Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Un terroriste, citoyen d'honneur à Pierrefitte?
Législatives : premier bilan pour le CNI

Le cardinal Bertone annonce la publication imminente du Motu Proprio

Dans le quotidien de la conférence épiscopale italienne, le secrétaire d'Etat du Vatican officialise la publication du fameux Motu Proprio, signé par le Pape en la fête du Sacré-Coeur, en précisant qu’il "ne faudrait pas attendre beaucoup de temps pour le voir publier" (une question de jours, semble t-il), car le pape Benoît XVI était "personnellement intéressé“ par sa publication".

Il annonce également que Benoît XVI en expliquera le sens également dans une lettre d’accompagnement, en espérant une réception sereine" du texte.

Le site "Eucharistie miséricordieuse", toujours aussi alerte, a traduit
(voir addendum) une dépêche italienne dont voici un extrait :

"il est en train d'être traduit dans les différentes langues et sera publié peu avant le départ du pape Benoît XVI pour ses vacances d'été. Le texte a été déjà signé par le Souverain Pontife, qui a même rédigé un long document explicatif à caractère théologique, "adressé à tous les évêques du monde", ainsi qu'on peut le lire dans l'introduction, "afin qu'ils puissent accueillir ce document dans la sérénité et la patience".

Le Pape demande donc aux évêques, au clergé et aux fidèles d'accepter le "Motu proprio" avec une humeur sereine; il sera présenté lors d'une conférence de presse par les Cardinaux Francis Arinze (Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements), Dario Castrillon Hoyos (Président de la Commission Ecclesia Dei), et Julian Herranz (Président du Conseil Pontifical pour les textes législatifs).

Lahire

Addendum : Rendons à chacun son du. L'absence de lien hypertexte sur la page du site "eucharistie miséricordieuse" m'a laissé croire que la traduction de l'article était le fait d'un responsable de ce site. Il n'en est rien, puisque ce travail aussi remarquable que rapide est le fait du très beau site "Benoît XVI et moi" que nous avons déjà eu plaisir à citer sur le SB, notamment tout dernièrement lors du voyage du Pape au Brésil. Merci à BB pour ces précisions.

Commentaires

furgole

Cherchons tous à faire de cette publication une occasion de charité retrouvée entre tous les catholiques, et de redécouverte de la tradition dans l'amour.

Carole Dubois

Deo gratias ! Alleluia !

Olivier Arcachon

Enfin ! deo gratias

Abbé Charles Tinotti

Votre premier lien à 'semble t il' renvoie à la page de "eucharistie miséricordieuse' du 15 juin qui comprend deux parties : la première que vous retranscrivez plus bas sur la signature du motu proprio par le Saint Père, et une seconde sur la 'messe en latin'. Malheureusement celle ci laisse croire que la différence entre la messe actuelle dite de Paul VI et la messe traditionnelle dite de St Pie V porte sur le latin, l'orientation du prêtre, la communion, l'agenouillement ... etc. Ce qui est faux quand on lit les livres officiels des deux rites. Officiellement la messe 'moderne' peut etre dite en latin, dans le bon sens, avec la communion normale etc etc. Même si cela est rare dans la pratique.
Le motu proprio ne traite pas de la messe 'en latin' mais de l'ancien Missel : ce n'est pas pareil et il devient lassant de voir la confusion répétée au dela de la satiété même sur des 'blogs d'informations catholiques' !

[Monsieur l'Abbé, merci de cette mise au point. Vous l'avez dit, cette confusion ne vient pas de nous et de surcroît, nous l'avons déjà réfutée ailleurs : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2006/10/de_la_messe_en_.html Lahire]

Ip

Signé le 15 juin...? Cet info n'a pas été públié au Avvenire...

PT

Amen ! Alleluia !!!

Pro-V.

Certes certes mais l'ancien missel et le latin sont cependant intimement liés...
Il faudrait que les pro-latin comprennent que beaucoup de catholiques ont cessé d'aller à la messe à cause du latin.
Il faut savoir aussi que certains blogs en le mettant sans cesse en avant, en privilégiant comme les pharisiens la lettre à l'esprit, jouent un très mauvais rôle et sont à l'origine de désaffections récentes que je connais et que je déplore...

[Je pense qu'il ne faut pas parler de pro-latin comme d'anti-latin. Il y a ce qu'enseigne l'Eglise et l'obéissance tant totale que filiale et confiante des fidèles à leur Sainte Mère. Qu'importent les "j'aime" ou "j'aime pas"... Lahire]

Pro-V.

Pas tout à fait d'accord avec vous cher Lahire...oui bien sûr il faut obéir. Mais le fidèle doit aussi adhérer à la messe, aimer la messe.Le but de la messe est "aussi" de sanctifier le fidèle et pour ça il faut qu'il aime participer à la messe...! D'ailleurs Vatican II indique bien que le fidèle doit participer, et non assister. S'il n'"aime" pas la messe comme vous dites, il cesse tôt ou tard d'y aller, c'est ainsi.

[Oui, tout à fait d'accord, le fidèle doit aimer la messe et s'y sanctifier. D'abord, aimer ce n'est pas se complaire dans ce qui plaît. Ensuite, entendu que la messe quel que soit le rite, soit célébrée strictement selon l'ordo, le fidèle n'arrivera cependant à l'aimer qu'à la condition de se soumettre à ce que l'Eglise y attend de lui et en participant même si c'est en latin, langue de l'Eglise, langue de tous les ordos (y compris le missel de 1969). Le problème des ordos et de la langue n'est pas le problème des laïcs, mais celui des prêtres qui doivent célébrer la Messe en totale obéissance à l'Eglise. Ainsi et seulement ainsi, le laïc pourra participer, s'il sait taire ses "petites préférences personnelles", fruit de l'écoute de lui-même, pour écouter en s'y pliant l'unique voix de l'Eglise à la Messe et se plonger, à la manière souhaitée pour son mieux par l'Eglise, dans le mystère d'amour qu'est finalement la Messe, sacrifice non sanglant de Notre Seigneur. Lahire]

sixtine

bien chers Amis, pas d'emballement ! "wait and see" comme le disent si bien nos flegmatiques voisins grand-bretons.
Moi je croirai quand je verrai, et j'espère surtout que cesseront les "petites cuisines" et le "self-service liturgique" des uns et des autres.

Que ces situations bien peu catholiques cessent enfin, et que chaque évêque, chaque prêtre, chaque catholique OBEISSE enfin au Saint Père. (sans rechercher des "interprétations" qui l'arrangent..)

Quelqu'un disait que la crise actuelle dans l'Eglise était un refus d'obéissance : je crois que tout est là.

senex

Merci Lahire pour ce rappel de ce qu'est la Messe,ni une dinette sympa, ni un concert,ni un meeting politique.C'est le Golgotha représenté.AU Calvaire,pas d'effets musicaux ,ni de brillants discours.C'est l'Evènement Tragique par excellence.Pour rappeler ce qu'est la Passion, voir et revoir le film de Gibson,et encore il ne montre presque rien de la Passion intérieure de Jésus qui fut infiniment plus douloureuse encore. Le Calvaire mérite le silence participatif,la Compassion attentive et vécue..Le mystère de la Révélation de la Bonté Divine est terriblement sérieux et exigeant..Le grégorien est la seule musique capable du silence contemplatif, et il puise dans les psaumes une substance nourissante.Mais il ne faut le mêler au baroque ou à des cantiques de "routine". Certaines messes chantées tradis sont des "étouffe-chrétiens".Tout y devient un spectacle, et la musique et les chants n'ont plus rien à voir avec ce qui se passe à l'Autel.Quel gâchis !!
Il ne faudrait pas non plus fétichiser le latin au point de rendre la communication et la participation impossible.Repartons du silence et de la compassion du Calvaire et de ses suites;Le reste est forme et peut être adapté aux auditoires.C'est par amour de la liturgie vraie que je râle...Et la Liturgie, c'est la Charité célébrée.Comme la Charité, c'est la Trinité vècue.Et La Vie divine est silence d'amour et intelligence comtemplative en Acte.
Amis "modernes", amis "tradis" , retrouvons ensemble , en silence,le sens, la valeur de la CROIX, et donc de la Sainte, très Sainte Messe.

Pro-V.

Certes certes chers amis !... Figurez-vous que je suis assez bon en latin mais...je ne peux pas prier personnellement en latin. Vatican II a été pour moi dans mon enfance un vrai soulagement. S'il fallait vraiment prier dans une langue étrangère, je préfèrerais alors l'araméen, langue que parlait le Christ.

Pois Chiche

Si seulement on pouvait avoir le choix !

Si seulement, comme pour la "querelle" du communautarisme et du non communautarisme, on pouvait adhérer à l'une ou l'autre des options sans soulever la hire de l'autre parti.

Si seulement on pouvait avoir le Canon en latin et les lectures (ainsi que tous les textes qui changent selon la date) en vernaculaire ! N'est-ce pas ce qu'a préconisé SS Benoit XVI pour les messes internationales ?

Pour les textes eux-mêmes, leur signification quelle que soit la langue, c'est très compliqué. Exemple: NSJC est-il mort pour "tous", beaucoup, la multitude ?

Nous savons qu'il est inutile de prier le Père "de ne pas nous soumettre" ou "de ne pas nous laisser succomber" à la tentation, puisque de toute façon nous serons tentés et nous succomberons la plupart du temps ??

Aïe !

Heureusement il est tard, plus personne ne va lire cela !

Pro-V.

Mais si on vous lit...et franchement OK pour le canon en latin exceptionnellement, mais habituellement il doit être en langue vernaculaire : c'est tellement mieux de comprendre cette partie primordiale entre toutes !...
D'ailleurs autrefois à la campagne les grands mères, et pas seulement elles d'ailleurs, avaient renoncé à comprendre et disaient leur chapelet pendant ce temps. Vous ne trouvez pas qu'aujourd'hui c'est mieux ?...

sixtine

et voilà ! c'est bien ce que je disais plus haut...chacun croit détenir LA VERITE.
"self service" = on choisit ce qui plaît
"petites cuisines" = et on se fait une Messe à son idée !
et surtout, on s'imagine être dans le Bien et le Vrai.
moi, cela me scandalise purement et simplement.
Une seule attitude est l'OBEISSANCE au Saint Père. Point barre.
Le reste est littérature et orgueil.

paul

Bravo Sixtine ! C'est bien le problème de toute l'humanité. Le prêtre ce matin dans son homélie a dit que Jésus connaissait un obstacle sur terre : c'est l'orgueil des chrétiens.
Pour moi, l'essentiel et le plus important, c'est que chacun puisse comprendre et saisir le mystère de la foi en comprenant ce qui est dit.
Il y a quelques jours, j'ai récité avec un prêtre les Vêpres de la veille de la Solennité du Sacré-Coeur en LATIN. Je n'ai strictement rien compris aux psaumes et à tout le reste d'ailleurs. Rien.
Par contre, j'ai pu dire après le prêtre "sicut eram in principio et nunc et semper..." ainsi que le "Pater noster".

Bien sûr que la seule attitude est l'obéissance au Saint Père. Il n'a jamais interdit de dire la messe en latin (lui-même la célébrant en latin).

Bref, tout cela pour dire que ma langue étant le français et faisant partie d'une Communauté nouvelle, j'avoue que je peux comprendre le sens des mots lorsque je prie.

Maintenant, certains catholiques peuvent apprécier le latin et entrer en profondeur dans le Mystère de la Foi. Et c'est bien cela le plus important à mon avis. Alors respectons cela.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.