La Marche pour la vie soutient le Docteur Bertrand de Rochambeau

Communiqué de la Marche pour la Vie

Capture d’écran 2018-09-12 à 20.03.40"Dans une interview diffusée mardi 11 septembre sur TMC, le Dr Bertrand de Rochambeau, président du Syndicat national des gynécologues, explique qu’il refuse de pratiquer des IVG parce que c’est « retirer des vies ». La Marche pour la vie et ses dizaines de milliers de sympathisants souhaitent lui apporter leur soutien.

La loi est avec le Dr Rochambeau. Selon l’article L2212-8 du Code de la santé publique, « un médecin n’est jamais tenu de pratiquer une IVG ». « Aucune sage-femme, aucun infirmier ou infirmière, aucun auxiliaire médical, quel qu’il soit, n’est tenu de concourir » à cet acte. C’est la clause de conscience qui distingue les sociétés démocratiques des régimes totalitaires.

La science est avec le Dr Rochambeau. La Marche pour la Vie rappelle avec le docteur Rochambeau la réalité biologique de l’être humain dès sa conception. Aucun scientifique ne peut dire aujourd’hui que l’embryon n’est pas un être humain.

Nul ne peut forcer le Dr Rochambeau à agir contre sa conscience et contre la réalité scientifique. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et la secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, ont condamné « fermement » ses propos, sans considérer le problème de fond, et  en refusant de voir le malaise grandissant des médecins concernés. Elles déclarent que « l’IVG est un droit trop souvent menacé pour lequel il convient de ne relâcher aucun effort ». En France plus de 220 000 avortements sont pratiqués chaque année. Contrairement à ce qu’elles prétendent, l’accès à cette pratique est loin d’être en danger. Les évolutions législatives sur ce sujet depuis quelques années (Suppression du délai de réflexion, de la condition de détresse, et le délit d’entrave à l’IVG) prouvent malheureusement l’inverse.

La Marche pour la Vie remercie le Dr Rochambeau pour son courage, elle appelle les français à se saisir de cette question cruciale de santé publique, et le gouvernement à protéger l’objection de conscience des médecins et des citoyens."


Choisir la vie recherche des bénévoles

Annonce de Cécile Edel :

"Choisir la Vie, association de défense de la vie, fondée en 1982 recherche urgemment un ou deux bénévoles qui seraient chargés de la communication au sein du mouvement (animation des réseaux sociaux (facebook, twitter...), communication sur les activités de l'association...)

Si vous êtes intéressè par ce poste ou pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : [email protected]

Nous vous remercions par avance de votre soutien et l'aide que vous pourrez nous apporter."


Avortement : une femme garde son bébé suite aux soutiens reçus

6a00d83451619c69e20224df2c6f74200b-800wiSuite à l'appel à l'aide pour une jeune femme enceinte en avril, Cécile Edel, présidente de Choisir la vie, nous informe que Pauline a fait le choix de la vie et est maintenant enceinte de 6 mois. Elle tient à remercier chaleureusement tous les donateurs de leur  grande générosité. Elle a pu payer grâce à vous tous le plus gros de ses dettes mais reste particulièrement angoissée pour l'avenir. Dans les mois qui vont suivre, il lui faudra certainement trouver un autre emploi plus adapté à sa vie de maman de deux enfants car elle travaille souvent de nuit et son salaire actuel est faible.

Voici ses propres mots:

"Je remercie vraiment les donateurs. Je suis touchée de leur aide alors qu'ils ne me connaissent pas et de leurs messages d'encouragement. Ils ont compris ma détresse. Je ne pensais pas qu'il y avait encore des gens comme ça".

Vous avez été très nombreux à répondre positivement à notre appel et nous vous remercions encore de votre générosité. Quotidiennement, Choisir la Vie, au travers de son antenne d'écoute, répond à des jeunes femmes vivant des situations similaires à Pauline. Plus d'une dizaine de bénévoles se relaient pour apaiser les souffrances de celles-ci et les aider à accueillir leur bébé et faire le choix de la Vie. Nous vous remercions par avance de votre précieux soutien dans l'aide aux femmes enceintes en détresse.

Vous pouvez envoyer votre don (déductible de l'impôt) à l'association "Choisir la Vie" soit par chèque au 70 bd Saint Germain 75005 Paris avec la mention "pour Pauline" soit par internet.


22 septembre à Strasbourg : rosaire pour la vie

Rosaire pour la vie le 22 septembre à 14h à Strasbourg, place de la République (manifestation déclaré à la préfecture).

Les manifestants prieront pour l’accueil des enfants à naître, pour implorer la Miséricorde de Dieu pour toutes les atteintes à la vie humaine innocente, cause de souffrance pour le Christ.

Ce rosaire sera également un humble témoignage pour le monde.


22 septembre : journée de formation à Paris pour les professionnels de santé

Professionnels de santé: Faisons-nous toujours bon usage des sédatifs en fin de vie? Le soulagement d'un symptôme est-il réellement toujours la raison de leur indication? Comment comprendre l'article 3 de la loi Claeys/Léonetti sur la "sédation profonde et continue...maintenue jusqu'au décès"? Est-ce que la sédation est réellement la réponse à toute souffrance en fin de vie? Quelle différence entre sédation palliative et sédation terminale? Autant d'interrogations et beaucoup de difficultés à trouver des réponses....

Pour vous aider à réfléchir à toutes ces questions, venez à la journée de formation organisée par Choisir la Vie le samedi 22 septembre, de 9h15 à 18h15, 70 boulevard saint Germain, à Paris.


Argentine : le Sénat rejette l'avortement

Par 31 voix pour, 38 contre et 2 abstentions, le Sénat argentin a rejeté la légalisation du meurtre de l'enfant à naître. La «journaliste» de France24 Mathilde Buenos, qui n'informe pas, est sous le choc :

Le pape François a multiplié les déclarations contre l’avortement. Dans une lettre adressée aux fidèles catholiques argentins, le pape avait appelé à se mobiliser contre le projet de loi.

Une messe pour la vie a été célébrée mercredi à 20h par le cardinal Mario Poli à la cathédrale de Buenos Aires. Le successeur du Pape François a concélébré avec, entre autres, Mgr Oscar Ojea, évêque de San Isidro et président de la conférence épiscopale.

Il y avait eu 5 millions de manifestants dans toute l’Argentine contre l’avortement.


Avortement en Argentine : le vote du Sénat aura lieu le 8 août

Un lecteur argentin me communique ce texte :

Affiche AmbassadeL'Amérique latine est un peuple multiculturel, avec ses propres caractéristiques et qui se différencie des autres régions du monde, mais qui partage la défense des droits de l'homme dans toute son expression. Malheureusement, tout au long de notre histoire, nous avons souffert des périodes où ces droits ont été bafoués et même dans certains pays, ils continuent de se produire.

Aujourd'hui, nous nous réunissons pour exprimer notre soutien et notre solidarité avec la lutte que nos frères et sœurs argentins mènent avec une grande force pour la défense du droit essentiel que chaque membre de la famille humaine possède : le droit à la vie. La Ola Celeste (vague bleue) n'est plus seulement l'Argentine. Dans toute l'Amérique latine et les Caraïbes, nous sommes #PorLas2Vidas.

Dans toute l'Amérique latine, des manifestations ont eu lieu devant les ambassades de l'Argentine pour défendre le droit à la vie.

C'est pourquoi nous déclarons... :

Le point de vue selon lequel un être humain à naître est moins digne et n'a pas le droit garanti de naître n'est pas un point de vue caractéristique de notre culture latino-américaine, qui a toujours été caractérisée par un lien profond avec l'essence de l'être humain et de la nature. Cette vision matérialiste a été imposée artificiellement, avec des objectifs complètement différents pour le soin et la protection des femmes.

Depuis des décennies, l'Amérique latine est assiégée et soumise aux pressions de la plus grande organisation internationale au monde qui s'efforce de soutenir l'avortement libre : la Fédération internationale pour la planification familiale (IPPF). Cette organisation est le plus grand réseau de fournisseurs d'avortement dans le monde et pour atteindre ses objectifs a déployé une machine d'argent, de lobbying, d'activisme et d'endoctrinement, qui a obtenu des résultats dans le monde entier. L'Amérique latine n'est pas l'exception et la lutte que nos frères argentins mènent aujourd'hui est contre ce puissant empire de l'avortement.

Ce réseau international gère et finance différentes organisations et personnes depuis de nombreuses années, avec des contacts importants dans les médias, la politique, la culture et d'autres domaines d'influence, et a réussi à faire avancer son programme d'avortement dans plusieurs de nos pays. Les progrès des politiques d'avortement imposées dans nos pays ont été réalisés en ignorant et en informant mal l'opinion publique sur les droits de la personne humaine, qui sont protégés avant la naissance conformément aux normes internationales et aux obligations découlant de la Déclaration universelle des droits de l'homme, de la Convention américaine relative aux droits de l'homme, de la Convention relative aux droits de l'enfant et de la Convention relative aux droits de l'enfant, entre autres.

L'avortement est un acte de violence contre les femmes et leurs enfants, un mal social qui cache de profonds problèmes sociaux. L'offrir comme solution est une réponse inhumaine et indigne, qui ne fait rien pour améliorer la santé ou le développement des femmes et n'est pas non plus un mécanisme efficace pour prévenir les décès maternels.

Nous exigeons que les gouvernements de l'Argentine et de toute l'Amérique latine mettent fin au report des demandes réelles de nos peuples et de nos femmes et qu'ils promeuvent des politiques pour le développement et la protection des femmes et de leurs enfants, au lieu de promouvoir des lois sur l'avortement qui leur font du mal à tous les deux. Nous vous invitons à prendre soin et à promouvoir les droits des deux vies, à travailler pour une région qui progresse vers la protection de tous les êtres humains, qui est le seul chemin vers la paix et la prospérité pour nos nations.

 

 


Les 600 pour la vie

Capture d’écran 2018-05-31 à 07.20.24

Voilà une initiative intéressante. Un lecteur a créé un site internet dont la vocation est de faire une chaîne de prière de 600 personnes par jour pour les 600 mamans qui se font avorter tous les jours en France.

Comme il est indiqué sur le site :

« s'il y avait une guerre en Espagne ou en Italie, faisant 600 morts par jour, quelle serait notre réaction à nous chrétiens ? Il y aurait beaucoup de prière d'intercession partout en France pour que cela s'arrête ».

Or il y a bien ces 600 morts par jour, mais chez nous en France par l'avortement, et comme le disait mère Teresa nous ne disons rien.

Dans cet engagement, il est demandé aux personnes qui s'inscrivent de dire une petite prière. Par exemple le matin :

« Vierge Marie, mère de tous les hommes, je te confie cette maman qui veut avorter aujourd'hui. Donne-lui la conscience de son acte, la force d'y renoncer et la joie d'accueillir la vie. Suivi d'une dizaine de chapelet ».


Course des Héros Lyon 2018 : soutenez la Fondation Lejeune

Unknown-20Participez à l'un des plus grands événements caritatifs de France et apportez votre contribution à la Fondation Lejeune.

Comment participer à la Course des Héros ?

Etape 1 : Inscription

Réglez en ligne 15€ de frais d'inscription et créez votre page Alvarum en quelques minutes.

Etape 2 : Collecte de dons

Personnalisez votre page Alvarum puis collectez 250€ au minimum sur votre page avant le 13 juin 2018.

Etape 3 : La Course

Rendez-vous le 17 juin pour rencontrer notre association, participer aux animations et relever l'ultime défi : un parcours de 2km, 6km ou 10km en marchant, en courant ou en volant !

 


Etats-Unis : nouveau projet de loi de Trump pour couper les subventions au Planned Parenthood

Lu dans Présent :

Images-12"Les cliniques qui pratiqueront des avortements, ou qui conseilleront en priorité une procédure d’avortement, se verront privées du financement fédéral (en d’autres termes, les impôts des contribuables) prévu dans le cadre de l’assistance médicale aux futures mères. C’est en substance le texte d’un projet de loi que vient d’engager dans les rouages du Congrès le gouvernement du président Donald Trump.

La première et la principale victime de cette décision est l’organisation Planned Parenthood. Celle-ci s’affirme, sous le prétexte de « défendre le choix des femmes », comme la plus scandaleuse des boucheries humaines. Forte de 266 cliniques réparties sur tout le territoire des Etats-Unis, Planned Parenthood pratique en moyenne 350 000 avortements par an qui lui rapportent plus de 500 millions de dollars versés par Washington au titre d’une « assistance » aux femmes enceintes. En fait d’assistance, les femmes se voient conduites dans 95% des cas vers une seule solution : le meurtre de leur enfant.

Ce projet de loi fut l’une des premières promesses électorales du candidat Trump alors que les primaires républicaines venaient à peine de commencer, en février 2016. L’an dernier, les républicains du sénat avaient tenté de le transformer en loi, mais il leur manqua deux voix – celles de Susan Collins du Maine et Lisa Murkowski de l’Alaska – pour atteindre leur objectif. Ces deux féministes fanatiques refusèrent d’« arracher » – c’est leur terme – la manne fédérale à Planned Parenthood. [...]"


Forum et marche pour la vie à Rome

Le Forum romain pour la vie - Rome Life Forum - s’est tenu les 17 et 18 mai à l’Université pontificale Angelicum sur le thème de la conscience : les interventions du cardinal Raymond Burke, de Mgr Athanasius Schneider et de Stéphane Mercier ont particulièrement retenu l’attention de l’auditoire.

Mgr Schneider a développé l’idée selon laquelle l’Eglise ne se réduit pas au pontife romain, mais qu’elle est une réalité « plus vaste » que lui. A ce titre, un pape a « le même devoir qui incombe à tous les fidèles : celui de renoncer à Satan et de confesser la foi », a déclaré le prélat. Pour l’évêque auxiliaire d’Astana, la conduite à tenir si un pape ne confessait plus pleinement la foi, est celle-ci : « il faudrait l’aider, mais non pas porter des attaques à son encontre ». « Répondre à un pasteur qui soutient une hérésie », a conclu le prélat, doit se faire « avec respect, en opposant l’enseignement constant et inchangé de l’Eglise ».

Au second jour du Forum, le cardinal Raymond Burke a rappelé que les catholiques devaient résolument se mettre « sous la bannière de la Royauté sociale du Christ » afin de contrer les ennemis de l’Eglise qui tentent de « l’infiltrer et de corrompre l’Epouse du Christ par l’apostasie ».

« La conscience ne consiste pas dans la somme des pensées et des désirs que ressent un individu, mais elle s’enracine dans la Vérité qui seule peut purifier nos aspirations et les rendre conformes au commandement divin de l’amour de Dieu et du prochain ».

Le même jour, le professeur Stéphane Mercier - renvoyé de l’Université catholique de Louvain pour avoir défendu la vie contre l'avortement - a réfléchi sur le compromis avec l’esprit du monde qui gagne l’Eglise.

« Le règne du ‘politiquement correct’, l'idéologie du ‘genre’ et les lobbys libéraux ont désormais gangrené les universités partout dans le monde, interdisant le recours à un discours fondé sur la raison naturelle ».

Stéphane Mercier déplore aussi que « même les institutions catholiques abandonnent leurs principes pour faire bonne figure aux yeux du monde ». Dans ce contexte, il n'est guère étonnant de voir « les responsables ecclésiastiques et les pasteurs emboîter le pas en sacrifiant une foi sans compromis sur l'autel de la mondanité et de la sentimentalité ». « Se tenir debout pour la Vérité avec un grand ‘V' a un prix, mais il faut plus que jamais demeurer ferme, car ‘si le sel perd sa saveur, avec quoi l’assaisonnera-t-on’ ? »

Rome18mvieafiche-750x420Des dizaines des milliers de marcheurs étaient présents samedi 19 mai pour défendre la vie, 40 ans après la légalisation de l’avortement en Italie. Au départ de la piazza de la Repubblica, le cortège a traversé le centre de la ville éternelle et est arrivé vers 17h à la piazza Venezia église della Madona de Loreto. Plus de 20 pays étrangers étaient représentés, notamment l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Pologne, l’Irlande, l’Espagne, la Lituanie, le Portugal, les Etats Unis, le Canada, l’Argentine, le Pérou, la Nouvelle-Zélande, le Brésil, l’Inde, la Belgique avec le prof Stéphane Mercier et bien sûr la France avec la présence de Jeanne Smits, d’Olivier Figueras et d’une délégation de Droit de Naître.

Parmi les interventions des délégations étrangères, on retiendra celle de la mère de Vincent Lambert, Viviane Lambert, qui, très digne, a dénoncé avec force la volonté de l’hôpital de faire mourir son fils, lourdement handicapé mais nullement en fin de vie. Se sont joints à la Marche de nombreux ecclésiastiques, le cardinal Raymond Leo Burke, Mons. Carlo Maria Viganò, Nonce apostolique émérite des Etat Unis d’Amérique, Mons. Luigi Negri, Archevêque émérite di Ferrara-Comacchio, et des religieuses, des élus et beaucoup de familles avec leurs enfants portant dont les ballons colorés ont marqué d’une empreinte joyeuse la ville.

Virginia Coda Nunziante, Présidente de la Marche pour la vie, a clôturé rappelant que cette année est marqué par le tragique anniversaire en Italie ou les quarante années sont passé depuis l’introduction de la loi 194 sur l’avortement: ” Il y a un livre de vie et il y a un livre de la mort. Dans ce livre de la mort daté du 22 mai 1978 est écrit avec des caractères de sang, le sang de près de 6 millions des victimes « auxquelles il faut ajouter les 50 millions d’enfants meurent chaque année dans le monde».

Nous ne voulons pas passer cet anniversaire sans demander l’abrogation de la loi 194 et, en attendant, supprimer immédiatement des dépenses publiques les 2 ou 3 milliards d’euros consacrés chaque année à tuer nos enfants. Dénonçant une crise de santé publique, elle a déclaré que l’avortement reste de la responsabilité incroyablement unique de l’Etat, donc tous les contribuables: » Notre société est très hypocrite, avec maintenant l’eugénisme et l’infanticide d’État, dont nous avons eu un exemple dramatique en Grande-Bretagne avec le meurtre du petit Alfie Evans». Et une figure humaine a été dédiée au petit Alfie, composée par des jeunes venus sur scène, et le lancement final de nombreux ballons vers le ciel.

Le rendez-vous pour la vie est pris pour la prochaine édition de la Marche nationale pour la Vie sera le prochain 18 mai 2019 toujours à Rome.


27 mai : journée de prière pour la vie à Lourdes

A l'occasion de la Journée nationale pour la Vie le dimanche 27 mai, une journée de prière est organisée à la paroisse de Lourdes : le Saint Sacrement sera exposé à la fin de la messe de 11h00. Et chacun pourra venir prier pendant toute la journée.

A 17h30, les enfants sont invités pour venir réciter un chapelet pour la Vie... L'adoration se terminera après ce chapelet par le Salut et les vêpres.

Thumbnail


Les femmes victimes de l'avortement

Capture d’écran 2018-05-16 à 18.24.25Le slogan de la nouvelle campagne pro-vie à Rome, diffusée à quelques jours de la Marche Nationale pour la Vie italienne, samedi prochain, est :

« L’avortement est la première cause de féminicide au monde ».

L'association CitizenGO, à l'origine de cette « campagne de publicité choc », veut signifier que l’avortement est « l'une des principales violences faites aux femmes ».

Cette campagne a commencé le 3 avril dernier par une affiche géante installée à proximité de la place Saint Pierre, que la municipalité a très rapidement fait enlever. Cette fois cependant,  « la mairie de Rome s'est déclarée incompétente, car il s'agit d'espaces publicitaires n'appartenant pas à la ville ».

60 000 avortements ont été réalisés en Italie en 2017, selon les chiffres du Ministère de la Santé. Un chiffre en baisse notamment à cause du fort taux d’objection de conscience, 40 % selon l'hebdomadaire l'Espresso. Virginia Coda Nunziante, Présidente de la Marche pour la Vie en Italie, a annoncé

« que la mère de Vincent Lambert qui se bat en France pour empêcher que son fils ne meure de faim et de soif sur décision des médecins, a accepté notre invitation : elle viendra  à Rome à la Marche pour la Vie du 19 mai prochain pour nous donner son courageux témoignage ».


27 mai, une journée de promotion de la vie

Cécile Edel raconte les débuts de son engagement pour la vie et présente dans L'Homme Nouveau la Journée nationale pour la Vie du 27 mai. Extraits :

Jnv2018"La Journée nationale pour la Vie est célébrée chaque année depuis l'an 2000 le dimanche de la fête des mères. Instaurée par saint Jean-Paul II, cette journée a pour vocation d'être une journée de promotion de la vie et une occasion de porter témoignage sur la grandeur de la maternité et la valeur de la vie humaine dès sa conception. Ce témoignage peut prendre de multiples facettes et toutes les initiatives individuelles, associatives, paroissiales sont alors les bienvenues : pèlerinages, veillées de prière pour la vie, intentions de prière pour le respect de la vie en paroisses, expositions de peinture ou d’œuvres autour de la maternité, tractages, organisation de conférences, etc. Nous sommes tous appelés ce jour-là à être créatifs au service de la vie !

La Journée nationale pour la Vie a été voulue par saint Jean-Paul II, elle est relayée dans les diocèses : est-ce un évènement réservé aux catholiques ? 

Lorsqu'en 1979 Mère Teresa reçoit le Prix Nobel de la Paix, elle proclame : « Le plus grand destructeur de la paix, aujourd’hui, est le crime commis contre l’innocent enfant à naître : si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu’est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entretuer les uns les autres ? ». Je crois que ces paroles expriment à elles seules le caractère universel de la défense de toute vie humaine, cette mission qui, loin d'être réservée aux seuls catholiques, doit habiter chaque personne désireuse de sauvegarder la paix. Car l'acte d'avortement, loin de constituer le soulagement et l'exercice d'une liberté salvatrice pour la femme, comme on voudrait nous le faire croire, entache à jamais son corps et son esprit de violence ; un corps définitivement marqué par l'enfant arraché au sein de sa mère, un esprit définitivement tourmenté par la conscience, même refoulée, du crime commis. Comment ne pas citer également les propos du Pr Jérôme Lejeune : « La qualité d'une civilisation se mesure au respect qu'elle porte aux plus fragiles de ses membres » ? Là encore, on mesure la responsabilité de tous et chacun dans l'engagement en faveur de la préservation du respect de la vie, faible, vulnérable, garant de la préservation de notre civilisation.

Comment et par qui est organisée cette journée ?

Depuis de nombreuses années, cette journée est organisée par notre association, Choisir la Vie, en partenariat avec les AFC et l’Évangile pour la Vie. Et, cette année, nous sommes même heureux de pouvoir annoncer que le mouvement des Veillées pour la Vie nous a rejoints ! Ensemble, nous organisons, pour cette journée, une campagne de sensibilisation du grand public sur la beauté de la maternité avec comme « slogan » depuis l'an 2000 : « Fêter les mères, c'est accueillir la vie ! ».

Choisir la Vie propose ainsi par exemple à ses adhérents et à toute personne de bonne volonté de coller affiches et autocollants et distribuer des tracts en vue de cette campagne. Nous encourageons également toutes initiatives comme celles citées précédemment tournées vers cette sensibilisation. La Confédération nationale des associations familiales catholiques (CNAFC), quant à elle, organise, sous l'égide de l’Union nationale des associations familiales(UDAF), une quête pour la mère et l'enfant dont les bénéfices sont reversés à des maisons d'accueil ou autres structures pour femmes enceintes en difficultés. L'Évangile pour la Vie et les Veillées pour la Vie soutiennent Choisir la Vie dans sa campagne d'affichage et de tractage. [...]

Comment participer à cette journée ?

C'est très simple ! Il suffit de contacter Choisir la Vie ([email protected]) pour recevoir affiches, tracts, autocollants. Un petit dépliant de présentation de cette journée accompagnée d'idées pour promouvoir celle-ci est également disponible. Les frais d’envoi sont gratuits."


Référendum sur l'avortement en Irlande : les réseaux censurent

A lendemain d’une annonce de Facebook, Google a annoncé bloquer les publicités au sujet du référendum irlandais sur l’avortement sur son moteur de recherche et sur YouTube. Alors que les médias font campagne pour le oui, les réseaux sociaux se trouvent ainsi censurés sur le sujet...

Ce référendum aura lieu le 25 mai. Dans Famille chrétienne, Katie Murray qui fait partie de Pro Life Campaign, déclare :

P3-1-1024x686"Je suis enceinte depuis très exactement douze semaines. Je comprends donc très concrètement ce que signifie l’avortement libre jusqu’à douze semaines, tel qu’il sera autorisé si le « oui » l’emporte. À l’origine, je n’étais pas du tout intéressée par la défense de la vie. J’ai commencé à me pencher dessus il y a cinq ans, lorsque certaines dérogations ont été introduites. Peu à peu, ce sujet m’a intéressée. Le mouvement prolife est en plein essor depuis cinq ans dans le pays.

Que faites-vous, concrètement ?

Avec l’organisation dont je suis membre, je fais du porte-à-porte. Un nombre phénoménal de gens est mobilisé chaque jour dans tout le pays, beaucoup d’étudiants, de jeunes professionnels. Notre organisation réunit des chrétiens de toutes dénominations ou des agnostiques. Notre slogan ? « Love them both », aimez-les tous les deux, la mère et l’enfant qu’elle attend. [...]

Quelle est l’atmosphère de cette « campagne » ?

Nous étions prêts, car nous nous préparions depuis des années. Mais le gouvernement est généralement contre nous, de même que les médias, qui promeuvent systématiquement le camp adverse. [...]"


800 000 manifestants à la Marche pour la vie au Pérou

DceMxcEWsAARA9XHier, 800 000 Péruviens ont participé à Lima à une grande marche contre l'avortement, un événement organisé depuis six ans par le cardinal péruvien Juan Luis Cipriani. Le président du Congrès Luis Galarreta, des religieux catholiques et évangéliques, des politiques, des familles, des militants pro-vie ainsi que des membres d'établissements scolaires privés liés à l'Eglise ont participé à cette marche, en musique et au son des tambours sous des banderoles proclamant "Unis pour la vie".

L'édition 2017 de cette marche annuelle avait été suspendue en signe de solidarité avec les centaines de victimes des inondations au Pérou.

le cardinal et archevêque de Lima, Mgr Juan Luis Cipriani, a précisé :

"Ce n'est pas une célébration organisée contre quelqu'un, c'est une célébration pour la vie".

"Si vous n'êtes pas d'accord avec la vie, supprimez la vôtre", a répondu le cardinal péruvien aux activistes pro-choix lors de son émission radiophonique du samedi avant de participer à la marche.

Cette marche est la plus grande manifestation au Pérou. Retrouvez ici le fil twitter de cette marche.

WzgP7bTt

DceviiwXUAAStyA

Au Pérou, l'avortement est légal en cas de malformation grave du foetus ou lorsque la vie de la mère est en danger.


Création d'un accueil Louis et Zélie à Bruxelles

CFSG-Enceinte-et-besoin-daide-A4-1-724x1024Communiqué de Life :

"Jeudi 3 mai, Son Eminence le Cardinal Joseph de Kesel archevêque de Malines-Bruxelles, à l'occasion d'un entretien avec Guillaume d'Alançon, directeur de l'Institut pour la Famille en Europe, a apporté son soutien au développement d'un Accueil Louis et Zélie en association avec le centre familial Saint Géry.

Nous redisons toute notre reconnaissance au Cardinal et l'assurons de notre filial attachement ainsi que de notre prière pour lui-même et à ses intentions."


François-Xavier Pérès, réélu président d’Alliance VITA

Fxperes-594x400François-Xavier Pérès avait été élu président de VITA une première fois en 2014. Le Conseil VITA, qui compte une centaine de membres, l'a réélu le 29 avril pour 4 ans.

François-Xavier Pérès, 37 ans, a rejoint l’équipe VITA de Montauban (82) en 2010. En 2012, il accepte la responsabilité de délégué de Loire-Atlantique, à l’occasion d’une mutation dans ce département. Marié, père de 3 enfants, il exerce son activité professionnelle de ressources humaines dans le domaine de la gestion des risques.

En conclusion de l’Université de la vie 2018 d’Alliance VITA, qui a rassemblé 7300 personnes en visioconférence dans 140 salles, François-Xavier Pérès avait déclaré :

 « Il n’y a pas de bonne raison de s’exclure de l’engagement en faveur de la vie et de la dignité de l’homme. Cet engagement n’est pas réservé aux partis politiques, aux comités d’éthique ou encore aux soignants. Nous sommes tous concernés, là où nous vivons et travaillons… Partout, c’est une question de justice et d’humanité. »


Des religieuses pour la vie naissante

Dans La Nef du mois de mai, Christophe Geoffroy a interrogé Sœur Maria Emmanuel, membre des Sisters of Life (les Sœurs de la Vie), fondées en 1991 à New York par le cardinal John O’Connor. Leur charisme est de protéger et renforcer le caractère sacré de toute vie humaine. Extrait :

039"Mgr John O’Connor [...] a essayé de comprendre pourquoi des décennies d’efforts déployés par tant d’âmes dévouées du mouvement pro-vie n’ont pas réussi à produire les résultats escomptés. Il méditait sur ce passage des Évangiles : « Ce genre de démon ne peut être chassé que par la prière et le jeûne » (Mc 9, 29). Ceci l’a inspiré pour écrire un article dans le journal diocésain intitulé, « Nous demandons de l’aide : des Sœurs de la Vie », où il espérait qu’une communauté religieuse ayant pour charisme de protéger la vie humaine puisse se fonder. À sa grande surprise, il a reçu de nombreuses lettres de femmes intéressées à rejoindre cette communauté encore inexistante. C’est ainsi que les Sœurs de la Vie sont nées le 1er juin 1991.

Quelle est la vocation des Sœurs de la Vie et quelles activités avez-vous concrètement en faveur de la Vie ?

Comme l’a dit notre fondateur, « que feront les Sœurs de la Vie ? Elles vont aimer. Elles vont aimer. Elles vont aimer. » Le cœur de notre vie est une relation d’amour avec la Sainte Trinité, cultivée par la prière. Une Sœur de la Vie veut être comme Notre Dame, qui a conçu Jésus et s’est empressée d’aider sa cousine Élisabeth. De même, la vie de Dieu dans nos âmes nous pousse à aller à la hâte pour servir ceux qui sont dans le besoin, en proclamant le caractère sacré de leur vie.

Nous faisons cela en accompagnant les femmes enceintes vulnérables, y compris certaines qui demeurent avec nous, car elles vivent côte à côte avec les sœurs dans un cadre spirituel. Nous apportons aussi le message de l’amour de Dieu par notre ministère de retraite spirituelle et par la sensibilisation des jeunes. « Allez, ramassez les morceaux de peur qu’ils ne se perdent » (Jn 6, 12). Par ces paroles, le cardinal O’Connor dirigea également les Sœurs de la Vie vers un ministère de réconciliation et de respect pour les femmes et les hommes qui souffrent à la suite de la tragédie de l’avortement. Enfin, les Sœurs voyagent pour donner des conférences sur la beauté de la vie humaine et de l’amour. L’apostolat de la prière d’intercession est la plus récente expression de notre charisme pour la vie.

Où êtes-vous présentes et avez-vous des projets de développements, avez-vous les vocations pour cela ?

Il y a actuellement un peu plus de 100 sœurs dans la communauté, avec des couvents à New York, dans le Connecticut et, depuis deux ans, en Pennsylvanie, au Colorado et à Washington DC. Nous avons aussi un couvent à Toronto, au Canada. Au cours des dernières années, nous avons reçu un nombre régulier de vocations d’outre-mer : d’Irlande, d’Espagne et d’Océanie, en plus de nos sœurs américaines et canadiennes. Nous attendons notre première vocation française ! Dieu sait où nous serons dans le futur, mais le monde est plein de possibilités ! [...]

Qu’est-ce qui finalement joue le plus pour persuader ces femmes de ne pas avorter ?

Le cardinal O’Connor dirait à nos sœurs : « C’est la peur qui nous pousse à choisir la mort plutôt que la vie. » Une femme tentée d’avorter et ceux qui l’y incitent sont poussés par la peur. Nous nous efforçons d’expliquer les nombreuses raisons d’espérer, raisons à la fois pratiques et enracinées dans la foi, afin que la confiance et l’espérance puissent remplacer la peur. Nous la soutenons dans la prière ; parce que c’est finalement quand cette femme suit la grâce de Dieu et la vérité écrite dans son cœur, qu’elle est capable de surmonter ses peurs et de choisir la vie. [...]"


Une soprano perd son rôle car elle est enceinte

La soprano française Julie Fuchs annonce sur Facebook le 20 avril :

30762681_1619598494762812_7046979329057619968_n"Aujourd'hui, j'ai une annonce inattendue à faire : le Staatsoper Hambourg m'a malheureusement informée cette semaine que l'intégrité artistique de la production de La Flûte Enchantée par Jette Steckel ne peut être maintenue si la soprano qui chante Pamina est enceinte de quatre mois.

Comme vous pouvez l'imaginer, je suis très déçue car je me sens vocalement et physiquement en forme. Je suis tout à fait déterminée à remplir mes contrats comme prévu et annoncé précédemment. J'avais hâte de faire mes débuts dans ce rôle, et de chanter pour vous tous à Hambourg.

Mes excuses à ceux d'entre vous qui ont déjà acheté des billets. Bien que je respecte la vision artistique du théâtre, je suis attristée que nous n'ayons pas pu trouver une solution pour tenir compte de cette légère différence physique qui n'affecte pas mes performances vocales ou artistiques.

J'aurais voulu trouver des ajustements pour pouvoir chanter dans cette production comme prévu.

Comme c'est le cas pour la plupart des femmes, au cours de ce deuxième trimestre de grossesse, j'ai le plaisir de vous dire que je me sens pleine d'énergie et que mes médecins me trouvent en parfaite santé. J'ai hâte de revenir sur la scène en juin pour Poppée à l'Opernhaus Zürich."

 

Contactée par "l'Obs", elle ajoute :

Bien que je sois très heureuse de fonder une famille, je comprends que ma grossesse puisse nécessiter quelques aménagements pour l'Opéra comme pour la directrice de la production.

Julie Fuchs assure qu'elle se serait elle-même "retirée de la production" si elle ne s'était pas sentie capable d'endosser le rôle de Pamina enceinte de quatre mois. 

La chanteuse conclut : 

Je sais que des femmes enceintes dans le monde entier font face à des difficultés dans leur travail, mais j'ai été très surprise de recevoir autant de messages de femmes qui avaient vécu des expériences similaires. J'espère que que ce progrès pourra se faire dans tous les domaines professionnels afin que tous les artistes, toutes les femmes et tous les humains en général soient respectés dans leur travail".