Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Autour de Noël : lancement de H2O
Autour de Noël : Le message du Pape, "pour tous...espérance certaine du salut"

Autour de Noël : Voeux du Pape à la Curie

Bxvi2 Chaque année, le Saint Père adresse ses voeux à la Curie (qui a participé au voyage de Benoît XVI au Brésil), que l'on peut considérer comme la feuille de route de l'année à venir. Difficile de réduire un texte aussi dense, sans un mot de trop, difficile donc de faire un post court. Cette année encore, le message est clair ete s'adresse à tous : orienter vers Dieu et renforcer sa vie intérieure pour rester fidèle à Dieu et évangéliser dans les pas de saint Paul.

Evoquant ses souvenirs marquants de l'année écoulée, Benoît XVI évoque en outre son séjour au Brésil.
Sur son passage dans la Fazenda da Esperanza, lieu de soin de personnes touchées par le fléau de la droque, il dit ceci qui pourrait concerner nombre de "drogues" douces quotidiennes dans nos vies (télé, etc) :

"Nous devons défendre la création, non seulement en vue de nos besoins, mais pour elle-même - comme message du Créateur, comme don de beauté, qui est promesse et espérance. Oui, l'homme a besoin de la transcendance. Dieu seul suffit, a dit Thérèse d'Avila. S'il vient à manquer, alors l'homme doit chercher à surmonter seul les frontières du monde, à ouvrir devant lui l'espace infini pour lequel il a été créé. Alors la drogue devient pour lui presque une nécessité. Mais, bien vite, il découvre que cet infini est illusoire - une farce, pourrait-on dire, que le diable fait à l'homme".

Le Pape s'arrête longuement sur le document issu de sa rencontre à Aparecida. Il insiste sur le rôle de la catéchèse, ce qui devrait inciter à la réflexion :

"La catéchèse ne peut jamais être simplement un enseignement intellectuel; elle doit toujours devenir aussi une pratique personnelle de la communion de vie avec le Christ, un exercice de l'humilité, de la justice et de l'amour. Ce n'est qu'ainsi que nous cheminons avec Jésus Christ sur sa voie, ce n'est qu'ainsi que s'ouvre l'œil de notre cœur, ce n'est qu'ainsi que nous apprenons à comprendre l'Ecriture et que nous Le rencontrons. La rencontre avec Jésus Christ requiert l'écoute, requiert une réponse dans la prière et dans la pratique de ce qu'il dit. En en venant à connaître le Christ, nous en venons à connaître Dieu et, ce n'est qu'à partir de Dieu, que nous comprenons l'homme et le monde, un monde qui, autrement, demeure une question vide de sens".

Avant de conclure, il aborde la question de l'évangélisation, abordée début décembre par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, et de la volonté de dialogue avec les autres religions :

"Mais cette volonté de dialogue et de collaboration signifierait-elle également dans le même temps que nous ne pouvons plus transmettre le message de Jésus Christ, que nous ne pouvons plus proposer aux hommes et au monde cet appel et l'espérance qui en découle? Celui qui a reconnu une grande vérité, qui a trouvé une grande joie, doit la transmettre, il ne peut absolument pas la garder pour lui. Des dons si grands ne sont jamais destinés à une seule personne. En Jésus Christ est née pour nous une grande lumière, la grande Lumière: nous ne pouvons pas la mettre sous le boisseau, mais nous devons l'élever sur le lampadaire, pour qu'elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison (cf. Mt 5, 15). Saint Paul a été inlassablement en chemin en apportant avec lui l'Evangile [NDL : Nouvelle ouverture vers la très prochaine "année saint Paul"]".

"C'est précisément à travers la nouvelle rencontre avec Jésus Christ et son Evangile - et seulement ainsi - que sont stimulées les forces qui nous rendent capables d'apporter la juste réponse aux défis de l'époque".

Il conclut sur les difficultés de notre monde :

"Il ne faut bien sûr pas se faire d'illusions: le problème que pose le sécularisme de notre époque et la pression des présomptions idéologiques auxquelles tend la conscience sécularisée, avec sa prétention exclusive à la rationalité définitive, ne sont pas négligeables. Nous le savons et nous connaissons la difficulté de la lutte qui nous est imposée à notre époque. Mais nous savons également que le Seigneur tient sa promesse: «Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde» (Mt 28, 20). Avec cette heureuse certitude, en accueillant l'élan des réflexions d'Aparecida à renouveler nous aussi notre façon d'être avec le Christ, allons avec confiance à la rencontre de l'année nouvelle".

Lahire

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.