30 mars 2015

Sens commun : quatre candidats élus au second tour

Sens commun, le courant créé par des militants LMPT au sein de l'UMP, avait présenté 9 candidats au premier tour des départementales. Sur les 7 qui s'étaient qualifiés pour le second tour, 4 ont été élus aujourd'hui :

Candidats éliminés au second tour :

  • Tourouvre (61) : Marie-Laure des Brosses est arrivée en deuxième position (32,20%) derrière ses concurrents DVD (36,43%) et devant le FN (31,37%). Au premier tour, les trois listes avaient toutes remporté un peu plus de 33% des voix : ce sont donc les abstentionnistes du premier tour qui ont fait pencher la balance au second (le taux de participation ayant augmenté).
  • Argenteuil 2 (95) : Le PS l'emporte face à la candidate de Sens commun, Fatima Amarir, qui obtient 48,69% des voix. L'élection s'annonçait très serrée, la somme des voix de l'UMP et du FN (éliminé) arrivant juste en dessous de la barre des 50% au premier tour.
  • Nantes 2 : Avec 42,87% au second tour, Jérome Duchesne n'a pas bénéficié d'un report complet des voix DVD et FN, report qui aurait été de toute façon insuffisant. Le PS est élu.

Candidats élus au second tour :

  • Athis-de-l'Orne (61) : Philippe Senaux l'a largement emporté (67,10%) face au FN, qui progresse tout de même de 7 points par rapport au premier tour
  • Meudon (92) : Elue, Armelle Tilly (61,95%) a pu compter sur les reports de voix de trois listes de droite contre les socialistes.
  • Nogent sur Marne (94) : Paul Bazin (66,63%) a battu le binôme PS-PRG. Il a bénéficié d'un bon report de voix des listes FN et DVD.

Les nouvellement élus Marguerite Chassaing et Paul Bazin n'ont pas signé la charte de la Manif pour tous.

Louise Tudy

Posté le 30 mars 2015 à 00h47 | Lien permanent | Commentaires (0)

29 mars 2015

La victoire d'une droite sans idée, sans ligne claire

De Maxime Tandonnet dans le Figarovox :

"[...] A l'évidence, la volonté de sanctionner le pouvoir est la clé de ce vote. Un sondage Paris-match du 26 mars le souligne: 40% des électeurs ont voulu sanctionner «le président de la République et le Gouvernement» tandis que 48% se sont prononcés» principalement en fonction de considérations locales. [...] 

Si les Français condamnent massivement le gouvernement, sa politique mais aussi son style - le sentiment qu'il donne de suffisance sinon de mépris - la droite ne leur offre pour l'instant aucune raison de croire en l'avenir. Elle ne présente pas de ligne claire, aucune ambition sur les questions qui préoccupent le pays, le chômage, la sécurité, l'exclusion, la maîtrise de l'immigration. Le problème n'est certes pas l'absence de programme, à deux ans d'une possible alternance, mais le néant du débat d'idées, le sentiment de vide intellectuel. Il est illusoire de penser que des polémiques sanglantes comme celle sur les «repas de substitution «dans les cantines, qui agitent furieusement le microcosme, permettent, aux yeux des Français de combler ce manque. Les citoyens, beaucoup plus intelligents et intuitifs que ne paraissent le penser les responsables politiques - éternel problème - attendent tout autre chose de leurs gouvernants ou futurs dirigeants. [...]

L'alternance en 2017 est une possibilité sérieuse, mais encore faut-il se poser la seule question qui vaille: quelle alternance, pour quoi faire? Gagner le pouvoir pour le pouvoir ne sert strictement à rien, sinon à offrir des mandats et des fonctions aux amis politiques. Gagner en 2017, pour continuer comme avant, comme toujours, dans un climat de polémique et de haine, conduira jusqu'en 2022. Et en 2022, à la suite d'une nouvel échec des politiques au pouvoir, une nouvelle alternance se produira. Et d'échec en échec, le dégoût des Français grandira encore, l'abstention progressera tout comme le vote extrémiste. Les Français n'attendent pas l'alternance pour l'alternance mais une révolution de la politique, sur le fond comme sur la forme. Les responsables politiques vont-ils enfin le comprendre?"

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 23h58 | Lien permanent | Commentaires (0)

L'UMP n'a pas de quoi pavoiser

D'Alexis Brézet dans Le Figaro :

"[...] l'UMP aurait tort cependant de se griser d'une victoire qui doit moins en vérité à sa dynamique électorale propre qu'à l'effondrement du PS, aux divisions de la gauche et aux particularités d'un mode de scrutin conçu à l'origine pour bloquer le FN. Alors que tout - l'impopularité du pouvoir, ses échecs à répétition - aurait dû conduire à un raz-de-marée de droite - en voix et pas seulement en sièges -, l'alliance UMP-UDI ne rassemble au premier tour qu'un tiers des électeurs. Dans l'absolu, il n'y a pas de quoi pavoiser. Plus que jamais, la droite est concurrencée sur ses terres par le Front national, dont les candidats, qui n'avaient souvent aucune implantation locale, font régulièrement jeu égal avec ses «notables» enracinés de longue date. C'est dire si, dans l'électorat - populaire notamment - la défiance demeure. C'est dire si, à une élection plus «politique» - demain les régionales ; après-demain la présidentielle, pour peu que la gauche refasse un semblant d'unité - la poussée du FN pourrait mettre l'UMP en difficulté.

Bien sûr, la droite pourra toujours se rassurer à bon compte en considérant les malheurs du camp d'en face. [...]

L'autre solution exige du courage. Elle suppose que la droite, renonçant aux habiletés tacticiennes comme aux slogans simplificateurs, comprenne enfin que la progression du FN, qui va s'accélérant (+ 7 points en cinq ans de Sarkozy, + 7 points en trois ans de Hollande), s'explique non par le fait que ses adversaires le «stigmatisent» trop ou pas assez, mais par ce qu'il dit, lui, des souffrances - bien réelles - des Français: le chômage, l'immigration, l'insécurité, et plus largement ce sentiment de dépossession culturelle et morale d'un vieux pays dont les citoyens - et spécialement les plus modestes - ont le sentiment que leurs gouvernants sont incapables de tracer un chemin protecteur sous le feu des assauts multiformes de la mondialisation. Tant que ces maux ne reculeront pas, le FN continuera de progresser. En d'autres termes, comme le dit excellemment Jacques Julliard, la droite - comme la gauche - doit se persuader que «la tâche première n'est pas de “combattre” le Front national mais de le rendre inutile aux yeux de ses partisans».

[...] Elle doit affronter franchement les réalités les plus dérangeantes - et notamment les conséquences désastreuses de quarante années d'immigration incontrôlée - sans pour autant encourager la logique sommaire de l'affrontement. Elle doit bâtir un programme économique de rupture radicale avec un demi-siècle de socialisme explicite ou implicite, mais ne pas donner aux plus fragiles le sentiment qu'elle les oublie. Elle doit, en définitive, réinventer de fond en comble un projet national qui articule les nécessaires adaptations aux exigences d'une économie mondialisée et la préservation de ce que les Français, à bon droit, veulent conserver: leur culture, leur mode de vie, leur civilisation."

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 23h53 | Lien permanent | Commentaires (0)

Des départements aux majorités relatives

Dans certains départements, il n'y a plus de majorité absolue. Il faudra donc des alliances pour emporter la présidence et gouverner.

Pas de Calais :

La gauche (PS, union de la gauche et divers gauche) a remporté 17 des 39 cantons du Pas-de-Calais, se donnant une majorité relative, tandis que le Front national gagne 6 cantons. Le Front de gauche est arrivé en tête dans deux cantons. L'UMP-UDI et trois binômes divers droite donnent 14 cantons à la droite. Une alliance UMP-UDI-FN pourrait permettre au Pas de Calais d'être gouverné à droite.

Aisne :

La gauche est 2e avec 8 cantons, la droite UMP-UDI-DVD obtient 9 cantons et le FN 4 cantons.

Vaucluse :

5 cantons pour le FN et la Ligue du Sud, 6 pour l'UMP-UDI-DVD, 6 pour la gauche et 1 pour le Front de Gauche... 

Gard :

Le FN obtient 4 élus, la gauche en a 22 avec les communistes et l'UMP 20 également. En acceptant l'alliance avec le FN, l'UMP a donc moyen d'envoyer la gauche dans l'opposition.

Tarn-et-Garonne

La gauche a remporté 14 des 30 sièges, à égalité exacte avec la droite, ce qui laisse le sort de la majorité départementale dans les mains d'un binôme, classé Divers gauche par le ministère de l'Intérieur, mais qui se revendique "sans étiquette". 
Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 23h34 | Lien permanent | Commentaires (4)

Un Premier ministre qui aime perdre

La Une de Libé :

CBS3OVeWkAAASau

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 23h26 | Lien permanent | Commentaires (1)

Les résultats en direct

Au soir du second tour des départementales, l'abstention s'élèverait à 51%.

L'UMP gagnerait de 60 à 70 départements, le PS en récolterait de 25 à 30. Le FN n'en aurait aucun.

La Corrèze bascule à l'UMP. Le PS perd également le Nord. La gauche perd la moitié des départements qu'elle dirigeait.

Dans le Vaucluse, le FN et la Ligue du Sud gagneraient 5 cantons seulement (3 pour le FN et 2 pour la Ligue du Sud). Il en faut 9 pour avoir la majorité. La Ligue du Sud emporte Bollène face au PS. La gauche serait donc en tête dans le Vaucluse avec au moins 6 cantons. 

Le Front national n'aurait obtenu que quatre cantons dans l'Aisne.

Selon une estimation du CSA, la droite serait majoritaire dans 66 à 70 départements. La gauche conserverait entre 27 et 31 départements. Le Front National obtiendrait entre 0 et 2 départements

D'après une autre estimation Opinion-way, la droite remporterait 65 départements, la gauche en conserverait 24, le Front National aucun. 4 départements seraient sans majorité. Dans l'Aisne, 9 cantons pour la droite, 8 pour la gauche et 4 pour le FN. La majorité est à 11...

  • Dans les 278 triangulaires, la droite l'emporte avec 37% des voix, suivie de la gauche avec 35 % des voix et du Front National avec 28%. 
  • La droite arrive en tête également dans la majorité des 682 duels l'opposant à la gauche avec 56% des voix contre 44% pour la gauche. 
  • Dans les cantons où a lieu un duel gauche Front National, la gauche l'emporte à 54% contre 46% au FN.
  • Quant aux cantons où s'opposent candidats du Front National et candidats de droite, la droite l'emporte à 59% contre un FN à 41%.

Dans le détail, la droite aurait remporté entre 1200 et 1250 cantons, la gauche entre 650 et 700 et le FN en aurait gagné 40 à 80.

Cas particuliers :

  • la Lozère passerait de droite à gauche.
  • Autre contre-performance : le candidat FN sortant à Brignoles a été éliminé.

Les communistes perdent l'Allier. Ils gouvernaient également le Val-de-Marne. Les communistes n'auront-ils plus aucun département ? Finalement les communistes gardent le Val de Marne.

Le copilote de l'avion France a décidé d'envoyer le pays au crash :

A noter que la Gironde d'Alain Juppé reste bien ancrée à gauche.

Tous les résultats officiels sont ici.

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 20h00 | Lien permanent | Commentaires (19)

L'UMPS, un slogan qui deviendrait réalité ?

Dans un communiqué, le président de Conseil départemental de l'Aisne Yves Daudigny, qui s'est désisté à l'issue du premier tour, appelle à la constitution d'une majorité de gestion UMP & PS à l'issue du second tour :

"Ni les forces de gauche, ni les forces de droite ne peuvent être ce soir majoritaires à elles seules. J'en appelle donc à la constitution d'une majorité de gestion qui devra trouver un accord durable"

"Cette majorité inédite devra s'appuyer sur un socle politique clair...le contour de ce socle ne peut être que la défense des valeurs de notre république et la lutte sans concessions et sans équivoques vis-à-vis du FN."

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 19h16 | Lien permanent | Commentaires (11)

Les Femen contre la liberté de vote d'une femme

Les Femen, toujours aussi pitoyables, ont voulu perturber le vote de Marine Le Pen ce matin à Hénin-Beaumont.

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 18h49 | Lien permanent | Commentaires (9)

Le président tunisien accueille François... Mitterrand

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 18h46 | Lien permanent | Commentaires (5)

Marche pour la vie à Bruxelles

Aujourd'hui, sous la pluie, plus d'un millier de Belges se sont mobilisés pour défendre la vie depuis sa conception :

CBCahgnU8AAfF3y

Bxl-pro-vie-2015-1-225x300Présence de Polonais :

CBRGF7oXEAA_3Nn.jpg-large

L'an prochain, la Marche pour la vie de Bruxelles aura lieu le 19 avril.

CBRHHvtWoAE0iLJ.jpg-large

CBRCl_-XEAAIz6J.jpg-large

CBRCRnIW8AE4Gta.jpg-large

CBQ-v0aWsAAJMI8.jpg-large

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 18h12 | Lien permanent | Commentaires (1)

100 ans après le génocide arménien, la situation est similaire

Extraits du discours du patriarche Louis Raphaël Sako lors de la réunion du Conseil de Sécurité de l'ONU sur les chrétiens d'Orient, vendredi 27 mars :

"[...] Comme vous le savez, nous commémorons cette année le centenaire des massacres de chrétiens de l'Empire Ottoman. Aujourd’hui, cent ans après ce drame, nous vivons une situation tragique similaire, ce qui a poussé des milliers de chrétiens à émigrer, et c’est une grande perte pour tous. Pour parler franchement, le soi-disant printemps arabe s’est soldé pour nous de manière négative. Si nous avions eu l'occasion de travailler en harmonie avec la mosaïque de religions et de groupes ethniques de notre région, il y aurait eu une force motrice de progrès vers la paix, la stabilité et l'ouverture dans toute la région.

De cette tribune, je tiens à exprimer le message suivant inspiré des valeurs humanitaires et spirituelles qui m’habitent. La coexistence positive fondée sur la justice, la paix dans l'amour et la citoyenneté devrait rester une des priorités majeures pour le Conseil de sécurité et l'Organisation des Nations Unies.

En ce qui concerne mon pays, je lance un appel pressant à soutenir le gouvernement central de Baghdâd et le gouvernement régional du Kurdistan en vue de la libération de la ville de Mossoul, ainsi que des villes de la plaine de Ninive où habitent chrétiens, yezidis et shabaks.

Je lance un appel solennel à leur fournir une protection internationale avec une zone sécurisée, tout en proclamant hautement le droit à la propriété en faveur des familles déplacées pour qu’elles puissent retourner dans leurs villages et leurs maisons, et reprendre une vie normale. Il faut aussi que le gouvernement central indemnise toutes ces familles pour les dommages et les préjudices subis. [...]

Je voudrais attirer votre attention sur le risque de voir émerger de nouveaux courants aussi néfastes que Daesh (ISIS). Lorsque des millions d'enfants et de jeunes sont privés d'écoles et d'éducation, lorsque des millions de réfugiés sont rassemblés dans des camps, privés du strict minimum de soins et d’attention, alors la frustration, le chômage et la pauvreté peuvent facilement les conduire à la vengeance et à l'extrémisme.

Par conséquent, nous proposons un processus dont l’ambition est de sortir de ce cercle vicieux.

1. Réclamer, à partir des Nations Unies, la mise à jour exécutive des constitutions et des lois de manière à réaliser la justice, l'égalité et la dignité pour tous, en tant que citoyens, sans discrimination aucune. Il est impératif que nos pays se dotent de gouvernements exigeant l'égalité entre tous les citoyens. Ces gouvernements doivent être responsables de la protection de tout le monde et garantir les droits de tous les citoyens. La simple énumération de ces besoins fondamentaux témoigne de leur manque cruel.

2. Recommander aux responsables religieux d’adopter un discours modéré, qui aide à approfondir le sens de la citoyenneté. Quelle que soit la diversité de leurs confessions religieuses ou de leurs appartenances ethniques, les gens devraient s’identifier d’abord et principalement à leur territoire national. Un facteur important nous fait défaut : c’est la réforme des programmes d'enseignement qui permettrait d'approfondir les principes de respect entre les citoyens, de promouvoir la tolérance et le dialogue, et de condamner la division, la haine et l'esprit de vengeance. Tout cela est nécessaire pour protéger les générations futures des tristes conséquences de positions qui aboutissent à l'extrémisme, à la violence et au terrorisme. Ce but ne pourra être atteint que si les responsables religieux présentent une exégèse appropriée de leurs textes sacrés, et ne tolèrent pas l’utilisation de phrases ou passages violents sortis de leur contexte.

3. Adopter une loi selon laquelle sont considérés comme criminels et tenus pour responsables les Etats et les individus qui soutiennent des groupes terroristes, que ce soit financièrement ou intellectuellement ou des armes . Leurs actes sont des crimes contre la paix sociale.

4. Promouvoir le développement des organisations pour les droits humains et les libertés civiles. Ces organisations devraient avoir un rôle exécutif et non pas seulement consultatif, tant sur le plan régional qu’international. [...]"

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 17h56 | Lien permanent

Vaucluse : le patron de l'UDI veut rejoindre le FN

Corinne Païocchia, présidente de la fédération de l'UDI du Vaucluse, a averti sa direction de sa volonté de quitter l'UDI pour rejoindre le Rassemblement Bleu Marine. Elle explique que «rien en Vaucluse ne peut se faire sans le RBM» et elle a appelé à voter Front national.

«Si demain je dois me présenter à une élection en Vaucluse, je souhaite le faire avec le Rassemblement Bleu Marine. Je suis disponible». «Les électeurs ne comprennent plus. On se fait insulter sur les marchés par nos propres troupes». «La volonté de notre direction nationale de faire barrage au FN pour le deuxième tour des départementales, quitte à voter pour des socialistes et des communistes, est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Je ne suis plus du tout d'accord avec cette ligne. Moi, j'appelle à voter pour le FN».

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 17h39 | Lien permanent | Commentaires (5)

"Pensons à nos frères et sœurs persécutés parce que chrétiens"

Homélie du Saint-Père pour la Messe des Rameaux ce matin :

Palme-2015---4"Au centre de cette célébration, qui apparaît si festive, il y a la parole que nous avons entendue dans l’hymne de la Lettre aux Philippiens: «Il s’est abaissé» (2, 8). L’abaissement de Jésus.

Cette parole nous révèle le style de Dieu et du chrétien: l’humilité. Un style qui ne finira jamais de nous surprendre et de nous mettre en crise: on ne s’habitue jamais à un Dieu humble !

S’abaisser est avant tout le style de Dieu: Dieu s’abaisse pour marcher avec son peuple, pour supporter ses infidélités. On le voit bien en lisant le Livre de l’Exode: quel abaissement pour le Seigneur que d’écouter tous ces murmures, ces lamentations ! Ils étaient dirigés contre Moïse, mais au fond, ils allaient contre Lui, leur Père, qui les avait fait sortir de la condition d’esclavage et les guidait sur le chemin à travers le désert jusqu’à la terre de la liberté.

En cette Semaine, la Semaine Sainte, qui nous conduit à Pâques, nous irons sur ce chemin de l’abaissement de Jésus. Et seulement ainsi, elle sera “sainte” aussi pour nous!

Nous entendrons le mépris des chefs de son peuple et leurs tromperies pour le faire tomber. Nous assisterons à la trahison de Judas, un des Douze, qui le vendra pour trente deniers. Nous verrons le Seigneur arrêté et emmené comme un malfaiteur; abandonné des disciples; traîné devant le sanhédrin, condamné à mort, battu et outragé. Nous entendrons que Pierre, le “roc” des disciples, le reniera par trois fois. Nous entendrons les cris de la foule, incitée par les chefs, qui demande que Barabbas soit libre, et que lui soit crucifié. Nous le verrons raillé par les soldats, couvert d’un manteau de pourpre, couronné d’épines. Et puis, le long de la Via dolorosa et sous la croix, nous entendrons les insultes des gens et des chefs, qui se moquent de son être de Roi et de Fils de Dieu.

C’est le chemin de Dieu, le chemin de l’humilité. C’est la route de Jésus, il n’y en a pas d’autre. Et il n’existe pas d’humilité sans humiliation.

En parcourant jusqu’au bout cette route, le Fils de Dieu a assumé la “condition de serviteur” (cf. Ph 2, 7). En effet, humilité veut dire service, veut dire laisser de la place à Dieu se dépouillant de soi-même, “se vidant”, comme dit l’Écriture (v. 7). C’est l’humiliation la plus grande.

Il y a un autre chemin, contraire au chemin du Christ: la mondanité. La mondanité nous offre le chemin de la vanité, de l’orgueil, du succès… C’est l’autre chemin. Le malin l’a proposé aussi à Jésus, durant les quarante jours dans le désert. Mais Jésus l’a repoussé sans hésitations. Et avec lui, nous aussi nous pouvons vaincre cette tentation, non seulement dans les grandes occasions, mais dans les circonstances ordinaires de la vie.

Ce qui nous aide et nous réconforte en cela, c’est l’exemple de beaucoup d’hommes et de femmes qui, dans le silence et de façon cachée, chaque jour renoncent à eux-mêmes pour servir les autres: un parent malade, un ancien seul, une personne avec un handicap…

Pensons aussi à l’abaissement de tous ceux qui, en raison de leur comportement fidèle à l’Évangile, sont discriminés et paient de leur personne. Et pensons à nos frères et sœurs persécutés parce que chrétiens, les martyrs d’aujourd’hui: ils ne renient pas Jésus et supportent avec dignité des insultes et des outrages. Ils le suivent sur son chemin. Nous pouvons parler d’“une nuée de témoins” (cf. He 12, 1).

Nous aussi, mettons-nous résolument avec eux sur cette route, avec beaucoup d’amour pour Lui, notre Seigneur et Sauveur. Ce sera l’amour qui nous guidera et nous donnera la force. Et là où il est, Lui, nous serons nous aussi (cf. Jn 12, 26). Amen."

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 17h22 | Lien permanent

Les pro-avortements ont peur de réfléchir

De Jeanne Emmanuelle Hutin dans Ouest-France :

"Dans les jours à venir, les parlementaires aboliront-ils le délai de réflexion obligatoire de sept jours pour les femmes qui envisagent un avortement ?

Un amendement a été pris en ce sens. C'est tout à fait étonnant. Alors qu'un délai de réflexion est imposé en d'autres domaines, pourquoi cette obligation serait-elle supprimée pour un acte beaucoup plus important, au coeur de la vie des gens ? « Il est tout de même curieux que [...] la loi impose un délai de réflexion minimum - sept jours pour se rétracter d'un compromis de vente - et que, pour le devenir humain, celui de la mère et de l'enfant, on veuille retirer cette prérogative », écrivent les Associations familiales catholiques. La société doit laisser place à l'écoute et à la réflexion. Car il n'est pas si simple de prendre une décision en ce domaine. Permettre aux personnes qui feront ce choix dans un sens ou un autre, de le faire lucidement est essentiel. Ce ne peut être fait à la va-vite, ni banalisé puisque chaque personne concernée en garde, quel que soit son choix, un souvenir souvent marquant.

Une jeune femme, maman de 18 ans, qui n'a pas été libre de sa décision d'avorter, témoigne : « Avant d'agir, il faut bien réfléchir, parce que donner la vie c'est la plus belle chose au monde et on ne le regrette pas. Avorter, c'est horrible ! Beaucoup de questions sans réponses, de culpabilité, de haine, de regrets ! Mais c'est trop tard, aucune possibilité de remonter le temps ! C'est pour cela qu'il faut réfléchir correctement. » Écouter, apprécier, juger, demande du temps et de la sérénité : « L'avortement n'est jamais un acte banal. Le délai de réflexion prévu par la loi Veil n'est pas superflu car il permet aux femmes et aux couples de digérer ce qui leur arrive », explique à La Croix Gilles Grangé, gynécologue-obstétricien. L'obligation du délai de réflexion protège. Sa suppression priverait les femmes de la sérénité indispensable pour choisir. Elle ouvrirait les portes à la précipitation qui obscurcit le jugement. Ce serait un bien mauvais tour joué à la liberté des femmes. Derrière cette mesure, y a-t-il des objectifs économiques ? S'agit-il de réduire les dépenses de Sécurité Sociale en diminuant le nombre de consultations médicales ? Si tel était le cas ce serait abuser de la détresse des femmes, sous couvert de servir leurs droits !Avant d'être un droit, l'avortement est un drame. La suppression de l'obligation du délai de réflexion serait un pas de plus vers sa banalisation qui « d'amendements en déclaration... devient une norme sinon un idéal. À ce jeu, encore une fois la mort triomphe... », explique le philosophe Matthieu Villemot. Cette suppression renforcerait l'idée, déjà très présente chez les jeunes, que l'avortement ne serait qu'une forme de contraception ! Alors même que Simone Veil soulignait « la gravité d'un acte qui doit rester exceptionnel »."

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 17h18 | Lien permanent

Après l’Allemagne, La Manif Pour Tous se mobilise à Helsinki

Helsinki

« Aito avioliitto » est la déclinaison finlandaise de La Manif Pour Tous. En faisant référence au « mariage véritable », le mouvement social continue son développement au delà des frontières de l’hexagone pour défendre le mariage homme/femme et la filiation père/mère/enfant. Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, invitée ce week-end à Helsinki, déclare :

« Le contexte est assez similaire : il y a d’un côté un lobbying efficace de la part de groupuscules militants LGBT, parfois très radicaux, et de l’autre un réveil des consciences d’une ampleur historique et une détermination citoyenne des familles à se mobiliser dans la durée ».

En France comme en Finlande et dans tous les pays d’Europe, les militants LGBT ne rassemblent jamais le peuple autour de leur revendications radicales et extrémistes, ni dans des pétitions ni dans la rue.  Il est donc grand temps d’écouter l’avis des peuples qui défendent les droits des enfants et la prise en compte de la réalité homme/femme et de la richesse du lien père/mère/enfant.

En Finlande, une loi autorisant le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe a été adoptée le 28 novembre dernier. Mais le Parlement n’a pas répondu à des objections juridiques qui avaient été formulées par des experts. Afin d’obliger le Parlement à examiner ces arguments, notamment en faveur de l’intérêt de l’enfant qui ne peut être privé délibérément d’avoir un père ou une mère, les partisans de La Manif Pour Tous Finlande (Aito Aviolootto) lancent aujourd’hui une pétition nationale co-gérée avec les autorité publiques (Ministère de l’Intérieur). Objectif : réunir plus de 50000 signatures sur les 5 millions de Finlandais. 

« Une telle initiative rappelle forcément la pétition historique de La Manif Pour Tous remise au CESE, Conseil Economique Social et Environnemental, en février 2013. Nos équipes avaient réussi à rassembler 700.000 signatures en quelques semaines : une mobilisation historique ».

Au cœur des débats, les recettes de la capacité de mobilisation populaire, y compris chez les personnes homosexuelles qui dénoncent les revendications du lobby LGBT, ont été partagées par Ludovine de La Rochère. 

Ce déplacement en Finlande s’inscrit par ailleurs dans la mobilisation de La Manif Pour Tous pour obtenir l’abolition universelle de la Gestation Pour Autrui, pratique indigne, intolérable et odieuse qui conduit à l’asservissement de la femme et à la marchandisation et la chosification de l’enfant. Les partenaires finlandais viennent en effet de rejoindre l’initiative « No Maternity Traffic » (http://www.nomaternitytraffic.eu). 

Prochaine étape de ce tour d’Europe : l’Irlande où un référendum sur le mariage et l’adoption par les personnes de même sexe doit se tenir fin mai.

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 17h12 | Lien permanent

Quelle relation existe-t-il entre le sacrifice de la Croix et la Messe?

Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté :

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 10h48 | Lien permanent

8 avril : Le Puits d'éternité au théâtre de Draguignan

Les Dominicaines du saint Esprit de l’Institution Saint-Joseph de Draguignan (Var), vous invitent aux représentations théâtrales du « Puits d’Éternité ». Le « Puits d’Éternité » est la mise en scène de la rencontre entre Jésus et la Samaritaine (sainte Photine). La première source d’inspiration de la pièce est donc tirée de l’Évangile de St Jean, au chapitre 4 : rencontre autour d’un puits, qui va changer la vie de cette femme pour l’éternité.

Cette pièce a été écrite et sera jouée en hommage aux Chrétiens persécutés du Moyen-Orient, pour les remercier de leur courage, et de leur témoignage de foi si fort. Elle est destinée à un public de tout genre, croyant ou non croyant.

Parmi les acteurs, se trouvent principalement les élèves de la classe de 1ère L de l’Institution St-Joseph de Draguignan, tenue par les Dominicaines du Saint Esprit, mais aussi des élèves des autres classes, de la Maternelle à la 2nde. Il y aussi des parents d’élèves, des professeurs ou anciens professeurs…

L’ENTRÉE EST LIBRE, et ne nécessite pas de réservation particulière. 

Affiche-puitsdeternitesweb

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 10h26 | Lien permanent

Pèlerinage à la Sainte Couronne le Vendredi Saint

CHAP ST FAMILLE TS

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 10h21 | Lien permanent

1er avril : Office des Ténèbres à Saint-Maurice

Tenebres2015

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 09h55 | Lien permanent

10 avril : messe pour la vie 21 ans après le rappel à Dieu du Professeur Lejeune

0L'Association des Amis du Professeur Jérôme Lejeune organise comme chaque année une mMesse pour la Vie le vendredi 10 avril 2015 à 19h00 en l'église St Augustin à Paris.

Cette messe anniversaire, 21 ans après le rappel à Dieu du Professeur Jérôme Lejeune le 3 avril 1994, sera célébrée par Monseigneur Jean-Marie Mpendawatu, secrétaire du Conseil pontifical pour la santé.

L’Association Les Amis du Professeur Jérôme Lejeune souhaite que le témoignage du Serviteur de Dieu Jérôme Lejeune - éminent Serviteur de la Vie humaine- entraîne de nouvelles vocations de médecins, de chercheurs et de chrétiens prêts à répondre à l’invitation de Jean-Paul II, Benoît XVI et du Pape François à annoncer l’Évangile de la Vieavec courage et fidélité comme une bonne nouvelle pour les hommes de toute époque et de toute culture”. C’est un acte de foi et d’espérance de voir se lever une nouvelle génération de Serviteurs de la Vie.

L’Association vous invite à venir nombreux à cette Messe pour prier et rendre grâce. A l’issue de la Messe, le livre d’Aude Dugast “Prier 15 jours avec le Professeur J Lejeune” (editions Nouvelle Cité, sortie en librairie le 1er avril) sera proposé.

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 09h41 | Lien permanent

Chemin de croix en centre ville de Bordeaux le Vendredi saint

Pour la première fois depuis 20 ans, le Chemin de croix du Vendredi saint aura lieu à travers le centre-ville de Bordeaux. Le vendredi 3 avril, il partira de la place de la Bourse, à 12h, pour s'achever à 14h devant la cathédrale Saint-André, place Pey Berland.

C

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 09h01 | Lien permanent

Christianophobie

De Vivien Hoch dans l'hebdomadaire papier Christianophobie :

"Le rapport 2015 sur la christianophobie en France fut plutôt bien reçu, mais certains chrétiens se sont montrés réticents envers le fait de « jouer au jeu victimaire » comme les autres communautés. On nous rétorque également que l’Église est une « communauté de foi », par opposition à une communauté ethnique, sociale ou politique, et que, par conséquent, les chrétiens ne peuvent pas être discriminés. En gros, que les chrétiens n’ont pas à se défendre comme les autres. Entretenons-nous réellement les « mythes phobiques » lorsque nous parlons de christianophobie ? Jouons-nous au petit jeu pervers de la « concurrence victimaire » lorsque nous comptons et analysons les actes antichrétiens ? Ceux qui nous reprochent de recenser ces actes antichrétiens sont, comme les kantiens : ils ont les mains pures, mais c’est parce qu’ils n’ont pas de mains. Le grand acquis de la Révélation, c’est bien que Dieu s’est incarné pour s’entremêler au coeur des affaires humaines, qu’elles soient personnelles ou collectives.

Si, comme l’a affirmé Jean-Paul II, « le Christ est la pierre angulaire de la construction et de la reconstruction des sociétés de L l’Occident chrétien » (Mémoire et identité), on ne peut pas dire qu’il soit aujourd’hui bien accepté dans ces sociétés-là. Bien au contraire. Nous avons perdu, depuis 40 ans toutes les batailles séculières, sur les thèmes les plus capitaux qui touchent à l’humanité : présence de la transcendance, caractère sacré de la vie humaine, solidarité volontaire, conditions de production du beau et du bien, préservation du patrimoine religieux et cultuel…

Comme l’écrit Michel De Jaeghere dans son Enquête sur la christianophobie de 2005, les chrétiens font l’objet d’un triple procédé : la marginalisation (« vous êtes une minorité »), le discrédit organisé (suivant une intense campagne de désinformation) et la disqualification de la hiérarchie de l’Église. Cela passe aussi par le silence devant les actes antichrétiens : combien de profanations, d’injures publiques ou d’attentats symboliques sont objets d’une indignation médiatique ou politique ?

Si la « phobie » signifie une « hostilité sociale envers un groupe de personne », et si la discrimination est le « fait de distinguer et de traiter différemment quelqu’un ou un groupe par rapport au reste de la collectivité », le christianisme dans son ensemble – et plus particulièrement le catholicisme, ses symboles, son patrimoine et sa hiérarchie – est bien l’objet d’une discrimination et d’une « phobie », parce qu’il est l’objet d’un traitement différencié. C’est le fameux deux poids, deux mesures que nous subissons régulièrement. Ne pas s’en rendre compte, c’est faire le jeu des agresseurs, des idéologues antichrétiens et d’une société pervertie jusqu’à la racine."

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 07h47 | Lien permanent

Inscriptions ouvertes pour le pèlerinage de Chartres

1Le 33ème Pèlerinage de Pentecôte de Paris à Chartres se déroulera les 23, 24 et 25 mai 2015 sur le thème : « Jésus-Christ, sauveur du monde »

  • Samedi 23 mai 2015, Thème du jour : L’Incarnation sous le patronage de Saint Hilaire
  • Dimanche 24 mai 2015, Thème du jour : La Rédemption sous le patronage de Saint Louis
  • Lundi 25 mai 2015, Thème du jour : Le Ressuscité, notre Espérance sous le patronage de sainte Marie Madeleine

Cette année, Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire de l'archidiocèse d'Astana au Kazakhstan, célèbrera une messe pontificale dimanche midi. Parfaitement francophone, il accompagnera les pèlerins durant les 3 journées. Mgr Pansard, évêque de Chartres, viendra visiter le bivouac de Gas où il présidera le Salut du Saint-Sacrement. Enfin Dom Louis-Marie, père abbé de Ste Madeleine du Barroux, célèbrera la messe dans la cathédrale de Chartres (à noter que la nef, actuellement en cours de restauration, ne devrait pas être accessible). En raison de l'hospitalisation de l'abbé Coiffet, c'l’abbé Benoît Paul-Joseph est l'aumônier du Pèlerinage.

2Vous pouvez participer au Pèlerinage dans les chapitres adultes, enfants, pastoureaux, familles ou dans les services (service d'ordre ou logistique). Il est également possible de s’unir au Pèlerinage, en rejoignant les chapitre des Anges Gardiens, pèlerins non marcheurs (Il faut s’inscrire pour recevoir le livret de méditations). Les inscriptions sont ouvertes depuis ce matin. avec un tarif réduit si vous vous inscrivez avant le 26 avril.

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 07h18 | Lien permanent

Les azulejos, véritable catéchisme de pierre

Suite à ce post de fin décembre sur la construction d'une église à Libreville au Gabon, l'Institut du Christ-Roi m'informe que, en moins d'un mois, la pose des carreaux sur la façade a été achevée, et les travaux d'aménagement se poursuivent ; de telle sorte que l'esplanade devant la façade devrait être prête avant l'inauguration officielle de celle-ci, qui aura lieu durant l'été.

Voici quelques photographies des azulejos, véritable catéchisme de pierre, qui a attiré toutes les attentions à Libreville, aussi bien auprès des élites que des plus humbles :

P1210309

P1210431

P1210426

P1210171

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 07h17 | Lien permanent

14 avril : conférence sur l’avenir des chrétiens d’Irak à Paris

Tract

Michel Janva

Posté le 29 mars 2015 à 07h15 | Lien permanent

C’est arrivé un 29 mars…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 29 mars  487 (date peu sûre): naissance de Saint Malo (en latin Maclovius, Maclou), l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne.
  • le 29 mars  1058 : décès du pape Étienne IX (Fréderic de Lorraine).

Étienne IX élu pape le 3 août 1057 est le fils de Gothelon Ier, de la famille des ducs de Lorraine. Il est également le frère de Godefroi II le Barbu, le duc de Toscane. Avant d'être pape, il est bénédictin et abbé du Mont-Cassin. Désigné pape sans l'aval de l'empereur, il meurt, probablement assassiné, à Florence, après huit mois de pontificat.

Premier pape à s'émanciper de la tutelle de l'empereur, il propose que le souverain pontife soit élu par un collège de cardinaux, mode d'élection qui sera institué par son successeur. Canonisé, il est fêté le 29 mars, jour de sa mort.

  • le 29 mars  1139 : le pape Innocent II fulmine la bulle Omne datum optimum, qui accorde certains privilèges à l'Ordre du Temple.

La bulle reconnaît la règle du Temple, accorde à ses membres tout butin conquis sur les Sarrasins en Terre Sainte et place l'ordre sous la protection directe du Saint Siège. Le Temple est donc libre de toute dîme et de tout hommage. Les Templiers, relevant directement de l'autorité papale, ne peuvent contracter un hommage envers un seigneur, qui était un laïc.

  • le 29 mars  1179 : élection de l'antipape Innocent III.

Il est élu en tant que successeur de Calixte III par quelques cardinaux voulant continuer à s'opposer à Alexandre III, mais personne ne le reconnaît, ce qui explique la brièveté de son règne. Il est déposé en juin 1180, ce qui met donc fin au schisme né avec Victor IV.

  • le 29 mars  1382 : entrée triomphale de Charles VI à Rouen.

Il vient, plus d'un mois après la révolte de la Harelle, pour rétablir l'autorité royale bafouée et sanctionner les coupables. Il décide de supprimer Rouen afin de mettre en place une municipalité régie par l'autorité du bailli royal. Finalement, il accorde son pardon à la ville le jour de Pâques, se contentant de détruire plusieurs bâtiments, d'augmenter les impôts et de supprimer certains privilèges.

  • le 29 mars  1632 : Traité de Saint-Germain en Laye.

L'Angleterre reconnaît l'Acadie et le Canada, la Nouvelle France, possession française, par le Traité de St-Germain, elle rend la ville de Québec. La ville avait été conquise par les frères Kirke trois mois après la fin des hostilités. (Cf. les chroniques du 5 décembre et du 1 mars sur Samuel Champlain, et du 19 juillet sur la chute de Québec.)

  • le 29 mars  1790 : Pie VI, dans une allocution, « le Syllabus » condamne les principes de la Révolution française.

Lire la suite "C’est arrivé un 29 mars…"

Lois Spalwer

Posté le 29 mars 2015 à 06h35 | Lien permanent | Commentaires (0)

28 mars 2015

Menaces de mort, intimidation... : à Arras, plaintes en série contre l'équipe socialiste

Plainte HervilAlors que les habitants du canton d'Arras 2 devront départager demain l'UMP, arrivée en tête au premier tour des élections départementales avec une centaine de voix d'avance, le FN et le PS, les socialistes, arrivés troisièmes avec 25,27% des voix, semblent perdre leurs moyens, ou plutôt employer les grands moyens. Du moins si l'on en croit les faits que nous rapporte un membre du SIEL :

"Hervil Legros, nommé responsable des Jeunes du SIEL Pas de Calais [ndlt : il était engagé au sein de LMPT et a organisé les veillées d'Arras], aidait hier soir l'équipe FN à coller et à surveiller leurs affiches, à Arras. Il était avec Kevin Bytebier, candidat FN dans le canton.

L'équipe a pris des photos des panneaux avant minuit. Puis a fait une dernière ronde de surveillance après minuit. Elle a découvert que non seulement les affiches FN avaient été arrachées, mais que le PS avait continué à coller, donc après minuit.

Dans le centre ville d'Arras - ville déserte à cette heure -, continuant sa ronde, l'équipe a été violemment interpellée par des nervis sortis en courant et en hurlant d'une BMW qui n'a même pas pris le temps de se garer. Des gros bras, accompagnés du candidat PS Thierry Occre, l'ont agressée brutalement. Reconnu, Hervil a clairement été menacé de mort, à plusieurs reprises, par un membre de l'équipe PS, et non pas par le candidat PS présent sur les lieux. L'un des militants PS a menacé de le frapper à plusieurs reprises, vivement encouragé par Thierry Occre "qui lui a suggéré de le frapper au visage à deux reprises". L'équipe FN a été obligée de décamper.

Plainte a été déposée immédiatement au commissariat, à titre personnel par Hervil. Là, Hervil a appris que l'équipe UMP avait alerté la police pour les mêmes raisons contre les mêmes personnes, dont le candidat PS.

L'UMP va déposer plainte ainsi que le FN, et ils envisagent de saisir le Tribunal Administratif concernant les irrégularités de ce 2e tour (affichage après minuit).

Le SIEL publiera un communiqué officiel dès lundi matin. Le SIEL va se constituer partie civile dans la plainte d'Hervil Legros."

Louise Tudy

Posté le 28 mars 2015 à 20h53 | Lien permanent

"Chère communauté gay, vos enfants souffrent"

Charlotte d'Ornellas a traduit plusieurs passages d'une lettre de Heather Barwick, publiée dans The Federalist, dans laquelle la jeune femme, élevée par deux lesbiennes, s'adresse à sa "chère communauté gay" :

Heather"« Je ne soutiens plus le mariage homosexuel », confie-t-elle, en précisant : « Non pas parce que vous êtes gay, je vous aime tant, mais en raison de la nature même de la relation homosexuelle. »

Pourquoi ? Parce que « cela promeut et normalise une structure familiale qui nous prive de quelque chose de précieux et de fondamental. On nous répète que nous n’avons pas besoin de ce que nous désirons naturellement et profondément. On nous répète que ça va aller. Mais ce n’est pas vrai, nous souffrons », explique-t-elle.


C’est après s’être mariée que la jeune femme a réalisé combien l’absence d’un père était douloureuse, « en voyant mes enfants aimer et être aimés par leur père ». « J’aime la partenaire de ma mère, précise la jeune femme, mais une autre femme ne remplacera jamais le père que j’ai perdu (…] C’est une chose étrange et troublante de vivre avec cette douleur profonde de rechercher un père, un homme, dans une communauté qui prétend que les hommes sont inutiles. »

Heather Barwick sait que les homosexuels peuvent être de bons parents. Elle sait aussi que « tant de causes peuvent faire souffrir les enfants dans une famille : divorce, abandon, infidélité, viol, mort… » mais « la meilleure et la plus belle structure familiale est celle dans laquelle les enfants grandissent avec un père et une mère », écrit celle qui refuse désormais que l’on impose sa souffrance à d’autres enfants.

Elle supplie cette communauté gay qu’elle « aime tant » et qui lui a « tant appris » d’entendre cette souffrance, dans un message poignant :

"Un grand nombre d’entre nous a peur de parler et de vous dire sa peine et sa souffrance parce que quelles que soient les raisons, vous n’avez jamais l’air de nous écouter. Vous ne voulez pas entendre. Si nous disons que nous souffrons d’avoir été élevés par des parents homosexuels, nous sommes ignorés ou catalogués comme haineux. Cela n’a rien à voir avec la haine du tout […] Je sais que vous avez vraiment été haïs et que vous avez réellement souffert […] J’étais là. J’ai pleuré et j’ai ressenti la colère directement dans la rue avec vous. Mais ce n’est pas moi. Ce n’est pas nous."

Louise Tudy

Posté le 28 mars 2015 à 15h51 | Lien permanent | Commentaires (9)

Avoir un Fillon de retard

Locution verbale.

1. (Figuré) Ne pas avoir suivi l'actualité depuis le 17 novembre 2012.

Antonyme : avoir une Manif pour tous d'avance

Fillon

Louise Tudy

Posté le 28 mars 2015 à 15h32 | Lien permanent | Commentaires (10)

15 avril : Eric Zemmour au Chesnay (78)

Zemmour-tract-web3

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 15h00 | Lien permanent

Ne soyez pas en retard à la messe dimanche

CBCF0cxW8AAjVrr

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 14h53 | Lien permanent | Commentaires (9)

Le problème fondamental des réformes de l'Education nationale

11026013_768209669935535_1536086988977895747_nInterrogée dans L'Homme Nouveau, Anne Coffinier explique en quelques lignes pourquoi les moult réformes de l'Education nationale sont vouées à l'échec, les unes après les autres :

"Le système éducatif a besoin de stabilité, cela fait trente ans que l’on essaie de réformer l’école et c’est un échec. Il faut changer de méthode, ne plus imposer des directives depuis la rue de Grenelle jusqu’aux établissements, mais faire remonter les besoins et méthodes qui portent du fruit depuis les écoles jusqu’au ministère. La plupart des réformes sont hors de propos dès lors qu’elles nient le principe de subsidiarité."

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 14h31 | Lien permanent

"Un vieux si je veux et quand je veux !"

Humour cynique de Pasquin dans L'Homme Nouveau, suite au vote de la proposition de loi Claeys-Leonetti :

Une-1587-blog-2"On en arriverait presque à se réjouir en se disant que les quadragénaires qui ont voté l’avortement atteignent les 80 ans. C’est eux qui verront, dans un indicible effroi qu’un cri silencieux n’apaisera pas, le sédateur fatal s’approcher, suivi des enfants survivants. Ils entendront alors, dans une conscience vacillante :

« Un vieux si je veux et quand je veux ! Papa en 74, le Professeur Israël disait : “C’est le projet qui fait l’enfant”. Nous pensons que c’est aussi le projet qui fait le parent et tu n’es plus dans notre projet de vie, au revoir papa. »"

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 14h26 | Lien permanent

Face au Hellfest, des messes de réparation et de miséricorde

Le Collectif Pour un Festival Respectueux de Tous informe les lecteurs du Salon Beige du piratage de son agenda public de messes de réparation & de miséricorde lancée le 9 mars dernier dans le cadre de l’Opération Jéricho.

Ce piratage se concrétise  par un effacement des participants s’étant engagés à faire célébrer 1 ou plusieurs messes.

Fort heureusement, une consultation de cet agenda par l’administration, avant son piratage, a permis de constater que du 9 mars au 16 avril, au moins 1 messe par jour était programmée.

Un agenda privé est mis en place pour la période du 17 avril au 21 juin : contacter le Collectif pour y participer : provocshellfestcasuffit@hotmail.fr

Le Collectif informe également qu’il s’est procuré les comptes 2014 qui mettent en évidence un montant de subventions publiques d’un montant cumulé de 1 700 000 euros sur 9 ans !

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 10h48 | Lien permanent

Le nouvel exode

NewsDans un long article (en anglais) agrémenté de belles photos, Newsweek passe en revue la situation des chrétiens dans tout le Moyen-Orient et revient sur les événements marquants - printemps arabe, bataille de Maaloula, enlèvements d'Hassaké, prise de Mossoul... D'après le magazine, la part des chrétiens dans la population régionale serait passée de 20% au début du XXe siècle, à 5% aujourd'hui.

  • 700 000 chrétiens ont fui la Syrie - ils étaient 1,1 million à y vivre avant 2011
  • En Irak, ils seraient entre 260 000 et 350 000, contre 1,4 million avant la guerre déclenchée en 2003
  • 100 000 Coptes ont émigré d'Egypte, qui compte plus de 4 millions de chrétiens
  • Il n'y aurait plus que 32 000 chrétiens dans le district de Jérusalem...
Louise Tudy

Posté le 28 mars 2015 à 10h32 | Lien permanent

Dialogue islamo-chrétien : un marché de dupes

Marie-Thérèse Urvoy est professeur d’islamologie, d’histoire médiévale arabe et de langue arabe classique à l’Institut catholique de Toulouse et Bordeaux 3-Montaigne. Elle dirige l’équipe de recherche CISA (Christianismes, islams et sociétés arabes) ainsi que la collection « Studia Arabica » aux Éditions de Paris. Dans L’Homme Nouveau du 14 mars, elle déclare : 

Logo

"[...] Le déni de soi est devenu un réflexe valorisant : il faut aimer l’autre, qui est prioritairement le musulman, ce réprouvé autoproclamé, au prix d’une détestation assumée de soi, sans aucune résistance à la figure imposée. La charité chrétienne devenue de l’humanitarisme, et l’amour du prochain mué en droits de l’homme, des ecclésiastiques et des politiques accourent soutenir imams et islamistes dits modérés, devenus de ce fait plus arrogants et vindicatifs. [...]

L’islam modéré, prôné par certains, est-il concevable ?

Oui, un islam modéré est concevable : mais il est le fait de l’individu musulman, jamais de la collectivité. Seul, et sans la pression de sa communauté, le croyant peut vivre sa religion en la ramenant à la sphère privée et à la pratique intérieure personnelle, sans re- vendication communautariste ni marqueurs sociétaux. D’ailleurs son assimilation se trouve facilitée dans la société civile et laïque de notre pays. Mais la communauté comme telle ne peut que tendre à exercer les droits et les obligations qu’elle doit faire prévaloir partout où elle se trouve (Cor. 9/33).

Comment penser aujourd’hui un dialogue entre islam et Église catholique ?

À un niveau institutionnel le dialogue est un marché de dupes, irréalisable en vérité. Voyez, par exemple, l’appel conjoint du Service pour les relations avec l’islam (SRI) et de l’Œuvre d’Orient à propos du calvaire des chrétiens d’Orient : il révèle très malheureusement que le souci majeur de ces professionnels du dialogue n’est pas de sauver les chrétiens, mais de sauver le dialogue, cela au prix de mensonges (lignes 5-7 de l’appel), de menaces (lignes 12- 13) et de flagorneries (lignes 3-4 et 8-10). Si nous devons reconnaître que le martyre des musulmans anti-Daech les honore, il ne saurait être un argument dialoguiste. En outre, ce texte ne tient aucun compte des mises en garde des autorités religieuses locales.

Au niveau individuel, il est plus que pensable, il est un devoir pour le chrétien qui, par son baptême et par sa foi en un Dieu trine, intrinsèquement dialogue, est prédisposé à épan- cher le dialogue qui brûle en lui. Mais cela doit concerner tous les enfants de Dieu sans privi- lège spécial pour les musulmans.

Quelles actions sont nécessaires désormais face à cet islam ?

Bien que ce soit tard, la fermeté et la détermination doivent être totales. Musulmans, chrétiens, juifs et sans religion doivent respecter la loi de la nation d’accueil. La religion ne donne aucun droit de conquête."

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 10h21 | Lien permanent

Le cardinal Koch s'oppose au cardinal Marx

C'est au tour du cardinal Koch (après les cardinaux Sarah, Müller, Burke...), président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, de dénoncer les propositions du cardinal Reinhard Marx et de Mgr Franz-Jozef Bode qui plaident pour une adaptation de l'Eglise aux « réalités d'aujourd'hui ».

Images-3« Pensons aux Deutsche Christen (les luthériens) au moment du national-socialisme lorsque, les élevant au rang des Saintes Ecritures, ils ont placé la Race et la Nation dans la catégorie des sources de la Révélation, ce contre quoi a protesté la Déclaration théologique de Barmen en 1934, qui a rejeté la soumission des Eglises protestantes à l'Etat. Nous devons savoir distinguer de façon très attentive, ici et maintenant, en analysant avec sensibilité les signes des temps, pour voir quel est l'esprit qui se trouve derrière ces signes ; lesquels sont des signes de l'Evangile, et lesquels non. »

Le cardinal Kurt Koch ajoute qu'il est dangereux de considérer la manière dont les chrétiens vivent leur foi comme une source de révélation :

« Voir comment, et de quelle manière les gens vivent leur foi aujourd'hui est évidemment important et profitable, de manière à mieux connaître les tâches et les devoirs pastoraux de l'Eglise. Cependant, ces “réalités existentielles” ne peuvent constituer une troisième source de révélation à côté des Saintes Ecritures et du Magistère. »

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 10h14 | Lien permanent

Une fatwa contre Alain Juppé ?

Poussé dans ses retranchements par Michel Onfray lors de son entretien au Grand Journal de Canal+, Alain Juppé a avoué qu'il n'avait pas lu le Coran, jugeant même ce livre "illisible". Un propos qu'il regrette aujourd'hui :

"J'ai dit une connerie un soir au Grand Journal parce que j'ai dit que je n'avais pas lu le Coran - ça c'est vrai, c'est pas une connerie- mais après j'ai ajouté qu'il était illisible. Je m'attends à une fatwa dans les prochains jours."

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 09h53 | Lien permanent | Commentaires (28)

Construction d'un monastère en Normandie

Ouest-France consacre un article au chantier de l'ordre de l’Annonciade à Grentheville, dans le Calvados. Les cinq premières religieuses s’installeront cet été. L’ensemble des bâtiments (3 220 m2) sera totalement terminé en décembre.

L’ordre de l’Annonciade a été fondé en 1502, à Bourges par Sainte-Jeanne de France (fille du roi Louis XI) et le Bienheureux Gabriel Maria, père franciscain. Il compte une centaine de religieuses dans le monde. Quatre communautés sont installées en France.

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 09h46 | Lien permanent

A quoi sert Sens Commun ?

Si même les candidats de Sens Commun refusent de signer la charte de La Manif Pour Tous, on est en droit de se demander l'intérêt d'avoir créé ce courant au sein de l'UMP :

 

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 09h31 | Lien permanent | Commentaires (16)

Préparez-vous à être surpris

La compagnie aérienne a vite fait retirer ces publicités affichées dans le métro londonien :

5860759-770x433

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 09h25 | Lien permanent | Commentaires (11)

Ouverture d'une école libre à Angers

Le Cours Bienheureux Charles d'Autriche (Angers) ouvrira une classe de sixième à la rentrée 2015, dans des locaux spécialement rénovés pour accueillir les élèves.

Cette ouverture est une initiative de familles angevines soucieuses d’accompagner des élèves en leur proposant une formation intellectuelle de qualité, grâce à un enseignement structuré, ainsi qu'une formation morale et humaine solides. L’ouverture au monde des arts et de la culture ainsi qu’une identité chrétienne claire font parties intégrantes du projet.

Le Cours Bienheureux Charles d'Autriche souhaite transmettre aux enfants la joie d’apprendre tout en cultivant le goût du travail bien fait : « Instruire autrement pour que s’épanouissent les talents ! ».

Pour toute demande de renseignements ou inscription, écrivez-nous à : cours-bca@orange.fr ou contactez Anne-Solen Dusenne au 06.20.37.29.94

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 07h33 | Lien permanent

Pâques musicales à Champeaux (77)

1

Michel Janva

Posté le 28 mars 2015 à 07h02 | Lien permanent

C’est arrivé un 28 mars…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 28 mars 845 : les Vikings assiègent Paris.

C'est le premier siège de Paris. La ville est saccagée par les envahisseurs Vikings, probablement commandé par Ragnar Lodbrok qui demande une forte rançon pour son départ. Les abbayes de St Denis et de Saint Ouen sont aussi pillées.

  • le 28 mars  1091 : le pape Urbain II ouvre le concile de Bénévent.

Le concile décide l'interdiction d'élire un évêque qui ne soit pas prêtre ou diacre.

  • le 28 mars  1285 : décès du pape Martin IV.

Martin IV, né Simon de Brion, français, est élu pape, contre son gré, le 22 février 1281. Son pontificat dure quatre ans et un mois. Il prend le nom de Martin IV, en hommage à saint Martin, pour lequel il a une dévotion particulière.

  • le 28 mars 1654: par lit de justice, le Roi Louis XIV condamne le prince de Condé à la peine capitale pour haute trahison.

Condé allié aux Espagnols, leur avait promis un port français contre 500 000 écus pour lever des troupes et lancer la Fronde des princes en 1560.

  • le 28 mars  1799 : Pie VI est arraché à sa résidence de Florence et emmené à Valence.

Les troupes françaises refluant de toute l'Italie chassées par les Autrichiens et les napolitains qui ont repris Rome, le pape, toujours prisonniers, suit la retraite française pour mourir en aout à Valence.

Lire la suite "C’est arrivé un 28 mars…"

Lois Spalwer

Posté le 28 mars 2015 à 06h32 | Lien permanent | Commentaires (0)

27 mars 2015

La doctrine sociale de l'Eglise et l'écologie

Stanislas de Larminat a été sollicité pour analyser l’approche du Compendium en matière d’écologie chrétienne par l’« Observatoire international Cardinal van Thuan ». Cet organe a été fondé par Mgr Crepaldi, Archevêque de Trieste et ancien secrétaire du Conseil Pontifical Justice et Paix. A ce titre, son fondateur a été un des principaux rédacteurs du Compendium de la Doctrine sociale de l’Église. Une version française est accessible ici. Ecologie humaine, écologie sociale, croissance, développement durables, OGM, nucléaire, le problème de la gouvernance mondiale..., l'article aborde un certain nombre de sujets d'actualité sous l'angle du Compendium de la doctrine sociale de l'Eglise. En voici la conclusion :

"La modernité du Compendium et le concret de son contenu donnent à toute personne, ayant une sensibilité écologique, des éléments de réponse aux questions qu'elle peut se poser.

Le Compendium ne rentre pas dans les détails techniques qui ne sont pas de sa compétence. En effet, le Concile recommandait déjà aux laïcs de ne pas attendre de leurs pasteurs -ni donc du Compendium- qu’ils « aient une compétence telle qu’ils puissent leur fournir une solution concrète et immédiate à tout problème, même grave, qui se présente à eux ».

Jean-Paul II ne souhaitait pas que l'éducation à la responsabilité écologique s'appuie sur le « désir vague d’un retour au "paradis perdu"». C'est pourquoi le Compendium rappelle la promesse divine « d'une demeure nouvelle ». Cette espérance doit stimuler notre travail relatif aux réalités présentes (§ 56). Le Compendium insiste alors sur les grands principes qui doivent guider l'action humaine en matière écologique comme en matière sociale ou économique : le bien commun, la destination universelle des biens et l'économie du don. Ces principes nous permettent de nous tourner vers la Jérusalem céleste et de vivre, ici bas, ce royaume de justice, de vérité, de paix et d'amour auquel nous sommes déjà promis."

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 17h47 | Lien permanent

Jacques Bompard s'oppose au mortel projet de loi sur la santé

Communiqué de Jacques Bompard sur le projet de loi santé :

"La politique socialiste a violemment attaqué la dignité des plus petits à savoir les enfants vivants encore in vitro, celle des femmes enceintes, du personnel médical, ce qui par extension est une atteinte à toute la société. Ce projet de loi a la volonté de supprimer la notion de détresse de la femme enceinte confrontée à l’avortement. C’est un mépris total de la dignité de la femme, de sa souffrance. Dans une considération pareille de la femme, la suppression d’un délai de réflexion face à l’avortement est alors une suite logique. Cette politique transforme l’homme en consommateur de tout : des enfants, des corps, de toute réflexion. Oubliées, abandonnées, les femmes ne seront plus écoutées, mais seulement victimes d’avortement dont les conséquences leur auront été lâchement masquées.

Dans cette logique aucune proposition alternative ne leur est proposée. Jacques Bompard a donc déposé un amendement pour rappeler à la société consumériste voulue par le gouvernement que l’avortement, n’est pas la clef d’une unité nationale. En revanche, une solidarité qui accompagne les femmes enceintes, leur donne les moyens de garder leur enfant et de l’élever dans la dignité, est une politique de bon sens respectueuse de chacun. Face à l’avortement, des alternatives existent, il faut les défendre et les promouvoir.

D’autre part, ce projet de loi tend à imposer aux sages-femmes la possibilité de tuer par l’exercice de l’avortement. Cette politique est absurde et contraire à l’éthique de leur profession. Jacques Bompard s’y est fermement opposé pour que celles-ci ne soient pas mises dans la même position que celle des médecins qui malgré une clause de conscience souffrent de la pression d’une politique de mort.

Enfin, Jacques Bompard face à la promotion de la contraception médicale, prône celle qui est naturelle. Par respect pour le corps des femmes compte tenu des dangers qui existent avec la contraception médicale, pour l’environnement pollué par la contraception, pour limiter l’action de la technique au sein de l’intimité des couples de la Nation."

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 17h19 | Lien permanent

Avortement & euthanasie : des lois pour annihiler la conscience

Extrait d'une tribune de Chantal Delsol dans Valeurs actuelles :

"[...] La loi morale élémentaire, antique et universelle, « Tu ne tueras pas », se donne partout des exceptions. Dans toutes les sociétés, ce sont la guerre et la peine de mort : les sociétés s’estiment fondées à tuer ceux qui les menacent. La modernité tardive, qui rejette avec dégoût la peine de mort et la guerre, et simultanément légitime l’IVG, même à un stade avancé de la grossesse, et l’euthanasie, marque par là la métamorphose des critères. Ce n’est plus la survie ou la sécurité de la société qui peut légitimer une exception au « Tu ne tueras pas », mais le refus de la souffrance individuelle (physique ou psychique).

Les lois sur la fin de vie vont cependant plus loin que ce déploiement de la souveraineté individuelle. Outre qu’elles traduisent un déplacement des critères de valeur, elles traduisent aussi un rabaissement de l’idée de conscience personnelle.

Les principes moraux élémentaires sont surplombants ; et pourtant toujours récusables par la conscience personnelle, dans des cas tragiques et au prix d’un débat intérieur. Les cas d’euthanasie existent et ont toujours existé. Dans des situations si singulières et si graves, des consciences individuelles prennent une décision. Mais on voudrait que cette exception au « Tu ne tueras pas » soit légalisée, qu’elle ne soit plus à la merci de la conscience personnelle. On voudrait que les individus jetés dans ce drame puissent appliquer une loi et ainsi s’exempter de l’angoisse de se prononcer, de la responsabilité et des éventuels remords. Le cas est le même pour l’IVG, pour laquelle nous recherchons toujours plus de loi déterminante, toujours moins de réflexion individuelle. Il y a là une récusation du tragique humain, une volonté de passer à la toise de la loi les situations les plus complexes. Dans les directives anticipées aussi, c’est la conscience personnelle qui se trouve dévalorisée, contrairement à ce que l’on pense : car je ne peux jamais préjuger de ce que je déciderai en situation limite ; dans cette situation, sans doute trouverai-je des ressources dont aujourd’hui je n’ai même pas idée ; une personne n’est pas une essence immuable, mais une entité en perpétuel développement.

La demande de légalisation toujours plus précise indique la persistance du positivisme juridique, déjà si présent au XXe siècle : la morale, ce ne serait rien d’autre que la loi positive, et ce qui est permis par la loi serait forcément bon — que l’État dise le Bien et nous ne nous poserons plus de question ! Au fond, nous voulons peut-être oublier que l’éthique traduit un perpétuel débat intérieur et extérieur — qu’elle engage notre responsabilité de personne libre, bien davantage que notre docilité de citoyen. [...]"

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 17h13 | Lien permanent

EELV a moins d'adhérents que Sens Commun

Une parlementaire écolo affirme que EELV est passé de 20 000 adhérents (en 2009) à 4000 ou 5000 adhérents.

A titre de comparaison, Sens Commun revendique 6 000 adhérents.

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 16h08 | Lien permanent | Commentaires (7)

L'enfant, cet objet de consommation

Alors que certains avocats français font ouvertement la promotion de la GPA, des articles vantent la congélation d'ovocytes en Espagne. Coïncidence incroyable : la femme de 38 ans qui témoigne est... journaliste !

"Cette pratique n'étant autorisée en France que pour des raisons médicales, ce qui n'est pas le cas de Catherine, elle n'a pas été remboursée. Son suivi, les examens (prise de sang, échographie...) comme la stimulation ovarienne réalisés à Paris ont été à sa charge. Ce à quoi s'ajoutent les deux ponctions réalisées à la clinique de Valence à 2600 euros chacune -la première n'ayant permis la congélation que de quatre ovocytes matures-, les trois allers-retours accompagnée en Espagne... pour un coût total au final de 10 000 euros."

Elle a été voir son banquier pour faire un crédit à la consommation. C'est le cas de le dire : un enfant est désormais un objet de consommation.

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 15h19 | Lien permanent | Commentaires (5)

Les poules républicaines

Non, il ne s'agit pas des Femen... Où l'on constate que la République est nostalgique des traditions religieuses :

IMG_0004

Michel Janva

Posté le 27 mars 2015 à 14h55 | Lien permanent | Commentaires (22)


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2014 - Le Salon Beige