23 mai 2015

30 mai : Dictée & Dîner au profit des écoliers d’Irak à Lyon

Vignette-dictee-diner

Inscriptions ici.

Posté le 23 mai 2015 à 07h28 par Michel Janva | Lien permanent

21 mai 2015

Manuscrits irakiens : "c'est la laïcité qu'on piétine !"

La CGT en appelle à Fleur Pellerin pour faire cesser le "scandale" de l'exposition des manuscrits irakiens aux Archives nationales, expo qui a ouvert ses portes le 20 mai. Dans l'esprit embrumé par les miasmes du marxisme athée des syndicalistes de la CGT-Archives, il s'agit en effet d'une claque à la laïcité, car il y a un peu trop de bondieuseries sous-jacentes (les Dominicains, le cardinal Vingt-Trois, Mgr Gollnisch... sans compter les manuscrits eux-mêmes) pour satisfaire à la rectitude obstinément laïque du cégétiste moyen. Si ce n'était pas aussi stupide, on en rirait volontiers.

Cgt
 

Communiqué de Presse

Exposition des manuscrits de Mossoul aux Archives nationales

C’EST LA LAÏCITÉ QU’ON PIÉTINE !

Le Syndicat des Archives de France CGT tient à exprimer son plus vif mécontentement devant la remise en cause par le ministère de la Culture, et sa Direction des Archives de France, des principes élémentaires fondant la laïcité et prévus par la loi du 9 décembre 1905 (dite de séparation des Eglises et de l’Etat).

En effet, demain mardi 19 mai 2015, à 9h45, le cardinal et archevêque de Paris, M. André Vingt-Trois, inaugurera l’exposition « Mésopotamie, carrefour des cultures – grandes heures des manuscrits irakiens (XIIIe – XIXe siècle) », aux Archives nationales, Hôtel de Soubise (Paris 3e ardt.).

Précisons que cette exposition est organisée dans le cadre du VIIIe centenaire de la fondation de l’Ordre des frères Prêcheurs (dominicains), événement inscrit au calendrier 2015 des Commémorations nationales (service sous la tutelle du ministère de la Culture), en partenariat avec les Archives nationales, l’Association pour l’Histoire de l’Ordre de saint Dominique en Europe (AHODE), L’Oeuvre d’Orient, KTO, Chapitre.com, Les éditions du net.

Derrière le vernis culturel et humanitaire de la présentation « du fond des manuscrits de Mossoul », dont la collection « a été sauvée d’une destruction in extremis par le frère Najeeb Michaeel, o.p., à quelques heures de la prise de Qarakosh par les islamistes », se cache une réalité prosélyte, politique et partisane.

Et le communiqué de presse des « frères Prêcheurs » daté du 5 mai 2015 en est l’illustration : « Le monde vit actuellement une guerre contre l’obscurantisme qui a dramatiquement touché la France le 11 janvier. L’épicentre de ce drame se joue en Mésopotamie [terme utilisé en référence à l’histoire antique et qui désigne le nord-est de la Syrie et le nord de l'Irak actuel] où l’état islamique a entrepris la destruction de toutes les minorités, de toutes leurs cultures et même de toute trace de leur existence (…) ». Le communiqué précise enfin que : « La tragique actualité menaçant la présence chrétienne et son héritage dans cette région, offre une résonance toute particulière à cette initiative. La Province dominicaine de France et son Association pour l’Histoire de saint Dominique en Europe (AHODE) rappelle ainsi la vocation missionnaire de l’Ordre voulue par son fondateur. » [soulignés par nous] Tout est dit et revendiqué, l’instrumentalisation est totale.

« La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. » C’est ce que précise l’article 2 de la loi du 9 décembre 1905. Il serait bon que le ministère de la Culture s’en souvienne et se l’applique. Soulignons à ce sujet que les Archives nationales ont dépensé pour cette exposition la somme de 93 595,43 euros TTC (dont 24 273 euros pour le pack administratif ; 16 706,40 euros de fournitures et graphisme ; 15 517 euros pour la scénographie ; 12 088,35 euros pour la communication ; 9 750 euros pour l’achat d’exemplaires du catalogue. Combien ont respectivement dépensé l’AHODE, L’Oeuvre d’Orient, et les autres partenaires ? La Direction des Archives nationales a refusé de répondre à cette question. C’est donc certainement pas grand chose…

S’il fallait encore démontrer le caractère prosélyte de cet événement, arrêtons-nous sur les déclarations faites le 5 mars dernier au magazine L’Express par M. Pascal Gollnisch, chorévêque de l'Église syriaque catholique de Beyrouth, et directeur général de L’Oeuvre d’Orient : « Il me semble absolument indispensable d’obtenir rapidement un recul significatif de Daech, en particulier sur la rive gauche du Tigre. Cela suppose des frappes aériennes plus intenses. Je suis prêtre, je ne suis pas un va-t-en guerre. Mais quand on est devant des terroristes (…) je crois que malheureusement l’emploi de la force est nécessaire et légitime (…) Et puisque les Occidentaux ont l’air peu désireux d’intervenir directement sur le terrain en Irak, pourquoi ne pas constituer une force internationale sous la responsabilité de la Ligue arabe. » La guerre, sous toutes ses formes. Voilà les véritables intentions de L’Oeuvre d’Orient. L’exposition des manuscrits de Mossoul ou la demande de reconnaissance par l’UNESCO d’un « crime culturel, matériel et immatériel contre l'humanité », ne sont au fond que des cache-sexes. Nous n’avons nul besoin des frères Prêcheurs pour savoir que les combattants de Daech sont des barbares.

Au travers cette manipulation intellectuelle des frères Prêcheurs, force est de constater que la loi de 1905 est piétinée tout comme l’obligation de neutralité des agents publics dans l’accomplissement de leurs missions. Madame Fleur Pellerin, il est de votre responsabilité de mettre un terme à cette instrumentalisation. Votre devoir est de faire respecter la loi, la laïcité, toute la laïcité, tout le temps !

Paris le 18 mai 2015

Contact : CGT-Archives, 56 rue des Francs-Bourgeois

tél : 01 40 27 63 33 / courriel : cgt.archives@culture.gouv.fr

Posté le 21 mai 2015 à 16h26 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (28)

20 mai 2015

Grandes Heures des manuscrits irakiens

Le Salon beige avait déjà mentionné l'évènement : l'ouverture de l'exposition "Mésopotamie : carrefour des cultures - Grandes Heures des manuscrits irakiens" aux Archives nationales, une exposition qui regroupe quelques pièces très rares en syriaque, araméen et en arabe, organisée dans le cadre du 8e centenaire de l'ordre dominicain. L'exposition ouvre ses portes aujourd'hui, jusqu'au 24 août.

XVM41c2ac72-feb6-11e4-8db8-6d43728bd2a8 (2)

Le Figaro présente l'exposition, à l'aide notamment d'une vidéo du frère Najeeb, un Irakien, qui a protégé et transporté les documents sauvés des griffes des barbares de l'Etat islamique.

Posté le 20 mai 2015 à 10h31 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (2)

16 mai 2015

20 mai : concert pour les chrétiens d’Irak

Affiche EMH vp8Que vous soyez grand mélomane ou que vous cherchiez simplement à faire une bonne action, l’Ensemble Musical du Collège-Lycée privé Hautefeuille - ou EMH - vous accueille pour son concert de charité au profit des chrétiens d’Irak le Mercredi 20 Mai à 19 heures à Notre Dame du Lys (7, rue Blomet, Paris 15è).

Au programme se trouvent, entre autres, le Cantique de Jean Racine de Fauré, le Jesu Rex admirabilis de Palestrina, mais aussi des pièces d’orgue, de trompette et de violoncelle. Celles-ci sont interprétées par les 50 choristes et musiciens de l’EMH et vous permettront de régaler vos oreilles tout en aidant nos frères persécutés. 

Pour vous permettre de découvrir l’association Fraternité en Irak à laquelle iront les bénéfices du concert, l’EMH vous invite à un cocktail après le concert. Lors de celui-ci vous seront présentées les actions que mène Fraternité en Irak. Vous pourrez de plus discuter avec des bénévoles qui sont allés plusieurs fois en Irak à la rencontre des Irakiens de Kirkouk et de Ninive.

N’hésitez pas à les contacter via facebook www.fb.com/emhtf, par email em2htf@gmail.com pour obtenir plus de renseignements. Les places sont disponibles sur à la vente sur www.weezevent.com/emh.

Posté le 16 mai 2015 à 09h31 par Michel Janva | Lien permanent

10 mai 2015

Sauvez les derniers manuscrits Irakiens de Mossoul

A l’occasion des célébrations marquant le VIIIe centenaire de la fondation de l'Ordre des Dominicains, la Province dominicaine de France et l’Association pour l’Histoire de saint Dominique en Europe (AHODE), avec le concours du Centre numérique des Manuscrits orientaux (Mossoul - Irak), vous invitent à participer à la mise en valeur et à l’exposition d’un patrimoine de l’humanité inestimable et gravement menacé, réunissant plus de 809 manuscrits irakiens inédits.

La Bibliothèque du couvent des Dominicains de Mossoul, au nord de l’Irak, abritait plus de 800 manuscrits du XIIIe, XIVe et XVIe siècles. Le père Najeeb s’est fixé la mission de poursuivre le sauvetage de ses« précieux compagnons » : « les hommes et leurs livres anciens », et de les sauver des fanatiques, des mites et de l’humidité.

Ces manuscrits témoignent, par la calligraphie et l’enluminure, de la culture des chrétiens de Mésopotamie. Ce fonds exceptionnel demeure un remarquable témoignage de la richesse de la tradition des Églises orientales entre le Tigre et l’Euphrate, depuis l’aube du christianisme jusqu’au XXe siècle.

Les plus anciens d’entre eux : syriaques, chaldéens et arabes, remontent au XIIIe siècle. Ils proviennent de la bibliothèque du couvent dominicain de Mossoul (aujourd’hui transformé en prison et en centre de torture par l’Etat islamique). Cet ensemble a pu être sauvé et mis en sécurité à Erbil, dans le Kurdistan.

Participez à la réalisation en fac-similé de 7 des plus beaux manuscrits (XIIIe-XVIIIe siècle) du couvent Dominicain de Mossoul, qui seront présentés lors de l'exposition "Mésopotamie : carrefour des cultures - Grandes Heures des manuscrits irakiens" aux Archives nationales du 20 mai au 24 août 2015 à Paris.

Posté le 10 mai 2015 à 07h14 par Michel Janva | Lien permanent

02 mai 2015

20 mai : concert au profit des chrétiens d'Irak

11131044_559855114155610_2119984861_o

Posté le 2 mai 2015 à 16h15 par Michel Janva | Lien permanent

01 mai 2015

30 mai : soutien aux chrétiens d'Irak à Lyon

Trois fondations (Mérieux, Raoul Follereau et Saint-Irénée) se sont unies pour construire une école à Erbil (Kurdistan irakien) au profit des populations déplacées. Elle sera inaugurée le 28 juin. 900 élèves de primaire et de secondaire seront accueillis avec leurs enseignants dès la prochaine rentrée scolaire. L’urgence est désormais de donner aux élèves les fournitures scolaires indispensables. C’est pourquoi vous êtes chaleureusement conviés à devenir acteur de ce projet éducatif en :

  • testant votre orthographe d’une manière ludique,
  • dînant avec vos amis ou en famille, dans un cadre unique et prestigieux en plein cœur de Lyon le SAMEDI 30 MAI à partir de 18h pour la dictée, 20h pour le dîner, place Bellecour, 69002 Lyon.

DÉPLIANT DICTÉE DINER IRAK 30 MAI-1

DÉPLIANT DICTÉE DINER IRAK 30 MAI-2

Posté le 1 mai 2015 à 17h38 par Michel Janva | Lien permanent

Volontaire pour servir dans une milice chrétienne en Irak

"Sounda" (nom d'emprunt) a 21 ans, ancien soldat de l'armée française, chrétien, et comme un nombre toujours plus important de jeunes Français (ils ont désormais leur page Facebook), il part bientôt rejoindre une milice chrétienne en Irak, la milice Dwekh Nawsha, à 30 km de Mossoul. Il expose ses motivations :

"Cela fait déjà plusieurs mois que je souhaite partir combattre Daesh. La communauté internationale ne fait rien pour défendre ces pauvres gens, et je me sens mal à l'idée de suivre ces événements tragiques sans agir. Moi et d'autres hommes nous engageons donc dans cette cause que nous trouvons juste. Il y a tout de même eu un élément déclencheur, qui m'a fait prendre conscience que j'allais réellement sauter le pas. Quand mon curé m'a donné son feu vert.

Malgré mon appartenance à la religion chrétienne, ce n'est pas pour une raison religieuse que je vais m'engager auprès de cette milice. Je pense simplement que j'aurai plus d'affinité avec les membres de ce groupe, qui se construit comme une vraie famille. Même si la France était plus impliquée dans le conflit, ça ne changerait en rien mon engagement. 

"Dwekh Nawsha" signifie "futurs martyrs" en araméen. Cautionnez-vous ce nom ?

Je comprends parfaitement ce nom, qui ne me dérange pas. Mais à titre personnel je ne me rends pas en Irak pour devenir martyr. J'envisage de rentrer vivant en France, une fois que j'aurai le sentiment d'avoir été utile. J'espère pouvoir revenir au mois de septembre.

Comment s'est déroulé votre recrutement dans la milice ?

Le membre de la milice avec lequel je suis en contact m'a demandé de lui retranscrire mes motivations, pour juger de mon état psychologique en quelques sortes. Puis on m'a demandé mes compétences pour intégrer la milice. J'ai été accepté grâce à mon expérience des armes, par mon passage dans l'armée française. La milice cherche du personnel expérimenté, mais pas seulement dans le maniement des armes. Des personnes travaillant dans le domaine médical ou encore le génie civil sont également recherchées. Certains membres n'ont donc aucune expérience des armes avant de se rendre en Irak.[...]

Ressentez-vous de l'appréhension ?

Oui, bien sûr que j'ai peur. Je sais que je risque ma vie en me rendant en Irak, et qu'il y a un risque que je ne revienne pas. Et si je reviens, j'ai peur de l'accueil qui me sera réservé ici. Je pense même risquer la prison. Mais j'essaye de ne pas penser à tout ça, et de partir sereinement."

Posté le 1 mai 2015 à 15h54 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

Les milices chrétiennes ont leur page Facebook

Amine (un pseudonyme qui veut dire en arabe “celui à qui on peut faire confiance”), jeune Français catholique, a lancé une page Facebook sur les milices chrétiennes d’Irak et de Syrie. Il explique à l'hebdomadaire Christianophobie :

"Il y a un débat parmi les chrétiens occidentaux sur l’opportunité pour les frères de Syrie et d’Irak de se constituer en milices. Qu’en pensez- vous ?

Je pense que, face à la barbarie, les armes sont les seuls moyens d’arrêter ces fous d’Allah. De plus, la légitime défense est un droit et un devoir pour tout chrétien, les croisades ou les combats des Forces libanaises dans les années 80 n’avaient pas d’autres objectifs. En outre, la communauté internationale refusant d’envoyer des troupes au sol, il faut bien se défendre, puisque personne ne le fait ! Ce n’est pas un hasard si un véritable génocide des chrétiens d’Orient a lieu dans l’indifférence coupable de l’Occident pile un siècle après celui commis par les Turcs en 1915. Il n’est pas question que nous laissions nos frères se faire rayer de la carte une deuxième fois.

Que pensez-vous de la présence aux côtés de ces combattants de volontaires occidentaux ?

C’est une excellente chose ! Et d’ailleurs, ma page Facebook a reçu de nombreux messages de personnes souhaitant rejoindre ces milices, et, parmi elles, une majorité d’anciens militaires. Je les ai mis en relation avec ces groupes via les réseaux sociaux, et j’espère qu’ils ont pu rejoindre le Moyen-Orient pour combattre l’EI…

Selon vous, de quoi ces milices chrétiennes ont-elles le plus besoin ?

Elles ont besoin d’argent, afin d’acheter armes, munitions, médicaments, vêtements, véhicules, nourriture, etc. Elles ont besoin que l’Occident sache ce qui se passe là-bas et connaisse la noblesse de leur combat. Mais surtout, parce que nous sommes chrétiens et que nous croyons à sa force, elles ont besoin de notre prière !"

Posté le 1 mai 2015 à 07h58 par Michel Janva | Lien permanent

26 avril 2015

Moyens pour sauvegarder la présence chrétienne au Proche-Orient

Extrait du discours à l'UNESCO prononcé hier par le Patriarche maronite le cardinal Béchara Boutros Raï :

R"[...] l’Europe et la Communauté Internationale sont appelées à veiller pour que les chrétiens restent dans leurs pays, avec les garanties nécessaires, eux qui existent en Orient depuis 2000 ans et sont des citoyens originaires et authentiques. Je propose ici les moyens aptes à créer une atmosphère de paix et de stabilité, pour pouvoir préserver la présence chrétienne au Moyen - Orient afin d’ y promouvoir la culture de la paix. Ces moyens exigent des bonnes volontés.

a) Résoudre d’abord le conflit israélo - palestinien et israélo - arabe qui est à l’origine de tous les conflits et guerres qui enflamment le Moyen - Orient. Il y a déjà des Résolutions du Conseil de Sécurité à exécuter, et des Résolutions à prendre.

b) Mettre fin aux guerres en cours entre les pays sunnites et les pays shiites, en Syrie, Irak et Yémen, à travers les négociations politiques et le dialogue entre les parties en conflit. Par conséquent cesser de soutenir les belligérants en armes et en argent, et de les protéger politiquement, ainsi que les organisations terroristes. Quant à celles - ci il faut identifier les causes qui les ont provoquées et les remédier avec moins de dégât, afin d’endiguer le terrorisme et sauver la paix dans le monde. Il faut absolument aider les pays de la région à se dégager des conflits sanglants qui les consomment, peuples et civilisations.

c) Reconstruire le vivre ensemble européen et musulman sur les deux rives de la méditerranée, par un réengagement des européens sur la côte sud de la méditerranée, en remplacement de l’assistanat et de la force militaire. La méditerranée devrait devenir le pont culturel entre ces deux mondes, au lieu d’être la frontière de leur conflit. "L’union de la méditerranée", à l’initiative de la France, est le projet le plus vital pour que les chrétiens d’Orient restent sur leurs terres avec toute leur efficacité et que les européens reviennent et contribuent de nouveau au progrès et développement de l’Orient, comme ils l’ont fait dans le passé. Les chrétiens orientaux sont bien positionnés pour réaliser cette "union".

d) Déployer les forces nécessaires pour que l’Islam, aujourd’hui en éruption violente, ne se sente coincé, défié ou peu respecté et n’entre en confrontation avec l’Europe et l’Occident. Les chrétiens d’Orient et particulièrement ceux du Liban sont des collaborateurs essentiels pour cette mission si importante pour le monde.

e) Reconnaître que les chrétiens d’Orient, surtout les chrétiens du Liban, sont stratégiques pour une solution politique à long terme, une solution interculturelle intrinsèque, au lieu d’une solution militaire imposée, comme c’est le cas aujourd’hui en Palestine, Syrie, Irak et Yémen.

f) Sauvegarder le Liban et le rôle efficace des chrétiens pour garantir la marche vers la démocratie, les valeurs de la modernité et le développement dans la région. Car seul le Liban sépare entre Religion et Etat, où chrétiens et musulmans sont en pleine égalité de droits et obligations. Seulement au Liban, les chrétiens ont une présence politique respectable dans leur propre pays et dans le monde arabe. Le Liban, grâce à sa culture de convivialité, reste le seul espoir du vivre ensemble entre chrétiens, musulmans et autres. Son président chrétien Maronite de par le Pacte National est le garant de cette convivialité. Malheureusement l’élection d’un nouveau Président a été liée forcement aux issus des conflits en cours en Syrie et dans la région. Voilà qu’aujourd’hui même s’accomplissent onze mois de vacance présidentielle, due au boccage des séances parlementaires. Nous comptons sur la médiation des pays amis du Liban, et ceux qui ont une influence politique sur l’Iran et l’Arabie Saoudite, pour débloquer cette impasse parlementaire."

Posté le 26 avril 2015 à 18h01 par Michel Janva | Lien permanent

25 avril 2015

Chrétiens d'Orient - Du martyre à la résurrection ?

Proposé par un lecteur, cet article (pdf) de Bruno Deniel-Laurent, très intéressant, revient sur le génocide arménien, et plus largement sur le génocide programmé des communautés chrétiennes d'Orient par l'Etat islamique. L'auteur se penche notamment sur cette région du nord de la Syrie, le Rojava, territoire kurde auto-administré et dernier refuge pour les Assyriens. Il  montre également l'importance des milices chrétiennes du Conseil militaire syriaque, qui s'opposent à la fois à l'Etat islamique et aux forces du régime syrien.

A la suite de l'article de Bruno Deniel-Laurent, un encart de Frédéric Rouvillois explique pourquoi il convient de considérer que "Daesh" est bien "l'Etat islamique", et que lui dénier ce nom revient à lui dénier les moyens nécessaires pour le combattre. Un point-de-vue intéressant.

Posté le 25 avril 2015 à 11h43 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (2)

06 avril 2015

Quelques précisions sur les ex-militaires français partis au djihad

La DPSD (Direction de la protection et de la sécurité de la défense) apporte des précisions sur les militaires français qui se sont engagés dans les filières djihadistes, et qui avaient parfois été présentés comme des soldats expérimentés, ce qui, pour le général Hogard, chef de la DPSD, n'est pas forcément le cas :

[...]"« La presse signale volontiers les risques d’entrisme », a dit le général Hogard. Mais « les quelques anciens militaires qui sont partis dans les filières jihadistes sont des individus qui n’ont bien souvent passé que quelques semaines dans l’Institution et ont été remerciés pour cause d’instabilité ou d’inadaptation », a-t-il expliqué aux députés. « Il existe dans l’arme une période d’essai de six mois au cours de laquelle l’individu et la hiérarchie peuvent rompre leur contrat à tout moment », a-t-il rappelé.

En clair, un individu peut toujours se prévaloir d’être un ancien parachutiste parce qu’il a passé quelques semaines dans une unité aéroportée sans pour autant avoir été un soldat expérimenté. Il y a donc aussi des « mythos » chez les jihadistes… « Aucun de ceux qui sont partis à ce stade n’a reçu de formation pointue – par exemple d’artificier ou de tireur d’élite », a d’ailleurs précisé le général Hogard."[...] 

Posté le 6 avril 2015 à 01h07 par Marie Bethanie | Lien permanent

05 avril 2015

Les chrétiens d'Irak vous souhaitent de joyeuses Pâques

De l'AED :

"« Ne craignez pas, je suis ressuscité et je serai toujours avec vous ! »
Joyeuses Pâques !

Christ est ressuscité !

"L'amour a vaincu la haine, la vie a vaincu la mort, la lumière a chassé les ténèbres !

Jésus Christ, par amour pour nous, s'est dépouillé de sa gloire divine ; il s'est vidé de lui-même, il a assumé la forme de serviteur et s'est humilié jusqu'à la mort, et la mort de la croix.

Implorons aujourd'hui du Seigneur ressuscité, la grâce de ne pas céder à l'orgueil qui alimente la violence et les guerres, mais d'avoir l'humble courage du pardon et de la paix. À Jésus victorieux demandons d'alléger les souffrances de tant de nos frères persécutés à cause de son nom, comme aussi de tous ceux qui pâtissent injustement des conséquences des conflits et des violences actuelles. Il y en a tant !

Demandons la paix, surtout pour la bien-aimée Syrie et l'Irak, pour que cesse le fracas des armes et que se rétablisse la bonne cohabitation entre les différents groupes qui composent ces pays bien-aimés. Que la communauté internationale ne reste pas inerte face à l'immense tragédie humanitaire dans ces pays, et au drame des nombreux réfugiés." Pape François, dimanche 5 avril 2015.

Touchés par votre aide, les chrétiens d'Irak que nous avons vus la semaine dernière ont tenu à vous souhaiter une joyeuse fête de Pâques (vidéo en Anglais) : 

 

Posté le 5 avril 2015 à 16h36 par Marie Bethanie | Lien permanent

03 avril 2015

Plainte contre l'Etat islamique pour génocides et crimes contre l’Humanité

Question écrite du député UMP des Yvelines Jean-Marie Tétart à Laurent Fabius :

T"Jean-Marie Tétart attire l’attention de Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et du développement international sur la plainte déposée le 10 septembre 2014 par la Coordination Chrétiens d’Orient en Danger pour génocides et crimes contre l’Humanité contre DAESH.

En effet la Cour Pénale Internationale vient de l’informer qu’elle instruirait cette plainte et procédait actuellement à l’instruction du dossier.

L’objet de cette démarche est d’une part de poursuivre pénalement tous ceux qui ont commis ces crimes et d’autre part de dissuader ceux qui seraient tentés de renforcer les rangs de ces criminels. Et cette démarche est également plus que nécessaire et urgente au vu de la persécution et de l’extermination que subissent les populations de la région du Moyen-Orient, les chrétiens en particulier, de la part des terroristes islamistes.

Leurs attaques s’inscrivent dans une fureur destructrice et femmes, enfants, hommes sont toujours massacrés. Chrétiens d’Orient, Kurdes, habitants d’Irak et de Syrie… européens, américains, japonais… tous ceux qui combattent la liberté face à la barbarie de Daesh sont aujourd’hui menacés.

Le Gouvernement français s’est très tôt mobilisé et a su également mobiliser la communauté internationale.

Au-delà de l’aide humanitaire apportée aux déplacés et aux réfugiés, au-delà de l’accueil en France des réfugiés et de l’assistance apportée aux pays d’accueil, la France doit poursuivre et même intensifier son combat contre l’Etat islamiste.

Il apparaît  indispensable que le Gouvernement français continue de sensibiliser l’ONU et la communauté internationale.

Il lui demande donc  si le Gouvernement français, dans cette perspective, entend soutenir cette plainte pour lui donner plus de force et quelles mesures il entend mettre en œuvre notamment contre ceux qui financent les structures terroristes."

Posté le 3 avril 2015 à 09h15 par Michel Janva | Lien permanent

29 mars 2015

14 avril : conférence sur l’avenir des chrétiens d’Irak à Paris

Tract

Posté le 29 mars 2015 à 07h15 par Michel Janva | Lien permanent

28 mars 2015

Le nouvel exode

NewsDans un long article (en anglais) agrémenté de belles photos, Newsweek passe en revue la situation des chrétiens dans tout le Moyen-Orient et revient sur les événements marquants - printemps arabe, bataille de Maaloula, enlèvements d'Hassaké, prise de Mossoul... D'après le magazine, la part des chrétiens dans la population régionale serait passée de 20% au début du XXe siècle, à 5% aujourd'hui.

  • 700 000 chrétiens ont fui la Syrie - ils étaient 1,1 million à y vivre avant 2011
  • En Irak, ils seraient entre 260 000 et 350 000, contre 1,4 million avant la guerre déclenchée en 2003
  • 100 000 Coptes ont émigré d'Egypte, qui compte plus de 4 millions de chrétiens
  • Il n'y aurait plus que 32 000 chrétiens dans le district de Jérusalem...

Posté le 28 mars 2015 à 10h32 par Louise Tudy | Lien permanent

27 mars 2015

La situation des chrétiens d'Irak en exil s'enlise

Mgr Yohanna Petros Mouché, archevêque catholique de Mossoul, de Kirkouk et du Kurdistan est réfugié à Erbil. De passage en France, à l'invitation de l'association Fraternité en Irak, Mgr Petros Mouché déclare au Figaro :

"Sur place, la vie est très difficile. Nous vivons dans des camps, dans les écoles ou des bâtiments vides. Nous manquons des biens les plus élémentaires. La promiscuité et le manque d'hygiène propagent des épidémies. Les familles qui louaient des maisons, à Erbil ou ailleurs, n'ont plus de quoi payer le loyer et risquent de se retrouver dehors. Elles n'ont plus de revenus, et leur argent est bloqué sur leurs comptes en banque. Mercredi, j'ai encore reçu un appel de la ville de Shaqlawa où une trentaine de familles habitent toujours dans l'église, et nous n'avons aucune solution de relogement qui leur permettrait de libérer les lieux.

La situation s'enlise...

Exactement. Au début de la crise, nous espérions rentrer vite chez nous. Mais les mois passent et rien ne change. Nos villages n'ont toujours pas été libérés, Daech est toujours là. Dans ces conditions, les familles continuent de fuir le pays. [...]

L'exode des chrétiens a-t-il atteint un point de non-retour?

Je ne l'espère pas, mais la situation est catastrophique. Sur les 12 000 familles de mon diocèse, plus de 4 000 ont déjà quitté le pays depuis cet été, soit un tiers de la communauté! J'ai 1 300 familles en Jordanie, 1 400 au Liban, une centaine en Turquie, presque mille personnes en France... Et l'hémorragie se poursuit. C'est dramatique car mon diocèse représente un tiers de l'Église syriaque, qui compte 150 000 personnes dans le monde entier."

Posté le 27 mars 2015 à 07h17 par Michel Janva | Lien permanent

24 mars 2015

Maryam, 10 ans, réfugiée irakienne : "Jésus ne m'abandonnera jamais"

 

Posté le 24 mars 2015 à 18h39 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (3)

23 mars 2015

Débat sur l'aide militaire aux chrétiens d'Orient : analyse de la situation locale

Suite au débat entre Mgr Gollnisch et des lycéens catholiques sur l'opportunité d'aller se battre sur place pour défendre les chrétiens d'Orient, un lecteur apporte une analyse complémentaire de la situation locale :

"Un débat récent dont le Salon Beige s’est fait l’écho porte sur la question d’un soutien possible, voire souhaitable, de volontaires occidentaux auprès des chrétiens d’orient menacés par les islamistes en Irak et en Syrie. Il n’est pas raisonnable de prétendre prendre position sur cette question sans une approche plus détaillée de la situation des chrétiens dans ces deux pays.

La Syrie est un véritable microcosme oriental, dans lequel toutes les confessions chrétiennes se côtoient. On compte en effet les grecs-catholiques melkites (180 000), les grecs orthodoxes (500 000), les syriaques-orthodoxes (165 000), les syriaques-catholiques (60 000), les arméniens apostoliques orthodoxes (300 000), les arméniens-catholiques (60 000), les maronites (60 000), des protestants (35 000), des assyriens (30 000), nestoriens (35 000) et latins (10 000).

En Irak, les catholiques chaldéens (400 000) et Syriaques (40 000) sont majoritaires. Les chrétiens se répartissent aussi entre nestoriens (150 000), syriaques orthodoxes (40 000) et les autres confessions chrétiennes, qui réunissent quelques milliers de fidèles.

La défense de ces communautés chrétiennes est également assurée de manière différente.

En Irak, trois milices chrétiennes se sont formées dans le Kurdistan. Deux sont affiliées au gouvernement autonome du Kurdistan irakien : Dwekh Nawsha, lié au parti assyrien, au sein de laquelle se trouvent quelques volontaires occidentaux, et les Gardes du Tigre, du général Abou baker Ismail. Ces unités sont soutenues par les peshmergas kurdes. Une autre milice, l’Unité de protection de la plaine de Ninive, entraînés par l’ONG américaine “Sons of Liberty International” (SOLI), ne bénéficie pas de ce soutien. Sa capacité opérationnelle en est donc amoindrie.

En Syrie, la majorité des chrétiens de Syrie réside dans l’ouest du pays, dans les provinces côtières de l’ouest, dans la région de Damas, et sur l’axe Homs-Alep. Des milices chrétiennes se sont constituées depuis 2013 pour défendre les villages chrétiens. Elles ont depuis été intégrées à la Défense nationale syrienne, qui regroupe les différentes milices engagées contre les islamistes (alaouites, druzes, chiites…). Ces chrétiens se considèrent comme arabes et comptent sur la protection de l’Etat et de l’armée syrienne. En revanche, dans le nord-est du pays, la communauté chrétienne se réclame du nationalisme assyrien, la plus ancienne peuplade de la Mésopotamie. Elle a aussi constituée une milice, le Conseil militaire syriaque, alliée aux kurdes du PYG, la branche syrienne du PKK turc. Dans les localités, la défense est assurée par les forces du Sutoro, un autre groupe armé syriaque. Une partie de ce groupe a toutefois donné naissance au Sootoro, qui remplit les mêmes missions, mais en lien avec l’Etat syrien. En effet, Sutoro et Conseil militaire syriaque se situent dans l’opposition au régime, contre lequel ils ont participé à des actions de l’Armée syrienne libre au début du conflit. Mais l’essentiel de leur action est aujourd’hui tournée contre les islamistes de DAESH, qui tentent d’ouvrir un corridor entre le nord de la Syrie et le nord de l’Irak, pour assurer une continuité territoriale des zones qu’ils contrôlent entre les deux pays. Cette stratégie se heurte à l’objectif des combattants kurdes de constituer eux-mêmes un arc kurde autonome de la Syrie à l’Irak.

Il est donc important de noter que d’éventuels volontaires occidentaux devront choisir, au-delà de la défense des chrétiens menacés par les islamistes, entre deux positions distinctes sur le plan géopolitique.

En Irak, les milices chrétiennes sont liées aux kurdes, qui ambitionnent de conquérir une indépendance que leur participation aux combats contre l’Etat islamique préfigure.

En Syrie, les milices chrétiennes syriaques sont liées aux socialistes kurdes du PYG, opposés aux forces de l’Etat syrien qui compte dans ses rangs d’autres milices chrétiennes.

La complexité de la situation doit être connue pour porter un jugement sur l’opportunité d’un soutien armé aux chrétiens d’orient. Une autre option a été évoquée : celle d’une intervention directe de la coalition pour défendre les chrétiens persécutés. Les autorités religieuses catholiques d’Irak et de Syrie la rejettent unanimement, tant les interventions étrangères ont déjà provoquées de malheurs pour les chrétiens de la région."

Posté le 23 mars 2015 à 09h51 par Michel Janva | Lien permanent

21 mars 2015

La France a accordé 1500 visas d'asile à des chrétiens d'Orient

... depuis le mois de juillet. Environ 200 personnes ont été conviées dans les jardins du ministère de l'Intérieur, pour une cérémonie sur l'accueil de chrétiens venus d'Irak et de Syrie, en présence de François Hollande, qui a déclaré :

«Je veux saluer la pleine intégration qui est la vôtre, cette volonté d'être pleinement, maintenant, ici en France, et de pouvoir apporter votre talent, votre culture et votre volonté d'être utiles à la France, car vous êtes utiles à la France». «Merci pour le courage dont vous avez fait preuve». 

Pourquoi, il y a d'autres immigrés qui ne s'intègrent pas ?

le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a ajouté :

«Vous êtes tous les bienvenus chez nous», «les chrétiens sont parmi les premières victimes du projet criminel d'épuration religieuse que Daech cherche à imposer à l'ensemble des territoires qu'il contrôle aujourd'hui».

Posté le 21 mars 2015 à 17h33 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

20 mars 2015

Mgr Pascal Gollnisch répond à la lettre ouverte de lycéens

Suite à la lettre ouverte de lycéens à Mgr Gollnisch, directeur de l'Oeuvre d'Orient, ce dernier nous fait parvenir cette réponse :

G"Chers amis,

Vous avez écrit une lettre ouverte pour manifester votre désaccord sur mes positions concernant les Français qui iraient se battre en Syrie.

La Syrie est en guerre civile avec des centaines de milliers de morts, de blessés, et des millions de personnes déplacées, chassées de chez eux.

Chaque jour je suis en contact avec les chrétiens de ce pays et nous essayons de les aider.

Nous sommes horrifiés par les centaines d’européens qui vont se battre avec le DAESH.

Il faut rendre à la Syrie le soin de décider de son avenir. Il faut limiter les interventions étrangères. Quelques dizaines d’européens ne changeront rien. De plus la guerre est un métier. Cela ne s’improvise pas.

Elle n’est pas un choix individuel, mais de la responsabilité des pouvoirs publics. Les chrétiens ne sont pas des mercenaires.

Il faut arrêter la guerre, et c’est à cela que les chrétiens doivent se consacrer. Il faut soulager les souffrances de la population. Il faut agir vers les autorités nationales et internationales.

Un engagement des européens avec le régime sera exploité avec les medias pour faire un très mauvais parallèle avec le DAESH.

Il faut se garder contre un faux héroïsme et écouter les vrais besoins des chrétiens d’Orient.

Mgr Pascal Gollnisch"

Posté le 20 mars 2015 à 14h05 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (24)

19 mars 2015

Lettre ouverte de lycéens français à Mgr Gollnisch

Un groupe de lycéens catholiques de région parisienne, lecteurs du Salon beige, ont regardé la vidéo ci-dessous ("La nouvelle édition" du 16 mars, Canal+), qui traitait du départ de jeunes Occidentaux au sein des milices chrétiennes, et où Mgr Gollnisch, directeur général de l'Œuvre d'Orient, était interrogé (à 3'09"). Ils ont souhaité lui écrire cette lettre ouverte, car ils ne comprennent pas sa prise de position.
  
 
  

"Monseigneur,

Nous vous écrivons à propos d'une de vos interviews dont un extrait est passé sur "La Nouvelle édition" de Canal+ ce lundi 16 mars.

En tant que jeunes catholiques français nous sommes extrêmement choqués de la manière dont vous avez parlé de ces jeunes chrétiens occidentaux qui partent défendre nos frères de Syrie et d'Iraq. Vous les présentez en effet comme des inconscients qui iraient jouer les héros en Orient.

Vous déclarez notamment que "notre mission c'est d'aider la paix, pas la guerre". Mais il apparaît aujourd’hui évident que le seul véritable moyen d'aider les chrétiens d'Iraq et de Syrie est d'anéantir l'Etat islamique. Or on ne peut envisager de paix avec les djihadistes et le seul moyen de s'opposer à eux est de les combattre les armes à la main. Si des occidentaux partent donc combattre aux côtés des milices chrétiennes c'est justement pour bâtir la paix qui ne sera envisageable qu'une fois l'Etat islamique défait.

Nous sommes dans les premiers à réciter chapelets et neuvaines pour les chrétiens d'Orient mais toutes ces prières sont vaines si personne ne combat sur le terrain. En effet les plus grands miracles se sont tous effectués à travers l'action humaine, guidée par Dieu . Sainte Jeanne d'Arc a dit: "Les hommes d'armes batailleront et Dieu donnera la victoire". Mais si personne ne livre bataille alors il n'y aura jamais de victoire.

C'est pourquoi nous accordons tout notre soutien (et nous savons que des milliers de catholiques français sont du même avis que nous) à ces défenseurs de la foi que vous qualifiez de "têtes brûlées" alors qu'ils risquent de finir la tête coupée pour leur prochain. 

En union de prière."

Des lycéens catholiques

 

En bonus, cet article de Slate du mois de Février, qui traite du sujet des milices chrétiennes : http://www.slate.fr/story/98125/syrie-combattants-chretiens

Posté le 19 mars 2015 à 08h05 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (20)

13 mars 2015

Création d'une brigade irakienne composée de chrétiens

La première brigade des forces régulières irakiennes composée uniquement de combattants chrétiens a été officiellement créée jeudi, avec pour tâche de reprendre les villes et villages chrétiens aux mains des jihadistes de l'Etat islamique.

Cette nouvelle brigade est placée sous le commandement du gouvernement de la région autonome irakienne du Kurdistan. Le général Abou baker Ismail explique :

«Environ 600 frères chrétiens de la plaine de Ninive ont participé à la formation, qui consistait essentiellement en un entraînement physique, des cours d'art militaire et des exercices de tir». «Tous les participants sont des volontaires, et il veulent libérer leur terre des jihadistes, puis la protéger».

Cette nouvelle brigade, baptisée «Les Gardes du Tigre», a été fondée sur les reste d'une force assyrienne créée en 2004 pour protéger les églises de la région.

Posté le 13 mars 2015 à 07h48 par Michel Janva | Lien permanent

11 mars 2015

Il achète des esclaves sexuelles en Irak... pour les rendre à leur famille

Un homme, dont l'identité reste secrète, consacre temps et argent au rachat des prisonniers de l'Etat islamique, des jeunes filles chrétiennes, musulmanes et yézidi, vendues comme esclaves sexuelles, et les aide ensuite à retrouver leur famille. Ci-dessous, une jeune fille Yézidie retrouve son père :

 

"L’esclavage, justifié par la sourate 4 du Coran, a été établi officiellement par Daesh, qui pratique la traite sexuelle dans son « califat » , comme en atteste une édition de sa revue en ligne Daquib, publiée en anglais. Ce commerce de la honte, qui déshonore tous ceux qui y trempent, concerne le plus souvent des jeunes filles des minorités chrétiennes ou yézidi. Leur prix varie en fonction de leur âge. Il est difficile d’imaginer le calvaire enduré par ces jeunes filles, et la souffrance de leur famille, en particulier de leurs parents. Celles qui ont la chance d’échapper à cet enfer mettront du temps à se reconstruire. Il est d’ailleurs peu probable qu’elles y arrivent vraiment un jour."[...]

On en revient ainsi aux temps du rachat des esclaves chrétiens enlevés par les barbaresques, et rachetés par les ordres fondés à cet effet, les Trinitaires et plus tard, les Mercédaires (Ordre de Notre-Dame de la Merci).

Posté le 11 mars 2015 à 08h40 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

10 mars 2015

Une famille irakienne accueillie à Riaumont

Lu sur La Voix du Nord :

"C’est une histoire douloureuse, une parmi tant d’autres, mais qui pour une fois finit bien. Les sourires de Jinan, Rana et de leurs trois enfants ne trompent pas : ces cinq-là savourent leur chance d’avoir pu quitter l’Irak fin février pour rejoindre le nord de la France, ensemble. Laissant la peur et les exactions de Daesh derrière eux. « Quand nous sommes montés dans l’avion, nous avons su que la lumière allait de nouveau briller pour nous », confie Jinan, le père.

Six mois plus tôt, dans la nuit du 6 au 7 août 2014, la vie de cette famille bascule. L’arrivée des islamistes à Karakosh, première ville chrétienne du pays, est imminente. « Les prêtres ont toqué à nos portes et nous ont dit de fuir. Nous sommes partis sur le coup, sans rien d’autre que nos vêtements sur le dos », raconte la jeune maman. S’ensuit un périple de sept heures pendant lequel des centaines de chrétiens en fuite s’entassent malgré la chaleur, dans des bus et des voitures. Arrivée à Ankawa dans la région du Kurdistan, où déjà plus de 100 000 personnes ont trouvé refuge, la petite tribu dort dans la rue, puis sous tente, et survit grâce aux dons de l’aide humanitaire. Une errance de six mois jusqu’à ce qu’enfin, le consulat de France d’Erbil leur délivre des visas pour rejoindre la France.

Un moine à leur secours

À Liévin, père Agouac’h, membre de la communauté religieuse de Riaumont, les attend depuis trois mois déjà. Il a un toit pour eux, et tout le dévouement dont un homme est capable. « Ça faisait longtemps que je voulais faire quelque chose, moi qui ai vécu en Irak. Nous avions cette maison qui servait de lieu de réunion. On a tout de suite décidé de les accueillir. » L’homme, une veste en cuir par-dessus la soutane, est sur tous les fronts : il remplit le frigo, prépare la scolarisation des enfants et orchestre les travaux pour bientôt accueillir les grands-parents. Face à lui, Rana la maman, le quitte à peine du regard, le remercie cent fois. « Les miliciens de Daesh ont enlevé des enfants, violé des petites filles. Ils se sont filmés en train de détruire les églises et de planter des drapeaux islamistes à la place. Si on n’était pas partis, ils nous auraient tous tués. »"

Posté le 10 mars 2015 à 22h35 par Michel Janva | Lien permanent

01 mars 2015

Au musée de Mossoul, l'Occident a vu la mort de sa propre civilisation

MossoulMgr Luigi Negri, archevêque de Ferrara-Comacchio, estime que l'Europe "civilisée", et spécialement la France, n'ont pas de leçons à donner aux barbares de l'Etat islamique, qui ont détruit méthodiquement les sculptures d'un musée de Mossoul. Une traduction du site "Benoît et moi" :

"J'espère que les moyens technologiques (...) gardent de manière éloquente, aussi pour les prochaines générations, l'image de la terrible action de barbarie à laquelle nous avons assisté presque en direct partout dans le monde: l'acharnement démentiel, encore plus que barbare, à l'encontre des expression artistiques d'un des plus grands moments de la culture universelle, et qui avaient été transmises avec dévotion et respect d'une génération à l'autre, d'une culture à l'autre, d'une civilisation à l'autre. Car la culture et la civilisation ne sont pas exclusives comme l'est au contraire l'horrible idéologie, même religieuse. La culture et la civilisation sont inclusives et savent donc assumer aussi les réalités historiques et culturelles qui ne sont pas nées dans leur propre aire stricte, et dont elles au contraire s'enrichissent.

Aux rares hommes de culture qui encore existent dans cette société épuisée est justement venue à l'esprit la grande tradition catholique qui pendant des siècles innombrables a accueilli les expressions de la culture classique, grecque et romaine, et plus tard des autres traditions même de l'Extrême Orient. (...)

Cette capacité d'accueil, de respect, d'approfondissement a été pulvérisée. L'expression la plus abjecte est la destruction de ce qui est différent. En réalité, nous les Européens nous avons aussi fait l'expérience de cela. Nous avons sous les yeux les destructions des traditions précédentes faites par exemple par la Révolution française qu'une grande partie du laïcisme européen considère encore comme un point de départ insurmontable. Et malheureusement pas uniquement les laïcistes, mais une certaine partie du monde catholique considère également la Révolution française comme un fait indéniablement positif.

L'Occident a assisté à l'avance à sa propre fin. Dans la tragédie qui s'est consommée dans ce magnifique musée de Mossoul où était préservé le meilleur du grand art, de la grande culture, l'Occident a vu la mort de sa propre civilisation, qui avait été évoquée de manière incomparable par Benoît XVI dans son discours incompris de Ratisbonne. La grande civilisation occidentale est une civilisation dont la variété des formes de vie, de pensée, de coutume ont su et savent se rencontrer, se valoriser, se combattre si nécessaire, mais tout cela dans la perspective d'une nouveauté de vie humaine et historique qui est la marque de la civilisation.

Tout cela, que cela plaise ou non, arrive à sa fin, s'il n'est pas en réalité déjà fini. L'horizon est marqué par le sillage noir du Califat, et sous le sillage noir du Califat gît la liberté de conscience et de cœur, la liberté physique, la liberté de vivre dans la dignité et de professer ses propres convictions de manière libre et responsable.

Le massacre, les massacres qui sont désormais une chose normale, l'imaginaire de l'homme occidental l'a déjà métabolisé. Il en lit hâtivement dans les journaux ou les réseaux sociaux; les images défilent à la télévision pendant qu'il mange tranquillement; comme si c'étaient les évènements d'un autre monde.

La civilisation est finie. Une société moribonde n'a même pas la capacité de faire une authentique révision critique de sa propre vie, mais si elle l'avait, il faudrait qu'en ressortent tous ceux qui, sciemment ou inconsciemment, ont préparé dans les formes les plus diverses cette fin: tous ceux qui ont poursuivi le dialogue au-delà de toute mesure; tous ceux qui au fond ont plus peur de la foi chrétienne que de la barbarie de l'idéologie islamiste. Mais peut-être que cette responsabilité est surtout celle de ceux qui ont apostasié le Christ. Et en apostasiant le Christ ils ont apostasié eux-mêmes. Et comme l'homme est toujours étroitement conjoint à une société, en apostasiant de lui-même il a détruit la civilisation."

Posté le 1 mars 2015 à 23h33 par Louise Tudy | Lien permanent

27 février 2015

"Génocide des chrétiens d'Orient : où sont passés les défenseurs des droits de l'homme?"

Maxime Tandonnet, dans le Figarovox, reprend à son compte le terme de "génocide" appliqué par Jean d'Ormesson aux Chrétiens d'Orient :

[...] "Ce génocide, comme tous les grands génocides de l'histoire, se déroule dans la passivité et la lâcheté de la communauté internationale. Une poignée de Kurdes déterminés, dont de nombreuses femmes, a montré que l'État islamique était loin d'être invincible. Dès lors, l'échec de la communauté internationale à mettre fin au massacre, ou bien son indifférence, est incompréhensible. L'histoire retiendra les noms des dirigeants qui n'ont pas bougé le petit doigt face à ce génocide. La France a certes pris des initiatives, dont l'envoi du porte-avion Charles de Gaulle, mais elle ne peut pas être seule, engagée sur tous les fronts, dans la lutte contre la barbarie. Le silence des milieux politiques et intellectuels, en Europe et dans le monde, est une abomination. Où sont-ils passés les défenseurs des droits de l'homme? Pourquoi une telle indifférence face au sort de minorités chrétiennes ?

Serait-ce la vieille haine de la religion chrétienne -écraser l'infâme- qui s'exprime dans cet abandon? Une intervention armée d'une coalition internationale, pour mettre fin à un génocide, cela n'aurait strictement rien à voir avec les opérations militaires passées qui ont eu pour effet de déstabiliser des États et de répandre le chaos au Moyen-Orient. Cette fois-ci nous sommes dans une situation radicalement différente, celle d'un génocide en cours, comparable au «Kamputchéa» des Khmers rouges dans les années 1976-1979, ou au Rwanda dans les années 1990, pour ne parler que des génocides récents. Le refus d'agir, dans de telles circonstances, relève de la non assistance à personne en danger, voire de la complicité passive de la part de la communauté internationale." [...]

Posté le 27 février 2015 à 09h03 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (18)

25 février 2015

«Je reviendrai chez moi quand Daech aura disparu de la Terre»

Lu dans Le Figaro :

"A 38 ans, Tim Locks a déjà eu plusieurs vies. De videur en boîtes de nuit à chef d'entreprise prospère, ce Britannique a une fois de plus surpris son monde. Ces derniers mois, l'homme s'est en effet mué en milicien anti-Daech. Aujourd'hui, sa priorité n'est plus aux appels d'offres tranquillement négociés depuis sa banlieue cossue d'Angleterre. Mais à la chasse aux terroristes, sur leur terrain, en Irak.

[...] «J'étais un homme comblé. Je vivais dans une maison splendide avec piscine, je me rendais huit fois par an en vacances. Clairement, je pouvais me permettre tous ce que je voulais.», confie-t-il au préalable. Un jour d'août 2014, le businessman regarde les informations. Mais cette fois, les terribles images de civils meurtris, massacrés, par l'État islamique en Irak, ont une résonnance particulièrement brutale. 500, c'est le lourd bilan des victimes Yazidis pourchassées dans la vallée du mont Sinjar.

À cet instant, Tim Locks prend une décision radicale: il décide d'en découdre avec «ces gens qui tuent et décapitent sans pitié», raconte-t-il. «Je me suis dit il est temps d'aider les autres». Résolu à agir, il commence par nouer des contacts sur Internet. Tim trouve sa porte d'entrée en la personne de Brett, un vétéran américain affilié à une milice chrétienne appelée «Dwekh Nawsha» (signifie en langue assyrienne, «les auto-sacrificateurs», NDLR). Il se retrouve dans l'engagement de cette organisation qui apporte assistance logistique, expertise technique et formation aux armes à ces communautés persécutées. Mais pas seulement. Dwekh Nawsha promeut aussi, et surtout, la lutte armée afin de reprendre du terrain sur les disciples d'al-Baghdadi.

Le Britannique, colosse d'un mètre quatre-vingt dix, passe avec succès les tests de recrutement. Il peut donc activer la seconde partie de son plan: «j'ai vendu ma maison et tout plaqué», poursuit-il. Mi-février, il prend l'avion pour Souleimaniye, grande métropole située au sud du Kurdistan.

Sur place depuis une semaine, Tim Locks donne régulièrement des nouvelles sur son compte Facebook. Oeil ferme et vêtu d'un treillis, il prévient que son sort est à présent scellé à celui de ses camarades de Dwekh Nawsha et aux Yazidis. «Je les considère déjà comme des membres de ma famille». Pour ses premiers jours d'acclimatation, il a été assigné aux travaux de construction. À la question, quand reviendrez-vous chez Mère patrie? Sa réponse est cinglante: «Quand Daech aura disparu de la Terre»."

Posté le 25 février 2015 à 11h15 par Michel Janva | Lien permanent

21 février 2015

Financement de l'EI : 74 députés veulent clarifier nos rapports avec les pays du Golfe

Une tribune de Valérie Pécresse et Véronique Besse, co-présidentes du groupe d'études de l'Assemblée nationale sur la situation des chrétiens d'Orient, co-signée par plus de 70 députés dans FigaroVox :

"(...) L'urgence est l'endiguement de l'État islamique. Nous devons intensifier la mobilisation diplomatique et militaire. La France doit engager un dialogue extrêmement ferme et sans concession avec ses partenaires dans la région. On ne peut à la fois dire aux Français et aux Européens «intervenez et nous vous soutenons financièrement» et dans le même temps leur demander de fermer les yeux sur les financements qui partent du Golfe ou d'ailleurs et alimentent les réseaux fondamentalistes.

Nous sommes engagés dans une coalition internationale -29 pays et organisations se sont réunis à Paris pour répondre à l'appel de la France- mais il faut aller plus loin et engager une action immédiate visant à tarir les sources de financement dont Daech bénéficie. En effet, ce dernier dispose de moyens financiers et militaires sans précédent. La France doit, avec l'appui de ses partenaires européens, demander la création d'une commission d'enquête sur la provenance de ces fonds.

La France doit également saisir sans délai la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité, et convaincre ses partenaires européens et onusiens de le faire avec elle. Cette saisine remplit un objectif double. D'une part, faire cesser immédiatement ces crimes, et d'autre part, permettre, à l'issue d'une enquête menée par la CPI, de poursuivre et punir tous les auteurs de ces crimes, qu'ils y aient pris une part active ou aient apporté à ceux-ci leur soutien d'une quelconque façon, notamment en les finançant et en armant les groupes terroristes de Daech. L'attentisme aujourd'hui n'est plus défendable -Il faut agir vite !"

Posté le 21 février 2015 à 20h48 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (17)

18 février 2015

Irak : une milice chrétienne attire des "cowboys"

Lu dans Direct Matin :

"Après avoir servi l'armée américaine en Irak entre 2006 et 2007, celui qui se fait appeler Brett y est de retour, cette fois comme volontaire pour soutenir une milice chrétienne.

Composée d'une centaine d'hommes, la milice Dwekh Nawsha a été formée dans le but de défendre les chrétiens d'Irak des persécutions de l'organisation Etat islamique (EI).

Brett, 28 ans, incarne un mouvement émergeant d'Occidentaux qui abandonnent tout pour venir défendre les Assyriens, l'une des plus anciennes communautés chrétiennes du monde. 

Brett se décrit comme un "croisé"

Un tatouage de mitrailleuse sur le bras gauche et de Jésus dans une couronne d'épines sur le droit, il se décrit lui-même en plaisantant comme un "croisé".

"Le terroriste des uns est le combattant de la liberté des autres", explique Brett. "Ici, nous nous battons pour que les gens puissent vivre en paix, sans persécution, pour que les cloches de l'église continuent de sonner". [...] Brett explique que l'un de ses objectifs est la création d'une "légion étrangère" en Irak.

Grâce à ses talents de recruteur, il a convaincu cinq autres volontaires d'Amérique du Nord et du Royaume-Uni de le suivre. Ils ont tous, selon lui, une expérience dans l'armée ou avec des sociétés militaires privées. Et il prétend avoir 20 candidats de plus en attente.

La première recrue de Brett est Louis Park, qui a quitté les Marines en décembre.

"Je ne me suis pas bien habitué à la vie en temps de paix", explique ce Texan, en chiquant du tabac. "Je voulais revenir". [...]

La milice attire aussi les déçus d'autres groupes armés, comme ceux qui s'étaient initialement enrôlés auprès des combattants kurdes. Scott, un vétéran qui a servi dans l'armée américaine pendant sept ans, explique qu'il souhaitait rejoindre les Unités de protection du peuple (YPG), jusqu'à ce qu'il découvre qu'ils étaient "un tas de foutus gauchistes". D'autres étrangers de Dwekh Nawsha affirment qu'ils ont été rebutés par ce qu'ils considèrent comme la fibre socialiste des kurdes des YPG, dont la résistance dans la ville syrienne Kobané face aux jihadistes de l'EI a séduit de nombreux volontaires."

Posté le 18 février 2015 à 13h35 par Michel Janva | Lien permanent

10 février 2015

Irak : il s'agit bien d'un génocide

Bernard Emont, Professeur de l’enseignement supérieur, spécialiste des minorités linguistiques et culturelles et Jean Samat, co-fondateur de l’Association d'apprentissage la Langue Araméenne(AALA, Val d’Oise) et conseiller municipal à Gonesse, écrivent dans Le Monde :

"Ils étaient 1 400 000 sous Saddam Hussein. Ils ne sont plus que 350 000, à occuper leurs terres ancestrales, entre le Tigre et l’Euphrate (l’ancienne Mésopotamie). Plus 120 000, parqués dans le camp d’Erbil, au Kurdistan irakien, dépourvus de tout, et surtout de soutiens officiels, de quelque autorité que ce soit : hormis de la part des chefs de leur propre Eglise, en tête desquels leurs trois évêques qui ont reflué avec eux. Ce qui leur a valu quelques tentes, couvertures et caravanes… [...]

Certes la France, considérée comme leur protectrice traditionnelle, et dont ils apprennent volontiers la langue, a posé quelques gestes. Quelques familles ont pu bénéficier d’un accueil d’urgence. Ainsi se retrouvent – ils sont une vingtaine de milles, surtout originaires de Turquie, en région parisienne (autour de Sarcelles, Gonesse), ou dans celle de Pau (plusieurs centaines, principalement en provenance d’Irak). Soxiante dossiers, représentant à peu près 600 personnes, sont en attente sur le bureau du Consul de France à Erbil, capitale provisoire du Kurdistan irakien. Et certaines familles, jugées prioritaires (membres malades, handicapés, ou très âgés) reçoivent leur visa… au compte goutte ! Encore faut-il qu’elles aient trouvé une famille d’accueil (leur «garante ») en France. On est loin d’une réponse à l’urgence : et surtout d’une prise de conscience adéquate de l’ampleur du phénomène.

Car ne nous leurrons pas : il s’agit bel et bien d’un génocide, feutré et par petits paquet—ce qui le rend moins visible. Seuls demeurent ceux qui sont dépourvus de moyens. Bientôt, il ne restera plus de chrétiens au Proche Orient (c’est d’ailleurs le souhait formulé par Daech), appartenant aux premières communautés chrétiennes hors Palestine. Un peuple très original au Proche-Orient, qui possède une langue et une culture particulière (la culture et la langue araméennes) et l’un des plus anciens à avoir habité cette région, en descendance directe des Assyriens et Babyloniens.

On est étonné de voir la patrie des droits de l’homme si discrète devant l’éviction massive de tout un peuple (plus d’un million de personnes), elle qui se veut la voix des opprimés, des victimes de répressions injustes—surtout lorsqu’elles reposent sur des « délits d’opinion ». Est-elle gênée de défendre des chrétiens, auxquels la relient tant de liens divers, et dont, quoi qu’elle en dise, sa culture est imprégnée ? Craint-elle d’être accusée de favoritisme ? Il serait pourtant d’élémentaire justice d’aider ces exclus à rentrer dans leurs foyers ! Avec toutes les garanties en termes de protection : par exemple le déploiement d’une force internationale, avec l’aval du gouvernement irakien qui aurait pour rôle de garantir et de faire respecter leurs droits les plus élémentaires, surtout en matière de sécurité dans des zones définies par les grandes puissances.

Mais ce n’est pas là, seulement, question d’humanité et de justice. Il y va, pour la France, d’une véritable stratégie de protection d’elle-même et de ses valeurs. Car qui peut croire – surtout après les événements que nous venons de vivre - que ce phénomène ne nous concerne pas. Il serait folie, au nom d’une laïcité aveugle, de considérer indifférent qu’une communauté, animée par une idéologie pacifiste et non violente, disparaisse de cette partie du globe, où elle a toujours constitué un élément d’équilibre : voire un trait d’union entre ethnies très diverses. Il serait illusoire de penser que quelques mesures de police sur notre sol, de protection de nos frontières, suffiront à combattre le terrorisme, si nous lui laissons le champ libre dans ce qu’il faut bien appeler nos avant-postes.

Car si nous laissons s’installer l’injustice et la terreur dans ce coin d’Orient, qui peut penser, à l’heure du village global, que quelques centaines de kilomètres nous serviront d’abri ? Si nous nous contentons de frappes aériennes pour sécuriser quelques couloirs, qui peut croire qu’elles suffiront à poser les bases d’une paix durable, même si elles en constituent des outils provisoires ? Une telle paix ne s’obtiendra que par un complément diplomatique opiniâtre et un travail de fond auprès des populations : partie d’une stratégie bien comprise, où les armes idéologiques et le capital humain ne pèseront pas moins lourd que l’arsenal militaire et policier.

Vaincre Daech ne peut se réduire à contrer le cyclone dans sa périphérie. Il faut agir en son cœur, commencer par réparer les dommages à leur source ; permettre aux expulsés – dont les chrétiens d’Irak - de rentrer chez eux et refuser les actes d’un terrorisme quotidien qui fait de la spoliation un mode de gouvernance et de la mort la sanction de la différence ; reconstruire les digues, morales et politiques, qui ont permis, par le passé, un minimum de « vivre ensemble » - l’un des plus grand défis pour ces minorités religieuses - et empêcher toute tentation de retour à un ordre violent. Faute de quoi, non seulement il faut s’attendre à de graves résurgences, voire à l’amplification de raids dévastateurs, non seulement aura-t-on dépensé beaucoup d’argent pour rien, mais l’Humanité aura régressé de plusieurs siècles, avec des conséquences hautement imprévisibles."

Posté le 10 février 2015 à 10h17 par Michel Janva | Lien permanent

05 février 2015

Irak : des enfants vendus, crucifiés, enterrés vivants par l'Etat Islamique

Des faits insoutenables révélés par le Comité des droits de l'enfant de l'ONU, et relayés par Aleteia :

[...]Les 18 membres de ce comité des Nations unies dénoncent dans son rapport "l'assassinat systématique d'enfants appartenant à des minorités religieuses ou ethniques par des membres de l'organisation de l'Etat islamique, y compris plusieurs cas d'exécutions de masse de garçons, ainsi que des décapitations, des crucifixions et des ensevelissements d'enfants vivants".

L'Etat islamique est également responsable de violences sexuelles systématiques à l'égard des enfants, d'enlèvement et d'asservissement sexuel. "Les enfants de minorités ont été capturés dans nombre d'endroits, vendus sur des marchés avec sur eux des étiquettes portant des prix, ils ont été vendus comme esclaves".[...]

Ces enfants Irakiens, victimes innocentes d'une guerre tout sauf sainte, seraient utilisés par le groupe islamiste pour commettre des attentats suicides, pour jouer le rôle d'informateurs ainsi que pour servir de boucliers humains afin de protéger des installations des bombardements de la coalition.

"Nous avons des informations selon lesquelles des enfants, en particulier des enfants déficients mentaux, sont utilisés comme kamikazes, très probablement sans qu'ils s'en rendent compte. Une vidéo diffusée sur Internet montre de très jeunes enfants, d'environ huit ans et moins, entraînés à devenir des enfants soldats", a également souligné Renate Winter, experte membre de ce comité." [...]

Posté le 5 février 2015 à 12h56 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (24)

04 février 2015

Irak : le patriarcat chaldéen dément l'assassinat d'un prêtre à Mossoul

Communiqué de l'Oeuvre d'Orient :

"Le site du patriarcat chaldéen  dément  ce matin formellement l’information selon laquelle  Isis (DAECH) aurait exécuté un prêtre à Mossoul, du nom de Paul Jacob, détenu depuis 8 mois.

« Aucun prêtre portant ce nom n’est connu des Églises en Irak, qu’elles soient catholiques, orthodoxes ou protestantes. Il n’y a plus de chrétiens à Mossoul ». Le communiqué  demande ne pas faire circuler ces fausses rumeurs destinées à effrayer les chrétiens et le monde occidental. En les relayant, nous entrons dans le jeu des djihadistes.

Rappelons que les 2 religieuses enlevées à Mossoul en juillet dernier avaient été libérées deux semaines après et qu’aucun prêtre de Mossoul  n’avait été enlevé. 

Aux côtés du patriarche SAKO, l'Œuvre d’Orient appelle à la raison les membres de réseaux sociaux, bloggeurs et internautes. La situation des chrétiens d’Orient est suffisamment difficile pour qu’on ne l’amplifie pas par la propagation de rumeurs infondées ou d’informations obsolètes.

Mise au point sur les rumeurs qui circulent actuellement :

-      Assassinat d’un prêtre à Mossoul : le patriarcat chaldéen auprès duquel nous avons vérifié l’information, dément.

-      Eglises brulées en Égypte : Ces églises ont réellement été incendiées par les Frères musulmans, en août 2013.  De nombreux musulmans ont protégé des églises et édifices des chrétiens).

-      La prise de Qaraqosh par l’E.I. qui aurait égorgé un grand nombre d’enfants chrétiens : personne n’a été tué au cours de ce drame qui a eu lieu dans la nuit du 6 au 7 août. L’E.I. ne tue pas les gens du Livre, il les somme de se convertir ou de partir."

Posté le 4 février 2015 à 20h48 par Michel Janva | Lien permanent

03 février 2015

Le pilote jordanien a-t-il été brûlé vif dans une cage par l'EI ?

Lu sur Atlantico :
"Nouvelle preuve de la barbarie des djihadistes. L'Etat islamique diffuse depuis mardi une vidéo et des photos montrant l'exécution d'un homme. Présenté comme l'otage jordanien, le pilote de l'armée de l'air y est brûlé vif dans une cage."[...]
Même si l'authentification des images n'a pas encore confirmé la mort du pilote, cette exécution intervient trois jours après celle de l'otage japonais, Kenji Goto."[...]
Barbarie ...

Posté le 3 février 2015 à 19h27 par Marie Bethanie | Lien permanent

L'Etat islamique aurait brûlé plus de 2 000 livres à Mossoul

Lu ici :

"Dans le courant du mois de janvier, des combattants de l'Etat islamique auraient détruit environ deux mille livres de la bibliothèque centrale de Mossoul, selon des témoins cités par Associated Press (AP). L'agence de presse américaine affirme que des djihadistes ont brisé les cadenas protégeant cette bibliothèque et emmené pour les brûler quelque deux mille ouvrages, parmi lesquels des recueils de poésie, des livres de philosophie, des ouvrages sur la santé, le sport, la culture, la science ou encore des livres pour enfants. Parmi les ouvrages détruits figureraient une collection de journaux datant du début du XXe siècle, des livres et des cartes de l'empire ottoman.

« Ces livres font la promotion de l'infidélité et appellent à désobéir à Allah. C'est pour cela qu'ils vont être détruits », a expliqué un des membres de l'Etat islamique à un habitant. Seuls ont été laissés dans la bibliothèque les ouvrages consacrés à l'islam.

Ce n'est pas la première fois que l'organisation djihadiste, qui a pris le contrôle d'un large pan de l'Irak et de la Syrie, est accusée de pratiquer des autodafés ou de s'en prendre à des sites historiques. Elle affirme que les statues relèvent de l'idolâtrie, et elle a en conséquence dynamité de nombreuses églises et autres monuments des patrimoines chrétiens, juifs ou musulmans.Plus récemment, l'EI aurait également pris pour cible l'université de Mossoul et brûlé des livres de science devant les étudiants. Un professeur d'histoire de l'université indique que l'EI a détruit d'autres bibliothèques publiques de la région, des archives sunnites, des bibliothèques chrétiennes (église et monastère dominicain) et le musée de Mossoul, emmenant des œuvres ayant 5 000 ans, en vue d'éventuels trafics.

Les dominicains de Mossoul ont commencé dès 1990 à numériser une partie de leurs manuscrits.

Posté le 3 février 2015 à 11h28 par Louise Tudy | Lien permanent

29 janvier 2015

Irak : une province autonome pour les chrétiens ?

C'est ce que demandent 17 sénateurs américains, qui estiment que la situation de souffrance vécue par les chrétiens et par les autres minorités contraintes à fuir la plaine de Ninive rend urgent un engagement direct du Département d’Etat américain pour

« soutenir l’institution de la part du gouvernement irakien, d’une province administrative autonome dans la plaine de Ninive ».

Posté le 29 janvier 2015 à 16h50 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

17 janvier 2015

Les Américains vont entraîner des rebelles garantis "modérés"

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Plus de 400 soldats américains entraîneront dès le mois de mars des troupes rebelles syriennes, rapporte le site américain Defense One. La formation, qui aura lieu en Turquie, en Arabie Saoudite et au Qatar, s'inscrira officiellement dans le cadre de la lutte contre l'Etat Islamique (EI). Le but est d'entraîner et d'armer durant trois ans 5400 rebelles. Des rebelles dont on s’est assuré qu’ils n’avaient pas de liens avec al-Qaïda ou l’Etat islamique.

Vous avez bien lu. Les Américains vont entraîner des rebelles garantis modérés dans des pays de l’islam le plus radical…

Alors que chacun sait depuis longtemps, même les Américains, qu’il n’y a pas de frontière entre les rebelles « modérés » et les islamistes, que de très nombreux « modérés » sont passés dans les rangs islamistes, et que les groupes se revendent les armes…"

Posté le 17 janvier 2015 à 15h56 par Michel Janva | Lien permanent

14 janvier 2015

Traquer les islamistes en Irak et laisser leurs propagandistes prêcher chez nous est un non-sens

Véronique Besse, député de la Vendée et présidente du groupe d'étude sur les chrétiens d'Orient à l'Assemblée nationale, écrit dans le Figarovox :

B"Personne ne le contestera, le combat contre l'État islamique et ses alliés est urgent. Encore aujourd'hui, les populations fuient en masse le rouleau compresseur islamiste, que rien, pour le moment, ne semble réellement arrêter, ni les bombardements de la coalition, ni le courage de l'armée kurde. L'urgence est donc sur le terrain, sur la ligne de front.

Cependant la victoire ne pourra être réelle, si on ne fait pas, dès aujourd'hui, toute la lumière sur les appuis extérieurs de l'État islamique. Ces appuis, ce sont, avant tout, certaines grandes puissances locales, qui n'ont jamais été claires sur leurs relations avec l'organisation terroriste qui fait régner aujourd'hui la terreur sur une large partie de l'Irak et de la Syrie.

La victoire militaire est une chose; la construction de la paix en est une autre. Demain, la mosaïque irakienne ne pourra perdurer que si l'équilibre entre ses composantes est respecté. Cet équilibre est aujourd'hui très fragile, si ce n'est déjà totalement détruit. Sunnites et chiites s'affrontent, aidés, de part et d'autres, par de grandes puissances étrangères (Arabie Saoudite, Iran...). Les relations entre le gouvernement central irakien et le gouvernement autonome kurde sont tendues, notamment à cause de la politique pro-chiite premier ministre Nouri al-Maliki. L'avenir est sombre. Si aujourd'hui, partout en Irak, les minorités yézidis, chrétiennes, musulmanes fuient l'oppression de l'État islamique, demain, sans aucun doute, elles devront fuir celle des milices sunnites ou chiites qui s'organisent. De nombreux témoignages que j'ai pu recevoir comme co-présidente du groupe d'études parlementaires sur les Chrétiens d'Orient, nous ont alarmés à ce sujet. [...]

Le combat contre le djihadisme est donc en Irak. C'est pour cela qu'il était nécessaire d'approuver l'intervention française contre l'État islamique. Mais ce combat se déroule aussi chez nous, en France. Traquer les islamistes en Irak et laisser leurs propagandistes prêcher librement chez nous serait un non-sens absolu. L'actualité de ces derniers jours en est une illustration éclatante et tragique. Le ministère de l'Intérieur a revu à la hausse le nombre de Français partis faire le djihad en Syrie et en Irak. Officiellement, presque 1500 individus auraient ainsi quitté le sol national.

Il est cependant trop simple de trouver dans l'État islamique la seule source de nos malheurs. Les racines du mal ne sont pas seulement chez les autres. Elles sont aussi chez nous. La faillite de l'Occident a sa part de responsabilité: une faillite économique, politique, mais aussi morale et spirituelle. Le consumérisme, l'individualisme, le matérialisme, le laxisme… et bien d'autres ont largement contribué à décrédibiliser notre pays aux yeux de beaucoup. Le combat que nous devons mener est aussi un combat sur nous-mêmes. Ne pas l'admettre reviendrait à faire des belles résolutions actuelles l'effet d'un cataplasme sur une jambe de bois."

Posté le 14 janvier 2015 à 17h26 par Michel Janva | Lien permanent

10 janvier 2015

Soutien aux chrétiens d'Irak

Je suisnoun(1)

Posté le 10 janvier 2015 à 14h52 par Michel Janva | Lien permanent

07 janvier 2015

Terrible incident pour le Groupe Action Gay et Lesbien Loiret

C'est horrible ce qui est arrivé. Selon ce site de la mouvance LGBT, "l’homophobie se loge dans la galette des rois".

F"Plusieurs patissiers d'Orléans ont mis en vente des galettes des rois contenant des fèves reprenant le dessin du logo de la Manif pour tous à l'occasion de l'épiphanie. Des faits qui indignent les associations LGBT locales."

Où peut-on commander ces galettes ?

Posté le 7 janvier 2015 à 22h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (26)

04 janvier 2015

Désintox : la dhimmitude ne protège pas les chrétiens d'Orient

Le géographe Gérard-François Dumont, professeur à la Sorbonne, a fourni à Atlantico, dans un article paru la veille de Noël, des éléments précis concernant l'annus horibilis des chrétiens d'Orient, notamment sur l'ampleur de l'exode en Irak et en Syrie. Interrogé sur le statut de "dhimmis" ("protégés"), qui assurerait aux chrétiens une protection des musulmans en échange du versement d'un impôt, il égratigne la définition officielle (voir sur Wikipedia par exemple) :

"Selon le Coran, les chrétiens sont "des gens du Livre", c'est-à-dire des monothéistes, les musulmans leur doivent donc un certain respect. Dans quelle mesure les chrétiens d'Orient ont-ils été préservés des exactions des djihadistes, par rapport à d'autres minorités comme les yézidis par exemple ?

Il faut d'abord préciser que le principe appelé de "dhimmitude" consiste certes à ne pas tuer les chrétiens, mais à les traiter, comme les adeptes des autres religions du Livre, de manière nettement inférieure. Les chrétiens subissent donc un certain nombre de vexations, juridiques, fiscales ou autres, qui ont d’ailleurs conduit, au fil des siècles, nombre de chrétiens à être contraints de se convertir à l’islam. Il faut en effet rappeler que, lors de la conquête islamique du VIIe siècle, la Mésopotamie était très majoritairement chrétienne, et l’est restée encore quelques siècles jusqu’à ce que les conversions à l’islam modifient le rapport de force.

En outre, l'histoire de l'islam dans cette région du Moyen-Orient montre qu'il y a des variations dans l’interprétation de la "dhimmitude". A certaines périodes, la "dhimmitude" consiste à seulement imposer aux chrétiens des impôts spécifiques, à leur interdire certaines charges, à les obliger à porter certains signes distinctifs… ; à d'autres périodes, cela se traduit par des violences contre les chrétiens, notamment lorsque cela arrange le pouvoir politique en place. Vivre comme dhimmis, c’est-à-dire comme sujets à statut inférieur dans un pays où le pouvoir politique est musulman, c’est donc non seulement subir des règles implacables d’infériorité, mais  aussi avoir une épée de Damoclès au-dessus de sa tête, car les règles de la "dhimmitude" peuvent toujours se trouver durcies sans préavis par les autorités politiques. La "dhimmitude" signifie toujours une politique d’exclusion vis-à-vis de ceux considérés comme dhimmis.

En 2014, les chrétiens ont subi le même sort que les Yézidis dans les régions prises sous la férule de l’état islamique. Toutefois, il est vrai que les Yézidis, également monothéistes, ont particulièrement souffert à l’été 2014 parce que le territoire sur lequel ils vivaient, les monts Sinjar, dans la province irakienne de Ninive, est stratégique d’un point de vue militaire. C’était donc une priorité pour le groupe Etat Islamique de s'en emparer."

Posté le 4 janvier 2015 à 21h04 par Louise Tudy | Lien permanent

02 janvier 2015

Noël avec les chrétiens d’Orient : 3 pays, 24 volontaires, 1 Noël

SOS Chrétiens d’Orient est intervenue dans trois pays pour ses missions de l’Avent et de Noël : la Syrie, l’Irak et le Liban. Ce défi logistique et humain fut un succès puisque 24 volontaires purent aller soutenir, matériellement et spirituellement,  des communautés qui souffrent d’Ankawa à Homs en passant par la plaine de la Bekaa.

Le Liban du 16 au 23 décembre 2014

Copyright SOS Chrétiens d'Orient 2014-Liban-Rencontre des volontaires de SOS Chrétiens d Orient avec M. le maire de Canaa (sud Liban)SOS Chrétiens d’Orient a dépêché sept volontaires au pays du Cèdre, menés par le président de l’association, Charles de Meyer. En une semaine, l’équipe a multiplié les rencontres auprès de représentants politiques et religieux libanais (députés Simon Abiramia et Samy Gemayel, maire de Cana, supérieur du séminaire maronite) et a été présentée à François Fillon par la conseillère consulaire Fabienne Blineau, par ailleurs membre de l’association.

A cette occasion nos volontaires sont entrés dans la zone FINUL du sud Liban pour visiter et aider les villages endommagés par les guerres de 1996 et 2006. Un projet est en cours pour aménager les lieux saints de la ville de Cana et assister la municipalité dans sa promotion de la coexistence entre chiites et chrétiens. Ils se sont rendus à deux reprises dans la Bekaa pour soutenir l’école Notre-Dame-de-Jabouleh, située à 5 minutes d’Ersal, où des combats continuent entre l’armée libanaise et les djihadistes. Le bruit de fond des coups de feu trancha de beaucoup avec les rires des 500 enfants ravis de recevoir les cadeaux préparés par l’antenne libanaise de SOS Chrétiens d’Orient.

Ils ont confié l’ensemble des soutiens de l’association à saint Charbel dans la ville d’Annaya, Notre Dame de l’Attente sur les hauteurs de Saïda, ainsi qu’à Ehrmej au cœur de la montagne libanaise.

La Syrie du 21 décembre 2014 au 5 janvier 2015

Copyright SOS Chrétiens d'Orient 2014-Syrie-Benjamin Blanchard et les volontaires avec Mgr ArbachLes volontaires ont à nouveau fêté Noël auprès des Syriens marqués par quatre années de guerre civile. Prisonniers d’enjeux internationaux sans considération pour  leur sort, les Syriens font un accueil particulièrement chaleureux à l’association dont la mission inaugurale fût menée à Damas lors de Noël En Syrie. 

Benjamin Blanchard, cofondateur de l’association, a mené un programme important lors de cette mission. Les volontaires ont pu travailler avec le ministère de la Santé à l’avancée des travaux du centre médical mobile de la ville martyre de Homs. Le groupe passa ensuite la messe de minuit dans l’église Saint-Georges de Maaloula, en cours de reconstruction grâce aux donateurs de SOS Chrétiens d’Orient. Les enfants syriens furent particulièrement touchés par la distribution de cartes des élèves du collège Bienheureux-François-de-Fatima de Lyon.

Ils ont pu se rendre à Yabroud le jour de Noël où SOS Chrétiens d’Orient participe à la restauration d’une école et dont la visite fût assurée par Monseigneur Arbach, archevêque grec melkite catholique de la ville.

SOS Chrétiens d’Orient a décidé de faire de la Syrie sa zone de travail principale dans les semaines à venir tant le peuple syrien, et notamment les chrétiens, se bat pour faire entendre sa voix dans l’ignorance de la communauté internationale.

L’Irak du 26 décembre 2014 au 4 janvier 2015

Copyright SOS Chrétiens d'Orient 2014-Irak Noel 2014En Irak, huit volontaires ont rejoint les équipes permanentes de SOS Chrétiens d’Orient sur place. Grâce à la mission Sauver Les Enfants de Ninive- une chaîne humaine de cinq mois auprès des refugiés chrétiens irakiens, l’association peut travailler avec un réseau solide (Eglises, ONU, autorités kurdes) à assurer la présence des chrétiens irakiens sur la terre de leurs pères.

En plus du suivi des projets structurels de SOS Chrétiens d’Orient sur le terrain (complexe médicale du camp de Four Towers à Erbil, cabine médicalisée et école à Mangesh, construction d’école à Ankawa ) les volontaires ont assuré une présence continue auprès des familles isolées par des distributions et l’organisation d’activités pour les enfants.

Arthur du Tertre, secrétaire général de l’association, nous confie encore combien SOS Chrétiens d’Orient est devenu un acteur reconnu du fait de sa présence continue sur le terrain. Présent dès le lendemain de la prise de la plaine de Ninive par l’Etat Islamique il a pu mesurer le chemin parcouru et la reconnaissance de tous pour la présence continue de SOS Chrétiens d’Orient.

Posté le 2 janvier 2015 à 16h27 par Michel Janva | Lien permanent

25 décembre 2014

Les chrétiens d'Irak vous souhaitent un joyeux Noël !

 

Posté le 25 décembre 2014 à 13h12 par Marie Bethanie | Lien permanent

24 décembre 2014

La lettre du pape aux chrétiens d'Orient : "Je vous encourage à rester attachés au Christ"

Le Saint-Père a adressé une lettre aux chrétiens du Moyen-Orient, datée du 21 décembre, dans laquelle il tente de leur apporter du réconfort et appelle tous les responsables religieux à condamner le terrorisme :

"(...) L’affliction et la tribulation n’ont malheureusement pas manqué dans un passé même récent du Moyen-Orient. Elles se sont aggravées ces derniers mois à cause des conflits qui tourmentent la région, mais surtout du fait d’une plus récente et préoccupante organisation terroriste, de dimensions autrefois inimaginables, qui commet toutes sortes d’abus et de pratiques indignes de l’homme, en frappant de manière particulière certains d’entre vous qui ont été chassés de façon brutale de leurs propres terres, où les chrétiens sont présents depuis les temps apostoliques.

(...) Chers frères et soeurs, qui avec courage rendez témoignage à Jésus en votre terre bénie par le Seigneur, notre consolation et notre espérance c’est le Christ lui-même. Je vous encourage donc à rester attachés à Lui, comme les sarments à la vigne, certains que ni la tribulation, ni l’angoisse, ni la persécution ne peuvent vous séparer de Lui (cf. Rm 8, 35). Puisse l’épreuve que vous traversez fortifier la foi et la fidélité de vous tous !

Je prie pour que vous puissiez vivre la communion fraternelle à l’exemple de la première communauté de Jérusalem. L’unité voulue par notre Seigneur est plus que jamais nécessaire en ces moments difficiles ; c’est un don de Dieu qui interpelle notre liberté et attend notre réponse. Que la Parole de Dieu, les Sacrements, la prière et la fraternité nourrissent et renouvellent continuellement vos communautés.

La situation dans laquelle vous vivez est un appel fort à la sainteté de vie, comme l’attestent saints et martyrs de toute appartenance ecclésiale. Je me souviens avec affection et vénération des Pasteurs et des fidèles auxquels, ces derniers temps, a été demandé le sacrifice de la vie, souvent pour le seul fait d’être chrétiens. Je pense aussi aux personnes séquestrées, parmi elles des Évêques orthodoxes et des prêtres de divers rites. Puissent-ils retourner bientôt sains et saufs dans leurs maisons et dans leurs communautés. Je demande à Dieu que tant de souffrance unie à la croix du Seigneur donne de bons fruits pour l’Église et pour les peuples du Moyen-Orient.

Au milieu des inimitiés et des conflits, la communion vécue entre vous en fraternité et simplicité est signe du Royaume de Dieu. Je suis heureux des bonnes relations et de la collaboration entre les Patriarches des Églises Orientales catholiques et ceux des Églises Orthodoxes ; comme aussi entre les fidèles des diverses Églises. Les souffrances endurées par les chrétiens apportent une contribution inestimable à la cause de l’unité. C’est l’œcuménisme du sang, qui demande un abandon confiant à l’action de l’Esprit Saint.

Puissiez-vous toujours rendre témoignage à Jésus à travers les difficultés ! Votre présence même est précieuse pour le Moyen-Orient. Vous êtes un petit troupeau, mais avec une grande responsabilité en cette terre, où est né et où s’est répandu le christianisme. Vous êtes comme le levain dans la pâte. Avant même beaucoup d’œuvres de l’Église dans les domaines éducatif, sanitaire ou d’assistance, appréciées par tous, la richesse la plus grande pour la région, ce sont les chrétiens, c’est vous. Merci de votre persévérance !

Votre effort pour collaborer avec des personnes d’autres religions, avec les juifs et avec les musulmans, est un autre signe du Royaume de Dieu. Le dialogue interreligieux est d’autant plus nécessaire que la situation est plus difficile. Il n’y a pas d’autre voie. (...)

La situation dramatique que vivent nos frères chrétiens en Irak, mais aussi les yazidis et les membres d’autres communautés religieuses et ethniques, exige une prise de position claire et courageuse de la part de tous les responsables religieux, pour condamner de façon unanime et sans aucune ambigüité ces crimes et dénoncer la pratique d’invoquer la religion pour les justifier.(...)

Chaque jour, je prie pour vous et à vos intentions. Je vous remercie parce que je sais que, dans vos souffrances, vous priez pour moi et pour mon service de l’Église. J’espère beaucoup avoir la grâce de venir personnellement vous visiter et vous réconforter. Que la Vierge Marie, la Toute Sainte Mère de Dieu et notre Mère, vous accompagne et vous protège toujours par sa tendresse. A vous tous et à vos familles, j’envoie la Bénédiction Apostolique et je vous souhaite de vivre Noël dans l’amour et dans la paix du Christ Sauveur.

Du Vatican, le 21 décembre , IVème Dimanche de l’Avent

FRANCISCUS"

Posté le 24 décembre 2014 à 00h49 par Louise Tudy | Lien permanent

20 décembre 2014

Première école en préfabriqué pour les enfants chrétiens réfugiés à Erbil

L'AED communique :

"L’AED (Aide à l’Église en Détresse) vient d’inaugurer la première école (St. Mary) en préfabriqué destinée aux enfants chrétiens réfugiés à Erbil-Ankawa. Les 7 autres écoles ouvriront en janvier 2015 pour accueillir 7 500 enfants. Les cours seront assurés par des professeurs des communes chrétiennes actuellement occupées par l’État islamique (Daech), les enseignants seront payés par le gouvernement central de Bagdad.

Selon le président international de l’AED, Johannes Heereman : « L’éducation des enfants est une priorité absolue. Nous ne devons pas permettre que se répète en Irak la situation qui règne en Syrie, où des enfants ne vont plus à l’école, parfois depuis plusieurs années. Ce sont des générations perdues. » L’école de Dohukaccueillera principalement des enfants syriens-orthodoxes et les enfants yézidis seront les bienvenus.

Mgr Warda, archevêque chaldéen d’Erbil, remercie l’AED de son soutien. « C’est une contribution importante qui ne manquera pas de donner des perspectives nouvelles à nos réfugiés. Nous remercions tous les bienfaiteurs de leur générosité. »"

Posté le 20 décembre 2014 à 07h54 par Michel Janva | Lien permanent

19 décembre 2014

Irak : 150 femmes exécutées pour refus de « mariage » avec des djihadistes

Topic (2)

"C’est un communiqué officiel du ministère irakien des Droits de l’homme qui révèle le nouveau massacre perpétré par le prétendu État Islamique. Selon ce document, « au moins 150 femmes, parmi lesquelles de futures mères, ont été exécutées à Fallujah, sur l’ordre d’un militant appelé Abu Anas Al-Libi, après avoir refusé d’accepter le "djihad par mariage" ».

Une prostitution « légalisée »

Le « djihad par mariage » est la possibilité pour un homme et une femme musulmans de contracter un mariage temporaire, pendant une guerre sainte. Le « mariage » peut être révoqué après simplement quelques heures, et s’apparente à une prostitution « légalisée », à ceci près que les relations sexuelles ne doivent pas être rémunérées et que les époux sont supposés être consentants. Un dignitaire religieux salafiste saoudien, sheikh Mohammed al-Arifi, a officiellement autorisé cette pratique début 2013 dans une fatwa intitulée : « Ouverture de la porte du djihad par le mariage en Syrie ».
La fatwa a circulé sur Internet, avec des prédicateurs encourageant les musulmanes à pratiquer « le djihad des femmes contre Bachar Al Assad ». Le massacre de plus de 150 femmes ayant refusé de se soumettre à cette pratique barbare rappelle la réalité cachée par le terme de « djihad par mariage ». Il s’agit simplement de réduire en esclavage des femmes qui ne peuvent être utilisées comme un butin selon les principes du soi-disant État islamique, car musulmanes." (Aleteia)

Enviable, la condition de la femme dans l'islam ?

Posté le 19 décembre 2014 à 08h45 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (24)

A Mossoul, les églises chrétiennes sont transformées en prison

Topic

La croix a été enlevée de la coupole du monastère Saint-Georges

"Mossoul (Agence Fides) – Dans la ville de Mossoul, prise en juin par les miliciens djihadistes du prétendu « Etat islamique », les églises chrétiennes continuent à être transformées en prisons. Au cours de la fin de semaine dernière, les djihadistes du prétendu « Etat islamique » ont transféré au moins 150 prisonniers bandés et les menottes aux poignets dans l’antique Monastère Saint Georges appartenant à l’Ordre antonien de Saint Hormisdas des Chaldéens. C’est ce qu’indiquent des sources locales, entrées en contact avec le site Internet irakien ankawa.com. Parmi les prisonniers, précédemment détenus dans la prison de Badush – évacuée en prévision d’une possible attaque de la part de la coalition formée contre le prétendu « Etat islamique » - se trouveraient des chefs de tribus sunnites opposés au prétendu « Etat islamique » et des anciens membres des services de sécurité démantelés par les djihadistes.
Les dernières photos du monastère circulant sur Internet font état du fait que la croix surmontant la coupole de Saint Georges a été brisée, suivant le destin de celles d’autres églises chrétiennes occupées par les djihadistes. Précédemment, des sources locales avaient indiqué à l’Agence Fides que des groupes de femmes avaient été transférés dans ce même monastère.
« Les nouvelles et les photos des églises occupées par les djihadistes – affirme à l’Agence Fides le Père Rebwar Audish Basa, Procureur de l’Ordre antonien de Saint Hormisdas des Chaldéens – rendent encore plus douloureuses les blessures intérieures des chrétiens ayant fui Mossoul et la plaine de Ninive, qui se préparent à passer le premier Noël loin de ces lieux qu’ils aiment tant. Eglises et monastères subissent maintenant la profanation de ceux qui ne montrent aucune pitié, pour rien ni pour personne »."

Posté le 19 décembre 2014 à 08h19 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

10 décembre 2014

A Erbil, le plus difficile, c'est l'inaction

Un article de Diane Ramière de Fortanier sur le site d'Aleteia, sur la condition de jeunes femmes réfugiées à Erbil, qui ont tout perdu, et sur qui pèse l'inaction, elles qui étaient actives dans leur ancienne vie :

"Elles étaient ingénieur, étudiante ou bien femme au foyer, à Qaraqosh, Mossoul ou Bartella. Mais aujourd’hui elles n’ont plus rien et vivent dans des camps de réfugiés."

« Nous n’avons rien à faire, ici », déplore Rita. En fait, cest presque l’inaction qui pèse le plus. La jeune femme qui demeure à présent dans un camp de tentes à l’écart de la ville étudiait pour devenir ingénieur à Mossoul. Avec ses trois frères et ses parents, elle a dû quitter « sa maison, ses amis, ses robes, son ordinateur et son téléphone » précipitamment à une heure du matin, le 7 août. Elle n’a même pas pu passer ses partiels de première année ; ses études lui manquent. La peur de Daesh lui tenaille le ventre : « Je n’ose même pas répondre au téléphone à mes amis musulmans qui me demandent des nouvelles, je sais qu’ils ont rejoint Daesh », souffle-t-elle. Sa meilleure amie qui l’a appelée lui a demandé « trop d’informations » sur l'endroit où elle se trouvait, et depuis la jeune fille se méfie car elle croit savoir que le frère de celle-ci a rejoint le groupe État islamique. [...] « Si je pouvais, j’émigrerais en Israël ou au Canada », confie-t-elle, les yeux verts rêveurs. « Mais pas en France, il y a trop de musulmans là-bas. Je ne veux plus les voir, l’islam c’est Daesh »[...]

Posté le 10 décembre 2014 à 14h43 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (5)

09 décembre 2014

«Non, nous aimons Jésus, nous avons toujours aimé Jésus, nous avons toujours suivi Jésus, Jésus a toujours été avec nous»

C'est ce que quatre enfants âgés de moins de quinze ans ont répondu, près de Mossoul, aux jihadistes qui leur ordonnaient de se convertir àl'islam. Ils ont été décapités :

Des membres de l'Etat islamique ont décapité quatre enfants en Irak. Ils avaient refusé de se convertir à l'islam. Le drame s'est déroulé près de Mossoul, dans une enclave chrétienne récemment passée aux mains des djihadistes (...)

Lorsque les jihadistes leur ont ordonné de se convertir, les enfants, tous âgés de moins de 15 ans, ont répondu: «Non, nous aimons Jésus, nous avons toujours aimé Jésus, nous avons toujours suivi Jésus, Jésus a toujours été avec nous». Les membres de l'EI ont alors répété: «Prononcez les mots». Les enfants ont répondu «Non, nous ne pouvons pas». Ils leur ont tranché la tête."

Posté le 9 décembre 2014 à 19h20 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

08 décembre 2014

Une visite de nos frères chrétiens persécutés, réfugiés à Erbil

L'abbé Grosjean évoque l'opération ErbiLight, montée par le Cardinal Barbarin et le diocèse de Lyon, du 5 au 7 décembre, en Irak, avec un triple objectif : prier avec eux et pour eux, les aider, alerter l’opinion publique sur le drame que vivent ces frères. Après avoir relaté cette visite, il écrit :

E"Permettez-moi de terminer en vous demandant simplement deux choses. La première est de continuer à parler d’eux. Le silence est le plus grand allié des bourreaux. Ils veulent un Moyen-Orient sans chrétiens, ils veulent faire taire et disparaître les disciples du Christ en les massacrant ou les forçant à l’exil. Les réseaux sociaux sont formidables pour entretenir et poursuivre la mobilisation. Parlez-en aussi à vos amis, à vos voisins, à vos élus. Que nul n’oublie ou ne taise le drame que vivent nos frères là-bas. Cela passe aussi par la prière : l’Espérance est un combat pour eux, pour tous ces parents qui n’ont plus rien à offrir à leurs enfants. Notre prière soutient leur Espérance.

La deuxième, en ce temps de l’Avent, est de rechoisir – là où nous sommes – de vivre notre foi sans tiédeur, en accueillant vraiment le Christ. A eux qui n’ont pas renié, et pour cette raison ont tout perdu, nous devons de ne pas être des chrétiens à moitié. Si demain, la jeunesse de France, les familles, les lecteurs de cet article, sont plus aimants, plus fervents, plus fidèles, plus serviables qu’avant, alors nos frères d’Irak n’auront pas souffert pour rien. Leur consolation sera de voir un jour la fécondité de leur sacrifice. Que leur témoignage réveille les cœurs et les consciences en Occident !"

Posté le 8 décembre 2014 à 17h41 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Pays : Irak

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Pays : Irak