29 juillet 2014

Le mariage dénaturé en Virginie (Etats-Unis)

Une cour d'appel fédérale est allée à l'encontre de l'interdiction des mariages entre personnes de même sexe dans l'Etat de Virginie (est). La cour d'appel de Richmond a estimé que l'interdiction prônée par la Virginie violait la Constitution.

La Virginie avait interdit le mariage entre personnes de même sexe en 2006 quand un amendement ajouté à sa Constitution, approuvé par 57% des votants lors d'un référendum, précisait que les mariages devaient être célébrés exclusivement entre un homme et une femme. 

Posté le 29 juillet 2014 à 08h07 par Michel Janva | Lien permanent

26 juillet 2014

Etats-Unis/Russie : la guerre est déjà en cours

Selon Paul Craig Roberts, économiste et journaliste paléoconservateur américain, ancien sous-secrétaire au Trésor dans l’administration Reagan (1981-1982). Il a également été rédacteur en chef adjoint au Wall Street Journal. Il est l’actuel président de l’Institute for Political Economy (Institut des sciences économiques) :

"[...] Mais si on a la possibilité d’une Guerre froide sans combattre soi-même, on peut la faire durer des années, comme cela a été le cas pour la Guerre froide avec l’Union soviétique. C’est d’ailleurs la Guerre froide qui a engendré le complexe militaro-sécuritaire américain.

C’est tout au moins une ligne rouge pour Washington. Néanmoins, je ne suis pas certain que l’on puisse attendre de Washington le bons sens d’éviter de transformer l’invasion de l’Ukraine en guerre chaude. Cela dit, il paraît difficile de croire que Washington puisse s’engager dans une guerre chaude contre la Chine et la Russie. Il s’agit là de deux pays vastes et puissants dotés d’armes nucléaires.

Mais beaucoup de choses difficiles à croire se sont réellement produites. Il arrive souvent que les gouvernements succombent aux sirènes de leur propre propagande. Et il est clair qu’à Washington quelqu’un est persuadé qu’une guerre nucléaire est gagnable, parce que sinon, à quoi bon modifier la doctrine de guerre pour que les armes nucléaires cessent d’être des armes de représailles et deviennent une arme de première frappe ? Pourquoi construire des missiles anti-missiles et les déployer à la frontière de la Russie et sur des navires en mer Noire et en mer de Chine méridionale ?

Il est certain qu’à Washington, il y a des gens pour croire que les Etats-Unis peuvent gagner une guerre nucléaire. Dans les faits, un article a été publié il y a quelques années dans Foreign Affairs, le magazine de réflexion du Council on Foreign Relations – un aréopage influent d’analystes en stratégie et d’ex-responsables gouvernementaux. Il y était affirmé que les Etats-Unis avaient une telle avance sur la Russie en matière d’armement nucléaire que nous pourrions sans difficulté attaquer la Russie sans risquer de représailles. Il y a des gens qui pensent réellement cela. [...]

L’un des effets pervers de l’usage brutal de la force par Washington serait que les pays de l’OTAN réalisent qu’ils sont menés vers un conflit par un gouvernement devenu fou, qui prend des risques invraisemblables avec la vie humaine et même avec la planète.

Ainsi, il se pourrait bien que Poutine parie sur une prise de conscience du danger que représente Washington pour les vivants. Il espère que plus la Russie se montrera pondérée, moins elle adoptera une attitude provocatrice, plus grandes seront les chances que les gouvernements allemand et français réalisent que l’agenda de Washington est funeste pour le genre humain ; plus grandes seront les chances que l’Europe prenne des décisions pour s’affranchir, elle, ses pays et ses peuples, du contrôle de Washington. Dans ce cas, l’empire s’effondrerait.

Je suis convaincu c’est là que se situe le pari de Poutine. Il n’est pas fou, loin de là, il prend la mesure de la menace d’une guerre, il en a conscience. Et c’est très certainement la raison pour laquelle il a demandé à la Douma d’abroger le droit au déploiement de forces russes en Ukraine. Il tente de dire aux Allemands et aux Français – Vous voyez bien, ce n’est pas moi, ce n’est pas nous.

J’espère qu’il réussira. Car en fin de compte, l’avenir du monde est suspendu à la question suivante : l’usage de la diplomatie par Poutine prévaudra-t-il sur celui de la force par Washington ?"

Posté le 26 juillet 2014 à 12h05 par Michel Janva | Lien permanent

25 juillet 2014

Irak : les Etats-Unis partagent une lourde responsabilité

Communiqué de l’Action française :

"Alors qu’Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef djihadiste qui se prétend le « calife Ibrahim », a menacé de mort les chrétiens d’Irak, notamment de Mossoul, s’ils se ne convertissaient pas à l’islam ou ne quittaient pas le territoire du prétendu califat,...

...l’Action française dénonce avec consternation le manque de réactivité du gouvernement français et de la communauté dite internationale devant ce que le conseil de sécurité de l’ONU a qualifié à juste titre de possible « crime contre l’humanité » dont les auteurs devront « rendre des comptes ».

Il n’en reste pas moins que la situation actuelle, qui a vu en vingt ans chuter de moitié la population chrétienne d’Irak, où elle est chez elle depuis les origines du christianisme, est principalement due à la politique américaine dans la région qui a visé, comme en ex-Yougoslavie, à favoriser délibérément les islamistes aux dépens de la stabilité et de l’entente entre toutes les communautés.

L’Action française estime donc que les dirigeants américains et ceux des Etats complices de cette politique attentatoire à la paix partagent une lourde responsabilité dans ce « crime contre l’humanité » et devront être jugés aux côtés de ceux qui l’ont directement exécuté."

Posté le 25 juillet 2014 à 20h03 par Michel Janva | Lien permanent

24 juillet 2014

La Russie veut installer une base militaire près de la frontière américaine

C'est une provocation inutile... mais de l'OTAN :

"L’OTAN envisage la création de la plus grande base en Europe de l'Est pour faire avancer l’infrastructure de réaction rapide vers les frontières de la Russie, rapportent les médias britanniques en référence à une déclaration du Commandant suprême des forces alliées de l'OTAN en Europe (SACEUR), le général Philipe Breedlove.

« La ville portuaire polonaise de Szczecin, située sur les rives de la mer Baltique, est considérée comme un favori pour la création d'une base », a ajouté Breedlove."

Posté le 24 juillet 2014 à 16h01 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

22 juillet 2014

Crash : les Etats-Unis refusent de répondre à la Russie

Nouvel épisode de la guerre froide post-soviétique : le département d'Etat américain n'envisage pas de répondre aux questions de l'Etat-major de l'armée russe relatives au crash du Boeing 777 malaisien dans l'est de l'Ukraine, a annoncé la porte-parole de la diplomatie américaine Mary Harf. Selon cette dernière, les déclarations publiques de la partie russe ne méritent aucune confiance, Moscou étant impliqué "dans la propagande et la désinformation". Les Etats-Unis restent fidèles à leur position selon laquelle les insurgés ukrainiens

"possèdent un missile sol-air SA-11 (Bouk), le tir ayant été effectué depuis le territoire contrôlé par les séparatistes".  

Elle a accusé la Russie de livrer aux insurgés de l'est de l'Ukraine des armements, y compris des systèmes de DCA, précisant que d'après les informations du département d'Etat, les insurgés avaient reçu le missile en question le 14 juillet au plus tard.  

L'Etat-major russe a publié ses données sur le crash du Boeing. Selon lui, l'avion a dévié de l'itinéraire initialement prévu et une activité excessive des radars ukrainiens a été constatée près de la zone de la catastrophe. Par ailleurs, selon l'armée russe, un avion de combat ukrainien évoluait dans le couloir aérien réservé aux vols de l'aviation civile peu de temps avant le crash du Boeing malaisien.

Dans le même temps, on apprend que l'armée de l'air ukrainienne a attaqué mardi la ville de Chakhtersk (région de Donetsk), à 30 km du lieu où le Boeing malaisien s'est écrasé, et ce malgré l'ordre du président Piotr Porochenko de cesser le feu dans un rayon de 40 km du lieu du crash. Deux avions militaires ukrainiens, probablement des Su-25, ont tiré des missiles.

Posté le 22 juillet 2014 à 14h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Les images satellites prouveraient que l'avion a été abattu par les militaires ukrainiens

Lu ici :

"Les images prises par un satellite américain prouvent que l'avion malaisien a été abattu par les militairies ukrainiens, communique le journaliste Robert Parry connu pour ses enquêtes.

Selon lui le renseignement américain disposent de photos prouvant que la responsabilité pour l'avion civil abattu dans le ciel de Donetsk incombe aux troupes ukrainiennes.

Robert Parry n'a pas dévoilé le nom de son informateur au sein du renseignement tout en signalant qu'il s'agissait d'une source digne de confiance dont il avait déjà reçu des informations véridiques dans des situations similaires."

Texte original et traduction intégrale.

Posté le 22 juillet 2014 à 11h41 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (19)

Le FBI pourrait avoir manipulé des attentats terroristes

Lu dans Le Point :

"Le FBI a "encouragé, poussé et parfois même payé" des musulmans américains pour les inciter à commettre des attentats, au cours d'opérations montées de toutes pièces, après le 11 Septembre, affirme lundi un rapport de Human Rights Watch. Dans nombre des plus de 500 affaires de terrorisme conduites par les tribunaux américains depuis le 11 septembre 2001, "le ministère américain de la Justice et le FBI ont ciblé des musulmans américains dans des opérations clandestines de contre-terrorisme abusives, fondées sur l'appartenance religieuse et ethnique", dénonce ce rapport étayé de nombreux exemples. [...]"

 
 

Posté le 22 juillet 2014 à 08h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (23)

19 juillet 2014

Les femmes contre le féminisme

Le Figaro Madame enquête sur ces jeunes filles qui rejettent l'idéologie féministe :

"Chacune tient une petite pancarte qui débute par « I don't need feminism because...» (traduire : « je n'ai pas besoin du féminisme parce que...»), et le blog égrène des raisons aussi nombreuses que les participantes. Certaines pointilleuses disent préfèrer « l'égalitarisme » au féminisme, ce gros mot. D'autres sortent carrément la tronçonneuse faisant de la lutte égalitaire une entreprise autoritaire d'émasculation générale qui assujetit tout autant les femmes en les victimisant. Au choix. Selon elles, le harcèlement sexuel, les inégalités professionnelles, la culture du viol, le sexisme dans les médias et le patriarcat sont des inventions de personnalités chatouilleuses et mortes d'ennui. Au-delà des arguments discutables que l'on y trouve, le blog Women Against Feminism souligne surtout que le mouvement pour l'émancipation ne trouve pas son public dans la jeune génération."

Posté le 19 juillet 2014 à 15h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

14 juillet 2014

Le bébé miracle d’une jeune mère américaine

Lu sur Riposte catholique, la belle histoire de Yesenia Ruiz-Rojo, maman aussi courageuse que généreuse:

"Yesenia Ruiz-Rojo, 21 ans, était enceinte de 4 mois lorsqu’elle apprit qu’elle souffrait d’un cancer du foie en stade avancé. Les médecins lui donnaient deux à quatre mois à vivre : tel est le pronostic pour ce type de cancer chez une femme enceinte. Il fallait trouver une réponse thérapeutique. Mais que faire ? D’emblée, Yesenia avait exprimé sa seule préoccupation : « Je vous demande seulement de sauver mon bébé ! »

Hors de question, donc, d’avoir recours à une chimiothérapie qui risquerait de tuer l’enfant, ou de provoquer des malformations graves.

Les médecins l’ont entendue, et comprise. Et quatre mois après la découverte tragique, la jeune femme a pu donner naissance à un garçon, Luke : il est en bonne santé. Il a huit mois aujourd’hui, et sa maman héroïque est toujours en vie, remplie de gratitude pour ce bébé qui fait sa joie.

Yesenia Ruis-Rojo est militaire, basée à San Antonio-Fort Sam Houston, au Texas. Lorsqu’on a découvert son cancer, elle a tout de suite été prise en charge par le Brooke Army Medical Center. Son courage a ébloui le médecin lieutenant-colonel Ruiz Palacios : « Elle nous a dit qu’elle ne voulait rien d’autre que la vie de son enfant. Elle était prête à tout pour pouvoir y arriver. »

Aucun exemple n’existe pourtant dans les archives médicales connues de l’équipe du BAMC d’une femme enceinte qui ait pu survivre assez longtemps pour mener son bébé à terme. Opérer ? Impossible : la tumeur avait envahi 65 % du foie. La chimio traditionnelle serait dommageable pour le bébé. Il ne restait plus qu’une thérapie assez récente dite de « radiation interne Y-90 », qui consiste à placer de minuscules particules radioactives dans l’artère qui « alimente » la tumeur du foie afin de la réduire ou de la faire mourir.

Le BAMC est le seul centre médical de l’armée américaine qui propose cette technique. Après avoir conclu que le risque qu’elle ferait courir au bébé à naître serait « minime », elle a été appliquée pour une durée de six semaines, après quoi il n’y a avait plus qu’à attendre et espérer, en surveillant la grossesse de près.

Et le « miracle médical » s’est produit : Luke est né le 8 janvier dernier, grâce à l’imagination de l’équipe médicale qui a voulu tout faire pour sauver les deux : la mère et l’enfant.

Grâce à quoi Yesenia a ajouté des jours aux jours : non seulement elle a vécu assez longtemps pour que son bébé naisse ; non seulement elle l’a protégé en acceptant de s’oublier elle-même ; elle a eu une rémission inattendue.

Aujourd’hui, Luke, 8 mois, a gagné tout ce temps précieux auprès de sa maman qui a refusé tous les soins qui pourraient compromettre sa qualité de vie avec son enfant pendant le temps qui lui reste à vivre. Après avoir passé des mois auprès de lui, en famille, Yesenia est aujourd’hui dans une clinique de soins palliatifs.

Et c’est l’armée américaine qui a conté son histoire, pour lui rendre hommage."

Prions pour la guérison complète de cette maman.

Posté le 14 juillet 2014 à 10h00 par Marie Bethanie | Lien permanent

10 juillet 2014

La Cour suprême de Louisiane veut violer le secret de la confession

Une décision de la Cour suprême de Louisiane demande à un prêtre de briser le sceau de la confession. Il s'agit du cas d'une fille qui a été agressée sexuellement par un adulte et aurait parlé de l'agression avec un prêtre en confession. Les parents affirment que leur fille a parlé au Père Bayhi et que celui-ci lui aurait conseillé de ne pas signaler l'incident.

Selon le sceau de la confession, le père Bayhi ne peut même pas dire s'il a entendu la confession de la jeune fille, et ne peut rien divulguer.

Le diocèse de Baton Rouge a publié un communiqué pour défendre cette doctrine fondamentale de la foi catholique concernant le sceau absolu de la confession. Le diocèse soutient que cette procédure est une violation de la Constitution des États-Unis. En effet, l'Etat et la jurisprudence fédérale indiquent clairement qu'il n'a pas compétence pour statuer sur les revendications qui tournent sur ​​ces questions purement religieuses.

"Une doctrine fondamentale de l'Église catholique romaine pour des milliers d'années prescrit que le sceau de la confession est absolu et inviolable. Conformément à son serment à l'Eglise, le prêtre est obligé de ne jamais briser ce sceau. Un prêtre n'est pas non plus autorisé à déclarer que quelqu'un est allé se confesser à lui. Si nécessaire, le prêtre peut aller jusqu'à subir une condamnation pour outrage à un tribunal civil et subir l'emprisonnement plutôt que de violer son devoir sacré et de violer le secret de la confession et de son devoir à l'égard du pénitent.

Ce n'est pas une zone grise dans la doctrine de l'Église catholique romaine. Un prêtre / confesseur qui viole le secret de la confession encourt une excommunication automatique réservés pardon au Siège Apostolique au Vatican, en Italie. [...]

La position du Diocèse de Baton Rouge sur le père Bayhi est que la Cour suprême de Louisiane a des problèmes avec les droits constitutionnels de l'Eglise et du prêtre, plus particulièrement, elle a violé la séparation de l'Église et de l'État en vertu du premier amendement. Pour un tribunal civil, empiéter sur la liberté de religion est une violation claire et la question sera portée au plus haut tribunal du pays par l'Église afin de protéger le libre exercice de la religion."

Posté le 10 juillet 2014 à 08h52 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

01 juillet 2014

L'amende de BNP Paribas liée à la vente de navires Mistral à la Russie

C'est l'avis de Vladimir Poutine, prononcé dans un discours de politique étrangère, mardi 1er juillet :

"Nous sommes au courant de la pression que nos partenaires américains font sur la France pour qu'ils renoncent à la livraison des Mistral en Russie", et qu'on leur a fait comprendre que s'ils y renonçaient "les sanctions sur les banques seront levées ou diminuées". "Comment peut- on qualifier cela autrement que de chantage ?"

Lundi, quelque 400 marins russes sont arrivés au port de Saint-Nazaire pour s'initier à l'utilisation des deux navires de type Mistral que la France doit livrer à la Russie. 

Posté le 1 juillet 2014 à 21h19 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

30 juin 2014

Revers pour l'ObamaCare : la Cour Suprême défend la liberté religieuse

La Cour suprême des Etats-Unis a jugé aujourd'hui que la liberté de religion s'applique aux entreprises familiales et qu'un petit employeur n'est pas tenu de payer des moyens de contraception à ses salariées si cela enfreint ses convictions religieuses.

C'est un revers pour l'administration Obama, qui voulait qye toutes les entreprises commerciales payent pour l'assurance maladie de 20 moyens de contraception, y compris la pilule du lendemain.

 En vertu de la loi sur la liberté de religion (RFRA), "l'obligation faite aux plaignants de prendre en charge l'assurance santé de la contraception est illégale", écrit le juge conservateur Samuel Alito, dans la décision de la Cour suprême.

La décision donne raison à la chaîne familiale Hobby Lobby, ainsi qu'à une petite entreprise de fabrication de placards, Conestoga, qui refusent, au nom de leurs convictions religieuses, de se conformer à la loi Obama sur l'assurance santé en ce qui concerne 4 moyens de contraception: deux pilules du lendemain et deux types de stérilet, qu'elles assimilent à un avortement. L'administration Obama, qui avait exempté les congrégations religieuses de la clause "contraception" de la loi, considérait qu'une entreprise commerciale ne jouissait pas du même droit constitutionnel à la liberté religieuse qu'une personne.

Posté le 30 juin 2014 à 21h25 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

26 juin 2014

Victoire pro-vie aux Etats-Unis

La Cour suprême des Etats-Unis a donné raison aujourd'hui à des militants pro-vie en jugeant inconstitutionnelle une loi qui leur interdisait de manifester autour des cliniques pratiquant l'avortement. Dans cette affaire qui mêle l'avortement et la liberté d'expression, la haute Cour a jugé à l'unanimité que cette loi de 2007 de l'Etat du Massachusetts (nord-est) "violait le Premier Amendement" de la Constitution sur la liberté de parole.

En France, il est toujours interdit de manifester devant un avortoir.

Posté le 26 juin 2014 à 23h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

23 juin 2014

Pas un sou à un pays qui persécute les chrétiens

Lors d’une conférence organisée par « Faith and Freedom Coalition », un groupe connu pour la promotion des valeurs chrétiennes dans la vie publique, le sénateur américain Rand Paul a fustigé l’administration Obama qui arme les rebelles en Syrie alors même que ces islamistes s’en prennent violemment aux chrétiens.

« Il se passe une guerre contre le Christianisme et parfois on vous demande de payer pour cela ». « Je dis: pas un sou à un pays qui persécute les chrétiens. »

« Il est ironique de constater que c’est impossible d’y échapper [...] Nos impôts financent les rebelles islamistes, qui tuent les chrétiens. »

Posté le 23 juin 2014 à 21h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

20 juin 2014

Marche pour le mariage à Washington

Quelque 2000 personnes ont manifesté hier à Washington en faveur du mariage. Les manifestants ont défilé jusqu'à la Cour suprême des Etats-Unis pour la deuxième "Marche pour le mariage", organisée par l'association non partisane National Organization for Marriage. "Un homme et une femme sont unis pour la vie", "chaque enfant mérite un père et une mère" ou encore "protéger le mariage, c'est essentiel pour construire la vie", pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants. Brian Brown, président de l'association, a déclaré :

"Nous n'accepterons aucun jugement qui redéfinit ce qui est évident, à savoir qu'un mariage, c'est un homme et une femme". "Nous voulons un amendement qui inscrive dans la Constitution que le mariage est l'union d'un homme et d'une femme". "Ce n'est qu'un début, nous serons là chaque année".

La présidente de l'association française La Manif pour Tous, Ludovine de la Rochère, en tête de la manifestation, avait été invitée à prendre la parole :

"Le mariage, c'est la réalité de l'humanité". "Même si la loi est votée, nous continuons à agir". "Aussi merveilleux que soient deux hommes ou deux femmes, ils ne peuvent remplacer une mère ou un père".

Mgr Cordileone était bien présent, malgré les injonctions des destructeurs du mariage.

Nos amis du Collectif pour la famille, Guillaume de Thieulloy et Grégoire Boucher étaient également sur place. Ici avec Rick Santorum, sénateur républicain de Pennsylvanie :

Rs

Posté le 20 juin 2014 à 07h42 par Michel Janva | Lien permanent

17 juin 2014

Etats-Unis : pression de la présidente démocrate de la Chambre sur un évêque

Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants, a écrit à Mgr Salvatore Cordileone, archevêque de San Francisco, pour le dissuader de participer à la « March for Marriage » organisée le 19 juin. Selon Nancy Pelosi, certains des participants de la March for Marriage montreraient « du mépris et de la haine envers les personnes LGBT »... Argument connu.

Mgr Salvatore Cordileone avait déclaré : « L’attaque ultime du Malin porte sur le mariage ». Dans une lettre récente où il défend sa participation à la « March for Marriage », il souligne que le mariage se trouve dans « un moment critique » et dénonce le rôle actuel des « tribunaux fédéraux ». La marche du 19 est « un moyen important dans la promotion et la défense du mariage pour le bien de notre culture » mais aussi une manière « de prier pour nos gouvernements fédéraux et d’État, et d’être solidaire avec les personnes de bonne volonté ».

Posté le 17 juin 2014 à 23h47 par Michel Janva | Lien permanent

16 juin 2014

Arrestation d'un suspect concernant l'assassinat de l'abbé Walker

La police de Phoenix confirme l'arrestation d'un suspect dans le meurtre du prêtre de la Fraternité Saint-Pierre.

Posté le 16 juin 2014 à 18h28 par Michel Janva | Lien permanent

Floride : une loi restreint l'avortement

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Le gouverneur de Floride Rick Scott a signé vendredi dernier une loi interdisant l’avortement à partir du moment où les médecins considèrent que le fœtus est viable, c’est-à-dire à peu près à la 23e semaine de grossesse, sauf en cas de risques pour la mère (mais l’exception de troubles psychologiques est supprimée). La loi existante interdisait l’avortement au troisième trimestre de la grossesse. Ce qui fait gagner grosso modo deux semaines.

La loi avait été adoptée par la Chambre par 70 voix contre 45, et par 24 contre 15 par le Sénat."

Posté le 16 juin 2014 à 17h18 par Michel Janva | Lien permanent

12 juin 2014

Que se passe-t-til si les Etats-Unis ne peuvent plus nous défendre ?

Question fondamentale, absente du débat politique en France. Des éléments de compréhension dans cette conférence passionnante sur les rapports entre guerre de l'information et relation de puissance entre Etats. Le fondement de la réponse (C. Harbulot ne va pas jusque là) ne serait-il pas dans la restauration politique du pays autour de son identité et de sa souveraineté, alpha et omega de toute capacité à agir de façon indépendante sur la scène internationale ?


Christian Harbulot : Comment la France détruit... par webtele-libre 

Posté le 12 juin 2014 à 21h30 par Paula Corbulon | Lien permanent

11 juin 2014

Aux Etats-Unis, la droitisation c'est possible

Lu sur Nouvelles de France :

"Eric Cantor, le chef du groupe républicain à la Chambre des représentants, a été battu mardi lors d’une primaire organisée pour les élections de novembre, par le professeur d’économie David Brat, candidat du Tea Party. Selon des résultats quasi-complets du scrutin dans la septième circonscription de Virginie (est), le populiste a écrasé le sortant avec environ 55,5% des voix, soit environ 7 000 suffrages d’écart sur 64 000 votants. « Le message de la base ne pourrait pas être plus clair », a réagi Matt Kibbe, président de Freedomworks, une des organisations nationales du Tea Party. « Peu importe votre poste, peu importe votre pouvoir. Si vous vous éloignez des militants sur le terrain, votre siège est en danger. »

Selon Libération,

Le monde politique semble comme sonné de cette défaite, Eric Cantor étant l’un des républicains les plus puissants des Etats-Unis, appelé à succéder un jour au président actuel de la Chambre, John Boehner."

Posté le 11 juin 2014 à 23h16 par Michel Janva | Lien permanent

04 juin 2014

L'avortement chute de 16% dans le Wisconsin

En un an.

"La législation n’est sans doute pas pour rien dans l’évolution des comportements des Wisconsinois : le consentement des parents est obligatoire pour les avortements de mineurs, l’usage de la « télémédecine » interdit, le financement public de l’acte n’est permis qu’en cas de danger pour la vie de la mère, viol, inceste ou risques importants pour sa santé, la femme qui souhaite éliminer son enfant doit rencontrer un conseiller qui lui proposera des solutions alternatives et elle aura ensuite 24h pour réfléchir, etc. La Cour fédérale du district de l’Ouest du Wisconsin doit prochainement statuer sur une loi promulguée en juillet 2013, qui conditionne l’avortement au visionnage par la femme d’une échographie du fœtus agrémenté d’une description et aux « privilèges d’admission » du médecin en milieu hospitalier à moins de 30 miles, mais dont l’entrée en vigueur avait été bloquée par un juge fédéral."

Posté le 4 juin 2014 à 21h33 par Michel Janva | Lien permanent

24 mai 2014

Etats-Unis : le parti républicain réussira-t-il à remporter le sénat ?

Lu dans Présent :

"A cinq mois d’élections législatives capitales traditionnellement fixées le premier mardi de novembre, c’est la question qui mobilise dès maintenant les citoyens convaincus de l’utilité de leur vote. Car se rendre maître de la Chambre haute, pour un parti qui a déjà en sa possession la Chambre basse, c’est atteindre le sommet, le grand chelem pour les joueurs d’échecs, le contrôle des lois pour les hommes de pouvoir.

Or, ceux qui ont la main sur les lois au Congrès peuvent paralyser le pouvoir exécutif en ne lui laissant comme riposte que les veto, arme à double tranchant dont les inconscients abusent et dont les sages se méfient. Le président Barack Obama serait ligoté à son fauteuil du Bureau ovale, saucissonné par l’opposition comme il y a vingt ans lorsque les francs-tireurs du parti républicain, fouettés par le Géorgien Newt Gingrich, clouèrent dans ses prérogatives un Bill Clinton médusé par tant d’audace et humilié par tant de succès. [...]

Six sièges séparent les stratèges du parti républicain de leur emprise sur le sénat. Six sièges sur cent, c’est à la fois peu et beaucoup. Peu, si l’on tient compte de la vague de mécontentement actuelle, dont la ténacité et la vigueur donnent l’impression de pouvoir balayer n’importe quel verrouillage politicien. Beaucoup, si l’on replace les séries de combats qui auront lieu dans cinq mois au centre d’un affrontement idéologique dont le sénat, principal enjeu parce qu’il représente la clé du changement ou de l’immobilisme, focalise toutes les crispations mobilisatrices des démocrates. [...]"

Posté le 24 mai 2014 à 11h09 par Michel Janva | Lien permanent

22 mai 2014

Liberté de choisir ? Mensonge

Voilà 2 histoires qui remettent en cause le principal argument des militants de l'avortement, à savoir le "droit" de "choisir" d'avoir ou non un enfant :

"Deux affaires similaires ont défrayé la chronique aux Etats-Unis : deux jeunes filles de quinze ans enceintes, l’une dans l’Ohio, l’autre à New York, ont réussi à sauver leur enfant in extremis. Deux histoires révélatrices des pressions subies de la part de proches qui, au lieu de prendre leurs responsabilités devant une vie nouvelle qui mérite protection, poussent au contraire les mères à s’en débarrasser.

On apprend ainsi que vendredi dernier, une jeune fille de quinze ans s’est physiquement battue avec sa mère qui l’avait entraînée dans une clinique du Planned Parenthood (Planning familial) de la banlieue de Cleveland, Ohio, qui assure des services de « santé reproductive » comme la délivrance de contraceptifs et de la pilule du lendemain, ainsi que les documents nécessaires à l’« IVG ». La jeune fille ne voulait pas avorter ; sa mère l’exigeait. La violente altercation s’est déroulée dans le hall du centre : il a fallu que la police intervienne pour mettre fin à l’affrontement physique entre les deux femmes.

Il n’y a pas eu de plainte mais la police a indiqué qu’elle n’a pas mis un terme à l’enquête pour « violences domestiques ».

Vendredi dernier, une autre jeune fille de quinze ans avait été enfermée dans une clinique, selon des sources pro-vie, alors que, soutenue par sa mère, elle refusait l’avortement exigé par son petit ami.

La jeune fille avait été emmenée par celui-ci dans le centre Buffalo Women’s Services. Poussée à se débarrasser de l’enfant elle s’y était résolue dans un premier temps, inquiète et apeurée, mais elle était en contact avec des militants pro-vie qui l’avaient mise en relation avec Abby Johnson, ancienne directrice d’un centre d’avortements du Planned Parenthood, devenue pro-vie après avoir suivi un avortement par échographie. En acceptant de se rendre au centre de « santé des femmes » à Buffalo la jeune fille entendait simplement subir une échographie.

C’est lorsque les responsables de la clinique ont refusé catégoriquement de lui montrer les images de l’ultrason qu’elle a compris qu’on n’y cherchait nullement à l’aider. Elle a demandé à partir. A ce moment-là, elle a été, selon le récit d’Abby Johnson à qui la jeune fille envoyait des textos affolés, enfermée dans une chambre.

Sa mère, qui la soutient dans sa décision de garder l’enfant, s’est alors mise à faire un scandale dans la salle d’attente en exigeant d’avoir accès à sa fille. Souffrant d’une instabilité mentale, elle a été expulsée manu militari. [...]"

Posté le 22 mai 2014 à 07h20 par Michel Janva | Lien permanent

21 mai 2014

Encore un juge LGBT contre la démocratie

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Un juge fédéral, saisi par cinq paires, a déclaré contraire à la Constitution des Etats-Unis la loi de Pennsylvanie qui définit le mariage comme étant un mariage. La parodie de mariage entre personnes de même sexe devient donc légale dans cet Etat.

C’est en 1996 qu’une loi, votée à une écrasante majorité par les deux chambres de l’Etat de Pennsylvanie, avait stipulé que « le mariage est un contrat civil par lequel un homme et une femme se prennent l’un l’autre pour mari et femme », et que si les mariages entre personnes de même sexe étaient légalisés ailleurs, ils seraient nuls en Pennsylvanie."

Posté le 21 mai 2014 à 15h45 par Michel Janva | Lien permanent

20 mai 2014

Oregon : un juge s'oppose à la nature et aux citoyens

Lu sur le blog d'Yves Daoudal ce nouvel acte totalitaire du lobby LGBT :

"Le juge fédéral Michael McShane a décrété que la disposition constitutionnelle de l’Oregon sur le mariage violait la Constitution des Etats-Unis d’Amérique.

En 2004, les citoyens de cet Etat avaient voté à 57% pour un amendement à la Constitution de l’Etat indiquant que « seul le mariage entre un homme et une femme est valide ou reconnu légalement comme un mariage ».

C’est seulement en février 2013 que le lobby LGBT s’est lancé dans la bataille pour renverser la situation. Et, comme d’habitude, il s’est trouvé un juge fédéral pour lui donner raison. Sur décision de ce juge, la parodie de mariage entre homosexuels est donc désormais légale dans l’Oregon."

Posté le 20 mai 2014 à 16h35 par Michel Janva | Lien permanent

18 mai 2014

Le porno, une «crise de santé publique»

La pornographie est tellement répandue aux Etats-Unis qu'elle doit être désormais traitée comme une «crise de santé publique» à combattre au même titre que le tabagisme ou l'alcool au volant, estiment des experts. Gail Dines, sociologue, professeur au Wheelock College de Boston et auteur d'un livre sur la question, explique :

«La pornographie est la forme la plus répandue d'éducation sexuelle aujourd'hui. Des études montrent que l'âge moyen où l'on voit pour la première fois du porno est entre 11 et 14 ans, et croyez-moi, ce n'est pas le Playboy de papa». «Ces images dégradantes et misogynes sont devenues monnaie courante et enlèvent aux jeunes leur droit à une vraie sexualité saine».

Posté le 18 mai 2014 à 15h24 par Michel Janva | Lien permanent

13 mai 2014

On fait la même en France ?

Lu dans Les 4 Vérités :

"La police de New York a lancé une opération de communication sur Twitter invitant les internautes à envoyer des photos d’eux avec des policiers. Rapidement, cette opération a « mal tourné »: les internautes ont envoyé une importante collection de photos d’arrestations musclées ou de violences policières…"

Posté le 13 mai 2014 à 18h00 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

12 mai 2014

Des jumelles nées main dans la main

C'est une naissance exceptionnelle qui a eu lieu dans l'Ohio aux Etats-Unis. Une femme a donné naissance à deux petites filles parfaitement identiques : il s'agit de jumelles monozygotes mais elles sont aussi monoamniotiques. Une forme de grossesse gémellaire rare. Les "vrais jumeaux" ou jumeaux monozygotes proviennent de la division d'un seul et unique oeuf fécondé (le zygote). Séparé en deux, l'oeuf donne naissance à deux embryons qui vont se développer parallèlement dans l'utérus de la mère. Les deux bébés ont alors le même patrimoine génétique, ce qui leur donne des sexes et une apparence identiques. Mais les jumeaux monozygotes sont bien moins fréquents que les jumeaux dizygotes ou "faux jumeaux" qui sont eux issus de deux oeufs distincts.  

Toutefois, il existe différentes formes de jumeaux en prenant en compte deux autres facteurs : le chorion (placenta) et le sac amniotique. En fonction de la période à laquelle l'oeuf fécondé s'est divisé en deux, les jumeaux vont partager ou non ces deux éléments.  Lorsque la division a lieu dans les tout premiers jours après la fécondation, la grossesse va aboutir à la formation de deux placentas et de deux cavités amniotiques, chaque bébé aura les siens, comme de "faux jumeaux". On parle alors de grossesse bichoriale et biamniotique. Ceci représente un tiers des grossesses gémellaires. Si la division a lieu entre 3 et 6 jours après, il y aura un seul placenta (monochoriale) et deux cavités amniotiques (biamniotique). Cette forme représente 70% des cas de vrais jumeaux. Néanmoins, il existe un troisième cas beaucoup plus rare. Si la division de l'oeuf a lieu après la formation du placenta et de la cavité amniotique, les deux bébés partageront les mêmes. On parle alors de grossesse monochoriale et monoamniotique. Ceci survient dans une grossesse gémellaire sur 10.000. C'est ce qui s'est produit pour les deux petites Américaines.  

Le fait que les deux bébés partagent le même placenta et la même poche amniotique signifie qu'ils sont en contact permanent pendant tout leur développement. 

Lorsque les praticiens ont tenu les filles au-dessus des draps pour les montrer à leurs parents, elles se sont attrapées la main.

"Je ne pensais pas qu'elles sortiraient et se mettraient instantanément à se tenir les mains. C'était irrésistible. Je n'ai même pas les mots pour le décrire. Il n'y avait pas un oeil de sec dans toute la salle d'opération".

Posté le 12 mai 2014 à 22h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

11 mai 2014

Ukraine: il y aurait des mercenaires américains ?

Selon le journal allemand Bild am Sonntag, cité ici. Extrait.

"Ces 400 mercenaires travaillent pour Academi, plus connu sous son ancien nom de Blackwater, une entreprise de sécurité qui avait été privée de contrat par l’armée américaine en Irak après une fusillade sur des civils en 2007, précise le Bild. Le journal précise toutefois ne pas savoir qui a passé le contrat avec Academi. Le Bild am Sonntag rappelle que la Russie avait dénoncé il y a quelques semaines la présence de « contractors » américains aux côtés des troupes gouvernementales ukrainiennes, ce que l’ambassadeur américain à Kiev, Geoffrey Pyatt avait démenti mi-mars."

Posté le 11 mai 2014 à 21h19 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (9)

09 mai 2014

Ukraine: les lignes bougent ?

Alors que le pays s'engage de façon de plus en plus radicale vers la guerre civile, il semblerait que le positionnement des acteurs les plus importants soit en passe d'évoluer, entrainant la crise dans une direction inconnue. Au sujet de la guerre civile, on notera incidemment que, pour museler les séparatistes russophones, les autorités de Kiev recourent à la force avec beaucoup moins de scrupules et de retenue que l'ex gouvernement de Ianoukouvitch ne l'avait fait à l'égard des insurgés de l'Ouest. De même les medias "occidentaux" font preuve d'une grande retenue dans leurs commentaires (on imagine les hurlements et les appels à la mobilisation des brigades internationales si le drame d'Odessa (une version "occidentale", et une version "russe") avait pu être attribué au dit président, ou horresco referens, à Vladimir Poutine lui-même).

Vladimir Poutine, dont c'est le deuxième anniversaire de l'actuel mandat présidentiel, vient de prendre des positions qui, en donnant l'impression d'un retrait russe, coupent radicalement l'herbe sous les pieds des Américains, dont l'obsession était (demeure certainement) de voir la Russie intervenir militairement en Ukraine pour protéger les minorités russophones. Cette situation rêvée justifierait la diabolisation pure, simple, définitive, de la Russie et de son président, et la rupture nécessaire et aussi définitive de toute forme de coopération entre l'Europe (en fait son ersatz UE) et la Russie. Une telle perspective, qui n'est toutefois pas totalement abandonnée, serait de nature à rendre inévitable, et même souhaitée par les opinions européennes, le grand marché transatlantique qui verra le jour en 2015.

Les Allemands, de leur côté, semblent de moins en moins adhérer à la "narrative" étatsunienne puisque même leurs journaux atlantistes (le Bild en l'occurrence), font fuiter des informations des services de renseignements relatant la présence de dizaine d'agents de la CIA et du FBI à Kiev.

Enfin, dans le même temps, SACEUR (le chef des opérations de l'OTAN) lui-même produit une évaluation de la situation qui prend à contrepied tout ce que l'OTAN a pu présenter ces dernières semaines concernant les velléités russes fantasmées (et ardemment souhaitées, cf. supra) d'invasion de l'Ukraine orientale.

De tout cela, Philippe Grasset nous donne des analyses comme d'habitude très intéressantes (ici et ), "sourcées" la plupart du temps aux médias anglo-saxons, qu'ils soient mainstream ou alternatifs.

Posté le 9 mai 2014 à 08h18 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (10)

07 mai 2014

Etats-Unis : la Cour suprême autorise les prières au conseil municipal

Lu dans Le Figaro :

"Pour nous autres Français, habitués à une laïcité qui a coupé net le cordon entre Dieu et la politique, il est toujours frappant d'assister à la prière chrétienne qui ouvre les sessions parlementaires du Congrès et les maintes réunions organisées de la base au sommet du pouvoir exécutif. «Prions!» lance souvent le président Barack Obama, lors de cérémonies de remise de décoration ou de dîners officiels à la Maison-Blanche. La «république unie et indivisible» qu'évoque le serment d'allégeance à l'Amérique, place cette dernière «sous (la protection de) Dieu».

Perdure même à Washington l'étonnante tradition d'un «breakfast de prière» annuel, qui réunit les parlementaires et le chef de l'État. Aux États-Unis, où la séparation de l'Église et de l'État, visait à protéger la liberté religieuse de l'emprise excessive du pouvoir - à l'inverse de la France, où on souhaitait protéger l'État d'une Église jugée envahissante - Dieu fait bon ménage avec la politique.

De ce point de vue, la décision ce lundi de la Cour suprême des États-Unis d'autoriser les prières à l'ouverture des réunions publiques des conseils municipaux, n'a rien de surprenant. Deux femmes originaires de l'État de New York avaient lancé le débat en 2007 en protestant contre la mairie de la petite ville de Greece, près de Rochester, qui organisait des séances de prières chrétiennes à l'ouverture de ses sessions.

[...] Le juge Anthony Kennedy, chargé de formuler la décision majoritaire, a estimé que de telles pratiques «donnaient de la gravité à l'événement et reflétaient l'héritage de la nation». L'exposition des citoyens à ces prières n'est pas «une violence inacceptable», mais «une pratique lancée par les Pères fondateurs et qui a résisté au test du temps», a-t-il dit."

Posté le 7 mai 2014 à 11h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

04 mai 2014

Nouvelle offensive Etatsunienne contre les intérêts francais

C’est le site Infoguerre qui nous le révèle, ici. Extraits.

"Cette campagne qui comprend la « France campaign » actuellement en cours, s’appuie sur le principe d’action «Name and Shame » visant à dénoncer et menacer publiquement toute entreprise implantée ou ayant des projets d’implantation en Iran. Depuis la création de UANI plus de 21 campagnes ont été menées obligeant, selon le site de l’UANI, plus de 50 entreprises à se retirer ou à suspendre leurs activités ou projets d’implantation en Iran dont Shell, Caterpillar, KPMG, ABB,  Peugeot, Renault etc. Le mode opératoire de cette campagne consiste à envoyer une lettre personnalisée aux principaux dirigeants des entreprises ciblées et à communiquer publiquement et a posteriori autour de cet envoi. L’argumentaire est toujours le même. Il rappelle les sanctions internationales à l’encontre de l’Iran et dénonce les manquements aux Droits de l’Homme du régime iranien ainsi que les liens et financements  de ce dernier au terrorisme international. A travers ce qui peut apparaître comme une diabolisation de l’Iran, l’UANI souligne les risques à la réputation pour les entreprises visées et menace les intérêts et activités de celles-ci sur le territoire américain. (...)

A ce titre, certaines sources dénoncent les relations fortes de l’ONG avec l’administration américaine et l’accuse de n’être que le « bras armé » de Washington pour la préservation des intérêts économiques américains en Iran. En effet, la direction de l’UANI est principalement composée d’anciens membres de l’administration Bush et des services de renseignement américains, britanniques et israéliens. Le président, Mike Wallace, est l'ancien ambassadeur des États-Unis à l'ONU, sous le président Georges W. Bush. Parmi les membres de son conseil consultatif, se trouve notamment James Woolsey, directeur de la CIA du président Bill Clinton et sous-secrétaire de l'US Navy sous le président Jimmy Carter; ainsi que Meïr Dagan, chef du Mossad sous trois Premier ministres d'Israël. Par ailleurs, les actions menées dans le cadre de la « Corporate campaign » visent majoritairement des entreprises non-américaines. Enfin, alors que plusieurs entreprises européennes et japonaises ont annoncé leur retrait ou la rupture de leurs contrats et prospections en Iran, certaines entreprises américaines pénètrent et se développent discrètement sur le marché iranien."

Posté le 4 mai 2014 à 20h43 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (4)

02 mai 2014

Restriction de l'avortement dans le Mississipi

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Le gouverneur du Mississipi, Phil Bryant, a signé la loi interdisant l’avortement après 18 semaines de grossesse.

Cette loi avait été votée par les deux chambres il y a un mois.

C’est le 13e Etat où les élus votent une telle loi. Mais dans trois d’entre eux (Géorgie, Idaho, Arizona) un juge fédéral a jugé la loi anticonstitutionnelle, et en Virginie Occidentale le gouverneur a refusé de la signer."

Posté le 2 mai 2014 à 20h34 par Michel Janva | Lien permanent

L'Occident pire que l'islam pour les chrétiens d'Irak

Sa Béatitude Louis Raphael Ier Sako a lancé un nouveau cri d’alarme sur le risque d’une disparition totale des communautés chrétiennes autochtones d’Irak :

« Il y a quelques jours, je me suis rendu dans la ville de Hilla où, dans les années 90, vivaient 287 familles chrétiennes. Elles ne sont plus que 21. A Bagdad, il existe 21 paroisses chaldéennes ; beaucoup ont été fermées ou regroupées. Dans la paroisse de l’Ascension, à al-Mashtal, avant la chute du régime, il y avait 5.000 familles et, chaque année, 240 jeunes recevaient la première communion. Le 25 avril, j’ai célébré les communions pour seulement 13 garçons et filles ».

« L’intervention occidentale dans la région n’a pas résolu les problèmes mais, au contraire, elle a provoqué davantage de conflits et de chaos. Franchement, 1.400 ans d’islam ne nous ont pas déraciné de nos terres, ni de nos églises, alors que les politiques de l’Occident nous ont dispersés et éparpillés à travers le monde entier. »

Posté le 2 mai 2014 à 16h33 par Michel Janva | Lien permanent

26 avril 2014

40 Days for Life : 714 enfants à naître sauvés de l’avortement

La campagne de Carême des 40 Days for Life s’est achevée voici déjà près de deux semaines, dimanche des Rameaux. Pourtant, les informations sur les enfants à naître sauvés de l’avortement au cours de ces 40 jours de prières, de jeûnes, de conseils aux femmes enceintes, continuent à remonter à la coordination nationale de la campagne

Posté le 26 avril 2014 à 19h32 par Michel Janva | Lien permanent

25 avril 2014

Ukraine: les pieds nickelés font de la propagande

Après le très intéressant reportage évoqué par votre blog ici, qui amplifie les doutes sur l'identité des snipers-massacreurs du Maidan à Kiev, Philippe Grasset nous explique comment la propagande dite "occidentale", se prend les pieds dans le tapis au sujet de photos prouvant avec la certitude habituelle la présence massive de forces spéciales et autres services russes en Ukraine Orientale. C'est ici.

"Cette crudité absolue, cette grossièreté d’un niveau zéro marque sans aucun doute l’évolution de la machinerie en action de la politique-Système. Plus rien ne peut l’arrêter et l’on ne s’embarrasse pas de finesses ni d’habiletés diverses, – on fonce, et tout est bon. Tout ce qui est avancé comme “preuves” est bon, même lorsque la supercherie est dévoilée, pour non pas justifier mais simplement accompagner ce qui est évident et irréfutable. Le département d’État se dément lui-même à deux jours d’intervalle, mais d’une façon, si impudente qu’il en fait presque un argument pour sa cause : certes, les photos ne sont pas ce que nous en disions, mais nous avons des preuves de l’implication russe, que nous gardons pour nous, qui sont d’autant plus convaincantes que les photos ne le sont pas du tout puisqu’il s’agit de faux et usage de faux ; au plus les fausses preuves qu’on vous montre sont fausses , au plus les vraies preuves qu’on ne vous montre pas sont vraies et justifient encore plus notre politique (...)"

Nota: selon nous il n'est pas exclu qu'il y ait présence et conseils russes auprès des "fédéralistes" d'Ukraine orientale, mais pas plus, et jusqu'ici de façon beaucoup moins sanglante, et oppressive pour l'autre Ukraine (celle de l'Ouest), que ne l'a été la subversion "occidentale" à Kiev, avant le renversement de Ianoukouvotich, ... et depuis.

Posté le 25 avril 2014 à 14h24 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (19)

23 avril 2014

Nouvelle loi pro-vie en Arizona

Le gouverneur d’Arizona a promulgué une loi permettant aux autorités sanitaires de l’État de procéder à des inspections surprises des avortoirs sans mandat pendant les heures d’ouverture.  Cette loi a été rédigée par le Center for Arizona Policy, un think tank à l’origine de trois autres lois « pro-vie » récemment votées et promulguées mais dont l’application a été temporairement bloquée par des juges activistes. Le Center for Arizona Policy est présidé par Cathi Herrod, une chrétienne évangélique born again, ex-féministe gauchiste. Entre 2012 et 2011, le nombre d’avortements pratiqués en Arizona s’est effondré de 7,4% tandis que la population augmentait.

Posté le 23 avril 2014 à 10h02 par Michel Janva | Lien permanent

18 avril 2014

40 Days for Life : 661 enfants à naître sauvés de l’avortement

C'est le dernier chiffre obtenu, quelques jours après la fin de la campagne de veilles organisées par les 40 Days for Life.

Posté le 18 avril 2014 à 18h27 par Michel Janva | Lien permanent

16 avril 2014

Un juge pro-mort empêche l'entrée en vigueur d'une loi pro-vie

Un juge fédéral américain a bloqué la mise en oeuvre dans le Dakota du Nord de la loi sur l'avortement la plus restrictive des Etats-Unis, qui interdit tout avortement dès qu'un battement de coeur peut être détecté sur le foetus.

La seule clinique du Dakota du Nord pratiquant l'avortement avait déposé un recours suspensif contre cette loi adoptée l'an dernier par le parlement de l'Etat.

Posté le 16 avril 2014 à 21h17 par Michel Janva | Lien permanent

15 avril 2014

Etats-Unis : raréfaction des médecins avorteurs

Lu sur Nouvelles de France :

"En 1982, 2 908 médecins étaient répertoriés comme pratiquant des avortements aux États-Unis, qui comptaient alors 231 millions d’habitants. Selon l’Institut Guttmacher (pro-avortement), ils n’étaient plus que 1 720 en 2011 tandis que le pays comptait 310 millions d’habitants."

Posté le 15 avril 2014 à 07h24 par Michel Janva | Lien permanent

14 avril 2014

Plus d’1 million d’adultes ont rejoint l’Église catholique aux États-Unis

... en 8 ans.

Posté le 14 avril 2014 à 21h02 par Michel Janva | Lien permanent

547 enfants à naître sauvés de l’avortement

Au quarantième et dernier jour de la campagne de Carême – lancée Mercredi des Cendres et qui s’est achevée dimanche des Rameaux.

Posté le 14 avril 2014 à 20h22 par Michel Janva | Lien permanent

11 avril 2014

496 enfants à naître sauvés de l’avortement

Au trente-sixième jour de la campagne de Carême lancée par les 40 Days for Life.

Posté le 11 avril 2014 à 07h33 par Michel Janva | Lien permanent

10 avril 2014

485 enfants à naître sauvés de l’avortement

Au trente-cinquième jour de la campagne de Carême des 40 Days for Life.

Posté le 10 avril 2014 à 07h26 par Michel Janva | Lien permanent

09 avril 2014

462 enfants à naître sauvés de l’avortement

Au trente-quatrième jour de la campagne de Carême, lancée par les 40 Days for Life.

Posté le 9 avril 2014 à 07h28 par Michel Janva | Lien permanent

07 avril 2014

Totalitarisme LGBT : la Cour suprême refuse d'intervenir

La Cour Suprême des Etats-Unis a refusé  de se prononcer sur l’affaire d’une entreprise condamnée pour avoir refusé de servir deux personnes LGBT. Le couple propriétaire du studio avait été reconnu coupable de violation des lois antidiscriminatoires de l’Etat et avait été fait appel. Le couple plaidait en faveur de sa liberté d’expression. 

L’organisation pro-famille Family Research Council a estimé ce choix «choquant». La Cour Suprême «pense-t-elle que le prix à payer de la citoyenneté est de rendre sa liberté de conscience ?».

Posté le 7 avril 2014 à 22h21 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

437 enfants à naître sauvés de l’avortement

Au trentième-troisième jour de la campagne de Carême.

Posté le 7 avril 2014 à 20h50 par Michel Janva | Lien permanent

05 avril 2014

419 enfants à naître sauvés de l’avortement

Au trentième-et-unième jour de la campagne de Carême lancée par les 40 Days for Life. Des vigiles se tiennent devant 253 avortoirs.

Posté le 5 avril 2014 à 17h13 par Michel Janva | Lien permanent

04 avril 2014

387 enfants à naître sauvés de l’avortement

Au vingt-neuvième jour de la campagne de Carême lancée par les 40 Days for Life.

Posté le 4 avril 2014 à 07h25 par Michel Janva | Lien permanent

03 avril 2014

Le Mississippi, 13e Etat américain à interdire d'avorter après 20 semaines

Lu sur Gènéthique :

"Les deux chambres du Mississipi ont définitivement voté mardi dernier un projet de loi interdisant l’avortement à partir de la 20e semaine (d’aménorrhée), soit 18 semaines de grossesse, sans exception en cas de viol ou d’inceste. Ce projet de loi autorise deux dérogations: en cas de mise en danger de la vie de la mère ou lorsque qu’il a été déterminé que le fœtus n’a aucune chance de survie."

Posté le 3 avril 2014 à 21h43 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (0)


     Archives > Homosexualité : revendication du lobby gay , Pays : Etats-Unis

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Homosexualité : revendication du lobby gay , Pays : Etats-Unis