Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Les pieds sur terre et le regard tourné vers le ciel
La crise du journal Le Monde se poursuit au tribunal

Le divorce est contre-nature

Répondant à une question sur le divorce, le pape a expliqué que la grande nouveauté du phénomène du divorce, par rapport au passé, est que celui-ci fait désormais partie de la vie d’un très grand nombre de personnes ; il est ainsi devenu une chose normale et ternit la vision du mariage indissoluble.

"Le Droit canon suppose que l’homme en tant que tel, même s’il ne possède pas une grande instruction, ait l’intention de réaliser un mariage selon la nature humaine, comme il est indiqué dans les premiers chapitres de la Genèse. Il est homme, il possède une nature humaine et sait par conséquent en quoi consiste le mariage. Mais aujourd’hui, cet axiome selon lequel l’homme entend faire ce qui est dans sa nature, un mariage unique, fidèle, se transforme en un axiome un peu différent".

"Ce n’est plus tout simplement la nature qui parle mais les ‘ceteri homines’ [les autres hommes], ce que fait tout le monde [et] ce que font les ‘ceteri homines’ est se marier avec l’idée qu’un jour le mariage puisse ne plus marcher et que l’on puisse ainsi passer à un autre, à un troisième et à un quatrième mariage. Ce modèle ‘comme fait tout le monde’ devient ainsi un modèle en opposition avec ce que dit la nature."

"Pour aider les personnes à parvenir réellement au mariage, non seulement au sens de l’Eglise mais du Créateur, nous devons réparer la capacité d’écouter la nature. Redécouvrir derrière ce que tout le monde fait, ce que nous dit la nature elle-même, qui ne parle pas comme cette habitude moderne. Elle nous invite, en effet, au mariage pour la vie, dans une fidélité pour la vie, également avec les souffrances que comporte le fait de grandir ensemble dans l’amour".

Benoît XVI encourage la promotion de "cours de préparation au mariage". "Mais la préparation ne suffit pas, les grandes crises viennent après". Le Pape encourage le développement de réseaux de familles qui puissent s’entraider.

Michel Janva