Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



La blogosphère catho et la culture du débat
Le Nicaragua bannit tout avortement

Bras de fer entre Rome et l'épiscopat français

L'annonce d'une plus grande ouverture envers les fidèles attachés au rite dit de Saint Pie V suscite des remous au sein de l'Eglise de France, qui laissent à penser que les clivages des années post-conciliaires ne sont pas dépassés. Tout au moins au niveau de l'épiscopat. Et de l'épiscopat français, faut-il insister, car à l'étranger, l'obéissance à Rome (ou tout au moins l'absence de violente critique) semble être la norme. En effet, un exemple parmi d'autres, Mgr Corrada, évêque de Tyler aux USA :

"J’ai donné la permission et je donnerai la permission à tous les prêtres qui souhaitent célébrer la liturgie selon le missel de 1962. [...] La raison pour cela est que je considère la messe selon le missel de 1962 – et en particulier avec l’encouragement de Jean Paul II – comme une chose normale, pour tout prêtre qui le souhaite et qui est formé pour cela, qui peut être mise à sa disposition et à celles des fidèles."

Rien à voir avec la réaction, là encore un exemple parmi d'autres, de Mgr Dagens, évêque d'Angoulême, qui est à la limite de faire un procès de 'catholicité' au Souverain Pontife :

"Si jamais on voulait, de manière autoritaire, imposer un biritualisme, on serait dans une situation grave et préoccupante. Il serait dommageable pour l'authenticité chrétienne et la vie de l'Eglise que deux rites différents soient les propriétés de groupes catholiques qui les brandiraient comme des étendards. Ou sinon, on n'est plus dans la logique catholique."

Ainsi, hier à Paris, le cardinal Francis Arinze, préfet de la Congrégation pour le culte divin, a dénoncé les abus en matière liturgique, à l'occasion d'un colloque organisé par l'Institut supérieur de liturgie auquel ont participé plus de 200 spécialistes et une vingtaine d'évêques français. Les archevêques de Paris et de Toulouse, Mgrs André Vingt-Trois et Robert Le Gall, ont ainsi saisi cette occasion pour faire part de leurs doutes et de leurs inquiétudes face à la restauration annoncée de l'ancien rite.

Le bras droit de Benoît XVI sur ces dossiers a ainsi dénoncé «ce maniérisme ouvertement égocentrique que nos assemblées du dimanche sont parfois obligées de subir» ainsi que «la fausse humilité» qui consiste pour un prêtre à «partager son rôle avec les laïcs». Mgr Le Gall, chargé des questions liturgiques au sein de l'épiscopat français, espère que «toutes les réactions entendues en ce moment en France pourront amener Rome à moduler le texte en préparation». Certains évêques français, mais non pas tous, semblent penser que l'Eglise qui est en France est le centre de l'Eglise...

Michel Janva

Commentaires

pierre

et oui, certains évêques de l'épiscopat français commencent à se dévoiler. Pourquoi ont-ils peur ? Pourquoi tant de remue-ménage ?
ils auraient mieux fait de donner plus de souffle évangélisateur dans leurs diocèses, de dire clairement la pensée de l'Eglise sur certains sujets, au lieu de faire du "politiquement correct".
Même si je ne suis pas intégriste, je trouve que les prêtres "intégristes" osent plus, dans leurs paroles, le message de Jésus-Christ (même si parfois, cela peut être un peu "brusque". On veut parler de bi-ritualisme, mais qui a dit que cela deviendra ainsi ?

l'homme dans la lunel

Les exès liturgiques de nombreux prêtres ne sont pas des faits isolés sortis de leur contexte, ils sont très fréquents, en particulier en province. Qui n'a pas eu un frisson avant d'aller à la messe sur son lieu de vacances en se demandant à quelle sauce la messe serait accomodée.

David

Le texte que vous citez n'est pas de Mgr Lacrampe mais de Mgr Dagens (dans La Vie).
Amicalement,
David.

[Je n'en suis pas certain. Mgr Dagens a aussi "récriminé" en écrivant notamment "Il y a la charité, la main tendue mais il y a à être vrai. Ces prêtres ne peuvent venir dans un diocèse sans l'accord de l'évêque des lieux, il n'est pas dans mon intention d'en accueillir, on ne peut rayer d'un trait le concile Vatican II. " Bel exemple de charité effectivement. NDMJ]

Marc

Je vais vous faire part de mon expérience personnelle, que j'ai déjà évoqué sur le forum catholique sous mon nom de baptême (j'utilise parfois le pseudo "Marc" par égard pour mon parrain qui m'a donné mon 2e prénom) :

--------------------------------------------

Comme certains le savent, je suis Français mais j'ai été baptisé, confirmé et eucharistié dans le rite melchite grec catholique (un rite byzantin, donc, mais dépendant de Rome).

Jusqu'à l'âge de 12 ans, je n'ai connu que ce rite, à l'exception des vacances dans le Beaujolais, où je suivais les offices dits de Paul VI ; puis j'ai découvert, grâce à mes parents, le rite dit de Saint-Pie V.

Depuis, j'alterne les 2 rites, tout en suivant le nouveau rite toujours en vacances.

Et bien, quand je dis que j'assiste parfois à la messe en latin, la question - l'invective, devrais-je malheureusement dire - fuse "Tu es intégriste ???".

Ceci ne m'arrive jamais si je dis d'abord que je vais à un office en langue arabe ; tout au plus me demande-t-on, étonné mais jamais agressif si je suis un converti musulman (ce à quoi je réponds par la discussion que de nombreux arabophones sont chrétiens).

Dans le premier cas (messe en latin), je provoque alors la prise de conscience en leur expliquant que j'assiste également à des offices en arabe. Le réflexe pavlovien (bah oui, vous savez, les affirmations un tradionnaliste = un intégriste = un lepeniste = un raciste) se heurte frontalement au fait que je communie avec des Arabes, ce qui pour un raciste le fait moyennement, comme le dit un de mes amis libanais !

Robert

Bizarre en effet que ces évêques aient peur ! De quoi en fait ? De sauver des âmes ? D'annoncer l'Evangile ? Que cela soit fait par d'autres qu'eux, eux chez qui les églises se vident et les séminaires se ferment ? "Ils" représentent 95/99% des catholiques en France, alors pourquoi s'effrayer ? De peur peut-être que leurs "assemblées" se vident encore plus au bénéfice des messes tradi ? Sûrement... Mais pour le plus grand bénéfice des âmes de chacun, n'est-ce pas le rôle et la beauté du sacerdoce ?
Comme par hasard, il n'y a qu'en France qu'il y a cette petite cabale de comptoir de café.

François

Emouvant commentaire, Marc.
Merci.
Ceci rappelle entre autres choses que l'église a toujours été pluri-ritualiste sans que cela n'implique de divisions. Unité n'est pas unicité!
Rappelons les rites lyonnais, ambrosien, dominicain...

Philippe

La France multiconfessionelle semble moins leur faire peur que l'Eglise multirituelle. Homo homini lupus est, religio religioni lupior, sacerdos sacerdoti lupissimus

demosthene

Mgr Dagens a dit à propos des prêtres souhaitant célébrer selon le rite St Pie V : "il n'est pas dans mon intention d'en accueillir, on ne peut rayer d'un trait le concile Vatican II."

Je trouve cette réflexion très révélatrice. En effet le problème du rite en France est, plus qu'ailleurs, lié à celui de la réception du Concile en général, et ce de manière beaucoup plus forte et sensible que dans d'autre pays. Ce n'est pas tant contre le rite St Pie V que s'élève Mgr Dagens et d'autres évêques français, mais contre le sentiment qu'ils ont que les défenseurs, en France, de ce rite sont aussi des opposants au concile.

Dans bon nombre d'autres pays, la confusion n'existe pas. J'ai fréquenté une paroisse catholique en Nouvelle-Zélande où la messe était célébré selon le rite St Pie V : je n'y ai jamais entendu une critique contre Vatican II, tout le monde l'acceptait sans problème avec un état d'esprit résolument différent de celui de la plupart des fidèles français de ce rite. Dans ce cas on peut comprendre que l'évêque américain que vous citez ne trouve aucun motif d'empêcher la célébration de ce rite.

Bref compte-tenu du climat extrêmement passionnel dans notre pays sur ce sujet (il suffit d'être lecteur régulier de ce blog pour s'en convaincre), je ne peux pas m'étonner des réserves d'un Mgr Ving-Trois (difficilement taxable de progressisme) qui doit bien analyser de l'intérieur les conséquences d'un tel décret dans notre contexte national particulier.

David

Le texte donné comme étant de Mgr Lacrampe est bien extrait d'un entretien de Mgr Claude Dagens pour La Vie.
Sans rancune !

"Est-il possible d'envisager le biritualisme de l'eucharistie?

CD. Si jamais on voulait, de manière au­toritaire, imposer un biritualisme, on se rait dans une situation grave et préoc­cupante. La liturgie n'est pas un objet qui peut être manipulé. Les rites ne sont pas les propriétés de groupes humains. Il serait dommageable pour l'authenti­cité chrétienne et la vie de l'Église que deux rites différents soient les propriétés de groupes catholiques qui les bran­diraient comme des étendards. Ou sinon, on n'est plus dans la logique catholique. Car on ne peut pas séparer une question d'ordre disciplinaire (concernant la réintégration des intégristes) de la vérité de l'Église."

L'entretien complet en format texte ici
http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=229531

pierre

Pourquoi certains évêques ont l'impression que d'accueillir les intégristes, cela va rayer tout le travail du Concile Vatican II. C'est n'importe quoi ! Au contraire, cela devrait les pousser à aller dans le sens du Concile Vatican II et à donner du souffle aux jeunes qui ont soif et sont en attente de la Parole de Dieu.
Je vois beaucoup de jeunes qui vont à la messe de Saint Pie V et qui rayonnent de joie. On a envie de les suivre. Faisons de même avec le rite paulinien ! Le Christ est là pour tout le monde !

Toto

Le missel Paul VI, je connais bien. Grâce à lui j'avais perdu la Foi.

Je l'ai retrouvée il y a peu d'années grâce à la messe Traditionnelle, celle qui a contribué à nous donner tant de saints... ça a tout changé dans notre famille; un approfondissement de la Foi extraordinaire.

Je souffre abominablement de l'égoisme infect et des positions politique scandaleuses de ces évèques lamentables.

Et après tout ça, vous croyez que je vais les remercier????

Il fut un temps où les fidèles empoignaient les mauvais évèques et religieux pour les jeter dehors, en leur enjoignant de ne plus revenir.

charly

@ Robert:
S'il n'y a qu'en France qu'il y a cette polémique, c'est peut-être moins à cause des évèques que l'on y trouve que de la plus forte proportion de traditionnalistes.
Deux exemples pour illustrer cette idée que la France est la plus concernée par la question de la messe Pie V :
-La fraternité St Pie X estime que sur ses 200 000 fidèles, la moitié se trouve en France.
-Au JMJ de Cologne de 2005,de jeunes fidèles du rite tridentin et venues de toute l'Europe sont parties avec le groupe Juventutem. Sur les 1000 jeunes, 700 étaient français.
Si les évèques des autres pays semblent moins hostiles que les évèques français, c'est donc peut-être aussi parce que notre pays a un rapport disons privilégié avec le traditionnalisme...

D

Jésus nous donne de bons conseils : utiliser les moyens du "serviteur infidèle" ! Une bonne partie des évêques de France réagissent comme le français moyen, c'est à dire en fonction de ce qu'ils entendent ou lisent dans les média, et conformément au politiquement correct. Utilisons donc les média pour donner une bonne (et vraie) image des "tradis" et des communautés "tradis". Faites-vous connaître et interviewer dans les média que lisent ces évêques, car la vérité c'est que les communautés tradis sont très joyeuses, accueillantes, généreuses, aimantes, ouvertes, douces, belles, très peu critiques envers les autres catholiques (mille fois moins que ce qu'ils subissent), et leur intention est bonne et louable : respecter Dieu de leur mieux, vivre leur foi dans la Charité selon leur sensibilité ! Il faut tordre le cou aux préjugés et jugements à l'emporte-pièce qui existent encore. Ecrivez et témoignez de cela et de ce que vous vivez, à Famille Chrétienne, à La Croix, au Figaro, à France Catholique, à La Vie, etc. Il faut le leur demander au nom de la charité fraternelle, ils ne pourront pas refuser si nous sommes nombreux à leur demander de nous donner une chance. Il faut le faire avec humilité, douceur, sourire, charité. Cela marchera, parce que le Seigneur, dans ces conditions-là, nous aidera. Chiche ?

Robert

@ Charly : ok pour vos commentaires, sauf qu'à Cologne (où j'étais, et avec Juventutem donc je peux en parler !), ces 1000 "tradis" (et encore, dans mon car ils ne devaient en représenter que 50%) sur les 900000 ou 1000000 présents ne représentaient que donc 0,1% du total, ce qui reste résiduel (comme on dit en chimie), fut-ce avec 700 français ;

le pb est aussi, et surtout, que le français, prélat ou pas, la preuve et c'est bien triste reste orgueilleux, donc désobéissant (cf l'application du motu proprio)

mais... l'Esprit veille, donc pas de panique, Dieu veut notre bien.

Bonne nuit !

Fouineur

Vous voulez vraiment faire peur aux évêques félons ?? Dans ce cas : munissez-vous de vos appareils numériques et photographiez systématiquement les cérémonies déviantes et blasphématoires que vous constatez partout et envoyez çà au Vatican en précisant les noms des paroisses ou diocèses concernés, la date et l'heure... l'enquête éclésiastique fera le reste et les NOMs rectifieront à leur grand dam leur catholicité(?), sinon seront remerciés en étant réduit à l'état laïc !

BV

Quand je lis tout ce que vous écrivez, je vois parfaitement la "réconciliation" en marche... Bonjour l'ambiance ! S'il y a eu parfois des excés que je ne nie pas, (merci pour le parisien qui continue de prendre les gens de province pour des ploucs arriérés - qu'il garde ses frissons pour lui, sur la lune !), comment peut-on affirmer que la situation est générale et partout déviante ? Hé oh, les gars, faut ouvrir les yeux ! Dieu merci, cela a changé quand il le fallait. J'interroge au passage la configuration psycho-rigide des esprits un peu figés. J'aime personnellement la belle liturgie et je me réjouis d'en vivre souvent au sein de l'Eglise Catholique. Amitiés.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.