30 octobre 2014

Samedi 8 novembre à 15h00 à Toulon : manifestons pour les Chrétiens d'Orient

Tou

Posté le 30 octobre 2014 à 21h34 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

Quand la laïcité antichrétienne veut secourir la chrétienne Asia Bibi

Vu sur l'Observatoire de la christianophobie :

"Un “Collectif contre le terrorisme” a organisé hier au soir une manifestation de “soutien” à Asia Bibi, marquée du sceau de la “laïcité”. Bernard Antony, président de Chrétienté Solidarité et organisateur de la très belle manifestation chrétienne du jeudi 23 octobre dernier, dénonce, dans un communiqué de ce jour, une « ignoble tentative de récupération par la gauche antichrétienne ». En voici le texte.

  • "Nous avons reçu ce matin Élisabeth, une jeune femme indignée, jusqu’ici militante féministe, mais opposée à toutes les dérives actuelles de son idéal. D’origine juive elle est très respectueuse du message de l’Évangile et est très émue par le calvaire d’Asia Bibi. Elle était hier au soir au Trocadéro où elle a constaté le “flop” de la manifestation “laïque”, soi-disant pour Asia Bibi. Son témoignage corrobore les “courriels” que nous avons reçus : il n’y avait qu’un groupe dérisoire – et ce à l’appel de trente organisations ! – bien moins, selon elle, du dixième de celle organisée par Chrétienté-Solidarité, à laquelle elle a participé aussi, la trouvant très mesurée, digne, émouvante. Hier au soir, m’a-t-elle dit, Élisabeth Badinter en premier lieu et les autres féministes laïcistes de la Ligue des droits des femmes ont perpétré la très moche incongruité de vouloir récupérer idéologiquement la tragédie d’Asia Bibi alors qu’elles combattent chez nous tout ce pourquoi cette dernière est martyrisée. On y a entendu encore l’Algérien Mohamed Sifaoui, grand soutien de Caroline Fourest, la très prosélyte militante de l’athéisme et de l’idéologie LGBT ! Mais le plus grave, c’est évidemment que cette manifestation, fut-elle numériquement nulle, peut être utilisée au Pakistan contre Asia Bibi que l’on pourrait encore accuser puisqu’elle a en France de tels soutiens contre lesquels l’islamisme éprouve encore plus de répulsions qu’à l’égard du christianisme."

"L’AFP a mis en ligne une courte vidéo de cette manifestation filmée en plans rapprochés… Selon un témoin, présent, on pouvait estimer les présents entre 60 et 150. On entendra, dans cette vidéo, la journaliste Anne-Isabelle Tollet, qu’on dit être à l’origine de cette manifestation, déclarer : « Si le monde entier dit au Pakistan : “Vous êtes un pays ami, démocratique, ne succombez pas à la pression des fondamentalistes”, alors oui, peut-être que nous aurons une chance de sauver Asia Bibi ». On pourra être quelque peu interloqué par une telle déclaration…"

 

Posté le 30 octobre 2014 à 16h13 par Marie Bethanie | Lien permanent

A propos des Boko Haram et des filles enlevées

Lue sur le blog d'Yves Daoudal, une explication très intéressante au sujet des jeunes filles enlevées par les groupes Boko Haram :

"On se souvient que François Hollande avait imprudemment annoncé la libération des lycéennes détenues par Boko Haram. On avait dit ensuite qu’il s’agissait d’un accord pour leur libération le mardi suivant. Mais rien n’est venu. Au contraire, Boko Haram a enlevé de nouvelles jeunes filles, et perpétré de nouveaux massacres.

Le Père Patrick Tor Alumuku, directeur du bureau des communications sociales de l’archidiocèse d’Abuja, la capitale fédérale du Nigeria, explique à l’agence Fides que Boko Haram est divisé en différents groupes et que « ceux qui disent négocier en son nom en ce moment ne constituent pas la composante principale ». En outre, « il en est qui déclarent que certains des “représentants” de Boko Haram qui se sont présentés ces derniers temps, sont en réalité des escrocs, qui cherchent à obtenir de l’argent du gouvernement ».

D’autre part, « les seules déclarations proviennent du gouvernement alors que Boko Haram se tait. Le premier est sous pression pour retrouver les jeunes filles enlevées et continue à faire des annonces de trêves et de libérations d’otages qui ne trouvent cependant pas confirmation dans la réalité ».

« La situation des jeunes filles enlevées est en outre beaucoup plus compliquée de ce que l’on pourrait penser » souligne encore le Père Patrick Tor Alumuku. « En effet, les jeunes filles ont été contraintes à se marier avec les guérilleros de Boko Haram. Il est donc difficile de les libérer de force parce que les jeunes ne sont pas rassemblées dans un seul camp militaire mais dispersées dans de nombreuses zones en compagnie des guérilleros. Les libérer par la négociation est également difficile parce qu’elles sont désormais les épouses des membres de Boko Haram ». « Toutefois cela ne signifie pas qu’il soit impossible de les libérer mais que le chemin à parcourir est plus ardu de ce que l’on pourrait penser », conclut le prêtre."

Posté le 30 octobre 2014 à 13h46 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (5)

Que se passe-t-il après un signalement au numéro vert antidjihad ?

Une question du Figaro, qui raconte l'histoire de deux mères d'adolescentes tentées par l'expérience du jihad. Il semble que le suivi des adolescents soit plus ou moins sérieux en fonction des régions, mais que globalement, ce soit plutôt efficace :

"Selon le dernier bilan porté à la connaissance du Figaro , la plateforme a permis de signaler 387 profils inquiétants sur l'ensemble du territoire: 283 signalements ont été révélés grâce au numéro vert, les autres ont été transmis par Internet."

La question que l'on se pose est celle du retour de tous les adolescents qui sont passés entre les mailles du filet, et qui reviendront en France avec une expérience terroriste.

Posté le 30 octobre 2014 à 06h52 par Marie Bethanie | Lien permanent

29 octobre 2014

Etat islamique : la charge de 126 intellectuels sunnites contre le calife autoproclamé

Quelques extraits d'un article d'Aleteia :

[...] "c’est au tour de 126 intellectuels musulmans de s’emparer de l’épineux dossier de l’Etat islamique. De confession sunnite comme les djihadistes de l’EI, les signataires de la lettre datée du 19 septembre formulent en une vingtaine de pages une âpre critique théologique de leurs exactions, développée en 24 points. Ces 24 points résument toutes les violations des lois coraniques commises pour le compte de l’EI et que les auteurs de la lettre dénoncent, citant pour chaque point les versets qui s’y rapportent.

[...] La lettre souligne en effet d'emblée l’importance capitale de « maîtriser la langue arabe, sa grammaire, sa syntaxe, sa morphologie, sa rhétorique, sa poésie, son étymologie et l’exégèse du Coran », pour se prémunir des interprétations hasardeuses. De même, le document met en garde contre la tendance, dangereuse, à vouloir « sursimplifier » le texte, faisant fi du contexte et des  clés d’interprétation.

[...] Tout en rappelant avec force l’interdiction stricte en islam de tuer des innocents ou de se livrer à des actes de torture ou à l’esclavage, les auteurs n’oublient pas de mentionner les assassinats des journalistes James Foley et Steven Sotloff, ainsi que de l’humanitaire David Haines. « Ce que vous avez fait est incontestablement interdit (haraam)», écrivent-ils, précisant que ces derniers étaient des émissaires, un statut inviolable d’après la Sunna.

[...] La charge se fait plus rude encore pour qualifier les atrocités perpétrées à l’encontre des chrétiens et des Yézidis, cibles privilégiées des islamistes de l’EI, depuis l’instauration du califat. Les « chrétiens arabes » ou « gens du Livre » sont selon eux des « amis, des voisins et des citoyens », protégés par un accord vieux de 1400 ans, et en vertu duquel le jihad ne peut légalement pas s’appliquer à eux.

[...] Enfin, c’est l’existence même du califat et du statut d’Abu Bakr Al-Baghdadi que la lettre incrimine, d’un point de vue strictement théologique : aucun califat ne peut être instauré « dans un petit coin du monde » en s’exonérant du consensus de tous les musulmans, faute de quoi la proclamation devient un acte de « sédition » (fitnah)."

Ce manifeste, ô combien tardif étant donné que cela fait des mois que le Moyen Orient subit les exactions des barbares du prétendu Etat islamique, s'adresse à des gens dont on se demande s'ils savent lire, et si oui, s'ils ont l'intention de tenir compte de ce genre d'avertissement. Cela fait un peu penser à l'Etat nigérian qui "négocie" avec les terroristes islamistes de Boko Haram alors qu'il ne fait rien de sérieux pour faire respecter son autorité - et qui du coup n'en obtient rien si ce n'est des promesses non tenues. On peut se demander si tout cela ne ressemble pas à des gesticulations destinées à l'Occident crédule afin d'entretenir l'illusion que l'islam -le vrai- n'a rien à voir avec l'EI.

Posté le 29 octobre 2014 à 09h41 par Marie Bethanie | Lien permanent

Les Saoudiennes continuent leur lutte pour le droit de conduire

Le Figaro Madame :

"Plus de vingt ans après la première campagne pour que les femmes puissent conduire en Arabie saoudite, le volant leur reste toujours interdit. Une nouvelle mobilisation clandestine a eu lieu, dimanche, organisée par des militantes sur les réseaux sociaux. Celles-ci se sont félicitées du succès de leur mouvement, en dépit d'une participation symbolique."

[...]"«depuis le début de la campagne « pas une journée ne s’est passée sans recevoir une ou deux vidéos » de femmes au volant, a souligné une féministe. Or "le risque est énorme pour les conductrices", rappelle-t-elle. C’est pourquoi les femmes ont peur ». Le ministère de l’Intérieur prévenait jeudi en effet qu’il « appliquera avec fermeté les règlements contre quiconque contribuera d’une quelconque manière à violer la cohésion sociale. »

[...] "En novembre 2013, le mufti d'Arabie saoudite avait simplement affirmé qu'empêcher les femmes de conduire était destiné à « protéger la société du mal »."

Vous avez dit obscurantisme, non ?

Posté le 29 octobre 2014 à 01h15 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (5)

28 octobre 2014

Le renseignement allemand préfère traquer les néonazis plutôt que les islamistes

D'après le Frankfurter Allgemeine, qui a recueilli les confidences d'un agent du Verfassungsschutz (le bureau fédéral de protection de la Constitution), les services allemands de renseignement sous-estiment sensiblement le nombre de musulmans partis faire le djihad en Syrie et en Irak :

"« Nous devrions multiplier par quatre le chiffre officiel pour obtenir un nombre réaliste ». Les services allemands de renseignement annonçaient 400 ressortissants musulmans partis au djihad, pour l’informateur leur nombre serait très proche de 1 800. Tout comme en France, cette sous-évaluation serait due au manque de personnel ou, plus exactement, à l’affectation des personnels disponibles à la traque des néo-nazis... Les déplacements de ces islamistes allemands vers les théâtres d’opérations de Syrie et d’Irak sont facilités et rendus impossible à contrôler du fait qu’il n’est pas nécessaire d’obtenir un visa pour se rendre d’Allemagne en Turquie. Selon Hans-Georg Maassen, patron du Verfassungsschutz, l’Allemagne pourrait compter, d’ici à la fin de l’année, près de 7 000 Salafistes, et elle héberge déjà quelque 950 membres actifs du Hezbollah..."

Posté le 28 octobre 2014 à 23h36 par Louise Tudy | Lien permanent

27 octobre 2014

Ce que les islamistes "modérés" ont en commun avec l'Etat islamique

Un article de Yassine Al-Haj Saleh dans Courrier international :

"Il existe bien des islamistes "modérés" qui s'opposent à l'organisation Etat islamique. Mais leur contestation reste modeste parce qu'intellectuellement, ils partagent la même idée de la religion que les extrémistes.

Il y a des islamistes qui s’opposent à Daech [l’Etat islamique]. Il y a même des islamistes, y compris salafistes, qui ont engagé le combat armé contre lui. Mais sur le front des idées ce combat reste étonnamment atone.

Cela amène à se demander pourquoi les musulmans ne s’insurgent pas pour défendre leur religion, cette religion qui sert aujourd’hui à désigner des pratiques qui sont les plus criminelles de l’histoire de l’humanité. Pourquoi sont-ils incapables de dire clairement que ce n’est pas l’islam ?

L’explication réside dans le fait qu’au niveau intellectuel il n’existe pas de différence importante entre un modéré et un extrémiste. Tous aspirent à établir durablement le règne de l’islam, dans des pays qu’ils ne voient que sous l’angle de leur [seule] identité islamique. 

Le sens d’un tel règne de l’islam consiste en quelque sorte à rétablir un ordre qui aurait été dévoyé par les complots des colonisateurs et consorts. Les Etats-nations et toute notre histoire contemporaine sont considérés comme des phénomènes passagers, puisque notre vraie nature profonde résiderait dans une invariable islamique qui remonte [à la naissance de l’islam].
Cela nie toute évolution historique, alors que les musulmans ne sont devenus majoritaires au Moyen-Orient qu’après les croisades, que la majorité des Egyptiens étaient chiites à l’époque fatimide… Le règne de l’islam n’est donc pas mû par une vision de l’avenir, mais par le désir de revenir à un état originel où chaque chose est censée avoir été à sa place.
Sur tous ces points, il n’y a pas de distinction réelle entre modérés et extrémistes. Il y a seulement ceux qui sont extrémistes (Frères musulmans), d’autres qui sont très extrémistes (les salafistes du Front islamique), d’autres qui sont encore plus extrémistes (Front Al-Nosra), et finalement ceux qui sont excessivement extrémistes (Daech). Il y a certes des islamistes qui sont modérés, mais ils sont dépourvus des bases intellectuelles qui leur permettraient d’affirmer la légitimité de leurs positions.


Pour être précis, les islamistes partagent quatre idées :

1) Le refus de séparer clairement la religion de la violence et de dire que la violence au nom de l’islam est illégitime. Par conséquent, personne parmi eux n’accepte entièrement la liberté religieuse, la liberté de changer de religion ou de ne pas en avoir. Sur ce point, il n’y a pas de rupture entre les “modérés” et Daech. Les “modérés” sont incohérents quand ils s’opposent à la violence débridée de Daech sans s’opposer à la substantialité du lien entre la religion et la violence, ni à “l’application de la charia”, ni au projet de contrôler à la fois l’Etat et la société, à l’instar des organisations totalitaires.

2) L’imaginaire de l’empire. Cet imaginaire tourne autour de conquêtes, d’invasions et de gloire militaire. C’est un imaginaire de puissance et de domination, de héros et de sultans qui laisse peu de place aux aspects de la vie quotidienne, aux gens ordinaires et aux femmes. On n’a jamais procédé à une révision de l’Histoire pour dire que ces conquêtes islamiques s’expliquent par des contingences historiques, sans lien intrinsèque avec la religion.

3) Le mépris de l’Etat-nation. Ce qui compte aux yeux de tous les islamistes est la nation islamique [umma]. Les islamistes dissolvent les Etats existants dans l’umma, alors que ces Etats représentent l’intérêt général depuis plus d’un siècle et que l’umma a duré moins longtemps qu’eux. Est-ce que les islamistes “modérés” – les Frères musulmans syriens, par exemple – ont critiqué cet apatriotisme ? Pas un mot ! Pourquoi ? Parce qu’ils le partagent.

4) L’“application de la charia” est un autre point commun, qui s’ajoute à la coercition, à l’imaginaire de l’empire et au mépris pour l’Etat-nation. En l’absence de bases intellectuelles solides pour s’opposer aux extrémistes, les jeunes musulmans ont l’impression que c’est Daech et consorts qui représentent leur religion, et non pas les modérés inconsistants."

Posté le 27 octobre 2014 à 21h47 par Marie Bethanie | Lien permanent

La charia a très officiellement cours en Grèce

Lu sur Médias-presse-info :

Charia-veut-dominer-le-monde-300x160

"Grèce – En Thrace occidentale où vivent près de 100 000 musulmans,  la charia est officiellement d’application. Nous sommes bien ici dans un pays membre de l’Union européenne. Et pourtant, des citoyens grecs musulmans font ici appel aux muftis et à la loi islamique pour régler leurs affaires familiales et personnelles. Une possibilité permise par la loi du 5 janvier 1914 qui porte sur «  la législation applicable dans les territoires cédés et leur organisation judiciaire  ».

Or, grâce au laisser-aller administratif, les muftis ont étendu leur pouvoir à d’autres domaines et à d’autres personnes, y compris non grecques et/ou non musulmanes, et a débordé le cadre géographique de la Thrace occidentale. Les tribunaux religieux islamiques ont étendu leur juridiction sans que la loi grecque ne s’y oppose. La cour de cassation (areios pagos) considère que le mufti est le «  juge légitime  » des citoyens grecs musulmans où qu’ils résident, en Thrace occidentale naturellement, mais aussi partout ailleurs sur le territoire grec et même plus curieusement, hors de Grèce.
 
Les tribunaux religieux islamiques se sont donc emparés des litiges de droit familial quand bien même l’un des conjoints n’était pas grec mais égyptien, australien, allemand, moldave, palestinien. Dans chacun de ces cas, l’État grec n’a pas fait respecter la loi même s’il a demandé à l’administration de ne pas retranscrire sur les registres de l’état civil les mariages entre étrangers et citoyens grecs musulmans. Plus inquiétant,  les tribunaux islamiques de Xanthi et de Didimoticho ont étendu leur juridiction aux litiges dans lesquels l’un des conjoints n’était pas musulman mais chrétien orthodoxe, sans que l’Etat grec ne s’en préoccupe. Il faut également noter que l’Etat grec laisse aux tribunaux islamiques le soin d’autoriser ou non le mariage de citoyennes grecques musulmanes mineures. De même, conformément à la charia, l’Etat grec tolérait jusqu’à très récemment la polygamie pour les citoyens grecs musulmans, malgré la règle constitutionnelle de la protection de la famille monogamique."
Athènes-musulmans-prière-300x201
Des musulmans en prière dans les rues d'Athènes

Posté le 27 octobre 2014 à 16h31 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (12)

25 octobre 2014

Radio Notre-Dame évoque la manifestation pour Asia Bibi

Ici. Il y a également l'enregistrement des interventions.

"Plusieurs centaines de personnes se sont réunies pour plaider la libération d'Asia Bibi. Alors qu'Anne-Isabelle Tollet avait déconseillé sur Radio Notre Dame d'aller à cette manifestation, Bernard Antony, président de Chrétienté-Solidarité-Persécutions, et plusieurs autres personnalités ont revendiqué l'importance de leur mobilisation. Ils ont adressé des messages de solidarité à Asia Bibi et ont prié à plusieurs reprises pour sa libération.

Il était important pour les nombreux chrétiens réunis hier soir dé démentir les propos d'Anne-Isabelle Tollet et de montrer l'urgence d'une mobilisation chrétienne pour soutenir Asia Bibi. Ainsi, Daniel Hamiche répond à la journaliste, et Bernard Antony explique que cette manifestation ne peut être que bénéfique pour Asia Bibi.

Deux avocats ont pris la parole. Me Fréderic Pichon a précisé que le rassemblement n'avait pas pour vocation de mettre de l'huile sur le feu, et que les chrétiens se rassemblaient en "artisans du bien commun". Mais selon lui, la concorde sociale ne s'effectue pas sur la base du mensonge et de l'aveuglement, d'où la nécessité de protester contre la pendaison d'Asia Bibi mais aussi de faire pression sur gouvernement français.

Puis, l'intervention de Me Jérôme Triomphe, avocat notamment des parties civiles de la Manif pour Tous, a été très remarquée. Il a dénoncé avec force le système de justice du Pakistan.

Plusieurs intervenants ont bien précisé que le rassemblement avait pour but de protester contre les dérives extrémistes de l'Islam plus particulièrement au Pakistan, puisqu'Asia Bibi en est la première victime. Ils se déclarent non islamophobes mais refusent la charia. Un prêtre a pris la parole pour expliquer que chacun est libre de pratiquer sa religion, mais pas de l'imposer aux autres.

Béatrice Bourges quant à elle a été beaucoup plus loin. Pour elle, le cas d'Asia Bibi est une occasion de montrer son refus de l'Islam en France.

L'exécution d'Asia Bibi approche à grand pas puisqu'il ne reste plus qu'une vingtaine de jours avant que le président pakistanais donne sa grâce présidentielle ou non. Pourtant, parmi les rangs hier, l'espoir était palpable. Arthur, jeune  manifestant, croit en la libération d'Asia Bibi.

Une autre manifestation pour Asia Bibi est prévue le 26 octobre prochain. Elle sera laïque cette fois, et se déroulera sur le parvis des Droits de l'Homme à 18 heures."

Posté le 25 octobre 2014 à 15h17 par Michel Janva | Lien permanent

24 octobre 2014

Discours pour Asia Bibi (suite)

La suite des discours en faveur d'Asia Bibi (exclusivité Observatoire de l'islamisation) :

Discours de Bernard Antony président de Chrétienté Solidarité

 

Discours de Daniel Hamiche de Chritianophobie.fr

 

Posté le 24 octobre 2014 à 20h59 par Marie Bethanie | Lien permanent

60 femmes enlevées par Boko Haram

du Nigeria

"Boko Haram piétine le cessez-le-feu annoncé par les autorités le 17 octobre dernier. D'après plusieurs témoignages d'habitants locaux, la secte islamique Boko Harama aurait enlevé 60 femmes, samedi dernier, dans les environs de Chibok, un village de l'est du pays".

Posté le 24 octobre 2014 à 18h07 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (0)

Un homme partisan du jihad attaque des policiers à la hache

A New York.

Posté le 24 octobre 2014 à 12h13 par Michel Janva | Lien permanent

L'islam "modéré" au Maroc

Lu sur l'Observatoire de l'islamisation :

"[...] Mohamed Al Biladi [...] estime qu’il n’a jamais essayé de convertir d’autres musulmans à la religion chrétienne, ni même offert des bibles. Il reconnaît seulement avoir répondu, parfois, aux questions de "ses compatriotes" sur les raisons de sa conversion au christianisme, religion qu’il a embrassée il y a 7 ans, "convaincu par des programmes écoutés à la radio".

En septembre dernier, Mohamed a été arrêté dans son village Ulad Amar, à 70 km de Fès, après avoir été dénoncé par "ses propres amis". En seulement 48 heures, il a été interrogé par la police, jugé et condamné en première instance à 2 ans et demi de prison. Relâché depuis après une forte mobilisation nationale et internationale, il comparaîtra le 26 décembre prochain pour les mêmes faits, pour laisser "le temps à ses avocats, au nombre de 12, de préparer sa défense"."

Posté le 24 octobre 2014 à 07h12 par Michel Janva | Lien permanent

23 octobre 2014

Tuerie d'Ottawa : des convertis à l'islam

Lu sur l'Observatoire de l'islamisation :

"Michael Zehaf-Bibeau est un Montréalais né au Canada en 1982. Né Michael Joseph Hall, converti à l'islam, il était connu des autorités, son passeport ayant été saisi avant l'attentat.

Martin Couture-Rouleau  Québécois converti à l'islam depuis avril 2013, qui a percuté deux militaires (un est mort) mardi dans le stationnement d'un édifice de la défense militaire à St-Jean sur Richelieu avec sa voiture, était lui aussi interdit de sortie de territoire, et n’a pu rejoindre l’Etat islamique comme son camarade Zehaf-Bibeau.

Ils ont donc déclenché à un jour près avec d’autres djihadistes non encore identifiés, des attaques contre les intérêts canadiens. Les deux djihadistes suivaient le même compte Twitter, celui de @Islamic Media qui a le premier révélé l’identité de Zehaf-Bibeau.

Couture-Rouleau était dans la mire des autorités fédérales, et ses comptes Facebook et Twitter indiquent qu'il était un partisan de l'État islamique…Bizarrement, les médias français ont été très discret sur l'attaque de mardi contre les militaires à St-Jean sur Richelieu.

Les deux fous d’Allah sont  connus  : Zehaf-Bibeau a été condamné pour des vols et Couture-Rouleau était suivi depuis sa radicalisation islamique.

Le journal La Presse a publié un article citant le président de la mosquée al-Imane de St-Jean sur Richelieu (un dénommé Abdel Hamid Bekkari) disant que Rouleau venait «à peu près» trois fois par semaine à cette mosquée.

Rappel: le porte-parole de l'État islamique, le cheikh Al-Adnani, a émis en septembre une fatwa ordonnant aux musulmans du Canada d'y massacrer les incroyants: «Si tu peux tuer un mécréant canadien, alors tue-le par n’importe quel moyen»."

Posté le 23 octobre 2014 à 07h11 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (24)

22 octobre 2014

Après Asia Bibi, Maria Bibi ?

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"On l’appelle Maria Bibi (aucun rapport de parenté avec Asia Bibi*). Elle a 19 ans. Le 14 octobre, elle a osé porter plainte contre un musulman pour mariage forcé.

Maria Bibi était voisine et camarade de classe de Mohammad Zohaib, 20 ans, à Nazimbad, près de Faisalabad. Le 5 août, Mohammad demanda à voir Maria pour leurs études. Personne n’y vit malice, mais Mohammad entraîna Maria à la mosquée, où elle fut obligée de se convertir à l’islam en récitant la chahada, et de se marier avec Mohammad en récitant devant l’imam la formule du nikah (mot qui veut dire proprement coït). Au bout de quelques jours, Maria réussit à s’échapper. Ce qui a provoqué la colère du jeune homme, qui a tenté plusieurs fois de la kidnapper, et a menacé ses parents des pires sévices s’ils ne la lui rendaient pas. Mais les parents ont tenu bon. Le 3 octobre, Mohammad Zohaib a déposé une plainte contre eux, et le lendemain ils ont dû s’expliquer devant le juge, de façon convaincante, car Mohammad retira sa plainte. Mais, le 13 octobre, il est revenu à la charge. Alors Maria, à son tour, a déposé une plainte contre lui. Exposant qu’elle a été mariée de force et qu’elle ne se convertira pas à l’islam."

Posté le 22 octobre 2014 à 18h26 par Michel Janva | Lien permanent

21 octobre 2014

François Fillon en visite chez les islamistes pro niqab de l'UAM93

De "l'Observatoire de l'islamisation" :

"Lu sur le site de l''Union des Associations Musulmanes du 93 :

"L’UAM-93 a eu le plaisir de recevoir le jeudi 9 octobre 2014, Mr François Fillon, ancien Premier Ministre.

Les questions d’actualité et l’avenir de notre pays étaient au centre de cette rencontre, bien sûr un intérêt particulier a été donné à l’islamophobie et les attentes des musulmans de France.
L’ancien Premier Ministre était accompagné du Sénateur-maire Mr Philippe Dallier et de Mr Fayçal Menia élu d’Aubervilliers."

L’UAM93 est le principal réseau associatif musulman du département, gérant ses plus grandes mosquées, et chez qui se presse toute la classe politique (sauf FN), a pourtant publié plusieurs textes à la gloire du niqab sur son site pour s'opposer à la loi du gouvernement Fillon". [la suite ici]

Posté le 21 octobre 2014 à 00h10 par Marie Bethanie | Lien permanent

20 octobre 2014

Ashiq Masih, l’époux d’Asia Bibi, n'a plus confiance dans la justice de son pays

Et on peut aisément le comprendre. Lu sur "l'Observatoire de la christianophobie" :

"Shamin Masih, de la British Pakistani Christians Association (Ilford, Essex, Angleterre), a pu rencontrer à Lahore Ashiq Masih, l’époux d’Asia Bibi, sitôt l’arrêt de la cour d’appel confirmant la sentence de mort prononcée contre Asia Bibi en novembre 2010 par un tribunal de première instance. Voici quelques déclarations d’Ashiq Masih en pleurs lors de son entretien avec Shamin Masih : « Cet appel était une lueur d’espoir, mais son rejet a brisé ma confiance dans le système juridique pakistanais ». Ashiq, présent à l’audience, a décrit la pression exercée sur les juges dans l’enceinte du tribunal où étaient présents de nombreux religieux et responsables musulmans hurlant : « Blasphématrice ! »,« Qu’on la tue !" Ashiq a également déclaré : « Je n’ai pas informé mes enfants du résultat de l’audience. Comment le pourrais-je ? J’ai trop peur de leur réaction, ils sont déjà tellement déprimés. Nous espérions tous son retour à la maison, et voilà ce qui est arrivé ». Les avocats d’Asia Bibi disposent de trente jours pour saisir la Cour suprême du Pakistan."

Posté le 20 octobre 2014 à 22h46 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

Etre chrétien au Pakistan

Le triste sort des chrétiens au pays d'Asia Bibi :


CHRISTIANOPHOBIE - Être chrétien au Pakistan par Le_Gaulois_vengeur 

Posté le 20 octobre 2014 à 22h31 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (3)

16 octobre 2014

"Les imams qui portaient plainte contre Asia Bibi ont promis des sucreries aux musulmans"

Marc fromager, directeur de l'AED en France, s'émeut de la condamnation à mort, confirmée en appel, de la Pakistanaise Asia Bibi, poursuivie pour blasphème :

"Depuis 5 ans, nous avons essayé d’aider Asia Bibi, nous avons pensé à elle, prié pour elle. Nous avons collecté plus de 11.000 signatures pour demander sa libération que nous avons apportées au Quai d’Orsay, nous avons soutenu la Commission Justice et Paix de la Conférence des Evêques au Pakistan qui s’occupait concrètement d’elle. Dans un second temps, nous avons cessé d’en parler car elle était devenue une « icône » et que la meilleure manière de l’aider à ce stade était de la faire oublier mais au final, sa condamnation à mort est confirmée.

Les imams qui portaient plainte contre elle ont promis de distribuer des sucreries aux musulmans car selon eux, c’est une grande victoire de l’islam. On a parfois un peu de mal à comprendre. D’un autre côté, nous souhaitons rappeler le témoignage de Salman Taseer. Gouverneur musulman du Pendjab, il avait publiquement défendu Asia Bibi et avait été assassiné pour cela. Conformément aux Béatitudes, le Royaume des Cieux est à lui car il a été persécuté pour la justice, une justice qui, nous le voyons, a encore du chemin à faire dans ce pays."

Posté le 16 octobre 2014 à 17h59 par Louise Tudy | Lien permanent

15 octobre 2014

Ne parlez pas du Coran, lisez-le !

Magistral article en accès libre de notre confrère Politique Magazine :

"Notre Premier Ministre a récemment déclaré que l’islam était une « religion de tolérance, de respect, de lumière et d’avenir. » Puisqu’il est apparemment versé en théologie, nous aimerions obtenir de Manuel Valls un petit commentaire des versets suivants du Coran :

• XLVII, 4 : Lorsque vous rencontrez ceux qui ont mécru, frappez-les à la gorge.
• IX, 5 : Quand les mois sacrés seront expirés, tuez les infidèles où que vous les trouviez !
• VIII, 39 : Combattez-les jusqu’à ce que la religion soit entièrement à Allah !
• VIII, 67 : Un prophète ne devrait pas faire de prisonniers avant d’avoir prévalu sur la terre.
• IX, 73 : Ô Prophète, mène le combat (jihâd) contre les infidèles et les hypocrites, et sois dur à leur égard.
• IX, 30 : Les chrétiens disent : « le Christ est le fils d’Allah » –qu’Allah les anéantisse !

Normalement, à ce moment précis de l’exposé, je suis interrompu par une voix qui dit : « Oui, mais si tu veux aller par là, dans toutes les religions on trouve des appels au meurtre ! » Je lance donc un grand jeu-concours : trois kilos de cochonnaille à celui qui trouve un seul verset de l’Évangile qui invite les chrétiens à tuer les incroyants pour accélérer l’expansion du christianisme. Derrière l’objection de la petite voix, on trouve le préjugé contemporain typique selon lequel toutes les religions sont également bonnes sauf quand elles sont appliquées à fond (version G.L.F.), ou toutes également mauvaises mais tolérables quand elles sont peu appliquées (version G.O.F.). Le problème est que la religion chrétienne appliquée à fond consiste à imiter Jésus-Christ, qui est mort crucifié en pardonnant à ses bourreaux, tandis qu’appliquer l’islam consiste à imiter Mahomet, chef de guerre qui, entre autres choses, égorgeait les infidèles de ses propres mains. Les religions ne se ressemblent pas. C’est ainsi. Que la plupart des musulmans vaillent infiniment mieux que leur religion (qu’ils ignorent bien souvent, et appliquent assez mollement), nous n’en doutons pas. Mais c’est une autre question. Notre problème, ce sont ceux qui l’appliquent sérieusement.

Avant de se jeter dans la consultation fébrile des évangiles pour y chercher des versets homicides, mon objecteur tentera sans doute une parade : « Bon d’accord, mais tu extrais trois versets du Coran, qui est un livre de 600 pages, c’est un peu facile. » Ici, pas de jeu-concours, je donne la réponse d’entrée : sur les 6236 versets que compte le Coran, 800 sont des injures et des malédictions contre les Juifs, les Chrétiens, les infidèles en général, ou encore des appels à la guerre, au meurtre, à la mutilation. Faites l’expérience : ouvrez le Coran à n’importe quelle page, vous trouverez une malédiction et une ou deux menaces de « châtiment humiliant » et de « punition avilissante » (crucifixion, amputation, eau bouillante, coups de fouet). Cela représente donc environ 13% du texte total ! Pour trouver un tel degré d’agressivité dans un livre, il faut se tourner vers la propagande politique. Et encore.

Et maintenant, venons-en au cœur du problème.

Tant que les autorités religieuses musulmanes n’admettront pas que leur texte sacré pose un problème, nous ne pourrons pas leur faire confiance. Comme on vient de le voir, leur habituelle réponse, qui consiste à dire que la violence est « étrangère à l’islam », « étrangère au Coran » est un grossier mensonge. L’islam, c’est le Coran, et le Coran est un brûlot ultra-violent. Seules l’inculture crasse et la veule soumission des dirigeants européens, selon les cas, expliquent leur absence de réaction face à de telles contre-vérités.

Sur le plan théologique, les points de blocage sont les suivants, toujours passés sous silence.

Premier point : l’école théologique majoritaire depuis le Xe siècle -l’asharisme- soutient que le Coran est un texte directement dicté par Dieu, mot à mot. Mieux que cela : le Coran est censé être la parole « incréée » d’Allah. Autrement dit, le texte du Coran est réputé être de la substance même de Dieu. C’est la raison pour laquelle il est interdit, à l’intérieur de l’islam, de se livrer à une quelconque interprétation historico-critique du livre sacré. Ceci explique pourquoi l’exégèse et l’apologétique musulmanes sont d’une aussi consternante puérilité (pour s’en faire une idée, il suffit de se rendre dans une boutique de spiritualité islamique, à Barbès par exemple, et de consulter les ouvrages en rayon).
Deuxième point : cette même école théologique soutient la règle de « l’abrogeant et de l’abrogé » : cela signifie que lorsqu’il y a une contradiction entre deux versets du Coran, le verset le plus récent annule le verset le plus ancien.

Or, il faut savoir que les versets « tolérants » du Coran (datés de la Mecque, où Mahomet était minoritaire) sont abrogés par des versets plus tardifs, dits « versets de colère » (datés de Médine, où il était majoritaire). Cette règle est d’autant plus solide qu’elle est elle-même inscrite dans des versets du Coran (II, 106 et XVI, 101). De ce fait, le droit à la liberté religieuse n’est pas reconnu dans l’islam asharite actuellement dominant (le fameux verset, souvent cité par les musulmans télévisuels, « Point de contrainte en religion » (II, 256), est en fait abrogé par des versets plus tardifs, notamment IX, 36 et 73). En conséquence, l’islam actuel est incompatible avec notre bloc constitutionnel, comme avec la convention européenne des Droits de l’Homme. Il l’est aussi en raison du sort qu’il réserve aux femmes : le Coran préconise, en effet, de battre les femmes quand elles n’obéissent pas (IV, 34) et de les flageller en cas d’adultère (XXIV, 2) –ce châtiment ayant été commué en lapidation à mort par les « hadiths du prophète »). De cela, les dirigeants politiques des années 1980 étaient encore parfaitement conscients. Le RPR écrivait ainsi dans les actes de ses Etats Généraux de 1990 : « L’islam n’apparaît pas conforme à nos fondements sociaux et semble incompatible avec le droit français […] Il y a bien incompatibilité entre l’islam et nos lois. »

Troisième point : dans la théologie islamique dominante, lorsque l’islam est minoritaire sur un territoire, il doit se montrer tolérant ; lorsqu’il devient majoritaire, les musulmans doivent appliquer la charia et les infidèles doivent se convertir ou acquitter un impôt de soumission (IX, 29). En Allemagne, dans certains quartiers, des brigades de police religieuse sont d’ores et déjà en train de se mettre en place (« Shariah Polizei »).

Chez nous, depuis les déclarations du RPR en 1990, un seul changement vraiment notable est intervenu : plusieurs millions de musulmans supplémentaires sont arrivés sur notre sol.

« Une religion d’avenir », comme dirait le Premier Ministre.

Posté le 15 octobre 2014 à 14h33 par Paula Corbulon | Lien permanent | Commentaires (37)

18 octobre : conférence de l'abbé Pagès à Avrillé

Conférence de l'abbé Pagès, sur le thème de son dernier livre "Interroger l'Islam", le samedi 18 octobre à 20h30 au couvent de la Haye-aux-Bonshommes, allée Saint-Dominique, à Avrillé (Maine et Loire), près d'Angers.

Posté le 15 octobre 2014 à 07h12 par Michel Janva | Lien permanent

14 octobre 2014

Asia Bibi : son procès en appel le 16 octobre

C'est ce que nous rappelle Citizen Go et Hazteoir dans cette video, au sous-titrage hélas clairsemé. Ces deux mouvements nous invitent aussi à signer la pétition en faveur de notre soeur pakistanaise ici.

 

Posté le 14 octobre 2014 à 21h42 par Paula Corbulon | Lien permanent

Six mois après, 200 lycéennes nigérianes toujours otages de Boko Haram

Capture d'écran de la vidéo diffusée par Boko Haram montrant les lycéennes enlevées.

4415703_6_cd5a_capture-d-ecran-de-la-video-diffusee-par_68850295459395f8f74fec1d4516cb85

Lu dans le Monde :

"Une manifestation est organisée, mardi 14 octobre dans la capitale nigériane, Abuja, pour réclamer la libération des 219 lycéennes toujours portées disparues. En avril, 276 jeunes filles avaient été kidnappées par le groupe islamiste armé Boko Haram dans le nord-est du pays. 

Quelques centaines de membres du mouvement Bring Back Our Girls ("ramenez-nous nos filles", en Français), né en avril en soutien aux otages, ont prévu de marcher jusqu'à la résidence du président Goodluck Jonathan, dans l'espoir qu'une audience leur sera accordée."

Ne les oublions pas dans nos prières.

Posté le 14 octobre 2014 à 19h16 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (5)

13 octobre 2014

L'Arabie, les Frères Musulmans et l'Etat Islamique : même vision de l'islam

Docteur en géopolitique, Frédéric Encel est l'auteur d'une douzaine d'ouvrages, principalement sur le Proche-Orient. Extrait d'un entretien donné au blog Secret Défense :

"Les wahabites [l'école sunnite au pouvoir, ndlr] considèrent les Frères musulmans comme des concurrents théologiques redoutables. Sur le fond, ils sont proches, favorables à l'application stricte de la charia, à l'exclusion des femmes, hostiles aux Juifs et à l'Occident. En revanche, ils se distinguent sur la forme. Depuis les années 1930, les Frères musulmans s'inscrivent dans la modernité, en fondant des partis, des syndicats, des associations, en participant aux élections, toutes choses que les wahabites rejettent résolument.

Et les djihadistes de Daesh, que les Saoudiens sont accusés d'avoir soutenus dans un premier temps ?

C'est leur Golem, la créature qui échappe à son maître et se retourne contre lui. Pour les Saoudiens, c'est une menace très sérieuse, bien plus que les Frères musulmans ou la jeunesse occidentalisée. Tout simplement parce que Daesh représente à la fois une menace militaire contre le Royaume et une concurrence : l'Etat islamique partage la même vision du monde que les Saoudiens. Si les Américains n'étaient pas intervenus en août pour stopper la progression de Daesh en Irak, les djihadistes seraient arrivés à la frontière avec l'Arabie saoudite. Se seraient-ils arrêtés ? Il faut bien comprendre qu'ils rejettent l'idée même de frontières au sein de l'Oumma, entre musulmans. Pour eux, ces frontières sont «haram», illicites, et ceux qui les imposent sont des «koufars», des mécréants. Ce que dit Daesh au pouvoir saoudien, c'est, en substance : «Vous pensez la même chose que nous, mais nous, nous le mettons en pratique». Eh bien évidemment, il lui reproche son alliance avec les Etats-Unis.

Cela renvoie à Ben Laden, un Saoudien qui ne pardonnait pas au régime des Saoud d'avoir fait venir, durant la première guerre du Golfe (1990-91) des dizaines de milliers d'Américains dans leur pays, des chrétiens, des juifs, des femmes en short ! Il faut bien comprendre que tout le territoire du royaume est considéré comme s'il était une mosquée ! C'est pourquoi il est interdit d'y célébrer la messe ou d'y faire la guerre. On peut réprimer, mais on ne peut pas se battre dans une mosquée. [...]

L'Arabie saoudite, comme le Qatar et les Emirats, sont parmi les seuls pays au monde qui disposent encore de beaucoup d'argent et sont prêts à acheter. La position de la France, essentiellement déterminée par sa mauvaise situation économique, est assez simple : ils ont de l'argent, alors vendons-leur ce que l'on peut ! Mais cette politique a des effets pervers, y compris dans la propagation de l'islam radical. Je crois qu'il vaudrait mieux prendre nos distances avec ces pays."

Posté le 13 octobre 2014 à 11h43 par Michel Janva | Lien permanent

12 octobre 2014

Paris : conférences sur l'islam avec l'abbé Loiseau

L'abbé Fabrice Loiseau, supérieur des Missionnaires de la Miséricorde Divine, célébrera la messe une fois par mois à l'église St Louis en l'Ile (Paris) à 19h30, suivie d 'une conférence sur l'Islam à 20h30. Voici les dates :

  • 13 octobre : Qui sont les associationnistes ?
  • 10 novembre: le Coran, parole incréée ?
  • 8 décembre : djihad et violence
  • 5 janvier : l 'histoire de Mahomet
  • 9 février : Jésus , prophète ou fils de Dieu ?
  • 9 mars : la Bible est elle falsifiée ? Annonce – t- elle Mahomet ?
  • 13 avril : la charia, religion et Etat
  • 18 mai : la femme et le mariage dans l' islam
  • 8 juin : le destin et la prédestination

Posté le 12 octobre 2014 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent

11 octobre 2014

Grande-Bretagne : la montée de l’islam

Lu ici, cet état des lieux de l'islamisation de l'Angleterre :

La-montée-de-l’islam

"Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire."

Ces paroles du président algérien Houari Boumédiène, qu’il prononça lors de son discours à l’ONU en 1974 semblent de plus en plus être d’actualité. Si au Moyen Orient le fondamentalisme islamique est toujours en train de conquérir de nouveaux territoires, en Occident en revanche, sa montée est silencieuse, mais elle est inarrêtable.

Le cas de l’Angleterre est en ce sens emblématique : le pourcentage de musulmans dans les villes des Midlands et dans certains quartiers de Londres a dépassé le 30 % de la population. Ces avertissements et ces chiffres ont été confirmés ponctuellement par les données que vient de publier le 15 août 2014 l’Office for National Statistics (ONS) à propos des prénoms masculins les plus donnés en 2013.

Il s’avère que le nom le plus répandu en Angleterre et au pays de Galles pour ces douze derniers mois est Mohammed. Certes, la recherche a officiellement mentionné le prénom « très anglais » d’Oliver comme prénom le plus donné : 6.949 fois. Pourtant une analyse plus attentive de ces données indique que ce calcul n’a pas tenu compte des différentes orthographes utilisées pour transcrire le prénom arabe Mohammed (Muhammed, Mohamed, Muhammad et Mohammad) : il en ressort que le prénom du Prophète Mahomet apparaît 7.445 fois, arrivant largement en tête des classements.

Londres, la capitale, est en train d’expérimenter à ses frais cette évolution démographique. Dans son édition du 5 août 2014, le quotidien italien “Il Messaggero.it” publiait ces lignes : « Prenons par exemple la mairie de Tower Hamlets, proche de la City et des Docklands : les musulmans y représentent désormais 35 % des habitants. Dans la City de Westminster même, – le “council” du centre de la capitale, le symbole de l’Angleterre libérale et démocratique, avec Big Ben, le Parlement et le siège du Gouvernement -, les musulmans représentent presque 20 %. Et à Luton, où se trouve le troisième aéroport de Londres, on compte plus de 50.000 musulmans (soit plus de 25 % de la population)».

Dans le nord du pays, la situation n’est guère différente. Ainsi à Manchester, dans ce qui fut le cœur industriel de l’Angleterre, « les musulmans représentent 17 % de la population, à Birmingham : 22 %, avec des faubourgs entiers où la culture et la pratique du Coran sont prédominantes ». Et le processus d’expansion n’en est qu’à ses débuts.

Les spécialistes estiment en effet que d’ici la fin de l’année 2014 la population musulmane du Royaume Uni dépassera les 3 millions et demi. Cette croissance incessante incite les groupes radicaux à intensifier encore plus leur action dans un contexte social toujours plus « favorable ». Un épisode alarmant et emblématique illustre cet état de fait. Il s’est déroulé à Londres il y a quelques mois, mettant en scène les membres d’un jeune gang d’islamistes qui ont été filmés tandis qu’ils arrêtaient dans la rue les passants, leur demandant de respecter les commandements de la charia en leur disant : « Ici vous êtes dans un quartier musulman. Que cela vous plaise ou non c’est nous qui allons commander et qui allons combattre le mal. Allah est grand ! Nous sommes en train d’arriver ». Un imam musulman radical qui a été interviewé quelques jours après cet épisode n’y est pas allé par quatre chemins pour commenter ce qui s’était passé : « On assiste à un réveil. Ce qui est en cours, c’est nettement un affrontement entre l’Islam et la démocratie libérale dans certains des points-clés de Londres ».

Par ailleurs, de nombreux musulmans de citoyenneté britannique ont quitté le pays pour aller rejoindre le jihad. Le quotidien anglais “The Independent” a publié au cours des derniers mois, des récits de vie de nombreux jeunes, hommes et femmes, qui sont partis en hâte pour se battre sous les drapeaux noirs d’Abu Bakr al-Baghdadi pour instaurer, par des persécutions, des exécutions sommaires et des décapitations, l’État Islamique de l’Iraq et du Levant (ISIS).

L’un d’entre eux, Abu Dugma al-Britani, a lancé par un message posté sur twitter une prophétie bien précise à l’adresse du Royaume Uni et des Anglais : « Nous occuperons Downing Street (une rue de Londres au Royaume-Uni où se situent depuis plus de deux cents ans les résidences du Premier Ministre britannique et de son chancelier de l’Échiquier, NDLR) et nous égorgerons à Trafalgar Square tous ceux qui ne voudront pas se convertir. L’Isis (l’État Islamique de l’Irak et du Levant) arrive ».

En Angleterre l’Islam fait donc de plus en plus peur, et l’échec de la politique « multiculturelle » appliquée depuis plusieurs années est désormais évident pour tous. L’intégration ne s’est pas produite et les paroles du président algérien Houari Boumédiène résonnent chaque jour comme plus tragiquement prophétiques."

Posté le 11 octobre 2014 à 10h55 par Marie Bethanie | Lien permanent

09 octobre 2014

Un faux site pour dénoncer les mariages d’enfants : désinformation

Afin de dénoncer le mariage forcé des petites filles dans le monde, l'ONG norvégienne Plan a mis en ligne un faux site, le blog de Thea, 12 ans, qui raconte qu'elle doit épouser samedi un homme de 25 ans plus âgé qu'elle. Bien sûr tout le monde s'indigne. Normal. Sauf que voici la photo de Théa avec son "fiancé" : 

561x360_thea-12-ans-fiance-geir-37-ans
L'article de "20 minutes" raconte que

"Sur la page d’accueil, l’enfant annonce la couleur: «Bonjour, je m’appelle Thea, j’ai 12 ans et je vais me marier». Elle y raconte les préparatifs de la noce, le choix de l’église, de la robe, la liste d’invités, elle qui n’aura pas le droit d’inviter ses amies. Elle y confie aussi ses interrogations sur son avenir, réalisant qu’elle ne pourra pas devenir vétérinaire comme elle en rêve. «Ma mère m’a expliqué que je n’aurais pas à travailler, que mon mari gagnera de l’argent pour nous deux», écrit-elle.[...]

Et c'est là que la petite lumière rouge familière se met à clignoter dans votre esprit : oui, vous avez bien vu, la mariée est bien blonde aux yeux bleus, vêtue à l'européenne ainsi que son "fiancé", et oui vous avez bien lu, "Théa" mentionne l'EGLISE où elle doit se marier.

Ce qui fait que vous avez compris qu'on se moque de vous une fois de plus, car dans notre Europe chrétienne on ne marie pas les enfants, même avec leur consentement, car l'Eglise ne le permet pas. Nous sommes donc en présence d'une vaste opération d'enfumage et de désinformation. L'esprit est le même que lors de la sortie du clip de Julie Gayet en mars 2014, sauf qu'ici ils sont allés plus loin en mentionnant l'église.

Bien entendu, si la fillette avait été "musulmane d'apparence", et le fiancé couronné d'un turban et portant la barbe, et si le faux site avait mentionné la mosquée au lieu de l'église, collant en cela beaucoup plus à la réalité, les chantres du racisme éternel auraient tous braillé en choeur à la stigmatisation de la religion de paix et d'amour. Donc, pour faire facile et sans risque, on choisit une enfant blonde, on l'habille à l'européenne et on la marie à l'église. Auto-dénigrement et mensonge : notre société est décidément bien malade ...

Posté le 9 octobre 2014 à 23h32 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (20)

Le prêtre enlevé en Syrie est à présent assigné à résidence

Des nouvelles du prêtre franciscain enlevé dimanche dernier, avec une vingtaine d'autres chrétiens :

"le P. Hanna Jallouf a été libéré et assigné à résidence au couvent de Knayeh, en Syrie. S’agissant des paroissiens enlevés avec lui, l’Agence Fides rapporte que les femmes auraient été libérées et les hommes maintenus en otages."

Posté le 9 octobre 2014 à 16h38 par Louise Tudy | Lien permanent

Nigéria : 185 églises détruites

Le bilan des violences perpétrées par les islamistes de Boko Haram au Nigeria est extrêmement lourd. Des centaines de milliers de civils sont en train de fuir alors que les églises sont détruites. 185 églises incendiées et plus de 190.000 personnes contraintes à l’évacuation : tel est le bilan au cours des deux derniers mois dans le Diocèse de Maiduguri, dont le territoire d’étend sur les Etats de Borno, Yobe et sur une partie de l’Etat d’Adamawa, dans le nord du Nigeria. C’est ce qu’indique le Directeur des Communications sociales du Diocèse, le Père Gideon Obasogie.

Au cours de ces deux derniers mois, 11 villes situées sur le territoire du Diocèse sont tombées entre les mains de Boko Haram. Les femmes sont victimes de violences sexuelles alors que se répand la pratique de décapitation des otages de la part des terroristes.

Le 7 octobre, s’est ouvert à Niamey, capitale du Niger, un sommet régional pour la lutte contre Boko Haram, qui menace actuellement également les pays limitrophes, ainsi que le démontre la mort de 7 personnes dans le nord du Cameroun.

Posté le 9 octobre 2014 à 07h42 par Michel Janva | Lien permanent

08 octobre 2014

Rappel: ce week-end, forum sur l'évangélisation des musulmans

Nous en avons déjà parlé et c'est à la fin de la semaine.

"Le deuxième Forum sur l'Evangélisation des musulmans "Jésus le Messie" (Jeshua al Massih)  se tiendra samedi 11 octobre et dimanche 12 octobre 2014 à STEENWERCK (30 km à l'ouest de LILLE)."

Sont notamment attendus: Joseph Fadelle, auteur de "Le prix à payer", Annie Laurent, l'abbé Pagès, Moh-Christophe Bilek, le père Samir Khalik Samir, l'abbé Loiseau, des représentants des communautés Saint-Jean, des Béatitudes, Saint-Martin, de Radio Espérance, et bien d'autres.

Des stands des associations, institutions et mouvements suivants sont prévus: AED, Oeuvre d'Orient, Sainte-Croix de Riaumont, ND de Kabylie, CLARIFIER, et bien d'autres également.

A l'heure où nos frères d'Orient sont persécutés sans retenue, et où nos gouvernants nous jètent dans la fournaise sans résoudre le problème majeur de l'Islam en France, venez nombreux écouter des paroles d'espérance quant à la possibilité d'amener à Notre Seigneur Jésus Christ des coreligionnaires de leurs persécuteurs.

Tous les détails, lieu, programme, modalités pratiques, intervenants sont donnés ici.

Posté le 8 octobre 2014 à 07h55 par Paula Corbulon | Lien permanent

Prières pour le procès en appel d'Asia Bibi

Asia-Bibi_aOn se souvient de la condamnation à la pendaison d'Asia Bibi, cette Pakistanaise accusée de blasphème pour avoir bu dans un puits censé être réservé aux musulmans, et avoir parlé un peu vivement aux femmes musulmanes qui le lui interdisaient. Cela fait 4 ans bientôt qu'elle est emprisonnée, alors que son mari et ses 5 enfants sont obligés de se cacher pour ne pas être mis à mort.

Son procès devrait passer en appel le 16 octobre, après avoir été reporté six fois.

Nous ne l'oublions pas dans nos prières, et confions sa libération à Notre Dame du Rosaire.

Posté le 8 octobre 2014 à 00h19 par Marie Bethanie | Lien permanent

07 octobre 2014

8 octobre : conférence sur l'Etat islamique à Paris

François Billot de Lochner, président de Liberté politique, est heureux de vous inviter à la conférence :

"L'ETAT ISLAMIQUE" un dessein politico-religieux Comment le combattre ?

Surpris par les ravages monstrueux de l'organisation "Etat islamique", l'Occident ne comprend pas ce nouvel ennemi. Or il ne faut pas se raconter d'histoire : l'ambition de ces troupes djihadistes dépasse les agissements d'une armée terroriste et mafieuse surgie de nulle part.

Espace Georges-Bernanos, 4 rue du Havre Paris IXe MERCREDI 8 OCTOBRE, 19h-21h (entrée libre, PAF conseillée 5 €)

Le dessein de l'organisation "Etat islamique", est d'établir un califat. Son projet puise aux sources de l’eschatologie islamiste médiévale : les sujets du calife seront les annonciateurs du Jugement. Prétendre donc que l'"État islamique" n’a rien de religieux n’a aucun sens.

  • Quelles sont les explications historiques de ce projet, qui progresse dans d'innommables atrocités ?
  • Pourquoi les chrétiens sont-ils un obstacle à cette guerre entre musulmans ?
  • Les musulmans ennemis de l'EI peuvent-ils être des alliés ?

Si le califat est un rêve puissamment ancré dans les mentalités, même manipulées, ce ne sont pas des bombes qui le neutraliseront...

LES REPONSES DE :

Henri de Saint-Bon, ancien officier de l'Armée de terre, écrivain, spécialiste de l'islam, auteur de L'Islam à la lumière de la foi chrétienne (L'Oeuvre, 2012), et de Catholique/Musulman, je te connais, moi non plus (FX de Guibert, 2006).

Thomas Flichy de La Neuville, professeur de géopolitique à l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, auteur de L'Iran au-delà de l'islamisme (Ed. de l'Aube) et de l'Etat islamique, anatomie du nouveau califat (BG Editions, à paraître),

Et le témoignage de l'équipe de SOS Chrétiens d'Orient : Charles de Meyer et Charlotte d'Ornellas, de retour d'Irak.

Posté le 7 octobre 2014 à 17h51 par Michel Janva | Lien permanent

06 octobre 2014

"L’Etat islamique est un serpent venimeux basé sur le Coran et sur la vie de Mahomet"

Au Parlement néerlandais, Geert Wilders est intervenu le 2 octobre sans être interrompu dans le débat sur l’envoi de F16 en Irak contre l’Etat islamique. Le jour où vous entendrez un député français parler ainsi, sans réactions, vous me préviendrez. Extrait de la traduction d'Yves Daoudal :

"L’Etat islamique est un cancer islamique ; c’est un serpent venimeux basé sur le Coran et sur la vie de Mahomet, un criminel qui, il y a 14 siècles, assassinait et décapitait, de Médine à La Mecque. Son successeur autoproclamé calife de Bagdad est maintenant aux portes de Bagdad et de Damas. Il a des fidèles partout dans le monde, y compris dans notre pays, nos villes et nos rues. [...]

Madame le Président, tous les esprits naïfs qui disent que l’Etat islamique n’a rien à voir avec l’islam commettent un sérieuse erreur politiquement correcte, qu’il s’agisse d’Obama, de Cameron, de Rutte, de Samson.

[...] C’est pourquoi mon parti soutient la décision du gouvernement d’envoyer des F16 néerlandais contre l’Etat islamique. Nous disons ; Bombardons-les ! [...]

Encore plus important que de combattre l’Etat islamique en Irak et en Syrie est de combattre le terrorisme islamique ici, aux Pays-Bas, dans notre pays. La sécurité des Pays-Bas doit être notre priorité numéro un. Nos concitoyens doivent être en sécurité dans les trains, pouvoir marcher tranquillement dans la rue, doivent pouvoir conduire tranquillement leurs enfants à l’école, doivent pouvoir faire leurs courses en toute sécurité. Voilà l’enjeu. Et dans l’article 100 de sa lettre au Parlement, le gouvernement ne consacre que deux paragraphes à la sécurité nationale. Il y a même davantage d’attention aux questions d’égalité de genre et à la situation des femmes dans le monde arabe. C’est une parodie.

[...] Dimanche dernier, le ministre de la Sécurité et de la Justice annonçait fièrement que les passeports de 41 jihadistes avaient été confisqués pour qu’ils ne puissent pas se rendre en Syrie ou en Irak. Que c’est stupide ! Maintenant ils se baladent, ici, dans nos rues. Ceux qui veulent faire le jihad ailleurs, qui veulent décapiter des gens, commettre des attaques, se baladent dans nos rues à cause de la décision du ministre, aux Pays-Bas. Je le dis depuis dix ans et je le répète une nouvelle fois : fermez la frontière aux immigrants des pays islamiques. Trop c’est trop. La culture islamique de la haine n’a rien à faire ici aux Pays-Bas, et 65% des Néerlandais sont d’accord avec cela. Laissez les jihadistes quitter le pays, et ne les laissez jamais revenir. Telle est la solution. Rétablissez les contrôles aux frontières, expulsez quiconque exprime la moindre sympathie envers l’Etat islamique, enlevez-leur leur passeport néerlandais, exigez que tous ceux qui ont un passeport d’un pays islamique signent une déclaration anti-charia. [...]"

Posté le 6 octobre 2014 à 18h16 par Michel Janva | Lien permanent

03 octobre 2014

« L’Etat islamique » est-il l’ennemi de l’islam ?

Dans La Petite Feuille Verte de l'association Clarifier, Annie Laurent revient sur la condamnation de l'Etat islamique par un certain nombre d'organismes et de personnalités musulmans. Extrait :

"Pour méritoires qu’elles soient, surtout en raison de leur nouveauté, de leur fermeté et de leur nombre, ces prises de position n’en demeurent pas moins entachées d’ambiguïtés et risquent de n’avoir pas l’efficacité attendue car elles éludent le problème de fond. [...]

Les djihadistes trouvent dans les Ecritures sacrées de l’islam bien des passages qui légitiment, voire imposent, le recours à la violence dès lors qu’il s’agit de défendre les intérêts de l’islam, confondus avec ceux de Dieu, et d’agir pour son expansion dans le monde. Le djihad est un devoir religieux, une « obligation de communauté » consistant à « faire effort » pour « la cause de Dieu », action qui, dans le Coran, n’est définie que sous son aspect guerrier. Le combat est prescrit à tous, même à ceux qui l’ont « en aversion » car c’est un bien pour eux (2, 216).
« Combattez [les incrédules] jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sédition et que le culte de Dieu soit rétabli » (2, 193).
– « Après que les mois sacrés se seront écoulés, tuez les polythéistes, partout où vous les trouverez, capturez-les, assiégez-les, dressez-leur des embuscades. Mais s’ils se repentent, s’ils s’acquittent de la prière, s’ils font l’aumône, laissez-les libres » (9, 5).
– « Combattez pour Dieu, car il a droit à la lutte que les croyants mènent pour lui » (22, 78).
En outre, le djihad ne doit jamais être interrompu : « Ne faiblissez pas ! Ne faites pas appel à la paix quand vous êtes les plus forts. Dieu est avec vous, il ne vous privera pas de la récompense due à vos œuvres » (47, 35).

Mahomet s’est lui-même employé à imposer l’islam aux populations de l’Arabie en recourant à l’invective, aux menaces eschatologiques (l’enfer) et au djihad. Le butin et les victoires contribuèrent largement au succès et à la propagation de l’islam, conférant à la prédication de Mahomet une authenticité « divine » et incitant les musulmans à imiter leur « beau modèle » (33, 21) auquel il convient d’obéir car « celui qui obéit au Prophète obéit à Dieu » (4, 80). Ce sont ces ordres et ces règles que les djihadistes, au Levant, en Asie et en Afrique, et aussi en Europe, appliquent scrupuleusement. Pour eux, c’est cela être authentiquement croyant. Les auteurs des dénonciations n’ont d’ailleurs pas condamné le principe du djihad. Pour le philosophe marocain Abdou Filali-Ansary, le contenu de l’enseignement dispensé dans les écoles et les mosquées est le terreau de l’« Etat islamique ». [...]

A notre époque, certains penseurs musulmans préconisent une relecture des versets dérangeants en leur donnant un sens plus spirituel ou en les situant dans un contexte historique dépassé [...]

Cette prise de position appelle plusieurs remarques

  •  Selon une croyance partagée par tous les musulmans qui assument leur identité religieuse, le Coran émane directement et exclusivement de Dieu (une « dictée » divine), Mahomet n’ayant joué qu’un rôle de « transmetteur » docile. Aucun musulman, même parmi les tenants de sa relecture, ne remet en cause ce qui peut s’apparenter à un dogme. Le Coran est en outre réputé intemporel et immuable, valable pour tous les temps et tous les lieux. Contrairement à la Bible, il transcende l’histoire.
  •  Les « textes anciens » du christianisme ne sont pas « à parité » avec ceux de l’islam. Certes, l’Ancien Testament comporte des passages qui légitiment la violence, le talion ou la lapidation, mais il a trouvé son accomplissement dans la loi d’amour annoncée par le Christ. L’Evangile et tous les écrits qui composent le Nouveau Testament s’opposent clairement à toute justification de la haine et des actes qu’elle inspire. L’Eglise lit d’ailleurs l’Ancien Testament à la lumière de Jésus-Christ. Toute autre lecture est invalide.
  • En ce qui concerne la Parole de Dieu, l’islam ignore le concept d’inspiration, tandis que l’Eglise n’a jamais considéré la Bible comme une dictée divine. Pour elle, les livres bibliques sont des œuvres humaines écrites par des auteurs divers sous la motion de l’Esprit Saint. Les Evangiles eux-mêmes sont des témoignages. Cette réalité donne à l’Eglise toute liberté en matière d’interprétation et d’adaptation des Ecritures.
  • L’Eglise catholique dispose pour cela d’une autorité unique dotée d’un pouvoir magistériel revêtu du sceau de l’authenticité dont l’enseignement s’impose à tous les fidèles. Les non catholiques peuvent ainsi savoir quel est le christianisme véritable. Or, l’islam, en tout cas dans sa version sunnite (c’est à lui qu’appartiennent les djihadistes de l’« Etat islamique »), est dépourvu d’une semblable organisation hiérarchique. Aucune autorité représentative ne dispose donc du pouvoir de supprimer les parties du Coran moralement et humainement inacceptables. Si bien que lorsqu’un musulman applique à la lettre les ordres ou permissions coraniques, il peut prétendre répondre aux attentes de Dieu.

CONCLUSION

En fait, contrairement à ce que l’on entend dire, y compris au sein de l’Eglise, ce ne sont pas seulement les personnes musulmanes (en l’occurrence les terroristes) qui inquiètent mais plus fondamentalement les textes sacrés auxquelles elles se réfèrent. Tant que les musulmans n’auront pas su dépasser ces obstacles structurels, aucun vrai renouvellement de la pensée islamique dans ses différents aspects (religieux, politique, social) ne sera envisageable. En attendant, oui, l’« Etat islamique » est l’ennemi des musulmans dont il défigure l’humanité, mais est-il réellement l’ennemi de l’islam comme certains responsables politiques et religieux musulmans l’ont déclaré ?"

Posté le 3 octobre 2014 à 07h20 par Michel Janva | Lien permanent

01 octobre 2014

Guerre contre Daesh : où sont les morts?

C'est la question plutôt pertinente que pose Causeur dans l'une de ses brèves :

"Depuis deux semaines, une coalition menée par les Etats-Unis s’est engagée dans une guerre aérienne contre les milices islamistes radicales du Daesh, en Irak et en Syrie. Les communiqués relatifs à ces opérations font état de cibles détruites : centres de commandement, chars d’assauts, raffineries et puits de pétrole alimentant les finances de cette bande d’égorgeurs. Fort bien.

Cependant, il apparaît que cette milice a pris ses quartiers dans un certain nombre de localités peuplées de civils désormais soumis à leur terreur : tous n’ont pas la possibilité, ou les moyens, de s’enfuir vers la Turquie ou la région autonome kurde. Un reportage impressionnant, filmée en caméra cachée (vidéo ci-dessous), par une journaliste dissimulée sous son niqab : montre la ville de Raqqa, en Syrie, place forte des djihadistes. On y voit une ville peuplée de civils vaquant, malgré la situation, à leurs activités quotidiennes. Alors, de deux choses l’une : soit les frappes aériennes de la coalition épargnent à dessein les zones peuplées, quitte à les transformer en sanctuaire pour les miliciens de Daesh et leurs chefs, soit, plus vraisemblablement, on nous cache les « dommages collatéraux » inévitablement produits par des frappes aériennes en milieu urbain. L’AFP est dans l’incapacité d’établir le compte précis des victimes, militaires ou civiles, comme elle l’avait fait  pendant l’opération «  Barrière protectrice » à Gaza, en se fondant sur les seules informations fournies par le Hamas. Notre bonne conscience est donc préservée : à la différence des Israéliens, nous savons tuer des civils sans que cela se voie…"

Ci-dessous, une vidéo en caméra cachée filme  la vie quotidienne à Rakka, fief de l'organisation de l'Etat islamique en Syrie.

 

Posté le 1 octobre 2014 à 15h24 par Marie Bethanie | Lien permanent | Commentaires (7)

Exiger des imams qu'ils se déclarent pour la liberté religieuse dans tous les pays

De Bernard Antony dans Les 4 Vérités :

"Ceux qui osent proférer que l’islamisme et « l’État islamique au Levant », en particulier, « ce n’est pas l’islam » sont dignes de ceux qui, au long d’un siècle, n’ont cessé d’affirmer de tous les régimes communistes qu’ils n’étaient pas le vrai communisme, mais de regrettables avatars. Quelques uns, certes, ne sont que des ignorants, mais la plupart commettent ce déni de réalité en raison des nécessités de diplomatie politique ou religieuse. La plupart l’avouent en privé. Or, cela ne sert à rien : ni religieusement, ni politiquement, ni pour la survie des derniers chrétiens des pays islamisés, ni même pour notre sécurité intérieure.

L’islamisme actuel est la continuation moderne des multiples déferlements fanatiques, conquérants et massacreurs qui ont ponctué l’histoire de l’islam. Le tout avec la claire conscience d’être dans l’imitation du prophète Mahomet et de son modèle théocratique systématisé avec la charia, que les djihads doivent préserver ou étendre. Affirmer que l’islamisme, dont toutes les ramifications et organisations sunnites ont été développées et financées principalement depuis l’Arabie saoudite et le Qatar, ce n’est pas l’islam, cela revient à affirmer que les régimes de ces pays ne seraient pas l’islam ! Affirmer que l’État islamique, qui a bénéficié d’une indéniable complicité de la Turquie (que certains veulent faire entrer dans l’UE), ne serait pas l’islam, cela revient à affirmer que la Turquie ne serait pas musulmane ! Et, sur le plan français, que dire des politiciens, de l’extrême gauche à l’extrême droite et des religieux catholiques (y compris traditionalistes) et, bien sûr, des imams professant doctement que l’islamisme n’a rien à voir avec l’islam? Et des policiers et des gouvernants qui, sans vergogne, n’ont cessé, à propos des terroristes comme Merah, de nous conter la fable des « loups solitaires »?

Alors que la vérité, c’est que « l’État islamique », comme Boko Haram, comme al-Qaïda, comme les talibans, comme les régimes chiites ou sunnites, de stricte application fondamentaliste de la charia et de la dhimmitude, tout cela, c’est la diversité de l’islam dans ses formes les plus sectaires et les plus violentes. Cette triste diversité, c’est certes celle des horreurs monstrueuses des organisations terroristes, mais c’est aussi celle des châtiments barbares appliqués selon la charia dans les pays musulmans les plus fondamentalistes (lapidations, amputations, décapitations…) et les discriminations cruelles de la dhimmitude et des entraves à la liberté religieuse (notamment la liberté de conversion), voire son interdiction totale.

Face à cette situation d’importance planétaire, que faut-il faire ? Il faut certes que les États ripostent militairement, et durement, à la barbarie. Mais c’est aussi toute une stratégie, politique et religieuse, qu’il faudrait mettre en place vis-à-vis de l’islam. Il faut profiter du fait que même certains États musulmans qui l’ont encouragé, suscité, financé, s’inquiètent désormais d’un extrémisme djihadiste qui pourrait les balayer selon le mouvement continuel de l’islam, dans lequel, depuis quatorze siècles, il s’est toujours formé de nouveaux tsunamis salafistes dévastateurs des régimes attiédis. L’action militaire peut et doit être assortie d’une exigence de liberté, nullement provocatrice, respectueuse certes des musulmans pacifiques, qu’il ne faut pas offenser dans leur foi religieuse. Mais c’est l’acceptation de la liberté et de l’égalité religieuse qui, en islam, conditionnera l’éclosion des autres libertés. L’abandon de la dhimmitude, la possibilité de conversion à d’autres religions que l’islam, la liberté de culte, c’est ce qui fera surgir inéluctablement la liberté politique, sociale, civile, citoyenne. Cela, il faut le réclamer d’abord, avec patience mais fermeté, des pays « phares », l’Arabie Saoudite et le Qatar, et aussi la Turquie et l’Iran. Il faut chez nous, partout en Occident mais aussi en Russie, exiger clairement de tous les imams qu’ils se prononcent pour un islam moderne libéré de l’archaïsme totalitaire de la charia et qu’ils se prononcent pour la liberté religieuse dans tous les pays de l’oumma. C’est cette exigence de réciprocité dans la liberté religieuse et civile que devraient sans cesse réclamer les hiérarchies chrétiennes, plutôt que de tenir de tièdes propos de complaisance qui ne rencontrent d’ailleurs qu’une courtoisie formelle recouvrant le mépris."

Posté le 1 octobre 2014 à 08h16 par Michel Janva | Lien permanent

Maroc : les supporters du club de Casablanca chantent des louanges à "Daesh" et au Jihâd

Une information de l'Observatoire de l'islamisation :

"L'arabisant Romain Caillet de l'Institut Français du Proche Orient (bio) rapporte cette nouvelle inquiétante sur son compte twitter:"


  799473026

L'appel à Daesh et au jihad à 0'46". On entend très clairement les paroles, même sans parler l'arabe.

 

Posté le 1 octobre 2014 à 02h23 par Marie Bethanie | Lien permanent

30 septembre 2014

En "al-Andalus", le grand-père d'Averroes déportait (déjà) les chrétiens

Averroes, connu comme philosophe, théologien rationaliste islamique, juriste, mathématicien et médecin musulman andalou de langue arabe du XIIe siècle, et commentateur d'Aristote, fut exilé par les autorités musulmanes de son époque à cause de l'originalité de sa réflexion, qui le fait accuser d'hérésie.

L'observatoire de l'islamisation propose un livre de Dominique Urvoy, professeur de pensée et civilisation arabes à l'université de Toulouse-II, auteur de nombreux ouvrages, qui revient dans sa biographie d'Averroès (Ibn Rushd) sur l'attitude de son grand-père, Abû-l-Walîd b. Rushd, vis-à-vis des chrétiens andalous, alors qu'il est le gardien de l'orthodoxie musulmane à l'époque :

"[...] En 1125, le roi d’Aragon, Alphonse Ier le Batailleur, est appelé  à la rescousse par les chrétiens d’Al-Andalus. Ceux-ci que l’on nomme traditionnellement « mozarabes » , c’est à dire « ceux qui se veulent arabes », endurent en effet, depuis l’arrivée des Almoravides, des persécutions constantes, alors qu’elles n’étaient que sporadiques auparavant. La date cruciale est sans doute 1099, où le pouvoir fait détruire une église proche de Grenade, à laquelle les fidèles attachaient une signification particulière. De vexations en oppositions, on abouti à l’expédition du puissant voisin, qui accomplit un raid à la fois impressionnant et sans résultat notable, si ce n’est de mettre en péril ses alliés locaux. Abû-l-Wâlid b.Rushd, [grand-père d'Averroes] bien qu’âgé, juge la situation suffisamment préoccupante pour faire le voyage de Marrakech, capitale de l’empire.

Il prône l’expulsion des chrétiens, mesure que le souverain renforce encore en les faisant déporter vers les régions de Meknès et de Salé, où ils seront absorbés par la population musulmane, comme le seront les victimes de quatre déportations ultérieures.[...]"

De tout temps, la cohabitation avec l'islam s'avère difficile ...

 

Posté le 30 septembre 2014 à 19h34 par Marie Bethanie | Lien permanent

29 septembre 2014

Les 40 pays déconseillés aux Français

Pad

Mais surtout, padamalgam avec la religion majoritaire dans ces pays.

Posté le 29 septembre 2014 à 20h45 par Le Salon Beige | Lien permanent | Commentaires (14)

"Le dialogue ne stoppe pas les extrémistes. La violence s’impose"

Le patriarche syriaque catholique Ignace Youssef III Younan déclare à l'AED :

« Les chrétiens du Proche-Orient auront un avenir quand la famille des nations s’engagera vraiment pour la liberté religieuse ».

« Nous, les évêques, ne sommes ni militaires ni politiciens mais ce qui est clair, c’est que l’EI [Etat Islamique] doit être stoppé, quels que soient les moyens qu’il faille employer pour cela. Le dialogue ne stoppe pas les extrémistes. La violence s’impose, je ne saurais juste pas dire quel genre de violence. »

Mgr Silvano Tomasi ajoute :

« le pape François demande que la communauté internationale stoppe l’agresseur injuste. Cela fait partie de la doctrine sociale de l’Église, selon laquelle un agresseur injuste doit être stoppé et désarmé. L’Église doit constituer une sorte de conscience de la communauté mondiale. Elle appelle à l’action mais l’aspect technique ne fait pas partie de sa mission. »

« L’usage de la violence pour stopper l’agresseur est possible, cela ne signifie pas mener une guerre. Un policier qui utilise la violence pour faire régner l’ordre dans un quartier, ne déclare pas pour autant la guerre à la population de ce quartier. De la même manière, la communauté internationale devrait désarmer l’agresseur pour faire revenir la paix dans ces régions où ces pauvres chrétiens sont persécutés. »

Posté le 29 septembre 2014 à 07h39 par Michel Janva | Lien permanent

27 septembre 2014

L'Andalousie bientôt conquise par le tourisme halal ?

IHS News rapporte qu'il y a quelques jours, Grenade accueillait une conférence internationale sur le "tourisme halal" (destiné à la clientèle musulmane pratiquante), organisée par un cabinet londonien. Et de poser la question : pour ce juteux marché, l'Andalousie sera-t-elle prête à sacrifier son identité ?

"Car, et c’est là la clé de ce projet, ces touristes dépensent deux fois plus que la moyenne en Espagne (...). Un autre chiffre significatif : les dépenses globales des touristes musulmans représentent un volume d’affaires de 103 mds € dans le monde. (...) L’Andalousie compte ainsi bien prendre sa part du gâteau en étant bien décidée, s’il le faut, à présenter une vision idyllique de l’occupation musulmane."

L'Institut halal de Cordoue a déjà "certifié" un hôtel et deux restaurants. D'autres hôteliers sont tentés :

" l’étude présentée à Grenade montre aussi que les touristes du Moyen-Orient sont ceux qui dépensent le plus en matière d’hébergement (...) « Ce sont souvent des petits détails à prendre en compte, très importants pour cette clientèle, comme la signalisation de la direction de La Mecque, l’aménagement d’espaces de prière, une information en arabe, ou l’absence d’alcool et de porc… »

Imaginons trente secondes le scandale et les procès qu’occasionnerait un tourisme certifié catholique, avec obligation de respecter les enseignements et la morale de l’Eglise."

Posté le 27 septembre 2014 à 16h58 par Louise Tudy | Lien permanent | Commentaires (6)

26 septembre 2014

27 septembre : rassemblement à Rouen contre les persécutions islamistes

Samedi 27 septembre 2014, entre 17h30 et 18h30, sur le parvis de la cathédrale de Rouen, rassemblement de recueillement pour soutenir les chrétiens d'Orient persécutés et la famille de Monsieur Hervé Gourdel.

Une minute de silence sera observée à la mémoire de Monsieur Hervé Gourdeil et des victimes du terrorisme en la chapelle Notre-Dame du Voeu à la cathédrale. Venez nombreux avec des bougies !

Posté le 26 septembre 2014 à 20h58 par Michel Janva | Lien permanent

Un converti à l’islam égorge une collègue de bureau

au sein d’une société alimentaire de l’Oklahoma, dans le centre-sud des États-Unis.

Posté le 26 septembre 2014 à 20h13 par Michel Janva | Lien permanent

25 septembre 2014

Une chrétienne poignardée par un musulman

... en Italie.

Posté le 25 septembre 2014 à 16h25 par Michel Janva | Lien permanent

24 septembre 2014

Algérie : l'otage français décapité

Hervé Gourdel, enlevé dimanche en Algérie par un groupe jihadiste, a été décapité.

Ce groupe terroriste, dirigé par Abdelmalek Gouri, alias Khaled Abou Souleimane, avait donné un ultimatum de 24 heures à la France pour stopper les frappes aériennes contre l'Etat islamique.

RIP.

Posté le 24 septembre 2014 à 17h34 par Michel Janva | Lien permanent

23 septembre 2014

Comme les Révolutionnaires

Comme les Révolutionnaires français s'en prenaient aux églises, sur lesquelles on peut encore voir les statues décapités, les jihadistes de l’Etat islamique ont détruit l’église arménienne de Deir el-Zor, en Syrie.

"Cette église, construite en 1989-90, a été consacrée par le patriarche arménien Garéguine II (ou Karekin) en 1991 comme Mémorial du génocide arménien. Elle comprenait un musée conservant les restes de victimes arméniennes."

Posté le 23 septembre 2014 à 17h03 par Michel Janva | Lien permanent

22 septembre 2014

Djihad en Syrie : le CARED dénonce des choix aberrants et dangereux

Communiqué du Comité d'action pour le respect de l'Etat de droit (CARED c.ared@yahoo.fr) :

"Le 18 septembre, les députés, à l’initiative du Ministre de l’Intérieur, ont voté une interdiction de sortie du territoire  pour toute personne soupçonnée de vouloir partir mener le djihad.

Si les apprentis terroristes fanatisés veulent quitter la France pour « faire le dhihad en Syrie ou ailleurs », le CARED demande qu’on les laisse partir. Sachant qu’ils passent systématiquement de la délinquance au djihad, plus ils seront nombreux à s’exiler de la sorte, moins nous compterons de terroristes en puissance dans nos cités, plus nous serons tranquilles et moins il en reviendra.

Il fut un temps où l’on faisait tout pour empêcher les terroristes de s’implanter sur notre territoire Aujourd’hui, on fait tout pour les empêcher de le quitter… C’est complètement délirant.

Ce qui importe désormais, sachant qu’ils auront été particulièrement formés pour commettre des attentats en France c’est qu’ils ne reviennent pas. Le projet de loi aurait dû prévoir d’interdire le retour des djihadistes sur le territoire national. Il faut également supprimer les versements des prestations sociales et familiales aux familles des enfants mineurs partis faire le djihad du la terreur en Syrie et ailleurs. Voilà une avancée majeure dans la lutte contre le terrorisme qui satisferait les citoyens français."

Posté le 22 septembre 2014 à 12h32 par Le Salon Beige | Lien permanent

20 septembre 2014

Assassinat d'un membre influent du mouvement islamique modéré au Pakistan

Muhammad Shakil Auj, doyen des études islamiques de l’Université d’Etat de Karachi, fut assassiné jeudi dernier dans sa ville. Musulman libéral et modéré, il avait été accusé de blasphème dans un discours lors d’une visite aux Etats Unis. Il était renommé pour sa position ouverte, de dialogue, de tolérance et de respect des droits de tous. Des hommes armés à motocyclettes ont attaqué la voiture qui le conduisait, l’assommant à la tête et au cou. Il mourut sur le champ.

Fides nous informe qu’il y a une semaine un autre étudiant de l’Islam, Masood Baig, fut également assassiné par des inconnus. Agé de 54 ans, il avait durant ces derniers mois déposé des plaintes à la police pour des menaces de mort qu’il avait commencé à recevoir, après un discours aux Etats Unis en 2012. Quatre autres collègues, professeurs de l’Université de Karachi, l’avaient eux aussi accusé de « blasphème » à propos du discours. Un iman de Karachi émit une « fatwa » contre lui, demandant sa mise à mort.

Des groupes et organismes en faveur des droits humains, y compris les associations chrétiennes, soulignent que la loi est bien souvent exploitée et utilisée pour des vengeances personnelles ou professionnelles.

Selon Fides, Muhammad Shakil Auj sera évoqué aujourd’hui 20 septembre durant la convention organisée pour la Paix à Lahore.

Posté le 20 septembre 2014 à 18h35 par Le Salon Beige | Lien permanent

4 octobre : conférence à Lyon sur la conversion des musulmans

Conférence le samedi 4 octobre à Lyon sur :

"De l'Islam au Christ".

Par le père Pierre-Marie Soubeyrand, bien connu pour son expertise de l'Islam. Elle sera précédée par le témoignage de Fatima, nouvellement baptisée.

Organisée par Mission Angelus en collaboration avec la communauté Saint Martin, elle aura lieu à 20h au centre Jean XIII à Meyzieu.

Posté le 20 septembre 2014 à 09h40 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Cathophobie , Religions : L'Islam

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Cathophobie , Religions : L'Islam