08 juillet 2014

LGBT : l'intox de l'étude australienne

Selon une étude australienne publiée dans la revue BMC Public Health le 21 juin 2014, les enfants élevés par des personnes de même sexe seraient en aussi bonne santé et aussi heureux que les autres enfants. Réalisée par des chercheurs de l'Université de Melbourne en Australie, l'étude affirme que ces enfants pourraient même être en meilleure santé, et connaître une meilleure cohésion familiale. 

Le journaliste qui rapporte cette étude a l'honnêteté d'écrire :

"On peut reprocher à cette étude de n'avoir interrogé que les parents et non pas les enfants, ce qui pourrait évidemment biaiser les résultats. Mais en fonction de l'âge de l'enfant, c'est forcément difficile de lui poser directement les questions, d'autant plus que ces 500 enfants avaient entre 0 et 17 ans."

C'est un peu comme si un institut interrogeait un patron sur le bien-être de ses employés.

Posté le 8 juillet 2014 à 07h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

07 juillet 2014

Les "journalistes" de Libération sont prévenus

Principal actionnaire de Libération, le financier Bruno Ledoux souhaite « beaucoup plus de flexibilité et d'efficacité » dans l'organisation de travail.

« Nous avons injecté des capitaux et fait venir des personnes de qualité. Il faut un certain courage pour investir dans “Libération” et en prendre la direction. Alors il faut que les journalistes en aient aussi. Si les journalistes ont droit à une indépendance totale, ils ont aussi des devoirs. La solidarité d'entreprise exige que les problèmes internes ne soient pas exposés dans le journal ou à l'extérieur. Ce n'est pas le lieu. “Libération” est là pour donner de l'information. Sinon on dégrade le bien commun. »

Mince, Libération est là pour donner de l'information... Voilà qui va nous changer.

Posté le 7 juillet 2014 à 15h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

05 juillet 2014

Gay Pride : le bobard calculette

Emission sur les médias de Jean-Yves Le Gallou sur TV Libertés. A 17mn10, décryptage des intox liées à la Gay Pride, et notamment les bobards sur le nombre de participants :

 

Posté le 5 juillet 2014 à 10h39 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

03 juillet 2014

Obéissance ?

Il est assez pathétique de lire dans La Croix le billet d'Isabelle de Gaulmyn consacré au père Zanotti-Sorkine sous l'angle de l'obéissance :

"« L’affaire » Zanotti Sorkine prend une dimension particulière, alors que ce dimanche 29 juin, fête des saints Pierre et Paul, l’Église catholique vient de célébrer une centaine d’ordinations de nouveaux prêtres, qui, tous, ont promis à leur évêque « obéissance et respect ». Derrière, c’est bien l’enjeu de l’obéissance dans l’Église, face à une société ultra-médiatisée, toujours à l’affut de personnalités charismatiques. [...]

L’obéissance à l’évêque n’est pas qu’obéissance à un homme, ni à un échelon hiérarchique supérieur. Elle est d’ordre sacramentel. Elle marque le fait que le prêtre place sa vie, à travers son évêque, au service de l’Église de son diocèse. Et que son engagement à suivre le Christ ne peut se comprendre que dans la communion avec cette Église-là."

Ce genre de rappel serait fort utile quand le même journal évoque ces prêtres qui militent pour le mariage.

Posté le 3 juillet 2014 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (33)

28 juin 2014

LMPT ou supporters algériens : partialité médiatique

Du Rouge et Noir :

Manifpourtousalgerielarge-256b6

Posté le 28 juin 2014 à 18h17 par Michel Janva | Lien permanent

Pensée dominante vs liberté de l’information

C'était le thème du colloque organisé par l'Ecole de guerre économique et Théatrum Belli, le 20 juin dernier, dont le SB avait informé ses lecteurs.

Une demi-journée d'interventions très denses et de haute volée pour la plupart, pour démonter les mécanismes de conformation de la pensée, les mécanismes de résistance à ce diktat, et l'évolution de leurs rapports de force.

L'intégralité des videos est à voir ici. Nous vous proposons directement la première.

 

Posté le 28 juin 2014 à 07h45 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (2)

24 juin 2014

Un pasteur n'est pas un prêtre

Titre du Monde :

"Le premier prêtre transgenre à la National Cathedral de Washington".

Le Monde est ravi de relayer cette information, en traduisant littéralement "priest" en "prêtre", ce qui est inexact. En français, il ne s'agit pas d'un "prêtre" mais d'un "pasteur", car il ne s'agit pas de l'Eglise catholique mais d'une communauté protestante ("Eglise épiscopale").

C'est très curieux de faire une erreur de traduction aussi grossière... ou est-ce pour provoquer sciemment la confusion ?

Posté le 24 juin 2014 à 10h29 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (28)

23 juin 2014

Le conformisme idéologique des médias

Claude Chollet a créé en 2012 l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM). Il déclare à Boulevard Voltaire :

"Les médias influencent le pouvoir parlementaire, sanctionnent les actions de l’exécutif, peuvent juger les juges au travers de leurs articles. Burke parlait de « quatrième pouvoir », c’est aujourd’hui le premier et, comme la langue d’Ésope, il peut charrier le meilleur comme le pire ! L’appauvrissement des moyens, la montée de la précarisation, un certain conformisme idéologique favorisent un « journalisme de copie » où on réécrit la dépêche AFP, parfois biaisée, sans la vérifier. L’analyse et la critique sont donc une nécessité démocratique.

Mais comment mieux comprendre les médias sans avoir accès à l’envers du décor ? Qui finance ? Qui dirige ? Nous essayons d’y répondre par nos infographies sur les grands groupes ou les médias influents. C’est également le sujet de nos dossiers sur le traitement médiatique de certaines affaires (Merah, Méric…), sur le « point Godwin » ou le décorticage de certaines émissions comme « Plus belle la vie ».

Mais les médias ne sont pas réalisés par des robots, ce sont les journalistes qui les font vivre. Mieux connaître leur parcours, leur formation, leurs ouvrages… permet de situer plus exactement leur mode d’influence. C’est une des originalités de l’OJIM : il y a déjà plus de cent portraits des principaux acteurs médiatiques parfaitement « sourcés ». C’est une base de données gratuite ouverte aux spécialistes comme aux simples lecteurs.

[...] L’habitus journalistique est libéral de gauche à 70 ou 80 %, d’extrême gauche à 10 % et un petit 10 % de droite qui a intérêt à ne pas trop manifester ses opinions pour ne pas être ostracisé. C’est vrai en radio, à l’écrit ou en télé, mais c’est pire encore dans la presse quotidienne régionale ou dans les écoles de journalisme. Ce relatif conformisme idéologique est une des causes (mais non la seule) de la crise des médias. Le public a l’impression d’entendre la même ritournelle et va chercher le pluralisme sur Internet.

[...] Une analyse critique ne dévalorise pas les médias, elle les aiguillonne et participe ainsi à une vie citoyenne active !"

Posté le 23 juin 2014 à 07h57 par Michel Janva | Lien permanent

21 juin 2014

Cristeros : les lecteurs de La Croix se rebiffent

Suite à la critique déplacée du quotidien La Croix à l'égard des Cristeros, les lecteurs ont réagi. Certaines réponses ont été publiées vendredi :

C

Posté le 21 juin 2014 à 11h01 par Michel Janva | Lien permanent

Serge Raffy compare Al Qaïda et l'Eglise

Lu sur Riposte Catholique :

"Serge Raffy, écrivain et rédacteur en chef au Nouvel Observateur, et fervent supporter de François Hollande au sujet duquel il a écrit le livre François Hollande, itinéraire secret durant la campagne présidentielle, publie un livre, Tuez-les tous ! au sujet, comme cela manquait, des cathares. L’homme, qui raconte que l’idée lui est venue lorsqu’il a été touché par l’affaire Merah et le conflit haineux qui le sous-tendait entre juifs et musulmans, a naturellement eu la bonne et très « correcte » idée de transposer ce climat dans un monde exclusivement chrétien, le XIIIe siècle français. Et d’expliquer qu’à cette époque, les catholiques « n’étaient pas mieux qu’Al-Qaida ou Boko Haram » car ils avaient « le même principe totalitaire ». Un propos, comme souvent, indigent tant sur le plan philosophique qu’historique, puisque l’on sait depuis maintenant des dizaines d’années que les persécutions de la méchante Église catholique contre les gentils cathares ont toujours été très largement exagérées, voire simplement inventées. Un nouveau hors-sujet plein de contre-vérités, qui devrait, comme c’est déjà le cas, ravir au plus haut degré les médias de l’oligarchie, jamais trop heureux de pouvoir diffuser une image faisandée du catholicisme."

Posté le 21 juin 2014 à 09h30 par Michel Janva | Lien permanent

20 juin 2014

Affaire Vincent Lambert : France Info confond la mère et l'épouse

Lu sur France Info :

"L'état de conscience de Vincent Lambert s'est "dégradé" et ses lésions cérébrales semblent "irréversibles", selon le premier rapport médical demandé par le Conseil d'Etat. La plus haute juridiction administrative doit se prononcer "avant l'été" sur la fin de vie du jeune homme. Sa famille se déchire sur son maintien en vie ou non. Les explications de l'avocate de la mère de Vincent Lambert, Sara Nourdin, favorable à un arrêt du maintien en vie."

La mère est favorable au maintien en vie de son fils, tandis que l'épouse milite pour son assassinat.

Le Conseil d'état écoute ce vendredi les conclusions du rapporteur et les plaidoiries des avocats.

Posté le 20 juin 2014 à 08h08 par Michel Janva | Lien permanent

18 juin 2014

Libération aime les "riches cons"

En septembre 2012, Libération titrait en Une "casse-toi riche con !" en ciblant Bernard Arnault qui avait annoncé vouloir s'installer en Belgique.

Moins de deux ans plus tard, on apprend que le principal soutien financier de Libération est désormais Patrick Drahi, un milliardaire français installé en Suisse pour ne payer d’impôts.

Posté le 18 juin 2014 à 19h28 par Michel Janva | Lien permanent

17 juin 2014

Marie Piloquet démissionne de Présent

La pigiste a annoncé à la rédaction l'arrêt de sa collaboration, vendredi dernier.

L'hémorrage continue au sein du quotidien catholique.

Posté le 17 juin 2014 à 08h56 par Michel Janva | Lien permanent

16 juin 2014

Les Cahiers brouillons

Suite à mon post sur le verset prononcé par l'imam, invité par le pape au Vatican avec le chef de l'Autorité palestinienne et le président isréalien, les Cahiers Libres ont mis en cause cette version. Malheureusement, leur mise en cause était accompagnée d'une vidéo tronquée. Procès d'intention ("C’était vraiment trop insupportable pour certains"), accusation ("les haineux"), preuve tronquée, voilà qui fait désordre dans un post qui veut remettre les choses à l'endroit. Au point que notre confrère Fikmonskov et montre l'incohérence :

"Heureusement, les Cahiers libres sont là pour rétablir la vérité : c’est un hoax, c’est-à-dire "un mensonge créé de toute pièces" selon Wiki. Le raisonnement est simple : l’imam n’a jamais dit ça, les gens qui lancent ces rumeurs sont "des haineux" pour qui il "vraiment trop insupportable [...] de voir un imam, un rabbin, un pape et un patriarche prier au même endroit pour la paix" ; ils ne se basent que sur des témoignages absolument pas fiables car anonymes ou venant de gens n’aimant pas l’islam ; la preuve, j’ai un ami anonyme et musulman qui dit que c’est pas vrai, et pour le coup ce témoignage-là n’a pas à être remis en cause, sinon c’est que tu es rien qu’un sale islamophobe ; et en plus la Bible c’est pas toujours choupinet non plus.

Manque de chance, il s’avère que l’auteur se basait sur une vidéo incomplète de l’intervention de l’imam : en fait, il a bien dit la phrase en question ; il l’a dite alors qu’elle n’était pas prévue dans le texte présenté à l’avance – c’est donc un rajout spontané de l’imam ; il s’avère aussi que le Vatican a supprimé cette intervention de son site internet, ce qui laisse entendre qu’ils ont réalisé qu’il y a eu un problème.

Les preuves de tout ça sont présentées à l’auteur, qui annote ainsi son article :

J’ai visionné la video de Kto et en effet la phrase y est dite contrairement à la vidéo qui est dans ce billet. Dont acte. Cela ne remet pourtant pas en cause le fait que cette rumeur est un hoax."

Pour mémoire : hoax = "un mensonge créé de toute pièces" ; les pièces qui sont prétendument inventées sont en fait véridiques ; l’auteur le reconnait ; mais c’est quand même un mensonge monté de toutes pièces.

Belle logique, beau sens de la vérité et de sa recherche.

Pourquoi rebondir sur cet article ? [...] Parce que le problème de fond est celui-ci : les blogueurs de Cahiers libres ne supportent tout simplement pas qu’on débatte sur l’Islam, comme ils ne supportent pas qu’on débatte sur l’immigration [...]. Je veux pouvoir parler de tout sans me faire traiter de raciste insensible ou de haineux belliciste. Je veux pouvoir dire que l’immigration et l’islam me posent de gros problèmes. Je veux pouvoir discuter de ces problèmes, ne serait-ce que pour trouver des solutions ou des réponses. Pour approcher au plus près de la vérité.

La vérité ne se trouve pas en faisant l’autruche. L’autruche n’est pas libre. (Et en plus elle se fait quand même bouffer par le prédateur qu’elle ne voulait pas voir.) [...]"

L'intégralité de la rencontre en vidéo est ici (voir vers 1h30).

Posté le 16 juin 2014 à 21h49 par Michel Janva | Lien permanent

La déconvenue des journalistes russophobes

Lors de son entretien à Europe 1 et TF1 le 4 juin, Vladimir Poutine a déçu une partie de la presse française car ses propos étaient en contradiction avec la caricature qu’ont fait de lui certains médias français, selon Ivan Blot :

"Ils voulaient voir un dictateur impérialiste et ont entendu un président démocrate et patriote. La déconvenue de ces journalistes russophobes montre qu’ils sont des hommes rivés sur le passé. Dans le passé, les Etats-Unis étaient une puissance conservatrice libérale et chrétienne, l’URSS était une dictature communiste athée. Les Etats-Unis étaient les libérateurs de 1944 face à l’occupation allemande. L’URSS, bien qu’ayant été l’ennemi principal d’Hitler, était surtout la puissance d’occupation de l’Europe de l’Est, enfermée derrière le rideau de fer.

Aujourd’hui, tout s’est inversé et il est difficile de changer ses habitudes de pensée. La Russie est une puissance conservatrice, libérale et chrétienne. Les Etats-Unis exportent de plus en plus au nom des droits de l’homme déformés, une idéologie égalitaire dogmatique qui s’oppose à la famille, à la religion et à la patrie, en tous cas dans tous les pays étrangers. Ils ont introduit ou contribué à introduire le chaos en Irak, en Afghanistan, en Lybie, voire en Syrie, avec des interventions militaires désordonnées, justifiées par des mensonges comme en Irak ou des interprétations frauduleuses de décisions de l’ONU comme en Lybie.

C’est l’inversion des pôles : la Russie est dans le camp de l’ordre et de la paix, les USA dans le camp des révolutions et des coups d’Etat voire des guerres. Pourtant, des journalistes et des hommes politiques veulent continuer de voir dans la Russie une dictature impérialiste comme l’URSS d’autrefois. Madame Clinton s’est permis des comparaisons entre Poutine et Hitler, ce qui est une ignominie mais aussi une stupidité : à ce compte, c’est comme si l’on accusait madame Merkel d’être une communiste autoritaire sous le prétexte qu’elle a fait partie du dernier gouvernement communiste d’Allemagne de l’Est.

Pour l’Europe, c’est la même chose. L’Union européenne a été créée sur un modèle non démocratique mais bureaucratique, celui des agences fédérales américaines créées par Roosevelt. Aujourd’hui, le monopole de la proposition des lois par la Commission de Bruxelles, le cumul en son sein des tâches législatives et exécutives ne se justifient plus, [...]

En économie, c’est la même chose. Beaucoup de politiciens et fonctionnaires français ont été formés à l’Ecole nationale d’administration qui, sur le plan de l’enseignement de l’économie, avait 30 ans de retard, restant à Keynes et ignorant les économistes plus modernes comme Hayek. Résultat : on a les impôts les plus décourageants du monde, un interventionnisme brouillon de l’Etat et des réglementations archaïques. [...]

Notre système de formation des élites en sciences sociales est archaïque et beaucoup d’hommes politiques français vivent encore sur des vieilles idées diplomatiques ou économiques des années 1950. [...]"

Posté le 16 juin 2014 à 17h08 par Michel Janva | Lien permanent

12 juin 2014

L’histoire des 800 bébés inhumés dans une tombe collective était un canular

Lu ici :

"Cette histoire est un canular répandu dans les médias grand public et était, pour eux, simplement trop bonne pour être vraie. Il est révélateur que, maintenant qu’on a découvert que l’on brûlait des corps de bébés dans des incinérateurs pour récupérer de l’énergie, les médias ont ignoré le fait pendant longtemps, alors qu’une rumeur concernant des religieuses agissant il y a près d’un siècle a fait les choux gras de tous les médias grand public. Ils ont laissé percer le bout de l’oreille. Admettons-le : ils ne se soucient aucunement des bébés, ils ne se soucient que d’attaquer l’Église et de faire apparaître les catholiques comme des hypocrites.

Il n’y a qu’un péché dans le monde des médias grand public, c’est l’hypocrisie. Mais, voyez-vous, la seule personne sans péché dans cette affaire, c’est le nihiliste. [...]

Bien que les médias attribuent l’allégation d’avoir « jeté les corps dans une fosse septique » à Catherine Corlesse, historienne amateur locale, elle le dément. Sa tentative de corriger cette affirmation erronée a été racontée par le journal Irish Times samedi, mais les médias grand public qui avaient si joyeusement répandu la suggestion d’origine l’ont presque totalement passé sous silence [...].

Finbar McCormick, professeur de géographie à l’Université Queen’s de Belfast, a sévèrement gourmandé les médias pour avoir décrit la dernière demeure de ces enfants comme une fosse septique. Il a ajouté « Cette structure peut être décrite de façon plus adéquate comme étant un puits servant de caveau, une méthode d’inhumation utilisée récemment encore aujourd’hui dans plusieurs régions d’Europe.

« Au XIXème siècle, on a construit des puits chemisés de briques et couverts d’une grande dalle qui servaient souvent aussi de pierre tombale horizontale. Ce type de sépulture était commun dans les cimetières urbains au XIXème siècle et on en construit encore beaucoup dans les pays méditerranéens. J’en ai récemment vu en construction dans un cimetière croate. Le puits était maçonné par des blocs de béton, recouvert à l’intérieur de plâtre et avait une couverture faite de grandes dalles de béton.

« De nombreuses maternités dans les hôpitaux irlandais disposaient d’une sépulture commune pour les enfants mort-nés ou morts peu après la naissance. Cette sépulture pouvait se trouver dans un cimetière voisin, mais aussi dans une zone réservée sur le terrain de l’hôpital. »

Pour quiconque est familier de l’Irlande (j’y ai été élevé pendant les années 50 et 60), l’histoire de religieuses qui auraient volontairement jeté des bébés dans une fosse septique n’a aucun sens. Bien que certaines de ces religieuses aient peut-être été des mégères du genre « Je suis bien meilleure que tout le monde », s’il y a quelque chose dont elles étaient imprégnées, c’était la crainte de Dieu et donc il est peu vraisemblable qu’elles aient pu traiter des restes humains de la façon outrageusement blasphématoire qu’implique l’histoire de la fosse septique.

Alors, que reste-t-il de cette histoire ? Un fait semble incontestable : les conditions de vie dans les orphelinats irlandais jusqu’aux années 60, et même plus tard, semblent sorties d’un roman de Dickens. Le taux de mortalité y était très élevé. Mais qui blâmer pour cela ? Une partie importante du problème semble avoir été la pauvreté générale de l’époque (l’institution au centre de ce scandale a fonctionné des années 20 jusqu’au début des années 60). Les orphelinats irlandais manquaient désespérément d’argent, et ils étaient abominablement surpeuplés, ce qui signifiait que si un bébé attrapait une maladie contagieuse, tous allaient l’attraper. Un des dangers les plus importants était la tuberculose, maladie alors incurable qui se répandait comme un feu de brousse dans des locaux surpeuplés. [...]"

Posté le 12 juin 2014 à 15h27 par Michel Janva | Lien permanent

11 juin 2014

Une fournée de journalistes incultes

De Minute à propos du pseudo dérapage de Jean-Marie Le Pen :

F"Marie d’Herbais interroge Jean-Marie Le Pen sur l’attitude de tous ceux qui avaient menacé de quitter la France si le FN arrivait en tête à des élections et qui ne l’ont pas fait. « Ah oui, c’est Monsieur Noah ça », répond Le Pen, qui ajoute: « Cochon qui s’en dédit. » « Et Monsieur Bruel aussi », le relance Marie d’Herbais. « Ah oui, dit Le Pen,ça ne m’étonne pas. Ben écoutez, on fera une fournée la prochaine fois. » Le sens est évident: vendredi prochain, donnez-moi la liste de tous ces va-de-la-gueule et je vous livrerai un commentaire sur l’ensemble.

Noah n’étant – à notre connaissance – ni musulman, ni juif, personne ne s’est in digné de l’expression porcine. Mais Patrick Bruel, né Maurice Benguigui, l’étant, Le Pen a été accusé de « dérapage antisémite »! Et dès les premiers feux médiatiques, le Front national a supprimé la vidéo de son site! Un site dont Marine Le Pen est responsable pénalement… Courage, fuyons devant le lynchage médiatique!

Le Pen est peut-être âgé, il n’est pas encore gâteux. Il a même une qualité qu’aucun de ses rivaux ne possède (ni son successeur) : il maîtrise à la perfection la langue française. Ce qui n’est pas le cas d’une grande majorité de journalistes, dont le vocabulaire se réduit comme peau de chagrin à l’image de la culture historique qui a tendance, dans leur cerveau, à se limiter à deux catégories: l’histoire de l’humanité avant Hitler et Pétain, et l’histoire de l’humanité après Hitler et Pétain. Avant, c’était mal (à l’exception d’une brève période aux alentours de 1789). Après, c’est mieux mais il faut rester vigilant. Du coup, forcément, il y a des « bugs », comme ils disent, comme avec « fournée », mot créé au XIIe siècle (avant Hitler) de l’ancien français « forn » (voir Le Petit Robert, édition 2008) ou comme avec « détail », qui n’est rien d’autre que la partie d’un tout. [...]"

Dans un autre article, Minute rappelle que nos valeureux républicains, amoureux des Lumières et de la liberté, ont été les premiers à mettre des personnes au four, dont des femmes et des enfants. En Vendée. On appelait ça « cuire le pain de la République. » L'assassin en chef s’appelait Pierre-François-Joseph Amey. Il a encore son nom sur l’Arc de Triomphe.

Posté le 11 juin 2014 à 07h49 par Michel Janva | Lien permanent

10 juin 2014

Présent ne répond pas aux critiques d'Yves Chiron

Francis Bergeron, animateur du comité de pilotage du quotidien Présent, publie dans le numéro de mercredi un texte (en accès libre), qui a déjà été diffusé sur les réseaux ce week-end. On y lit notamment

"la signature de trois de nos journalistes n’apparaît plus, actuellement : Jeanne Smits, Olivier Figueras et Rémi Fontaine. Du coup, les plus absurdes supputations courent sur leur sort. En principe, par discrétion nous n’évoquons pas les questions de santé de nos collaborateurs. Mais dans Présent daté de samedi nous avons été obligés, pour la première fois et pour tenter d’enrayer cette folle rumeur, d’indiquer que ces trois piliers du journal font toujours partie de la rédaction. Mais Rémi Fontaine est en arrêt maladie depuis deux mois, Jeanne Smits depuis trois mois et Olivier Figueras depuis quatre mois. Nous leur souhaitons bien évidemment un bon et rapide rétablissement. D’autant que leurs compétences font gravement défaut au journal."

Que leurs compétences fassent défaut au journal, c'est le moins que l'on puisse écrire... On se demande en effet quelle est cette mystérieuse épidémie qui atteint simultanément 3 plumes historiques de Présent.

De son côté, Yves Chiron, auteur d'un texte sur les raisons de sa démission du quotidien, ne trouve pas de réponse à ses 2 principales critiques.

Posté le 10 juin 2014 à 14h32 par Michel Janva | Lien permanent

06 juin 2014

Désinformation sur la "fosse" aux enfants en Irlande

De Marie Piloquet dans Présent :

"En pleine Irlande catholique, voilà du pain bénit pour les opposants à l’Eglise. Et toute la presse se rue pour dénoncer ce nouveau scandale « dramatique », « effroyable », qu’elle peut ajouter victorieusement au chapelet d’épisodes de maltraitance et de pédophilie qu’elle a agité ces dernières années.

Tout vient des recherches d’une historienne, Catherine Corless. Qui, grâce aux archives d’un ancien foyer catholique irlandais, St Mary, à Tuam, dans le comté de Galway, découvre des registres de décès suggérant quelque 800 inhumations secrètes, sans cercueil ni pierre tombale, par les sœurs de Bon Secours qui dirigeaient l’établissement. Les registres publics renseignaient déjà sur les centaines d’enfants morts dans ce foyer entre 1925 et 1961, date de sa fermeture. Mais personne n’avait fait le lien avec la fosse emplie à ras bord d’ossements, découverte par les habitants de Tuam en 1975, qui l’avaient jusque-là toujours rattachée aux victimes de la grande famine du milieu du XIXe siècle.

Le ministre chargé de l’Enfance, Charlie Flanagan, a parlé de révélations « profondément bouleversantes (…), d’un rappel choquant d’un sombre passé de l’Irlande ». Des membres de l’opposition ont souhaité une enquête gouvernementale exhaustive sur cette affaire. Et l’archevêque de Dublin, Diarmuid Martin, s’est dit favorable « à des fouilles sur ce qui pourrait être des tombes anonymes ».

Mais de quoi sont morts ces enfants ? Selon les documents, de malnutrition et de maladies infectieuses comme la tuberculose, sans parler de ceux qui ne survivaient pas à la naissance. Rappelons que, lors de la première moitié du XXe siècle, la très pauvre Irlande enregistrait le taux de mortalité infantile le plus élevé d’Europe et que les épidémies de tuberculose y faisaient des ravages. Les statistiques de mortalité sont sans doute les mêmes qu’ailleurs : ils ne parlent pas du nombre total d’enfants passés par le foyer. Préférant se jeter sur un rapport d’inspection gouvernemental décrivant certains enfants « fragiles, émaciés » qui date de … 1944, année de pleine guerre mondiale.

Ce qui est extraordinaire, c’est le retournement opéré. En ce début de XXe siècle, les mères célibataires sont considérées comme des femmes qui ne pourront plus s’intégrer convenablement dans la société qui, de fait, les déconsidère. Elles sont incapables de subsister à leurs besoins et, déjà, de payer le médecin pour les accoucher. Qui les accueille alors ? Tant bien que mal, avec les moyens d’alors, des institutions catholiques. [...] Un siècle plus tard, ce sont elles que la société condamne dans sa haine anti-catholique. Noyée dans son idéologie soixante-huitarde, à cette époque où plus de la moitié des enfants naissent hors mariage et où 220 000 petits Français, chaque année, disparaissent sans, eux, jamais avoir été inscrits sur aucun registre… La fosse est peut-être une image choquante. Mais qu’en est-il des poubelles d’avortoirs résultant, elles, d’un meurtre pur et simple ? Le décalage est sans appel."

Posté le 6 juin 2014 à 12h28 par Michel Janva | Lien permanent

05 juin 2014

Dites "343"

LEn écho aux 343 "salopes" qui avaient revendiqué un avortement pour en réclamer la légalisation, Libération fait sa Une sur les "343 fraudeuses", pour exiger la légalisation de la procréation médicale assistée (PMA) pour les personnes homosexuelles.

Et plus tard, Libé fera sa Une sur les "343 porteuses" pour exiger la légalisation de la location d'utérus.

Et plus nous aurons droit aux "343 pédophiles" pour exiger une vieille revendication de Libé.

Posté le 5 juin 2014 à 22h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Yves Chiron n'écrira plus dans le quotidien Présent

Il explique dans sa lettre Aletheia :

"[...] A Présent, j’aurai donc été pendant près de trente ans, un collaborateur de l’extérieur, abondant mais libre. Je n’ai jamais assisté à une conférence de rédaction. [...]

Quelques mois à peine après la mort de Jean Madiran, Présenta été entraîné dans un maëlstrom inimaginable. L’histoire de cette tourmente, suscitée de l’extérieur, ne pourra sans doute jamais être écrite dans toute sa vérité, car elle devrait mettre en lumière des situations personnelles et des comportements privés qui sont en contradiction avec les positions et les valeurs défendues.

La prise de contrôle du journal, qui a été réalisée non sans l’appui d’une partie de la rédaction, a été brutale. Dans l’ours du n° 8055 de Présent, daté du mardi 4 mars 2014, Jeanne Smits figurait comme directeur de la rédaction, gérant et directeur de la publication (trois fonctions où Jean Madiran l’avait nommée). Dans le numéro suivant, daté du 5 mars, son nom avait disparu de l’ours.

Si la situation financière de Présent nécessitait un sauvetage et une nouvelle gestion, ce dont Jeanne Smits convenait elle-même, c’est avec des méthodes qu’on n’aurait pas osé mettre en œuvre du vivant de Jean Madiran qu’elle a été dépossédée de ses autres fonctions de direction.

Jean-Pierre Blanchard (ancien PDG de La Blanche Porte, jadis importante société de vente par correspondance, et ancien candidat Front National aux élections législatives à Tourcoing) a été nommé directeur général. Il exerce aussi les fonctions de co-gérant avec Zita de Lussy. Francis Bergeron, qui mène une brillante carrière de DRH dans de grandes entreprises et qui est aussi collaborateur de la première heure de Présent, préside un « comité de pilotage de la rédaction » qui se donne pour but d’ « appliquer la nouvelle politique éditoriale».

Je n’énumérerai pas tous les effets de cette nouvelle politique éditoriale, certains sont positifs, d’autres inquiétants, d’autres encore inacceptables. Parmi ceux-là, je n’en relèverai que deux. 

D’une part, la commémoration (par deux interviews) de la mémoire de Dominique Venner, historien intéressant certes, mais auteur virulemment anti-chrétien qui a terminé sa vie par un suicide sacrilège à Notre-Dame.

D’autre part, le lancement d’une supposée «Librairie Présent ». Le premier catalogue avertit qu’«en partenariat avec Francephi diffusion, fondée par Philippe Randa », la nouvelle direction de Présent propose « une sélection de livres anti-conformistes». On pouvait s’attendre, en considération de l’identité de Présent, que ce catalogue de livres illustre la Tradition catholique dans toutes ses dimensions, illustre la langue française, la littérature, l’Histoire de France, propose aussi des livres de combat pour la famille, la société chrétienne, la doctrine morale et la doctrine sociale de l’Église, contre la «culture de mort».

Au lieu de quoi sont proposés des ouvrages publiés quasi-exclusivement par les trois maisons d’édition de Philippe Randa : Dualpha, Déterna, L’Æncre. Ces trois maisons, hormis quelques très rares titres intéressants et sérieux, éditent à tour de bras des volumes sans rigueur historique ou intellectuelle, et/ou sulfureux. Par exemple, pour célébrer, à sa manière, l’élection, pour la première fois dans l’histoire de l’Église, d’un pape jésuite, Philippe Randa n’a rien trouvé de mieux que de rééditer un des livres d’Édouard Piaget [1817-1910] sur les Jésuites. Édouard Piaget, entomologiste suisse et franc-maçon, ajoutait en médiocre historien sa touche à la légende noire antijésuite.

Le double éloge de Dominique Venner comme la présence de Philippe Randa, connu pour ses accointances maçonniques, devenu « libraire » de Présent (et aussi billettiste au journal), sont inacceptables. Jean Madiran avait écrit en une circonstance analogue : «je ne crois pas que l’on puisse mener une action politique en commun avec des ennemis déclarés de l’Église et de la Foi».

La brutalité de la reprise en main effectuée à Présent comme la nouvelle ligne éditoriale du journal – en fait des tentatives de rapprochements tous azimuts avec une dominante d’inféodation, sans critique, au Front National–, me conduisent à cesser d’apporter ma collaboration à Présent.

 Depuis l’âge de vingt ans, une exhortation de Boris Pasternak n’a cessé de me guider: «Il faut chérir la vérité par dessus tout et rompre avec ceux qui ne l’aiment pas assez»."

Posté le 5 juin 2014 à 22h09 par Michel Janva | Lien permanent

04 juin 2014

спорить : petite intox sur Poutine

Invité ce soir du JT de 20h sur TF1, Vladimir Poutine aurait déclaré qu'il ne fallait pas discuter avec les femmes. Stupeur et indignation, quel machiste, etc. tout est bon pour s'indigner devant ce mufle russe, ce dictateur sanguinaire étoussa...

Toutefois, selon d'autres sources, Poutine aurait en fait déclaré :

"Il est préférable de ne pas se disputer avec les femmes" : спорить.

Posté le 4 juin 2014 à 22h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (34)

03 juin 2014

Tuerie de Bruxelles : la LDJ dénonce la malhonnêteté des médias

Communiqué de la Ligue de Défense Juive, sous le titre "le tueur de Bruxelles ne serait pas membre du Front national" :

"La LDJ dénonce systématiquement sur son site tous les antisémites qui sévissent au Front National ou dans un autre parti politique français de droite comme de gauche.

Depuis une semaine tous les médias nous fatiguent avec le danger fasciste que représente le Front National en liant d’une manière malhonnête la tuerie de Bruxelles à la hausse du vote FN en France.

Malheureusement pour eux ce n’est pas un skinhead au crane rasé qui a tué. Les Français et notamment ceux de religion juive savent que le danger se situe du coté des islamistes. Il suffit de connaitre l’identité des auteurs d’agression sur des juifs en France depuis 15 ans pour en être convaincu.

Seule une politique de répression sévère (retrait de la nationalité française, expulsion, peine plancher de 50 ans à défaut du rétablissement de la peine de mort) accompagné d’un travail de renseignement intensif peut endiguer le danger islamiste. Ni l’UMP ni le PS ne veut prendre de pareilles mesures radicales mais nécessaires. C’est une des raisons pour lesquels les Français qui en ont marre de la délinquance en France se tourneront vers le Front National.

Notons que tous ceux au PS et à l’UMP qui traitent le Front National de parti nazi et fasciste n’ont jamais demandé son interdiction. On se demande bien pourquoi. Les Juifs de France ne se laisseront pas instrumentalisés par les relais du Parti Socialiste qui veulent faire croire que le danger antisémite se trouve principalement à l’extrême droite alors qu’il est principalement chez les islamistes et l’extrême gauche."

Posté le 3 juin 2014 à 07h57 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (34)

02 juin 2014

Le désinformation par la couleur

Dénoncée sur Nouvelles de France :

"Depuis plusieurs semaines, les infographies du journal Le Monde concernant le Front National ont attiré mon attention. Si les autres partis politiques se voient attribuer la couleur qu’ils revendiquent, rouge pour le Front de gauche, rose pour le PS, bleu ciel pour l’UDI, bleu plus soutenu pour l’UMP, le Front National ne se voit pas attribuer le bleu marine de sa présidente, mais le marron.

Or, dans la mémoire de bon élève du système scolaire français que doit être forcément tout lecteur du Monde, sommeille le souvenir des cartes de la montée du nazisme et de la Seconde Guerre mondiale. Dans celles-ci, le marron représente le parti d’Hitler ou la Werhmacht opposée sur les champs de batailles à l’Armée Rouge ou aux Alliés occidentaux, représentés en vert."

Posté le 2 juin 2014 à 08h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (25)

29 mai 2014

C'est le pont de l'abstention

Lapsus rigolo trouvé ici :

"Ils étaient 7 candidats en lice ce dimanche pour devenir député de la 3ème circonscription de Haute-Garonne. Laurence Arribagé (UMP-UDI), annoncée comme la grande favorite a su surfer sur la vague bleue des élections municipales (44,14%) et a pris une avance confortable sur son adversaire socialiste Laurent Méric (24,16%). [...]

Au vu de l'écart et de la situation du PS au niveau national, l'élection semble belle et bien jouée. Même l'abstention, qui devrait être très forte dimanche prochain à cause du pont de l'abstention et de l'enjeu limité de cette partielle, est à l'avantage de la candidate UMP qui parait sure de son fait. [...]"

L'Ascension c'est quand Jésus s'élève, et l'abstention c'est quand on ne se lève pas...

Posté le 29 mai 2014 à 19h45 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

Valls : Emmanuel Ratier répond à Canal+

 

Posté le 29 mai 2014 à 18h38 par Michel Janva | Lien permanent

28 mai 2014

La rhétorique antiraciste ne prend plus dans l'opinion

De Christian Combaz dans Le Figarovox : :

"Plutôt que d'adapter leur discours à cette nouvelle donne, les spécialistes de l'intimidation dogmatique reviennent en ce moment aux valeurs sûres, le nauséabond, l'inadmissible, la haine de l'autre, le repli, le fantasme identitaire, etc. Tout ressurgit mécaniquement dans leurs propos, mais il y a quelque chose d'assez navrant dans ce flipper de l'anathème, c'est son caractère prévisible. Le joueur commence à connaître les trucs de la machine, il ne peut plus la secouer car elle tilte pratiquement de manière préventive, en outre et depuis trente ans le same player shoots again est attribué aux mêmes joueurs qui s'accrochent aux manettes du discours. Ceux qui jouent sont toujours les mêmes, et leurs coups sont toujours identiques. Le jeu n'a plus de sens, il aligne les figures imposées, il suit les lois d'une espèce de balistique du raisonnement qui n'intéresse personne.

On mesure cette lassitude à l'accueil très tiède qu'ont reçu les indignations, les appels à la vigilance et les tentatives de protestation qui se sont manifestés depuis les élections. Il y a quinze ans la jeunesse montait sur les lampadaires de la Bastille pour glapir sa crainte d'être dépassée par des forces coalisées du capital et du fascisme international. Désormais, le développement d'une tyrannie de proximité, qu'elle a souvent subie dans la cour du lycée, la préoccupe davantage -sans parler des révélations de Snowden et de la tiédeur de l'Europe institutionnelle devant les écoutes américaines, qui représentent la menace la plus sérieuse que la Démocratie ait affrontée depuis longtemps..

Les professionnels de la vigilance devraient donc suivre un stage de remise à niveau s'ils veulent garder la main sur la réalité, parce qu'elle est en train de leur échapper complètement."

Posté le 28 mai 2014 à 14h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Laurent Mouchard retourne chez Libération

Laurent Joffrin, de son vrai nom Mouchard, sera le prochain directeur de la rédaction de Libération. Il l'avait été de 1996 à 1999.

Posté le 28 mai 2014 à 11h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Violences contre des Juifs : le silence a succédé au brouhaha médiatique

Lu sur Boulevard Voltaire :

"Dimanche, 13 h 10. À l’heure où je commence à rédiger ce papier, nous ignorons l’identité du tueur de Bruxelles, auteur de la « fusillade » au Musée juif de Belgique. En parcourant les dépêches du jour, j’apprends en outre que deux jeunes hommes juifs ont été roués de coups, samedi soir, alors qu’ils se rendaient à la synagogue de Créteil. Dans les deux cas, doute et prudence sont de rigueur dans les miradors de l’information. Pas d’amalgames… Nous flairons déjà, dans ce silence obtus, la piste du criminel à barbe. Nul besoin d’un profond « décryptage ». [...]

17 h 45. À Bruxelles, la quatrième victime est morte. La police fédérale belge révèle que l’assassin « est de corpulence moyenne, athlétique et se déplace souplement » ; mais les vidéos ne permettent de tirer aucune conclusion quant à son « profil ». Un témoin parle d’un « barbu de type européen ». Je lis d’autre part que le tireur a pointé directement sa kalachnikov – arme de prédilection des djihadistes – sur le visage et la gorge. Les criminologues appelleraient cela une « signature ». Merah tirait dans les têtes à bout portant.

[...] Parallèlement, les victimes de Créteil attestent que leurs agresseurs étaient « deux jeunes Maghrébins ». Surprise de taille. Soral et Dieudonné sont blanchis. Pour éviter tout débordement, cette nouvelle a été fermée aux commentaires. [...]

Lundi, 16 h 30. À propos des faits de Créteil, le ministère de l’Intérieur diffuse un communiqué qui « ne donne pas de précision sur les circonstances de l’agression ». À Bruxelles, « la piste terroriste est privilégiée ». L’homme serait proche des milieux islamistes radicaux. Signe qui ne trompe pas : il a filmé son crime avec une petite caméra « GoPro ». La vérité éclate au grand jour : l’heure est venue pour les médias de se taire."

Posté le 28 mai 2014 à 10h11 par Michel Janva | Lien permanent

27 mai 2014

Putsch constitutionnel : le bobard de Jean Quatremer

Jean Quatremer, journaliste de Libération spécialisé dans les institutions de l'UE, était furieux dimanche soir :

Cela ne l'a pas empêché de poursuivre sa désinformation :

"Pendant la campagne des européennes, Jean Quatremerexpliquait :

« L’élection du 25 mai est une première qui va permettre aux électeurs européens de choisir le futur président de l’exécutif communautaire, comme dans une démocratie parlementaire fonctionnelle. »

Et deux jours plus tard il bondissait de joie de voir François Hollande reprendre à son compte cette supercherie, quasiment à l’identique : « Pour la première fois, les électeurs, par leur vote, désigneront le futur président de la Commission européenne. »

Hier, lendemain du 25 mai, il a osé affirmer exactement le contraire :

« Contrairement à une croyance largement répandue, ce sont les gouvernements qui sont à la manœuvre à Bruxelles et non pas des eurocrates forcément surpayés. On risque de s’en apercevoir une nouvelle fois dans les prochaines semaines avec la nomination du prochain président de la Commission européenne, le véritable enjeu des élections du 25 mai. (…) Les partis politiques européens, en présentant des candidats à la succession de José Manuel Durao Barroso, l’actuel patron de l’exécutif communautaire, cherchent à forcer la main du Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement : selon les traités, les députés européens doivent seulement approuver (ou non) le candidat présenté par les gouvernements. »

Et il n’hésite pas à qualifier de « véritable tentative de putsch constitutionnel » ce qu’il présentait auparavant comme la procédure démocratique « fonctionnelle »…"

Posté le 27 mai 2014 à 21h14 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

Nouvelle équipe au Monde

Thomas Wieder devient rédacteur en chef France du quotidien Le Monde. Il est devenu célèbre dans le monde entier suite à un selfie ridicule à la Maison Blanche :

R

Vincent Fagot est nommé rédacteur en chef, responsable de la rédaction numérique. Les quatre grands services thématiques de la rédaction sont dirigés par Christophe Ayad (International), Thomas Wieder (France), Virginie Malingre (Economie) et Auréliano Tonet (Culture), qui deviennent rédacteurs en chef.

Posté le 27 mai 2014 à 21h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

Le délire de Jean Daniel dans Le Nouvel Observateur

L'éditorialiste a visiblement été dérangé :

"[...] Pour la France et pour la gauche, c’est un deuil. On ne va plus savoir qui l’on croise dans la rue après avoir entendu tant de voix exprimer leur désir de purifier la France.

[...] Eh bien ils sont arrivés, pendant que les plus brillants d’entre nous dissertaient à perte de vue sur l’Europe et sur les défauts de François Hollande. Ha ! Pour ce dernier, il n’a pas été vaincu… il a été assassiné !

[...] Pour ma part, je me sens malheureux. Tous les mauvais souvenirs, toutes les alertes que j’ai connues pendant tant d’années, il me semble les réentendre et les revoir. Une partie de notre pays n’aime pas l’autre, et elle suggère, quand elle n’affirme pas, que ce sont les étrangers qui nous séparent.

Les immigrés sont accusés de souiller l’âme même de la France. Pourquoi n’avait-on pas osé jusque-là assener une calomnie qui devient soudain si rassembleuse ? D’abord parce qu’il n’est plus question d’antisémitisme. Il est clair que dans la première partie du plan de Marine Le Pen, toute espèce d’injures contre les Juifs va être bannie.

La présidente du FN a parfaitement compris que le temps n’est plus, ou n’est pas encore, à regrouper les deux racismes. En fait, elle a déjà réussi à désarmer la virulence - contre elle - des organisations contre l’antisémitisme. [...]"

Posté le 27 mai 2014 à 19h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (29)

L'antisémitisme en Europe se rencontre au sein de populations issues de l'immigration récente

C'est Le Monde, le journal de référence de la gauche, qui le dit. Et c'est sobrement dit pour désigner les musulmans. Ce qui n'empêche pas en fin d'article le sociologue accuser aussi internet et le FN.

Posté le 27 mai 2014 à 15h38 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Profanation de la voie sacrée : Valeurs Actuelles en parle

Le silence médiatique se fissure.

Posté le 27 mai 2014 à 13h43 par Michel Janva | Lien permanent

La voie sacrée profanée : silence médiatique

 

Posté le 27 mai 2014 à 07h23 par Michel Janva | Lien permanent

24 mai 2014

Cristeros : Hugues Kéraly répond à La Croix

Dans La Croix du 14 mai, à propos du film consacré aux Cristeros, Claire Lesegrétain écrit :

« Forçant le trait sur la brutalité des soldats de l'armée fédérale, ce film oublie l'interdit évangélique de toute forme de violence, y compris pour défendre le Christ. De ce fait, ce Cristeros tient davantage du western que du film d'inspiration chrétienne. »

Hugues Kéraly répond dans L'Homme Nouveau :

"Trois contre-vérités (historique, théologique et spirituelle) en trois lignes seulement. Dans le seul quotidien soutenu par l’épiscopat français. Chapeau !

1. – Le film de Dean Wright minimise sensiblement la violence des Fédéraux 

On n’y voit pas les drapeaux noirs aux tibias entrecroisés de l’armée fédérale. On n’y entend pas la sinistre sonnerie mexicaine du deguëllo, popularisée par le cinéma dans Fort Alamo (pas de quartier), ni ce cri de guerre qui se passe de traduction : Viva el Demonio ! Je n’ai pas vu non plus que le film ait consacré un seul plan aux plus épouvantables sacrilèges commis par les officiers de l’armée fédérale dans les églises, pour faire brouter par leurs chevaux les hosties consacrées, ou dans les cimetières des couvents, lorsqu’ils déterrent et décapitent les squelettes des moniales pour jouer au foot avec leurs têtes… On nous épargne aussi les émasculations systématiques des prêtres réfractaires, le viol des petites filles, les seins coupés des mamans ou l’éventration des femmes enceintes, en place publique, pour terrifier tous les villages qui abritaient des combattants. [...]

2. – L’Évangile n’exclut pas les droits à l’insurrection

La loi d’amour évangélique en effet n’abolit pas les droits naturels de la légitime défense contre les assassins du corps, non plus que les droits spirituels contre les assassins de l’âme, qui peuvent conduire à l’insurrection nationale, codifiée dans la doctrine catholique de la « juste guerre » depuis saint Augustin et saint Thomas d’Aquin. Il y faut notamment une violation certaine, grave et prolongée des droits fondamentaux : dans le cas du Mexique, la persécution administrative, pénale et sanglante des prêtres et des fidèles catholiques, en 1926, s’aggrave depuis près d’un siècle, pas moins ! Il y faut également avoir épuisé tous les recours pacifiques contre l’oppresseur : les Mexicains ont multiplié trois ans de suite les manifestations pénitentielles, les occupations d’églises, les processions publiques, les pétitions au Congrès, et jusqu’au boycott économique du gouvernement – en vain… On pourrait d’ailleurs s’arrêter ici. Quand un gouvernement fait ouvrir le feu au mauser et à la mitrailleuse lourde sur des femmes et des enfants qui défilent en aube, dans la rue, sous la seule protection du Saint Sacrement, quel homme d’honneur ne prendrait pas les armes aussitôt ? Savez-vous ce que demanda saint Augustin sur son lit de mort, le 20 août 430, dans Hippone assiégée, aux disciples qui pleurnichaient de le voir partir vers le Ciel ? Il les mit tous à la porte, avec ce simple commandement militaire : « Les Barbares sont aux remparts de la ville : allez-y donc ! ». Ce n’est d’ailleurs pas à l’Église de décider où et quand il est légitime pour les catholiques de se jeter dans la résistance armée, comme le rappelait Pie XI, le 28 mars 1937, dans une lettre aux prélats de la hiérarchie mexicaine :

« Quand le pouvoir se dresse contre la justice et la vérité jusqu’à détruire les fondements de toute autorité, on ne voit pas comment on pourrait condamner les citoyens qui s’unissent pour défendre la nation et se défendre eux-mêmes, par les moyens légitimes appropriés, contre ceux qui programment étatiquement leur malheur (...). L’utilisation de ces moyens, l’exercice des droits civiques et politiques dans toute leur ampleur, qui inclut les problèmes d’ordre purement matériel et technique ou de défense par les armes, ne sont d’aucune manière de la compétence du clergé ni de l’Action catholique. »

3. – Le beau film de Dean Wright reste éminemment spirituel

J’ai bien du mal à comprendre comment une journaliste du quotidien La Croix peut dénigrer avec tant de fiel « l’inspiration chrétienne » d’un film qui romance avec tant de talent « la grande bataille du Christ », selon Pie XI, et la plus grande insurrection catholique du XXe siècle, selon les seuls historiens français qui aient étudié la question… Au Mexique, une nation entière se mobilise sous les drapeaux du Dieu fait homme, elle marche vers les mitrailleuses et les canons de l’Antéchrist parce qu’elle refuse l’abdication des dernières libertés de sa foi. [...]"

Posté le 24 mai 2014 à 17h17 par Michel Janva | Lien permanent

23 mai 2014

Voyage du pape : c'est parti pour le festival des intox

La première nous vient du Point et elle est décryptée par Yves Daoudal :

"Premier sur la liste, Le Point, qui publie un article intitulé « Bataille de sites historiques au premier jour de la visite du pape ». En bref, l’article suggère que si le pape se rend à Béthanie, sur le lieu du baptême du Christ, côté jordanien, et non du côté israélien du Jourdain, ce doit être pour une raison « politique » (plutôt floue). Car, nous explique-t-on, on ne sait pas où Jean-Baptiste baptisait, mais on ne voit pas pourquoi il aurait traversé le Jourdain, et le fait est que le site israélien accueille beaucoup plus de pèlerins que le site jordanien…

Le problème, c’est que, si les Israéliens ont inventé un site du baptême où ils envoient les gogos, l’Evangile est très clair. Et, contrairement à ce que disent ceux qui voient une simple allusion dans l’évangile de saint Jean, il s’agit d’une triple affirmation (or trois fois n’est jamais un hasard, et l’on sait aujourd’hui que les indications topographiques de saint Jean sont les plus précises des quatre évangiles) :

1 – Alors que des prêtres du Temple viennent se renseigner sur ce Jean qui baptise les foules, l’évangéliste précise : « Cela s’est passé à Béthanie, au-delà du Jourdain, où Jean baptisait » (Jean 1,28).

2 – Les disciples de Jean, voyant avec inquiétude que Jésus a désormais plus de disciples que leur maître, viennent le voir et lui disent : « Rabbi, celui qui était avec toi au-delà du Jourdain, celui à qui tu as rendu témoignage, voici qu’il baptise, et tous vont à lui » (Jean 3,26).

3 – Alors que Jésus vient d’échapper à une lapidation, l’évangéliste écrit : « Et il alla de nouveau au-delà du Jourdain, au lieu où Jean baptisait d’abord, et il y resta. » (Jean 10,40). Cette indication est particulièrement importante, car c’est pour échapper à ceux qui veulent le tuer que Jésus va de l’autre côté du Jourdain… là où naguère Jean baptisait.

Enfin, on sait qu’au IVe siècle fut édifiée en cet endroit une basilique byzantine. Et c’est pourquoi, le 10 mai 2009, en présence des souverains jordaniens, Benoît XVI a posé en cet endroit, et non du côté israélien, la première pierre d'une nouvelle église melkite et d'une église latine."

Posté le 23 mai 2014 à 15h25 par Michel Janva | Lien permanent

Titre malheureux ou attaque des pourfendeurs de la fumeuse loi ?

C

Posté le 23 mai 2014 à 10h36 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

21 mai 2014

Européennes : le temps de parole au service de la désinformation

Selon les relevés du CSA sur la période du 14 avril au 16 mai, TF1 a accordé 49,80% du temps de parole au Parti socialiste, 32,81% à l'UMP. Cinq autres formations se partagent le reste, dont le Front national (6,78%) et 12 n'ont eu aucun temps de parole.

RTL a donné 38,80% du temps de parole pour le rassemblement UDI-Modem et 31,47% pour l'UMP, soit 30 minutes et 24 minutes respectivement sur un total d'1h17 d'antenne. 

Outre les mises en garde, le CSA a appelé d'autres médias à "la plus grande vigilance". C'est le cas pour Canal Plus, France Culture, Europe 1 et Radio Classique.

Et dimanche soir, devant les résultats, nos médiagogues nous diront qu'ils n'ont pas fait assez de "pédagogie"...

Posté le 21 mai 2014 à 17h56 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (17)

20 mai 2014

Panne du Salon Beige

Hier en fin d'après-midi, notre hébergeur a encore fait l'objet d'une attaque, conduisant à l'indisponibilité de votre blog préféré. La situation a été résolue dans la nuit.

Sachez néanmoins que le blog de secours, http://www.lesalonbeige.fr/, est toujours accessible est reprend la totalité des posts publiés ici. Enregistrez-le dans vos favoris.

Posté le 20 mai 2014 à 07h38 par Michel Janva | Lien permanent

Traitement médiatique de la pédophilie : selon que vous serez...

Extrait d'une émission de Jean-Yves Le Gallou sur TV Libertés :

 

Posté le 20 mai 2014 à 07h33 par Michel Janva | Lien permanent

19 mai 2014

Désinformation du Monde sur les jeunes « happés par la guerre »

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Le Monde publie un article sur les sept jihadistes « strasbourgeois » qui viennent d’être arrêtés et mis en examen. Sous le titre :

A la Meinau, sur les traces des jeunes Strasbourgeois happés par la guerre en Syrie

On élimine les mots "musulmans" et "jihad". Exit l’islam, qu’il faut dédouaner à tout prix. Il ne reste que des « jeunes happés par la guerre ». Malgré eux… Le Monde leur dénie leur libre arbitre.

Et on commence par verser une larme : « Deux membres de l'équipée, les frères Yacine et Mourad B., y ont perdu la vie, laissant derrière eux une mère veuve et un petit frère. »"

Posté le 19 mai 2014 à 15h17 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

Le "processus paisible et tolérant"

Emission révisionniste :

M

Posté le 19 mai 2014 à 15h08 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

17 mai 2014

Christine Pedotti compare Boko Haram et Jean-Paul II

Témoignage chrétien devient vraiment crétin.

Posté le 17 mai 2014 à 16h59 par Michel Janva | Lien permanent

Les médias qui défendent l'immonde Calles : Le Monde et La Croix

Jean-Yves Riou, directeur d'Histoire du christianisme magazine et directeur des éditions CLD, défend les Cristeros, attaqués par certains médias :

"Plutarco Elias Calles, l'ancien gouverneur du Sonora qui n'aimait ni les Chinois ni les catholiques, devenu président du Mexique en 1924 par la volonté de son prédécesseur, après une purge sanglante et des élections truquées, l'homme qui accepta, en 1927, un don de 10 millions de dollars versé par le Ku Klux Klan pour éradiquer le papisme, l'homme que Mussolini inspirait et que l'ambassadeur américain Morrow traitait de «gangster», vient de trouver de nouveaux alliés dans les milieux des informateurs religieux et des critiques de cinéma. La rencontre s'est tenue dans une salle obscure lors de la projection du film Cristeros.

Selon eux, Cristeros ferait peu de cas de l'histoire. Admettons. Mais, alors, pourquoi font-ils la même chose? Au palmarès de la désinformation majuscule, deux palmes d'orLe Monde du 13 mai qui benoîtement suggère que l'autre nom de l'anticléricalisme mexicain serait la laïcité. Lisons donc la constitution «laïque» de 1917: les ordres monastiques sont illégaux (article 5), l'Etat est autorisé à confisquer les biens de l'Eglise (art 27), le gouvernement peut fixer le nombre de prêtres dans chaque localité (article 130).

Il y a pire et c'est dans La Croix du 14 mai. L'auteur écrit: «Mais forçant le trait sur la brutalité des soldats de l'armée fédérale, ce film oublie l'interdit évangélique de toute forme de violence, y compris pour défendre le Christ.» Laissons la fin aux théologiens pour appeler le spécialiste à la barre: «Les vétérans des deux camps, la presse de l'époque, les rapports diplomatiques, les interpellations du Parlement disent tous la même litanie d'horreurs, perpétuées par les photographies, prises par l'armée fédérale. On ne fait pas de prisonniers, on décime les populations civiles prises en otages. La torture est systématique, pour obtenir des renseignements mais aussi pour prolonger le supplice, pour obliger les catholiques à renier leur foi, puisque la mort ne suffit pas […].» Le contexte de la révolution mexicaine, la nature de la guerre et le recrutement de l'armée expliquent cela.

Cristeros, on l'aura deviné, aseptise largement les crimes fédéraux. Il n'oublie pas de montrer celui commis en 1927 par le général cristero Vega, «Pancho Villa en soutane», lors de l'attaque d'un train. Le seul de ce genre commis en trois ans de guerre par l'armée cristera et de surcroît par un prêtre. Nul manichéisme ici.

Et franchement, jusqu'à quel point demander à un film d'être historique? Bien sûr, les personnages et leurs itinéraires sont recomposés, des choix apparaissent critiquables, des omissions regrettables, mais le cadre général est suffisant pour un public, journalistes compris, qui découvre une page méconnue de l'histoire mexicaine.

Il ne faut pas nier les risques - variés - d'instrumentalisation. Mais quoi de mieux, alors, que les travaux historiques pour les contenir. Si les bien-pensants s'intéressaient aux cristeros, au lieu d'en avoir peur, ils découvriraient que leur cri de ralliement, «vive le Christ-Roi», ne traduit pas un rêve de chrétienté obsolète, que leur dévotion pour Notre-Dame de Guadalupe signe leur appartenance à un Mexique métissé et indien, détesté par Calles. Ils découvriraient que dans les zones «libérées», les cristeros, lassés des excès de la révolution, ont cherché la justice, promu l'égalité et l'éducation, vécu une forme de démocratie participative, découvert les liturgies sans prêtre.

Cristeros offre une formidable occasion de se documenter et de chercher à comprendre une aventure humaine et spirituelle, donc universelle. Pourquoi la bouder?

Parce que, les cristeros n'intéressent pas les journalistes qui poursuivent d'autres buts. Ceux de La Croix sont limpides: il ne faudrait pas que les cristeros viennent gonfler les rangs de La Manif pour tous. Pas moins. Mais ces derniers n'en sont pas encore à défiler. Réfugiés dans les salles obscures, ils se demandent surtout combien de temps ils vont pouvoir y rester.

Au fond, peu importe les regroupements de populations ordonnés par le ministre de la Guerre, le général Amaro, et les souffrances endurées. Peu importe les victimes. Ce qui compte, c'est l'idéologie. Alors, après tout, pourquoi ne pas réhabiliter l'armée fédérale et la politique religieuse de Calles?

Allez, soyons juste, Calles avait la stature d'un homme d'Etat (Meyer) mais reconnaissons aussi que ses fantasmes antireligieux ont conduit son pays dans une impasse. Pour en sortir, il a fallu se débarrasser de lui. C'était en 1935. Il n'y pas si longtemps.

Quant aux cristeros, leur épopée magnifique n'a pas fini de nous inspirer."

Posté le 17 mai 2014 à 11h54 par Michel Janva | Lien permanent

15 mai 2014

De France Télévisions au cabinet de Filippetti

Martin Ajdari, secrétaire général de France Télévisions, a été nommé directeur de cabinet du ministre de la Culture Aurélie Filippetti. Il remplace au ministère Laurence Engel, épouse de l’ex-conseiller politique de François Hollande Aquilino Morelle, qui a quitté son poste début mai, suite à la polémique. 

Depuis sa sortie de l’ENA il y a 20 ans, Martin Ajdari a fait toute sa carrière dans la sphère publique, avec des allers-retours entre cabinets ministériels et institutions culturelles. Il a démarré au ministère de l’Economie et des Finances, puis eil est devenu directeur administratif et financier de RFI. Revenant à Bercy, il intègre le cabinet de Laurent Fabius, ministre des Finances, et de Florence Parly, secrétaire d’Etat au Budget, de 2000 à 2002. Il rejoint ensuite la direction du Trésor, puis devient directeur général de Radio France de 2004 à 2009. Il devient directeur adjoint de l’Opéra de Paris, puis, en septembre 2010, rejoint France Télévisions.

Posté le 15 mai 2014 à 22h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

RTL : Eric Zemmour sur la sellette

Encore... La radio voudrait perdre encore de l'audimat qu'elle ne s'y prendrait pas autrement.

La chronique de l'oligarque Pierre Bergé ne semble pas menacée.

Posté le 15 mai 2014 à 07h32 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

Droit de réponse de La Manif Pour Tous au Courrier de l'Ouest

En février, une polémique avait eu lieu à Angers à propos de la diffusion du film Tomboy dans les collèges. L'Institution Saint-Martin avait décidé que les collégiens ne participeraient pas à cette séance de propagande. Le Courrier de l'Ouest avait accusé La Manif pour Tous, laquelle, au bout de 3 mois, vient enfin d'obtenir un droit de réponse (publié le 14 mai) :

DROIT_DE_REPONSE_Courrier_de_l'Ouest_M ercredi_14_mai_2014_page_Angers_n°4

Posté le 15 mai 2014 à 07h29 par Michel Janva | Lien permanent

14 mai 2014

Une journaliste de La Croix salit la mémoire des Cristeros

De Denis Sureau :

"Dans le journal assomptionniste La Croix du 14 mai, la journaliste Claire Lesegrétain étale son ignorance à la fois de l'histoire du Mexique et de l'enseignement de l'Eglise sur la légitimité de la résistance armée (Catéchisme de l'Eglise catholique, § 2243). Sur le film Cristeros, elle écrit à la fin de sa critique intitulée "A la gloire ambiguë des soldats du Christ roi" :

"Mais forçant le trait sur la brutalité des soldats de l'armée fédérale, ce film oublie l'interdit évangélique de toute forme de violence, y compris pour défendre le Christ. De ce fait, ce Cristeros tient davantage du western que du film d'inspiration chrétienne."

Le Catéchisme de l'Eglise catholique, § 2243 :

"La résistance à l’oppression du pouvoir politique ne recourra pas légitimement aux armes, sauf si se trouvent réunis les conditions suivantes : (1) en cas de violations certaines, graves et prolongées des droits fondamentaux ; (2) après avoir épuisé tous les autres recours ; (3) sans provoquer des désordres pires ; (4) qu’il y ait un espoir fondé de réussite ; (5) s’il est impossible de prévoir raisonnablement des solutions meilleures."

L'Eglise a béatifié 25 martyrs le 20 novembre 1992 puis canonisé le 21 mai 2000. Puis l'Eglise a béatifié 13 autres martyrs le 20 novembre 2005.

Posté le 14 mai 2014 à 14h28 par Michel Janva | Lien permanent

La directrice du Monde démissionne

Natalie Nougayrède annonce n'avoir "plus les moyens d'assurer en toute plénitude et sérénité" ses fonctions.

"La volonté de certains membres du Monde de réduire drastiquement les prérogatives du directeur du journal est pour moi incompatible avec la poursuite de ma mission".

Qu'en pense l'oligarque Pierre Bergé, propriétaire de ce canard ?

Posté le 14 mai 2014 à 12h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)


     Archives > Homosexualité : revendication du lobby gay , Médias : Désinformation

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Homosexualité : revendication du lobby gay , Médias : Désinformation