Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



L'islam, une religion à sens unique
Pas d'inquiétude pour les récidivistes

La violence de Villiers-le-Bel est injustifiable

Lors des émeutes de Villiers-le-Bel, de nombreux commentateurs et quelques élus socialistes ont pointé du doigt le «manque de moyens et le désengagement de l’État». Faux, selon Yanick Paternotte, le député-maire de Sannois :

"Je connais bien ce département, dont je suis un élu local depuis vingt-cinq ans. Il est temps de rétablir la vérité. Jamais un territoire n’a autant reçu d’argent public depuis dix ans ! En cinq ans, la dotation de solidarité urbaine (DSU) a été doublée sur notre territoire pour atteindre 28 millions d’euros en 2007, soit 220 euros par habitant ! Je croise tous les jours de nombreux jeunes issus des quartiers populaires ayant bénéficié d’un cursus scolaire de qualité et qui ont réussi leur parcours personnel. Je ne peux pas laisser dire que les affrontements de Villiers-le-Bel révèlent le profond malaise social de territoires laissés à l’abandon par les pouvoirs publics. Non, ces émeutes n’ont rien à voir avec celles de 2005, qui concernaient essentiellement des adolescents de 12 à 18 ans. Nous avons eu affaire à des adultes organisés en bandes armées, motivés par la volonté de tuer des “keufs”. Il faut prendre conscience qu’ils restent très minoritaires et absolument pas représentatifs de la population de nos quartiers. Surtout, on ne peut les laisser justifier leur violence par un abandon social."

Michel Janva