20 juillet 2017

Aux membres de nos familles qui vivent un handicap et qui nous apportent tant

Du prince d'Orléans :

Aigrefoin-3-300x239"Cette fin de semaine, le foyer de ma soeur Blanche fêtait ses trente-six ans. Les foyers de l’Arche sont organisés en différentes maisons d’une dizaine de personnes handicapées et de leurs accompagnateurs. Celui dans lequel vit Blanche porte le nom de Magnificat, qui correspond tout à fait à la joie et la bonne humeur qui régnaient en ce quatorze juillet.

Cette fête marque aussi un changement fort pour elle. Cela fait trente-trois ans qu’elle est résidente à l’Arche et elle va maintenant rejoindre une autre maison sur le même site qui accueille les plus anciens avec une assistance médicalisée.

Blanche a grandi à Magnificat, c’est là qu’elle se sent chez elle. Comme notre frère François qui réside à l’Arche de Paris, elle est toujours heureuse de pouvoir sortir régulièrement nous voir. Cependant c’est grâce à l’Arche qu’ils ont construit leur environnement d’adulte avec leurs amis, leurs activités au Centre d’Aide par le Travail et leurs loisirs.

Ces invitations sont toujours pour nous des moments privilégiés qui sortent de l’ordinaire, dans une joyeuse effervescence comme vous le verrez sur certaines photos.

Je veux rendre un hommage particulier aux membres de nos familles qui vivent un handicap et qui nous apportent tant. Ils nous communiquent une vraie joie fraternelle ; une belle leçon d’humanité à un moment où beaucoup d’entre eux n’arrivent pas jusqu’à la naissance parce qu’ils ne sont pas désirés. Je le dis ici, leur vie vaut vraiment la peine d’être vécue … et pour moi, que serait ma vie sans eux ?"

Posté le 20 juillet 2017 à 08h16 par Michel Janva | Lien permanent

13 juillet 2017

Avortement : et si le père était consulté ?

Les femmes de plus de 18 ans devront, si elles souhaitent avorter, demander l’autorisation préalable au père de l'enfant. C’est ce que dispose la loi qui entrera en vigueur dans l’État conservateur d’Arkansas fin juilletSi les femmes sont mineures, elles devront obtenir l’accord de leurs parents. 

Comme le texte ne stipule pas d’exceptions (viol ou inceste), de nombreux médias titrent sans vergogne que la loi permet aux violeurs de poursuivre leurs victimes…

Posté le 13 juillet 2017 à 08h15 par Michel Janva | Lien permanent

04 juillet 2017

Plus de 80 000 personnes au Rally For Life le week end dernier à Dublin

DD5wTY0W0AAHtIm

Posté le 4 juillet 2017 à 19h41 par Michel Janva | Lien permanent

Lille : un foetus sauve la vie de sa mère et la sienne

Histoire incroyable parue dans la revue European Journal of Obstetrics, Gynecology and Reproductive Biology :

"Enceinte de huit mois, une jeune femme de 31 ans s'est présentée aux urgences du CHU de Lille car elle souffrait de violentes douleurs au ventre. Les médecins ne vont rien découvrir d'anormal lors de l'examen, mais la jeune femme se plaint de douleurs si violentes qu'ils décident de faire un angioscanner. Le résultat est sans appel : rupture utérine, une grave complication pour elle et son bébé.

Opérée d'urgence, les chirurgien découvrent que le muscle utérin est rompu sur dix centimètres au niveau d'une cicatrice laissée par la césarienne qu'elle a subi en 2013. Mais les médecins découvrent autre chose, de bien plus incroyable : le fœtus a le dos plaqué contre la zone rompue, si bien qu'il a en quelques sortes colmaté la rupture. « Il se produit alors un effet de succion : le dos du bébé est aspiré par la brèche utérine qu'il va complètement colmater. Tout se passe donc comme si le dos du bébé faisait ventouse », écrit Le Monde. « Le dos du fœtus a fait office de bouchon hermétique, d'autant que l'utérus s'est rétracté également autour de lui ». Le bébé a également empêché que le cordon ombilical ne passe a travers la rupture utérine, mais également que la mère ne fasse une hémorragie utérine, explique le Dr Charles Garabedian.

Il a fallu pratiquer de toute urgence une césarienne pour sauver le bébé. Le petit garçon est en pleine forme, avec un poids de naissance de 2,520 kg. Il présentait cependant une grosse bosse dans le dos, à cause de l'aspiration lombaire subie dans la brèche utérine. Mais cet oedème s'est résorbé de lui-même quelques heures après la naissance."

Posté le 4 juillet 2017 à 18h40 par Michel Janva | Lien permanent

26 juin 2017

Émile Duport : « La vie est un mystère à vivre, pas un problème à résoudre »

Emile Duport est interrogé par Charlotte d'Ornellas :


Emile Duport : "La vie est un mystère à vivre... par bvoltaire

Posté le 26 juin 2017 à 19h56 par Michel Janva | Lien permanent

24 juin 2017

Recherche bénévole pour revue de presse sur le respect de la vie

Annonce :

"Depuis plusieurs dizaines d’année, je fais un travail de documentation pour plusieurs organisations pro-vie comme « Choisir la Vie », « les Femmes et les Enfants d’Abord », « Laissez-les Vivre », « La Trève de Dieu »… A maintenant 83 ans, je souhaite passer le relais.

Ce travail consiste à photocopier systématiquement tous les articles de presse ayant trait au sujet et les envoyer à ces organisations pro-vie. C’est facile mais fastidieux et pourrait convenir à un(e) retraité(e) habitué(e) au travail de bureau et habitant dans une grande ville.

Merci de contacter : François Toulet l’Assomption, les Granges 63760 Bourg-Lastic feo.toulet@gmail.com

Posté le 24 juin 2017 à 08h01 par Michel Janva | Lien permanent

23 juin 2017

Les Survivants s'affichent dans Paris

YWqKkZvb

DC_OjEuWAAAxTk6

Posté le 23 juin 2017 à 10h16 par Le Salon Beige | Lien permanent

21 juin 2017

Je vous demande refuge, chanson de l'Emtus

En cette fête de la musique, un embryon nous fait part de sa chanson: La chanson de l'Emtus, embryon-fœtus, ou celui qu'on aime tous.

Posté le 21 juin 2017 à 08h16 par Michel Janva | Lien permanent

18 juin 2017

Marche pour la vie à Madrid

Ce dimanche 18 juin, Derecho a Vivir organise sa septième marche pour la vie. Un latido, una vida = un battement (de coeur), une vie.

20170618_123627

20170618_123634

20170618_123802

20170618_125931

Posté le 18 juin 2017 à 14h38 par Michel Janva | Lien permanent

15 juin 2017

17 juin : rosaire pour la vie à Lyon

Capture d’écran 2017-06-14 à 21.21.55

Posté le 15 juin 2017 à 14h22 par Michel Janva | Lien permanent

12 juin 2017

Varsovie marche pour la Vie !

Marchevie-750x420Dimanche 11 juin à Varsovie s’est déroulée la 12ème Marche pour Vie et la Famille rassemblant des milliers de personnes. L’événement est tellement populaire qu’il se déroule sur un mois dans plus de 140 villes réunissant des centaines de milliers de personnes. Ceci malgré le fait que la législation polonaise compte parmi les plus restrictives d’Europe en matière d’avortement.

Les organisateurs ont rappelé que «chaque vie est inestimable». Ils affirment vouloir « attirer l’attention du public et du gouvernement sur le fait que chaque vie humaine a une valeur absolue et doit donc être protégé par la loi, de la conception à la mort naturelle ».

A Varsovie, la marche a commencé pour la première fois à midi en face de l’église de saint Alexandre les Trois Croix et s’est terminée dans la place du Château. Les jeunes de l’orchestre « Pipes and Drums de Czestochowa » ont animé joyeusement le parcours faisant résonner cornemuses et tambours. Les marcheurs ont fait la part belle aux femmes enceintes et aux familles venues avec leurs enfants dans une ambiance joyeuse et festive. Toutes les catégories sociales étaient représentées, et compris les élus. Bien connue l’eurodéputé Marek Jurek ancien Président de la Chambre de députés a participé avec sa famille. Comme chaque année “Droit de Naître” s’est joint à l’événement Les Polonais semblent vaccinés contre la mentalité pro-mort et anti famille et aux dérives totalitaires qui l’accompagnent…

Posté le 12 juin 2017 à 08h07 par Michel Janva | Lien permanent

31 mai 2017

Un ancien « avorteur », devenu pro-vie : "La mentalité de l’avortement va s’effondrer si nous continuons de persévérer"

Lu dans Famille chrétienne :

"La fédération One of Us a remis, samedi 27 mai, son trophée des « Héros de la vie » au docteur John T. Bruchalski, en conclusion de son second forum européen organisé à Budapest (Hongrie). Médecin généticien américain, cet ancien « avorteur » favorable aux recherches sur l’embryon et au concept de pré-embryon est désormais à la tête du centre médical Tepeyac, l’une des plus importantes cliniques de gynécologie et de maternité provie aux États-Unis. Ce centre, John Bruchalski l’a fondé en 1994, à Fairfax (Virginie), au terme d’une conversion spirituelle et scientifique commencée en 1989.

C’est cette année-là que le jeune médecin, diplômé deux ans plus tôt de l’université de l’Alabama, rencontra pour la première fois le professeur Jérôme Lejeune, venu témoigner au procès de Maryville (Tennessee) où un couple en instance de divorce s’opposait sur le devenir de leurs embryons congelés en vue d’une fécondation in vitro. « J’étais de l’autre côté à l’époque, avec mon professeur, le « père » de la FIV aux États-Unis, qui expliquait que l’embryon n’était pas égal à une personne mais tout au plus à un morceau d’appendice ou de tissu humain », a raconté le lauréat de One of Us, devant un parterre de représentants de mouvements provie venus de toute l’Europe et du ministre de la famille hongrois, Katalin Novak. « Jérôme Lejeune est venu, avec tout son génie, démontrer au juge comment tout le matériel génétique d’une personne était présent dans cette première cellule qu’est l’embryon ». John Bruchalski en est littéralement bouleversé. « Il l’a expliqué si clairement et si distinctement que le médecin que j’étais a reconsidéré sa position sur l’instant où commence une vie humaine et le moment où elle doit être respectée ».

Le médecin américain n’arrête pas son activité pour autant, mais se pose de plus en plus de questions sur l’avortement. « Parfois j’avortais des enfants, parfois je les sauvais ». C’est une conversion mystique qui viendra achever sa conversion scientifique. Durant l’été 1994, John Bruchalski se rend au Mexique pour voir la Vierge de Guadalupe, puis en Serbie à Medjugorje. « J’ai reçu un appel du ciel me demandant de ne plus faire d’avortement », a-t-il confié samedi soir, en présence de son épouse. Grâce à son centre Tepeyac, qui accueille chaque année plus de 20 000 patients, John Bruchalski a permis de sauver plusieurs milliers d’enfants « qui ne seraient jamais nés sinon », a salué Thierry de la Villejégu, vice-président de la fédération One of us et directeur de la fondation Jérôme Lejeune.

Une belle réussite que le médecin américain appelle de ses vœux en Europe. « N’abandonnez jamais ! », a-t-il déclaré à Famille Chrétienne. « Nous allons gagner la bataille, celle du triomphe du Sacré-Cœur, du cœur du Christ, celle du triomphe du bien sur le mal. La mentalité de l’avortement va s’effondrer si nous continuons de persévérer. Soyez patients et surtout aimez tous ceux qui vous entourent »."

Posté le 31 mai 2017 à 20h07 par Michel Janva | Lien permanent

30 mai 2017

Une vie au service de la vie : la Fédération UN DE NOUS honore le docteur John Bruchalski

0moSamedi 27 mai à Budapest, lors du forum européen UN DE NOUS/ONE OF US, le prix UN DE NOUS 2017 a été remis au médecin américain John Bruchalski. John Bruchalski a connu deux vies. Dans la première, il a contribué à développer l’avortement. Il a également été l’un des promoteurs de l’utilisation du faux concept de « pré-embryon ». Après sa rencontre avec le professeur Jérôme Lejeune au procès de Maryville en 1989, il a connu une conversion profonde sur ces questions. Dans sa « deuxième vie », il a fondé l’un des centres les plus attachés au respect de la vie aux États-Unis, le Tepeyac OB/GYN, qu’il dirige toujours aujourd’hui.

Samedi 27 mai à Budapest, le Dr Bruchalski a reçu le prix UN DE NOUS 2017 récompensant un « héros de la vie ». Au cours de la cérémonie emmenée par Thierry de la Villejégu directeur de la fondation Jérôme Lejeune, il a déclaré qu’il trouvait curieux « de recevoir un prix honorant le fait qu’il ne tue pas la vie innocente, qu’il ne tue pas les autres membres de la famille de tous les êtres humains », et précisé : « Je ne pense pas que je le mérite, mais je suis honoré ».

Dans une première partie de carrière, le Dr Bruchalski a contribué au développement de l’avortement aux Etats-Unis. Il savait cependant que ce qu’il faisait n’était pas bon : « Je ne voyais pas le bonheur et la joie dans ma clinique. Plus il y a d’avortements et de contraceptifs, plus il y a des relations brisées, de destruction, d’amertume ».

C’est lors du procès de Maryville, aux États-Unis, que la vie du Dr Bruchalski a connu un tournant essentiel. L’affaire Davies (1989) mettait en jeu pour la première fois la question du statut de l’embryon humain. Lors de ce procès, le Dr Bruchalski a entendu le professeur Jérôme Lejeune dénoncer le faux concept de « pré-embryon ». Cette rencontre l’a conduit à changer radicalement son approche de la vie humaine et à changer de vision sur la grossesse, y compris les plus difficiles.

Plus tard, il a créé le Tepeyac OB/GYN, l’un des centres médicaux et de protection de la vie les plus importants aux Etats-Unis. Chaque année, 20 000 femmes viennent dans ce centre spécialisé en gynécologie-obstétrique reconnu pour l’attention portée au corps des femmes et à la vie des enfants à naître. Il donne aussi un espoir aux femmes enceintes en difficulté.

Le docteur John Bruchalski délivre un message au personnel médical du monde entier :

« Je demande aux médecins qui continuent à pratiquer des avortements s’ils croient vraiment que la fin de la vie de l’enfant aide la mère. Il est très difficile pour les mères de ne pas se soucier de leur enfant. Demandez-leur si elles pensent vraiment que l’avortement est la meilleure réponse ; demandez-leur si elles ne croient pas qu’il existe de meilleures solutions. Si elles ont des doutes, elles peuvent entrer en contact avec moi.»

Quand on lui demande comment la société peut engager et aider les mères à garder leur enfant, le docteur Bruchalski répond :

« Mettre fin à la vie d’un enfant pour régler une situation difficile peut sembler au premier abord facile, pratique et efficace. Mais il faut prendre en compte les dommages que cet avortement produit. Sur ce point, nous devons penser non pas en termes économiques ou politiques, mais en termes humains. Dans ce monde, la seule réponse qui fait vraiment la différence est celle de la compassion. Par conséquent, où que vous soyez, quoi que vous fassiez, vous devez savoir qu’il y a toujours un moyen d’aider les femmes en difficulté. Tuer l’enfant n’est pas une solution. Parce que dans le passé j’ai pratiqué des avortements, je sais ce que les patientes subissent et ce qu’elles ressentent : la honte, le silence... L’avortement n’est pas quelque chose que les gens célèbrent, parce que vous ne pouvez pas le célébrer. Par conséquent, il faut agir afin que les femmes en difficulté pendant la grossesse puissent compter sur vous ».

Posté le 30 mai 2017 à 09h04 par Michel Janva | Lien permanent

29 mai 2017

2eme forum UN DE NOUS : la vie retrouve sa dignité à Budapest

0mmLa Fédération ONE OF US/UN DE NOUS a réuni plus de 600 personnes à Budapest pour le deuxième forum européen pour la vie. Il était placé sous le haut-patronage du premier ministre Hongrois, Viktor Orbán et de la ministre de la famille, Katalin Novák.

Le forum a réuni l’Europe au service de la vie : responsables politiques européens et nationaux, personnalités associatives, experts de la santé et de l’éthique, rassemblés autour du thème «Protéger la vie : le cœur du nouveau débat culturel ».

Le forum a relancé le débat sur les questions de la vie en Europe et sur les valeurs fortes, au premier rang desquelles la protection de la vie humaine vulnérable. Le forum a également envoyé un message de soutien aux gouvernements qui développent des politiques pour défendre la vie humaine.

En ouverture du Forum, Bence Rétvari, ministre Hongrois des capacités humaines :

"Je suis heureux que ONE OF US ait choisi notre ville pour y tenir son forum. Nous les Hongrois, nous sommes fiers que Budapest soit la capitale des familles... La defense de la vie est une des valeurs les plus importantes en Europe, nous l'avons inscrite dans la constitution hongroise en mettant en place une déclaration fondamentale qui sacralise la dignité humaine. Pour les enjeux de la vie, vous pourrez toujours compter sur la Hongrie !".

Jaime Mayor Oreja, président de la fédération UN DE NOUS, a rappelé que

"la crise que l'on vit a commencé le jour où l'avortement est devenu un droit ; à partir de là, les portes ont été ouvertes pour l'idéologie du genre, la GPA et toutes ces idées qui vont contre l'humanisme. Nous sommes ceux qui ne nous résignons pas à cette situation, et qui veulent combattre aux racines de la crise".

Les vidéos et les photos seront mises en ligne sur le site undenous.fr

Posté le 29 mai 2017 à 08h10 par Michel Janva | Lien permanent

25 mai 2017

28 mai : journée nationale pour la vie

Capture d’écran 2017-05-24 à 18.20.23Depuis l’an 2000, la journée de la fête des mères est aussi devenue la Journée nationale pour la vie. Cette journée est le pendant de la Marche pour la vie, plus médiatique et destinée à remobiliser les forces vives. Patricia de Poncins est responsable de cette Journée nationale pour la vie pour l’association Choisir la Vie. Elle répond à Anne Isabeth dans Présent :

"Que se passe-t-il de particulier pour cette Journée nationale pour la vie ?

Des actions sont proposées par différentes paroisses, comme des veillées de prières. Des quêtes sont aussi organisées par les AFC pour aider les mères en difficulté. Nous proposons également sur notre site des affiches que l’on peut déposer chez les commerçants. La Journée pour la vie se veut plus grand public, dans le sens où elle est moins militante que la Marche pour la vie. Le but premier est de célébrer la beauté de la vie, et les affiches que l’on dépose chez les commerçants – et qui sont très bien acceptées – ont pour but de sensibiliser le grand public à cette beauté.

Depuis que la journée existe, avez-vous une évolution dans la mobilisation ?

Le sujet demeure tabou. Malgré tout, beaucoup de petites initiatives se mettent en place. Il serait bon, il est vrai, que nous soyons plus relayés. Nous avons cependant remarqué que la mobilisation est plus importante de la part de l’Eglise de France, et notamment de la part des évêques, qui étaient auparavant beaucoup plus silencieux à ce sujet. Avec les lois qui sont passées comme le délit d’entrave numérique, les attaques se font plus fortes. Cela oblige les personnes à se mobiliser davantage. [...]

 

 

Posté le 25 mai 2017 à 10h16 par Michel Janva | Lien permanent

22 mai 2017

L’Europe de la vie réunie à Budapest

Samedi 27 mai, la Fédération ONE OF US/UN DE NOUS organise le deuxième Forum européen pour la vie. Cet évènement a lieu à Budapest. Il est placé sous le haut-patronage du premier ministre Hongrois, Viktor Orbán et du ministre de la famille, Katalin Novák. Il est la deuxième grande manifestation publique de la Fédération UN DE NOUS depuis sa création en 2014.

Le Forum UN DE NOUS réunit pendant une journée l’Europe au service de la vie : responsables politiques européens et nationaux, personnalités associatives, experts de la santé et de l’éthique, rassemblés autour du thème « Protéger la vie : le cœur du nouveau débat culturel ». Par cet évènement la fédération UN DE NOUS entend contribuer à :

Au programme :

1) Plusieurs séquences thématiques, organisées en tables-rondes réuniront des responsables politiques et associatifs, ainsi que des experts. Plusieurs sujets seront abordés, notamment le rôle de la fédération UN DE NOUS pour faire émerger une nouvelle culture, la communication pour défendre la vie humaine les enjeux éthiques de la PMA (Procréation médicalement assistée). Avec notamment, pour la France : Jean-Marie le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, Thierry de la Villejégu, vice-président de ONE OF US, Grégor Puppinck, Directeur du Centre européen pour le droit la justice, Guillaume Bernard, politologue, Antoine Pasquier, journaliste de Famille chrétienne.

Pour les autres pays européens, notamment : Katalin Novák, ministre de la famille (Hongrie), Jaime Mayor Oreja, ancien ministre de l’intérieur et président de ONE OF US (Espagne), Ján Figeľ, représentant spécial de l’UE pour la promotion de la liberté de conviction, et ancien Commissaire européen (Slovaquie), Marek Jurek, député européen (Pologne).

2) La remise du 2ème prix ONE OF US à un « héros de la vie ». Le prix est remis cette année à un médecin américain.

3) Un concert symphonique : la Symphonie pour la vie, composée en l’honneur du professeur Jérôme Lejeune.

La Symphonie est une initiative de Pedro Alfaro, violoncelliste espagnol inspiré par le recueil de Jérôme Lejeune « Symphonie de la Vie ». Les textes expliquent le titre et les 5 mouvements : la vie dans le sein maternel, la famille foyer de vie, la recherche et ses limites, le sage au soir de sa vie face à une science sans conscience, et le mystère insondable de la création. Cette œuvre musicale est une exceptionnelle aventure culturelle au service de la vie ; elle permet à une nouvelle génération de pouvoir accéder au mystère, à travers l’harmonie, la beauté, la paix et la puissance qu’apporte une symphonie.

Posté le 22 mai 2017 à 18h37 par Michel Janva | Lien permanent

18 mai 2017

20 mai : rosaire pour la vie à Lyon

Capture d’écran 2017-05-17 à 20.18.57

Posté le 18 mai 2017 à 16h19 par Michel Janva | Lien permanent

12 mai 2017

Mobilisez-vous pour la journée nationale pour la vie le 28 mai

Capture d’écran 2017-05-11 à 21.52.39

Posté le 12 mai 2017 à 09h53 par Michel Janva | Lien permanent

11 mai 2017

Permettez aux Survivants de réaliser un tour de France pour défendre la Vie

Les Survivants est un mouvement de jeunes qui propose de remettre le débat sur l'IVG au centre de la vie politique.

Ce mouvement prépare une série inédite d'apparitions surprises à travers la France pour partager notre combat auprès des Français. En camping car, ils sillonneront les routes de France pour faire parler de la souffrance des femmes et des jeunes dans les grandes Villes de France, et faire avancer le débat sur l'IVG par des actions chocs.

Vous êtes des centaines de milliers en France à soutenir ce débat de l'enfant à naître, à l'heure où l'avortement est présenté partout comme un droit inaliénable et une avancée pour la femme. Mais qui viendra dénoncer la souffrance des femmes que l'on refuse d'admettre par idéologie ? Qui viendra proposer des alternatives ?

Les Survivants ont besoin de vous pour faire changer les choses, sur vos dons petits et grands : chacun permettra d'avancer un peu plus et de changer la société !

Les Survivants sont bien plus qu'un simple mouvement pro-vie, c'est une véritable école de vie et de formation pour défendre la vie et les plus faibles. En les aidant vous aidez les nombreux jeunes qui s'engagent ainsi que ceux qui souhaiteraient s'engager.

монтажная область 10_1494425787685

Dans 1 mois, une nouvelle assemblée votera nos lois. 

D'ici là, une urgence: amener l'IVG et la famille au cœur du débat. Il n'est pas pensable de rester encore un quinquennat sans que cette question soit prise au sérieux, sans que des solutions alternatives à l'IVG soient apportées partout en France pour les filles en difficultés. 

Aidez les Survivants.

Posté le 11 mai 2017 à 13h12 par Michel Janva | Lien permanent

09 mai 2017

Faites un geste pro-vie depuis votre ordinateur

Communiqué d'IVG.net :

Capture d’écran 2017-05-09 à 06.59.56"Le gouvernement précédent avait ouvertement attaqué, dès janvier 2013, et de façon quasi dictatoriale, les sites qui ne tenaient pas des propos favorables au "tout IVG". De plus, il a mis de gros moyens pour rendre son site plus attrayant afin d’améliorer sa visibilité et son référencement.

La récente campagne de presse favorable à la loi sur le délit d’entrave numérique a eu ainsi un impact négatif sur le référencement des sites qui font contrepoids et qui pourtant apportent une écoute, une aide et un soutien réels aux femmes enceintes qui se posent des questions sur l’IVG. C’est d’ailleurs souvent la raison pour laquelle elles remercient les écoutantes de la qualité de leurs échanges.

Le nouveau gouvernement, à son tour, fera sans doute beaucoup pour continuer ce "travail" de sape. E.Macron en campagne a effectivement déclaré qu'il serait "intraitable sur la qualité et la véracité de l'information" sur l’IVG. Mais quelle "information" ?...

Ainsi, dès aujourd’hui le site www.ivg.net  a besoin de chacun pour faire remonter son référencement, en perte de vitesse depuis quelques semaines. "ivg.net" est dans le top 3 des sites sur l’ivg depuis 8 ans, mais n’arrive plus à revenir en 1ère position.

Concrètement, il est donc URGENT de retourner quotidiennement sur le site www.ivg.net. Il suffit de :

  • taper  "ivg" dans le moteur de recherche
  • cliquer sur le lien qui permet d'accéder au site www.ivg.net
  • regarder un ou plusieurs articles (sans zapper trop vite…sinon le site est classé "pas intéressant")
  • et lancer une vidéo
  • en restant minimum 3 à 5 mn sur le site.

Ce n'est pas long mais très utile ! Un nombre vraiment  significatif de femmes renoncent à l’IVG grâce aux entretiens qu’elles peuvent avoir avec les conseillères du site. Et elles les remercient toujours après ! 

Le site a également besoin de dons (lien sur le site) afin de lui permettre de prodiguer des aides d’urgence aux femmes en vraie détresse matérielle."

 

Posté le 9 mai 2017 à 08h55 par Michel Janva | Lien permanent

04 mai 2017

Donald Trump nomme une pro-vie au planning familial

Le département de la santé et des services sociaux des Etats-Unis a confirmé mardi la nomination d’une opposante à la contraception à la tête du « Title X », un programme de planning familial. Ancienne professeure de droit, Teresa Manning a travaillé pour une organisation pro-vie et pour le Family Research Council.

 

Posté le 4 mai 2017 à 08h31 par Michel Janva | Lien permanent

6 mai : rosaire pour la vie à Notre-Dame de Paris

ROSAIRE_ndvie

Posté le 4 mai 2017 à 08h01 par Michel Janva | Lien permanent

03 mai 2017

Conférence-témoignage de M et Mme Caron sur l'Espérance, Nantes vendredi 5 mai

Conf-AGC-44 (3) (1)

Posté le 3 mai 2017 à 08h01 par Michel Janva | Lien permanent

25 avril 2017

28 mai : journée nationale pour la vie

7z5hlogizbe

Posté le 25 avril 2017 à 13h56 par Michel Janva | Lien permanent

22 avril 2017

Peut-on pratiquer la méthode Billings avec un esprit contraceptif ?

Réponse de Gabrielle et Bertrand Vialla :

Confidences_ombre_petit"Nous avons la conviction profonde qu’au lieu de mettre l’accent sur le risque d’une utilisation à visée contraceptive des méthodes naturelles, il convient de lutter contre des présentations des méthodes naturelles faites dans un esprit contraceptif. Esprit contraceptif et méthodes naturelles, cela se trouve. Mais l’esprit contraceptif se trouve davantage dans certains discours de présentation de ces méthodes que dans leur utilisation concrète.

L’utilisation des méthodes naturelles est pédagogique : elle fait entrer dans un art de vivre qui ouvre le cœur à la contemplation et au don de soi. Bien sûr, on peut y résister parce qu’on est attaché à cet esprit contraceptif, le plus souvent on aura alors tendance à tricher, à ne pas vouloir une vraie continence périodique, ou bien on abandonnera face à la difficulté. On peut aller plus loin : plus une méthode naturelle permet à la femme de se connaître et au mari de s’impliquer dans l’interprétation des observations et la responsabilité commune, plus la méthode naturelle sera pédagogique. Donc, à la question : «Peut-on pratiquer Billings avec un esprit contraceptif ? » j’ai envie de répondre « Oui, c’est souvent possible au départ... c’est bien rare à la fin ! »

En revanche, la prégnance de l’esprit contraceptif dans la présentation des méthodes naturelles est malheureusement fréquente! Au Centre Billings France, nous luttons pour ne pas utiliser des termes de vocabulaire analogues aux méthodes contraceptives : «éviter une grossesse », « risque », « échec », « erreur »... Il faut encourager les personnes qui ont un véritable amour de l’enfant à naître, qui ont une certaine liberté intérieure face aux représentations contraceptives, à s’engager dans la promotion des méthodes naturelles avec lucidité et ténacité. Je vous propose ce petit résumé : «Ne faites pas fuir les apôtres, en assimilant le moyen à l’esprit contraceptif, qui en fait doit être combattu par ce moyen ! » Les moniteurs ont à être à la hauteur de la tâche qui leur est confiée, capables d’enseigner, de montrer l’exemple, avec un amour inconditionnel de l’enfant à naître, avec délicatesse et fermeté, pour montrer le chemin d’une juste Régulation naturelle des naissances."

Dans Evangelium Vitæ (1995), Jean-Paul II écritvait :

"Il est fréquemment affirmé que la contraception, rendue sûre et accessible à tous, est le remède le plus efficace contre l'avortement. On accuse aussi l'Église catholique de favoriser de fait l'avortement parce qu'elle continue obstinément à enseigner l'illicéité morale de la contraception. A bien la considérer, l'objection se révèle en réalité spécieuse. Il peut se faire, en effet, que beaucoup de ceux qui recourent aux moyens contraceptifs le fassent aussi dans l'intention d'éviter ultérieurement la tentation de l'avortement. Mais les contrevaleurs présentes dans la « mentalité contraceptive » — bien différentes de l'exercice responsable de la paternité et de la maternité, réalisé dans le respect de la pleine vérité de l'acte conjugal — sont telles qu'elles rendent précisément plus forte cette tentation, face à la conception éventuelle d'une vie non désirée."

Posté le 22 avril 2017 à 09h25 par Michel Janva | Lien permanent

13 avril 2017

15 avril : rosaire pour la vie à Lyon

Capture d’écran 2017-04-12 à 18.39.35

Posté le 13 avril 2017 à 09h39 par Michel Janva | Lien permanent

12 avril 2017

220 000 électeurs manquent chaque année

Posté le 12 avril 2017 à 22h05 par Michel Janva | Lien permanent

11 avril 2017

437 bébés à naître sauvés de l’avortement

40daysforlife4La campagne de Carême des 40 Days for Life continue à nous transmettre de bonnes nouvelles. Hier, 437 enfants à naître avaient été sauvés de l’avortement.

Posté le 11 avril 2017 à 08h42 par Michel Janva | Lien permanent

07 avril 2017

Le juge pro-vie Neil Gorsuch a été confirmé par le Sénat à la Cour Suprême des Etats-Unis

Unknown-33Vendredi, le juge pro-famille Neil Gorsuch a été confirmé par le Sénat après une longue bataille parlementaire. Il remplace Antonin Scalia, décédé en février 2016 à 79 ans.

Neil Gorsuch, 49 ans, a été confirmé par 54 voix contre 45. 3 démocrates (qui veulent se faire réélire l’an prochain dans des Etats majoritairement républicains) ont voté pour lui. Face à l’obstruction des démocrates, qui n’ont pas digéré que les républicains, majoritaires, aient refusé de confirmer le candidat d’Obama l’an dernier, le Sénat a changé la règle de confirmation, passant d’une majorité qualifiée aux 3/5 (60 sénateurs) à une majorité simple (51).

Selon Yves Daoudal

Images-11"Cet épisode répond de façon éloquente aux milieux pro-vie qui se désolaient ou s’irritaient de l’audition de Neil Gorsuch devant le Sénat : celui qu’on avait présenté comme un juge pro-vie n’avait pas fait la moindre allusion qui permette de la classer ainsi, et s’était au contraire strictement attaché au respect de la légalité actuelle. On comprend pourquoi. Bien qu’il ait pris soin d’être parfaitement politiquement correct, il a fallu changer les règles pour que sa nomination soit confirmée. Tout « dérapage » aurait été fatal. Or ce qui compte est qu’il soit maintenant et définitivement juge à la Cour suprême, et si l’on se pose encore des questions, il suffit de voir comment les démocrates ont voulu à toute force l’en empêcher.

Cet épisode n’est pas sans lien avec la frappe américaine en Syrie. Le même jour, Donald Trump a nommé secrétaire à la Défense un vétéran pro-vie. Et l’on s’en félicite. Mais il se trouve que les pro-vie sont aussi, généralement, et surtout quand ils sont d’anciens officiers, des pro-guerre. La grande majorité des républicains est pour que l’Amérique continue d’être le gendarme du monde et frappe les méchants partout (surtout les Arabes). En outre Donald Trump est victime en permanence de la propagande médiatique qui en fait un agent de Poutine. Et l’immense majorité des Américains est anti-Poutine. La frappe en Syrie ressemble à l’audition de Gorsuch devant le Sénat."

Dans les faits, quatre juges sont clairement conservateurs et quatre progressistes. Et c’est Anthony Kennedy, un conservateur mou, qui joue les arbitres. C’est notamment lui qui avait fait pencher la balance en faveur de la légalisation du mariage gay, en 2015. Désormais, les démocrates sont suspendus à la santé de la très progressiste Ruth Bader Ginsburg (84 ans) et espèrent qu’elle ne décédera pas pendant la présidence de Donald Trump, sous peine de voir la Cour nettement pencher côté conservateur....

Posté le 7 avril 2017 à 19h54 par Michel Janva | Lien permanent

Cette fois des bus pro-vie : au Canada

La municipalité de Peterborough a autorisé l'affichage de publicités pro-vie sur ses autobus municipaux. Les affiches ont été installées sur les autobus mardi.

Autobus-peterborough-avortement

Sur les affiches, placardées à l’extérieur des autobus de la ville, on voit trois cercles. Dans le premier, on voit une photo d’un fœtus à 7 semaines; dans le deuxième, un fœtus à 16 semaines; et le troisième cercle, sans fœtus, contient le mot « gone  ». À la droite des images, on peut lire en caractères gras « l’avortement tue des enfants ».

Le conseil municipal était contre ces publicités controversées, mais les tribunaux ont donné raison à l’organisme pro-vie. Devorah Gilman, porte-parole du groupe Canadian Centre for Bio-Ethical Reform (CCBR) qui finance la publicité, se réjouit :

« Nous sommes heureux de pouvoir informer la population canadienne au sujet des avortements. Chaque jour au pays, 300 êtres humains perdent la vie en raison de l’avortement. »

La publicité circulera sur les autobus jusqu’à la fin juin.

Posté le 7 avril 2017 à 09h40 par Michel Janva | Lien permanent

Incroyable vidéo : un bébé étire ses jambes dans le ventre de sa mère

C’est une vidéo publiée par un site internet anglais. Grâce à une nouvelle technologie, on peut suivre le développement du fœtus bien plus précisément qu’avec les échographies lambda. Grâce à une nouvelle forme d’IRM mise au point par des médecins du projet IFIND, on découvre le fœtus de 20 semaines bouger dans le ventre de sa mère, étirer ses jambes, jouer avec le cordon ombilical, le tout sans la moindre ambiguïté. Les images sont nettes, claires. Un véritable ravissement :

Posté le 7 avril 2017 à 09h16 par Michel Janva | Lien permanent

03 avril 2017

Encore un effet Trump : le retour des pro-vie à la Commission de l’ONU Femmes

Les partisans de la culture de mort se sentent dérangés :

"Le monde a assisté au retour des États-Unis vers la tendance pro-vie après des années de promotion de l’avortement par l’administration Obama au cours de la Commission de l’ONU sur le Statut des Femmes d’hier. Après le coup de marteau signalant l’adoption de l’accord annuel de la commission, connu sous le nom de Conclusions Concertées, la délégation des États-Unis a prononcé une poignante déclaration pro-vie.

Le consensus international sur le programme de l’ONU concernant “la santé sexuelle et procréative” est que “cela ne crée pas de nouveaux droits internationaux, incluant le droit à l’avortement” ainsi que l’ont déclaré les États-Unis.

Ce tournant a permis de revenir sur les acquis des supporters de l’avortement, comme les mentions explicites de l’avortement dépourvues de tous les restrictions qui donnaient une image faussée de l’avortement dans les accords précédents de l’ONU.

Cette année, l’accord non seulement ne mentionne pas l’avortement, mais indique que toute référence à “la santé sexuelle et procréative”, “les services de soins en santé sexuelle et procréative” et ” les droits en matière de procréation” doivent se faire en référence aux accords précédents de l’ONU selon lesquels l’avortement n’est pas un droit, engageant les nations à aider les femmes à éviter l’avortement, et les empêchant de le promouvoir comme méthode de planification des naissances.

Les États-Unis ont déclaré “qu’ils n’encouragent pas l’avortement comme aide sanitaire en matière de procréation” et ont souligné que “les USA sont le plus important pourvoyeur bilatéral en matière d’aide sanitaire pour la mère, le nouveau-né et l’enfant ainsi que pour le planning familial.” C’était une réponse aux critiques du Programme de Mexico City, récemment restauré, qui coupe les subventions aux groupes qui favorisent ou réalisent des avortements.

Cet accord a porté un coup particulièrement dur aux pays Nordiques et Européens qui encouragent une “éducation sexuelle globale” qui enseigne aux moins de 4 ans une “masturbation infantile précoce”, les droits LGBT, et la prostitution légale. Une ultime tentative par l’Union Européenne pour enlever les restrictions au terme “santé sexuelle et procréative” a échoué. L’Espagne a exprimé au nom de l’Union Européenne la déception et la frustration de certains pays membres. [...]"

Posté le 3 avril 2017 à 19h41 par Michel Janva | Lien permanent

31 mars 2017

Le Congrès abroge le financement public du Planning familial

Le Congrès américain a abrogé jeudi une directive d'Obama destinée à sanctuariser les financements publics du planning familial. Le Sénat a adopté la mesure de justesse, après un vote à 50-50 départagé par le vice-président Mike Pence. La Chambre des représentants avait approuvé le texte en février. Il ne reste plus qu'au président Donald Trump à le promulguer.

Une douzaine d'Etats gouvernés par les républicains avaient voté localement pour interdire le transfert d'argent public à toute clinique qui pratique des avortements. L'administration Obama avait signé en décembre dernier une directive interdisant ce type de mesures de rétorsion. L'élue républicaine Diane Black, du Tennessee, s'est félicitée :

«Les femmes vulnérables qui cherchent de véritables soins de santé généralistes méritent mieux que des établissements centrés sur l'avortement comme Planned Parenthood».

Dans le même temps, la campagne de Carême des 40 Days for Life annonce que 251 enfants à naître ont été sauvés de l’avortement au 28ème jour de la campagne (mardi 28 mars) !

Posté le 31 mars 2017 à 08h22 par Michel Janva | Lien permanent

30 mars 2017

1er avril : rassemblements de SOS Tout-Petits

A Paris, à 14h30 à l'angle nord-ouest du Bd Montparnasse et de l'Avenue de l'Observatoire (RER B - Port-Royal).

Pub

Posté le 30 mars 2017 à 11h38 par Michel Janva | Lien permanent

26 mars 2017

Succès de la Marche pour la vie à Bruxelles

C73MTh8WkAA4Id0

CIMG1737

3000 fleurs déposées pour défendre les fleurs coupées avant de naître,  devant le palais de justice:

CIMG1872

CIMG1867

Stéphane Mercier, le philosophe fustigé par l'Université catholique de Louvain pour avoir osé dire la réalité de l'avortement témoigne :

C72f6MQWsAA-wA9

Posté le 26 mars 2017 à 20h15 par Michel Janva | Lien permanent

L'avortement ne tuerait pas l'enfant in utero, le tabac si..

Contradiction de l'anti-culture de mort : 

C709LmYXUAAEJwv

Posté le 26 mars 2017 à 18h30 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

25 mars 2017

Le cardinal Sarah rend hommage au professeur Jérôme Lejeune

C7wuQNDWkAAkca9Le Cardinal Robert Sarah s'est recueilli sur la tombe de Jerôme Lejeune, avant de prononcer une conférence en l'église Saint-Augustin à Paris, dont voici la substance :

Permettez-moi d’introduire cette brève conférence par ces mots du Professeur Jérôme Lejeune :

"Si on veut vraiment attaquer le Fils de l’homme, Jésus-Christ, il n’y a qu’un moyen, c’est d’attaquer les fils des hommes. Le christianisme est la seule religion qui dit : ˝votre modèle est un enfant˝, l’enfant de Bethléem. Quand on vous aura appris à mépriser l’enfant, il n’y aura plus de christianisme dans ce pays".

On peut affirmer que le combat du Pr. Lejeune avec les seules armes de la vérité et de la charité s'inscrit dans la bataille entre Dieu et Satan. L’Eglise catholique, tel David face à Goliath, dispose seulement du petit caillou de l’Evangile de la Vie et de la Vérité, il s'agit d'une bataille âpre et décisive, qui sera longue et s’apparente à celle des fins dernières décrites dans la Bible. Soyons conscients que, une nouvelle fois, l’Eglise constitue le dernier rempart contre la barbarie, il ne s’agit plus d’Attila et de ses Huns, ni des divers totalitarismes qui ont ensanglanté le monde, il s’agit d’une barbarie aseptisée en laboratoire, que l’opinion publique ne perçoit pratiquement pas. Oui, il s’agit bien d’un combat… à la vie et à la mort. 

Si ce n’était pas le cas les pouvoirs publics tenteraient-ils de faire taire les sites internet dits « pro-vie » en inventant un délit d’entrave numérique à l’avortement ? Les défenseurs de la vie ont été verbalement lynchés pour avoir osé rappeler que l’avortement n’est pas un droit, mais un crime.

Jérôme Lejeune, contre vents et marées, est resté fidèle au Christ et à l’Evangile. Pendant sa longue maladie qui l’a arraché prématurément à l’affection des siens, on a vu comment meurt un chrétien à l’aube de Pâques. Sa vie se partageait entre deux domaines: son activité de chercheur et le service auprès des malades. Il était animé par le souci de guérir, ou de soulager les souffrances physiques et morales provoquées par la maladie et le handicap. La charité qui animait le Professeur Lejeune unissait donc les deux aspects de sa vocation au service du malade, cette vertu théologale de la charité fut bien la voie royale que Jérôme Lejeune emprunta. Nul n'a oublié son sourire lumineux et rayonnant et son regard rempli de cet amour du prochain. Quoi de plus concret que la présence quotidienne auprès des malades et des familles? On peut donc considérer que sa vie fut comme un prolongement de l’Incarnation de Jésus, venu parmi nous pour nous guérir et nous sauver.

C7x8rWkXUAEJpTcAu sujet du Professeur Lejeune, on peut donc vraiment parler d’une spiritualité de l’Incarnation. « Fiat », c’était la réponse si pure, parfaite et sans réserve de la Vierge Marie, que lui-même adressait à Dieu chaque jour de sa vie. Dès lors, comme la Très Sainte Vierge Marie, Jérôme Lejeune a consenti à laisser Dieu agir. Comme Jésus, qui était devenu le mendiant de l’Amour de cette humanité pécheresse, le Professeur Lejeune, par son silence quémandait la compassion de ses contemporains pour les plus faibles, dont il s’était fait la voix, lui qu’on avait réduit au silence. Martyr de la vie et de la vérité, il l’a été pleinement, y compris dans son silence, son silence qui, loin d’être l’aveu d’une faiblesse, a constitué une force capable de renverser les montagnes d’égoïsme et d’indifférence.

C7xuot7XgAEe_FMAujourd’hui, personne ne peut se montrer insensible et indifférent devant l’obligation impérieuse de défendre l’enfant à naître. Le signe clinique le plus impressionnant, indiquant que nous allons vers l’abîme , c’est la puissance dramatique du refus de la vie. Si le Pr Lejeune était encore de ce monde, il ne ferait que suivre la ligne intangible de la défense de la dignité de la personne humaine. Il se serait donc opposé au faux et scandaleux « mariage » homosexuel, à ces aberrations que sont la PMA, et la GPA et il aurait combattu avec une énergie sans pareille la théorie proprement délirante et mortifère dite du « genre » ou « gender ». Avec le transhumanisme, ce sera le triomphe de l’eugénisme et de la sélection du meilleur capital génétique parmi tous les êtres. Le transhumanisme va réaliser, grâce aux techno-sciences, le rêve prométhéen du nazisme. Le refus d’accueillir et de laisser vivre ceux qui gênent, manifeste une profonde méconnaissance de la valeur de la vie humaine. 

Ainsi, le Pape François nous appelle à une mobilisation générale pour la Vie ! Le pr Lejeune, a accueilli dans son « hôpital de campagne » qu'est l'hôpital Necker des Enfants-malades, ces blessés de la vie. L’hôpital Necker, ce « lazaret » des temps modernes est bien une œuvre admirable de charité et de compassion qui continue aujourd’hui. Je veux remercier toutes les associations qui œuvrent pour que la vie soit promue et protégée, tout comme la famille qui en est le sanctuaire. La vie est un don de Dieu, un don que Dieu a confié à la famille. C’est donc dans la famille que la vie trouve sa source, qu’elle trouve le cadre qui répond et à sa dignité et à sa destinée. Dans la vie de chaque personne, même la plus faible et la plus blessée, l'image de Dieu resplendit et se manifeste dans toute sa plénitude. Chaque homme est appelé à une plénitude de vie qui va bien au-delà des dimensions de son existence sur terre puisqu'elle est la participation à la vie même de Dieu. Telle était la conviction du Pr Lejeune, et telle est encore aujourd’hui la conviction inébranlable de la Fondation qui porte son nom.

Je vous remercie pour votre attention et vous invite à continuer de vous battre au côtés du Professeur Jérôme Lejeune. "Il n’y a point d’Homme avec un grand H. Il y a des hommes, des personnes, et chacun d’eux est respectable" Pr. Jérôme LEJEUNE.

Posté le 25 mars 2017 à 19h17 par Michel Janva | Lien permanent

9 mois en 4 minutes

Voici une vidéo montrant l'évolution d'un "vulgaire amas de cellules" ... attention, il peut être passible de délit d'entrave à l'avortement

Posté le 25 mars 2017 à 08h59 par Michel Janva | Lien permanent

Pèlerinage pour la Vie à Rome du 19 au 21 mai

Capture d'écran 2017-03-04 10.23.47Renseignements

Posté le 25 mars 2017 à 08h00 par Michel Janva | Lien permanent

24 mars 2017

La philosophie pour la vie : Contre un prétendu « droit de choisir » l’avortement

Nous publions en intégralité le texte de Stéphane Mercier, fustigé par l'Université "catholique" de Louvain pour avoir osé dire que "l’avortement est le meurtre d’une personne innocente". Extrait :

"Un professeur de biologie avait pour habitude, depuis une trentaine d’années, d’utiliser dans ses cours un embryon humain âgé de douze semaines, conservé dans une solution quelconque permettant sa préservation. Comme dans les musées de sciences naturelles. C’était un exemple bien pratique que les élèves pouvaient observer de près, c’était plus frappant qu’une simple photo ou qu’un dessin. Un beau jour, il reçoit une visite. Une jeune femme qu’il ne connaît pas, et qui lui demande un rendez-vous. Lorsqu’il la reçoit, il ne la reconnaît pas : elle doit avoir l’âge de ses élèves, mais non, décidément, il ne la remet pas. Elle lui explique alors qu’effectivement, il ne la connaît pas. Mais que sa mère était l’une de ses élèves, une vingtaine d’années plus tôt. Or elle était enceinte à ce moment, et, étant donné son jeune âge, elle avait pris rendez-vous pour un avortement. C’est justement ce jour-là que, par hasard, au cours de biologie, le professeur leur avait montré ce qu’était réellement un embryon. Le développement était inachevé, bien sûr, mais indiscutablement, personne de sensé n’aurait osé parlé d’une masse protoplasmique, d’un amas de cellules cancéreuses ou que sais-je encore. C’était bien un embryon humain. Pas achevé, pas très beau à regarder. Mais indéniablement humain depuis que son profil ADN est complet, engagé dans un processus qui, de jour en jour, devait le rendre plus abouti. Quand la jeune femme enceinte a vu de ses yeux ce que c’était qu’un foetus, elle a compris que c’était bien une personne humaine. En tout cas, elle a au moins compris qu’il y avait d’excellentes raisons de penser que ce petit bout était bel et bien une personne, minuscule et fragile. Elle n’a pas avorté le lendemain. Le rendez-vous au « planning familial » (encore un détournement odieux du langage !) a été annulé ; elle a gardé cet enfant. Lui a permis de poursuivre son développement. Puis l’enfant est né, et a poursuivi son développement. Il a acquis la capacité langagière. Puis poursuivi son développement, et sa mère, quand elle a cru que le temps était venu où sa fille pourrait comprendre les circonstances un peu particulières auxquelles elle devait la vie, lui a tout raconté. C’est cette adolescente qui a pris rendez-vous avec le professeur, presque vingt ans après que sa mère eut suivi le cours où il avait, comme de coutume, montré le petit embryon a ses élèves. L’adolescente est venue remercier cet enseignant : s’il n’avait pas ouvert les yeux à sa mère sur le fait que l’embryon, tout minuscule et inachevé qu’il soit, est déjà cependant un petit être humain, une personne à part entière, elle ne serait pas là, devant lui ce jour-là.

Intégralité du texte (format pdf, 15 pages)

Ce professeur de philosophie témoignera à la Marche pour la vie de ce dimanche à Bruxelles.

Posté le 24 mars 2017 à 10h39 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > France : Société , Pro-vie

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Société , Pro-vie