Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



La culture de mort tue les enfants et la liberté des vivants
L'Eglise en France ne va pas si mal

Le Cardinal Pell et le climat, la raison et la peur

Hermas a traduit une lettre récente du Cardinal Australien sur le sujet "brûlant" de l'actualité. Extrait :

"Je suis croyant en la conception catholique de la foi et de la morale. Je suis certainement sceptique sur les extravagantes allégations d'imminentes catastrophes climatiques causées par l'homme. [...] Le changement climatique est probablement en cours depuis que la terre a un climat. [...] Il n'est pas irrespectueux envers la science et les scientifique de prendre cette dernière cause avec des pincettes. La méthode scientifique le requiert.

Les incertitudes sur les changements climatiques abondent. Les températures au Groenland étaient plus élevées dans les années 40 qu'elles ne le sont aujourd'hui et le Glacier de Kangerlussuaq ne rétrécit pas, mais voit sa taille augmenter. Le journal "American Scientist" a récemment publié une étude sur la fonte du glacier du Mont Kilimanjaro. L'étude confirme que la température de l'air autour du glacier continue d'être négative, de sorte qu'il ne fond pas en raison du réchauffement de la planète. Au contraire, le modèle de fonte du glacier correspond à l'effet de la radiation directe du soleil. L'activité humaine ne peut pas être blamée pour cela.[...]

Il y a beaucoup de mesures qui sont bonnes pour l'environnement et que nous devons poursuivre. Mais nous avons besoin d'être capables de parler librement de cela et des incertitudes entourant le changement climatique. Invoquer l'autorité de quelques experts scientifiques pour clore le débat n'est bon ni pour la science, ni pour l'environnement, ni pour les peuples, ici ou dans les pays en développements, ni pour ceux de demain.

Ma tâche en tant que leader chrétien est d'être en prise avec la réalité, de contribuer aux débats sur ces problèmes importants, d'ouvrir les esprits des gens et de dire quand l'empereur est nu ou presque. Les environnementalistes radicaux sont plus préoccupés de moraliser leurs propres priorités et de les imposer aux autres par la peur. Ils n'ont pas besoin des chefs de l'Eglise pour les aider en cela, même si c'est un moyen efficace de faire taire les témoins chrétiens. Les leaders de l'Eglise doivent en particulier être allergique au non sens."

Dira-t-on du Cal Pell qu'il est un "croisé anti-écologie" téléguidé par "Washington" ? Qu'il a été influencé par des lobbys dont il serait l'idiot utile ? Ou qu'il apporte un peu de raison au faux-débat (car il n'y a pas de débat) qui mélange respect de l'environnement et réchauffement climatique-causé par l'homme ?

Michel Janva