30 juillet 2014

Avortement : les féministes demandent à l'UMP de clarifier sa position

Suite à la saisine du Conseil constitutionnel par 93 sénateurs UMP, les fanatiques de l'avortement interpellent l'UMP :

"Les Féministes en Mouvements s’insurgent de cette saisine : l’UMP pourrait donc aller jusque-là contre les droits des femmes ? L’UMP souhaite-t-elle aller dans le sens de son homologue espagnole ? Une des premières mesures du Partido Popular fut en effet de rendre quasiment impossible l’avortement. Les mains tendues de l’UMP à l’électorat de Marine le Pen et ses « IVG de confort » seraient-elles devenus si grossières ? [...]

Nous appelons donc le parti UMP à clarifier sa position concernant le droit à l’IVG en France. Et nous invitons les sages du Conseil Constitutionnel à user de toute leur sagesse et à rejeter cette saisine qui vient attaquer le droit fondamental des femmes à disposer de leurs corps et donner des arguments aux forces réactionnaires qui n’attendent que ça pour revenir sur le droit le plus fondamental des femmes : celui de disposer librement de leur corps, base de l'égalité entre femmes et hommes."

Nous attendons aussi avec intérêt la clarification de la position de l'UMP sur le meurtre de l'enfant à naître, qualifié de crime abominable par la Constitution Gaudium et spes du concile Vatican II.

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 12h36 | Lien permanent | Commentaires (0)

Violée par un multirécidiviste que la justice venait de relâcher

Mathilde, 25 ans, regagnait son domicile, rue des Pyrénées, à Paris (20e), le 27 juillet vers 3h30 du matin, quand elle a été violée par un multirécidiviste que la justice avait relâché quelques jours plus tôt, au motif qu'il présentait des «garanties de représentation», à savoir un justificatif de domicile fourni par la famille.

Agé de 37 ans, de nationalité guinéenne, qualifié de «sans domicile fixe» par le police, Hamidou B. s'est signalé, dès le 18 mai, par une première agression : deux femmes victimes de tentatives d'étranglement. Le magistrat qualifie les faits de «tentative d'homicide». L'homme finit par être arrêté, le 10 juillet, et, placé en garde à vue, reconnaît les faits. Déféré, placé en détention provisoire dans le cadre d'une ouverture d'information judiciaire, il est finalement laissé libre «car son beau-frère lui a communiqué un justificatif de domicile», déplorent les policiers.

Ce multirécidiviste présumé est arrêté à Paris le 29 juillet avec quatre viols ou tentatives qui pourraient lui être attribués.

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 12h12 | Lien permanent | Commentaires (5)

Irak : la France verse 400 000€ pour les réfugiés

Romain Nadal, porte-parole du quai d'Orsay, déclare qu'une aide humanitaire de 400 000 euros a été débloquée «en faveur des déplacés internes et des réfugiés en Irak» (parler des "chrétiens" doit lui écorcher les gencives). Une somme qui s'ajoute aux 14 millions d'euros débloqués en 2014 par l'Union européenne pour venir en aide aux déplacés internes irakiens, et aux réfugiés irakiens en Jordanie et au Liban.

Le quai d'Orsay appelle à «la formation d'un gouvernement d'union nationale aussi rapidement que possible».

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 12h03 | Lien permanent | Commentaires (2)

Un élu de Lyon verse son indemnité de juillet aux chrétiens d'Irak

Vu ici.

L

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 11h44 | Lien permanent

Provocation artistique : l'art comptant pour rien pris à son propre piège

HA Hayange, il y a une fontaine. Pas très claire : elle est  ornée d'une sculpture faite d'acier et de pierre, grise et foncée, créée par l'artiste Alain Mila. Pour lui donner un peu de couleur, la municipalité FN de la ville l'a repeinte en bleu, le 21 juillet. Un bleu piscine pour le fond, et un bleu turquoise pour la sculpture. Crime de lèse-majesté, profanation de l'art officiel, vandalisme insupportable..., l'artiste soutenu par le ministre de la culture officielle est tout triste.

Le maire, Fabien Engelmann, explique au risque de choquer la nomenklatura artistique :

«Tout le monde la trouve affreuse, cette fontaine».

Horreur suprême, l'inculte maire FN (pléonasme pour nos bobos de l'oligarchie) ne fait pas la différence entre œuvres d'art et mobilier urbain:

«Il se trouve qu'on a repeint la ville, qui est sinistre ; on a peint les barrières, on a mis des fleurs, et puis, on a repeint la fontaine.»

Aurélie Filippetti (dont on attend la réaction au rapport de la Cour des comptes, notant la disparition de 32 œuvres des musées nationaux  et 675 meubles des ateliers nationaux, prêtés aux différentes résidences présidentielles) condamne :

« une violation manifeste du droit moral et des règles élémentaires du code de la propriété intellectuelle et de la protection du patrimoine ». « Cet incident est révélateur de la conception de la politique culturelle qu'ont les élus du Front national et qui appelle à la plus grande vigilance.»

CMais le FN n'est pas le seul à profaner l'art sacré de la république. A La Roche-sur-Yon, le conseil général de la Vendée s'est débarrassé d'une colonne de l'artiste vénézuélien Carlos Cruz-Diez, car elle menaçait de s'effondrer. Cette œuvre de 6 mètres, estimée autour de 200 000 euros, est partie chez un ferrailleur.

A provocation, provocation et demie !

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 11h38 | Lien permanent | Commentaires (4)

Le chemin de croix d'un ancien franc-maçon

L'ouvrage de Maurice Caillet, ex-membre du Grand-Orient de France, a fait l'objet d'une réédition. Un livre qui illustre bien les raisons pour lesquelles engagement maçonnique et foi catholique sont incompatibles. Extrait de la présentation par L'Homme Nouveau, alors que Maurice Caillet, touché par la grâce lors d'un voyage à Lourdes, se convertit :

F"[...] De la découverte de la profonde intolérance maçonnique à l’abandon de ses « frères » de loge, des persécutions professionnelles aux menaces de mort, Maurice Caillet raconte son chemin de croix jusqu’à ce que feuille après feuille, haillon après haillon, il entre dans l’Eglise universelle. Un parcours si improbable qu’on en sort émerveillé par la puissance de l’Esprit, qui souffle où Il veut, et par la force de l’homme qui accepte d’entendre Sa voix.

De la spiritualité à la Vérité

De lecture très aisée, cet ouvrage aux allures de roman permet d’intégrer les contours de la franc-maçonnerie, ses attraits, ses pièges, et, cheval de bataille de Maurice Caillet, l’incompatibilité entre l’engagement maçonnique et la foi catholique. J’étais franc-maçon est le septième ouvrage qu’il écrit sur ce thème.

Notons que le descriptif des rites initiatiques et de la « foi » véhiculée, aussi bien que l’historique, correspondent en tous points aux explications données par les grands-maîtres du mouvement. L’esprit aguiché par l’idée de découvrir les dessous de l’affaire en sort cependant un peu déçu. Non que le livre ne tienne pas ses promesses. Bien au contraire. Mais l’absence de transcendance, la pauvreté symbolique des rituels, leur puérilité même laissent un peu perplexe. Comment tant d’hommes supposés chantres du rationalisme peuvent-ils se laisser entraîner par de si piètres sirènes ? Lorsqu’on a goûté à la spiritualité que propose l’Église, on trouve qu’en fait de séductrices, celles-ci relèvent plutôt de la poissonnière que du conte d’Andersen. Chargée de symboles chrétiens détournés, alignant une succession de jeux de Kim ou apparentés, et surtout demandeuse d’une éradication complète des convictions antérieures laissant l’esprit perméable à tout ce qui lui sera insufflé, l’initiation a des relents de conditionnement. Elle donne à penser que, plus qu’un désir d’initiation à un secret fondateur, l’appartenance à la FM présente des attraits assez pauvrement humains : le plaisir d’être un élu, de se trouver une communauté de frères, de n’avoir ultimement plus à penser par soi-même puisque les buts poursuivis sont dictés et jalousement surveillés, de bénéficier de soutiens et de privilèges qui sont une véritable insulte à la démocratie de laquelle ils se réclament pourtant… toutes choses que Maurice Caillet illustre à mesure de son éloignement, qu’il payera de sa vie professionnelle. Ce n’est d’ailleurs que l’un des nombreux paradoxes de cette « association » qui compterait 150 000 membres en France. De même, sous prétexte de rationalisme, les maçons rejettent la religion, pour au final se plonger dans une spiritualité syncrétiste assez vidée de sa substance puisqu’elle se veut fédératrice, et surtout parce qu’elle refuse toute véritable transcendance, considérant l’homme comme celui qui rendra parfaite la Création. Tout cela manque fort de souffle ! [...]

Au fil du livre se dévoilent quantité d’informations intéressantes. Le serment maçonnique oblige à risquer sa vie pour ses frères. Celui qui l’accomplit ne doit pas faire machine arrière, même s’il ignore ce à quoi il s’engage ; c’est d’ailleurs l’une des raisons de la condamnation de la maçonnerie par l’Église. Se font jour les fortes accointances entre le Grand Orient de France et le Planning familial, Force ouvrière et les hautes sphères de la Sécurité sociale. Ce livre réserve bien d’autres surprises. [...]"

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 11h14 | Lien permanent

Trisomie 21 : écrivez au CSA

Communiqué des Amis d'Eleonore :

"S’adresser à une femme enceinte sur la trisomie 21 ne relève pas de l’intérêt général !

C’est ce que semble penser le CSA qui vient de reprocher aux chaines M6, Canal + et D8 d’avoir diffusé la campagne « Chère future maman » en mars 2014 à l’occasion de la journée mondiale de la trisomie 21. Une campagne qui selon le CSA ne serait pas d’intérêt général, car « ambigu et ne suscitant une adhésion spontanée et consensuelle ».

Cette vidéo s’adresse à une future maman qui s’interroge sur l’avenir de son enfant diagnostiqué trisomique 21, délivre un message positif sur la vie des personnes ayant une trisomie 21, montrant en image qu’il est possible d’être heureux, de s’insérer dans la société et de réussir sa vie malgré les difficultés qui ne sont pas occultées.

Le collectif les Amis d’Eléonore remercie les chaines TF1, M6, D8 et Canal + de contribuer par cette diffusion à lutter contre la stigmatisation et la discrimination dont sont victimes les personnes ayant une trisomie 21 et de s’inscrire dans le grand élan mondial d’adhésion qui a accueilli cette vidéo : vue par plus de 5 millions de personnes, la plus partagée du web durant 24h, diffusée dans l’enceinte de l’ONU le 21 mars, saluée et encouragée par le Premier ministre italien Matteo Renzi, et primée à Cannes au Festival International de la Créativité.

Alors que la télévision s’est ouverte enfin à cette diversité là, le CSA veut censurer les messages sur la trisomie 21, contribuant à la politique étatique de stigmatisation qui conduit à l’élimination avant leur naissance de la quasi-­‐totalité des enfants ayant une trisomie 21.

Le Collectif les Amis d’Eléonore invite toutes les personnes qui ont vu et apprécié cette vidéo à écrire au CSA pour manifester leur désaccord.

Conseil supérieur de l’audiovisuel

Monsieur Olivier Schrameck

Tour Mirabeau

39-­‐43, quai André-­‐Citroën

75739 Paris cedex 15 

Ou en ligne. Référence : Décision du 25/07/ 2014, Message de sensibilisation sur la trisomie 21 : intervention auprès de M6 et de Canal+.

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 09h47 | Lien permanent

"Nous sommes tous la cible des meurtriers en ces temps de folie"

Au Liban, Dima Sadeq, présentatrice vedette de la chaîne d'actualités LBCI, est apparue à l'écran portant un T-shirt frappé de la lettre nûn.

D
Elle a expliqué :

"De Mossoul à Beyrouth, nous sommes tous nûn". "Nous sommes tous des cibles avec un doigt ou une épée pointés sur nous parce que nous sommes différents, en termes de sexe, de religion ou de couleur de peau. Nous sommes tous la cible des meurtriers en ces temps de folie".

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 08h49 | Lien permanent

Irak : tous ceux qui ont des responsabilités politiques doivent n’épargner aucun effort

Le Secrétaire du Saint-Siège pour les Rapports avec les Etats, le Français Mgr Dominique Mamberti affirme que la Secrétairerie d’Etat a envoyé, en ce début de semaine, une note à toutes les ambassades accréditées près le Saint-Siège, avec le texte des derniers appels du Pape concernant la situation au Moyen-Orient. La Secrétairerie d’Etat demande à chaque ambassade de faire parvenir ce message à leurs gouvernements respectifs.

M"Bien évidemment, la Secrétairerie d’Etat suit avec une très grande préoccupation la situation des communautés chrétiennes au Moyen-Orient. Les communautés chrétiennes souffrent injustement. Elles ont peur et de très nombreux chrétiens ont été contraints d’émigrer. En ce qui concerne la seule ville de Mossoul, quelques trente églises et monastères ont été occupés et saccagés par les extrémistes. La croix a été enlevée des édifices. Pour la première fois en tant d’années, la Sainte Messe du dimanche n’a pas pu être célébrée. Il faut rappeler qu’en Irak, comme dans d’autres pays du Moyen-Orient, les chrétiens sont présents depuis le début de l’histoire de l’Eglise et ils ont eu un rôle significatif dans le développement de la société. Les chrétiens souhaitent simplement continuer à être présents, en tant qu’artisans de paix et de réconciliation.

Que fait le Saint-Siège pour tenter de remédier à cette situation ?

Le Saint-Siège agit à différent niveaux. Tout d’abord, le Saint-Père lui-même a manifesté, à diverses occasions et de manière touchante, sa proximité aux communautés chrétiennes en particulier aux familles de Mossoul, nous invitant tous à prier pour elles. Il leur a personnellement exprimé sa proximité, en contactant certains de leurs responsables religieux dont le Patriarche de Babylone des Chaldéens et le Patriarche d’Antioche des Syriens, encourageant pasteurs et fidèles à se montrer forts dans l’espérance. Il a envoyé également un soutien d’ordre économique aux familles, via le Conseil pontifical Cor Unum, afin de venir au-devant de leurs besoins humanitaires.

Pour notre part, la Secrétairerie d’Etat, via ses propres canaux diplomatiques, continue à stimuler l’attention des autorités internationales et des gouvernements sur le sort de nos frères et nous avons envoyé hier et aujourd’hui même, une note verbale à toutes les ambassades accréditées près le Saint-Siège avec le texte des derniers appels du Pape concernant la situation plus largement du Moyen-Orient, demandant de faire parvenir ce message à leurs gouvernements respectifs. Et c’est notre souhait le plus cher que la communauté internationale prenne à cœur la question, puisque sont en jeu des principes fondamentaux pour la dignité humaine, le respect des droits de toute personne, pour une cohabitation pacifique et harmonieuse des personnes et des peuples. L’Irak et les autres pays du Moyen-Orient sont appelés à être des modèles de coexistence entre différentes communautés, autrement ce serait une grande perte et un présage sombre pour le monde entier. [...]

Je voudrais rappeler que l’appel du Pape à tous ceux qui ont des responsabilités politiques au niveau local et international à n’épargner aucun effort pour faire cesser les hostilités et obtenir la paix désirée pour le bien de tous. Comme le dit le pape François lui-même, il faut plus de courage pour faire la paix que pour faire la guerre. En outre, le bien commun et le respect de chaque personne humaine devrait être placés au centre de chaque décision, et non les intérêts particuliers."

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 08h41 | Lien permanent

Acteurs d’avenirs pour former des décideurs chrétiens

L’abbé Amar anime avec l’abbé Grosjean, pour la cinquième année, l’université d’été Acteurs d’avenir pour former les décideurs chrétiens de demain. Il invite les jeunes de 20 à 28 ans à venir pour cinq jours de réflexion, avec des intervenants de marque, de prière et de détente. Présentation via Famille chrétienne :

 

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 08h33 | Lien permanent

Comment se comporter avec ses proches ?

1Silence, timidité, fausse discrétion, fausse politesse peuvent nous empêcher de rejoindre même nos proches. Comment avoir le courage d’être vrai ?

Jean Ousset dans son livre l’Action au chapitre III de la cinquième partie, « Notes pour l’action individuelle » (p. 247 à 264), propose 40 notes pour une action efficace à ce niveau d’action personnelle dont nous avons pu mesurer la pertinence ces derniers mois. A relire quand les  vacances nous donnent l’occasion de vraies rencontres. Extraits des notes 3 à 7 : 

1. Des hommes décidés à agir

2. L’entente d’un petit nombre d’amis

3. Parlez de notre travail

Tel est le premier mode de l’action personnelle : celui où l’intéressé parle... à ses parents, à ses amis, à ses proches, à ses collègues.

Or ici la pusillanimité des meilleurs est pitoyable. Combien se rencontrent fréquemment, qui apprennent fortuitement, après des années, leur commun amour pour la même cause ! Amour dont ils ne s’étaient jamais fait part jusque-là. Combien de fils n’ont jamais entendu parler d’une action à laquelle pourtant le père s’intéresse !

4. Pas de fausse discrétion

Si chacun s’astreignait à parler quand l’occasion s’en présente, nos possibilités décupleraient par seul effet d’une notoriété plus grande.

Sans devenir un « raseur » insupportable, il est possible d’avoir un rayonnement considérable. Maints esprits sont désorientés. Les leçons de l’actualité sont éloquentes. Beaucoup sentent le besoin d’une action sérieuse. Il importe de savoir découvrir ceux qui n’attendent que cette invitation pour se mettre au travail.

5. Pas de fausse politesse

Combien sont coupables par « politesse ». L’heure n’est plus cependant aux révérences de salon. Quels malheurs devrons-nous subir encore pour que les « bons » se considèrent enfin comme mobilisés ? La charité n’a jamais consisté à laisser l’erreur se répandre. Une opposition, même assez vive, n’est pas nécessairement coupable. D’autant qu’il suffit bien souvent d’une mise au point, courte et nette, pour que soient dissipées, dès l’envol, les nuées les plus dangereuses.

6. Cependant, la vérité n’est pas une matraque...

... pour assommer les gens. Elle n’a pas pour but essentiel d’offrir des arguments pour clouer le bec à ceux qui ne la connaissent pas encore. Elle aurait plutôt pour fin de les séduire, de les gagner. Certes, elle est, à la limite, assez forte pour devenir une arme. Mais à la limite seulement. Et nous oublions beaucoup trop, quand nous prétendons la répandre, de la présenter d’abord pour ce qu’elle est : une lumière et un bien, une joie de l’esprit et de l’âme.

7. Le courage d’être vrais

Gardons-nous de cette très subtile recherche de soi qui se cache dans un certain désir d’être « aimé en se disant toujours d’accord avec tout le monde ». Il est si agréable de passer pour le « bon type » avec lequel il n’y a jamais de discussion. Mais, comme Veuillot l’observait déjà, prenons garde que la « peur de cesser d’être aimable finisse par nous ôter le courage d’être vrais, et qu’on nous loue. Mais de quoi ? De nos silences et de nos reniements ».

A suivre …la semaine prochaine…

Lire et télécharger dans son intégralité l’Action au chapitre III de la cinquième partie, « Notes pour l’action individuelle » dans l’Action de Jean Ousset. Pour rejoindre une initiative qui corresponde à vos « talents » contacter le service d’information d’Ichtus. Ce livre l’Action de Jean Ousset est un maître livre pour bien penser l’action en fonction du but poursuivi. Tout homme ou femme d’action le lira avec profit pour inspirer son engagement. Jean Ousset, fondateur d’Ichtus pour Former, Relier et Agir, est le premier en effet à avoir méthodiquement formalisé une doctrine de l'action culturelle, politique et sociale à la lumière de l'enseignement de l'Eglise pour, concrètement répondre au mal par le bien. A l'encontre des pratiques révolutionnaires et de la dialectique partisane, si l'amitié est le but de la politique, Jean Ousset nous montre comment pour agir en responsable, l'amitié en est aussi le chemin.

Le Salon Beige

Posté le 30 juillet 2014 à 08h30 | Lien permanent

Mesures contre l'immigration en Grande-Bretagne

CLe Premier ministre britannique David Cameron a annoncé une série de mesures pour réduire l'immigration légale et illégale :

"Nous voulons un système d'immigration qui bénéficie d'abord à la Grande-Bretagne et donc ce que nous mettons en place aujourd'hui, c'est une série de changements qui dit aux gens: si vous venez ici illégalement, il sera plus difficile pour vous d'avoir une maison, une voiture, un travail, un compte bancaire". "Et lorsque nous vous trouverons - et nous vous trouverons - nous nous assurerons que vous serez renvoyés dans votre pays".

Parmi les mesures annoncées pour le mois de novembre figure une limitation des allocations chômage et familiales à 3 mois maximum, contre 6 mois aujourd'hui, pour les immigrants issus de l'Union européenne.

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 08h27 | Lien permanent | Commentaires (6)

Plusieurs dirigeants de l'UCK jugés pour crimes contre l'humanité

UPlusieurs membres de la hiérarchie de l'ancienne Armée de Libération du Kosovo (UCK) seront poursuivis pour crimes contre l'humanité et trafic d'organes devant le tribunal international chargé de juger les crimes de guerre commis pendant le conflit serbo-kosovar, a annoncé mardi à Bruxelles le procureur Clint Williamson responsable de l'enquête internationale.

Les individus poursuivis étaient tout en haut de la hiérarchie militaire de l'UCK.

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 08h22 | Lien permanent | Commentaires (9)

CSA : LCI ne doit pas déstabiliser le monopole de la désinformation

Lorsque la chaine KTO avait posé sa candidature pour être diffusée sur la TNT, le CSA avait refusé sous prétexte que cette chaine ne s'adresse pas à un public assez large (argument retoqué par le Conseil d'Etat)

CHier, le CSA a refusé l'arrivée de la chaîne d'information LCI sur la TNT gratuite ainsi que 2 autres chaînes, Paris Première (M6) et Planète+ (Canal+). Le passage en gratuit, au sein des 25 chaînes existantes de la TNT, signifiait qu'elles n'auraient plus été financées par les diffuseurs, comme CanalSat, mais par la publicité. Cependant, les recettes publicitaires des chaînes ont reculé de 3,5% en 2013, dont 5,8% pour les chaînes historiques selon l'Irep (Institut de Recherches et d'Etudes Publicitaires). M6 et TF1 espéraient sans doute récupérer des parts du marché publicitaire. 

Le CSA a mis en avant 3 raisons à ce refus :

  • la conjoncture du marché publicitaire «caractérisée par une baisse marquée des recettes», qui ne permet pas de faire vivre trois chaînes supplémentaires
  • la situation concurrentielle des 25 chaînes actuelles de la TNT.
  • le paysage audiovisuel français, était déjà suffisament riche avec 25 chaînes gratuites couvrant un large spectre de besoins - des chaînes généralistes aux chaînes d'information en passant par les chaînes thématiques.

Dans le détail, le CSA a estimé que l'arrivée d'une troisième chaîne d'information en gratuit «pourrait déstabiliser les deux chaînes d'information déjà existantes», BFMTV et i-Télé. Sic.

Rappelons que la première mission du CSA est de veiller au "pluralisme de l'expression des courants d'opinion et honnêteté de l'information".

LLCI, pionnière des chaînes d'infos françaises, il y a 20 ans, ne compte aujourd'hui plus que 13 000 téléspectateurs, écrasée par ses deux concurrentes gratuites, BFMTV et iTélé. Mais le CSA a refusé le passage au gratuit en arguant que cela "pourrait déstabiliser les deux chaînes déjà existantes". Eric Revel, directeur de la chaîne d'info de TF1 s'est interrogé sur la prise en compte du critère du "pluralisme". Et il annonce que LCI ne survivra pas à ce refus. Quelques minutes après, les oligarques de la désinformation (Bergé, Niel, Pigasse) ont fait savoir leur intention de racheter LCI.

Comme l'écrit ce blogueur :

"Plus sérieusement, cette décision unilatérale du CSA crée un dangereux précédent en matière de contrôle des médias. Jamais dans une démocratie moderne, une institution technocratique, sans aucune légitimité populaire qui plus est, ne devrait avoir en son pouvoir le droit de choisir unilatéralement les médias dignes de diffuser au plus grand nombre. Pire, l’idée même de tenter de garder en vie artificiellement des chaînes de télévision en dépit des choix du public revient ni plus ni moins qu’à influencer indirectement le contenu de l’offre télévisuelle et donc in fine ce que le téléspectateur français a le droit de regarder. Tant qu’à faire, donnons tous nos télécommandes au CSA afin qu’ils répartissent équitablement entre les chaînes existantes l’ensemble de l’audimat."

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 08h18 | Lien permanent | Commentaires (4)

21 % des accidents mortels sur la route causés par la drogue

CTandis que dans son éditorial du 27 juillet, le New York Times appelle les autorités fédérales américaines à légaliser la marijuana, on apprend que 21 % des accidents mortels en 2013 ont été causés par la drogue, selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR). L'alcool, la même année, était présent dans 30 % de ces accidents.

En 2012, 531 personnes ont été tuées alors qu'au moins un des conducteurs en cause présentait un test positif aux stupéfiants, soit 32 de plus qu'en 2011.

«Ce nombre est en réalité plus important, indique le bilan 2012 de l'accidentalité réalisé par l'ONISR. Dans 38 % des accidents mortels, le résultat du test (toxicologique) n'est pas enregistré.»

Il est en effet beaucoup plus long et onéreux de chercher la drogue que de chercher l'alcoolémie.

Les prix de la cocaïne ont chuté, de 150 euros en 1990, le gramme de cocaïne coûte aujourd'hui 60 euros. Un médecin agréé auprès des commissions médicales pour la réattribution du permis de conduire en Haute-Savoie témoigne :

«Avant, on se retrouvait face à deux cas de conducteurs sous cocaïne tous les ans. Maintenant, ce sont deux par mois !»

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 07h55 | Lien permanent | Commentaires (2)

De l'argent sur le dos des familles

QLe quotient familial a été instauré en 1945 dans le but de diminuer le montant d'impôt sur le revenu, en tenant compte du nombre d'enfant(s) à charge dans les foyers français. Sa devise est la suivante: «À niveau de vie égal, taux d'imposition égal.» Le quotient familial divise le revenu imposable de chaque contribuable en fonction de la situation familiale: nombre d'enfants au sein du foyer fiscal, âge, niveau de santé... Le quotient familial doit être vu comme une barrière d'ajustement qui prend en compte le niveau de charges de chaque famille. Chaque personne adulte équivaut à une part, et chaque enfant à une demi-part. Le troisième enfant - et les suivants - vaut une part entière. L'impôt se calcule en divisant les revenus nets du foyer par le nombre de parts, en appliquant le barème d'imposition au résultat, puis en remultipliant la somme obtenue par le nombre de parts.

Ne sachant comment réduire son train de vie, et après avoir envisagé de baisser les allocations familiales, l'Etat a accru les charges sur les familles en abaissant le quotient familial de 2336 euros à 2000 euros, pour 2013. Selon le rapport sur «l'application des mesures fiscales» que vient de publier le rapporteur général du Budget à l'Assemblée, Valérie Rabault (intégralité du rapport), cette mesure a permis d'engranger 554 millions d'euros au lieu des 490 millions attendus. Ce ne sont pas 882 600 ménages qui ont été concernés, mais 1 014 783 foyers fiscaux. Le montant moyen d'impôt supplémentaire s'établit à 546 euros.

Et ce n'est pas terminé : le quotient fiscal va de nouveau être abaissé cette année, de 2000 euros à 1500 euros, afin de rapporter un milliard d'euros supplémentaire et permettre de financer le déficit de la Sécurité sociale.

Michel Janva

Posté le 30 juillet 2014 à 07h43 | Lien permanent | Commentaires (6)

29 juillet 2014

Des nouvelles d'Irak

Dans Le Figaro, quelques photos de la visite du cardinal Barbarin, de Mgr Dubost et du père Gollnsich en Irak.

IDans Famille chrétienne, Charles de Meyer raconte la mission de l'association SOS Chrétiens d'Orient, actuellement sur place. Extrait :

"[A] Mar Matti, monastère des premiers temps du christianisme oriental, les volontaires n'ont pas le temps de se laisser subjuguer par la splendeur des lieux. Des familles en colère contre l'Occident et leur destin s'empressent de décrire leur expérience. Une fois encore, tous leurs biens ont été confisqués par les islamistes, qui les empêchent en outre de rejoindre la frontière kurde à bord de leur voiture. En collaboration avec les moines syriaques orthodoxes, nous organisons pour près de 2.500 dollars d'approvisionnement en nourriture. Un mot nous touche, lancé par un père de famille, qui s'exclame : « Des dizaines de journalistes sont venus ici, nous témoignons, mais que font vraiment les Occidentaux ? Où sont les chrétiens occidentaux ? »."

À l'Assemblée, le nouveau groupe d'étude sur les chrétiens d'Orient, coprésidé par Valérie Pécresse et Véronique Besse, a recueilli la signature de 58 parlementaires de droite et du centre pour une lettre ouverte à François Hollande lui demandant de prendre deux initiatives diplomatiques.

  1. Auprès des pays du Moyen-Orient «pour leur demander de mieux garantir le libre exercice du culte sur leur territoire».
  2. À l'ONU, en présentant une résolution pour que le Conseil de sécurité «réaffirme solennellement» le droit à la liberté religieuse.
Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 22h40 | Lien permanent

Avortement : 93 sénateurs UMP saisissent le Conseil Constitutionnel

Jeudi 24 juillet, au lendemain de l’adoption de la loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes, 93 sénateurs UMP ont déposé une saisine du Conseil constitutionnel. Ils s’opposent à la suppression de la notion de « détresse » justifiant le recours à une IVG. Le texte de la saisine met en avant 3  arguments :

  • Il serait concrètement inutile : « sa portée concrète n'est probablement pas majeure puisqu'aucune instance n'a aujourd'hui le pouvoir de vérifier la réalité de la condition de détresse posée par la loi du 17 janvier 1975 relative à l’interruption volontaire de grossesse, dite loi Veil. »

  • Il remettrait en cause l’équilibre « audacieux » de la loi Veil : «  la loi ‘n'admet qu'il soit porté atteinte au principe du respect de tout être humain dès le commencement de la vie qu'en cas de nécessité et selon les conditions et limitations qu'elle définit’». Ce faisant, « Cela justifie que l'avortement demeure aujourd’hui légalement interdit hors les cas prévus par la loi Veil. »

  • Il effacerait la ligne de crête trouvée par la loi Veil entre « des convictions antagoniques totalement irréductibles » : « Dans notre République de liberté, de respect et de tolérance, ces convictions contraires doivent pouvoir s'exprimer et coexister sans empêcher l'application de la loi. »

Ils concluent que le « principe du respect de tout être humain dès le commencement de sa vie est bafoué part cet article 24 ». La liste des sénateurs est ici

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 20h10 | Lien permanent

Espagne : recul sur le projet de loi pro-vie ?

Le projet de loi visant à limiter le recours à l'avortement devait être approuvé avant la fin de l'été mais sa présentation en Conseil des ministres n'est toujours pas d'actualité.

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 20h04 | Lien permanent

GPA : Christiane Taubira incompétente ou menteuse ?

Le garde des sceaux a justifié ce matin au micro de France Inter la régularisation en France d’enfants nés de mères porteuses à l’étranger en indiquant que ces enfants seraient « anonymes ou apatrides », ce qui est faux.

Auteur d’une loi en 2001 « tendant à la reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité », Christiane Taubira ouvre pourtant la porte à une nouvelle forme d’esclavage : celle des mères porteuses, le plus souvent issues des pays du Sud et payée une misère pour mettre au monde un enfant qu’elles doivent abandonner à leur donneur d’ordre.

Régulariser des enfants issus de GPA réalisée à l’étranger revient à autoriser « de fait » la GPA en France. Car, avec cette reconnaissance, il suffit d’aller à l’étranger et de revenir ensuite en France avec l’enfant, arraché à sa mère dès sa naissance

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, déclare :

« La GPA est interdite en France. Il convient de faire respecter cette interdiction en dissuadant, donc en évitant de rendre possible voire facile son contournement. Si des Français bravent cet interdit à l’étranger dans un pays où cette forme d’esclavage est autorisée, ils doivent en tirer les conséquences et rester vivre dans ce pays. Si la GPA est prouvée, ils pourraient même être déchus de leur nationalité française au nom d’une attaque grave à l’encontre de l’indisponibilité du corps humain ».

Mais en aucun cas, ils ne doivent pouvoir faire reconnaître « leur » enfant. Le code civil interdisant la GPA, la « filiation » issue de GPA ne peut être reconnue.

« Madame Taubira fait preuve d’une incompétence grave, à moins qu’il ne s’agisse d’un mensonge délibéré ce que je n’ose croire, en évoquant des enfants « apatrides ou anonymes » : tout enfant, même né par GPA, est inscrit à l’état civil et a la nationalité du pays qui l’a vu naître. Dire le contraire est une manipulation. La France, patrie des droits de l’Homme, s’honorerait de lutter contre la GPA au lieu de favoriser le tourisme procréatif comme elle le fait avec la circulaire Taubira. En effet, compte-tenu de la propagation actuelle de cette pratique, le meilleur moyen d’y mettre fin est d’agir au niveau international. ».

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 19h17 | Lien permanent

Un livre pronant le jihad et la Bible "c'est pareil"

... selon le ministère de l'intérieur.

La polémique autour du livre intitulé "La voie du musulman", vendu dans des grandes surfaces à l'occasion du Ramadan, enfle. L'auteur de ce livre édité en avril 2014, le cheikh algérien Abu Bakr Al-Jazairi, y évoque longuement "la guerre sainte, le djihad". Et l'on y lit ces paroles d'une grande finesse (© Manuel Valls) :

"Le djihad a pour but de comprendre et de contenir les mécréants, ennemis de l'Islam et de la communauté musulmane. C'est un devoir pour tout musulman que tous les croyants sont appelés à accomplir"

"les musulmans doivent installer toutes sortes d'usines d'armement pour fabriquer tout genre d'armes en usage dans le monde".

"les musulmans doivent aussi se perfectionner et s'améliorer dans l'art militaire défensif et offensif pour se défendre ou attaquer au moment opportun pour que le verbe de Dieu triomphe".

"L'hérétique : c'est le musulman qui renie sa religion, devient juif, chrétien ou athée, de son propre gré. On le somme dans un délai de trois jours pour revenir à l'Islam, s'il refuse, il sera passible de la peine de mort".

Alerté au sujet de ce livre "salafiste aux propos radicaux", le ministère de l'intérieur estime :

"On ne peut pas interdire des livres dès qu'ils sont choquants. S’il n'y a pas d'appel à la haine ou d'apologie au terrorisme, on ne peut pas l'interdire. Ce n'est pas un délit de prôner le djihad, ce n'est pénalement pas répréhensible".

"Si l'on prend la Bible, c'est pareil, il y a également des passages choquants et pourtant, on ne va pas l'interdire".

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 19h11 | Lien permanent | Commentaires (23)

Comme Jonas, Mossoul sortira sauve de cette guerre

Dans la cathédrale Saint-Joseph d’Erbil (Kurdistan irakien) où il se trouvait hier en compagnie du cardinal Philippe Barbarin, Louis Raphaël Ier Sako, patriarche de Babylone des Chaldéens, s’est adressé à la foule :

« Notre foi demeurera ferme malgré tous les sacrifices et notre espérance demeurera forte (…) Disons le au monde entier : c’est la paix et non la guerre qui aura le dernier mot (…) Tuer l’innocent est un crime contre l’humanité. Il est impératif de trouver des solutions pacifiques par le dialogue, la négociation et la compréhension. En Irak et dans notre orient arabe, les gens ont besoin de se sentir partie intégrante d’une plus grande unité et de vivre tous ensemble sans peur, dans la dignité, dans la sécurité, dans l’amour et dans l’espérance. L’homme a été créé libre et il ne doit pas devenir l’esclave de quiconque comme l’entraîne le statut de dhimmi. Les chrétiens sont des citoyens authentiques, comme le sont leurs frères musulmans. Personne n’a de droits sur eux. Avec leur ouverture d’esprit et leur participation au gouvernement, ils ont beaucoup donné à l’Irak et aux musulmans. Je vous conjure de demeurer forts malgré toutes vos souffrances. Vous demeurerez forts et vous planterez l’espoir et la solidarité dans la confiance et dans le courage. Jonas a été avalé par la baleine, mais il en est sorti sain et sauf. Comme lui, Mossoul (Ninive) sortira saine et sauve de cette guerre ».

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 19h01 | Lien permanent

Irak : les réponses hasardeuses de Laurent Fabius

Député des Bouches-du-Rhône, Valérie Boyer, répond à Famille chrétienne. Extraits :

"Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve ont affirmé, le 28 juillet, que la France était prête à favoriser l’accueil des chrétiens d’Irak « sur notre sol au titre de l’asile ». Est-ce une solution que de les aider à quitter leur pays ?

Ont-ils une alternative ? Ils sont dépouillés, rançonnés, exilés et cette situation n’est malheureusement pas nouvelle. Ils n’ont pas le choix : soit ils se convertissent, soit ils meurent. La France a toujours été protectrice des minorités chrétiennes au Moyen-Orient, et cette proposition d’asile, qui faisait partie des celles que je souhaitais adresser à Laurent Fabius, répond à la mission protectrice et historique de la France vis-à-vis des chrétiens d’Orient, comme Valéry Giscard d’Estaing le fit en son temps pour les Mong.

Cette déclaration de la diplomatie française était attendue depuis plusieurs jours. Arrive-t-elle trop tard ?

Je suis surprise du silence de la France. Les mobilisations de ces derniers jours montrent pourtant bien l’inquiétude des Français pour cette région du monde qui est, ne l’oublions pas, le berceau de nos racines. Pourquoi n’a-t-elle pas été à l’initiative d’une action au niveau de l’Europe et des instances internationales ?

Le 23 juillet, en réponse à une question orale que je lui avais adressée à l’Assemblée nationale, Laurent Fabius m’a affirmé que la France était à l’origine d’une déclaration internationale aux Nations unies. Mais selon mes vérifications, cette affirmation est fausse. Cette déclaration était à l’initiative de la Grande-Bretagne. De même, le ministre des Affaires étrangères évoque une somme d’argent pour venir en aide aux chrétiens d’Irak, mais je n’en ai trouvé aucune trace.

François Hollande devrait-il intervenir ?

Je lui ai adressé un courrier hier (lundi 28 juillet) lui demandant de sortir de son silence, afin que la voix de la France, qui compte encore dans cette partie du monde, puisse enfin être entendue. Jusqu’à présent, ça n’a pas été le cas. [...]"

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 18h52 | Lien permanent | Commentaires (8)

Manif interdite de Barbès : un organisateur proche des terroristes d'Action Directe

PAlain Pojolat (facebook), un des organisateurs de la manifestation non autorisée pro-palestinienne, militant d’extrême-gauche appartenant au mouvement du NPA, va être convoqué devant la justice. Cet appel à la manifestation était intervenu après l’interdiction décidée par les autorités.

L’homme a déjà été arrêté pour des faits de vandalisme et était un proche du groupe terroriste d’extrême-gauche Action Directe.

Manuel Valls, s'il est logique avec lui-même, doit dissoudre le NPA.

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 18h35 | Lien permanent | Commentaires (3)

Veillée de prière pour la paix au Proche-Orient près de Toulouse

0

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 18h26 | Lien permanent

A Gaza aussi, des chrétiens fuient ou se convertissent

Un reportage fort instructif, réalisé en début d'année pour une chaîne israélienne (que l'on peut penser certes partisane).

Louise Tudy

Posté le 29 juillet 2014 à 18h17 | Lien permanent | Commentaires (0)

La censure est dans le pré

Lu ici :

"La production de L'amour est dans le Pré, l'émission phare de M6, fait tout pour éviter les polémiques. Karine Lemarchand a ainsi confié à TvMag que les affiches FN de certains candidats, de même que certains propos homophobes, sont retirés de l'émission."

A quand "La petite maison socialiste dans la prairie" ?

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 17h18 | Lien permanent | Commentaires (6)

L'ouverture du don du sang aux homosexuels aboutirait à multiplier par 4 le risque

Le Professeur Henri Joyeux dit non au don du sang pour tous :

"Je suis chirurgien du cancer et plus largement de maladies qui peuvent conduire au cancer. Depuis 1972, j’ai opéré de milliers de patients.

Cela veut dire aussi que, de même que mes collègues, j’opère des patients chez lesquels je peux être amené à prescrire, avec les réanimateurs, une transfusion sanguine, avant, pendant ou après l’intervention chirurgicale parce que l’acte opératoire ou l’état du malade nous l’impose. [...]

Depuis l’arrivée du Sida sur la planète en 1982, avec mes collègues chirurgiens, dans le monde entier, nous avons énormément réduit le recours à la transfusion sanguine car nous n’étions pas sûrs de la qualité des sangs donnés. Nous avons trop souvent vécu des cas de patients transfusés ayant à cette occasion « attrapé » le virus du Sida, celui de l’hépatite B ou C. Je vous laisse imaginer comment nous avons dû informer ces patients. « Responsables mais pas coupables », pensez vous encore aujourd’hui. Eh bien NON ! nous avons raisonné et agi en « responsables ». Nous ne l’avons pas oublié, nous en souffrons encore, car nous avons perdu des patients qui n’auraient pas dû mourir…

Aujourd’hui, nous préférons aider le patient à refaire seul son stock de globules rouges (GR) avec des perfusions de fer, ou avec une hormone, l’EPO, qui stimule la fabrication des GR, laquelle fabrication se nomme « érythropoïèse ».

Je sais bien que la transfusion est aujourd’hui plus sûre mais je sais aussi qu’elle n’est pas sécurisée à 100 %. Certes, la sécurité s’est doublée d’un système de traçabilité tant chez les donneurs que chez les receveurs. Mais les spécialistes l’affirment : « Il persiste néanmoins un risque variable de transmission virale par transfusion. En France, le risque résiduel est devenu très faible pour les virus pathogènes majeurs qui sont testés (hépatite B, VIH, hépatite C), inférieur à 1 pour 2 à 8 millions de dons (la fourchette, remarquez-le, est très large et donc incertaine !). Mais il persiste un risque pour des virus connus, mais non testés systématiquement et des virus nouveaux émergents. »

Ouvrir le don du sang aux personnes homosexuelles ?

Depuis quelques semaines, je suis harcelé de mails me demandant de signer le pétition pour « le Don du sang pour tous ». Par mon métier et ma position personnelle de représentant des familles (familles-de-france.org) et de membre de Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) à Paris, je suis donc « intéressant » pour cette pétition et ceux qui en font promotion et diffusion.

[...] Trois chiffres de l’Institut national de veille sanitaire (INVS) me paraissent particulièrement importants à retenir :

  • En 2010, le nombre de cas de découverte de séropositivité VIH a été de 6 pour 100 000 pour les hétérosexuels, contre 758 pour 100 000 chez les homosexuels masculins ;
  • 3 % minimum des homosexuels masculins sont contaminés par le virus du sida sans le savoir ;
  • l’ouverture du don du sang aux homosexuels aboutirait à multiplier par 4 le risque de contamination.

Dans un monde où prime le principe de précaution, pourquoi prendre un tel risque ?

Pour avoir du sang supplémentaire ? Mais l’ouverture du don du sang des personnes homosexuelles n’augmenterait le volume total de sang donné que de 2 % !

Il me reste à dire pourquoi je suis absolument opposé aux dons du sang par les personnes qui se disent homosexuelles ou bisexuelles.

Six arguments dominent tous les autres :

  1. Ces personnes peuvent être porteuses du virus du sida sans le savoir. Les chiffres sont formels et montrent que les homosexuels sont plus nombreux à être porteurs du virus que les hétérosexuels à multiples partenaires.
  2. La transfusion sanguine ne peut être sécurisée à 100 %. Je sais bien que le risque est faible, les Centres de transfusion disent même très faible… Cela veut dire qu’il n’est pas nul, nous l’avons dit.
  3. Il m’est arrivé évidemment d’opérer des personnes porteuses du virus du Sida. Savez-vous que le chirurgien et ses aides prennent des précautions draconiennes pendant l’opération en changeant très régulièrement de gants, en portant une double paire de gants et que s’ils se piquent pendant l’opération, ils doivent immédiatement le déclarer et subir un protocole très pénible à suivre ? Évidemment, le chirurgien doit se protéger et protéger tous ses collaborateurs, quels que soient leurs rôles autour du patient.
  4. J’ai connu un enfant qui a dû subir une exsanguino-transfusion dès sa naissance et qui a passé toute son enfance fatigué, fragile, très souvent sous antibiotiques… À l’adolescence, on a découvert qu’il était porteur du virus du Sida (Syndrome d’immuno-déficience humaine) depuis sa naissance parce que le don de sang n’était pas suffisamment sécurisé. Le donneur infecté ne savait pas qu’il était porteur du virus. Il donnait son sang pour – sans le dire – se faire contrôler, sachant que ses multiples partenaires de même sexe que lui risquaient de l’infecter malgré l’utilisation de préservatifs. Allez donc expliquer à cet ado que le sang, vecteur de vie, peut être vecteur de mort !
  5. Quant à l’argument de l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne, qui déclare que le fait de refuser le don du sang aux personnes homosexuelles constitue une évidente discrimination indirecte basée sur le genre et l’orientation sexuelle, il est tout simplement incompétent et irresponsable dans un domaine qu’il ne connaît pas.
  6. Quand on dit qu’il s’agit d’une nécessité de santé publique, en élargissant le don du sang à tous, on oublie ou même on cache que le don du sang est interdit dans beaucoup d’autres situations à risques qui n’ont aucun rapport avec l’homosexualité ou la bisexualité.

Ainsi vous comprendrez d’abord pourquoi, pour certaines interventions de mes collègues orthopédistes, quand elles sont programmées à l’avance, on choisit « l’auto-transfusion ». Celle-ci consiste à prélever quelques mois à l’avance le sang du patient lui-même pour le lui rendre pendant l’opération, alors que son corps a eu le temps de refaire le stock de ses globules rouges conservés en poche stérile au congélateur. [...]"

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 17h14 | Lien permanent

Les médias consultent-ils le briefing du porte-parole de la Maison Blanche ?

Lu sur IHS News :

"Reste-t-il une once de déontologie dans les médias ? Les pays européens vont-ils encore suivre longtemps la politique agressive de l’administration étasunienne, qui lance accusation sur accusation avant de rectifier, du bout de la langue, ses propos quelques jours plus tard ?

Voici quelques une des questions que l’on pourrait légitimement se poser, ou plutôt que l’on devrait se poser, alors que l’Union Européenne envisage de passer à des sanctions économiques plus fortes à l’encontre de la Russie. Sanctions qui auront obligatoirement un effet boomerang, que nombre de pays européens ne sont pas à même de supporter. Car sur quoi se fonde cette impérieuse nécessité de lancer de nouvelles sanctions ? Sur la politique agressive de la Russie. Certes, admettons, mais qu’on fait de neuf les russes ? Ils ont bombardé le territoire ukrainien, les Etats-Unis l’ont affirmé et l’ensemble de la presse l’a étalé au grand jour. C’est vrai, les Etats-Unis ont mis en ligne des photos affirmant que cela prouvait que la Russie avait bombardé, ces derniers temps, le territoire ukrainien. Si l’on occulte les rapports des experts internationaux dont nous avons parlé hier, qui affirment n’avoir pu constater aucune preuve de violation de la part des russes, on doit sans doute admettre que ces photos peuvent être une preuve. On aimerait cependant souligner au passage que les Etats-Unis ont pu mettre en ligne ces preuves satellites, mais refusent toujours de mettre celles concernant le crash du vol de la Malaysia Airlines… Mais revenons à nos russes. Les Etats-Unis affirment donc que les russes ont bombardé le territoire ukrainien. Admettons ! Les ukrainiens ont bombardé (sans doute par accident) le territoire russe, détruisant au passage postes- frontières et divers biens. La Russie avait annoncé qu’elle répliquerait si cela continuait…Bon ce n’est pas un signe de paix, mais en comparaison de la réaction israélienne face aux bombardements de son territoire, ce n’est pas plus scandaleux.

Enfin…jusqu’à un rectificatif du porte parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, qui a reconnu que les conclusions concernant les bombardements du territoire de l’Ukraine par la Russie reposaient en partie sur des informations provenant des réseaux sociaux. En outre, les accusations, selon lesquelles les militaires russes auraient formé la milice populaire à utiliser des systèmes de missiles anti-aériens Bouk, se fondaient également sur les rumeurs propagées via Internet.

(voir l’intégralité du Briefing : http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2014/07/25/press-briefing-press-secretary-josh-earnest-072514

We have seen in the last couple of days, according to some social media reports but also to some intelligence assessments that have been released by the intelligence community, reports that there has been firing of Russian heavy weapons from the Russian side of the border at Ukrainian military personnel.  We have detected that firing, and that does represent an escalation in this conflict.  I know that the Pentagon and the State Department both talked about this a little bit yesterday, but it only underscores the concerns that the United States and the international community has about Russian behavior and the need for the Putin regime to change their strategy…

Et là, le scandale est censé changer de camps. Sauf que les médias, qui s’étaient empressés de prendre la première version, n’apportent pas les précisions données, suite aux Briefing des journalistes par le porte-parole de la Maison Blanche. [...]"

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 15h41 | Lien permanent | Commentaires (8)

Etre fidèle au Christ

De Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique :

"Il y a tout juste 52 ans dans la torpeur d’un été analogue à celui que nous vivons un million de chrétiens d’Algérie étaient chassés de leur terre natale. Cette épuration ethnico-religieuse s’accomplit dans le silence assourdissant des bonnes consciences autoproclamées, le mutisme des évêques de France à l’exception notable de Mgr. Rodhain , président du Secours Catholique, et la complicité active des autorités gaullistes de l’époque qui renvoyèrent en Algérie les supplétifs musulmans qui avaient échappé au massacre et réussi à rejoindre la métropole.

Dans l’esprit du général De Gaulle il s’agissait, ayant recentré la France sur son pré carré originel et conforté son homogénéité ethnique et religieuse, de lui permettre, libérée du poids financier et médiatique de ses colonies, de jouer, de nouveau, un rôle international de premier plan. Le moins que l’on puisse dire est que la suite des événements n’a guère confirmé les analyses du chef de l’Etat qui craignait, paraît-il, de voir Colombey-les-deux églises devenir Colombey-les deux mosquées.

Aujourd’hui ce sont nos frères chrétiens d’Irak et de Syrie qui doivent choisir entre la valise, le cercueil et la conversion à l’Islam. La communauté internationale regarde ailleurs. Le capitaine de pédalo qui préside aux destinées de notre pays et qui souhaitait intervenir militairement pour soutenir les insurgés islamistes syriens « imite de Conrad le silence prudent », n’envisage absolument pas d’intervenir militairement en Irak, ce qui est objectivement au-dessus de ses moyens, et se propose d’accueillir tous les réfugiés qui le souhaiteront.

Le mondialisme libertaire qui est l’idéologie de nos élites dirigeantes est au mieux étranger, au pire absolument rétif au concept même de « Chrétiens d’Orient. » « Le christianisme voilà l’ennemi » ressentent plus ou moins confusément tous les tenants du matérialisme hédoniste, adeptes du métissage culturel, ethnique et religieux sur fond de société de consommation et de liberté des mœurs. Une inimitié irréconciliable existe entre ceux qui « ont fait pour Dieu leur ventre » (Phil III, 18) voire leur bas-ventre et les disciples d’un Dieu crucifié qui, à leur tour, portent leur croix et prient pour leurs bourreaux.

Que peuvent comprendre à un attachement charnel à une terre natale les « hommes nomades » loués par Jacques Attali, sans racines ni passé, dont le rapport à la patrie a été, depuis longtemps déjà, résumé par Fénelon : « La patrie d’un cochon se trouve partout où il y a du gland » ?

En cet été 2014 puisse notre solidarité avec les chrétiens d’Irak, par la prière, le jeûne ou l’action extérieure, être un signe visible, par Dieu et les hommes, de l’universalité de l’Eglise : « Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui » (1 Cor XII, 26)

Peut-être sera-ce également l’occasion de nous demander ce que nous a coûté, jusqu’à aujourd’hui, notre fidélité au Christ. Si la réponse est rien ou pas grand-chose est-ce vraiment une bonne nouvelle ?"

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 15h04 | Lien permanent

Le pape au Sri Lanka et aux Philippines en janvier 2015

A l'invitation des gouvernements et des épiscopats nationaux, le Saint-Père effectuera en janvier 2015 un voyage pastoral au Sri Lanka et aux Philippines. Le programme du voyage, du 12 au 15 janvier 2015 pour le Sri Lanka, et du 15 au 19 pour les Philippines, sera publié prochainement.

Au mois d'août prochain, le pape François sera en Corée du sud.

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 14h52 | Lien permanent

Trisomie 21 : Jean-Frédéric Poisson fustige le CSA

Lettre ouverte de Jean-Frédéric Poisson, Président du parti Chrétien-Démocrate et député des Yvelines, au CSA :

"Monsieur le Président,

Il y a quelques jours, vous avez réprimandé des chaînes de télévision (TF1, M6, Direct 8, Canal plus) pour avoir relayé la campagne «Chère Future Maman» diffusée à l'occasion de la journée mondiale de la trisomie 21, mettant en valeur la capacité des enfants trisomiques à propager du bonheur autour d'eux.

Évidemment, cette décision a provoqué un très grand émoi chez les familles de personnes atteintes de trisomie 21, ainsi que chez tous ceux qui accompagnent les enfants et les adultes atteints de cette maladie.

Vous dites avoir voulu répondre à des téléspectateurs qui auraient été gênés par ce message. Et voici votre principal argument: les chaînes de télévision doivent veiller à ne pas diffuser des films dans ce contexte, dans la mesure ou de tels messages sont susceptibles de ne pas susciter une «adhésion spontanée». En prenant connaissance de cet argument, j'ai pensé que l'auteur de la dépêche de presse vous voulait du mal: parce que tout de même, il est difficile de trouver, de la part d'un organisme officiel, censé opérer la régulation et maintenir l'équilibre, une réponse aussi carrément à côté de la plaque, et aussi faiblarde sur le plan juridique.

Mon premier reproche est que vous avez failli à votre mission. Qu'on puisse être gêné par un tel film, diffusé dans le cadre de la journée mondiale de trisomie 21, n'est pas étonnant. En règle générale, l'homme moderne est gêné par toute forme de faiblesse, et prend d'innombrables précautions pour qu'aucune ne se retrouve sous ses yeux. Mais précisément, la mission qu'a le CSA de garantir le pluralisme vous intimait de rappeler à vos interlocuteurs que les personnes atteintes de trisomie ont les mêmes droits que les autres personnes: je veux dire le même droit de cité, le même droit à être vues, à être respectées, à être aidées, donc le droit aussi à ne pas être censurées quand elles sont montrées à la télévision.

Pour des raisons invraisemblables, vous avez voulu vous réfugier derrière ce fameux «n'est pas susceptible de provoquer une adhésion spontanée». C'est sans doute une boutade... Réfléchissons un peu, en effet. De deux choses l'une: ou bien c'est un argument de principe, ou bien c'est un argument de circonstance.

Raisonnablement, votre position ne peut pas être un argument de principe. En effet, si vous deviez réprimander toutes les chaînes de télévision et de radio au motif qu'elle ne devraient pas diffuser des émissions «qui ne sont pas susceptibles de provoquer une adhésion spontanée», je vous laisse imaginer les coupes claires qu'il faudrait opérer dans toutes les grilles de programmes.

Auriez-vous par hasard l'intention de supprimer les spots publicitaires qui font des femmes de véritables objets de consommation ou de promotion? [...]

Ces exemples montrent, si besoin était, que votre argument ne peut pas être considéré comme un principe, sauf à ce que l'application de ce principe tue l'ensemble de la sphère dont vous avez la charge. Et la liberté d'expression avec. Je sais bien que vos amis au pouvoir n'aiment pas ce qui ne leur ressemble pas, mais personne n'est obligé de les imiter, ni de devancer leurs désirs. C'est donc un choix de circonstance. Et c'est sans doute pire.

C'est pire, en effet, car le premier rôle de l'institution, en l'espèce des organismes institutionnels, est de rappeler que le droit s'enracine dans la situation du faible pour le protéger du fort. Peut-être votre position est-elle fondée en matière purement juridique.

A vrai dire, cela m'importe peu. La décision que vous avez prise fait primer, comme trop souvent dans la société occidentale, des impératifs de forme et de procédure sur la défense des personnes et leur dignité. Vous donnez l'impression de l'avoir oublié.

Il me semble que les Français sont en droit d'attendre de la plus haute autorité audiovisuelle de notre pays une attitude plus respectueuse du choix des familles qui acceptent d'accueillir dans leur sein des personnes dont la différence enrichit notre société, même si parfois, effectivement, elle peut en être désemparée.

Votre décision fait apparaître, en ces temps de silence présidentiel, socialiste, et gouvernemental, la seule double cohérence que je suis prêt à reconnaître au Chef de l'Etat: le mépris de la souffrance des familles, et la capacité à trouver des soutiens qui ne risquent pas de modifier cette trajectoire. Quel dommage! Et quelle honte!"

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 14h46 | Lien permanent

Louis Aliot opposé à l'accueil en France de chrétiens d'Irak

Le vice-président du FN, Louis Aliot, s'est dit opposé à l'accueil en France de chrétiens d'Irak :

"Si on commence à accueillir toute la misère du monde, ça va faire du monde qui doit venir chez nous, car il y a beaucoup de misère dans le monde".

"C'est valable pour l'Irak (...), pour la Libye, l'Égypte, la Tunisie où vous avez des centaines de milliers de gens qui fuient la guerre civile et les persécutions et qui ne rêvent que d'une chose, venir en Europe pour s'y installer. La France ne peut plus recevoir d'immigration".

Il a déclaré être

"très contrarié, très inquiet, très en colère, contre la persécution des chrétiens d'Orient, partout, dans tous les pays où la charia s'applique, où les musulmans totalitaires sont au pouvoir, je parle bien des régimes totalitaires musulmans". "Les chrétiens sont persécutés, c'est vrai au Soudan, c'est vrai en Égypte, c'est vrai en Irak, c'est vrai un peu partout, et je trouve ça particulièrement grave, dangereux".

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 14h38 | Lien permanent | Commentaires (30)

SOS Chrétiens d’Orient à l'oeuvre en Irak

Six personnes de l’association SOS Chrétiens d’Orient sont arrivées mercredi dernier en Irak. Benjamin Blanchard répond à Présent :

"On croise beaucoup de réfugiés, partis de Mossoul soit depuis l’arrivée de l’E.I, soit depuis l’ultimatum. Jeudi nous avons participé à une manifestation de chrétiens devant le siège de l’ONU pour réclamer une intervention. On a dit que l’ultimatum des islamistes comportait quatre possibilités : se convertir, payer un tribut, partir, mourir. En fait, nous a précisé un couple rencontré lors de cette manifestation, et qui a fui Mossoul, le choix de payer un tribut n’existe pas puisque la volonté des islamistes est de confisquer tous les biens des chrétiens.

[...] Précisons que les chrétiens ne sont pas les seuls à avoir quitté Mossoul. Les chiites ont également été chassés de la ville. Eux ne peuvent pas aller au Kurdistan, qui n’accueille que les Kurdes et les chrétiens. Chiites et chrétiens connaissent donc les conditions extrêmement précaires des camps de réfugiés. [...]

Que fait SOS Chrétiens d’Orient, concrètement ?

Nous avons acheté 225 plaques de cuisson à gaz pour un camp de réfugiés dont les conditions sont extrêmement précaires, ils vivent dans des tentes alors qu’il fait plus de 45 degrés à l’ombre. Nous avons apporté de la nourriture à 26 familles parties de Mossoul et qui vivent à Erbil dans le sous-sol d’une église syriaque-orthodoxe. Aujourd’hui à Mar Mattai nous avons fait une évaluation des besoins des familles réfugiées. Là, nous venons de rencontrer Mgr Petrus Moshe, évêque de Qaraqosh. A l’heure qu’il est, à Qaraqosh, il n’y a plus d’approvisionnement en eau, puisque celle-ci provenait de Mossoul et que l’Etat islamique a coupé les vannes. Il n’y a plus d’électricité non plus. Il a été convenu avec Mgr Moshe que nous allons financer la construction d’un puits profond, pour un coût de 25 000 euros.

Quel impact peut avoir l’arrivée lundi (28), et pour trois jours, de Mgr Barbarin, de Mgr Gollnisch et Mgr Dubost ?

Concrètement, il est trop tôt pour le dire, mais une chose est sûre : les chrétiens d’Irak seront sensibles à cette venue car ils sont très en colère face à la passivité de l’Occident, voire sa complicité avec les islamistes radicaux."

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 12h23 | Lien permanent

Des militaires français dans l'avion d'Air Algérie ?

Jean-Dominique Merchet n'accorde pas le moindre crédit à cette rumeur :

"Ni la DGSE, ni les Armées ne déplorent de mort dans l'accident du vol d'Air Algérie, contrairemement à ce qu'affirme une rumeur diffusée notamment par la presse algérienne, évoquant une trentaine de militaires français. Aucune de ces deux institutions ne souhaite réagir officiellement à cette rumeur, afin de ne pas l'alimenter. 

La France n'est pas un pays où l'on cache les morts et où quelqu'un aurait le pouvoir de faire taire les familles. Il faut avoir une vision totalement complotiste du monde pour croire qu'il en irait autrement et que l'on pourrait passer sous silence la mort d'une trentaine de militaires qu'ils appartiennent au COS, à la DRM ou à la DGSE. 

Cette rumeur trouve partiellement son origine dans le fait que le détachement Sabre des opérations spéciales est basé à Ouagadougou, d'où l'avion a décollé. 

Ce post ne convaincra pas les éternels complotistes  qui ne verront, dans l'auteur de ce blog, qu'un acteur du même complot étatique pour cacher la vérité. C'est la loi du genre et face à cette dérive de l'intelligence, n'oublions pas Beaumarchais : « Je me presse de rire de tout avant d'être obligé d'en pleurer »."

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 12h06 | Lien permanent | Commentaires (10)

Accueillir les chrétiens d'Irak va aggraver leur exode

Le cardinal Philippe Barbarin a estimé aujourd'hui sur RMC, depuis l'Irak, qu'il fallait encourager les chrétiens d'Irak à rester dans ce pays. Interrogé sur la proposition faite par le gouvernement français de favoriser l'asile des chrétiens d'Irak, le cardinal Barbarin a souligné qu'"hier, à la cathédrale d'Erbil, tout le monde en parlait".

"C'est à la fois quelque chose de bon de la part de la France, de généreux, et de difficile parce qu'on va aggraver l'exode et on va aggraver la situation". "Il vaut mieux partir que de se faire tuer évidemment, mais le but n'est pas que tout le monde parte, c'est qu'on arrive à rester et à continuer à vivre ensemble".

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 11h09 | Lien permanent

Un pilote ukrainien avoue avoir abattu le Boeing malaisien [Add]

L'information est parue dans la presse allemande. Le pilote ukrainien du Su-25 a admis hier avoir abattu l'avion avec son canon.

Addendum : l'article en lien a fini par préciser qu'il avait repris un article "satirique".

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 10h58 | Lien permanent | Commentaires (31)

Appel d'offre du département du Nord pour des... préservatifs

Le département du Nord a mis en ligne un appel d'offres pour acquérir des préservatifs, pour quelques dizaines de milliers d'euros. Il est vrai qu'on ne sait plus quoi faire de l'argent public.

On ne sait pas si c'est pour distribuer gratuitement dans les collèges ou les lycées du département.

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 10h17 | Lien permanent | Commentaires (8)

Chrétiens d'Orient : le silence de François Hollande

Alors qu'il est omniprésent sur l'affaire du crash au Mali, François Hollande n'a pas eu un mot personnel pour les chrétiens d'Irak, préférant déléguer la tâche à ses ministres. Rédacteur en chef de Famille chrétienne, Samuel Pruvot déclare dans Le Figaro :

"Concernant François Hollande, ma thèse qu'il est un «décroyant». Il incarne toute une génération de responsables politiques pour lesquels la foi est un objet non identifié. Son silence par rapport au drame des chrétiens d'Irak n'est pas juste le résultat d'une prudence diplomatique. Dans la tête de François Hollande, les chrétiens d'Orient n'ont pas vraiment leur place. Pourquoi? L'essayiste Régis Debray a dénoncé cette amnésie qui vaut pour le Président et son gouvernement: «Les chrétiens d'Orient sont l'angle mort de notre vision du monde: ils sont ‘trop' chrétiens pour les altermondialistes, et ‘trop' orientaux pour les occidentalistes.» Briser le mur du silence reste très difficile. Seule une actualité particulièrement dramatique est capable de rejoindre l'opinion comme à Mossoul où les chrétiens avaient le choix entre l'exil ou le cercueil. Pourtant, cela n'a pas suffi à faire bouger François Hollande, même au nom du droit des minorités.

On a l'impression que cette histoire n'est pas la sienne, ni celle de la France. Le récent appel lancé par Christine Boutin et Rachida Dati en faveur des chrétiens d'Orient souligne le risque de disparition du «berceau du christianisme». Demain, plus personne ne parlera l'araméen - la langue du Christ - en Irak. Mais cela peut-il émouvoir François Hollande? Il a gardé le silence comme si les Chaldéens, les Coptes ou les Assyriens étaient les témoins d'une vieille histoire trop compliquée, d'un autre monde, d'une réalité anachronique qui ne nous concerne pas. Leur disparition serait moins grave, après tout, que la fonte de la banquise?! [...]

Certainement. François Hollande est tenant d'une laïcité «à la papa». Il reçoit les représentants des grandes religions à l'Elysée après les émeutes de Sarcelles. Sous la contrainte. Il est poussé par le conflit israélo palestinien importé sur notre territoire. Il se rêve en Henri IV, réconciliateur des Français menacés par les guerres de religion. Mais la réalité est moins glorieuse. Sans être anticlérical, François Hollande est simplement partisan d'une stricte séparation entre l'Eglise et l'Etat. On appelle les religieux à la rescousse du «vivre ensemble»... Mais guère plus. Certains, à gauche, dénoncent l'archaïsme des religions facteur de guerre. Sans prendre conscience que le laïcisme - même tranquille comme chez François Hollande - est aussi d'un autre temps.

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 09h28 | Lien permanent

Divorcés-remariés : la référence erronée à la miséricorde

Dans un récent et long entretien, le cardinal Müller, préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, déclare :

"Tout récemment, le problème des divorcés remariés a été de nouveau porté à l’attention de l’opinion publique. À partir d’une certaine interprétation de la Sainte Écriture, de la tradition patristique et des textes du magistère, des solutions qui proposent des innovations ont été suggérées. Peut-on s’attendre à un changement de la doctrine ?

Même un concile œcuménique ne peut pas modifier la doctrine de l’Église, parce que celui qui en est le fondateur, Jésus-Christ, a confié la garde fidèle de ses enseignements et de sa doctrine aux apôtres et à ses successeurs. En ce qui concerne le mariage, nous avons une doctrine argumentée et structurée, fondée sur ce qu’a dit Jésus, qui doit être offerte dans son intégrité. L’indissolubilité absolue d’un mariage valide est non pas une simple doctrine, mais bien un dogme divin et défini par l’Église. Dans le cas de la rupture de fait d’un mariage valide, un autre "mariage" civil n’est pas admissible. Dans le cas contraire, nous serions confrontés à une contradiction, parce que si la précédente union, le "premier" mariage - ou, pour mieux dire, le mariage - est véritablement un mariage, une autre union qui vient ensuite n’est pas un "mariage". Parler de premier et de second "mariage" c’est simplement jouer sur les mots. Le second mariage est possible uniquement lorsque le conjoint légitime est mort, ou bien lorsque le mariage a été déclaré invalide, parce que, dans ces cas-là, le lien précédent a été dissous. Dans le cas contraire, nous nous trouvons face à ce que l’on appelle "empêchement au lien".

À ce propos, je voudrais souligner que celui qui était alors le cardinal Joseph Ratzinger, préfet de la congrégation que je préside actuellement, avait dû intervenir expressément, avec l’approbation du pape d’alors, saint Jean-Paul II, pour repousser une hypothèse semblable à celle de votre question.

Cela n’empêche pas de parler du problème de la validité d’un très grand nombre de mariages dans l’actuel contexte sécularisé. Nous avons tous assisté à des mariages où l’on ne savait pas très bien si les personnes qui contractaient cette union avaient véritablement l’intention de "faire ce que fait l’Église" dans le rite du mariage. Benoît XVI avait demandé avec insistance, à de multiples reprises, que l’on réfléchisse au grand défi que représentent les baptisés qui ne sont pas croyants. La congrégation pour la doctrine de la foi a donc pris en compte cette préoccupation du pape et elle a mis au travail un bon nombre de théologiens et d’autres collaborateurs en vue de résoudre le problème de la relation entre foi explicite et foi implicite.

[...] On ne peut pas déclarer qu’un mariage est éteint sous prétexte que l’amour entre les époux est "mort". L'indissolubilité du mariage ne dépend pas des sentiments humains, permanents ou transitoires. Cette propriété du mariage est voulue par Dieu lui-même. Le Seigneur s’est impliqué dans le mariage entre l’homme et la femme, c’est pour cela que le lien existe et qu’il a son origine en Dieu. Voilà la différence.

Dans son intime réalité surnaturelle, le mariage inclut trois biens : le bien de la fidélité personnelle et exclusive des époux l’un envers l’autre (le "bonum fidei"), le bien de l’accueil des enfants et de leur formation à la connaissance de Dieu (le "bonum prolis"), et le bien de l’indissolubilité ou de l’indestructibilité du lien, qui a comme base permanente l’union indissoluble entre le Christ et l’Église, représentée sacramentellement par le couple (le "bonum sacramenti"). Par conséquent, même s’il est possible de suspendre la communion physique de vie et d’amour, par ce que l’on appelle "séparation de corps", il n’est pas licite pour un chrétien de contracter un nouveau mariage aussi longtemps que le premier époux est vivant, parce que le lien légitimement contracté est perpétuel. Le lien matrimonial indissoluble correspond en quelque sorte au caractère ("res et sacramentum") donné par le baptême, par la confirmation, par le sacrement de l’ordre.

À ce sujet on parle également beaucoup de l’importance de la "miséricorde". Est-il possible d’interpréter la miséricorde comme un "moyen de créer des exceptions" à la loi morale ?

Lorsque nous ouvrons l’Évangile, nous constatons que Jésus, lorsqu’il dialogue avec les pharisiens à propos du divorce, fait allusion, lui aussi, au binôme du "divorce" et de la "miséricorde" (cf. Mt 19, 3-12). Il accuse les pharisiens de ne pas être miséricordieux, étant donné que, dans leur interprétation sournoise de la Loi, ils avaient conclu que Moïse leur aurait accordé une permission présumée de répudier leurs épouses. Jésus leur rappelle que la miséricorde de Dieu existe contre notre faiblesse humaine. Dieu nous donne sa grâce de manière à ce que nous puissions être fidèles.

C’est là la véritable dimension de la miséricorde de Dieu. Dieu pardonne même un péché aussi grave que l’adultère ; cependant il ne permet pas un second mariage qui mettrait en doute un mariage sacramentel déjà existant, mariage qui exprime la fidélité de Dieu. Faire appel de cette manière à une présumée miséricorde absolue de Dieu revient à jouer sur les mots, ce qui n’aide pas à clarifier les termes du problème. En réalité, il me semble qu’il s’agit d’une façon de ne pas percevoir la profondeur de l’authentique miséricorde divine.

J’assiste avec un certain étonnement à l’utilisation, par certains théologiens, de ce même raisonnement relatif à la miséricorde comme prétexte pour favoriser l’admission des divorcés remariés civilement aux sacrements. Leur proposition de départ est que, dès lors que Jésus lui-même a pris le parti de ceux qui souffrent, en leur offrant son amour miséricordieux, la miséricorde est le signe spécial qui caractérise toute spiritualité chrétienne authentique. C’est en partie vrai. Cependant une référence erronée à la miséricorde comporte le risque grave de banaliser l’image de Dieu, en donnant à penser que Dieu ne serait pas libre, mais qu’il serait obligé de pardonner. Dieu ne se lasse jamais de nous offrir sa miséricorde : le problème, c’est que nous nous lassons, nous, de la lui demander en reconnaissant avec humilité notre péché, comme l’a rappelé avec insistance le pape François pendant les dix-huit premiers mois de son pontificat.

Les données de la Sainte Écriture révèlent que la sainteté et la justice appartiennent au mystère de Dieu, en plus de la miséricorde. Si nous occultons ces attributs divins et si la réalité du péché est banalisée, implorer la miséricorde de Dieu pour les êtres humains n’a aucun sens. On comprend dès lors pourquoi Jésus, après avoir traité la femme adultère avec beaucoup de miséricorde, a ajouté comme expression de son amour : "Va et désormais ne pèche plus" (Jn 8, 11). La miséricorde de Dieu n’est pas une dispense de respecter les commandements de Dieu et les enseignements de l’Église. C’est tout le contraire : Dieu, dans son infinie miséricorde, nous accorde la force de la grâce pour que nous puissions accomplir pleinement ses commandements et rétablir ainsi en nous, après la chute, son image parfaite de Père du Ciel."

N'éludant aucune difficulté, le cardinal aborde également l'opposition fréquente entre doctrine et pastorale :

"Le fait d’établir une séparation entre la vie et la doctrine est une caractéristique propre au dualisme gnostique, de même que celui de séparer la justice et la miséricorde, Dieu et le Christ, le Christ Maître et le Christ Pasteur, ou de séparer le Christ et l’Église. Il n’y a qu’un seul Christ. Le Christ est le garant de l’unité entre la Parole de Dieu, la doctrine et le témoignage donné par sa vie. Tous les chrétiens savent que c’est uniquement à travers la saine doctrine que l’on peut parvenir à la vie éternelle.

Les théories auxquelles vous faites allusion cherchent à transformer la doctrine catholique en une sorte de musée des théories chrétiennes : une espèce de réserve qui n’aurait d’intérêt que pour un petit nombre de spécialistes. La vie, quant à elle, n’aurait rien à voir avec Jésus-Christ tel qu’il est et tel que nous le présente l’Église. Le christianisme sévère se transformerait en une nouvelle religion civile, politiquement correcte, réduite à quelques valeurs tolérées par le reste de la société. C’est de cette façon que serait atteint l’objectif inavouable de certains : mettre de côté la Parole de Dieu afin de pouvoir diriger idéologiquement la société tout entière.

Jésus ne s’est pas incarné dans le but d’exposer quelques simples théories qui seraient rassurantes pour la conscience et qui, au fond, laisseraient les choses telles qu’elles sont. Le message de Jésus est une vie nouvelle. Si quelqu’un raisonnait et vivait en séparant la vie et la doctrine, non seulement il déformerait la doctrine de l’Église en la transformant en une espèce de pseudo-philosophie idéaliste, mais surtout il se tromperait lui-même. Vivre en chrétien implique de vivre à partir de la foi en Dieu. Porter atteinte à ce schéma veut dire que l’on réalise le redoutable compromis entre Dieu et le démon. [...]"

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 08h40 | Lien permanent

Famille : le principal problème n'est pas celui des divorcés-remariés

Selon le cardinal espagnol Fernando Sebastián Aguilar, archevêque émérite de Pampelun :

"Le principal problème qui se pose actuellement dans l’Église à propos de la famille n’est pas le petit nombre de divorcés remariés qui souhaitent recevoir la communion eucharistique. Notre problème le plus grave, c’est le grand nombre de baptisés qui se marient civilement et de gens qui, étant mariés sacramentellement, ne vivent ni leur mariage ni leur vie conjugale en harmonie avec la vie chrétienne et avec les enseignements de l’Église, qui voudrait qu’ils soient comme des icônes vivantes de l’amour du Christ pour son Église présente et agissante dans le monde".

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 08h28 | Lien permanent

Une encyclique contre l'idéologie du gender ?

Lu sur Nouvelles de France :

"Selon l’évêque d’un important diocèse italien, le Pape François a affirmé que sa prochaine encyclique, prévue pour dans quelques mois, sera notamment consacrée à l’intégrité de la création et réfutera l’idéologie du genre qui déferle actuellement en Occident."

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 08h25 | Lien permanent

Mossoul : les jihadistes obligent les habitants à leur offrir leurs jeunes filles

Le Père Anis Hanna, dominicain, dresse un bilan détaillé de la situation à Mossoul au 28 juille. Extraits :

"Lundi 28 juillet 2014 c’est le ‘aïd el-fitr (fête de la rupture du jeûne), la fin du Ramadan. Ce n’est pas une grande joie pour les habitants de Mossoul car les nouvelles lois de l’Etat islamique seront appliquées et sans que le peuple puisse donner son avis.

Des familles musulmanes quittent régulièrement la ville de Mossoul. Ces gens racontent ce qui se passe sur place. Un avocat qui s’occupait des propriétés immobilières des archevêchés de Mossoul n’a pas caché sa peur personnelle. Il raconte le drame que vivent les habitants de Mossoul, surtout les modestes gens, les modérés, les intellectuels, avocats, médecins, lettrés, professeurs, etc.

Actuellement, les musulmans de Mossoul sont tous de confession sunnite car les chiites ont pris la fuite de peur d’être massacrés par l’EIIL. Les chrétiens ont été dépouillés et expulsés. Tous les habitants de Mossoul ont été informés des nouvelles lois et de toutes les informations provenant du quartier générale de l’EIIL à partir des mosquées, lieux privilégiés que l’Etat islamique possède.

Parmi les nouvelles lois, les hommes et les femmes seront interdits de s’habiller à l’occidentale. Les pantalons sont interdits et toute mode occidentale interdite. Les hommes s’habilleront à la manière afghane, d’une sorte de chemise longue jusqu’aux genoux et d’un sarwal (ou sarouel, sorte de pyjama). Ils devront se laisser pousser la barbe et se raser la tête et les moustaches.

Quant aux femmes qui n’ont plus le droit de travailler à l’extérieur de leur maison, elles doivent être voilées de la tête aux pieds. Et si jamais une femme désire sortir de chez elle, un homme de sa famille doit l’accompagner, sinon elle n’a pas le droit d’être dehors.

Les magasins vendant de l’alcool, les salons de coiffure, de beauté, les magasins de produits de beauté sont désormais interdits. La télévision ne peut plus diffuser ni des programmes culturels, ni des comédies. Pas de chaînes télévisées, pas de chanson ni de musique, pas de théâtre, pas d’artistes, ni de poètes. Bref, tout art est interdit. Aucune place pour les artistes dans l’Etat islamique de Mossoul! Un de mes amis de faculté, Wathiq, a été mis à mort avec d’autres personnes parce qu’ils travaillaient pour une chaîne de télévision à Mossoul.

En outre, l’État islamique a aboli le système judiciaire de la ville. C’est la loi de la charia qui désormais vaut.

Pire encore, les mariages forcés. Les jihadistes de l’Etat islamique obligent les habitants de Mossoul de leur offrir leurs jeunes filles. Les parents doivent obéir sans poser de question ; les jeunes filles ne doivent absolument pas donner leur avis.

[...]Après avoir détruit la statue de la très sainte vierge Marie qui surplombait l’évêché des Chaldéens, les terroristes de l’Etat islamique ont incendié l’archevêché des Syriaques Catholiques avec tout ce qu’il contenait. Ils ont mis la main sur la très belle église de saint Ephrem des Syriaques Orthodoxes et ils l’ont convertie en mosquée, après l’avoir profanée et dépouillée de tous les objets sacrés. Ils ont pris le monastère des saints martyrs Bihnam et Sarah. Ils ont chassé les moines qui y vivaient. Les moines sont sortis seulement avec leurs vêtements. Le couvent saint Georges (Mar Guéwargues) au nord de Mossoul a été pris par les terroristes.

Mais les terroristes ne s’arrêtent pas là. Ils détruisent aussi les mosquées chiites. Trois mosquées chiites ont été dynamitées.

Et ce qui est très étrange aux yeux des habitats sunnites de Mossoul, c’est de voir leurs propres lieux de culte sunnite eux aussi démolis. La mosquée de Nabi Yonis (une ancienne église), la mosquée de Nabi Girgis, la mosquée de Nabi Chit, la mosquée d’ l’imam Salih, la mosquée de l’Imam Aoun Elddin et d’autres.

[...]L’Etat islamique propage des informations selon lesquelles le premier jour de la fête d’el-fitr, ce 28 juillet 2014, sera celui de la conquête des villes et des villages chrétiens de la plaine de Mossoul. Parmi ces villes et villages il y a Qaraqosh (45.000 habitants), Barttillah (entre 20 et 30.000 habitants), Karemlesse (5.000 habitants), Telkeff (30.000 habitants), Tellesqif (8.000 habitants), Batnayia (5.000 habitants), Alqoch et d’autres villes importantes. [...]"

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 08h23 | Lien permanent

Reconstitution du jardin du château de Chambord

Lu ici :

"Après avoir ressuscité, l'an dernier, les jardins anglais qui ornaient son parc au XIXe siècle, Chambord s'apprête à donner une nouvelle existence à cet autre jardin tel qu'il était au XVIIIe siècle. Un chantier ambitieux, entamé cette année, mais qui devrait être court puisque le jardin accueillera les visiteurs dès le printemps 2015.

Conçu par François Ier, Chambord, établi sur un terrain de marécages et soumis aux crues du Cosson voisin, est dépourvu de jardin. C'est Louis XIV qui, le premier, en 1680, commande les plans d'un espace ornemental pour le parterre nord du château. Pourtant, les six hectares de ce «jardin à la française » n'émergent qu'un demi-siècle plus tard, en 1734, sous les ordres du maréchal de Saxe et après de longs travaux de canalisation de l'affluent et d'assainissement des marécages.

Reconstituer presque trois siècles aprè sa création un jardin disparu depuis bien longtemps s'apparente à une enquête policière. [...]

Les travaux de restructuration devraient débuter cette année. Ils ont un coût : 2 millions d'euros, financés pour un tiers par le ministère de la Culture, un tiers par Chambord et le reste par des mécènes. Ce montant n'effraie pas les équipes du château, conscientes du manque à gagner pour le domaine qui, malgré une affluence de 750.000 visiteurs par an, peine encore à retenir les touristes dans son parc. Cette initiative s'inscrit d'ailleurs dans une stratégie plus large de dynamisation des revenus du site, qui, outre deux gîtes de charme au sein de ses murs, prévoit d'accueillir un hôtel de luxe en face du château. Redonner au parterre nord du château l'aspect qu'il avait lors du règne du Roi-Soleil devrait attirer plus de touristes étrangers, friands de ce genre de voyages dans le passé - et plus largement, de tout site portant la mention «à la française »."

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 08h14 | Lien permanent | Commentaires (4)

Le mariage dénaturé en Virginie (Etats-Unis)

Une cour d'appel fédérale est allée à l'encontre de l'interdiction des mariages entre personnes de même sexe dans l'Etat de Virginie (est). La cour d'appel de Richmond a estimé que l'interdiction prônée par la Virginie violait la Constitution.

La Virginie avait interdit le mariage entre personnes de même sexe en 2006 quand un amendement ajouté à sa Constitution, approuvé par 57% des votants lors d'un référendum, précisait que les mariages devaient être célébrés exclusivement entre un homme et une femme. 

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 08h07 | Lien permanent

Economie : la France s'asphyxie

Philippe Crevel, fondateur de la société d'études et de stratégies économiques, Lorello Ecodata, spécialiste des questions macroéconomiques, des questions relatives à l'épargne et à la retraite, écrit dans Le Figaro :

"[...] Nos quarante années de déficits publics ne seraient pas en soi condamnables s'ils étaient la traduction de dépenses d'investissement rentables. Or, au fil des années, l'investissement se contracte au profit des dépenses de fonctionnement. En multipliant les équipements publics, en élargissant le périmètre des prestations sociales sans jamais réellement effectuer des redéploiements, la France s'asphyxie peu à peu. Avec 56 % de dépenses publiques, il est surréaliste de constater que certaines collectivités publiques sont au bord de la faillite. Certes, l'État a sa part de responsabilité en ayant transféré des dépenses sociales à forte croissance sans pour autant avoir attribué une véritable autonomie aux collectivités locales. Il faut également souligner que malgré de conséquents transferts de personnel, le nombre de fonctionnaires d'État reste identique au fil des années à quelques nuances près. En contrepartie, la fonction publique locale est passée de 1,1 million en 1990 à 1,862 million en 2012. Sur 242 milliards d'euros de dépenses, les collectivités locales consacrent près de 60 milliards d'euros pour payer leurs fonctionnaires. Les effectifs des départements s'élèvent à 360 000 (organismes départementaux compris) contre 170 000 en 2000. Au niveau des régions, plus de 80 000 fonctionnaires y travaillaient en 2010 contre 10 000 en 2000. Si les communes sont relativement sages en matière de création d'emplois avec 1,3 million de fonctionnaires, en revanche, les organismes intercommunaux sont en plein boom. Les organismes intercommunaux employaient, en 2012, 360 000 fonctionnaires. En France, plus de 5,5 millions de personnes travaillent pour l'État, les régimes sociaux ou les collectivités locales. Malgré une forte augmentation des effectifs, les Français jugent sévèrement la qualité du service rendu. L'enchevêtrement des compétences, les 35 heures, le caractère kafkaïen rendent difficiles les relations avec les citoyens même s'il faut le souligner l'administration française est plutôt en pointe dans le domaine du digital.

La France, avec une dette publique de plus de 93 % du PIB, avec un déficit public voisin de 4 %, est sur la mauvaise pente faute d'avoir réussi à maîtriser ses dépenses publiques courantes d'autant plus que nous devons faire face au défi du vieillissement. Les dépenses liées à la retraite, à la dépendance et à l'assurance-maladie pourraient s'accroître de 4 à 6% du PIB d'ici à 2030. Si aucun redéploiement n'est opéré d'ici trois à cinq ans, la France court de véritables risques. Actuellement, les faibles taux d'intérêt permettent au pays de s'endetter à faibles coûts mais cette situation n'est pas éternelle et pourrait vite se retourner si des doutes apparaissaient sur la capacité du pays à faire face à son passif social."

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 08h03 | Lien permanent | Commentaires (3)

Meriam Ibrahim : "un paratonnerre par rapport aux féministes radicales"

Obianuju Ekeocha, nigériane vivant au Royaume-Uni, est une scientifique dans le biomédical, fondatrice de Culture of Life Africa et collabore avec des médias catholiques pour promouvoir la défense de la dignité et du caractère sacré de la vie. Elle a écrit une lettre à la soudanaisE Meriam, traduite par Jeanne Smits. Extraits :

"[...] Au nom de toutes les femmes africaines, je vous remercie, Meriam Ibrahim, pour avoir montré à la face du monde le courage indomptable qui est au cœur de la féminité authentique. Je dis cela parce que votre douleur et votre persécution étaient liées si clairement à votre féminité. Et par conséquent, votre triomphe a été un témoignage des plus puissants pour la vie, pour la maternité, pour le mariage, pour l’amour et pour la foi.

Vous êtes vraiment une image fidèle de la foi et de la vertu, un vrai symbole de la force et de la capacité de faire face. Vous êtes, à mon humble avis, une vraie femme de poids, une femme de poids africaine dont l’histoire remplit mon cœur de courage et d’audace pour ma propre vocation, la défense de notre culture africaine de la vie, du mariage, de la maternité, de la foi et de la famille, peu importe les difficultés, la honte ou la douleur que cela peut me causer.

Car sous le coup d’une persécution intense, vous avez refusé de renier votre foi chrétienne. Sous les menaces des extrémistes, vous êtes restée debout : témoin et martyre. Dans la souffrance de l’incarcération, vous avez refusé de renier votre mari ou de renoncer à votre mariage. Entravée par les lourdes chaines de la prison, vous aviez encore assez de force et de fierté pour donner la vie, pour donner naissance. Sous le coup d’une sentence de mort certaine vous avez eu assez de détermination pour allaiter votre précieux petit bébé.

Par votre puissant exemple, le monde a pu voir la ténacité d’une jeune femme africaine qui, dans les pires conditions, a témoigné héroïquement des vertus de la foi, du mariage, de la maternité. Vos luttes indicibles, ces dernier mois, auront été le rayon lumineux le plus radieux qui a percé les nuages les plus noirs, en apportant la contradiction à un monde moderne qui nous dit que la foi ne signifie rien, que la liberté religieuse n’est pas si importante, que le mariage n’est que ce que nous voulons en faire, que la maternité doit résulter d’un choix afin de la réservé aux périodes qui nous arrangent le mieux, que nos bébés ne doivent naître qu’aux moments qui nous conviennent.

Vous, ma sœur africaine, vous êtes devenue un paratonnerre par rapport aux féministes radicales de notre temps qui répudient et dénigrent chaque vertu que vous incarnez. En votre corps, vous avez subi les marques et les cicatrices du vrai chrétien : comme épouse, mère et martyre. Et ainsi vous nous avez montré ce qu’est une femme autonome et libérée – et je suis heureuse de dire que cela n’a rien à voir avec ce que voudraient nous faire croire les radicaux et les idéologues d’Occident. Ils essaient de nous dire que pour que les femmes africaines deviennent autonomes, il leur faut devenir « sexuellement libérées » : égoïstes, individualistes et férocement autonomes. Mais vous, Meriam, par votre propre exemple, vous nous avez enseigné que la femme africaine libérée est la femme libre de vivre et de pratiquer sa foi, d’aimer son mari, et d’aimer ses enfants, nés ou pas encore nés. Une femme libérée, c’est une femme de foi, une femme pour la famille. C’est cela, la vérité qui doit être proclamée d’un bout à l’autre de l’Afrique. [...]

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 07h56 | Lien permanent

Pas de répit pour Sarkozy [Démenti]

Le procureur de Paris a ouvert au début du mois de juillet une enquête préliminaire visant Nicolas Sarkozy sur des soupçons de financement illégal de la campagne 2007. Alors que des juges du pôle financier enquêtent depuis avril 2013 sur des accusations de financement de la campagne de 2007 par le régime libyen de Mouammar Kadhafi, cette nouvelle enquête concernerait un système de fausses factures présumées.

Addendum - Le Parisien a corrigé :

"aucune nouvelle enquête préliminaire n’a été ouverte par le parquet de Paris concernant le financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy. Le procureur de Paris a démenti ce matin [...]"

Michel Janva

Posté le 29 juillet 2014 à 07h45 | Lien permanent | Commentaires (11)

28 juillet 2014

Ukraine: vol MH17, encore une analyse remarquable

du blog "les crises". C'est ici, à lire intégralement.

Paula Corbulon

Posté le 28 juillet 2014 à 23h30 | Lien permanent

Reportage sur les manifestations en faveur des chrétiens d'Irak

Dans le journal de TV Libertés :

 

Michel Janva

Posté le 28 juillet 2014 à 23h10 | Lien permanent


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2014 - Le Salon Beige