Soutenez le développement du Salon Beige

01 octobre 2014

Que le rosaire revienne à être la prière habituelle de cette "église domestique" qu'est la famille chrétienne

Très bel article de l'Abbé Lelièvre pour relancer cette belle prière en famille.

Le Salon Beige

Posté le 1 octobre 2014 à 22h32 | Lien permanent | Commentaires (0)

Rosaire pour la France à Metz samedi 4 octobre

4

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 22h32 | Lien permanent

Ukraine: qui est Monsieur Igor Kolomoïsky ?

Si vous connaissez la réponse, passez à un autre sujet. Si vous voulez le savoir, c'est ici.

Paula Corbulon

Posté le 1 octobre 2014 à 21h02 | Lien permanent

La réconciliation entre les catholiques devrait commencer par la prière

Lu sur Catholic Herald (via) :

"Cette semaine, pour la première fois depuis le renoncement du pape Benoît XVI, Mgr Fellay a rencontré le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le cardinal Müller. Il y a un test tout simple pour chaque catholique de voir s’ils veulent aider ou bien freiner la réconciliation. Si vous êtes un fidèle du cardinal Müller, seriez-vous disposé à prier pour Mgr Fellay ? Plus révélateur encore, pourriez-vous prier pour les fidèles de la FSSPX ?Nous aurions tort de placer toute la responsabilité de la réconciliation sur les épaules de la hiérarchie de l’Église et des dirigeants de la FSSPX.

Si vous êtes maintenant partisan de Mgr Fellay, êtes-vous prêt à prier pour le cardinal Müller ? Ou si vous fréquentez uniquement la FSSPX, pourriez-vous prier pour les catholiques qui pratiquent uniquement le Novus Ordo ?

A travers le monde, la plus grande réconciliation entre les traditionalistes et la plupart des catholiques devrait peut-être commencer par la prière, ce qui amènerait un adoucissement nécessaire des cœurs.

Mais pour certains catholiques libéraux, l’idée de prier pour Mgr Fellay et les fidèles de la FSSPX fait grincer des dents. Du côté des catholiques traditionalistes, j’ai relevé des accès de colère dès lors qu’ils entendent le nom du cardinal Müller ou à l’idée de prier pour les « catholiques de Vatican II ». Là réside le problème. C’est un cercle vicieux où chacun méprise l’autre. Comment dès lors peut-il y avoir réconciliation lorsque que nous sommes autant sur la défensive à l’égard du prochain ?

Je suggère que la « Petite Voie » de sainte Thérèse de Lisieux soit adoptée sur le champ, d’autant plus que sa fête approche. Conformément à la Petite Voie, je voudrais appeler les deux parties à cesser les déchirements, les cris puérils tels que « Ce sont eux qui ont commencé », et surtout de cesser de compiler tous les défauts qui devraient justifier la position selon laquelle chacun affirme : « Nous sommes meilleurs qu’eux ! »

Le processus de réconciliation entre la Fraternité Saint Pie X et Rome n'est pas seulement l’affaire d’une salle privée au Vatican, mais dans les cœurs des catholiques de part et d’autre."

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 21h00 | Lien permanent

« Je ne crois pas du tout à une GPA éthique »

Dixit Marie - George Buffet dans L'Humanité. C'est assez rare que Le Salon Beige cite l'Humanité alors profitons-en :

"Opposée à la gestation pour autrui, la députée PCF Marie-George Buffet regrette que la France n’ait pas souhaité envoyer un « signal fort » sur le sujet. Et appelle la gauche à ne pas déserter cette question."

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 20h35 | Lien permanent | Commentaires (0)

Léa, 15 ans : "Ils nous demandent de faire des attentats en France"

En France. Mais le plus grave, c'est padamalgam.

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 19h40 | Lien permanent

Hollande Démission par le Printemps Royal Gironde

 

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 19h38 | Lien permanent

Pau : des Sentinelles devant le Palais de Justice

IMG_6847

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 19h35 | Lien permanent

Synode sur la famille : 48 spécialistes du mariage envoient une lettre ouverte au pape

... dont vous trouverez l'intégralité ici. Les 48 signataires font les propositions suivantes pour renforcer l'institution du mariage :

"Peut-être la nouvelle façon pour nous, et la plus audacieuse, d’évangéliser les couples mariés (et par extension les futurs mariages de leurs enfants) est de construire de petites communautés de couples mariés qui se soutiennent inconditionnellement dans leur vocation à la vie conjugale. Ces communautés pourraient fournir des réseaux de soutien fondés sur les liens de la foi et de la famille, sur l'engagement pour le mariage à vie, et la responsabilité réciproque.

Ici, nous proposons quelques moyens pratiques pour créer et soutenir ces communautés :

  • Commission du Conseil pontifical pour la famille : conduire une recherche longitudinale, interdisciplinaire, sur le rôle de la pornographie et le divorce ‘sans faute’  dans la crise du mariage.
  • Former les séminaristes. Leur offrir des cours obligatoires couvrant les preuves explorées en sciences sociales sur les avantages du mariage, les menaces contre le mariage, et les conséquences du divorce et de la cohabitation pour les enfants et la société.
  • Former les prêtres à mettre en avant dans leurs homélies la valeur spirituelle et sociale du mariage, les défis actuels qui se posent à celui-ci, et l’aide apportée par la paroisse pour les mariages en difficulté. Selon une étude récente, pour 72 % des femmes catholiques américaines, l'homélie hebdomadaire représente leur principale source pour l'apprentissage de la foi.
  • Créer des petits réseaux, dynamiques, de couples mariés solides comme mentors au niveau de la paroisse, disponibles pour offrir aux conjoints des outils pour maintenir leur mariage sain et durable.
  • Sensibiliser les paroissiens à l'influence extraordinaire qu'ils peuvent avoir sur les mariages d'amis et de famille. Selon les données de la science sociale, la présence de famille et d’amis divorcés augmente son propre risque de divorce. Par ailleurs, les données suggèrent que des membres de la famille et des amis peuvent contribuer à renforcer l’engagement et la satisfaction au sein des mariages de ceux qu’ils aiment, par leur exemple et leur soutien.
  • Encourager et concourir à la réconciliation des couples mariés qui sont séparés ou ont été divorcés par des tribunaux civils.
  • Demander aux évêques du monde entier de lancer des prières régulières pendant la messe du dimanche pour des mariages solides et fidèles.
  • Soutenir les efforts pour préserver ce qui est bon et juste dans les lois du mariage existantes, résister à toute modification de ces lois qui contribuerait à affaiblir encore l'institution, rétablir les dispositions légales qui protègent le mariage comme une union entre un homme et une femme, inscrit avec une ouverture au don des enfants, et vécu fidèlement et de façon permanente comme le fondement de la famille naturelle.
  • Soutenir la liberté religieuse dans les tribunaux compétents en matière de divorce. Beaucoup ne savent pas que la liberté religieuse est régulièrement violée par les juges de divorce qui ignorent ou dénigrent les vues d'un conjoint qui cherche à sauver un mariage, garder les enfants dans une école religieuse, ou empêcher un conjoint qui divorce d’exposer les enfants à un partenaire sexuel non marié. Lancer un consortium d’avocats et de législateurs pour lutter contre ce problème.

Réaliser ces objectifs à l'échelle internationale serait un grand pas en avant pour les mariages et les familles. Les réaliser tous pourrait inverser la crise mondiale."

Louise Tudy

Posté le 1 octobre 2014 à 18h53 | Lien permanent

Une dizaines de députés déjà annoncés dimanche

Plusieurs députés participeront le 5 octobre à la Manif pour tous. Henri Guaino, Hervé Mariton, Jean-Frédéric Poisson, Philippe Meunier, Jacques Myard, Xavier Breton, «vraisemblablement Laurent Wauquiez», a précisé M. Gosselin, député UMP de La Manche, à l’issue d’une réunion de l’Entente parlementaire pour la famille.

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, a indiqué qu’il manifesterait cette fois-ci alors qu’il n’avait pas participé aux précédentes mobilisations de la Manif pour tous.

«La GPA me choque, pas le mariage homosexuel».

Sont annoncés également Jacques Bompard, Marion Maréchal-Le Pen, Gilbert Collard.

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 18h31 | Lien permanent | Commentaires (7)

Patrick Buisson vs Nicolas Sarkozy

L'ancien conseiller ne compte pas se laisser faire :

« Il a cru me tuer. Il va voir que je ne suis pas mort. Ah, il va voir ce qu’il va voir ! ».

Il raconte volontiers que ce

« n’est pas lui qui a trahi Nicolas Sarkozy, mais Nicolas Sarkozy qui a trahi ses électeurs ».

L’ex-conseiller, qui a souvent joué les oracles de la droite, prédisant à la décimale près la victoire du non à la Constitution européenne, en 2005, quand tous les responsables politiques et les sondeurs pariaient sur une large victoire du oui, avance même que Nicolas Sarkozy sera dans l’incapacité de se présenter en 2017.

« Il ne pourra pas se présenter devant les Français en 2017, il ne pourra pas même se présenter à la primaire. Il fait système avec François Hollande. »

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 18h07 | Lien permanent | Commentaires (3)

L’État Islamique serait aux porte de Bagdad

Selon le chanoine Andrew White, vicaire de la St. John’s Church, la seule église anglicane d’Irak :

« On nous avait dit que les chose était impossible, et voici que nous y sommes presque. Obama dit qu’il a surestimé les capacités de l’armée irakienne. Et bien, il vous suffit d’être sur place un tout petit moment pour comprendre qu’elle ne peut faire que très, très peu de chose (…) Les rues [de Bagdag] où la circulation est habituellement pare-choc contre pare-choc, sont vides de voitures et de gens. Les gens ont trop peur pour quitter leurs maisons. Nous sommes arrivés au point critique. Les gens savent que l’EIIL [État Islamique en Irak et au Levant] se rapproche (…) Toutes les frappes aériennes ne servent à rien [sinon] à tuer la population civile (…) Si nous avons jamais eu besoin de prières, c’est maintenant ».

En août, c'est la capitale de la Libye, Tripoli, qui avait été conquise par une brigade islamiste.

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 17h54 | Lien permanent

USA : infiltration LGBT des institutions catholiques

Lu sur Médias-Presse-Infos :

"La nouvelle a fait l’effet d’une bombe parmi les milieux catholiques américains. Le Catholics United Education Fund de Denver (Colorado) a reçu la majeure partie de son budget de fonctionnement 2012 de la part de la Gill Foundation , fondation créée le milliardaire Tim Gill, influent activiste homosexuel."

Gill-tim-miller-scott-300x199

(photo : le milliardaire Tim Gill (à droite) et son « mari »)

"En fait, il apparaît clairement que le Catholics United Education Fund, comme d’autres organisations abusivement présentées comme catholiques, ont été créées et financées par le lobby LGBT dans le but d’influencer de l’intérieur l’Eglise catholique en tentant d’y faire entendre les revendications LGBT."[lire la suite]

Marie Bethanie

Posté le 1 octobre 2014 à 17h52 | Lien permanent

Erreur ou complicité ?

Des pilotes irakiens ont parachuté, le 19 septembre, des vivres et des munitions destinées à leurs soldats dans une zone contrôlée par les jihadistes de l'Etat islamique.

Un député irakien se lamente :

"Ces soldats avaient vraiment besoin d'être ravitaillés, mais à cause de mauvaises cartes et du manque d'expérience des pilotes, nous avons, d'une certaine manière, aidé les combattants de l'EI à tuer nos soldats".

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 17h04 | Lien permanent | Commentaires (3)

Ce gouvernement veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes

Après la théorie du genre qui finalement n'existe pas, voici les coupes budgétaires qui n'en sont pas :

"Il n'y a pas de coupes budgétaires dans la politique familiale. Il y a des décisions qui sont prises pour modifier les règles qui existent aujourd'hui"

Une déclaration signée Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement.

Louise Tudy

Posté le 1 octobre 2014 à 16h19 | Lien permanent

"Hollande est comme le reblochon, dur dehors, [...] et mou dedans"

Une expression assez peu respectueuse mais très évocatrice de la part de Serge Raffy, biographe de François Hollande, qui était interrogé aujourd'hui par "20 Minutes" sur la biographie qu'il vient de faire paraître aux éditions Flammarion, "Moi, l'Homme qui rit".

President-republique-francois-hollande-palais-elysee-30-septembre-2014-1693613-616x380

La vraie citation était : " Hollande est comme le reblochon, dur dehors, à l'étranger, et mou dedans, toujours dans le compromis à l’intérieur du pays."

Marie Bethanie

Posté le 1 octobre 2014 à 16h17 | Lien permanent

Horrible subversion à l'Université de Bordeaux

Que se passe-t-il à la fac de l'amphithéâtre de droit de Bordeaux ? Des cours sur l'idéologie du gender ? Une Gay Pride dans l'Université ? De la propagande homosexualiste ? Non, bien pire : des silhouettes représentant un homme et une femme tenant chacun un enfant par la main ont été dessinés au pochoir sur le fronton de la façade.

01102014938

Devant cet acte d'une violence qui rappelle les heures les plus sombres de la Manif Pour Tous, le Mouvement des jeunes socialistes va adresser un courrier au président de l'université de Bordeaux 4 pour lui demander d'engager une action en justice. Et se réserve le droit de saisir lui-même le procureur de la République.

Des tags sur les murs de l'Université, c'est un truc qu'on n'a jamais vu en France...

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 16h04 | Lien permanent | Commentaires (12)

Le déficit public n'est pas assez important

Les crédits alloués à l'aide médicale d'Etat, dispositif qui permet de prendre en charge les soins des étrangers clandestins, seront augmentés de 73 millions d'euros en 2015, selon le projet de loi de financement présenté aujourd'hui.

Et ce, en raison d'une augmentation du nombre des bénéficiaires.

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 15h58 | Lien permanent | Commentaires (5)

Guerre contre Daesh : où sont les morts?

C'est la question plutôt pertinente que pose Causeur dans l'une de ses brèves :

"Depuis deux semaines, une coalition menée par les Etats-Unis s’est engagée dans une guerre aérienne contre les milices islamistes radicales du Daesh, en Irak et en Syrie. Les communiqués relatifs à ces opérations font état de cibles détruites : centres de commandement, chars d’assauts, raffineries et puits de pétrole alimentant les finances de cette bande d’égorgeurs. Fort bien.

Cependant, il apparaît que cette milice a pris ses quartiers dans un certain nombre de localités peuplées de civils désormais soumis à leur terreur : tous n’ont pas la possibilité, ou les moyens, de s’enfuir vers la Turquie ou la région autonome kurde. Un reportage impressionnant, filmée en caméra cachée (vidéo ci-dessous), par une journaliste dissimulée sous son niqab : montre la ville de Raqqa, en Syrie, place forte des djihadistes. On y voit une ville peuplée de civils vaquant, malgré la situation, à leurs activités quotidiennes. Alors, de deux choses l’une : soit les frappes aériennes de la coalition épargnent à dessein les zones peuplées, quitte à les transformer en sanctuaire pour les miliciens de Daesh et leurs chefs, soit, plus vraisemblablement, on nous cache les « dommages collatéraux » inévitablement produits par des frappes aériennes en milieu urbain. L’AFP est dans l’incapacité d’établir le compte précis des victimes, militaires ou civiles, comme elle l’avait fait  pendant l’opération «  Barrière protectrice » à Gaza, en se fondant sur les seules informations fournies par le Hamas. Notre bonne conscience est donc préservée : à la différence des Israéliens, nous savons tuer des civils sans que cela se voie…"

Ci-dessous, une vidéo en caméra cachée filme  la vie quotidienne à Rakka, fief de l'organisation de l'Etat islamique en Syrie.

 

Marie Bethanie

Posté le 1 octobre 2014 à 15h24 | Lien permanent | Commentaires (7)

26 agrégés scientifiques espagnols soutiennent la compatibilité entre foi et science

SLe livre « 60 questions sur la science et la foi » est sorti cette semaine (en espagnol, édition Stella Maris), répondant aux récentes déclarations du scientifique Hawkins, considérant celles-ci « idéologisées ». Ce livre a pour but de reprendre la supposée incompatibilité entre religion et science que soutiennent certains « scientifiques matérialistes ». Ce livre sort à peine une semaine après que durant le festival Starmus aux Canaries, Hawking affirma qu’il ne croyait ni en l’existence ni en la nécessité d’un Dieu qui créa l’univers.

Les scientifiques espagnols soutiennent que

« les données mises en avant par le savoir scientifique actuel, si elles se démunissent des interprétations matérialistes et athées, ne sont en aucune manière incompatibles avec la doctrine chrétienne. »

Ce qui s’est passé, selon le jugement de ces experts, c’est que « l’idéologie a poussé la science beaucoup plus loin que ce que les données empiriques ne permettent. »

Depuis soixante ans

« nous avons eu l’occasion de vérifier dans de divers domaines – notamment la cosmologie et les lois de la nature – que c’est la plus grande compréhension de la structure du monde, et non sa méconnaissance, qui donne racine aux lignes de pensées reliant science à théologie. »

Les auteurs soulignent dans ce livre que

« l’on peut affirmer que le scénario positiviste de la mort de la religion aux mains de la science ne s’est pas réalisé et n’est pas prêt de s’accomplir. Et ceci non pas par chance, ni parce que les scientifiques ne se sont pas encore rendu compte de comment ils devraient penser, sinon parce qu’il était faux de supposer que les points de départ de la pensée religieuses se situaient au creux de la science. »

Le livre tente de répondre aux principales questions lancées par l’athéisme à la religion à partir de supposée évidence scientifique. Neuroscience, biologie, cosmologie, statistiques ou physique quantique, parmi d’autres, sont les domaines que divers spécialistes épluchent en vue de défendre une position « aussi légitime au moins que celle des athées ».

Le Salon Beige

Posté le 1 octobre 2014 à 14h17 | Lien permanent

UMP : premier échec pour Nicolas Sarkozy

L'élection du filloniste Gérard Larcher à la tête du Sénat, en lieu et place du sarkozyste Jean-Pierre Raffarin est qualifié de "gifle magistrale" par Challenges.

"Outre sa victoire sur l’ex-chef du gouvernement c’est son ampleur qui impressionnait les sénateurs eux-mêmes : 24 voix d’avance pour Larcher, alors que les meilleurs experts de la haute assemblée pronostiquaient entre 2 et 10 voix d’écart… pour l’un ou pour l’autre !

Il y avait là plus qu’un message adressé à l’ancien Président qui souhaite devenir le nouveau : "une claque!" Ainsi que le disait un de ces messieurs qui soufflait encore sur ses doigts avec grande satisfaction: "l’ex-chef de l’Etat va devoir comprendre qu’il ne revient pas en pays conquis"."

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 12h04 | Lien permanent | Commentaires (12)

Encore un centre des impôts incendié

Cette fois c'est à Albertville.

La grogne monte dans le pays et ce ne sont pas les annonces de ce matin qui parviendront à la calmer. Le gouvernement, plutôt que de réduire le train de vie de l'Etat, a décidé d'augmenter encore les taxes. Le projet de loi de finances 2015 prévoit d'augmenter la taxe sur le diesel ainsi que la redevance sur la télévision. Par ailleurs, la Poste a annoncé que les tarifs du courrier augmenteraient en moyenne de 7% au 1er janvier 2015, soit la hausse la plus élevée de son histoire.

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 11h43 | Lien permanent | Commentaires (13)

Bayer a payé 2 milliards de $ pour des maux causés par les contraceptifs

Bayer, dont la devise est « science pour une ville meilleure », reconnaît avoir payé près de deux mille millions de $ en dommages pour des maux causés par les contraceptifs.

L’entreprise pharmaceutique allemande fait face aux dénonciations de 8900 personnes aux Etats-Unis qui souffrent d’affections personnelles, « certaines fatales, dues à l’usage de produits comme Yasmin, Yaz, Ocella ou Givanvi. »

Bayer admet que des réclamations avaient eu lieu, seulement aux Etats Unis, pour des « lésions de coagulations veineuses (thrombose veineuse profonde ou embolie pulmonaire), après une analyse de registres médicaux sur des cas spécifiques et de façon continue. »

« Ce type de lésions sont dénoncées dans environ 2400 des pétitions en cours non liquidées. »

Au total, le 9 juillet, Bayer avait encore 5000 autres réclamations à résoudre.

Le Salon Beige

Posté le 1 octobre 2014 à 11h16 | Lien permanent

Tariq Ramadan appelle au djihad

Dans un entretien donné au Point, l'intellectuel proche des Frères Musulmans fait des déclarations ambigües, entre condamnation du terrorisme, renvoi de la responsabilité sur l'Occident (ce qui n'est pas tout à fait faux) et appel au jihad, interprété comme un combat pour faire respecter les valeurs de l'islam en Occident :

"[...] J'ai toujours condamné fermement et absolument ce que font ces individus au nom de ma religion. [...] Tous les processus de mise en avant des condamnations, des clarifications, sont bons à prendre. Tout dépend ensuite du message que l'on fait passer lors de ces mobilisations. C'est bien beau de descendre dans la rue, mais encore faut-il ensuite livrer une analyse claire et constructive. [...] Lorsqu'on prend position sur le plan éthique, moral, il faut faire très attention à ne pas prêter le flanc à un positionnement politique flou. Lorsqu'on condamne de tels actes de barbarie, on se doit de chercher les responsabilités. Je n'ai pas à cautionner l'attitude d'États qui instrumentalisent cette affaire tout en disant travailler pour la liberté des peuples. La politique américaine dans la région, et même la politique européenne, n'a jamais été très soucieuse ni très respectueuse de la liberté des peuples. La France ne peut pas crier qu'elle se bat pour la liberté aussitôt que l'un de ses concitoyens est tué, alors que toute sa politique au Moyen-Orient ne s'est jamais préoccupée de la liberté des peuples. Tout à coup, ça devient notre affaire en Occident, d'aller faire justice là-bas... À aucun moment, ma condamnation ne voudra signifier la justification d'une telle politique d'instrumentalisation. Les États-Unis ont leur part de responsabilité dans le délitement de la société irakienne. Le manque d'intervention des Américains comme des Européens, des Russes comme des Chinois lors des débuts de la résistance syrienne a aussi provoqué ce que l'on est en train de voir maintenant. Prendre position contre Daesh en Syrie et en Irak, contre al-Qaida partout dans le monde, je suis d'accord, mais à condition de reconnaître que les innocents qui en sont victimes ne sont pas seulement les otages occidentaux, mais aussi toutes les victimes du monde arabe.

Vous parlez d'un travail urgent de clarification à effectuer. Et notamment autour de la notion de djihad...

Cet appel au djihad, tel qu'on le voit aujourd'hui - il est important de le répéter -, ne correspond strictement à rien dans le Coran. Aujourd'hui, le meilleur djihad pour un Français de confession musulmane, c'est d'être un citoyen dans son pays, de se battre pour faire régner la justice et de demander au gouvernement de respecter les individus à la lumière de ce que ses propres valeurs lui disent. On ne fera aucune distinction de genre, de sexe, de couleur, de religion. Je crois qu'il y a un vrai djihad de la citoyenneté active à mener : être la voix des sans-voix au coeur de l'Occident. Mais de façon noble, digne, solidaire. [...]"

Comme le demande Bernard Antony, Tariq Ramadan est-il prêt à reconnaître le droit à la liberté religieuse, dans les pays arabes comme en France, c'est-à-dire, au-delà du droit des chrétiens à vivre leur foi dans un pays majoritairement musulman, le droit pour un musulman de se convertir au catholicisme.

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 10h43 | Lien permanent | Commentaires (19)

Les AFC appellent les familles à manifester dimanche

Elles rappellent que le gouvernement s'est permis une nouvelle fois, lundi, de toucher à la politique familiale sans les avoir consultées :

"Lundi 29 septembre, a été présenté le budget de la Sécurité sociale. A cette occasion, le Gouvernement a annoncé, entre autres, un nouvel aménagement du congé parental, qui devra être désormais partagé de manière égale entre la mère et le père, et une baisse significative dans les aides financières accordées aux familles à partir du deuxième enfant.

Pour les AFC, cette décision marque une rupture forte avec les principes-mêmes de la politique familiale jusque-là tournée vers le libre choix. En imposant le fractionnement du congé parental et l'obligation pour les familles de la partager entre le père et la mère, le Gouvernement porte une atteinte grave à ce libre choix et impose un modèle familial, en plus de s'ingérer dans des choix qui relèvent des familles elles-mêmes et de la sphère privée.

Par ailleurs, la diminution de la prime de naissance qui sera dorénavant divisée par trois dès le deuxième enfant souligne une incohérence totale au moment même où l'on commence à augmenter les impôts pour financer les retraites.

Les AFC estiment également inadmissible de découvrir les projets du Gouvernement par la presse : une nouvelle fois, celui-ci piétine les formes de la démocratie et d'un dialogue apaisé qu'il a pourtant officiellement appelé.

Devant ces nouvelles ruptures, et dans un contexte où le Gouvernement ne semble pas vouloir passer par la voie normale de la consultation et des Associations familiales, et des citoyens, le mécontentement des familles ne peut aller que croissant et les incite à participer à la manifestation prévue dimanche prochain, 5 octobre."

Louise Tudy

Posté le 1 octobre 2014 à 10h19 | Lien permanent

Cette vidéo que les militants LGBT gardent jalousement pour eux

A quelques jours de la prochaine Manif pour tous, la diffusion, sur les réseaux sociaux, d'un montage vidéo reprenant des images d'un reportage de Yagg rend les responsables du site LGBT bien nerveux :

Quelles sont donc ces images que les partisans de la Manif pour tous ne sauraient voir ? Le Salon beige, soucieux de respecter les droits d'auteur, vous renvoie à l'interview originale, qui est encore en ligne. Najat Vallaud Belkacem y explique, en septembre 2012, notamment ceci :

"Nous allons mener un travail équivalent [à celui mené sur l'égalité entre les sexes] sur la question de l'orientation sexuelle, sur la question de l'identité de genre. (...) Le premier ministre attend de moi que je puisse lui remettre un plan d'action d'ici la fin octobre avec des mesures extrêmement concrètes pour avancer sur ces droits."

"J'ai beaucoup entrepris (sic) Vincent Peillon, mon collègue en charge de l'Education, ces derniers mois sur la question du sexisme et de l'égalité garçon-fille. Je pense qu'il faut profiter de cette porte entrouverte pour y glisser la question aussi de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre."

Louise Tudy

Posté le 1 octobre 2014 à 10h00 | Lien permanent | Commentaires (9)

Une loi, à peine promulguée, déjà remise en cause

Et c'est un député de gauche qui le dit.

Le socialiste Sébastien Denaja, rapporteur de la loi sur l'égalité femmes-hommes à l'Assemblée, 4e vice-président du groupe PS, a demandé le "respect" du texte tout récent qui a déjà réformé le congé parental.

"La loi du 4 août prévoit des expérimentations et l'élaboration de décrets. La sagesse commanderait donc de laisser à cette loi la possibilité d'être mise en oeuvre, puis d'être évaluée avant d'être modifiée si cela était jugé nécessaire".

"[M. Denaja] comprend évidemment les contraintes budgétaires qui pèsent sur les choix gouvernementaux, mais il semble quelque peu surprenant qu'une loi, à peine promulguée, soit remise en cause avant même d'avoir produit ses effets".

La loi égalité femmes-hommes, qui entre en vigueur au 1er octobre, a prévu de porter le congé de six mois à un an maximum pour un premier enfant si les deux parents le prenaient. Il devait rester de trois ans maximum à partir de deux enfants, mais à condition que le second parent prenne six mois.

Le gouvernement envisage d'accroître ce partage à partir du 2e enfant. Le nombre de mois à prendre par le second parent pour éviter que le congé soit raccourci devrait être déterminé par décret.

Le gouvernement fait 2 pas en avant de façon à se laisser la possibilité de faire un pas en arrière en cas de succès de la manifestation de dimanche.

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 09h55 | Lien permanent | Commentaires (2)

Le Vatican plaide pour une réforme de l'ONU

Le Cardinal Parolin, Secrétaire d'Etat du Saint-Siège, est intervenu devant la 69 assemblée générale des Nations-Unies, qui débat notamment de la réforme de l'institution qui sera engagée l'an prochain. Répétant l'appel que le Pape a lancé en août à la communauté internationale à propos de la tragédie du nord Irak, le Cardinal a évoqué la situation irakienne et syrienne, qui

"présentent un phénomène nouveau puisqu'une organisation terroriste menaçant l'ensemble des états entend dissoudre ces pays au profit d'un pouvoir mondial soi-disant religieux". "Ces gens prétendent soumettre les consciences, persécutant et tuant au nom de Dieu. Ces violences, qui frappent des groupes ethniques, des populations et des cultures anciennes, découlent d'un mépris de Dieu et d'une fausse interprétation religieuse... Dans un monde de la communication globale ce phénomène trouve des adeptes un peu partout, généralement des jeunes révoltés contre l'indifférence et le défait de valeurs des sociétés les plus développées. Cet enjeu doit engager la communauté internationale à élaborer des réponses communes sur la base de critères juridiques clairs et d'une volonté commune de collaborer".

C'est pourquoi le Saint-Siège

"considère nécessaire d'être attentifs aux origines culturelles et politiques des phénomènes, dans la perspective de stratégies nouvelles". "Il convient également de revoir l'efficacité du droit international actuel et d'envisager un accroissement des mécanismes onusiens pour éviter les conflits, arrêter les agresseurs, protéger les populations impliquées et assister les victimes. Le contexte mondial exige une meilleure compréhension du droit et du devoir de protection".

"Pour sauver la paix les Nations-Unies doivent être modernisées. La gravité de la situation constitue donc pour ses membres une occasion pour dresser l'esprit de la Charte de l'ONU face aux terribles conflits qui désagrègent pays et états. Malheureusement, la communauté internationale pèche par des positions contradictoires mais aussi par des silences notamment devant les drames de la Syrie, du Moyen Orient ou de l'Ukraine. Il est de la plus grande importance de trouver une unité d'action qui évite le blocage des veto. La promotion d'une culture de la paix exige de redoubler d'efforts en faveur du dialogue de la coopération, du respect des cultures et des diversités. En dernier lieu, il compte d'avoir une solide volonté de mettre en oeuvre complètement les mécanismes actuels tous en les adaptant aux enjeux actuels. Ceci implique un effort multilatéral au service de la dignité de l'homme et du progrès de l'humanité".

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 09h46 | Lien permanent

Sens Commun appelle à manifester dimanche

Communiqué de Sens Commun :

"Il y a deux ans, Pierre Bergé déclarait, à l’occasion d’une manifestation en faveur de la loi Taubira : « Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l’adoption. Moi je suis pour toutes les libertés.  Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? »

Cette vision de l’être humain et de la société, cette « réforme de civilisation » préparée par la gauche et contenue en germe dans la loi Taubira, nous y arrivons peu à peu. L’avis favorable que la Cour de Cassation a récemment donné à l’adoption d’un enfant issu d’une  PMA réalisée à l’étranger prouve qu’il a toujours été vain de prétendre séparer le mariage de la filiation, et toujours illusoire de ne pas voir dans la loi Taubira la porte ouverte à la légalisation de la PMA, mais aussi, demain, de la GPA.

Nous ne voulons pas de cette civilisation-là. C’est pourquoi nous manifesterons et appelons tous nos adhérents et tous les Français opposés à la marchandisation de l’être humain à manifester le 5 octobre."

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 09h12 | Lien permanent

Les Adoptés pour l'Enfance appellent à manifester

Communiqué des Adoptés pour l'Enfance :

"Le collectif les Adoptés pour l’Enfance invite tous ceux qui le soutiennent à se mobiliser aux côtés de la Manif Pour Tous pour dire que l’intérêt supérieur de l’enfant doit être respecté.

Quand chaque jour voit sortir son article de presse ou son émission de TV favorable à la GPA.

Quand la France ne fait pas appel de la décision de la CEDH qui oblige l’Etat Français à tirer des conséquences en matière de filiation des conventions de gestation pour autrui faites à l’étranger, et ce alors même que la loi française interdit la GPA !

Quand la circulaire Taubira permet de régulariser des enfants ayant fait l’objet d’un contrat de Gestation Pour Autrui (GPA), alors que la loi française l’interdit.

Quand des tribunaux permettent l’adoption d’enfants nés délibérément privés de père, par PMA, avec tiers donneur à l’étranger, alors que la France réserve la PMA à un couple homme-femme, marié qui lui donnera son nom.

Quand l’enfant devient un objet pour les adultes qui revendiquent un droit à l’enfant.

Quand l’allocation de naissance va être divisée par trois.

Il est important de se lever et de dire NON, pour protéger les enfants, le droit de savoir d’où ils viennent et puissent bénéficier de tous les progrès d’une médecine qui laisse une large place à la génétique. Il est important de se lever pour dire « NON on ne fabrique pas d’enfant pour l’adoption. » L’intérêt supérieur de l’enfant doit être protégé venez le dire le 5octobre à Paris et à Bordeaux."

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 09h07 | Lien permanent

Exiger des imams qu'ils se déclarent pour la liberté religieuse dans tous les pays

De Bernard Antony dans Les 4 Vérités :

"Ceux qui osent proférer que l’islamisme et « l’État islamique au Levant », en particulier, « ce n’est pas l’islam » sont dignes de ceux qui, au long d’un siècle, n’ont cessé d’affirmer de tous les régimes communistes qu’ils n’étaient pas le vrai communisme, mais de regrettables avatars. Quelques uns, certes, ne sont que des ignorants, mais la plupart commettent ce déni de réalité en raison des nécessités de diplomatie politique ou religieuse. La plupart l’avouent en privé. Or, cela ne sert à rien : ni religieusement, ni politiquement, ni pour la survie des derniers chrétiens des pays islamisés, ni même pour notre sécurité intérieure.

L’islamisme actuel est la continuation moderne des multiples déferlements fanatiques, conquérants et massacreurs qui ont ponctué l’histoire de l’islam. Le tout avec la claire conscience d’être dans l’imitation du prophète Mahomet et de son modèle théocratique systématisé avec la charia, que les djihads doivent préserver ou étendre. Affirmer que l’islamisme, dont toutes les ramifications et organisations sunnites ont été développées et financées principalement depuis l’Arabie saoudite et le Qatar, ce n’est pas l’islam, cela revient à affirmer que les régimes de ces pays ne seraient pas l’islam ! Affirmer que l’État islamique, qui a bénéficié d’une indéniable complicité de la Turquie (que certains veulent faire entrer dans l’UE), ne serait pas l’islam, cela revient à affirmer que la Turquie ne serait pas musulmane ! Et, sur le plan français, que dire des politiciens, de l’extrême gauche à l’extrême droite et des religieux catholiques (y compris traditionalistes) et, bien sûr, des imams professant doctement que l’islamisme n’a rien à voir avec l’islam? Et des policiers et des gouvernants qui, sans vergogne, n’ont cessé, à propos des terroristes comme Merah, de nous conter la fable des « loups solitaires »?

Alors que la vérité, c’est que « l’État islamique », comme Boko Haram, comme al-Qaïda, comme les talibans, comme les régimes chiites ou sunnites, de stricte application fondamentaliste de la charia et de la dhimmitude, tout cela, c’est la diversité de l’islam dans ses formes les plus sectaires et les plus violentes. Cette triste diversité, c’est certes celle des horreurs monstrueuses des organisations terroristes, mais c’est aussi celle des châtiments barbares appliqués selon la charia dans les pays musulmans les plus fondamentalistes (lapidations, amputations, décapitations…) et les discriminations cruelles de la dhimmitude et des entraves à la liberté religieuse (notamment la liberté de conversion), voire son interdiction totale.

Face à cette situation d’importance planétaire, que faut-il faire ? Il faut certes que les États ripostent militairement, et durement, à la barbarie. Mais c’est aussi toute une stratégie, politique et religieuse, qu’il faudrait mettre en place vis-à-vis de l’islam. Il faut profiter du fait que même certains États musulmans qui l’ont encouragé, suscité, financé, s’inquiètent désormais d’un extrémisme djihadiste qui pourrait les balayer selon le mouvement continuel de l’islam, dans lequel, depuis quatorze siècles, il s’est toujours formé de nouveaux tsunamis salafistes dévastateurs des régimes attiédis. L’action militaire peut et doit être assortie d’une exigence de liberté, nullement provocatrice, respectueuse certes des musulmans pacifiques, qu’il ne faut pas offenser dans leur foi religieuse. Mais c’est l’acceptation de la liberté et de l’égalité religieuse qui, en islam, conditionnera l’éclosion des autres libertés. L’abandon de la dhimmitude, la possibilité de conversion à d’autres religions que l’islam, la liberté de culte, c’est ce qui fera surgir inéluctablement la liberté politique, sociale, civile, citoyenne. Cela, il faut le réclamer d’abord, avec patience mais fermeté, des pays « phares », l’Arabie Saoudite et le Qatar, et aussi la Turquie et l’Iran. Il faut chez nous, partout en Occident mais aussi en Russie, exiger clairement de tous les imams qu’ils se prononcent pour un islam moderne libéré de l’archaïsme totalitaire de la charia et qu’ils se prononcent pour la liberté religieuse dans tous les pays de l’oumma. C’est cette exigence de réciprocité dans la liberté religieuse et civile que devraient sans cesse réclamer les hiérarchies chrétiennes, plutôt que de tenir de tièdes propos de complaisance qui ne rencontrent d’ailleurs qu’une courtoisie formelle recouvrant le mépris."

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 08h16 | Lien permanent

Quels talents pour faire réussir les actions des autres ?

0La mobilisation LMPT peut-elle se maintenir ? Quels sont les éléments indispensables à développer pour les animateurs et agents de liaison  d’une action globale dans la durée ?

Jean Ousset dans son livre l’Action au chapitre V de la cinquième partie, «Notes pour qui se donne plus spécialement au « style d’action » envisagé » (p. 271 à 278), propose 9 notes à relire avant la Manif du 5 et qui donnent l’esprit du Colloque Catholiques en Action le 12 octobre à Paris par Ichtus. Programme. S'inscrire. Extraits des notes 48 à 51 : 

48. Un minimum d’hommes et d’organisation  

Pour désintéressée que se veuille la forme d’action dont nous venons de parler, elle ne saurait ni exister, ni se développer sans un minimum d’organisation propre.

« Oeuvre centrifuge et non centripète », disons-nous parfois pour présenter ce style d’action…

Oeuvre « centrifuge » ? Autant dire : qui ne cherche pas à embrigader, à retenir ses membres. Reste que pour être centrifuge, il n’en faut pas moins ETRE tout court. Or cette action ne se développera que si un certain nombre d’amis s’y consacre spécialement.

Pour faire rendre aux actions des premier et deuxième degrés (action individuelle et action organique) leur plus sûre efficacité, il faut des hommes qui aient un souci strict de ce style d’activité. Et qui s’y donnent plus consciemment.

D’où l’entraînement... et la concertation souhaitables d’un certain nombre de volontaires qui seront moins les hommes d’un groupe, d’une association, d’un parti que les mainteneurs d’un certain style d’action, d’un certain mode de travail, d’un certain rôle à jouer dans la Cité... Quelle que puisse être leur adhésion à tel groupe, telle association, tel parti, tel combat politique et social particuliers.

49. L’animateur...

Mission dont il serait vain de sous-estimer les difficultés. La première tenant à sa dualité. Car si, comme membre d’une association, l’homme dont nous parlons est et peut se sentir « encadré », il n’en est pas moins condamné à une certaine solitude en tant que soucieux d’une synchronisation plus haute.

C’est à ce titre qu’il mérité le titre d’animateur. Parce que, seul ou presque, il est capable de travailler et faire travailler. Homme qui se charge de créer le « consensus », de susciter la meilleure action, il est « animateur » parce qu’il donne vie au milieu qui l’entoure en lui révélant son « âme ». Véritable centre nerveux de la bataille au plan civique, il dirige... ; il se doit de chercher, animer, orienter, influencer, « secouer » en permanence tout un secteur d’actions, parfois très diverses.

Sans se laisser obnubiler par aucune.

50. Agent de liaison

Soucieux d’aider ceux qui l’entourent, il doit se défendre, contre ce qui l’accaparerait au point de l’empêcher de remplir sa mission, irremplaçable, de synchronisateur, d’agent de liaison, de faiseur d’amitié.

Il importe donc qu’il sache fixer la nature et les limites de sa participation aux activités particulières où il s’engage. Non par manque de générosité, mais pour se consacrer plus intensément à ce qu’il peut apporter de plus précieux.

Ce qui ne l’empêchera pas de rendre maints services. A condition de n’en jamais devenir l’esclave et de rester libre pour l’essentiel.

Soit l’image d’un médecin, voisin de palier. Il peut, certes, à l’occasion, aider à déplacer une armoire normande. Il ne serait pas moins stérile et abusif de le prendre pour un déménageur.

Peu importe donc le lieu et l’organisme où peut s’engager l’animateur. L’essentiel est que... où qu’il soit, où qu’il aille, il reste fidèle à sa mission. Car c’est par là qu’il peut être plus utile et plus fécond.

Lire la suite "Quels talents pour faire réussir les actions des autres ?"

Le Salon Beige

Posté le 1 octobre 2014 à 08h14 | Lien permanent

UDI : Jean-Christophe Lagarde ches les francs maçons

Lu dans La Lettre de l'Expansion :

L

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 07h40 | Lien permanent

10 octobre : Christiane Taubira encore chez les francs maçons

Lu dans La Lettre de l'Expansion :

T

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 07h38 | Lien permanent

Ou est donc l’ultra-libéralisme français ?

Lu dans Les 4 vérités

"Ou est donc l’ultra-libéralisme français ?

  • Avec 25 % d’emplois étatiques, coûteux et peu productifs…
  • Avec 48 % de prélèvements obligatoires…
  • Avec 58 % de dépense publique (n° 1 mondial)…
  • Avec 4 ou 5 % d’augmentation annuelle de la dette publique…
  • Avec 200 milliards de charges de plus que l’Allemagne…
  • Avec au moins 7 niveaux d’administrations, sources de gaspillages et de fromages républicains…
  • Avec des déficits permanents de l’État, de la Sécu, des Assedic, du commerce extérieur, des retraites…
  • Avec un code du travail de 1 200 pages et une multitude de réglementations qui paralysent notre économie et brident nos libertés…
  • Avec des impôts et des taxes en folie…

Notre bien-pensance médiatique diffuse un socialisme rampant qui donne un pouvoir quasi absolu aux fonctionnaires et à l’État-providence. Ce qui engendre une politique définie par des élus fonctionnaires, pour des fonctionnaires, mise en musique par des fonctionnaires. Avec, pour résultat, une sphère étatique qui ne cesse de gonfler ses troupes aux dépens du privé contraint à dégraisser, à délocaliser ou à déposer le bilan ! Les caisses sont vides. Les structures sont irréformables et coûteuses. Les cercles alter-mondialistes et gauchistes, bien que très minoritaires, influencent nos politiques. Démagogie et manque de courage sont devenus la règle commune de la droite comme de la gauche, ce qui explique le retard français à adopter des réformes de structure indispensables. Nos fameux « acquis sociaux », responsables de nos dettes abyssales et cadeaux empoisonnés de nos égoïsmes pour les générations futures, sont désormais en péril. Malgré notre exception française (que, bizarrement, personne ne copie !), le mouvement libéral est, selon moi, irréversible, car il trouve ses racines dans la nature profonde de l’homme. Avec des règles sociales justes, responsables et raisonnables, il permettrait enfin la naissance d’une économie libérée, stimulée par une concurrence loyale, source de progrès, de solidarité, dans une égalité réelle entre tous les citoyens."

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 07h26 | Lien permanent | Commentaires (12)

PMA : complicité de médecins français dans le viol de la loi

Lu dans Minute :

"[...] Par un courrier du 21 décembre 2012 le Dr Jean-Yves Grall, alors directeur général de la Santé (département du ministère des Affaires sociales et de la Santé), écrivait au Dr Michel Legmann, alors président du Conseil national de l’ordre des médecins, pour l’alerter sur les conséquences pénales, pour les praticiens français, du « démarchage de plus en plus offensif des praticiens français par des cliniques et des organismes étrangers ». Le Dr Jean-Yves Grall rappelait que la direction des Affaires criminelles du ministère de la Justice, « consultée à deux reprises », est formelle : tout médecin qui transmettrait à ses clients les coordonnées d’un organisme étranger « dont les pratiques ne sont pas conformes à la législation nationale » tombe sous le coup de l’article 511-9 du Code pénal. « Il me semble utile, lui écrivait-il, que vous informiez et mettiez en garde les médecins, particulièrement les gynécologues, contre les risques pénaux qu’ils encourent en donnant suite à des sollicitations en provenance de ces cliniques ou organismes installés dans des pays où la législation en matière de don de gamètes est différente du droit national. » La peine encourue : cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende ! Que le médecin français en ait tiré un avantage financier ou pas, et que ses patients aient fait affaire avec l’organisme étranger ou pas… « La tentative de commettre le délit d’entremise est punissable, en application de l’article 511-26 du Code pénal. »"

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 07h25 | Lien permanent

4 octobre : conférence de Frédéric Pichon sur le mondialisme

Une conférence à la veille de la manifestation :

"Gender, Grand Remplacement, supranationalisme de Bruxelles, Traité transatlantique... Un seul et même ennemi : le mondialisme qui veut éradiquer toutes les différences entre les individus et les peuples ! Nous devons élargir le combat : l'indifférentisme est un projet global, il faut engager une guerre totale ! Face à la table rase mondialiste, défense de nos enracinements ! Nous sommes le parti des héritiers ! Car « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » Intervenants annoncés prochainement... [Renseignements : academiachristiana@live.fr] Conférence suivie d'un buffet (PAF 5€)"

Michel Janva

Posté le 1 octobre 2014 à 07h22 | Lien permanent

C’est arrivé un 1er octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 1er octobre : à Reims seulement Saint Remi de Reims, archevêque, apôtre des Francs (voir la chronique du 13 janvier), en France, Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, carmélite Docteur de l'Église voir la chronique du 30 septembre.

        

  • le 1er octobre  366 : couronnement du pape Saint Damase Ier.
  • le 1er octobre  1040 : décès d'Alain III, duc de Bretagne, à Vimoutiers, lors d'une expédition contre la Normandie.
  • le 1er octobre  1467 : Charles, duc de Normandie, François II de Bretagne et Jean d'Alençon forment une ligue contre le Roi Louis XI.

Après l'échec de la Ligue du Bien public, une nouvelle coalition nobiliaire commence. Les ducs de Bourbon, de Normandie, de Bretagne et d'Alençon font alliance contre le Roi. Ce dernier va la vaincre grâce à l'appui des Etats généraux. Le Roi Louis XI fait la paix avec la Bretagne par traité d'Ancenis, voir la chronique du 10 septembre.

  • le 1er octobre  1404 : mort du pape Boniface IX, après quinze ans de pontificat.

Pendant son pontificat, les antipapes Clément VII et Benoît XIII continuent le schisme depuis Avignon avec l'appui de la monarchie française.

  • le 1er octobre  1550 : fête triomphale pour l'entrée du Roi Henri II à Rouen.

Le Roi vient y célébrer la reconquête du Boulonnais et de la ville de Boulogne. Des jeux nautiques extraordinaires sont organisés sur la Seine pour l'occasion.

Entrée du Roi Henri II à Rouen dans Histoire d'un voyage fait en la terre du Brésil. de Jean de Léry

 

Lire la suite "C’est arrivé un 1er octobre…"

Lois Spalwer

Posté le 1 octobre 2014 à 05h07 | Lien permanent | Commentaires (2)

Maroc : les supporters du club de Casablanca chantent des louanges à "Daesh" et au Jihâd

Une information de l'Observatoire de l'islamisation :

"L'arabisant Romain Caillet de l'Institut Français du Proche Orient (bio) rapporte cette nouvelle inquiétante sur son compte twitter:"


  799473026

L'appel à Daesh et au jihad à 0'46". On entend très clairement les paroles, même sans parler l'arabe.

 

Marie Bethanie

Posté le 1 octobre 2014 à 02h23 | Lien permanent

Toujours plus d'euthanasies aux Pays Bas

D'après le blog de Jeanne Smits, le nombre d'euthanasies a quasiment doublé entre 2009 et 2013, passant de 2 636 à 4 829 cas en 4 ans, en dépit des lois obligeant à un encadrement "sévère" de l'acte d'euthanasie.

"On se souviendra cependant des assurances néerlandaises selon lesquelles les conditions légales pour la dépénalisation de l’acte d’euthanasie étaient particulièrement sévères et rigoureuses. Cela n’a pas empêché la rapide explosion du recours à cette pratique et le rapport lui-même souligne que l’« acceptabilité » de l’euthanasie va croissant dans la société et, surtout, parmi les médecins qui la mettent en œuvre, dont il est aussi souligné qu’ils connaissent de mieux en mieux la loi. Ils hésitent donc moins à passer à l’acte."[...]

Ce qui est nouveau, c'est l'augmentation des euthanasies de personnes démentes :

"Mais les chiffres les plus significatifs sont les suivants, modestes seulement en apparence : 97 personnes souffrant de démence, commençante ou déclarée, ont été « régulièrement » piquées, ce qui représente une grosse progression par rapport aux quelques dizaines des années précédentes, ainsi que 42 personnes souffrant de maladies mentales, contre 14 en 2012 et 13 l’année précédente." [...]
L'euthanasie est devenue si banale que les désagréments liés à la vieillesse ou les troubles dépressifs ou mentaux sont suffisants pour justifier une euthanasie aux yeux des médecins et du public, largement préparés par des campagnes médiatiques.
"Cela fait plusieurs années déjà que les médias néerlandais se sont fait l’écho d’arguments suscités par le lobby de l’euthanasie selon lesquels les « suicides illégaux » des malades mentaux ou des déprimés font désordre, sont gênants et traumatisants : il faudrait donc les médicaliser (comme l’avortement) pour éviter un surcroît de souffrance et de troubles. La propagande a été efficace et aujourd’hui bien des Néerlandais sont persuadés qu’il vaut mieux « aider » ces gens à mourir plutôt que de prendre le risque qu’ils se jettent sous un train. C’est douloureux pour eux, et source d’ennuis pour les voyageurs…"
Tout cela, on l'observe chez nos voisins qui ont déjà légalisé l'euthanasie : dès que la loi est votée dans un pays, le nombre de personnes tuées légalement chaque année augmente, mais cela ne nous servira pas de leçon et malgré nous, la loi a de fortes chances d'être votée en France :
 
"Ils ont l'intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l'ignorance qui est en eux, à cause de l'endurcissement de leur coeur." (Ephésiens 4:18).
Marie Bethanie

Posté le 1 octobre 2014 à 01h54 | Lien permanent | Commentaires (6)

Nouvelles dégradations à la cathédrale Saint Charles de Saint-Etienne

Photo-christine-chaumeil

La cathédrale St Charles de St-Etienne subit régulièrement des dégradations, comme celles qui ont eu lieu hier après-midi : nappes jetées au sol, croix renversées, bénitiers souillés, les vandales ont également mis le feu et jeté des livres de messe sur le brasier. La police recherche trois jeunes filles. Qui seront sans doute relâchées avec un simple rappel à la loi ...

Voilà pourquoi si souvent nos églises restent fermées, alors qu'elles devraient pouvoir être un havre de paix, accueillant les prières et le repos des passants en présence de Dieu. Au lieu de cela, la christianophobie ordinaire pénalise tout le monde, qu'il soit chrétien ou non. Désolant.

Marie Bethanie

Posté le 1 octobre 2014 à 01h04 | Lien permanent

30 septembre 2014

Anthony et Sabrina sont partis faire le djihad

L'article de Valeurs Actuelles sur des Français presque ordinaires.

Le Salon Beige

Posté le 30 septembre 2014 à 21h54 | Lien permanent | Commentaires (0)

L'homélie du cardinal Vingt-Trois à la messe de rentrée des parlementaires

Ce soir, l'archevêque de Paris célébrait une messe à Sainte-Clotilde :

"Le cri que Job a lancé vers Dieu du fond de sa misère trouve un écho dans tous les cœurs qui se sentent abandonnés. Certes, nous le savons, le sentiment de désastre ultime est très relatif. Dieu merci, nous sommes tous loin d’avoir connu des épreuves comparables à celles de Job et ce que beaucoup de nos concitoyens considèrent comme des situations insupportables ne sont rien comparées aux millions d’hommes et de femmes qui sont soumis à des risques mortels, soit par la famine, soit par les épidémies, soit par des catastrophes naturelles ou toutes sortes de périls. Combien d’hommes et de femmes à travers notre monde du XXIe siècle, à quelques heures d’avion de chez nous rêvent de connaître ce que nous jugeons intolérable ?

Mais si relatifs que soient nos embarras et nos réelles difficultés, ils n’en provoquent pas moins un sentiment d’insécurité diffus qui ne se limite pas à la comptabilité des faits délictueux et qui se nourrit aussi de la préoccupation omniprésente de la sauvegarde d’un certain nombre d’avantages qui constituent les éléments d’un certain confort. Depuis des années, et à plusieurs reprises, j’ai saisi toutes les occasions pour inviter chacun à s’examiner sur ses modes de consommation et inviter notre communauté nationale à s’interroger sur le modèle de consommation que nous finançons non seulement par le crédit particulier mais encore par la dette publique. Aujourd’hui le nombre de nos concitoyens qui n’ont plus de visibilité sur leur avenir ni de sécurité dans leur présent atteint des proportions qui affectent la totalité de notre système social. Et voilà que nous devons y ajouter la charge de nos responsabilités internationales en Afrique et au Moyen-Orient pour lesquelles le soutien moral des autres nations peine à se concrétiser par des engagements militaires et financiers réels. Estimer que nous traversons une phase critique n’est plus un jugement partisan mais une constatation partagée.

Comment pourrions-nous évoquer cette crise dans le seul cadre de notre pays ? Comment pourrions-nous oublier les chrétiens d’Orient que l’on veut- forcer à abjurer leur foi ou à quitter le pays où leurs communautés vivent depuis des siècles ? Leur sort est un enjeu non seulement pour l’Église, mais aussi pour toute la société contemporaine. Nous sommes appelés chaque jour à leur venir en aide, non seulement en accueillant ceux qui sont contraints de fuir, mais aussi et surtout en aidant ceux qui doivent pouvoir rester dans leurs pays. La dimension des persécutions qu’ils subissent nous oblige aussi à nous interroger sur la manière dont notre vie publique reconnait la réalité des communautés religieuses et développe des moyens éducatifs pour aider des jeunes à réagir devant certains messages fanatiques.

Face à ce constat de crise, comment ne serions-nous pas préoccupés de voir se développer un discrédit croissant à l’égard de celles et de ceux qui tentent de mettre leurs talents et leurs capacités au service de la collectivité, élus ou membres des administrations ? Comment échapper à la tentation du fatalisme ? Permettez-moi de vous parler directement en évitant ce que l’on appelle habituellement la « langue de bois ». Je me limiterai à souligner quelques points qui me semblent particulièrement importants.

L’écart qui se creuse entre l’action et le discours politiques et la réalité telle que beaucoup la vivent et la perçoivent n’est-il pas le reflet d’une sorte d’hystérisation de la vie politique qui donne un spectacle dans lequel la violence polémique du langage a du mal à masquer l’impuissance de l’action. Les clivages idéologiques légitimes semblent occuper à ce point le champ du raisonnement que leur lien avec le réel en devient secondaire. Mais l’homme de bon sens sait que l’invective et l’exagération verbales sont le signe de l’incapacité à faire avancer des actions qui changent le réel.

Je sais que ce travers de notre vie publique est provoqué et accentué par le rythme frénétique de l’information continue et la propagation sauvage des messages informatiques notamment par les réseaux sociaux. Mais je sais aussi que nous pouvons résister à la tentation de la phrase lâchée sans précaution,-et, parfois, sans intention- qui devient une scorie rêvée pour le tri sélectif des polémiques possibles ou supposées. Il dépend de nous tous de ne pas céder à la facilité du message instantané, délivré sans information contrôlée, ou pour répondre à la phrase d’un autre et nourrir une sorte de virtualité de l’hostilité. Les excès de certains médias se nourrissent aussi de nos faiblesses.

Les naufrages successifs qui font peu à peu de la Mer Méditerranée un cimetière où sont ensevelis les victimes des gangs et des réseaux de trafiquants d’êtres humains, ajoutés à tous ceux qui meurent dans le long chemin qui est censé les conduire de l’Afrique sub-saharienne au Maghreb puis vers l’Europe sont aujourd’hui une nouvelle forme de crime contre l’humanité. Comment pouvons-nous continuer d’être fiers de notre démocratie au point de vouloir légitimement en défendre les principes face au terrorisme de DAECH et d’autres et ne pas être capables d’unir les forces des pays développés pour lutter réellement contre l’anéantissement de tant de nos semblables ? Comment imaginer un instant que notre relative prospérité et la paix dont nous jouissons pourront être préservées sans affronter les périls qui menacent le monde ? Comment laisser croire que notre pays pourrait s’entourer de frontières étanches et que le mal et les dangers sont ailleurs ? Nous voyons bien que le terrorisme passe les frontières. Il frappe en Syrie et en Irak, il frappe en Algérie, il menace aux Philippines.

Il ne peut pas y avoir seulement un traitement armé, indolore et lointain de ce groupe terroriste. Il faut aussi affronter la tentative de séduction qu’il exerce sur un certain nombre de jeunes désorientés. Le combat contre DAECH est un combat avant tout idéologique dont seul l’engagement déterminé des musulmans et des nations arabes permettra de triompher.

Lire la suite "L'homélie du cardinal Vingt-Trois à la messe de rentrée des parlementaires"

Le Salon Beige

Posté le 30 septembre 2014 à 21h42 | Lien permanent | Commentaires (0)

Encore plus éthique : la gestation d'un être humain par une truie

C’est une prouesse troublante et inégalée que vient de réaliser une équipe de scientifiques japonais : la gestation complète d’un humain par une truie. Retrouvez la vraie fausse interview du professeur Tsuki qui dirigeait ce projet depuis sept ans.

GPA

Louise Tudy

Posté le 30 septembre 2014 à 21h40 | Lien permanent | Commentaires (16)

La "GPA éthique", absurde comme un oxymore

Intéressante prise de position de Jean-Pierre Winter, psychanalyste, dans le Point de la semaine dernière, notamment sur les conséquences d'une GPA pour l'enfant. L'article n'étant pas accessible en ligne, on se contentera de deux formules qui font mouche :

"Pour essayer de se représenter ce qui, peut-être, adviendra, pensons au déni de grossesse. Si ce déni est généralement inconscient, dans le cas de la GPA nous aurions affaire à un déni qui serait non seulement conscient, mais éventuellement cautionné et légalisé par la société."

"Le cas de Gammy, du nom de cet enfant trisomique dont les parents d'"intention" australiens ne voulaient plus (...) en dit long sur la possibilité d'une GPA éthique, impossible à mettre en place et aussi farfelue qu'un esclavage déclaré éthique parce qu'il admettrait certaines règles."

Louise Tudy

Posté le 30 septembre 2014 à 21h27 | Lien permanent | Commentaires (1)

Le député Yannick Moreau appelle à manifester dimanche

Yannick Moreau, député de la Vendée et membre de l’Entente parlementaire pour la Famille, participera à La Manif Pour Tous du 5 octobre prochain et appelle tous les Vendéens à s’y rendre :

« Les grandes manifestations organisées en 2013 et 2014 par La Manif Pour Tous ont permis de stopper un certain nombre de projets dangereux voulus par un gouvernement idéologue ».

« Présent à toutes les manifestations en Vendée comme à Paris, j’appelle les Vendéens à revenir aussi nombreux que les fois précédentes ce dimanche 5 octobre. L’enjeu est tout aussi important : rappeler que le corps humain n’est pas une marchandise et que nous refusons toute exploitation du corps de la femme. Il faut être fermes, pacifiques et déterminés pour dire clairement NON à toute pratique de GPA (mères porteuses). Il s’agit de l’intérêt supérieur de l’enfant ».

« Réduire le congé parental ou la prime de naissance sont autant d’attaques contre les familles et contre le dynamisme de notre pays ».

Le député Yannick Moreau, qui participera à une réunion de l’entente parlementaire pour la Famille le 1er octobre à l’Assemblée nationale, vient de déposer une question écrite à plusieurs ministres concernant le double discours du Gouvernement sur la GPA. 

Selon lui « en participant nombreux à La Manif Pour Tous de dimanche, nous enverrons un message à François HOLLANDE mais aussi à nos responsables politiques de droite ».

Michel Janva

Posté le 30 septembre 2014 à 21h00 | Lien permanent

Les partis politiques majoritaires sont devenus de véritables « structures de péché »

Mgr Juan Antonio Reig Pla, évêque espagnol de Alcala, réagit à l'abandon par le gouvernement de droite de la loi visant à restreindre l'avortement. Un propos sans langue de buis (traduction du Salon Beige) :

P"1- Le Président du Gouvernement espagnol et du parti populaire a confirmé le retrait de la réforme sur la loi de l’avortement qui prétendait « limiter » quantitativement « l’holocauste silencieux » qui est en train de se produire. Maintenir le droit à l’avortement brise et abroge l’état de droit en le convertissant, au nom de la démocratie, en une dictature qui écrase les plus faibles. Aucune loi de l’avortement ne peut être bonne. La mort d’un seul innocent est une horreur, mais « il semblait » que « quelque chose » se passait dans les consciences de certains politiques concernés au sujet du crime abominable de l’avortement. (Cf Concile Vatican II, Gaudium et spes, 51)

Ceci étant dit il nous appartient de dénoncer, respectueusement, la déloyauté avec laquelle le président du gouvernement a agi vis-à-vis de son électorat, en ne tenant pas sa parole sur ce sujet explicité dans son programme électoral ; il a également agi en insensé en affirmant que le mieux était de « maintenir l’avortement », c’est-à-dire, le droit de tuer un innocent non né, le crime le plus exécrable. Il a de plus failli à la vérité en affirmant qu’il n’y a pas de consensus, alors que son parti jouit de la majorité absolue au Parlement, mensonge qu’il n’avait jamais commis pour d’autres lois ou réformes infiniment moins importantes.

Est venu le moment de dire, avec la voix posée mais claire, que le Parti Populaire est libéral, idéologiquement nourri par le féminisme radical et l’idéologie du genre, « infecté » comme le reste des partis politiques et syndicats majoritaires, par le lobby LGBT; tous servants d’institutions internationales (publiques et privées) en faveur de la promotion du « gouvernement global », au service de l’impérialisme transnational neocapitaliste, qui exerça une forte pression pour que l’Espagne ne serve pas d’exemple à l’Amérique du Sud et à l’Europe pour ce qu’ils considèrent une « marche arrière » inadmissible pour l’avortement.

2-Quant au chef de l’Opposition au Parlement, tout aussi respectueusement, nous pouvons affirmer qu’il a manqué de rigueur intellectuelle et de sensibilité face à la dignité de la vie humaine. Il est étonnant de vérifier comment il peut téléphoner à un programme télé pour dénoncer la violence contre les animaux, et néanmoins oublier la violence criminelle contre deux millions d’enfants avortés, décapités, coupés en morceaux, empoisonnés, brûlés… Dans cette spirale d’horreurs le Secrétariat Général du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) exalta dans la Gare d’Atocha de Madrid le mal intitulé « le train de la liberté » dans lequel des femmes réclamaient « le droit de décider de tuer des innocents » ; ce train, comme les trains d’Auschwitz qui menaient les gens à un camp de la mort, devrait s’intituler non pas le train de la liberté mais le train de la mort, de l’holocauste le plus infâme : la mise à mort directe et délibérée d’enfants innocents et non nés.

3- Comme on peut le voir, le Parti Populaire avec cette décision rejoint le reste des partis politiques, qui outre promeuvent l’avortement, le considèrent comme un droit de la femme : synthèse diabolique de l’individualisme libéral et marxiste. Dit d’une autre manière, aujourd’hui - et sans juger les personnes – les partis politiques majoritaires sont devenus de véritables « structures de péché » (Cf St Jean Paul II, Sollicitude Rei Socialis, 36-40, et Evangelium Vitae, 24).

Lire la suite "Les partis politiques majoritaires sont devenus de véritables « structures de péché » "

Le Salon Beige

Posté le 30 septembre 2014 à 20h43 | Lien permanent

"L’Église ne peut rester en retrait lorsque l’on entreprend des tentatives de légaliser le péché"

Communiqué de l’Église orthodoxe d’Estonie du Patriarcat de Moscou au sujet du projet de loi du parlement estonien concernant l’enregistrement légal des couples homosexuels :

"Le 7 et 9 octobre, le parlement de la République d’Estonie envisage de procéder à la deuxième et troisième lecture de la loi sur « la cohabitation commune » qui prévoit la possibilité de l’enregistrement légal des couples homosexuels. Si le projet de loi passe en troisième lecture, il sera adopté. L’association à but non lucratif « Pour la défense de la famille et de la tradition » (SA Perekonna ja Traditsiooni Kaitseks) organise une action de protestation contre l’adoption de ladite loi le 5 octobre à 12h devant le bâtiment du parlement. L’Église ne peut rester en retrait lorsque l’on entreprend des tentatives de légaliser le péché. L’adoption de la loi « sur la cohabitation commune », contre laquelle se prononce la majorité des habitants de l’Estonie peut détruire, dans la prochaine génération, les valeurs morales et la conception de la famille comme union de l’homme et de la femme, bénie par Dieu. Aussi, avant les manifestations civiles, une prière aura lieu à 11h45 devant l’entrée principale de la cathédrale Saint-Alexandre-de-la-Neva. La prière sera présidée par le métropolite de Tallin et de toute l’Estonie Kornily assisté du clergé de la ville.

Nous appelons tous ceux qui ne sont pas indifférents à venir à la cathédrale le 5 octobre et à participer à cette prière".

Le Salon Beige

Posté le 30 septembre 2014 à 19h58 | Lien permanent | Commentaires (2)

Les liens entre la France, le Qatar, l'Espagne et l'Arabie saoudite

Une analyse intéressante de Joachim Véliocas pour le quotidien polonais Nasz Dziennik.

Marie Bethanie

Posté le 30 septembre 2014 à 19h43 | Lien permanent

En "al-Andalus", le grand-père d'Averroes déportait (déjà) les chrétiens

Averroes, connu comme philosophe, théologien rationaliste islamique, juriste, mathématicien et médecin musulman andalou de langue arabe du XIIe siècle, et commentateur d'Aristote, fut exilé par les autorités musulmanes de son époque à cause de l'originalité de sa réflexion, qui le fait accuser d'hérésie.

L'observatoire de l'islamisation propose un livre de Dominique Urvoy, professeur de pensée et civilisation arabes à l'université de Toulouse-II, auteur de nombreux ouvrages, qui revient dans sa biographie d'Averroès (Ibn Rushd) sur l'attitude de son grand-père, Abû-l-Walîd b. Rushd, vis-à-vis des chrétiens andalous, alors qu'il est le gardien de l'orthodoxie musulmane à l'époque :

"[...] En 1125, le roi d’Aragon, Alphonse Ier le Batailleur, est appelé  à la rescousse par les chrétiens d’Al-Andalus. Ceux-ci que l’on nomme traditionnellement « mozarabes » , c’est à dire « ceux qui se veulent arabes », endurent en effet, depuis l’arrivée des Almoravides, des persécutions constantes, alors qu’elles n’étaient que sporadiques auparavant. La date cruciale est sans doute 1099, où le pouvoir fait détruire une église proche de Grenade, à laquelle les fidèles attachaient une signification particulière. De vexations en oppositions, on abouti à l’expédition du puissant voisin, qui accomplit un raid à la fois impressionnant et sans résultat notable, si ce n’est de mettre en péril ses alliés locaux. Abû-l-Wâlid b.Rushd, [grand-père d'Averroes] bien qu’âgé, juge la situation suffisamment préoccupante pour faire le voyage de Marrakech, capitale de l’empire.

Il prône l’expulsion des chrétiens, mesure que le souverain renforce encore en les faisant déporter vers les régions de Meknès et de Salé, où ils seront absorbés par la population musulmane, comme le seront les victimes de quatre déportations ultérieures.[...]"

De tout temps, la cohabitation avec l'islam s'avère difficile ...

 

Marie Bethanie

Posté le 30 septembre 2014 à 19h34 | Lien permanent


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2014 - Le Salon Beige