Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Culture de mort : éloge de l'égoïsme
Les adieux du cardinal Lustiger aux Immortels

Liberté scolaire?

A l'heure où règne un flou magistral sur l'avenir de la carte scolaire et sur la possibilité de "mixité sociale", le Conseil d'Etat vient d'annuler hier une circulaire de 2005 des ministres de l'intérieur et de l'éducation qui imposait aux communes de contribuer au financement de la scolarisation des enfants de la commune inscrits dans une école privée d'une autre ville.
En effet les communes devaient jusqu'à aujourd'hui aider les parents qui décidaient de scolariser leurs enfants dans une école privée hors de la commune, même s'il existait une école publique près de chez eux.

La décision du conseil d'Etat contraindra donc des parents à choisir contre leur gré la communale. Quid du principe de subsidiarité qui contraint l'Etat à aider les parents dans l'éducation qu'ils choisissent pour leurs enfants?

Lahire

Commentaires

ThomasSXB

Pour un blog qui lutte contre la pensée unique, je trouve que désactiver les commentaires sur les nouvelles contestables n'est pas très sportif
[Comme dit plus bas, La gestion des commentaires demande un temps considérable dont Michel ne dispose plus pour l'instant. Lahire]

Voilà une vidéo sur le livre de Corinne Maier
http://www.dailymotion.com/search/zemmour/video/x25qo5_zemmourcorinne-maier-partie1

Ca relativise votre présentation du truc comme un pamphlet prochoice d'une féministe égoïste...

Jean-Louis d'André

Certes, cette décision du conseil d'Etat est scandaleuse, mais n'exagérons pas sa portée. Dire qu'elle contraindra les parents à choisir contre leur gré la communale me paraît abusif : les communes n'étaient contraintes de payer que le forfait d'externat, c'est à dire les seuls frais de fonctionnement hors salaires et changes (payés par l'Etat). Bref les parents devront payer beaucoup moins que ceux qui ont fait le choix du privé hors contrat.
De plus seule l'obligation de financement est censurée. Les communes restent libres de continuer à financer quand même et beaucoup de municipalités continueront à le faire ne serait-ce que pour ne pas perdre les voix des parents concernés.

Pois Chiche

La seule vraie liberté scolaire est le chèque scolaire.

Les agitations qui ont lieu actuellement ne sont que de la poudre aux yeux.

L'Etat va peser encore plus sur les familles, annuler les petites libertés dont elles jouissaient parcimonieusement, et ceci dans l'enthousiasme quasi général.
L'OPINION est contente de ces petits faux débats et va se laisser ligoter dans la liesse.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.