Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



La culture de mort eugéniste s'attaque aux nourrissons
Vox Galliae sur Radio Courtoisie

Trois aveux sur le lobby gay

Après le tsunami médiatique de ces derniers jours, chacun aspire à parler d'autre chose que des revendications "gays" - mais pas avant d'avoir noté trois aveux importants dans cet article du Nouvel Obs de la semaine dernière.

1. La stratégie "gay" sait procéder par étapes, en dissimulant l'étape suivante

Philippe Fretté, qui en 1986 avait fondé l’APG (Association des Parents gays… et bientôt lesbiens) [...] s’entendait souvent dire [...] : « Des mômes ? Qu’est-ce que c’est que cette idée ? Vous voulez le beurre et l’argent du beurre ! » [...] L’association a accepté de se taire le temps du pacs. « On avançait par étapes », rappelle la présidente de l’époque, Martine Gross. « Après, on est monté au front avec deux lignes directrices : visibilité et reconnaissance. » C’est elle qui, un soir de 1997, a jeté sur un coin de table le mot « homoparentalité ». [Sur ce dernier point : voir ici]

2. La complaisance des médias a étonné même les "gays"

Les journalistes ont repris en boucle les estimations de l’APGL – 200 000 petits concernés –, corrigées depuis par le démographe Patrick Festy, qui évalue à 40 000 maximum le nombre d’enfants élevés par des parents homosexuels. La bienveillance médiatique a surpris jusque dans les rangs de l’APGL. « Parfois, on se demande même pourquoi la presse nous a tellement aidés ? » Parce que les journalistes sont tous de gauche, jurent les mauvaises langues, ou tous politiquement corrects. « Parce qu’ils cultivent, comme beaucoup de gens, une forme de culpabilité vis-à-vis des homos », avance le psychanalyste Jean-Pierre Winter.

3. Les psychanalystes réservés sur l' "homoparentalité" sont réduits au silence

Les psys, souvent réticents il y a encore cinq ans, sont moins prolixes sur la question. Certains ont fini par rallier la cause, d’autres par baisser les bras. Quelques-uns confient qu’ils n’osent plus parler.

Dissimulation, complaisance, intimidation : un résumé des stratégies subversives dans bien des domaines ces dernières décennies.

Henri Védas (merci à O.N.)

Commentaires

Noel

Concernant la complaisance des médias, on en a encore eu une preuve dans le journal de 19h, sur europe 1 aujourd'hui. La radio annonce que la décision de reconnaissance d'autorité parentale pour la compagne de la maman d'un petit garçon a été rejetée par le parquet. L'annonce est suivie d'une interview où la maman accuse la justice "d'homophobie" et de "militantisme", déclarant que cette décision du parquet condamne son fils à être un jour orphelin etc. Le journaliste conclut que "les deux mamans" vont poursuivre leur combat. Il n'a même pas employé le terme belle-mère, revendiqué par certains lobbies. Non, pour lui, c'est une deuxième maman, tout simplement.

Etre compagne d'une mère entraînerait donc de fait, pour cette radio, une reconnaissance de maternité. On est vraiment dans la dictature de l'émotion, du novlangue et de la victimologie.

iu

A propos de Philippe Fretté, je sais DE SOURCE SURE, qu'il n'y a de sa part aucune volonté de complot, de désir d'attaquer la société traditionnelle et ses valeurs.

Lui et son entourage sont des gens cultivés et intelligents, dont un certain nombre de 'gays' qui ont été tres proches de l'Eglise, et qui ne sont pas précisément anti-catholiques, et même, parfois, sincérement catholiques.

Le drame est que ces gens-la, faute de doctrine sure, ont perdu tout point de repere doctrinal.

Je m'explique : Pour eux, être catholique, c'est aimer le Pape, aller parfois a l'Eglise, et etre gentil avec ses voisins sans distinction. C'est tout. Et a partir du moment ou l'on fait cela, tout est permis.

Ce qui rend ces gens-la extremement dangereux, c'est qu'ils sont de bonne foi, et sont a tous les points de vue des personnes respectables. Mais ils sont schyzophrenes a l'echelle de centaines de milliers d'individus.

Ainsi, il est legitime de coucher avec n'importe qui si on en a un desir sincere. Et a ce moment, il est legitime d'avoir un gamin si on le souhaite - sincerement. Pas d'interdit, pas de transcendance, pas d'identite.

Allez voir les fils "Le declin de l'empire americain" et "Les invasions barbares" : C'est exactement ce qui se passe.

Etant passe par un college catholique autour de 1975, j'y ai trouve la meme aberration mentale, extremement insidieuse, car penetree de bons sentiments - sinceres !

Et a nouveau, ce qui rend dangereux cette classe qui fait l'opinion (En gros, le lectorat du Nouvel Obs), c'est qu'il s'agit souvent de gens cultives, intelligents, epanouis, avec du temps libre - beaucoup de temps libre, et sans aucun blocage mental ce qui les rend tres receptifs a de nouvelles idees, outils, technologies. Alors nous, en quelque sorte, nous restons comme des idiots sur le bord de la route sans bien comprendre ce qui se passe.

Le remede ? Lavage de cerveau, camps de reeducation, ou bien attendre que cette generation qui n'a connu ni guerre, ni chomage, ni insecurite, soit a l'hospice : Encore dix annees de patience.

Ingomer

La sincérité des homosexuels [qui se disent "catholiques" tout en bafouant l'enseignement doctrinal des papes...], ne fait ni la vérité, ni la légitimité.

Ces lobbyes procèdent effectivement par étapes, en dissimulant l'étape suivante. Ils ont commencé avec le PACS des socialistes que la droite jura alors de supprimer, son retour au pouvoir établi. La droite, entérina le PACS et l'améliora. Nous sommes maintenant à l'étape du "mariage" homosexuel au nom de l'Egalité, comme si un couple hétéroxesuel était égal à un couple homosexuel, cependant que l'un donne la vie, l'autre non !

La "bienveillance" médiatique, qu'on devrait plutôt nommer "complicité" médiatique "systématique", n'est que celle des loges qui tiennent et occupent ces mêmes medias.

Le père Tony Anatrella, prêtre et psychanaliste, a écrit plusieurs fois sur le sujet. Je vous encourage à le lire, c'est complet mais pas complexe ou confus.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.