Côte d'Ivoire : au moins 12 morts dans une attaque contre une station balnéaire

Il semble qu'un nouvel attentat islamiste ait eu lieu cet après-midi, en Côte d'Ivoire cette fois. Le Figaro :

"Des coups de feu ont été tirés dimanche dans la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam, à une quarantaine de kilomètres à l'est d'Abidjan, ont apporté des sources diplomatiques et des témoins. Une source policière a parlé de 12 morts dont quatre européens. D'autres bilans de différentes sources ont donné de 5 à 8 morts.

Ce que l'on sait en cette fin d'après-midi de dimanche, c'est que les assaillants - entre deux et quatre - «puissamment armés et portant des cagoules ont tiré sur les occupants de L'Etoile du sud, un grand hôtel prisés des expatriés» a expliqué un témoin. «Nous avons été surpris par les tirs et nous sommes maintenant cloitrés chez nous», a dit un autre témoin. Des touristes sur une plage ont également été pris pour cible. Abbas El-Roz, un ressortissant libanais qui séjournait à l'Etoile du Sud, a également raconté que l'un des assaillants portait un fusil d'assaut Kalachnikov et une ceinture de grenades. Un autre témoin a affirmé avoir entendu «Allah akbar»."[...]

Le Point évoque la possibilité de deux attaques simultanées :

"Certains témoignages font état de plusieurs attaques simultanées, y compris sur la plage et sur un musée de la ville. Sur Twitter, le gouvernement évoque deux attaques simultanées."[...]

Selon Atlantico, les assaillants exigeaient que leur victimes crient "Allah akbar" avant de les descendre.

"Selon un responsable militaire, interrogé par un journaliste du Monde, "Les assaillants étaient jeunes et exigeaient que leurs victimes crient Allah Akbar avant de les abattre.

Un djihadiste a été tué, deux autres sont toujours en fuite". Sur Twitter, la RTI (radio et télévision publique ivoirienne) indique qu'il pourrait s'agir d'une tentative de prise d'otages."[...]

Simultanément, on apprend qu'une explosion en Turquie a fait plusieurs morts (au moins 5 selon un bilan provisoire) et des blessés.

Add : à 19h, on apprenait qu'il y a en réalité au moins 27 morts et 75 blessés à Ankara.


Le régime castriste a fusillé plus de 15 000 personnes

Lu sur le blog de Bernard Antony :

"Je n’ai pas de sympathie particulière pour Laurent Gbagbo qui a été l’ennemi de nos soldats en interposition dans la guerre civile qui l’opposait à son rival vainqueur et aujourd’hui au pouvoir, le musulman Alassane Ouattara. Gbagbo et son lieutenant Charles Blé Gondé sont poursuivis pour crimes contre l’humanité. Ils seraient responsables de la tuerie de 3000 victimes. Mais ce qui semble possible également, c’est que la soldatesque du « puissant » Ouattara ne s’est peut-être pas toujours mieux comportée que celle du « misérable » Gbabo. Et la CPI à ce jour ne s’est pas penchée sur ses crimes, dont certains, peut-être moins nombreux, mais pas moins atroces pourtant à ce que l’on en sait, ne seraient donc pas des crimes contre l’humanité. Comprenne qui pourra.

Le gag pourtant, c’est qu’au moment où débute ce procès, trop à sens unique pour n’être pas inique, le bolchévique Raoul Castro est accueilli en France par François Hollande avec tous les honneurs dus à un chef d’État (...)

Or la dictature communiste des deux frères Castro conjointement, avec ses massacres, ses assassinats, son goulag tropical, a fait assassiner beaucoup plus que 3000 victimes ; et dans le plus parfait mépris aussi de leur humanité. En 1959, dans la seule prison de La Loma de los Coches, plus de mille « contre-révolutionnaires » furent fusillés. Des milliers d’autres au long des années, furent liquidés par le Département de la Sécurité d’État (DSE), la Tchéka castriste surnommée par les Cubains « la Gestapo rouge ».

Selon le livre noir du communisme, sous le régime castriste de 15 000 à 17 000 personnes ont été fusillées. Des milliers d’autres victimes ont péri en prison ou dans le goulag castriste du fait des tortures ou des privations. Et dans tous ces crimes du communisme castriste, n’oublions pas l’immonde tueur sanguinaire Che Guevara dont des générations de crétins ignorants portent des tee-shirts à son effigie comme s’il avait été un bienfaiteur de l’humanité !

Il faudrait bien sûr des pages entières pour lister les chefs d’État qui ont massacré, dix fois, cent fois, mille fois plus que Gbagbo. Mais pour aujourd’hui s’impose le cri de justice : « Castro, Gbagbo, même procès ! »."


Le fléau du fétichisme en Côte d'Ivoire

Les élections prévues en octobre 2015 en Côte d'Ivoire sont sans doute la cause d'un regain d'intérêt pour le fétichisme, dont les pratiques rituelles procureraient à ceux qui s'y soumettent force, prospérité, richesse et pouvoir. Ces pratiques, développées par les "brouteurs" (cybercriminels), et qui consistent entre autres à boire du sang humain, ont conduit ces derniers temps à des kidnappings en série, qui inquiètent beaucoup les autorités catholiques et civiles du pays, mais aussi plus largement de toute la sous-région.

RFI fait état d'une vingtaine d'enfants enlevés en deux mois, dont les corps retrouvés avaient été mutilés, stigmates d'actes de sorcellerie. Le gouvernement ivoirien a pris des mesures pour éviter tout rapt à venir, mais ne peut empêcher la psychose de gagner la population.

L'abandon de la pratique religieuse catholique, ou même la persistance des vieilles croyances fétichistes chez les baptisés, est un véritable fléau dans cette région de l'Afrique, et les évêques et les prêtres ne cessent d'alerter leurs fidèles, souvent en vain. Le diable a la peau dure.


La Côte d'Ivoire de Ouattara : insécurité permanente pour l'Eglise

Voici ce que devient la Côte d'Ivoire où la France a soutenu Alassane Ouattara contre Laurent Gbagbo :

CDans tout Abidjan, en deux mois et demi, environ 40 églises et maisons religieuses ont été attaquées par des bandits armés dans le cadre de vols à main armée » dénonce à l’Agence Fides le Père Augustin Obrou, responsable du Bureau des communications de l’Archidiocèse d’Abidjan, la capitale économique de la Côte-d’Ivoire. « Il s’agit d’une situation impressionnante. Il est vrai qu’après la fin de la guerre civile, une insécurité généralisée règne encore mais le fait qu’un si grand nombre de lieux de culte catholiques aient été attaqués en si peu de temps laisse planer un doute sur la présence d’autres motivations outre le simple vol. Nous ne savons pas s’il s’agit de motivations à caractère politique ou confessionnel mais nous soupçonnons qu’il y ait quelque chose derrière ces faits » déclare le Père Obrou.
« Les attaques ont débuté à la fin août et continuent encore actuellement dans différents quartiers d’Abidjan » poursuit le Père Obrou. Dans d’autres zones du pays, des actions contre des structures de l’Eglise catholique ont été également enregistrées. En septembre, un groupe de bandits a attaqué la résidence de l’Evêque de San Pedro.
« Nous avons rencontré le Président Ouattara, le Ministre de la Défense et celui qui est chargé de la sécurité afin de leur signaler la situation. Des agents de police et des gendarmes ont été dépêchés devant certaines Paroisses mais les vols à main armée se poursuivent » affirme le Père Obrou."


Qui a marié Alassane et Dominique Ouattara ?

Réponse : Nicolas Sarkozy en 1990 lorsqu'il était maire de Neuilly.

Suite du portrait de Dominique Ouattara dans le quotidien belge Le Soir :

Dominique-ouattara-2 " (...) Alors qu’elle était encore Dominique Folloroux, épouse d’un Français, l’ambitieuse et ravissante jeune femme prit, en 1979, les rênes de la société immobilière Aici, gérant les propriétés immobilières du vieux président Houphouët-Boigny et de son collègue Omar Bongo du Gabon (...)

C’est à Neuilly, en 1990, que le maire de l’époque, un certain Nicolas Sarkozy, célèbre leur mariage et le couple aura deux enfants. Par la suite, Dominique Ouattara, qui est aussi très proche des milieux israéliens, progresse dans le monde des affaires : en 1996, la PDG du groupe Aici devient présidente de la société qui gère l’Institut Jacques Dessange, basé à Washington ; et deux ans plus tard, elle acquiert les franchises de « Jacques Dessange » aux Etats-Unis. Salons de coiffure, instituts de beauté, le groupe acquiert une envergure internationale.

Villa à Neuilly et dans le Midi, relations dans la jet-set internationale, le couple Ouattara est riche, très riche (...)

La situation en Côte d'Ivoire semble donc peut-être plus compliquée qu'elle n'y paraît... 


De la situation en Côte d'Ivoire : droit national ou supranational?

Rci Intéressante réflexion en 5 points sur la situation intérieure de la Côte d'Ivoire. Un des véritables enjeux de la présidence d'un pays qui ne pèse pas lourd sur la scène internationale et qui n'intéresse habituellement pas grand monde (même la russie s'est prononcée) ne semble pas être le nom du véritable président de sa république mais bien la primauté du droit national sur les instances et la communauté internationales. Droit des nations ou mondialisme? Et si cela se passe demain en France?

Réflexion :

"Sans prendre partie le moins du monde en faveur ni contre la décision du Conseil Constitutionnel, de la CEI, de l’un ou l’autre des candidats ivoiriens, il est de notre devoir de relever :

1°/ qu’il n’appartient pas à un fonctionnaire d’une organisation internationale ni à un Chef d’Etat étranger de considérer comme quantité négligeable la décision prise par une instance judiciaire d’un Etat indépendant ;

2°/ qu’il existe des recours internationaux ouverts très largement tant aux parties en litige qu’à toute organisation qu’il s’agisse en particulier des organes des traités ou des autres organes et notamment ceux des Nations Unies organisés en application de la Charte des Nations Unies. La Côte d’Ivoire est partie entre autres à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples ainsi qu’au Pacte international relatif aux droits civils et politiques ainsi qu’à son protocole facultatif qui prévoient la possibilité d’un recours à l’encontre des décisions juridictionnelles d’un Etat qui peuvent ainsi être examinés par des experts du droit parfaitement indépendants tant des candidats que de l’ancien colonisateur que du représentant du Secrétaire Général des Nations Unies, davantage partie prenante dans le processus électoral ivoirien et en tout cas insusceptible d’avoir qualité pour apprécier une décision d’une instance juridictionnelle d’un Etat souverain qui n’a pas été mis sous tutelle de cette organisation.

3°/ qu’il est navrant et révoltant de constater une fois de plus que les instances d’un Etat africain indépendant sont méprisées outrageusement.

4°/ qu’il ne viendrait à l’idée de personne de dire que Al Gore a été élu aux lieu et place de Bush lors des élections on ne peut plus contestables intervenues aux Etats-Unis il y a à peine quelques années aux lieu et place des instances judiciaire américaines.

5°/ que la fameuse « communauté internationale » s’est bien gardée d’adopter la même attitude que celle intolérable qu’elle a prise pour la Côte d’Ivoire lorsqu’il s’est agi des élections qui se sont déroulées en Egypte et que, dans le même temps, la même « communauté internationale » a qualifié d’ « irrégulières » et de « frauduleuses ».


Côte d'Ivoire : Trois militaires français suspendus

Le cas est rarissime : trois militaires français, un général de corps d'armée, un colonel et un sous-officier ont été suspendus par le ministre de la défense.
Un Ivoirien, chef d'une bande de coupeurs de route et recherché activement pour meurtres, viols et blessures, a été grièvement blessé au cours d'une action militaire de la force Licorne en mai 2005 et est mort au cours de son transfert à l'hôpital.
Les circonstances de cet évènement telles qu'elles ont été rapportées à Alliot-Marie ne semblent plus conformes à la réalité, depuis qu'un coup de téléphone au début du mois et  les résultats d'une enquête interne aux armées semblent contredire la première version.

Lahire


MAM demande des sanctions plus fortes contre ses militaires!

Qui l'eut cru! Michèle Alliot-Marie demande au Garde des sceaux de faire appel de la sanction infligée ce matin aux 12 soldats de la Force Licorne, condamnés ce matin à des peines de prison ferme.
Elle demande des peines... plus fortes!

Me Morain, avocat des soldats, a rappelé que Mme Alliot-Marie avait écrit en octobre dernier à la mère de l'un des soldats pour lui souhaiter "beaucoup de courage et de force", mais indiquant par la même occasion que "l'affaire était entre les mains de la justice" et qu'elle "ne pouvait donc intervenir".

L'avocat rajoute : "Il semble que la position du ministre de la Défense soit différente selon qu'elle se trouve devant la tristesse d'une mère ou dans le secret de son bureau regrettant alors le manque de sévérité et d'exemplarité des peines prononcées par un tribunal rendant pourtant la justice au nom du peuple français".

Lahire


Des militaires français condamnés pour des vols en Côte d'Ivoire

Les douze militaires jugés pour des vols commis dans la banque de Man en Côte d'Ivoire ont été condamnés à des peines de prison ferme. Les faits se sont passés en mai 2004.

Ils faisaient partie de la Force Licorne qui depuis septembre 2002, mène la difficile mission de rétablissement puis de maintien de la paix. Celle-ci s'est soldée en novembre 2004 par la mort de 9 d'entre eux, tués par les forces loyalistes du président Gbagbo et l'évacuation de milliers de ressortissants français dans un climat anti-français délétère et dangereux pour nos soldats.

Depuis le début de la mission, c'est plus de 50 000 soldats français qui ont été engagés sur ce théâtre d'opération.

Lahire


Côte d'Ivoire : la haine entretenue

Pour se rendre compte du climat de haine artificiellement entretenue, dans lequel évoluent les soldats français en Côte d'Ivoire, il suffit de lire les termes utilisés dans ce petit article, qui soulève de surcroît une non-affaire, car s'il y avait eu des victimes, on l'aurait su rapidement! Un phénomène injustifié qui contribue à l'insécurité croissante de notre contingent...

Lahire


Situation alarmante en Côte d'Ivoire

Deux soldats français sont morts vendredi et un a été grièvement blessé dans une explosion accidentelle à Abidjan. La situation des 8000 rapatriés français ne semble pas évoluer (l'article n'est pas impartial).

A la recherche de nouveaux amis, le gouvernement Gbagbo se rapproche du Maghreb : Maroc, Tunisie.
Mais en interne, une nouvelle fois, le président ivoirien trouble le jeu : il laisse des jeunes troublions lancer une attaque contre les ex-rebelles en violation des accords. La force Licorne identifie un de ces meneurs, Charles Blé Goudé. Celui-ci, sûr de l'appui de Gbagbo, invective la France et promet de tout mettre en oeuvre pour que l'armée française quitte la Côte d'Ivoire avant le 4 avril.
La tension monte encore d'un cran...

Lahire


France - Israël : tension toute relative

Il a fallu que la France eut à déplorer des morts en Côte d'Ivoire, pour que ses relations avec Israël soient un peu mieux connues.

En septembre 2004, Paris avait demandé à Tel-Aviv de clarifier sa position en Côte d'Ivoire. Les suites?

Puis, en novembre, il y eut l'affaire des drônes et des 46 conseillers militaires israéliens en Côte d'Ivoire au moment de l'attaque mortelle contre l'armée française (8 morts) et du rôle qu'ils y ont tenu (l'article du Monde est désormais dans les archives payantes). Les suites?

Enfin, en décembre, les insultes anti-françaises en Israël avaient engendré un petit incident diplomatique. Les suites?

En Janvier, un officier français fut tué au Liban par des tirs israéliens. Les suites?

Aujourd'hui, alors qu'Israël a annoncé le 9 novembre qu'il cessait son soutien militaire à Gbagbo, on nous annonce le 12 que des armes israéliennes (et ukrainiennes) ont été saisies dans le port d'Abidjan, en plein embargo de l'Onu sur les armes.

La France demande enfin des comptes à Israël sur l'implication, désormais connue de tous, de ses entreprises d'armement dans la mort des soldats français et sur son attitude qui n'est plus du tout un secret pour personne.

Fair-play, le gouvernement français continue de prouver une attention toute particulière vis à vis de la communauté juive : le dîner du CRIF et la dissolution annoncée des groupes néo-nazis et islamistes en sont les plus récentes démonstrations.

Lahire


Côte d'Ivoire

Dans Libération, le Chef de Corps du RICM défend son action à Abidjan lors des événements d'il y a un mois. Frédéric Pons dans Valeurs Actuelles fait également le récit de ces journées.

Toute la différence entre les deux journaux est contenue dans les dernières lignes de chaque article:

VA: "L'Histoire retiendra qu'un colonel français, entouré d'une poignée de marsouins, harassés mais d'une incroyable discipline de feu, auront évité un épouvantable carnage et empêché le naufrage des dernières positions françaises en Côte-d'Ivoire."

Libé: (Le Colonel Destremau regrette) "amèrement que ses unités n'aient pas disposé de caméras pour filmer l'épisode et prouver que ses marsouins n'ont pas tiré à balles réelles sur des Ivoiriens désarmés. La question reste ouverte. Parole française contre parole ivoirienne."

Rappelons que Laurent Gbagbo avait mis en doute la réalité des morts français à Bouaké. Mais c'était sans doute déjà "parole française contre parole ivoirienne", pour Libé.

HV


Abidjan-gate?

Comme je l'indiquais vendredi, une campagne de presse se développe pour mettre en cause l'action de notre armée lors des émeutes anti-françaises d'Abidjan. Quand Canal + et Libération donnent le ton, les autres suivent: sur RTL ce matin, il était question de "témoignages accablants" contre l'armée française. Les média mettent en cause le fait que nos soldats aient "tiré sur la foule", en faisant fi du contexte et en oubliant qu'il s'agissait d'une foule d'émeutiers surexcités instrumentalisés dans le but de s'emparer de l'aéroport d'Abidjan et rendre impossible l'évacuation de nos ressortissants.
Nos soldats en Côte d'Ivoire ne pouvant se défendre, occupés qu'ils sont à sauver un pays du chaos, il nous appartient de le faire: la page "activisme médiatique" de Polémia est un point de départ pour ceux qui souhaitent réagir à la campagne contre l'armée.
HV

Mise à jour 19H28: le reportage de Canal + à l'origine de la campagne sera diffusé demain mardi à 21H00.

Mise à jour mardi 18H49: une mise au point sur les événements de Côte d'Ivoire ici.


L'Afrique francophone condamne la violence de la Côte d'Ivoire.

Ce samedi, Jacques Chirac, en hérault de la francophonie, s'est rendu au Burkina Faso et a trouvé l'appui de tous les pays francophones d'Afrique qui condamnent à l'unanimité les attaques des forces gouvernementales de Côte d'Ivoire.

Pendant ce temps, le ministre ivoirien de l'Intégration quittait Ouagadoudou pour rentrer chez lui, alors que la police burkinabé tentait de récupérer les tracts anti-français qu'il avait apportés avec lui.

"Ambiance de la brousse", la "saga africa" de Chirac n'est pas terminée...

Lahire


Ca devait arriver...

Tant que les ressortissants français étaient en danger en Côte d'Ivoire, les média et les hommes politiques n'avaient que des louanges à adresser aux troupes de l'opération Licorne. Maintenant que l'orage est passé, les manipulateurs habituels (Libération, Canal +, relayés par le PS) mettent en cause les moyens qu'ont dû employer nos soldats pour éviter un massacre.

HV


Lugan sur Radio Courtoisie

Eclairages de l'africaniste Bernard Lugan sur la crise ivoirienne, ce soir sur RC: après avoir mentionné le "travail admirable des troupes françaises" (hommage qui ne va pas forcément de soi, Lugan a parfois été plus critique sur le rôle de notre armée sur d'autres théâtres), il développe son analyse non-conformiste:

- En perdant ses moyens aériens et avec l'exode des Français sur lesquels il exerçait un chantage implicite, Laurent Gbagbo a perdu ses deux principaux atouts et "vient de scier la branche sur laquelle il est assis."

- La lecture religieuse du conflit (Nord musulman contre Sud chrétien) n'est pas valide, c'est la lecture ethnique qui l'est.

- "La Côte d'Ivoire a cessé de vivre." Seule une solution confédérale "peut résoudre la question." "Les accords de Marcoussis représentent une erreur totale."

L'intervention peut être réécoutée ici demain matin vers 8H30.

Henri Védas


Côte d'Ivoire: relire Pie XII

Dans Présent de jeudi dernier (lien sur abonnement seulement), Jean Madiran rappelle, à l'occasion de l'effondrement de la Côte d'Ivoire, les avertissements prophétiques de Pie XII sur les dangers d'une décolonisation anti-européenne:

"Les pays, spécialement africains, qui accédaient à une 'pleine indépendance politique', étaient avertis de 'reconnaître à l'Europe le mérite de leur avancement; sans l'influence de l'Europe étendue à tous les domaine, ils pourraient être entraînés par un nationalisme aveugle à se jeter dans le chaos ou dans l'esclavage.' Ainsi parlait le pape Pie XII à la Noël 1956. Il renouvelait mot pour mot cet avertissement dans son encyclique Fidei Donum en 1957."

L'encyclique complète se trouve ici en anglais (je n'ai pas trouvé de lien vers le texte français.)

Henri Védas


Côte d'Ivoire

Comme souvent sur les sujets militaires, c'est dans Valeurs Actuelles qu'on trouve cette semaine le compte-rendu le plus informé sur la situation en Côte d'Ivoire. Parmi les quotidiens, c'est sans doute Libération, hélas, qui assure la meilleure couverture des événements.

Henri Védas

PS: dans la version papier de l'hebdomadaire, les infortunés dont le dentiste n'est pas abonné à Point de Vue trouveront un récit pittoresque du mariage de Louis XX (pour les légitimistes), le 6 novembre dernier, avec une riche héritière vénézuélienne.


Un missionnaire témoigne de l'attaque ivoirienne contre les forces françaises

En poste à Bouaké (Côte d'Ivoire), un missionnaire a assisté aux tirs de l'armée ivoirienne qui ont tué 9 soldats français et blessé 39 autres. Pour lui, aucun doute, les pilotes (mercenaires ukrainiens) savaient ce qu'ils faisaient et la réaction française a sans aucun doute évité une plus grande effusion de sang.

Lire l'article de Zénith et cliquer sur le lien "J’ai vu les avions attaquer la base française" déclare un missionnaire [ 2004-11-12 ]

Lahire