17 octobre 2013

Panorama des 30 pays les plus christianophobes 2/2

L'Aide à l'Eglise en détresse (AED) dresse le tableau de la situation des chrétiens entre 2011 et 2013 dans les 30 pays les plus christianophobes. En voici une traduction (le rapport étant rédigé en anglais) :

Les pays où les persécutions ou l'oppression contre les chrétiens sont extrêmes :

  • Erythrée : forte dégradation. Persécution reforcée début 2013 avec l'arrestation d'au moins 191 chrétiens. Entre 2 000 et 3 000 chrétiens continuent de subir torture ou mauvais traitements en prison.
  • Afghanistan : forte dégradation. La seule église officielle encore debout a été détruite en mars 2010. Les personnes engagées dans des associations humanitaires chrétiennes ont été expulsées pour prosélytisme.
  • Vietnam : forte dégradation. Le décret 92, prenant effet le 1er janvier 2013, a étendu le contrôle du gouvernement dans un pays déjà très restrictif sur le plan de la liberté religieuse.
  • Pakistan : dégradation. Des chrétiens tués et des maisons détruites à la suite d'accusations de blasphème. Les femmes issues des minorités religieuses subissent davantage de harcèlements sexuels ou d'autres abus.
  • Chine : dégradation. Le gouvernement contrôle étroitement les activités religieuses : les prêtres "officiels" qui défient l'Etat sont punis, les communautés non reconnues font l'objet de descentes de police.
  • Maldives : dégradation. En vertu de la Constitution, les non-musulmans sont privés de citoyenneté et les lois doivent être islamo-compatibles. Appels à l'application complète de la charia.
  • Corée du Nord : situation inchangée. Officiellement athée, l'Etat fait exécuter les personnes surprises en train de prier. Les prisonniers religieux subissent la torture et les pires abus.
  • Arabie saoudite : situation inchangée. Le pays reste en tête de ceux qui bafouent le plus la liberté religieuse - par exemple, une simple réunion de prière chez soi justifie une descente de police.

Persécutions ou oppression élevées, voire extrêmes :

  • Syrie : forte dégradation. Les chrétiens ont été menacés, chassés de leurs maisons et parfois tués à cause de leur foi. Des évêques et des prêtres kidnappés, certains toujours portés disparus.
  • Egypte : forte dégradation. Exode d'au moins 200 000 chrétiens depuis février 2011. Rapts de jeunes filles, assauts, meurtres de chrétiens à cause de leur foi, destructions et fermetures d'églises.
  • Iran : forte dégradation. Augmentation des arrestations, tortures, séquestrations de croyants, mais également des raids contre les églises et des confiscations de bibles.
  • Nigeria : forte dégration. Augmentation des attaques contre les édifices religieux et les maisons des chrétiens. Depuis 2007, plus de 700 églises ont été attaquées, la plupart par des islamistes voulant imposer la charia.
  • Irak : légère amélioration. L'exode des chrétiens continue avec les attaques contre les personnes et les édifices. Mais les attaques de grande échelle qui ont marqué la période 2009-10 se sont réduites.

Persécutions ou oppression élevées :

  • Soudan : forte dégradation. Attaques d'églises et arrestation du clergé à la suite des déclarations du président Omar al-Bachir, voulant faire du Soudan un Etat totalement islamique.
  • Ouzbékistan : forte dégradation. Raids pendant les offices et censure des publications - au moins 37 personnes ont été arrêtées pour possession de littérature religieuse illégale entre 2012 et 2013.
  • Inde : dégradation. Le gouvernement a été complice dans certains Etats de violences (mutilations faciales, destructions d'églises, profanations de tombes) perpétrées par des radicaux hindous.
  • Sri Lanka : dégradation. Probable augmentation des attaques contre les églises et les prêtres : de janvier à mai 2013, au moins 45 cas de persécutions ont été recensés.
  • Biélorussie : situation inchangée. Les communautés ont besoin d'une autorisation de l'Etat pour mener leurs activités et célébrer des offices publiquement. Non reconnues, certaines ont fait l'objet de descentes de police lors de réunions et leurs biens ont été saisis.
  • Turkménistan : situation inchangée. Très peu de communautés reçoivent un agréement, et la littérature religieuse est strictement controlée. Les chrétiens craignent les arrestations, la confiscation de leurs bibles et les fermetures arbitraires d'églises.
  • Laos : amélioration. Quelques progrès, mais les personnes accusées de blasphème sont toujours emprisonnées sans procès. Localement, les autorités ont expulsé des croyants de leur village.

Persécutions ou oppression modérées, voire élevées :

  • Indonésie : forte dégradation. Forte hausse des attaques contre les églises et des pressions pour les fermer, montée du sectarisme anti-chrétien liée à l'influence grandissante de l'extrémisme islamiste.
  • Birmanie : situation inchangée. L'armée exerce des pressions sur les chrétiens pour qu'ils se convertissent au bouddhisme. Elle tente de prendre le contrôle de certaines régions, en menant une répression ethnico-religieuse.

Persécutions ou oppression modérées :

  • Mali : forte dégradation. La campagne militaire menée par Al-Qaida au Nord Mali au printemps 2012 a visé les chrétiens. 200 000 d'entre eux ont fui la région.
  • Tanzanie : forte dégradation. Des chrétiens battus, parfois tués, tandis que les évêques s'inquiètent de l'expansion du fondamentalisme musulman venu d'Arabie saoudite.
  • Bosnie-Herzégovine : dégradation. L'islamisme radical montant, notamment wahhabite, essaie de chasser les catholiques de certaines parties du pays.
  • Israel et Palestine : dégradation. Augmentation des attaques contre des édifices religieux dans certaines régions d'Israel. Peur de l'empiètement islamique dans certaines zones palestiniennes.
  • Turquie : situation stable, voire meilleure. Les commentateurs sont divisés, certains voyant quelques signes de progrès, les autres remarquant que la plupart des difficultés demeurent.
  • Cuba : amélioration. Certaines églises sont retournées dans le giron de l'Eglise catholique mais de nombreux croyants subissent des restrictions. Violentes attaques contre les chrétiens.
  • Zimbabwe : forte amélioration. Fin de la persécution contre l'Eglise anglicane. Excomunié, l'ancien évêque anglican d'Harare, Nolbert Kunonga, a reçu l'ordre de rendre tous les biens de son église, qu'il avait saisis.

Posté le 17 octobre 2013 à 20h16 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (8)

Les chrétiens de plus en plus persécutés dans le monde 1/2

L'Aide a l'Eglise en détresse examine chaque année la situation des chrétiens dans les 30 pays les plus christianophobes. Les conclusions du rapport 2013 (en anglais), qui porte sur les 30 derniers mois, font froid dans le dos :

"Selon John Pontifex, directeur de l’Information du bureau britannique de l’AED, « la principale conclusion du rapport est que dans les deux-tiers des pays où la persécution des chrétiens est la plus sévère, les problèmes ont sans doute encore empiré. En fait, dans certaines régions – notamment au Proche-Orient – la survie même de l’Église est maintenant en jeu. »

Pour les chrétiens, le soi-disant « printemps arabe » est devenu dans de nombreux cas ce que le rapport appelle un « hiver chrétien ». (...) Le rapport décrit l’exode comme atteignant des « proportions presque bibliques ».

Selon les informations présentées dans ce rapport, l’influence des groupes islamistes fondamentalistes a considérablement augmenté au cours des trente derniers mois. Ils représentent peut-être la plus grande menace à l’encontre de la liberté religieuse dans le monde aujourd’hui. Leur objectif est l’élimination, ou au moins l’assujettissement des chrétiens.

Dans les pays communistes aussi, les efforts visant à exercer un contrôle sur les populations chrétiennes ont augmenté. Toutefois, dans ces pays les chrétiens tendent à être persécutés avant tout en raison de leurs contacts avec des dissidents et avec l’Occident et non pas uniquement en raison de leur foi. (...)

Comme l’explique John Pontifex, « (...) le rapport « Persécutés et oubliés ? » soulève de profondes interrogations quant à l’engagement de la communauté internationale à se dresser en faveur de la liberté religieuse. »"

Posté le 17 octobre 2013 à 20h15 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (1)

11 octobre 2013

La preuve qui accable Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier

Les deux journalistes, qui avaient été retenus en otage en Afghanistan, avaient affirmé qu'ils n'avaient pas été prévenus par l'Armée française qu'ils se dirigeaient vers une région dangereuse.

Un rapport vient infirmer leurs déclarations. Ces journalistes seraient-ils des menteurs ?

Posté le 11 octobre 2013 à 11h30 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (20)

10 septembre 2013

Hervé Guesquière condamné pour diffamation

Lu sur  OJIM :

"Enfin, la justice les condamne ; mais seulement à du sursis et que pour diffamation! Qui les jugera pour leur criminel aveuglement idéologique ? Car les soldats français les avaient prévenus de ne pas partir ce jour là et dans la direction où ils furent capturés ; car d'autres soldats ont donné leur vie pour libérer de tels tartuffes, car l'argent des Français a été gaspillés par millions pour les retrouver ( plus de 10 millions selon le CEMA de l'époque ) .

On force bien les bennets qui se perdent en montagne, par inconscience, à payer les frais des recherches, alors pourquoi pas eux, pourquoi pas leur journal financés par nos impôts ? Les journalistes ne sont pas une caste au dessus des autres citoyens que je sache !"

Posté le 10 septembre 2013 à 11h17 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (5)

Après le passage des Alliés en Afghanistan...

Un membre du Parlement afghan a suggéré que ceux qui se convertissent de l’islam au christianisme devraient être exécutés, selon la charia, afin de mettre un terme à la croissance rapide du christianisme parmi les citoyens afghans.

Posté le 10 septembre 2013 à 07h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

14 août 2013

Un soldat français meurt en Afghanistan, RIP

Un soldat français a été retrouvé mort le 5 août dans la zone militaire française sur l'aéroport de Kaboul, en Afghanistan, a indiqué aujourd'hui à Paris l'état-major des armées. Une enquête, confiée dans un premier temps à la gendarmerie sur place, est en cours pour déterminer les causes du décès, qui "n'est pas la conséquence d'une attaque ou d'une mort au combat".

Le ministère de la Défense n'a pas annoncé le décès du militaire au moment des faits en raison de l'enquête.

Ce militaire âgé de 39 ans, Gwénaël Thomas, serait mort par balle, ce que l'état-major n'a pas confirmé. Il s'agit d'un sous-officier de l'armée de l'air. Le militaire aurait notamment servi précédemment au Mali, en Côte d'Ivoire et au Liban.

Son décès porte à 89 le nombre de soldats français morts en Afghanistan tués au combat, accidentellement, par suicide ou de mort naturelle depuis le début de la présence française au sein de la force multinationale dans ce pays, fin 2001.

Add : pour JD Merchet, il s'agit d'un suicide.

Posté le 14 août 2013 à 11h00 par Michel Janva | Lien permanent

30 décembre 2012

Crêpe retournée

Lu sur le blog d'Authueil :

"La marque de produits laitiers "paysan breton" vient de balancer que le ministre de la Défense passerait le réveillon avec les soldats en Afghanistan. Il s'agit d'une information ultra-secrète, car elle peut permettre à des terroristes bien informés (malheureusement, ils le sont souvent) de préparer une "surprise" pour le ministre en question sous forme d'attaques ou d'attentats. En plus, comme nos troupes sont très localisées en Afghanistan, on peut assez facilement, en "ciblant" deux ou trois lieux, avoir une chance de tomber sur le ministre de la Défense.

Cette gaffe révèle un comportement absolument sidérant de la part d'un ministre socialiste, qui confine à l'amateurisme, à l'irresponsabilité, et à l'instrumentalisation de ses fonctions pour sa comm' personnelle. Si cet info a été révélée par l'entreprise, c'est qu'elle participait à une opération de communication publicitaire. Elle devait fournir 8000 crêpes pour les soldats français, afin d'agrémenter leur réveillon. Sympa comme initiative, mais plus de faire plaisir aux soldats français, elle sert à faire parler dans les médias. Elle est donc au bénéfice de l'entreprise, et du livreur, le ministre, ce qui lui permet de médiatiser davantage ce que est devenu un rituel, la visite de réveillon du ministre aux soldats. [...]

Posté le 30 décembre 2012 à 19h47 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

17 juillet 2012

Peine de mort pour l'assassin des soldats français

Lu ici :

"Le militaire afghan qui avait tué 4 soldats français (un 5e, le capitaine Christophe Schnetterle, était mort de ses blessures quelques jours plus tard) le 20 janvier, a été condamné à mort, selon un communiqué du ministère afghan de la Défense. Agé de 21 ans, le sous-lieutenant Abdul Saboor avait tué par balles le brigadier-chef Geoffrey Baumela, l'adjudant-chef Fabien Willm, l'adjudant-chef Denis Estin et le sergent-chef Svilen Simeonov. Une quinzaine de soldats français de l'OMLT basée dans la FOB Gwan avaient été blessés lors de cette fusillade."

Posté le 17 juillet 2012 à 11h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

20 mai 2012

Les talibans, contents des décisions de Hollande

De Secret Défense :

"Les talibans ont appelé aujourd'hui les pays membres de l'Otan à se désolidariser de la position américaine et à suivre l'exemple français, rapportent les agences de presse. La décision du chef de l'Etat français est "basée sur des réalités et reflète l'opinion de sa nation", affirment-ils dans un communiqué paru sur Voice of Jihad, que l'on peut lire intégralement en cliquant ici. "Nous appelons tous les autres pays membres de l'Otan à éviter de travailler pour les intérêts politiques des responsables américains et à écouter les appels de leur peuple en retirant immédiatement toutes leurs troupes d'Afghanistan", poursuivent-ils".

Posté le 20 mai 2012 à 18h39 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (8)

06 mai 2012

Messe dominicale en Afghanistan

Vu ici :

K

Posté le 6 mai 2012 à 15h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

19 avril 2012

Pause sourire

Il fallait y penser :

"Un commandant taliban s'est présenté à un poste de police pour demander la prime promise... pour sa propre arrestation".

Posté le 19 avril 2012 à 14h12 par Lahire | Lien permanent

16 avril 2012

Afghanistan : les Français visés par les attaques se sont défendus

De Secret Défense :

"Les attaques spectaculaires menées dimanche par les insurgés afghans au coeur de Kaboul (17 heures de combat, 45 morts dont 36 assaillants) ont également concerné les militaires français. Le camp de Warehouse a été attaqué dimanche dans l'après-midi et la compagnie de protection du camp, armé par le 1er Régiment d'Infanterie, a risposté. Côté français, aucun blessé n'est à signaler.
Les insurgés s'en sont pris à Warehouse à la fois par des tirs indirects (roquettes Chicom) et des tirs directs à l'arme individuelle. Les échanges de tirs ont duré plus de deux heures. Les militaires du camp ont riposté depuis les miradors et les postes de combat. Ils ont assuré la défense du périmètre, sans en sortir. Ce sont les forces de sécurité afghanes (armée et police) qui sont allés au contact".

Posté le 16 avril 2012 à 16h59 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (2)

15 avril 2012

Afghanistan : les talibans font couler le sang

Hier :

"Les talibans pakistanais ont revendiqué cette opération spectaculaire. Elle intervient après une courte période d'accalmie sur le front des attentats au Pakistan.

En libérant, dans la nuit de samedi à dimanche, quelque 400 prisonniers, les talibans pakistanais viennent de mettre un terme à ce qui ressemblait presque à une trêve. Un acte spectaculaire qui ne manquera pas de plonger une fois encore dans l'embarras les forces de sécurité pakistanaises, voire le gouvernement d'Islamabad".

Aujourd'hui :

"Plusieurs ambassades et bâtiments officiels ont été la cible d'attentats dimanche à Kaboul. En tout, six attaques coordonnées revendiquées par les talibans ont ébranlé le pays".

Posté le 15 avril 2012 à 16h31 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (2)

27 mars 2012

Afghanistan : un militaire décède des suites de ses blessures

Lu sur Secret Défense :

"Un cinquième militaire français vient de mourir, à l'opital du Val de Grâce, des suites de ses blessures, après l'attaque, le 20 janvier dernier, des soldats français par un militaire de l'Armée nationale afghane sur la base (FOB) de Gwan. Il s'agit du capitaine Christophe Schnetterle, 45 ans, du 93ème Régiment d'artillerie de montagne de Varces. C'et le 83ème militaire français mort en Afghanistan. [...] Ce décès vient s'ajouter à celui de trois artilleurs du 93 et d'un légionnaire du 2ème REG, assassinés ce jour-là, alors qu'ils rentraient d'une séance de sport, par un soldat d'une armée qu'ils étaient venu aider."

RIP

Posté le 27 mars 2012 à 15h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

30 janvier 2012

Vers une "judiciarisation" du métier de soldat ?

Finalement, un juge d'instruction va ouvrir une enquête pour homicide involontaire suite à l'embuscade d'Uzbeen en Afghanistan qui avait coûté la vie à dix militaires français en août 2008.

L'avocat des deux familles à l'origine de la procédure, Gilbert Collard, qui avait également défendu la famille d'un pilote tué accidentellement aux commandes de son Mirage F1, a déclaré :

"C'est une réaction de soulagement parce que, par l'intermédiaire du procureur, l'Etat a tout fait pour que cette instruction ne soit pas ouverte. Il aura fallu se battre mais on va enfin savoir comment ces jeunes soldats sont morts, comment ils ont été sacrifiés. On n'a jamais dit qu'un militaire, quand il endossait un uniforme, n'endossait pas sa mort possible. En revanche on a toujours dit qu'on n'avait pas le droit d'envoyer des soldats à la mort sans leur donner les moyens de se défendre, sans leur donner les moyens d'échapper à un guet apens construit par la négligence, par le laxisme de la hiérarchie."

Du côté des réactions politiques, on notera avec attention la déclaration de député (UMP) du Rhône Christophe Guilloteau :

"J'ai fait partie des cinq députés qui sont partis pour l'Afghanistan, après Uzbeen. Nous avons rencontrés les frères d'armes des blessés et des morts, leurs chefs, et les explications nous ont paru plausibles (...)
L'information d'aujourd'hui me surprend beaucoup. L'engagement militaire ne peut pas se limiter au défilé du 14 juillet, et on sait que cet engagement expose à des risques. Mais ce qui me gêne est que l'enquête sera forcément difficile à mener : une reconstitution est impossible, on ne va pas demander aux insurgés de refaire les gestes de cette journée. Et une enquête de ce type ne peut être menée depuis un bureau, à Paris, à seulement entendre des communications radio de l'époque, ou quelques militaires, dont la plupart ont d'ailleurs quitté l'armée depuis. Le traitement de la justice ne sera donc pas équitable."

Lors des voeux du ministère de la défense, l'amiral Edouard Guillaud avait appellé à la vigilance quant à ce qu'on appelle "la judiciarisation" :

L-amiral-guillaud-presente-les-vaeux-des-armees-au-ministre-de-la-defense_article_demi_colonne"(...) La judiciarisation, qu’elle soit nationale ou internationale. Quand elle est excessive ou mal comprise, elle met en péril  notre efficacité opérationnelle. L’esprit de décision des chefs militaires ne doit pas être inhibé par la prise de risque inhérente au métier des armes. Un soldat qui meurt au combat n’est pas une victime : c’est d’abord un homme ou une femme qui va au bout de son engagement".

On pourra lire également les propos du général Christian Baptiste, alors porte-parole du ministère de la Défense :

Article_photo_1220877626261-1-0"Il faut savoir que nos soldats, là-bas, ne font pas la guerre, mais ils rencontrent, de temps à autre, des épisodes de guerre extrêmement violents (...) il n’y a jamais eu d’immunité judicaire pour le soldat au combat, mais (...) se pose la question de savoir si le fait de soumettre à l’appréciation d’un juge les techniques et l’art militaire n’induit pas un risque très fort d’inhiber et de désincarner nos forces. Un risque de paralyser nos jeunes chefs au combat, ce qui rendrait le combat encore plus difficile. Parce que si à chaque fois que vous donnez un ordre, vous vous dites : ’Dans dix mois, douze mois, cela va passer au tamis d’un juge qui va essayer de juger mon appréciation de la situation’, cela amène de la paralysie et cela pourra, au final, rendre le combat plus dangereux"."

Posté le 30 janvier 2012 à 21h10 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (10)

"Il n’y a pas de guerre intelligente, pas plus qu’il n’y a de belles et bonnes guerres"

Mgr Ravel, évêque aux armée, est intérrogé par Famille Chrétienne sur l'engagement français en Afghanistan. Extraits :

L-eveque-aux-armees-avec-les-militaires-sur-la-fob-de-tagab-1" (...) En Afghanistan, la question de la mort n’est pas théorique. Nous avons peut-être un peu oublié que la guerre était un lieu où la mort planait constamment (...) Les familles de militaire en ont pleinement conscience, elles qui tremblent à l’idée qu’un mari ou un enfant parte là-bas et ne revienne pas (...)

Il faut rappeler la pensée de l’Église sur le sujet : pour elle, il n’y a pas de guerre intelligente, pas plus qu’il n’y a de belles et bonnes guerres. Nous avons aussi parlé de guerre juste, même si le terme est difficile à employer et d’ailleurs certains théologiens ne trouvent pas pertinent d’accoler ces deux mots. Car en parallèle, l’Église a toujours dit que la guerre était un pis-aller, un cauchemar, elle nous met toujours au milieu de la folie et de l’irrationnel. Il faut extirper de la tête de quelques personnes un peu exaltées l’idée que la guerre ressemble à une belle charge de cavalerie. La guerre est un extrême, qu’il faut éviter à tout prix car, même si elle est parfois nécessaire, nous savons qu’elle laissera toujours des cicatrices profondes.

L’homme n’est pas fait pour la guerre, il est fait pour habiter en paix ; il n’est pas fait pour donner la mort, mais au contraire la vie. Celui qui donne la mort, même s’il est légitime qu’il le fasse, en gardera toujours une blessure profonde. Ainsi, les militaires qui partent en Afghanistan ont bien conscience que ce conflit doit s’arrêter et que le plus tôt sera le mieux (...)

N’oublions jamais que le militaire est un homme. Et dans la pensée chrétienne, l'homme n'est pas fait pour la mort. La mort, même si nous sommes remplis d’espérance, reste quelque chose de rude et d’anormal. Elle ne fait pas partie du projet initial de Dieu.

Ainsi, quelle que soit la nature de la mission du militaire, la mort reste rude. Nous ne pourrons donc jamais nous y habituer, dans l’armée comme ailleurs. Nous avons ainsi le devoir de ne pas nous y résigner, et c’est pour cela que les corps des militaires sont protégés par tous les moyens.

Ceci dit, quand un militaire accepte sa mission, la perspective de la mort pèse sur ses épaules. De même, le militaire peut à son tour faire peser cette menace sur l’adversaire à travers ses propres armes. Et s’il peut donner la mort, c’est aussi parce qu’il est susceptible de la recevoir."

Posté le 30 janvier 2012 à 12h07 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (2)

27 janvier 2012

Retrait français d'Afghanistan terminé fin 2013

Lu sur Ligne de défense :

"Out of Afghanistan? C'est pour la fin de l'année 2013! Une date à laquelle se tiendra Nicolas Sarkozy, s'il est réélu bien sûr. Dans le cas contraire, ce sera peut-être aussi pour... fin 2013 si l'on veut rester réaliste et quitter le pays la tête haute (en tout cas, pas la queue entre les jambes) (...)

1 000 soldats supplémentaires quitteront l'Afghanistan fin 2012, après le transfert de la province de la Kapisa (à partir de mars prochain); le rapatriement des soldats sera terminé fin 2013, a précisé le chef de l'Etat qui a également annoncé la reprise, dès demain, des actions de formation française au profit des forces afghanes (...)

Le président de la République a toutefois confirmé que "quelques centaines" de soldats français poursuivront, après le retrait des troupes de combat, la mission de formation et de conseil auprès de l'ANA. Au sein d'OMLT ou d'Epidote? La nature et le format de ce contingent de formateurs n'ont pas encore été précisés."

Posté le 27 janvier 2012 à 18h40 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

20 janvier 2012

4 soldats français tués en Afghanistan et 16 blessés

La force internationale de l’Otan a annoncé que 4 soldats français ont été tués vendredi par un militaire afghan présumé dans l’est de l’Afghanistan.

«Un homme portant un uniforme afghan a ouvert le feu sur des Français, quatre ont été tués et 16 blessés, ce matin vers 8H00 (locale, 3h30 GMT) dans le district de Tagab, dans la province de Kapisa».

RIP

Addendum : Nicolas Sarkozy a annoncé la suspension des opérations de formation et d'aide au combat de l'armée française auprès de l'armée afghane. La question d'un retour anticipé de l'armée française est posée, a-t-il ajouté. Gérard Longuet, ministre de la défense, est envoyé en Afghanistan, auprès des militaires français.

Posté le 20 janvier 2012 à 10h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

05 janvier 2012

Le Qatar est aussi l'ami des talibans afghans

S'il investit dans les banlieues françaises, le Qatar est aussi le pays frère choisi par les talibans pour y créer un bureau de représentation censé débuter les éventuelles négociations avec les Etats-Unis.

Posté le 5 janvier 2012 à 21h38 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (1)

31 décembre 2011

Hommage aux 2 légionnaires tués, lundi matin à Paris

Lu sur Lignes de Défense :

"Une cérémonie d'hommage intime en présence des familles et des compagnons d'armes des deux légionnaires tués jeudi en Kapisa se déroulera lundi 2 janvier 2012 à 11h30 dans la cour d'honneur de l'hôtel national des Invalides. 
Le cortège funèbre escorté par la garde républicaine passera sur le pont Alexandre III entre 11h et 11h30 dans le silence et le respect du recueillement. Comme c'est désormais l'habitude, tous ceux et celles qui souhaitent s'associer à la mémoire des deux légionnaires, pourront le faire en manifestant leur présence sur le pont Alexandre III."

Posté le 31 décembre 2011 à 16h49 par Michel Janva | Lien permanent

30 décembre 2011

3 gestes de solidarité pour la Paix à Bollène

Message des pères Emmanuel Berger et Hubert Lelièvre :

"Alors que nos soldats tombent sous des tirs particulièrement en Afghanistan nous voulons leur exprimer trois gestes de solidarité à l’occasion de la 45ème Journée Mondiale pour la Paix, le premier janvier. Samedi 31 décembre et dimanche 1er janvier, de 15h30 à 18h, à la chapelle du Saint-Sacrement Bollène (entrée rue du Saint Sacrement), venez :

  • Allumer une veilleuse pour la paix
  • Déposer une boite de chocolats, de fruits secs, de pâtes de fruits, qui seront envoyés à nos soldats en Afghanistan.
  • Messe dimanche à 10h30 à la Collégiale Saint Martin

Posté le 30 décembre 2011 à 15h47 par Michel Janva | Lien permanent

21 décembre 2011

RQ-170 : un relent de guerre froide

Duset pourquoi pas le scénario d'un prochain James Bond. Les relations internationales provoquent parfois des évènements inattendus. Celui-ci en est un de choix pour qui s'intéresse aux tensions USA - Iran et au positionnement de l'OTAN en Afghanistan.

Merci à Jean-Dominique Merchet de nous livrer cet article récent :

"Un drone américain RQ-170 est entre les mains de l'Iran depuis le 4 décembre. Ce drone de reconnaissance très discret - dont la première photo a été publiée en 2009 sur ce blog, obligeant l'US Air Force a reconnaitre son existence jusqu'à lors supposée - est une prise de choix pour l'Iran. Ces systèmes de communication, ses capteurs, comme ses composants et son architecture furtive intéressent de nombreux militaires... pas seulement Iraniens, d'ailleurs.
Que s'est-il exactement passé ? Iraniens comme Américains semblent mentir comme des arracheurs de dents. Une chose est certaine : les Américains ont reconnu, le 6, que ce drone mis en oeuvre par la CIA à partir de l'Afghanistan était bien entre les mains de l'Iran et ils ont réclamé, le 12 décembre, qu'on le leur rende. S'attirant une fin de non-recevoir et les protestations de Téhéran qui n'apprécie guère d'être ainsi espionné.
Le drone a été récupéré par les Iraniens dans la région de Kashmar, au nord-est de l'Iran, à plus de 200 kilomètres de la frontière avec l'Afghanistan, où l'appareil était sensé être en mission... Comment ont-ils fait ? L'Iran a d'abord expliqué l'avoir abattu avec sa défense aérienne alors que les Américains expliquaient qu'ils en avaient perdu le contrôle. Lorsque les Iraniens ont montré l'engin à la télévision (si c'est bien de lui dont il s'agit), l'appareil semblait en excellent état : rien à voir avec une épave après un crash.
Des spécialistes américains expliquent que les Iraniens auraient réussi à couper les communications du RQ_170 puis à introduire de fausses données GPS dans son système de navigation pour le contraindre à se poser intact. Cela ressemble un peu trop à un James Bond, mais pour l'heure on en est réduit à l'expectative.
Le RQ-170 Sentinel est un engin de reconnaissance furtif, qui aurait été utilisé lors de la capture de Ben Laden. D'une envergure de 26 mètres il est long de 4,5 mètres et haut de 1,84 m. C'est une aile volante - dont la techniologie dériverait en partie du bombardier B-2".

Posté le 21 décembre 2011 à 12h13 par Lahire | Lien permanent

13 décembre 2011

"Il n’y a pas de mort pour rien dès l’instant que l’on donne sa vie pour les autres"

Très beau témoignage de la mère du lieutenant Levrel tué au combat en Afghanistan le 14 août 2011 dont voici un extrait :

Un hommage national lui a été rendu puis un hommage à Colmar. Il a été promu capitaine et a été élevé au rang de chevalier de la Légion d’Honneur. Tout cela, n’est-ce pas que futilités ?

« Au départ, j’ai pensé que ça n’allait pas nous rendre Camille. Je pense tout de même que c’est nécessaire. C’est une reconnaissance du travail bien fait et de l’acceptation du sacrifice suprême. Il faut le souligner. On reconnaît devant toute la Nation qu’il y a des hommes qui ont donné leur vie pour la paix. Et c’est une chose essentielle. Camille est un exemple pour les régiments, pour les jeunes recrues qu’il a formées ».

Vous êtes issus d’un milieu croyant et pratiquant. Est-ce que la foi vous a aidés dans ces moments douloureux ?

« Absolument. Les prières aident. Corinne l’a senti. C’est presque palpable. Sans la prière, elle me disait qu’elle ne pourrait pas tenir, qu’elle ne serait pas capable de continuer à vivre et de s’occuper de ses enfants. Elle est remarquable de courage, de sang-froid. Elle ne se laisse jamais emporter par ses sentiments ».

Pensez-vous que Camille, comme les 74 autres militaires français, soit mort pour rien ?

« Il n’y a pas de mort pour rien dès l’instant que l’on donne sa vie pour les autres. Même si l’on pense que la trêve avant une possible nouvelle guerre civile se terminera dans deux ans, depuis 2001, il y a eu beaucoup d’améliorations : constructions de routes, d’hôpitaux, d’écoles ; certains villages, débarrassés des talibans, ont retrouvé la paix. Même si dans deux ans, on prédit le chaos, ces gens là auront vécu un épisode de paix et de tranquillité et Camille aura contribué à cet effort pour soulager les populations. Sa mort n’a pas été inutile tout comme celles des autres soldats ».

Posté le 13 décembre 2011 à 19h44 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

16 novembre 2011

Hommage au soldat tué en Afghanistan jeudi

Lu ici :

"Un hommage au légionnaire du 2e régiment étranger de génie tué lundi en Afghanistan sera rendu demain à Paris lors du passage du convoi funéraire sur le Pont Alexandre III, avant l'arrivée du corps à l'Hôtel des Invalides, a indiqué le gouverneur militaire de Paris dans un communiqué. Le général Bruno Dary invite ceux qui souhaitent s'associer à la mémoire du soldat mort au combat à manifester leur présence "si possible avec un drapeau français" sur le passage du convoi prévu entre 13H40 et 13H55. Cette présence, qui doit rester silencieuse, a pour but de témoigner "de l'engagement des jeunes Français qui risquent chaque jour leur vie en opérations extérieures, pour défendre les intérêts du pays", écrit-il. Une cérémonie aura ensuite lieu dans l'intimité à l'Hôtel des Invalides."

Posté le 16 novembre 2011 à 12h13 par Michel Janva | Lien permanent

14 novembre 2011

Mort d'un légionnaire du 2e REG en Afghanistan

Le légionnaire a été mortellement touché par un tir insurgé au cours d'une mission de protection de convoi en Kapisa. Un autre soldat a également été blessé dans l'attaque. (source : Elysée)

RIP

Posté le 14 novembre 2011 à 15h40 par Michel Janva | Lien permanent

13 octobre 2011

Merci aux Américains pour l'opium afghan

La production d'opium en Afghanistan a fortement augmenté (+61%) en 2011 par rapport à 2010, selon l'agence spécialisée de l'ONU contre la drogue dans son étude annuelle. Les surfaces cultivées ont, elles, légèrement augmenté (+7%) par rapport à 2009 et 2010, pour s'établir à environ 131.000 hectares cette année. L'agence souligne que les revenus des producteurs de pavot ont atteint 10.700 dollars à l'hectare en 2011, un niveau jamais observé depuis 2003. Après une légère baisse de la part afghane dans la production globale en 2010, l'Afghanistan devrait représenter de nouveau 90% de la production mondiale d'opium.

L'opium devrait rapporter 700 millions de dollars aux talibans et plusieurs milliards devraient alimenter les circuits criminels et de corruption dans le pays.

Posté le 13 octobre 2011 à 14h20 par Michel Janva | Lien permanent

11 octobre 2011

Plus une seule église en Afghanistan

Source : Département d’Etat américain. Les chrétiens afghans vont-ils désormais prier dans les rues et bloquer des quartiers de Kaboul ?

Et pendant ce temps, l'Occident construit des mosquées gratuitement et à la demande...

Posté le 11 octobre 2011 à 17h56 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (8)

20 septembre 2011

Afghanistan : le négociateur assassiné

L'ancien président Burhanuddin Rabbani, aujourd'hui président du Haut Conseil pour la paix en Afghanistan, a été tué dans un attentat à Kaboul.

Il était chargé de négocier la paix avec les talibans.

Posté le 20 septembre 2011 à 17h00 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

16 septembre 2011

Un Français servant dans l'armée américaine tué en Afghanistan

Ouest-France nous apprend qu'un Français de 40 ans, servant au sein de l'armée américaine, a été tué le 27 août dernier dans un attentat suicide dans la région de Kandahar en Afghanistan. Ancien sergent de l'armée française (21ème RIMa, Fréjus) puis patron de bar à Caen, Christophe Marquis s'était installé aux Etats-Unis où il s'était engagé dans l'armée américaine.

Posté le 16 septembre 2011 à 19h25 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (1)

12 septembre 2011

Rassemblement mardi à Paris en l'honneur du dernier soldat tué en Afghanistan

Une cérémonie nationale d'hommage au lieutenant-parachutiste tué mercredi en Afghanistan aura lieu jeudi à Montauban. La dépouille du lieutenant Valéry Tholy, du 17e Régiment du génie parachutiste de Montauban, sera rapatriée en France mardi et le convoi funèbre sera escorté par la garde républicaine jusqu'à l'Hôtel national des Invalides, selon l'association nationale des participants aux opérations extérieures (Anopex), qui organise un rassemblement pont Alexandre III à 18h30. La cérémonie nationale d'hommage aura lieu deux jours plus tard à Montauban.

Posté le 12 septembre 2011 à 15h28 par Michel Janva | Lien permanent

07 septembre 2011

Mort d'un lieutenant en Afghanistan - RIP

J'apprends le décès ce matin d'un lieutenant du 17e RGP de Montauban, tué par un tir d'insurgé en Kapisa.

Addendum : il s'agit du lieutenant Valéry THOLY, officier du 17e RGP. Agé de 36 ans, il était marié et père de trois enfants de 5, 7 et 9 ans.

Posté le 7 septembre 2011 à 14h58 par Michel Janva | Lien permanent

30 août 2011

Sur les Français en Afghanistan... du côté des Afghans

Un livre sans aucun doute intéressant, croûlant sous la documentation qui relate l'engagement de tant de Français du côté des Afghans entre 1979 et 2001. "Voyage en absurdie" plagierait-on facilement, mais à l'image de la politique française menée par les secousses des changements politiques et des influences supra-nationales.

Article de Valeurs actuelles sur la Guerre de l’ombre des Français en Afghanistan, 1979-2011, de Jean-Christophe Notin chez Fayard.

Posté le 30 août 2011 à 20h49 par Lahire | Lien permanent

14 août 2011

Un lieutenant tué en Afghanistan

Un soldat français est mort en aujourd'hui en Afghanistan : c'est un lieutenant du 152ème Régiment d'Infanterie de Colmar.

RIP

Posté le 14 août 2011 à 13h03 par Michel Janva | Lien permanent

12 août 2011

Un soldat français tué en Afghanistan

Un soldat français, caporal-chef du 19ème régiment de génie de Besançon, a été tué et quatre autres blessés jeudi en Afghanistan, lors d'une opération militaire en Kapisa (nord-est), lorsque le véhicule blindé dans lequel ils se trouvaient a été la cible d'un engin explosif, a annoncé l'Elysée dans un communiqué.

RIP

Posté le 12 août 2011 à 07h58 par Michel Janva | Lien permanent

08 août 2011

A propos des 2 légionnaires tués en Afghanistan

Philippe Chapleau relaie leur biographie. Extrait :

"Ce dimanche 7 août 2011 vers 9h30 local, les deux soldats du 2e REP étaient engagés avec leur équipe sur la fouille d'une position à proximité de la vallée de Tagab aux côté des forces de sécurité afghanes. Alors que la fouille s'achevait et que le désengagement de sa compagnie était amorcé, ils ont été pris à partie par un groupe d'insurgés. Le caporal Kisan Bahadur THAPA a été mortellement blessé au cours de cet accrochage qui coûtera également la vie au première classe Gerhardus JANSEN et blessera 5 autres légionnaires."

Posté le 8 août 2011 à 10h08 par Michel Janva | Lien permanent

07 août 2011

2 soldats français tués en Afghanistan

Lu sur Le Figaro :

"Deux soldats français ont été tués et cinq autres blessés, dimanche dans la vallée de Tagab (est de l'Afghanistan), lors d'un accrochage avec des insurgés, annonce l'Elysée dans un communiqué. Les deux morts sont deux légionnaires du 2e REP. Leur décès porte à 72 le nombre de soldats français morts en Afghanistan depuis fin 2001.

RIP

Posté le 7 août 2011 à 15h48 par Michel Janva | Lien permanent

24 juillet 2011

"Heureux ceux qui sont morts pour la mère patrie"

Homélie de l'abbé Christian Venard, aumônier parachutiste du17e RGP et de la 11e BP par suppléance, pour les obsèques religieuses de Emmanuel Técher, Jean-Marc Guéniat, Laurent Marsol en grande union avec leurs frères d’armes et de sacrifice Guillaume Nunès Patégo, Cyrille Hugodot et Thomas Gauvin, morts au Champ d’Honneur

D "1er juin 2011, Guillaume Nunès-Patégo, caporal-chef au 17e RGP, puis Florian Morillon, caporal-chef du 1er RCP, Cyrille Hugodot, caporal-chef au même 1er RCP et maintenant, sept de plus, à avoir donné leur vie en Afghanistan, dont quatre encore de notre 11e BP, Thomas Gauvin, capitaine du 1er RCP, Emmanuel Técher, adjudant-chef du 17e RGP, Laurent Marsol, Adjudant-chef du 1er RCP, Jean-Marc Guéniat, adjudant-chef du 17e RGP. Oui, mes amis, trop de noms viennent en un mois et demi endeuiller nos cœurs. Et les mots nous semblent si faibles… si dérisoires. Et pourtant, il faut parler en leur nom ; car maintenant qu’ils sont privés de leurs voix, ils nous haussent et nous poussent par leur dignité de fils de France morts au combat pour la Patrie !

Tout au long de ce mois et demi empourpré de leurs sang, me revenait cette citation d’un de nos grands anciens d’Indochine : «  N’entends-tu pas la perfide objection : à quoi bon tous ces morts ? Il est vrai que la guerre ne nous a pas apporté la paix de ce monde. Il est vrai que nous avons perdu Dien Bien Phu. Mais en ceci tu vois cette erreur moderne qui juge la valeur d’un acte d’après le succès visible. C’est la morale du boutiquier. La valeur d’une action est celle que Dieu lui décerne. Pour Dieu, seul compte le courage et l’héroïsme mis au service de ses frères, du pays, de la charité. Quel que soit le résultat visible ! Mourir pour la communauté nationale est un acte héroïque de charité, qui hisse les êtres au-dessus des horreurs de la guerre. »

Oui, ils sont morts en héros de la charité ! Et pourtant, il aura fallu que sept d’entre eux tombent la même semaine sur cette terre afghane pour qu’enfin, un sursaut d’honneur et de reconnaissance vienne à s’exprimer par la voix du Chef de l’Etat ! Sept d’un coup pour que, enfin, il semble que la société française ait à cœur de reconnaître ses héros ! Est-ce si dur ? Oui, mes amis, car trois conditions sont nécessaires pour qu’un pays, une nation, une communauté puisse reconnaître l’héroïsme de certains de ses membres.

Première condition, il faut que la vertu d’honneur soit la première. L’honneur et la parole d’un homme doivent être reconnus comme vertu majeure. Loin de ce que notre ancien appelait la « morale du boutiquier »… Or nous constatons que, dans notre pays, seul compte trop souvent le poids de l’argent, l’apparence et le mépris.

Deuxième condition, il est nécessaire que dans cette communauté nationale, l’égoïsme ne règne pas en maître, et qu’il paraisse évident à la majorité que parfois, l’intérêt particulier doive s’effacer devant le bien commun, fusse au prix du sacrifice ultime de sa propre vie. Or… mes amis… n’est-ce pas l’individualisme et l’hédonisme forcenés qui marquent notre pays, où chacun semble ne vouloir exister que pour des droits acquis sans jamais satisfaire aux devoirs impérieux du bien commun ?

Enfin, troisième condition pour qu’un pays puisse reconnaître l’héroïsme de ses enfants, il est impératif que les forces publiques, la communauté tout entière, reconnaissent et plus encore respectent, les forces verticales, la transcendance, qui traversent la vie de chaque être humain et qui constituent sa dignité la plus profonde. Pour le dire avec d’autres mots, un pays qui n’est plus capable de respecter le spirituel, qui le tourne en dérision et qui se détourne de toute force morale qui dépasse l’horizontalité déprimante de l’économique et du matérialisme, n’est plus digne de ses héros !

Car nous parlons bien de héros quand nous évoquons la mémoire de Thomas, Emmanuel, Guillaume, Florian, Jean-Marc, Laurent et Cyrille. Non pas qu’ils se soient pris pour des surhommes sur le modèle nietzschéen. Oh, non… Aucun d’entre eux n’est parti sur la terre afghane pour pratiquer un sport de l’extrême ou pour ressentir des émotions fortes, ou que sais-je… Non, chacun d’entre eux est parti, conscient du danger et volontaire pour remplir une mission dangereuse, au service de la France… A notre service ! Chacun d’entre eux a, tout au long de son engagement parachutiste chanté et médité la « prière du para » que nous chanterons, dans un instant de tout notre cœur. Et dans cette prière sublime, écrite par l’aspirant Zirnheld peu avant sa mort au champ d’honneur en 1942, nous osons demander la tourmente, la souffrance, la Foi, l’ardeur et combat ; nous osons réclamer à Dieu tout ce que les autres ne veulent pas. Mais non pas dans un discours insensé, mais avec l’humilité de celui qui demande tout cela, aujourd’hui car il sait qu’un jour il n’aura plus la force de le demander… « Que vous me les donniez, mon Dieu, définitivement. Que je sois sûr de les avoir toujours ; car je n’aurai pas toujours le courage de vous le demander »… Là voila l’humilité qui constitue la véracité du héros, jointe à la pudeur qui authentifie son sacrifice… Et nous savons que tels étaient chacun de nos camarades paras, humble, pudique, courageux… morts au champ d’honneur… au champ d’HONNEUR ! Dans leur sacrifice, ils nous ont dépassés et désormais, près saint Michel notre saint Patron, ils nous précèdent sur le chemin de la vertu et de la sainteté héroïque…

Au moment où nous voyons disparaître à nos yeux leurs dépouilles mortelles, je réalise qu’il faut toute une vie pour comprendre cela. (Inspiré d’un texte du père Zanotti, « de l’amour en éclat ») Toute une vie pour saisir que Dieu n’exauce que les prières incorporées de pleurs et de baisers. Il y faut du sang, de la chair des combats, des actes de foi sous des monceaux d’espérance, pour que l’amour renverse les haines. Avec vous, chères familles, j’ai caressé leurs cercueils, avec vous j’ai caressé leurs visages et j’ai béni leurs fronts et posant la médaille de Saint-Michel sur leur cœur...  Mais il faut être vrai, il n’y avait plus de sang, plus de chair, pas de lutte, peu de foi, des fragments d’espérance et des lueurs de fierté ; et pour toute réponse un monceau de silence…

Alors de toute mon âme je me suis écrié : « Seigneur, malgré tout, apprenez-moi à aimer » !

Posté le 24 juillet 2011 à 22h46 par Michel Janva | Lien permanent

19 juillet 2011

Hommage anonyme

Un lecteur témoigne : "Nous étions quelques dizaines sur le parcours des 7 soldats morts pour la France. Sur l'esplanade, drapeau au vent sous la pluie battante, je voisinais avec un homme qui avait fait l'a/r en 24h de ses vacances aux Antilles pour être présent ! Un bel hommage anonyme."

Posté le 19 juillet 2011 à 18h52 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

17 juillet 2011

Hommage aux sept derniers soldats morts pour la France en Afghanistan

Un hommages national sera rendu aux 7 soldats français tombés en Afghanistan, mardi 19 juillet à 11h00 aux Invalides. Si vous êtes parisiens la semaine prochaine, venez leur rendre hommage sur le passage de leur cortège sur le pont Alexandre III puis aux Invalides. Voici le message de l'ANOPEX (association nationale des participants aux opex) :

S La fête nationale a été endeuillée par la perte de 7 de nos soldats en Afghanistan. Il s'agit :
  • du Lieutenant Thomas GAUVIN et de l'adjudant Laurent MARSOL du 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers, 
  • de l'adjudant Emmanuel TECHER et de l'adjudant Jean-Marc GUÉNIAT du 17e régiment du génie parachutiste de Montauban, 
  • du second maître Benjamin BOURDET du commando Jaubert de Lorient, 
  • du caporal-chef Sébastien VERMEILLE du centre Sirpa-Terre Images de Lyon
  • du brigadier Clément KOVAC du 1er régiment de chasseurs de Verdun.
Selon les informations en provenance du Gouverneur militaire de Paris, les corps de nos camarades seront rapatriés le lundi 18 juillet à Orly ; ils y seront accueillis vers 20h00 par le Premier ministre au cours d'une cérémonie où le public n'est pas convié.
Le lendemain, à 11h00, en l'Hôtel national des Invalides, un hommage national présidé par M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, leur sera rendu en présence des familles, des membres du gouvernement, des parlementaires, des élus, des associations patriotiques, des anciens combattants et de leurs compagnons d'armes. 
A l'issue de la mise en bière, le convoi funèbre escorté par la garde républicaine rejoindra l'Hôtel national des Invalides en empruntant l'itinéraire suivant : porte Maillot, avenue de la Grande Armée, Champs-Elysées, pont Alexandre III. Tous ceux qui souhaitent s'associer à la mémoire du sacrifice de nos héros, morts pour la France en Afghanistan, pourront le faire en manifestant leur présence sur le pont Alexandre III, si possible avec un drapeau français. Le passage du convoi est prévu entre 09h30 et 10h00. 
Simultanément, les familles seront reçues dans la plus stricte intimité au palais de l'Elysée et rejoindront peu après la cathédrale des soldats aux Invalides pour un temps de prière œcuménique.   A l'issue, aura lieu l'hommage national dans la Cour d'Honneur, où nous sommes invités à assister silencieusement en présence du PR."

Posté le 17 juillet 2011 à 22h37 par Michel Janva | Lien permanent

15 juillet 2011

Afghanistan : ne pas oublier les blessés

B Depuis 2001, l’armée française doit déplorer - outre les 70 morts - près de 500 blessés, dont plus de 230 ces dix-huit derniers mois. Des hommes, jeunes pour la plupart, qui resteront marqués à vie. Dans leur chair et dans leur tête. Car une guerre ne s’oublie jamais.

Posté le 15 juillet 2011 à 11h13 par Michel Janva | Lien permanent

14 juillet 2011

RIP Lt Thomas Gauvin

G Lu sur le site de la promotion Capitaine Beaumont, dont le Lieutenant Gauvin était major :

"La dépouille de notre camarade de promotion Thomas GAUVIN quittera l’Afghanistan dimanche 17 juillet 2011. Elle arrivera lundi en France. Les honneurs militaires devraient lui être rendus à PARIS aux Invalides mardi 19 juillet en début d’après-midi. L’enterrement devrait avoir lieu à CAEN. Pas de date."

Major de promotion, Thomas Gauvin est aussi le premier de cette promotion à disparaitre en opération, tout comme le premier cyrard à tomber en Afghanistan, sous les couleurs du 1er RCP. Marié l’été dernier, il laisse derrière lui Anaïs.

Posté le 14 juillet 2011 à 21h53 par Michel Janva | Lien permanent

Encore un soldat français tué en Afghanistan [Addendum]

C Un soldat français a trouvé la mort en Afghanistan ce matin. Probablement dans un attentat-suicide contre une mosquée où se tenait une cérémonie en mémoire d'Ahmed Wali Karzaï, frère du président afghan, assassiné mardi. Ce nouvel attentat aurait fait également trois autres victimes et 13 blessés du côté de Kandahar. Ce nouveau décès dans les rangs de l’armée française est un membre du commando des forces spéciales.

Il s'agit d'un commando marine.

Addendum 22h45 : Le Sirpa Terre a communiqué l'identité du commando marine tué jeudi matin dans l'est de l'Afghanistan. Il s'agit de Benjamin Bourdet, un Normand de 30 ans, engagé depuis 8 ans dans la marine.

Posté le 14 juillet 2011 à 12h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

13 juillet 2011

Cinq soldats français tués en Afghanistan [Addendum]

Alors que Nicolas Sarkozy rentre à peine d'une visite aux forces françaises, un kamikaze a déclenché sa bombe à proximité d'un convoi de l'armée française, dans la province orientale de Kapisa, tuant cinq soldats français et un civil afghan mercredi.

RIP

Quatre autres soldats français et trois civils afghans ont été blessés lors de cet attentat suicide.

Addendum 18h45 : Deux victimes (un lieutenant et un sous-officier) appartiennent au 1er RCP de Pamiers  et 2 sous-officiers du 17e RGP de Montauban (génie parachutiste) ont aussi péri. Un militaire du rang (un photographe) du Sirpa Terre de Lyon a également été tué, de même qu'un interprète afghan.

Addendum 22h05 : Il s'agit du lieutenant Thomas Gauvin (1er RCP), de l'adjudant Emmanuel Techer (17 RGP), de l'adjudant Laurent Marsol (1er RCP), de l'adjudant Guéniat (17 RGP) et du caporal-chef Sébastien Vermeille (Sirpat).

Posté le 13 juillet 2011 à 14h11 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

12 juillet 2011

Le Président de la République est en Afghanistan

Le chef de l'Etat est arrivé à Kaboul au lendemain de la mort d'un soldat français. Il doit faire un discours devant les militaires. Nicolas Sarkozy est à Tagab, la base avancée de l'armée française, dans la province de Kapisa (nord-est de Kaboul). Il confirme le prochain retrait de 1000 soldats. Nicolas Sarkozy va rencontrer son homologue Hamid Karzaï et le général américain David Petraeus, commandant des forces étrangères.

Ce même jour, le Parlement débat de l'implication de la France dans la poursuite des opérations militaires en Libye. Un vote est prévu demain.

Posté le 12 juillet 2011 à 07h17 par Michel Janva | Lien permanent

11 juillet 2011

Valeurs actuelles vs Le Monde

... à propos du père de Pommerol, aumônier militaire, dont le rapport au retour d'Afghanistan a fait grand bruit.

Posté le 11 juillet 2011 à 20h39 par Michel Janva | Lien permanent

Homélie de l'enterrement du Chasseur Cyrille Hugodot

Les honneurs militaires ont été rendus, vendredi après-midi, à la caserne du 1er RCP de Pamiers au caporal-chef Cyrille Hugodot, mort en opération dans la vallée de Tagab, en Afghanistan.

Voici l'homélie prononcée à l'occasion des obsèques :

H "C’est la première fois que j’accompagne, à l’église, en France un para mort au combat en Afghanistan. J’ai déjà célébré des obsèques là-bas, pendant les différentes missions passées dans ce pays, mais c’était différent, c’était la guerre, la tension, le stress, les combats, les missions à venir, le boulot qui continue. Je réalise ce matin combien Abondant est loin de Kaboul, loin de la Kapisa où Cyrille est mort.

Ainsi l’écho de cette guerre résonne donc jusqu’ici, dans votre village, à travers un de ses enfants, mort à 24 ans, tué par des talibans. Face à cela, nos réactions sont diverses, un peu désordonnées, un mélange de colère, de chagrin, de dégoût, de rancœur, de vengeance, de ras-le-bol, des réactions qui se bousculent tellement qu’on aurait envie de faire un break, de dire à notre cerveau « c’est bon lâche-moi un peu, arrête de tourner tout ça en boucle, on fait une pause». Alors faisons cette pause. Maintenant, ici. Essayons de voir sous le regard de Dieu le sens de tout cela.

Je veux d’abord m’adresser à vous Vinicia. Vous êtes celle qu’il avait choisie. Dans une vie, on ne peut pas choisir ses parents ou ses enfants, on les reçoit, par contre on choisit la personne avec laquelle on veut construire quelque chose, avoir des enfants. C’est vous. Vous connaissez bien Cyrille, et vous savez donc que Dieu, tout ça, les histoires de curé etc. ce n’était pas trop son truc. Voire pas du tout. J’ai même entendu « il ne  croyait pas en Dieu ». Soit. Mais visiblement, cet état ne lui convenait pas vraiment. Il ne semblait pas satisfait de ne pas croire en Dieu. Il manquait quelque chose. La preuve ce sont les questions qu’il me posait parfois sur tout ça. Il n’y allait pas franchement avec des pincettes, mais entre paras, on est habitués, et la précision de certaines questions montrait qu’il attendait autre chose, espérant peut-être que le ciel ne soit pas vide. Laura m’a même dit qu’avec toutes ces discussions, il avait « rekifé » Dieu.

Or Dieu nous dit justement que ce lien qu’il y a entre vous, depuis que vous vous connaissez, en passant par la naissance de votre fille, jusqu’à son dernier coup de téléphone depuis là-bas, tout cela n’est pas terminé. Il y a une suite. Le drame serait de s’arrêter en chemin. Si on pense que la mort est une fin définitive, sans rien après, sans issue, sans communion possible, alors nous sommes condamnés à vivre uniquement de souvenirs, douloureux, éprouvants, qui vont passer avec le temps, comme les couleurs d’une vieille photo abimée. On y replonge sans cesse, pour en revenir chaque fois un peu plus seul, plus découragé, plus vieux. Le cœur usé. Surtout, surtout, ne vous arrêtez pas en chemin. Vous risqueriez d’en mourir de chagrin, enfermé dans la tristesse et la colère pour toujours.

Ce sera lourd et difficile, comme une croix qu’on porte, mais vous ne la porterez pas seule. Vos amis qui vous entourent, et surtout Jésus, le Bon Dieu vous aidera. Vous me disiez à Nogent sur marne « mais où est donc Dieu, où l’a-t-il aidé, Cyrille part en laissant une petite fille de 4 ans et si c’est ça la volonté de Dieu… »  Non, ce n’est pas cela la volonté de Dieu. Dieu n’est pas une sorte de super magicien qui va écarter les balles et les obus, Dieu est là pour me montrer le chemin à suivre, et sur ce chemin me guider, m’éclairer, me montrer qui je dois être, et aussi me consoler quand ça ne va pas. M’aider justement à porter cette croix si lourde. Quand Jésus porta sa croix, il tomba plusieurs fois. Il a eu besoin qu’un homme vienne l’aider à la porter. Ce qu’Il veut nous dire c’est que ne nous ne devons pas espérer porter notre croix tout seul. Nous allons tomber. Nous devons lui demander de l’aide. Humblement, dans la confiance.

La volonté de Dieu est que les hommes et les femmes de ce monde puissent vivre heureux, en paix, en usant de leur liberté pour faire de chaque vie quelque chose de grand. Pour que chaque instant de chaque vie soit beau en communion avec Dieu. On fait ce qu’on peut, le résultat n’est pas toujours… mais on a la volonté de faire le mieux possible pour que les autres en soient heureux. Un peu comme un enfant qui offre pour la fête des mères un cadeau qu’il considère comme un trésor, alors qu’en fait… ça ne finira pas forcément dans un musée… Mais il a mis tout ce qu’il pouvait mettre, c’est le plus beau qu’il puisse faire. Voilà où nous en sommes, agissant ainsi sous le regard bienveillant et aimant de Dieu. Malheureusement, certains ne souhaitent pas cela. Et ce qu’ils font est parfois tellement horrible, que nous ne pouvons pas rester sans rien faire.

C’est pour ça que Cyrille était là-bas. Pour réagir. Oui il laisse une petite fille de 4 ans, mais il est parti pour permettre, qui sait, qu’un jour peut-être, les petites filles de ce pays puisse vivre normalement.  Dans ce pays vous avez des petites filles de 8 ou 9 ans qui sont mariées à des hommes de 50 ans, des jeunes filles qui s’immolent par le feu pour s’échapper du cauchemar, des femmes couvertes de burka puantes qui se prennent des baffes publiquement sans que ça choque, enfin je ne vais pas vous raconter tout ce qu’on peut voir là-bas, et en plus certains dans notre pays ne trouvent pas ça choquant, alors… On peut se dire que ça ne sert à rien, que les choses ne changent pas, que ce pays ne sait pas où il veut aller, que les habitants ne veulent pas de la paix que nous leur proposons… Cela n’entache pas la volonté de nos soldats de bâtir, comme on dit, « un monde meilleur ». Oh je ne suis pas naïf, je ne suis pas dupe des intérêts financiers, géopolitiques, géostratégiques, mais ce n’est pas cela que Kathya aura besoin d’entendre quand elle sera en âge de comprendre le pourquoi. Elle devra comprendre que son papa est parti pour un pays lointain où il n’y a ni prince ni princesse, mais des gens malheureux, parfois tellement méchants que leur but est de nous tuer. Alors on va vers eux, et on essaye de faire changer cela.

Parfois il faut faire la guerre, la guerre, la guerre c’est moche, et voir Cyrille ici, c’est moche. Et nous sommes tristes. Comme Jésus, dans le texte d’évangile que nous venons d’entendre, triste à mourir. « Mon âme est triste à mourir ». Jésus n’est pas triste parce qu’il va être arrêté et mis à mort, cela il l’a déjà évoqué plusieurs fois sans que cela ne le mette dans cet état, non Jésus est triste car, au terme de son passage sur terre, où il a tant consolé, aider ressuscité, nourri les foules, guéri des malades etc. il va finir rejeté et cloué à une croix. Il voit en un instant la main tendu de Dieu et le refus des hommes à travers les âges.  Et du coup, tant de drames. Il voit Cyrille. C’est cela aussi la tristesse de Dieu. Demandez-lui la consolation, et demandez à Cyrille de vous aider.

Je veux aussi m’adresser à vous, ses parents, sa famille, pour qui il est un fils, un petit-fils, un frère. Vous entendez depuis plusieurs jours qu’on fait de Cyrille un héros. Mort en héros, dernier héros, héros de France etc. Oui. On peut se dire que c’est un titre qui est cher payé, qu’on est bien avancé une fois qu’on l’a dit, mais pourtant c’est bien ce qu’il est. Il n’est pas un héros parce qu’il a été tué par des barbares, mais parce que dans le monde si désolant dans lequel nous vivons, lui a choisi d’être droit, de vivre debout, sans lâcheté, sans compromission, sans médiocrité, et de vivre cela au 1er RCP, régiment qui, comme le disait la presse la semaine dernière, est le plus exigeant de l’armée de terre. Un régiment avec une qualité d’âme particulière. Faite de ce que chacun apporte de meilleur. Il voulait vivre cet idéal, il le vivait, et sans cette balle qui l’a fait tomber, il n’aurait pas renoncé. Hé bien tenir dans la mission jusqu’au bout, c’est cela être un héros.

Notre monde semble l’oublier, lui qui est passé si vite sur la mort de Cyrille. Cyrille s’était ému et indigné de voir combien on passait vite, dans les médias, sur la mort de Florian, son camarade du RCP mort une semaine avant lui. Nous faisons le même constat. Au lieu de faire mémoire, de parler de grandeur, de panache, de sacrifice, on retombe dans les mœurs de tel homme politique pour savoir si la femme de ménage était finalement d’accord pour coucher. Peut-être sommes-nous comme des rescapés d’un naufrage moral.

 

Pendant la guerre d’Indochine, dans les camps du vietminh, il y a aussi eu des padres faits prisonniers, et l’un d’eux le Père Jeandel expliquait, à son retour, ce qui l’avait fait le plus souffrir. Il dit que, dans ces camps, le plus douloureux n’est pas de voir ses camarades mourir, non, mourir cela arrive pour chacun,  tôt ou tard. Il dit que le plus difficile est de voir les âmes changer. Il explique qu’à force de subir tout ce qui est lavage de cerveau, endoctrinement, auto critique, bourrage de crane etc. tout cela mêlé à la fatigue la maladie et la malnutrition les personnes finissent par changer au fond d’elles-mêmes. Le changement fait qu’ils ne se reconnaissaient plus les uns les autres dans celui qu’ils sont en train de devenir. Pour reprendre l’expression, les âmes changeaient. Ils devenaient quelqu’un d’autre. Une autre personnalité, d’autres repères, d’autres valeurs. Le père Jeandel explique que les esprits étaient usés, meulés, rabotés, pour finalement recevoir une âme en série. Il parlait même de robot.

Malheureusement, c’est parfois ce qui arrive aujourd’hui. L’argent, le pouvoir, la notoriété, le succès sont les nouveaux repères qui bouleversent parfois les mentalités, au point qu’on oublie en quelques heures un jeune français, mort en mission pour son pays. Mais pas nous. Non. Les valeurs d’autrefois sont toujours les valeurs actuelles. Autrefois c’étaient les guerriers Francs de Clovis combattant les Alamans, les chevaliers se battant pour Jérusalem, des chouans en Vendée combattant les colonnes infernales, des marins à la bataille de Lépante combattant les turcs, des résistants dans le Vercors combattant les nazis, et aujourd’hui Cyrille en Afghanistan combattant les talibans. L’histoire est faite de ces héros, Cyrille en fait partie.

C’est pour beaucoup un mort anonyme, pas pour nous. Il n’y aura peut-être pas de commémorations de batailles, de commémorations de faits d’armes etc. pour nous rappeler son souvenir, tant pis. Ou peut-être tant mieux, après tout le silence des douleurs secrètes est parfois comme un baume sur une blessure. Le silence consolant et attentif en présence de Dieu. Et dans ce silence, la communion des saints. Ce lien que Dieu permet entre ceux qui sont auprès de Lui et nous ici bas. Ce lien de la prière qui nous fait communier avec nos défunts. Certes, les larmes ne cesseront pas de couler pour autant. Mais une sainte religieuse du 19° siècle nous a laissé une belle phrase. À la fin d’une vie remplie de persécutions de souffrance et de drames, elle est brisée, écrasée de malheur. Elle  fait alors le point sur cette vie où elle est restée fidèle à ce que Dieu attendait d’elle, et elle dit : « Les larmes coulent à torrent, mais en paix » (Rose-Virginie Pelletier née à Noirmoutier 1796). C’est bien cette paix du cœur qu’il faut demander à Dieu.

Je veux avant de terminer revenir au Père Jeandel, ce padre prisonnier dans les camps viets, qui raconte les derniers instants de chaque soir près du feu, dernières paroles volées, cachés des sentinelles juste avant de rejoindre la solitude de la nuit sur une paillasse pourrie.  Il écrit : « Jamais autant qu’alors, nous ne nous rendons compte à quel point la parole est une amitié ; nous échangeons des phrases simples comme des cadeaux : elles ont toutes, en elles, un souvenir ou un espoir. Comme la banalité des mots peut avoir, parfois, la présence de l’âme… » C’est maintenant ce qui nous reste. La parole, le souvenir, l’amitié.  Nous avons tous cette tristesse légitime, vous, moi. Et nous avons besoin de ces mots à partager, à échanger. Dans un instant, des éloges vont être lu, et comme le disait le P. Jeandel, ces mots peuvent avoir, parfois, la présence de l’âme.

Dans mes toutes dernières paroles je veux m’adresser à vous madame, sa maman. Je pensais très fort à vous jeudi matin, quand vous avez pu revoir Cyrille une dernière fois. Je demandais alors à la Sainte Vierge de vous aider, et de vous aider toujours. Elle a connu cela quand elle a vu son fils sur le chemin du calvaire, (IV station du chemin de croix). Elle l’avait laissé la veille en bonne santé, et elle le revoit battu, couvert de crachats, couronné d’épines, tuméfié, méconnaissable. Et quelques heures après, le cœur transpercé de douleur, elle le reçoit, mort. Alors si quelqu’un peut vous aider, c’est bien Notre Dame. Il y a 4 ans, la veuve de l’adjudant chef Correia dont le mari, du 1er RCP, fut aussi tué par les talibans, était reçue par le Pape Benoit XVI. En évoquant devant le Saint Père son malheur, et sa détresse de se retrouver seule avec sa petite fille, le Pape l’assura de sa prière, je me souviens de ses mots prononcé avec une grande compassion, il lui a dit : « ho… maintenant je serai avec vous, vraiment je serai avec vous. » Et il lui donna un chapelet, comme pour lui rappeler le secours à trouver auprès de Notre Dame.

Je ne suis pas le Pape, mais je veux vous dire moi aussi madame, à vous Vinicia, à vous ses parents, ses amis, ses frères d’arme, je serai avec vous, vraiment je serai avec vous. Tous les jours, tous les jours dans la prière je pense à ceux que j’ai accompagnés dans la mort depuis que je suis Padre. Cyrille s’ajoute aujourd’hui à cette trop longue liste. Puisse Notre Seigneur les accueillir tous auprès de lui.

Amen.

Posté le 11 juillet 2011 à 12h11 par Michel Janva | Lien permanent

29 juin 2011

La bonne nouvelle du jour

Les 2 journalistes otages des Talibans ont été libérés.

Posté le 29 juin 2011 à 16h56 par Michel Janva | Lien permanent

25 juin 2011

Un soldat français tué en Afghanistan

Un chasseur parachutiste de 1ère classe est décédé en Afghanistan à la suite d'un tir d'insurgés au cours d'une opération en Kapisa. Ce décès porte à 63 le nombre de militaires français morts dans ce pays depuis fin 2001.

Mercredi, la France a annoncé qu'elle retirerait en 2012 jusqu'à 1000 de ses soldats postés en Afghanistan.

RIP

Posté le 25 juin 2011 à 14h46 par Michel Janva | Lien permanent

11 juin 2011

Mort de 2 soldats français en Afghanistan

Deux soldats français sont morts hier en Afghanistan, dont l'un dans un accident d'hélicoptère. Ces deux décès portent à 61 le nombre de militaires français morts en Afghanistan depuis le début de l'intervention alliée en 2001. Le ministre annonce :

"Aujourd'hui (vendredi), en fin de journée, un hélicoptère Gazelle, en mission avec un hélicoptère Cougar, dans des conditions météorologiques très difficiles, s'est écrasé à une vingtaine de kilomètres de Bagram, blessant mortellement le chef de bord, un lieutenant du 3ème régiment d'hélicoptères de combat d'Etain, et gravement le pilote".

Posté le 11 juin 2011 à 10h28 par Michel Janva | Lien permanent

26 mai 2011

Lettre ouverte de l'abbé Jullien de Pommerol au ministre de la Défense

Le rapport de mission en Afghanistan du père Benoît Jullien de Pommerol, aumônier du 2e régiment étranger de parachutistes (Calvi), a suscité de vives réactions au sein de l’état-major. La publication de son document a conduit des députés de la commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée à auditionner le “padre”. Le 17 mai a été publiée au Journal officiel le 17 mai la réponse de Gérard Longuet, ministre de la Défense, à une question du député UMP Jean-Claude Bouchet. Choqué que le ministre ne l’ait pas entendu, le père de Pommerol a décidé de réagir publiquement, en écrivant directement à Gérard Longuet. Extraits de cette lettre publiée par Valeurs actuelles :

P "vous publiez, au Journal officiel du 17 mai 2011, une réponse à la question écrite de Monsieur le député Bouchet (question n° 100539 au JO du 22/02/2011), dans laquelle vous mettez en cause l’exactitude des faits que je rapporte, sans que jamais je n’aie été entendu par ceux qui ont mené les enquêtes aboutissant à cette conclusion. Ni les autorités militaires, ni la DPSD, ni vos services, personne ! Quelle étrange façon d’enquêter… J’aurais pourtant pu vous préciser le sens de ma démarche. Je le fais donc ici, et publiquement, puisque mon honnêteté est maintenant mise en cause pu bliquement. Ce que je dénonce dans le rapport n’est en fait que le prolongement de ce qui se passait il y a vingt ans, lors de la guerre du Golfe. Déjà, la soumission à l’islam y est flagrante.

Cela commence à l’arrivée au port de Yanbu (Arabie Saoudite), lorsque les soldats français débarquent des bâtiments de la Marine nationale. La police religieuse saoudienne les attend au bas de la passerelle, vérifiant, en écartant les cols de treillis, que les militaires ne portent pas de croix autour du cou ; et si c’est le cas, la croix est retirée, mise dans une enveloppe et retournée en France. Avant même d’arriver, des consignes incroyables ont été données : ne pas transporter de porc ou d’alcool dans ses bagages ; ne pas s’en faire envoyer dans des colis (la prévôté a même la mission sur place de le vérifier en ouvrant des colis au hasard, confisquant et détruisant les victuailles interdites par l’islam) ; ne pas arborer de croix rouges sur les véhicules sanitaires… Tout cela en dit long sur l’état d’esprit de la mission et ceci jusqu’au bout… [...]

Doit-on aussi accepter sans s’indigner, Monsieur le Ministre, le fait que les forces françaises offrent aujourd’hui en Afghanistan des tapis de prière à la gloire de l’Arabie Saoudite (avec les cimeterres et le palmier) ? Je tiens un exemplaire à votre disposition, envoyé par des soldats français lassés de tout cela. Doit-on accepter sans s’indigner que les forces françaises offrent une mosquée au village de Landakhel, bâtiment construit grâce à l’argent du contribuable français ? Qu’il soit imposé à des militaires féminins de se couvrir la tête au nom de l’islam ? Qu’il soit décidé par un général que tous les soldats français de sa zone mangeraient halal, qu’on organise un repas de fin de ramadan au profit des Afghans, etc. ? Les Saoudiens, en 1991, ne nous avaient pas imposé tout cela. N’est-il pas choquant que nos propres chefs, dans notre armée républicaine et laïque, décident de nous l’imposer en 2010 ?

[...] je reçois de la part d’un général un courrier, approuvé par le chef d’état-major de l’armée de terre, m’expliquant combien j’ai tort, me précisant ceci : « Une fillette au bras d’un adulte ou des femmes voilées ne sont pas en soi choquant! Et même demander à un sous-officier féminin de se couvrir la tête pour éviter d’éventuelles convoitises ou regards déplacés peut se révéler judicieux. Cela dépend du contexte local. » Je me souviens, Monsieur le Ministre, des larmes des femmes afghanes voyant nos militaires féminins vivre “normalement”, sans le joug du voile. Je ne peux alors m’empêcher de penser que ce général est gravement décalé. [...]"

Addendum 21h25 : le Padre a été nommé aux Antilles.

Posté le 26 mai 2011 à 10h17 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Cathophobie , L'Eglise : Vie de l'Eglise , Pays : Afghanistan , Pays : Chine , Pays : International , Pays : Irak , Pays : Iran , Pays : Israël , Pays : Palestine , Pays : Turquie

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Cathophobie , L'Eglise : Vie de l'Eglise , Pays : Afghanistan , Pays : Chine , Pays : International , Pays : Irak , Pays : Iran , Pays : Israël , Pays : Palestine , Pays : Turquie