26 mars 2015

Attentats de Tunis : la Bête progresse

Guillaume Faye, sur son blog, analyse la "progression de la bête" islamiste. Partant de l'attentat de Tunis la semaine dernière, il élargit son analyse à la présence djihadiste en France :

[...]"Complètement aveuglés, nos dirigeants parlent de ”terrorisme”, sans oser nommer ou comprendre ce qu’il y a derrière : une stratégie de conquête et d’instauration de la charia totalitaire islamique. 3.000 combattants musulmans venus des rangs des immigrés en Europe sont partis rejoindre Daech. 600 sont déjà revenus (il y a un sinistre ”turn over”) et vivent comme des poissons dans l’eau ici même, dans un milieu qui épouse leur cause, les protège et leur sert de logistique et de base de recrutement.

Dans une note confidentielle, le Service central de renseignement territorial (SCRT) observe un « repli communautaire plus marqué depuis les attaques contre Charlie Hebdo et l’HyperCacher  ».[...]

Donc les attentats de janvier 2015 ont encore accru l’hostilité envers la France et l’attachement au djihad. On mesure la naïveté sidérante des manifestations ”Je suis Charlie”. Les jeunes musulmans y ont d’ailleurs très peu participé, beaucoup approuvant les attentats. Le SCRT a noté « une faible représentation de la communauté musulmane à Marseille » à ces manifestations. Ils ont moins manifesté que les musulmans à Tunis, après l’attaque du musée ! Preuve que la radicalisation des musulmans issus de l’immigration en France (notamment les jeunes), comme en Belgique, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni est plus forte que celle des musulmans de Tunisie ![...]

Sans mâcher ses mots, Yves de Kerdrel écrit : « Notre démocratie, baignée d’angélisme et gangrénée par des élites qui préfèrent le multiculturalisme à la nation, a bien du mal à s’adapter à cette guerre de religion ». Puis il ose cette comparaison : «  Les jeunes filles qui vont à l’université coiffées d’un voile le font pour revendiquer une identité. Elles le font par soumission aux règles des cités où elles résident et aux lois des ”grands frères ” qui y sèment la terreur. Ce n’est pas seulement un refus d’intégration, c’est une forme de racisme anti-français. Et toutes proportions gardées, il n’y a pas de différence entre ce gamin de 12 ans qui part de son collège à Toulouse pour mener des exécutions de sang-froid et ces jeunes filles qui revendiquent le port du voile à l’université avec l’encouragement de professeurs aveuglés par le démon du multiculturalisme ». (Valeurs Actuelles, 19-25/03/2015).[...]

Le 10 mars, une vidéo diffusée par EI/ Daech sur Internet montrait en effet un garçon de 12 ans en djellaba qui abattait puis achevait au pistolet un Arabe israélien soupçonné d’être un agent du Mossad, au cri de « Allah Akbar ! » Il s’agit de Rayan, un jeune maghrébin de nationalité française, scolarisé à Toulouse et parti en Syrie.[...]

Ces vidéos de propagande ne peuvent que se multiplier et inonder la Toile. Elles sont un puissant facteur de recrutement et de fanatisation, notamment en France. La technique psychologique utilisée contre les ennemis (dans le monde musulman et maintenant en France et en Europe) est celle de la sidération par la terreur, en vue d’obtenir la soumission, si possible sans combattre vraiment, par intimidation. Avec le binôme : attentats et grignotage démographique. [...]

Dans deux ou trois ans, en France, en Belgique, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas , en Espagne et dans d’autres pays de l’UE, on vivra peut-être au rythme d’un massacre par jour ou de plusieurs simultanés, alternant bombes, tueurs suicidaires, attaques au fusil d’assaut et à l’arme de guerre. Les forces de sécurité et de renseignement sont déjà débordées.[...]

La guerre est chez nous et c’est là qu’il faut combattre et se défendre. Cette guerre larvée qui commence a déjà un coût, non seulement financier mais surtout psychologique. Cette stratégie de la tension plombe le moral de la nation, en diffusant un sentiment de méfiance, d’insécurité, de pessimisme.  Nous sommes en proie à une invasion par le bas, à une guerre d’un type nouveau, à la fois démographique, criminogène, ethno-culturelle et religieuse, et terroriste. Nous ne la gagnerons qu’en changeant radicalement de méthodes et de paradigme, c’est-à-dire en prenant le problème à  bras-le-corps, en s’attaquant à la cause centrale : l’immigration."

Posté le 26 mars 2015 à 21h55 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (9)

L'esclavage fait partie de l'islam et du djihad

Roger Botte, anthropologue et chercheur à l'institut des mondes africains, publie un article très intéressant dans l'Histoire. Il vaut la peine d'être lu en intégralité. En voici des extraits :

"Dans toutes les sociétés ayant l'islam en partage, l'esclavage bénéficiait d'une entière légitimité en tant que pratique sociale réglée par la charia. Son abolition imposée de l'extérieur, entre le XIXe et le XXe siècle [lire par les puissances coloniales,ndlr](...) non prévue dans le Coran, a été réalisée au prix d'astuces juridiques partout contestées. L'abolition n'a jamais pu cependant faire disparaître la loi religieuse. Aussi de nombreux pays musulmans restent-ils d'autant plus imprégnés par l'idéologie esclavagiste que les règles de droit touchant l'institution continuent d'être enseignées à l'école, à l'université, dans les prêches du vendredi, ou simplement connues à la lecture du Coran.

C'est la raison pour laquelle l'esclavage perdure encore dans certains pays (...)

Historiquement, dans le monde islamique, l'esclavage était une institution intrinsèquement liée au djihad à travers l'asservissement des prisonniers de guerre. Or, l'enlèvement de femmes pour les réduire en esclavage -hier par le GIA algérien, aujourd'hui par Boko Haram, par l'État islamique (Daech) ou par le groupe Abu Sayyaf aux Philippines- montre que dans l'imaginaire des mouvements djihadistes sunnites le lien djihad/esclavage n'a rien perdu de son caractère prescriptif. Dès 2003, un idéologue religieux très influent, le Saoudien Saleh al-Fawzan, édictait une fatwa sans équivoque: "L'esclavage fait partie de l'islam. L'esclavage fait encore partie du djihad, et le djihad durera aussi longtemps que l'islam."

Le djihad donc, et par conséquent le rétablissement de l'esclavage sexuel, Daech en a théorisé le retour (...)  début décembre 2014, un "Bureau des recherches et des avis juridiques" a publié en arabe une brochure qui constitue une sorte de digest des bonnes pratiques concernant l'esclavage des femmes. Ce manuel, intitulé "Questions et réponses sur la capture et les esclaves", énonce en vingt-sept items le licite et l'illicite en matière d'assujettissement (...) Est-il permis d'avoir des rapports sexuels avec elles? Oui, répond le manuel qui cite les versets coraniques (23: 1-6) déclarant non blâmables pour un homme les rapports sexuels avec ses épouses ou ses esclaves (...) Le grand nombre de fillettes enlevées a nécessité la régulation des pratiques pédophiles. Ainsi, la question n° 13: "Est-il permis d'avoir des rapports avec une esclave qui n'a pas atteint la puberté? Réponse: Il est permis d'avoir des rapports sexuels avec une esclave non encore pubère si elle est capable de rapports; toutefois si elle n'est pas apte aux rapports sexuels, on se contentera d'en jouir sans rapports."

En France, la loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance des traites et des esclavages comme crime contre l'humanité, dite loi Taubira, ne concerne que la "traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XV siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes" (article 1er). Christiane Taubira qui cherche à culpabiliser la France en permanence n'avait pas voulu étendre sa scandaleuse loi à la traite arabo-négrière pour des raisons hallucinantes :

"Il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes"

Et là, faut-il éviter de condamner l'esclavagisme des nouveaux djihadistes pour ne pas de contrarier les nombreux candidats au djihad dont regorgent nos banlieues ? Pourquoi ne l'entendons-nous pas, elle qui manie si bien la langue française ?

Posté le 26 mars 2015 à 11h08 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

25 mars 2015

Les femmes sont égoïstes et doivent reconnaître la supériorité de l'homme

C'est la teneur du prêche que l’imam Mohamed Khattabi a prononcé aux fidèles, vendredi 6 mars dernier, à la mosquée Aïcha de Montpellier :

"L’égoïsme est une nature chez la femme. Qu’elle soit européenne, arabe, musulmane, chrétienne ou juive. Elle ne reconnaît pas la supériorité de l’homme et tend à nier le bien qu’il a pu lui faire (...) Selon cet imam, si la femme ne reconnaît pas la supériorité de l’homme, elle risque de faire fausse route et « payer le prix de son arrogance ».

C’est lors du prêche du vendredi que l’imam de la mosquée Aïcha de Montpellier a appelé les femmes à vaincre leur nature «égoïste», en reconnaissant la supériorité de l’homme et en le remerciant pour tout le bien qu’il leur apporte. «Si une femme surmonte sa nature et qu’elle reconnaît (la vérité), elle est méritante et Allah lui accordera une place plus élevée au Paradis. Mais si elle succombe à sa nature et qu’elle refuse de reconnaître les droits de l’homme, ou plutôt, la supériorité de l’homme sur elle, elle devra aller [en enfer]… Ceci parce que l’islam est une religion de justice. Si vous niez le bien, vous devez payer le prix. », a-t-il déclaré lors de son sermon."

Le 6 mars, c'était deux jours avant la journée internationale de la femme. Allô, Najat Valaud-Belkacem ?

Posté le 25 mars 2015 à 19h13 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (29)

Une filière indonésienne de l'Etat islamique ?

Vers l'Oumma, version terroriste ? Lu ici :

"Les autorités indonésiennes s’inquiètent non seulement du nombre de leurs ressortissants qui partent combattre aux côtés de Daesh mais de l’implantation sur leur sol de groupes se revendiquant de cette organisation."

Posté le 25 mars 2015 à 19h08 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (0)

Plus on retarde une opération militaire et plus les risques sont grands pour l’Occident d'affronter l'Etat islamique sur son propre sol

Communiqué de la Coordination des Chrétiens d'Orient en Danger à la suite de la réunion avec Laurent Fabius intervenue ce matin :

"Laurent Fabius a reçu ce matin des responsables politiques, religieux et associatifs pour faire le point sur la saisine du Conseil de Sécurité des Nations Unies par la France vendredi 27 mars 2015.

Le ministre proposera un plan en quatre volets :

  • Humanitaire, avec un plan de retour des réfugiés,
  • Sécuritaire, avec la création de sanctuaires où les réfugiés pourraient vivre
  • Politique avec un enracinement des communautés et l’ouverture sur les sunnites
  • Judiciaire : avec la demande de la fin de l’impunité par la saisine du Conseil de Sécurité

Patrick Karam, président de la Coordination des Chrétiens d'Orient en Danger (CHREDO), se félicite de l’initiative française et des réponses apportées par le ministre à ses propositions concrètes.

Parce qu’il ne suffit pas d’appeler les Chrétiens d’Orient à demeurer sur leur terre, Patrick Karam a plaidé pour la création d’un fonds d'aide spécifique international à la reconstruction destiné à permettre le retour des chrétiens d'Orient et des minorités sur leur terre. Ce fonds devra  prendre en charge la reconstruction des maisons, des églises et des écoles. Le ministre Laurent Fabius a déclaré « qu’il s’agit d’une bonne idée et que la France proposera ce fonds à ses partenaires. »

Le président de la CHREDO qui avait défendu l’idée auprès du Roi de Bahrein sera attentif aux suites que le ministre lui donnera.

Pour répondre à Patrick Karam, le ministre a annoncé qu’en cas de refus de la saisine de la CPI par le Conseil de Sécurité, la France soutiendra la plainte de la CHREDO pour génocide et crimes contre l'humanité déposée en septembre 2014 devant la Cour Pénale Internationale et qui fait l'objet d'une instruction.

Enfin, Patrick Karam a plaidé, sans être écouté, pour la révision de la politique dans la région pour lutter contre DAESH et les filiales d'Al Qaida et d’une intervention au sol en Irak, en Syrie et en Libye par les puissances de la région encadrée et financée par les Nations Unies. Le président de la CHREDO a expliqué qu’en juin 2014 avant la prise de Mossoul, DAESH ne comportait que 10 000 hommes, 30 000 en septembre et aujourd’hui entre 70 000 et 80 000 hommes, dont de nombreux occidentaux. 

Plus on retarde une nécessaire opération militaire et plus les risques sont grands pour l’Occident qui devra affronter sur son propre sol le terrorisme importé à grand échelle. En outre, la pression militaire en Irak par des troupes au sol, irakiennes, iraniennes ou kurdes finiront par faire refluer DAESH qui se redéploierait en Syrie, mais aussi au Liban et en Jordanie, qui pourraient être les prochains maillons faibles dans la région.

La CHREDO regrette que cette décision nécessaire ne puisse être prise en considération car le coût à payer augmentera avec le temps."

Posté le 25 mars 2015 à 12h40 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (4)

24 mars 2015

Je suis catholique et vous ne me convertirez pas

Lu ici :

"Ces motsJe suis catholique et vous ne me convertirez pas – n’ont pas été prononcés par le photographe de guerre Teun Voeten en Irak ou en Syrie mais en… Belgique. Plus précisément à Molenbeek-Saint-Jean, commune bruxelloise où Teun Voeten a vécu huit ans et qu’il a quittée, contraint, car «C’est devenu une enclave ethnico-religieuse».

Dans un entretien publié par brusselnieuws.be, Teun Voeten, qui a photographié les sans-abris à New York, la violence des cartels de la drogue au Mexique et la guerre au Rwanda, en Bosnie, au Libéria, en Irak et en Afghanistan, explique qu’il ne peut plus vivre à Molenbeek.Teun Voeten raconte comment les problèmes socio-économiques sont rejoints ici par une dimension politico-religieuse et parle de « l’impérialisme islamique » qui s’y est développé."

Posté le 24 mars 2015 à 05h09 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

23 mars 2015

La Méditerranée bientôt plus dangereuse que les côtes de Somalie ?

Un article d'Opex 360 qui montre que le danger jihadiste s'approche :

 Cette mer dans laquelle vous avez jeté le corps de cheikh Oussama ben Laden, nous jurons de la remplir avec votre sang », avait menacé le chef des bourreaux de 21 coptes égyptiens en parlant de la Méditerranée, dans une vidéo diffusée en février par la branche libyenne de l’État islamique (EI). Et le même d’ajouter : « Nous allons conquérir Rome par la volonté d’Allah »."

Mediterranee-20150322

Cliquer pour agrandir

Le sujet, pour n'être pas nouveau, n'en est pas moins préoccupant, et revient en force à chaque attaque terroriste, telle celle de Tunisie jeudi dernier.

"Les intentions de l’EI sont donc claires. Et l’Italie est en première ligne. D’ailleurs, à la même époque, le quotidien Il Messagero avait évoqué des conversations interceptées par les service de sécurité italien dans lesquelles les jihadistes envisageaient de se servir de 500.000 migrants comme une « arme psychologique » contre l’Europe en cas d’intervention militaire en Libye.

« Les jihadistes émettent l’hypothèse d’envoyer à la dérive en direction de l’Italie des centaines de barques remplies de migrants, dès le moment où notre pays évoquerait une intervention armée en Libye », écrit le journal. L’intention de l’EI serait ainsi de créer un désastre humanitaire qui aurait un effet dévastateur sur l’opinion publique.

L’an passé, 170.000 migrants ont posé le pied en Italie via la Méditerranée. La technique des passeurs est simple : ils utilisent des bateaux fantômes, généralement des vieux cargos remplis de candidats à l’émigration et envoyés à la dérive. Et cela oblige donc les garde-côtes à intervenir, ce qui n’est pas sans danger puisqu’il est arrivé que ces derniers soient pris pour cibles. D’où leur demande d’être armés…

Un autre danger est que des jihadistes soient présents dans le flux des migrants. Cette hypothèse est envisagée à Rome. Et elle vient de l’être par Gilles de Kerchove, le coordinateur de l’Union européenne pour la lutte contre le terrorisme, lors d’un entretien accordé à l’agence autrichienne APA.[...]

Mais, ce que craignent certains responsables militaires est de voir la Méditerranée devenir le théâtre d’actions terroristes contre le trafic maritime, voire même contre des îles[...]

En novembre, la marine égyptienne a ainsi indiqué que l’un de ses navires avait été la cible d’une attaque qualifiée de « terroriste » et au cours de laquelle 8 marins perdirent la vie. Des actions de ce type peuvent devenir plus fréquentes si l’EI contrôle les villes portuaires libyennes, comme c’est le cas à Syrte.

Un rapport du ministère italien de la Défense, évoqué par le journal britannique The Sunday Express, a mis en garde contre un scénario identique à celui que l’on a pu suivre au large de la Somalie. Mais avec des effets encore plus dévastateurs. « Des embarcations rapides pourraient attaquer des bateaux de pêche, des navires de croisières et des petits bâtiments de commerce ainsi que les garde-côtes afin de prendre des otages », y est-il écrit. Et c’est sans parler de la navigation de plaisance.

« Si j’avais un yacht et l’intention de naviguer cet été en Méditerranée, je serais inquiet pour ma sécurité », a ainsi affirmé le contre-amiral britannique Chris Parry. Et cela d’autant plus que les jihadistes sont nettement mieux armés que les pirates somaliens."

Les Italiens vont donc renforcer leur présence en Méditerranée, sans compter l'action de l'Union européenne (FRONTEX) par le biais de son opération Triton, qui manque pourtant cruellement de moyens par rapport à l'ampleur de sa tâche.

Posté le 23 mars 2015 à 20h47 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (17)

22 mars 2015

L'EI dynamite un monastère syriaque du IVe siècle

Lu ici :

"C’est en juin 2014 que les « combattants » de l’État Islamique  s’étaient emparés du  monastère de Mar Behnam, abritant une petite communauté de neuf moines syriaques catholiques près de Qaraqosh, une ville majoritairement chrétienne et leur ont enjoint de quitter les lieux. Les moines avaient demandé de pouvoir conserver certaines reliques mais les islamistes les ont chassés, sans leur permettre d’emporter quoique ce soit. Selon des témoins, les moines durent marcher plusieurs kilomètres avant d’être pris en charge par des Peshmergas kurdes qui les ont conduits vers Qaraqosh."

Monastrey

Ce petit bijou d'architecture chrétienne du sud-ouest de Mossoul, datant du IVe siècle,  a été dynamité par les brutes de l'EI, on ne sait pas très bien quand, bien que les photos du désastre aient été publiées jeudi sur les réseaux sociaux proches des milieux islamistes.

Monastry

Un crime.

Posté le 22 mars 2015 à 15h26 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

"Surprenante"

Titre du Figaro :

"Tunisie : la surprenante conversion au djihad d'un célèbre rappeur".

Et le chapeau :

"Celui qui se faisait appeler Emino et qui dénonçait les répressions policières, louait la vie facile, le luxe, et chantait les femmes, l'alcool et la drogue a rejoint l'État islamique. Ses proches et ses fans sont bouleversés."

Couv-la-face-voilc3a9e-du-rap-217x300Bienvenue dans le pays réel. Dans La Face voilée du rap, Mark Breddan, ancien passionné du rap, a décrypté les convergences idéologiques entre le rap et l'islam. Il a voulu 

"établir la filiation et les analogies qui font de certains délinquants de banlieues les dignes descendants des pilleurs bédouins du VIIeme siècle, et mettre enfin un terme à l'illusion d'une musique porteuse de paix, adaptée comme un gant à une religion toute aussi pacifiste."

Un livre à lire pour ceux qui ne veulent pas être "surpris".

Posté le 22 mars 2015 à 14h58 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (9)

21 mars 2015

Pakistan : un jeune chrétien de 19 ans se sacrifie pour sauver les paroissiens

Un attentat devant une église de Lahore, au Pakistan, qui aurait pu conduire à un véritable carnage, un peu comparable à celui d'hier dans une mosquée au Yemen, a été évité par l'héroïsme d'un jeune chrétien, qui a ceinturé le kamikaze et l'a empêché d'entrer, donnant ainsi sa vie pour ses frères :

"Il s'appelait Akash Bashir. Ce jeune chrétien, qui montait la garde devant l'église Saint-Jean à Lahore, dimanche dernier 15 mars, a empêché le terroriste d'entrer et de se faire exploser à l'intérieur de l'édifice catholique, archicomble à l'heure de la messe. 

Son geste courageux, qui lui a coûté la vie, a sauvé celle de nombreuses autres personnes. Son nom a été dévoilé par Ans, l'agence d'information salésienne : ce jeune était un ancien élève de l'école technique salésienne du quartier de Yuhannabad, à majorité chrétienne, où vivent encore environ 130 000 chrétiens."[...]

Posté le 21 mars 2015 à 09h49 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

20 mars 2015

L'ironie de la vie

Le général colombien Jose Arturo Camelo, en voyage en Tunisie avec sa femme et son fils, les a perdus tous les deux dans l'attentat revendiqué par l'Etat islamique, qui a coûté la vie à 21 personnes :

"«Regardez l'ironie de la vie. Toute ma vie, comme militaire, j'ai lutté contre le terrorisme et maintenant le terrorisme, dans un lieu totalement éloigné de la Colombie, m'a pris mon épouse et mon fils», déplore-t-il. Militaire à la retraite et doyen de la faculté de droit d'une université militaire, Jose Arturo Camelo s'était rendu avec sa famille en croisière touristique pour fêter le récent diplôme obtenu par son fils."[...]

 

Posté le 20 mars 2015 à 16h02 par Marie Bethanie | Lien permanent

18 mars 2015

Comment vos élus locaux financent la construction des mosquées

Extrait de l'interview du sénateur UDI de l’Eure, Hervé Maurey, rapporteur d'un projet sur la question des financements des lieux de culte par les collectivités locales :

1442180326"Aujourd’hui, nous n’avons aucune information - et je dis bien aucune - sur la manière dont les lieux de culte qui se construisent sont financés, en premier lieu les mosquées. Parce qu’aucune règle de transparence n’a jamais été posée. Avec des règles, nous saurions qui finance et nous pourrions aussi comprendre pourquoi et dans quel but. Nous avons besoin de savoir si certains doutes sont fondés ou non. Des financements de lieux de culte ont déjà interpellé Tracfin, les services du ministère des Finances qui surveillent les éventuels blanchiments d’argent.

Ces baux emphytéotiques sont une bombe à retardement. Le principe du bail emphytéotique est que le propriétaire met à disposition le terrain pour un nombre déterminé d’années. Au terme du bail, l’édifice construit appartient au propriétaire du terrain. Dans un proche avenir, les municipalités vont ainsi devenir les propriétaires d’une série d’églises catholiques construites avant guerre, comme c’est le cas pour une trentaine d’entre elles à Paris. Ce sont des bâtiments qui ont des coûts d’entretien élevés. Aujourd’hui, ce sont les églises catholiques mais demain, nous aurons les mêmes problèmes avec les mosquées. A Montreuil, la mosquée est ainsi édifiée sur un terrain municipal grâce à un bail emphytéotique.

La jurisprudence du Conseil d’Etat a autorisé les communes à financer des équipements ou des parties d’équipements à vocation culturelle et non pas cultuelle. Mais c’est souvent dans le même bâtiment. La frontière entre le cultuel et le culturel est assez ténue. Nous suggérons qu’il y ait un décret du Conseil d’Etat qui délimite tout cela. Dans certains cas, il y a une hypocrisie dans la distinction et la partie culturelle a pu être injectée pour que la totalité de l’édifice puisse être subventionnée."

Pour en savoir plus sur ce qui se passe près de chez vous.

Addendum : Jean-Marie Bockel vient d'annoncer que le rapport vient d'être adopté à l'unanimité au Sénat avec notamment l'article 6 : "Aider et sécuriser les élus locaux en définissant explicitement, par décret en Conseil d'Etat, les types de dépenses municipales pouvant relever du culturel et celles pouvant relever du cultuel".

Le financement officiel de l'islam en France, c'est maintenant !

Posté le 18 mars 2015 à 12h14 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

17 mars 2015

Le gouvernement commence à bloquer des sites pour apologie du terrorisme

Si d'aventure vous souhaitiez vous connecter sur le site islamic-news.info, vous en serez pour vos frais, car voici ce que vous lirez à la place :

CAIwTDHWMAAg6Qj

"Le cyber-couperet du ministère de l’Intérieur commence à tomber. Celui-ci a affirmé, lundi 16 mars, avoir demandé le blocage administratif de cinq sites Internet pour apologie du terrorisme. Cette mesure, qui ne requiert pas d’autorisation judiciaire préalable, avait été inscrite dans la loi "Loppsi 2" (Loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure) de fin 2014 et rendue possible par un décret d’application de février 2015.

Les noms de cibles visées par cette censure n'ont pas encore été rendus publics. Mais, dès dimanche, le journaliste de RFI spécialiste du jihadisme David Thompson avait repéré que le site islamic-news.info ne répondait plus. À la place, le message "Vous avez été redirigé vers ce site officiel car votre ordinateur allait se connecter à une page qui provoque des actes terroristes ou fait publiquement l’apologie d’actes de terrorisme"  accueille l'internaute."[...]

Les pratiques anti-terroristes adoptées par le ministère de l'intérieur semblent contestables, essentiellement du fait de leur atteinte à la vie privée :

"La loi française affirme en effet que les autorités doivent demander à l’hébergeur "de retirer le contenu constitutif d’apologie du terrorisme". Mais le texte précise que si ce dernier "n’est pas joignable", le ministère peut s’adresser directement aux FAI (tels qu’Orange, Numericable ou Free). Reste à savoir combien de fois et comment Beauvau a tenté de joindre OVH.

D’autres regrettent l’avènement de cette censure administrative au nom de la liberté d’expression… et du respect de la vie privée. En effet, la page d’avertissement qui remplace islamic-news.info appartient au ministère de l’Intérieur qui enregistre, au passage, l’adresse informatique de tous ceux qui essaient de consulter le contenu du site. Le navigateur (Firefox, Google Chrome etc.) "envoie également bien d'autres informations qui peuvent vous identifier", souligne, sur son blog, l'administrateur et architecte réseau Stéphane Bortzmeyer."

Le Figaro quant à lui, dévoile le contenu de la nouvelle loi sur le renseignement, qui sera présentée jeudi au conseil des ministres, qui détaille comment les services de police vont pouvoir infiltrer et surveiller les terroristes, via des écoutes téléphoniques, la pose de balises sur des véhicules ou de micros et des caméras espions, le tout toujours sans passer par la case judiciaire. Des autorisations administratives suffiront. " «Les propos liés à la vie privée et n'intéressant pas la sûreté de l'État ne seront pas archivés», précise une source informée." Est-ce bien sûr, ça ?

Posté le 17 mars 2015 à 14h02 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (13)

En Syrie, le "ni-ni" relègue la diplomatie française dans un coin

En Syrie, alors que les Etats-Unis par la voix de John Kerry commencent à se dire qu'il va falloir négocier avec Bachar al-Assad, la France de Fabius s'enfonce dans son "ni - ni" (ni l'Etat islamique - ni Assad), ce qui commence à devenir un peu ridicule,  et confine au déni de réalité, grande spécialité de notre ministre des Affaires étrangères.

Valls soutient Fabius car Assad est selon lui "responsable de dizaines de milliers de morts". Certes, et l'Etat islamique fait sans doute figure d'enfant de chœur en comparaison ? Entre deux maux, il faut peut-être ici choisir le moindre, ce qui est l'avis de Jacques Myard, interrogé par France 24 :

[...]"le député français Jacques Myard, qui a réalisé le mois dernier un voyage polémique à Damas au cours duquel il a rencontré le président syrien, a critiqué la position de la France dans ce dossier. "Je crois que la diplomatie française est en train de se mettre dans un coin", a-t-il expliqué. "Croire qu'on va pouvoir trouver une solution politique en posant comme préalable le retrait du président est une faute", a-t-il ajouté en insistant sur le besoin de négocier avec tous les acteurs de ce dossier syrien."

La Hollandie, qui pèche par orgueil et manque de prudence, a fait perdre à la France toute intelligence diplomatique et politique, et à cause d'elle, notre pays n'a plus aucune crédibilité dans le monde. Caler la diplomatie sur l'idéologie et non sur la réalité est un petit jeu dangereux, qui éloigne progressivement la France des décideurs qui comptent.

Posté le 17 mars 2015 à 13h18 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (10)

Le Pakistan pend dix condamnés à mort en une journée

Le Pakistan, qui a levé son moratoire sur la peine de mort en décembre dernier, a pendu aujourd'hui 10 personnes, ce qui porte à 37 le nombre d'exécutions depuis la mi-décembre.

"Les autorités pakistanaises avaient partiellement levé le moratoire sur la peine de mort pour les seules affaires de terrorisme, en réponse au raid des Taliban contre une école de Peshawar, qui a fait 154 morts le 16 décembre dernier, avant de le lever complètement la semaine dernière."[...]

Les condamnés pendus aujourd'hui

[...] "avaient été impliqués dans des affaires de meurtres ou de viols, remontant parfois aux années 90, ou jugés par des tribunaux antiterroristes. Selon Amnesty International, environ 8 000 condamnés à morts croupissent actuellement dans les prisons pakistanaises. Et d'après les autorités locales, environ 1 000 d'entre eux ont épuisé tous leurs recours juridiques."[...]

Si les peines capitales ont repris à ce rythme, on a toutes les raisons de s'inquiéter pour Asia Bibi, qui n'a pourtant violé ou tué personne, et n'a accompli aucun acte de terrorisme.

Posté le 17 mars 2015 à 12h43 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (3)

15 mars 2015

Par erreur, la CIA a financé al-Qaïda en 2010

L'histoire étrange (article de l'Obs à lire ici) d'une "erreur" dont les conséquences doivent être lourdes en pertes humaines :

"L'erreur est magistrale. Par inadvertance, la CIA a payé à al-Qaïda une partie de la rançon d'un diplomate libéré en 2010, révèle le "New York Times" samedi 14 mars.

La faute de l'Afghanistan qui a utilisé environ un million de dollars d'un fonds financé par l'agence de renseignement américaine. 

Le "New York Times" précise que ce sont des lettres entre Ben Laden et l'administrateur d'al-Qaïda, Atiyah Abd al-Rahman, qui ont révélé cette affaire."[...]

Posté le 15 mars 2015 à 18h35 par Marie Bethanie | Lien permanent

14 mars 2015

"État islamique : la symbolique du gamin"

Un bon article de Pierre Duriot, enseignant, lu sur Boulevard Voltaire, sur cet enfant tueur de l'Etat islamique venu de Toulouse, et la conception de l'enfance par les islamistes :

[...] "Les tenants du radicalisme islamique marquent ainsi la différence de puissance et d’engagement entre nos enfants, que l’on sait souvent apathiques et vautrés devant les consoles de jeux, et les leurs, entraînés, éduqués à la dure et capables du pire. Le décalage entre les nôtres, uniques et sacralisés, érigés en demi-dieux des foyers, en personnages centraux de nos vies et de nos aspirations, et les leurs, pléthoriques, dont le nombre vient pallier la mortalité et que l’on envoie, avec héroïsme, jeter des pierres contre des chars, au nom de la grandeur d’Allah. Ils nous renvoient à cette idée de la conquête d’un pays par le ventre des femmes, à la capitulation future sous le nombre, sans souci de maîtrise, ni d’organisation… alors que nous prenons le temps d’éduquer des individualités que l’on espère brillantes et constructrices.

Ils jouent sur l’effet de sidération, nous imposent ce modèle d’enfant qui n’en est plus un, à nous qui considérons l’enfance comme une période insouciante, autant que merveilleuse, même si elle ne l’est pas forcément de nos jours. De la même manière que les femmes combattantes de Syrie sidèrent les soldats masculins de Dieu, les enfants meurtriers troublent nos consciences et nos perceptions de la barbarie, encore plus barbare, puisqu’elle met en scène des enfants dans un rôle que nous avons peine à imaginer pour les nôtres.

Ils nous signifient, aussi, que nous ne sommes pas au bout de nos peines, que nous pouvons bien les tuer, un par un, tous autant qu’ils sont, puisque derrière eux, une autre génération de combattants de Dieu est déjà debout.[...]

[...]La caractéristique régulière, cependant, de ces jeunes construits dans la violence et la haine est qu’ils deviennent des adultes difficilement recyclables dans une société civile et que leurs victimes ultimes, ici comme là-bas, sont souvent leurs géniteurs."

Dans cette guerre à outrance que mène le monde islamique au monde occidental, nous avons le handicap majeur d'une idéologie mortifère et suicidaire, qui nous fait tuer nos enfants dans le ventre maternel. Si l'Occident continue à pratiquer l'avortement, le combat risque fort d'être perdu d'avance.

Posté le 14 mars 2015 à 08h26 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (6)

11 mars 2015

Il achète des esclaves sexuelles en Irak... pour les rendre à leur famille

Un homme, dont l'identité reste secrète, consacre temps et argent au rachat des prisonniers de l'Etat islamique, des jeunes filles chrétiennes, musulmanes et yézidi, vendues comme esclaves sexuelles, et les aide ensuite à retrouver leur famille. Ci-dessous, une jeune fille Yézidie retrouve son père :

 

"L’esclavage, justifié par la sourate 4 du Coran, a été établi officiellement par Daesh, qui pratique la traite sexuelle dans son « califat » , comme en atteste une édition de sa revue en ligne Daquib, publiée en anglais. Ce commerce de la honte, qui déshonore tous ceux qui y trempent, concerne le plus souvent des jeunes filles des minorités chrétiennes ou yézidi. Leur prix varie en fonction de leur âge. Il est difficile d’imaginer le calvaire enduré par ces jeunes filles, et la souffrance de leur famille, en particulier de leurs parents. Celles qui ont la chance d’échapper à cet enfer mettront du temps à se reconstruire. Il est d’ailleurs peu probable qu’elles y arrivent vraiment un jour."[...]

On en revient ainsi aux temps du rachat des esclaves chrétiens enlevés par les barbaresques, et rachetés par les ordres fondés à cet effet, les Trinitaires et plus tard, les Mercédaires (Ordre de Notre-Dame de la Merci).

Posté le 11 mars 2015 à 08h40 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (8)

10 mars 2015

Une famille irakienne accueillie à Riaumont

Lu sur La Voix du Nord :

"C’est une histoire douloureuse, une parmi tant d’autres, mais qui pour une fois finit bien. Les sourires de Jinan, Rana et de leurs trois enfants ne trompent pas : ces cinq-là savourent leur chance d’avoir pu quitter l’Irak fin février pour rejoindre le nord de la France, ensemble. Laissant la peur et les exactions de Daesh derrière eux. « Quand nous sommes montés dans l’avion, nous avons su que la lumière allait de nouveau briller pour nous », confie Jinan, le père.

Six mois plus tôt, dans la nuit du 6 au 7 août 2014, la vie de cette famille bascule. L’arrivée des islamistes à Karakosh, première ville chrétienne du pays, est imminente. « Les prêtres ont toqué à nos portes et nous ont dit de fuir. Nous sommes partis sur le coup, sans rien d’autre que nos vêtements sur le dos », raconte la jeune maman. S’ensuit un périple de sept heures pendant lequel des centaines de chrétiens en fuite s’entassent malgré la chaleur, dans des bus et des voitures. Arrivée à Ankawa dans la région du Kurdistan, où déjà plus de 100 000 personnes ont trouvé refuge, la petite tribu dort dans la rue, puis sous tente, et survit grâce aux dons de l’aide humanitaire. Une errance de six mois jusqu’à ce qu’enfin, le consulat de France d’Erbil leur délivre des visas pour rejoindre la France.

Un moine à leur secours

À Liévin, père Agouac’h, membre de la communauté religieuse de Riaumont, les attend depuis trois mois déjà. Il a un toit pour eux, et tout le dévouement dont un homme est capable. « Ça faisait longtemps que je voulais faire quelque chose, moi qui ai vécu en Irak. Nous avions cette maison qui servait de lieu de réunion. On a tout de suite décidé de les accueillir. » L’homme, une veste en cuir par-dessus la soutane, est sur tous les fronts : il remplit le frigo, prépare la scolarisation des enfants et orchestre les travaux pour bientôt accueillir les grands-parents. Face à lui, Rana la maman, le quitte à peine du regard, le remercie cent fois. « Les miliciens de Daesh ont enlevé des enfants, violé des petites filles. Ils se sont filmés en train de détruire les églises et de planter des drapeaux islamistes à la place. Si on n’était pas partis, ils nous auraient tous tués. »"

Posté le 10 mars 2015 à 22h35 par Michel Janva | Lien permanent

08 mars 2015

Connaître les grandes caractéristiques de l’idéologie islamique

Voici 40 planches  sur l'islam (format ppt) réalisées par Clair et net, dédiées aux parents, aux collégiens, lycéens, étudiants ainsi qu’aux enseignants et éducateurs qui cherchent à acquérir les bases d'une vision d'ensemble sur l'islam. 

Capture d’écran 2015-03-08 à 15.36.46

Posté le 8 mars 2015 à 15h37 par Michel Janva | Lien permanent

05 mars 2015

Des ex-musulmans : «l’islam n’est pas compatible avec les valeurs des démocraties»

L'émission C dans l'air parle enfin de ces ex-musulmans, en danger de mort pour avoir renié l'islam :

Posté le 5 mars 2015 à 07h33 par Michel Janva | Lien permanent

Quand les djihadistes touchent 550 000 euros d'allocations

Lénine disait : "Les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons".

A en croire le DailyMail, les Occidentaux sont en train de fournir gratuitement les couteaux avec lesquels les islamistes les égorgerons :

"Depuis quelques semaines, l'Angleterre a découvert le visage  de l'horreur en celui de Mohammed Emwazi, alias "Jihadi John". Le jeune homme  s'est révélé pour sa barbarie aux côtés des combattants de l'Etat islamique. A  chaque vidéo de décapitation d'otages, le djihadiste apparaît encagoulé de noir (...) Ce mercredi, on apprend que "Jihadi John" et sa famille ont  touché plus de 550 000 euros d'allocations et d'aides de la part de l'Etat

Réfugié en Grande-Bretagne, la famille Emwazi avait obtenu  l'asile en 1996 après avoir fui le Koweït. La famille avait dit craindre pour sa  vie et pour ses six enfants. Depuis leur arrivée, les parents de Mohammed Emwazi  n'auraient jamais travaillé.

Dans le détail, la famille aurait vécu dans cinq maisons  différentes, dont le loyer de l'une d'entres elle s'élevait à 620 euros par  semaine. Le propriétaire d'une maison à Little Venice, un quartier de Londres,  assure que le Conseil municipal de Westminster a payé ce loyer mensuel pendant  quatre ans alors que l'allocation logement en Angleterre n'est versée que  pendant 13 semaines. A cela, s'ajouterait 55 000 euros d'allocations et d'aides  par an dont aurait bénéficié la famille Emwazi."

Et combien de djihadistes dans les 230 000 entrées de clandestins en Europe en un an (chiffre en hausse de 153%) ? Stop ou encore ?

Posté le 5 mars 2015 à 04h39 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (5)

01 mars 2015

Au musée de Mossoul, l'Occident a vu la mort de sa propre civilisation

MossoulMgr Luigi Negri, archevêque de Ferrara-Comacchio, estime que l'Europe "civilisée", et spécialement la France, n'ont pas de leçons à donner aux barbares de l'Etat islamique, qui ont détruit méthodiquement les sculptures d'un musée de Mossoul. Une traduction du site "Benoît et moi" :

"J'espère que les moyens technologiques (...) gardent de manière éloquente, aussi pour les prochaines générations, l'image de la terrible action de barbarie à laquelle nous avons assisté presque en direct partout dans le monde: l'acharnement démentiel, encore plus que barbare, à l'encontre des expression artistiques d'un des plus grands moments de la culture universelle, et qui avaient été transmises avec dévotion et respect d'une génération à l'autre, d'une culture à l'autre, d'une civilisation à l'autre. Car la culture et la civilisation ne sont pas exclusives comme l'est au contraire l'horrible idéologie, même religieuse. La culture et la civilisation sont inclusives et savent donc assumer aussi les réalités historiques et culturelles qui ne sont pas nées dans leur propre aire stricte, et dont elles au contraire s'enrichissent.

Aux rares hommes de culture qui encore existent dans cette société épuisée est justement venue à l'esprit la grande tradition catholique qui pendant des siècles innombrables a accueilli les expressions de la culture classique, grecque et romaine, et plus tard des autres traditions même de l'Extrême Orient. (...)

Cette capacité d'accueil, de respect, d'approfondissement a été pulvérisée. L'expression la plus abjecte est la destruction de ce qui est différent. En réalité, nous les Européens nous avons aussi fait l'expérience de cela. Nous avons sous les yeux les destructions des traditions précédentes faites par exemple par la Révolution française qu'une grande partie du laïcisme européen considère encore comme un point de départ insurmontable. Et malheureusement pas uniquement les laïcistes, mais une certaine partie du monde catholique considère également la Révolution française comme un fait indéniablement positif.

L'Occident a assisté à l'avance à sa propre fin. Dans la tragédie qui s'est consommée dans ce magnifique musée de Mossoul où était préservé le meilleur du grand art, de la grande culture, l'Occident a vu la mort de sa propre civilisation, qui avait été évoquée de manière incomparable par Benoît XVI dans son discours incompris de Ratisbonne. La grande civilisation occidentale est une civilisation dont la variété des formes de vie, de pensée, de coutume ont su et savent se rencontrer, se valoriser, se combattre si nécessaire, mais tout cela dans la perspective d'une nouveauté de vie humaine et historique qui est la marque de la civilisation.

Tout cela, que cela plaise ou non, arrive à sa fin, s'il n'est pas en réalité déjà fini. L'horizon est marqué par le sillage noir du Califat, et sous le sillage noir du Califat gît la liberté de conscience et de cœur, la liberté physique, la liberté de vivre dans la dignité et de professer ses propres convictions de manière libre et responsable.

Le massacre, les massacres qui sont désormais une chose normale, l'imaginaire de l'homme occidental l'a déjà métabolisé. Il en lit hâtivement dans les journaux ou les réseaux sociaux; les images défilent à la télévision pendant qu'il mange tranquillement; comme si c'étaient les évènements d'un autre monde.

La civilisation est finie. Une société moribonde n'a même pas la capacité de faire une authentique révision critique de sa propre vie, mais si elle l'avait, il faudrait qu'en ressortent tous ceux qui, sciemment ou inconsciemment, ont préparé dans les formes les plus diverses cette fin: tous ceux qui ont poursuivi le dialogue au-delà de toute mesure; tous ceux qui au fond ont plus peur de la foi chrétienne que de la barbarie de l'idéologie islamiste. Mais peut-être que cette responsabilité est surtout celle de ceux qui ont apostasié le Christ. Et en apostasiant le Christ ils ont apostasié eux-mêmes. Et comme l'homme est toujours étroitement conjoint à une société, en apostasiant de lui-même il a détruit la civilisation."

Posté le 1 mars 2015 à 23h33 par Louise Tudy | Lien permanent

28 février 2015

Aidons les chrétiens réfugiés dans la cathédrale d'Hassake

Un message de Marc Fromager, Directeur national de l'AED, qui implore de l'aide, même modeste, pour aider les chrétiens qui fuient les hordes de l'Etat islamique :

"Chers amis,

Prions pour les martyrs coptes (photo: un égyptien)21 chrétiens égyptiens ont été exécutés en Libye la semaine dernière, simplement parce qu'ils étaient "des gens de la Croix fidèles à l'Église égyptienne". Plus de 350 chrétiens assyriens viennent d'être enlevés en Syrie par l'État islamique (Daech), et à l'heure où je vous écris, leur sort est plus qu'inquiétant.

_ Les chrétiens capturés sont ceux qui n'ont pas réussi à fuir face à l'avancée de l'État islamique dans la région de Khabour. Terrifiées, les familles de 35 villages ont rejoint Hassake et Qamishly. 

27 février 2015 : réfugiés dans la cathédrale d'HassakéPrès de 1200 familles y sont maintenant réfugiées, dans l'espoir que la région soit libérée par les combattants et les soldats kurdes du PYD (photo ci-contre: dans la cathédrale d'Hassake, nous avons reçu cette photo hier). Les personnes déplacées ont besoin de matelas, de couvertures, d'oreillers, de chauffage, de vêtements, de nourriture, de produits d'hygiène et pour nourrissons, ainsi que de médicaments. Chers amis, si vous le pouvez, je vous invite à faire un don, même modeste, pour aider les chrétiens de Syrie qui souffrent. Nous venons de promettre une aide d'urgence de 2,3 millions d'euros. 

_Bougies dans la chapelle d'un camp de réfugiés en Irak (Mar Elia, Erbil)Les djihadistes mettent en scène des exécutions et des destructions en s'adressant, selon leurs propres mots, au "Peuple de la Croix". En ce temps de Carême, c'est à nous maintenant, à l'instar de Simon de Cyrène, d'aider nos frères à porter leur Croix, en exerçant la charité et en priant le Seigneur pour qu'ils survivent. Car ils sont menacés de disparition et cette perspective est d'une absolue tristesse.

Je vous remercie par avance pour votre prière et votre générosité, et je vous souhaite un saint Carême, aux côté des chrétiens qui souffrent. 

Marc Fromager,

Directeur national de l'AED

signature 

PS : je vous propose également une initiative spirituelle pour ce temps de Carême : aller à la messe au nom de tous ceux qui ne le peuvent pas. Découvrez-la ici. "

Posté le 28 février 2015 à 15h26 par Marie Bethanie | Lien permanent

La culture du néant

Axel Rovkam, fondateur des veilleurs, dans Liberté politique :

"En Orient comme en Occident, le néant semble prendre le dessus. De part et d’autre, il s’agit de rompre avec la racine de l’homme pour le faire entrer dans un projet politique qui cherche à se justifier sur le plan spirituel, un projet humain à prétention divine.

Ces projets maléfiques défient la nature profonde des personnes, en s’attaquant à leur culture — ce par quoi elles sont précisément humaines.

Ces deux projets idéologiques ont un ennemi commun : la culture d’une civilisation, la particularité d’un peuple, la singularité d’une personne, la Parole forgée par l’expérience individuelle.

Ceux qui sont à l’Est détruisent les œuvres d’art et les lieux de mémoire et ceux qui sont à l’Ouest les méprisent et les dénaturent.

Ceux qui sont à l’Est imposent le mariage par la force, ceux qui sont à l’Ouest le vide de sa substance.

Ceux qui sont à l’Est suppriment la liberté de conscience et tuent les hommes libres pour les réduire au silence, ceux qui sont à l’Ouest s’enivrent dans le bruit et tuent les sans-voix quand ils sont aussi des « non-désirés ».

Deux écueils, une même tentation, soumettre l’homme à la volonté de l’homme. Les idéologies ne supportent pas l’homme tel qu’il est. Au mieux elles le façonnent, au pire elles le tuent. Plus que jamais, l’homme a besoin de suivre la volonté de Celui qui l’aime comme il est, pour ce qu’il est."

Posté le 28 février 2015 à 14h36 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (7)

27 février 2015

« Aimez vos ennemis. Et priez pour ceux qui vous persécutent. Jésus »

Trouvé sur l'Observatoire de la christianophobie :

P

Posté le 27 février 2015 à 17h25 par Michel Janva | Lien permanent

"Génocide des chrétiens d'Orient : où sont passés les défenseurs des droits de l'homme?"

Maxime Tandonnet, dans le Figarovox, reprend à son compte le terme de "génocide" appliqué par Jean d'Ormesson aux Chrétiens d'Orient :

[...] "Ce génocide, comme tous les grands génocides de l'histoire, se déroule dans la passivité et la lâcheté de la communauté internationale. Une poignée de Kurdes déterminés, dont de nombreuses femmes, a montré que l'État islamique était loin d'être invincible. Dès lors, l'échec de la communauté internationale à mettre fin au massacre, ou bien son indifférence, est incompréhensible. L'histoire retiendra les noms des dirigeants qui n'ont pas bougé le petit doigt face à ce génocide. La France a certes pris des initiatives, dont l'envoi du porte-avion Charles de Gaulle, mais elle ne peut pas être seule, engagée sur tous les fronts, dans la lutte contre la barbarie. Le silence des milieux politiques et intellectuels, en Europe et dans le monde, est une abomination. Où sont-ils passés les défenseurs des droits de l'homme? Pourquoi une telle indifférence face au sort de minorités chrétiennes ?

Serait-ce la vieille haine de la religion chrétienne -écraser l'infâme- qui s'exprime dans cet abandon? Une intervention armée d'une coalition internationale, pour mettre fin à un génocide, cela n'aurait strictement rien à voir avec les opérations militaires passées qui ont eu pour effet de déstabiliser des États et de répandre le chaos au Moyen-Orient. Cette fois-ci nous sommes dans une situation radicalement différente, celle d'un génocide en cours, comparable au «Kamputchéa» des Khmers rouges dans les années 1976-1979, ou au Rwanda dans les années 1990, pour ne parler que des génocides récents. Le refus d'agir, dans de telles circonstances, relève de la non assistance à personne en danger, voire de la complicité passive de la part de la communauté internationale." [...]

Posté le 27 février 2015 à 09h03 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (18)

Les barbares

O-DAECH-facebookLa directrice générale de l'UNESCO a demandé une réunion de crise du conseil de Sécurité des Nations unies après les destructions par les djihadistes de sculptures au musée de Mossoul dans le nord de l'Irak.

«Cette attaque est bien plus qu'une tragédie culturelle, c'est également une question de sécurité parce qu'elle alimente le sectarisme, l'extrémisme violent et le conflit en Irak». «C'est pourquoi j'ai immédiatement contacté le président du Conseil de sécurité pour lui demander de convoquer une réunion d'urgence du conseil sur la protection du patrimoine irakien en tant qu'élément faisant partie intégrante de la sécurité du pays».

L'Etat islamique a mis en ligne une vidéo montrant des militants en train de faire tomber des statues de leur socle et de les détruire à coups de masse. Ils ont détruit les collections du musée de Mossoul, qui renferment des objets inestimables des périodes assyrienne et hellénistique, datant de plusieurs siècles avant l'ère chrétienne.

La destruction de ces oeuvres antiques aura-t-elle le mérite de plus remuer la communauté internationale que le génocide à l'encontre des chrétiens ?

Posté le 27 février 2015 à 07h36 par Michel Janva | Lien permanent

26 février 2015

Le père Toufic déçu que les musulmans n’expriment pas leur opposition à ces horreurs

Le Père Toufic Eïd, curé de Maaloula (Syrie), signe une tribune dans Valeurs Actuelles :

"Maaloula n’est pas mort. Deux ans après le début des violences et des persécutions antichrétiennes, ce village ô combien symbolique, puisqu’on y parle encore l’araméen, la langue du Christ, reste une lumière chrétienne dans la nuit islamiste. Pour l’avenir même de la France et de l’Europe, il faut prier — et agir — pour qu’il le reste encore longtemps.

À Noël 2012, alors que la guerre sévissait en Syrie depuis presque deux ans, l’armée syrienne s’est retirée de Maaloula, dont je suis le curé. À cette époque, notre village, situé à une cinquantaine de kilomètres au nord de Damas, très majoritairement chrétien, fut pris entre les terroristes islamistes et l’armée arabe syrienne, bien qu’aucune des deux forces ne fût présente parmi nous.

Dès février 2013, quelques habitants musulmans (issus de la minorité sunnite qui représente un quart des villageois) ont pris les armes et manifesté contre le gouvernement. Ils n’avaient pas encore de revendications islamistes, mais j’ai rapidement compris que la situation s’envenimait : depuis quelque temps déjà, certaines familles musulmanes avaient un comportement étrange, voire agressif, et nombre d’entre elles étaient devenues, de manière assez mystérieuse, beaucoup plus riches qu’avant.

Quelques jours plus tard, ces musulmans ont pris la partie haute du village, dans laquelle se trouve le couvent Saints-Serge-et-Bacchus, où j’habitais. Par prudence, je suis descendu rejoindre les villageois. Rapidement, les événements ont malheureusement donné raison à mon pressentiment : ces musulmans avaient rejoint le camp des terroristes !

L’autorité musulmane du village a tenté une médiation, sans succès. Le 4 septembre 2013, un islamiste jordanien se faisait exploser dans sa voiture au niveau du barrage militaire à l’entrée de Maaloula. Dans l’après-midi, l’immense majorité des habitants était partie : seules quelques personnes âgées avaient tenu à rester, défendues par les gardes chrétiens. Quelques heures plus tard, les djihadistes entraient et tuaient trois de nos jeunes.

Ils ont pris Maaloula et les derniers habitants ont été obligés de fuir, parfois par les égouts : rester, c’était mourir. Il a fallu attendre huit mois pour que l’armée arabe syrienne reprenne nos terres. Certains sont rentrés immédiatement, dans un village dévasté par d’intenses combats. Les maisons étaient brûlées, la plupart pillées, et nos églises vandalisées… Maintenant, notre mission est “simple” : rester et être le sel de ce pays souffrant. L’espérance est dans nos coeurs, car tout est à reconstruire et nous le ferons, malgré l’horreur. Nous resterons parce que c’est notre devoir, nous sommes chrétiens et nous acceptons la croix : seul le Seigneur décide de notre heure.

Dans ces épreuves, nous avons heureusement reçu le soutien des jeunes chrétiens de l’ONG française SOS Chrétiens d’Orient, qui ont fait le pari fou de nous aider sur place. Grâce à eux, nous rebâtissons les églises, construisons des écoles, apportons une aide d’urgence à ceux qui ne veulent pas émigrer en Europe ou aux États-Unis.

Je suis déçu que les musulmans n’expriment pas clairement leur opposition à ces horreurs, mais cela leur appartient. Quelques-uns se sont réinstallés dans le village. Cela n’a pas été simple mais, s’ils acceptent de nous laisser vivre, alors nous vivrons ensemble. Nous avons prouvé que nous pouvions vivre avec d’autres, à eux de le choisir également. Nous, chrétiens, savons que notre terre, berceau du christianisme, a plus que jamais besoin de son message de paix et de convivialité. La Syrie mérite la paix et les Syriens méritent de vivre !

C’est aussi entre vos mains européennes qu’est notre avenir. Ce sont des puissances étrangères qui ont alimenté cette guerre, qui ont fermé les yeux sur notre calvaire et l’ont parfois même permis. Ne restez pas passifs : que les chrétiens prient et que tous les hommes de bonne volonté agissent. Vous ne pouvez imaginer notre joie de recevoir l’aide des jeunes humanitaires à Maaloula : quel soulagement de découvrir qu’au-delà de la politique menée par votre gouvernement en Syrie, certains Français ne nous ont pas oubliés ! Vous venez malheureusement de comprendre, au coeur de Paris, ce dont étaient capables ces rebelles que vos médias appelaient “modérés” : ce que vous venez de subir, le peuple syrien l’endure depuis quatre ans. Il est urgent de dire la vérité, pour l’avenir de la Syrie, comme pour le vôtre."

Posté le 26 février 2015 à 08h34 par Michel Janva | Lien permanent

25 février 2015

Les paroles de "paix" de l'imâm de Copenhague la veille des attentats

L'imâm de Copenhague a prescrit la guerre plutôt que le dialogue avec les Juifs... la veille des attentats. Une vidéo proposée par l'Observatoire de l'islamisation (sous-titres en anglais) :

 

"Notre prophète Mohammad avait des voisins juifs à Médine. A-t-il appelé à des relations plus étroites, à l’harmonie et au dialogue avec eux, selon les méthodes de l’ONU et de ceux qui appellent à concilier le Vrai et le Faux ? Ou bien les a-t-il appelés à adorer Allah ? Lorsqu’ils ont violé leur serment et qu’ils n’ont pas accepté son appel – vous savez très bien ce qu’il leur a fait. Cela figure dans sa biographie (Sîra). Il a déclaré la guerre aux Juifs."[...]

Mais à part ça, il va de soi que l'islam n'a rien à voir avec l'antisémitisme. Padamalgam.

Posté le 25 février 2015 à 23h21 par Marie Bethanie | Lien permanent

La politique des occidentaux a détruit la Syrie et l'a fait régresser de 200 ans

L'agence Fides rapporte les propos de Mgr Jacques Behnan Hindo, archevêque syro-catholique d'Hassaké-Nisibi, qui a vu arriver à Hassakè environ 950 chrétiens évacués des villages attaqués par le Daesh (c'est dans ces villages que vivaient les chrétiens pris en otage) :

"De 120 à 140 chrétiens assyriens sont actuellement otages des djihadistes du prétendu « Etat islamique » qui a attaqué, dans la nuit du 22 au 23 février, un grand nombre de villages disséminés le long des rives de la rivière Khabur, en province de Jézirah, dans le nord-est du pays. C’est ce que confirme à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Jacques Behnan Hindo, Archevêque syro catholique d’Hassaké-Nisibi."

Mgr Jacques Behnan Hindo est sévère pour la politique menée par les occidentaux, responsable à ses yeux de la situation que vivent les populations chrétiennes de la région :

"«Par leurs politiques malheureuses – explique à Fides l’Archevêque – en particulier les français et les américains, avec leurs alliés régionaux, ont favorisé de facto la montée en puissance du Daesh (le prétendu « Etat islamique » NDR). Maintenant, ils persévèrent dans l’erreur, commettant des fautes stratégiques grotesques telles que l’annonce aux moyens de communication d’une campagne de printemps visant à libérer Mossoul. De plus, ils s’obstinent à interférer au travers d’interventions sans importance, au lieu de reconnaître que le soutien qu’ils apportent aux groupes djihadistes nous a porté à ce chaos et a détruit la Syrie, nous faisant régresser de 200 ans »."

Posté le 25 février 2015 à 22h22 par Marie Bethanie | Lien permanent

"Ne dites pas que l’islam n’a rien à voir avec cela"

Ibrahim Issa est un journaliste égyptien indépendant. A la télévision le 3 février, il dénonçait le mensonge du padamalgam :

"Chaque fois que l’EI commet des actes de barbarie, tels que décapiter, égorger ou brûler vive une personne, comme ils l’ont fait aujourd’hui, différents cheikhs déclarent – lorsqu’ils prennent la peine de s’exprimer – que cela n’a rien à voir avec l’islam, que l’islam n’est pas en cause, etc. Pourtant lorsque les membres de l’EI massacrent, assassinent, violent, immolent et commettent tous ces crimes barbares, ils affirment se fonder sur la charia. Ils déclarent que leurs actes sont fondés sur un certain hadith, sur un chapitre du Coran, sur une affirmation d’Ibn Taymiyyah ou sur une source historique. Il faut dire la vérité : tout ce que dit l’EI est exact. Cela ne devrait surprendre personne, et personne ne devrait être choqué par ce que je vais dire. Toutes les preuves et les références que l’EI apporte pour justifier ses crimes, sa barbarie et sa violence horrifiante, criminelle et condamnable…

Toutes les preuves et les références qu’apporte l’EI, affirmant qu’elles peuvent être trouvées dans les livres d’histoire, de jurisprudence et de droit, s’y trouvent effectivement, et celui qui dira le contraire commet un mensonge. Lorsqu’ils tuent quelqu’un en le qualifiant d’infidèle, lorsqu’ils violent une femme, qu’ils tuent des prisonniers et qu’ils massacrent et décapitent des gens, ils disent que le Prophète Mohammed leur a ordonné ! Dans quel contexte ? Quelle interprétation ? C’est une tout autre histoire. Aucun des [cheikhs d’Al-Ahzar] qui prétendent être modérés et qui ont demandé au président Al-Sisi de modifier le discours religieux n’ont eu le courage – pas une once de courage – de reconnaître que ces choses se trouvent effectivement [dans les sources islamiques] et qu’elles sont [moralement] erronées. Lorsqu’on prétend qu’un certain Compagnon du Prophète a fait ceci ou cela, vous devez répondre qu’il était moralement dans l’erreur. J’aimerais bien voir un seul cheikh d’Al-Ahzar avoir le courage de reconnaître qu’Abou Bakr a brûlé vif un homme. C’est vrai. Il a brûlé Fuja’ah [Al-Sulami]. C’est un épisode historique bien connu.

Abou Bakr était-il moralement dans l’erreur lorsqu’il a brûlé vif cet homme ? Personne n’ose le dire. Aussi nous sommes dans un cercle vicieux, et on peut s’attendre à de nouvelles barbaries, car toute cette barbarie est sacrée. Elle est sacrée. Cette barbarie se drape dans la religion. Elle est immergée dans la religion. Elle se fonde uniquement sur la religion. Votre mission [de chefs religieux] est d’affirmer que si cela fait partie de notre religion, alors c’est que l’interprétation est fausse. Ne dites pas que l’islam n’a rien à voir avec cela."

Posté le 25 février 2015 à 15h52 par Michel Janva | Lien permanent

Au Pakistan, les chrétiens sont des êtres inférieurs

Hanna, une chrétienne pakistanaise, témoigne dans Famille chrétienne. Extraits :

F"[...] Nous avons l’impression d’être oubliés malgré les persécutions que nous vivons quotidiennement. Il est grand temps de se réveiller et de se mettre au travail pour unifier le corps du Christ que nous représentons tous. Aujourd’hui, l’Europe est comme un géant endormi. En fermant les yeux, elle permet à certains extrémistes musulmans de procéder à d’atroces persécutions. Je suis pour la paix avec les musulmans, mais cette fraternité ne doit pas autoriser ces actes répréhensibles. C’est donc pour cela que je parle de notre vie au Pakistan. Je suis certaine que l’Europe peut influencer la politique et la religion dans notre pays, pour que nous vivions enfin librement notre foi.

Comment expliquez-vous que le nombre de condamnations pour blasphème se multiplie ces derniers temps ?

Depuis 1990, date du durcissement de la loi anti-blasphème, nous devons être très prudents. Cette loi n’impose aucune preuve lorsqu’une accusation est portée contre un chrétien. L’exemple d’Asia Bibi est flagrant. Mais son cas n’est pas unique. Bien au contraire. Tous les chrétiens vivent dans la terreur d’être condamnés pour ne serait-ce qu’un mot mal interprété dans une discussion. Le problème est d’autant plus préoccupant chez les jeunes chrétiens qui étudient l’islam à l’école. Ils doivent toujours être attentifs aux mots qu’ils utilisent dans leurs devoirs ou leurs conversations. Il suffit qu’un professeur ou un étudiant les accusent de blasphème pour qu’ils soient condamnés.

À quoi ressemble la vie d’un chrétien pakistanais aujourd’hui ?

Nous sommes purement et simplement mis à l’écart. Dans les écoles comme dans les entreprises, nous n’avons pas le droit d’utiliser les mêmes ustensiles, la même nourriture ou la même eau que les musulmans, car nous sommes considérés comme des êtres inférieurs. De nombreux écoliers chrétiens sont assimilés à la caste des intouchables et ne sont pas autorisés à boire à la même source d’eau que les autres élèves. Ils n’ont pas le droit non plus d’utiliser leurs tables ou leurs couverts. La persécution des chrétiens commence donc dès l’enfance et se poursuit dans la vie professionnelle.

Comment arrivez-vous à vivre votre foi dans cette situation ?

C’est difficile. La constitution autorise les chrétiens à se rendre à l’église, à posséder une Bible et à pratiquer leur religion. Mais nous sommes considérés comme des parias de la société car la constitution interdit dans le même temps de se convertir de l’islam vers le christianisme. C’est pour cela que nous devons être très prudents dans nos relations avec les musulmans, car nous n’avons pas le droit de les évangéliser.

Y a-t-il des pressions exercées sur les chrétiens pour qu’ils se convertissent à l’islam ?

Il s’agit bien plus que de simples pressions. On ne compte plus le nombre de jeunes chrétiennes enlevées et abusées par les extrémistes, notamment dans le nord du pays, dans les provinces du Sind et du Baloutchistan. Les Hindous subissent le même sort. Pour les talibans, c’est une façon comme une autre de tenter d’éradiquer les minorités religieuses du Pakistan. Pour eux, prendre une femme à une autre communauté, c’est montrer son pouvoir. Et une fois ces femmes converties, elles ne sont plus autorisées à retourner à leurs racines chrétiennes. C’est une double déchirure. [...]"

Posté le 25 février 2015 à 09h49 par Michel Janva | Lien permanent

24 février 2015

Enlèvement de chrétiens : la responsabilité de la communauté internationale

Communiqué de Mgr Pascal Gollnisch, Directeur Général de l'Œuvre d'Orient :

"L’Œuvre d’Orient apprend avec angoisse le kidnapping de chrétiens en Syrie par le DAESH, après de durs combats ayant fait de nombreuses victimes. Nous devons porter dans la prière ces hommes et ces femmes. Cette horrible situation rappelle l’urgence d’une neutralisation rapide du DAESH en Syrie comme en Irak. Ces actes terroristes montrent la nécessité d’aboutir rapidement en Syrie à des solutions efficaces pour mettre fin à ce conflit qui a trop duré. La responsabilité de la communauté internationale est clairement engagée."

Posté le 24 février 2015 à 17h04 par Michel Janva | Lien permanent

L'Etat islamique enlève 90 chrétiens en Syrie

90 chrétiens assyriens habitant des villages du nord-est de la Syrie ont été enlevés par les islamistes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Plusieurs églises ont été détruites : celle de Tel Hurmiz, une des plus anciennes églises en Syrie, l’église Mar Bisho de Tel Shamiran et les églises de Qabr Shamiy et de Tel Baloua. 

Posté le 24 février 2015 à 11h11 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (11)

23 février 2015

"L’Egypte, face à Daesh, joue sa survie"

Ci-dessous une analyse de Jean Bonnevey sur la situation de l'Egypte et ses relations difficiles avec le Qatar, accusé de jouer double jeu, et les monarchies du Golfe, qui n'ont pas l'air de trop savoir quel camp choisir.

"Le maréchal Sissi hésite a intervenir militairement au sol en Libye contre la secte musulmane «   état islamique ». Il sait qu’il aura du mal à organiser une coalition même si certains en Italie sont tentés d’agir avant que le «  califat » ne débarque en Sicile.

L’Egypte a tout à craindre d’être prise en étau entre deux branches de l'EI qui pourraient radicaliser encore plus l’opposition, parfois déjà terroriste, des frères musulmans. Le président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, s'est placé en première ligne de la lutte contre le terrorisme. Après avoir frappé l'Etat islamique en Libye, le raïs a demandé une résolution du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies pour une intervention militaire d'une coalition en Libye. « Il n'y a pas d'autre choix », a-t-il affirmé, sinon ce pays va se transformer en « terreau  » du terrorisme et menacer, outre son pays, « le bassin méditerranéen et l'Europe ».[...]
 
Le Caire, en tout cas, veut mettre ses alliés occidentaux face à la réalité du jeu Qatari. «Le Qatar n’approuve pas les raids aériens égyptiens en Libye, rappelant son ambassadeur au Caire pour consultations», a rapporté, mercredi soir, l’agence de presse qatarie QNA. Doha a en effet exprimé ses réserves au sujet de la décision unilatérale de l’Egypte de mener des raids en Libye sans consulter les autres pays arabes.[...]
 
Ces dernières années, les relations entre l’Egypte et le Qatar n’ont jamais été au beau fixe et se sont même détériorées. En janvier 2014, le ministère égyptien des Affaires étrangères avait même convoqué l’ambassadeur du Qatar pour protester contre les critiques de Doha concernant la répression des Frères musulmans depuis la destitution par l’armée du Président Mohamed Morsi, le 3 juillet 2013. Or, le Caire a banni la confrérie des Frères musulmans considérée désormais comme une "organisation terroriste". Il lui est d’ailleurs interdit de manifester au risque de sévères représailles. L’Egypte accuse en outre le Qatar de soutenir les Frères musulmans. D’ailleurs, le Qatar a beaucoup surpris en décembre 2014 lorsqu’il a décidé de soutenir la politique du Président Abdel Fattah al-Sissi, se rangeant du côté des autres pays arabes, au sommet des six pays du Golfe. Après moult tergiversations, Doha s’est incliné pour soutenir le Président égyptien, alors qu’il avait fait de son appui aux Frères musulmans l’axe central de sa stratégie.
 
Le Qatar n’en finit pas de jouer double ou triple jeu, un peu selon le modèle pakistanais mais avec des moyens financiers incomparables. Quand aux autres monarchies du golfe elles ne savent plus que faire. Après les déclarations du délégué égyptien qui accusait Doha de soutenir le terrorisme, le Conseil de coopération du Golfe a, dans un premier temps, défendu le Qatar, avant de réaffirmer son appui à la lutte menée par Le Caire contre le terrorisme.
 
Les monarchies du Golfe ont apporté, jeudi 19 février, leur soutien au Qatar dans son différend avec l'Égypte, qui a accusé Doha de "soutenir le terrorisme" lors d'une réunion arabe sur les raids aériens égyptiens contre des positions de l’organisation de l’État islamique (EI) en Libye. Quelques heures plus tard, elles nuançaient leur position en appuyant l'Égypte dans ses actions militaires. C’est l’Egypte qu’il faut donc appuyer militairement et politiquement et tant pis pour les droits de l’islamiste. "
La France hollandaise, à la suite de la France sarkozienne, "stigmatise" l"islamo-fascisme" à grands effets de manche (Manuel Valls). Elle est pourtant l'amie inconditionnelle des pétrodollars qataris qui financent, tout le monde le sait, le terrorisme islamiste. Après cela, nos gouvernants peuvent bien "condamner fermement" l'assassinat des 21 Coptes ressortissants égyptiens... Schizophrénie politique ?

Posté le 23 février 2015 à 19h23 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (4)

Qui sont les Coptes ? (Addendum)

Et pourquoi 21 d'entre eux ont-ils été lâchement égorgés ? Un article d'Aleteia revient sur la présence Copte en Egypte :

"Les Coptes sont les descendants des anciens Egyptiens, qui se sont convertis au christianisme au premier siècle. Quand les musulmans ont conquis l'Afrique du Nord, à partir du VIIe siècle, ils ont imposé en Egypte la langue arabe et la religion islamique. Cependant, une minorité d'Egyptiens est restée chrétienne, préservant  aussi la langue copte, dérivée de la langue égyptienne ancienne. Aujourd'hui, le copte n'est plus utilisé que dans la liturgie.

Les Coptes forment actuellement 10% de la population égyptienne et sont traités comme des citoyens de seconde zone,  d'où la diminution rapide de leur nombre. Les taux de migration sont élevés, sans compter les  conversions à l'Islam par  convenance sociale. La situation de la communauté chrétienne copte a empiré après la chute du dictateur égyptien Hosni Moubarak, en 2011. Au cours des quatre dernières années, les coptes ont subi une forte persécution de la part des factions islamistes. 90% des chrétiens coptes appartiennent à l'Eglise copte orthodoxe d'Alexandrie, qui est née en Egypte même. Les 10% restants (environ 800 000 personnes) se répartissent entre l'Eglise catholique et l'Eglise protestante copte. [...]

En 1741, un groupe de coptes s'est séparé de de l'Eglise copte orthodoxe  pour entrer dans la pleine communion avec l'Eglise catholique romaine. C'est ainsi qu'est née l'Église copte catholique, qui est basée au Caire. Les Coptes catholiques maintiennent leurs traditions et rites liturgiques orientaux, mais reconnaissent l'autorité et la primauté du Pape de Rome, et sont donc officiellement unis au Saint-Siège. Leur patriarche, obéissant au pape, est Ibrahim Isaac Sidrak.

La plupart des 21 otages lâchement assassinés  avaient émigré d'un village pauvre d'Egypte dans la Lybie voisine en quête de nouvelles opportunités. En Libye, ils se sont établis dans la ville côtière de Syrte, à environ 500 kilomètres à l'est de la capitale, Tripoli. Ils ont été enlevés par des milices liées au prétendu État islamique à Syrte, entre décembre 2014 et janvier 2015.  Le 12 Février, l'État islamique a publié des photos des 21 otages dans son magazine en ligne "Dabiq", publié en anglais et qui est destiné à promouvoir leurs activités terroristes à l'Occident. [...]

Puis le monde sidéré découvre la vidéo montrant les 21 martyrs lâchement assassinés :

Dans la même vidéo, un des djihadistes a dit en anglais que la mort des 21 Egyptiens est une réaction à la "guerre des chrétiens" contre l'État islamique et une «vengeance au nom de Carmelia Shehata,"une chrétienne copte égyptienne qui s'était convertie à l'Islam en 2005 et qui , en raison de cette conversion, aurait été détenue par les coptes dans un monastère chrétien. L'histoire avait donné lieu, à l'époque, à de violentes manifestations des musulmans égyptiens, qui exigeaient qu'on leur livre Carmelia.

La Libye est aujourd'hui un pays sans gouvernement. La situation est hors de contrôle depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.[...] Il existe principalement deux groupes rivaux qui se disputent le pouvoir en Libye: l'un contrôle la capitale, Tripoli, et l'autre la ville  de Tobrouk. Le gouvernement reconnu sur le plan international comme légitime est celui qui siège à Tobrouk. L'importante  ville de Benghazi, théâtre initialement de la révolte contre Kadhafi, est maintenant aux mains de diverses milices djihadistes.[...]

Al-Sissi est arrivé au pouvoir en 2013 après avoir renversé, avec l'appui populaire, le gouvernement des Frères musulmans, un parti politique d'orientation religieuse islamiste. Les Frères musulmans avaient occupé la présidence de l'Egypte après le renversement de Moubarak, entre 2011 et 2013. 
Al-Sissi considère que le chaos dans le pays voisin menace l'Egypte parce que les djihadistes libyens entretiennent des relations avec l'Etat pro-islamiste extrémiste qui opère dans la péninsule égyptienne du Sinaï.  Le président égyptien est hostile à l'islam politique qui contrôle maintenant Tripoli. Il reconnaît alors comme légitime le gouvernement libyen basé à Tobrouk."[...]

Addendum : un lecteur souhaite rectifier un point important de l'article. Voici son commentaire :

"Une erreur importante dans l'article :  au lieu de : "Carmelia Shehata, une chrétienne copte égyptienne qui s'était convertie à l'Islam en 2005 et qui , en raison de cette conversion, aurait été détenue par les coptes dans un monastère chrétien". il faut lire : "Carmelia Shehata, une chrétienne copte égyptienne dont ils affirment qu'elle se serait convertie à l'Islam en 2005 et qu'en raison de cette conversion, elle aurait été détenue par les coptes dans un monastère chrétien. En réalité cette jeune fille est toujours bel et bien chrétienne, l'a fait savoir à qui voulait bien l'entendre, et n'est retenue nulle part de force". L'emploi de l'indicatif dans l'article laisse croire que la jeune fille s'est convertie à l'Islam, il n'en est rien. (Source : "Les coptes d'Egypte" de Christine Chaillot.) Cette affaire est bien sûr montée de toutes pièces par les musulmans.  Ce cas s'était déjà produit auparavant. L'Islam étant un régime totalitaire et de terreur, il est très facile d'y propager de fausses rumeurs : même les musulmans "sincères" gobent ces tissus de mensonge sans réfléchir, car toute réflexion est suspecte."

Posté le 23 février 2015 à 17h37 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (4)

Les djihadistes détenteurs de 2 passeports privés de nationalité

En Australie.

Posté le 23 février 2015 à 13h51 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

22 février 2015

Aujourd'hui devant Notre-Dame de Paris, #JeSuisCopte

Rassemblement de prières et de chants religieux, en ce moment sur le parvis de Notre-Dame de Paris à l'appel de Solidarité Copte, pour honorer la mémoire des 21 martyrs :

C0

C3

Roueida Khoury, présidente de l'association Chrétiens de Syrie pour la paix :

Rouaida Khoury

Daniel Hamiche et Cheyenne Carron sont présents :

Hamiche

L'abbé Pagès :

Pagès

Hier, en revanche, lors de l'émission "On n'est pas couché", le "Je suis copte" de Léa Salamé n'a suscité aucune réaction de la part de Laurent Ruquier et de ses invités, dont Christiane Taubira :

 

Posté le 22 février 2015 à 16h05 par Louise Tudy | Lien permanent

20 février 2015

Copenhague : affluence à l’enterrement du tireur abattu

Au moins 500 personnes ont participé vendredi à l’enterrement du tueur de Copenhague. Mais surtout, padamalgam.

MdT2K33

Posté le 20 février 2015 à 19h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (29)

Le sang des martyrs coptes, semence de liberté pour l'Egypte

Famille Chrétienne, revenant sur les 21 martyrs coptes, rapporte les propos du Pr Ashraf-Alexandre Sadek, égyptologue copte-orthodoxe qui réside en France, où il dirige les éditions Le Monde Copte, qui estime que la situation évolue, en Egypte, grâce à l'influence du maréchal El Sissi et d'intellectuels musulmans opposés à la vision rétrograde et figée de l'université El Azhar :

[...]"Des intellectuels musulmans, poursuit le Pr Sadek, commencent à se révolter contre l’islam et accusent carrément El Azhar d’avoir créé Daech, en ayant tenu depuis quatorze siècles le Haddith pour un texte saint. » Le Haddith, ou « Actes de Mahomet », désigne en effet la suite du Coran, deuxième livre saint de l’islam. Et suite faite de récits sanguinaires des meurtres commis par Mahomet et ses successeurs. Aujourd’hui, ces intellectuels musulmans osent le qualifier de « patrimoine satanique ».

De la même manière, c’est la première fois que des chrétiens assassinés par des musulmans sont officiellement qualifiés par le gouvernement égyptien de martyrs. Après l’attentat du 31 décembre 2010, où un islamiste avait fait exploser une bombe devant une église d’Alexandrie pendant la nuit de prière du Nouvel An, tuant vingt-trois chrétiens et faisant une centaine de blessés graves, l’Église copte avait déjà proclamé martyrs ces fidèles. Mais à l’époque, un professeur d’El Azhar était venu expliquer à la télévision qu’il n’était pas correct d’appeler des chrétiens martyrs, car, disait-il, on ne peut pas savoir, pour un non-musulman qui n’est pas dans la vraie religion, s’il est en enfer ou au paradis !

Ainsi, le sang des nombreux martyrs chrétiens d’Égypte sera peut-être une semence de liberté, pour leurs frères coptes, mais aussi pour les Égyptiens musulmans. En tout cas, très loin de la vision négative du maréchal El Sissi qu’ont les médias français, qui lui reprochent sa répression musclée du terrorisme islamiste, les Coptes le considèrent comme un envoyé de Dieu. Et l’observateur qui connaît bien l’Égypte ne peut manquer d’observer que le langage tenu comme les actes qui en découlent sont radicalement nouveaux."

Néanmoins, la lutte ne fait que commencer pour l'Egypte, dont les ressortissants chrétiens sont nombreux à aller travailler en Libye en raison de leur pauvreté :

"Le 17 février, le Daily Mail de Londres a annoncé, reprenant des sources libyennes, que trente-cinq autres travailleurs agricoles chrétiens égyptiens viennent d’être enlevés à leur tour en Libye par l’organisation terroriste islamiste, et que l’on peut donc redouter de nouveaux martyrs."

Posté le 20 février 2015 à 13h32 par Marie Bethanie | Lien permanent

Pas d'amalgame aux Etats-Unis non plus

Barack Obama vient de se livrer à un grand numéro de "pas d'amalgame". Le président américain s'est laissé aller, comme Jacques Chirac en son temps pour la France, à évoquer l'implication de générations de musulmans dans la construction des Etats-Unis depuis ses origines... alors que les musulmans (2,6 millions) représentent moins de 1% de la population totale.

Mais ce qui a le plus choqué les Américains sont ses propos sur le terrorisme auquel il n'a pas voulu accoler les qualificatifs "musulman" ou "islamiste" :

"Aucune religion n'est responsable du terrorisme. Ce sont les personnes qui sont responsables des violences et du terrorisme (...) Nous ne sommes pas en guerre contre l'islam mais contre des personnes qui  ont perverti l'islam (...)" source

"Al-Qaïda et le groupe Etat islamique recherchent désespérément une légitimité. Ils tentent de se dépeindre comme des leaders religieux et ils diffusent l’idée que l’Occident est en guerre contre l’islam.  Nous ne devons jamais accepter les principes qu’ils mettent en avant, et nous devons leur refuser la légitimité qu’ils recherchent. Ce ne sont pas des leaders religieux, ce sont des terroristes !" source

Accusé d'islamophilie par certains (voir aussi ce post), Obama se retrouve en première page du quotidien New York Post vient de faire la une suivante : "terreur islamique, je ne vois vraiment pas"

XWhI0hz

Posté le 20 février 2015 à 13h03 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (4)

19 février 2015

La victoire posthume des martyrs coptes

Lu sur le Metablog :

B9-Mx1lIQAAk4F9 Le nom de Jésus est le dernier mot qui a effleuré leurs lèvres. Comme dans la passion des premiers martyrs, ils s’en sont remis à Celui qui peu après, les aura accueillis. Et ainsi, ils ont célébré leur victoire, la victoire qu’aucun bourreau ne pourra leur enlever. Ce nom susurré au dernier instant a été comme le sceau de leur martyre ». Ainsi s’exprime l’évêque de Gizeh Mgr Mina, à propos des 21 martyrs coptes libyens. Nous sommes dans la primitive Eglise, l’Eglise des martyrs. La photo des vingt et un martyrs coptes circule sur la toile. Il faut, sans crainte, regarder leurs visages. Ils sont habités, non pas détruits, non pas hagards, mais… Oui : heureux, dans la noblesse de leur attitude

Cette fois je crois que « Daech », l’Etat islamique a fait un mauvais calcul. Il croyait terroriser les chrétiens égyptiens et les faire partir, comme ils ont réussi à le faire ailleurs au Proche Orient. C’était le programme non-déguisé, de l’ancien président Mohamed Morsi et de ses Frères musulmans, au pouvoir en Egypte jusqu’en juillet 2013. Aujourd’hui, avec ce nouveau Nasser qu’est le Maréchal Sissi, un musulman authentiquement pieux mais non intégriste, la nouvelle de ce martyre ne sera pas reçu dans la terreur par la communauté chrétienne. C’est une victoire pour les chrétiens et, annonce Sissi, nous allons construire une église en l’honneur des « martyrs en Libye » dans la ville de Minya dont ils sont originaires. Il faut noter qu’à Minya en Moyenne Egypte, (où la population est chrétienne à 35 %) trois églises ont été incendiés par un commando de 200 islamistes le 16 août 2013, pour venger la chute du président Morsi. Cette construction nouvelle est donc un symbole de la liberté religieuse. Sissi se fait l’émule du président Nasser, qui avait fait construire de ses deniers dans le centre du Caire, la cathédrale Saint-Marc, en remerciement au pape des coptes, à l’époque, Cyrille VI, dont l’intercession, disait Nasser, avait guéri son fils. Miracle ou pas, Sissi marche sur les traces de Nasser avec un courage émouvant.

Qui est ce président égyptien ? En quelques mois, il a su conquérir non seulement le cœur des Egyptiens (fanatiques mis à part) mais la communauté internationale. Il s’est dévoilé, le 28 décembre dernier, en allant à la célèbre mosquée Al Azhar, symbole de l’islam enseignant dans le monde entier. Il y a déclaré : « Le problème n’a jamais été notre foi (Din). Il est peut-être lié à l’idéologie (fiq), une idéologie que nous sanctifions ». Fiq (le mot employé par Sissi) c’est le système juridique et politique de l’islam, celui que depuis des siècles les légistes affûtent et précisent sans cesse, celui au nom duquel sont produites les fatwas. Din, c’est le jugement d’Allah, la religion dans sa dimension la plus intérieure et personnelle. La distinction qu’opère Sissi entre fiq et dîn, exigeant une réforme du système idéologique islamique, est d’une importance capitale. Il met en cause rien moins que « l’ensemble des textes que nous avons sanctifiés depuis des siècles », « au point que les contester est aujourd’hui difficile » reconnaît-il. Mais, « on en est arrivé au point que cette idéologie est devenue hostile au monde entier. Peut-on imaginer qu’ 1, 6 milliard de musulmans tuent une population mondiale de 7 milliards pour pouvoir vivre [entre eux] ? C’est impensable ». Dans ce contexte, sa conclusion est forte : « Je le répète : Nous devons révolutionner notre religion. Honorable imam (le grand cheikh d’Al-Azhar), vous êtes responsable devant Allah. Le monde entier est suspendu à vos lèvres, car la nation islamique entière est déchirée, détruite, et court à sa perte. Nous sommes ceux qui la menons à sa perte ».
 
Dans un tel contexte, on comprend que la présence du président Sissi dans une église copte pour la Noël chrétienne le 7 janvier ne doit rien au hasard. Déjà à l’époque, son choix avait été symbolique : non pas la cathédrale Saint Marc, non ! Pour fêter Noël ce Président musulman avait voulu choisir une église encore debout, dans le gouvernorat de Minya, là même où les islamistes avaient sévi en août 2013, là où il a décidé aujourd’hui de construire une église nouvelle à la gloire des martyrs libyens."

Posté le 19 février 2015 à 21h39 par Michel Janva | Lien permanent

Invasion de l'Europe : quand la réalité rejoint la fiction

En lisant ces deux romans de fiction, Le Camp des Saints de Jean Raspail et Soumission de Michel Houellebecq, vous pourrez les confronter à ce qui se déroule de l'autre côté de la Méditerranée. Cette information du Daily Mail fait froid dans le dos (source) :

1769263_soumission"Les forces militaires de l’Etat Islamique (ISIS) ont la ferme intention de consolider leurs positions portuaires en Libye mais également de « se mélanger » de façon anonyme aux demandeurs d’asile afin de pouvoir traverser la Méditerranée et d’être accueillis en Europe.

CampdesSaints-WLe journal Il Messagero a écrit « Dès que notre pays a envisagé de vouloir agréger une intervention militaire terrestre en Libye (lire ici), ISIS a de suite prévenu que 500.000 à 700.000 migrants étaient prêts à embarquer sur des centaines de bateaux en direction de l’Europe"

Posté le 19 février 2015 à 08h45 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (7)

18 février 2015

Des fleurs pour un terroriste

Posté le 18 février 2015 à 22h00 par Michel Janva | Lien permanent

Lettre du père Jean Benoit, missionnaire « Petit gris » au Cameroun

Avec le drame de Charlie Hebdo, les « Charlie » viennent de découvrir que l'islam(isme) tue même en France. Mais ils remettent ça avec un nouveau Charlie Hebdo financé par le Gouvernement. Merci Charlie et le Gouvernement de souffler sur le feu islamique ! Ce sont les chrétiens qui trinquent partout dans les pays islamiques. Quand donc comprendront-ils que le logiciel islamique n'est pas made in France  !? Ils veulent des baffes ; ils les auront !

« Ils sont fous, ces gaulois ! »

Chers amis,

Ceux qui connaissent un peu mon intérêt pour la question de l'islam comprendront mon désir de partager ici — entre amis — quelques réflexions suite aux derniers événements.
C'est vrai que nous sommes submergés d'infos par les médias officiels, donc politiques, mais aussi d'excellents articles sur le Net, là où demeure la vraie liberté d'expression (pour l'instant).
Et les événements s'enchaînent tellement vite que les nouvelles d'aujourd'hui sont aussitôt dépassées par celle de demain. Car nous avons enclenché une réaction nucléaire…
Si vous ne voulez RIEN comprendre de l'actualité et de l'islam, effacez ce message. Mais faire l'autruche n'a jamais rien résolu.
Je m'efforce d'être bref et synthétique. Je vous épargne les sources – et à moi aussi : ce serait fastidieux. (Nous ne sommes pas en doctorat.)

1— Sachez-le : Beaucoup d'africains sont écœurés du retentissement de cette affaire en comparaison des ravages et des massacres des islamistes partout dans le monde et notamment chez nous avec Boko Haram. Le Cameroun est en GUERRE, avec de nombreuses victimes parmi nos vaillants militaires et les civils du Nord.
Le silence radio sur les chrétiens persécutés est dû, j'en suis convaincu, à une pensée politico-médiatique dominante qui estime que les chrétiens n'ont qu'à disparaître. (Un bon chrétien est un chrétien mort, pour paraphraser une citation tristement célèbre.) Je n'oublie pas les autres victimes, non-chrétiennes. Mais les chrétiens sont les premiers visés ; et ils forment la communauté la plus persécutée dans le monde. (Enquêtes internationales actuelles)

2— Pourquoi un tel retentissement ? On a érigé Charlie hebdo en sacro-sainte icône de la liberté d'expression, avec ses grands héros-martyrs. (Je m'interdis de les juger personnellement ; mais ils étaient lourdement décriés de leur vivant.)
3— Le drame de Charlie hebdo a été parfaitement instrumentalisé et récupéré par la caste politique française. Que pensez-vous de la présence, dans la méga manif « Je suis Charlie », de gouvernants étrangers pourvoyeurs de djihadisme et d'antisémitisme (Palestine, Turquie, Qatar, etc.) ?
4— Que signifie « Je suis Charlie » ? Je m'adresse à tous les « Charlie ». Quel est votre engagement, votre combat ? Ne seriez-vous pas des moutons ? Et où étaient les « Je suis chrétien persécuté », « Je suis Asia Bibi », « Je suis juif » ? Et où était la « diversité » musulmane ?
5L'attentat contre Charlie hebdo n'est pas un acte terroriste (frapper des innocents pour répandre la terreur). C'est 'juste' l'exécution de la fatwa islamique qui condamne à mort les blasphémateurs.
Ce qui devait arriver est arrivé. À jouer avec le feu, on se brûle. Comment se fait-il que Charlie hebdo et les politiques aient persévéré dans le déni du danger islamiste en pleine explosion ? Tous les voyants étaient au rouge depuis longtemps (incendie du journal, il y a 4 ans, attentats récurrents, etc.) « Qui sème le vent récolte la tempête. » (Bible : Osée 8,7)  rappelé par Dalil Boubakeur à Charlie Hebdo après leurs caricatures. 6Implacable réalité : Partout dans le monde, les musulmans approuvent l'attentat, voire s'en réjouissent. Si certains d'entre eux le déplorent, c'est parce que la violence islamique salit l'image de l'islam.
7— Derrière tout cela, il faut voir la haine viscérale du monde musulman envers l'Occident. Le pire est que, pour les musulmans, cet occident est prétendument chrétien. Alors qu'en réalité, il a renié ses racines chrétiennes, a vendu son âme au diable dans le matérialisme, l'athéisme, le relativisme, une « morale » libertaire, le nihilisme ou la perte de tous les repères, l'effondrement de l'éducation… Je généralise à peine. Comment voulez-vous qu'un honnête musulman ne déteste pas cela ? Cette dépravation de l'Occident alimente le feu islamiste. (Boko Haram = « L'éducation occidentale est impure ») Ce qui n'exonère en rien l'islam(isme) de sa violence.
8— Notre aveuglement face à l'islam est consternant. Nous imaginons que le monde islamique fonctionne avec le même « logiciel » que nous. Notre ethnocentrisme et notre manque de psychologie et de prudence face à l'islam dépassent l'entendement.
9— Comble de la crétinerie : En pleine « guerre » contre l'islamisme, Charlie Hebdo, financé par l'État, en rajoute avec son dernier numéro. Quant à la ruée des charliemaniaques, de Gaulle ne parlait-il pas de « veaux » ?
La relance de Charlie Hebdo en ce moment même, met le feu aux pays musulmans. Les chrétiens en sont les principales victimes. (Voyez les médias) Car les musulmans, eux, ignorent le « pasdamalgam ». Merci « Charlie » et ton troupeau d'idiots utiles.
10— Comprenez-vous le logiciel islamique, et pourquoi l'islam se dit RELIGION DE PAIX ? Pas simplement en jouant sur les mots islam (soumission) et salam (paix). En réalité, tout vrai musulman est convaincu que la PAIX dans le monde ne sera possible que si l'islam règne par sa loi, la charia. Pour tout vrai musulman, seul l'islam, la vraie religion, est la SOLUTION aux problèmes du monde. (N'est-ce pas ce que nous pensons aussi, nous les chrétiens ? À ce détail près que le logiciel islamique n'est pas le même que celui de l'évangile.)
C'est cela qu'a exprimé Tareq Oubrou, grand imam de Bordeaux (décoré de la Légion d'honneur) : « Si l'islam fait la guerre, c'est pour imposer la paix. » Certains de mes élèves musulmans l'approuvent, et estiment que notre morale chrétienne est beaucoup trop laxiste. Il devient dès lors normal, dans la logique islamique, de combattre par tous les moyens (!) pour imposer « LA » seule véritable solution pour le monde. De même qu'un soldat défend son pays attaqué, le vrai musulman doit « défendre » la cause de Dieu : c'est le sens même du DJIHAD. Les djihadistes ne sont pas de mauvais musulmans. Ils appliquent la Loi du coran à la lettre, radicalement.
Tragique utopie, qui défie notre logique, et qui ravage notre monde depuis 14 siècles ! Combien de temps durera le négationnisme islamiquement correct vis-à-vis de l'islam, de ses sources violentes, de son histoire sanglante, et enfin de son actualité brûlante !?
11— Beaucoup d'enfumeurs publics mettent les religions dans le même sac. Jusqu'à prétendre que tous les intégrismes se valent; et que le plus grand danger en France, c'est l'intégrisme catholique  ! Après la déculottée, l'enfumage continue ; il faut d'autres boucs émissaires : c'est la faute à Zemmour, à Houellebecq, aux islamophobes, au FN, etc.
12— La liberté d'expression en France est une intouchable vache sacrée. Celle-ci n'est pas simplement le droit légitime d'exprimer son opinion. Depuis les « Lumières » (sombres !), la liberté d'expression est en réalité à l'image de Charlie hebdo : le droit au blasphème ou de bouffer du curé, c'est-à-dire d'insulter tout ce qui est sacré, essentiellement le christianisme (catholicisme : feu à volonté), et accessoirement l'islam (gare à l'islamophobie).
Cette liberté d'expression est donc très « orientée ». (Grand Orient de France ou Libre Pensée : on l'a vu récemment avec l'affaire des crèches à Noël alors que ces instances ferment les yeux sur toutes les compromissions « laïques » avec l'islam.)
Quant à la véritable liberté d'expression en France, demandez à Éric Zemmour et à tous ses semblables si elle existe encore. Demandez à ceux de la manif pour tous, et à ceux qui veulent mettre en question l'islam et l'immigration massive (essentiellement islamique). Tous se font traiter d'affreux nazis / racistes / islamophobes / xénophobes / extrémistes / frontistes / fauteurs-de-haine / intégristes… DONC responsables de l'intégrisme islamique dans nos pays ! Véritable procès en sorcellerie (parlons d'inquisition !). Même chose avec PEGIDA en Allemagne.
« Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage. »
On brandit la liberté d'expression, mais on interdit la critique de l'islam.
En réalité, on enterre la liberté d'expression. Merci les Charlie.

 

— La liberté d'expression a ses limites. Point n'est besoin du pape François pour comprendre que s'impose le RESPECT minimum de l'autre. L'article 4 de la Déclaration des droits de l'Homme stipule que « la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui  ».
Or Charlie hebdo n'a cessé de piétiner cela en insultant de la pire façon les religions, donc les croyants, donc les personnes — 100 fois plus le catholicisme que l'islam (dixit l'avocat de Charlie Hebdo). Mais à la différence du christianisme qui prévoit la persécution, donc supporte davantage les vexations, l'islam ne l'envisage pas : il doit dominer. Incroyable que cela échappe aux thuriféraires de la « diversité », du « multiculturel » et du « vivre ensemble » !!
13— En revanche, exerçons notre vraie liberté et même notre devoir d'expression, que je pratique autant que possible au Cameroun : Informer sur l'islam, interpeller les musulmans sur leur religion, leurs textes sacrés, leurs contradictions, leur perpétuelle victimisation, et leur devoir de se réformer (possible ?). Et en leur présentant autant que possible le vrai visage du Dieu amour révélé en Jésus.
Nous devons le faire avec autant de fermeté que de respect, et même de fraternité. Mais toujours dans la VÉRITÉ.
Malgré cela, certains prétendront encore que je suis dans l'affrontement. Ceux-là fonctionnent en langage binaire : POUR ou CONTRE les musulmans, POUR ou CONTRE la fraternité ou le dialogue. Ceux-là n'ont toujours pas compris qu'on peut dialoguer et combattre une idéologie sans combattre ou haïr les hommes. Au contraire : c'est pour le bien de tous. Débattre pour ne pas se battre.
La plupart des musulmans respectent celui qui est fort dans sa foi et ses valeurs. Si nous, les chrétiens, ne le sommes pas, qui le sera ? Et qui évangélisera les musulmans ? Merci à nos frères protestants et pentecôtistes qui le font, eux, à la différence de la grande majorité des catholiques.
L'islam est fort de notre faiblesse ; et il est faible de notre force.
14— Le spectre de l'islamophobie : Combien de victimes et de morts à cause des dangereux islamophobes ? ZÉRO ! — Pour l'instant. Car à force de visser la cocotte et d'interdire tout débat, elle pourrait bien exploser un jour. Ce sera DONC la faute des islamophobes ! CQFD 15— Ici, trop de nos « épiscopes » ont manqué l'occasion …de se taire bien parler. Dans leur complainte (jusqu'à sonner le glas) et dans l'appel à la fraternité (avec l'incontournable pasdamalgam), PAS UN MOT sur la pseudo « liberté d'expression ». Et PAS UN MOT pour inviter les musulmans à se poser les bonnes questions, notamment sur le respect de « l'autre » ou la liberté de conscience en islam (ne fût-ce que par égard pour nos frères chrétiens persécutés).
« Si le sel perd sa saveur, on le jette et on le piétine. » (Mat 5,13)

15— Et l'islam dans tout ça ? (Je termine ici par un rappel des fondamentaux)
Officiellement, toujours le lavage de cerveau des politiques et leurs médias, et des représentants de l'islam vedettes de nos TV : « Ce n'est pas ça l'islam » ou « Ça n'a rien à voir avec… », « Pas d'amalgame », « Les musulmans sont les premières victimes » (ah bon !? Combien de mort ? Ah oui, la stigmatisation.)
Il faut croire qu'ils sont encore nombreux les « Charlie » qui gobent ça.
Je constate chaque jour que ceux qui veulent noyer le poisson ou 'poison' de l'islam n'ont jamais ouvert un coran et sont d'une ignorance abyssale sur la question, notamment sur la violence et le totalitarisme dans les sources sacrées de l'islam, dans son histoire et dans ses lois.
Les bons sentiments prévalent, même en Afrique : « Ça dépend du contexte ou de l'interprétation. » (= logiciel typiquement chrétien, ignoré dans l'islam) Mais quand je demande comment ils interprètent « tuez les infidèles », silence. (Les sourates sont faciles à trouver sur le Net)
Il y a aussi les 'bonnes excuses' de beaucoup de musulmans (ou sympathisants) qui sont gênés de la violence islamique, car « elle salit l'image de l'islam. Et ça stigmatise. » (Et pour cause ! Appréciez l'altruisme.) On a le choix entre « guerre défensive », « c'est pareil dans la bible », « c'est la faute à la pauvreté, aux 'croisés', aux colons, aux américains »,

Bref : Toujours VICTIME, jamais RESPONSABLE. Tout est bon pour ne jamais voir le problème chez soi.
Dans le christianisme, on a appris le contraire : voir d'abord la « poutre » dans notre œil. Mais c'est devenu pathologique chez nous ; nous en sommes devenus aveugles, avec notre indécrottable repentance, et notre perpétuelle excuse pour ceux qui nous martyrisent (ou plutôt martyrisent nos frères d'orient).
Est-ce bien ainsi qu'il faut comprendre le « tendre l'autre joue » ?

Reste la question des « bons musulmans », les modérés ou « vrai islam », dit-on. La majorité : 80 % environ. Et alors ? Vont-ils réformer ou libéraliser l'islam, s'interposer face aux radicaux, dénoncer les innombrables infractions aux lois nationales ? Jamais. Trop risqué. Mais ils se multiplient, font des enfants, occupent de plus en plus le terrain — et se plaignent quand ils sont stigmatisés. Derrière eux, les « barbus » veillent. Ceux-ci sont bien sûr minoritaires, mais 20 % tout de même. Sur 6 millions, ça fait la bagatelle de 1,2 millions. En France.

FINALEMENT, que faire ? — Je m'arrête ici pour ne pas être trop long et rester dans l'actualité.
Mais il y a des réponses précises à cette dernière question. (Dans l'espérance, on peut toujours y croire.)
En gros, elles sont exactement le CONTRAIRE de ce que nos gouvernants et les directives européennes veulent nous imposer.
Quoi donc ? Et pourquoi cela ?
Peut-être une autre fois.
Bien avec vous
P. Jean-Benoit

Un seul texte proposé ici, parmi tant d'autres de grande valeur. Celui d'un islamologue suisse reconnu, Sami Aldeeb : Lettre à Dalil Boubakeur
http://m.islam-et-verite.com/pages/pages-cachees/divers/articles-d-amis/sami-aldeeb-lettre-a-dalil-boubakeur-jan-09-2015.html?version=mobile (ou sur d'autres sites)

Saluons aussi le courage et le bon sens du président d'Égypte, le général al-Sissi, tellement plus réaliste que nos gouvernants, car il parle bien de l'ISLAM.
Il est loin d'être le premier à vouloir « révolutionner » l'islam. Mais tous les autres ont échoué… Mission impossible ?
http://www.postedeveille.ca/2015/01/sissi-appelle-a-une-revolution-de-lislam.html
ou https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=DEhNarfrlec

Voir en ligne : http://www.stjean.com/

Posté le 18 février 2015 à 18h02 par Lois Spalwer | Lien permanent | Commentaires (9)

17 février 2015

Coptes : que l’appartenance chrétienne des victimes ne soit pas escamotée

Communiqué de l’Œuvre d’Orient :

"En Libye, le DAECH a voulu viser les égyptiens chrétiens

L’Œuvre d’Orient condamne la violence islamiste qui a frappé de nouveau l’Europe à Copenhague.

L’Œuvre d’Orient condamne cette même violence qui a frappé en Libye en assassinant 21 chrétiens d’Égypte.

Il est de plus en plus urgent  de prendre les moyens pour une neutralisation rapide du DAECH. Tout retard mis à cette neutralisation ne fait que le renforcer.

L’Œuvre d’Orient souhaite que l’appartenance religieuse chrétienne des victimes ne soit pas escamotée. Elle demande que cela soit clairement mentionné dans les communiqués de la Présidence de la République et que la France présente ses condoléances au Patriarche copte.

Mgr Pascal Gollnisch"

Posté le 17 février 2015 à 15h05 par Michel Janva | Lien permanent

Remplacement des jours fériés catholiques dans les DOM (suite)

L'amendement en question (voir ici) ne vise que les jours fériés catholiques et ne concerne (pour l'instant) que les départements outre-mer :

"Un amendement qui vise exclusivement les fêtes catholiques. La disposition prévoit que

"dans les territoires régis par l'article 73 de la Constitution, et afin de tenir compte des spécificités culturelles, religieuses et historiques de ces territoires, un arrêté préfectoral peut remplacer des jours fériés [...] par un même nombre de jours fériés locaux. Les jours fériés qui peuvent être remplacés [...] sont : le lundi de Pâques, l'Ascension, le lundi de Pentecôte, l'Assomption, la Toussaint."

Resteraient donc en commun avec la métropole : la fête du Travail, l'armistice, la fête nationale et Noël. Selon la loi, un salarié peut déjà demander des jours de congé spécifiques à l'exercice de sa religion (musulmane ou juive), ceux-ci ne pouvant pas lui être refusés. Cette fois, il s'agit d'un calendrier de jours fériés qui serait fixé par le préfet en fonction des pratiques religieuses locales. Ainsi, musulmans et hindous (par exemple à La Réunion) pourraient bénéficier de cette disposition."

Ce sont les départements de Mayotte (100% musulman) et de La Réunion (mixité religieuse) qui pourraient finalement être principalement concernés. Le cas de La Réunion est intéressant car cette île sert souvent de prétexte pour vanter le "vivre-ensemble" du fait de la cohabitation de diverses religions (85% de chrétiens catholiques et protestants, 7% d'hindouisme, 2% de musulmans, bouddhisme...) dixit le ministre des Outre-Mer, George Pau-Langevin, récemment en visite sur l'île :

"La Réunion a cette caractéristique d’avoir toutes les religions représentées sur le territoire et d’avoir entre les religions et les pratiquants, un climat apaisé et fraternel"

Elle devrait pourtant savoir que lorsque la proportion de musulmans dépasse un certain seuil (aujourd'hui entre 2 et 8% selon les sources), les  revendications communautaires se développent et l'islamisme radical apparait. Or, certains services de l'Etat commencent à pointer du doigt l'apparition de prédicateurs salafistes venus de métropole ou de candidats au Djihad à La Réunion, à Mayotte ou à l'ïle Maurice... 

Malheureusement, cet amendement semble être bien accueilli à La Réunion par les autorités à l'instar de l'évêque des lieux, Mgr Aubry :

"À la Réunion, nous vibrons les uns aux autres, en partageant nos peines et nos joies, déclame l'évêque, par ailleurs poète à ses heures. Pour éviter que les poisons extérieurs ne viennent nous contaminer, il faut aujourd'hui qu'on traduise dans les faits notre vivre ensemble".

Aussi, Gilbert Aubry propose-t-il, à la Réunion, de "donner" trois jours : le lundi de Pâques, le lundi de Pentecôte et le jeudi de l'Ascension. "Ce ne sont pas vraiment des fêtes religieuses, les célébrations liturgiques ont lieu le dimanche à l'église"

Certains fidèles ne l'entendent pas ainsi et lui font savoir de manière peu courtoise :

"(...) Que chaque religion puisse avoir leurs jours fériés, c’est évident et nécessaire, mais pas au détriment des chrétiens. Qui viennent encore d’en payer le prix avec 21 chrétiens coptes décapités par l’Etat islamique."

En conclusion, comme le souligne très bien Yves Thréard, cette amendement est complètement déplacé et ouvrirait la porte à une extension en métropole : 

"On ne ferait pas mieux si on voulait diviser, favoriser le communautarisme. Cette entorse est grave. Ces jours fériés à la carte, c'est la porte ouverte à tous les abus. Les Antillais vont-ils remplacer Pâques par un jour férié mémoriel à la condamnation de la colonisation ? Est-ce qu'on va arrêter avec cette démagogie ? Espérons que le Conseil Constitutionnel, qui sera certainement saisi sur ce sujet, censurera cette disposition prévue dans la loi Macron."

Posté le 17 février 2015 à 13h36 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (12)

16 février 2015

L'ONU condamne le meurtre de 21 Egyptiens coptes

Lu sur le site de l'ONU :

"Le Conseil de sécurité des Nations Unies et le Secrétaire général Ban Ki-moon ont fermement condamné ce qui apparaît comme l'assassinat odieux et lâche en Libye de 21 Egyptiens coptes chrétiens par un groupe affilié à l'Etat islamique d'Iraq et du Levant (EIIL/Daech). 

Dans une déclaration à la presse publiée dimanche soir, les membres du Conseil ont estimé que « ce crime démontre une fois encore la brutalité de l'EIIL, qui est responsable de milliers de crimes et d'abus contre des personnes de toutes confessions, ethnies et nationalités ».

Ils ont exprimé leur profonde sympathie et présenté leurs condoléances aux familles des victimes, au gouvernement de l'Égypte, ainsi qu'aux familles de toutes les victimes de l'EIIL.

Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré « leur ferme condamnation de la persécution d'individus et de communautés entières sur la base de leur religion ou de leur conviction ». Ils ont souligné à nouveau que « l'EIIL doit être vaincu et que l'intolérance, la violence et la haine, qu'il épouse doivent être éradiquées ».

Le Conseil de sécurité a réaffirmé son plein appui au Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye, Bernardino Leon, et exhorté toutes les parties en Libye à s'impliquer de manière constructive dans ses efforts pour continuer un processus politique inclusif visant à relever les défis politiques et de sécurité auxquels est confronté pays.

Selon le Conseil, « seule l'unité nationale et le dialogue, en vue de trouver une solution pacifique, peuvent permettre aux Libyens de construire leur Etat et leurs institutions, afin de vaincre le terrorisme et empêcher des crimes si graves ».

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a également fermement condamné ce crime et présenté ses condoléances aux familles des victimes et au gouvernement de l'Egypte.

"Le Secrétaire général réaffirme que le dialogue en cours en Libye est la meilleure chance pour aider le pays à surmonter la crise actuelle", a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée lundi."

Posté le 16 février 2015 à 18h55 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (8)

Les martyrs coptes ont invoqué "Ya Rab Yeshua, le Seigneur Jésus" avant de mourir

L'Observatoire de la christianophobie, d'après certains lecteurs qui ont pu traduire, écrit qu'on entend clairement plusieurs martyrs coptes sur la vidéo invoquer "Ya Rab Yeshua , le Seigneur Jésus" tandis qu'un de leurs bourreaux tend son couteau recouvert de leur sang et déclare en anglais : "Nous conquerrons Rome avec la permission d’Allah !"

  Sans-titre (2)

Le patriarche copte catholique d'Egypte a qualifié de "martyrs" les victimes du massacre et a présenté ses condoléances à toutes les familles des martyrs qui ont donné leur vie à cause de leur foi.

Posté le 16 février 2015 à 15h45 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (17)


     Archives > France : Politique en France , France : Société , Religions : L'Islam

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Politique en France , France : Société , Religions : L'Islam