Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Nicolas Sarkozy ne veut pas renier sa parole
L'islam : un tabou en Europe

UE : Les grandes manoeuvres réussies de Sarkozy

Les 27 ont trouvé un accord sur le clone de la constitution européenne, appelé "traité de Lisbonne". Les deux pays réticents ont finalement obtenu ce qu'ils voulaient, grâce à l'intervention de Nicolas Sarkozy. Les uns et les autres se réjouissent de cette réussite :

"L'Europe est sortie de sa crise institutionnelle, elle est prête à affronter les défis du futur, a affirmé le premier ministre portugais, José Socrates.

Entendre par "crise institutionnelle" la volonté des Français et des Néerlandais.

"Il est temps pour l'Europe de passer à autre chose et de se consacrer aux sujets qui préoccupent les gens : la croissance économique, l'emploi, les changements climatiques et les questions de sécurité" a dit le premier ministre britannique.

Comprendre que les 27 se sont enfin débarrassés du poids mort des votes français et néerlandais qui empêchaient l'UE de maintenir le rythme de son envolée qu'elle s'était elle-même fixé et qui n'allait tout de même pas être freiné par deux petits peuples d'ignares.

"Cet accord est une très grande satisfaction pour nous car il intervient vingt mois seulement après que Nicolas Sarkozy ait avancé pour la première fois l’idée d’un traité simplifié en février 2006 dans un discours à Berlin, et très exactement après cinq mois d’exercice du pouvoir" s'est écrié le porte-parole de l'Elysée.>

Oui c'est bien Nicolas Sarkozy qui a débloqué la situation, qui, après avoir été élu par ces concitoyens, ne s'est pas empressé de respecter leur volonté, mais au contraire de les offrir en holocauste sur l'autel européen en proposant un "mini-traité" étrangement semblable à la constitution initiale et en le faisant admettre par les 27.

Cela ne suffit toujours pas au président français, la France sera sans aucun doute la première à ratifier cette constitution. La France ou plutôt... le Parlement. Sarkozy l'a promis :

"l'accord a été assez simple à obtenir (...) que la France montre l'exemple (...) recourir au référendum serait un reniement de ma campagne électorale".

Evidemment, Sarkozy ne va pas reprendre le risque de chercher une majorité qu'il n'est pas du tout sûr d'obtenir en dehors des gens tenus par le pouvoir. Le peuple français est méprisé et se verra imposer ce qu'il a refusé, il y a 20 mois à peine... Le piège s'est refermé sur les Français trahis. Mais malheureusement, ce n'est pas une surprise...

Lahire

Commentaires

Pitch

Les individus coupables d'ignorance sont des "ignares", et pas des... "ignards" ! [Merci de relever cette coquille. Correction faite. Lahire]

Rien à ajouter sur le fond : la technocratie bruxelloise a été remise en selle par le mondialiste Sarkozy (et tous les jours, je me félicite de n'avoir pas voté pour ce président).

senex

Et hop!Passez muscade, le tour est joué et... les Français aussi.Reste l'entrée de la Turquie.Avec son "ami" Khadafi, il va nous arranger ça, vite fait.C'est un homme fidèle,not'Président...not'Elu....

Eric

très très fort, la dictature à grand pas !

Les russes nous ont prévenu ils connaissent cela.
Des ensembles tels que l'UE ne peuvent jamais être démocratisés.

Si aujourd'hui nous laissons faire, demain ils voteront pour nous, puisque aujourd'hui, ils se fichent de notre vote !

paul

C'est honteux ! Ne pas tenir compte d'un vote massif des français pour imposer son idée !
j'appelle cela de la dictature !
quand je pense que la majorité des français n'y a vu que du feu en mai dernier !
alors que ce qui arrive là est évident !
Je ne suis pas prophète,mais je l'avais déjà dit autour de moi que s'il était élu, il s'arrangerait pour faire passer ce traité qui n'est pas bon pour la France (comme pour l'Europe d'ailleurs).
on fonce droit vers le mur !

Pascal G.

De Gaulle avait trahi en abandonnant l'Algérie aux terroristes islamo-socialistes et pro soviétiques du FLN, Sarkozy a repris le flambeau de Chirac, consistant à larguer la souveraineté française.
Point commun à ces trois personnages : avoir promis très exactement le contraire de ce qu'ils ont fait.
Entre eux, Giscard et Mitterrand avaient détruit la société française, ses institutions familiales, son économie, son enseignement, et sa démographie.
L'Europe arrive à dominer enfin sur les vieilles nations, mais sur des pays européens en voie de disparition culturelle et physique : étrange paradoxe.
A moins que cette irruption du fédéralisme européen ne soit que la forme historique ultime de la crise de la conscience européenne commencée avec les Lumières.

Papon

S'il faut prendre De Gaulle comme référence (le faut-il vraiment ? ) nous avons droit à un nouveau " je vous ai compris " qui s'achève par le non moins célèbre " le droit, moi je m'asseois dessus "

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.