22 avril 2018

Université d'été d'Académia Christiana : Rebâtir la cité en ré-enracinant la politique

Academia Christiana organise sa 6eme université d’été. Du lundi 20 au dimanche 26 août à Sées (61)

Posté le 22 avril 2018 à 16h26 par Michel Janva | Lien permanent

21 avril 2018

L'Action française organise un colloque « Mai 68 et le Bien commun : utopies, échecs et perspectives » le samedi 12 mai

Thumbnail-5

Posté le 21 avril 2018 à 16h09 par Michel Janva | Lien permanent

25 avril : Le Café Histoire de Toulon organise une causerie sur Napoléon III et le Mexique catholique

Thumbnail

Posté le 21 avril 2018 à 11h36 par Michel Janva | Lien permanent

Concert à Paris - Jeudi 17 mai - Académie Musicale de Liesse

Thumbnail-3

Posté le 21 avril 2018 à 08h54 par Michel Janva | Lien permanent

17 avril 2018

Conférence de Philippe Maxence au Mans jeudi 19 sur la vie de Baden-Powell

Da9eUC7X4AEHuxG

Posté le 17 avril 2018 à 10h28 par Michel Janva | Lien permanent

Les Potimarrants joueront à Nantes ce week-end

Les Potimarrants Association catholique fondée à Nantes et Parrainée par Roland Giraud et Julien Pestel.) joueront le candidat de Gustave Flaubert au profit des enfants du Mékong les vendredi 20 et Samedi 21 Avril à 20h00 et le dimanche 22 Avril à 16h00 à la salle Festive (Nantes nord).

Synopsis : 

Dans cette « grande comédie politique », une fureur acerbe résonne contre les mondanités, la corruption et l’arrivisme. Rousselin, héros candidat en province, pris du «vertige de la députation,» ne recule devant aucun sacrifice pour gagner l’élection, plus préoccupé par le titre que par la fonction. Il est tantôt conservateur, tantôt socialiste, puis se prétend libéral. il offre femme et fille au mieux votant, travaille la phrase choc et recherche le geste «sincère» de celui qui a raison. Cette satire politique, qui vise tous les partis, offre un éclairage cinglant sur les hommes politiques d’hier et d’aujourd’hui. Le Candidat est bien le Dictionnaire des idées reçues en politique.

Posté le 17 avril 2018 à 09h57 par Lahire | Lien permanent | Commentaires (0)

16 avril 2018

Conférence de Stéphane Mercier à Bruxelles le 20 avril

Thumbnail_1802545_flyer_A5

Posté le 16 avril 2018 à 11h33 par Michel Janva | Lien permanent

Renaissance de la forteresse de Saint-Vidal (Velay)

Vianney d'Alançon présente la réhabilitation du château de Saint-Vidal près du Puy-en-Velay, dans le département de la Haute-Loire, qu'il a racheté en 2016. Cette forteresse assiégée par les troupes de Henri IV n'a jamais été prise.

Château_de_Saint_Vidal

Posté le 16 avril 2018 à 08h27 par Michel Janva | Lien permanent

14 avril 2018

26 mai à Lyon : conférence sur Bernard de Lattre

Lt Bernard affiche .jpg  edwigedepenoux@wanadoo.fr[16838] (2)

Posté le 14 avril 2018 à 13h48 par Michel Janva | Lien permanent

11 avril 2018

21 avril : journée Charles Maurras à Avignon

Affiche 21 avril

Posté le 11 avril 2018 à 07h32 par Michel Janva | Lien permanent

09 avril 2018

13 avril : Conférence de Pierre Manent sur le droit naturel

29662525_1794970570809520_3912044291905288806_o

Posté le 9 avril 2018 à 16h27 par Michel Janva | Lien permanent

08 avril 2018

13 avril à Navarrenx : conférence sur le sacré sur les drapeaux

Capture d’écran 2018-04-08 à 15.16.25Le vendredi 13 avril, à 20h30, Patrice de La Condamine, docteur en Histoire spécialisé en vexillologie (science des drapeaux), parlera d'un sujet inédit: le sacré sur les drapeaux des hommes.

Etoiles de David, chandeliers, Arbres de Vie, croix, croissants, Stella Maris, disques solaires et bien d'autres emblèmes encore. Depuis la nuit des temps, l'humanité est en dialogues incessants avec cette force qui la dépasse et qu'elle implore et qui lui répond: la Transcendance. Autant de quêtes, de messages, de visions, faits signes et gravés sur des drapeaux! Des drapeaux qui sont présents dans nos univers quotidiens et que nous ne remarquons même pas. De la Scandinavie à la Grande Bretagne et à l'Irlande, de la Russie à l'Abyssinie, du Japon à l'Inde en passant par la Mongolie ou les tribus forestières d'Amérique, ces étoffes nous content l'importance du sacré, profondément ancré au cœur de toutes les sociétés humaines. Avec Du sacré sur les drapeaux des hommes, l'observation des drapeaux se fait aussi sociologie, psychologie, anthropologie et philosophie. Nous sommes invités à lever la tête et à redécouvrir nos histoires! La conférence, accompagnée d'un diaporama conçu par l'intervenant, nous permettra de mieux nous rappeler l'importance et l'histoire permanentes et passionnantes des interrogations et espérances humaines.

A l'issue de la conférence, l'auteur présentera son dernier ouvrage qu'il dédicacera avec plaisir.

20h30 Centre paroissial rue Saint-Germain à Navarrenx

Posté le 8 avril 2018 à 18h12 par Michel Janva | Lien permanent

07 avril 2018

Remise du Prix Renaissance de l'Economie 2018 à M. Charles Beigbeder

Mercredi 23 mai 2018 lors du dîner du Cercle Renaissance, dans les salons de l’Aéroclub de France, 6 rue Galilée, 75016 Paris le Prix Renaissance de l’Economie 2018 sera remis par Charles Millon Ancien ministre de la Défense à Charles Beigbeder Président de sociétés, co-fondateur de "l’Avant-garde" et écrivain.

Réservations accompagnées d’un règlement de 100 euros par couvert à l’ordre du Cercle Renaissance à adresser avant le 17 mai 2018 au Cercle Renaissance, 138 rue de Tocqueville, 75017 Paris. Contact@cerclerenaissance.info

Posté le 7 avril 2018 à 17h22 par Michel Janva | Lien permanent

La signature prévue dans la salle du Centre Charlier le mercredi 11 avril est annulée

Le Cercle du Livre choisi vient d’apprendre par le secrétariat de Jean-Marie Le Pen que, pour raisons de santé, ce dernier devait annuler tous ses rendez-vous pour la semaine prochaine.

La signature prévue dans la salle du Centre Charlier le mercredi 11 avril ne pourra donc pas avoir lieu. Le Cercle du livre choisi en est désolé. Bernard Antony déclare :

"J’avais naturellement prévu en compagnie de son éditeur Guillaume de Thieulloy d’accueillir en nos locaux du Centre Charlier ce mercredi Jean-Marie Le Pen invité à y dédicacer son livre. Je regrette qu’il ne puisse venir et lui souhaite de retrouver vite une bonne santé.

Après avoir dû renoncer à un transport aérien (préavis de grève d’Air France) et acheter un billet de TGV, de Toulouse à Paris pour pouvoir être là, je ne l’annule pas, ayant à animer à partir de 19 h une causerie suivie de débat pour le Cercle d’analyse et de prospective de jeunes du Centre Charlier sur le thème, bien d’actualité, de « mai 68 et ses métastases à notre époque ».

Cet après-midi-là, nous laisserons néanmoins à la vente le livre de Jean-Marie Le Pen pour ceux qui n’auraient pas lu l’annonce de son indisponibilité. Je signerai volontiers aussi les miens et sera vendu également notre DVD : « Cent ans de crimes communistes ».

Cela, pourvu qu’au moins cette journée de « non-grève » soit respectée. Quoi qu’il puisse en être, Anne Cognac et Didier Rochard seront là accueillir les visiteurs."

Posté le 7 avril 2018 à 08h54 par Michel Janva | Lien permanent

1er mai : conférence de Stéphanie Bignon à Besançon

Capture d’écran 2018-03-01 à 17.15.34

Posté le 7 avril 2018 à 08h18 par Michel Janva | Lien permanent

06 avril 2018

Publication d'un recueil de chroniques de Jacques Perret parues dans Aspects de la France

Posté le 6 avril 2018 à 19h03 par Michel Janva | Lien permanent

Dédicaces des Journées d’Amitié de Sainte Odile à Paris, dimanche 8 avril

Capture d’écran 2018-04-06 à 14.40.14 Capture d’écran 2018-04-06 à 14.41.09

Posté le 6 avril 2018 à 14h42 par Michel Janva | Lien permanent

05 avril 2018

Offre limitée pour le livre d'Eric Zemmour sur le quinquennat de François Hollande

Un-quinquennat-pour-rienIl nous reste quelques exemplaires de l'excellent livre d'Eric Zemmour sur le calamiteux quinquennat de Hollande. Vous pouvez les acheter pour 21,8 € franco de port, soit plus de 15% de réduction en cliquant ici.

Attention: offre limitée.

Posté le 5 avril 2018 à 09h38 par Michel Janva | Lien permanent

04 avril 2018

Augustin, prêtre martyr de la Révolution française

Extrait de l'analyse de Franck Abed sur l'ouvrage écrit par Marieke Aucante :

Moi_Augustin-10bcf"Comme elle l’écrit dans l’avant-propos, tout commence en septembre 2010 à bord d’un bateau pour « faire le tour de Fort Boyard ». Une fois le pied posé sur la terre ferme et « inconnue  », son regard se pose sur une chapelle. Elle nous raconte dans le détail cette rencontre : « Par une chaude lumière d'automne, j'avise une chapelle. La porte est ouverte. J'entre. Devant l'autel, je suis saisie de frissons. Sur le sol, je lis l'inscription : ossements des prêtres martyrs. Ce sont ceux des 829 prêtres réfractaires, déportés pendant la Terreur. Ils ont croupi dans des bateaux transformés en prisons flottantes en rade de Rochefort ». Frappée d’émotion et de sentiments puissants, elle reste « plus d’une heure seule dans cet espace de silence  ». Elle découvre que ces prêtres « venaient de toutes les régions de France  ». Elle n’ignore pas le sort que réservait la révolution à ceux qui entendaient rester fidèles à Jésus et à Rome. Elle dit encore : « Ils (les prêtres) ont vécu l'enfer. Beaucoup n'ont pas survécu et reposent sous mes pieds ». Pendant qu’elle projette des images des pontons dans le tréfonds de son âme, elle ressent « alors un appel intérieur : l'un des prêtres prisonniers me supplie de raconter leur tragédie. Celui qui me tient la main pendant l'écriture s'appelle Augustin. Il est jeune et vient du Limousin. Il me fait partager son existence, ravagée par l'intolérance et le fanatisme ». Commence alors un véritable et sincère témoignage qui mêle espérance, charité, amitié et pardon.

Le pardon est au coeur de la doctrine catholique et de la vie des chrétiens. En effet, dans le Notre Père nous lisons : « Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ». Est-il possible de pardonner à ceux qui tuent vos parents, vos frères, vos soeurs, vos amis ? Peut-on aimer les gens qui détruisent les autels et saccagent les lieux sacrés ? Comment garder l’espoir quand tout s’effondre autour de nous ? Ce livre répond à ces questions et bien plus…

Le récit s’ouvre par un jeu d’enfants entre Augustin et son ami Nicolas - fils du seigneur local - dans le Pays d’Yriex. Dans cette contrée, ils courent, s’amusent et découvrent les joies de la nature créées par Dieu. Pour les deux amis, tout ce qui les entoure est source d’émerveillement. La suite du roman nous raconte les évènements sombres et souvent méconnus de la Terreur, ou pire passés sous silence, de manière originale. En effet, elle ne se place pas du point de vue des révolutionnaires ou des contre-révolutionnaires, pas plus que des grands personnages de l’époque tels, Danton, Robespierre, Cathelineau ou Charette. Non, elle se glisse littéralement dans la peau de l’humble paysan Augustin, qui dès sa plus tendre enfance entend l’appel de Dieu pour le servir. Celui-ci devient prêtre, puis un réfractaire déporté à Rochefort, parce qu’il refuse de signer la Constitution Civile du Clergé. Celle-ci visait à laïciser la religion catholique et à transformer les clercs en fonctionnaires républicains. Augustin n’entend pas se soumettre au despotisme révolutionnaire, même si cet acte peut lui coûter la vie. La mère d’Augustin, qui ne croit pas en Dieu, dit au cours du récit : « Je sais que mon fils ne renoncera ni à écouter le Pape, ni à suivre la liturgie séculaire  ».

Comme le disait Pierre Chaunu, le grand historien de confession protestante : « La Révolution française a fait plus de morts en un mois au nom de l’athéisme que l’Inquisition au nom de Dieu pendant tout le Moyen-Âge et dans toute l’Europe ». Ainsi nous lisons tout au long du roman, les actions de haines menées par les révolutionnaires et les sévices subis par des populations qui voulaient en fin de compte vivre comme leurs ancêtres. La tornade révolutionnaire s’abat sur les catholiques : églises pillées, monastères détruits, assassinats de religieuses de prêtres de moines, profanation des reliques et autres objets sacrés. Marieke Aucante décrit avec force les ravages du fanatisme révolutionnaire et utilise des images percutantes pour montrer la folie des sans-culottes. Les révolutionnaires voulaient par tous les moyens détruire l’héritage chrétien de la France. Certains s’y sont opposés par le combat, d’autres pacifiquement. [...]"

Posté le 4 avril 2018 à 15h07 par Michel Janva | Lien permanent

Leornardo Castellani : puissante dénonciation du monde moderne

LeonardoLeornardo Castellani, écrivain argentin mort il y a 35 ans nous explique que les hommes ayant oublié Dieu deviennent fous. Entretien avec Erik Audouard, son préfacier et traducteur de l' auteur pour la première fois en France, sur Tvlibertés, dans l'émission Perles de culture, avec Anne Brassié :

Posté le 4 avril 2018 à 14h59 par Michel Janva | Lien permanent

02 avril 2018

10 avril : conférence débat avec Patrick Buisson à Rouen

Capture d’écran 2018-03-29 à 09.33.07

Posté le 2 avril 2018 à 09h33 par Michel Janva | Lien permanent

31 mars 2018

7 avril : colloque sur le thème « Fiers d’être Européens ! »

Thumb.phpCinquante ans après Mai 68, le « macronisme » achève la victoire du libéral-libéralisme le plus débridé. Son cœur idéologique reste celui de la gauche, marquée par l’héritage d’une mauvaise conscience coloniale, la repentance perpétuelle et obligatoire, la haine de soi. Afin d’y mettre un terme en retrouvant l’amour de nos racines, la fierté de ce que nous sommes, un colloque de l’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne est organisé samedi 7 avril à partir de 10h à la Maison de la Chimie, 28 Rue Saint Dominique, 75007 Paris

La journée est divisée en deux séquences. La matinée (10h-12h30) dressera le cadre de l’analyse, pour appeler à en finir avec la culpabilisation des Européens. Interviendront à cette occasion

L’après-midi (14h-18h30) explorera les voies et moyens de redevenir ce que nous sommes. Interviendront ainsi

Ces interventions seront entrecoupées d’illustrations concrètes, à partir de travaux des auditeurs de l’Iliade, et de deux tables rondes.

Pour être certain de disposer d’une place et accéder plus rapidement à la salle, il est vivement recommandé de réserver en s’inscrivant en ligne dès maintenant via la page d’accueil du site de l’Institut : institut-iliade.com

Posté le 31 mars 2018 à 09h11 par Michel Janva | Lien permanent

8 avril à Lyon : repas Sainte Russie avec le Choeur de la Joyeuse Garde

28276614_1404827706294042_8880283942259406390_n

Posté le 31 mars 2018 à 08h57 par Michel Janva | Lien permanent

12, 13 et 14 avril : pièce de théâtre à La Valette-du-Var (83) au profit de SOS Chrétiens d'Orient

Image2

Posté le 31 mars 2018 à 08h53 par Michel Janva | Lien permanent

28 mars 2018

« Les secrets de Louis XIV. Mystères d’État et pouvoir »

Une critique du dernier ouvrage de Lucien Bély à lire sur Fréquence Histoire. Extrait :

FH-Livre-LouisXIV"Bély nous présente une étude complète, passionnante et enrichissante consacrée à cette méthode de gouvernement louis-quartozienne, reposant entre autres sur ce fameux culte du secret :

« La culture politique du XVIIe siècle, nourrie de raison d’État, donne une justification au secret et à la dissimulation ; elle y voit un art royal. »

Louis XIV parlait souvent de son « métier de roi ». Il l’incarne parfaitement jusque dans sa mort, digne, belle et noble.  Ainsi, quelques jours avant de décéder, il déclare : « Je m’en vais, mais l’État demeurera toujours ; soyez-y fidèlement attachés. » Jusqu’au bout, il conserva cet art subtil de la mise en scène, de la maîtrise de soi, sans se départir de sa majesté royale qui empêchait les courtisans et les ministres de percer ses nombreux secrets, nécessaires à la bonne marche du gouvernement royal."

Posté le 28 mars 2018 à 16h26 par Michel Janva | Lien permanent

26 mars 2018

Vive le Roi quand même : Jean-Marie Le Pen

Jadis Jean-Marie Le Pen participa à un CD de chants royalistes, vendéens et chouans où il interpréta cette chanson de grande voix, montrant une fois de plus son attachement à la culture française dans sa globalité passant de la monarchie, l'empire et la république :

Une curiosité assez sympathique. Il ne reste plus qu’une semaine pour profiter de l’offre de lancement des mémoires de JMLP avec le port offert.

Posté le 26 mars 2018 à 19h10 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (6)

25 mars 2018

12 avril : 20h : Concert en l’église Saint Pierre – Guignicourt (Aisne)

Image001Les élèves de l’Académie Musicale de Liesse chantent à Guignicourt (Aisne) le jeudi 12 avril. 

20h : Concert en l’église Saint Pierre – Guignicourt (Aisne)

Entrée libre 

L’Académie Musicale de Liesse est une école maîtrisienne catholique. Elle accueille des garçons passionnés de chant et de musique du CM1 à la Terminale, en horaires aménagés (3 à 4H de musique chaque jour). 

Renseignements sur https://www.academiemusicaledeliesse.fr/

Posté le 25 mars 2018 à 08h47 par Michel Janva | Lien permanent

24 mars 2018

Concert "Voix et Piano" le 14 avril au château de Villeneuve (près de Soissons)

Thumbnail-9

Accès uniquement sur réservation : https://www.billetweb.fr/concert-cocktail-soissons

Posté le 24 mars 2018 à 09h56 par Michel Janva | Lien permanent

23 mars 2018

26 mars à Paris : penser l'apocalypse

Thumbnail

Posté le 23 mars 2018 à 14h55 par Michel Janva | Lien permanent

22 mars 2018

"On n’a plus dans le coeur ce trop-plein qui fait que votre parole devient chant"

Lu sur Ouest-France :

Damien_Poisblaud_par_Claude_Truong-Ngoc_mai_2014"Depuis 35 ans, le Vendéen Damien Poisblaud fait résonner les nefs des églises romanes et gothiques. De l’église Saint-Julien-le-Pauvre à Paris, où il a puisé aux sources du chant byzantin à l’abbaye du Thoronet en Provence où il a mis au point la technique de chant qu’il enseigne à l’université.

Un soleil d’hiver réchauffe les premiers magnolias devant la maison de briques et de pierres. C’est en lisière de la forêt du Gâvres (Loire-Atlantique) que Damien Poisblaud est revenu depuis deux ans avec son épouse Elsa et leurs trois enfants, pour prendre soin de ses parents. Mais devant la petite chapelle de la Madeleine où ses pas le mènent parfois, ou dans son salon baigné de lumière, entouré d’instruments de musique et d’offertoires médiévaux, quand il chante, c’est comme si les anges l’accompagnaient.

Dans sa bouche, le Credo, l’Ave Maria, le Lux Aeterna se nimbent d’une magie envoûtante. Sa voix pure perpétue la tradition grégorienne, ce chant sacré officialisé par le pape Grégoire le Grand (590-604) qui ponctue la liturgie catholique. Est-ce parce que Damien Poisblaud a grandi à Maillé, un petit bourg de 760 âmes dans le marais vendéen dont l’église romane a été ravagée par les guerres de religions, qu’il s’est enthousiasmé pour cet art millénaire inspiré par la foi chrétienne ?

[...] «Pour moi, le chant grégorien qui s’écrit en neumes - ou notes carrées - est plus proche des musiques traditionnelles que de la musique, dite classique. Comme elles, il utilise les gammes modales qui se fondent sur un intervalle - la tierce, la quarte, la quinte - entre les notes, plutôt que sur les notes fixes - do, ré, mi - qu’on dit tempérées. Par ses ornementations, si abondantes dans les manuscrits où tout est écrit, le grégorien se rapproche aussi des chants orientaux, syriaques ou byzantins.»

Étudiant en philosophie et théologie à Paris, Damien Poisblaud découvre sa belle voix de ténor et le chant byzantin à l’église Saint-Julien-le-Pauvre. Il participe à des formations chorales, comme l’ensemble Organum de Marcel Pérès qui oeuvre à l’abbaye de Sénanque dans le Vaucluse. Passionné par le son, il crée aussi en 2005 Chamade, une entreprise fabricant des enceintes acoustiques qui restituent avec une grande fidélité l’amplitude sonore et la richesse naturelle de la musique.

Mais sa révélation, c’est l’abbaye du Thoronet, dans le Var. Il s’éprend des ciels limpides et des «pierres sauvages» de ce joyau d’architecture cistercienne. Le gardien accepte de lui confier les clefs de l’église. Il s’y rend seul, la nuit, avec une bougie. Pour chanter. «À Paris, je m’étais intéressé au prisme acoustique et j’avais rêvé de retrouver l’émotion que l’on peut éprouver devant un son parfait. C’est ce que j’ai découvert au Thoronet. »

[...] Le Vendéen redécouvre la science du chant des anciens. L’architecture des églises romanes et gothiques basée sur l’étude du cosmos. L’enseignement de la musique fondée sur le septénaire des astres (Soleil, Lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne) associé aux sept notes de la gamme. «C’est d’autant plus intéressant que, si les sciences du XIXe se sont éloignées de la vision médiévale de l’univers, la physique quantique qui étudie les atomes et le rayonnement électromagnétique y revient aujourd’hui. »

Pendant dix ans, Damien Poisblaud et ses chantres vont servir une messe grégorienne, le dimanche. [...]

 «Jadis le travail, la prière, les fêtes de village, la poétique, la liturgie, tout était chanté, rythmé. Aujourd’hui, en France, trop de lieux sont restreints, affadis, aplatis par la présence des machines, des ordinateurs. On murmure dans les open spaces. Trop souvent, on n’a plus le droit de parler fort. On n’a plus dans le coeur ce trop-plein qui fait que votre parole devient chant. »

Posté le 22 mars 2018 à 10h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (2)

21 mars 2018

Choeur de la Joyeuse Garde : 20 ans de chants

"La seule condition au triomphe du mal, c'est l'inaction des gens de biens"

C’est en 1998, que des chefs scouts, réservistes actifs, militants, ont décidé de former un clan sur Saint-Etienne et Lyon pour continuer de servir par le chant. Il s’agit de transmettre le patrimoine de chants populaires dont nous avons hérité dans les armées et les mouvements de jeunesse. Ces chants sont l’expression de l’âme de la France et de l’Europe. Ils participent à notre mémoire la plus profonde et à une éducation nationale authentique. Nous sommes parrainés depuis les débuts par le Choeur Montjoie Saint-Denis. Chantez, chantez beaucoup, même au point d’y perdre votre souffle. Hauts les chœurs !

Le choeur a sa page Youtube.

Posté le 21 mars 2018 à 22h46 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (1)

Maurras : des membres du haut comité des commémorations nationales sauvent l'honneur de la culture française

Dix des douze membres du haut comité des commémorations nationales ont annoncé, mercredi 21 mars, leur démission collective au ministre de la culture Françoise Nyssen, qui avait retiré le nom de Charles Maurras du Livre des commémorations nationales 2018. Voici leur lettre :

Unknown"La décision que vous avez prise de retirer le nom de Charles Maurras de la longue liste de faits mémorables, établie par notre haut comité au titre de l’année 2018 – après l’avoir d’abord ratifiée par une préface élogieuse – et d’interrompre la diffusion du Livre des commémorations nationales nous rend impossible, à notre plus vif regret, de continuer de siéger dans cette instance.

Vos prédécesseurs et vous-même nous avaient demandé de consacrer à cette mission, bénévolement, du temps et de l’énergie, ce à quoi nous avions consenti volontiers, compte tenu de l’intérêt intellectuel, pédagogique et civique de cette entreprise.

Jusqu’en 2011 le champ confié à ce haut comité concernait les « Célébrations nationales ». Le terme pouvait laisser place à des incertitudes sur les frontières de celles-ci. Plusieurs d’entre nous, membres, à l’époque, de cette institution, avaient donc proposé que l’on substituât à ce terme celui de « Commémorations ». A l’occasion de controverses sur le cas de Céline, Frédéric Mitterrand, votre prédécesseur, en décida ainsi. Ce changement affiché, explicite, marquait en soi, aux yeux de tous les observateurs de bonne foi, le parti qui était pris par les pouvoirs publics. Il s’agissait d’associer, dans les propositions qui leur seraient faites, d’une part, l’hommage à des personnages et des événements qui justifiaient une fierté collective et, d’autre part, le rappel d’épisodes ou d’acteurs ayant compté dans notre histoire tout en pouvant susciter rétrospectivement réserves, douleur ou indignation au regard des valeurs de la démocratie républicaine. Toute une sensibilité contemporaine ne nous encourage-t-elle pas à considérer avec lucidité les « pages noires de notre histoire » ? Pour reprendre l’ensemble des commémorations qui vous étaient proposées, le destin de notre pays associe le souvenir d’un Simon de Montfort à celui d’un René Cassin. Au sein de cette liste, établie à l’unanimité, la présence de Charles Maurras allait de soi, cette personnalité, ennemie de la République, ayant joué dans l’histoire de notre pays un rôle intellectuel et politique considérable, bien au-delà de sa famille de pensée.

Ce point de vue, cohérent et mesuré, semble n’avoir pas été compris par une partie de l’opinion publique. La polémique qui s’en est suivie et la réaction qu’elle a entraînée de votre part nous portent à croire qu’à l’avenir de tels incidents risquent de se reproduire. Vous comprendrez que, dans ces conditions, nous ne puissions continuer à siéger avec, en permanence, la menace soit de la censure soit de l’autocensure.

Nous vous présentons donc, madame la ministre, et non sans tristesse, notre démission du haut comité des commémorations nationales.

Ont signé, par ordre alphabétique : Christian Amalvi, professeur à l’université Paul-Valéry Montpellier-III ; Marie-Laure Bernadac, conservatrice générale honoraire ; Gilles Cantagrel, musicologue ; Nicole Garnier, conservatrice générale du patrimoine, chargée du musée Condé à Chantilly ; Claude Gauvard, professeur émérite d’histoire médiévale à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne ; Robert Halleux, membre de l’Académie royale de Belgique, directeur du Centre d’histoire des sciences et des techniques de l’université de Liège ; Jean-Noël Jeanneney, ancien ministre ; Évelyne Lever, historienne moderniste et écrivain ; Pascal Ory, professeur à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne ; Jacques Perot, président de l’Association française pour la protection des archives privées.

Posté le 21 mars 2018 à 20h04 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (12)

24 mars : présentation d'icônes grecques à Paris

Capture d’écran 2018-03-20 à 21.32.14

Posté le 21 mars 2018 à 16h30 par Michel Janva | Lien permanent

Pâques Musicales de Champeaux

Thumbnail-6

Posté le 21 mars 2018 à 08h03 par Michel Janva | Lien permanent

19 mars 2018

24 & 25 mars à Paris : La Passion selon Saint Matthieu de Bach

20180324-25Bach SaintMatthieu 24&25-03-18  A6

Posté le 19 mars 2018 à 21h02 par Michel Janva | Lien permanent

18 mars 2018

La reconstruction de la flèche de la basilique de Saint-Denis est lancée

Smallprojet-remontage-flecheLe gouvernement avait donné son feu vert au projet de reconstruction de la flèche de la basilique de Saint-Denis en février 2017. Le coup d’envoi vient d’être lancé samedi. Évalués à 20 millions d’euros, les travaux, qui devraient durer au moins dix ans, seront financés grâce au mécénat et aux visites du chantier.

Érigées en 1219, la tour nord et la flèche médiévales - qui culminaient à 86 mètres - avaient été démontées pierre par pierre en 1845 après une tornade qui avait fragilisé l’édifice.

Le projet a vocation à devenir « un outil pédagogique » a souligné Patrick Patrick Braouezec, président de Plaine Commune et président de l’association « Suivez la flèche », qui a signé samedi la « convention-cadre » de ce projet qui réunit l’État, le Centre des monuments nationaux et l’évêché de Saint-Denis. Un « village de chantier » sera édifié, dans lequel et sur la basilique, tailleurs de pierre, forgerons et charpentiers feront la démonstration de leur savoir-faire.

Les travaux débuteront par une consolidation des fondations de la basilique. Le « remontage »de la tour devrait ensuite commencer en mars 2019.

Posté le 18 mars 2018 à 19h27 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (7)

17 mars 2018

6 avril : concert à Toulon au profit de SOS Chrétiens d'Orient

Image1

Posté le 17 mars 2018 à 08h51 par Michel Janva | Lien permanent

11 avril : conférence de François Bert à Saint-Germain-en-Laye

Discernement et engagement V4

Posté le 17 mars 2018 à 08h41 par Michel Janva | Lien permanent

15 mars 2018

Samedi 17 mars: visitez Notre-Dame de la Houssaye (56)

Marche 17 mars

Posté le 15 mars 2018 à 07h58 par Michel Janva | Lien permanent

14 mars 2018

Exposition à la mairie du Ve sur les huit siècles de présence dominicaine à Paris

Exposition du 6 au 17 mars tous les jours de 10 à 18 heures. Entrée libre.

Capture d’écran 2018-03-14 à 21.54.44

Posté le 14 mars 2018 à 21h55 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > France : Société , Valeurs chrétiennes : Culture

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > France : Société , Valeurs chrétiennes : Culture