Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le maire de Moscou contre la gay pride
Préservatif : les cathophobes vont grincer des dents

Le KGB, auteur de la légende noire sur Pie XII

Piexii_1 Le Lt. General Ion Mihai Pacepa a avoué qu'en 1960, Khrouchtchev avait approuvé un plan destiné à déstabiliser l'Eglise. Il s'agissait de lancer une campagne contre le Pape Pie XII en l'accusant de liens avec le nazisme. C'est le début d'une légende noire, dont la pièce de théâtre de Rolf Hochhuth intitulée "Le Vicaire", parue en 1963, avait été commanditée par le général General Ivan Agayants, chef du département de la désinformation au KGB.

On le savait déjà, mais c'est la première fois qu'un ancien officier supérieur du KGB avoue la machination.

Michel Janva

Commentaires

VILLETTE BERTRAND

Serait-il possible de consulter les sources de cette info svp?

Il suffit de cliquer sur le premier lien. Mais c'est en anglais. MJ]

Jan-Pawel

Vous pensez que ça va faire la une du JT d'Harry Roselmack ?

VILLETTE BERTRAND

Merci!

sixtine

précision : "le Vicaire" a été adapté au cinéma par Costa GAVRAS dans un film "AMEN".
Ce film fut à l'origine de nouvelles polémiques sur Pie XII. L'affiche du film faisait ressortir une croix chrétienne mêlée à une croix gammée...Et dire que beaucoup de nos contemporains prennent ce film pour la vérité historique !

Eric

Ils nous ont sacrément formaté le cerveau, ces communistes.

Une thérapie nationale s'impose.

Sancenay

Thèse reprise encore aujourd'hui par combien de collabos du KGB en France ? Je me souviens d'une émission l'année dernière de "Franz-Olivier Giesbert" où, manifestement terrorisé par l'orchestre rouge représenté ce jour là par
l'athéologue distingué Michel Onfray, Monseigneur Vingt-Trois n'avait pas osé protester contre les accusations mesongères de celui-ci qualifiant PIE XII d'allié d'Hitler.Et même la journaliste généralement moins soumise à la langue de bois, Elisabeth Lévy , avait donné dans le panneau.
Il est grand temps que le vent des libertés qui s'est levé près de l'Oural gagne nos côtes de l'Atlantique!

Denis Merlin

Pour autant qu'un pape puisse prendre parti, il est pour moi évident que Pie XII était d'abord favorable aux alliés, accessoirement à Staline et était défavorable à Hitler.

Ne pas oublier que jusqu'en juin 1941 Hitler et Staline étaient liés par un pacte qui avait entraîné l'annihilation de la Pologne catholique. Dès 1938 Hitler avait fait assassiner le chancelier catholique autrichien Dollfuss etc. Comment un pape aurait-il pu être favorable à Hitler ?

En 1941, c'est aussi l'assassinat du P. Kolbe à Auschwitz. Le P. Kolbe était une importante personnalité catholique.

Il faut garder à l'esprit, en étudiant cette période, que la papauté n'a pas d'armée. Elle est une institution qui n'a pas de politique impérialiste et qui se doit à tout être humain par fondation, par vocation.

Il est remarquable aussi que les services communistes ont attendu la mort de Pie XII pour mettre en œuvre cette opération ; il ne pouvait plus se défendre.

Nous sommes encore devant la diabolique propagande communiste qui était bien aise, par ce montage, de faire oublier les accords, véritables ceux-là, de Staline avec Hitler.

Il est consolant de constater que l'église malgré toutes les attaques rusées ou brutales dont elle fait l'objet, est indestructible.

Olfrance

Ici sur KTO :
http://www.ktotv.com/video_data.php3?numero=115
On trouve une vidéo très intéressante à propos du film Amen, et donc de l'affaire Pie XII. Il faut souligner que les catholiques n'ont pas eu peur du débat ! Je ne sais si à l'époque beaucoup d'émissions de télévision avaient réuni sur leur plateau des personnalités aux opinions si opposées.
Car KTO a quand même invité l'historien le personne le plus extrémiste, pour qui Pie X avait clairement des faiblesses, sinon pour l'idéologie nazie, au moins pour ses côtés proches du catholicisme (!) et prônait une alliance avec Hitler ! Il y a un historien de la papauté, Philippe LEVILLAIN, qui est pas mal, Gérard Leclerc, Mgr Dagens, qui n'est pas au mieux de sa forme; et surtout Costa-Gavras lui-même, ainsi que son scénariste.

On regrette que les défenseurs de Pie XII n'y soient pas assez offensifs, mais bon, c'est intéressant de voir, d'une part l'attitude de Costa-Gavras, qui ne montre pas (en tout cas en public sur une TV catho !) son anticatholicisme et prend appui sur la divergence des "experts" pour légitimer sa propre opinion; d'autre part de voir que la personne qui attaque le plus Pie XII est Mme Lacroix-Riz, historienne stalinienne, qui quand elle ne calomnie pas l'Eglise, passe son temps à tenter de minimiser les crimes communistes.
Elle est un des meneurs du courant qui s'oppose virulemment à l'idée qui gagne du terrain (qui paraît de bon sens, au moins comme hypothèse de travail, mais bon) d'une commune critique du totalitarisme, hitlérien ou stalinien.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.