Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Naissance de "Convergences nationales" pour les municipales 2008
La phrase du jour?

L'Eglise, la recherche et les cellules souches

Sg Monseigneur Sgreccia, président de l’Académie pontificale pour la vie, revient sur la découverte historique sur les cellules souches. Il n'hésite pas à qualifier de "gâchis", les très lourds financements dont ont bénéficié les recherches sur les cellules souches embryonnaires.
Il redit à qui veut l'entendre la position claire de l'Eglise sur la bioéthique, la science et tout le soutien de l'Eglise à la recherche respectueuse de l'homme :

"Si cette technique est confirmée, elle représente une nouveauté que nous pouvons définir comme historique. Maintenant, on n’a plus besoin des embryons, et l’on n’a plus besoin du clonage thérapeutique – soi disant thérapeutique - : une page de polémiques et de dures oppositions se tourne.
L’Eglise avait fait cette bataille pour des motifs éthiques, encourageant les chercheurs à progresser sur les cellules souches adultes et déclarant illicite l’immolation de l’embryon. Maintenant, ces chercheurs en sont arrivés là non tant pour des motifs de foi, mais pour le succès de la recherche. Le succès s’est présenté et cela permet aussi de dire qu’entre l’éthique et la science – la vraie – il y a une parenté. L’éthique qui respecte l’homme est aussi utile pour la recherche et cela confirme également qu'il n’est pas vrai que l’Eglise est contraire à la recherche : elle est contraire à la mauvaise recherche, à celle qui nuit à l’homme, et dans ce cas, à l’homme-embryon (...)

Il est vrai que nous disons: ‘Mais la recherche, lorsqu’elle part, ne sait jamais ce qu’elle va trouver’. C’est vrai, mais il y avait déjà des indices faisant comprendre que par les cellules adultes, on obtenait des résultats et rien sur les cellules embryonnaires. Et je n’arrêtais pas de le prêcher sur tous les tons, sur toutes les places. Espérons maintenant que cela suffise.
Mais je ne sais pas si ceux qui ont investi de l’argent, qui ont fait des lois pour favoriser cela seront en mesure de reconnaître l’erreur et revenir en arrière. Au moins, je pense que les chercheurs qui voudront obtenir des résultats, iront les chercher là où ils sont".

Que les catholiques soutiennent les recherches fondées sur le respect de la personne humaine, qu'ils se réjouissent de leur réussite, qu'ils en deviennent des relais autour d'eux et que cessent enfin "l'immolation des embryons" et le "gâchis" des moyens financiers!

Lahire

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.