04 février 2016

Le Parlement européen reconnaît « l’état islamique » coupable de génocide et invite les Etats à le combattre

De Grégor Puppinck :

"Dans une résolution « sur le massacre systématique des minorités religieuses par le soi-disant groupe "EIIL/Daech" » adoptée ce 4 février 2016, le Parlement européen a qualifié de génocide, crime de guerre et crimes contre l’humanité les crimes commis par le prétendu « état islamique » (ou Daech).

Le Parlement invite les Etats à apporter « protection et assistance, y compris militaires » aux groupes visés, conformément au droit international. Il menace de poursuites judiciaires les Etats et individus qui soutiennent cette organisation criminelle et demande aux Etats européens d'empêcher leurs ressortissants de rejoindre les rangs du soi-disant groupe "EIIL/Daech" » et « de s'assurer que ceux qui le font sont poursuivis en justice dès que possible ».

L’ECLJ a mené campagne auprès du Parlement européen, réunissant près de 100.000 signatures pour la reconnaissance de ce génocide. Le 27 janvier 2016, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe reconnaissait aussi le génocide.

Après avoir rappelé la liste des exactions commises par le prétendu « état islamique », notamment les crimes de guerre et contre l’humanité, le Parlement européen « souligne que le soi-disant groupe "EIIL/Daech" commet un génocide contre les chrétiens et les Yézidis et d'autres minorités religieuses et ethniques qui ne partagent pas son interprétation de l'islam et que cette situation appelle donc à une action au titre de la convention des Nations unies de 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide ». Le Parlement « prie instamment les membres du Conseil de sécurité des Nations unies de soutenir la saisine de la Cour pénale internationale » et invite le Conseil de sécurité à prendre des mesures « pour que ces actes soient qualifiés de génocide » par la Cour pénale internationale.

A l’égard des pays et des autorités qui « soutiennent ces crimes, y coopèrent, les financent ou en sont complices », le Parlement leur demande « de mettre un terme à ces agissements inacceptables » et les menace de poursuites. Rappelant la résolution 2253(2015) du Conseil de sécurité des Nations unies, le Parlement européen menace de poursuites judiciaires les individus et entités qui apportent leur assistance au prétendu état islamique « notamment par la fourniture d'armes et d'une assistance financière, y compris le commerce illicite de pétrole ». Le Parlement vise ainsi en particulier le commerce illicite de pétrole à la frontière turque.

Au-delà, le Parlement souligne que la communauté internationale a la responsabilité de mener une action collective afin de protéger les populations et « qu'il importe que la communauté internationale apporte, conformément au droit international, une protection et une assistance, y compris militaires, à tous ceux qui sont ciblés par le soi-disant groupe "EIIL/Daech" et d'autres organisations terroristes au Proche-Orient ».

Le Parlement a choisi de transmettre cette résolution, non seulement à ses destinataires habituels, mais également aux instances des Nations unies et à l'Organisation de la coopération islamique et au Conseil de coopération pour les États arabes du Golfe.

L’ECLJ salue cette résolution qui constitue une étape importante dans la condamnation des crimes commis par l’état islamique et la lutte contre son idéologie."

Posté le 4 février 2016 à 22h40 par Michel Janva | Lien permanent

Refusons l’indécence véritablement obscène des interdits islamiques

L'Institut du Pays Libre communique:

"Sous le prétexte de la liberté de création toute une cinématrocratie ploutocratique entend faire prévaloir le droit de produire et d’exploiter un étalage sans limite de spectacles de violence et de pornographie désormais visibles de fait par des enfants car programmés fort peu tard dans la soirée sur quantité de chaînes.

Et voilà qu’au même moment les gouvernants européens, à Rome comme à Genève, mûs par une abjecte complaisance d’auto-soumission au puritanisme islamique, font voiler les statues de l’antiquité ou retirer des tableaux montrant, ô quelle offense à la morale, la nudité des belles déesses de la mythologie ou des dieux du stade.

On est là devant l’affligeante réalité de deux aspects contradictoires d’une même décadence :

  • d’une part celle de la porno-ploutocrassie
  • de l’autre celle de l’entrée complaisante et masochiste dans la dhimmitude.

L’Institut du Pays Libre salue la victoire judicaire de l’association Promouvoir contre l’ignoble film de haine pornocratique antichrétienne « Antichrist ».

Il appelle simultanément tous les citoyens de toutes les nations européennes à ne plus tolérer les diktats du puritanisme islamique avec ses sommets d’hypocrisie et dont on sait la réalité atroce qu’il a pu recouvrir et recouvre toujours avec ses harems et ses différentes turpitudes esclavagistes. La nudité des corps dans les sculptures et statues de l’antiquité européenne ou encore dans les différentes écoles d’art de notre civilisation n’offense qu’une pudibonderie qui est le contraire de la véritable pudeur. La barbarie puritaine islamique commence par exiger de voiler la beauté des pudiques nudités jamais obscènes de la plupart des grandes œuvres grecques et romaines. Elle en vient ensuite à la destruction des sites comme Palmyre.

Nous refusons l’indécence véritablement obscène de ses interdits."

Posté le 4 février 2016 à 22h16 par Michel Janva | Lien permanent

03 février 2016

L’islamisme est la troisième idéologie totalitaire, après le fascisme et le communisme

3352Daniel Pipes, titulaire d'un doctorat en islam médiéval de l'université de Harvard, a accordé un interview au Figaro au sujet de l'islam. Extraits :

Vous voyez les tensions entre musulmans et chrétiens dans les sociétés occidentales comme un ferment de guerre civile. Pourquoi ?

Le rejet de l’islam ne cesse de monter en Europe et aux États-Unis. Cela a commencé en 1989 avec l’affaire Salman Rushdie au Royaume- Uni, et avec le débat sur le port du foulard en France. Aujourd’hui, les partis politiques qui prospèrent sur le rejet de l’islam représentent partout de 20 % à 30 % de l’opinion. Un consensus prétend que ça va s’arrêter là, mais je ne le crois pas du tout. Ces mouvements peuvent grandir jusqu’à prendre le pouvoir. À chaque attentat, des citoyens changent d’avis sur l’islam. De leur côté, les musulmans se sentent très forts, et ils vont encore étendre leur influence. La guerre civile, vous l’avez déjà de temps en temps – par exemple, lors des émeutes de 2005 dans les banlieues françaises (...)

Vous souhaitez que l’islam produise « une façon constructive d’être musulman au XXIe siècle » : qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

Il y a une guerre civile au sein de l’islam pour savoir ce que c’est qu’être musulman. Chaque religion est amenée à décider, à tout moment, ce qu’elle doit garder et rejeter de la tradition. Par exemple l’esclavage. Ou l’homosexualité : ce que dit la Bible est clair, cela n’empêche pas l’Église d’en débattre. Les musulmans anti-islamistes, ou réformateurs, représentent un courant très faible, mais nous devrions les soutenir (...)

En l’absence de véritable hiérarchie religieuse dans l’islam sunnite, qui peut discréditer les islamistes ?

L’islamisme a deux grandes faiblesses : ses divisions internes (les factions n’arrêtent pas de se battre entre elles) et son impopularité (de l’Iran des mollahs à l’Égypte des Frères musulmans). Donc, soit ce courant politique évolue, à la façon du communisme chinois par exemple, soit il finira par disparaître. Cela prendra peut-être un demi-siècle. Mais l’islamisme est la troisième idéologie totalitaire, après le fascisme et le communisme, et il connaîtra le même sort (...)

Avec l’afflux de migrants, c’est l’Europe qui est maintenant en première ligne face au chaos…

Angela Merkel a commis une folie incroyable en invitant tous les Syriens. Son pays et l’Europe vont le payer très cher. Le Liban, la Turquie, la Jordanie sont les terres d’asile naturelles pour les réfugiés. En Europe, c’est de l’immigration illégale."

Posté le 3 février 2016 à 07h10 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (16)

02 février 2016

Penser l'islam : le livre de Michel Onfray sort en France

Alors que cela semblait impossible à son éditeur, le livre de Michel Onfray sortira finalement bien en France, mais au mois de mars.

Posté le 2 février 2016 à 16h08 par Michel Janva | Lien permanent

01 février 2016

Kosovo : des islamistes arrêtés devant un monastère

Lu sur Orthodoxie:

"Quatre islamistes armés ont été arrêtés dans la nuit du 30 janvier devant le portail principal du monastère de Dečani, ce qui a été communiqué par l’higoumène, le père Sava Janjić. « Les institutions du Kosovo doivent remédier aux causes de l’extrémisme religieux », a déclaré Marko Djurić, directeur du Bureau du gouvernement serbe pour le Kosovo et la Métochie. « L’incident s’est produit vers 21h. Les individus en question sont arrivés devant l’entrée au monastère dans une Golf blanche immatriculée à Uroševac. Lors d’une action menée communément par la police du Kosovo et la KFOR, après l’identification et la fouille du véhicule, il a été établi que les individus arrêtés (quatre Albanais du Kosovo de quatre parties différentes du Kosovo : Gnjilan, Uroševac, Prizren et Djakovica) possédaient des armes (Kalachnikov avec des munitions et un pistolet). Dans la voiture a également trouvée de la littérature à contenu islamiste », a déclaré le père Sava. Deux des personnes arrêtées portait une barbe, avaient le crâne rasé, et étaient vêtus de pantalons courts, ce qui est caractéristique des wahhabites. L’enquête est en cours."

Posté le 1 février 2016 à 16h48 par Michel Janva | Lien permanent

31 janvier 2016

L'islam et la sexualité : les musulmans considèrent avoir une sorte de « droit de cuissage » sur les femmes de l’ennemi

Extrait de la dernière Petite Feuille Verte :

Images-11"[...] L’exercice de la sexualité fait l’objet d’une monumentale codification, détaillée à l’extrême. Outre la Sunna, une multitude de fatwas (avis religieux) répondent sans cesse aux préoccupations des musulmans sur ce sujet devenu obsédant.

Car la licéité est primordiale en ce domaine. Ainsi, le mariage islamique est conçu avant tout comme un contrat juridique, celui-ci pouvant même prendre une forme temporaire. Tel est le cas du « mariage de jouissance » (nikâh el-mutaa), qui se fonde sur un verset du Coran : « De même que vous jouissez d’elles, donnez-leur leur dot, comme une chose due. Il n’y a aucun péché contre vous à ce que vous concluiez un accord quelconque entre vous après la fixation de la dot » (4, 24). Un homme, marié ou pas, a le droit de conclure avec une femme un contrat pour la durée qui leur convient et ce contrat peut être renouvelé autant de fois que le veulent les deux partenaires. D’après la Sunna, ce type de « mariage » fut largement pratiqué par les compagnons de Mahomet. Il n’est plus aujourd’hui admis que dans l’islam chiite où on le justifie comme étant « la solution radicale du problème sexuel dont souffrent les jeunes, et qui menace l’humanité de dégradation et de décadence » (cité par J. Azzi, op. cit., p. 225).

Une telle forme de « mariage » s’apparente à l’adultère mais l’essentiel, du point de vue islamique, est qu’elle rend l’union licite, la zîna (fornication) étant sévèrement punie par la charia. Quant au viol hors mariage (normal ou temporaire), il est certes illicite, mais certains pays comme le Maroc innocentent le violeur s’il épouse sa victime.

En tout cas, l’essentiel est de sauver les apparences. « En public, quasiment tout est illicite en matière de sexualité, mais cet interdit est source de ruses et de stratégies de contournement, car la transgression permet l’exacerbation du désir et de l’imagination » (M. Guidère, op. cit., p. 43).

Pour les auteurs des harcèlements et viols de masse, les victimes, responsables de prévarication, méritent d’être punies. « Les événements de la Saint-Sylvestre sont survenus par la propre faute de ces femmes parce qu’elles étaient à moitié nues et qu’elles portaient du parfum. Il est peu surprenant que des hommes veuillent les attaquer. C’est comme mettre de l’huile sur le feu » ( Sami Abou-Yousouf, imam de la mosquée El-Tawid de Cologne, Réseau Voltaire, 23 janvier 2016).

Le motif était le même en Egypte lors de la révolution (2011-2013). Le viol public de nombreuses femmes voulait signifier à ces dernières qu’elles n’avaient pas à manifester dans la rue aux côtés des hommes et à imiter ainsi les Occidentales. Ces harcèlements communs (Taharrush gamea en arabe) sont des châtiments collectifs. Ils s’apparentent au crime d’honneur. En Islam, la femme est toujours réputée coupable des violences qui lui sont infligées.

Par ailleurs, les musulmans engagés dans le djihad contre l’Occident peuvent trouver légitime de s’en prendre aux femmes car elles constituent la partie la plus vulnérable de l’ennemi. Ils considèrent avoir une sorte de « droit de cuissage » sur les femmes de l’ennemi. Mahomet n’a-t-il pas dit : « Le bonheur de l’homme est de soulever le vêtement d’une femme de peau blanche » (cité par J. Azzi, op. cit., p. 35). 

Le djihad ne se limite pas aux agressions militaires et terroristes. En l’occurrence, il s’est agi de punir les Européennes non musulmanes, coupables de s’être émancipées de la domination masculine, et en même temps d’humilier les sociétés post-chrétiennes considérées comme dépravées et arrogantes."

Posté le 31 janvier 2016 à 19h32 par Michel Janva | Lien permanent

28 janvier 2016

Bataille juridique au Koweït à propos de la construction d'églises

Lu sur Fides :

"Les nouvelles diffusées à propos des dispositions de la municipalité de Madinat al-Kuwait (Koweït ville), qui aurait approuvé la concession de terrains en vue de la construction de nouvelles églises, suscitent actuellement dans l’Emirat la réaction véhémente de parlementaires et juristes koweitiens. Le juriste islamique Ahmad al-Azemi a annoncé l’initiative d’un groupe de parlementaires qui s’opposera à la disposition municipale si elle devait être confirmée, en ayant recours à l’argument selon lequel « elle contredit la charia ». Les arguments des opposants soulignent le caractère inconstitutionnel des dispositions qui permettraient de construire des églises au Koweït du moment que l’islam est reconnu comme religion officielle et principale source de la législation. Tous les chercheurs et experts en droit islamique seraient d’accord pour réaffirmer qu’aucun lieu de culte non islamique ne peut être édifié dans la péninsule arabique.

La nouvelle que la municipalité de la capitale ait approuvé la concession de terrains en vue de la construction de nouveaux lieux de culte chrétien, avait été mentionnée dans la presse locale ces jours derniers par le Directeur général de la municipalité lui-même, Ahmad al-Manfoohi. Après les réactions négatives, le fonctionnaire chargé du département technique municipal, Fahd Al-Sane, s’est empressé de faire savoir n’avoir reçu aucune communication à propos de terrains qui auraient été concédés pour la construction de nouvelles églises."

Posté le 28 janvier 2016 à 07h26 par Michel Janva | Lien permanent

25 janvier 2016

L'Etat islamique à l'assaut de l'Europe par la guerilla moderne

Imprévisible, inaccessible et insaisissable, l'Etat islamique manœuvre à sa guise et se joue de toutes les règles de vigilance européennes et s’apprête à refrapper sur le vieux continent et spécialement en France. C'est ce qui ressort d'un rapport d'experts : 

""Les experts nationaux sont d'accord sur le fait que le soi-disant Etat islamique a la volonté et la capacité de conduire de nouvelles attaques en Europe", a souligné Rob Wainwright. "Les attaques viseront en priorité les cibles molles (la société civile: NDLR), en raison de l'impact que cela génère", précise ce rapport qui décrit "un changement de stratégie de l'EI qui veut agir globalement".

Le rapport est le fruit d'un séminaire entre experts des 28 Etats membres de l'Union européenne organisé trois semaines après les attentats de Paris qui ont fait 130 morts le 13 novembre dernier. Il signale un "changement dans le mode opératoire" de l'organisation djihadiste implantée en Syrie et en Irak, désormais capable de réaliser "quand elle le souhaite", partout dans le monde, des "séries d'attaques complexes et bien coordonnées" grâce à des combattants locaux connaissant bien le terrain.

"Il semblerait que les commandants de l'EI ont une liberté tactique quand ils choisissent leurs cibles, afin d'adapter leurs projets à des circonstances locales spécifiques, ce qui rend encore plus difficile pour les forces de l'ordre la détection de tels projets et l'identification des personnes impliquées à un stade précoce", observe le rapport".

Posté le 25 janvier 2016 à 15h57 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (9)

53ème décapitation en 25 jours au pays des droits-de-l'homme-ami-de-la-France

J'ai nommé l'Arabie saoudite.

Posté le 25 janvier 2016 à 14h40 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (7)

Le dialogue interreligieux s'apparente à du pacifisme où l'on masque, par peur, la réalité de nos différences

Auteur du livre 'Dieu des chrétiens, Dieu des musulmans' évoqué ici, le père François Jourdan vient d'accorder un long entretien au Figaro sur les impasses du dialogue interreligieux tel qu'il est pratiqué aujourd'hui. Extraits :

"Nous ne sommes pas prêts au vrai dialogue, ni l'islam très figé depuis de nombreux siècles et manquant fondamentalement de liberté, ni le christianisme dans son retard de compréhension doctrinale de l'islam par rapport au christianisme (...). L'ignorance mutuelle est grande, même si on croit savoir: tous les mots ont un autre sens dans leur cohérence religieuse spécifique. L'islamologie est en déclin dans l'Université et dans les Eglises chrétiennes. Le laïcisme français (excès de laïcité) est handicapé pour comprendre les religions. Alors on se contente d'expédients géopolitiques (histoire et sociologie de l'islam), et affectifs (empathie sympathique, diplomatie, langage politiquement correct) (...)

Les erreurs comme sur Abraham qui serait le premier monothéiste et donc le père d'un prétendu abrahamisme commun au judaïsme, au christianisme et à l'islam ; alors que, pour les musulmans, le premier monothéiste de l'histoire est Adam. Mais chut! Il ne faut pas le dire! Pourtant l'islam est foncièrement adamique, «la religion de toujours», et non pas abrahamique puisque l'islam ignore totalement l'Alliance biblique faite avec Abraham et qui est la trame de l'histoire du Salut pour les juifs et les chrétiens où Dieu est Sauveur. En islam Dieu n'est pas sauveur. L'islam n'est pas une religion biblique (...)

On fait accréditer que l'islam est ‘abrahamique', que ‘nous avons la même foi', que nous sommes les religions ‘du Livre', et que nous avons le ‘même' Dieu, que l'on peut prier avec les ‘mêmes' mots, que le chrétien lui aussi doit reconnaître que Muhammad est «prophète» et au sens fort ‘comme les prophètes bibliques' et que le Coran est ‘révélé' pour lui au sens fort «comme la Bible» alors qu'il fait pourtant tomber 4/5e de la doctrine chrétienne… Et nous nous découvrons, par ce forcing déshonnête, que «nous avons beaucoup de points communs»! C'est indéfendable (...)

Ces approximations sont des erreurs importantes. On entretient la confusion qui arrange tout le monde: les musulmans et les non-musulmans. C'est du pacifisme: on masque les réalités de nos différences qui sont bien plus conséquentes que ce qu'on n'ose en dire, et tout cela par peur de nos différences. On croit à bon compte que nous sommes proches et que donc on peut vivre en paix, alors qu'en fait on n'a pas besoin d'avoir des choses en commun pour être en dialogue. Ce forcing est l'expression inavouée d'une peur de l'inconnu de l'autre (et du retard inavoué de connaissance que nous avons de lui et de son chemin). Par exemple, la liberté religieuse, droit de l'homme fondamental, devra remettre en cause la charia (organisation islamique de la vie, notamment en société). Il va bien falloir en parler un jour entre nous. On en a peur: ce n'est pas «politiquement correct». Donc ça risque de se résoudre par le rapport de force démographique… et la violence future dans la société française (...)

L'islam est globalisant. Les musulmans de Chine ou du sud des Philippines veulent faire leur Etat islamique… Ce n'est pas une dérive, mais c'est la cohérence profonde du Coran. C'est incompatible avec la liberté religieuse réelle. On le voit bien avec les musulmans qui voudraient quitter l'islam pour une autre religion ou être sans religion: dans leur propre pays islamique, c'est redoutable. De même, trois versets du Coran (60,10; 2,221; 5,5) obligent l'homme non musulman à se convertir à l'islam pour épouser une femme musulmane, y compris en France, pour que ses enfants soient musulmans. Bien sûr tout le monde n'est pas forcément pratiquant, et donc c'est une question de négociation avec pressions, y compris en France où personne ne dit rien. On a peur (...)"

Posté le 25 janvier 2016 à 12h18 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (8)

22 janvier 2016

Persécution anti-chrétienne et assassinat dans le camp de Grande-Synthe

Daniel Hamiche relaie cette information (source), que les grands médias se garderont bien de diffuser. Ce n'est malheureusement une surprise pour personne ici car on pouvait s'attendre à ce que des réfugiés chrétiens se fassent assassiner dans les camps de migrants en France, étant donné ce qu'on sait qu'ils subissent en Allemagne :

"Notre frère Daniel O. nous rapporte de terribles nouvelles de la situation des migrants dans nord de la France. Les chrétiens iraniens subissent des persécutions de la part des réfugiés musulmans. Deux pasteurs nous font part des conditions suivantes, au travers de deux courriels récents. Voici le premier courriel, d’un premier pasteur : « Nous avons  fait, à la demande des migrants iraniens, une réunion spéciale cet après midi à l’Église. Ils étaient une vingtaine de jeunes hommes. Attentifs et ouverts, plusieurs ont répondu à l’appel et 3 d’entre eux souhaitent être baptisés en nous expliquant que ça n’était pas possible en Iran. Nous confirmons que les chrétiens sont malmenés sur le site de Grande-Synthe où la majorité des migrants est musulmane. Un jeune chrétien  a eu le nez cassé, un autre a reçu 2 coups de couteau, et un autre encore après avoir été maltraité est introuvable. On a juste retrouvé quelques unes de ses affaires. Qu’est il devenu ?  [Il a été retrouvé mort après l’envoi de ce mail ; il a été assassiné] […]

Voici le deuxième mail : « La situation des migrants chrétiens de Grande-Synthe est préoccupante et devient particulièrement critique. Nous avons dû prendre la décision, hier soir de loger une quinzaine d’entre eux, dans les locaux de l’Église. Car ils ont étés malmenés la nuit de lundi à mardi et plusieurs ont reçus des coups de couteaux… L’un d’eux a été tué la semaine passée aux abords du camp… Durant ces quinze derniers jours, plusieurs chrétiens de l’Église ont puisé sur leurs propres fonds pour les loger à l’hôtel ; mais cette solution ne peut être reconduite, (près de 800 € en moins de quinze jours ». C’est dans ce camp de Grande-Synthe (Dunkerque) que notre frère iranien a été assassiné pour sa foi. Je n’ai rien trouvé à ce sujet dans les médias. Ce sont des islamistes mafieux qui ont pris en otage le camp, négocient les passages en Angleterre et font même payer pour l’accès aux douches installées par la municipalité. Et dans ce camp on assassine en toute impunité les musulmans qui veulent bénéficier de la liberté de conscience et devenir chrétiens parce que, soi disant, le Coran l’interdit."

Posté le 22 janvier 2016 à 18h45 par Marie Bethanie | Lien permanent

20 janvier 2016

L'islamisme syrien contre les minorités chrétiennes

Journaliste indépendante et spécialiste de la Syrie, Charlotte d'Ornellas témoigne du martyr des minorités chrétiennes dans une Syrie en proie aux rebelles islamistes, et de leur lutte acharnée pour rester sur une terre où les Chrétiens sont implantés depuis bien plus d'un millénaire :

Posté le 20 janvier 2016 à 16h48 par Michel Janva | Lien permanent

Un imam de Cologne demande aux femmes de « ne pas mettre de l’huile sur le feu »

Lu dans Valeurs Actuelles :

"Une interview de l’Imam salafiste Sami Abu-Yusuf à la chaine russe REN TV déclenche un début de polémique. « Les femmes sont responsables des évènements du 31 décembre, car elles étaient parfumées et à moitié nues. Ce n’est pas surprenant que les hommes aient voulu les agresser » a-t-il déclaré à la chaine de télévision russe en enjoignant les femmes allemandes à « ne pas mettre de l’huile sur le feu ».[...]

On rétorquera à cet imam que même lorsqu'elles sont affublées de leurs chiffons noirs avec pas un bout de peau qui dépasse, les femmes sont interpellées et traitées comme du bétail, dans sa "religion de paix et d'amour", comme en témoigne la vidéo ci-dessous, tournée en Arabie Saoudite :

 

Posté le 20 janvier 2016 à 13h27 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (28)

19 janvier 2016

Petite leçon de géopolitique: sur l'Islam, le Levant, le monde multipolaire, ...

et bien d'autres choses, par Bassam Tahhane.

 

Posté le 19 janvier 2016 à 22h30 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (0)

Lettre ouverte à un soldat d’Allah

IndexKarim Akouche, né en Kabylie en 1978, est poète, romancier et dramaturge. Il vit au Québec depuis 2008. Sur le drame et les mensonges de l'identité berbère qui est la sienne, il écrit : 

"Lorsque je suis né, on m'a collé l'étiquette « arabe ». À ma mort, je serai enterré « musulman ». Mon acte de naissance est un acte de décès. Je n'existe pas. Ni dans la vie ni dans la mort.[...] Je suis perdu. J'appartiens à un peuple renié, spolié de ses terres et de ses droits. Je suis relégué au rang d'administré.

L'histoire m'a tendu un double piège. Aux yeux de l'Oriental, je suis un peu occidental, car je suis laïque et ouvert sur le monde. Pour l'Occidental, je suis un Oriental, un être exotique, un Arabe, un musulman."[...]

Dans Causeur ce matin, il interpelle un soldat d'Allah. Plutôt pertinent :

"Prépare ta valise. Achète un billet. Change de pays. Cesse d’être schizophrène. Tu ne le regretteras pas. Ici, tu n’es pas en paix avec ton âme. Tu te racles tout le temps la gorge. L’Occident n’est pas fait pour toi. Ses valeurs t’agressent. Tu ne supportes pas la mixité. Ici, les filles sont libres. Elles ne cachent pas leurs cheveux. Elles portent des jupes. Elles se maquillent dans le métro. Elles courent dans les parcs. Elles boivent du whisky. Ici, on ne coupe pas la main au voleur. On ne lapide pas les femmes adultères. La polygamie est interdite. C’est la justice qui le dit. C’est la démocratie qui le fait. Ce sont les citoyens qui votent les lois. L’État est un navire que pilote le peuple. Ce n’est pas Allah qui en tient le gouvernail.

Tu pries beaucoup. Tu tapes trop ta tête contre le tapis. C’est quoi cette tache noire que tu as sur le front ? Tu pousses la piété jusqu’au fanatisme. Des poils ont mangé ton menton. Tu fréquentes souvent la mosquée. Tu lis des livres dangereux. Tu regardes des vidéos suspectes. Il y a trop de violence dans ton regard. Il y a trop d’aigreur dans tes mots. Ton cœur est un caillou. Tu ne sens plus les choses. On t’a lessivé le cerveau. Ton visage est froid. Tes mâchoires sont acérées. Tes bras sont prêts à frapper. Calme-toi. La violence ne résout pas les problèmes.

Je sais d’où tu viens. Tu habites trop dans le passé. Sors et affronte le présent. Accroche-toi à l’avenir. On ne vit qu’une fois. Pourquoi offrir sa jeunesse à la perdition? Pourquoi cracher sur le visage de la beauté?

Je sais qui tu es. Tu es l’homme du ressentiment. La vérité est amère. Elle fait souvent gerber les imbéciles. Mais aujourd’hui j’ai envie de te la dire. Quitte à faire saigner tes yeux.

Ouvre grand tes tympans. J’ai des choses à te raconter. Tu n’as rien inventé. Tu n’as rien édifié. Tu n’as rien apporté à la civilisation du monde. On t’a tout donné : lumière, papier, pantalon, avion, auto, ordinateur… C’est pour ça que tu es vexé. La rancœur te ronge les tripes.[...]

Questionne les morts. Fouille dans les ruines. Décortique les manuscrits. Tu es en retard de plusieurs révolutions. Tu ne cesses d’évoquer l’âge d’or de l’islam. Tu parles du chiffre zéro que tes ancêtres auraient inventé. Tu parles des philosophes grecs qu’ils auraient traduits. Tu parles de l’astronomie et des maths qu’ils auraient révolutionnées. Tant de mythes fondés sur l’approximation. Arrête de berner le monde. Les mille et une nuits est une œuvre persane. L’histoire ne se lit pas avec les bons sentiments. Rends à Mani ce qui appartient à Mani et à Mohammed ce qui découle de Mohammed. Cesse de te glorifier. Cesse de te victimiser. Cesse de réclamer la repentance. Ceux qui ont tué tes grands-parents sont morts depuis bien longtemps. Leurs petits-enfants n’ont rien à voir avec le colonialisme. C’est injuste de leur demander des excuses pour des crimes qu’ils n’ont pas commis.

Tes ancêtres ont aussi conquis des peuples. Ils ont colonisé les Berbères, les Kurdes, les Ouzbeks, les Coptes, les Phéniciens, les Perses… Ils ont décapité des hommes et violé des femmes. C’est avec le sabre et le coran qu’ils ont exterminé des cultures. En Afrique, ils étaient esclavagistes bien avant l’île de Gorée.[...]

Je ne comprends pas tes frères. Il y a trop de contradictions dans leur tête. Il y a trop de balles dans leurs mitraillettes. Ils regardent La Mecque, mais ils rêvent de Hollywood. Ils conduisent des Chrysler. Ils chaussent des Nike. Ils ont des IPhone. Ils bouffent des hamburgers. Ils aiment les marques américaines. Ils combattent « l’empire », mais ils ont un faible pour ses produits.

Et puis, arrête de m’appeler « frère ». On n’a ni la même mère, ni les mêmes repères. Tu t’es trop éloigné de moi. Tu as pris un chemin tordu. J’en ai assez de tes fourberies. J’ai trop enduré tes sottises. Nos liens se sont brisés. Je ne te fais plus confiance. Tu respires le chaos. Tu es un enfant de la vengeance. Tu es en mission. Tu travailles pour le royaume d’Allah. La vie d’ici-bas ne t’intéresse pas. Tu es quelqu’un d’autre. Tu es un monstre. Je ne te saisis pas. Tu m’échappes. Aujourd’hui tu es intégriste, demain tu seras terroriste. Tu iras grossir les rangs de l’État Islamique.

Un jour, tu tueras des innocents. Un autre, tu seras un martyr. Puis tu seras en enfer. Les vierges ne viendront pas à ton chevet. Tu seras bouffé par les vers. Tu seras dévoré par les flammes. Tu seras noyé dans la rivière de vin qu’on t’a promise. Tu seras torturé par les démons de ta bêtise. Tu seras cendre. Tu seras poussière. Tu seras fiente. Tu seras salive. Tu seras honte. Tu seras chien. Tu seras rien. Tu seras misère."

Posté le 19 janvier 2016 à 15h11 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (12)

18 janvier 2016

Les Chrétiens sont de plus en plus persécutés dans le monde, essentiellement dans les pays musulmans

Lu ici :

Image1"La persécution contre les chrétiens a encore augmenté en 2015, et celle-ci touche de plus en plus de pays. C’est ce qui ressort de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2016, publié par l’ONG Portes Ouvertes, qui recense chaque année les 50 pays dans lesquels les chrétiens sont le plus gravement persécutés.

En 2015, pour la 14ème année consécutive, c’est la Corée du Nord qui se retrouve en tête de classement, car dans ce pays le gouvernement considère le christianisme comme « ennemi de l’État ». Viennent ensuite l’Irak, l’Érythrée, l’Afghanistan et la Syrie (...) Selon l’ONG au moins 7 100 chrétiens ont été assassinés en 2015 pour des raisons liées à leur croyance, soit une augmentation de plus de 63% par rapport à l’année dernière. Le Nigeria est le pays où le plus de chrétiens ont été tués pour leur foi, et Boko Haram, précise le document, est responsable de la plupart des violences commises contre les chrétiens dans ce pays.

Du reste, les pays africains sont nombreux dans le classement de l’Index mondial. Si bien que les 6 pays qui comptent le plus grand nombre de chrétiens assassinés pour leur foi en 2015 sont tous des pays d’Afrique Subsaharienne : Nigeria, Centrafrique, Tchad, République Démocratique du Congo, Kenya, Cameroun.

Cette région d’Afrique constitue le premier foyer d’extrémisme islamique au monde après le Moyen-Orient. D’ailleurs, parmi les tendances relevées par l’ONG dans son rapport, on note que cet islamisme est la première source de persécution antichrétienne. Il en est responsable dans 35 pays, sur les 50 que compte l’Index, que ce soit dans les pays du Moyen-Orient, d’Afrique Subsaharienne ou d’Asie.

Au Moyen-Orient et en Afrique, « le désir d’exterminer les églises sur certains territoires est sans précédent » lit-on dans ce rapport. « Au Nigeria, en Syrie, en Irak, au Soudan, en Somalie, au Kenya, la persécution a pour but de chasser les chrétiens de leurs terres ancestrales ». Si bien que dans certains de ces pays « des villes et des régions entières se vident de leur population chrétienne ».

L’influence de l’islamisme et notamment du groupe État Islamique « a pour effet une radicalisation des sociétés musulmanes » analyse l’ONG qui déplore dans le même temps « un rejet de plus en plus grand de toute présence chrétienne » dans ces sociétés.

Toujours selon l’Index mondial, au moins 2 406 églises ont été visées (attaques, destructions, fermetures arbitraires…) en 2015. C’est là aussi plus du double par rapport à l’année précédente. « Une attaque sur une église, souligne Portes Ouvertes, peut avoir un effet destructeur sur tous les chrétiens qui fréquentaient cette église ». « Une église détruite et qui n’est jamais reconstruite reste un témoin de la vulnérabilité des chrétiens et de l’impunité des persécuteurs » (...)

Sans-titre

A ceux qui tenteraient de tirer des conclusions hâtives à propos de la religion dominante dans les pays concernés par ces persécutions, à l'exception de la Corée du Nord communiste, je vous renvoie immédiatement au post de Marie ...

Posté le 18 janvier 2016 à 06h58 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (7)

16 janvier 2016

Aux idiots utiles de l’islam, un jour les musulmans vous feront regretter votre servilité

Salem-ben-ammar-493b9a7Tunisien, Salem Ben Ammar, docteur en sciences politiques, lutte pied à pied contre l’islam et notamment contre l’islam intégriste qui a fait la ruine de son pays. Dans ce texte, il parle au nom d'Allah, à tous ceux qui font le lit de l'islamisme en favorisant l'islam :

"« Je veux t’anéantir parce que tu es témoin de mon imposture. Ainsi il n’y aura plus personne qui peut contester ma vérité que je suis à l’origine de tout et la seule voie authentique pour l’humanité. »
Allah est clair et cohérent avec lui-même.
« Je veux avoir ta peau que tu croies ou pas en moi, je tue aussi bien les miens que mes détracteurs, tu finiras comme les Juifs de la Médine. » « Aujourd’hui tu voles au secours de ma cinquième colonne, sans savoir que tu es entrain de leur aiguiser les couteaux de boucher qui leur serviront de te décapiter le moment venu comme mes petits soldats de Daech le font en Irak, Syrie et Libye ». »
Pauvre incrédule et niais que tu es, tu as beau te proclamer laïque, athée, agnostique, chrétien, juif, bouddhiste, taoïste, déiste, tu n’échapperas pas à la triste fin que je te réserve ». Tu penses bien que je ne ferai preuve de mansuétude à ton égard parce que tu as été charitable avec les miens.
Je suis fermé à l’amour et à la compassion. Kali, Châmundâ et Thanatos sont des enfants de choeur comparé à moi.
Je ne me compare à personne, ni Borgia, ni Dracula, ni Frankestein, ni Hitler, ni Staline, ni mon bras droit le petit bâtard en mal d’affection Mahomet, je me compare à même. Je les ai créés pour vous donner un avant-goût de ce dont je suis capable de faire. Vous n’avez pas fini avec moi, l’enfer des juifs et des chrétiens n’est pas grand’chose à côté à la Géhenne où je m’enivrerai de votre sang et je me goinfrerai de votre chair.
Mon livre est suffisamment éloquent quant à ma haine de l’humain y compris de ces pauvres esclaves que mon lieutenant de basses besognes a roulés dans le sable en leur faisant prendre les vessies pour les lanternes. Trop idiots pour comprendre qu’ils sont les premiers dindons de la farce.
Les promesses lubriques et graveleuses ne m’engagent rien elles n’engagent qu’eux-mêmes.
En leur faisant miroiter le sexe et l’alcool à gogo j’ai juste voulu chercher savoir ce qu’ils ont réellement entre les jambes et tester leur degré de fiabilité morale, ils sont tombés dans le piège les deux pieds joints comme les derniers des décérébrés.
Cupides et stupides ils ont mordu à l’hameçon, je n’y suis pour rien, s’ils ont pris mes promesses pour de l’argent comptant. Des bons à rien, des mecs qui réfléchissent avec leurs babouches et aux neurones logés dans leur paire de bourse, le jour où ils auront découvert qu’ils ont été menés sur un dos de chameau ce sera trop tard pour eux car j’aurai fini de me délecter d’eux.
Ils ont perdu doublement la partie. Leur vie sur terre qui est la vallée de la mort et dans l’au-delà où il n’y a rien de vrai dans ce que mon escroc de messager qui voulait me faire de l’ombre, en se voulant s’élever au-dessus de mon auguste personne, leur a seriné.
Que les âmes charitables qui jouent aux bons samaritains avec mes ouailles sachent ils n’auront rien à attendre de moi.
Ce sera la Géhenne pour eux et ma cinquième colonne qu’ils sont en train de choyer et courtiser se chargera de les y envoyer."

Posté le 16 janvier 2016 à 16h04 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (27)

Un premier bilan sur l'attaque djihadiste de Ouagadougou

Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, a connu à son tour l'horreur d'une attaque djihadiste cette nuit. Entre 4 et 5 djihadistes se réclamant du groupe al-Mourabitoune d'Aqmi (Al Qaeda au Maghreb islamique, les mêmes que ceux de la prise d'otages du Radisson Blue de Bamako en novembre) ont ouvert le feu sur le restaurant Cappuccino et mené une prise d'otages dans l'hôtel Splendid, deux établissements fréquentés principalement par des Occidentaux. Pas loin de trente victimes sont à déplorer, de 18 nationalités différentes. 4 djihadistes seraient morts; il s'agirait de deux Arabes et deux Africains noirs. Une opération de ratissage est toujours en cours dans le quartier.

2016-01-16T115816Z_985633836_GF20000096801_RTRMADP_3_BURKINA-ATTACKS_0(Les forces spéciales françaises positionnées devant le Splendid hôtel)

On peut saluer le beau travail des Forces spéciales françaises, qui ont libéré une bonne partie des otages retenus dans l'hôtel Splendid.

Une première attaque d'un groupe armé avait eu lieu dans l'après-midi dans le nord du pays, à la frontière avec le Mali, faisant deux morts, un civil et un gendarme burkinabè.

On apprend d'autre part qu'un couple d'Australiens, un médecin et sa femme, a été enlevé vendredi soir dans le nord du Burkina, sans que l'on sache si cet enlèvement a un lien avec l'attentat de Ouagadougou. Nous prions pour qu'on les retrouve sains et saufs, ainsi que pour toutes les victimes des attentats.

Tout comme pour l'attentat de novembre à Bamako, le lieu choisi par les djihadistes à Ouagadougou est un lieu fréquenté essentiellement par des Occidentaux, ou des autochtones aisés vivant à la mode occidentale.

Posté le 16 janvier 2016 à 15h34 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (3)

L'ouverture de nos frontères contribue à détruire les pays du Moyen-Orient

Le père Fadi Najjar, jeune prêtre grec-melkite catholique d’Alep, déclare à Christianophobie Hebdo :

"Aucun chrétien ne pensait à partir avant la guerre ; aujourd’hui, l’hémorragie chrétienne est dramatique. Nous vivons les mêmes horreurs que tous les Aleppins, mais les chrétiens se sont sentis trahis par les pays occidentaux plus que n’importe qui. Je n’ai pas peur de dire que l’Europe chrétienne nous a trahis, et qu’elle est en partie responsable de cette disparition si préoccupante.

Vous en voulez à l’Occident ?

Évidemment. Ils ont créé et alimenté l’islamisme le plus destructeur et l’Europe le regrettera un jour… La France le sait déjà trop bien. Quelle tristesse de voir que vous goûtez au même mal que nous, alors que nous vous prévenons depuis des années.

Que pensez-vous de la politique d’immigration de l’Europe ou du Canada ?

Mais pourquoi ces pays ouvrent-ils subitement leurs frontières ? C’est une catastrophe évidemment ; cela contribue à la destruction de notre pays. Pour moi, ces politiques d’immigration sont une trahison, a fortiori lorsque des pays historiquement chrétiens facilitent le départ des chrétiens syriens. [...]"

Posté le 16 janvier 2016 à 11h31 par Michel Janva | Lien permanent

13 janvier 2016

Djihad sexuel

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

"Selon toute vraisemblance, ces viols sont la première attaque de ce que l’on appelle parfois le djihad sexuel. Ce djihad d’un genre particulier comprend deux volets. D’une part, certaines jeunes filles islamistes partent rejoindre l’État islamique pour « réconforter » ses combattants. Et, d’autre part, les femmes non encore soumises au califat mondial sont supposées être des proies offertes à tous les djihadistes. Comme si nous étions encore au temps de Mahomet et des grandes razzias… En d’autres termes, le message adressé par ces viols collectifs devrait se traduire ainsi : convertissez-vous d’urgence à l’islam, sans quoi vous serez violées. On sait que déjà, dans bien des banlieues françaises, des jeunes filles se mettent à porter le voile, non par conviction religieuse, mais pour ne pas être harcelées. Le voile est devenu une protection (protégé se dit « dhimmi » en arabe…). Il faut ajouter, hélas, que ces viols répondent aussi à la propagande publicitaire qui, trop fréquemment, fait de la femme une marchandise.

Notre civilisation a toujours respecté la femme. Mais cette civilisation est aujourd’hui attaquée par deux nihilismes : le nihilisme des djihadistes (qui ont ainsi, sous nos yeux, violé des centaines de femmes) et le nihilisme des hyper-consuméristes, pour qui le corps de la femme est une marchandise comme une autre. Mais le pire, dans ces tragiques événements, réside sans doute dans la réaction des « élites »."

Posté le 13 janvier 2016 à 07h49 par Michel Janva | Lien permanent

12 janvier 2016

Allemagne : les chrétiens persécutés par les musulmans dans les camps de réfugiés

Lu ici :

"Le supérieur du monastère Saint-Georges (situé à 100 km de Berlin) et membre du Conseil de l’intégration auprès du Chancelier fédéral d’Allemagne, l’higoumène Daniel (Irbits), a adressé une lettre au ministre fédéral pour les attributions spéciales et directeur de la chancellerie fédérale d’Allemagne, Peter Altmaier, dans laquelle il a exprimé sa préoccupation au sujet de la situation des réfugiés chrétiens en Allemagne, qui sont exposés à des persécutions de la part des musulmans dans les camps pour migrants. Dans certains cas, la situation est sérieuse à ce point, que les chrétiens veulent revenir chez eux.

Le père Daniel a écrit : « Avec grande préoccupation et honte, nous avons appris, ces derniers jours, que les migrants chrétiens de Syrie, Érythrée et d’autres pays sont exposés, dans les camps pour réfugiés, à des outrages, des persécutions et des harcèlements violents de la part de leurs voisins musulmans. Cela concerne aussi la minorité religieuse des yazidis. Les cas ne sont pas rares, lorsque le harcèlement va jusqu’aux blessures et menaces de mort. Ce sont les ex-musulmans convertis au christianisme, qui sont particulièrement exposés. Conformément à la tradition islamique, ceux-ci doivent être châtiés pour avoir apostasié l’Islam. Ils sont exposés à une violente pression et craignent pour leur vie, car pour les musulmans radicaux, les « apostats » perdent tout droit à la vie. Pour beaucoup d’entre eux, la possibilité de demeurer la nuit dans les camps pour réfugiés est donc exclue, et ils sont contraints pour cette raison de dormir, par exemple, dans l’église évangélique-luthérienne de la Sainte-Trinité située à la Südendstrasse, dans le quartier de Berlin-Steglitz. Un certain nombre de chrétiens arrivants du Moyen Orient éprouvent des pressions si fortes qu’ils veulent revenir chez eux, parce que leur situation là-bas leur semble un moindre mal, comparée aux conditions dans les sites allemands de réfugiés. Nous considérons cela incompatible avec les buts de la culture allemande et de la politique d’offre d’asile, et il est honteux que de telles conditions prévalent dans l’octroi d’un abri en Allemagne. Les chrétiens recherchent une protection en Allemagne et ce faisant, en partie pour les raisons susmentionnées, ils se sentent ici moins en sûreté que dans les pays d’où ils sont issus. Cela va à l’encontre de la politique allemande à l’égard des réfugiés, laquelle dans une mesure importante comporte des buts nobles et désintéressés. Il ne peut et il ne doit y avoir aucun « rabais » sur le droit en vigueur ici. Qui plus est, l’Allemagne offre aux gens de confession musulmane la liberté religieuse dans les camps pour réfugiés et, il leur est permis notamment de construire des mosquées improvisées là où ils sont réinstallés. En outre, il est inacceptable, de notre point de vue, que les forces de police n’interviennent que rarement, voire jamais, dans la résolution des conflits religieux. Quelles que soient les causes que l’on invoque pour cela, c’est précisément là que les droits fondamentaux dans notre pays ont besoin d’une protection particulière. Il n’y a pas d’alternatives à cela. Aussi, nous vous demandons d’exercer la pression nécessaire pour que soit assurée l’observance de la législation allemande dans les centres pour demandeurs d’asile et, jusqu’à ce que cela soit possible à mettre complètement en place, d’accepter les propositions du clergé des différentes confessions chrétiennes d’Allemagne, et de garantir que les chrétiens soient logés séparément des musulmans. Notre société ne doit pas permettre que des gens qui, en Allemagne, cherchent à être protégés de la guerre et de la terreur, trouvent en réalité, ici, le contraire de ce qui leur était promis par les politiciens allemands. Nous vous en prions, faites le nécessaire pour que la disposition des Allemands à recevoir des réfugiés s’étende aussi aux chrétiens et aux yazidis, sans quoi, dans le cas contraire, la belle parole de « culture d’accueil des réfugiés » peut s’avérer simplement une farce ». Comme l’a raconté l’higoumène Daniel au site russe « Pravmir », il aide lui-même, actuellement, une famille de réfugiés de Damas. Le chef de famille est un Arabe qui a étudié en Russie, son épouse est russe, et ils ont une petite fille. « Ils sont arrivés, il y a environ deux mois en Allemagne. Ils sont chrétiens. On les a transférés de camp en camp, on ne leur donne pas d’argent pour la nourriture, ils sont à trente dans une chambre. Dans le camp où ils sont maintenant, il n’y a que deux familles chrétiennes de Syrie. Aussi, on peut s’imaginer les pressions qui sont exercées sur eux pour des motifs religieux. Il y a beaucoup de camps semblables, et de telles familles ne sont pas rares. Aussi, nous sommes simplement appelés à aider, comme nous le pouvons, de telles familles » a souligné l’higoumène Daniel.

Posté le 12 janvier 2016 à 21h30 par Michel Janva | Lien permanent

11 janvier 2016

Le journal La Croix devient le symbole d’une pensée unique, prêt à tout pour rester à la mode

Sur son blog, le père Michel Viot met en garde contre le syncrétisme et le relativisme auxquels peuvent mener une approche naïve et angélique de l'islam par certains catholiques :

"Je ne puis me résoudre à un tel compte, pas plus qu’aux contes dont il découle ! Je ne mets pas en doute les bonnes intentions, à la fois pacifistes et conciliatrices du Père Vincent Feroldi, responsable du dialogue avec l’Islam, au nom de notre conférence épiscopale. En cette année de grâce 2015, selon certains calculs, les dates de naissance de Jésus et de Mahomet étaient très proches : 24 décembre pour le prophète de l’Islam, 25 décembre pour le Fils Éternel de Dieu ! Et de préciser que c’était la première fois depuis 457 ans qu’il y avait une telle « coïncidence » !

Je comprends qu’en ces temps troublés et pleins de violence on veuille chercher des « signes » de rassemblement ! Mais sur des sujets aussi sensibles, il faut être prudent et surtout vrai ! (...) Je ne me prononce pas en ce qui concerne le calcul de la naissance de Mahomet qui ne remonte pas avant la fin du Xe siècle, référence que d’ailleurs tous les musulmans n’approuvent pas. En revanche pour ce qui concerne Jésus, cette date n’a rien de précis ; elle a été comprise de manière fort différente, renvoyant du solstice d’hiver aux dates de prise de fonction des prêtres du Temple de Jérusalem, calcul fait à partir de ce qui concerne Zacharie, le père de Jean-Baptiste, et dans ce cas Jésus serait né au début du mois de décembre. Cela dit, ce qui compte pour les chrétiens c’est que Jésus soit né sous le règne de César Auguste, conçu du Saint Esprit dans le sein de la Vierge Marie. Certes mon confrère nous fait justement remarquer que le Coran mentionne Myriam ! Mais ce livre, référence religieuse de tous les musulmans, est bien loin de tirer les conclusions qui s’imposent de la maternité divine de Marie. Il valide la conception du Saint Esprit, ce à quoi certains catholiques « patentés » ne croient plus ! Dont acte ! Mais est-ce une raison pour exhorter les catholiques à retrouver les chemins de la piété mariale par les sourates du Coran ?

De plus, compte tenu de l’inculture religieuse des chrétiens de France, contrairement aux musulmans nos compatriotes, il est plus qu’évident que l’exhortation du Père Feroldi nous mène droit au syncrétisme et au relativisme. Les catholiques de France ont dans ce domaine des longueurs d’avance sur les français musulmans. Soyons clairs, le concile Vatican II n’est pas en cause ! Ce qu’il a déclaré sur l’œcuménisme, le dialogue inter religieux et la liberté religieuse, doit être lu dans la continuité de ce que l’Eglise catholique a toujours enseigné. Il n’y a de salut qu’en Jésus Christ, même pour ceux qui ne le savent pas et qui ont su « aimer le plus petit de ses frères » ! Mais, affirmer à la fin d’un propos qui encourageait en cette fin d’année 2015 à se réjouir pour la naissance de Jésus et de Mahomet : » En 2015, Jésus le Sauveur est bien signe, grâce et miséricorde pour tous les hommes ! Il est le Prince de la paix » n’explique pas la vérité catholique du Concile, pour qui Jésus n’a pas attendu 2015, coïncidence des naissances de Jésus et de Mahomet pour être ce qu’il est ! Abraham s’est réjoui en voyant son jour ! Et notre Seigneur d’ajouter : « Avant qu’Abraham fut Je suis ! ».

Le message du Père Feroldi relayé par La Croix, par les bons soins de la même journaliste décidément très « intéressée » par l’Islam et si indulgente pour les djihadistes français (voir mon article précédent), a beaucoup blessé nos frères chrétiens d’Orient. Ils nous reprochent non sans raison de les avoir abandonnés et sacrifiés à ce que nous avons cru être nos intérêts ! Je ne pense pas qu’ils aient particulièrement envie de se réjouir de la naissance de Mahomet, pas plus qu’ils ne ressentent le besoin de nourrir leur piété mariale de sourates du Coran ! Pour eux, le journal La Croix ne traduit plus qu’une vérité de l’Occident déchristianisé, vérité qui en russe se traduit par Pravda, et qui rappelle ce que fut ce journal avant la chute d’un mur célèbre ! Il e et pourquoi pas, comme me le disait un d’entre eux au téléphone, prêt à rajouter la naissance de Bouddha à celles de Jésus et de Mahomet, pour présenter au monde une trinité plus large et plus tolérante encore.

Ce « signe de paix » du Père Feroldi est reçu par beaucoup de chrétiens, tant en Orient qu’en Occident, comme une compromission, voire même un baiser de Judas ! (...)"

Posté le 11 janvier 2016 à 07h47 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (28)

09 janvier 2016

18 janvier : colloque sur les origines de l'islamisme contemporain

Image

Posté le 9 janvier 2016 à 07h01 par Michel Janva | Lien permanent

05 janvier 2016

Le terrorisme sexuel

De Guillaume Bernard dans La Nef :

"L’islamisme ne se rend pas seulement coupable de tueries. Il pratique aussi une autre forme de guerre : le terrorisme sexuel. Celui-ci prend deux visages qui, tel un Janus, sont intimement liés, l’un étant le revers justifiant l’autre : le premier consiste en un discours moralisateur vestimentaire, le second en tire les conséquences quant au respect de l’intégrité physique dû à la personne.

Le terrorisme sexuel prend, d’abord, la forme intellectuelle de l’apologie de la pudeur féminine. Pour être décente en public, la femme devrait non pas seulement habiller son corps mais le dissimuler le plus possible, certains considérant même qu’il lui faudrait cacher son regard. [...]

Le rejet viscéral de telles considérations est, par un raccourci manichéen, interprété comme une acceptation, voire une promotion de la débauche par la société occidentale. [...]

Il est tellement conçu comme un signe distinctif, à la fois une cuirasse et un étendard, qu’il serait permis d’abuser de la femme qui ne le porterait pas. Celle-ci, supposée sans honneur, ne serait pas respectable et donc à la disposition du premier venu. Outre que l’incontinence de certains hommes trouve là une justification prodigieusement perverse – le prédateur déclare sa victime coupable pour s’auto-justifier –, l’usage politico-militaire du viol, individuel et collectif, et de la réduction en esclavage ne peut être ignoré. Il est une arme pour terroriser les populations que l’islam cherche à conquérir, la femme ne pouvant y échapper qu’en se convertissant.

Dans la pratique, ce terrorisme physique ne prolonge pas nécessairement sa version culturelle. Mais il en est, dans une certaine herméneutique, la continuité logique. Si la majorité des médias jettent un voile pudique sur les viols dont le caractère ethnico-religieux est peu douteux, les faits n’en sont pas moins réels et de plus en plus nombreux en Europe. [...]

Cette schizophrénie permet au mâle musulman de se vautrer dans la luxure tout en s’estimant irréprochable et approuvé par son dieu. Cette idéologie permet d’obtenir une soumission sociale d’autant plus aveugle qu’elle autorise ses adeptes, en les libérant du sentiment de culpabilité, à pratiquer sur ses « ennemis » des actes sadiques."

Posté le 5 janvier 2016 à 11h30 par Michel Janva | Lien permanent

04 janvier 2016

« Je me sens très mal à l’aise dans une mosquée et avec l’islam en général. »

Qui est l'horrible islamophobe amalgamiste qui a dit cela ?

Houellebecq ?

Le Pen ?

Zemmour ?

...

Non : François Mitterrand.

Posté le 4 janvier 2016 à 21h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

30 décembre 2015

300 000 convertis en Iran ?

Le père Humblot, prêtre du Prado depuis 1961, a été obligé de quitter précipitamment l’Iran après 45 ans passés dans ce pays. Il témoigne :

"Suivant les conseils impératifs de mon évêque, j’ai dû me réfugier précipitamment à Paris avec deux valises remplies de traductions en persan – dont la Bible – à achever. Après mon départ, La police islamique a débarqué dans notre centre de catéchèse, a saisi tous les livres, ordinateurs et documents qu’on avait laissés là ». « Tout fut détruit dont notre chapelle mais, Dieu merci, les collaborateurs ont pu se disperser et demeurent cachés ou exilés. »

Le père Humblot estime le nombre de convertis à 300 000, selon une fourchette basse, et le Régime islamique semble bien conscient de l’importance de cette vague de conversions puisqu’il sévit de plus en plus contre ce mouvement. En Iran, ces convertis vivent dans la clandestinité : ils bravent la loi musulmane qui interdit de changer de religion, subissent souvent la violence de leurs familles et sont mal reçus dans les églises historiques, comme les communautés orientales ou latines. Malgré cette persécution, les convertis affluent. Ils se retrouvent le plus souvent dans de nombreuses et fort discrètes « églises de maison » animées par des évangélique et recherchées par la police politico-religieuse.

En Iran, le père Humblot n’a jamais cessé d’être sollicité. 

« On m’accusait de faire du prosélytisme. Mais je n’en ai jamais fait, tout simplement parce que ce n’est pas mon travail et je n’en aurais pas eu le temps ! »

Il accueillait ceux qui venaient le trouver et suivait les catéchumènes pendant trois ans avant le baptême, se méfiant des conversions trop rapides. Au bout d’un certain temps, se sachant sous surveillance, il a dû multiplier les lieux de rendez-vous, recevant ses catéchumènes dans sa voiture ou dans des parcs publics.

Posté le 30 décembre 2015 à 12h37 par Michel Janva | Lien permanent

25 décembre 2015

Joyeux Noël? Le gouvernement pakistanais coupe l'eau dans les quartiers chrétiens d'Islamabad

 

Posté le 25 décembre 2015 à 20h03 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (3)

24 décembre 2015

Après Bruneï, la Somalie et le Tadjikistan interdisent à leur tour Noël

Ils imitent François Baroin ou ils suivent la charia ?

Posté le 24 décembre 2015 à 10h51 par Michel Janva | Lien permanent

23 décembre 2015

Interdiction de célébrer Noël

Dans le sultanat de Bruneï.

Mais rassurez-vous : cépaçalislam.

Posté le 23 décembre 2015 à 10h21 par Michel Janva | Lien permanent

22 décembre 2015

Au cœur de l’Europe, un haut lieu de l'islamisme depuis que l’Arabie saoudite a influencé la pratique de l’islam

Dans L'Obs, Jean-Baptiste Naudet consacre un article à Osve, hameau bosniaque où flotte le drapeau de l'Etat islamique :

"[...] Osve, à 130 kilomètres au nord-ouest de Sarajevo, serait même un centre d'entraînement pour terroristes, partisans de l'Etat islamique en Bosnie (3,8 millions d'habitants, plus de 45% de musulmans). [...]

Osve est le théâtre d'un Clochemerle à la mode islamiste. Certes, tous les habitants se croient revenus à l'heure du Prophète - hommes en tunique, aux longues barbes fournies, à la moustache soigneusement rasée, femmes en burqa, entièrement voilées de noir. Tous pratiquent un islam salafiste, rigoriste, d'inspiration wahhabite, saoudienne. Loin, très loin de l'islam traditionnel, européen bosniaque, tolérant et éclairé, souvent plus nationaliste que religieux, où l'on arrose parfois les fêtes musulmanes avec de l'alcool. [...]

C'est pendant la guerre (1992-1995) que le ver de l'extrémisme musulman a été introduit dans le fruit de l'islam modéré bosniaque. Au nom du djihad, des volontaires accourent alors de différents pays musulmans pour se battre aux côtés des Bosniaques. Des associations, des fondations caritatives musulmanes, souvent des pays du Golfe, amènent finances et aide humanitaire mais importent aussi un islam rigoriste, salafiste, très éloigné de celui des Bosniaques mais qu'ils imposent en échange de leur soutien.

L'Arabie saoudite et son islam rétrograde prennent pied dans le pays alors assiégé et affamé. Les Saoudiens ont construit à Sarajevo une grande mosquée de marbre gris, la mosquée du roi Fahd Abdul Aziz, où l'on pratique et enseigne leur variante wahhabite et obscurantiste de l'islam. Officiellement, il ne s'agit que de la version pacifique.

Posté le 22 décembre 2015 à 19h40 par Michel Janva | Lien permanent

Un ancien musulman explique pourquoi l'Etat islamique représente l'islam

Frère Rachid, que certains d'entre vous connaissent déjà, est un marocain converti de l'islam à l'église évangélique. Il anime  des émissions hebdomadaires en arabe sur Al Hayat TV, une chaîne de télévision évangélique égyptienne. Son père est imam. Il s'adressait en septembre 2014 au président Obama et lui expliquait pourquoi l'EI est islamique et représente l'islam :

 

Posté le 22 décembre 2015 à 10h25 par Marie Bethanie | Lien permanent

18 décembre 2015

Ulster : interdiction de critiquer l'islam ?

Lu sur l'Observatoire de la christianophobie :

"Si quelqu’un écrit « La religion chrétienne est toujours l’opium du peuple », ou encore « Le christianisme est une religion violente : voyez les croisades, les guerres de religion, l’Inquisition… etc. », cela nous mettra de mauvaise humeur, certes, mais aucun chrétien normalement intelligent ne s’avisera de faire un procès à l’auteur de telles assertions. Si d’aventure il s’y risquait, il n’est pas besoin d’être prophète pour gager qu’il serait débouté de sa plainte et même condamné aux dépens.

Toutefois, quand il s’agit que la religion musulmane, la chanson que chantent les juges est sur un tout autre air… Le pasteur James McConnell, prêcheur évangélique en Ulster (Irlande du Nord) vient de le comprendre à ses… dépends. Pour avoir osé proférer, dans un prêche de mai 2014 prononcé au Whitewell Metropolitan Tabernacle, que « l’islam est païen, l’islam est satanique » : il a été traîné devant les tribunaux le 14 décembre ! Pour le procureur, cette affaire « n’a rien à voir avec la religion ou la liberté d’expression » et le pasteur McConnell est coupable de stigmatiser « les disciples d’une religion en son entier et de manière stéréotypée ». Attendons la sentence…"

Posté le 18 décembre 2015 à 07h34 par Michel Janva | Lien permanent

16 décembre 2015

Islam : selon le père Boulad, l’Occident est au bord de la guerre civile

Syro-Italien d’origine, Égypto-Libanais de nationalité, de rite grec-melkite (byzantin) et français de culture, le père Henri Boulad, 84 ans, est l'ancien provincial des jésuites du Proche- Orient, directeur du Centre culturel jésuite d’Alexandrie et de Caritas Égypte. Il déclare à Frédéric Pons dans Valeurs Actuelles à paraître demain :

Images-2"[...] Quelle leçon tirez-vous de l’attitude des Français après les attentats du 13 novembre à Paris ?

Sans être méchant et avec le plus grand respect pour les très nombreuses victimes, je dirais que c’était tout à fait prévisible. C’était une question de temps. Cela fait trente ans que je mets en garde les Français contre la pénétration sournoise de l’islamisme en France, contre le projet d’invasion systématique de l’Europe. Ils n’ont rien voulu entendre et j’ai été traité d’islamophobe. Il faut prendre conscience que nous assistons au début d’une phase de djihadisme qui risque de s’amplifier. À présent, la réalité frappe les Français de plein fouet. Peut-être cela les réveillera-t-il ? Avec le discours politique et médiatique de déni radical qui reprend de plus belle, on est en droit d’en douter...

En disant cela, considérez-vous les Français dans leur ensemble ou faites-vous une différence entre le peuple et les élites, notamment les dirigeants politiques ?

Oui, bien sûr, je fais une différence. Mais je dirais aussi qu’un peuple a les dirigeants qu’il mérite. Quand on vit systématiquement dans le déni et qu’on refuse de voir certaines réalités qui crèvent les yeux, on ne peut pas se plaindre des conséquences. La France est devenue molle. Elle se laisse trop facilement manipuler par la plupart des médias, qui diffusent de la désinformation, voire font de la propagande, à longueur d’année. Je pense que les médias occidentaux sont grassement payés ou aux ordres, tout comme les politiques. Ce qui compte, c’est finalement l’argent.

Que voulez-vous dire exactement ?

Il est contradictoire et hautement dangereux de nouer des accords économiques, commerciaux et militaires juteux avec des pays comme l’Arabie Saoudite et le Qatar et, en même temps, d’adopter une certaine dhimmitude (soumission) vis-à-vis d’eux, alors que l’on sait qu’ils sont à la source de ce fondamentalisme inquiétant qui prospère en France. Le déni de réalité ne fera que laisser empirer ce mal. L’islamisme procède d’une certaine lecture de l’islam “importé” de ces pays. C’est une forme d’allégeance, celle des obligés... ou le syndrome de Stockholm ? [...]

Mais l’Occident peut-il parler librement de l’islam ?

Non, hélas, je ne le crois pas. Le “politiquement correct” d’aujourd’hui muselle ceux qui voient clair et qui voudraient parler. Sous prétexte de tolérance et d’ouverture, l’Occident — tout comme l’Église d’ailleurs — est tombé dans le piège — j’allais dire dans “la mode” — de l’idéologie de la gauche libérale et aussi d’une certaine droite, celle qui a favorisé par le passé l’UOIF, c’est-à-dire les Frères musulmans. Le piège est dans cette naïveté et cet angélisme de croire qu’on peut réussir un “islam à la française” avec cette organisation des Frères musulmans, lorsqu’on sait que l’idéologie de cette confrérie est fondamentalement nihiliste, profondément conquérante et d’un prosélytisme sournois et rampant : le cas de figure de l’Égypte en est le meilleur exemple. Nous ne sommes plus vraiment libres de parler. On ne cherche plus la vérité, mais on cherche plutôt à plaire, à contenter tout le monde au nom de la paix sociale. Sous ce calme de surface apparent, soyez sûr que le cancer progresse.

Pourquoi est-il aussi difficile de parler librement ?

Parce que, dès qu’on tient un certain discours, on est immédiatement classé, étiqueté, de façon péjorative. Les Français sont pourtant réputés pour leur sens critique, mais ils semblent, dans ce cas, avoir perdu tout discernement. La plupart des gens sont prisonniers de l’opinion, de l’idéologie. Quand donc aurons-nous le courage de nous exprimer en toute liberté ? Jésus nous a pourtant dit : « La vérité vous rendra libres. » Le problème des musulmans et des partisans du dialogue interreligieux est leur refus de reconnaître que l’islam est confronté à un vrai et vaste problème. Sans une réforme radicale de l’islam, nous allons vers une confrontation, pour ne pas dire une déflagration. Je pense même que c’est imminent et que l’Occident est au bord de la guerre civile. On ne peut indéfiniment — ni impunément — tricher avec la vérité. De plus, Nostra aetate n’a jamais demandé de dialoguer “avec l’islam”, mais de créer des relations avec les musulmans : il n’y a en effet pas de convergence possible entre les doctrines, mais des liens constructifs souhaitables entre des personnes. [...]

Pourquoi les responsables musulmans ont-ils tant de mal à parler, avec franchise, de tout cela et des dérives de certains de leurs coreligionnaires ?

Parce que, précisément, l’islam a opté, il y a déjà dix siècles, pour la ligne dure. Parce qu’il est très difficile aux musulmans — pour ne pas dire impossible — de faire marche arrière, quelle que soit la bonne volonté qui les anime. Les points de blocage sont nombreux. Par exemple, renoncer au projet de califat mondial, qui est préconisé non seulement par les islamistes, notamment les Frères musulmans (l’UOIF en France), mais aussi par l’islam tout court. Autre blocage : ouvrir l’islam à la pensée critique. C’est impossible pour les musulmans : cela leur est interdit, depuis dix siècles, par la décision de “fermer la porte de l’ijtihad” (“renouveau”, “effort intellectuel” afin de moderniser la lecture du Coran). [...]

Pensez-vous l’islam compatible avec la démocratie, avec la laïcité ?

Non. Les islamistes utilisent la démocratie pour la tuer. Pour eux, les lois d’Allah (la charia) sont supérieures à celles des humains. Pour la majorité des musulmans, le Coran n’est pas discutable : il émane d’Allah et il est au ciel auprès du Trône, posé sur la Table gardée, depuis le début de la Création. La ségrégation envers les infidèles et les femmes est inscrite dans les versets coraniques et les hadiths, ce qui nous permet d’affirmer que ce n’est pas demain que la démocratie, la liberté de conscience et de religion seront des sujets d’actualité dans le monde arabo-islamique, ni même en France. L’islam régente tous les aspects de la vie de l’individu du berceau à sa tombe. Il n’est pas libre de penser ou de décider par lui-même en dehors de la charia et s’il le fait, il se met en dehors de l’oumma (la communauté-nation islamique). Il sait aussi ce qui l’attend : l’enfer sur terre et dans l’au-delà. On est loin des droits de l’homme, du libre arbitre augustinien, de la laïcité et de la démocratie. [...]"

Posté le 16 décembre 2015 à 22h29 par Michel Janva | Lien permanent

Les Belges ont failli attraper Salah Abdeslam

TéléchargementLe terroriste des attentats de Paris Salah Abdeslam, sous mandat international, était très vraisemblablement à Molenbeek deux jours seulement après les attentats. Les forces de police l'avaient repéré.

Mais la loi belge interdit que l'on procède à une perquisition entre 23h et 5h du matin, sauf en cas de flagrant délit ou d'incendie. Salah Abdeslam se serait faufilé hors de la maison où il s'était réfugié caché dans un meuble ou dans un véhicule, à la faveur d'un déménagement qui avait lieu à proximité, d'après la RTBF.

La police a dû attendre son mandat de perquisition, arrivé trop tard.

Posté le 16 décembre 2015 à 19h44 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (15)

A Bagdad, les chiites somment les chrétiennes de porter le voile "comme la Vierge"

La Croix rapporte une nouvelle attaque des musulmans chiites à l'encontre de la communauté chrétienne d'Irak, dénoncée avec inquiétude par le patriarche de Babylone des Chaldéens, Sa Béatitude Louis Sako : des affiches collées sur les églises et maisons dans les quartiers chrétiens de Bagdad, incitent les femmes à "imiter la Vierge Marie" en se couvrant la tête d'un voile.

A-Bagdad-les-chretiennes-sommees-de-porter-le-voile-comme-la-Vierge_article_main"Les affiches disent en substance : la Vierge était voilée, vous aussi portez le voile sinon nous vous y forcerons", explique Mgr Sako, qui pour la première fois se dit découragé par le harcèlement musulman à l'égard des chrétiens, qui finissent par fuir un pays devenu irrespirable.

"Nous disons aux chrétiens de rester dans leur pays, mais où et comment ? Chaque jour, ils inventent une nouvelle mesure. Ils ne nous laissent pas respirer", dénonce-t-il en référence à ce projet de loi sur l’interdiction de la vente d’alcool, activité généralement pratiquée par les chrétiens.[...]

Cette nouvelle mesure vexatoire inquiète Sa Béatitude Louis Sako : « Même les chiites veulent créer un État islamique débarrassé de ses minorités en Irak. C’est la preuve de l’influence de l’Iran ». « C’est un cancer », souffle-t-il, déçu que les responsables musulmans n’aient pas tiré « les conséquences des attentats de Paris et décidé d’éduquer enfin les jeunes à la créativité, à la vie, au progrès ».

« Les évêques en France et dans le monde doivent réagir », appelle-t-il. « Pas seulement en tenant un discours de courtoise mais en dénonçant le mal »."

Mais en France, silence radio : il ne faut pas faire d'amalgames. Comme quoi l'expérience des uns ne sert pas toujours aux autres, car ce que les uns nomment "cancer", les autres l'appellent "islam modéré".

Posté le 16 décembre 2015 à 09h40 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (14)

« Stop Daech » : une mobilisation plus que décevante…

566dd35dc361889d688b4569Gabrielle Cluzel revient sur la mobilisation, ou plutôt, sur la micro-manif, la manifuscule ou manifounette de la petite centaine de musulmans de France opposés à Daesh à l'instigation de l'imam de Bordeaux Tareq Oubrou et de Camel Bechikh, président de "Fils de France". 

[...] "Comme le rapporte Le Parisien, l’objectif était que « chrétiens et musulmans crient ensemble  : Stop Daech ». Tarek Oubrou exhortait ainsi, dans Le Figaro, ses coreligionnaires à venir : « Les musulmans ne doivent pas être visibles seulement grâce aux boucheries halal, mais aussi dans la condamnation citoyenne des actes commis au nom de l’islam », et plus loin : « Les Français ne doivent pas prendre notre silence pour une complicité. Je manifeste à double titre, en tant que musulman et en tant que citoyen français. »

Hélas, la mobilisation n’a pas été à la hauteur des espérances. À peine une centaine de participants et pas tous musulmans.[...]

Alors quoi ? Je ne suis pas musulmane, je n’ai pas la réponse, mais je m’interroge.[...]

Sur le plan personnel, celui de leur vie quotidienne, cette manifestation n’était-elle pas indispensable, comme moyen, pour eux, d’en finir avec les rapprochements insultants ? Le « padamalgam », récupéré à toutes les sauces, est si démonétisé que l’on vient à en oublier qu’il existe sûrement – nous autres ne le vivons pas, nous ne pouvons que le subodorer – un climat de suspicion à leur endroit quasi-inévitable et sans doute très désagréable. Comme le note Tarek Oubrou « Si j’étais un simple Français, j’aurais peur de l’islam, en regardant les médias et les actes affreux commis au nom de notre religion. »

Une démonstration de rue massive et sans équivoque contre Daech aurait permis de clore le bec aux « islamophobes » les plus patentés et les moins subtils.

Sur le plan spirituel, cette manifestation n’était-elle pas essentielle par sa vocation – on me pardonnera cette terminologie chrétienne – « réparatrice » ? Si en effet, Daech corrompt et pervertit le message du Coran, les djihadistes sont pour nous des assassins, mais sont, en sus, pour les musulmans, des traîtres. Le pape François l’a dit, tuer au nom de Dieu est un blasphème. Car c’est affirmer que Dieu est un meurtrier ou au moins un commanditaire. Si nous avions un père très bon qui avait écrit un bouquin, et qu’un serial killer, interprétant son œuvre de travers, égorgeait en prétendant s’inspirer de ses écrits, nous serions fous de rage, et n’aurions de cesse de laver l’outrage en même temps que neutraliser ce malade.

Peut-être tout simplement n’ont-ils pas été mis au courant ? Peut-être Le Parisien, Le Figaro et Boulevard Voltaire ne constituent-ils pas la lecture préférée de ce segment de population ? Mais qu’ont fait, dans ce cas, les vrais relais, je pense aux blogueurs influents comme Al Kanz ou Siam Assbague, si prompts à dénoncer l’amalgame et l’islamophobie ? Si seulement 10 % de leurs followers étaient venus dimanche, il n’y aurait pas eu 100 mais 5.000 manifestants. J’ai voulu leur poser la question. Al Kanz n’a pas souhaité être interviewé par un site comme Boulevard Voltaire. Et Siam Assbague n’a pas répondu. Dommage…"

Est-ce abuser que de se dire que la grande majorité des musulmans qui vivent en France n'a pas envie, à l'instar de ses organes de transmission de l'info islamo-compatible, de se désolidariser des agissements de Daesh ?

Posté le 16 décembre 2015 à 08h15 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (30)

15 décembre 2015

La Turquie achète des quantités record de coton syrien au groupe EI

La Chronique des matières premières sur RFI fait état d'un intense trafic de coton syrien, vendu à la Turquie par l'Etat islamique qui a besoin de liquidités express. C'est ainsi que l'Etat islamique se met dans la poche 15 millions de dollars de coton volé aux Syriens en 15 jours, à ajouter aux 30 millions de dollars que le pétrole vendu aux Turcs rapporte aux terroristes islamiques dans le même laps de temps. L'Etat islamique, qui étend ses tentacules chaque jour un peu plus loin, et la Turquie, dont l'UE vient de reprendre les négociations pour la faire entrer dans l'Union européenne alors qu'elle soutient ouvertement l'Etat islamique.

GettyImages-89198541_0"La Turquie achète actuellement des quantités record de coton syrien à l’organisation Etat islamique : 25 000 tonnes ont été écoulées par les jihadistes en quinze jours, de source proche du négoce de la fibre. A raison de 25 tonnes par camion, c'est un défilé impressionnant qui a passé la frontière en deux semaines, au niveau de Kilis, en Turquie, un millier de camions de coton-graine. Seule une petite centaine de camions de coton serait bloquée côté turc, en attente de documents, ou tout simplement en attente de paiement.

La Turquie a la deuxième industrie textile au monde après la Chine, elle consomme 1 million 400 000 tonnes de coton par an, la livraison des jihadistes, qui écoulent en Turquie la récolte du nord de la Syrie, ne représente pas moins de 2% des besoins annuels turcs, assurés en quelques jours.

On le voit, les autorités d’Ankara continuent de jouer double jeu. Elles ont beau afficher leur détermination à lutter contre l’organisation EI, elles continuent de fermer totalement les yeux sur cette contrebande transfrontalière, qui finance les jihadistes et qui arrange bien les affaires des industriels turcs, et notamment les entreprises de Gaziantep, l'un des plus grands centre textiles de Turquie."[...]

Posté le 15 décembre 2015 à 15h38 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (16)

13 décembre 2015

19 décembre : formation sur l'islam à Paris

L'abbé Guy Pagès (http://islam-et-verite.com/) ainsi qu'Alain Wagner fondateur de l'ICLA (http://www.libertiesalliance.org/) donneront une formation sur l'islam à Paris le samedi 19 décembre.

Matin :

  • Qu'est ce que l'islam ? Ses fondamentaux.
  • La nature politique de l'islam
  • Chevalerie et esprit de résistance

Après midi :

  • Se garder des mariages islamo-chrétiens
  • Évangéliser les musulmans
  • Investir le champ politique : le cas concret des constructions de mosquées.

(6 interventions de 30/40 mn suivies de questions)

Si vous êtes intéressé, merci de vous inscrire ici.

Repas tiré du sac pour le déjeuner. Inscription obligatoire. Le lieu de la formation dans Paris intramuros sera communiqué aux inscrits en temps utile.

Posté le 13 décembre 2015 à 17h40 par Michel Janva | Lien permanent

12 décembre 2015

"Le djihad est une obligation léguée par Mahomet à tous les musulmans"

Extrait d'un entretien de Finkielkraut au Point (intégralité ici) :


Finkielkraut : "Le djihad est une obligation... par LePoint

Posté le 12 décembre 2015 à 19h44 par Michel Janva | Lien permanent

08 décembre 2015

Le respect de la liberté de religion, ce n’est pas Donald Trump qui est contre, c’est l’islam…

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Dans un communiqué de presse, Donald Trump souligne que la haine des musulmans envers l’Amérique risque de conduire à de nouvelles tueries. « Nous devons déterminer d'où vient cette haine et pourquoi elle existe. Jusqu'à ce que nous soyons en mesure de comprendre ce problème et la dangereuse menace qu'il représente, notre pays ne peut être victime d'horribles attaques par des gens qui ne croient qu'au jihad, et n'ont aucun sentiment de raison ou de respect pour la vie humaine. » En conséquence il prône la « fermeture totale » des Etats-Unis aux musulmans jusqu’à ce que le Congrès « agisse ».

Réplique immédiate de la Maison Blanche : « C'est totalement contraire à nos valeurs en tant qu'Américains. Le respect de la liberté de religion est inscrit dans notre Déclaration des droits. »

Le respect de la liberté de religion, ce n’est pas Donald Trump qui est contre, c’est l’islam…

D’autre part, est-ce que c’est une religion dont on doive respecter la liberté qu’une doctrine (en réalité une idéologie totalitaire), dont le livre saint édicte l’obligation du jihad pour tout croyant, dont tous les recueils de hadiths ont une section « jihad », dont tous les traités de théologie ont un chapitre sur le jihad ?

Poser la question c’est y répondre. Encore faut-il la poser."

Posté le 8 décembre 2015 à 20h12 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (13)

84 mosquées sur 100 enseignent la violence

... en Amérique, selon une étude rapportée par l'Observatoire de l'islamisation, qui fait le même constat pour la France :

"La revue collaborative Perspectives on terrorism [...] vient de publier un numéro très intéressant téléchargable ici.

100 mosquées  nord américaines ont vu leur enseignement analysé, comme nous le faisons scientifiquement à l’Observatoire de l’islamisation en France, pour les mêmes résultats :

–  51% possèdent des textes dans leur bibliothèque justifiant la violence.

–  30% ont des textes prônant “modérément” la violence;

– 19% n’avaient pas de textes violents du tout;

– Dans 84,5% des mosquées, l’imâm recommande d’étudier des textes comportant des passages d’appel à la violence. 

– 58% des mosquées ont invité des imâms et des cheikhs connus pour leur promotion d’un djihad violent.

Les textes en question jouant le rôle de filtre ont été soigneusement choisis. Ils sont également largement présents dans les mosquées et librairies musulmanes en France.  Il s’agit des textes de Maududi, Qutb (le sens du coran), Al-Misri (la dépendance du voyageur), An-Nawawi (le jardin des vertueux), Tafsir Ibn Kathir etc….voir page 120 et suivantes."[...]

Et le gouvernement français qui prend tout son temps pour fermer les mosquées salafistes, alors que dire des autres ?

Posté le 8 décembre 2015 à 16h43 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

"Daesh est à la fois intérieur et extérieur à l’islam"

6a00d83451619c69e201b7c7f4a3db970b-200wiDans le troisième et dernier volet de son grand entretien avec Marie Lorne pour Aleteia, Alexandre Del Valle met en relief la double filiation - orientale et occidentale - de Daesh. (Premier volet ici, second volet ici).

"Aleteia : Comment analysez-vous le virage sécuritaire de François Hollande après les attentats de Paris du 13 novembre ?
Alexandre Del Valle : François Hollande est un homme très intelligent qui a aujourd’hui un prétexte extraordinaire pour mettre en place une politique sécuritaire en France et contenter une large partie de l’opinion publique sans être inquiété sur sa gauche. C’est un opportunisme hors du commun qu’il va exploiter jusqu’au bout. Étant donné l’horreur des événements qui ont fappé la France vendredi 13 novembre, il ne peut pas être taxé de « facho ». Dans un second temps, il s’expliquera en disant qu’il ne fallait pas que Marine Le Pen s’approprie le débat.

À savoir si cette politique va durer, l’avenir nous le dira. Si la France est à nouveau frappée par des attentats d’ampleur, il est possible que la politique change réellement. Mais il ne faut pas être naïf. À chaque fois qu’un attentat est commis, trois semaines après, on donne une publicité extraordinaire aux musulmans en rabachant la formule toute faite « pas d’amalgame ». Ce qui fait passer tous les musulmans pour des victimes, nous fait tomber dans le syndrome de Stockolm et donne une belle presse à l’islam.

Il est compliqué de connaître le lien exact entre Daesh et l’islam. Qu’en est-il pour vous ? 
Eh bien, on peut dire que Daesh est à la fois intérieur et extérieur à l’islam. Pourquoi intérieur ? Car son terreau, le salafisme, contrôle tous les lieux saints de l’islam en Arabie saoudite. Mais, paradoxalement, il provient de l’extérieur car il s’influence de totalitarismes occidentaux. Il tire du communisme son sens de l’organisation, théorisé par Sayyid Qutb des Frères musulmans. Ensuite, le nazisme. Daesh lui emprunte l’antisémitisme farouche et l’expertise de la guerre psychologique.

Daesh est donc un totalitarisme qui s’appuie sur le salafisme et le wahhabisme. Tant que nous n’aurons pas désigné cet ennemi en tant que tel, nous n’arriverons pas à vaincre ce cancer. Il faut comprendre que Daesh est une maladie de l’islam. Le problème est que la mauvaise conscience occidentale n’a pas dit son dernier mot. Elle attrape au vol toutes les occasions pour interdire toute critique de l’islam au nom de l’islamophobie alors qu’aujourd’hui chaque attentat terroriste serait une bonne occasion pour réformer l’islam."[Lire l'article entier sur Aleteia]

Posté le 8 décembre 2015 à 14h44 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (9)

05 décembre 2015

La progression du salafisme et des frères musulmans est vertigineuse en France

Fondateur de la Société des Missionnaires de la Miséricorde Divine, l'Abbé Fabrice Loiseau explique le salafisme dans le FigaroVox :

XVMfc0a6fee-9ab4-11e5-816b-8b5fe6b79181(Mosquée intégriste à Lyon - Crédit photo J-P Rey)

"Après les attentats du 13 novembre, les responsables catholiques multiplient ‒ dans un souci de paix mais sans discernement ‒ les déclarations pour affirmer que l'Islam est une religion de paix. Les embrassades avec les imams viendront prouver que le vivre ensemble est la valeur suprême à préserver et que toutes les religions ont leurs intégristes à gérer. Mais peut-on comparer nos intégristes, seulement capables de jeter des chapelets et de l'eau bénite, à ces hommes qui tuent à coups de kalachnikovs? [...]

Le mouvement salafiste est une réalité complexe et ses membres ne sont pas tous favorables au djihad armé. Cependant, sa théologie peut être source de violence. La progression du salafisme et des frères musulmans est vertigineuse en France: congrès au Bourget de l'UOIF, livre La voie du musulman prônant le djihad armé et l'application des articles les plus durs de la charia, interventions d'Hani Ramadan favorable à la lapidation des femmes, cheikh Karadawi faisant l'éloge des «attentats martyrs»… Intellectuels musulmans et imams eux-mêmes parlent de chaos pour la pensée musulmane contemporaine.

Si l'Église doit inviter à la paix sociale et au dialogue inter-religieux, elle doit aussi faire preuve de vigilance et de discernement. Ne cédons pas à la haine ni à la violence. Cependant le respect et le dialogue n'existent que dans la vérité. Benoit XVI, on s'en souvient, interpellait sur l'importance de la raison dans la compréhension de la Révélation afin d'éviter l'absurdité de la violence. On se souvient de la réaction de nombreux pays musulmans...

La question est précisément là: quelle est la place de la raison dans l'Islam? La théologie salafiste n'est-elle pas une cause importante de la radicalisation de milliers de jeunes? Luc Ferry le rappelait, la cause de ce terrorisme est religieuse. Il s'agit certes d'une vision dévoyée mais Daech cherche sa légitimité dans l'Islam des origines.

Nous sommes obligés de sortir des lieux communs pour aborder la question théologique, cause principale de cette radicalisation, particulièrement sur quatre points:

1) Croire au livre révélé comme parole incréée fait partie des piliers de l'Islam. Cela signifie que le Coran vient de Dieu, sans collaboration aucune avec l'esprit humain. Pour les salafistes, seul le sens premier du Coran est autorisé en matière de foi. Chercher à spéculer ou raisonner dialectiquement serait une innovation hérétique par rapport à la nécessité de suivre les fondamentaux des anciens.[...]

2) L'imitation du prophète est un pilier de la foi de l'Islam. Pour les salafistes, impossible de contextualiser les faits et gestes du prophète (hadits). Dans la Sunna, les hadiths de Bukhary, Muslim et Tabary révèlent le massacre d'une tribu juive, les assassinats, les mécréants brûlés … Certains comprennent alors que la stratégie de la terreur fut organisée par le prophète lui-même. C'est ce que revendique l'État Islamique ou l' Arabie Saoudite lors de leurs décapitations et des différents actes de barbarie. La sourate 9 ordonne de tuer les associationnistes (ceux qui associent l'humain au divin, c'est-à-dire les chrétiens qui proclament Jésus fils de Dieu). Ces condamnations peuvent être perçues par des esprits fanatiques comme permanentes.

3) Pour les salafistes, le monde se décompose entre terre d'islam et terre de combat. L'instauration de la charia devient une urgence en terre d'islam et son nombre important de prescriptions implique un régime islamiste. L'islam veut alors absorber la politique, la science, le culturel, la justice, l'hygiène, etc. La liberté religieuse devient très difficile. Impossible en terre d'islam de changer de religion. Nous ne pouvons, en tant que chrétiens, ignorer ces manquements à la liberté religieuse.

4) Les salafistes prévoient un sens de l'histoire inéluctable: le monde va devenir musulman avant le retour d'Issa (Jésus). Celui-ci enverra les chrétiens en Enfer parce qu'ils l'ont divinisé. Le djihad devient une urgence pour rentrer dans ces fins des temps. Une doctrine en cours explique que le djihad doit être une guerre permanente contre les non-croyants.

Sans une révision profonde de la pensée salafiste et de la théologie des frères musulmans, nous allons droit vers la terreur. Les imams modérés sont souvent dépassés dans leurs mosquées par la présence de groupes salafistes.

Si l'enjeu du dialogue est vital, il ne doit pas être aveugle. Aujourd'hui, à l'heure où nous pleurons nos morts, la naïveté et l'alignement sur une pensée unique deviennent gravement coupables. Saurons-nous trouver la force de parler en vérité?"

Posté le 5 décembre 2015 à 22h31 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (20)

islam-et-verite.com est de retour sur la toile

Suite à l’attaque informatique ayant totalement mis hors d’usage le site islam-et-verite.com, ainsi qu’au refus de l’hébergeur de continuer à offrir sa prestation, un nouvel hébergeur, plus courageux, mais aussi plus onéreux, a été trouvé.

Capture d’écran 2015-12-05 à 11.30.41

Posté le 5 décembre 2015 à 11h31 par Michel Janva | Lien permanent

04 décembre 2015

Le cri de nos frères persécutés d'Orient à l'Occident : "Réveillez-vous !"

Posté le 4 décembre 2015 à 21h21 par Michel Janva | Lien permanent

L'Etat islamique derrière la tuerie en Californie

Et voilà :

"Les enquêteurs américains ont des raisons de penser que Tashfeen Malik, qui a tué 14 personnes mercredi en Californie avec son mari avant de tomber sous les balles de la police, a fait allégeance au groupe djihadiste Etat islamique, a déclaré une source gouvernementale américaine confirmant une information donnée par CNN. Citant des sources policières, la chaîne précise qu'elle a publié son serment d'allégeance à Abu Bakr al Baghdadi, le "calife" autoproclamé de l'EI, sur une page Facebook ouverte sous un nom d'emprunt."

Posté le 4 décembre 2015 à 17h20 par Michel Janva | Lien permanent

Tous les musulmans ne sont pas islamistes, mais tous les islamistes sont musulmans

Rémi Brague est interrogé par Le Figaro sur les terroristes et l'islam. Extraits :

"Les djihadistes qui ont mené les attentats de janvier et du 13 novembre en appellent à Allah. Ont-ils quelque chose à voir avec l’Islam ?

Images-10De quel droit mettrais-je en doute la sincérité de leur islam, ni même le reproche qu’ils adressent aux « modérés » d’être tièdes. Rien à voir avec l’islam ? Si cela veut dire que les djihadistes ne forment qu’une minorité parmi les musulmans, c’est clair. Dans quelle mesure ont-ils la sympathie, ou du moins la compréhension, des autres ? J’aimerais avoir là-dessus des statistiques précises, au lieu qu’on me serine « écrasante majorité » sans me donner des chiffres.

Les djihadistes invoquent eux-mêmes Mahomet, le « bel exemple » (Coran, XXXIII, 21). Ils expliquent qu’avec des moyens plus rudimentaires qu’aujourd’hui, il a fait la même chose qu’eux : faire assassiner ses adversaires, faire torturer le trésorier d’une tribu vaincue pour lui faire cracher où est le magot, etc. Ils vont chercher dans sa biographie l’histoire d’un jeune guerrier, Umayr Ben al-Humam, qui se jette sur des ennemis supérieurs en nombre pour entrer au paradis promis. Il n’avait pas de ceinture d’explosifs, mais son attitude ressemble fort à celle des kamikazes d’aujourd’hui.

Les imbéciles objectent souvent : « Oui, mais Hitler était chrétien. » Ce à quoi il faut dire que : 1) non seulement il avait abandonné la foi dans laquelle il avait été baptisé, mais il haïssait le christianisme. Les Églises, catholique et protestantes, étaient sur son cahier des charges et devaient, après la victoire, subir le même sort que les Juifs ; 2) à ma connaissance, Hitler n’a jamais été donné en exemple aux chrétiens.

Le but des terroristes semble être de déclencher en Europe une guerre civile entre les communautés musulmanes et le reste de la population. Comment éviter que la communauté musulmane soit identifiée au terrorisme ?

Effectivement, il est prudent de dire ce que ce but semble être. Nous le devinons à partir de cas précédents comme les Brigades rouges italiennes : créer des conditions dans lesquelles la répression atteindra, même sans les viser, l’ensemble des musulmans, afin de créer chez eux un réflexe de solidarité avec les terroristes. Je ne sais d’ailleurs pas si cela a jamais marché…

Il y a là-derrière un problème de logique : tous les musulmans ne sont pas islamistes, mais tous les islamistes sont musulmans. Donc être musulman est une condition nécessaire pour être islamiste, mais elle n’est pas suffisante. Pour tout musulman, être islamiste est une possibilité mais, heureusement, ce n’est pas une nécessité. Il est stupide de prêter a priori de noirs desseins à tous les musulmans. On a donc raison de ne pas les mettre tous dans le même panier. Les gens qui peignent des slogans hostiles sur les mosquées sont des crétins malfaisants qui font le jeu des islamistes de la façon que je viens de dire.

Il serait bon que l’effort pour éviter le fameux « amalgame » soit clair des deux côtés. Et que les musulmans trouvent un moyen de faire comprendre haut et fort, par la parole comme par le comportement, qu’ils désapprouvent le terrorisme. Le problème est que personne n’a autorité pour les représenter. Nous aimons mieux les « modérés ». Mais les intellectuels médiatiques qui parlent en leur nom représentent-ils d’autres qu’eux-mêmes ? [...]

Posté le 4 décembre 2015 à 08h05 par Michel Janva | Lien permanent

03 décembre 2015

La stratégie de Daesh, susciter "un syndrome de Stockholm généralisé en Occident"

Img_9258-copieAleteia propose à ses lecteurs une série de 3 entretiens avec Alexandre del Valle (auteur et géopolitologue, il enseigne les relations internationales à l’université de Metz et est chercheur associé à l’Institut Choiseul). Dans ce premier volet, Alexandre del Valle décrypte les objectifs recherchés par Daesh avec des attentats du type de ceux de Paris :

"Aleteia : Quelle est, selon vous, la stratégie de Daesh révélée par les attentats de Paris ? 
Alexandre Del Valle : La grande idée stratégique de Daesh, fondée sur la guerre psychologique, c’est de susciter un syndrome de Stockolm généralisé en Occident au terme d’une stratégie de la terreur mentale ou sidération. Cette stratégie de la sidération utilise le terreau favorable du politiquement correct et de la repentance puis de la culpabilisation post-coloniale. L’illustration récurrente de ce phénomène réside dans le fait qu’à chaque attentat (11 septembre, Merah, Charlie Hebdo, Bataclan, etc.), toute la classe politique, intellectuelle et médiatique (exceptés quelques récalcitrants diabolisés comme « islamophobes »), se lève d’un seul corps pour dénoncer « l’amalgame » entre djihadistes et musulmans en France, et refuse de désigner l’ennemi et la menace pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire de nature islamiste.

De la même manière, le fait de dénoncer la « misère des banlieues », le « racisme », l’islamophobie, et même, selon Valls, « l’apartheid » – que la République aurait créés en « humiliant » et « parquant » les fils d’immigrés afro-musulmans – revient de facto à donner des excuses et des circonstances atténuantes aux barbares obscurantistes salafistes. Au final, une formidable (et tragique) occasion d’encourager une réforme de l’islam et une autocritique (car l’islamisme radical s’appuie sur un corpus orthodoxe de l’islam officiel, jamais réformé et valorisant la guerre et l’intolérance) est transformée habilement – par les islamistes et les musulmans orthodoxes hostiles à toute réforme de leur orthodoxie religieuse fondée sur la charia – en une extraordinaire opportunité pour plaindre les musulmans.

Ensuite, on observe depuis le Bataclan une incroyable montée en puissance de la stratégie de la terreur et une extension du domaine du djihad, puisque ce ne sont plus des journalistes « blasphémateurs » ou des juifs-sionistes qui sont visés, mais potentiellement tout Français, tout mécréant, croyant ou pas, chrétien, juif ou « mauvais » musulman. L’idée est que plus personne n’est désormais à l’abri et que la France est touchée dans son ensemble, pour ce qu’elle fait et pour ce qu’elle représente, dans toutes ses composantes, dans l’ensemble de son histoire par un impérialisme djihadiste-salafiste à prétention planétaire.[...]

Quelles sont les réactions que Daesh chercherait à provoquer en France ? 
La première réside dans la soumission volontaire et anticipatrice.[...]

Cette soumission s’observe depuis toujours face aux minorités terroristes et totalitaires qui savent qu’une majorité molle et ayant peur de la mort et de la violence peut être sidérée  par une minorité dure, prête à tout et préférant la mort à la vie.[...]

La seconde stratégie de Daesh est de terrifier les Français par le principe de sidération. Par cette « hypercommunication » favorisée par le culte médiatique du sensationnel et du live, Daesh utilise nos faiblesses médiacratiques pour faire du marketing planétaire gratuit destiné à recruter de nouvelles personnes grâce au pouvoir de fascination de leurs images et slogans terrifiants amplifiés et relayés par nos médias.

Et dans ce cas, on peut dire que nos médias comme nos politiques tombent la tête la première dans le piège de cette manipulation. En effet, tout est fait pour glorifier indirectement les « martyrs » de l’État islamiques dont les photos sont en une de tous les magazines et télévisions. Aujourd’hui, nous sommes donc passés au « djihad global 3.0 » et ce sont paradoxalement nos moyens de communication qui sont les meilleurs haut-parleurs de la stratégie de la conquête de l’univers des salafistes. Le but pour Daesh, en Occident, est en fait avant tout de sidérer les masses, de fasciner les naïfs et les psychopathes en sommeil tout en terrifiant et donc en soumettant psychologiquement et inconsciemment les autres… Les ingrédients du syndrome de Stockholm sont tous là.[lire l'intégralité sur Aleteia]

Posté le 3 décembre 2015 à 15h14 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

27 novembre 2015

Penser l'islam ? Impossible en France

IMichel Onfray a renoncé à publier en France son essai critique sur l'islam. Son éditeur Grasset explique :

"Michel Onfray, convaincu qu'aucun débat serein n'est plus possible en France au sujet de l'Islam dans le contexte actuel, renonce à publier "Penser l'Islam" comme prévu au mois de janvier 2016".

Le livre paraîtra à l'étranger.

Néanmoins, vous pouvez vous instruire sur le net en lisant Le Grand secret de l'islam.

Posté le 27 novembre 2015 à 13h56 par Michel Janva | Lien permanent

26 novembre 2015

Les idées reçues du Monde sur l'islam et le terrorisme

La rubrique des Décodeurs du Monde a publié, comme souvent, quelques bêtises pour répondre aux préjugés et contre-vérités qui circulent sur l’islam depuis les attentats du 13 novembre... En fait, il y a beaucoup de préjugés qui circulent sur l'islam depuis bien longtemps et le quotidien Le Monde en est l'un des vecteurs.

En janvier dernier, après les attentats de Charle Hebdo et de l'Hyper Kasher à Paris, Marie avait publié une petite présentation très pédagogique sur les différents types de djihad, armés et non armés. Selon le Monde,

"Le concept de « djihad » (littéralement « l’effort ») s’applique avant tout au travail du pratiquant pour se conformer aux règles dictées par sa croyance. Ce n’est pas un appel au combat armé."

C'est un peu limité pour ce qui se veut être un "décryptage". Revoici celui de janvier :

"Les âmes sensibles passeront les 10 premières diapositives, ou se contenteront de la retranscription partielle qui en a été faite ci-dessous.

Téléchargement Islam en 2014112

"Plus que d'islamistes et de musulmans, il convient de parler de djihad.

Il y a quatre sortes de djihad à l'époque contemporaine :

1. Le djihad MILITAIRE, c'est-à-dire le terrorisme

2. le djihad CIVIL, c'est-à-dire

  • la délinquance systématique
  • les violences, les agressions
  • les razzias
  • le harcèlement sexuel
  • les viols
  • les insultes
  • les intimidations
  • les comportements asociaux
  • la guérilla permanente de moyenne intensité contre les autorités (police, pompiers, bâtiments publics...)

3. le djihad POLITIQUE, c'est-à-dire la revendication ininterrompue de privilèges sans cesse plus nombreux, qui étendent l'emprise territoriale des musulmans, qui augmentent de facto leur poids politique bien au-delà de ce qui découle de la loi démocratique, et qui se transforment imperceptiblement en autant d'obligations et de restrictions imposées aux non-musulmans :

  • port du voile
  • ramadan
  • alimentation hallal
  • prière dans les lieux publics et dans l'entreprise
  • interdiction de l'alcool
  • tribunaux islamiques
  • finance islamique
  • occupation autoritaire et illégale de l'espace public
  • refoulement progressif des non-musulmans au-delà des zones occupées par les muslmans
  • infiltration des organes de pouvoir : police, armée, services publics, postes électifs, organisations communautaristes, etc...

En d'autres termes : imposition progressive de la charia.

4. le djihad JURIDIQUE, c'est-à-dire le dépôt de plainte pour n'importe quel motif contre n'importe qui émettant la plus petite critique contre l'islam ou Mahomet, afin de contraindre les non-musulmans à perdre temps et argent pour se défendre, ce qui va aussi inévitablement amener certains à être condamnés car ils commettront des erreurs de procédure ou tomberont sur des pourris qui chercheront à donner des gages de dhimmitude aux musulmans en les condamnant lourdement. Le djihad juridique va amener les moins courageux des non-musulmans à s'autocensurer, ou à parler uniquement dans des cercles restreints. (Remarquez, insidieusement, on y est déjà !) Le djihad juridique permet aussi aux "modérés" de désigner les cibles à abattre aux "extrémistes", sous couvert de "respect de leurs droits".

De ces quatre types de djihad, seul le djihad MILITAIRE est perpétré exclusivement par ceux qu'on appelle communément "islamistes "ou "radicaux"."

Posté le 26 novembre 2015 à 15h05 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Europe : politique , Religions : L'Islam

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Europe : politique , Religions : L'Islam