16 septembre 2014

Intervention de Mgr Aillet à la manifestation de soutien aux chrétiens d'orient

Le samedi 13 septembre, de nombreux catholiques du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron se sont rendus à Bordeaux à l'occasion d'un rassemblement de soutien aux Chrétiens d'Orient. Monseigneur Aillet y était aussi, accompagnant les familles Chaldéennes de Pau :


Mgr Marc Aillet, Rassemblement en soutien aux... par Diocese64

Intervention de Mgr Aillet lors de la manifestation :

"Chers amis, c’était important pour moi, comme évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, d’être présent à ce rassemblement en solidarité avec les Chrétiens d’Orient. Et en particulier pour accompagner les familles Chaldéennes d’Irak de mon diocèse.

Une quarantaine de famille se sont installées à Pau dans les vingt dernières années, en raison des événements que nous connaissons, fuyant une situation souvent épouvantable dans leur pays.

Ces familles font mon admiration en raison de leur cohésion et de leur ferveur dans la foi : Pratiquant assidus, ils donnent un magnifique témoignage de fidélité dans la paroisse Sainte-Marie du Hameau, dans les quartiers Nord de Pau, où ils sont engagés.

Inquiets pour leurs familles bloquées dans le Nord de l’Irak, ils reçoivent des nouvelles de leurs souffrances, de leurs angoisses devant l’évolution de la situation de ces derniers mois.

Par eux et par d’autres sources nous parviennent ainsi les récits de témoignages bouleversants de la fidélité héroïque de ces Chrétiens qui sont sommés de se convertir à l’Islam ou bien de fuir ou mourir…

L’immense majorité des Chrétiens tiennent bon dans la foi, s’exposant à la persécution sous toutes ses formes : humiliations, expulsions de leurs maisons, de leurs villes, séparation forcée des familles, exils, souffrance des camps de réfugiés où l’on manque du nécessaire,…C’est pour eux que nous arborons aujourd’hui la lettre noûn… [Inscrite par les islamistes sur le mur des maisons chrétiennes en signe d’ultimatum, NDLR]

On doit se réjouir devant la prise de conscience de la Communauté internationale, y compris du gouvernement français, devant la tragédie des Chrétiens et autres minorités religieuses devant la terreur imposée par les djihadistes de l’État Islamique, même si l’on peut –à bon droit- déplorer son retard : Cela fait 10 ans que les Chrétiens vivent ce calvaire en Irak dans l’indifférence générale, et les accélérations récentes étaient depuis longtemps prévisibles.

On doit se réjouir aussi devant les prises de positions de certains responsables musulmans face au sort des Chrétiens en Irak, et l’on voudrait croire que ces personnes feront tout leur possible au nom de la réciprocité, pour faire évoluer le sort des Chrétiens dans les pays musulmans, vers la liberté religieuse, droit fondamentale des droits de la personne humaine avec le droit à la vie, et contre toutes les discriminations qui leurs sont généralement infligées.

L’Œuvre d’Orient, l’AED et bien d’autres organisations humanitaires se dépensent sans compter. Comment pouvons-nous soutenir ce grand élan de solidarité ? Chacun saura prendre, à son niveau, des décisions concrètes.

En attendant, les Chrétiens qui se sentent particulièrement solidaires de leurs frères et sœurs qui souffrent pour le nom du Christ, nous nous tournons précisément vers Celui qui nous réunit en un seul Corps : Il est notre tête, notre rocher, notre appui, notre secours. [...]"

Posté le 16 septembre 2014 à 08h02 par Michel Janva | Lien permanent

14 septembre 2014

16 septembre : conférence de Marc Fromager à Lourdes

Tract

Posté le 14 septembre 2014 à 21h23 par Michel Janva | Lien permanent

24 septembre : conférence sur les chrétiens d'Irak à Lyon

Quel avenir pour les minorites en Irak

Posté le 14 septembre 2014 à 10h48 par Michel Janva | Lien permanent

13 septembre 2014

Face à l'Etat islamique, un enlisement est prévisible

Frédéric Pichon, chercheur associé à l'université de Tours (à ne pas confondre avec l'avocat homonyme), déclare au Figaro :

"[...] La stratégie de Barack Obama est de «détruire» l'Etat Islamique. Mais rien dans l'allocution du Président américain n'a filtré sur l'aspect politique du problème, qui est la clé. En effet, l'Etat Islamique est largement le produit de l'erreur américaine de 2003 qui a consisté à abattre le régime de Saddam Hussein et à liquider l'appareil politico-militaire de l'Irak. Résultat, de nombreux cadres baassistes ont rejoint l'insurrection et forment à présent le noyau dur du commandement militaire de l'Etat Islamique. L'autre erreur a été de laisser faire la marginalisation des populations sunnites par le gouvernement chiite de Maliki: les succès de l'Etat Islamique à Mossoul ou à Tikrit s'expliquent largement par l'accueil enthousiaste que les tribus sunnites lui ont réservé. Enfin, les pays du Golfe au sein de la coalition portent une responsabilité énorme dans le développement du fondamentalisme dans la région. Ils sont à présent mis devant leurs responsabilités. [...]

Etant donné le refus poli de la Turquie de participer à la coalition et sans un relais efficace de troupes au sol notamment en Syrie, il me semble difficile d'espérer en finir rapidement avec l'Etat Islamique. Les Etats-Unis n'enverront pas de troupes au sol et il ne faut pas attendre beaucoup des armées arabes engagées dans la coalition. Pour des raisons militaires évidentes mais aussi et surtout pour des raisons politiques, un enlisement est prévisible.

[...] Les dirigeants saoudiens prennent part à une coalition contre l'Etat Islamique alors qu'un sondage récent révèle que près de 90% de la population du Royaume soutient l'organisation terroriste. D'autre part, la défection de la Turquie, qui compte des centaines de kilomètres de frontières communes avec l'Irak et la Syrie, est un camouflet pour les Etats-Unis. [...]

Pour ce qui est de la Syrie, les Etats-Unis excluent toute coordination avec le gouvernement de Damas et envisagent de frapper sur le sol syrien. Cela pose deux problèmes: celui de la légalité internationale, ce que la Russie et l'Iran ont immédiatement souligné ; celui de l'efficacité même d'une telle opération. Après trois ans de vaines tentatives, l'Occident n'a pas réussi à identifier sur le terrain des rebelles sûrs qui pourraient servir de relais à une action sur le terrain. Cela ne devrait pas beaucoup changer. Après avoir tout fait pour «abattre» Bachar el Assad en Syrie, sauf de la diplomatie, on voit mal les Occidentaux reprendre le chemin de Damas officiellement. L'erreur initiale a été, dans la foulée de la chute de Khadafi, de braquer la Russie et l'Iran qui pourtant étaient les deux acteurs clés pour parvenir à une solution négociée du conflit syrien. Dans ces conditions, la paix en Syrie reste une hypothèse très lointaine…"

Posté le 13 septembre 2014 à 17h38 par Michel Janva | Lien permanent

Abolition par l'EI de l'enseignement culturel et religieux syriaque

Une information de l'Agence Fides, qui décrit les mesures prises par les islamistes pour éradiquer la culture chrétienne :

"Les écoles de Mossoul et de la plaine de Ninive qui portaient des noms chrétiens devront les modifier. Par ailleurs, l’enseignement de la langue et de la culture syriaque ainsi que l’éducation religieuse chrétienne seront abolis des programmes des écoles de tout niveau. Telles sont quelques-unes des dispositions imposées par les responsables du prétendu « Etat islamique » aux institutions éducatives de Mossoul et des territoires de la province de Ninive tombés sous leur contrôle. C’est ce que révèlent un certain nombre de sources locales contactées par le site d’information arabe ankawa.com. L’abolition de l’enseignement de la culture syriaque et d’éléments de doctrine chrétienne font partie des dispositions imposées par les militants du prétendu « Etat islamique » afin d’effacer toute trace de pluralisme culturel et religieux dans le système éducatif des zones conquises et de transformer les écoles en instruments de propagande de l’idéologie djihadiste aux jeunes générations. Parmi les directives imposées par les miliciens du prétendu « Etat islamique » se trouve également l’obligation de renommer les écoles, les dédiant à la « bataille de Mossoul » et à d’autres figures et formules utilisées par la propagande idéologique lancinante de ce qui se voudrait se structurer comme un nouveau régime de califat. Certaines des institutions éducatives liées aux églises, comme l’école Saint Thomas, portaient des noms chrétiens depuis le XVIII° siècle.
En février dernier, le Ministère de l’éducation irakien avait disposé que le syriaque et l’enseignement de la religion chrétienne soient introduits dans les programmes de 152 écoles publiques des provinces de Bagdad, Ninive et Kirkuk. Le projet pilote visait à préserver la langue maternelle de toutes les communautés confessionnelles chrétiennes autochtones encore présentes dans le pays, caractérisées, au cours de ces dernières années, par une drastique réduction de leur importance numérique à cause de la forte augmentation des flux migratoires enregistrée après la chute du régime baathiste. Les 152 écoles en question avaient été sélectionnées dans les zones du pays où la concentration de baptisés était la plus grande. Selon les données fournies par la Direction pour l’étude du syriaque, les écoles concernées par le projet sont fréquentées par plus de 20.000 élèves."

Posté le 13 septembre 2014 à 10h42 par Marie Bethanie | Lien permanent

11 septembre 2014

Donnée en "cadeau" à l'Etat islamique

Cette histoire devrait convaincre les gens qui nous gouvernent de l'urgence qu'il y a à secourir l'Irak :

"Je suis une jeune Yézidie de 14 ans donnée en cadeau à un commandant de l'Etat islamique. Voilà comment je me suis enfuie." Tel est l'exergue d'un article publié le 10 septembre dans le Washington Post (en anglais) et signé Mohammed A. Salih. Ce journaliste kurde free-lance basé à Erbil, dans le Kurdistan irakien, précise avoir changé le nom de la jeune fille pour la protéger de possibles représailles, puisque plusieurs membres de sa famille sont encore prisonniers. Francetv info dévoile quelques extraits de ce témoignage de "Narin".

"Le 3 août dernier, a-t-elle expliqué au journaliste, ma famille s'est enfuie de son village de la plaine de Ninive avec un peu d'argent et quelques vêtements, avant l'arrivée des jihadistes de l'Etat islamique. Alors que nous faisions halte dans le désert, nous avons été entourés de gens armés portant les uniformes de l'Etat islamique." Elle poursuit : "Les jihadistes nous ont séparés par genre et par âge. Jeunes hommes d'un côté, jeunes femmes de l'autre. Idem pour les personnes âgées, dépouillées de leurs biens et abandonnées dans une oasis."

Ensuite, "les jeunes femmes et jeunes filles ont été placées dans des camions. Quand les véhicules ont démarré, nous avons entendu des coups de feu, et compris plus tard qu'ils avaient tué les hommes jeunes, y compris mon frère, 19 ans, qui venait de se marier".

Narin dit avoir ensuite été transférée à plusieurs reprises. A chaque fois, ses geôliers ont tenté de la convertir à l'islam, l'insultant, la nourrissant peu et la forçant, comme les autres prisonnières, à dormir par terre. Elle et son ami Shayma ont ensuite été offertes "en cadeau" à deux membres de l'Etat islamique dans le sud de l'Irak, près de Bagdad.

Elle détaille : "J'ai été 'donnée' à Falloujah à un gros homme à la barbe noire d'une cinquantaine d'années, apparemment d'un grade élevé, qui m'a ordonné de me convertir, en vain. Il a tenté de me violer plusieurs fois, sans y réussir. Il m'a insultée, battue, donné des coups de pied et des coups de poing."

Grâce à "Mahmoud, ami sunnite d'un cousin de Shayma", elle a pu s"enfuir avec elle, en abaya (tenue noire très couvrante), à l'heure de la prière du soir, après avoir forcé les serrures avec des couteaux de cuisine. "Mahmoud nous a trouvé un chauffeur de taxi pour nous conduire à Bagdad, à deux heures de là, raconte-t-elle. Couvertes d'un niqab, munies de fausses cartes d'identité d'étudiantes, nous avons pu passer les différents barrages routiers de contrôle, qu'ils soient tenus par l'Etat islamique ou les forces irakiennes."

Avec d'autres cartes d'identité, Narin prend ensuite l'avion pour Erbil. Libre. Mais elle a appris au Kurdistan que son frère a été tué, et que sa belle-soeur était toujours captive à Mossoul. Son témoignage recoupe un rapport de deux membre des Nations unies qui, selon le Huffington Post (en anglais), fait état de "viols" de femmes et d'enfants, "armes de guerre" contre les minorités yézidie, turkmène ou chrétienne."

Après un tel témoignage, ce genre de tweet fait figure de provocation :

Fabius

Posté le 11 septembre 2014 à 23h38 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (14)

Obama a clairement annoncé qu’il frapperait en Syrie s’il le fallait

Dans son discours de 15 minutes prononcé hier soir, Barack Obama a annoncé qu’il frapperait en Syrie s’il le fallait, et qu’il demandait par la même occasion au congrès de voter un renforcement des aides aux rebelles modérés (source).

"Donc pour combattre l’Etat Islamique le plan consiste à renforcer et armer un peu plus l’opposition au seul gouvernement qui arrive à lui tenir tête. Armement qui, soit dit en passant, termine régulièrement entre les mains des membres de l’Etat Islamique comme plusieurs rapports internationaux l’ont démontré récemment.

Pour arriver à éliminer les djihadistes Obama compte également couper les finances de ces derniers. Comment ? Cela n’est pas précisé et on ne voit pas comment il compte faire plier les riches mécènes du Golfe pour ne parler que de cela.

Pour en finir avec ces monstres qui n’ont rien à voir avec l’Islam pour reprendre ses propres mots, il compte sur une puissante coalition internationale, sauf qu’avant même de voir le jour celle-ci se fissure déjà. Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius ayant par exemple annoncé que si la France était prête à participer à des frappes aériennes en Irak, elle se refusait à le faire en Syrie (curieux revirement du ministre français mais bon).

Ce fut donc une déclaration creuse que celle d’hier. Creuse, sauf sur l’objectif bien réel de la lutte contre le régime syrien. C’est d’ailleurs ce que laissait déjà entendre mardi le ministre russe des Affaires étrangères en estimant que si l’Occident bombardait les miliciens de l’État islamique en Syrie sans consulter Damas, l’alliance atlantiste pourrait profiter de l’occasion pour lancer des frappes aériennes contre les forces du président Bachar Al-Assad. [...]

Jusqu’au conflit syrien, la Russie et l’Occident avaient été unanimes pour déclarer que le terrorisme ne pouvait être justifié « quel qu’en soit le motif ». Mais dans le cas de la Syrie, l’Occident, avait une « position différente, un double visage. » Ce n’est que lorsque le terrorisme, qui a pris naissance en Libye,  s’est propagé au Liban et en Irak, que les pays occidentaux ont réalisé qu’il était temps de régler ce problème [...]."

Posté le 11 septembre 2014 à 19h51 par Michel Janva | Lien permanent

La folie des hommes

De Mgr Castet, évêque de Luçon (Vendée) :

C"Le climat de ces mois d'été a été morose. Par delà la déconvenue des agriculteurs et de ceux qui ont pu prendre un temps de vacances, il aura été en harmonie avec les échos inquiétants qui nous parviennent du bout du monde.

Ici et là, nous avons été les témoins impuissants de conflits idéologiques ou de divisions entre les hommes. Bien entendu, il n'est pas légitime d'établir une hiérarchie entre les épreuves subies par les peuples, car toutes portent leur part de souffrance, de douleur et d'injustice.

Comment toutefois ne pas nous émouvoir plus particulièrement sur le sort de nos frères chrétiens du Proche-Orient ? Ils demeurent la mémoire vivante de l'Église primitive et de celle du premier millénaire. Depuis plusieurs années, la destruction inconsidérée des états communautaristes les a précipités dans une précarité qui les contraint au renoncement, à la fuite ou à l'émigration.

Lorsque l'idéologie religieuse, l'intolérance et la violence contraignante s'allient jusqu'à ériger l'inhumanité en vertu, une action vigoureuse s'impose afin de marquer les limites qui, dans un premier temps, peuvent calmer l'hystérie aveugle en manifestant la résistance du réel et, en un second temps plus apaisé, permettront de chercher les chemins de la justice et de la paix.

Dans un tel contexte, la naïveté et l'angélisme ne peuvent conduire qu'au pire. Agir avec une fermeté raisonnée ne nous éloigne pas de l'Évangile, mais souligne au contraire la volonté de défendre la primauté des droits de la personne humaine et sa dignité. Tel est l'appel que doit entendre non seulement la communauté chrétienne, mais aussi la communauté internationale par-delà tout attachement partisan."

Posté le 11 septembre 2014 à 18h00 par Michel Janva | Lien permanent

François Fillon pour un engagement des forces françaises en Irak

De retour d’un déplacement en Irak et au Kurdistan, François Fillon déclare à Famille chrétienne :

"[...] Mon témoignage et mon engagement visent à tirer la sonnette d’alarme car nous sommes en alerte rouge pour les chrétiens d’Irak, mais aussi pour l’équilibre de toute la région. [...]

Cette minorité apparaît à tort comme n’étant pas chez elle. On se dit que si les chrétiens ne peuvent plus vivre en Orient, ils reviendront en Europe... Mais ils ne sont pas européens ! Ils sont chrétiens d’Orient depuis 2000 ans ! Aujourd’hui, notre passivité risque de favoriser un affrontement entre des pays musulmans revendiquant chacun une communauté. D’un côté les chiites, de l’autre les sunnites... Si on abandonne les chrétiens d’Irak, tout le Moyen-Orient va s’embraser !

Le déplacement de François Hollande le 12 septembre en Irak est-il utile à vos yeux ?

Le fait d’aller en Irak oblige le Président à s’engager. Au delà de la fourniture d’armes aux kurdes, je soutiens la participation directe des forces françaises au combat. Il faut aller plus loin que de fournir des armes au Kurdistan. Les Kurdes ne vaincront pas seuls. Ils réclament notamment un soutien aérien et de renseignements.

Vous soutenez un engagement direct de la France ?

La première urgence est d’apporter aux populations un soutien humanitaire. Et aussi un soutien militaire puissant. J’étais contre un engagement de la France en Irak en 2003. On pouvait critiquer Saddam Hussein à l’époque mais il n’avait pas d’armes de destruction massive… Aujourd’hui, Da’ech est une arme de destruction massive en Irak ! [...]"

Concernant les Français partis faire le Djihad :

"La première chose à faire, c’est d’aller les combattre sur place. Sur ce point-là, nous ne devons pas avoir d’état d’âme. Ensuite, la France doit renforcer sa législation. Bernard Cazeneuve doit présenter la semaine prochaine à l’Assemblée nationale un texte pour criminaliser le fait d’avoir l’intention de rejoindre cette guerre. Il suggère aussi de retirer les passeports de ces djihadistes français et, dans un certain nombre de cas, de demander la déchéance de leur nationalité. [...]"

Posté le 11 septembre 2014 à 13h56 par Michel Janva | Lien permanent

10 septembre 2014

Refusons l’instrumentalisation de la tragédie en Irak

Un appel conjoint du Service pour les relations avec l’islam et de l'Oeuvre d'Orient : 

Les chrétiens, les Yézidis, les chiites, des sunnites refusent le prétendu État islamique, les turcomans ont fait l’objet de persécutions et ont été chassés de chez eux. Les cris de détresse et d’injustice doivent être replacés dans ce cadre.

Ce prétendu État islamique est un groupe d’une grande cruauté, condamné unanimement par les responsables musulmans en France et par les principales autorités musulmanes hors de France. Des musulmans ont été abattus parce qu’ils voulaient aider les chrétiens. De nombreux autres musulmans sont exécutés parce qu’ils refusent d’adhérer au prétendu État islamique.

Cette situation tragique ne peut être instrumentalisée pour nuire en aucune manière au dialogue islamo-chrétien. Ce dernier est plus nécessaire que jamais. Les chrétiens n’auraient pas d’avenir en Orient sans ce dialogue.

Paris, le 9 septembre 2014

P. Christophe Roucou, Directeur du Service pour les relations avec l’islam, Conférence des évêques de France

Mgr Pascal Gollnisch, Directeur Général de l’Œuvre d’Orient

Posté le 10 septembre 2014 à 23h25 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (6)

10 000 chrétiens irakiens ont demandé un visa au consulat général de France

... à Erbil, dans le Kurdistan irakien, depuis le début de l'offensive de l'Etat islamique. 55 d'entre eux ont été admis sur le sol français.

Posté le 10 septembre 2014 à 12h33 par Louise Tudy | Lien permanent

09 septembre 2014

Sa sainteté Ignatius Aphrem II Karim ce matin à l'Assemblée Nationale

Sa Sainteté Ignatius Aphrem II Karim, 123 ème patriarche de l'Eglise Syriaque Orthodoxe d'Antioche, était ce matin à l'Assemblée lors de la réunion constitutive du Groupe d'études sur les Chrétiens d'Orient (au centre sur la photo).

IMG-20140909-00257
Il s'est prononcé en faveur d'une zone de protection internationale pour les minorités, sur le modèle du Kurdistan. Cela permettrait aux chrétiens de rester sur place, sur leurs terres ancestrales.

Il a rappelé l'inquiétude qui demeure pour le sort des dxeux évêques enlevés l'années dernières et dont on est sans nouvelles.

Posté le 9 septembre 2014 à 14h10 par Michel Janva | Lien permanent

Le Conseil Régional des Pays de la Loire va proposer 50 000€ pour les Irakiens

Communiqué de François Pinte, Conseiller régional des Pays de la Loire :

"Le 25 août dernier, François Pinte et les élus du groupe UMP du Conseil Régional avaient proposé à Jacques Auxiette que la région des Pays de la Loire soit à l’initiative d’une action d’aide à destination des Chrétiens d’orient.

Par courrier, le Président de la Région des Pays de la Loire a répondu favorablement à cette demande. Il sera donc proposé lors de la prochaine Commission Permanente l’adoption d’une aide d’urgence de 50.000 euros à destination des déplacés Irakiens.

François Pinte et les élus du groupe UMP du Conseil Régional des Pays de la Loire se félicitent d’avoir été entendu au nom de la solidarité avec ces populations en situation dramatique avec la résurgence du conflit religieux en Irak."

Posté le 9 septembre 2014 à 14h04 par Michel Janva | Lien permanent

L'ambiguïté de l'appel du Conseil français du culte musulman pour les chrétiens d'Orient

Dans son "Appel de Paris", le Conseil français du culte musulman rappelle, entre autres, le droit des chrétiens d'Orient à "pratiquer leur foi en toute liberté". Une formule ambiguë, que regrette Bernard Antony sur son blog :

"Alors que dans tant de pays du monde islamique n’ont cessé de se dérouler, à notre époque aussi, tant et tant de massacres contre les chrétiens, l’horreur de la sauvagerie islamiste a enfin entraîné la vive réprobation du Conseil Français du Culte Musulman.

Cela est bien.
 
Mais hélas il n’y a pas un mot d’appel pour le respect d’une entière liberté religieuse dont les chrétiens ne jouissent dans aucun des pays d’islam (à l’exception du Liban, au moins sur le plan du droit). Dans aucun des 56 autres pays de l’Organisation de la Coopération Islamique la liberté de conversion n’est admise. Un musulman converti au christianisme risque en bien des pays, comme en Arabie Saoudite, au Soudan ou en Iran, de subir la peine de mort souvent précédée de l‘horrible application de cent coups de fouet.
 
Se référer pour cette condamnation de barbarie des nouveaux « califats » à celle énoncée par l’Arabie Saoudite, c’est vraiment pratiquer une ironie au second degré, lorsqu’on sait que, en ce pays, non seulement la conversion de l‘islam vers le christianisme vaut la mort mais que le moindre signe d’appartenance chrétienne, le moindre culte en lieu privé y vaut les pires condamnations.

Ce que l’on attend d’un islam pour notre temps, c’est que ses diverses autorités se prononcent clairement contre l’application de la charia totalitaire et pour l’abolition totale du régime discriminatoire de « dhimmitude » pour les gens dits du Livre, juifs et chrétiens."

Posté le 9 septembre 2014 à 12h59 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (0)

Les musulmans de France prennent la défense des chrétiens d'Orient

Le Figaro publie "l'Appel de Paris", lettre solennelle des musulmans de France qui dénoncent (enfin) la barbarie de l'Etat islamique. Ce document est co-signé par

"[...] le recteur et président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Dalil Boubakeur, Patrick Karam, président de la coordination «Chrétiens d'Orient en danger», et plusieurs autres signataires. Dont Abderrahmane Dahmane, président du Conseil des démocrates musulmans de France, et deux vice-présidents du CFCM: Anouar Kbibech, président du Rassemblement des musulmans de France (RMF) représentant une partie des mosquées marocaines, et Ahmet Ogras, président de la Coordination des musulmans turcs de France (CCMTF).

Manque l'Union des organisations islamiques de France (UOIF). Injoignable à ce sujet, elle boude effectivement le CFCM, mais elle avait condamné l'État islamique par un communiqué sans ambiguïté le 25 juillet intitulé «Déportation de chrétiens en Irak».[...]

Voici le texte :

L'Appel de Paris

"«Les signataires de l'Appel de Paris se sont retrouvés en ce moment particulier de l'histoire de l'humanité où  le monde assiste à une flambée inégalée d'extrémisme et de violence au Moyen-Orient instrumentalisant l'islam comme étendard.

Des barbares sont en train de perpétrer les pires crimes contre l'humanité et menacent actuellement les populations mais aussi la stabilité et la paix entre  les peuples de toute la région.

Les signataires dénoncent sans ambiguïté les actes terroristes qui constituent des crimes contre l'humanité et déclarent solennellement que ces groupes, leurs soutiens et leurs recrues ne peuvent se prévaloir de l'islam. Ces agissements d'un autre âge, tout comme les appels inconsidérés au djihad et les campagnes d'endoctrinement des jeunes ne sont fidèles ni aux enseignements ni aux valeurs de l'islam.

Les signataires prennent à témoin la communauté musulmane pour demander à tous les responsables politiques de redoubler de vigilance face aux menées subversives qui ciblent les jeunes musulmans d'Europe, particulièrement les plus fragiles d'entre eux.

Les signataires tiennent à réaffirmer leur soutien aux frères chrétiens d'Orient, pour la plupart arabes, ainsi que pour toutes les autres minorités de la région, qui sont victimes actuellement d'une grave campagne destructrice menée par ces groupes terroristes menaçant leur existence même.

Ils affirment sans ambiguïté le droit inaliénable de leurs frères chrétiens d'Orient, une des plus anciennes composantes de cette région, à rester et à vivre sur leur terre dans la dignité et la sécurité et pratiquer leur foi en toute liberté, comme cela a toujours été. Cette Terre Sainte, berceau de civilisation, où les trois religions monothéistes ont coexisté depuis des siècles. Il y va de l'avenir de la région.

Comment imaginer un Moyen-Orient amputé d'une partie de son identité qui a contribué à son épanouissement civilisationnel? C'est pourquoi les signataires appellent à la prise de conscience du drame vécu actuellement par les chrétiens en Orient.»"

Posté le 9 septembre 2014 à 00h17 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (29)

07 septembre 2014

"Devant le terrorisme, il faut que la force s'exerce"

Ces mots sont de Mgr Gollnisch ce matin sur rfi, interrogé dans l'émission "religions du monde". Un appel pressant de Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Oeuvre d’Orient, pour les chrétiens d'Irak, qui demande fermement une neutralisation militaire des terroristes de l’Etat islamique en Irak et au Levant. Mgr Gollnisch de retour du Kurdistan irakien souligne le désastre  humanitaire de l’exode de dizaines de milliers de chrétiens et estime qu’à moyen terme c’est l’Europe qui est menacée si la communauté internationale  n’agit pas. Il appelle l'Occident à revoir clairement sa position sur ses rapports ambigüs avec la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar. On écoutera son témoignage sur ce lien, à partir de 9'04.

Posté le 7 septembre 2014 à 14h59 par Marie Bethanie | Lien permanent

15 septembre : messe à Saint-Maurice (94) pour les chrétiens d'Irak

15sept14_affiche5

Posté le 7 septembre 2014 à 07h02 par Michel Janva | Lien permanent

06 septembre 2014

Rassemblement de soutien aux chrétiens d’Orient le 13 septembre à Bordeaux

GetInline

Posté le 6 septembre 2014 à 08h07 par Michel Janva | Lien permanent

04 septembre 2014

Chrétiens d’Irak : 2e réunion de travail au Quai d’Orsay

Communiqué de l'Oeuvre d'Orient :

"Le 3 septembre 2014 Mgr Pascal Gollnisch participait à la réunion sur la situation des chrétiens d’Irak et de toutes les minorités opprimées par le pseudo "État islamique" au Quai d’Orsay.

Cette réunion, présidée par Laurent Fabius, aux côtés du ministre de l’intérieur réunissait des parlementaires, des représentants de l’Eglise catholique et des Églises chrétiennes d’Orient, des associations ainsi que le préfet chargé de la coordination de l’accueil des réfugiés irakiens.

L’objectif de cette réunion était d’évaluer et d’amplifier l’action menée sur les plans sécuritaire, politique et humanitaire.

Rappelons que Laurent Fabius avait rencontré, en compagnie de Mgr Gollnisch, des responsables chrétiens et yazidis à Erbil à l’occasion de son déplacement le 10 août dernier. Il avait réitéré le soutien de la France à toutes les minorités persécutées par l’"Etat islamique" pour qu’elles puissent demeurer en paix et en sécurité en Irak.

A cette occasion, les participants ont témoigné à M. Laurent Fabius leur gratitude pour sa démarche.

Sur le plan sécuritaire, ils ont demandé :

  • la sécurisation des zones chrétiennes et à la neutralisation des terroristes en profondeur, en Irak et en Syrie par une action militaire des kurdes, du gouvernement irakien de la communauté internationale, et des autres forces arabes sunnites.
  • une police d’auto défense pour les chrétiens.
  • une zone sécuritaire chrétienne (comme autrefois les zones d’exclusion pour les kurdes et les chiites).

Sur le plan politique, les participants appellent à soutenir le gouvernement de Bagdad, comme gouvernement d’unité nationale, où chacun trouve sa place.

Sur le plan humanitaire, des centaines de milliers de gens sont sur les routes. Devant l’ampleur de la situation, les pouvoirs publics, la Communauté Internationale, la Communauté Européenne, le HCR, et les États doivent intensifier leur aide. Les associations peuvent apporter un complément significatif à cette aide publique.

L’Œuvre d’Orient agit plus particulièrement pour les enfants et pour les malades.

L’accueil en France de réfugiés doit être accompagné par les Églises et les associations, en évitant un éparpillement des familles qui nuirait à leur installation. Mais un départ massif d’Irak serait un échec pour les droits de l’Homme, pour l’Irak et pour la Communauté Internationale.

Des questions ont été posées sur les français partis se battre avec les terroristes, leur nombre, leur identification, le traitement des personnes à leur retour en France

Enfin des images de nombreuses personnes décapitées ont été remises par le directeur général de l’Œuvre d’Orient par M. Fabius de la main à la main. Leur authentification est en cours."

Posté le 4 septembre 2014 à 14h58 par Michel Janva | Lien permanent

03 septembre 2014

Irak, Syrie : il est urgent d’agir

Alors que les représentants du Ministère des Affaires Etrangères et du Ministère de l’Intérieur s’apprêtent à tenir une 2e réunion sur les Chrétiens d’Irak à laquelle Mgr Gollnisch participera, l’Œuvre d’Orient réagit à la barbarie de l’EI :

"L’Œuvre d’Orient partage l’émotion générale devant l’effroyable assassinat de l’américain Steven Sotloff, faisant suite à celui de James Foley. Ces deux journalistes ont été enlevés et exécutés sans doute en Syrie.

L’Œuvre d’Orient souligne que de nombreuses vidéos et images circulent montrant des dizaines de personnes décapitées et des milliers d’exécutions sommaires.

En outre, l’Œuvre rappelle que nous sommes toujours sans nouvelles de Mgr Youhanna Ibrahim, évêque syriaque orthodoxe d’Alep  et Mgr Boulos Yazigi, évêque grec orthodoxe d’Alep, enlevés le  22 avril 2013, du Père Paolo Dall’Oglio, enlevé le  29 juillet 2013, ainsi que d’autres religieux et fidèles.

Elle rappelle que plusieurs centaines de milliers de personnes sont dans la rue alors que l’hiver, rigoureux dans la région, va approcher.

Elle demande à la Communauté Internationale de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour neutraliser ce groupe de terroristes cruels et permettre aux populations de rentrer chez elles dans des conditions de sécurité acceptables.

Il est urgent d’agir. Non seulement pour les chrétiens, mais aussi pour tous les persécutés. Le temps presse !"

Posté le 3 septembre 2014 à 17h29 par Michel Janva | Lien permanent

02 septembre 2014

"Es-tu chrétien ? Tous ont répondu : Oui, je le suis"

Chretien_n1Quelques extraits d'un texte lu ici, écrit par Natalia Trouiller (journaliste catholique - RCF, La Vie) à son retour d'un séjour en Irak, août 2014 :

"L’enfant que j’ai vu en Irak, c’est lui qui m’a souri le premier. C’était une petite fille d’une dizaine d’années dans cette école d’Erbil transformée en gigantesque hall d’attente pour les réfugiés. Son sourire lumineux et immense essayait de me dire les mots en kurde que je ne comprenais pas. Ses parents, ses amis, ceux de sa ville de Mossoul qui avaient trouvé refuge dans cette école chaldéenne tenaient un dossier jaune à la main, liste dérisoire de tout ce qu’ils avaient perdu. Elle me souriait pendant que les adultes, les larmes aux yeux et le désespoir dans la voix, racontaient leur exil. Elle me souriait obstinément, sans discontinuer, et elle reste pour moi qui n’ai même pas compris son prénom le visage de l’enfance blessée de Mossoul. [...]

[...] J’ai entendu de la colère. J’ai entendu des gens interpeller leur patriarche avec véhémence. Je n’ai jamais entendu de désir de vengeance. Pas une seule fois, sur les centaines, les milliers de personnes vues dans ces églises bondées d’exilés venus chercher un peu d’espoir dans la visite de leurs frères de France. Jamais.

Tous, ils savaient ce qui les attendait s’ils ne se convertissaient pas. Les premiers qui avaient quitté Mossoul avant la fin de l’ultimatum de l’Etat islamique avaient prévenu les autres : si vous dites que vous êtes chrétiens, ils vous prendront tout. Arrivés aux check-points à la sortie de la ville, ils ont entendu, tous, la question : Es-tu chrétien ? Tous ont répondu : Oui, je le suis. A tous, les jihadistes ont dit : Récite la chahada et tu pourras partir avec tes affaires. Pas un n’a accepté.

Je pense à Pierre, celui à qui Jésus avait confié son troupeau, qui est aussi le premier abjureur du christianisme. Je pense à Judas, maudit non d’avoir trahi comme Pierre, mais d’avoir contrairement à lui douté de la Miséricorde en se suicidant. [...]

Mais pas un n’a abjuré. Pas un n’a eu même l’idée de le faire. Pas un, malgré la fillette à qui les bourreaux arrachent ses boucles d’oreille, malgré l’épouse dont on déchire les vêtements, malgré le fils que l’on enlève brutalement aux bras de son père en menaçant de le tuer. Cela restera pour moi le plus grand mystère de ce voyage, avec le fait qu’à ce moment là – les choses ont changé depuis – pas un cheveu n’est tombé de leurs têtes. Double mystère qui sans doute, au Ciel, n’en fait qu’un. [...]

[...] L’enfant que j’ai vu en Irak, j’ai reçu la photo de lui coupé en deux avec du sang partout, envoyée par un jihadiste sur mon compte Twitter.

Frère de France, sœur d’ici, allume une bougie et veille pour l’enfant que j’ai vu en Irak, et pour le salut de celui qui l’a tué."

 

Posté le 2 septembre 2014 à 23h56 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (3)

Bruno Retailleau : la communauté internationale doit éradiquer l’Etat Islamique

Communiqué du sénateur Bruno Retailleau :

"Après son voyage en Irak, à Erbil la semaine dernière, le Sénateur Bruno Retailleau a rencontré ce matin Monsieur Laurent Fabius, Ministre des Affaires Etrangères pour évoquer avec lui la situation dramatique des minorités en Irak et le risque que fait peser l’Etat Islamique sur la stabilité de la région et la paix dans le monde.

«  Je me réjouis que la France ait été la première nation à tendre la main à ces minorités persécutées, j’ai dit à Laurent Fabius combien les chrétiens réfugiés au Kurdistan irakien estimaient notre pays et combien ils fondaient leurs espoirs sur la France. Je lui ai indiqué que l’asile politique donné à quelques dizaines d’Irakiens qui ont déjà des liens avec la France ne pouvait en aucun cas être envisagée comme une réponse globale.

J’ai dit aussi que la France pouvait et devait faire encore davantage en premier lieu sur le plan humanitaire, parce que la situation dans les camps se dégrade chaque jour un peu plus. L’aide internationale arrive au compte-goutte et les réfugiés manquent de tout et notamment de médicaments. Il faut d’urgence mettre en place un pont aérien de l’entraide s’il on veut éviter une catastrophe humanitaire.

Sur le plan militaire et malgré les récents succès enregistrés par les forces gouvernementales et kurdes, la communauté internationale doit construire rapidement une réponse ferme et cohérente pour éradiquer l’Etat Islamique qui pratique un nettoyage ethnique et religieux systématique et qui représente une menace non seulement pour l’Irak mais aussi pour l’Europe et le monde. Cette réponse doit se faire sous l’égide de l’ONU ou d’une large coalition internationale. Elle doit par ailleurs privilégier un soutien massif aux forces locales et régionales.

Bruno Retailleau s’est ensuite entretenu, à son invitation, avec l’ambassadeur d'lrak à Paris, Monsieur Fareed Yasseen. Ils ont échangé sur la détresse des réfugiés, sur les moyens à mettre en œuvre pour les soulager mais aussi sur l’avenir de l’Irak."

Posté le 2 septembre 2014 à 14h14 par Michel Janva | Lien permanent

François Fillon est en Irak

François Fillon était lundi à Bagdad, en compagnie du député Pierre Lellouche, spécialiste des questions internationales. Les deux hommes ont rencontré plusieurs responsables politiques (après le départ du Premier ministre Nouri al-Maliki, le nouveau gouvernement n'a pas encore été constitué) ainsi que monseigneur Sako, patriarche des chaldéens et évêque de Kirkouk et Souleymanieh.

Posté le 2 septembre 2014 à 10h48 par Michel Janva | Lien permanent

L'appel des patriarches orientaux

Réunis samedi 27 août à Bkerké, autour du patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, les chefs de sept autres Eglises orientales ont lancé un appel commun qui condamne les « crimes contre l’humanité » commis par l’EIIL. Extrait :

"La tragédie humaine qui a frappé les chrétiens d’Irak, les yézidis et les autres parmi ceux qui ont été chassés de leurs maisons devrait pousser la communauté internationale et l’Union européenne, en coordination avec le gouvernement central irakien et celui de la région du Kurdistan à :

  1. conduire une action efficace et urgente pour libérer les villes de la plaine de Ninive
  2. faciliter le retour des déplacés dans leurs villages et leurs maisons à Mossoul et Ninive,
  3. dispenser la sécurité à ces villages avec des garanties internationales et locales des deux gouvernements de Bagdad et du Kurdistan pour qu’ils ne soient pas évincés de leur terre, et pour que leur identité historique et leur culture glorieuse ne disparaisse pas."

Posté le 2 septembre 2014 à 07h40 par Michel Janva | Lien permanent

31 août 2014

La France envoie de l'aide humanitaire dans le nord de l'Irak

Lu ici :

"Le ministère de la Défense annonce que "dans la nuit du samedi 30 au dimanche 31 août 2014, les armées françaises ont procédé à l’aérolargage de 3 tonnes de fret humanitaire dans le nord de l’Irak". Le largage a eu lieu à Amerli, une ville assiégée par les djihadistes de l'Etat islamique. Beaucoup de Turkmènes chiites vivent dans cette région.

Un groupement de transport opérationnel a été mis en place aux Emirats arabes unis, avec deux C-160 Transall des escadrons Anjou et Béarn ainsi qu'un détachement du 1er régiment de train parachutiste, spécialisé dans l'aérolargage. D'autres largages devraient avoir lieu en coopération avec les Américains (qui ont eux aussi parachuté de l'aide cette nuit), les Australiens et les Britanniques. 

L'Armée de l'air n'avait pas effectué de tels largages humanitaires depuis la guerre de Bosnie."

Posté le 31 août 2014 à 18h31 par Michel Janva | Lien permanent

30 août 2014

L’émergence de l’État islamique déclenche un retournement géopolitique sans précédent

Un décryptage très intéressant de Thomas Flichy de la Neuville (professeur à l'ESM de St Cyr) sur Liberté politique :

"La brusque émergence de l’État islamique en Irak et au Levant, loin de se réduire, comme le voudraient certains commentateurs, à un simple épiphénomène, se présente comme un événement fondamental qui a d’ores et déjà entraîné un renversement géopolitique majeur.

La liquidation du régime de Saddam Hussein par les États-Unis a entraîné un chaos interne à l’Irak qui a prioritairement bénéficié aux compagnies pétrolières chinoises. Ce sont elles qui ont raflé la mise du démantèlement de l’État irakien.

Devant cette déroute géopolitique, les États-Unis cherchent aujourd’hui à préserver les contrats signés au sud dans la partie chiite et au nord, dans le Kurdistan.

L’exploitation du gaz de schiste américain ne rend pas indispensable l’importation de gaz irakien. En revanche, il est important d’empêcher une mainmise totale de la Chine, devenue l’adversaire principale des États-Unis. 

Un renversement complet

Pour ce faire, les États-Unis ont décidé de mettre fin à la progression de l’État islamique. Armer les Kurdes ou d’autres minorités irakiennes au détriment des islamistes sunnites se présente, à l’évidence, comme un renversement complet de politique.

En effet, le Kurdistan armé menace la Turquie, alliée traditionnelle de l’Amérique. D’autre part, il s’avère totalement illusoire de limiter l’avance djihadiste sans s’appuyer sur la Syrie de Bachar-el-Assad. Enfin, comment contenir l’essor islamiste sunnite sans le soutien de l’Iran ? Au cours des derniers mois, les États-Unis, se sont ostensiblement rapprochés de l’Iran tout en prenant leurs distances par rapport à Israël.

Ce mouvement s’est aujourd’hui accéléré. Les États-Unis ménagent toutefois leur allié saoudien, terrorisé par la menace d’un État islamique pouvant le faire voler en éclats. Ils n’ont d’ailleurs pas émis de protestation à l'encontre des bombardements saoudiens en Libye, État destiné à devenir la métastase nord-africaine de l’EI. 

Le choix du réalisme

Le choix par les États-Unis d’une politique réaliste au Moyen-Orient, qui est en train de prendre de court l’ensemble des chancelleries européennes, se traduit par un nouvel équilibre dont les éléments majeurs sont les suivants :

♦ La Turquie, menacée à l’Est par le Kurdistan armé est fragilisée en raison de son soutien aux islamistes syriens et libyens.

♦ Israël, qui a le plus grand mal à stabiliser la bande de Gaza, peut tenter de jouer l’alliance avec l’Égypte afin de se présenter comme un glacis empêchant la connexion entre le Califat Irakien et son émirat Libyen.

♦ L’antagonisme entre le Qatar et l’Arabie Saoudite est exacerbé.

♦ Enfin, de nouveaux rapports vont se nouer entre les puissances géoculturelles que sont l’Iran et la Russie, qui ont misé triomphalement sur une politique réaliste du temps long, et l'Amérique de l'après État-islamique." 

Posté le 30 août 2014 à 16h19 par Marie Bethanie | Lien permanent

Irak : un couple de vieillards chrétiens dépouillé et chassé de Mossoul par l’État Islamique

L'Observatoire de la christianophobie relaie la triste histoire d'un couple âgé obligé de quitter Mossoul où ils avaient toujours vécu :

20140829171240 

"C’est une de ces innombrables histoires atroces qui émaillent le quotidien de la tragédie vécue par les chrétiens d’Irak. Elle est, comme tant d’autres, révélatrice de la barbarie des musulmans de l’État Islamique, et nous est racontée par Leah Sorith, missionnaire de Danmission, une fondation catholique danoise d’aide et de soutien aux Irakiens déplacés en coopération avec l’Église Chaldéenne. La voici.

Najib (75 ans) et son épouse Dalal (72 ans) forment un couple de chrétiens qui vivait à Mossoul, la plus grande ville chrétienne d’Irak. Quand l’État Islamique fit la conquête de cette ville le 7 août dernier, le couple, contrairement aux 50 000 chrétiens qui la fuirent, décida d’y rester : ils étaient trop vieux et trop malades, notamment Najib, pour se lancer sur les chemins de l’exode. Ils avaient vécu à Mossoul, ils y finiraient leurs jours. Ils faisaient partie de la poignée de chrétiens à rester sur place. Mais l’État Islamique ne l’entendait pas de cette oreille. Le 27 août, ces adeptes de la religion d’amour, de tolérance et de paix, décidèrent de les expulser de chez eux sans égard pour leur âge et leur état de santé : le califat doit être christenrein ! Après les avoir dépouillés de leurs papiers d’identité et du peu d’argent qu’ils avaient, ils furent chassés hors de la ville et partirent vers Erbil, capitale de la Région autonome du Kurdistan, sans eau et sans ravitaillement. Ils marchèrent, ou plutôt se traînèrent de 10 h du matin, sous un soleil de plomb, jusqu’à minuit, Dalal tâchant de soutenir et de tirer Najib à moitié impotent, jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus. Quelques bons Samaritains furent placés sur leur route par le Seigneur. Un autre réfugié assyrien croisa ce couple pathétique et porta Najib sur son dos pendant plusieurs heures. Puis ce fut une religieuse, conduisant une vieille carriole, qui prit le relai et transporta le couple jusqu’à un point de contrôle militaire kurde où l’on put appeler une ambulance qui les conduisit jusqu’à un hôpital d’Erbil. Aujourd’hui, Najib et Dalal sont hébergés, avec d’autres familles, dans un centre commercial désaffecté. Najib demeure prostré, incapable de se tenir sur ses jambes ou de se rendre aux toilettes. Pour avoir été tiré sur le sol par sa femme, son dos et ses jambes sont couverts d’hématomes, un de ses pieds semble attaqué par la gangrène… Prions pour eux et pour tous les réfugiés chrétiens ! "

Posté le 30 août 2014 à 15h54 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (0)

La ville de Béziers engage un processus de jumelage avec Maaloula

... afin « de montrer que le sort des chrétiens d’Orient touche les Français ».

Posté le 30 août 2014 à 10h28 par Michel Janva | Lien permanent

Un message vidéo pour nos frères d'Irak, à partager

« Ce qui nous manque le plus, c’est votre proximité, votre solidarité. Nous voulons avoir la certitude que nous ne sommes pas oubliés ! » Mgr Sako

Continuons de prier pour nos frères d’Irak! Le cardinal Barbarin s’est engagé à réciter un Notre Père par jour jusqu’à ce qu’ils puissent rentrer chez eux. Nous vous proposons de suivre son exemple et de prier aussi le Notre Père tous les jours.

Cette vidéo a été réalisée pour témoigner à nos frères souffrants d'Irak qu'ils ne sont pas abandonnés et que le monde entier prie pour eux :

 

 

Posté le 30 août 2014 à 01h07 par Marie Bethanie | Lien permanent

28 août 2014

Bachar al-Assad de nouveau fréquentable ?

La décapitation du journaliste James Foley et le martyre des populations chrétienne et yézidie en Irak a rebattu les cartes. Après avoir armé les jihadistes contre le régime syrien, les puissances occidentales s'inquiètent de leur progression en Irak. Non seulement Bachar al-Assad n'est plus l'ennemi numéro un (qui parle encore de le renverser ?), mais il devient incontournable pour lutter contre le pseudo Etat islamique.

  • Les Etats-Unis, pragmatiques

Officiellement, les Etats-Unis n'ont pas accepté la main tendue par le ministre syrien des affaires étrangères, qui a proposé lundi une forme de coopération. Mais officieusement,

"le chef d'Etat-major américain, Martin Dempsey, estime qu'il faut attaquer l'EI des deux côtés de la frontière et utiliser "tous les outils - diplomatique, économique, militaire" contre les jihadistes. Des responsables américains annoncent, sous couvert de l'anonymat, l'envoi d'avions espions et de drones au-dessus [de la Syrie]Ces déclarations laissent imaginer une coopération avec le régime syrien, principal obstacle à la progression de l'EI en Syrie."

  • Débat en Grande Bretagne

Changer son fusil d'épaule n'est pas simple. En Grande Bretagne, le Foreign office a exclu toute coopération avec Bachar al-Assad, tout en admettant combattre un ennemi commun.

"C'est pourtant l'ancien chef de l'armée britannique lui-même qui avait suggéré de recréer des liens avec le dirigeant syrien, selon le principe très simple "l'ennemi de mon ennemi est mon ami"."

  • Et la France ?

A la conférence des ambassadeurs aujourd'hui, François Hollande a campé sur ses positions :

"Bachar al-Assad est l'allié objectif des jihadistes." "On ne peut pas choisir entre deux barbaries, parce qu'elles s'entretiennent mutuellement."

Ne pas choisir, voilà le cap fixé par la France, qui prétend organiser une conférence internationale pour coordonner l'action, y compris militaire, contre les jihadistes. A laquelle elle invite... l'Iran.

Posté le 28 août 2014 à 17h02 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (0)

26 août 2014

"Chrétiens d'Irak, une double catastrophe"

Le patriarche chaldéen de Bagdad, Mgr Sako, publie aujourd'hui dans la Bussolaun appel, traduit par Benoît-et-moi :

"Il est désormais évident qu'aux chrétiens irakiens, ainsi qu'à d'autres minorités, un coup mortel a été porté au cœur de leur vie et de leur existence, à travers l'expulsion de cent mille chrétiens par la force, ou en volant leurs biens, leur argent, leurs papiers, ou en occupant leurs maisons. Et cela uniquement parce qu'ils sont chrétiens!

J'ai visité les camps de réfugiés dans les provinces d'Erbil et de Dohok et ce que j'ai vu et entendu est au-delà de l'imagination!

Depuis le 6 Août jusqu'à aujourd'hui, on n'a pas encore vu de solution concrète immédiate à la crise que nous traversons. Et pas seulement cela: le flux de fonds, d'armes et de combattants pour l'Etat islamique continue [le Califat a mis la main sur les puits pétroliers en Syrie et en Irak, ce qui lui assurerait une rente de «3 millions $ par jour. Mais qui achète ce pétrole ? voir note sur le blog Benoît-et-moi].

Bien que nous vivions dans une campagne organisée d'élimination de l'Irak, la conscience du monde n'est pas encore pleinement consciente de la gravité de la situation.

A présent, la deuxième phase de la catastrophe a déjà commencé: la migration de ces familles dans différentes parties du monde. De cette manière, on vide l'histoire, le patrimoine et l'identité de ce peuple. Les déplacements et les migrations ont un grand impact sur nous, à la fois pour les chrétiens et pour les musulmans. L'Irak est en train de perdre un élément irremplaçable de sa société, les chrétiens; commence alors la disparition d'une tradition authentique!

La communauté internationale - à commencer par les Etats-Unis et l'Union européenne qui ont une responsabilité historique et morale envers l'Irak - ne peut rester indifférente. Tout en reconnaissant tout ce qui est fait pour résoudre la crise, il semble que les décisions et les mesures prises jusqu'à présent n'ont pas provoqué de changement réel sur le cours des événements; et le sort des personnes touchées est toujours en suspens, comme si ces personnes ne faisaient pas partie de la race humaine!

La même chose doit être dite à propos de la communauté musulmane, dont les déclarations sur les actes de barbarie contre la vie, la dignité et la liberté des chrétiens, pratiqués au nom de leur religion, ne sont pas la hauteur des attentes, en tenant compte du fait que les chrétiens ont contribué et se sont battus pour ce pays, vivant une collaboration avec leurs frères musulmans.

Le fondamentalisme religieux augmente encore en puissance et en force, causant des tragédies, nous faisant nous demander quand les experts religieux musulmans et les intellectuels musulmans commenceront à examiner de façon critique ce phénomène dangereux et à l'éradiquer à travers l'éducation à une véritable conscience religieuse, et à diffuser une culture authentique de l'acceptation de l'autre comme frère et comme citoyen avec les mêmes droits.

Ce qui est arrivé est terrible et horrible, nous avons besoin d'un soutien international urgent et efficace, de toutes les personnes de bonne volonté, pour sauver de l'extinction les chrétiens et les Yézidis, composantes authentiques de la société irakienne. Sachant que le silence et la passivité encouragent les fondamentalistes de l'ISIS à commettre encore plus de tragédies. La question devient: qui sera le prochain?

Bon nombre des personnes déplacées souhaitent retourner dans leurs villes et dans leurs maisons dans la plaine de Ninive, et espèrent pouvoir le faire en sécurité sous protection internationale. Mais la pleine sécurité de cette zone ne peut être atteinte sans la coopération de la communauté internationale, ainsi qu'une action conjointe du gouvernement central et du gouvernement régional du Kurdistan. Ces personnes innocentes méritent de vivre dans la paix et dans la dignité après la terreur qui leur est infligée par l'ISIS et après avoir été dépouillés par leurs propres voisins.

Bien sûr, nous sommes fiers de la foi de nos fils et nos filles, et de leur fermeté et leur courage face à cette calamité, pour le bien de leur foi. Nous les invitons à vivre cette crise dans une véritable communion avec toutes les personnes autour d'eux, sans distinction. Ce dont nous avons besoin, ce ne sont pas de déclarations lassantes, mais d'une véritable communion avec les autres, comme nous l'avons expérimenté au cours de la visite de la délégation de la Conférence des évêques de France, celle de l'envoyé personnel du pape François, et celle des Patriarches.

Cette crise nous rend capables d'une reconstruction spirituelle, morale et matérielle de nos communautés. Nous respectons la décision de ceux qui veulent migrer, mais pour ceux qui veulent rester, nous insistons sur notre longue histoire et notre patrimoine profondément ancré dans cette terre. Dieu a son projet pour notre présence dans cette terre et il nous invite à porter le message de l'amour, de la fraternité, de la dignité et de la coexistence harmonieuse."

Posté le 26 août 2014 à 14h46 par Michel Janva | Lien permanent

SOS Outre-mer apporte son soutien aux chrétiens d'Irak

NL'association Sos outre-mer, qui aide depuis 23 ans un orphelinat chrétien au Liban, vient de lancer une opération avec un double objectif:

  • Apporter un soutien financier aux chrétiens d'Irak et aux enfants de Syrie réfugiés au Liban;
  • Inviter les Français qui soutiennent les chrétiens d'Orient à manifester leur solidarité en apposant sur leur voiture ou leur habitation un autocollant portant le signe de désignation des chrétiens persécutés en Irak, c'est-à-dire le Noun, cette lettre arabe signifiant Nazaréen et que les dijadistes tracent sur les maisons des familles chrétiennes pour les désigner à la vindicte islamiste.

Cette "étoile jaune" nouvelle formule sera ainsi détournée de sa vocation initiale pour devenir un signe de ralliement, de résistance et de solidarité chrétienne par delà les frontières. Les autocollants peuvent être commandés à Sos outre-mer, 13 Fbg Sébastopol, 31290 Villefranche de Lauragais, au prix de 2 € pièce, port compris (1,50 € pièce à partir de 10 exemplaires). Chèques à l'ordre de Sos outre-mer.

Posté le 26 août 2014 à 09h48 par Michel Janva | Lien permanent

Soutien aux chrétiens d'Irak dimanche 31 août 17h00 à Nantes

Un rassemblement est organisé dimanche 31 août à 17h00 sur le parvis de la cathédrale de Nantes en présence de Chrétiens d’Irak, de chrétiens libanais.

Il y aura des témoignages et une collecte sera effectuée et reversée intégralement à l’Oeuvre d’Orient.

Seules les pancartes, banderoles, marquant EXCLUSIVEMENT le soutien pour les Chrétiens d’Orient persécutés sont autorisées. Ou les bougies.

Monseigneur James a été invité.

Posté le 26 août 2014 à 09h30 par Michel Janva | Lien permanent

25 août 2014

Irak : "Nous sommes en face du troisième totalitarisme"

Bruno Retailleau, sénateur de la Vendée, s'est rendu lundi dernier dans un camp de réfugiés en Irak, à l'invitation du patriarche des Chaldéens et de l'association Fraternité en Irak :

"Cette invitation faisait suite au courrier que j’avais envoyé fin juillet au Président de la République, demandant que la France prenne toute sa responsabilité pour aider les chrétiens d’Orient dans le calvaire qu’ils endurent.

Mais ce que j’ai vu et entendu à Erbil dépasse les limites de l’horreur. (...) La communauté internationale a deux responsabilités graves.

  • D’abord, organiser de toute urgence une aide humanitaire, alimentaire, médicale et pharmaceutique digne de ce nom. Les camps sont tout simplement improvisés et malgré le soutien des églises locales, les réfugiés manqueront très rapidement du nécessaire vital, au risque que des épidémies se développent.

  • Ensuite, la communauté internationale, sous mandat de l’ONU, doit éradiquer cet Etat Islamique mué par une folie meurtrière que rien ne semble pouvoir arrêter. Ce qui se passe en Irak menace la stabilité de l’ensemble de la région, mais aussi notre propre sécurité. L’EI ne s’arrêtera certainement pas aux limites du Moyen Orient ; S’il le peut, il frappera l’Europe en son cœur.

J’ai la conviction que nous sommes en face du 3ème totalitarisme. Dans ce combat la France doit tenir une place éminente, car la France est la patrie des droits de l’homme et la sœur ainée des chrétiens d’Orient. Au nom de nos frères chrétiens d’Irak, en tant que parlementaire français, je demande solennellement à François Hollande que la France prenne l’initiative au conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution pour briser cette spirale de violence et de haine. Nous ne pouvons ni tolérer ni risquer que s’étende ce qui s’apparente à un véritable hiver arabe."

Posté le 25 août 2014 à 22h16 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (0)

L'idée de discuter n'est pas envisageable avec les djihadistes

Le Père Jean-Jacques Pérennès, directeur de l'Institut dominicain d'études orientales du Caire, déclare à Ouest-France :

"[...] Il faut combattre ces jihadistes extrêmement dangereux. Même Al-Qaida les a rejetés, c'est dire la menace qu'ils représentent.

Vous légitimez donc une attaque armée contre l'EI ?

Tout à fait, les représentants de l'Église ont d'ailleurs évolué sur cette question ces derniers temps, et il faut porter des coups fatals à l'État islamique. L'idée même de discuter n'est pas envisageable avec des gens qui imposent une conversion à l'islam, l'exil ou la mort. Et l'islam qu'ils prônent est loin de l'islam traditionnel, la majorité des musulmans le dénonce. Je ne suis pas un « va-t-en-guerre », mais parfois c'est la seule solution. [...]

Les Kurdes sont en supériorité numérique, mais un appui militaire est nécessaire. L'État islamique a montré son efficacité sur le terrain avec cette progression fulgurante sur le territoire irakien. Mais la reprise de Mossoul par les peshmergas est un signe positif dans la lutte contre les jihadistes.

Les chrétiens pourraient-ils s'installer durablement au Kurdistan ?

Ce n'est pas la solution. Il faut lutter pour une reprise totale de Qaraqosh et de Mossoul, berceaux de la chrétienté en Irak. Mais il faut avant tout que les chrétiens puissent rentrer chez eux, retrouvent leurs maisons et leurs églises. Il faut résister contre ces jihadistes et stopper ce fantasme de rétablir un califat en Irak."

Posté le 25 août 2014 à 19h11 par Michel Janva | Lien permanent

Le Patriarche latin de Jérusalem soutient la manifestation de Civitas

Le Patriarche latin de Jérusalem apporte son soutien et sa bénédiction à la manifestation nationale du 21 septembre pour les Chrétiens d’Orient persécutés :

« Aux responsables de l’association Civitas :

Depuis Jérusalem, en mon nom et celui de tous les chrétiens de la Terre Sainte et du Moyen-Orient, je souhaite vivement vous remercier et vous encourager pour votre démarche et pour cette manifestation de soutien que vous organisez le 21 septembre prochain pour les Chrétiens d’Orient persécutés.

Notre souffrance est grande, la tragédie que vivent nos frères à Gaza est indicible. Aux bombardements s’ajoute désormais une situation sanitaire dramatique due au manque d’eau. Dans ce Moyen-Orient à feu et à sang, en proie aux fanatismes et à la violence, les innocents sont les premières victimes : les enfants, les chrétiens et les minorités. En Jordanie, nous avons accueilli récemment près d’un millier de chrétiens chassés d’Irak. Ils ont tout perdu, certains ce qu’ils avaient de plus précieux : leur femme, leur mari, leurs enfants, des parents, dans des conditions dont la violence dépasse toute barbarie. Mais au milieu de leur profonde détresse, la flamme de leur foi – cette foi pour laquelle ils ont accepté de tout perdre – n’a pas vacillé. Cette flamme est un signe pour le monde entier.

Ensemble, unissons-nous à l’appel de notre Pape François pour prier, prier sans cesse. Notre prière n’est jamais vaine. Il est de notre devoir de nous mobiliser comme vous le faites, et d’unir nos voix pour qu’elles soient entendues, et que les dirigeants de ce monde prennent conscience de l’urgence et se mobilisent pour sauver les chrétiens du Moyen-Orient. Plus que jamais, nous avons besoin de votre soutien et de votre prière. En attendant la joie de vous voir à Jérusalem si vous venez en Terre Sainte, soyez assurés de ma bénédiction et de mon intense communion."

Posté le 25 août 2014 à 14h49 par Michel Janva | Lien permanent

La Foi des chrétiens d’Irak reste sans faille, malgré les persécutions

En visitant les réfugiés en Kurdistan, une association de charité catholique témoigne de leur Foi intacte, même dans l’exil et dans de profondes souffrances.

la Foi est leur raison de vivre. Malgré les persécutions, les enfants portent des rosaires autour du cou et les gens ne cachent pas leurs tatouages des croix ni leurs médailles de chrétiens. »

Une femme âgée de 90 ans raconte que la seule chose qu’elle pouvait emporter lors de sa fuite était ses livres de prières. Elle montra ses livres comme ses trésors, écrits en Araméen à la main. Ce qui laisse à penser : « C’est précisément ce qu’ils veulent sauver : leur Foi ».

« L’église du camp des réfugiés était pleine à craquer, on ne pouvait même plus y entrer. Ils prient et chantent en Araméen ; c’est la voix qu’ils veulent étouffer en Irak. »

« Il faut faire en sorte qu’ils puissent continuer à prier sur cette terre et dans la langue araméenne. Nous ne pouvons pas demeurer des témoins silencieux d’une destruction qui prend la tournure de la chute d’une civilisation. Le problème ne concerne pas seulement l’Eglise mais toute l’humanité. Nous assistons en silence à un génocide culturel et humain aussi bien que religieux. Pour cette raison c’est notre devoir de lever nos voix et demander à nos gouvernements d’agir contre cette barbarie.»

Posté le 25 août 2014 à 14h38 par Michel Janva | Lien permanent

Le pape envoie 1M€ aux réfugiés irakiens

Le pape François destine une somme d’un million de dollars, soit plus de 750 000 €, pour venir en aide aux réfugiés irakiens, affirme le cardinal Fernando Filoni, préfet de la congrégation pour l’Évangélisation des peuples. Cette somme est destinée à subvenir à une partie des besoins des 700 000 chrétiens et d’autres minorités qui ont fui. 75 % de l’argent a été donné aux catholiques, et 25 % à la communauté yézidie.

Posté le 25 août 2014 à 10h07 par Michel Janva | Lien permanent

Bagdad appelle à l'aide

Le ministre irakien des Affaires étrangères a appelé dimanche la communauté internationale à aider son pays à lutter contre les jihadistes.

L'Irak "a besoin d'aide et de soutien de la part de tout le monde (...) de toutes les forces contre le terrorisme", mais pas sous la forme de troupes, car "les hommes combattant ne manquent pas". 

Son homologue iranien Mohammed Javad Zarif, qui s'exprimait à ses côtés, a assuré Bagdad de l'aide de son pays, mais démenti toute présence de soldats iraniens en Irak. 

"Nous coopérons et travaillons (...) avec le gouvernement irakien et avec le gouvernement kurde pour repousser ce groupe".  "Mais nous ne croyons pas que (les gouvernements kurde et irakien) aient besoin de la présence de soldats iraniens".

Posté le 25 août 2014 à 10h02 par Michel Janva | Lien permanent

Pour les Chrétiens d’Orient, osons fêter la Saint-Louis

De Louis, duc d'anjou :

"25 août fête de Saint Louis. En cette année de commémoration de la naissance du grand roi né en 1214, elle ne peut passer inaperçue ni nous laisser indifférent car l’image du roi nous ramène immanquablement à la Terre Sainte qui a tenu une grande place dans sa vie de souverain, de souverain chrétien. Or huit siècles après, cette terre se trouve toujours en guerre avec son lot de victimes et de drames vécus au quotidien par une des plus vieilles populations chrétiennes de la terre. Nous assistons à une véritable persécution qu’il faut dénoncer comme crime contre l’humanité. Les Chrétiens d’Irak qui étaient 1,5 millions il y a une trentaine d’années sont moins de 400 000. Le combat est celui, une nouvelle fois de David contre Goliath, des petits contre les géants. Mais les géants de nos jours sont armés puissamment et non moins puissamment fanatisés. Les moyens de résister sont faibles. Pourtant ne faut-il pas tout faire pour que ces Chrétiens demeurent sur leur terre ? Ils y vivent depuis toujours, depuis le début de l’ère chrétienne, c’est-à-dire bien avant que l’Islam n’y soit venu.

Saint Louis le saint de la justice, du bien commun et de la famille, est aussi celui d’un dialogue méditerranéen. S’il est plus que connu en France où les cérémonies organisées à l’occasion du 8ème centenaire de sa naissance et de son baptême sont nombreuses, il l’est aussi de la Tunisie à l’Egypte en passant par Chypre et il est encore largement honoré au Liban. Saint Louis, le premier, accorda la protection de la France aux peuples chrétiens d’Orient. Depuis, de François 1er à Napoléon III tous les souverains honorèrent cette promesse. La République n’y fut pas insensible même si parfois sa position manque de vigueur. Toutefois la voix de la France n’est plus aussi forte qu’auparavant et beaucoup de « bruits de fond » empêchent qu’elle soit bien audible. Ces peuples martyrs manquent de protecteurs.

Pourtant la situation des Chrétiens d’Orient demande à ce que l’on parle en leur nom. Le Pape François l’a fait fermement et courageusement il y a quelques jours. Plusieurs évêques et cardinaux français sont partis sur le terrain et ont montré par l’exemple et la prière que les chrétiens d’occident, que les fils de Saint Louis étaient à leur côté. Mais cette présence, ces prières doivent être soutenues et amplifiées. C’est à nous, nations chrétiennes dans un monde plus ou moins préservé, de rappeler qu’il y a des valeurs essentielles avec lesquelles les politiques ne peuvent transiger. Celles de la vie tout d’abord, de la vie respectée de la conception à la mort ; celles, ensuite, d’une société sachant s’élever au-dessus des seuls matérialismes et hédonismes comme vient encore de la rappeler le Pape François à Séoul ; celles, enfin, du respect mutuel entre croyants.

Le message chrétien dont la France a longtemps été le porte-parole est celui de la primauté du droit sur la force. La force du conquérant ne peut rien contre les droits de ceux qui ont toujours été là et qui se sont toujours reconnus comme chrétiens.

Cette présence chrétienne dans le coeur du Moyen-Orient, dans le berceau de la civilisation née en Mésopotamie, est une richesse pour toute l’humanité. Que serait celle-ci si l’uniformité régnait, si l’uniformité de la brutalité régnait ? Le message de Saint-Louis encourage à préserver cette richesse. Lui qui savait pardonner à ses ennemis, et a toujours mis toute son énergie en avant pour que la chrétienté puisse vivre sur la Terre Sainte. C’est la vigueur de sa foi et de ses vertus de chrétien qui ont fait que même prisonnier, ses ennemis l’ont estimé. C’est ainsi qu’il est saint et que huit siècles après il est toujours honoré.

Aîné des descendants de Saint Louis, je lance donc un appel en faveur des chrétiens du Moyen-Orient afin que la paix leur soit donnée, afin qu’ils puissent vivre sur leur terre et continuer à témoigner qu’au-delà de la violence des hommes, il y a place pour la charité, la justice, le droit. C’est cela la paix de Dieu. Le message malgré les siècles demeure. Le Pape François le prêche partout dans le monde. Il appartient à tous les hommes de bonne volonté de le diffuser et de faire vivre ces valeurs en redonnant du sens à leur vie. Pour les Chrétiens d’Orient, face aux persécutions et à l’exil forcé, il y a urgence. Telle est la prière que nous pouvons adresser à Dieu, par l’intercession de Saint-Louis en sa fête le 25 aout."

Posté le 25 août 2014 à 07h34 par Michel Janva | Lien permanent

24 août 2014

Des Suisses dans les milices chrétiennes en Irak

Lu ici :

"Une dizaine de Suisses seraient partis en Syrie et en Irak pour rejoindre les milices chrétiennes qui s'opposent notamment aux djihadistes de l'Etat islamique, selon une enquête du Matin Dimanche.

Des Suisses se battraient aux côtés de milices chrétiennes en Syrie et en Irak, affirme Le Matin Dimanche. Selon le journal dominical, ils seraient une dizaine et certains exerceraient des fonctions dirigeantes.

Les auteurs de l'enquête affirment avoir rencontré en Syrie plusieurs Suisses membres du Syriac Military Council, une milice qui défend les populations chrétiennes face aux djihadistes de l'Etat islamique. Cette organisation aurait déjà formé plus de 1000 soldats.

Parallèlement, les quelque 1500 familles suryoyes - comme se nomment les Araméens, les Assyriens et les Chaldéens - présentes en Suisse se mobiliseraient aussi financièrement."

A propos de ces milices chrétiennes, voir ce reportage du Monde.

M

Posté le 24 août 2014 à 19h08 par Michel Janva | Lien permanent

23 août 2014

Irak : la communauté internationale doit réagir maintenant avec fermeté

Johannes Heereman, président du conseil exécutif de l’Aide à l’Eglise en Détresse, a déclaré lors de son retour de la ville irakienne d’Erbil  

"Si nous ne voulons pas être des témoins muets des ultimes lignes de l’histoire du christianisme en Irak, la communauté internationale doit réagir maintenant avec fermeté. On peut réellement évoquer la menace d’un génocide. L’Église peut soulager la douleur et la détresse, mais les questions relevant de la sécurité et de la défense ainsi que du droit à la vie et à la liberté de religion reviennent au politique.

La situation est dramatique. Nous avons rencontré des évêques, des prêtres, des religieuses et des bénévoles qui s’engagent jour et nuit pour apporter une assistance élémentaire. Les températures avoisinent les 44 degrés. Les gens ont besoin de soins médicaux et d’un toit pour s’abriter. Il reste encore tant à faire. Ils sont nombreux à avoir déjà parcouru un long chemin parsemé de persécution et de souffrance. Ils sont découragés et ne veulent plus qu’une seule chose : partir. Ils nous supplient de les aider à obtenir un visa pour un autre pays. Mais ils sont aussi nombreux à vouloir retourner dans leur maison souvent pillée par les voisins : c’est là qu’ils ont vécu pendant des générations, que se situent leur histoire et leurs racines. Ils ont tout abandonné en fuyant, et veulent pourtant rentrer chez eux".

Posté le 23 août 2014 à 11h48 par Michel Janva | Lien permanent

Ils lui ont pris sa fille de 3 ans

Récit effarant de ce qui se passe en Irak.

Posté le 23 août 2014 à 10h14 par Michel Janva | Lien permanent

22 août 2014

"Parce que nous sommes chrétiens, ils veulent nous tuer"

Dans l'avion qui les conduit jeudi en France, 2 réfugiés chrétiens d'Irak racontent la peur, la terreur, les menaces :

"Bien avant leur arrivée, j'avais reçu trois menaces directes, sur mon téléphone portable". "Il y a huit ans, j'avais déjà dû quitter Mossoul, où nous les chrétiens n'étions plus en sécurité, pour me réfugier à Qaraqosh". "Quand ils sont arrivés aux portes de la ville, nous sommes partis pour Erbil, où nous avons été accueillis par le gouvernement kurde, qu'il en soit remercié". "Les djihadistes violent les femmes, les filles, kidnappent les gens, c'est très dur. On a des amis, des musulmans, qui sont très gentils, mais eux, on ne sait pas pourquoi ils font ça. Parce qu'on est chrétiens, c'est tout. Il y a beaucoup de chrétiens qui veulent venir en France ou en Europe, parce que c'est impossible de vivre avec les gens qui nous haïssent. Nous sommes humiliés, persécutés, on ne peut plus vivre comme ça". "On va recommencer à zéro, c'est dur, mais ce sera mieux pour nous que de vivre toujours sous la menace, dans l'insécurité, toujours, à Qaraqosh, à Mossoul, en Irak."

"Déjà en 2005, à l'université de Mossoul, ils m'avaient menacée et obligée à porter le voile, parce que c'était le ramadan. Je l'ai porté pendant deux semaines, si je ne l'avais pas fait, ils m'auraient tuée." "Ils sont effrayants, ils veulent nous forcer à nous convertir, nous transformer en musulmans". "Parce que nous sommes chrétiens, ils veulent nous tuer. Si nous étions restés, nous avions le choix entre nous convertir ou leur payer un impôt, tous les mois. Nous avons tout quitté en quelques heures, c'était horrible. La France est notre dernière chance, nous n'avons plus rien, plus de maison, plus de travail, nous avons tout perdu. J'étais professeur, d'anglais, désormais je ne suis plus rien." 

Posté le 22 août 2014 à 19h07 par Michel Janva | Lien permanent

Les djihadistes sont une menace pour tous

Communiqué du Fr. Bruno Cadoré, Maître de l’Ordre dominicain :

"Excellences,

Aucun de nous ne peut rester insensible à ce qui se passe en Irak actuellement. Ce que nous voyons arriver là-bas en appelle à notre solidarité et à une réponse coordonnée pour que cesse la violation extrême des droits humains contre des groupes minoritaires sans défense à qui on dénie la dignité humaine la plus basique. Il s’agit d’une violation de la loi humanitaire internationale, et d’un crime contre l’humanité. Nos frères et sœurs sur place nous tiennent informés en continu de cette terrible situation. Ceux qui commettent cela sont une menace non seulement pour le peuple irakien et ses voisins mais pour nous tous, car ils mettent en œuvre une mentalité et une vision de la vie qui, si elle réussit, attirera de plus en plus d’adhérents, mettant en danger de nombreux états. Alors même que le conflit semble être un conflit interreligieux, il ne peut rien avoir de religieux car Dieu est un Dieu de vie, pas un Dieu de mort.
 
Nous avons la chance d’avoir, avec les Nations unies, un forum engagé dans la construction d’un monde harmonieux et pacifique. Cependant, beaucoup de ceux qui auraient le plus besoin de son aide sont aujourd’hui cyniques sur son action, ayant l’impression que leurs appels à l’aide tombent dans des oreilles sourdes. La crise actuelle peut ainsi être une chance pour changer une mentalité qui serait soucieuse uniquement de « nos intérêts nationaux » pour une mentalité engagée dans la préservation de la vie et la dignité humaines de chaque être humain, indépendamment de sa race, de son origine ethnique, de sa religion ou de tout autre identité.
 
Nous reconnaissons les efforts des pays qui répondent aux besoins sécuritaires et humanitaires des personnes déplacées en Irak. Cependant, ce n’est pas suffisant pour assurer leur survie. Quand un état ne peut plus contrôler un niveau brutal de violence, sur lequel le monde entier s’accorde à dire qu’il doit être arrêté (comme c’est le cas actuellement en Irak), alors la communauté internationale a l’obligation d’intervenir pour arrêter ceux qui commettent cette violence.

À la lumière de ceci, nous en appelons à vous et à tous les états membres des Nations unies pour :

  • vous saisir de la crise actuelle en Irak aujourd’hui et assurer le déploiement immédiat d’unités militaires spéciales venant du plus grand nombre possible de pays, unités qui auront la capacité nécessaire pour arrêter la purification ethnique et sectaire en cours, assurer le retour sain et sauf des réfugiés dans leurs foyers et traduire les responsables en justice.
  • arrêter l’approvisionnement en armes des responsables et de sanctionner ceux qui continuent à leur en fournir.
  • répondre immédiatement afin de déminer la crise humanitaire, et ceci avant qu’elle ne prenne des proportions incontrôlables.
  • protéger les membres des communautés minoritaires persécutées et, selon le droit humanitaire international, leur garantir un droit d’asile immédiat.
  • mettre en place immédiatement des conditions de dialogue et de négociations de paix qui incluent toutes les composantes de la société.

Nous espérons et nous prions afin que vous et vos gouvernements répondent à cet appel urgent."

Posté le 22 août 2014 à 11h11 par Michel Janva | Lien permanent

21 août 2014

40 chrétiens d'Irak arrivent jeudi soir à Paris

Ils seront les premiers réfugiés irakiens rapatriés par le quai d'Orsay à poser le pied en France.

Posté le 21 août 2014 à 20h02 par Michel Janva | Lien permanent

20 août 2014

Un ministre allemand accuse le Qatar de financer les djihadistes

Le ministre de l'Aide au développement, Gerd Müller, s'est interrogé:

«Une telle situation a toujours un historique» «Qui finance ces troupes? (...) Je pense au Qatar.»...

La veille, le ministre de l'Economie, le vice-chancelier social-démocrate Sigmar Gabriel, avait estimé que la communauté internationale n'échapperait pas au

 «débat sur qui maintenant et par le passé, a fourni les moyens financiers pour armer l'EI». «Cela n'a pas pu se faire sans argent.» 

Posté le 20 août 2014 à 11h50 par Michel Janva | Lien permanent

18 août 2014

L'Etat islamique filmé de l'intérieur

     

(source)

Posté le 18 août 2014 à 20h55 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (4)

Pour le Pape, une intervention en Irak est licite, mais la décision n'est pas du ressort des Etats-Unis

Du Figaro :

"Pour le pape François qui s'est exprimé devant la presse lors de son retour de Corée du Sud, une intervention pour arrêter « l'agression injuste » en Irak est « licite » mais c'est à « l'ONU » et non aux États-Unis d'en décider et de choisir les modalités. 

Le Pape a en outre ajouté qu'il se rendait disponible pour se rendre en Irak si nécessaire".

De l'Orient le jour

"Interrogé dans l'avion qui le ramenait de Corée du Sud au sujet des frappes américaines sur les cibles de l'Etat islamique (EI) dans le nord de l'Irak, le pape a répondu : "dans le cas où il y a une agression injuste, il est licite de stopper l'agresseur injuste. Je souligne le verbe : stopper, je ne dis pas bombarder ni faire la guerre". Mais "une seule nation ne peut juger (seule, ndlr) comment arrêter" cette agression, a-t-il ajouté.

De Radio Vatican

"Le Pape François a précisé la position du Saint-Siège sur l'intervention en Irak. « Je peux dire qu’il est licite d’arrêter l’agresseur. Je souligne le verbe : arrêter, je ne dis pas bombarder. Nous devons avoir de la mémoire, n’est-ce pas ? Tant de fois sous cette excuse  les puissances se sont emparées des peuples et ont fait une vraie guerre de conquête ! », s’est exclamé le Pape, dans une allusion implicite notamment à l’intervention américaine de 2003 en Irak, à laquelle le Pape Jean-Paul II s’était opposé avec fermeté. « Une seule nation ne peut pas décider comment arrêter cela », a rappelé le Pape en insistant sur l’importance du rôle des Nations Unies pour décider d’une réponse collective pour arrêter « l’agresseur injuste ».

Il a aussi insisté sur l’urgence d’une aide à apporter à toutes les personnes en situation d’exode en Irak, et pas seulement les chrétiens. « On me parle des chrétiens, pauvres chrétiens, c’est vrai, il y a tant de martyrs. Mais il y a des hommes et des femmes, des minorités religieuses, pas toutes chrétiennes, et toutes sont égales. »

Posté le 18 août 2014 à 19h55 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (5)

15 août : les chrétiens d'Erbil se placent sous la protection de Notre-Dame

Le roc dans la tempête :

"Pour la fête de l'Assomption, les habitants d'Erbil ont dressé une statue à l'effigie de la Vierge Marie. Un évènement résolument symbolique pour les Irakiens qui proclament leur foi au péril de leur vie.

 A Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan, la statue de Marie veille sur les chrétiens en exil depuis mi-août. Agnès Richieri, correspondante de La Croix à Erbil raconte cette journée particulière.

En dépit des destructions massives imposées par l'Etat islamique et des persécutions infligées aux chrétiens de Mossoul, de Qaraqosh et d'ailleurs, les réfugiés d'Erbil continuent à afficher ostensiblement leur attachement au Christ et à sa mère. Le front tenu par les milices djihadistes se trouve pourtant à quelques kilomètres d'Erbil. L'inauguration a rassemblé une foule de fidèles, elle a été célébrée par l'évêque d'Erbil, Bashar Mate Warda. La vierge surplombe désormais une fontaine, non loin de l'église saint Joseph, dans le quartier chrétien de la capitale.

"Le projet était prévu de longue date, explique John, un jeune chrétien d'Ainkawa, le quartier où fut inaugurée la statue hier soir. Il y avait avant une statuette que l'on ne voyait pas bien. Maintenant, tout le monde sait que c'est une terre chrétienne." (suite).

Posté le 18 août 2014 à 15h54 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)


     Archives > Cathophobie , Pays : Irak

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Cathophobie , Pays : Irak