Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Pavlov à l'Assemblée Nationale
Rappels sur l'homosexualité (2)

Rappels sur l'homosexualité

Suite à la publication du Vatican interdisant l'accession au sacerdoce aux homosexuels, les réactions antipapistes vont bon train, surtout de la part de certains qui fréquentent peu la messe dominicale... Mais c'est l'occasion de rappeler quelques vérités politiquement incorrectes que certains (souvent les mêmes que ci-dessus) qualifieront d'"homophobes" à défaut de pouvoir fournir une analyse cohérente.

Ainsi, le prêtre et psychanalyste français Tony Anatrella explique que "l’homosexualité apparaît comme un inachèvement et une immaturité foncière de la sexualité humaine", et par conséquent les homosexuels "ne sont pas dans l’état adéquat pour se marier, pour adopter des enfants et pour accéder au sacerdoce". Les prêtres homosexuels ont tendance à détourner leur fonction "à des fins narcissiques". Ils sont "dans la séduction" et ont "de sérieuses difficultés pour se situer institutionnellement dans la coopération avec les autres". "Quelques uns adoptent des conduites affectives douteuses, formulent des critiques mettant en cause des réalités essentielles de la vie sacerdotale et contestent les vérités enseignées par l’Eglise".

Outre les "risques de passage à l’acte sexuel", Mgr Anatrella énumère les comportement développés par les prêtres homosexuels : "relations souvent fusionnelles", "repli sur un clan de personnes de même type", "élections effectives exacerbées", "position narcissique face à une communauté qui la perturbe", "rapport à l’autorité fait de séduction et de rejet", ou encore "exercice du gouvernement manipulatoire des idées et des personnes".

Michel Janva

Commentaires

Guillaume

Je suis catholique, traditionaliste et révolté par ce genre de propos aussi peu fondés que peu chrétiens. Et certains se réjouissent parce qu'ils sont "politiquement incorrects"... Mais dans ce cas précis, Mgr Anatrella a beau ne pas suivre les sirènes de ce monde, il n'en suit pas pour autant la voie de l'Evangile.
Guillaume, qui connait de saints prêtres "à tendance homosexuelle"

Il est bon de rappeler également la genèse de ce texte, qui s'applique certes à toute l'Eglise mais vise plus particulièrement l'Eglise des Etats-Unis d'Amérique.

L'Eglise, aux Etats-Unis, a connu un très grand nombre d'affaires d'abus sexuels sur mineurs. Un prêtre étant une personne ayant autorité sur les personnes dont il a la charge, la loi le considère comme personne ayant autorité et de ce fait, considère qu'il ne peut y avoir de consentement de la part de toute personne de moins de 18 ans.

Un très petit nombre de cas sont des cas de pédophilie : la pédophilie désigne l'attirance pour des enfants, garçons ou filles, n'ayant pas atteint l'âge de la puberté. Toutes les études sérieuses ont démontré que la proportion de pédophiles passant à l'acte dans une population masculine donnée (la prêtres catholiques, les pasteurs protestants (donc mariés), les pères de familles, les célibataires, les homosexuels, les hétérosexuels) est la même.

La très grande majorité des cas d'abus sexuels sur mineurs dans l'eglise catholique américaine sont des cas d'éphébophilie, concernant donc des garçons adolescents de moins de 18 ans. L'éphébophilie est bien entendu le fait d'homosexuels, puique les jeunes gens concernés sont physiquement matures. Elle est également revendiquée par la culture gay : l'une des revendications des mouvement gay est (ou a été, lorsque la loi est passée dans certains pays) d'abaisser l'âge de la majorité sexuelle pour les actes homosexuels (à 15 ans en France depuis 1982). On peut également citer, pour souligner à quel point l'éphébophobie est louée dans ce milieu, que le premier épisode de "Queer as Folk", la série gay-friendly la plus connue, raconte la première aventure sexuelle d'un adolescent de 15 ans avec un adulte.

Le texte en question est donc surtout là pour qu'on n'ordonne plus des personnes enclins à avoir ce type de rapports sexuels.

Michel Janva

Un commentaire n'est pas le lieu le mieux choisi pour éructer son désaccord mais pour apporter une contribution rationnelle au message posté, quel que soit le parti pris.

Se dire 'révolté' par certains propos, sans expliquer le pourquoi ni donner d'arguments et donc, ne pas faire progresser le débat, c'est inutile. Et bien souvent contre-productif (c'est pourquoi j'ai indiqué que certains qualifieront ces propos d'"homophobes" sans pouvoir y apporter la moindre analyse compétente).
MJ

koz

Tiens, le Père Anatrella se retrouve évêque, chez vous ?

Jean-Jacques Roos

Bien que n’étant pas chrétien, c’est pour moi un grand plaisir de constater que l’Eglise s’est enfin dotée d’un pape qui n’a pas peur de proclamer les valeurs du catholicisme, sans sacrifier aux sirènes d’une prétendue modernité.
D’autant plus que, c’est suffisamment rare pour qu’on le souligne, la position du Vatican sur l’homosexualité s’appuie sur les données de la science.

Désolé Guillaume, mais il est en effet scientifiquement établi que l’homosexualité est une anomalie de l’identité sexuelle conséquence d’un accident dans la création au fil des ans de cette identité. Elle est bien, sans contestation possible, un inachèvement et une immaturité foncière de la sexualité humaine.
Les comportements induits par cette perversion (au sens de Freud) sont aussi scientifiquement connus et constituent un obstacle insurmontable au mariage, à l’adoption d’enfants et au sacerdoce.

C’est si vrai que le lobby militant, avec hélas un succès croissant, pour que l’homosexualité soit intronisée comme un modèle social supérieur au modèle hétéro traditionnel exige que ces données scientifiques, déclarées homophobes, soient exclues du débat réduit à sa composante sociologique.

Je ne vois nul passage de l’Evangile préconisant que l’enfant soit réduit à un objet mis sur le marché à la disposition de tous les détraqués sexuels, civils ou religieux.

En revanche, je pourrais citer de très nombreuses lignes de St Paul (certainement bien connues d’un catholique traditionnaliste) faisant l’éloge du célibat et de la chasteté.

Guillaume

Je vais tenter, comme on me le propose, d'"apporter une contribution rationnelle au message posté"...
Ce qui me frappe dans les diverses réactions, c'est le manque rapport au réel. Avez-vous déjà rencontré un homosexuel ? Et ailleurs qu'à la Gay Pride ou qu'à une contre-manif de SOS touts petits ? Il y en a sûrement d'immatures et d'instables qui feront de mauvais prêtres mais pourquoi généraliser a priori ?
Devra-t-on à l'avenir rejeter tous ceux que des études pseudo-scientifiques (dont on se garde bien de fournir la moindre référence) auront catalogué comme instables à commencer par les enfants issus de familles éclatées ?
Bref, l'acte homosexuel est un péché grave, cela ne fait pas de doute mais la tendance n'est-elle pas avant tout une blessure que le Christ peut guérir mais aussi appeler à laisser brûler d'amour dans toute forme de vie ?
Dernière chose, si seuls les prêtres à tendance homsexuelle avaient les vices décrits, quels saints pasteurs aurions-nous !
Guillaume, toujours catholique et traditionaliste

Etch.

Guillaume,

il faudrait je pense lire TAnatrella dans son intégralité.
Il ne dit pas que tout prêtre à tendance homosexuelle est immature etc...
Relis bien.
Il souligne quelques traits que le praticien qu'il est doit connaître par son travail.
Mais il est assez subtil pour ne pas mettre tout le monde dans le même sac !
Il suligne les tendances, mais ne se permets pas de dire que tous sont ainsi ou ainsi !

Frédéric

Il ne s 'agit ps d 'un inachèvement, ni d'une maladie génétique, ni même d'un accident psychanalitique hérité de la petite enfance, il s'agit d'une nature, on né comme ça et il n'y a pas de choix sauf celui de ne pas aller contre sa nature propre qui le pourrait??
Stigmatiser pour assouvir une frange plus conservatrice de la doctrine est plus juste comme justification. S'affirmer en dogme comme juge est lache et peu reflechi et contraire a toute église...
je suis catholique, je suis traditionnaliste, je trouve dans le rite traditionnel une paix et un equilibre avec mon createur mais je ne demande pas que toutes les églises reviennent au rite de ST PIE V pour autant, je respecte chaque culte. Le sacerdoce est une question de coeur, un appel de l'âme et pas une débauche de corps, tout homme doit puvoir y acceder.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.