Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Peut-on encore dénoncer les manipulations médiatiques ?
"L'opium du peuple" bien présent en Chine

Bioéthique : une science sans conscience

Les premières rencontres parlementaires destinées à réfléchir à la révision des lois bioéthiques de 2004 ont eu lieu hier. Trois grands thèmes seront abordés après les élections :

  • les nouveaux enjeux éthiques de l'assistance médicale à la procréation (AMP) par insémination avec donneur ou par fécondation in vitro. Faut-il aller vers une AMP de convenance pour permettre à des femmes célibataires ou à des couples d'homosexuelles d'avoir un enfant ?
  • la levée de l'anonymat des donneurs de sperme, une proposition de loi de Valérie Pécresse et la modification de l'accouchement sous X et la question de la gratuité des dons d'ovocytes.
  • l'autorisation des recherches sur les cellules souches embryonnaires et du clonage thérapeutique. Pierre-Louis Fagniez (UMP), dans son rapport remis au premier ministre préconise de les autoriser. Tout comme les membres de l'Office parlementaire d'évaluation des choix technologiques sous la direction du député PS Alain Claeys. Reste que les récentes polémiques soulevées au moment du Téléthon montrent bien les enjeux d'un tel débat.

Pour le Pr Jean-François Mattei, initiateur des précédentes lois de bioéthique votées en 2004 lorsqu'il était ministre de la Santé :

"il est normal que la loi évolue car ces débats de société ne doivent jamais être considérés comme clos. Mais je ne suis pas persuadé que la loi doive aller jusqu'au bout de l'idéologie de certains scientifiques. Face à la rapidité de la science, il faut donner du temps aux consciences."

Absolument personne ne se demande s'il existe un droit à la manipulation de l'être humain. Si ces thèmes seront absents du débat présidentiel, il n'en reste pas moins que le prochain gouvernement est appelé à réviser ces lois et, du PS à l'UMP, on semble aller vers une fuite en avant au nom du dieu Science.

Michel Janva

Commentaires

Eric

Ces gens devrait avoir la descence de commencer leurs expérimentations sur eux-mêmes.

Nono

Pourquoi un tel acharnement contre l'accouchement sous X ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.