Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Echauffourées du samedi soir
Découverte importante à Jérusalem

Le Parlement européen programme l'amnésie collective

ou comment dissoudre l'apparente démocratie des institutions.
Lu sur Euro-fam :

"Il n'y a plus de traduction des débats de session plénière du Parlement européen.  Cette décision doit être entérinée la semaine prochaine par la séance plénière (Rapport CORBETT). (...)
Allant à l'encontre des promesses tenues dans les Traités sur l'Union européenne et à l'encontre de son propre règlement, le Bureau du Parlement européen a décidé, le 16 janvier 2006, d'arrêter la publication, traduite dans les langues officielles de l'Union européenne, du "compte rendu in extenso CRE" qui reprend l'intégralité des débats du Parlement européen en séance plénière. Cette décision devrait rentrer en vigueur à partir de la session du mois de septembre 2007.
A l'origine de cette téméraire initiative anti-européenne : l'ancien Secrétaire général, M. Julian Priestley (SOC, UK) qui, dès sa retraite au printemps 2007, a été nommé chevalier par la Reine d'Angleterre pour avoir scrupuleusement rendu des services aux intérêts britanniques... (...)
En l'absence de publication écrite des débats traduits dans les langues officielles au Journal officiel de l'Union européenne, seul fait foi l'enregistrement vidéo des interprétations branchées sur les cabines d'interprétation de la plénière. (...)
Aucun document intégral écrit ne serait plus rendu accessible dans une langue officielle de l'Union européenne ! Ceci augure une belle amnésie historique et culturelle du Parlement européen ! Le Parlement européen aurait-il peur de la transparence démocratique permettant á chacun de lire les débats entre les élus des peuples d'Europe ? Comment connaitre les positions éthiques des uns et des autres sur nos sujets sensibles ?

Pourtant les moyens financiers fastueux déployés à Bruxelles avec l'argent du contribuable, ne manquent pas : nouvelle logistique vidéo interne pour se filmer entre fonctionnaires, (plusieurs centaines de millions d'euros), piscine et centre sportif de 5 millions d'euros, nouveaux locaux pharaoniques "D4-D5" à Bruxelles dont la dépense réelle ne sera jamais connue, renouvellement intégral des 782 bureaux parlementaires en cours, estimée à 2 millions d'euros. . Ces dépenses incontrôlées de l'argent du contribuable : seraient-elles la vraie motivation pour cesser la transmission des débats parlementaires par écrit dans les langues maternelles que les citoyens seraient capables de comprendre, qui ne coûterait que quart de ces dépenses ? On peut légitiéement s'interroger : le coût de l'interpétation et de la traduction ne serait que de 2 euros par an et par citoyen...".

Lahire

Commentaires

Pois Chiche

En somme, qui décide de tout ?

Le Bureau. Pas les coûteux parlementaires.

Il serait intéressant de connaître la liste des membres du Bureau. Apparemment c'est lui le super décideur.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.