Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Xavier Darcos n'est pas un inconnu au ministère de l'Education nationale
Profanations en Bretagne

Des droits pour les chimpanzés

Hiasl et Rosi, deux chimpanzés, appartenaient à une réserve animalière de Vienne, lorsque celle-ci est tombée en faillite. Pour éviter que les deux grands singes ne soient revendus comme cobayes de laboratoire, une association viennoise a décidé de faire appel à des donations individuelles, pour pallier les 5000€ mensuels de factures alimentaires et vétéri­naires. Mais, au titre de la loi autrichienne, seule une personne peut bénéficier d'un tel soutien financier. L'association engage donc une procédure devant les tribunaux pour attribuer à Hiasl le statut de «personne» et lui obtenir un tuteur, créant ainsi une jurisprudence.

Dans un arrêt du 18 avril, la justice autrichienne rejette en première instance la demande de mise sous tutelle, estimant que Hiasl ne remplit aucun des deux critères clés : l'existence d'un handicap mental ou d'une urgence. L'avocat de l'association décide de faire appel. Et s'il était débouté de sa requête, il envisage de porter l'affaire devant la Cour européenne des droits de... l'homme à Strasbourg.

Depuis plusieurs années, le droit international progresse sur la question des grands singes (chimpanzés, gorilles, orangs-outangs et bonobos). La Nouvelle-Zélande est le premier pays à avoir adopté en 1999 une loi leur reconnaissant trois droits fondamentaux : le droit à la vie, la protection de la liberté individuelle et la prohibition de la torture. L'Espagne s'apprête à emboîter le pas. Et l'UE n'est pas en reste. Patrice de Plunkett fait remarquer que l'on efface la frontière entre l'homme et l'animal car on ne sait plus ce qui fait le propre de l'homme.

Quant aux embryons, ils peuvent toujours attendre.

Michel Janva

Commentaires

phoque.r

Cela rentre bien dans l'optique de l'UNESCO avec sa déclaration universelle des droits de l'animal.
http://www.protection-des-animaux.org/declaration.php

Tout cela est préparé depuis longtemps, on ne fait que commencer à en voir les aboutissements

xango

ça me rappelle un livre d'Henri Coston sur les droits des singes

Fab

Plus on détruit l'écosystème et plus on octroie des droits théoriques à tout le monde.

A quand une déclaration universelle des droits du végétal?

Nafilyan

Finalement, c'est pour bientôt la Planète des Singes...

cathosympa

Les singes, dans les Ecritures, ne risquent pas l'Enfer. Les hommes, si.

Il doit donc bien y avoir une différence entre le singe et l'homme...

L'âme peut-être ?

Flavien

est-ce que les socialistes ont une âme ?
Plus sérieusement, avec les chimères que les scientifiques anglais sont en train de nous concocter cela risque d'être de plus en plus dur de faire la différence.
Maintenant, tant que les bébés trisomiques auront plus de valeurs que les chimpanzés en bonne santé, tout ne sera pas perdu.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.