Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Nous voulons KTO écrit à Sarkozy
Nomination d'un évêque français

"Mariage" homosexuel en Californie

La presse annonce que "la Californie adopte un projet de loi en faveur du mariage homosexuel" (dépêche AP.) C'est aller un peu vite : en fait, rien n'est joué.

Ce qui est vrai, c'est qu'après le Sénat de l'état la semaine dernière, la chambre basse de Californie a approuvé hier, à une voix de majorité, une modification à la définition légale du mariage : ce dernier ne serait plus "un contrat civil entre un homme et une femme" mais "un contrat civil entre deux personnes." C'est la première fois que le parlement d'un état américain vote dans ce sens.

L'assemblée avait rejeté en juin cette même modification, mais une virulente campagne du lobby homosexuel lui a permis de recruter depuis trois voix qui lui manquaient lors du premier vote (Source.) L'establishment associatif prétendant parler pour les noirs (la NAACP) et les hispaniques (United Farm Workers) a vigoureusement appuyé ces efforts - bien que les enquêtes montrent que ces groupes sont encore plus opposés au "mariage" gay que l'ensemble de la population.

Les célébrations des militants homosexuels pourrait être de courte durée : plusieurs scénarios pourraient permettre que cette loi ne soit pas appliquée.

D'abord, le gouverneur Schwartzenegger pourrait refuser de la signer : elle n'entrerait alors pas en vigueur. Il semblerait que ce soit son intention (Source. Addendum jeudi 6h45 : c'est officiel, le gouverneur mettra son véto.) Non qu'il soit devenu un défenseur des valeurs traditionnelles (il ne l'est pas), mais il a dit vouloir respecter la volonté du peuple qui s'est exprimé à 61% en 2000, lors d'un référendum, en faveur du texte suivant :

"Seul le mariage entre une homme et une femme est valide ou reconnu en Californie."

Le second scénario serait que les tribunaux considèrent que la nouvelle formulation du mariage, qui n'inclut pas explicitement l'union des homosexuels, doive être lue à la lumière du texte approuvé en 2000.

Un troisième scénario serait qu'un nouveau référendum d'initiative populaire fasse revenir à une définition traditionnelle du mariage. Les groupes pro-famille les plus actifs seraient prêts, si nécessaire, à susciter ce référendum dès 2006.

Henri Védas

PS : un mot sur le caractère biaisé de la dépêche AP citée au début. Outre qu'elle ne cite que les partisans du "mariage" gay,

- Elle indique que le rejet du texte en juin était "un vote serré" (il s'est joué à 3 voix près), mais ne dit pas la même chose du vote d'hier qui se serait joué à "41 voix contre 35" : il s'est en fait joué à une voix près, puisqu'il lui fallait une majorité absolue (soit 41 sur 80.)

- Elle prétend faussement que la proposition 22 s'applique aux "unions homosexuelles conclues dans d'autres Etats et pays", sans citer d'ailleurs la large majorité à laquelle elle a été adoptée. Elle s'applique en réalité d'abord aux mariages célébrés en Californie.