25 juin 2016

Brexit : les médias auraient-ils menti par omission ?

Quelques articles écrits après le résultat du référendum ne sont plus, tout à coup, autant "catastrophistes" dans leurs analyses. Surprenant, non ?

Brexit : un impact négatif mais limité pour l’économie française

Le Brexit n’aura guère de conséquences sérieuses sur la défense

Le Brexit ne devrait pas faire chuter la croissance française en 2016

Les journalistes n'ont sans doute pas eu le temps de les écrire pendant la campagne électorale....

Posté le 25 juin 2016 à 11h05 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

Concours de bobards sur le Brexit : les journalistes se surpassent

Depuis hier les médias français organisent le plus grand concours de mensonges sur le BREXIT. Un ami a tenté d'énumérer les bobards qui circulent sur les plateaux télé. Florilège : 

  • Les conséquences du BREXIT sont dramatique pour le Royaume uni. En fait, c’est visiblement juste l’inverse, c’est pour l’union européenne que c’est un drame car cela va faire un sacré manque à gagner pour l’UE et cela va probablement donner l’envie à d’autres pays de faire la même chose.
  • Les Français de Londres sont inquiets. Enorme, s’ils sont à Londres c’est justement pour fuir le régime administratif et fiscal français. L’Angleterre va juste devenir une vraie terre de refuge pour les entreprises européennes et donc un boum pour l’emploi. 
  • Les entrepreneurs français installés à Londres sont inquiets pour leurs affaires. Même réponse et les questions à se poser sont :  Si la France était attractive pour les affaires, alors pourquoi sont-ils parti à Londres ? et l’autre : Tiens c’est marrant, je n’entends pas les entrepreneurs français qui sont en Suisse se plaindre, pourtant, la Suisse non plus n’est pas dans l’UE ?
  • Cela va couter 10 points de croissance à l’Angleterre (oui vous avez bien lu, sur BFM ils parlent de 10 points de croissance Enorme ! ) : Ben voyons, c’est connu, plus un pays devient attractif, plus cela lui coute des points de croissance . En parlant de « point de croissance » pourquoi est-il en berne en France alors que nous, nous sommes vraiment des bons « Européens » ?
  • Les traders anglais n’auront pas de bonus cette année à cause de la baisse de la bourse. Putain d’argument qui va certainement faire pleurer dans les chaumières ? Comment disait Audiard « Les cons ça osent tout c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnait ! », parce que là fallait oser le sortir cet argument !
  • La city ne pourra plus vendre ses produits financiers dans l’Europe. Oh oui bien sûr, comme la Suisse, wouaf wouaf …
  • Il faudra des visas pour travailler en Angleterre : C’est déjà le cas dans d’autres pays de l’UE. Par exemple, en Espagne il faut un NIE, cela n’est pas un visa de travail en tant que tel mais sans ce document que l’on obtient en faisant une demande à l’administration il est impossible de travailler en Espagne (ni même d’être résident).
  • Il faudra des visas pour aller en vacances en Angleterre : et pourquoi pas une prise de sang et un thermomètre dans les fesses ! Avant l’UE fallait-il un visa pour passer des vacances en Angleterre ?
  • Le foot anglais va être en difficulté car le foot dépend de la liberté de circuler (si si, ils l’ont dit sur BFM… si si, ils ont osé). Si quelqu’un parmi vous vends des barbelés ou est dans le ciment, il faut foncer à Londres car visiblement, pour nos journalistes les anglais vont construire un « Mur de l’atlantique »
  • L’Angleterre est aujourd’hui plus que jamais divisée : Avec près de 52% pour le Brexit cela veut dire que l’Angleterre est divisée, alors qu’en France lors des dernières élections régionales en PACA, je me souviens, avec le même score en faveur de Estrosi (PS/LR) face à Marion Maréchal Le Pen cela voulait dire que c’est l’unité nationale qui est la grande gagnante de l’élection. Comprenne qui pourra !
  • Le BREXIT est grave pour la démocratie ( si si ils l’ont dit sur I-télé) : bien sûr ! seul les résultats en faveur du politiquement correct ne sont pas des dangers pour la démocratie.
  • Des Anglais qui ont voté pour le BREXIT le regrettent et demandent à revoter car ils sont déçus par le résultat. Bon en clair ceux qui ont voté pour le BREXIT sont des cons car ils votent en espérant perdre les élections. Trop fort les journaleux !

Posté le 25 juin 2016 à 10h49 par Michel Janva | Lien permanent

24 juin 2016

Quand une journaliste reconnait que les médias n'informent pas mais manipulent

Incroyable de le dire aussi librement : 

 

Début de réponse : il faut changer de médias et regarder par exemple TV Libertés plutôt que BFM...

Via FDesouche

Posté le 24 juin 2016 à 16h52 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (10)

22 juin 2016

Oh le bel amalgame

Et c'est Libération qui rapporte ce propos d'une salariée du PS au siège national du PS, qui compare les casseurs et les défenseurs de la famille :

«C’était le jour du 49.3, des petits groupes de gens étaient venus s’amasser aux grilles pour nous insulter. Des gens arrogants, menaçants et violents. Vers 21 heures, les forces de l’ordre sont intervenues pour dégager la rue. Nous étions seulement trois salariés dans les murs, pris entre les jets de lacrymo. Je n’ai jamais connu ça. Ce qui m’inquiétait, c’était de parvenir à rentrer chez moi pour m’occuper de mes enfants, car j’ai vite compris que plus aucun taxi ne viendrait par ici… Cette violence-là m’a rappelé celle des anti-mariage pour tous. Quand on est en démocratie, faire de la politique, cela ne peut pas être s’exposer à des violences.»

Elle n'a jamais connu ça mais ça lui rappelle La Manif pour Tous. Ben voyons.

Posté le 22 juin 2016 à 11h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

21 juin 2016

Tentative d'assassinat contre Donald Trump

Le suspect interpellé en flagrant délit est un Britannique dénommé Michael Sandford. Les médias parleront moins de lui que de son compatriote, assassin de Jo Cox. Au lieu de mettre en avant la violence des attaques tout azimut contre Donald Trump, comme en Grande-Bretagne vis-à-vis des partisans du Brexit, les médias français sous-entendent au contraire que ce dernier l'a bien cherché :

"Il était déterminé à abattre le candidat controversé à la présidentielle américaine. Un Britannique de 19 ans a été inculpé lundi pour avoir tenté de tuer le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump, habitué des controverses, lors d'un de ses rassemblements ce week-end à Las Vegas, dans l'ouest des États-Unis." [Le Point]

Les meetings de Donald Trump sont souvent émaillés d'incidents et provoquent des manifestations ponctuées de violences et d'arrestations. Le candidat républicain a été accusé de générer des tensions, même s'il s'en défend, par une série de propos jugés hostiles aux Mexicains et aux Musulmans. [Le Figaro]

D'après une enquête du site Politico, l'équipe de sécurité qui patrouille les rassemblements de Donald Trump a par moments "enflammé, au lieu d'atténuer, des tensions déjà fortes autour de sa campagne" [Paris Match]

On est loin des propos tenus suite au meurtre de Jo Cox : "violence contre la démocratie", "la défaite de la démocratie" et surtout des propos tenus par secrétaire d'État américain, John Kerry, une "attaque contre tous ceux pour qui la démocratie importe".

Posté le 21 juin 2016 à 12h23 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

BFMTV illustre la manif de la CGT avec des images de La Manif Pour Tous

Posté le 21 juin 2016 à 08h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (26)

Le papyrus sur "la femme de Jésus" est un faux

IEn 2012, Karen King, professeur de l'Université Harvard, avait affirmé détenir un fragment de papyrus en langue copte capable de lever un coin du voile sur la vie privée de Jésus. Une courte phrase, lisible dans les lignes en copte du papyrus, attire particulièrement l'attention des chercheurs spécialisés sur la Bible: "Jésus leur a dit: Ma femme".

En 2015, les scientifiques ont analysé l'encre du fragment de papyrus présumé être une traduction copte du IVe siècle et ont conclu que "L’Evangile de la femme de Jésus" n’était pas un faux. Pourtant, cette conclusion n'avait pas persuadé tous les historiens. Certains scientifiques remarquent qu'il est facile de se procurer des feuilles de papyrus ancien sur le marché. De même, ils précisent que les analyses chimiques de l'encre ne prouvent qu'une composition similaire à l'encre ancienne, une substance simple à fabriquer avec de la suie de bougie et de l'huile. Aujourd'hui, de nouveaux éléments indiquent que le papyrus ne serait certainement pas authentique. Une longue enquête d'Ariel Sabar, de The Atlantic, revient aux sources de ce papyrus. De nombreux critiques avaient montré des erreurs de grammaire dans la formulation du papyrus qui auraient indiqué qu'il n'était pas authentique. Le propriétaire du manuscrit, qui l'a confié à Mme King, et dont elle n'avait pas bien précisé les sources, est l’Allemand Walter Fritz qui a un passé controversé. Il a déclaré à un correspondent qu'il était propriétaire du papyrus qu'il avait acheté chez un commerçant américain, Hans-Ulrich Laukamp, en 1999. Ce dernier avait lui-même acquis le papyrus à Potsdam, en Allemagne communiste, en 1963. Finalement, les journalistes ont appris qu'en 1995 Walter Fritz a fondé la société Nefer Art vendant des œuvres d'art antiques. Sa réputation a été entachée par le fait qu'il a lancé plusieurs sites porno sur lesquels il publiait notamment des vidéos de sa femme avec d'autres hommes. Ayant appris tous ces faits, la chercheuse Karen King a déclaré que Walter Fritz lui avait menti sur les origines du papyrus et que le document serait finalement un faux.

Le Salon Beige l'avait déjà dit et répété en 2012, 2014, 2016 puisque cette intox ressort dans la presse tous les 2 ans... Il faut constater que la grosse presse, qui a fait répandu cette intox, est beaucoup moins réactive pour publier un démenti. L'AFP n'a toujours rien publié.

Posté le 21 juin 2016 à 07h49 par Michel Janva | Lien permanent

20 juin 2016

Où sont passés les millions de Charlie Hebdo ?

Unknown-9Philippe Val, l’ex-directeur de l’hebdo satirique, s’était engagé à reverser l’intégralité des recettes du numéro dit « des survivants » aux familles des victimes. Un appel à la générosité était parallèlement lancé pour assurer l’avenir du journal. Les ventes historiques de la Une « Tout est pardonné » ont rapporté 12 millions d’euros. Contre 4,3 millions provenant des dons. 

Mais la nouvelle direction de Charlie a décidé de conserver les bénéfices colossaux issus des ventes. Dans une plainte transmise à la justice, l'une des familles des victimes écrit :

« Les acheteurs du journal comme les victimes de l’attentat et leurs ayants droit ont été dupés par la direction […], qui est délibérément et unilatéralement revenue sur ses engagements […]. Ce revirement démontre en réalité une intention de détourner les fonds promis initialement aux familles ».

En clair : un « abus de confiance ».

Posté le 20 juin 2016 à 07h26 par Michel Janva | Lien permanent

Canal Plus demande quelle part de responsabilité porte le FN...dans l'assassinat de Jo Cox

On s'y attendait. Réponse de Florian Phillipot (à partir de 14'40'') :

 

Le JT du Grand Journal du 17/06 - Avec Florian Philippot

Posté le 20 juin 2016 à 06h44 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (22)

16 juin 2016

Syrie: antidote à la désinformation

Cet entretien accordé par le docteur syrien Nabil Antaki au cercle des volontaires date de trois semaines. Il dresse un tableau assez complet de la situation à Alep, bien loin des clichés des médias aux ordres.

 

Comme le mentionne le cercle des volontaires, notez qu’il est possible de soutenir les projets décrits dans cette vidéo via au moins deux associations basées en France, Solidarité Chrétiens d’Orient et les Baroudeurs de l’Espoir.

Posté le 16 juin 2016 à 19h37 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (0)

11 juin 2016

L'intox d'Acrimed : du grand remplacement à la dynamique de peuplement

Désintox sur Novopress :

Fig-Mag-Molenbeek-600x781"Scandalisée par la récente couverture du Figaro Magazine sur Saint-Denis, qualifiée de « Molenbeek-sur-Seine », deux militantes politiques déguisées en journalistes, Sihame Assbague et Widad Ketfi, viennent de livrer à Acrimed une prétendue « contre-enquête » sur la préfecture de Seine-Saint-Denis, présentée comme un modèle de «  travail de journalisme de terrain ». La bonne blague !

Parmi les très nombreuses critiques que Sihame Assbague et Widad Ketfi portent sur le reportage du Fig Mag figure celle d’avoir écrit qu’il devient difficile de trouver de la viande qui ne soit pas halal à Saint-Denis. Faux ! s’exclament-elles, car « en se renseignant, auprès des Dionysiens ou de Google » (sic), on trouve une charcuterie tout près de la mosquée et… « au moins deux autres boucheries vendant de la “viande non halal“, un peu plus loin dans la ville » ! « Un peu plus loin » comment ? Au bout de la ligne de bus ? Deux boucheries traditionnelles donc – on n’ose écrire « normales »… – dans une ville de plus de 100 000 habitants et il faudrait se réjouir ?

Fières de leur trouvailles sur Google, Sihame Assbague et Widad Ketfi écrivent alors :

« Ce qui se “cache“ derrière le marché du halal, ce n’est pas la main invisible du “grand remplacement islamique“ mais celle de… l’offre et de la demande mue par des dynamiques de peuplement s’expliquant, elles-mêmes, par des facteurs historiques, sociaux et politiques. »

Mais dites, Mesdames, cette « dynamique de peuplement », n’est-ce pas justement ce qui entraîne le « grand remplacement » ? Vous avez quatre heures."

Posté le 11 juin 2016 à 20h48 par Michel Janva | Lien permanent

08 juin 2016

Le propriétaire de l'Express ne croit pas à l'avenir du papier

De Marc Baudriller, spécialiste des médias dans Challenges :

"Sollicité par la Société des journalistes de l’hebdomadaire d’actualité propriété du groupe Altice Média, Alain Weill, le patron et créateur de NextradioTV (BFMTV, RMC, RMC Découverte, BFM Business) aujourd’hui lié au groupe Altice, a reçu ses représentants jeudi 2 juin après-midi. Devant eux, Alain Weill, désormais directeur général de SFR Média au sein de SFR Group (PDG Michel Combes) a tenu à marquer sa prise de pouvoir et son autorité : il a annoncé que le PDG Marc Laufer, qualifié au passage d’homme de la restructuration et non du développement, allait quitter ses fonctions.

Le rôle de Christophe Barbier à la tête de L’Express n’est pas remis en cause, mais Alain Weill souhaiterait qu’il abandonne la chaine info iTélé, dans laquelle il intervient chaque matin, pour rejoindre BFM TV. Bernard Mourad, notamment en charge des acquisitions, conserverait ses fonctions auprès d’Alain Weill.

Vers la fin de L'Express papier?

Contacté par Challenges, le groupe Altice précise que "Marc Laufer, à la demande d’Alain Weill, pilotera les actifs presse dans SFR Média pour assurer le développer des activités presse au sein du grand projet de convergence au sein de SFR". A l’issue, soit dans quelques mois, Marc Laufer retournera à des projets entrepreneuriaux "comme il en avait convenu avec Patrick Drahi".

Concernant l’hebdomadaire L’Express lui-même, Alain Weil a indiqué qu’il ne croyait pas à l’avenir du papier, qui représente pourtant à ce jour l’essentiel des revenus. Il pense que le titre doit basculer en totalité sur Internet et envisage de repenser l’offre éditoriale du titre dès janvier 2017. La formule actuelle ne date pourtant que de trois mois. En s’appuyant sur son expérience du reformatage réussi de la radio RMC Info, Alain Weill veut centrer L’Express sur quelques thématiques qui feraient la différence face à la concurrence. Il entend constituer un comité de réflexion sur le sujet et ouvrir un chantier éditorial pour mettre en œuvre ce repositionnement stratégique. [...]"

Posté le 8 juin 2016 à 20h54 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

A « La Croix », on considère que le militantisme est une forme de sectarisme

Trouvé dans Les 4 Vérités :

«Alain Juppé vit avec une femme, Isabelle, qui était journaliste politique à « La Croix », qui vient de la gauche et considère que le militantisme est une forme de sectarisme épouvantable

Gaël Tchakaloff, journaliste

Posté le 8 juin 2016 à 07h26 par Michel Janva | Lien permanent

La presse bien-pensante cache sélectivement l’origine ethnique ou culturelle des agresseurs

Lu dans Les 4 Vérités :

"Lors d’un débat sur Arte, le 13 mai dernier, le correspondant à Bruxelles du quotidien anciennement maoïste « Libération », Jean Quatremer, a déclaré : « Je me rappelle un article sur une affaire de tournante en banlieue parisienne, tous les prénoms avaient été changés. C’étaient tous des Alain, des Marcel, des Frédéric, sauf qu’en réalité, c’étaient des Mohamed, des Ahmed... »

Je précise que le débat portait sur les agressions sexuelles de Cologne et d’ailleurs, hypocritement tues par la police et par la presse pour éviter de « faire le jeu » de l’extrême-droite.

Et Jean Quatremer d’ajouter, comme une évidence, que la « presse bien-pensante » (c’est lui-même qui parle ainsi...) cache sélectivement l’origine ethnique ou culturelle des agresseurs, par peur de déclencher le racisme.

Il est évident que nous n’avons pas attendu les « révélations » de M. Quatremer pour savoir que la presse politiquement correcte mentait volontiers, au minimum par omission. Mais cette déclaration, venant d’un tel journaliste, est tout de même un tournant important pour la presse française. Il est d’ailleurs significatif que la vidéo ne soit plus disponible sur le site d’Arte...

Ce genre de manœuvre est, soit dit en passant, parfaitement vain, puisque, naturellement, la vidéo existe désormais sur de nombreux autres sites.

Mais le plus intéressant – ou le plus amusant... – vint ensuite. S’ensuivit, en effet, sur le pla- teau un très court débat surréa- liste : ne pas donner ces informa- tions visait selon les journalistes présents à éviter d’alimenter le « populisme », mais, en ne disant pas la vérité, on risquait aussi d’alimenter le populisme !

Il est remarquable qu’aucun journaliste n’ait semblé intéressé par la question de la vérité pour elle-même. Dans le monde scientifique, on livre la vérité, parce qu’elle est, en soi, intéressante, sans d’abord songer aux utilisations que l’on en fera. Dans le monde médiatique, au contraire, il semble que la vérité ne soit intéressante qu’à la condition de servir des intérêts politiques – sinon politiciens. Point n’est besoin d’être grand clerc pour deviner que c’est là, précisément, ce que le peuple reproche aux prétendues « élites » : la presse, comme la justice ou la loi, sont au service de la nomenklatura. L’aveu de Jean Quatremer et les réactions de ses confrères expliquent ainsi merveilleusement pourquoi et comment prospère le populisme !"

Posté le 8 juin 2016 à 07h09 par Michel Janva | Lien permanent

06 juin 2016

Un Français qui préparait 15 attentats en France : intox ?

L'affaire est tellement grosse : un Français de 25 ans aurait été arrêté à la frontière ukrainienne le 21 mai, transportant dans son véhicule utilitaire un véritable arsenal de guerre destiné à commettre des attentats dans des lieux publics, dont plusieurs mosquées et synagogues.

On peine à croire que le suspect se serait présenté à la douane ukrainienne avec un tel arsenal de guerre  dans son coffre (5 kalachnikovs, 2 lance-roquette et 125 kg de TNT) , sachant qu'il y serait fouillé. Un tel approvisionnement suppose en outre un réseau d'influence puissant, qui contredit l'amateurisme avec lequel le travailleur français se serait laissé prendre ! Bref, cela sent le coup monté à plein nez !

A ce stade, c’est la piste du trafic d’armes qui est privilégiée par la police et la justice française. En France, une enquête a été ouverte et confiée à l’Office central de lutte contre la criminalité organisée et au service régional de la police judiciaire de Nancy. Le parquet antiterroriste n’a pas été saisi et les services secrets n’ont pas encore reçu l’audition du Français.

Posté le 6 juin 2016 à 20h50 par Michel Janva | Lien permanent

03 juin 2016

"Torchon d'extrême-droite" ou "blog d'information remarquable" ?

A 21mn20 de l'émission I-Media sur TV Libertés, Jean-Yves Le Gallou dénonce l'utilisation de l'expression "extrême-droite", destinée à diaboliser:

Posté le 3 juin 2016 à 22h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

28 mai 2016

Béziers : le coup monté du Petit Journal de Canal+

Présents à Béziers, les journalistes du Petit Journal de Canal+ interrogent deux inconnues qui tiennent des propos anti immigrés tout à fait outrancier, à croire que ces deux personnes sont des figurantes venues jouer un rôle... 

IMG_6152

Les deux femmes inconnues :

IMG_6156

IMG_6155

Posté le 28 mai 2016 à 19h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

Répression des manifestations : Eric Brunet répond à Marianne et à Libération

CjiLsO4XIAAOeh_.jpg-large

Posté le 28 mai 2016 à 11h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

27 mai 2016

Canal+ : l'équipe du Zapping rejoint la CGT

Unknown-16Voilà une preuve de sa partialité dans les extraits qu'elle choisit :

"[...] Patrick Menais, le réalisateur et quatre des ses compagnons de zapping figurent sur la liste que présente la CGT pour les prochaines élections professionnelles, rapportent Les Jours. [...] "On est en phase avec ce que fait Le Zapping", a ainsi expliqué aux Jours Francis Kandel, de la CGT. [...]

Posté le 27 mai 2016 à 07h25 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

20 mai 2016

L'anneau de Jeanne d'Arc, un faux ? Droit de réponse de Nicolas de Villiers

Suite à l'article du Point.fr de cette semaine, Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou nous adresse le droit de réponse qu'il a envoyé au Point :

0"Le dossier d'expertises scientifiques qui a été mis à la disposition de toute la presse le 20 mars 2016 lors de la présentation officielle de l'anneau au Puy du Fou invalide scientifiquement les allégations de votre article. Le Puy du Fou tient à faire quelques observations :

1 – Le Point.fr va beaucoup plus loin dans son titre que ne le font les historiens qui, à l'instar de Philippe Contamine et Olivier Bouzy, dialoguent par correspondance avec le Puy du Fou.

2 – Il est faux d'affirmer, comme le prétend l'article du Point.fr, que le Puy du Fou a fait remonter l'anneau à « celui de... Cauchon », et non pas à celui pris par les Bourguignons dont la description correspond à l'anneau du Puy du Fou. Au contraire, la documentation fournie par le vendeur, et dont d'ailleurs les historiens n'ont pas eu connaissance, fait remonter l'anneau non pas à Cauchon mais au cardinal Beaufort.

3 – Il est faux de prétendre qu'il n'y aurait eu « aucune datation de faite ». En effet, l'anneau a fait l'objet d'une expertise scientifique particulièrement poussée dans le laboratoire Oxford X-ray Fluorescence Ltd – voir le dossier d'expertises. Le laboratoire confirme que l'anneau est bien du XVe siècle, ce que d'ailleurs Philippe Contamine a reconnu. L'histoire d'un faussaire à la fin du XXe siècle, inventé par l'article, est totalement fantaisiste.

4 – Il est faux de prétendre, comme le fait l'article, que l'anneau est en argent. Comme les photos du dossier d'expertises le montrent, l'anneau était bien plaqué or. La description de l'anneau faite dans les minutes du procès correspond donc très exactement à l'anneau acquis par le Puy du Fou.

15 – Il est faux de dire que « toute la légende autour de l'anneau a été tissée par le docteur James Hasson (et non Masson comme écrit dans l'article), qui en a été le propriétaire jusqu'en 1979 », citation attribuée à Olivier Bouzy. Tout au contraire, la « légende » ne doit absolument rien au docteur Hasson : elle précède de 40 ans l'achat de l'anneau en 1947. Le peintre Augustus John, qui avait reçu l'anneau en cadeau en juin 1908, a témoigné qu'on lui avait dit à l'époque que l'anneau avait appartenu à Jeanne d'Arc. C'est la raison pour laquelle l'anneau est décrit comme ayant appartenu à Jeanne d'Arc dans un catalogue privé publié en 1917. L'attribution à Jeanne d'Arc est explicite en 1917, dans le catalogue privé de F. Harmon Oates ; en 1929 dans le catalogue de vente de Sotheby's et en 1947 lorsque l'anneau est vendu à Hasson, toujours par Sotheby's. Il est vrai que Hasson a brouillé les pistes avec sa fantaisie, mais le témoignage de John nous permet de n'y prêter absolument aucune importance.

6 – L'article omet de mentionner que l'anneau a été mis en exposition à Rouen et à Paris en 1956 et que l'exposition était dirigée par Régine Pernoud. Cette grande médiéviste française du XXe siècle, spécialiste de Jeanne d'Arc, était visiblement convaincue de l'authenticité de l'anneau. Le jugement défavorable de Régine Pernoud en 1987, dont parle Olivier Bouzy dans sa lettre du 18 mars 2016, ne porte pas sur l'anneau du Puy du Fou, mais sur un autre anneau.

7 – L'article fait allusion à « un milliardaire américain entiché de la Pucelle » qui aurait été le concurrent du Puy du Fou à la vente aux enchères. Cela est également faux. Si le prix de vente a augmenté jusqu'à ce niveau, c'est parce que le Puy du Fou avait comme concurrent le bijoutier Berganza, sis à Hatton Garden à Londres – la rue des bijoutiers –, dont le directeur, Paul Daughters, qui faisait les enchères en personne, croyait visiblement à l'authenticité de l'anneau, mais qui est nullement « entiché » de quoi que ce soit. Il raisonnait au contraire en termes de valeur marchande de l'objet, valeur qui est d'ailleurs conforme au prix d'achat en 1947 (10 000 livres). D'où le journaliste sort-il ce milliardaire américain ?

8 – L'article dénature l'opinion de Philippe Contamine (courriel à Philippe de Villiers du 21 mars 2016, annexe 1) qui est satisfait que l'anneau date du XVe siècle, cela accréditant évidemment lourdement la thèse selon laquelle il s'agit bien de l'anneau de Jeanne d'Arc.

29 – Philippe Contamine dit que l'anneau aurait dû être expertisé par un musée avant l'achat. Mais il a été expertisé par l'historien Cyril Bunt, du Victoria and Albert Museum en 1958, lequel a confirmé son ancienneté. Enfin, il faut encore préciser que les historiens mentionnés par Le Point.fr n'ont à aucun moment souhaité voir l'anneau acheté par le Puy du Fou. Il leur est donc difficile de juger une pièce qu'ils n'ont jamais eue entre les mains. En outre, nous avons d'autres éléments que nous produirons le moment venu et qui confirment l'authenticité de l'anneau. Nos relations avec les autorités anglaises, au plus haut niveau, devenues excellentes depuis quelques semaines, facilitent de tels contacts et nos travaux d'archives. Quand on se veut scientifique, mieux vaut être précis et rechercher l'exactitude avant d'affirmer des choses qui n'auraient pas été vérifiées. Et quand on veut manier l'ironie, il est recommandé de connaître son dossier."

Posté le 20 mai 2016 à 11h14 par Michel Janva | Lien permanent

18 mai 2016

BlackM a-t-il vraiment un grand-père Tirailleur Sénégalais qui aurait fait la guerre de 39-45 ?

BlackM avait posté ce qui suit sur sa page Facebook (capture d'écran) :

Capture d’écran (8)Mais selon Pascal Guy, historien et spécialiste du Ier Empire, qui a accès en tant que chercheur aux archives militaires de Vincennes, il n'y a aucune trace d'un guinéen nommé Alpha Mamoudou Diallo dans les Troupes coloniales (Fdesouche, via LaicArt) :

"Le chercheur ajoute qu’après avoir fait des recherches minutieuses avec toutes les orthographes possibles, et en supprimant le prénom « Alpha Mamoudou », seuls deux Guinéens (qui donc n’ont pas « Alpha » dans leur prénom) figurent dans les archives militaire l’un est trop agé née 1888, quand l’autre né en 1905 à été démobilisé en 1941 et n’a donc pas participé à la libération de la France.

Le chercheur explique que ces archives sont publiques et qu’il est possible pour chacun de faire la recherche soi-même.

Les médias auraient-ils pris le post Facebook de Black M pour argent comptant sans la moindre vérification ? Partout, dans presque tous les médias, des journalistes annonçaient sans aucune précaution la qualité d’ancien combattant du grand-père de Black M comme argument pour démontrer l’injustice qui était faite au rappeur.

Voici un lien vers un pdf de la liste complète des combattants des Troupes coloniales et indigènes (1850-1950) du Service historique de la Défense"

Posté le 18 mai 2016 à 23h34 par Marie Bethanie | Lien permanent

17 mai 2016

La Croix invente une nouvelle langue : le latitalien

C'est amusant :

« Les évêques sont cum Pietro, sub Pietro (avec le successeur de Pierre et sous le successeur de Pierre, NDLR) »

En latin c'est "Cum Petro, sub Petro".

Posté le 17 mai 2016 à 12h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

13 mai 2016

La France n'a pas gagné la Première guerre mondiale grâce à l'Afrique et aux Africains

Suite à "l'affaire BlackM", Bernard Lugan analyse pour son blog la désinformation sur la Première guerre mondiale, qui voudrait que la France doive sa victoire et son salut à l'Afrique. Il n'en est rien :

"Dans la grande entreprise de réécriture de l’histoire de France entreprise par les partisans du « grand remplacement », la Première Guerre mondiale, et plus particulièrement la bataille de Verdun, constitue un argument de poids. Son résumé est clair : les Africains ayant permis la victoire française, leurs descendants ont donc des droits sur nous.

Voilà qui explique pourquoi ces ardents défenseurs du « vivre ensemble » que sont MM. Samuel Hazard, maire socialiste de Verdun, et Joseph Zimet, à la ville époux de Madame Rama Yade, et en charge de la Mission du centenaire de la Grande Guerre, ont voulu mettre le sacrifice de millions de Poilus au service de leur idéologie.

Laissons donc parler les chiffres[1] : 

1) Effectifs français (métropolitains et coloniaux)

- Durant le premier conflit mondial, 7,8 millions de Français furent mobilisés, soit 20% de la population française totale.

- Parmi ces 7,8 millions de Français, figuraient 73.000 Français d’Algérie, soit environ 20% de la population « pied-noir ».

- Les pertes françaises furent de  1.300 000 morts, soit 16,67% des effectifs.

- Les pertes des Français d’Algérie furent de 12.000 morts, soit 16,44% des effectifs.

2) Effectifs africains

- L’Afrique fournit dans son ensemble 407.000 hommes, soit 5,22 % de l’effectif global de l’armée française.

- Sur ces 407.000 hommes, 218.000 étaient des « indigènes » originaires du Maroc, d’Algérie et de Tunisie, soit 2% de la population de ces trois pays.

- Sur ces 218.000 hommes, on comptait 178.000 Algériens, soit 2,28 % de tous les effectifs français.

- L’Afrique noire fournit quant à elle, 189.000 hommes, soit 1,6% de la population totale et 2,42% des effectifs français.

- Les pertes des unités nord africaines furent de 35.900 hommes, soit 16,47% des effectifs.

- Sur ces 35.900 morts,  23.000 étaient Algériens. Les pertes algériennes atteignirent donc 17.98 % des effectifs mobilisés ou engagés.

  • Les chiffres des pertes au sein des unités composées d’Africains sud-sahariens sont imprécis. L’estimation haute est de 35.000 morts, soit 18,51% des effectifs ; l’estimation basse est de 30 000 morts, soit 15.87%.

    Pour importants qu’ils soient, ces chiffres contredisent donc l’idée-reçue de « chair à canon » africaine. D’ailleurs, en 1917, aucune mutinerie ne se produisit dans les régiments coloniaux, qu’ils fussent composés d’Européens ou d’Africains.

    Des Africains ont donc courageusement et même héroïquement participé aux combats de la « Grande Guerre ». Gloire à eux.
    Cependant, compte tenu des effectifs engagés, il est faux de prétendre qu’ils ont permis à la France de remporter la victoire. Un seul exemple : le 2° Corps colonial engagé à Verdun en 1916 était composé de 16 régiments. Les 2/3 d’entre eux étaient formés de Français mobilisés, dont 10 régiments de Zouaves composés très majoritairement de Français d’Algérie, et du RICM (Régiment d’infanterie coloniale du Maroc), unité alors très majoritairement européenne.

    Autre idée-reçue utilisée par l’idéologie dominante : ce serait grâce aux ressources de l’Afrique que la France fut capable de soutenir l’effort de guerre.
    Cette affirmation est également fausse car, durant tout le conflit, si la France importa six millions de tonnes de marchandises diverses de son Empire, elle en importa 170 millions du reste du monde.

    Conclusion : durant la guerre de 1914-1918, l’Afrique fournit à la France 3,5% de toutes ses importations et 5,22 % de ses soldats. Ces chiffres sont respectables et il n’est naturellement pas question de les négliger. Mais prétendre qu’ils furent déterminants est un mensonge doublé d’une manipulation."                                  [1] Les références de ces chiffres sont données dans mon livre Histoire de l’Afrique du Nord des origines à nos jours. Le Rocher, en librairie le 2 juin 2016.

Posté le 13 mai 2016 à 19h17 par Marie Bethanie | Lien permanent

09 mai 2016

Désinformation sur une manifestation en Pologne

Lu sur Nouvelles de France :

Capture d’écran 2016-05-09 à 08.04.09"Samedi 7 mai avait lieu la grande manifestation des milieux anti-PiS en Pologne. Elle était organisée par le « Comité de défense de la démocratie » (KOD) avec la participation des partis PO et PSL (qui formaient la coalition de gouvernement de 2007 à 2015) et du nouveau parti libéral Nowoczesna.pl, créé pour récupérer les déçus du parti PO (Plateforme civique, le parti libéral de l’actuel président du Conseil européen Donald Tusk). Elle était aussi soutenue par la mairie de Varsovie aux mains du parti PO et ce sont justement les services de la ville qui ont lancé le nombre de 240.000 manifestants repris après l’AFP par plusieurs journaux français, pour parler d’une énorme manifestation contre le PiS.

La police parle, elle, de 45.000 manifestants au moment culminant sur la grande place Piłsudski, ce qui semble assez réaliste quand on regarde les images du remplissage de la place et qu’on compare à d’autres manifestations dans le passé sur cette même place. Mais pour vérifier les chiffres il y avait aussi deux caméras installées sur le passage des manifestants : une par la télévision publique place Charles de Gaulle et une autre plus loin rue Krakowskie Przedmieście par le média anti-PiS gazeta.pl. Les journalistes de la télévision publique ont fait le décompte manuellement par groupes de 10 en utilisant les images des deux caméras. Chacune des deux caméras a enregistré le passage de la totalité des manifestants et a donné approximativement le même résultat de 45.000 personnes. [...]"

Le Figaro a fait mieux : il a titré sur le chiffre de 240 000 manifestants en écrivant en légende juste en dessous "près d'un demi-million"...

Posté le 9 mai 2016 à 08h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

01 mai 2016

Violences du 1er mai : manipulation de Canal+

Canal+ récupère une photo d'une manifestation de gauche pour illustrer celle du FN :

Voir le décryptage complet de FDesouche.

Posté le 1 mai 2016 à 18h28 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

24 avril 2016

Une rencontre entre Marion Maréchal Le Pen et Madeleine de Jessey ?

Dans un article du Monde consacré à Marion Maréchal Le Pen et à l'Institution privée Saint-Pie X tenue par des religieuses à Saint Cloud, on trouve cette phrase :

"Le Salon beige, le blog de référence de l’extrême droite catholique, relaie jusqu’aux petites annonces de l’école quand des postes d’enseignantes sont à pourvoir."

Et en effet, le Salon Beige relaie toutes les annonces de l'enseignement libre...

Mais l'intérêt de l'article du Monde n'est pas là. Il se focalise sur deux anciennes élèves de l'Institution : Marion Maréchal Le Pen et Madeleine de Jessey, porte-parole de Sens Commun et secrétaire nationale des Républicains :

"Les deux anciennes de Saint-Pie-X se talonnent. En août 2014, Madeleine de Jessey intervient à l’université d’été de la Sainte-Baume, organisée par le très conservateur Observatoire socio-politique du diocèse de Fréjus-Toulon ; Marion Maréchal en est la vedette l’été suivant. En mai 2015, la députée FN est invitée à la soirée des Veilleurs de Versailles ; la porte-parole de Sens commun lui succède un mois plus tard, sur ce terrain qu’elle pensait conquis. Aux dernières nouvelles, elles seraient enfin prêtes à se reparler : devant témoins, pour une interview commune dans la presse catholique."

 

Posté le 24 avril 2016 à 17h53 par Michel Janva | Lien permanent

23 avril 2016

L'accord est tacite et personne entre le monde politique et le monde de la presse ne le transgressera

Zosime-aux-liensCyril Farret d’Astiès, auteur d'une rocambolesque Balade buissonnière pour un maréchal défunt, publiée sous pseudonyme en 2011, récidive avec un recueil de nouvelles plus ou moins (et surtout plus que moins) inspirées de l'actualité : Zosime aux liens (du titre de l'une de ces nouvelles, racontant l'élection d'un cardinal africain au Siège de Pierre...). Une autre de ces nouvelles, Le dernier avion, raconte la rupture des relations entre la France de Sarkozy et la Libye de Khadafi, avec la menace de ce dernier de révéler le financement occulte de la campagne du président français. On y trouve ce dialogue empreint de réalité :

"Vous savez très bien comment fonctionne la presse, notre presse, notre chère presse ! Elle s'en fout de vos révélations ! Elle sait déjà tout ! [...] L'accord est tacite et personne entre le monde politique et le monde de la presse ne le transgressera en somme, c'est bien le même, nous buvons aux mêmes points d'eau, nous passons nos vacances dans les même hôtels, nous sortons des mêmes écoles, nous faisons l'hiver du ski dans les mêmes stations, nous partageons parfois les mêmes maîtresses. Il est des secrets de famille que l'on ne divulgue pas, même lorsqu'on est très fâché. Ce serait bien trop dangereux pour tout le monde si nous commencions à nous entredévorer. Ces questions sont bien trop graves. Voyez-vous, amuser la galerie avec des petites peaux de banane, faire le jeu d'un candidat, d'une famille, d'un camp ou de l'autre, c'est le coeur de notre métier. Nous aimons les histoires de luttes de personnes, de querelles de clans, c'est un peu voyeur, ça donne le change et cela fait vendre. Mais mordre la main qui nous nourrit et que l'on nourrit en retour, cela jamais, non, ce serait trop dangereux, nous chuterions tous. De l'alternance, oui ! Mais surtout pas de changements. Et voyez-vous, nous sommes tous très contents de notre petit système, il est très nourricier, très moelleux, il y fait bien chaud. Vous êtes bien gentil, mon bon Monsieur, bien gentil. Je vais vous faire une fleur, car vous m'êtes sympathique, demain je passerai un entrefilet : Khadafi menace de révéler sa participation financière dans la campagne présidentielle de 2007. Bon courage par les semaines qui s'annoncent, il va faire vilain temps par chez vous."

Posté le 23 avril 2016 à 17h36 par Michel Janva | Lien permanent

L'Humanité est au plus mal et pourrait disparaître

Il s'agit du Le quotidien le plus subventionné en France sans compter l'annulation de dette vis-à-vis du trésor public accordée par l'Etat en 2013. Personne ne se plaindra de sa disparition :

Ob_e2a75a_les-titres-de-presse-les-plus-aides-e

L'Humanité, c'est ça :

Staline-humanite

Posté le 23 avril 2016 à 14h25 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (18)

22 avril 2016

Et si Canal + disparaissait ?

Images-19On ne pleurerait pas. Vincent Bolloré, président de Vivendi, a déclaré lors de l'AG que la chaîne cryptée ne va pas bien. Elle pourrait accuser un déficit de 400 millions d'euros en 2016. Cette somme s'ajoute aux 264 millions d'euros déjà perdus en 2015. L'endettement de Canal + dépasse le milliard d'euros, tandis que le nombre d'abonnés est en pleine érosion.

Vincent Bolloré a souligné que si ses chaînes en clair D8 et D17 étaient «dans la rentabilité», la chaîne d'informations en continu iTélé est également dans le rouge.

La désinformation sur Canal+, c'est quasiment du quotidien.

Posté le 22 avril 2016 à 08h54 par Michel Janva | Lien permanent

18 avril 2016

Cathophobie de la télévision belge ? (Add)

KTO TV est distribué en Belgique par l'opérateur Proximus (équivalent de Orange).

Pour des raisons dites commerciales Proximus TV a décidé d'arrêter la diffusion de KTO à partir du 30/04/16.

Une pétition a été lancée pour le maintien de ce service. Elle a reçu un large soutien d'ambassadeurs de premier plan et recueilli à ce jour 25000 signatures.

Mais voici que l'opérateur est pris en flagrant délit de mensonge : il annonce que c'est KTO qui a décidé de se retirer, ce qui est totalement faux.

Pour signer la pétition c'est ici.

 

Addendum : Proximus va finalement continuer à diffuser KTO TV.

Posté le 18 avril 2016 à 13h50 par Marie Bethanie | Lien permanent

13 avril 2016

Vincent Bolloré envisagerait de réduire le budget de fonctionnement du Petit Journal

Unknown-59Après "Les Guignols de l'info" passés en crypté et la refonte du "Grand journal", Vincent Bolloré envisagerait de réduire le budget de fonctionnement de l'émission Le Petit Journal, présentée par Yann Barthès, pour la prochaine saison.

Vincent Bolloré réfléchirait à la création d'une nouvelle émission qui pourrait à terme remplacer "Le Petit Journal". Il serait pour ce faire assisté par la société de production Banijay Zodiak, dirigée par Stéphane Courbit. Celle-là même qui produit la nouvelle émission de Michel Denisot, "Le Journal du Festival", à l'occasion du Festival de Cannes.

Posté le 13 avril 2016 à 22h14 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

12 avril 2016

Nuits debout et journées couchées : les grosses ficelles de la bobo-gaucho-médiacrassie

Bernard Antony, président de l’Institut du Pays Libre, communique :

« Nuits debout » fait frétiller toute la faune archeo-soixantuitarde installée dans les médias et celle qui, notamment, se conduit comme propriétaire absolue de la radio nationale France-Inter.

Depuis plusieurs jours chaque matin, à l’émission du prince Patrick Cohen, l’agit-prop d’un anarcho-bobo-gauchisme y bat son plein, avec les invités des donzelles pleines de suffisance qui sont orgueilleusement persuadées d’être les  conductrices  éclairées de l’opinion publique et de la démocratie à la mode éculée de Saint-Germain des Prés du temps de la papolâtrie sartro-maoiste.

Elles reçoivent dans leur palais de la cohennerie des noctambules révolutionnaires soi-disant hors partis dévidant des discours fumeux en langage chaotique, à mettre en déprime grave dans leur purgatoire les idéologues de l’anarchie du temps jadis, les Enfantin, les Bazard, les Fourier, les Proudhon et les Blanqui. Eux au moins exprimaient leurs utopies en une claire langue.

Le montage « nuits debout » est d’une totale hypocrisie. Il est fabriqué par des apparatchiks politico-syndicaux ayant généralement tout le temps de dormir le jour entre leurs préparations de gréviculture. Il n’est en fait que l’expression d’une gauche politicienne gouvernementale aux abois, s’efforçant de creuser, à des fins de récupération, des marigots d’élucubration pour les jeunes, autres que les loges maçonniques vieillissantes avec leurs pompes et leurs œuvres d’un grandiloquent ritualisme suranné.

Les Français les moins au fait de la politique, de ses manipulations et de ses instrumentalisations observent combien le gouvernement du pitoyable Hollande, de plus en plus hagard, et du très fanatique Valls, avec son méchant regard de cobra hypnotiseur, a été impitoyable et antidémocratique dans la répression contre les pacifiques militant de la Manif Pour Tous.

Mais diable, qu’il sait faire la République tendre, douce, compréhensive pour la boboterie noctambule qui peut à son gré occuper et polluer fort peu écologiquement quelques places et empêcher de dormir les quelques derniers travailleurs authentiques subsistant dans les anciennes chambres de bonnes des immeubles aujourd’hui possédés par la gauche friquée.

Les nuits debout ont surtout pour effet d’obscurcir encore plus les capacités de raisonnement de pauvres débiles qui éructent contre les sélections dans l’enseignement et les entreprises. Mais ils ne disent mot devant la réalité du sport capitaliste où, après des sélections impitoyables, on paie à coups de millions d’euros, bien plus que de grands savants, ingénieurs ou médecins, des professionnels certes admirables du coup de pied dans un ballon.

Ce n’est évidemment pas avec la gauche, experte dans l’art de se répartir les rôles de gouvernement et d’opposition que sera mis fin au règne de ce que l’admirable philosophe Simone Weil appelait « le gros animal », expression désignant la globalisation totalitaire des sociétés. Après les monstruosités des totalitarismes communiste et nazi du XXème siècle il n’est que temps d’observer et d’arrêter  la progression du néo-totalitarisme nihiliste d’aujourd’hui dans ses entreprises de déconstruction sociétale … antisociales."

Posté le 12 avril 2016 à 15h13 par Michel Janva | Lien permanent

11 avril 2016

Nuit Debout n'est pas «une forme de contestation inédite en France»

Dans le Figarovox, Madeleine de Jessey s'étonne de la bienveillance médiatique dont bénéficie Nuit Debout :

"Comme beaucoup d'autres médias dernièrement, France Info consacrait hier un reportage d'une étonnante bienveillance au phénomène «Nuit Debout». Les auditeurs pouvaient alors entendre le décryptage d'un sociologue qui, à l'instar de bien d'autres, évoquait avec engouement une «forme de contestation inédite en France.»

C'est avoir la mémoire étonnamment courte - ou volontairement oublieuse. Car il y a trois ans, nous étions, nous aussi, plusieurs milliers de jeunes à veiller, assis ou debout, place Vendôme ou place Dauphine ; place des Invalides ou place de la Concorde ; place de la Sorbonne ou place de la République... Nos veillées se démultipliaient même dans les villes de provinces comme un relais de sentinelles dans la nuit. Nous étions plusieurs milliers de jeunes, assis à la lueurs de quelques bougies, à ressusciter la verve de Victor Hugo, à lire religieusement L'Homme révoltéde Camus, à déclamer avec passion les exhortations de Gramsci, à méditer en silence les pensées lumineuses de Chantal Delsol et les réflexions impertinentes de Fabrice Hadjadj. Nous nous interrogions ensemble sur les maux d'une civilisation en quête de repères et sur les espoirs dont nous pourrions être porteurs.

Nous n'admettions pas de casseurs parmi nous, car nous savions que la non-violence est la plus grande arme des indignés ; nous n'allions pas assiéger les commissariats lorsque plusieurs centaines d'entre nous étaient violemment embarqués en garde à vue pour s'être assis quelques heures en silence, car nous étions là, précisément, pour protéger et pour construire ; nous ne retirions pas les pavés des rues pour y creuser des potagers, car nous aspirions d'abord à «cultiver notre jardin» sans saccager celui des autres ; nous ne dégradions jamais aucune place, car nous étions là, et nous le savions, pour honorer la mémoire des siècles, l'effort de nos pères et la beauté de nos villes.

Alors non, Messieurs les sociologues, Messieurs les grands médias nationaux émerveillés devant «pareil phénomène», ne vous en déplaise: Nuit Debout n'est pas «une forme de contestation inédite en France». Ce qui est tout à fait inédit, en revanche, c'est la bienveillance médiatique, politique et gouvernementale dont ces nouveaux «veilleurs» font l'objet, en grande partie grâce à vous. Et là, il y aurait bien des choses à dire, et nettement plus intéressantes. Mais peut-être est-ce trop vous demander…"

Et depuis 2013, les veillées se poursuivent. Le programme est en ligne chaque semaine sur Le Salon Beige.

Posté le 11 avril 2016 à 17h18 par Michel Janva | Lien permanent

10 avril 2016

Les "petits web soldats du FN"

15041802-les-petits-web-soldats-du-fnLes médias mainstream ont l'air de craindre comme la peste et le choléra l'influence du web sur les électeurs. Peut-être ont-ils raison; peut-être surestiment-ils le potentiel de Facebook et Twitter sur les choix électoraux des usagers du web. Toujours est-il qu'ils estiment que le Salon Beige est très influent pour faire grimper la cote de popularité de Marine Le Pen, si l'on en croit cet article :

"Guilhem Fouetillou, fondateur de Linkfluence qui tient à jour la cartographie politique sur la Toile, évalue la part de l'extrême droite sur le web social à 20% contre 2% à 3% en 2007. L'éventail est large : Egalité et Réconciliation d'Alain Soral, Fdesouche, Novopresse, 24heures-actu, Salon Beige, Boulevard Voltaire, TVLibertés, le Parti des Indigènes de la République, Nouvelles de France...

"On a l'image d'une machine de propagande actionnée d'en haut comme dans l'Empire soviétique. En fait, pas du tout, c'est très explosé avec une multitude de sous-familles, des nostalgiques, des cathos, des identitaires, des xénophobes, des antisémites, des complotistes…"[...]

Bizarre, je n'avais pas eu l'impression que votre blog préféré était destiné à la promotion de quelque personnalité politique que ce soit mais plutôt qu'il travaillait chaque jour à faire avancer le règne du Christ en France; j'ai dû me tromper quelque part...

Posté le 10 avril 2016 à 19h45 par Marie Bethanie | Lien permanent

09 avril 2016

Même pas capable de recopier un titre

La journaliste de Libération commente l'amour de la joie...

  CfhrX8lWsAA8Erb

Posté le 9 avril 2016 à 18h58 par Michel Janva | Lien permanent

08 avril 2016

Exhortation apostolique : France Info viole l'embargo du Vatican

Les journalistes avaient reçu le texte du pape hier en fin d'après-midi. Ils ne devaient rien dévoiler avant ce jour midi. Mais France Info s'est assis sur la déontologie journalistique en publiant, peu après 10h, une première analyse sur le texte, semant d'ailleurs la confusion, avec l'intervention du pseudo-spécialiste Philippe Levillain le bien-nommé, qui a déclaré sur la question des divorcés remariés :

"Il appartiendra dans chaque pays, pour chaque évêque, d'accepter la communion au cas par cas". "C'est un Pape jésuite, il fait en sorte qu'il y ait de la flexibilité."

C'est l'Eglise selon France Infaux : chacun fait ce qu'il veut. Avec l'enseignement de l'Eglise comme avec l'embargo.

 

Posté le 8 avril 2016 à 15h27 par Michel Janva | Lien permanent

07 avril 2016

"Panama papers" : la patte de Mondializator* !

*: alias Georges Soros. George-soros-europes-nightmare-is-getting-worse-and-only-germany-can-make-it-stop-1456x648

Analyse intéressante  sur Boulevard Voltaire.

Et qui finance cette « false flag attack » appelée « Panama Papers » ? La Open Society Foundation du bienfaiteur de l’humanité, grand promoteur du NOM (Nouvel ordre mondial), monsieur George Soros.

Soros hait Poutine qui annonce un monde multipolaire, tout autant qu’il hait Trump, le nationaliste populiste. Tous deux sont les empêcheurs de tourner en rond dans la réalisation des ambitions Soros à mettre en place son NOM.

Cerise sur le gâteau qu’avait déjà divulguée Bloomberg en janvier 2016, le pays offshore financier le plus important au monde est les États-Unis d’Amérique…

En septembre 2015, le directeur général de la « law firm » Rothschild & Co., Andrew Penney, raconte pour Bloomberg comment les riches peuvent éviter de payer des impôts. Son message est clair : « Vous pouvez aider vos clients à transférer leur fortune aux États-Unis en toute sécurité, “tax free” et à l’abri de leurs gouvernements. Certains nous appellent déjà la “nouvelle Suisse”. »

La boucle de la corruption globalisée est bouclée. Qu’est-ce que le Panama face à l’empire « intouchable » ? D’où l’absence de noms américains dans l’affaire du « Panama Papers ». Mais qu’attendent les journalistes du Monde pour nous expliquer tout cela ?

Posté le 7 avril 2016 à 07h05 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (15)

06 avril 2016

Ne jamais succomber aux rumeurs

De Daniel Hamiche dans Christianophobie Hebdo :

"Le 4 mars au matin, des hommes armés prenaient d’assaut la maison des Sœurs Missionnaires de la Charité d’Aden au Yémen. Après avoir tué le gardien, les assaillants massacrèrent quatre des cinq sœurs composant la communauté, et douze autres personnes. Le prêtre indien salésien, Thomas “Tom” Uzhunnalil, aumônier de la communauté, fut enlevé par les assaillants. Un mois plus tard, il nous faut admettre que l’on ignore toujours l’identité des assaillants dont aucun communiqué “revendiquant” l’enlèvement n’a été porté à la connaissance du public jusqu’au 29 mars.

Autour du 20 mars, une rumeur affirmait que les ravisseurs allaient torturer, puis crucifier le Père Tom le Vendredi Saint. Elle fit le tour du monde et fut reprise par des médias “sérieux” et des blogues qui le sont moins, se recopiant les uns les autres… Je n’y ai jamais cru et je me suis abstenu de colporter de telles rumeurs sans fondement. Comment le savais-je ? Tout simplement en faisant scrupuleusement mon métier de journaliste et en m’en tenant aux informations – ou à l’absence d’informations… – des parties prenantes dans cette affaire : les Salésiens de Rome ou de Bangalore, le vicariat apostolique pour l’Arabie méridionale – dont le siège est à Abu Dhabi et qui a juridiction sur le Yémen – et le gouvernement indien. Rien n’accréditait cette rumeur que je n’ai pas souhaité traiter sur L’Observatoire de la Christianophobie tout en répondant, à titre privé, à de nombreux courriels de lecteurs pour les inviter à la prière et… à la prudence.

Le Vendredi Saint arriva et passa sans que rien ne vienne confirmer la rumeur. De manière particulièrement imprudente, le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, crut devoir annoncer, lors de son homélie de la Vigile de Pâques, que le Père Tom avait été crucifié… Repris par la télévision autrichienne, ces propos furent diffusés par la presse internationale. Il me fallut, de nouveau, répondre à de nombreux courriels et mettre en garde des blogues amis contre cette information. On vit même un blogue francophone, se prenant pour une agence de presse, annoncer le lundi 28 mars à 14 heures que le Père Tom avait été crucifié, puis, quatre heures plus tard, qu’il ne l’avait pas été…

Nous savons dé­sormais de source sûre, et depuis le 2 avril, que le Père Tom est vivant, et que sa libération peut être considéré comme « imminente » selon la Conférence des évêques catholiques de l’Inde. La leçon à tirer de cette affaire, c’est que les médias l’ont traitée avec une légèreté incroyable. Ce n’est pas notre manière de procéder à L’Observatoire de la Christianophobie et à Christianophobie Hebdo. Et je crois que nos lecteurs l’apprécient."

Posté le 6 avril 2016 à 10h31 par Michel Janva | Lien permanent

Ces journalistes qui se prennent pour des moralistes

Ingrid Riocreux décrypte dans “La langue des médias” le parler journalistique qui implique un jugement éthique sur les événements. Pour l’auteur, “on passe de la destruction de la langue à la fabrication du consentement”. Ingrid Riocreux relève la faiblesse de la compétence linguistique chez les journalistes, leur volonté d’utiliser des “mots valises” ou des expressions convenues comme le mot “dérapage” ou “phobie”. L’auteur dénonce la dérive du journalisme qui assure de plus en plus nettement une fonction d’évaluation morale. Elle appelle à avoir une saine distance critique envers le traitement de l'information, même à l'égard de la réinformation. En passant, elle confirme que très nombreux sont les journalistes qui lisent FDesouche.

Posté le 6 avril 2016 à 10h24 par Michel Janva | Lien permanent

« Panama papers »: prudence, prudence

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

Images-13"Tous les médias bruissent, ces jours-ci, de l’affaire dite des « Panama papers », se félicitant d’une admirable opération conjointe d’investigation. Il faut reconnaître que l’opération est impressionnante. À la suite d’une fuite, dont a bénéficié le « Süddeutsche Zeitung » l’année dernière, 107 rédactions (dont, en France, celle du « Monde »), réparties dans 76 pays et coordonnées par le Consortium international des journalistes d’investigation, ont étudié, des mois durant, 11,4 millions de documents, « pesant » ensemble quelque 2,6 téraoctets (c’est-à-dire 2 600 milliards d’octets). Ces documents concernent les 214 488 structures offshores créées ou administrées par le cabinet Mossack Fonseca au Panama.

Les résultats sont aussi « alléchants » que le laisse supposer cette impressionnante liste de chiffres. Environ 1 000 Français figurent dans la liste, aux côtés de « stars » ou de personnalités politiques (dont 6 chefs d’État encore en activité).

Je dois avouer que voir clouer au pilori des « pourris » ne me désole pas vraiment. Montrer que l’oligarchie politique sait « préparer ses vieux jours » en détournant l’argent public est également une opération de salubrité publique. Je fais d’autant moins la fine bouche qu’une partie non négligeable de la finance mondiale est, purement et simplement, liée au crime organisé et que, surtout, la frontière entre l’argent sale et l’argent propre est devenue parfaitement poreuse.

Ceci implique qu’un certain nombre des sociétés en jeu dans ces « Panama papers » pourraient conduire les enquêteurs (si enquête il y a...) à des opérations mafieuses – y compris menées avec l’argent public, car les marchés publics sont devenus un moyen particulièrement efficace de « blanchir » de l’argent sale... tout en continuant à se « goinfrer » sur le dos des contribuables.

Voir l’oligarchie mondiale menacée par une enquête d’une ampleur inédite n’est pas franchement pour me déplaire.

Cependant, je ne peux me départir d’un sentiment de malaise. Tout d’abord, au nom de la déontologie journalistique, nous avons été avertis que nous n’aurions jamais accès à la base des données d’origine. Certes, cette base est emplie de données brutes, compliquées à interpréter et il pourrait s’avérer désastreux de jeter en pâture des noms sans que l’on sache leur responsabilité dans la vie de ces sociétés offshore. Mais cette opacité permet aussi de déstabiliser des personnes ou des sociétés, sans que l’on puisse savoir ce qu’elles ont réellement fait.

Pour ne prendre qu’un exemple, je constate que le nom de Michel Platini est donné par les médias, mais nous ignorons s’il a fraudé le fisc français et si d’autres dirigeants de la FIFA sont également mis en cause par cette liste. On peut donc tout imaginer, de la parfaite légalité du compte panaméen de M. Platini jusqu’à un vaste système de concussion, dont tous les dirigeants du foot mondial seraient complices.

De la même façon, nous découvrons le nom de l’inénarrable Cahuzac dans ce fichier. L’homme nous a accoutumés à le considérer comme étant volontiers en délicatesse avec le fisc – quand bien même il aurait été, ces dernières années, l’une des plus hautes autorités fiscales du pays. Mais l’intéressé a déclaré avoir réglé ses problèmes avec le fisc. Son apparition dans les « Panama papers » remonte-t-elle à quelques années (auquel cas elle ne nous apprend rien, puisque nous savions déjà qu’il avait fraudé) ou prouve-t-elle qu’il a menti une fois de plus ? Nous n’en savons rien.

En d’autres termes, cette investigation massive, aussi intéressante soit-elle, ne nous dit, en réalité, pas grand-chose. Surtout, bon nombre de personnes sont traînées dans la boue, alors que certaines au moins ont sans doute respecté la loi de leurs pays : avoir un compte dans un paradis fiscal n’est pas, que je sache, un délit !

J’ajoute que nous ignorons tout sur l’origine de cette fuite. « Le Monde » explique lui-même qu’il n’en sait rien et qu’aucun autre membre du consortium des journalistes d’investigation n’en sait rien (sauf, probablement, le « Süddeutsche Zeitung »). Comment être sûr, dans ces conditions, qu’il ne s’agit pas d’une vaste opération de manipulation ?

Enfin, n’oublions pas que la véritable raison de l’existence des paradis fiscaux réside dans l’existence d’enfers fiscaux, dont la France socialiste est, hélas, l’un des pires exemples.

En un mot, je suis tout prêt à applaudir à cette magnifique opération d’investigation. Mais, avant de m’y risquer, j’aimerais beaucoup en savoir plus!"

Posté le 6 avril 2016 à 09h34 par Michel Janva | Lien permanent

31 mars 2016

Le Petit Journal (encore) pris en flagrant délit de désinformation politique

C'est même pire que de la désinformation, c'est du militantisme politique doublé de malhonnêteté. Le Salon Beige ne se prive pas d'aborder de manière critique certaines dérives ou lacunes du Front national mais la façon dont Canal Plus a truqué son reportage est tout simplement hallucinant comme l'explique Sophie Durocher sur son blog :

"Il s’est passé qu’en France l’émission satirique Le petit journal a proposé un micromontage de l’entrevue de 30 minutes en ne gardant que les portions qui l’arrangeaient. Ils ont charcuté et tronqué une entrevue jusqu’à la dénaturer.

Dans certains cas, ils ont gardé une question de Dussault mais ont complètement occulté la réponse cinglante de Le Pen... C’est à la limite de la propagande (...) Ils n’ont pas gardé un seul des malaises, un seul des silences, quand Le Pen pose une question à Dussault et que celle-ci ne sait quoi répondre.

C’est d’une mauvaise foi hallucinante (...) Je ne prends pas la défense idéologique de Marine Le Pen. Mais occulter ses réponses, parfois très bien envoyées, c’est mentir aux téléspectateurs français sur la nature même de cette entrevue.

Le pire c'est qu'en France, plusieurs médias pourtant respectables, ont écrit des textes basés sur le "remontage" du Petit Journal, sans jamais manifestement avoir visionné l'intégralité de l'entrevue."

C'est pourtant simple. Il suffit de regarder l'interview en intégralité (32'), assez intéressante au demeurant, à la source sur le site de Radio Canada et de comparer avec le "reportage" du Petit Journal.

Posté le 31 mars 2016 à 19h23 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Jésus mort à Pâques : France TV Education retire sa page

Suite à mon post d'hier sur les étranges leçons de christianisme de France TV Education, la chaîne m'a écrit ceci :

"Nous prenons acte de vos remarques, et nous vous présentons nos excuses pour l'erreur qui s'est glissée dans l'article « Les débuts du christianisme ».

L'information a été transmise au service concerné, le dossier sera corrigé dans les plus brefs délais avant sa republication.

Soyez assurés de nos meilleurs efforts à vous satisfaire."

Il n'y avait pas qu'une erreur : espérons qu'ils trouvent les autres. En attendant, la page n'est plus disponible.

Posté le 31 mars 2016 à 16h53 par Michel Janva | Lien permanent

Etat islamique et dissuasion nucléaire

Lorsque Donald Trump évoque la possibilité d'utiliser l'arme nucléaire contre l'Etat islamique, les médias français considèrent que ce dernier est un diplomate de café du commerce, que c'est "un môme de 6 ans avec des armes nucléaires" ou parle d'un "dangereux babillage » sur le nucléaire...

Lorsque c'est le Chef d'état major des armées françaises, Jean-Dominique Merchet estime sur son blog Secret Défense, qu'il ouvre un débat :

Dans le documentaire sur la dissuasion nucléaire (...), le chef d’état-major des armées aborde la question du terrorisme. Interrogé par Jean Guisnel et Bruno Tertrais, le général Pierre de Villiers parle de Daech, se déclarant « persuadé que nous avons à réfléchir sur l’évolution du terrorisme international qui se transforme en État. Cette réflexion doit être corrélée au concept de dissuasion nucléaire », ajoute-t-il.

Dans un domaine où chaque mot est pesé au trébuchet, ces propos ont été validés par l’état-major des armées avant diffusion. Ils méritent d’être notés. Certes, le Cema n’envisage pas de brandir la menace nucléaire contre le Califat en Irak et en Syrie, mais il rouvre un débat.

Le 19 janvier 2006, lors d’un discours à Brest, le président Chirac avait déjà évoqué la question en ces termes : « La dissuasion nucléaire n’est pas destinée à dissuader des terroristes fanatiques. Pour autant, les dirigeants d’États qui auraient recours à des moyens terroristes contre nous (...) doivent comprendre qu’ils s’exposent à une réponse ferme et adaptée de notre part. Et cette réponse peut être conventionnelle. Elle peut aussi être d’une autre nature. » Comprendre : nucléaire."

A l'heure où le débat de la probabilité d'une "bombe sale" aux mains de l'Etat islamique agite les experts nucléaires, ne serait-il pas temps d'arrêter de caricaturer ou de réduire le débat à de petites phrases sorties de leur contexte ?

Posté le 31 mars 2016 à 11h47 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

30 mars 2016

Libération enquête sur les bavures policières contre La Manif Pour Tous

Enfin presque :

Ce0IomYW8AABAdp.jpg-large

Posté le 30 mars 2016 à 21h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

A Pâques nous fêterions la mort de Jésus...

Un lecteur nous signale le site francetvéducation, qui dépend de la chaîne publique financée par nos impôts (désolé pour le pléonasme) France 5. Ce Gorafi de l'éducation est très sérieux, c'est un catalogue d'inepties, un monceau d'analphabétisme religieux à la limite du site parodique qui doit "cultiver l'envie d'apprendre"... Et en effet, on a envie d'aller apprendre ailleurs. Et ne parlons pas des fautes de grammaire qui écorchent le texte. Dans un résumé de toute l'histoire de l'Eglise, on apprend donc concernant Jésus que :

"Sa naissance est aujourd’hui fêtée à Noël et sa mort à Pâques. Le calendrier chrétien, utilisé en France de nos jours, commence le jour et l’année de sa naissance."

"Thomas d’Aquin (1228-1274) estime lui que l’homme étant au centre de la création, la Terre ne peut qu’être immobile au centre de l’univers."

Vous pouvez écrire au site ici.

Posté le 30 mars 2016 à 17h01 par Michel Janva | Lien permanent

"La mission du journaliste est d’entretenir le politiquement correct"

Dans Minute, Joël Prieur analyse l'ouvrage d'Ingrid Riocreux sur les médias (La langue des médias. Destruction du langage et fabrication du consentement, éd. du Toucan). Extraits :

M"[... Dans la langue des médias, Ingrid Riocreux n’hésite pas à faire un sort à tout ce qu’il faut bien appeler des fautes. Elle sort son crayon rouge, et nous, nous sourions. Fautes dans le maniement de la tournure interrogative : « Vous qui êtes un ancien ministre, est-ce que ces mesures vous ont-elles satisfaites ? » (même mon correcteur orthographique n’est pas d’accord). Pléonasmes : « C’est Free – l’opérateur téléphonique – qui a d’abord dégainé le premier. » Répétitions fastidieuses qui révèlent un vocabulaire limité : « Nous suivrons les suites de cette affaire. » Sans compter les emplois incohérents : « Un bilan annuel sera rendu tous les deux ans » ou mal assurés : « La soi-disant théorie du genre » (Il faut dire « la prétendue théorie du genre ». Le genre ne parle pas ; il ne dit rien de soi).

Mais là bien sûr n’est pas l’essentiel de la critique. Simplement un galop d’essai, pour montrer qu’on possède parfaitement cet instrument redoutable qu’est une langue vraiment choisie. Le plus important, en effet, ce n’est pas la grammaire, mais la rhétorique, avec d’abord tout ce qu’elle révèle de pré-pensé non-dit : « Ce non-dit ne résulte pas d’une manière de cacher ou d’arranger la réalité. C’est tout l’inverse : ce non-dit est tel, précisément parce que du point de vue du journaliste, il constitue une évidence incontestable, la seule vérité possible, bref le coeur du dogme. » S’agit-il nécessairement, comme le pensent certains spécialistes de la désinformation, de cacher une partialité de gauche derrière un discours convenu qui sera aussi un discours attendu ? Pas forcément. Ingrid Riocreux ne fait pas de politique. Pour elle, ce « non-dit » des médias (« on nous cache tout, on ne nous dit rien ») représente une condition indispensable à l’ordre social : « La mission du journaliste est peut-être, qu’il le veuille ou non, d’entretenir le politiquement correct, de s’assurer en permanence que les masses communient au mensonge qui les maintient dans une forme de paix même provisoire, même incertaine et fragile, mais en tout préférable à la guerre civile. » « Le Journaliste (comme l’écrit souvent notre auteur) se doit-il de chercher la vérité ? Il est probable qu’exactement à l’inverse, sa mission consiste à l’édulcorer suffisamment pour la rendre acceptable par tous. » Le mensonge est le moyen ordinaire de cette oeuvre de paix sociale. [...]"

Posté le 30 mars 2016 à 07h49 par Michel Janva | Lien permanent

29 mars 2016

Pour Pâques, BFMTV ressort une intox vieille de 4 ans

Pour faire le buzz en cette fête de Pâques, BFM TV a publié un "scoop" :

"Jésus était-il marié? Avec Marie-Madeleine? Une professeure de Havard en est convaincue. Pour étayer ses affirmations qui lui ont valu les foudres du Vatican, un fragment de papyrus par la suite authentifié, mais encore source de controverse."

Le lecteur attentif se souvient que cette affaire date d'au moins 2012 :

"Vous vous souvenez de l'«Evangile de l'épouse de Jésus»? Il y a une paire de mois, le professeur Karen King de la Harvard Divinity School, a présenté avec un grand battage médiatique la découverte d'un petit fragment de papyrus du IVe siècle en langue copte dans lequel Jésus se voyait attribuer les mots «ma femme». Sa thèse - écrit dans un article qui sera publié en Janvier dans la revue théologique de la prestigieuse université américaine - était qu'il s'agissait d'une nouvel Évangile apocryphe qui témoignerait que le célibat de Jésus était un sujet discuté dans les communautés chrétiennes des premiers siècles.

Dès le début, certains avaient déjà mis en doute l'authenticité du fragment, en notant un certain nombre de bizarreries. Mais aujourd'hui, Andrew Bernhard, spécialiste des Evangiles anciens formés à Oxford, va beaucoup plus loin en expliquant comment selon lui «ce faux» aurait été fabriqué. Bernhard soutient en effet qu'il s'agit d'une combinaison très grossière de quelques phrases tirées de l'Évangile de Thomas, l'Evangile (apocryphe) copte retrouvé en 1945 parmi les papyrus de Nag Hammadi, en Égypte. Et il ajoute qu'il a même identifié un certain nombre de coïncidences typographiques suspectes avec la traduction interlinéaire copte/Anglais de ce texte, supervisée par Michael Grondin et accessible à tous ici. [...] Et comme preuve de cette thèse, il cite le fait que le fragment contiendrait même une erreur typographique qui se trouve telle quelle dans le livre publié par Michael Grondin. [...]"

L'affaire était déjà ressortie en mai 2014.

Posté le 29 mars 2016 à 10h07 par Michel Janva | Lien permanent

Attention aux bobards

Ne relayez pas tout ce que vous recevez dans votre boîte courriel. Daniel Hamiche dénonce le retour d'un très vieux bobard qui refait surface comme un virus.

Posté le 29 mars 2016 à 07h31 par Michel Janva | Lien permanent

"Journaliste spécialiste de la Syrie"

Extrait d'un article du 26 mars du Figaro :

CerBi0NWAAMs2SD

Cet article a été modifié et ce passage a été caviardé. Il faut dire qu'entretemps, Palmyre a été totalement libérée. Alors, qui du régime syrien ou de nos journalistes spécialistes nous intoxiquent ?

En Irak, on se prépare à libérer Mosoul.

Posté le 29 mars 2016 à 07h26 par Michel Janva | Lien permanent

22 mars 2016

La presse communiste distribuée gratuitement dans les collèges et lycées de vos enfants

Lu ici :

Najat Vallaud Belkacem a annoncé ce mardi le lancement d’une plate-forme de journaux gratuits dans les collèges et lycées à la rentrée 2016, afin de développer l’esprit critique des élèves et leur apprendre à se méfier de la désinformation sur les réseaux sociaux (...)

Les premiers titres seront Les Echos, Le Monde, Libération, Le Parisien, Le Figaro, La Croix, L’Humanité, L’Express, Courrier International, L’Obs (...)

« La liberté d’expression, ça s’apprend », a souligné Najat Vallaud-Belkacem lors d’une conférence de presse (...)"

Ne cherchez pas Présent, Minute ou Valeurs Actuelles dans les titres proposés car il s'agit bien de bourrer le crâne de nos enfants avec la pensée unique et le politiquement correct des médias encadrants.

En réalité, la liberté d'expression a un coût. Afin que vos enfants aient un accès libre à une presse indépendante et vraiment pluraliste, il faudra vous abonner au choix à Présent, Minute, Valeurs actuelles, Politique magazine, la Nef, L'Homme nouveau, Famille chrétienne, L'Action française 2000, France Magazine, Actuailes...

Et continuer de lire et faire connaître le Salon beige.

Posté le 22 mars 2016 à 17h22 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (15)


     Archives > Europe : le référendum , Europe : politique , Médias : Désinformation

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Europe : le référendum , Europe : politique , Médias : Désinformation