Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Ouverture du blog d'Yves Daoudal
Les mauvaises fréquentations de la JOC

La fin de la carte scolaire ?

SOS Education fait le point des déclarations de différents responsables, de Ségolène Royal à Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin, qui parlent qui de l'assouplir, qui de l'abolir.

L'article rappelle au passage un peu d'histoire :

Rappelons que la carte scolaire a été créée sous la IIIème République dans le but de fournir aux élèves un nombre suffisant de classes et d'établissements, situés à une distance raisonnable de leur domicile. Il s'agissait donc d'une contrainte qui s'imposait au service public, qui devait construire des écoles en conséquence. En 1963, la contrainte s'est inversée, et l'obligation repose aujourd'hui non plus sur l'administration mais sur l'élève, dans le but de favoriser la mixité sociale.

Henri Védas

Commentaires

Hubert Muda

Mes enfants sont dans le privé catholique à Saint-Cloud, mon épouse est prof dans le privé et visiblement, vu le message dessous sur le programme du MPF qui évoque mollement ce point, j'ai l'impression que tout le monde se fiche de ceux qui font le choix du privé pour leurs enfants, qui payent le privé et qui, de surcroît, par leurs impôts subventionnent le public.
Voici le programme du MNR sur le site de ce mouvement (rubrique école) :

"045. Assurer aux parents le libre choix de l'éducation de leurs enfants car c'est à eux et non à l'État que revient cette responsabilité essentielle.
046. Rompre avec le pédagogisme qui transforme les enseignants en animateurs et prive les élèves des connaissances et de la formation qu'ils doivent recevoir.
047. Donner plus d'autonomie aux établissements scolaires afin qu'étant responsables de leurs résultats, ils soient encouragés à faire toujours mieux.
048. Abandonner la carte scolaire qui entrave le libre choix de l'établissement par les parents.
049. Introduire entre les écoles une saine émulation qui pousse à l'amélioration de la qualité des enseignements.
050. Instaurer le chèque scolaire pour financer l'école privée sans discrimination par rapport à l'école publique.
051. Abroger la loi Falloux afin de pouvoir subventionner les établissements du privé comme ceux du public."
Je demande donc à Bruno Mégret (qui a ses enfants dans le privé catho) de se lancer dans la bataille présidentielle..il aura au moins deux voix.

xango

avant les élections,on promet à tous vents!
j'ai entendu récemment ( sur Radio Courtoisie) Monsieur Bruno Mégret
c'est vraiment un homme intelligent,
pour l'instant mal ou pas assez employé
Cela dit, il n'y a pas tant de différence que ça ,dans le système actuel, entre le privé (sous contrat) et le public
tout dépend des profs, et des chefs d'établissement
quelques anecdotes(comme on dit)
- dans un établissement privé catho parisien sous contrat, une prof d'histoire-géo faisant chanter l'internationale à tue-tête à ses élèves, sous prétexte que ça fait partie du programme sur l'URSS...
- dans un grand lycée public: le portrait de Sartre, trônant dès l'entrée, de plein pied (le "dieu" quoi!)
-par contre, quelques profs (surtout dans le public,car dans le privé ils ne s'y risqueraient même plus)disant à leurs élèves que dans un but pédagogique ils vont leur exposer tout le savoir, pas seulement le politiquement correct
un prof d'histoire parlant de Brasillach
et, dans un autre établissement, également prestigieux, un prof d'histoire expliquant à ses élèves (de prépas) que ceux qui s'apprêtent à vôter UMP en pensant que c'est un parti de droite vont se faire avoir, car c'est "historiquement" un parti qui se référe à la Révolution
je me demande finalement qui fait le plus de Résistance
je me demande finalement d'où viendra le changement

sixtine

@xango
je pense que vous n'avez pas d'enfants d'âge scolaire à Paris.
Je vous assure qu'il n'est pas imaginable d'y scolariser ses enfants dans le public, surtout à partir de la 6ème.
Sauf si :
1/ vous habitez près des Lycées Henri IV ou Louis le Grand, (ce qui suppose des moyens financiers très conséquents, car la présence de ces établissements fait monter les prix de l'immobilier)
2/ vous avez "du piston" pour faire entrer vos têtes blondes dans ces établissements publics d'excellence.
Dans le cas où vous ne remplissez pas ces conditions, eh bien il vous reste le Privé. Comme 40% des Parisiens. La carte scolaire génère des injustices encore plus criantes à Paris qu'en Province. Et malgré ce que vous dites, je persiste à soutenir qu'il y a une réelle différence entre le Privé et le Public.

xango

@sixtine
il n'y a pas que Henri IV et Louis le Grand qui ont un bon niveau,il y a aussi Chaptal, Charlemagne, Copndorcet,hélène Boucher et beaucoup d'autres
à la fin de la 3 ème, la carte scolaire est plus souple
quant aux etablissements prestigieux, ils s'obtiennent aussi sur présentation d'un excellent niveau de l'élève,pas du tout sur le lieu de résidence (les élèves médiocres sont virés en finde collège)
certains établissements sont dangereux, y compris à Paris, et c'est pourquoi les parents mettent alors leurs enfants dans le Privé
nombreux sont également les élèves qui viennent de banlieue

xango

@sixtine
dans le privé, ce qui fait la différence, c'est un encadrement plus personnalisé,des règles morales pus explicites,cela dit les profs y sont souvent moins bons, moins diplomés,avec la génération des profs post-68,et ce n'est pas le directeur de l'établissement qui les choisit malheureusement
cela dit, je suis pour la disparition de la carte scolaire et la liberté totale de choix
mais je suis surtout pour une refonte totale de la formation des profs, et la séparation entre enseignement et partis politiques justement (actuellement, la pluspart des profs ont la carte du PS et leur enseignement vise principalement à répandre cette idéologie
le savoir passe en second pour nombre d'entre eux,surtout dans des matières molles comme la littérature, la philo, l'histoire et la géo ,sans parler de la sacro-sainte éducation civique avec sa formation de "l'esprit citoyen!"

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.