20 avril 2015

Neutraliser l'Etat islamique dans les plus brefs délais

Communiqué de Mgr Pascal Gollnisch, Directeur Général de l'Œuvre d'Orient :

"Une fois de plus, le DAECH manifeste sa cruauté en assassinant 28 chrétiens éthiopiens.

L’Œuvre d’Orient  appelle solennellement la Communauté Internationale à prendre les moyens  voulus pour neutraliser le DAECH dans les plus brefs délais.

Tout retard ne fait qu’encourager de nouveaux actes barbares et nuit à la pacification de la région."

Michel Janva

Posté le 20 avril 2015 à 20h28 | Lien permanent

L'artiste est par nature avant gardiste, c'est ce qui justifie toutes ses transgressions! Même celles-ci?

Des artistes comme ceux-ci nous en redemandons pour que la VERITE éclate:

- Un monument à la douleur des femmes qui ont avorté: vu sur votre blog récemment. Il a été inauguré en Slovaquie le 28 octobre dernier, en présence du ministre de la Santé ; c'est une œuvre du jeune sculpteur slovaque Martin Hudáčeka.

La sculpture est dédiée à « l'enfant qui n'est pas né ». Une maman à genoux, en pierre et en  pleurs, est consolé par son enfant aussi transparent que le cristal qui lui pose avec bonté la main sur la tête. Regret et pardon, souffrance et amour, et beaucoup de tristesse…
 
 - D'autres artistes, Français cette fois, chantent une ode à "l'enfant qui n'est pas né".

 

 

Lois Spalwer

Posté le 20 avril 2015 à 19h32 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les deux tiers des détenus sont musulmans

C'est Jack Lang, président de l’Institut du Monde Arabe, qui l'affirme dans un courrier à Manuel Valls (via Nouvelles de France) :

Lettre-jack-lang-468x600-2

Michel Janva

Posté le 20 avril 2015 à 18h49 | Lien permanent | Commentaires (8)

Radio Courtoisie en couleurs, c'est sur Le Salon Beige !

Le Salon Beige est heureux de vous présenter cette première émission filmée et réalisée en commun avec Radio Courtoisie. Voici en exclusivité un extrait du dernier Libre journal de Lumière de l’Espérance, la Radio du dimanche de Radio courtoisie, dirigé par Grégoire Boucher.

Émission du dimanche 19 avril 2015, consacré au thème d’actualité : être missionnaire de la Miséricorde divine face à la montée de l’Islam. Grégoire Boucher reçoit :

  • L’Abbé Fabrice Loiseau, Fondateur et supérieur de la Société des Missionnaires de la Miséricorde divine
  • Virginie de Préval, Mère veilleuse, catholique et missionnaire
  • Mgr Dominique Rey, Évêque du Diocèse de Fréjus-Toulon

Nous espérons que vous apprécierez ce nouveau format d’émissions réalisées en collaboration avec radio Courtoisie. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et vos suggestions. Nous travaillons sur l’amélioration de ces entretiens originaux, et nous espérons pouvoir vous proposer très rapidement ces émissions en direct sur votre Salon préféré !

Durée 27mn :

 

Michel Janva

Posté le 20 avril 2015 à 18h43 | Lien permanent | Commentaires (5)

Plutôt sympa, le droit de réponse de Sophie de Menton : "la lutte des classes devient la lutte des sexes"

Réagissant à l'annonce médiatique que 100% des femmes seraient harcelées quotidiennement dans les transports publics, Sophie de Menthon avait twitté : 

"100% des femmes seraient "harcelées" quotidiennement . Ne pas tout confondre: être sifflée dans la rue est plutôt sympa !"

Il n'en fallait pas plus pour lâcher les meutes du polico-genro-féministo-socio-bobo-médiatiquement correct jusqu'à voir intervenir deux ministres... La furie collective était bien là mais s'est estompée assez vite par un beau week-end de printemps. Aujourd'hui, Sophie de Menton réagit et de fort belle manière.

Extraits :

"La pensée réduite à sa plus simple expression ou comment un tweet devient le révélateur des plus symptomatiques problèmes de notre société (...)

Oui, nous l'avons toutes vécues, avec plus ou moins d'intensité et de violence. Mais parce que ces situations ne sont ni identiques, ni équivalentes, il m'a paru utile de relativiser ces menaces bien réelles ne serait-ce justement que pour protéger, punir et distinguer ce qui relève du harcèlement de ce qui constitue le quotidien des rapports hommes-femmes aujourd'hui et depuis des siècles au pays de l'amour courtois. Déclarer une guerre des sexes sans nuance me semble dangereux et improductif, or la lutte des classes devient la lutte des sexes (...)

Oui, je ne souhaite pas accepter une époque qui se délite avec gourmandise, se sur-protège à coup de juridisme et considère, comme le fait la ministre, qu'un sifflement est une agression caractérisée. Je ne le pense pas, j'ai le droit de ne pas le penser, j'ai le doit de dire que je trouve terrifiant que dans les médias ou ailleurs, personne n'ait le "courage" (car cela finit par en être un) de ne pas enfourcher immédiatement et à tout propos le cheval de la victimisation suivi d'un char de répressions, si possible financières.

La régression de la liberté de ne pas penser exactement comme on vous a dit de penser devient un système. Malheur à celui par lequel le doute s'installe. Je n'en reviens toujours pas : j'ai seulement dit "qu'être sifflée dans la rue c'était plutôt sympa": une énormité, une insulte, une perversité déclarée, un mépris social, un dédain des classes laborieuses (suis patron), une moche qui rêve qu'on l'a siffle dans la rue, une idiote (et la pensée unique j'en fais quoi?!) une vieille attardée (qui vit au XXe sciècle dans les bonnes années )... et les médias enchantés de ces réactions forcément représentatives, s'en sont fait les relais inconditionnels.

Oui, Je refuse que la drague soit tarifée si l'agression commence au sifflement! Je refuse que les femmes ne puissent plus être un certain "objet du désir", et je refuse la contradiction absolue qui menace notre civilisation, c'est-à-dire que le porno devienne un mode de vie et que parallèlement on développe une censure et une pudibonderie de la pensée. Je récuse le fait que les femmes soient des hommes comme les autres et n'affichent pas leurs différences, même et surtout si elles doivent avoir strictement les mêmes chances.

Je prône le respect et en premier celui des femmes dans les transports en commun... et des opinions.

Je trouve désespérant que deux ministres se jettent sur moi sur Twitter (rien d'autre à faire?), fautes de français à l'appui (pour se montrer accessible et sympa ?) sentencieuses et méprisantes (...)

Alors, j'ai eu honte, honte pour ceux qui font de mon pays un pays bipolaire, interdisant toute divergence ou toute nuance exprimée. Une censure émotionnelle et intellectuelle.

Juste, parce que je trouve" plutôt sympa de se faire siffler dans la rue", j'ai cautionné le viol, les agressions, les injures et le harcèlement. Le discernement devient un droit de l'Homme gravement menacé".

Lahire

Posté le 20 avril 2015 à 18h01 | Lien permanent | Commentaires (11)

Divorcés : Thibaud Collin répond à Mgr Vesco

Sur son blog, Thibaud Collin répond à Mgr Vesco, évêque d'Oran, qui vient de publier un ouvrage plaidant pour un changement concernant les divorcés-adultères. Extraits :

V"[...] Le nœud de l’argumentation est que l’Eglise ne peut demander aux « divorcés remariés » de rompre la « nouvelle alliance » qu’ils ont conclue. Pourquoi une telle demande serait-elle impossible ? La raison invoquée est que la seconde union comme « tout amour conjugal véritable » est indissoluble. Effectivement en bonne logique un lien indissoluble ne peut être délié. Mais en quoi la seconde union, qui semble prospérer sur la dissolution de la première, est-elle déclarée indissoluble? C’est là que Mgr Vesco fait preuve de prouesses pour convaincre son lecteur se demandant s’il n’est pas face à de magnifiques « sophismes » (ignorant les intentions profondes de notre auteur je ne peux que mettre entre guillemets ce terme) ! Il reprend la doctrine traditionnelle selon laquelle le mariage est institué par le Créateur et qu’à ce titre le mariage civil entre deux non-baptisés est indissoluble. Ce n’est donc pas le sacrement qui rend le lien conjugal indissoluble. Au contraire, à l’origine Dieu a créé l’homme et la femme afin qu’ils se donnent l’un à l’autre et ne forment plus qu’une seule chair ; et c’est pour cela que le Christ tout en rappelant le dessein divin originel a fait du mariage un sacrement qui conjointement communique la grâce nécessaire pour y être fidèle et signifie son union indissoluble avec l’Eglise. Comment s’appuyer sur une telle doctrine pour reconnaître que la seconde union étant indissoluble l’Eglise ne peut exiger une séparation pour avoir accès aux sacrements ? C’est que indissoluble désigne pour lui indélébile, ineffaçable ; un lien est dit indissoluble parce qu’il crée du « définitif » (par exemple les enfants nés de l’union) ayant donc une certaine objectivité que même l’Eglise doit respecter. La nouvelle acception de ce terme lui permet d’opposer à la discipline sacramentelle une réalité qui semble devoir s’imposer d’autant plus à l’Eglise qu’elle est présentée comme une propriété de « tout amour véritable qui vient de Dieu » (p. 61). Une fois validée la légitimité anthropologique de la seconde union, la seule question qui reste à régler est : l’Eglise peut-elle s’entêter à refuser la réconciliation et l’eucharistie indistinctement à tous ceux qui se sont engagés dans une nouvelle union ( = dans « un amour véritable ») ?

Pour rendre possible ce qui est aujourd’hui impossible, il convient de contester la notion de « persistance en état de péché » signifiant le refus du repentir et donc de la réconciliation (canon 915). En effet, une telle notion rend caduque toute l’élaboration à laquelle il est arrivé puisque cela présuppose que la nouvelle union n’est pas en soi définitive, bref que ce qui est appelé du définitif n’est en fait que la réitération d’un acte volontaire par définition contingent parce que libre. Pour cela Mgr Vesco, tournant le dos à une approche de théologie morale, va utiliser une distinction strictement juridique entre infraction instantanée et infraction continue. La première, nous dit-il, est circonscrite dans le temps. Il prend l’exemple du meurtre effectué à tel instant mais qui emporte des conséquences définitives sur lesquelles le meutrier ne peut plus rien. La seconde se prolonge dans le temps, tel le vol avec recel. Ici l’infraction se réalise aussi longtemps que la personne n’a pas volontairement mis fin à la situation. Pour l’Eglise actuelle, les fidèles vivant dans une seconde union sont dans une infraction continue. Mgr Vesco cherche à convaincre son lecteur qu’ils sont au contraire dans une infraction instantanée. La grande différence entre les deux est que, coupable d’une infraction instantanée, je peux être pardonné alors même que mon acte mauvais a causé des conséquences irréversibles. Le pardon éventuel que le meutrier repenti reçoit ne rend pas la vie à sa victime. En revanche, pour recevoir le pardon dans une infraction continue, il faut d’abord volontairement y mettre fin. Le bénéfice rhétorique de l’analogie est évident.

Les « divorcés remariés » étant installés dans une nouvelle union présentée comme définitive et indissoluble, il convient de dissocier l’acte mauvais (la rupture de la première union et l’entrée dans la seconde) des conséquences définitives en elles-mêmes bonnes (l’amour, la vie familiale, l’éducation des enfants etc.). De même que le meutrier peut recevoir le pardon de son acte sans que les conséquences définitives en soient modifiées, de même les divorcés remariés devraient pouvoir recevoir un pardon sans que l’Eglise leur demande préalablement de renoncer à leur vie maritale présentée de toute façon comme inéluctable et indissoluble. Le présupposé de toute l’argumentation est que les remariés civilement ne sont plus libres et responsables de ce qu’ils vivent aujourd’hui ! Ils ont peut-être été coupables jadis mais leur situation actuelle n’a plus de lien direct et vivant avec un tel choix. Cette atomisation de la volonté soulève la question de ce que Mgr Vesco entend par « amour véritable ». En effet, de deux choses l’une : soit cet amour est vu comme un don de soi libre et on peut difficilement affirmer que la situation actuelle est un fait échappant à la volonté des amants ; dans ce cas l’exigence de l’Eglise est réalisable, bien que peut-être héroïque ; soit cet amour est soustrait à l’empire de la volonté mais alors il s’agit d’une inclination passionnelle vécue comme une fatalité ; dans ce cas, on ne voit pas en quoi un tel amour pourrait être désigné comme « véritable » et exigerait de l’Eglise un respect absolu.

L’argumentation de Mgr Vesco est donc inconsistante car elle affirme comme nécessaire (la vie dans la deuxième union) ce qui est en réalité contingent (car reposant sur la volonté) pour contraindre l’Eglise à valider un changement de vie somme toute éminemment contingent (on peut certes subir un divorce mais on ne peut pas vivre en couple contre son gré) ! Cette erreur vient d’une ignorance de la nature du mariage aussi bien naturel que sacramentel. Le lien conjugal est le don de soi réciproque que l’homme et la femme font librement l’un à l’autre. Un don n’est pas un prêt, il ne peut donc qu’être unique et exclusif jusqu’à la mort d’un des deux conjoints. On ne peut se donner corps et âme qu’à une seule personne vivante. La mort seule peut ainsi détruire le lien conjugal. Tout engagement dans une nouvelle union est ipso facto une infidélité et un mensonge puisque signifiant un don de soi impossible à faire m’étant déjà donné à mon conjoint. Parler comme le fait Mgr Vesco tout au long de son livre (jusque dans son titre) d’ « amour véritable » implique une réduction psychologique de l’amour humain. La vérité objective de la conjugalité a été évacuée pour faire place à la sincérité subjective. Tout le soubassement anthropologique et éthique de la doctrine du mariage est occulté au profit d’une approche mesurée par les sciences humaines et l’esprit du positivisme juridique actuel. Tout cela lui permet de contourner la radicalité de la Parole de Dieu sur le mariage indissoluble. [...]"

Michel Janva

Posté le 20 avril 2015 à 17h09 | Lien permanent

21 avril : conférence sur l'impératrice Zita à Rouen

Mardi 21 avril :

  • à 18h, messe du Bx. Charles d’Autriche à St. Thomas de Cantorbéry de Mont-Saint-Aignan (à droite de la clinique du Belvédère, rue Pasteur) accompagnée par le chœur St. Rémi de Dieppe et Lionel Coulon, organiste des grandes orgues de la cathédrale de Rouen
  • à 19h30, conférence de M. l'Abbé Cyrille Debris, 1er Postulateur de la cause de béatification de l'Impératrice Zita, sur le thème « le surnaturel dans la vie de l’Impératrice Zita d’Autriche », prochain livre de l’auteur au Cottage de l’Orée Verte, 2180 Chemin de la Bretèque, 76230 Bois-Guillaume

L’Impératrice Zita d’Autriche (1892-1989) était une femme à la foi profonde et véritablement catholique, c’est-à-dire adhérant à l’intégralité du mystère de la foi. Comme telle, elle savait pertinemment que le monde visible dans lequel nous vivons (l’ici-bas) ne recouvre qu’une partie de la réalité (infime, même ?). Tout croyant sait que le monde invisible (l’au-delà) n’en est pas moins réel. Ce monde invisible recouvre trois sphères correspondant globalement aux trois possibilités pour l’au-delà : le Paradis et son antichambre, le Purgatoire (ultime temps de purification avant de paraître devant Dieu si les épreuves et actes d’amour d’ici-bas n’ont pas suffi) et l’Enfer.

L’Église catholique, par l’étude des ‘signes’ et des miracles pour les causes de béatification et canonisation, reconnaît clairement que des phénomènes surnaturels font partie de la vie des saints : qu’il s’agisse de l’apparition des stigmates du Christ sur certains, de dons de prophétie, de bilocation, de guérisons. Même quelquefois, des défunts qu’on suppose saints (admis au Paradis, purifiés), interviennent pour éviter à leur famille des accidents.

Certains ne sont pas encore admis au Paradis et doivent encore passer par un temps de purification. Ces âmes peuvent alors se rappeler aux vivants (revenants) pour implorer un secours sous la forme de prières et d’offrande de messes afin d’atteindre enfin le repos éternel en Dieu.

Enfin, l’Église, par la pratique des exorcismes, n’ignore pas que le monde invisible ne se limite pas aux forces du bien (le Seigneur Jésus, la Vierge Marie, les saints et les anges) mais qu’un réel pouvoir d’intervention et pour tout dire de nuisance est aussi concédé aux démons, voire à des âmes damnées, dans des cas d’infestations diaboliques, de possession. Certaines pratiques réprouvées par l’Église, comme le spiritisme ou l’adhésion à des mouvements sectaires comme la franc-maçonnerie en étant parfois l’une des portes d’entrée.

Sur ce dernier point, l’Impératrice avait une vive conscience que la vie était un combat spirituel : qu’il fallait choisir, comme le dirait le pape François, sous quel étendard on désire servir : celui du Christ ou celui de Lucifer puisqu’il n’y a pas de troisième voie. Elle avait éprouvé dans sa chair la vérité de cette phrase « Nous ne luttons pas contre des hommes, mais contre les forces invisibles, les puissances des ténèbres qui dominent le monde, les esprits du mal qui sont au-dessus de nous » (Eph 6, 12). Mais elle savait aussi qu’au travers de ces épreuves si douloureuses, la Divine Providence veillait sur sa famille et sur elle.

Au début des années 1950, avec l’aide des siens, l’Impératrice a recueilli un grand nombre d’exemples d’interventions surnaturelles dans sa propre vie ou celle de sa famille, de personnes proches ou de connaissances nettement plus éloignées. Elle a composé un recueil en allemand « Allerlei und Anderes » (de choses et d’autres) qu’elle avait envisagé de publier, au moins à l’intérieur de sa famille vu la formalisation de son travail. Ce sera l’objet de la présentation.

Michel Janva

Posté le 20 avril 2015 à 16h55 | Lien permanent

Belle rencontre au petit jour entre deux générations...

...sorties en même temps du chantier :

R

Le lundi 20 avril au petit matin, dans le golfe de Gascogne, la frégate Provence de retour de ses essais à Toulon a croisé la route vers les Etats-Unis de l’Hermione, reconstruction toute récente de la frégate qui en 1780 permit à La Fayette de rejoindre les insurgés américains en lutte pour leur indépendance.

La symbolique est forte : sur l’eau ce matin, naviguent deux frégates récemment sorties des chantiers navals. La première, tribord amure et toutes voiles dehors à 6 nœuds, est une réplique de la frégate mise en chantier en 1778 dans l’arsenal de Rochefort, longue de 66 m et large de 11 m, portant 26 canons tirant des boulets de 12 livres, ce qui lui vaut son appellation de « frégate de 12 ».

La seconde,  filant alors 22 nœuds sur turbine à gaz, est la deuxième de la série des frégates multimissions (FREMM) construites à Lorient, bâtiments ultra-modernes de 142 m de long et 20 m de large, dotés des systèmes d’armes de dernière génération et dont la polyvalence a consacré le nom de « multimissions ».

Michel Janva

Posté le 20 avril 2015 à 16h47 | Lien permanent | Commentaires (8)

Qui est derrière Boko Haram et l'Etat islamique? Réponse du président du Tchad

La France sous Sarkozy n'est naturellement pas épargnée

Id"Jusqu’en 2013, les actions de Boko Haram visaient le Nigeria. A partir de fin 2013, Boko Haram a commencé a étendre ses actions au-delà, en particulier au Cameroun et au Niger. Et Boko Haram a fini évidemment aussi par s’attaquer au Tchad. C’est une organisation extrêmement dangereuse, qui a eu le temps de s’organiser, de recruter des jeunes qui n’ont pas de travail. Elle a aussi des liens très étroits avec Daech et avec AQMI (...)

Je crois qu’il faut bien comprendre que cela fait 60 ans – depuis pratiquement les indépendances des pays africains – que nous devrions être capables de nous prendre en charge, de gérer nos crises et de faire face à des mouvements terroristes en unissant nos efforts, les efforts africains (...)

Boko Haram n’est pas, comme on le dit, une organisation locale au niveau de l’Afrique, au niveau du Nigeria, mais une organisation qui a des liens avec d’autres organisations terroristes de par le monde, en particulier l’EI. Voilà son visage réel. Il faut se demander qui est derrière Boko Haram (...)

Boko Haram est soutenu, Boko Haram est financé, Boko Haram a reçu du matériel, y compris du matériel blindé sur le terrain. De qui ? Je ne le sais pas. Mais ces soutiens sont puissants, c’est une certitude (...)

Comment pouvez-vous imaginer qu’une organisation terroriste arrive à conquérir aujourd’hui un tiers d’un grand pays comme le Nigeria avec une armée organisée, avec des blindés, avec des modes d’action qui ressemblent à ceux d’une armée régulière ? On ne fabrique pas de blindés au Nigeria, on ne fabrique pas d’armes. Donc, tout ça n’est pas tombé du ciel, et tout cela ne vient pas non plus des populations pauvres et paysannes (...)

En 2011, quand l’Occident et l’Otan ont déclenché leurs opérations militaires en Libye, j’avais mis en garde. Je n’avais pas un amour particulier pour Kadhafi, mais on n’a pas pris la précaution de gérer l’après-Kadhafi de telle sorte que les armes ne sortent pas de la Libye. Or, ce pays était super équipé du point de vue militaire, super armé. Donc, depuis l’assassinat de Kadhafi, nous sommes sur le pied de guerre, au Nord comme à nos autres frontières. Les armes circulent en Libye, l’EI s’y développe. Il y a réellement une menace physique sur les pays africains au sud du Sahara".

Lahire

Posté le 20 avril 2015 à 16h04 | Lien permanent | Commentaires (6)

L'agenda des veilleurs et Sentinelles

Pour les deux ans de la loi Taubira, les veilleurs et les Sentinelles vous invitent à les rejoindre, en particulier place Vendôme jeudi prochain, pour rappeler à tous que vous ne lâchez rien.
 
Lundi 20 avril 2015
  • Châlons-en-Champagne - Place Foch, sur les marches de l'Hôtel de Ville, de 20h30 à 21h30
  • La Roche sur Yon - Place Napoléon de 21h à 22h
Mardi 21 avril 2015
  • Beauvais - Place Jeanne Hachette, devant la mairie de 21h à 22h
  • Bourges - Rue Moyenne à côté de la Mairie de 21h à 22h
  • Cherbourg - sur les marches du théâtre à 20h30
  • Limoges - Place d'Aine de 20h30 à 21h30 : les 2 ans
  • A1Melun - devant la Préfecture de 18h à 19h30 : Sentinelles
  • Reims - Place Royale de 20h à 20h30
  • Saumur - place Bilange - de 20h30 à 21h30
  • Sélèstat - Place Vanolles de 21h à 22h15
Mercredi 22 avril 2015
  • Bondy - place de la gare (rer E) de 19h à 20h
  • Cannes - allée de la liberté (Hôtel de Ville) de 21h à 22h30
  • Grenoble - parvis église St Louis, rue Félix Poulat de 20h30 à 22h30
  • La Tour-du-Pin - place Antonin Dubost de 20h30 à 22h
Jeudi 23 avril 2015
  • Aix-en-Provence - devant l'IEP à 20h
  • Annecy, place de la mairie à 21h30
  • Châteauneuf de Galaure - place de la salle des fêtes à 20h30
  • Nantes - Monument des 50 otages de 12h30 à 13h30 : Sentinelles
  • Orléans - 100° Veillée Place du Martroi, au pied de Jeanne d'Arc de 20h30 à 21h30. Sous la casquette en face en cas de pluie
  • Paris  - Grande veille SENTINELLES Place Vendôme à partir de 19h30 - Demande d'abrogation  de la Loi Taubira, 2 ans jour pour jour après son vote définitif.  Evénement Facebook

Paris

  • Strasbourg - Place de la République devant la Préfecture à 20h

Strasbourg

  • Tours - Place Jean Jaurès à 20h30
Vendredi 24 avril 2015
  • Bordeaux - Place Pey-Berland de 18h30 à 19h30 : Sentinelles
  • Carhaix - Place de La Tour d'Auvergne de 21h à 23h
  • Le Plessis-Trévise - place du marché de 20h30 à 21h30. Thème: La femme
  • Le Puy en Velay - Place Cadelade de 18h30 à 19h30
  • Saint-Dizier - Place de l'Hôtel de Ville (pl. A. Briand), de 20h30 à 21h30
Samedi 25 avril 2015
  • Lamotte-Beuvron - Devant la Mairie de 18h à 19h15
  • Tréguier - place de la cathédrale à 21h

En cas d'erreur ou d'oubli, me contacter à tudylsb@gmail.com

Louise Tudy

Posté le 20 avril 2015 à 16h03 | Lien permanent

Hollande reconnaît que les 28 personnes tuées par Daech, l'ont été "en raison de leur foi chrétienne"

Communiqué de l'Elysée

"Le président de la République exprime son indignation après la revendication par le groupe Daech du meurtre abominable, en Libye, de 28 personnes en raison de leur foi chrétienne.

Il condamne de la manière la plus ferme ce crime et les exactions que Daech commet chaque jour contre les populations civiles, quelle que soit leur origine ou leur religion, dans les pays où il se déploie.

Il rappelle sa détermination à lutter contre ce groupe terroriste et affirme son plein soutien aux efforts de l’envoyé spécial des Nations unies en Libye. Un accord de réconciliation nationale reste à la fois nécessaire et urgent pour rétablir l’ordre et la sécurité sur le territoire libyen".

Lahire

Posté le 20 avril 2015 à 15h03 | Lien permanent | Commentaires (10)

Et une de plus de Hollande qui ignore tout des tracts du PC des années 70

"Madame Le Pen parle comme un tract du Parti communiste des années 1970"

(François Hollande le 19 mars 2015)

Il ne doit pas savoir juste que le PS marchait main dans la main avec les rouges. Florilège de ces tracts avec le Figaro

Pc

Lahire

Posté le 20 avril 2015 à 14h52 | Lien permanent | Commentaires (10)

Le Gouvernement veut relancer les colonies de vacances, le Salon beige prépare son post annuel "se former l'été"

Les colos s'écroulent en effet...

Comme chaque année (2010, 2011, 2012, 2013, 2014), votre blog préféré éditera début juin son traditionnel post qui a pour but de vous présenter sa sélection de formations : les routes, les camps, les universités d'été, les sessions, les retraites, etc.

 
"Je vous invite à vous former dans la foi qui donne un sens à votre vie, et à renforcer vos convictions, pour pouvoir ainsi rester fermes dans les difficultés de chaque jour. [...] Les jeunes d’aujourd’hui ont besoin de connaître la vie nouvelle qui vient de Dieu, de se rassasier de la vérité qui a sa propre source dans le Christ Mort et Ressuscité, et que l’Eglise a reçue comme trésor pour tous les hommes".
Benoît XVI le 6 avril 2009

Envoyez vos propositions à lahirelsb@yahoo.fr

Lahire

Posté le 20 avril 2015 à 13h39 | Lien permanent | Commentaires (4)

Drames des migrants: Mgr Galantino demande une autocritique de l'UE

Mgr Nunzio Galantino, secrétaire général de la Conférence épiscopale italienne (CEI), réagit à la suite de la mort des 12 chrétiens jetés à la mer par d’autres migrants.

"J’attends que les États-Unis, l’Europe et les autres disent au moins une parole. Au moins une ! D’autocritique sur ce qu’ils ont fait dans le passé. Si nous sommes sérieux, nous devons dire aussi qu’une grande partie de cette situation a été favorisée, sinon créée, par certains types d’interventions imprudents, des interventions derrières lesquelles on découvre toujours plus qu’il n’y avait que des intérêts : pas l’envie d’exporter des valeurs, la démocratie !"

Michel Janva

Posté le 20 avril 2015 à 11h21 | Lien permanent

"Un détournement criminel d'une noble religion"

L'Union européenne a dénoncé les « attaques terroristes », après l'exécution en Libye d'au moins 28 chrétiens, dans une vidéo diffusée par le groupe Etat islamique. Cela « démontre une nouvelle fois que rien n'arrête les terroristes dans leur volonté de créer des divisions religieuses », a affirmé dans un communiqué un porte-parole du service diplomatique de l'UE. Mais

« ce n'est pas un choc des civilisations, ce n'est pas un combat entre l'islam et l'Occident. C'est un détournement criminel d'une noble religion pour perpétrer des attaques terroristes dans le cadre d'une lutte pour le pouvoir ».

« L'Union européenne se tient au côté d'un nombre croissant de pays africains qui combattent le terrorisme et la radicalisation ».

« Nous allons intensifier nos efforts pour travailler avec les gouvernements africains et les organisations régionales ».

Dans sa dernière livraison, La Petite feuille verte, l'association Clarifier montre comment le Coran considère les chrétiens. Extrait :

« Combattez : ceux qui ne croient pas en Dieu et au Jour dernier ; ceux qui ne déclarent pas illicite ce que Dieu et son Prophète ont déclaré illicite ; ceux qui, parmi les gens du Livre, ne pratiquent pas la vraie religion. Combattez-les jusqu’à ce qu’ils paient directement le tribut après s’être humiliés » (9, 29).

Le djihad est donc légitime envers les juifs et les chrétiens. Il a pour but de répandre le règne de l’islam dans le monde entier. Un musulman peut même demander à Dieu de l’aider à vaincre les non-musulmans, donc les chrétiens. « Tu es notre Maître ! Donne-nous la victoire sur le peuple incrédule » (2, 286). Ce verset peut s’entendre dans un sens spirituel mais aussi belliqueux et donc justifier toutes formes de violence."

Michel Janva

Posté le 20 avril 2015 à 10h48 | Lien permanent | Commentaires (18)

Ni l'intégrisme catholique, ni le fondamentalisme protestant ne sont aujourd'hui à l'origine d'attentats ou de meurtres

Ce sont les Evangéliques qui le disent :

"Selon le président du Conseil national des évangéliques de France, la place de la croyance religieuse est menacée par un discours laïciste agressif qui s'aggrave depuis les attentats en janvier.[...]

Je pense qu'il y a une gradation dans des malaises qui se sont présentés. Le premier malaise est né dans le contexte du mariage pour tous en 2012-13. Il a donné le sentiment très net que la majorité actuelle n'était absolument pas prête à écouter de façon honnête ceux qui avaient un point de vue différent. Cela s'est particulièrement ressenti dans la façon dont des auditions ont eu lieu – ou pas – sur des sujets comme le mariage pour tous, mais aussi la fin de vie.[...]

Ce malaise s'est ensuite accentué par un discours sur la laïcité d'un certain nombre de responsables politiques qui prenait une tournure de plus en plus antireligieuse.[...]

Les attentats de janvier n'ont fait qu'accentuer les choses :

"Ils n'ont fait que compliquer encore les affaires, surtout parce que la peur de l'islam qui était déjà présente de façon diffuse s'est accentuée. Cette peur sert maintenant de prétexte pour durcir le discours à l'égard de toutes les religions.

La réaction à l'égard du djihadisme violent se ferait-elle donc au détriment des croyants en général ?

Tout à fait, en France comme ailleurs en Europe. On essaye par exemple de donner une impression d'équilibre en renvoyant dos à dos le fondamentalisme musulman et le fondamentalisme protestant ou l'intégrisme catholique. Mais il est absurde de mettre sur le même pied ces phénomènes. Ni l'intégrisme catholique, ni le fondamentalisme protestant ne sont aujourd'hui à l'origine d'attentats ou de meurtres. On peut déplorer certaines attitudes, s'en inquiéter, et nous le faisons, mais l'apparence d'équilibre est trompeuse..."

Marie Bethanie

Posté le 20 avril 2015 à 09h20 | Lien permanent | Commentaires (9)

La mairie de Paris fait l'aumône

Une aumône de 80 millions d'euros pour restaurer entre autres toutes les églises de Paris, dont l'état de délabrement est préoccupant. Une aumône, car

"L’enveloppe promise par la mairie et l’Etat représente « un investissement bien inférieur aux besoins », s’alarme Maxime Cumunel, de l’Observatoire du patrimoine religieux (OPR), qui, lui, estime à « 500 millions d’euros la somme nécessaire aux travaux urgents de restauration des vingt chantiers prioritaires à Paris, retenus par la mairie. Rien qu’à Saint-Augustin, il y a cinquante millions d’euros de travaux »,précise-t-il. A titre indicatif, vingt millions d’euros ont été dépensés sur la tour nord de Saint-Sulpice. « La deuxième tour et le reste du bâtiment sont à restaurer, pour cinquante à soixante millions d’euros », juge M. Cumunel."[...]
Prog3874989
Depuis 1905 et la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat , la ville de Paris est propriétaire de quatre-vingt-seize édifices cultuels : quatre-vingt-cinq églises, neuf temples, et deux synagogues. Anne Hidalgo espère que cette somme, à laquelle l’Etat rajoutera onze millions d’euros, ouvrira la porte au mécénat et permettra de réaliser les travaux indispensables à la survie de nos édifices religieux.    
Marie Bethanie

Posté le 20 avril 2015 à 09h02 | Lien permanent | Commentaires (8)

"Aucune chance, vous ne vous installerez pas en Europe"

Ce n'est pas un slogan du Front National mais celui que vient d'adopter l'Union européenne pour mettre un frein définitif aux vagues d'immigration clandestines qui déferlent quotidiennement en Europe via la Méditerranée :

"Les bateaux interceptés seront systématiquement refoulés vers l’Afrique, avec un  message limpide, thème d’une campagne de communication de la commission européenne : « No way, you will not make Europe home » (aucune chance, vous ne  vous installerez pas en Europe)" (source)

Pourtant, l'immigration est devenue un sujet de crispation, notamment lors des dernières élections. (...), l'Union Européenne va mener une politique extrêmement sévère de lutte contre l'immigration clandestine à travers l'opération "frontières souveraines". Les bateaux d'immigrés sont ainsi interceptés en pleine mer, avant même d'atteindre les côtes de l'Europe. Placés dans des camps provisoires, les passagers hommes, femmes et enfants sont ensuite transférés dans des centres de rétention basés en pleine mer ou sur les îles de la Méditerranée, en attendant que leur dossier soit examiné." (source)

L'Union européenne ne veut plus accueillir aucun migrant clandestin. Les malheureux  interceptés dans la mer Méditerranée seront donc à l'avenir immédiatement  transférés en... Lybie ! (source)

4923203
Vous l'aurez compris, il ne s'agit ni de l'Union européenne ni de la France mais de l'Australie qui a décidé depuis 2013 de prendre des mesures politiques courageuses. Et ça marche. Les arrivées de bateaux de clandestins en Australie sont passés de 276 en 2012, 302 en 2013, 1 en 2014 et 0 à ce jour en 2015.

CAXjZXnUUAA4KVU

Tout est question de volonté politique. Ce n'est pas l'extrême droite qui gouverne en Australie...

Philippe Carhon

Posté le 20 avril 2015 à 08h29 | Lien permanent | Commentaires (14)

Il faut parler de la France plus que de la République car elle est notre Bien Commun

Excellente tribune de Christian Vanneste :

"Ils commencent vraiment à nous fatiguer à mettre la république à toutes les sauces (...) La République, la RES PUBLICA, c’est le Bien Commun, ce qui réunit les membres d’une nation autour d’un Etat dont ils sont citoyens. Les trois formes de gouvernement distinguées par Aristote, la monarchie, l’aristocratie et la démocratie, suivant le nombre des détenteurs du pouvoir, sont des modalités de la République (...) Il est troublant qu’au pays de la droite la plus bête du monde, ceux qui parviennent à attirer les suffrages des conservateurs aient peur du mot. Mais ils craignent aussi le mot « droite » et finissent par avoir honte du nom de leur parti.

C’est ainsi que l’UMP va devenir « les Républicains ». Il est absurde d’employer ce terme qui devrait désigner tous les membres de la République pour désigner ceux d’un parti. Il est ridicule de sombrer dans un mimétisme américain pour des raisons publicitaires plus qu’idéologique. Il s’agit d’échapper à « l’UMPS », de chiper le terme à la gauche, tout en partageant avec celle-ci l’idée qu’un parti puisse être plus républicain qu’un autre. Singer l’éléphant n’a aucun sens. Aux Etats-Unis, il voulait dire « partisan d’un Etat fédéral fort » par opposition aux démocrates plus soucieux des libertés locales et cela au XIXe siècle ! Ensuite, les idées ont évolué, le parti républicain nordiste a conquis le sud et vice-versa. Chez nous, les politiciens ne changent pas d’idées. Ils n’en ont pas. Alors ils changent d’étiquette (...)

Il faut donc parler de la France plus que de la République, car c’est elle notre Bien Commun, alors que d’aucuns se plaisent à utiliser ce mot pour diviser ou pour culpabiliser les Français. Ainsi les socialistes revendiquent l’appartenance républicaine et refusent l’identité nationale. La première inclurait le plus possible tous les résidents. La seconde exclurait les mauvais Français dans un pays qui devrait se flageller pour son passé de colonisateur et pour son racisme impénitent dénoncé une fois encore par Valls. En l’entendant appeler les Français à la repentance, je me souviens des propos du chef d’un Etat qui n’était pas une République : « Français, vous avez la mémoire courte…  » Ce sont les tyrans qui culpabilisent un peuple pour le gouverner. Les démocrates ne peuvent s’appuyer que sur un peuple confiant en lui-même. Non, les Français ne sont pas racistes. Ils ont une mémoire où ils trouvent de nombreux motifs d’être fiers de leur pays et souhaitent préserver son identité. Quant à ceux  qui combattent cette idée, ne pourrait-on pas les accuser de trahison ?"

Philippe Carhon

Posté le 20 avril 2015 à 08h20 | Lien permanent | Commentaires (5)

François Hollande a parlé aux bobos. Qu'il parle au reste des Français maintenant

Analyse de Philippe Moreau-Chevrolet, président et fondateur de l'agence de communication MCBG, sur l'intervention télévisée de François Hollande sur Canal + :

"L'émission de ce dimanche a été à l'image de la communication de François Hollande: décalée. Il n'a pas commis trop d'erreurs, il apparaît sympathique mais l'exercice met en lumière un décalage entre le président et la réalité des Français. Surtout lorsqu'on le voit travailler au soleil sur une terrasse puis grimper dans un luxueux jet privé (...) On en retiendra ce qu'on retient habituellement des conférences de presse de François Hollande, à savoir pas grand-chose. Il a parlé aux bobos, à un tout petit segment de la population. Qu'il parle au reste des Français maintenant."

Philippe Carhon

Posté le 20 avril 2015 à 08h09 | Lien permanent | Commentaires (7)

Nicolas Sarkozy, pompier pyromane et hypocrite

Image2Source

Philippe Carhon

Posté le 20 avril 2015 à 07h58 | Lien permanent | Commentaires (9)

673 lieux chrétiens vandalisés en 2014

Lu dans Le Figaro :

"Le ministère de l'Intérieur a dénombré, en 2014, 807 atteintes aux lieux de culte et aux sépultures dont 673 à l'encontre de sites chrétiens.

Plus de 200 tombes saccagées, des dizaines de crucifix arrachés, des stèles brisées, des objets funéraires jetés au sol. Une «offense insoutenable», a condamné jeudi le premier ministre Manuel Valls, après la découverte, la veille, de la profanation du cimetière de Castres. Même précaution, chez François Hollande, pour souligner qu'il s'agissait de «tombes chrétiennes». Une façon de se rattraper, après les nombreuses critiques contre un gouvernement prompt à s'émouvoir des attaques concernant les juifs ou les musulmans, mais plutôt silencieux lorsque la foi chrétienne est insultée?

Des atteintes à des sépultures ou à des lieux de culte chrétiens, il y en a pourtant de plus en plus: près de deux par jour en 2014! La tendance est la même pour toutes les religions: les atteintes aux lieux de culte et aux sépultures, selon le ministère de l'Intérieur, augmentent régulièrement. «En 2014, on comptait 807 atteintes aux lieux de culte et aux sépultures dont 673 à l'encontre de sites chrétiens, détaille la place Beauvau. Sur les 216 atteintes à des cimetières, 206 concernaient des sites chrétiens. Sur les 591 atteintes à des lieux de culte, 467 concernaient des sites chrétiens.» Pour les sites israélites, le ministère a recensé des atteintes à 61 synagogues, un centre communautaire, 6 cimetières et 2 monuments aux morts en 2014 (contre 26 faits en 2013). Pour les sites musulmans, il note une légère diminution des profanations en 2014: 60 mosquées et salles de prières, ainsi que 4 carrés musulmans dans un cimetière ont été touchés (contre 75 faits en 2013).

Mais pour de nombreux chrétiens, les profanations d'églises ou de cimetière sont souvent occultées, en tout cas rapidement oubliées… «La profanation d'une église crée une forte émotion spontanée, mais qui ne dure pas forcément, constate Mgr Olivier Ribadeau Dumas, porte-parole de la Conférence des évêques de France (CEF). Il est extrêmement important qu'à chaque fois, une plainte soit déposée. Nous demandons aussi aux pouvoirs publics de manifester leur désapprobation. Il me semble essentiel que l'on protège ces lieux: ce ne sont pas de simples salles de réunion! Les dégradations sont une atteinte aux chrétiens, mais plus généralement à tous les Français.»"

F.53.27

Michel Janva

Posté le 20 avril 2015 à 07h52 | Lien permanent | Commentaires (2)

Sans Dieu, les démocraties européennes n’ont plus d’avenir

Extrait de l'homélie de dimanche du père Bernard, modérateur de la Famille Missionnaire de Notre-Dame :

6a00d83451619c69e2017c36b233f8970b"(...) Prenons au sérieux, enfin, l’avertissement de Saint Jean : celui qui n’obéit pas aux commandements de Dieu est un menteur, la vérité n’est pas en lui. La France, la fille aînée de l’Eglise, rejette de plus en plus les commandements de Dieu. Les nouvelles lois concernant la libération totale pour l’avortement et le début de la légalisation de l’euthanasie devraient faire lever tous les hommes de bonne volonté. Jean-Paul II avait bien raison de nous poser cette question : « France, Fille aînée de l’Eglise, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? »

Notre Pape François, à Strasbourg a donné un message très énergique au Parlement européen et au Conseil de l’Europe. Il a été applaudi, mais qui a pris au sérieux ses paroles ? L’Europe, avec la France, renie ses racines chrétiennes. Elle est devenue, grâce à sa liberté libérée par Jésus crucifié et ressuscité, un grand arbre qui a porté des fruits dans les cinq Continents de notre monde. Mais ce grand arbre donne des signes inquiétants de décrépitude. Ses racines ne sont pas encore totalement desséchées. Il est encore temps de sauver l’Europe et la France. Notre Pape François ne voit qu’une solution : Europe, reviens à Jésus !

Le Cardinal Robert Sarah vient de donner un livre programme : Dieu ou rien ! Procurez-vous ce livre et prenez le temps de l’approfondir. Sans Dieu, les démocraties européennes n’ont plus d’avenir. Avec Dieu, tout est possible. Prions Notre-Dame des Neiges de nous obtenir une foi ardente et joyeuse et un vrai zèle missionnaire et mettons enfin en pratique le dernier appel de Jean-Paul II : levez-vous ! Allons ! Courage."

Philippe Carhon

Posté le 20 avril 2015 à 07h34 | Lien permanent | Commentaires (2)

Dans la "nation arc-en-ciel", des Noirs massacrent d'autres Noirs

Analyse de Bernard Lugan sur les violences xénophobes qui secouent l'Afrique du Sud :

"En Afrique du Sud, les dernières violences "xénophobes" ont pris une telle ampleur que le Malawi a décidé d'évacuer ses ressortissants et que le Mozambique a demandé fermement aux autorités sud-africaines d'assurer la protection de ses nationaux. Quant au président Zuma, il vient d'annuler une visite officielle à l'étranger afin de suivre l'évolution de la situation.

Un peu partout dans le pays, notamment au Natal et dans la région de Johannesburg, les immigrés africains qu'ils soient  Malawites, Mozambicains, Somaliens, Zimbabwéens, Soudanais ou encore Nigérians sont en effet pris pour cible, lynchés ou forcés à se réfugier dans les camps militaires cependant que leurs biens sont systématiquement pillés. Au Natal, les pogroms ont été encouragés par le roi des Zulu et ailleurs dans le pays par le propre fils du président Zuma... Dans la "nation arc-en-ciel-", au pays de Nelson Mandela, des Noirs massacrent donc d'autres Noirs, et qui plus est, des Noirs immigrés... Voilà de quoi déstabiliser les bonnes âmes qui pensaient, la main sur le coeur et abreuvées de certitudes morales, qu'une fois le régime blanc d'apartheid balayé, les fontaines sud africaines allaient laisser couler le lait et le miel de la société post-raciale...
 
Un peu plus d'un an après la mort de Nelson Mandela, le culte planétaire quasi religieux rendu à sa personne apparaît donc en total décalage avec les évènements. Le réel est en effet de retour -une fois de plus et comme toujours-, balayant au passage le mythe-guimauve de la « nation arc-en-ciel » fraternelle et ouverte au monde. Dans un pays où le chômage touche environ 40% des actifs et où le revenu de la tranche la plus démunie de la population noire est inférieur de près de 50% à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant 1994, dans un pays où 18 millions de Noirs sur une population de 53 millions d’habitants, ne survivent que grâce aux aides sociales, le Social Grant, quoi d'étonnant à ce qu'éclatent des violences xénophobes, les étrangers étant accusés de prendre le travail des plus pauvres?
 
L’échec économique sud-africain est en effet total -je développe ce point dans le chapitre IV de mon dernier livre Osons dire la vérité à l'Afrique-. Selon le Rapport Economique sur l’Afrique pour l’année 2013, rédigé par la Commission économique de l’Afrique (ONU) et l’Union africaine l’Afrique du Sud s’est en effet classée parmi les 5 pays « les moins performants » du continent sur la base de la croissance moyenne annuelle, devançant à peine les Comores, Madagascar, le Soudan et le Swaziland.

Lire la suite "Dans la "nation arc-en-ciel", des Noirs massacrent d'autres Noirs"

Philippe Carhon

Posté le 20 avril 2015 à 07h10 | Lien permanent | Commentaires (8)

C’est arrivé un 20 avril…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 20 avril 1233 : création de l'Inquisition par la bulle Ille humani generis.

L'Inquisition est un tribunal ecclésiastique relevant du seul Saint-Siège, pour poursuivre les hérétiques. Les inquisiteurs se recrutent dans les ordres prêcheurs, Dominicains et Franciscains. La Sacrée Congrégation pour la doctrine de la Foi en est l'héritière.

Jean Sévillia dans son livre Historiquement correct, aux éditions Perrin rappelle ce qu'est l'Inquisition, faisant le vrai bilan des condamnations et surtout expliquant en quoi les Inquisitions romaine, espagnole et médiévale n'ont rien en commun. Cette dernière est une institution d'Eglise qui dépend du Pape ainsi que les inquisiteurs. Certains sont d'ailleurs sanctionnés voir condamnés à la prison à vie, comme Robert le Bougre dans le nord de la France. Sévillia souligne combien cette justice est procédurière, méthodique et bien plus modérée que la justice civile de l'époque qui ne s'embarrasse pas du droit des accusés. Il affirme même que l'Inquisition est vécue comme une délivrance. Les hérétiques sont considérés comme dangereux pour et par la société. A l'époque l'hérésie est considérée par tous comme un crime.

Des avancées judiciaires de l'Inquisition existent encore aujourd'hui. Ce sont, par exemple, les inquisiteurs qui mettent en place le système du jury pour délibérer de la sentence donnée au jugement. En France, après l'extinction de l'hérésie l'inquisition perd sa raison d'être et la justice d'Etat prend le pas. Ce n'est pas le cas en Espagne.

  • le 20 avril 1314 : décès du pape Clément V.

Bertrand de Got prend le nom de Clément V. Il est le premier des sept papes qui siègent à Avignon entre 1305 et 1377. Il s'installe d'abord à Carpentras. Clément V est passé dans l'histoire pour avoir ordonné la suppression de l'ordre des Templiers et pour avoir, en 1309, déplacé le Saint-Siège à Avignon, toujours sous la pression du Roi de France.

  • le 20 avril 1534 : premier départ de Jacques Cartier pour trouver la route nord des Indes.

Parti de Saint-Malo pour les Indes avec deux navires, Jacques Cartier, qui cherche la route Nord pour les atteindre sans passer par la longue route Sud, découvre le Canada et le Labrador. Il bénéficie du soutien de François Ier pour son voyage. Le Roi lui a accordé une « Commission» qui lui a permis d'armer navires et équipages aux frais du souverain.

Carte du premier voyage de Jacques Cartier.

  • le 20 avril 1744 : bataille de Villafranca, (aujourd'hui Villefranche-sur-Mer).

Dans le cadre de la guerre de Succession d'Autriche, la France et l'Espagne sont opposées aux Britanniques et aux Sardes. Le 1er avril, les armées franco-espagnoles traversent le Var, en vue de s'emparer du comté de Nice, et doivent livrer bataille à Villafranca. Deux jours après la bataille, les Anglo-Sardes quittent la ville à cause de leurs trop grandes pertes humaines. Les Franco-espagnols s'emparent du comté du Nice, qui va passer de main en main jusqu'à 1859 date de la seconde annexion française.

  • le 20 avril 1792 : lecture du Rapport Condorcet à l'Assemblée constituante.

Ce rapport porte sur l'organisation générale de l'instruction publique, il est rédigé par un homme, qui envisage la possibilité technique de choisir le sexe de l'enfant et qui prône ouvertement la sélection des individus en fonction de leur santé à la naissance.

  • le 20 avril 1792 : Louis XVI déclare la guerre à l'Autriche.

Contraint par l'Assemblée, affaibli par l'échec de la fuite de Varennes de juin 1791, le Roi signe la déclaration de guerre à l'Autriche et la Prusse. La première coalition commence et va accélérer la chute du Roi.

  • le 21 avril 1795: paix de la Mabilais.

Ce traité n'est signé que par une poignée d'officiers supérieurs que ne représentent pas tous les capitaines de paroisses. Des deux côtés il est évident qu'il ne sera pas respecté.

  • le 20 avril 1801 : Pierre Robinault de Saint-Régeant et François Carbon sont guillotinés.

Condamnés pour avoir organisé l'attentat de la rue St-Nicaise contre Bonaparte, ils ont été revêtus de la chemise rouge des parricides.

  • le 20 avril 1814 : adieux de Napoléon à la Garde impériale.

La cérémonie a lieu dans la cour du cheval blanc du château de Fontainebleau. L'empereur part pour l'île d'Elbe.

  • le 20 avril 1825 : une loi punit de travaux forcés toute personne ayant commis un sacrilège.

L'Eglise catholique a recouvré le droit d'enseigner, l'élan de rechristianisation du pays se manifeste aussi par une évolution des lois. Cette loi fait d'un vol dans une Eglise ou de la profanation des hosties, un sacrilège. La loi humaine se met en accord avec la loi divine.

  • le 20 avril 1828: l'explorateur René Caillié entre à Tombouctou.

Il est le premier non-musulman à revenir de la ville, alors tenue par les Peuls. Tombouctou est une cité recluse vis-à-vis de l'Occident. C'est attiré par le prix de 10 000 francs offert par la Société de Géographie au premier européen atteignant Tombouctou, ville interdite aux chrétiens, qu'il se lance dans l'expédition. Il y entre le 20 avril 1828, déguisé en musulman. Il est accueilli triomphalement à Paris, le 5 décembre 1828 (cf. la chronique du jour), par la Société de Géographie. Son célèbre récit de voyage fait ensuite beaucoup de bruit en Europe.

  • le 20 avril 1868 : naissance de Charles Maurras.

Journaliste, essayiste, homme politique et poète français, membre de l'académie française ses écrits marquent la fin du XIXème et toute la première moitié du XXème siècle. A la fin de sa vie il se convertit à la foi catholique.

  • le 20 avril 1884 : le pape Léon XIII publie l'encyclique Humanum genus qui condamne la maçonnerie.

Le pape y résume et rappelle toutes les condamnations de la maçonnerie faites par ses prédécesseurs.

Dans L'Église et les libertés (Editions Nouvelle librairie nationale, page 66) le RP. Dom BESSE commente ainsi l'encyclique en 1913:

« Nous n'avons rien d'aussi complet sur la Maçonnerie et les Sociétés Secrètes. Le dessein qu'elles poursuivent est défini en ces termes : « Il s'agit pour les Francs-Maçons — et tous leurs efforts tendent à ce but — il s'agit de détruire de fond en comble toute la discipline religieuse et sociale, qui est née des institutions chrétiennes, et de lui en substituer une nouvelle, façonnée à leurs idées, et dont les principes fondamentaux et les lois sont empruntés au naturalisme. »

On y retrouve dans son ensemble le plan des hommes de la révolution. Les Francs-Maçons en poursuivent l'exécution, article par article, avec une méthode rigoureuse. Rien ne les arrête. Leur action publique se rattache à une école, où tout est prévu. Ils ont un système politique à eux. C'est celui de Rousseau et des Encyclopédistes: « Voici quels sont en cette matière les dogmes des naturalistes: les hommes sont égaux en droit; tous, et à tous les points de vue, sont d'égale condition. Étant tous libres par nature, aucun d'eux n'a le droit de commander à un de ses semblables, et c'est faire violence aux hommes que de prétendre les soumettre à une autorité quelconque, à moins que cette autorité ne procède d'eux-mêmes. Tout pouvoir est dans le peuple libre; ceux qui exercent le commandement n'en sont les détenteurs que par le mandat ou par la concession du peuple; de telle sorte que, si la volonté du peuple change, il faut dépouiller de leur autorité les chefs de l'État, même malgré eux... En outre, l'État doit être athée. »

On reconnaît là le programme démocratique de la Révolution, que la Maçonnerie a imposé à diverses nations. Le type qui le réalise le mieux est sans aucun doute la République française. »

Un peu avant il écrit page 62 :

 

« Ces sectes ne fonctionnaient pas seulement en France. Les provinces rhénanes, la Bavière, les Pays- Bas, l'Espagne et l'Italie avaient eu les leurs. Elles furent partout l'armée occulte et disciplinée de la révolution, menant contre l'Église catholique une campagne acharnée. Ceux qui négligent ce facteur des événements s'exposent à ne rien comprendre dans notre histoire contemporaine.

Sur ce point, comme sur beaucoup d'autres, les Papes parlèrent en précurseurs. Les dangers qu'ils dénoncèrent les premiers menaçaient la société civile autant que la société religieuse.

Les chefs d'État feignirent de ne point écouter leurs avis. Cette légèreté devait leur coûter cher. Le premier document antimaçonnique émanant du Saint-Siège porte la date du 28 avril 1738. Il est de Clément XII. Le secret absolu, dans lequel cette secte s'enveloppe, lui paraît être pour les gouvernements très dangereux; car, si l'on tient tant à se cacher, c'est évidemment pour faire du mal. On veut le faire en toute sécurité. En conséquence, il interdit, sous peine d'excommunication, aux fidèles de s'agréger à ces sociétés occultes. Benoît XIV renouvela cette défense, le 16 mars 1751.

Pie VII et Léon XII revinrent à la charge. Ils visaient plus spécialement les sociétés connues en Italie sous le nom de Charbonnerie. Leurs membres se nommaient Carbonari. »

  • le 20 avril 1887 : affaire Schnaebelé.

Le général Boulanger a décidé de lancer l'espionnage en Alsace occupée par les Prussiens. Un commissaire de police français est enlevé par des policiers allemands ; ce qui mène les deux pays au bord de la guerre.

  • le 20 avril 1948 : au fort de Montrouge, exécution de Jean Bassompierre.

Condamné à mort le 17 janvier précédent, les souvenirs de Bassompierre, ont été rassemblés sous le titre de Frères ennemis. Extraits :

« À l'heure où j'écris ces lignes, je suis condamné à mort […]. Contre le mur, au-dessus de ma table, j'ai épinglé la photographie de la mignonne petite Maryvonne, ma filleule chérie, la fille de mon jeune frère Henri, mort pour la France. […] La vie continue, la vie triomphe de la mort, et la mort elle-même n'est qu'un passage vers la vie plus totale, plus heureuse. Je salue ce mois de mars avec joie, car c'est le mois du renouveau du printemps et celui de Pâques. Ce sera peut-être aussi pour moi celui de ma modeste « Passion » ou de ma « Résurrection ». « Que votre volonté soit faite, Seigneur, et non la mienne ! »

En attendant, grâce à Dieu et aux chaudes affections qui m'entourent, je reste confiant et serein ; jamais ma conscience ne s'est sentie aussi légère que depuis que des fers barbares alourdissent mon corps. Je profite de ces heures de loisir pour réfléchir et méditer. (p.175-177) 

Les dernières lignes :

« Je ne sais ce que l'avenir me réserve. Si Dieu me prête vie, je souhaite ne pas me laisser absorber par une vaine idéologie, mais au contraire, me consacrer aux réalités de chair et de sang : fonder un foyer, élever mes enfants, faire du bien à mon prochain, c'est-à-dire à celui que la Providence a placé à mes côtés, quel qu'il soit : aujourd'hui, mes camarades de chaîne, demain ma famille, mes amis, mes compagnons de travail, etc. Si j'étais appelé à mener quelque action collective, je m'efforcerais de la placer constamment sous le regard de Dieu, en me souvenant que la meilleure façon de faire rayonner son idéal n'est pas de le prêcher, mais d'abord de le vivre soi-même, d'être un exemple pour autrui. [...]

Je vous en supplie, mes amis si chers, mes frères d'armes, voyons nos défauts avant de voir ceux des autres. Réformons-nous avant de vouloir réformer la société. Et surtout, sachons une fois pour toutes que l'on construit dans l'Amour, non dans la Haine. Soyons semblables aux bâtisseurs de cathédrales. Retrouvons notre enthousiasme, notre Foi, ce magnifique élan et cet esprit de sacrifice que furent ceux des premiers S.O.L., ces vrais chevaliers des temps modernes. Les événements les ont dispersés sur les fronts extérieurs de Russie ou d'Afrique et sur les fronts intérieurs antagonistes. Ils n'en étaient pas moins faits de la même pâte, animés des mêmes sentiments, des mêmes aspirations et du même amour de leur sol, rêvant d'une France régénérée et glorieuse. Malgré l'atroce tragédie qui les a parfois opposés, non, mille fois non, eux non plus n'étaient pas des frères ennemis !

Depuis que j'ai écrit la première partie de ces souvenirs, la liste de nos morts s'est encore allongée. Je suis témoin qu'ils nous ont légué en partant des consignes d'amour et de pardon, celles que je vous léguerais à mon tour si je devais entreprendre le grand voyage…

Par conséquent, pas de basse vengeance personnelle, pas de contre-épuration généralisée, aveugle et sectaire ! Vous avez atrocement souffert ; c'est une raison de plus pour ne pas faire souffrir vos frères, même vos ennemis. Il faut d'urgence vider les prisons et les camps politiques. Mais gardons-nous de les remplir encore une fois, de faire de nouveaux opprimés et de nouveaux martyrs !

Que ceux d'entre nous qui ne se sentent pas capables de pardonner s'abstiennent au moins de nuire. Quant à ceux qui étouffent dans notre étroite et mesquine Europe, qu'ils gagnent ce qui reste de nos colonies ou même d'autres pays neufs. On peut se rendre utile partout sur ce globe, sans pour cela renier sa patrie.

Où que nous vivions, montrons au contraire qu'il y a encore des Français de bonne race à l'âme noble et généreuse, dignes descendants de nos chevaliers et dignes enfants de celle qui fut – et que je souhaite voir redevenir – la fille aînée de l'Église ! "(p.230-232) »

Fresnes, mars 1948.

CAM n°13237, cellule 52.

Un des frères de Jean Bassompierre, Henri, aviateur dans les Forces Françaises Libres, a trouvé la mort en 1945 au cours d'une mission en Alsace. Commentaire du P. Bruckberger dans Nous n'irons plus au bois, (p.91) :

"[Les parents de France] sont également informés que, s'ils ont deux fils et qu'il leur arrive par malheur d'en perdre glorieusement un à la guerre, il se peut qu'en surplus on leur fusille un jour le second. Charmante patrie !"

  • 20 avril 2014 : fête de Pâques, résurrection de Notre Seigneur Jésus Christ.

Cette fête est l'évènement central de la religion catholique ; sa date est fluctuante en fonction de la lune. En effet, la date de Pâques est fixée au premier dimanche après la pleine lune suivant le 21 mars ce qui, selon le calendrier de référence, donne souvent un jour de célébration différent pour les Églises occidentales et les orthodoxes.

Lois Spalwer

Posté le 20 avril 2015 à 06h21 | Lien permanent | Commentaires (3)

19 avril 2015

Sarkozy succédera t-il à Mitterrand comme candidat des Républicains?

Quand l'UMP veut changer de nom et envisage de s'appeler "Les Républicains".

Fm

Lahire

Posté le 19 avril 2015 à 22h04 | Lien permanent | Commentaires (10)

Une église taguée au Mans

Il s'agit de l'église Saint Benoît au Mans, desservie par la FSSP :

20150419_114238

 

20150419_114232

20150419_114226

Michel Janva

Posté le 19 avril 2015 à 21h38 | Lien permanent | Commentaires (11)

Saint-Cyr : Quand Merchet tente d'étouffer l'affaire Lugan

De Damien Grizet, Docteur en sciences politiques :

"S’étant rendu compte, mais un peu tard, qu’il venait de commettre non seulement une violation caractérisée des libertés publiques, mais plus gravement encore, une véritable faute politique en s’attaquant à un universitaire reconnu, le cabinet du Ministre de la Défense cherche aujourd’hui à étouffer l’affaire Lugan. Jean-Dominique Merchet s’en fait la courroie de transmission complaisante dans un article biaisé intitulé Bernard Lugan sanctionné à Coëtquidan.

Le moins que l’on puisse dire est que cette sanction est maximale, puisqu’il s’agit d’interdire purement et simplement un Maître de Conférence des Universités d’enseignement dans une école militaire. Professeur aux écoles de Coëtquidan depuis plusieurs années, Bernard Lugan intervient comme vacataire dans sa spécialité : l’analyse des conflits contemporains et à venir en Afrique.

Le motif invoqué pour mettre fin à ses fonctions – un article sur les émeutes de Sétif – n’a donc aucun rapport avec le fond de ses interventions à Saint-Cyr. Il ne s’est d’ailleurs trouvé personne au cabinet du ministre pour démontrer en quoi ledit article était attaquable sur le plan scientifique. Et pour cause…

Il est assez stupéfiant dans cette affaire que l’on renvoie brutalement un professeur en lui faisant expliquer par personne interposée que cela « ne présume en rien de sa collaboration avec les ESCC ». Il faut être d’un rare cynisme pour le dire et d’une bêtise tout aussi rare pour le croire. Mais pour combien de temps encore laissera t’on des conseillers obscurs, sans aucune compétence académique écarter d’un trait de plume des membres de l’Université parce qu’il n’ont l’honneur ni de débiter des propos insignifiants ni de les flatter ? Il est d’ailleurs risible de s’abriter derrière la déclaration du Ministre selon laquelle : « tous les universitaires ont leur place dans les amphis du ministère, mais pas ceux qui attisent les polémiques ». Nous l’avons tous compris, pour les idéologues qui nous gouvernent et les asservis qui les relaient : penser librement est la suprême provocation."

Lire ce qu'en dit Bernard Lugan sur son blog.

Michel Janva

Posté le 19 avril 2015 à 21h16 | Lien permanent | Commentaires (11)

"Tu vas brûler en enfer, tu es une mécréante"

Ainsi parle Nina, 5 ans, qui répétait à sa mère ce que disait son père. En France. Le nombre d'enfants de musulmans qui sont radicalisés augmente. Glaçant.

Michel Janva

Posté le 19 avril 2015 à 20h53 | Lien permanent | Commentaires (8)

Les chars français déployés en Pologne... Comprendre : 23 blindés en manoeuvres

Lu ici

"Le ministre de la Défense l'avait promis en septembre dernier : des blindés français vont participer à des manœuvres en Pologne, dans le cadre des mesures dites de "réassurance", visant comme leur nom l'indique à rassurer notre allié polonais face à son grand voisin russe. 

Un sous-groupement blindé sera présent en Pologne pendant sept semaines, à partir du 20 avril. Il participera notamment à un exercice, baptisé Puma 2015, dans le camp de Drawsko Pomorskie (nord-ouest). Des Américains et des canadiens seront également présents.

Au total, 23 blindés sont engagés dans cette affaire, dont 15 Leclerc du 12ème Cuirassiers, 4 VBCI du 6ème Chasseurs, 3 VAB et 1 EBG du 13ème Génie".

Lahire

Posté le 19 avril 2015 à 19h25 | Lien permanent | Commentaires (17)

Un ministre français participe au grand mensonge de Sétif

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif en 1945. Jean-Marc Todeschini a déposé une gerbe de fleurs devant le Mausolée de la première victime de la répression du 8 mai 1945, Saal Bouzid. Selon la propagande du FLN, 45000 Algériens furent massacrés par les Français. En réalité : moins de 2700.

Voici ce qu'en pense Jean Monneret :

Rv"Multipliant les exagérations et les chiffres hyperboliques [...] il a monté une opération d’agit-prop, sans précédent, depuis l’époque stalinienne. [...] En face, trop rares sont ceux qui ont osé monter au créneau pour s’élever contre cette gigantesque opération de désinformation. [...] Elle vient de recevoir un renfort de qualité : celui de Roger Vétillard [...]. Adoptant avec rigueur la méthode historique, l’auteur a, selon ses propres termes [confronté] : « la vérité … à tous les éléments dont on dispose ». Evitant l’erreur, hélas trop répandue chez certains de nos compatriotes, d’utiliser des chiffres « idéologiques » et de défendre des a prioris en oubliant les avis opposés, il a comparé les témoignages dans leur diversité, et évalué les sources contradictoires, pour présenter des analyses aussi réalistes que possible. [...] Le résultat est là : les chiffres utilisés en Algérie et par la Ligue Arabe, apparaissent dans leur absurdité et leur manque de crédibilitél’aspect insurrectionnel du mouvement nationaliste, nié par certains, se dévoile, ainsi que les excès de la répression (sensibles à Guelma mais pas à Sétif). Nous sommes devant un travail d’histoire et il est excellent."

Selon le Service historique de la Défense (SHD), on nous fait avaler que des Européens ont gratuitement et spontanément massacré des milliers d’Algériens.

«Or c’est le contraire qui s’est produit […]. Cette version des faits est admise par tous les historiens, l’auteur commet donc une grossière erreur en montrant des Européens tirant sur des musulmans depuis leurs fenêtres. Si l’auteur souhaite évoquer le massacre de musulmans par des Européens à Sétif, il devrait situer sa scène au minimum le 9 mai, car c’est en réaction au massacre d’Européens du 8 que les Européens ont agi contre des musulmans

François d'Orcival écrivait en 2010 :

"Le matin du 8 mai 1945, un cortège que l’on évaluera entre 4 000 et 8 000 manifestants, conduits par 200 scouts musulmans, se dirige vers le monument aux morts pour célébrer la victoire. C’est la raison pour laquelle, dans un pays qui est encore en état de siège, ce défilé est autorisé. Mais surgissent alors dans la foule des drapeaux algériens interdits, des banderoles nationalistes pour célébrer l’“Algérie indépendante”. Tout cela a été préparé. Le sous-préfet appelle la troupe pour dresser un barrage, mais ses hommes sont en petit nombre : les drapeaux doivent être retirés. Un policier tente de s’en emparer. « C’est le signalde la bagarre, écrit alors le général Henry Martin, qui commande le 19e corps d’armée à Alger. Des coups de feu éclatent ; les manifestants se répandent dans la ville, assaillant à coups de feu, de couteau ou de bâton, les Européens rencontrés. On entend : “Tuons les Européens”… »

Qui a tiré le premier ? Il semble bien que ce soit le policier, pour se dégager. En l’air ou à bout portant ? Un jeune manifestant tombe. Affolement. Des jeunes gens se mettent à attaquer le commissariat central. Puis c’est le déchaînement : jardiniers, commerçants, employés, colons, un directeur d’école, sont sauvagement agressés, atrocement mutilés. Le maire de la ville, socialiste nommé par les autorités de Vichy, est tué ; le chef de la section locale du parti communiste a les deux poignets tranchés. Le soir, on relève quatre morts parmi les émeutiers, mais vingt-huit parmi les Européens et quarante-sept blessés graves. À partir de ce moment, l’émeute s’étend dans tout le Constantinois.

[...] Relevées en 1945, les pertes côté européen sont, selon les sources, de 102 à 113 victimes ; il y a deux fois plus de blessés. À cela s’ajoutent quelque 800 musulmans assassinés par les émeutiers pour leur francophilie. Côté musulman, le commandement militaire dénombre alors 2 628 tués ; le quotidien l’Humanité cite à l’époque le chiffre de 6 000. C’est la radio du Caire qui, la première, parlera de 45 000 victimes, bilan qui sera par la suite officialisé par le régime algérien. [...]"

Michel Janva

Posté le 19 avril 2015 à 16h13 | Lien permanent | Commentaires (17)

Une trentaine de chrétiens assassinés par les islamistes

D52JbXpL'Etat islamique a publié ce dimanche une nouvelle vidéo montrant l'assassinat d'une trentaine d'hommes, présentés comme des chrétiens éthiopiens. Cette vidéo de 29 minutes, publiée sur des sites jihadistes, montre un groupe d'au moins 12 hommes égorgés sur une plage et un autre groupe de 16 autres tués par balles dans une zone désertique. Ils sont présentés comme des membres "de l'Eglise éthiopienne ennemie" par la vidéo.

Les 12 hommes, vêtus de combinaisons oranges, sont amenés sur la plage avant d'être couchés au sol et décapités au couteau. Parallèlement, dans une zone désertique, 16 hommes vêtus de combinaisons noires sont abattus à bout portant.

Michel Janva

Posté le 19 avril 2015 à 15h45 | Lien permanent

Après Credo, Max Guazzini sort "Les chants de Marie"

Capture d’écran 2015-04-19 à 15.28.48Après avoir sorti Credo en 2011, un CD de chants grégorien, Max Guazzini, ancien chanteur, ancien conseiller de Bertrand Delanoë (dans les années 80), ancien patron de la radio NRJ, ancien président du Stade Français, sort un CD de chants consacrés à la Vierge Marie. Il déclare au Parisien :

« Je ne l'ai jamais dit publiquement mais, quand j'étais jeune, j'ai été un jour immergé à Lourdes. Et cela a changé ma vie. J'étais malade de mes complexes, trop grand, trop timide, renfermé et solitaire. Cela m'a soigné. »

Elevé à Marseille dans une famille de modestes immigrés italiens, Max Guazzini dit avoir eu « la grande chance » de faire sa scolarité dans des écoles catholiques.

« Cela a forgé ma personnalité, c'était un paradis. Je voulais devenir curé, j'admirais les prêtres. Mais l'abstinence toute une vie... »

Après avoir « mis sa foi entre parenthèses », Guazzini est retourné à la messe il y a huit ans. La messe en latin dans la paroisse parisienne Ste Jeanne de Chantal.

« Là encore, c'est mon éducation. C'est très bien que Benoît XVI ait réautorisé la messe en latin, c'était un pape profond. Le pape François est populaire, très bien, mais il n'est pas argentin pour rien. »  « Dans le rugby, tout le monde sait que les joueurs argentins sont ingérables. Mais bon, je ne suis pas un ange, encore moins un modèle. »

Démissionnaire du Stade Français en 2011, mais encore vice-président de la Ligue de rugby, ce retraité a deux croisades, dont « lutter contre le terrorisme laïque ».

« Tout a été fait pour déchristianiser la France. Je suis partisan de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, mais c'est un pays de tradition catholique, on ne va pas non plus se cacher. Interdire une crèche, par exemple, c'est abruti. J'aimerais que les cathos assument. »

Michel Janva

Posté le 19 avril 2015 à 15h36 | Lien permanent

Les oubliés du plan antiraciste de Manuel Valls

984309_957258140972252_4472696943733901436_n

Michel Janva

Posté le 19 avril 2015 à 15h22 | Lien permanent

La mairie de Paris renomme les rues : "chasse aux sorcières", "guerre des mémoires, " réviosionnisme", "impasse intellectuelle"

L'analyse de Dimitri Casali ne fait aucun cadeau à l'idéologie gauchiste et à l'ignorance crasse : 

"La bêtise, le dogmatisme et surtout l’ignorance de nos édiles parisiens n'ont pas de limite. Deux de ses élus socialistes, Monsieur Christophe Girard, maire du IVe arrondissement, et Madame Karen Taïeb, conseillère de Paris, se sont récemment couverts de honte avec l’affaire de la plaque commémorative du compositeur Henri Dutilleux. Ce triste épisode est révélateur de la guerre des mémoires et du révisionnisme qui ronge la société française. 

Depuis plus d’une dizaine d’années, la Mairie de Paris s’est fait une spécialité : réviser les noms de rue, plaques et autres noms d’établissement selon les critères de la bien-pensance et du politiquement correct. Cette « chasse aux sorcières » traduit les obsessions, les phobies dont souffre la société et explique la grave crise d’identité que nous traversons actuellement. 

Ce nouveau révisionnisme s’inscrit dans la lignée du rapport du conseiller d’Etat, Thierry Tuot, commandé par le gouvernement Ayrault qui demandait que l’on débaptise les rues et les places de nos villages pour les renommer « en écho avec l'histoire des migrations ». 

Rappelons brièvement l’affaire du grand compositeur Henri Dutilleux, mort en 2013 dans le 4e arrondissement de Paris. Il était question d’apposer une plaque commémorative sur son ancien domicile. Le Comité d’histoire de la Ville de Paris s’y est opposé  pour « faits de collaboration avec le régime de Vichy ». Dutilleux, collabo avec les Nazis, il ne manquait plus que cela ! Sous le prétexte d’avoir écrit la musique d’un film obscur, Forces sur le stade, réalisé par Marcel Martin en 1942 en direction des patrons d'usines pour les inciter à construire des terrains de sport près des lieux de travail des ouvriers, le voici voué aux gémonies. Alors que la vérité historique est l’exacte opposée. Henri Dutilleux s’est engagé dès 1942 dans un réseau actif de résistance. Membre du Front National des musiciens, il a mis en musique de nombreux textes clandestins en 1944. Puis aux  côtés de Lucie et Raymond Aubrac, il a été membre du comité d'honneur du musée de la Résistance nationale (MRN). Mais le voilà banni parce qu’il a osé faire son métier durant les années sombres de l’Occupation. Christophe Girard, le maire mondain du 4ème arrondissement de Paris, approuve le verdict de son comité  et « tient à noter des faits de collaboration avec le régime de Vichy ». Son dernier tweet (bien peu courageux et retiré le 17 mars…) enfonce le clou en comparant la position de Dutilleux à celle de Céline …«Je ne fais que suivre les recommandations du Comité d’histoire de la Ville. L-F Céline est un grand écrivain mais…». Les points d’exclamations du responsable de l’ignominie sont éloquents…Anne Hidalgo renchérit en affirmant que « le temps n'est pas opportun… »

Le  lynchage  de la mémoire du grand compositeur soulève un tollé général. Jack Lang lui-même, déclare: «On est abasourdi par ce mélange d’incompétence et de veulerie ! » (...)

Triste équipe que celle de Madame Hidalgo et de ces personnes censées représenter la «culture» à Paris, mais qui, au fond, la méprisent. On savait déjà qu'elle n'aimait pas la musique classique avec la remise en cause récemment d'une partie du financement des conservatoires de musique jugés trop élitistes. Christophe Girard, tout puissant adjoint de Bertrand Delanoë de 2001 à 2012, conseiller régional d'Île-de-France depuis 2010, a passé dix ans aux affaires culturelles tout en cumulant, parallèlement à ses fonctions municipales, celle de directeur de la stratégie mode du groupe LVMH. Dix années qui sonnent creux. « Autant nommer Rika Zaraï ministre de la Santé », avait ricané son protecteur, Pierre Bergé. Dix années où l’on préfère subventionner l'opération Paris-Plage - 600 000 euros de crédits culture engloutis - les Nuits Blanches ou la Techno parade… plutôt que la culture dite « classique ». Mais voilà pas grand monde n'ose contester, l’important n'est-il pas que les électeurs bobos soient satisfaits.

L'attitude de Monsieur Girard comme de Madame Taïeb, dénotent autant la bêtise de l’inculture qu’une ignorance sectaire et idéologique. Le compositeur Henri Dutilleux comparable à Olivier Messiaen et Pierre Boulez, héritier de Ravel et de Debussy a fait rayonner la musique française. Ses œuvres sont jouées dans le monde entier, c'est ce qui rend ridicule la décision de la Mairie. Refuser d'accrocher sa plaque commémorative, alors que Pablo Picasso, Jean-Paul Sartre ont, avec l’avec l’aval des Nazis, abondamment exposé, publié et fait jouer des pièces de théâtre dans le Paris occupé de 1940 à 1944. Alors que nous trouvons des plaques et des rues  Maurice Thorez (secrétaire général du PCF qui a déserté en 1940), et des rues Staline (à Essômes-sur-Marne), et des avenues Lénine à Nanterre ou à Arcueil,  toutes ces icônes de la supposée « gauche » intellectuelle ? (...)

Le problème de Dutilleux est probablement qu'il n'était ni socialiste, ni communiste... Qu’auraient fait Girard, Delanoë et Hidalgo sous l'occupation ? Tous ces politiciens ignorants oublient que la majorité de la population n'était ni résistante, ni «collabo» mais « attentiste ». Voilà où nous conduit le quasi abandon des grands enseignements de l’Histoire, la baisse générale du niveau de culture de nos hommes politiques. Car la damnatio memoriae de Dutilleux en rappelle d'autres... (...)

L’Histoire, une fois écrite, ne s’efface pas. L’Histoire, on doit l’assumer. C’est autant glorieux qu’honteux. C’est l’Histoire ! Plutôt que de débaptiser : instruire et éduquer sont de meilleures options. Pour pouvoir assumer sereinement et lucidement le passé et tout le passé, laissons donc nos plaques, nos enseignes, nos noms de rues, nos pierres qui sont nos héritages. « De Clovis au Comité de salut public, j’assume tout », disait Napoléon. Lui qui a beau être le Français le plus populaire au monde et n’a pas la moindre place, avenue ou même impasse à son nom d’empereur dans Paris".

Lahire

Posté le 19 avril 2015 à 12h32 | Lien permanent | Commentaires (13)

C’est arrivé un 19 avril…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 19 avril 1054 : naissance de Bruno d'Eguisheim-Dagsbourg, futur pape Léon IX.

Léon IX réunit au début de son pontificat en avril 1049, un concile à Rome pour condamner la simonie et le nicolaïsme. Mais les prélats allemands et français ne viennent pas. Il parcourt alors la chrétienté pour défendre énergiquement sa réforme. Il est canonisé en 1087 par Victor III.

 

  • le 19 avril 1603 : naissance de Michel Le Tellier, marquis de Barbezieux, homme d'état français.

Membre du Grand Conseil en 1624, puis procureur du Roi au Châtelet en 1631, puis intendant de justice dans l'armée de Piémont en 1640 et intendant de justice en Dauphiné. Il est nommé secrétaire d'État de la Guerre par Louis XIV en 1643 sur le conseil de Mazarin.

Il est aussi le père de François Michel Le Tellier de Louvois, plus connu sous le nom de Louvois.

  • le 19 avril 1706 : victoire franco-espagnole à la bataille de Calcinato.

La bataille de Calcinato se déroule au cours de la guerre de succession d'Espagne le 19 avril 1706. L'armée franco-espagnole du duc de Vendôme écrase les Autrichiens et ne déplore que 500 morts ou blessés contre 6 000 pour l'autre camp.

  • le 19 avril 1999 : affaire des paillotes en Corse.

Un incendie détruit la paillote Chez Francis construite dans l'illégalité la plus totale en bord de mer, sur le domaine public maritime, plage de Cala d'Orzo au sud du golfe d'Ajaccio. L'affaire des paillotes commence.

L'incendie est effectué sur ordre du préfet de Corse, Bernard Bonnet, qui n'assume pas ses ordres et laisse les gendarmes « porter le chapeau ».

  • le 19 avril 2005 : élection du cardinal Joseph Ratzinger, qui devient le pape Benoît XVI.

Joseph Ratzinger devient le premier pape allemand depuis plusieurs siècles à l'âge de 78 ans. Né le 16 avril 1927 en Haute-Bavière, ordonné prêtre le 29 juin 1951, sacré archevêque de Munich en mars 1977 et cardinal trois mois plus tard, le nouveau pape était depuis 1981 préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi

Il est élu après deux jours de conclave et quatre tours de scrutin.

Lois Spalwer

Posté le 19 avril 2015 à 08h18 | Lien permanent | Commentaires (2)

25 avril : conférence du cardinal Filoni à Lyon sur Pauline Jaricot

Invitation

Michel Janva

Posté le 19 avril 2015 à 07h53 | Lien permanent

29 avril : témoignage d'une ex-musulmane à Rennes

Conference -temoignage ex musulmane

Michel Janva

Posté le 19 avril 2015 à 07h46 | Lien permanent

10 mai : hommage à Ste Jeanne d'Arc

Fête Nationale Jeanne d'Arc

Michel Janva

Posté le 19 avril 2015 à 07h26 | Lien permanent

18 avril 2015

Entre potes : les députés européens vont se voter une augmentation qui coûtera 13 millions d’euros pour 2016

Eur"Il n'y a pas de mal à se faire du bien" rétorqueront-ils à propos de ce petit tapis d'euros qui provoque l'accord des eurodéputés de gauche et de droite : 

"Les eurodéputés s’apprêtent à augmenter de 18 000 euros par an l’enveloppe à disposition de chaque élu pour la rémunération de ses assistants. Cela représente une hausse, pour ce poste budgétaire, d’environ 13 millions d’euros pour 2016.

Cette augmentation de 7 %, réclamée à l’origine par le PPE (droite, premier groupe du parlement, dont l’UMP), est désormais aussi soutenue par les sociaux-démocrates du S&D (dont le PS). À eux deux, ces groupes sont majoritaires dans l’hémicycle".

Lahire

Posté le 18 avril 2015 à 21h32 | Lien permanent | Commentaires (15)

Le Salvador sanctuarise le mariage

F039016BLe parlement salvadorien a approuvé une réforme constitutionnelle pour empêcher la dénaturation du mariage et ne permettre que les unions entre un homme et une femme. Le réseau Red Familia, une coalition d'organisations défendant le mariage, a expliqué :

"L'institution du mariage est un bien pour la société, donc il doit être protégé et promu par l'Etat". 

Cette réforme doit encore être ratifiée. 

Michel Janva

Posté le 18 avril 2015 à 18h06 | Lien permanent

Politique militaire de la France au Sahel : la logique de la Défense Cofinoga

Spécialiste des questions stratégiques, Pierre Lellouche, 63 ans, est délégué général de l'UMP en charge de la politique étrangère. Député de Paris, il a été secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, puis au Commerce extérieur. Interrogé par Jean-Dominique Merchet dans l'Opinion, il estime que la France, en soutenant une politique militaire et solitaire au long cours au Sahel, risque à la longue de s'y ensabler. Il souligne l'incohérence d'une politique de défense qui n'alloue pas les budgets suffisants aux buts recherchés :

Pierre_lellouche_pays_reuters

Pierre Lellouche : «Une Françafrique bottée, pleine de bonne conscience socialiste, mais dont les bottes sont trouées»

[...]"L’armée française a été conçue, et donc financée, comme une armée d’intervention rapide, pas comme une force d’occupation. Lui faire jouer ce rôle est à la fois dangereux, au plan politique, car nous finirons par passer pour une force d’occupation, et intenable financièrement. Aujourd’hui, l’impasse budgétaire est flagrante, même si le ministère de la Défense invente des solutions invraisemblables pour boucler ses fins de mois, comme les sociétés de projet (SdP) pour louer des matériels que nous n’avons plus les moyens de nous payer. C’est la logique de la Défense Cofinoga ! On sait bien qu’avec le coût du crédit et de l’assurance, la facture sera plus élevée à la fin.[...]

La leçon est claire : nous sommes engagés dans quelque chose que nous ne finançons pas. Cette improvisation stratégique et financière est irresponsable.[...]

Il faut intervenir rapidement lorsque nos intérêts sont directement menacés et sortir aussi vite, mais s’interdire toute présence permanente. C’est aux Africains de trouver eux-mêmes les solutions à leurs problèmes régionaux. Dans un contexte marqué par la confessionnalisation des conflits, on voit, en Afrique et au Moyen-Orient, que les frontières coloniales ont beaucoup de mal à se maintenir. Je pense que nous entrons dans la deuxième phase de la décolonisation. Nous ne pouvons plus régler les problèmes dans ces zones avec une politique de la canonnière, comme au temps de la colonne Marchand. Nous ne devons pas installer ces pays dans la dépendance vis-à-vis des anciennes puissances tutélaires. Je crains que la militarisation de la politique de la France en Afrique et au Moyen-Orient ne conduise à un enlisement périlleux et solitaire."[...]

Marie Bethanie

Posté le 18 avril 2015 à 17h16 | Lien permanent | Commentaires (10)

La Suisse vote aussi une loi de surveillance du net, mais réservée aux criminels!

Du "tous présumés coupables" à la française au "quelques-uns reconnus criminels" à la mode suisse, il y a juste des montagnes de différences dans la manière de considérer le respect de la personne :

"L'Etat doit pouvoir utiliser des chevaux de Troie afin de capter les conversations des criminels dangereux sur Internet.

Après le Conseil des Etats, la commission des affaires juridiques du National approuve ce point dans la révision de la loi sur la surveillance de la correspondance par poste et télécommunication.

La nouvelle loi doit officiellement permettre l'utilisation des logiciels mouchards dits «governement sofware» (GovWare) dans le cadre de procédures pénales. Grâce à eux, les conversations sur Internet, via skype par exemple, et par courriels pourront être écoutées et surveillées sans que la personne ne s'en rende compte (...)

La révision prévoit de ne rendre une surveillance possible que si une enquête a été ouverte et que la surveillance a été ordonnée par un juge. Cette méthode pourra être également utilisée dans le cadre de la recherche de personnes disparues.

Les policiers ne pourront effectuer des surveillances à titre préventif. La perquisition en ligne d'un ordinateur ou la surveillance d'une pièce à l'aide de la caméra ou du micro du PC seront interdites. Le service en charge des surveillances, les ministères publics et les juges devraient tenir des statistiques des contrôles ordonnés".

Lahire

Posté le 18 avril 2015 à 17h04 | Lien permanent | Commentaires (5)

Dans cinq ans, nous n’aurons plus l’armée Serval mais l'armée Sentinelle

Vigipirate-operation-sentinelle-paris... si rien n'est fait pour renforcer l'effectif , érodé par l'opération Sentinelle, d'après le général Bosser, chef d'état-major de l'armée de terre (CEMAT). Sentinelle mobilise les militaires originellement prévus pour des opérations extérieures, et qui de ce fait, ne bénéficient plus de leur formation spécifique. Le général Jean-Pierre Bosser appelle à la vigilance à ne pas éroder à l'excès le capital opérationnel en prolongeant l'opération Sentinelle et estime indispensable pour la force opérationnelle de l’armée de Terre de disposer de 11.000 hommes supplémentaires.

D'autre part, le général Bosser a évoqué la nécessité de faire évoluer Sentinelle, qui ne pourra pas continuer sous la forme "Vigipirate renforcé", sous peine de sous-employer des hommes accoutumés par leur formation à une plus grande mobilité. Il met aussi en lumière le problème de l'hébergement spartiate des militaires engagés dans l'opération Sentinelle, qui devra être envisagé sous l'angle de la durée et non plus du provisoire :

"Il serait paradoxal qu’ils soient mieux installés à Gao qu’à Paris! », a-t-il conclu."

Marie Bethanie

Posté le 18 avril 2015 à 16h41 | Lien permanent | Commentaires (6)

Ostension du Saint Suaire à Turin : 19 avril au 24 juin

Le Suaire est un linceul de lin tissé en chevron mesurant environ 4,41m x 1,13m, qui contient la double image, l’image frontale et l’image dorsale se joignant par la tête, du cadavre d’un homme nu mort à la suite d'’une série de tortures ayant culminé avec le crucifiement. L'’image est entourée de deux lignes noires qui sont des traces de brûlure, et d’'une série de lacunes : ce sont les dommages provoqués par l'’incendie qui se produisit à Chambéry en 1532. Selon la tradition, il s’agit du Linceul, cité par les Evangiles, qui servit à envelopper le corps de Jésus au tombeau. Il est certain que le Suaire, en raison des caractéristiques de son empreinte, renvoie directement et immédiatement à la dramatique réalité de la Passion de Jésus, qu'’il aide à comprendre et à méditer. C’est pour cette raison que le Pape l'’a défini « miroir de l'’Evangile ».

L’Ostension débute dimanche 19 avril avec la messe solennelle à 11 heures présidée par le Gardien pontifical du Suaire, Mgr Cesare Nosiglia, Archevêque de Turin, avec les évêques du Piémont. Le Messe sera transmise en direct sur Rai1. Les visites au Suaire commenceront l’après-midi du même jour. 

Il n’est pas possible de réserver sa visite pour les samedi 20 et dimanche 21 juin: le Dôme restera fermé en raison du pèlerinage des jeunes qui se sont inscrits au “Happening des oratoires” sur www.turinforyoung.it et de la prière du Pape François devant le Suaire au cours de sa visite à Turin.

Mercredi 24 juin, dernier jour d’ostension, aucune visite n’est prévue: le matin, le Gardien du Suaire, Mgr Nosiglia, préside dans le Dôme la Messe de clôture à l’occasion de la fête de Saint Jean Baptiste, patron de Turin.

Le parcours de visite au Suaire est ouvert tous les jours de 7h30 à 19h30. La visite est gratuite; la réservation, obligatoire, peut se faire à partir de cette page, en appelant le Call center au +39 011.5295550, ou bien, à partir du 19 avril, directement auprès du Centre de réservations de Via Palazzo di Città (piazza Castello).

Tous les matins la Messe est célébrée à 7h00 dans le Dôme.

Tous les jours de l’ostension, de 7h à 19h30 il sera en outre possible, sans réservation, d’entrer dans le Dôme par la porte centrale.

Sur cette page, vous trouverez l'entière description du Suaire.

Sindone

Michel Janva

Posté le 18 avril 2015 à 15h31 | Lien permanent

Découvrez une église pas comme les autres

Comme l'Eglise, elle partage lumière et transparence, réalité et science, mystère et vérité.

Cliquez ici.

Eglise-entre-les-lignes-01

Lahire

Posté le 18 avril 2015 à 15h24 | Lien permanent | Commentaires (10)

"Moi, ce qu’il y a dans les articles de presse, par principe, je ne le crois pas."

Cette phrase n'a pas été prononcée par Jean-Yves Le Gallou ni par un membre de la "réacosphère" mais par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve :

"Il est un autre point sur lequel je voudrais insister : on ne peut répéter à l’envi des choses fausses, ni considérer, madame Attard, que sous prétexte que c’est écrit dans le journal, c’est vrai. J’ai appris à l’école à ne pas croire ce qu’il y a dans les journaux ou dans les livres, à exercer mon esprit critique et user de ma libre conscience plutôt que de gober béatement et benoîtement ce que dit la presse. Moi, ce qu’il y a dans les articles de presse, par principe je ne le crois pas. Je suis un esprit libre et indépendant et j’entends le demeurer. Bref, c’était peut-être dans L’Obs, ou dans le Petit Bessin illustré,mais par nature, et par essence, je n’y crois pas.

Michel Janva

Posté le 18 avril 2015 à 14h51 | Lien permanent | Commentaires (11)

21 avril : Hollande va décorer Pierre Bergé

C'est sur l'agenda officiel du président : François Hollande va remettre les insignes de la Légion d’honneur à M. Pierre Bergé, celui qui milite pour la PMA et la GPA, menace Le Salon Beige, un habitué des dérapages ignobles.

Pierre Bergé -François Hollande

Michel Janva

Posté le 18 avril 2015 à 14h30 | Lien permanent | Commentaires (31)

Politique, clientélisme, égoïsme, système des partis : l'excellente analyse de l'Action française

AfLa République en France est dévoyée et corrompue. A la fois source de profit et champs de manœuvres et de batailles d'intérêt, elle ne laisse plus aucune place aux notions de "bien" (et donc de mal), de "commun" et encore moins de "bien commun", lui préférant un mortel "intérêt collectif". On est loin, très loin de la France, fille aînée de l'Eglise.

Extrait de "la République contre nos libertés" :

"Avec les départementales, il s’agissait seulement pour les partis politiques de prendre une photographie réelle de l’opinion à l’aube de cette seconde phase du quinquennat qui ne sera, évidemment, pas plus que la première, consacrée au relèvement du pays. D’où la « nationalisation » du scrutin par toutes les formations. En république, ce qui importe uniquement, c’est de remporter les élections, avec l’espoir que le manque de résultats concrets dans la gestion du pays soit compensé par une politique de communication et des mesures démagogiques prises en faveur de ce qu’on pense être son électorat ou de celui qu’on espère attirer — faute de réussir contre le chômage, le PS est agressif depuis deux ans en matière de lois dites sociétales, les dernières étant particulièrement inspirées par l’instinct de mort, qu’il s’agisse de la banalisation pleine et entière de l’avortement, de la légalisation de l’euthanasie, de la création de salles de « shoot » ou du don du sang conçu comme un « droit pour tous », en dépit de l’opposition du Comité consultatif national d’éthique. Il est vrai que les socialistes ont une longue expérience en matière de sang contaminé...

Nous ne le redirons jamais assez : le problème de la république, ce ne sont pas les élections elles-mêmes, ce sont à la fois les élections appliquées à tout, notamment à la désignation du chef de l’Etat, et la perversion partisane des seules élections — locales et régionales — dans lesquelles le pays réel pourrait s’exprimer librement si on lui en laissait la possibilité, c’est-à-dire hors de tout chantage politicien. Or les partis politiques, tout en laissant croire aux Français qu’ils élisent eux-mêmes leur chef d’Etat alors qu’ils ne font qu’avaliser par leur vote les candidats désignés par l’oligarchie, interdisent à ces mêmes Français de gérer librement leurs propres affaires. Oui, les partis pervertissent le débat politique lui-même en privant les citoyens de l’exercice de leurs libertés fondamentales.

Alors que notre pays doit faire face à tant de menaces, internes et externes, et relever tant de défis, comment ne pas être écœuré par le spectacle lamentable des partis qui, sans aucune pudeur, étalent leurs divisions internes, les éventuelles fractures idéologiques n’étant le plus souvent que le prétexte à des luttes d’égo et à des conflits d’intérêts auxquels le pays ne sert que de champ de bataille. Comment lire autrement, à l’UDI, les désaccords stratégiques entre Hervé Morin qui, en s’alliant avec l’UMP, veut prendre sa revanche sur Christophe Lagarde qui l’a battu aux élections internes et ce dernier, qui se rêve déjà un destin à la VGE toisant le candidat « gaulliste » — Sarkozy, dont le discrédit irait croissant jusqu’au printemps 2017, réduit au rôle de Chaban en 1974 ?" (source).

Lahire

Posté le 18 avril 2015 à 12h30 | Lien permanent | Commentaires (8)

Découvrez le cours Cestac, école hors contrat de Bayonne

Choisissez des valeurs sûres!

CC

Lahire

Posté le 18 avril 2015 à 11h00 | Lien permanent | Commentaires (1)


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2014 - Le Salon Beige