Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Le Pape aux Etats-Unis
Une altercation de plus pour Sarkozy

Mercredi, une grève de plus...

1 TGV sur 8...
1 métro sur 10...
10% des bus de la RATP...
EDF et GDF en grève illimitée...
13 universités sur 85 bloquées...
Telle sera la situation de la France mercredi, alors que demain, des étudiants ont déjà prévu de bloquer des trains.
Un nouveau coup dur pour Nicolas Sarkozy qui voulait remettre le travail à l'honneur :

"Vous pouvez compter sur moi pour remettre, avec des valeurs comme la fierté du travail et la Nation, chaque catégorie sociale en mouvement autour d’un projet qui la dépasse".

Mais surtout des jours mauvais qui s'annoncent pour tous les Français dont la majorité croit que "le gouvernement va négocier et accepter quelques revendications des grévistes".

Lahire

Commentaires

Eric

La quoi a-t'il dit ? La nat quoi ?

François

C'est marrant, on a l'impression que vous mettez dos à dos Sarkozy et les grévistes (CGT-étudiants d'extrème-gauche). Toute volonté de réforme sérieuse suscite la colère de ceux qui aujourd'hui font grève. C'est l'inverse qui serait inquiétant. Le jour où SUD et la CGT applaudiront le gouvernement...
Ensuite, est ce que Sarkozy va reculer ? Ce n'est pas un sondage qui permet de lire l'avenir...
[Je ne les mets ps dos à dos, ils le sont! J'annonce les difficultés qui attendent les Français et le président. Lahire]

Olivier Arcachon

Sarko fait ce qu'il dit : c'est bien à Nation que chaque catégorie sociale se met en mouvement. Et en général, c'est pour aller jusqu'à Bastille.
Son slogan est "vous pouvez compter sur moi"? ... on ne va pas être déçu !

paul

On en finit plus. Franchement, je trouve que ces grèves sont une honte.
Il y en a en France qui travaillent durs, très durs pour moins que cela et qui ne font pas grève.
Il faudrait supprimer comme à la Révolution tous les gros privilèges !

Papon

Il faut que les français travaillent plus pour que Sarkozy gagne plus...

david

recu un Tract retraite d'un CGT-Energie Paris.

Là on ne comprends rien ce qu'a dit la GCT ? où est le calcul des retraites ?

Ingénieurs, Cadres, Techniciens, Agents de Maîtrise, vous avez été nombreux, à tous les niveaux de la ligne hiérarchique à vous mobiliser le Jeudi 18 Octobre contre la remise en cause des Régimes Spéciaux de Retraite.
En effet, tous les retours, que nous avons des différents services, nous montrent combien vous êtes attachés à conserver cette conquête sociale qui permet à chacun de vivre décemment d’une retraite légitimement acquise.
Pourtant votre position dans la ligne hiérarchique est souvent, pour certains d’entre vous, la cause de pressions importantes de la part des Directions qui tentent de vous dissuader à participer aux actions annoncées sur ce dossier.
La CGT-UFICT Energie Paris est à vos côtés et vous demande de ne pas hésiter à la solliciter si vous faites l’objet de telles pressions qui remettraient en cause ce droit constitutionnel qu’est l’exercice du droit de grève.
Malgré la forte mobilisation du 18 Octobre (70 % de grévistes à EDF et GDF) le gouvernement n’a toujours pas révisé sa copie. Il s’acharne à vouloir aligner notre régime spécial de Retraites sur celui de la Fonction Publique ; Ce qui signifie un allongement de la durée de cotisation (40 ans en 2010, 41 en 2012, etc…) avec une baisse importante du montant de la pension (400 € en moyenne).
C’est pourquoi, la Fédération de l’Energie CGT en travaillant dans l’unité avec les autres Fédérations Syndicales a décidé d’un nouvel appel National pour la journée du 14 Novembre.
Ne nous voilons pas la face, la bataille à mener sera rude et plus ou moins longue suivant l’ampleur du rapport de forces que nous construirons. Mais l’enjeu est d’importance puisqu’il s’agit là de lutter
contre un véritable changement de société prôné par les chantres du libéralisme qui vise à casser tous les acquis sociaux du monde du travail.
Deux conceptions s’affrontent sur ce dossier :
Celle du MEDEF et du Gouvernement qui veut le renforcement croissant de la part des
salariés dans le financement de la retraite, accompagné de la mise en place partielle du système par capitalisation, qui veut réduire les droits à un minimum universel pour privilégier le modèle d'assurance individuel plus risqué, intégralement financé par les salariés et qui aggrave les inégalités puisque chacun se paye des droits selon ses ressources.
Celle défendue par la CGT (et d’autres !) du maintien et du renforcement du système par répartition en finançant ses dépenses présentes et futures par des mesures de justice sociale :
augmenter les cotisations retraites, asseoir la cotisation des employeurs sur l'ensemble de la richesse créée par le travail dans l'entreprise, taxer les revenus financiers, agir sur l'emploi et
les rémunérations des actifs.
La CGT-UFICT Energie Paris vous appelle
à participer, comme vous l’avez fait
le 18 Octobre, à la Manifestation Interprofessionnelle du Mercredi 14 Novembre.
Rendez-vous à Montparnasse à 14H00
Il est temps maintenant, de passer à l’offensive.

lesloups

Je sais que M. Sarkozy a d'immenses défauts, à commencer, à mes yeux, par celui d'une absence totale de morale. Cependant, le temps n'est pas encore venu de lui couper le crédit d'une volonté de réforme. Nous verrons dans 18 mois où il en est. Le fait est qu'il s'attaque à un moloch, et que c'est une oeuvre de longue haleine, dont nous bénéficierons tous s'il réussit, même partiellement.

Antoine

A mon sens, ce Gouvernement est illégitime au vu de son attitude sur le Traité européen. De ce fait, je n'ai personnellement aucun soutien à donner à un président qui se permet de tels comportements sur le fond (du Traité) et sur les modalités de mise en oeuvre de l'intégration.

Cela dit, sur le fond du dosier des retraites, on est dans la construction à usage médiatique de l'opposition et de l'épreuve de force. Dans le milieu des négociations sociales et des professionnels des dossiers sociaux, tout le monde constate que le Gouvernement beaucoup accordé (périodes prises en compte pour le calcul des pensions au lieu des 25 ans du privé, intégration des primes..). Reste la mesure phare symbolique des 40 ans sur laquelle le Gouvernement peut se permettre d'être ferme et apparaître comme ayant une vraie volonté de rupture. Tout le monde s'accorde sur la réforme. La CGT en fait souhaite l'apaisement mais se bat pour ne pas être dépassé par SUD, la CFDT expie la "tâche" d'avoir signé la réforme Fillon antérieure, le reste suit dans une spirale auto-construite (et dont les syndicats auront du mal à sortir).

un petit mot sympathique que j'ai entendu aujoud'hui je ne sais plus ou:
Si les cheminots appellent les journées de grèves ''journées d'action'', comment appellent-ils les journées de travail?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.