Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



ONU : encore une allégeance à la culture de mort
Sarkozy cite le "pays réel" !

Ivan Rioufol sur Radio Courtoisie

L'éditorialiste du Figaro présentait chez Jean Ferré ce soir son recueil d'éditoriaux : Chroniques d'une Résistance.

Sa chronique de vendredi dernier, sur l'après-émeutes, peut encore être lue sur le site du Figaro :

Qui a mis la France dans cet «état d'urgence» ? Ceux qui ont laissé croire aux seuls bienfaits de la multiethnicité, du mélange des cultures, de la «citoyenneté du monde». Ceux qui ont, dans le même temps, ringardisé le patriotisme, relativisé la légitimité des lois, victimisé les minorités. Ceux qui ont dissimulé les réalités, bidonné les chiffres, nié les évidences. Ceux qui ont lynché les contradicteurs. Comment suivre encore ces faiseurs de désastre ?

Commentaires

A noter également la sortie d'un recueil des chroniques de Ivan Rioufol.

Olivier

Le seul dommage de l'excellent article de Roufiol est qu'il se croit obligé, et malheureusement de plus en plus, de stigmatiser a contrario la droite nationale et le mouvement de Jean-Marie LE PEN, pourtant les seuls depuis 30 ans à avoir alerter justement les Français sur les dangers de l'invasion migratoire depuis le funeste "regroupement familal" autorisé pour les immigrés par Chirac en 1974...
Peut-être est-ce le prix à payer pour ne pas être censuré au Figaro? en tous cas, c'est fort peu digne, car rien n'autorise, en lisant le programme du FN à la lettre, que ce mouvement courageux ne soit en aucune façon fauteur de guerre.
Pas comme ces gentils "discriminés" qui remercient la France en brûlant eux voitures, bus, écoles, églises, par milliers...

Guillaume SP

L'enregistrement de l'emission est disponible ici: http://www.grosmalin.info/radiocourtoisie

Rioufol c'est comme Le Pen; c'est du flan.

Ce sont tous deux des anti-chrétiens radicaux, qui, en échange de quelques avantages en nature, maintiennent le peuple de France sous le boisseau

Michel Janva

Le problème de ce genre de commentaire, c'est d'être purement gratuit.
Quand on brandit ce genre d'accusation, encore faut-il l'agrémenter de quelques réflexions. Sinon, on ne convainc personne...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.