22 août 2017

C‘est arrivé un 22 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

En mars 851, Erispoë succède à son père à la tête de la Bretagne et devient roi de Bretagne. Il affronte victorieusement le Roi Charles le Chauve, le 22 août 851, à Jengland-Beslé aux bords de la Vilaine. Le comte du Mans Vivien et le comte du palais Hildemar trouvent la mort dans cette bataille, ainsi que plusieurs milliers de Francs. Les Bretons ont peu de pertes. Voir le 10 février.

Ugolino di Conti naît vers 1145 ; il devient pape de 1227 à 1241, sous le nom de Grégoire IX. Un des premiers actes de son pontificat est de suspendre l'Empereur Frédéric II, pour sa tiédeur à partir à la Sixième croisade. S'en suit l'excommunication et des menaces de déposition ; l'Empereur tentant une invasion des États pontificaux en 1228. Elle échoue et il doit implorer l'absolution et la levée de l'excommunication.

Philippe de Valois meurt le 22 août 1350. Son accession au trône s'est faite après l'extinction de la lignée des Capétiens directs. C'est la première fois que s'applique le testament de Saint Remy, qui voit trois frères se succéder sur le trône sans héritier, suite aux fautes de leur père Philippe IV le Bel (voir la chronique du 1er février). La couronne passe à un autre, Philippe VI de Valois. Son règne est marqué par les débuts de la guerre de Cent Ans, la guerre de Succession de Bretagne. Il laisse à son fils Jean II le Bon un royaume désorganisé et affaibli.

Toutefois il a agrandi le domaine royal avec la Champagne, la Brie, le Dauphiné et Montpellier, mais aussi ses propres apanages que sont le Valois, l'Anjou et le Maine. Il pérennise le Parlement, les États-Généraux et la fiscalité permanente.

Voir les chroniques du 1er avril, du 29 mai.

Le lendemain, la reine est sacrée à la Sainte Chapelle. Spectacles, banquets, joutes grandioses vont durer toute la semaine. Paris découvre pour la première fois un carrosse, car Isabeau de Bavière entre dans la ville dans un somptueux carrosse.

JHÉSUS MARIA 

"Conte d'Armignac, mon très chier et bon ami, Jehanne la Pucelle vous fait savoir que vostre message est venu par devers moy, lequel m'a dit que l'aviés envoié par-deçà pour savoir de moy auquel des trois papes, que mandés par mémoire, vous devriés croire. De laquelle vous ne puis bonnement faire savoir au vray pour le présent jusques à ce que je soye à Paris ou ailleurs, à requoy(1), car je suis pour le présent trop empeschiée au fait de la guerre : mais quant vous sarey que je seraz à Paris, envoiez ung message par devers moy, et je vous feray savoir tout au vray auquel vous devrez croire, et que en araysceu par le conseil de mon droiturier et souverain seigneur, le Roy de tout le monde, et que en aurez à faire, à tout mon pouvoir. A Dieu vous commans ; Dieu soit garde de vous.

Escript à Compiengne. le 22 jour d'aoust."

Le Roi Louis XIII poursuit avec le cardinal de Richelieu la pacification de son Royaume, qui passe par l'abaissement des Grands du Royaume, le renvoi des Espagnols chez eux et la mise au pas des Huguenots. Montauban est une des villes que contrôlent ces derniers. Le siège s'achève le 9 novembre 1621.

Voir les chroniques, des 19 et 28 mai sur le siège de Privas, du 28 juin sur la paix d'Alès, du 19 octobre qui marque la fin du siège de Montpellier, du 28 octobre sur le siège de La Rochelle.

Denis Papin est surtout connu pour ses travaux sur les machines à vapeur comme le digesteur, une sorte d'autocuiseur. Si Denis Papin est un bon inventeur, il n'a pas le sens du commerce. Il s'éteint dans un tel anonymat que l'on ignore la date exacte de sa mort, qui se situerait aux alentours de 1712 ou de 1714.

Annibale Sermattei della Genga naît à la Genga, près d'Ancône. Il est le 252ème pape, il prend le nom de Léon XII.

Charles Percier est un architecte et décorateur français, qui naît à Paris. Il reçoit le Prix de Rome en 1794. Avec son ami Pierre-François-Léonard Fontaine, ils sont à l'origine du style Empire. Ils réalisent à deux l'Arc du Carrousel, les transformations des châteaux de Fontainebleau ou de Compiègne. Charles Percier meurt le 5 septembre 1838.

Rétablissement du suffrage censitaire indirect (favorisant les propriétaires) et séparation des pouvoirs avec 2 assemblées et un directoire de 5 membres.

La lectrice

Les hasards heureux de l'escarpolette, 1767

Achille Claude Debussy naît à St-Germain-en-Laye. Parmi ses œuvres on peut noter:

Il étudie le piano avec Antoine Marmontel et le solfège avec Albert Lavignac, et compose ses premières mélodies dès 1879, à partir de textes d'Alfred de Musset. Créateur prolifique (œuvres pour piano, pour orchestre, musique de ballets, etc.), il est aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands compositeurs du 19ème siècle. En hommage, son visage orne les billets de 20 francs à partir de 1981 et ce jusqu'à la disparition de la monnaie nationale.

Il meurt à Paris, le 25 mars 1918 d'un cancer, à l'âge de 55 ans

La première convention de Genève est une initiative d'Henry Dunant, fondateur de la fondation de la Croix Rouge. Le texte est censé protéger les personnes portant secours aux blessés sur le champ de bataille ainsi que ces derniers. C'est une première ébauche du droit international humanitaire.

La Convention prévoit aussi l'obligation de soigner les blessés sans distinction de nationalité, la neutralité du personnel et des établissements sanitaires et le signe distinctif de la croix rouge sur fond blanc.

On découvre le vol le 22, mais il date de la veille. Le chef-d'œuvre de Léonard de Vinci est retrouvé deux ans plus tard, en Italie.

La consécration a lieu dans toute la France. Le Maréchal, Chef de l'Etat, à la tête de ses Maisons Civile et Militaire s'y associe publiquement à cette Consécration en l'église Saint Louis de Vichy à la demande du marquis de La Franquerie. La cérémonie y est organisée, en accord avec le curé de la paroisse, par Monsieur Jacques Chevalier, ancien Ministre de l'Instruction Publique, et par le marquis.

Le maréchal Pétain prononce l'Acte de Consécration de la France à haute voix avec tous les assistants et, le soir même, il écrit au Cardinal Suhard pour l'informer qu'en tant que Chef de l'Etat, il s'est associé publiquement à ce grand Acte National. Il reçoit un fanion frappé de l'emblème du Sacré-Cœur, béni par l'évêque de Carcassonne, et le serre sur son cœur, disant avec émotion : « Il sera mon drapeau. »

Le général De Gaulle est visé par des tirs au Petit-Clamart, alors qu'il s'apprête à regagner Colombey-les-Deux-Eglises. La voiture du président essuie plusieurs rafales de mitraillette; aucun des occupants n'est blessé. Jean-Marie Bastien-Thiry en est l'instigateur.

Voir les chroniques du 11 mars ; le Lieutenant-colonel de l'armée de l'air française est fusillé le 11 mars 1963 à l'âge de 35 ans. De Gaulle, qui en réchappe, profite de l'émotion causée par l'attentat pour proposer l'élection du président de la République au suffrage universel.

Il est le premier pape à visiter l'Amérique latine. Le pape Paul VI vient à Bogota à l'occasion du Congrès eucharistique international. Il rejette tant le libéralisme économique que les voies de la violence et de la révolution.

C'est le lanceur Soyouz russe qui s'en charge depuis la base française de Kourou. Et ils n'atteignent pas l'orbite prévue.

Lois Spalwer

Posté le 22 août 2017 à 03h36 | Lien permanent | Commentaires (0)

21 août 2017

Finlande : le terroriste eu couteau (fou) se nomme Abderrahmane Mechkah

La justice finlandaise a révélé l'identité de l'homme soupçonné d'avoir tué deux femmes et blessé huit personnes avec un couteau vendredi à Turku en Finlande.

Il s'agit d'un demandeur d'asile marocain de 18 ans.

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 22h18 | Lien permanent

L'église Notre Dame de France à La Croix Verte (95) entièrement brûlée

L'église Notre Dame de France à La Croix Verte (95) a entièrement brûlée. On ne connaît pas encore la cause de l'incendie. 

20953692_2014552928781067_5914982675225603705_n

20953851_2014552908781069_7793514614160080897_n

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 20h52 | Lien permanent

Si l'Etat islamique n'existait pas, nos politiciens l'inventeraient

Tant il leur permet de dédouaner l'Islam de sa violence fondamentale, et de continuer à favoriser l'immigration extra-européenne. C'est l'esprit du dernier commentaire de Stratediplo, que nous reproduisons in extenso.

Non, ce n'est pas l'Etat Islamique qui a frappé à Barcelone.
 
Quand bien même l'appel non authentifié de revendication serait venu d'Irak ou de Syrie, cet endossement publicitaire rétroactif ne coûte rien et ne prouve rien. On peut réitérer tout ce qu'on a écrit l'année dernière en réponse au ministre français de la défense selon lequel l'ennemi est "Daech" et rien que "Daech" (www.stratediplo.blogspot.com/2016/06/la-pire-erreur.html). Comme leurs prédécesseurs, les perpétrateurs de ces attaques n'ont certainement reçu ni mission ni moyens, de quelque commanditaire que ce soit. Ils n'appartenaient à aucune organisation, et s'ils s'identifiaient à une communauté de croyance c'est plus par un choix personnel déterminé par leurs lectures et auditions, que par une fatalité déterminée par leur lieu ou leurs conditions de naissance.
 
Les perpétrateurs, qu'ils soient de nationalité espagnole, marocaine ou française, ont appris les commandements de leur idéologie dans des salles de prêche qui ont pignon sur rue et auxquelles des autorités comme le ministre français de l'intérieur assurent que "ce n'est pas un délit de prôner" ça. Ils l'ont approfondie dans un livre en vente libre partout même dans les pays qui prétendent réprimer l'incitation à la violence. Ils en apprennent des exemples d'application sur des sites internet et des comptes de réseaux sociaux dont l'accès reste autorisé, sans qu'on sache si c'est par laxisme politique ou pour repérer et surveiller ensuite ceux qui s'y expriment.
 
Ils n'ont généralement "pas d'antécédents" du sacrifice bismillah de masse, car c'est une activité dont les conséquences ne permettent ni la récidive ni généralement la survie, et sont donc tous décrits, après coup par leur entourage, comme des gens jusque-là normaux sinon discrets dont le seul signe de moins en moins distinctif est de faire partie des 80% d'adeptes de leur idéologie qui déclarent ouvertement vouloir la mettre en pratique. Contrairement à ce qu'on dit, ils ne sont pas tous des terroristes, car ils ne cherchent pas nécessairement à engendrer la terreur par des frappes aléatoires comme leurs prédécesseurs d'il y a trente ans en France. Certains sont des agents d'initiative spontanée qui poursuivent un objectif précis (intimidation, publicité de recrutement, retrait des services étatiques) en visant des cibles déterminées en fonction de cet objectif, donc à l'opposé du principe terroriste interdisant de sélectionner la victime afin que chacun craigne d'être la prochaine. D'autres sont des croyants- pratiquants de base qui obéissent simplement au précepte d'occire le maximum de non-adeptes de leur idéologie. A une prochaine phase apparaîtront des combattants, regroupés en milices.

Lire la suite "Si l'Etat islamique n'existait pas, nos politiciens l'inventeraient"

Paula Corbulon

Posté le 21 août 2017 à 19h49 | Lien permanent | Commentaires (0)

Voiture folle : “l'autoradio passait en boucle des sourates du Coran”

On en sait un peu plus sur l'actuelle épidémie de voitures folles... Une voiture circulant (il semble qu'il y ait un chauffeur à bord...) en plein phare et à vive allure a foncé en direction d'une patrouille de police, dans le 18e arrondissement de Paris, dimanche soir. Le véhicule a été détourné de sa route par un automobiliste qui sortait de sa place de stationnement. Le mis en cause a alors percuté un autre véhicule arrêté à un feu rouge. L'individu sortant de sa voiture s'est alors dirigé en courant vers les occupants du véhicule accidenté en criant “Allahou Akbar”. L'homme de 51 ans, connu pour violences, a été immédiatement interpellé par les forces de l’ordre.

“Il a notamment été constaté que, à l'intérieur du véhicule, l'autoradio passait en boucle des sourates du Coran”, précise Le Point.

L'islam rend fou.

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 17h37 | Lien permanent

Une statue monumentale de saint Charbel au Liban

Au Liban, une statue géante de saint Charbel (23 mètres de haut sur un socle de 4 mètres, 40 tonnes) a traversé dimanche les rues de Jounieh et a été acheminée à Faraya, sur les hauteurs du Kesrouan. Elle sera bénie le 14 septembre en la fête de la Sainte Croix.

547138490

1732039018

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 17h11 | Lien permanent

Younès Abouyaaqoub aurait été tué

Younès Abouyaaqoub, auteur de l’attaque à la voiture-bélier jeudi soir sur les Ramblas de Barcelone, était en fuite. Ce lundi après-midi, la police catalane a indiqué avoir ouvert le feu sur un homme qui portait une ceinture d’explosifs. L’incident a eu lieu à Subirats, à l'ouest de la ville. Selon l'AFP, l'homme serait décédé.

Selon une source proche de l'enquête citée par la télévision espagnole RTVE,  Younès Abouyaaqoub serait l'homme qui a été abattu

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 17h09 | Lien permanent | Commentaires (5)

La plus grande organisation musulmane du monde fait l'amalgame

De Kyai Haji Yahya Cholil Staquf, secrétaire général du conseil suprême de la Nahdlatul Ulama (renaissance des oulémas), plus grande organisation musulmane indonésienne, et donc du monde (40 millions de membres) :

« Il existe un lien très clair entre le fondamentalisme, le terrorisme et les principes de base de l’orthodoxie islamique. (…) L’Occident doit cesser de déclarer islamophobe la réflexion sur ces questions. »

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 15h59 | Lien permanent

Qui déboulonnera la statue du franc-maçon Albert Pike, fondateur du Ku-Klux-Klan ?

De Bernard Antony :

"La récente volonté d’abattre systématiquement partout aux Etats-Unis les statues du Général Robert Lee, alors que nul, curieusement, ne conteste celle du Général Albert Pike, au cœur même de Washington, est un nouvel exemple d’une instrumentalisation sélective, révisionniste et négationniste de l’histoire à des fins de dialectisation – subversion.

Elle appelle les brefs commentaires suivants :

C’est au mépris de ce que fut réellement, selon les historiens non idéologues, la carrière et l’œuvre du Général Robert Lee que déferle planétairement la cataracte des commentaires de la médiacratie de l’idéologie antiraciste qui n’est qu’un racisme en sens contraire.

Brillant officier américain issu comme eux de West-Point, le Général Lee fut estimé et souvent admiré par tous ses grands adversaires. Après la paix suivant enfin la guerre de Sécession, il œuvra à la réconciliation au sein des Etats-Unis, respecté par ses gouvernants.

Ce n’est pas pour défendre l’esclavage qu’il accepta finalement, la mort dans l’âme, de diriger l’armée des confédérés en Virginie mais pour la défense des libertés des Etats menacées par l’impérialisme jacobin du capitalisme yankee qui d’ailleurs fut souvent très raciste dans la réalité.

Le Général Lee fut bien moins défenseur de l’esclavage que Georges Washington dont il fut familialement l’héritier. Il émancipa les esclaves de la plantation de ce dernier et affirmait qu’il faudrait dès la fin de la guerre abolir le funeste système esclavagiste. Des dizaines de milliers d’esclaves s’engagèrent alors dans les forces sudistes.

La paix signée, il s’opposa à tout esprit revanchard et œuvra notamment en faisant du Washington College une université prestigieuse. Grand héros du Sud, sa popularité ne cessait de croître dans le Nord.

Alors que, en juin 1975, avec le président Gerald Ford, tous les sénateurs et la quasi unanimité des représentants ont solennellement honoré sa mémoire et à leur suite le président Carter, voilà qu’aujourd’hui les révisionnistes et négationnistes, spécialistes du passé recomposé s’emploient avec l’internationale néo marxiste-léniniste des « antifas » à faire du Général Lee une sorte d’adepte du Ku-Klux-Klan.

Ils rencontrent d’ailleurs pour cela la complicité objective des membres de cette horrible organisation raciste, anti-noirs et anti-juifs, et plus que tout anti-catholique, faisant flamber les crucifix dans ses cérémonies d’épouvante.

Cependant, nul ne s’en prend à la mémoire du Général Albert Pike, un des sept fondateurs du Ku-Klux-Klan et dont la statue importante s’élève de surcroit au cœur de Washington, Judiciary Square, de surcroit domaine non municipal mais de l’Etat fédéral ! Cela, ni aux Etats-Unis, ni dans la médiacratie mondiale !

Pourquoi cette fantastique différence de traitement mémoriel des statues de Lee et de celle de Pike ?

Ne serait-ce pas en raison de ce que le sudiste Pike, nonobstant son rôle dans la création du Ku-Klux-Klan, est toujours honoré dans toutes les obédiences maçonniques comme un des plus grands maîtres, un des plus éminents ritualistes de la franc-maçonnerie universelle, ayant été au sommet de la hiérarchie des hauts grades du Rite Ecossais. Pike ne fut-il pas le plus sublime des grands maîtres toujours modèle dans l’ésotérisme et le symbolisme luciférien ?

On attend avec impatience de savoir qui lancera le déboulonnement de la statue d’Albert Pike."

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 15h56 | Lien permanent

102 enfants

Au Pays-Bas, un homme, ayant donné son sperme dans 11 cliniques différentes, serait le père biologique de 102 enfants. La loi néerlandaise « limite le nombre d’enfants par donneurs à 25 », et chaque donneur ne devrait se rendre que dans un seul centre. Toutefois, il n’existe pas de registre national qui permet de le vérifier, les prélèvements se faisant sur la seule base d’une déclaration du donneur.

Le risque d'inceste entre ces descendants n'en est que plus accru...

En Belgique, le système est sensiblement identique, avec des déclarations sur l’honneur des donneurs, mais aucun registre national. Dans ce pays le nombre d’enfants par donneur est « limité à 6 dans 6 familles différentes ».

Gènéthique ajoute que le problème se pose aussi en France :

« il n’y a aucun recoupement entre les vingt-quatre CECOS français. Il est impossible de vérifier qu’un donneur n’a pas donné sans limitation dans plusieurs centres. La loi a fixé à dix le nombre maximal d’enfants susceptibles d’être conçus avec un même donneur, mais cette interdiction n’a jamais été assortie de sanctions pénales. Le système repose « sur la confiance accordée au donneur », et aucun fichier commun à tous les CECOS n’existe ».

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 15h35 | Lien permanent

Accueillir l'étranger ou offrir l'hospitalité le temps d'une étape ?

Extrait de l'intéressante homélie d'hier de l'abbé Pagès :

"[...] L’actualité ne nous met pas sous les yeux seulement les crimes commandés par Allah dans son Coran, mais aussi, hélas, des foules de migrants, musulmans surtout, que les Occidentaux s’imaginent devoir accueillir parce que Jésus aurait dit : « J’étais un étranger et vous M’avez accueilli. (Mt 25.35) ». Or, de même que le cinquième commandement n’est pas « Tu ne tueras pas. », mais « Tu ne commettras pas de meurtre. », ce qui n’est pas la même chose, de même, ce verset est mal traduit.

Le mot Xénos ―qui a donné xénophobe ―, traduit ici par étranger, signifie aussi hôte, la personne qui héberge ou celle qui est hébergée, et qui donc est de passage. Le latin de la Vulgate donne hospes, l’hôte, celui à qui on donne provisoirement l’hospitalité. C’est ce sens que l’on retrouve dans la Bible, lorsque par exemple saint Paul écrit aux Corinthiens : « J’irai chez vous, après avoir traversé la Macédoine […]. Peut-être séjournerai-je chez vous ou même y passerai-je l’hiver. (1 Co 16.5-6). », lorsqu’il écrit aux Colossiens : « Aristarque, mon compagnon de captivité, vous salue […] s’il vient chez vous, faites-lui bon accueil. (Col 4.10) », et enfin lorsqu’il écrit : « Gaïus, qui est mon hôte et celui de l’Église entière, vous salue. (Rm 16.23) », en grec : « Gaios ho xénos mou. », il ne dit pas que Gaïus est un étranger ! Bref, pas plus saint Paul que ses compagnons ne sont des migrants, ce sont des visiteurs.

L’idée n’est donc pas d’accueillir l’étranger à demeure, mais de lui offrir l’hospitalité le temps d’une étape. En fait le mot d’étranger au sens d’immigré, n’est pas utilisé dans l’Évangile, mais seulement dans l’Épitre aux Éphésiens, et de façon péjorative. Saint Paul écrit : « Vous n’êtes plus des hôtes ni des étrangers ; vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la Maison de Dieu. (Ep 2.19) ». Saint Paul utilise donc deux mots différents : « Xénoi kai Paroikoi » (en grec), « hospites et advenae » (en latin), pour embrasser entre ces deux termes, l’hôte de passage et l’immigré, la totalité des situations possibles en lesquelles les chrétiens ne se trouvent plus depuis qu’ils ont établi leur demeure en Jésus.

Bref, notre salut se joue sur l’hospitalité que nous accordons ou non à l’hôte de passage, mais non pas à l’envahisseur ! C’est si vrai que saint Jean commande : « Si quelqu’un vient à vous sans apporter cette doctrine [c’est-à-dire l’Évangile, comme c’est le cas des musulmans], ne le recevez pas chez vous. Quiconque le salue participe à ses œuvres mauvaises. (2 Jn 1.7-11) »… Eh bien, que d’œuvres mauvaises de nos jours ! [...]"

La traduction de Lemaistre de Sacy indique en effet : "j’ai eu besoin de logement, et vous m’avez logé" ; et celle de Vigouroux : "J’étais sans asile, et vous M’avez recueilli".

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 14h45 | Lien permanent

Il était urgent de lutter contre la "transphobie"

Le Décret n° 2017-1230 du 3 août 2017 relatif aux provocations, diffamations et injures non publiques présentant un caractère raciste ou discriminatoire, est éloquent dans sa volonté liberticide :

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 11h50 | Lien permanent

L'attentat du jour à la voiture folle est en France

La voiture folle (sans conducteur ?) :

"Une voiture aurait foncé ce matin sur deux abribus à Marseille, ce lundi matin, d’abord dans le quartier de la Croix-Rouge (13e arrondissement), puis à la Valentine (11e arrondissement), selon les informations de La Provence. L’AFP annonce qu’un piéton a été tué. La préfecture de police indique à 20 Minutes qu'il y a également un blessé, dont l'état de santé n'est pas encore connu. Les faits ont eu lieu entre 8h30 et 9h30.

Un homme a été interpellé sur le Vieux-Port : il se trouvait dans la voiture qui a foncé sur les abribus. C'est, à l'heure actuelle, le principal suspect. Selon LCI et France 3, il ne serait pas fiché S mais serait connu des services de police pour des faits de délinquance. 

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 11h44 | Lien permanent | Commentaires (22)

Marie Reine du Ciel et de la Terre

Mardi 22 août, fête de sainte Marie Reine, Natalie Saracco (l'auteur de Pour ses beaux yeux) est invitée dans l'émission "Ecoute dans la nuit" sur Radio Notre Dame, de 22h à minuit. Le thème est  "Marie Reine du Ciel et de la Terre".

Revoici son dernier court-métrage, sous-titré en anglais, espagnol, polonais, allemand, italien, portugais, arabe, chinois !

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 10h34 | Lien permanent

Terrorisme : l’inaction des dirigeants de l’Union européenne

Capture d’écran 2017-08-21 à 08.10.23Dénoncée par Nigel Farage, ancien leader de l’UKIP et chef de file de la campagne pour le Brexit, dans un entretien sur Fox News. L’inaction des dirigeants de l’Union européenne est responsable de la poursuite des actions terroristes dans l’UE revendiquées par l’Etat islamique. Ils se contentent d’affirmer leur « solidarité » face au terrorisme, « mais pas une seule fois nous n’entendons un seul dirigeant de l’Europe proposer quelque solution politique que ce soit ».

« Ils sont toujours dans le déni parce qu’ils sont tellement gênés par le fait qu’ils sont à la racine de tout cela ». « Il y a un lien direct et une relation entre le nombre de personnes de religions et de cultures différentes que vous faites entrer et le nombre d’attaques terroristes ».

Nigel Farage a rappelé que l’Europe centrale et orientale est à l’abri des attaques terroristes de l’Etat islamique, car les gouvernements s’opposent aux quotas de migrants que tente de leur imposer Bruxelles. La Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie refusent d’accueillir les migrants islamiques d’origine africaine et proche-orientale qui réussissent à pénétrer dans les pays frontaliers de l’Union – Italie, Espagne, Grèce…

Les Britanniques ont choisi le Brexit pour des raisons de protection et de sécurité :

« En réalité, nous voulons contrôler nos frontières, non parce que nous en avons contre tel ou tel, mais parce que nous croyons avant toute chose au contrôle sensé des frontières. » « On peut dire que l’Union européenne a payé le prix politique fort à travers le Brexit ».

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 08h11 | Lien permanent

Les déséquilibrés nous gouvernent

Histoires de fous :

"Le gouvernement français envisage de mobiliser les hôpitaux psychiatriques et les psychiatreslibéraux dans la lutte contre le terrorisme afin de repérer des individus susceptibles de passer à l’acte. C’est ce qu’a déclaré vendredi le ministre de l’Intérieur.

« On a en fait deux types d’attaques aujourd’hui, affirme Gérard Collomb. Vous avez à la fois des attaques planifiées comme celle qui vient de se produire en Espagne, et puis vous avez des gens qui se radicalisent brutalement avec souvent des profils psychologiques extrêmement troublés. »

Une nouvelle piste, après l’échec des centres de déradicalisation, dont le gouvernement vient de décider de fermer l’unique existant en Indre-et-Loire– d’ailleurs vide de tout occupant depuis février dernier. Mais la psychiatrie ne pourrait-elle pas également servir à l’endroit de certains hommes politiques qui se refusent à regarder la réalité en face ?"

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 08h04 | Lien permanent

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé à faire battre la coalition d’Angela Merkel

Unknown-5Les médias ont beaucoup glosé sur l'éventuelle implication des Russes dans la campagne présidentielle américaine. 

Là il s'agit explicitement d'une ingérence de la Turquie. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé dimanche les Turcs d’Allemagne à faire battre la coalition d’Angela Merkel aux législatives du 24 septembre. Il avait fait de même vendredi dernier, quand il avait exhorté ses compatriotes disposant de la nationalité allemande à «donner une leçon» aux partis chrétien-démocrate (CDU), social-démocrate (SPD) et aux Verts, tous «irrespectueux envers la Turquie» selon lui.

«Soyez avec ceux qui sont bienveillants envers la Turquie. Peu importe qu’il s’agisse de petits partis, donnez-leur votre voix. Ils gagneront ensuite en importance». «À mon avis, ceux qui attaquent la Turquie de la sorte méritent une gifle à ces élections».

La chancelière Angela Merkel a rétorqué :

«Nous ne tolérons aucun type d’ingérence».

Le ministre des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, y voit «un acte d’ingérence exceptionnel dans la souveraineté de notre pays». Erdogan lui a répondu :

«Il ne connaît aucune limite! Qui es-tu pour parler au président de la Turquie ?… Connais tes limites! Il tente de nous faire la leçon… Depuis combien de temps fais-tu de la politique ? Quel âge as-tu ? Que disent-ils maintenant? Ils disent: ‘Il s’immisce dans notre démocratie.» Mais la seule chose que nous disons c’est que nos concitoyens devraient donner une leçon aux ennemis de la Turquie dans les urnes. C’est tout.» […]

La diaspora turque en Allemagne, forte de trois millions de personnes, est la plus importante dans le monde, et près de 1,2 million de Turcs disposent également de la nationalité allemande, ce qui leur permettra de voter lors des élections législatives du 24 septembre.

Il serait peut-être temps d'arrêter toutes les négociations sur l'entrée de la Turquie dans l'UE ?

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 07h58 | Lien permanent

Vers l'utérus artificiel

La technologie du l'utérus artificiel a permis d'incuber avec succès des agneaux pendant une semaine. Les scientifiques pensent déjà que la même technologie pourrait être utilisée sur des bébés humains. Dans un premier temps pour aider les prématurés à se développer complètement. Le dispositif a été développé par une collaboration de scientifiques venant d'Australie, du Japon et d'autres pays.

On évoque toujours une bonne intention, à savoir aider les bébés prématurés à finir leur croissance dans un utérus artificiel, pour aller vers la transgression.

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 07h50 | Lien permanent

Ils tournent un film porno dans une église et la justice déboute... la paroisse

Lu ici :

"Un film pornographique, dont le tournage s'est tenu cette année dans l'église Saint Joseph de Tilbourg, aux Pays-Bas, a causé quelques remous en Hollande. [...] Outrée, la paroisse a entamé des actions en justice. La ville de Tilbourg a cependant rejeté la plainte, arguant que le blasphème n'était plus répréhensible aux Pays-Bas, rapporte la BBC. "Nous estimons que ce tournage est une offense et un manque de respect, mais après avoir examiné le code civil, ceci n'est pas un crime. Blasphémer n'est pas un crime et l'équipe du tournage n'a pas pénétré illégalement dans l'église", a déclaré un porte-parole.

Selon Harrie de Swart, un des prêtres de la paroisse, l'équipe de tournage a dû escalader une clôture pour filmer dans le confessionnal. "Le ministère de la justice nous a dit que nous aurions dû accrocher un signe 'défense d'entrer' devant la porte de l'Eglise. Alors nous aurions pu les poursuivre en justice", a-t-il déclaré. Avant d'ajouter: "mais il est absurde de placarder un tel signe sur la porte d'une église".

Il reste malgré tout une option pour la paroisse: porter l'affaire au civil. Leurs chances de faire condamner les producteurs de la vidéo restent cependant minces."

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 07h41 | Lien permanent

L'alliance qui unit extrême-gauche et islamistes

Dénoncée par Alexandre Del Valle sur Atlantico :

"Le "Calife" de l'Etat Islamique, Abu-Bakr al-Bagdadhi, avait déclaré en 2014 que l'Etat islamique s'étendrait jusqu'à Rome, indiquant par là une volonté de convertir le monde entier à l'Islam. Face à l'accumulation des attentats en Europe, l'Occident n'aurait-il pas intérêt à réaffirmer son identité chrétienne, en termes culturels et civilisationnels, afin de décourager l'adversaire, et de lui signifier l'impossibilité de la tâche qu'il se donne ?

Il faut remonter pour comprendre cela à l'alliance qui unit extrême-gauche, politiquement correct et islamistes. Ce sont cette extrême-gauche et ce politiquement correct que l'on peut globalement définir comme les plus hostiles à la civilisation judéo-chrétienne ont laissé prospérer sur le sol occidental les forces islamistes parce qu'elles avaient un même ennemi : l'Occident. Votre question d'une certaine façon induit la réponse : si l'Occident arrivait à vaincre le totalitarisme rouge, l'idéologie communiste et tiers-mondiste qui continue à diaboliser la société occidentale et à valoriser tout ce qui ne l'est pas – l'extrême gauche ayant toujours été l'allié des forces qui détestent notre civilisation – nous aurions plus de facilité à gérer notre sécurité. Nous aurions plus de facilité à contrôler les flux migratoires, les juges pourraient plus facilement appliquer les lois, les politiques ne seraient pas systématiquement traités de racistes ou de fascistes lorsqu'ils veulent défendre leur civilisation. On se rappelle sur ce point du cas Guéant, diabolisé parce qu'il avait osé parler du choc des civilisations pour exprimer l'opposition de l'Occident et de l'Islam. [...]

On voit bien que ce qui nous empêche aujourd'hui de lutter contre le totalitarisme islamique, c'est l'influence dans nos rangs du totalitarisme rouge qui contrôle les médias, le système universitaire et une partie du système judiciaire. Il agit comme une force qui empêche de lutter contre l'ennemi islamiste et de préserver nos valeurs. La dernière revue créée par Daech s'appelle Rumia, qui symbolise l'objectif très important pour les islamistes de conquérir un jour la chrétienté. Il faut évidemment reconquérir Al Andalus, la perle de l'ancien califat perdue au profit des rois très catholiques, mais aussi prendre Rome et c'est un élément très important de la propagande de Daech et de nombreux islamistes : selon un hadith– une parole attribuée à Mahomet qui a valeur de texte sacré - très souvent cité par des islamistes, y compris les non-terroristes tel Qardawi des Frères Musulmans, après Constantinople, Rome sera prise et l'Europe sera islamisée.

Cette idée est très présente dans toute la logique de l'islamisme mondial : on voit donc bien qu'il ne s'agit pas de cas de terroristes isolés mais que cela découle d'un mouvement mondial de néo-impérialiste. C'est un combat civilisaitionnel, et puisqu'il est pensé tel quel et que cette guerre est livrée non seulement par des terroristes mais aussi grâce à l'appui d'États tel l'Arabie Saoudite, le Pakistan ou d'association comme les Frères Musulmans. Face à une agression qui est le résultat d'un projet de révolution civilisationnelle revanchard, la réponse ne sera pas par la guerre mais la défense et le refus du vide. Le vide que nous produisons aujourd'hui dans la détestation de notre propre religion et de notre propre identité et est le meilleur allié des islamistes. Il nous manque aujourd'hui un projet civilisationnel comme. Nous devons mener cette politique des civilisations. [...]"

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 07h35 | Lien permanent

Russia Today lance sa chaîne française d'information en continu

Unknown-4Après la Grande-Bretagne et l'Espagne, Russia Today s'installe en France. Créée à Moscou en 2005 et diffusée sur le câble et le satellite (avec 70 millions de téléspectateurs à ce jour), cette chaîne parrainée par le Kremlin et financée sur argent public, à hauteur de 25 millions d'euros, va concurrencer les chaînes France 24, CNN ou BBC World.

Si l'équipe rédactionnelle est encore embryonnaire, elle comptera, à terme, entre 130 et 150 journalistes, tous recrutés en France et dirigés par une jeune journaliste russe, Margarita Simonian. Avec "RT en français", ce projet dispose depuis peu sur le Net d'un site préfigurant la future chaîne. Il a été confié à un journaliste passé par L'Écho des savanes, Jérôme Bonnet.

Lancé avec le feu vert des pouvoirs publics et la bénédiction du CSA, qui lui a accordé une convention, ce nouveau média sera présentée à Cannes, le 16 octobre. L'ancien cadre dirigeant du groupe Canal +, à la tête de Télé Più, en Italie, au début des années 1980, Emmanuel Gout, est chargé d'en faire la promotion.

En 2017, une étude menée par Nielsen montre que la chaine RT a connu un développement plus rapide que toutes les chaines américaines d’information internationale (40%). Elle a triplé son audience à New-York et Washington DC., surpasse CNN et surtout Al Jazeera, et enregistre 550 millions de téléspectateurs (RT avance 700 millions) dans le monde dont 85 millions aux États-Unis.

Michel Janva

Posté le 21 août 2017 à 07h24 | Lien permanent | Commentaires (3)

C’est arrivé un 21 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

Philippe II« Auguste », naît à Gonesse. Il est le septième Roi de la dynastie des Capétiens directs. Son règne est long et glorieux ; il remporte d'importantes victoires militaires, agrandit et renforce le pouvoir royal. Il meurt à Mantes le 14 juillet 1223.

Philippe II Auguste, Roi de France, par Louis-Félix Amiel, conservé à Versailles, musée national du château et des Trianons.

Voir les chroniques du 14, sur la mort du Roi, du 2 juillet sur la bataille de la Roche aux Moines, du 27 juillet sur la bataille de Bouvines.

Le traité de Pontoise est un accord entre le Dauphin Charles et Charles II de Navarre, au mépris de l'Endenture, précédemment signé par ce dernier et le roi d'Angleterre. La France rend à la Navarre les forteresses perdues, lui accorde une rente et une indemnité en compensation des dommages. En échange, Charles II renouvelle son hommage au Dauphin et lui garantit d'être un allié loyal.

Saint François de Sales est un prêtre et prédicateur, évêque et docteur de l'Église ; il est aussi fondateur avec sainte Jeanne de Chantal de l'ordre de la Visitation. Il est canonisé en 1665.Voir la chronique du 28 décembre. Geneviève Esquier dans Ceux qui croyaient au Ciel (Ed. de l'Escalade, Page 198) raconte que sa mère fait le vœu devant le saint Suaire de Turin, si un fils lui est donné de l'offrir au Seigneur.

Il rédige un catalogue des positions des étoiles, le Catalogue des étoiles fixes.

Jean-Baptiste Greuze est un peintre et dessinateur français. Elève du peintre Grandon à Lyon, puis de Charles-Joseph Natoire à l'Académie Royale de peinture et de sculpture. En 1755, sa toile "Père de famille expliquant la Bible à ses enfants" le rend très célèbre. Il entre à l'Académie en 1769. C'est lui qui peint le premier portrait connu du futur empereur Napoléon Bonaparte.

Augustin Louis, baron Cauchy naît à Paris. Mathématicien célèbre, il devient membre de l'Académie des sciences et professeur à l'Ecole polytechnique. Catholique pratiquant, royaliste légitimiste, dévoué à Charles X, il choisit de s'exiler après les Trois Glorieuses, en 1830. Il revient huit ans plus tard et reprend place à l'Académie. Il meurt en 1857 après avoir refusé de prêter serment à Napoléon III, en 1853.

Le plus célèbre tableau du monde, la "Mona Lisa" de Léonard de Vinci disparaît de la Grande Galerie du Louvres où elle était accrochée depuis 1804. Après deux ans de recherches, le tableau est retrouvé à Florence. Son voleur, Vincenzo Perugia, un peintre en bâtiment, est arrêté alors qu'il tente de le revendre à un antiquaire en 1913.

 

Il s'agit, déjà (!), de "remettre la France au travail". Son idée consiste à permettre les heures supplémentaires. Il fait remarquer qu'en Allemagne au même moment on travaille 70h

Plus d'un million de jeunes catholiques du monde entier assistent à cette messe, à Marienfeld, en Allemagne à l'occasion de la XXe Journée mondiale de la jeunesse.

Lois Spalwer

Posté le 21 août 2017 à 03h42 | Lien permanent | Commentaires (0)

20 août 2017

«Le Monde reproche à Donald Trump d’avoir révélé la violence de l’extrême gauche»

Le 18 août sur TV Libertés, Jean-Yves Le Gallou expliquait que la réaction offusquée du Monde suite aux accusations de «violence des deux côtés» par le président Trump lors des affrontements entre antifas et néo-nazis à Charlottesville montrait à quel point l’extrême gauche et les médias étaient de connivence.

«Un coup de chapeau à Donald Trump, le président américain, parce qu’il a refusé de céder au dictat médiatique. Il a voulu rappeler la vérité, à savoir que la vérité était complexe, et qu’il n’y avait pas d’un côté des gentils militants anti-racistes, des gentils militants d’extrême gauche, et de l’autre côté des très méchants racistes. Il a rappelé que la réalité était infiniment plus complexe. Il a refusé de céder à la tyrannie médiatique, et ça, ça mérite un coup de chapeau

Michel Janva

Posté le 20 août 2017 à 18h31 | Lien permanent

Un lance-roquettes antichar découvert à Saint-Denis

Deux hommes ont été mis en examen, samedi soir à Paris, après la saisie d’armes, d’argent liquide et de stupéfiants dans un local à vélo d’une cité de Saint-Denis.

[…] Les policiers y découvrent, dissimulés dans une cache, située dans les gaines techniques, un véritable arsenal : un lance-roquettes antichar de marque américaine, trois pains de tolite, un explosif d’une grande puissance, des munitions de calibre 12 et 9 mm et deux fusils à pompe aux crosses et canons sciés. Ils ont également mis la main sur 40 kg de résine de cannabis, 10 000 €, et du matériel de police : gyrophares, gilets pare-balles etc… […]

Michel Janva

Posté le 20 août 2017 à 18h29 | Lien permanent

L'abominable massacre des Lucs par les bouchers de la Révolution

Vendéen lui-même, le Père Jean-Paul Argouarc’h, prêtre de l’Institut de la Sainte-Croix de Riaumont, a lancé un pèlerinage au Petit-Luc il y a douze ans. Ce lieu d’un massacre sans nom de toute une population villageoise est emblématique des violences perpétrées par les révolutionnaires. Dans le dernier Hors-Série de L'Homme Nouveau consacré à l'Eglise dans la tourmente des guerres de Vendée, il raconte :

Couv-HS28"Les Lucs forment début 1794 deux paroisses : le Grand-Luc, 2 050 habitants et le Petit-Luc, 100 habitants. Les Bleus commandés par un général de 26 ans, Cordelier, sont partis le matin des Landes de Bois-Jarry, ils suivent le chemin de Mormaison aux Lucs. Sur leur passage tout flambe : villages, étables, barges, paillers, tout est détruit. On égorge les gens dans les maisons. On éventre les bêtes dans les écuries. Des familles entières périssent : René Minaud est tué au Brégeon avec sa femme et ses sept enfants dont le plus petit a 15 jours. Le père Simoneau est égorgé à La Bugelière avec sa femme et 16 de ses enfants et petits-enfants.

À l’approche des tueurs beaucoup se sont réfugiés dans l’église du Petit-Luc. L’abbé Voyneau, âgé de 70 ans, va au-devant des Bleus pour les supplier d’épargner son peuple. À quelques mètres de son presbytère les Bleus le saisissent, ils lui arrachent la langue et le cœur qu’ils écrasent ensuite sur les pierres du chemin. Dans l’église les fidèles se préparent à la mort en récitant le chapelet. Les assassins arrivent, ils déchargent leurs fusils sur la foule agenouillée. Ils s’acharnent sur les mourants à coups de baïonnettes, ils transpercent au sabre les enfants. Puis les Bleus s’en vont vers les Landes de Launay, ils aperçoivent le clocher du Petit-Luc, ils tirent dessus à coups de canon, le clocher s’effondre écrasant de sa masse le monceau de victimes encore pantelantes.

563 cadavres gisent sur le territoire des Lucs. Parmi ces morts 110 (chiffre minimum. Une centaine de noms des victimes sont inconnus par suite de la disparition d’une double feuille du registre mortuaire de l’abbé Barbedette curé du Grand-Luc. Il manque donc des noms d’enfants) n’ont pas plus de 7 ans, 33 n’ont pas 2 ans, deux n’ont que 15 jours, c’est « le Massacre des innocents »."

Dans un article de ce même numéro, Jacques Villemain évoque les propos de ce khmer rouge devant un tribunal chargé de juger les crimes de 1975-1979 :

« En France, j’ai étudié la philosophie du siècle des Lumières et celle de la Révolution française. J’ai été fasciné par la personnalité de Robespierre. Pour moi, il incarnait l’intégrité, le courage, l’abnégation. Et Robespierre, c’est l’essence de l’idéologie khmère rouge ! »

Stéphane Courtois cite Engels, le compère de Karl Marx, qui à propos de la révolution en Allemagne en 1849 écrivait :

« Nul pays en état de révolution, et engagé dans une guerre extérieure, ne saurait tolérer une Vendée en son sein même »

Lénine a bien retenu la leçon : le 24 janvier 1919, le Comité central du parti adopta cette résolution :

« Il est nécessaire de reconnaître comme seule mesure politiquement correcte une lutte sans merci, une terreur massive contre les riches cosaques, qui devront être exterminés et physiquement liquidés jusqu’au dernier. »

Le génocide vendéen, analysé par Reynald Secher, a servi de modèle aux génocides qui ont suivi.

Michel Janva

Posté le 20 août 2017 à 16h29 | Lien permanent

Pour déboulonner les bêtises sur la Guerre de Sécession

Sur Twitter, Xavier Couture a publié une série de tweets sur l'histoire de la Guerre de Sécession. Compilation :

DHeHeYiXgAA74ob"Quelques données d'abord. Pertes humaines : 620 000 hommes (sans compter les civils). Guerre la plus importante entre les guerres napoléoniennes et la 1ère Guerre Mondiale. Pour les Américains, c'est le conflit le plus dévastateur de leur histoire. Pour comparer, plus d'Américains meurent en 5 jours à la bataille d'Antietam que d'Américains morts en 16 ans au Vietnam. Dans l'historiographie américaine classique, la "civil war" marque une rupture fondamentale. 2 périodes : 1492-1861 et 1861-aujourd'hui.

L'historiographie insiste sur l'esclavage comme facteur principal dans les périodes d'exaltation des minorités : années 1960 et aujourd'hui. A bien comprendre : les divergences économiques sont tout aussi importantes pour comprendre le conflit. Ainsi, le Nord manufacturier voulait protéger son industrie naissante en taxant lourdement les importations européennes. Mais à l'opposé le Sud préférait importer les produits européens, souvent moins chers et meilleurs tout en maintenant ses exportations agricoles.

C'est aussi une confrontation entre deux modes d'organisation du travail : l'ancien (l'esclavage) et le nouveau (le salariat). Dans les faits et dans certains cas, le salariat n'étant pas plus enviable que l'esclavage.

Autre débat : les US sont une fédération et la question cruciale est le droit des Etats par rapport à l'Etat fédéral. La question de l'esclavage ne pouvait seule motiver l'ensemble des hommes. Moins de 25% des soldats de la Confédération possédait des esclaves. Le gros des troupes sudistes est issu du bas de l'échelle sociale. Chasseurs, trappeurs, petits exploitants agricoles... Cela vous explique les victoires à répétition dans les premières années. Le chasseur/trappeur étant plus à l'aise avec un fusil que son homologue ouvrier du Nord formé à la hâte. Et les intrusions éclair de Lee loin de ses bases au Nord pour tenter d'obtenir une victoire rapide et négocier une paix honorable. C'était la chose à faire car à long terme, la victoire du Nord était certaine (en raison du poids démographie et industriel).... Et Lee était donc tout sauf un imbécile contrairement à ce que dit Libé qui se joint au choeur du Lee-bashing par bêtise.

Mais je digresse. Donc pour revenir à la question fédérale, il faut noter qu'en 1830 la Caroline du Sud avait déjà failli faire sécession. Et celà, pour des questions de droit de douane sur les produits manufacturés européens. Pas des questions d'esclavage. En d'autres termes, le litige sur la question de l'autorité fédérale/des Etats précédait la querelle sur l'esclavageProtectionnisme (Nord) et libre-échange (Sud) sont devenus des marqueurs qui différencient les partis encore aujourd'hui aux US. Quant à l'esclavage, il était en déclin depuis l'invention en 1793 de l'égreneuse. Un 1/4 des exploitations possédaient plus de 50 esclaves. L'image du grand manoir avec des milliers d'esclaves dans les champs de coton est une image d'Epinal. Elle ne correspondait plus à la réalité. Autre chiffre: en 1850, 36% des sudistes blancs possédaient des esclaves. En 1860 ils étaient moins de 25%. Au nord, l'abolition de l'esclavage ne signifiait pas l'octroi de la citoyenneté. Pas de droit de vote, ni de droit d'épouser un blanc. Les historiens reconnaissent aujourd'hui que la négrophobie était partagée à égalité entre nord et sud. A voir : le film Glory (Edward Zwick) qui montre la méfiance et le mépris des soldats de l'Union pour les premiers régiments noirs. Dans le Nord, les abolitionnistes extrêmes se concentraient en Nouvelle-Angleterre et étaient surtout des chrétiens évangéliques.

DHeL8J4XYAEAazFJ'ai encore digressé! Esclavage/salariat, Etats/Etat fédéral, protectionnisme/libre-échange, industrialisation/ruralité... Tous ces débats sont chauffés à blanc durant la décennie 1850. 1856, c'est l'affaire Dred Scott. Cet esclave en fuite est jugé par la Cour suprême pour savoir si sa présence dans un Etat du Nord vaut affranchissement. Scott est débouté. Cela donne de fait aux propriétaires sudistes une expansion illimitée de leur institution. Mais c'est l'élection de Lincoln à la présidence en 1860 qui est le véritable détonateur du conflit. Il remporte l'élection à la majorité relative sans l'appui d'un seul Etat du Sud.Pour les sudistes, c'est un épouvantail. Favorable aux droits de douane, aux aides à l'industrialisation, au renforcement de l'Etat fédéral. C'est alors que la Caroline du Sud fait sécession de l'Union à l'unanimité de la législature. Bientôt rejointe par d'autres Etats du Sud. 4 février 1861 : Ces Etats sécessionnistes forment une union, les Etats confédérés d'Amérique, dirigés par le président Jefferson Davis. Dès lors, la guerre est inévitable, le reste des Etats-Unis n'acceptant pas l'indépendance des Etats du Sud.

Source principale : Revue d'Histoire du XIXème siècle

Pour aller plus loin : Le Blanc soleil des vaincus, de Dominique Venner. L'esclavage fut plus un prétexte que la véritable raison de la guerre de Sécession, guerre idéologique, porteuse des prémices des totalitarismes du XXe siècle. Si en France, nous évoquons la Guerre de Sécession, au Nord des États-Unis on parle de « Guerre civile » alors que le Sud y voit toujours une « Guerre entre les États ». Le véritable motif de cette guerre fut l’interprétation de la Constitution en ce qui concerne le droit des États. Et c’est dans ce sens que les termes – « guerre civile » contre « guerre entre les États » – révèlent les deux partis en présence et la source de l’affrontement. Nés d’une révolution anti-coloniale, fondés sur la liberté, les États-Unis reposaient-ils sur la primauté de l’État fédéral ou, au contraire, sur la libre adhésion des États à l’ensemble et donc leur droit de le quitter ? La vision nordiste proclamait la primauté de l’État fédéral. De leur côté, les États du Sud, s’appuyant sur la possibilité pour un État de quitter l’Union, envisageaient de ce fait de faire sécession. Le Sud, plus aristocratique et rural, cultivant un certain art de vivre, sombra sous les coups du Nord, plus industriel, bourgeois, matérialiste et capitaliste.

Michel Janva

Posté le 20 août 2017 à 15h17 | Lien permanent

Adveniat regnum tuum

I-Grande-22843-catechisme-de-la-famille-chretienne.netLes éditions DMM viennent de rééditer le Catéchisme de la famille chrétienne du père Emmanuel, curé du Mesnil Saint-Loup de 1849 à 1903. Le Père Emmanuel a composé sous la forme du dialogue d'un père et de ses deux enfants ce Catéchisme de la famille chrétienne. Devenir enfant de Dieu ne suffit pas. Il faut apprendre à connaître Dieu, il faut apprendre à croire. Apprendre avec son intelligence : Croire n'est pas sentir, ni penser, ni imaginer, ni avoir son opinion. C'est donner aux vérités révélées l'accord de son intelligence.

Le père de famille explique à ses enfants

"que tout d'abord ils avaient appris les mots du Credo sans y comprendre rien, que pendant bien des années, ils avaient récité cette prière comme les autres, avec un certain désir de faire une chose agréable à Dieu ; que dans la suite, ils avaient compris quelques-unes des vérités énoncées dans cette sublime prière et que maintenant le temps était venu pour eux d'acquérir une intelligence plus grande de ces vérités divines".

Voilà toutes les étapes de l'éducation chrétienne et le but du catéchisme.

Extrait sur la 2e demande du Pater, "Que Votre règne arrive" :

"L'Eglise est le royaume de Dieu, c'est dans l'Eglise et par l'Eglise que le règne de Dieu arrive, et que les âmes entrent dans le règne de Dieu. Alors, dans notre prière, nous demandons que toutes les erreurs et oppositions soient détruites : toutes erreurs, comme le paganisme, le mahométisme, le judaïsme, le protestantisme, le rationalisme, l'athéisme : nous demandons la destruction de tout ce qui est le règne du mal, le règne du mensonge, et de tout ce qui fait opposition au règne de Dieu : afin que, la vérité de Dieu régnant sur la terre, l'Eglise ait toute liberté et toute assurance de servir Dieu et de le faire servir à tous les hommes devenus ses enfants et les enfants de Dieu.

[...] comme je vous l'ai déjà dit, les mots sur la terre comme au ciel se rapportent à chacune des trois demandes, et nous ne demandons pas moins que cela : Que Dieu règne sur nous et en nous qui sommes ici-bas, comme il règne en ses anges et en ses saints qui sont dans le ciel."

Michel Janva

Posté le 20 août 2017 à 14h44 | Lien permanent

Barcelone : les terroristes musulmans visaient la Sagrada Familia

Unknown-3Les enquêteurs ont la conviction que les djihadistes projetaient de se faire exploser sur les Ramblas et à la Sagrada Família.

Si Younès Abouyaaqoub, un Marocain de 22 ans, est toujours recherché, l'enquête des attentats de Barcelone se concentre aussi sur un imam de Ripoll, dont sont originaires plusieurs membres de la cellule terroriste. Abdelbaki Es Satty a disparu depuis mardi. L'imam pourrait être un des morts de l'explosion de la maison d'Alcanar, a priori siège des opérations logistiques du groupe terroriste. L'imam n'est pas inconnu des services de police puisque son nom a déjà été cité dans de précédentes affaires de djihadisme, notamment dans des dossiers liés aux très meurtriers attentats de Madrid de 2004. Abdelbaki Es Satty aurait également purgé une peine de prison pour trafic de drogue et en serait sorti en 2012. 

A quand la reconquista ?

Michel Janva

Posté le 20 août 2017 à 12h21 | Lien permanent

Vivre les béatitudes avec les dons du Saint-Esprit

I-Moyenne-31231-le-saint-esprit-dans-ma-vie.netLe père Louis-Marie de Blignières, fondateur de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier, vient de publier un petit ouvrage intitulé Le Saint-Esprit dans ma vie. Préfacé par Mgr Macaire, archevêque de Saint-Pierre et Fort-de-France, cet ouvrage associe à la fois les béatitudes, les vertus et les dons de l'Esprit-Saint. Ainsi, l'auteur associe le don de force à la 4è béatitude :

"L'acte du don de force, c'est de faire des oeuvres difficiles pour le royaume de Dieu. Celui qui est naturellement fort a faim et soif, il a grand appétit de déployer son dynamisme. "La joie de l'âme est dans l'action", aimait à dire le Maréchal Lyautey. Les trois premières béatitudes (pauvreté, douceur et pleurs) m'éloignent du péché, la quatrième me fait entrer dans les oeuvres du royaume. Par mon action transformée par l'Esprit de Jésus, elle fait descendre la très sage volonté de Dieu sur la terre, comme elle règne dans les cieux.

La faim naturelle est un besoin vital, impérieux, sans cesse renaissant. Elle a quelques chose d'âpre, de dominateur et d'insatiable. La faim spirituelle, elle, creuse en moi le désir, elle accroît cette "capacité d'infini", qui est comme le "lieu de Dieu" en moi.Dans cette béatitude, comme dans les autres, je dois d'abord voir des actes du Christ. Dans la vie du Verbe incarné, une note dominante résonne : l'appel au sage plan de la providence voulu par son Père."

Michel Janva

Posté le 20 août 2017 à 09h41 | Lien permanent

C’est arrivé un 20 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

Saint Bernard est né vers 1090, il entre à vingt-ans à l'abbaye de Cîteaux fondée quelques années auparavant par Saint Robert de Molesmes. Il contribue grandement au développement de l'ordre cistercien en parcourant les routes d'Europe. Saint Bernard est envoyé à Clairvaux, en 1115, pour y fonder l'abbaye, dont il devient le père-abbé jusqu'à sa mort. Lors du Schisme de 1130, il soutient sans retenue Innocent II contre l'antipape Anaclet II. En 1146, il prêche la Croisade en Terre Sainte devant le Roi Louis VII, voir la chronique du 21 mars. A sa mort, en 1153, trois cent quarante-trois abbayes cisterciennes ont été édifiées en Europe.

Le pape Jean XIV a été destitué par l'antipape Boniface VII, et enfermé au Château St-Ange de Rome où il meurt, peut-être assassiné.

L'armée du Roi de France est commandée par Robert II d'Artois ; elle remporte une victoire sur les troupes flamandes.

La guerre franco-savoyarde (1600-1601) va se terminer en faveur de la France avec le traité de Lyon, signé le 17 janvier 1601.

Le fils du ministre de Louis XIV est abbé du Bec-Hellouin. Sa réception l'Académie française est faite par Racine.

Cette victoire du Grand Condé à Lens met un terme à la Guerre de Trente ans. Elle est appelée ainsi car elle fait suite à la prise de la ville de Lens par l'archiduc Léopold-Guillaume de Habsbourg le 17 août 1648, voir la chronique du jour. Condé galvanise ses troupes en disant :

«Amis, vous souvenez-vous de Rocroi, de Fribourg, de Nordlingen ? Il nous faut vaincre ou mourir. Vous marcherez sur une seule ligne. Vous conserverez quoi qu'il en coûte votre ordre de bataille. Vous essuierez sans tirer le premier feu de l'ennemi. Ensuite seulement vous pourrez tirer. » Puis, il lance ses troupes au cri de « Vive le Roi ! »

Les Espagnols laissent sur le terrain trente-huit pièces de canon et huit mille hommes, un grand nombre d'étendards. Le 26 août, le Roi Louis XIV fait chanter un Te Deum à Notre-Dame de Paris.

Les Anglais débarquent aux falaises de Biville le chef Chouan Georges Cadoudal, ainsi que Quérelle et Lahaie-St-Hilaire. Ils projettent de s'en prendre directement à Bonaparte.

Raymond Poincaré naît à Bar-le-Duc. Il occupe cinq fois le poste de président du Conseil. En 1913, il devient président de la République, pendant toute la Première Guerre mondiale. Après la guerre, il fait occuper la Ruhr, car l'Allemagne refuse de payer les " réparations de guerre ". Une religieuse française, Claire Ferchaud l'a approché plusieurs fois pendant la première guerre mondiale, pour lui demander au nom du Christ de faire apposer le Sacré-Cœur sur le drapeau français. Il décède le 15 octobre 1934 à Paris.

Giuseppe Sarto est pape de 1903 à 1914. Il combat les idées modernistes et condamne la séparation de l'Église et de l'État en France. Il fait réformer le bréviaire et remet à l'honneur le chant grégorien. Il est canonisé le 20 mai 1954. Voir la chronique du 2 juin.

Le 20 août 1944, le Maréchal Pétain quitte Vichy pour l'Allemagne, sous escorte allemande. Hitler le fait capturer par les SS et déporter à Sigmaringen pour lui extorquer une Commission gouvernementale française pour la défense des intérêts nationaux que présiderait de Brinon.

"Au moment où ce message vous parviendra, je ne serai plus libre. Dans cette extrémité où je suis réduit, je n'ai rien à vous révéler qui ne soit la confirmation de tout ce qui, jusqu'ici a dicté ma conduite. Pendant plus de quatre ans, décidé à rester au milieu de vous, j'ai chaque jour cherché ce qui était le plus propre à servir les intérêts permanents de la France, mais sans compromis.

Je n'ai eu qu'un seul but : vous protéger du pire.

Tout ce qui a été fait par moi, tout ce que j'ai accepté, consenti, subi, que ce fût de gré ou de force, ne l'a été que pour votre sauvegarde. Si je ne pouvais plus être votre épée, j'au voulu être votre bouclier. C'est moi seul que la France jugera. »

Et voici ce qu'écrit l'amiral Paul Auphan, dans son Histoire élémentaire de Vichy, pp.359-362,

«À Vichy et jusqu'à son arrestation par les Allemands en août 1944, le maréchal Pétain ne m'a jamais donné l'impression d'être amoindri intellectuellement.

À mon avis, c'est plus tard, sous le poids écrasant d'une déportation en Allemagne, d'un ignoble procès fleuve qui aurait assommé n'importe qui d'autre que lui et d'une incarcération en France conçue comme une longue torture que cet homme de quatre-vingt-dix ans, bâti comme un chêne, a fini par perdre peu à peu la mémoire et, à certains moments, la raison. Du moins d'après ce qu'on en a dit, car personnellement je ne peux porter de jugement que sur ce qu'il était à Vichy, où, je le répète, il m'a paru jouir d'un équilibre de santé physique et mentale que beaucoup de chefs d'État d'aujourd'hui ou d'hier pourraient ou auraient pu lui envier.

Pour avoir pendant les quatre ans de la Grande Guerre franchi tous les échelons du grade d'officier général et conduit l'armée française à la victoire, il fallait des qualités d'intelligence, de caractère et de cœur qui n'étaient certainement pas communes. À Vichy ces qualités ne s'étaient pas obscurcies, mais seulement assagies et comme sublimées jusqu'à leur extrême simplicité : un bon sens militaire de commandement plein de bienveillance, imprégné de la vertu de prudence et ne retenant des choses que l'essentiel, sous une apparence insensible au torrent des événements. De tempérament secret, il comprenait les situations, mais ne s'attardait pas à expliquer ses décisions.

Évidemment la créativité intellectuelle n'était plus la même qu'autrefois en ce sens qu'il aimait qu'on lui propose des textes sur lesquels il travaillerait ensuite à loisir plutôt que d'accomplir lui-même l'épuisant travail d'accouchement cérébral ; la manière dont il en tirait parti et leur donnait sa marque personnelle montrait un esprit toujours en possession de ses moyens.

Évidemment encore, au bout d'une heure ou une heure et demie d'attention portée à des sujets difficiles, il donnait des signes de fatigue et avait besoin de changer d'occupation pour se détendre un moment l'esprit. C'est normal à quatre-vingt-cinq ans. Il suffisait à son entourage d'en tenir compte. […]

[Le Maréchal] était soutenu intérieurement et comme porté sur des ailes par l'amour de la France et des Français et par le sentiment qu'il avait d'être seul en mesure de les sortir à moindre frais de la défaite de 1940.

Cette hantise était la clef de sa politique. Elle explique tout. Comme tous les anciens combattants de 14-18 – que dis-je ? bien mieux qu'eux après Verdun – il était resté frappé d'épouvante par les pertes françaises. […] Une seconde saignée analogue l'eût peut être éliminée comme grande puissance. […]

Qu'on lui impose X ou Y comme ministre ou chef de gouvernement, qu'on renvoie de vieux amis fidèles ou fasse aux Allemands des concessions qui ne valaient pas qu'on risque la vie d'un homme, il en souffrait, certes, au fond de lui-même, mais n'en faisait pas un absolu du moment que l'ennemi en était apaisé pour un temps et que l'armistice continuait, permettant à la masse des Français de cheminer, sans trop de pertes, vers le bout du tunnel.»

Les autorités du protectorat français au Maroc commandées par le général Guillaume le dépose. Le sultan exilé en Corse, puis à Madagascar, avec ses fils, dont le futur roi Hassan II. La légitimité du nouveau souverain, Mohammed ben Arafa, n'est pas reconnue par le peuple. En 1955, la France accepte le retour de Mohammed V qui régnera jusqu'à sa mort en 1961.

El Halia, petit village proche de Philippeville, à trois kilomètres environ de la mer, où vivent 130 Européens et 2000 musulmans. La plupart travaillent à la mine de pyrite; les musulmans qui sont payés comme les Européens et jouissent des mêmes avantages sociaux, ont assurés qu'en cas d'attaque du FLN tous participeront à la défense du village.

A 11 h 30, le village est attaqué par des anciens miniers et des miniers en activité ! Le FLN appelle au djihad et commence le massacre :

71 européens tués, 21 musulmans tués, 51 européens blessés, 47 musulmans blessés, plus de 50% des victimes sont des enfants et adolescents de moins de 20 ans. A cela s'ajoute 31 soldats tués, et 121 blessés par les ennemis de la France en Algérie.

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 247)

Soustelle écœuré dira : « On ne négocie pas avec des gens comme cela. »

Lois Spalwer

Posté le 20 août 2017 à 03h37 | Lien permanent | Commentaires (0)

19 août 2017

Russie : un poignard fou s'en prend à 7 personnes [Erratum : il y avait quelqu'un qui tenait le couteau]

Unknown-2Après les voitures folles les couteaux fous ?

En Russie, un homme armé d'un couteau a été abattu par la police après avoir poignardé au moins sept personnes en pleine rue à Sourgout, dans la matinée du samedi 19 août.

L'attaque a été revendiquée par l'organisation terroriste Etat islamique.

Toutes les victimes ont été hospitalisées "avec des blessures variables".

Cette attaque intervient au lendemain d'une attaque au couteau en Finlande où un Marocain de 18 ans a poignardé à mort deux personnes et en a blessé huit autres dans la ville de Turku (sud-ouest). 

Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 20h40 | Lien permanent

"Il n’y aura pas de victoire de nos idées sans l’existence d’une puissante presse alternative"

Martial Bild est interrogé par Caroline Parmentier dans Présent à propos de TV Libertés. Extraits :

Capture d’écran 2017-08-18 à 15.39.05"Au départ, peu de personnes pariaient sur la réussite du projet de Philippe Millau : construire et pérenniser une chaîne de télévision généraliste alternative. Plus de trois ans ont passé et les premiers beaux succès sont au rendez-vous. En mai dernier, nous avons franchi le cap des 2,5 millions de vues, rien que sur Youtube. Nous avons dépassé le cap des 100 000 téléspectateurs qui nous suivent quotidiennement sur Youtube, notre site (tvlibertes.com http://tvlibertes.com) et sur les réseaux sociaux. C’est un grand motif de fierté. Mais les chiffres ne disent pas tout… Il y a notre joie de donner la parole à des milliers d’intellectuels, d’experts, de simples citoyens sans kaléidoscope et sans fard. Il y a le plaisir d’instaurer de vrais débats et des nouveaux espaces de confrontation des idées. Et puis, il y a la satisfaction d’avoir su créer une école vivante du journalisme en formant toute une nouvelle génération de journalistes, de présentateurs, de réalisateurs, de cadreurs et de monteurs. Grâce aux efforts de son président, TV Libertés est la plus belle aventure qu’il m’a été permis de voir et de vivre ces dernières années. [...]

Nous ne sommes qu’au début d’un processus de révolte contre des médias mainstream dont les deux mamelles sont la vente de soupe et la diffusion de propagande. Depuis les Illusions perdues de Balzac, les choses semblent ne pas avoir bougé. La presse de masse, ni libre, ni indépendante, ni pluraliste, manie le mensonge, se met à genoux devant la doxa conformiste et s’accommode de ses liens avec les grandes banques ou des oligarques. Internet a totalement changé la donne. Le téléspectateur passif, convoqué pour le journal de 20 heures, le film de 20 h 30, est devenu actif, cherchant par lui-même son information et ses programmes. Les médias classiques cherchent la parade (le replay etc.) mais les gens continuent doucement de se détacher, voire de s’enfuir. C’est le cas, tout particulièrement, des 13-24 ans. Notre rôle est donc d’attirer ces populations et ces classes d’âge vers la réinformation. Pour cela, les médias alternatifs doivent produire une information vérifiée et exemplaire. Il ne s’agit pas, à notre tour, de désinformer ou de transformer la réalité. Ce serait faire œuvre de propagande. Il s’agit de donner de nouvelles clés de compréhension du monde, sans travestir ou faire preuve de manichéisme ou d’uniformité.

[...] Dès la rentrée de septembre, il y aura plusieurs nouveautés. Et tout d’abord l’élargissement de notre traitement de l’actualité avec une émission politique diffusée le samedi soir et réalisée par Elise Blaise. L’info sera donc présentée six jours sur sept au lieu de cinq jours sur sept précédemment. Nous poursuivons l’amélioration de nos programmes avec la rénovation d’émissions comme Politique Eco avec Olivier Pichon ou Terres de mission avec Maugendre et Thieulloy. Nous travaillons sur de nouveaux concepts. C’est déjà le cas avec Le plus d’éléments et ses incroyables talents mais aussi avec Julien Rochedy ou Christopher Lannes. Nous allons privilégier les formats courts. Et puis, nous allons instituer des temps de libre antenne, grâce notamment à Radio Libertés. Je reçois, chaque jour, des dizaines de courriers écrits ou électroniques de téléspectateurs qui ont un avis, souvent remarquable, sur un sujet ou un fait d’actualité. Je veux leur donner la parole. Nous voulons donner la parole à ceux que l’on n’entend jamais et qui peuvent apporter des éléments intéressants au débat. Un bel exercice en perspective. [...]"

 

Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 15h32 | Lien permanent

Espagne : les djihadistes n'avaient «pas d'antécédents terroristes»

L'enquête avance rapidement et la police découvre que l'attentat à Barcelone devait être bien plus sanglant si les terroristes étaient parvenus à leurs fins :

"La cellule terroriste semblait envisager un scénario plus sanglant encore. Les complices ont d'abord tenté de fabriquer au moins une bombe à l'aide de plusieurs bouteilles de propane et d'explosifs artisanaux dans une maison d'Alcanar, une ville à une cinquantaine de kilomètres au sud de Barcelone. Mercredi soir, cette habitation avait été soufflée par une explosion, d'abord attribuée à une fuite de gaz, faisant un mort et sept blessés. Vendredi, le chef de la police, Josep Lluis Trapero a confirmé que «les auteurs préparaient depuis quelque temps dans ce bâtiment d'Alcanar les attentats de Barcelone». «C'était un groupe dont nous ignorons le nombre exact (…). Beaucoup sont identifiés». De son côté, un magistrat de l'Audience nationale, le parquet, Javier Zaragoza, a assuré que les djihadistes n'avaient «pas d'antécédents terroristes» mais constituaient un «réseau structuré».

[...] Si les Mossos d'Esquadra, la police de Catalogne, ont confirmé détenir quatre personnes «en lien avec les attentats», au moins trois autres étaient en fuite selon une fiche de recherche diffusée vendredi. La police a d'abord longuement cherché le chauffeur de la camionnette blanche utilisée sur les Ramblas. De sources officieuses, l'homme est identifié comme Moussa O., un Marocain de 17 ans. Il aurait en fait trouvé la mort avec quatre complices dans une fusillade avec la police à Cambrils, selon la presse espagnole. Le jeune homme, résidant légal en Espagne, se serait radicalisé ces dernières années. Sur un réseau social, il avait ainsi fait part de son intention de «tuer les infidèles pour ne laisser que les bons musulmans».

Selon les derniers éléments de l'enquête, il se serait enfui des lieux en prenant le conducteur d'une voiture en otage. Une demi-heure après l'attentat des Ramblas, cette Ford Focus a forcé un barrage à la sortie est de la capitale catalane, renversant un sergent. Elle devait être retrouvée, deux kilomètres plus loin, son chauffeur mort au volant, tué de plusieurs coups de couteau. Considéré dans un premier temps comme un suspect potentiel, cet homme, qui n'avait pas été identifié vendredi après-midi, était désormais plutôt vu comme la quinzième victime du tueur.

Les deux autres fuyards ont, pour leur part, été identifiés jeudi dans la soirée. Il s'agirait des conducteurs d'une seconde camionnette, une Fiat, louée en même temps que celle abandonnée sur les Ramblas. Ce van, longuement traqué, a été retrouvé sur le parking d'un fast-food de Vic, une commune située à une cinquantaine de kilomètres au nord de Barcelone. À l'intérieur, les Mossos ont découvert la carte d'identité d'un certain Younès A., un Marocain de 22 ans. Ce dernier pourrait être accompagné d'un autre individu, Mohamed H., 20 ans. Les deux hommes habitaient les environs de Ripoll. Le ministre français de l'Intérieur, Gérard Collomb, a tout de même ordonné vendredi le renforcement des contrôles à la frontière franco-espagnole. Le dernier homme recherché est un Marocain, Saïd A, 18 ans.

Les enquêteurs, très prudents, n'ont pas confirmé d'éventuels liens, ni entre les fuyards, ni avec les personnes arrêtées. Seule certitude, l'une d'elles est Driss O., le frère de Moussa O. C'est avec les papiers de ce jeune homme que la camionnette des Ramblas a été louée. Ce Marocain de 28 ans, a été interpellé vendredi soir à Ripoll, la petite ville à cent kilomètres au nord de Barcelone où il habite. Aux policiers, l'homme a affirmé s'être fait voler ses papiers quelques jours auparavant. Il n'avait cependant pas porté plainte. Driss O., s'il n'était pas connu pour des faits en liens avec le terrorisme, était fiché après avoir effectué un mois de détention préventive en 2012 dans le cadre d'une affaire d'agression sexuelle. Le second suspect placé en garde à vue est un proche de Driss O. Ce Marocain de 30 ans a été interpellé, vendredi à l'aube, également à Ripoll. Le troisième, est également un résident de cette cité. Des perquisitions étaient en cours vendredi après-midi dans une demeure de la ville.

Le dernier djihadiste incarcéré a été appréhendé à Alcanar. Selon la police, il s'agit d'un citoyen espagnol né à Melilla, une enclave espagnole en plein Maroc. Cet homme, âgé d'une vingtaine d'années, serait l'un des blessés de la maison d'Alcanar. Il aurait lui aussi loué une camionnette.

Les policiers se concentraient en parallèle sur les cinq terroristes tués dans la foulée de l'équipée sauvage de Cambrils. Ils avaient tout d'abord lancé leur Audi A3 noire, dans les rues entourant le port de cette station balnéaire très fréquentée. La voiture avait ensuite pris la fuite, plein sud, avant d'être bloquée à un barrage de police. Les terroristes, dont certains étaient équipés de fausses ceintures explosives, sont alors sortis de la voiture pour attaquer les forces de l'ordre avec des armes blanches. Ils ont été tous abattus. Trois d'entre deux ont été identifiés. Le caractère visiblement improvisé de cette dernière attaque renforce l'hypothèse des enquêteurs. Dans leur refuge d'Alcanar, les complices souhaitaient sans doute mettre au point une ou deux bombes de forte puissance. Ils voulaient ensuite les placer dans les camionnettes louées et envoyer ces engins piégés à Barcelone. Josep Lluis Trapero a affirmé que «les terroristes souhaitaient déclencher des bombes». «L'explosion de la maison d'Alcanar a sans doute permis de l'éviter». «Ils se sont alors rabattus sur un plan B de manière désespérée.» Un plan B qui a fait 14 victimes."

Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 14h45 | Lien permanent

Lutte contre le terrorisme : la Pologne montre la voie

UnknownPendant que nos autorités condamnent "fermement" sans annoncer de mesure ferme, éteignent la Tour Eiffel et allument des lumignons, le ministre polonais de l’Intérieur Mariusz Blaszczak déclare :

«Chez nous en Pologne, nous n’avons pas de communautés musulmanes, pas d’enclaves qui constituent une base naturelle pour le développement des terroristes islamistes. Nous faisons tout notre possible pour que notre pays soit en sécurité et ne voulons pas accueillir de migrants».

Le ministre a estimé que ces événements tragiques résultaient du «choc des civilisations», en ajoutant qu’il n’y avait pas, selon lui, de façons efficaces de lutter contre ce phénomène.

«La seule possibilité pour l’Europe est de fermer la porte».

L’homme qui a poignardé à mort deux personnes vendredi à Turku, dans le sud-ouest de la Finlande, est un demandeur d’asile marocain de 18 ans. CQFD.

Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 14h35 | Lien permanent

Deux nouvelles lois pro-vie au Texas

HDKMBXZx_400x400Le gouverneur du Texas Greg Abbott a signé le 15 août deux lois pro-vie adoptées par le parlement de l’Etat.

L’une, intitulée « réforme pro-vie de l’assurance », interdit à tous les assureurs publics ou privés d’inclure l’avortement dans les contrats, sauf cas de risque pour la vie de la mère. Les femmes qui ont l’intention d’avorter devront souscrire une assurance spéciale. Greg Abbott explique :

« Ce projet de loi interdit aux fournisseurs d’assurances d’obliger les titulaires de police de subventionner les avortements volontaires. Croyant fermement aux valeurs du Texas, je suis fier de signer une loi qui garantit qu’aucun Texan ne devra payer pour une procédure qui met fin à la vie d’un enfant à naître. »

La seconde loi élargit les exigences de déclaration aux complications résultant d’un avortement : les médecins devront signaler dans les trois jours suivant le diagnostic toute complication liée à un avortement, en donnant l’année de naissance de la patiente, son canton de résidence, sa race et son état matrimonial.

« La santé et la sécurité des femmes sont de la plus haute importance, et nous devons disposer de données aussi précises que possible pour développer une bonne politique ».

Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 14h31 | Lien permanent

Le secrétaire d’État du Vatican en Russie

Communiqué de la salle de presse du Vatican :

Images"Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican, se rendra en visite dans la Fédération russe, sur l’invitation des autorités du pays, du 21 au 24 août 2017. Il sera accompagné par Mgr Visvaldas Kulbokas, conseiller de nonciature, officiel de la Section pour les Relations avec les États de la Secrétairerie d’État.

Le but de la visite est de rencontrer les plus hautes autorités civiles et les dirigeants de l’Église orthodoxe russe. Ce sera aussi l’occasion de manifester la proximité spirituelle du pape à la communauté catholique locale.

Au cours des divers entretiens, outre les thèmes relatifs aux questions d’intérêt bilatéral, figurent les questions concernant la situation internationale et, en particulier, la recherche de solutions pacifiques aux conflits en cours, avec une attention principale aux aspects de caractère humanitaire.

Le programme de lundi 21 août prévoit une réunion du cardinal avec les évêques catholiques du pays et, en soirée, la messe dans la cathédrale de l’Immaculée Conception de Moscou, suivie d’un moment convivial avec les représentants du clergé et des laïcs. Le même jour est prévu un entretien avec le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département pour les Relations étrangères du Patriarcat de Moscou.

La journée du mardi 22 août sera consacrée à une session de travail avec le ministre des Affaires étrangères Sergey Lavrov et, dans l’après-midi, à la visite au patriarche Cyrille de Moscou. Mercredi 23 août, le Secrétaire d’État se rendra à Sochi pour une rencontre avec le président Vladimir Poutine. Le cardinal Parolin rentrera à Rome dans la matinée du jeudi 24 août."

100 ans après les apparitions de Fatima, le Coeur Immaculée de Marie semble triompher...

Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 14h27 | Lien permanent

"D'habitude il conduisait bien. Il s'arrêtait pour laisser passer les piétons..."

Ce titre est apocryphe. Mais on apprend que l'un des terroristes de Barcelone faisait sa prière et ça s'arrêtait là... Etonnant donc, cette religion pacifiste qui crée des terroristes ? Un peu de Taqiya islamiste :

"Sur les hauteurs du Moyen Atlas au Maroc, la bourgade sans histoire de Melouiya est tombée des nues après les deux attentats qui ont endeuillé la Catalogne. Les frères Driss et Moussa Oukabir – arrêté pour le premier et abattu dans la voiture qui fonçait sur la foule à Cambrils pour le second – sont originaires du village. Près d'une tente initialement installée pour accueillir une cérémonie de mariage, certains membres de leur famille se sont confiés à l'AFP. "La joie a laissé place à la tristesse et à la douleur", souffle Abderrahim, un des oncles des frères Oukabir. "Nous sommes sous le choc, complètement effondrés, enchaîne, les larmes aux yeux, leur père Said. La police espagnole a appelé aujourd'hui sa mère qui se trouve en Espagne, pour lui dire que Moussa était mort."

"Nous sommes des gens simples, pacifistes. Nous ne connaissons ni le radicalisme ni le terrorisme", assure un habitant de cette région nichée dans le centre du royaume et dont l'économie repose en grande partie sur le transfert d'argent des Marocains établis en Europe. Said Oukabir est d'ailleurs parti tenter sa chance en Catalogne dans les années 1990. Après avoir passé son enfance à Aghbala, une commune rurale située non loin de leur village natal, Driss avait 10 ans quand il est arrivé en Espagne. Moussa, qui était âgé de 17 ans, est né à Ripoll, dans le nord de l'Espagne.

L'annonce de l'implication présumée des deux frères dans les attentats a suscité une onde de choc chez leurs proches.

"Ils ne montraient aucun signe de radicalisation. Ils vivaient comme les jeunes de leur âge, s'habillaient comme eux", jure le père de famille.

"Moussa était un garçon gentil qui ne faisait de mal à personne. Il suivait ses cours normalement et devait passer son bac l'an prochain. Ces derniers temps, il a commencé à faire sa prière (...) mais ça s'arrêtait là, continue Said Oukabir. Il était jeune, pas encore mûr, et il s'est sans doute fait manipuler." Driss, lui, a "quitté tôt l'école pour travailler honnêtement et gagner sa vie, raconte le père. Aujourd'hui, il est entre les mains de Dieu et de la police, enchaîne-t-il. Il est sous le coup d'une enquête. J'espère qu'ils diront qu'il est innocent. Je n'ai pas envie de perdre mes deux fils."

Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 14h19 | Lien permanent | Commentaires (15)

Attentats : Alain Marsaud dénonce le refus des médias de parler d’islamisme

Et quitte le plateau de BFMTV. Alain Marsaud est un ancien magistrat, chef du service central de lutte antiterroriste au parquet de Paris :

Le journaliste de M6 Bernard de La Villardière a soutenu Alain Marsaud sur twitter :

« #BFMTV #Islamisme #soumission tout mon soutien à Alain Marsaud qui a quitté le plateau en plein direct. »

Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 13h16 | Lien permanent

Le Collège Sainte-Anne (Orléans) recrute

Le Collège Sainte-Anne, établissement catholique hors-contrat, à Orléans, recherche pour la rentrée 2017 un professeur d'anglais pour la classe de 5ème (ou éventuellement pour les classes de 6ème et de 5ème).

Candidatures à envoyer à :direction@ecolesainteanne.fr

tél : 06 07 91 48 03

Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 12h54 | Lien permanent

Studium junior de théologie à Bayonne

Diapositive1Vous êtes lycéen ou étudiant dans le diocèse de Bayonne, ou bien dans un autre diocèse français, et vous cherchez une solution simple et originale pour vous former ? Inscrivez vous au Studium junior de théologie !

Le Studium a été fondé il y a 2 ans par Monseigneur Aillet, évêque du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron, et propose aux jeunes un parcours de formation théologique en 2 ans, qui débouche sur l'obtention d'un Certificat junior de théologie, délivré par le diocèse de Bayonne (en partenariat avec l'Université de Navarre de Pampelune). 

Tous les cours sont en français, envoyés par mail à votre adresse, et vous validez chaque matière à distance par un petit QCM en janvier et juin....

Alors régalez-vous, et venez charpenter votre foi sur des bases solides, en clarifiant enfin quelques points passionnants.

Plusieurs inscrits sont déjà sur les rangs pour la rentrée de septembre...Il y a de la place pour tous, et la formule proposée n'alourdit pas votre emploi du temps déjà bien chargé si vous avez d'autres activités (scoutisme, sport, patronage, etc...)

Vous êtes les futurs saints dont le monde a besoin : Découvrez vraiment ce que dit l'Eglise au monde.

"Si vous êtes ce que vous devez être, vous mettrez le feu au monde entier" (Ste Catherine de Sienne)

Diapositive2

 
Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 11h22 | Lien permanent

BD : Fatima – Le jour où le soleil dansa

BD-fatima_apparitions_de_marie_le_jour_ou_le_soleil_dansa_couvertureLes apparitions de Fatima sont connues dans le monde entier. Elles ont peu à peu développé la dévotion au Cœur immaculé de Marie et réveillé la récitation du Rosaire pour demander la paix. Si la révélation progressive des 3 parties du « secret » a fait l’objet de très nombreuses études, voire polémiques, cette BD souhaite avant tout remettre le message essentiel de la Vierge au centre de l’attention : la conversion des cœurs, l’adoration et la récitation du chapelet sont les seules « armes » face aux totalitarismes, à la barbarie, à l’hérésie. Le contexte historique du XXe siècle au Portugal et dans le reste du monde est largement expliqué et permet de mieux saisir la portée et l’urgence du message de Fatima.

Présentation par Guillaume de Thieulloy :

Fatima BD

Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 09h15 | Lien permanent

Le Cours Saint Jean Paul II (Saumur) recrute

Capture d’écran 2017-08-16 à 21.14.23

Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 08h34 | Lien permanent

La nuit du 4 août 1789 a été liberticide

Bertrand Dutheil de La Rochère, membre fondateur du Rassemblement Bleu Marine, conseiller régional FN d’Ile-de-France, a célébré, dans un tweet la nuit du 4 août:

Antoine Ciney, dans Minute, lui rafraichit la mémoire :

Stories.virtuemart.product.2834_page_01nsp_116"[...] Rappelons tout d’abord que la nuit du 4 août 1789 fait référence à la séance de l’Assemblée nationale constituante, siégeant à Versailles, au cours de laquelle fut votée l’abolition de tous les privilèges féodaux ainsi que de tous les privilèges des classes, des provinces, des villes et des corporations, à l’initiative du « Club breton », futur « Club des Jacobins », du duc d’Aiguillon et du vicomte de Noailles. La fin du régime de droit privé que constituait la féodalité (du moins ce qu’il en restait après l’action énergique des Valois et des Bourbons menée contre elle) était nécessaire et souhaitable, ne serait-ce que pour sauver les institutions publiques de l’ancienne France que constituait la monarchie traditionnelle et héréditaire.

En revanche, la disparition des droits et privilèges des provinces, des villes et des corporations constitua une atteinte sans nom aux libertés locales et aux corps intermédiaires. « L’homme du XVIIIe siècle a vécu dans un pays tout hérissé de libertés », a écrit Georges Bernanos dans La France contre les robots, à la suite de bien des historiens. La disparition de ces instances démocratiques laissa l’individu, rebaptisé citoyen, dénudé face aux prédateurs de tout poil, notamment financiers. [...]

C’est en explorant méthodiquement les archives de sa petite ville natale de Martigues, sur les rives de l’étang de Berre – elle comptait six fois moins d’habitants qu’aujourd’hui –, que Maurras est devenu successivement félibre, fédéraliste puis monarchiste. Chez l’écrivain, le roi est protecteur des libertés locales qui constituent le bien commun des citoyens enracinés dans leur commune et leur province. Comme il le faisait remarquer, « c’est donc au moment où nous avons fait de toute la France la République une et indivisible que les libertés vraiment républicaines ont été perdues : elles ont été faites prisonnières et verrouillées dans les préfectures ». Il faudra attendre 1983 et la décentralisation effectuée par François Mitterrand et Gaston Defferre pour que l’étau préfectoral se desserre un peu des collectivités territoriales (régions, départements, communes).

La défense des libertés communales est partagée par la tradition contre-révolutionnaire maurrassienne et par l’héritage du véritable libéralisme politique. « Jusqu’à la Révolution, la paroisse rurale de France conserve dans son gouvernement quelque chose de cet aspect démocratique qu’on lui avait vu dans le Moyen Age », nous dit ainsi par exemple Alexis de Tocqueville dans L’Ancien Régime et la Révolution. Tocqueville affirme dans la même veine et quelques pages auparavant : « En France, la liberté municipale a survécu à la féodalité. Lorsque les seigneurs n’administraient plus les campagnes, les villes conservaient encore le droit de se gouverner. » [...]

La nuit du 4 août 1789 a été le premier pas vers ce qui constituera un siècle plus tard le radical-socialisme : l’alliance du libéralisme économique et du jacobinisme. C’est la nuit du 4 août qui prépare le décret d’Allarde des 2 et 17 mars 1791 supprimant les corporations et la funeste loi Le Chapelier du 14 juin 1791 qui proscrit les organisations ouvrières, à commencer par les corporations et le compagnonnage. Il faudra attendre la fin du XIXe siècle et les lois sociales largement inspirées par les parlementaires monarchistes légitimistes partisans du catholicisme social pour que ceux-ci puissent de nouveau s’organiser. [...]"

Michel Janva

Posté le 19 août 2017 à 08h29 | Lien permanent

C’est arrivé un 19 août…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

Le Roi revêt une simple tunique et, pieds nus, aidé de son frère, porte la Sainte Couronne jusqu'à Notre-Dame de Paris. Il a fait construire un reliquaire à la mesure de ces reliques : la Sainte-Chapelle. Durant la révolution française, les reliques sont déposées à l'abbaye de Saint-Denis puis, à la Bibliothèque nationale. Avec le Concordat de 1801, la Sainte Couronne et quelques autres reliques sont remises en 1804 à l'archevêque de Paris qui les fait déposer au trésor de la Cathédrale, le 10 août 1806. Elles s'y trouvent conservées depuis lors, confiées aux chanoines du Chapitre chargés de leurs vénérations et placées sous la garde statutaire des Chevaliers du Saint-Sépulcre de Jérusalem. Voir la chronique du 11 août.

Saint Louis portant la Sainte Couronne à Notre-Dame de Paris le 19 août 1239

Le 19 août 1458, Enea Silvio Piccolomini est élu pape, sous le nom de Pie II. Comme son prédécesseur Calixte III, il passe une grande partie de son pontificat à préparer la croisade contre les Turcs qui, sous le sultanat de Mehmed II, viennent de s'emparer de Constantinople. Pie II décède le 15 août 1464.

Le traité de Sablé dit « traité du Verger » est signé entre le Roi de France par Charles VIII, et le duc de Bretagne François II.L'élément principal stipule que l'héritière du duché, Anne, ne peut se marier sans l'accord du Roi de France.

Le duc de Bretagne, allié aux grands féodaux et à Louis II d'Orléans, le futur Louis XII, a perdu la « guerre folle suite à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier près de Rennes le 28 juillet (voir la chronique du jour), où l'armée bretonne est détruite.

Le duc de Bretagne, doit l'hommage lige au Roi de France et le duché perd son indépendance législative. Il doit donner quatre places fortes en garantie : Saint-Malo, Dinan, et surtout Fougères et Saint-Aubin-du-Cormier.

La tentative de mariage d'Anne de Bretagne avec Maximilien Ier du Saint-Empire en 1490 viole le traité. Le mariage est annulé ; la duchesse va épouser successivement deux Rois de France.

A cause du projet de mariage de Gaston de France, frère du Roi, et Mademoiselle de Montpensier. Un complot est ourdi contre le cardinal de Richelieu et le Roi Louis XIII. Henri de Talleyrand-Périgord, comte de Chalais, maître de la garde-robe du Roi, en est un des acteurs. La conspiration s'appelle d'ailleurs « la conspiration de Chalais ». Celle-ci est rapidement découverte et les auteurs condamnés. Maréchal d'Ornano et ses frères, ainsi que César et Alexandre de Vendôme, demi-frères du roi et de Gaston, autres conjurés, meurent en prison.

Blaise Pascal, célèbre mathématicien, inventeur, philosophe français, meurt le 19 août 1662 à Paris à l'âge de trente neuf ans. Né le 19 juin 1623 (voir la chronique du jour) à Clermont-Ferrand, Pascal montre rapidement des facultés pour l'étude des sciences. Il est l'un des créateurs des probabilités, et rédige la théorie de la cycloïde. A 19 ans, il invente la première machine à calculer, la Pascaline. Il est l'auteur d'œuvres philosophiques comme "Les Provinciales", ou les"Pensées", qu'il ne finit pas.

Voir les chroniques du 24 mars, du 19 juin et du 23 novembre.

Né le 14 novembre 1601, saint Jean Eudes, est un prêtre, pionnier de l'Ecole de la spiritualité française. Il est le fondateur de l'Ordre de Notre-Dame de Charité ; il crée en 1641, une société de prêtres dédiée à la formation des séminaristes, du clergé et aux prédications dans les paroisses : la Société des prêtres de Jésus et de Marie, aussi appelée « les Eudistes ». Il combat ardemment le mouvement du jansénisme et participe à la Contre-Réforme. Les Eudistes sont interdits à la révolution et reviennent en France en 1826.Il meurt à Caen en France. En 1925, il est canonisé par Pie XI.

Ses parents qui ne peuvent pas avoir d'enfants, accomplissent un vœu en allant en pèlerinage à la chapelle de Notre-Dame de la Recouvrance où ils consacrent leur futur enfant à Notre-Seigneur et à Notre-Dame.

A l'âge de douze ans, quand il fait vœu de chasteté et glisse un anneau au doigt d'une statue de la Vierge Immaculée pour qu'elle devienne son épouse. Se donnant tout à elle dans un amour exclusif, il l'implore qu'elle veuille bien en retour se donner toute à lui.

Il entre à l'Oratoire en 1623 et est ordonné prêtre en 1625 ; Pierre de Bérulle le remarque rapidement. Il est envoyé en « missions », et ses prêches touchent les cœurs et convertissent les Français. Il répand la prière commune matin et soir dans les familles, la récitation du chapelet, pousse à la communion fréquente. Et pour clore les missions, il invente les « feux de joie » !

« Sortez, sortez de ce sale et horrible torrent du monde, de ce torrent des épines qui vous entraîne dans le gouffre de la perdition ; et venez vous perdre saintement dans les douces eaux de ce fleuve de paix et ce torrent de délices. Hâtez-vous ! Qu'est-ce que vous attendez ? Ne savez-vous pas que c'est Jésus qui a fait le Cœur de Marie tel qu'il est, et qui a voulu en faire une fontaine de lumière, de consolation et de toutes sortes de grâces pour tous ceux qui y auront eu recours dans leurs nécessités ? Ne savez-vous pas que non seulement Jésus est résidant et demeurant continuellement dans le Cœur de Marie, mais qu'il est lui-même le Cœur de Marie, le Cœur de son Cœur et l'âme de son âme, et qu'ainsi venir au Cœur de Marie, c'est venir à Jésus ; honorer le Cœur de Marie, c'est honorer Jésus ; invoquer le Cœur de Marie, c'est invoquer Jésus ? »

À une religieuse de Montmartre, il écrit : « Le Divin Cœur de Jésus et de Marie est cette fournaise dont les feux et les flammes ne se repaissent que de cœurs. Oh ! qu'heureux sont les cœurs qui se perdent dans ces divines flammes. »

Elle reste deux ans en place, et est déboulonnée sous Louis-Philippe. Puis, elle disparaît durant près de 140 ans, avant d'être offerte en1967 par le maire, François Delmas, à Louisville, ancienne capitale de la Louisiane française, jumelée avec Montpellier !

18000 personnes assistent à l’événement le 17 août. Mais Lucie n'est pas là et l'Apparition prévue n'eut pas lieu. En effet l'administrateur du canton a enfermé Lucie et ses deux cousins prétextant qu'ils troublaient l'ordre public. Des phénomènes tels que lors des précédentes, coups de tonnerre, des éclairs, un halo de lumière blanc, ont lieu.

L'administrateur les relâche au bout de 2 jours. La sainte Vierge apparaît donc le dimanche 19 août aux enfants et leur demande de continuer à prier et en leur promettant qu'a sa dernière apparition elle accomplirait le Miracle de " faire croire tout le monde ".

L'opération Jubilee ne s'explique pas, si ce n'est pour tester les défenses allemandes et préparer un débarquement de masse.

Les Allemands mitraillent et bombardent les plages sans répit et font 4000 morts, blessés ou prisonniers. L'opération est un véritable désastre.

Voir les chroniques des 17, 18 et 20 août.

La course naît à l'occasion du 450e anniversaire de l'arrivée de Jacques Cartier dans le golfe du Saint-Laurent. Elle accueille monocoques et multicoques et a lieu tous les quatre ans, en équipage et sans escale.

Elles ont lieu du 14 au 22 août dans toute la France. Le 21 août, cinq cent mille jeunes accueillent le Pape au champ de Mars le jeudi 21 août et 800 000 à la veillée du samedi soir à Longchamp, plus d'un million le dimanche 24.

Lois Spalwer

Posté le 19 août 2017 à 03h23 | Lien permanent | Commentaires (0)

18 août 2017

Souvenez-vous

FB_IMG_1503087546523

Le Salon Beige

Posté le 18 août 2017 à 22h34 | Lien permanent

Allemagne : un mort et un blessé dans une attaque au couteau

Au moins une personne a été tuée dans une attaque au couteau à Wuppertal, près de Düsseldorf, dans l’ouest de l’Allemagne. Les motivations du suspect sont pour l’instant inconnues.

Michel Janva

Posté le 18 août 2017 à 18h44 | Lien permanent | Commentaires (10)

Attentats en Espagne : la police cherche 4 suspects

Il s'agit de :

DHhXfteWsAAlUOcLes quatre jeunes hommes sont d'origine marocaine.

Prenez une bonne pilule de Padamalgam...

Michel Janva

Posté le 18 août 2017 à 17h29 | Lien permanent | Commentaires (14)

24 heures après l'attaque de Barcelone, une attaque au couteau en Finlande

Un homme aurait poignardé de nombreuses personnes dans la ville finlandaise de Turku. Il a été tué par la police.

Le journal Turun Sanomat a signalé qu’au moins une personne avait été tuée lors de l’attaque. Sur une vidéo qui circule, un assaillant crie « Allah Akbar ».

Michel Janva

Posté le 18 août 2017 à 17h19 | Lien permanent | Commentaires (10)

Rapport des Etats-Unis sur la liberté des chrétiens en Turquie

Dans son rapport 2016 sur la liberté religieuse en Turquie, le Département d’État américain évoque la question de la Faculté de Halki et de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople, ainsi que les interventions des diplomates des États-Unis à ce sujet :

« Le gouvernement [turc] continue à ne pas reconnaître le Patriarcat œcuménique comme le leader des 300 millions de chrétiens orthodoxes dans le monde, de façon cohérente avec la position gouvernementale selon laquelle il n’y a pas d’obligation légale de le faire. La position du gouvernement reste que le patriarche œcuménique n’est pas « œcuménique », mais qu’il est seulement le leader religieux de la population grecque orthodoxe minoritaire du pays. Le gouvernement continue à permettre aux seuls citoyens turcs de voter dans le cadre du Saint-Synode patriarcal ou à être élus patriarche. Toutefois, il a continué sa pratique d’accorder la citoyenneté à un certain nombre de métropolites orthodoxes grecs, ceci constituant une solution « bouche-trou » arrêtée en 2011, afin d’élargir le panel des candidats lors de la prochaine élection patriarcale. Le Gouvernorat d’Istanbul, qui représente le gouvernement à Istanbul, continue à soutenir que les leaders des Grecs orthodoxes (le Patriarcat œcuménique), de l’Église apostolique orthodoxe arménienne, et des communautés juives doivent être des citoyens turcs, bien que les coreligionnaires de ceux-ci venus de l’extérieur du pays aient assumé des positions dirigeantes dans ces groupes, de façon informelle, dans certains cas.

Pendant le mois du Ramadan, la chaîne de la télévision d’État Diyanet TV, a retransmis la déclamation de versets du Coran depuis Sainte-Sophie, qui avait été sécularisée et transformée en musée en 1935. Le directeur des affaires étrangères a donné une interview spéciale depuis Sainte-Sophie, alors que l’appel musulman à la prière était retransmis depuis ses minarets. Au mois d’octobre, le gouvernement a nommé un imam à plein temps au Pavillon du Sultan, une annexe construite durant la période ottomane, adjacent à la basilique, mais qui en est séparé. Dans le passé, le pavillon hébergeait les prières deux fois par jour avec la participation d’un imam d’une mosquée avoisinante. Depuis la nomination du nouvel imam à plein temps, les prières ont été effectuées cinq fois par jour dans le pavillon.

Le Patriarcat apostolique arménien et le Patriarcat œcuménique ont continué à rechercher une reconnaissance légale. Leurs communautés opèrent comme des agglomérations de fondations religieuses individuelles. Étant donné que les patriarcats ne disposent pas de la personnalité juridique, des fondations associées contrôlées par des conseils individuels détiennent tous les biens des communautés religieuses, et les patriarcats n’ont pas l’autorité légale leur permettant d’utiliser leur patrimoine ou de diriger de quelque façon leurs communautés. Lors de leurs rencontres avec les représentants du gouvernement [turc], l’ambassadeur et le consul général [des États-Unis] à Istanbul ont soulevé la question de l’importance historique de Sainte-Sophie ainsi que de sa signification extraordinaire, en tant que symbole de la coexistence pacifique et de dialogue significatif entre les religions (…). Lors de rencontres à Washington, le secrétaire d’État et le secrétaire d’État adjoint ont exhorté les représentants du gouvernement à rouvrir le Séminaire orthodoxe grec à Halki. L’ambassadeur des États-Unis, lors des rencontres avec les représentants du gouvernement, a réitéré la position des États-Unis sur cette question. En octobre, le représentant spécial du Département d’État pour la religion et les affaires mondiales a rencontré des représentants du gouvernement [turc] et des différentes minorités religieuses, y compris les communautés protestante, musulmane alévite et orthodoxe syriaque, afin de discuter de ses préoccupation au sujet de la liberté religieuses suite au coup d’État du 15 juillet 2016. Le représentant spécial a également exprimé son soutien à la réouverture du Séminaire de Halki aux représentants du gouvernement et au patriarche Bartholomée ».

Source

Michel Janva

Posté le 18 août 2017 à 15h46 | Lien permanent

Saint Gautier, un modèle pour notre temps

Saint-gautier-abbe-de-pontoiseLe cardinal Walter Brandmüller, longtemps professeur puis président du Comité pontifical des sciences historiques de 1998 à 2009, fut sacré évêque en 2010 et élevé à la dignité cardinalice huit jours plus tard par Benoît XVI. Il vient de publier aux éditions Via Romana une petite biographie de Saint Gautier abbé de Pontoise. Né en Picardie vers 1030, mort en 1099 et canonisé en 1153, saint Gautier est l’archétype de l’abbé pieux, réformateur et refondateur. Mais quel chemin nous sépare de ce saint du XIe siècle ? Quel sens peut revêtir sa vie aux yeux de l’homme du IIIe millénaire ? Le cardinal Brandmüller répond :

« Si nous chantons encore les mêmes psaumes que lui, nous défrichons aussi les mêmes friches d’un bas monde en proie aux pires tourments spirituels et temporels. »

Il nous montre comment une grande intelligence éclairée par la Foi peut guider notre résistance au chaos rationaliste et libre-penseur de notre temps. Non moins actuel est l’attachement de saint Gautier aux vraies réformes romaines en un temps où les décisions grégoriennes de Benoît XVI suscitent encore l’opposition de chrétiens « adultes » hostiles à toute restauration liturgique et doctrinale du catholicisme.

"L'intelligence pondérée de Gautiers, fondée sur une foi profonde, pourrait servir de guide justement à notre époque où s'est renouvelé à partir de Fides et ratio le débat de la concordance et le rapport entre foi chrétienne et rationalité moderne. Non moins actuel est l'attachement inconditionnel de Gautier au programme de réformes des papes, alors que de nos jours certains chrétiens, y compris des pasteurs, qui pensaient découvrir une preuve de leur qualité de "chrétien adulte" en s'opposant aux efforts et décisions de Benoît XVI, qui proposait un redressement de l'Eglise et invitait à faire un premier pas en direction d'une réforme semblable à la réforme grégorienne. En définitive le moine - puis l'abbé - sut résister aux puissants grâce à son courage ancré dans une profonde conviction. A son époque il tenait tête au roi et aux évêques opposés à la réforme : aujourd'hui  ce sont les représentants et avant-gardes politiques d'une mentalité contemporaine contraire à Dieu et donc inhumaine que doit braver le chrétien du troisième millénaire."

Michel Janva

Posté le 18 août 2017 à 15h06 | Lien permanent


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2014 - Le Salon Beige