16 septembre 2014

Le CSA critique la désinformation de Caroline Fourest

Communiqué du CSA :

"Le Conseil a été saisi de plaintes au sujet de l’émission Le Monde selon Caroline Fourest diffusée sur France Culture le 6 mai 2014, en raison d’une chronique qui portait sur le conflit en Ukraine et au cours de laquelle la chroniqueuse a fait état d’exactions qui auraient été commises à l’encontre d’officiers ukrainiens, en précisant notamment que « les paramilitaires séparatistes venaient de leur arracher les globes oculaires avec un couteau ».

Il a considéré que cette information – eu égard à sa sensibilité – n’avait pas fait l’objet de vérifications préalables suffisantes.

Le Conseil a rappelé fermement à la société Radio France la nécessité de faire preuve de davantage de vigilance et de rigueur, notamment pour des sujets sensibles d’actualité. Il a, à cette occasion, rappelé les orientations de la recommandation du Conseil du 20 novembre 2013 relative au traitement des conflits internationaux, des guerres civiles et des actes terroristes par les services de communication audiovisuelle."

Posté le 16 septembre 2014 à 07h52 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (17)

15 septembre 2014

Infiltration en caméra cachée : le CSA met en garde Direct 8

Communiqué du CSA de ce jour :

"Le Conseil a mis en garde la chaîne D8 à la suite de la diffusion, le 28 mai 2014 dans le magazine En quête d’actualité, du reportage intitulé « J’ai infiltré une section du Front national », dans lequel un journaliste, muni d’une caméra cachée, s’était infiltré dans la section du candidat Front national aux élections municipales à Lens.

Une partie importante du reportage a été tournée en caméra cachée dans des lieux et au cours de moments privés. L’utilisation de ce procédé dans ces conditions, qui plus est par un journaliste usant d’une fausse identité, ne peut se justifier que par la nature des informations que la chaîne entend porter à la connaissance du public.

Le Conseil a relevé également que certaines personnes de l’entourage du candidat, filmées durant plusieurs semaines en caméra cachée, étaient tout à fait identifiables et n’ont pas fait l’objet d’un floutage, de même que les locaux du siège de campagne. 

Il considère dans ces conditions que D8 a méconnu les dispositions de l’article 2-3-8 de sa convention qui prévoient que « le recours aux procédés permettant de recueillir des images et des sons à l'insu des personnes filmées ou enregistrées doit être limité aux nécessités de l'information du public. Il doit être restreint aux cas où il permet d'obtenir des informations difficiles à recueillir autrement. Le recours à ces procédés doit être porté à la connaissance du public. Les personnes et les lieux ne doivent pas pouvoir être identifiés, sauf exception ou si le consentement des personnes a été recueilli préalablement à la diffusion de l'émission »."

Posté le 15 septembre 2014 à 18h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

Fleur Pellerin prononce un discours lors du dîner de Présent

Vous n'y croyez pas et vous avez raison : elle a prononcé un discours lors du dîner organisé par le journal L'Humanité. C'était le 11 septembre dernier.

Le journal L'Humanité est en déclin depuis de nombreuses années et ne doit sa survie qu'aux aides de l'Etat. L'Huma est en effet le titre le mieux servi, en 2013, avec 0,63 € de subvention par exemplaire.

Posté le 15 septembre 2014 à 15h14 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

Suppression d'un tiers des postes chez Libération

Comme le soulignait le Salon Beige en mars, les quotidiens ayant soutenu la dénaturation du mariage ont énormément souffert : -10% pour Le Monde et -25% pour Libération. Ce n'est pas le cas du Figaro et de la Croix.

La direction de Libération a annoncé ce lundi aux salariés de l'entreprise son intention de supprimer 93 postes dans le journal, entre CDI et CDD, sur un effectif de 250 personnes dont 180 journalistes.

Posté le 15 septembre 2014 à 13h56 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

12 septembre 2014

Mise en garde

Depuis la fin du mois de juillet, une pétition demandant l’annulation de la loi Taubira circule sur Internet. De nombreux avocats ont été sollicités pour agir en justice, au nom de mandataires qui ont signé cette pétition… il y a plus d’un an. Autant dire que les signataires en question n’ont pas demandé à être représentés en justice pour cette nouvelle action en justice proposée, rappelons-le, bien après la saisine du Conseil Constitutionnel qui date de mai 2013.

Cette action qui prétend obtenir l’annulation de la loi Taubira fait preuve d’une absence totale de transparence et de clarté. En effet, le seul nom cité est celui de maître Kounkou, candidat à la présidence de la république du Congo. Pour le reste, nous ne savons absolument rien et ce silence est voulu. Nous savons que des avocats connus pour leur investissement dans les actions judiciaires des derniers mois ont été contactés anonymement par mail afin qu’ils s’engagent dans cette action. Malgré leurs demandes réitérées, ces avocats n’ont jamais pu obtenir la moindre information sur les maîtres d’œuvre de cette pétition, ni le moindre rendez-vous avec un responsable.

Dans ces conditions, une mise en garde s’impose, surtout si une collecte de fonds est mise en œuvre. En cas de demande de fonds, où ira cet argent ? Quelle garantie avons-nous d’une utilisation conforme aux fins annoncées ? Qui est derrière cette pétition ? En cas de malversations, il est en revanche certain que des actions en justice seront engagées contre leurs auteurs. 

Posté le 12 septembre 2014 à 07h24 par Le Salon Beige | Lien permanent

11 septembre 2014

Le Nouvel Obs mange son loden

et reconnaît avoir diffusé une fausse information :

""Le mariage pour tous, je m'en fous. Ce n'est pas un sujet. Moi de toute façon, j'avais toujours défendu une union civile." Voilà ce qu'a lâché Nicolas Sarkozy à l'un de ses visiteurs au cap Nègre cet été. Selon l'entourage de l'ancien président, et contrairement à ce que nous avons écrit dans le magazine et dans une première version publiée sur le site jeudi matin, Sarkozy n'aurait jamais repris à son compte l'expression "fascisme en loden". Le visiteur estival de Sarkozy, qui a rapporté ces propos au "Nouvel Observateur", les aurait mal interprétés. D'après le cabinet de l'ancien chef de l'Etat, c'est Jacques Attali qui aurait employé l'expression l'hiver dernier devant Sarkozy qui en aurait été choqué et y aurait vu le signe du "sectarisme" de la gauche. Cet été, il aurait cité le mot d'Attali devant son visiteur pour exprimer qu'il fallait justement éviter d'opposer ainsi les Français les uns aux autres."

Addendum : merci de lire ce précédent post en complément avant de commenter.

Posté le 11 septembre 2014 à 21h01 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (21)

10 septembre 2014

L'aveu d'Yves de Kerdrel

Lu dans Minute :

"Yves de Kerdrel est le directeur de « Valeurs actuelles », celui qui, ayant procédé à la droitisation de la ligne éditoriale, a fait grimper en flèche les ventes de l’hebdomadaire. Le 5 septembre, il était l’invité de France Inter. Ça doit être ça la différence entre le directeur de « Minute » et celui de « VA » : le premier est convié à répondre aux attaques, le second n’a que le droit d’encaisser les coups… Sur France Inter donc, Kerdrel justifie sa Une puis est accusé de faire le jeu du Front national. Indignation ! Mon Dieu quelle horreur ! Mais vous n’y pensez pas sérieusement? Et Kerdrel d’affirmer : « Nicolas Sarkozy est le meilleur aspirateur de voix contre le Front national et c’est ça qui nous intéresse ! » Stupeur dans la rédaction (où le vote FN doit atteindre les 80 %) : quelle mouche a donc piqué Kerdrel pour qu’il avoue ainsi que le but de son journal est de gentiment guider les électeurs marinistes vers Nicolas Sarkozy pour 2 017 ? On laisse le soin aux journalistes de « VA » d’en débattre lors de leur prochaine conférence de rédaction… Après quoi Yves de Kerdrel a produit un chiffre sorti de nulle part et qui ne correspond pas vraiment à ce que nous connaissons de la sociologie de son lectorat : « 5 % de nos lecteurs votent pour le Front national ! » Ben tiens : chiche que Kerdrel se débarrasse juste de ses lecteurs marinistes ? Histoire de voir de combien son lectorat va dégringoler… 40, 50, 80 % ?"

Posté le 10 septembre 2014 à 07h33 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (32)

09 septembre 2014

Affaire Gerson : Charles Beigbeder s'interroge sur le poids des lobbys

Après Alliance Vita, Charles Beigbeder communique sur l'affaire du lycée Gerson :

"Voilà une information que l’Éducation nationale aurait bien aimé taire : après cinq mois d’enquête ministérielle concernant les dérives sectaires supposées du lycée Gerson, la mission d’inspection a rendu son rapport et « n’a pas constaté de risque d’endoctrinement des élèves ou d’atteinte à la liberté de conscience des élèves et des familles. Rien dans les observations de la mission ne justifie une remise en cause du contrat d’association entre l’Etat et l’établissement » affirme une porte-parole du ministère.

Qu’était-il reproché au lycée Gerson ? D’organiser, durant les séances de catéchèse, donc en dehors des heures de cours, des formations et témoignages sur les questions de société où était naturellement véhiculée une vision de l’homme conforme à l’anthropologie chrétienne.

La classe médiatique s’est alors vouée en inquisiteur laïc et a multiplié procès d’intention, amalgames et vindictes, oubliant qu’il était, à tout le moins, normal pour un lycée catholique, de proposer une approche chrétienne des questions de société, et omettant de rappeler que cet enseignement s’est déroulé dans le strict cadre de la loi Debré de 1959 qui reconnaît le « caractère propre » des lycées privées et l’enseignement du catéchisme qui en découle.

Sur la proposition du Front de Gauche, qui s’est une fois de plus illustré par son sectarisme et son étroitesse d’esprit, le Conseil régional d’Ile-de-France a suspendu, en toute illégalité, la subvention de fonctionnement du lycée Gerson, sans même attendre les conclusions du rapport d’enquête diligenté par le ministère de l’Éducation nationale. C’est donc tout naturellement que le préfet d’Ile-de-France, saisi par Valérie Pécresse, a annulé fin août cette décision, au motif que la contribution financière des régions aux dépenses de fonctionnement des lycées privés sous contrat est obligatoire car elle découle des dispositions du code de l’Éducation (article L442-9) sur lesquels un conseil régional ne dispose d’aucune marge d’appréciation.

De son côté, la mairie de Paris, afin de ne pas être en reste dans la surenchère vindicative et sectaire, a décidé le report d’une délibération octroyant 232.600€ de subventions d’investissement à sept collèges privés de la Ville, dont le collège Gerson, liant ce report aux dérives sectaires supposées du lycée Gerson.

Maintenant qu’il est officiellement établi par la mission d’inspection qu’il n’y a aucun « risque d’endoctrinement des élèves ou d’atteinte à la liberté de conscience des élèves et des familles », ce dont personne, en fait, ne doutait, je demande au Conseil de Paris de voter cette subvention, certes non obligatoire mais indispensable à l’accueil des élèves dans de bonnes conditions, s’agissant tant de l’accessibilité et la sécurité des locaux que du cadre de vie scolaire. Le maintien de cette suspension serait discriminatoire pour les élèves, au regard tant des sommes en cause que de leur impact sur le cadre de vie quotidien des collégiens.

Enfin, je dénonce solennellement les propos diffamatoires portés à l’encontre du lycée Gerson et de l’association Alliance-Vita qui y effectuait les formations incriminées. Comme souvent, des accusations ont été lancées sans aucun fondement et sans autre raison que la volonté de nuire. Il est donc temps de s’interroger sur le poids de certains lobbys et sur la complaisance médiatique dont ils disposent, pouvant aller jusqu’à faire voter des décisions illégales."

Posté le 9 septembre 2014 à 18h25 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

Dénigrée avec le lycée Gerson, Alliance Vita demande des comptes

Europe 1, qui a lancé la campagne de dénigrement contre le lycée Gerson et Alliance Vita, n'a, à l'heure qu'il est, toujours pas relayé la conclusion du ministère de l'Education nationale, qui blanchit le lycée et l'association. Idem pour d'autres médias, qui avaient relayé les accusations. Dans un communiqué, Alliance Vita demande réparation :

"Alliance VITA prend acte de la conclusion du ministère de l’Éducation nationale qui reconnaît ne pas avoir « constaté d’atteinte à la liberté de conscience des élèves », et demande que toute la lumière soit faite sur cette campagne de dénigrement.

Pour Tugdual Derville, Délégué général d’Alliance VITA : « La polémique lancée dans les médias en avril 2014 était donc artificielle ; le reconnaître cinq mois plus tard ne suffit pas à réparer le préjudice porté à notre association. C’est pourquoi, dans la logique de la plainte que nous avons déposée dès le lancement de ces accusations mensongères, nous demandons que la vérité soit faite sur cette campagne de dénigrement : qui l’a lancée ? avec quels moyens ? dans quel but ?

Nous espérons de ceux qui se sont faits les relais de propos mensongers portant atteinte à notre identité et à notre image, qu’ils enquêtent honnêtement sur l’organisation de cette manipulation. Rappelons que notre association inscrit son action auprès des jeunes notamment dans la prévention de l’IVG, dont les pouvoirs publics reconnaissent qu’elle est un enjeu de santé publique important. L’expérience d’écoute et d’accompagnement d’Alliance VITA permet à tous ses intervenants de prendre la parole avec respect et délicatesse sur des sujets particulièrement intimes ».

Alliance VITA rappelle que la plainte qu’elle a déposée est en cours d’instruction auprès du tribunal de grande instance de Paris."

Posté le 9 septembre 2014 à 15h18 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (0)

03 septembre 2014

Mensonge et insulte de Dieudonné à l'encontre de l'Armée française

DLa dernière vidéo de Dieudonné, postée le 27 août, a pour sujet la décapitation, par l’Etat islamique, du journaliste américain James Foley. Dieudonné ne parle pas d’assassinat mais d’« exécution » (exécution = appliquer la loi, assassinat = meurtre avec préméditation). Puis, sur l’écran, apparaît une photo que Dieudonné prétend avoir été prise au Cameroun, dans les années soixante. On y voit des soldats en armes, blancs, posant auprès de piques sur lesquelles ont été empalées quatre têtes coupées, noires. Le cliché, selon Dieudonné est « contemporain de mon époque », lui qui est né en 1966 et rappelle qu’il est « originaire » du Cameroun. Minute dénonce :

"Première ânerie : le Cameroun, dont la France avait hérité d’une grande partie après la défaite allemande de 1918, a justement été la première colonie d’Afrique à accéder à l’indépendance, le 1er janvier 1960. Avec son habituelle distanciation marquée d’une noire ironie, Dieudonné commente, avec gros plan sur chacune des têtes coupées : « Vous pouvez observer sur cette photo des membres de ma famille », auxquels il donne des surnoms : tonton Pierrot, pépé 404, Coco Bel-OEil, Dédé la patte folle (un voisin celui-là). Si ça l’amuse… Puis…

Puis Dieudonné M’bala M’bala porte cette accusation, gravissime : « Et vous voyez, tout autour des têtes coupées de ma famille, et bien il y a l’armée française, oui, enfin la civilisation qui est venue nous apporter quoi ? Le progrès… Voyez… Donc pour progresser on ne peut pas faire l’économie de certains sacrifices… Faut comprendre… » Comprendre que nous, la France, avons com mis des crimes pire que ceux de l’Etat islamique pour imposer la civilisation à des sauvages récalcitrants… Or il n’y a aucun soldat français sur cette photo ! Aucun ! Ni les casques, ni les tenues, ni les cartouchières – ni l’aspect débraillé des hommes… – ne sont ceux de l’armée française. Et pour cause : les soldats photographiés sur ce cliché sont des soldats portugais ! L’image a d’ailleurs déjà été utilisée, notamment pour dénoncer les crimes portugais… au Mozambique, ce qui est un peu plus vraisemblable étant donné l’ancienneté de la présence portugaise au Cameroun, bien antérieure… à l’invention de la photographie."

Posté le 3 septembre 2014 à 07h32 par Michel Janva | Lien permanent

31 août 2014

Najat Vallaud Belkacem, à la tête du ministère de la Culture ?

Selon Orange (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

NVB

Posté le 31 août 2014 à 15h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

Religion : le manque de culture des journalistes

Extraits d'un entretien intéressant de l'abbé Grosjean dans Le Monde des Religions, notamment sur le traitement médiatique accordé aux religions :

[...] D’abord, je considère qu’il y a un manque évident de culture religieuse chez les journalistes, qui est le fruit de leur génération. Ce n’est pas parce qu’ils sont journalistes, c’est tout simplement qu’ils ont été beaucoup moins confrontés à la religion que leurs aînés. Le fait religieux revient en force dans la société, surtout à travers l’islam mais aussi le catholicisme, par le pape François très médiatisé depuis un an…

Du coup, ces journalistes sont confrontés à la question religieuse, qu’ils le veuillent ou non, et ils n’ont pas la culture nécessaire, la capacité de compréhension, les clés pour traiter le fait religieux. Il leur manque des outils qui leur permettraient d’éviter les contresens, qui aideraient à la compréhension de certains évènements et à leur lecture. Comme je dis souvent, vous ne pouvez pas être commentateur d’un match de foot sans en connaître les règles. Vous ne pouvez pas parler de l’Église sans savoir ce que sont un évêque, un diocèse ou sans être entré dans une église. Il ne s’agit pas d’avoir un journaliste qui soit croyant, il s’agit d’avoir des journalistes qui ont une culture religieuse.

Il y a aussi une ignorance de la part des représentants des religions, car ils sont encore sur la défensive par rapport aux médias. Ils ne les connaissent pas, en réalité. L’enjeu pour moi, c’est qu’il y ait une rencontre de ces deux mondes, une révolution culturelle à l’image de ce qui a eu lieu avec l’armée. Il y a quelques années, l’armée était vraiment sur la défensive vis-à-vis des médias. Le journaliste était un problème en soi et il fallait s’en protéger. De leur côté, les journalistes connaissaient très peu ce milieu. C’est l’armée elle-même qui a fait sa révolution culturelle en comprenant qu’il fallait travailler avec et non pas contre les journalistes. Qu’une vraie collaboration devait exister. Il y a donc aujourd’hui, dans les grandes rédactions, un spécialiste des questions de la défense. Ce journaliste est capable de comprendre ce qui se passe et de suivre une opération militaire en sachant pourquoi il ne faut pas dévoiler telle ou telle information, tout en gardant son regard critique. Un lien de confiance s’est établi. 

[...] Le regard extérieur d’un journaliste sur la religion ne sera jamais celui d’un croyant. Il sera toujours en deçà de ce que peut vivre le croyant lui-même. Mais ce qui a nourri la peur du croyant, c’est la façon dont ses convictions et sa foi ont été, parfois, traitées. Le problème n’est pas que le journaliste ne partage pas celles-ci, c’est la méconnaissance et le jugement porté sur leur foi qui conduisent parfois le journaliste à dire des énormités. Prenons l’exemple récent du lycée Gerson. Quand le journaliste du Nouvel Observateur parle des dérives sectaires du lycée Gerson et qu’il évoque les enfants juifs obligés de se confesser, c’est une erreur factuelle. Ce n’est pas possible. Un prêtre ne peut pas confesser un non-catholique. Cela jette un discrédit sur le reste de l’article. On se dit que le journaliste qui écrit une telle absurdité, sans prendre la peine de vérifier, n’est plus dans l’information mais dans l’idéologie.

Quels ont été les traitements médiatiques qui vous ont vraiment choqué ?

La première blessure a été le traitement accordé à Benoît XVI, le lynchage médiatique de ce pape qui était vraiment d’une douceur et d’une humilité incroyables. Les médias ont donné la vision d’un homme dur, qu’ils appelaient le « Panzer Cardinal », d’un intégriste… Ces propos sont vraiment décalés par rapport à la réalité du personnage. On l’a traité de criminel en lui reprochant ses positions sur la contraception et le préservatif, etc. C’était d’une mauvaise foi lamentable. On ne prend même pas la peine de reprendre la phrase en intégralité… Encore une fois, on peut ne pas être d’accord avec ses prises de position. Mais que la vérité de ses propos ne soit pas respectée est blessant. [...]

Les médias recherchent des religieux qui peuvent et veulent expliquer le message de l’Église avec un langage simple, qui ne soit pas un jargon ecclésiastique. Ils attendent aussi de la réactivité. Et c’est un peu le problème de notre institution : on aime prendre un temps de recul, de réflexion, une distance qui est souvent légitime, mais qui ne répond pas tout le temps à l’empressement médiatique.  Si on prend les chaînes d’information continue qui sont dans l’immédiateté et l’Église qui doit prendre son temps pour répondre, l’équation s’avère impossible. Je considère qu’il est important que l’Église apprenne à être réactive, qu’elle puisse expliquer, se positionner rapidement – surtout en cas de polémique – pour qu’aucun reproche ne puisse lui être fait. Tout en gardant cette liberté de dire « non, je ne veux pas réagir », ou « je réagirai plus tard ». Autrement dit, sans se sentir prisonnière de la dictature du court terme.

Vous évoquez la lenteur de l’Église à répondre, quelles sont ses autres difficultés ?

Il existe aujourd’hui un souci d’adaptation au format médiatique. Le prêtre est habitué à prêcher pendant 10 minutes à la messe pour s’exprimer sur un sujet. Les médias lui demandent une réponse en 20 secondes. Typiquement, sur les sujets éthiques forcément complexes, là où l’Église tient un langage tout en nuances, nous devons répondre en très peu de temps, en une phrase, tout en s’assurant que le contenu ne sera pas caricaturé et cité hors de son contexte. C’est un vrai travail. Avec l’avènement des blogs catholiques, la parole se diffuse, mais elle est aussi variée. Aujourd’hui, certains blogs laïcs ont plus d’audience que les pages officielles de beaucoup de diocèses. [...]"

Posté le 31 août 2014 à 14h52 par Michel Janva | Lien permanent

30 août 2014

Le journal La Vie hostile au Pape

A l'occasion de la nomination du cardinal Canizares, préfet de la Congrégation pour le culte divin, dans son diocèse d'origine à Valence, en Espagne, le directeur de La Vie laisse transparaître sa haine :

C’est Mgr Osoro Sierra, archevêque de Valence, qui devient archevêque de Madrid, d’où se retire le cardinal Rouco Varela, président de la Conférence épiscopale espagnole. C’est semble-t-il le désir du cardinal Rouco qui a prévalu : il laisse son siège à Mgr Osoro, vice-président de la Conférence épiscopale et probablement son prochain président. Mgr Osoro est connu pour être un ardent défenseur du mariage traditionnel et un opposant  à l’avortement. Quant au cardinal Canizares, c'est lui-même qui  avait demandé au pape de retourner dans son diocèse et le pape a accepté son désir.

Posté le 30 août 2014 à 10h37 par Michel Janva | Lien permanent

25 août 2014

Recettes en baisse pour la presse écrite

Le chiffre d’affaires de la presse écrite française a encore perdu 5,3% en 2013, à 8,25 milliards d’euros, à cause d’un recul des recettes publicitaires (-8,5%) et des ventes (-3,5%), non compensé par des recettes numériques. Il s'agit de la sixième année de recul consécutive.

Les ventes au numéro (en kiosque ou point de vente de presse) ont reculé de 5,9%, après -2% en 2012, et les recettes d’abonnements, en hausse en 2012, ont elles aussi légèrement reculé (-0,8%).

Côté publicitaire, les ventes d’encarts ont diminué de 8,2% et les petites annonces de 9,5%. Depuis 2007, les recettes publicitaires de la presse écrite ont perdu 2 milliards d’euros. Elles ne s’élèvent plus qu’à 3 milliards.

Pour les seuls quotidiens nationaux généralistes, les recettes ont baissé de 4,8% en 2013, alors que la presse généraliste locale a mieux résisté. La presse spécialisée grand public, dont le nombre de titres ne cesse d’augmenter (déjà 2.400 titres, pour 3,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires) affiche un recul de 5,6% et la presse gratuite de 11%.

Posté le 25 août 2014 à 18h40 par Michel Janva | Lien permanent

23 août 2014

Des vérités qui dérangent sur le crash du vol MH17?

C'est possible :

"L'organisation publique américaine Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS) a adressé dès le mois de juillet un mémorandum à Barack Obama, l'appelant à en finir avec la rhétorique anti-russe et à dévoiler la totalité de l'information sur les circonstances de la catastrophe. L'ancien analyste de la CIA et porte-parole de VIPS Ray McGovern note que les vétérans ont été inquiétés par le refus du gouvernement de présenter à la société les conclusions faites sur la base des données du renseignement :

« Il n'y a eu que des déclarations de John Kerry comme quoi cela avait été fait par les pro-russes. Mais aucune preuve confirmant ces déclarations n'a été présentée. Il y a un an, quand on a appris que des armes chimiques avaient été utilisées près de Damas, John Kerry a aussitôt déclaré : nous savons que c'est Bachar el-Assad. Cette déclaration était un mensonge. Aujourd'hui nous savons que les armes chimiques ont été utilisées par des rebelles. John Kerry a aussitôt déclaré sur le crash du Boeing malaisien : +ce sont les Russes+. Depuis, silence total dans tous les médias américains. Et néerlandais aussi ».

La majorité écrasante des passagers du Boeing 777 de Malaysia Airlines effectuant la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur, à savoir 196 personnes, étaient des ressortissants des Pays-Bas. Les Hollandais ont ouvert une enquête, formellement de concert avec la partie ukrainienne. Le Conseil de sécurité des Pays-Bas a déclaré récemment qu'il ne publierait pas intégralement les données des enregistreurs de bord du Boeing écrasé et qu'il publierait seulement l'information « ayant affaire à l'établissement des causes de la catastrophe aérienne ». On ne sait toujours pas quand sera publié le rapport des experts. Kiev, pour sa part, a expressément refusé de publier les enregistrements des conversations entre le pilote et le contrôleur aérien. Le professeur de l'Institut de hautes études internationales et du développement de Genève André Liebig trouve qu'un tel comportement est du moins étrange si les autorités de Kiev n'ont rien à cacher :

« Cette composante importante de l'enquête pourrait, semble-t-il, confirmer la version ukrainienne. Mais peut-être que les enregistrements des conversations ne confirment pas la version ukrainienne. Peut-être renferment-ils une autre information qui pourrait placer les Ukrainiens dans une situation délicate ou bien qui revêt un caractère stratégique. En tout état de cause c'est un obstacle capital au processus d'éclaircissement des événements véritables ».

Bref, tout est clair : l'affaire est renvoyée aux calendes grecques. Les raisons sont également évidentes : les faits si minutieusement cachés par Washington, ses alliés et Kiev, sont contraires à la version qu'ils ont eux-mêmes avancée" (suite).

Posté le 23 août 2014 à 23h58 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

Ukraine : invasion russe avec des camions humanitaires

Lu sur IHS News :

"La Russie a perdu la tête, l’occident l’avait pourtant prédit, Moscou n’attendait qu’une chose, envahir l’Ukraine. C’est chose faite le Kremlin a lancé l’invasion…avec près de 300…camions humanitaires (sans doute que Poutine ne dispose plus de chars).

Redevenons sérieux quelques instants! Depuis hier les médias s’offusquent et crient à l’invasion.

Sur le fait en lui-même, le président russe a-t-il eu raison d’ordonner au convoi humanitaire de rentrer en Ukraine ou aurait-il dû attendre ?

Tout dépend sous quel angle on se place. Sous l’angle Atlantiste, cela n’arrangera pas les relations c’est certain, mais depuis le début de la crise ukrainienne et le putsch de Kiev (n’oublions pas que le précédent gouvernement a été renversé et que les occidentaux ont applaudi des deux mains), quoi que puisse faire Moscou, et surtout ne pas faire, est détourné et immédiatement sujet à des sanctions. [...]

Il aurait pu, c’est vrai attendre l’accord ukrainien qui ne serait sans doute jamais arrivé. L’Ukraine prétextant n’avoir pas eu le temps d’inspecter les camions, alors que ceux-ci attendent depuis une semaine… Il n’y a pas eu la même entrave pour l’aide humanitaire venant de Pologne, il faut dire qu’elle n’était pas destinée aux civils de l’est de l’Ukraine mais à l’armée ukrainienne comme l’explique le site du gouvernement polonais. Une aide humanitaire à destination de l’armée tandis que les civils connaissent famine et bombardements comme à Gaza.

Alors la réaction du Kremlin peut se comprendre, ce n’est sans doute pas la décision la plus porteuse de paix, mais devant une situation où de toutes façons la Russie aurait été critiquée, autant s’affirmer comme un chef d’état fort et venir en aide aux civils d’Ukraine.

Car, si l’on atteint les presque 3.000 morts à Gaza, ici on les a dépassés depuis longtemps…6.000 morts civils en quatre mois, plus de 400.000 réfugiés et tout cela à seulement 3.217 km de Paris ! Mais ceci, les médias n’en parle pas, préférant se focaliser sur les déclarations du président Porochenko qui affirme vouloir parler de paix alors qu’il bombarde le coeur de Donetsk. Ce scandale n’émeut personne en Europe, où en revanche la baisse du prix des fruits et légumes fait la Une des médias. [...]"

Posté le 23 août 2014 à 11h39 par Michel Janva | Lien permanent

20 août 2014

Le journaliste James Foley égorgé par les islamistes et non par Bachar

La presse avait attribué, sans le début d’un commencement de preuve, la disparition du journaliste américain James Foley en Syrie, au président syrien Bachar al-Assad. C’était en novembre 2012.

Hier, les jihadistes de l’EI ont revendiqué non seulement son enlèvement, mais aussi son assassinat par décapitation.

L

Posté le 20 août 2014 à 15h18 par Michel Janva | Lien permanent

12 août 2014

Ebola : de nombreux cas en France ?

C'est du moins ce qu'affirme Patrick Balkany au Scan le Figaro. Il refuse de citer ses sources mais affirme qu'il vient d'alerter le ministre des affaires sociales et de la Santé sur les cas de virus Ebola recensés en France.

"J'ai donc demandé dès aujourd'hui au ministre, par une question écrite qui sera publiée au Journal officiel dans les prochains jours, de bien vouloir m'indiquer combien de cas atteints par le virus Ebola avaient, à ce jour, été recensés en France ainsi que leur zone d'importation», écrit-il. «Je lui ai également demandé, au vu de ces cas déclarés en France, qu'une information plus large sur les symptômes de la maladie ainsi que sur la marche en suivre en cas de soupçon d'infection, soit mise en place dans les plus brefs délais», peut-on lire sur le site de Patrick Balkany."

Le ministère de Marisol Touraine affirme qu'à ce jour, aucun cas de contamination par le virus Ebola n'a été recensé en France. Désinformation ?

Posté le 12 août 2014 à 08h59 par Marie Bethanie | Lien permanent

01 août 2014

Homophobie ou problème migratoire ?

Fdesouche pointe un article de Libération :

H

Posté le 1 août 2014 à 08h26 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

30 juillet 2014

CSA : LCI ne doit pas déstabiliser le monopole de la désinformation

Lorsque la chaine KTO avait posé sa candidature pour être diffusée sur la TNT, le CSA avait refusé sous prétexte que cette chaine ne s'adresse pas à un public assez large (argument retoqué par le Conseil d'Etat)

CHier, le CSA a refusé l'arrivée de la chaîne d'information LCI sur la TNT gratuite ainsi que 2 autres chaînes, Paris Première (M6) et Planète+ (Canal+). Le passage en gratuit, au sein des 25 chaînes existantes de la TNT, signifiait qu'elles n'auraient plus été financées par les diffuseurs, comme CanalSat, mais par la publicité. Cependant, les recettes publicitaires des chaînes ont reculé de 3,5% en 2013, dont 5,8% pour les chaînes historiques selon l'Irep (Institut de Recherches et d'Etudes Publicitaires). M6 et TF1 espéraient sans doute récupérer des parts du marché publicitaire. 

Le CSA a mis en avant 3 raisons à ce refus :

  • la conjoncture du marché publicitaire «caractérisée par une baisse marquée des recettes», qui ne permet pas de faire vivre trois chaînes supplémentaires
  • la situation concurrentielle des 25 chaînes actuelles de la TNT.
  • le paysage audiovisuel français, était déjà suffisament riche avec 25 chaînes gratuites couvrant un large spectre de besoins - des chaînes généralistes aux chaînes d'information en passant par les chaînes thématiques.

Dans le détail, le CSA a estimé que l'arrivée d'une troisième chaîne d'information en gratuit «pourrait déstabiliser les deux chaînes d'information déjà existantes», BFMTV et i-Télé. Sic.

Rappelons que la première mission du CSA est de veiller au "pluralisme de l'expression des courants d'opinion et honnêteté de l'information".

LLCI, pionnière des chaînes d'infos françaises, il y a 20 ans, ne compte aujourd'hui plus que 13 000 téléspectateurs, écrasée par ses deux concurrentes gratuites, BFMTV et iTélé. Mais le CSA a refusé le passage au gratuit en arguant que cela "pourrait déstabiliser les deux chaînes déjà existantes". Eric Revel, directeur de la chaîne d'info de TF1 s'est interrogé sur la prise en compte du critère du "pluralisme". Et il annonce que LCI ne survivra pas à ce refus. Quelques minutes après, les oligarques de la désinformation (Bergé, Niel, Pigasse) ont fait savoir leur intention de racheter LCI.

Comme l'écrit ce blogueur :

"Plus sérieusement, cette décision unilatérale du CSA crée un dangereux précédent en matière de contrôle des médias. Jamais dans une démocratie moderne, une institution technocratique, sans aucune légitimité populaire qui plus est, ne devrait avoir en son pouvoir le droit de choisir unilatéralement les médias dignes de diffuser au plus grand nombre. Pire, l’idée même de tenter de garder en vie artificiellement des chaînes de télévision en dépit des choix du public revient ni plus ni moins qu’à influencer indirectement le contenu de l’offre télévisuelle et donc in fine ce que le téléspectateur français a le droit de regarder. Tant qu’à faire, donnons tous nos télécommandes au CSA afin qu’ils répartissent équitablement entre les chaînes existantes l’ensemble de l’audimat."

Posté le 30 juillet 2014 à 08h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

29 juillet 2014

La censure est dans le pré

Lu ici :

"La production de L'amour est dans le Pré, l'émission phare de M6, fait tout pour éviter les polémiques. Karine Lemarchand a ainsi confié à TvMag que les affiches FN de certains candidats, de même que certains propos homophobes, sont retirés de l'émission."

A quand "La petite maison socialiste dans la prairie" ?

Posté le 29 juillet 2014 à 17h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

Les médias consultent-ils le briefing du porte-parole de la Maison Blanche ?

Lu sur IHS News :

"Reste-t-il une once de déontologie dans les médias ? Les pays européens vont-ils encore suivre longtemps la politique agressive de l’administration étasunienne, qui lance accusation sur accusation avant de rectifier, du bout de la langue, ses propos quelques jours plus tard ?

Voici quelques une des questions que l’on pourrait légitimement se poser, ou plutôt que l’on devrait se poser, alors que l’Union Européenne envisage de passer à des sanctions économiques plus fortes à l’encontre de la Russie. Sanctions qui auront obligatoirement un effet boomerang, que nombre de pays européens ne sont pas à même de supporter. Car sur quoi se fonde cette impérieuse nécessité de lancer de nouvelles sanctions ? Sur la politique agressive de la Russie. Certes, admettons, mais qu’on fait de neuf les russes ? Ils ont bombardé le territoire ukrainien, les Etats-Unis l’ont affirmé et l’ensemble de la presse l’a étalé au grand jour. C’est vrai, les Etats-Unis ont mis en ligne des photos affirmant que cela prouvait que la Russie avait bombardé, ces derniers temps, le territoire ukrainien. Si l’on occulte les rapports des experts internationaux dont nous avons parlé hier, qui affirment n’avoir pu constater aucune preuve de violation de la part des russes, on doit sans doute admettre que ces photos peuvent être une preuve. On aimerait cependant souligner au passage que les Etats-Unis ont pu mettre en ligne ces preuves satellites, mais refusent toujours de mettre celles concernant le crash du vol de la Malaysia Airlines… Mais revenons à nos russes. Les Etats-Unis affirment donc que les russes ont bombardé le territoire ukrainien. Admettons ! Les ukrainiens ont bombardé (sans doute par accident) le territoire russe, détruisant au passage postes- frontières et divers biens. La Russie avait annoncé qu’elle répliquerait si cela continuait…Bon ce n’est pas un signe de paix, mais en comparaison de la réaction israélienne face aux bombardements de son territoire, ce n’est pas plus scandaleux.

Enfin…jusqu’à un rectificatif du porte parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, qui a reconnu que les conclusions concernant les bombardements du territoire de l’Ukraine par la Russie reposaient en partie sur des informations provenant des réseaux sociaux. En outre, les accusations, selon lesquelles les militaires russes auraient formé la milice populaire à utiliser des systèmes de missiles anti-aériens Bouk, se fondaient également sur les rumeurs propagées via Internet.

(voir l’intégralité du Briefing : http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2014/07/25/press-briefing-press-secretary-josh-earnest-072514

We have seen in the last couple of days, according to some social media reports but also to some intelligence assessments that have been released by the intelligence community, reports that there has been firing of Russian heavy weapons from the Russian side of the border at Ukrainian military personnel.  We have detected that firing, and that does represent an escalation in this conflict.  I know that the Pentagon and the State Department both talked about this a little bit yesterday, but it only underscores the concerns that the United States and the international community has about Russian behavior and the need for the Putin regime to change their strategy…

Et là, le scandale est censé changer de camps. Sauf que les médias, qui s’étaient empressés de prendre la première version, n’apportent pas les précisions données, suite aux Briefing des journalistes par le porte-parole de la Maison Blanche. [...]"

Posté le 29 juillet 2014 à 15h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

28 juillet 2014

Lectures de l'été: "Propaganda - comment manipuler l'opinion en démocratie"

Un "vieux classique" d'Edward Bernays, à lire en accès libre sur Theatrum Belli en cliquant ici !

Posté le 28 juillet 2014 à 18h34 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (4)

25 juillet 2014

Le Los Angeles Times supprime la France

Lvia.

Posté le 25 juillet 2014 à 13h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

Les oligarques de la désinformation encore à la manoeuvre

Lu ici :

"Nouvelles manœuvres à quelques jours de la décision du CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) qui doit statuer en début de semaine prochaine sur le passage en TNT gratuite de la chaîne payante LCI. Le trio BNP (Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse) est prêt à faire une offre de rachat de LCI, la chaîne d'information du groupe TF1, si cette dernière reste en payant. «Les actionnaires majoritaires du Monde mènent cette réflexion depuis quelques semaines dans l'hypothèse où le CSA déciderait de laisser LCI en payant. Puisque les actionnaires de cette chaîne ont déclaré publiquement leur intention de fermer LCI, les actionnaires du Monde pourraient le cas échéant formaliser une offre de reprise dans un délai court», explique au Figaro Louis Dreyfus, président du directoire du groupe Le Monde.

Posté le 25 juillet 2014 à 09h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

24 juillet 2014

Presse puissante et odieuse

Trouvé dans Minute :

"Dans son dernier numéro, « Marianne » explique « pourquoi l’Allemagne nous gonfle » et avance parmi ces raisons sa presse « puissante et odieuse ». Je cite : « Selon Reporters sans frontières, la presse allemande est plus libre que son homologue française. Libre aussi d’écrire n’importe quoi. » C’est en effet une différence avec la presse française, qui écrit n’importe quoi et qui n’est même pas libre."

Posté le 24 juillet 2014 à 16h55 par Michel Janva | Lien permanent

23 juillet 2014

Manifestations : L'Express pointe les approximations médiatiques

Lu sur L'Express :

"Des médias français ont commis plusieurs erreurs en suivant les manifestations pro-palestiniennes interdites en France, qui ont notamment donné lieu à des heurts à Paris et Sarcelles ces derniers jours. Le point sur les fausses informations qui ont circulé. 

"INFO LE FIGARO - Une synagogue en partie incendiée dans le Val d'Oise, un commissariat attaqué". Voilà l'alerte info envoyée par le site du quotidien dimanche à 18h12. La première version de l'article évoque un bâtiment "vraisemblablement à Sarcelles", qui aurait été "en partie incendié", comme le note un journaliste du Monde sur Twitter.

Problème: la synagogue, bien que prise pour cible par des engins incendiaires, n'a pas brûlé. Le journal a reconnu son erreur en envoyant une deuxième alerte rectificative à 18h53 et en mettant à jour son article

Le journaliste de LCP et Radio J est allé un peu vite en besogne dimanche. Il a raillé, sur Twitter, l'attitude d'un supposé manifestant pro-palestinien face à un policier. Sauf qu'il s'agissait d'une image prise en Iran, comme l'ont noté de nombreux observateurs. 

Une fois averti de son erreur, l'intéressé a supprimé le tweet incriminé et s'est excusé. Sur sa page Facebook, le journaliste a reconnu avoir fait une erreur, mais estime qu'il n'y a pas eu de désinformation, car "il y a bien eu des heurts entre forces de l'ordre et manifestants à Sarcelles et que la synagogue a bien été visée". 

Autre critique, venue notamment de Henri Maler, d'Action-Critique-Medias: un titre du site d'Europe 1 qui évoque une "centaine de participants" seulement à la manifestation pro-palestinienne à Paris. Un chiffre loin de la fourchette donnée par la police, écrit-il. Un petit rappel chronologique relativise cependant cette "bourde": à 15h, samedi, aucun chiffre officiel ne circule et les premières informations rapportées notamment par l'AFP évoquent "des dizaines de militants" qui commencent à affluer. Puis, à 15h41, une nouvelle dépêche de l'AFP fait état de "plusieurs centaines".  

L'estimation de 1500 à 2000 participants à Barbès citée par Henri Maler émane du Monde, qui a contacté la préfecture de police dans l'après-midi samedi. Cette estimation a donc pu échapper à Europe 1 qui a, cependant, été un peu vite en écrivant "une centaine de participants". Le site a corrigé l'information le soir même. Difficile, donc, de l'accuser de mauvaise foi volontaire."

Posté le 23 juillet 2014 à 10h45 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

21 juillet 2014

La différence entre une bonne et une mauvaise manif

M

Posté le 21 juillet 2014 à 21h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

20 juillet 2014

Les commentaires des gros médias gérés par 250 modérateurs à Madagascar

Article intéressant dans lequel on apprend que les commentaires des sites Internet du Monde, d'Europe 1 et de France Télévisions sont gérés par 250 modérateurs... à Madagascar.

"Il y a trois fois plus de commentaires qu'à l'accoutumée, tous liés au conflit israélo-palestinien", dit Jérémie Mani, patron de Netino, leader du secteur, qui gère notamment les sites du Monde, d'Europe 1 et de France Télévisions. Ses 250 modérateurs, la plupart basés à Madagascar, traitent des dizaines de millions de messages par mois."

"Sur Christiane Taubira (après la condamnation pour insulte raciste d'Anne-Sophie Leclère, ndlr), des 10.000 commentaires sur un article nous n'en avons publié que 500, alors qu'un article sur un sujet inoffensif ne génère que quelques centaines de commentaires".

"Aidés par des logiciels qui signalent des mots-clés suspects, les modérateurs filtrent les messages selon les critères légaux (interdiction des messages racistes, antisémites ou discriminatoires, des appels à la violence, de la pédopornographie) et les demandes de leurs clients. Décidant souvent en quelques secondes, ils bloquent généralement 25% à 40% des commentaires, mais sur le conflit israélo-palestinien le taux de rejet atteint 90% à 95%."

Pour ma part, je modère vos commentaires, tout seul depuis chez moi. Alors vous serez bien aimable d'être patients, de rester courtois, de ne pas user de cet espace comme d'un défouloir, d'un lieu de propagande ou d'un forum et d'écrire en français (je tolère les coquilles, mais pas le langage sms...).

Posté le 20 juillet 2014 à 12h31 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (14)

17 juillet 2014

Déontologie journalistique : à quoi servira un conseil ?

Le député de l'Oise, Jean-François Mancel, a déposé une proposition de loi pour créer un conseil national de déontologie journalistique. Il explique :

"une telle institution « doit servir à protéger le public contre les abus de cette liberté ». Les Français ne comprennent pas qu’une corporation aussi puissante ne soit pas encadrée par un conseil indépendant. En comparaison, la police nationale a vu naître en son sein en 2009 un comité d’éthique ayant pour support une charte éthique.

D’ailleurs, force est de constater que le fossé entre les médias et les Français s’est creusé ces dernières années. Une enquête réalisée par l’IPSOS-STERIA en date de janvier 2014 rapporte que 77 % des Français ne font pas confiance aux médias. Une autre enquête de la TNS SOFRES souligne que seulement un Français sur deux juge les médias télévisés crédibles et 32 % pour internet."

Il souhaite que le rôle de ce conseil est de corriger plus que de punir et qu'il délivre des sanctions de nature morale...

Il serait certainement plus utile que l'Etat cesse de financer les médias, via les subventions à la presse, afin que celle-ci ne vive que de son succès éditorial.

Posté le 17 juillet 2014 à 16h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

16 juillet 2014

Audiences en berne pour les radios généralistes

Les radios généralistes ont toutes vu leur audience reculer en avril-juin, surtout RTL qui affiche la plus forte baisse en perdant 660 000 auditeurs en un an.

  • RTL reste en tête mais a vu son audience cumulée baisser à 10,7 % contre 12 % un an plus tôt.
  • France Inter perd 450 000 auditeurs en un an, avec une audience de 9 % contre 9,9 %.
  • Europe 1 perd 0,3 point d'audience à 8,7 % contre 9 %,
  • RMC perd 0,4 point à 7,6 % contre 8 %
  • France Bleu résiste à 7,3 % contre 7,4 %.

En tout, plus de deux millions d'auditeurs ont déserté les ondes.

Posté le 16 juillet 2014 à 10h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (22)

15 juillet 2014

Le Vatican prend ses distances par rapport à une pseudo interview du Pape

Dans à un article publié par le quotidien italien La Repubblica, dimanche 13 juillet, le fondateur et ancien directeur du quotidien, Eugenio Scalfari, qui a été reçu par le pape François au Vatican, le 10 juillet, aborde un certain nombre de thèmes sous la forme d'un entretien avec le pape (traduction ici par Benoît-et-moi).

Le Vatican a réagi :

"[On] ne peut, ni ne doit parler d’aucune manière d’une interview au sens habituel du terme, comme si était rapportée une série de questions et de réponses illustrant avec fidélité et certitude la pensée précise de l’interlocuteur".

"Comme il l’a déjà fait dans des circonstances analogues" les paroles que l'auteur attribue au pape, entre guillemets, sont

"le fruit de sa mémoire de journaliste expert, non une transcription précise d’un enregistrement, et encore moins d’un contrôle de la part de l’intéressé à qui sont attribués ces propos".

"Donc, si l’on peut estimer que l’ensemble de l’article rapporte le sens et l’esprit de l’entretien entre le Saint-Père et Scalfari, il convient de rappeler avec force ce qui a déjà été dit lors des précédentes "interviews" apparues dans La Repubblica, à savoir que les expressions citées dans la formulation rapportée, ne peuvent être attribuées avec certitude au Pape."

Il attire l'attention sur deux passages qui ne sont "pas à attribuer au Pape", à savoir que parmi les pédophiles, il y aurait aussi des cardinaux, et que le Pape aurait dit à propos du célibat des prêtres qu’il "trouverait des solutions".

"curieusement, les guillemets sont ouverts, mais pas refermés… Il manque simplement les guillemets de fin…. Oubli ou reconnaissance explicite qu’on fait une manipulation pour les lecteurs ingénus ?"

Posté le 15 juillet 2014 à 12h22 par Michel Janva | Lien permanent

11 juillet 2014

Dégauchisation à Radio France ?

Jean-Luc Mélenchon se désole sur son blog de l'arrêt d'une émission sur France Inter :

"C'est un rude coup porté au pluralisme sur le service public audiovisuel". "Un a un, tous les espaces de pensée non-conforme sont refermés".

Sic. De fait, comme l'audience baisse, la direction de la radio prend des mesures. Alain Veinstein, sur France Culture, Daniel Mermet et Ivan Levaï sur France Inter, ont été remerciés.

Posté le 11 juillet 2014 à 14h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

08 juillet 2014

LGBT : l'intox de l'étude australienne

Selon une étude australienne publiée dans la revue BMC Public Health le 21 juin 2014, les enfants élevés par des personnes de même sexe seraient en aussi bonne santé et aussi heureux que les autres enfants. Réalisée par des chercheurs de l'Université de Melbourne en Australie, l'étude affirme que ces enfants pourraient même être en meilleure santé, et connaître une meilleure cohésion familiale. 

Le journaliste qui rapporte cette étude a l'honnêteté d'écrire :

"On peut reprocher à cette étude de n'avoir interrogé que les parents et non pas les enfants, ce qui pourrait évidemment biaiser les résultats. Mais en fonction de l'âge de l'enfant, c'est forcément difficile de lui poser directement les questions, d'autant plus que ces 500 enfants avaient entre 0 et 17 ans."

C'est un peu comme si un institut interrogeait un patron sur le bien-être de ses employés.

Posté le 8 juillet 2014 à 07h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

07 juillet 2014

Les "journalistes" de Libération sont prévenus

Principal actionnaire de Libération, le financier Bruno Ledoux souhaite « beaucoup plus de flexibilité et d'efficacité » dans l'organisation de travail.

« Nous avons injecté des capitaux et fait venir des personnes de qualité. Il faut un certain courage pour investir dans “Libération” et en prendre la direction. Alors il faut que les journalistes en aient aussi. Si les journalistes ont droit à une indépendance totale, ils ont aussi des devoirs. La solidarité d'entreprise exige que les problèmes internes ne soient pas exposés dans le journal ou à l'extérieur. Ce n'est pas le lieu. “Libération” est là pour donner de l'information. Sinon on dégrade le bien commun. »

Mince, Libération est là pour donner de l'information... Voilà qui va nous changer.

Posté le 7 juillet 2014 à 15h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

05 juillet 2014

Gay Pride : le bobard calculette

Emission sur les médias de Jean-Yves Le Gallou sur TV Libertés. A 17mn10, décryptage des intox liées à la Gay Pride, et notamment les bobards sur le nombre de participants :

 

Posté le 5 juillet 2014 à 10h39 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

03 juillet 2014

Obéissance ?

Il est assez pathétique de lire dans La Croix le billet d'Isabelle de Gaulmyn consacré au père Zanotti-Sorkine sous l'angle de l'obéissance :

"« L’affaire » Zanotti Sorkine prend une dimension particulière, alors que ce dimanche 29 juin, fête des saints Pierre et Paul, l’Église catholique vient de célébrer une centaine d’ordinations de nouveaux prêtres, qui, tous, ont promis à leur évêque « obéissance et respect ». Derrière, c’est bien l’enjeu de l’obéissance dans l’Église, face à une société ultra-médiatisée, toujours à l’affut de personnalités charismatiques. [...]

L’obéissance à l’évêque n’est pas qu’obéissance à un homme, ni à un échelon hiérarchique supérieur. Elle est d’ordre sacramentel. Elle marque le fait que le prêtre place sa vie, à travers son évêque, au service de l’Église de son diocèse. Et que son engagement à suivre le Christ ne peut se comprendre que dans la communion avec cette Église-là."

Ce genre de rappel serait fort utile quand le même journal évoque ces prêtres qui militent pour le mariage.

Posté le 3 juillet 2014 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (37)

28 juin 2014

LMPT ou supporters algériens : partialité médiatique

Du Rouge et Noir :

Manifpourtousalgerielarge-256b6

Posté le 28 juin 2014 à 18h17 par Michel Janva | Lien permanent

Pensée dominante vs liberté de l’information

C'était le thème du colloque organisé par l'Ecole de guerre économique et Théatrum Belli, le 20 juin dernier, dont le SB avait informé ses lecteurs.

Une demi-journée d'interventions très denses et de haute volée pour la plupart, pour démonter les mécanismes de conformation de la pensée, les mécanismes de résistance à ce diktat, et l'évolution de leurs rapports de force.

L'intégralité des videos est à voir ici. Nous vous proposons directement la première.

 

Posté le 28 juin 2014 à 07h45 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (2)

24 juin 2014

Un pasteur n'est pas un prêtre

Titre du Monde :

"Le premier prêtre transgenre à la National Cathedral de Washington".

Le Monde est ravi de relayer cette information, en traduisant littéralement "priest" en "prêtre", ce qui est inexact. En français, il ne s'agit pas d'un "prêtre" mais d'un "pasteur", car il ne s'agit pas de l'Eglise catholique mais d'une communauté protestante ("Eglise épiscopale").

C'est très curieux de faire une erreur de traduction aussi grossière... ou est-ce pour provoquer sciemment la confusion ?

Posté le 24 juin 2014 à 10h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (28)

23 juin 2014

Le conformisme idéologique des médias

Claude Chollet a créé en 2012 l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM). Il déclare à Boulevard Voltaire :

"Les médias influencent le pouvoir parlementaire, sanctionnent les actions de l’exécutif, peuvent juger les juges au travers de leurs articles. Burke parlait de « quatrième pouvoir », c’est aujourd’hui le premier et, comme la langue d’Ésope, il peut charrier le meilleur comme le pire ! L’appauvrissement des moyens, la montée de la précarisation, un certain conformisme idéologique favorisent un « journalisme de copie » où on réécrit la dépêche AFP, parfois biaisée, sans la vérifier. L’analyse et la critique sont donc une nécessité démocratique.

Mais comment mieux comprendre les médias sans avoir accès à l’envers du décor ? Qui finance ? Qui dirige ? Nous essayons d’y répondre par nos infographies sur les grands groupes ou les médias influents. C’est également le sujet de nos dossiers sur le traitement médiatique de certaines affaires (Merah, Méric…), sur le « point Godwin » ou le décorticage de certaines émissions comme « Plus belle la vie ».

Mais les médias ne sont pas réalisés par des robots, ce sont les journalistes qui les font vivre. Mieux connaître leur parcours, leur formation, leurs ouvrages… permet de situer plus exactement leur mode d’influence. C’est une des originalités de l’OJIM : il y a déjà plus de cent portraits des principaux acteurs médiatiques parfaitement « sourcés ». C’est une base de données gratuite ouverte aux spécialistes comme aux simples lecteurs.

[...] L’habitus journalistique est libéral de gauche à 70 ou 80 %, d’extrême gauche à 10 % et un petit 10 % de droite qui a intérêt à ne pas trop manifester ses opinions pour ne pas être ostracisé. C’est vrai en radio, à l’écrit ou en télé, mais c’est pire encore dans la presse quotidienne régionale ou dans les écoles de journalisme. Ce relatif conformisme idéologique est une des causes (mais non la seule) de la crise des médias. Le public a l’impression d’entendre la même ritournelle et va chercher le pluralisme sur Internet.

[...] Une analyse critique ne dévalorise pas les médias, elle les aiguillonne et participe ainsi à une vie citoyenne active !"

Posté le 23 juin 2014 à 07h57 par Michel Janva | Lien permanent

21 juin 2014

Cristeros : les lecteurs de La Croix se rebiffent

Suite à la critique déplacée du quotidien La Croix à l'égard des Cristeros, les lecteurs ont réagi. Certaines réponses ont été publiées vendredi :

C

Posté le 21 juin 2014 à 11h01 par Michel Janva | Lien permanent

Serge Raffy compare Al Qaïda et l'Eglise

Lu sur Riposte Catholique :

"Serge Raffy, écrivain et rédacteur en chef au Nouvel Observateur, et fervent supporter de François Hollande au sujet duquel il a écrit le livre François Hollande, itinéraire secret durant la campagne présidentielle, publie un livre, Tuez-les tous ! au sujet, comme cela manquait, des cathares. L’homme, qui raconte que l’idée lui est venue lorsqu’il a été touché par l’affaire Merah et le conflit haineux qui le sous-tendait entre juifs et musulmans, a naturellement eu la bonne et très « correcte » idée de transposer ce climat dans un monde exclusivement chrétien, le XIIIe siècle français. Et d’expliquer qu’à cette époque, les catholiques « n’étaient pas mieux qu’Al-Qaida ou Boko Haram » car ils avaient « le même principe totalitaire ». Un propos, comme souvent, indigent tant sur le plan philosophique qu’historique, puisque l’on sait depuis maintenant des dizaines d’années que les persécutions de la méchante Église catholique contre les gentils cathares ont toujours été très largement exagérées, voire simplement inventées. Un nouveau hors-sujet plein de contre-vérités, qui devrait, comme c’est déjà le cas, ravir au plus haut degré les médias de l’oligarchie, jamais trop heureux de pouvoir diffuser une image faisandée du catholicisme."

Posté le 21 juin 2014 à 09h30 par Michel Janva | Lien permanent

20 juin 2014

Affaire Vincent Lambert : France Info confond la mère et l'épouse

Lu sur France Info :

"L'état de conscience de Vincent Lambert s'est "dégradé" et ses lésions cérébrales semblent "irréversibles", selon le premier rapport médical demandé par le Conseil d'Etat. La plus haute juridiction administrative doit se prononcer "avant l'été" sur la fin de vie du jeune homme. Sa famille se déchire sur son maintien en vie ou non. Les explications de l'avocate de la mère de Vincent Lambert, Sara Nourdin, favorable à un arrêt du maintien en vie."

La mère est favorable au maintien en vie de son fils, tandis que l'épouse milite pour son assassinat.

Le Conseil d'état écoute ce vendredi les conclusions du rapporteur et les plaidoiries des avocats.

Posté le 20 juin 2014 à 08h08 par Michel Janva | Lien permanent

18 juin 2014

Libération aime les "riches cons"

En septembre 2012, Libération titrait en Une "casse-toi riche con !" en ciblant Bernard Arnault qui avait annoncé vouloir s'installer en Belgique.

Moins de deux ans plus tard, on apprend que le principal soutien financier de Libération est désormais Patrick Drahi, un milliardaire français installé en Suisse pour ne payer d’impôts.

Posté le 18 juin 2014 à 19h28 par Michel Janva | Lien permanent

17 juin 2014

Marie Piloquet démissionne de Présent

La pigiste a annoncé à la rédaction l'arrêt de sa collaboration, vendredi dernier.

L'hémorrage continue au sein du quotidien catholique.

Posté le 17 juin 2014 à 08h56 par Michel Janva | Lien permanent

16 juin 2014

Les Cahiers brouillons

Suite à mon post sur le verset prononcé par l'imam, invité par le pape au Vatican avec le chef de l'Autorité palestinienne et le président isréalien, les Cahiers Libres ont mis en cause cette version. Malheureusement, leur mise en cause était accompagnée d'une vidéo tronquée. Procès d'intention ("C’était vraiment trop insupportable pour certains"), accusation ("les haineux"), preuve tronquée, voilà qui fait désordre dans un post qui veut remettre les choses à l'endroit. Au point que notre confrère Fikmonskov et montre l'incohérence :

"Heureusement, les Cahiers libres sont là pour rétablir la vérité : c’est un hoax, c’est-à-dire "un mensonge créé de toute pièces" selon Wiki. Le raisonnement est simple : l’imam n’a jamais dit ça, les gens qui lancent ces rumeurs sont "des haineux" pour qui il "vraiment trop insupportable [...] de voir un imam, un rabbin, un pape et un patriarche prier au même endroit pour la paix" ; ils ne se basent que sur des témoignages absolument pas fiables car anonymes ou venant de gens n’aimant pas l’islam ; la preuve, j’ai un ami anonyme et musulman qui dit que c’est pas vrai, et pour le coup ce témoignage-là n’a pas à être remis en cause, sinon c’est que tu es rien qu’un sale islamophobe ; et en plus la Bible c’est pas toujours choupinet non plus.

Manque de chance, il s’avère que l’auteur se basait sur une vidéo incomplète de l’intervention de l’imam : en fait, il a bien dit la phrase en question ; il l’a dite alors qu’elle n’était pas prévue dans le texte présenté à l’avance – c’est donc un rajout spontané de l’imam ; il s’avère aussi que le Vatican a supprimé cette intervention de son site internet, ce qui laisse entendre qu’ils ont réalisé qu’il y a eu un problème.

Les preuves de tout ça sont présentées à l’auteur, qui annote ainsi son article :

J’ai visionné la video de Kto et en effet la phrase y est dite contrairement à la vidéo qui est dans ce billet. Dont acte. Cela ne remet pourtant pas en cause le fait que cette rumeur est un hoax."

Pour mémoire : hoax = "un mensonge créé de toute pièces" ; les pièces qui sont prétendument inventées sont en fait véridiques ; l’auteur le reconnait ; mais c’est quand même un mensonge monté de toutes pièces.

Belle logique, beau sens de la vérité et de sa recherche.

Pourquoi rebondir sur cet article ? [...] Parce que le problème de fond est celui-ci : les blogueurs de Cahiers libres ne supportent tout simplement pas qu’on débatte sur l’Islam, comme ils ne supportent pas qu’on débatte sur l’immigration [...]. Je veux pouvoir parler de tout sans me faire traiter de raciste insensible ou de haineux belliciste. Je veux pouvoir dire que l’immigration et l’islam me posent de gros problèmes. Je veux pouvoir discuter de ces problèmes, ne serait-ce que pour trouver des solutions ou des réponses. Pour approcher au plus près de la vérité.

La vérité ne se trouve pas en faisant l’autruche. L’autruche n’est pas libre. (Et en plus elle se fait quand même bouffer par le prédateur qu’elle ne voulait pas voir.) [...]"

L'intégralité de la rencontre en vidéo est ici (voir vers 1h30).

Posté le 16 juin 2014 à 21h49 par Michel Janva | Lien permanent

La déconvenue des journalistes russophobes

Lors de son entretien à Europe 1 et TF1 le 4 juin, Vladimir Poutine a déçu une partie de la presse française car ses propos étaient en contradiction avec la caricature qu’ont fait de lui certains médias français, selon Ivan Blot :

"Ils voulaient voir un dictateur impérialiste et ont entendu un président démocrate et patriote. La déconvenue de ces journalistes russophobes montre qu’ils sont des hommes rivés sur le passé. Dans le passé, les Etats-Unis étaient une puissance conservatrice libérale et chrétienne, l’URSS était une dictature communiste athée. Les Etats-Unis étaient les libérateurs de 1944 face à l’occupation allemande. L’URSS, bien qu’ayant été l’ennemi principal d’Hitler, était surtout la puissance d’occupation de l’Europe de l’Est, enfermée derrière le rideau de fer.

Aujourd’hui, tout s’est inversé et il est difficile de changer ses habitudes de pensée. La Russie est une puissance conservatrice, libérale et chrétienne. Les Etats-Unis exportent de plus en plus au nom des droits de l’homme déformés, une idéologie égalitaire dogmatique qui s’oppose à la famille, à la religion et à la patrie, en tous cas dans tous les pays étrangers. Ils ont introduit ou contribué à introduire le chaos en Irak, en Afghanistan, en Lybie, voire en Syrie, avec des interventions militaires désordonnées, justifiées par des mensonges comme en Irak ou des interprétations frauduleuses de décisions de l’ONU comme en Lybie.

C’est l’inversion des pôles : la Russie est dans le camp de l’ordre et de la paix, les USA dans le camp des révolutions et des coups d’Etat voire des guerres. Pourtant, des journalistes et des hommes politiques veulent continuer de voir dans la Russie une dictature impérialiste comme l’URSS d’autrefois. Madame Clinton s’est permis des comparaisons entre Poutine et Hitler, ce qui est une ignominie mais aussi une stupidité : à ce compte, c’est comme si l’on accusait madame Merkel d’être une communiste autoritaire sous le prétexte qu’elle a fait partie du dernier gouvernement communiste d’Allemagne de l’Est.

Pour l’Europe, c’est la même chose. L’Union européenne a été créée sur un modèle non démocratique mais bureaucratique, celui des agences fédérales américaines créées par Roosevelt. Aujourd’hui, le monopole de la proposition des lois par la Commission de Bruxelles, le cumul en son sein des tâches législatives et exécutives ne se justifient plus, [...]

En économie, c’est la même chose. Beaucoup de politiciens et fonctionnaires français ont été formés à l’Ecole nationale d’administration qui, sur le plan de l’enseignement de l’économie, avait 30 ans de retard, restant à Keynes et ignorant les économistes plus modernes comme Hayek. Résultat : on a les impôts les plus décourageants du monde, un interventionnisme brouillon de l’Etat et des réglementations archaïques. [...]

Notre système de formation des élites en sciences sociales est archaïque et beaucoup d’hommes politiques français vivent encore sur des vieilles idées diplomatiques ou économiques des années 1950. [...]"

Posté le 16 juin 2014 à 17h08 par Michel Janva | Lien permanent

12 juin 2014

L’histoire des 800 bébés inhumés dans une tombe collective était un canular

Lu ici :

"Cette histoire est un canular répandu dans les médias grand public et était, pour eux, simplement trop bonne pour être vraie. Il est révélateur que, maintenant qu’on a découvert que l’on brûlait des corps de bébés dans des incinérateurs pour récupérer de l’énergie, les médias ont ignoré le fait pendant longtemps, alors qu’une rumeur concernant des religieuses agissant il y a près d’un siècle a fait les choux gras de tous les médias grand public. Ils ont laissé percer le bout de l’oreille. Admettons-le : ils ne se soucient aucunement des bébés, ils ne se soucient que d’attaquer l’Église et de faire apparaître les catholiques comme des hypocrites.

Il n’y a qu’un péché dans le monde des médias grand public, c’est l’hypocrisie. Mais, voyez-vous, la seule personne sans péché dans cette affaire, c’est le nihiliste. [...]

Bien que les médias attribuent l’allégation d’avoir « jeté les corps dans une fosse septique » à Catherine Corlesse, historienne amateur locale, elle le dément. Sa tentative de corriger cette affirmation erronée a été racontée par le journal Irish Times samedi, mais les médias grand public qui avaient si joyeusement répandu la suggestion d’origine l’ont presque totalement passé sous silence [...].

Finbar McCormick, professeur de géographie à l’Université Queen’s de Belfast, a sévèrement gourmandé les médias pour avoir décrit la dernière demeure de ces enfants comme une fosse septique. Il a ajouté « Cette structure peut être décrite de façon plus adéquate comme étant un puits servant de caveau, une méthode d’inhumation utilisée récemment encore aujourd’hui dans plusieurs régions d’Europe.

« Au XIXème siècle, on a construit des puits chemisés de briques et couverts d’une grande dalle qui servaient souvent aussi de pierre tombale horizontale. Ce type de sépulture était commun dans les cimetières urbains au XIXème siècle et on en construit encore beaucoup dans les pays méditerranéens. J’en ai récemment vu en construction dans un cimetière croate. Le puits était maçonné par des blocs de béton, recouvert à l’intérieur de plâtre et avait une couverture faite de grandes dalles de béton.

« De nombreuses maternités dans les hôpitaux irlandais disposaient d’une sépulture commune pour les enfants mort-nés ou morts peu après la naissance. Cette sépulture pouvait se trouver dans un cimetière voisin, mais aussi dans une zone réservée sur le terrain de l’hôpital. »

Pour quiconque est familier de l’Irlande (j’y ai été élevé pendant les années 50 et 60), l’histoire de religieuses qui auraient volontairement jeté des bébés dans une fosse septique n’a aucun sens. Bien que certaines de ces religieuses aient peut-être été des mégères du genre « Je suis bien meilleure que tout le monde », s’il y a quelque chose dont elles étaient imprégnées, c’était la crainte de Dieu et donc il est peu vraisemblable qu’elles aient pu traiter des restes humains de la façon outrageusement blasphématoire qu’implique l’histoire de la fosse septique.

Alors, que reste-t-il de cette histoire ? Un fait semble incontestable : les conditions de vie dans les orphelinats irlandais jusqu’aux années 60, et même plus tard, semblent sorties d’un roman de Dickens. Le taux de mortalité y était très élevé. Mais qui blâmer pour cela ? Une partie importante du problème semble avoir été la pauvreté générale de l’époque (l’institution au centre de ce scandale a fonctionné des années 20 jusqu’au début des années 60). Les orphelinats irlandais manquaient désespérément d’argent, et ils étaient abominablement surpeuplés, ce qui signifiait que si un bébé attrapait une maladie contagieuse, tous allaient l’attraper. Un des dangers les plus importants était la tuberculose, maladie alors incurable qui se répandait comme un feu de brousse dans des locaux surpeuplés. [...]"

Posté le 12 juin 2014 à 15h27 par Michel Janva | Lien permanent

11 juin 2014

Une fournée de journalistes incultes

De Minute à propos du pseudo dérapage de Jean-Marie Le Pen :

F"Marie d’Herbais interroge Jean-Marie Le Pen sur l’attitude de tous ceux qui avaient menacé de quitter la France si le FN arrivait en tête à des élections et qui ne l’ont pas fait. « Ah oui, c’est Monsieur Noah ça », répond Le Pen, qui ajoute: « Cochon qui s’en dédit. » « Et Monsieur Bruel aussi », le relance Marie d’Herbais. « Ah oui, dit Le Pen,ça ne m’étonne pas. Ben écoutez, on fera une fournée la prochaine fois. » Le sens est évident: vendredi prochain, donnez-moi la liste de tous ces va-de-la-gueule et je vous livrerai un commentaire sur l’ensemble.

Noah n’étant – à notre connaissance – ni musulman, ni juif, personne ne s’est in digné de l’expression porcine. Mais Patrick Bruel, né Maurice Benguigui, l’étant, Le Pen a été accusé de « dérapage antisémite »! Et dès les premiers feux médiatiques, le Front national a supprimé la vidéo de son site! Un site dont Marine Le Pen est responsable pénalement… Courage, fuyons devant le lynchage médiatique!

Le Pen est peut-être âgé, il n’est pas encore gâteux. Il a même une qualité qu’aucun de ses rivaux ne possède (ni son successeur) : il maîtrise à la perfection la langue française. Ce qui n’est pas le cas d’une grande majorité de journalistes, dont le vocabulaire se réduit comme peau de chagrin à l’image de la culture historique qui a tendance, dans leur cerveau, à se limiter à deux catégories: l’histoire de l’humanité avant Hitler et Pétain, et l’histoire de l’humanité après Hitler et Pétain. Avant, c’était mal (à l’exception d’une brève période aux alentours de 1789). Après, c’est mieux mais il faut rester vigilant. Du coup, forcément, il y a des « bugs », comme ils disent, comme avec « fournée », mot créé au XIIe siècle (avant Hitler) de l’ancien français « forn » (voir Le Petit Robert, édition 2008) ou comme avec « détail », qui n’est rien d’autre que la partie d’un tout. [...]"

Dans un autre article, Minute rappelle que nos valeureux républicains, amoureux des Lumières et de la liberté, ont été les premiers à mettre des personnes au four, dont des femmes et des enfants. En Vendée. On appelait ça « cuire le pain de la République. » L'assassin en chef s’appelait Pierre-François-Joseph Amey. Il a encore son nom sur l’Arc de Triomphe.

Posté le 11 juin 2014 à 07h49 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Médias : Désinformation

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Médias : Désinformation