21 juin 2017

LR explose au Parlement : les lignes se clarifient

Cela clarifie les choses :

"Laurent Wauquiez, le numéro deux des Républicains, avait affirmé dans la matinée qu'il espérait que la droite pourrait garder son "unité complète". C'est raté. Mercredi 21 juin, le député LR Thierrry Solère a annoncé, depuis l'Assemblée nationale, la création d'un groupe parlementaire regroupant des élus Les Républicains constructifs (soit prêts à voter des lois proposées par le gouvernement), des UDI, ainsi que des Indépendants."

«Une vingtaine» de parlementaires des Républicains et 18 députés de l'UDI ont acté la constitution d'un nouveau groupe parlementaire. Avec notamment les LGBT Franck Riester (Seine-et-Marne) et Pierre-Yves Bournazel (Paris).

Le même Thierry Solère, à la tête des "LR constructifs" se vendant à Macron, est soupçonné d'emploi fictif (12 000 € / mois) et de conflit d'intérêts, en plus d'être un des députés les moins actifs à l'Assemblée nationale :

Michel Janva

Posté le 21 juin 2017 à 20h02 | Lien permanent

4 ministres à la trappe : le quinquennat Macron n'a pas fini de nous amuser

François Bayrou aura été ministre un mois, depuis son départ du gouvernement Juppé, en 1997. Jusqu'à la dernière minute, il se sera battu pour y rester. Le maire de Pau a démissionné ce jour, comme Marielle de Sarnez, Richard Ferrand et Sylvie Goulard (en plein salon du Bourget, cela fait désordre pour les membres du ministère des Armées qui l'attendaient sur le salon...). Le nouveau gouvernement ex-PS, LREModem a été nommé :

Par ailleurs, le ministre du travail Muriel Pénicaud affronte une première grève… dans son ministère :

"Mardi 20 juin, tous les syndicats implantés dans le ministère du travail ont appelé à faire grève pour dénoncer la « baisse drastique » des effectifs. Plusieurs centaines de personnes – dont certaines avaient fait le déplacement depuis Lyon, Toulouse et d’autres métropoles régionales – se sont rassemblées à Paris."

4 ministres disparus en 1 mois suite à des affaires + 1 grève dans un ministère = Le quinquennat Macron s'annonce très rigolo.

Michel Janva

Posté le 21 juin 2017 à 19h54 | Lien permanent | Commentaires (11)

Le nouveau gouvernement sans surprise : l'idéologie de la parité contre une logique de compétence

Liste des ministres du gouvernement Philippe II (moyenne d'âge 57 ans... Renouvellement qu'il disait!): 

- Gérard Collomb, ministre d'État, ministre de l'Intérieur
- Nicolas Hulot, ministre d'État, ministre de la Transition écologique et Solidaire
- Nicole Belloubet, garde des Sceaux, ministre de la Justice
- Jean-Yves Le Drian, ministre de de l'Europe et des Affaires étrangères
- Florence Parly, ministre des Armées
- Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires
- Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé
- Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et Finances
- Françoise Nyssen, ministre de la Culture
- Muriel Pénicaud, ministre du Travail
- Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation
- Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation
- Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics
- Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'innovation
- Annick Girardin, ministre des Outre-mers 
- Nathalie Loiseau, ministre auprès du ministre de l'Europe chargée des Affaires européennes
- Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre d'État, ministre de l'Intérieur
- Laura Flessel, ministre des Sports
- Élisabeth Borne, ministre auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, chargée des Transports 

10 nouveaux secrétaires d'Etat : 

- Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les Femmes et les Hommes 
- Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du numérique - Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées
- Sébastien Lecornu et Brune Poirson, secrétaires d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire 
- Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l’Europe
- Julien Denormandie, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires
- Benjamin Griveaux, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances
- Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès du ministre des armées
- Christophe Castaner, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement

Lahire

Posté le 21 juin 2017 à 19h53 | Lien permanent | Commentaires (2)

4e université d’été d’Academia Christiana du 21 au 27 août

2c1a94_4986de6a0bca494aac9f955af9bedc81~mv2_d_1310_1904_s_2

Michel Janva

Posté le 21 juin 2017 à 16h12 | Lien permanent

24 juin : Kermesse de l'école Sainte Philomène de Rennes

Ste philo kermesse

Michel Janva

Posté le 21 juin 2017 à 15h20 | Lien permanent

Aime et fais ce que tu veux, le premier magazine féminin, lifestyle et spi, au quotidien

Ojke55hpxeagrphkkedgLa presse féminine actuelle disponible en kiosque est bien trop stéréotypée, et ne correspond pas au vrai visage des femmes. Elles cherchent à cultiver leur jardin intérieur, leur dimension psychologique et spirituelle et aussi leur beauté extérieure. Dans des vies de plus en plus éclatées, il y a un besoin d’unité et de cohérence pour faire en sorte que la vie spirituelle puisse inspirer la vie quotidienne, et réciproquement.

Une équipe de journaliste catholiques indépendants, lance un hebdomadaire féminin « AIME ». Il sera grand public, vendu en Kiosque et par abonnement, il a pour ambition de rejoindre toutes les femmes, tout en ayant comme boussole la sagesse de la culture chrétienne et de son apport pour la société.

Découvrez et soutenez le projet en vous préabonnant sur https://www.credofunding.fr/fr/magazine-aime.

Vous pouvez aussi faire le choix de soutenir ce projet comme investisseur dans une start-up au futur prometteur. N’hésitez pas à contacter Jean-Baptiste Fourtané, l’initiateur de ce projet et le président de l’Agence de communication ALTIMUS 360 : jb.fourtane@altimus360.com.

Michel Janva

Posté le 21 juin 2017 à 14h42 | Lien permanent

Seigneur donnez-nous beaucoup de saints prêtres : neuvaine-pèlerinage de la relique du cœur de saint Jean-Marie Vianney

Communiqué de l'Alliance Saint Jean-Marie Vianney :

L'Alliance Saint Jean-Marie Vianney propose une adoration eucharistique pour consoler le Cœur Sacerdotal de Jésus des outrages eucharistiques et des fautes sacerdotales.
A saint Joseph de Pont-du-Las entrée sur la gauche, de 20h à 22h jeudi 22 juin.
Les Adorations sont dirigées par l'abbé Lambilliotte, aumônier nommé par monseigneur Rey.
 
L'Alliance Saint Jean-Marie Vianney vous fait part également de l'annonce ci-dessous :
 
Une neuvaine-pèlerinage de la relique du cœur de saint Jean-Marie Vianney, le curé d'Ars, patron de tous les curés de l'univers et des prêtres de France, aura lieu dans notre diocèse pour supplier le Ciel de nous accorder de nombreuses et saintes vocations.

du 6 au 15 novembre 2017
 
Ce pèlerinage est organisé par l'alliance Saint Jean-Marie Vianney. De plus amples informations vous seront communiquées en temps voulu.
 
 (Tél. secrétariat : 06.59.64.68.47 Mail : jeune.permanent@gmail.com
Marie Bethanie

Posté le 21 juin 2017 à 12h42 | Lien permanent

L'été du Café-Histoire de Toulon

Le Café-Histoire de Toulon communique :

1) Vous trouverez ici le texte de la causerie et du riche débat du mois de mars 2017 : La catastrophe écologique vue par les alter-cathos ?

2) Le Café Histoire de Toulon vous recommande de ne pas manquer, dimanche 25 juin, la célébration de Saint Pierre, le saint patron des pêcheurs, avec 10h30 : messe solennelle en la cathédrale Notre-Dame de la Sedsprocession jusqu'au port, embarquement de la statue de Saint Pierre et bénédiction en mer, Cette fête en costume traditionnel offre l'occasion de se plonger dans la culture toulonnaise avec les amis du Graal de l'Ambassade de Provence et de la Confrérie des Pénitents noirs.Le Corps du Guet démarrera de la Porte d’Italie, emmené par le Capitaine de Ville et la compagnie des fifres et tambours dès 9h30 pour se rendre au quai des pêcheurs quérir le Premier Prud’homme de la corporation pour se rendre jusqu’en la Cathédrale Sainte Marie, Notre Dame de la Seds. ( (visualisez-ici)

3) Le Café Histoire de Toulon vous rappelle la causerie du 28 juin 2017. Elle sera assurée par Antoine de Crémiers, conseiller éditorial à la Nouvelle Revue Universelle, et portera sur le thème : Les catholiques devant le danger transhumaniste..

Le transhumanisme qui arrive est-il le stade suprême du libéralisme ? Sommes nous devant cette "France des robots" que le grand écrivain catholique Georges Bernanos nous annonçait dès 1947 ? La nouvelle génération des jeunes catholiques contestataires de la passionnante revue LIMITE a-t-elle raison de nous alerter ? Que doivent penser les catholiques devant le danger transhumaniste ? Quel rapport avec l'encyclique Laudato Si ? C'est à un véritable et nécessaire exercice de réflexion que l'animateur du Café Actualité d'Aix en Provence, Antoine de Crémiers nous fera participer.

Dernier

Entrée gratuite - Mercredi 28 juin 2017 à 20 h
Le Graal, Pub associatif des Missionnaires de la Miséricorde 
377 avenue de la République - 83000 Toulon

4) Par ailleurs le Café Histoire de Toulon informe les Toulonnais qu'ils peuvent se renseigner sur le pèlerinage des pères de famille de Cotignac  des 30 juin, 1 et 2 juillet 2017, (cliquez ici).  Le Café Histoire de Toulon soutient le très dynamique chapitre de la paroisse Saint François de Paule qui marche sous la bannière de la Sainte Famille, en se souvenant du vœu du roi Louis XIII de prendre la très sainte et très glorieuse Vierge Marie pour protection du royaume de France.

Cotignac (1)

5) Ceux des " Prouvèçau e catouli " qui ne se rendront pas à Cotignac pourront participer à la très identitaire fête de la Sant Aloï (Saint Eloi) qui se tiendra au Beausset les 1 et surtout dimanche 2 juillet (Tambourinaires, Bravadiers, Corps de Saint Eloi, groupes folkloriques, cavalcade de chevaux sur le parvis de l'Eglise, danses folkloriques). Le 1 juillet bénédiction du reposoir, des pains et des pompettes avec vin d'honneur par le prieur. Le 2 juillet Grand messe chantée en provençal (visualisez-ici) .

6) A ne pas manquer ! Pour le Café Histoire de ToulonAnne Brassié, animatrice de l'émission Perles de culture sur la chaine WEB de TVLibertés, a accepté de nous faire une causerie à le 12 juillet, en période estivale sur le thème La culture au service du Bien.

Marie Bethanie

Posté le 21 juin 2017 à 12h31 | Lien permanent

29 juin : son et lumière au Val de Grâce pour les chrétiens d'Orient

6089b2d3-51fa-4a3f-a85e-07bd7d498af4

Michel Janva

Posté le 21 juin 2017 à 11h33 | Lien permanent

Camp d'été AFC du 14 au 23 juillet à la cité Marcel Van à Argancy

Capture d’écran 2017-06-18 à 11.11.39

Michel Janva

Posté le 21 juin 2017 à 11h06 | Lien permanent

25 juin : kermesse du collège sts François et Jacinthe de Fatima (Lyon)

Aff fete ecole

Michel Janva

Posté le 21 juin 2017 à 11h02 | Lien permanent

La droite française est le dhimmi de la gauche

Lu dans Minute :

Capture d’écran 2017-06-20 à 08.26.28"[...] Gagner le combat des idées, c’est gagner le combat des mots, c’est gagner le combat de la mémoire, c’est régner sur la culture, c’est gagner aussi et surtout le combat des comportements au quotidien, bref, c’est aller à la racine des choses. Et pour gagner ce combat, il faut à un moment l’engager concrètement, avoir du monde sur ce terrain. Or que voit-on ? Eh bien justement, pas grand monde et donc pas grand chose.

Les droites font des voix car il y a de la pauvreté, de l’immigration, de la violence. Mais elles ne font pas de force. Leurs victoires sont des victoires d’un jour, d’un buzz, car ces droites ont peur des idées de droite. Baroin, évidemment, mais même Wauquiez, le futur sauveur de la patrie boutiquière républicaine. Mais aussi le FN de 2017. Mais encore les réacs hors des murs qui ont l’œil fixé sur la ligne bleue de l’assimilation par épouvante du quand dira-t-on antiraciste.

La droite a peur car elle a honte. La droite ne gagne que quand la gauche perd, car, hormis en 2007, elle ne gagne jamais sur ce qui devrait être son socle doctrinal. On parle beaucoup des dhimmis, ces non-musulmans qui doi- vent courber l’échine et payer un impôt spécifique pour avoir le droit de vivre en terre coranique. Depuis plusieurs décennies, la droite française est le dhimmi de la gauche. Elle paye sans broncher son écot idéologique fait de renoncements et de trahisons. Pire : alors qu’en islam le dhimmi n’est pas contraint à croire en Allah, la droite se fait volontiers le bedeau de tous les cultes de gauche. La mystique égalitaire, le diable autoritaire, le péché mortel de l’enracinement, tout le catéchisme de gauche est psalmodié par la droite.

Pourquoi la gauche mourrait-elle politiquement puisqu’aucune droite ne veut la tuer ? Les pistolets à bouchon de la souveraineté chevènementiste divertissent les enfants. « Poum poum ! Merkel, tu es morte ! » Les grandes personnes leur font les gros yeux mais elles savent bien que le jeu est sans risque. D’ailleurs, ce sont elles qui ont offert les pistolets aux enfants."

Michel Janva

Posté le 21 juin 2017 à 09h21 | Lien permanent

Je vous demande refuge, chanson de l'Emtus

En cette fête de la musique, un embryon nous fait part de sa chanson: La chanson de l'Emtus, embryon-fœtus, ou celui qu'on aime tous.

Michel Janva

Posté le 21 juin 2017 à 08h16 | Lien permanent

Censure et flicage au menu de la nouvelle Assemblée

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

Capture d’écran 2017-06-19 à 22.22.44

Michel Janva

Posté le 21 juin 2017 à 08h14 | Lien permanent

Jacques Bompard restera maire d'Orange

Selon Minute :

Unknown-10"Jacques Bompard restera-t-il député ? La réponse est non et c’est une question de semaines. A la tête de la ville d’Orange depuis 1995, il n’a pas envie, mais alors pas du tout, de quitter sa mairie… Dans une courte vidéo postée sur le site de« La Provence », il affirme : « Je me suis engagé auprès des Orangeois à rester auprès d’eux, donc je reste auprès d’eux. »

Pour conserver son fauteuil de maire, tout en laissant son siège de député à sa suppléante, Marie-France Lohro, Jacques Bompard a trouvé une faille dans la loi sur le non-cumul des mandats. Il l’explique d’ailleurs très clairement à « La Provence ». Selon la loi, c’est le dernier mandat qui prévaut sur les autres. Elu député le 18 juin, Jacques Bompard sera donc démissionné automatiquement de son poste de maire le 18 juillet prochain, ce qui le laissera conseiller municipal de base, sans responsabilité ni indemnité. Dans ce cas, un conseil municipal devra être convoqué pour élire un nouveau maire. Et le tour de passe-passe est là. Lors de ce conseil municipal, Jacques Bompard pourra alors être réélu maire. Résultat : son mandat le plus ancien sera celui de… député ! Et comme le prévoit la loi, sa suppléante pourra donc siéger à l’Assemblée, sans nouvelle élection.

Encore une fois, ce n’est pas nous qui le disons, mais Jacques Bompard lui-même, dans cette fameuse vidéo. Légal ? Sans aucun doute. Moral vis-à-vis des électeurs ? Beaucoup moins sûr, mais, au moins, le tour de passe-passe est-il politiquement sécurisé : Marie-France Lohro, actuelle premier adjoint de Bompard à la mairie d’Orange, est un ardent défenseur de la civilisation européenne et chrétienne, et des valeurs traditionnelles. En meeting, elle prônait « cette belle Europe qui fit des femmes des saintes ou des reines, et non pas des fantômes masqués par des voiles », « cette belle Europe romaine grecque et chrétienne qui trouve son apogée au plus près de nos vies », comme au Théâtre antique d’Orange, et vantait l’« homogénéité dans nos racines et nos fiefs »"

Michel Janva

Posté le 21 juin 2017 à 08h14 | Lien permanent

C’est arrivé un 21 juin…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

Peu avant le sacre de Charles VII, à Reims, le 17 juillet 1429, Jeanne par un pacte officiel et public renouvelle le pacte conclu entre Dieu et le Royaume de France naissant à Reims en 496. Qui connaît, aujourd'hui, ce qui s'est passé le mardi 21 juin 1429 à 16 heures en l'abbaye de Fleury-sur-Loire, appelée ensuite Saint-Benoît-sur-Loire ? C'est pourtant là qu'a lieu un évènement central de toute l'histoire de France.

Alors que la confusion la plus grande règne en France où « il y a grande pitié », Dieu se manifeste à notre nation. Débauche, immoralité, trahison des clercs et des élites intellectuelles de l'université de Paris, politique qui avec la reine Isabeau de Bavière, ont vendue la France par le traité de Troyes, qui la donne à Henri V Roi d'Angleterre, scandale de la filiation du Dauphin, le futur Charles VII, que sa propre mère appelle « batard » ; tout semble annoncer la disparition de la Fille Ainée de l'Eglise.

La triple donation du Royaume de France est racontée dans le Breviarium historiale, texte rédigé peu après, au cours de l'été 1429, qui est consultable à la Bibliothèque Vaticane.

Jehanne dit à Charles : «Sire, me promettez-vous de me donner ce que je vous demanderai?» Le Roi hésite, puis consent. «Sire, donnez-moi votre royaume».

Le Roi, stupéfait, hésite de nouveau ; mais, tenu par sa promesse et subjugué par l'ascendant surnaturel de la jeune fille : «Jehanne, lui répondit-il, je vous donne mon royaume». Après quoi, voyant celui-ci tout interdit et embarrassé de ce qu'il avait fait : «Voici le plus pauvre chevalier de France : il n'a plus rien».

Cela ne suffit pas : la Pucelle exige qu'un acte notarié en soit solennellement dressé et signé par les quatre secrétaires du Roi. « Notaire, écrivez dit la pucelle inspirée : le 21 juin de l'an de Jésus christ 1429, à 4 heures du soir, Charles VII donne son royaume à Jeanne. Ecrivez encore : Jeanne donne à son tour la France à  Jésus-Christ. -Nos Seigneurs dit-elle d'une voix forte, à présent, c'est Jésus-Christ qui parle : "moi, Seigneur éternel je la donne au Roi Charles".

Que signifie cet événement capital ?

- que ce Dauphin, que l'enseignement républicain nous présente comme un indécis et un demeuré, voire le digne fils d'un fou, mais que ses contemporains appellent le «bien-servi» (ce qui signifie qu'il savait juger les hommes), montre en cette occasion une foi extraordinaire en la Sainte Providence. Toute sa vie est d'ailleurs un exemple remarquable de Roi très chrétien.

- qu'il n'y a qu'un seul Roi qui mérite d'être aimé et servi : c'est le vrai Roi de France, Notre-Seigneur Jésus-Christ. Et que C'est Notre Seigneur JÉSUS-CHRIST qui a VOULU ÊTRE, ET EST, ROI DE FRANCE; et le Christ a voulu nous le faire savoir par l'entremise d'une fille de 17 ans.

- que la raison d'être de notre pays est de proclamer à la face de l'univers non seulement la royauté universelle du Christ sur le monde, c'est sa mission « d'éducatrice des nations » ;

- que cet acte officiel et capital consacre le Roi de France comme le lieutenant du Christ ; si les successeurs de Charles VII avaient compris, ils auraient considéré ce document comme le plus grand de leurs trésors; ils l'auraient relu et médité tous les jours et seraient encore aujourd'hui sur le trône ;

Dès le lendemain, le Dauphin décide d'aller à Reims pour se faire sacrer, malgré plusieurs opposants et grâce à l'insistance de Jeanne. Le pacte de Reims se renouvelle alors que tout semblait perdu. Or A-t-on vu un vrai Roi abandonner ses sujets ? Peut-on penser une minute qu'après avoir tant châtiée la France, il ne puisse ne pas répondre aux prières le suppliant de convertir le pays?

En 1666, le Roi a créé, en compagnie de Colbert, l'Académie royale des sciences. C'est le Roi qui pousse à la création de l'observatoire royal. Le jour du solstice d'été, les scientifiques de l'Académie royale décident de l'emplacement du monument, en fonction du méridien de Paris. Claude Perrault en assure la construction. Colbert propose à l'astronome néerlandais Christiaan Huygens et au Franco-Italien Jean-Dominique Cassini de venir y travailler. Ce dernier y découvre deux satellites de Saturne et étudie la division qui porte son nom. Au cours du XXe siècle, les observatoires de Meudon et de Nancy sont rattachés à celui de Paris.

Le Cardinal de Rohan est pleinement acquitté et sort rapidement de la Bastille ; Mme Lamotte a été condamnée à être fouettée, marquée et enfermée. L'acte deux de la manœuvre, qui vise à détruire l'image de la Reine dans l'esprit des Français, consiste à faire de la voleuse un parangon de vertus. Le maçon Louis Blanc raconte sa réaction à l'énoncé de la sentence dans son livre : Histoire de la Révolution, (édit. de Bruxelles, 1848, t. II, p. 132.)

« Pour ce qui est de Mme de La Motte, elle tomba, en apprenant son sort, dans d'inexprimables accès de rage. Pendant qu'on lui lisait la sentence, on fut obligé de la tenir en l'air, personne n'ayant pu, par violence, la faire mettre à genoux. Liée avec des cordes et traînée dans la cour du Palais de Justice, elle se mit à pousser des cris, non d'épouvante, mais de fureur. S'adressant au peuple : « Si l'on traite ainsi le sang des Valois, quel est donc le sort réservé au sang des Bourbons ? »... Comme elle se débattait avec désespoir entre les mains du bourreau, le fer qui la devait marquer sur l'épaule la marqua sur le sein. On la transporta à la Salpêtrière, échevelée, le visage couvert de sang, demi-nue, et exhalant en imprécations ce qui lui restait encore de force. »

 

« C'est le 21 juin 1786 qu'eut lieu cette exécution. Mais les magistrats l'avaient annoncée pour le 13 et, apprenant qu'elle était retardée, l'opposition (c'est-à-dire la Maçonnerie) commença aussitôt, en faveur de la coquine que le Parlement venait de condamner à l'unanimité, un concert tout pareil à ceux qu'on entendra pendant l'Affaire Dreyfus, un siècle plus tard : « Et les nouvellistes de répéter que la Comtesse serait graciée par le Roi; que la Cour avait décidément honte de l'iniquité commise, que la Reine rougissait de laisser flétrir une innocente - sa victime. Le vent est à présent fixé dans sa direction. Quoi que la Reine fasse ou ne fasse pas, quoi qu'il advienne, le vent soufflera contre elle. » (M. Funck-Brentano, L'Affaire du Collier, 6e édit., pp. 363, 364.)

Louis Dasté dans, Marie Antoinette et le Complot Maçonnique, continue à décrire le montage patiemment élaboré pour détruire la Reine. Pour cela, il s'appuie sur les écrits de M. Funck-Brentano et surtout de Louis Blanc, le fameux maçon avec son livre Histoire de la Révolution :

« On cuisina si bien ce qu'on appelle l'opinion publique que, dès le lendemain de l'exécution de l'arrêt, la voleuse du collier devint sympathique ! Les détails de l'exécution de Mme de La Motte avaient été horribles... Ils se répandirent dans Paris. La foule en fut impressionnée. On redisait ses imprécations à la Reine et au cardinal de Rohan, ses accusations contre eux, ses reproches au Parlement, tout de miel et d'indulgence pour les personnages d'importance, toujours prêt à servir la Cour, la noblesse et le clergé. […] « La situation de la Comtesse, dit la Gazette d'Utrecht, commence à intéresser jusqu'aux personnes qui étaient le plus insensibles à son châtiment. […] « La dame de la Motte, note la Gazette de Leyde, devient de plus en plus stoïque et résignée à son sort. Elle s'occupe, la plus grande partie de la journée, à lire et à méditer le livre ascétique de l'Imitation de Jésus-Christ... » « ... La plus grande partie de la journée à méditer le livre ascétique... », et la Reine osait dire qu'elle était une criminelle ! C'était une sainte. » (M. Funck-Brentano, La Mort… pp. 15 à 17.)

Qui menait le mouvement d'opinion destiné à sortir Mme de la Motte de la boue tandis qu'on y plongerait la Reine ? - La Franc-maçonnerie : « Le duc d'Orléans, qui dirigeait la Franc-maçonnerie et préparait son rôle révolutionnaire, vit dès lors le parti qu'il pourrait tirer de l'aventure et la duchesse d'Orléans prit la tête de ce joli mouvement de compassion. (M. Funck-Brentano, La Mort..., p. 18.)

Sa femme, la Sérénissime Sœur*** duchesse d'Orléans, et sa belle-sœur, l'infortunée amie de la Reine, la Sérénissime S*** Princesse de Lamballe, donnent l'exemple des visites à Mme de la Motte, et le parloir de la Salpêtrière devient le rendez-vous des femmes de la plus haute noblesse dont la plupart, hélas ! ont été enrôlées dans la Maçonnerie féminine.

Si l'on songe qu'en collaborant aux intrigues de la Maçonnerie, les Frères*** et les Sœurs*** de l'aristocratie française creusaient leurs propres tombeaux, en même temps que les tombeaux de Louis XVI, de Marie-Antoinette, de la Monarchie tout entière, - on voit se dessiner en lettres de feu les lignes, cruelles du F*** Louis Blanc : « Grâce au mécanisme habile de l'institution, la Franc-maçonnerie trouva dans les princes et les nobles moins d'ennemis que de protecteurs... Il arriva, par une juste et remarquable disposition de la Providence, que les plus orgueilleux contempteurs du peuple furent amenés à couvrir de leur nom, à servir aveuglément de leur influence les entreprises latentes dirigées contre eux-mêmes. » (F*** L. Blanc, Histoire de la Révolution, t. II, p. 71.)

 

Marie Antoinette et le Complot Maçonnique, Louis Dasté (éditions La Renaissance Française, pages 65 à 67 et suivantes)

Louis XVI, Marie-Antoinette, et leurs deux enfants sont arrêtés dans la bourgade de Varennes-en-Argonne. Ils ont fui le palais des Tuileries la veille afin de rejoindre l'armée du marquis de Bouillé à Metz. Mais le cortège royal est reconnu à Sainte-Menehould par le maître de poste Drouet qui donne l'alerte. Une fois la disparition du Roi constatée, et l'alerte donnée, La Fayette, commandant la garde nationale, envoie des courriers dans toutes les directions pour ordonner l'arrestation de son souverain. On ne peut avoir deux maîtres, or La Fayette est maçon.

Bloqué une partie de la nuit, le Roi refuse que la force soit employée, des hussards et une partie de la population sont prêts à couvrir son départ, Louis XVI attendant, en vain, le renfort de Bouillé, qui aurait dû arriver.

Non seulement le Breton refuse par fierté la "lettre de grâce", mais il demande à mourir le premier, pour montrer à ses compagnons qu'il n'a rien négocié avec Bonaparte.

« Ce bougre-là ! Il n'est pas content de me couper la tête, il voudrait encore me déshonorer ».

Il meurt avec ses amis. Néanmoins, il exprime une dernière volonté à l'exécuteur de Paris, son bourreau :

« Vous saurez que je veux être exécuté le premier. C'est à moi à donner à mes camarades l'exemple du courage et de la résignation ; d'ailleurs, je ne veux pas que l'un d'eux s'en aille de ce monde avec l'idée que je pourrais lui survivre ». Refusée. L'ordre d'exécution est fixé et sa tête tombe la dernière  Voir les chroniques du 1er janvier et du 25 juin.

Créé à Paris au lendemain de la révolution de février 1848, pour les ouvriers au chômage, le projet n'avait aucune viabilité économique. La dissolution des Ateliers nationaux provoque une insurrection populaire contre une bourgeoisie plus préoccupée de ses profits que de justice sociale. La répression de la révolte ouvrière fait plusieurs milliers victimes.

Il s'agit de huit Jésuites qui sont les pères Jean de Brébeuf, Gabriel Lalemant, Charles Garnier, Antoine Daniel, Noël Chabanel, Isaac Jogues, René Goupil et Jean de Lalande, martyrs français pour l'évangélisation de la Nouvelle France ; selon le souhait et les ordres du Roi François 1er quand il finança les premières expéditions.

Giovanni Battista Montini, alors archevêque de Milan, succède à Jean XXIII sur le trône de Saint Pierre. Paul VI est le premier pape de l'époque contemporaine à voyager hors d'Italie. Son premier voyage est pour Jérusalem, en janvier 1964 (Voir la chronique du 5 janvier). Sa béatification est faite le 19 octobre 2014. Voir aussi les chroniques du 6 aout, 26 septembre.

Lois Spalwer

Posté le 21 juin 2017 à 05h32 | Lien permanent | Commentaires (4)

20 juin 2017

Amnesty non plus n'aime pas les chewing-gum

Regardez cette vidéo : 

Et pour les chewing-gum c'est sur ce post de Loïs.

Lahire

Posté le 20 juin 2017 à 22h53 | Lien permanent | Commentaires (0)

Jean-Frédéric Poisson : "on ne sait plus ce que disent Les Républicains ni ce qu'ils pensent"

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 22h33 | Lien permanent

Emmanuel Macron au dîner de rupture du jeûne (iftar) organisé par le Conseil français du culte musulman

Capture d’écran 2017-06-20 à 22.07.11Allahicité dans les pas de Sarkozy :

"Ce sera la première fois qu’un chef de l’Etat honore l’invitation de l’instance représentative du culte musulman depuis Nicolas Sarkozy en octobre 2007. Quelques mois après son accession au pouvoir, celui-ci s’était rendu au dîner de rupture du jeûne du Ramadan organisé à la Grande Mosquée de Paris dont le recteur Dalil Boubakeur occupait alors le poste de président du CFCM.

En dix ans, les dîners de rupture du jeûne des années précédentes organisés par le CFCM n’ont jamais vu la présence du président de la République en exercice. François Hollande n’a ainsi assisté à aucun. Seuls les ministres de l’Intérieur chargé des cultes y assistaient, comme ce fut le cas pour Bernard Cazeneuve sous l’ère Hollande ou encore Michelle Alliot Marie et Brice Hortefeux sous l’ère Sarkozy."

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 22h09 | Lien permanent

Visiblement Macron et Merkel n'aiment pas les chewing-gum

 

Vu sur MPI

 

Lois Spalwer

Posté le 20 juin 2017 à 22h05 | Lien permanent | Commentaires (8)

Le terroriste du jour

Il est à Bruxelles :

"Un homme muni d'une ceinture d'explosifs a été neutralisé [tué] à la gare centrale."

Il aurait déclenché son dispositif au moment où l'attention des militaires "s'est portée sur lui".

Le terroriste d'hier, mort sur les Champs-Elysées, était lourdement armé. Adam Djaziri transportait : un fusil d’assaut, deux pistolets automatiques, des chargeurs et deux bonbonnes de gaz. Fiché S pour «appartenance à la mouvance islamiste radicale» depuis 2015, cet homme ... disposait d’un permis de détention et de transport d’arme en tant que tireur sportif. Fichier S et permis de détention d'arme.... 

Accessoirement, il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt tunisien pour des faits de terrorisme depuis 2014.

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 21h54 | Lien permanent

Jérôme Lambert (PS) brillamment réélu : parce qu'il avait voté contre la loi Taubira ?

Jérôme Lambert a été le seul député PS a avoir voté contre la loi Taubira ce qui lui a valu de quitter le groupe PS à l'Assemblée nationale en raison du sectarisme qui y régnait. Il avait même publiquement appelé à manifester dans une vidéo LMPT.

Il a été brillamment réélu face à une candidate de LREM. Il est député depuis 1986, le plus ancien député en fonction même s'il est loin d'être le plus âgé.

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 21h41 | Lien permanent

Politique et culture : l'exemple du Puy-du-Fou

Jean-Pierre Maugendre remercie Philippe de Villiers pour le Puy-du-Fou. Extrait :

Images-2"Philippe de Villiers en un discours très remarqué livre à un public subjugué les trois clés qui ont fait le succès, inégalé, du Puy du Fou.

Tout d’abord la gratuité dans un monde où l’argent est roi. Les Puyfolais consacrent bénévolement de nombreuses journées de leurs vacances au succès de la cinéscénie dont ils sont les acteurs. Une personne rencontrée sur place m’a ainsi expliqué qu’elle assurait, avec ses enfants, quinze soirées durant l’été aux représentations qui ont lieu durant le week-end…N’y a-t-il pas d’ailleurs une signification plus haute dissimulée dans l’étymologie de ce mot ? Le temps donné est du temps consacré, du temps sacré.

Ensuite un projet porteur et enthousiasmant : permettre à un peuple martyrisé de se réapproprier sa mémoire, dans la beauté sous le signe de la grandeur et du panache.

Enfin un projet, quel qu’il soit, a toujours besoin d’être incarné dans un chef qui opère la jonction entre un tempérament animé par de grands désirs et des circonstances qui lui permettent de déployer, au service des ses rêves, l’ensemble de ses capacités. Il y a toujours beaucoup de rêves dans l’homme d’action ! N’est-ce pas Talleyrand qui écrivait : J’ai plus à craindre de cent moutons menés par un lion que de cent lions menés par un mouton ?

Notons de plus que toute tradition est d’abord une transmission. Philippe de Villiers a transmis le flambeau à son fils Nicolas. Les enfants de Puy du Fou Académie assurent déjà un spectacle à part entière au bourg 1900 : Le Ballet des sapeurs. Un petit bonhomme de 7/8 ans s’adresse, sans trac apparent, à la foule des 15 000 spectateurs… Ces enfants sont l’avenir de cette institution qui comme le rappelait son fondateur a toujours préféré compter sur elle-même, ses ressources et ses énergies propres, que sur les autres. Ne pas subir !

[...] L’aventure du Puy du Fou et son succès nous rappellent, s’il en était besoin, qu’il n’existe pas de sens de l’histoire. L’histoire est faite par les hommes de talent qui lui impriment leur marque. C’est, au cœur de la Vendée martyrisée, tout un peuple, au rythme de plus de deux millions de visiteurs par an qui se réapproprie ses racines.

Philippe de Villiers sera présent à la XXVIe Université d’été de Renaissance Catholique du 13 au 16 juillet au domaine de Baronville, à proximité de Chartres. Sous le titre général : À quoi sert la politique ? Il interviendra sur Politique et culture. Ce sera l’occasion de lui manifester notre reconnaissance et de tirer les enseignements de son action."

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 21h29 | Lien permanent

Bruno Mégret : Cette situation nouvelle libère un espace important pour l'organisation d'une nouvelle force de droite

Désormais retiré de la vie politique, l'ancien patron du MNR (Mouvement national républicain) et numéro 2 du FN Bruno Mégret répond au Figaro :

"Si vous aviez pu participer au bureau politique du FN ce mardi, quelles remarques auriez-vous formulé au sortir de cette séquence électorale?

Il faut d'abord prendre la mesure du changement: l'élection d'Emmanuel Macron est une opération de sauvetage d'un système discrédité par les partis traditionnels. Mais si ceux-ci ont été laminés, la gauche n'a pas disparu. Car, avec la République en marche, c'est celle-ci qui est aujourd'hui au pouvoir et c'est la ligne Hollande-Valls qui l'a emporté! Ce succès simplifie le champ politique car la majorité actuelle rassemble tous les partisans de la gauche de gouvernement, y compris ceux qui adhéraient à LR. Cette situation nouvelle libère un espace important pour l'organisation d'une nouvelle force de droite. Et si le FN était à la hauteur des enjeux, il prendrait l'initiative d'une recomposition en proposant la création d'un grand pôle de droite regroupant ses propres troupes et celles de la partie droitière des Républicains.

Comment expliquer le coup d'arrêt à la dynamique frontiste

Si l'on regarde de près les résultats des derniers scrutins, ce n'est pas la stratégie prêtée à Florian Philippot, orientée sur le souverainisme et le social, qui a fait progresser le parti, mais l'importance que les Français accordent aux préoccupations qui sont traditionnellement celles du FN: le rejet du système, la crise migratoire, la menace terroriste, les questions identitaires. Aussi, les Français exaspérés par ces problèmes sont-ils naturellement portés à voter FN. Et comme leur nombre s'est accru ces dernières années, les scores frontistes ont augmenté eux aussi. Quant à la ligne Philippot, qui est aussi celle de Marine Le Pen, ces législatives nous enseignent qu'elle est peut-être adaptée au bassin minier, mais qu'elle n'a pas fonctionné ailleurs. Or la France ne se réduit pas à Hénin-Beaumont.

Vous défendiez déjà la mue du parti vers l'union des droites il y a 20 ans. Estimez-vous avoir eu «raison trop tôt» au vu des débats actuels?

Je pense que, si le MNR avait pu s'imposer, il aurait obtenu aujourd'hui de bien meilleurs résultats que le FN. C'est une question de ligne politique. Vu de l'extérieur, je ne sais pas si le FN va au-devant d'une crise similaire à celle que j'ai connue. Je pense plutôt que l'on s'achemine vers des changements de forme, assortis d'un durcissement de la direction du parti sur ses positions. Par ailleurs, une chose est sûre, l'union ratée entre Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan prouve qu'il est encore manifestement très difficile de s'entendre avec le Front national.

Marine Le Pen a promis de réformer son parti. Quelles pistes d'évolution doit-il adopter selon vous?

Tout va dépendre de l'évolution des Républicains. Si la fraction centriste de LR se sépare de sa partie droitière, tout devient possible. Le renouveau de la droite passerait alors par un rapprochement entre le FN et l'aile droite des Républicains, ce qui pourrait conduire à une entité politique majeure. Si l'on regarde les résultats cumulés du FN et de Fillon à la présidentielle, on voit qu'il y a là un bloc plus puissant que celui de Macron. Mais, quoi qu'il se passe à LR, le FN devrait changer sa ligne politique. Il devrait se positionner à droite et donner la priorité à la défense de l'identité sur l'obsession souverainiste. Les positions défendues par Philippot sur la sortie de l'euro sont passéistes et ont fait fuir une partie des électeurs. Le FN devrait donc se prononcer pour un changement radical de la gestion de l'euro plutôt que pour le retour au franc. En économie, Marine Le Pen a mis en avant un programme digne de la gauche des années 70. Le FN devrait plutôt préconiser une politique de réduction des charges, des dépenses publiques et des impôts et s'attacher le soutien des classes moyennes. Il devrait aussi se préoccuper davantage de la défense des familles et des valeurs. Changer de nom et de mode d'organisation ne suffira pas à résorber la crise interne: le problème, c'est la ligne politique, pas son habillage. [...]"

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 19h38 | Lien permanent

Le Front National travaillera-t-il en faveur de l'union à droite ?

C'est la question que l'on peut se poser en lisant le communiqué publié à l'issue du Bureau politique du FN aujourd'hui :

"Afin de dresser un bilan des élections présidentielle et législatives et pour se préparer aux combats politiques futurs, le Bureau politique du Front national, réuni ce jour à Nanterre, a pris un certain nombre de décisions :
7 groupes de travail, constitués de membres du Bureau politique et de cadres du mouvement, vont se réunir au cours des trois prochaines semaines, pour évoquer différentes questions (programme et thèmes de campagne, stratégie, fonctionnement du mouvement, animation et gestion des fédérations, organisation des campagnes électorales et réunions publiques, propagande et communication, élus et implantation locale).

Lors d’un séminaire de travail qui se réunira au cours de la deuxième quinzaine du mois de juillet, chaque groupe présentera un rapport de ses travaux et des décisions en résulteront.

Un bureau de campagne pour les élections sénatoriales de septembre 2017 a été constitué, sous la responsabilité de Michel Guiniot et la Commission nationale d’investiture désignera les candidats FN début juillet.

La préparation des élections municipales de 2020 débutera dès la rentrée de septembre.

Le prochain Congrès national du Front National se déroulera en février ou mars 2018."

Catherine Candidat, candidate FN dans la 4è circonscription de Vaucluse, n'a pas attendu ce Bureau Politique pour se féliciter de la victoire de Jacques Bompard :

"J'adresse mes félicitations à Jacques Bompard pour sa réélection. Une réélection obtenue grâce à mon appel à faire barrage à la candidate d'Emmanuel Macron. Les 18,1 % d'électeurs du Front National, ajoutés aux 19,1 % obtenus au 1er tour par Jacques Bompard, ont constitué l'élément central de cette victoire. Le Front National confirme une fois encore qu'il est bien un acteur politique incontournable et de très loin le premier parti politique d'implantation nationale dans le Haut Vaucluse."

Quand on regarde les reports de voix des électeurs LR-UDI sur le candidat FN au second tour des législatives, on constate que cette union des droites est déjà une réalité pour les électeurs. Aux appareils de la prendre en compte dans leur stratégie et leur communication.

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 19h28 | Lien permanent

Le patriarche orthodoxe de Géorgie s’est déclaré en faveur de la restauration d’une monarchie

Lu ici :

"Une nouvelle fois, le patriarche Elie de Géorgie s’est déclaré en faveur de la restauration d’une monarchie constitutionnelle pour son pays. Pour le patriarche celle-ci apporterait la paix au pays. Il a rappelé dans son homélie, dimanche dernier, que la tradition monarchique est très ancienne en Géorgie."

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 19h21 | Lien permanent

La vie privée des enfants est plus importante que la liberté d’expression des homosexuels

Mais ce n'est pas l'avis de la CEDH :

"La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) condamne la Russie pour sa loi de 2013 interdisant la « promotion des relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs ». La Cour avait été saisie par trois provocateurs sodomites qui avaient notamment déployé devant un lycée une banderole proclamant que l'homosexualité est « normale ». Ayant évidemment perdu tous leurs procès en Russie jusque devant la Cour suprême, ils se sont adressés à la Cour européenne des droits de l’homo qui leur a évidemment donné raison. Résumé de l’arrêt selon la Cour elle-même, admirable concentré de mensonge et de mauvaise foi :

La Cour juge en particulier que, bien que les lois en question visent principalement à protéger les mineurs, les limites de leur portée n’ont pas été clairement définies et leur application a été arbitraire. De plus, le but même des lois et la manière dont elles ont été formulées et appliquées dans le cas des requérants ont été discriminatoires et, globalement, n’ont servi aucun intérêt public légitime. En effet, en adoptant ces lois, les autorités ont renforcé la stigmatisation et les préjugés et encouragé l’homophobie, qui est incompatible avec les valeurs d’une société démocratique.

La Russie est condamnée à verser 43.000 euros aux trois provocateurs, au titre du… dédommagement moral. L’arrêt a été rendu par une chambre de sept juges composée de :

On notera que seul le juge russe, Dmitry Dedov, a osé contester l’arrêt, et a fait annexer au texte sa propre analyse. On y lit notamment que la Cour « n’a pas pris sérieusement en compte le fait que la vie privée des enfants est plus importante que la liberté d’expression des homosexuels »."

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 19h19 | Lien permanent

Natacha Polony crée Polony.tv

Elle ne sera plus ni sur Paris Première, ni sur Europe 1.

Mais elle est sur internet.

Capture d’écran 2017-06-20 à 19.15.52

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 19h17 | Lien permanent

La droite de conviction n’est pas dans la nouvelle assemblée. Il faut la reconstituer ailleurs.

Bernard Antony communique:

La composition de la nouvelle chambre des députés ne semble hélas pas celle d’où pourrait surgir le vigoureux mouvement des forces de vie et de liberté nécessaire à la continuité de la patrie française et à une Europe autre que celle du néo-totalitarisme eurocratique.

"L’élection encore de nos jours, sans que cela suscite une indignation morale généralisée, de 10 députés communistes et de 17 députés marxistes mélenchoniens est objectivement chose consternante. On imagine ce qu’aurait légitimement suscité l’abomination d’une élection de 10 députés nazis et de 17 députés fascistes ! Or, ayant beaucoup plus duré que le nazisme et sur de plus vastes territoires, le bilan à ce jour du communisme, dont le carcan totalitaire règne encore sur un tiers de l’humanité, est désormais au-delà du chiffre de cent millions de morts. Sa réalité a été celle d’une terreur illimitée, massacreuse et souvent génocidaire, telle qu’initiée par Lénine, développée avec une indicible sophistication des cruautés les plus inimaginables par Staline, le comparse d’Hitler et Mao, son grand continuateur, et leurs imitateurs dans toute la culture de mal et de mort du communisme, avec les deux piliers fondamentaux du léninisme, la Tchéka et le Goulag, sous la faucille de l’égorgement et le marteau de l’écrasement.

Hélas, l’inculture politico-historique semble bien la chose la plus partagée dans cette assemblée, avec celle même de M. Macron qui, certes avec raison, a commémoré l’abomination du massacre nazi d’Oradour-sur-Glane mais a oublié d’évoquer son précédent et modèle idéologique, celui du village vendéen des Lucs-sur-Boulogne en 1793 au cours de la terreur jacobine si admirée par Lénine.

Du gros marais parlementaire macronien, celui du « ni-ni », sans principe doctrinal unificateur autre que de conformistes slogans, ne sortira rien d’autre à l’épreuve du réel qu’une politiciennerie soumise au néo-totalitarisme libéral-socialiste et incapables d’affronter le grand défi de la tsunamigration et de l’expansion du totalitarisme islamique.

Quant à la dite « droite » du parti « Les Républicains », si vide de doctrine mais si plein de rivalités de personnes, elle ne s’intitule ainsi que parce qu’il faut un positionnement de marché par rapport à la gauche. Enfin sont les élus du Front National. De toute, évidence, ceux du Nord ne sont pas principalement animés par les valeurs d’une droite authentique, la droite de conviction. On peut en revanche se réjouir de l’élection, avec le soutien du Front National, d’Emmanuelle Ménard à Béziers, aux convictions de droite assumées. Quant à Jacques Bompard, nous sommes très heureux de sa réélection à Orange, car, ayant toujours été pour l’essentiel le défenseur des valeurs de droite, notamment des libertés locales, de l’enracinement et du respect absolu de la vie innocente, principe fondamental de l’écologie humaine.

Chrétienté Solidarité félicite ces deux députés et par-delà apportera tout son soutien à toute initiative bien réfléchie de reconstruction d’une droite de conviction depuis trop longtemps absente du débat politique français."

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 19h07 | Lien permanent

Enquête sur ces musulmans qui se convertissent

Une enquête passionnante sur les phénomènes inédits de conversion de l'Islam au christianisme dans le monde entier. David Garrison est professeur à l'Université de Chicago et son livre (Un souffle dans la maison de l'islam) a été un best seller aux Etats-Unis.

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 14h27 | Lien permanent

24 juin : kermesse de l'école le "Cours Notre-Dame" à Montpellier

Capture d’écran 2017-06-19 à 19.46.40

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 13h48 | Lien permanent

"Le 3° de l'article 5 de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence est contraire à la Constitution"

C'est une des conclusions rendues par le conseil constitutionnel le 9 juin dernier. Pas beaucoup de bruit dans les médias ! Rappelons ceci sur l'article visé : 

"L'article 5 de la loi du 3 avril 1955 mentionnée ci-dessus prévoit que la déclaration de l'état d'urgence donne certains pouvoirs aux préfets des départements dans lesquels s'applique l'état d'urgence. Selon le 3° de cet article 5, le préfet a le pouvoir :
« D'interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l'action des pouvoirs publics ».

Le conseil constitutionnel ajoute : 

" L'abrogation immédiate du 3° de l'article 5 de la loi du 3 avril 1955 entraînerait des conséquences manifestement excessives. Afin de permettre au législateur de remédier à l'inconstitutionnalité constatée, il y a donc lieu de reporter la date de cette abrogation au 15 juillet 2017".

Ensuite, poursuite de l'Etat d'urgence ou pas ?

Lahire

Posté le 20 juin 2017 à 13h14 | Lien permanent | Commentaires (0)

Jean-Marie Le Pen : "Madame Le Pen n'a pas compris les raisons de son échec"

Drôle d'anniversaire pour Jean-Marie Le Pen qui a fêté son 89ème anniversaire devant les grilles cadenassés du siège du FN l'empêchant ainsi d'assister au bureau politique du parti qu'il a fondé et dont il est toujours président d'honneur mais exclu :

Le-pen"Jean-Marie Le Pen, exclu du FN en août 2015 mais rétabli comme président d’honneur du parti par décision de justice, s’est vu mardi matin refuser l’accès au siège du parti à Nanterre où se déroule une réunion du bureau politique frontiste, une «voie de fait» selon lui. La grille du «Carré», le siège du parti d’extrême droite, était bloquée par une chaîne pour empêcher l’accès au cofondateur du Front national en 1972, a constaté une journaliste de l’AFP. Les dirigeants du parti (Marine Le Pen, Florian Philippot, Nicolas Bay, Wallerand de Saint-Just) avaient prévenu ces derniers jours M. Le Pen qu’ils ne le laisseraient pas rentrer, alors même qu’il en a légalement le droit. M. Le Pen, 89 ans ce mardi, était accompagné d’un huissier.

«Je vous demande de prendre acte du fait que les entrées du local où doit se tenir le bureau politique sont condamnées par des chaînes. Comme j’ai passé l’âge de sauter les barrières...», lui a-t-il dit.

Devant la presse, ensuite, M. Le Pen a rappelé sa situation: «Je n’étais pas convoqué mais j’en suis membre de droit pour des raisons statutaires et qui ont été confirmées solennellement par différentes instances judiciaires». «Par conséquent, le bureau du FN, en prenant cette décision, brave à la fois les statuts, les décisions du congrès, les décisions des tribunaux et je dirais les lois de la pudeur la plus élémentaire mais ceci n’est pas fait pour nous étonner», a lancé l’eurodéputé.

Et d’attaquer: «On sait qu’au FN, il n’y a pas la reconnaissance du ventre. Si je n’avais pas prêté neuf millions d’euros au FN, non seulement il n’aurait pas pu participer aux élections législatives mais même pas aux élections présidentielles. C’est par cette délicatesse du cœur particulière que Marine Le Pen a tenu à me faire un cadeau le jour de mon anniversaire

«Le FN vient de subir deux échecs cinglants, un aux élections présidentielles, un aux élections législatives. La règle démocratique et républicaine, c’est à l’exemple de M. Cambadélis: dans ces conditions, on démissionne. Le bureau exécutif du FN aurait dû démissionner», a-t-il estimé.

Interrogé sur la nécessité d’une démission aussi de Marine Le Pen, à la tête de ce bureau exécutif, M. Le Pen a répondu: «A mon avis oui». Qui pour la remplacer? «Au FN d’en décider. Il y aura sûrement quelqu’un. Personne n’est irremplaçable». Eventuellement le vice-président Florian Philippot, avec qui il a des rapports houleux? «Ca m’étonnerait beaucoup. Il n’a pas la cote de popularité suffisante me semble-t-il.»

Jean-Marie Le Pen a ajouté :

Jean marie le pen"Il y a une règle fondamentale en politique, en période électorale on a que des amis. Commencer, un an avant les élections par exclure une partie de gens du mouvement, symbolisée au combien par le président fondateur, c'est évidemment une faute capitale qui condamnait en elle-même ces élections à l'échec. Sans parler du rôle personnel que Madame Le Pen a pu y jouer dans les derniers moments, et sur lesquels moi par pudeur paternelle, je passerai. Visiblement Madame Le Pen n'a pas compris les raisons de son échec, en tout cas elle ne les a pas admises, avec une tendance à faire porter sur les autres les responsabilités qui sont les siennes (...)

Je suis en faveur, dans un pays qui est menacé mortellement d'une déferlante migratoire à brève échéance, je suis partisan de toutes les unions de patriotes possibles."

Philippe Carhon

Posté le 20 juin 2017 à 11h57 | Lien permanent | Commentaires (23)

24 juin : dédicaces de l'abbé Putois à la librairie Notre-Dame de France

Capture d’écran 2017-06-18 à 11.18.10

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 11h16 | Lien permanent

Le cardinal Burke sur TV Libertés

Ancien préfet du Tribunal Suprême de la Signature Apostolique, plus haute instance judiciaire de l’Eglise catholique, aujourd’hui patronus de l’Ordre Souverain et Militaire de Malte le cardinal Burke fut qualifié de “grand cardinal” par le pape Benoît XVI. Il répond, avec une grande douceur mais aussi une inébranlable fermeté, aux questions sur le pèlerinage de Chrétienté de la Pentecôte dont il a célébré la messe de clôture à Chartres, l’actualité du message de Fatima, l’importance du motu proprio Summorum Pontificum dans la vie de l’Eglise et enfin le sens des dubia qu’il a, avec trois autres cardinaux, adressé au souverain pontife à propos des interprétations possibles de l’exhortation apostolique post synodale Amoris Laetitia.

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 11h11 | Lien permanent

La valse au gouvernement : démission de Goulard, citée dans l'affaire du Modem et peut-être de Sarnez

C'est déjà fini pour le ministre des armées : 

"Citée dans une enquête préliminaire sur les assistants parlementaires du MoDem, la ministre des Armées affirme qu'elle a demandé au chef de l'État d'être démissionnée pour pouvoir «démontrer librement (sa) bonne foi».

Le remaniement «technique» qui était annoncé va-t-il se transformer en un vaste coup de balai? Après que Richard Ferrand a été exfiltré à l'Assemblée lundi, une autre ministre de premier plan va quitter le gouvernement mardi: Sylvie Goulard, ministre des Armées. La centriste a annoncé cette décision surprise dans un communiqué transmis mardi aux rédactions. «J'ai demandé au président de la République, en accord avec le premier ministre, de ne plus faire partie du gouvernement», affirme-t-elle".

Pour Sarnez, du Modem également, il en irait autrement

"la ministre déléguée aux affaires européennes n'exclut pas de quitter le gouvernement. «Tout est ouvert pour moi, ma mission au gouvernement ou la présidence du groupe MoDem à l'Assemblée», confie-t-ele au Parisien. «Ce sont deux engagements passionnants», assure--t-elle tout en précisant que c'est le président Macron qui décidera".

Lahire

Posté le 20 juin 2017 à 11h08 | Lien permanent | Commentaires (5)

Maison Samuel : un internat de garçons à Bayonne

A découvrir ici.

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 10h07 | Lien permanent

Dérogation du ramadan dans un collège parisien

Extrait du compte rendu d'un conseil de classe du 3ème trimestre d'une classe de 3ème d'un collège situé à Paris 15e :

Capture d’écran 2017-06-19 à 19.37.24

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 09h35 | Lien permanent

Consulter les résultats des élections législative dans votre circonscription

Les résultats du 2e tour sont désormais en ligne sur le site législative.lesalonbeige.fr

N'hésitez pas à les consulter. Mais, surtout, ajoutez le maximum d'informations sur les nouveaux députés. Du fait du raz-de-marée En Marche et du non-cumul des mandats, une grande partie des députés sont nouveaux à l'Assemblée. Or, il est décisif pour l'avenir de savoir avec qui nous pourrons travailler et qui sera résolument anti-famille ou pour la culture de mort. Et ces informations ne sont, pour le moment, accessibles que localement.

Merci de votre aide.

Guillaume de Thieulloy

Directeur du SB

Le Salon Beige

Posté le 20 juin 2017 à 08h33 | Lien permanent

Jérôme Rivière : « Après la dédiabolisation, il faut que le FN réussisse le décloisonnement »

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 08h25 | Lien permanent

Une nouvelle loge maçonnique macroniste

Lu sur Boulevard Voltaire

Unknown-11"[...] nombre de frères dans l’entourage du Président, logés différemment ou non, se sont affiliés au nouveau grand maître sous une nouvelle bannière portée par un maçon de longue date.

Selon la presse, il s’agit de Jean-Laurent Turbet. Cet ex-socialiste a créé la fraternelle Camille-Desmoulins, réunissant les francs-maçons favorables à Emmanuel Macron, qu’il a rencontré l’été dernier. « Nous regroupons des frères de toutes les loges, du Grand Orient à la GLNF. Moi-même, je suis à la Grande Loge de France. » 

Il faut dire que l’image du nouveau Président le soir de sa victoire, devant la pyramide du Louvre, fut un symbole ésotérique particulièrement remarqué par les initiés, quand elle ne fut pas un appel marqué pour des apprentis en sommeil…"

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 08h21 | Lien permanent

“Amoris laetitia” : quatre cardinaux publient une lettre au pape François, faute d'avoir obtenu une audience

Les quatre cardinaux Brandmüller, Burke, Caffarra et Meisner, viennent de rendre publique la lettre qu’ils ont adressée au pape François le 25 avril pour lui demander –  en vain –  une audience privée en vue de parler de la « confusion et de la désorientation » au sein de l’Eglise après la publication, il y a un an, de l’exhortation Amoris laetitia. Dans cette lettre, ils rappellent les cinq questions posées publiquement l’an dernier, demandant si l'exhortation est conforme à l’enseignement pérenne de l’Eglise. La lettre porte la signature du cardinal Carlo Caffarra, s'exprimant en son propre nom et au nom des trois autres signataires des « Dubia ». Les cinq questions posées pouvaient recevoir une réponse simple par oui ou par non ; à ce jour,  le pape n’a pas voulu donner une telle réponse alors que les questions correspondent aux ambiguïtés relevées dans son exhortation et que plusieurs conférences épiscopales  ont publié des documents d'application de celle-ci  qui vont dans un sens évidemment hétérodoxe.

Voici, pour rappel, le résumé des cinq questions que l’on trouvera in extenso ici :

  1. Les personnes vivant dans un état d’adultère habituel peuvent-elles recevoir la sainte communion ?
  2. Existe-t-il des normes morales absolues qu'il faut respecter « sans exception » ?
  3. Est-il encore possible d’affirmer qu’une personne qui vit habituellement en contradiction avec un commandement de la loi de Dieu, comme par exemple celui qui interdit l’adultère (cf. Mt 19, 3-9), se trouve dans une situation objective de péché grave habituel ?
  4. Un acte intrinsèquement mauvais peut-il devenir  un acte « subjectivement bon » en raison des « circonstances » ou des « intentions » ? Peut-on agir de manière contraire aux « normes morales absolues » connues «  qui interdisent des actes intrinsèquement mauvais » en se fondant sur la « conscience » ?

En l’absence de réponse du Saint-Père, les quatre cardinaux ont « respectueusement et humblement » demandé une audience par lettre du 25 avril ; c’est l'absence de réponse qui justifie la publication de celle-ci. On trouvera sur le blog de Sandro Magister le texte italien de la lettre. En voici le texte complet (traduction de Jeanne Smits) :

"Très Saint-Père,

C’est avec une certaine trépidation je m'adresse à votre sainteté, pendant cette période du temps pascal. Je le fais au nom des très éminents cardinaux, Walter Bandmüller, Raymond L. Burke, Joachim Meisner, et en mon propre nom.

Nous voulons d’emblée renouveler notre dévouement absolu et notre amour inconditionnel pour la chaire de Pierre et pour votre auguste personne, en laquelle nous reconnaissons le successeur de Pierre et le vicaire de Jésus : le « Doux Christ en terre », ainsi que sainte Catherine de Sienne aimait à le dire. Nous ne partageons en rien la position de ceux qui considèrent que le siège de Pierre est vacant, ni celle de personnes qui veulent attribuer à d’autres la responsabilité indivisible du munus pétrinien. Nous sommes mus seulement par la conscience de la grave responsabilité qu'entraîne le munus des cardinaux : être des conseillers du successeur de Pierre en son ministère souverain. Et du sacrement de l’épiscopat, qui nous a « établis évêques, pour gouverner l'église de Dieu, qu'Il a acquise par son sang ».

Le 19 septembre 2016, nous avons remis à Votre Sainteté et à la Congrégation pour la Doctrine de la foi cinq dubia, vous demandant de résoudre des incertitudes et d’apporter la clarté sur certains points de l’exhortation apostolique post-synodale, Amoris laetitia.

N’ayant reçu aucune réponse de Votre Sainteté, nous avons pris la décision de vous demander, respectueusement et humblement, de nous accorder une audience, ensemble si Votre Sainteté le désirait. Nous joignons, comme c’est l’usage, une feuille d’audience dans laquelle nous présentons les deux points dont nous voudrions nous entretenir avec vous.

Très Saint-Père,

Un an a donc passé depuis la publication d’Amoris laetitia. Pendant ce laps de temps, des interprétations de certains passages objectivement ambigus de l’exhortation postent synodales ont été publiquement données, qui ne sont pas divergentes par rapport au magistère permanent de l’Eglise, mais qui lui sont contraires. Malgré le fait que le Préfet de la Doctrine de la foi a déclaré de manière répétée que la doctrine de l’Eglise n’a pas changé, de nombreuses déclarations ont paru, de la part d’évêques individuels, de cardinaux et même de conférences épiscopales, approuvant ce que le magistère de l’Eglise n’a jamais approuvé. Il ne s'agit pas seulement de l'accès à la Sainte Eucharistie pour ceux qui vivent objectivement et publiquement dans un état de péché grave, et qui ont l’intention d’y demeurer, mais aussi une conception de la conscience morale qui est contraire à la tradition de l’Eglise. Et donc il advient –  combien douloureux est-il de le constater ! –  que ce qui est péché en Pologne est bon en Allemagne, que ce qui est interdit dans l’archidiocèse de Philadelphie est autorisé à Malte. Et ainsi de suite. Cela remet en mémoire l’amère observation de B. Pascal : « Plaisante justice qu'une rivière borne ! Vérité au-deçà des Pyrénées, erreur au-delà. »

De nombreux fidèles laïcs compétents, profondément amoureux de l’Eglise et indéfectiblement loyaux à l’égard du siège apostolique, se sont tournés vers leurs pasteurs et vers Votre Sainteté afin d’être confirmés dans la sainte doctrine en ce qui concerne les trois sacrements du mariage, de la confession, et de l’eucharistie. Et en ces jours-même, à Rome, six fidèles laïcs, de chaque continent, ont présenté un séminaire d’études très fréquenté sous le titre significatif : « Apporter la clarté. » Face à cette grave situation, qui fait que de nombreuses communautés chrétiennes sont en train d’être divisés, nous ressentons le poids de notre responsabilité, et notre conscience nous oblige à demander humblement et respectueusement une audience.

Que Votre Sainteté se souvienne de nous dans vos prières, de même que nous nous engageons à nous souvenir de vous dans les nôtres, et nous demandons le don de votre bénédiction apostolique.

Carlo Card. Caffarra

Rome, 25 avril 2017
Fête de Saint Marc l’évangéliste"

Thibaud Collin explique à L'Homme Nouveau :

"La plupart des commentateurs du chapitre 8 de l'exhortation affirment qu'il est dans la continuité du magistère antérieur. Mais cette unanimité de façade se fissure dès que l'on rentre dans le détail des lectures proposées. Pour certains, Amoris laetitia ne change rien à la discipline sacramentelle concernant les divorcés et remariés civilement. C'est par exemple l'interprétation de l'Institut Jean-Paul II. Pour d'autres, il y a changement entre Amoris laetitia et Familiaris consortio (dans certains cas, les personnes en état d'adultère pourraient communier) mais ce changement serait un développement homogène de la doctrine. Le plus délicat est que de nombreux théologiens et évêques qui tiennent cette ligne utilisent des arguments qui avaient été produits par les théologiens contestataires de l'encyclique Humane vitae sur la régulation des naissances (1968). Rappelons qu'une bonne partie du travail doctrinal et pastoral de saint Jean-Paul II a consisté à réfuter de tels arguments et à donner une assise anthropologique, morale et spirituelle à l'encyclique du Bienheureux Paul VI. Il me semble donc que ceux qui comprennent le changement de la discipline sacramentelle comme étant un développement homogène par rapport à Familiaris consortio se trompent. Un développement homogène ne peut pas entrer en contradiction avec le magistère antérieur. S'il y a un développement homogène dans Amoris laetitia, il ne peut s'opposer à la discipline sacramentelle dont les fondements dans le magistère antérieur sont clairs. Il me semble qu'il porterait davantage sur les modalités de l'accueil et de l'accompagnement des fidèles dans des situations objectives de péché grave. Il y a sûrement une inventivité pastorale à mettre en œuvre. Mais la pastorale ne consiste pas à proportionner « un évangile crédible » aux capacités humaines. Dieu donne toujours la grâce de ce qu'Il commande par amour pour nous. Le pasteur a à aider le fidèle à se disposer à recevoir pleinement cette grâce.

Les cardinaux ont présenté leur dubia le 19 septembre 2016, sans avoir de réponse. Ils ont demandé une audience le 25 avril dernier, sans avoir davantage de réponse. Par cette publication de leur demande d’audience non accordée, les cardinaux préparent-ils d’autres démarches ?

Il faudrait leur demander directement ! Ce qui est sûr, c'est que le silence du pape que certains trouvent normal apparaît à d'autres de plus en plus étrange. Comment un pasteur qui par définition a charge d'âmes peut-il laisser dans l'incertitude ses brebis sur des points si importants ? Je parle de l'incertitude concernant le sens de certains passages puisque ces mêmes passages ont reçu des interprétations contradictoires. La responsabilité d'un auteur n'est-elle pas de s'assurer que sa pensée a bien été comprise ? Un texte pastoral offrant des lectures contradictoires contribue objectivement à la relativisation de la vérité pratique. Il en va ici du salut des âmes.

Les cardinaux sont les électeurs du pape, qui semblent lui rappeler qu’ils l’ont élu pour « confirmer ses frères ». Ne vont-ils pas un peu loin ?

Il me revient en tête ces mots très forts du bienheureux Paul VI dans son homélie prononcée en la fête de saint Pierre et saint Paul (29 juin 1972) :

«  Nous voudrions, aujourd'hui plus que jamais, être capables d'exercer la fonction, confiée par Dieu à Pierre, de confirmer nos frères dans la foi. Nous voudrions vous communiquer ce charisme de la certitude que le Seigneur donne à celui qui le représente sur cette terre, quelle que soit son indignité. »

Espérons que notre Saint-Père fasse mémoire des paroles de son prédécesseur, prononcées dans une période elle aussi de grande confusion !

Beaucoup de bruits se fait actuellement également autour d’une réintéprétation possible, à la lumière d’Amoris laetita, d’Humanae vitae, la célèbre encyclique de Paul VI, préparée en partie par le cardinal Wojtyla, futur Jean-Paul II. Ne serions-nous pas ici dans une logique inverse de l’herméneutique catholique qui implique que le texte plus récent soit conforme ou rendu conforme à la Tradition et non l’inverse ?

Effectivement une commission aurait été nommée dont le coordinateur serait Mgr Gilfredo Marengo. Certes, Mgr Paglia, président de l’Académie pontificale pour la vie, vient de le démentir, mais ce démenti est lui-même très inquiétant :

« Il n’y a aucune commission pontificale appelée à relire ou à réinterpréter Humanæ vitæ. Cependant, nous devrions examiner positivement sur l’ensemble de ces initiatives, comme celle du professeur Marengo de l’Institut Jean-Paul II, qui ont pour but d’étudier et d’approfondir ce document en vue du 50e anniversaire de sa publication ».

Le fait est que Gilfredo Marengo, a lui-même établi un parallèle entre Amoris laetitia et Humane vitae ; il se demande si

« le jeu polémique “pilule oui/pilule non”, tout comme celui actuel “communion pour les divorcés oui/communion pour les divorcés non”, n'est pas la simple manifestation d'un malaise et d'une difficulté bien plus décisifs dans le tissu de la vie de l'Eglise. »

On peut s'inquiéter en lisant de tels propos quant à la volonté de cette commission de mettre en lumière la vérité libératrice de l'encyclique de Paul VI. La crise de la théologie morale contemporaine a trouvé son acmée dans la critique d'Humanae vitae. Comme je le disais plus haut les catéchèses sur la théologie du corps, Familiaris consortio et Veritatis splendor sont les jalons essentiels pour servir à la juste réception doctrinale et pastorale de l'encyclique de Paul VI. Il est évident que nous assistons aujourd'hui à un retour du proportionnalisme qui tend à émousser la radicalité de « l'Evangile du mariage », et ce aux plus hauts niveaux de l'Eglise. La pression du monde est si forte pour que l'Eglise obtempère aux nouvelles normes de la morale sexuelle de l'individualisme libéral ! Au nom d'un souci soi-disant pastoral, certains cherchent donc à noyer la radicalité de l'appel à la sainteté (et donc au bonheur) que Dieu adresse à tous, notamment aux époux. La réponse à cet appel ne peut passer que par une vie conjugale fondée sur le vrai bien des époux. « Tout est lié » nous rappelle le pape François. Malgré le travail colossal de saint Jean-Paul II, la confusion morale qui traverse des pans entiers du peuple chrétien depuis plusieurs décennies perdure. Va-t-on assister à une nouvelle étape de cette crise systémique ?"

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 08h18 | Lien permanent

Far West : attaque de routiers à Calais

Le chauffeur d’une camionnette est décédé dans la nuit dans un accident provoqué par un barrage de migrants sur l’autoroute A16 au niveau de la commune de Guemps. La camionnette, immatriculée en Pologne, s’est encastrée dans l'un des trois poids-lourds bloqué par un barrage de troncs d'arbres. Elle s'est embrasée dans l’accident.

Neuf immigrés de nationalité Erythréenne ont été interpellés dans l’un des trois poids-lourds bloqués par le barrage.

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 08h09 | Lien permanent

Emmanuelle Ménard : cette union des droites a fonctionné à Béziers

Après sa large victoire, Emmanuelle Ménard réagit au micro de Boulevard Voltaire :


Emmanuelle Ménard : "Merci, chers lecteurs de... par bvoltaire

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 08h07 | Lien permanent

Vers une scission du groupe LR à l'Assemblée ?

Les 113 députés LR qui ont réussi à être élus pourraient ne pas former un groupe parlementaire uni. 

Thierry Solère envisage en effet de créer un groupe parlementaire indépendant de LR à l'Assemblée nationale. Ce groupe indépendant aura vocation à soutenir les réformes du gouvernement Macron. Selon Le Parisien, au moins 20 élus de droite - les "constructifs" - seraient déjà prêts à constituer ce groupe parlementaire. Parmi eux : Franck Riester, Pierre-Yves Bournazel. Ce groupe votera la confiance au gouvernement lors du discours de politique générale du Premier ministre Édouard Philippe, le 4 juillet.

Cela risque de faire doublon avec l'UDI dont le président Jean- Christophe Lagarde a déjà tendu la main aux progressistes de droite :

"Je souhaite qu'on ait un groupe parlementaire le plus large possible, avec tous les représentants du centre, de la droite progressiste, qui souhaitent simplement ne pas jouer le faux-nez de la politique où on critique toujours ce qui est en face alors même que parfois on le proposait hier".

En soi c'est une bonne nouvelle : cela permettra de clarifier les positions de chacun et d'avancer vers la recomposition de la droite.

Michel Janva

Posté le 20 juin 2017 à 08h01 | Lien permanent

Jacques Bompard prône l'union des droites à l'assemblée nationale

Philippe Carhon

Posté le 20 juin 2017 à 06h29 | Lien permanent | Commentaires (3)

Voilà où les ONG vont récupérer les migrants clandestins lors de leurs "sauvetages" (mise à jour)

Suite à mon premier post, plusieurs lecteurs (dubitatifs ?) ont demandé la source de l'article. Voici le lien d'un article du New-York Times reprenant la carte en question avec une animation année après année. la source est précisée en fin d'article : 

Source: UNHCR and Europol. Rescue incidents were reported by by Frontex for EPN Hermes and Triton missions for the months of January to August (2013-2016)

Image4
Image5

Image6

Il n'est bien évidemment pas question de laisser ces immigrés clandestins se noyer. En revanche, les marines de guerre des pays européens devraient être mandatées par l'Union européenne ou leurs gouvernements respectifs pour raccompagner les immigrés sur les côtes d'où ils sont partis et qui sont les plus proches, c'est à dire celles de Libye.

Les ramener sur les côtes européennes, ce que font ces ONG, revient à organiser l'immigration de masse et, par conséquent, le grand remplacement "qui n'existe pas". CQFD. 

Pire, le New York Times démontre la responsabilité morale des ONG dans la mort des immigrés :

"Chaque année, les ONG patrouillent dans la zone et sauvent des milliers de migrants en danger de noyade. Effectuer des opérations de sauvetage proche des côtes libyennes a permit de sauver des centaines de vie. Mais des critiques ont pointé le fait qu’elles incitent encore plus les migrants à tenter le voyage, et les passeurs à envoyer plus d’embarcations. D’après un analyste de Frontex « les migrants et réfugiés – déjà encouragés par les récits des migrants ayant déjà réussi à passer – tentent la dangereuse traversée car ils sont au courant des opérations de sauvetage, et comptent sur elles pour atteindre l’UE »

Les passeurs utilisent des coquilles de noix, et fournissent juste assez de carburant pour atteindre la sortie des eaux territoriales libyennes. Les pilotes prennent le moteur et retournent en Libye sur une autre embarcation, laissant les migrants à la dérive jusqu’à ce que l’aide arrive (...)"

Philippe Carhon

Posté le 20 juin 2017 à 06h09 | Lien permanent | Commentaires (3)

Le féminisme : priorité du nouveau ministre des Armées, Sylvie Goulard [Add.]

C'est une initiative pour le moins déroutante, pour rester poli, de la ministre des armées, Sylvie Goulard. On se demande bien quel est l'intérêt de faire du féminisme ou du communautarisme sexuel à l'heure où le budget des armées est menacé d'une réduction de 2,66 milliards d'euros, où l'augmentation de ce même budget à 2% du PIB semble être désormais incompatible avec le programme de Macron et où la sécurité des Français et des Européens est un enjeu majeur :

"La ministre des Armées a lancé une invitation à ses collègues ministres de la Défense, des femmes qui occupent "des postes de premier plan dans la sécurité et la défense de l'Europe" et qui ont "quelque chose de particulier à apporter".

Sylvie Goulard souhaiterait les réunir le 13  juillet "pour une séance de réflexion, suivie d'un moment de convivialité" puis de la traditionnelle réception à l'Hôtel de Brienne et, enfin, du défilé du 14 juillet (...)"

Addendum : Sylvie Goulard ayant démissionné de son poste de ministre des armée aujourd'hui n'aura pas l'occasion de porter à termes ce projet majeur pour nos armées et la Défense en général...

Philippe Carhon

Posté le 20 juin 2017 à 06h00 | Lien permanent | Commentaires (3)

A Lampedusa, les électeurs se fichent du Prix de la Paix de l’ONU

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Madame le maire de Lampedusa, Giusi Nicolini, avait reçu il y a deux mois le Prix de la Paix de l’ONU pour son « humanité sans bornes et son engagement inébranlable pour la gestion et l’intégration des réfugiés ».

Elle est en effet une immigrationniste de choc. Mais les habitants de l’île submergée par le tsunami de « migrants » le sont nettement moins. Lors des municipales, le 11 juin, elle est arrivée seulement troisième, loin derrière l’homme d’affaires Salvatore Martello, dit « Toto », du même parti de centre gauche, mais qui avait fait campagne contre l’invasion et pour l’indemnisation des citoyens qui en souffrent, en premier lieu les pêcheurs."

Philippe Carhon

Posté le 20 juin 2017 à 05h43 | Lien permanent | Commentaires (0)

C’est arrivé un 20 juin …

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

Le patriarche est banni une première fois à cause de l'influence de l'impératrice Eudoxie, épouse d'Arcadius, dont les partisans incendient la cathédrale Sainte-Sophie. Le patriarche est rappelé, puis exilé de nouveau. L'Eglise de Rome a toujours considéré que l'évêque Jean était dans son droit. Le pape Innocent Ier lui écrit dans son exil pour le consoler et lui dire qu'il condamne le concile du Chêne l'ayant déposé. Le pape ne reconnait que Jean comme seul patriarche légitime de Constantinople.

En 450, après s'être fait payer un tribut par Marcien Empereur d'Orient, afin de ne pas mettre à sac Constantinople, Attila, "le Fléau de Dieu", décide de marcher sur l'Empire d'Occident moribond. Le chef des Huns rassemble une coalition, dont les Huns ne forment qu'une minorité de l'armée, et de différentes tribus germaniques; Ostrogoths de Valamir, Gépides d'Ardaric, Hérules de Bérik, Pannoniens, Ruges, Akatzires et Gélons.

Attila franchit le Rhin au début de l'année 451 et pénètre dans l'est de la Gaule, il ravage entièrement Metz et se dirige vers Lutèce. Mais pour des raisons qui restent toujours obscures pour des non chrétiens, il choisit de l'éviter: sainte Geneviève, à 28 ans, convainc les habitants de Paris de ne pas abandonner leur cité aux Huns. Elle encourage les Parisiens à résister à l'invasion par les paroles célèbres: « Que les hommes fuient, s'ils veulent, s'ils ne sont plus capables de se battre. Nous les femmes, nous prierons Dieu tant et tant qu'Il entendra nos supplications.»

De fait, Attila épargne la future Paris. Attila arrive alors en vue d'Orléans (Aurelianum) ; mais l'Évêque de la ville organise hâtivement la défense. De son côté, Aetius forme une coalition gallo-romano-germanique pour chasser Attila de la Gaule avec le Burgonde Gondioc et le Franc Mérovée, grand-père de Clovis, quelques Armoricains et enfin, les Wisigoths de Théodoric Ier.

La bataille commence le 19 juin. Le 20, les Occidentaux attaquent et les Huns se replient. L'expansion s'arrête.

Le 5 octobre 816, il est couronné et sacré par le pape Étienne IV à Reims. Il est le second monarque sacré à Reims, après Clovis, pratique suivie par presque tous les Rois de France après lui. Il avait été couronné empereur d'Occident du vivant de son père le 11 septembre 813. Il fait face aux premiers raids vikings et arrête les incursions arabes en Provence. A sa mort l'Empire est à nouveau partagé.

Giulio Rospigliosi née le 27 janvier 1600 à Pistoia. Docteur en philosophie, il devient enseignant en théologie. En 1657, on le nomme cardinal, puis secrétaire d'Etat en 1657 ; il est élu pape le 20 juin 1667 sous le nom de Clément IX. Par la suite, il devient le médiateur pour la négociation du Traité d'Aix-la-Chapelle (1668) et fait cesser la guerre de dévolution entre la France, l'Espagne, l'Angleterre et les Pays-Bas.

Au large de Pondichéry, Charles Joseph Patissier de Bussy-Castelnau, le bailli Pierre-André de Suffren, les français et leurs alliés Cipayes battent les Anglais de James Stuart à Gondelour. Malgré une situation désespérée les Français grâce à l'énergie de leurs deux chefs, qui pourtant ne s'entendent pas, battent les Anglais sur terre avec le premier et sur mer avec le second.

Louis XVI fait fermer la salle des Menus du Château de Versailles, où se tient le Tiers-Etat. Les députés se réunissent alors dans la Salle du Jeu de Paume et prêtent serment de ne pas se séparer avant d'avoir donné une constitution au royaume. C'est un coup d'Etat législatif auquel Louis XVI réagit peu: le Dauphin vient de mourir.

A l'initiative de Santerre, un brasseur du faubourg Saint-Antoine, des émeutiers parisiens marchent sur le palais des Tuileries le jour de l'anniversaire du serment du Jeu de paume. Ils veulent que le Roi retire son veto aux décrets pour la déportation des prêtres réfractaires et la création d'un camp de gardes nationaux. Le Roi coiffe le bonnet rouge et boit à la santé de la Nation mais ne cède pas. Les Parisiens reviendront en aout plus tard avec plusieurs bataillons de fédérés et prendront d'assaut le palais des Tuileries.

"Le pape est un fou furieux qu'il faut faire enfermer."

Offenbach étudie le violoncelle au Conservatoire de Paris et débute comme soliste virtuose. Il joue d'abord dans l'orchestre de l'Opéra-comique, puis devient directeur musical de la Comédie-Française. Il décède le 5 octobre 1880. Voici quelques unes de ses œuvres: Barbe-Bleue, La Vie parisienne, La Belle Hélène, Bagatelle, La Grande Duchesse de Gérolstein, la Périchole, les Contes d'Hoffman ou Orphée aux enfers.

Le bactériologiste français Alexandre Yersin découvre le bacille de la peste (Yersinia pestis) à Hong Kong. Il identifie également le rat comme vecteur de l'épidémie. A son retour à Paris, avec l'aide d'Albert Calmette et d'Emile Roux, il met au point un vaccin et un sérum contre la peste. Il fonde ensuite plusieurs filiales de l'Institut Pasteur au Vietnam et devient, en 1933, directeur honoraire de l'Institut Pasteur de Paris.

Six jours après l'entrée des Allemands dans Paris, les communistes sollicitent de la »Propaganda Staffel»l'autorisation de faire reparaître L'Humanité. Le journal est interdit de parution depuis que le Parti communiste a été dissous par le gouvernement Daladier le 26 septembre 1939. Un peu plus tard, le même gouvernement Daladier a fait arrêter les 27 députés communistes ; déchus de leur mandat en février 1940, et les a internés en Algérie. Giraud les fait libérer en 1943, et en avril 1944, l'un d'entre eux entre au Comité français de Libération nationale.

Un carnet de notes saisi par la police française sur une militante communiste, Denise Ginollin, arrêtée le 20 juin 1940, et retrouvé sous scellés aux Archives de Paris donne l'argumentaire pour la négociation entre Maurice Tréand, responsable PCF, et Otto Abetz, représentant de Von Ribbentrop, ministre des Affaires étrangères allemand, visant la reparution de l'Humanité et la légalisation du PCF.

« Vous avez laissé paraître journaux communistes dans d'autres pays: Danemark, Norvège, Belgique. Sommes venus normalement demander autorisation... Sommes communistes, avons appliqué ligne PC. Sous Daladier, Reynaud, juif Mandel. Juif Mandel nous a emprisonnés et [a] fusillé des ouvriers qui sabotaient Défense Nationale... Pas cédé face dictature juif Mandel et du défenseur des intérêts capitalistes anglais Reynaud... Notre défense du pacte (germano-soviétique) vous a avantagé. Pour l'URSS nous avons bien travaillé, par conséquent par ricochet pour vous. »

En fait le Sénégal devient indépendant le 20 aout.

C'est au cours d'un entretien avec le président De Gaulle à Paris, que le secrétaire d'Etat américain Rusk reconnaît la force de frappe française comme un "fait". Ce n'est pas faute d'avoir tout fait pour empêcher la France d'avoir cette arme. Les travaux, commencés sous la IV république ont abouti grâce à la volonté d'un homme qui y voyait un outil privilégié de la souveraineté française, le général De Gaulle. D'ailleurs, Alain Peyrefitte dans son premier tome C'était de Gaulle (tome 1), souligne une réponse que lui fait le général quand l'auteur déclare que la sécurité de la France est assuré face à l'URSS : « Urss ou Etats-Unis, car qui nous dit que dans 60 ans ce ne sont pas les Américains qui menaceront notre souveraineté ! » On peut reprocher beaucoup de choses à De Gaulle, il avait le sens de l'Etat et de l'indépendance nationale.

Lois Spalwer

Posté le 20 juin 2017 à 05h15 | Lien permanent | Commentaires (2)


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2014 - Le Salon Beige