15 avril 2014

Conversions dans le Caucase

Lu sur Nouvelles de France :

"En 1991, 75% des Adjares étaient musulmans. En 2002, ils sont devenus à 64% orthodoxes (241 000 personnes), et les estimations actuelles portent ce chiffre à 75%."

Posté le 15 avril 2014 à 17h57 par Michel Janva | Lien permanent

19 mars 2014

Julie Gayet ira-t-elle tourner un clip en Irak ?

Contre les mariages forcés :

G

Posté le 19 mars 2014 à 09h39 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

18 mars 2014

Arabie : est-il permis de parler d'islam "archaïque" ?

Le journaliste belge Johan De Ryck traitait la mission économique belge en Arabie saoudite à la radio. Il est présent à la mission économique belge, sous la direction de la princesse Astrid, en compagnie du ministre des Affaires étrangères et de quelques 300 hommes d'affaires provenant de 172 entreprises en visite à Riyad. La princesse est la seule femme de la mission qui ne doit pas porter de foulard, a expliqué le journaliste. Il a conclu par "l'Arabie saoudite affiche l'une des formes les plus archaïques de l'islam."

Sa rédaction en chef a clairement pris ses distances. La rédaction considère le choix du mot "archaïque" comme une faute déontologique et a convoqué le journaliste. Ce dernier a fait son autocritique :

"Il a reconnu qu'un tel choix de mot n'était pas adapté à un journal parlé de la VRT, que ça n'aurait pas dû se produire et que cela ne se répéterait plus".

Posté le 18 mars 2014 à 21h53 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

13 mars 2014

Le film Noé interdit dans les pays musulmans "modérés"

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Le Qatar, Bahrein et les Emirats arabes unis ont interdit la projection de la super-production hollywoodienne Noé. D’autres pays pourraient leur emboîter le pas, dont l’Egypte. Car l’université Al Azhar a fait savoir que ce film est “contraire à la foi et aux fondamentaux de la loi islamique (Charia)” :

“Al-Azhar renouvelle son refus de toute projection d'une production représentant Allah, ses prophètes et messagers, ainsi que les compagnons du prophète Mahomet.”"

Posté le 13 mars 2014 à 19h34 par Michel Janva | Lien permanent

03 mars 2014

La FIFA autorise le port du voile, la FFF maintient son interdiction

La possibilité de porter le voile ou le turban a été officiellement intégrée dans les règles du football, a annoncé, samedi, la Fédération internationale de football (FIFA). Cela fait suite à une demande de plusieurs pays musulmans.

En France où le débat sur le voile fait rage depuis plusieurs années, la Fédération française de football (FFF) avait déjà interdit, il y a deux ans, à ses licenciées le port du voile afin « de respecter les principes constitutionnels et législatifs de laïcité ». Samedi, la FFF a rappelé que ces mêmes principes restaient valables y compris « en ce qui concerne la participation des sélections nationales françaises dans des compétitions internationales » et maintenu « l'interdiction du port de tous signes religieux ou confessionnels » dans le pays.

Le président de la Ligue de football professionnel (LFP), Frédéric Thiriez, a déploré :

« C'est une grave erreur. Je déplore la décision de la Fifa qui malmène le principe d'universalité du football selon lequel toutes les joueuses et tous les joueurs sont soumis aux mêmes règles et aux mêmes conditions de jeu ». « Alors que la charte olympique exclut tout signe religieux, cette autorisation va à l'encontre du droit des femmes et menace la neutralité d'un football préservé des querelles religieuses et politiques ».

Posté le 3 mars 2014 à 07h44 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Les chrétiens soumis à la dhimmitude dans la Syrie djihadiste

Le groupe jihadiste Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) a annoncé avoir imposé une série de règles aux habitants chrétiens de la ville syrienne de Raqa qu’il contrôle, exigeant notamment qu’ils payent une taxe et célèbrent en privé leurs rituels. En échange ils garantissent la protection des chrétiens. Ceux qui ne le respecteront pas seront traités comme des ennemis. Le groupe jihadiste a également indiqué que les chrétiens «ne devaient pas restaurer les monastères ou les églises (...) dans leur ville ou les environs».

Qu'en pense BHL ?

Posté le 3 mars 2014 à 07h18 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

25 février 2014

L'immigration musulmane est interdite vers Mars

Ainsi en a décidé une fatwa prise par les imams de l'Autorité générale des affaires islamiques des Emirats arabes unis.

En revanche, il n'y a pas de fatwa pour ceux qui vont en Europe.

Posté le 25 février 2014 à 08h03 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

18 février 2014

Les abattages rituels juifs et musulmans sont interdits au Danemark

Au Danemark, il est désormais obligatoire d'étourdir les animaux avant de les abattre, depuis le 17 février. Cette loi interdit de facto les abattages rituels juifs et musulmans, qui requièrent la pleine conscience des animaux. Le texte a été défendu par le ministre danois de l'Agriculture Dan Jorgensen, qui a expliqué sur une chaîne de télévision locale que "les droits des animaux doivent primer sur la religion".

Le vice-ministre israélien aux Cultes a vivement condamné l'interdiction, selon des propos rapportés par La Croix : "L'antisémitisme européen dévoile son vrai visage et se retrouve même dans les sphères gouvernementales." L'ambassadeur danois à Jérusalem lui a répondu, jugeant ces propos "insultants".

Posté le 18 février 2014 à 21h55 par Michel Janva | Lien permanent

21 janvier 2014

Christianophobie et mise en place de la charia au Brunei

Témoignage d'une lectrice :

"...Oui nous en avons été informés par Kalia, une de mes amies chypriote qui a épousé un chinois naturalisé Brunéien. Ils sont protestants et très pratiquants.
L’application de la charia est l’aboutissement d’un long processus qui avait commencé au cours du règne du Sultan actuel.
Apres la guerre du Golfe, en 1991, le port du voile avait été rendu obligatoire dans toutes écoles de filles. (PS : les écoles ne sont pas mixtes bien sûr) et l’interdiction de vendre de l’alcool était devenue stricte. Plus aucun magasin n’en vendait.
La police religieuse surveille chaque musulman pendant le ramadan.
Les prêches des imams sont tous les mêmes dans toutes les mosquées. Ils leur ont été dictés par les chefs religieux proches du Sultan.
Celui-ci, vieillissant, s’entoure mal.
Et son fils qui va luis succéder est un dégénéré au sens propre du terme… la consanguinité de ce petit pays n’aidant pas !!!
Il va certainement laisser les plus fondamentalistes diriger le pays a sa place. Il en est de toutes façons incapable.

La charria n'est pas sensée s’appliquer au non-musulman, en théorie, mais dans les faits, les non-musulmans sont tout juste tolérés.
Nous avons vécu dans une Eglise non pas persécutée ni même clandestine mais à peine tolérée.
Nous connaissons bien Monseigneur Sim, il était le berger de mon groupe d’étude de la Bible pendant 3 ans.
Le Sultan essaie de décimer l’Eglise par un moyen très simple : en lui coupant la tête. Depuis quelques années, seul le clergé de nationalité brunéienne est accepté sur le territoire . Les missionnaires étrangers ont été renvoyés chez eux.

Pour résumer : comme tous les Malais Brunéiens doivent être musulmans (ils n’ont pas le choix), il ne reste que parmi les minorités ethniques brunéiennes (Dusun, Dayak, Penan…et les Chinois) qu'on peut espérer voir surgir des vocations.
A chaque messe, notre petite communauté de chrétiens priaient une prière spéciale pour les vocations au Brunei… grande inquiétude car à part Monseigneur Cornélius (chinois brunéien), il y a deux prêtres (issus de deux minorités peu considérées) Father Arin et l’autre dont je ne me rappelle pas le nom.
Au Brunei, le nombre d’ouverture d’églises dépend donc aussi du nombre de prêtres….

Longtemps, le Brunei n’était pas un diocèse mais dépendait du diocèse de Miri en Malaisie, à quelques kms de là. Et Monseigneur Cornélius (vocation tardive) a été précipitamment ordonné prêtre puis évêque dans la foulée… pour créer ce diocèse du Brunei en catastrophe, après le départ des prêtres étrangers.

Bref…j’en aurai encore beaucoup à dire à ce sujet (la persécution des chrétiens prosélytes… 48h dans un congélateur…notamment une femme protestante... rayée de l’ordre des médecins… sur écoute en permanence… pour avoir converti un musulman au christianisme).

Les musulmans gagnent des conversions parmi nos chers coreligionnaires philippins car ils leur offrent une somme colossale en contrepartie… à eux qui quittent leur pays pour trimer et renvoyer de l’argent aux Philippines et faire vivre leurs parents, leur famille… Bien souvent, ces conversions sont liées à l’appât du gain… et non à une sincère conversion du coeur… mais le mal est fait…c es Philippins sont embrigadés et surveillés, et se sentent exclus de leur communauté chrétienne d’origine, de facto".

Posté le 21 janvier 2014 à 21h00 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (3)

20 janvier 2014

Instauration de la charia à Brunei

Lu sur Eglises d'Asie :

"Annoncée en octobre dernier, la mise en place effective du nouveau Code pénal, qui comprendra de nombreuses dispositions de la charia, est prévue pour le mois d’avril prochain. A l’approche de cette échéance, et en l’absence d’indications précises du pouvoir en place quant aux modalités d’application de ces nouvelles dispositions législatives aux non-musulmans, la communauté catholique locale ne cache pas son inquiétude.

Mgr Cornelius Sim, vicaire apostolique de Brunei et, à ce titre, responsable de l’Eglise catholique locale, se veut « serein » tout en demeurant « très attentif » à la manière dont la situation évoluera. A Eglises d’Asie, il confie que la mesure « inquiète » ses coreligionnaires dans la mesure où elle s’inscrit dans un projet visant à islamiser toujours plus une société où les musulmans représentent environ 70 % des quelque 400 000 habitants du sultanat de Brunei et où les minorités religieuses (les 30 % restant, formés de chrétiens – 10% –, de bouddhistes – 13 % – et autres) ressentent le fait d’être toujours plus reléguées vers un statut de « citoyen de seconde classe »."

Posté le 20 janvier 2014 à 09h34 par Michel Janva | Lien permanent

03 janvier 2014

"Toute la journée, mes gardes récitaient leurs sourates du Coran"

Le père Vandenbeusch a été interrogé dans le quotidien La Croix. Extraits :

"Quelle était l’attitude de vos geôliers ?

Ils étaient corrects, nous avions très peu de contacts parce qu’ils ne parlaient quasiment pas anglais sauf le chef du camp. J’ai été gardé en permanence par des hommes en armes. J’ai obtenu du savon au bout de quelques jours, du dentifrice au bout d’un mois. Ils ne manifestaient pas de la mauvaise volonté mais avaient certains égards pour moi dans la mesure où je leur étais utile. Depuis le début, ils m’ont dit qu’ils voulaient des négociations rapides. J’ai pensé sans cesse à l’évasion mais je m’étais donné trois mois. Et puis je ne sais pas si au moment d’y aller, j’aurais eu le courage nécessaire…

Ont-ils compris que vous étiez prêtre ?

Non pas vraiment, leur culture religieuse est très faible, ils vivent dans un monde complètement musulman, reçoivent dans leur camp une vague formation militaire mais apprennent surtout le Coran. Certains ont peut-être croisé des protestants au Nigeria mais c’est tout. Ils croyaient que j’étais roumain mais sans doute parce que la radio avait dit en anglais que j’étais « catholique romain ». Ils m’ont demandé si j’étais pasteur, et s’étonnaient donc de voir que je n’avais ni femme ni enfants… [...]

L’absence de communication pour moi qui suis plutôt un pasteur qu’un contemplatif était dure. Et en même temps, il n’y avait jamais de silence. Toute la journée, mes gardes récitaient leurs sourates du Coran pour réviser leurs cours. Au début, je pensais à plein de choses : tel secteur de ma paroisse, tel paroissien, mais sans aller très loin. Puis la prière a occupé une place importante, mais pas autant que je l’espérais. Avant d’aller au Cameroun, je n’étais pas un adepte du chapelet, je le suis devenu avec les sœurs de ma paroisse camerounaise ; pendant ma détention, je l’ai beaucoup pratiqué, souvent en marchant et j’ai même inventé des mystères, les « miséricordieux », et d’autres qui ne finissent pas par “ieux” sur les guérisons, les sept paroles de Jésus en croix. En revanche, je n’ai jamais pu célébrer la messe, je n’avais ni pain, ni vin, ni missel… J’ai prié aussi devant mes gardiens comme un petit témoignage, pour qu’ils sachent que les chrétiens aussi prient. Autant la prière du matin m’était difficile, autant celle du soir était toujours une grande grâce. Je sentais une grande paix et je savais que c’était vraiment un don qui m’était fait et qui ne venait pas de moi. Savoir aussi que des tas de gens priaient pour moi m’a beaucoup soutenu. [...]"

Posté le 3 janvier 2014 à 15h20 par Michel Janva | Lien permanent

Père Boulad : l'islam est totalitaire dans son essence

Le père Boulad, interrogé dans Valeurs actuelles, voit venir une guerre de religion en Europe et révèle un projet de pénalisation de propos contre l'islam :

B

Posté le 3 janvier 2014 à 12h15 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (15)

31 décembre 2013

33 morts dans les deux attentats : deuil à Volgograd du 1er au 3 janvier

le ministère des Situations d'urgence de Russie communique :

"Les attentats terroristes des 29 et 30 décembre ont fait 106 victimes : 33 d'entre elles sont décédées et 65 hospitalisées avec des blessures de gravité différente. L'explosion dans le trolleybus lundi a fait 15 morts et l'attentat à la gare dimanche a tué 18 personnes".    

Par ailleurs, la Voix de la Russie donne des informations rares sur ces violences et la gestion de ces attentats par les autorités russes :

"« La situation est personnellement contrôlée par le président Poutine depuis le début de la tragédie », a fait savoir le secrétaire de presse du président Dmitri Peskov :

« Le président a été immédiatement informé de l’explosion à la gare de Volgograd. Il a écouté les rapports contenant les premiers éléments recueillis sur place. Vladimir Poutine est également informé de tous les éléments nouveaux, surtout en ce qui concerne le nombre des morts et des blessés. Le président a déjà donné les directives nécessaires aux ministères des Situations d’urgence et de la Santé publique sur l’organisation des soins nécessaires à tous les blessés.»

La région de Volgograd sera en deuil du 1er au 3 janvier. Le gouverneur Sergueï Bajenov a annoncé que les familles de victimes recevront un million de roubles chacune. Les premiers versements à hauteur de 250 000 roublescommenceront dès lundi 30 décembre".

Posté le 31 décembre 2013 à 10h05 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (1)

29 décembre 2013

La morale au crible des religions

C'est le dernier "conseil de lecture", de l'Abbé de Tanouarn. Il fait référence à la la collection Studia arabica publiée par les Editions de Paris, et nous propose un extrait de la contribution de Marie-Thérèse Urvoy, sur l'Islam.

"On observe que les commentaires coraniques soulignent chacun de son angle de vue le caractère purement extrinsèque de la préférence divine. La liberté d'agir et de choisir n'engendre pas véritablement l'acte, car Dieu seul est le créateur des actes humains selon la plupart des doctrines islamiques (excepté les Mu'tazillites). De fait la vertu dans la morale coranique est ramenée à une dénomination extrinsèque qui n'est que la répercussion sur l'homme de la préférence (tafdil) divine. L'homme ne s'enrichit pas de vertu par ses actes, mais au contraire, ce sont les actes que Dieu fait perdurer pour leur accorder une récompense qui est sans proportion avec eux : devenus sujets de la préférence divine, ils constituent la véritable vertu de l'homme presque au-delà de lui-même. La vertu islamique n'est pas une parure intérieure de l'âme, elle est l'état d'une âme dépouillée d'elle-même dans ses actes d'obéissance, toute abandonnée à Dieu, exhaussée au dessus d'elle-même par son identification au don gratuit et disproportionné des récompenses que Dieu avait promis par un acte pur de la volonté et qu'il accorde généreusement au seul croyant fidèle. Dans ce sens la morale coranique débouche sur la mystique. L'affirmation qu'il n'y a pas de morale en islam, en ce qu'elle a d'abrupt, n'est pas un paradoxe".

On trouve des enresgitrements de cette spécialiste éminente, sur le site de Lumière 101.

Posté le 29 décembre 2013 à 16h52 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (0)

22 décembre 2013

Chrétiens persécutés : "Noël, fête de la joie, peut avoir un goût de larmes"

Islam 2Le Figaro magazine de ce week-end consacre un dossier aux chrétiens face à l'islam. Extraits de l'introduction signée par Jean-Marie Guénois et Jean Sévillia : 

"Noël, fête de la joie, peut avoir pour certains un goût de larmes: de par le monde, 200 millions de fidèles du Christ ne sont pas entièrement libres de manifester leur foi.

Ce rejet, parfois violent, voire mortel, revêt souvent la forme banalisée d'un ostracisme ordinaire. Mais ce visage insidieux de l'intolérance tue, lui aussi, à petit feu, comme le montre la saignée dont sont victimes les chrétiens de Terre Sainte. Jean-Paul II et Benoît XVI ont souvent exprimé leur préoccupation à ce sujet. A son tour, le pape François ne cesse d'alerter sur la menace qui plane sur le berceau historique du christianisme. Lundi dernier, sur son compte Twitter, le souverain pontife lançait le message suivant: «Ne nous résignons pas à penser à un Moyen-Orient sans les chrétiens. Prions chaque jour pour la paix!» (...)

Islam

En opérant la synthèse des informations fournies par l'Aide à l'Eglise en détresse et par Portes ouvertes, il ressort que 75 % des cas de persécution religieuse dans le monde concernent les chrétiens, dont la situation se détériore gravement en de nombreux endroits. Le Mali, le Cameroun, la République centrafricaine, l'Ethiopie ou la Syrie, non signalés sur notre carte de 2010, figurent ainsi sur notre atlas 2013, tandis que certains pays sont montés d'un cran dans le danger pour les chrétiens, passant en zone rouge, notamment le Nigeria, la Libye, l'Egypte, le Soudan, l'Irak, le Pakistan ou l'Inde. Les victimes, en l'occurrence, appartiennent aux différentes confessions chrétiennes. C'est ce que le pape François, dans une interview recueillie le 15 décembre par le quotidien italien La Stampa, appelait «l'œcuménisme du sang»: «Dans certains pays, on tue les chrétiens parce qu'ils portent une croix ou possèdent une Bible, et on ne leur demande pas avant de les tuer s'ils sont anglicans, luthériens, catholiques ou orthodoxes.»

En Chine, en Corée du Nord, au Vietnam, c'est toujours au nom du matérialisme athée, qui reste la doctrine officielle du parti communiste au pouvoir, que la religion chrétienne est poursuivie. Mais la source principale de l'antichristianisme, du point de vue du nombre de pays touchés et du taux de progression du phénomène, provient, comme le prouve notre carte, de l'Islam politique ou du fondamentalisme musulman. Attention, pour autant, à ne pas verser dans la caricature de l'opposition entre l'Occident chrétien-alors que l'Occident, précisément, n'est souvent plus chrétien et l'Islam, dès lors que la religion musulmane s'étend, du Maghreb à l'Indonésie, sur des Etats et des aires culturelles différents, dont les intérêts ne convergent pas forcément. Mais un trait commun caractérise les Etats à majorité islamique: à de rares exceptions près, dans ces pays, ce sont uniquement ceux qui professent la religion dominante qui disposent des droits complets de la citoyenneté. Les habitants qui appartiennent aux confessions minoritaires sont au mieux tolérés, au pire regardés comme un danger pour la cohésion sociale, et comme tels, deviennent vite suspects.

Le 27 novembre dernier, à Paris, l'AED organisait un colloque sur le thème: «Nouvelles guerres froides, incidences sur les chrétiens». Analysant trois axes de tension-la relation Russie-Etats-Unis, la relation Chine-Etats-Unis, la relation Arabie saoudite-Iran -, les intervenants soulignaient que la fin du monde unipolaire dominé par les États-Unis, fin marquée par le grand retour de la Russie sur la scène internationale, modifiait la donne pour les chrétiens, comme on l'a vu en Syrie: dans ce pays, le conflit civil qui oppose les sunnites aux chiites reflète l'antagonisme entre l'Arabie saoudite et l'Iran, un affrontement dans lequel la Russie joue son jeu.

Au Moyen-Orient, où les religions ont toujours été mêlées, beaucoup de chrétiens regrettent de voir se dégrader l'équilibre de la coexistence. A cet égard, l'Eglise catholique sait qu'elle dispose d'une autorité que ni les protestants ni les orthodoxes ne détiennent -bien que la crise syrienne ait vu le patriarche de Moscou prendre position -, parce qu'elle s'exprime d'une seule voix qui se situe à Rome. Mais si le pape tonne pour défendre les chrétiens persécutés, l'effet est à double tranchant. En dénonçant, le souverain pontife met en lumière, mais il expose tout autant à des représailles, qui peuvent localement se révéler encore plus violentes.

Benoît XVI a payé cher ce prix de la vérité avec l'islam. De ce point de vue, son pontificat est une triste parabole des limites de l'exercice, mais l'Eglise catholique sait la force de la persévérance. François, son successeur, en a tiré la leçon, mais il ne peut pas non plus se taire. En neuf mois de pontificat, son discours s'est d'ailleurs charpenté. D'une main franchement tendue, au début, vers l'islam, le pape actuel est passé à des mots plus exigeants: du monde musulman, il attend-dans la ligne de Benoît XVI, qui avait organisé un synode pour le Moyen-Orient, à cette fin, en 2010-la «réciprocité» pour la liberté religieuse. Aux yeux du Saint-Siège, les chrétiens établis dans des pays à majorité musulmane doivent ainsi bénéficier de la liberté dont profitent les musulmans installés en Occident… (...)

Dans un livre où il met en exergue «vingt raisons d'espérer» (3), Marc Fromager, le directeur de l'AED en France, évoque une autre réalité sur laquelle règne un lourd silence: les conversions de musulmans au christianisme. «Un cheikh s'alarmait récemment, observe-t-il, du fait qu'en Afrique, il y avait six millions de musulmans qui se convertissaient au christianisme chaque année». Comme quoi, rien n'est jamais écrit d'avance."

Posté le 22 décembre 2013 à 16h08 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (11)

15 décembre 2013

"Vous êtes nos ennemis, vous ne serez jamais les bienvenus sur la terre d'Allah"

La guerre des musulmans contre contre les chrétiens n'est plus limitée à la Centreafrique, elle s'étend au Tchad.

 

Posté le 15 décembre 2013 à 19h19 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (6)

10 décembre 2013

La polygamie est légale en Belgique

... même si elle n'est pas autorisée par la loi. Le parquet de Bruxelles a accordé à Ahmed, 71 ans, le droit d'inscrire ses deux épouses sur son registre national, au motif que :

"Toutes les parties sont marocaines et la situation de bigamie s’est créée à l’étranger en dehors de toute intervention des autorités belges […] Il est admis dans ces conditions bien précises qu’une telle bigamie peut produire ses effets juridiques en Belgique."

Posté le 10 décembre 2013 à 14h47 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (7)

09 décembre 2013

Témoignage d'une religieuse : "un conflit interreligieux se profile en Centrafrique"

Sœur Paulette Petit, religieuse spiritaine et directrice de l’école Sainte-Thérèse, a donné son témoignage à Famille chrétienne, qu'elle conclut ainsi :

"On ne peut pas objectivement employer le terme de persécution en Centrafrique. La persécution signifie des mesures répressives contre un groupe religieux. On n’en est pas encore à ce niveau. Il faut d’abord cerner ce qu’est la Séléka : une coalition hétéroclite des groupes rebelles composés initialement en majorité de mercenaires tchadiens et soudanais d’origine musulmane, et animés par des revendications politiques. Dans leurs avancées, ils se sont attaqués principalement aux églises et aux biens des chrétiens. Les Sélékas n’ont manifesté aucun respect pour les églises, profanant les tabernacles et les hosties. Ils ont perturbé les offices religieux en tirant des coups de feu dans les églises.

Depuis la prise du pouvoir, les postes clés du gouvernement sont tenus par des musulmans. Les chrétiens ont toujours gouverné ce pays, le tour des musulmans est venu de prendre le pouvoir, disent certains. Quand il arrive qu’un musulman soit tué dans des accidents, des représailles sont toujours orientées contre les chrétiens. Face aux violences, les habitants ont pris l’option de se constituer en groupes d’autodéfense qu’on appelle les « anti-balakas ». On peut donc dire qu’un conflit interreligieux se profile en Centrafrique, si des mesures fortes ne sont pas prises pour l’arrêter. Un conflit fabriqué non seulement par les politiciens mais aussi nourri par le sentiment de haine et de vengeance après les atrocités subies par les chrétiens. En dépit des conflits récurrents entre éleveurs musulmans et cultivateurs chrétiens, les croyants des deux religions ont toujours vécu en symbiose en Centrafrique. C’était des conflits sans conséquences graves. Mais avec la crise militaro-politique actuelle, le contexte a changé. Il va falloir faire un travail de fond pour guérir les cœurs et les mémoires blessés.

Après cinquante-cinq ans passés dans ce pays, après tous les coups d’État, toutes les mutineries et les trois années où les écoles étaient fermées, ce que nous vivons aujourd’hui, c’est du jamais vu."

Posté le 9 décembre 2013 à 20h18 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (4)

08 décembre 2013

L’armée espagnole surveille en douce ses soldats musulmans

Lu ici

"L’armée espagnole surveille en douce ses soldats musulmans, afin de prévenir la propagation de l’islam radical dans ses rangs, comme révélé par un document déclassifié du Ministère de la Défense, divulgué à la presse espagnole.

L’armée espagnole est en train de remplacer ses soldats musulmans par de nouvelles recrues, originaires d’Amérique latine, afin de réduire les risques dans les régions à forte population musulmane.

L’Espagne avait aboli la conscription en 2002 et effectué la transition vers une armée de métier, mais il lui fut impossible de trouver suffisamment de jeunes Espagnols de souche pour combler les rangs, en raison sans doute d’une situation résultant d’un mélange d’apathie, de pacifisme et d’une baisse du taux de natalité, l’un des plus bas de l’Union européenne (1.36 en 2011).

A l’instar d’autres pays européens confrontés à un semblable dilemme, le Ministère de la Défense espagnol, dans une recherche désespérée de candidats pour l’Armée, s’est dès lors tourné vers les recrues musulmanes. Mais l’enrôlement de musulmans dans l’armée est une arme à double tranchant. Si l’Espagne a besoin d’effectifs, recruter des soldats musulmans nourris aux idéologies extrémistes avait de quoi inquiéter les autorités.

Un document rédigé par le chef adjoint de l’état-major de l’armée espagnole, le général Jesús Carlos Fernández Asensio, le 24 octobre 2013, était intitulé :
« Mesures à appliquer aux militaires suspectés d’entretenir des liens avec le radicalisme islamique »

Ce document, ultra-confidentiel, qui a fuité à la presse et a été publié par El Pais le 19 novembre, montre que l’armée espagnole a détecté dans ses rangs « la présence de personnes clairement liées au radicalisme (idéologique, religieux ou criminel) dans leurs vies privées ou sociales. » (suite)

Posté le 8 décembre 2013 à 10h21 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (9)

06 décembre 2013

Egypte : le plus célèbre des convertis arrêté pour prosélytisme

Lu sur l'Observatoire de la christianophobie :

"Bishoy Armiya – il s’appelait Mohamed Hegazy avant sa conversion au christianisme – a été arrêté le 4 décembre par les services de sécurité égyptiennes pour « prosélytisme ». C’est sans doute le plus célèbre des convertis égyptiens, qui fut déjà arrêté en 2010 et torturé par les services de sécurité pour le faire retourner à l’islam, ce à quoi il se refusa. Il mena un combat épique pour que sa carte d’identité portât comme religion “chrétienne” et non pas “musulmane” et plusieurs fatwas le condamnant à mort comme apostat furent lancées contre lui, ce qui le contraignit, lui et sa famille, à changer fréquemment de lieu de résidence."

Bishoy Armiya – il s’appelait Mohamed Hegazy avant sa conversion au christianisme – a été arrêté le 4 décembre par les services de sécurité égyptiennes pour « prosélytisme ». C’est sans doute le plus célèbre des convertis égyptiens, qui fut déjà arrêté en 2010 et torturé par les services de sécurité pour le faire retourner à l’islam, ce à quoi il se refusa. Il mena un combat épique pour que sa carte d’identité portât comme religion “chrétienne” et non pas “musulmane” et plusieurs fatwas le condamnant à mort comme apostat furent lancées contre lui, ce qui le contraignit, lui et sa famille, à changer fréquemment de lieu de résidence. - See more at: http://www.christianophobie.fr/breves/egypte-le-plus-celebre-musulman-converti-au-christianisme-de-nouveau-arrete#sthash.U52SEY9l.dpuf

Posté le 6 décembre 2013 à 00h34 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (7)

02 décembre 2013

L'Afghanistan de Karzaï cherche à adopter la charia dont la lapidation

Cette annonce arrive après plus de 10 années où l'OTAN a cherché à promouvoir la "démocratie" et les "droits de l'homme" dans un pays fondé sur l'Islam, qui comme chacun sait n'écoute pas le mécréant et refuse donc a priori ses "valeurs".

"L'Afghanistan va introduire dans son code pénal la lapidation comme peine capitale pour les auteurs d'adultère, indique le président du syndicat des avocats indépendants afghans. Le retour de cette peine laisse craindre un recul pour la promotion des droits de l'homme.

"Nous travaillons sur un projet de code pénal de la charia prévoyant que la lapidation sera la sanction de l'adultère s'il est confirmé par quatre témoins oculaires", a dit Rohullah Qarizada, membre de la commission sur la loi coranique.

 L'introduction de cette peine capitale laisse craindre que la promotion des droits de l'homme soutenue à grand renfort de milliards de dollars depuis douze ans ne soit en train de perdre du terrain.

Une partie de la population afghane demeure favorable à des châtiments brutaux en matière de moeurs comme le montre le fait divers intervenu la semaine dernière dans la province de Baghlan au nord de Kaboul.

Deux amants ont échappé de justesse à la lapidation après la découverte de leur liaison. Un conseil d'anciens s'est opposé à l'exécution de la sentence réclamée sur le champ par la foule mais a ordonné que le couple illégitime soit fusillé en public le lendemain".

Posté le 2 décembre 2013 à 13h45 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (7)

27 novembre 2013

Le christianisme, religion la plus agressée en France

Alexandre del Valle, journaliste et géopolitologue, compare notamment les chiffres de l'Observatoire de l'islamophobie (qui pointe une augmentation de 11% des actes islamophobes sur les 9 premiers mois de l'année par rapport à l'année précédente) et ceux de l'Observatoire de la christianophobie :

Selon l’Observatoire national contre l’islamophobie, les actes islamophobes sont en hausse de 11,3% sur les neufs premiers mois de l’année par rapport à la même période en 2012.
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/ophislamophobie-ou-sentiment-anti-religieux-global-chiffres-actes-anti-musulmans-antisemites-ou-anti-chretiens-et-maniere-dont-o-909624.html#kvbjyexoJ3g8UEt6.99

"L'augmentation des actes islamophobes est inquiétante. Pour autant les agressions de musulmans en raison de leur appartenance religieuse sont-elles plus importantes que les agressions christianophobes  ?

Les chiffres sont difficilement comparables car l'Observatoire de l'islamophobie dans son recensement ne fait pas la distinction entre ce qui relève de la critique de l'islam et ce qui relève de l'agression tandis que les critiques de la religion chrétienne ne sont pas classées dans la catégories des actes christianophobes. Les chiffres de l'islamophobie englobent les "actions et menaces", mais sur les 157 actes recensés très peu concernent des agressions physiques ou des destructions de mosquées. Il s'agit essentiellement de critique de la religion islamique et on y inclut par exemple des gens très "laïcards" qui seraient un peu blasphémateurs. En revanche, depuis 9 mois l’Observatoire de la christianophobie a recensé 250 manifestations publiques de christianophobie : notamment 8 agressions de prêtres, 17 tentatives d’incendies et incendies d’églises ou de lieux de culte chrétiens, 25 cas de profanations et actes de vandalisme de cimetières chrétiens et 70 cas de profanations d’églises et actes de vandalisme contre et dans des lieux de culte chrétiens.

Selon les critères du ministère de l'Intérieur, les lieux de culte qui sont le plus souvent sabotés et endommagés sont de très loin ceux de l’Église catholique. Pour donner un exemple précis, depuis plus de 15 ans à Perpignan dans la paroisse de Saint-Jacques, il a fallu mettre des barbelés ainsi que tout un système de sécurité autour de la paroisse car les prêtres étaient constamment agressés. Les cas d'incursion dans les églises comme on l'a encore vu récemment dans la cathédrale Notre-Dame de Paris avec les Femens sont banals contre les chrétiens. Lorsqu'on lit les rapports concernant l'islamophobie, on s’aperçoit que les cas de vandalisme de mosquées sont rares : peinture d'un drapeau français ou envoie d'une matière porcine sur les murs. Ces cas marginaux sont présentés quasiment comme des agressions physiques alors qu'il y a des cas d'agression de prêtre régulièrement. Par contre, les rares imams qui ont été agressés ces dernières années l'ont été par des organisations islamiques radicales comme ça été le cas pour l'imam Chalghoumi à Drancy qui est toujours sous protection policière.

Qu'en est-il des actes antisémites ?

Le Crif publie régulièrement des rapports et on dépasse de très loin les chiffres des cas islamophobes : 614 actes antisémites ont ainsi été recensés en 2012. Les critiques à l'encontre des juifs s'inscrivent souvent dans le cadre de l'antisémitisme traditionnel. Ils dépassent le blasphème et visent directement l'identité des juifs indépendamment de ce qu'ils pensent. Les chrétiens ont le palmarès du nombre d'agression au niveau mondial, mais au niveau de l'expression de la haine, les juifs avancent les chiffres les plus importants. Enfin, les agressions physiques de non musulmans contre des musulmans sont très rares alors que les cas d'agressions antisémites par les musulmans existent comme l'a notamment montré  l’emblématique affaire Halimi.

Comment expliquez-vous que les actes christianophobes soient moins médiatisés que les actes islamophobes ou antisémites ?

Étant donné que le christianisme est assimilé à la religion du "blanc", de l'Européen, du colonisateurs ou de l'Américain néo-conservateur évangéliste, il cumule toutes les tares. C'est la religion du "méchant", du croisé, de ceux qui ont conquis l'Amérique latine et imposés l'esclavagisme. La religion chrétienne est vraiment attachée à la figure du méchant homme blanc occidental, ce qui est tout à fait à relativiser, mais qui est ancré dans l'idéologie des européens eux-mêmes. Je n'accuse pas une idéologie qui viendrait d'ailleurs. La première raison de ce deux poids deux mesures, c'est la haine envers le christianisme des Européens eux-mêmes. Les chrétiens eux-même véhiculent un certain nombre de poncifs anti-chrétiens qui sont le résultats de la pure ignorance. Je vois souvent des paroissiens dire "nous à l'époque des croisades", "nous à l'époque de l'inquisition". Ils ont intégré une représentation négative d'eux-mêmes alors que la réalité est souvent plus complexe. Il faut rappeler que l'inquisition a tué moins de personnes en trois siècles que trois mois de la Révolution française sous Robespierre."

Posté le 27 novembre 2013 à 18h57 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (8)

25 novembre 2013

L’islam est une secte non reconnue

... en Angola.

Posté le 25 novembre 2013 à 17h37 par Michel Janva | Lien permanent

24 novembre 2013

Le père Georges Vandenbeusch, otage des islamistes

Paris-Match nous fait découvrir plus avant la vie du Père Georges par cet article qui se conclut par cette phrase du père Didier Berthet, directeur du séminaire d’Issy-les-Moulineaux, qui fut séminariste avec lui :

"C’est un homme qui ne se laisse pas abattre. Il a une résistance physique remarquable et une grande capacité à encaisser. Il est maître de lui-même, animé par une force spirituelle qui lui permettra de traverser cette épreuve comme les autres épreuves de sa vie : tête haute".

Une occasion supplémentaire de prier pour lui.

Posté le 24 novembre 2013 à 14h47 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (5)

Diane Lazarevic : "Je ne souhaite pas que l’on paye pour mon père"

Lu dans Islam Confidentiel :

"Nous sommes le 30 octobre 2013 sur France 5. Diane Lazarevic fait partie des invités de C dans l’air, l’émission animée par Yves Calvi. Diane Lazarevic est la fille de Serge Lazarevic, enlevé en 2011 au Mali en compagnie de Philippe Verdon. Philippe Verdon a été assassiné. Serge Lazarevic est toujours prisonnier. La veille de l’émision, les quatre otages français enlevés en septembre 2010 au Niger ont été libérés. Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret ont été sauvés des geôles des islamistes. La France a payé. On parle d’une rançon de 25 milllions d’euros. Diane Lazarevic prend la parole  :

« C’est honteux. On ne paye pas. Ils sont partis pour faire une opération Serval pour lutter contre le terrorisme et ils réinjectent de l’argent. C’est ridicule, ça n’a pas de sens. On continue à payer pour que d’autres personnes soient prises en otage, pour que d’autres personnes soient dans la souffrance, pour que d’autres reviennent dans des boîtes [dans des cercueils, Ndlr], c’est honteux. »

La stupeur se lit sur le visage des autres invités. Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L’Express, est sidéré. Yves Calvi est estomaqué. Il relance la jeune femme en lui rappelant que le versement d’une rançon peut être un moyen pour obtenir la libération de son père. Diane Lazarevic reprend, toujours aussi calme et déterminée :

« Je ne souhaite pas que l’on paye pour mon père. Je ne souhaite pas que l’on paye pour le terrorisme. Ça n’a rien à voir avec mon père, c’est au-delà de mon père, c’est au-delà que je sois la fille d’un otage. C’est au-delà de ça. On n’alimente pas le terrorisme et on ne leur donne pas les moyens de se dire que la France est un pays faible qui paye. » 

Posté le 24 novembre 2013 à 14h46 par Michel Janva | Lien permanent

23 novembre 2013

Il tire sur un gendarme français parce qu'il a "la haine du Blanc"

Lu ici :

"L'homme qui a tiré vendredi sur un gendarme français à Bamako, le blessant légèrement, est un Malien de 43 ans qui a "la haine du Blanc", a appris samedi l'AFP de sources proches de l'enquête.

"Mohamed Kané, né en 1970, et qui vendredi a perpétré un attentat ciblé contre un militaire français, a déclaré qu'il a la haine du Blanc. Il n'est pas à 100% en possession de tous ses sens", a déclaré une source sécuritaire malienne (...)

M. Kané sera présenté "rapidement" à un juge, parce qu'il n'en est pas à sa "première tentative d'assassiner un Européen", a déclaré de son côté un responsable du ministère malien de la Justice.

L'an dernier, il aurait tenté de poignarder une ressortissante d'un pays européen, a ajouté la même source.

"Dans le contexte actuel, nous allons renforcer les mesures de sécurité à Bamako pour ne pas avoir de surprises", a déclaré un responsable de la brigade anti-criminelle de Bamako (...)

Un militaire français avait été pris pour cible et légèrement blessé à la tête et à l'épaule vendredi à Bamako par le tireur embusqué, le premier incident de ce genre depuis le début, en janvier, de l'intervention de la France au Mali pour chasser les jihadistes.

Une perquisition a été effectuée par les forces spéciales maliennes au domicile du tireur, où "une arme artisanale et une pile de livres religieux" sur l'islam ont été retrouvées, selon la police de Bamako".

Posté le 23 novembre 2013 à 14h24 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (4)

1er décembre : conférence de l'abbé Pagès à Bruxelles

P

Posté le 23 novembre 2013 à 09h15 par Michel Janva | Lien permanent

21 novembre 2013

29 novembre : Bernard Antony à Lyon

L

Posté le 21 novembre 2013 à 09h33 par Michel Janva | Lien permanent

La Turquie veut reprendre Sainte-Sophie

"La mosquée Sainte-Sophie sourira bientôt de nouveau". C'est en ces termes que Bülent Arinç, vice-Premier ministre turc, a annoncé la volonté de son gouvernement d'annexer à l'Islam la basilique Sainte-Sophie, actuellement transformée en musée : 

"Samedi 16 novembre, Bülent Arinç a expliqué que, selon lui, « un lieu de culte ne peut pas servir à une autre fonction que celle initiale ». Cet épisode intervient alors que le Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir en Turquie, se voit de plus en plus reprocher sa volonté d’islamiser la société turque et de légiférer en ce sens. Ainsi, début novembre, le Premier ministre Erdogan avait annoncé sa volonté des’attaquer à la mixité dans les résidences étudiantes, au nom de la morale. Et depuis quelques jours, des députées AKP s’affichent voilées au Parlement.

Ankara n’a pas manqué de s’agacer de la réaction de M. Venizélos. Dans un communiqué, le ministre turc des Affaires étrangères a estimé que la Turquie n’avait « rien à apprendre » de la Grèce en matière de liberté de culte et de préservation du patrimoine. D’après lui, « le mauvais traitement infligé par la Grèce aux objets culturels datant de la période ottomane et des lieux de culte est connu de tous ».

Posté le 21 novembre 2013 à 09h22 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (15)

14 novembre 2013

Enlèvement du Père Georges Vandenbeusch : communiqué de monseigneur Daucourt

PvgLu ici :

"Je viens d’être informé que le Père Georges Vandenbeusch (42 ans), prêtre de notre diocèse, a été enlevé la nuit dernière dans le Nord Cameroun. Depuis septembre 2011, je l’ai envoyé au service du diocèse de Maroua-Mokolo. À l’heure où je vous écris je n’ai pas d’autres précisions. Les autorités camerounaises et les services de l’ambassade de France comme le Ministère des Affaires Étrangères sont très mobilisés et nous sommes en contact avec eux.

Voilà donc le Père Georges et tout notre diocèse associés de plus près aux souffrances et aux angoisses des victimes d’enlèvement et de leurs proches. J’invite tous les diocésains des Hauts-de-Seine à la prière.

+ Gérard Daucourt"

Add. : Veillée ce soir 20h30 à Saint-Jean Baptiste pour le père Georges.

Add. 2 : Page Facebook de soutien.

Add. 3 : Lettre du père en date du 10 septembre 2013.

Posté le 14 novembre 2013 à 18h06 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (1)

08 novembre 2013

Mario Joseph, un imam converti au catholicisme

Présenté comme le premier imam connu converti au catholicisme (cette liste en évoque d'autres, convertis au "christianisme"), Mario Joseph a accordé une interview à la radio espagnole COPE. En voici quelques extraits :

"'A 18 ans, je suis devenu imam. [Je vivais en Inde dans une zone] à majorité musulmane et hindoue, où il n’y a pratiquement pas de chrétiens.

Dans le Coran, il est dit que Mahomet est mort, mais que Jésus-Christ est toujours vivant. Quand j’ai lu ceci, j’ai pensé, alors… lequel dois-je accepter, celui qui est mort, ou celui qui est vivant ? J'ai demandé à Allah lequel je devais accepter, et j'ai commencé à prier afin qu’il m’aide, et quand j'ai commencé à prier, j'ai ouvert le Coran ; et le Coran (...) dit que  si tu es en doute sur le Coran, interroge la Bible. J’ai donc décidé d’étudier la Bible. C’est alors que j’ai compris qui est le Dieu véritable et, à partir de là, j’ai embrassé le christianisme. (...)
 
Lorsque je me suis converti, je suis allé dans un centre de retraite et ma famille a commencé à chercher. Ils m’ont trouvé là. Mon père m’a frappé durement et m'a emmené à la maison. Quand nous sommes arrivés, il m’a enfermé dans une pièce, m'a attaché les mains et les pieds, m’a déshabillé, m’a frotté les yeux, la bouche et le nez  avec des substances piquantes, et m’a laissé là sans nourriture pendant 28 jours. Passé ce laps de temps, mon père est venu et m’a saisi par le cou pour voir si j’étais vivant.

J'ai ouvert les yeux et j'ai vu qu'il avait un couteau dans sa main. Il m'a demandé si j'acceptais Jésus et m'a dit qu'il me tuerait si je l’acceptais. Je savais que mon père allait me tuer, car c’est  un musulman très dur, j’en étais convaincu. Je lui ai dit que j’acceptais Jésus-Christ et, à ce moment-là, une lumière très puissante a frappé mon esprit et m'a donné la force de crier de toutes mes forces : Jésus!

C’est alors que mon père est tombé et que le couteau qu’il tenait à la main s’est fiché dans sa poitrine, lui occasionnant une grande coupure.  Il a commencé à saigner abondamment, tandis que de l’écume sortait de sa bouche. Ma famille, craignant pour lui, l’a emmené à l’hôpital  et ils ont oublié de fermer la porte. J’ai ainsi pu sortir et prendre un taxi pour aller au centre de retraites où ils m’avaient pris, et je suis resté caché là. (...)
 
Bien qu’affaibli et n’ayant que la peau sur les os, cette lumière  m’a fait reprendre des forces et une santé dont j'ignorais la provenance. Cependant, je subis encore les séquelles de ce châtiment, car j’ai un ulcère de l’estomac et des ulcères dans la bouche. (...)
 
[C'était] il y a 18 ans. La souffrance m’accompagne encore car il est écrit dans le Coran, en plus de 18 endroits, que celui qui rejette le Coran, il faut l’éliminer. (...) Je ne suis pas retourné dans mon village. Jamais plus je n’ai foulé ma terre. Mieux encore, je suis enterré là-bas parce que mes parents ont construit une pierre tombale, avec mon nom et le jour où je suis né."

Posté le 8 novembre 2013 à 18h00 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (11)

07 novembre 2013

Les perspectives des convertis de l'islam au christianisme

Hier, dans son Libre Journal sur Radio Courtoisie, l'abbé Guillaume de Tanoüarn recevait d'anciens musulmans, qui ont évoqué leur conversion au Christ : Mohammed Christophe Bilek, fondateur de l'association Notre-Dame de Kabylie, Mohamed Rahouma, ancien doyen de faculté théologique islamique en Egypte, aujourd'hui condamné à mort dans son pays en raison de sa conversion. Durée : 1h

Ecouter l'émission.

Posté le 7 novembre 2013 à 07h19 par Michel Janva | Lien permanent

06 novembre 2013

Le martyre de Sadad cause une nouvelle vague d'émigration des chrétiens de Syrie

Maintenant que l'armée syrienne a libéré le village chrétien de Sadad, l'Aide à l'Eglise en détresse a pu mesure l'ampleur des atrocités qui y ont été commises par les rebelles. L'association parle du pire acte de persécution anti-chrétienne depuis le début de la guerre en Syrie :

"les personnes vulnérables incapables de s’échapper ont été soumises à des actes de torture tels que la strangulation – dont des personnes âgées, handicapées, des femmes et des enfants. Les sources révèlent que 30 corps ont été retrouvés dans deux différentes fosses communes. Les morts découverts dans un puits à Sadad étaient les restes de six membres d’une même famille (...)

Leurs funérailles ont eu lieu avant-hier (lundi 4 novembre) dans une communauté dont la ville date de 2000 ans avant Jésus-Christ, et qui commence à pleurer la perte de ceux qui sont décrits comme des « martyrs » par les responsables ecclésiastiques.

Les atrocités ont eu lieu pendant une semaine d’occupation de Sadad par le Front Al-Nusra et Daash. Les forces rebelles, selon les responsables religieux, ont retenu 1.500 familles comme « boucliers humains » dans le but d’empêcher les troupes gouvernementales de reprendre le village. La tragédie de Sadad a commencé le 21 octobre, quand les forces rebelles ont envahi la ville et effectué ce que Mgr Selwanos Boutros Alnemeh, archevêque métropolite syro-orthodoxe d’Homs et Hama, a appelé « le plus grave et le plus important massacre de chrétiens » depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011.

Au moins 2.500 familles se sont enfuies, en n’emportant que les vêtements qu’elles portaient, et se sont rendues dans des villes telles que Homs (60 km), et plus loin à Damas, Al-Fhayle, Maskane, Fayrouza, Zaydal et ailleurs. Certaines des personnes qui s’étaient enfuies ont parcouru 8 km à pieds pour trouver refuge. Celles incapables de fuir Sadad ont été rapidement arrêtées par les rebelles dans le cadre d’une tentative pour repousser la contre-attaque des forces loyales au Président syrien Bashar El Assad.

Dans les jours qui ont suivi, au moins 30 personnes ont été blessées et 10 sont toujours portées disparues. Les comptes rendus de Mgr Alnemeh et d’autres responsables religieux décrivent la généralisation des pillages et des destructions de magasins, maisons et bâtiments gouvernementaux ainsi que d’hôpitaux, cliniques, bureaux de poste et écoles. D’après les rapports, des jeunes déclarent avoir subi des moqueries et des insultes en raison de leur foi chrétienne, et des mots obscènes ont été inscrits sur du mobilier chrétien.

Sadad, où est parlé l’araméen, la langue de Jésus-Christ, compte jusqu’à 14 églises, dont l’église syro-orthodoxe Saint Théodore qui a été utilisée et profanée par les rebelles.(...)

Réitérant son appel à mettre fin aux livraisons d’armes à la Syrie, en particulier aux groupes de rebelles extrémistes, le Patriarche Gregorios III a affirmé que les atrocités avaient déjà initié une nouvelle vague d’émigration des chrétiens de Syrie. Jusqu’à présent, a-t-il expliqué, les fidèles avaient vu Sadad comme un lieu sûr, comparé à des villes comme Homs où les communautés chrétiennes avaient été attaquées."

Vous pouvez encore signer la pétition adressée à Laurent Fabius, pour que la France cesse d'aider les rebelles qui massacrent nos frères chrétiens.

Posté le 6 novembre 2013 à 17h45 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (8)

05 novembre 2013

« Pleure comme une femme ce royaume que tu n’as pas su défendre comme un homme ! »

Cette invective d'une mère à son fils maure obligé de quitter l'Espagne perdue pourrait bien se retourner contre les fils d'Europe :

"« Le temps des mille ans s’achève. Voilà que sortent les nations qui sont aux quatre coins de la terre et qui égalent en nombre le sable de la mer. Elles partiront en expédition sur la surface de la terre, elles investiront le camp des saints et la ville bien-aimée » (XXe chant de l’Apocalypse) 

Printemps 1491. Après sept siècles de luttes contre l’occupant Musulman, la « Reconquista » sous la conduite des rois catholiques,Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon, est sur le point d’aboutir. Le 26 avril commence le siège final de Grenade, seule province espagnole encore aux mains des Maures commandés par le Sultan Boabdil. Les réserves de nourriture s’épuisant et le moral de ses hommes étant au plus bas, Boadbil, comprenant que la fin était proche, négocia, dans le souci de conserver sa vie, celle de sa famille et de sa cour, les 1 et 2 janvier 1492 sa reddition qui prévoyait un départ en exil vers l’Afrique du Nord.

Le 2 janvier au matin, les Espagnols avec à leur tête les Rois catholiques, entraient sans combattre dans Grenade. Aussitôt, la bannière de Castille et la Croix chrétienne furent hissées sur la forteresse de l’Alhambra, bijou architectural maure.

Dans le même temps, arrivé avec sa troupe sur les hauteurs d’un col surplombant Grenade d’où l’Alhambra se dessinait majestueusement, Boadbil, dans un instant de dépressive mélancolie se mit à pleurer. Le surprenant en larmes, sa mère Aïcha El Horra, s’exclama sur un ton de reproches : « Llora como una mujer, lo que como un hombre no supiste defender ! ». (Pleure comme une femme ce que tu n’as pas su défendre comme un homme). Depuis lors, on appelle ce col « El Suspiro del Moro », « Le Soupir du Maure ». Ce moment historique est particulièrement bien relaté parChateaubriand dans sa nouvelle « Les aventures du dernier Abencerage».

Pourquoi cette anecdote historique ? Parce qu’elle préfigure parfaitement ce qui pourrait advenir de semblable, demain, des Nations européennes (particulièrement la France) si elles persistaient dans leur entreprise d’asservissement et d’autodestruction. Souvenons-nous à cet effet de cette prédiction que Larbi ben M’Hidi, redoutable terroriste du FLN, avait lancée à la face des parachutistes français venus l’arrêter en 1957 lors de la « bataille d’Alger » : « Vous voulez la France de Dunkerque à Tamanrasset, je vous prédis, moi, que vous aurez l’Algérie de Tamanrasset à Dunkerque ».

Aujourd’hui, l’histoire se répète, sauf que cette fois c’est le monde occidental qui est en passe d’être confronté à une défaite dans le déshonneur total, comme celle que l’on doit à la trahison de gouvernants veules, de chefs de partis aveuglés par de maigres illusions qui s’entredéchirent pour une meilleure place à la mangeoire, de dirigeants qui exfiltrent des centaines de milliers d’euros vers leur compte de « là-bas » en prévision du grand séisme qu’ils vont eux-mêmes provoquer, d’une pseudo élite qui s’aplatit devant des rustres pour de piètres privilèges avec, en prime, la corruption politique, le mépris du gouvernement pour le peuple, l’arrogance des oligarques… tous vivant dans une impudique sérénité se riant du blâme lancé, jadis, par Châteaubriant : « Honneur aux pays qui se lèvent et honte aux pays qui se couchent ! »

Comme, hier en Algérie, la tactique dite du « salami » est, aujourd’hui, utilisée (notamment en France) et il se trouve toujours des responsables politiques de tous bords, des usuriers à l’affut du gain ou simplement des opportunistes du « show biz » pour faire digérer chaque tranche à une opinion publique assoupie depuis des lustres. «  Ce peuple que tu as trahi, il oubliera jusqu'à ton nom » écrivait le poète Arnulf Overland… sauf que, ces gens là seront, à leur tour, défenestrés et l’Histoire traînera leurs noms dans la fange. Mais ce sera une piètre consolation pour un peuple enchaîné. Jamais la prophétie de Lénine n’a été aussi véridique et sur le point de se réaliser : « L’Occident nous vendra la corde pour le pendre ».

Le plus triste cependant, c’est de voir ce peuple indifférent à son propre sort, qui regarde mourir sa nation. « L’Europe s’aperçoit en frémissant que par sa sombre indifférence une puissance destructrice a fait irruption chez elle, puissance qui paralysera ses forces pendant des siècles » vitupérait Stephan Zweig.

Et dans ce terrifiant augure, très peu discernent l’imminence de l’inéluctable naufrage. La majorité silencieuse se contente de vivoter, de courir après de pathétiques leurres, lorsqu’elle ne s’enferme pas dans de ridicules tours d’ivoire qui s’écrouleront au premier coup de massue. Et Jean Raspail de dénoncer ce comportement en ces termes : « Ce que je ne parviens pas à comprendre et qui me plonge dans  un abîme de perplexité navrée, c’est pourquoi et comment tant de Français avertis et tant d’hommes politiques français concourent sciemment, méthodiquement, je n’ose dire cyniquement, à l’immolation d’une certaine France sur l’autel de l’humanisme utopique exacerbé ». 

Et c’est ainsi que nous regardons, impuissants, notre monde s’effriter par pans entiers jusqu’au jour où, poussés sans combattre vers l’exil mais ne sachant où aller, nous connaîtrons à notre tour la dépressive nostalgie de Boadbil et laisserons nos larmes couler sur ce qui fut, jadis, notre raison de vivre. Alors, la juste sentence d’Aïcha, s’appliquera dans son implacable rigueur : « Pleure comme une femme ce royaume que tu n’as pas su défendre comme un homme ! » 

José CASTANO

Posté le 5 novembre 2013 à 23h22 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (10)

03 novembre 2013

Djihad et Martyr

Extrait de la Petite feuille verte d'Annie Laurent, spécialiste de l'islam :

"[...]Les djihadistes qui meurent au combat pour le triomphe de l’Islam ont droit au titre de « martyr » (chahîd) car le Coran établit un lien entre djihad et martyre : « Il [Dieu] ne rendra pas vaines les actions de ceux qui sont tués dans le chemin de Dieu » (47, 4. Cf. aussi 3, 157 ; 3, 169 et 4, 74). Le djihad revêt donc une dimension sanctificatrice, d’où sa désignation comme « guerre sainte ».

La mort du musulman qui sacrifie sa vie pour cette cause, considérée comme la plus noble, est alors sacralisée, y compris lorsqu’elle prend la forme du suicide et du meurtre.

L’attentat-suicide trouve ainsi sa justification. Hussein Fadlallah, guide spirituel du Hezbollah libanais :

 Le Coran condamne celui qui se donne la mort par faiblesse (…). Mais l’Islam permet ce type d’acte si c’est pour une cause juste. La libération de la Palestine et du sud du Liban [alors occupé par Israël] en est une » (La Croix, 6 septembre 1997).

Cette permission peut même être donnée à la femme, comme cela s’est produit chez les Palestiniens et les Tchéchènes ainsi qu’en Irak.

Historiquement, la pratique de l’attentat-suicide, avec la valeur de martyre qui lui est attachée, est une spécificité chiite. Tombée en désuétude depuis le Moyen Age, elle a resurgi lors de la révolution iranienne (1978). Mais, vu son impact et son « efficacité », elle est imitée par des djihadistes sunnites. [...]

Le martyr musulman peut donc mourir tout en haïssant et en tuant, y compris des innocents. Il est alors persuadé de défendre la cause de Dieu et de hâter le règne de l’Islam sur le monde. Sa motivation n’est pas gratuite. Il ne meurt pas pour l’amour de Dieu ou pour ne pas renier sa Religion. Il lui est d’ailleurs permis, en cas de contrainte, d’abjurer oralement tout en gardant sa croyance dans le cœur (cf. Coran 16, 106), selon une pratique qu’on appelle la taqiya (dissimulation).

Cette doctrine favorise le conditionnement psychologique ; elle confère à la mort violente, volontaire ou pas, une dimension religieuse qui la rend désirable. On l’a vu quand, pendant la guerre Irak-Iran (1980-1988), le dirigeant chiite Khomeyni envoyait des milliers d’adolescents iraniens sur le front contre Saddam Hussein, considéré comme illégitime à cause de sa confession sunnite et comme impie en raison de la coloration laïque de son régime. Ces soldats en herbe, dont les familles se déclaraient « fières » du « don » qu’elles faisaient de leurs enfants à la cause sacrée de l’Islam, savaient qu’une mort certaine les attendait, mais ils avaient aussi la garantie, symbolisée par le port d’une petite clé autour du cou, d’accéder au Paradis.

Par ailleurs, selon l’Islam, sacrifier sa vie pour une cause gratuite, comme la charité, n’implique pas d’être reconnu martyr. Ainsi, pendant la guerre d’Algérie (1958-62), l’ami musulman de l’officier Christian de Chergé (futur prieur de N.-D. de l’Atlas) qui a protégé ce dernier de son corps pour l’empêcher d’être atteint par les balles d’un combattant du FLN, a-t-il été assassiné en représailles. En défendant un « ennemi », il avait commis une trahison. [...]

Dans le christianisme, le martyre implique nécessairement la gratuité, l’amour et le pardon.

Le martyre est le suprême témoignage rendu à la vérité de la foi ; il désigne un témoignage qui va jusqu’à la mort. Le martyr rend témoignage au Christ, mort et ressuscité, auquel il est uni par la charité. Il rend témoignage à la vérité de la foi et de la doctrine chrétienne. Il supporte la mort par un acte de force » (Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 2473).

Le Nouveau Testament exige l’exercice inconditionnel de la charité et du pardon, y compris envers les ennemis et les bourreaux (Cf. Mt 5, 43-47 et 6, 12-14 ; Lc 6, 27-35). Il invite à suivre l’exemple de Jésus-Christ lors de sa Passion (Cf. Lc 23, 34 ; Ac 7, 60 ; Rm 12, 14). Un chrétien peut désirer mystiquement le martyre par imitation de son Maître, mais il ne peut en aucun cas rechercher sa propre mort, fût-ce en provoquant l’ennemi de la foi, dans l’espoir d’obtenir la palme du martyre. Ce serait pousser le bourreau au péché et donc commettre un grave manquement à la charité.

Enfin, la finalité du martyre chrétien n’est pas d’ordre temporel mais d’ordre spirituel : il s’agit d’œuvrer à l’avènement du règne de Dieu."

Posté le 3 novembre 2013 à 14h59 par Michel Janva | Lien permanent

29 octobre 2013

La CIA arme des Russes en Syrie

En raccourci, volà ce que l'on pourrait déduire de ces deux dépêches parues hier : 

" Selon le cheikh Ahmed Badreddin Hassoun, grand mufti de Syrie, plus de 3'000 islamistes en provenance de la Fédération de Russie et d’autres pays de l’ancienne Union soviétique combattent aux côtés des rebelles en Syrie. En visite à l'Université islamique de Moscou, il a relevé que la majeure partie des ressortissants de la Fédération de Russie qui combattent le régime de Bachar El-Assad proviennent de Tchétchénie et d’autres Républiques du Caucase du Nord" (source).

On lit ailleurs :

"On l'appelle la zone des trois frontières. Une portion de désert aux confins de la Jordanie, de la Syrie et de l'Irak où les démarcations se perdent dans les sables. De tout temps, les contrebandiers en ont fait leur royaume. Depuis bientôt un an, c'est par là que la CIA et son partenaire jordanien du GID supervisent les convois d'armes livrées clandestinement aux rebelles syriens pour les aider à affronter l'armée de Bachar el-Assad".

Posté le 29 octobre 2013 à 11h40 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (7)

Si les chrétiens venaient à disparaître de l'Orient, préparez-vous en Occident à refouler la vague déferlante des islamistes

Le Point.fr a rencontré l'organisateur du congrès général pour les chrétiens d'Orient, le docteur Fouad Abou Nader, actuel président du parti libanais le Front de la liberté et ancien chef de la résistance chrétienne au Liban aux côtés de Bachir Gemayel. Extraits :

"Nous avons organisé ce premier congrès de l'Assemblée des chrétiens d'Orient pour plusieurs raisons. Avec les révolutions, les coups d'État, les guerres civiles et le terrorisme qui secouent des territoires qui s'étendent du Maroc jusqu'au Pakistan, nous, chrétiens d'Orient, devions nous réunir pour unifier notre vision, penser notre avenir dans cette région, évaluer nos relations avec les musulmans, qui nous considèrent parfois comme des citoyens de seconde zone. Au Moyen-Orient, la religion et l'État sont indissociables. Il est donc capital pour nous d'étudier nos rapports avec les institutions étatiques, de revendiquer nos droits et une véritable citoyenneté, d'analyser notre problème démographique ainsi que l'émigration touchant nos communautés et enfin de faire face ensemble aux menaces sur nos vies.

C'est la première fois qu'un tel événement est organisé. Comment l'expliquez-vous ?

Il s'agit d'un événement sans précédent en raison des divisions tant au niveau politique que religieux des chrétiens d'Orient. Il y a énormément de communautés différentes, rien qu'au Liban vous avez des orthodoxes, des maronites, des syriaques, des catholiques, des chaldéens, etc. On nous a trop souvent dit qu'en raison de nos divisions il n'y avait pas d'interlocuteur chrétien possible. Si vous ajoutez à cela la forte émigration qui nous frappe depuis des décennies et les pertes subies lors des conflits armés... Certains ont fait de nous les nouveaux Palestiniens, des gens en trop, indésirables dans cette région. Mais, historiquement, nous sommes les premiers habitants de ces terres et jamais nous ne les quitterons, quoi qu'il en coûte. Aujourd'hui, nous sommes nombreux à vouloir transformer nos divisions en diversité et à placer cette diversité dans un cadre uni. Je suis fier d'avoir pu rassembler avec mes collaborateurs tous les représentants des 14 Églises d'Orient dans une seule institution mixte comprenant des religieux de premier rang et des laïcs travaillant ensemble. Nous avons réunis des chrétiens venant de Turquie, d'Iran, de tout le Proche-Orient, d'Égypte et même du Maroc. C'est exceptionnel ! [...]

Le chrétien a un important rôle à jouer. C'est d'ailleurs la principale question sur laquelle s'est penché le congrès et sur laquelle va travailler la commission de suivi qui a été créée. Dans l'histoire de la région, les chrétiens ont contribué à la culture, la littérature, aux langues, aux sciences et à la civilisation. Ils ont lutté de tout temps contre la discrimination et la violence à l'égard des femmes, pour les droits de l'enfant et les libertés de toutes les communautés, sans aucune exception. La communauté chrétienne est incontournable. En Jordanie elle représente de 4 à 6 % de la population du pays, mais elle couvre 30 % de sa force économique. Les coptes en Égypte sont 7 millions sur les 85 millions d'habitants et contrôlent près d'un tiers des richesses. Au Liban, les chrétiens - communauté à laquelle appartient le président - ont toujours veillé à ce que chaque citoyen puisse jouir de ses droits complets.

Les chrétiens d'Orient sont-ils abandonnés par l'Occident ?

Je pense que les gouvernements occidentaux ne prennent pas la mesure de ce qu'en France on appelait "la question des chrétiens d'Orient". Si l'islam a droit à une place en Occident, le christianisme a également droit à la sienne en Orient. Avec ce premier congrès, nous voulons porter haut et fort la question des chrétiens d'Orient en Europe et dans le monde. Nous demandons à être reçus et écoutés par les chefs d'État et de gouvernements, ainsi que par les ministres des Affaires étrangères et chefs des principaux partis d'opposition en Occident, à commencer par la France, avec qui nous avons des liens historiques très forts. Nous ne demandons pas de protection, nous ne voulons pas de protection de la part de l'Occident ou des musulmans dans le cadre de la dhimmitude. Nous exigeons une protection par l'État dans lequel nous vivons, au même titre que tout autre citoyen.

Comment convaincre l'Occident des enjeux autour des chrétiens d'Orient ?

Je répondrai par une autre question : comment réussir pacifiquement l'intégration de l'islam en Occident si, en Orient, le christianisme venait à disparaître par la force ? Les enjeux autour des chrétiens d'Orient les dépassent. Les enjeux sont le christianisme, le rapport avec l'islam, la liberté, l'égalité, l'humanité, le droit, la femme, l'enfant, le rôle de l'État de droit, la citoyenneté, le dialogue des cultures et des religions. En deux mots, l'avenir du monde est en jeu ! Si les chrétiens venaient à disparaître de l'Orient, préparez-vous en Occident à refouler la vague déferlante des islamistes. La France ne reçoit-elle pas déjà des menaces terroristes pour son implication dans les conflits malien, afghan, libyen et peut-être bientôt syrien ?"

Posté le 29 octobre 2013 à 09h53 par Michel Janva | Lien permanent

La communion au sang du Christ leur vaut 80 coups de fouet (Add.)

C'est le sort des catholiques en Iran sous prétexte qu'ils consomment du vin...

Add 08h45 : l'article dans sa version du jour, plus longue et plus précise que celle d'hier, stipule que ces chrétiens sont des protestants qui célèbrent une cène. Il n'y a donc pas transubstantiation.

Posté le 29 octobre 2013 à 00h33 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (8)

28 octobre 2013

La censure des programmes scolaires au lycée franco-qatari de Doha

Nouvelles de France retranscrit un extrait du dernier reportage d'Envoyé Spécial, consacré aux Français du Qatar :

"« Une affaire embarrassante pour la France. Pendant quatre ans, Jean-Pierre Brosse était proviseur du lycée franco-qatari (Voltaire, ndlr) de Doha. Mis en cause pour le contenu de son enseignement, il a décidé de rentrer en France. »

« Je ne me sentais plus libre, parce que lorsqu’on n’a plus la liberté d’exercer son métier, on ne peut pas être serein et c’est quelque chose qui est pesant. »

« Le lycée privé où enseignait Jean-Pierre Brosse, devait être un symbole de l’amitié entre les deux pays. Il accueille des élèves français et qataris. En 2008, il est inauguré par Nicolas Sarkozy et le futur émir du Qatar. Deux ans plus tard, la situation s’envenime. Jean-Pierre Brosse commence à subir des pressions de certains parents. Ils se plaignent des programmes français. L’ancien proviseur m’emmène à la bibliothèque municipale (en Bretagne où il vit désormais, ndlr). Il veut me montrer le type de livres qui posaient problème. »

On voit Jean-Pierre Brosse ouvrir un livre d’histoire : « Donc, la statuaire grecque, impossible à étudier. » La journaliste : « Pourquoi ? » « La nudité, tout simplement. En histoire toujours, le fait d’avoir une église, une abbaye, une cathédrale (en photo dans le livre, ndlr) pose problème parce que c’est simplement une allusion à la chrétienté. Les enfants ne doivent pas savoir qu’il existe une autre religion que l’islam avant l’âge de 18 ans ».

Et la journaliste de raconter : « Les plaintes s’accumulent, deviennent quotidiennes. Jean-Pierre Brosse a gardé les documents mis en cause, ces photos extraites de manuels scolaires dont celle-ci, un dessin de deux petits oursons. »

« Alors, le problème, c’est que l’un d’eux s’appelle Matthieu et il est impossible d’avoir une histoire qui concerne un petit ourson qui porte le nom d’un apôtre. » « Pourquoi ? » l’interroge la journaliste. « Parce que c’est un apôtre, donc c’est une allusion à la religion chrétienne. Tout, tout allait poser problème… Des choses absolument anodines qui pouvaient déclencher des réactions de la part des parents qui mènent jusqu’à l’emprisonnement. (…) Vous avez un petit ours qui s’appelle Matthieu, on vous téléphone pour vous dire que vous risquez dix ans d’emprisonnement. C’est quand même quelque chose d’assez fort. »

La journaliste reprend : « Dix ans d’emprisonnement, c’est la menace qu’aurait brandie selon lui le procureur général du Qatar. Jean-Pierre Brosse tente de faire des efforts, mais il refuse de modifier les programmes ».

« Le pire, ça aurait été d’accepter. On peut commencer par enlever une partie des programmes, ensuite une partie plus importante… On va glisser tout doucement jusqu’à arriver à une école coranique qui aurait planté le drapeau de la mission française sur son toit et ça, c’est inacceptable, c’est pas possible. »"

Posté le 28 octobre 2013 à 17h26 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (12)

25 octobre 2013

Entraînement de djihadistes dans les Ardennes

Lu ici :

"C'est une bien curieuse invitation qui vient d'être lancée sur Facebook.

A l'initiative d' un certain Abu Moussa, un islamiste radical proche de Fouad Belkacem, cet appel convie des jeunes djihadistes à assimiler le b.a.-ba de la Guerre Sainte et ce, au coeur même de la province du Luxembourg. "Il reste encore sept ou huit places sur la quinzaine disponibles" précise le message. [...] Les entraînements sont prévus du 25 octobre au 1er novembre. Selon un policier, ce stage pourrait se tenir dans la forêt des Epioux.

Abu Moussa est coutumier du fait, puisque l'an dernier, il avait déjà fait fonctionner ses réseaux afin d'embrigader des jeunes recrues pour ensuite les envoyer en Syrie. Nos autorités judiciaires sont sur le qui-vive. Quant à la province du Luxembourg, elle n'était pas au fait de cette étrange sollicitation."

Posté le 25 octobre 2013 à 13h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

23 octobre 2013

Religion de "paix"

L

Posté le 23 octobre 2013 à 19h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (16)

15 octobre 2013

L’islam est un projet politique qui est contraire à la laïcité

Intervention de l'abbé Pagès à l'OSCE le 26 septembre :

"Les responsables de la chose publique devraient considérer que si l’acte de foi suppose la liberté, en sorte que le droit à la liberté religieuse persiste même en ceux qui ne satisfont pas à l’obligation de chercher ou d’adhérer à la vérité pourvu, certes, que soit préservé l’ordre public juste, ce droit est cependant donné pour que les hommes adhèrent à la Vérité, et non pas parce qu’ils y adhèrent, pour qu’ils agissent selon leur conscience, et non pas parce qu’ils agissent selon leur conscience. C’est bien parce que la liberté n’est pas le droit de faire n’importe quoi, même sous prétexte de religion, mais le pouvoir de choisir le bien (Jn 8.35-36), que l’autorité publique a le devoir et le pouvoir de déterminer les limites de la liberté religieuse, par des règles juridiques conformes aux exigences du bien commun et de l’ordre moral objectif (CEC n°2109). Si donc il n’y a pas de liberté sans relation à la Vérité, le droit à la liberté religieuse peut-il être seulement l’exemption de contrainte pour agir ou non selon sa conscience, ou bien implique t-il aussi le droit à n’être pas trompé ? A ce sujet, je voudrais réfuter les affirmations du distingué représentant de l’EMISCO : il n’y a jamais eu ici d’attaque contre des personnes, mais seulement le souci de dénoncer les enseignements incitant à la violence sous un prétexte religieux.

Salut et Miséricorde voudrait attirer l’attention sur le fait que l’islam est un projet politique qui, ne distinguant pas l’ordre temporel de l’ordre spirituel, est contraire à la laïcité, et que d’autre part et en conséquence l’Occident ne peut pas accepter le développement de l’islam sans rejeter son identité issue de l’accueil de la Parole du Christ : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mc 12.17). Or, nous constatons actuellement en France une perversion de la laïcité. Ainsi, M. Peillon, Ministre de l’Éducation nationale, ne cache pas sa haine de l’Église, jusqu’à prétendre se servir de son autorité pour créer une nouvelle religion qui arrache du cœur des enfants la religion de leurs parents. Un tag sur la porte d’une mosquée suscite les réactions indignées du Gouvernement, mais des dizaines de profanations d’églises ne font de sa part l’objet d’aucune considération. On interdit la crèche et le sapin de Noël dans l’espace public, mais on célèbre officiellement et partout la fin du ramadan. Logique si bien exprimée par le Maire de Strasbourg : « Nous servons de la viande halal par respect pour la diversité, mais pas de poisson le vendredi par respect pour la laïcité » (11.04.11). La loi de séparation de l’Église et de l’État est de plus en plus ouvertement bafouée par le financement public de la construction de mosquées. Et puisque ce matin le distingué représentant de la France n’a pas répondu, nous réitérons notre demande, devant vous tous, distingués défenseurs de la liberté religieuse, de voir l’État français exiger de toutes les organisations musulmanes présentes sur le sol national l’inscription dans leur charte du droit à changer de religion, où à défaut leur dissolution. Je vous remercie de votre attention."

Posté le 15 octobre 2013 à 12h35 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

14 octobre 2013

Malaisie : interdiction d'utiliser le terme Allah dans un journal catholique

L’archevêque de Kuala Lumpur, S.E. Mgr Murphy Pakiam, commente la décision de la Cour d’appel de la ville qui refuse aux chrétiens le droit d'utiliser le terme "Allah" :

« Les évêques ont précisé que, dans les églises et pour les liturgies, le terme Allah continuera à être utilisé. La décision de la Cour d’appel concerne seulement le Herald et ne concerne pas notre Bible historique, l’Alkitab, en malais ».  « l’inconnue est représentée par les groupes radicaux islamiques qui pourraient donner une interprétation extensive à la décision de justice ». « Espérons et prions afin que la situation politique puisse s’éclaircir de manière à avoir un plus grand équilibre de la part des institutions en ce qui concerne ce thème délicat qui touche la foi et la liberté des minorités religieuses ». « Hier soir, nous avons prié au stade de Kuala Lumpur afin de consacrer notre nation à la Très Sainte Vierge Marie, en communion avec le Saint-Père. Notre arme est la prière. Espérons et prions afin que le Saint Esprit illumine les législateurs et les décideurs. Les groupes extrémistes ont, eux aussi, besoin de notre prière. Nous voulons contribuer à créer la paix et l’harmonie au sein de notre nation pluraliste. Nous voulons construire des ponts avec l’islam». 

Posté le 14 octobre 2013 à 16h56 par Michel Janva | Lien permanent

08 octobre 2013

"Il est nécessaire de détruire toutes les églises de la région"

Cette phrase aurait pu prononée par un de ces maires français qui laissant l'église paroissiale se dégrader pendant des années, se lève un bon matin et décide de l'abattre. Chose de plus en plus fréquente en France.

El l'occurence, l'auteur de ce propos est le cheikh Abdul Aziz ibn Abdullah, grand mufti d’Arabie saoudite.

Posté le 8 octobre 2013 à 20h33 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (4)

07 octobre 2013

"Arrêtons de dorloter l’intégrisme" : l'article de Nadia Alexan, professeur québecoise retraitée d’origine égyptienne

Elle intervient dans la presse alors que le gouvernement québecois propse une charte de laïcité pour préserver la paix sociale : 

"Pourquoi j’appuie la Charte des valeurs québécoises, que je préfère appeler Charte de la citoyenneté ? Je suis d’origine égyptienne. Tout le temps que j’ai vécu en Égypte, où j’ai grandi et suis allée à l’école et à l’université dans les années soixante, je n’ai jamais vu une seule femme voilée. Qu’est-il arrivé depuis ce temps pour que le voile soit si répandu ? L’islam politique propagé par les pétrodollars de l’Arabie saoudite, du Qatar et des Émirats arabes unis a envahi non seulement le Moyen-Orient, où il n’arrête pas de réclamer le retour strict de la charia, mais aussi l’Occident, où il mène une campagne très énergique pour conquérir la civilisation des Lumières et ramener la gloire du califat du VIe siècle.

Ce courant salafiste mine les gains faits par des féministes courageuses, comme les Égyptiennes Hoda Sharaawi et Nawal el Saadawi, qui se sont battues pour faire avancer les droits des femmes et les sortir de l’emprise de la religion. Les musulmanes portant le voile qui se prétendent féministes trahissent le combat mené par ces femmes héroïques, qui se sont débarrassées du voile, symbole de la soumission au patriarcat.

Il n’y a rien, ni dans la culture ni dans le Coran, qui oblige la femme musulmane à porter le voile. […] Le voile n’est pas un bout de tissu anodin, comme on le prétend. Bien au contraire, il véhicule le prosélytisme d’un islam fanatique et totalitaire. La plupart des musulmanes de Montréal ne portent pas le voile. Sont-elles moins pieuses pour autant ?

Ce voile symbolise la soumission de la femme aux diktats d’un patriarcat qui n’aime ni la modernisation ni l’émancipation des femmes. Ce voile témoigne de la barbarie de l’excision, imposée aux femmes en Égypte et ailleurs, du mariage forcé des fillettes à l’âge de neuf ans, de la lapidation, de la polygamie, des fatwas, de l’interdiction de la liberté d’expression, et j’en passe. Ce voile cache le mépris des hommes qui traitent les femmes comme des biens à posséder. Je pense que les hommes sont des lâches pour ainsi mettre le fardeau religieux sur la tête des femmes.

[Certains se rangent] du mauvais côté de l’histoire [en affirmant] que l’interdiction du port du voile dans la fonction publique exclurait les femmes. Je pense que c’est le contraire qui se produit. Les femmes voilées s’excluent elles-mêmes ; en portant le voile de l’aliénation, elles montrent qu’elles ne veulent pas s’intégrer. De plus, elles font peur aux dirigeants par leurs demandes d’accommodements religieux, de prière pendant les heures de travail et de congés supplémentaires" (suite).

Posté le 7 octobre 2013 à 10h51 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

05 octobre 2013

Véritable centre de culture et de loisir, la plus grande mosquée d'Europe sera construite à Dublin

Lu ici

"Le futur complexe islamique de trois étages comprendra une salle de prière, un centre culturel, des bureaux, une crèche, une bibliothèque, une librairie, une chambre mortuaire, une salle de conférence de 600 places, un restaurant, une école primaire, un collège, un centre de fitness sur deux étages, une piscine, une salle de sport, un sauna et des appartements. La mosquée disposera deux minarets et la salle de prière sera surmontée d’une coupole.

La mosquée peut accueillir 600 fidèles chaque vendredi et jusqu’à 3.000 personnes les jours de fête".

Et après cet établissement 'tout en un", on parlera d'intégration...

Posté le 5 octobre 2013 à 09h47 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

04 octobre 2013

Le Qatar, ce pays qui aime tant la France et qui retient des Français

Lu ici cette nouvelle histoire de citoyens français retenus au Qatar dans des conditions hallucinantes :

"L'avocat des quatre Français retenus au Qatar, Me Frank Berton, a indiqué aujourd'hui qu'il pourrait porter plainte contre l'émir si la situation n'évoluait pas d'ici au 21 octobre. "J'ai laissé un délai, jusqu'au 21 octobre, à chacun des sponsors (les employeurs ou partenaires) de mes clients. Passée cette date, je déposerai ma plainte au parquet de Paris", a déclaré Me Berton. "J'ai envoyé une lettre aujourd'hui à l'ambassadeur du Qatar en France. Il a eu les quatre lettres adressées à chacun des sponsors, dont l'émir, le frère de l'émir, le secrétaire du comité olympique qatari et l'associé d'Al-Awartany (l'un de ses quatre clients). La balle est dans leur camp", a-t-il ajouté.

Les quatre clients de l'avocat sont: Zahir Belounis, footballeur âgé de 33 ans qui a attaqué son club auquel il réclame des salaires non versés selon lui; Nasser Al-Awartany, chef d'entreprise; Jean-Pierre Marongiu, entrepreneur âgé de 56 ans; et Stéphane Morello, 52 ans, entraîneur de football dont le sponsor était le comité olympique qatari. Zahir Belounis doit retirer sa plainte pour obtenir un visa de sortie, obligatoire dans le pays. Les entrepreneurs Nasser Al-Awartany et Stéphane Morello, qui selon leur avocat ont été évincés et sommés de renoncer à leurs parts et à l'argent investi, sont dans la même situation".

Posté le 4 octobre 2013 à 23h01 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (3)

03 octobre 2013

Livres saints brûlés et profanés

Mais tout le monde s'en fiche, il s'agit d'ouvrages chrétiens détruits en Syrie par les rebelles-tant-aimés-du-gouvernement-français car ces messieurs ne supportaient pas les cloches de nos églises.

Cx

Je vous renvoie vers ces témoignages des chrétiens persécutés par les musulmans en Syrie.

Posté le 3 octobre 2013 à 21h23 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (2)

02 octobre 2013

Depuis 2001, le terrorisme islamique a tué autour de 200 000 personnes

Dans Islam Confidentiel, Bruno Larebière diffuse les chiffres publiés par le Center of Excellence Defence Against Terrorism (COE-DAT), structure d’analyse du terrorisme travaillant auprès de l’Otan :

I"En 2012, cette organisation a recensé 7 294 attentats terroristes commis dans 75 pays, dont 1 900 en Irak (plus de cinq par jour !) ayant entraîné la mort de 2 512 personnes (près de sept par jour), 1 428 au Pakistan (pour 2 155 morts), 972 en Afghanistan (pour 1 999 morts). Suivent l’Inde (767 attentats), le Yémen (251), la Somalie (235), etc. Bilan total de l’année 2012 : 11 450 morts et 21 218 blessés. Et encore, 2012 fut-elle une année relativement « calme » sur le front du terrorisme…

En 2011, le COE-DAT avait recensé 12 122 attentats ayant entraîné 17 643 victimes et 25 700 blessés, chiffres en très nette progression par rapport à 2010, qui étaient en léger retrait par rapport à 2009, qui étaient en progression par rapport à 2008, et ainsi de suite. Depuis 2001, le terrorisme islamique a tué autour de 200 000 personnes ! Principalement en Afghanistan, en Irak et au Pakistan. Soit là où les Américains sont les plus présents militairement. Cherchez l’erreur."

Posté le 2 octobre 2013 à 13h42 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

30 septembre 2013

Ivan Rioufol mis en examen pour délit d'opinion

... par le Collectif contre l’islamophobie en France, proche de l’intellectuel islamiste Tariq Ramadan.

Posté le 30 septembre 2013 à 22h20 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (3)


     Archives > Pays : Russie , Religions : L'Islam

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Pays : Russie , Religions : L'Islam