Retrouvez le direct de la Marche pour la Vie 2015

29 janvier 2015

Le président demande une hausse du budget de la Défense

Ca se passe aux Etats-Unis. La France n'est pas encore décidée à se donner les moyens de la "guerre contre le terrorisme" déclarée par le Premier ministre.

Le Salon Beige

Posté le 29 janvier 2015 à 15h02 | Lien permanent | Commentaires (0)

Le début de la fin pour l'islam

Lu ici :

"Malgré ce que l'on peut en voir superficiellement, l'islam vit ses dernières heures. Il est entré dans sa phase d'apocalypse.

L’actualité met l’islam dans toutes les conversations et toutes les préoccupations. Attentats, djihad, « islamisation », polémiques et coups littéraires masquent cependant une réalité fondamentale de cette religion.

Un cataclysme de proportions bibliques se déroule en effet sous nos yeux sans qu’il n’y soit prêté attention. L’islam est entré dans sa phase d’apocalypse, et qui sait, peut-être d’effondrement, malgré ce que laisse à penser le raidissement des forces islamistes dans le monde entier. L'apocalypse, c'est étymologiquement la « révélation ». L’eschatologie musulmane veut croire qu’il s’agira du « jour du jugement », lorsque Jésus reviendra sur terre aidé du Mahdi pour triompher des infidèles et établir l’islam à tout jamais. Dans le monde réel, le « jour du jugement » est déjà arrivé pour l’islam, en catimini : c'est la mise à jour récente par la recherche historique des origines véritables de cette religion, bien loin des présupposés de la légende islamique. Le visage du monde en sera bientôt transformé.

 

Des publications d’une portée historique quasiment sans précédent ne cessent de se succéder depuis les années 2000, dans l’indifférence du grand public. Des sources nouvelles y sont étudiées, des documents mis à l’écart au cours des siècles y sont redécouverts, des hypothèses nouvelles quant aux origines de l'islam sont avancées. Ces travaux démolissent peu à peu la validité du discours musulman et la cohérence de l’histoire sainte musulmane, (voir par exemple Le Grand Secret de l’Islam, synthèse de quelques unes de ces recherches parue cet automne). Le colosse islam vacille. Il ne le sait pas encore.

Ainsi, le caractère nouveau et inédit de la « révélation coranique » a été balayé (Edouard-Marie Gallez, Mehdi Azaiez, Manfred Kropp, Guillaume Dye) : le consensus des chercheurs établit désormais que le coran s’inscrit dans la continuité du milieu judéochrétien qui l’a accouché. C’est cette « antiquité tardive », travaillée par des courants juifs et chrétiens hétérodoxes - les spécialistes parlent de « judéo-nazaréisme ».

On a établi l’impossibilité physique de l’existence de la ville de La Mecque au temps de Mahomet selon ce que prétend le discours musulman (Patricia Crone). Les « Mecquois » que décrit le Coran, et donc les origines de l'islam, sont à chercher ailleurs, probablement en Syrie (Robert Kerr, Edouard-Marie Gallez).

Le texte coranique lui-même, soumis pour la première fois à une étude informatisée systématique (Jean-Jacques Walter) a révélé de tout autres fondements que ceux que le discours islamique lui attribue : il n’a pas été composé entre 610 et 632, mais par une cinquantaine d’auteurs différents sur une période de plus de deux cent ans ; Mahomet ne s’est jamais prétendu le prophète d’un monothéisme nouveau, mais a prêché l’antichristianisme du milieu nazaréen dont il était issu (Christoph Luxenberg a prouvé par ailleurs que le texte coranique provient pour une part de traductions directes de l’araméen). Il n’a été intronisé fondateur d’une religion nouvelle qu’au moins 60 ans après sa mort.

Les travaux en cours des projets Coranica et Corpus Coranicum laissent supposer d’autres publications tout aussi renversantes. Ils convergent et renforcent la lame de fond qui risque bien d’emporter cette religion.

Et que font les musulmans face à cela ? Ils s’écharpent l’un l’autre au nom du « véritable islam » qui doit selon eux prévaloir sur toute la terre. Ils continuent de le faire aujourd’hui comme ils le font depuis 1400 ans, et ce alors même que le tapis vient d’être tiré sous leurs pieds. Leur écrasante majorité ignore tout de ces découvertes. Elle se braque dans le refus dogmatique de considérer les origines de l’islam dans une perspective historico-critique. Que fera-t-elle lorsque ces travaux atteindront la conscience du grand public ?"

Michel Janva

Posté le 29 janvier 2015 à 13h47 | Lien permanent | Commentaires (4)

Des menottes pour les avortueurs

Lu dans Présent :

"En Amérique les avortements sont très majoritairement effectués dans des avortoirs privés dont les médecins sont animés d’un sentiment de lucre; ils exercent ainsi le plus souvent dans des conditions absolument sordides. Des centaines de cliniques ont été fermées par décision administrative et des dizaines de médecins se sont retrouvés en prison. Pour saluer la 42ème année de la légalisation de l’avortement par l’arrêt de la Cour Suprême Roevs Wade, la ligue pour une action Pro-life a envoyé à chaque directeur une paire de menottes. Les scandales liés aux avortements ont contribué à retourner l’opinion publique contre cette pratique « médicale »."

Michel Janva

Posté le 29 janvier 2015 à 11h37 | Lien permanent | Commentaires (3)

L'empire audiovisuel français, second derrière la Chine

Lu ici :

"Le bureau du Sénat a rejeté hier mercredi la proposition de l’Assemblée Nationale de fusionner les deux chaînes parlementaires qui avait pour objectif de diminuer les coûts de fonctionnement. Pourtant, tous les groupes politiques de l’Assemblée Nationale avaient approuvé en décembre dernier une proposition de Claude Bartolone de fusionner « Public Sénat » avec « La Chaîne Parlementaire-Assemblée nationale », ce qui aurait permis de faire à terme 5 à 7 millions d’euros d’économies.

Mais le bureau du Sénat, qui est composé des chefs des groupes politiques, s’y est opposé, lui, à l’unanimité. Il refuse une mesure qui engendrerait « un plan social », même si il approuve quelques mutualisations de moyens à la marge. Claude Bartolone, avec lequel, une fois n’est pas coutume, nous sommes entièrement d’accord, estime que  « Le principe de deux chaînes parlementaires se partageant le même canal fait figure d’exception française et ne correspond en rien à une exigence de service public pour le téléspectateur« .

Rappelons que les deux chaînes ont été fondées en mars 2000. Pour 2014, le budget de LCP-AN était de 16,6 millions d’euros et de 18,6 millions d’euros pour Public Sénat.

Rappelons aussi que l’Etat français, directement ou indirectement, possède et finance avec l’argent des contribuables 11 chaînes de télévision et plus de 100 stations de radio. Tout cela ne répondant que très légèrement à la notion de service public. Le seul autre Etat à posséder un empire audiovisuel plus important est l’Etat chinois."

Et qui regarde LCP et Public Sénat ?

Michel Janva

Posté le 29 janvier 2015 à 11h21 | Lien permanent | Commentaires (1)

Des drones détectés à proximité du site militaire nucléaire de l'Ile Longue

Après les drones sur les centrales nucléaires françaises, après les drones sur l’Élysée, c'est au tour de l'un des sites les plus stratégiques de la Défense Nationale d'être survolé par un drone.

Que va faire le gouvernement ? Créer un site internet pour dire que faire survoler des sites sensibles avec un drone, cépabien ?

Michel Janva

Posté le 29 janvier 2015 à 10h20 | Lien permanent | Commentaires (8)

Charlie Hebdo : manifestation d’un nihilisme contre lequel est venu frapper un autre nihilisme

Le Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, est interrogé par la revue Traces (Communion et Libération) à propos des faits tragiques du 7 janvier à Paris. Extraits :

B[...] Êtes-vous interpellé, et comment devrions- nous être interpellés par la violence que nous voyons affluer dans tant de zones du monde?

C’est une vraie question, qui n’est pas exclusivement musulmane ou religieuse. Rappelons d’abord que les régimes athées du XXème siècle ont fait des millions de martyrs. Je pense aussi au génocide rwandais qui s’est développé entre populations chrétiennes. Quant à notre société si contente d’elle-même, si prompte à expliquer au monde les «valeurs universelles» ou la démocratie, elle a renoncé depuis bien longtemps au caractère sacré de la vie humaine. [...]

J’ai été très vivement interpellé par une analyse de Jean-Pierre Denis, un journaliste français: il explique que l’islamisme est comme une tumeur qui se développe sur le corps de l’Islam et qu’il ne faut pas trop vite dire que les deux n’ont rien à voir, faute de quoi on ne pourrait jamais procéder à l’opération. De la même manière que la pédophilie est un abcès qu’il convient de crever, la question de la violence, du rapport à la raison ou de la liberté de conscience sont des questions légitimes, indispensables, urgentes, auxquelles les musulmans savent qu’ils doivent répondre par eux-mêmes.

[...]En fait, il s’agit de trouver un bon équilibre entre la foi et la raison : quand la raison se croit toute puissante, oublieuse de la foi, c’est-à-dire lorsqu’elle trouve en elle-même son origine et sa fin, elle devient inéluctablement une puissance de destruction, comme on l’a vu dans les grands totalitarismes du XXème siècle. Il en est de même pour la foi: lorsque celle-ci n’est plus tempérée par la raison, elle dérive et s’abîme souvent dans l’intégrisme, le fondamentalisme, le terrorisme. Elle considère l’homme comme un moyen au service d’une cause, alors même qu’il est la cause à servir. J’aime la formule du Cardinal Tauran car il ne dit pas que la religion est la solution mais qu’«elle fait partie de la solution». Nous nous rappelons la première page de l’Encyclique de Jean-Paul II où il expliquait que la foi et la raison sont les deux ailes qui nous portent vers la lumière. Priver notre vie de l’une de ces deux ailes, c’est le crash assuré dans les ténèbres.

[...] Pour moi, Charlie Hebdo est la manifestation d’un nihilisme désespéré contre lequel est venu frapper un autre nihilisme, celui de l’Islam radical. La culture du «rien n’a de sens» dégénère dans l’apologie de la dérision d’une part ou dans celle de la violence d’autre part. Car, si rien n’a de valeur, si rien n’est respectable, alors tout est destructible. J’ai entendu cette formule que je trouve juste : «Non, je ne suis pas Charlie, car je ne ris pas de tout. Je ne ris pas de la mort des gens de Charlie, par exemple». [...]"

Michel Janva

Posté le 29 janvier 2015 à 10h16 | Lien permanent

Lapins : "Le Pape est contrarié que ses propos aient provoqué une telle confusion"

Le substitut de la Secrétairerie d'État, Mgr Angelo Becciu, déclare au journal de la Conférence épiscopale italienne Avvenire.

Unknown-6« La phrase du Pape s'entend dans le sens que l'acte procréateur de l'homme ne peut suivre la logique de l'instinct des animaux, mais doit provenir d'un acte responsable qui a sa racine dans l'amour et le don réciproque de soi [...] [E]n aucune façon le Pape a voulu indiquer le nombre de trois enfants par famille comme le "bon nombre " pour tous les mariages. Chaque couple catholique, à la lumière de la grâce, est appelé à discerner, en fonction d'une série de circonstances humaines et divines, quel est le nombre d'enfants qu'il devrait avoir ».

« Le Pape est réellement contrarié que ses propos aient provoqué une telle confusion ». « Il ne voulait en aucune manière sous-estimer la beauté et la valeur des familles nombreuses ».

Michel Janva

Posté le 29 janvier 2015 à 08h17 | Lien permanent

Fin de vie : l’urgence réside dans l'amélioration des soins palliatifs

Valérie Debord, secrétaire nationale de l’UMP chargée de la famille, écrit dans Valeurs actuelles à propos de ce qui se prépare autour de la fin de vie et de l'euthanasie :

Valeurs4078_001_0"[...] Si l’on peut se réjouir d’une amélioration des processus de sédation, avec un encadrement strict, cette nouvelle forme de sédation sera-t-elle un droit de confort, ou ne visera-t-elle pas, à terme, à donner la mort ? Si la définition de la sédation fait consensus en anesthésie et réanimation, il n’en est pas de même en médecine palliative où il faut différencier “sédation en phase terminale” et “sédation terminale”. Cette pratique, ayant pour effet secondaire d’accélérer la fin de vie, est bien mise en place uniquement pour soulager la souffrance. Il s’agit d’un double effet, non d’une pratique euthanasique, ce qui revient à supprimer la notion d’intention dans l’administration des substances. De plus, il est très difficile de connaître l’effet réel de cette pratique sur une éventuelle accélération de la fin de vie, car il existe des cas où l’inverse se produit.

Rendre contraignantes les directives anticipées conduira-t-il à maintenir ou à abolir la liberté d’appréciation des équipes soignantes ? Dès lors qu’elles ne sont plus simplement indicatives, comment ne deviendraient-elles pas un droit opposable, susceptible de se retourner contre le patient lui-même ?

Sur ces points fondamentaux, les risques de dérives ne semblent pas levés et doivent inciter à la prudence et à l’humilité. Aujourd’hui, l’urgence réside dans une meilleure application de la loi et dans l’augmentation du nombre de lits en unité de soins palliatifs, dans l’amélioration de la formation médicale et de la coordination des services médicaux et médico-sociaux, afin que toute personne en fin de vie puisse avoir accès à un accompagnement. Il faut tout faire pour soulager la souffrance des familles et des patients, qui doivent être respectés en fin de vie dans leur dignité, dans leur autonomie et dans leur vulnérabilité.

En revanche, aller au-delà, en créant une possibilité pour le corps médical de donner la mort, est contraire à notre conception de la dignité de l’être humain et du respect de la vie, et reviendrait à instaurer un droit à la mort, équivalent d’un droit à la vie. Le suicide, “droit liberté”, ne peut devenir un “droit créance” et l’instauration d’un “droit à la mort” constituerait une rupture de solidarité vis-à-vis des plus faibles. À l’heure où 300 000 de nos concitoyens meurent d’une manière inhumaine et où 80 % de ceux qui pourraient avoir accès aux soins palliatifs en sont exclus, la question prioritaire n’est pas celle de l’euthanasie, mais celle de l’urgence à remédier au vrai scandale auquel sont confrontées les familles : la persistance du “mal-mourir” en France."

Michel Janva

Posté le 29 janvier 2015 à 08h08 | Lien permanent | Commentaires (0)

Le groupe islamique Boko Haram veut massacrer tous les chrétiens du Niger

Une missionnaire écrit à l'Aide à l'Eglise en Détresse :

"Selon la religieuse, les protestations violentes « ont été planifiées », écrit-elle. « À Noël, Boko Haram voulait incendier toutes les églises du Niger et nous brûler vifs ! » Mais pour une raison inconnue, ça n’a pas eu lieu. Personne ne sait pourquoi. La coïncidence avec les dessins de Charlie Hebdo a mis le feu aux poudres. « Les chrétiens doivent mourir, ainsi, nous pourrons aller au ciel, expliquent les disciples de Boko Haram. Diabolique. Mais nous ne nous laissons pas diriger par la peur. L’amour est plus fort que la haine ». [...]

« Ça a commencé à Zinder : 5 morts. 4 dans l’église et le cinquième dans un bar. Le centre culturel français a été attaqué, complètement brûlé ainsi que la banque BRS. L’église où vivent les Pères blancs et les Sœurs de l’Assomption a également brûlé, ainsi que leur maison, voitures et l’école : tout a été brûlé. Ils n’ont plus rien, rien que leurs vies, et c’est assez pour être satisfaits. Ils ont pu fuir à temps et se cacher dans un camp militaire. Ils ont tout perdu, mais ils sont vivants ». À Niamey, déclare la sœur, il y a eu des explosions de violence « à grande échelle ». Elle décrit comment un groupe d’hommes à moto a commis des vols dans « les églises, les unes après les autres », puis les a détruites et brûlées. « Ils ont emporté tout ce qu’ils pouvaient utiliser, puis ils ont mis le feu avec des bidons d’essence. » Les églises protestantes et évangéliques ont également été incendiées. « Au total, une quarantaine d’églises, c’est incroyable ! » Mais des bars, restaurants et stations d’essence ont aussi été volés et brûlés. Puis ils se sont mis à attaquer les orphelinats. « Heureusement, il a été possible d’emmener les enfants auprès de la police, là où ils étaient en sécurité, mais ils ont vidé les stocks alimentaires », écrit la sœur. Selon la sœur missionnaire, les sœurs de Mère Teresa ont pu sauver un hôpital avec ses malades. Les manifestants violents voulaient mettre le feu à l’hôpital, mais les sœurs leur ont courageusement demandé : « Pouvons-nous d’abord emmener les patients avant que vous ne mettiez le feu ? Ces paroles ont touché les rebelles, c’est pourquoi ils n’ont pas touché à l’hôpital, même s’ils ont brûlé son église. »"

Michel Janva

Posté le 29 janvier 2015 à 07h59 | Lien permanent

Discours contradictoire

Extraits du discours de François Hollande hier:

Images"[...] les thèses complotistes prennent leur diffusion par Internet et les réseaux sociaux. Or, nous devons nous souvenir que c’est d’abord par le verbe que s’est préparée l’extermination. Nous devons agir au niveau européen, et même international, pour qu’un cadre juridique puisse être défini, et que les plateformes Internet qui gèrent les réseaux sociaux soient mises devant leurs responsabilités, et que des sanctions soient prononcées en cas de manquement. [...]

Ensemble, nous sommes la France, celle de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui a proclamé à la face du monde : nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses, et la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme.."

Michel Janva

Posté le 29 janvier 2015 à 07h29 | Lien permanent | Commentaires (15)

Simplification du droit du travail ?

L'Ordonnance n° 2014-699 du 26 juin 2014 portant "simplification et adaptation du droit du travail", exige que des affichages sont obligatoires pour toutes les entreprises à partir de 1 salarié :

  • Unknown-5Egalité de rémunération entre les hommes et les femmes
  • Inspection du travail
  • Médecine du travail
  • Accords et convention collective applicable
  • Consignes de sécurité
  • Lutte contre le tabagisme
  • Règlement intérieur
  • Ordre des départs en congé
  • Horaires collectifs de travail
  • Repos hebdomadaire
  • Modalités d'accès au Document unique d'évaluations des risques professionnels

Obligation de diffusion concernant la législation du droit du travail pour :

  • Prévention harcèlement moral et sexuel
  • Lutte contre les discriminations

Heureusement qu'il s'agit de simplification.

Le chef d'une entreprise de 1 salarié me signale que le mur de son local n'est pas assez grand pour contenir tous les documents.

 

Michel Janva

Posté le 29 janvier 2015 à 07h23 | Lien permanent | Commentaires (10)

Claude Bartolone retarde de vingt ans

Unknown-4Refusant de participer mardi soir à la remise des prix politiques du Trombinoscope en raison du prix décerné au maire FN, Steeve Briois, Claude Bartolone explique :

« Nous étions le jour où on célébrait le cinquantième anniversaire d’Auschwitz, et honorer un élu d’un parti dont le président d’honneur s’était illustré en évoquant un ‘simple détail de l’histoire’, j’ai trouvé que c’était une blessure pour notre histoire et cette histoire donc j’ai préféré m’absenter ».

Ce grand résistant qu'est le président de l'Assemblée nationale devrait savoir que nous célébrions le 70e anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz.

Par ailleurs, les élus qui commémorent l'abomination d'Auschwitz et qui, dans le même temps, se préparent à voter une loi en faveur de l'euthanasie, sont-ils schizophrènes ? Parce qu'être un résistant en haut de son perchoir, 70 ans après la guerre, c'est bien gentil, mais à lui aussi nos descendants demanderont des comptes sur son respect de la personne humaine.

Michel Janva

Posté le 29 janvier 2015 à 07h10 | Lien permanent | Commentaires (16)

C’est arrivé un 29 janvier…

 Pour comprendre l'Histoire, comme pour comprendre un paysage, il faut choisir le point de vue ; et il n'en est de meilleur que le sommet. » (Paul Claudel)

« Chaque Nation, comme chaque individu, a reçu une mission qu'elle doit accomplir. Celle de la France est d'exécuter la Geste de Dieu, "Gesta Dei per Francos". » (Joseph de Maistre)

Enfin Otto de Habsbourg-Lorraine affirme pour toute personne :

« Celui qui ne sait pas d'où il vient ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est. En ce sens, le passé est la rampe de lancement vers l'avenir »

Alors rappelons-nous :

  • le 29 janvier 904 : élection du pape Serge III.

  • le 29 janvier 1482 : dans un bref, Sixte IV condamne les excès de l'Inquisition espagnole.
  • le 29 janvier 1630 : première rencontre entre Richelieu et Mazarin.

Mazarin, envoyé par Urbain VIII, rencontre le cardinal Richelieu à Lyon, pour demander que la France accorde une suspension d'armes. Cette négociation a lieu dans le cadre de la guerre de succession de Mantoue, qui est un conflit périphérique de la guerre de Trente Ans, opposant la France au Saint Empire romain germanique.

  • le 29 janvier 1635 : le Roi Louis XIII signe les lettres patentes créant l'Académie française.

Elle se compose de 40 membres, élus et surnommés les "immortels". La mission de l'Académie, conserver et perfectionner la langue française, est précisée par ces lettres patentes du Roi Louis XIII, qui l'officialisent. Voir la chronique 10 juillet.

  • le 29 janvier 1682 : Temim (Moulay Ismaël) et Louis XIV signent un traité d'amitié franco-marocain à St-Germain-en-Laye.

Lire la suite "C’est arrivé un 29 janvier…"

Lois Spalwer

Posté le 29 janvier 2015 à 05h23 | Lien permanent | Commentaires (0)

28 janvier 2015

Charlie : Lettre à un maire

Suite à l’émotion qu’a suscité l’attentat contre Charlie Hebdo et à la pression psychologique qui a suivi, les manipulateurs de l’opinion publique vont toujours plus loin pour convaincre les Français que les journalistes de Charlie Hebdo sont des héros et qu’ils méritent une reconnaissance de la Nation. C’est ainsi que le maire d’Angoulême a décidé de baptiser une place de sa ville « Charlie-Hebdo » dimanche prochain.

Face à une généralisation possible de cette démarche du politiquement correct un réseau d’élus catholiques (contact@eluscatholiques.fr) a rédigé à ses membres un projet de lettre pour dissuader leur maire d’une pareille mesure. A diffuser sans modération (fichier au format word)

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 22h24 | Lien permanent

Le député Yannick Moreau appelle à la démission de Christiane Taubira

Voici le texte, puis la vidéo :

"Monsieur le Premier Ministre,

Votre ministre de l'intérieur et vous-même avez raison de dire que nous sommes en guerre contre l'islamisme radical. La guerre doit être totale. Or, comme vous l'écriviez dans votre lettre au Président de la République à l'été 2013, il y a une fracture large au sein du gouvernement entre une ligne ferme que vous cherchez à incarner avec M. Cazeneuve et la ligne pénale laxiste de Mme Taubira. La réforme pénale de Mme Taubira actuellement en vigueur est un contre sens historique majeur.

Quand les Français réclament + de fermeté, Quand les circonstances exigent un réarmement pénal, Mme Taubira fait voter une loi laxiste aux effets catastrophiques. La loi pénale de Mme Taubira cherche à faire éviter la prison comme hier, la loi sur les 35 heures cherchait à éviter le travail. 6 mois après sa promulgation, la loi pénale de Mme Taubira est non seulement périmée mais dangereuse pour faire face aux nouvelles menaces qui pèsent sur notre sécurité et sur nos libertés.

Devant cette double ligne gouvernementale mes questions sont simples et elles sont partagées par un grand nombre des représentants de la Nation et de nos compatriotes : Comment allez-vous concilier le laxisme pénal généralisé par la réforme de Mme Taubira avec l'impérieuse fermeté que commande la lutte contre le djihadisme islamique ? Face au constat objectif d'un double discours pénal au sein de l'exécutif, la question de la participation de Mme Taubira au gouvernement est clairement posée aujourd’hui.

La ligne doit être claire, affirmée, incarnée. L'opposition vous propose quelques mesures claires, fermes, univoques. Fin des remises de peine automatiques, interdiction du territoire national, déchéance de la nationalité pour les djihadistes binationaux, sanctuarisation du budget de la défense : ayez le courage de reprendre nos propositions et de poser des actes sur les mots d’unité nationale.

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 22h09 | Lien permanent | Commentaires (8)

L'Assemblée reconnait que les animaux sont des êtres «doués de sensibilité»

Contrairement à l'embryon humain.

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 21h58 | Lien permanent | Commentaires (9)

"Pour ses propos d’incitation à la discrimination, Manuel Valls doit démissionner du gouvernement ! "

Communiqué de Bernard Antony, président de l'Agrif, sur les propos de Manuel Valls rapportés ici ce matin :

"Avec justesse et justice, l’avocat Arno Klarsfeld vient de rappeler que « les juifs de France se souviendront toujours que si les 3/4 d’entre eux ont survécu c’est grâce à la population française et à l’Église ».

Manuel Valls, lui, qui s’était déjà signalé par son appétit pour la répression des manifestants pacifiques majoritairement chrétiens contre la dénaturation du mariage, vient de déclarer :
« Le départ de cent mille juifs infligerait un coup plus dur à la France que celui de cent mille chrétiens » (Libération 22/01/2015).

Cela est aussi offensant pour les chrétiens que stupide à l’égard de nos compatriotes juifs qui se passeraient bien de tels propos immédiatement exploités par les adeptes antisémites de la thèse du conspirationnisme juif.

En fait, Manuel Valls, après son irresponsable assertion lourde de justification de violences et de guerre civile, sur l’apartheid que subiraient certaines populations, a ainsi laissé plus que filtrer son aversion haineuse pour le christianisme. Ce qu’il voudrait, en fanatique jacobin, c’est l’éradication totale de ce qui demeure de chrétien dans notre société.

Cet orgueilleux inculte qui se réfère à un Voltaire qu’il n’a pas lu oublie que ce dernier à été certes très hostile à l’Église catholique mais encore plus aux juifs. M. Valls n’a évidemment pas lu l’ouvrage qui fait désormais autorité du professeur Arthur Hertzberg intitulé : « Les origines de l’antisémitisme moderne ».

Arthur Hertzberg, professeur à l’université de New York est président du Congrès juif américain et vice-président du Congrès juif mondial. Il est considéré comme l’un des plus grands penseurs modernes du judaïsme.

Rompant avec les idées reçues et le bourrage de crâne laïciste, il démontre irréfutablement que l’antisémitisme moderne raciste et exterminationniste est l’enfant des « Lumières », des Voltaire, d’Holbach, Diderot et d’un Marat et non du christianisme.

S’il n’y avait pas eu en zone occupée d’héroïques chrétiens de conviction, telle notre amie Rolande Birgy, « juste parmi les nations » et militante infatigable plus tard du respect de la vie, la réalité n’eut pas été celle qu’a évoqué avec raison Arno Klarsfeld.

Manuel Valls dit et fait n’importe quoi sur trop de sujets. C’est son émigration à lui vers d’autres endroits que Matignon que l’on peut souhaiter."

Marie Bethanie

Posté le 28 janvier 2015 à 18h39 | Lien permanent | Commentaires (33)

La loi Macron contre les journalistes

Lu dans Le Monde :

"Il y a un loup dans la loi Macron. Le projet de loi actuellement discuté à l’Assemblée nationale contient un amendement, glissé en catimini dans le texte, qui menace d’entraver le travail d’enquête des journalistes et, par conséquent, l’information éclairée du citoyen. Sous couvert de lutte contre l’espionnage industriel, le législateur instaure comme nouvelle arme de dissuasion massive contre le journalisme un « secret des affaires » dont la définition autorise ni plus ni moins une censure inédite en France.

Selon le texte, le « secret des affaires » recouvre « une information non publique, qui fait l’objet de mesures de protection raisonnables » et qui a « une valeur économique ». Notre métier consistant à révéler des informations d’intérêt public, il sera désormais impossible de vous informer sur des pans entiers de la vie économique, sociale et politique du pays.

Le texte, qui a été préparé sans la moindre concertation, laisse la libre interprétation aux seules entreprises de ce qui relèverait désormais du « secret des affaires ». Autrement dit, avec la loi Macron, vous n’auriez jamais entendu parler du scandale du Médiator ou de celui de l’amiante, de l’affaire Luxleaks, UBS, HSBC sur l’évasion fiscale, des stratégies cachées des géants du tabac, mais aussi des dossiers Elf, Karachi, Tapie-Crédit lyonnais, ou de l’affaire Amésys, du nom de cette société française qui a aidé une dictature à espionner sa population. Et on en passe… [...]"

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 18h02 | Lien permanent | Commentaires (10)

Stop Djihadisme ? Vraiment ?

SPour lutter contre le terrorisme, notre gouvernement ouvre... un site internet. Il est ici. Il s'agit de "comprendre, agir, décrypter et se mobiliser". Dans le décryptage, se trouve la lutte contre la propagande sur internet. Et le site gouvernemental rappelle que

"La  loi du 13 novembre 2014 prévoit la possibilité de fermeture administrative de ces sites par l’État."

Soit. Mais comme le note l'Observatoire de l'islamisation, les livres djihadistes sont toujours en vente dans les librairies.

"L'Etat Islamique peut se féliciter d'avoir son livre de chevet vendu à la FNAC. Malgré le reportage de LCI , malgré la Une du Figaro en Juillet, l'enseigne persiste: le livre "La Voie du Musulman" , best-seller écrit par le cheikh algérien al Djazairi (né en 1921) connu pour ses prédications à la mosquée du Prophète à Médine, est toujours en vente ce mercredi 28 janvier à la Fnac rue de Rennes à Paris. Que lit-on à l'intérieur (avec cette édition aussi vendue en Fnac) ?

[...] "Il faut que tous les musulmans, formant un seul ou plusieurs états séparés, s'équipent de toutes sortes d'armes. Ils doivent aussi se perfectionner et s'améliorer dans l'art militaire défensif et offensif, pour défendre ou attaquer au moment opportun pour que le verbe de Dieu triomphe" page 267

"Avant d'entreprendre la guerre contre les infidèles, il faut les convier à l'islam, s'ils refusent on les invite à payer un tribut, s'ils refusent finalement, on recourt aux armes" page 269

"Celui qui renie les décrets divins concernant la prière, le jeûne, le pèlerinage, l'obéissance aux parents ou le Jihad est un renégat (…) Peines infligées aux renégats: Durant trois jours, on incite le renégat à renoncer à sa croyance et à demander grâce à Dieu, s'il n'accepte pas, il est passible de la peine capitale " page 395

"Kharaj ou impôt foncier: C'est un tribut que les musulmans imposent sur les terres conquises par la force" page 273

"Le Prophète est formel: "On ne doit ni édifier d'églises en terre d'islam ni les restaurer" page 271

"Dieu veut que les musulmans exterminent les polythéistes sans leur donner l'avantage d'être considérés comme prisonniers" page 274"

Sans parler des prêches dans les mosquées, souvent construites grâces aux municipalités.

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 17h34 | Lien permanent | Commentaires (12)

Attentats : c’est désormais au système médiatique de se remettre en cause

D'Aymeric Pourbaix dans Famille chrétienne :

F"École et médias, même combat. À la suite de l’École, c’est désormais au système médiatique de se remettre en cause, après les attentats qui ont endeuillé la France. Pas seulement parce que la course à l’audience a failli mettre d’autres vies en danger, signalant la présence d’autres otages aux terroristes islamistes. Mais surtout du fait de son pouvoir « spirituel », c’est-à-dire son influence sur les esprits.

École et médias façonnent la culture populaire, pour le meilleur lorsqu’il s’agit de transmettre et d’éveiller au vrai, au bien et au beau, et parfois pour le pire lorsque l’actualité devient le seul maître à penser de l’École et de la société. C’est pourquoi l’on est en droit de se demander si les mesures pour l’École annoncées après les attentats suffiront à empêcher l’émergence d’autres djihadistes… En positif, s’y dessine pourtant le grand retour de l’autorité, après des années de pédagogisme où il fallait écouter l’élève plutôt que de lui transmettre un savoir. Mais la question du contenu de ce savoir, elle, reste entière : sortira-t-on enfin de ce multiculturalisme où tout se vaut, et donc rien ne vaut vraiment ?

Il n’est pas sûr non plus que les grandes incantations médiatiques sur la « laïcité » et la mixité sociale soient d’une grande aide. Surtout s’il s’agit de traquer les déviants, comme l’a dit la journaliste d’une chaîne de télévision : ceux qui ne sont pas Charlie.

Depuis longtemps investie dans l’éducation, l’Église, quant à elle, s’est saisie très tôt des moyens de communication naissants – livre imprimé et journal – pour transmettre la foi et la culture au plus grand nombre. C’est le cas d’un saint François de Sales, déclaré patron des journalistes pour avoir défendu avec charité la vérité catholique en pleine Réforme protestante.

Au XIXe  siècle, un Don Bosco, dont on fête le bicentenaire de la naissance, a compris avant tout le monde l’utilité des médias de masse, non pour en tirer profit, mais pour le salut des âmes. Le saint du Piémont lança un bimensuel, Les Lectures catholiques, afin de répondre aux objections de l’hérésie vaudoise. Vinrent ensuite des manuels scolaires, des livres d’Histoire, des pièces de théâtre, de la littérature, et même une imprimerie ! Bref, une véritable vie culturelle et industrielle à l’échelle de sa région, dans le prolongement de son œuvre d’éducation.

Au XXe  siècle encore, l’essor de la bande dessinée s’est appuyé sur l’Église, comme le montre Jijé, l’un des pères de la BD, formé par l’école d’art de l’abbaye belge de Maredsous.

La contestation radicale par l’islamisme de notre civilisation nous ramène ainsi à un défi de taille : raviver le cœur chrétien de notre culture et redéfinir une ligne claire, condition sine qua non pour renouer avec la transmission à tous. « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, disait Boileau, et les mots pour le dire viennent aisément.»"

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 16h33 | Lien permanent | Commentaires (4)

La France impose au Maroc la loi Taubira

Communiqué de La Manif Pour tous :

"Alors qu’elle est une injustice majeure pour les enfants, la France impose sa nouvelle conception du mariage au Maroc et à une dizaine d’autres pays. Ce mépris des conventions bilatérales entre Etats porte atteinte à leur souveraineté.

La décision rendue cet après midi par la Cour de cassation de valider le mariage d'un couple gay franco-marocain en dépit de la « convention franco-marocaine du 10 août 1981 relative au statut des personnes et de la famille et à la coopération judiciaire » est une nouvelle atteinte portée à la famille et aux droits de l’enfant comme elle est une atteinte à la souveraineté du Maroc et de dix autres pays dont les conventions bi-latérales sont identiques : ce sont l’Algérie, la Bosnie, le Cambodge, le Kosovo, le Laos, le Monténégro, la Pologne, la Serbie, la Slovénie et la Tunisie.

En considérant que la loi Taubira doit être en fait imposée aux pays qui refusent le mariage entre personnes de même sexe, la Cour de cassation contribue à la diffusion d’une loi injuste pour les enfants."

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, dénonce :

« C’est aussi accorder une valeur démesurée à la loi Taubira. Il est de notoriété publique, y compris au niveau international, qu’un très grand nombre de Français ne se reconnaissent pas dans cette loi. Dans ce contexte, elle ne peut être considérée comme « une valeur essentielle » de la République » C’est pourtant ce qu’a estimé la Cour de cassation et ce, à l’encontre des règles en la matière. Une fois de plus, on a donné à quelques juges la responsabilité de prendre une décision d’ordre politique. Et là, ce n’est même plus pour l’imposer aux Français, mais carrément à d’autres pays ! »

"En effet, comme le rappelaient récemment des dizaines de juristes, c’est « l’opinion publique » qui conduit la justice à estimer ce qui est « valeur essentielle ». Or, en l’espèce, outre les foules mobilisées, de nombreux ténors de l’opposition mettent aussi en cause cette loi.

Pour La Manif Pour Tous cette décision est un encouragement à poursuivre la mobilisation, la loi Taubira étant une injustice majeure pour l’enfant et conduisant inéluctablement à la PMA « sans père » et à la GPA."

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 16h28 | Lien permanent | Commentaires (8)

Vous avez élevé une famille ? Tant pis pour vous

Après la réforme des retraites votée fin 2013, deux dossiers sensibles restent à régler pour le gouvernement anti-famille : les «avantages familiaux de retraite» d'une part et les pensions de réversion touchées par les veufs (hommes ou femmes) de l'autre.

Le premier sujet a fait l'objet d'un rapport commandé par le gouvernement à Bertrand Fragonard. Deux dispositifs devraient être abordés dans ce rapport: la majoration de pension pour famille nombreuse et la majoration de la durée d'assurance.

La majoration pour famille nombreuse

Les parents de trois enfants ou plus perçoivent, s'ils ont cotisé au régime général des salariés, une retraite augmentée de 10%.

Il pourrait être envisagé de transformer la majoration en montant fixe forfaitaire, qui ne dépendrait donc plus du montant de la pension. Cela pénaliserait les parents aisés mais permettrait de réaliser des économies. À titre indicatif, la majoration de 10% représente 3,75 milliards d'euros de dépenses pour le régime de base; 1,6 milliard pour les complémentaires Agirc et Arrco et aux alentours de 1,8 milliard d'euros dans la fonction publique.

La majoration de durée d'assurance

Les affiliés au régime général de retraite bénéficient de deux majorations de durée d'assurance (MDA) de 2 ans chacune par enfant. La première au titre de l'accouchement, la seconde, partageable entre la mère et le père, au titre de l'éducation de l'enfant.

L'assurance vieillesse des parents au foyer

En plus de la MDA, les parents peuvent percevoir une aide complémentaire, l'assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF). Mais uniquement sous condition de ressources. Il était envisagé de fusionner la MDA et l'AVPF. L'AVPF représente 4,5 milliards d'euros de dépenses et la MDA 4 milliards.

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 16h05 | Lien permanent | Commentaires (7)

Sens commun s'oppose au rapport Claeys Léonetti

Sens Commun déclare :

"[...] Nous tenons à rappeler que l’interdiction de donner la mort est l’un des fondements de notre société et qu’il est inacceptable de remettre ce fondement en cause. Notre positionnement est clair et restera inébranlable : OUI aux soins palliatifs, NON à l’acharnement thérapeutique, OUI aux soins permettant de soulager, NON à un dispositif qui reviendrait à tuer le patient. 

Fruit d’un consensus parlementaire inédit, la loi du 22 avril 2005, dite « loi Leonetti », doit être appliquée. Il faut lui donner les moyens d’atteindre ses objectifs plutôt que de créer de nouveaux dispositifs législatifs conçus dans l’émotion et la division et menant tout droit à une légalisation extensive de l’euthanasie."

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 16h00 | Lien permanent | Commentaires (5)

Témoignage chrétien : la situation s'envenime

D'après la Croix, la rédaction ne compte plus que deux journalistes en CDI aidés de pigistes et de bénévoles, qui ont fait grève lundi :

"Déjà chaotique, la situation s’est profondément dégradée en décembre 2014, avec le licenciement de son rédacteur en chef, Jean-Michel Dumay, la mise à pied du journaliste Philippe Clanché ou encore « le non-remplacement du poste de journaliste politique vacant depuis neuf mois ». Aucune « réunion de travail » avec la direction n’a eu lieu depuis six semaines. Et depuis le 26 décembre 2014, la rédaction ne peut plus accéder à l’administration du site (...) pour le nourrir et le mettre à jour.

Le vase a franchement débordé le 15 janvier 2015, lorsque a été publiée une lettre hebdomadaire de TC, réalisée par « des personnes extérieures à l’entreprise », dont des « bénévoles ». « On ne sait pas qui a écrit. Les articles ne sont pas signés » assure un ancien journaliste de TC"

Et un peu plus loin :

« Toute critique du gouvernement est impossible », estime un ancien journaliste.

L'un des co-directeurs de Témoignage chrétien n'est autre que Jean-Pierre Mignard, ami et avocat de... François Hollande.

Louise Tudy

Posté le 28 janvier 2015 à 15h42 | Lien permanent

Magouilles financières : une "valeur" de la République

Depuis quelques temps, nous nous demandons ce que sont ces valeurs de la République. Roland Dumas vient de répondre à la question. L’ancien président du Conseil constitutionnel et ex-ministre socialiste Roland Dumas se dit «convaincu d’avoir sauvé la République» en ayant validé en 1995 les comptes de campagne présidentielle «manifestement irréguliers» de Jacques Chirac, mais aussi d’Edouard Balladur.

«Je peux le dire aujourd’hui, les comptes de campagne d’Edouard Balladur et ceux de Jacques Chirac étaient manifestement irréguliers». «Que faire ? C’était un grave cas de conscience. J’ai beaucoup réfléchi. Annuler l’élection de Chirac aurait eu des conséquences terribles. J’ai pensé à mon pays. Je suis un homme de devoir. Nous avons finalement décidé, par esprit républicain, de confirmer, à l’unanimité au deuxième tour, son élection présidentielle. Je suis convaincu que j’ai sauvé la République en 1995

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 15h33 | Lien permanent | Commentaires (18)

La Cour de cassation valide la parodie de "mariage" entre un Français et un Marocain

La Cour de cassation a rejeté aujourd'hui le pourvoi du procureur général, qui demandait que la France respecte sa convention bilatérale avec le Maroc, pays qui ne reconnaît pas la dénaturation du mariage. Dans son communiqué, la Cour considère qu'

"on ne peut priver une personne de la liberté fondamentale de se marier, mariage qui, depuis la loi du 17 mai 2013, est ouvert, en France, aux couples de même sexe."

La Cour ne voit pourtant pas d'obstacle à limiter cette liberté dans le même arrêt, puisqu'elle la soumet à deux conditions :

"elle considère que la loi du pays étranger ne peut être écartée que si l’une des conditions suivantes est remplie :

  • il existe un rattachement du futur époux étranger à la France (dans cette affaire, le ressortissant marocain était domicilié en France)
  • l’Etat avec lequel a été conclu la convention, n’autorise pas le mariage entre personnes de même sexe, mais ne le rejette pas de façon universelle."

Autrement dit, dans la quasi totalité des cas, la France pourra violer les conventions qu'elle a signées.

Louise Tudy

Posté le 28 janvier 2015 à 15h06 | Lien permanent | Commentaires (7)

1 février : concert spirituel en l'église St Germain du Chesnay

L

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 13h14 | Lien permanent

Monseigneur Arbach : "nous sommes optimistes pour la Syrie"

Monseigneur Jean Abdo Arbach est archevêque catholique des Grecs melkites de Homs, Hama et Yabroud. Il répond à l'hebdomadaire Christianophobie :

"Dans le centre de la ville [de Homs], les gens commencent à revenir et à reconstruire leurs maisons. Mais trois raisons retiennent encore la plupart. D’abord l’hiver, qui est très froid à Homs. Il n’y a pas encore de fourniture régulière d’électricité, pas d’essence et la vie est rude. La deuxième raison, c’est qu’il n’y a pour l’instant ni travail, ni école. La troisième raison, c’est que les fidèles attendent que les prêtres et les évêques viennent se réinstaller ; c’est pour eux le signe qu’ils ne seront pas seuls et que la situation est assez sûre. C’est pourquoi nous avons immédiatement lancé les travaux de réparation de l’évêché et j’espère pouvoir m’y installer dès mars prochain. Mais le gouvernement travaille activement à rendre la ville vivable, nous avons désormais l’eau et l’électricité revient peu à peu… Doucement, la vie reprend.

Quel est l’état d’esprit de vos fidèles ?

Honnêtement, nous sommes optimistes pour la Syrie : nous savons, parce que nous le voulons, que nous réussirons à vivre à nouveau ensemble. Nous savons que le gouvernement veille à traquer tous les djihadistes qui se cachent dans la population et nous savons que notre pays retrouvera la paix. Quand ? C’est difficile de le dire. [...]"

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 12h26 | Lien permanent

Notre Marche pour la vie n'est pas une démarche idéologique mais un témoignage, un appel et une protestation

Voici le discours prononcé par Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique, lors du départ de la Marche pour la vie dimanche :

M"Nous voici une nouvelle fois réunis pour dénoncer la logique mortifère dans laquelle nous a entraînés la loi Veil promulguée il y a déjà quarante années.

Au fil du temps l'avortement à l'origine simplement dépénalisé en cas de détresse a été remboursé par la Sécurité Sociale puis un « délit d'entrave à interruption de grossesse a été créé » et enfin ce qu'ils appellent l'IVG qui n'est pas une interruption mais une cessation est tout récemment devenu un « droit de la femme ». Demain, inéluctablement, la clause de conscience sera déniée aux médecins et au personnel hospitalier. Logiquement les principes et les prémices faux déploient leurs conséquences tragiques. Accepter de tuer un être humain innocent déjà conçu ou dénier à ce même être sa nature humaine ne peut être que l'origine de tragédies sans fin.

Depuis dix années nous avons marché et prêché plus ou moins dans le désert. Mais ce qui apparaissait comme un combat d'arrière-garde mené, prétendument, par quelques vieillards cacochymes et obscurantistes est en train de devenir une annonce prophétique. Le nombre croît, surtout parmi les plus jeunes, de ceux qui prennent conscience que c'est effectivement un changement de civilisation qui est en train de s'opérer sous leurs yeux. Ils ne veulent pas d'un monde où l'homme serait réduit à la simple dimension de producteur ou de consommateur. L'originalité de notre civilisation qui fut chrétienne est d'avoir toujours accordé une place de choix aux plus faibles de ses membres : enfants à naître, orphelins, veuves, malades, personnes âgées… La société matérialiste et sécularisée dans laquelle nous vivons n'a, sous des dehors de compassion larmoyante, que mépris pour les plus faibles de ses membres qui sont même privés de leur simple dignité d'êtres humains : embryons utilisés comme matériaux de laboratoire, malades acculés à la mort sous couvert d'apaisement des souffrances, vieillards jugés indignes de vivre, etc.

SIl faut parfois accepter d'être seul avec la réalité, on découvre ensuite qu'on ne l'était pas. Notre Marche pour la vie n'est pas une démarche idéologique mais un témoignage, un appel et une protestation. Un témoignage car notre présence publique manifeste que selon l'expression d'Alexandre Soljenitsyne le mensonge existera mais sans notre participation. Un appel aux consciences et aux responsables politiques pour sortir des idéologies et renouer avec le réel. Comment la violence ne submergerait-elle pas nos sociétés s'il est légal qu'une mère puisse tuer son enfant ? Une protestation car nous sommes la voix des sans voix : enfants non nés, malades agonisants, vieillards abandonnés.

Enfin l'originalité de notre marche est de ne rien demander pour nous. Nous ne défendons aucun acquis social ni privilège plus ou moins justifié. Nous défendons une vision de l'homme qui dépasse notre intérêt personnel. Notre combat n'est pas un combat du passé mais un service de l'éternelle jeunesse de la Vérité. Demain la vie triomphera car ceux qui sont généreux dans la transmission et l'accompagnement de la vie prendront naturellement et biologiquement le pas sur les tenants de la culture de mort.

Nous le savons depuis au moins 2000 ans : La vie a vaincu la mort."

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 12h10 | Lien permanent

En fin de vie, de nombreuses personnes vivent un combat intérieur spirituel

Odile Guinnepain, infirmière spécialisée en soins intensifs, fondatrice de l’association Serviteurs et priants, vient d’écrire une lettre ouverte pour alerter sur les dérives qu’entraînerait l’adoption du projet de loi Claeys-Leonetti. Elle répond à Présent :

"[...] Qu’entend le rapport par « sédation terminale » ?

Cela signifie que le patient est endormi jusqu’à sa mort. Actuellement, lorsque le personnel soignant sédate un malade en phase terminale, il le réveille régulièrement, pour voir où il en est et adapter les soins. Là, il n’y a plus aucun contrôle. Le malade est sédaté jusqu’à ce que mort s’en suive. C’est clairement de l’euthanasie déguisée.

Il y a sûrement des unités de soins palliatifs où les traitements ne sont pas administrés correctement et où les patients souffrent. Mais, dans ces cas-là, il faut prendre les moyens de développer les soins palliatifs et surtout de former le personnel.

Vous alertez également sur le fait que la proposition de loi ôte le risque du « double effet ». De quoi s’agit-il ?

Lorsque vous mettez en place un traitement pour soulager un malade en le sédatant, il existe toujours un risque que le patient meure consécutivement à l’administration de ce traitement. C’est le double effet. Cet effet n’est pas dû à une intention qui serait de donner la mort. C’est un risque qui existe et que l’on connaît. Pie XII, lorsqu’il s’est adressé aux médecins et aux soignants, en a parlé et a dit qu’il fallait prendre ce risque pour soulager le malade. Le problème aujourd’hui est que dans le rapport, cette notion de « double effet » disparaît totalement. Concrètement, les soignants n’ont plus « besoin » d’observer et de surveiller leurs patients pour s’assurer que le traitement n’a pas d’effet néfaste, à cause d’un surdosage par exemple. Cela équivaut à déresponsabiliser l’équipe médicale.

Vous dites également qu’il faut distinguer la médecine palliative et le mouvement de soins palliatifs ?

Oui, la médecine palliative est quelque chose de fantastique qui permet de faire de belles choses. Le mouvement, lui, est une conception des choses très laïque et athée, qui a gommé la notion de la foi. Vous savez, en fin de vie, de nombreuses personnes vivent un combat intérieur spirituel. Dans les faits, cela se manifeste par des agitations, des peurs. On ne peut pas les soulager avec des médicaments, et rarement avec des anxyolitiques. Ces angoisses sont soulagées par une présence humaine et la prière. J’ai pu le constater à de nombreuses reprises. Pour éviter cet état d’agitation, certains soignants les sédatent pour gommer ces angoisses et ces sédations peuvent aboutir à la mort du patient."

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 11h34 | Lien permanent

Une forêt de croix gravées dans le désert d’Arabie saoudite

L'Orient le jour se fait l'écho d'une conférence qui s'est tenue au musée de l'Aub, à Beyrouth, conférence donnée par Frédéric Imbert, spécialiste d'épigraphie arabe et islamique, professeur à l'université d'Aix et membre de la mission franco-saoudienne de prospection dans l'émirat de Najrân, au sud de l'Arabie.

"Au Ve siècle, dans une Arabie où les rois de Himyar accordaient leur soutien au judaïsme, une communauté chrétienne a inscrit sa marque en gravant des croix ostentatoires au cœur du désert."

Un article très intéressant à lire sur le site du journal.

Marie Bethanie

Posté le 28 janvier 2015 à 09h37 | Lien permanent

Les neufs aviateurs tués dans l'accident

Voici les noms des 9 victimes françaises tuées avant hier en Espagne suite au crash d'un F16, et pour lesquelles il ne semble pas qu'il y ait de deuil national :

  • Adjudant François Combourieu, 37 ans, mécanicien. Marié et père de deux enfants.
  • Adjudant Thierry Galoux, 41 ans, mécanicien. Marié et avait deux enfants.
  • Capitaine Gildas Tison, 35 ans, pilote. Marié et avait deux enfants.
  • Capitaine Mathieu Bigand, 30 ans, pilote.  Marié et père d’un enfant.
  • Lieutenant Arnaud Poignant, 26 ans, mécanicien.
  • Lieutenant Marjorie Kocher, 29 ans, navigatrice
  • Sergent Nicolas Dhez, 25 ans, mécanicien.
  • Sergent Régis Lefeuvre, 25 ans, mécanicien.
  • Sergent-chef Gilles Meyer, 27 ans, mécanicien. Marié, il allait être père.
Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 09h06 | Lien permanent | Commentaires (24)

Les étranges jugements de Manuel Valls

B8ZOOldIcAID9O_

Cette étrange déclaration (à mettre en lien avec cet article) suscite quelques questions (liste non - exhaustive) :

  • Tous égaux devant la République, ou bien certains sont-ils plus égaux que d'autres ?
  • N'est-il pas paradoxal de reconnaître officiellement des catégories de citoyens en France au risque de développer encore un peu plus le communautarisme, alors qu'on ne cesse de réclamer à tort et à travers l'unité nationale derrière les "valeurs de la République" et d'exiger que la religion soit reléguée dans la sphère privée ?
  • Quels sont les critères retenus par Monsieur Valls qui lui permettent d'établir une échelle de valeur entre les citoyens de ce pays ? Des critères religieux ?
  • Etablit-il de ce fait un classement qualitatif des religions en France ?
  • Et du reste, comment Monsieur Valls sait-il qui est juif, qui est chrétien ? Fait-il établir des fiches, comme ses illustres prédécesseurs ?
Marie Bethanie

Posté le 28 janvier 2015 à 09h01 | Lien permanent | Commentaires (69)

Les Sentinelles témoignent à Toulouse

Les_sentinelles_27_janvierUne quarantaine de sentinelles se sont relayées sur la place du Capitole de Toulouse hier soir. Aux passants curieux, elles expliquaient la réalité des mères porteuses dans les usines à bébés d'Inde. Quand elles sont reparties, à cause du froid, un autre groupe leur a succédé et s'est fait plaisir avec le drapeau LMPT de 600 m2. Une rumeur circulait, par ailleurs, à peine audible, car l'espace entre les entinelles semblait participer au grand froid, et cette rumeur est donc à vérifier : Tous les mardi soir, d'autres sentinelles reviendront, même lieu, même heure (19h30 à 20h30).

Les_sentinelles_et_le_600

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 09h00 | Lien permanent | Commentaires (1)

La gratitude des Juifs envers l'Eglise

K

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 08h50 | Lien permanent | Commentaires (27)

EllaOne délivrée sans ordonnance à partir d’avril

Actuellement soumise à prescription médicale, la pilule abortive EllaOne® (ulipristal acétate), pourra être achetée sans ordonnance à partir du 15 avril prochain, ce qui aura pour effet encore un peu plus d'avortements :

EllaOne® est commercialisé par le laboratoire HRA Pharma et a obtenu l’autorisation de mise sur le marché le 15 mai 2009, par la procédure centralisée au niveau européen. Elle est indiquée dans la contraception d’urgence dans les 120 heures (5 jours) suivant un rapport non protégé ou en cas d’échec d’une méthode contraceptive. Jusque là inscrite sur liste I, elle était soumise à prescription médicale. La Commission Européenne vient de donner son autorisation pour son délistage, suite aux recommandations de l’Agence Européenne du Médicament.

A la suite du Norlevo® (levonorgestrel), EllaOne sera donc exonérée du régime des substances vénéneuses, privant les jeunes femmes des avantages de la consultation médicale préalable et des garanties qu’apporte une prescription médicale en terme de pertinence d’usage du médicament et de fréquence d’utilisation. Le pharmacien se trouve en effet bien impuissant pour contrôler la fréquence de ces prises."[...]

Marie Bethanie

Posté le 28 janvier 2015 à 08h15 | Lien permanent | Commentaires (7)

La joie des enfants de Manille

Au cours du grand rassemblement à l’université Saint Thomas, dimanche 18 Janvier, devant des centaines de milliers de jeunes, le Saint Père a écouté avec émotion les témoignages de Jun Chura, 14 ans, et Glyzelle Iris, 12 ans, enfants des rues recueillis par la fondation ANAK-Tnk après avoir connu l’enfer des trottoirs de Manille. « Pourquoi Dieu permet-il ces choses, quand les enfants n’ont commis aucune faute ?», a demandé cette dernière en éclatant en sanglots.

Le Saint Père les a alors longuement pris dans ses bras. La scène d’une intense émotion a fait écho au thème de la visite papale : la compassion. «Chacun doit se poser la question, ai-je appris à pleurer quand je vois un enfant qui a faim, un enfant drogué dans la rue, un enfant qui n’a pas de maison, un enfant abandonné, un enfant abusé, un enfant utilisé par notre société comme esclave?» a martelé le saint Père avec fermeté. Sans aucun doute, cette image restera l’une des plus marquantes du voyage apostolique du pape François aux Philippines.

La fondation ANAK-Tnk vient en aide aux enfants les plus pauvres de la capitale philippine. Elle est dirigée aujourd’hui par un prêtre français, l’abbé Matthieu Dauchez. Le Salon Beige avait évoqué son ouvrage ici.

 

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 08h07 | Lien permanent

Auschwitz et ailleurs : in memoriam

Infolettre_haut

Bernard Antony, président de Chrétienté-Solidarité, président du Cercle d’Amitié Française Juive et Chrétienne, communique :

"Je comprends et j’approuve que le peuple juif se souvienne ce jour du 70° anniversaire de l’entrée, pour un temps libératrice, des forces soviétiques à Auschwitz.

Je constate que l’on ne déverse plus désormais le chiffre de quatre millions de morts en ce lieu, totalement absurde et fourrier du révisionnisme mais celui conforme à l’ampleur de l‘abomination d'un million tel que rappelé ce matin par Patrick Cohen.

Je me souviens de l‘époque où, alors que je rentrais de Pologne, certains spadassins de plume, au mépris de toute honnêteté, osèrent me qualifier de négationniste parce que j’avais affirmé qu’au camp d’Auschwitz n° 1 n’étaient pas morts des juifs mais des dizaines de milliers de chrétiens dont le père Maximilien Kolbe, désormais saint de l’Église catholique. Il faut aussi aujourd’hui se souvenir d’eux.

Les juifs, eux, dans l’immense complexe des camps d’Auschwitz, ont principalement péri dans l’enfer d’Auschwitz-Birkenau. Et des millions d’entre eux ont péri dans les autres camps ou les massacres.

Cela dit, c’est une tendance naturelle, compréhensible, des survivants ou de leurs descendants à amplifier plus ou moins les nombres des victimes des différentes exterminations, qu’il s’agisse des Vendéens, des Arméniens, des Juifs, des Ukrainiens, des Cambodgiens, des Harkis, des Biaffrais, des Rwandais. Mais les abominations sont suffisamment immenses pour que les historiens veillent à ne pas en rajouter.

On doit donc bien sûr, juifs ou chrétiens ou autres, se souvenir du génocide perpétré par les nazis, mais on devrait aussi pareillement commémorer tous ceux qui ont été notamment répertoriés dans le Livre noir du communisme, soit de plus de cent millions d’êtres humains exterminés sur tous les continents par les dictateurs rouges.

Et voici que vient au printemps de cette année le centenaire du déclenchement en Turquie par les Jeunes-Turcs du génocide au cours duquel périrent, souvent dans une accumulation de cruautés indicibles, un million et demi d’Arméniens et d’autres chrétiens.

Les dirigeants de l‘Allemagne ont exprimé leur repentance pour les horreurs nazies, on attend toujours pareille attitude de la part des dirigeants turcs."

Marie Bethanie

Posté le 28 janvier 2015 à 08h00 | Lien permanent

Il est temps d'inviter les musulmans à trouver leur patrie ailleurs

Cheyenne-Marie Carron, productrice de L’Apôtre, qui raconte la conversion d'un musulman au christianisme, est interrogée dans Minute. Extraits :

"L’atmosphère s’est beaucoup alourdie depuis les 7 et 11 janvier. Il y a vraiment, pour tout le monde je crois, un avant et un après l’attentat. Et parce qu’il y a en France beaucoup de Français qui sont des Français de papier, on se croit obligés de se taire et de faire taire ceux qui tentent de témoigner de façon sincère sur des questions religieuses qui sont libres. Ces gens qui font pression ou qui menacent ne jouent pas le jeu de la laïcité, c’est-à-dire de l’impartialité religieuse. Je ne les juge pas mais je pense qu’ils n’aiment pas cette France et ses valeurs. Il est grand temps de les inviter à trouver leur patrie ou leur terre de cœur ailleurs. [...]

Je crois surtout qu’il est temps de cesser de penser que nos valeurs doivent être universelles. D’autres peuvent avoir d’autres valeurs, qui ne correspondent pas du tout aux nôtres. Et même s’il s’agit de ressortissants français, il faut leur dire qu’il y a d’autres pays où cette culture-là est possible, mais pas la France. J’essaye d’être honnête et de tenir un discours de vérité. Aujourd’hui, ces gens qui cherchent leurs repères dans la charia, nous faisons tous comme s’ils n’existaient pas et cela les humilie. Cela ne peut qu’aggraver les problèmes relationnels. C’est un des dangers du 11 janvier, cette unanimité de façade qui fait que l’on cesse de se poser des questions. Les politiques doivent accepter de voir qu’il existe aujourd’hui sur notre sol des idéaux divergents et incompatibles entre eux. Pour le moment, on feint de dire que tout le monde est d’accord et qu’il n’y a pas de différences. Mais c’est une attitude qui ne peut engendrer que la violence de la part de ceux qui se sentent méprisés par cette façon de gommer les différences.

Mais alors que faut-il dire aux gens qui ne se retrouvent pas dans la culture occidentale et qui sont sur notre sol ?

Il faut reconnaître leur différence et leur dire qu’il existe d’autres pays qui réalisent leur idéal. Pour moi, qui suis pupille de l’Etat français, je suis particulièrement sensible à ces questions. Pour que les gens soient productifs pour leur famille ou leur patrie, il faut qu’ils se sentent bien là où ils sont. Moi, en tant qu’enfant abandonné, et pupille de l’état, la France est ma patrie, et je choisis d’y vivre parce que mon pays je l’aime. Chacun doit trouver sa patrie d’élection."

[...] Nous sommes dans un pays où un film qui montre la beauté de la religion catholique est interdit alors qu’un film qui montre la beauté de la religion musulmane (par exemple le film Qu’Allah bénisse la France qui est sorti cette année) n’a aucun problème. L’Apôtre est un film qui parle d’amour. Au lieu de l’interdire, on devrait le projeter dans les mosquées et les églises. Les chrétiens de France doivent se redresser. Le combat se livre aujourd’hui à travers la culture, les arts et aussi la politique."

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 07h59 | Lien permanent

31 janvier : représentation sur St Thomas Beckett à Coëtquidan

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 07h48 | Lien permanent

31 janvier : Portes Ouvertes de l'école ND de Toulvern à Vannes

1

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 07h48 | Lien permanent

Il n’est de réel que l’idée : conséquences de l’IDEALISME bourreau du particulier, de la personne et des peuples !

MPour l’idéaliste, comme Vincent Peillon par exemple, seules comptent les idées que l’on se fait des choses. Désincarnation, dépersonalisation, mondialisme, universalisme s’imposent alors… pour changer le monde et conformer tous les hommes à une certaine idée…C’est toujours l’homme particulier qu’il faut combattre, le « franchouillard » qui ne comprend rien, le réactionnaire trop attaché à son existence particulière et à ses libertés concrètes contre la grande liberté promise à l’homme nouveau …grâce au transhumanisme etc…et autre rêve prophétique de Jacques Attali : « Pour rendre le peuple heureux, il faut le renouveler, changer ses idées, changer ses lois, changer ses mœurs, changer les choses, tout détruire, oui, tout détruire, puisque tout est à créer. »

Dans son livre « Fondements de la Cité » (page 36), Jean Ousset explique comment l’IDEALISME est le complice du NOMINALISME  pour prétendre changer le monde…en un monde ORWELIEN…

Tous les acteurs du « mouvement social » travailleront avec intérêt le nouvel ouvrage de formation publié par le Collectif Jean Ousset : La Dictature du Relativisme (200 pages – 12€ et 8,4€ en version numérique).

Ichtus propose des formations inspirées des méthodes développées par Jean Ousset. « Anthropologie et Politique »  à l’école de JP II avec Bruno de Saint Chamas, «  Faire aimer la Civilisation »  par l’Art avec Nicole Buron, «  Les ateliers de l’Histoire » avec Martin Dauch. 

Jean Ousset :

… « Le nominalisme (étudié la semaine dernière) n’est pas la seule réponse faite au problème des universaux.

Dès les premiers siècles de l’histoire de la philosophie, ce qu’on devait appeler plus tard l’idéalisme s’opposa au « nominalisme ».

Héraclite étant considéré comme un des maîtres de ce dernier, il est classique de lui opposer Platon. Le R.P. Garrigou-Lagrange l’a fait en un dialogue aussi plein d’enseignements que de souriante bonhomie[1]. Ecoutons-le donner la parole à Platon.

« Il faut avouer que dans l’ordre des choses sensibles, tout se meut. La matière reçoit perpétuellement des modifications nouvelles… MAIS qui sont comme un reflet des Idées intelligibles… Car nous devons admettre l’idée de Bien, la partie la plus brillante, la plus belle de l’Être, puis la Vérité, prise en soi, la Sagesse, la Justice… Et pourquoi pas aussi les essences[2]éternelles des choses ? S’il y a une science de l’homme, elle doit avoir un objet intelligible et immuable du sensible individuel et contingent[3], toujours variable. Pourquoi n’y aurait-il pas une idée éternelle de l’homme et du lion ? Les lions individuels naissent et meurent, mais l’essence du lion reste toujours la même comme celle du cerf, et celle de la rose ou du lis… »

On voit le ton…

Il est indéniable qu’une grande élévation d’âme peut l’inspirer, un vif amour des choses de l’esprit. Et l’on comprend la séduction exercée par Platon pendant tant de siècles sur les penseurs chrétiens.

Quelle valeur accorder à ce qui passe ? L’important n’est-il pas de s’attacher à ce qui demeure, à l’essentiel, aux idées ?... Qu’importe au fond le grain de cette réalité sensible, instable par nature ? La suprême réalité n’est-elle pas commandée pratiquement par l’intelligence ?

Soit, par exemple, cette table où j’écris… et que mille autres, aussi solides, aussi belles pourraient remplacer. Le pratique autant que l’essentiel n’exigent-ils pas que je m’attache à avoir surtout une table, une table qui me convienne, comme celle-ci, mais comme aussi bien les mille autres possibles, sans plus m’arrêter à ces riens (authentique néant) qui permettraient à peine de distinguer ces tables entre elles.

Ce qui compte, c’est l’idée de table, puisque c’est elle qui préside, si l’on peut dire, à la création, à la fabrication de toutes les tables qui se construisent chaque jour dans le monde.

Aussi devine-t-on ce qu’est, au moins dans ses très grandes lignes, l’idéalisme[4].

Comme son nom l’indique, il sert à désigner l’ensemble des systèmes (fort divers) qui professent (peu ou prou) la réalité des universaux qu’expriment nos idées. Autrement dit, à la question (déjà posée au nominalisme) quelle valeur devrons-nous accorder au caractère universel et perdurable des idées (surtout des idées dites générales) ? L’idéalisme répond en affirmant que ce qu’elles désignent est non seulement réel, mais plus réel même que cette forme (sensible) d’un réel singulier, contingent, mouvant, toujours en train de se faire et de se défaire, aussi fugace et insaisissable qu’un courant d’eau entre les doigts. Idéalisme au point que certains systèmes iront jusqu’à prétendre qu’il n’est de réel que l’idée. Cas de l’idéalisme dit absolu de Hegel.

L’idéalisme philosophique bourreau de tout ce qui est personnel

Lire la suite "Il n’est de réel que l’idée : conséquences de l’IDEALISME bourreau du particulier, de la personne et des peuples !"

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 07h34 | Lien permanent

La Grèce dans le mur

Lu dans Les 4 Vérités :

"[...] L’élection d’une majorité d’extrême gauche est toujours une mauvaise nouvelle. D’autant que cette majorité semble fort n’avoir rien appris. M. Tsipras a annoncé vouloir pratiquer la fameuse relance par l’offre, c’est-à-dire augmenter les salaires et les prestations sociales pour, hypothétiquement, « relancer » la consommation et l’investissement. Cette méthode n’a jamais fonctionné en économie ouverte (elle n’a pu fonctionner en Allemagne dans les années 30 que parce que, précisément, les frontières étaient fermées et que l’État contrôlait strictement l’économie). De toute évidence, avec un tel gouvernement, la Grèce – et toute l’Europe avec elle, malgré les discours lénifiants sur la « contagion » parfaitement maîtrisée – va dans le mur. Pourtant, il faut aussi voir ce qu’il y a de positif dans cet événement.

Tout d’abord, il n’est pas déplaisant de voir cette oligarchie mondialiste, qui voudrait faire notre « bonheur » malgré nous, se prendre une claque. Nous avons entendu tous les caciques de la commission européenne et de la BCE sermonner doctement les Grecs sur les conséquences de leur vote. Le peuple grec a réagi logiquement : en faisant exactement le contraire de ce qu’on voulait lui imposer ! Mais, surtout, dans ce débat sur l’austérité, il va peut-être devenir enfin audible que cette politique d’austérité n’a rien à voir avec du sérieux budgétaire. L’austérité à la mode de la troïka consiste à augmenter les impôts ou, à impôt constant, à baisser les prestations. C’est donc, purement et simplement, du vol légalisé. Quand nous réclamons des budgets à l’équilibre, nous ne suggérons pas ce type « d’austérité ». Nous demandons que la sphère publique cesse de faire mal et coûteusement ce que la sphère privée peut faire mieux et moins cher. Ce n’est pas en augmentant la sphère publique, comme le veut Syriza, ni en vampirisant la sphère privée, comme le veut la troïka, que l’on y parviendra. C’est en remettant l’État à sa place, toute sa place, mais rien que sa place !"

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 07h29 | Lien permanent | Commentaires (5)

29 janvier : témoignage d'un ancien franc-maçon à Orvault (44)

ConférenceFranc-maçonnerie29JANV

Michel Janva

Posté le 28 janvier 2015 à 07h11 | Lien permanent

C’est arrivé un 28 janvier…

« Pour comprendre l'Histoire, comme pour comprendre un paysage, il faut choisir le point de vue; et il n'en est de meilleur que le sommet. » (Paul Claudel)

« Chaque Nation, comme chaque individu, a reçu une mission qu'elle doit accomplir. Celle de la France est d'exécuter la Geste de Dieu, "Gesta Dei per Francos". » (Joseph de Maistre)

Enfin Otto de Habsbourg-Lorraine affirme pour toute personne :

« Celui qui ne sait pas d'où il vient ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est. En ce sens, le passé est la rampe de lancement vers l'avenir »

Alors rappelons-nous :

  • le 28 janvier 814 : mort de l'empereur Charlemagne, à 71 ans.

    Charles 1er, le Grand, Roi des Francs depuis l'an 768 et empereur d'Occident depuis 800.

Charlemagne, appelé par Ste Jeanne d'arc, Saint Charlemagne, a favorisé le développement de la foi catholique, suscité une renaissance culturelle et multiplié les ateliers d'art dans les monastères, où l'on s'est employé à recopier les textes anciens et sacrés. Son fils Louis d'Aquitaine, appelé Louis le Pieux ou le Débonnaire, hérite du trône. Il reçoit du vivant de son père, le titre d'empereur d'Occident, fin 813 à Aix la Chapelle.

Le corps de Charlemagne est solennellement enterré dans la cathédrale qu¹il a fait bâtir, et trois cent cinquante et un ans après, il est levé de terre par les soins de Frédéric 1er, surnommé Barberousse, et son chef est transféré à Osnabruck.

Un grand nombre d'Eglises, surtout en Allemagne, associent au culte rendu à sainte Agnès martyre la mémoire imposante du pieux Empereur Charlemagne. Frédéric Barberousse fait rendre un décret de canonisation de Charlemagne par l'antipape Pascal III en 1165. Rome, par la suite, l'a respecté

Dans les églises de France, les nombreuses églises qui honorent, depuis près de sept siècles, la mémoire du grand empereur Charlemagne, se contentent, par respect pour le Martyrologe romain, où son nom ne se lit pas, de le fêter sous le titre de Bienheureux.

Avant l'époque de la Réforme, le nom du bienheureux Charlemagne se trouvait ainsi sur le calendrier d'un grand nombre d'églises de France; les Bréviaires de Reims et de Rouen sont les seuls qui l'aient conservé aujourd'hui. Plus de trente églises en Allemagne célèbrent encore aujourd'hui la fête du grand empereur; sa chère église d'Aix-la-Chapelle garde son corps et l'expose à la vénération des peuples Il est conservé dans une châsse en vermeil. Un de ses bras est dans un reliquaire à part. Dans le trésor de cette église se trouve aussi son cor de chasse, et dans une galerie, le siège de pierre sur lequel il était assis dans son tombeau. C'est sur ce siège que les empereurs d'Allemagne étaient installés, le jour de leur couronnement.

L'Université de Paris, qui le considère comme son fondateur, le choisit pour patron en 1661.

Alphonse Vetault rapporte dans son Charlemagne un extrait du testament de l'Empereur rédigé en 806 :

Lire la suite "C’est arrivé un 28 janvier…"

Lois Spalwer

Posté le 28 janvier 2015 à 05h20 | Lien permanent | Commentaires (2)

27 janvier 2015

Le Puy du Fou : Les Amoureux de Verdun

Lu ici :

"Les Amoureux de Verdun, c'est le titre du nouveau spectacle du parc axé sur la Première Guerre mondiale.

Nouveau défi cette année pour le Puy du Fou. Le parc propose, dès le 11 avril, un spectacle sur une période historique majeure du XXe siècle : la Grande Guerre.

"C'est une période qui nous manquait, mais on attendait vraiment qu'elle entre dans l'Histoire", explique Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou.

Les Amoureux de Verdun raconte les échanges de lettres entre un Poilu, sur le front, et sa fiancée. À travers ces échanges, les visiteurs vont être plongés dans la vie des tranchées."Nous souhaitions une histoire qui suscite l'émotion, dans laquelle le spectateur peut se reconnaître."

Autre objectif : que les visiteurs "sortent marqués, impressionnés par ce que les Poilus ont vécu." De nombreux effets spéciaux vont permettre de retranscrire la vie du Poilu et la réalité de la bataille.

Côté écriture, l'équipe du Puy du Fou, Philippe de Villiers en tête, s'est appuyée sur de nombreuses lettres de Poilus vendéens et sur un historien, David Bardiaux, spécialiste de la Première Guerre mondiale.

Pour ce spectacle d'une vingtaine de minutes pensé comme une déambulation, une salle de plus de 2 000 m2 est en cours de construction."

Michel Janva

Posté le 27 janvier 2015 à 22h22 | Lien permanent | Commentaires (1)

LMPT : déploiement du 66 à Toulouse

Ce soir par les Sentinelles :

B8YeMvlCQAA3Osk

B8YfMpzCEAABDe6

Michel Janva

Posté le 27 janvier 2015 à 22h03 | Lien permanent | Commentaires (3)

Mgr Mamberti : Les racines sont fondamentales pour toute personne

Mgr Mamberti, qui sera créé cardinal le 14 février, déclare :

Vous serez le seul cardinal français créé le 14 février. Diriez-vous que la France tient encore son rôle de fille ainée de l’Eglise ?

Sans_titre-643Cette expression a été utilisée en autres par le Pape Jean-Paul II en 1980 lors de son voyage en France à l’occasion de la fameuse homélie du Bourget. Je crois que dans l’esprit du Pape, c’est un rappel de la longue tradition et du grand héritage, en particulier de sainteté, que l’Eglise en France a apporté à l’Eglise universelle et c’est une exhortation pour les chrétiens d’aujourd’hui à puiser dans ce riche héritage pour y trouver de nouvelles forces.

Pour le reste, je suis sûr qu’il n’y a pas de droit de primo géniture dans l’Eglise. Le principe qui vaut dans ce domaine, c’est le principe évangélique selon lequel à qu’à ceux qui ont beaucoup reçu, on demandera également beaucoup. [...]

Les racines sont fondamentales pour toute personne et cela compte beaucoup pour les Corses. Le fait d’avoir été séminariste du Diocèse d’Ajaccio, d’avoir été ordonné prêtre pour ce diocèse, d’y être revenu régulièrement demeure quelque chose d’important pour moi. Je suis vraiment heureux de voir qu’à l’occasion de ma nomination comme cardinal beaucoup de Corses se sont manifestés pour me rappeler des souvenirs communs."

Michel Janva

Posté le 27 janvier 2015 à 22h01 | Lien permanent

Assassinats : l'ex-Dr Bonnemaison sera rejugé

L'ex-urgentiste bayonnais Nicolas Bonnemaison, acquitté par la Cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques le 25 juin 2014 de l'empoisonnement de sept patients en fin de vie, sera rejugé par la Cour d'assises d'Angers -du 12 au 23 octobre.

Michel Janva

Posté le 27 janvier 2015 à 21h28 | Lien permanent | Commentaires (3)

«Le camp de Dachau demeure le plus grand cimetière de prêtres catholiques du monde»

Guillaume Zeller est journaliste et rédacteur en chef de DirectMatin.fr. Son nouveau livre «La Baraque des prêtres, Dachau, 1938-1945» vient de paraître aux Éditions Tallandier. Il déclare au Figarovox :

 

PHOe5781bf6-a635-11e4-938d-7a5bf76b1f7f-805x453"De 1938 à 1945, 2 579 prêtres, séminaristes et moines catholiques ont été déportés par les nazis, ainsi qu'environ 141 pasteurs protestants et prêtres orthodoxes. S'agissant des catholiques, le Vatican est impuissant à empêcher leur déportation. Le Saint-Siège obtient seulement qu'ils soient regroupés à Dachau. Ces hommes d'Église viennent de toute l'Europe: Allemagne, Autriche, Tchécoslovaquie, Pologne, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, France ou encore Italie.

Ils ne sont pas arrêtés en tant que prêtres catholiques stricto sensu mais pour des raisons variées. Les Allemands paient souvent le prix de leur opposition au programme d'euthanasie hitlérien, le plan T4. Les prêtres polonais sont considérés comme des élites slaves par les nazis et figurent parmi leurs cibles, comme en témoignent les rapports envoyés par Heydrich au sujet des arrestations conduites par les Einsatzgruppen en Pologne en 1940. Pour leur part, des prêtres français -ils sont 156 à Dachau- sont déportés en raison de leur participation active à la résistance intérieure. [...] Des 2 720 religieux, 1 034 dont 868 Polonais meurent dans le camp jusqu'à sa libération.

Sur décision de Jean-Paul II, de Benoît XVI et de François, 56 ecclésiastiques morts à Dachau ont été béatifiés à la suite de procès établissant la pratique de vertus naturelles et chrétiennes, de façon exemplaire ou héroïque. Et le camp de Dachau demeure le plus grand cimetière de prêtres catholiques du monde."

Michel Janva

Posté le 27 janvier 2015 à 21h06 | Lien permanent


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2014 - Le Salon Beige