Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Bethléem : cet impôt qui chasse les chrétiens
Encore des bonnes nouvelles en 2005

Chirac veut inscrire l'abolition de la peine de mort dans la Constitution

Le Président de la République l'a annoncé lors des voeux du Conseil constitutionnel. Son initiative vise à permettre la ratification d'un protocole que ledit Conseil avait déclaré inconstitutionnel en octobre. Ce protocole veut lier les mains de la France en lui interdisant de rétablir la peine de mort.

La position du Catéchisme sur la question est claire (§2267) : si l'Etat peut assurer la paix civile en ne recourant qu'à des moyens "non sanglants", c'est ainsi qu'il doit faire. Le catéchisme, citant Evangelium vitae, estime que les cas où la peine de mort est nécessaire "sont désormais assez rares, sinon même pratiquement inexistants".

Mais l'initiative chiraquienne veut retirer à la France la possibilité de rétablir cette peine même si les circonstances, par exemple un effondrement de l'état de droit et de l'autorité de l'Etat, la rendaient nécessaire : or chacun perçoit qu'un tel scénario n'est pas fantaisiste. L'Etat ne serait pas alors en mesure de "protéger efficacement de l’injuste agresseur la vie d’êtres humains" en recourant à la peine capitale, comme l'y autorise le catéchisme.

En apparence, les motivations de Chirac rejoignent celles de Jean-Paul II :

"Une telle révision, en inscrivant solennellement dans notre Constitution que la peine de mort est abolie en toutes circonstances, consacrera l'engagement de la France. Elle témoignera avec force de notre attachement aux valeurs de la dignité humaine."

Mais s'il cohabite avec l'avortement légal, l'euthanasie rampante et les manipulations de l'embryon humain, le geste français ne sera nulle part interprété comme un réel souci de la "dignité humaine". Tout au plus un signe de plus de notre schizophrénie...

Henri Védas

Commentaires

Baizeau

Chirac, dont le bilan est tristement négatif,(émeutes, échec du référendum sur la Constitution européenne, malgré son implication personnelle, dissolution désastreuse de 1996,) n'espère-t-il pas simplement à engranger un succès facile, ( les média font la doxa)et laisser quelque chose derrière lui ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.