29 janvier 2015

Quand Saint Jean Damascène réfutait le Coran

Docteur de l'Eglise, saint Jean Damascène fut un témoin oculaire du passage de la culture chrétienne à celle de l'islam en Syrie au VIIIe siècle. Dans son classement Des Hérésies, il consacre le chapitre 100 à l'islam, qu'il tient pour une hérésie née au sein d'une communauté déjà hérétique, celle des Saracènes (qui donnera ensuite le terme "Sarrasins") :

"Il y a également chez les Ismaélites [ou Saracènes] une superstition trompeuse qui est toujours agissante, et qui sert de précurseur à l’Antéchrist. (...) Les Saracènes étaient idolâtres, et vénéraient l'étoile du matin ainsi qu'Aphrodite. Ce nom dans leur langue signifie Majestueux (Habar) c'est ainsi que jusqu’au temps d’Héraclius, ils étaient assurément idolâtres.

A partir de cette époque, un faux prophète survint au milieu d’eux ; il s'appelait Mameth. Il a entendu quelquefois l’Ancien et le Nouveau Testament, et est censé avoir rencontré un moine arien, par la suite. Finalement il créera lui-même sa propre hérésie.

Puis déçu, il fit croire au peuple qu'il était un "craignant Dieu", et fit propager la rumeur qu'un écrit saint lui avait été apporté du ciel. Il mit par écrit des sentences, qu'on ne peut que railler, dans son livre et le leur donna pour qu’ils y obéissent."

Saint Jean Damascène raconte également la façon dont il pratique, sous domination musulmane donc, ce que l'on appellerait aujourd'hui "le dialogue interreligieux". Sans concession. Ainsi, quand il demande aux Saracènes de prouver que Mahomet (ou Mahmet) est bien prophète :

"(...) nous leur avons dit que Moïse reçut la Loi au Mont Sinaï à la vue de tout le peuple quand Dieu apparut dans la nuée et dans le feu, dans les ténèbres et dans la tempête; ils sont étonnés de ce que tous les prophètes, en commençant par Moïse, puis ceux qui le suivirent ont prédit la venue du Christ, également le fait que le Christ est Dieu et que le Fils de Dieu viendra en s’incarnant, qu'il sera crucifié, quil mourra et qu'il sera le juge des vivants et des morts. Et alors quand nous demandons: " Comment se fait-il que votre prophète ne soit pas venu de cette manière, en ayant d'autres personnes qui témoignent à son sujet ? Car contrairement à Moïse à qui Dieu a donné la Loi, pendant que le peuple regardait et que la montagne était enfumée, Dieu n'a pas donné à votre prophète l'écrit en votre présence. Autrement vous aussi pourriez en avoir l'assurance ". Ils répondent que Dieu fait ce qui lui plaît. Ceci, disons nous, nous le savons également; mais comment l'écrit est-il descendu vers votre prophète ? Voilà ce que nous demandons.

Et à eux de répondre que, pendant qu'il était endormi, l'écrit saint est descendu sur lui. (...)

Quant à nouveau nous leur demandons : "Comment se fait-il que bien que, dans vos écrits saints, il vous a commandé de ne rien faire ni de recevoir quoi que ce soit, sans la présence de témoins, vous ne lui ayez pas demandé: " Prouve d’abord avec l’appui de témoins que tu es un prophète et que tu es venu de la part de Dieu, et quel écrit saint témoigne en ta faveur ? ", ils restent silencieux , car ils sont honteux.

Puisque vous n’avez pas l'autorisation de vous marier sans témoins, ni d’acheter quoi que ce soit, ni d’acquérir aucune propriété, (vous n'avez même pas le droit de prendre un âne, ou tout autre animal, sans témoins), ainsi donc vous avez des femmes, des propriétés, des ânes et toute autre chose, en présence de témoins; et donc uniquement votre foi et vos écrits saints vous les acceptez sans témoins.

Cela provient du fait que celui qui vous a donné les écrits, ne détient son autorité de nulle part. De plus il n'y a personne de connu qui ait témoigné à l'avance à son sujet. Il faut ajouter que le prophète reçut cela, alors qu’il dormait."

Chapitre complet ici.

Posté le 29 janvier 2015 à 23h50 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (0)

Le président demande une hausse du budget de la Défense

Ca se passe aux Etats-Unis. La France n'est pas encore décidée à se donner les moyens de la "guerre contre le terrorisme" déclarée par le Premier ministre.

Posté le 29 janvier 2015 à 15h02 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

Le début de la fin pour l'islam

Lu ici :

"Malgré ce que l'on peut en voir superficiellement, l'islam vit ses dernières heures. Il est entré dans sa phase d'apocalypse.

L’actualité met l’islam dans toutes les conversations et toutes les préoccupations. Attentats, djihad, « islamisation », polémiques et coups littéraires masquent cependant une réalité fondamentale de cette religion.

Un cataclysme de proportions bibliques se déroule en effet sous nos yeux sans qu’il n’y soit prêté attention. L’islam est entré dans sa phase d’apocalypse, et qui sait, peut-être d’effondrement, malgré ce que laisse à penser le raidissement des forces islamistes dans le monde entier. L'apocalypse, c'est étymologiquement la « révélation ». L’eschatologie musulmane veut croire qu’il s’agira du « jour du jugement », lorsque Jésus reviendra sur terre aidé du Mahdi pour triompher des infidèles et établir l’islam à tout jamais. Dans le monde réel, le « jour du jugement » est déjà arrivé pour l’islam, en catimini : c'est la mise à jour récente par la recherche historique des origines véritables de cette religion, bien loin des présupposés de la légende islamique. Le visage du monde en sera bientôt transformé.

 

Des publications d’une portée historique quasiment sans précédent ne cessent de se succéder depuis les années 2000, dans l’indifférence du grand public. Des sources nouvelles y sont étudiées, des documents mis à l’écart au cours des siècles y sont redécouverts, des hypothèses nouvelles quant aux origines de l'islam sont avancées. Ces travaux démolissent peu à peu la validité du discours musulman et la cohérence de l’histoire sainte musulmane, (voir par exemple Le Grand Secret de l’Islam, synthèse de quelques unes de ces recherches parue cet automne). Le colosse islam vacille. Il ne le sait pas encore.

Ainsi, le caractère nouveau et inédit de la « révélation coranique » a été balayé (Edouard-Marie Gallez, Mehdi Azaiez, Manfred Kropp, Guillaume Dye) : le consensus des chercheurs établit désormais que le coran s’inscrit dans la continuité du milieu judéochrétien qui l’a accouché. C’est cette « antiquité tardive », travaillée par des courants juifs et chrétiens hétérodoxes - les spécialistes parlent de « judéo-nazaréisme ».

On a établi l’impossibilité physique de l’existence de la ville de La Mecque au temps de Mahomet selon ce que prétend le discours musulman (Patricia Crone). Les « Mecquois » que décrit le Coran, et donc les origines de l'islam, sont à chercher ailleurs, probablement en Syrie (Robert Kerr, Edouard-Marie Gallez).

Le texte coranique lui-même, soumis pour la première fois à une étude informatisée systématique (Jean-Jacques Walter) a révélé de tout autres fondements que ceux que le discours islamique lui attribue : il n’a pas été composé entre 610 et 632, mais par une cinquantaine d’auteurs différents sur une période de plus de deux cent ans ; Mahomet ne s’est jamais prétendu le prophète d’un monothéisme nouveau, mais a prêché l’antichristianisme du milieu nazaréen dont il était issu (Christoph Luxenberg a prouvé par ailleurs que le texte coranique provient pour une part de traductions directes de l’araméen). Il n’a été intronisé fondateur d’une religion nouvelle qu’au moins 60 ans après sa mort.

Les travaux en cours des projets Coranica et Corpus Coranicum laissent supposer d’autres publications tout aussi renversantes. Ils convergent et renforcent la lame de fond qui risque bien d’emporter cette religion.

Et que font les musulmans face à cela ? Ils s’écharpent l’un l’autre au nom du « véritable islam » qui doit selon eux prévaloir sur toute la terre. Ils continuent de le faire aujourd’hui comme ils le font depuis 1400 ans, et ce alors même que le tapis vient d’être tiré sous leurs pieds. Leur écrasante majorité ignore tout de ces découvertes. Elle se braque dans le refus dogmatique de considérer les origines de l’islam dans une perspective historico-critique. Que fera-t-elle lorsque ces travaux atteindront la conscience du grand public ?"

Posté le 29 janvier 2015 à 13h47 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (39)

27 janvier 2015

Charlie et violences anti-chrétiennes : message du cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque métropolitain de Ouagadougou

Cardinal-Philippe-Ouédraogo-404x330Un prélat qui parle fort : 

"Excellence Mgr Michel CARTATEGUY archevêque de Niamey

Excellence Mgr Laurent LOMPO, archevêque nommé de Niamey

Excellence Mgr Ambroise OUEDRAOGO, évêque de Maradi,

Chers frères dans l’épiscopat,

C’est avec une réelle affliction que nous avons suivi sur les médias, les scènes de violence qui ont marqué votre pays, et qui hélas ont malheureusement causé des pertes en vies humaines et la destruction de biens matériels dont des églises et des temples. « Les Pères ont mangé des raisins verts et les dents des fils en sont agacées » est-on tenté de s’exclamer à la suite du prophète Ezéchiel 18, 2.

Ce qui se passe en ce moment au Niger et dans d’autres pays devrait constituer une interpellation forte. Nous disons tous oui à la liberté sous toutes ses formes, mais en gardant toujours en esprit que « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». Avec le Pape François, nous affirmons que la liberté d’expression doit s’accompagner de réalisme et de prudence. Autant nous déplorons l’intégrisme et le terrorisme destructeur, autant faut-il également que nous dénoncions « la dictature de la pensée unique » qui constitue une autre forme d’intolérance.

La promotion de la « sacro-sainte liberté d’expression » ne devrait pas être aveugle au point d’ignorer et de nier la diversité multi culturelle et multi religieuse qui méritent considération et respect.

Nous déplorons l’amalgame fait avec raccourci par certains, qui ont vite confondu le christianisme avec l’Europe, l’Eglise avec Charlie Hebdo, qui a caricaturé de façon grossière Jésus, la Vierge Marie et le Pape.

Nous restons convaincus que tous les hommes et les femmes forment une même et unique famille humaine, au-delà des différences ethnique, culturelle et politique. Tous ont le droit et le devoir de contribuer à l’édification d’un monde plus humain, plus fraternel et solidaire.

Les Burkinabè- chrétiens et non chrétiens- tous solidaires, présentent leur compassion à leurs sœurs et frères du Niger, avec tout le souhait de les revoir tous engagés à reconstruire le beau climat de dialogue inter religieux et de cohésion sociale qui a toujours été une caractéristique du peuple nigérien.

Nous voulons assurer à tous et aux familles particulièrement endeuillées, nos sincères condoléances et l’expression de notre prière fraternelle.

+Philippe Card. OUEDRAOGO
Archevêque métropolitain de Ouagadougou

Posté le 27 janvier 2015 à 20h10 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (4)

"Il y a une incompatibilité des cultures"

Des paroles de Bernard Lugan à propos des attentats contre Charlie Hebdo et des réactions en Afrique. Radio courtoisie le 25 janvier 2015, relayé par Fdesouche :

 

Posté le 27 janvier 2015 à 13h04 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (4)

Les islamistes distribuent des Coran en plein Paris avec la bénédiction de la préfecture de police

Valeurs Actuelles :

"Un scandale en plein cœur de Paris. Quelques semaines seulement après les attentats islamistes qui ont frappé la France, une distribution gratuite de Coran s’est déroulée place d’Italie, à Paris, dans le XIIIème arrondissement, comme le rapporte le Figaro.

L’association a posté un message sur twitter, indiquant «L'association LIS! partage le message de l'islam, place d'Italie. Allahu Akbar». Sur un long stand, des centaines de Coran étaient mis en place. Des hommes avec de longues barbes étaient chargés de les distribuer aux passants. Seul «hic» dans cette affaire : l’association «LIS !» qui a distribué ces exemplaires du Coran, est une association… salafiste, qui prône un islam très radical." [...]

Le très sérieux hebdomadaire allemand Der Spiegel écrivait que le président de l’association «LIS !» était un «prédicateur de la haine» qui voulait «que la charia règne partout dans le monde». C’est pourtant cet homme qui était présent place d’Italie… Sans avoir rencontré de problème. Contactée par le quotidien, la préfecture de police de Paris a estimé qu’il «n’y avait pas de raison d’empêcher cette distribution sur la voie publique»…"[...]

Puisqu'on vous dit que l'islam et l' islam radical, fondamentaliste, salafiste, terroriste, appelez-le comme vous voudrez, n'ont rien à voir... sauf le coran, toutefois. Un détail.

Posté le 27 janvier 2015 à 12h44 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (30)

2 février à Lyon : conférence "Quelle réponse politique aux menaces islamistes ?"

Preview-conf-pcd69-menaces-islamistes-a5-1

Posté le 27 janvier 2015 à 07h40 par Marie Bethanie | Lien permanent

26 janvier 2015

Risque d’infiltration d'islamistes en Europe, cachés parmi les réfugiés

S’adressant à des journalistes italiens au cours du Forum économique mondial de Davos, l’ancien ministre des Finances libyen Ali Tarhouni, actuellement président de l’Assemblée constituante de la Libye, a affirmé que l’UE sous-estime le risque d’infiltration de militants de l’Etat Islamique en Europe, cachés parmi les réfugiés.

L’ancien ministre a dit que l’EI gère efficacement les passages de migrants

« L’Europe a sérieusement sous-estimé la possibilité que des militants s’infiltrent  à Lampedusa, en Sicile ou à Malte». « Les risques augmentent à un rythme spectaculaire. »

Les militants de l’EI, qui ont pris le contrôle de la ville orientale de Derna en Libye l’année dernière, se déplacent vers l’ouest et prennent des points d’appui tout au long de la côte libyenne

Le politicien libyen a expliqué que la plupart des bateaux de migrants qui quittent la Libye pour l’Europe partent de cette partie du littoral.

«Cette région a sombré dans l’anarchie, un terreau idéal pour les contrebandiers, trafiquants d’êtres humains et des militants islamistes. La police et l’armée ne s’aventurent plus dans ces régions ».

L’EI lorgne vers les pays voisins de la Libye – l’Égypte, la Tunisie et l’Algérie – dans le but d’élargir son califat.

Lors d’une réunion de la coalition anti-EI à Londres, le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni a également averti du risque d’infiltration par des militants islamistes. Il a affirmé que les services de sécurité italiens ont été mis en garde contre le risque :

« Ce serait une grave erreur si un pays démocratique ignore la possibilité que des militants armés de kalachnikovs se cachent derrière les bateaux de migrants abordant les côtes d’Europe».

Posté le 26 janvier 2015 à 22h06 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (5)

24 janvier 2015

Louis Aliot réagit sur l'enquête "Ces Maires qui courtisent l'islamisme"

...et aussi sur les chrétiens arrêtés par la police au Maroc encore cette semaine, alors que nombre de grandes mosquées françaises sont dirigées par ce pays christianophobe.

Une interview de Louis Aliot, vice-président du Front National, réalisée le 23 janvier 2015, portant sur le livre-enquête "Ces Maires qui courtisent l'islamisme" de Joachim Véliocas. Plus d'infos sur www.islamisation.fr


Louis Aliot (FN) réagit sur l'enquête "Ces... par joachimv 

Posté le 24 janvier 2015 à 14h59 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

Comment le djihad s'installe progressivement dans un pays

Un lecteur nous propose le document suivant (cliquer sur le lien, la lecture du diaporama nécessite d'avoir Power Point sur son ordinateur), qui présente un décryptage très intéressant du mécanisme du djihad. Les âmes sensibles passeront les 10 premières diapositives, ou se contenteront de la retranscription partielle qui en a été faite ci-dessous.

Téléchargement Islam en 2014112

"Plus que d'islamistes et de musulmans, il convient de parler de djihad.

Il y a quatre sortes de djihad à l'époque contemporaine :

1. Le djihad MILITAIRE, c'est-à-dire le terrorisme

2. le djihad CIVIL, c'est-à-dire

  • la délinquance systématique
  • les violencesles agressions
  • les razzias
  • le harcèlement sexuel
  • les viols
  • les insultes
  • les intimidations
  • les comportements asociaux
  • la guérilla permanente de moyenne intensité contre les autorités (police, pompiers, bâtiments publics...)

3. le djihad POLITIQUE, c'est-à-dire la revendication ininterrompue de privilèges sans cesse plus nombreux, qui étendent l'emprise territoriale des musulmans, qui augmentent de facto leur poids politique bien au-delà de ce qui découle de la loi démocratique, et qui se transforment imperceptiblement en autant d'obligations et de restrictions imposées aux non-musulmans :

  • port du voile
  • ramadan
  • alimentation hallal
  • prière dans les lieux publics et dans l'entreprise
  • interdiction de l'alcool
  • tribunaux islamiques
  • finance islamique
  • occupation autoritaire et illégale de l'espace public
  • refoulement progressif des non-musulmans au-delà des zones occupées par les muslmans
  • infiltration des organes de pouvoir : police, armée, services publics, postes électifs, organisations communautaristes, etc...

En d'autres termes : imposition progressive de la charia.

4. le djihad JURIDIQUE, c'est-à-dire le dépôt de plainte pour n'importe quel motif contre n'importe qui émettant la plus petite critique contre l'islam ou Mahomet, afin de contraindre les non-musulmans à perdre temps et argent pour se défendre, ce qui va aussi inévitablement amener certains à être condamnés car ils commettront des erreurs de procédure ou tomberont sur des pourris qui chercheront à donner des gages de dhimmitude aux musulmans en les condamnant lourdement. Le djihad juridique va amener les moins courageux des non-musulmans à s'autocensurer, ou à parler uniquement dans des cercles restreints. (Remarquez, insidieusement, on y est déjà !) Le djihad juridique permet aussi aux "modérés" de désigner les cibles à abattre aux "extrémistes", sous couvert de "respect de leurs droits".

De ces quatre types de djihad, seul le djihad MILITAIRE est perpétré exclusivement par ceux qu'on appelle communément "islamistes "ou "radicaux".[...]

[Ce qui sous-entend que les autres djihad sont le fait des musulmans dit "modérés" - NDMB]

Posté le 24 janvier 2015 à 14h44 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (16)

23 janvier 2015

Ils ont rejoint l'Etat islamique et pourtant personne n'avait rien vu venir, vraiment personne

C'est le cas de cet employé de mairie

"le jeune homme de 20 ans, poli, réservé et bosseur, n'avait rien fait pour attirer l'attention.

Arrivé de Tchétchénie à 15 ans, Youssoup Nassoulkhanov avait un travail, le projet de s'installer comme vidéaste spécialisé dans les mariages. Une petite gloire locale aussi après sa participation aux championnats du monde de "street workout", cette forme de gym de rue ultra-acrobatique.

"On discutait, on se chambrait", raconte à l'AFP Yann Lymand, 36 ans, responsable du service infographie de la mairie, qui l'avait recruté en mai 2013. "C'était un gentil garçon, il n'avait pas de haine vis-à-vis de la France, des Français ou des non-musulmans..."

Ou de ces deux adolescentes canadiennes

"La police craint que ces deux femmes soient devenues des «esclaves» à la solde des soldats du groupe terroriste.

C’est aussi la crainte de l’inspecteur André-Guy Lamothe, du module antiterrorisme du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

«Il y avait des signes de radicalisation­­. Malheureusement, on les a perdues, elles sont déjà rendues là-bas. Elles vont servir d’esclaves pour les gens là-bas», a déclaré l’inspecteur Lamothe, qui ne voulait pas discuter de l’itinéraire utilisé ni de l’endroit où il croit qu’elles se trouvent (...)

De 10 % à 15 % des jeunes qui quittent leur famille pour se joindre au groupe État islamique sont des jeunes femmes, selon un agent du Service canadien du renseignement et de sécurité de Montréal.

«La radicalisation se faisait autrefois en trois, quatre ou cinq ans. Maintenant, on parle d’une période “en mois”, selon un agent de renseignement canadien dont nous devons taire l’identité.

«J’ai rencontré beaucoup de parents et c’est triste, dit-il. Ils ne savaient pas. Il est trop tard. Ils sont partis.»

«Ça [la radicalisation] s’est fait devant l’ordinateur. C’est du recrutement qui se fait en quelques semaines. On n’a pas pu les détecter», ajoute l’agent de renseignements. Il dit avoir tenu dans ses bras des parents qui sanglotaient après les avoir informés du départ de leurs enfants".

Posté le 23 janvier 2015 à 22h53 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

22 janvier 2015

Pas d'amalgame entre la charia et la charia

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Le site d’extrême gauche Slate a fait une incroyable découverte : « Le code pénal de l’Etat islamique ressemble beaucoup à celui de l’Arabie saoudite ».

En fait, Slate cite un article du Washington Post qui cite lui-même un article du site Middle East Eve…

Car il faut s’y mettre au moins à trois pour découvrir ce qui est une absolue évidence, ou plutôt une pure tautologie : la charia ressemble beaucoup à la charia

Tout ça pour dire que ça fait bizarre parce que les uns sont les ennemis et que les autres sont nos alliés contre les ennemis. Ben oui, là encore, quelle découverte…"

Posté le 22 janvier 2015 à 22h48 par Michel Janva | Lien permanent

L'islam obligatoire dans les écoles anglaises

Un inspecteur britannique a ordonné la fermeture d'une école car un des élèves ignorait ce qu'était un musulman.

Posté le 22 janvier 2015 à 08h34 par Michel Janva | Lien permanent

Pourquoi les musulmans ne prient pas eux-aussi pour la conversion de ceux qui tuent ?

Extrait d'une lettre d'un croyant à un musulman :

"[...] Cher frère, tu dis que ta foi est une foi de paix et d’amour. Alors je te propose de te battre toi aussi contre le terrorisme avec l’arme de la paix et de l’amour : la prière.

Cher frère, ne perds pas de temps à convaincre les uns et les autres avec des « pas en mon nom ». Prie.

Dans ta prière, demande à Dieu que jamais un homme ne tue au nom de Dieu.

Dans ta prière, demande à Dieu que jamais un homme ne tue au nom de l’islam.

Dans ta prière, demande à Dieu que jamais un homme ne tue au nom de ton prophète.

Dans ta prière, demande à Dieu qu’il n y ai plus ni viol, ni décapitation, ni lapidation, ni esclavage.

Dans ta prière, demande à Dieu que les enfants soient épargnés.

Dans ta prière, demande à Dieu que ceux qui tuent au nom de Dieu se convertissent.

Dans ta prière, demande à Dieu que ces assassins pleurent leurs fautes.

Dans ta prière, demande à Dieu que tous ceux qui ont été tués par ces assassins soient accueillis par Dieu dans son Paradis, toi qui sais combien Dieu est miséricordieux.

Dans ta prière, demande à Dieu de ne pas haïr ceux qui tuent au nom de Dieu et qui salissent ton image, car si tu hais un homme, ta haine nourrit ses crimes, et il pourra te tuer pour ça. [...]"

Posté le 22 janvier 2015 à 08h22 par Michel Janva | Lien permanent

21 janvier 2015

Ils "sautent dans le djihadisme sans passer par l'islam"

Comme ça c'est clair : l'amalgame nauséabond devient carrément impossible. Un "sociologue des religions", Raphaël Liogier, directeur de l'Observatoire du religieux à l'Institut d'études politiques (IEP) d'Aix-en-Provence, s'exprimait en ouverture des auditions de la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur la surveillance des filières djihadistes, présidée par l'UMP Eric Ciotti. Raphaël Liogier défend la thèse selon laquelle la nouvelle génération des djihadistes "sautent dans le djihadisme sans passer par l'islam".

"«Peut-être qu'il faudrait réviser cette notion de radicalisation, qui était valable pour les djihadistes de la fin du XXe siècle», a indiqué Raphaël Liogier[...]

«Il n'y a plus (chez eux) d'idéologie cohérente mais des slogans. Il n'y a pas d'endoctrinement théologique», précise-t-il.

«Ces jeunes ont la caractéristique des rêves déchus», souligne Raphaël Liogier, évoquant un «stigmate négatif que n'importe quel idéologue peut transformer en stigmate positif», sur le thème: «Tu es Arabe, tu n'as pas de boulot, toutes ces épreuves sont positives en réalité, tu es un héros de l'islam».

Le sociologue a aussi relativisé la question de la radicalisation en prison, qu'il voit davantage comme un «lieu de rencontre des humiliations», et celle des cadres musulmans. «Cela pose problème parce que [...] à quoi sert de former des imams quand [...] nous sommes face à des gens qui ne vont pas à la mosquée le vendredi parce que ce n'est pas le bon islam ?»."[...]

Alors, s'ils ne passent pas par l'islam, par où passent-ils donc ? Dans les prisons, où il est question d'isoler les extrémistes radicaux, les détenus qui "radicalisent" les autres ne le font pas au nom du Dalaï Lama, si ? Et lorsqu'ils "convertissent" leurs co-détenus et les obligent à faire la prière et le ramadan, en général ce n'est pas pour en faire des moines bénédictins. Même si l'on veut bien admettre que ces "radicaux" ne sont pas des pontes en théologie de l'islam et qu'ils n'en possèdent que les rudiments, ces rudiments sont bien issus du coran, commun avec le "bon" islam. A trop vouloir dissocier islam et islamisme, les "experts" de ce genre mettent en jeu leur crédibilité. 

Posté le 21 janvier 2015 à 17h43 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

"A mes frères musulmans" : la lettre du Père Zanotti-Sorkine

Après s'être adressé aux caricaturistes de Charlie Hebdo, le Père Zanotti-Sorkine a publié sur Boulevard Voltaire cette lettre aux musulmans :

"Cette lettre sera brève. Le temps presse. Le sang gicle. Ce n’est plus le moment de disserter.

La semaine dernière, dans une lettre fictive adressée aux quatre principaux Charlie passés dans l’au-delà, je regrettais que le président de la République n’ait pas invité leurs suivants survivants à calmer le jeu des insultes prétendument humoristiques à l’égard de celui que vous considérez comme votre prophète. Il eût été simple de dire qu’après des abattages aussi atroces qu’inattendus, le bras de fer n’était pas de mise. Mais non ! La sacro-sainte liberté d’expression, libre de toute entrave, se devait de poursuivre comme une brute sa route.

Et le discours s’en est allé par là : « Hommes, femmes, grands, jeunes musulmans qui tenez à protéger Mahomet de la moindre attaque, qu’importe vos pensées, vos manières d’agir ou de réagir, nous allons vous mâter, chevaux sauvages, jusqu’à ce que vous tourniez bien tranquillement en manège rangé dans le sens laïciste que nous allons vous indiquer. Aussi, nous commençons le dressage par la publication d’un bon Charlie Hebdo à 3 euros où les fidèles de l’islam et, en passant, ceux du Christ, en prendront plein la poire ! » Raté ! En un instant, le cheval s’est cabré ! Un enfant de sixième aurait pu le prévoir, mais… quand les idées l’emportent sur le réel, c’est bien connu, les fruits sont souvent mauvais.

En vérité, en vérité, qui ne le sait ? À vouloir dresser et même redresser à coups de trique les rebelles (trique : dans le sens de fouet ou de sexe toujours omniprésent sur nos jolis dessins), on obtient le contraire. La preuve est aujourd’hui livrée sur un plateau de violence en Somalie, au Niger, au Pakistan, au Yémen, à Gaza, où la hargne humaine s’en donne à cœur joie.

Et je crains fort, tout en pleurant, qu’à l’heure présente elle ne prenne que son élan. Devant ce gaspillage de sang par trop innocent, je pleure aussi sur notre irresponsabilité, je pleure sur notre fixité idéologique, je pleure sur la France qui refuse au respect des croyances d’être artisan de paix. Ce respect n’est pourtant pas une faiblesse, qu’on se le dise ; il n’exclut ni la résistance ni le combat face au fanatisme, mais il vomit résolument toute forme de mépris à l’égard de l’ennemi.

Chers musulmans qui souffrez de nos dessins bêtes et méchants, ne croyez pas – c’est un prêtre catholique qui vous parle – que le cœur chrétien les admet. Aussi, je vous en supplie, ne brûlez plus d’églises, ne lacérez plus le livre des Évangiles, ne tuez plus vos frères chrétiens, vous vous trompez de cible ! Nous ne sommes pas plus aimés que vous par notre pays qui condamne à mort, tous les jours davantage, l’avenir de la transcendance.

Et puisque je suis chrétien jusqu’au bout du cœur, et votre ami comme le Christ me demande de l’être, permettez-moi d’ajouter à votre endroit un simple mot salutaire : ne cherchez plus à vous venger des insulteurs et des irrespectueux. Qui sort son épée périra par l’épée. Ne portez plus atteinte à une seule vie humaine, répondez à la haine par la pitié, et vous plairez à Dieu, et il vous bénira, lui qui n’aime que l’amour…"

Posté le 21 janvier 2015 à 15h38 par Louise Tudy | Lien permanent

Niamey : l'église inaugurée en novembre a été brûlée

Le Père Nachon, prêtre des Missions Africaines de Lyon, avait fait construire et inauguré fin novembre l’église Saint Augustin à Niamey, qui vient d’être brûlée. Il déclare à l'AED :

« Nous sommes anéantis », m’écrivent l’archevêque de Niamey et les paroissiens de St Augustin que j’ai quittés fin novembre, au lendemain de la consécration de la nouvelle et si belle église.  Le 16 janvier,  en quelques heures, toutes les églises catholiques de Niamey et les temples protestants ont été attaqués et incendiés, sauf la cathédrale qui a pu être sécurisée.  Une horde en furie criait que le Prophète serait ainsi vengé, suite à la dernière caricature de Charlie Hebdo. Une émeute contre les chrétiens alors que cette publication est elle-même antichrétienne !

Jusqu’à présent, la petite minorité catholique de 25.000 fidèles  vivait en très bonne harmonie avec les 17 millions de musulmans. Mais ceux-ci, de plus en plus noyautés et manipulés par les djihadistes et Boko Haram, ont saisi l’occasion et se sont mis à crier « mort aux chrétiens » et les ont poursuivis. Tous les prêtres et religieuses, quasiment tous africains, ont reçu l’ordre de quitter leur domicile pour se mettre en des lieux sûrs. Beaucoup ont été accueillis par des musulmans, il faut le dire aussi….

Prions. La reconstruction des églises et surtout des cœurs sera longue et douloureuse. »

Posté le 21 janvier 2015 à 07h36 par Michel Janva | Lien permanent

Islam modéré au Maroc ? La conversion au christianisme surveillée de près

Lu ici :

"Dimanche après-midi à la gare ferroviaire de Fès, les services de la sûreté ont procédé à l’interpellation d’un jeune homme, originaire de Béni Mellal, soupçonné s'être converti au christianisme. Une fouille dans sa valise a permis l’identification d'une Bible et de quelques livres religieux chrétiens.

Onze heures d’interrogatoire

Une fois au siège de la préfecture de police à Fès, les questions des enquêteurs ont porté essentiellement sur les raisons des fréquents déplacements de M.B dans la capitale spirituelle du royaume, pourtant entrepreneur, et les personnes qu’il y rencontrent. Ce qui laisse entendre que l’homme faisait, auparavant, l’objet d’une surveillance particulière de la part de la police.

L’interrogatoire a duré onze heures, indique un média local, avant que le prévenu ne soit libéré vers une heure de la matinée du lundi et décide immédiatement de retourner à Béni Mellal.  [...]"

Posté le 21 janvier 2015 à 07h16 par Michel Janva | Lien permanent

20 janvier 2015

La réponse des supporters au Qatar

Une banderole avait été déployée à Furiani, lorsque Bastia accueillit le Paris SG en championnat de France : «Le Qatar finance le PSG et… le terrorisme.»

Dimanche soir, lors du Mondial de handball organisé au Qatar, les supporteurs égyptiens ont profité du duel face à la France pour afficher leur soutien à la fronde du monde musulman vis-à-vis des caricatures de Mahomet publiées dans Charlie Hebdo.

M

En Français dans le texte.

Posté le 20 janvier 2015 à 08h14 par Michel Janva | Lien permanent

19 janvier 2015

"La nation Islamique est déchirée par l'extrémisme et court à sa perte"

Dans un discours prononcé à Al-Azhar, le 28 Décembre 2014, le Président Égyptien Abd Al-Fattah Al-Sisi appelle à lutter contre l'idéologie extrémiste et dit: "Nous devons changer radicalement notre religion." Appelant à un "discours religieux qui est en accord avec son temps". Al-Sisi a averti que "la nation Islamique est déchirée par l'extrémisme et court à sa perte". C’est la première fois dans l’histoire du monde qu’un chef musulman, et à Al-Azhar même, ose formuler avec un brillant courage cette critique.

Posté le 19 janvier 2015 à 19h21 par Michel Janva | Lien permanent

Les manifestations anti Charlie Hebdo continuent

  • Niger

Bilan actualisé des émeutes du week-end à Niamey (lire en complément ce précédent post - 10 personnes et notamment des chrétiens ont été tués).

"«45 églises, 5 hôtels, 36 débits de boissons, un orphelinat et une école chrétienne ont été pillés avant d'être incendiés», a énuméré [le porte-parole de la police]"

France 24 affirmant hier que la capitale comptait 45 églises, elles auraient donc toutes été incendiées. Sauf probablement la cathédrale, qui avait échappé in extremis aux flammes ce week-end.

Niger

  • Tchétchénie

D'après Moscou, 800 000 personnes ont défilé ce matin à Grozni à l'appel du dirigeant tchétchène Kadirov, ce qui équivaudrait aux deux tiers de la population tchétchène. L'AFP parle de plusieurs centaines de milliers de personnes, scandant "Allah Akbar".

Tchétchénie

 

  • Afghanistan

Entre 500 et 600 manifestants ont défilé aujourd'hui à Jalabad en scandant "mort à la France". Un drapeau français a été brûlé.

  • Iran

Même slogan ainsi que "mort à Israël" criés aux abords de l'ambassade de France à Téhéran, où plusieurs centaines de personnes se sont réunies.

  • Gaza

Environ 200 islamistes

"ont scandé "Français, dégagez de Gaza ou nous vous égorgerons", devant le Centre culturel français de Gaza ces hommes qui brandissaient le drapeau noir des jihadistes et portaient des tenues traditionnelles et de longues barbes. Un rassemblement d'une telle ampleur et brandissant ouvertement la bannière des djihadistes est un fait exceptionnel, sinon unique depuis l'accession du Hamas au pouvoir par la force en 2007 dans la bande de Gaza."

Posté le 19 janvier 2015 à 17h02 par Louise Tudy | Lien permanent

L'islam serait-il finalement une "race" ?

Une vidéo signée Huffington post :

"Ils sont Français ou Américains, ils ont la peau blanche et dès qu'ils revêtent les signes distinctifs de l'islam, ils font face au racisme et à la discrimination. Juliette Galonnier a rassemblé les témoignages de ces convertis. Et en a tiré des conclusions à écouter, ci-dessous, sur 2 minutes et pas une seconde de plus."

Etonnant amalgame, où l'on constate que l'islam est finalement une race, puisque ses adeptes, convertis ou non, doivent faire face au "racisme". Le principe de "race", pourtant condamné par nos bien-pensants qui manient la novlangue avec dextérité, est exhumé à point nommé pour une redéfinition ad hoc. Bonne petite élève de Sciences Po, tu as tout compris; tu iras loin.

[Addendum : en réalité, d'après la loi Pleven de 1972, qui étend le racisme à "une ethnie, une religion, une race ou une nation", cette étudiante de Sciences Po a raison : il s'agit bien de racisme. Décidément, elle ira loin !]

Posté le 19 janvier 2015 à 14h35 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (25)

18 janvier 2015

Emeutes anti-Charlie Hebdo : chrétiens tués et églises brûlées au Niger

Les émeutes au Niger contre la Une de Charlie Hebdo ont continué hier. Alors que l'on répète le refrain du Padamalgam en boucle en France au sujet des musulmans, ce sont des chrétiens qui ont été visés hier et avant-hier en Afrique comme le rapporte l'Observatoire de la christianophobie :

"Dans un message à la nation, diffusé hier, Mahamadou Issoufou, Président du Niger, a annoncé que quatre corps calcinés de chrétiens ont été découverts dans les églises incendiées des faubourgs de Niamey. « Ceux qui persécutent les chrétiens n’ont rien compris » a-t-il déclaré. C’est le moins qu’on puisse en dire, mais les chrétiens, au Niger comme dans d’autres pays majoritairement musulman, constituent des boucs émissaires commodes… Le bilan des églises incendiées à Niamey s’élevait, hier au soir, à 23 sur les 45 que compte la capitale du Niger. Des Bibles ont été également déchirées et brûlées par les manifestants musulmans contre Charlie Hebdo.

Un cinquième corps calciné d’un chrétien a été retrouvé dans une église incendiée de Zinder où avait éclaté, vendredi dernier, la première manifestation contre Charlie Hebdo. Deux autres églises ont été incendiées à Maradi (à 600 km à l’est de Niamey) et encore une autre dans la ville de Gouré, à l’est du Niger. Un tel déferlement de violence antichrétienne ne s’était encore jamais produit au Niger. Les irresponsables de Charlie Hebdo en demanderont-ils pardon aux chrétiens ?"

Ajoutons que d'après RFI, à Zinder, la dizaine d'églises que compte la ville ont été incendiées ou saccagées. Les chrétiens qui s'étaient réfugiés à la mission catholique ont été exfiltrés par l'armée, car les manifestants voulaient les brûler vifs. 1 gendarme et trois manifestants sont morts.

Posté le 18 janvier 2015 à 16h13 par Louise Tudy | Lien permanent

La charia fait partie de la religion musulmane

Rémi Brague déclare dans Le Figaro :

"Le mot de «religion» est déjà trompeur en soi. Notre idée d'une religion est calquée, même chez le bouffeur de curés le plus recuit, sur celle que nous nous faisons du christianisme. Nous allons donc dire: dans l'islam, il y a du religieux (les prières, le jeûne, le pèlerinage, etc.) et du non-religieux, la charia, dont les règles vestimentaires, alimentaires, etc. Et nous avons le culot de dire aux musulmans: renoncez à la charia et nous acceptons votre religion! Mais ils ne voient pas les choses comme nous; pour eux, la charia sous ses différentes formes, et avec toutes ses règles, fait partie intégrante de la religion. La mystique, elle, est certes permise, mais facultative. Tout le système de l'islam, si l'on peut dire, repose sur la révélation faite à Mahomet. Attaquer le Prophète, c'est mettre en danger tout l'édifice. Allah est de toute façon bien au-dessus de tous les blasphèmes, c'est pourquoi le nier est presque moins grave…

Posté le 18 janvier 2015 à 15h11 par Michel Janva | Lien permanent

L'Afrique n'est pas "Charlie"

Bernard Lugan explique sur son blog pourquoi l'Afrique n'est pas Charlie :

[...] "Aveuglés par la légitime émotion et noyés sous l'immédiateté, nos responsables politiques n'ont pas songé à se demander comment l'Afrique percevait les événements. Or, alors que pour nous, il s'agit d'un ignoble attentat contre la liberté d'expression commis contre des journalistes, personnes sacrées dans nos sociétés de la communication, pour une grande partie de l'Afrique, il s'agit tout au contraire de la "juste punition de blasphémateurs".  Qui plus est ces derniers n'en étaient pas à leur coup d'essai et ils avaient même été solennellement mis en garde. Voilà pourquoi leurs assassins sont considérés comme des "héros". Quant aux foules de "Charlie", elles sont vues comme complices des insultes faites au Prophète. De plus, comme le président de la République a marché à leur tête, cela signifie que la France et les Français sont coupables.

Les conséquences géopolitiques qui vont découler de cette situation ne peuvent encore être mesurées, notamment dans les pays du Sahel en raison du jihadisme récurrent contre lequel nos troupes sont engagées.[...]
 
Personne n'a dit ou vu que l' "affaire Charlie Hebdo" n'est que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase des impératifs politiques et moraux que nous imposons à l'Afrique: démocratie, droits de l'homme, avortement, mariage homosexuel, anthropomorphisme etc. Tous y sont considérés avec dédain ou même comme de "diaboliques déviances".
C'est donc dans les larmes et dans le sang que les bonnes âmes et les idéologues vont devoir constater que le "village Terre" n'existait que dans leurs fantasmes universalistes. Ce qui est bon ou juste aux yeux de leur branchitude est en effet une abomination pour une grande partie de l'Afrique et même de la planète.
En plus de cela, pour nombre d'Africains, l'Europe est devenue une terre à prendre : ses habitants ne croient plus en Dieu, ses femmes à la vertu volage ne font plus d'enfants, les homosexuels s'y marient et la féminisation y a dévirilisé ses mâles. [...]
 
Nous voilà donc au terme du processus. Désormais, la contradiction est telle que seul un "saut qualitatif brusque", comme le disaient les marxistes, permettrait de la surmonter. L'obsolète méthode "soustellienne" de l'intégration ou celle du "radeau de la Méduse" de la laïcité n'y suffiront sans doute pas..."
Un "saut qualitatif brusque" qui pourrait s'appeler "conversion"...

Posté le 18 janvier 2015 à 09h22 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (9)

17 janvier 2015

Mgr Georges Abou Khazen : "Il n’y a pas des modérés et des fondamentalistes"

Mgr Georges Abou Khazen, vicaire apostolique des Latins d’Alep, dénonce :

 « Même l’Occident commence à comprendre le poids et la violence de ces gens-là (…) Les ventes d’armes doivent cesser. Les entraînements de ces gens doivent cesser. Il n’y a aucune différence entre tous ces groupes. Il n’y a pas des opposants et des terroristes. Il n’y a pas des modérés et des fondamentalistes. Nous devons cesser d’armer et d’entraîner ces gens-là. Comment peut-on les considérer comme des criminels dans un pays et comme des combattants de la liberté dans un autre ? (…) Nous devons nous concentrer sur le dialogue avec les imams modérés et les responsables religieux, et non avec eux qui sont financés de l’étranger qui promeuvent une logique de violence et de terreur ».

Posté le 17 janvier 2015 à 15h59 par Michel Janva | Lien permanent

Les Américains vont entraîner des rebelles garantis "modérés"

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Plus de 400 soldats américains entraîneront dès le mois de mars des troupes rebelles syriennes, rapporte le site américain Defense One. La formation, qui aura lieu en Turquie, en Arabie Saoudite et au Qatar, s'inscrira officiellement dans le cadre de la lutte contre l'Etat Islamique (EI). Le but est d'entraîner et d'armer durant trois ans 5400 rebelles. Des rebelles dont on s’est assuré qu’ils n’avaient pas de liens avec al-Qaïda ou l’Etat islamique.

Vous avez bien lu. Les Américains vont entraîner des rebelles garantis modérés dans des pays de l’islam le plus radical…

Alors que chacun sait depuis longtemps, même les Américains, qu’il n’y a pas de frontière entre les rebelles « modérés » et les islamistes, que de très nombreux « modérés » sont passés dans les rangs islamistes, et que les groupes se revendent les armes…"

Posté le 17 janvier 2015 à 15h56 par Michel Janva | Lien permanent

16 janvier 2015

A Dakar, les manifestants anti-Charlie Hebdo brûlent le drapeau français

Lu ici :

"Au moins un millier de manifestants ont protesté à Dakar après la prière du vendredi contre la caricature du prophète Mahomet par l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Un drapeau français a été brûlé devant l'ambassade de France, dans le centre de Dakar, par un groupe de manifestants qui ont scandé des slogans à la gloire du prophète Mahomet et contre Charlie Hebdo, selon des journalistes de l'AFP.

La police a lancé des bombes lacrymogènes pour disperser la foule, qui criait "Allah akbar"."

Fedb337429a68be34ebbdc61df9d6342fa702782

Posté le 16 janvier 2015 à 20h09 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (36)

Violente Manifestation à Alger contre Charlie Hebdo : "Kouachi martyrs"

A Alger cet après-midi, une manifestation en réaction à la dernière caricature de Charlie hebdo a rassemblé une foule de "plusieurs milliers de personnes" (ce flou est un peu surprenant pour nous, qui sommes habitués aux comptages extrêmement précis et réalistes de la préfecture de police). La foule  scandait : "Kouachi ", "le peuple veut un Etat islamique", "Je suis Mohamed" (en l'honneur du prophète Mahomet), ou "Kouachi chouhada" (martyrs), en hommage aux auteurs de l’attaque contre Charlie Hebdo. Une banderole où est inscrit : « n’insultez pas notre Prophète, c’est grâce lui qu’on vous respecte », est brandie par les manifestants, qui ont forcé les barrages de police et jeté des blocs de pierre sur les policiers et les passants.

Moh1_2599918_465x348

Selon El Watan, les manifestants ont contourné les barrages de police car ils voulaient atteindre l'APN (Assemblée populaire nationale) :

"Des centaines de manifestants ont réussi à franchir le dispositif policier pour atteindre le siège de la chambre basse du Parlement (APN), où ils ont tenu un sit-in qui a duré près d'une demi-heure. Là, la situation a dégénéré. A 15h00, les policiers chargent la foule. De jeunes manifestants répondent par des jets de pierres. Plusieurs manifestants, environ une dizaine, ont été arrêtés."

Vers 17h, les policiers ont repris le dessus, et dispersé la manifestation à l'aide de gaz lacrymogènes et de camions chasse-neige.

Posté le 16 janvier 2015 à 19h42 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (13)

Les nostalgiques de l'islam

IMG_3206

Mais pas d'amalgame avec nos dirigeants islamophiles, je compte sur vous.

Posté le 16 janvier 2015 à 11h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (34)

Trois militants anti-esclavagisme mauritaniens condamnés à deux ans de prison

011042014170335000000JA2779p020_3Trois militants anti-esclavagistes de Mauritanie, dont l'ex-candidat à  la présidentielle Biram Ould Dah Ould Abeid (photo), ont été condamnés hier à deux ans de prison  ferme.

Président de l'Initiative pour la résurgence du mouvement     abolitionniste, Biram Dah Abeid dénonce la subsistance de pratiques     esclavagistes en Mauritanie. Il n'hésite pas à dénoncer le fait que les Maures, largement minoritaires en Mauritanie, se considèrent comme des blancs, des "beïdane", et appellent les noirs les "soudan", terme synonyme d'esclave. 

Est-il besoin de rappeler que la Mauritanie est un Etat islamique fondé sur un islam sunnite de rite malékite, ayant en préambule de sa constitution les termes suivants :

  • « La Mauritanie est une République islamique » 
  • « L'Islam est la religion du peuple et de l'État » 
  • « Le chef de l'État est de religion musulmane ».

L'esclavage avait été aboli en 1905 dans une Mauritanie alors colonie française, puis en 1960 lors de l’accession à l’indépendance du pays. Cette pratique est cependant toujours d'actualité, classant la Mauritanie en tête des pays esclavagistes du monde africain. Un gouvernement... islamique, qui cautionne une pratique... islamique : quoi de plus normal ? Mais attention, soyons sérieux, padamalgam.

Posté le 16 janvier 2015 à 10h09 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (11)

15 janvier 2015

Pas de porc dans... les manuels scolaires

Certains se sont demandé si c'était du lard ou du cochon. La presse britannique vient de révéler que les Presses universitaires d'Oxford avaient demandé aux auteurs de manuels scolaires de ne plus représenter de porc, sous quelque forme que ce soit, afin de ne pas offenser juifs et musulmans. Le plus intéressant dans cette affaire, c'est la justification qui a été donnée par la suite :

"Une grande partie du matériel éducatif que nous publions au Royaume-Uni est vendu dans plus de 150 pays. Partant de là, ces livres doivent prendre en compte une gamme de sensibilités culturelles différentes."

Le porc viendrait donc allonger une liste connue de sujets et images bannis dans les manuels scolaires par le culturellement correct, au nom de la priorité donnée à l'exportation : politique, alcool, religion, sexe, drogue, -ismes (communisme par exemple).

Nous aurait-on menti au sujet de la mondialisation heureuse, celle qui doit nous permettre de nous enrichir mutuellement de nos différences, favorisant de ce fait la paix et le dialogue entre les cultures ?

Posté le 15 janvier 2015 à 14h10 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (11)

80% des actions terroristes sur la planète sont commises au nom de Mahomet

Le père Samir Khalil Samir, jésuite né en Egypte, qui a vécu au Liban, professeur à l'Université Saint Joseph de Beyrouth et à l'Institut Pontifical Oriental de Rome, réputé être un des plus grands islamologues vivants, déclare (traduction par Benoît-et-moi) :

«Les imams affirment qu'il ne faut pas confondre les terroristes avec l'islam, qui est au contraire une religion prêchant la paix et la non violence. C'est trop facile ainsi, c'est trop peu». «On ne peut pas s'excuser de cette façon là, et tant qu'on entendra de la part des savants musulmans toujours le même refrain, rien ne changera». «Les imams devraient, pour commencer prendre leurs distances de ceux qui entrent les armes à la main dans une rédaction de journal, affirmant que ceux-là sont des terroristes qui entendent reconquérir le monde à l'islam. En revanche ils ne le font pas, ils ne prennent pas acte du fait qu'au moins 80 pour cent des actions terroristes sur la planète sont commises au nom du Prophète».

Le problème fondamentale est que

«dans le Coran, la violence existe, à la différence de l'Evangile. Lorsque le musulmans envahissent la Terre Sainte ils passent les infidèles au fil de l'épée». 

C'est là que doit commencer le travail des imams, appelés à

«expliquer qu'une chose est le texte écrit que personne ne veut toucher, une autre est l'interprétation de ces phrases. Si nous prenons l'Ancien Testament, il contient des passages d'une violence inouïe». «En 2000 ans l'Eglise a su enseigner l'interprétation des Ecritures, sans cela nous serions encore à prendre à la lettre les versets sur le Dieu des armées et les enfants jetés sur les rochers. Toutes les civilisations on connu ce stade, et l'ont dépassé. L'islam non».

«Ce qu'il faudrait de la part des communautés islamiques c'est une saine autocritique, mais ils ne le font pas, ils se taisent si un acte contre les autres est commis au nom de l'islam. Il est inutile alors d'affirmer qu'ils se sentent opprimés et inférieurs. C'est vrai en partie, mais que font-ils afin de changer cette condition ? Rien. Ce n'est pas l'occident qui les a mis dans cette situation, ils s'y sont mis eux-mêmes, ruinant également la réputation des musulmans qui ne désirent que de vivre en paix avec tous». 

«On ne peut pas accepter que ceux qui viennent en occident veuillent imposer leur propre système de règles. L'intégration suppose l'acceptation de la culture des populations d'accueil, l'adoption des habitudes de ce peuple, même si elles sont différentes des siennes. Ce n'est qu'ainsi que ces gens seront prêts à accueillir et à aider. La confrontation ne sert à rien, le vrai dialogue suppose la disponibilité tant à l'écoute qu'à l'adéquation à l'autre».

«Trop nombreux sont ceux qui ont commis des actes de terrorismes au nom du dieu islamique et l'image que l'islam donne de lui-même est très négative. Il se présente comme une religion belliqueuse, agressive, arriérée. La seule solution est qu'ils admettent que quelque chose est faux dans leur façon d'agir. Mais c'est à eux de le faire».

«La bombe dans le turban de Mahomet? Quel mal y a-t-il?» «A l'époque, mes interlocuteurs musulmans disaient que c'était inacceptable. Et pourtant ils représentent Allah avec l'épée. Hezbollah l'écrit même comme s'il s'agissait d'une kalashnikov, et ceux qui ne savent pas lire l'arabe croient que ce nom désigne précisément l'arme».

Posté le 15 janvier 2015 à 07h59 par Michel Janva | Lien permanent

Islam : Pegida s'exporte en Espagne

Le mouvement anti-islam Pegida, né en Allemagne où il prend de l'ampleur, a annoncé avoir ouvert une branche en Espagne. Avec quelque 47 millions d'habitants, l'Espagne compte environ 1.000 mosquées, centres culturels et salles de prières pour environ deux millions de musulmans, selon l'Union des Communautés Islamiques d'Espagne. Pegida Espagne avait prévu d'organiser sa première manifestation lundi dernier devant la plus grande mosquée de Madrid. Mais le groupe avait finalement annulé après que les autorités n'aient pas autorisé ce rassemblement, lui conseillant de trouver un autre lieu.

Outre l'Espagne, Pegida a des ramifications naissantes ou annoncées en Autriche, en Norvège, en Suède et en Suisse. En France, une manifestation est prévue à Paris, place de la Bourse dimanche 18 janvier.

Posté le 15 janvier 2015 à 07h21 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

La révolution islamiste par Ivan Blot: entre soumission ou conversion

 LA REVOLUTION ISLAMISTE

Par Ivan Blot

Le récent attentat de Paris contre l’hebdomadaire satirique gauchiste Charlie Hebdo remet la révolution islamiste mondiale au premier plan de l’actualité. Car le mouvement terroriste qui se veut d’inspiration religieuse est plutôt avant tout un mouvement révolutionnaire. Ce mouvement s’insurge contre les démocraties occidentales qu’il considère comme impies car matérialistes et décadentes sur le plan des mœurs. Il utilise pour cela la voie de la violence comme toute révolution. Les dirigeants sont des intellectuels, souvent formés en Occident, et les exécutants sont des déracinés. C’est un phénomène culturel qui n’a rien à voir avec la richesse ou la pauvreté.

L’islamisme est un mouvement révolutionnaire

L’Occident a beaucoup de mal à comprendre ce qui arrive car il muré dans ses propres certitudes. Le philosophe Heidegger baptisait cet autisme « l’oubli de l’être ». L’Occident lui-même a secrété plusieurs révolutions, dont la révolution française, la révolution bolchevique et la révolution nazie. Ces révolutions ont voulu purifier la société de leurs « ennemis » et créer un homme nouveau par la force. De ce point de vue, les terroristes islamistes ne sont pas différents dans leur essence des terroristes de la révolution française, Robespierre, Barrère, l’inspirateur du génocide de Vendée et deceux de la révolution bolchevique.

Leur psychologie fut disséquée de façon remarquable par Dostoïevski dans son livre « les Démons » ou parfois titré « les Possédés ». La religion est une caractéristique annexe : Robespierre était déiste, Lénine était athée et Ben Laden était musulman. Tous étaient révolutionnaires et souhaitaient décapiter leurs ennemis : que l’outil soit la guillotine ou le sabre ne change rien à l’affaire. Les Occidentaux s’indignent à juste titre de voir des chrétiens décapités en Irak mais oublient que la guillotine a fonctionné à plein rendement en France en 1792 et 1793, au nom de la Républiqued’alors !

La théorie de nos trois cerveaux, reptilien et instinctif, mammifère et affectif, rationnel et spécifiquement humain, explique bien la dérive du phénomène révolutionnaire vers la barbarie. Le révolutionnaire fait taire son cerveau affectif qui le conduit normalement à respecter ses semblables. Il libère alors de la contrainte morale son cerveau reptilien qui contrôle notamment l’agressivité et la violence. Le cerveau rationnel sert alors à justifier par un discours idéologique (politique ou religieux, peu importe) les pulsions du cerveau reptilien. C’est pourquoi le criminel révolutionnaire est souvent un intellectuel dépourvu de sentiments et d’humanité mais pourvus d’instincts puissants comme les personnages de Verkhovenski et de Stavroguine dans le roman « les Démons » de Dostoïevski.

La dialectique de l’histoire est telle que les révolutions s’encouragent en s’opposant ou par imitation. Hitler a eu l’idée de sa révolution nationale socialiste en observant la révolution communiste. Les bolcheviques vivaient dans l’imitation de la Commune de Paris et de la Terreur jacobine. Ce qui anime les révolutionnaires islamistes est leur haine de l’Occident Cette haine est renforcée par le fait que cet Occident n’a cessé depuis les années soixante de renier toujours plus ses traditions, dans une même ligne idéologique, rationaliste au sens borné du terme, qui va des Lumières à mai 1968.

La révolution islamiste n’est pas apparue par génération spontanée. Son fondateur est Sayyd Qutb, intellectuel (journaliste) égyptien, né en 1906 et pendu en 1966. Hostile à l’enseignement coranique reçu dans sa jeunesse et hostile à la monarchie égyptienne, donc à la tradition, il partit aux Etats-Unis en 1948 étudier les écoles américaines. Il jugea ce pays individualiste jusqu’à la nausée et spirituellement vide. Il se mit alors à craindre la colonisation occidentale à cause de ses conséquences idéologiques. En 1952, il est membre des frères musulmans qui aident l’armée à renverser la monarchie mais il est arrêté lors de l’attentat manqué contre Nasser en 1954. Qutb est emprisonné puis pendu en 1966. Comme Hitler, il écrit ses livres en prison « Fi Zilaal Al Quraan » (à l’ombre du Coran) et Maâlim fi Tariq (Jalons sur la route). Il y dénonce la Jahiliya (ignorance de l’Islam authentique). Il accuse la tyrannie des lois humaines (taghout) y compris démocratiques qui s’opposent aux lois de Dieu. Il estime qu’il faut guider les masses à sortir de l’ignorance et du complot des Juifs. (Voir Mystique et politique. Lecture révolutionnaire du Coran par Sayyid Qutb ; presses de la FNSP et éditions du Cerf 1984).

Pourquoi cette lecture révolutionnaire du Coran, reprise par les intellectuels radicaux que sont le milliardaire arabe wahhabite Oussama Ben Landen et le docteur égyptien Ayman al-Zahouahiri, a-t- elle eu un tel succès pour motiver ultérieurement des chefs de guerre locaux et des jeunes y compris de nos banlieues?

Le soutien initial des Occidentaux aux Islamistes révolutionnaires

Au départ, Ben Laden est utilisé par la CIA contre les soviétiques en Afghanistan. Le président américain Carter aurait signé une directive de soutien le 3 juillet 1979 ; le 15 mars 1995, le président Bill Clinton déclare : « les valeurs traditionnelles de l’Islam sont en harmonie avec les idéaux les meilleurs de l’Occident ». Le président américain confond visiblement la tradition de l’Islam avec sa lecture révolutionnaire faite par les nouveaux islamistes. La rupture des Américains avec Ben Laden intervient en 1998 ; Al Zahouahiri fait connaissance de Ben Laden dans la lutte anti soviétique soutenue par les services secrets américains en Afghanistan. Il est le numéro 2 d’Al Qaida et écrivain sur le voile et de la position française à l’égard d’Israël. Il recommence le 7 avril 2013 à cause de l’intervention française au Mali. Comme on le voit, les menaces d’attentats en France ne datent pas Outre l’aveuglement des Occidentaux face à l’islamisme révolutionnaire (accueil de l’imam Khomeini en France par Giscard d’Estaing ; soutiens indirects aux islamistes en Lybie et en Syrie, élimination du laïc Saddam Hussein qui ouvrira la voie à l‘Eil en Irak, etc), le succès des Islamistes chez les jeunes dans les pays musulmans comme dans les milieux immigrés en Europe vient en partie des carences de la société occidentale à donner un sens à la vie dans un monde livré au matérialisme et à  Il menace deux fois la France, le 3 aout 2009 à cause de la loi sur le voile et de la position française à l’égard d’Israël. Il recommence le 7 avril 2013 à cause de l’intervention française au Mali. Comme on le voit, les menaces d’attentats en France ne datent pas d’hier.

L’Occident abandonne ses traditions morales et spirituelles

Qutb a inventé sa révolution islamiste suite à sa visite des Etats-Unis qui l’ont choqué par leur immoralité. Le philosophe Heidegger a montré que le monde occidental était dominé par un matérialisme utilitariste dont trois versions se sont développées : la version communiste, la version nazie et la version américano-occidentale. Face aux critiques disant que politiquement ces régimes étaient très différents, il a répondu que c’était exact sur le plan politique mais non sur le plan métaphysique. Aux valeurs traditionnelles de Dieu, de la personne humaine, des racines et des idéaux, l’Occident a préféré l’idolâtrie de l’ego, des masses, de la technique et du pouvoir, notamment lié à l’argent. Comme Dostoïevski l’a montré dans « les Frères Karamazov », l’Occident, selon le starets Zosime a développé une liberté centrée sur l’égoïsme matérialiste et la multiplication des besoins. Il a développé à partir de l’égalité, une idéologie du nivellement et de la grégarisation, et enfin, sa fraternité a pris une tournure mafieuse et immorale. Liberté, égalité, fraternité, cette noble devise est devenue en pratique : vanité, cruauté et vénalité.

Cette critique est en partie vraie et explique la soif dévoyée mais réelle de spiritualité, d’engagement et d’héroïsme des révolutionnaires musulmans plongés dans une société sans idéal et hédoniste. Mais comme l’avait fort bien vu Dostoïevski, cet engagement militant « est maudit parce qu’il est maudit parce qu’il est cruel ».

L’Occident pense se débarrasser de l’islamisme par la seule répression policière et militaire. Cette action répressive est essentielle et doit se faire grâce à une coopération internationale la plus étendue. Exclure de grands pays comme la Russie de cette coopération serait une très grave faute. Il faut d’urgence rapprocher l’Europe de l’Ouest de la Russie et les Américains doivent considérer ce rapprochement comme favorable et non défavorable à leurs intérêts à long terme. Il n’y a pas d’alternative, notamment devant la menace révolutionnaire islamiste.

Toutefois, l’action répressive n’a jamais empêché à elle seule la révolution française de triompher ou au communisme de s’imposer à un tiers de l’humanité. La répression contre une révolution ne suffit pas toujours.

En profondeur, la révolution islamique perdra son pouvoir d’attraction le jour où les traditions religieuses, patriotiques et familiales seront de nouveau à l’honneur, pas seulement en Russie mais aussi en Europe occidentale et en Amérique. Le mouvement de destruction des traditions en cours à l’ouest depuis les années 1970 créé les conditions objectives du succès des islamistes auprès de beaucoup de jeunes. Le culte traditionnel de Dieu limite les égoïsmes individuels, la pratique exemplaire des valeurs morales renforce la personnalité et empêche les manipulations de masse. Les racines familiales et patriotiques avec une éducation civique et militaire comme autrefois créent un engagement affectif où le djihad perdra alors de sa séduction. Les lois en accord avec la loi naturelle limitent la criminalité, laquelle a quintuplé en Occident depuis les années soixante. L’Occident qui se veut révolutionnaire sur le plan des mœurs applique sans s’en rendre compte la phrase de Dostoïevski : « si Dieu n’existe pas, alors tout est permis ».

La révolution des mœurs et de la culture des années 1970 en Occident nourrit l’islamisme révolutionnaire chez beaucoup d’individus des jeunes générations, par le dégout qu’elle provoque au sein des peuples écoeurés par des élites désaxées. Pour assécher la révolution terroriste islamiste, il ne suffit pas de réprimer car il faut aussi toucher les âmes et savoir sortir du matérialisme ambiant.

Le pari n’est pas gagné !

Ivan Blot

texte trouvé ici

Posté le 15 janvier 2015 à 00h36 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (7)

14 janvier 2015

Aymeric Chauprade : «La France est en guerre avec des musulmans et non avec les musulmans»

Posté le 14 janvier 2015 à 21h02 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

Hollande sera demain à l'Institut du monde arabe

Pour l'ouverture du forum « Renouveaux du monde arabe » à l’Institut du Monde Arabe. Peut-être ne sait-il pas que cet endroit regorge de livres prêchant le jihad, et pas seulement dans la bibliothèque, mais dans la boutique ouverte aux touristes également, ainsi qu'a pu s'en rendre compte le spécialiste de la question Joachim Véliocas, qui vous propose ce documentaire :

 

Posté le 14 janvier 2015 à 20h11 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

Pourquoi nous ne serons JAMAIS Charlie!

Charlie Hebdo n266Le Charlie Hebdo n° 266.

donc, en solidarité avec les chrétiens persécutés et assassinés par les islamistes au Proche et au Moyen-Orient, en solidarité avec les chrétiens persécutés et assassinés par les islamistes en Afrique en général, au Cameroun, en Centre-Afrique et au Nigéria en particulier, en solidarité avec les chrétiens persécutés et assassinés par les islamistes au Pakistan et en Inde, en solidarité avec les chrétiens persécutés et assassinés par les islamistes dans le Golfe Persique, et en solidarité avec tous les chrétiens persécutés par les islamistes:

Donc : PAS D'AMALGAME!

 

Posté le 14 janvier 2015 à 18h08 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (41)

Al-Qaida au Yémen revendique l'attentat

La vidéo mise en ligne mercredi s'intitule «Vengeance pour le prophète d'Allah: message à propos de l'attaque bénie de Paris». Un cadre d'al-Qaïda au Yémen, Nasser Ben Ali al-Anassi, revendique la préparation et le financement des attentats :

«Des héros ont été recrutés et ils ont agi, ils ont promis et sont passés à l'acte à la grande satisfaction des musulmans». «Nous, al-Qaida dans la péninsule arabique, revendiquons la responsabilité de cette opération destinée à venger le prophète». «Nous tenons à préciser à l'intention de la nation musulmane que c'est nous qui avons choisi la cible, financé l'opération et recruté son chef.»

Le terroriste assure que l'opération a été menée «sur ordre de notre émir général Ayman al-Zawahiri et conformément à la volonté posthume d'Oussama ben Laden».

En revanche, al-Anassi contredit Amédy Coulibaly, qui affirmait avoir mené de front avec les frères Kouachi son attentat. Le cadre lui rend hommage, mais n'en revendique pas la responsabilité.

Posté le 14 janvier 2015 à 14h11 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (13)

Boko Haram utilise des fillettes comme bombes humaines

S.Exc. Mgr Ignatius Ayau Kaigama, Archevêque de Jos et Président de la Conférence épiscopale du Nigeria, indique :

"La nouvelle stratégie des terroristes de Boko Haram consistant à utiliser des fillettes innocentes comme bombes humaines est aberrante et inimaginable ».

« Ces fillettes ont été endoctrinées. On leur a pratiqué un lavage du cerveau pour leur faire croire qu’elles iraient au paradis en accomplissant ces actions. D’ailleurs, nous nous rappelons bien du triste phénomène des enfants soldats dans différentes zones de l’Afrique, qui sont endoctrinés en ayant recours à des méthodologies terrifiantes de lavage du cerveau afin qu’ils deviennent des machines à tuer ».

« Oui, il s’agit d’un mouvement de type sectaire, indépendant de la grande majorité des musulmans nigérians, qui sont de braves gens. Je suis dans tous les cas très content du fait que certains responsables religieux de premier plan de la communauté musulmane prennent actuellement leurs distances de Boko Haram et qu’ils aient condamné leurs terribles actions, en affirmant qu’elles sont contraires aux enseignements islamiques ».

« Mais nous devons faire davantage. Je pense à la grande manifestation de Paris contre les attentats meurtriers intervenus en France. Je souhaite ici également une grande manifestation d’unité nationale qui dépasse les divisions politiques, ethniques et religieuses pour dire non à la violence et trouver une solution aux problèmes qui affligent le Nigeria ».

« Les évacués sont accueillis dans différentes zones du Nigeria, mais ici aussi à Jos. Au cours du temps de Noël, nous avons organisé une collecte ad hoc pour venir en aide aux besoins de ces personnes. Parmi les évacués se trouvent plusieurs prêtres dont la Paroisse a été détruite. Mais il faut souligner qu’il n’existe pas de distinction entre chrétiens et musulmans. Ils ont tous fui face aux violences de Boko Haram, notamment parce qu’au sein de différentes familles, cohabitent pacifiquement des chrétiens et des musulmans. Ceux qui ne partagent pas l’idéologie de Boko Haram, dont de nombreux musulmans, sont contraints à fuir ».

Posté le 14 janvier 2015 à 12h14 par Michel Janva | Lien permanent

13 janvier 2015

Le seul moyen qu'ils deviennent Français est qu'ils deviennent chrétiens

Ci-dessous une lettre, que certains d'entre vous connaissent sans doute déjà - et qui a peut-être même déjà été postée sur le Salon beige avant que Marie Béthanie y sévisse - une lettre donc, du Père Charles de Foucauld écrite en 1907 à René Bazin, de l'Académie française, président de la Corporation des publicistes chrétiens (parue dans le Bulletin du Bureau catholique de presse, n° 5, octobre 1917). Un texte prémonitoire, ou plus simplement, la réalité de l'islam vécue par un Français qui le connaissait vraiment bien :

"Ma pensée est que si, petit à petit, doucement, les musulmans de notre empire colonial du nord de l'Afrique ne se convertissent pas, il se produira un mouvement nationaliste analogue à celui de la Turquie : une élite intellectuelle se formera dans les grandes villes, instruite à la française, sans avoir l'esprit ni le coeur français, élite qui aura perdu toute foi islamique, mais qui en gardera l'étiquette pour pouvoir par elle influencer les masses ; d'autre part, la masse des nomades et des campagnards restera ignorante, éloignée de nous, fermement mahométane, portée à la haine et au mépris des Français par sa religion, par ses marabouts, par les contacts qu'elle a avec les Français (représentants de l'autorité, colons, commerçants), contacts qui trop souvent ne sont pas propres à nous faire aimer d'elle.

Le sentiment national ou barbaresque s'exaltera dans l'élite instruite : quand elle en trouvera l'occasion, par exemple lors de difficultés de la France au dedans ou au dehors, elle se servira de l'islam comme d'un levier pour soulever la masse ignorante, et cherchera à créer un empire africain musulman indépendant.

L'empire Nord-Ouest-Africain de la France, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique occidentale française, etc, a 30 millions d'habitants ; il en aura, grâce à la paix, le double dans cinquante ans. Il sera alors en plein progrès matériel, riche, sillonné de chemins de fer, peuplé d'habitants rompus au maniement de nos armes, dont l'élite aura reçu l'instruction dans nos écoles. Si nous n'avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu'ils deviennent Français est qu'ils deviennent chrétiens.

Il ne s'agit pas de les convertir en un jour ni par force mais tendrement, discrètement, par persuasion, bon exemple, bonne éducation, instruction, grâce à une prise de contact étroite et affectueuse, oeuvre surtout de laïcs français qui peuvent être bien plus nombreux que les prêtres et prendre un contact plus intime.

Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui.

D'une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s'y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l'un, celui du « Medhi », il n'y en a pas : tout musulman, (je ne parle pas des libre-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu'à l'approche du jugement dernier le Medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l'islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l'islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants ; s'il est soumis à une nation non musulmane, c'est une épreuve passagère ; sa foi l'assure qu'il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l' engage à subir avec calme son épreuve; " l'oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s'il se tient tranquille, il se trouve intact le jour de la libération ", disent-ils.

Ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu'aux Allemands, parce qu'ils savent les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d'honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles mais, d'une façon générale, sauf exception, tant qu'ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du Medhi, en lequel ils soumettront la France.

De là vient que nos Algériens musulmans sont si peu empressés à demander la nationalité française : comment demander à faire partie d'un peuple étranger qu'on sait devoir être infailliblement vaincu et subjugué par le peuple auquel on appartient soi-même ?

Ce changement de nationalité implique vraiment une sorte d'apostasie, un renoncement à la foi du Medhi..."

Medhi = Le Bien-aimé = le Sauveur de l’Islam"

Posté le 13 janvier 2015 à 17h28 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (16)

Mais ils sont où les Charlie ?

Un responsable militaire camerounais déclare :

«Boko Haram est en train de mettre le feu (au Cameroun) et personne ne bouge le moindre petit doigt»

Un nouveau raid meurtrier des islamistes armés nigérians a eu lieu contre une ville de la province de l’Extrême-Nord. Pose d’explosifs, attaques de véhicules de transports en commun et de bases militaires, incendies dans les villages, vols de bétail: la multiplication depuis des mois des actes de la nébuleuse Boko Haram dans cette région du Cameroun inquiète les autorités militaires et civiles et effraie la population locale. Lundi, d’intenses combats ont éclaté autour d’un camp militaire à Kolofata, à une dizaine de kilomètres de la frontière, opposant soldats camerounais à des centaines d’islamistes venus du Nigeria voisin.

Boko Haram a lancé depuis plusieurs mois une série d’attaques dans la région de l’Extrême-Nord qui partage une longue frontière avec le nord-est du Nigeria où la secte progresse à un rythme fulgurant, semant la terreur sur son passage. Le principal axe routier du nord du Cameroun, reliant Maroua à Kousseri, poste-frontière avec le Tchad, est désormais sous le menace permanente d’attaques de Boko Haram.

Du côté du Nigeria, le groupe islamiste a pris le 3 janvier le contrôle de la ville de Baga, sur les rives du lac Tchad, où il était prévu de positionner une force multinationale chargée de la combattre. Des jours plus tard, il est revenu raser la ville et une quinzaine de villages aux alentours, perpétrant la tuerie «la plus meurtrière» de son histoire, selon l’armée nigériane. Depuis son début en 2009, l’insurrection et sa répression ont fait pas moins de 13.000 morts.

Au Cameroun, l’attitude du Nigeria et de la communauté internationale face à la progression de Boko Haram est très critiquée.

Posté le 13 janvier 2015 à 14h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (10)

Le coran est le "verbe incréé de Dieu transmis au prophète Mahomet", et donc immuable

Voici un texte écrit par le général Lalanne-Bertoudicq, directeur de sessions à l’IHEDN (Institut des hautes études de défense nationale), intéressant en ce qu'il résume bien les sentiments que nous, catholiques, éprouvons face aux récents évènements, et aussi parce qu'il montre que le problème majeur et apparemment insoluble des musulmans est le caractère irréformable du coran :

"Permettez-moi d’attirer votre attention sur certains aspects de cette affaire qui me semble faire perdre la tête à beaucoup.

-Ces journalistes et particulièrement ces dessinateurs ne respectaient rien, rien sauf ce qu’on leur disait de respecter. 

Ainsi, jamais de leur part une caricature ridiculisant la shoah, les Noirs (ou autres races non blanches), la démocratie, les handicapés, les homosexuels, dénonçant l'avortement et ses 200 00 morts par an etc.

-Leurs attaques, et ce depuis trente ans pour certains (j’ai des souvenirs précis), n’ont porté que contre les « valeurs bourgeoises » qu’en bons trotskistes, pour une bonne proportion d’entre eux, ils « combattaient ».

Ils n’ont donc cessé d’attaquer l’Église catholique, ses prêtres, ses fidèles et plus grave (très récemment encore) ce qu’elle a de plus sacré comme la Nativité.

Souvenez-vous aussi du dessin des deux prêtres en train  de se sodomiser à l’occasion des numéros sur la « manif pour tous » et j’en passe.

-De leur part  en revanche, un silence de mort (au sens propre), des dizaines d’années durant, à propos des crimes du communisme et de la post décolonisation etc.

Pendant des années, de trop nombreuses années, rien contre l’islam, dont le message intrinsèquement violent (lisez certaines sourates comme la 4e, la 5e, la 9e par exemple) était systématiquement occulté.

Je pourrais continuer ainsi longtemps pour vous dire que ces personnages ne sont pas les espèces de saints laïcs que l’on est en train de nous ériger en exemple.

Il est cependant tout aussi évident qu’ils ne méritaient pas d’être lâchement assassinés comme ils le furent !

Il nous faut donc prier pour le repos de leur âme, du moins si l’on croit en Dieu, ce qui n’était pas leur cas mais n’a jamais empêché ce dernier d’exister.

L’attaque dont ils ont été la victime est une attaque contre l’Occident en tant que tel et non « en soi » contre la démocratie ou les « valeurs de la république », qu’au demeurant ceux qui en parlent sont incapables de définir sans tomber dans d’insolubles contradictions (nous pourrions en parler longuement).

Comme je l’ai écrit dans un papier qui a eu malgré moi un grand retentissement, il faut se poser la question des amalgames et se demander combien de chrétiens Chaldéens ou Syriaques se sont fait sauter dans des mosquées d’Irak. La réponse est : aucun. Et ce pour une raison simple et irréfragable : aucun chrétien ne peut s’appuyer sur un texte religieux prônant la violence, car il n’y en a pas. C’est le contraire dans l’islam.

Autrement dit (et j’en parlais récemment avec l’aumônier musulman de la 198e session del’IHEDN, qui en était fort embarrassé) s’il exista ou s’il existe des chrétiens violents et criminels, ce fut MALGRE les textes sacrés du christianisme.

A contrario nous savons qu’il existe des dizaines de millions de musulmans pacifiques, et ce MALGRE une partie des textes sacrés de l’islam, dont les hadiths, qui sont encore plus violents que le Coran.

Tant que cette question n’aura pas été réglée, on sera dans le « choc des civilisations », qui dure depuis 1400 ans mais est nié précisément par tous les amis de « Charlie ».

Et cette question ne sera pas résolue car seuls les musulmans le pourraient, si elle l’était.

Or ils ne la résoudront pas car ils ne le peuvent pas.

Rappelons-nous en effet la définition (musulmane) du Coran : (je cite) « Le verbe incréé de Dieu transmis au Prophète Mahomet par l’ange Gabriel ».

Ceci veut dire que l’on ne peut pas en changer une virgule et, plus outre en islam sunnite (90% des musulmans), la recherche théologique s’est arrêtée au XIe siècle avec ce que l’on appelle « l’iIjtihad ».

Telles sont les données du problème.

Par conséquent tous ceux qui parlent d’un « aggiornamento » de l’Islam ne le connaissent pas ou sont des « idiots utiles », comme le disait Lénine.

Quant à moi donc, et vous l’aurez compris, pour de multiples raisons je ne serai jamais « Charlie » et pense que cet horrible attentat n’est que le début de la guerre intérieure qui ravagera ce qui reste de notre civilisation.

Je suis d’autant plus pessimiste sur la suite des événements que nos « élites politiques » refusent de voir le problème dans ses racines.

Ignorance ou complicité ? Je l’ignore. Bêtise, peut-être, car cette invasion islamique de l’Occident est leur œuvre consciente, toutes majorités confondues depuis quarante ans.

Terminons sur une petite remarque : Zemmour a subi les foudres des censeurs pour avoir attiré l’attention de nos concitoyens, entre autres sur ce problème.

Il a été chassé de chaines de TV et de radio.

Je n’ai pas entendu dire que les « défenseurs de la liberté d’expression » de Charlie Hebdo et d’autres « grandes consciences » aient pris sa défense !

Cela montre le degré de leur honnêteté intellectuelle.

Et puis, posons-nous la question : si les tueurs avaient attaqué « Minute » ou « Présent », aurions-nous eu droit à ces déclarations fustigeant « une attaque au cœur de la république» ?

Non, bien sûr, et vous le savez !

J’ai en revanche souvenir de cette voix ministérielle déclarant à la fin de la semaine dernière : « Zemmour ne dénonce pas un problème, c’est LUI le problème ».

Mes amis, ne pensez-vous pas qu’il y a là matière à réflexion ?

Pour le moins ?"

Alors, si le coran est impossible à réformer, nous n'avons plus qu'une solution : prier d'arrache-pied et nous bouger pour que les musulmans se convertissent.

Posté le 13 janvier 2015 à 12h54 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (29)

Les atrocités des djihadistes sont-elles clairement contraires à l’islam ?

Le père Louis-Marie de Blignières écrit sur le blog de L'Homme Nouveau :

H"[...] On ne peut que se réjouir que beaucoup de musulmans, notamment des imams, dénoncent l’horreur de ce terrorisme. Ces événements abominables peuvent aussi être pour eux l’occasion de s’interroger sur la caution que les textes canoniques de l’islam apportent ou non à de telles violences. Un très grand nombre de musulmans sont des hommes de bon sens, réellement pacifiques, et ils sont sincères lorsqu’ils désavouent ces horreurs. Mais l’islam lui-même, tel que le donnent à connaître ses textes normatifs, le Coran et les hadiths (paroles attribuées au Prophète), est-il bien une « religion de paix et d’amour » ? Cela vaut la peine de se poser la question.

Notons que l’interprétation donnée par certains dignitaires musulmans sur le caractère historique et circonstanciel des versets violents ne résout pas le problème. D’une part, cette interprétation n’est pas soutenue par les textes de la tradition musulmane, les hadiths. D’autre part, d’autres responsables soutiennent (et parfois imposent violemment) une autre lecture (Citons un exemple. L’homme politique et théologien réformateur soudanais Mahmoud Mohamed Taha, qui voulait donner une portée relative, valable uniquement pour l’époque du Prophète, aux versets violents de la période médinoise, a été condamné à mort par un tribunal religieux, sous l’influence des Frères musulmans et exécuté au titre d’apostat en janvier 1985), et comme il n’y a pas, en islam, de magistère pour les départager, le problème reste entier.

Parallèlement, la presse française, en son immense majorité, tient aujourd’hui à dissocier devant l’opinion publique l’islam des crimes djihadistes. « Surtout pas d’amalgame ! » Pourtant ces mêmes crimes étaient perpétrés depuis longtemps ailleurs (notamment au Pakistan, en Inde, au Nigéria, en Syrie, en Centre-Afrique, etc.) sans susciter de réactions proportionnées dans la presse occidentale. On n’a pas non plus alors observé de vives réactions chez les musulmans, ni de claire condamnation par les instances islamiques, malgré les appels répétés du Vatican, par exemple auprès de l’Université Al-Azhar et de l’Arabie Saoudite.

Les atrocités des djihadistes sont-elles clairement contraires à l’islam ? Qu’enseigne donc le Coran ? [Lire la suite]"

Posté le 13 janvier 2015 à 10h17 par Michel Janva | Lien permanent

Islam : l'absence d'autorité pour donner une interprétation universelle pose problème

François Siméoni, conseiller municipal FN à la mairie de Versailles, écrit dans une tribune libre :

"(...) La France a été victime du terrorisme islamiste, nous devons reconnaître qu’il ne s’agit pas d’actes isolés de déséquilibrés mais d’une réelle menace. Benoit XVI avait dénoncé à Ratisbonne le problème posé par certains passages du Coran : «La violence est en opposition avec la nature de Dieu». Lors de la conférence organisée le 9 décembre 2014 à Versailles par Mme Ibn Ziaten, la mère d’Imad, le jeune français tué par M.Mehra à Toulouse, nous avons demandé si une réforme des textes était possible. La réponse donnée par les deux oratrices musulmanes n’a pas été claire et pouvait même sembler contradictoire. Dans l’Islam sunnite, la relation directe de la créature avec son créateur a une conséquence tragique : l’absence de clergé et donc d’autorité pour donner une interprétation universelle des textes, permettant de réformer leurs excès. Tant que ce problème ne sera pas réglé, certains pourront trouver dans ces textes des justifications à leurs actes extrêmes, ce qui amènera inévitablement à des ripostes et conduira au choc des civilisations."

Posté le 13 janvier 2015 à 07h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

12 janvier 2015

Les radicaux ne sont qu'une infime minorité des musulmans. Oui, mais...

la suite ici : 

 

Posté le 12 janvier 2015 à 22h24 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (8)

"Nous avons le devoir de faire la révolution religieuse qui questionne la violence dans l'Islam"

Cette phrase est du président d'Égypte Abdel Fata Sisis’ qui est adressé le 3 janvier dernier, dans l’enceinte de l'Université d'Al Azhar du Caire, aux universitaires, imams, théologiens et autres leaders religieux de l'Islam.

Posté le 12 janvier 2015 à 20h51 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (9)

L'EI pirate le commmandement militaire US au Moyen-Orient et publie des données confidentielles

Info à suivre ici et .

 

Idem pour leur compte Youtube :

You

Posté le 12 janvier 2015 à 18h59 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (7)

Je suis ceux que l’islam persécute

Vivien Hoch fait un petit catalogue des victimes des musulmans, victimes que l'on passe sous silence dans nos grands médias :

  • Je suis Théo Van-Ghogh
  • Je suis Eric Zemmour
  • Je suis Robert Redecker, Salman Rushdie, Joseph Fadelle et tant d'autres
  • Je suis les victimes du 11 septembre 2001, de Londres, de Madrid, de Volgograd et de tant d'autres...
  • Je suis chrétien d'Irak et de Syrie
  • Je suis Asia Bibi
  • Je suis Nigérian

Posté le 12 janvier 2015 à 14h33 par Michel Janva | Lien permanent

Le patriarche Sako invite les musulmans à un véritable examen de conscience

Dans un message adressé à Asia News, le patriarche de Babylone des Chaldéens, Mgr Louis Raphaël Ier Sako,

« condamne avec force les crimes haineux survenus en France ces derniers jours et exprime sa solidarité et sa proximité avec le peuple français et les familles touchées ».

Le patriarche Sako invite ensuite les musulmans à un véritable examen de conscience et à une réforme en profondeur :

« Face à ce qui se passe dans le monde arabe et à l’étranger, qui est sans précédent et menace nos relations et le vivre ensemble, nous appelons nos frères musulmans à prendre de l’intérieur l’initiative de démanteler cette idéologie terroriste extrémiste et de construire une opinion musulmane ouverte et éclairée qui n’accepte pas l’exploitation politique de la religion (…) Il n’y aura d’avenir pour nous, êtres humains, que si nous pouvons vivre ensemble en paix, dans l’harmonie et dans la coopération comme c’était le cas avant que surviennent ces courants radicaux qui recourent à la violence. Nous devons permettre à notre responsabilité morale et historique de répandre une culture de la reconnaissance, de l’acceptation et du respect de l’autre, fondée sur le principe “pas de contrainte en religion”, par un dialogue honnête, avec sagesse, une vision claire, et une éducation religieuse irréprochable ».

Posté le 12 janvier 2015 à 07h52 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Religions : L'Islam

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Religions : L'Islam