26 mars 2015

A-t-on le droit de détester quelqu'un physiquement ?

Parmi ces deux citations, laquelle est la bonne avec le véritable auteur ?

"Cette voix éraillée... On dirait un soudard ! Je revendique le délit de sale gueule. Avec Christiane Taubira, c'est physique ! Je la déteste... Elle est épaisse". (Anne-Sophie Leclère

"Cette voix éraillée... On dirait un soudard ! Je revendique le délit de sale gueule. Avec Marine le Pen, c'est physique ! Je la déteste... Elle est épaisse". (Nicolas Sarkozy)

Posté le 26 mars 2015 à 17h46 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

LMPT accueille Valls à Saint-Etienne

Le premier ministre s'est rendu ce jeudi matin au congrès de la FNSEA à Saint-Etienne. Lamanifpourtous42 n'a pas manqué de l'accueillir, même en nombre restreint du fait des heures de travail. Le premier ministre est entré et sorti par un trou de souris (trop peur ?), personne ne l'a vu...

Valls 2 (Large)

Posté le 26 mars 2015 à 14h58 par Michel Janva | Lien permanent

Accueil de Manuel Gaz et Marisol Touraine à Tours ce soir

Rendez-vous place Jean Jaurès à 18h30 :

V

Posté le 26 mars 2015 à 13h50 par Michel Janva | Lien permanent

Des blagues sur la Bible, oui, sur le Coran, non

Un humoriste explique pourquoi il fait des blagues sur la Bible dans son spectacle, mais pas sur le Coran :

«Le contexte ambiant vous oblige-t-il à la prudence? Y a-t-il des sujets que vous n'abordez pas volontairement?»

«Dans le spectacle, je parle à moment donné de la Bible. Je dis que j'aurais voulu faire la même blague sur le Coran mais que je n'ai pas eu les couilles de le faire. Les gens ont envie de se distraire, ont besoin de rire, sans pour autant en être conscients. On en a besoin, sans forcément en avoir envie».

Posté le 26 mars 2015 à 10h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Condamné pour des commentaires qu'il n'a pas écrit

Images-2Faites attention à ce que vous écrivez en commentaire. La chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la condamnation à 3000 euros d’amende de Julien Sanchez, aujourd'hui maire de Beaucaire, pour provocation à la haine raciale ou à la violence.

Il s'agissait de commentaires rédigés par des internautes sur sa page Facebook... L'élu FN réagit :

« Cette décision est délirante et dangereuse. Je veux bien être condamné pour ce que je dis, mais pas pour les messages publiés sur ma page Facebook ! »

Ne s'avouant pas vaincu, il portera son affaire devant la cour européenne des droits de l’Homme (CEDH).

C’est la première fois qu’un utilisateur de Facebook est condamné pour des propos tenus par des tiers sur sa page. 

Posté le 26 mars 2015 à 07h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

25 mars 2015

2 ans après le 24 mars, LMPT ne lâche rien

Albéric Dumont, vice-président et coordonnateur général du collectif La Manif Pour Tous, signe une tribune dans Valeurs Actuelles à l'occasion du deuxième anniversaire de la manifestation du 24 mars 2013 contre la loi Taubira :

M"[...] Entre l’esplanade de La Défense et l’Arc de Triomphe (promis pour ceux qui ne lâcheront rien !), 1 400 000 personnes sont à nouveau descendues dans la rue pour interpeller le gouvernement et demander le retrait du projet de loi concernant le mariage et l’adoption pour tous. Poussettes et jambes fatiguées par le poids des années se côtoient une nouvelle fois pour manifester, alors que le projet de loi est en discussion au Sénat. Les français demandent un referendum afin que leurs avis entrent en jeu dans cette lourde question de société. Mais les grands de ce monde semblent sourds, encore, à la rumeur du peuple.

Moins souverain que jamais, ce dernier semble ce soir là ignoré, minoré, méprisé, bafoué. Alors que l’interdiction d’accéder à l’avenue des Champs Elysées avait déjà irrité, la manipulation des chiffres, le trafic des compteurs (fermés à 15h50 alors que le pic de la population aura lieu 1h15 plus tard) et l’utilisation massive de gaz lacrymogènes sur une population civile et pacifique conduisent les manifestants à être déterminés et tenaces : c’est la naissance d’un mot d’ordre devenu célèbre : ONLR (On Ne Lâche Rien). Cet état d’esprit d’un peuple paisible et sûr d’agir pour le bien commun va surprendre une nouvelle fois le gouvernement et les observateurs. La manifestation du 24 mars marquera un tournant dans la détermination des militants et la pérennité de La Manif Pour Tous. En effet, si ce soir là la foule repartira écœurée, l’indifférence du gouvernement aura pour conséquence l’émergence d’un sentiment d’unité et de résistance active. Ce jour là, plus que jamais, l’engagement fut pris de ne rien lâcher. Deux ans après, le mouvement de La Manif Pour Tous n’a baissé ni pancartes ni drapeaux et n’a pas changé de combats.

A l’heure où le gouvernement ferme les yeux sur la PMA sans père et la GPA, synonyme d’asservissement de la femme et de chosification de l’enfant, l’action du collectif est plus que jamais d’actualité à l’image de pratiques et d’inquiétudes qui ont dépassé les frontières. Avec la pétition No Maternity Traffic, La Manif Pour Tous poursuit la lutte ce printemps aux côtés d’autres associations à l’échelle européenne. 2 ans après ce 24 mars, toujours déterminée à ne rien lâcher, La Manif Pour Tous est plus que jamais mobilisée et n’a rien perdu de sa capacité à innover et à surprendre. Les prochains mois en seront une nouvelle illustration…"

Posté le 25 mars 2015 à 09h02 par Michel Janva | Lien permanent

28 mars : trompettes de Jéricho à Metz

Trompettes 28 mars

Posté le 25 mars 2015 à 07h51 par Michel Janva | Lien permanent

23 mars 2015

L'agenda des veillées et Sentinelles

Mardi 24 mars 2015
  • Beauvais - Place Jeanne Hachette, devant la mairie de 21h à 22h
  • Bourges - Rue Moyenne à côté de la Mairie de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • La Roche sur Yon - Place Napoléon de 21h à 22h
  • Limoges - Place d'Aine de 20h30 à 21h30 : c'est la 100ème veillée
  • Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • Nantes - devant le Monument des 50 otages de 12h30 à 13h30 : Sentinelles, deux ans après les gazages de la Manif pour tous
  • Reims - place royale à 20h
  • Saumur - place Bilange - de 20h30 à 21h30
  • Sélèstat - Place Vanolles de 21h à 22h15
Mercredi 25 mars 2015
  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • La Tour-du-Pin - Place Antonin Dubost, de 20h30 à 22h
  • Rambouillet - sous-préfecture de 20h30 à 21h30 : Sentinelles
Jeudi 26 mars 2015
  • Aix-en-Provence - devant l'IEP à 20h
  • Annecy - place de la mairie à 21h30
  • Châteauneuf de Galaure - place de la salle des fêtes à 20h30
  • Loudéac - bas de l'avenue des Combattants de 20h30 à 21h30
  • Orléans - Place du Martroi, au pied de Jeanne d'Arc de 20h30 à 21h30. Sous la casquette en face en cas de pluie
  • Thonon les bains - Place de l'hôtel de ville de 20h à 21h : Sentinelles
  • Strasbourg - Place Kléber de 20h à 21h. Thème : la bonté
Vendredi 27 mars 2015
  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 18h30 à 19h30 : Sentinelles
  • Le Puy en Velay- Place Cadelade de 18h30 à 19h30
  • Le Plessis-Trévise - place du marché (intersection de l'avenue du général de Gaulle et de l'avenue Ardouin) de 20h à 21h. Thème : La femme

En cas d'erreur ou d'oubli, m'écrire à tudylsb@gmail.com

Posté le 23 mars 2015 à 10h03 par Louise Tudy | Lien permanent

21 mars 2015

Le 600 à Carcassonne

DSC_0193

DSC_0188

Posté le 21 mars 2015 à 11h40 par Michel Janva | Lien permanent

20 mars 2015

"Le maire de Quimper perd son âme républicaine"

Le socialiste Jérôme Le Bigaut, délégué de la 8e circoncription du Finistère, fulmine une sentence d'excommunication contre le maire UMP de Quimper Ludovic Jolivet, qui a osé affirmer que le Front national est un parti républicain. Pire, Ludovic Jolivet s'est justifié

"Si le FN est anti républicain, anti démocratique, ne respecte ni les règles, ni les lois, alors, il doit être dissous. Le FN a des candidats, des élus dans presque l’ensemble des institutions. Cela veut dire que les autorités de la République, préfets, Conseil constitutionnel, valident à chaque étape, leurs candidatures et leurs élections. Je ne partage pas les idées de FN, mais que chacun admette qu’un mouvement ainsi représenté s’intègre de fait dans la République, telle qu’elle est définie aujourd’hui par nos institutions. Si affirmer que le FN s’intègre aux règles de la République est un crime, il est un crime de le stigmatiser au plus haut niveau de l’état, comme il est un crime de laisser rentrer dans la règle du jeu électoral. La République est lâche, si elle laisse prospérer le FN depuis 40 ans."

Les grand-prêtres de la religion républicaine, gardiens de ses dogmes, de son catéchisme, montent le bûcher inquisitorial contre celui qui a osé dire une hérésie. Le socialiste Jérôme Le Bigaut invente le concept "d'âme républicaine":

"M. Jolivet préfère construire un pont avec le FN plutôt qu'un cordon sanitaire autour de ce parti. Le maire de Quimper perd son âme républicaine pour de basses manoeuvres électoralistes à quelques jours du premier tour des élections départementales. Les candidats présents à cette réunion, Christine Favennec, Pierre Couëdelo, Véronique Galliot et Christophe Lescoat cautionnent-ils les propos du maire de Quimper ? Si non, ils doivent s'en démarquer et les condamner fermement."

Les candidats de Finistère et Solidaires sur Quimper 1 et 2 (PS-PRG-SE), Armelle Huruguen, Stéphane Le Bourdon, Isabelle Assih et Jean-Marc Tanguy renchérissent et assimilent la reconnaissance du fait que le FN respecte la loi avec l'adhésion à son programme, avec un petit couplet savoureux sur la liberté d'expression, qui ne s'applique donc pas au maire de Quimper :

"Nous différencions pleinement les électeurs tentés par le Front national et les idées défendues par cette organisation. Mais contrairement à Ludovic Jolivet, nous ne pensons aucunement que le repli sur soi et l'intolérance prônés par le Front national soient compatibles avec notre pacte républicain. Il l'a d'ailleurs pleinement démontré le 11 janvier dernier en se désolidarisant du reste de la nation, où nombre de citoyens se sont levés en dehors des clivages partisans. La droite quimpéroise joue avec le feu à quelques jours du scrutin départemental, nous ne pouvons que le déplorer. "

Et les écologistes Emmanuelle Werner et Jean-Pierre Bigorgne, tentent d'isoler le maire de Quimper en interpellant ses colistiers (il faut circonscrire l'hérésie)  :

"Partagez vous son avis ? Considérez vous les candidats FN comme des partenaires potentiels de la droite républicaine, au même titre que vous mêmes ? Si ce n'est pas le cas, allez vous condamner les propos de M. Jolivet ? "

Posté le 20 mars 2015 à 11h07 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (22)

19 mars 2015

Quand Charlie Hebdo faisait l'éloge de la pédophilie

Un article datant du 27 janvier 1977 exhumé par Enquête & Débat, qui rappelle que l'auteur oeuvrait également à l'Humanité. Ajoutons que Victoria Thérame avait signé la pétition adressée au Parlement, la même année, réclamant la dépénalisation des relations sexuelles entre adultes et mineurs de moins de 15 ans :

CH

L'esprit Charlie, c'est aussi celui qui autorise l'éloge de la pédophilie ?

Posté le 19 mars 2015 à 18h21 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (21)

18 mars 2015

Tracts contre l'euthanasie à l'Assemblée

Suite à mon post sur “l’incident” ayant eu lieu hier à l’Assemblée Nationale, un lecteur du Salon Beige apporte quelques précisions :

ANPrès de 300 tracts anti euthanasie ont été lancés dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale ce mardi 17 mars du haut de la tribune ouverte au public située au-dessus des députés du groupe socialiste. Une clameur de réprobation (“honte !”, “respectez l’Assemblée Nationale !”) s’est élevée depuis les bancs des députés socialistes. Une personne a été immédiatement évacuée par les agents de surveillance de l’AN. Un responsable est arrivé et a appelé le directeur de cabinet du président de l’Assemblée, Claude Bartolone, pour demander des instructions et savoir si le président comptait porter plainte, ce qui était effectivement le cas.

La personne accusée d’avoir jeté les tracts a ensuite été conduite au haut commandement militaire de l’Assemblée, c’est à dire la gendarmerie. Les gendarmes l’ont remis à la police nationale qui l’a conduite au commissariat du 7e arrondissement. Au bout d’une vingtaine de minutes, le responsable de la sécurité de l’Assemblée est arrivé pour déposer plainte. La personne soupçonnée d’avoir jeté les tracts a été soumise à une audition libre et accusée “d’entrave au déroulement de débats d’une assemblée parlementaire”. Elle a été relâchée environ 3h après que les faits se soient produits. C’est maintenant au procureur de la République de décider si des poursuites judiciaires doivent être engagées.”

Posté le 18 mars 2015 à 14h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

17 mars 2015

C'est au tour de Tintin en Amérique

Lu ici :

Tintinamerique2"C'est désormais un autre volume des aventures de Tintin qui heurte les sensibilités: "Tintin en Amérique". La raison de cette polémique? Cet album "dégage une vision péjorative des Autochtones qui sont appelés 'peaux rouges' par Hergé", selon Radio Canada lundi 16 mars sur son site. Des résidents de Winnipeg, au sud de Canada, ont donc exigé (et temporairement obtenu) le retrait de la BD des rayons d'une librairie de la chaîne "Chapter's" (...)

Retiré des ventes dimanche, "Tintin en Amérique" a ensuite été remis en vente, précise encore Radio Canada:  "La direction de Chapter's a expliqué qu'un livre est retiré des rayons seulement s'il incite à la violence, s'il contient de la pédophilie ou s'il présente des instructions sur la fabrication d'armes".

Posté le 17 mars 2015 à 18h53 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

La liberté d'expression de l'évêque aux armées

Mgr Poinard, vicaire général aux armées françaises, défend Mgr Ravel, suite aux attaques du lobby LGBT contre son éditorial de février dans la revue du diocèse aux armées :

"(...) Il est évident que, dans les diverses revues éditées par chacune des quatre aumôneries militaires, chaque culte répercute tout à fait librement, et à sa manière propre, ses convictions religieuses et morales spécifiques, ou traite des sujets de société à sa façon. Tel est d’ailleurs le cas de tous les organes d’opinion dans notre pays, y compris YAGG. Notre Constitution ne garantit-elle pas à tous les citoyens la liberté d’exprimer librement leurs opinions selon les modalités définies par la loi ?

Aumônier militaire en chef du culte catholique, l’évêque aux armées ne saurait se couper en deux en s’autocensurant au prétexte que certains points de la doctrine catholique ne plaisent pas à tout le monde. Une nation est toujours faite d’opinions et de courants variés, n’en déplaise au courant de la pensée unique. Aussi, je ne vois pas en quoi, lorsque Mgr Ravel se fait l’écho de la doctrine catholique, dans une revue catholique – que personne n’est mis dans l’obligation de lire – il dénigre les droits de ceux qui ne partagent pas ses opinions : il s’adresse à des catholiques, à qui il rappelle la pensée de leur Eglise. En quoi l’évêque aux armées attente-t-il au droit des personnes puisque ceux qui ne partagent pas son opinion ne sont pas tenus de suivre ses avis ? La « dénonciation » de YAGG me semble grave en ce que la pointe de son attaque dénie totalement à une autorité religieuse, porteuse d’une éthique dont le contenu est universellement reconnu par une fraction importante de l’humanité, le droit d’exprimer librement cet enseignement moral et spirituel. C’est un peu comme si je reprochais à M. Mélenchon d’exprimer dans l’Humanité des opinions marxistes… ce qui est parfaitement son droit dans un pays libre.

On entend sans cesse dans les médias évoquer le droit à la liberté d’expression : encore faudrait-il que cette proclamation ne se limite pas seulement à une simple déclaration d’intention mais que tout citoyen en ait réellement l’usage, l’évêque aux armées comme n’importe quel autre Français."

Posté le 17 mars 2015 à 14h54 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (2)

Le lobby LGBT veut faire taire Mgr Ravel

Le lobby LGBT dénonce l'évêque aux Armées car il ose rappeler la doctrine de l'Eglise et la loi naturelle dans l'organe de son diocèse, la revue mensuelle de l’aumônerie militaire catholique aux armées, qui affiche le logo officiel du ministère. C'en est trop pour Yagg, qui souhaite réduire au silence la voix de l'Eglise.

Posté le 17 mars 2015 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent

16 mars 2015

L'agenda des veillées et Sentinelles [Addendum]

Lundi 16 mars 2015
  • Bergerac : Place du palais de justice de 20h à 21h
  • Châlons-en-Champagne : sur les marches de l'Hôtel de Ville, place Foch, de 19h00 à 20h00
Mardi 17 mars 2015
  • Beauvais - Place Jeanne Hachette, devant la mairie - de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • La Roche sur Yon - Place Napoléon de 21 h à 22 h.
  • Limoges - Place d'Aine de 20h30 à 21h30
  • Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • Nantes - Monument des 50 otages - de 12h30 à 13h30 : Sentinelles
  • Reims - Place Royale - de 20h à 20h30
  • Saumur - place Bilange - de 20h30 à 21h30
Mercredi 18 mars 2015
  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • Marseille - mairie du Vieux Port de 20h30 à 22h
  • Rambouillet - devant la sous-préfecture 20h30 à 21h30 : Sentinelles
  • Saint-Marcellin - devant la mairie sous le kiosque 20h30 à 21h30
  • Sélestat - Place Vanolles 21h00 à 22h30
Jeudi 19 mars 2015
  • Annecy, place de la mairie, 21 h 30 - Saint Joseph avec nous ! on lâche rien ! Veillée annulée afin de permettre aux veilleurs de se rendre à la conférence de Fabrice Hadjadj à 20h30 à Chambéry
  • Antibes - square du 8 mai 1945 de 21h00 à 22h30
  • Châteauneuf de Galaure - place de la salle des fêtes, 20h30
  • Orléans - Place du Martroi, au pied de Jeanne d'Arc de 20h30 à 21h30. Sous la casquette en face en cas de pluie ou neige
Vendredi 20 mars 2015
  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 20h30 à 21h30 : Sentinelles
  • Carhaix - Place de La Tour d'Auvergne, de 21h00 à 23h00
  • Le Puy en Velay- Place Cadelade de 18hr30 à 19hr30
Samedi 21 mars 2015
  • Tréguier: place de la cathédrale à 21h

Faute d'ordinateur actuellement, je ne pourrai mettre à jour l'agenda cette semaine.

Posté le 16 mars 2015 à 20h19 par Louise Tudy | Lien permanent

«Je regrette d'avoir eu du succès grâce à Éric Zemmour»

C'est ce qu'aurait pu dire Laurent Ruquier à propos de l'émission On n'est pas couché de France 2. Mais non, il a préféré s'aplatir devant le politiquement correct :

«Je regrette d'avoir donné la parole à Éric Zemmour pendant 5 ans, je me rends compte que j'ai banalisé ses idées».

Maxime Tandonnet écrit sur le Figarovox :

"Eric Zemmour a été en effet pendant cinq ans l'un des piliers de cette émission, avec son ami Naulleau. L'un exprimait le point de vue de droite et l'autre celui de gauche. Tous deux jouaient, avec beaucoup de talent et de complémentarité, un rôle de provocation à l'égard des invités politiques. Cette émission leur doit beaucoup de son succès. Laurent Ruquier donne ainsi le sentiment de renier son ancien compagnon d'émission, sous la pression du politiquement correct. La repentance qu'il exprime, plusieurs années après, est particulièrement ambigüe. Ainsi, pendant cinq ans, Eric Zemmour aurait proféré des propos inadmissibles, sans que l'animateur n'en ait eu conscience. Il ne s'en rend compte qu'aujourd'hui, soudain, des années après... Ce lynchage rétrospectif, sans précédent, souligne la puissance du conformisme qui pèse aujourd'hui sur le monde médiatique et politique.

Ce conformisme procède d'une certaine forme de déni de la réalité qui caractérise la France politique et médiatique, la France dite «d'en haut».

[...] La télévision doit-elle être aseptisée, purifiée, apurée de toute parole ou vision discordante? Doit-elle se contenter de relayer un discours officiel: tout ne va pas si mal dans la France socialiste; l'insécurité, l'immigration, l'exclusion massive des jeunes, les zones de non droit et les ghettos des banlieues, sont pour l'essentiel des vues de l'esprit, voire divagations populistes. Le droit de s'exprimer à la télévision et à la radio doit-il, à l'avenir, bénéficier avant tout aux tenants de l'idéologie dominante - et à quelques épouvantails en guise de repoussoir? La télévision et la radio doivent-ils être des instruments de propagande, de formatage des esprits, ou bien une source d'information, respectueuse de la pluralité des opinions, de tous les points de vue, incluant la sensibilité de la France populaire? [...]"

Posté le 16 mars 2015 à 14h16 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (33)

Sentinelles à Evry

Hier après-midi devant la mairie d'Evry :

P1080965

Posté le 16 mars 2015 à 09h59 par Michel Janva | Lien permanent

14 mars 2015

Accueil de Manuel Valls à Saint-Brieuc

C'était hier soir, environ 70 militants LMPT ont accueilli à grand renfort de banderoles et sifflets le Premier ministre :

Securedownload-14

Securedownload-15

Securedownload-16

Posté le 14 mars 2015 à 10h08 par Michel Janva | Lien permanent

13 mars 2015

La droite est plus activement liberticide que la gauche

François Billot de Lochner président de la Fondation de service politique, répond à Présent. Extraits

"Un renforcement du contrôle de l’Etat sur internet a été voté à l’Assemblée nationale, sous couvert de lutte contre le terrorisme. 1984 de George Orwell, c’est maintenant ?

Nous nous en approchons dangereusement. La liberté d’expression est fortement malmenée depuis un demi-siècle dans notre pays : l’accélération de la dictature politico-médiatique prend des proportions telles que nos mentalités anesthésiées risquent de se réveiller trop tard.

Un projet de loi similaire avait été présenté par l’UMP en 2010. Finalement, droite et gauche, même combat dans la répression de la liberté d’expression ?

Oui… et non ! Le combat est le même, mais la droite est plus activement liberticide que la gauche : c’est effrayant, mais c’est ainsi. La loi Pompidou-Pleven de 1972 restreint considérablement la liberté d’expression, dans une indifférence générale, et la loi Chirac-Raffarin de 2004 est un véritable outil au service de la dictature de la pensée. Ce n’est pas moi qui le dis mais Laurent Joffrin, rédacteur en chef du Nouvel Observateur, qui écrit dans un éditorial retentissant, juste avant le vote de la loi, que la France va se doter d’un outil unique au monde, mis à part dans les pays de dictature…

Vous proposez, parmi vos trente mesures pour sauver la France, d’abroger les lois de 1972 (Pleven) et de 2004 (création de la Halde), ainsi que toutes les lois mémorielles (Gayssot, Taubira…). Qui oserait le proposer dans son programme, alors que les associations antiracistes (CRAN, MRAP, LICRA), le CRIF et les médias le dénonceront à tous coups ?

Un parti courageux, ou un candidat très courageux… Il ne faut jamais désespérer des hommes ! Prenons par exemple la loi liberticide de 2004 : il suffit de la lire pour comprendre à quel point elle abîme la liberté d’expression. Un grand débat sur ce sujet avant 2017 est nécessaire et salutaire : je l’ouvre, et ne compte pas baisser la garde sur ce sujet pendant les deux ans à venir. Les partis politiques et les candidats s’en rendront très vite compte. Et s’ils restent liberticides, je communiquerai haut et fort sur le sujet !"

Posté le 13 mars 2015 à 08h13 par Michel Janva | Lien permanent

Décès de 3 célèbres journalistes américains en 48 heures

Très peu reprise par les médias occidentaux, cette information venue des Etats-Unis laisse perplexe (voir aussi ici) :

Bob Simon, l’un des plus célèbres journalistes états-uniens, présentateur vedette de l’émission de reportages « 60 Minutes » sur CBS, est mort dans un accident de voiture, le 12 février 2015 à New York à l’âge de 73 ans. Son œuvre avait été primée de 27 Emmy Awards.

David Carr, critique des médias au New York Times, est mort d’une embolie cérébrale dans les bureaux du journal, le 12 février 2015 à l’âge de 58 ans. Son ancienne addiction aux drogues expliquerait la fragilité de sa santé.

Ned Colt, ancien grand reporter de NBC, employé depuis 2009 par des organisations humanitaires, est mort d’une crise cardiaque, le 13 février 2015 à Boston, à l’âge de 58 ans.

Les trois hommes avaient constitué avec un quatrième, l’ancien présentateur de « NBC Nightly News », Brian Williams, une équipe de reportage sur les attentats du 11 septembre 2001. Ils étaient en contact avec le Kremlin qui leur avait donné libre accès à ses archives à ce sujet a révélé El Patagónico (Chili).

Le 10 février, deux jours avant la mort des trois journalistes, la Pravda (Russie) avait assuré que le président Poutine avait engagé un bras de fer avec son homologue états-unien et menaçait de révéler ses documents sur le 11-Septembre s’il continuait à intervenir en Ukraine. Cependant nos correspondants à Moscou ne parvenaient pas à obtenir confirmation de cette affaire. À l’été 2005, la Commission des Affaires étrangères de la Douma avait préparé la divulgation d’informations secrètes sur 11-Septembre, mais l’avait annulée au dernier moment.

Après la mort accidentelle de trois des quatre membres de l’équipe, la chaîne CBS a renoncé au reportage."

En France, où pourtant 58% des Français doutent de la version officielle des attentats du 11 septembre, les journalistes ont visiblement choisi de traiter séparemment ces trois disparitions et ne font à aucun moment de rapprochement entre les défunts et le fameux reportage en préparation (ici, ici, ici ou ici).

N'oublions pas qu'en France Aymeric Chauprade avait été "viré" de ses responsabilités de professeur à l'Ecole de Guerre en 2009 par le ministre de la Défense, Hervé Morin, au moment où Nicolas Sarkozy avait fait le choix stratégique de se rapprocher des Etats-Unis (Afghanistan, OTAN). Or, Aymeric Chauprade avait évoqué la théorie du complot dans sa Chronique du choc des Civilisations. Voici ce qu'il disait en 2009 suite à son éviction brutale :

"Pour avoir creusé le sujet (surtout aux États-Unis) et pour avoir beaucoup parlé de cela avec des experts français du renseignement (qui eux ne parlent pas mais n’en pensent pas moins), je peux vous dire que j’ai des doutes plus qu’importants quant à la version officielle. En tout cas, je ne vois pas au nom de quoi il serait interdit de penser sur ce sujet."

Posté le 13 mars 2015 à 05h17 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (11)

12 mars 2015

Le livre de Zemmour censuré par un maire communiste

Tout cela n'est pas très Charlie. Lu sur le site Le Rouge et le Noir :

"Si certaines bibliothèques restent discrètes sur les raisons de cette absence dans leur catalogue, ce n’est pas le cas de la médiathèque municipale de La Ricamarie (42150), près de Saint-Etienne, dont Marc Faure, Maire PCF de la commune, se vante dans un courrier d’exclure volontairement cet ouvrage de la médiathèque et accuse celui-ci de contenir « de nombreux paragraphes qui entre dans [un] appel au rejet, à la stigmatisation et à la haine de l’autre », de « stigmatiser les femmes et les féministes », de tenir « pour responsable du déclin de la France, les antiracistes, les juifs, les musulmans, les homosexuels, les immigrés, tous coupables selon lui de communautarisme et de complot contre la France » et de « faire preuve de révisionnisme ».

Le maire communiste de La Ricamarie s’érige ainsi en censeur, alors même qu’aucune condamnation judiciaire n’a été prononcée à ce jour contre l’ouvrage d’Eric Zemmour et que la censure préalable est sensée avoir disparue depuis 1789. Marc Faure déclare pourtant  plus loin : « En aucun cas celle-ci n’engage les commandes de livres en fonction de ses opinions personnelles ». Sic.

Marc Faure est par ailleurs candidat d’Union de la gauche de Saint-Etienne 2, canton 15 (Le Chambon-Feugerolles, La Ricamarie, La Cotonne, Les Terres, Tardy) aux élections départementales du 22 et 29 mars prochain."

Courrierzemmourrecto-watermark-3ccb8

Posté le 12 mars 2015 à 14h37 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (12)

09 mars 2015

L'agenda des veillées et Sentinelles

Mardi 10 mars 2015 
  • Bourges - Rue Moyenne à côté de la Mairie de 21h à 22h
  • Cambrai - marches de l'Hôtel de ville de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • Clermont-Ferrand - place de Jaude sous la statue Vercingétorix à 20h30
  • Compiègne - Place hôtel de ville de 20h30 à 21h30
  • La Roche sur Yon - Place Napoléon de 21h à 22h
  • Limoges - Place d'Aine de 20h30 à 21h30
  • Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • Montpellier - Place de la Préfecture de 20h30 à 22h
  • Paris - place du Palais Bourbon (Assemblée Nationale) à partir de 19h30 : Sentinelles contre l'euthanasie. Événement Facebook
  • SentinellesPoitiers - place d'Armes de 21h à 22h30. Thème : euthanasie, question personnelle ou question de société ?
  • Saumur - place Bilange de 20h30 à 21h30
  • Sélestat - place Vanolles de 21h00 à 22h15
Mercredi 11 mars 2015
  • Cognac - place François Ier à 21h
  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • La Tour-du-Pin - Place Antonin Dubost, de 20h30 à 22h
  • Rambouillet - veillée sur le parvis de la gare à 20h30. Invité : le journaliste Clément Weill-Raynal
  • Toulon - place de la Liberté de 20h30 à 22h
  • Tours - place Jean Jaurès de 21h à 22h30 : Veilleurs
Jeudi 12 mars 2015
  • Aix-en-Provence - devant l'IEP à 20h
  • Annecy - place de la mairie à 21h30
  • Blois - Place de la République, près du Monument aux Morts à 20h30 Thème : de la laïcité au laïcisme
  • Châteauneuf de Galaure - place de la salle des fêtes à 20h30
  • Versailles - Place du marché notre Dame à 21H -Thème: fin de vie / invités: Député Poisson/ Me Triomphe / Julie Graziani
Vendredi 13 mars 2015
  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 18h30 à 19h30 : Sentinelles
  • Le Puy en Velay - Place Cadelade de 18h30 à 19h30
Samedi 14 mars 2015
  • Lamotte-Beuvron - Devant la Mairie de 18h à 19h15
  • Saint Raphaël - Espace Delayen, devant Jardin Bonaparte, de 14h30 à 18h

En cas d'erreur ou d'oubli, me contacter à tudylsb@gmail.com

Posté le 9 mars 2015 à 11h35 par Louise Tudy | Lien permanent

Appel à témoins : pourquoi veillez-vous ?

Le site Pourkoijeveille.net, qui vient de fêter son premier anniversaire, recherche de nouveaux témoignages :

Le 28 février 2014, Pourkoijeveille était lancé avec pour ambition de publier des témoignages de ceux qui veillent. Des veilleurs et des sentinelles ont répondu présent, nous ont transmis leurs textes que nous avons pour la plupart publiés. Une quarantaine en tout, présentant de grandes diversités : celui-ci est vindicatif, celui-là joue dans une tonalité plus émotionnelle, certains taquinent les muses, d’autres sont beaucoup plus factuels, moins attachés à la forme, quelques uns partagent des bribes de textes d’auteurs qui éclairent leur engagement personnel, ou revisitent notre hymne national. A la relecture de ces lignes publiées, aucun de ces textes n’est fade, tous sont sincères. Ces témoignages, anonymes pour la plupart, même s’ils sont univoques, enrichissent la communauté que nous formons en permettant un partage de ces raisons qui nous ont fait nous asseoir ou nous lever, et de ces veilles qui nous ont personnellement changés.

Ces derniers temps, le rythme des publications s’est ralenti. Moins de textes nous ont été proposés. Les statistiques de fréquentation du site ont fléchi. Notre disponibilité était moindre. Pourtant, nous avons la certitude que tout n’a pas été écrit, que d’autres veilleurs, d’autres sentinelles ainsi que des mères veilleuses peuvent apporter leur pierre à ce petit édifice. Nous souhaitons poursuivre la publication de ces récits, de ces introspections, de ces réflexions, de ces poèmes. Peut-être qu’avec plus de recul qu’avant, nous devrions tous nous interroger nous même, et partager ensemble le fruit de nos réflexions. Veiller n’a de sens que dans l’espace public où nous témoignons de façon visible de notre engagement. Le faire sur la toile n’est pas moins utile au monde.

La petite équipe éditoriale que nous sommes ne peut rien toute seule. Si vous pensez comme nous que ce site ne doit pas cesser de publier des témoignages, il vous appartient de le faire vivre :
– en nous faisant parvenir vos témoignages ;
– en faisant connaître autour de vous pourkoijeveille et ses publications ;
– en commentant ses articles.

Souffler sur une bougie, c’est aussi éteindre sa lumière, et il n’en est pas question. La veille continue !"

Posté le 9 mars 2015 à 11h35 par Louise Tudy | Lien permanent

12 mars : journée contre la censure sur internet

Lu sur Délit d'images :

"Aussi appelée Journée internationale pour la liberté d’expression sur Internet, cette journée contre la censure sur Internet est célébrée le 12 mars depuis 2008. Elle  fut créée par RSF (Reporters sans frontières). Cette journée se veut dénoncer la cybercensure dans le monde, la répression des internautes,  blogueurs et des sites, laquelle par ailleurs ne cesse d’augmenter.

A l’origine, cette manifestation visait essentiellement la Chine et ses lois concernant le contrôle d’Internet. On ne parlera pas de l’Arabie Saoudite et d’autres ailleurs de la région… Vous savez… Hélas, l’actualité  nous a appris que de « grands pays » dits démocratiques n’étaient pas en reste quant à l’oppression des libertés publiques dans ces divers régimes non déclarés totalitaires… entre autres, en France! Alors tant que je peux encore vous parler, j’en profite…

Je ne vais pas bavarder plus longtemps et pour être synthétique, reprendre la pétition des 4 Vérités que nous relayons:

« Le 6 février dernier, Mme Taubira, Garde des sceaux de votre gouvernement, a publié un décret permettant le blocage administratif des sites internet.

Officiellement, ce décret concerne la lutte contre le terrorisme. Cependant, cette décision nous semble extrêmement inquiétante pour les libertés publiques.

L’administration s’arroge ici un pouvoir qui relève de la justice, au mépris de la séparation des pouvoirs.

Et on voit mal pourquoi elle s’arrêterait aux sites faisant l’apologie du terrorisme. Comment ne serait-elle pas tentée de bloquer, de proche en proche, tous les sites internet qui auront le malheur de déplaire au pouvoir en place?

Au demeurant, il est très improbable que ce blocage gêne les terroristes eux-mêmes.

Et, si, par impossible, il y parvenait, quel serait l’intérêt de vaincre les terroristes qui attaquent nos principes et nos coutumes, et, en particulier, notre liberté d’expression, si nous le payions précisément de l’abandon de ces principes?

C’est pourquoi, Monsieur le Premier ministre, nous vous demandons instamment de retirer ce décret inutile pour lutter contre le terrorisme et dangereux pour nos libertés.

Dans cette attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de notre haute considération. »

Signer ici.

Posté le 9 mars 2015 à 08h12 par Michel Janva | Lien permanent

08 mars 2015

La mise à mort judiciaire d'Anne Sophie Leclère approche

19

Anne-Sophie Leclère est cette ex-candidate du Front national aux municipales à Rethel dans les Ardennes, qui avait été condamnée à 9 mois de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité, assortie d'une amende de 50 000 euros, pour un photomontage qu'elle avait diffusé sur les réseaux sociaux, assimilant le ministre de la Justice, Christiane Taubira, à un singe. La décision qui vient d'être rendue ne présage rien de bon pour elle :

"La Cour de cassation a rejeté sa demande de dépaysement. L'Ardennaise est jugée pour avoir comparé la ministre de la Justice Christiane Taubira à un singe. En Première instance, Anne Sophie Leclère avait été condamnée à 9 mois de prison ferme.

Saisi par le mouvement guyanais Walwari, co-fondé en 1992 par l'actuelle garde des Sceaux, le tribunal correctionnel de Cayenne avait condamné, le 15 juillet 2014, Anne-Sophie Leclère à neuf mois de prison ferme, cinq ans d'inéligibilité et 50.000 euros d'amende."

Ayant été lâchée par le FN, on se demande bien comment Anne Sophire Leclere va pouvoir financer sa défense d'autant plus qu'elle ne pourra certainement pas se rendre en Guyane. Sans avocat en première instance, c'est maître Jérôme Triomphe qui est devenu son avocat en 2014 au stade de l'appel. 

En juillet dernier, à propos du jugement rendu, le Salon Beige posait déjà la question : Qui peut avoir encore confiance en cette justice politique ? Walwari ayant été co-fondé par Christiane Taubira, la réponse approche...

Addendum : l'association Solidarité pour Tous avait mis en place en juillet dernier une action destinée à aider Anne Sophie Leclère. Pour la cagnotte, c'est ici.

Addendum 2 : En 2013, Charlie Hebdo avait publié ce dessin (à gauche) de Charb sans être inquiété forcément. Deux poids, deux mesures ?

Charb-taubira

Posté le 8 mars 2015 à 17h35 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (23)

07 mars 2015

Le lobby LGBT a peur de Philippe Arino et le fait censurer

Philippe Arino dérange à Sciences Po :

"L’interview que j’ai accordée au journal de Sciences Po La Péniche a été mise en ligne hier (6 mars 2015), juste après laQueer Week. Selon la rédaction, il y a eu plus de 400 visiteurs uniques en 10 minutes et près de 20 commentaires incendiaires publiés immédiatement. Vu la polémique terrible, le bureau a pris la décision de supprimer l’article… ce qui a empiré les choses puisqu’on a accusé les rédacteurs d’avoir censuré l’article. Bref, l’article est magnifique, mais la censure en face est monumentale… La rédaction a déclaré : « Je suis navré de la tournure qu’ont pris les choses et consterné de voir une telle hystérie contre l’article. » L’homosexualité, beaucoup de militants gays friendly se vantent de l’avoir acceptée… mais en réalité, ils sont ses pires censeurs. C’est de la même violence que l’expulsion physique de Béatrice Bourges à la Queer Week il y a un an."

Extraits de cet entretien (toujours visible sur la page en cache de google et sur le site de Philippe Arino) :

"À Sciences Po, la « Queer week » est une semaine consacrée à l’étude et la mise en pratique des théories dites « queers ». Que pensez-vous de ces théories ?

Ces théories sont inutiles et dangereuses puisqu’elles veulent le bien de l’Homme sans l’Homme réel (elles lui préfèrent l’homme-objet angélique asexué), et sur la base d’une vision conflictuelle entre l’homme et la femme ou entre l’individu et sa société. Elles ont choisi l’indéfinition comme définition, l’anticonformisme et le doute nihiliste comme vérités absolues, la violence comme moyen privilégié d’expression.

La « Queer week » utilise des sigles du type LGBTQ+ ou même LGBTIQAP+, ce foisonnement de catégories ne va-t-il jamais s’arrêter ?

En effet, les sigles pro-gays deviennent hyper extensibles et ça frise le ridicule. La Gender & Queer Theory met tout au pluriel pour éclater l’identité humaine et pour que les Hommes ne sachent plus qui ils sont, ce qu’ils désirent, vers où ils vont, qui les aime et les as créés (= Dieu), et avec quel sexe. Mais le vrai problème, c’est que cette myriade de fausses identités – nous ne sommes réductibles ni à notre pratique génitale, ni aux personnes qui nous attirent érotiquement, ni à nos fantasmes ou pulsions sexuels – font le lit de l’hétérosexualité, la seule « identité sexuelle » que cache toute cette brochette d’espèces humaines aussi mythiques qu’elle, et qui salit la différence des sexes couronnée par l’amour. C’est la raison pour laquelle j’ai créé le site CUCH (Cathos Unis Contre l’Hétérosexualité). L’hétérosexualité, en caricaturant et en dévoyant la différence des sexes, devrait être notre pire ennemi.

Cathos Unis Contre l’Hétérosexualité ? Mais quelle est votre définition d’ « hétérosexualité »?

L’hétérosexualité, c’est l’autre nom de la Queer Theory ou du Gender. Étymologiquement, il s’agit d’un terme hybride gréco-latin désignant toutes les altérités au niveau de la sexualité (bisexualité, homosexualité, transidentité, fétichisme, infidélité, zoophilie, inceste, etc.) et pas spécifiquement la différence des sexes. Quand il se rapporte à la différence des sexes, ce sera juste pour la vider d’amour et la transformer en concept libertin ou nataliste rigide. Ce n’est certainement pas l’idéologie hétéro que nous devons défendre ! Il n’y a que la différence des sexes couronnée par l’amour, qu’on soit célibataire ou marié, qui m’intéresse.

Le vendredi 6 mars, la « Queer week » a organisé la conférence « Le chantier linguistique », pour promouvoir la « linguistique queer ». Il faudrait par exemple utiliser des pronoms neutres, comme le « Hen » suédois. Est-ce une « novlangue » ? Cherche-t-on à transformer la réalité en changeant les mots ?

Oui. Par la création de mots nouveaux « neutres », les « déconstructeurs » et « performers » queer prétendent formater le Réel à leurs fantasmes irréalistes les plus fous pour le déconnecter de l’amour sexué et le transformer en amour génital asexué. C’est la dialectique du nominalisme. Ça a l’air créatif et poétique, comme ça. Mais à travers ces néologismes, on essaye à la fois de gommer et de justifier une approche conflictuelle entre les sexes. On pense que le problème c’est l’« homme et la femme », qu’ils ne peuvent pas s’entendre, et l’on fuit ce conflit-là par la recherche d’une neutralité ou d’une asexuation inexistante. [...] 

Vous vivez votre sexualité dans la continence depuis 2011. Que répondez-vous à ceux qui pensent que vous « refoulez » votre homosexualité ?

S’il suffisait de pratiquer son homosexualité pour s’accepter tel qu’on est, on trouverait bien plus de gens heureux et bien dans leurs baskets dans la communauté homo ! Or, ce n’est pas le cas. Et je crois même que la sommation collective à la pratique homo crée bien plus de mal-être et de refoulement que la non-pratique. Je répondrais à ceux qui me jugent « homophobe » ou « frustré » que je connais peu de personnes homosexuelles qui, comme moi, aient étudié et porté autant d’intérêt au désir homosexuel, aient accueilli autant les personnes homosexuelles dans l’amitié vraie et dans ce qu’elles vivaient, aient autant assumé d’afficher sans complexe son orientation sexuelle à tous. Les individus homosexuels qui pratiquent leur homosexualité en couple ou qui se réduisent à leur coming out refusent de comprendre leur désir homosexuel, de le regarder en face et de l’expliquer aux autres. S’ils pensent qu’accepter son homosexualité c’est uniquement la pratiquer en couple, ils écartent quasiment toutes les personnes homosexuelles, y compris les célibataires, les hommes mariés, et les adolescents qui n’ont pas franchi le pas de la pratique. Défendre la pratique homo ou passer à celle-ci, c’est cela la véritable homophobie. [...]" 

Posté le 7 mars 2015 à 11h38 par Michel Janva | Lien permanent

12 mars : Eric Zemmour à Rouen

Eric Zemmour donnera une conférence le 12 mars à Rouen, à la Halle aux Toiles (place de la Haute Vieille Tour). A partir de 19h30.

Posté le 7 mars 2015 à 07h49 par Michel Janva | Lien permanent

06 mars 2015

Manuel Valls est bien ambitieux

Le Premier ministre a annoncé aujourd'hui ses pistes pour l'égalité dans les quartiers défavorisés, avec des mesures sur la mixité sociale, l'école, la sécurité et le logement. Parmi les mesures, celle-ci :

MpmA part censurer les sites concurrents, comment compte-t-il s'y prendre ?

Posté le 6 mars 2015 à 18h23 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (21)

Le CSA contre la liberté d'expression

Il ne faudrait pas que les journalistes se mettent à poser des questions dérangeantes non plus :

"Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a décidé de taper fort. Le régulateur vient de prononcer une mise en demeure à l'égard de BFMTV et RMC qui diffusent simultanément l'émission «Bourdin direct» (...)

Le gendarme de l'audiovisuel estime que «dans le cadre de l'interview d'un ancien ministre et ancien président du Conseil constitutionnel venu assurer la promotion de son dernier livre, le journaliste qui animait l'émission, à la suite d'un échange de propos relatif aux prises de position et à l'entourage familial de M. Manuel Valls, a posé à son interlocuteur, à propos du Premier ministre, la question suivante: «Il est sous influence juive?». Le Conseil a considéré que la réponse d'une telle question tendait à provoquer, dans le contexte de cet échange, et la formulation même de cette question, relative au premier ministre, étaient de nature à banaliser et à propager des comportements discriminatoires contraires aux principes dont la garantie lui est confiée»."

Combien de journalistes libres et indépendants vont s'élever contre cette condamnation ? Encore faudrait-il qu'il en existe encore...

Posté le 6 mars 2015 à 16h51 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

Assises de La Roche : les gauchistes veulent censurer des experts

Prévues le 31 mars, les Assises de l’éducation, un moment de concertation voulu par la ville de La Roche-sur-Yon, sont destinées à évoquer les relations parents-école et les rythmes scolaires. Les gauchistes de la FCPE, SUD et du PS souhaitent empêcher la venue de 2 personnes, car elles sont proches de la Manif pour tous :

  • François-Xavier Bellamy, adjoint à Versailles, auteur notamment de Les déshérités, l’urgence de transmettre (chez Plon)
  • Jean-Paul Mongin, tête pensante et exécutive de SOS éducation.

Anne-Sophie Fagot, élue en charge de l’éducation à la Ville, minimise cette polémique. Pour elle, ce qui prime reste d’abord et avant tout « l’intérêt des enfants ».

La liberté d'expression c'est pour salir les enfants, pas pour les défendre.

Posté le 6 mars 2015 à 15h00 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

05 mars 2015

Farida Belghoul mise en examen

Posté le 5 mars 2015 à 21h39 par Michel Janva | Lien permanent

L'esprit Charlie ne protège décidément pas Valeurs actuelles

VAAprès la Marianne voilée, c'est "Roms l'overdose" qui ne passe pas. Cette fois, la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris a condamné Yves de Kerdrel, le directeur de publication de Valeurs actuelles, à 3 000 € d'amende pour provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers les Roms et diffamation. Elle a également ordonné la publication, dans Valeurs actuelles et un autre journal, d'un communiqué judiciaire. La Licra a obtenu 2 000 € de dommages et intérêts, et l'association La Voix des Rroms, 1 €. En France donc, la caricature est libre, mais pas la métaphore filée :

« la répétition et la juxtaposition de termes censés [être] descriptifs tels que “fléau”, “overdose”, “plaie”, “invasion”, tous évocateurs de maladies ou de catastrophes [...] contribuent nécessairement, par-delà le supposé “constat” à opposer la communauté visée, appréhendée sous un prisme uniquement négatif, à “la France” ou aux “Français” ».
Yves de Kerdrel pourrait faire appel :
"La liberté d’expression est une et indivisible. Il ne peut pas y avoir une liberté sans limite pour Charlie Hebdo et des censures systématiques pour Valeurs actuelles"

Posté le 5 mars 2015 à 18h23 par Louise Tudy | Lien permanent

Jusqu’à maintenant, personne n’a réussi à contrôler internet

Jean-Yves Le Gallou répond à Présent sur les projets liberticides de Christiane Taubira en matière d’internet et de droit de la presse. Extraits :

"La censure sur internet est un très vieil objectif du politiquement correct mais cela n’a jamais fonctionné. J’ai siégé de 1994 à 1999 à la commission des libertés, au Parlement européen. Commission des libertés, en novlangue, cela signifie commission de la répression des libertés. Le chef du groupe socialiste, dans cette commission, passait son temps à expliquer qu’il fallait contrôler internet pour combattre les sites « pédophiles, révisionnistes et racistes ». Ce chef de groupe socialiste a fait une très belle carrière puisqu’il est devenu président du Parlement européen : il s’agit de Martin Schulz… Mais jusqu’à maintenant, personne n’a réussi à contrôler internet. Entre l’épée et le bouclier, l’épée a toujours un coup d’avance, surtout s’agissant d’un réseau mondial. Avec des Etats qui ont des législations différentes, avec des technologies qui évoluent, toutes les censures ont vocation à être contournées.

Alors faut-il ne s’inquiéter de rien ?

Si, car malgré tout il y a trois choses préoccupantes. D’abord la volonté de contourner la justice avec une décision administrative préalable, ce qui signifie absence de débat et de contradiction. Ensuite la volonté de compléter la censure publique par la censure privée, avec l’intervention directe auprès des fournisseurs d’accès. Enfin la volonté de sortir les délits d’opinion du droit de la presse, au nom de la lutte contre le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie et j’en passe. [...]

L’événement Charlie a été utilisé de façon extraordinaire. Première semaine : liberté d’expression généralisée ; deuxième semaine : attention, liberté d’expression restreinte pour les « idées de haine ». L’expression désigne tout simplement les idées politiquement incorrectes, comme par exemple dire que l’immigration n’est pas bonne pour la France. La sidération de l’opinion, obtenue par la mobilisation de tous les moyens de propagande, a servi à faire avancer un projet antérieur. [...]"

Posté le 5 mars 2015 à 10h00 par Michel Janva | Lien permanent

L'Elysée force France Télévisions à acheter un film

Plus d'informations ici.

Posté le 5 mars 2015 à 07h28 par Michel Janva | Lien permanent

04 mars 2015

Le site du journal Présent fait peau neuve

A découvrir ici.

P

Posté le 4 mars 2015 à 18h10 par Michel Janva | Lien permanent

Non à la censure sur Internet

Une pétition lancée par Nouvelles de France :

"Monsieur le Premier ministre,

Le 6 février dernier, Mme Taubira, Garde des sceaux de votre gouvernement, a publié un décret permettant le blocage administratif des sites internet.

Officiellement, ce décret concerne la lutte contre le terrorisme. Cependant, cette décision nous semble extrêmement inquiétante pour les libertés publiques.

L'administration s'arroge ici un pouvoir qui relève de la justice, au mépris de la séparation des pouvoirs.

Et on voit mal pourquoi elle s'arrêterait aux sites faisant l'apologie du terrorisme. Comment ne serait-elle pas tentée de bloquer, de proche en proche, tous les sites internet qui auront le malheur de déplaire au pouvoir en place?

Au demeurant, il est très improbable que ce blocage gêne les terroristes eux-mêmes.

Et, si, par impossible, il y parvenait, quel serait l'intérêt de vaincre les terroristes qui attaquent nos principes et nos coutumes, et, en particulier, notre liberté d'expression, si nous le payions précisément de l'abandon de ces principes?

C'est pourquoi, Monsieur le Premier ministre, nous vous demandons instamment de retirer ce décret inutile pour lutter contre le terrorisme et dangereux pour nos libertés.

Dans cette attente, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Premier ministre, l'expression de notre haute considération."

A signer ici.

Posté le 4 mars 2015 à 16h28 par Michel Janva | Lien permanent

02 mars 2015

Pour postuler, vous devez être "pour les caricatures"

La dernière déclinaison de l'"esprit du 11 janvier" : la "discrimination" à l'embauche pour opinion politique.

Posté le 2 mars 2015 à 17h21 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (5)

Le blasphème est autorisé, sauf contre l'idole Charlie Hebdo

CH
Cette photo du magazine du Monde, accompagnée du titre "Une résurrection sous tension" (il semblerait qu'il ait été adouci depuis), a provoqué la fureur du rédacteur-en-chef de Charlie Hebdo ce week-end :

"J'ai l'impression qu'il y a comme un acte manqué dans cette couverture. Comme si on avait voulu terminer ce que les frères Kouachi n'ont pas fini"

Le Monde décrit les tensions actuelles et passées, notamment autour de la célèbre Une de 2008, "C'est dur d'être aimé par des cons". Le pactole avait été redistribué pour l'essentiel entre les actionnaires alors que les journalistes touchaient de faibles salaires.

Posté le 2 mars 2015 à 16h11 par Louise Tudy | Lien permanent

L'agenda des veillées et Sentinelles

Lundi 2 mars 2015
  • Bergerac : Place du palais de justice de 20h à 21h
  • La Roche sur Yon : Place Napoléon de 21 h à 22 h
Mardi 3 mars 2015
  • Beauvais - Place Jeanne Hachette, devant la mairie de 21h à 22h
  • Bourges - Rue Moyenne à côté de la Mairie de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • Limoges - Place d'Aine de 20h30 à 21h30
  • Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • Reims - Place Royale de 20h à 20h30
  • Saumur - place Bilange de 20h30 à 21h30
Mercredi 4 mars 2015
  • Angers - place du ralliement de 21h à 22h30
  • Chambéry. Sur les marches du château de 20h30 à 22 h
  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • Laval - place de la Mairie de 20h à 20h30
  • Marseille - mairie du Vieux Port de 20h30 à 22h
  • Rambouillet - devant la sous-préfecture 20h30 à 21h30 : Sentinelles
  • Vienne - Place de l'Hôtel de Ville 20h30 à 21h30
Jeudi 5 mars 2015
  • Annecy - place de la mairie à 21h30
  • Châteauneuf de Galaure - place de la salle des fêtes à 20h30
  • Nancy - place Stanislas de 20h30 à 21h30 : Sentinelles
  • Orléans - Place du Martroi, au pied de Jeanne d'Arc de 20h30 à 21h30 : 94°veillée Sous la casquette en face en cas de pluie ou neige
Vendredi 6 mars 2015
  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 20h30 à 21h30 : Sentinelles
  • Carhaix - Place de La Tour d'Auvergne, de 21h à 23h
  • Le Puy en Velay - Place Cadelade de 18h30 à 19h30

En cas d'erreur ou d'oubli, me contacter : tudylsb@gmail.com

Posté le 2 mars 2015 à 11h36 par Louise Tudy | Lien permanent

27 février 2015

La France plus efficace contre la liberté que contre le terrorisme

Lu sur Liberté politique :

Unknown-13"Le blocage administratif, sans juge, des sites Internet ne passe pas à l’étranger. C’est l’objet d’un décret du gouvernement socialiste du 6 février dernier, concernant les sites « provoquant à des actes de terrorisme ou en faisant l’apologie », qui fait réagir.

Divers médias étrangers pointent du doigt cette mesure, vue comme plus efficace contre la liberté d’expression que contre les terroristes. Ainsi le Guardian du 9 février, journal britannique plutôt classé à gauche, critique la censure administrative, qui « trahit la séparation des pouvoirs en limitant ce qui est la première liberté en démocratie, la liberté d’expression ».

Selon PandoDaily, site d’analyse des nouvelles technologies, « c’est l’ironie malheureuse des attaques contre Charlie Hebdo : la tentative pour faire taire un magazine devenu un symbole de la liberté d’expression a conduit à de nouvelles lois en France et au Royaume Uni qui musellent le discours en ligne par la censure »."

Posté le 27 février 2015 à 21h34 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

26 février 2015

28 février : trompettes de Jéricho à Metz

M

Posté le 26 février 2015 à 19h39 par Michel Janva | Lien permanent

25 février 2015

Français de souche : la liberté d'expression n'est pas un long fleuve tranquille

Selon Vincent Trémolet de Villers dans Le Figarovox :

"La liberté d'expression n'est pas un long fleuve tranquille. Le président de la République l'a encore vérifié. Lors du dîner du Crif, après une journée de polémiques provoquée par Roger Cukierman, François Hollande est sorti du lexique du vivre-ensemble. Cette novlangue où la France n'est qu'un «nous inclusif et solidaire» parsemé de «quartiers» peuplés de «jeunes» (dont certains basculent dans le «fanatisme») qui souffrent d'être «stigmatisés» et sont «trop souvent» victimes d'«amalgames». Un centième de seconde, l'esprit du 11 janvier a cessé de souffler, et le président de la République a parlé dans une autre langue, celle des bistrots et des vignerons: il a dit «Français de souche». De Gaulle l'avait dit avant lui à la télévision, mais c'était il y a mille ans: en 1960. L'Algérie était française et les dénominations administratives distinguaient alors les FSE, «Français de souche européenne», et les FSN, «les Français de souche nord-africaine».

Dans la bouche de François Hollande, le propos n'était pas flatteur, il était même infamant. Les «Français de souche» invoqués, en effet, sont les adolescents coupables de l'infernale profanation d'un cimetière juif. Ils devaient faire la preuve de l'absurdité des propos de Roger Cukierman, qui, le matin même sur Europe 1 avait cédé à la tentation de l'amalgame: «Il faut dire les choses, avait dit le patron du Crif, toutes les violences aujourd'hui sont commises par des jeunes musulmans. Bien sûr, c'est une toute petite minorité de la communauté musulmane et les musulmans en sont les premières victimesLe président de la République a utilisé les «Français de souche» pour dynamiter tout amalgame et rappeler que l'antisémitisme était «bien de chez nous».

Sans peut-être mesurer qu'il pratiquait à son tour l'amalgame honni et faisait reposer ces actes monstrueux sur les épaules de tous les «Français de souche», de branche ou de feuille. «Nommer c'est exclure», proclament nos ligues de vertu. Apparemment, cette règle ne s'applique pas quand il s'agit d'une catégorie végétale de Français. La démographe Michèle Tribalat explique cette exception. «Stigmatiser, a-t-elle remarqué dans FigaroVox, ne s'applique qu'aux minorités. Si vous appartenez aux natifs au carré, justement, vous êtes majoritaires, et vous vous trouvez dans le camp des dominants. Désolée, dans ce cas, aucune excuse.» Ces «Français de souche», bonnes pâtes, n'en sont pas à leur première injustice. En 2007, lors de l'émission «Ce soir ou jamais», la présidente des Indigènes de la République, Houria Bouteldja, les appelait «sous-chiens», «parce qu'il faut bien leur donner un nom, les Blancs».

Avoir choisi d'évoquer «les Français de souche» pour souligner leur culpabilité n'a pas attendri cependant nos autorités morales (Éric Fassin, Aurélie Filippetti). Il faut dire qu'invoquer la «souche» Française et demander dans le même temps la suppression du mot race dans la constitution témoigne d'un impressionnant art de la synthèse. Il n'a cette fois pas empêché l'habile François Hollande d'intégrer la confrérie du sémantiquement incorrect.

On y trouve, en tête, Alain Finkielkraut. C'était il y a un an, le 6 février 2014. Après l'émission «Des paroles et des actes», deux membres du conseil national du PS, Mehdi Ouraoui, ancien directeur de cabinet d'Harlem Désir, et Naïma Charaï, présidente de l'Agence national pour la cohésion sociale et l'égalité des chances, avaient saisi le CSA. Dans une lettre envoyée à son président, ils qualifiaient l'intervention d'Alain Finkielkraut d'«inacceptable» et «dangereuse». Ils s'inquiétaient précisément de l'usage par le philosophe de l'expression «Français de souche», «directement empruntée au vocabulaire de l'extrême droite».

Alain Finkielkraut avait réagi. C'était sur le FigaroVox. «L'idée qu'on ne puisse plus nommer ceux qui sont Français depuis très longtemps me paraît complètement délirante, affirmait-il. L'antiracisme devenu fou nous précipite dans une situation où la seule origine qui n'aurait pas de droit de cité en France, c'est l'origine française.» Quelques semaines plus tard, lors de l'émission «On n'est pas couché», l'écrivain Denis Tillinac avait pris la défense d'Alain Finkielkraut. En retour, il avait été violemment pris à parti par Aymeric Caron. «Les allusions méprisantes à notre fonds de ruralité attestent un refus viscéral, névrotique, de prendre la France pour ce qu'elle est, confiait à son tour l'écrivain au FigaroVox. Ces Français de souche (80 % des citoyens de notre pays) doivent savoir que leur patriotisme sentimental, culturel et spirituel est considéré comme une vieillerie bête et nocive.» Après Finkielkraut, après Tillinac, François Hollande, à son tour, a «dérapé». Fort heureusement, il s'est arrêté à temps et n'a pas eu l'indécence de préciser que le meneur des profanateurs «de souche» était un adolescent instable qui portait sur ses vêtements des slogans«antifascistes»."

Posté le 25 février 2015 à 20h55 par Michel Janva | Lien permanent

24 février 2015

Christiane Taubira s'acharne contre Thierry Boutet

Lu sur Facebook cette lettre de Thierry Boutet :

"[...] Durant plus d’un an, de 2011 à 2012, j’ai été le Directeur de la rédaction de Liberté politique. Je l'ai fait bénévolement. A raison de cette fonction, en 2012, j’ai été mis en examen pour provocation à la haine, à la violence ou à la discrimination, à l’égard d’une personne ou d’un groupe à raison de leur orientation sexuelle (passible de 45 000€ d’amende et d’un an de prison ferme), pour avoir publié sur le site Liberté politique un entretien de Christian Vanneste durant la campagne des élections présidentielles.

Ces propos très généraux sur le rôle des lobbies homosexuels dans les milieux de pouvoir étaient anodins comparés à ce qui a pu être dit ou écrit par ailleurs. En première instance, le Tribunal Correctionnel de Paris, par un jugement en date du 3 avril 2014, m'a d’ailleurs relaxé en reconnaissant que, « dénués de toute véritable portée, les propos incriminés n’apparaissent pas de nature à inciter les internautes à la haine, à la violence ou à la discrimination envers les homosexuels ».

Les choses auraient pu en rester là, sans l’acharnement du parquet, aux ordres du ministre de la Justice.

Le procureur a fait appel.

L’affaire sera à nouveau examinée le 26 février prochain devant le pôle 2 de la 7ème chambre de la Cour d’Appel de Paris.

Je suis seul devant mes juges, seul depuis trois ans pour faire face à ce qui s’apparente véritablement à de l’acharnement judiciaire.

Les frais que j’ai engagés pour ma défense (15 000€ à ce jour) représentent une charge très lourde, impossible à financer avec mes seuls revenus. Quant à l’association qui a repris le site Liberté politique, elle ne m’apporte évidemment aucune aide.  

J’ai besoin de vous aujourd’hui, et que vous me souteniez tant moralement - car ces accusations injustes me pèsent - que financièrement !

Cette démarche, vous l’imaginez, est pour moi difficile. Si je m’y résous, c’est parce que j’y suis acculé du fait des circonstances et de l’acharnement du ministère de la justice. 

En réalité, ce combat n’est pas seulement le mien. C’est aussi le vôtre !

En me prenant pour cible alors que je suis seul, et donc faible à leurs yeux, avec peu de moyens pour ma défense, le Garde des Sceaux et certains lobbies cherchent à obtenir une condamnation pour faire jurisprudence ; et pour pouvoir ensuite s'en prendre à ceux qui ne pensent pas comme eux.

C’est l’opinion que l’on veut mettre au pas,

c’est la presse libre que l'on veut intimider et museler.

Si nous perdons ce procès, qui osera publier le moindre article un tant soit peu libre et critique sur le sujet.

Nous devons gagner afin que la liberté de penser et de s'exprimer demeure protégée par la justice.

Si nécessaire, j’irai en Cassation puis devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme ; mais je ne pourrais pas le faire sans vous. Je compte donc sur vous et  sur votre amical soutien actif."

Pour le soutenir.

Posté le 24 février 2015 à 21h19 par Michel Janva | Lien permanent

23 février 2015

Les véritables ennemis de Charlie Hebdo

Charlie HebdoComme le montre sa dernière Une, "c'est reparti" : Charlie Hebdo peut s'en prendre de nouveau à ses cibles favorites - Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, le clergé catholique et la Manif pour tous. Ces "chiens d'infidèles", qui n'assassinent ni les journalistes, ni la liberté d'expression. 

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Posté le 23 février 2015 à 23h25 par Louise Tudy | Lien permanent

Charlie Hebdo : lettre d'un général à un officier musulman

Le général Poncet dénonce, dans une lettre adressée au capitaine Djamel, publiée le 24 janvier, la manipulation qui a suivi les attentats de Paris et ses conséquences. Extrait :

"L’élan émotionnel et spontané a été récupéré pour initier une opération de manipulation des foules qui a engendré ces manifestations de très grande ampleur. Je te rassure, si j’avais été en France, je m’en serais également abstenu. La liberté d’expression n’excuse pas tout et ne justifie en rien le droit à la caricature outrancière que j’assimile à  l’insulte la plus méprisable. D’ailleurs, j’ai un peu de mal à comprendre comment l’on peut emboucher les trompettes du vivre ensemble sans un minimum de respect de l’autre en particulier vis-à-vis de tout ce qui touche à son espace symbolique ou sacré, qu’il soit profane ou religieux. J’ai un peu de mal à comprendre comment on peut brandir l’étendard d’une laïcité dévoyée en insultant l’autre, et tu sais que, chrétien, je suis attaché à une laïcité bien comprise qui rassemble autour de valeurs communes, une laïcité dont la signification doit être repensée. Il faut regarder la réalité en face. La France d’aujourd’hui est faite de communautés. Gageons qu’avoir porté ces caricatures en valeur républicaine et en symbole de liberté, d’avoir voulu leur donner une caution nationale, va nous entraîner à chercher à marier la carpe et le lapin. Je peux plus sérieusement rappeler ce qu’a écrit Albert Camus dans L’Homme révolté: « La liberté absolue raille la justice. La justice absolue nie la liberté. Pour être fécondes, les deux notions doivent trouver l’une dans l’autre leurs limites ». Et toujours dans L’Homme révolté,  il évoque cette limite en se référant aux Grecs et à « Némésis, déesse de la mesure, fatale aux démesurés ». Il s’interdit de transgresser la limite pour rester à « hauteur d’homme ».  C’est cela le respect de l’autre, ce message que Lyautey nous a laissé pour conquérir les cœurs.

J’ajoute enfin que je comprends ton inquiétude pour la suite de nos engagements militaires au Sahel où il va falloir continuer à combattre un ennemi agressif et manœuvrier tout en sachant qu’il va lui être plus facile de trouver le soutien d’une partie importante de la population.  C’est tout un pan de nos opérations d’action psychologique qui vient de s’écrouler. J’espère que nos autorités ne vont pas oublier que la liberté d’expression se décline aussi avec la responsabilité."

Posté le 23 février 2015 à 16h54 par Louise Tudy | Lien permanent

L'agenda des veillées et Sentinelles [mis à jour]

Sentinelles à toute heure, 365 jours par an, place Vendôme à Paris
 
Lundi 23 février 2015
  • Châlons-en-Champagne - Face au Palais de Justice de 18h à 19h30 - Sentinelles
  • La Roche-sur-Yon - place Napoléon de 21h à 22h
Mardi 24 février 2015
  • Beauvais - Place Jeanne Hachette, devant la mairie de 21h à 22h
  • Bourges - 11 rue Jacques Rimbault de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • Limoges - Place d'Aine de 20h30 à 21h30
  • Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • Reims - Place Royale - de 20h à 20h30
  • Rennes - place de la Gare à 21h. Thème : l'accompagnement
  • Saumur - place Bilange de 20h30 à 21h30
Mercredi 25 février 2015
  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • La Tour-du-Pin - Place Antonin Dubost de 20h30 à 22h00
  • Rambouillet - sous-préfecture - 20h30 à 21h30 - sentinelles
  • Metz : 19h : Café-débat "où va la France" au café Jehanne d'Arc - 21h : veillée devant l'hôtel de ville
Jeudi 26 février 2015
  • Annecy - place de la mairie à 21h30
  • Châteauneuf de Galaure - place de la salle des fêtes à 20h30
  • Orléans - Place du Martroi, au pied de Jeanne d'Arc de 20h30 à 21h30.93°. Sous la casquette en face en cas de pluie ou neige
  • Thonon les bains - place de l'hôtel de ville de 20h à 21h : Sentinelles
Vendredi 27 février 2015
  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 18h30 à 19h30 : Sentinelles
  • Le Puy en Velay - Place Cadelade de 18h30 à 19h30
Samedi 28 février 2015
  • Metz - Trompettes de Jéricho : 17h30 prière dans la cathédrale. 18h chants devant l'hôtel de ville
  • Tréguier - Place de la cathédrale à 21h

Dimanche 1er mars 2015

  • Quimper - près de la médiathèque des Ursulines de 21h à 22h

En cas d'erreur ou d'oubli, me contacter par mail : tudylsb@gmail.com

Posté le 23 février 2015 à 11h34 par Louise Tudy | Lien permanent

Christiane Taubira veut bloquer des sites internet sans jugement

Christiane Taubira a affirmé dimanche en clôture des premières assises de la lutte contre la haine sur Internet organisée par l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) sa détermination à doter la France des outils juridiques pour lutter contre le racisme et l'antisémitisme en ligne.

« La difficulté est de trouver les réponses les plus adaptées mais nous sommes décidés à mener une lutte sans merci contre le racisme et l'antisémitisme sur Internet. (...) Il y a en ce moment un processus de travail qui se fait dans le cadre de la préparation du projet de loi sur le numérique et c'est dans ce cadre-là que nous allons trouver les instruments les plus adaptés. »

Elle a rappelé les principales mesures déjà annoncées, dont la possibilité de confier à l'autorité administrative le pouvoir de bloquer des sites, comme cela existe déjà pour les sites pédopornographiques et, depuis novembre, pour l'apologie du terrorisme.

Cette mesure vient d'être critiquée par la commission consultative des droits de l'homme, autorité administrative consultative du gouvernement, pour qui l'intervention d'un juge est nécessaire pour ordonner et contrôler le retrait d'un contenu illicite et le blocage d'un site Internet

Quelle idée d'attendre l'avis d'un juge alors qu'une autorité administrative pourrait décider de bloquer un "site de haine".

Posté le 23 février 2015 à 07h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (23)

22 février 2015

Le 600 près du château de Montségur

Montsegur MPTous (4)

Montsegur MPTous (5)

Posté le 22 février 2015 à 16h19 par Michel Janva | Lien permanent

21 février 2015

Hollande sifflé par les défenseurs du mariage, au salon de l'Agriculture

Selon l'Elysée :

Posté le 21 février 2015 à 17h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)


     Archives > France : Politique en France , Liberté d'expression

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Politique en France , Liberté d'expression