus ibi est.
Simul quoque cum beatis videamus,
Glorianter vultum tuum, Christe Deus:
Gaudium quod est immensum, atque probum,
Saecula per infinita saeculorum. Amen.
Là où sont la charité et l'amour, Dieu est présent.
L'amour du Christ nous a rassemblés et nous sommes un.
Exultons et réjouissons-nous en lui.
Craignons et aimons le Dieu vivant
et aimons-nous les uns les autres d'un cœur sincère.
Là où sont la charité et l'amour, Dieu est présent
Ne formons donc tous qu'un seul corps :
Ne soyons pas divisés de cœur, prenons garde.
Cessent les querelles méchantes, cessent les disputes.
Et que le Christ soit au milieu de nous.
Là où sont la charité et l'amour, Dieu est présent.
Qu'avec les bienheureux, nous voyions
Votre glorieux visage, ô Christ Dieu,
Joie immense et divine;
Pendant la durée infinie des siècles. Ainsi soit-il.

Posté le 29 mars 2018 à 20h15 par Michel Janva | Lien permanent

Liturgie du Jeudi Saint - Le don de l'Eucharistie

Posté le 29 mars 2018 à 16h36 par Michel Janva | Lien permanent

28 mars 2018

La liturgie du Jeudi Saint - Lavement des pieds et institution du sacerdoce

Posté le 28 mars 2018 à 12h58 par Michel Janva | Lien permanent

27 mars 2018

Terres de Mission : La semaine sainte pour les nuls

Eglise universelle : La semaine sainte pour les nuls

La semaine qui précède Pâques, et la célébration de la résurrection du Christ, est le sommet de l’année liturgique. Monsieur l’abbé Troadec, auteur de plusieurs livres guidant le lecteur au jour le jour tout au long de l’année liturgique explique le sens et la signification des cérémonies particulières qui rythment cette semaine : procession des Rameaux, office des Ténèbres, messe chrismale, adoration de la croix, grandes oraisons du vendredi saint, bénédiction du feu nouveau et du cierge pascal lors de la vigile pascale, etc. Ces explications sont enrichies par des documents visuels représentant les cérémonies et des documents sonores des pièces grégoriennes qui accompagnent l’action liturgique.

Eglise en France : biographie de Michael D.O’Brien, l’auteur de Père Elijah

Michael D. O’Brien est de la veine des grands romanciers catholiques du XXe siècle à l’égal de Tolkien, Bernanos ou Corti. Sous la plume de Clemens Cavallin vient de paraître la première biographie en français du célèbre auteur de Père Elijah, roman apocalyptique paru en 2008 et mettant aux prises un émissaire du pape avec un mystérieux Président aux visées mondialistes qui se révèle être l’Antéchrist. Carine Rabier-Poutous est la traductrice en français de l’oeuvre de Michael D. O’Brien, canadien anglophone né en 1947 à Ottawa dans l’Ontario. Elle nous dresse le portrait attachant d’un artiste, marqué par la souffrance, qui en mettant la volonté de Dieu au centre de sa vie a su relever les défis posés par la déchristianisation de la société canadienne, aggravée par la crise de l’Eglise.

Eglise en Marche : A propos du “documentaire” d’Arte : Avortement : les croisés contre-attaquent.

Le 6 mars la chaîne franco-allemande, à capitaux en partie publics, Arte, a diffusé, avec le soutien financier de la région Ile-de-France, un long (1h36) documentaire de propagande contre les opposants à l’avortement et l’Eglise catholique. Rédactrice en chef de Réinformation TV, Jeanne Smits, analyse ce film et en dénonce les nombreux procédés de manipulation des esprits. Ainsi une photo du Vatican est commentés d’une lugubre voix Off : “44 hectares de secret et de puissance”. Tout est à l’avenant entre Da Vinci Code du pauvre, haine rabique de l’Eglise et mépris pour toutes les initiatives qui visent à accompagner les mères jusqu’au terme de leur grossesse.

Posté le 27 mars 2018 à 08h55 par Michel Janva | Lien permanent

La messe d'ordination - mardi saint

Posté le 27 mars 2018 à 06h48 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > L'Eglise : Vie de l'Eglise

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > L'Eglise : Vie de l'Eglise