22 juillet 2017

L'école St Michel Archange (22) recrute

L'école St Michel Archange libre, catholique et bretonne, située en Côtes-d’Armor (22) recherche pour la rentrée 2017 :

CDI/Temps plein – salaire Convention collective

CV et Lettre de motivation à envoyer à dir.ecolestmichelarchange@gmail.com

N’hésitez pas à contacter pour plus d’informations ou/et visiter le site : ecolesaintmichelarchange.com

Adresse : 10 Saint Nicolas - PLELO 

Posté le 22 juillet 2017 à 11h31 par Michel Janva | Lien permanent

Le collège sainte Philomène à Annecy recrute un directeur

Capture d’écran 2017-07-17 à 19.26.05

Posté le 22 juillet 2017 à 09h27 par Michel Janva | Lien permanent

Le cours St Jean Paul II de Saumur recrute

Capture d’écran 2017-07-20 à 07.27.40

Posté le 22 juillet 2017 à 08h27 par Michel Janva | Lien permanent

17 juillet 2017

Nouveau manuel de Sciences

I-Moyenne-31434-manuel-de-science-premier-eveil-aux-sciences-d-observation-cours-elementaire-1ere-et-2eme-annees.netParu en mai 2017, ce manuel, destiné aux plus petites classes de primaires (CE1 et CE2), a pour but d’accompagner l’enfant dans son questionnement et de l’inviter à l’observation du vivant. Extrait de la 4ème de couverture :  

» Ce manuel a pour but d’encourager ces premiers élans, de les encadrer sans rigidité, de les orienter vers une observation méthodique, de poser grâce à eux les premières bases d’un raisonnement scientifique, tout en restant à la portée de l’enfant et en respectant son génie propre. Susciter ainsi chez nos enfants l’émerveillement, leur apprendre à observer et à découvrir le monde qui les entoure, éveiller leur curiosité, développer en eux cette capacité de découverte qui les mènera à a connaissance et à l’admiration, voire à la contemplation, tel est le propos de ce livre de sciences ».

Ce manuel est composé de chapitres divisés en quatre parties :

  1. Les observations (série de questions invitant les enfants à faire des expériences pour comprendre sensiblement l’objet de la leçon)
  2. La leçon qui traduit le résultat de ces expériences par un énoncé didactique employant un vocabulaire riche et précis
  3. Le résumé de cette leçon
  4. L’exercice en texte à trous invite l’enfant à apprendre le vocabulaire de la leçon.

Posté le 17 juillet 2017 à 10h55 par Michel Janva | Lien permanent

15 juillet 2017

L'Association populaire d'éducation de l'Institut Saint-Gabriel à Presly (18) recrute

L'Association populaire d'éducation de l'Institut Saint-Gabriel à Presly (APESGP, 18380) recherche, pour son école hors-contrat, dès la rentrée 2017 :

Merci d'adresser votre CV et votre lettre de motivation par mail à l'adresse : ape.stgabriel.presly@gmail.com

Posté le 15 juillet 2017 à 10h52 par Michel Janva | Lien permanent

Le contrôle continu : une menace pour les écoles libres

Le nouveau ministre de l'Education nationale, J.-M. Blanquer, propose de réformer l'épreuve du Bac en diminuant le nombre d’épreuves à 4 matières fondamentales ainsi qu’en donnant une plus grande importance au contrôle continu. Même si le contrôle continu est une notation intéressante car plus fidèle au niveau de l’élève tout en prenant en compte ses progrès, celle-ci mettrait pour de bon les écoles indépendantes de côté.

"En effet, pour que le contrôle continu puisse s’appliquer, il faut un système d’évaluation avec un même barème de notation, permettant de généraliser son application dans toutes les régions du monde proposant aux élèves de passer le bac. Or, par définition, les lycées indépendants, dès lors qu’ils sont libres de choisir leur programme au travers de la pédagogie choisie, ne peuvent pas faire reconnaître un contrôle continu en tant qu’ils n’ont pas les mêmes repères. Le baccalauréat a donc à lui seul la clé d’entrée dans l’enseignement supérieur. Il oblige à passer par lui en tant qu’il est le seul passage permettant d’accéder aux études supérieures. Il a donc une influence non négligeable sur les programmes des lycées indépendants qui doivent s’adapter à celui de l’Education nationale."

Posté le 15 juillet 2017 à 10h32 par Michel Janva | Lien permanent

La session 2017 de l’épreuve anticipée de français du baccalauréat ne va pas sans poser problème

De Gauvin Buriss, professeur de lettres en région parisienne :

"[...] La formulation de la question de corpus a laissé les correcteurs perplexes :  » Les personnages de ces romans sont-ils touchés de la même manière par l’univers fictif qu’ils découvrent ? «  Il s’agissait de la lanterne magique dans la chambre du jeune narrateur de Du Côté de Chez Swann de Marcel Proust, et d’une séance de cinéma vécue par Suzanne dans Barrage contre le Pacifique de Duras et par le jeune Jacques Cormery dans Le Premier Homme d’Albert Camus. Une agrégation et un doctorat en poche, après 15 ans d’enseignement dans le supérieur et le secondaire, je reste muet devant cette question, et ne vois pas comment y apporter une réponse intelligente et construite, autre chose qu’un simple relevé des émotions – d’ailleurs vagues – ressenties par les personnages et évoquées dans les textes. Cela n’a en soi aucun intérêt et n’est qu’une façon de faire perdre du temps aux candidats, à qui l’on pourrait par bien d’autres moyens demander de prouver leurs compétences réflexives et leur culture. Ce simple relevé des émotions est toutefois la seule chose qui soit, selon le corrigé national, « à la portée des candidats ». Il propose cependant de valoriser ceux qui auront vu qu’ « on oscille à des degrés variables entre immersion dans l’illusion romanesque et distance voire dérision à l’égard de son aspect attendu et convenu. Le jeune narrateur du roman de Proust est sensible au caractère sombre du personnage de Golo (…) mais c’est sans doute sa propre tristesse qu’il projette sur le chevalier et il continue de percevoir parfaitement la machinerie qui préside à la représentation. Il voit bien la robe du cheval se bomber des plis du rideau. Il joue enfin de cette frontière poreuse entre le réel et la fiction en feignant de croire que le personnage médiéval interprète sagement son propre rôle. »

Autant dire que je n’ai rien trouvé de tel dans mes copies – loin s’en faut ! – pourtant de série générale (ES). Pourquoi poser une telle question si le seul élément de réponse un tant soit peu intéressant n’est pas « à la portée des candidats » ?

Pour le commentaire composé, le texte proposé est un extrait de Barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras. Le corpus dans son ensemble est composé de textes du XXème siècle, ce qui ne correspond pas à l’esprit de l’épreuve qui devrait permettre aux élèves d’utiliser les connaissances culturelles acquises au cours de leur scolarité. Face à des textes récents, les élèves sont généralement déstabilisés, comme ce fut le cas en 2015 avec le texte de Laurent Gaudé (né en 1972), et ne peuvent guère monnayer leur travail d’enrichissement culturel. Le choix même de Marguerite Duras, dont les œuvres sont assez controversées sur le plan littéraire, est une difficulté supplémentaire, l’extrait choisi étant assez délicat à commenter. Il suffit de lire le corrigé officiel fourni aux correcteurs par le Ministère pour voir à quel point le texte a glissé entre les doigts des commentateurs et leur a demandé de belles contorsions pour monter quelque chose d’un peu intéressant. Autant dire que peu nombreux sont les élèves qui ont réussi à composer un commentaire digne de ce nom sur un texte ne comportant aucune dimension morale, politique ni philosophique, et dont les enjeux esthétiques sont difficiles à cerner et à dégager.

Proposer cela à des élèves de Première, c’est les mettre sciemment en difficulté.

Les moyennes n’en révèleront rien, certainement, car elles seront relevées pour maintenir la paix des familles et ne pas affoler APB : cela ne remplira pas le vide sidéral des copies.

Dans le corrigé national, les correcteurs s’écoutent écrire avec une auto-satisfaction narcissique qui frôle le ridicule, tant ce qu’ils proposent est loin de l’univers d’un élève de première, même honnête. Ils attendaient que les élèves trouvent ce genre de choses : « Après la déclaration réciproque énoncée avec fluidité et plusieurs contretemps rendus sensibles par la longueur de la phrase, c’est l’épiphanie du bonheur comme le révèlent les métaphores du « ciel de l’attente » et de la « foudre du baiser ». Les hyperboles finales achèvent ce basculement en apothéose. (…) Les hommes-quilles nous plongent dans une fantasmagorie surréaliste chorégraphiée. (…) L’expression triviale ‘ces choses-là’, faussement pudique, contraste avec le style héroï-comique du ‘tel orage’. (…) L’artifice est perçu, certes, mais appréhendé avec délectation. Les spectateurs recherchent une expérience profonde et authentique dans ce rapport à la fiction qui s’affirme comme fiction. Expérience fortuite et non contingente, choisie, libératrice et purificatrice. »

Sans rire ! Avec un tel corrigé-modèle, il faut nous autoriser à utiliser une notation négative, allant de – 40 à – 10, car il y a autant de lien entre les copies des élèves et ce genre de texte qu’entre un macaron Ladurée et un Big-Mac de contrefaçon…

Venons-en à l’épreuve de prédilection des élèves en difficulté : l’écriture d’invention. Refuge de ceux auxquels le commentaire et la dissertation ont résisté, l’écriture d’invention prend généralement la forme d’une argumentation soumise à certaines contraintes d’écriture. Le travail est intéressant en soi, même s’il est finalement difficile à évaluer, et ressemble à ce que l’on proposait aux élèves du XIXème siècle lorsqu’on leur demandait de faire dialoguer Achille et Hector aux enfers. En moins ambitieux, bien sûr, mais cela peut permettre à certains élèves de révéler quelques qualités, tant sur le plan de la recherche d’idées et de l’argumentation, que par leur style.

Le sujet 2017 ? Digne d’une rédaction de 4ème pondue à la va-vite pour occuper une classe sur une heure de permanence : « Vous imaginerez le récit que pourrait faire un spectateur / une spectatrice d’une séance de cinéma qui l’aurait particulièrement marqué(e). Votre texte, d’une cinquantaine de lignes, comportera les références au film, la description des émotions ressenties et des réflexions diverses suscitées par la représentation ». Cela fait froid dans le dos. Comment replacer Rabelais, Montesquieu ou Pascal avec un tel sujet ? Et l’on sait bien qu’un élève normal de 17 ans va plus vraisemblablement voir le dernier Fast and Furious au cinéma que le dernier Woody Allen. Je vous laisse donc imaginer le niveau de ces travaux, qui nous racontent – heureusement de manière fort brève, vu qu’on leur demandait 50 lignes, ce qui est plus court que la rédaction du brevet des collèges – la dernière séance de Gravity, Batman vs Superman ou des Tuche… car « on n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans » … et surtout on manque souvent cruellement de discernement.

Je vous livre un extrait d’une copie, pour que soit perçu justement ce décalage entre le réel et la fiction sur lequel les candidats étaient censés réfléchir mais que le Ministère semble nier en ce qui concerne le niveau des élèves. Je vous laisse déceler l’habileté de ce candidat, qui joue sur la mauvaise conscience de son correcteur, et qui fait passer, avec une belle insistance, un message assez culpabilisant. C’est un(e) candidat(e) de filière générale économique et sociale (bac ES), donc un élève qui pourra l’an prochain postuler pour entrer à Sciences Po ou en classe préparatoire pour une école de commerce, ou encore en faculté de droit. Je respecte l’orthographe (le film évoqué dans la copie n’est jamais identifié précisément ; il semble qu’il s’agisse d’un documentaire sur la Seconde Guerre Mondiale et les camps de concentration, vu avec un professeur d’histoire) : « Il me fait pleurer… oh ! vous aussi répondit-il. Que pensez-vous du film ? Très bon film, et vous ? C’est un film très émouvant, avec ces élèves pas si nul qu’on pouvait penser.

Oui, c’est pas si facile pour cette professeur d’histoire, elle en voit de toutes les couleurs… mais très belle initiative de sa part pour se projet, ça m’a touché, dit-elle. Elle croit en ces élèves, même si ce n’est pas la classe avec d’excellente note, surtout elle n’a pas des élèves faciles. C’est une très belle initiative, travailler sur les camps de consentration avec une classe qui ne s’interèse pas à la moindre idée que dit le profeseur, ça parait impossible à vrai dire. C’est un triste sujet mais qui reflète la réalité, lorsqu’elle la annoncé, ils se sont tout tais, répond elle. (…) C’est sur c’est une belle preuve qu’elle leur à fait, dit-il. Plusieurs professeurs peuvent faire cela, les élèves ressortent toujours grandits d’une telle expérience peut importe leur niveau. Ca peut leur être que bénéfique dit-il. Ca me touche toujours de voir des professeurs croirent en leur élèves malgrés leur difficultés, rajoute-t-il. Lorsqu’on à vue qu’ils avaient remportés le concours, auquelle elle les avaits inscrits, ils étaient les plus heureux, alors qu’ils n’y croyait pas ! dit-elle »."

Posté le 15 juillet 2017 à 10h14 par Michel Janva | Lien permanent

14 juillet 2017

Le lycée Saint-Dominique du Pecq (78) recrute

Image001Le lycée Saint-Dominique du Pecq recherche un professeur de SVT pour ses deux classes de Terminale S.

Rémunération motivante. Merci de contacter : michel.valadier@ecole-saintdominique.org

Posté le 14 juillet 2017 à 19h42 par Michel Janva | Lien permanent

12 juillet 2017

A l'école Saint-Michel, accueillons les plus fragiles

D3ed20a0L'école Saint Michel d'Yvetot a été créée le 03 mai 1707 par la Congrégation des Sœurs d'Ernemont. Depuis mars 2003, cet établissement est sous la tutelle des Sœurs de Saint Joseph de Cluny du fait de la fusion entre les deux congrégations susnommées.

L'école Saint Michel accueille aujourd'hui 604 élèves répartis en 21 classes maternelles et primaires. L'organisme de gestion (O.G.E.C) de l'école Saint Michel a su, au fil des années, se donner les moyens d'accompagner l'évolution de l'établissement pour qu'il soit un lieu d'accueil ouvert à tous les élèves et donc à toutes les familles.

En France, les enfants en situation de handicap sont rarement scolarisés. Les parents vivent un véritable cauchemar pour trouver des écoles. Pour répondre à cette attente, l'école Saint Michel à décider d'ouvrir ses portes pour aider ses nombreuses familles en détresse.

Le projet d'établissement de l'école a toujours laissé une place importante à la prise en compte de la différence et des besoins particuliers de certains élèves. Un regroupement d'adaptation fonctionne depuis septembre 2004 dans l'établissement. L'O.G.E.C a, pour sa part, financé l'embauche régulière d'employés de vie scolaire (E.V.S) pour apporter une aide humaine aux enfants bénéficiant d'une notification de la maison départementale des personnes handicapées (M.D.P.H) et notamment pour des enfants porteurs de troubles autistiques.

Depuis plusieurs années, ils souhaitent accueillir un dispositif U.L.I.S (unité localisée pour l'inclusion scolaire) au sein de leur établissement. Ce dispositif accordé dans le cadre du plan national "réussite et mixité scolaire" permet à des enfants porteurs d'un handicap d'être inscrits dans une classe ordinaire tout en bénéficiant à certains moments de la journée d'adaptations pédagogiques personnalisées dispensées par un enseignant spécialisé. Douze élèves pourront, au maximum, chaque année, fréquenter ce dispositif accessible à des enfants qui bénéficient d'une orientation prononcée par la M.D.P.H.

Posté le 12 juillet 2017 à 15h05 par Michel Janva | Lien permanent

10 juillet 2017

L’école Sainte Philomène de Rennes recrute

L’école Sainte Philomène de Rennes voit ses effectifs passer de 165 à 200 élèves à la rentrée prochaine et recherche donc d’urgence 2 institutrices pour ouvrir deux nouvelles classes.

Les candidatures sont à adresser au directeur à directeur@ecolesaintephilomene.com  ou au 06 32 42 35 80.

Posté le 10 juillet 2017 à 16h24 par Michel Janva | Lien permanent

L’école Saint-Dominique Savio à Fabrègues (34) recrute

L’école (hors contrat) Saint-Dominique Savio à Fabrègues (34) recherche une institutrice pour la rentrée de septembre 2017-2018.

Pour tout renseignement contacter le Directeur à l’adresse suivante : ecole.sds34@gmail.com

Posté le 10 juillet 2017 à 15h13 par Michel Janva | Lien permanent

09 juillet 2017

Le Mans : L'école Blanche de Castille a acquis ses nouveaux locaux

La direction remercie les lecteurs qui ont apporté leur soutien dans cette affaire :

Image003"L’école Blanche de Castille au Mans a le plaisir de vous annoncer l’acquisition définitive de ses nouveaux locaux. Ce sont 400m² et cinq classes qui seront ouverts pour la rentrée de septembre, de la Grande Section à la 5ème, en plein centre-ville au Mans, à deux pas de la gare.

Nous remercions toutes les personnes qui se sont associées à ce projet, financièrement et par d’autres moyens. Ils seront les bienvenus dès la rentrée pour visiter l’école et les locaux. Ainsi que toutes les personnes intéressées.

Désormais nous ouvrons les mille projets qui attendaient cette étape : ouverture d’un secondaire, vraie bibliothèque et réfectoire, un coin chapelle, escaliers, salle de conférence etc. ; en commençant par les quelques travaux de mise aux normes et le rafraîchissement des locaux.

Bien sûr nous avons encore besoin d’aide pour accompagner dans notre développement ; les bonnes volontés sont attendues.

Merci. A bientôt.

Association Blanche de Castille. association@blanchedecastille-lemans.fr. Siret 795370782"

Posté le 9 juillet 2017 à 09h09 par Michel Janva | Lien permanent

04 juillet 2017

Réouverture de l'Angélus sous un nouveau nom, avec le soutien renouvelé des parents d’élèves

Communiqué de Maître Varaut, avocat de l'institution l'Angélus :

"L’Ecole « l’Angelus » fondée par l’Abbé Spinoza s’est trouvée au centre d’un tsunami judiciaire et médiatique tout à fait déconcertant. Les accusations les plus fantaisistes ont circulé, notamment celles d’agressions sexuelles, de conditions d’hébergement contraires à la dignité, de flux financiers insolites ou de nourritures périmées…

Rien de tout cela n’a résisté à l’enquête des gendarmes.

L’Abbé Spinoza reste mis en examen pour avoir donné quelques gifles à des élèves difficiles et pour avoir employé des bénévoles dans des fonctions qui auraient dû être dévolues à des salariés selon l’accusation.

A l’évidence, ce qui reste de l’accusation ne justifiait pas ce tumulte et la fermeture d’un établissement recevant cent dix élèves en pleine année scolaire, sans aucun égard pour les enfants et les familles. Il est certain que s’il s’était agi d’une école ordinaire, l’agitation n’eût pas été la même.

Depuis la première perquisition, il apparaît que le fait d’être une école privée hors contrat, respectueuse de la tradition catholique, est aux yeux de certains un motif légitime de suspicion ou même une circonstance aggravante.

L’Abbé Spinoza a choisi de prendre du recul pour permettre la réouverture de l’école à la rentrée prochaine sous un nouveau nom, mais avec le soutien renouvelé des parents d’élèves. Il reste à espérer que les autorités administratives et judiciaires ne trouveront pas de raison de s’opposer à ce projet soutenu par les élèves, les familles et les enseignants.

Posté le 4 juillet 2017 à 19h08 par Michel Janva | Lien permanent

Les Dominicaines du Saint-Esprit recrutent

Sans titrePour leur école de SAINT-PIE X (92210 Saint-Cloud. Primaire sous contrat simple), pour la rentrée de septembre 2017 :

- une aide maternelle à temps partiel

- une institutrice de maternelle à temps plein. Niveau Licence exigé.

- une institutrice de CE2 à temps partiel. Niveau Licence exigé.

S’adresser à Mère Marie Irénée : dir.secondaire.st-pie-x@dominicaines.fr     06 37 17 87 95

Posté le 4 juillet 2017 à 13h57 par Michel Janva | Lien permanent

03 juillet 2017

Création d'un nouvelle école indépendante à Béziers

Communiqué de la responsable Pédagogique :

"Après dix ans passés comme directrice bénévole du cours Notre-Dame, une école indépendante à Montpellier, j'ai décidé de me lancer, avec les membres de l'association ALTES (Association la Tour de l'Espérance) dans un projet difficile mais important je pense, et qui me tient énormément à cœur : celui de créer une école indépendante à la Devèze, à Béziers, pour offrir aux enfants de ce quartier dit "sensible" une chance d'intégration et de réussite, que l'Éducation nationale n'arrive plus à leur offrir aujourd'hui.

Ce quartier cumule les difficultés : chômage, pauvreté, insécurité, repli communautaire... Face à cette situation, et malgré, souvent, la bonne volonté des enseignants sur le terrain, l'école publique a atteint ses limites. Les notions de respect des autres et d'autorité ont disparu. Avoir une bonne note, "c'est la honte" ! L'échec scolaire est omniprésent. Et à la clef, le risque est grand, pour beaucoup d'enfants de ces quartiers, de partir à la dérive, sans personne pour les rattraper...

C'est pour agir avant qu'il ne soit trop tard que j'ai décidé de me lancer dans ce projet d'école à la Devèze, baptisée "Cours Gustave Fayet" et offrir une chance de réussite à ces enfants qui auraient, sans cela, été laissés sur le bord du chemin.

Je suis bien consciente que cette entreprise est loin d'être facile, et que le parcours risque d'être semé d'embûches. Mais j'estime que nous ne pouvons pas rester sans rien faire face à cette situation. Alors, aujourd'hui, je suis prête à mettre mon expérience au service de ces enfants, et toute mon énergie dans la réussite de cette école ! Cette école sera basée sur des méthodes concrètes, simples et qui ont fait leurs preuves. La pédagogie y sera adaptée à chaque enfant, avec un enseignement basé sur les fondamentaux, le goût du beau, de l'effort et du travail bien fait, et sur la découverte de la nature, mais aussi des beautés et richesses de notre patrimoine, qui sont souvent inconnues pour ces enfants.

Le projet avance bien : nous avons trouvé les locaux, recruté le directeur et une enseignante, et les inscriptions sont en cours. Mais pour finaliser le projet et ouvrir notre école dès le mois de septembre prochain, j'ai absolument besoin de votre aide aujourd'hui. Il manque 12 000 euros pour acheter le matériel de base pour l'école, et idéalement, 27 000 euros, pour boucler le budget de cette rentrée 2017. Parce que les parents sont et doivent rester, à mes yeux, les premiers éducateurs de leur enfant, nous leur demandons, pour nous assurer de leur implication dans le projet, une participation aux frais de scolarité de 70 € par mois. Mais pour ces familles aux revenus souvent limités, cela représente déjà une grosse somme d'argent. Je ne veux pas les solliciter plus.

C'est pourquoi nous avons décidé de lancer une campagne de crowdfunding (financement participatif), accessible depuis le lien ci-dessous : https://www.cequonaime.fr/fr/cours-gustave-fayet 

Entre l'achat des tables et chaises, des cahiers, du tableau noir, du photocopieur...mais aussi de tout le matériel annexe comme le matériel de sport, les cartes de géographie, etc... Ouvrir une école, coûte, vous vous en doutez, très cher, surtout pour la première rentrée ! Grâce à différents partenariats, nous avons déjà les locaux de l'école, et avec les adhérents de l'association, nous nous démenons pour faire connaître le projet sur place et assurer sa réussite. Mais aujourd'hui, si nous ne réunissons pas très vite les fonds qui nous manquent, ces locaux risquent de rester une simple coquille vide, et la rentrée de septembre risque d'être sérieusement compromise !

Quelle déception pour les parents qui ont déjà placé tant d'espoir dans cette école... Alors s'il vous plaît, aidez-nous à boucler le budget de cette première rentrée, pour nous permettre de lutter contre le décrochage scolaire, et de donner au plus d'enfants possible les clefs pour s'intégrer dans la communauté nationale et réussir leur vie. Si je fais appel à vous, c'est que je sais que vous êtes sensible à l'importance d'une bonne éducation et la transmission des valeurs qui fondent notre communauté nationale. Et je me doute que vous aussi, vous avez à cœur de donner une chance de réussite à ces enfants des quartiers sensibles, plutôt que de les laisser prendre le chemin qui leur semble être malheureusement tout tracé : chômage, délinquance, ou peut-être plus grave encore.

Je sais que tout le monde n'a pas de gros moyens. Et je ne vous demande pas de vous mettre en difficulté pour financer ce projet ! Mais dites-vous bien que si chacun d'entre vous participe, même avec un petit don, on peut y arriver ! Pour participer au projet, c'est très simple : il suffit de cliquer sur ce lien pour aller sur  la page que nous avons spécialement créée pour cette campagne : Voici le lien à partager : https://www.cequonaime.fr/fr/cours-gustave-fayet 

J'espère vraiment que je peux compter sur vous pour nous accompagner dans cette grande aventure humaine et offrir une chance de réussite à un maximum d'enfants, et ensuite, pourquoi pas, dupliquer notre modèle d'école un peu partout en France !"

Posté le 3 juillet 2017 à 09h22 par Michel Janva | Lien permanent

01 juillet 2017

L’Institution Saint-Thomas d’Aquin (Pontcalec - Morbihan) recrute

2016 10 11 Pèlerinage Josselin (40)L’Institution Saint-Thomas d’Aquin (Pontcalec - Morbihan) recherche pour la rentrée de septembre 2017 :

CV et lettre de motivation à envoyer à : dir.secondaire.st-thomas@dominicaines.fr

Posté le 1 juillet 2017 à 08h43 par Michel Janva | Lien permanent

29 juin 2017

Le cours St Jean Paul II de Saumur recrute

Capture d’écran 2017-06-28 à 20.32.40

Posté le 29 juin 2017 à 20h32 par Michel Janva | Lien permanent

Ne manquez pas la Route Saint-Pierre, édition 2017

2017 afficheOrganisé par des prêtres et séminaristes de la Fraternité Saint-Pierre, la Route Saint-Pierre organise, pour la 4e année consécutive, une route pour les étudiants et jeunes professionnels de 18 à 28 ans.

La Route Saint-Pierre vous donne cette année rendez-vous en Espagne, sous le soleil de la Castille et au milieu de paysages fabuleux, pour 11 jours de marche et de découverte, de prière et de formations.

Dates: du 31 juillet au 11 août 2017

Départ en car à partir de Bordeaux, et retour en car jusqu'à Bordeaux (horaires précis du départ et du retour en car à préciser ultérieurement).

Lieux: Marche entre Avila et Tolède.

Prix: 305 euros

Le prix prend en compte l'aller et le retour en car. Pour l'inscription de plusieurs frères ou sœurs d'une même famille, la route est proposée à 295 euros.

Pour plus d'informations et pour s'inscrire en ligne.

Posté le 29 juin 2017 à 11h53 par Michel Janva | Lien permanent

Une citoyenneté intégriste

Une lectrice me signale la distribution de cet abcdaire aux entrants au collège :

IMG-20170626-WA0015

Avec cette belle désinformation :

IMG-20170626-WA0016Même la religion républicaine a ses intégristes...

Posté le 29 juin 2017 à 08h28 par Michel Janva | Lien permanent

27 juin 2017

14, 15 et 16 juillet à Sens : session d’été sur la Justice-Sainteté

La Famille Missionnaire de Notre-Dame organise sa traditionnelle session d'été à Sens que le Père Bernard présente sur son blog :

Pbd_1_200"Nous vous invitons à notre Session de Sens (Tract PDF) (Evènement Facebook) sur le thème de la Justice-Sainteté. Après la Session sur la Miséricorde (Vidéos et MP3 ici), il nous a paru très important, en ce temps de crise des valeurs non négociables, de centrer notre Session sur ce thème si important.

N’oublions pas que Jésus utilise le mot “Justice” en deux Béatitudes clés : la 4e, bienheureux ceux qui ont soif et faim de justice, et la 8e, bienheureux ceux qui sont persécutés pour la justice.

Notre Eglise, nous voulons le rappeler, est l’Eglise Une, Sainte, Catholique et Apostolique. La sainteté n’est pas une option parmi d’autres. Nous sommes, tous, appelés à la sainteté, mais pour prendre résolument le chemin de la sainteté, nous devons, c’est évident, accueillir la grâce rédemptrice, méritée par Jésus et recevoir le don de la Miséricorde de Dieu notre Père. La Justice  Sainteté n’est pas possible sans l’action de l’Esprit-Saint et sans le respect de l’intégralité de la Loi de Dieu. Jésus, nous le redirons au cours de cette Session, n’est pas venu abolir la Loi mais l’accomplir. Il continue donc à nous demander l’obéissance aux 10 commandements de Dieu dans l’esprit des Béatitudes. La Loi de Dieu n’est pas un fardeau, mais un don, un grand don, qui nous permet d’agir comme Jésus, Marie et Joseph.

Notre Session sera enrichie par des témoins : Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban, Maître Jacques Trémolet de Villers, nos Foyers amis. Nous aurons aussi la joie, le premier jour, d’accueillir,  Monsieur Loïc Mérian, Directeur Général des Editions du Rocher, de Desclée de Brouwer et d’Artège.

Nous voulons vivre cette Session dans un esprit de famille. La Liturgie sera toujours le Centre et le Sommet de chacune de nos journées."

2017_Juillet_Session_Sens_image3[1]

Posté le 27 juin 2017 à 19h14 par Philippe Carhon | Lien permanent | Commentaires (0)

Nantes : le Cours Charlier recrute

Capture d’écran 2017-06-26 à 22.29.21

Posté le 27 juin 2017 à 16h12 par Michel Janva | Lien permanent

26 juin 2017

Le Mouvement eucharistique des jeunes cherche un directeur de camp

Le MEJ (Mouvement eucharistique des jeunes) recherche un directeur(trice) de camp du 13 au 28 juillet à St Malo pour encadrer des jeunes de 12-15 ans.

Il faut être titulaire du BAFD  (ou stagiaire BAFD), Professeur des Ecoles (instituteur) ou Professeur dans l’enseignement secondaire, ou éducateur spécialisé…

Ecrire à camps.mej@mej.fr

Il suffirait de deux personnes qui accepteraient d’assurer chacun une semaine ces fonctions pour sauver le camp.

Posté le 26 juin 2017 à 21h21 par Michel Janva | Lien permanent

Le Collège Latin (Paris) ouvrira une classe de seconde en septembre 2018

Image002Le Collège latin, établissement scolaire privé hors contrat allant de la sixième à la troisième, ouvrira une classe de seconde à la rentrée de septembre 2018 (suivie d’une classe de première en 2019 puis d’une classe de terminale en 2020).

Le lycée sera fondé sur le même esprit que celui qui fait le succès du collège. Il apportera à des élèves doués et travailleurs, mais mal à l’aise au sein des grandes structures, un environnement de travail exigeant et familial, qui les préparera à des études ambitieuses.

Nombre des professeurs du Collège latin sont eux-mêmes issus de grandes écoles (École normale supérieure, HEC, Sciences Po). Tout en veillant à ce que les élèves reçoivent le suivi pédagogique et humain dont ils ont besoin, ils ont à cœur de les former à l’autonomie, à la rigueur et, pour ainsi dire, à une certaine magnanimité intellectuelle.

Les élèves et les professeurs du Collège latin forment une communauté d’étude chrétienne, œuvrant dans la fidélité au magistère de l’Église catholique.

Les pré-inscriptions pour la seconde sont d’ores et déjà ouvertes. Quelques places restent en troisième pour la rentrée de septembre 2017.

Collège latin

12 rue du Colonel Moll – 75017 Paris

01 84 16 37 59 - www.collegelatin.fr - contact@collegelatin.fr

Posté le 26 juin 2017 à 15h48 par Michel Janva | Lien permanent | Commentaires (0)

Le Village d'enfants de Riaumont recrute

Le Village d'enfants de Riaumont recherche pour l'année prochaine un professeur masculin de Français BAC + 3 minimum qui pourrait aussi donner des cours d'Anglais.

Bénévolat ou contrat d'embauche à la clé.

Un logement sur place est possible.

Contact : Père Dominique au 06 77 97 02 49

Posté le 26 juin 2017 à 11h30 par Michel Janva | Lien permanent

24 juin 2017

Inscriptions à l'Académie Musicale Anne de Guigné

L’Académie Musicale Anne de Guigné, établissement scolaire de la GS à la troisième accueille les inscriptions pour la rentrée prochaine.

Basée sur trois piliers:

Membre de la grande famille des Pueri Cantores la maîtrise de l’Académie anime des messes et chante lors de concerts organisés dans toute la région Haute-Savoie et genevoise. Il n’est pas nécessaire d’être musicien ou chanteur pour rentrer à l’académie, il est simplement demandé d’adhérer à la charte de l’école consultable sur le site: ecoleannedeguigne.pagesperso-orange.fr

Capture d’écran 2017-06-23 à 14.32.27

Posté le 24 juin 2017 à 14h28 par Michel Janva | Lien permanent

Le collège sainte Philomène à Annecy recrute

Capture d’écran 2017-06-23 à 16.14.15

Posté le 24 juin 2017 à 13h14 par Michel Janva | Lien permanent

27 juin : La Belle Hélène jouée par le Cours Charlier (Nantes)

Capture d’écran 2017-06-21 à 21.48.25

Posté le 24 juin 2017 à 09h48 par Michel Janva | Lien permanent

Le Cours Bienheureux Charles d’Autriche (Angers) recrute

Le Cours Bienheureux Charles d’Autriche, collège hors-contrat à Angers, recrute pour la rentrée de septembre 2017 :

Pour faire acte de candidature, merci d’envoyer un CV avec lettre de motivation à Mme. Redig, directrice du collège : cours-bca@orange.fr

www.cours-bca.fr

Posté le 24 juin 2017 à 08h09 par Michel Janva | Lien permanent

23 juin 2017

24 juin : Fête de fin d'année de l'École Sainte Anne à Orléans

College Saint Anne

Ouverture du collège Sainte Anne, premier collège hors contrat de la ville d'Orléans, à la rentrée 2017.

Posté le 23 juin 2017 à 11h53 par Michel Janva | Lien permanent

22 juin 2017

25 juin : fête des familles de l'école Ste Geneviève (78)

Nouvelle Affiche 2017

Posté le 22 juin 2017 à 14h53 par Michel Janva | Lien permanent

21 juin 2017

4e université d’été d’Academia Christiana du 21 au 27 août

2c1a94_4986de6a0bca494aac9f955af9bedc81~mv2_d_1310_1904_s_2

Posté le 21 juin 2017 à 16h12 par Michel Janva | Lien permanent

24 juin : Kermesse de l'école Sainte Philomène de Rennes

Ste philo kermesse

Posté le 21 juin 2017 à 15h20 par Michel Janva | Lien permanent

Camp d'été AFC du 14 au 23 juillet à la cité Marcel Van à Argancy

Capture d’écran 2017-06-18 à 11.11.39

Posté le 21 juin 2017 à 11h06 par Michel Janva | Lien permanent

25 juin : kermesse du collège sts François et Jacinthe de Fatima (Lyon)

Aff fete ecole

Posté le 21 juin 2017 à 11h02 par Michel Janva | Lien permanent

20 juin 2017

24 juin : kermesse de l'école le "Cours Notre-Dame" à Montpellier

Capture d’écran 2017-06-19 à 19.46.40

Posté le 20 juin 2017 à 13h48 par Michel Janva | Lien permanent

Maison Samuel : un internat de garçons à Bayonne

A découvrir ici.

Posté le 20 juin 2017 à 10h07 par Michel Janva | Lien permanent

17 juin 2017

L'école Saint Dominique Savio d'Ecully (69) fête ses 40 ans

Invitation recto Invitation verso

Posté le 17 juin 2017 à 11h35 par Michel Janva | Lien permanent

L'Ecole du Saint Enfant Jésus (Samois-sur-Seine à côté de Fontainebleau) recrute

L'Ecole du Saint Enfant Jésus (Samois-sur-Seine à côté de Fontainebleau) recherche un(e) instituteur/trice diplômé(e) pour la rentrée de septembre 2017, pour la classe de CM1-CM2 double niveau.

L'école a de beaux locaux, de beaux projets pédagogiques, un encadrement spirituel de grande qualité. CDI à temps plein.

Contact: pedagogie@ecole-sej.fr

06 99 16 13 20

Posté le 17 juin 2017 à 10h34 par Michel Janva | Lien permanent

L'Institut Croix des Vents à Sées recrute

Capture d’écran 2017-06-14 à 21.30.03

Posté le 17 juin 2017 à 09h25 par Michel Janva | Lien permanent

Bourg-la-Reine (92) : Mission de service civique

L'école Saint-Roch de Bourg-la-Reine (92), école indépendante catholique de 45 élèves, propose deux missions de service civique de 10 mois à partir de septembre 2017 pour des jeunes de 16 à 25 ans.

Contact : Florence CASSAGNE 06 72 66 85 59 - ecole.saintroch@orange.fr - http://ecole.saintroch.chez.com 

Posté le 17 juin 2017 à 08h04 par Michel Janva | Lien permanent


     Archives > Valeurs chrétiennes : Education

accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2013 - Le Salon Beige

     Archives > Valeurs chrétiennes : Education