21 février 2017

Baisse des avortements en Hongrie

Lu dans Présent :

"En Hongrie, les avortements sont autorisés jusqu’à la 12e semaine de grossesse et même jusqu’à la 18e semaine si la mère est mineure et au-delà s’il y a risque de malformation du fœtus ou danger pour la vie de la femme enceinte. Et si, comme dans beaucoup de pays post-communistes, les avortements restent très nombreux (un avortement pour trois naissances), la politique de promotion de la vie et de soutien aux familles menée depuis 2010 par le gouvernement de Viktor Orban a permis non seulement d’inverser la tendance à la baisse des naissances mais aussi de réduire fortement, d’un quart, le nombre d’avortements.

Au début du mois de février, le gouvernement hongrois s’est à nouveau attiré les critiques de l’opposition libérale-libertaire en annonçant qu’il allait accorder une aide de 28 millions d’euros pour la création d’un nouveau service de maternité et de gynécologie à Budapest. Ce service sera géré en commun par deux hôpitaux : l’un qui appartient à la fondation calviniste Bethesda, et l’autre qui est géré par l’ordre hospitalier de Saint-Jean de Dieu, un ordre catholique. Mais cette aide vient en échange de la garantie donnée par les deux hôpitaux qu’il n’y sera pas pratiqué d’avortements."

Posté le 21 février 2017 à 17h30 par Michel Janva | Lien permanent

19 février 2017

Jane Roe, RIP

Couv-Jane-Roe-AboWebNorma McCorvey, la “Jane Roe” de l’arrêt Roe contre Wade de la Cour suprême des États-Unis, a été rappelée à Dieu hier, samedi 18 février, dans sa 70ème année.

Il y a près de douze ans, Daniel Hamiche fit paraître dans L’Homme Nouveau, sous le titre « Culture de vie : nouvelle frontière de l’Amérique », un dossier consacré à l’arrêt du 23 janvier 1973 de la Cour suprême des États-Unis, Roe contre Wade, qui rendait constitutionnel le “droit” à l’avortement. Il y raconte l’histoire de Norma McCorvey, la “Jane Roe” de l’arrêt, qu’on manipula pour faire passer cet arrêt de mort, puis celle de sa prise de conscience du « crime abominable » de l’avortement, et enfin de sa conversion au catholicisme et au combat pro-vie.

Puis, les Éditions de L’Homme Nouveau publièrent en français son témoignage de première main sur la manipulation qui a abouti à l’arrêt sinistre de la Cour suprême et celui de l’histoire extraordinaire d’une conversion. Won by Love fut ainsi édité en français sous le titre L’Affaire Jane Roe. C’est vraiment un livre “événement” qui s’adresse à tous les défenseurs de la vie. 

A l'époque, cette mère célibataire à la vie compliquée, enceinte pour la troisième fois, avait attaqué la constitutionnalité de la législation texane, qui faisait de l'avortement un crime (il n'était possible d'avorter que si la vie de la mère était en danger). Quarante ans après, Norma McCorvey est devenue une fervente porte-parole de la lutte contre l'interruption volontaire de grossesse. Et ce, après s'être convertie au catholicisme, au cours d'un baptême dans une piscine, diffusé à la télévision. Norma McCorvey, activiste malgré elle, est devenue l'icône du droit à l'avortemement sans en avoir jamais subi elle-même (son troisième enfant est né quand l'arrêt de la Cour Suprême n'était pas encore rendu). Elle a par la suite affirmé avoir été «stupide» et surtout manipulée par ses avocates qui ne pensaient qu'à leur carrière et l'avaient ensuite abandonnée à son sort.

Posté le 19 février 2017 à 16h36 par Michel Janva | Lien permanent

16 février 2017

18 février : rosaire pour la vie à Lyon

Capture d’écran 2017-02-15 à 18.04.53

Posté le 16 février 2017 à 20h05 par Michel Janva | Lien permanent

14 février 2017

Cécile Edel : "Personne ne devrait avoir à choisir de garder son enfant, ou de le faire disparaître"

Cécile Edel, présidente de Choisir la Vie, revient la marche pour la Vie du 22 janvier dernier dans la lettre d'informations de son association :

Rcf83_uvpt_cecile_edel_normale"Le 17 janvier 1988, l'AOCPA, devenue Choisir la Vie aujourd'hui, rassemblait plusieurs milliers de personnes pour protester contre l'avortement légal. Au comité de parrainage de cette marche figuraient notamment Jean Guitton, Michel Mohrt, Eugène Ionesco, Alfred Sauvy, Jeanne Bourin, Si Hamza Boubakeur et les pères Guy Gilbert et Joseph Wresinski.

Ce 22 janvier, presque trente ans plus tard, la Marche pour la Vie a rassemblé pas moins de 50 000 marcheurs. Des manifestants ? Non pas seulement, des témoins également. Alors, de quoi témoignons-nous ? Des ponts à bâtir pour que la vie reste une réalité qu'il n'appartient à personne de transformer selon ses vues. Personne ne devrait avoir à choisir de "garder" son enfant, ou de le faire "disparaître". Leur corps appartient aux femmes (?), et nous marchons pour dire à tous, justement, que le corps de toute personne humaine, a le droit de disposer de sa vie. Le corps des femmes porte en lui un autre corps, qui lui aussi, a des droits. L'embryon doit être considéré comme un être humain à part entière, ce qu'il est, en dépit de sa fragilité, ou de sa différence, de l'histoire dont il est déjà l'héritier.

Il y a quarante ans, Françoise Dolto révolutionnait la conception de l'enfant, en le déclarant être "une personne", à une époque où certains médecins doutaient même de leur capacité à ressentir de la souffrance, où leurs maux psychologiques étaient ignorés. Grâce à Françoise Dolto, l'enfant est devenu un "interlocuteur valable". L'embryon, lui, n'a pas de moyen d'expression. Il existe en silence. Mais on communique déjà avec lui... Nous sommes donc là pour le représenter, et aussi pour représenter toutes les mamans qui se sont vues jeter dehors, maltraitées, ignorées, traitées de "débiles", parce qu'elles avaient fait le choix de garder un enfant en dépit de conditions précaires, d'une séparation, d'études scolaires, ou d'un moment inadéquat... Alors nous ne sommes pas là pour faire passer un message obscur, nous n'espérons pas recevoir la bénédiction médiatique, nous ne cherchons pas à camoufler nos propres différences, nos origines, notre foi.

Quand nous marchons, nous ne sommes plus qu'un visage : celui qui s'ouvre pour proposer, envers et contre tous, de choisir la vie. Et nous ne nous contentons pas de marcher une fois par an, nous nous engageons au quotidien, pour écouter toutes les personnes qui ne trouvent personne à qui se confier, pour être un petit relais, à des moments où l'entourage s'efface, ou pire, fait pression.

Parce que Choisir la vie, c'est une décision, un libre choix, mais le début d'une aventure rendue périlleuse par des années de loi Veil, qui ne propose plus qu'une seule alternative, et n'en admet pas d'autres. Choisir autre chose que l'IVG, dans un contexte bancal, est perçu comme un échec. Nous marchons et nous marcherons pour dire qu'il n'y a là, pas d'échec, qu'il y a certes une aventure, mais qu'il y a surtout ici l'Espérance d'une vie à vivre, avec toute la somme de joies et de peines qu'elle recèle !

Après avoir fondé, avec d'autres associations, la Marche pour la Vie de janvier, Choisir la Vie a entrepris d'offrir plusieurs espaces d'accueil : matériel, hospitalier (par la création de foyers d'accueil), et téléphonique, permettant entre autres, l'anonymat des personnes en difficulté. Sans l'action, il ne peut y avoir d'expression de nos convictions. Plus encore aujourd'hui, où les embryons sont triés, utilisés, jetés, éliminés, nous devons bâtir des ponts, entre nous et le monde. Nous devons inventer les moyens qui permettront qu'un jour, le monde reconnaîtra les enfants à naître comme dignes des mêmes droits que toute personne déjà née, comme des interlocuteurs valables, qui n'auront plus besoin que nous soyons leur voix... Ces moyens sont mis à notre disposition dans la vie de tous les jours. Il suffit de s'ouvrir... et pour cela, pas besoin de se changer, pas besoin d'être particulièrement beau, belle ou brillant. Choisir la Vie propose d'être simplement un cœur à l'écoute, au nom d'un autre cœur qui bat, et qui mérite de continuer à battre"

7y3jh8gizbe

Posté le 14 février 2017 à 10h49 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

12 février 2017

D'un petit bébé porteur de la trisomie 21 à ses parents

Sermon d'un chanoine de Lagrasse, pour l'enterrement d'un petit bébé porteur de la trisomie 21:

"chère maman, cher papa,

D'habitude, c'est le prêtre qui fait l'homélie. Mais aujourd'hui, tout est étrange. Je le vois bien de là où je suis : ce jour où se mêlent votre joie et votre douleur, votre espérance et votre deuil est pour vous bien étrange. Alors, j'ai demandé la permission de parler. C'est rigolo, non ? Je suis une petite fille et je vais faire le sermon ! Vous n'aurez jamais entendu mes paroles et elles vont maintenant toucher vos cœurs endoloris. Car aujourd'hui, j'ai des choses très importantes à vous dire, à expliquer à mes chers frères et sœurs et à tous ceux que j'aime, mais surtout à vous, mon cher papa et ma chère maman.

D'abord, je voudrai vous remercier de m'avoir donné la vie. J'existe, immortelle, avec une âme spirituelle, et ma joie immense de maintenant, je vous la dois. En plus, je sais bien que mes amis qui ont eu comme moi une petite différence sur leur 21ème chromosome, les autres parents les tuent souvent. Ils disent respecter la différence, mais ce n'est pas vrai. Vous, vous m'avez sauvé de cette folie, vous m'avez permis de vivre sur terre, vous m'avez aimée, et je l'ai senti, sans pouvoir vous le rendre, vous le dire. Alors je vais le faire maintenant ! En plus, je sais que je vous ai causé pas mal de tracas... avec les médecins, vous m'avez aidée à me nourrir, à respirer. Mais mon petit cœur ne voulait pas bien fonctionner... Vous comprenez, je n'étais pas faite pour aimer longtemps les petites choses de cette terre... Avec le Bon Dieu, vous m'aviez fait un cœur trop grand, trop ouvert ont dit les médecins, pour se satisfaire des joies d'ici-bas... j'aspirai déjà à celles du Ciel. D'ailleurs, j'ai pointé mon petit nez et mes yeux en amande juste au début de la grand'messe de la solennité de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus. Elle était rapide celle-là, et je l'ai été encore plus... mais cela, c'est grâce au deuxième bienfait que vous m'avez offert. Et là, je dois vous en remercier plus encore que du don de la vie.

La vie humaine, c'était déjà un cadeau. Mais la vie divine que vous m'avez donnée grâce au baptême : quel trésor inouï ! Là, je devenais vraiment Philothée, c'est-à-dire l'amie de Dieu, sa fille pour l'éternité ! Papa m'a baptisée juste après ma naissance, parce que ma santé inquiétait tout le monde. Et je dois remercier aussi mon aîné et cher parrain F. et ma grande sœur et marraine M. Bon sérieusement, c'est tout de même un peu incroyable ce qu'a fait le Bon Dieu ! D'habitude, il veut des parrains et marraines qui guident l'enfant vers la sainteté. Mais là, tout est inversé : je vous ai tous dépassés et c'est moi la petite sainte de la famille ! J'étais la dernière arrivée sur terre et je suis la première à entrer au Ciel ! J'étais la septième à naître dans la famille, un chiffre qui m'invitait à une perfection, malgré les soucis de mon petit corps. Et là, je ne plaisante pas ! Lavée du péché originel, belle comme un ange, je suis vraiment au Paradis, la première de la famille ! Oui, je sais, j'ai retrouvé dans l'au-delà, tous les chers défunts de la famille. J'ai ainsi une affection particulière pour mon grand-père Hervé que j'avais pas encore vu, puisqu'il était parti là- haut avant la naissance de papa, et pour Bénédicte, ma grande tante qui était arrivée ici très vite aussi, vers ses 10 ans. Mais je vous rassure, je ne fais pas de mondanité au Ciel ! Je loue, j'exulte en Dieu, dans la joie infinie des anges et des saints, dans la contemplation béatifiante de la Très Sainte Trinité, dans la vision enivrante du Verbe de Dieu ! Cela je vous le dois, cher papa, chère maman. Et je ne vous en remercierai jamais assez.

Oh, attention ! Remercier, pour les saints du Paradis où je suis, veut dire intercéder, agir, vous transmettre les grâces du Bon Dieu dont vous avez tant besoin. Vous m'entendez tous, et surtout vous, mes frères et sœurs... Oui, A., H., A. et A., avec vos deux grands, F. et M. : je suis présente, je serai toujours à vos côtés, à intercéder pour vous, à vous aider, à vous conseiller si vous me le demandez en Dieu et pour Lui. Alors, à chacun en particulier, je voudrai dire ceci : « Ne pleure pas si tu m'aimes ! Si tu savais le don de Dieu et ce que c'est que le Ciel ! Si tu pouvais d'ici, entendre le chant des Anges et me voir au milieu d'eux ! Si tu pouvais voir se dérouler sous tes yeux les horizons et les champs éternels, les sentiers où je marche ! Si, un instant, tu pouvais contempler, comme moi, la Beauté devant laquelle toutes les beautés pâlissent ! Quoi ! tu m'as vue, tu m'as aimée [seulement deux petits mois] dans le pays des ombres, et tu ne pourrais ni me revoir, ni m'aimer encore dans le pays des immuables réalités ? Crois-moi, quand la mort viendra briser tes liens comme elle a brisé ceux qui m'enchaînaient, et quand un jour que Dieu connaît et qu'il a fixé, ton âme viendra dans le Ciel où l'a précédée la mienne, ce jour-là, tu reverras celle qui t'aimait et qui t'aime encore, tu en retrouveras les tendresses épurées. A Dieu ne plaise qu'entrant dans une vie plus heureuse, infidèle aux souvenirs et aux joies de mon autre vie, je sois devenue moins aimante ! Tu me reverras donc, transfigurée dans l'extase et le bonheur, [toute belle, avec un corps sans dommage] non plus attendant la mort, mais avançant d'instant en instant, avec toi qui me tiendra la main, dans les sentiers nouveaux de la Lumière et de la Vie, buvant avec ivresse aux pieds de Dieu un breuvage dont on ne se lasse jamais et que tu viendras boire avec moi. Alors, essuie tes larmes et ne pleure plus, si tu m'aimes1 . »

Mais j'ai encore trois choses à vous demander, à tous, pour finir :

D'abord, je voudrai que vous preniez soin de vos âmes comme vous prenez soin de vos corps, que vous songiez à votre éternité comme vous préparez votre avenir de la terre. Vous savez, vus d'en haut et de l'éternité, les vignes ou l'armée, les châteaux et les banques c'est très petit et un peu ridicule... Bref, j'aimerais que vous viviez comme si vous alliez mourir demain et me rejoindre, après avoir été jugés par Dieu sur ce que vous aurez fait de bien et de mal. Moi, j'ai eu de la chance, je n'ai jamais pu faire de mal. Mais vous, vous serez jugés sur l'amour que vous aurez donné ou sur l'égoïsme et l'orgueil que vous aurez mis en toutes choses. Alors faites-moi plaisir, soyez sérieux quant à vos confessions et vos communions, le commandement de la charité et tout le reste. Je n'ai pas eu le temps de l'apprendre ici-bas, mais je vois bien maintenant la vérité de la foi de papa et maman...

Ensuite, j'aimerai que vous passiez chaque jour un peu plus de temps à prier. Si vous saviez comme votre argument du manque de temps paraît ridicule quand on est dans l'éternité et qu'on compare vos énergies et investissements chronophages pour des choses terrestres et votre manque de temps pour parler au Bon Dieu ! Tout ce qui n'est pas de l’éternité retrouvée est du temps perdu. Je vois bien que vous êtes dans un monde qui privilégie l'urgent sur l'essentiel. Alors priez ! Ainsi, vous rappellerez à tous l'urgence de l'essentiel.

Enfin, j'aimerai vous dire le plus important que je comprends, maintenant que mon intelligence handicapée est délivrée de tout lien et vois clair dans le Verbe divin. C'est l'amour qui vous sauve, l'amour que vous aurez mis dans toutes les choses, dans vos travaux intellectuels ou manuels, dans vos jeux et vos rêves, dans vos inquiétudes et vos espoirs. Arrêtez de ne penser qu'à vous ! Aimez les autres, souciez-vous de leur bien, soyez miséricordieux pour recevoir la Miséricorde. Si vous saviez ! C'est tellement clair vu d'EnHaut ! Si vous retenez bien ces trois choses, vivre en préparant votre mort, prier et aimer, alors mon petit passage parmi vous n'aura pas été vain, alors vous aurez compris le chemin du Paradis, alors vous arrêterez de pleurer et partagerez un peu de ma paix et de ma joie et vous comprendrez le bonheur que vous avez d'avoir à jamais une petite Philothée !

Ainsi soit-il !"

Posté le 12 février 2017 à 11h52 par Michel Janva | Lien permanent

04 février 2017

Une grossesse particulière

Alix et Fabien attendent leur deuxième enfant. Mais lors de la deuxième échographie de contrôle, on leur annonce que le fœtus est anencéphale. Sa boite crânienne ne s’étant pas refermée, l’enfant pourra se développer in utero et naître, mais son espérance de vie à la naissance sera de quelques heures. Ce couple nous raconte comment il a vécu cette épreuve et accompagné son enfant…

Posté le 4 février 2017 à 14h08 par Michel Janva | Lien permanent

02 février 2017

4 février : Assemblée générale de Choisir la vie, à Grenoble

Capture d’écran 2017-02-02 à 09.10.48

Posté le 2 février 2017 à 14h10 par Michel Janva | Lien permanent

31 janvier 2017

Nouvelle proposition de loi pro-vie en Pologne

D'Olivier Bault dans Présent :

"[...] Ce projet interdirait lui aussi les avortements dans les mêmes cas de figure que le projet de loi citoyen rejeté début octobre, mais il ne prévoit pas de sanctions pénales à l’encontre des femmes coupables d’avoir tué leur enfant pendant leur grossesse. Les députés du PiS, qui disposent de la majorité absolue au parlement, ont toutefois décidé cette fois de botter en touche en choisissant de renvoyer la patate chaude au gouvernement de Beata Szydlo plutôt que de présenter un projet de loi au maréchal (président) de la Diète. Concrètement, la Commission des pétitions a voté de demander d’abord au gouvernement quels sont ses projets en ce qui concerne le renforcement de la législation protégeant le droit à la vie et où en est la mise en œuvre de la loi votée à l’automne pour améliorer les aides aux femmes donnant naissance à des enfants handicapés et à leur famille. [...]"

Posté le 31 janvier 2017 à 16h17 par Michel Janva | Lien permanent

Marche pour la Vie 2017 : tous concernés !

Montage vidéo sur l'édition 2017 réalisée par Choisir la Vie, association fondatrice de la Marche pour la Vie : 

Posté le 31 janvier 2017 à 12h54 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

30 janvier 2017

L’objectif le plus important est de changer les cœurs et les esprits en créant une culture où l'avortement deviendrait impensable

Jeanne Mancini, présidente de la March for life, a accordé un entretien à Antoine Pasquier pour Famille chrétienne. Extrait :

Images-2"Pensez-vous possible un revirement prochain de la jurisprudence Roe v. Wade de la Cour suprême ?

Je ne sais pas. L’objectif le plus important à nos yeux est de changer les cœurs et les esprits en créant une culture où l'avortement deviendrait impensable, où il n’y aurait plus de besoin ou de désir d’avorter. Les lois suivent ce qui se passe dans la culture. En changeant les cœurs, nous changerons la loi. Dans notre pays chaque année, près d'un million d'avortements sont pratiqués contre seulement 22 000 adoptions d’enfants. Nous plaidons pour que se développe une vraie politique en faveur de l’adoption.

Comment expliquer la forte implication des jeunes dans les mouvements prolife américains ?

Les jeunes sont des survivants de l'avortement. Il manque beaucoup de leurs pairs. Depuis 1973, les Etats-Unis ont perdu 58 millions d'Américains à cause de l'avortement. Dans leur salle de classe, ils regardent autour d’eux, et savent qu’il manque un tiers d’entre eux à cause de l’avortement. Ces jeunes ont également grandi avec la technologie de pointe : ils se sont vus sur les photos de leurs échographies, et ils ont vu aussi leurs frères et sœurs. Ils savent qu'un bébé n'est pas un amas de cellules sans vie, mais un vrai bébé ! Les études scientifiques et technologiques sont du côté de la vie. Ces jeunes ont également grandi avec l'expérience des femmes qui regrettent d’avoir été impliquées dans l'avortement. Ils sont aussi très enthousiastes à l’idée de défendre les droits de l'Homme. Les jeunes sont attachés aux questions de justice sociale. Ils veulent devenir les avocats de causes juste, et celle-ci est la leur.

Vous affirmez que le mouvement prolife est un mouvement pro-femme. Pourquoi ?

La capacité de la femme à devenir une mère n’est pas une aliénation. Les féministes pro-avortement voient cela comme une chose négative, et essayent de « libérer » la femme pour la rendre en tous points semblables à un homme. Mais la maternité ne déstabilise pas les femmes. Au contraire, elles doivent embrasser pleinement qui elles sont, et tous les aspects de ce que signifie être une femme. Les femmes et les hommes sont égaux en dignité, mais complémentaires.

Quelle est la place de la prière dans le combat prolife ?

C'est la chose la plus importante. La mission et l'apostolat découlent de la relation et de la contemplation de la prière avec Dieu. Nous sommes engagés dans une bataille spirituelle. Personnellement, si je ne prie pas tous les jours, c'est comme si je ne recevais pas mon oxygène. J’en ai besoin, surtout à l'époque de la Marche pour la vie ! Dans ma prière, je demande au Seigneur de faire de moi son instrument. Le Seigneur nous donne la force, nous donne les mots à utiliser dans les différents médias, les interviews et les discours. Notre relation avec Dieu est plus importante que le travail que nous faisons."

Posté le 30 janvier 2017 à 13h11 par Michel Janva | Lien permanent

28 janvier 2017

Mike Pence : "Nous avons atteint un moment historique de la cause de la vie"

Discours du Vice-président Mike Pence à la Marche pour la vie de Washington (merci à AFD) :

Pence_810_500_55_s_c1« Merci Karen et Charlotte, et merci à vous tous.

De la part du Président Donald Trump, de mon épouse Karen et de ma fille Charlotte, je vous souhaite à tous la bienvenue à Washington DC pour la 44ème Marche annuelle pour la vie.

C’est une bonne journée. C’est, à bien des égards, la meilleure Marche pour la vie que j'ai jamais vue.

Je suis très touché de prendre la parole devant vous aujourd'hui, très touché d'être le premier Vice-président des États Unis à avoir le privilège d'assister à cet événement historique.

Il y a plus de 240 ans, les fondateurs de notre pays ont écrit des mots dont l'écho a traversé les siècles.

Ils ont déclaré les vérités qui vont de soi, à savoir que notre Créateur nous a tous dotés de certains droits inaliénables et, parmi eux, il y a la vie, la liberté et la recherche du bonheur.

Il y a 44 ans, notre Cour Suprême a tourné le dos au premier de ces idéaux immuables.

Mais aujourd'hui, trois générations plus tard, grâce à vous tous et aux milliers de personnes qui sont avec nous pour marcher pour la vie à travers notre nation, la vie est de nouveau en train de gagner en Amérique.

Cela apparaît clairement dans l'élection des majorités pro-vie au Congrès américain. Cela apparaît encore plus clairement, d'une certaine manière, dans l'élection historique d'un président qui défend le projet d'une Amérique plus forte et plus prospère, et un président, qui, je suis fier de le dire, défend le droit à la vie - le Président Donald Trump.

C'est en fait le Président Trump qui m'a demandé d'être ici aujourd'hui avec vous. Il m'a demandé de vous remercier de votre appui, de votre défense de la vie et de votre compassion pour les femmes et les enfants de l'Amérique.

Il y a une semaine aujourd'hui, sur les marches du Capitole, nous avons assisté à l'investiture du 45ème Président des États Unis. Je peux vous dire et vous témoigner que notre Président est un homme qui a les épaules larges et le cœur grand. Sa vision des choses, son énergie et son optimisme sont sans limite et je sais qu'il va redonner sa grandeur à l'Amérique.

Depuis le premier jour de sa prise de fonctions, il tient les promesses qu'il a faites au peuple américain.

Je tiens à vous dire que là-bas, au 1600 Pennsylvania Avenue, nous sommes occupés à tenir nos promesses.

Ainsi, lundi dernier, le Président Trump a rétabli la Mexico City Policy qui empêche toute aide internationale de financer des organisations qui promeuvent ou effectuent des avortements à travers le monde.

Ainsi, notre gouvernement travaillera avec le Congrès pour mettre un terme au financement, par l'argent des contribuables, de l'avortement et des services d'avortements, et nous consacrerons cette ressource aux soins médicaux pour les femmes en Amérique.

Ainsi, la semaine prochaine, le Président Donald Trump annoncera le nom du juge désigné de la Cour Suprême qui fera respecter les libertés données par Dieu qui sont inscrites dans notre Constitution, dans la tradition du grand juge Antonin Scalia qui nous a quittés.

Vous savez, la vie est en train de gagner en Amérique. Et la Marche d’aujourd’hui célèbre les progrès, les progrès que nous avons accomplis pour cette cause. Vous savez, je crois depuis longtemps qu’une société peut être jugée sur la manière dont elle prend soin des plus vulnérables, des personnes âgées, des personnes déficientes, des personnes handicapées et des enfants à naître.

Nous avons atteint un moment historique de la cause de la vie. Nous devons vivre ce moment avec respect et compassion pour chaque Américain.

La vie est en train de gagner en Amérique pour de nombreuses raisons.

La vie est en train de gagner grâce à l’avancée constante de la science qui illumine de plus en plus les premiers moments de la vie chaque jour. La vie est en train de gagner grâce à la générosité des millions de familles adoptives qui ouvrent leurs cœurs et leurs maisons aux enfants dans le besoin. La vie est en train de gagner grâce à la compassion des soignants et des volontaires des services d’aide aux grossesses difficiles et des organisations confessionnelles qui aident les femmes dans toutes les villes et communes du pays.

La vie est en train de gagner grâce aux calmes conseils qui sont donnés par les mères à leurs filles, les grand-mères à leurs petites-filles ou entre amis, autour d’une table de cuisine ou d’un café pris sur un campus universitaire. La vérité est dite. La compassion l’emporte sur le confort. Et l’espoir prend le pas sur le désespoir.

En un mot, la vie est en train de gagner en Amérique grâce à vous tous.

Je vous invite donc instamment à poursuivre sur cette voie. Mais, comme il est écrit, « Que votre bonté soit connue de tous les hommes ». Que ce mouvement soit connu pour l’amour, non pour la colère. Que ce mouvement soit connu pour la compassion, non pour la confrontation. Lorsque sont en jeu les questions de cœur, rien n’est plus fort que la bonté.

Je crois que nous allons continuer à gagner les cœurs et les esprits de la nouvelle génération si nos cœurs s’attendrissent d’abord pour les jeunes mamans et leurs enfants à naître, et si chacun d’entre nous fait tout ce qu’il peut pour les écouter, dans les conditions qui sont les leurs, avec générosité et sans jugement.

Afin de guérir notre pays et de restaurer la culture de la vie, nous devons continuer à former un mouvement ouvert à tous, prenant soin de tous et attestant de notre respect pour la dignité et la valeur de chaque personne.

Sur l’un des murs du Mémorial de Jefferson sont inscrits les mots de notre troisième président qui nous a vivement conseillé, il y a longtemps de cela, de nous rappeler que Dieu nous a donné la vie, que Dieu nous a donné la liberté.

Au nom du Président des États-Unis et de ma petite famille, nous vous remercions pour votre défense de la vie. Nous vous remercions pour votre compassion. Nous vous remercions pour l’amour que vous portez aux femmes et aux enfants de l’Amérique.

Et soyez assurés, soyez assurés, qu’à vos côtés, nous ne nous découragerons jamais, nous ne relâcherons jamais nos efforts avant d’avoir restauré la culture de la vie en Amérique pour nous-mêmes et notre postérité.

Je vous remercie et que Dieu vous bénisse.

Que Dieu bénisse les États-Unis d’Amérique. »

Posté le 28 janvier 2017 à 17h04 par Michel Janva | Lien permanent

26 janvier 2017

Le vice-président Mike Pence participera à la Marche pour la Vie

Unknown-2Outre Kellyanne Conway, l’une des trois « counselors to the President » (membres dirigeants du bureau exécutif du président), le vice-président Mike Pence participera à la Marche pour la Vie et prendra la parole. C'est une première historique.

Donald Trump enverra un message par téléphone. Ronald Reagan et George W. Bush l'avaient déjà fait.

La March for Life se déroule demain à Washington. A suivre sur EWTN.

Posté le 26 janvier 2017 à 18h04 par Michel Janva | Lien permanent

24 janvier 2017

Le succès rencontré par la Marche pour la vie ne faiblit pas et la flamme se transmet

Lu dans Famille Chrétienne :

Sans-titre"Année après année, le succès rencontré par la « Marche pour la vie » ne faiblit pas et la flamme se transmet.

Outre la joie qui se dégageait de cette 11e édition de la « Marche pour la vie », en cet après-midi du 22 janvier, on ne pouvait qu’être frappé par sa jeunesse. Volontaires, intervenants mais surtout manifestants : énormément d’enfants, d’adolescents, de lycéens, d’étudiants, de jeunes familles, parmi les dizaines de milliers de manifestants (50 000 selon les organisateurs) qui défilaient entre la place Denfert-Rochereau et la place Vauban. On aurait pu imaginer que, douze ans après sa première édition en 2005, et alors que celle de 2016 avait dû être annulée pour des raisons de sécurité liées au terrorisme, le rendez-vous annuel du mouvement « pro-vie » français allait s’essouffler, et finir par ne rassembler que quelques « vieux nostalgiques » arc-boutés sur des « combats d’un autre temps ». Or il n’en est rien : quarante-deux après la loi Veil, les opposants à l’avortement et à sa banalisation continuent de battre le pavé dans des proportions tout sauf symboliques, portés par un enthousiasme et un dynamisme qui ne peuvent laisser personne indifférent, surtout s’agissant d’un sujet si grave. Comment expliquer un tel succès ?

La première raison réside dans la démographie des militants pro-vie et la transmission qui est en train de se faire, d’une génération à l’autre. « Ceux qui se sont battus il y a quarante ans, résume Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, n’ont pas fait beaucoup d’enfants, alors que les pro-vie, eux, en ont fait beaucoup. » « Par conséquent, explique-t-il, je n’ai pas d’inquiétude pour l’avenir de la défense de la vie et je comprends que les féministes, elles, en aient ». Beaucoup des familles présentes à la Marche pour la vie viennent chaque année avec leurs enfants. Ceux-ci se marient, ont des enfants à leur tour… et la flamme se transmet, de plus belle et fois deux, trois, quatre

Longtemps considérée avec une extrême prudence par l’épiscopat français, la « Marche pour la vie » tend de plus en plus à être considérée comme une activité « normale » dans l’Église de France. Plus de vingt évêques ont ainsi exprimé leur soutien à la Marche de cette année, annoncée à l’avance par nombre de paroisses ou sites diocésains. Sans encourager explicitement les catholiques à y participer, la Conférence des évêques de France a elle-même publié discrètement sur son site à la veille de l’événement une interview sur ce sujet de Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen et premier évêque à s’être rendu à la « Marche » en 2010. « On est encore loin des États-Unis, explique Nicolas Sévillia, porte-parole de la Marche pour la vie. Mais l’appel a été bien relayé », estime-t-il. Il faudra sans doute encore du temps pour que les diocèses français et les paroisses encouragent de manière unanime les fidèles à participer à ce genre d’activités. Un soutien explicite dont on sait pourtant combien il peut être décisif pour la réussite d’une action de ce type, comme l’a montré l’expérience de la Manif pour tous.

«  L’organisation de la Marche pour la vie s’est renouvelée, rajeunie », explique Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune. À côté d’associations « historiques » comme cette Fondation ou Choisir la Vie, une nouvelle génération d’associations a rejoint cette année activement le collectif, comme les Éveilleurs d’espérance, les Survivants ou encore l’Avant-garde. « Nous avons voulu aborder le tabou de l’avortement d’une manière nouvelle, explique Émile Duport, responsable des Survivants et autre porte-parole de la Marche pour la vie. Nous parlons en notre nom propre, avec des slogans comme ”mon corps m’appartient et n’a jamais appartenu à ma mère“. Et des méthodes qui sont celles de la génération web ». Signe de ces évolutions, la campagne de communication « IVG tous concernés » lancée le 12 janvier dernier dans Le Figaro, Valeurs actuelles et Famille chrétienne, qui a fait beaucoup parler d’elle (...)

Mesures banalisant l’avortement, proposition de loi sur le délit d’entrave, émergence du thème de l’IVG dans la précampagne présidentielle… C’est aussi l’actualité politique qui peut expliquer le succès de cette mobilisation, à la veille du passage en commission mixte paritaire de la proposition de loi sur le délit d’entrave et à quatre mois de l’élection présidentielle. Il n’en demeure pas moins qu’au-delà de ces éléments conjoncturels semble durablement transmis à toute une génération qui a l’avenir devant elle cette conviction exprimée par le professeur Lejeune : « La qualité d’une civilisation se mesure au respect qu’elle porte aux plus faibles de ses membres »."

Posté le 24 janvier 2017 à 06h31 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

23 janvier 2017

Intervention de Cécile Edel lors de la Marche pour la Vie 2017

Posté le 23 janvier 2017 à 16h11 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

20 janvier 2017

Bon WE pro-vie !

Capture d’écran 2017-01-20 à 18.15.35

Posté le 20 janvier 2017 à 18h17 par Michel Janva | Lien permanent

La Marche pour la vie se prépare aussi dans la prière

« A vous tous, frères et sœurs, je lance un appel pressant pour que vous fassiez tout ce qui est en votre pouvoir pour que la vie, toute vie, soit respectée depuis la conception jusqu’à son terme naturel. La vie est un don sacré, dont nul ne peut se faire le maître. »

Que faisons-nous de cet appel de saint Jean- Paul II, le 15 août 2004, à Lourdes ? Benoît XVI y a répondu en inaugurant les Veillées mondiales pour la Vie, en 2010 ; et notre pape François ne cesse de marteler l’urgence pour chacun de participer à des actions concrètes dans ce sens, en ces temps où la Vie est plus que jamais menacée.

Pour préparer et soutenir spirituellement la Marche pour la Vie de dimanche 22 janvier, deux veillées pour la Vie vous sont proposées :

  • Samedi 21 janvier à l’église sainte J. d’Arc (Versailles) à 20H45
  • Samedi 21 janvier à l’église saint François Xavier (Paris, 7°) à 20h30

Veillée

Posté le 20 janvier 2017 à 18h15 par Michel Janva | Lien permanent

Il est stérile d'opposer "les discours politiques sur l'avortement" et les "initiatives pro-vie"

Je découvre ce propos hénaurme d'Erwan le Morhedec dans Famille chrétienne :

"Je vais prendre un exemple, celui de l'IVG. Je préfère 100 fois des initiatives comme celles des Maisons Marthe et Marie ou Magnificat, qui accueillent des mères enceintes en difficulté dans un esprit de service, plutôt qu'une opposition inefficace aux discours politiques sur l'avortement. Cette défense concrète de la vie me semble plus positive et constructive. Contrairement à la situation passée, dans laquelle une mère célibataire pouvait transmettre aux générations suivantes son ressentiment contre des catholiques qui allaient à la messe mais l'avaient abandonné, la femme enceinte pourra dire à ses enfants et petits-enfants que ce sont des catholiques qui lui ont tendu la main. Cet exemple est valable pour d'autres initiatives comme l'association Lazare, Fratello ou encore Aux captifs la libération. Bien sûr, nous ne pouvons pas tous œuvrer ainsi. Mais nous pouvons déjà changer notre propre démarche personnelle, auprès de nos proches et de nos amis par exemple. Au lieu de leur parler de la manière dont ils devraient gérer leur vie, demandons-nous d'abord comment il nous est possible de les aider."

Dialectique connue, à laquelle Le Salon Beige a déjà répondu... Cette objection, qui consiste à opposer des actions complémentaires, est très commune, mais est plus souvent un sophisme qu'un argument sincère - elle est pratiquement toujours jetée par des personnes qui ne manifestent pas leur opposition... mais n'aident pas non plus les femmes enceintes en difficulté. Si la question se posait dans les termes : "vous pouvez soit manifester, soit aider les femmes enceintes", on devrait convenir que oui, il vaut mieux aider les femmes enceintes. Mais la question ne se pose pas dans ces termes... c'est même l'inverse :

  • Les personnes qui ont oeuvrent dans une association d'aide ont bien plus de chances de participer à la Marche pour la Vie que les personnes qui n'y oeuvrent pas. Et une personne qui participe à la manifestation a plus de chances, de fil en aiguille et si elle y est appelée, de s'engager dans une association d'aide qu'une personne qui n'y participerait pas.
  • Mais tout le monde n'est pas appelé à s'engager dans une association d'aide. Pour la grande majorité, le choix n'est pas entre "manifester" et "aider les femmes enceintes", mais entre "manifester" et "rester chez soi." Non que ces manifestants soient oisifs par ailleurs : beaucoup ont des engagements associatifs légitimes et nécessaires (scoutisme, écoles hors contrat etc.), qu'ils ne doivent pas abandonner au profit d'un militantisme pro-vie exclusif. Mais tous peuvent consacrer une demi-journée par an à la cause pro-vie, et ont raison de le faire.

Citation_KingHier, lors de la journée parlementaire pour la vie, où s'est exprimée une "opposition inefficace aux discours politiques...", il y avait des personnes qui oeuvrent concrètement et quotidiennement pour la vie. Et qui sont aujourd'hui menacées par le délit d'entrave. Manifester son opposition dynamise tout le mouvement pro-vieLa grande force du mouvement pro-vie américain est la densité de son tissu associatif : pas une ville moyenne américaine qui n'ait, par exemple, son centre d'aide aux femmes enceintes en difficulté. Il serait intéressant (mais illusoire !) de chercher à dénombrer combien de ces initiatives sont nées dans les cars qui emmenaient des sympathisants de leur petite ville à leur capitale d'Etat ou à Washington pour manifester.

Le même effet peut raisonnablement être attendu de la Marche pour la Vie : dans le car qui emmène à Paris les sympathisants d'une ville de province, qui souvent ne se connaissaient pas entre eux, les contacts se nouent, les projets naissent. Et chacun, parisien ou provincial, revient de la Marche "regonflé à bloc".

Posté le 20 janvier 2017 à 08h57 par Michel Janva | Lien permanent

19 janvier 2017

Journée parlementaire pour la vie à l'Assemblée nationale

Organisée par le député Jacques Bompard, elle a lieu en ce moment même. 

Sur la photo, de droite à gauche, Cécile Edel, Guillaume de Thieulloy, Charles de Meyer, Marie Philippe, Jean-Frédéric Poisson, Christine Boutin

A

  • Christine Boutin : "nous sommes pour l'accueil de la vie, pas dans le jugement"
  • Jacques Bompard : "Face à la culture de mort nous avons soit la résignation, soit la réaction pour solution. Je choisis la réaction". "Les défenseurs de la vie souffrent de persécution. Notre assemblée ce matin est celle de la résistance ! "
  • Guillaume Bernard : " la puissance publique se fait d'autant plus le promoteur qu'elle veut interdire les avis contraires "
  • Le père de Blignières rappelle qu'une loi illégitime n'a aucune espèce d'obligation de conscience. "Le combat pour la vie est aussi un combat culturel".
  • Cécile Edel : "L'avortement n'est un eldorado ! Aucune femme ne rêve de son avortement"
  • Gregor Puppinck : "L'objection de conscience concerne le refus d agir positivement "
  • Gabrielle Cluzel : "Il y a des choses que l'on peut faire pour la culture de vie, mise à mal par la culture de mai 68"

Posté le 19 janvier 2017 à 15h13 par Michel Janva | Lien permanent

16 janvier 2017

Le nonce apostolique s'associe à la veillée pour la vie

Mgr Luigi Ventura, Nonce Apostolique en Franc, écrit:

"Ma prière ne manquera pas pour cette veillée et j'invoque dés à présent la Bénédiction du Seigneur pour tous les participants"

Rendez-vous samedi 21 janvier à 20h30 en l'église Saint-François-Xavier à Paris.

Posté le 16 janvier 2017 à 18h53 par Michel Janva | Lien permanent

Pro-vie, elle totalise 4 ans et demi de prison

Unknown-18Mary Wagner est une Canadienne catholique de 42 ans qui totalise désormais quatre ans et demi de sa vie en prison, mais qui peut se targuer d’avoir contribué à sauver plus de cent vies humaines. La dernière fois, c’était le 12 décembre, pour la fête de Notre-Dame de Guadalupe, patronne des enfants à naître, dans un avortoir de Toronto où elle cherchait à convaincre les femmes venues se faire avorter de garder leur enfant. Cela lui a valu d’être arrêtée et de passer son troisième Noël de suite en prison puisqu’elle avait l’interdiction de s’approcher de tout lieu où l’on avorte après sa libération de prison le 26 avril dernier. Elle avait alors purgé une peine de quatre mois et demi de privation de liberté pour la même raison, comme toutes les fois précédentes.

Sa méthode, totalement non violente, consiste à s’approcher de chaque femme, l’une après l’autre, en lui demandant avec douceur pourquoi elle veut tuer son enfant et en lui assurant qu’elle peut obtenir de l’aide et que Jésus l’aime.

Fin novembre, Mary Wagner comparaissait dans un procès en appel pour une condamnation antérieure. Elle avait demandé à faire venir à la barre à titre d’experts deux professeurs de médecine, spécialistes de bioéthique, dans le but de démontrer scientifiquement au tribunal que chaque personne est un être humain dès le moment de sa conception, et qu’il n’y a pas d’autre moment que la fécondation qui puisse être scientifiquement désigné comme le début de la vie humaine. Mais le juge de la cour d’appel de Toronto a refusé d’entendre ces experts, considérant que puisque la jurisprudence canadienne ne reconnaît la personne humaine qu’une fois celle-ci entièrement sortie du ventre de sa mère, les considérations éthiques et biologiques n’ont aucune importance.

Posté le 16 janvier 2017 à 08h19 par Michel Janva | Lien permanent

14 janvier 2017

21 janvier : journée dédiée à la vie à Sélestat

Au couvent Saint Antoine, la famille missionnaire de Notre Dame à Sélestat en Alsace organise une journée dédiée à la vie en soutient à la marche

  • 15h adoration animée
  • 16h 30 adoration silencieuse
  • 17h chapelet pour la vie
  • suivie des vêpres

Un car pour Paris partira également du parvis de l'église à 4h du matin.

Posté le 14 janvier 2017 à 11h18 par Michel Janva | Lien permanent

11 janvier 2017

Pas d'avortement le jour des Saints Innocents

MapyaroslavlperpectiveLes avortements ont été interdits pour une journée dans toutes les institutions médicales publiques d'une ville centrale russe, Yaroslavl, à la mémoire  du Massacre des Saints Innocents». Cette démarche a été prise à l'initiative du diocèse local et des autorités sanitaires régionales. Le service de presse de l'archidiocèse a expliqué :

"En ce jour tous les établissements de santé publique de la région de Yaroslavl ne doivent pas effectuer des avortements. Certains événements ont été programmés visant à combattre le meurtre de bébés dans l'utérus et à protéger la valeur inestimable de la maternité ".

Une pétition contre l'avortement, lancée par le mouvement « Pour la Vie » et les « Volontaires orthodoxes », a recueilli plus de 300 000 signatures. Le patriarche de l’Eglise orthodoxe russe Cyrille a signé en septembre 2016 cette pétition.

Posté le 11 janvier 2017 à 18h44 par Michel Janva | Lien permanent

10 janvier 2017

Mgr Jean-Pierre Cattenoz à la Veillée pour la vie le 21 janvier

Monseigneur Jean-Pierre Cattenoz introduira la veillée de prières pour la vie le 21 janvier à 20h30 en l'église Saint-François-Xavier à Paris.

L'abbé Lelièvre, de l'Evangile de la vie, méditera le chapelet. 

6a00d83451619c69e201b7c8baf4b3970b

Posté le 10 janvier 2017 à 22h07 par Michel Janva | Lien permanent

Plus que quelques jours pour s’inscrire à la journée parlementaire pour la vie !

Avec Jacques Bompard :

V"Plus que quelques jours pour s’inscrire à la journée parlementaire pour la vie du 19 janvier à l’Assemblée Nationale ! A l’aube de la Marche pour la Vie, venez nombreux rappeler aux députés que la défense de la vie est un fondamental dont les parlementaires doivent s’emparer ! Introduit par un petit-déjeuner autour des élus (Valérie d’Aubigny, Christine Boutin,…), cette journée sera l’occasion de rappeler qu’il est des élus courageux pour résister au diktat de la culture de mort.

La dernière année du quinquennat socialiste a été marquée par le passage en force de lois militantes, plus soucieuses de répondre aux préoccupations idéologiques de son électorat que de se faire le garant légitime du Bien commun. Pour ouvrir nos table-rondes, la Fondation Lejeune reviendra sur les nouvelles législations attentant à la vie et ses défenseurs. L’occasion de revenir sur la dernière fantaisie de Laurence Rossignol, la loi sur le délit d’entrave à l’avortement, avec les responsables d’associations (Cécile Edel, Choisir la Vie ; Guillaume de Thieulloy, Le Salon Beige) directement concernés ! Devenu véritable enjeu politique, ce dont le professeur HCR Guillaume Bernard viendra nous entretenir, la vie doit être défendue de sa conception jusqu’à la mort !

Propagandistes de lois mortifères, le gouvernement a également mis sa dernière année de sa gouvernance à profit pour attenter aux libertés de conscience. Gregor Puppinck et le Père Louis-Marie de Blignières (Chéméré-le-Roi) viendront s’entretiendront des défis auxquels se retrouvent confrontés ceux qui veulent les préserver, ouvrant un après-midi qui se poursuivra autour d’un entretien avec Philippe Maxence (L’Homme nouveau) sur la clause de conscience des pharmaciens. Avant d’achever la journée autour du thème de « La culture 1968 contre la culture de vie » (Gabrielle Cluzel, Boulevard Voltaire), la dernière table-ronde proposera un débat entre une personnalité politique et un homme d’Eglise.

Jusqu’au 16 janvier, inscrivez-vous nombreux à cette journée qui promet d’être riche ! Parce que « c’est la plus grande de toutes les faiblesses que de craindre trop de paraître faible » (Bossuet), n’hésitons pas à rappeler au Parlement que la défense de l’enfant à naître, la préservation des libertés de conscience, constituent des enjeux fondamentaux en politique !

Inscription à jbompard@assemblee-nationale.fr,Jusqu’au 14 janvier. Ier Bureau de l’Assemblée Nationale, 126, rue de l’Université 75007 Paris. Prière de vous munir de votre carte d’identité

Posté le 10 janvier 2017 à 16h55 par Michel Janva | Lien permanent

04 janvier 2017

Marche pour la vie 2017 : un car de Lyon

Car lyon

Posté le 4 janvier 2017 à 18h18 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (1)

19 janvier : nouvelle journée pour la vie à l'Assemblée nationale

Après le succès de la première journée pour la vie menée le 31 mai dernier, la deuxième édition se prépare à l’Assemblée Nationale avec le député Jacques Bompard. A l’aube de la Marche pour la vie, soyez nombreux à venir entendre les intervenants qui ont accepté de venir rappeler que la défense de la vie est un fondamental en politique.

Aux postures démagogues d’élus affirmant que doit être défendue la « sanctuarisation de la contraception et la non-remise en cause de l’avortement », aux vindictes militantes de députés affirmant qu’il ne peut être donnée vie à des enfants conçus « hors projet parental », doit être rappelé qu’il n’est du ressort des officiers du palais Bourbon comme des adulateurs des partis de s’immiscer dans les foyers familiaux. 

De 9h à 19h, juristes (Gregor Puppinck), essayistes (Gabrielle Cluzel, Guillaume Bernard, Philippe Maxence...), responsables d’associations (Guillaume de Thieulloy, Cécile Edel,...), viendront témoigner de leur combat acharné pour la défense de la vie.

Précédée d’un petit-déjeuner autour des élus (Valérie d’Aubigny, Christine Boutin,...), la journée sera rythmée par des tables-rondes relatives aux dernières lois portant atteinte à la vie (clause de conscience des pharmaciens, délit d’entrave à l’avortement).

Parce qu’il est nécessaire de sans cesse rappeler l’inviolabilité de la vie humaine, nous comptons sur votre présence nombreuse le 19 janvier, au Ier Bureau de l’Assemblée Nationale. Vous pouvez vous y inscrire par courrier électronique à l’adresse suivante (jbompard@assemblee-nationale.fr) jusqu’au 16 janvier (Afin de faciliter votre inscription, indiquer les dispositions suivantes : NOM, Prénom, date et lieu de naissance.).

15871440_1376830672349216_7923618552955309656_n

Posté le 4 janvier 2017 à 18h16 par Michel Janva | Lien permanent

15 décembre 2016

17 décembre : rosaire pour la vie à Lyon

Capture d’écran 2016-12-15 à 07.14.50

Posté le 15 décembre 2016 à 11h15 par Michel Janva | Lien permanent

13 décembre 2016

La 11e Marche pour la Vie revêt un aspect très particulier et important parce qu’elle se situe au cœur d’une année électorale

Cécile Edel, présidente de Choisir la Vie, association co-organisatrice de la Marche pour la Vie, répond aux questions du Rouge & le Noir. Extraits :

22janvier-e5532"La gauche a pris différentes mesures prises tout au long de ce quinquennat pour étendre l’avortement. Pensez-vous qu’un gouvernement de droite reviendrait sur ces mesures (et particulièrement sur l’extension du délit d’entrave) s’il était élu en 2017 ?

Nous ne devons rien attendre ...mais tout espérer !

Au vue de l’Histoire, je ne pense malheureusement pas qu’il nous faille être trop optimistes …Les différents quinquennats qui ont précédé celui de François Hollande, qu’ils soient de gauche ou de droite, nous ont montré que la question du respect de la vie, et plus généralement, celle du développement d’une véritable politique familiale encourageant la maternité et l’aide aux femmes enceintes en difficulté à choisir la vie, n’étaient pas au cœur des programmes !

Ces dernières semaines, la question de l’avortement s’est pourtant invitée dans les débats des primaires de la droite et j’ai pu constater que l’insulte suprême entre candidats semblait être d’être taxé de « contre l’avortement » ! J’ai assisté à cet aveu quasi général, à l’exception de Jean-Frédéric Poisson, du droit à l’avortement comme un droit acquis sur lequel nul ne reviendrait, et ce, en dépit de sa reconnaissance comme un drame. Si beaucoup d’hommes politiques s’accordent à reconnaître que l’avortement est toujours un drame, peu sont décidés à prendre des mesures claires pour en réduire le nombre. Je ne peux donc aujourd’hui qu’espérer un sursaut dans la prise de conscience des politiques, autour des réalités qui entourent l’IVG et vais poursuivre, au sein de Choisir la Vie, les campagnes de sensibilisation en ce sens.

L’extension du « délit d’entrave » à l’avortement menace-t-elle l’existence des mouvements pro-vie en France ? Faut-il craindre que les manifestations comme La Marche Pour la Vie puissent être interdites pour un tel motif ?

C’est, sans nul doute, en tous cas, la volonté du gouvernement ! Mais c’est méconnaître la persévérance et la résistance de l’ensemble des acteurs pro-vie. Il y a fort à penser également que cette loi fera l’objet d’un recours auprès du Conseil Constitutionnel dans les semaines qui viennent. De plus, les dispositions de la loi sont suffisamment floues et imprécises autour de la notion d’entrave numérique à l’IVG, qu’à supposer que nos associations soient poursuivies pour un tel délit, nous puissions légitimement penser que les juges auront peine à caractériser les éléments matériels nécessaires à la constitution de l’infraction. En effet, le texte est le suivant :

« Est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30000 euros d’amende le fait d’empêcher ou de tenter d’empêcher de pratiquer ou de s’informer sur une interruption de grossesse ou les actes préalables prévus par les articles L. 2212-3 à L. 2212-8. par tout moyen, y compris en diffusant ou en transmettant par voie électronique ou en ligne, des allégations, indications de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une interruption volontaire de grossesse. »

Le fait de diffuser des informations sur la nature, les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une interruption volontaire de grossesse serait donc un élément constitutif du délit. Or, quelle est donc la vérité « suprême », incontestable, entourant la nature, les caractéristiques et les conséquences de l’IVG ? Par qui cette vérité est-elle établie ? Notre principe constitutionnel français de légalité des délits et des peines, associé au principe de l’interprétation stricte en droit pénal, laisse espérer qu’en l’absence de définition stricte, claire, de chacun des termes (nature, caractéristiques et conséquences de l’IVG), le délit ne pourrait être constitué. En tout état de cause, il y aura matière à interprétation et à jurisprudence.

Quant à la Marche pour la Vie, si le gouvernement veut l’interdire, il a beaucoup de cordes à son arc pour le faire (état d’urgence et menace de trouble à l’ordre public notamment) mais nous trouverons alors les moyens de riposter et faire entendre notre voix malgré tout !

Nous restons en tous cas dans la confiance, depuis 2005, la Marche pour la Vie à l’exception de 2013 (volonté des organisateurs de la marche pour la Vie de rejoindre le grand mouvement de la Manif pour tous) et 2016 (état d’urgence post attentats) a toujours eu lieu. [...]

Quel sera le thème particulier de cette prochaine marche pour la vie, marche qui aura lieu en pleine campagne présidentielle ? 

Cette 11e Marche pour la Vie revêt forcément cette année un aspect très particulier et important parce qu’elle se situe au cœur d’une année présidentielle. C’est donc plus que jamais le moment de lancer un message fort à nos politiques.

Depuis quelques jours, vous avez ainsi pu voir fleurir sur les réseaux sociaux des minis spots mettant en scène la réaction si souvent observée de l’entourage à l’annonce d’une grossesse. Il y a la réaction de la famille, de l’entourage professionnel, des amis, des professionnels de santé… Les réactions observées vont souvent déterminer le choix de la femme de recourir à l’avortement et c’est la raison pour laquelle nous sommes tous concernés par l’IVG car nous devons tous avoir à cœur d’observer une réaction d’accueil bienveillant de l’annonce d’une grossesse qui aidera la femme à faire le choix de la poursuite de sa grossesse.

Nous souhaitons donc insister cette année sur le fait que l’avortement ne peut être relégué au rang de choix personnel et liberté de la femme. Ce dernier concerne tout un chacun. Avec plus de 200 000 avortements par an, nous ne pouvons faire fi de ce drame et penser que cette question ne nous concerne pas…Le gouvernement, avec sa proposition de loi sur l’extension du délit d’entrave, encore une fois, laisse penser et présuppose que le discernement de la femme pour le choix ou non d’avorter se fait seul et que ce choix ne concerne que celle-ci.

D’ailleurs, François Fillon, face à Alain Juppé, n’a t’-il pas dit lui-même au moment du débat du 24 novembre des primaires sur la question de l’IVG, qu’ « étant par ailleurs un homme, ce n’était pas à lui de prendre une décision ». Faire porter l’entière responsabilité d’un tel acte sur autrui, est un peu facile, vous ne croyez pas ? Au contraire, nous souhaitons que ce slogan « IVG, tous concernés  ! », axe mobilisateur principal de cette marche, résonne en nous comme un appel à prendre nos responsabilités et à nous engager !

Parce que nous sommes ainsi tous concernés par l’IVG, nous vous donnons tous rendez-vous le 22 janvier à Paris pour cette grande marche qui est la Marche pour la Vie !"

Posté le 13 décembre 2016 à 19h57 par Michel Janva | Lien permanent

09 décembre 2016

Une nouvelle maternité à Paris

Fed58d8d-3d1f-4758-a2db-f85243d1d12cAfin d’accueillir un plus grand nombre de familles en maintenant la qualité des soins qui a fait sa réputation, la Maternité Catholique Sainte Félicité s’est lancée, il y a presque trois ans dans un projet immobilier d’envergure en plein cœur de Paris : la construction d’une nouvelle maternité. Le chantier touche à sa fin. La maternité quittera la rue Saint Lambert en janvier 2017, pour se nicher au bout de la rue de Casablanca à 400 mètres de son emplacement actuel, dans le quinzième arrondissement.

La communauté des Petites Sœurs qui anime cette institution, logera aux deux derniers niveaux du bâtiment. La Maternité Catholique Sainte Félicité est une maternité de niveau 2A disposant d’un service de néonatologie (avec des chambres mères-enfants). Elle assure une prise en charge globale du début de la grossesse jusqu’à l’accouchement, ainsi que la prise en charge des grossesses pathologiques et de la prématurité dans son service de néonatologie.

Posté le 9 décembre 2016 à 10h16 par Michel Janva | Lien permanent

"Je vous présente mon délit d'entrave à l'IVG"

Lu sur Facebook :

"Mesdames et messieurs les Députés, Sénateurs et autres politiciens de tous bords, journalistes et politologues, philosophes post-modernes et lettreux, 

Je vous présente mon délit d'entrave à l'IVG. Il va bientot avoir 2 ans et, rien que par son existence, il a permis la naissance d'un autre petit. 

Vous me pardonnerez sûrement, Madame la Député de Haute Garonne, de creuser encore un peu plus le trou de la sécurité sociale en ayant donné la vie à un enfant qui ne faisait pas partie d'un projet parental. Peut-être même arriverez-vous à lui accorder une existence réelle ou au moins virtuelle. Messieurs et mesdames les Députés, élus du peuple français, dépositaires de leurs choix et de leur volonté, n'oubliez pas que vous n'êtes pas libres de vos votes

Avec le délit d'entrave à l'IVG, avec les grands discours sur le droit à disposer de son corps, sur vos envolées contre "la fashosphere catholique qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire", vous niez une réalité. Vous vivez dans vos idéologies sans jamais regarder à l'extérieur des palais que vous deshonorez. Nous sommes nombreuses, très nombreuses à avoir fait le choix de garder nos enfants, même si ils ne s inscrivaient pas dans un projet parental, même si ce n était pas le bon moment, même si certaines les ont confié à une autre famille. Non ! Nous n'obeissons pas à une pseudo morale. Non! On ne nous a pas forcé à les garder. 

En revanche, l'État, a travers son personnel médical, ses représentants, ses assistantes sociales, ses structures d'aide nous fait sans cesse culpabiliser, nous pousse à bout, nous refuse la capacité de faire le choix de la vie. Laquelle n'aura jamais entendu "mais vous êtes jeune, vous en aurez d'autres que vous aurez choisi. Allez avorter en Angleterre." (Necker - décembre 2014) / "Non je n appuierais pas votre dossier, vous avez de la famille en France pour vous héberger" (Mairie de Paris 7e - mai 2015) / si l'enfant ne s'inscrit pas dans un projet parental [...] il n' a pas de réalité virtuelle, il devra aller voir un psy (Député de Haute Garonne - 2016) et autres petites reflexions bien senties. 

Notre réalité est LA réalité ! Vous n'avez pas le droit d'enlever aux femme la possibilité de poser un choix et donc d'avoir accès à TOUTES les données lui permettant de le faire librement et ceci, sans pression des fonctionnaires que vous êtes et que sont les employés de vos services. Surtout, vous n'avez pas le droit de vous cacher derrière "le droit à disposer de son corps". 

Le droit à disposer de son corps nécessite de connaître TOUTES les alternatives. 

Merci de nier mon choix. 
Merci de nier mon enfant. 
Merci de nier la réalité. 
Merci de nier la vie. 
Merci de nous permettre d'être encore plus fières d'être mères.
Merci de nous encourager à nous battre pour notre descendance.
Merci de nous montrer que vous ne serez jamais à la hauteur du peuple que vous êtes censés représenter. 
Merci de nous mettre en première ligne contre cette culture de mort que vous prônez.
Merci."

Posté le 9 décembre 2016 à 08h27 par Michel Janva | Lien permanent

07 décembre 2016

Renouvelée, la Marche Pour la Vie revient en force

Pour sa 11ème édition, la Marche pour la Vie change de statut et de visage.

Désormais constituée en association, elle rassemble sous le même sigle un collectif d’associations pour certaines engagées depuis plus de 20 ans dans la défense de la vie, parmi elles la Fondation Jérôme Lejeune, Renaissance Catholique, Choisir La Vie, rejointes cette année par une nouvelle génération engagée, les Eveilleurs d’Espérance, les Survivants, mais aussi l’Avant-Garde, qui réclame pour son avenir une véritable politique d’accueil de la vie. Elle a par ailleurs reçu le soutien officiel de la Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques.

La Marche pour la Vie 2017 aura lieu le 22 Janvier à Paris. Elle entend promouvoir un nouveau modèle de société qui ne banalisera plus l’Interruption Volontaire de Grossesse en proposant une politique de santé digne de ce nom visant à diminuer les 220 000 avortements annuels.

Dans un contexte politique à forts enjeux avec les élections présidentielles et législatives, et alors que le gouvernement socialiste n’a eu de cesse durant cinq ans d’améliorer l’accès à l’IVG, la Marche pour la Vie et son collectif invitent tous les Français à noter ce grand rendez-vous du 22 Janvier 2017, pour que cette manifestation soit l’occasion de dire et rappeler que l’avortement n’est pas une fatalité et qu’une autre politique doit être menée, plus respectueuse des femmes enceintes et de la vie qu’elles portent.

2

Posté le 7 décembre 2016 à 09h57 par Michel Janva | Lien permanent

06 décembre 2016

Cette vidéo constitue-t-elle un délirant délit d'entrave ?

Posté le 6 décembre 2016 à 07h10 par Michel Janva | Lien permanent

04 décembre 2016

21 janvier : veillée de prière à la veille de la Marche pour la vie

VeilleePrieres2017-Affiche_A4

Posté le 4 décembre 2016 à 11h20 par Michel Janva | Lien permanent

10 décembre : prière pour le respect de la vie à Nantes

Sostp

Posté le 4 décembre 2016 à 07h51 par Michel Janva | Lien permanent

30 novembre 2016

1er décembre : journée de jeûne pour la vie

Initiative de l'Evangile de la vie (voir ici):

V"Jeudi 1er décembre, sera discutée au Parlement français la proposition de loi « relative à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse »

La Famille Missionnaire l'Evangile de la Vie appelle à une journée de prière et de jeûne, jeudi 1er décembre. Une journée appelant la bénédiction de Dieu sur nos familles et non la malédiction par cette loi qui se prépare. Demandons pardon pour les avortements commis cette année : confessons-nous ! Demandons la Nourriture dont nous avons besoin pour ce combat en faveur de la vie et de la famille : allons à la Messe. Repoussons le Mal de manière déterminée : "Va t-en Satan" ; rejoignons tant de femmes, d'hommes qui sont dans la détresse, l'abandon, la souffrance, face à l'avortement ; du désir et de l'attente du pardon de Dieu : nous jeûnerons. Pour que l'Espérance leur soit rendue, à travers un regard de Miséricorde, la Vérité, sans compromis.

Oui, avec confiance, appelons sur les familles de notre pays la Bénédiction de Dieu (lectures de la Messe de ce premier dimanche de l'Avent)

Et prions de ce 30 novembre au 8 décembre, la grande neuvaine à l'Immaculée Conception pour cette intention."

Posté le 30 novembre 2016 à 11h15 par Michel Janva | Lien permanent

29 novembre 2016

Ses médecins pensaient qu’elle ne vivrait jamais

Ab6799a11aed18673276c86c47bfcdf9

L’année dernière, Joanna Morton ressort d'une échographie :

« J’étais [à] 12 semaines lorsque l’on m’a dit que quelque chose n’allait pas avec le cœur de mon bébé ». « On m’a dit qu’elle ne survivrait pas. ‘Vous allez faire une fausse couche’ ».

« On m’a dit ‘Elle sera mort-née, épargnez-vous cette douleur’ ». « Même le plus réputé des hôpitaux pour enfants n’avait jamais vu un cœur comme le sien. Ils avaient déjà vu les complications séparément, mais pas sur le même cœur ».

Mais Joanna Morton a refusé d’abandonner, car elle était déterminée à « célébrer la vie de notre bébé, même si les chances n’étaient pas de son côté ». Malgré sa double insuffisance cardiaque et son rythme cardiaque ralentissant, Clara a lutté pendant 37 semaines et a été mise au monde par césarienne le 14 Juin. À six jours, elle a subi une chirurgie à cœur ouvert. Puis elle est rentrée chez ses parents un mois plus tard. Elle vit.

Posté le 29 novembre 2016 à 19h29 par Michel Janva | Lien permanent

24 novembre 2016

Avortement : "Dites non au grand tabou, dites non à son idolâtrie obligatoire, dites oui à la vie"

De Bernard Antony :

B74f0e751874af5028c66c13d3f7a200Oui, contre la dictature idéologique et médiatique, liberté de pouvoir penser, exprimer et rappeler l’évidence que l’avortement c’est tout de même, avant tout, irréfutablement une interruption volontaire de vie !

Oui, liberté de pouvoir penser et exprimer que si certains justifient cette interruption en invoquant le droit pour la femme de faire ce qu’elle veut de son corps, c’est en réalité le droit de faire ce qu’elle veut du corps qu’elle porte mais qui n’est pas le sien, qu’ils s’agit.

Oui, liberté de pouvoir faire observer que c’est une drôle d’émancipation pour la femme que d’émanciper son enfant de son droit de naître, premier des droits de l’homme.

Oui, liberté de penser et d’exprimer que l’interruption volontaire de vie n’est tout de même pas une valeur suprême de civilisation.

Oui, liberté de pouvoir penser que tout devrait être mis en œuvre, politiquement, législativement et socialement pour épargner à des femmes en détresse le terrible choix de tuer l’être qui vit en leur sein. Car celui-ci n’est pas un fétu de paille mais un merveilleux fœtus de personne humaine qu’il est pour le moins barbare de priver de son droit de naître.

Oui, liberté de penser et d’exprimer que les vitupérations, la haine, les lynchages politiques et médiatiques contre ceux qui pensent que l’accueil de la vie vaut mieux que la peine de mort pour l’enfant à naître, c’est une abominable régression totalitaire !

Oui, liberté de notre anarchisme vis-à-vis de sa dictature, de ne pas nous soumettre, de ne pas respecter ce plus grand des tabous qu’est aujourd’hui l’allégeance obligatoire à la religion de la bienfaisance de l’avortement.

Liberté au moins de ne pas idolâtrer le moderne Baal-Moloch dévoreur des enfants à naître.

Alors, dites non au grand tabou, dites non à son idolâtrie obligatoire.

Dites oui à la vie."

Posté le 24 novembre 2016 à 13h46 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (9)

150 veillées pour la vie

Existe-t-il une veillée pour la vie près de chez vous ? Pour le savoir, cliquez ici. Si ce n'est pas le cas, organisez en une.

Image-2

Posté le 24 novembre 2016 à 06h56 par Michel Janva | Lien permanent

23 novembre 2016

139 veillées pour la Vie sont annoncées

 Alors que les finalistes de la primaire à droite s'écharpent sur l'avortement, aucun des deux ne souhaitant revenir dessus, alors qu'aucun des deux ne semble s'inquiéter de la prochaine loi créant un délit d'entrave numérique à l'avortement, Capture d’écran 2016-11-22 à 20.02.45139 veillées pour la Vie sont annoncées ce week end dont :
  • une veillée à Jérusalem
  • trois veillées à Bruxelles
  • une veillée en Italie
  • une veillée en Pologne

Posté le 23 novembre 2016 à 07h43 par Michel Janva | Lien permanent

21 novembre 2016

Journée de l'AGRIF : Cécile Edel et l'importance de la Marche pour la Vie du 22 janvier 2017

Posté le 21 novembre 2016 à 17h40 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (3)

19 novembre 2016

Plus de 100 veillées pour la vie

La carte des Veillées pour la Vie est en ligne : http://veilleespourlavie. org/#participer

De nouvelles veillées seront ajoutées tous les jours d'ici le 26 novembre.

Si aucune veillée n'a lieu près de chez vous, MOBILISEZ-VOUS  !

Image
 

Posté le 19 novembre 2016 à 15h05 par Michel Janva | Lien permanent

17 novembre 2016

19 novembre : rosaire pour la vie à Lyon

Capture d’écran 2016-11-16 à 19.55.55

Posté le 17 novembre 2016 à 17h56 par Michel Janva | Lien permanent

16 novembre 2016

86 veillées pour la vie

Il reste une semaine pour organiser une veillée pour la vie dans votre paroisse.

Il y en a pour le moment 86 d'organisées. Une trentaine de diocèses ne comprennent aucune veillées pour la vie.

Capture d’écran 2016-11-15 à 21.09.44

Posté le 16 novembre 2016 à 07h03 par Michel Janva | Lien permanent

14 novembre 2016

Cécile Edel : "Notre gouvernement pris en flagrant délit d’entrave à la Vie"

Communiqué de Cécile Edel, présidente de Choisir la Vie, à propos du projet de loi  relative à l’extension du délit d’entrave à l’avortement :

Cecile_edel_200"Une procédure accélérée vient d’être engagée par le gouvernement  pour que soit discutée « en urgence »(!), au Parlement, à partir du 1er décembre prochain la proposition de loi déposée le 13 octobre, relative à l’extension du délit d’entrave à l’avortement.

Ce délit d’entrave verrait l’élargissement de la qualification "d’entrave" à l’action des sites internet accusés de donner des informations qui détourneraient les femmes de l’avortement. Il serait ainsi ajouté un alinéa à la loi du 4 août 2014 sur l’égalité homme-femme, qui déjà par son article 5 quinquies B punit de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende le fait d'empêcher ou de tenter d'empêcher une IVG ou les actes préalables prévus aux articles L. 2213-2 à L. 2212-8 du Code de la santé publique. Dans l’exposé des motifs, il est indiqué qu’il s’agit des sites internet qui « détournent les internautes d’une information fiable et objective. »

Notre gouvernement, par ce biais législatif, n’a d’autre objectif que de censurer la liberté d’expression, voire la liberté de penser des opposants à l’avortement, qui cherchent juste à délivrer une information complète, en toute vérité, et non tronquée ou idéologique sur cet acte et les conséquences qui en découlent.

Par cette tentative de museler ceux qui proposent des alternatives à l’avortement, et par là même d’empêcher la femme d’être véritablement libre (puisque n’ayant plus à sa disposition la possibilité de choisir en connaissant les conséquences de ses actes),  les soi-disant pro-choix montrent leur vrai visage : ils ne sont pas pro-choix mais pro-mort, puisque ils ne cessent d’inciter les femmes à recourir à l’avortement comme si avorter était devenu l’Eldorado !

Preuve en est : la véritable information des pouvoirs publics en matière d’avortement a quasiment disparu. Depuis la loi Veil, jamais ces derniers n’ont  délivré  aux femmes enceintes qui consultent en vue d’une IVG une information sur les aides auxquelles elles auraient droit. Le gouvernement sur son propre « site officiel  gouvernemental » omet délibérément de  mentionner les conséquences de l’avortement et affirme qu’il n’y a pas de séquelles psychologiques à long terme. Ce silence mensonger est plus qu’irresponsable vis à vis des femmes ! 

Une société humaine, digne de ce nom, pourrait poursuivre le gouvernement pour  délit d’entrave à la vie de l’enfant à naître et incitation à l’avortement. Notre gouvernement, si prompt à parler et à défendre la Liberté, non seulement veut bafouer ainsi la liberté d’expression de ceux qui n’ont pas les mêmes convictions que lui, mais surtout bafoue la liberté des femmes en les empêchant de choisir la vie.

Choisir la Vie qui, depuis sa création en 1982, se place du côté des plus fragiles, invitent plus que jamais  les français, à participer à la GRANDE MARCHE POUR LA VIE du 22 janvier pour "défendre la liberté de choisir la Vie"."

Image2

Posté le 14 novembre 2016 à 06h36 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

11 novembre 2016

Aux bébés inconnus : les Survivants rappellent le massacre de notre époque

5054e78d-54e7-4bbe-b3e4-059a1a42cf43

Posté le 11 novembre 2016 à 11h33 par Michel Janva | Lien permanent

10 novembre 2016

Les veillées pour la vie pour promouvoir la culture de vie

Rencontre_FC_EAL-768x1391

Posté le 10 novembre 2016 à 19h49 par Michel Janva | Lien permanent

09 novembre 2016

Donald Trump va nommer un juge pro-vie, pro-mariage et pro-famille à la Cour suprême

Yves Daoudal revient sur l'élection de Donald Trump. Une partie de son analyse rejoint celle de Cyril Brun à propos du vote à 52% des catholiques pour Donald Trump :

"Autre bonne nouvelle, peut-être encore plus importante, même pour le monde : il s'agit de la Cour suprême des Etats-Unis. Hillary Clinton l’aurait bloquée pour longtemps dans la culture de mort et la dictature de toutes les déviances.

Alors que Donald Trump va nommer un juge pro-vie, pro-mariage et pro-famille, et on espère qu’il pourra en nommer au moins un autre au cours de son mandat, donnant ainsi à la Cour suprême une claire majorité favorable à la morale naturelle, et mettant aussi un coup d’arrêt à la dérive d’une institution qui en est venue à dicter sa loi contre les lois et les citoyens des Etats (…)

On rappellera d’autre part que son vice-président Mike Pence a un score de 100% dans le classement du Comité national du droit à la vie, et un score de 0% dans le classement du Planning familial (...)"

Posté le 9 novembre 2016 à 14h59 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

Veillées pour la vie : concours d'affiches

VPLV_Concours2016_V2

Posté le 9 novembre 2016 à 11h42 par Michel Janva | Lien permanent

07 novembre 2016

Nouveau texte pro-vie en Pologne

Lu sur Gènéthique :

"En Pologne, le Parlement a adopté début novembre un texte de loi pour inciter les Polonaises enceintes à garder leur bébé, même en cas de "handicap irréversible ou de pathologie incurable" annoncés pendant la grossesse. Ce cas de pathologie incurable est une des seules situations où l'avortement est autorisé en Pologne, avec le viol, l'inceste ou un risque vital pour la santé de la mère (cf. La Pologne rouvre le débat sur l’avortement).

Ce nouveau texte survient après le retrait du précédent projet de loi du parti conservateur « Justice et liberté » (cf. Jaroslaw Kaczynski : pas d'avortement en Pologne, "même lorsque l'enfant est condamné à mort")."

Posté le 7 novembre 2016 à 13h40 par Michel Janva | Lien permanent

Lundi 21 novembre à 20h30 : soirée Jérôme Lejeune à Orléans

Les Veilleurs d'Orléans communiquent ce qui suit :

Untitled

Posté le 7 novembre 2016 à 10h15 par Marie Bethanie | Lien permanent


     Archives > Culture de mort : Avortement , Pro-vie

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Culture de mort : Avortement , Pro-vie