26 avril 2017

En marche vers le cimetière

Analyse venue du Québec :

Posté le 26 avril 2017 à 14h20 par Michel Janva | Lien permanent

22 avril 2017

Pourquoi il faut lire Libération

Vous avez aimé la Une du 8 novembre 2016 ?

Capture d’écran 2017-04-22 à 10.44.53

Alors savourez celle de ce jour :

Capture d’écran 2017-04-22 à 10.45.16

Posté le 22 avril 2017 à 10h47 par Michel Janva | Lien permanent

Mensonges sur l'immigration : les méthodes de la mafia universitaire et des réseaux du Monde

Témoignage de Christophe Guilluy :

« Dans le domaine qui est le mien, celui de la démographie et du territoire, c’est archi-caricatural. Ma discipline est verrouillée par quelques personnages qui ne sont plus là que pour ostraciser. Je reçois désormais des courriels de doctorants qui m’assurent suivre mes travaux, mais m’expliquent qu’il leur est interdit de les citer. Voilà où nous en sommes. C’est le totalitarisme soft dans sa version universitaire. Dit autrement, le système est mafieux : il l’est en ce sens qu’il s’agit de tuer, professionnellement parlant, les pensées dissidentes. C’est la mésaventure qui est arrivée à Michèle Tribalat. Cela fait plus de quarante ans qu’elle accumule les études, statistiques à l’appui. C’est quelqu’un qui produit, contrairement à des gens comme Hervé Le Bras et Emmanuel Todd. Sa carrière a été un long calvaire, elle ne pouvait même plus aller physiquement à l’Institut national d’études démographiques (Ined), elle devait travailler chez elle, tans Le Bras et ses acolytes l’ont harcelée. Pour mémoire, elle avait attaqué, dans les années 1970, Le Bras sur sa méthode, pointant ses erreurs statistiques et le coinçant sur un point de méthode loin d’être négligeable puisqu’il conditionne l’ensemble de ses travaux. Le Bras n’a rien eu à lui répondre, sinon qu’elle prenait la suite des statistiques ethniques sous Vichy. Mal lui en prit, Michèle Tribalat n’a pas eu de mal à prouver qu’il n’y a pas eu de statistiques ethniques sous Vichy ! Qu’importe, le scud était lancé. Interdit de donner les vrais chiffres de l’immigration. En grand manipulateur, Le Bras – et avec lui les réseaux du Monde et la mafia universitaire – a toujours communiqué sur le solde migratoire, arnaque complète. Le tour de passe-passe a beau être énorme, il n’en a pas moins été reçu comme vérité intangible. Or, on ne peut pas considérer qu’il n’y a pas d’immigration au prétexte que de jeunes Français surdiplômés s’installent en masse à Londres ou ailleurs. Tribalat n’en est pas restée là, puisqu’elle s’en est prise à Todd, autre vache sacrée, sur la question des mariages mixtes, autre arnaque. »

Posté le 22 avril 2017 à 10h24 par Michel Janva | Lien permanent

21 avril 2017

La doctrine sociale de l’Église n’est pas facultative

Dans L'Homme Nouveau, Philippe Maxence passe à la critique un dossier du quotidien La Croix :

Une-1637"Élection oblige, notre confrère La Croix s’est récemment souvenu qu’il existe une doctrine sociale de l’Église. Dans son numéro du 10 avril dernier, ce quotidien a voulu en rappeler les principes concernant la famille, l’Europe, l’immigration, l’emploi, la sécurité et le développement durable. Il n'est pas inintéressant de revenir sur quelques aspects évoqués dans ce numéro.

Une affaire d'opinion ?

À quoi sert cette doctrine sociale ? À lire le Père Henri Madelin, dans ce numéro de La Croix, la doctrine sociale de l’Église n’est là que pour aider à se construire une opinion. L’Église, qui a reçu du Christ la mission d’enseigner, est ainsi réduite à n’être qu’un organe de pression idéologique dans le grand débat démocratique. Une sorte de lobby, habillé seulement d'une antériorité et d'une expérience historique Il n’est nullement question ici de guider l’agir social et politique des catholiques pour qu’il régénère la société et la soumette au Christ-Roi.

De l’enseignement de Quas Primas et de la royauté sociale du Christ, rappelé dans le Catéchisme de l’Église catholique, il n’en est d’ailleurs nullement question. De la condamna­tion des grandes erreurs modernes (libéralisme, socialisme, etc.), quasiment pas davantage. Certains grands principes de cette doctrine de l’Église sont bien cités. C’est le cas notamment du « principe de subsidiarité », à propos de l’Europe. Alors que ce dossier de La Croix nous répète à l’envi que l’Église ne prend jamais position dans le débat politique, le jésuite Pierre de Charentenay souligne pourtant qu’elle « soutient sans réserve les deux piliers sur lesquels a été bâti l’édifice européen : la solidarité et la subsidiarité. » Oubliant (ou niant ?) au passage que le principe de subsidiarité dans sa version européiste répond à une logique inverse de celle de l’Église.

Évidemment, tout n’est pas faux dans cette présentation de la doctrine sociale de l’Église. Même à La Croix, on sent qu’une nouvelle génération – la fameuse génération Jean-Paul II – commence à prendre la relève. Elle n’hésite pas à rappeler l’opposition de l’Église à l’avortement et à l’euthanasie, souligne « le droit à ne pas émigrer » énoncé par Benoît XVI ou rappelle les critères de la guerre juste. Alors que manque-t-il ?

Un simple supplément d’âme ?

On ne reprochera pas au quotidien d’être incomplet. Impossible de ne pas l’être dans le cadre étroit d’un journal. Un quotidien n’est pas un traité. En revanche, il aurait été pertinent de rappeler que la doctrine sociale de l’Église n’est pas facultative (« Elle est obligatoire ; nul ne peut s’en écarter sans danger pour la foi et les mœurs », Pie XII, 29 avril 1945) en ses principes mais qu’elle appartient dans son application au champ du jugement prudentiel. La Croix a préféré se placer dans le registre de l’opinion, critère propre à la démocratie moderne, issue des Lumières et de la négation de la vérité.

En outre, il aurait fallu souligner que cette doctrine sociale constitue un tout cohérent. Passer sous silence l’un de ses principes contribue à déséquilibrer l’ensemble et à fausser la vérité de ce qu’il contient. De la même façon, en ne la replaçant pas dans la perspective du règne du Christ et de la primauté du bien commun, on court le risque de la transformer en simple supplément d’âme d’un système profondément anti-chrétien et de ce fait anti-humain. Les catholiques ont-ils pour éternelle vocation de servir de bataillon d’appoint à un monde creux et vide ? Là aussi, il serait bon que, à l’imitation des Pèlerins d’Emmaüs, nos yeux s’ouvrent, en reconnaissant la souveraineté sans limite, ni politique ni sociale, du Christ ressuscité. La période est peut-être propice à un examen de conscience de ce côté-là ?"

Posté le 21 avril 2017 à 08h17 par Michel Janva | Lien permanent

15 avril 2017

Des journalistes du Monde enquêtent 1 mois et demi sur FDesouche pour un résultat sans intérêt

Pierre Sautarel, animateur de FDesouche, a fait l'objet d'une enquête dans Le Monde. Les deux journalistes Ariane Chemin et François Krug ont mené un travail de policier en dehors de toute déontologie et, sans évoquer le site FDesouche, révèlent le secteur où habiterait Pierre Sautarel après s’être lancé dans ce que les deux complices appellent « un jeu de piste ». A retrouver ici. Le titre, qui était "Pierre Sautarel, l'apprenti droitier" est devenu "Pierre Sautarel, l'identitaire mononiaque derrière FDesouche". Allez savoir ce qu'est un 'mononiaque'.

Ces deux journalistes-voyous ne  cherchent pas à comprendre pourquoi et comment un enfant de socialistes est devenu « d'extrême-droite ». Au fond, cet article idéologique révèle une face bien sombre de prétendus « journalistes » qui ne supporteraient pas un seul instant de voir la presse alternative livrer en pâture leur vie privée, leur lieu de villégiature, leurs habitudes personnelles.

Pierre Sautarel, qui a repris la caricature de lui publiée par Le Monde, publie ce petit mot :

C9cYHbAW0AECVVS.jpg-large

Posté le 15 avril 2017 à 11h56 par Michel Janva | Lien permanent

14 avril 2017

Déconnecté

Selon Christophe Barbier, éditorialiste à l'Express :

"Se confronter au terrain pollue l’esprit de l’éditorialiste. Son rôle est de donner son opinion, d’affirmer ses certitudes, par essence improuvables. Afficher avec force ses convictions permet aux lecteurs de s’y frotter pour former les leurs."

Et après on se demande pourquoi la presse est en crise.

Posté le 14 avril 2017 à 19h56 par Michel Janva | Lien permanent

12 avril 2017

Les collabos d'aujourd'hui s'imaginent en résistants d'avant-hier

Lu dans Les 4 Vérités à propos de la polémique sur Marine Le Pen et le Vél d'Hiv :

"[...] il est insupportable de se contenter de cette résistance anachronique contre un national-socialisme fort heureusement mort et enterré, quand on ne lève pas le petit doigt pour s’opposer aux totalitarismes bien actuels. Les censeurs de Marine Le Pen sont pourtant bien complaisants à l’égard de l’islam radical, qui assassine aujourd’hui des milliers d’hommes chaque année. Sans parler de leur complaisance à l’égard du communisme aux 100 millions de morts : en 2017 encore, la France ne comptera pas moins de 3 candidats marxistes-léninistes aux présidentielles. Avant de récrire l’histoire, peutêtre serait-il bon de s’opposer réellement aux actuels ennemis de l’humanité !"

Posté le 12 avril 2017 à 09h06 par Michel Janva | Lien permanent

10 avril 2017

L'islam rend fou, même les camions

Vu sur Breizh info :

Raw-2

L'auteur de l'attentat de Stockholm est un Ouzbek de 39 ans, sympathisant de l’organisation Etat islamique. Ou pas :

Camion_fou2 Camion_3

Posté le 10 avril 2017 à 20h50 par Michel Janva | Lien permanent

Les journalistes en pleine dynamique Mélenchon

Soit il s'agit du même journaliste qui travaille à la fois pour Libération, L'Express, le Parisien, La Croix, Public Sénat...soit quelqu'un dicte aux journalistes ce qu'ils doivent écrire :

C8_bR1yXUAIkWmi

Posté le 10 avril 2017 à 07h01 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

05 avril 2017

Les médias « mainstream » ont un problème avec la vérité

Lu dans Les 4 Vérités :

"Les médias « mainstream » ont un problème avec la vérité. Ils accusent volontiers la « réinfosphère » et l’information alternative de mentir. Pourtant, les mensonges sont au moins aussi répandus dans la « grande » presse. Pour lutter contre le « complotisme » qui aurait cours dans la « réinfosphère », « Le Monde », journal de l’oligarchie s’il en est, a lancé le « Decodex », qui note les sites d’informations selon des critères obscurs. Mais ces notations n’excluent pas des approximations ou des omissions – qui s’apparentent fort à des mensonges. Ainsi l’Observatoire de la christianophobie, dirigé par Guillaume de Thieulloy, est-il présenté comme un site « traditionaliste », alors qu’il s’agit d’un site oecuménique, évoquant toutes les confessions chrétiennes, et comme donnant des informations « non vérifiées », alors que tous ses articles font référnce au minimum à une source et souvent davantage. Détail croustillant : la « preuve » de l’absence de source de l’Observatoire de la christianophobie est donnée par une référence… au « Monde des religions », c’est-à-dire que « Le Monde » est juge et partie ! Si l’on voit comment « Le Monde » méprise des vérités aussi aisées à découvrir, on devine que ses « enquêtes » doivent être des plus contestables. [...]"

Posté le 5 avril 2017 à 09h32 par Michel Janva | Lien permanent

03 avril 2017

Les journalistes de Challenges dénoncent le parti pris pro-Macron de leur rédaction

Posté le 3 avril 2017 à 13h21 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

31 mars 2017

Encore une "fake new" du Monde

Démontée par Dreuz :

"Dans les deux premières lignes de leur courrier de présentation de la nouvelle version du DecodexJérôme Fenoglio, le directeur du Monde et Luc Bronner, le directeur de la rédaction, mentent aux lecteurs et font exactement ce que leur Decodex prétend combattre : de la fausse information et un article trompeur.

Ils écrivent :

«Le journalisme de qualité n’a jamais été aussi nécessaire. Dans cette période où un président américain peut affirmer que les médias sont l’ennemi du peuple…»

Problème, le Président américain n’a jamais rien affirmé de tel. Il n’a jamais dit que les médias sont l’ennemi du peuple. Voici ce que le président Trump a dit :

«Les médias de FAKE NEWS ne sont pas mes ennemis, ils sont les ennemis du peuple américain.»

Fenoglio et Bronner ont publié une fausse information en modifiant ce que le Président américain a déclaré. Ils ont supprimé le mot FAKE pour lui faire dire ce qu’il n’a pas dit. Trump n’a pas dit «que les médias sont l’ennemi du peuple», il a dit que les médias de FAKE NEWS sont l’ennemi du peuple. [...]"

Posté le 31 mars 2017 à 14h43 par Michel Janva | Lien permanent

28 mars 2017

Un sénateur veut-il faire condamner la presse pour diffusion de fausses nouvelles ?

... A moins qu'il ne s'agisse que de lutte contre la liberté d'expression sur internet :

Capture d’écran 2017-03-28 à 18.53.37La sénatrice UDI Nthalie Goulet explique :

"La présente proposition de loi s'est imposée au regard de l'actualité récente concernant notamment le référendum au Royaume-Uni du 23 juin 2016, l'élection présidentielle aux États-Unis d'Amérique du 8 novembre 2016 et les débats parlementaires en Allemagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis d'Amérique. [...]

Cependant, la presse écrite a connu ces dernières années une métamorphose sans précédent avec l'émergence d'internet et du monde numérique. M. Robert BADINTER, lors des débats au Sénat en 2004 rappelait déjà que « la technique a fondamentalement modifié les données du problème. [...] Nous ne sommes plus au temps de la presse imprimée ! Nous sommes tous ici des défenseurs de la liberté de la presse et j'ai, pour ma part, beaucoup plaidé pour elle au cours de ma vie. Mais nous sommes là devant un outil qui est sans commune mesure avec la presse écrite que nous avons connue, et qui était en fait celle de 1881. L'internet pose des problèmes considérables et il faut prendre des dispositions adaptées. » En effet, la presse n'est plus constituée majoritairement de journalistes de métier, consciencieux et expérimentés, ou de jeunes pigistes animés par les idéaux éthiques de la profession. Et comme la profession de journaliste n'est, à juste titre, pas une profession réglementée, chacun peut aujourd'hui publier ses écrits depuis un ordinateur ou un téléphone portable. C'est en soi une très bonne chose, mais il faut prendre acte de cette transformation de la presse qui est aussi et malheureusement à l'origine d'abus de plus en plus nombreux. Par ailleurs, les écrits diffusés n'ont plus cette dimension éphémère qu'avait la presse du XIXe siècle et qui justifiait des délais de prescription très courts ; aujourd'hui les publications en ligne peuvent être consultées en continu et ne disparaissent presque jamais de la toile.

[...] Pour l'essentiel il ressort de ces textes que, concernant l'auteur du texte, il n'y a pas de restriction : toute personne pouvant inventer de fausses nouvelles. C'est le fait de publier, diffuser, reproduire qui est incriminé. La seule élaboration de fausses nouvelles ne suffit pas, sauf à répondre d'un dol pour les matières relevant du droit privé. Le fait de mettre l'information à la disposition du public démontre l'accomplissement d'une étape supplémentaire dans l'iter criminis, étape essentielle justifiant l'incrimination du comportement. S'agissant des « fausses nouvelles », la législation utilise parfois plusieurs termes voisins : il est ainsi question d'informations mensongères, de bruits calomnieux, de nouvelles trompeuses ou destinées à tromper. [...]"

Posté le 28 mars 2017 à 18h58 par Michel Janva | Lien permanent

27 mars 2017

Les journalistes s'inquiètent des arrestations suite à une manif en Russie. Et la France avec LMPT alors ?

Posté le 27 mars 2017 à 22h03 par Michel Janva | Lien permanent

24 mars 2017

Savez-vous ce qu'est une interférence ?

Selon la presse, c'est ceci :

6792342_mlpoutine

Mais ce n'est surtout pas cela :

17032017_macron_berlin_merkel_0

Posté le 24 mars 2017 à 21h44 par Michel Janva | Lien permanent

Notre rôle c'est que les "gens votent correctement"

Dixit un "journaliste" de La Voix du Nord :

Posté le 24 mars 2017 à 16h45 par Michel Janva | Lien permanent

22 mars 2017

Grossière manipulation de LCI sur les chiffres d'affluence à la manifestation de Mélenchon

Alors que LCI concédait à peine "maximum 50.000 personnes" au rassemblement du Trocadéro, les voici, sur base du même outil, à juger que les 130.000 personnes revendiquées par Mélenchon sont crédibles ("en débordant, ça passe") sur la place de la République.

Le hic ? D'après l'outil Mapcheck utilisé par LCI, Trocadéro et République ont à peu près la même surface2,6 hectares pour Trocadéro, contre 2,8 pour République, statue de Marianne et bouche de métro inclues.

Comment dés lors justifier 130.000 sur celle-ci tout en n'en concédant pas plus de 50.000 sur celle-là ? 

Voici la simulation réalisée par LCI :

Image-3

Et voici les chiffres réels, sur une surface identique :

Image-4

LCI a gonflé sa simulation en augmentant artificiellement la surface de République de plus de 70% (les surfaces de la simulation se recoupent et sont comptées plusieurs fois).

Reste à voir si la manipulation est délibérée ou due à l'incompétence d'un journaliste trop heureux de son résultat pour le remettre en question.

Posté le 22 mars 2017 à 19h28 par Michel Janva | Lien permanent

21 mars 2017

Les grossières désinformations du site européiste Euractiv

Dénoncées par Yves Daoudal :

Capture d’écran 2017-03-21 à 19.48.19

Voici ce qu’on peut lire sur Euractiv. Il s’agit du classement des « pays les plus heureux du monde » réalisé par l’ONU.

Or le premier pays dans ce classement est la Norvège, le troisième est l’Islande, le quatrième est la Suisse… Je n’avais pas l’intention d’évoquer ce palmarès, parce que les critères sont forcément liés au politiquement correct si ce n’est avec la culture de mort. Mais le vrai titre n’est pas « Quatre des dix pays les plus heureux sont européens », c’est : « Trois des quatre pays les plus heureux sont des pays européens qui n’appartiennent pas à l’Union européenne. » Et le Danemark n’y appartient que de façon nominale puisqu’il ne participe à aucune des politiques communes du traité de Maastricht.

On pousse donc l’imposture jusqu’à exclure la Norvège, la Suisse et l’Islande de l’Europe. Il est urgent de lancer un avis de recherche. Sur quel continent et sous quelle culture ces pays-là sont-ils donc allés ? (Quant à la France, elle est en… 31e position…)

Si vous voulez une autre nouvelle d’Euractiv, site européiste qui se présente comme très sérieux, en voici une autre qui n’est pas piquée des vers : le Frexit aboutirait illico à un arrêt cardiaque de la finance mondiale. Oui, mondiale… Quand on promet l’apocalypse, on ne fait pas dans la dentelle.

Capture d’écran 2017-03-21 à 19.48.26

Posté le 21 mars 2017 à 19h50 par Michel Janva | Lien permanent

Emmanuel Macron, jugé le plus convaincant... après Juppé et Montebourg

Un grand bravo à Emmanuel Macron qui a été jugé "le plus convaincant" après le débat d'hier soir sur TF1.

Il rejoint ainsi Alain Juppé, "jugé le plus convainquant" lors des débats à la primaire à droite.

Et Arnaud Montebourg, jugé "le plus convainquant" lors des débats à la primaire à gauche.

Posté le 21 mars 2017 à 18h53 par Michel Janva | Lien permanent

20 mars 2017

Nouveau "Fake news" médiatique : « Trump a refusé de serrer la main d’Angela Merkel »

Démonté par Dreuz :

Capture d’écran 2017-03-20 à 07.07.44

Capture d’écran 2017-03-20 à 07.08.14Ces médias ont du louper quelques séances de la rencontre :

Capture d’écran 2017-03-20 à 07.09.19 Capture d’écran 2017-03-20 à 07.09.36

Le porte-parole du président américain, Sean Spicer, a rejeté l'idée que Donald Trump aurait volontairement ignoré la chancelière allemande :

"Je ne pense pas qu'il ait entendu la question".

Sur la vidéo, on peut entendre un photographe demander un "handshake" (poignée de main), et voir Angela Merkel se tourner vers le président américain, lui demander s'il est d'accord puis se raviser, Trump restant de marbre.

Donald Trump a également nié cette version des faits, dénonçant des "fake news" : "En dépit de ce que vous avez entendu de la part des FAUSSES NOUVELLES. J'ai eu une EXCELLENTE rencontre avec la Chanclière Angela Merkel":

Posté le 20 mars 2017 à 07h59 par Michel Janva | Lien permanent

16 mars 2017

On condamne France 2 pour la caméra cachée à Sevran et non C8 pour le FN

La chaîne C8 avait-elle le droit de filmer le FNJ en caméra cachée ? Pour Jean-Yves Le Gallou, La réponse a été apportée par l’ensemble des médias il y a deux jours avec la condamnation du reportage dans le bar de Sevran, procédé jugé contraire à la déontologie, et d’autant plus scandaleux qu’il y a eu des coupures.

Posté le 16 mars 2017 à 22h08 par Michel Janva | Lien permanent

15 mars 2017

C8 envoie un journaliste faire de la provocation pour collecter des témoignages à charge

Nicolas Bay, secrétaire général du FN, a dézingué le documentaire de Guy Lagache, lui aussi présent dans l'émission, sur les jeunes du FN diffusé sur C8 :

"Vous faites en réalité ce que vous appelez pudiquement de l'immersion, mais c'est en réalité de la caméra cachée pendant deux mois avec un jeune de 22 ans, que vous envoyez là pour faire de la provocation. Tous les témoignages qui m'ont été rapportés, expliquent que ce garçon faisait en permanence de la provocation en les incitant à aller toujours plus loin, en les emmenant sur des sujets délicats, donc c'est des méthodes qui discréditent toute la profession. (...) Non seulement ce sont des méthodes de voyou, Monsieur Lagache, mais ce sont aussi des méthodes de paresseux."

 

Posté le 15 mars 2017 à 22h49 par Michel Janva | Lien permanent

La précision selon Le Monde

133778_couverture_Hres_0Le "quotidien de référence" évoque dans un article la biographie consacrée à Marion Maréchal Le Pen, signée par Michel Henry, ancien correspondant de Libération à Marseille, aujourd’hui journaliste indépendant. Selon Le Monde,

"le livre retrace avec précision le parcours politique d’une héritière"

En guise de précision, voici ce que l'on trouve quelques lignes en dessous :

"On revient sur ses années de collégienne à la Fraternité Saint-Pie-X de Saint-Cloud"

Confondre l'institution scolaire Saint-Pie X de Saint-Cloud tenue par les religieuses Dominicaines du Saint-Esprit avec la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X, ce n'est pas vraiment faire preuve de "précision". Ou alors, nous allons apprendre que la Fraternité Saint Pie X possède une basilique au sein du sanctuaire de Lourdes...

Il est nécessaire que le Décodex enquête sur ce quotidien.

Posté le 15 mars 2017 à 21h50 par Michel Janva | Lien permanent

Défiance envers les journalistes, pourquoi un tel discrédit ?

C'est le thème du dernier documentaire de Réinformation.tv :

Défiance envers les médias : pourquoi un tel discrédit ? from Reinformation.tv on Vimeo.

Posté le 15 mars 2017 à 19h17 par Michel Janva | Lien permanent

14 mars 2017

Faire confiance aux journalistes ? Ce n'est pas gagné

Le sondage mis en ligne par Eric Brunet rencontre un succès certain :

Capture d’écran 2017-03-14 à 18.15.55

Posté le 14 mars 2017 à 18h17 par Michel Janva | Lien permanent

Ecoles libres : les fantaisies de la presse de gauche

Le Point publie un article à charge sur les écoles hors contrat, article non signé destiné à faire trembler dans les chaumières :

Capture d’écran 2017-03-14 à 06.58.57

Dès le début, c'st fantaisiste, preuve que celui ou celle qui a rédigé cet article a écrit n'importe quoi :

"Cinq cent mille enfants sont actuellement scolarisés dans un des 1 300 établissements vantant les mérites d'une éducation confessionnelle (pour 300 d'entre elles) ou « alternative » (Montessori, Steiner, etc.)."

Soit une moyenne de plus de 380 enfants par établissement... Les chiffres donnés par l'Education nationale avoisinent seulement les 62 000 élèves dans les quelques 880 écoles hors contrat.

Avec des "informations" aussi grossières, difficile de croire en la suite de l'article.

Posté le 14 mars 2017 à 07h06 par Michel Janva | Lien permanent

13 mars 2017

La désinformation dénoncée depuis le Québec

Un grand moment :

Posté le 13 mars 2017 à 11h43 par Michel Janva | Lien permanent

Situation en Syrie, suite (11)

Depuis notre dernier bulletin, la situation a évolué favorablement pour les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés. Notre point s'intéresse essentiellement au Nord et à l'Est du pays.

10m_09_25_syria_war_map-1024x952

Au Nord-Est, les forces syriennes ont poursuivi leur mouvement offensif jusqu’à l’Euphrate qu’elles ont atteint il y a quelques jours, s’assurant notamment le contrôle d’une usine de traitement de l’eau très importante pour le ravitaillement de la population d’Alep. Ce succès, facilité par le peu de combattivité de Daesh dans la zone, met les forces syriennes en position favorable pour participer à la reprise ultérieure (pas avant plusieurs mois) de la ville de Raqqa, « capitale » de « l’Etat islamique », plus à l’Est. Les Etats-Unis renforcent d’ailleurs leurs capacités dans la région, en termes de soutien logistique comme de forces au sol, les unités kurdes n’ayant pas les moyens de mener seules cette action décisive.

Toujours dans le Nord, l’évolution de la situation semble traduire dans les faits une coopération quasi explicite entre les Russes et les Américains. En effet, la prise d’Al Bab, péniblement obtenue par les forces turques et leurs alliés, pouvait permettre à ces forces d’entreprendre une conquête de la zone Kurde plus à l’Est, centrée sur la ville de Manbij, et tenue avec succès par des forces kurdes appuyées par les forces américaines. Afin d’éviter cette confrontation, et d’interdire de fait à la Turquie de céder à la tentation d’étendre son viol de la souveraineté syrienne tout en s’en prenant directement aux Kurdes, ceux-ci ont remis le contrôle de la zone à l’Ouest de Manbij aux forces syriennes, et russes, représentées par un détachement du bataillon de police militaire déployé à Alep. Ce qui donne lieu à quelques escarmouches entre pro-turcs et forces syriennes, et d’autre part à des scènes de fraternisation entre forces syriennes et russes (en l’occurrence le bataillon de police militaire tchétchène).

Video en russe (avec une courte synthèse en anglais ici)

Si une escalade entre Syrie et Turquie n’est pas à exclure totalement, elle semble toutefois peu probable, dans la mesure où ces dispositions ont suivi une réunion entre les chefs détat-majors turc, américain et russe, dont on peut estimer qu'elle visait notamment à coordonner ces actions.

Au Nord-Ouest, la situation dans la région d’Idlib est stable, et marquée par plusieurs affrontements entre milices djihadistes, qui semblent toutefois s’être soldés par un accord. L’armée syrienne a mené des offensives limitées à l’Ouest d’Alep, de manière à soustraire les quartiers occidentaux de la ville aux tirs d’artillerie des djihadistes.

Au centre Est, le principal évènement, dont nous avons rendu compte il y a quelques jours, est la reprise magistrale de la ville de Tadmur (et de la cité antique de Palmyre) avec une forte implication russe en matière d’appui aérien rapproché (hélicoptères Kamov 52 notamment) et de forces spéciales au sol (des images ici et ). Cet engagement s’est d’ailleurs traduit par des pertes russes, dont un officier général grièvement blessé par l’explosion d’une mine ou d’un engin explosif improvisé.

Plus globalement, les récentes visites à Moscou des chefs d’Etat turc et israélien  ainsi que les affirmations du président Assad sur le rôle de la Chine dans la reconstruction syrienne, laissent entrevoir le développement de solutions politiques de plus long terme. La video suivante, toujours en anglais, (mais les bonnes volontés sont les bienvenues pour consacrer du temps à la traduction), rend compte d’un certain nombre d’hypothèses quant à l’évolution du Proche et Moyen-Orient après la défaite militaire de Daesh.

Le texte anglais de cette video peut être lu ici.

Comme nous l'avons déjà mentionné, nous soulignons que les informations relatées proviennent de sources assez limitées en nombre, et presque exclusivement en anglais. N'hésitez pas à nous communiquer en liens des sources alternatives, en français notamment, qui présenteraient le même degré de précision.

Posté le 13 mars 2017 à 08h58 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (0)

"Chère madame, les Français n'ont plus aucune confiance dans les médias. Vous en êtes consciente ou pas ?"

Posté le 13 mars 2017 à 08h55 par Michel Janva | Lien permanent

08 mars 2017

"Dommages collatéraux": vers la fin de l'angélisme occidental ?

Intéressante analyse de Caroline Galacteros, polémologue, géopoliticienne et colonel de réserve, qui revient dans les pages son blog revient sur les biais d'analyse de "nos" medias et de "nos" "experts" quand il s'agit de rendre compte des actions de la coalition dirigée par les Etats-Unis d'une part, de celle appuyant le gouvernement syrien d'autre part. Extraits.

"Telle est la réalité que l’on n’a pas voulu voir et que l’on continue à taire : Il n’y a pas que les Soukhoï, les Migoyan-Gourevitch ou les lance-roquettes multiples Grad fabriqués en Russie qui tuent des innocents. Nos chasseurs-bombardiers Rafale ou nos pièces d’artillerie Caesar de 155 mm qui viennent en soutien de l’infanterie irakienne peuvent aussi faire des morts. La question n’est pas vainement polémique mais fondamentalement politique. Nous devons prendre conscience que la guerre ne peut être une virtualité mise à distance par la technologie. Elle ne peut se faire sur un champ de bataille stérilisé comme la table d’opération d’un chirurgien. La guerre n’est pas qu’un phénomène militaire. Elle s’inscrit dans un contexte politique, économique, social et culturel et en vérité éminemment humain, que l’on ne peut balayer d’un revers de la main, et finalement, nous entretenons avec la guerre une proximité bien plus grande que nous ne voulons le reconnaître. Le monde du 21e siècle n’est pas celui de la fin de la guerre (pas plus que celui d’une “fin de l’Histoire” d’ailleurs). La guerre n’est pas un résidu, une survivance que l’on aurait réussi à endiguer aux confins du monde néolibéral dans des enclaves d’arriération politique qu’il serait possible d’épurer de leurs scories rétrogrades - en l’espèce islamistes - en séparant cette ivraie d’un bon grain civil épargné par nos armements d’une précision chirurgicale. Il nous faut enfin prendre conscience que les décisions de politique étrangère, mais souvent aussi de politique intérieure (pensons en France au cocktail explosif de l’intégration bloquée, de l’immigration continue et de la paupérisation des classes populaires et moyennes) peuvent avoir des conséquences guerrières, donc meurtrières. Les chefs d’Etat et de gouvernement “fabriquent” cette matière que l’on nomme l’Histoire et ne sont pas de simples comptables pour lesquels la complexité historique se réduirait à un équilibre des comptes publics."  

[...] En l’occurrence, Alep n’a pas plus été une “sale guerre” que Mossoul n’a de chances d'être une “guerre propre”. On peut critiquer la brutalité de la tactique russe, celle d’une Armée syrienne historiquement formée et encadrée  par les cadres de l’Armée rouge, mais on ne peut crier au génocide en faisant mine de croire que la Coalition (avec pour chef de file les Etats-Unis…) allait quant à elle pouvoir miraculeusement épargner les populations civiles à Mossoul. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’accabler les Américains ! Les erreurs stratégiques américaines commises depuis 2003 ayant très largement participé à l’éclosion de Daech, il fallait bien que les Etats-Unis soutiennent le gouvernement de Bagdad et les autorités d’Erbil pour reprendre Mossoul, la grande ville sunnite de l’Irak, détruire l’Etat islamique avant de trouver – on en est encore très loin ! – un compromis politique viable offrant aux Sunnites des garanties et des contreparties vis-à-vis de la domination politique chiite."

Posté le 8 mars 2017 à 08h44 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (1)

Si les opposants à Poutine subissaient ce que vit Fillon, nos médias s'indigneraient

Concernant les affaires judiciaires subies actuellement par Marine Le Pen et François Fillon, Jean-Yves Le Gallou déclare dans Minute :

Capture d’écran 2017-03-07 à 18.14.01"Pour apprécier la situation, il faut faire un effort d’imagination et se télétransporter. Imaginons qu’il y ait une élection présidentielle en Russie et que, tous les deux jours, l’un des deux principaux candidats d’opposition, ou les deux, soit perquisitionné, convoqué chez les juges, mis en examen ou que ses proches se trouvent dans cette situation. Evidemment, l’ensemble des médias mondiaux, les médias français au premier chef, crierait à l’atteinte à la démocratie. Sauf que ce que je viens de décrire ne se passe pas – et ne s’est pas passé – dans la Russie de Vladimir Poutine mais se déroule actuellement dans la France de François Hollande…

La séparation des pouvoirs exige que le pouvoir judiciaire reste dans son lit et qu’en tout cas, en période électorale, il fasse preuve d’un minium de retenue. Or ce n’est pas du tout à cela qu’on assiste mais, au contraire, à un véritable séquençage des opérations judiciaires en fonction du calendrier électoral et de l’intérêt de la presse pour une « feuilletonnisation » des supposées « affaires » Fillon et Le Pen. En polluant délibérément la campagne électorale, les juges commettent une forfaiture. [...]

Posté le 8 mars 2017 à 08h07 par Michel Janva | Lien permanent

05 mars 2017

Marine Le Pen : "Vous BFMTV soutenez Macron de manière éhontée"

Posté le 5 mars 2017 à 19h48 par Michel Janva | Lien permanent

04 mars 2017

Temps de parole des candidats : la presse roule pour Macron

C6EnEBgWQAADk9D.jpg-large

Posté le 4 mars 2017 à 17h37 par Michel Janva | Lien permanent

02 mars 2017

Situation en Syrie, suite (10): Palmyre de nouveau libérée !

Le chef de la délégation syrienne aux négociations de Genève, confirmé dans ses propos par le ministre russe de la défense, a annoncé que l'armée syrienne et ses alliés ont au moins repris le contrôle des hauteurs contrôlant la ville à l'Ouest, et de la partie antique de la cité, ce dont témoigne également la photo du correspondant de Anna-news dans le théâtre où l'on voit clairement les destructions récemment perpétrées par les terroristes de Daesh. Quelques reprises de cette nouvelle sur Sputnik, southfront ici et ici, et RT .

UCvsdZym1nc

Posté le 2 mars 2017 à 21h56 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (2)

Complaisance de la presse envers Emmanuel Macron

Question posée sur Twitter par la rédactrice en chef de L'Express :

Capture d’écran 2017-03-02 à 18.27.53

Les autres partis n'ont pas droit à autant d'égard. Par exemple, le FN c'est noir ou brun (et non pas bleu marine).

Posté le 2 mars 2017 à 18h29 par Michel Janva | Lien permanent

Les fake news financières des médias industriels

De Ludovic Greiling dans Politique Magazine :

"« Les marchés rassurés par le discours de François Fillon » titrait Le Figaro du 1er mars, après l’annonce par l’ancien premier ministre de son maintien dans la course à la présidentielle.

« Sur les marchés, on appelle cela le « spread » Le Pen. Ou la « prime de risque » Le Pen en bon français » écrivait le rédacteur en chef des Echos le 27 janvier dernier, lançant cette thématique dans les médias industriels.

Les « marchés » ont-ils été rassurés par le discours de François Fillon ? Les taux d’intérêts de l’Etat français augmentent-ils à cause de la possibilité de voir Marine Le Pen arriver au pouvoir, comme le répètent désormais les grandes chaines ? Un simple coup d’œil sur l’analyse technique dément ces allégations.

Le 1er mars, l’indice des plus grandes entreprises cotées en France a grimpé continuellement dès l’ouverture de la séance, à 9 heures, totalement indifférent aux affres de l’affaire Fillon (annulation surprise de sa visite au salon de l’agriculture, puis conférence de presse annonçant qu’il poursuivait sa campagne).

Quant aux rendements des obligations d’Etat, ils suivent une hausse généralisée dans la zone occidentale, en raison d’une petite pique d’inflation.

CAC-40-1er-mars-2017-300x225Graph 1 : CAC 40 le 1er mars 2017. Les spéculateurs sont indifférents à l’affaire Fillon.

L’introuvable « spread Le Pen »

Depuis le mois de septembre, les gérants obligataires prennent leurs bénéfices sur ces titres, alors que ceux-ci ont connu une bulle financière historique ces trois dernières années. Le rendement de l’obligation d’Etat allemand est ainsi passé d’un territoire négatif (-0,14%) à un taux de 0,4%, celui de l’Italie a grimpé de 1,15% à 2,3%. Des mouvements similaires ont été observés en Espagne, mais aussi en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.

« Un mouvement général et bienvenu » commentait un gérant obligataire il y a un mois.

Et l’Etat français ? Il lui en coûte désormais 0,9% annuel pour s’endetter à dix ans auprès des banques privées, contre 0,2% en septembre.

Le fameux écart avec les taux allemands n’a quasiment pas bougé…

Le très politisé Institut Montaigne

Dernière fake news, la répétition en boucle d’une étude de l’Institut Montaigne. Selon cet organisme, l’accession de Marine Le Pen à l’Elysée pourrait amputer le PIB français de 10 points de PIB. Problème : l’Institut Montaigne est engagé dans cette campagne présidentielle.

Présidé jusqu’en janvier dernier par l’ancien patron d’Axa, Henri de Castries, qui est aujourd’hui le principal soutien du candidat Fillon, le lobbie est aussi inextricablement lié au candidat Macron. L’association ‘En marche’ est en effet domiciliée à l’adresse personnelle de Laurent Bigorgne, le directeur de l’Institut Montaigne.

A l’approche de l’élection présidentielle, les analyses économiques ont une fâcheuse tendance à se politiser…"

Posté le 2 mars 2017 à 07h52 par Michel Janva | Lien permanent

27 février 2017

Télévision : la chute

Images-6La révolution internet avec l’explosion des plateformes de vidéos en ligne pose une sérieuse question quant à la durée de vie restante du média télévisuel. TF1 voit sa part de marché en constante chute libre depuis 1995, avec 37,3% de part de marché à cette époque pour se retrouver à 22,9% en 2014. La part des investissements publicitaires bruts des annonceurs sur le marché de la télévision, qui s’établissait à 40% pour TF1 en 2010, a perdu 7 points en à peine 4 ans, s’établissant à 33% en 2014 pour le groupe privé. Sur l’année 2015, le CA du groupe a baissé de 87,5 millions (-4,2%) par rapport à l’exercice précédent, pour un total de 2,004 milliards d’euros. Ce chiffre d’affaires, qui était évalué en 2007 à 2,763 milliards d’euros, a donc perdu près de 30% en seulement 8 ans. 

En 2014, les Français ont regardé la télévision en moyenne 3 heures et 41 minutes par jour, soit 5 minutes de moins qu’en 2013 et 9 minutes de moins qu’en 2012. Mais cette baisse est particulièrement criante chez les jeunes : les jeunes de 13 à 24 ans regardent en moyenne 1h30 la télévision par jour, contre 3h41 pour l’ensemble de la population française. Ils privilégient la télévision de rattrapage (replay) mais aussi des plateformes de vidéos en ligne.

Si la télévision est encore leader, cela ne devrait pas durer éternellement. La publicité télévisuelle est en baisse. A l’inverse, la publicité sur internet a explosé sur cette même période, passant de 1,5 milliard d’euros en 2010 à près de 2,5 milliards d’euros en 2014. Lorsque l’on sait que les revenus publicitaires constituent la principale ressource financière des groupes audiovisuels (59,7% du CA du groupe TF1 SA pour exemple), la question portant sur la pérennité de ce modèle économique a le mérite d’être posée.

C'est à un rééquilibrage que l'on assiste : la fin annoncée du monopole de la télévision indique que les Français vont de nouveau choisir la source de leurs informations afin de sortir du politiquement correct et de la pensée unique. La diversification de l'offre, avec la TNT et internet, permet désormais d'avoir des donc de cloches différents, ce qui ne plaît pas à certains médias, jaloux de leur monopole. Quand l'information était détenue par l'ORTF les élites hurlaient à la dictature, mais détenue par Drahi et Bergé, on vante son pluralisme !

Posté le 27 février 2017 à 08h36 par Michel Janva | Lien permanent

26 février 2017

La chute de l'icône médiatique Mehdi Meklat

Mehdi Meklat, journaliste pour le site d’information Bondy Blog, s’est fait prendre la main dans le tweet. L’individu a été rattrapé par son passé : Tweets anti-français, attaque contre les homosexuels et les juifs, le trublion banlieusard était finalement bien loin de l’image qu’on lui prêtait. Des soutiens sont venus à son secours : Pascale Clark, Christiane Taubira, Claude Askolovitch…. Quand une icône des banlieues tombe, c’est la machine médiatico-bobo qui s’enraye.

Posté le 26 février 2017 à 12h20 par Michel Janva | Lien permanent

24 février 2017

"Le véritable contre-pouvoir, c'est Internet, les réseaux sociaux, c'est vous"

Capture d’écran 2017-02-24 à 20.24.54En meeting dans la Drôme ce vendredi, Marine Le Pen s'en est pris directement aux médias :

"le véritable contre-pouvoir, ce n'est plus la presse". "Le véritable contre-pouvoir, c'est Internet, les réseaux sociaux, c'est vous (…) Les médias ne se comportent plus comme des contre-pouvoirs mais comme les petits fayots du système".

Posté le 24 février 2017 à 20h27 par Michel Janva | Lien permanent

23 février 2017

Les médias veulent contrôler exactement ce que les gens pensent

MC'est l'aveu de la journaliste américaine Mika Brzezinski sur MSNBC, lors d'une discussion sur le président Donald Trump, qui a demandé aux Américains d'être sceptiques face aux déclarations de la presse.

"Joe Scarborough : Exactement, c'est exactement ce que j'entends, ce que Yamiche a dit est ce que j'entends de tous les partisans de Trump avec lesquels je parle, qui sont les électeurs de Trump et qui sont encore des partisans de Trump. Pourquoi êtes-vous si surpris? Il fait exactement ce qu'il a dit qu'il ferait.'"

Mika Brzezinski : Eh bien, je pense que le danger, vous savez, c'est qu'il essaie de saper les médias et de relater lui-même ses propres faits. Et il se pourrait que si le chômage et l'économie se détériorent, il minerait les messages afin de pouvoir contrôler exactement ce que les gens pensent. Et c'est notre travail."

Ce commentaire n'a pas heurté les participants.

Posté le 23 février 2017 à 19h12 par Michel Janva | Lien permanent

22 février 2017

Méfiez-vous des "fakes news" propagées par les médias subventionnés

Breizh-info publie 2 articles pour éviter la désinformation, ici et . Extrait :

"[...] Contrairement à ce qu’affirment certains médias estimant être les grands éclaireurs du peuple, il n y a pas de source qui offrirait « plus de crédibilité » qu’une autre.

Il y’a simplement des blogueurs amateurs, des professionnels, des bons journalistes mais aussi des idéologues, des monomaniaques, des menteurs, des pervers, des escrocs…comme c’est déjà le cas dans la vraie vie tout simplement.

On voit d’ailleurs les limites de cette « crédibilité » – que seraient censés avoir les médias subventionnés dans l’affaire Mehdi Meklat, qui posait tout détendu en ce mois de février en photo avec Christine Taubira, ancienne garde des Sceaux, tout en ayant infesté ses réseaux sociaux il y a quelques mois ou années de propos anti-blancs, homophobes, antisémites...

Ils ne sont ni plus, ni moins crédibles que d’autres médias, que d’autres sources, qui, elles aussi, informent, alertent, commettent des erreurs, les rectifient, ou pas …

Par ailleurs, face à une information qui circule sur les réseaux sociaux, mais également à la télévision ou reprise en boucle par tous les grands médias subventionnés, il faut toujours se demander tout d’abord qui la propage et quels sont ses enjeux. Pourquoi est-ce que je retrouve souvent le même message sur Ouest-France et sur Le Monde ainsi que sur Le Figaro, la Croix, Le Telegramme, Libération ? Pourquoi est-ce que Théo est devenue une icône médiatique – alors que les caméras de surveillance semblent confirmer la version policière – tandis que les policiers grièvement brûlés au cocktail molotov ne le sont jamais devenus ?

Par ailleurs, si vous vous connectez à votre média préféré, gardez toujours avec vous votre esprit critique. C’est justement parce que c’est votre média préféré et qu’il possède une ligne éditoriale que vous appréciez qu’il faut aller voir et consulter ailleurs, afin de voir ce qu’il s’y dit et afin de ne pas vous auto intoxiquer.

Pour toujours garder votre esprit critique, fabriquez vous votre opposé sur Internet. Vous êtes de gauche ? Alors créez un profil facebook de droite, cherchez des amis de droite, des informations de droite…et faite la même chose dans l’autre sens. Vous verrez, ça fait du bien, ça ouvre l’esprit, et ça permet de garder les pieds sur terre. [...]

Posté le 22 février 2017 à 15h32 par Michel Janva | Lien permanent

21 février 2017

Mehdi Meklat quitte la France

La Fachosphère met en oeuvre la remigration...

Harcelé par FDesouche, qui a obligé ses soutiens à le renier en mettant en exergue son racisme, son antisémitisme, ...(Pascale Clark s'est dite horrifiée par les propos de Meklat alors qu’elle invitait les internautes à le suivre), Mehdi Meklat a répondu à Télérama "depuis l’aéroport, où il s’apprêtait à partir, quelque temps, loin de la France et de la tourmente." On aimerait savoir où.

C5JWAfKWcAAIYj-Même Christiane Taubira s'est sentie obligée de se justifier sur Facebook. Maladroitement, en écrivant que les livres de cet individu seraient bien écrits. Cliquez sur l'image de l'extrait ci-joint pour vous faire une idée. Et encore, j'ai mis ce que j'ai trouvé de moins vulgaire.

Tandis que Libération tente de sauver le Bondy Blog, qui ne ressort pas grandi par cette affaire, la fachosphère, qui fait le boulot que la presse ne fait pas, est en train de ressortir les tweets de Badrou, le compère de Mehdi Mekrat.

Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah écrivaient à quatre mains sur le Bondy Blog leurs chroniques sur la vie en banlieue. Pascale Clark leur donna en 2010 une chronique radio dans son émission sur France Inter. Il réalisa avec Badroudine Saïd Abdallah pour la chaîne télévisée Arte les chroniques vidéos Vie Rapide en mars 2015. En 2015, il publia son premier roman, Burn out, coécrit avec Badroudine Saïd Abdallah. Avec le journaliste Mouloud Achour ainsi que son acolyte Saïd Abdallah, il est le cofondateur de la revue annuelle Téléramadan, dont le premier numéro est sorti le 6 juin 2016. Le 31 janvier 2017, avec Saïd Abdallah, il fait la une des Inrockuptibles avec Christiane Taubira.

Posté le 21 février 2017 à 22h55 par Michel Janva | Lien permanent

Mais pourquoi Décodex fait passer Doctissimo d'orange à vert ?

Doctissimo-17Pour en savoir plus, lire cet article de Les Crises (site classé orange).

Posté le 21 février 2017 à 21h56 par Michel Janva | Lien permanent

Affaire Théo : la patronne de l'IGPN pointe les imprécisions des médias

Unknown-2A la tête de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), Marie-France Monéger-Guyomarc'h dirige les enquêteurs chargés de faire la lumière sur l'interpellation du jeune Théo. Dans un entretien accordé à L'Express, elle critique les "imprécisions" relayées par certains médias. Extrait :

"[...] Ce qui est gênant, ce sont toutes ces imprécisions proférées à longueur de journée dans les médias ou lors de certaines interventions. Elles donnent l'impression que l'IGPN ne fait pas son travail, se montre partiale et enquête à l'avantage de ses collègues. Quand j'entends dire, à tort, que notre rapport mentionne "un accident" ou un "viol involontaire", les bras m'en tombent. Cela n'existe pas en droit. Nous n'avons évidemment pas utilisé ces termes inadéquats, mais une qualification du code pénal qui s'appuie sur ce que nous avons constaté, vu et entendu. Je signale à ce propos que le code de procédure pénale impose au service de police enquêteur de qualifier juridiquement les faits, ce que l'on nous a injustement reproché et qui a pourtant été largement diffusé. [...]"

Posté le 21 février 2017 à 19h15 par Michel Janva | Lien permanent

Que signifie "A minima" ?

L'art du titrage: Marine Le Pen a été reçue par le président libanais, le Premier ministre, le patriarche maronite, le dirigeant du parti des Forces Libanaises Samir Geagea, le président du parti Kataeb Samy Gemayel, Ziad Shbib le Gouverneur de Beyrouth, Gebran_Bassil, Ministre des Affaires étrangères ... et Le Monde trouve le moyen de titrer :

C5M_lu_WEAUmp-w

Posté le 21 février 2017 à 19h08 par Michel Janva | Lien permanent

Beaucoup de journalistes sont malheureux

Selon Jean-Yves Le Gallou :

"Ils ont l’impression – plutôt juste, d’ailleurs – d’appartenir à une profession détestée.

Les plus sots ont décidé de s’en prendre à la réinfosphère, aux médias alternatifs et aux réseaux sociaux qui leur ont fait perdre le monopole de l’information. Au lieu de se remettre en question, ils réagissent comme des chauffeurs de taxi furieux de la concurrence d’Uber et des chauffeurs privés. C’est stupide. Ce n’est pas en labellisant les sites des médias officiels de pastilles vertes qu’on les crédibilise: bien au contraire! A la fin de l’Union soviétique la Pravda arborait la pastille verte pendant que les auteurs des samizdats étaient marqués au fer rouge. Cela n’a pas suffi à sauver le régime communiste.

Les journalistes les plus lucides devraient, eux, s’interroger sur la manière dont la majorité de leurs confrères exercent leur profession à coups de moraline : en prétendant dire le « bien », au lieu de chercher à découvrir le vrai, à décrire les faits.

Ce qui manque aux médias c’est le pluralisme. Pluralisme intellectuel et pluralisme politique.

Il y a quelques années encore il était possible de regarder ou d’écouter Zemmour, Ménard ou Taddei. Ils ont été chassés ou marginalisés. Qui plus est à la suite de campagnes de presse montées par des gentils « confrères » ! Ménard et Zemmour pourchassés par le soviet d’i-télé. La tête de Zemmour menacée par le SNJ au Figaro. Tous les Français qui suivaient ces journalistes en ont tiré les conséquences. Et sont partis voir ailleurs… sur Internet !

Certes, il y a encore des débats dans les médias officiels, mais uniquement dans l’entre-soi. Dans l’entre-soi de gens qui partagent les mêmes convictions : mondialistes, libre-échangistes, immigrationnistes, islamophiles et déconstructionnistes.

Les « experts » invités à s’exprimer pensent tous la même chose. C’est bien qu’il y ait des gens pour prétendre que l’immigration est une chance pour la France, l’islam une religion de paix et que la mondialisation est heureuse. Mais à une condition : que l’opinion adverse ait aussi droit de parole. Car dans la pensée européenne il ne peut y avoir d’approche de la vérité et de la réalité que dans la libre confrontation des points de vue.

C’est pour cela que les débats contradictoires sont absolument essentiels. Mais certains intellectuels soliloquent chaque semaine pendant que d’autres ne sont jamais invités. Pourtant, qui oserait affirmer qu’Alain de Benoist, Renaud Camus, Richard Millet, Jacques Sapir, Hervé Juvin, Bernard Lugan, Christophe Geffroy et tant d’autres n’auraient rien d’intéressant à dire ?

Ce nécessaire pluralisme vaut aussi pour les reportages qui doivent apporter l’éclairage de différents points de vue sur un même sujet : gouvernement et manifestants, partie civile et défense dans les procès, intellectuels de gauche et de… droite.

C’est encore plus vrai sur les questions internationales : nous avons besoin de connaître l’optique de Clinton, celle des « rebelles syriens » ou du gouvernement ukrainien. Mais une présentation équitable de la façon de penser de Trump, Poutine ou Assad serait aussi bienvenue !

Dans la campagne présidentielle qui s’annonce, il faudrait aussi un vrai pluralisme de la part des intervieweurs : que certaines questions viennent du point de vue politiquement correct ou de gauche, c’est bien, et même très bien ; à condition que d’autres interpellations viennent d’ailleurs et soient anglées d’un point de vue conservateur, catholique, national ou identitaire.

Vous le voyez, tous mes conseils tournent autour d’un vieux fond de sagesse paysanne : « Qui n’entend qu’une cloche n’a qu’un son ! » [Lire la suite]"

Posté le 21 février 2017 à 11h26 par Michel Janva | Lien permanent

20 février 2017

Une militante féministe au CSA

Trouvé dans La Lettre de l'Audiovisuel :

J"Fanny Jaffray vient de rejoindre le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) comme directrice adjointe des programmes. Elle état auparavant chargée de l’éducation artistique et culturelle, de la mémoire citoyenne et de l’éducation aux médias et à l’information au cabinet de Najat Vallaud-Belkacem. Cette militante féministe, doctorante en littérature à l’Université Paris-Sorbonne, ancienne productrice à France Culture, est membre de l’Observatoire de l’éducation de la Fondation Jean Jaurès."

A l'approche des élections, on se recase... C'est avec ce type de nomination que l'on comprend mieux la discrimination exercée par le CSA contre les vidéos comme "Chère Future Maman".

Posté le 20 février 2017 à 14h54 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

La bulle médiatique Macron, c'est du matraquage publicitaire massif

Thomas Guénolé, politologue, enseignant à Sciences Po Paris et à Paris II, explique que Emmanuel Macron a bénéficié d'une "bulle" médiatique :

Macron-candidat-des-médias"Nous avons pu mesurer la bulle grâce à un indicateur fiable : nous avons comparé des données analysées via Talkwalker par Véronique Reille Soult, directrice générale de Dentsu Consulting. Durant le printemps et l'été 2016, Emmanuel Macron a recueilli 43% de part de voix dans les parutions des médias, contre 17% sur les réseaux sociaux, c'est-à-dire les contenus émis par les gens au sujet du candidat.

L'écart est si considérable qu'on peut raisonnablement qualifier cette situation de gigantesque bulle médiatique. Ceci, pour "vendre" la marque Macron par un effet bien connu des publicitaires : "l'effet de simple exposition". En résumé, cet effet veut qu'en répétant encore, encore et encore le même item à une population, toute une partie de cette population va développer artificiellement un sentiment positif envers cet item. Bref, cette bulle médiatique Macron, c'est du matraquage publicitaire massif. Je n'ai pas le souvenir de cas aussi puissants récemment. Il faut remonter à plus de 10 ans, à l'époque de Nicolas Sarkozy ministre de l'Intérieur, pour retrouver un tsunami comparable. Emmanuel Macron est une bulle de savon gonflée à l'hélium. [...]"

Au choix : on appelle cela de la propagande ou de la désinformation.

Posté le 20 février 2017 à 09h07 par Michel Janva | Lien permanent

19 février 2017

Quand Medhi Meklat, le chouchou des bobos, faisait l'apologie du jihadisme et de l'antisémitisme

Le journaliste et réalisateur Medhi Meklat, qui faisait, le 1er février, la une des Inrockuptibles avec Christiane Taubira, est l’auteur, sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps, de tweets extrêmement violents dans lesquels il fait l’apologie du djihadisme, de Ben Laden et Hitler. Ce chouchou de la bobosphère prétend s’être construit un personnage de beauf franchouillard et raciste pour faire de l’humour, sans que cela suscite de réaction de la part de la presse de gauche, pourtant si moralisatrice…

Pierre Sautarel, animateur de FDesouche, est interrogé par Charlotte d'Ornellas :

Posté le 19 février 2017 à 20h10 par Michel Janva | Lien permanent

«Humour» raciste : un ex-journaliste du BondyBlog supprime plus de 50 000 tweets

Lu sur RT :

Capture d’écran 2017-02-19 à 17.04.15Dans son numéro du 1er février, Les Inrocks allaient à la rencontre de Christiane Taubira, mais aussi de «Mehdi et Badrou, 24 ans chacun, [qui] ont été chroniqueurs à France Inter [et] journalistes au Bondy Blog». Ce dernier est un média hébergé par Libération et partenaire des chaînes publiques LCP et France Ô, qui se donne pour objectif de «raconter les quartiers populaires». Le magazine de la gauche branchée décrit alors les deux jeunes hommes comme «l’avant-garde d’une nouvelle génération venue de banlieue qui compte bien faire entendre sa voix»...

Deux semaines plus tard, une multitude d'anciens tweets écrits par l'un de ces deux représentants de «l'avant-garde» des banlieues – Mehdi Meklat – étaient déterrés par des internautes, provoquant l'indignation de nombre d'entre eux. Le contenu politiquement incorrect (c'est le moins que l'on puisse dire) de certains de ces tweets, en effet, a de quoi faire défriser plus d'un lecteur des Inrocks. «Pourquoi les juifs ont le droit de prendre le métro [?]», s'interrogeait ainsi Mehdi Meklat dans un tweet d'avril 2014."

Cela ne gêne pas Christiane Taubira de poser à ses côtés.

58a98a26c461881b038b47b5 58a98a3bc4618868308b4783

Posté le 19 février 2017 à 17h06 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > FR , France : Politique en France , Médias : Désinformation

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > FR , France : Politique en France , Médias : Désinformation