Sortie Cinéma : La résurrection du Christ



29 avril 2016

Après l'accueil des ministres, l'accueil des candidats

Dans la suite de La Manif Pour Tous et de l'accueil des ministres de François Hollande, harcelés par les défenseurs de la famille dans tous leurs déplacements, nous vous proposons une nouvelle activité ludique au cours de l'année qui vient : l'interpellation des candidats à la présidentielle sur la question du mariage.

Voici par exemple l'agenda de François Fillon, qui a renoncé à vouloir abroger la loi Taubira (et qui considère par ailleurs l'avortement comme un droit fondamental) :

Pour Jean-François Copé :

Pour Alain Juppé :

Et ainsi de suite pour les autres candidats afin de leur rappeler l'importance de l'institution familiale, fondée sur l'union entre un homme et une femme.

Envoyez ensuite vos photos et vidéos, nous nous ferons un plaisir de les mettre en ligne.

ONLR.

Michel Janva

Posté le 29 avril 2016 à 10h47 | Lien permanent | Commentaires (1)

La majorité socialiste mise en minorité à l'Assemblée

On sent la majorité fébrile :

"Nous aimons beaucoup sur ce blog vous parler des « niches » des groupes non-majoritaires, et vous expliquer combien le sort des propositions de lois qui y sont inscrites est souvent écrit à l’avance. Quand il s’agit de l’opposition, comme ce jeudi (niche du groupe LR), le rejet est souvent la règle, même si parfois un consensus se crée (c’est même de plus en plus fréquent).

Pour la proposition de résolution de Thierry Mariani, visant à lever les sanctions économiques contre la Russie, la majorité avait prévu de voter contre. Le sujet est assez polémique, puisqu’il porte sur la politique de sanction de l’UE et de la France envers la Russie suite à l’annexion d’une partie de l’Ukraine.

Pourtant, elle a dû faire face à une forte mobilisation des députés LR, à l’abstention des Radicaux de gauche, et au vote favorable des communistes, des chevènementistes et des députés FN. Au moment des explications de vote, le groupe socialiste a bien essayé de rameuter un maximum de membres dans l’hémicycle. Les députés LR ont alors accusé le Président de séance (Denis Baupin, écologiste), de faire traîner en longueur les interventions, pour laisser le temps de grossir les rangs. [... Cela n’a de toute façon pas suffi : la proposition de résolution a été adoptée avec 55 voix contre 44. Notons que même le Président de séance avait tenté de faire pencher la balance en prenant part au vote.

Bien sûr, une résolution n’est qu’un vœu, que l’Assemblée transmet au Gouvernement. Sa force est d’autant plus réduite dans le domaine diplomatique (en 2014, une résolution sur la reconnaissance de l’Etat palestinien avait été adoptée…). Toutefois, si le gouvernement et la majorité ont déjà été mis en minorité lors des niches, les votes sur les propositions de résolutions sont des fusils à un seul coup. Il n’y a pas de seconde délibération (car pas d’amendement), et pas de navette (puisqu’elles sont propres à l’Assemblée).

La seule solution pour le groupe socialiste aurait été de demander un vote solennel, ce qui aurait eu pour effet de déplacer le scrutin à mardi après-midi, moment où il n’aurait pas eu de problème de mobilisation. Mais visiblement, ils n’avaient pas prévu le coup.

La résolution a donc été adoptée définitivement. Et c’est la première fois depuis 2012 qu’un texte est adopté définitivement contre l’avis du gouvernement et de sa majorité."

Michel Janva

Posté le 29 avril 2016 à 10h41 | Lien permanent | Commentaires (0)

La Colombie dénature le mariage

La Cour constitutionnelle de Colombie a définitivement (jusqu'à réaffirmation de la loi naturelle) légalisé jeudi le mariage entre personnes du même sexe. 

Michel Janva

Posté le 29 avril 2016 à 10h29 | Lien permanent

La France, maltraitée par les partis politiques, souffre de l’absence de véritables chefs

Le général Didier Tauzin n' a pas apprécié les propos tenus par Alain Juppé à propos du général Soubelet :

13115796_10209308331164015_992090696_n-2"Tels sont les mots employés par Alain Juppé – ministre à six reprises ! –  à Science-Po le 25 avril dernier.

Comme beaucoup de professionnels de la stratégie électorale, Monsieur Juppé considère que la politique – devenue une véritable chasse gardée – doit être réservée aux seuls rentiers de la haute fonction publique. Les militaires ne cherchent pas les honneurs, mais placent le leur au service de leurs concitoyens.

Il est trop aisé de prendre pour cible les militaires qui sonnent l’alarme. C’est leur métier, c’est leur devoir. Le devoir de réserve est parfaitement légitime lorsque le peuple fait confiance au gouvernement et que le gouvernement fait confiance à l’armée dans ses domaines d’expertises. Ce n’est aujourd’hui plus le cas.

Ces liens ont éclaté depuis bien longtemps, la sécurité du territoire national n’est pas assurée, les Molenbeek français sont prêts à exploser, la fracture de la société est profonde et aucun homme politique ne semble pouvoir y remédier. Dès lors, le devoir d’expression prime sur le devoir de réserve.

La France souffre de l’absence de véritables chefs, la France est maltraitée par les partis politiques. Sans objectif clairement défini ni volonté ferme, une nation ne peut avancer, ni même se défendre. Les politiciens ne sont plus des chefs, au mieux ce sont de consciencieux fonctionnaires ou comptables, mais aucun ne sait diriger une équipe. Si Monsieur Alain Juppé s’exaspère vulgairement de l’intervention des officiers dans les affaires de l’Etat, qu’il soit bien conscient que c’est aussi son inaction qui les rend nécessaires.

En attendant, il est de notre devoir de parler et d’alerter le peuple quant aux graves événements qui pourraient advenir à court terme."

Philippe Carhon

Posté le 29 avril 2016 à 09h44 | Lien permanent | Commentaires (0)

Du nouveau au Rassemblement Bleu Marine

Aurélien Legrand, membre fondateur de 2007 à 2010 du NPA et ancien candidat de la LCR en 2008, a rejoint le FN en 2013. Il est désormais vice-président du groupe FN au conseil régional d’Ile-de-France et vient d’être promu par Marine Le Pen au poste de « délégué général auprès du secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine (RBM) ». Laurent de Boissieu livre son analyse sur Atlantico à propos du RBM :

"(...) Cette nomination permet principalement de promouvoir une nouvelle personnalité qui avait prouvé ses compétences lors de la campagne des élections régionales et qui est pleinement sur la ligne de Marine Le Pen. L’entourage de la double présidente du FN et du RBM martèle qu’il n’y a pas de courants internes et qu’il n’y a qu’une seule ligne, celle de Marine Le Pen. Cette langue de bois ne résiste cependant pas à l’analyse. Qu’il n’y ait pas de courants officiellement reconnus n’empêche pas une sourde lutte de sensibilités !

Au-delà de leur diversité, les invités des rendez-vous de Béziers, organisés les 27, 28 et 29 mai 2016 par le maire Robert Ménard (qui n’est membre ni du FN, ni du RBM), dessinent les contours idéologiques d’un autre FN que symbolise Marion Maréchal Le Pen. Un FN qui ne renverrait pas dos-à-dos la droite et la gauche mais qui voudrait incarner la "vraie droite". Un FN qui n’insisterait pas sur la défense de tous les Français sans distinction d’origine mais qui se poserait en défenseur des "Français de souche" (...) contre un prétendu "grand remplacement" par une immigration "extra-européenne". Un FN qui ne reprocherait pas à la gauche de gouvernement de se soumettre à l’"euro-libéralisme" mais qui lui reprocherait au contraire son étatisme. Un FN qui, pour reprendre la comparaison de Florian Philippot, n’estimerait pas que dans un programme la question du mariage homosexuel doit revêtir la dimension d’un bonsaï mais celle d’un baobab. Bref, un FN "identitaire" (...), libéral et conservateur. Il assez cocasse de savoir que Marion Maréchal Le Pen a fait élire sur sa liste aux élections régionales de décembre 2015 le chef de file des "identitaires" niçois, Philippe Vardon, alors que son adhésion au RBM avait été refusée par Gilbert Collard en octobre 2013 !

Or, si la ligne officielle du FN est effectivement celle de Marine Le Pen, les militants et les cadres semblent, à des degrés certes variables selon les thématiques, bien plus sur la ligne de Marion Maréchal Le Pen. Un exemple concret : l’orientation économique portée par Marine Le Pen. Celle-ci semble davantage représentée par un jeune disciple de l’économiste Jacques Sapir, obscur assistant parlementaire et membre du cabinet de Florian Philippot, que par Bernard Monot, pourtant lui-même parlementaire européen et "stratégiste économique" du FN. Les élections européennes de mai 2014 – à travers les postes d’assistants parlementaires – puis les élections régionales de décembre 2015, ont progressivement permis de promouvoir une nouvelle génération pleinement sur la ligne de Marine Le Pen.

La promotion dans l’organigramme du RBM d’Aurélien Legrand, premier vice-président du groupe FN au conseil régional d’Île-de-France, s’inscrit dans cette logique (...)"

Philippe Carhon

Posté le 29 avril 2016 à 09h33 | Lien permanent | Commentaires (1)

Le mariage n'est pas un idéal

Dans le dernier numéro de L'Homme Nouveau, le cardinal Burke livre ses réflexions sur l'exhortation Amoris laetitia. Il écrit notamment :

UNe-1613"[...] On fait fréquemment référence dans ce document à « l’idéal » du mariage. Décrire ainsi le mariage pourrait induire en erreur. Cela pourrait conduire le lecteur à s’imaginer le mariage comme une idée éternelle à laquelle, en raison de circonstances historiques changeantes, l’homme et la femme pourraient plus ou moins se conformer. Mais le mariage chrétien n’est pas une idée : c’est un sacrement qui confère à l’homme et à la femme la grâce de vivre dans un amour réciproque fidèle, permanent et procréatif. Tout couple chrétien qui se marie validement reçoit, dès l’instant du consentement échangé, de vivre l’amour qu’il s’est promis. Parce que nous souffrons tous des conséquences du péché originel, et parce que le monde dans lequel nous vivons défend une conception du mariage complètement différente, les époux subissent les tentations de trahir la réalité objective de leur amour. Mais le Christ leur donne sans cesse la grâce de demeurer fidèle à cet amour jusqu’à leur mort. La seule chose qui puisse limiter leur réponse fidèle c’est leur défaillance à répondre à la grâce qui leur a été donnée dans le sacrement des liens sacrés du mariage. Autrement dit, leur combat n’est pas contre quelque idée qui leur aurait été imposée par l’Église. Leur combat est avec les forces qui voudraient les amener à trahir la réalité de la vie du Christ entre eux. [...]

Certains disent qu’une telle réponse à la séparation ou au divorce relevait d’un héroïsme que le fidèle moyen ne saurait avoir, mais, en vérité, nous sommes, quel que soit notre état de vie, appelés à vivre héroïquement. Le saint pape Jean-Paul II au terme du Grand Jubilé de l’an 2000, et faisant référence aux paroles de Notre Seigneur qui termine le Sermon sur la montagne – « Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5, 48) –, nous a enseigné la nature héroïque de notre vie quotidienne dans le Christ, de cette manière :

« Comme le Concile (de Vatican II) lui-même l’a expliqué, il ne faut pas se méprendre sur cet idéal de perfection comme s’il supposait une sorte de vie extraordinaire que seuls quelques “génies” de la sainteté pourraient pratiquer (...). Il est temps de proposer de nouveau à tous, avec conviction, ce “haut degré” de la vie chrétienne ordinaire : toute la vie de la communauté ecclésiale et des familles chrétiennes doit mener dans cette direction » (Novo Millennio Ineunte, n. 31).

Ayant rencontré des hommes et des femmes qui, malgré une rupture de la vie maritale, sont demeurés fidèles à la grâce du sacrement du mariage, j’ai été le témoin de vies héroïques que la grâce rend possible pour nous chaque jour et tous les jours.

Saint Augustin d’Hippone, prêchant en l’année 417 le jour de la fête de saint Laurent, diacre et martyr, a eu une belle image pour nous encourager à coopérer à la grâce divine que Notre Seigneur nous a obtenue par Sa Passion et Sa mort. Il nous assure que dans le jardin du Seigneur il n’y a pas que les roses des martyrs, il y a aussi les lys des vierges, les lierres des époux et les violettes des veuves. Il conclut que, par conséquent, personne ne devrait désespérer de sa vocation car le « Christ est mort pour tous » (Sermon 304). Puisse la réception d’Amoris Lætitia, en fidélité au Magistère, confirmer les époux dans la grâce du sacrement de mariage, afin qu’ils puissent être un sacrement de l’amour fidèle et constant de Dieu pour nous « depuis le commencement », qui atteignit sa plus complète manifestation dans l’Incarnation rédemptrice de Dieu le Fils. Puisse le Magistère, comme clef de sa compréhension, faire le nécessaire pour que « le Peuple de Dieu demeure dans la vérité qui libère » (Catéchisme de l’Église catholique, n. 890)."

Michel Janva

Posté le 29 avril 2016 à 08h24 | Lien permanent

Défense de la famille au Parlement européen : Mireille d’Ornano ne lâchera rien

Mireille d’Ornano, Député français (FN) au Parlement européen, est intervenu pour contester la main-mise de l'UE sur la famille :

Michel Janva

Posté le 29 avril 2016 à 08h05 | Lien permanent

Présidentielle 2017 : le candidat du jour

Il s'agit d'Alain Mourguy, un candidat hors parti issu de la société civile, qui a élaboré 40 propositions à retrouver ici.

Michel Janva

Posté le 29 avril 2016 à 07h32 | Lien permanent | Commentaires (7)

"Nous devons agir maintenant pour arrêter le génocide au Moyen-Orient"

Carl Anderson, chevalier suprême des Chevaliers de Colomb a donné une conférence sur le génocide chrétien à l'Organisation des Nations Unies le 28 Avril. Extraits :

Emblème_3edegré"La plus grande crise humanitaire du monde depuis la Seconde Guerre mondiale se déroule au Moyen-Orient. Des centaines de milliers de personnes en Syrie et en Irak ont ​​perdu la vie, et des communautés entières ont été déplacées ou éliminées, tandis que les communautés et les cultures voisines ont du accepté des millions de personnes qui fuient des années de guerre et de terrorisme.

Nous sommes confrontés à la perspective très réelle de l'extinction de nombreuses communautés autochtones de la région.

Cette crise implore toutes les personnes de bonne volonté à s'unir pour participer à un effort mondial pour sauver ces communautés historiques minoritaires autochtones sans distinction de race, d'ethnie ou de religion.

Les Chevaliers de Colomb sont engagés dans cette grande cause. Nous avons soumis au Département d'Etat le 9 Mars et par la suite aux membres du Congrès, un rapport de près de 300 pages qui a documenté sur les atrocités et propose une analyse juridique arrivant à la conclusion que le génocide est en cours.

Notre mission d'enquête récente en Irak a trouvé des preuves de viols généralisés, des enlèvements, des conversions forcées, de l'esclavage, d'assassinats, de la confiscation des biens et de l'expulsion forcée. Bon nombre des incidents n'a pas été signalé précédemment. [...]

Nous avons l'impression que ce que nous connaissons aujourd'hui est susceptible de n'être que la pointe de l'iceberg. Un effort concerté et soutenu doit maintenant être entrepris pour nous documenter sur l'ampleur de cette tragédie.

ISIS et les victimes que nous avons interrogées sont d'accord sur une chose. Un grand nombre de personnes ciblées ont été ciblées en raison de leur foi chrétienne. Les prédécesseurs de ISIS - l'Etat islamique en Irak et Al-Qaïda en Irak, ont également visé les chrétiens.

Nous savons que ISIS a tué des milliers de chrétiens en Irak, la Syrie et la Libye. Des charniers ont été signalés en Syrie, et le désert entre Mossoul et Erbil était jonché de corps de chrétiens, qui ont fui trop vite pour enterrer les voisins et les membres de la famille.

Les ecclésiastiques de la région, y compris le Patriarche catholique syriaque Mgr Ignace Joseph III Younan, et les archevêques d'Alep, Erbil et Mossoul, ont tous demandé ce qui se passe à leur peuple.

Le génocide a une signification particulière pour les chrétiens du Moyen-Orient. Il y a près d'un siècle, Raphael Lemkin a formulé le concept qu'il appellera plus tard le génocide pour résoudre le meurtre de chrétiens dans la région pendant et après la Première Guerre mondiale.

Aujourd'hui, les enjeux vont encore plus loin. Le nombre de chrétiens en Irak a chuté de plus de 1,5 millions pour arriver à 200 000. En Syrie, la communauté chrétienne a été réduite de deux tiers, passant de 1,5 million à 500 000. Ces personnes sont parmi les communautés ethniques et religieuses les plus anciennes, non seulement dans la région, mais dans le monde.

L'ONU doit agir pour faire en sorte que ces anciens et les plus vulnérables des groupes autochtones ne sont pas confrontés à l'extinction. Nous ne pouvons pas accepter une norme pour les droits de l'homme dans cette région et une autre norme pour le reste du monde. [...] Nous avons une occasion unique de changer les choses. Jamais auparavant l'attention du monde avait été aussi concentrée sur la souffrance de ces minorités. Jamais leur sort n'avait été aussi haut dans l'ordre du jour des gouvernements du monde, la grande majorité des musulmans du monde, et toutes les personnes de bonne volonté.

Les Nations Unies peuvent jouer un rôle vital en protégeant les victimes et les réfugiés, en assurant la survie de ces anciennes communautés autochtones et religieuses, en punissant les auteurs et en soutenant la mise en place de l'échelle internationale des normes convenues de la justice, l'égalité, l'État de droit et la liberté religieuse."

Michel Janva

Posté le 29 avril 2016 à 07h27 | Lien permanent

C’est arrivé un 29 avril…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

Née le 25 mars 1347 à Sienne en Toscane, Catarina Benincasa meurt à Rome à l'âge de 33 ans. A l'âge de quinze ans, Sainte Catherine  de Sienne revêt l'habit des sœurs de la Pénitence de Saint Dominique, les Mantellate. Elles ont la permission d'entendre les Offices dans les églises des Frères Prêcheurs, et suivent une règle qui n'était pas vraiment religieuse puisque ces sœurs ne prononcent pas de vœux.

En 1368, après le décès de son père et de son mariage mystique avec le Christ, elle sauve ses frères pendant un coup d'état à Sienne et commence à convertir autour d'elle. A partir de 1375 commence une période de sa vie où elle prend, de manière publique, la défense des intérêts du Pape ; elle manifeste son souci de l'unité et de l'indépendance de l'Eglise, et pousse le pape à quitter Avignon pour Rome.

En 1378, après le décès de Grégoire XI, et l'élection d'Urbain VI, éclate le Grand Schisme d'Occident et l'élection de l'antipape Clément VII (Robert de Genève), malgré les appels à la patience et les mises en garde de sainte Catherine de Sienne. La même année, sainte Catherine de Sienne commence la rédaction de ses Dialogues, qui auraient été composés en cinq jours d'extase, du 9 au 14 octobre.  Sainte Catherine de Sienne  vient s'établir définitivement à Rome ; elle y meurt à l'âge de 33 ans. Appartenant au tiers-ordre dominicain,  sainte Catherine de Sienne est canonisée en 1461 par le pape Pie II. Elle est patronne de l'Italie et déclarée docteur de l'Eglise par le pape Paul VI, le 4 octobre 1970 en même temps que Sainte Thérèse d'Avila.

Jeanne d'Arc ayant convaincu Charles VII d'être envoyée par Dieu pour libérer Orléans et le faire sacrer à Reims, ce dernier lui confie une petite troupe. La ville assiégée depuis octobre 1428 résiste aux Anglais par fidélité au Roi de France. Aucun des grands capitaines qui accompagnent Jeanne d'Arc ne pensent la libération possible.

Pourtant dès le premier jour, sa troupe pénètre dans la ville où un défilé est immédiatement organisé par Dunois pour revigorer les défenseurs.

 

 

La ville s'est mise sous la protection de la France, mais en 1506, des émeutes entraînent la mort de Français et le massacre de la garnison française. Louis XII passe aussitôt les Alpes à la tête d'une armée de 50 000 hommes, inflige aux Génois une complète déroute et entre dans Gênes. Il fait brûler en sa présence tous les privilèges de la ville ; fait décapiter les meneurs ; annexe la Corse ; les condamne à une amende de cent mille écus d'or, et fait bâtir une citadelle, qu'il appelle « la Bride de Gênes » (pour brider la ville). Toutefois, avant de quitter la ville il lui rend ses libertés et ses lois propres.

Entrée de Louis XII dans Gênes

Détruite l'année précédente par Charles Quint, la nouvelle ville prend le nom de Vitry-le-François. Il en confie le chantier à l'architecte et ingénieur militaire italien Girolamo Marini, originaire de Bologne.

Né en 1585 à Paris, il est d'abord destiné à la carrière des armes, mais Henri IV le nomme évêque de Luçon, le 18 décembre 1606, après avoir reçu à Rome une dispense du pape pour son jeune âge. Premier évêque de France à mettre en œuvre dans son diocèse les réformes voulues par le concile de Trente, il est appelé par la Régente à Paris, d'abord comme Aumônier royal, puis comme membre du Conseil du Roi. Après un exil, il retrouve le Conseil le 29 avril 1624.

Louis XIII rappelle Richelieu, qui à 39 ans, prend la tête du Conseil du Roi ou Conseil d'en haut. Les 2 hommes vont consolider l'autorité royale dans une France mise à mal par les luttes de factions. Il aide le Roi à détruire l'Etat dans l'Etat que constitue le parti huguenot, parti anti catholique et favorable aux puissances étrangères. La prise de la Rochelle (chronique du 28 octobre) en est l'exemple le plus célèbre. Mais s'il lutte contre les protestants, il lutte aussi contre la Maison d'Autriche et essaie de soumettre la noblesse. 20 ans après leur arrivée à la tête de la France, ils lègueront à Louis XIV et Mazarin un Etat restauré et un pays unifié.

Le cardinal de Richelieu joue aussi un rôle dans la réconciliation de Louis XIII et de sa mère Marie de Médicis, qui avait été exilée (voir la chronique du 10 novembre sur la journée des Dupes). Il fonde l'Académie Française en 1635 (voir la chronique des 2 et 29 janvier et du 13 mars).

Rénée CASIN dans son livre Un Prophète de l'unité, le Cardinal de Richelieu (Ed. Résiac) révèle un homme totalement dévoué à son Dieu, son Roi et sa Patrie, qui gouverne un pays, combat sur les champs de bataille, écrit des traités de théologie. Honnie par ses contemporains, car il fait passer l'intérêt général avant les intérêts particuliers, l'Histoire reconnaît en lui un des plus grands hommes d'Etat de la France. Renée Casin cite ainsi Pierre Gaxotte :

«Il n'y a pas, dans toute notre histoire, de cerveau plus puissant, plus politique, ni plus français. » (Histoire des Français, Ed. Flammarion, page 71)

Ou l'Anglais Hilaire Belloc :

« Génie tel qu'il ne s'en produit qu'un ou deux dans l'histoire d'une nation. » dans Richelieu, Ed. Payot, page 92)

Armand Jean du Plessis, cardinal, duc de Richelieu meurt le 4 février 1642 à Paris, en recevant le saint Viatique il murmure :

« Voici mon Juge ; je le prie de me condamner, si dans mon ministère, je me suis jamais proposé autre chose que le bien de la Religion et celui de l'Etat. »

Le 29 avril 1627 : la Compagnie de Caën est abolie; Richelieu fonde la Compagnie de la Nouvelle-France ou compagnie des Cent-Associés. Le Roi approuve le projet le 6 mai suivant. La mission de la Compagnie est « d'établir l'Empire français en Amérique du Nord ». Elle est dotée d'un capital de 100 000 couronnes. Le territoire qui lui est octroyé comprend la Nouvelle-France, de la Floride à l'Arctique et de l'Atlantique à l'Ouest inconnu, ainsi que d'importants privilèges de traite des fourrures.

            
Fig.1 Sceau de la Compagnie de la Nouvelle-France ; Fig.2 Contre-sceau de la Compagnie de la Nouvelle-France, dite des Cent-Associés.

Voir la chronique du 24 février.

C'est Clément X, qui, en voyant les résultats des travaux apostoliques des missionnaires français au Canada, décide de donner à l'Église locale une organisation indépendante, et érige un siège épiscopal au Québec. L'évêque dépend directement du Saint-Siège; cette disposition permet plus tard de garantir la permanence de la foi catholique au Québec quand l'Angleterre s'en empare. Le premier évêque est Mgr François de Montmorency-Laval.

Cette bataille qui a lieu dans le cadre de la Guerre de Sept ans. Ce jour se déroule la première des trois batailles navales de Gondelour, au large de la côte Carnatique, au sud de l'Inde, entre les marines française et britannique. Elle a pour but le contrôle de Gondelour, la capitale des comptoirs français en Inde. Les Français battent les Anglais

On écarte la famille royale pour éviter tout risque de contagion.

L'armée envoyée par le ministère Combes, en dépit du soutien de milliers d'habitants venus de toute la région, chasse les Chartreux. Le capitaine Colas des Francs, commandant le 2ème bataillon du 140ème de ligne, brise son épée sur le chemin du retour ; et le commandant de Coubertin commandant du 2ème Dragons remet sa démission au ministre de la Guerre, considérant que la noble énergie des officiers français réclame une tâche plus noble et que seule la démission de son chef peut laver l'affront". Les chartreux ne reviennent qu'en 1940.

Tandis que la guerre touche à sa fin, les élections municipales donnent l'occasion aux Françaises de voter pour la première fois depuis la révolution (anti) française.

Voir la chronique du 21 avril, qui traite de l'ordonnance du 21 avril 1944, prise par le Gouvernement provisoire du général De Gaulle, à Alger.

Le 11 juin suivant le ministre de l'Intérieur demande à la hiérarchie policière de « renoncer aux fichages des homosexuels, aux discriminations et à plus forte raison aux suspicions anti homosexuelles ». Le lendemain, le ministre de la Santé déclare qu'il n'accepte plus de prendre en compte l'homosexualité dans la liste des maladies mentales établie par l'Organisation mondiale de la santé.

Lois Spalwer

Posté le 29 avril 2016 à 05h52 | Lien permanent | Commentaires (0)

28 avril 2016

Abdelsam sifflé à Fleury par ce qu'il n'a pas eu le courage de se faire exploser

voilà qui décrit la réalité de nos prisons : 

"Salah Abdeslam, suspect clé des attentats de Paris, est arrivé hier soir à la prison de Fleury-Mérogis. Etselon les informations de BFMTV, le seul survivant du commando du 13 novembre a reçu un accueil particulier...

En effet, un syndicaliste du centre pénitentiaire a expliqué que le terroriste avait été sifflé par les autres détenus. Des détenus radicalisés, qui lui auraient reproché de ne pas avoir été jusqu'au bout, le soir des attaques de Paris, et de ne pas s'être fait explosé".

Lahire

Posté le 28 avril 2016 à 23h08 | Lien permanent | Commentaires (0)

L'abbé Alexis Garnier présente le 34ème pèlerinage de Pentecôte sur TV Libertés

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 22h43 | Lien permanent

L'économie britannique sortirait gagnante d'un départ de l'Union européenne

Images-2C'est ce que pense un groupe de huit économistes dans un rapport publié jeudi. Roger Bootle, le président du cabinet d'études Capital Economics, explique :

"Sur les 20 dernières années, le bilan économique de l'UE a été très faible comparé à d'autres pays développés, et ce pas seulement en raison de l'euro mais aussi d'une série de mauvaises décisions". "Le fardeau réglementaire, la mauvaise utilisation des fonds de l'UE et la focalisation de l'attention politique sur les questions de réforme de l'UE ont contribué à cette mauvaise performance économique".

Il fait partie d'un groupe de huit économistes indépendants regroupés sous la bannière "Economists for Brexit", dont Gerard Lyons, ancien économiste en chef de la banque Standard Chartered et aujourd'hui conseiller du maire conservateur de Londres Boris Johnson.

Ils réfutent les arguments du Trésor britannique et du chancelier de l'Échiquier George Osborne, qui ont estimé qu'une sortie de l'UE aurait de graves conséquences économiques et amputerait chaque foyer britannique d'environ 4300 livres (5540 euros) de revenus par an.

Ils développent les bénéfices qu'un Brexit apporterait du point de vue de la régulation, de l'emploi, de l'immigration ou encore de la place de la City de Londres en Europe. Ils défendent la simple application des règles de base de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dans les rapports entre le Royaume-Uni et les pays de l'UE, sans négocier de nouvel accord :

"Quitter l'UE, sans négocier un nouvel accord avec l'UE et sans élever de nouvelles barrières commerciales, apporterait un gain d'environ 4% au PIB" sur 10 ans.

Source : une dépêche de l'AFP que seul L'Orient Le Jour a publié en ligne...

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 22h41 | Lien permanent | Commentaires (9)

Pause... même pas sourire

Ar

Lahire

Posté le 28 avril 2016 à 22h38 | Lien permanent | Commentaires (1)

Lyon, le 1er mai : Hommage à Jeanne

HommageSigaut2

Marie Bethanie

Posté le 28 avril 2016 à 22h38 | Lien permanent

Un policier grièvement blessé à Paris

C'est ce qu'annonce la Préfecture :

 

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 21h53 | Lien permanent | Commentaires (13)

La gauche et les LGBT refusent de condamner la pratique des mères porteuses

Précisions de Bruno Retailleau, président du Conseil régional, suite à l'annonce par Laurence Garnier de l'arrêt des subventions à une association LGBT :

Unknown-7"Le Conseil régional ne peut subventionner une association qui refuse de s’engager sur le respect de la loi républicaine en faisant la promotion de la GPA.

  • Cette position, je l’assume entièrement, tant sur le fond que sur la forme.
    • Sur le fond car c’est la décision du respect de la loi : la GPA est interdite et ceux qui favorisent le recours à cette pratique peuvent être sanctionnés sur la base du « délit d’entremise » visé à l’article 227-12 du Code Pénal. Organiser une réunion pour donner « un maximum d’informations » sur le recours à la GPA, comme l’a fait le centre LGBT le 27 novembre dernier, n’a donc rien d’un acte anodin. Le centre LGBT doit en assumer les conséquences, y compris sur le plan financier car en tant qu’institution républicaine, le Conseil régional ne peut financer une association faisant la promotion d’une pratique interdite par les lois de la République
    • Quant à la forme, nous avons cherché à établir un dialogue constructif avec les responsables du centre LGBT en leur assurant que nous étions prêts à revoir notre position s’ils s’engageaient formellement à ne plus promouvoir la GPA. Comment une association qui demande une subvention sur fonds publics peut-elle refuser de s’engager sur le respect de la loi ?
  • S’agissant des attaques de la gauche régionale évoquant un « chantage à la subvention », je les trouve véritablement scandaleuses.
    • En quoi le fait de demander à une association subventionnée par la Région de respecter la loi serait du « chantage à la subvention » ? Je refuse d’accorder des passe-droits à quiconque : la République ce sont des règles qui s’appliquent à tous et auxquelles chacun doit se conformer.
    • En réalité, ces propos illustrent l’état de confusion et même de démission de toute une partie de la gauche face à la GPA : tout en affirmant que cette pratique restera interdite, les socialistes refusent de la dénoncer clairement et de la combattre concrètement, quand ils ne favorisent pas dans les faits son développement. On l’a vu avec la circulaire de Christiane Taubira. Je trouve lamentable cette attitude politicienne qui au final, fait le jeu de ceux qui organisent la marchandisation du corps des femmes et utilisent la misère de dizaines de milliers de « mères porteuses » dans le monde entier, dans le seul but de faire du profit. Dans le combat contre la GPA, je ne lâcherai rien car je considère que c’est un combat de civilisation.
Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 21h47 | Lien permanent

10 mai 2016 Journée de mobilisation contre les mères porteuses

Capture d’écran 2016-04-28 à 21.38.37Les lieux de rassemblement sont ici.

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 21h41 | Lien permanent

Proposition de loi visant à protéger l'embryon humain

L'excellent député Jacques Bompard vient de déposer cette proposition de loi sur le bureau de l'Assemblée nationale en justifiant (avec citation de Jean-Paul II) :

Unknown-6"[...] La défense du statut de l’embryon participe de la lutte contre la marchandisation de l’Homme. Emergence d’une nouvelle forme d’esclavage : les embryons cryo-conservés font désormais l’office d’un commerce, « vis artificiellement en pause » comme le souligne le docteur Alexandra Caude. La directrice de recherche à l’Inserm à l’Hôpital Necker, généticienne, insiste sur cette nouvelle forme d’esclavage, engendrant des générations d’enfants dépossédés de leur filiation, d’informations quant à leurs origines. Et le marché est vorace : jusqu’à deux mille dollars par enfant. Mais outre l’aspect financier, c’est au problème sous-jacent, éminemment éthique, dont il convient de s’alarmer : car l’inéluctable avancée du marché entraîne une sélection de nature eugéniste, proposant aux acheteurs de choisir la couleur des yeux, le quotient intellectuel des géniteurs : sélection artificielle, fondamentalement antinomique du caractère naturel de l’engendrement d’une vie.

D’autres domaines de la médecine s’en font l’écho : ainsi du plébiscite croissant des tests anténataux visant à « dépister » la trisomie 21 par l’intermédiaire d’une simple prise de sang : peu onéreux, l’émergence de ce type de test sur marché ne doit pas entrer en vigueur, au risque de généraliser un phénomène de sélection de l’homme, éliminé au prétexte d’une malformation chromosomique. Cautionner de telles logiques, aux enjeux financiers latents, revient à pratiquer un eugénisme discret. Jean-Marie Le Méné, directeur de la Fondation Jérôme Lejeune l’indique : « selon le Comité consultatif national d’éthique, diagnostiquer 100 % des enfants trisomiques avant la naissance couterait un milliard d’euros si la sécurité sociale l’achetait pour le proposer à toutes les femmes enceintes. Elle n’est pas contre mais il faut que les prix baissent. C’est ce qui se passe actuellement. La concurrence joue entre plusieurs firmes qui fabriquent ce nouveau test ». Impact d’un libéralisme économique incontrôlé : l’État ne peut se soustraire au rôle éthique dont il se doit d’être le garant. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 s’en fait l’écho, soulignant qu’un handicapé mental dispose des mêmes droits que tous les autres citoyens ; il en va de même pour la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, qui rappelle son droit à fonder une famille.

Pour autant, la banalisation de la marchandisation se fait de plus en plus prégnante : pour exemple, la gestation pour autrui semble connaître une inquiétante légitimation, notamment par certains membres du corps médical peu scrupuleux de se soustraire aux lois. L’argument d’un meilleur contrôle des dérives exceptionnelles ne peut en aucun cas être cautionné : au même titre que le cas de l’avortement, dont les chiffres sont alarmants pour la conservation d’une dynamique démographique concluante, il en ressort davantage une logique de banalisation qu’une véritable mesure prise au service du bien commun. 

Conclusion 

La conception des droits humains, telle qu’elle est définie par le Magistère affirme que « le droit à la vie dont fait partie intégrante le droit de grandir dans le sein de sa mère après la conception, puis le droit de vivre dans une famille unie (…). En un sens, la source et la synthèse de ces droits, c’est la liberté religieuse, entendu comme le droit de vivre dans la vérité de sa foi et conformément à la dignité transcendante de sa personne » La Constitution s’en fait également l’écho, assurant dans son préambule que « La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement ». Et de fait : le droit à la vie est le premier d’entre tous, depuis la conception jusqu’à la mort naturelle ; il « conditionne l’exercice de tout autre droit et comporte, en particulier, l’illicéité de toute forme d’avortement provoqué. » Le respect de ce droit est un « signe authentique de l’homme en tout régime, dans toute société, système ou milieu ».

La recherche opérée sur l’embryon, constitutif des premiers stades de développement d’un être humain, porte atteinte à la vie. Dans cette perspective, considérer qu’il est possible d’utiliser un être humain, même pour en soigner un autre, ne peut être légitimé ; les fondements de la médecine se font l’écho de ce précepte comme d’une loi universelle."

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 21h35 | Lien permanent

Faites la promotion du film La Résurrection du Christ

Chers amis,

Vous le savez, le Salon beige est profondément attaché au principe de subsidiarité, l'un des principes centraux de la Doctrine sociale de l'Eglise. C'est la raison pour laquelle nous avons répondu avec enthousiasme à la demande de quelques uns d'entre vous d'aider à l'organisation de cercles locaux. Certains de ces cercles ont déjà vu le jour. D'autres sont en cours de constitution. Mais ce qui nous apparaît le plus utile, c'est qu'il soit possible de se réunir, de la façon la plus souple, pour une occasion ponctuelle ou pour une action dans la durée - que ce soit une conférence, une veillée de prière pour la vie, un dîner-débat, ou encore se réunir à quelques familles pour monter une école entièrement libre…

Dans ce domaine, le Salon beige, qui est devenu un carrefour pour de nombreux catholiques de conviction de toute "sensibilité", peut jouer le rôle de catalyseur, être une plateforme au service de ces actions. Nous le faisons déjà en signalant aussi souvent que nous le pouvons les initiatives locales, mais nous voudrions faire beaucoup plus.

Pour cela, nous sommes en train de développer un outil informatique permettant à chacun d'organiser et de signaler autour de lui des événements, sans que, nécessairement, un cercle ou une association préexiste à cet événement – et en profitant de la "caisse de résonance" du Salon beige.

Nous vous proposons un premier test autour de la diffusion du film "La Résurrection du Christ" - qui a été un gros succès aux Etats-Unis et dont il faut absolument que nous fassions également un gros succès en France.

Le film doit sortir le 4 mai en France et il nous reste donc une semaine pour nous préparer. Je sais que, par ailleurs, les paroisses évangélistes sont, de leur côté, en train de travailler à cette diffusion.

Pour vous donner un ordre de grandeur, Hubert de Torcy, le "patron" de Saje distribution, me disait que "Cristeros" - le premier film que Saje a diffusé en France - avait réalisé un peu moins de 100 000 entrées en France. A présent que les uns et les autres, nous avons davantage d'expérience, et sachant que "La Résurrection du Christ" est diffusé par Sony (avec Saje en soutien), il me semble donc raisonnable de viser, pour ce film, au moins 200 000 entrées. Par ailleurs, il faut savoir qu'à partir de 50 personnes, il est possible de demander une projection - y compris dans une salle de cinéma classique. Et il est clair que nous sommes capables, collectivement, de réunir 50 personnes dans toutes les villes de plus de 2000 habitants.

Je vous propose donc de cliquer ici pour vous inscrire au site lesalonbeige.fr. Dès que nous aurons les informations sur les projections les plus proches de chez vous, nous vous les ferons connaître et il nous faudra alors, tous ensemble, diffuser au maximum cette information autour de nous pour que des dizaines de milliers de personnes, qui n'auraient jamais entendu parler de ce film, puissent le découvrir - et, avec lui, le mystère central de notre foi, merveilleusement mis en scène dans ce "thriller" hollywoodien.

Affiche-film-la-resurrection-du-christ-624x832Nous sommes naturellement, d'ores et déjà, en train de préparer le développement ultérieur, mais vos remarques sur cette "version bêta" seront les bienvenues. N'hésitez pas à nous contacter via notre formulaire de contact.

Dernière chose: ceux d'entre vous qui peuvent nous aider à financer ce développement seront, là aussi, les bienvenus: le développement nous a déjà coûté 10 000 euros et nous estimons qu'il faudra encore 10 000 autres euros pour que le système réponde à tout le cahier des charges. En particulier, pour qu'il soit entièrement opérationnel cet été: notre objectif est, évidemment, que nos convictions soient le plus largement possible diffusées au cours des différentes campagnes que nous allons traverser d'ici le mois de juin 2017 (primaires, présidentielles et législatives).

Si les centaines de milliers que nous étions dans les rues de Paris pour lutter contre la loi Taubira (et qui viennent chaque mois sur le Salon beige) s'organisent pour défendre leurs idées, protéger leurs familles et promouvoir la vision chrétienne de la personne humaine et de la société, nous pouvons devenir le groupe le plus influent dans le débat politique. C'est notre mission de laïcs chrétiens; c'est notre contribution à la nouvelle évangélisation…

Fidèlement

Guillaume de Thieulloy
Directeur

PS: Pardon pour ce trop long message, mais il était nécessaire pour vous présenter l'ensemble de la stratégie. Je résume ci-dessous les différentes actions auxquelles je vous invite:

  1. Vous inscrire sur le site lesalonbeige.fr
  2. Vous inscrire pour assister à une projection de "La Résurrection du Christ".
  3. Nous signaler les améliorations que vous pourriez souhaiter dans notre dispositif informatique.
  4. Nous aider à financer ce développement (à la fois stratégique et informatique).
  5. Et, surtout, prier pour toute notre petite équipe - et pour la France qu'il nous faut réévangéliser et rendre à sa vocation de Fille aînée de l'Eglise.
Le Salon Beige

Posté le 28 avril 2016 à 21h18 | Lien permanent

Enlèvement du Premier ministre ?

  Sans-titreff

Philippe Carhon

Posté le 28 avril 2016 à 20h46 | Lien permanent | Commentaires (8)

Marion Maréchal-Le Pen et les valeurs de la République : seuls les idiots n'ont pas compris

Extrait d'une intéressante tribune de Philippe Bilger qui revient sur les propos tenus par Marion Maréchal-Le Pen :

"(...) Marion Maréchal-Le Pen, en se revendiquant républicaine contre ceux rares qui rêvent de la restauration de la royauté en France, avait déjà affirmé "ne pas comprendre cette obsession pour la République" (Charles) en soulignant cette évidence pourtant aujourd'hui si provocatrice que la France n'était pas née en 1789 et qu'elle avait eu une histoire avant la révolution.

A ce sujet je ne peux m'empêcher de songer à la saillie de Raymond Radiguet qui se plaignait d'avoir mal à la tête depuis 1789.

Marion Maréchal-Le Pen a renchéri en confessant qu'elle appartenait "à une génération un peu saoulée par les valeurs de la République... qu'on nous sert en permanence et dont on ne sait pas ce qu'elle recouvre, ce qui évite d'aller sur le fond des idées...Je ne confonds pas la Ve République, qui est un régime politique, avec la France..."

Immédiatement la machine à dénigrement s'est mise en branle puisque même un frontiste membre du cabinet de Marine Le Pen a éprouvé le besoin de rappeler - comme un avertissement - que "le lien entre la Nation et la République constitue l'axe central autour duquel s'articule la puissance française".

[Il s'agit de Eric Domard sur son compte twitter, dont les termes ont été repris presque littéralement dans le communiqué que Marion Maréchal-Le Pen a été contrainte de publier, NDPC]

S'affichant républicaine, Marion Maréchal-Le Pen ne semble pas en désaccord avec cette banalité superbe et rassurante mais il n'empêche qu'on comprend parfaitement ce qu'elle veut signifier quand elle dénonce l'usage abusif du terme "République" (...), qui sert à masquer les béances et les vides, à pallier les infirmités et à offrir un cadre solennel et superficiellement démocratique à des inconsistances ou à des poncifs.

Cette manière de colmater les brèches de l'intelligence avec la répétition lancinante de "République" (...) en définitive dégrade l'Histoire et affadit le respect. Elle est foulée aux pieds à force d'être nommée pour rien et à tout coup.

N'étant nostalgique d'aucun autre régime, partageant totalement le trait de Winston Churchill sur sa définition de la démocratie, heureux d'être et de vivre dans cette République française, j'ose cependant confirmer une forme de saturation devant tant de "République" sans cesse invoquées qui n'ont rien à voir les unes avec les autres et qui, paradoxalement, malgré l'unité qu'on espère de ce magnifique et historique concept, divisent plus notre pays qu'elles ne le rassemblent - les grandes fusions républicaines étant toujours suivies par des lendemains qui déchantent (...)"

Philippe Carhon

Posté le 28 avril 2016 à 19h52 | Lien permanent | Commentaires (15)

Centenaire de Fatima

13 Mai: Notre Dame de Fatima

Inscrivez-vous vite

pour la Consécration
des Familles avec vos Enfants
http://www.notre-dame-de-france.com

Lois Spalwer

Posté le 28 avril 2016 à 19h45 | Lien permanent | Commentaires (0)

Quelle stratégie pour les catholiques en politique ?

Suite aux tribunes successives (1, 2, 3) de Pascal Gannat (FN) et Sébastien Pilard (LR - Sens Commun), laïcs catholiques tous les deux et élus régionaux des Pays de La Loire, et à un an d'échéances électorales majeures, votre blog trouve opportun de préciser qu'il ne rentre pas dans le jeu du système partisan :

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 15h52 | Lien permanent

Militants de la culture de mort jamais contents

Carine Favier (co-présidente du Planning familial) a été interrogée dans Les Idées en mouvement, le trimestriel "de la ligue de l'enseignement", n°227, de printemps 2016 :

A

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 15h47 | Lien permanent

Jean Chérioux, RIP

CAujourd'hui a lieu l'enterrement de Jean Chérioux à Saint Christophe de Javel (Paris 15), décédé le 25 avril.

Il avait fondé en 1969, l'Union des Institutions Sociales du 15ème "désireux de répondre aux besoins exprimés par les parents de personnes handicapées mentales du 15ème arrondissement de Paris".

Ancien sénateur (de 1977 à 1986) et fervent défenseur de la vie, il avait fait partie de la commission mixte paritaire sur la loi Roudy (gratuité de l'avortement). La commission avait mené à un échec. François Mitterrand, prônant l'urgence, avait promulgué la loi le 31 décembre 1982.

Il avait amendé la loi sur l'amnistie afin «de faire bénéficier de l'amnistie les personnes ayant exprimé pacifiquement et sans violence leur opposition à l'avortement».

Il avait défendu que «il n'y a pas de droit à l'avortement».

Au sujet du PACS, il parlait d'une «légalisation d'une perversion de la nature».
Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 15h27 | Lien permanent

Pays de la Loire : réponse du FN à Sens Commun

Suite à la réponse de Sébastien Pilard, Pascal Gannat, président du groupe FN au Conseil régional des Pays de la Loire, tient à préciser :

Pascal-gannat"J’ai souhaité répondre à Sébastien PILARD car ce débat n’est pas celui de deux groupes politiques, l’un majoritaire et gérant la région des Pays de la Loire, dont Sens Commun est doublement membre, puisqu’intégré aux REPUBLICAINS de l’ex (dans toutes les acceptions de ce mot)  villiériste Bruno RETAILEAU, l’autre d’opposition, celui du FN-RBM que je préside. 

En tant qu’ancien chef de cabinet de JM LE PEN, j’ai appris de lui deux leçons politiques : les idées fortes naissent du réel, et le réel est plus fort que les mots. De Marine Le Pen, qui m’a appelé au BP sans passer par l’élection habituelle du Congrès, une autre leçon : les mots ne cachent jamais longtemps l’absence d’actes concrets, ce qui est certainement lié à son statut de femme en politique.

Je répondrai donc à Sébastien PILARD simplement, en précisant que je n’ai envers lui aucune prévention d’ordre personnel et que j’avais même une forme de préjugé –illusoire ?-   favorable  pour lui avant de devoir constater les errances de Sens Commun.

1/ Voter par abstention ne consiste pas à quitter l’hémicycle au moment du vote, ce qui est une absence de vote, mais à faire connaître son choix lorsque le président de séance ouvre le scrutin. Le vote est nominatif selon la loi, même si par rapidité dans le travail de l’assemblée, le président regarde le choix de chaque président de groupe, ce qui nécessite cependant que chaque élu lève la main pour exprimer son vote. Les élus Sens Commun ont renoncé à l’abstention, et ont donc donné approbation volontaire à la reconduction de toutes les mesures de la gauche sur les sujets de société, mais bien au-delà, sur les coopérations internationales les plus aberrantes, et surtout les programmes européens négateurs de notre identité et de notre souveraineté.

2/ Je ne veux pas ici tout soupeser pour savoir si la bourse au mérite pour les lycéens est préférable à la suppression du Pas Contraception qui élimine la responsabilité parentale. Ni même si voter des prêts d’honneur à des projets économiques en….. Tunisie alors que tant de Français peinent à financer les leurs répond au principe de subsidiarité. Ni si les crédits accordés au Planning du tout IVG ne seraient pas plus utile pour aider des femmes à garder et à élever leurs enfants, plutôt que de financer l’accueil de réfugiés à forte démographie, puisque destinés à bénéficier à terme du regroupement familial. Ni savoir si la région aurait pu supprimer le maquis des aides aux entreprises pour leur préférer des garanties de financement indispensables aux TPE-PME. Sens Commun a fait le choix de préférer l’accessoire, celui de la com. sur le secondaire pour réfléchir à son action à venir sur le principal. Nous attendrons.

3/ Le FN et le Groupe que je préside en Pays de la Loire n’a pas vocation à remplacer Sens Commun, et à se cantonner aux sujets dits ‘’de société’’ en les détachant du réel, mais au-delà, à se substituer le plus rapidement possible aux REPUBLICAINS, car ce sont eux qui font obstacle au réel. La volonté politique du Front National n’est pas de réparer un système, mais de conduire un sursaut collectif pour la France  et les peuples d’Europe.

Sébastien PILARD parle de durée, de réflexions profondes et achevées, de finesse d’analyse, de long terme pour tenter de  résoudre l’équation urgence /efficacité, sous entendant que la réflexion serait absente au FN : je l’invite à relire les quelques dizaines de pages de notre programme régional, rédigé en région par des spécialistes et professionnels,  en matière de politique éducative, de culture et d’action sociale, et il comprendra ce que peut être une vraie politique de droite dans ces domaines. En niant les autres, on se contente de soi. Sens Commun a donc préféré une stratégie qui consiste à monter dans l’ambulance qui emmène la France vers la morgue en espérant s’emparer de la pédale du frein. L’élue centriste de la majorité auquel appartient S. PILARD qui a exprimé sa satisfaction de voir reconduites toutes les politiques de la gauche et particulièrement en faveur de ‘’toutes les formes de famille’’ me parait contrôler la pédale de l’accélérateur. Je pense même que c’est elle qui a programmé le GPS. Je ne monterai jamais dans un tel véhicule. Sortie de route assurée.

Ma tribune ne visait donc pas mes collègues de Sens Commun comme personnes, mais plutôt cette stratégie d’échec conceptuel initial.

4/ La raison en est simple et a été illustrée lors du débat sur le Budget primitif dans notre région : le taux d’épargne net, l’un des indicateurs majeurs de la santé financière d’une collectivité territoriale n’est assuré que grâce aux fonds européens. Merveilleux diront les optimistes, ou les souverainistes à courte vue, nous récupérons une partie de l’argent de  nos impôts, bien qu’amputés du coût de fonctionnement du double circuit du fisc français et de la technocratie bruxelloise. Mais la contrepartie, ce sont les programmes européens, y compris en matière éducative, en matière sociétale. Autrement dit, Sens Commun aura beau revendiquer des idées, dans le réel l’application, les actes de gestion du quotidien seront dictés par une entité aux antipodes des valeurs de la civilisation européenne gréco latine et chrétienne. Sébastien Pilard et Sens Commun pensaient tenir le pressoir à huile des idées au sein des Républicains sur les sujets de société, de la famille et éducation : on leur confié le pressoir,  mais les olives viennent de Bruxelles. Sens Commun prétend faire le tri dans le résultat de la pression de ces fruits avariés. Aucun chimiste n’est en mesure de le faire. Sens Commun pense y parvenir. 

5/ Cela peut intéresser ceux qui ont besoin de se rassurer, Sens Commun et ses électeurs bobos cathos : tout n’est pas encore perdu, un délai existe avant la chute, et nous pouvons donc, tels les derniers empereurs à Rome, revêtir les symboles du pouvoir, quelques sièges dans les assemblées régionales, quelques sièges de député. Comme remerciements d’avoir accepté d’être sous traitants des idées en cinquième rang : après Washington soutenant Bruxelles, Paris, les partis européistes, leurs majorités locales, vient leur sous composante Sens Commun. On mesure mieux son poids spécifique. On comprend mieux son volontarisme à géométrie ajustable : Sens Commun transforme en théorie stratégique de long terme ce qui n’est qu’impuissance initiale.

Conclusion : comme Sébastien PILARD, je suis père de famille nombreuse, catholique, j’ai été scout, parachutiste durant mon service militaire, etc….. j’ai donc tous les marqueurs du catho de droite conservateur, mais je souhaite ne pas conserver les institutions politiques, sociales, et même le capitalisme financiarisé qui appuie ses privilèges sur l’Etat socialisé, car la justice et la dignité de l’homme en sont absentes. Et je récuse ce monde embourgeoisé du catholicisme conservateur qui attend en permanence pour s’engager du côté du peuple souffrant que l’immigré qui occupe les quartiers populaires s’installe dans la maison d’à côté de la sienne. En attendant, ‘’on’’ réfléchit sur l’action à venir, et à la ‘’bonne’’ stratégie pour vaincre,  et on se paie de mots.

La question n’est donc pas celle de Sébastien Pilard, ni à la limite de Sens Commun, et des décisions dérisoires qu’ils revendiquent sur des sujets accessoires : elle est celle d’un système à rebâtir, qu’il faut combattre et abattre, et non habiller d’un emballage couleur d’eau bénite.

Parce que catholique, je pense aux pauvres, aux modestes, à ceux qui souffrent actuellement, à ces jeunes issus de la vieille souche française auxquels l’Europe des Républicains et de leur sous composante Sens Commun n’a rien à dire d’autre que l’odieux et ‘’adaptez vous, le monde bouge’’. Un discours de management, alors qu’ils attendent des idées fortes et qui parlent clair, parce qu’ils sont à 60 % dans une France périphérique et rurale qui meurt, lentement asphyxiée, et eux avec. Car les Français ont l’intelligence de leur situation si la politique leur parle de la France, et que c’est un discours de politique qu’ils espèrent, ancré dans leur réel, dans notre réel hérité. Non pas des ratiocinations sur la stratégie interne aux Républicains sur les délais à s’engager pour défendre des valeurs selon les petites exigences du Candidat JUPPE ou SARKOZY, ou FILLON, appelé à se rallier à l’un des deux. Un discours politique qui ignore les interdits des lobbys auxquels vous vous soumettez, une renaissance issue de nos racines françaises et européennes les plus solides et par lesquelles remonteront la sève et le renouveau.

A la limite, je suis indifférent aux débats à la française et si superficiels, sur les choix de société, s’ils doivent masquer l’essentiel : quels sont encore les moyens politiques que détiennent les Français pour sauver la France comme principe historique ? Tout le reste en découle. Je suis autant Jeanne que Lépante. Le cor de l’apocalypse se laisse voir pour l’Europe et vous, vous  jouez du flutiau.

Je vous le dis avec gravité : vos états d’âme sur votre retard à l’allumage me laissent froid. Que vous vouliez confisquer pour Sens Commun devenant sens unique la mobilisation des LMPT me désole par sa dimension boutiquière. Ce qui me passionne et m’émeut et me meut, ce sont ces Français angoissés et abandonnés, ils ont besoin de principes, mais surtout de savoir que ce qu’ils sont et que ce qu’ils aiment d’amour patriotique survivra. Clovis n’a pas tergiversé à TOLBIAC sur la longue durée. Il a choisi virilement, au sens premier du mot, la vertu de force, le combat. N’hésitez plus, foin des faux semblants bien pensants. In hoc signo vinces, ce n’était pas pour plus tard. L’urgence, c’est maintenant."

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 15h19 | Lien permanent | Commentaires (27)

Les parents refusent d'être complices des décisions scandaleuses de l'APEL

Suite à mon post d'hier, voici le communiqué de l'Association des parents d’élèves du groupe scolaire Saint-Thomas d'Aquin d’Oullins et de Saint-Genis Laval, qui a suspendu ses relations avec l’UNAPEL le 26 avril 2016 :

"L’Assemblée générale extraordinaire de l’association des parents d’élèves du groupe scolaire Saint-Thomas d'Aquin d’Oullins et Saint Genis-Laval (69) s’est tenue le 26 avril à 20h30 dans les locaux de l’établissement d’Oullins. Elle a ratifié la modification de ses statuts visant à suspendre provisoirement les liens avec l'UNAPEL (Union nationale des associations de parents d’élèves de l’enseignement libre). Plusieurs motifs ont déterminé cette décision :

Tout d’abord le soutien clair et sans ambigüité de l’APEL nationale à la réforme du collège a cristallisé le mécontentement de la majorité des parents qui ont été surpris et choqués par la rapidité de cette prise de décision sans aucune concertation avec les représentants des instances locales des APEL. L’UNAPEL a émis un assentiment prématuré qui n’était pas partagé par tous.

Promulguée par simple décret se traduisant par une atrophie des enseignements généraux autant que par une réduction des propositions éducatives, cette réforme est une injustice infligée aux enfants. Les parents de Saint-Thomas d'Aquin ne seront pas les complices de cette iniquité, ils refusent d'être responsables de ce scandale. Ces derniers sont encore les premiers éducateurs de leurs enfants !

Les parents regrettent également qu'en dépit des signes de mécontentements nombreux, le mouvement national de l'APEL ait été incapable de se remettre en question et de revenir sur ses positions.

Seulement discutée à la marge, la réforme du collège a finalement été entérinée par le bureau national de l’APEL, preuve d'une inaptitude au dialogue et à l'écoute.

A ce titre, les différentes mesures mises en place par l'APEL pour étouffer les protestations en son sein ne trompent pas. La récente annonce de la création d'un groupe de suivi de la réforme est éloquent par sa dénomination même : plutôt que de discuter pied à pied avec le Ministère de l’Éducation nationale, on préfère en suivre les directives pour ménager des accommodements. De même, le projet d'une commission de conciliation signale chez les dirigeants de l'APEL une volonté d'emprise et de contrôle. Qu'en est-il de la liberté des APEL locales ? Qu'en est-il du principe de subsidiarité ?

Enfin, le rôle de percepteur que nous fait jouer l’UNAPEL auprès de nos adhérents nous gêne car le but d'une association de parents est de servir ces derniers plutôt que de les ponctionner.

Pour toutes ces raisons, les parents du groupe scolaire de Saint-Thomas d'Aquin suspendent provisoirement les liens statutaires qui les unissent à l'APEL nationale. Grave et réfléchie, cette décision n'est pas irrévocable rupture mais invitation à la concertation, espérance d'une refondation. Nous espérons que le mouvement va réagir. L'APEL ne sortira de la crise qui la traverse que lorsqu'elle fera la vérité sur elle-même.

Les Maristes et les Chartreux de Lyon nous ont beaucoup aidé dans notre démarche et notre réflexion. Depuis le mois de janvier, nous avons noué des liens forts et c’est ensemble désormais que nous trouverons des solutions pour être au service de nos adhérents et porter haut les valeurs de l’enseignement catholique."

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 15h18 | Lien permanent

Pas envie d'acheter de la viande hallal ? (suite)

Un de nos lecteurs qui vit en Australie constate que, bien que les revendications islamiques soient moindres par rapport à la France, nombre de produits de consommation courante sont hallal quand même, et pas seulement la viande. Il nous invite à bien regarder les étiquettes (cliquer sur les images pour les agrandir) :

Linguinedes pâtes

 

 

 

 

 

 

 

 

Boursindes fromages

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauce tomatedes sauces tomates

 

 

 

 

 

 

 

 

Liste non exhaustive. Les logos hallal sont assez divers, mais on peut en trouver des représentations ici.

Notre lecteur ajoute :

"En gros, 30% des pâtes vendues dans le commerce sont hallal. En ce qui concerne le fromage, c'est un peu pareil, peut être même pire : seule la marque du supermarché n'est pas hallal.

Pour le saumon fumé, nous avons encore 3 marques : Gold, Tassal (pour Tasmanie Hallal, c'est le plus gros producteur de saumon de la région) et la marque du supermarché. Les 2 premières sont hallal, la 2ème est en plus "kosher".
 
Plus surprenant, certains produits comme les médicaments ou "compléments de santé" peuvent être hallal...
 
Les "chocolats" de type Mars, Bounty, Twix ou M&Ms... sont tous hallal.
 
Pour revenir au fromage, si vous voulez acheter du boursin en Australie, vous aurez une bonne surprise : quand il passe la douane, un gentil employé du comité islamique vient lui coller une étiquette pour qu'il devienne hallal à son tour !"
Eviter de manger hallal lorsqu'on ne le souhaite pas est apparemment compliqué, mais peut représenter un geste de résistance à l'islamisation de notre pays.
Marie Bethanie

Posté le 28 avril 2016 à 12h45 | Lien permanent

L'entrée de la Turquie dans l'UE : la soumission

Voici ce que Majid Oukacha, ex-musulman qui a passé 8 ans de sa vie à décortiquer le coran pour en démontrer les dangers (notamment dans son livre paru en mars 2015, Il était une foi, l'islam, aux éditions Tatamis), postait sur sa page Facebook :

FB_IMG_1461788866448

Etonnant qu'un simple contour au feutre soit si évocateur...

Marie Bethanie

Posté le 28 avril 2016 à 12h04 | Lien permanent | Commentaires (14)

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort et la guerre de Vendée

En ce jour de la fête de St Louis-Marie voici un entretien publié dans Famille chrétienne :

Famille chre??tienne

L'un de nos lecteurs réagit :

"L’interview que vous avez fait publier dans Famille Chrétienne numéro 1997 de fin avril sur le Père de Montfort, est surprenante ; son contenu fera probablement réagir des historiens avertis et de nombreux « Vendéens ».

En effet, s’il est vrai que Louis-Grignon de Montfort n’est pas directement lié à la Guerre de Vendée, puisqu’il est mort en 1716 soit près de 80 ans avant, il n’en reste pas moins que l’étude des évènements qui se sont déroulés avant et pendant la Guerre de Vendée, montrent que la cause majeure du soulèvement est en réaction aux atteintes que la Révolution a mené contre la religion sous toutes ses formes.

Et cette Foi intégrée dont les « Vendéens » ont fait preuve, a été développée et entretenue par le Père de Montfort et ses successeurs.

L’interviewé déclare que le Père de Montfort n’aurait fait que quatre missions dans le diocèse de Luçon….

Lorsqu’on aborde la Guerre de Vendée, il s’agit, non pas du département de la Vendée (ou du diocèse de Luçon), mais de ce que l’on appelle la Vendée Militaire, c’est à dire un territoire qui s’étend sur quatre départements : les 2/3 de la Vendée départementale, une partie des Deux-Sèvres, du Maine et Loire et de la Loire-Atlantique.

A l’époque ce territoire « insurgé » concernait plusieurs diocèses dont les contours étaient très différents d’aujourd’hui (Luçon, Angers, La Rochelle et Nantes).

Or, sur les 72 missions que le Père de Montfort a prêchées dans l’Ouest, les 2/3 concernent cette région, la future Vendée Militaire. De plus son œuvre a continué : notamment, les « mulotins » y organisèrent 84 missions entre 1740 et 1779, (notamment, 29 à Beaupréau, 5 à Cholet, à la Séguinière etc.…).

Dans presque toutes les paroisses, des prêtres réfractaires ont continué à exercer un ministère clandestin, cachés et protégés par la population au risque d’encourir les mesures de répression terribles de la part des autorités révolutionnaires qui les traquaient.

Comment expliquer ces nombreux actes de courage et de pardon qui se sont déroulés autrement que par une Foi intégrée ?

C’est ainsi que lors de la canonisation du Père de Montfort en 1947, le Pape Pie XII proclamait dans son panégyrique du nouveau Saint, que sa « prédication a été la source même dans laquelle la Vendée martyrisée a puisé son indomptable énergie dans sa lutte héroïque contre la Révolution satanique de 1793, splendide épopée écrite dans le sang …»."

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 10h55 | Lien permanent

29 avril : messe pour la France à Toulouse

Le Groupe de Prière Toulousain “ Saint Louis de France” vous invite à une MESSE pour la FRANCE le Vendredi 29 Avril 2016 à 18h30, en l'église de Notre-Dame du Taur de Toulouse (12, rue du Taur).

« France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » Saint Jean-Paul II, au Bourget-Paris en 1980.

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 10h54 | Lien permanent

Jean Raspail : pas de solution sur l'immigration sans violence

Interrogé par Boulevard Voltaire, Jean Raspail ridiculise les petites bougies qui ont constitué la réponse au massacre du Bataclan :

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 08h20 | Lien permanent

Les collèges sous contrat pris au piège de la réforme de Najat Belkacem

Clotilde Hamon montre dans Famille chrétienne que l’autonomie scolaire n'est pas au rendez-vous. Obligés d'intégrer des Enseignements pratiques interdisciplinaires sans pouvoir pour autant accroître le nombre d'heures d'enseignements, les établissements sous contrat doivent sacrifier une partie de leurs cours. Directeur du collège Sainte-Marie à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais), José Bonte s’arrache les cheveux pour sauver les postes de ses enseignants et garder la spécificité de son collège :

« Nous n’avons plus le droit d’offrir plus de 26 heures de cours hebdomadaires à nos élèves. Avant, je pouvais faire davantage en fonction de ma dotation horaire. Nous ne pouvons plus proposer l’allemand à nos sixièmes, nous perdons des heures d’anglais renforcé et de DP 3 (Découverte professionnelle). » 

« Quand on est contre l’excellence par principe, c’est de l’idéologie, pas de la pédagogie. On nous a vendu de l’autonomie et de l’accompagnement, mais cette façon de présenter la réforme est erronée, car ces heures sont prises sur celles de l’enseignement disciplinaire que nous avions avant. Même pour la création des EPI (Enseignements pratiques interdisciplinaires), l’autonomie est de façade. »

« C’est dramatique pour nos collèges de l’Enseignement catholique, qui sont en train de perdre leur spécificité

Professeur de lettres classiques depuis vingt-cinq ans, en poste au collège Sainte-Marie, Isabelle Dignocourt déclare :

« Les textes sont très complexes et ont été lus trop vite. Les 20 % d’autonomie ont été présentés comme une carotte, mais c’est un leurre, car tout est très cadenassé et on n’aura ni l’autonomie, ni les moyens. Moi-même, au début, j’ai failli tomber dans le panneau. Ce que j’ai du mal à comprendre, c’est que nos instances continuent à soutenir la réforme aujourd’hui. C’est sans doute difficile d’admettre qu’on s’est trompé. »

Il existe une forte pression au niveau du rectorat : lors des réunions d’information sur la réforme, certains émissaires se permettent de proférer des menaces sur les contrats d’associations des collèges qui n’appliqueraient pas la réforme à la lettre. À une question sur l’autonomie dont disposerait l’Enseignement catholique, une enseignante du privé s’est entendue répondre :

« Le recteur a été catégorique : le privé sera inspecté dès la rentrée. L’établissement qui n’appliquera pas la réforme perdra son contrat d’association immédiatement et si c’est le prof, eh bien, la note, le rapport, vous connaissez… »

La solution pour l'enseignement sous-contrat consiste alors à maintenir les enseignements en heures hors contrat (c’est-à-dire non payé par l’État)... Une solution déjà préconisée par Anne Coffinier pour donner plus de liberté à l'enseignement diocésain. La Fondation pour l’école est à la disposition des directeurs et professeurs concernés pour les y aider.

Les écoles catholiques sous contrat regrettent que l'APEL ait soutenu cette réforme sans aucun discernement. On comprend mieux pourquoi plusieurs collèges viennent de rompre avec cet organisme, qui n'a pas su défendre la spécificité de l'enseignement diocésain.

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 08h12 | Lien permanent

Autriche : une loi pour décréter l'état d'urgence migratoire

ImagesAu lendemain de l'arrivée en tête du candidat anti-immigration en Autriche, le Parlement autrichien a adopté mercredi, par 98 voix contre 67, une loi qui prévoit la possibilité de décréter un état d’urgence migratoire supprimant quasiment le droit d’asile. Cette loi, décriée par le HCR, permettra dans certaines circonstances de bloquer les migrants aux frontières sans même leur accorder la possibilité de formuler une demande d’asile.

La nouvelle loi limite aussi à trois ans l’octroi initial du droit d’asile, une mesure déjà en vigueur dans d’autres pays européens comme l’Allemagne. Elle restreint le regroupement familial pour les bénéficiaires de la protection subsidiaire, un statut moins favorable que l’asile et qui concerne principalement des Afghans. Le nouveau ministre de l’Intérieur Wolfgang Sobotka a fait du Rocard... :

« Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde ».

L’Autriche a accueilli 90 000 immigrés, soit plus de 1 % de sa population. L’Autriche a réaffirmé sa volonté de réintroduire des contrôles fin mai à sa frontière italienne et envisage d’ériger une clôture au col du Brenner, l’un des principaux axes de transit nord-sud à travers les Alpes.

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 07h53 | Lien permanent

La politique suicidaire de l'Occident qui encourage l'exode du Moyen-Orient

Unknown-5A l'initiative du collectif "Chrétiens d'Orient en danger" (Chredo), une délégation d'une trentaine de personnes, dont sept parlementaires français membres de la majorité socialiste ou de l'opposition, s'est rendue du 16 au 21 avril au Liban, en Syrie et au Kurdistan irakien. Le président de Chredo, Patrick Karam, a déclaré :

"Il y a urgence en particulier sur l'Irak, où nous allons malheureusement vers la fin d'une présence chrétienne millénaire". 

Plus de 2 millions en 1977, les chrétiens irakiens seraient aujourd'hui entre 350 000 et 450 000, dont 100 000 déplacés récents.

"La plus grande partie d'entre eux veulent partir, en Europe, au Canada, aux Etats-Unis". "Selon tous les responsables rencontrés, les chrétiens d'Irak ne reconnaissent plus leur pays, ils n'ont plus confiance. Beaucoup disent avoir été dénoncés par leurs voisins sunnites (...) et ne s'imaginent pas revenir revivre à côté de ceux qui les ont trahis".

En Syrie, la délégation du Chredo affirme avoir été frappée du soutien affiché par leurs interlocuteurs religieux chrétiens au régime, qui serait le "seul à pouvoir les protéger", même "si certains reconnaissent son caractère dictatorial".

"Tous disent que la popularité de Bachar a considérablement augmenté".

"Ce n'est pas seulement Daesh qui réprime les chrétiens, mais tous les groupes islamistes armés". "L'Occident joue avec le feu en encourageant, par certaines déclarations irresponsables, l'exode" : "politique suicidaire qui contribue à dépeupler ces régions de leurs élites, à les appauvrir et à en faire de véritables poudrières".

Il a souligné les "risques réels d'infiltration de jihadistes parmi les réfugiés".

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 07h40 | Lien permanent

La mosquée de Sorgues doit être détruite

Le tribunal correctionnel d'Avignon a décidé la démolition d'une mosquée construite à Sorgues. Les représentants de l'association la Renaissance culturelle sorguaise et la sérénité (sic) ont été condamnés pour avoir réalisé des travaux sans permis de construire et sans déclaration préalable. Ils écopent d'une amende de 100 euros par mètre carré de surface construite et doivent mettre les lieux en conformité avec le permis de construire délivré en avril 1989, ce qui implique la démolition, entre autres, de la mosquée.

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 07h28 | Lien permanent

La survie de la France a reposé sur trop peu de familles

De Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique :

Arton529-77269"Il est de bon ton, et le propos n’est pas sans fondements, de se lamenter sur les malheurs des temps, de déplorer le déclin de la France, de fustiger les oligarchies qui nous dirigent – on n’ose plus parler d’élites lorsqu’un ministre nous parle des « journals » qu’il lit et qu’un autre confond la semaine de Pâques avec la semaine sainte –, etc. Tout cela est vrai ! Cependant, il ne faut jamais perdre de vue que cet état de fait est le fruit d’une lutte quasiment permanente, depuis plus de deux siècles, des autorités politiques et intellectuelles de notre pays contre l’âme de la France, son Histoire, son peuple, sa mémoire, ses traditions, ses racines…

Les sursauts français

L’Histoire nous a cependant montré à plusieurs reprises que ce peuple que l’on croyait mort n’était, en fait, qu’en dormition. Le renouveau catholique du XIXe siècle après les folies révolutionnaires, le sursaut de Verdun et l’Union sacrée dans les tranchées après des décennies de persécutions anti-catholiques, l’avènement d’un gouvernement, issu de la Chambre du Front populaire, souhaitant la mise en valeur du Travail, de la Famille et de la Patrie, après la pire défaite militaire qu’ait jamais subie notre pays, les foules européennes et musulmanes du 13 mai 1958, à Alger, rassemblées autour du projet d’une Algérie française et fraternelle ; l’ampleur et la jeunesse, en 2013, du mouvement de résistance à la dénaturation du mariage, etc. Tous ces événements se sont produits à contre courant d’un prétendu sens de l’Histoire qui conduirait irrésistiblement à l’avènement de l’individu-roi et à la destruction des communautés naturelles et enracinées. Pendant ces années d’épreuve, la Providence ne s’est pas désintéressée du sort de la France. La Très Sainte Vierge Marie se déplaçant elle-même pour l’appeler à la prière et à la conversion en 1871 à Pontmain, en 1876 à Pellevoisin et en 1947 à L’Île-Bouchard.

Une caste dirigeante indigne

Les classes dirigeantes de notre pays partagent ensemble, au mieux une indifférence polie vis-à-vis d’un héritage multimillénaire qui les écrase, parce qu’elles sont intellectuellement incapables de le comprendre, et spirituellement hors d’état de le vivre ; au pire une haine féroce d’un passé prestigieux qui les renvoie à la médiocrité de leurs egos hypertrophiés et de leurs combines de boutiquiers. L’hostilité au catholicisme reste un marqueur majeur, au-delà du prétendu clivage droite-gauche, entre « hommes de progrès ». Les récentes curées, si j’ose dire, médiatiques contre NNSS Aillet et Barbarin en sont une illustration symptomatique.

Des familles fidèles

Contre les vents dominants de la pensée unique, de la facilité et de l’égoïsme triomphants, des familles de France ont, envers et contre tout, continué à transmettre d’abord la vie, ensuite un précieux patrimoine intellectuel, culturel, spirituel mais aussi matériel et familial. Elles ont transmis à leurs enfants des repères qui sont des phares dans la tempête. Le phare ne peut mettre fin à la tempête – seul le Seigneur peut l’apaiser –, mais il montre la voie du Salut et signale les écueils à éviter. Ces familles, méprisées par les autorités politiques, longtemps ignorées – au mieux, par les autorités religieuses qui contestaient l’enseignement d’Humanæ Vitæ – ont maintenu dans leurs mains tremblantes la petite flamme vacillante de la piété filiale, de l’espérance surnaturelle, de la foi intégrale et de la charité agissante. Elles ont préparé le terreau sur lequel pourront pousser les fleurs de sainteté militante qui permettront à la France de renouer avec sa vocation de Fille aînée de l’Église. Cependant ne nous leurrons pas : « Jeanne n’est pas un fruit purement spontané ; il y avait en France, à l’époque, des milliers de familles offrant un terrain d’éclosion humainement assez riche pour qu’y pût naître une Jeanne d’Arc. » Dom Gérard (Demain la chrétienté, Éditions Sainte-Madeleine)

Le poids démographique

Or un des aspects majeurs de notre drame est que, dans le choc des civilisations que nous vivons, la survie de la France a reposé sur trop peu de familles. Les réalités démographiques sont implacables. Le rayonnement de la France aux XVIIIe et XIXe siècles est en bonne part lié à son poids démographique en Europe. En 1800, la France compte 29 millions d’habitants face à 22 millions d’Allemands, désunis, 10 millions d’habitants du Royaume Uni et 17 millions d’Italiens, désunis. En 1910, la France compte 40 millions d’habitants, l’Allemagne, unie 58 millions, le Royaume Uni 45 millions et l’Italie 34 millions. C’en est irrémédiablement fini de l’hégémonie française en Europe !

Ce qui vaut pour la France en Europe vaut également pour l’Europe dans le monde. L’Algérie qui comptait 3 millions d’habitants en 1850 en compte aujourd’hui 40 ; le Maroc est passé de 6 millions en 1900 à 33 millions en 2016 ; l’Égypte est passée en un siècle de 10 à 80 millions d’habitants, etc. Sauf miracle, immérité, notre avenir est écrit dans ces chiffres, dans le silence pesant de l’ensemble des responsables politiques de tous bords. [...]"

Michel Janva

Posté le 28 avril 2016 à 07h19 | Lien permanent

RCF Anjou recherche un journaliste soucieux de l'identité chrétienne de la station

RCF Anjou a été créée en 1994 sous l'impulsion de Mgr Jean Orchampt. Elle compte huit salariés, dont trois journalistes, 130 bénévoles et dispose de 500 000€ de budget (financé à 50% par ses auditeurs) pour 20 000 auditeurs jours et 60 000 en audience cumulée. Son directeur, Raphaël de La Croix (photo), recherche un journaliste en CDI :

7326767-11273401"(...) Sous l’autorité fonctionnelle du rédacteur en chef vous participez au travail de la rédaction constituée de 3 journalistes. Du reportage à la présentation des journaux, de l’animation de plateaux à l’interview, vous serez amené à exercer toutes les composantes du métier de journaliste local. Vous aurez en charge la présentation des journaux du matin (7h, 8h, 12h), de l’interview « L’invité local », l’animation d’émissions et la réalisation de chroniques.

Journaliste radio de métier, vous bénéficiez d’une première expérience significative dans ce domaine. Soucieux de l’identité chrétienne de la station, vous veillez à traiter l’information dans le respect de la ligne éditoriale de RCF Anjou. Créatif et passionné, vous avez à cœur de participer à la mission ambitieuse que porte RCF de proposer à ses auditeurs une vision chrétienne de l’homme et du monde.

Rémunération selon convention collective des journalistes. Permis B. Poste à pourvoir le 22 aout 2016

Envoyez motivation et CV à raphael.delacroix@rcf.fr 02 41 87 98 98 – RCF Anjou - 36, rue Barra 49100 Angers"

Philippe Carhon

Posté le 28 avril 2016 à 07h11 | Lien permanent | Commentaires (1)

C’est arrivé un 28 avril…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

Voir plus bas.

Cette trêve de Leulinghem signée entre la France et l'Angleterre en pleine guerre de Cent Ans quelques années plus tôt est prorogée une première fois jusqu'au 29 septembre 1394. Elle prévoit l'obligation de ne construire ni ville ni forteresse à la distance de sept lieues d'une ville de l'autre camp. Elle était au départ prévue pour durer trois ans. Voir la chronique du 19 janvier

Pour pallier les insuffisances de l'armée royale en termes d'archerie face aux Anglais, le Roi Charles VII promulgue la petite ordonnance, qui impose à chaque paroisse ou groupe de cinquante ou quatre-vingts feux de fournir un homme équipé (arc ou arbalète, épée, dague). Il doit s'entraîner chaque dimanche au tir à l'arc et est donc dispensé de la Taille (impôt justifié par la non-participation des roturiers à l'activité militaire) d'où le nom de francs-archers. Il reçoit, en outre, 4 francs de paye par mois de service effectif.

Le siège s'achève le 4 juin par la conquête de la ville.

C'est à saint Louis-Marie Grignion de Montfort que le pape Jean Paul II emprunte sa devise « Totus Tuus ». Ce saint prêtre breton chassé de la plupart des diocèses de France a poussé l'humilité et l'obéissance à un degré extrêmement élevé. Son traité de la Dévotion à la Sainte Vierge, écrit au début du XVIII siècle, oublié et redécouvert 150 ans plus tard a guidé et éclairé toute la spiritualité de Saint Jean Paul II.

Né à Montfort-la-Cane à 25 kilomètres de Rennes, il est l'aîné d'une famille de 18 enfants, d'une piété et d'une pureté extraordinaires, qui font l'admiration de ses camarades d'études à Rennes, c'est un artiste qui sculpte et peint, mais aussi une force de la nature. Ainsi il transporte seul une pierre tombale que quatre hommes n'arrivaient qu'à soulever !

Inscrit au séminaire de Saint Sulpice à Paris, il fait le voyage à pied et y arrive en mendiant ayant tout distribué aux pauvres y compris ses vêtements. Il est ordonné prêtre le 5 juin 1700 à l'âge de 27 ans. Rejeté des diocèses de Nantes, Poitier, Paris dont l'esprit gallican et trop administrateur ne convient pas à son désir d'évangéliser, monsieur de Montfort part à pied pour Rome où il demande au pape la permission d'évangéliser en terre étrangère. Le pape lui rétorque : « Vous avez, un assez grand champ en France. […] N'allez point ailleurs ». Il revient avec le titre de »missionnaire apostolique ».

Bretagne, Vendée, Normandie sont alors le terrain de 30 voyages de missions pour saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Il y combat les méfaits du Jansénisme ; pousse à la confession et la communion fréquentes ; redonne toute sa place à la responsabilité individuelle et au sens du péché. Dans son livre, Ceux qui croyaient au Ciel de (Ed. de l'Escalade, page 297) Geneviève Esquier note :

« On n'écoute pas seulement Montfort parce qu'il est un des orateurs les plus talentueux que la France ait connu ; on le suit parce que Dieu l'habite et qu'il le laisse passer. »

Or son message est à l'opposé de celui de son siècle qui ne parle que de liberté, de raison et de plaisir. Lui prône un « esclavage d'amour » et la croix. Il fonde deux congrégations : les pères montfortains ou Compagnie de Marie et les filles de la Sagesse.

Le 28 avril 1716 il meurt à Saint Laurent sur Sèvre.

Tout son message peut se résumer dans sa consécration à Notre Dame :

« Je vous choisis aujourd'hui ô Marie, en présence de toute la cour céleste, pour ma Mère et ma Reine. Je vous livre et consacre en qualité d'esclave perpétuel, mon âme, mon corps, mes biens intérieurs et extérieurs et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m'appartient, sans exception selon votre bon plaisir, à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et dans l'éternité. »

«Quiconque fait le mal, hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées ; mais celui qui agit dans la vérité vient à la lumière, pour qu'il apparaisse au grand jour que ses œuvres sont faites en Dieu. » (Jean III, 20-21)

Cette bataille a lieu dans la cadre de la guerre de 7 ans. L'armée française dirigée par le chevalier François Gaston de Lévis remporte sa dernière grande victoire au Canada, contre les Britanniques du général Murray, lors de la bataille de Sainte-Foy. Les Français mettent le siège devant Québec. Malheureusement, en 1763, lors du traité de Paris, Choiseul préfère conserver les îles des Antilles au détriment du Canada, pourtant offert par l'Angleterre.

La bataille de Sainte-Foy, illustration tirée de l'édition de 1925 du livre Les anciens canadiens, d'Aubert de Gaspé

Par une loi visant à rétablir le crédit de l'État, après les désordres financiers du Premier Empire le gouvernement cherche à lancer des emprunts après la défaite de Waterloo.

< style="text-align: justify;">La bataille de Las Cumbres a lieu dans le cadre de l'expédition du Mexique. Les Français cherchent à gagner l'intérieur du pays, mais ils ne peuvent y accéder que par quelques cols qui sont tenus par les Mexicains. Le général Zaragoza décide de défendre l'accès à Puebla sur ces cols. A Las Cumbres sont massés 4 000 soldats et trois batteries de montagne. 6 000 Français menés par le général Lorencez tentent de forcer le passage grâce aux zouaves et des chasseurs à pied qui réussissent à contourner la position.

< style="text-align: justify;">Il est imposé par le ministre de la Guerre Millerand, suite au traité qui garantit au Maroc le Protectorat de la France. Son influence bénéfique et civilisatrice se fait encore sentir aujourd'hui dans la vie intérieure de ce pays.

De Gaulle fait publier, de Colombey, le communiqué suivant: "Je cesse d'exercer mes fonctions de président de la République. Cette décision prend effet aujourd'hui à midi". Il travaillera alors sur ses Mémoires et rencontrera notamment le général Franco. L'intérim est assuré par le président du Sénat Poher.

Lois Spalwer

Posté le 28 avril 2016 à 05h49 | Lien permanent | Commentaires (3)

27 avril 2016

Une nouvelle école catholique rompt avec l'APEL

A son tour, le Centre scolaire Saint Thomas d'Aquin à Oullins (69) vient de rompre avec l'APEL.

Après les Maristes et les Chartreux, c'est une nouvelle école du diocèse de Lyon qui rompt avec l'APEL.

Michel Janva

Posté le 27 avril 2016 à 22h43 | Lien permanent

Le Conseil régional des Pays de la Loire suspend une subvention d'un festival LGBT

Communiqué de Laurence Garnier, présidente de la commission culture au Conseil régional :

ChEpg3aWUAE--MY.jpg-large

Michel Janva

Posté le 27 avril 2016 à 22h02 | Lien permanent | Commentaires (14)

Des bonnes nouvelles de Juristes pour l’enfance et de l’Agence européenne des adoptés

Communiqué des Juristes pour l’enfance (JPE) et de l’Agence européenne des adoptés (AEA) :

"La bonne nouvelle du jour est que les associations JPE et AEA survivront au déni de justice infligé par la Cour de cassation le 16 mars dernier.

La Cour de cassation a déclaré les associations irrecevables à intervenir dans des affaires (de détournement) d’adoption, et les a condamnées à payer la somme de 12 000 euros.

Pour éviter de répondre à nos arguments en faveur des enfants privés de père par les adoptions après PMA qu’on demande à la justice d’entériner, la cour a préféré (tenter de) nous réduire au silence par l’asphyxie financière.

Ceux qui veulent instaurer le marché de la procréation en toute tranquillité ont failli crier victoire mais les dons ont afflué depuis cette date et la somme nécessaire est non seulement réunie mais dépassée, ce qui permet, grâce à l’effort de tous, aux deux associations de continuer à défendre les droits des enfants.

MERCI à tous et ONLR !"

Michel Janva

Posté le 27 avril 2016 à 19h52 | Lien permanent

Manipulation d'embryons humains : la question du député Sylvie Goddyn au Parlement européen

En commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire (ENVI) du Parlement européen, Sylvie Goddyn (FN) a interpellé le Commissaire sur la technologie CRISPR-cas9 de manipulation de génome. Elle lui a demandé si la Commission envisageait de réglementer l'usage de cette technologie ou d'établir un moratoire sur cette technique et ce, le temps que les questions sanitaires et éthiques soient débattues avec les Etats-membres :

 
Michel Janva

Posté le 27 avril 2016 à 19h36 | Lien permanent

Le génocide vendéen

En 20 minutes très pertinentes :

 

et pour diffuser l'information aux petits et aux grands, n'oubliez pas l'incontournable Petite Histoire des guerres de Vendée, disponible ici.

I-Moyenne-2523-petite-histoire-des-guerres-de-vendee.net

Paula Corbulon

Posté le 27 avril 2016 à 19h30 | Lien permanent | Commentaires (0)

Espagne : l'échec d'une droite qui court derrière la gauche

D'Olivier Bault dans Présent :

"L’annonce hier de nouvelles élections pour le 26 juin est venue couronner l’échec de la stratégie d’abandon des valeurs de droite du Premier ministre Mariano Rajoy en Espagne. Son Parti populaire (PP) avait hérité en 2011 des fruits de près de huit ans de gestion socialiste : chômage record, dette record, fracture de la société sur fond de « mariage » homosexuel et de révisionnisme historique, etc. Malgré les promesses électorales de son parti, Rajoy a décidé de se concentrer sur l’économie et de ne pas toucher au reste, à la fois par manque de convictions personnelles et par calcul électoral.

La promesse de revenir sur la légalisation de l’avortement votée par les socialistes en 2010 a été abandonnée, de même que la réforme de la loi sur la mémoire historique par laquelle le PS espagnol (PSOE) avait voulu imposer une vision manichéenne de la guerre civile espagnole. Bien entendu, le « consensuel » Mariano Rajoy n’a pas non plus voulu revenir sur le « mariage pour tous » espagnol et, aujourd’hui encore, le PP vote dans les régions autonomes en faveur de la plupart des lois promues par le lobby LGBT pour donner des gages de sa « modernité ».

Mais malgré ses relatifs succès économiques (retour de la croissance, stabilisation des déficits, baisse du chômage…), les élections législatives du 20 décembre dernier ont marqué une baisse historique du vote PP et la fin du bipartisme en Espagne. [...]

Mariano Rajoy s’accroche désormais à l’espoir de pouvoir obtenir cette fois une majorité absolue avec le parti centriste Ciudadanos, un parti pro-avortement, pro-« mariage gay », pro-GPA et pro-Gender. Mais une telle majorité à deux n’est pas plus garantie aujourd’hui qu’elle ne l’était en décembre. En choisissant d’aller dans le sens de la gauchisation de la société espagnole plutôt que de défendre les valeurs de droite, le PP a lui-même scié la branche sur laquelle il était assis depuis plusieurs décennies."

Michel Janva

Posté le 27 avril 2016 à 18h13 | Lien permanent

Tout le monde il est Français

Pour la Préfecture des Hauts de Seine (mais pour les autres aussi j'imagine), pas besoin d'attendre 5 ans pour demander la naturalisation :

NSource

C'est pourquoi la proposition d'Hervé Mariton de rétablir le droit du sang est intéressante. Sera-t-il entendu chez Les Républicains ?

Michel Janva

Posté le 27 avril 2016 à 17h51 | Lien permanent | Commentaires (22)

«Ce n’est pas le pasteur qui doit dire au laïc ce qu’il doit faire et dire, il le sait bien et mieux que nous»

C'est le pape François qui s'exprime ainsi, dans une lettre adressée au cardinal Marc Ouellet, président de la commission pontificale pour l’Amérique latine :

«Ce n’est pas le pasteur qui doit dire au laïc ce qu’il doit faire et dire, il le sait bien et mieux que nous». «Personne n’a été baptisé prêtre ou évêque» mais bien en tant que laïc, «un signe indélébile que personne ne pourra jamais effacer». «Oublier que l’Église n’est pas une élite de prêtres, consacrés et évêques, et que nous formons tous le Saint Peuple de Dieu comporte de nombreux risques»

Et le Pape dénonce 

«l’une des déformations les plus grandes que l’Amérique latine ait à affronter : le cléricalisme».

Le cléricalisme, voilà l'ennemi ! Le Saint-Père indique que

«il n’est pas logique même impossible de penser qu’en tant que pasteurs nous devrions avoir le monopole des solutions face aux nombreux défis de la vie contemporaine». «Nous devons être du côté de nos fidèles, en les accompagnant dans leur recherche et en stimulant l’imagination capable de répondre aux problématiques actuelles».

Vous avez bien lu : les pasteurs n'ont pas le monopole des solutions sur, par exemple, l'immigration, l'islamisme, la violence urbaine, les problèmes scolaires, la défense de la famille. Ils doivent être écoutés, mais les laïcs savent (mieux que nous) ce qu'ils doivent faire, en vertu de leur baptême catholique.

Les pasteurs doivent en revanche

encourager, accompagner et stimuler toutes les tentatives“. 

“Nous sommes appelés à servir (les laïcs), non à nous servir d’eux“.

Il dénonce la tentation de penser que le laïc engagé est celui qui travaille dans les œuvres de l’Eglise, c’est-à-dire “aux affaires ‘des prêtres’”. Au contraire de l’édification d’une “élite du laïcat“, le pontife invite à accompagner le baptisé dans son engagement comme chrétien dans la vie publique afin qu’il ne “brûle“ pas son espérance dans la lutte quotidienne pour vivre la foi.

C'est cela aussi la véritable laïcité.

Michel Janva

Posté le 27 avril 2016 à 17h43 | Lien permanent

7 mai : Festival de grégorien à Aulnay-de-Saintonge

Page0001(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Marie Bethanie

Posté le 27 avril 2016 à 16h30 | Lien permanent

Pas envie d'acheter de la viande hallal ?

L'abattage hallal, comme l'abattage casher d'ailleurs, outre le fait qu'ils sont barbares pour les animaux car effectués sans étourdissement préalable (ce mode d'abattage est pourtant obligatoire en France depuis 1964), ont en plus l'inconvénient de ne pas permettre la suture de l’oesophage, ce qui peut provoquer des régurgitations pouvant contaminer la viande par la bactérie E.Coli. ABATAGGE_HALAL
Breizh Info nous aiguille vers une application qui permet de savoir de quel abattoir provient la viande, et de connaître ainsi le mode d'abattage de l'animal : Vérifiez-abattage.fr permet, en entrant le code de l'abattoir, de savoir où et comment la bête a été abattue. Les informations proviennent de la liste d'abattoirs établie par l'OABA (Oeuvre d'Assistance aux Animaux d'Abattoir).

Etiquette_gdEt il reste toujours la possibilité de demander à son boucher.

Marie Bethanie

Posté le 27 avril 2016 à 16h06 | Lien permanent


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2014 - Le Salon Beige