16 janvier 2017

« Qu'est-ce qui vous rend heureux dans votre vocation de prêtre ? »

Une vidéo proposée par Notre-Dame de Chrétienté :

Posté le 16 janvier 2017 à 21h06 par Michel Janva | Lien permanent

15 janvier 2017

Retraite en Suisse avec les bénédictins de Flavigny

Capture d’écran 2017-01-14 à 18.35.04

Posté le 15 janvier 2017 à 07h35 par Michel Janva | Lien permanent

09 janvier 2017

14 janvier : congrès du Courrier de Rome à Paris

CDR2017

A l’occasion de son 50e anniversaire, la revue Courrier de Rome organise son XIIIe congrès théologique international, en partenariat avec le district de France de la Fraternité Saint-Pie X et DICI, les 14 et 15 janvier 2017, à Paris. Samedi 14 janvier, de 9h à 18h : le congrès se tiendra, sous la présidence de Mgr Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X, à la crypte de la chapelle Notre-Dame de Consolation 23, rue Jean-Goujon 75008 Paris.

  • 9h00 : Un peu de l’histoire du Courrier de Rome, Abbé Emmanuel du Chalard
  • 9h30 : Des prêtres au secours de la Tradition, Jacques-Régis du Cray
  • 10h30 : L’Abbé Dulac et le droit de la messe traditionnelle, Abbé Grégoire Celier
  • 11h30 : L’Ecole romaine de théologie et le Cœtus Internationalis Patrum, Professeur Roberto de Mattei
  • 15h00 : Dans la continuité du Cœtus Internationalis Patrum, Abbé Jean-Michel Gleize
  • 16h00 : Evocation des combats et combattants du Courrier de Rome, Abbé Alain Lorans
  • 17h00 : Le combat de la foi continue, Mgr Bernard Fellay

Entrée gratuite, libre participation aux frais.

Posté le 9 janvier 2017 à 07h20 par Michel Janva | Lien permanent

07 janvier 2017

Centenaire des apparitions de Fatima : indulgence plénière

Fatima-fto-Santuario--740x493Le pape François accorde au sanctuaire de Fatima de conférer l’indulgence plénière aux pèlerins – aux conditions habituelles prévues par l’Eglise – à l’occasion de l’année jubilaire pour le centenaire des apparitions de la Vierge Marie, et ceci à partir du 26 novembre dernier.

« La confession sacramentelle, la communion eucharistique et la prière aux intentions du Saint-Père » sont les conditions pour que les pèlerins, dans un esprit de « pénitence et de charité », puissent ainsi recevoir cette grâce de la libération totale que l’Eglise appelle « indulgence plénière ». 

Le diocèse de Leiria-Fatima recommande de participer activement à une célébration ou à une prière, en l’honneur de la Vierge Marie, de prier le Notre Père, de réciter le Credo, et d’invoquer la Vierge de Fatima.

L’indulgence peut être accordée aux catholiques qui participeront à une célébration ou à une prière en l’honneur de Notre Dame de Fatima dans un autre sanctuaire où l’image de la Vierge est exposée, au jour anniversaire des apparitions, c’est-à-dire le 13 de chaque mois entre mai et octobre 2017.

Si pour des raisons sérieuses les personnes ne peuvent se déplacer, le diocèse précise que l’indulgence peut être reçue par une prière devant une image de la Vierge de Fatima, aux conditions indiquées plus haut, qui incluent le repentir des péchés.

Le pape se rendra à Fatima les 12 et 13 mai 2017 à l’occasion du centenaire des apparitions.

Posté le 7 janvier 2017 à 13h33 par Michel Janva | Lien permanent

05 janvier 2017

Mgr Schneider : «J’ai demandé à Mgr Fellay de ne pas tarder plus longtemps à donner son accord»

Capture d’écran 2017-01-05 à 08.27.53Mgr Athanasius Schneider a donné un entretien à un site espagnolFlorilège :

«La théorie du genre est une dépravation, le forme terminale du marxisme.»

«Si c’est possible, les parents doivent retirer leurs enfants des écoles où on leur enseigne la théorie du genre.»

«Nous devons aimer le pape de manière surnaturelle, en priant pour lui, et non pratiquer une forme de papolâtrie.»

«Je suis convaincu que dans les circonstances présentes, Mgr Lefebre accepterait sans hésiter la proposition canonique d’une prélature personnelle.» «Mgr Lefebvre est un homme qui avait un sens profond de l’Eglise.» «J’ai demandé à Mgr Fellay de ne pas tarder plus longtemps à donner son accord, et j’ai confiance en la providence, encore qu’il ne soit pas possible d’être sûr à 100%.»

Posté le 5 janvier 2017 à 08h28 par Michel Janva | Lien permanent

02 janvier 2017

Les chrétiens du Pakistan sont les champions de la miséricorde

Mgr Sebastian Francis Shaw, archevêque de Lahore, le plus grand diocèse du Pakistan (450 000 fidèles catholiques) déclare à l’AED :

20100928_001-200x300"[...] Le Pakistan est un pays majoritairement islamique, sa population est d’environ 190 millions de personnes et les chrétiens ne représentent que 2 % de cette population. Nous sommes une très petite minorité, mais en même temps, nous sommes une Église très vivante. La plupart des chrétiens sont très pauvres, mais nous sommes très riches dans la foi. Ils s’intéressent particulièrement à la Parole de Dieu, et il y a des laïcs engagés dans la catéchèse qui aident les jeunes et les couples à vivre la foi avec enthousiasme. Par exemple, cette année de la Miséricorde a été très spéciale. Les Chrétiens du Pakistan sont les champions de la miséricorde. Je me souviens qu’un jour, après la célébration de l’Eucharistie, un couple s’est approché de moi pour que je leur donne la bénédiction. Les époux m’ont dit que mon homélie sur la miséricorde et le pardon les avait beaucoup aidés, qu’ils avaient perdu un fils dans l’attentat du parc Gulsan Iqbal le dimanche de Pâque, et qu’ils pardonnaient au terroriste qui s’était fait exploser dans cet attentat suicide.

Comment jugez-vous cette année 2016 qui s’achève ?

Nous avons passé des moments très difficiles, comme lors de l’attaque terroriste de Gulsan Iqbal, mais les gens récupèrent. L’Année de la Miséricorde a été une grande bénédiction pour toute l’Église et surtout pour l’Église du Pakistan. Nous avons organisé plusieurs réunions de dialogue entre les religions. Nous remercions le Pape pour cette Année de la Miséricorde, pour les prières et le soutien de tant de personnes qui nous ont rappelé qu’au Pakistan, nous ne sommes pas seuls.

Comment sont les relations avec les autres groupes confessionnels ?

C’est le moment de promouvoir plus de dialogue entre les religions, en particulier avec l’Islam qui se développe beaucoup, y compris en Europe. Je suis très fier des bonnes relations avec les représentants des autres religions. Nous avons célébré ensemble des fêtes, ils ont célébré Noël avec nous et nous avons également célébré la fin du Ramadan. Mais pour qu’il y ait un vrai dialogue, il est important que nos jeunes connaissent bien la Parole de Dieu. L’unité entre les chrétiens est également importante. Il est important d’enseigner la Bible aux jeunes, non pour qu’ils la connaissent par cœur, mais pour qu’ils la mettent en pratique avec l’amour du prochain. [...]"

Posté le 2 janvier 2017 à 18h48 par Michel Janva | Lien permanent

31 décembre 2016

Te Deum

Te Deum laudamus:
te Dominum confitemur.
Te aeternum Patrem,
omnis terra veneratur.

Tibi omnes angeli,
tibi caeli et universae potestates:
tibi cherubim et seraphim,
incessabili voce proclamant:

Sanctus, Sanctus, Sanctus
Dominus Deus Sabaoth.
Pleni sunt caeli et terra
majestatis gloriae tuae.

Te gloriosus Apostolorum chorus,
te prophetarum laudabilis numerus,
te martyrum candidatus laudat exercitus.

Te per orbem terrarum
sancta confitetur Ecclesia,
Patrem immensae maiestatis;
venerandum tuum verum et unicum Filium;
Sanctum quoque Paraclitum Spiritum.

Tu rex gloriae, Christe.
Tu Patris sempiternus es Filius.
Tu, ad liberandum suscepturus hominem,
non horruisti Virginis uterum.

Tu, devicto mortis aculeo,
aperuisti credentibus regna caelorum.
Tu ad dexteram Dei sedes,
in gloria Patris.

Iudex crederis esse venturus.

Te ergo quaesumus, tuis famulis subveni,
quos pretioso sanguine redemisti.
Aeterna fac
cum sanctis tuis in gloria numerari.

Salvum fac populum tuum, Domine,
et benedic hereditati tuae.
Et rege eos,
et extolle illos usque in aeternum.

Per singulos dies benedicimus te;
et laudamus nomen tuum in saeculum,
et in saeculum saeculi.

Dignare, Domine, die isto
sine peccato nos custodire.
Miserere nostri, Domine,
miserere nostri.

Fiat misericordia tua, Domine, super nos,
quem ad modum speravimus in te.
In te, Domine, speravi:
non confundar in aeternum.

Posté le 31 décembre 2016 à 23h09 par Michel Janva | Lien permanent

30 décembre 2016

Cathédrale de Toulon, 4 janvier 2017 : conférence du Cardinal Sarah

Cardinal Sarah CHDT

Posté le 30 décembre 2016 à 18h09 par Marie Bethanie | Lien permanent

Syrie, les émouvants remerciements des enfants d'Alep à l'AED

Remerciements auxquels s'est joint l'archevêque d'Alep, Mgr Jeanbart dans une lettre que vous pouvez lire ici.

Posté le 30 décembre 2016 à 10h51 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (0)

29 décembre 2016

Terres de Mission : émission de Noël

Emission présentée par Jean-Pierre Maugendre, en 3 parties :

Eglise universelle
En ce 25 décembre l'Eglise fête la naissance du Sauveur il y a plus de 2000 ans dans une étable à Bethléem de Judée. Monsieur le chanoine Guitard, chapelain de la chapellenie Notre-Dame de France à Port-Marly (78), après avoir expliqué ce que peut bien signifier l'appellation de chanoine en 2016 nous aide à rentrer dans le mystère de Noël. Il nous rappelle ce que furent les événements historiques de cette nuit, la spiritualité particulière de Noël et nous remémore les origines de la messe de Minuit et de la première crèche.

Eglise en France
Le plus récent numéro des hors-série du Figaro a été conçu en partenariat avec la prestigieuse Ecole biblique de Jérusalem. Sous le titre provocateur: Le roman de la Bible les prestigieux auteurs rassemblés par Michel De Jaeghere, dont le père Olivier-Thomas Vénard (o.p.) vice- directeur de l'Ecole biblique de Jérusalem, démontrent avec foi, érudition et talent que la Bible n'est pas un roman pieux pour âmes dévotes en quête de sens mais une polyphonie inspirée par l'Esprit-Saint à des auteurs sacrés à la fois toujours libres et immergés dans une culture propre. Isabelle Schmitz, grand reporter aux hors-série du Figaro, nous accompagne pour découvrir ce numéro d'une grande richesse iconographique et intellectuelle.

Eglise en Marche
Patrick Delon, président de l'association Présence de La Varende, présente l'ouvrage de l'écrivain normand : Mes plus beaux Noëls, recueil de quatorze textes écrits entre 1940 et 1958 sur Noël. Une immersion un peu nostalgique, mais écrite dans une langue merveilleuse, dans un monde disparu: la Normandie rurale et chrétienne qui célébrait alors unanimement la naissance de l'enfant-Dieu.

Posté le 29 décembre 2016 à 16h13 par Michel Janva | Lien permanent

Questions autour du texte Amoris Laetitia

Image-petition-dubia2Le 14 novembre 2016, le cardinal Walter Brandmüller, ancien président du Comité pontifical des Sciences historiques, le cardinal Raymond L. Burke, patron de l'Ordre de Malte, le cardinal Carlo Caffarra, archevêque émérite de Bologne, et le cardinal Joachim Meisner, archevêque émérite de Cologne, ont rendu publiques sur le site de Sandro Magister, les questions qu'ils ont posées au pape à propos de la réception de l'exhortation post-synodale Amoris Laetitia. Le cardinal Müller, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, s'était personnellement chargé de les présenter au pape.

La forme du recours des cardinaux est celle des interrogations classiques que l'on adresse au Saint-Siège : ce sont des dubia (des doutes), formulés de telle sorte qu'ils demandent une réponse par « oui » ou par « non », en référence à la parole évangélique : « Que votre oui soit oui ; que votre non soit non » (Mt 5, 37). Le schéma de chaque question est d'une simplicité qu'on peut justement dire évangélique : le magistère antérieur « fondé sur la Sainte Écriture et sur la Tradition de l'Église » est-il invalidé sur les points où Amoris lætitia semble en contradiction avec lui ?

Il s'agit ici de questions de foi et de morale dans les matières les plus graves. Elles sont posées par des membres du Sacré Collège. Elles sont adressées au Successeur de Pierre, dont la mission est précisément d'affermir ses frères dans la foi (Lc 22,32).

Pour exprimer respectueusement votre appui à la lettre des cardinaux et soutenir leur initiative, signez la supplique ci-dessous. Elle sera alors envoyée directement au Vatican.

Capture d’écran 2016-12-29 à 10.09.24

Posté le 29 décembre 2016 à 10h13 par Michel Janva | Lien permanent

25 décembre 2016

Puer natus est nobis

Capture d’écran 2016-12-24 à 13.31.42

Posté le 25 décembre 2016 à 08h31 par Michel Janva | Lien permanent

Joyeux Noël

C5fbac47c223753756d0e2dcc65c3003

Posté le 25 décembre 2016 à 07h08 par Michel Janva | Lien permanent

En cette nuit...

Posté le 25 décembre 2016 à 07h01 par Michel Janva | Lien permanent

Puer Natus in Bethlehem

Posté le 25 décembre 2016 à 00h01 par Michel Janva | Lien permanent

Le Salon Beige vous souhaite un joyeux Noël

Ddc72c999bdb01e256916b15064a81f2

Posté le 25 décembre 2016 à 00h00 par Michel Janva | Lien permanent

24 décembre 2016

Douce nuit...

6392c133a00eaaf7513125d4149b0782

Posté le 24 décembre 2016 à 21h26 par Michel Janva | Lien permanent

23 décembre 2016

La Fraternité Saint-Pie X compte 613 prêtres

Capture d’écran 2016-12-23 à 07.26.26L’année 2016 s’achève par l’ordination de quatre nouveaux prêtres pour la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X dans les deux séminaires de l’hémisphère sud.

  • Au séminaire de la Sainte-Croix de Goulburn, en Australie, Mgr Bernard Tissier de Mallerais a ordonné trois prêtres le 15 décembre 2016 : 2 Américains et 1 Australien.
  • Au séminaire Notre-Dame Co-Rédemptrice de La Reja, en Argentine, Mgr Bernard Fellay a ordonné un prêtre le samedi 17 décembre 2016 : 1 Brésilien.

Au total, l’année 2016 a vu l’ordination de 23 nouveaux prêtres pour la Fraternité Saint-Pie X qui compte désormais 613 prêtres, aidés de 117 frères et 80 sœurs oblates. Dans ses six séminaires à travers le monde, 215 jeunes gens, ainsi que 40 pré-séminaristes, étaient inscrits en début d’année académique.

Posté le 23 décembre 2016 à 07h27 par Michel Janva | Lien permanent

22 décembre 2016

109 nouveaux martyrs du communisme en Espagne

Parmi les décrets de la congrégation pour la cause des saints dont le pape a autorisé hier la publication, on note la béatification de 109 nouveaux martyrs du communisme en Espagne.

Posté le 22 décembre 2016 à 17h11 par Michel Janva | Lien permanent

21 décembre 2016

Le miracle de saint Janvier n'a pas eu lieu

Yves Daoudal constate :

Sans-titre-1-9-800x450"Le 16 décembre est l’une des trois dates où se liquéfie le sang de saint Janvier. Mais ce 16 décembre le sang ne s’est pas liquéfié. C’est la première fois depuis le 19 septembre 1980.

En 1980, deux mois après, il y eut le tremblement de terre de l’Irpinia, la chaîne de montagnes du sud de l’Italie : 2.700 morts, 8.800 blessés, 300.000 sans abris.

Le sang de saint Janvier ne s’était pas liquéfié en 1939, 1940, 1943. NI en mai 1973, avant l’épidémie de choléra qui frappa la ville."

Posté le 21 décembre 2016 à 19h10 par Michel Janva | Lien permanent

20 décembre 2016

L'AED nous mobilise pour les chrétiens d'Orient

A l'appel de Mgr Jeanbart, archevêque d'Alep:

et des enfants de nos frères chrétiens :

Posté le 20 décembre 2016 à 22h01 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (0)

18 décembre 2016

Etre chrétien en Tunisie

Ce n'est pas une chose facile dans un pays musulman à 99% où, pour être chrétien, il faut s'accrocher. Un article lu dans Jeune Afrique :

Religion-882281_640-592x296-1481712968

"La Tunisie s’enorgueillit d’avoir inscrit la liberté de conscience et de culte dans sa loi fondamentale mais ses ressortissants récemment convertis au christianisme n’en sont pas moins placés au ban de la société.[...]

Début décembre, l’interpellation de neuf jeunes chrétiens, dont trois Tunisiens, à Gafsa (Sud), par des agents de lutte anti-terroriste leur reprochant leur conversion et les menaçant de poursuites s’ils ne renonçaient pas à leur foi, a fait grand bruit.

Une liberté cachée

« Nous avons craint les salafistes mais c’est les représentants de l’ordre, qui devraient faire respecter la liberté de conscience, qui sont les plus retors et estiment que nous sommes suspects », confie Anes, 23 ans, devenu chrétien en 2013. Comme lui, ils sont une vingtaine à se retrouver discrètement tous les samedis en début d’après midi à l’église réformiste de Tunis pour une cérémonie où les textes et les chants en arabe et en dialectal rappellent les rituels en Égypte ou au Liban.

Ils se retrouvent parfois chez les uns et les autres pour des lectures de la Bible et s’apprêtent à fêter Noël sans ostentation. Les nouveaux convertis, généralement jeunes et en lien avec les églises évangéliques, seraient près d’un millier sur le territoire à avoir rejoint les rangs des quelques 20 000 chrétiens, essentiellement étrangers, installés en Tunisie. Une situation qui ne changera rien à une Tunisie à 99 % musulmane, où seule une dizaine de mariages chrétiens sont célébrés chaque année…

Tous les convertis affirment avoir embrassé la foi chrétienne par conviction et y être venus après avoir reçu des signes et des révélations ou simplement par attrait pour la parole du Christ. « Je n’ai rien contre l’islam mais j’apprécie dans le catholicisme une démarche totalement individuelle et la quête du pardon », précise Amel, qui vient régulièrement prier à l’église réformiste de Tunis sans pour autant avoir franchi le cap de la conversion.

« Ma foi est plus forte que les railleries »

Dans tous les cas, les églises catholique et évangélique ne font pas de prosélytisme, comme cela leur est interdit depuis 1964. « Quand quelqu’un rentre pour assister à une messe, personne ne le renvoie », note simplement Hiba, qui montre les piles de bibles en arabe mises à disposition des visiteurs.[...]

Depuis la chute de l’ancien régime, qui exerçait un strict contrôle sur les lieux de culte, et sous l’effet des libertés acquises mais également de l’émergence du conservatisme religieux, de plus en plus de Tunisiens se renseignent sur la foi chrétienne. Si le baptême est plus ou moins rapide chez les protestants évangéliques, il peut prendre 4 à 5 ans de préparation chez les catholiques. Une manière de tester la sincérité des futures ouailles ?

De fait, certains convertis semblent sensibles à des avantages assez peu spirituels. Il y a par exemple l’aide matérielle offerte par la communauté évangélique. Quant au pasteur William Brown et au père Jean Fontaine, ils s’accordent tous deux sur le fait que beaucoup deviennent chrétiens pour obtenir des visas plus facilement, en prétextant brimades ou vexations de leur entourage. Entre la foi et la mauvaise foi… il n’y a parfois qu’un pas."

Posté le 18 décembre 2016 à 22h11 par Marie Bethanie | Lien permanent

20 décembre : conférence à Paris de l'abbé Barthe sur "Missel traditionnel, Missel d'avenir"

Monsieur l'abbé Claude Barthe, viendra faire une conférence au Centre Saint-Paul, mardi 20 décembre à 20h30 sur le Thème "Missel traditionnel, Missel d'avenir", et présentera à cette occasion son livre "Histoire du missel Tridentin et de ses origines" (éditions Via Romana)

Centre Saint-Paul, 12 rue Saint-Joseph, 75002 Paris (métro sentier ou Grands Boulevards)

Posté le 18 décembre 2016 à 10h26 par Michel Janva | Lien permanent

13 décembre 2016

Décès de Mgr Javier Echévarria, prélat de l’Opus Dei

EMgr Javier Echévarria, évêque et second successeur de saint Josémaria Escriva, fondateur de l’Opus Dei, est décédé hier soir, à 21h 20 en la fête de Notre Dame de Guadeloupe.

Le vicaire auxiliaire de la Prélature, Mgr Fernando Ocariz, a pu lui administrer les derniers sacrements cet après-midi même.

Le prélat est décédé à 84 ans. Né à Madrid en 1932, c’est dans cette même ville qu’il a fait la connaissance de st Josémaria. Il a été son secrétaire de 1953 à 1975. En 1994, il a été nommé secrétaire général de l’Opus Dei. En 1994 il fut élu prélat. Il a reçu l’ordination épiscopale des mains de saint Jean Paul II le 6 janvier 1995 en la basilique Saint Pierre de Rome.

RIP

Posté le 13 décembre 2016 à 11h04 par Michel Janva | Lien permanent

12 décembre 2016

36 légionnaires du Christ ordonnés au sacerdoce à Rome, dont un français

Capture d’écran 2016-12-12 à 07.04.34Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État de Sa Sainteté, a ordonné prêtres 36 légionnaires du Christ dans la basilique Saint-Jean-de-Latran.

Plus de 3000 personnes ont assisté à la cérémonie, membres des familles, amis, collègues séminaristes et formateurs.

Le P. Eduardo Robles-Gil, supérieur général des légionnaires du Christ et du mouvement Regnum Christi a présenté les candidats à l’ordination. Un des nouveaux prêtres, le P. Jean-Marie Fornerod, LC, est originaire de Compiègne.

Posté le 12 décembre 2016 à 07h05 par Michel Janva | Lien permanent

08 décembre 2016

Monseigneur Antoine de Rochebrune, représentant de l’Opus Dei en France, sur TV Libertés

Monseigneur Antoine de Rochebrune a accepté de répondre, point par point et en toute transparence, aux questions de Martial Bild sur cette institution religieuse fondée en 1928 par saint Josémaria Escriva. Pouvoir secret au sein de l’Eglise, nébuleuse énigmatique qui inquiète, héritière d’un anticommunisme militant dangereux ? Monseigneur de Rochebrune répond sans détours aux accusations colportées depuis des décennies sur l’oeuvre et son fondateur. Un travail utile et nécessaire pour évacuer les calomnies à la Dan Brown, l’auteur du Da Vinci Code, et pour laisser apparaître des prêtres mais surtout des laïcs qui veulent servir Dieu dans leur vie ordinaire, sans quitter leur famille ou leur travail.

Posté le 8 décembre 2016 à 20h05 par Michel Janva | Lien permanent

07 décembre 2016

11 décembre : Messe solennelle exceptionnelle en l'honneur de Notre Dame de Guadalupe à Paris

AFFICHE_ND_GUADALUPE_2016_A5_WEB

Cette messe grégorienne sera encadrée (chants d’entrée et de sortie) par des hymnes à la Vierge du Mexique chantés en espagnol par des musiciens Mariachis comme on le fait traditionnellement dans les Amériques lors de la solennité de Notre Dame de Guadalupe. En effet, un groupe Mariachi viendra spécialement ce dimanche interpréter Las Mañanitas a la Virgen de Guadalupe et La Guadalupana. À l’issue de la célébration, ils reprendront, comme il est de coutume au Mexique, le cri de ralliement des guerriers Cristeros, ¡Viva Cristo Rey! La messe promet donc d'être haute en couleurs et en sonorités.

Posté le 7 décembre 2016 à 21h11 par Michel Janva | Lien permanent

05 décembre 2016

Mgr Schneider sur TV Libertés

Dans l'émission Terre de Mission. L’exhortation apostolique post-synodale sur la famille Amoris Laetitia a déjà suscité de nombreuses interrogations et demandes d’éclaircissements. Les cardinaux Burke, Brandmuller, Caffara et Meisner ont adressé au pape François des dubias restées, à ce jour, sans réponse. Mgr Schneider, évêque auxiliaire de l’archidiocése d’Astana au Kazakhstan s’est immédiatement associé à la démarche des quatre cardinaux. Il rappelle la valeur magistérielle, faible, de cette exhortation apostolique et précise ici les “faiblesses” voire les ambiguïtés, sans doute volontaires, de ce texte.

Autres sujets :

  • A l’occasion de la solennité de l’Immaculée Conception, le 8 décembre, la ville de Lyon se couvre de lumières et de lumignons. Cette fête aujourd’hui largement sécularisée sous le vocable de Fête des Lumières, est, bien sûr, à l’origine une procession et un acte de foi en l’Immaculée Conception de Notre-Dame. Monsieur l’abbé Troadec, auteur d’un ensemble de brochures sur l’année liturgique dont : De l’Avent à l’Epiphanie au jour le jour nous explique ce qu’est le dogme de l’Immaculée Conception ainsi que l’origine des illuminations lyonnaises.
  • L’Académie musicale Notre-Dame de Liesse, installée dans l’Aisne est une des rares écoles maîtrisiennes existant en France. Elle rassemble des garçons qui consacrent leurs matinées à leurs études classiques et leurs après midis à des activités musicales : chant ou instrument de musique dans un répertoire très largement religieux. Vianney Chatillon, créateur de cette académie hors norme nous la fait découvrir en musique et en chansons.

Posté le 5 décembre 2016 à 22h00 par Michel Janva | Lien permanent

03 décembre 2016

5 décembre : conférence de Mgr Léonard à Paris

Mgr André Léonard, archevêque émérite de Malines-Bruxelles, donnera une conférence sur le thème : "La charte de l'espérance chrétienne selon saint Paul (Rm 8, 14-39)" en l'église Saint-Eugène, 4bis rue Sainte Cécile (Paris, 9e) le lundi 5 décembre à 20h30.

Il célébrera auparavant la messe paroissiale de 19h.

Mgr Léonard avant d'avoir été nommé évêque de Namur et archevêque de Bruxelles avait été professeur à la faculté de philosophie de l'Université catholique de Louvain. Il est l'auteur de nombreux ouvrages d'apologétique, de philosophie et de théologie.

Posté le 3 décembre 2016 à 07h20 par Michel Janva | Lien permanent

27 novembre 2016

3 décembre : colloque de l'Aide à l'Eglise en Détresse

Image001-2

Montage photos intervenants2

Posté le 27 novembre 2016 à 10h14 par Michel Janva | Lien permanent

26 novembre 2016

Silence : le dernier film de Martin Scorsese sur les persécutions des chrétiens au Japon au XVIIe siècle.

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

Dans les derniers jours de l’année aux Etats-Unis, et au début de l’année prochaine en France, sortira le nouveau film de Martin Scorsese, intitulé Silence.

C’est une adaptation d’un roman de Shushaku Endo sur les persécutions des chrétiens au Japon au XVIIe siècle (...)

On apprend que c’est un vieux rêve de Scorsese que de réaliser ce film, et que, jugeant sans doute qu’il ne ferait pas beaucoup d’entrées (?), il n’a pas voulu être payé, et que les trois acteurs principaux (dont Liam Neeson) ont accepté d’être payés au tarif minimum.

Scorsese écrit :

« Le roman d’Endo affronte le mystère de la foi chrétienne, et par extension le mystère de la foi lui-même. Rodrigues apprend, un pas de douleur après l’autre, que l’amour de Dieu est plus mystérieux qu’il ne le sait, qu’Il laisse beaucoup plus aux voies des hommes que nous ne le pensons, et qu’Il est toujours présent… même dans Son silence. »

Posté le 26 novembre 2016 à 20h01 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (2)

22 novembre 2016

Toulon, vendredi 25 novembre : adoration en réparation des sacrilèges eucharistiques et des faiblesses sacerdotales

De 20h à 22h à saint Joseph de Pont-du-Las à Toulon, entrée côté gauche près de l'oratoire.

Adoration organisée par l'Alliance Saint Jean-Marie Vianney.

445abf_9bec4780d0ee4d56bedb80c6ba4de50b

Aimer, réparer et consoler le Cœur sacerdotal de Jésus

    par l'adoration.

Soutien du sacerdoce par le jeûne et la prière.

Enregistrer

Posté le 22 novembre 2016 à 14h09 par Marie Bethanie | Lien permanent

21 novembre 2016

Mgr N'Koué à l'école sainte Anne du Barroux

WP_20161121_15_56_22_ProCe lundi 21 novembre, les enfants et les institutrices de l'école Sainte Anne du Barroux célébraient la fête patronale de l'établissement à l'occasion de la Présentation de la Sainte Vierge. 

Agréable surprise en fin de journée avec la visite de Mgr Pascal N'Koué, archevêque de Parakou au Bénin. Ce dernier, étant venu en Avignon à l'occasion de la béatification du Père Marie Eugène de l'Enfant Jésus, a souhaité visiter cette école libre dont les enfants ont récemment offert leurs prières et leurs aumônes à la chrétienté du Bénin.

Après un échange joyeux avec les élèves, le prélat africain a béni une magnifique statue représentant sainte Anne et la Sainte Vierge avant d'étendre sa bénédiction aux enfants, aux institutrices et à dom Louis Marie, abbé du Barroux, venu en voisin.

Mgr N'Koué est l'un de ces évêques qui ont répondu présent à l'appel du cardinal Sarah pour la célébration de la messe "vers le Seigneur". Sous le titre "Un tournant irréversible", il a écrit dans son bulletin diocésain de novembre:

"le grand signe qui nous accompagnera toute l’année sera "la messe orientée", vraie rupture pour un nouveau départ spirituel, et cela à partir du premier dimanche de l’Avent (...)  Voilà le tournant irréversible. Voilà "l’étape cruciale". Tournons-nous vers le Christ, soleil levant, et nous serons sauvés. La Vierge Marie, Notre-Dame de Komiguéa, nous aidera."

WP_20161121_15_55_03_Pro

Posté le 21 novembre 2016 à 21h39 par Michel Janva | Lien permanent

20 novembre 2016

La formation au séminaire de Zaitzkofen de la Fraternité Saint Pie X en Allemagne

Le séminaire du Sacré-Coeur de Jésus de Zaitzkofen a produit en 2015 un documentaire de 30 minutes qui a pour objectif de présenter la formation sacerdotale que dispense la Fraternité Saint-Pie X. Voici la version française de ce film, en exclusivité pour les lecteurs du Salon Beige :

Posté le 20 novembre 2016 à 19h01 par Michel Janva | Lien permanent

16 novembre 2016

Reportage au sein du séminaire de Zaitzkofen (FSSPX)

Le séminaire du Sacré-Coeur de Jésus de Zaitzkofen (sud de l'Allemagne) a produit en 2015 un documentaire de 30 minutes qui a pour objectif de présenter la formation sacerdotale que dispense la Fraternité Saint-Pie X. Déjà traduit en italien, la version française sera publié sur youtube le 20 novembre 2016.

En attendant, DICI nous propose un extrait :

La formation sacerdotale au 3e millénaire from DICI on Vimeo.

Posté le 16 novembre 2016 à 14h33 par Michel Janva | Lien permanent

13 novembre 2016

26&27 novembre : forum à Lille pour l'évangélisation des musulmans

1forum-marcq

2forum-marcq

Posté le 13 novembre 2016 à 07h29 par Michel Janva | Lien permanent

09 novembre 2016

Les dispositions relatives à la prélature de la FSSPX sont presque prêtes

FDans une discussion informelle, Mgr Fellay a déclaré que les dispositions relatives à la prélature dont devrait bénéficier la FSSPX étaient « presque prêtes », comme l’indique un article publié sur Rorate Caeli :

"J’ai demandé à l’évêque s’il avait de bonnes nouvelles à partager avec nous au sujet du statut de prélature personnelle présenté par la rumeur comme une offre romaine destinée à intégrer pleinement et définitivement la Fraternité dans la vie de l’Eglise universelle. L’évêque a décrit ces dispositions comme “presque prêtes” et faisant l’objet d’ajustements. Son comportement et son expression manifestaient la confiance et la sérénité. Quand je lui ai demandé si la situation requerrait seulement des prières, il a répondu spontanément que les développements de nature canonique avaient progressé au delà de ce point…"

Posté le 9 novembre 2016 à 09h25 par Michel Janva | Lien permanent

08 novembre 2016

La Fraternité sacerdotale Saint-Pierre compte 270 prêtres

Voici les statistiques de la Fraternité Saint-Pierre à jour du 6 novembre :

FSSP StatsPar ailleurs, le samedi 12 novembre 2016, Monseigneur Guy Thomazeau conférera l'ordination sacerdotale à deux diacres de la Fraternité Saint-Pierre en la cathédrale Saint-Etienne de Meaux à 9h30. 

Posté le 8 novembre 2016 à 09h55 par Michel Janva | Lien permanent

07 novembre 2016

Cardinal Sarah : "Vous êtes envahis, par d’autres cultures, d’autres peuples, qui vont progressivement vous dominer"

Le Cardinal Sarah, qui vient de publier « La Force du silence » aux éditions Fayard, était en France pour quelques jours. Boulevard Voltaire l’a rencontré.


Cardinal Sarah par bvoltaire

Votre éminence, vous venez d’écrire un livre qui s’appelle « La force du silence ». On vit aujourd’hui dans un monde qui a peur du silence, qui le considère comme une source d’angoisse. Comment trouve-t-on le silence, et pourquoi est-il important ?

Je crois que le silence est vital. Ne serait-ce que pour retrouver une certaine sérénité ; le repos du corps. Par exemple quand vous voulez dormir, vous avez besoin de silence autour de vous. Vous voulez écouter une belle musique, vous avez besoin de silence autour de vous. Vous voulez lire un livre intéressant, vous avez besoin de silence. Vous voulez causer avec un ami, sur des questions sérieuses, vous voyez bien que le silence est vital.

Et même pour se regarder soi-même, pour savoir qui nous sommes, où nous allons, ce que nous voulons faire. On a besoin de silence, vraiment, pour que l’homme s’intériorise, que l’homme aille à la source de son être.

S’il est totalement enveloppé de bruit, torturé par le bruit, il n’est pas tranquille, il ne peut pas réfléchir, il ne peut pas savoir où il va, ce qu’il fait. Et donc il s’éloigne de lui, il s’éloigne de Dieu. Parce que Dieu est silencieux. Pas un silence qui est absence de parole, parce qu’il y a aussi un silence qui parle.

Voyez-vous, le silence n’est pas seulement le fait de ne pas entendre de sons. Le silence c’est aussi un langage. C’est le langage de Dieu, d’ailleurs. Et donc j’invite tout le monde à retrouver ce silence-là pour se retrouver en tant qu’humain d’abord. Mais également pour que les hommes puissent quand même s’asseoir pour réfléchir aux vraies questions de la vie. Les vraies questions de la vie ne sont pas seulement les questions économiques, les questions techniques. Mais « qu’est-ce l’homme ? », « pourquoi est-il sur cette terre ? », « où va-t-il ? », ce sont des questions importantes, n’est-ce pas ?

Et tout cela va déterminer l’économie, la politique, les relations humaines. Donc je pense que ce texte « La force du silence » est très important. Certes, c’est un problème difficile, incompréhensible. Les gens sont comme traumatisés, ils me demandent « mais qu’est-ce que ça veut dire, ce silence ? », « pourquoi rechercher le silence ? ». Et pourtant, comme je disais, c’est absolument indispensable, urgent, de retrouver le silence, pour que l’homme se retrouve lui-même et retrouve Dieu.

Alors justement, on est dans un monde difficile aujourd’hui, et beaucoup dénoncent surtout le silence de Dieu. Vous êtes un homme d’église. Où est Dieu, dans ce silence, justement ?

Dieu est présent dans notre monde. C’est nous qui ne l’écoutons pas. C’est nous qui ne voulons pas le voir. Mais il est pleinement présent. Il est présent là où l’on souffre. Parce que la première victime de la souffrance, c’est Dieu. Il ne veut pas le mal. Mais c’est nous qui créons le mal. C’est nous qui créons les guerres, voyez-vous, c’est pas Dieu. Et quand on tue des enfants, il ne faut pas dire « mais pourquoi Dieu permet-il ça ? ». C’est nous qui voulons ça, mais pas Dieu. Et Dieu souffle péniblement de voir des enfants qu’on tue, des innocents qu’on tue.

Donc, il n’est pas silencieux mais il a Sa façon d’être présent. Une présence qui devrait nous amener à réfléchir. Pourquoi la guerre ? Que voulons-nous avec la guerre ? Que voulons-nous à détruire des gens, des personnes, et ce qu’ils ont acquis par des années de travail ? Et donc Dieu est silencieux mais c’est un silence qui interroge l’homme sur son action. Qui interroge l’homme sur le vrai sens de la vie.

On vous sent inquiet pour le monde occidental. Qu’est-ce qui vous inquiète ?

Vous savez, la plus grande inquiétude c’est que l’Europe a perdu le sens de ses origines. Elle a perdu ses racines. Or, un arbre qui n’a pas de racines, il meurt. Et j’ai peur que l’occident meure. Il y a beaucoup de signes. Plus de natalité. Et vous êtes envahis, quand même, par d’autres cultures, d’autres peuples, qui vont progressivement vous dominer en nombre et changer totalement votre culture, vos convictions, vos valeurs. Il y a également, voyez-vous, cette angoisse, qu’il n’y a que la technique, que l’argent qui compte. Il n’y a pas d’autre valeur…

Et vous êtes aussi celui qui espère parce que la foi n’est pas morte en France. Vous étiez il y a quelques jours dans une basilique de Vézelay pleine. Aujourd’hui dans une cathédrale de Versailles pleine. Qu’avez-vous à dire à ces gens qui ont la foi ?

La consolider ! La renforcer ! Qu’elle soit plus dynamique, qu’elle soit plus rayonnante ! Pour qu’avec la foi on retrouve Dieu, et en retrouvant Dieu on retrouve certaines orientations, certaines lois, certaines valeurs chrétiennes.

Posté le 7 novembre 2016 à 16h32 par Michel Janva | Lien permanent

06 novembre 2016

Le cardinal Sarah à Versailles

Le préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements était samedi à Versailles. Voici son intervention, introduite par Nicolas Diat, qui lit la lettre adressée par dom Dysmas de Lassus, soixante-quatorzième successeur de saint Bruno à la tête de l'ordre des chartreux.

Posté le 6 novembre 2016 à 15h50 par Michel Janva | Lien permanent

04 novembre 2016

La communauté Saint Martin fête ses 40 ans

Posté le 4 novembre 2016 à 22h58 par Michel Janva | Lien permanent

Chronique quotidienne de l'Orient chrétien, avec SOS Chrétiens d'Orient

Le Salon Beige entame une chronique quotidienne sur la situation des chrétiens d'Orient, avec l'association SOS Chrétiens d'Orient, qui n'est plus à présenter, et dont les membres nous enverront des nouvelles de la situation de nos frères qui vivent dans leur chair la Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Cette chronique sera publiée chaque jour en début de soirée. Elle ne remplace pas ce qui est publié régulièrement sur la page Facebook de l'association. Ce sera "notre 20h". Présentation de Charles de Meyer :

13995460_1444235008927281_1778328786706665147_o« C’est dans l’avion qui me ramène du Liban que je vous écris ces quelques lignes. Après avoir rencontré grecs-catholiques et maronites pendant quatre jours, nous avons pu prier Sainte Eudoxie à Baalbeck, lieu de son martyre pour la fête de la Toussaint. C’est en ces moments que le message de SOS Chrétiens d’Orient se cristallise : nous intervenons en urgence à Alep, Bagdad ou encore dans la plaine de Ninive pour un Bien qui nous dépasse.

Ce bien, ce sont les fruits qui pleuvent sur le monde par le témoignage du martyre des chrétientés orientales. En Jordanie, la désespérance sociale gagne les réfugiés syriaques et chaldéens. Au Liban, des enclaves chrétiennes risquent de disparaitre à la suite de la pression démographique d’autres communautés. En Syrie, nos équipes rebâtissent dans les villes libérées et agissent au mépris du danger dans des villes encore assiégées par les barbares islamistes. En Irak, enfin, nous avons besoin de tout le soutien possible pour reconstruire la plaine de Ninive et y rétablir un avenir possible pour les communautés chrétiennes. Ailleurs, SOS Chrétiens d’Orient affine ses capacités d’intervention en urgence, par exemple en Palestine ou en Egypte, et demain ailleurs…

Chers lecteurs du Salon Beige, vos encouragements matériels et spirituels sont le soutien dont nous avons besoin. C’est donc avec bonheur que nous entamons une collaboration qui devra mener à faire toujours davantage pour retisser le lien qui unit les deux poumons de la chrétienté. Avant qu’il ne soit trop tard… »

Charles de Meyer, Président de SOS Chrétiens d’Orient

Posté le 4 novembre 2016 à 20h00 par Michel Janva | Lien permanent

01 novembre 2016

Homélie du Cardinal Sarah, lundi 31 octobre à la Basilique de Vézelay

Aux routiers scouts d'Europe en pèlerinage :

CwHCRJtWEAEjqq0
CwHIFNwWgAEJBWJ
CwLoaXDXYAAWQ7n

Posté le 1 novembre 2016 à 18h46 par Michel Janva | Lien permanent

31 octobre 2016

Terres de mission : le cardinal Sarah, les ordinations 2016 et les racines chrétiennes

Dans la première partie de l'émission, l'abbé Claude Barthe parle du Cardinal Sarah, puis, toujours avec l'abbé Barthe, analyse des ordinations sacerdotales 2016 et enfin une étude sur les racines chrétiennes de la France avec Geoffroy Caillet :

Posté le 31 octobre 2016 à 13h06 par Michel Janva | Lien permanent

30 octobre 2016

La confession des enfants, antidote à la culture de mort

S-il-te-plait-maman-emmene-moi-me-confesserIngrid d’Ussel, mère de 5 enfants, vient de publier un livre sur la confession des enfants, préfacé par le cardinal Sarah, « S’il te plaît Maman, emmène -moi me confesser ». Ce livre donnera chair, couleurs et mots aux parents pour les aider à faire grandir la FOI de leurs enfants car celle-ci serait limitée dans son développement si il lui manquait le déploiement de la Miséricorde Divine en leur cœur. Ce livre appelle les parents à transmettre à leurs enfants la bonté miséricordieuse de Dieu pour tous les pécheurs mais il veut aussi leur faire réaliser à quel point le sacrement de Réconciliation permet d’y recevoir la Grâce de résister aux tentations futures. 

Dans sa préface, le cardinal écrit :

"Notre époque a un besoin urgent, vital, de faire l'expérience de la Miséricorde de Dieu pour échapper à la nouvelle barbarie qui la menace, celle du transhumanisme et de ses succédanés, c'est-à-dire ce rêve prométhéen, délirant, et donc proprement diabolique, qui consiste à s'ériger en démiurge d'une pseudo-humanité de surcroît, qui nous affranchirait de notre condition de créature pécheresse, vouée à la finitude, c'est-à-dire concrètement à la mort corporelle et spirituelle. Comment en est-on arrivé là, comment est-on parvenu à ce seuil d'un cauchemar qui, très légitimement, saisit d'effroi les parents chrétiens quand ils veillent sur le sommeil de leurs nouveau-né, qui vagissent dans leur berceau, ou leurs petits enfants blottis entre leurs bras avant de s'endormir après la prière du soir ? A sa manière, Ingrid d'Ussel répond à cette question, et elle le fait d'une manière admirable dans un livre consacré à la confession des enfants, car c'est en amont qu'elle saisit ce problème lancinant, qui paraît insoluble à cause de son caractère apparemment inéluctable. En effet, l'interpellation de Jésus, le Fils de Dieu, à ses apôtres : "Laissez venir à moi les petits enfants..." (Mt 19,14 ; Mc 10,14 ; Lc 18,16) constitue l'antidote, la seule valable et efficace, contre la culture de mort corporelle et spirituelle que nous venons d'évoquer."

Posté le 30 octobre 2016 à 16h20 par Michel Janva | Lien permanent

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. »

Sermon du père Cyprien, moine du monastère de N.D. de La Guadalupe au Nouveau Mexique (USA), prêché le 18 septembre à l'occasion d'un pèlerinage de la FSSPX à Domremy. Il est tout à fait adapté à la fête du Christ-Roi (aujourd'hui dans la forme extraordinaire) : 

+ Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Ainsi soit-il.

Statues-restauration« Très Glorieuse et Divine Pucelle, Fille très digne de l’Auguste Reine des Anges, Princesse du Ciel ; Servante de Dieu, Vénérable, Bienheureuse et Sainte ! Jehanne d’Arc, Vierge et Martyre ! Guidez nos pas aujourd’hui, au delà de ce pèlerinage au cours duquel nous venons de retracer les parcours de votre enfance. Veillez sur nous du haut du Ciel, nous qui osons marcher à votre suite, là où vous nous dirigerez : vers les champs de bataille comme l’armée royale d’autrefois, ou vers la paix ultime du rétablissement du règne du Roi légitime. 

Remplissez nos cœurs de l’esprit de Foi : qui a été le fondement de votre mission, de l’esprit d’Espérance : que vous avez incarné pour remonter le moral de toute une armée, et de l’esprit de Charité héroïque : par le spectacle dramatique de votre martyre sur le bûcher à Rouen. 

Remplissez nos cœurs de votre esprit invincible en cette occasion de pèlerinage consacré à votre mémoire et à votre honneur, honneur qui ne fait qu’un avec celui qui est dû en justice, à Notre Seigneur Jésus Christ, Vrai Roi de l’Univers.  Amen »

Chers Confrères, chers Pèlerins, 

Cher Monsieur l’abbé Monnier, vous avez la grande grâce de venir ici dans cette basilique pour célébrer une première messe, sous la bannière de la sainte héroïne de la France et de toute la Chrétienté.

Citons la phrase très célèbre du pape Léon XIII, celui qui a confirmé la cause de notre sainte en la propulsant au rang de « vénérable » :

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. »

Les historiens n’ont pas eu tort de nous dire que la France « est née du cœur d'une femme, de sa tendresse, de ses larmes, du sang qu'elle a versé pour nous » et que l’on ferait bien d’apprendre à nos enfants de prononcer le nom de Jehanne d’Arc « avec une grande révérence et reconnaissance ». 

Dans cette « femme » nous avons l’origine dont parle le pape. En elle, nous avons à la fois un rappel du passé, une renaissance d’identité, un retour à la ligne miraculeuse et ininterrompue de continuité, elle incarne ce qui est impossible à effacer des origines saintes de la France. Elle parle au nom du « Dieu de Clotilde » de St. Rémy, de la Sainte Ampoule, de la lignée capétienne aussi bien que St. Louis et « saint » Charlemagne, comme elle disait. Elle nous ramène à ces origines en faisant ce rappel à la conversion qui précède la vocation, ce qui a fait la splendeur de la vraie société française. 

Et par les prières et les pénitences de ce pèlerinage, nous avons compris « avec raison », cette précision de Léon XIII, comment « régénérer une Société en décadence. »

Mes chers amis, il nous est bon de revenir ici aux sources, où tout a commencé … !

Car dans la brume et la bruine des pluies de l’automne lorrain, nous voici en pèlerins attirés par le charme irrésistible de l’enfance de notre Sainte, et sa formation merveilleuse à l’école des Anges et des Saints, formation d’ordre divin, qui plus tard va démonter les ruses malicieuses de ses juges. Contemplons notre chère Pucelle, et l’attirance mystique de ces lieux privilégiés qui nous entourent, où le ciel s’est abaissé jusqu’à la terre dans le cœur pur d’une enfant, pour y former un royaume.

Vous voyez tout autour de vous dans cette magnifique basilique, des grandioses peintures qui montrent de manière admirable les phases et les étapes de la vie extraordinaire de notre Sainte. Ces peintures ont été réalisées avant sa béatification, et c’est bien St. Pie X, le souverain pontife qui insiste à avancer sa cause, la déclarant « bienheureuse » et dans la proclamation romaine ce saint pape décrète que toutes ses images soient ornées de l’auréole. Cela pour anticiper sa canonisation rapide au cas ou son successeur aurait quelques hésitations. La lecture du dernier procès de Jehanne, qui fut celui du Vatican, montre bien à quel point l’intervention personnelle du pape a été nécessaire pour sauver la cause de notre Sainte, et pour cesser enfin les querelles entre les cardinaux qui ne pouvaient pas arriver à une conclusion favorable et unanime.

Mais le plus impressionnant, se trouvant dans le transept, où nous contemplons encore deux peintures à droite et à gauche du sanctuaire : la première et la dernière communion de notre Héroïne.

Entre ces deux saintes communions, entre ces deux gestes de la pratique d’une foi profonde, tout une chronologie va naître, qui découle de ce don du Ciel, où l’histoire de la Chrétienté tout entière sera changée pour toujours. Et quelle chronologie admirable, chronologie sacrée, et désormais, comme vous voyez dans la mosaïque au dessus du sanctuaire, c’est Dieu le Père, qui fut la cause première des actions de la Pucelle qui faisait tout en nom Dieu et le Saint Esprit qui a enflammé le cœur de notre Sainte, exprimé dans l’admirable œuvre de Péguy « Le Mystère de la Charité de Sainte Jeanne d’Arc. » Nous voyons aussi St. Michel Archange qui reprend l’étendard de la Vierge Guerrière, Ste. Catherine qui tend l’épée à Jehanne et Ste. Marguerite qui tient le casque de la Pucelle. Vous demanderez où se trouve Dieu le Fils, Notre Seigneur, il est à sa place au tabernacle, sous la garde semble-t-il de l’épée de Jehanne.

Et en complétant cette œuvre d’art, on voit les personnages notables, tous ceux qui ont participé à la construction de la Basilique, plus les centaines de milliers de personnes, toutes les âmes fidèles qui suivent la sainte héroïne depuis six siècles, y compris les nôtres. 

Nous sommes tous ici de la même école de cette histoire exceptionnelle et miraculeuse, cette école, hélas ! devenue aujourd’hui minoritaire, qui est celle des saints prélats, comme le Cardinal Pie, Mgr. Touchet, Mgr. Delassus et autres, des saints prêtres, des Jésuites fougueux, tels que le RP. Jean-Baptiste Ayroles et le RP. Paul Doncœur ainsi que l’illustre Chanoine Dunand, et des rares historiens, comme Alexandre Sorel ou Régine Pernoud qui ont pratiqué la même foi vivante de Jehanne, la vraie foi catholique pour laquelle nous sommes tous, comme Jehanne, prêts à combattre et prêts à verser notre sang.

En compagnie de ce nuage de témoins, dans l’optique de la lumière de la foi, nous ouvrons de manière passionnée les pages fulgurantes de l’histoire de notre Sainte, pour y voir non seulement un conte dramatique de l’histoire du Cœur de la Chrétienté qui est le Royaume du Lys, et que le Christ Roi appelle « son royaume » mais apercevant aussi, il semblerait indéniable, des parallèles impossibles à ignorer, avec l’actualité de notre génération présente.

Car n’oublions pas le fait que Sainte Jehanne d’Arc n’a été canonisée que le 16 mai 1920, et donc à notre époque moderne. On oublie qu’il y a une raison pour cette réalité, une raison parfaite et éternelle, puisque Dieu lui-même l’a mandaté ainsi et non pas autrement. Cette réalité nous fait poser la grave question : Sainte Jehanne d’Arc … à notre siècle moderne ? Dieu a t-il voulu conserver jusqu’à nos jours la réalité ultime du message de notre Sainte ? Voilà une question qui redonne courage à nos cœurs lassés de la durée du combat actuel ! C’est le RP Clérissac qui parle de la mission et du message profond de notre sainte, 

« Jehanne a refait l’unité de la France et la force de durer … elle a aussi servi l’unité et la pérennité de l’Eglise. Comme, à Orléans et à Reims, la France était en Jehanne plus encore que dans le Roi ; ainsi, au Procès de Rouen, l’Eglise n’est pas du côté des juges, mais Elle est en Jehanne avec sa Vérité, sa jeunesse, sa mission de Libératrice du monde. »

L’illustre Dominicain continue : « Ô Sainte Jehanne , ô vous l’une des plus grandes héroïnes du Droit Chrétien et la plus grande héroïne du Droit Français, ne cessez pas de demander pour votre pays la foi et la charité qui furent les vôtres, et pour l’Église, le paisible, mais libre et public déploiement de sa surnaturelle vitalité ! »

Nous croyons aussi à une « surnaturelle vitalité » de la mission de Jehanne, qui est demeurée inachevée et sans conclusion réelle, une vitalité qui trouve sa deuxième phase dans la mission posthume, selon la thèse magistrale de Mgr. Delassus, qui d’après lui, aura bientôt son moment le plus important, le plus solennel, son heure de triomphe, car « Sa résurrection de nos jours, dans une gloire toute nouvelle, qui attire les regards de tous, Français et étrangers, Catholiques et infidèles, nous avertit que sa mission n’est point finie, qu’elle embrasse notre âge, aussi bien que les temps passés, et les temps à venir. »

Pour bien comprendre la source de cette mission exceptionnelle qui relève d’une volonté divine, pour laquelle notre Sainte a exigé à tous ses soldats d’assister au Saint Sacrifice et à se confesser, ouvrons simplement le missel romain de cette magnifique liturgie traditionnelle, à la page du moment le plus solennel de la sainte messe, le vénérable Canon Romain.

Voyons les quatre mots parmi les plus importants du texte sacré, les quatre demandes de la Sainte Eglise, qui décrivent l’action divine, action imminente, action salvifique de N.S. Christ-Roi, la dynamique de la mission de Jehanne, pour laquelle elle a consacré toute sa courte vie, et la véritable raison de son martyre.

Les quatre mots sont les suivants : Pacificáre, Custodíre, Adunáre et Régere : Pacifier, garder, aider et régner. 

Pacifier : la paix consiste dans un équilibre entre l’action et la contemplation. La paix n’est pas une cause mais l’effet d’une cause : on s’engage, on se bat pour vaincre l’ennemi, et pour mettre fin au conflit, pour susciter la paix. « Fiat pax in virtute tua, » que la paix soit le résultat de votre force, le fruit de vos efforts. « Si vis pacem para bellum, » si vous désirez la paix, préparez-vous à faire la guerre. Traduisons ces quatre demandes autrement : Imposer la paix, au risque sa vie, venir d’urgence en aide, et gouverner par un pouvoir absolu, monarchique et divin.

Voilà ce que la Sainte Eglise demande au Christ-Roi, voilà contenu dans ces quatre mots la mission sublime à laquelle notre Sainte a consacré sa vie qui est passée comme un éclair. Les quatre termes de sa vocation, qui exprime la nature même du règne du Christ-Roi et par conséquent, la cause première de la mission de notre grande Sainte.

C’est la première page du canon de cette sainte liturgie romaine que Jehanne a voulu « ouïr » tous les jours, pour laquelle elle a voulu se confesser souvent avant d’aller au combat, sachant qu’elle sera ciblée en premier ; ce saint sacrifice de la messe où elle communie tous les jours, avec les larmes de ferveur aux yeux.

La sainte liturgie nous rappelle, nova bella elegit Deus, Dieu a déclaré une nouvelle guerre. Il y a dans la mission de Sainte Jehanne d’Arc un aspect martial, un aspect d’action impérative, une grave urgence. Cela face aux paradoxes du 15e siècle, et face à notre mentalité moderne qui cherche la paix sans la gagner par le sacrifice du combat, comme si l’ordre de la paix était chose gratuite. Selon Péguy, Jehanne se plaignait des vaines charités … elle se plaignait des trêves impossibles, à base d’intérêts contraires et contradictoires, des modus vivendi illusoires et naïfs, et de la fausse paix des promesses trompeuses.

Au bout de six siècles d’histoire, le résultat est clair : les pays chrétiens de l’Europe se trouvent désormais apostats, paganisés, agnostiques, et athées, les gouvernements devenus des crypto-craties maçonniques. En instrument du complot mondialiste, l’ennemi de la Chrétienté entre librement à la lumière du jour, il passe les frontières désormais sans défense, tandis que le peuple se trouve anesthésié et s’endort dans l’indifférentisme et la médiocrité.

Le message essentiel se notre Sainte est simple et clair. Il faut combattre. Il faut lutter pour réaliser la mise en pratique de ce principe capital, ce que nous disons maintes fois par jour dans le Notre Père : Que l’ordre terrestre, l’ordre temporel, soit sanctifié, et élevé au niveau de l’ordre divin, l’ordre céleste. Sicut in cœlo et in terra, sur la terre comme au Ciel. 

On admire les images de Sainte Jehanne d’Arc ou elle tient l’épée ou son étendard d’une main, alors que l’autre main s’élève vers le ciel. Voilà mes chers amis, le but du combat de l’Eglise militante, c’est de garder les yeux fixés sur la fin ultime, notre salut, notre béatitude au ciel pour l’Eternité.

Avec son doigt dirigé vers le ciel, Sainte Jehanne d’Arc nous rappelle notre mission essentielle, de faire revivre ce règne du Christ Roi, qui n’est pas de ce monde, règne de restauration, règne impératif, et comme nous venons de dire, « que votre Règne arrive, sur la terre comme au Ciel. » Règne qui n’est pas de ce monde mais qui en est le salut, l’unique salut possible. 

Le Royaume des Cieux, le règne du Christ-Roi est à prêcher, à aimer, et à défendre, mais d’abord à contempler, à étudier, et à connaître en profondeur. Notre Sainte crie à ses soldats, « Besognez et Dieu besognera ! » Faites votre devoir et Dieu fera le sien. Fidelis Deus, Dieu est fidèle et ne manquera point de nous galvaniser et de nous guider. N’oublions pas combien notre grande Sainte a souffert pour la sainte Eglise, « Quant à l’Eglise, je l’aime et je voudrais la soutenir de tout mon pouvoir pour notre foi chrétienne » et combien elle a souffert pour la France et pour toute la Chrétienté, comme la Sainte Vierge au pied de la Croix, Jehanne, elle aussi est devenue, d’une certaine manière, la co-rédemptrice de la France.

N.D. des Victoires, la Sainte Vierge Marie, nous prépare au combat de l’heure actuelle par le message prophétique de Fatima, en demandant la récitation quotidienne du Saint Rosaire, les actes de réparation, la dévotion à son Cœur Immaculé, ce Cœur de Marie qui a été le modèle sublime du cœur de Jehanne, ce cœur intrépide et invincible, qui a résisté aux flammes du bûcher, et resté intacte, invaincu. Que le cœur éternel de Sainte Jehanne d’Arc soit notre lumière et notre force dans l’ultime bataille qui s’annonce déjà sur l’horizon. 

Chers pèlerins, je termine par une prière composée au siècle dernier, avant que la grande guerre fut gagnée, du diocèse de Verdun tout près d’ici, qui fut un immense champ de bataille : 

« Bienheureuse Jehanne d’Arc, nos regards sont tournés vers vous et nous restons remplis d’une espérance infaillible, les yeux fixés sur vous, en ce moment de crise sans précédent. Car il y a, de nouveau, grande pitié dans notre France tant aimée et dans toute la Chrétienté. Hâtez-vous de nous secourir ! Fille de Dieu, douce et puissante Patronne, faites revivre dans nos cœurs la foi et la vaillance de nos pères, et puis, priez et bataillez avec nous, et Dieu donnera la victoire. » Ainsi soit-il .

Posté le 30 octobre 2016 à 15h41 par Michel Janva | Lien permanent

Christus Regnat

Pages-de-hdef-CD-2016-livret-1-2-e1477640806411Les séminaristes de l'Institut du Christ-Roi sont heureux de vous présenter leur nouveau CD de chant grégorien, Christus Regnat, réalisé en l’honneur du Christ Roi. Cette fête, instituée en 1925 par le Pape Pie XI dans son encyclique Quas Primas, est fête patronale de la communauté. En ces temps particulièrement troublés, nous avons eu à cœur de chanter ces pièces grégoriennes en l’honneur de Notre Seigneur, Roi de l’Univers.

Comme le dit Dom L. Baron, « Notre Seigneur Jésus-Christ est Roi en ce sens très précis qu’Il a autorité sur les nations, les sociétés, les familles, les individus et qu’Il les guide, en fait, vers le bonheur, dans la mesure où ils Le suivent ». 

Outre les pièces du propre, les séminaristes chantent l’office des Vêpres, les chants du Salut du Saint Sacrement, conclus par les solennelles litanies carolingiennes en l’honneur du Christ Roi.

Ces chants ont été interprétés sous la direction du chanoine Louis Valadier, dans l’église Saints-Michel-et-Gaétan de Florence, du 13 au 15 avril 2016.

Vous pourrez vous procurer ce cadeau idéal pour la fête de Noël en contactant les chanoines ou en contactant le séminaire

Posté le 30 octobre 2016 à 15h27 par Michel Janva | Lien permanent

29 octobre 2016

Le pèlerinage Summorum Pontificum à Rome

Malgré le tremblement de terre du mercredi 26 octobre au soir dans la région de Nursie, le pèlerinage international Summorum Pontificum se tient avec quelques contraintes :  les organisateurs ont du annuler le déplacement prévu à Nursie le jeudi 27 et vendredi 28 octobre. Le Pèlerinage s’est ouvert  jeudi soir à l’église de Trinité des Pèlerins à Rome. Dans son homélie, l’abbé Claude Barthe, aumônier du Pèlerinage, a rappelé ‘l’importance de liturgie dans la vie bénédictine et que c’est celle-ci qui a consolidé l’Europe Chrétienne’.

Jeudi matin, Mgr Sample a fait le déplacement à Nursie pour célébrer la messe pour les moines :

Norcia007

Jeudi soir à l’église St Eligio de’ Ferra, l’Institut du Bon Pasteur a fêté ses 10 ans. La messe a été célébrée par le cardinal Dario Castrillon Hoyos, président émérite de la Commission Ecclesia Dei en présence de Mgr Agostini, de Mgr Sample, de Mgr Pozzo et du SE le Cardinal Burke:

IBP-Anniv-1

14591822_10211189298356973_6050157578311362837_n

Procession puis messe à St Pierre de Rome :

Blogger-image-1587681678

Blogger-image--451241706

Blogger-image-1648743782

Blogger-image--1056408046

Blogger-image-437048579

Blogger-image-2037123791

Blogger-image--2070947716

Posté le 29 octobre 2016 à 17h37 par Michel Janva | Lien permanent

28 octobre 2016

La FSSPX a conclu des accords à Lourdes

Pendant trois jours de pèlerinage (22, 23, 24 octobre 2016), les prêtres de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X ont pu déployer librement leur ministère à Lourdes et cela pour la 17e année consécutive. L'évêque de Tarbes et Lourdes a permis que tout soit confié à la Fraternité le temps qu'elle y exerce ses dévotions : les sanctuaires, pour y célébrer la messe, les piscines où un prêtre de la Fraternité et ses scouts accompagnés de plusieurs bénévoles pour les dames officiaient comme brancardiers, les ornements du trésor qui rehaussaient la beauté de la liturgie romaine, sans que les traditionalistes n'y perdent leur latin.

0Et de fait, cet apostolat est officiellement reconnu au fil des ans. Le 1er septembre de l'année dernière, le pape François a accordé aux prêtres de la Fraternité les pouvoirs pour confesser. Au mois de juin de cette année, Rome a indiqué qu'Écône ne risquait plus aucune sanction lorsqu'elle ordonnait. À Lourdes, les fils de Mgr Lefebvre bénéficient des micros sans être inquiétés et les prédicateurs de cette édition 2016 - les abbés Pierre-Marie Laurençon, ancien supérieur du district de France, Loïc Duverger, second assistant un district, le père Antoine, gardien du couvent capucin de Morgon - n'ont pas eu à faire corriger leurs prêches. Sous les auspices de la Vierge Marie, c'est dans une atmosphère normalisée que se croisent les différents catholiques. Même les plus défiants de part et d'autres sont heureux de voir d'autres catholiques prier au cours de cette période d'islamisation et de pouvoir bénéficier d'un toit, d'une sonorisation et d'une hospitalité pour leurs malades. C'est ce qui fait d'ailleurs l'un des succès du principal pèlerinage de la FSSPX et son meilleur moyen d'apostolat. Plus de 6000 fidèles ont répondu présent cette année.

Les dominicaines enseignantes de Fanjeaux ont déployé là leurs nombreuses élèves et les établissements de garçons accompagnaient la liturgie par leurs polyphonies sans que le clergé diocésain ne craigne l'attraction de la liturgie grégorienne ou des traditionnelles processions. Devant cette hospitalité, l'abbé Christian Bouchacourt, supérieur du du district de France, a chaleureusement remercié l'évêque et le recteur qui permettent que la Fraternité puisse tourner chaque année les âmes vers Dieu.

1Elles sont loin désormais les années de plomb - il y a une quarante ans environ - où les autorités interdisaient imperturbablement l'accès aux basiliques, lesquelles étaient finalement investies par une porte dérobée et où la messe y étaient célébrée à la lueur des lampes de poche, l'électricité étant restée sous surveillance...

À Lourdes, c'est Mgr Périer, pourtant peu favorable, qui, en 2000, a sifflé la fin des hostilités et a permis à la Fraternité de faire l'expérience de la Tradition à Lourdes. Lorsque son successeur, Mgr Brouwet, a repris le diocèse, il a indiqué qu'il ne changerait rien à ce qui avait été consenti par son prédécesseur. Les plus bagarreurs sont peut-être restés sur leur faim. Toujours est-il que le Ciel ne leur est pas tombé sur la tête. L'expérience éprouvée et réussie de Lourdes démontre que, en dépit de quelques sursauts d'une poignée de radicaux des deux côtés, et depuis le temps qu'elle est annoncée, la régularisation de la Fraternité est pleinement acquise dans les esprits.

Posté le 28 octobre 2016 à 17h59 par Michel Janva | Lien permanent

Europe : diminution du nombre des prêtres et de fidèles

Unknown-14Le 23 octobre, à l’occasion de la Journée missionnaire mondiale, l’agence romaine Fides a présenté un panorama statistique de l’Eglise catholique dans le monde au 31 décembre 2014. A cette date, selon les chiffres du Vatican, les catholiques représentent 17,77% de la population mondiale, soit 1.272.281.000, avec une augmentation totale de 18.355 millions. L’augmentation concerne tous les continents, sauf l’Europe où le nombre total a diminué de 57.000 fidèles.

Fin 2014, il y a 415.792 prêtres, soit une très légère augmentation de 444. L’Europe subit toujours une diminution alarmante du nombre de ses prêtres (-2.564). Dans une moindre mesure, l’Amérique (-123) et l’Océanie (-86) connaissent aussi un recul. En revanche, l’Afrique (+1.089) et l’Asie (+2.128) sont en progression.

Le nombre des grands séminaristes, diocésains et religieux, a globalement diminué de 1.312 candidats au sacerdoce, sur un total de 116.939. Les augmentations concernent seulement l’Afrique (+636), tandis que le nombre des grands séminaristes diminue en Amérique (-676), en Asie (-635), en Europe (-629) et en Océanie (-8).

Le nombre des religieux non prêtres a diminué globalement, pour la deuxième année consécutive, de 694 et parvient à un total de 54.559. Les augmentations concernent l’Afrique (+331) et l’Asie (+66) alors que les diminutions touchent et l’Amérique (-362), l’Europe (-653) et l’Océanie (-76).

La diminution globale du nombre de religieuses se confirme supérieure, encore cette année, à celle de l’année précédente (-10.846). Les augmentations concernent l’Afrique (+725) et l’Asie (+604), alors que les diminutions affectent l’Amérique (-4.242), l’Europe (-7.733) et l’Océanie (-200).

Posté le 28 octobre 2016 à 07h39 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > L'Eglise : Vie de l'Eglise

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > L'Eglise : Vie de l'Eglise