02 mars 2015

Pour postuler, vous devez être "pour les caricatures"

La dernière déclinaison de l'"esprit du 11 janvier" : la "discrimination" à l'embauche pour opinion politique.

Posté le 2 mars 2015 à 17h21 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (5)

Le blasphème est autorisé, sauf contre l'idole Charlie Hebdo

CH
Cette photo du magazine du Monde, accompagnée du titre "Une résurrection sous tension" (il semblerait qu'il ait été adouci depuis), a provoqué la fureur du rédacteur-en-chef de Charlie Hebdo ce week-end :

"J'ai l'impression qu'il y a comme un acte manqué dans cette couverture. Comme si on avait voulu terminer ce que les frères Kouachi n'ont pas fini"

Le Monde décrit les tensions actuelles et passées, notamment autour de la célèbre Une de 2008, "C'est dur d'être aimé par des cons". Le pactole avait été redistribué pour l'essentiel entre les actionnaires alors que les journalistes touchaient de faibles salaires.

Posté le 2 mars 2015 à 16h11 par Louise Tudy | Lien permanent

L'agenda des veillées et Sentinelles

Lundi 2 mars 2015
  • Bergerac : Place du palais de justice de 20h à 21h
  • La Roche sur Yon : Place Napoléon de 21 h à 22 h
Mardi 3 mars 2015
  • Beauvais - Place Jeanne Hachette, devant la mairie de 21h à 22h
  • Bourges - Rue Moyenne à côté de la Mairie de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • Limoges - Place d'Aine de 20h30 à 21h30
  • Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • Reims - Place Royale de 20h à 20h30
  • Saumur - place Bilange de 20h30 à 21h30
Mercredi 4 mars 2015
  • Angers - place du ralliement de 21h à 22h30
  • Chambéry. Sur les marches du château de 20h30 à 22 h
  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • Laval - place de la Mairie de 20h à 20h30
  • Marseille - mairie du Vieux Port de 20h30 à 22h
  • Rambouillet - devant la sous-préfecture 20h30 à 21h30 : Sentinelles
  • Vienne - Place de l'Hôtel de Ville 20h30 à 21h30
Jeudi 5 mars 2015
  • Annecy - place de la mairie à 21h30
  • Châteauneuf de Galaure - place de la salle des fêtes à 20h30
  • Nancy - place Stanislas de 20h30 à 21h30 : Sentinelles
  • Orléans - Place du Martroi, au pied de Jeanne d'Arc de 20h30 à 21h30 : 94°veillée Sous la casquette en face en cas de pluie ou neige
Vendredi 6 mars 2015
  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 20h30 à 21h30 : Sentinelles
  • Carhaix - Place de La Tour d'Auvergne, de 21h à 23h
  • Le Puy en Velay - Place Cadelade de 18h30 à 19h30

En cas d'erreur ou d'oubli, me contacter : tudylsb@gmail.com

Posté le 2 mars 2015 à 11h36 par Louise Tudy | Lien permanent

27 février 2015

La France plus efficace contre la liberté que contre le terrorisme

Lu sur Liberté politique :

Unknown-13"Le blocage administratif, sans juge, des sites Internet ne passe pas à l’étranger. C’est l’objet d’un décret du gouvernement socialiste du 6 février dernier, concernant les sites « provoquant à des actes de terrorisme ou en faisant l’apologie », qui fait réagir.

Divers médias étrangers pointent du doigt cette mesure, vue comme plus efficace contre la liberté d’expression que contre les terroristes. Ainsi le Guardian du 9 février, journal britannique plutôt classé à gauche, critique la censure administrative, qui « trahit la séparation des pouvoirs en limitant ce qui est la première liberté en démocratie, la liberté d’expression ».

Selon PandoDaily, site d’analyse des nouvelles technologies, « c’est l’ironie malheureuse des attaques contre Charlie Hebdo : la tentative pour faire taire un magazine devenu un symbole de la liberté d’expression a conduit à de nouvelles lois en France et au Royaume Uni qui musellent le discours en ligne par la censure »."

Posté le 27 février 2015 à 21h34 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

26 février 2015

28 février : trompettes de Jéricho à Metz

M

Posté le 26 février 2015 à 19h39 par Michel Janva | Lien permanent

25 février 2015

Français de souche : la liberté d'expression n'est pas un long fleuve tranquille

Selon Vincent Trémolet de Villers dans Le Figarovox :

"La liberté d'expression n'est pas un long fleuve tranquille. Le président de la République l'a encore vérifié. Lors du dîner du Crif, après une journée de polémiques provoquée par Roger Cukierman, François Hollande est sorti du lexique du vivre-ensemble. Cette novlangue où la France n'est qu'un «nous inclusif et solidaire» parsemé de «quartiers» peuplés de «jeunes» (dont certains basculent dans le «fanatisme») qui souffrent d'être «stigmatisés» et sont «trop souvent» victimes d'«amalgames». Un centième de seconde, l'esprit du 11 janvier a cessé de souffler, et le président de la République a parlé dans une autre langue, celle des bistrots et des vignerons: il a dit «Français de souche». De Gaulle l'avait dit avant lui à la télévision, mais c'était il y a mille ans: en 1960. L'Algérie était française et les dénominations administratives distinguaient alors les FSE, «Français de souche européenne», et les FSN, «les Français de souche nord-africaine».

Dans la bouche de François Hollande, le propos n'était pas flatteur, il était même infamant. Les «Français de souche» invoqués, en effet, sont les adolescents coupables de l'infernale profanation d'un cimetière juif. Ils devaient faire la preuve de l'absurdité des propos de Roger Cukierman, qui, le matin même sur Europe 1 avait cédé à la tentation de l'amalgame: «Il faut dire les choses, avait dit le patron du Crif, toutes les violences aujourd'hui sont commises par des jeunes musulmans. Bien sûr, c'est une toute petite minorité de la communauté musulmane et les musulmans en sont les premières victimesLe président de la République a utilisé les «Français de souche» pour dynamiter tout amalgame et rappeler que l'antisémitisme était «bien de chez nous».

Sans peut-être mesurer qu'il pratiquait à son tour l'amalgame honni et faisait reposer ces actes monstrueux sur les épaules de tous les «Français de souche», de branche ou de feuille. «Nommer c'est exclure», proclament nos ligues de vertu. Apparemment, cette règle ne s'applique pas quand il s'agit d'une catégorie végétale de Français. La démographe Michèle Tribalat explique cette exception. «Stigmatiser, a-t-elle remarqué dans FigaroVox, ne s'applique qu'aux minorités. Si vous appartenez aux natifs au carré, justement, vous êtes majoritaires, et vous vous trouvez dans le camp des dominants. Désolée, dans ce cas, aucune excuse.» Ces «Français de souche», bonnes pâtes, n'en sont pas à leur première injustice. En 2007, lors de l'émission «Ce soir ou jamais», la présidente des Indigènes de la République, Houria Bouteldja, les appelait «sous-chiens», «parce qu'il faut bien leur donner un nom, les Blancs».

Avoir choisi d'évoquer «les Français de souche» pour souligner leur culpabilité n'a pas attendri cependant nos autorités morales (Éric Fassin, Aurélie Filippetti). Il faut dire qu'invoquer la «souche» Française et demander dans le même temps la suppression du mot race dans la constitution témoigne d'un impressionnant art de la synthèse. Il n'a cette fois pas empêché l'habile François Hollande d'intégrer la confrérie du sémantiquement incorrect.

On y trouve, en tête, Alain Finkielkraut. C'était il y a un an, le 6 février 2014. Après l'émission «Des paroles et des actes», deux membres du conseil national du PS, Mehdi Ouraoui, ancien directeur de cabinet d'Harlem Désir, et Naïma Charaï, présidente de l'Agence national pour la cohésion sociale et l'égalité des chances, avaient saisi le CSA. Dans une lettre envoyée à son président, ils qualifiaient l'intervention d'Alain Finkielkraut d'«inacceptable» et «dangereuse». Ils s'inquiétaient précisément de l'usage par le philosophe de l'expression «Français de souche», «directement empruntée au vocabulaire de l'extrême droite».

Alain Finkielkraut avait réagi. C'était sur le FigaroVox. «L'idée qu'on ne puisse plus nommer ceux qui sont Français depuis très longtemps me paraît complètement délirante, affirmait-il. L'antiracisme devenu fou nous précipite dans une situation où la seule origine qui n'aurait pas de droit de cité en France, c'est l'origine française.» Quelques semaines plus tard, lors de l'émission «On n'est pas couché», l'écrivain Denis Tillinac avait pris la défense d'Alain Finkielkraut. En retour, il avait été violemment pris à parti par Aymeric Caron. «Les allusions méprisantes à notre fonds de ruralité attestent un refus viscéral, névrotique, de prendre la France pour ce qu'elle est, confiait à son tour l'écrivain au FigaroVox. Ces Français de souche (80 % des citoyens de notre pays) doivent savoir que leur patriotisme sentimental, culturel et spirituel est considéré comme une vieillerie bête et nocive.» Après Finkielkraut, après Tillinac, François Hollande, à son tour, a «dérapé». Fort heureusement, il s'est arrêté à temps et n'a pas eu l'indécence de préciser que le meneur des profanateurs «de souche» était un adolescent instable qui portait sur ses vêtements des slogans«antifascistes»."

Posté le 25 février 2015 à 20h55 par Michel Janva | Lien permanent

24 février 2015

Christiane Taubira s'acharne contre Thierry Boutet

Lu sur Facebook cette lettre de Thierry Boutet :

"[...] Durant plus d’un an, de 2011 à 2012, j’ai été le Directeur de la rédaction de Liberté politique. Je l'ai fait bénévolement. A raison de cette fonction, en 2012, j’ai été mis en examen pour provocation à la haine, à la violence ou à la discrimination, à l’égard d’une personne ou d’un groupe à raison de leur orientation sexuelle (passible de 45 000€ d’amende et d’un an de prison ferme), pour avoir publié sur le site Liberté politique un entretien de Christian Vanneste durant la campagne des élections présidentielles.

Ces propos très généraux sur le rôle des lobbies homosexuels dans les milieux de pouvoir étaient anodins comparés à ce qui a pu être dit ou écrit par ailleurs. En première instance, le Tribunal Correctionnel de Paris, par un jugement en date du 3 avril 2014, m'a d’ailleurs relaxé en reconnaissant que, « dénués de toute véritable portée, les propos incriminés n’apparaissent pas de nature à inciter les internautes à la haine, à la violence ou à la discrimination envers les homosexuels ».

Les choses auraient pu en rester là, sans l’acharnement du parquet, aux ordres du ministre de la Justice.

Le procureur a fait appel.

L’affaire sera à nouveau examinée le 26 février prochain devant le pôle 2 de la 7ème chambre de la Cour d’Appel de Paris.

Je suis seul devant mes juges, seul depuis trois ans pour faire face à ce qui s’apparente véritablement à de l’acharnement judiciaire.

Les frais que j’ai engagés pour ma défense (15 000€ à ce jour) représentent une charge très lourde, impossible à financer avec mes seuls revenus. Quant à l’association qui a repris le site Liberté politique, elle ne m’apporte évidemment aucune aide.  

J’ai besoin de vous aujourd’hui, et que vous me souteniez tant moralement - car ces accusations injustes me pèsent - que financièrement !

Cette démarche, vous l’imaginez, est pour moi difficile. Si je m’y résous, c’est parce que j’y suis acculé du fait des circonstances et de l’acharnement du ministère de la justice. 

En réalité, ce combat n’est pas seulement le mien. C’est aussi le vôtre !

En me prenant pour cible alors que je suis seul, et donc faible à leurs yeux, avec peu de moyens pour ma défense, le Garde des Sceaux et certains lobbies cherchent à obtenir une condamnation pour faire jurisprudence ; et pour pouvoir ensuite s'en prendre à ceux qui ne pensent pas comme eux.

C’est l’opinion que l’on veut mettre au pas,

c’est la presse libre que l'on veut intimider et museler.

Si nous perdons ce procès, qui osera publier le moindre article un tant soit peu libre et critique sur le sujet.

Nous devons gagner afin que la liberté de penser et de s'exprimer demeure protégée par la justice.

Si nécessaire, j’irai en Cassation puis devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme ; mais je ne pourrais pas le faire sans vous. Je compte donc sur vous et  sur votre amical soutien actif."

Pour le soutenir.

Posté le 24 février 2015 à 21h19 par Michel Janva | Lien permanent

23 février 2015

Les véritables ennemis de Charlie Hebdo

Charlie HebdoComme le montre sa dernière Une, "c'est reparti" : Charlie Hebdo peut s'en prendre de nouveau à ses cibles favorites - Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, le clergé catholique et la Manif pour tous. Ces "chiens d'infidèles", qui n'assassinent ni les journalistes, ni la liberté d'expression. 

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Posté le 23 février 2015 à 23h25 par Louise Tudy | Lien permanent

Charlie Hebdo : lettre d'un général à un officier musulman

Le général Poncet dénonce, dans une lettre adressée au capitaine Djamel, publiée le 24 janvier, la manipulation qui a suivi les attentats de Paris et ses conséquences. Extrait :

"L’élan émotionnel et spontané a été récupéré pour initier une opération de manipulation des foules qui a engendré ces manifestations de très grande ampleur. Je te rassure, si j’avais été en France, je m’en serais également abstenu. La liberté d’expression n’excuse pas tout et ne justifie en rien le droit à la caricature outrancière que j’assimile à  l’insulte la plus méprisable. D’ailleurs, j’ai un peu de mal à comprendre comment l’on peut emboucher les trompettes du vivre ensemble sans un minimum de respect de l’autre en particulier vis-à-vis de tout ce qui touche à son espace symbolique ou sacré, qu’il soit profane ou religieux. J’ai un peu de mal à comprendre comment on peut brandir l’étendard d’une laïcité dévoyée en insultant l’autre, et tu sais que, chrétien, je suis attaché à une laïcité bien comprise qui rassemble autour de valeurs communes, une laïcité dont la signification doit être repensée. Il faut regarder la réalité en face. La France d’aujourd’hui est faite de communautés. Gageons qu’avoir porté ces caricatures en valeur républicaine et en symbole de liberté, d’avoir voulu leur donner une caution nationale, va nous entraîner à chercher à marier la carpe et le lapin. Je peux plus sérieusement rappeler ce qu’a écrit Albert Camus dans L’Homme révolté: « La liberté absolue raille la justice. La justice absolue nie la liberté. Pour être fécondes, les deux notions doivent trouver l’une dans l’autre leurs limites ». Et toujours dans L’Homme révolté,  il évoque cette limite en se référant aux Grecs et à « Némésis, déesse de la mesure, fatale aux démesurés ». Il s’interdit de transgresser la limite pour rester à « hauteur d’homme ».  C’est cela le respect de l’autre, ce message que Lyautey nous a laissé pour conquérir les cœurs.

J’ajoute enfin que je comprends ton inquiétude pour la suite de nos engagements militaires au Sahel où il va falloir continuer à combattre un ennemi agressif et manœuvrier tout en sachant qu’il va lui être plus facile de trouver le soutien d’une partie importante de la population.  C’est tout un pan de nos opérations d’action psychologique qui vient de s’écrouler. J’espère que nos autorités ne vont pas oublier que la liberté d’expression se décline aussi avec la responsabilité."

Posté le 23 février 2015 à 16h54 par Louise Tudy | Lien permanent

L'agenda des veillées et Sentinelles [mis à jour]

Sentinelles à toute heure, 365 jours par an, place Vendôme à Paris
 
Lundi 23 février 2015
  • Châlons-en-Champagne - Face au Palais de Justice de 18h à 19h30 - Sentinelles
  • La Roche-sur-Yon - place Napoléon de 21h à 22h
Mardi 24 février 2015
  • Beauvais - Place Jeanne Hachette, devant la mairie de 21h à 22h
  • Bourges - 11 rue Jacques Rimbault de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • Limoges - Place d'Aine de 20h30 à 21h30
  • Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • Reims - Place Royale - de 20h à 20h30
  • Rennes - place de la Gare à 21h. Thème : l'accompagnement
  • Saumur - place Bilange de 20h30 à 21h30
Mercredi 25 février 2015
  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • La Tour-du-Pin - Place Antonin Dubost de 20h30 à 22h00
  • Rambouillet - sous-préfecture - 20h30 à 21h30 - sentinelles
  • Metz : 19h : Café-débat "où va la France" au café Jehanne d'Arc - 21h : veillée devant l'hôtel de ville
Jeudi 26 février 2015
  • Annecy - place de la mairie à 21h30
  • Châteauneuf de Galaure - place de la salle des fêtes à 20h30
  • Orléans - Place du Martroi, au pied de Jeanne d'Arc de 20h30 à 21h30.93°. Sous la casquette en face en cas de pluie ou neige
  • Thonon les bains - place de l'hôtel de ville de 20h à 21h : Sentinelles
Vendredi 27 février 2015
  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 18h30 à 19h30 : Sentinelles
  • Le Puy en Velay - Place Cadelade de 18h30 à 19h30
Samedi 28 février 2015
  • Metz - Trompettes de Jéricho : 17h30 prière dans la cathédrale. 18h chants devant l'hôtel de ville
  • Tréguier - Place de la cathédrale à 21h

Dimanche 1er mars 2015

  • Quimper - près de la médiathèque des Ursulines de 21h à 22h

En cas d'erreur ou d'oubli, me contacter par mail : tudylsb@gmail.com

Posté le 23 février 2015 à 11h34 par Louise Tudy | Lien permanent

Christiane Taubira veut bloquer des sites internet sans jugement

Christiane Taubira a affirmé dimanche en clôture des premières assises de la lutte contre la haine sur Internet organisée par l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) sa détermination à doter la France des outils juridiques pour lutter contre le racisme et l'antisémitisme en ligne.

« La difficulté est de trouver les réponses les plus adaptées mais nous sommes décidés à mener une lutte sans merci contre le racisme et l'antisémitisme sur Internet. (...) Il y a en ce moment un processus de travail qui se fait dans le cadre de la préparation du projet de loi sur le numérique et c'est dans ce cadre-là que nous allons trouver les instruments les plus adaptés. »

Elle a rappelé les principales mesures déjà annoncées, dont la possibilité de confier à l'autorité administrative le pouvoir de bloquer des sites, comme cela existe déjà pour les sites pédopornographiques et, depuis novembre, pour l'apologie du terrorisme.

Cette mesure vient d'être critiquée par la commission consultative des droits de l'homme, autorité administrative consultative du gouvernement, pour qui l'intervention d'un juge est nécessaire pour ordonner et contrôler le retrait d'un contenu illicite et le blocage d'un site Internet

Quelle idée d'attendre l'avis d'un juge alors qu'une autorité administrative pourrait décider de bloquer un "site de haine".

Posté le 23 février 2015 à 07h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (23)

22 février 2015

Le 600 près du château de Montségur

Montsegur MPTous (4)

Montsegur MPTous (5)

Posté le 22 février 2015 à 16h19 par Michel Janva | Lien permanent

21 février 2015

Hollande sifflé par les défenseurs du mariage, au salon de l'Agriculture

Selon l'Elysée :

Posté le 21 février 2015 à 17h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

18 février 2015

On a le droit de se moquer de tout sauf de Charlie Hebdo

Comment Charlie Hebdo a enjoint l’éditeur d'un journal satirique de renoncer à publier un pastiche de Charlie Hebdo, au motif qu’un Charpie Hebdo, après les événements,  

« ne saurait revêtir un quelconque caractère humoristique, dépassant largement “les lois du genre” de l'humour satirique acceptable ».

Le blasphème, c'est sacré.

Posté le 18 février 2015 à 18h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

Pas de liberté d'expression pour les journalistes de BFM TV

Notamment lorsque Ruth Elkrief dirige le débat. C'est ce que vient d'apprendre à ses dépens un de ses collègues lorsqu'il essaye de rappeller les propos de Manuel Valls concernant sa femme et Israël. Pathétique :

 

Source

Posté le 18 février 2015 à 10h48 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (12)

16 février 2015

L'hypocrisie des journalistes concernant Roland Dumas (suite)

J'évoquais l'hypocrisie des journalistes dans mon précédent post. Il faut visiblement en exclure Jean-Jacques Bourdin car sa question semble désormais se retourner contre lui. Tous les défenseurs de la "liberté d'expression" pour Charlie Hebdo veulent interdire à un invité de dire ce qu'il pense (Roland Dumas) mais aussi et surtout à un journaliste, plutôt libre, (Jean-Jacques Bourdin) de poser les questions qu'il souhaite :

Roland-dumas-16"Outre la réponse, c'est  la question de Jean-Jacques Bourdin qui est largement critiquée.  Sur LCI, lors de l’émission « Choisissez votre camp », Sophie de Menthon, présidente de l'association Ethic et Chef d'entreprise a demandé : « Pourquoi une telle question ? C'est un raccourci médiatique absolument honteux de la part d'un animateur. C'est lamentable". "Déontologiquement, la question de Bourdin est inacceptable", a renchéri Maurice Ulrich, éditorialiste à L'Humanité. "C'est une question de pousse-au-crime. C'est Bourdin qui met le feu. On est dans une situation où les mots ont tout leur poids. On ne joue pas aussi facilement avec une phrase comme celle-là. Dire cela, ça renvoie exactement au climat des années 40." 

Le journaliste de RMC et BFMTV se défend en répondant sur son compte Twitter « J'aime mon métier: faire dire à mes interlocuteurs ce qu'ils pensent vraiment. Recherche de la vérité contre toutes les langues de bois

Il a répondu plus tard à la polémique sur le site « Pure médias » : « Une question peut être antisémite mais celle-ci ne l'était pas. Il s'agissait de savoir si mon interlocuteur pensait ce qu'il dit ou pas ! Il faudra s'habituer à des journalistes indépendants qui ne prennent pas parti et qui sont libres de toute influence, libres de toute chapelle... Je continuerai à faire mon métier, je ne regrette rien, absolument rien. »

Drôle de conception de la liberté d'expression. Bienvenu dans la dictature des médias, bienvenu dans La France Big Brother...

Posté le 16 février 2015 à 20h46 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

Le mot "chrétien" ne fait pas partie des valeurs de la République

Lu sur le blog de Yves Daoudal :

"On constate que le mot « chrétien » a disparu du vocabulaire de la République.

Dans son communiqué sur le martyre des 21 coptes, François Hollande condamne « l’assassinat sauvage de 21 ressortissants égyptiens », alors que les islamistes soulignent qu’ils les ont tués en tant que chrétiens.

Dans sa déclaration sur la profanation du cimetière juif de Sarre-Union, il remarque la montée des « actes antisémites » et ajoute : « il y a eu aussi des actes antimusulmans, des actes antireligieux ».

95% des profanations frappent les chrétiens, mais le mot est désormais tabou.

Cela va de pair avec le fait que les médias évoquent à peine, en passant, l’assassinat des 21 coptes. A comparer avec le traitement de l’actualité quand c’est un journaliste qui est assassiné, ou un ressortissant américain, ou quand on s’en prend à un dessinateur ou à une synagogue. Et l’on n’a pas oublié le silence quasi total sur les centaines de morts du Nigeria quand Boko Haram a pris la ville de Baga. Tout le monde était Charlie, personne n’était un nègre chrétien… Il serait intéressant de faire une étude sur ces différences de traitement médiatique et de montrer la hiérarchie des valeurs… Pour tout dire : la hiérarchie raciste des médias.

Et les journalistes, tous plus asservis les uns que les autres au système en place, s'étonnent du succès de La France Big Brother qui dénonce le conditionnement médiatique !

Posté le 16 février 2015 à 17h20 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

L'agenda des veillées et Sentinelles [mis à jour]

Lundi 16 février 2015

  • Bergerac : Place du palais de justice de 20h à 21h
  • Nantes : devant le monument des cinquante otages de 20h30 à 21h30

Mardi 17 février 2015

  • Beauvais - Place Jeanne Hachette, devant la mairie de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • Limoges - Place d'Aine de 20h30 à 21h30
  • Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • Reims - Place Royale de 20h à 20h30
  • Saumur - place Bilange de 20h30 à 21h30
  • Sélestat - Place Vanolles de 21h à 22h15

Mercredi 18 février 2015

  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • Marseille - mairie du Vieux Port de 20h30 à 22h
  • Saint-Marcellin - place d'Armes de 20h30 à 21h30
  • Rambouillet - sous-préfecture de 20h30 à 21h30 : Sentinelles

Jeudi 19 février 2015

  • Annecy - place de la mairie à 21h30
  • Antibes - parvis de la cathédrale 1945 de 21h à 22h30, thème : "Ecole et transmission"
  • Châteauneuf de Galaure - place de la salle des fêtes à 20h30
  • Orléans - Place du Martroi, au pied de Jeanne d'Arc de 20h30 à 21h30.92°. Sous la casquette en face en cas de pluie ou neige

Vendredi 20 février 2015

  • Avesnes sur Helpe 59440 - sur les marches de la sous préfecture de 20h à 21h30
  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 20h30 à 21h30 : Sentinelles
  • Carhaix - Place de La Tour d'Auvergne de 21h à 23h
  • Le Puy en Velay - Place Cadelade de 18h30 à 19h30

Samedi 21 février 2015

  • Lamotte-Beuvron - devant la Mairie de 18h à 19h15
  • Saint Raphaël - espace Delayen de 16h30 à 18h

Dimanche 22 février 2015

  • Dreux - devant la sous-préfecture 18h à 19h

En cas d'erreur ou d'oubli, merci de me contacter par mail : tudylsb@gmail.com

Posté le 16 février 2015 à 11h34 par Louise Tudy | Lien permanent

14 février 2015

Incapables de répondre aux arguments, la gauche ne sait qu’insulter

Ludovine de La Rochère, présidente de la Manif pour tous, est interrogée par Boulevard Voltaire, suite aux propos de Jean-Marie le Guen, secrétaire d’État, affirmant que les fondamentalistes islamiques étaient dans les rangs de LMPT. Extraits :

"Cela fait des années que les leaders de gauche et d’extrême gauche emploient les mêmes techniques pour décrédibiliser ceux qui ne pensent pas comme eux. Ils formulent des accusations fausses et répétées que l’on connaît par cœur : fascistes, extrémistes.

Il suffit de relire La Ferme des animaux de George Orwell pour comprendre : quand certains animaux dénoncent, avec véracité, des abus de pouvoir, ils sont aussitôt accusés d’être des extrémistes, responsables de tous les maux. Ils sont décrédibilisés, commencent à douter d’eux-mêmes et finissent par se taire. Ce sont des techniques totalitaires exploitées depuis des dizaines d’années.

En ce qui nous concerne, ils ont compris qu’ils ne nous feraient pas douter de nos convictions, mais ils essaient de faire douter les Français à notre propos. Ces accusations sont dans la parfaite continuité de ce que cette gauche sectaire met en place contre nous depuis trois ans : incapables de répondre à nos arguments, ils ne savent qu’insulter. [...]

Nous avons eu des difficultés à nous exprimer, nous avons essuyé des insultes, y compris par la voix de Manuel Valls qui prétendait que LMPT lui rappelait les« heures les plus sombres de notre histoire » ! Que nos gouvernants se réveillent : ils ont 70 ans de retard ! [...]"

Posté le 14 février 2015 à 17h05 par Michel Janva | Lien permanent

Déplacement des sinistres : Valls, Cazeneuve, Fabius en Normandie

CA Valls Cazeneuve Fabius 13 fev 2015-02Comité d'accueil des résistants LMPT à Mont Saint Aignan (campus de Rouen) :

  • 14h45 : Drapeaux au passage des voitures officielles.
  • 14h48 : Réponse de Manuel Gaze : Contrôle d'identité par une "horde" de CRS.
  • 14h50 : "Parcage" ... des dangereux agitateurs... de drapeaux avec confiscation des CI et interdiction de circuler.
  • 15h55 : Restitution des CI et autorisation de partir accordée plus d'1 heure après.

Conclusion : Ces petits drapeaux et ces sweats aux couleurs criardes font toujours trembler la Répoublique ! Mais pas d'amalgames SVP.

CA Valls Cazeneuve Fabius 13 fev 2015-01

Posté le 14 février 2015 à 10h01 par Michel Janva | Lien permanent

12 février 2015

Zemmour porte plainte contre I>Télé

Eric Zemmour a décidé de porter plainte contre I>Télé pour «rupture abusive de contrat», après en avoir été écarté en décembre.

Posté le 12 février 2015 à 21h23 par Michel Janva | Lien permanent

11 février 2015

Les journalistes du Monde contre Pierre Bergé

La direction du Monde et ses journalistes protestent contre les propos de l'un des actionnaires du groupe, Pierre Bergé. Il a accusé le journal de « populisme » pour avoir « jeté en pâture le nom » de personnalités mises en cause dans l'enquête dite « SwissLeaks », laquelle met au jour le système international d'évasion fiscale mis en place par la filiale suisse de la banque HSBC. Pierre Bergé a déclaré :

« Est-ce le rôle d'un journal de jeter en pâture le nom des gens ? C'est du populisme. C'est fait pour flatter les pires instincts. (…) Ce n'est pas pour ça que je leur ai permis d'acquérir leur indépendance. Ce sont des méthodes que je réprouve. »

En réaction, la Société des rédacteurs du Monde a diffusé un communiqué pour dénoncer « cette intrusion dans le contenu éditorial ». Pierre Bergé aurait-il quelque chose sur sa conscience à propos de SwissLeaks ?

Posté le 11 février 2015 à 20h23 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

09 février 2015

Zemmour : le patron de RTL contre une police des médias

Christopher Baldelli, président du directoire de RTL, se félicite des bons résultats d’au­dience retrouvés. Il assume garder la chronique d'Eric Zemmour :

"A la lecture des événements de ce début d’année, ma décision se révèle fondée. On ne peut pas d’un côté regretter des actions contre la liberté de la presse et d’un autre faire une police des médias, voire organiser une forme de censure. Les médias – et particulièrement RTL – doivent incarner un véritable pluralisme, et une grande diversité d’opinions s’exprime sur notre antenne. Le pluralisme est une de nos valeurs essentielles. Arrêtons donc avec la pensée unique et le consensus factice ! La seule volonté est de chercher la vérité en montrant ce qu’est la société française aujourd’hui."

Posté le 9 février 2015 à 21h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

Yves Pozzo di Borgo (UDI) contre la liberté d'expression

Extrait d'une tribune de Sophie Coignard dans Le Point :

"Le sénateur UDI de Paris Yves Pozzo di Borgo ne veut pas que le dernier film de Clint Eastwood soit diffusé en France. Ou du moins pas tout de suite, ou pas pour tout le monde. Le Journal du dimanche révèle le contenu d'une lettre que le sénateur a écrite à François Hollande, pour s'inquiéter de la sortie en salle le 18 février d'American Sniper, qui raconte la - vraie - vie d'un tireur d'élite de l'US Army durant la guerre en Irak. Motif : "la stigmatisation de la population musulmane".

Il se trompe de polémique. Aux États-Unis, où le film rencontre un succès considérable depuis plusieurs semaines, les interrogations portent sur un tout autre sujet : doit-on transformer en héros un assassin, qui a ôté la vie à plus de 150 personnes ? Le fait que ses cibles soient musulmanes n'a même pas été abordé dans un pays pourtant sourcilleux sur le respect des religions (...)

Il y a un mois, la France se mobilisait comme jamais pour défendre, entre autres valeurs, la liberté d'expression. Pourquoi, ensuite, infantiliser les Français au point de leur refuser l'accès à une oeuvre plébiscitée outre-Atlantique ? Appeler les autorités à la censure est très rarement une bonne idée. Cette tendance au politiquement correct, qui confine parfois à la lâcheté, s'est illustrée il y a quelques jours à Clichy-la-Garenne, dans la banlieue parisienne. Le maire PS, Gilles Catoire, a menacé de se désolidariser d'une exposition organisée dans et par sa commune si une installation n'en était pas retirée. Celle-ci, composée de tapis de prière et d'escarpins, avait suscité des mises en garde d'administrés en colère... À Villiers-sur-Marne, le maire UMP a  déprogrammé Timbuktu dans une salle de cinéma à la mi-janvier sous le prétexte - inexplicable pour qui a vu ce film - qu'il risque de faire l'apologie du terrorisme."

Trois élus, un du centre, un de gauche, un de droite, cèdent donc, d'une manière ou d'une autre, à un chantage ou une menace, réels ou fantasmés (...) Car avec des raisonnements - si l'on ose dire - tels que ceux tenus par les trois élus terrorisés, il y a longtemps que Charlie Hebdo, entre autres, aurait été interdit en France" 

Posté le 9 février 2015 à 15h30 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

L'agenda des veillées et Sentinelles cette semaine [mis à jour]

A Paris, les Sentinelles sont invitées à veiller sans discontinuer place Vendôme.

Lundi 9 février 2015

  • Châlons-en-Champagne - sur les marches de l'Hôtel de Ville, Place Foch de 20h30 à 21h30. Thème : la Marche pour la Vie 2015
  • La Roche-sur-Yon - Place Napoléon de 21 h à 22 h. Veillée

Mardi 10 février 2015

  • Beauvais - Place Jeanne Hachette, devant la mairie de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • Compiègne - Place Hotel de ville de 20h30 à 21h30
  • Limoges - Place d'Aine de 20h30 à 21h30
  • Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30: Sentinelles
  • Montpellier - Place de la Préfecture de 20h30 à 22h00
  • Reims - Place Royale de 20h à 20h30
  • Saumur - place Bilange de 20h30 à 21h30
  • Sélestat - place Vanolles de 21h à 22h15

Mercredi 11 février 2015

  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • La Tour-du-Pin - place Antonin Dubost de 20h30 à 22h
  • Paris - Place du Panthéon à 20h30
  • Rambouillet - parvis de la gare - 20h30 à 22h

Jeudi 12 février 2015

  • Annecy, place de la mairie à 21h30
  • Aix-en-Provence à 20h devant l'IEP
  • Blois - 20h30 - Place de la République, près du Monument aux Morts
  • Châteauneuf de Galaure - place de la salle des fêtes à 20h30
  • Orléans - Place du Martroi, au pied de Jeanne d'Arc de 20h30 à 21h30. 91°. Sous la casquette en face en cas de pluie ou de neige

Vendredi 13 février 2015

  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 18h30 à 19h30 : Sentinelles

Dimanche 15 février 2015

  • Dreux - devant la sous-préfecture de 18h à 19h

En cas d'erreur ou d'oubli, merci de me contacter par mail : tudylsb@gmail.com.

Posté le 9 février 2015 à 11h24 par Louise Tudy | Lien permanent

07 février 2015

12 février : Les Veilleurs, un réveil des consciences ?

Flyer-Les Veilleurs

Posté le 7 février 2015 à 07h17 par Michel Janva | Lien permanent

05 février 2015

Et la liberté d'expression des personnes trisomiques ?

 

Posté le 5 février 2015 à 21h46 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (26)

04 février 2015

Reporters sans limites

Le délire de Reporters sans frontières, qui entend, au nom de la liberté d'expression, en imposer sa conception à tous, avait déjà été rapporté dans ce précédent post : "Vers un blasphème laïc, gratuit et obligatoire". Pour ceux à qui cela aurait échappé, le secrétaire général de RSF entend faire signer à tous les responsables religieux une proclamation, intitulée "la liberté d'expression n'a pas de religion", qu'il présente ainsi :

"Si on ne veut plus que des fous furieux débarquent dans une rédaction, il faut absolument faire en sorte que dans tous les lieux de culte, sans exception, les religieux disent aux fidèles que le blasphème, c'est un droit. Ils doivent dire que s'ils considèrent leur croyance comme sacrée, autrui n'y est pas tenu et que le blasphème n'est pas condamnable."

L'on apprend à présent que le président de la Fédération protestante de France a "signé des deux mains" quand Dalil Boubakeur, prudent, a ratifié le texte en tant que recteur de la Grande mosquée de Paris, et non comme président d'un Conseil français du culte musulman (remarquons l'utilité du CFCM). Le grand rabbin de France s'est interrogé sur le fait qu'il n'ait pu discuter du texte, mais aurait exprimé son accord de principe. Reste la Conférence des évêques de France. Et là ça coince :

"Nous respectons le travail immense que fait RSF pour la liberté de la presse dans le monde, mais quelle légitimité a-t-elle pour lancer un appel aux responsables des cultes ? Toute association va-t-elle demain sommer l'Eglise catholique de dire quelque chose sur tel ou tel sujet ? Jusqu'où ira-t-on ?", s'interroge le porte-parole de la CEF, Mgr Olivier Ribadeau Dumas. "Je trouve que ce texte fait peser un soupçon sur les religieux, qui seraient comme responsables du climat du moment et d'un manque de liberté d'expression"

Elle fait aussi peser un soupçon sur la religion catholique en général, alors qu'on n'a pas même vu une grenouille de bénitier s'attaquer à la christianophobie médiatique actuelle à coups de goupillon.

[Add : ici les explications de Mgr Pontier, qui ne soutiendra pas l'initiative de RSF]

Posté le 4 février 2015 à 17h27 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (27)

Valeurs actuelles n'est pas Charlie Hebdo

ValeursLa publication de la Une ci-contre a valu hier à Yves de Kerdrel, directeur de publication de Valeurs actuelles, une condamnation à 2 000 € d'amende pour provocation à la discrimination envers les musulmans. Le tribunal correctionnel de Paris a en outre ordonné la publication d'un communiqué judiciaire dans le journal, ainsi que le versement de dommages et intérêts : 1 € à l'Union des étudiants juifs de France, qui avait saisi la justice, même somme à SOS Racisme et 500 € à la Maison des potes ainsi qu'à la Licra.

Prochain procès contre la liberté d'expression de Valeurs actuelles : le 5 mars, pour son dossier "Roms, l'overdose".

Posté le 4 février 2015 à 16h08 par Louise Tudy | Lien permanent

03 février 2015

La liberté d'expression au Pakistan, c'est d'appeler à frapper de nouveau Charlie Hebdo ?

Qu'un ancien ministre pakistanais promette 100 000 $ de "dédommagement" à la famille Kouachi et le double à qui tuera le propriétaire de Charlie Hebdo pourrait relever de la démence isolée (l'épidémie serait mondiale, que fait l'OMS ?). Mais comment se fait-il que cet élu n'ait jamais été inquiété lors d'un précédent appel au meurtre en 2012 et que la presse pakistanaise le relaie de nouveau sans sourciller ? Après les attentats du mois de décembre qui ont tué 141 personnes dans une école de l'armée à Peshawar, le gouvernement pakistanais a promis de tout faire pour lutter contre le terrorisme. Y compris quand il vise des Français ? Qu'en pense Laurent Fabius ?

Posté le 3 février 2015 à 18h44 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (3)

L'irresponsabilité des "Charlie" va-t-elle paralyser la lutte anti-jihadiste au Sahel ?

La question est posée par Bernard Lugan, en introduction de son édito, dans le numéro de février d'Afrique réelle :

"(...) Parlons vrai : que cela plaise ou non, pour une grande partie de l'Afrique, l'odieux assassinat des journalistes de Charlie Hebdo est vu comme la « juste punition de blasphémateurs ». Quant aux imprudents responsables africains qui furent littéralement convoqués à la marche parisienne des « Charlie », notamment les présidents Ibrahim Boubacar Keita du Mali et Mahamadou Issoufou du Niger, les voilà désignés comme des ennemis de l'islam. Ils sont donc politiquement affaiblis et cela alors qu'ils sont en première ligne contre le jihadisme.

Les conséquences géopolitiques qui vont découler de cette situation ne peuvent encore être mesurées. Notamment au Niger où Boko Haram qui, jusqu'à présent ne s'était pas manifesté, a pris le prétexte de la livraison du numéro spécial de Charlie Hebdo publié après les assassinats, pour lancer des foules fanatisées contre les intérêts français à Zinder et à Niamey. Au même moment, nos postes militaires avancés veillent aux frontières du pays pour empêcher le Niger de passer sous le contrôle des jihadistes...

Un officier supérieur égyptien pourtant peu suspect de sympathies islamistes me disait récemment : « Quand Charlie Hebdo représentait le pape Benoît XVI sodomisant un enfant de choeur, ses journalistes passaient pour de facétieux potaches et les catholiques protestaient par la prière. Mais quand ils insultent le prophète Mahomet, ils le paient de leur vie. Il est désolant de devoir constater que ce sont les malades mentaux salafistes qui, par l'assassinat, rappellent vos journalistes à la décence ».

Cruelle réflexion !
Les irresponsables de Charlie Hebdo ont-ils conscience des dégâts que leur jusqu'au-boutisme a provoqué en Afrique ? Peuvent-ils comprendre qu'ils ont mis en danger la vie de Français expatriés ? Peuvent-ils imaginer qu'ils fournissent des armes aux jihadistes tout en paralysant nos soldats engagés dans de difficiles combats pour les réduire ? (...)"

Posté le 3 février 2015 à 10h50 par Louise Tudy | Lien permanent

Jean-Marie Le Guen révèle son mépris de la liberté d'expression et du droit de manifester

Suite aux propos scandaleux prononcés par Jean-Marie Le Guen associant les sympathisants de la Manif pour Tous aux fondamentalises islamiques, Le Figaro publie une tribune de Ludovine de La Rochère. Extraits :

7769519729_ludovine-de-la-rochere-presidente-de-la-manif-pour-tous-a-nantes-le-23-novembre-2013"(...) En associant les sympathisants de La Manif Pour Tous aux fondamentalistes islamiques, Jean-Marie Le Guen commet plusieurs fautes lourdes:

Une faute politique tout d'abord, puisqu'à l'heure où la France doit faire face à une menace maximale, il démontre son ignorance de la réalité du fondamentalisme islamique et du terrorisme. Monsieur Le Guen dévoile aussi son mépris et sa méconnaissance des citoyens qui défendent la cohérence du mariage homme/femme avec la filiation père/mère/enfant c'est-à-dire, tout simplement, le respect et la prise en compte de la réalité de l'humanité. En tenant ces propos, Monsieur Le Guen se disqualifie politiquement.

C'est aussi une faute morale car en assimilant La Manif Pour Tous au fondamentalisme islamique, Jean-Marie Le Guen révèle son mépris de la liberté d'expression et du droit de manifester, en bref : son mépris, sa peur, de la démocratie (...)

Par cet amalgame odieux, mais pensé et avoué, Jean-Marie Le Guen est l'éminent représentant de cette gauche sectaire («qui n'est pas avec moi est contre moi»), passéiste (il ne comprend rien au contexte actuel) et irresponsable (son habit de Secrétaire d'Etat est trop large).

Par cet amalgame abject, Jean-Marie Le Guen montre, comme le Président de la République et le gouvernement, qu'il ne comprend pas le réel: parce qu'il en est déconnecté, parce que sa vision idéologique du monde l'aveugle (...)

Après un tel dérapage, nous ne saurions que conseiller au secrétaire d'Etat de prendre enfin le temps d'ouvrir les yeux sur la réalité : les fondamentalistes islamiques massacrent des vies, exécutent des otages… Les sympathisants de La Manif Pour Tous, eux, défilent pacifiquement pour défendre les enfants. Voilà le réel que Monsieur Le Guen ignore, mais le réel est têtu!

Le Secrétaire d'Etat doit s'excuser auprès des millions de Français qu'il a insultés."

Posté le 3 février 2015 à 10h22 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (10)

02 février 2015

Depuis "Je suis Charlie", tout est censure

En complément de ce précédent post :


Tanguy Pastureau : les Charlie ont déjà renoncé par rtl-fr 

Posté le 2 février 2015 à 17h56 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (9)

L'agenda des veillées et Sentinelles cette semaine [mise à jour]

Sentinelles place Vendôme à Paris à toute heure, toute l'année.

Lundi 2 février 2015

  • Bergerac - place du Palais de justice de 20h à 21h
  • Clermont-Ferrand - sous les arcades de la préfecture à 20h30
  • La Roche-sur-Yon - Place Napoléon de 21h à 22h. Attention, le lieu indiqué précédemment était faux

Mardi 3 février 2015

  • Beauvais - Place Jeanne Hachette, devant la mairie de 21h à 22h
  • Bourg-en-Bresse - place Grenette de 21h à 22h
  • Bourges - à droite de l'hôtel de ville, rue Moyenne de 21h à 22h
  • Cambrai - marches de l'Hôtel de ville de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • Limoges -  place d'Aine de 20h30 à 21h30
  • Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30: Sentinelles
  • Nantes - Monument des 50 otages de 20h30 à 21h30
  • Reims - Place Royale de 20h à 20h30
  • Rennes - place de la Gare à 21h. Thème: la beauté
  • Saumur - place Bilange de 20h30 à 21h30
  • Sélestat - place Vanolles en face du cinéma de 21h à 22h15

Mercredi 4 février 2015

  • Angers - place du ralliement de 21h à 22h30
  • Chambéry - sur les marches du château de 20h30 à 22h
  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • Laval - devant la mairie à 20h. Thème : liberté d'expression et d'opinion, liberté de la presse
  • Marseille - mairie du Vieux Port de 20h30 à 22h
  • Vienne de 20 h 30 à 21 h 30 devant l'hôtel de ville

Jeudi 5 février 2015

  • Annecy - place de la mairie à 21h30
  • Châteauneuf de Galaure - place de la salle des fêtes à 20h30
  • Orléans - Place du Martroi, au pied de Jeanne d'Arc de 20h30 à 21h30. 90°veillée! (Sous la casquette en face en cas de pluie ou de neige)

Vendredi 6 février 2015

  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 20h30 à 21h30: Sentinelles
  • Carhaix - Place de La Tour d'Auvergne de 21h à 23h
  • Le Plessis-Trévise - sous le kiosque de la place du marché de 20h à 21h. Thème: La Vérité

Dimanche 8 février 2015

  • Dreux - devant la sous-préfecture de 19h à 20h

En cas d'erreur ou d'oubli, ou pour signaler une veillée, merci de m'écrire à tudylsb@gmail.com

Posté le 2 février 2015 à 12h40 par Louise Tudy | Lien permanent

31 janvier 2015

Le papillon et Charlie

Bon sens élémentaire.

 

Posté le 31 janvier 2015 à 14h59 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (7)

En 2015 ONLR

Securedownload-4

Posté le 31 janvier 2015 à 14h49 par Michel Janva | Lien permanent

30 janvier 2015

FDesouche subit une attaque informatique

Le site est indisponible et redirige vers sa page Facebook.

Posté le 30 janvier 2015 à 11h08 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

29 janvier 2015

Et maintenant, "Où est Charlie ?"

Des films L'Apôtre et Timbuktu à la pièce de théâtre Lapidée, en passant par le char "Charlie Hebdo" dont le Carnaval de Cologne ne veut plus, Libération établit la liste des "œuvres jugées sensibles" qui ont fait l'objet d'une censure (ou d'une auto-censure) depuis les attentats de janvier.

En quelques jours, nous aurons perdu non pas une, mais trois batailles culturelles. En faisant de Charlie Hebdo le symbole de la France. En brandissant une façon irresponsable d'exercer sa liberté d'expression dont il apparaît ensuite aux yeux de tous que nous ne pouvons la défendre : renoncer à toute provocation dans "l'esprit de Charlie" sera désormais interprété comme une soumission. En faisant taire enfin ceux qui, telle Cheyenne Carron, font honneur, eux, à la culture française et à la liberté d'expression.

Posté le 29 janvier 2015 à 22h06 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (10)

L'empire audiovisuel français, second derrière la Chine

Lu ici :

"Le bureau du Sénat a rejeté hier mercredi la proposition de l’Assemblée Nationale de fusionner les deux chaînes parlementaires qui avait pour objectif de diminuer les coûts de fonctionnement. Pourtant, tous les groupes politiques de l’Assemblée Nationale avaient approuvé en décembre dernier une proposition de Claude Bartolone de fusionner « Public Sénat » avec « La Chaîne Parlementaire-Assemblée nationale », ce qui aurait permis de faire à terme 5 à 7 millions d’euros d’économies.

Mais le bureau du Sénat, qui est composé des chefs des groupes politiques, s’y est opposé, lui, à l’unanimité. Il refuse une mesure qui engendrerait « un plan social », même si il approuve quelques mutualisations de moyens à la marge. Claude Bartolone, avec lequel, une fois n’est pas coutume, nous sommes entièrement d’accord, estime que  « Le principe de deux chaînes parlementaires se partageant le même canal fait figure d’exception française et ne correspond en rien à une exigence de service public pour le téléspectateur« .

Rappelons que les deux chaînes ont été fondées en mars 2000. Pour 2014, le budget de LCP-AN était de 16,6 millions d’euros et de 18,6 millions d’euros pour Public Sénat.

Rappelons aussi que l’Etat français, directement ou indirectement, possède et finance avec l’argent des contribuables 11 chaînes de télévision et plus de 100 stations de radio. Tout cela ne répondant que très légèrement à la notion de service public. Le seul autre Etat à posséder un empire audiovisuel plus important est l’Etat chinois."

Et qui regarde LCP et Public Sénat ?

Posté le 29 janvier 2015 à 11h21 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Discours contradictoire

Extraits du discours de François Hollande hier:

Images"[...] les thèses complotistes prennent leur diffusion par Internet et les réseaux sociaux. Or, nous devons nous souvenir que c’est d’abord par le verbe que s’est préparée l’extermination. Nous devons agir au niveau européen, et même international, pour qu’un cadre juridique puisse être défini, et que les plateformes Internet qui gèrent les réseaux sociaux soient mises devant leurs responsabilités, et que des sanctions soient prononcées en cas de manquement. [...]

Ensemble, nous sommes la France, celle de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui a proclamé à la face du monde : nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses, et la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme.."

Posté le 29 janvier 2015 à 07h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (24)

28 janvier 2015

La loi Macron contre les journalistes

Lu dans Le Monde :

"Il y a un loup dans la loi Macron. Le projet de loi actuellement discuté à l’Assemblée nationale contient un amendement, glissé en catimini dans le texte, qui menace d’entraver le travail d’enquête des journalistes et, par conséquent, l’information éclairée du citoyen. Sous couvert de lutte contre l’espionnage industriel, le législateur instaure comme nouvelle arme de dissuasion massive contre le journalisme un « secret des affaires » dont la définition autorise ni plus ni moins une censure inédite en France.

Selon le texte, le « secret des affaires » recouvre « une information non publique, qui fait l’objet de mesures de protection raisonnables » et qui a « une valeur économique ». Notre métier consistant à révéler des informations d’intérêt public, il sera désormais impossible de vous informer sur des pans entiers de la vie économique, sociale et politique du pays.

Le texte, qui a été préparé sans la moindre concertation, laisse la libre interprétation aux seules entreprises de ce qui relèverait désormais du « secret des affaires ». Autrement dit, avec la loi Macron, vous n’auriez jamais entendu parler du scandale du Médiator ou de celui de l’amiante, de l’affaire Luxleaks, UBS, HSBC sur l’évasion fiscale, des stratégies cachées des géants du tabac, mais aussi des dossiers Elf, Karachi, Tapie-Crédit lyonnais, ou de l’affaire Amésys, du nom de cette société française qui a aidé une dictature à espionner sa population. Et on en passe… [...]"

Posté le 28 janvier 2015 à 18h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

Les Sentinelles témoignent à Toulouse

Les_sentinelles_27_janvierUne quarantaine de sentinelles se sont relayées sur la place du Capitole de Toulouse hier soir. Aux passants curieux, elles expliquaient la réalité des mères porteuses dans les usines à bébés d'Inde. Quand elles sont reparties, à cause du froid, un autre groupe leur a succédé et s'est fait plaisir avec le drapeau LMPT de 600 m2. Une rumeur circulait, par ailleurs, à peine audible, car l'espace entre les entinelles semblait participer au grand froid, et cette rumeur est donc à vérifier : Tous les mardi soir, d'autres sentinelles reviendront, même lieu, même heure (19h30 à 20h30).

Les_sentinelles_et_le_600

Posté le 28 janvier 2015 à 09h00 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

27 janvier 2015

LMPT : déploiement du 66 à Toulouse

Ce soir par les Sentinelles :

B8YeMvlCQAA3Osk

B8YfMpzCEAABDe6

Posté le 27 janvier 2015 à 22h03 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

Dérives de la campagne du référendum slovaque sur le mariage et la famille

La Manif Pour Tous alerte l’opinion publique internationale et demande à Harlem Désir (Secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes) de se mobiliser pour la démocratie en Slovaquie :

M"En Slovaquie, la dérive d’un référendum d’initiative populaire inquiète La Manif Pour Tous en raison des violations graves des droits des citoyens et d’une discrimination dans la sphère privée et publique.

Ce référendum est prévu le 7 février prochain. Il concerne le mariage et la famille. Il propose aux citoyens slovaques :

  • de définir le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme afin de ne pas commettre d’injustice en privant délibérément un enfant de père ou mère
  • d’interdire l’adoption par des couples de personnes de même sexe
  • de rendre facultatif le suivi des cours d’éducation sexuelle pour les enfants : ce sont les parents qui pourront décider ce qui leur semble préférable pour leurs enfants. 

A l’origine de ce référendum se trouve l’Aliancia za Rodinu (Alliance pour la famille) qui a rassemblé 400 000 signatures dans un pays de 5,4 millions d’habitants. A moins de 15 jours du référendum, La Manif Pour Tous s’inquiète de la tournure de la campagne électorale puisqu’il y a déjà eu des violations graves des droits des citoyens et une discrimination dans la sphère privée et publique. Les militants de l’Alliance pour la Famille se sont déjà vu refuser l'accès aux chaînes de télévision privées SK malgré leur publicité payée. La société de radio-télévision publique (RTVS) a refusé de diffuser des spots télévisés en faveur du référendum. A plusieurs reprises, des réservations de salles pour des débats publics (y compris sur un campus universitaire) ont été reportées ou même annulées. La semaine dernière, au cours d’une déclaration publique, le médiateur slovaque, Jana Dubovcová, est sorti de sa neutralité en expliquant qu'elle voterait « Non » au trois questions posées et qu'elle considérait que ce référendum n’était pas important. Et ce n’est malheureusement pas un cas isolé puisque des responsables politiques encouragent les citoyens à ne pas participer à ce référendum ! "

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, déclare :

« Tous ces éléments sont préoccupants car ils montrent des dysfonctionnements, pour ne pas  dire plus, dans un processus démocratique. La liberté d’expression est menacée ». « Ce référendum sur la famille est au contraire un enjeu essentiel pour l’avenir de la société slovaque. C’est pourquoi nous allons alerter très largement les responsables politiques européens pour s’assurer que ce référendum se déroule dans les meilleures conditions et permette aux Slovaques de se prononcer dans la sérénité ».

La Manif Pour Tous vient d’écrire à M. Harlem Désir, Secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, afin de l’informer des dérives de la campagne slovaque et de lui demander de veiller à ce que toutes les conditions d’une libre et pleine expression de la démocratie soient assurées pour tous les citoyens slovaques.

Posté le 27 janvier 2015 à 17h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

Un sénateur défend la diffusion de l'Apôtre

David Rachline, sénateur FN du Var, interpelle le ministre de l'intérieur sur le sort réservé au film l'Apôtre en France à savoir sa censure déprogrammation dans plusieurs villes :

Dvd-l-apotre-cheyenne-carron "À la demande de la direction générale de la sécurité intérieure, plusieurs salles ont annulé la projection de ce film au motif qu’elle pouvait être perçue comme une provocation par la communauté musulmane. Ce film raconte en effet la conversion d’un musulman au christianisme. À l’heure ou l’ensemble du Gouvernement défend à longueur de journée la liberté d’expression, il s’étonne de telles consignes.

Il considère que le rôle des pouvoirs publics serait davantage de protéger les personnes et les lieux, si des risques sont avérés, plutôt que de demander la déprogrammation. La protection des spectateurs et des réalisateurs de ce film étant tout aussi nécessaire que celle des médias ou des lieux de cultes, il souhaite savoir quelles mesures il va prendre pour permettre la projection de ce film, comme celle de tout autre film, dans des bonnes conditions."

Posté le 27 janvier 2015 à 08h33 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (15)

26 janvier 2015

L'agenda des veillées et Sentinelles cette semaine [mise à jour]

Lundi 26 janvier 2015

  • Strasbourg - Place Kléber, sur les marches de la statue de 20h à 21h

Mardi 27 janvier 2015

  • Beauvais - Place Jeanne Hachette, devant la mairie - de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • Cholet - place Travot de 21h à 22h
  • Lille - Place de l’Opéra de 21h à 22h

Lille

  • Limoges - Place d'Aine 20h30 à 21h30
  • Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • Saumur - place Bilange de 20h30 à 21h30
  • Reims - Place Royale - de 20h à 20h30

Mercredi 28 janvier 2015

  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • La Tour du Pin - Place Antonin Dubost de 20h30 à 22h
  • Rambouillet - sous-préfecture de 20h30 à 21h30 : Sentinelles

Jeudi 29 janvier 2015

  • Annecy - place de l'Hôtel de Ville à 21h30
  • Châteauroux - place de la République de 20h30 à 21h30
  • Loudéac - Place de l'Eglise à 20h30
  • Metz - Place d'armes de 21h à 22h
  • Orléans - Place du Martroi, au pied de Jeanne d'Arc de 20h30 à 21h30
  • Toulouse - Place du Capitole de 19h30 à 20h30 : Sentinelles, à l'appel de LMPT31

Vendredi 30 janvier 2015

  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 18h30 à 19h30 : Sentinelles
  • Le Puy en Velay - Place Cadelade de 18h30 à 19h30

Vous pouvez me signaler toute erreur ou oubli à tudylsb@gmail.com

Posté le 26 janvier 2015 à 13h08 par Louise Tudy | Lien permanent

24 janvier 2015

Liberté d'information en France ?

D'Yves Daoudal :

"Jeudi soir, dans l’émission C à vous de France 5, il n’y a pas eu la chronique habituelle de Maxime Switek. A cause d’un « petit souci avec l’Elysée », finira par avouer Anne-Sophie Lapix.

L’Elysée a expliqué au Figaro que Maxime Switek voulait réaliser sa chronique « autour de la venue de François Hollande à la rédaction de Mon quotidien en l'illustrant avec des images de cet événement fournies par le journal pour enfants. Ayant appris tardivement cette information, l'Elysée a alors demandé à l'émission C à vous de “respecter le principe du pool”, et donc de ne pas utiliser ces images ».

Il y a deux choses distinctes à relever, concernant la « liberté d’expression » qui, comme une peau de chagrin, rétrécit à mesure qu’on en parle et qu’on manifeste pour elle.

La première est que « l’Elysée » était au courant du programme de l’émission. Ou bien il y a un employé de François Hollande dans les bureaux de France 5, un commissaire politique, ou bien la rédaction de France 5 rend compte servilement à l’Elysée de toute émission où l’on va parler du président, et défère, le doigt sur la couture du pantalon, à la censure élyséenne. Il n’y a que ces deux possibilités, il n’y en a pas d’autre (les deux sont compatibles, mais c’est sans doute la deuxième qui est la bonne). Telle est la situation de la liberté d’expression à la télévision française. « En tout cas, on a des images croustillantes, incroyables que peut-être, un jour, nous aurons le droit de diffuser sans procès...», fait mine de fanfaronner Anne-Sophie Lapix. Pitoyable.

La seconde chose est le rappel de ce « pool » : il y a toute une série d’événements pour lesquels une seule chaîne de télévision prend des images, et les fournit à toutes les autres. Le texte est de l’AFP pour tout le monde. Les images sont les mêmes pour tout le monde. C’est l’information unique, comme en Corée du Nord. Et il est strictement interdit de passer d’autres images. C’est ce qu’on appelle le « pluralisme ». Ainsi pour la séquence « François Hollande dans les locaux du journal de bourrage de crâne de la pensée unique pour enfants », seules les images officielles peuvent être diffusées."

Posté le 24 janvier 2015 à 19h20 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (18)

23 janvier 2015

La France Big Brother

Entretien de TV Libertés avec Laurent Obertone sur son dernier livre La France Big Brother :

Posté le 23 janvier 2015 à 08h25 par Michel Janva | Lien permanent

21 janvier 2015

Pas d'amalgame : vous risqueriez de faire le jeu du réel

"La question que l’on devrait pouvoir poser, sans être assimilé à Marine Le Pen, c’est : est-ce qu’il y a une différence de nature entre un musulman pacifique et un terroriste, ou une différence de degré ?" En faisant ce genre de déclaration samedi soir, Michel Onfray a suscité de très vives réactions. Il répond :

"Le soleil n’a rien à voir avec le jour, ni la lune avec la nuit ; la casserole n’a rien à voir avec la cuisine ; la salle de bain n’a rien à voir avec la propreté ; ni la bibliothèque avec l’intelligence ; le Christ n’a rien à voir avec le christianisme ; ni Marx avec le marxisme ; ou Mao avec le maoïsme ; le médicament n’a rien à voir avec la maladie, ni le médecin, ni l’infirmière ; l’alcool n’a rien à voir avec le vin, pas plus que le vin n’a à voir avec l’alcool ; l’Assemblée nationale n’a rien à voir avec les députés, ni le Sénat avec les sénateurs ; les oiseaux n’ont rien à voir avec le ciel, ni les taupes avec la terre, ni les poissons avec l’eau ; l’école n’a rien à voir avec les élèves ; la sépulture n’a rien à voir avec la mort ; les doigts n’ont rien à voir avec la main, ni les poumons avec la respiration, ni le cœur avec la circulation sanguine ; les dents n’ont rien à voir avec le dentiste ; le chien n’a rien à voir avec l’aboiement, ni le chat avec le feulement, ou la grenouille avec le coassement ; le loup n’a rien à voir avec l’agneau, ou le chêne avec le roseau, ou la belette avec les petits lapins, ou la cigale avec la fourmi, ou le rat des villes avec le rat des champs, ou Perette avec le pot-au-lait ; Descartes n’a rien à voir avec la philosophie, ni Mozart avec la musique, ni Michel-Ange avec la peinture, ni Praxitèle avec la sculpture, ni Le Corbusier avec l’architecture ; les lunettes n’ont rien à voir avec la vue, ni la vue avec l’oculiste, ni l’oculiste avec l’opticien, ni l’opticien avec l’ophtalmologiste ; le coton tige n’a rien à voir avec l’oreille, ni la brosse à dents avec les dents, ni le papier toilette avec … le papier ; justement : le rectum n’a rien à voir avec le proctologue, ni le cerveau avec le neurologue ou la bouche avec le stomatologue ; le beurre n’a rien à voir avec l’argent du beurre ; l’hirondelle n’a rien à voir avec le printemps ; le rabbin n’a rien à voir avec le judaïsme, ni le prêtre avec le christianisme, le pasteur avec le protestantisme ; Platon n’a rien à voir avec le platonisme, Aristote avec l’aristotélisme, Descartes avec le cartésianisme, Kant avec le kantisme, Hegel avec l’hégélianisme ; le taureau n’a rien à voir avec la corrida , la viande avec le végétarisme, le chasseur avec le fusil, le clown avec le cirque ; le miroir n’a rien à voir avec le reflet ; le crayon avec l’écriture ; la partition avec la musique ; les feux rouge avec le code de la route ; les pompes funèbres n’ont rien à voir avec la mort ; les prostituées n’ont rien à voir avec la prostitution ; la télé rien à voir avec la télévision ; mon Traité d’athéologie n’a rien à voir avec les trois monothéisme, ni avec Dieu d’ailleurs ; les poubelles n’ont rien à voir avec les ordures, ni les journalistes avec les journaux ; Apollinaire n’a rien à voir avec la poésie, ni Gabin avec le cinéma ou Picasso avec la peinture ; ni ma mère ni mon père n’ont à voir avec le fait que je sois né ; les jupes n’ont rien à voir avec les filles, le sexe avec la biologie, les notes avec les copies, enfin, je crois… ; la prison n’a rien à voir avec les prisonniers ; les arrêts de bus n’ont rien à voir avec les bus ; les pilotes d’avion n’ont rien à voir avec les avions, ni les conducteurs de train avec les trains, ou les chauffeurs de taxi avec les taxis ; la main de ma sœur n’a rien à voir avec la culotte d’un zouave ; 1984 n’a rien à voir avec Orwell, ni Le Meilleur des mondes avec Huxley ; le réel n’a jamais rien à voir avec ce qui a lieu – pas d’amalgames, vous risqueriez de faire le jeu du réel."

Posté le 21 janvier 2015 à 23h56 par Michel Janva | Lien permanent

Veillée annulée à Saint Etienne

En raison de la neige.

Retrouvez les autres veillées de cette semaine ici.

Posté le 21 janvier 2015 à 20h57 par Louise Tudy | Lien permanent


     Archives > Liberté d'expression

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Liberté d'expression