Le Salon Beige - blog quotidien d'actualité par des laïcs catholiques


20 octobre 2017

Marche de l’Indépendance à Varsovie le 11 novembre : « Nous voulons Dieu »

D'Olivier Bault sur Réinformation.tv :

"Il s’agit de la plus grande manifestation patriotique en Europe. Organisée par les milieux nationalistes polonais, la Marche de l’Indépendance rassemble chaque année, à Varsovie, le 11 novembre, au moins 100.000 participants : nationalistes, conservateurs et patriotes de tous horizons. Les hommes jeunes y sont les plus nombreux, mais l’on y voit aussi beaucoup de femmes, de gens moins jeunes, y compris des vétérans de la Deuxième guerre mondiale, et des familles avec des enfants. Et ainsi que l’ont annoncé cette semaine les organisateurs, celle du 11 novembre 2017 aura pour mot d’ordre « Nous voulons Dieu », l’affiche de la marche présentant une foule de manifestants brandissant les drapeaux blancs et rouges de la Pologne derrière une statue de l’archange Michel terrassant le serpent – Satan.

Depuis que la gauche et l’extrême gauche ont cherché à faire interdire en 2010 cette petite manifestation que les nationalistes tenaient chaque année pour commémorer l’indépendance de la Pologne recouvrée par les armes après la Première Guerre mondiale, l’événement a pris, par réaction en faveur de la liberté de manifester son patriotisme, une ampleur énorme. Tant que gouvernaient les libéraux-libertaires de la Plateforme civique de Donald Tusk, elle était toutefois le théâtre de violences orchestrées par les traditionnels « antifas » et, semble-t-il aussi, par des provocations policières. 

Mais depuis l’arrivée du PiS au pouvoir à l’automne 2015, la Marche de l’Indépendance polonaise se déroule dans le calme et elle attire aussi des nationalistes et autres patriotes venus de toute l’Europe. Celle de l’an dernier avait pour thème le rejet de l’immigration de masse et de l’islamisation et pour mot d’ordre « La Pologne, bastion de l’Europe ».

Pour comprendre ce mot d’ordre, il faut savoir que les milieux nationalistes qui organisent cette marche sont majoritairement catholiques. Les participants, dont beaucoup votent plutôt pour le parti Droit et Justice (PiS) ou d’autres petits partis de la mouvance se réclamant de la démocratie chrétienne plutôt que du nationalisme, sont eux aussi majoritairement catholiques. Tous affichent des positions patriotiques et conservatrices – et aussi ouvertement pro-vie. C’est ainsi qu’en tête de l’énorme cortège qui a défilé en 2016 on pouvait voir une banderole avec l’inscription « avortement = tuer » et des photos d’enfants victimes d’avortements. On pouvait aussi apercevoir par endroits des symboles chrétiens tel le drapeau à l’effigie du Christ Roi flottant parmi les symboles nationalistes et patriotiques – dont la devise de l’armée polonaise « Dieu, Honneur, Patrie », très présente – et un océan de drapeaux blancs et rouges. Les supporters de football polonais, présents en nombre à la Marche de l’Indépendance, ont d’ailleurs la particularité d’organiser un pèlerinage annuel au sanctuaire de Jasna Góra à Częstochowa.

Devant les journalistes, le président du comité organisateur de la Marche de l’Indépendance 2017 a expliqué que le mot d’ordre « Nous voulons Dieu » se veut une réponse à la décadence morale de l’Occident, qui affecte aussi la Pologne même si celle-ci reste malgré tout un bastion de la foi en Europe. Cet appel s’élève contre « l’Union européenne qui est athée et impie, qui attaque toutes ces valeurs [chrétiennes], dans le contexte de l’invasion migratoire. Notre référence, c’est l’Eglise en lutte, l’Eglise qui pendant des siècles était la base et le fondement de l’Europe. Nous voulons présenter le catholicisme comme une foi non pas de gens faibles mais de gens forts et merveilleux ». [...]"

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2017 à 08h42 | Lien permanent | Commentaires (5)

Emmanuel Macron veut commémorer Mai 68 avec Daniel Cohn-Bendit

Lu sur Boulevard Voltaire :

Graffiti68_03"De Gaulle avait qualifié Mai 68 de « chienlit ». Nicolas Sarkozy, dans sa campagne de 2007, déclarait : « Dans cette élection, il s’agit de savoir si l’héritage de Mai 68 doit être perpétué ou s’il doit être liquidé une bonne fois pour toutes ». Cinq ans plus tard, François Hollande – faut-il s’en étonner ? – revendiquait cet héritage, saluant « les piétons de Mai 68, qui marchaient la tête dans les étoiles et avaient compris qu’il fallait changer » (pourquoi les métaphores passent-elles si mal quand on les associe à l’homme que des irrespectueux nommaient Flamby ?).

Voici que, selon le journal L’Opinion, Emmanuel Macron qui, né en 1977, n’était même pas en couche-culotte à l’époque, envisagerait de commémorer Mai 68, en 2018. Un cinquantenaire, ça se fête, n’est-ce pas ? Des proches du chef de l’État, comme Daniel Cohn-Bendit, seraient associés à sa préparation. C’est que, malgré sa tenue débraillée et sa gouaille habituelle, le porte-parole du mouvement du 22 mars est devenu un personnage incontournable que l’on s’arrache dans les salons bobos et les plateaux de télévision.

Mai68 14SSuggérons-lui, s’il n’y pense pas, de s’adjoindre aussi Alain Geismar, un autre leader de 68 qui a troqué l’habit de révolutionnaire contre l’habit de mandarin. Après avoir quitté ses camarades maoïstes, il devint un réformiste bon teint, fréquentant les cabinets des ministres et des politiciens comme Claude Allègre, Bertrand Delanoë ou Dominique Strauss-Kahn, dont il fit la campagne avortée. Summum de la gloire, il fut nommé inspecteur général de l’éducation nationale. Un bel exemple, qui montre que la révolution mène à tout !

Le président de la République voudrait sortir du « discours maussade » sur ces événements qui – sachez-le, si vous en doutiez – ont contribué à la modernisation de la société française, en la rendant plus libérale. Imaginez l’hôte de l’Élysée dressant une barricade au Quartier latin, jetant des pavés sur les policiers, traitant les CRS de SS, tronçonnant les arbres, brûlant des voitures. Ce n’est pas une hypothèse absurde, si l’on se souvient que Mai 68 fut une révolution bourgeoise, d’une jeunesse transgressive qui aspirait, dans tous les domaines, à plus de liberté.

Mai 68 est un mythe auquel chacun se réfère, soit pour le sublimer, soit pour en déplorer les conséquences. Emmanuel Macron fera-t-il partie de ses laudateurs enthousiastes, lui qui prône le changement et la transformation radicale du pays ?

En janvier 1968, l’étudiant Daniel Cohn-Bendit interpelle le ministre de la Jeunesse et des Sports sur la mixité des dortoirs de la résidence universitaire de Nanterre : « Si vous avez des problèmes sexuels, allez-vous tremper dans l’eau froide ! », lui répond le ministre du tac au tac. Au-delà de cette anecdote, mai 68 est, avant tout, un mouvement de libération des mœurs, de la sexualité, un rejet de la culture, une critique de l’autorité.

On en observe encore les séquelles dans l’enseignement : contestation de l’autorité du maître et du savoir, suppression de la notation pour ne pas traumatiser les élèves, fin des classements et des compositions trimestrielles. Un progrès pour les uns. Une régression pour les autres. Le domaine économique n’est pas épargné : certains voient, dans le déclin des valeurs traditionnelles, la porte ouverte aux excès de la marchandisation du monde.

On comprend, dans ses conditions, qu’Emmanuel Macron ait envie de commémorer mai 68 : s’il n’en partage probablement pas la violence, il doit se sentir à l’aise avec ses orientations libertaires. C’est sans doute aussi, pour celui qui est considéré comme le président des riches, une occasion de montrer qu’« en même temps », il penche pour le peuple. Comme si Mai 68 avait été une révolution populaire !"

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2017 à 08h37 | Lien permanent | Commentaires (28)

On a tous droit à un portable !

De l'abbé Alexis Garnier, aumônier général de Notre-Dame de Chrétienté :

Abbe-garnier2017"Bien chers amis pèlerins,
Anciens et nouveaux,
Chers confrères prêtres et religieuses,
Chères sœurs,

J'appelai un jour un paroissien, qui décrocha et me dit qu'il récitait son chapelet avec ses proches. J'ai proposé de le rappeler, malgré son obligeance et sa disponibilité... Au fond, il était déjà « en ligne « !

Le rosaire, (ou le chapelet qui en est une partie), c'est... notre indispensable !
La culture pub, la science de la consommation a réinventé et multiplié les « indispensables » : besoins, dépendances consenties ou non, et avec la peur de perdre, de ne pas avoir, de manquer...
Voici un exemple; la « nomophobie »... Ce mot valise, curieux mélange d'anglais et de grec, désigne la peur panique de perdre son portable... et la sensation d'être coupé du monde, privé de communication lorsque cela arrive... « coupé du réel » !!
Je vous propose une autre dépendance connue, acceptée, entretenue ; la « noprayphobie »... ni peur, ni scrupule, mais plutôt crainte aimante de perdre la prière quotidienne... et d'être coupé de Dieu, privé de communication, d'échange, de conversation avec Lui.

Et maintenant, je vous présente ce portable, cet indispensable d'un nouveau genre.
Existe en plusieurs modèles; 10 touches – 50 – 150 ! Peut-être ne les utiliserez-vous pas toutes en un seul jour...
Il capte partout, en très haut débit... En l'utilisant on est connecté au plus grand réseau social qui soit; la communion des saints.
Pas besoin de cable et de batterie. Il ne se décharge jamais! Au contraire, il gagne en efficacité à mesure qu'on l'utilise !
Les forfaits possibles:150 SMS + 15 MMS + 15 Tweets – mais il y a aussi le forfait 50, et 10.
Le volume? On peut l'utiliser sur différents modes – haut parleur ou silencieux... On passe d'ailleurs ordinairement et progressivement de l'un à l'autre.
Les applis? Il donne accès à la 3C; CONNAISSANCE de foi plus intime du Seigneur et de la Sainte Vierge – CHARITÉ plus ardente – CONFORMITÉ plus grande.
Les mises à jour? Pas besoin... La Sainte Vierge, les souverains pontifes, les saints s'en sont occupés.
En cas de perte ? Il se remplace aisément, et peu importe le modèle, les fonctionnalités sont toujours les mêmes. Pas besoin de le faire sonner pour le retrouver.
Les précautions d'emploi ;
Il s'utilise en voiture (et sans perdre des points) – en marchant - en repassant – ou mieux, en ne faisant rien d'autre. Il y a un kit mains libres, en comptant seulement sur le bout des doigts.
Il tient dans le sac à main,... et si les enfants l'utilisent en cachette, surtout, laissez les faire ! Mieux encore, montrez-leur comment ça marche !
Il se glisse facilement dans les poches ; s'il passe au lavage, ce n'est pas bien grave ; il marche encore !
Sur la table de nuit ; en cas d'insomnie, c'est un excellent passe temps.
Au réveil, où se soulèvent (durement parfois) l'âme et le corps... c'est un « pense bête à prière ».
Dans le sac de vacances, de camp, de WE scout ou louveteau... Il complète avantageusement la panoplie de Carrick et Decathlon.
Conseils d'utilisation...
Si vous trouvez que « cela fait beaucoup », même en partie, que c'est du « déjà vu »... Economisez du temps sur les autres portables (écran ou téléphone), pour pianoter sur celui-ci. Comparez seulement le nombre de tweets, mails et sms envoyés (bien légitimement, parfois) – avec le nombre de Pater et d'Ave consentis chaque jour...

Oui, merveilleux portable – authentique indispensable
Vous y trouverez non seulement le son, mais encore l'image !
Car on y apprend, non plus seulement à voir, mais à regarder le Seigneur
non plus à l'entendre, mais à l'écouter
non plus à le sentir, mais à le gouter.
Pédagogie spirituelle ordinaire, mais féconde.
« Voilà ce que j'aime dans le chapelet, c'est qu'il est simple, dit Dieu ».

O rosaire, (ou chapelet, ou dizainier), douce chaine qui nous relie à Dieu,
nous ne te lâcherons plus!
Et tu seras sans doute le secret de bien d'autres fidélités
choisies, tenues ou reprises dans l'Eglise, dans la cité, dans nos âmes."

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2017 à 08h11 | Lien permanent

165 actes christianophobes recensés entre janvier et août 2016

Selon la synthèse de l'Observatoire de la christianophobie. Dont 104 églises profanées en 4 mois. Le plus souvent dans le silence politico-médiatique.

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2017 à 08h07 | Lien permanent

Radical ou déséquilibré : portrait de l'imam de Poitiers

Damieu Rieu, responsable de la communication de la mairie de Beaucaire, fait partie des identitaires qui étaient montés sur le toit de la mosquée de Poitiers, affaire actuellement jugée. Sur Twitter, il a déroulé une petite enquête sur l'imam de la mosquée de Poitiers :

"Côté face, cet imam tient des discours mielleux sur la tolérance et le dialogue interreligieux, bien aidé par la dramatique naïveté du diocèse Poitiers qui lui apporte sa caution régulièrement. Côté pile, il est vice-président UOIF, branche française des Frères Musulmans organisation islamiste classée terroriste et interdite dans de nombreux pays. Pour faire très simple, les Frères Musulmans c'est la chariah par les urnes, là où Daesh pratique le djihad armé. Divergence stratégique mais objectif similaire.

Boubaker El Hadj Amor est également directeur de l'IESH, un "institut" de formation des imams qui dupe l'État derrière une façade proprette. Mais en quelques clics sur leur site internet , on découvre dans l'onglet Fatwas (sic) que cette école se revendique tranquillement de Yussef El Qaradawi un dangereux prédicateur islamiste recherché par INTERPOL et désormais interdit de séjour aux USA, au Royaume Uni et en France. Il légitime attentats suicides, la mise à mort des juifs et des homos la violence contre les femmes et a participé au financement d'Al-Qaïda. Bref une créature infâme quoi. 

Sa fiche Wikipédia vaut le détour. Il a fait des conférences pour l'IESH que préside Boubaker El Hadj Amor, comme cette vidéo le montre. 

DMhAoZFX0AYM_ZM

Plus anecdotique, Boubaker s'était opposé au rectorat (il est prof) qui voulait diffuser un doc de prévention de la radicalité aux élèves. Enfin, sur la page facebook de la mosquée de Poitiers elle-même, gamine de 6 ans en hijab...

DMhBmmQWAAEsNgF

.. et publicité pour une conférence de Hani Ramadan et Hassan Iquioussen...

DMhCS4CW0AEYTRI

(Connu pour propos antisémites, dérapage "les attentats sont de faux problèmes" + compare ceux qui quittent l'islam à des traitres à qui on tire 12 balles dans la peau).

Quand on trouve tout ça en quelques clics on ose imaginer ce qu'on peut découvrir avec une vraie enquête..."

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2017 à 08h00 | Lien permanent | Commentaires (6)

Succès de SOS Chrétiens d'Orient Béziers

SOS Chrétiens d'Orient diffusait un son et lumière hier dans la cathédrale de Béziers. Cette soirée devait faire un flop selon Le Midi Libre :

DMiQS1tXkAAvkma

Le quotidien local, en guerre contre Robert Ménard, n'est pas bien renseigné : ce sont plus de 500 personnes qui ont participé à ce spectacle :

DMiQS1oXUAA9F60

DMhrsfPWsAAzLyp

DMhrsdoX0AAS4uX

Michel Janva

Posté le 20 octobre 2017 à 07h55 | Lien permanent

C’est arrivé un 20 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

Le siège de la ville va rapidement commencer. Elle tombe le 3 juin suivant.

Ils massacrent près de 50 personnes qui sont sauvagement assassinées. S'en suit le pillage et la destruction de la cathédrale : en 6 ou 7 heures l'église est complètement vidée. A l'issue les barbares s'attaquent aux couvents et aux monastères de la ville. L'année suivante, la cathédrale perd ses cloches et ses grilles de fer qui sont fondues pour faire des munitions.

Pendant les guerres de religion, le roi de Navarre, Henri de Navarre bat l'armée royale, mal commandée par le duc Anne de Joyeuse, qui meurt dans la bataille.

Le 20 octobre 1622, Louis XIII entre dans Montpellier tête nue et désarmé ; ses armées le suivent. Il jure de respecter les privilèges accordés au Béarn par l'édit de Nantes. Voir les chroniques du 19 mai, du 31 aout et du 10 et 19 octobre.

Il déclare : "Chaque homme de culture a deux patries : la sienne et la France".

Sur la proposition du député Roland, la Convention ordonne la vente d'une grande partie du mobilier royal du Château de Versailles. Comment faire table rase du passé et couper les Français de leur histoire…

L'armée autrichienne prisonnière défile devant Napoléon à Ulm : 250 000 hommes, 60 canons, 40 drapeaux. Cette victoire d'Ulm a lieu dans la foulée de la victoire de Ney à Elchingen le 14 octobre. La veille, le 4ème Corps du Maréchal Soult a anéanti la Division de Spangen à Memmingen.

Ulm achève la campagne d'Autriche. Quelques jours plus tard, Murat fait son entrée dans Vienne, sans autorisation de l'Empereur, et Napoléon va y signer la fin du Saint-Empire Romain Germanique.

La bataille de Navarin est une bataille navale qui se déroule dans le cadre de l'intervention occidentale dans la guerre d'indépendance grecque. La défaite ottomane est totale. Cette bataille de Navarin est considérée comme la dernière grande bataille navale de la marine à voile.

Extraits :

« La diffusion et l'approfondissement du culte rendu au Divin Cœur du Rédempteur, culte qui trouva son splendide couronnement non seulement dans la consécration de l'humanité, au déclin du siècle dernier, mais aussi dans l'introduction de la fête de la Royauté du Christ par Notre immédiat prédécesseur, d'heureuse mémoire, ont été une source d'indicibles bienfaits pour des âmes sans nombre, un fleuve qui réjouit de ses courants la Cité de Dieu (Ps., XLV, 5). Quelle époque eut jamais plus grand besoin que la nôtre de ces bienfaits ? Quelle époque fut plus que la nôtre tourmentée de vide spirituel et de profonde indigence intérieure, en dépit de tous les progrès d'ordre technique et purement civil ? Ne peut-on pas lui appliquer la parole révélatrice de l'Apocalypse: Tu dis: je suis riche et dans l'abondance et je n'ai besoin de rien ; et tu ne sais pas que tu es un malheureux, un misérable, pauvre, aveugle et nu (Apoc., III, 17) ? 

Vénérables Frères, peut-il y avoir un devoir plus grand et plus urgent que d'annoncer les insondables richesses du Christ (Eph., III, 8) aux hommes de notre temps ? Et peut-il y avoir chose plus noble que de déployer les Etendards du Roi - Vexilla Regis - devant ceux qui ont suivi et suivent des emblèmes trompeurs, et de regagner au drapeau victorieux de la Croix ceux qui l'ont abandonné ?

[…]si l'oubli de la loi de charité universelle, qui seule peut consolider la paix en éteignant les haines et en atténuant les rancœurs et les oppositions, est la source de maux très graves pour la pacifique vie en commun des peuples, il est une autre erreur non moins dangereuse pour le bien-être des nations et la prospérité de la grande société humaine qui rassemble et embrasse dans ses limites toutes les nations: c'est l'erreur contenue dans les conceptions qui n'hésitent pas à délier l'autorité civile de toute espèce de dépendance à l'égard de l'Etre suprême, cause première et maître absolu, soit de l'homme soit de la société, et de tout lien avec la loi transcendante qui dérive de Dieu comme de sa première source. De telles conceptions accordent à l'autorité civile une faculté illimitée d'action, abandonnée aux ondes changeantes du libre arbitre ou aux seuls postulats d'exigences historiques contingentes et d'intérêts s'y rapportant.

L'autorité de Dieu et l'empire de sa loi étant ainsi reniés, le pouvoir civil, par une conséquence inéluctable, tend à s'attribuer cette autorité absolue qui n'appartient qu'au Créateur et Maître suprême, et à se substituer au Tout-Puissant, en élevant l'État ou la collectivité à la dignité de fin ultime de la vie, d'arbitre souverain de l'ordre moral et juridique, et en interdisant de ce fait tout appel aux principes de la raison naturelle et de la conscience chrétienne.

L'encyclique est consultable ici :

http://www.vatican.va/holy_father/pius_xii/encyclicals/documents/hf_p-xii_enc_20101939_summi-pontificatus_fr.html

Le Conseil d'Etat rend un arrêté par lequel il renverse sa jurisprudence de 1969, et décide que les traités internationaux prévalent sur les lois nationales qui leur étaient antérieures.

Lois Spalwer

Posté le 20 octobre 2017 à 05h00 | Lien permanent | Commentaires (2)

19 octobre 2017

Un policier qui avait identifié Merah a été ignoré car sa hiérarchie privilégiait la piste de l’ultra-droite

D'Ivan Rioufol :

"En France, un autre écœurement prend à la gorge avec le dévoilement des coulisses de l’affaire Mohamed Merah. Merah est cet islamiste abattu en mars 2012 à Toulouse après ses attentats contre des soldats et des enfants juifs.

Lundi, lors du procès de son frère, Abdelkader, aux assises spéciales de Paris, l’ancien patron du renseignement toulousain, Christian Balle-Andui, a révélé un scandale vite oublié. Parce que la pression de la gauche morale désignait l’extrême droite comme coupable, la hiérarchie ne voulut pas entendre ce policier qui désignait des djihadistes. Dès le 15 mars et les meurtres de deux militaires à Montauban, Balle-Andui communiqua une note contenant des noms de suspects, dont le tueur. Le document fut ignoré, comme le fut sa demande de visionner les vidéos. Le policier a assuré, lundi, qu’il aurait pu reconnaître Merah et peut-être stopper sa course. Quatre jours plus tard, il tuait un adulte et trois enfants dans l’école juive de Toulouse. Mais le FN était, et demeure, l’ennemi officiel."

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 22h32 | Lien permanent | Commentaires (11)

L’institut Croix-des-Vents de Sées (61) cherche un professeur d’espagnol 

Thumbnail-10L’institut Croix-des-Vents de Sées cherche un professeur d’espagnol (H/F) pour un mi-temps, soit 12 heures d’enseignement, de la classe de 4ème à celle Terminale S/ES.

Pour faciliter les déplacements, les cours sont regroupés sur seulement deux jours (mardi & jeudi).

Le contrat est un CDD (pouvant évoluer en CDI).

Facilement accessible en 45 minutes de train ou de voiture de Caen et du Mans, l’Institut Croix-des-Vents est un établissement scolaire indépendant dirigé par la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre et n’accueille en secondaire que des jeunes gens presque tous pensionnaires. 

Contact : institut@croixdesvents.com

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 21h50 | Lien permanent

« Metal & Hellfest », débat sur RCF ANJOU

Le débat s’est déroulé le 18 octobre (jour de l’ouverture par le Hellfest de sa billetterie pour son édition 2018 ) avec la participation de Christophe GUIBERT, docteur en sociologie & enseignant à Angers, plutôt pro Hellfest et Jean-Yves RINEAU, membre de l’association « Amis du Collectif pour un Festival Hellfest Respecteux de Tous » qui milite pour la déprogrammation des groupes manifestement anti chrétiens et/ou satanistes ainsi que pour l’arrêt total de l’octroi d’argent public tant que seront programmés ces groupes.

Ce débat fait suite à l’annonce par l’association de 2 plaintes, l’une pour incitation à la haine & à la violence, l’autre pour injure & diffamation.

Pour soutenir l’association, c’est ici.

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 21h15 | Lien permanent

Deux braqueurs violents libérés en raison de la lenteur de la justice

Répétez après moi : j'ai confiance dans la justice de mon pays :

"Deux braqueurs présumés, considérés comme violent, ont été libérés ce mercredi en raison de la lenteur de la justice à fixer une date pour leur procès en appel.

Jugeant que « le délai d’audiencement de la procédure est déraisonnable », la cour d’appel d’Aix-en-Provence a ordonné la remise en liberté de Célik Zamoun, 26 ans, et de Nassim Chenouf, 31 ans, condamnés le 3 juillet 2015 par la cour d’assises du Gard, le premier à 22 ans de réclusion criminelle, le second à 15 années. Tous les deux avaient fait appel de leur condamnation.

Les deux hommes, aux casiers judiciaires chargés, sont soupçonnés de faire partie d’une « équipe à tiroirs » qui, en 2011, avait braqué une quinzaine d’Intermarché dans le Gard, la Drôme, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône, des vols commis sous la menace de Kalachnikov et accompagnés de violences."

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 19h37 | Lien permanent | Commentaires (9)

Cytotec: «Je suis passée à deux doigts de la mort». Le bébé, lui, y est passé

Témoignage :

« Ça a été l’expérience la plus traumatisante de ma vie. L’avortement en lui-même s’est bien passé mais son déroulement a été un cauchemar : j’ai eu des vomissements et j’ai cru que j’allais mourir tant la douleur était insoutenable. Je suppliais les infirmières de me donner quelque chose et je n’avais le droit qu’au Doliprane. Si j’avais pu choisir le curetage, croyez-moi, avec le recul, je n’aurais pas hésité une seule seconde… »

L'avortement s'est bien passé ? Un cauchemar...

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 18h32 | Lien permanent | Commentaires (2)

Communisme – 100 ans de persécutions visibles et cachées

En attendant les vidéos des interventions, Epoch Times (créé par des dissidents chinois) a réalisé une bonne synthèse de notre colloque sur les abominations communistes, samedi dernier à Paris. Extraits :

C"Parmi les différents intervenants, le président de Salon beige, journaliste et écrivain, Guillaume de Thieulloy, a introduit ce colloque. « 100 ans, 100 millions de morts au minimum. Le moins qu’on puisse faire avec ce colloque était de se souvenir de ces victimes, mais pour réclamer aussi un procès du communisme, non pas un Nuremberg du communisme, où les staliniens sanctionnent les bourreaux nazis. Nous réclamons toujours un procès du communisme, car il n’est pas normal que ce totalitarisme sanglant soit encore l’objet de complaisance, voire de complicité de la part de tant d’intellectuels en France et en Occident en général. Nous réclamons une condamnation claire de l’ensemble de l’opinion publique contre cette monstruosité totalitaire. Ce n’est pas seulement un devoir de mémoire, c’est aussi un devoir de justice, car il faut le rappeler, le communisme tue toujours et opprime toujours… Un cinquième de la planète vit toujours sous l’oppression du communisme et il y a encore des millions de personnes en camps de concentration. Il n’est pas normal que nous restions silencieux devant ce fait. »

Selon Guillaume de Thieulloy, « le communisme n’est pas mort » en France et vit encore à travers les comportements et affinités de nombre d’Occidentaux. Rappelant la présence d’un syndicalisme « de lutte des classes » qui défend l’idéologie marxiste-léniniste, il évoque aussi les très récentes élections présidentielles de 2017, comparant ainsi : « Imaginez, une élection présidentielle où il y aurait, ne serait-ce qu’un candidat se réclamant du nazisme ? Personne ne pourrait supporter cela ! Comment supporte-t-on que trois candidats aux élections présidentielles, dont un, ce qui n’est pas négligeable, a fait plus de 10 % des voix, se réclament encore et toujours du communisme ? ». Mais Guillaume de Thieulloy va plus loin dans son argumentaire, arguant de mutations profondes du communisme, qui, tel un virus pénétrant les cellules pour s’y installer sur le long terme, a généré de profondes incidences sur les comportements socio-culturels et affectifs des populations occidentales : « La lutte des classes n’est plus tellement à la mode, mais la lutte des sexes, la lutte des races avec l’anti-racisme, le multiculturalisme, le féminisme radical… ce sont tous des mutations du communisme ».

La révolution bolchevik, fille de la Révolution française

Stéphane Buffetaut, ancien député européen, a présenté les racines de l’idéologie communiste et démontré le lien intime existant entre la Révolution française et la révolution bolchevik. Par là-même, arguant de cette filiation, il dénonce les complaisances, voire les complicités des politiques français pendant ce siècle envers les atrocités du communisme. [...]Stéphane Buffetaut en arrive donc à la conclusion suivante : « Je pense que la mansuétude des intellectuels français à l’égard de Lénine ainsi que de ses successeurs, est due au fait que si on condamne la révolution bolchevik, on condamne la Révolution française ! Et si on condamne la Révolution française, on détruit le mythe fondateur de la République française. Et ça, c’est la nuit et le jour. Et ceci, même les hommes politiques de droite n’osent pas le faire. »

100 ans de communisme : témoignages et décryptages d’hier à aujourd’hui

Ces propos édifiants confirment l’impact que le communisme aura eu sur la France, l’Occident, mais encore sur toute la planète. Pour commémorer les millions de morts en Asie, Mme Billon Ung Bun-Hor, veuve du dernier président de l’assemblée nationale du Cambodge, est venue témoigner de l’entrée des khmers rouges à Saïgon. Elle affirme que ces khmers rouges ont été formés et financés par le PCF, évoque ce moment douloureux où son mari, tout comme 800 autres demandeurs d’asile, a été expulsé de l’ambassade de France pour être livré directement aux khmers rouges. Elle ne le reverra jamais. Elle accuse donc le Quai d’Orsay et le gouvernement de l’époque, dirigé par Valéry Giscard d’Estaing d’avoir trahi la confiance des Cambodgiens et d’être l’instigateur de leur assassinat.

Se sont aussi succédés Isabelle Thi Tuyet concernant le système esclavagiste au Vietnam et l’eurodéputé polonais Marek Jurek qui a témoigné des persécutions subies lors de l’invasion communiste en Pologne.

Didier Rochard est revenu sur le lien existant entre le communisme et le nazisme, rappelant l’entente économique et idéologique entre Staline et Hitler jusqu’en 1941.

Pour revenir à l’actualité, Marc Fromager, directeur de l’AED (Aide aux Eglises en détresse) a détaillé les persécutions subies encore par les Chrétiens présents dans les derniers bastions communistes, la Chine, la Corée du Nord, le Vietnam et Cuba. Il a ainsi précisé que si les Chrétiens ne sont plus tués comme avant, ils subissent tout de même des discriminations socio-culturelles évidentes.

Enfin, Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique, et François Billot de Lochner se sont exprimés sur les conséquences actuelles de l’idéologie marxiste-léniniste sur la société occidentale. Selon eux, l’objectif marxiste de « désaliéner et créer l’homme nouveau » a eu pour conséquence actuelle le multiculturalisme associé au refus de toute domination (substituer la lutte des classes par la lutte des races, des sexes, des âges). M. de Lochner a particulièrement souligné le rôle de la femme dans cette lutte, montrant que le communisme russe avait pour objectif de détruire l’image de la femme en instituant le divorce, l’avortement et en prônant la liberté sexuelle."

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 17h30 | Lien permanent

Le genre a la banane

BLe 7 novembre, aura lieu une réunion multipartite stratégique sur l'égalité entre les sexes dans l'industrie de la banane, au sein de la FAO. Parmi les objectifs, il y a  :

"Permettre aux participants (hommes et femmes) d'intégrer les questions de genre dans les différentes séances plénières de la conférence principale du FMB [Forum Mondial de la Banane]"

Vous croyez qu'il font exprès d'être ridicules ?

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 17h19 | Lien permanent | Commentaires (4)

Bienvenue à l'extrême-droite

Certains s'indignent que les souverainistes (comprendre De Gaulle, Séguin and co) soient cités parmi les courants d'extrême-droite :

  E

C'est pourtant simple à comprendre : quand on n'est pas degauche, on n'est d'extrême-droite. C'est pourtant simple de comprendre la science politique du camp du bien.

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 17h15 | Lien permanent | Commentaires (18)

Le Chemin néocatéchuménal est devenu un mouvement intégriste !

C'est vrai puisqu'on le lit dans Libération à propos du développement des mouvements pro-famille à travers le monde :

"[...] Loin d’être un mouvement spontané d’adhésion à «un combat de défense de la "nature humaine"», soutiennent les chercheurs italiens Sara Garbagnoli et Massimo Prearo, cette «nouvelle croisade catholique transnationale» est la manifestation d’une «contre-révolution sexuelle» menée par le Vatican et les franges les plus radicales du catholicisme contemporain face aux changements juridiques, sociaux et conceptuels obtenus par les femmes et les homos depuis les années 90. [...]

Que nous disent-ils ensuite ? Primo, que l’origine du mouvement antigenre est à chercher dans la reformulation du discours de l’Eglise, à partir des années 40, pour justifier une inégalité entre les hommes et les femmes qui ne dit pas (ou plus) son nom. Cette doctrine de la «complémentarité des sexes» élaborée par la théologie pontificale, en particulier celle de Jean Paul II et de Benoît XVI, «s’oppose aux savoirs et aux luttes féministes et LGBTQI», dont les concepts sont diabolisés, trivialisés et carrément déformés.

Cependant, - c’est le deuxième temps de leur analyse - cet activisme de réaction du Saint-Siège ne peut se suffire à lui-même pour expliquer l’émergence d’un «contre-mouvement social» catholique. Légitimés par l’invention rhétorique vaticane de la «théorie du genre», des «experts» militants catholiques, comme le prêtre Tony Anatrella ainsi que certains mouvements intégristes au sein de l’Eglise (Opus Dei, le Chemin néocatéchuménal), ont trouvé, en prolongeant cet argumentaire pseudo-scientfique, une splendide fenêtre d’opportunité pour réaffirmer «une identité catholique revancharde» et «en perte d’hégémonie culturelle». Avec les conséquences que l’on connaît désormais : l’entrée percutante dans le débat public de la Manif pour tous et consorts."

"A partir des années 40" : suivez mon regard... Je suis presque déçu que ni Pie XII ni la sainte Inquisition ne soient pas cités dans cette tribune. C'est limite révisionniste.

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 17h09 | Lien permanent | Commentaires (3)

France terre d’asile (psychiatrique)

TDe Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile :

« ll n’y a pas de lien à faire entre insécurité et migration : le terrorisme, c’est un produit national, ce n’est pas un produit importé »

Il est drogué au padamalgam.

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 17h03 | Lien permanent | Commentaires (8)

La justice complice des exactions des Femen

Neuf militantes Femen qui avaient manifesté seins nus à Hénin-Beaumont, lors des deux tours de la présidentielle. Le ministère public avait requis un mois de prison avec sursis.

Mais comme à son habitude, le tribunal a prononcé la relaxe pour les troubles aux opérations du collège électoral et pour l’exhibition sexuelle.

Toutefois, une militante a été condamnée pour des faits de rébellion, au moment de son interpellation, à un mois d’emprisonnement avec sursis.

Ce n'est pas la première fois que les Femen sont relaxées.

Dans le même ordre d'idée, Déborah de Robertis, qui avait posé cuisses écartées et sexe apparent devant la Joconde au Louvre le 24 septembre en scandant « Mona Lisa, ma chatte, mon copyright », a été relaxée par le tribunal correctionnel de Paris, alors que le parquet avait demandé huit mois de prison avec sursis. Les juges ont considéré qu’il s’agissait d’un « acte militant et artistique » et que l'on n'y trouvait « pas d'élément intentionnel » de commettre une exhibition sexuelle… On ne peut donc plus emmener ses enfants au musée.

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 16h47 | Lien permanent | Commentaires (6)

Projet d'attentat de l'ultradroite : c'était du bidon

Il n'a pas fallu attendre longtemps pour que le ministre de l'Intérieur l'avoue :

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 16h41 | Lien permanent | Commentaires (15)

Contre la diffamation, note sur « une tentation terroriste d’ultra-droite »

Certains se sont crus autorisés à évoquer l’Action française après l’annonce de l’arrestation, mardi 17 octobre, d’une dizaine d’individus à la suite de celle, en juin dernier, de Logan Nisin, soupçonné de préparer des attentats contre des personnalités politiques. Jean-Luc Mélenchon est allé jusqu’à interpeller le ministre de l’Intérieur, le préfet de Police et le maire de Marseille, mercredi 18 octobre 2017, afin de demander la fermeture du local provençal de l’AF, 14, rue Navarin à Marseille.

L’Action française tient à apporter les précisions suivantes :

1 - Elle n’a jamais nié que, durant quelques mois, Logan Nisin, en errance idéologique, ait, après de nombreuses autres tentatives de militantisme politique, « trouvé refuge chez les royalistes de l’Action française (AF) » pour reprendre les mots de l'article d’Elise Vincent, paru le 18 octobre dans Le Monde. Le 4 juillet dernier, après l’interpellation et le placement en détention provisoire du jeune homme, l’Action française, par voie de communiqué, avait fait savoir qu’il avait quitté notre mouvement, le jugeant « trop politique » et « trop consensuel ». Nous réaffirmons ici que ses agissements solitaires étaient parfaitement inconnus des membres et des cadres de notre organisation et nous nous réservons le droit de poursuivre tous médias ou personnalités prétendant le contraire.

2 - L’Action française affirme avec force qu’elle ne connaît ni les identités ni les agissements des individus interpellés mardi 17 octobre. Elle rappelle simplement que toute son histoire prouve son refus de l’action terroriste. Elle n’a aucun mort sur la conscience.

3 - Ce sont les militants de l’Action française qui sont de manière récurrente l’objet de violences de la part de groupuscules extrémistes semblant jouir de la plus parfaite impunité. Depuis la montée en puissance des activités de notre mouvement royaliste, nos membres, à Paris, à Lyon et à Marseille, subissent un nombre grandissant d’attaques violentes : dépôt de grenade, bombe artisanale, attaques physiques des militants. Ainsi, une bombe a explosé cet été devant le local de l’AF, rue Navarin, sans que cet acte odieux ait suscité la moindre indignation de la part du personnel politique. M. Mélenchon qui demande aujourd’hui la fermeture de notre local, n’avait pas alors protesté contre cet acte à caractère terroriste. Bien que député de la circonscription où a eu lieu cet attentat, il ne s’est jamais inquiété de l’état d’avancement de l’enquête.

4 - Concernant les troubles à l’ordre public qu’impute M. Mélenchon à notre mouvement, nous rappelons que, par deux fois, la préfecture de police des Bouches-du-Rhône a pris un arrêté bloquant l’accès à la rue Navarin par un très large déploiement des forces de l’ordre à la suite des très nombreuses exactions qui ont toutes été commises, avec l’adoubement et la complicité des médias locaux, par des militants de l’ultra gauche proches pour certains de la France Insoumise.

5 - Si la seule vocation des groupuscules dits antifascistes et d’extrême-gauche est d’en découdre violemment, à Marseille comme au plan national, avec les forces de l’ordre, l’engagement des militants d’Action française est celui du combat pour la France par la diffusion des idées royalistes. Il est évident que c’est la simple présence de l’Action française qui est insupportable à certains. En pratiquant l’amalgame, ceux qui diffament notre mouvement avouent simplement leur profond mépris des libertés politiques fondamentales.

Les militants de l’Action française sont des citoyens à part entière : forts de leurs droits et conscients de leurs devoirs envers la nation, ils continueront, à Marseille comme partout ailleurs en France, à militer pour ouvrir les yeux de leurs compatriotes sur la réalité d’un régime qui les conduit à l’asservissement.

François Bel-Ker, Secrétaire général d’AF

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 12h55 | Lien permanent

Cytotec : Ils découvrent que l'avortement est dangereux pour la santé

Lu sur Gènéthique :

"Le Cytotec est un médicament commercialisé depuis 1987 en France pour traiter l’ulcère de l’estomac mais largement utilisé en gynécologie en dehors des indications prévues. Il sera retiré du marché français à partir de mars 2018. « Très peu utilisé en gastroentérologie », le Cytotec, qui se prend normalement par voir orale, contient du misoprostol, de la famille des prostaglandines. Il est « essentiellement » utilisé pour l’IVG médicamenteuse et le déclenchement artificiel de l’accouchement à terme. Mais ce dernier « usage détourné » comporte des risques de surdosage, dangereux pour la mère et l’enfant : il peut « entrainer des contractions trop fortes et une mauvaise oxygénation du fœtus ». La raison de cet emploi est économique : « les médicaments à base de prostaglandines prévus pour le déclenchement artificiel du travail, en gel ou en tampon, coûtent beaucoup plus cher que Cytotec ». Concernant son utilisation pour les avortements, l’Agence du médicament a précisé que le délai de retrait « permettra aux industriels qui commercialisent déjà les médicaments Gymiso et Misoone, contenant la même molécule, d’augmenter leur production afin de ‘sécuriser l’accès à l’IVG’ médicamenteuse »"

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 12h45 | Lien permanent | Commentaires (2)

Philanthrope ou lobbyiste ?

Lu dans l'Echo Républicain d'Eure et Loir du 19 octobre :

CaptureSa fondation promeut aussi le gauchisme, les LGBT, la culture de mort...

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 12h42 | Lien permanent | Commentaires (10)

Quand ils sont "d'extrême-droite" ils ne sont pas "déséquilibrés"

De Pierre Malpouge dans Présent :

Capture d’écran 2017-10-19 à 08.30.43"L’info est tombée mardi et a vite fait le tour des médias : dans le cadre d’une enquête portant sur un (des) projet(s) d’attentat(s) – notamment contre des mosquées, des hommes politiques, des « blacks », des « racailles », des « djihadistes » ou encore des « migrants » –, dix personnes, âgées de 17 à 25 ans, ont été arrêtées à la suite d’un coup de filet mené par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la sous-direction antiterroriste (Sdat) dans le milieu de l’« extrême droite » en Seine-Saint-Denis et dans les environs de Marseille.

Comme par hasard, donc, ça n’a pas traîné et la plupart des noms des « terroristes » – ici pas question de « maboules » ni de « déséquilibrés » – circulent dans les rédactions notamment celui de Logan Nisin, Vitrollais de 21 ans, interpellé le 28 juin dernier à Tarascon et mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, connu pour être un admirateur du tueur norvégien Anders Breivik – qui, en 2011, avait massacré 77 personnes sur l’île d’Utoya (Norvège) – et comme étant un ex-membre du « groupuscule royaliste Action française ».

Un furieux dont les enquêteurs avaient relevé sa « volonté d’organisation et d’association » en vue de parvenir à ses fins, non sans avoir effectué des « repérages », mais sans pour autant avoir arrêté son choix sur une cible bien définie, est-il précisé dans Le Figaro. D’où direction la case prison direct pour lui mais également pour ses comparses, considérés pour l’heure comme des « pieds nickelés » par les policiers qui tentent de faire le jour sur la « nature des relations au sein de leur groupe ».

Que ce coup de filet soit justifié, on aimerait voir la même efficacité contre les groupuscules d’extrême gauche, les fichés « S » et autres islamistes radicalisés et terroristes en puissance connus et reconnus mais relâchés dans la nature faute de place dans des centres de rétention administrative."

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 10h26 | Lien permanent | Commentaires (7)

Daniel Fasquelle veut que LR rompe avec Sens Commun

Unknown-9Daniel Fasquelle, candidat à la présidence des Républicains, a réclamé la "dénonciation de la convention" qui lie son parti à Sens commun, émanation de la Manif pour tous. Le député du Pas-de-Calais a écrit un courrier au secrétaire général de LR, Bernard Accoyer, après la diffusion sur L'Incorrect d'une vidéo dans laquelle le président de Sens commun Christophe Billan explique notamment qu'on ne peut être Français sans être chrétien.

Interview sans langue de bois de Christophe Billan, président de Sens Commun from L'Incorrect on Vimeo.

Daniel Fasquelle a demandé d'inscrire la dénonciation de la convention à l'ordre du jour du bureau national du parti qui doit se tenir mardi.

"La conséquence serait que l'adhésion à Sens commun ne vaudrait plus adhésion à LR. Mais si certains de leurs membres veulent se désolidariser de la ligne de leur président, ils quittent Sens commun et rejoignent directement Les Républicains".

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 08h24 | Lien permanent | Commentaires (17)

Le scandale Weinstein éclabousse désormais les LGBT

Balançons les porcs :

"Le voile semble également se lever sur un fléau encore moins médiatisé: celui du traitement réservé aux (très) jeunes acteurs à Hollywood. Un phénomène certes moins endémique que le système sexiste, mais particulièrement tabou. Et soumis lui aussi à la culture du silence.

«L'industrie du showbiz est probablement le milieu où les adultes ont le plus de liens directs et inappropriés avec les enfants au monde», déclarait Corey Feldman, ex-enfant star américain connu pour son rôle dans The Goonies. Récemment interrogé sur Harvey Weinstein, l'acteur a rappelé avoir dénoncé, depuis plusieurs années déjà, de nombreux cas d'abus sexuels sur de jeunes garçons à Hollywood. En allant jusqu'à parler de pédophilie. 

Ces allégations, il les illustre par sa propre histoire et celle de son feu-meilleur ami - et compère à l'écran dans la série The Two Coreys - Corey Haim. L'acteur est décédé d'une pneumonie sous fond de surdose de drogues en 2010. Dans une interview accordée au Hollywood Reporter en 2016, Corey Fieldman raconte avoir subi des agressions sexuelles à maintes reprises dans le cadre de sa carrière d'acteur. Dont un viol, à l'âge de 15 ans, par un manageur employé par son propre père. Corey Feldman assure:«J'ai été molesté et passé d'homme à homme», comme un certain nombre d'autres enfants. Avant de révéler que son ami Corey Haim avait quant à lui été violé à l'âge de 11 ans seulement. Et ne s'en était jamais remis.

Elijah Wood, l'acteur phare du Seigneur Des Anneaux, a lui aussi osé parler, en qualifiant Hollywood de repaire de "vipères". Il confie, pour sa part, avoir été protégé par sa mère, qui l'avait empêché de se rendre aux soirées mondaines Hollywoodiennes au début de sa carrière. S'il réfute avoir avoir subi de tels sévices, il sous-entend que tous ses collègues n'ont pas eu cette chance.

Journaliste proche de l'alt-right, le très controversé Milo Yiannopoulus s'était lui aussi exprimé, en 2016, sur ces rapports malsains : dans un podcast, il décrivait un milieu rongé par la drogue, dans lequel certains grands noms de l'industrie avaient des rapports sexuels avec des garçons bien plus jeunes qu'eux. Chose qu'il refusait lui-même de condamner.

Si peu de noms circulent encore, quelques réalisateurs ont été publiquement pointés du doigt. Parmi eux, Bryan Singer, le réalisateur de la saga X-Men, qui aurait pris part à de sulfureuses soirées privées auxquelles des magnats d'Hollywood conviaient les jeunes pousses du cinéma ou de la télé. En 1997, il avait d'ailleurs été traîné en justice pour avoir contraint des mineurs à se doucher nus en parallèle du tournage d'Apt Pupil. En 2014, il avait cette fois été accusé d'avoir abusé sexuellement d'un jeune homme de 17 ans."

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 08h17 | Lien permanent | Commentaires (13)

Gender : la Californie reconnaît le "sexe neutre"

Dimanche 15 octobre, le gouverneur californien Jerry Brown a ratifié le «Senate Bill 179», aussi appelé «Gender Recognition Act», qui instaure un 3e genre.

Désormais, les Californiens auront le choix entre trois options sur leurs documents d'identité officiels: «masculin», «féminin» ou «non binaire».

L'opposition principale au projet est venue du California Family Council, qui a dénoncé, dans un tweet, une loi «incroyablement tragique».

«SB 179 sème le danger et la confusion. Les personnes qui souffrent de dysphorie de genre doivent être aimées, mais on ne doit pas leur mentir. La biologie n'est pas du bigotisme

Michel Janva

Posté le 19 octobre 2017 à 08h12 | Lien permanent | Commentaires (7)

C’est arrivé un 19 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

Appelé par le duc d'Aquitaine Eudes, le chef des Francs Charles Martel traverse la Loire pour mettre fin à la menace musulmane. Son armée va se retrouver face à celle d'Abd el Rahman à Moussais, près de Poitiers.

Henri de Rohan vient le 10 octobre s'agenouiller devant Louis XIII et lui demander pardon d'avoir porté les armes contre lui. Les Montpelliérains font amende honorable, et le Roi leur accorde son pardon avec l'édit de Montpellier, le 19 octobre, dans lequel il confirme les dispositions de l'édit de Nantes, et le démantèlement des fortifications de Montpellier, Nîmes et Uzès. Louis XIII entre dans la ville le 20 octobre, tête nue et désarmé. Voir les chroniques du 19 mai, du 31 aout et des 10, 18 et 20 octobre.

Alors que le père Jogues a été abattu d'un coup de hache la veille (voir la chronique du jour), Jean de la Lande passe une journée supplémentaire aux mains de ses bourreaux. Tailladé à coups de couteau; battu à coups de bâtons, brûlé avec des tisons ardents pendant toute une nuit, il est achevé de coups de tomahawk le lendemain. Jean de La Lande n'était pas Jésuite mais un missionnaire laïc.

 

Armes de la Nouvelle France du temps de Louis XIV

Jean de Lauzon exerce son mandat du 14 octobre 1651 au 12 septembre 1657. Il était employé par le Cardinal de Richelieu aux affaires du commerce de la marine et des colonies, et à ce titre devient un élément majeur dans le système français naissant de création et de gestion de l'empire colonial.

Né à Paris, Victor-François de Broglie, est un militaire français qui est fait maréchal de France et prince du Saint-Empire romain germanique en 1759, en remerciement de ses actions contre la Prusse. Durant la Révolution, il mène une armée contre-révolutionnaire. Il part ensuite pour la Russie où il est nommé feld-maréchal en 1797. Il décède en 1804 à Münster.

Les 7500 soldats anglais de la base de Yorktown en Virginie se rendent aux Insurgents. Coupé de la mer par la flotte française du comte de Grasse, le général Charles Cornwallis accepte la défaite face aux 16 000 Français et Américains de George Washington, de Lafayette et de Rochambeau qui encerclent la ville. Cette ultime bataille marque la fin de la guerre d'indépendance américaine. Deux ans plus tard, les treize colonies seront définitivement libérées du joug britannique.

Rappelons que cette guerre fut financée par la France, alors que ses finances publiques étaient dans le même état que celles d'aujourd'hui, pour un tiers par le peuple (tiers remboursé par les Etats-Unis) et pour deux tiers par le Roi Louis XVI (tiers jamais remboursés).

2 vols humains en montgolfière ont lieu à la "Folie Titon" à la manufacture royale des papiers peints, à Paris : 81m avec Pilâtre, 105m avec Pilâtre et Giroud. Le Roi n'a pas donné son autorisation pour un vol libre, il souhaitait désigner plutôt deux condamnés à morts. L'appareil est attaché au sol par une corde. Le 21 novembre le Roi accepte un vol libre avec les deux scientifiques.

Au terme d'une bataille de trois jours et qui oppose 190 000 Français à 300 000 coalisés, l'armée napoléonienne s'incline face aux alliés : Prusse, Russie, Angleterre, Autriche, Suède, Bavière. Napoléon est obligé de battre en retraite. Il franchit le Rhin sur le pont de Lindenau avant de le détruire, laissant 30 000 soldats français prisonniers dans la ville. La défaite de l'empereur est surtout la fin d'une politique extérieure que tous les Bourbons avaient réussi à poursuivre pendant des siècles: le morcèlement de la puissance allemande en une myriade de principautés. Dès le départ des restes de la Grande Armée, « l'Allemagne » est libérée.

Cette bataille de Leipzig est aussi appelée la «Bataille des Nations».

A cette occasion il visite le port où il fait reprendre la construction du bassin de la Barre et du Commerce.

Auguste Lumière naît à Besançon. Avec son frère Louis inventeurs du cinématographe en 1895, ils sont les auteurs de travaux sur la photographie et les inventeurs de la trichromie pour la photographie des couleurs en 1903.

Il vient d'être accueilli triomphalement par le peuple français après sa courte mais brillante campagne contre les bolcheviques en Pologne.

Voir aussi les chroniques des 27 mai, 2 juillet, 18 et 28 août, du 6 novembre.

Le 11 mars 1963, le lieutenant-colonel Jean Bastien-Thiery est exécuté à la suite de l'attentat du Petit-Clamart contre De Gaulle, voir la chronique du jour.

Le médecin navigateur français Alain Bombard parti de Monaco le 25 mai, achève son escale à Las Palmas (Canaries) pour traverser l'Atlantique à bord d'un canot pneumatique, sans eau ni nourriture.

La secte, qualifiée par la Sainte Vierge d'église de Satan, s'étend en France pour mieux contrôler le pays.

La gauche en rêve, la droite le fait : Giscard président et Chirac premier ministre font passer une loi dite « loi Veil » autorisant l'assassinat des enfants à naître dans le ventre de leur mère. La loi est votée par toute la gauche et une minorité de la droite : 288 voix contre 192. Cette loi aurait pu s'appeler loi Simon, du nom du docteur Simon, deux fois grand Maitre de la Grande loge de France, tellement il a œuvré avec ses loges à faire passer cette loi comme celle sur l'insémination, la contraception, les greffes d'organes, l'euthanasie et la peine de mort.

Le premier article de la loi Veil rappelle que l'embryon est un être humain dès sa conception. C'est donc en pleine connaissance que les politiques de l'époque ont fait passer cette loi. Et si les statistiques françaises sont vraies entre 1974 et 2014, ce sont 220 000 Français qui ont été assassinés par an. Donc ces hommes portent la responsabilité de près de 9 millions de crimes ; Hitler n'a pas fait mieux ! Voir les chroniques du 17 janvier et du 1er aout.

Le Père Popieluszko, âgé de 37 ans, symbolise aux yeux des Polonais la lutte de l'Église catholique contre un régime totalitaire.

Il est enlevé à Varsovie par trois officiers de la sûreté polonaise. Torturé à mort, son corps est ensuite jeté dans la Vistule et retrouvé le 30 octobre. Les raisons de sa mort: il est Catholique et partisan du syndicat "Solidarnosc".

 

 

Le Dow Jones perd 22,6%, la plus importante baisse jamais enregistrée en un jour sur un marché d'actions.

Sainte Thérèse de Lisieux est proclamée Docteur de l'Église par le pape Jean-Paul II; elle est la troisième femme à recevoir le titre dans l'histoire de l'Église catholique. Voir les chroniques du 2 janvier, du 17 mai et du 30 septembre.

L'Assemblée nationale adopte en première lecture le second projet de loi de Martine Aubry sur la réduction du temps de travail à 35 heures. Le même jour, le président de l'ARC, Jacques Crozemarie est condamné pour « abus de confiance, recel d'abus de biens sociaux, faux et usage de faux » suite au scandale de l'Association pour la recherche sur le cancer.

Lors d'une cérémonie sur la Place St-Pierre-de-Rome, Mère Teresa est béatifiée par le pape Jean-Paul II. La "petite sœur des pauvres" de Calcutta est ainsi honorée et montrée en exemple à une société moderne de plus en plus matérialiste et individualiste pour son dévouement incessant auprès des malades, des mourants et des plus démunis.

Lois Spalwer

Posté le 19 octobre 2017 à 05h59 | Lien permanent | Commentaires (2)

18 octobre 2017

Repentance à tout prix : et si le 17 octobre 1961, malgré la reconnaissance officielle d'Hollande, il s'agissait d'un « massacre » sans cadavres?

Intéressant : 

"Comme chaque année à la date anniversaire de la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris, communistes et socialistes, amis du FLN et militants « anticolonialistes » (sic), vont commémorer un « massacre » qui aurait été perpétré par la police française. Ils se réuniront ensuite sur le Pont Saint-Michel d’où, toujours selon  eux, des dizaines, voire des centaines d’Algériens auraient été précipités dans la Seine.

Le seul problème, mais il est de taille, est que ce « massacre » n’a pas eu lieu… Quant aux noyades, à l’exception de celles pratiquées par le FLN sur les membres du MNA ou sur les Harkis, elles n’ont pas davantage existé…car nous sommes en réalité en présence d’un montage.

Démonstration :

1) Le 18 octobre 1961 au matin, le bilan de la manifestation de la veille parvient à Maurice Legay, directeur général de la police parisienne. Il est de 3 morts. Nous voilà donc loin des dizaines, voire des centaines de morts et de noyés avancés par certains.

2) Or, deux de ces trois morts, à savoir Abdelkader Déroués et Lamara Achenoune n’ont aucun lien avec la « répression » du 17 octobre puisqu’ils ont été tués, non pas à coups de matraque, mais par balle, non pas dans le centre de Paris, mais à Puteaux, donc loin de la manifestation. De plus, le second a été préalablement étranglé…

3) Un mort, un seul, a tout de même été relevé dans le périmètre de la manifestation et il ne s’agit pas d’un Algérien, mais d’un Français « de souche » nommé Guy Chevallier, décédé vers 21h devant le cinéma REX de fractures du crâne. Etait-il un simple passant ou bien un porteur de valises manifestant avec le FLN ? Nous l’ignorons. Fut-il tué lors d’une charge de la police ou bien par les manifestants ou bien par une toute autre cause ? Nous ne le savons pas davantage.

La conclusion qui s’impose à tout esprit doté d’un minimum de réflexion est que la « répression » de la manifestation algérienne du 17 octobre semble n’avoir paradoxalement provoqué aucun mort algérien…

A ces faits, les tenants de la thèse du « massacre » répondent que le vrai bilan de la « répression » policière n’a pu être établi que plusieurs jours plus tard, une fois pris en compte les blessés qui décédèrent ultérieurement, et une fois les cadavres retirés de la Seine. Mais aussi, parce que, terrorisés, les manifestants cachèrent d’abord les corps de leurs camarades.

Trois grandes raisons font que cette argumentation n’est pas recevable :

– Les archives des hôpitaux parisiens ne mentionnent pas une surmortalité particulière de « Nord-Africains » (selon la terminologie de l’époque), durant la période concernée. Même si de nombreux manifestants blessés à coups de matraques y furent pris en charge" (suite).

Lahire

Posté le 18 octobre 2017 à 23h11 | Lien permanent | Commentaires (0)

La stèle du général Salan totalement détruite

C'est sûr, ça ne fait pas les choux gras de la presse aux ordres : 

"Déjà endommagée en 2014 et 2015, la stèle en l’honneur du général a cette fois été totalement saccagée à coups de masse, elle n’est plus qu’un amas de gravats et de pierre brisée. Les faits se sont passés en début d’année mais n’ont été connus que ce mois-ci.

Il n’est pas étonnant que les campagnes de haine antifrançaise visant à accroître la rancœur des colons algériens en France donnent de tels résultats. Les récents propos du sépharade Benjamin Stora, formé par le groupuscule communiste OCI, partisan de la repentance à sens unique et principal vecteur de propagation de la haine antifrançaise (ce qui explique pourquoi la République le paie), qui dirige le Musée national de l’histoire de l’immigration (MNHI), centre apologétique de la colonisation de la France (et qui lui ne risque pas d’être profané), le montre bien. Dans Libération du 13 octobre, il appelle ainsi à plus de propagande coloniale en France, sur le prétendu « apport » des peuplades exotiques dans notre pays, tout en continuant par ailleurs à imposer sa vision falsificatrice de l’histoire et sur la prétendue défaite de la France en Algérie (victoire militaire, comme en Indochine, gâchées par les frères de sang de Stora dans les deux cas).

La destruction mémorielle, c’est la première étape avant le génocide, les Ukrainiens en savent quelque chose…"

Lahire

Posté le 18 octobre 2017 à 22h06 | Lien permanent | Commentaires (0)

Le lobby LGBT n'aime pas être trainé au tribunal

Ces gens sont incroyables: ils insultent leurs adversaires, organisent des législations liberticides et s'insurgent quand leurs adversaires se défendent avec les armes qu'ils ont eux mêmes forgées :

"Le 27 juillet dernier, la rédaction [LGBT d'e-llico] a été assignée devant le tribunal de Valence à la demande d'Hervé Mariton pour l'avoir qualifié de "député homophobe" dans un article en date du 11 mai dernier dans lequel nous relations que ce dernier regrettait que la question de l'abrogation de la loi Taubira soit passée à la trappe chez Les Républicains lors de la campagne des élections législatives alors en cours.

Avec cette action judiciaire, Hervé Mariton, si prompt à crier à la censure lorsqu’il s’agit pour lui d’exprimer ses opinions, a cherché à nous faire taire.

Immédiatement, nous avons demandé à Me Caroline Mecary, avocate bien connue pour sa défense des familles LGBT qui est aussi une spécialiste du droit de la presse (elle a notamment défendu Esther Benbassa contre Marine Le Pen ou Vincent Placé contre Christian Vanneste) de prendre en charge notre défense. Me Mécary a immédiatement constaté que l’assignation qui nous avait été envoyée était juridiquement nulle. En effet, Hervé Mariton considérait que le qualifier de député "homophobe" était une diffamation et en même temps une injure. Or, le droit de la presse est très rigoureux et la Cour de cassation annule les procédures lorsque le plaignant vise à la fois la diffamation et l’injure pour un même propos.

Une semaine avant l’audience, Hervé Mariton a renoncé à sa procédure et le tribunal de Valence a rendu un jugement le 16 octobre 2017 constatant la défection de l’ancien député (pour défaut de consignation). [...]

Il ne peut y avoir deux poids deux mesures dans l’exercice de la liberté d’expression : aujourd’hui, la question concerne l’égalité des droits pour les personnes LGBT et notre média doit avoir le droit d’écrire - parce que la liberté d’opinion ne vaut pas qu’au bénéfice de certains - qu'Hervé Mariton a été un "député homophobe"."

Vice de forme, mais sur le fond, Mariton avait raison.

Michel Janva

Posté le 18 octobre 2017 à 22h04 | Lien permanent | Commentaires (3)

Les fumées toxiques de l'UE

Rigolo :

833592242"Le sommet de l’UE de demain et vendredi ne se tiendra pas dans le nouveau bâtiment Europa mais dans l’ancien bâtiment, parce que pour la deuxième fois en une semaine des fumées toxiques ont été détectées et les employés ont été évacués…

Mais c’est au Conseil européen, où qu’il se tienne, que naissent et se répandent des fumées toxiques, bien plus toxiques que celles du bâtiment Europa.

Les fumées toxiques du sommet, voilà encore un joli symbole de l’UE.

Europa, le nouveau bâtiment soviétoïde du Conseil européen, aussi bancal que m'as-tu-vu, a été inauguré en décembre 2016. Il a coûté 320 millions d’euros."

Michel Janva

Posté le 18 octobre 2017 à 21h58 | Lien permanent | Commentaires (3)

Les familles, ces vaches à lait du gouvernement

Le budget 2018 de la Sécurité Sociale s'en prend de nouveau aux familles :

Michel Janva

Posté le 18 octobre 2017 à 17h42 | Lien permanent | Commentaires (13)

Le mouvement dextrogyre est-il une chimère ?

Oui selon Jean-Thomas Lesueur, qui déclare sur Atlantico :

"Certains me trouveront sévère mais je pense que les acteurs du « réveil conservateur » dont j’ai parlé, se sont un peu enivrés de certaines de leurs démonstrations de force dans la rue et de certaines conquêtes intellectuelles ou médiatiques. Nombre d’acteurs de la mouvance conservatrice se sont auto-convaincus à partir de 2012 ou 2013 qu’il existait une « majorité conservatrice » dans le pays, que la France était « à droite », que la France périphérique, oubliée, silencieuse qu’ils prétendaient incarner, était majoritaire… C’est une chimère.

Les conservateurs en France sont une minorité, une grosse minorité peut-être, mais une minorité.

Second élément du diagnostic : la paresse intellectuelle. J’entends par là que, convaincus que leur sensibilité était majoritaire, ces responsables ont cru qu’il suffisait de sautiller en répétant les mots « droite, droite, droite » pour attirer les électeurs à eux. Mais la grande masse des électeurs, au-delà des cercles mobilisés et convaincus, s’en fichent pas mal ! Regardez certains candidats à la présidence des Républicains qui n’ont que le mot « droite » à la bouche et ne parlent que de « l’avenir de la droite » ! Mais les Français n’ont que faire de l’avenir de la droite, c’est de l’avenir de la France (et du leur) qu’ils souhaitent qu’on leur parle…"

Guillaume Bernard répondra-t-il ?

Michel Janva

Posté le 18 octobre 2017 à 17h27 | Lien permanent | Commentaires (15)

Mohammed dans le top 20 des prénoms

Il n'y a pas de grand remplacement, bien entendu, mais L’Officiel des prénoms 2018 à paraître ce jeudi 19 octobre a été rédigé en s'appuyant, comme depuis près de 20 ans, sur les données de l’Insee et des registres de l’état civil pour déterminer, au plus juste, quels seront les prénoms préférés des Français, en 2018.

Si aujourd’hui les prénoms les plus portés en France sont Jean, Michel et Philippe (un peu comme les rédacteurs de votre blog...) pour les garçons et Marie, Natalie et Isabelle pour les filles, ils ne font plus partie des préférences des futurs parents.

Du côté des prénoms féminins, c’est Louise qui prend la première place. Puis, suivent Emma et Jade. Chez les garçons, Gabriel, Raphaël et Jules sont les trois prénoms masculins qui seront le plus donnés en 2018. Derrière Gabriel, Adam, Nathan ou encore Aaron, l'auteur note l'arrivée dans le top 20 du prénom Mohamed.

Michel Janva

Posté le 18 octobre 2017 à 17h04 | Lien permanent | Commentaires (4)

20 octobre : projection de La Rébellion cachée à Dieppe

La Rébellion cachée sera projetée dans un cinéma à Dieppe, le vendredi 20 octobre, à 19h45. Venez nombreux !

Pour organiser une projection dans votre paroisse, contactez rebellion.rabourdin@gmail.com

Pour commander le DVD

Thumbnail-9

Michel Janva

Posté le 18 octobre 2017 à 14h48 | Lien permanent

21-22 octobre : l'Académie Musicale de Liesse chante à Boulogne sur mer

Les élèves de l’Académie Musicale de Liesse chantent ce WE à Boulogne sur mer :

Retrouvez toutes les dates des prochains concerts sur le site internet !

  Image002

Michel Janva

Posté le 18 octobre 2017 à 14h12 | Lien permanent

21 octobre : chapelet pour la France à Toulouse

Le Groupe de Prière Toulousain “ Saint Louis de France” vous invite à un CHAPELET pour la FRANCE le Samedi 21 Octobre 2017 de 14h30 à 15h30, en l'église Notre-Dame de La Dalbade de Toulouse.

« France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » Saint Jean-Paul II, au Bourget-Paris en 1980.

Michel Janva

Posté le 18 octobre 2017 à 13h45 | Lien permanent

Convoqué au tribunal pour avoir médiatisé une affaire de viol chez les antifas

L'animateur de FDesouche est convoqué car il est accusé d'avoir médiatisé une affaire de viol chez les antifas. C'est sa 3e convocation en 15 jours...

S

Michel Janva

Posté le 18 octobre 2017 à 13h26 | Lien permanent | Commentaires (9)

Alors qu'il faisait l’objet d’un arrêté de reconduite à la frontière, il agresse une femme

Un Marocain de 20 ans en situation irrégulière a été interpellé après avoir agressé sexuellement une jeune femme lundi matin, en pleine rue, à Agen, dans le Lot-et-Garonne.

La femme de 23 ans finalement parvenue à s’échapper, avant de se réfugier chez des riverains. L’agresseur a été rapidement arrêté par la police alors qu’il tentait de fuir. Il a été mis en garde à vue, puis placé en détention. Déjà condamné pour des délits routiers, il faisait l’objet d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière.

Michel Janva

Posté le 18 octobre 2017 à 11h28 | Lien permanent | Commentaires (14)

24 heures pour la liberté religieuse avec l'AED

Michel Janva

Posté le 18 octobre 2017 à 11h24 | Lien permanent


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2014 - Le Salon Beige