12 décembre 2017

Racisme anti-blanc à la Une de Politico

"Pourquoi Bruxelles est trop blanche" :

0

1

Posté le 12 décembre 2017 à 15h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

240 000 euros ont été dépensés par France Télévisions pour ces logos

La redevance est bien utilisée :

T

Posté le 12 décembre 2017 à 10h59 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

08 décembre 2017

Censure de la mort d'un "enfant à naître"

RTS a modifié le titre d'un article qui laissait entendre que l'enfant à naître est un enfant... et que sa mort aurait pu constituer un homicide (qui n'a pas été retenu). L'adresse URL conserve le premier titre.

24879621_367158120395307_8203028403702866488_o

Posté le 8 décembre 2017 à 08h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

05 décembre 2017

Syrie: le mur de la désinformation se lésarde

... et les incendiaires jouent aux pompiers.

Il y a quelques semaines, la BBC publiait un reportage détaillé sur les tractations secrètes ayant abouti à l'évacuation sous protection "coalisée" de nombreux combattants de l'État islamique de la ville de Raqqa, en Syrie, lors des combats menés par les Kurdes et la coalition étatsunienne pour reprendre la ville.

Aujourd'hui, la BBC jette le doute sur la pertinence d'avoir financé jusqu'à aujourd'hui la "free syrian police" qui ne serait pas si fréquentable que ça.

La perfide Albion, maîtresse en diffusion de chaos et en modelage des opinions publiques dans le sens de ses intérêts, serait-elle en train de faire marche arrière au sujet de la Syrie ? À suivre.

Pendant ce temps-là, tout de même les partisans de la libre information téléguidée font de la résistance. Ainsi Reporters sans frontière a tenté de faire annuler une conférence organisée par le club suisse de la presse, avec la participation de Vanessa Beeley, journaliste anglo-saxonne qui avait révélé les liens entre l'ONG "Casques Blancs", et les djihadistes en Syrie. L'organisateur a tenu bon, et commenté cette tentative de censure.

Nous vous proposons l'intégralité de cette conférence.

 

Posté le 5 décembre 2017 à 08h05 par Paula Corbulon | Lien permanent

30 novembre 2017

Violences de Bertrand Cantat : On attend la réaction des Inrockuptibles

IL'un des membres de Noir Desir a témoigné anonymement dans le Point dénonçant l'omerta autour du musicien:

«Kristina m'a vu et elle m'a demandé, à moi et à tous les autres membres du groupe, de cacher ce que l'on savait. Elle ne voulait pas que ses enfants sachent que leur père était un homme violent. Je savais qu'il avait frappé la femme avec qui il était avant Kristina. Je savais qu'il avait tenté d'étrangler sa petite amie, en 1989. Je savais qu'il avait frappé Kristina. Mais, ce jour-là, nous avons tous décidé de mentir. Nous étions tous sous son emprise. Et nous pensions qu'il se soignerait.»

Un journaliste confirme :

«Beaucoup de gens dans le milieu bordelais savaient que Kristina avait été battue avant l'affaire Vilnius, mais ils se sont tus.»

À sa sortie de prison, seulement trois ans et demi plus tard, il s'installe avec sa femme et leurs deux enfants dans une «relation libre». Il continue de se montrer menaçant envers elle, après avoir appris qu'elle voyait un autre homme, François Saubadu. Elle quitte Bertrand Cantat mais revient presque aussitôt vers lui, comme aimantée.

Il y a quelques semaines, le magazine libertaire Les Inrockuptibles avait consacré un numéro au chanteur. Suite à l'afflux de réactions, la rédaction avait ensuite justifié :

"[...] Des questions qui se posent naturellement aujourd’hui furent déjà soulevées. Cantat avait-t-il le droit, après avoir tué Marie Trintignant de ses poings, à une vie publique ? Comment dissocier l’homme de l’artiste, et faut-il le faire ? En tant que journalistes, nous sommes là pour poser ces questions. Et la question que soulevait notre article consacré à Bertrand Cantat est : pourquoi et comment faire de la musique quand on a tué une femme ? Une question bien trop vertigineuse pour appeler une seule et même réponse. Une question qui, pour certains, ne mérite même pas d’être posée, qui pour d’autres suscite encore des interrogations. Le débat qui suit d’ailleurs la publication de notre interview est là pour le rappeler : rien n’est si simplement simple, rien n’est si simplement compliqué. Ce débat a largement dépassé Les Inrockuptibles. Il est désormais repris par les médias, et notamment au travers de la question de la réinsertion. Des représentants de l’Etat se sont exprimés, des citoyens, des juges aussi, dont celui qui a décidé de la libération de Bertrand Cantat."

Les journalistes des Inrockuptibles faisaient-ils partie de ceux qui savaient que Bertrand Cantat est resté un homme violent envers les femmes ?

Posté le 30 novembre 2017 à 15h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

29 novembre 2017

Crise d'Altice : combien de médias à vendre ?

De Francis Bergeron dans Présent :

Images"Le patron d’Altice, groupe mondial actuellement en perdition, vient d’annoncer qu’il allait se désengager de certains de ses actifs. [...] Le groupe a commis plusieurs erreurs stratégiques, comme le rachat de SFR pour 17 milliards, en 2014. Il traîne désormais SFR comme un boulet. En 2014 et 2015, Drahi a également racheté une série de médias, en pensant sans doute éviter ainsi les critiques de sa gestion : BFM, RMC, Libération, L’Express Dans un premier temps, le calcul a été payant. Mais aujourd’hui, même si ces médias restent discrets sur les malheurs de l’empire Drahi, les autres ne se gênent pas pour critiquer.

Et se pose à présent la question de la vente d’actifs structurellement déficitaires, comme le quotidien d’extrême gauche Libération. Sans le soutien de Drahi, Libération s’effondrerait sans doute, tel un soufflet raté, car le journal est désormais fui par ses lecteurs, et sa notoriété est artificiellement maintenue par le copinage dans le monde politique et médiatique. Comme L’Humanité, Libération est considéré comme un symbole, une pièce du patrimoine de la mémoire de gauche. Mais le quotidien, repris par le groupe Altice de Drahi malgré ses 14 millions de dette (ce qui a nécessité une recapitalisation à hauteur de 18 millions d’euros) ne présente aucune perspective de rebond éditorial ou en termes financiers. Son positionnement : au plan économique, libéral, pro-européen et mondialiste, par la force des choses, et libertaire et gauchiste sur les questions sociétales et sociales, très à gauche et militant dans le domaine strictement politique, désoriente une partie de ses lecteurs. Et la fusion opérationnelle avec l’hebdomadaire de centre-gauche L’Express n’a pas arrangé les choses. [...]"

Posté le 29 novembre 2017 à 11h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

27 novembre 2017

Donald Trump veut sa cérémonie des Bobards d'or

16114937_374320979596439_7343755274990069059_n-1-640x480Lors de la dernière cérémonie des Bobards d'or à Paris, un membre de Breitbart était dans l'assistance. La cérémonie a du lui plaire car, dans un article, Breitbart annonce que Donald Trump veut créer sur le même modèle une "Fake news award", propos confirmé par le président dans un tweet :

Posté le 27 novembre 2017 à 19h47 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

24 novembre 2017

Succès de la conférence de Jean-Yves Le Gallou à Angers

Unknown-18Succès de la conférence de Jean-Yves Le Gallou à Angers malgré la manifestation d'extrême gauche et malgré les barrages de police dissuadant des auditeurs.

Unknown-19Jean-Yves Le Gallou analyse le mécanisme de la tyrannie médiatique.

Il prend en démonstration la manière dont Ouest France et le courrier de l'Ouest, journaux largement subventionnés, ont desinformé, et ne manqueront pas de désinformer sur la conférence...

Posté le 24 novembre 2017 à 22h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

Emeutes de Mantes la Jolie, cachez ces no go zones !

Posté le 24 novembre 2017 à 22h07 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

Souad Ayada a du pain sur la planche

Plutôt que de défendre l'écriture inclusive, Le Monde ferait mieux d'écrire en français :

"Souad Ayada nommé" au lieu de "Souad Ayada nommée". Pourtant le journaliste sait qu'il s'agit d'une femme, puisque que l'article précise qu'il s'agit d'une inspectrice".

Y

Posté le 24 novembre 2017 à 11h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

23 novembre 2017

Raphaël Enthoven fait son mea culpa : "Tout procès d’intention condamne, à l’avance, l’accusateur lui-même"

Mardi, Raphaël Enthoven affirmait que la nouvelle traudction du "Notre Père" était islamophobe, car le mot "soumettre" était enlevé.

Aujourd'hui il a fait son "mea culpa" : "Tout procès d’intention condamne, à l’avance, l’accusateur lui-même". Il a précisé que son accusation gratuite était invérifiable. Le débat sur cette formule date tout de même de plusieurs dizaines d'années.

En 1969, l’abbé Jean Carmignac publia sa thèse « Recherches sur le Notre Père », qui reste une référence majeure. Lors qu’il tente de s’opposer à certains points de la traduction du nouveau lectionnaire français, son analyse de la sixième demande du Pater sera la première à faire suspecter un caractère blasphématoire dans la traduction œcuménique de 1966. Les évêques français, plutôt que de céder à l’idée de l’abbé Carmignac, car cette idée a été reprise par le mouvement traditionaliste, se sont appuyés sur le travail de l’exégète Jean Delorme, qui cherchait un consensus, pour réconcilier tout le monde. « Ne nous laisse pas entrer en tentation. » n’est ni impératif (« ne nous introduis pas ») ni permissif («ne permets pas… »). Et cette formule laisse entière la possibilité de l’interprétation traditionnelle : « ne nous laissez pas succomber à la tentation. ».

Posté le 23 novembre 2017 à 12h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (20)

21 novembre 2017

Raphaël Enthoven est un champion du monde [Addendum : il s'enfonce]

Pour Raphaël Enthoven (Europe 1), la nouvelle traduction du Notre Père... est islamophobe. Selon lui si on enlève "ne nous soumet pas", c'est pour enlever au texte l'idée de soumission. Or, Islam signifie "soumission". Donc, enlever le mot "soumettre", signifie : "Nous ne sommes pas comme les musulmans !" Il finit sa "démonstration" par : "Ce qui se joue la, sournoisement, contre l'Islam, crève les tympans quand on tend l'oreille."

Europe1, en revanche, ne crève plus les tympans des auditeurs. Cette radio a fait sa "pire rentrée" en septembre.

Addendum : Interpellé par l'abbé Grosjean sur Twitter, le comique-philosophe a décidé de s'enfoncer :

Capture d’écran 2017-11-21 à 19.19.49 Capture d’écran 2017-11-21 à 19.20.29

Posté le 21 novembre 2017 à 12h16 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (64)

16 novembre 2017

Il y a de la friture sur les ondes entre les dirigeants de l’audiovisuel public

Lu dans Présent :

Unknown-6"[...] Selon un rapport confidentiel du ministère de la Culture (rapport qui a « fuité » dans la presse), des mesures d’économie drastiques seraient envisagées – mais pas confirmées – dans le monde de l’audiovisuel public, dont les entreprises emploient quelque 17 000 salariés, pour un budget total de 3,8 milliards d’euros d’argent public distribué à tout va.

Ainsi, après avoir imposé un serrage de ceinture avec près de 80 millions d’euros de coupes budgétaires pour 2018 à France Télévision (Arte, Radio France, France 24…), le gouvernement – qui a déjà annoncé pour 2018 une réforme du mode de désignation des patrons de l’audiovisuel public – envisagerait quelques mesures chocs tendance mise au régime sec.

Parmi les mesures évoquées : fermeture de France Ô, basculement sur internet de la radio Le Mouv’ et de France 4, « rapprochement » des réseaux régionaux de France 3 et France Bleu, « reconfiguration » des deux orchestres de Radio France, « regroupement des sociétés au sein d’une holding ». Le tout accompagné de départs non volontaires. D’où une soupe à la grimace chez les chaînes de télévision et radios concernées qui, sur l’air bien connu du « on ne touche pas aux privilèges », dénoncent une compilation de mesures sous le tapis depuis une décennie. Mesures jugées impossibles à mettre en pratique : « Fermer la chaîne des outre-mer [France Ô] après la grève générale en Guyane, c’est compliqué politiquement », assure-t-on au sein des sociétés de l’audiovisuel concernées.

Quant à la création d’une « BBC à la française », avec un seul patron pour la télé et la radio, cela fait doucement sourire, certes un peu jaune, les patrons de ces entreprises régies par des conventions collectives différentes. Lesquels dirigeants de l’audiovisuel public – Delphine Emotte (France Télévision), Mathieu Gallet (Radio France), Marie-Christine Saragosse (France Médias Monde), Véronique Cayla (Arte), Laurent Vallet (INA) – ont adressé une lettre au gouvernement avec un rappel de ses missions et des pistes d’économies concrètes. [...]"

Posté le 16 novembre 2017 à 10h49 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

15 novembre 2017

E. Ménard : "Faisons le pari du talent des journalistes : supprimons les aides publiques à la presse"

Posté le 15 novembre 2017 à 23h42 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

Comprendre Nicolas Hénin

Nicolas Hénin est un journaliste français de presse écrite, radio et télévision, consultant pour plusieurs administrations et médias, dont BFM TV. Enlevé le 22 juin 2013 et retenu otage en Syrie, il est libéré avec trois autres otages français, le 18 avril 2014.

Il vient d'écrire un ouvrage intitulé Comprendre le terrorisme. Il semble important d'informer le grand public des idées et des a priori du spécialiste terrorisme de BFMTV. Extrais choisis :

9782213705477-001-T« Au terrorisme indépendantiste, les Français répondent par une grande violence, avec des arrestations massives, de la torture, des exécutions et le siège de la Casbah d’Alger. Les Algériens se retrouvèrent face au dilemme de choisir quel type de terrorisme ils préféraient ». p. 29. Les Algériens ont surtout été abandonnés par la France, et forcés de se rallier au FLN par la terreur que celui-ci pratiqua.

« Plus récemment, les attentats du 22 juillet 2011, à Oslo et sur l’île d’Utøya (Norvège, 77 morts) par Anders Behring Breivik s’inscrivent dans la même lignée d’extrême-droite se revendiquant du christianisme ». Rappelons que Breivik était franc-maçon.

« D’autant que l’idée même de radicalisation est hautement culturelle et qu’un Saoudien très moyen, téléporté dans un village français alarmerait probablement son voisinage. Et en retour, beaucoup de Saoudiens considèrent que la vision française de la laïcité est « extrémiste » ou « radicale ». p.60.

« D’autre part, il faut rappeler l’importance de l’émotion dans ce processus. Beaucoup de djihadistes partis en Syrie l’ont fait sur un coup de tête ». p.82.

« Comme l’a montré Marc Sageman, la radicalisation est affaire de réseaux sociaux. »p.90. Mais pas de mosquée...

Pour combattre les radicalisés :

« Des révolutions éclatent, en l’espace de quelques mois, en Tunisie, en Egypte, en Libye, au Yémen et en Syrie. Les djihadistes n’ont joué aucun rôle dans le déclenchement de ces révolutions. […] Le coup d’Etat d’Abdel Fattah al-Sissi a mis un terme à l’expérience démocratique égyptienne ». p.150-1. L'expérience démocratique égyptienne était celle des Frères Musulmans...

Parlant de l’EI.

Unknown-5« En Occident, il joue sur les discours islamophobes qu’il cherche à développer de façon à rendre invivable l’environnement pour les musulmans et les pousser soit à une action violente sur place, soit à émigrer en terre d’islam. » p.153-4. 

« Pourquoi pas un pacte par lequel tous les médias s’engagent à ne mentionner les tueurs que par des initiales, à ne pas publier leurs photos, à ne pas donner les détails biographiques qui permettent de les identifier ». p.160.

« Dans le cas du djihadisme, une dialectique s’installe entre les partisans des terroristes et les xénophobes et islamophobes, qui concourt à réduire la zone grise. »p.244.

Posté le 15 novembre 2017 à 09h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

14 novembre 2017

Et en URSS le taux de chômage était de 0%...

Incroyable tweet de Challenges, digne de son confrère la Pravda :

En France c'est vrai que c'est bien mieux : 2 chefs d'entreprise se suicident chaque jour et 63000 entreprises ferment chaque année.

Posté le 14 novembre 2017 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

13 novembre 2017

La Commission européenne crée un groupe d'experts de haut niveau contre les... fausses nouvelles

FLa Commission a lancé aujourd'hui une consultation publique sur les fausses nouvelles et la désinformation en ligne et a créé un groupe d'experts de haut niveau représentant les milieux universitaires, les plateformes en ligne, les médias d'information et les organisations de la société civile.

Les travaux du groupe d'experts de haut niveau et les résultats de la consultation publique contribueront à l'élaboration d'une stratégie de l'UE destinée à lutter contre la diffusion de fausses nouvelles, qui sera présentée au printemps 2018.

Le premier vice-président de la Commission, M. Frans Timmermans, a déclaré à cette occasion:

«La liberté de recevoir et de transmettre des informations ainsi que le pluralisme des médias sont consacrés dans la Charte des droits fondamentaux de l'UE. Or nous vivons à une époque où le flot d'informations et la désinformation nous submergent presque. C'est pourquoi nous devons donner à nos concitoyens les moyens d'identifier les fausses nouvelles, de pouvoir croire ce qu'ils lisent en ligne et de gérer les informations qu'ils reçoivent.» 

M. Andrus Ansip, vice-président pour le marché unique numérique, s'est quant à lui exprimé en ces termes:

«Nous devons trouver un équilibre entre la liberté d'expression, le pluralisme des médias et le droit des citoyens à des informations diverses et fiables. Tous les acteurs concernés, comme les plateformes en ligne ou les médias d'information, devraient contribuer à la solution.»

Mme Mariya Gabriel, commissaire chargée de l'économie et de la société numériques, a déclaré:

«Ce qui est au cœur de mon action, c'est la défense du droit des citoyens à une information de qualité, qui est fondamentale pour nos démocraties. Je veux engager un débat ouvert et général sur les fausses nouvelles, pour m'attaquer à ce phénomène complexe et surmonter les défis qui nous attendent.»

Le pluralisme des médias français laisse gravement à désirer, notamment concernant les chaînes de télévision. Quant à la désinformation, elle est quotidienne au sein des médias subventionnés. Si la Commission européenne voulait se rendre utile plutôt que de créer une nouvelle commission, elle demanderait la fin des subventions étatiques à la presse. Car qui tient l'argent tient l'info.

Posté le 13 novembre 2017 à 13h38 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

Fake new sur Marion Maréchal Le Pen

Unknown-2Selon le JDD dimanche 12 novembre, Marion Maréchal-Le Pen va intégrer le groupe Eduniversal, spécialisé dans l’orientation des étudiants. L'intéressée rectifie auprès de Valeurs actuelles :

“Suite à l'article du JDD paru ce jour, je démens avoir été "recrutée" par l'entreprise Eduniversal. Je ne suis aucunement en charge  de la mise en place "d'un nouvel étage de la société Eduniversal". Je suis actuellement associée à la création et au développement d'une école dont l'initiative revient au futur PDG qui n'a aucun lien avec Eduniversal. J'ai en effet rencontré M. Martial Guiette, président d'Eduniversal, dans l'unique but de discuter d'une éventuelle convention de consulting marketing dans le cadre du lancement de cette école. En effet, Eduniversal est une société réputée pour le consulting de ce type et a de nombreux clients parmi les grandes écoles françaises. A ce jour d'ailleurs aucune convention n'a été signée.”

Cela étant, rattraper le manque de culture générale des étudiants est certainement un marché porteur !

Posté le 13 novembre 2017 à 08h13 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

12 novembre 2017

Gauche tarée : l'agence Zenit s'y met

Ce n'est pas une blague :

Capture d’écran 2017-11-12 à 19.54.48

Posté le 12 novembre 2017 à 19h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

Curé enragé : Manipulation des masses chapitre II

Posté le 12 novembre 2017 à 16h24 par Michel Janva | Lien permanent

10 novembre 2017

IMédia : jeuxvideo.com, mega troll ou catharsis ?

Après l’insulte, la censure, le site jeux vidéos.com victime de l’acharnement des journalistes pour avoir osé s’attaquer à la journaliste Nadia Daam. C’est tout une caste qui défend son pré-carré : le pouvoir de dénigrer sans en payer les conséquences.

Posté le 10 novembre 2017 à 19h16 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

Manifestation contre une prière musulmane dans la rue : la presse dénonce... les élus

Entre Le Parisien et Le Lab c'est un festival :

Capture d’écran 2017-11-10 à 17.35.45

Capture d’écran 2017-11-10 à 17.36.38 Capture d’écran 2017-11-10 à 17.41.50A Clichy aujourd'hui, des élus ont manifesté et chanté la Marseillaise devant la prière de rue organisée par des musulmans. 3 conseillers régionaux d'Ile de France du FN se sont associés à cette manifestation menée notamment par Valérie Pécresse (LR) et Rémy Muzeau Maire de Clichy La Garenne.

Posté le 10 novembre 2017 à 17h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (22)

08 novembre 2017

Journalistes de droite, comptez-vous

Lu dans Minute :

J

Posté le 8 novembre 2017 à 08h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

06 novembre 2017

24 novembre : conférence de Jean-Yves Le Gallou à Angers

Image005Le Cercle Anjou Conférences vous invite à la prochaine conférence / Débat avec Jean-Yves Le Gallou le 24 novembre 2017 à Angers, 20h salle Paul Bert (12, rue d’ASSAS à Angers) : sur le thème “La Tyranie Médiatique”

L’intervenant : Jean Yves Le Gallou, ENA,ancien député européen, président de la Fondation Polémia, animateur de l'émission i média sur TVLibertes.

L’entrée des conférences est libre, L’auteur dédicacera ses ouvrages

Nov 2017

Posté le 6 novembre 2017 à 16h58 par Michel Janva | Lien permanent

Rétention d'information : "un homme politique" accusé

Remarquable titre d'Europe 1 :

Capture d’écran 2017-11-05 à 17.44.15S'il avait été d'"extrême droite", nous l'aurions appris dès le titre... Il faut lire l'article jusqu'à la fin pour savoir qu'il s'agit de Peter Pilz, un vieux routier de la politique autrichienne, l'un des co-fondateurs des Verts, en 1986.

Alors les médias, cela vous dérange maintenant de pointer les détraqués sexuels ?

Posté le 6 novembre 2017 à 08h43 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

02 novembre 2017

Pour contredire la Manif Pour Tous, France Info fait appel à des militants de la GPA

GDans un article publié aujourd'hui, France Info annonce passer au crible les arguments des anti-PMA pour toutes. Pour ce crible, France Info fait appel à

Et ces deux-là décryptent les différents arguments opposés à la PMA : instauration du droit à l'enfant, fin du père, enfant-OGM, course à la GPA...

Mais ce que France Info ne précise pas, et c'est La Manif Pour Tous qui le rappelle, c'est que ces deux personnages sont des militants actifs de la GPA... Dominique Mehl et Geneviève Delaisi de Parseval appartiennent au comité de soutien pour légaliser la GPA.

H

Posté le 2 novembre 2017 à 11h36 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

30 octobre 2017

La chute du parti démocrate entrainera-t-elle celle de la presse gauchiste ?

Capture d’écran 2017-10-30 à 20.31.21Charles Gave évoque deux affaires qui ont « explosé » aux USA et dont les conséquences ultimes pourraient être gigantesques et entrainer dans la tourmente non seulement les Clinton mais aussi une bonne partie de l’administration du Président Obama, lui compris. A ce jour, il n'y a eu aucune mention de ces nouveaux développements dans la presse française. Notre presse est en dessous de tout lorsqu'il s'agit d'évoquer l'actualité politique américaine, à l'image de cet article de France Info sur le doigt d'honneur d'un cycliste doublé par la voiture de Trump... Le Monde les évoque très brièvement. Voici ce qu'écrit Charles Gave :

"Chacun se souvient que quelques semaines avant l’élection US, un « dossier » complètement  ignominieux était sorti sur les relations qu’aurait eu le Donald avec des prostituées à Moscou, ce qui aurait pu rendre le Président Américain extrêmement vulnérable à des chantages menés par le gouvernement Russe. Ce dossier aurait été remis par nul autre que l’ex ambassadeur de Grande-Bretagne à Moscou au sénateur Mc Cain, Républicain, candidat à la Présidence huit ans plus tôt contre le jeune Obama, grand supporter depuis toujours des interventions militaires US un peu partout et ennemi juré de Donald Trump. Mc Cain l’aurait remis alors à James Comey patron du FBI à l’époque et ne s’en serait plus préoccupé (?). James Comey l’aurait montré au Président Obama et à monsieur Trump et presque immédiatement ce gros tas d’ordures aurait « fuité » dans la presse sans que quiconque comprenne comment, ce qui était bien sur très regrettable mais la presse ne faisait que son métier. Ça c’est l’histoire officielle.

La réalité que nous avons apprise cette semaine est quelque peu différente. Le dossier a en fait été rédigé par un certain Christopher Steele qui n’est pas n’importe qui. Sorti de Cambridge, recruté par le MI6 les services secrets britanniques, socialiste convaincu, il fût en poste à Moscou pendant des années avant de devenir le chef du bureau « Russie » au MI6. Ayant quitté le MI6, il fonda sa propre agence de renseignement « privé » et « quelqu’un » lui demanda de créer un dossier à charge sur le Donald pour  » prouver » que Trump était vendu aux Russes. Et la plupart des faits à charge dans ce dossier venait à l’évidence de sources proches des services secrets russes.

Et qui est ce « quelqu’un » qui fit cette demande et qui paya la note ? Je vous le donne en mille… Hillary Clinton et les instances centrales du parti Démocrate aux USA ont payé le travail fait par monsieur Steele en passant par l’intermédiaire d’une firme d’avocats qui se chargea ensuite de le diffuser dans les media. Passer par une firme d’avocats est en fait une façon de tourner la loi qui interdit à un candidat de se servir d’étrangers pour intervenir dans une campagne électorale aux USA. Madame Clinton est en fait une spécialiste de ce genre de manœuvres tordues. En 1992, elle avait payé une autre firme d’avocats pour sortir des horreurs sur un certain nombre de femmes qui avaient accusé Bill Clinton de viols, le but étant de les déconsidérer publiquement, ce qui fût fait. [...]

Mais le plus gaulois est qu’ayant reçu le dossier des mains de Mc Cain, le chef du FBI, monsieur Comey, celui la même que Trump a viré il y a quelques mois, se crut obligé de payer $ 50000 de plus à monsieur Steele pour qu’il continue ses recherches alors même que Trump avait déjà été élu et qu’il suffisait de regarder le dossier pendant cinq minutes pour savoir qu’il était faux. Voila qui met en cause soit la compétence de monsieur Comey, soit son impartialité et qui rappelle les pires méthodes de J Edgar Hoover consistant à accumuler des dossiers compromettants sur les élus pour ne jamais être virés du FBI.

L’ennui est que faire intervenir des non américains pour influencer le cours des choses en politique aux USA est un crime fédéral passible de trente ans de prison. Si tout ce que je viens de dire était prouvé, toute l’ancienne direction du parti démocrate avec Hillary en tête et monsieur Comey juste derrière pourrait se retrouver en tôle, ce qui serait la meilleure chose qui pourrait arriver aux Etats-Unis."

Seconde affaire :

Unknown-22"Une société Canadienne, contrôlée officiellement par un autre ami des Clinton, a réussi en 2009 à prendre le contrôle d’environ 20 % des mines d’uranium situées aux USA et cela après que toutes les autorisations aient été données par le comité spécial chargé de statuer sur les ventes d’actif stratégiques américains à des non américains. Dans ce comité siègent le représentant du ministère de la Justice, voir le ministre lui-même, un représentant du ministère des affaires étrangères ou le ministre, un représentant de la Maison Blanche, des nombreux experts et tout ce beau monde suit les recommandations du FBI présentées au conseil par son chef, qui était alors Mueller, aujourd’hui le juge d’instruction  «spécial» désigné par le Ministère de la Justice pour enquêter sur les liens que le Président Trump pourrait avoir eu avec la Russie.

On le voit, que du beau monde et tout a dû se passer dans les règles, sans aucun doute. Euh… En fait

Tout cela ne fait que commencer. L’effondrement à venir du parti démocrate est en train d’entrainer un effondrement parallèle de la presse et des media bien pensants ainsi que du magistère moral exercé par les soit disant intellectuels car tous ces gens là savaient.

Posté le 30 octobre 2017 à 20h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

25 octobre 2017

Pas d'argent public pour la presse, laissons-là face au verdict de ses lecteurs

Posté le 25 octobre 2017 à 08h36 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

24 octobre 2017

C’est bien, d’être de gauche. On peut mettre ses neurones sur off

De Gabrielle Cluzel sur Boulevard Voltaire :

"Ça doit être sympa, d’être de gauche. D’être du côté des gentils, des bons, du bien, de ceux qui ont toujours raison.

Christine Boutin vient de se retirer de la politique. Beaucoup de remerciements, bien sûr, mais il faut lire, aussi, les injures que cette annonce suscite. Il faut voir les seaux d’immondices que des anonymes, bien planqués derrière les volets occultants des réseaux sociaux, lui déversent sur la tête. Comme à chacune de ses interventions, d’ailleurs. Et elle, stoïque, ne répond rien. Peu ou prou comme Ludovine de La Rochère, et avec le même flegme, elle subit quotidiennement les flèches hargneuses, graveleuses, misogynes, ordurières, insultantes… de ceux-là qui arborent, deux tweets plus bas, le plus sérieusement du monde, le hashtag #BalanceTonPorc. Si Christine Boutin devait balancer tous les porcs qu’elle a, malgré elle, côtoyés, il ne suffirait pas d’une journée.

C’est chouette, d’être de gauche. On peut être schizophrène, de la plus grossière mauvaise foi… et se sentir dans son bon droit.

On dénonce, donc, le harcèlement sexuel, avec des airs douloureux de rosière outragée, mais – on ironise – « faut-il que vous ayez le front bas et l’esprit puritain ! » – on s’indigne avec effroi – « Goebbels, va ! » – si vous suggérez qu’on pourrait commencer par balancer (à la poubelle ou, en tout cas, hors de l’espace public) ces « œuvres d’art » autoproclamées imposant au passant un regard aussi poétique sur la femme et la sexualité que le « vagin de la reine », le plug anal ou, récemment, devant Beaubourg, « Domestikator » (sic).

C’est bien, d’être de gauche. On peut mettre ses neurones sur off, son cerveau en vacances, déserter toute réflexion critique en laissant simplement une alarme qui détecte les effractions dans la maison pensée unique : elle fonctionne avec quelques mots clés, s’appelle réductio ad hitlerum (ou, variante, ad FNum, ad LMPTum, ad SensCommunum) et, quand elle couine, fait un boucan de tous les diables. Aucune chance que le brigand téméraire – suicidaire ? – tente une nouvelle incursion.

Af-570x300C’est commode, d’être de gauche, parce qu’on fait sa propre loi. Robin de La Roche l’évoquait, hier, avec l’éloquence qu’on lui connaît : on peut publier, à l’instar d’Europe 1 sur l’Action française, les plus grossières Fake News – imaginons, mutatis mutandis, un fiché S soupçonné de passer à l’action qui aurait un court moment fréquenté telle mosquée, puis l’aurait quittée ne la trouvant pas assez « radicalisée »… que dirait-on du journal qui oserait titrer : « Enquête sur cette mosquée islamiste qui fomentait un attentat » ? – et continuer à plastronner sans complexe, auréolé du Décodex.

Ça fait rêver, d’être de gauche. Ou pas. Le joker permanent qu’est l’anathème est mère de l’indigence intellectuelle la plus crasse. Plus besoin de réfléchir, de justifier, de traquer in petto ses propres incohérences avant de s’exprimer, puisqu’on ne démontre plus : on assène. On tient les autres licou serré, mais on se laisse aller, pour soi, avec paresse – qui jugerait les juges ? – à la pensée relâchée.

Leur tyrannie intellectuelle aura eu cet effet purificateur de forcer le camp qu’ils exècrent à l’exigence, l’honnêteté, la rigueur, car observé, surveillé, matraqué, celui-ci n’a pas le droit à l’erreur. Et c’est sans doute le meilleur service qu’ils lui auront, involontairement, rendu."

Posté le 24 octobre 2017 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

L'Action française va poursuivre Europe 1 pour diffamation

Nos journalistes sont habituellement des professionnels du pas d'amalgame. Lorsqu'un terroriste musulman égorge une jeune fille, ils ne vont pas accuser toutes les mosquées qu'il a pu brièvement fréquenter pour en faire des foyers de terrorisme. Parce que ce ne serait pas bien. Pas gentil.

En revanche, si un déséquilibré (qui ne sera pas qualifié ainsi, c'est une maladie exclusivement musulmane...) de droite envisage un instant de commencer à penser à une éventuel attentat (contre Mélenchon ou Castaner par exemple), alors tous les lieux qu'il a pu fréquenter sont suspects. 

C'est ainsi que, tranquillement, Europe 1 a accusé l'Action Française de terrorisme :

Capture d’écran 2017-10-24 à 07.44.11Et Jean-Luc Mélenchon a demandé tout simplement la dissolution de l'Action française. Souvenez-vous en pour, au prochain égorgement, demander la dissolution de l'islam en France...

Sur L'Incorrect, François Marcilhac dénonce :

"[...] Manifestement, la déontologie journalistique n’étouffe ni Céline Kallmann ni Nathalie Chevance. Profitant de l’arrestation, mardi 17 octobre, de quelques pieds-nickelés réputés d’ultra-droite à la suite de celle de Logan Nisin, en juin dernier, qui, en errance idéologique, et après de multiples autres tentatives de militantisme politique, avait eu l’idée malencontreuse de fréquenter les royalistes de l’AF Provence, où, pour reprendre les mots de l’article d’Elise Vincent, paru le 18 octobre dans Le Monde, il « trouve refuge » pour quelques mois, elles se sont livrées à un exercice particulièrement nauséabond de désinformation, quand leur consœur du Monde — mais font-elles vraiment le même métier ? —, elle, a enquêté. 

Le reportage de Nathalie Chevance, censé reposer sur des témoignages de « riverains » — qui n’oseraient pas les présenter sous serment devant un tribunal —, est à ce point mensonger qu’il en deviendrait risible s’il n’oubliait pas l’essentiel : à savoir que ce sont nos militants qui, à Marseille, mais aussi à Lyon ou à Paris, partout où l’AF progresse de façon visible, se font régulièrement agresser. A Marseille, notamment, pour leur simple présence rue Navarin, et par des « antifas » dont le seul moyen d’expression, voire la seule raison d’être, est l’action violente. Jusqu’à l’explosion, cet été, d’une bombe artisanale devant nos locaux, qui aurait pu tuer. Mais à la matinale d’Europe 1, on a sans doute les oreilles trop mélomanes pour en avoir entendu le bruit.

Maurras disait mettre « la violence au service de la raison ». C’est pourquoi, en plus d’un siècle d’existence, l’Action française se flatte de n’avoir aucun mort sur la conscience. La violence pour la violence, le terrorisme n’ont jamais pas partie de son ADN. On ne peut pas en dire autant de ses adversaires politiques qui, eux, n’hésitèrent pas, à de nombreuses reprises, à faire couler le sang des camelots du Roi et des ligueurs d’AF. Et pourtant, celle-ci s’interdit toujours de les venger. Comment prendrait-elle l’initiative, alors même que tuer des compatriotes est insupportable aux yeux de ceux qui définissent la nation comme une amitié ? Comme le rappela un jour Pierre Boutang, le successeur de Maurras : « La haine n’est pas notre fait, à nous, gens de village et de paroisse ; la sagesse ancienne qui veut qu’on ne haïsse jamais qu’en sachant que l’homme haï pourra demain être un ami, nous l’avons dans notre héritage. En l’amitié, nous voyons même le moteur quasi divin de notre nationalisme, et l’image terrestre des hommes réunis en la cité de Dieu. »"

François Bel-Ker, secrétaire général de l’Action française, annonce au micro de Boulevard Voltaire que des avocats vont entamer une procédure contre plusieurs médias, et contre Europe 1 en particulier.

Posté le 24 octobre 2017 à 07h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

23 octobre 2017

Ouest-France journal militant

D'après mes informations, recoupées et vérifiées, Nicolas Dupont-Aignan n'a glissé ni sur une plaque de verglas ni sur une flaque d'huile. Alors ?

O

Posté le 23 octobre 2017 à 17h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

La consanguinité intellectuelle des humoristes de France Inter

Invitée dans l'émission de Thierry Ardisson, Elisabeth Lévy a critiqué les humoristes de France Inter. Ils

“rient tous en chœur des mêmes choses, contre les mêmes personnes”. “Ils croient être les bouffons mais c'est eux qui sont les puissants !” “Ils pensent tous pareil ! 'Et je tape sur la Manif' pour tous un jour et je tape sur la droite le lendemain et le troisième jour je dis à quel point c'est mal de voter Front National, comme c'est rebelle !”“Mais personne n'en a jamais marre de cet espèce de ronron tiède ?”

Elle critique la “consanguinité intellectuelle” de ces défenseurs de la "diversité"...

Posté le 23 octobre 2017 à 12h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

22 octobre 2017

Eric Brunet explique avoir dû mentir sur ses idées pour pouvoir faire ses études de journalisme

Posté le 22 octobre 2017 à 20h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

21 octobre 2017

Ultra droite : la menace d’attentat qui fait pschiiiit

Une émission de TV Libertés présentée par Jean-Yves Le Gallou et Hervé Grandchamp.

Posté le 21 octobre 2017 à 15h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

20 octobre 2017

L'AFP et 20 minutes condamnés pour diffamation envers le FN

Ne croyez pas les Fakes news colportées par ces médias :

"L'AFP a été condamnée pour une dépêche datée du 5 avril 2016 [en pleine campagne électorale, NDMJ] et titrée «Panama Papers : la liste des pratiques fiscales opaques s'allonge, le FN et la Société générale épinglés». Cette dépêche reprenait des informations publiées par le journal Le Monde, qui s'était procuré, dans le cadre d'un groupe de journalistes d'investigation, des documents provenant du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca mettant en cause des membres de l'entourage de Marine Le Pen, la présidente du parti. Le tribunal correctionnel de Paris relève que si l'article «fait état de l'implication de membres du "premier cercle des fidèles de la présidente du Front national"», il n'évoque ni ne suggère aucune implication du FN. En utilisant le terme «épinglé», l'AFP a donc, pour la justice, «excédé les limites qu'impose le devoir de prudence dans l'expression».

De son côté, le quotidien 20 minutes était attaqué pour le sous-titre d'un article du 5 avril 2016 portant sur le même scandale des Panama Papers et indiquant «Fraude : le système dénoncé aurait été utilisé par le FN pour sortir de l'argent de France au moyen de sociétés écrans et de fausses factures». Le tribunal a relevé que l'emploi du mot «fraude», alors que l'article lui-même ne donnait «aucun élément de nature à caractériser l'utilisation d'un système offshore par le FN», était diffamatoire."

Posté le 20 octobre 2017 à 14h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

Succès de SOS Chrétiens d'Orient Béziers

SOS Chrétiens d'Orient diffusait un son et lumière hier dans la cathédrale de Béziers. Cette soirée devait faire un flop selon Le Midi Libre :

DMiQS1tXkAAvkma

Le quotidien local, en guerre contre Robert Ménard, n'est pas bien renseigné : ce sont plus de 500 personnes qui ont participé à ce spectacle :

DMiQS1oXUAA9F60

DMhrsfPWsAAzLyp

DMhrsdoX0AAS4uX

Posté le 20 octobre 2017 à 07h55 par Michel Janva | Lien permanent

19 octobre 2017

Bienvenue à l'extrême-droite

Certains s'indignent que les souverainistes (comprendre De Gaulle, Séguin and co) soient cités parmi les courants d'extrême-droite :

  E

C'est pourtant simple à comprendre : quand on n'est pas degauche, on n'est d'extrême-droite. C'est pourtant simple de comprendre la science politique du camp du bien.

Posté le 19 octobre 2017 à 17h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (18)

Le Chemin néocatéchuménal est devenu un mouvement intégriste !

C'est vrai puisqu'on le lit dans Libération à propos du développement des mouvements pro-famille à travers le monde :

"[...] Loin d’être un mouvement spontané d’adhésion à «un combat de défense de la "nature humaine"», soutiennent les chercheurs italiens Sara Garbagnoli et Massimo Prearo, cette «nouvelle croisade catholique transnationale» est la manifestation d’une «contre-révolution sexuelle» menée par le Vatican et les franges les plus radicales du catholicisme contemporain face aux changements juridiques, sociaux et conceptuels obtenus par les femmes et les homos depuis les années 90. [...]

Que nous disent-ils ensuite ? Primo, que l’origine du mouvement antigenre est à chercher dans la reformulation du discours de l’Eglise, à partir des années 40, pour justifier une inégalité entre les hommes et les femmes qui ne dit pas (ou plus) son nom. Cette doctrine de la «complémentarité des sexes» élaborée par la théologie pontificale, en particulier celle de Jean Paul II et de Benoît XVI, «s’oppose aux savoirs et aux luttes féministes et LGBTQI», dont les concepts sont diabolisés, trivialisés et carrément déformés.

Cependant, - c’est le deuxième temps de leur analyse - cet activisme de réaction du Saint-Siège ne peut se suffire à lui-même pour expliquer l’émergence d’un «contre-mouvement social» catholique. Légitimés par l’invention rhétorique vaticane de la «théorie du genre», des «experts» militants catholiques, comme le prêtre Tony Anatrella ainsi que certains mouvements intégristes au sein de l’Eglise (Opus Dei, le Chemin néocatéchuménal), ont trouvé, en prolongeant cet argumentaire pseudo-scientfique, une splendide fenêtre d’opportunité pour réaffirmer «une identité catholique revancharde» et «en perte d’hégémonie culturelle». Avec les conséquences que l’on connaît désormais : l’entrée percutante dans le débat public de la Manif pour tous et consorts."

"A partir des années 40" : suivez mon regard... Je suis presque déçu que ni Pie XII ni la sainte Inquisition ne soient pas cités dans cette tribune. C'est limite révisionniste.

Posté le 19 octobre 2017 à 17h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

Contre la diffamation, note sur « une tentation terroriste d’ultra-droite »

Certains se sont crus autorisés à évoquer l’Action française après l’annonce de l’arrestation, mardi 17 octobre, d’une dizaine d’individus à la suite de celle, en juin dernier, de Logan Nisin, soupçonné de préparer des attentats contre des personnalités politiques. Jean-Luc Mélenchon est allé jusqu’à interpeller le ministre de l’Intérieur, le préfet de Police et le maire de Marseille, mercredi 18 octobre 2017, afin de demander la fermeture du local provençal de l’AF, 14, rue Navarin à Marseille.

L’Action française tient à apporter les précisions suivantes :

1 - Elle n’a jamais nié que, durant quelques mois, Logan Nisin, en errance idéologique, ait, après de nombreuses autres tentatives de militantisme politique, « trouvé refuge chez les royalistes de l’Action française (AF) » pour reprendre les mots de l'article d’Elise Vincent, paru le 18 octobre dans Le Monde. Le 4 juillet dernier, après l’interpellation et le placement en détention provisoire du jeune homme, l’Action française, par voie de communiqué, avait fait savoir qu’il avait quitté notre mouvement, le jugeant « trop politique » et « trop consensuel ». Nous réaffirmons ici que ses agissements solitaires étaient parfaitement inconnus des membres et des cadres de notre organisation et nous nous réservons le droit de poursuivre tous médias ou personnalités prétendant le contraire.

2 - L’Action française affirme avec force qu’elle ne connaît ni les identités ni les agissements des individus interpellés mardi 17 octobre. Elle rappelle simplement que toute son histoire prouve son refus de l’action terroriste. Elle n’a aucun mort sur la conscience.

3 - Ce sont les militants de l’Action française qui sont de manière récurrente l’objet de violences de la part de groupuscules extrémistes semblant jouir de la plus parfaite impunité. Depuis la montée en puissance des activités de notre mouvement royaliste, nos membres, à Paris, à Lyon et à Marseille, subissent un nombre grandissant d’attaques violentes : dépôt de grenade, bombe artisanale, attaques physiques des militants. Ainsi, une bombe a explosé cet été devant le local de l’AF, rue Navarin, sans que cet acte odieux ait suscité la moindre indignation de la part du personnel politique. M. Mélenchon qui demande aujourd’hui la fermeture de notre local, n’avait pas alors protesté contre cet acte à caractère terroriste. Bien que député de la circonscription où a eu lieu cet attentat, il ne s’est jamais inquiété de l’état d’avancement de l’enquête.

4 - Concernant les troubles à l’ordre public qu’impute M. Mélenchon à notre mouvement, nous rappelons que, par deux fois, la préfecture de police des Bouches-du-Rhône a pris un arrêté bloquant l’accès à la rue Navarin par un très large déploiement des forces de l’ordre à la suite des très nombreuses exactions qui ont toutes été commises, avec l’adoubement et la complicité des médias locaux, par des militants de l’ultra gauche proches pour certains de la France Insoumise.

5 - Si la seule vocation des groupuscules dits antifascistes et d’extrême-gauche est d’en découdre violemment, à Marseille comme au plan national, avec les forces de l’ordre, l’engagement des militants d’Action française est celui du combat pour la France par la diffusion des idées royalistes. Il est évident que c’est la simple présence de l’Action française qui est insupportable à certains. En pratiquant l’amalgame, ceux qui diffament notre mouvement avouent simplement leur profond mépris des libertés politiques fondamentales.

Les militants de l’Action française sont des citoyens à part entière : forts de leurs droits et conscients de leurs devoirs envers la nation, ils continueront, à Marseille comme partout ailleurs en France, à militer pour ouvrir les yeux de leurs compatriotes sur la réalité d’un régime qui les conduit à l’asservissement.

François Bel-Ker, Secrétaire général d’AF

Posté le 19 octobre 2017 à 12h55 par Michel Janva | Lien permanent

Philanthrope ou lobbyiste ?

Lu dans l'Echo Républicain d'Eure et Loir du 19 octobre :

CaptureSa fondation promeut aussi le gauchisme, les LGBT, la culture de mort...

Posté le 19 octobre 2017 à 12h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)


     Archives > Médias : Désinformation

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Médias : Désinformation