Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Soutenez KTO !
Encore des raisons de voter "non"

Villiers au Palais des Sports

A l'approche du meeting de samedi, les villéristes étaient inquiets, mais le succès était au rendez-vous. Un ami raconte :

Nous étions une vingtaine, samedi matin, à préparer le meeting de fin de campagne de Philippe de Villiers au Palais des Sports de la porte de Versailles, tous inquiets de savoir si les 5000 places seraient effectivement remplies. Le contraste avec le meeting du oui de Nicolas Sarkozy : les boulevards alentours n’étaient pas noirs de policiers, et nous n’attendions ni la moitié du gouvernement, ni présentateur vedette pour animer les débats. A la place, une organisation un peu artisanale, presque « familiale.»
(...) Après divers discours, les militant ont regardé deux clips, l’un rappelant les grands moments de la campagne de Philippe de Villiers depuis septembre dernier, puis l’un présentant l’ancien et le nouveau discours du Chef de l’Etat sur la question européenne. Celui qui jadis se présentait comme « nationaliste » et dénonçait « l’Europe de l’impuissance » se targue aujourd’hui d’avoir de tous temps été un fervent défenseur de la construction européenne. Inévitablement, les « Chirac trahison » fusaient de toutes parts.
Villiers a ensuite fait son entrée dans la salle, descendant péniblement le parterre du Palais des Sports accompagné par Nicolas Dupont-Aignan, auquel les spectateurs n’accordaient d’ailleurs pas la moindre attention…
Ce dernier a pris la parole, succédant à son camarade de l’UMP Philippe Pemezec, et remerciant le Président du Mouvement pour la France de son travail dans le campagne pour le non.
Philippe de Villiers, qui a enfin pris la parole après plus de deux heures de meeting, s’est exprimé sans note, manifestement ravi et animé par l’enthousiasme que provoquait la satisfaction de voir cette salle, qu’il craignait de trouver à moitié vide, pleine à craquer. Une heure de discours léger et spontané, plus naturel que certaines autres interventions, encourageant ses sympathisants à convaincre les dernier indécis…
(...)

On peut se réjouir de ce succès pour l'un des "non" de droite. L'enjeu de la semaine à venir est maintenant double : 1/ d'abord une bataille contre le "oui", pour que le "non" gagne; 2/ ensuite une bataille qui commencerait dimanche soir 20H00 contre les "non-de-gauchistes", pour ne pas les laisser revendiquer seuls une éventuelle victoire.

HV