19 octobre 2014

29 novembre : déjà 31 veillées pour la vie

A retrouver ici.

Les Veillées pour la vie lancent un grand concours d’affiches. La gagnante sera l’affiche officielle de ce cycle de veillées :

"Comme chaque année depuis quatre ans, un petit groupe de laïcs accompagné par le Père Hubert Lelièvre de la Famille Missionnaire de l'Evangile de la Vie, prend en charge la coordination nationale des Veillées pour la vie. L’initiative vient du pape émérite Benoît XVI : en novembre 2010, celui-ci avait appelé l’Eglise à prier pour la vie naissante au cours de la veillée ouvrant le temps de l’Avent, « un instant propice pour invoquer la protection divine sur chaque être humain appelé à l’existence».

Cette année, cette veillée se déroulera le 29 novembre. L’équipe d’organisation fait appel à toutes les sensibilités artistiques pour dessiner l’affiche de l’événement (plus d’informations pratiques ici). Outre les nombreux lots en jeu (Glorious, les Cortès, l’abbaye de Barroux ne sont que quelques uns des sponsors officiels !), participer à ce grand concours est une manière originale de proposer une réponse au discours ambiant qui tend à désacraliser la vie. Celle-ci est aujourd’hui souvent écartée. Au nom du confort, de la souffrance qu’on ne peut tolérer, de la maladie et même de la dignité, le choix de la mort paraît un recours préférable.Un discours bien éloigné du message d’amour de l’Eglise.

La prière pour porter le message de l’Eglise ?

Eric, l’un des bénévoles, explique : « Saint Jean-Paul nous exhortait sans cesse à nous battre pour la vie. Il nous disait de nous lever contre toutes les pressions et tentations qui veulent nous faire croire que la vie n’est pas sacrée. Je me rappelle notamment d’un sermon lors d’une messe à Central Park (en 1995 ndlr). Think tank, formations bioéthique, engagement associatif. Mille projets fous peuvent naître de cette exhortation, mais c’est dans le silence de la prière que nous trouvons la force d’agir, c’est pour cela que ces veillées sont aujourd’hui fondamentales.»

La Bienheureuse Mère Térésa ne conseillait pas autre chose. Elle dénonçait avec virulence les conséquences traumatisante de l’avortement : « Si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu'est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entretuer les uns les autres ? » Et d’ajouter la première étape de toute action : prier. Parce que « plus nous recevons dans le silence de la prière, plus nous donnerons dans la vie active. »

Le Cardinal Barbarin, Monseigneur Rey, Monseigneur Cattenoz, de nombreux évêques et responsables de communautés religieuses soutiennent également cette initiative, afin d’unifier et de poursuivre ce désir de redonner sa place à la culture de la vie. Le 30 août, le Pape François a donné sa bénédiction apostolique et a engagé les chrétiens « à persévérer dans la prière ».

Le site www.veilleespourlavie.com réunit l’ensemble des veillées organisées et met à disposition des documents de formation, des archives, des affiches, la carte des lieux de prières et une liste des centres d’accueil et d’écoute pour femmes en détresse. Vous pouvez aussi contacter les organisateurs nationaux via leur adresse e-mail : veilleprovie@gmail.com."

Posté le 19 octobre 2014 à 22h35 par Michel Janva | Lien permanent

18 octobre 2014

Le dynamique mouvement pro-vie aux Etats-Unis

Voici le texte de la conférence d'Austin Ruse à Bayonne le 10 octobre. Austin Ruse est le président de l'association pro-famille C-Fam, qui oeuvre notamment à l'ONU.

R"En dehors de la Chine, ce sont les Etats-Unis qui ont les lois les plus radicales du monde en faveur de l’avortement. L’avortement est légal aux Etats-Unis et il est protégé par la Constitution durant les six mois de grossesse.

Par un processus dénommé « avortement par naissance partielle », légal il y a encore peu de temps, un enfant pouvait être avorté après l’avoir forcé à sortir par la voie d’accouchement, où une fois sorti on lui perforait la tête. Cela peut être décrit avec précision comme un véritable infanticide. Cela a été déclaré illégal para le Congrès des Etats-Unis et soutenu par la Cour Suprême.

Malgré tout, l’avortement continue d’être légal durant les neuf mois de grossesse.

Cette loi fut promulguée après l’échec judiciaire du processus dénommé Roe vs. Wade, de 1973, lequel bouleversa les lois sur l’avortement dans les 50 états. Roe légalise l’avortement durant les deux premiers trimestres de la grossesse en laissant libre arbitre à l’Etat pour réguler l’avortement durant le troisième trimestre, mais en l’autorisant  de toute façon s’il est question de danger pour la santé de la mère.

Ce que les gens ne savent pas c’est qu’il y eu une autre décision prononcée par la Cour Suprême, exactement le même jour, appelée Doe vs. Bolton.

Ce que fait Doe vs. Bolton se résume à une chose qui est de définir le terme « santé» dans le contexte de l’avortement. C’est cette définition qui permit aux Etats-Unis d’accéder à l’avortement sur demande.

Voici la définition de la santé selon Doe vs. Bolton:

“…. Le pronostic médical doit être exercé à la lumière de tous les facteurs- physique, émotionnel, psychologique, familial, et l’âge de la femme- approprié pour le bien-être du patient. Tous ces facteurs seront liés à la santé. »

Cela signifie donc qu’une femme peut invoquer pratiquement n’importe quelle raison pour envisager un avortement du troisième trimestre. Pour vous montrer à quel point cela peut être arbitraire, remarquez le facteur de « l’âge de la femme ».

Cela signifie donc qu’une femme de 28ans peut recourir à l’avortement parce qu’elle croit qu’elle est trop vieille pour avoir un enfant et en même temps une femme d’un an de plus peut y faire appel car elle croit qu’elle est trop jeune. Conclusion : on peut accéder sur demande à l’avortement tout au long des neuf mois de grossesse en invoquant n’importe quelle raison sans qu’aucune n’en soit une réellement. Dans la pratique, une femme qui se rend au Planning Familial ne rencontrera aucune objection à ce que son enfant non- né soit assassiné.

Les défenseurs de l’avortement avant la décision judicaire Roe vs. Wade de 1973 promettaient que l’avortement légal serait le remède à un grand nombre de maux sociaux.

Premièrement ils nous dirent que le taux de crime et de pauvreté allait baisser. Rien ne pouvait être plus éloigné de la vérité. Depuis la mise en place de l’institution de l’avortement sur demande, le taux de crimes et de pauvreté aux Etats-Unis a explosé.

L’effet principal provoqué par l’avortement aux Etats-Unis est tout d’abord l’assassinat d’environ 50 millions d’enfant non nés et les dommages physiques et psychologiques causés à la mère.

Il y a évidemment d’autres conséquences, y compris la dépravation de notre culture. Y a-t-il un lien entre l’avortement et l’explosion de la pornographie ? Y  a-t-il un lien entre l’avortement et l’exploitation des femmes et des enfants ? Y a-t-il un lien entre l’avortement et la destruction de la famille et même le déclin dans l’intérêt du mariage ?

Les jeunes garçons savent qu’ils ont une échappatoire. Une jeune femme sera toujours toute seule face à son choix, et quelle situation sordide et solitaire cela doit être !

Imaginez une jeune fille qui croit que son petit ami l’aime ou qu’au moins il tient à elle. Elle utilise des méthodes de contraception mais pour une raison qu’on ignore, elles échouent. Elle prend son courage à deux mains et va le dire au garçon, et s’agissant d’un jeune d’aujourd’hui moderne et sensible, il lui dira certainement : « je te soutiendrai quelle que soit ta décision ».  

Rendez-vous compte : elle est complètement seule.

Lui dit qu’il la soutiendra quoiqu’il arrive mais en fait, il lui fait bien comprendre que ce qu’il veut en réalité c’est qu’elle tue cet enfant, et que si elle ne le fait pas, elle est pratiquement sûre de ne pas pouvoir compter sur lui. Elle se retrouve en face du sens profond de l’avortement : le sexe n’a pas de sens réel, et elle n’est pas vraiment une personne mais plutôt un objet.

Une société qui permet ce genre de choses et qui plus est les protège de façon légale, est une société sur laquelle on ne peut pas compter pour comprendre la dignité de l’être humain. Et si c’est le cas alors tout est permis.

Quelle fut la réponse à tout cela aux Etats-Unis ? Je veux rester centré sur les Etats-Unis car c’est là bas que le mouvement pro vie est de loin le plus développé, et je pense que c’est sans aucun doute le mouvement pro vie le plus efficace du monde, et  que les mouvements à une échelle mineure devraient imiter.

Le mouvement pro vie aux Etats-Unis est grand, ample et profond. Ceci est la première chose à savoir. Il n’est pas monolithique et loin de l’être. Il est ample, diverse et profond.

Je veux que vous vous imaginiez un de ces documentaires sur la nature qui passent à la télévision. Imaginez-vous un éléphant qui déambule de façon nonchalante dans la jungle. Les prédateurs de la jungle l’observent. Les prédateurs l’attaquent. Ils ne l’attaquent pas tous au même endroit. L’un d’entre eux s’agrippe à sa patte, l’autre à la trompe et un autre lui saute dessus. Les prédateurs assaillent l’éléphant de toutes parts. Nous savons, les prédateurs savent et l’éléphant sait qu’il va flancher.

Laissez de côté la violence de cette histoire et comprenez que, aux Etats-Unis du moins, l’éléphant est ce que nous autres appelons « Le Grand Avortement », et les prédateurs sont les pro vies. Le Grand Avortement est un éléphant qui se promène de façon nonchalante traqué par les prédateurs qui l’encerclent de toutes parts.

Je pense que l’Esprit Saint se répand sur la terre et dans le cœur des hommes et des femmes de la même manière. Il s’est répandu durant les premières années de l’Eglise, au Moyen Age, par la création de différents nouveaux ordres religieux et congrégations. Nous avons tous le même objectif mais différentes vocations.

Certaines personnes trouvent qu’il y a une profusion de groupes pro vies et comme parfois ces groupes ont l’air de perdre leur temps à se quereller ente eux, vous vous demanderez : pourquoi ne pas vous unir et travailler ensembles en faisant la même chose ? Mais la réponse est que nous ne pourrions probablement pas le faire car nous avons des vocations différentes. Est-ce que les franciscains devraient s’unir aux chartreux, ou les jésuites aux dominicains ?

La morale de l’histoire est que nous ne faisons pas tous la même chose. Et c’est là que réside notre force et ce qui fait flancher l’éléphant.

Il y a d’autres signes qui montrent le succès d’un mouvement pro vie. Il y a la religion comme force conductrice. Il y aussi beaucoup de pro vie séculiers, et même athées, mais le cœur du sujet réside dans le fait qu’il s’agit d’un mouvement de l’esprit et d’un mouvement de cœurs animés par la foi qui répondent à un appel de Dieu. Cela m’étonnerait beaucoup, et cela vous étonnerait probablement aussi, que ceux qui se trouvent à vos côtés dans ce mouvement pro vie ne soient pas essentiellement des chrétiens  qui développent une activité dense, et qu’ils ne soient pas animés par une vie intérieure profonde de prière et d’oraison.

Aux Etats-Unis du moins, et également dans certains pays d’Europe, le mouvement pro vie est étroitement lié, et fréquemment dirigé, par les mêmes personnes qui défendent aussi les valeurs du mariage et de la famille. Beaucoup d’entre eux, si ce n’est la majeure partie, des groupes américains qui se battent pour la cause pro vie, se battent également pour défendre le mariage et la famille de l’anarchie sexuelle invasive, dont le meilleur exemple est le mouvement LGBT et ses tentatives de redéfinir le mariage et d’annuler la nécessité d’un père et d’une mère.

Nous nous sommes rendus compte, et cela nous surprend aussi, que la plupart des accompagnateurs dans les cliniques d’avortement son gays, et que les gays sont très actifs dans le mouvement pro avortement. Pourquoi en est-il ainsi ? J’imagine que pour eux être en faveur de l’assassinat d’enfants non nés correspond parfaitement à leur vision du monde dans laquelle le sexe entre mari et femme n’a aucun sens.

Je n’aimerais pas du tout être dans l’autre camp de la bataille. Je n’aimerais pas du tout être l’éléphant. Si vous écoutiez leurs discours, au moins aux Etats-Unis, il est évident qu’ils savent qu’ils sont en train de perdre. Ils sont protégés par quelque chose d’énorme appelé Roe vs. Wade, cette sentence du Tribunal Suprême qui ordonna l’avortement sur demande dans notre pays.  Mais sans cela, ils ne sont rien et ils le savent.

Tout ce qu’a fait Roe vs. Wade c’est rendre les pro vie plus créatifs dans leurs réponses. Par exemple Lila Rose et ses appels téléphoniques amusants, David Bereit et ses chaines de prière autour du monde, ou Bryan Kemper et le groupe Rock pour la Vie (qu’il a fondé mais qu’il ne dirige plus), et qui a transmis aux jeunes fans de musique le message de la vie. Tout cela a laissé une empreinte dans les cœurs de milliers d’hommes et de femmes afin d’ouvrir des Centres de Crise de la Grossesse, et on compte aujourd’hui 4.000 de ces centres aux Etats-Unis.

Ces initiatives ont fait en sorte que ce sujet reste d’actualité aux Etats-Unis. Mais les choses avaient avancé à pas de géant dix ans auparavant en conséquence de quoi ces dix dernières années plus d’américains s’auto définissent comme pro vie que comme pro décision. Laissez-moi vous commenter trois de ces pas de géant : la victoire sur l’avortement par naissance partielle, les écographies, et les progrès en médecine fœtale.

Il est désormais fréquent que la première photo d’un bébé soit celle qu’on fait de lui dans l’utérus. Ces photos dans lesquelles il faut parfois se forcer un peu pour y voir clair mais quand on commence à se faire une idée de l’ensemble, on voit quelque chose, réellement on y voit clair. On voit vraiment la forme d’un petit être humain et alors on court aimanter la photo sur le frigo.

Et grâce au développement des écographies en 4D, le bébé que l’on voit est tellement net et tellement réel et humain… Comment pourrais-je être pro décision, si être pro décision signifie tuer un être humain dont le seul crime est de ne pas avoir été désiré ? Serais-je capable de faire une telle chose ? Une fois que cette question nous vient à l’esprit il est difficile de faire marche arrière. J’imagine que ces témoins muets de bébés pris en photo dans l’utérus ont changé les cœurs de beaucoup de personnes sur l’avortement.

DVient ensuite la question de la chirurgie fœtale. Qui n’a pas vu cette photo d’un bébé, comme s'il sortait du ventre de sa mère, et qui semble agripper le doigt du médecin ? C’est un miracle, et d’ailleurs même celui qui n’a jamais vu cette photo sait au moins que les enfants non nés sont sauvés de façon tout à fait habituelle par des interventions médicales. Tout le monde sait également qu’il y a des enfants qui naissent avant terme et qui s’en sortent très bien. On voit des photos d’enfants qui sont dans les couveuses des hôpitaux et qui ne sont pas plus grands que la paume d’une main. Ces photos inspirent les mêmes sentiments que celles des enfants pris en photos par écographie. Comment quelqu’un pourrait-il être en faveur de tuer un être humain, spécialement un être si inoffensif ? 

Chacune de ces initiatives a signifié un progrès pour faire des Etats-Unis un pays pro vie. En 1995 seulement 35% des américains affirmaient être pro vie. Aujourd’hui ce chiffre dépasse les 50%. Ce sont toutes ces initiatives qui ont provoqué ce saut. Mais également la persévérance, la douce persévérance de centaines et milliers de pro vie qui font un travail énorme.

Mais je pense que le déferlement d’évènements qui a le plus fait de mal à l’éléphant est le débat sur l’avortement par naissance partielle.

Doug Johnston est un activiste du Comité National pour le Droit à la Vie. Un jour il tomba sur un article dans un journal médical qui décrivait un processus qui lui parut à la fois étrange et pervers. Il s’agissait d’un processus utilisé dans les avortements tardifs, pratiqués sur des enfants qui pouvaient clairement survivre en dehors du ventre de leurs mères.

Le processus consistait à retourner l’enfant de telle façon que sa tête se place dans le canal d’accouchement, et aussitôt lui perforer la tête avec un couteau, en lui vidant le crâne et en dépeçant le reste de son corps pour l’extraire ensuite.,Pour Doug Johnston il s’agissait d’un avortement en plein milieu d’un accouchement. Si l’enfant ne sortait ne serait-ce qu’un millimètre de plus, il serait sur le point de naitre, et pour autant en dehors de la portée des pro avortements. Il était sans aucun doute en train de naitre.

Le problème c’est qu’aux Etats-Unis, il n’y a rien qui puisse s’interposer au droit de la femme à choisir l’avortement. Ce n’est pas légal, et cela ne l’a jamais été, d’exclure une technique pour pratiquer l’avortement. Il n’y a aucun motif qui puisse dissuader une femme d’avorter. Une femme aux Etats-Unis, peut avorter pour n’importe quelle raison et sans raison. Mais ce jour-là, Doug Johnston pensa qu’il avait trouvé la façon de réduire la technique d’avortement pour la première fois, afin de frapper en plein cœur de la loi sur l’avortement en Amérique, et de sensibiliser l’opinion publique sur ce qu’il se passe réellement lors d’un avortement, qui est de disposer d’une vie humaine de la manière la plus atroce.

Doug nomma de façon ingénieuse cette méthode comme « avortement par naissance partielle » et il se mit immédiatement au travail afin de l’exposer au public et de faire en sorte que le Congrès des Etats-Unis interdît cette pratique. Le résultat fut le début d’un débat national.

Et voici le génie du débat sur l’avortement par naissance partielle : l’avortement par naissance partielle était totalement indéfendable puisque sans aucun doute il ressemblait horriblement à un infanticide. Mais vous savez quoi ? L’industrie de l’avortement essaya de le défendre, mais en contrepartie le pays s’opposa largement à l’industrie de l’avortement. Les américains s’opposaient de façon impressionnante à l’avortement par naissance partielle. Ils se rendirent compte de ce que cela était. Et malgré tout l’industrie de l’avortement le défendait et plus elle le défendait, plus les américains y faisaient front.

Le Congrès des Etats-Unis approuva l’interdiction, mais celle-ci fut bloquée par le Tribunal Suprême ; ce qui s’avéra être une bénédiction car cela prolongea le débat quelques années de plus. Et encore plus d’américains s’opposèrent à cette technique. Quarante-sept millions de lettres contre cette pratique furent envoyées à la Cour Suprême. Le Congrès approuva une nouvelle interdiction mais cette fois-ci le Tribunal Suprême l’approuva, et ceci est la première brèche dans l’énorme édifice que nous autres appelons « Grand Avortement ». Ceci fut la première restriction réelle de l’avortement aux Etats-Unis.

En même temps vit le jour, ce que nous autres appelons « arguments femme-centriques » contre l’avortement. Le mouvement s’était toujours  focalisé de façon prédominante sur l’enfant non né, et pas autant sur la mère. Cela nous faisait passer pour des insensibles devant son angoisse. Deux choses se mirent en place. Premièrement, la fondation d’un groupe appelé « Féministes pour la Vie », et le début d’une campagne appelée « Nous les femmes nous méritons mieux que l’avortement », qui apportaient une solidarité radicale aux femmes dans le besoin. C’était clair que pour le mouvement pro vie les femmes étaient vraiment importantes. Elles étaient même plus importantes que pour le mouvement pro avortement. Il fut mis en exergue que l’avortement causait des dommages à la femme, physiquement et psychologiquement.

Et c’est alors que survint le plus incroyable. Des femmes qui avaient avorté et qui regrettaient de l’avoir fait, racontèrent leurs histoires au grand public. Elles se placèrent aux coins des rues et en face du Tribunal Suprême. Elles passèrent à la télévision et sortirent dans les journaux afin de raconter leur cauchemar, leurs problèmes avec l’alcool et les drogues, la destruction de leurs vies de couples et de leurs familles. Nous ne nous concentrions plus seulement sur les non nés, mais nous proclamions à travers toute l’Amérique qu’il y avait deux victimes.

Le XX eme siècle a probablement été le plus violent de l’Histoire, et sans doute le plus violent des siècles. Ce que beaucoup de gens ignorent, excepté les gens comme nous, c’est que la plupart de cette violence est liée aux attaques contre les enfants non nés. Centaines de millions de bébés sont morts à cause d’une idéologie qui nous positionne, nous et nos besoins, nos désirs et nos impulsions, au centre de l’univers et chosifie tout ce qui nous entoure, c’est à dire le reste de monde.

Et c’est cela la vraie violence de notre temps.

D’ailleurs, nous nous sommes même auto chosifiés. Un prestigieux médecin de grande renommée aux Etats-Unis  a annoncé il y a peu de temps qu’il ne voulait pas vivre au-delà de 75 ans. Pourquoi ? Parce qu’il aura perdu tous les merveilleux dons qu’il a reçus. Vous voyez bien qu’il s’est auto quantifié, il s’est chosifié, il s’est dit à lui-même qu’il était seulement la somme de tous les talents qu’il posséda un jour, et qu’une fois ces talents perdus, il n’aura plus aucune valeur dans une société qui n’accorde d’importance qu’aux chiffres.

En faisant abstraction du nombre incalculable de corps des 100 dernières années, et en relativisant la grande violence qui s’est exercée, tout ce que nous avons réussi à faire est de dépouiller de dignité humaine tous ceux qui nous entourent. Cela a été le précurseur de la violence de l’avortement, et de tout ce qui s’en suit. Cela se voit évidement dans l’avortement. Cela se voit dans l’euthanasie, dans les mères porteuses, et dans bien d’autres choses.

Il faut établir des limites dans tout ce qui concerne la vie et la famille. Il faut restreindre les lois et rendre ces sujets plus difficiles à aborder. Nous devons sauver des vies partout où nous le pouvons. Nous avons énormément de vies à sauver.

En réalité rien de tout cela ne fera marche arrière, car à cause de la condition humaine, on ne peut pas garantir qu’un jour il y aura une fin, mais en tous les cas, il n’y aura pas de marche arrière tant que l’on n’abandonnera pas la vraie violence que nous exerçons envers autrui, et qui le convertit en objet au lieu de sujet, et tant qu’on ne prendra pas en compte que nos vies ne sont pas faites pour être quantifiés, mais être vécues et pour être aimés.

Je vous charge, à chacun d’entre vous, de vous lever avec des idées brillantes afin de faire avancer la vie en France. Avez-vous une Lila Rose française ? Un David Breil ? Un Doug Johnston? Je sais que l’Esprit Saint est parmi nous. Je peux le sentir. Je sais qu’il est là, et qu’il nous envoie des signes en ce moment même, afin que nous défendions Sa création la plus chère. Mettons-nous donc à l’ouvrage !"

Posté le 18 octobre 2014 à 20h39 par Le Salon Beige | Lien permanent

11 octobre 2014

8-10 novembre : colloque de bioéthique à Paray-le-Monial

PRenseignements et inscriptions.

Posté le 11 octobre 2014 à 09h20 par Michel Janva | Lien permanent

10 octobre 2014

Choisir la vie cherche des écoutantes pour aider les femmes enceintes

SL'antenne d'écoute nationale sosfemmesenceintes créée en 2009 par Choisir la Vie, recherche des écoutantes pour étoffer son équipe :

"Notre vocation est d'aider les femmes enceintes qui vivent seules, qui sont angoissées, qui traversent des problèmes conjugaux, de précarité, qui ont des inquiétudes diverses ou qui pensent n'avoir que l'avortement comme solution, à trouver une écoute, des réponses et un soutien, qu'il soit temporaire ou dans la durée. La permanence a lieu de 9h à 20h (ou plus pour celles qui le veulent) 7 jours sur 7. Cette permanence se conjugue avec une vie de maman de petits et grands enfants, avec la possibilité de rappeler quand nous ne sommes pas disponibles. De beaux liens se sont tissés notamment avec des mamans dont l'avortement était le seul recours et les remerciements que nous recevons attestent de l'utilité de cette antenne. Une formation est proposée à Valence le 18 novembre ou à Rueil-Malmaison le 21 novembre de 10h à 15h30. Cette antenne d'écoute nationale a besoin de vous alors n'hésitez pas à contacter notre responsable pour toutes questions complémentaires à l'adresse suivante : cecile.decourreges@gmail.com

Posté le 10 octobre 2014 à 20h56 par Michel Janva | Lien permanent

07 octobre 2014

Chacun dans sa paroisse, son église doit participer aux veillées de prières pour toute vie naissante

Le site dédié :

Il y a 19 ans, Saint Jean Paul II appelait les jeunes à s'engager pour la Vie : Continuons à se mobiliser en créant des veillées dans vos paroisses grâce à ce site :  http://veilleespourlavie.com/

« Vous êtes appelés à vous battre pour la vie … A œuvrer et prier pour mettre un terme à l'avortement, à la violence de toutes sortes y compris la violence perpétrée contre la dignité des femmes et des enfants à travers la pornographie.

Levez-vous pour le mariage et la vie de famille !

Levez-vous pour la pureté !

Résistez aux pressions et tentations d'un monde qui tente trop souvent d'ignorer une vérité fondamentale : chaque vie est un don de Dieu, notre Créateur et nous devons rendre compte à Dieu de la façon dont nous l'utilisons, dans le Bien ou dans le Mal. »

Saint Jean Paul II, messe pour les Jeunes à Central Park, le 7 octobre 1995

Vplv

Posté le 7 octobre 2014 à 20h16 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

06 octobre 2014

Participez au concours d'affiches des Veillées de prières pour toute vie naissante!

De mieux en mieux, cette année le concours est primé : alors, découvrez et proposez votre projet!

Vplv

Posté le 6 octobre 2014 à 19h25 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

02 octobre 2014

40 Days for Life : 43 enfants à naître déjà sauvés !

Lancée mercredi 24 septembre, la campagne d’automne des 40 Days for Life a déjà à son actif un magnifique résultat : 43 enfants à naître ont déjà été sauvés de l’avortement au neuvième jour de la campagne !

La campagne de “soutien de l’arrière” animée par Daniel Hamiche est déjà forte de plus de 600 personnes qui se sont engagées à prier chaque jour et pendant les quarante jours de la campagne, 10 Je Vous salue Marie aux intentions des 40 Days for Life. Vous pouvez rejoindre cette campagne à tout moment. Il vous suffit de le signaler votre inscription ici ! Chaque inscrit reçoit chaque jour une Lettre gratuite d’information (déjà 10 parues et envoyées) qui fournit l’intention du jour de la campagne et une citation de la Sainte Écriture pour aider à la méditation. La lettre contient aussi des nouvelles de la campagne en cours et la liste des Messes déjà programmées et qui ont été ou seront célébrées.

Posté le 2 octobre 2014 à 21h07 par Michel Janva | Lien permanent

24 septembre 2014

Elle refuse l’avortement à la vue de l’échographie de son bébé

Par une vidéo transmise sur YouTube, intitulée « l’histoire de mon quasi-avortement », une jeune femme de 20 ans raconte comment elle renonça à sa tentative d’avortement après avoir vu l’échographie de son bébé.

La jeune femme, qui s’identifie comme “AutumnBabydolllxx”, signale que, bien qu’elle se considère pro-choix, l’expérience de l’avortement « est très difficile à endurer » et que « certaines filles regrettent vraiment de l’avoir fait et ensuite repensent toujours à leur bébé. »

Elle explique sa décision de raconter son histoire en vidéo parce qu’elle

« voulait dire à tous comment cela s’est passé pour moi, parce que je n’ai pas passé un bon moment là-bas.» (à la clinique d’avortement) 

La conseillère de la clinique d’avortements était « honnêtement, une femme de mauvaises intentions », qui lui disait que « parce que j’ai 20 ans je ne peux pas prendre soin d’un bébé. » Alors qu’elle mettait sa blouse, se préparant pour la procédure, AutumnBabydolllxx commença à réfléchir à « pourquoi suis-je en train de faire cela ? ».

« Je pouvais simplement m’imaginer porter dans mes bras mon deuxième enfant si je me défaisais de celui-ci, et je pensais ‘et bien, ton grand frère n’est pas là...’ et tout simplement je ne pouvais pas vivre avec ce sentiment, pensant que j’allais m’en repentir. Alors voilà, ce n’est pas pour moi ».

Mais l’élément définitif pour qu’elle refuse l’avortement allait arriver. Lorsqu’on lui fit l’échographie

« ce fut vraiment une prise de conscience. Evidemment ils trouvèrent le bébé à l’écho et je ne pouvais pas le croire. »

Tandis qu’elle quittait la clinique avec des sentiments contraires, la jeune femme se souvient redire en boucle à son amoureux « le bébé est vraiment là, le bébé est vraiment là ».

« Je ne regrette pas d’avoir refusé l’avortement . « Je ne peux m’empêcher de sourire parce que j’étais si négative auparavant et si apeurée alors qu’il n’y a rien à craindre.»

Posté le 24 septembre 2014 à 12h19 par Le Salon Beige | Lien permanent

40 Days for Life, c'est parti !

La campagne d’automne des 40 Jours pour la Vie (40 Days for Life) est lancée aujourd'hui mercredi 24 septembre, elle s’achèvera dans 40 jours, c’est-à-dire le dimanche 2 novembre.

Pendant des 40 jours, des vigiles ininterrompues vont se succéder devant des avortoirs aux États-Unis et dans d’autres pays, 24 h sur 24, et 7 jours sur 7, afin de prier pour la fin de l’avortement, ce « crime abominable ».

Il ne s’agit pas de juger ni de stigmatiser : il s’agit de porter témoignage du caractère sacré de la vie, et de la vie à naître.

Depuis son lancement aux États-Unis, la campagne des 40 Days for Life a mobilisé plus de 625 000 volontaires dans 3 039 campagnes locales qui se sont déroulées dans 539 villes réparties dans 24 pays. Le résultat de ces efforts, ce sont 8 973 vies sauvées de l’avortement !

Daniel Hamiche propose de constituer une chaîne de prière “de l’arrière”. En quoi consiste-t-elle ? À prier pendant ces 40 jours dix Je Vous salue Marie aux intentions de cette campagne. Chaque jour. Pendant 40 jours. Accepterez-vous de vous joindre à ce pieux effort ? Il vous suffit de le signaler ici.

Posté le 24 septembre 2014 à 07h08 par Michel Janva | Lien permanent

21 septembre 2014

Marche pour la vie à Madrid

Environ 5000 personnes ont arpenté aujourd'hui les rues de Madrid pour défendre le droit à la vie depuis la conception. Il y avait une marche dans chaque grande ville d'Espagne, d'où un certain éparpillement des manifestants.

IMG_20140921_132015

IMG_20140921_133420

IMG_20140921_133413

IMG_20140921_125016

IMG_1983

Et tout se passe bien avec les forces de l'ordre :

IMG_1987

Posté le 21 septembre 2014 à 18h14 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

14 et 15 novembre : colloque pour la vie à Pampelune

L'académie diocésaine pour la vie de Bayonne est partenaire du colloque internationale pour la vie et la famille qui se tiendra à Pampelune les 14 et 15 novembre prochain. Ce colloque, traduit intégralement en français en direct, contient une programmation très d'actualité :

1ère table ronde:

  • La famille, berceau de la vie 
  • Il n'y a pas d'alternative à la famille, la famille est l'alternative
  • La famille éducatrice

2ème table ronde

  • L'embryon humain est-il une personne ?
  • L'embryon humain est il un être humain ?
  • L'embryon fictif

3ème table ronde:

  • Etendre la culture de vie
  • Défense de la vie en Europe
  • La culture de la vie, vue depuis un centre d'orientation familiale
  • Communiquer pour une culture de la vie

4ème table ronde:

  • Eduquer et soigner pour l'amour et la vie
  • La Maison d'accueil Ave Maria de Salamanque
  • Le projet Rachel: réponse au syndrome post abortif

Conclusion : Pour une société en faveur de la famille et de la vie par Mgr Mario Iceta, évêque de Bilbao et président de la commission famille et vie de la Conférence épiscopale d'Espagne.

Posté le 21 septembre 2014 à 07h36 par Le Salon Beige | Lien permanent

18 septembre 2014

Mgr de Kérimel : contre l'avortement nous avons des choses à dire et à faire

Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble, a présenté à La Croix l’état d’avancement du groupe de travail qu’il préside sur le thème « le phénomène social de l’avortement et éducation des jeunes ». Extrait :

"Nous avions prévu trois étapes. La première a consisté à faire le point sur la situation de l’avortement en France. Dans un deuxième temps, nous avons enquêté auprès des diocèses et auprès des associations de fidèles sur ce que fait l’Église dans ce domaine. Le troisième temps sera consacré à l’éducation des jeunes. [...]

Un premier constat marquant est que l’avortement s’installe dans les mœurs et les esprits. Et en même temps, il provoque beaucoup de souffrance. Même chez les médecins qui pratiquent des avortements, il y a de grosses questions qui demeurent. Un deuxième constat est le sentiment d’impuissance que nous pouvons avoir dans l’Église face à cette situation. Or il nous faut garder l’espérance et penser que nous avons des choses à dire et à faire. Nous ne pouvons pas nous contenter d’être dans la condamnation mais nous devons faire des propositions. Nous avons notamment des choses à faire dans le domaine de l’écoute et de l’accueil."

A noter que l'association Choisir la vie, fortement impliquée dans la Marche pour la vie chaque année en janvier, développe une action décentralisée au travers de sections locales ou de groupes régionaux autonomes, favorisant notamment le secours aux enceintes en difficultés. Et la Marche pour la vie permet de faire connaître cette action et de faire appel aux bonnes volontés pour cette action quotidienne indispensable.

Posté le 18 septembre 2014 à 22h30 par Michel Janva | Lien permanent

16 septembre 2014

20 septembre : Marche pour la vie à Berlin

BLien.

Posté le 16 septembre 2014 à 07h34 par Michel Janva | Lien permanent

15 septembre 2014

21 septembre : marche pour la vie à Madrid

CLV-CommuniquéPresse-2014_09

Posté le 15 septembre 2014 à 23h05 par Michel Janva | Lien permanent

14 septembre 2014

25-26 octobre : colloque pour la vie à Bollène

V

0Plus d'informations.

Posté le 14 septembre 2014 à 10h50 par Michel Janva | Lien permanent

08 septembre 2014

Le 29 novembre, quittez vos écrans et priez pour la vie avec la bénédiction du Pape !

Investissez vos paroisses, réservez vos églises ou vos chapelles, bloquez votre soirée : organisez les veillées pour la vie ce 29 novembre 2014 avec la Bénédiction du Pape François et tout le soutien du Salon beige qui, depuis la première année, s'investit sans compter dans cette opération.

Vous retrouverez sur ce site les archives des années précédentes et tout ce dont vous auriez besoin pour organiser une veillée (livret de prières) : que la France et l'Europe s'embrasent dans une prière pour la Vie.

Allez, n'attendez plus tant : dès ce soir, réservez cette soirée et faites-la connaître autour de vous en particulier à vos paroisses qui bouclent leurs agendas. 

Et n'oubliez pas : faites connaître votre initiative au site dédié, "Veillées de prière pour toute vie naissante".

Vpl

Posté le 8 septembre 2014 à 20h00 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

06 septembre 2014

Une femme violée à son enfant : « Je suis si heureuse de t’avoir eu ! »

« Je suis si heureuse de t’avoir eu ! » Ce furent les mots de ma mère le jour de mon anniversaire, 25 ans après que je l’ai rencontrée, 44 ans après qu’elle ait cherché à m’avorter dans des avortoirs illégaux de ruelles désertes, et 44 ans ½ après s’être fait enlevée et violée par mon père qui la menaçait avec un poignard.

C’était une journée aigre-douce car ma mère m’appelait pour me souhaiter joyeux anniversaire, mais aussi pour m’annoncer la mort de ma grand-mère. Nous nous apprêtions à raccrocher quand maman s’exclama soudain qu’elle avait une chose urgente à me dire : « je suis si heureuse de t’avoir eu ! ». Elle ne pouvait pas dire qu’elle était heureuse d’avoir choisi de m’avoir, car ce n’était pas le cas. Elle m’avait clairement expliqué des années auparavant que si l’avortement avait été légal elle l’aurait fait sans hésiter. A vrai dire, elle a essayé de le faire deux fois ! Jusqu’au jour où une de ses nièces tomba enceinte de façon imprévue et elle réalisa l’importance de la vie.

Ma mère a souvent été interviewée pour raconter cette histoire, et témoigne « maintenant j’ai cette fille merveilleuse et le soleil brille en elle ! » ; cela fait tant de bien de l’entendre dire cela de moi ! Mais lorsqu’elle me l’a dit à moi directement pour mon anniversaire, ce fut le plus beau présent que j’ai jamais reçu, -enfin, mis à part le don de la vie et celui d’avoir un anniversaire à célébrer !

Il y a tant de gens qui pensent qu’un enfant comme moi doit être la pire chose qui ait pu arriver à ma mère – non pas le viol, mais la grossesse qui s’ensuivit, comme un « souvenir horrible du viol ». Mais ce n’est pas ce que je suis. Le jour de la mort de sa mère, maman a vu en moi l’espoir et la guérison dans sa vie. Au moins elle a une enfant à qui elle peut exprimer tout ce qu’elle ressent. Je pense aux millions de femmes pour qui changer d’avis sur l’avortement est une prise de conscience douloureuse d’une opportunité disparue, et je pleure avec elles. Et je pense aussi aux enfants qui étaient planifiés et désirés mais qui n’ont jamais entendu de paroles si profondes de la part de leurs mères. Encore pire sont de rares mères qui sont si détruites qu’elles disent à leurs enfants « j’aurais dû t’avorter ! » ; instinctivement, nous savons combien il est horrible pour une mère de dire une telle chose. Qui pourrait bien faire l’éloge d’un tel cœur ?

Les gens me demandent souvent combien il doit être difficile pour moi de partager cette histoire douloureuse, et si j’aurais préféré ignorer la vérité de ma conception et le fait que j’ai frôlé la mort de près aux mains des avorteurs. Je leur réponds « Aucunement ! c’est mon histoire et Dieu l’utilise pour Ses fins. Généralement je parle à des gens pro-life, mais qui font du viol une exception. Alors j’entends des gens me dire que mon histoire a changé leur opinion pour toujours sur ce sujet, et je reçois cette rare bénédiction d’entendre cette phrase « bénis-sois tu d’être née ! ». Je me sens privilégiée alors je dis cette phrase à mes amis lors de leurs anniversaires, vous n’imaginez pas le nombre de gens émus qui me répondent « personne ne me l’avait jamais dit. »

Nous devons nous le dire mutuellement parce que c’est cela un anniversaire – c’est la célébration du fait que vous soyez né ! vous êtes unique, irremplaçable, dessein de Dieu avec une mission et appelé à être une bénédiction, peu importe les circonstances. Si vous êtes un papa ou une maman, n’hésitez pas à dire à vos enfants combien vous êtes heureux de les avoir eu – pas de par votre propre choix ou planification, mais faites leur le don de savoir qu’il y a un plus grand dessein dans leur vie, bien au-delà de vos intentions personnelles, et regardez-les faire leur envol !

 Source (traduction : Le Salon Beige)

Posté le 6 septembre 2014 à 18h28 par Le Salon Beige | Lien permanent

25 août 2014

L'avenir est à ceux qui ont des enfants

Lu sur Riposte catholique :

"Une étude de la Northwestern University dans l’Illinois montre que la société américaine rejette de plus en plus l’avortement, et propose comme explication le simple fait que les pro-vie américains ont davantage d’enfants.

Posté le 25 août 2014 à 18h35 par Michel Janva | Lien permanent

20 août 2014

Des idées de films qui font réfléchir sur l’avortement et sur la vie

Lu ici (traduction du Salon Beige) :

"La question épineuse de l’avortement est un thème présent dans notre société depuis des décennies, et les détracteurs de la vie soutiennent des arguments solides qui risquent de paraître convaincants.

En vérité, l’avortement volontaire n’est pas justifiable parce qu’un enfant, affirme Julian Marias, n’est pas « quelque chose » mais « quelqu’un », il est « logé » dans le corps de la femme, mais distinct de celle-ci. La naissance d’un enfant suppose l’apparition d’une réalité nouvelle, et sa destruction est irréparable.

Le cinéma, toujours miroir de son temps, fait fréquemment témoignage de ce thème récurrent de notre époque. Voici quelques films, basés presque tous sur des histoires vraies, en faveur de la défense de la vie.

Solas. Directeur: Benito Zambrano. España (1999).

Une femme se retrouve enceinte d’un enfant non désiré. Elle nous montre le drame que représente l’annihilation possible d’un être humain. C’est un beau chant à la maternité et l’affirmation de la dignité de la femme.

October Baby. Director: Andrew Erwin. EEUU (2011).

Hanna découvre qu’elle a été adoptée et que sa mère avait voulu avorter. Ce film montre la nécessité de découvrir qui on est et de pardonner pour devenir authentiquement libre.

Bella. Directeur: Alejandro Gómez Monteverde. EEUU. Mexique (2006)

Un footballer d’élite sort de prison converti et passionné défenseur de la vie ; il rencontre Nina qui est enceinte et veut avorter. Leur rencontre les mènera à la rédemption.

Juno. Directeur: Jason Reitman. EEUU (2007).

Film divertissant qui aborde les thèmes de l’avortement, la maternité, l’adoption, la fidélité conjugale.

Le nid tombé de l’oiseau. Directeur: Alain Schewartzstein. France (1995). Une jeune femme enceinte subit un grave accident et est dans le coma ; toutes les ressources médicales sont mises en œuvre pour sauvegarder la vie du bébé.

L’amour imparfait, Directeur: Giovanni Davide Maderna. Espagne Italie (2002).

Un jeune ménage catholique décide de garder un enfant qui a une maladie génétique et qui est supposé mourir peu de temps après la naissance. Les thèmes abordés sont l’avortement, la valeur rédemptrice de la souffrance, le laïcisme et la fidélité conjugale.

4 mois, 3 semaines, 2 jours. Directeur: Cristian Mungiu. Roumanie (2007).

L’avortement est montré dans sa réalité crue et déchirante et l’on voit clairement la misère morale et la tristesse qu’il entraîne.

Gimme Shelter. Directeur: Ron Krauss. EEUU (2014). Pour une jeune fille s’échappant seule d’un milieu sordide, l’enfant qui grandit en elle devient une ancre de salut. Elle recevra l’aide d’une maison d’accueil et d’un prêtre catholique et comprend combien l’amour de Dieu entraîne l’amour profond pour les hommes dès le moment de la conception."

Posté le 20 août 2014 à 10h56 par Le Salon Beige | Lien permanent

19 août 2014

Victoire pro-vie en Argentine

Lu sur Riposte catholique :

"La mobilisation contre la création, dans la province de Buenos Aires, d’équipes mobiles médicales chargées de procurer l’avortement aux femmes pouvant y prétendre selon les directives imposées à la suite d’une décision de la plus haute juridiction argentine, mais empêchées par l’objection de conscience des équipes médicales, a porté ses fruits. Des évêques ont parlé ; une pétition a été lancée dès l’annonce faite par le ministre provincial de la Santé, Alejandro Collia, le 4 août dernier, recueillant rapidement près de 9.000 signatures.

Ce fut alors la cacophonie. Le gouverneur de la province, Daniel Scoli, publiait une forme de démenti assurant qu’il n’avait jamais été question de créer de telles équipes. Le Dr Alejandro Collia, qui était pourtant à l’origine de l’information, renchérit en diffusant sur son compte twitter un message pour dire que « dans la province de Buenos Aires, aucun hôpital mobile pratiquant l’avortement ne fonctionne ni ne fonctionnera ».

Le même jour, le ministre affirma lors d’une conférence de presse : « Par ma foi je suis contre l’avortement, comme le gouverneur. Sans euphémisme nous sommes contre l’avortement. »

Les groupes pro-vie argentins ne sont pas dupes devant cette volte-face mais se réjouissent de ce revirement à 180 degrés par rapport aux « annonces officielles » de la semaine dernières, qu’ils n’ont pas rêvées. [...]"

Posté le 19 août 2014 à 09h09 par Michel Janva | Lien permanent

02 août 2014

Un petit jeu sur la défense de la Vie

En cette période estivale, l’équipe de Droit de Naître a préparé pour vous un petit jeu sur le thème de la défense de la Vie.

Il s’agit d'un petit quiz instructif et ludique qui prend seulement quelques minutes pour jouer : ici le quiz

Posté le 2 août 2014 à 07h46 par Michel Janva | Lien permanent

29 juillet 2014

Meriam Ibrahim : "un paratonnerre par rapport aux féministes radicales"

Obianuju Ekeocha, nigériane vivant au Royaume-Uni, est une scientifique dans le biomédical, fondatrice de Culture of Life Africa et collabore avec des médias catholiques pour promouvoir la défense de la dignité et du caractère sacré de la vie. Elle a écrit une lettre à la soudanaisE Meriam, traduite par Jeanne Smits. Extraits :

"[...] Au nom de toutes les femmes africaines, je vous remercie, Meriam Ibrahim, pour avoir montré à la face du monde le courage indomptable qui est au cœur de la féminité authentique. Je dis cela parce que votre douleur et votre persécution étaient liées si clairement à votre féminité. Et par conséquent, votre triomphe a été un témoignage des plus puissants pour la vie, pour la maternité, pour le mariage, pour l’amour et pour la foi.

Vous êtes vraiment une image fidèle de la foi et de la vertu, un vrai symbole de la force et de la capacité de faire face. Vous êtes, à mon humble avis, une vraie femme de poids, une femme de poids africaine dont l’histoire remplit mon cœur de courage et d’audace pour ma propre vocation, la défense de notre culture africaine de la vie, du mariage, de la maternité, de la foi et de la famille, peu importe les difficultés, la honte ou la douleur que cela peut me causer.

Car sous le coup d’une persécution intense, vous avez refusé de renier votre foi chrétienne. Sous les menaces des extrémistes, vous êtes restée debout : témoin et martyre. Dans la souffrance de l’incarcération, vous avez refusé de renier votre mari ou de renoncer à votre mariage. Entravée par les lourdes chaines de la prison, vous aviez encore assez de force et de fierté pour donner la vie, pour donner naissance. Sous le coup d’une sentence de mort certaine vous avez eu assez de détermination pour allaiter votre précieux petit bébé.

Par votre puissant exemple, le monde a pu voir la ténacité d’une jeune femme africaine qui, dans les pires conditions, a témoigné héroïquement des vertus de la foi, du mariage, de la maternité. Vos luttes indicibles, ces dernier mois, auront été le rayon lumineux le plus radieux qui a percé les nuages les plus noirs, en apportant la contradiction à un monde moderne qui nous dit que la foi ne signifie rien, que la liberté religieuse n’est pas si importante, que le mariage n’est que ce que nous voulons en faire, que la maternité doit résulter d’un choix afin de la réservé aux périodes qui nous arrangent le mieux, que nos bébés ne doivent naître qu’aux moments qui nous conviennent.

Vous, ma sœur africaine, vous êtes devenue un paratonnerre par rapport aux féministes radicales de notre temps qui répudient et dénigrent chaque vertu que vous incarnez. En votre corps, vous avez subi les marques et les cicatrices du vrai chrétien : comme épouse, mère et martyre. Et ainsi vous nous avez montré ce qu’est une femme autonome et libérée – et je suis heureuse de dire que cela n’a rien à voir avec ce que voudraient nous faire croire les radicaux et les idéologues d’Occident. Ils essaient de nous dire que pour que les femmes africaines deviennent autonomes, il leur faut devenir « sexuellement libérées » : égoïstes, individualistes et férocement autonomes. Mais vous, Meriam, par votre propre exemple, vous nous avez enseigné que la femme africaine libérée est la femme libre de vivre et de pratiquer sa foi, d’aimer son mari, et d’aimer ses enfants, nés ou pas encore nés. Une femme libérée, c’est une femme de foi, une femme pour la famille. C’est cela, la vérité qui doit être proclamée d’un bout à l’autre de l’Afrique. [...]

Posté le 29 juillet 2014 à 07h56 par Michel Janva | Lien permanent

24 juillet 2014

Signature d'une charte des principes non négociables

Au Pérou :

"L’archevêque de Lima, le cardinal Juan Luis Cipriani Thorne, a participé avec des responsables d’autres confessions et des groupes politiques péruviens à la signature d’une charte intitulée « Engagement pour le Pérou » où sont énoncées les « valeurs » que chacun s’engage à défendre.

« Il s’agit de défendre la vie, la famille, le mariage, l’éducation et la liberté religieuse, c’est pourquoi je crois que c’est une plateforme constituée par ce que le pape Benoît XVI a appelé les biens et les valeurs non négociables », a déclaré le cardinal.

Les autorités ecclésiales, religieuses et politiques signataires s’engagent à unir leurs forces pour que la communion, le respect mutuel, la solidarité, la justice et le bien commun puissent prévaloir au sein de la nation, en promouvant le droit et le respect de la vie, la liberté religieuse, la défense et la promotion du mariage et de la famille, et le droit à l’éducation.[...]

Les signataires de la charte, outre le cardinal de Lima et d’autres représentants de l’Eglise catholique, sont le Conseil national évangélique, l’Eglise anglicane, l’Eglise orthodoxe, l’Union des Eglises chrétiennes évangéliques, l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, l’Association islamique et les communautés bouddhiste et baha’ie, et des membres de partis politiques péruviens. [...]

Posté le 24 juillet 2014 à 07h53 par Michel Janva | Lien permanent

22 juillet 2014

27 juillet : « Jour pour la Vie » au Royaume-Uni et en Irlande

Les catholiques du Royaume-Uni et d’Irlande, qui se préparent au « Jour pour la Vie » prévu ce 27 juillet, ont reçu de la part du Pape François un message d’encouragement. Par la plume de son secrétaire d’état Mgr Pierre Parolin, le souverain pontife a déclaré placer de l’espoir dans le combat « contre la culture de mort » des jeunes catholiques.

Cet événement annuel est l’occasion pour l’Église dans ces deux pays de sensibiliser les populations à la dignité intrinsèque à chaque être humain depuis sa conception jusqu’à sa mort naturelle.

Posté le 22 juillet 2014 à 07h29 par Michel Janva | Lien permanent

06 juillet 2014

Miracle de la vie

Relatée par Jeanne Smits :

"Megan est une petite fille dodue de 18 semaines qui se porte à merveille. Mais l’histoire de sa venue au monde a tout du miracle. Au point que les médecins qui ont eu suivi l’aventure de sa maman, Michelle Hui ont décrété qu’elle devait être particulièrement « bénie ». Car l’enfant a survécu à une fausse couche et à la pilule abortive.

Michelle, 31 ans, était enceinte de 6 semaines et se rendait vers la gare pour aller au travail. Soudain, elle a commencé à saigner abondamment. Paniquée, elle appelle son mari : « Je suis en train de perdre mon bébé ! » Ross Hui s’occupe des deux autres enfants du couple­, Mya, 4 ans, et Noah, 2 ans, il ne peut les laisser pour venir la chercher. Elle rentre seule, puis elle rejoint l’hôpital Rotunda de Dublin.

Cinq échographies vont permettre aux médecins d’établir qu’elle a effectivement perdu son enfant. Pour s’assurer que son utérus est bien vide – dans le cas contraire, elle risque une grave infection – on lui prescrit deux pilules abortives et elle reste sous surveillance jusqu’au lendemain.

Il ne s’agit pas pour autant d’un avortement volontaire. Mais bien d’un soin après une fausse couche, une mesure de précaution dans une situation où l’enfant à naître a cessé de vivre et a été expulsé.

Michelle Hui raconte qu’elle était « dévastée ». Le lendemain soir, elle sort avec des amis. Boit une bouteille et demie de vin. « Je n’avais jamais bu autant. Je ne suis pas une buveuse. » Pour elle et pour son mari, pas de doute, même en tout début de grossesse, ce n’est pas un embryon ou un fœtus que l’on perd, mais un fils ou une fille…

Toujours pour s’assurer que tout allait bien, les médecins ont alors demandé à Michelle de subir un test de grossesse – non parce qu’elle pouvait être toujours enceinte, mais pour vérifier s’il restait des caillots dans l’utérus. Test positif. On décide de pratiquer un curetage.

C’est alors que se produit le miracle. Un dernier scan de contrôle permet au médecin de déceler ce qu’il ne se serait jamais attendu à voir. Incrédule, il part chercher un collègue plus expérimenté. « Vous n’allez pas le croire : il y a un battement de cœur », dit-il enfin à la maman, ivre de bonheur cette fois.  Michelle, enceinte de jumeaux, avait bien perdu l’un des enfants. Mais l’autre, inexplicablement, a survécu à tout. Et a probablement été caché, lors des échographies au moment de la fausse couche, par le sang et les caillots qui ont créé une « ombre », ont expliqué les médecins. Ils ne s’expliquent pas que le deuxième bébé n’ait pas été vu d’emblée, ni qu’il ait survécu au mifepristone… [...]"

Posté le 6 juillet 2014 à 18h12 par Michel Janva | Lien permanent

03 juillet 2014

5 juillet : chapelet pour la vie à Saint-Etienne

Chapelet pour la Vie le 1er samedi du mois : 5 juillet 2014, à 10h, en la Cathédrale St Charles pour prier pour la "Culture de Vie".

Posté le 3 juillet 2014 à 14h02 par Michel Janva | Lien permanent

Etre chrétien nécessite une volonté permanente de rendre témoignage

Lu sur Riposte catholique :

"Un député mexicain, Anne Marie Jimenez Ortiz, qui avait été attaquée sur la toile en raison de ses prises de positions farouchement opposées au mariage homosexuel, s’est exprimée au sujet de ses convictions depuis le Vatican, où elle participe à un congrès organisé par l’organisme Dignitatis Humanae. Elle a affirmé que le Mexique est en train de confondre le principe d’un Etat laïc avec celui d’un Etat « éloigné de Dieu », et a jugé qu’il était très difficile de parler de dignité humaine dans ce contexte. Les injures et attaques qu’elle a subies lui ont montré, dit-elle, qu’être chrétien nécessite une volonté permanente de rendre témoignage, et elle ajoute vouloir continuer à plaider pour la cause du mariage naturel malgré les attaques. Elle a suggéré que lire l’encyclique de Paul VIDignitatis Humanae serait un préalable à toute initiative législative concernant la famille."

Posté le 3 juillet 2014 à 07h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

26 juin 2014

Victoire pro-vie aux Etats-Unis

La Cour suprême des Etats-Unis a donné raison aujourd'hui à des militants pro-vie en jugeant inconstitutionnelle une loi qui leur interdisait de manifester autour des cliniques pratiquant l'avortement. Dans cette affaire qui mêle l'avortement et la liberté d'expression, la haute Cour a jugé à l'unanimité que cette loi de 2007 de l'Etat du Massachusetts (nord-est) "violait le Premier Amendement" de la Constitution sur la liberté de parole.

En France, il est toujours interdit de manifester devant un avortoir.

Posté le 26 juin 2014 à 23h09 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)

24 juin 2014

Résistance pro-vie des médecins polonais

Lu sur Boulevard Voltaire :

"plus de 3000 médecins et étudiants en médecine polonais se sont engagés à refuser la pratique de l’avortement, de l’insémination artificielle, et la prescription d’ordonnances médicales de contraceptifs."

Posté le 24 juin 2014 à 07h26 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

18 juin 2014

Témoignage de Cécile Edel en faveur de la vie

Cécile Edel, présidente de Choisir la vie, a témoigné sur RCF, de son engagement en faveur de la vie :

Posté le 18 juin 2014 à 08h05 par Michel Janva | Lien permanent

10 juin 2014

Vendredi à 18h00 : prier avec SOS Tout-petits à Paris

Sos

Posté le 10 juin 2014 à 20h13 par Le Salon Beige | Lien permanent

05 juin 2014

Jérôme Lejeune, une exposition pour la vie, à Arras

L’exposition propose de revivre, 20 ans après sa disparition, l’aventure de Jérôme Lejeune, chercheur exceptionnel, médecin de renommée internationale, avocat de la vie et de la dignité humaines, qui a ouvert la voie de la génétique moderne. Cette exposition grand public intéresse plus particulièrement les lycéens, étudiants et professionnels du monde scientifique, de la santé et de la recherche. Elle s’adresse aussi à l’ensemble des citoyens interpellés par les enjeux bioéthiques d’aujourd’hui et de demain : sélection prénatale, eugénisme, transhumanisme…

Investie de longue date dans l’intégration des personnes trisomiques, la ville d’Arras accorde une attention particulière à la question du handicap. A l’occasion des 20 ans de la mort de Jérôme Lejeune, Arras est la première étape de la tournée française de l’exposition « Jérôme Lejeune, une découverte pour la vie », qui se poursuivra dans plusieurs villes jusqu’en mai 2015 à Paris

D’avril 2014 à avril 2015, la Fondation Jérôme Lejeune célèbre 20 ans de défi scientifique et éthique. De nombreux évènements sont organisés pour commémorer à la fois la mort du professeur Jérôme Lejeune (3 avril 1994) et la création de la Fondation (avril 1995) : expositions, conférences, débats, publications…

Pour vous rendre à l’exposition : Hôtel de Ville Place des Héros 62000 Arras Horaires d’ouverture : Du lundi au samedi de 10h à 18h30 Le dimanche de 10h à 13h / 14h30 à 18h30 Entrée libre.

Posté le 5 juin 2014 à 15h27 par Michel Janva | Lien permanent

7 juin : chapelet pour la Vie à Saint-Etienne

Ce 1er samedi du mois, à 10h, en la cathédrale St Charles pour prier pour la "Culture de Vie".

Posté le 5 juin 2014 à 14h23 par Michel Janva | Lien permanent

03 juin 2014

7e Marche pour la vie à Varsovie

PDimanche 1er juin s'est déroulé à Varsovie, la 7ème édition de la Marche pour Vie rassemblant plus d'une dizaine de milliers de personnes. L'événement est tellement populaire qu'il est organisé simultanément dans plus de 120 villes polonaises ! Ceci malgré le fait que la législation polonaise compte parmi les plus pro-vie.

Les organisateurs ont mis en évidence la détermination des dizaines de milliers de personnes qui se sont unies dans la diversité afin de défendre les valeurs familiales et le respect de la Vie de la conception à la mort naturelle. A Varsovie, le cortège faisait la part belle aux femmes enceintes et aux familles venues avec leurs enfants dans une ambiance joyeuse et festive. Toutes les catégories sociales étaient représentées, y compris les élus.

Comme chaque année, "Droit de Naître" s'est joint à l'événement. La police était très peu présente bien que le cortège soit passé devant le palais présidentiel, lequel était seulement protégé par deux gardes ! Quelle différence avec les effectifs pléthoriques de CRS, les rafles et le gaz d'un pays que nous connaissons bien... 

Posté le 3 juin 2014 à 07h14 par Michel Janva | Lien permanent

21 mai 2014

Est-Ouest : une union internationale pour la Famille et la Vie

Dans la continuité de ses voyages à la Douma à Moscou (au mois de juin dernier), pour soutenir le projet de loi interdisant la propagande homosexuelle devant mineur, à Belgrade pour soutenir les Serbes contre la propagande homosexuelle, ou encore à la Rada de Kiev, pour avertir les députés de toutes les lois anti-famille en vigueur au sein de l'UE,  Fabrice Sorlin continue son tour des pays d'Europe de l'est afin d'appeler au rassemblement des défenseurs de la famille et d'oeuvrer à la création d'une internationale pour la défense des valeurs traditionnelles.

En tant que représentant de la France pour le World Congress of Families, il était invité le week-end dernier à Tbilissi, en Géorgie, à venir prendre la parole devant journalistes et responsables de la société civile.

Voici son discours :

"Chers Amis,

Je tiens tout d’abord à remercier chaleureusement nos hôtes pour leur excellent accueil.

C’est un honneur pour moi de prendre la parole devant vous, ici à Tbilissi. L’honneur d’un Français qui ne peut se résoudre à voir son pays assister à ses propres funérailles, en acceptant une série de lois toutes plus mortifères les unes que les autres.

Je tiens aussi à vous remercier pour votre belle initiative, d’organiser un colloque pour la défense de la vie et de la famille !

Comme vous le savez, ce combat est mondial. Nos adversaires, les partisans de la culture de mort, les idéologues de la théorie du genre et les lobbies LGBT l’ont compris depuis longtemps. Il est temps pour nous de nous organiser aussi, et c’est pourquoi je salue ce genre d’initiative, qui permet le rapprochement et les échanges entre les partisans de la culture de Vie, ceux qui défendent la famille et les valeurs traditionnelles.

Ainsi, une loi anti-discrimination et pro-LGBT vient de passer en Géorgie. Beaucoup ici en Géorgie, pourraient se dire que cette loi est peu de choses, qu’elle ne représente pas de danger, d’autres pourraient même s’en désintéresser, pensant que cette loi ne concerne qu’une minorité de personnes, certains s’imagineront peut-être qu’elle ne sera même jamais véritablement appliquée dans les faits.

Et c’est là chers amis, que je me dois d’intervenir auprès de vous, au nom de ma conscience de chrétien, de ma conscience de Français et d’européen, mais aussi au nom de ma conscience de père de famille, car dès maintenant, par cette nouvelle victoire du lobby LGBT, une épée de Damoclès vient de se suspendre au-dessus de vos têtes et de celles de vos enfants : Demain, ils viendront dans l’école de vos enfants, apprendre à vos fils à devenir des filles, et à vos filles à devenir des garçons !

Peut-être pensez-vous que j’exagère ! Ecoutez plutôt ce qui se passe aujourd’hui en France, et laissez-moi ensuite vous expliquer comment le lobby LGBT a réussi à légaliser de telles inepties, à marginaliser ceux qui s’y opposent, et à opérer une inversion totale des valeurs de notre Civilisation.

-Rentrée scolaire 2013-2014 en France. Un dénommé David Dumortier, mandaté par le ministère de l’éducation nationale, « écrivain » et « poète » le jour, travesti la nuit, (se faisant appeler Sophia), vient enseigner en milieu scolaire, à des enfants de 7-9 ans, les thèmes de l’homosexualité, du travestissement, ainsi que de l’indétermination sexuelle chez l’enfant, et du transgenre. Il y lit aussi sa « poésie » pornographique dont voici un extrait :

« Clarisse pose son doigt partout. Elle s’est brûlée en introduisant son index dans le petit trou de la cuisinière, hier elle s’en est mis dans le derrière puis elle a senti l’odeur ».

- Joué-Lès-Tours (petite ville de province en France), en mars 2014. Dans le cadre d’un programme éducatif scolaire, la maîtresse a déshabillé en classe, un garçon et une petite fille de la classe de maternelle, puis leur a demandé de se toucher mutuellement les parties génitales et de se faire des bisous.

-Mais ce n’est pas tout ! Nos enfants deviennent maintenant les cobayes de savants fous, qui ne reculent devant rien pour imposer leur folle théorie. Ainsi, des crèches expérimentales voient aujourd’hui le jour en France, dans lesquelles les enfants sont séparés dans des salles distinctes, où l’on force les filles à jouer au bricolage et aux petites voitures, pendant que les garçons sont contraints de jouer à la poupée et à la dînette.

-Savez-vous que dans les bibliothèques municipales, nous trouvons aujourd’hui des livres qui s’intitulent « papa porte une robe », « j’ai deux papas qui s’aiment », « Jean a deux mamans » ?

Les exemples seraient encore nombreux pour vous expliquer tout ce qui est mis en œuvre aujourd’hui au nom de cette théorie du genre soutenue par les lobbies gays  pour détruire les repères des enfants. Mais je n’ai pas envie de vous donner encore plus la nausée.

Car ce qui importe surtout, c’est que vous sachiez de quelle façon nos aversaires s’y prennent pour en arriver là ! En effet, leur technique est universelle et sensiblement identique à chaque fois.

La loi qui vient de passer chez vous, a été promulguée en France en 2004. Cette année là, une autorité administrative « indépendante » est créée, dénommée Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité. Elle sera compétente pour connaître et dénoncer toutes les discriminations directes ou indirectes, prohibées par la loi. Sous  couvert de protection des minorités homosexuelles, c’est en réalité une arme efficace et redoutable dont se sont dotés les lobbies homosexuels. Il devient alors impossible en France, de s’opposer à la promotion de l’homosexualité, ou aux revendications des lobbies, sans être taxé d’homophobe et de fasciste, et de tomber sous le coup de la loi, libérant ainsi la voie à toutes leurs revendications.

Et c’est ainsi, que de réclamations en récriminations sans cesse plus nombreuses, le lobby LGBT triomphe en mai 2013, avec la légalisation du mariage homosexuel et l’adoption, ouverte aux couples de même sexe. Désormais, la digue de la normalité et de la moralité étant tout à fait rompue en France, ces mêmes lobbies exigent maintenant une loi autorisant la Gestation pour Autrui (GPA) et la Procréation Médicalement Assistée (PMA).

Parrallèlement, ils travaillent à effacer toutes les différences biologiques qui existent entre l’homme et la femme, en imposant sournoisement la théorie du genre à l’école. Cette fameuse théorie dont je vous ai décrit les méthodes plus haut, qui affirme que nous ne naissons pas homme ou femme mais que nous le devenons à cause des pressions sociales, que c’est la société qui « construirait » le genre masculin ou le genre féminin, et que la nature n’y serait pour rien.

C’est cette théorie, qui dissocie ainsi notre corps sexué de notre identité de genre. Un homme qui se sent femme est du « genre féminin » peu importe son sexe… Une femme qui se perçoit homme est du « genre masculin », indépendamment de son corps.

Et on arrive ainsi au cœur du problème. Car les lobbies homosexuels n’ont pas seulement comme finalité, l’obtention d’un statut, d’une reconnaisance, ou de droits dans une société soi-disant homophobe (à titre d’exemple, l’homophobie n’existe pas en France ! Elle a été créée de toute pièce pour leur permettre de satisfaire toutes leurs revendications). Ils cherchent en réalité, à imposer leurs vues et leur conception de la société, au monde entier.

Un monde non plus structuré en nations souveraines, avec leur propre identité, leur propre culture et leur propre civilisation, mais un mondialisme aligné, standardisé, et uniformisé.

Une société, non plus construite sur les valeurs sacrées de la famille, de la piété filliale, et de la transmission, mais sur le nihilisme destructeur, l’individualisme jouisseur, matérialiste et consommateur.

Et peu importe si pour cela, il faut passer en force, contourner les lois, piétiner la démocratie et ignorer voire mépriser l’immense majorité des peuples, pourtant très majoritairement opposés à cela.

C’est ainsi que peu à peu, implantés dans de nombreux pays, ils ont pris de l’ampleur passant de simples revendications à l’obtention de lois : à coups de menaces, de chantages, encouragés par une police toujours plus violente contre les opposants, soutenus par les médias, et avalisés par les grandes institutions, les lobbies progressent.

Ainsi, dans de nombreux pays africains, l’ONU impose comme première condition à l’obtention d’une aide financière, la satisfaction des revendications homosexuelles.

Ainsi encore en Serbie, une des premières exigences imposées par l’Union Européenne pour entamer les pourparlers d’entrée dans l’UE concerne le droit des homosexuels.

Ainsi enfin, sur les barricades encore fumantes d’une Ukraine déchirée, la première demande de la délégation de l’Union Européenne a été de rappeler aux autorités ukrainiennes, leur obligation d’adopter une législation anti-discrémination en raison de l’orientation sexuelle.

Est ce normal, que les grandes institutions internationales, au lieu de faire leur job en venant en aide aux miliions de personnes démunies, préfèrent satifsfaires les caprices d’une poignée de militants homosexuels ?

En temps que Français, ce n’est pas sans émotion que je peux également témoigner devant vous, de ce qui se déroule en France depuis maintenant 2 ans, sous la férule du lobby gay.

Durant ces 2 dernières années en effet, les manifestations et autres actions menées à travers toute la France ne se sont pas fait sans heurts : face à des mouvements pacifiques et joyeux, composés essentiellement de femmes, d’enfants, de jeunes, et de pères de famille, une répression sans précédent s’est abattue ; violences policières sans nombres, gazage de la foule avec hospitalisation de jeunes enfants et de vieillards, gardes à vue par centaines, pour tout opposant à la loi dite du « mariage pour tous ».

Et pourtant de janvier 2013 à février 2014, les français sont descendus par millions, pas moins de quatre fois  dans les rues de Paris (les plus grosses manifestations jamais connues depuis plus de 50 ans en France), pour demander le maintien du mariage, comme une institution liant un homme et une femme, l’interdiction pour les homosexuels d’adopter des enfants, et pour demander la sauvegarde de la famille, comme cellule de base de la société.

Dans ce laps de temps, une pétition regroupant plus de 700 000 signatures (la plus importante de l’histoire de France) est déposée afin de demander le retrait de la loi. Cette pétition partira tout de suite à la poubelle sans même avoir été étudiée…

Voilà comment les partisans de ce nihilisme destructeur, pourtant toujours prompts à répandre des leçons de Démocratie et de Droits de l‘homme aux quatre coins du monde, traitent leurs propres administrés lorsqu’ils s’opposent à ces lois immondes.

Et l’on aboutit à la consécration de la décomposition de notre civilisation, prônés par les associations et autres mouvements de trans, bi et homosexuels, avec une victoire comme celle de l’Eurovision  du 10 mai dernier : ce concours auquel une trentaine de pays prennent part et qui est censé couronner la plus belle prestation artistique musicale, ce concours qui vient de donner la palme à une « femme à barbe », un travesti étalé sur tous les écrans aux yeux de nos enfants, comme le modèle artistique de demain, et qui s’est écrié au soir de sa victoire : « Nous sommes l'unité, et rien ne peut nous arrêter! ». Interrogée en conférence de presse pour savoir si elle avait un message pour le président russe Vladimir Poutine et sa loi anti-propagande homosexuelle devant mineur, elle a rétorqué : « Je ne sais pas s'il regarde, mais si c'est le cas, j'ai été claire, rien ne peut nous arrêter ».

Comprenez bien chers amis que ces quelques mots doivent être compris comme une véritable provocation contre ceux qui ont décidé d’endiguer ce flot de subversion.

De tels exemples d’effondrement des mœurs, nous portent à croire que l’Europe de la Civilisation, cette Europe façonnée par la belle civilisation Grecque dans son berceau, mûri par l’influence de la civilisation Romaine dans sa jeunesse et transcendée par la Chrétienté dans sa vie d’adulte, est en train de mourir…

Rien n’est perdu pour autant !

Car si nos adversaires possèdent une avance sur nous, et semblent avoir déjà acquis à leur cause, de très nombreux pays occidentaux par le biais de nos élites, les peuples européens se réveillent, et le gouffre qui sépare le peuple, des élites s’agrandit chaque jour.

Chers amis Géorgiens, l’heure est venue de nous organiser et de nous structurer, afin de lutter efficacement contre ces lois anti-famille. Nous autres Français, nous serons très heureux de pouvoir nous unir à vous dans ce combat. Et comme nous avons une bonne longueur d’avance sur vous dans le domaine de la décadence des mœurs, permettez-moi seulement un conseil.

Ne faites pas la même erreur que nous !

Le spectaculaire réveil des Français est certes une véritable bénédiction. C’est une lame de fond dont nos adversaires n’ont pas encore mesuré les conséquences ! Mais combien d’enfants sont aujourd’hui privés d’un père ou d’une mère, combien d’enfants sont soumis aux obscénités de la théorie du Genre, combien d’enfants aurions-nous pu préserver si nous nous étions réveillés un peu avant… ?

Le travail commence maintenant ! Chers amis, il concerne vos familles, vos enfants, vos proches, certes, mais au delà des murs de Tbilissi, au-delà des frontières de la Géorgie, ce combat a une portée internationale et mondiale, car il vient se positionner sur les remparts de la résistance comme un nouveau créneau qui renforcera la muraille et nous amènera peut-être à la victoire !

Battez-vous pour vous !

Battez-vous pour Nous !

Vive la Géorgie !

Vive la Famille !

Vive l‘internationale de la vie !"

Posté le 21 mai 2014 à 15h42 par Michel Janva | Lien permanent

17 mai 2014

25 mai : pèlerinage à Notre-Dame de Vie à Cannes

V

Posté le 17 mai 2014 à 10h10 par Michel Janva | Lien permanent

13 mai 2014

52 responsables pro-vie demandent le refus de la communion aux politiques pro-avortement

A l'heure où certains se posent de la question de savoir s'il faut ou non donner la communion aux divorcés-remariés, alors que cette question a été réglée dès 1981 par Jean-Paul II dans son exhortation Familiaris Consortio, une cinquantaine de responsables pro-vie du monde entier (la France était représentée notamment par le Collectif en Marche pour la Vie) ont signé en présence du cardinal Burke, Préfet de la Signature apostolique, le samedi 3 mai un appel aux évêques afin qu’ils refusent la communion aux responsables politiques qui soutiennent l’avortement :

"Nous, leaders pro-vie, appelons les évêques du monde entier à faire preuve de miséricorde à l’égard des hommes politiques catholiques favorables à l’avortement.

Considérant que saint Paul a écrit au chapitre 11 de la Première Lettre aux Corinthiens : « Ainsi donc, quiconque mange le pain ou boit la coupe du Seigneur indignement (…) mange et boit sa propre condamnation, s’il ne discerne le Corps. » (1Co 11:29) ;

Considérant que le canon 915 du Code de droit canon de l’Eglise dispose que « ceux qui persistent avec obstination dans un péché grave et manifeste, ne seront pas admis à la sainte communion » ;

Considérant que le cardinal Joseph Ratzinger a écrit en 2004, dans une lettre aux évêques des Etats-Unis d’Amérique intitulée Aptitude à recevoir la sainte communion, qu’un responsable politique catholique qui vote pour des lois permissives en ce qui concerne l’avortement et l’euthanasie « doit » se voir refuser la communion après avoir été dûment instruit et mis en garde ;

Considérant que les responsables politiques catholiques qui soutiennent l’avortement sont déjà en état de péché grave, et qu’en recevant la sainte communion ils aggravent leur péché par le sacrilège ;

Considérant qu’en se voyant donner la sainte communion de tels responsables catholiques peuvent bien être amenés à croire qu’ils jouissent de la santé spirituelle et qu’ils n’ont dont besoin d’aucun remède ;

Considérant que la distribution de la sainte communion aux responsables politiques pro-avortement est cause de scandale pour les autres fidèles en ce qu’ils peuvent en venir à penser que le soutien à l’avortement n’est pas un péché si grave, et qu’elle sape ainsi le travail pro-vie ;

Considérant que refuser la sainte communion constitue un efficace réveil des consciences afin de revenir vers une authentique vie de foi ;

Considérant qu’il est contraire à la miséricorde de laisser nos frères qui vivent obstinément dans un état de péché public y languir sans mise en garde ;

Nous soussignés demandons aux évêques de l’Eglise catholique à refuser la sainte communion aux responsables politiques pro-avortement, comme un acte d’amour et de miséricorde à l’égard de ces personnes."

Posté le 13 mai 2014 à 19h35 par Michel Janva | Lien permanent

Proposition de loi pro-vie en Australie

Lu sur Gènéthique :

"En Australie, un membre du Parlement créé la polémique: le député Geoff Shaw vient de déposer un projet de loi destiné à interdire l'avortement sélectif et à obliger les médecins à sauver les bébés qui survivraient aux avortements. Il propose également que les avortements par naissance partielle soient illégaux et souhaite que les médecins anesthésient les bébés destinés à être avortés. Enfin, son projet de loi prévoit que les femmes désireuses d'avorter puissent être conseillées afin que leur consentement soient éclairé."

Posté le 13 mai 2014 à 07h58 par Michel Janva | Lien permanent

12 mai 2014

15 mai : obsèques d'Axel de Boer à Paris

Les obsèques d'Axel De Boer se dérouleront jeudi 15 mai à 10 h 30 en l'église Notre-Dame de Nazareth, sa paroisse (349-351 rue Lecourbe 75015 Paris).

Source : Laissez les vivre - SOS futures mères.

Posté le 12 mai 2014 à 11h56 par Michel Janva | Lien permanent

Le Dr Dor à Rome à l'occasion des Congrès et Marche pour la vie

DLe Dr Dor s’est rendu à Rome à l'occasion des Congrès et Marche pour la vie. Il y a eu deux congrès différents, le premier est le International Pro-Life Conference organisé par LifeSiteNews.com, dans lequel le docteur a fait une brève intervention traduite par Virginia Coda Nunziante. Ce Congrès donnait une place particulière au Cardinal Burke qui a longuement parlé et que le docteur a salué à la fin.

Le deuxième Congrès auquel le docteur a participé est le Convegno Nazionale per la Vita, où il a fait une allocution plus longue, et où lui a été remis un Prix spécial en reconnaissance pour sa longue lutte contre l'avortement.

Enfin le dimanche a couronné le week-end avec la Marcia Nazionale per la Vita, qui s'est terminée Place Saint Pierre, avec un mot d'encouragement du Pape François à l'adresse des quarante à cinquante mille manifestants venus de tous les pays.

Posté le 12 mai 2014 à 10h09 par Michel Janva | Lien permanent

10 mai 2014

Le combat pour la vie est mondial. Aidez-nous à nous organiser !

Chers amis,

Comme vous le savez, le combat pour la vie et la famille est mondial. Nos adversaires l'ont bien compris. De notre côté, nous commençons tout juste à nous organiser au plan international et nous avons beaucoup de retard à rattraper.

C'est pourquoi je vais devoir, dans les prochains mois, présenter le Salon Beige à des amis, actifs dans le mouvement pro-vie et pro-famille mondial international. Je vais ainsi participer à la March for Marriage à Washington en juin et rencontrer des contacts à Moscou, probablement à la fin de l'été.

Par ailleurs, cet été, l'un de nous devrait aller travailler avec des fondations conservatrices américaines pour y apprendre des techniques qu'elles maîtrisent mieux que nous.

Malheureusement, ces déplacements coûtent cher et je préfère consacrer tout l'argent dont nous disposons (et qui n'est, hélas, pas à la hauteur des milliards du lobby LGBT!) au développement informatique. Pouvez-vous donc nous aider à réunir les quelque 10 000 euros nécessaires pour ces trois déplacements ? (Cliquer sur "Faire un don" dans la colonne de gauche ou par chèque à l’ordre du Salon Beige, à l’adresse 3 rue de l'Arrivée 75015 Paris).

Un grand merci par avance.

Guillaume de Thieulloy, Directeur du Salon Beige

Posté le 10 mai 2014 à 18h44 par Le Salon Beige | Lien permanent

08 mai 2014

Dimanche 25 mai 2014 : mobilisez-vous pour la Journée Nationale pour la Vie

MDimanche 25 mai,se tiendra la Journée Nationale pour la Vie qui a lieu chaque année le jour de la fête des mères.

Cette journée avait été demandée en 2000 par le Pape Jean-Paul II.

Cette journée est l'occasion de sensibiliser les médias, les politiques et le grand public à l'accueil de la Vie et la grandeur de la maternité.

Des affiches, tracts, autocollants sont à votre disposition ainsi qu' un livret expliquant ce qu'est cette journée nationale pour la Vie et les actions à mener ce jour là.

N'hésitez pas à en demander à info@choisirlavie.fr

Posté le 8 mai 2014 à 09h27 par Michel Janva | Lien permanent

07 mai 2014

50 000 personnes à la Marche pour la vie à Rome

Lu sur Famille chrétienne :

"Entre quarante et cinquante mille personnes ont participé à la quatrième Marche pour la vie qui s’est tenue à Rome dimanche 4 mai. Cette année, l’événement avait pris une dimension internationale. [...]

Des drapeaux de plusieurs pays et des étendards de différents groupes et associations pro-vie ont ainsi défilé pendant plusieurs heures, sous un beau soleil printanier. Dans les rangs, certaines associations françaises, comme Droit de naître ou la Fondation Jérôme-Lejeune. À en croire les tee-shirts et les banderoles de nombre de marcheurs, la Manif pour tous a fait des émules : le logo bleu et rose était partout, repris par la version italienne du collectif français.

Dans la foule, composée notamment de très nombreux enfants, était aussi présent le cardinal Leo Raymond Burke, préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique et fidèle de ce genre de rendez-vous. « Il ne faut pas se lasser de défendre la vie, objet aujourd’hui, en Europe et ailleurs, de nombreuses attaques », soutient-il. Pour le cardinal américain, très engagé dans ce domaine, cette manifestation est également une manière d’afficher un soutien inconditionnel à la famille. La veille, le cardinal Burke avait participé au premier Congrès international pro-vie, qui se tenait à Rome en présence des représentants de différentes associations issues de plusieurs pays, afin de donner une impulsion mondiale à cette cause. [...]

Arrivés peu avant midi Via della Conciliazione, à l’heure pour participer au Regina Caeli place Saint-Pierre, les marcheurs se massent sous les fenêtres du Palais apostolique dans un climat festif. « Continuez comme ça ! », leur lance le pape François, les remerciant pour leur « engagement »."

Posté le 7 mai 2014 à 10h39 par Michel Janva | Lien permanent

04 mai 2014

Rassemblement pro-vie à Rome

La défense de la vie était à l’honneur samedi au Vatican avec une grande rencontre internationale pro-vie. Cette journée s’inscrit dans le cadre des initiatives lancées autour de la IVe édition de la « marche pour la vie », qui se tient ce dimanche. A Rome, cette marche se conclut aux abords du château Saint-Ange et de la place Saint-Pierre pour la récitation du Regina Coeli du Pape François. 

La rencontre est organisée par LifeSiteNews, un site canadien, Human Life International, une organisation américaine, et Family Life International New Zeland, de Nouvelle Zélande. Une cinquantaine d’organisations pro-vie actives dans une vingtaine de pays, dont la France et la Belgique, sont également représentées. 

L’objectif de cette rencontre est de discuter des stratégies communes pour défendre et promouvoir des politiques qui soient favorables au droit à la vie auprès des décideurs politiques, des autorités religieuses et de l’opinion publique. Parmi les intervenants, sont présents le cardinal Burke, préfet du Tribunal Suprême de la Signature Apostolique et l’auteur américain George Weigel. 

Une autre rencontre sur la vie et la famille se tient, toujours à Rome, à l’Université pontificale Regina Apostolorum samedi. Dans la matinée, les participants se penchent sur les questions médicales liées à la contraception et sur les questions juridiques. Dans l’après-midi, une table ronde consacrée aux jeunes traite des thèmes de la vie naissante, de l’affectivité et de la famille pendant qu’une autre rencontre est, elle, consacrée aux adultes. 

Posté le 4 mai 2014 à 10h45 par Michel Janva | Lien permanent

23 avril 2014

25 mai : fêter les mères c'est respecter la vie

CLV-Communiqué-JNV2014

Posté le 23 avril 2014 à 13h23 par Michel Janva | Lien permanent

Nouvelle loi pro-vie en Arizona

Le gouverneur d’Arizona a promulgué une loi permettant aux autorités sanitaires de l’État de procéder à des inspections surprises des avortoirs sans mandat pendant les heures d’ouverture.  Cette loi a été rédigée par le Center for Arizona Policy, un think tank à l’origine de trois autres lois « pro-vie » récemment votées et promulguées mais dont l’application a été temporairement bloquée par des juges activistes. Le Center for Arizona Policy est présidé par Cathi Herrod, une chrétienne évangélique born again, ex-féministe gauchiste. Entre 2012 et 2011, le nombre d’avortements pratiqués en Arizona s’est effondré de 7,4% tandis que la population augmentait.

Posté le 23 avril 2014 à 10h02 par Michel Janva | Lien permanent

14 avril 2014

547 enfants à naître sauvés de l’avortement

Au quarantième et dernier jour de la campagne de Carême – lancée Mercredi des Cendres et qui s’est achevée dimanche des Rameaux.

Posté le 14 avril 2014 à 20h22 par Michel Janva | Lien permanent

11 avril 2014

Un de nous : videos en français des interventions de l'audition

Intervention de Grégor Puppinck : Présentation de l'initiative, et réponse aux questions

Intervention de Sophia Kuby sur le financement européen de l'avortement au titre de l'aide au développement (en français).

Intervention du Professeur Filippo Vari sur le cadre juridique du financement européen de la recherche destructrice sur embryons humains (en français).

Posté le 11 avril 2014 à 15h51 par Michel Janva | Lien permanent

Jacques Bompard soutient l'initiative Un de nous

Communiqué du député maire d'Orange :

"Jacques Bompard se félicite de l'initiative « Un de nous » qui a permis de réunir près de deux millions de signatures demandant l'arrêt du financement européen, c'est à dire de la ponction du contribuable français, de la recherche sur l'embryon et de la promotion de l'avortement dans nos programmes d'aide humanitaire.

Les débats furent vifs mais Jacques Bompard relève que la salle soutenait très majoritairement les défenseurs de la vie, qui ne se virent opposer que des anathèmes classiques. Madame Lunacek se résolut même à quitter la salle au milieu des discussions réalisant sans doute que l'opinion publique européenne ne soutiendrait plus les élucubrations dont elle avait déjà emplie son fameux rapport.

Jacques Bompard tient à féliciter Grégor Puppinck pour son allocution introductive qui fit un lien efficace entre la barbarie des manipulations sur l'embryon et l'esclavage, mais également Bruno GollniSch qui a délivré un propos fort combatif. Jacques Bompard note la grande tension des adorateurs de la culture de mort pendant les débats et se réjouis que l'initiative soit désormais du côté de défenseurs du caractère sacré et indisponible de la vie."

Combien de députés vont soutenir cette initiative ?

Posté le 11 avril 2014 à 14h39 par Michel Janva | Lien permanent

07 avril 2014

437 enfants à naître sauvés de l’avortement

Au trentième-troisième jour de la campagne de Carême.

Posté le 7 avril 2014 à 20h50 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > L'Eglise : L'Eglise en France , Pro-vie

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > L'Eglise : L'Eglise en France , Pro-vie