Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le ministère du Logement ouvre ses portes au DAL
La Société générale lance une série de produits financiers conformes à la loi coranique

Pré-traité de l'UE : tout le monde parle-t-il bien du même texte ?

Voici le pré-traité résumé lundi soir dernier par le Président Sarkozy :

Si tout va bien, dès 2009 l'Europe sera dotée d'institutions nouvelles avec un président stable du conseil européen, un Haut Représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères, la reconnaissance juridique de l'Eurogroupe, un véritable contrôle des Parlements nationaux sur les propositions de la Commission pour faire respecter le partage des compétences entre l'Union et les Etats membres, le vote à la majorité qualifiée étendu à de nombreux domaines au lieu de la règle de l'unanimité forcément paralysante dans une Europe à 27, le renforcement du rôle du Parlement européen, qui fait de Strasbourg la capitale parlementaire de l'Europe, la double majorité, enfin, qui permettra de corriger les insuffisances du Traité de Nice et qui entrera en vigueur en 2014 et définitivement à partir du printemps 2017.

Et voici le même texte résumé par le premier ministre luxembourgeois Juncker, qui préside l'Eurogroupe :

"Il y a une personnalité juridique pour l'UE, la primauté de la loi européenne, une nouvelle architecture pour la politique étrangère et de sécurité, il y a une extension énorme des domaines de compétence de l'UE, il y a la Charte des Droits fondamentaux"

Comparons les points retenus par M. Juncker et ceux retenus par M. Sarkozy : ils ne se recoupent presque pas - comme s'ils parlaient de deux textes différents. En réalité, M. Juncker, bien entendu, retient les vrais points importants du mandat de traité, et M. Sarkozy les oublie.

Le premier ministre du Grand-Duché reconnaît toutefois implicitement (mais maladroitement) que M. Sarkozy a raison d'éluder les points importants du mandat :

"Bien sûr qu'il y aura des transferts de souveraineté. Mais est-ce que je serais intelligent d'attirer l'attention de l'opinion sur ce fait ?"

On croirait entendre un des frères Dupondt : "Ne comptez pas sur nous pour vous dire qu'il y aura des transferts de souveraineté !"

Henri Védas