08 février 2016

Le carême avec les 40 Days for Life

Une autre campagne se prépare aux Etats-Unis, moins médiatique, mais portant un fruit certain : les 40 Days for Life. 40 jours pour la vie, 40 jours de carême à prier devant les centres d'avortements. Comme à chaque campagne, Americatho invite à s'unir par la prière à cette formidable campagne :

Unknown-37"Lancées modestement par des catholiques au Texas en 2007, les campagnes des 40 Days for Life (40 Jours pour la Vie) ont connu un formidable développement avec des résultats tangibles : au moins 11 165 enfants à naître ont été sauvés depuis de l’avortement grâce à la mobilisation des vigiles de prières et au travail des ”conseillers de trottoir” se relayant 24 h sur 24 et 7 jours sur 7, pendant quarante jours, devant des avortoirs. Pour cette nouvelle campagne du Carême 2016, 273 villes dans 23 pays différents verront des vigiles des 40 Days for Life ! La campagne commencera ce mercredi des Cendres 10 février pour se terminer le dimanche des Rameaux 10 mars.

Comme pour chaque campagne, une “chaîne de prière de l’arrière” est constituée en France. Les adhérents à cet effort de prière de Carême s’engagent à prier chaque jour, et pendant les quarante jours de la campagne, une dizaine de chapelet (dix Je Vous salue Marie) aux intentions des 40 Days For Life. Les adhérents reçoivent la veille de chaque jour de cette pieuse quarantaine, un courriel leur indiquant les intentions de prière du lendemain, des citations de la Sainte Écriture destinées à aider leur prière ou leur méditation, les résultats obtenus jour après jour, et des photos des vigiles sitôt qu’elles sont transmises.

Si vous souhaitez rejoindre cette chaîne de prière, déjà forte de plusieurs centaines de personnes, signalez-le nous ici. En union de prière pour la Vie à naître !"

Posté le 8 février 2016 à 07h20 par Michel Janva | Lien permanent

05 février 2016

Nouvelle vidéo sur le Planning familial aux Etats-Unis

Une nouvelle vidéo publiée par le Center for Medical Progress (CMP) semble montrer comment Planned Parenthood cache, avec deux niveaux de facturation, les profits créés par la vente de tissus foetaux issus de bébés avortés. En anglais :

 

Posté le 5 février 2016 à 21h22 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

03 février 2016

Dans la famille des sympathiques pratiques de Nozamizaméricains, je voudrais, ...

... le cas Alstom !

 

Au bilan: bêtise, démission voire trahison républicaine, face à un "ami" dont le comportement faisait dire à François Mitterrand, alors président :

«La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort.»

On n'a pas entendu depuis un de ses successeurs faire preuve d'un tel réalisme, ...

Posté le 3 février 2016 à 22h29 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (12)

Miracle de saint Charbel aux Etats-Unis

Raconté par Yves Daoudal :

"[...] A Phoenix vit une femme, Dafné Gutierrez, mère de trois enfants, qui a complètement perdu l’usage d’un œil à l’automne 2014, puis de l’autre en novembre dernier. Un rapport médical constate que sa cécité est totale et irréversible. Le 16 janvier, ses proches la persuadent d’aller prier devant la relique de saint Charbel. On l’amène à l’église. Le Père Wissam raconte : « J’ai posé ma main sur sa tête, puis sur ses deux yeux, et j’ai demandé à Dieu de la guérir, par l’intercession de saint Charbel. » Le 18, à 5h du matin, elle se réveille avec une forte douleur dans les yeux, ainsi qu’une sensation de forte pression sur son crâne et ses orbites. Elle réveille son mari, qui sent quant à lui une « odeur de brûlé » et allume aussitôt la lumière… et l’éteint immédiatement parce que Dafné crie que ça lui fait mal. C’est alors, dans la pénombre, qu’elle comprend qu’elle voit. « Je te vois, je te vois avec mes yeux », dit-elle à son mari, tout en ressentant toujours la forte pression sur son crâne, « comme après une opération ». « Je ne pouvais pas le croire, dit-elle. Je ne voulais pas fermer les yeux. Et mes enfants criaient : Maman voit, Dieu l’a guérie ! » [...]"

Posté le 3 février 2016 à 14h15 par Michel Janva | Lien permanent

02 février 2016

Primaire dans l'Iowa : victoire de Ted Cruz et faible victoire d'Hillary Clinton

Unknown-27Le sénateur du Texas pro-vie et pro-famille Ted Cruz a remporté les élections primaires républicaines de l'Iowa devant Donald Trump, pourtant en tête des sondages, et le sénateur Marco Rubio, au coude à coude pour la deuxième place. Ted Cruz a remporté environ 29% des voix dans ce tout premier Etat à voter pour désigner le candidat de chaque parti dans la course à la présidentielle. Donald Trump a recueilli environ 26% des voix, devant Marco Rubio, tout près à 20%. Jeb Bush n'obtient que 2,6% (résultats). La stratégie de Cruz dans l'Iowa, entièrement construite sur l'électorat protestant évangélique - 63% des votants dans cet Etat rural -, semble avoir payé.

Côté démocrate, le sénateur du Vermont Bernie Sanders a affirmé être à "quasi égalité" avec sa rivale Hillary Clinton, favorite des sondages et de l'establishment. A minuit, l'ancienne secrétaire d'Etat remportait 51% des voix démocrates, contre 48,5% pour Bernie Sanders, selon un décompte de 94% des circonscriptions par le parti démocrate. Le 3e candidat, Martin O'Malley, n'a recueilli que 0,6% et devrait renoncer.

Malgré ces victoires dans l'Iowa, rien n'est encore joué (voir le déroulement de ces élections). Prochaine étape, le New Hampshire, le 9 février.

Posté le 2 février 2016 à 07h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

26 janvier 2016

Vente d'organes fœtaux : les pro-vie inculpés et non le planning familial

Aux Etats-Unis, les enquêteurs ont inculpé les pro-vie qui ont mis en lumière les pratiques du planning familial... pour avoir présenté de faux permis de conduire de Californie pour mener leur enquête !

Posté le 26 janvier 2016 à 15h56 par Michel Janva | Lien permanent

Don du sang : les Etats-Unis demandent aussi l'abstinence aux hommes homosexuels

La FDA (Food and drug administration, agence américaine de la santé) a publié en décembre 2015 ses recommandations sur le don du sang.

Pour les mêmes raisons qu'en France, à savoir la plainte de discrimination d'un certain groupe ultra-minoritaire mais très militant, la position sécuritaire a été revue, mais il semble malgré tout qu'aux Etats-Unis, le fait d'avoir une relation sexuelle avec un autre homme soit toujours un caractère d'exclusion pour 12 mois, cf les points 9 et 10 en pages 14-15 de ces recommandations :

  • Différer pendant 12 mois à partir du dernier rapport sexuel, un homme qui a eu des relations sexuelles avec un autre homme au cours des 12 derniers mois.
  • Différer pendant 12 mois à partir du dernier rapport sexuel, une femme qui a eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois avec un homme qui a eu des relations sexuelles avec un autre homme au cours des 12 derniers mois.

Posté le 26 janvier 2016 à 07h22 par Michel Janva | Lien permanent

25 janvier 2016

Marche pour la vie au Texas

Comme chaque année, les Texans ont marché pour la Vie à Austin, capitale du Texas. La journée a commencé pour les catholiques par un chapelet de la Miséricorde, suivi d'une messe pontificale célébrée par l'évêque d'Austin, monseigneur Vasquez et concélébrée par l'évêque auxiliaire, monseigneur Garcia. Puis ce fut la marche dans le centre-ville sous un soleil radieux. Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, fervent catholique, était en voyage, mis avait adressé un message commençant par ces mots: "Texas is a pro-life state!"

Pour l'anecdote, le Texas a été une colonie francaise avant d'être sous contrôle mexicain. A une époque, le drapeau à fleurs de lys était le drapeau du Texas. La photo ci-jointe en témoigne :

IMG_1906

Posté le 25 janvier 2016 à 07h04 par Michel Janva | Lien permanent

22 janvier 2016

Marche pour la vie aux Etats-Unis

C'est aujourd'hui qu'a lieu à Washington la traditionnelle Marche pour la vie réclamant l'abrogation de l'avortement, avec son succès habituel.

M4L_FBCover_06192015

CZVpEWLWEAAI8x2

CZVr7ZrWwAEnLcw

CZVtM-YUgAQb2vy

CZVtNbGWEAAnRzM

Capture d’écran 2016-01-22 à 18.31.48

CZWb1KSXEAA8otw

CZWpAK9WwAAh8or

CZWEkB1VIAAoKuj

Posté le 22 janvier 2016 à 23h21 par Michel Janva | Lien permanent

21 janvier 2016

Les Américains favorables à une plus grande limitation de l'avortement

D'Hugues Lefèvre dans Famille chrétienne :

"À deux jours de la grande Marche pour la vie, qui se tiendra à Washington le vendredi 22 janvier, un sondage met en avant le fait que les Américains restent réservés et mesurés sur les questions liées à l’avortement.

Ainsi, 81 % d’entre eux se disent favorables à une limitation de la durée légale pour avorter – une limitation qui pourrait aller au maximum jusqu’aux trois premiers mois de la grossesse (le délai varie de 6 à 24 semaines selon les États). Chose intéressante : environ deux tiers des « pro-choix » y seraient également favorables.

Aussi, plus des trois quarts des Américains, et 71 % des « pro-choix », sont d’accord avec l’idée que les lois peuvent protéger à la fois la mère et les enfants non-nés. Enfin, six Américains sur dix considèrent l’avortement comme étant « moralement mauvais ».

Ces résultats sont issus d’un sondage effectué sur une population de 1 686 Américains adultes, du 15 au 22 novembre 2015. Il a été réalisé par l’institut de sondage « Marist Institute for Public Opinion » et financé par les Chevaliers de Colomb.

« Année après année, nous constatons que les Américains ont compris que la loi pouvait protéger la mère aussi bien que l’enfant, et qu’ils avaient exprimé une forte volonté de voir se mettre en place des limitations à l’avortement », commente Carl Anderson, le responsable des Chevaliers de Colomb. « Il est venu le temps d’une nouvelle concertation nationale sur l’avortement », a-t-il ajouté."

Posté le 21 janvier 2016 à 19h15 par Michel Janva | Lien permanent

Etats-Unis : requête auprès de la Cour Suprême contre l'ObamaCare

Aux Etats Unis, plusieurs institutions et établissements scolaires chrétiens « ont déposé une requête auprès de la Cour suprême dans le cadre de l’audition contradictoire organisée par cette dernière en mars sur le ‘Mandat contraceptif’ de l’Obamacare». L’Obamacare voté en 2010 prévoit qu’un employeur doit fournir à ses employés une couverture maladie comprenant des méthodes abortives et contraceptives. C’est le cas de la congrégation des petites sœurs des pauvres qui doit payer 70 millions de dollars au gouvernement « si elle continue à refuser de prendre en charge le remboursement à ses employés laïques de médicaments contraceptifs, abortifs et stérilisants ».

La Mère Provinciale de la congrégation a déclaré 

« Nous ne pouvons, ni devrions avoir à choisir entre les soins que nous prodiguons et notre foi. Tout ce que nous demandons, c’est de conserver nos droits ».

Posté le 21 janvier 2016 à 08h13 par Michel Janva | Lien permanent

19 janvier 2016

Donald Trump veut protéger les chrétiens

TLe milliardaire Donald Trump, presbytérien, s'est posé en défenseur des chrétiens lors d'un discours dans une université privée chrétienne, à deux semaines du premier vote comptant pour les primaires républicaines. Plus de 11 000 personnes étaient rassemblées dans l'arène de la Liberty University de Lynchburg, en Virginie, bastion évangélique et passage obligé pour les candidats conservateurs.

«Nous allons protéger le christianisme». «Si vous regardez ce qu'il se passe à travers le monde, vous voyez la Syrie où si vous êtes chrétien, on vous coupe la tête. Vous regardez un peu partout, et le christianisme est en état de siège».

Journaliste américain, éditeur de la revue American Renaissance et président de New Century Foundation, Samuel Jared Taylor a été interrogé par Rémi Tremblay dans Présent au sujet de la montée de Donald Trump. Extraits :

"Donald Trump semble jouir d’une popularité certaine. Croyez-vous sincèrement qu’il a des chances de remporter les primaires et d’éventuellement remporter les élections présidentielles ?

Il est tout à fait possible que Trump devienne le candidat républicain. Au début, tous les journalistes se sont moqués de lui, mais maintenant personne ne plaisante plus. Dans les sondages, Trump obtient un résultat qui est deux fois plus élevé que celui de Ted Cruz, qui se trouve en deuxième place. En plus, il est fort probable que le taux de soutien pour Trump soit encore plus élevé, parce que les personnes sondées hésitent à avouer à un enquêteur qu’ils soutiennent un candidat qui est toujours traité de « raciste ».

Gagner l’élection présidentielle ? C’est aussi possible. Selon d’autres sondages, au moment de l’élection, 20 % des démocrates pourraient abandonner leur parti pour voter pour Trump. Un peu comme le Front national en France, Trump n’est ni de la gauche ni de la droite traditionnelle. Il milite pour les ouvriers et pour la classe moyenne et critique les patrons et les riches. Mais ce que les citoyens aiment le plus chez lui, c’est qu’ils croient que Trump va freiner l’immigration.

Par le passé, d’autres candidats d’intérêts comme Ron Paul et Patrick Buchanan se sont retrouvés dans la même situation que Trump. Peut-il éviter d’être, comme eux, relégué au second plan ?

Oui, et pour quelques raisons. D’abord, il est milliardaire et ne manquera pas d’argent – et l’argent, c’est le carburant principal d’une campagne électorale américaine. Deuxièmement, il a la personnalité d’une rock star. Il a un magnétisme personnel qui attire les gens – bien plus que Patrick Buchanan ou Ron Paul. Il a une spontanéité rarissime chez les politiciens américains qui ont, pour la plupart, besoin de faire trois sondages avant de se prononcer, même sur des questions banales. Trump parle franchement et directement sur tous les sujets. Troisièmement, la masse électorale est plus fâchée que jamais contre les élites. Ça se voit même chez les démocrates, où un sénateur gauchiste peu connu, Bernie Sanders, talonne de très près la grande dame de l’establishment, Hillary Clinton.

Les Américains se rendent compte que leur pays est en déclin et ils en veulent aux leaders des deux partis, qu’ils considèrent responsables d’une débandade historique. Ce sont les « outsiders » qui en profitent, et surtout Trump, qui n’a jamais eu de poste d’élu. [...]"

Posté le 19 janvier 2016 à 16h40 par Michel Janva | Lien permanent

18 janvier 2016

Le Planning familial financera la campagne d'Hillary Clinton

Le Planned Parenthood (PPFA) a diffusé son soutien à la campagne présidentielle d’Hillary Clinton, pré-candidate du Parti démocratique. Un soutien sonnant et trébuchant d'au moins 20 millions $. On comprend pourquoi Obama a mis son veto à l'arrêt du financement fédéral du Planning Familial.

Par ailleurs, dans la masse salariale 2014 de Planned Parenthood, figurent 153 députés du Parti démocrate, qui ont reçu plus de 676 000 $. Obama lui-même, pour sa campagne de réélection en 2012, a reçu près d’1,7 million $.

Posté le 18 janvier 2016 à 10h41 par Michel Janva | Lien permanent

La position sur l’avortement des candidats oriente deux tiers des électeurs conservateurs

Aux Etats-Unis. Et c'est pour cela que Donald Trump pourrait atténuer son point de vue favorable à l'avortement :

"À deux semaines du début des primaires républicaines dans l’Iowa, l’homme d’affaires va faire un discours aujourd’hui à la Liberty University de Lynchburg, une université privée et bastion des chrétiens évangéliques, passage obligé pour les candidats conservateurs, de Ronald Reagan à Ted Cruz – qui y a lancé sa course à l’investiture en mars (...)

Donald Trump n’a a priori rien pour séduire les évangéliques, qui donnent historiquement leurs voix à des candidats conservateurs sur les questions sociales.

Près de deux tiers d’entre eux disent par exemple que la position sur l’avortement oriente grandement leur décision au moment de glisser l’enveloppe dans l’urne. Jusqu’à tout récemment, pourtant, Donald Trump se disait totalement favorable au droit à l’avortement (...) Conquérir cet électorat pourrait bien faire basculer sa campagne vers la victoire. Les évangéliques, qui votent massivement à droite, jouent un rôle crucial dans l’élection, si ce n’est du président des États-Unis, du moins du candidat républicain."

L'article rappelle qu'un Américain sur quatre est un évangélique. Par ailleurs, 71% des Américains se disent chrétiens. Parmi eux, il y a 80 millions de catholiques qui, s'ils sont considérés comme minorité religieuse par rapport aux évangéliques divisés en de multiples communautés, représentent la principale religion en tant que dénomination religieuse commune (21 à 24%).

Posté le 18 janvier 2016 à 10h36 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (1)

15 janvier 2016

Confronté à l'horreur de ses pratiques, le Planning familial tente une plainte désespérée

CMPgoldfinalLe Planned Parenthood américain a porté plainte contre le Center for Medical Progress (CMP) responsable de la mise en ligne de vidéos clandestines mettant au jour le trafic d’organes d’enfants à naître auquel se sont livrés de multiples établissements du principal pourvoyeur d’avortements aux Etats-Unis. Le Planning familial américain s’appuie notamment que la loi RICO, une loi fédérale sanctionnant le racket et la corruption et dont la cible est la mafia…

Le Planning accuse le CMP, une « entreprise criminelle complexe conçue et mise en œuvre par des extrémistes anti-avortement » d’avoir utilisé des « enregistrements illégaux pratiqués à grande échelle » pour

« diaboliser le Planned Parenthood, pour harceler et intimider son personnel dévoué, pour interrompre ses opérations et, au bout du compte, pour entraver l’accès des femmes à l’avortement légal ».

Ils accusent le CMP et ses responsables d’avoir utilisé des faux moyens d’identification et d’avoir trompé le Planning sur la véritable nature de l’entreprise « BioMax » qui proposait l’achat des organes et des tissus des bébés avortés afin d’obtenir des rendez-vous avec les responsables et enregistrer les conversations subséquentes en vue de leur publication. La publication de ces vidéos, largement relayée par les sites d’information libres tels LifeSiteNews, a révélé des pratiques horrifiantes dont des responsables du Planning parlaient sur un ton patelin, en avalant un verre de vin ou une salade ; par la parole ou par les images, les manœuvres pratiquées pour obtenir des organes voir des fœtus intacts ont été montrées au grand jour. Parmi la dizaine de vidéos publiées, plusieurs montrent comment des responsables du Planning discutent les prix pour obtenir le plus possible de la fourniture des organes, des tissus ou des fœtus entiers.

Le Planned Parenthood a riposté en avançant l’intérêt de ces prélèvements pour la recherche médicale, le fait qu’il se serait contenté d’obtenir un simple « dédommagement », et la « manipulation » des vidéos qui aurait permis de lui donner le mauvais rôle. Mais un groupe d’experts lié au parti démocrate n’a pas confirmé ce dernier point, assurant que les séquences coupées n’avaient probablement « pas d’intérêt » – pour certaines vidéos, l’ensemble des images tournées a d’ailleurs été rendue publique. Le visionnage de ces vidéos ne laisse pas croire que le Planning se serait contenté de rentrer dans ses frais et montre au contraire de nombreuses pratiques « barbares » selon le CMP.

Celui-ci a réagi en qualifiant la poursuite de « frivole », visant uniquement à lancer une contre-offensive contre le journalisme d’investigation qui « n’a rien fait d’autres que de dire la vérité sur les opérations illégales du Planning » américain. « C’est une manœuvre désespérée… Ils sont confrontés à une vérité horrifiante qu’ils ne peuvent justifier », a souligné Diane Black, élue au Congrès. Le Planning n’a en effet aucun moyen qui lui permette de prétendre que les vidéos ne sont pas authentiques et ne disent pas la vérité sur ses pratiques.

Posté le 15 janvier 2016 à 07h20 par Michel Janva | Lien permanent

13 janvier 2016

Suppression des subventions au Planning familial : c'est possible

Le Kansas est le huitième Etat américain à supprimer ses subventions au Planning Familial, depuis le scandale révélé par le Center for Medical Progress de la vente d’organes d’enfants avortés. Le gouverneur, Sam Brownback, l’a annoncé le 12 janvier, et a demandé au législateur d’inscrire cette mesure dans la loi. Sur twitter, il a indiqué 

« Le trafic d’organes d’enfants va à l’encontre de la dignité humaine. Pas un dollar du Kansas ne servira à financer le Planning Familial ». 

Le président Obama a par ailleurs déposé son veto sur la loi votée par les Républicains le 6 janvier supprimant les subventions fédérales au Planning, assurant que cette entreprise « apporte des soins et des services de santé à la population »... Un nouveau vote est prévu le 22 janvier.

Posté le 13 janvier 2016 à 22h49 par Michel Janva | Lien permanent

08 janvier 2016

Le congrès américain vote l'arrêt des subventions fédérales au Planning Familial

Unknown-14Après 8 tentatives en 2015, le Congrès américain a réussi à voter un projet de loi historique, pour la première fois depuis 40 ans, qui va donc passer sur le bureau du Président Obama pour être approuvé : l’arrêt des subventions au Planning Familial américain (Planned Parenthood).

Le projet est désormais entre les mains de la Maison Blanche. Barack Obama, qui pleure dans les médias pour militer contre le port d'armes à feu mais qui n'a aucune émotion après les révélations liées au Planning Familial, s’était engagé à apposer son véto. 

Si c’est le cas, le Congrès compte le contester fin janvier... mais pour y arriver, il devra obtenir une majorité des deux tiers.

Posté le 8 janvier 2016 à 07h37 par Michel Janva | Lien permanent

07 janvier 2016

Alabama : le président de la Cour suprême bloque la dénaturation du mariage

Unknown-10Le président de la Cour suprême d'Alabama a ordonné hier aux juges des affaires familiales de cet Etat du sud des Etats-Unis de ne pas émettre de licence pour des mariages entre personnes de même sexe. Le juge Roy Moore, membre du Parti Républicain, marque ainsi son opposition au feu vert donné par la Cour suprême des Etats-Unis en juin, qui avait jugé que les 14 Etats américains qui refusaient encore d'unir deux personnes de même sexe devaient non seulement les marier mais, en plus, reconnaître leur mariage lorsqu'il a été célébré ailleurs.

Pour le juge Moore, cette décision fédérale a entraîné "confusion et incertitude" parmi les juges des affaires familiales d'Alabama.

"Jusqu'à une nouvelle décision de la Cour suprême d'Alabama, les ordonnances existantes de la Cour suprême d'Alabama --selon lesquelles les juges des affaires familiales ont le devoir de ne pas émettre de licence de mariage contraires à l'amendement sur les liens sacrés du mariage en Alabama et à la loi d'Alabama sur la protection du mariage-- restent pleinement valides et en vigueur"

Posté le 7 janvier 2016 à 07h21 par Michel Janva | Lien permanent

L'avortement : un sujet incontournable pour la présidentielle américaine

Lu sur Le Courrier de Floride :

"L’un des aspects stratégiques les plus importants pour les partis politiques lors d’une campagne électorale, c’est de maîtriser le « terrain » de l’élection. Pour celle de 2004 par exemple, George W. Bush avait entraîné John Kerry sur les thèmes de la guerre contre le terrorisme et de la morale (dont l’avortement), et le candidat Démocrate n’avait pas su rendre populaires ses thèmes de prédilection auprès des médias et du grand public.

S’il est impossible pour un candidat Républicain de ne pas avoir une position ferme, ostentatoire, et hostile à l’avortement, sans risquer de perdre la base de l’électorat, en 2016, ce sont néanmoins des événements indépendants des candidats qui amènent l’avortement au centre des débats. Ce qui n’est pas forcément pour leur déplaire.

Un jeune homme de 26 ans, David Daleiden, n’y est d’ailleurs pas pour rien. Circonspect sur l’organisation du Planning Familial (association qui gère les avortements et contribue aux recherches scientifiques dans ce domaine), Daleiden a décidé d’infiltrer l’organisation afin de filmer en caméra cachée ses responsables. La préparation de cette opération a pris deux ans et demi à David Daleiden, notamment afin de se créer une fausse identité et activité : une oeuvre de charité « pour la biomédecine » dénommée « le Centre pour le Progrès Médical ». Le résultat de son enquête à subjugué l’Amérique, au point où on en oublierait presque l’incroyable organisation « undercover » qu’il a mis au point. Néanmoins, le résultat montre des responsables du Planning Familial discuter du remboursement de dons d’organes et de tissus provenant d’embryons avortés. Le résultat a été immédiat : une nausée profonde des américains, et des exigences des Républicains. [...]

Le mois de janvier est dans plusieurs capitales du monde le moment des « Marches pour la vie » (notamment Washington et Paris), et elles seront aux USA l’occasion de démontrer leurs forces pour les opposants à l’avortement. Mais un autre événement devrait également placer cet enjeu aux centres des débats : pour la première fois depuis 20 ans, la Cour Suprème des Etats-Unis a accepté de juger cette année un dossier très important sur le sujet. Il concerne une loin de l’Etat du Texas que ses opposants jugent anticonstitutionnelle. La loi HB2 date de 2013, et elle oblige les centres d’avortement à remplir un nombre de critères assez contraignants : de 41 centres avant la loi, il n’en reste plus que 18 aujourd’hui, et d’autres ont prévu de fermer si la loi passait. L’Etat du Texas est accusé par ses opposants de contourner la loi fédérale (l’obligeant à laisser réaliser les avortements) en en rendant la pratique quasi-impossible.

Ces différents points vont donc rendre incontournable de nombreux débats sur le sujet durant la campagne présidentielle."

Posté le 7 janvier 2016 à 07h14 par Michel Janva | Lien permanent

03 janvier 2016

Les lois du processus politique

Le bloggueur américain conservateur Erik Erickson, rédacteur en chef du blog RedState, qu'il vient de quitter pour un nouveau blog qu'il lance demain, donne 45 conseils. Intéressants :

  1. Ne laissez jamais à un bureaucrate l’occasion de dire non.
  2. N’utilisez pas toutes vos munitions d’un coup.
  3. Ne vous mettez jamais en colère sauf de manière délibérée.
  4. L’effort est admirable, mais seul le succès est estimable.
  5. Faites que le vol soit plus coûteux que profitable.
  6. Donnez-leur un titre et impliquez-les.
  7. Répartissez le leadership.
  8. Vous ne pouvez pas contrecarrer une stratégie sans stratégie.
  9. La technique politique détermine le succès politique.
  10. Une doctrine saine fait une politique saine.
  11. En politique, vous avez votre parole et vos amis. Revenez sur l’un ou l’autre et vous êtes mort.
  12. Gardez l’œil sur votre meilleur atout et dispersez les nuisibles.
  13. Ne laissez pas le mieux être l’ennemi du bien.
  14. N’oubliez pas qu’en face, ils ont aussi des ennuis.
  15. Ne traitez pas les braves gens comme vous traitez les mauvais.
  16. Un mouvement bien mené prend soin des siens.
  17. Engagez au moins autant de personnes à votre droite qu’à votre gauche.
  18. Vous ne pouvez pas sauver le monde si vous n’avez pas de quoi payer le loyer.
  19. Tous les gains sont des apports mais certains apports ne sont pas des gains.
  20. Pour qu’un mouvement soit stable, il faut que ses membres ressentent un sentiment de dette mutuelle. Ne soyez pas trop comptables les uns avec les autres.
  21. Une once de loyauté vaut une livre d’intelligence.
  22. Ne ratez jamais une réunion politique s’il y a la moindre chance que vous regrettiez de n’y être pas allé.
  23. Dans la politique bénévole, un constructeur peut construire plus vite qu’un destructeur ne peut détruire.
  24. Chaque action a ses conséquences.
  25. L’esprit ne peut pas emmagasiner plus que le derrière ne peut supporter.
  26. L’action politique est dans le personnel.
  27. Souvenez-vous que la partie est longue.
  28. Les idées morales se vérifient dans leurs résultats.
  29. Vous ne pouvez pas battre quelqu’un sans personne.
  30. Mieux vaut un serpent dans l’herbe qu’une vipère dans votre sac.
  31. Ne faites jamais confiance à quelqu’un jusqu’à ce vous l’ayez vu se tenir à une bonne cause tout en sachant qu’elle était perdue.
  32. Une lettre de remerciement prompte et généreuse peut sceller un engagement qui sans cela risquerait de disparaître en cas de gros temps.
  33. Gouverner c’est faire campagne par d’autres moyens.
  34. Vous ne pouvez pas faire de vos ennemis des amis en faisant de vos amis des ennemis.
  35. Choisissez vos ennemis aussi soigneusement que vos amis.
  36. Gardez une base arrière sûre.
  37. Ne vous attendez pas à recevoir quoi que ce soit que vous n’ayez demandé.
  38. En politique, rien ne bouge qui n’ait été poussé.
  39. Les gagnants ne sont pas parfaits, ils font simplement moins d’erreurs que leurs rivaux.
  40. Une bonne raison vaut mieux que plusieurs petites raisons.
  41. Dans les moments de crise, seuls ceux qui sont les mieux préparés peuvent reprendre la main.
  42. La politique est dans les cœurs comme dans les esprits. Bien des gens se moquent de ce que vous savez tant qu’ils ne savent pas à quoi vous êtes attaché.
  43. Rendez rapidement compte de votre action à celui qui l’a sollicitée
  44. L’outrage moral est le moteur le plus puissant en politique.
  45. Priez comme si tout dépendait de Dieu, travaillez comme si tout dépendait de vous.

Posté le 3 janvier 2016 à 17h05 par Michel Janva | Lien permanent

Primauté de l'Etat fédéral ou des Etats souverains ? Des Etats-Unis à l'Union européenne

Le-blanc-soleil-des-vaincusL'esclavage fut plus un prétexte que la véritable raison de la guerre de Sécession, guerre idéologique, porteuse des prémices des totalitarismes du XXe siècle. Si en France, nous évoquons la Guerre de Sécession, au Nord des États-Unis on parle de « Guerre civile » alors que le Sud y voit toujours une « Guerre entre les États ». Dans Le Blanc soleil des vaincus, Dominique Venner indique que le véritable motif de cette guerre fut l’interprétation de la Constitution en ce qui concerne le droit des États. Et c’est dans ce sens que les termes – « guerre civile » contre « guerre entre les États » – révèlent les deux partis en présence et la source de l’affrontement. Nés d’une révolution anti-coloniale, fondés sur la liberté, les États-Unis reposaient-ils sur la primauté de l’État fédéral ou, au contraire, sur la libre adhésion des États à l’ensemble et donc leur droit de le quitter ?

C'est une question d'actualité pour nous, peuples des pays embrigadés dans une Union européenne de laquelle il semble désormais impossible de sortir. La Grande-Bretagne, qui devrait organiser un référendum sur ce sujet d'ici 2017 y parviendra-t-elle ? L'expérience du traité constitutionnel rejeté par des peuples en 2005 et entré en vigueur de force peu après nous permet d'en douter. Ou tout au moins que l'Etat fédéral européen fera tout pour empêcher un éventuel Brexit. 

La vision nordiste proclamait la primauté de l’État fédéral. De leur côté, les États du Sud, s’appuyant sur la possibilité pour un État de quitter l’Union, envisageaient de ce fait de faire sécession. Fin 1860-début 1861, plusieurs États, derrière la Caroline du Sud, décidèrent par vote de se retirer de l’Union. Le 8 février 1861, ils établirent entre eux une Constitution provisoire. En mars la guerre était déclenchée. Elle durera jusqu’en 1865 et entraînera la mort de 624 500 Américains, un chiffre supérieur aux victimes américaines de la Seconde Guerre mondiale. Le Sud, plus aristocratique et rural, cultivant un certain art de vivre, sombra sous les coups du Nord, plus industriel, bourgeois, matérialiste et capitaliste. La compréhension de ce conflit est indispensable pour appréhender la vie politique actuelle des Etats-Unis.

Posté le 3 janvier 2016 à 16h51 par Michel Janva | Lien permanent

01 janvier 2016

Polémique à deux balles

Katrina Pierson, la porte-parole de Donald Trump, a un goût que certains jugeront douteux : elle est apparue sur CNN avec un collier fabriqué avec des balles, ce qui bien sûr a servi de prétexte pour une nouvelle polémique.

5684092bc361886a738b4606Katrina Pierson a rétorqué que la prochaine fois, elle porterait peut-être un collier fabriqué avec un foetus pour sensibiliser la population à l’avortement. Toujours aussi douteux, mais au moins pour la bonne cause !

Posté le 1 janvier 2016 à 12h23 par Marie Bethanie | Lien permanent

31 décembre 2015

Les ravages du transexualisme

Au Royaume-Uni, chaque année, 80 enfants d'école primaire cherchent à changer de sexe.

Aux Etats-Unis, la commission des droits de l’homme de New York City vient de publier des directives concernant les transsexuels : désormais, les employeurs qui feront référence à ces personnes en utilisant le pronom ou le nom correspondant à leur sexe d’origine s’exposeront à des amendes qui pourront atteindre 250 000 dollars.

Posté le 31 décembre 2015 à 10h58 par Michel Janva | Lien permanent

29 décembre 2015

L'avortement au coeur de la campagne présidentielle

Aux Etats-Unis (via Gènéthique):

"Plus que jamais divisés sur la question de l’avortement, Républicains et Démocrates s’attendent à ce que le sujet soit abordé avec plus de tonicité que pendant l’élection précédente.  Selon Chairman Yoest, Président du Group Americans United for Life, « nous avons pas connu une telle convergence d’événement depuis 40 ans. »

Les principales raisons de ce changement est le scandale du Planned Parenthood (cf. Généthique, Le Planning famillial : une entreprise au cœur de la vente d’organes d’enfants avortés) et les lois anti-avortement au Texas examinées actuellement par la Cour Suprême des Etats-Unis (cf. Généthique,Restriction de l’avortement au Texas : la cour suprême s’empare de la question).

Défenseur de longue date de l’avortement, la candidate démocrate Hillary Clinton a déjà exprimé son soutien fort pour le Planned Parenthood, malgré les scandales qui l’entourent. Ce qui donne une idée de la campagne qu’elle va mener à ce sujet.

Côté Républicains, presque tous les candidats républicains veulent renverser la décision de la Cour suprême qui a légalisé l'avortement dans tout le pays en 1973. Des prétendants importants comme Ted Cruz et Marco Rubio vont jusqu’à désapprouver l'avortement en cas de viol.

De nombreuses tentatives politiques et judiciaires sont en cours de la part des partisans et des opposants à l’avortement.  Notons par exemple l’action de l’influent Americans United for Life, qui prépare « une mesure visant à interdire les avortements effectuée en raison d'anomalies fœtales telles que le syndrome de Down [Trisomie 21]. »

Les sondages nationaux montrent que, tout comme leurs leaders politiques, les Américains sont profondément divisés sur la question de l’avortement."

Posté le 29 décembre 2015 à 23h23 par Michel Janva | Lien permanent

28 décembre 2015

D'où viennent les armes d'Al Quaïda en Syrie?

La question est posée

"Le 22 novembre dernier, le Front al-Nosra (Al Qaeda en Syrie ) a publié sur Internet, une vidéo montrant  des djihadistes en train de manipuler des missiles TOW, missiles antichars de fabrication américaine.

Dans cette même vidéo, les terroristes remercient un des groupes soi-disant modéré « Armée syrienne libre (ASL) ».

Ce qui démontre bien que la différence entre rebelles « modérés » ou « extrémistes » est un jeu de poker menteur perpétuel.  Il est par exemple bien connu que, depuis plusieurs mois, le Front Al-Nusra, l’ASL et le groupe terroristes Jeish al-Fath (Armée de la Conquête) ont combattu ensemble à Alep, Lattaquié, Hama et Idlib.

Ce qui explique les frappes aériennes russes qui frappent toutes sortes de groupes rebelles qui collaborent à peu près tous avec DAESH et Al Nosra".

Posté le 28 décembre 2015 à 15h15 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (2)

23 décembre 2015

La presse française face à la primaire Républicaine aux Etats-Unis

Lu dans Les 4 Vérités :

"[...] Deux jeunes sénateurs d’origine cubaine issus des Tea parties font partie du quatuor de tête, Ted Cruz et Marco Rubio. C’est déjà incompréhensible, semble-t-il, pour un journaliste français moyen. Qu’un grand chirurgien noir, chrétien et conservateur, Ben Carson, soit si populaire à droite ne peut que donner une crise d’apoplexie au même journaliste français moyen. Qu’un homme comme Donald Trump soit en tête provoque, chez le journaliste français moyen, des convulsions. Trump était censé n’être qu’un clown. Qu’il soit multimilliardaire et à la tête d’une entreprise planétaire est sans aucun doute clownesque pour le journaliste français moyen. Que Trump ne se soit pas effondré et ait désormais, à six semaines des premières primaires, des chances réelles, fait qu’il n’est plus censé être un clown, mais un quasi fasciste – ce qui n’est pas surprenant, puisque, pour le journaliste français moyen, George Walker Bush était un nazi. La plupart grands médias français ne sont pas seuls à être atteints du syndrome anti-Trump, c’est un fait. L’établissement républicain américain est touché lui aussi, mais cela ne justifie rien. Je ne sais si Trump sera le candidat opposé à Hillary Clinton. Je ne sais si, le cas échéant, il gagnera. Tout est ouvert. Mais j’imagine déjà la tête de nombre de journalistes français moyens si Trump est candidat, et si (qui sait ?) il est élu. J’imagine les crachats et les trépignements. Le spectacle qu’offriront les journalistes français moyens, si les choses se passent de cette façon, sera intéressant à observer. Je m’en réjouis d’avance…"

Posté le 23 décembre 2015 à 07h52 par Michel Janva | Lien permanent

17 décembre 2015

Vladimir Poutine : "Donald Trump est un homme brillant et plein de talent"

Une fois de plus, Vladimir Poutine ne s’embarrasse ni du prêt à penser ni du politiquement correct :

"Vladimir Poutine a estimé que le candidat à la primaire républicaine aux Etats-Unis, Donald trump, est un "homme brillant et plein de talent". Il a ajouté qu'il était le "favori incontesté de la course présidentielle".

"C'est un homme très brillant, plein de talent sans aucun doute. Ce n'est pas à nous de juger de ses qualités mais c'est le favori incontesté de la course présidentielle", a estimé Vladimir Poutine, après sa conférence de presse annuelle devant près de 1.400 journalistes russes et étrangers. "Sa façon de parler et ce qui lui permet d'augmenter sa popularité" ne concernent pas la Russie. Au cours de sa conférence de presse, Vladimir Poutine s'est dit "disposé à développer ses relations avec les Etats-Unis", une fois qu'aura été élu un nouveau président américain en novembre 2016. Donald Trump "dit qu'il souhaite un autre niveau de relations, des relations plus étroites, plus profondes, avec la Russie, comment pourrait-on ne pas saluer cela ?Evidemment que nous le saluons", a ajouté Vladimir Poutine. En octobre, Donald Trump avait déclaré qu'il pourrait "probablement très bien s'entendre avec Vladimir Poutine"."

Posté le 17 décembre 2015 à 15h17 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

15 décembre 2015

Etats-Unis : plus de 1000 crèches publiques pour protester contre l'annulation de la crèche municipale

Dans une petite ville des Etats-Unis, Wadena, dans le Minnesota, l'exposition de la crèche publique a été annulée. La Freedom from Religion Foundation, une association de militants athées du Wisconsin, menaçait de porter plainte contre la commune pour violation du premier amendement de la constitution américaine qui stipulerait la séparation des Églises et de l’État (alors qu'il protège la liberté religieuse). Les autorités locales n’ont pas osé résister aux laïcistes/

En réaction, une jeune femme a installé une grande crèche dans son jardin, bien visible de la rue. Et elle a invité tous ses concitoyens à faire comme elle et plus de mille crèches ont été installées dehors. La rue principale de Wadena s’est remplie de mangeoires, alimentant la créativité de tous les citoyens.

Posté le 15 décembre 2015 à 07h39 par Michel Janva | Lien permanent

14 décembre 2015

Marion Maréchal Le Pen admirée aux Etats-Unis

Sarah Palin, ancienne candidate républicaine à la vice-présidence américaine, a clamé son admiration pour Marion Maréchal-Le Pen, qui lui "rappelle" Jeanne d'Arc.

"J'ai un coup de coeur politique, mais je ne pouvais voter, parce qu'elle se présentait en France".

Sarah Palin, figure du Tea Party, raconte avoir été séduite par le discours "anti-système" de Marion Maréchal-Le Pen, ainsi que par sa foi et ses prises de position anti-avortement.

Pour Sarah Palin, le discours de la benjamine de l'Assemblée nationale n'est pas un "discours de haine", mais bien un discours "d'amour", "l'amour profond de son pays".

Sarah Palin compare la montée du Front national en France au succès que connaissent dans les sondages américains des candidats comme Ted Cruz ou Donald Trump,connus pour leurs prises de position ultra-droitières.

Posté le 14 décembre 2015 à 16h15 par Michel Janva | Lien permanent

08 décembre 2015

Le respect de la liberté de religion, ce n’est pas Donald Trump qui est contre, c’est l’islam…

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Dans un communiqué de presse, Donald Trump souligne que la haine des musulmans envers l’Amérique risque de conduire à de nouvelles tueries. « Nous devons déterminer d'où vient cette haine et pourquoi elle existe. Jusqu'à ce que nous soyons en mesure de comprendre ce problème et la dangereuse menace qu'il représente, notre pays ne peut être victime d'horribles attaques par des gens qui ne croient qu'au jihad, et n'ont aucun sentiment de raison ou de respect pour la vie humaine. » En conséquence il prône la « fermeture totale » des Etats-Unis aux musulmans jusqu’à ce que le Congrès « agisse ».

Réplique immédiate de la Maison Blanche : « C'est totalement contraire à nos valeurs en tant qu'Américains. Le respect de la liberté de religion est inscrit dans notre Déclaration des droits. »

Le respect de la liberté de religion, ce n’est pas Donald Trump qui est contre, c’est l’islam…

D’autre part, est-ce que c’est une religion dont on doive respecter la liberté qu’une doctrine (en réalité une idéologie totalitaire), dont le livre saint édicte l’obligation du jihad pour tout croyant, dont tous les recueils de hadiths ont une section « jihad », dont tous les traités de théologie ont un chapitre sur le jihad ?

Poser la question c’est y répondre. Encore faut-il la poser."

Posté le 8 décembre 2015 à 20h12 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

84 mosquées sur 100 enseignent la violence

... en Amérique, selon une étude rapportée par l'Observatoire de l'islamisation, qui fait le même constat pour la France :

"La revue collaborative Perspectives on terrorism [...] vient de publier un numéro très intéressant téléchargable ici.

100 mosquées  nord américaines ont vu leur enseignement analysé, comme nous le faisons scientifiquement à l’Observatoire de l’islamisation en France, pour les mêmes résultats :

–  51% possèdent des textes dans leur bibliothèque justifiant la violence.

–  30% ont des textes prônant “modérément” la violence;

– 19% n’avaient pas de textes violents du tout;

– Dans 84,5% des mosquées, l’imâm recommande d’étudier des textes comportant des passages d’appel à la violence. 

– 58% des mosquées ont invité des imâms et des cheikhs connus pour leur promotion d’un djihad violent.

Les textes en question jouant le rôle de filtre ont été soigneusement choisis. Ils sont également largement présents dans les mosquées et librairies musulmanes en France.  Il s’agit des textes de Maududi, Qutb (le sens du coran), Al-Misri (la dépendance du voyageur), An-Nawawi (le jardin des vertueux), Tafsir Ibn Kathir etc….voir page 120 et suivantes."[...]

Et le gouvernement français qui prend tout son temps pour fermer les mosquées salafistes, alors que dire des autres ?

Posté le 8 décembre 2015 à 16h43 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

04 décembre 2015

L'Etat islamique derrière la tuerie en Californie

Et voilà :

"Les enquêteurs américains ont des raisons de penser que Tashfeen Malik, qui a tué 14 personnes mercredi en Californie avec son mari avant de tomber sous les balles de la police, a fait allégeance au groupe djihadiste Etat islamique, a déclaré une source gouvernementale américaine confirmant une information donnée par CNN. Citant des sources policières, la chaîne précise qu'elle a publié son serment d'allégeance à Abu Bakr al Baghdadi, le "calife" autoproclamé de l'EI, sur une page Facebook ouverte sous un nom d'emprunt."

Posté le 4 décembre 2015 à 17h20 par Michel Janva | Lien permanent

Les Républicains votent contre le financement du Planning familial... aux Etats-Unis

Images-9Il n'y a pas qu'en France que le financement public du Planning Familial fait débat. Les sénateurs républicains sont parvenus, hier, après cinq ans de tentatives infructueuses, à faire adopter de manière symbolique une mesure vidant de sa substance la réforme de l'assurance santé obtenue par Barack Obama. Cette victoire est symbolique car le président démocrate a prévenu qu'il opposerait son veto à cette mesure et les élus Républicains ne disposent pas d'une majorité des deux tiers nécessaire pour surmonter ce veto.

Les sénateurs démocrates avaient fait échouer 61 précédentes tentatives des Républicains destinées à torpiller l'ObamaCare. Mais, comme on dit chez nous et contrairement à nos élus Républicains, Les Républicains américains ne lâchent rien.

Parmi les divers aspects du texte adopté hier, l'une des dispositions vise à supprimer le financement du planning familial

Posté le 4 décembre 2015 à 07h52 par Michel Janva | Lien permanent

03 décembre 2015

Fusillade par des islamistes aux Etats-Unis ?

Prenez votre petite pilule de Padamalgam avant de lire ce qu'écrit Yves Daoudal :

F"Les auteurs de la fusillade qui a fait 14 morts à San Bernardino en Californie étaient Syed Rizwan Farook, 28 ans, inspecteur sanitaire, et sa femme Tashfeen Malik, 27 ans, pharmacienne, tous deux habillés et équipés comme des sections d’assaut. « Il était très religieux, dit son père. Il allait au travail, revenait, aller prier, et revenait. Il était musulman. » Il était allé passer environ un mois en Arabie saoudite et était revenu avec sa femme. [...]"

On apprend par ailleurs qu'un voisin de ce couple, ayant remarqué chez eux des activités suspectes, a renoncé à prévenir la police, par crainte d'être accusé de racisme ! Où l'on voit que l'idéologie anti-raciste est complice du terrorisme.

Posté le 3 décembre 2015 à 17h15 par Michel Janva | Lien permanent

30 novembre 2015

Les Etats-Unis nous dépècent

Et nos "élites" sont d'une naïveté hallucinante, ce que nous rappelle en quelques minutes d'une grande clarté Hervé Juvin.

 

Posté le 30 novembre 2015 à 23h04 par Paula Corbulon | Lien permanent

Liberté et création : conférence de Rémi Brague aux Etats-Unis (en anglais)

Pour nos lecteurs qui comprennent l'anglais, voici deux vidéos diffusées par nos amis du Center for Ethics and Culture de l'université Notre-Dame (aux Etats-Unis). Ces derniers ont organisé dernièrement leur traditionnelle conférence d'automne sur le thème de la liberté.

Parmi les intervenants les plus importants, on signale le philosophe catholique français Rémi Brague, dont voici l'intervention sur "Freedom and Creation":

Un débat intéressant sur la réception du texte conciliaire sur la liberté religieuse a, par ailleurs, opposé le P. Martin Rhonheimer et le Pr Thomas Pink:

 

Posté le 30 novembre 2015 à 15h44 par Michel Janva | Lien permanent

Pro-life, il meurt en défendant le planning familial

Selon le New-York times, Garrett Swasey le policier abattu en défendant le centre de planning familial de Colorado Springs, attaqué par un forcené, était pasteur et anti-avortement. Il n'a pas hésité à donner sa vie pour défendre ceux qui la prennent.

Posté le 30 novembre 2015 à 07h34 par Michel Janva | Lien permanent

27 novembre 2015

Il n'y a pas d'islamisation

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

H"Depuis le début de ce mois, la ville de Hamtramck (Michigan, banlieue de Detroit), 22.000 habitants, a un conseil municipal à majorité musulmane. Une première aux Etats-Unis. Dès 2004, la municipalité pas encore musulmane avait autorisé la diffusion de l’appel du muezzin par haut-parleur. Il est interdit de vendre de l’alcool dans un rayon de 150 mètres autour du centre islamique (l’une des six mosquées de la ville). Naguère, on appelait Hamtramck « la petite Varsovie », car la plus grande partie des habitants étaient d’origine polonaise…"

Posté le 27 novembre 2015 à 17h39 par Michel Janva | Lien permanent

22 novembre 2015

Guide pour éclairer les catholiques dans leurs choix électoraux

Réunis en Assemblée plénière à Baltimore, les évêques américains ont voté pour la publication de leur guide révisé, destiné à éclairer les catholiques américains dans leurs choix électoraux – « Former les consciences pour la citoyenneté des fidèles » – en vue de la présidentielle de 2017. Extrait :

Faithful-citizenship-logo-vertical-white-english-small« Un catholique ne peut voter pour un candidat, dont la politique promeut des actes intrinsèquement mauvais, tels l’avortement, l’euthanasie, le suicide assisté, la soumission des travailleurs ou des pauvres à des conditions de vie inhumaines, la redéfinition du mariage violant sa signification essentielle, ou des comportements racistes, si l’intention de l’électeur est de soutenir cette position. (…) En même temps, un électeur ne devrait pas utiliser l’opposition de tel candidat à un mal intrinsèque pour justifier une indifférence ou un manque d’attention à d’autres questions morales importantes, engageant la vie et la dignité humaine ».

Posté le 22 novembre 2015 à 14h24 par Michel Janva | Lien permanent

20 novembre 2015

Adoption d'une loi supprimant l'accueil de Syriens

Aux Etats-Unis :

S"Cinq Syriens ont été arrêtés mardi au Honduras alors qu’ils tentaient de rejoindre les Etats-Unis avec des passeports syriens volés en Grèce. Jeudi, au Costa Rica, une Syrienne a été arrêtée avec un passeport grec.

On ne peut donc pas s’étonner, après les tueries parisiennes, que les députés américains, beaucoup moins iréniques que les nôtres, aient voté à une écrasante majorité (289 voix contre 137) une proposition de loi présentée par les républicains pour suspendre le programme d'admission de 10.000 « réfugiés » syriens et renforcer les contrôles auxquels ils seront soumis. En fait le texte (qui été voté par 47 démocrates sur 188) rend quasi impossible toute admission de « réfugiés » syriens, puisqu’il stipule que le directeur du FBI, celui de l'agence de renseignement et le ministre de l'Intérieur – en personne - vérifient et garantissent que chaque « réfugié » ne constitue pas une menace pour la sécurité nationale…

Obama avait averti qu’il opposerait son veto. Le texte doit aller maintenant au Sénat. Si le Sénat l’adopte également, Obama opposera son veto et il faudra alors une majorité des deux tiers dans les deux chambres pour invalider le veto. Ce qui n’est pas du tout exclu, puisqu’elle a été assez nettement atteinte à la chambre des représentants."

Posté le 20 novembre 2015 à 13h43 par Michel Janva | Lien permanent

17 novembre 2015

Donald Trump :"Lorsque les armes sont interdites, seuls ceux à qui on les interdit auront des fusils"

Candidat à l'investiture républicaine aux Etats-Unis en tête des sondages actuellement, Donald Trump a fait quelques déclarations qui ont choqué les bien-pensants en Europe. Pas sûr que ses propos aient choqué beaucoup d'Américains :

"Regardez Paris, avec les lois sur le port d'armes les plus restrictives du monde, personne n'avait d'armes sauf les méchants". Candidat à la primaire présidentielle du parti républicain, le milliardaire américain Donald Trump est en campagne. Lors d'un meeting à Beaumont dans le Texas, après avoir demandé une minute de silence en hommage aux victimes, il a pris le prétexte des attentats de Paris pour défendre le port d'armes. "Personne n'était armé", a-t-il dit aux milliers de personnes rassemblées. "On peut dire ce qu'on veut, s'ils avaient eu des armes, si nos gens étaient armés, s'ils avaient le droit de porter des armes, la situation aurait été très, très différente". Et il a répété samedi que des villes américaines comme Chicago, où la vente et le port d'armes à feu sont étroitement encadrés, subissaient aussi des taux de violence par armes à feu plus élevés qu'ailleurs.

Donald Trump avait déjà utilisé le même argumentaire après les attentats de janvier. Après avoir critiqué le président des Etats-Unis Barack Obama pour son laxisme, il avait twitté: "si les personnes si violemment abattues à Paris avaient eu des fusils, au moins elles auraient eu une chance de se défendre." avant d'enchaîner: "N'est-ce pas intéressant que la tragédie de Paris ait eu lieu dans l'un des pays les plus fermes au monde concernant le contrôle des armes à feu ?" Et pour finir "Souvenez-vous que lorsque les armes sont interdites, seuls ceux à qui on les interdit auront des fusils ! ", attirant alors les critiques du monde entier et particulièrement des twittos français (...)

«Il va falloir surveiller et examiner les mosquées, parce que beaucoup de discussions se déroulent dans les mosquées», a déclaré M. Trump sur la chaîne de télévision MSNBC (...) Parce que certaines des idées et une partie de la haine, de la haine absolue, proviennent de ces espaces (...)" [source]

En attendant, les policiers français aimeraient au minimum pouvoir ouvrir le feu dan les mêmes conditions que les gendarmes. Actuellement, le recours à la légitime défense est plus large pour un gendarme que pour un policier. En avril 2015, le ministre de l'intérieur avait refusé d'aligner la "légitime défense" des gendarmes aux policiers en repoussant la proposition de loi de l'UMP, portée par Éric Ciotti. Il y songerait désormais. Etrange, non ?

Posté le 17 novembre 2015 à 12h00 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (18)

06 novembre 2015

Une loi LGBT abrogée à Houston

De Christian Daisug dans Présent :

H"Quatre mois après le verdict de la Cour suprême des Etats-Unis légalisant le « mariage » entre personnes de même sexe, des Texans viennent de montrer qu’il est possible de revenir sur cette aberration juridique et de gommer ce dérapage contre-nature. Réclamé par les citoyens, exigé par un tribunal, acclamé par le pays profond, un référendum organisé cette semaine par la municipalité de Houston – quatrième métropole des Etats-Unis – abrogea une mesure votée au printemps qui avait mis d’un coup 2,3 millions d’habitants sous l’autorité et les mœurs des lobbies homosexuels. Par 61 % de votes hostiles contre seulement 39 % de votes favorables, les Houstoniens ont donc rejeté une série de textes présentés officiellement comme une ordonnance érigeant un barrage contre toutes formes de discrimination, mais qui en réalité s’avéra être une opération destinée à museler encore davantage cette hétérosexualité honnie et combattue. L’orientation sexuelle, y compris l’identité du genre, n’aura désormais pas droit à un traitement spécial ni dans le logement, ni dans l’emploi, ni dans les contrats avec le secteur public. [...]"

Posté le 6 novembre 2015 à 13h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

01 novembre 2015

Fin de la campagne d’automne des 40 Days for Life

519 bébés ont été sauvés par la prière des militants.

Fall2015riga6

Posté le 1 novembre 2015 à 16h34 par Michel Janva | Lien permanent

28 octobre 2015

Les propos antisémites d'une étudiante koweitienne de Sciences Po

Amira Jumaa, délicieuse étudiante de Sciences Po Paris et embauchée comme stagiaire aux services culturels de l'ambassade de France aux Etats-Unis (ce qui laisse supposer quelques "leviers" dans sa manche, ce n'est pas l'ambassade du Burkina Faso), s'est fait renvoyer pour insultes antisémites sur sa page Facebook. Il faut préciser qu'elle est d'origine koweitienne.

 

Après avoir écrit dans une discussion avec des juifs :

"Vous n'êtes à votre place nulle part dans ce monde - c'est pour ça que vous êtes des raclures, des rats et que vous êtes l'objet de discrimination où que vous soyez."

elle ajoute :

"d'abord, espèce de rat dispersé, je ne suis pas une immigrée venue de France. Je viens du Koweït et mon pays peut vous acheter, vous et vos parents, et vous mettre dans des fours."

Il paraîtrait tout de même que le passage sur les fours, elle ne l'aurait pas écrit...

Néanmoins, il nous est permis de nous poser quelques questions :

  • Cette étudiante a-t-elle la double nationalité, ou est-elle seulement koweitienne ? S'il s'avère qu'elle n'est que koweitienne, au nom de quoi joue-t-elle un rôle représentatif dans une ambassade française à l'étranger ? Que Sciences Po réserve des places aux étudiants étrangers, soit, mais n'y avait-il pas d'étudiant plus représentatif de la France à placer en priorité dans ce poste ?
  • Si elle bénéficie de la double nationalité, cette double nationalité pose le problème bien connu de la cohérence de la présence de bi-nationaux dans les institutions françaises. En effet, ses propos montrent qu'elle a choisi d'être une koweitienne avant d'être une française.
  • Quelle est l'origine de son antisémitisme ? Est-il lié à sa nationalité ou à sa religion ? Ce qui nous ramène au constat de l'incompatibilité entre l'islam et notre culture française. En effet, dès que l'islam devient une identité pour une personne, ce qui est toujours le cas lorsqu'il a la possibilité de dominer, il supplante tout, y compris la nationalité de cette personne.

La harpie antisémite a été renvoyée de son stage et sa scolarité suspendue à titre conservatoire par Sciences Po. Nul doute qu'un bon gros chèque du papa ne lève la suspension assez vite : le Koweit n'est pas le Qatar, mais quand même... 

Posté le 28 octobre 2015 à 11h13 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (23)

27 octobre 2015

Le scandale du Planning familial continue

Lu dans Présent :

"Aux Etats-Unis, le scandale du Planning familial continue, avec 11 vidéos tournées par le Center for Medical Progress dont la diffusion avait été bloquée par un juge, mais que le site GotNews.com a mis en ligne sur YouTube. Tout un chacun peut ainsi espionner, par exemple, la 38e réunion annuelle de la National Abortion Association qui s’est déroulée à San Francisco en avril. Les participants y discutaient, entre autres choses, de la meilleure réponse à donner aux organisations pro-vie. Et l’on entend des membres de cette association de prestataires-avorteurs expliquer que la stratégie d’intoxication consistant à prétendre que l’enfant conçu n’est que « tissu indifférencié » a échoué.

« Ignorer la réalité du fœtus est un luxe réservé aux activistes et aux avocats. » Eh bien oui, explique la bonne dame, en tant qu’avorteur, si vous n’avez pas bien fait l’inventaire de toutes les parties du bébé déchiqueté sur votre plateau, la maman peut avoir de graves complications."

Posté le 27 octobre 2015 à 18h24 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

26 octobre 2015

Un candidat républicain à la présidentielle veut interdire l'avortement

Cela se passe aux Etats-Unis bien sûr :

Proxy"Ben Carson, candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine de 2016, s'est prononcé dimanche pour une interdiction presque totale de l'avortement (...) M. Carson, 64 ans, a déclaré qu'il était pour lui illogique que les femmes pensent avoir le droit de mettre un terme à la vie de leur bébé avant sa naissance.

"Je suis une personne raisonnable, et si quelqu'un peut me donner une explication raisonnable du fait que (des femmes) veulent tuer leur bébé, j'écoute", a dit Ben Carson pendant l'émission "Meet the Press" de la chaîne de télévision NBC.

Le neurochirurgien à la retraite, opposé à l'avortement même dans les cas de viol ou d'inceste, a précisé qu'il autoriserait les mères à interrompre leurs grossesses si leur vie ou leur santé était menacée. Mais ces cas sont "extrêmement rares", a-t-il souligné.

M. Carson a déclaré souhaiter que la décision "Roe vs Wade" de la Cour Suprême, qui avait légalisé l'avortement aux Etats-Unis en 1973, soit annulée.

"Pendant la période de l'esclavage, beaucoup de propriétaires d'esclaves pensaient avoir le droit de faire ce qu'ils voulaient à leurs esclaves", a déclaré M. Carson, seul candidat noir de l'actuelle course à la présidence.

"Que se serait-il passé si les abolitionnistes avaient dit "Je ne crois pas à l'esclavage. Je pense que ce n'est pas bien, mais vous, vous pouvez faire tout ce que vous voulez"? Où en serions-nous?", s'est-il interrogé."

Posté le 26 octobre 2015 à 08h43 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (10)

20 octobre 2015

L'Occident n'a pas détruit le mur de Berlin, mais l'a déplacé à la frontière russe

Extrait d'une Conférence d'Alexandre ORLOV, Ambassadeur de la Fédération de Russie en France à l'Institut Diderot, Paris, le 8 octobre 2015 :

O"[...] les premiers à accuser la Russie de violation du droit international sont ceux, qui ces dernières années n'arrêtaient pas de piétiner ce même droit. Ceux – qui avaient soutenu les séparatistes kosovars en leurs envoyant des porte-avions et en bombardant Belgrade pour arracher à la Serbie un quart de son territoire historique. Ceux qui avait aidé les insurgés libyens et ont transformé cet état en "terre du chaos". Ceux qui aident aujourd'hui les insurgés en Syrie. Mais après une année de bombardement et plus de 5 000 frappes américaines l'Etat Islamique n'a jamais était aussi fort. D’ailleurs, les sanctions contre la Russie constituent elles mêmes une violation flagrante du droit international. Je pourrais citer bien d'autres exemples de la politique de "deux poids deux mesures" de nos partenaires occidentaux. Mais le plus important reste ailleurs.

Chaque fois que j'entends des accusations à l'égard de mon pays, la même question me revient à l'esprit. Tous ces hommes politiques, diplomates ou journalistes français qui trouvent normal de détruire les relations avec la Russie à coup de sanctions, ne voient-ils pas, ne comprennent-ils pas des choses évidentes? Ne comprennent-ils pas à quel point les mythes d'une supposée "agression russe" contre l'UE et l'OTAN sont-ils absurdes? De même que les comparaisons de mon pays avec Ebola et Daech? Ne se souviennent-ils pas que l'Ukraine doit ses frontières actuelles à Lénine Staline et Khrouchtchev – qui ont progressivement attaché aux terres ukrainiennes les régions russes entières du Sud-Est, allant de Donbass à Odessa. Ne savent-ils pas qu'à partir de la désagrégation de l'URSS une "ukrainisation" forcée a été opéré en Ukraine? Une vraie offensive contre la langue et la culture russe a provoqué le mécontentement des régions russophones et a semé les grains de la guerre civile actuelle. (A cet égard je peux vous conseiller de relire le chapitre sur l'Ukraine (La tragédie slave) du livre de Soljenitsyne "La Russie sous l'avalanche", publié il y a 17 ans. Le grand écrivain avait vraiment le don de prophétie).  N'était-ce pas sous les yeux de ces mêmes gens que les protestations de Maïdan ont tourné en révolte nationaliste et russophobe? Ils n'ont peut-être pas vu arriver au pouvoir les nationalistes ukrainiens? Ceux qui proclament ouvertement l'objectif d'une nation mono-ethnique et vénèrent comme héros nationaux les sbires nazis – Bandera, Choukhevytch et autres bourreaux de l'Armée Insurrectionnel Ukrainienne – responsables du massacre des Polonais en Volhynie en 1942 et de la Shoah en Ukraine? Ils ne voient toujours pas que le bataillon ukrainien "Azov" arbore le même écusson que la division SS "Das Reich" tristement célèbre pour le massacre à Oradour-sur-Glane? Ne comprennent-ils pas que la guerre civile en Ukraine ce n'est pas un conflit entre les partisans et les adversaires de la démocratie, comme les médias occidentaux essaient de la présenter d'une façon caricaturale? Que c'est le soulèvement populaire contre le nationalisme agressif ukrainien? Je crois qu'au fond de leurs cœurs ils comprennent tout cela très bien. Le problème n'est pas là.

Je ne peux pas m'affranchir du sentiment que la France joue le jeu d'autrui et selon les règles qu'on lui impose. Le jeu dont elle me parait être plus victime, que complice. Le jeu ou elle ne fait que suivre aveuglement les forces qui cherchent une confrontation avec la Russie.  Quelles sont donc ces forces?

Avant tout les Etats-Unis. Leur politique est d'arracher la Russie à l'Europe, d'empêcher la formation d'un pôle eurasien, qui pourrait mettre en cause leur hégémonie universelle. Ils cherchent à faire de l'Union Européenne un satellite docile, effrayé par "la menace russe". Obligeant les pays d'Europe à tourner le dos à leur partenaire naturel à l'Est, les Américains affaiblissent non seulement la Russie, ils affaiblissent l'Union Européenne, détruisent son potentiel économique et sa souveraineté politique. Washington a toujours besoin de designer quelqu'un comme ennemi. Il en a besoin pour justifier les dépenses militaires croissantes et l'existence même de l'OTAN.

Les Américains jouissent également de l'aide serviable de quelques membres de l'UE de l'Est de l'Europe, qui ont fait de la russophobie un élément de leur identité nationale. Ces Etats commencent à avoir de plus en plus d'influence sur la politique internationale commune de l'Union Européenne. Ils ont su transformer sa politique de voisinage en un outil de lutte pour les sphères d'influence dont nous sommes en train de vivre les conséquences en Ukraine.

Après la chute du mur de Berlin les Russes espéraient sincèrement que l'Europe rentre dans une nouvelle époque – sans lignes de partage ni confrontation des blocs. On espérait que la lutte pour les sphères d'influence sur notre continent appartenait désormais au passé. Que "l'Europe de l'Atlantique à l'Oural" dont rêvait Ch. de Gaulle et la "Confédération européenne" voulue par F. Mitterrand pouvaient enfin devenir réalité.

Toutes ces années, la politique extérieure de la Fédération de Russie était soumise à la logique d'intégration avec le monde occidental. Toutes nos initiatives visaient le rapprochement avec l'Union Européenne. Nous avons pris le cap d’un espace économique et humain commun, du système de sécurité égale et indivisible, de la lutte commune contre l'islamisme radical et autre menaces universelles. Il faut dire qu'en Europe et même aux Etats-Unis il y a eu des hommes politiques lucides et indépendants qui proposaient d'en finir avec les vestiges de la guerre froide et prônaient le rapprochement avec la Russie. F. Mitterrand, J. Chirac, G. Schröder, S. Berlusconi, N. Sarkozy… Nos efforts communs ont donné des résultats – des grands projets économiques et politiques ont vu le jour.

Mais en même temps certains outre-Atlantique et en Europe voient le monde autrement. Pour eux, il doit rester unipolaire. C'est pourquoi ils suivent un autre cap – celui de l'endiguement de la Russie, qu'ils considèrent comme leur rival géopolitique № 1. Aujourd'hui c'est la ligne des néoconservateurs qui triomphe, et il en existe plusieurs preuves. L'élargissement méthodique de l'OTAN et l'avancement de son infrastructure militaire vers nos frontières; la construction aux frontières de la Russie du bouclier antimissile destiné à dévaluer son potentiel nucléaire; le soutien apporté à tous les mouvements antirusses dans notre voisinage, y compris ceux ouvertement néonazis; le soutien de l'islamisme radical dans le Caucase du Nord; la diabolisation constante de la Russie dans les médias; les tentatives de torpiller nos liens économiques avec les pays voisins, y compris par le biais du "Partenariat oriental". A partir de notre expérience d'aujourd'hui on voit très bien que nos partenaires occidentaux n'ont pas détruit le mur de Berlin. Ils l'ont juste déplacé à la frontière russe. [...]"

Posté le 20 octobre 2015 à 11h56 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

13 octobre 2015

"Les djihadistes ont été aidés par l’attitude ambiguë des Américains"

Mgr Hindo, archevêque syro-catholique d’Hassaké, au nord-est de la Syrie, salue l'efficacité des offensives russes :

« L’intervention de Moscou est positive, parce qu’elle cible réellement Daech, et la milice est en train de fuir. Ils ont fui la région [d’Hassaké], dans l’empressement, à bord d’environ 20 véhicules. Ils ont dû abandonner 20 autres voitures sur place. C’est le signe qu’ils ont vraiment dû battre en retraite ».

L’archevêque critique en revanche les opérations de Washington, qui seraient juste « pour la galerie » et qui laisseraient les terroristes agir librement. Les Américains ne bombarderaient pas les milices djihadistes, mais le gouvernement syrien.

« Il ne s’agit pas d’être pour ou contre le gouvernement. Mais les gens d’ici n’ont jamais cru dans les attaques américaines. Seuls les Kurdes ont réellement combattu sur le terrain, mais pour tenir leurs positions ».

Il affirme que les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ne parlent que d’attaquer Daech, mais pas le Front al-Nosra et les autres milices islamistes liées à Al-Qaida.

« La nuit du 23 février, quand Daech a attaqué, les avions américains ont survolé la zone pendant longtemps, sans intervenir. Ensuite, pendant trois jours, nous n’avons plus vu d’avions. Ils ont laissé le champ libre aux militants. Ceci nous fait penser que, d’une certaine manière, les djihadistes ont été aidés par l’attitude ambiguë des Américains ».

Mgr Hindo accuse les gouvernements occidentaux de

« travailler pour la sécurité d’Israël et pour diviser la Syrie et l’Irak, afin de mettre la main sur les richesses de ces pays. Il ne s’agit pas seulement de pétrole, parce que, au large de nos côtes, un très grand gisement de gaz a récemment été découvert. Il existe également un enjeu concernant les pipelines que l’Arabie saoudite et le Qatar voudraient construire vers l’Occident. Damas n’a pas accepté leur passage sur son territoire, et voilà le résultat ».

Damas compte faire passer un pipeline en provenance de Russie.

Posté le 13 octobre 2015 à 18h14 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

251 bébés sauvés de l’avortement

À mi-parcours de la campagne d’automne des 40 Days for Life, sa coordination annonçait hier, 20ème jour de la campagne, que 251 enfants à naître avaient déjà été sauvés de l’avortement grâce à la prière constante des vigiles qui se relaient, jour et nuit, devant les avortoirs de 307 villes différentes aux États-Unis et dans d’autres pays.

Posté le 13 octobre 2015 à 14h40 par Michel Janva | Lien permanent

12 octobre 2015

Un état des lieux de la primaire du Parti Républicain américain

Les sympathisants du "Grand Old Party" (GOP) voteront, selon leur Etat, entre février et juin prochain pour concourrir en 2016 contre leur adversaire Démocrate. L'affaiblissement de Hillary Clinton, qui reste néanmoins favorite, pourrait offrir une opportunité unique à la droite américaine après 8 ans d'Obama.

La compétition au sein du GOP est déjà largement engagée - au point que deux candidats conservateurs de premier plan, l'ex-gouverneur du Texas Rick Perry et le gouverneur du Wisconsin Scott Walker, ont déjà dû quitter la course.

Configuration unique, et signe de défiance de l'électorat US envers sa classe politique, les trois candidats actuellement en tête dans les sondages ne sont pas des politiciens :

  • Unknown-3Donald Trump (autour de 23%), magnat de l'immobilier et star de la téléréalité, a fait irruption sur la scène politique en dénonçant la complaisance des deux grands partis envers l'immigration illégale. Beaucoup de conservateurs restent toutefois très méfiants envers lui sur les autres sujets: jusqu'à encore récemment, il était par exemple ouvertement en faveur de l'avortement.

 

  • Unknown-4Ben Carson (autour de 17%) est un neurochirurgien noir qui a percé médiatiquement en 2013, quand il s'est livré à un réquisitoire public contre Obama, en présence de ce dernier (vidéo). Il affiche des positions conservatrices plus cohérentes que celles de Trump, et se distingue notamment par sa dénonciation de l'Islam.

 

  • Unknown-5Carly Fiorina (autour de 10%) est une ancienne PDG de Hewlett-Packard qui a concouru sans succès à lun siège de sénateur de la Californie en 2010. Alors qu'elle n'était qu'à 1% dans les sondages à l'été, son autorité naturelle lui a permis de percer dans les deux premiers grands débats télévisés en août et septembre. Elle est montée au créneau à plusieurs reprises sur la question du respect de la vie, dénonçant notamment les subventions versées au Planning familial.

Ces trois candidats atypiques ont déjà fortement marqué le paysage politique, Trump surtout ayant amené les autres candidats GOP à raffermir leur position sur l'immigration. La plupart des observateurs doutent toutefois que l'un de ces trois candidats puisse, en fin de compte, remporter la primaire: Trump est rejeté par une majorité des sympathisants GOP et perd des points dès qu'il parle d'autre chose que d'immigration ; Carson reste inexpérimenté, notamment en matière de politique étrangère ; et le bilan controversé de Fiorina à Hewlett-Packard la rend très vulnérable.

Le vainqueur pourrait se situer parmi les candidats actuellement donnés entree 5 et 10%:

  • Unknown-6Jeb Bush (autour de 8%) était longtemps donné grand favori. Son bilan de gouverneur de Floride de 1999 à 2007 est bon, notamment sur les questions de respect de la vie et de liberté scolaire; mais ses positions sur l'immigration le rapprochent de l'aile centriste du parti. Perçu comme le candidat de l'establishment, peu convaincant lors des débats télévisés, il pourrait perdre à moyen terme ses appuis financiers s'il ne remontait pas dans les sondages.

 

  • Unknown-7Marco Rubio (autour de 10%), d'origine cubaine, charismatique sénateur de Floride, est donné comme celui vers qui pourrait se reporter le soutien de l'establishment GOP si Bush défaillait - ce qui est un paradoxe, Rubio ayant initialement percé comme l'étoile montante de la droite du parti. Ferme sur le respect de la vie, il s'est toutefois aliéné une partie de cette droite en cherchant des compromis avec la gauche sur la question de l'immigration. 

 

  • Unknown-8Ted Cruz (autour de 6%), sénateur du Texas, table sur une chute de Trump pour récupérer ses soutiens. Fermement conservateur sur tous les sujets (immigration respect de la vie et de la famille, rôle de l'Etat), il stagne dans les sondages à l'issue de prestations moyennes lors des débats mais dispose d'un excellent réseau de donateurs et d'une infrastructure de campagne parmi les plus solides.

D'autres candidats, donnés à moins de 5%, devraient avoir du mal à percer désormais:

  • Mike Huckabee, ancien gouverneur, conserve un capital de sympathie dans l'électorat évangéliste, mais ne devrait pas avoir un fort impact en-dehors de l'Iowa.
  • Chris Christie,est trop au centre pour la majorité des électeurs GOP et est affaibli par des controverses en tant que gouverneur du New Jersey.
  • Rand Paul, sénateur du Kentucky et fils du libertarien Ron Paul, a perdu l'essentiel de son soutien à l'issue de prestations médiocres lors des débats.
  • Rick Santorum, enfin, n'a pas su retrouver l'espace politique à la droite du parti qui lui avait valu un beau parcours en 2012.

De plus en plus d'observateurs pensent que la primaire pourrait in fine se jouer entre Rubio, soutenu par l'establishment du parti, et Cruz, soutenu par sa base droitiste.

Posté le 12 octobre 2015 à 07h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)


     Archives > Pays : Etats-Unis , Pro-vie

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Pays : Etats-Unis , Pro-vie