Nouveau site >> www.lesalonbeige.fr



Belle surprise pour une église de l'Oise
Malgré la trêve, les expulsions continuent

Mgr Sgreccia soutient le moratoire sur l'avortement

Le président de l'Académie pontificale pour la vie, Mgr Elio Sgreccia, soutient la proposition de moratoire sur l'avortement lancée par un journaliste italien et appelle de ses vœux un changement d'attitude dans tous les pays où est pratiquée ce crime légalisé. L'Inde et la Corée, après l'Italie, soutiennent déjà cette initiative. Pour Mgr Sgreccia

"Malgré quelques protestations et accusations de retour au passé, étant donné la soi-disant ‘intangibilité' de la loi, cette vague en faveur du droit à la vie ne s'arrêtera pas et nous devons tout faire pour qu'elle s'affirme en Italie et dans le monde. [...] Que personne ne tue Caïn ! C'est avec cette parole biblique qu'est partie la première protestation victorieuse en faveur de la vie de qui se serait rendu coupable de délits même graves. Que le sang d'Abel ne soit plus versé [se réfère à] l'exigence du droit à la vie de tout être innocent.

Il s'agit avant tout d'une question de justice. Personne - ceci a été dit et répété par des laïcs possédant une réelle notoriété - n'a le droit de supprimer une autre personne humaine et s'il est juste de respecter la vie du coupable, que celle de l'innocent soit également, et plus encore, respectée. [...] La première paix, celle qui se base sur la justice (opus iustitiae pax), est celle qui respecte la vie, arrête la main du bourreau et bloque aussi l'acte qui arrache à la vie un enfant innocent qui attend de naître.

Le premier ‘non' à la guerre est la décision de qui respecte la vie et de qui aide à respecter le droit à la vie. Il sera plus facile ensuite d'enseigner le respect de l'innocence, de la fragilité des enfants et des malades graves, il sera plus facile de respecter l'environnement qui est la maison et le patrimoine des générations futures et de tout citoyen, et de fournir une explication logique à ce respect. [...]

Par ailleurs, supprimer la vie c'est ôter les racines de la liberté de celui qui est supprimé. C'est là le moment où la loi peut et doit encourager l'utilisation responsable de la liberté. Il ne s'agit pas d'un retour en arrière mais d'un pas en avant : de même qu'a été combattu l'esclavage, la discrimination entre blancs et noirs ou entre riches et pauvres, il faut continuer à reconnaître le droit à la vie... pour les enfants à naître et les enfants nés, les coupables et les innocents."

Nous attendons le soutien de Français à cette exigence de moratoire.

Michel Janva